Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 04 août 2022

Intermarium

Intermarium.png

Intermarium

par Daniele Perra

Source : Daniele Perra & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/intermarium

Il y a quelques jours, il a été rapporté que le gouvernement de Volodymyr Zelensky avait révoqué la citoyenneté ukrainienne de l'oligarque Igor Kolomoisky (principal soutien du président ukrainien lors de sa précédente carrière à la télévision et de son ascension ultérieure au pouvoir politique, ainsi que partenaire commercial de nombreux membres du "Parti du serviteur du peuple" et financier de plusieurs groupes paramilitaires au sein de la Garde nationale, dont les célèbres bataillons Azov et Aidar).

Officiellement, selon Ukrainska Pravda et Kyiv Independent, la mesure (dans laquelle, selon les sources, la signature du président n'apparaît pas encore) est due au fait que la loi ukrainienne n'autorise pas la double nationalité (dans le cas de Kolomoisky, il y en a même trois : ukrainienne, israélienne et chypriote). Si tel est le cas, il est curieux de constater que le partenaire de Kolomoisky dans la Privat Bank, Gennadiy Bogolyubov, également connu pour avoir financé des fouilles sous le quartier musulman et la mosquée al-Aqsa à Jérusalem, ne tombe pas sous le coup de cette disposition, puisqu'il se targue d'être un citoyen ukrainien, britannique, israélien et chypriote.

35f4497_1644008876741-ihor-kolomoisky.jpg

Igor Kolomoisky.

En revanche, Igor Vasylkovsky et Gennadiy Korban sont inclus : tous deux citoyens ukrainiens et israéliens, le premier étant un ancien membre du "Parti du  Serviteur du Peuple" et le second un mécène de la communauté juive de Dnipro et toujours étroitement lié à Kolomoisky.

En parlant de Kolomoisky, il convient de mentionner qu'en 2020, il a été inculpé par le ministère américain de la Justice pour corruption et blanchiment d'argent, aux côtés des Bogolyubov, Mordechai Korf et Uri Laber précités. Ces deux derniers, en particulier, ont utilisé l'argent blanchi pour financer des "fondations caritatives" et des institutions éducatives juives traditionnelles (yeshivas) à New York. Uri Laber est également membre du conseil d'administration du Jewish Educational Media : une organisation à but non lucratif liée au mouvement messianique Chabad Loubavitch du grand rabbin Menachem Schneerson (né en Ukraine), dont Korf est également un adepte. En fait, ses parents ont été invités par le rabbin à construire une communauté loubavitch à Miami. 

Il convient de noter que Kolomoisky fait partie des oligarques ukrainiens qui contrôlent des secteurs clés de l'économie de ce pays d'Europe de l'Est. En effet, il a d'énormes intérêts dans la société gazière ukrainienne Burisma (à laquelle le fils de Joe Biden, Hunter, qui siégeait au conseil d'administration avec un salaire de 50.000 dollars par mois en 2014, est également lié). En outre, Kolomoisky a utilisé des groupes paramilitaires qu'il a financés pour prendre le contrôle d'une raffinerie de pétrole appartenant à la Russie à Dnipropetrovsk, également en 2014.

En 2021, Kolomoisky a été interdit d'entrée aux États-Unis directement par Antony Blinken qui, à propos de l'affaire, a parlé de "corruption importante".

Ce à quoi nous assistons ces jours-ci, en fait, c'est à une lutte de pouvoir (et de survie) au sein même de l'Ukraine entre les oligarques et le cercle immédiat de Zelensky, qui doit toutes ses "fortunes" au conflit en cours.

victor-pinchuk.jpg

Viktor Pinchuk (Pintchouk)

Il est évident que Zelensky fait tout pour se plier aux désirs de Washington et assurer sa survie politique. Cela inclut la faveur accrue accordée à un autre oligarque ukrainien, rival direct de Kolomoisky et dans les bonnes grâces des États-Unis. Il s'agit de Viktor Pinchuk (Pintchouk), l'homme qui a été décrit comme "l'oligarque juif capable de construire le pont entre Kiev et l'Occident". Pinchuk, beau-père du deuxième président de l'Ukraine indépendante Leonid Kuchma et partenaire commercial de Rinat Akhmetov (un autre oligarque ayant des intérêts dans la métallurgie, l'exploitation minière et propriétaire du Shaktar Donetsk), est à la tête de la "plus grande fondation philanthropique ukrainienne" : la Fondation Viktor Pinchuk. Celle-ci travaille en étroite collaboration avec une autre organisation liée à l'oligarque, la Stratégie européenne de Yalta, créée pour promouvoir l'intégration du pays dans l'Union européenne, et collabore activement avec la Clinton Global Initiative, la Fondation Tony Blair, la Brookings Institution, la Renaissance Foundation de George Soros et l'Aspen Institute auquel est liée la Kyiv School of Economics (une autre création de Pinchuk). De plus, les liens de l'oligarque avec le Forum économique de Davos, auquel il participe activement et où il a facilité l'intervention de Zelensky par vidéoconférence, ne sont pas négligeables.

Enfin, pour étayer partiellement la thèse selon laquelle la mesure "restrictive" de Zelensky est un forcing flagrant (ou plutôt un choix de camp), il sera utile de rappeler qu'au cours de l'année 2019, le gouvernement actuel est entré en conflit avec le mouvement Azov parce que ce dernier a exigé avec force l'octroi de la citoyenneté ukrainienne à tous les combattants étrangers inclus dans le bataillon pendant le conflit du Donbass.

levkin.png

Alexei Levkin.

Zelensky a lui-même accordé la citoyenneté au Russe Nikita Makeev, membre de l'organisation "Centre russe" liée aux militants ultranationalistes russes en exil. Un autre Russe en attente de la citoyenneté ukrainienne est lié à cette affaire : Alexei Levkin. Ce dernier, invité régulier de la "Maison des Cosaques" (le quartier général d'Azov à Kiev), est l'organisateur du festival de musique néonazi Asgardsrei ("la course d'Asgard" en norvégien) qui se tenait autrefois à Moscou et, après son expulsion du territoire russe, à Kiev en même temps que la marche "Führernight". Levkin, un ancien vétéran d'Azov, est également l'idéologue politique du groupe Wotanjugend (connu pour avoir partagé le manifeste de l'attaquant de la mosquée de Christchurch en Nouvelle-Zélande) et est en très bons termes avec les groupes extrémistes nord-américains RAM (Rise Above Movement) et Atomwaffen Division, également connus pour leur sympathie pour les actions d'Al-Qaïda et d'ISIS. L'un des membres d'Atomwaffen, Andrew Oneschuk, a invité à plusieurs reprises des extrémistes américains à se rendre en Ukraine pour acquérir une expérience du combat. Alors qu'en 2018, le secrétariat international d'Azov espérait établir un contact direct avec l'armée américaine.

Il n'est pas surprenant que la responsable du secrétariat international du Corps national (l'aile politique du mouvement dirigé par Andriy Biletsky), Olena Semenyaka, ait déclaré que la planification géopolitique du groupe (outre la nécessité de faire pression sur les États-Unis) vise à construire un bloc "intermarium" (un cordon sanitaire aux frontières de la Russie entre la mer Baltique et la mer Noire) qui reproduit parfaitement l'initiative des Trois Mers parrainée par le Pentagone.

Commentaires

Les rapports du président Zelensky avec les oligarques et avec les groupes nationalistes bandéristes ukrainiens sont traités dans cet article de l'excellent Guy METTAN, un historien et journaliste suisse.
Guy METTAN - Dr. Volodymyr & Mr. Zelensky: la face cachée du président ukrainien
Source : https://arretsurinfo.ch/dr-volodymyr-mr-zelensky-la-face-cachee-du-president-ukrainien/

Écrit par : Laetizia | jeudi, 04 août 2022

Écrire un commentaire