Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 décembre 2022

La crédibilité de l'Ukraine mise à l'épreuve alors que la Russie poursuit ses frappes

aerial-view-ukrainian-flag-waving-wind-against-city-kyiv_536604-3951.jpg

La crédibilité de l'Ukraine mise à l'épreuve alors que la Russie poursuit ses frappes

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/11/17/ukrainan-uskottavuus-koetuksella-venaja-jatkaa-iskujaan/

Le régime ukrainien, par l'intermédiaire du président Zelensky, a nié l'origine du missile qui est tombé sur un village polonais, même après que les États-Unis, l'OTAN et la Pologne aient déclaré qu'il s'agissait d'un missile ukrainien. Les déclarations de l'acteur-président sont considérées comme portant atteinte à la crédibilité de l'Ukraine.

Commentant la déclaration de Zelensky, un diplomate d'un pays de l'OTAN à Kiev a déclaré au Financial Times: "Les Ukrainiens sont en train de détruire notre confiance en eux. Personne ne blâme l'Ukraine et ils mentent ouvertement. C'est plus destructeur qu'un missile."

Il est difficile pour le régime ukrainien de reconnaître la vérité de l'affaire, car des "incidents malheureux" similaires se sont produits fréquemment au cours de l'année dernière. Alors que les Russes ont ciblé les infrastructures, les tentatives ukrainiennes de les contrer ont souvent fait des victimes civiles, qui ont ensuite été (mal)rapportées comme des "attaques russes brutales contre des cibles civiles".

Maintenant, la crédibilité de Zelensky et la confiance de l'Occident dans le régime ukrainien sont discutées publiquement. Cela signifie probablement que les États-Unis ne veulent plus financer, ni même poursuivre, cette guerre par procuration : les objectifs ont déjà été partiellement atteints par une politique de sanctions, et les relations entre l'Europe et la Russie se sont effondrées depuis longtemps.

Le jeu géopolitique en Ukraine touche à sa fin, notamment parce que les arsenaux occidentaux s'épuisent et que les États-Unis devraient déjà se concentrer sur la Chine. Comme le complexe militaro-industriel n'a pas l'argent nécessaire pour une guerre sur plusieurs fronts, Washington négocie depuis peu avec Moscou à Ankara. Le régime Zelensky rejette toujours l'idée d'un nouvel accord de paix, mais le conflit actuel se terminera probablement par un accord au plus tard l'année prochaine.

Après tout ce qui s'est passé, la Russie a besoin d'une sorte de victoire dans sa lutte contre l'élargissement de l'OTAN. L'Occident sait que la Crimée et le Donbass ne peuvent plus être rendus. L'Ukraine devra donc se contenter de concessions territoriales et d'une position neutre dans la politique mondiale. Si les choses empirent encore pour l'Ukraine, la Pologne, et peut-être aussi la Hongrie, seront heureuses d'annexer certains des territoires de l'Ouest.

Du point de vue russe, il s'agit d'une guerre existentielle qu'elle ne peut pas perdre sans conséquences politiques qui seraient encore pires qu'au début des années 1990. Dans tous les cas, l'élite russe ne veut pas que la fédération s'effondre, alors, si nécessaire, elle resserrera son emprise. Ce qu'il faut, c'est une solution qui s'appellerait paix à l'Ouest et victoire en Russie. Pendant ce temps, Kiev explose à nouveau.

mercredi, 16 novembre 2022

Les missiles tombés en Pologne et les négociations secrètes

Deux-missiles-russes-seraient-tombes-en-Pologne-le-Pentagone-enquete.jpg

Les missiles tombés en Pologne et les négociations secrètes

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/i-missili-caduti-in-polonia-e-i-negoziati-segreti#

Ce n'est pas un hasard si les missiles qui se sont abattus sur le territoire polonais ont été tirés à la fin du G-20, où manifestement quelque chose, en secret, a bougé pour éliminer les risques d'escalade, ou peut-être même pour mettre fin à cette récente folie guerrière.

Ceux qui cherchent l'escalade ont été servis. Les missiles d'hier correspondent à l'attentat d'Istanbul, qui, ce n'est pas un hasard, a eu lieu la veille d'une réunion secrète entre le chef de la CIA et son homologue russe dans la capitale turque. La nécessité d'éviter l'escalade a également été évoquée lors de cette réunion, comme l'explique le Washington Post, qui s'en tient évidemment au récit occidental.

L'attentat à la bombe était un "message", comme l'a déclaré le ministre turc de l'intérieur, et le message était clair : la bombe d'Istanbul visait les perspectives de désescalade, tout comme les missiles tombés en Pologne.

1551737-les-forces-de-police-sont-sur-le-lieux-de-l-explosion-a-istanbul.jpg

Heureusement, comme il le fait depuis le début de la guerre, Biden a freiné les choses, déclarant que les "informations préliminaires" dont il disposait indiquaient que le missile n'avait pas été lancé depuis la Russie.

Entre provocations et négociations

Sur ce point, le New York Times a écrit que "Zelensky, qui souhaite une implication plus large de l'OTAN, a déclaré que la Russie avait commis une 'attaque contre la sécurité collective', citant l'article 5" de l'Alliance, qui oblige les États membres à se défendre mutuellement.

Nous sommes à la merci d'un cercle de criminels internationaux qui veulent plonger le monde dans une guerre totale, en utilisant, pour ce faire, la marionnette de Kiev, qui s'est jetée sur l'opportunité tombée du ciel, il faut bien le dire, sans se soucier de la réalité des faits (détail instructif).

Heureusement, outre la déclaration autoritaire de Biden, confortée par d'autres indiscrétions provenant de l'appareil américain (Associated Press), ce sont également les autorités polonaises qui ont réfuté la paternité russe des missiles, affirmant qu'il s'agissait d'un "malheureux accident" probablement causé par un missile ukrainien.

Mais malgré tout, l'OTAN s'est réunie en urgence, comme s'il s'agissait vraiment de quelque chose de grave, dénotant la nervosité et le désir de prééminence dont elle est la proie depuis que la crise ukrainienne lui a conféré un rôle politique mondial indu, totalement arbitraire et dangereux pour la stabilité du monde et la stabilité des démocraties occidentales.

La nouvelle criticité coïncide, précisément, avec un changement dans le paysage international rapporté par Ted Snider dans Antiwar : "Il y a une pression croissante pour commencer les négociations. De nombreux membres de l'administration Biden souhaitent des pourparlers de cessez-le-feu. Le fait que Sullivan "au sein de l'administration est célèbre pour être en faveur d'une ligne de communication avec la Russie, même si d'autres personnalités politiques de premier plan estiment que, dans la situation diplomatico-militaire actuelle, les négociations ne seraient pas fructueuses" peut expliquer pourquoi il s'est rendu à Moscou et à Kiev, et non le secrétaire d'État Antony Blinken, comme on aurait pu s'y attendre".

https __cdn.cnn.com_cnnnext_dam_assets_221024121102-mark-milley-1012.jpg

"Le Pentagone semble faire pression pour des pourparlers. Le 10 novembre, le président des chefs d'état-major interarmées, le général Mark Milley (photo), a déclaré que le retrait russe de Kherson, combiné à l'impasse actuelle, "pourrait donner aux deux pays une occasion de négocier la paix". Quand il y a une opportunité de négocier, quand la paix peut être atteinte, a dit Milley, saisissez-la".

"Même le Royaume-Uni a récemment déclaré qu'il était "prêt à aider" si "l'Ukraine et la Russie s'engagent à résoudre le conflit". Et l'Allemagne et la France ont demandé à l'Ukraine d'être plus "flexible". À ces prises de position s'ajoutent des pressions similaires de la part des Brics, notamment la volonté exprimée par le nouveau président brésilien Lula da Silva de jouer un rôle de médiateur.

La confirmation de Politico

Politico confirme également, avec prudence, la nouvelle disposition des membres de l'administration américaine, expliquant qu'une chose est ce qu'ils disent en public, une autre est ce qui est privé, et que le général Milley a eu tort de rendre cela privé. Le résultat a été une tempête dans les relations avec Kiev, qui s'est sentie larguée, les Etats-Unis étant obligés de réaffirmer publiquement les positions qu'ils avaient utilisées.

Dans la note de Snider, il y a un passage plus que significatif : "Les responsables du département de la défense disent que ce qui s'est passé dans la région de Kherson est un exemple des durs combats à venir. Se battre à travers le fleuve [Dniepr] pour tenter de regagner des territoires sur la rive opposée est une opération militaire difficile".

"Pourquoi ne pas commencer à parler [de pourparlers de paix] avant de jeter 100.000 vies supplémentaires dans l'abîme?" a déclaré un autre responsable américain. Notamment parce que, comme le souligne l'article, le succès d'une telle offensive est douteux.

Et c'est là que le bât blesse: nous sommes en proie à une boucherie à haut risque d'escalade, sur laquelle nous n'avons même pas d'informations crédibles quant au nombre de morts qu'elle a coûté. Tout ce que nous savons, c'est que le chiffre est effrayant. Un massacre inutile dont tout le monde sait qu'il ne mènera pas l'Ukraine à la victoire, comme l'a clairement indiqué Milley en prenant la défense des Américains.

Aujourd'hui, Biden, vraisemblablement pour apaiser les faucons qui se sont sentis trahis par ses déclarations d'hier sur les missiles tombés en Pologne, a promis une autre manne d'aide à l'Ukraine, mais précisément sur l'aide, la conclusion de Politico est intéressante : "Biden a exprimé sa confiance dans le fait que l'aide continuera à couler même avec la Chambre contrôlée par les républicains. Mais il est possible que les appels accrus aux pourparlers Ukraine-Russie de la part des responsables américains puissent effrayer les Ukrainiens en leur faisant croire que Washington ne les soutiendra pas à long terme". Une peur bien fondée.

Jusqu'à présent, ce sont des choses que nous avions déjà écrites. Si nous nous répétons, c'est parce qu'il nous a semblé opportun de rapporter des confirmations provenant d'autres sources. Mais Ted Snider dans son article ajoute un élément très pertinent concernant le G-20.

Immédiatement après l'annonce de l'absence de Poutine au sommet, qui a éliminé la possibilité d'une rencontre avec Biden et fait baisser les tensions qui s'accumulaient autour du sommet, le président américain a annoncé qu'il rencontrerait Xi Jinping, le "partenaire stratégique" de la Russie.

Un double coup de poing qui suggère, selon Snider, que Xi et Biden, dans des "conversations secrètes en backchannel", tenteraient de tracer une voie pour sortir du tunnel ukrainien. Ce n'est pas du tout une supposition hasardeuse.

PS: Hier, Trump a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de 2024. Cela aurait été la nouvelle du jour, mais elle a été éclipsée par les missiles qui sont tombés en Pologne.

jeudi, 03 novembre 2022

Portail politique polonais: comment Varsovie récupère l'Ukraine occidentale

FRcUwPIWUAEL2cN.jpg

Portail politique polonais: comment Varsovie récupère l'Ukraine occidentale

Source: https://zuerst.de/2022/11/03/polnisches-politik-portal-so-holt-sich-warschau-die-westukraine-wieder-zurueck/

Varsovie. Spéculations intéressantes dans la presse polonaise : le portail politique polonais Niezalezny Dziennik Polityczniy fait état d'une possible future partition de l'Ukraine - et rappelle dans ce contexte un accord conclu il y a déjà quelques mois entre Varsovie et Kiev, selon lequel l'administration douanière et financière ukrainienne a été tacitement délocalisée à Varsovie (nous en avions parlé).

"La Pologne dispose déjà de droits spéciaux en Ukraine - les Polonais ont la possibilité d'exercer des fonctions au sein du gouvernement de ce pays, de diriger une entreprise, de bénéficier de toutes les garanties sociales dont bénéficient les autochtones d'Ukraine. En outre, les entrepreneurs polonais peuvent acheter des usines et des équipements ukrainiens, et des entreprises entières en Ukraine peuvent devenir la propriété de la Pologne en vertu de la loi".

Le portail polonais suppose que le rattachement des territoires russes de l'est de l'Ukraine à la Fédération de Russie ne s'arrêtera pas là. Au contraire, sous le gouvernement national-conservateur du PiS, des préparatifs sont en cours pour l'annexion des territoires historiquement polonais inclus dans le territoire ukrainien actuel - ce qui éviterait également à la Russie de longs conflits avec les nationalistes dans l'ouest de l'Ukraine.

Niezalezny Dziennik Polityczniy écrit : "Le plan du PiS visant à faire renaître la République de Pologne à l'intérieur des frontières de pays historiques avait apparemment déjà pris forme avant le début de l'invasion russe en Ukraine. Bien que l'intégration de la Biélorussie occidentale dans le Commonwealth polono-lituanien semble improbable en raison de la position de la Russie, c'est elle qui a proposé la voie la plus indolore pour inclure l'Ukraine occidentale, sans affrontements armés avec les nationalistes ukrainiens".

En ce qui concerne la suite des événements, les analystes polonais estiment qu'une intervention militaire de la Pologne en Ukraine occidentale, suivie d'un référendum, est plausible ; d'autres pays, comme la Moldavie, pourraient également se souvenir de territoires "historiques" sur le sol de l'Ukraine actuelle et faire pression pour obtenir une part du gâteau. Alors qu'un futur gouvernement de Kiev pourrait être contraint à un statut de neutralité entre l'Est et l'Ouest, cette évolution mettrait également fin au soutien européen de plusieurs milliards d'euros aux forces armées ukrainiennes. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

mardi, 25 octobre 2022

Escalade en Ukraine: l'espoir de paix meurt-il avec des annonces de guerre réciproques?

30038635-ukraine-russland-raketen-putin-news-2IGr6l0MebBG.jpg

Escalade en Ukraine: l'espoir de paix meurt-il avec des annonces de guerre réciproques?

Alexander Markovics

Henry Kissinger a lancé un avertissement : les Etats-Unis sont sur le point de déclencher une guerre mondiale avec la Russie et la Chine, qui pourrait prendre des proportions nucléaires. Ceux qui connaissent le CV de ce belliciste américain sont surpris que cette annonce vienne de lui. Ces jours-ci, Kissinger critique régulièrement et publiquement les élites américaines. Cette circonstance résulte du fait que les États-Unis ont fait un mauvais calcul en faisant la guerre à la Russie. La lutte pour "l'échiquier eurasien" (Brzezinski) est sur le fil du rasoir pour Washington. C'est précisément pour cette raison que les propos de cet homme de 99 ans, qui se situe bien au-dessus de l'élite américaine en termes de compétences politiques et qui la critique régulièrement, donnent à réfléchir. Mais face au risque d'embrasement du monde, comment désespérer de ce conflit ? Une désescalade n'est possible que si l'on analyse et situe concrètement les différentes parties et leur implication dans ce conflit qui fait rage depuis 2014. Les États-Unis, qui jouent probablement le rôle le moins glorieux dans ce conflit, ouvrent la voie.

Les États-Unis : le plus grand belligérant en Ukraine, mais le vent va-t-il tourner avec les midterms ?

Pour l'instant, les États-Unis sont le principal soutien de l'Ukraine. Avec un total de 25 milliards d'euros d'aide militaire (Allemagne : 1,2 milliard) et plus de 10 milliards d'euros de soutien financier (Allemagne : environ 1 milliard) à l'Ukraine, les États-Unis sont de loin le plus grand soutien du régime de Zelenski. Les États-Unis ne se contentent pas de fournir à l'Ukraine des systèmes de défense antiaérienne Stinger, des pièces d'artillerie, des grenades et des complexes antichars Javelin - comme l'a rapporté le journal Deutsche Stimme -, mais ils aident aussi massivement l'armée ukrainienne en formant des soldats et en divulguant les données de leurs propres satellites de reconnaissance. En outre, d'"anciens" soldats américains sont apparus en Ukraine sous la forme de la société de mercenaires Academi, ainsi que d'équipes d'opérateurs et d'unités spéciales. De plus, des employés de la CIA sur place à Kiev coordonnent les attaques terroristes du SBU, les services secrets ukrainiens, contre des cibles civiles en Russie, telles que des journalistes - par exemple Daria Douguina, comme l'a rapporté Deutsche Stimme - et des infrastructures civiles, voir l'attaque du pont de Kertch.

skynews-kerch-bridge-crimea_5924701.jpg

Volodimir Zelenski est désormais considéré comme l'"Osama Ben Laden européen" - le fou de Kiev réclame même une attaque nucléaire préventive contre Moscou. Mais aucune opération ne se fait sans la bénédiction de Washington. Voilà pour les développements menaçants du soutien américain à l'Ukraine. Mais le front de la guerre froide commence à s'effriter: Elon Musk, qui soutenait jusqu'à présent l'Ukraine avec ses sellettes Starlink, s'est fait le défenseur d'un plan de paix associé à des référendums dans les régions retournées à la Russie. De même, à l'approche des élections de mi-mandat, certains républicains de premier plan se sont engagés à remettre en question le soutien à l'Ukraine. Cette position est notamment motivée par les nombreuses crises que traversent les Etats-Unis, de l'effondrement des infrastructures aux graves problèmes socio-économiques, en passant par l'inflation et la crise énergétique. La fin du soutien américain à Kiev signifierait la fin de la "guerre jusqu'au dernier Ukrainien" et un nouveau départ pour une solution diplomatique.

L'UE : vassale des États-Unis

Si l'on considère l'UE, son soutien institutionnel est le deuxième plus important pour l'Ukraine après les États-Unis. Mais alors que l'UE investit relativement peu d'argent (2,5 milliards d'euros) dans l'armée ukrainienne, un dixième des prestations américaines, son soutien financier à la poursuite des activités de l'État ukrainien (12,3 milliards d'euros) est même plus important que celui de Washington. Le potentiel d'escalade de l'UE se situe principalement dans certains États membres: le gouvernement allemand, par exemple, envisage d'envoyer en Ukraine non seulement des chars Guépard et des obusiers blindés, mais aussi le "Tierpanzer" (Baerbock) allemand Leopard II. Le problème est que l'Allemagne devrait envoyer des officiers avec les chars, ce qui signifierait qu'elle enverrait officiellement des soldats à la guerre, ce qui ferait d'elle une partie prenante au conflit et impliquerait donc l'OTAN. La France fournit également des canons Caesar à l'Ukraine et veut lui accorder des crédits pour l'achat d'armes françaises, mais le président Macron ne veut pas prendre le risque d'une implication directe de cet État traditionnellement plutôt prorusse. Enfin, c'est surtout la Pologne qui a le potentiel de faire dégénérer le conflit: en février déjà, la Pologne a fait pression pour que ses propres "forces de maintien de la paix" soient envoyées en Ukraine, et il a également été question d'un échange circulaire de jets occidentaux pour la Pologne contre des jets polonais pour l'Ukraine. Mais Varsovie s'est montrée réticente à l'idée d'une plus grande implication militaire. Voilà pour l'Occident, mais quel est le potentiel d'escalade de la Russie et de ses alliés ?

Russie: de l'opération antiterroriste à la frappe nucléaire tactique

Aux yeux des médias occidentaux, la Russie est au bord de l'effondrement depuis le premier jour de l'opération militaire. Pourtant, jusqu'à présent, Moscou donne l'impression que malgré les revers subis à Kharkov, elle n'envisage pas de baisser les bras, bien au contraire. Avec la mobilisation partielle des forces armées russes, 300.000 hommes supplémentaires devraient participer au combat en Ukraine, ce qui relativisera l'infériorité numérique parfois importante des forces russes. De plus, le nouveau commandant en chef russe, le général Surovikin, laisse entendre que la nature de l'opération est en train de changer. La transformation de celle-ci en une opération antiterroriste est dans l'air, ce qui implique des frappes directes contre le gouvernement ukrainien et les infrastructures civiles comme cela s'est fait le 10 octobre dernier. Une nouvelle escalade de l'opération jusqu'à la définir comme une guerre à part entière et l'utilisation d'armes nucléaires tactiques est envisageable compte tenu des provocations occidentales. Sur le champ de bataille, c'est surtout l'allié biélorusse qui pourrait être à l'origine d'une extension des hostilités.

FNHFzwjXsAczK43.jpg

Biélorussie : jusqu'à 500.000 hommes en Ukraine

Le dirigeant Loukachenko a l'intention d'envoyer jusqu'à 500.000 hommes en Ukraine en cas d'agression occidentale. Depuis l'escalade du conflit, une poignée d'opposants biélorusses se battent en Ukraine du côté de Kiev et Minsk craint un débordement du conflit. Elle a donc formé un groupe de combat commun avec la Russie. Celui-ci n'engage pas seulement des forces ukrainiennes, mais peut également avancer vers Kiev depuis le nord.

Corée du Nord : 100.000 soldats pour Poutine ?

Selon les propagandistes occidentaux, ce pays isolé d'Asie est également considéré comme un soutien à l'opération de la Russie en Ukraine. Les Etats-Unis ont affirmé en août que la Corée du Nord avait envoyé des munitions d'artillerie et des fusils d'assaut de fabrication soviétique pour soutenir l'effort de guerre russe en Ukraine. Il a également été question de 100.000 soldats que Pyongyang mettrait à la disposition de Moscou. Pyongyang lui-même a rejeté les accusations américaines. Il n'existe à ce jour aucune preuve de la présence de Nord-Coréens en Ukraine. Un soutien nord-coréen à la Russie n'aurait en outre aucun sens, car la production d'armements de Moscou ne montre aucune faiblesse. Le plus probable serait que des travailleurs nord-coréens aident à la reconstruction du Donbass.

L'Iran : des drones Kamikaze pour Moscou ?

L'Iran est un autre allié de Moscou, considéré comme un Etat voyou aux yeux de l'Occident. En Syrie déjà, des soldats iraniens appartenant aux "Gardiens de la révolution" ont combattu aux côtés de pilotes russes. Grâce à leur coopération en Syrie, ils ont pu débarrasser 95% du pays des terroristes. Alors que la Russie était peu présente au début de l'opération militaire, il ne se passe plus un jour sans que des drones russes Kamikaze n'explosent sur des positions ukrainiennes.

Alors que Kiev parle de drones iraniens, Téhéran nie les avoir livrés à la Russie. Les drones Geran-2 utilisés par Moscou sont probablement une réplique du Shahed-13 iranien, qui est désormais produit en Russie. Outre la possibilité d'éliminer des cibles situées profondément derrière le front avec ces drones, l'artillerie de l'Iran peut être rendue encore plus précise grâce à la reconnaissance. L'Iran refusant de livrer des armes à l'une des deux parties au conflit, seul l'échange de technologies avec la Russie augmentera à long terme. Enfin, un accord sur le programme nucléaire se profile à l'horizon, sous l'impulsion massive de Moscou.

La Chine : un courtier honnête pour l'Ukraine ?

Compte tenu de l'implication directe de nombreuses puissances, peu d'Etats se proposent comme médiateurs. Pékin, qui soutient également le plan de paix d'Elon Musk, peut jouer un rôle crédible. Le dragon pourrait ainsi réunir l'aigle et l'ours autour d'une table. Certes, tout semble actuellement se jouer sur le terrain, mais l'espoir d'une paix rapide est le dernier à mourir.

La guerre en Ukraine et l'alliance entre les néocons et les libéraux américains

06HEILBRUN-superJumbo-v2.jpg

La guerre en Ukraine et l'alliance entre les néocons et les libéraux américains

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/la-guerra-ucraina-e-lalleanza-tra-neocon-e-liberal-usa

Les nouveaux raids sur Kiev semblent être une réponse à l'attaque de la base d'entraînement des volontaires russes à Belgorod par deux miliciens d'un pays de la CEI (qui regroupe les anciens États soviétiques d'Asie), au cours de laquelle 11 soldats ont été tués.

L'attaque, en plein territoire russe, a eu lieu le jour même où Poutine avait déclaré close la phase des bombardements massifs sur les villes ukrainiennes, d'où la reprise de ceux-ci, visant les infrastructures, notamment les centrales électriques et les nœuds ferroviaires. La guerre ne doit pas cesser, rien de nouveau dans cette dynamique.

Le revers de la contre-offensive ukrainienne

Sur le théâtre de la guerre, on constate un recul de la contre-offensive otano-ukrainienne, comme le rapportent les renseignements britanniques, alors que les médias parlent déjà d'un effondrement imminent des Russes.

Cette nouvelle révèle l'impossibilité pour l'Ukraine d'atteindre l'objectif de la libération de tous les territoires. Cet objectif ne sera jamais atteint, car il s'agit également d'une lutte existentielle pour la Russie et elle ne peut se permettre une défaite totale.

La guerre montre ainsi son vrai visage, celui d'un conflit qui pourrait ne jamais se terminer ou qui, du moins, semble destiné à s'éterniser pendant des années. C'est ce que veut l'Occident, qui a refusé à maintes reprises les initiatives diplomatiques qui se sont profilées à l'horizon ces derniers mois.

C'est ce qu'écrit Ted Snider qui, dans Antiwar, dresse une analyse détaillée de la manière dont les États-Unis ont étouffé dans l'œuf de telles possibilités, la dernière en date étant l'ouverture de Poutine à une rencontre avec Biden lors du sommet du G-20, avec une fermeture rapide de l'intéressé (même si la réponse du président américain a été ambiguë et annonciatrice de surprises, comme il l'a écrit dans une note précédente peut-être trop possibiliste, mais toujours valable en perspective ; après tout, jusqu'aux élections de mi-mandat, rien ne doit venir troubler l'affrontement féroce qui se déroule actuellement).

Comme l'écrit David Sacks dans Newsweek, le pouvoir en Occident est désormais l'apanage d'un format dans lequel s'allient néo-conservateurs et démocrates Woke (les "éveillés", un terme utilisé dans les polémiques politiques américaines), bloquant toute tentative d'apaisement du conflit.

Un parti démocrate qui a trahi Obama, qui, comme le rappelle Sacks, avait refusé de réagir à la prise de contrôle de la Crimée par la Russie, après avoir déclaré qu'une escalade en Ukraine n'était pas dans l'intérêt des États-Unis.

Nouveau pouvoir et censure

L'alliance néocon-libérale multipartite qui a émergé pendant la présidence Trump et en opposition à celle-ci, écrit Sacks, a "décidé que tout soutien à un règlement négocié, même s'il s'agissait des propositions que Zelensky lui-même semblait soutenir au début de la guerre, équivaut à se ranger du côté de la Russie, accusant ceux qui défendent le compromis et la modération [du conflit] d'être des apologistes de Poutine". Cela les exclut du débat officiel et limite la "fenêtre d'Overton" [les options possibles dans le débat] à ceux qui prônent la défaite totale de la Russie et la fin du régime de Poutine, même si nous risquons une troisième guerre mondiale".

Il ajoute que "quiconque suggère que l'expansion de l'OTAN pourrait avoir contribué à la crise ukrainienne, ou que les sanctions imposées à la Russie ne fonctionnent pas et se sont retournées contre l'Europe, qui se retrouvera bientôt à trembler [de froid], ou que les États-Unis doivent avoir pour priorité d'éviter une guerre mondiale avec une Russie dotée de l'arme nucléaire, est accusé d'être un larbin de Poutine".

Il nous semble donc que la description de Sacks capture bien ce qui se passe dans le débat actuel. C'est la dure réalité qui se cache derrière la propagande qui décrit le monde comme étant en proie à un affrontement entre pays libres, d'une part, et autocraties, d'autre part.

À cette description, le courant dominant a coutume de répondre que, contrairement à ce qui se passe dans les autocraties, les voix libres, bien que violemment exclues, du moins bridées pour l'instant, du débat officiel, ont toujours un moyen de s'exprimer dans des espaces résiduels, ce qui n'est pas le cas dans les autocraties, où la censure est plus sévère.

Mais en réalité, ce n'est pas un résultat de la liberté qu'ils prétendent défendre, mais plutôt un acquis de la civilisation occidentale que ces voix résiduelles, par leur existence même, défendent contre l'agression qu'ils subissent.

S'il ne tenait qu'aux champions autoproclamés de la liberté d'aujourd'hui, qui ne cessent d'appeler aux armes pour l'Ukraine, même ces espaces de liberté réduits seraient fermés, comme le démontrent d'ailleurs les nombreuses initiatives coûteuses de chasse aux "fake news", une technique moderne de censure (les nouvelles non officielles sont attaquées à fond, la manipulation officielle jamais).

Le fait est que pour que la pièce de théâtre qui nous campe une lutte entre la liberté et les autocraties apparaisse, sinon véridique, du moins plausible, la censure doit être déployée de manière plus secrète et dissimulée. Si elle apparaît pour ce qu'elle est, à savoir la marque du nouveau pouvoir, tout s'effondre.

L'Ukraine, la crise iranienne et Taïwan

Terminons par deux nouvelles liées à l'Ukraine, mais concernant l'Iran et Taiwan. Depuis quelque temps, et avec une insistance croissante, les médias grand public affirment que les Russes utilisent des drones de fabrication iranienne. Que cela soit vrai ou non, cela ne fait guère de différence pour le sort du conflit. Elle sert cependant à coincer Téhéran dans la zone grise dans laquelle Moscou a été confiné.

En Iran, sous le prétexte de la mort de Misha Amini, une autre révolution colorée est en cours, qui, si elle n'est pas arrêtée, coûtera des dizaines de milliers de vies, voire plus. L'alliance avec la Russie dans la guerre d'Ukraine, qu'elle soit réelle ou supposée, renforce la pression en faveur d'un changement de régime à Téhéran.

L'Occident ne se préoccupe pas des femmes iraniennes, ni du voile, qui est porté dans presque tous les États arabes, mais l'occasion est là de griller une fois pour toutes Téhéran, auquel des sanctions sévères sont imposées depuis longtemps, affamant non seulement les hommes, mais aussi les femmes, pour lesquelles l'Occident s'est engagé, et leur progéniture.

Nous concluons avec la nouvelle que plusieurs membres du parlement ukrainien se rendront à Taiwan en octobre. Un voyage qui ne suscitera pas la même clameur que les visites des parlementaires américains, mais qui est hautement symbolique, puisque certains milieux occidentaux - les mêmes qui alimentent la guerre ukrainienne - espèrent faire de l'île le champ de bataille d'une guerre par procuration contre la Chine. Certains schémas sont banals et ont tendance à se répéter encore et toujours.

lundi, 24 octobre 2022

Jacques Baud, spécialiste suisse du renseignement: voici comment l'Occident ment dans la guerre en Ukraine

61dfd6a546b7dd2474a2763d_Jacques Baud.jpg

Jacques Baud, spécialiste suisse du renseignement: voici comment l'Occident ment dans la guerre en Ukraine

Source: https://zuerst.de/2022/10/22/zuerst-hintergrund-schweizer-geheimdienstler-jacques-baud-so-luegt-der-westen-im-ukrainekrieg/

New York. L'officier du renseignement suisse, conseiller de l'OTAN et auteur de plusieurs livres, Jacques Baud, s'est penché sur la guerre en Ukraine dans une interview publiée par le portail média indépendant américain grayzone.com et a notamment critiqué sévèrement la couverture médiatique occidentale. Baud, dont le dernier livre publié (Opération Z) est consacré au conflit ukrainien, souligne que les médias occidentaux ne donnent systématiquement que la version ukrainienne des événements, mais que celle-ci est souvent édulcorée ou tout simplement fausse.

Baud déclare littéralement : "Toutes les informations que nous avons sur l'Ukraine, je peux dire que toutes, 100 pour cent des informations qui apparaissent dans les médias grand public, proviennent de la propagande ukrainienne. Je veux dire par là les chiffres, le nombre de blessés, de morts, d'incidents, tout simplement".

Baud identifie essentiellement trois domaines thématiques dans lesquels les reportages occidentaux sont à côté de la plaque parce qu'ils se positionnent unilatéralement en faveur de l'Ukraine :

Premièrement, l'Occident parle (et écrit) formellement de l'utilisation d'armes nucléaires russes - alors que Poutine n'a jamais menacé d'utiliser des armes nucléaires. Le chef du Kremlin a simplement menacé d'utiliser "tous les systèmes d'armes à notre disposition" si "l'intégrité territoriale de notre pays était menacée". Selon Baud, il s'agit principalement de missiles hypersoniques et de missiles à têtes multiples, mais pas d'ogives nucléaires.

335867ca1a56e582807da11964e85e93f7ca3d516893fef61fbc7928d1ddfa5a.jpg

Par ailleurs, la Russie applique une politique de "non-utilisation en premier" en ce qui concerne l'utilisation d'armes nucléaires, contrairement aux Etats-Unis : le président américain Biden s'est éloigné cette année d'une telle politique de "non-utilisation en premier". Washington garde donc la porte ouverte à une frappe nucléaire. Même le plus proche allié des Etats-Unis, la Grande-Bretagne, n'a cessé de réaffirmer l'éventualité d'une première frappe nucléaire - la nouvelle Première ministre Liz Truss l'a expressément souligné à la veille de sa prise de fonction : "Je suis prête à le faire".

Deuxièmement, contrairement à ce qui se passe en réalité, ce n'est pas la Russie qui sabote les éventuelles négociations de paix et une solution négociée. Le fait est que, depuis le début de la guerre, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont réussi à plusieurs reprises à faire échouer un accord de paix entre l'Ukraine et la Russie. Dès le mois de mars, c'est-à-dire peu après le début de la guerre, les médias occidentaux mainstream ont fait la sourde oreille aux propos de Poutine, selon lesquels l'Ukraine et la Russie étaient "très, très proches d'un accord de paix". L'Ukraine aurait alors été pressée par les Etats-Unis et l'Occident de refuser un compromis avec la Russie. Baud rappelle à cet égard qu'il y a eu jusqu'à présent trois tentatives de paix entre la Russie et l'Ukraine, toutes étouffées dans l'œuf par l'Occident.

La première tentative a eu lieu le 25 février, un jour après le début de la guerre. Selon Baud, le président ukrainien Zelensky a été rappelé à l'ordre par l'UE, car un "paquet d'aide" de 450 millions d'euros pour les armes avait déjà été mis en place. Selon Baud, la situation était similaire lors d'une deuxième tentative en mars. Dans ce cas également, des livraisons d'armes occidentales - cette fois-ci d'un montant de 500 millions - étaient en route. Le Premier ministre britannique de l'époque, Boris Johnson, s'est même rendu spécialement à Kiev pour faire pression sur le président ukrainien Zelensky et empêcher un accord de paix.

Lors d'une troisième tentative, le président turc Erdogan a voulu négocier un accord de paix. Après s'être rendu à Kiev de manière "inattendue", Johnson a déclaré clairement lors d'une conférence de presse à Kiev : "Pas de négociations avec les Russes. Nous devons nous battre. Il n'y a pas de place pour des négociations avec les Russes".

Troisièmement, selon Baud, l'Ukraine est utilisée de manière cynique par l'Occident. Du point de vue de l'Occident, la guerre en Ukraine n'a pour but que de mettre la Russie à genoux et de la saigner économiquement. "En réalité, personne ne se soucie de l'[Ukraine]", a déclaré Baud. Elle est avant tout instrumentalisée pour les intérêts stratégiques des États-Unis. Ce faisant, les Etats-Unis et l'Occident ont fait un mauvais calcul. Car "l'objectif initial était bien de provoquer la Russie afin de pouvoir détruire son économie par des sanctions".

Mais les sanctions ont entre-temps été réduites à néant. Au départ, on pensait que la Russie s'effondrerait rapidement sous l'effet de ces sanctions, explique Baud. Mais contre toute attente, la Russie ne s'est pas effondrée et continue à se battre. L'ex-agent de renseignement suisse résume la politique de sanctions de l'Occident : "Nous avons imposé sanction sur sanction sur sanction, sans que cela ne serve à rien".

Conclusion : l'Occident a été "victime de sa propre erreur". Plus encore : les perdants sont l'Europe, qui s'enfonce actuellement dans une crise énergétique et économique. Mais le plus grand perdant est l'Ukraine, qui n'est qu'un pion sur la planche de jeu de l'Occident. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 20 octobre 2022

La Chine et la fin de l'Occident

dd4ef0d4-54cd-4298-aa63-b3b82e1f2284.jpeg

La Chine et la fin de l'Occident

Karl Richter

Le monde est en train de vivre un changement de pôle dans la répartition du pouvoir mondial : l'Occident s'en va, quelque chose d'autre arrive. En l'état actuel des choses, des puissances comme la Russie, la Chine et l'Inde jouent un rôle déterminant dans ce processus, tandis que l'Oncle Sam ne jouera plus les premiers violons à l'avenir. C'est une évolution qu'il faut soutenir à tous égards.

Lorsque quelqu'un comme le chef du PC chinois Xi Jinping, qui est en fait le chef d'État de son pays, s'exprime clairement, il faut l'écouter aussi attentivement que Poutine. Les deux ne sont pas des faiseurs de phrases et se distinguent ainsi des pompes à air de Bruxelles, Berlin et Washington. La situation pourrait maintenant devenir passionnante. La réunification de Taiwan avec la Chine ne concerne que les Chinois, a déclaré Xi lors du congrès du PCC dimanche. Dans ce contexte, Pékin a récemment exhorté tous les Chinois vivant en Ukraine à quitter le pays. Le fait que les médias de propagande occidentaux, comme le journal allemand Bild, se soient récemment déchaînés contre Xi de la même manière que contre Poutine, s'inscrit également dans cette logique. Cela signifie que l'homme fait quelque chose de bien.

Les événements se déroulent à plusieurs niveaux. Le niveau politico-militaire n'en est qu'un, le niveau économique en est un autre. Entre-temps - mais en fait depuis un certain temps déjà - on ne peut plus ignorer qu'avec le groupe BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) se forme un nouveau grand bloc économique qui se considère comme un "contre-G7". Les principaux participants, en particulier la Russie et la Chine, ont profité de cette période pour faire progresser l'intégration des pays participants et d'autres partenaires, y compris sur le plan technique ; en effet, l'alternative russe au système de règlement américain SWIFT, le système de paiement MIR, est désormais en place et utilisé par un nombre croissant de pays. Parallèlement, de plus en plus de partenaires abandonnent le dollar pour leurs transactions énergétiques (pétrole, gaz), ce qui le rend superflu pour une partie croissante du monde. Si l'on ajoute à cela les chocs croissants auxquels les économies occidentales sont confrontées - par leur propre faute ! - (inflation, pénurie d'énergie, etc.), tout cela tombe très mal pour l'économie mondiale en dollars de l'Occident. On peut à juste titre se demander si l'escalade flagrante à laquelle se livre l'Occident en Ukraine n'est pas une conséquence directe de l'économie financière occidentale menacée d'effondrement.

7e994bd6e677646f9326b4c4c4e10869.jpg

Quoi qu'il en soit, la formation du bloc BRICS prendra du temps ; il s'agit plus d'une affaire de décennies que d'années. Néanmoins, les BRICS ont le vent en poupe et sont déjà perçus comme des concurrents. La guerre en Ukraine accélère le mouvement. Pour l'Occident, le train a tendance à s'arrêter.

Taïwan : la Chine est généralement un acteur discret, qui agit avec une prudence extraordinaire. Je ne mettrais pas ma main au feu que Pékin aborde la question de Taïwan dans un avenir proche - mais je peux me tromper (et je ne m'attendais pas non plus à l'attaque russe en février). En fait, les préparatifs chinois ne sont pas encore terminés. Pour l'instant, la marine populaire chinoise manque encore d'un grand nombre de navires de débarquement et de transports de troupes nécessaires, qui ne devraient pas être disponibles avant 2027. Pour le reste, l'armement chinois, malgré des progrès considérables, est encore loin d'être prêt pour que Pékin cherche de son propre chef la confrontation avec les Etats-Unis.

Mais il est possible que Pékin analyse l'impact de la guerre en Ukraine sur les forces armées occidentales. Les armées de l'UE ne sont pas les seules à se "cannibaliser" dangereusement en raison des livraisons excessives d'armes à l'Ukraine. Il y a des mois, l'ex-inspecteur général de l'armée allemande, Kujat, avait déjà mis en garde contre le fait que les livraisons menaçaient massivement sa propre capacité de défense. Indépendamment de cela, le ministère allemand de la Défense a fait savoir ces derniers jours que l'armée allemande ne disposerait de munitions que pour deux jours (!!) en cas d'urgence. Mais même aux États-Unis, les avertissements concernant les stocks de munitions vides et la réduction drastique des stocks d'armes antiaériennes et antichars (Stinger, Javelin) se font de plus en plus entendre. On sait que près de 900.000 munitions pour l'obusier M777 de 155 mm ont été livrées - le Pentagone doit maintenant supplier la Corée du Sud et le Canada de reconstituer les stocks.

En d'autres termes, l'occasion est belle. L'Occident, y compris les États-Unis, est pleinement impliqué en Ukraine et atteint déjà partiellement ses limites. Dans ces conditions, faut-il attendre que la guerre en Ukraine se termine d'une manière ou d'une autre et que l'OTAN puisse souffler un peu ? D'autant plus que l'administration Biden a fait savoir ces jours-ci qu'elle avait l'intention d'équiper Taïwan à l'aide de milliards de dollars et d'en faire un immense arsenal à l'image de l'Ukraine. La guerre en Ukraine montre clairement où cela mène si l'on en arrive là, et Pékin en tirera les leçons.

A cela s'ajoute l'atout que constitue le fait que la Chine (et la Russie à partir de novembre) possède déjà dans son arsenal des missiles hypersoniques à longue portée - qui peuvent être équipés d'armes nucléaires - alors que les Etats-Unis n'en disposent pas encore. Dans ces conditions, on peut se demander si Washington sortirait la carte nucléaire en cas de conflit. Le prix conventionnel d'un engagement militaire serait déjà élevé - avec ses missiles DF-21 et DF-26, considérés comme des "tueurs de porte-avions", ainsi que le glacis avancé construit ces dernières années en mer de Chine méridionale, la Chine dispose désormais de bons moyens pour tenir à distance les unités de porte-avions américaines. On peut raisonnablement se demander si Washington est prêt à prendre le risque d'une confrontation nucléaire à cause de Taïwan.

Nous entrons dans une phase intéressante de changement de pôle politique mondial. Les choses s'accélèrent maintenant. Tout porte à croire que le départ de l'Occident - y compris des régimes satrapes européens - se fera plus rapidement que beaucoup ne l'imaginent. Le plus tôt sera le mieux.

 

mercredi, 12 octobre 2022

Guerre orwellienne et Grand Reset

aab89de9aa66f897daba7a3d4f95faf2.jpg

Guerre orwellienne et Grand Reset

par Nicolas Bonnal

Certains se demandent ce que font les Russes, d’autres se demandent s’ils perdent. Les plus enflammés crient au génie échiquéen et judoka et traitent d’agents de l’Otan ceux qui ne sont pas d’accord. Parfois il y en a qui réfléchissent.

Le général Delawarde a écrit un texte intéressant où il pose les vraies questions.

"Dès le début de l’opération en Ukraine, j’ai commencé à me poser de nombreuses questions sur ses buts, ses objectifs et son résultat final. Les actions de notre armée et de nos autorités ont clairement indiqué que la Russie ne s’efforçait pas d’achever rapidement l’opération".

Voyez comme c’est étrange :

– Retrait volontaire des troupes près de Kiev ;

– Refus de la prise d’initiative ;

– Arrêt des opérations offensives et passage en défensif ;

– Négociations délibérément dénuées de sens ;

– Étranges échanges de prisonniers ;

– Frappes quasi-exclusivement contre des cibles militaires ;

– Refus catégorique d’endommager les infrastructures stratégiques “civiles”;

– Référendums organisés à la hâte ;

– Refus d’attaquer les QG et centres de décision ennemis. »

Rasoir d’Ockham aidant, la réponse vient vite :

« Évidemment, l’option la plus simple est de considérer que nos autorités (russes) sont des imbéciles. Bien sûr, qu’elles sont capables de mener une guerre normale. Pourquoi ne le font-elles pas ? »

Mais le général fait une juste et audacieuse observation :

« De longues réflexions m’ont amené à la conclusion suivante :

Si l’on considère que l’opération n’est qu’une des étapes de la lutte contre l’Occident, il s’avère que la Russie n’a vraiment pas besoin d’une victoire rapide et décisive en Ukraine. L’armée est inutile trop en avant. Une défaite rapide et complète de l’Ukraine ne changera rien pour nous en termes géopolitiques. Nous aurons de nouveaux territoires et de nouvelles populations, mais l’alignement géopolitique mondial restera le même. »

CT-hFFPUYAAIbqG.png

On fabriquerait donc à Moscou donc une guerre qui dure :

« L’objectif semble être complètement différent : forcer l’Occident à jeter autant de ressources financières et militaires que possible dans le brasier. Dans la partie d’échecs, une pièce est sacrifiée afin d’attirer un adversaire dans un piège dont il ne pourra plus sortir. Et si nous gardons cet objectif à l’esprit, il devient clair pourquoi les États-Unis ont fait sauter nos gazoducs : sans eux, l’importance des gazoducs ukrainiens augmente considérablement. Il s’agit d’une tentative d’engager davantage les européens dans le conflit. »

La cible de cette guerre est donc l’Occident qui va passer un hiver très dur, y compris en Amérique. On oublie dans la résistance que pour l’empire aucune population n’importe, pas plus l’américaine que l’européenne : une lectrice de retour d’Atlanta me raconte qu’une omelette vaut là-bas quinze euros, idem une bouteille de vin, idem un  paquet de cigarettes. Un petit repas dans un boui-boui vaut 80 euros. En Californie le gallon vaut huit dollars: l’essence est à plus de deux euros le litre dans un état grand comme la France, où tout se fait en bagnole. Biden n’a rien à faire de sa population qui reste de toute manière pour lui et ses marionnettistes de Wall Street trop blanche et trop rebelle.

Mais restons-en à cette idée d’une guerre qui dure et qui affaiblit tout le monde : les Russes ont du gaz mais pas de voitures. Les ventes de voitures ont chuté en moyenne depuis avril de 60 à 80%. L’effondrement du niveau de vie sera qualitatif, si la faible baisse quantitative du PNB le masque.

Pour moi qui suis toujours dans les livres et les films, cette guerre entre Eurasie et Océanie qui dure et qui nous ruine nous le peuple offre de fâcheux relents orwelliens. Car 1984 reste notre Apocalypse sinon notre livre d’Enoch.

On cite le mage sur cette vraie-fausse guerre qui dure (1984, p. 244, je donne le lien en français):

« La guerre donc, si nous la jugeons sur le modèle des guerres antérieures, est une simple imposture. Elle ressemble aux batailles entre certains ruminants dont les cornes sont plantées à un angle tel qu’ils sont incapables de se blesser l’un l’autre ».

La guerre a changé de cible : on tue son camp, pas l’autre. Orwell :

« Mais, bien qu’irréelle, elle n’est pas sans signification. Elle dévore le surplus des produits de consommation et elle aide à préserver l’atmosphère mentale spéciale dont a besoin une société hiérarchisée. Ainsi qu’on le verra, la guerre est une affaire purement intérieure. Anciennement, les groupes dirigeants de tous les pays, bien qu’il leur fût possible de reconnaître leur intérêt commun et, par conséquent, de limiter les dégâts de la guerre, luttaient réellement les uns contre les autres, et celui qui était victorieux pillait toujours le vaincu. De nos jours, ils ne luttent pas du tout les uns contre les autres. La guerre est engagée par chaque groupe dirigeant contre ses propres sujets et l’objet de la guerre n’est pas de faire ou d’empêcher des conquêtes de territoires, mais de maintenir intacte la structure de la société ».

C’est la vieille andouille De Closets qui se félicitait du rôle retrouvé de l’Etat avec la crise du Covid. Ce rôle se renforce pour Bruxelles et pour Paris avec la guerre contre la Russie qui permet d’accélérer le Reset et l’autoritarisme. Les deux premières guerres mondiales ont établi le mondialisme, celle-ci va numériser le troupeau et liquider « la vieille race blanche » dont j’ai parlé en 2009 (voir lien) pour établir le Reset voulu par les gnostiques de Davos, lieu de la Montage magique de Thomas Mann. Relisez ce livre étincelant et programmatique et incompris, où tous les personnages sont des malades et des moribonds entourés de médecins inefficaces.

Sur ce sujet on découvrira mon émission sur la Guerre et le Grand Reset. Je me suis désintéressé des opérations dès le début (et comme j’ai eu raison ! Et comme j’ai eu raison !) en soulignant que la guerre amenait le Reset alors que le vaccin ou le virus demeuraient trop dénués de victimes (cf. Léon Bloy à propos de l’incendie du Bazar de la Charité : « le petit nombre des victimes tempérait ma joie »).

https://www.youtube.com/watch?v=mkGsGUOdPJM

Orwell poursuit sur ce mot :

« Le mot « guerre », lui-même, est devenu erroné. Il serait probablement plus exact de dire qu’en devenant continue, la guerre a cessé d’exister. La pression particulière qu’elle a exercée sur les êtres humains entre l’âge néolithique et le début du vingtième siècle a disparu et a été remplacée par quelque chose de tout à fait différent. L’effet aurait été exactement le même si les trois super-États, au lieu de se battre l’un contre l’autre, s’entendaient pour vivre dans une paix perpétuelle, chacun inviolé à l’intérieur de ses frontières. Dans ce cas, en effet, chacun serait encore un univers clos, libéré à jamais de l’influence assoupissante du danger extérieur. Une paix qui serait vraiment permanente serait exactement comme une guerre permanente. Cela, bien que la majorité des membres du Parti ne le comprenne que dans un sens superficiel, est la signification profonde du slogan du Parti : La guerre, c’est la Paix. »

Cette guerre sera perpétuelle. Elle concerne en effet des super-Etats – qu’on ne nommera pas – tous  fascinés par le contrôle numérique du troupeau (les données sur l’Inde sont également terrifiantes) et qui ne sont pas pressés d’en terminer. C’est une guerre que nos dirigeants livrent contre nous, avec la collaboration de la population : le football, la bière et le jeu (1984, p. 87) contrôlent le troupeau. Nietzsche le disait : il faut maltraiter le petit peuple. Sinon l’appétit lui vient en mangeant.

Sources :

https://inventin.lautre.net/livres/Orwell-1984.pdf

https://www.mollat.com/livres/579219/nicolas-bonnal-mal-a...

https://www.zerohedge.com/geopolitical/these-are-worlds-m...

http://www.thule-italia.net/sitofrancese/Libri/Nietzsche....

https://www.ebooksgratuits.com/pdf/mann_la_montagne_magiq...

https://lilianeheldkhawam.com/2022/08/18/la-russie-a-lheu...

 

 

23:20 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : nicolas bonal, grand reset, ukraine, george orwell | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 11 octobre 2022

L'objectif de Biden : l'Ukraine comme tombeau de l'axe franco-allemand

4OL42P5WO5BMZLVM5R6PNRNIFE.jpg

L'objectif de Biden : l'Ukraine comme tombeau de l'axe franco-allemand

Andrea Muratore & Emanuel Pietrobon

(23 avril 2022)

Les sages disent que le plus grand canular que le Diable ait jamais réalisé a été de convaincre le monde qu'il n'existe pas. C'est ainsi que le Malin peut faire porter aux autres la responsabilité de tous ses méfaits. C'est ainsi qu'il peut agir sans être dérangé, entraîner le mortel de service dans la tentation, et disparaître soudainement comme la brume lorsque le péché a été commis.

Un bon stratège, semblable au rusé Satan dépeint par John Milton dans le poème épique Paradise Lost, est appelé à faire de la nécessité une vertu, à saisir l'opportunité lorsqu'elle se présente et même à la créer à partir de rien lorsqu'on lui en donne l'occasion. Un bon stratège, semblable au vieux démon dépeint par C. S. Lewis dans son oeuvre satirique The Screwtape Letters, sait comment exploiter les faiblesses des autres et sur quelles tromperies antédiluviennes s'appuyer pour condamner l'adversaire au cinquième cercle de l'enfer.

Gagner sans se battre. Observer deux ou plusieurs querelles avec la complaisance de ceux qui n'entreront à la fin du spectacle que pour récolter les fruits semés par d'autres. Se dire connaisseur de l'art de la guerre, en effet, ne revient qu'à une seule chose : posséder les connaissances nécessaires pour obtenir un résultat maximal avec un effort minimal. Une connaissance que le duo Biden-Blinken a (dé)montré avoir quand, en faisant capoter les négociations sur les soi-disant garanties de sécurité, il a convaincu un Vladimir Poutine exaspéré par l'échec de la diplomatie de la canonnière de concrétiser l'impensable : l'invasion de l'Ukraine.

En piégeant la Russie dans les sables mouvants ukrainiens, réinterprétation contemporaine du bourbier afghan, la présidence Biden a atteint certains objectifs dans l'immédiat et nourrit l'espoir d'en atteindre d'autres à moyen et long terme, de la fracture du cercle autour de Poutine à la déstabilisation de l'espace post-soviétique, en passant par la consolidation de l'encerclement atlantique de Moscou et, surtout, l'objectif le moins visibilisé à ce jour : l'effritement de l'Entente franco-allemande. Une garantie pour le maintien de l'Europe comme province géostratégique de l'empire américain.

Poutine, le meilleur ennemi de Biden

Si Poutine n'existait pas, Biden aurait dû l'inventer. Approché pour gagner, impulsif quand il est acculé et paranoïaque - toujours. Ne pas vouloir accepter le rejet comme une réponse. Et prévisible, donc, dans ses réactions. Le meilleur ennemi que les États-Unis auraient pu souhaiter à ce moment précis de l'histoire - une période de transition délicate vers un nouvel ordre mondial.

La loi non écrite de tout stratège est de "créer quand c'est nécessaire, d'exploiter quand c'est possible" et le duo Biden-Blinken, en retournant magistralement contre le leader du Kremlin cette diplomatie de la canonnière qu'ils ont utilisée pour appeler à la renégociation de l'architecture de sécurité euro-atlantique et au retour à l'ère des sphères d'influence, a montré qu'il savait l'appliquer. William Burns, ambassadeur du dialogue, bâtisseur de ponts entre Washington et la Russie et gardien de l'appareil du directeur de la CIA, a tenté de prendre la mesure de Moscou en institutionnalisant cette prévisibilité dans un dialogue franc et étroit. Une offre non retenue par Moscou, qui a choisi de se raidir, ouvrant la voie à la contre-attaque américaine.

Faire de la menace une opportunité. L'occasion, dans ce cas, de faire d'une pierre deux coups : affaiblir et la Russie et l'Union européenne. Car cette dernière, en effet, dans la vision américaine n'a de sens que si elle existe dans une position de subalternité au sein du pôle de puissance occidental, en tant que province périphérique de l'Empire ni plus ni moins inhibée dans ses mouvements que l'Amérique latine.

La soi-disant "rupture atlantique" n'allait pas être réparée par la présidence Biden. Elle avait et a des causes (beaucoup) plus profondes. Nous l'avions expliqué dans nos colonnes le 7 janvier 2021, au terme de la courte mais intense ère Trump, que le président du Parti démocrate poursuivrait la politique d'usure de l'ordre hégémonique franco-allemand de ses prédécesseurs. Tout au plus, en raison de la différence de fond idéologique, changerait-il la forme de l'attrition tout en laissant le fond intact.

Biden, nous l'avions prévenu avant qu'il ne prenne ses fonctions à la Maison Blanche, dissimulerait derrière des appels à l'unité apparemment innocents une "cohésion coercitive". L'objectif était évident : "empêcher, ralentir et retarder la réalisation de la soi-disant autonomie stratégique prônée par Macron". Et dans les mois qui suivent, comme prévu, le déclenchement de la bataille des espions, de nouvelles escarmouches diplomatiques et l'adoption de nouvelles sanctions (clairement) coordonnées.

La guerre de Poutine qui ne dérange pas Biden

Le sabotage de l'autonomie stratégique européenne, c'est-à-dire le processus d'émancipation géopolitique de l'UE vis-à-vis des États-Unis, passe inévitablement par trois directions : la Russie, le Royaume-Uni et l'axe Paris-Berlin.

La Russie comme un épouvantail à agiter, et à inciter à la violence si et quand cela est nécessaire - comme en Ukraine -, pour éviter la matérialisation du cauchemar mackinderien d'un axe eurasien avec Berlin comme capitale. Un épouvantail à repousser et avec lequel il faut cesser toute forme de couplage, comme, par exemple sur le plan de l'énergie.

Le Royaume-Uni comme bélier pour exercer une pression tactique sur le ventre mou de l'Empire franco-allemand, en particulier l'espace polono-balte. Le Royaume-Uni, qui, sans surprise, a d'abord participé au boycott des négociations sur les garanties de sécurité, puis a poussé à l'entrée de l'OTAN dans la guerre d'Ukraine et à l'introduction de sanctions sans précédent contre la Russie, de l'exclusion de SWIFT à l'embargo énergétique, en connaissance de l'asymétrie de leurs dégâts. Coup de grâce au parti de la détente dirigé par Emmanuel Macron et soutenu par (quelques) autres.

L'axe Paris-Berlin perpétuellement privée de débouché grâce aux nids de poule et aux impasses, comme le veto américain à la construction d'une armée européenne commune et comme la stratégie, toujours américaine, basée sur le butinage des partis politiques et des forces sociales prônant un atlantisme radical et porteurs d'instances contraires à l'intérêt européen, notamment sur le plan énergétique - de l'importation accrue de GNL nord-américain à une transition verte soudaine et traumatisante. Emblématiques, à ce dernier égard, sont les Verts allemands : nœud coulant autour du cou d'Olaf Scholz, partisans d'une rupture totale avec la Russie et la République populaire de Chine, détracteurs du gazoduc Nord Stream 2 depuis le premier jour et possibles exhumateurs du défunt TTIP et autres propositions pour une plus grande intégration euro-atlantique.

EzkKytPXsAAgd7F.jpg

Que la perspective d'une Ukraine envahie par la Russie ne dérange pas Biden, car elle est utile dans le contexte du boycott de l'autonomie stratégique de l'Europe et de l'usure concomitante de l'Entente franco-allemande, Macron l'avait pressenti dès le départ. C'est la raison de son dynamisme diplomatique en décembre, janvier et février. Et c'est pourquoi, malgré la guerre, il a maintenu actif le canal du dialogue avec Poutine et a continué à fournir une respiration artificielle au parti de la détente européen qui était en état comateux.

L'histoire donnera tort ou raison aux efforts de Macron, mais cette première moitié, quelle que soit la façon dont la guerre en Ukraine se termine, Biden l'a incontestablement gagnée. Il l'a gagnée lorsque Poutine a choisi la voie des armes, forçant l'UE à se plier à la ligne dictée par les États-Unis et assassinant le parti européen de la détente et de l'autonomie stratégique. Et il l'a gagné, non moins important, en plantant les graines de la discorde dans les champs fertiles qui nourrissent l'hégémonie franco-allemande, aujourd'hui affaiblie par des divergences sur les sanctions à appliquer à la Russie et la forme de la sécurité européenne d'après-guerre - davantage d'OTAN ou une armée commune ? - et demain contraint d'affronter l'épreuve du feu : le puissant réarmement de l'Allemagne.

L'Europe franco-allemande meurt-elle à Kiev ?

Vladimir Poutine a sans doute choisi de mettre fin à l'ère de la GeRussie d'Angela Merkel en ouvrant le jeu ukrainien. Mais d'une certaine manière, il a doublement joué le jeu de Washington en accaparant également les perspectives de l'axe franco-allemand. Pas tant par des ruptures entre Paris et Berlin, mais plutôt par la déstabilisation de toute perspective d'une Europe ayant la capacité d'agir autour du leadership de la France et de l'Allemagne. Berlin a choisi la voie atlantique sur le front de la défense, dans le gouvernement d'Olaf Scholz les Verts l'ont emporté, ennemis du gazoduc Nord Stream 2, du dégel avec la Russie, de la diplomatie des ponts, jusqu'à ce que ce soit l'industrie qui rappelle à l'ordre les risques d'un embargo énergétique total. Emmanuel Macron a dû rebondir après ses premières manœuvres de détente, qui ont vu le rival stratégique britannique dans l'arène de l'OTAN et l'adversaire politique polonais dans l'arène européenne l'emporter dans la bienvaillance américaine. Londres et Varsovie sont les capitales de l'Europe atlantique, autour desquelles l'Italie, la Roumanie, la République tchèque, le Danemark, la Norvège, la Suède, la Finlande et les républiques baltes se dressent désormais comme porte-drapeau du contraste total avec Moscou.

Paris et Berlin sont métaphoriquement en état de siège. Et Macron l'est aussi sur le front politique : ne nions pas que le rêve inavouable de Washington est une victoire présidentielle de Marine Le Pen qui, aussi lointaine soit-elle, serait pour les Etats-Unis une garantie de la fin définitive, également sur le front politique, de l'axe franco-allemand. Les "mains baladeuses" du scandale du tic-tac de McKinsey et les attaques du gouvernement atlantique contre les initiatives de paix de Macron semblent au moins suspectes dans la campagne électorale. Parce que l'avenir de l'axe franco-allemand, et donc de l'autonomie stratégique européenne, dépend de la réélection de Macron à l'Élysée.

Plus la guerre durera et plus le feu brûlera aux frontières de l'Europe, plus la perspective d'un axe franco-allemand moteur de l'autonomie stratégique européenne s'éloignera. Plus l'Europe sera perçue comme une périphérie de l'Occident sous la bannière étoilée, plus il sera difficile pour une capacité opérationnelle de présenter une sortie de crise menée par la France et l'Allemagne. Plus les États-Unis dictent la ligne de l'OTAN en empêchant l'Europe de choisir la paix ou la guerre, mais en la convainquant de danser à son propre rythme, moins la France et l'Allemagne seront en mesure de jouer un rôle décisif à l'avenir. La fin de l'axe franco-allemand comme moteur de l'Europe est un objectif clair de l'ère Biden, fondé sur la nécessité de reconstruire l'unité du camp occidental sans perspective de déviation de l'orthodoxie de Washington pour les alliés européens. Inexorablement appelé hors de l'histoire. Transformé en périphérie dans l'archipel de la mondialisation dans lequel se prépare la guerre froide 2.0. Dans le camp duquel Washington ne veut pas s'écarter. Et le contrôle de son territoire, grâce à Vladimir Poutine, est plus étroit. Voilà pour les perspectives d'autonomie stratégique européenne.

lundi, 10 octobre 2022

La crise ukrainienne ne concerne pas l'Ukraine mais l'Allemagne

630_360_1468231008-9837.jpg

La crise ukrainienne ne concerne pas l'Ukraine mais l'Allemagne

par Michael Whitney

Source: http://www.cese-m.eu/cesem/2022/09/la-crisi-ucraina-non-riguarda-lucraina-ma-la-germania/?fbclid=IwAR2o2pWcMrLESb5XOqV795oxH7T6JsQE_51pig15Cy6FOYLiDstPOQdXErw

En ce qui concerne le sabotage du gazoduc Nordstream, nous vous proposons cet article prémonitoire qui date de février 2022. 

"La raison primordiale qui a conduit les États-Unis à mener des guerres pendant plus d'un siècle - la Première et la Seconde guerres mondiales et la Guerre froide - a été la relation qui existait entre l'Allemagne et la Russie, car unies, elles sont la seule force qui pourrait nous menacer . Npus avons agi pour faire en sorte que cela ne se produise pas". 
George Friedman, PDG de STRATFOR au Conseil des affaires étrangères de Chicago.

La crise ukrainienne n'a rien à voir avec l'Ukraine. Il s'agit plutôt de l'Allemagne et, en particulier, d'un gazoduc qui relie l'Allemagne à la Russie, appelé Nord Stream 2. 

Washington considère le gazoduc comme une menace pour sa primauté en Europe et a tenté de saboter le projet à chaque étape de sa mise en oeuvre.

Néanmoins, Nord Stream est allé de l'avant et est maintenant entièrement opérationnel et prêt à être utilisé. Une fois que les autorités régulatrices allemandes auront fourni la certification finale, les livraisons de gaz commenceront. Les foyers et les entreprises allemands disposeront d'une source fiable d'énergie propre et bon marché, tandis que la Russie verra ses revenus gaziers augmenter considérablement.

C'est une situation gagnant-gagnant pour les deux parties. L'establishment de la politique étrangère américaine n'est toutefois pas satisfait de ces développements. Ils ne veulent pas que l'Allemagne devienne de plus en plus dépendante du gaz russe, car le commerce crée la confiance et la confiance conduit à l'expansion du commerce. 

À mesure que les relations s'intensifient, davantage de barrières commerciales sont supprimées, les réglementations sont assouplies, les voyages et le tourisme augmentent et une nouvelle architecture de sécurité se met en place.

Dans un monde où l'Allemagne et la Russie sont amies et partenaires commerciaux, il n'y aurait pas besoin de bases militaires américaines, pas besoin d'armes et de systèmes de missiles coûteux de fabrication américaine, et pas besoin de l'OTAN.

En outre, il ne serait pas nécessaire de négocier des accords énergétiques en dollars américains ou de stocker des obligations du Trésor américain pour équilibrer les comptes.

karte-nordstream-ii.jpg

Les transactions entre partenaires commerciaux pourraient être effectuées dans leurs monnaies nationales, ce qui ne manquera pas de précipiter une forte baisse de la valeur du dollar et un déplacement spectaculaire du pouvoir économique.

C'est pourquoi l'administration Biden s'oppose à Nord Stream. Ce n'est pas seulement un pipeline, c'est une fenêtre sur l'avenir ; un avenir dans lequel l'Europe et l'Asie se rapprocheront dans une zone de libre-échange de grandes dimensions qui augmentera la puissance et la prospérité mutuelles, laissant les États-Unis à l'extérieur de cette dynamique.

Le rapprochement entre l'Allemagne et la Russie marque donc la fin de l'ordre mondial "unipolaire" que les États-Unis ont supervisé au cours des 75 dernières années.

Une alliance germano-russe constitue donc une menace qui accélérera le déclin de la superpuissance, laquelle s'approchera alors de l'abîme.

C'est pourquoi Washington est si déterminé à faire tout son possible pour saboter Nord Stream et maintenir l'Allemagne dans son orbite. 
C'est, pour les Etats-Unis, une question de survie.

C'est là que l'Ukraine intervient. L'Ukraine est "l'arme de choix" de Washington pour torpiller Nord Stream et creuser un fossé entre l'Allemagne et la Russie. La stratégie est tirée de la première page du manuel de politique étrangère des États-Unis, sous le titre : Diviser pour régner.

Washington doit créer la perception que la Russie représente une menace pour la sécurité de l'Europe.

Tel est l'objectif.

Ils doivent montrer que Poutine est un agresseur sanguinaire dont le tempérament n'est pas digne de confiance. À cette fin, les médias ont été chargés de répéter sans cesse : "La Russie prévoit d'envahir l'Ukraine". Ce qui n'a pas été mentionné, c'est que la Russie n'a envahi aucun pays depuis la dissolution de l'Union soviétique, et que les États-Unis ont envahi ou renversé des régimes dans plus de 50 pays au cours de la même période, et que les États-Unis maintiennent plus de 800 bases militaires dans des pays du monde entier.

Rien de tout cela n'est rapporté dans les médias, l'accent étant mis sur le "méchant Poutine" qui a massé quelque 100.000 soldats le long de la frontière ukrainienne, menaçant de plonger toute l'Europe dans une nouvelle guerre sanglante.

Les sanctions économiques rebutent les Allemands qui y voient un signe d'ingérence étrangère. "Pourquoi les États-Unis s'immiscent-ils dans nos décisions en matière d'énergie ?", demande l'Allemand moyen. "Washington devrait s'occuper de ses propres affaires et rester en dehors des nôtres". 
C'est exactement la réponse que l'on attend de toute personne raisonnable.

nord_stream-sanktionen_3842335.jpg

Ensuite, il y a celle-ci, publiée par Al Jazeera :

"Les Allemands en majorité soutiennent le projet, seules certaines parties de l'élite et des médias sont contre le gazoduc....".

Plus les États-Unis parlent de sanctionner ou de critiquer le projet, plus il devient populaire dans la société allemande, a déclaré Stefan Meister, expert de la Russie et de l'Europe de l'Est au Conseil allemand des relations étrangères." ("Nord Stream 2 : Pourquoi le gazoduc russe vers l'Europe divise l'Occident", AlJazeera)

Ainsi, l'opinion publique est résolument du côté de Nord Stream, ce qui contribue à expliquer pourquoi Washington a décidé d'adopter une nouvelle approche.

Les sanctions ne fonctionnant pas, l'Oncle Sam est passé au plan B : créer une menace extérieure suffisamment importante pour que l'Allemagne soit obligée de bloquer l'ouverture du pipeline. Franchement, cette stratégie sent le désespoir, mais on ne peut s'empêcher d'être impressionné par la persévérance de Washington. Ils sont peut-être menés de cinq points dans le bas de la neuvième manche, mais ils n'ont pas encore jeté l'éponge. Ils lui donneront une dernière chance et verront s'ils peuvent faire des progrès.
La chancelière allemande a été stupéfaite par les commentaires de Biden qui ne faisaient manifestement pas partie du script original. Néanmoins, Scholz n'a jamais accepté d'annuler Nord Stream et a même refusé de mentionner le gazoduc par son nom. Si Biden pensait pouvoir se débarrasser du leader de la troisième plus grande économie du monde en le coinçant dans un forum public, il s'est trompé.

L'Allemagne reste déterminée à lancer Nord Stream, sans tenir compte des répercussions potentielles dans la lointaine Ukraine. Mais cela pourrait changer à tout moment.

high_noon_3285365.jpg

Après tout, qui sait quels incitants Washington pourrait prévoir dans un avenir proche ? Qui sait combien de vies ils sont prêts à sacrifier pour creuser un fossé entre l'Allemagne et la Russie ? Qui sait quels risques Biden est prêt à prendre pour ralentir le déclin de l'Amérique et empêcher l'émergence d'un nouvel ordre mondial "polycentrique" ? Tout peut arriver dans les semaines à venir. Tout ce que vous pouvez imaginer.

C'est à Scholz de décider comment résoudre cette question. Mettra-t-il en œuvre la politique qui sert le mieux les intérêts du peuple allemand ou succombera-t-il aux pressions incessantes de Biden ?

Tracera-t-il une nouvelle voie qui renforce les nouvelles alliances dans le trépidant corridor eurasien ou apportera-t-il son soutien aux folles ambitions géopolitiques de Washington ?

Acceptera-t-il le rôle fondamental que pourra jouer l'Allemagne dans un nouvel ordre mondial - dans lequel de nombreux centres de pouvoir émergents partageront équitablement la gouvernance mondiale et dans lequel les dirigeants resteront fermement attachés au multilatéralisme, au développement pacifique et à la sécurité pour tous - ou cherchera-t-il à soutenir le système d'après-guerre en lambeaux qui a clairement dépassé sa durée de vie ?

Une chose est sûre, ce que l'Allemagne décidera nous affectera tous.

Cet article a été initialement publié dans The Unz Review .

Michael Whitney est un célèbre analyste géopolitique et social basé dans l'État de Washington. Il a commencé sa carrière de journaliste indépendant en 2002 avec un engagement pour un journalisme honnête, pour la justice sociale et la paix mondiale. Il est associé-chercheur au Center for Research on Globalization (CRG).

lundi, 03 octobre 2022

Entretien avec Claudio Mutti, rédacteur en chef de la revue d'études géopolitiques Eurasia

claudiomutti_1.jpg

Entretien avec Claudio Mutti, rédacteur en chef de la revue d'études géopolitiques Eurasia

Source: https://www.gazzettadellemilia.it/politica/item/38584-intervista-a-claudio-mutti,-direttore-della-rivista-di-studi-geopolitici-%E2%80%9Ceurasia%E2%80%9D?fbclid=IwAR0w9sbHYpqFPxMGzsc9nPZQxr9veJcrJuyGJq8C5au-1S_urTDkcpc7kAQ

La semaine qui s'achève laisse penser que le conflit ukrainien est sur le point de prendre une nouvelle direction et que les scénarios pourraient changer. Pour tenter d'apporter un éclairage, nous avons interrogé un expert en géopolitique, Claudio Mutti, rédacteur en chef du magazine EURASIA.

Par Matteo Pio Impagnatiello Felino (PR)

Au moment où nous nous parlons, la guerre entre l'Ukraine et la Fédération de Russie se poursuit. Pouvez-vous nous dire ce qui se passe réellement dans le scénario de guerre en Europe de l'Est ?

Les États-Unis utilisent l'Ukraine pour creuser un fossé entre la Russie et le reste de l'Europe. Cela ne vient pas de moi, mais d'une source très autorisée, nullement soupçonnée d'anti-américanisme : George Friedman, président de Strategic Forecasting, Inc. connu sous le nom de Stratfor. S'exprimant devant le Chicago Council of Global Affairs, Friedman a déclaré: "L'intérêt premier des États-Unis, pour lequel nous avons mené des guerres pendant un siècle (la Première guerre mondiale, la Seconde et la Guerre froide), est d'empêcher l'Allemagne et la Russie de s'unir, car ensemble, elles représentent la seule force capable de nous menacer. Pour les États-Unis, la crainte fondamentale est que le capital financier et la technologie allemands se soudent aux ressources naturelles et à la main-d'œuvre russes. C'est la seule alliance qui fait peur aux États-Unis, nous essayons de l'empêcher depuis un siècle".

Copertina-Eurasia-Numero-4-2018-Prima-1.jpg

A la lumière du vote du dimanche 25 septembre en Italie, y aura-t-il des échos sur les relations diplomatiques bilatérales entre l'Italie et la Fédération de Russie ?

Quelques jours avant les élections italiennes, la Pravda écrivait : "La potentielle nouvelle première ministre italienne, Giorgia Meloni, a choisi la voie du chaos (...) elle sera une atlantiste convaincue et une partisane de l'Ukraine". Le diagnostic sévère et réaliste de ce quotidien historique russe a été confirmé le 26 septembre par Meloni elle-même. Au message diplomatique de Dmitry Peskov, porte-parole du président Poutine, qui, parlant de l'Italie, a déclaré : "Nous sommes prêts à accueillir toute force politique capable d'être plus constructive dans les relations avec Moscou", Meloni a répondu indirectement en déclarant son "soutien loyal à la cause de la liberté du peuple ukrainien". Faisant écho à Draghi en niant la validité du référendum visant à annexer les quatre régions ukrainiennes à la Russie, elle a ajouté : "Poutine démontre une fois de plus sa vision néo-impérialiste de style soviétique qui menace la sécurité de l'ensemble du continent européen".

En septembre, d'importantes fuites sous-marines se sont produites dans les pipelines Nord Stream 1 et Nord Stream 2. Comment peut-on les expliquer?

Elles sont expliquées à la lumière des menaces explicites proférées au début de l'année par le président Biden et le secrétaire d'État adjoint américain. En fait, le 7 février 2022, M. Biden a promis que si la Russie attaquait l'Ukraine, le Nord Stream 2 n'existerait plus car les États-Unis s'en débarrasseraient définitivement. Le 27 janvier 2022, Victoria Nuland avait anticipé la menace de Biden en garantissant qu'en cas d'attaque russe contre l'Ukraine, Nord Stream 2 ne se ferait pas. Les menaces ont été suivies de manœuvres militaires. Le 2 septembre, l'hélicoptère américain FFAB123, probablement un élément du support aérien installé sur le navire d'assaut USS Kearsarge, a volé le long du tracé de l'oléoduc aux endroits où l'"incident" allait se produire. Le 13 septembre, d'autres avions de chasse américains ont retracé la route dudit hélicoptère. Le jour où "l'incident" s'est produit, un détachement expéditionnaire de navires de la marine américaine dirigé par l'USS Kearsarge se trouvait à une trentaine de kilomètres.

61RU9yTRrKL.jpg

Volodymyr Oleksandrovyč Zelens'kyj est le président de l'Ukraine, une république semi-présidentielle qui peut difficilement être considérée comme une superpuissance (avec une population d'un peu plus de 40 millions d'habitants et un niveau de vie encore loin des standards de l'Europe occidentale). Néanmoins, il semble que l'influence du président Zelens'kyj (pour être clair, les demandes qu'il renouvelle périodiquement aux pays du bloc atlantique) soit forte, ce qui entraîne des implications importantes pour l'équilibre géopolitique au détriment de la paix. Est-ce le cas ?

Volodymyr Zelens'kyj est devenu président de l'Ukraine grâce à l'oligarque milliardaire Ihor Kolomojs'kyj, ancien gouverneur de l'oblast de Dnipropetrovs'k, fondateur de la PrivatBank, président de la Communauté juive unie d'Ukraine et citoyen israélien, financier du bataillon Aidar et propriétaire de la chaîne de télévision qui a assuré le succès de Zelens'kyj en tant qu'acteur. Immédiatement après son élection, Zelens'kyj a reçu son programme par le biais d'un communiqué de la Fondation Renaissance, qui, avec l'ambassade des États-Unis à Kiev et le tristement célèbre National Endowment for Democracy, est l'un des principaux financiers de l'Ukraine Crisis Media Center, l'organisation qui fournit des informations sur l'Ukraine aux médias occidentaux. Président d'un pays qui, suite au coup d'État de l'Euromajdan, s'est transformé en principal avant-poste occidental contre la Fédération de Russie, Zelens'kyj exerce de manière flagrante la fonction de mégaphone de l'OTAN que lui a assignée Washington.

61a76-2yKiL.jpg

Jusqu'à présent, nous avons mentionné les pays belligérants et l'Italie. Voulez-vous développer la stratégie américaine ? Quel rôle les Américains ont-ils joué et jouent-ils en Europe ?

La guerre contre la Russie menée par les États-Unis à travers l'Ukraine trouve son origine dans la même stratégie antisoviétique élaborée à l'époque par le secrétaire d'État américain Zbigniew Brzezinski ; qui, pour illustrer le rôle décisif qu'une Ukraine séparée de la Russie est appelée à jouer dans la stratégie américaine de contrôle total de l'Eurasie, a cité la célèbre formule du géopoliticien britannique Mackinder : "Celui qui a le pouvoir sur l'Europe de l'Est domine le Territoire du Cœur (= Heartland; en gros, la Russie et les régions voisines) ; celui qui a le pouvoir sur le "Territoire du Cœur" domine l'Île-Monde (c'est-à-dire le Vieux Continent) ; celui qui a le pouvoir sur l'Île-Monde domine le Monde". En bref, la "géostratégie pour l'Eurasie" épousée par l'impérialisme américain consiste à empêcher Moscou d'exercer à tout prix son hégémonie sur sa sphère d'influence historique. Et l'Ukraine, véritable "pivot" géopolitique, en existant en tant que pays "indépendant", empêche la Russie de devenir un empire eurasien. En particulier, l'Ukraine "indépendante" garantit au bloc occidental un accès à la région transcaucasienne, où il peut menacer l'Iran à bout portant et assurer la domination régionale d'Israël.

samedi, 01 octobre 2022

Les Etats-Unis veulent-ils transformer l'Ukraine en un deuxième Afghanistan?

guerre-ukraine-asie-indonesie.jpg

Les Etats-Unis veulent-ils transformer l'Ukraine en un deuxième Afghanistan?

Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/wollen-die-usa-die-ukraine-in-ein-zweites-afghanistan-verwandeln/

Le Pentagone travaille à développer une structure de commandement pour coordonner l'armement et l'entraînement des forces armées de l'Ukraine

Un rapport du New York Times confirme que les Etats-Unis sont depuis longtemps une partie belligérante dans le conflit ukrainien. Selon ce journal, généralement bien informé, le Pentagone travaille à la mise en place d'un commandement militaire pour coordonner, armer et former l'Ukraine. Ce commandement, qui comptera environ 300 personnes, sera basé à Wiesbaden, la capitale du Land de Hesse.

Le journal cite le général de brigade Patrick S. Ryder, porte-parole du Pentagone, qui a déclaré : "Nous évaluons et affinons en permanence notre attitude et nos processus internes pour nous assurer que nous fournissons à l'Ukraine une assistance sécuritaire pertinente qui, en temps voulu, sera capable de répondre à ses besoins les plus urgents sur le champ de bataille et de consolider ses forces durablement pour dissuader toute agression russe future". La guerre d'Ukraine est donc bel et bien devenue un conflit militaire entre les États-Unis et la Russie.

La remarque suivante du New York Times doit toutefois donner à réfléchir : "Les modifications visant à donner une structure formelle à l'action improvisée depuis le début de la guerre s'inspirent grossièrement des efforts de formation et de soutien des Etats-Unis en Irak et en Afghanistan au cours des deux dernières décennies".

On sait suffisamment ce que les États-Unis ont obtenu avec leurs guerres d'agression contre l'Afghanistan et l'Irak, qui sont contraires au droit international: l'Afghanistan a sombré encore plus dans le chaos et, en Irak, un régime laïc qui fonctionnait correctement auparavant a été délibérément détruit. Pour l'Ukraine, la création du commandement coordonné est donc une menace dangereuse.

 

mardi, 27 septembre 2022

Réactions chinoises à la Russie et à la réunion de l'ONU dominée par l'Occident

HD-wallpaper-traditional-chinese-girl-women.jpg

Réactions chinoises à la Russie et à la réunion de l'ONU dominée par l'Occident

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/09/22/kiinalaisreaktioita-venajaan-ja-lannen-dominoimaan-yk-kokoukseen/

Lorsque le président russe Vladimir Poutine, soumis à une pression toujours plus forte de la part des États-Unis et de l'Occident, a annoncé mercredi la mobilisation partielle des réserves militaires du pays, les rédactions occidentales sont entrées dans une frénésie folle, les journalistes et les "experts" répétant leurs diatribes russophobes.

Parallèlement à leurs propres élans d'indignation, les Occidentaux ont rapporté que "d'autres pays" avaient "condamné" les actions de la Russie en Ukraine. Je n'ai pas personnellement observé que l'opération spéciale de la Russie ait suscité une réaction aussi vive dans les pays BRICS, par exemple, qu'à l'Ouest, de sorte que l'interprétation selon laquelle la Russie est "laissée à elle seule" relève en partie de la manipulation de l'information occidentale.

Plus révélateur encore, le jour même où Poutine a annoncé une mobilisation partielle et des référendums dans les régions de l'est de l'Ukraine tenues par les rebelles qui veulent se joindre la Russie, le président chinois Xi Jinping a appelé ses forces armées à se préparer aux batailles à venir.

"Il faut résumer et appliquer les leçons tirées des réformes réussies, gérer les nouvelles situations et comprendre les exigences des tâches, se concentrer sur la préparation à la guerre et faire preuve d'audace dans l'exploration et l'innovation", a formulé le dirigeant chinois.

La Chine, l'Iran, l'Inde et d'autres pays qui, par le simple effet de leur propre développement, "défient" l'hégémonie américaine, savent pertinemment que si la Russie tombe et que l'Occident et l'OTAN gagnent, ils seront les prochaines cibles en tant que "puissances montantes" pour un centre de pouvoir atlantiste qui ne tolère pas la multipolarité mais veut poursuivre la voie de sa propre autocratie.

Les experts chinois ont également commenté les actions de la Russie, tout en critiquant la réunion des Nations unies en cours, où Poutine et l'Ukraine ont reçu trop d'attention, au détriment d'autres questions.

Selon les Chinois, la crise en Ukraine s'aggrave, d'autant plus que l'alliance occidentale a "détourné l'Assemblée générale des Nations unies en cours et l'a transformée en un théâtre où l'on joue le sketch de l'hostilité anti-russe, attisant davantage les flammes et sapant encore plus les perspectives de négociations pacifiques".

Selon certains experts chinois, "il y a un risque que le conflit dégénère en une guerre entre la Russie et l'Europe qui pourrait devenir incontrôlable". Selon eux, la "situation malheureuse actuelle mérite une réflexion approfondie sur ce qui a conduit à une crise sans précédent et comment".

"L'ordre de mobilisation montre que la Russie a procédé à des ajustements tactiques des opérations en cours, ce qui signifie que le conflit entre dans une nouvelle phase", déclare Zhao Huirong, expert en études est-européennes à l'Académie chinoise des sciences sociales.

"Il est inévitable que la confrontation s'intensifie et se prolonge. Comme les deux parties cherchent l'avantage absolu et même la victoire finale sur le champ de bataille, la perspective de négociations devient moins probable", estime Zhao.

"Nous devrions comprendre qui a conduit le conflit Russie-Ukraine là où il est maintenant, et qui a fait en sorte que la Russie et l'Ukraine ratent l'occasion de négocier", laisse entendre Cui Heng, chercheur adjoint au Centre d'études russes de l'Université normale de Chine orientale, sans mentionner Washington, Londres et Bruxelles.

Lors de l'Assemblée générale de l'ONU - un forum censé se concentrer sur les préoccupations mondiales telles que les problèmes climatiques, la crise alimentaire et le redressement post-colonial - les dirigeants de plusieurs pays occidentaux se sont concentrés, comme d'un commun accord, sur la critique des actions de la Russie en Ukraine.

"Les pays qui refusent de se ranger du côté de l'Ukraine sont complices du nouvel impérialisme de Moscou", a déclaré le président français Emmanuel Macron à l'Assemblée générale des Nations unies mardi.

Selon Cui Hongjian, directeur du département des études européennes à l'Institut chinois d'études internationales, la "perspective extrême" de Macron considère la question comme un choix partisan "ou bien ou bien" et "la critique des pays neutres montre que l'Europe a amorcé une confrontation aiguë [contre la Russie]".

Le président américain Joe Biden a continué à utiliser l'Assemblée générale pour faire avancer un programme anti-russe et a également blâmé Poutine dans un discours mercredi, affirmant que le monde a connu une "guerre brutale et inutile choisie par un seul homme, Poutine". Bien entendu, M. Biden n'a rien dit du propre rôle des États-Unis dans la déstabilisation de l'Ukraine.

Au moins, tout le monde ne partage pas l'avis de l'administration Biden. Le président brésilien Jair Bolsonaro a appelé à un cessez-le-feu et a réitéré sa volonté de promouvoir des négociations pour résoudre le conflit entre la Russie et l'Ukraine. Il a également demandé la levée des sanctions et de l'isolement économique de la Russie.

La position de la Chine sur la crise ukrainienne va dans le même sens. Mercredi dernier, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a exhorté "les parties concernées à parvenir à un cessez-le-feu par le dialogue et la négociation et à trouver des moyens de résoudre les préoccupations raisonnables de sécurité de toutes les parties dès que possible".

La Chine comprend que, avec la Russie, l'Occident a les yeux rivés sur Pékin. Lorsque les États-Unis et certains pays occidentaux mettent constamment l'accent sur la "menace" chinoise, ils s'inquiètent uniquement du fait qu'ils ne peuvent plus maintenir leur hégémonie mondiale.

"La guerre froide est terminée depuis plus de 30 ans, mais la mentalité des États-Unis et de l'Occident est toujours bloquée à l'époque de la guerre froide", voilà comment la Chine interprète la situation.

dimanche, 18 septembre 2022

La guerre de 30 ans et la guerre de 100 ans des États-Unis contre la Russie

American_troops_in_Vladivostok_1918_HD-SN-99-02013.JPEG

Troupes américaines à Vladivostok, 1919.

La guerre de 30 ans et la guerre de 100 ans des États-Unis contre la Russie

Par Alfredo Jalife Rahme

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/la-guerra-de-30-anos-y-la-guerra-de-100-anos-de-eeuu-contra-rusia-por-alfredo-jalife-rahme/

Récemment, j'ai affirmé: "Aujourd'hui, nous constatons de plus en plus l'importance cardinale et géostratégique de l'Ukraine, qui représente, selon les engouements chronologiques, une nouvelle guerre de 30 ans - qui aurait commencé en 1991, se serait poursuivie en 2014 et aurait atteint son paroxysme en 2022 - ou une guerre de 100 ans (https://bit. ly/3D3L91J ) qui vise la balkanisation et la désintégration de la Russie, sur base de l'axiome énoncé par le géographe britannique Sir Halford J. Mackinder en 1904 dans son livre Geography as the Pivot of History (https://bit.ly/3BrfXs5 )".

Au début de l'"Opération militaire spéciale" (selon Poutine) visant à dénazifier et démilitariser l'entéléchie qu'est Ukraine, j'ai postulé qu'il pourrait s'agir d'une nouvelle "guerre de 30 ans" - comme celle qui a opposé les protestants aux catholiques et s'est terminée par le traité de Westphalie de 1648 qui a donné naissance au concept de "souveraineté" qui est le pilier fondateur de l'ONU, aujourd'hui plus dysfonctionnelle que jamais (https://bit.ly/3RttkgQ ).

Récemment, le nonagénaire Kissinger, âgé de 99 ans, a soutenu que la guerre Russie-Ukraine pouvait être assimilée à une nouvelle "guerre de 30 ans" (https://bit.ly/3RQU5LW ).

Le très imprudent Michael Springmann, ancien diplomate, aujourd'hui avocat et commentateur américain réputé, a publié un essai inquiétant intitulé The 100 Year War : America's Attempts to Destroy Russia.

J-Michael-Springmann+Adiós-Europa-Bienvenido-El-Caos.jpg

Springmann a à son actif trois révélations décoiffantes sur la politique étrangère pharisaïque du département d'État américain : 1) Il a accordé depuis son poste en Arabie saoudite, pendant les administrations Reagan et Papa Bush, plus de 100 visas aux terroristes djihadistes d'Al-Qaïda qui ont perpétré le très controversé 11 septembre 2001 (https://amzn.to/3x53Puf ). De toute évidence, Springmann a été défenestré par le département d'État ; 2) dans son livre volcanique Goodbye Europe ? Hello Chaos? : Merkel's Migrant Bomb (https://amzn.to/3B8N7eO ), il affirme que "la politique étrangère américaine a créé la crise" afin de "déstabiliser l'Union européenne en général et l'Allemagne en particulier" ; et 3) il avertit les Yéménites de ne pas faire confiance à Biden, qui a promis dans sa campagne de mettre fin à la guerre de l'Arabie saoudite au Yémen (https://bit.ly/3AUBVly ).

Dans son long essai sur la guerre centenaire entre les Etats-Unis et la Russie (soviétique ou non), il expose la "genèse" des cent ans de guerre depuis que le président démocrate Woodrow Wilson, en juillet 1918 - 14 ans après le livre de Sir Halford Mackinder, est intervenu "contre les bolcheviks, contre ce que l'URSS était en train de devenir" en envoyant "13.000 soldats américains" pour soutenir les "Russes blancs", c'est-à-dire les tsaristes, contre les "Russes rouges" bolcheviques. L'intervention de l'"Empire britannique" avec plus de 57.000 soldats et 5000 autres soldats canadiens était à ne pas manquer !

9132s-wPGBL.jpg

51-wiW37SBL.jpg

Springmann dévoile les contacts américains, en vue d'espionnage, avec des dissidents en Ukraine - lorsque celle-ci faisait partie de l'URSS - à la fin de la Seconde Guerre mondiale, indépendamment du fait qu'ils étaient alliés aux nazis. Il expose ensuite l'opération "Aérodynamique" de la CIA et sa machine de propagande depuis New York sous la couverture de Prolog Research Corp. avec le groupe ex-pro-nazi Bandera/Lebed. Par la suite, la CIA a déplacé ses agents en Ukraine avant le "coup d'État de 2014" perpétré par ses ONG bien huilées.

Il cite le journal mondialiste Guardian, très proche de George Soros, qui exulte que "la campagne américaine est derrière les troubles à Kiev" alors que la "révolution orange" était "une création américaine, un exercice sophistiqué et brillamment exécuté de branding et de marketing de masse occidental (https://bit.ly/3Bps6O2 )". Selon le cinéaste Oliver Stone, il s'agit de la "technique de soft power" appelée "Regime Change 101".

3838.jpg

Springmann expose l'opération de censure massive menée par les États-Unis pour dissimuler le "meurtre de 14.000 Russes ethniques au Donbass" jusqu’en 2022, alors que l'OTAN s'était étendue des Baltiques aux Balkans.

Avec les enseignements d'Al-Qaïda, le tragique comédien khazar Zelensky a créé la "Légion internationale de défense du territoire" avec 20.000 combattants provenant de 52 pays, dont Israël". Et que diable fait Israël là-bas? La Russie ne le pardonnera pas.

http://alfredojalife.com

Facebook : AlfredoJalife

Vk : alfredojalifeoficial

Télégramme : https://t.me/AJalife

https://www.youtube.com/channel/UClfxfOThZDPL_c0Ld7psDsw?...

samedi, 17 septembre 2022

Rêve américain: le conflit en Ukraine poserait aussi des problèmes à la Chine

ukraine-china-flag.jpg

Rêve américain: le conflit en Ukraine poserait aussi des problèmes à la Chine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/09/11/amerikkalaishaave-ukrainan-konfliktista-ongelmia-myos-kiinalle/

Hal Brands, spécialiste américain de la politique étrangère et partisan de l'atlantisme, affirme que "les mauvais résultats de la Russie en matière de combat posent également de sérieux problèmes à la Chine".

En lisant de telles analyses, il est bon de se rappeler que le chercheur regarde les choses à travers une lentille biaisée, celle de la politique étrangère et de sécurité américaine. Brands (photo) est également le co-auteur, avec Michael Beckley, d'un livre qui évalue l'escalade du conflit entre les États-Unis et la Chine dans un avenir proche.

55697_brandshal_caaronclamageamericanenterpriseinstitute_web_620-620x660.jpg

616qQmP-dDL.jpg

Brands spécule et imagine que le président chinois Xi Jinping est probablement consterné que Poutine ait lancé une attaque aussi maladroite et incompétente contre l'Ukraine peu de temps après que Xi ait signé une déclaration d'"amitié illimitée" avec Poutine. Par ailleurs, on soupçonne que le Kremlin aurait informé les Chinois de ses plans à l'avance.

Du point de vue américain, l'invasion de l'Ukraine par la Russie a causé des "revers stratégiques" à Pékin. Sous l'administration Biden, les États-Unis ont commencé à investir à Taïwan, les dépenses de défense dans la région indo-pacifique ont augmenté et la Chine a été menacée de nouvelles sanctions si Pékin venait à aider Moscou.

Toutefois, M. Brands estime que Pékin ne peut pas rester totalement inactif si la belligérance de la Russie en Ukraine prend un tournant défavorable à Moscou, car cela conduirait à tout le moins à une Russie affaiblie qui serait un allié moins utile et moins capable de distraire Washington.

51RWsco-CKL._SX329_BO1,204,203,200_.jpg

À l'extrême, l'instabilité politique en Russie pourrait causer des difficultés pour le "partenariat stratégique" entre les deux pays, sur lequel Xi a tant investi, selon Brands. On craint également un effet domino, où les problèmes politiques du Kremlin se répercuteraient sur les pays partenaires de la Russie.

Selon M. Brands, la meilleure option des États-Unis dans la compétition contre la Chine est d'essayer de faire en sorte que la Russie ne gagne pas en Ukraine. Cela laisserait Xi dans une situation où il n'y aurait pas d'options faciles.

Le chercheur américain suppose que Poutine cherchera davantage de soutien de la part de la Chine si la position de la Russie se détériore. Si Pékin ne trouve pas le moyen d'apporter ce soutien, le partenariat entre les deux pays pourrait être fracturé. La Chine est-elle prête à soutenir plus ouvertement la Russie, même si elle souffre économiquement et politiquement de cette alliance ?

Officiellement, la Chine a mis l'accent sur une solution diplomatique comme voie vers le rétablissement de la paix, et la République populaire ne s'est pas rangée du côté de la Russie contre l'Ukraine, bien que certaines déclarations chinoises aient laissé entendre que l'Occident, et non la Russie, était l'instigateur ultime du conflit ukrainien. Comme la Russie, la Chine a critiqué les ambitions expansionnistes de l'OTAN.

9780300268058.jpg

Bien qu'un changement de direction ait été envisagé depuis des années, l'opération ukrainienne n'a fait qu'accélérer l'orientation de la Russie vers l'Asie, plutôt que vers l'Europe et l'Occident. S'exprimant lors du Forum économique oriental le 7 septembre, Poutine a souligné la "montée en puissance de l'Asie et du Pacifique" et a laissé entendre que l'Occident était "sur le déclin".

Ces dernières années, Poutine a signalé des "changements tectoniques irréversibles" dans les relations internationales. L'ordre libéral est en crise et le monde inflationniste est à bien des égards dans la tourmente: la crise ukrainienne fait également partie de cet enchevêtrement de problèmes.

La Russie peut-elle alors perdre la bataille contre les forces et les armements secrets de l'Occident, de l'OTAN, en Ukraine ? C'est le résultat espéré en Occident, où les médias ont salué chaque petit succès en Ukraine comme un tournant dans le cours des événements.

Pour autant, les mouvements opérationnels russes sont menés avec des effectifs très limités et aucun bombardier de type américain ne survole l'Ukraine. Le fait que le conflit se déroule selon les termes d'une crise économique et d'un démantèlement contrôlé du système actuel n'est pas quelque chose que dit Brands, en tant que répétiteur du récit politique dominant.

Vladimir Poutine et Xi Jinping se rencontreront prochainement lors de la réunion de l'Organisation de coopération de Shanghai à Samarkand, en Ouzbékistan, les 15 et 16 septembre. Les présidents se sont rencontrés pour la dernière fois en février lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Pékin. Après les Jeux, la Russie a lancé son "opération militaire spéciale" en Ukraine et un nouveau rideau de fer est apparu pour diviser l'Est et l'Ouest.

vendredi, 02 septembre 2022

Nouvelle doctrine de sécurité européenne : soutenir l'Ukraine - jusqu'à sa propre ruine

panzer-waffen-krieg-ukraine-deutschland-waffenlieferung-100~_v-1280x720_c-1651083257058.jpg

Nouvelle doctrine de sécurité européenne: soutenir l'Ukraine - jusqu'à sa propre ruine

Source: https://zuerst.de/2022/08/30/neue-europaeische-sicherheitsdoktrin-unterstuetzung-fuer-die-ukraine-bis-zum-eigenen-ruin/

La Haye/Berlin. Une position de plus en plus radicale s'impose dans la politique européenne vis-à-vis de l'Ukraine: alors qu'aux Etats-Unis, des voix de plus en plus fortes appellent le gouvernement américain à la retenue, les partisans inconditionnels de la guerre semblent désormais prendre le dessus dans les capitales d'Europe occidentale.

Le chancelier allemand Olaf Scholz (SPD) a récemment déclaré que l'Allemagne soutenait pleinement le gouvernement de Kiev à l'occasion de la fête de l'indépendance de l'Ukraine, le 24 août. Dans son message de bienvenue, que Scholz a conclu par les mots "Slava Ukraini" ("Salut à l'Ukraine !"), il a annoncé que l'Allemagne se tenait "fermement aux côtés de l'Ukraine menacée, aujourd'hui et aussi longtemps que l'Ukraine aura besoin de notre soutien".

L'Allemagne poursuivra également les sanctions contre la Russie, continuera à soutenir financièrement l'Ukraine, à l'aider à se reconstruire, à transporter des céréales ukrainiennes par train vers les ports européens, à soigner les Ukrainiens blessés dans les hôpitaux allemands et à accueillir les réfugiés ukrainiens, a poursuivi le chancelier.

Peu de temps après, la ministre allemande des Affaires étrangères, Mme Baerbock (Verts), a confirmé cette position et a assuré à l'Ukraine, dans une interview accordée au journal Bild am Sonntag, qu'elle continuerait à la soutenir dans sa lutte contre la Russie pendant des années si nécessaire, par exemple en lui fournissant des armes lourdes.

leopard-1-panzer-100~2400x1350.jpg

"Bien sûr, je souhaiterais que la guerre se termine le plus rapidement possible, mais nous devons malheureusement partir du principe que l'Ukraine aura encore besoin de nouvelles armes lourdes de la part de ses amis l'été prochain", a déclaré Mme Baerbock, ajoutant : "Pour moi, c'est clair : l'Ukraine défend aussi notre liberté, notre ordre de paix, et nous la soutenons financièrement et militairement - et ce aussi longtemps que nécessaire. Point final".

Le gouvernement fédéral allemand n'est pas seul à adopter cette position. Le gouvernement néerlandais, dirigé par le Premier ministre libéral Mark Rutte, lui a emboîté le pas. La ministre de la Défense Karin Hildur "Kajsa" Ollongren (photo) a annoncé que son gouvernement n'avait pas de limite quant au nombre d'armes qu'il fournirait à l'Ukraine pour contrer l'invasion russe. La ministre est membre du parti libéral de gauche D'66 ("Démocrates '66").

Ollongren-1.jpg

"L'industrie doit livrer des armes aux Pays-Bas et en Ukraine, et nous devons financer cela", a déclaré la ministre de la Défense.

Aux Pays-Bas aussi, les livraisons massives d'armes à l'Ukraine nuisent désormais à leur propre capacité de défense. Ces derniers mois, les Pays-Bas, membre de l'OTAN, ont fait don de la quasi-totalité de leurs stocks d'armes à l'Ukraine, pour une valeur d'environ 210 millions d'euros, et ne pourraient donc plus remplir leurs obligations envers l'OTAN en cas d'urgence. Pour la ministre de la Défense, ce n'est pas un problème : elle a déclaré qu'elle allait commander de nouvelles armes aux entreprises d'armement et les transmettre immédiatement à Kiev. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands: https://zuerst.de/abo/ !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

mercredi, 31 août 2022

La compétition entre grandes puissances et l'escalade du conflit en Ukraine

thumbnail_scacchimenaOK2.jpg

La compétition entre grandes puissances et l'escalade du conflit en Ukraine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/08/25/suurvaltakilpa-ja-ukrainan-kiihtyva-konflikti/

En examinant plus objectivement les événements des six derniers mois en Ukraine, il faut reconnaître que les dirigeants russes ont fait preuve d'une grande retenue en essayant de minimiser les dommages et les pertes civiles. La Russie aurait pu bombarder Kiev et la plupart des grandes villes pour les réduire en ruines dès février si elle le souhaitait.

Washington, pour sa part, est déterminé à intensifier la guerre contre Moscou, comme le montrent clairement les récents événements en Crimée, avec l'explosion d'engins ballistiques. Le monde est en train d'être redivisé et les objectifs de cette guerre vont bien au-delà de l'Ukraine. Le front de la guerre ne peut dès lors que s'étendre.

La guerre de l'information et diverses opérations sales vont tout aussi certainement augmenter. Les terroristes ukrainiens, comme de nombreux autres groupes opérant dans le monde, sont formés et armés par les services de renseignement américains et britanniques. En Finlande, Mika Aaltola, de l'Institut de politique étrangère, jubile déjà à l'idée de "porter la guerre en Russie".

En effet, l'Ukraine n'est pas seule : le régime de Zelensky ne prend pas ses propres décisions, mais travaille sous la stricte direction de l'Occident. Yahoo News a rapporté en mars que, depuis 2015, la CIA menait un programme de formation secret pour les forces spéciales et le personnel de renseignement ukrainiens afin de les préparer pour l'avenir.

Un ancien responsable de la CIA a déclaré sans ambages à l'époque que le programme avait appris aux Ukrainiens "comment tuer des Russes". Les États-Unis ont donc formé des Ukrainiens à des actes terroristes qui s'étendent au-delà de l'Ukraine. Nous en avons déjà vu un avant-goût : non seulement la journaliste Darya Dugina, mais aussi des fonctionnaires des régions russes d'Ukraine ont été assassinés à l'aide de voitures piégées.

Depuis la "révolution" de Kiev, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont armé et entraîné non seulement l'armée ukrainienne, mais aussi les forces paramilitaires. Ces programmes de formation ont été massivement développés ces dernières années. Leurs sinistres opérations sont planifiées et coordonnées non pas à Kiev mais à Washington et à Londres.

À ce stade, le prétexte de la "non-participation" des États-Unis à la guerre contre la Russie a déjà été abandonné, comme en témoigne la publicité donnée à l'aide américaine en armement et aux milliards déversés en Ukraine. Les reportages de guerre des médias impriment également les mêmes phrases et images d'une "guerre d'agression contre la Russie" dans l'esprit des masses, semaine après semaine et mois après mois.

Il est également révélateur que les médias occidentaux n'accordent aucun espace aux propositions de paix, mais se contentent de répéter que "la guerre contre la Russie doit être gagnée". Le président Sauli Niinistö, s'exprimant lors des Journées des ambassadeurs, a déclaré que le soutien de la Finlande à l'Ukraine se poursuivrait également "aussi longtemps que nécessaire". Slava Ukraini, a tweeté le Premier ministre Sanna Marin à l'occasion du jour de l'indépendance de l'Ukraine.

Mais on craint aux États-Unis que l'hiver prochain ne mette plus que jamais à l'épreuve le soutien européen à l'Ukraine. L'élite politique américaine ne semble pas se préoccuper des problèmes économiques et énergétiques de l'Europe, le pays hôte transatlantique reprochant vaguement à l'Europe la lassitude de la guerre.

skynews-teaser-pic_5798582.jpg

Jusqu'à présent, le Kremlin a fait preuve d'une étonnante retenue dans sa réponse aux tentatives de Washington d'intensifier la guerre. L'administration Biden a hypocritement mis en garde contre le danger d'une troisième guerre mondiale, mais a elle-même délibérément franchi toutes les lignes rouges et n'a fait qu'aggraver le conflit.

Le conflit entre la Russie et l'Ukraine a rendu encore plus clair le fait que les grandes puissances doivent tenir davantage compte de leur interdépendance. Dans un monde global, la sécurité et les dangers sont partagés. En élargissant l'OTAN et en incitant les pays de l'euro à entrer en guerre, les États-Unis ne font qu'alimenter le dilemme de la sécurité.

L'importance excessive accordée à la victoire ou à la défaite dans la compétition entre grandes puissances, la création artificielle de "menaces" et le fait d'attirer les pays voisins dans la course aux armements ne feront qu'exacerber l'environnement sécuritaire régional. Les retombées d'un conflit local peuvent être imprévisibles. Pour couronner le tout, une partie des armes lourdes envoyées par l'Occident en Ukraine a déjà été vendue à des criminels et des terroristes sur le marché noir.

C'est précisément ce genre de réaction en chaîne de l'instabilité que visent les plans de Washington, afin que le déclin politique et économique ne se termine pas seulement aux États-Unis. L'hégémon devra éventuellement se retirer, mais avant cela, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour affaiblir les puissances rivales. À cette fin, l'Ukraine, la Finlande et de nombreux autres pays ne sont que des pions à sacrifier.

lundi, 29 août 2022

La Realpolitik veut la paix

39-82303660cca7b03896f.jpg

La Realpolitik veut la paix

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/08/26/reaalipoliittista-retoriikkaa-rauhasta/

"La cession de territoires par l'Ukraine à la Russie pourrait à l'avenir s'avérer nécessaire pour la paix", déclare Ilmari Käihkö, professeur associé de sciences militaires et chercheur invité à l'Institut Alexander.

Käihkö fait partie des "pro-Ukrainiens" universitaires qui attendaient que l'Occident fasse "dégénérer la situation". Maintenant que les réalités s'installent, et que la guerre massive de l'information menée par l'Occident n'aide en rien sur la ligne de front, la rhétorique commence à changer.

Une "paix de compromis" est, selon Käihkön, "la seule option", car sans "aide occidentale significative", il est inutile d'espérer une victoire militaire sur la Russie.

Même dans la "guerre d'usure" actuelle, la Russie n'est pas sans munitions, malgré les fake news de l'Occident. En fait, il se plaint que "nous n'avons pas assez pour donner à l'Ukraine indéfiniment".

Le front des sanctions de l'Europe pourrait déjà vaciller sous les prochains frimas de l'hiver, "lorsque les effets de la guerre sur l'économie de l'énergie commenceront à se concrétiser" et que les citoyens de la zone euro se rendront compte qu'agiter de bons drapeaux bleus et jaunes ne réchauffera pas leurs foyers. Selon Käihkön, "le temps est du côté de la Russie".

Käihkö rationalise déjà les solutions futures, car la démographie se heurte aussi au mur : l'Occident a voulu combattre la Russie jusqu'au dernier Ukrainien et maintenant il y a déjà une pénurie de soldats.

Il y a aussi la question de l'économie, car "la guerre coûte très cher" ; il faudrait produire du matériel en permanence, mais les pays de l'euro n'ont pas la "capacité productive ou économique" pour le faire. La Russie, en revanche, dispose encore de suffisamment d'équipements et, par exemple, de munitions suffisantes pour son artillerie.

Bien que le président Zelenskyi ait formulé des menaces presque quotidiennement au journal télévisé finlandais, aucune "contre-attaque" ukrainienne ne semble se profiler. Käihkö évoque des "ressources insuffisantes" et laisse entendre qu'"il n'existe pas d'informations précises sur le nombre de soldats ukrainiens tués pendant la guerre". Il ne fait aucun doute que le chiffre pourrait être écrasant.

À ce stade, le professeur de sciences militaires est sceptique quant aux capacités de combat de l'Ukraine. L'Ukraine n'a pas été en mesure de contre-attaquer, même dans une petite bande territoriale de la région de Kherson. Comment Kiev pourrait-il alors reprendre un cinquième du territoire qu'il a perdu ?

Versons de l'eau froide sur les Ukrainiens en disant que le retour de la Crimée à l'Ukraine semble également "très improbable". La grande majorité des habitants de la péninsule sont fidèles à la Russie. "Que fera l'Ukraine avec une population qui ne veut pas appartenir à l'Ukraine ?" demande à juste titre le chercheur.

À Kiev, bien sûr, aucune décision indépendante n'est prise sur la poursuite ou l'arrêt des combats, mais les ordres viennent de Washington et de Londres, dont l'intérêt est de tester la résistance de la Russie aux dépens des Ukrainiens.

La phase chaude actuelle du conflit ukrainien va-t-elle se refroidir avant l'hiver ? Quand les politiciens cesseront-ils d'entonner leur rengaine "l'Ukraine doit gagner" ? L'Occident a également beaucoup d'enjeux, mais ses sorciers médiatiques gèrent les nouvelles de manière à ce que les États-Unis ne perdent pas complètement la face.

La Russie poursuivra son opération jusqu'à ce qu'elle atteigne ses objectifs, sinon le conflit dégénérera effectivement en un conflit OTAN-Russie. Dans ce scénario, la Finlande pourrait également souffrir, il serait donc souhaitable que l'Occident fasse une proposition que la Russie pourrait accepter.

mercredi, 24 août 2022

Allemagne: l'ex-inspecteur général Harald Kujat exhorte le gouvernement fédéral à placer enfin les intérêts allemands au centre de ses préoccupations!

5-format2020.jpg

Allemagne: l'ex-inspecteur général Harald Kujat exhorte le gouvernement fédéral à placer enfin les intérêts allemands au centre de ses préoccupations!

Source: https://zuerst.de/2022/08/23/ex-generalinspekteur-kujat-mahnt-bundesregierung-endlich-deutsche-interessen-in-den-mittelpunkt-stellen/

Berlin. L'ancien inspecteur général de l'armée allemande et président du comité militaire de l'OTAN, le général à la retraite Harald Kujat, a de nouveau critiqué avec force la politique ukrainienne du gouvernement allemand. Dans une tribune publiée par le journal allemand Preußische Allgemeine Zeitung, Kujat prédit que l'Allemagne sera la grande perdante du conflit.

En effet, "le gouvernement fédéral soutient l'Ukraine dans une mesure bien trop considérable en lui octroyant des aides financières, en lui livrant des armes et des équipements militaires ainsi qu'en imposant des sanctions à la Russie, qui entraînent pour les citoyens allemands des charges financières et économiques croissantes ainsi que des restrictions dans de nombreux domaines de la vie quotidienne. Les dommages à long terme pour l'économie allemande, en particulier les conséquences de l'état d'urgence énergétique prévu pour l'automne, et les effets sur sa compétitivité ne peuvent être évalués jusqu'à présent que de manière rudimentaire", constate Kujat. Dans le même temps, les livraisons d'armes excessives à l'Ukraine "continuent de 'piller' les capacités déjà extrêmement limitées de la Bundeswehr à remplir sa mission constitutionnelle de défense du territoire et de l'alliance".

Dans ce contexte, l'ex-général rappelle au gouvernement fédéral son "devoir le plus noble d'éviter tout dommage à l'Allemagne" et met en garde avec insistance contre une escalade de la guerre, qui pourrait également être provoquée par de nouvelles livraisons d'armes allemandes à Kiev.

Le tableau complet comprend également "le fait que le peuple ukrainien se bat pour les intérêts géostratégiques des Etats-Unis dans la rivalité avec les deux autres grandes puissances, la Russie et la Chine".

L'Ukraine ne peut pas gagner la bataille militairement, ce qui rend encore plus douteux le bien-fondé des livraisons d'armes allemandes. Le "tribut payé par les forces armées ukrainiennes est extrêmement élevé en raison de la conduite statique des opérations, qui ne fait que retarder les gains de terrain russes. Les combats de retardement sont menés dans les espaces urbains et les grandes villes, comme l'a récemment enquêté Amnesty International, sans tenir compte de la population civile".

En revanche, la Russie n'a jusqu'à présent "même pas été proche d'une défaite militaire", tandis que l'Ukraine "n'est pas en mesure de reconquérir la Crimée ou le Donbass".

Dans ce contexte, Kujat fait également référence aux voix de plus en plus fortes aux Etats-Unis qui indiquent un changement de cap de la politique américaine en Ukraine. Dans ce contexte, il est tout à fait irresponsable de la part du gouvernement allemand de s'engager sans alternative dans une politique de soutien aveugle à Kiev. Il est donc "temps que le gouvernement fédéral reconnaisse les signes du temps et place les intérêts sécuritaires, stratégiques et économiques de notre pays au centre de sa politique, donnant ainsi des signaux à toute l'Europe et s'affirmant de la sorte face aux grandes puissances". (st)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands: https://zuerst.de/abo/ !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

mardi, 16 août 2022

Alexandre Douguine: Opération militaire spéciale, la bataille pour "la fin de l'histoire"!

96f61dde8c98567a840370b30e2fa1f6.jpg

Opération militaire spéciale: la bataille pour "la fin de l'histoire"!

Alexander Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/svo-bitva-za-konec-istorii

Sur la signification philosophique de l'Opération militaire spéciale (OMS)

L'OMS est inextricablement liée à un concept tel que celui de "la fin de l'histoire" et ce n'est pas seulement parce que Francis Fukuyama, qui a écrit le célèbre ouvrage intitulé "La fin de l'histoire", a, dès le premier jour de l'OMS, activement participé à la lutte idéologique contre la Russie du côté des nazistes ukrainiens et a même personnellement rejoint l'organisation terroriste Bellingcat, qui a tenté de détourner un avion militaire en Russie. Bien que ce fait en lui-même soit assez expressif, il est par ailleurs évident que la Russie s'oppose directement au mondialisme, ce "totalitarisme libéral", que le président Poutine a ouvertement déclaré tel, et il s'agit bien d'une idéologie, et "la fin de l'histoire" joue un rôle fondamental dans sa structure.

Le fait est que le mondialisme, qui est le mieux représenté dans des organisations internationales telles que le Forum de Davos de Klaus Schwab avec son "Great Reboot", la Commission trilatérale, le Conseil américain des relations étrangères (CFR) ou la Fondation Open Society de George Soros insiste sur l'unification complète de l'humanité sous un gouvernement mondial, sous l'idéologie libérale et dans un système de règles et de normes basé sur celle-ci - y compris la politique de genre, les LGBT+, l'individualisme extrême et le transhumanisme. Les avatars de cette idéologie se répandant partout. Et c'est cela la "fin de l'histoire", qui est clairement prématurée, mais tout de même assez logique et qui a été décrite au début des années 1990 par Francis Fukuyama. La fin de l'histoire est la victoire du libéralisme et de l'Occident à l'échelle mondiale, ce qui implique l'abolition de toute alternative idéologique, géopolitique, économique et socioculturelle. Fukuyama écrivait à une époque où l'URSS s'était effondrée et où la Russie semblait ne jamais vouloir se relever, la Chine suivant docilement les stratégies des puissances économiques occidentales à ce stade de l'accélération de la mondialisation. Plus tard, Fukuyama a reconnu, notamment lors d'une conversation avec moi, qu'il avait été hâtif dans ses jugements, mais, selon lui, la fin de l'histoire, quoi qu'il arrivera, reste et restera l'objectif des mondialistes.

51yy-wnjc6L.jpg

La Russie sous Poutine est devenue l'obstacle évident à ce projet de fin de l'histoire, et depuis le début de l'OMS, elle constitue un défi direct à ce voeu mondialiste. D'où la rage de Fukuyama : devant lui, le projet de fin de l'histoire n'a pas seulement été reporté, mais s'est effondré pour de bon. Cela explique également la frénésie et l'extrême intensité de la russophobie forcenée des élites occidentales. Poutine et le Donbass ont porté un coup au plan de construire une civilisation mondiale - d'assurer la domination planétaire de l'Occident libéral.

Cependant, le concept de la fin de l'histoire n'est pas le domaine des libéraux. De plus, ils l'ont adopté assez tard.

alexander-Kojeve.png

9782246398714-T.jpg

Le philosophe Alexandre Kojève a été le premier à formuler la victoire mondiale à venir de l'Occident libéral, Fukuyama n'a fait que l'emprunter. De son côté, Kojève l'emprunte à Marx, remplaçant le triomphe du communisme mondial (la version marxienne de la fin de l'histoire) par le capitalisme mondial, une société civile planétaire et l'idéologie des "droits de l'homme". En fait, l'ensemble du mouvement communiste, y compris l'URSS, s'est battu pour faire triompher la vision marxiste de la fin de l'histoire au 20ème siècle. Pendant la guerre froide, un conflit a éclaté sur l'interprétation de la fin de l'histoire - quant à savoir si elle serait communiste ou capitaliste. Ce n'est pas une coïncidence si Fukuyama a écrit son texte de programme lorsque l'URSS s'est effondrée. Il semblait à l'époque que la question était réglée et que le libéralisme avait définitivement gagné. 

Cependant, Marx lui-même a également emprunté ce concept dans une idéologie politique complètement différente - au penseur monarchiste et impérial profondément conservateur Georg Wilhelm Friedrich Hegel. Si nous creusons encore plus profondément, nous arriverons à l'eschatologie chrétienne et même pré-chrétienne (d'abord iranienne), à la doctrine de la fin des temps. Mais cela nous mènera trop loin. A l'ère moderne, c'est Hegel qui a proposé et étayé la thèse de la fin de l'histoire, et dans le système de sa philosophie, elle joue un rôle clé.

hegel.jpg

Selon Hegel, l'histoire est un processus de déploiement de l'Esprit, qui passe par la nature, le changement des religions et des civilisations, jusqu'à ce qu'il atteigne son apogée - la fin rencontre le début, l'alpha rencontre l'oméga. À travers de nombreuses épreuves et rebondissements dialectiques, l'Esprit qui anime l'humanité s'incarnera finalement dans une monarchie absolue, un empire mondial qui sera un empire de l'Esprit. Son pouvoir sera transféré à un autocrate suprême, un monarque-philosophe éclairé. Le capitalisme et la société civile ne seront qu'une étape dans le déroulement de ce processus, et le matérialisme scientifique passera à la science angélique purement spirituelle. Hegel croyait que cela se produirait en Allemagne (l'Empire allemand n'existait pas encore à l'époque) et que ce serait le triomphe de la culture spirituelle et de la philosophie allemandes. Hegel, au sens philosophique du terme, a également servi de base aux oeuvres politiques de Bismarck, qui a créé le Deuxième Reich.

Ainsi, le créateur de l'interprétation authentique du concept de "fin de l'histoire" est le triomphe de la Monarchie spirituelle mondiale. Et les hégéliens de droite - slavophiles russes ou disciples de Giovanni Gentile en Italie - croyaient exactement la même chose. Les Allemands eux-mêmes croyaient en la mission de leur Reich. Les slavophiles l'ont interprété comme une prédiction du destin de l'Empire russe, lorsqu'il deviendra spirituel et populaire. Les Italiens ont lié la fin de l'histoire à la renaissance de la tradition romaine et à la grandeur de l'Italie.

Marx, qui a transformé la dialectique spirituelle de Hegel en son matérialisme historique (en pervertissant considérablement l'original), a accepté que le capitalisme libéral ne soit qu'une étape intermédiaire, mais a mis le communisme et une vision matérialiste du monde à la place de l'Empire de l'Esprit. L'eschatologie est restée - tout ce que les communistes ont fait était précisément dirigé vers l'avenir, c'est-à-dire vers la fin de l'histoire.

La victoire soviétique sur le Troisième Reich lors de la Grande Guerre patriotique a retiré de l'ordre du jour l'interprétation allemande de la fin de l'histoire. L'hégélianisme de gauche a triomphé de l'hégélianisme de droite. Et sur un autre plan - l'Empire russe a (bien qu'implicitement) vaincu l'Empire allemand.

C'est alors que Kojève est apparu avec son interprétation libérale de la fin de l'histoire. Cette théorie attendait dans les coulisses, et après l'effondrement de l'URSS, Fukuyama l'a rappelée à l'Occident, et les centres mondialistes l'ont reprise et ont commencé à la mettre en pratique. L'ordre mondial unipolaire était fondé sur une version libérale de l'eschatologie hégélienne.

putin-czar-1.jpg

Et puis il y a eu Poutine. Poutine est un phénomène philosophique, un tournant dans l'histoire de la pensée, dans la bataille complexe des idées et des visions du monde. Dès son premier instant au pouvoir, il a commencé à restaurer la souveraineté de la Russie. Mais cela signifiait repousser la fin de l'histoire, s'opposer au totalitarisme libéral, au mondialisme et au Gouvernement Mondial. Poutine a poursuivi cette ligne avec prudence, en dissimulant souvent ses intentions et ses plans - en tant que tchékiste et en tant que réaliste acharné. Parfois, il semblait prêt à répondre aux exigences des mondialistes, mais l'instant d'après, on découvrait qu'il s'agissait d'une manœuvre de plus. D'où la question perplexe : "Qui êtes-vous, M. Poutine?"

Ce n'est que le 24 février 2022 que le début de l'OMS en Ukraine a remis les choses en perspective en toute clarté. Une nouvelle ère de la philosophie a commencé. Une nouvelle phase de l'histoire du monde. Poutine a remis en question l'interprétation libérale de la fin de l'histoire - c'est-à-dire le principal projet mondialiste, le Gouvernement Mondial. Mais c'est ici que commence le plus important : réfuter la lecture libérale de la fin de l'histoire ne signifie pas rejeter Hegel. Après tout, tout le monde sait que Poutine aime citer Ivan Ilyin (peinture, ci-dessous), qui n'était qu'un hégélien de droite, un partisan de la monarchie russe et du grand Empire.

Eurozine-cropped-headline-image-Snyder.jpg

Les théories des slavophiles sont clairement proches de celles de Poutine. Une idée philosophique ne peut être niée sur la base de certains facteurs purement pratiques et terre à terre - par exemple, des facteurs purement économiques. Ce n'est pas grave. Une idée ne peut être vaincue que par une idée. Et cela signifie....

Cela signifie que l'OMS, en tant que phénomène philosophique, marque le retour de l'Empire. Le retour de la Russie dans l'Empire, la restauration complète de notre destinée messianique futuriste. L'Allemagne, dans son état actuel, n'est plus un concurrent. La version allemande du Reich mondial n'est irrémédiablement plus à l'ordre du jour. Le projet communiste de la fin de l'histoire a également été abandonné, et dans ses meilleurs aspects, il pourrait facilement être incorporé dans une nouvelle synthèse impériale (comme le "stalinisme de droite"). Seuls Kojève et Fukuyama, qui s'appuient sur les mêmes sources, beaucoup plus proches de nous, s'y opposent. Nous sommes les porteurs orthodoxes de l'Empire eurasien de la fin, ils sont les usurpateurs. Et si vous pensez à la Troisième Rome et au rôle des tsars russes en tant que porteurs de la mission du Katéchon, le souverain qui retient, tout devient encore plus fondamental que le contexte très orthodoxe et lu dans le contexte russe (slavophile, monarchique) de l'hégélianisme.

C'est précisément la façon dont le Soljénitsyne philosophait.

L'OMS est une bataille pour le sens de la fin de l'histoire. Une grande bataille philosophique. Il est temps de fermer la page sur les interprétations purement matérialistes, énergétiques et économiques - ce n'est pas seulement vulgaire, c'est malavisé. L'histoire est l'histoire des idées.

On peut se demander ce que l'Ukraine vient faire là-dedans. Cela n'a rien à voir avec l'Ukraine. Elle n'existe pas. Mais elle fera partie de notre nouvel empire. Ce n'est que là, dans le royaume philosophique d'un esprit qui se déploie, dans l'empire des significations, qu'elle renaîtra et s'épanouira. Mais pour l'instant, que voulons-nous d'un régime terroriste dirigé par un comique... C'est un malentendu. Mais l'Ukraine elle-même est destinée à devenir le théâtre d'une lutte métaphysique fondamentale. Je pense que c'est une question de géographie. Nous nous battons pour le retour de notre berceau historique à Kiev - tapi, impuissant jusqu'ici, sous le pouvoir des mondialistes et qui attend le pouvoir de l'Empire de l'Esprit. Kiev est le début de notre histoire. Et donc aussi la fin de celle-ci. 

dimanche, 14 août 2022

Prométhéisme et atlantisme

Prometheus_in_Gualtar_Campus.jpg

Prométhéisme et atlantisme

Par Daniele Perra

Source: https://www.eurasia-rivista.com/prometeismo-e-atlantismo/

Le 25 juillet, Prague a accueilli la deuxième conférence du Forum des nations libres de Russie (la première s'est tenue le 8 mai, également cette année, à Varsovie). Parmi les protagonistes de la réunion figuraient l'ancien ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavlo Klimkin et le "premier ministre" du gouvernement de la République tchétchène d'Ikheria en exil (à Londres) Akhmed Zakayev (accusé à plusieurs reprises de terrorisme par Moscou).

FX7Ty_zWYAAPH4x.jpg

Comme l'indique le site Web correspondant (www.freenationsrf.org), les principaux "domaines d'intérêt" du Forum comprennent : "la dé-impérialisation et la décolonisation ; la dépoutinisation et la dénazification ; la démilitarisation et la dénucléarisation ; les changements économiques et sociaux". En outre, on peut y lire : "Le Forum des nations libres de Russie est une plate-forme permettant de rassembler les dirigeants municipaux et régionaux, les membres des mouvements d'opposition de la Fédération de Russie, les représentants des mouvements nationaux, les activistes, la communauté des experts, et tous ceux qui sont conscients de la nécessité d'une transformation immédiate de la Russie".

Cette transformation est identifiée à la compartimentation du territoire russe en un ensemble d'innombrables nouveaux États, dont l'indépendance et la souveraineté devraient être immédiatement reconnues par la "communauté internationale". Il est écrit : "Nous appelons les États membres de l'ONU à fournir une assistance maximale aux gouvernements/administrations nationaux/nationales de transition pour atteindre les objectifs de décolonisation et de paix. Ainsi que de reconnaître officiellement l'indépendance et la souveraineté des États suivants des peuples autochtones et des régions coloniales : Tatarstan, Ingrie, Bachkortostan, Carélie, Bouriatie, Kalmoukie, République balte (Prusse orientale), Komi, Circassie, Sibérie, République de l'Oural, Don, Tyva, Kouban, Daghestan, Fédération du Pacifique, République de Moscou, Erzyan Mastor, Sakha, Pomorie, Tchouvachie, Tchernoziom, Mordovie, Povolzhye, Khakassia, Oudmourtie, Ingouchie et autres".

Les peuples autochtones de ces régions sont invités à se joindre en masse à une forme de résistance systématique et pacifique. Cependant, dans le même temps, la formation de milices territoriales est également demandée, et les représentants des forces de l'ordre sont exhortés à faire défection et à les rejoindre.

Cette "planification" (bien qu'elle soit encore plus exagérée) semble suivre de près celle proposée par la soi-disant "Commission d'Helsinki". Cette agence gouvernementale américaine, qui "promeut les droits de l'homme et la sécurité militaire en Europe", a en fait parlé de la "décolonisation de la Russie" comme d'un "impératif moral et stratégique". L'objectif (même pas trop voilé) est précisément d'exploiter les "nationalismes" pour démanteler la Fédération de Russie en dix États ou plus [1].

Józef_Piłsudski_(-1930).jpg

L'idée de diviser la Russie selon des lignes ethniques n'est pas particulièrement originale. Elle n'est pas non plus un produit de la géopolitique contemporaine. Dès le début du 20ème siècle, le militaire polonais Josef Piłsudski (photo) a été le fer de lance d'un projet idéologique et géopolitique qui a reçu le nom de "prométhéisme". Ce projet était orienté vers la construction d'un bloc d'États (au sein duquel la Pologne devait jouer un rôle majeur) qui, en se plaçant "inter maria", c'est-à-dire entre la mer Baltique et la mer Noire, devait former une sorte de "cordon sanitaire" aux frontières de la Russie. En outre, le "mouvement prométhéen" avait également pour but de réveiller les consciences des peuples non russes de l'Empire tsariste d'abord, puis de l'URSS, afin de les libérer du joug de Moscou [2]. Le nom du projet dérive naturellement de celui de Prométhée, le titan qui, en offrant à l'humanité le don du feu volé aux dieux, était censé symboliser l'idée d'"illumination" et de résistance au pouvoir despotique représenté, selon cette interprétation moderne du thème mythologique, par Zeus. Ainsi, si les peuples subjugués par Moscou étaient les nouveaux Prométhéens, la Russie représentait le dieu olympien despotique. C'est ce qu'a écrit Edmund Charaskiewicz (l'un des principaux collaborateurs de Piłsudski) : "Le créateur et l'âme du concept prométhéen était le maréchal Piłsudski, qui dès 1904, dans un mémorandum envoyé au gouvernement japonais, soulignait la nécessité d'employer dans la lutte contre la Russie les nombreuses nations non russes habitant les bassins de la Baltique, de la mer Noire et de la mer Caspienne, et a souligné le fait que la nation polonaise, en vertu de son histoire, de son amour de la liberté et de sa résistance intransigeante contre les trois Empires (allemand, russe et austro-hongrois) qui l'ont démantelée, devrait sans aucun doute jouer un rôle de premier plan dans l'émancipation des nations opprimées par les Russes" [3]. Et encore : "La force de la Pologne et son importance au sein des parties constitutives de l'Empire russe nous permettent de développer l'objectif de briser l'État russe de l'intérieur à travers ces mêmes parties en émancipant les pays qui y ont été forcés. Nous y voyons non seulement l'accomplissement de la lutte culturelle de notre pays pour son indépendance, mais aussi la garantie de son existence. Lorsque la volonté de conquête russe sera affaiblie, elle cessera d'être un ennemi dangereux" [4].

b33b9bbd64fcee3b5fbaf99cffa67c43.jpg

Avant d'analyser le projet géopolitique lui-même, il sera utile de rappeler qu'en réalité, la signification du mythe grec est tout autre. Comme le rapporte Claudio Mutti dans son livre Testimoni della decadenza (= Témoins de la décadence) en citant l'érudit roumain Mircea Eliade, Prométhée, "loin d'être un bienfaiteur de l'humanité, est le responsable de sa décadence actuelle [...]. Pour Hésiode, le mythe de Prométhée explique l'irruption du "mal" dans le monde ; il représente finalement la vengeance de Zeus" [5]. Par conséquent, l'interprétation "polonaise" du thème mythologique semble être le produit d'une vision "démocratique" et "progressiste" purement moderne qui n'a rien à voir avec sa signification originale.

Aujourd'hui, le projet géopolitique de Piłsudski (qui visait à reconstituer le puissant État polono-lituanien, protagoniste de l'histoire européenne au tournant des XVIe et XVIIIe siècles) a connu de nouvelles fortunes avec l'implosion du bloc socialiste et la fin du Pacte de Varsovie. L'Initiative des Trois Mers (conçue sous l'administration Obama et concrétisée par Donald J. Trump), en fait, vise une fois de plus à créer un " cordon sanitaire " (sous patronage atlantique) à placer entre l'Europe occidentale et la Russie, de manière à séparer les deux semi-géants (l'un financier-économique, l'autre militaire et riche en ressources naturelles) [6]. Lors du septième sommet de l'Initiative, qui s'est tenu à Riga les 20 et 21 juin 2022, le président ukrainien Volodymyr Zelensky (qui s'est exprimé par vidéoconférence) a insisté sur l'adhésion de Kiev au projet, tandis que l'actuel secrétaire d'État américain Antony Blinken a garanti l'aide financière nécessaire.

DziBCUEWwAAxA6f.jpg

En parlant de l'Ukraine, il est important de souligner que, ces dernières années, l'idée "prométhéenne" a connu une fortune considérable à l'intérieur de ses frontières grâce au travail intellectuel d'Olena Semenyaka (photo - idéologue et chef du secrétariat international du Corps national, l'aile politique du mouvement azerbaïdjanais).

Né en 2014 à la suite des événements de l'"Euromaïdan", le groupe se référant à Andriy Biletsky (et protégé par l'ancien ministre de l'Intérieur et oligarque Arsen Avakov, qui ont œuvré pour garantir à Azov une sorte de monopole culturel-idéologique au sein de l'extrême droite ukrainienne) a représenté une sorte de véritable changement de paradigme par rapport à la rhétorique traditionnelle de partis comme Svoboda et Pravyi Sektor qui, ancrés dans l'héritage du banderisme pur et dur, étaient porteurs d'une forme démodée de nationalisme centré sur l'État.

La protagoniste du changement de perspective, du national/régional à l'international (continental et mondial), était Olena Semenyaka. Concrètement, l'idéologue (anciennement militante du Pravyi Sektor susmentionné), également grâce à la maison d'édition Plomin (flamme), a pu construire un réseau dense d'interconnexions avec l'étranger qui a conduit Azov à tisser des liens avec divers autres mouvements rattachés à la galaxie de l'extrémisme de droite, tant en Europe qu'en Amérique du Nord (ici surtout avec des groupes liés à la soi-disant "Alt-Right").

La pensée d'Olena Semenyaka mérite donc d'être brièvement développée. Auteur d'une thèse analysant la pensée d'Ernst Jünger et de Martin Heidegger et traductrice des œuvres de Dominique Venner en ukrainien, Semenyaka (anciennement membre du "Club traditionaliste ukrainien") a entretenu des relations cordiales et de collaboration avec le penseur russe Alexandre Douguine jusqu'en 2014. Sa perspective géopolitique a radicalement changé avec les événements de l'"Euromaïdan" susmentionnés. Ceux-ci, de son propre aveu, loin d'avoir été une véritable "révolution" (comme ils sont présentés par la propagande occidentale), ont réveillé l'esprit patriotique et la conscience de la "destinée manifeste" de la nation ukrainienne.

image_0935939_20211211_ob_fa648c_olena-semenyaka-005-douguine.jpg

Dans le projet géopolitique dont Semenyaka est le porte-parole, la vision "prométhéenne" de Piłsudski est réajustée en fonction des besoins ukrainiens. L'Ukraine, en effet, est représentée comme l'avant-poste de la "reconquista" (terme utilisé par Semenyaka précisément en espagnol) de l'Europe contre le progressisme libéral. Mais cette "reconquista" passe avant tout par la construction d'un bloc d'États, à nouveau un "intermarium" (autre terme récurrent chez l'idéologue) entre la mer Baltique et la mer Noire, capable d'agir comme un frein au "néo-bolchevisme" poutiniste.

Semenyaka, en particulier, adopte les théories de l'école géopolitique ukrainienne liée à Yurii Lypa et Stanislav Dnistrianskyi pour reconsidérer le "destin manifeste" du pays d'Europe de l'Est sur la base de ses substrats historiques et géographiques. Il se concentre notamment sur la polarisation Nord-Sud, à opposer à la dichotomie Ouest/Est (fondamentale dans la culture russe), afin de faire de la géographie le vecteur clé de l'identité ukrainienne. L'axe Nord-Sud (dans lequel l'esprit nordique-germanique fusionne avec l'esprit méridional-grec), dans son idée, aurait été celui choisi par la Rus' de Kiev et la dynastie des Ruriks, dont les nationalistes ukrainiens se considèrent comme les héritiers ethniques naturels.

Dmytro_Doncow.jpg

Ici, Semenyaka adopte les théories de Dmytro Dontsov (1883-1973) (photo), qui est généralement considéré comme le père de la spiritualité ukrainienne. En effet, considérant les Russes et les Biélorusses comme des imposteurs ethniques (bien qu'appartenant à la même souche slave orientale que les Ukrainiens), il parlait ouvertement de "mutation culturelle mongole" en référence à la Russie.

Dans cette perspective, le bloc d'États "intermarium" occupe une sorte de troisième position et constitue l'épicentre de la "nouvelle Europe" dans laquelle, en écho aux thèses archéo-futuristes de Guillaume Faye (qui parlait toutefois expressément d'"Eurosibérie"), innovation et tradition se fondent. Dans cet espace qui s'étend de la mer Baltique à la mer Noire, les divisions nationales sont dépassées par l'idée d'"ethnofuturisme" : une sorte de mélange total des peuples slaves qui l'habitent, qui retrace en quelque sorte le mythe messianique de la "Sarmatie de l'Europe" que s'était appropriée l'aristocratie polonaise de la Fédération polono-lituanienne d'avant le partage de la Pologne au 18ème.

Or, autant il est compréhensible que le projet de l'idéologue ukrainienne puisse fasciner d'importants secteurs de la droite antilibérale européenne, autant il faut dire que le bloc "intermarium" susmentionné, sur le plan géopolitique, dépourvu de "rivages" (frontières difficilement franchissables) et de ressources naturelles substantielles, n'a aucune valeur réelle, devant nécessairement se placer sous la dépendance de l'Extrême-Orient (les États-Unis) pour assurer sa survie.

Par conséquent, l'idée prométhéenne de la mouvance Azov est facilement réduite à jouer le rôle d'une succursale des intérêts atlantistes. En dernière analyse, Semenyaka elle-même (qui devrait être familière avec la critique jüngerienne et heideggérienne du titanisme et du gigantisme), en embrassant le prométhéisme comme synonyme de la lutte contre le double despotisme néo-bolchévique et libéral-progressiste, semble ignorer (comme tant d'autres exposants du domaine auquel elle se réfère) la nature purement titanesque de la société actuelle. En fait, en paraphrasant Hésiode, elle représente le retour de l'hubris titanesque de l'exil occidental ("une région sombre à l'extrémité de la terre prodigieuse") dans lequel il était confiné par les dieux olympiens.

Notes:

[1] Voir: Decolonisation of Russia to be discussed at upcoming Helsinki Commission briefing, www.csce.gov.

[2] R. Woytak, The promethean movement in interwar Poland, "East European Quarterly", vol. XVIII, no. 3 (septembre 1984), pp. 273-278.

[3] E. Charaskiewicz, Une collection de documents du Lt. Col. Edmund Charaskiewicz (édité par A. Grzywacs - M. Kwiecien - G. Mazur), Księgarnia Akademicka, Krakow 2000, p. 56.

[4] Ibid.

[5] C. Mutti, Testimoni della decadenza, L'Arco e la Corte, Bari 2022, p. 11.

[6] C. Mutti, Il cordone sanitario atlantico, “Eurasia. Rivista di studi geopolitici” 4/2017.

 

samedi, 13 août 2022

Amnesty International prend ses distances avec l'Ukraine: le signe d'une stratégie de "sortie" de l'Occident?

LE-RAP~2.JPG

Amnesty International prend ses distances avec l'Ukraine: le signe d'une stratégie de "sortie" de l'Occident?

Source: https://zuerst.de/2022/08/08/amnesty-international-geht-auf-distanz-zur-ukraine-indiz-fuer-eine-exit-strategie-des-westens/

Berlin . L'image de l'Ukraine en prend un sacré coup - et ce n'est probablement pas une coïncidence: dans un rapport présenté très récemment, l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International accuse les forces armées ukrainiennes de graves violations du droit international humanitaire. Selon ce rapport, l'armée ukrainienne se retranche régulièrement dans des bâtiments civils, mettant ainsi en danger sa propre population. La Russie porte depuis longtemps de telles accusations contre l'Ukraine, mais elles étaient jusqu'à présent considérées comme relevant de la propagande russe. Cependant, les forces ukrainiennes inférieures en nombre n'ont pas d'autre choix que de se retrancher et d'opérer en embuscade, conformément aux tactiques de la guérilla.

Les soldats ukrainiens "ont mené des opérations répétées depuis des zones résidentielles", a déclaré Janine Uhlmannsiek, spécialiste de l'Europe et de l'Asie centrale chez Amnesty International Allemagne. L'organisation de défense des droits de l'homme a mené sa propre enquête dans la zone de guerre.

Les experts d'Amnesty ont trouvé des preuves que les forces ukrainiennes tiraient depuis des zones résidentielles et avaient installé des postes militaires dans 19 villes et localités, notamment dans des écoles et des hôpitaux abandonnés, dans les régions de Mykolaïv, dans le sud de l'Ukraine, ainsi que près de Kharkiv et dans le Donbass, dans l'est de l'Ukraine, lors de recherches effectuées entre avril et juin.

La secrétaire générale d'Amnesty, Agnès Callamard, a déclaré que l'armée ukrainienne avait mis en place un modèle de mise en danger des civils et de violation des lois de la guerre. Amnesty a cité un habitant qui a déclaré : "Nous n'avons pas le droit d'intervenir dans les décisions de l'armée, mais nous en payons le prix".

Amnesty International a enquêté sur un total de 41 attaques à Kharkiv, au cours desquelles de nombreux civils auraient été tués. Le fait que l'Ukraine se défende contre la guerre d'agression russe ne dispense pas les militaires du pays "de leur devoir de respecter les règles du droit international", a souligné l'organisation.

Selon le rapport d'Amnesty, la plupart des interventions documentées dans des zones résidentielles auraient eu des sites alternatifs possibles, comme des bases militaires ou des zones densément boisées. En outre, les soldats n'auraient pas ordonné l'évacuation de civils, alors que ceux-ci risquaient d'être touchés par des frappes russes de représailles.

Amnesty a déclaré le 29 juillet avoir demandé au ministère ukrainien de la Défense de répondre à ces accusations. Cependant, aucune réponse n'a été donnée avant la publication de l'avis.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyj a plutôt rejeté avec force les accusations d'Amnesty International. Le groupe de défense des droits de l'homme tente de "transférer la responsabilité de l'agresseur à la victime", a-t-il insinué après la présentation du rapport. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, M. Kuleba, s'est également dit "indigné" par ces accusations prétendument "injustes".

Les observateurs soulignent qu'Amnesty International n'est pas une organisation indépendante dans les faits, mais qu'elle est financée par des gouvernements occidentaux de manière détournée, tout comme l'organisation de lutte contre la corruption Transparency International et de nombreuses autres ONG. Amnesty elle-même fait preuve d'une opacité extraordinaire quant à l'origine de ses propres ressources financières. Le signal politique envoyé par le rapport critique sur l'Ukraine qui vient d'être publié est dès lors d'autant plus remarquable. Il peut être interprété comme une indication que les gouvernements occidentaux, malgré leur soutien continu à l'Ukraine, préparent déjà une stratégie de "sortie" - sachant qu'au plus tard à l'automne et compte tenu de l'urgence énergétique qui se profile, le cours pro-Ukraine actuel ne pourra plus être maintenu. (mü)

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 11 août 2022

Alice Weidel : "L'Ukraine aurait dû devenir neutre"

alice-weidel.jpg

Alice Weidel : "L'Ukraine aurait dû devenir neutre"

Kiev aurait dû être encouragée à devenir un Etat neutre, affirme Alice Weidel dans un entretien.

Source: https://contra24.online/2022/08/alice-weidel-ukraine-haette-neutral-werden-muessen/

Alice Weidel, la présidente du parti Alternative pour l'Allemagne (AFD), a identifié l'erreur de l'Occident concernant l'Ukraine. Selon la politicienne, les alliés de Kiev auraient dû policer l'image de ce pays d'Europe de l'Est en l'encourageant à devenir Etat neutre au lieu de l'entraîner dans l'OTAN et l'UE.

Dans un entretien avec la ZDF publié dimanche, on a demandé à Mme Weidel pourquoi certains membres de l'AFD justifiaient l'offensive russe contre l'Ukraine ou même diffusaient de la "propagande du Kremlin". La chef de groupe de l'AFD a répondu : "Dans notre parti et notre groupe, il est indiscutable qu'il s'agit d'une guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine, contraire au droit international".

Weidel a toutefois souligné qu'en considérant le conflit actuel dans ce pays d'Europe de l'Est, il ne fallait pas négliger le contexte historique des événements actuels. "L'intégration de l'Ukraine et les projets d'inclusion de l'Ukraine dans l'OTAN et l'UE sont, depuis des décennies, quelque chose que les Russes n'accepteront jamais", a précisé la politicienne allemande.

Moscou a toujours été clair sur le fait qu'il n'accepterait pas une "puissance adverse dans son arrière-cour", a-t-elle ajouté. Mme Weidel a ajouté que "l'Ukraine est une ligne rouge pour la Russie depuis des décennies". La chef de file de l'AFD a ajouté que l'Occident traitait ce sujet hautement sensible avec "insouciance" et qu'il avait commis une erreur en ne faisant pas de l'Ukraine un pays neutre.

Mme Weidel a souligné que son parti considérait le conflit actuel en Ukraine comme extrêmement dangereux, notamment pour l'Allemagne, qui n'est pas aussi éloignée des champs de bataille que les États-Unis. La politicienne a également mis en garde contre la résurgence d'une mentalité cherchant à reconstituer des blocs opposés, soit une situation similaire à celle de la guerre froide, la Russie et la Chine développant des relations de plus en plus étroites entre elles. Un tel scénario n'est pas dans l'intérêt de l'Allemagne, a déclaré la chef du groupe parlementaire AFD.

2021.5.7_Kotré-252_Farbe-Druck.jpg

Fin mars, Steffen Kotré, membre du Bundestag de l'AfD, a affirmé que les États-Unis utilisaient l'Ukraine comme tête de pont pour déstabiliser la Russie. Si nous évoquons cela, nous devrions également parler des laboratoires biologiques qui sont dirigés contre la Russie", a déclaré le député - une allusion évidente aux affirmations de Moscou selon lesquelles les États-Unis auraient établi de telles installations secrètes dans le pays d'Europe de l'Est.

tino-chrupalla.jpg

Le mois suivant, Tino Chrupalla, président et principal porte-parole de l'AfD, a parlé des "intérêts légitimes de la Russie en matière de sécurité", ajoutant que le conflit en Ukraine avait "plusieurs pères". Chrupalla a également demandé à plusieurs reprises que le gouvernement fédéral lève les sanctions contre la Russie, car elles affectent le plus les entreprises et les citoyens allemands, a déclaré le politicien de l'AfD.

Interrogée à nouveau sur les déclarations de certains membres de l'AfD, Mme Weidel a réaffirmé que le parti qualifiait l'intervention militaire de la Russie en Ukraine de "guerre d'agression contraire au droit international" et a ajouté : ceux qui tiennent publiquement des propos qui s'écartent de la ligne du parti seront traités "en interne". La politicienne a toutefois refusé d'entrer dans les détails concernant les conséquences auxquelles de tels membres du parti doivent s'attendre.

Pour plus de nouvelles et d'informations (sans censure Facebook), consultez notre chaîne Telegram (https://t.me/comagde) et notre groupe de discussion Telegram (https://t.me/+sydNkheo8hdiN22ZI). Vous pouvez également nous rendre visite sur Gettr.com (https://gettr.com/user/contra24).

Quand la CIA s'inquiétait du nationalisme ukrainien

nogeoingegneria-com-climate-change-geopolitica-ukraine-cia-globalresearch-ca-.jpg

Quand la CIA s'inquiétait du nationalisme ukrainien

SOURCE : https://it.insideover.com/guerra/langley-1957-locchio-della-cia-sul-nazionalismo-ucraino-2057733.html

À l'aube de la guerre froide, au moins trois grands groupes nationalistes actifs contre l'Union soviétique opéraient en Ukraine. Des groupes qui avaient attiré l'attention de Langley, qui s'intéressait à d'éventuelles opérations spéciales sur le territoire de la République socialiste d'Ukraine.

Que l'Ukraine était le foyer des rêveurs d'indépendance, notre site InsideOver vous l'a déjà dit dans le reportage consacré à Lugansk. Et si à l'est du pays (dans ces provinces aujourd'hui disputées à Kiev par Vladimir Poutine), le vent de l'autonomisme soufflait depuis 1919, la perspective d'une nation libérée du joug des grandes puissances s'était également répandue dans les régions centrales et occidentales depuis le début du 20ème siècle. 

Les persécutions soviétiques des années 30 et, plus tard, l'occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale ont représenté une sorte de sève pour les réalités indépendantistes, dont Stepan Bandera est peut-être le nom et le visage les plus connus en Ukraine et en Occident. Il est devenu "célèbre" après l'invasion russe du 24 février 2022.

MV5BMGM1ZTllYjktMGI5ZS00ZGE0LTk1NDUtMmEyMWU3NjQ2ZWI1XkEyXkFqcGdeQXVyNjUxMjc1OTM@._V1_.jpg

Bandera (photo) était, en fait, une figure de proue de la lutte pour l'identité ukrainienne avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Attention, nous écrivons identité et non liberté car, en tant que "partisan", Bandera est sui generis. Nationaliste, anticommuniste ; allié, prisonnier et à nouveau collaborateur des Allemands, Bandera a tenté d'exploiter l'occupation nazie des territoires ukrainiens pour fonder un État ukrainien indépendant.

Un personnage historique que nous qualifierions aujourd'hui d'"équivoque", bien que sa conduite reflète le caractère des peuples d'Europe de l'Est et des Balkans : la défense de l'ethnie à laquelle ils appartiennent est supérieure à toute idéologie, croyance politique, équilibre international. Cet élément a été exploité par les grandes puissances, dans le cas de Bandera par le Troisième Reich contre les Soviétiques et leurs alliés, contre les Juifs et contre les Polonais. Et qui, dans le nouveau scénario de la guerre froide, a également été suivi avec intérêt par Washington.

En 1957, la Central Intelligence Agency (CIA) a donc classé "secret" un volumineux dossier sur l'Ukraine, une analyse détaillée et approfondie de l'histoire, de la géographie, des facteurs économiques et des activités antisoviétiques de la République socialiste ukrainienne.

Le but est dans le titre du rapport : Facteurs de résistance et zone des forces spéciales. Reconstituant l'activité des partisans pendant la Seconde Guerre mondiale, la CIA identifie quatre zones où la résistance était la plus forte : Poles'ye (l'actuelle Biélorussie), le sud de la Volhynie, la région des Carpates et les montagnes de Crimée. L'origine géographique a également influencé l'orientation politique des groupes : dans l'est de l'Ukraine se concentraient les pro-Soviétiques (Ukrainiens fidèles à Moscou et soldats de l'Armée rouge coupés des leurs par la retraite), dans l'ouest de l'Ukraine les groupes nationalistes, comme par exemple en Volhynie où, en 1943, les nationalistes ukrainiens ont durement persécuté les Polonais afin d'empêcher la Pologne de revendiquer un jour des territoires à majorité polonaise à la fin du conflit mais en fait ressentis par les Ukrainiens comme leur appartenant. Un exemple est la ville de Lviv, aujourd'hui ukrainienne mais avec une forte tradition polonaise. 

Les perspectives sont également différentes : les pro-russes soutiennent Moscou et l'Armée rouge, tandis que les nationalistes visent la naissance d'une entité indépendante des Allemands et des Soviétiques, avec une culture et une langue ukrainiennes.

Les documents soulignent également que certaines zones densément boisées se prêteraient bien à des formes de guerre non conventionnelles, car les forces russes auraient du mal à y pénétrer.

lwf_ukraine_waldanteil_gross.gif

Facteurs de résistance et zone des forces spéciales est à la fois une analyse du terrain et un regard sur les capacités des groupes de résistance locaux qui, après la reconquête de l'Ukraine par l'Armée rouge, ont tenu tête aux NKVD et MVD entre 1945 et 1954.

L'épisode ukrainien n'est pas un cas isolé. Dans les territoires reconquis ou occupés par l'Armée rouge et ses alliés, les partisans antisoviétiques ont opéré pendant des décennies.

En République socialiste de Yougoslavie, il y avait les Kraziri (croisés, ndlr) qui reprenaient l'héritage du nationalisme croate des oustachis ; au sud, au Kosovo, l'indépendance kosovare donnera du fil à retordre à Belgrade jusqu'à la mort de Josip Broz, et même au-delà.

Sur les rives de la mer Baltique, en revanche, les Estoniens, Lituaniens et Lettons se sont retrouvés à combattre à la fois les nazis et les Soviétiques ou, dans d'autres cas, ils ont d'abord combattu les Soviétiques aux côtés des Allemands, puis ont poursuivi le combat, même après la fin de la guerre.

Aucun d'entre eux, probablement, n'était un nazi convaincu : le souhait d'une patrie indépendante, d'une identité qui ne serait pas écrasée par les nouveaux dirigeants russes, a d'abord animé l'alliance avec Berlin et, après la guerre, la guérilla dans les forêts contre les unités du NKVD de Berija.

Ce n'est donc pas une coïncidence si, au cours de la première décennie de la guerre froide, les États-Unis ont suivi de près ces réalités. "Les unités Waffen SS baltes doivent être considérées comme séparées et distinctes des SS allemands en termes de but, d'idéologie, d'activités et de qualification, par conséquent la commission considère qu'elles ne constituent pas un mouvement hostile au gouvernement des États-Unis", telle est la conclusion à laquelle sont parvenus les membres d'une commission chargée d'évaluer les crimes commis par les Waffen SS pendant la guerre.

Nous sommes en 1950 et les blessures, notamment parmi les victimes de la persécution nazie, sont encore fraîches. Pourtant, la principale nation alliée est arrivée à la conclusion que les SS baltes constituaient une entité distincte des autres, probablement dans le but de pouvoir exploiter l'action des anciens combattants pour contenir la puissance soviétique sur les rivages de la Baltique.

Cela ressemble, si l'on y réfléchit, à ce qui s'est passé récemment avec certaines unités déployées contre les Russes en Ukraine : malgré la forte suspicion de sympathies nazies, elles ont été soutenues et armées par les États-Unis et leurs alliés occidentaux pour affronter l'armée de Moscou.

Même dans le cas de Bandera, les analystes de Langley passent sous silence les aspects peu clairs de son passé en se concentrant sur les capacités des trois principales organisations antisoviétiques : l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), l'Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), le Conseil suprême pour la libération de l'Ukraine (UHVR), qui sont toutes trois "étroitement associées à un leadership qui prend la forme d'une 'direction imbriquée' avec les mêmes éléments au sommet de chaque organisation".

Ce qui est moins clair, c'est que la CIA reconnaît comment les éléments de l'OUN, de l'UPA et de l'UHVR ont été effectivement éliminés par la police secrète soviétique depuis 1954. Quel est donc l'intérêt de produire un rapport aussi détaillé si les alliés potentiels sur le terrain ne sont pas au rendez-vous ?

soldiers-train-594374518.jpg

La réponse se trouve dans l'histoire récente de la politique étrangère américaine. En effet, les Etats-Unis ont apporté leur soutien tant à des unités très combatives (Contras, Viet Minh dans une perspective antijaponaise, Mujahideen), qu'à des réalités qui n'auraient jamais pu vaincre les forces adverses sur le terrain, comme les Montagnards vietnamiens, l'Alliance du Nord entre 1992 et 2001, et les Kurdes. L'intérêt, dans ce cas, n'est pas de gagner la confrontation avec l'ennemi à court terme, mais plutôt de l'épuiser, en le forçant à engager toujours plus de ressources et de moyens pour réprimer les forces antigouvernementales.

Ce qui restait de l'OUN, de l'UPA et de l'UHVR aurait pu être réorganisé par les opérateurs sur le terrain, afin de reprendre l'activité de guérilla anti-russe après le revers de 1954.

Une stratégie de dix ans et de plusieurs millions de dollars, fondamentalement similaire à celle à laquelle nous assistons aujourd'hui en Ukraine, un conflit qui est destiné à durer beaucoup plus longtemps et à évoluer vers un affrontement de faible intensité entre Kiev et la Russie. Et l'envoi d'armes et de moyens a précisément pour but d'occuper Moscou autant que possible, dans l'espoir que le "miracle" de l'Afghanistan se produise à nouveau: le retrait de l'URSS en 1989 et l'effondrement de l'Union Soviétique en 1991.

Il est dommage qu'une fois le drapeau rouge abaissé au Kremlin, tant la Russie que l'Afghanistan aient traversé une très longue période d'instabilité qui, dans le cas afghan, dure encore...

mardi, 09 août 2022

Ukraine, l'économie de guerre est utilisée pour préparer le pillage néolibéral du pays

VRG_Illo_STK010_K_Radtke_Ukraine_Glitch.0.jpg

Ukraine, l'économie de guerre est utilisée pour préparer le pillage néolibéral du pays

par Peter Korotaev

Source: https://www.ideeazione.com/ucraina-leconomia-di-guerra-viene-usata-per-preparare-il-saccheggio-neoliberista-del-paese/

Cet excellent article de Peter Korotaev explique comment le pays fait face économiquement à l'état de guerre actuel, à travers une analyse lucide et précise des mesures prises par l'UE pour préparer le terrain à ce que deviendra l'Ukraine.

Au lieu de mettre en place une économie basée sur la nationalisation des structures clés, le gouvernement ukrainien continue de suivre les dogmes néolibéraux, à cause de la pression occidentale sur les décideurs politiques.

Nous avons là une expérience de libéralisation totale de chaque secteur de l'économie, qui n'est réalisable que dans une phase d'urgence, lorsque tous les regards sont tournés ailleurs.

Il ne restera bientôt plus que des décombres, sur lesquels l'UE et les États-Unis construiront ce dont ils ont besoin.

Les besoins de la population restent insatisfaits

Hourra pour Zelensky, hourra pour le rêve européen !

Lors d'une conférence en 2020, l'ancien ambassadeur canadien en Ukraine a déclaré qu'après l'Euromaïdan, le pays était devenu un laboratoire pour l'expérimentation d'un monde idéal.

En d'autres termes, la libéralisation économique, inacceptable chez nous, pourrait être expérimentée en Ukraine.

Mais comment concilier cette "expérience" avec les conditions d'une guerre totale ? Et si une telle situation pousse généralement les États à l'interventionnisme économique, l'Ukraine fait-elle de même ?

Les besoins financiers de l'Ukraine

Tout d'abord, il y a le problème de la dette croissante de l'Ukraine.

Selon le ministère ukrainien des Finances, de janvier à juin, le budget de l'État a enregistré 35 milliards de dollars de dépenses et 21,8 milliards de dollars de recettes.

Cancel-Ukraine-Debt-3-1.png

La situation s'est progressivement aggravée. Les 1,5 milliard de dollars de recettes en juin, contre 2,5 milliards en mai, n'ont couvert que 19,4 % des dépenses.

Sur la période janvier-juin 2022, 19 milliards d'US$ proviennent de diverses formes de crédit et d'aide étrangère. Plus de la moitié, soit 11,8 milliards US$, provenait d'obligations d'État, tandis que 7,6 milliards US$ (35 %) étaient simplement de l'argent imprimé par la banque nationale et remis au ministère des Finances. Les 7,2 milliards de dollars restants provenaient de divers crédits et subventions étrangers.

Le ministre des finances, Serhii Marchenko, a déclaré à plusieurs reprises que sans une augmentation considérable de l'aide, l'Ukraine sera contrainte de réduire davantage ses dépenses non militaires dans quelques mois.

La pression a déjà été ressentie par les employés de l'État.

Les cheminots de l'État, qui ont joué un rôle important et dangereux en sauvant la vie de millions de civils, reçoivent leurs salaires avec sept à dix jours de retard et, lorsqu'ils les reçoivent, ils sont réduits d'un tiers, soit une diminution d'environ 150 dollars par mois.

De nombreux enseignants et professeurs d'université n'ont pas reçu leur salaire depuis des mois. Dans les ports, les travailleurs qui gagnaient 260 dollars par mois ne gagnent plus qu'un peu plus de 50 dollars et avec des retards.

Malgré les nombreux discours sur la générosité occidentale, en mai, l'Ukraine n'avait reçu qu'un tiers des 5 milliards de dollars dont elle avait besoin. À la mi-mai, The Economist rapportait que l'Ukraine avait accumulé un déficit fiscal de 15 milliards de dollars et n'avait reçu que 4,5 milliards de dollars en subventions étrangères. Le ministère des Finances a indiqué que 21 % (7,3 milliards de dollars) de toutes les dépenses budgétaires de janvier à juin avaient été allouées au paiement de la dette de l'État.

La situation va s'aggraver : Bloomberg a calculé que l'Ukraine sera confrontée à une échéance de remboursement de sa dette de 1,4 milliard de dollars en septembre.

L'importance de la dette publique extérieure de l'Ukraine (le gouvernement ukrainien a également annoncé récemment qu'il espérait obtenir 200 à 300 milliards de dollars de crédits occidentaux pour la reconstruction d'après-guerre) signifie que le pays aura encore moins la possibilité de refuser les exigences politiques imposées par les créanciers occidentaux. Le ministre des Finances et le directeur des impôts n'ont cessé de répéter pendant la guerre que l'Ukraine continuera à assurer le service de sa dette souveraine, soulignant leur volonté de suivre les exigences des créanciers.

20141025_eud001.jpg

Corruption et nationalisation

Depuis 2014 - mais avec une vigueur renouvelée ces derniers jours - les partenaires occidentaux de l'Ukraine poussent le pays à "lutter contre la corruption".

Cette "lutte" a de nombreux effets économiques importants. En général, les États en guerre ont tendance à nationaliser les secteurs clés de l'économie pour maximiser la production d'armes et stabiliser l'économie civile, à la fois pour éviter le chaos à l'arrière et pour nourrir l'armée.

Étrangement, cela ne s'est pas produit en Ukraine, bien que le gouvernement ait déclaré une situation de "guerre totale". Fait remarquable, une loi a été adoptée à la fin du mois de juin pour "relancer la privatisation des actifs de l'État à un niveau supérieur".

FO1kQQwXIAsvZVx.jpg

Certains hommes politiques ont critiqué cette approche : Vadym Denysenko (photo), vice-ministre de l'Intérieur au début de la guerre, a appelé à se tourner vers une "gestion directe de l'économie par l'État". Mais jusqu'à présent, son appel est resté lettre morte.

Appelant à la nationalisation, M. Denysenko a fait remarquer qu'"l'ère du temps n'est plus en faveur du Bureau national anticorruption d'Ukraine (le NABU)". Il a dit cela parce qu'au cours des huit dernières années, une flopée d'"organismes anti-corruption" - ONG, organismes d'État et organismes intermédiaires - se sont concentrés sur l'élimination de l'intervention de l'État dans l'économie.

Mis en place par la "société civile" libérale ukrainienne, l'Agence américaine pour le développement international (USAID) et l'Open Society Foundation, ces organismes ont créé des sites web tels que Prozorro ("transparence"), qui gère les marchés publics ukrainiens.

prozorro.jpg

Le maire de Dnipro a vivement critiqué Prozorro ces derniers mois en raison de la décision du gouvernement d'exiger que tous les achats d'équipements militaires passent par ce programme. Il a insisté sur le fait que cette transparence publique dans les affaires militaires et la bureaucratisation des appels d'offres militaires urgents ne font qu'aider l'armée russe.

Il est intéressant de noter que le site web n'a pas pour fonction de garantir la territorialité des marchés publics.

Selon Prozorro et ses partenaires, la gestion interne des appels d'offres de l'État sert les intérêts d'une "oligarchie" corrompue qui dépend des rentes de l'État plutôt que de l'efficacité. Et de toute façon - comme la presse libérale ukrainienne ne se lasse pas de nous le rappeler - pourquoi acheter un produit ukrainien de qualité inférieure s'il peut être acheté moins cher ailleurs ?

L'exigence selon laquelle les appels d'offres publics doivent comporter un quota minimum de fournisseurs nationaux est commune à la plupart des pays, et son absence dans le Prozorro a été qualifiée d'"extrêmement étrange" par le nouveau ministre de l'économie en 2021.

En raison de cette démarche visant à neutraliser les "risques de corruption" découlant de la localisation nationale des achats de l'État, environ 40 % des achats de l'État ukrainien proviennent de fabricants étrangers. À titre de comparaison, les États-Unis et les pays de l'Union européenne (UE) effectuent environ 5 et 8 % de leurs achats publics à l'étranger, respectivement. L'impératif de "mettre fin à la corruption" passe avant le développement économique de l'Ukraine.

Lorsque les législateurs ukrainiens ont tenté de faire passer une loi en 2020 qui garantirait la localisation des achats de l'État, les bureaux de lutte contre la corruption (ainsi que l'UE et les États-Unis) l'ont frénétiquement déchirée, invoquant les "possibilités d'utilisation corrompue" de cette mesure parfaitement ordinaire. Finalement, la loi a été adoptée, mais amendée pour appliquer les restrictions de localisation uniquement aux pays situés en dehors de l'UE ou de l'Amérique du Nord.

En bref, le vaste écosystème anti-corruption de l'Ukraine est un mécanisme de contrôle qui maintient son économie perpétuellement ouverte au pillage par les exportateurs étrangers qui bénéficient souvent d'un traitement préférentiel de la part de leur propre gouvernement. L'idée que la "corruption" est le plus grand obstacle au développement est une fiction utilisée pour justifier la libéralisation du commerce dans laquelle les capitalistes occidentaux les plus puissants gagnent inévitablement, au détriment de l'économie ukrainienne.

Grâce en grande partie à cette vaillante lutte "anti-corruption", l'Ukraine s'est radicalement désindustrialisée au cours des huit dernières années.

De 2013 à 2019, les exportations de produits aérospatiaux ont été divisées par 4,8, celles de wagons par 7,5, celles de produits métallurgiques par 1,7 et celles de produits chimiques par 2,1. La situation était particulièrement mauvaise dans le complexe militaro-industriel, les grands complexes navals et de missiles de l'Ukraine soviétique ayant autrefois disparu. Pas un seul budget n'est passé sans des achats grandioses - et coûteux - d'équipements militaires occidentaux. Au cours de la période 2018-2021, pas moins d'un milliard de dollars a été dépensé pour acheter 110 hélicoptères français pour la police ukrainienne, malgré le fait que l'Ukraine possède une excellente usine soviétique d'hélicoptères, bien qu'elle soit tombée en désuétude en raison d'une préférence pour les acheteurs étrangers. Cette immense désindustrialisation, même si elle est au service d'idéaux admirables tels que la "civilisation européenne", n'a pas servi l'Ukraine dans une guerre décidée par la taille du stock de roquettes et d'artillerie lourde de chaque armée.

Les personnages scandaleux qui peuplent les tribunaux anti-corruption sont, depuis le début de la guerre, restés sous le radar dans la ville relativement calme de Lviv, ou sont plus simplement partis pour Paris.

DjCBU-pX4AA-FL_.jpg

Certaines figures célèbres, comme Artem Sytnyk (photo), ont même été reconnues coupables de corruption par la justice, mais n'ont pas été démises de leurs fonctions en raison des demandes directes des États-Unis et du Fonds monétaire international (FMI). Il a été révélé que Sytnyk a reçu 30.000 dollars d'indemnités de départ d'un organisme de lutte contre la corruption dans les premiers mois de la guerre, avant d'être reconduit dans un autre organisme. Recevant les salaires les plus élevés de tous les employés de l'État, 83 millions de dollars du budget ukrainien de 2021 ont été alloués aux trois plus grands organes de lutte contre la corruption, bien qu'ils soient souvent critiqués pour ne pas procéder à des arrestations à grande échelle pour corruption. Alors que les fonctionnaires ordinaires ont vu leurs salaires réduits à des niveaux absurdes, le budget ultra-endetté de l'Ukraine trouve de la place pour ces "travailleurs essentiels".

Ces tribunaux ont un statut juridique très flou et le mode de sélection de leurs dirigeants a même été déclaré inconstitutionnel par la Cour constitutionnelle en 2020, ce qui a conduit Volodymyr Zelensky à tenter sans succès (et illégalement) de démettre les juges constitutionnels. Il n'est pas surprenant que l'une des principales demandes de l'UE, répétée ces derniers jours, soit de "réformer" ce tribunal, qui s'est également prononcé contre des symboles de l'intégration européenne tels que la privatisation des terres agricoles. La guerre a fourni l'occasion de se débarrasser enfin des juges peu amènes.

L'UE a déjà commencé à exiger que l'Ukraine continue à accorder aux organismes de lutte contre la corruption un contrôle sans entrave, ce qui constitue l'une des conditions de son "intégration européenne" (ou plutôt, de l'octroi du statut conditionnel de candidat à l'UE). La "lutte contre la corruption" est de mauvais augure pour toute tentative d'accroître l'intervention de l'État dans la sphère économique, même si les organes de lutte contre la corruption ont déjà fait assez pour éliminer tous les politiciens dirigistes en Ukraine au cours des huit dernières années.

Lorsque le ministre des finances Marchenko a énuméré les choses terribles que le gouvernement pourrait être contraint de faire sans aide suffisante, il a cité la "nationalisation" aux côtés de coupes budgétaires catastrophiques.

Au lieu de nationalisations à grande échelle de secteurs cruciaux, on a assisté à un mélange de nationalisations ratées, de "nationalisations" par les personnalités les plus libérales d'Ukraine et de rachats par des entreprises publiques néolibérales. En termes de nationalisations ratées, les derniers mois ont été marqués par plusieurs tentatives de régulation des prix de l'essence, dont la pénurie était due aux campagnes de bombardements ciblés. Étant donné le manque de capacité de l'État, cette régulation a généralement échoué et le gouvernement passe régulièrement de la régulation temporaire du prix à sa fluctuation. Ces derniers jours, les pénuries dues à la spéculation se sont à nouveau intensifiées.

AvramchukA_20171129205256-1-e1535035697374.jpg

Entre-temps, la "nationalisation" des actifs russes (ou "pro-russes") a occupé le devant de la scène en Ukraine. Ce fonds d'actifs saisis est contrôlé par Tymofey Mylovanov (photo). Ancien ministre du développement économique et directeur de la Kyiv School of Economics, il est célèbre pour ses positions ultra-libérales, selon lesquelles la privatisation est la solution à tous les problèmes.

Entre-temps, le secteur du gaz a été monopolisé par la fameuse compagnie gazière d'État, Naftogaz. Son patron, Yuri Vitrenko, aime raconter aux travailleurs de l'énergie licenciés les leçons d'Adam Smith, leur expliquant pourquoi ils devraient tout simplement aller travailler en Pologne au lieu de chercher à conserver leur emplois dans les raffineries d'uranium superflues de l'Ukraine. Néanmoins, la société a "balayé le marché du gaz" en prenant le contrôle de 93 % du secteur en mars-mai.

En mai, Naftogaz a annoncé une augmentation de 300 % du prix du gaz pour les fournisseurs. Le gouvernement a immédiatement assuré au public que les prix du gaz à la consommation n'augmenteraient plus pendant la guerre grâce à l'aide financière de l'Occident. Mais que se passera-t-il après la guerre, lorsque Naftogaz n'aura plus de concurrents ? L'une des principales exigences du FMI était la libéralisation du marché du gaz, afin que son prix converge avec celui des marchés allemands. Bien que le gouvernement ukrainien ait souvent été contraint de réglementer les prix du gaz en raison des protestations, il a signé un mémorandum avec le FMI en 2021, dans lequel un prêt initial de 700 millions de dollars était conditionné à l'accord selon lequel, d'ici mai 2022, 50 % du marché du gaz serait vendu aux prix du marché (européen) et d'ici 2024, 100 %. Cela signifierait une augmentation des prix du gaz à la consommation de plus de 400 %. Depuis que l'Ukraine est devenue dépendante des crédits du FMI en 2014, les prix du gaz à la consommation ont déjà augmenté de 650 %. Compte tenu de la dépendance croissante de l'Ukraine vis-à-vis du FMI, il est difficile d'imaginer qu'elle continuera à geler les prix du gaz à la consommation à un faible niveau grâce à l'aide occidentale.

En résumé, bien que cette évolution vers la nationalisation du secteur de l'énergie en temps de guerre soit certainement meilleure que l'alternative consistant à laisser le marché décider des prix, et que la décision d'interdire l'exportation de charbon, de gaz et de carburant en temps de guerre soit louable, le fait que Naftogaz ait toujours été plus intéressé par les profits que par le bien public rend difficile tout optimisme quant à l'avenir après la guerre. De nombreux experts en énergie doutent également que Naftogaz ait la capacité de prendre le contrôle de l'ensemble du système énergétique ukrainien. Si l'Ukraine ne s'était pas donné la peine de construire un "marché intégré du gaz en Europe" ces dernières années, elle aurait pu être mieux préparée.

Libéralisation du droit du travail

Outre le prix du gaz, les travailleurs ukrainiens auront une raison de plus de se rendre en Pologne, car leur pouvoir de négociation vis-à-vis de leurs patrons diminue en raison de la libéralisation du droit du travail.

Au cours des trois dernières décennies, de nouvelles lois ont été adoptées presque chaque année pour libéraliser le code du travail, et en mai, la version la plus libérale a été adoptée.

Au lieu de fournir des droits du travail unifiés pour tous et la possibilité de créer des conventions collectives, les travailleurs des entreprises de moins de deux cents employés (c'est-à-dire la majorité des travailleurs) n'auront désormais que la "possibilité" d'accepter individuellement les règles proposées par l'employeur - annulant de fait la couverture législative pour la majorité des travailleurs. Ces réformes permettent aux entreprises de licencier des travailleurs à volonté sans même une consultation nominale avec les syndicats et libèrent les employeurs de leur obligation de payer les salaires des travailleurs mobilisés au front. Bien que ce modèle ait souvent été proposé en Ukraine, il a généralement été adouci en raison des protestations des syndicats. La guerre - avec son chômage de masse et la suppression du militantisme syndical - était le moment idéal pour l'approuver.

Les politiciens qui ont créé cette législation l'ont fait sous les auspices d'un programme USAID. Les riches pays occidentaux ont toujours été désireux de promouvoir de telles lois en Ukraine. Les rapports du Fonds monétaire international sur l'Ukraine font souvent référence à la nécessité d'une plus grande libéralisation du marché du travail, et parfois même, il s'agissait d'une condition pour obtenir de nouveaux prêts du FMI. En 2021, des documents ont fait l'objet d'une fuite montrant que le ministère britannique des Affaires étrangères a organisé des séminaires pour le ministère ukrainien des Affaires économiques, expliquant quelle est la meilleure façon de convaincre les électeurs de la nécessité de telles lois.

Étant donné la dépendance de l'économie britannique post-Brexit vis-à-vis des travailleurs migrants ukrainiens à bas salaire - 67 % des visas d'ouvriers agricoles en 2021 iront à des Ukrainiens - il n'est pas surprenant que le ministère britannique des Affaires étrangères parraine une telle déréglementation en Ukraine. Une détérioration du marché du travail en Ukraine pousserait encore plus d'Ukrainiens à travailler au Royaume-Uni pour des salaires bien inférieurs aux niveaux britanniques. Comme la guerre a vu l'Ukraine s'endetter de plus en plus auprès du FMI et de l'UE, il est également fort probable que l'adoption de cette législation ait été motivée en partie par la volonté de montrer à l'UE la fidélité de l'Ukraine à la "voie des réformes".

Politique fiscale

Au début de la guerre, le gouvernement ukrainien a annulé les taxes et les tarifs douaniers sur les importations. C'était une excellente nouvelle pour les concessionnaires automobiles, des milliers de voitures traversant la frontière à des prix bien plus bas que d'habitude. Mais c'était mauvais pour le budget de l'Ukraine, qui a perdu environ 100 millions de dollars par mois. Elle a également aggravé le déficit en carburant de l'Ukraine, les camions d'essence étant bloqués par les énormes embouteillages à la frontière. En conséquence, la Banque nationale d'Ukraine (NBU) et le ministère des Finances ont exercé de fortes pressions pour obtenir le rétablissement de cette taxe, ce qu'ils ont réussi à faire à la fin du mois de juin.

Bien que le gouvernement montre une certaine volonté de rétablir l'impôt de base, il ne voit pas autrement la nécessité d'augmenter l'imposition des grandes entreprises.

630_360_1607709769-939.jpg

Dans une interview accordée à Bloomberg, "Marchenko (photo) a réaffirmé qu'il n'était pas favorable à une modification du système fiscal sous quelque forme que ce soit, ni en l'assouplissant ni en le durcissant". La politique fiscale de l'Ukraine n'a donc pas dévié du consensus post-Euromaidan qui voit dans la baisse des impôts la clé de la croissance et de la prospérité.

Au contraire, en annulant tant de taxes et en parlant de la reconstruction d'après-guerre principalement en termes de zones d'exportation sans taxes, la guerre a paradoxalement vu une intensification de ce modèle fiscal.

Pendant ce temps, les recettes fiscales perçues ne sont évidemment pas utilisées pour renforcer le secteur public. Ce qui se rapproche le plus de ce que l'on pourrait appeler de l'interventionnisme économique ukrainien jusqu'à présent, c'est l'annonce par le premier ministre d'un programme de 1,3 milliard de hryvnia (44 millions de dollars) visant à parrainer les travailleurs du secteur informatique pour améliorer leurs qualifications. Ici, comme ailleurs, la guerre a vu la poursuite du modèle économique libéral d'avant-guerre - un pays basé sur l'exportation d'un petit paquet de produits agricoles, une classe urbaine de spécialistes en informatique, petite mais dynamique, et les transferts de fonds de millions de travailleurs migrants.

Politique monétaire

L'une des demandes les plus importantes et les plus constantes faites à l'Ukraine par le FMI et d'autres créanciers occidentaux depuis 2014 est "l'indépendance de la banque centrale". Cela signifie qu'il faut choisir des figures de la NBU approuvées par le FMI qui veillent à ce qu'elle obéisse à la logique libérale orthodoxe la plus stricte, considérant le "ciblage de l'inflation" par le biais d'instruments monétaires comme la seule forme acceptable d'intervention étatique.

Les entreprises ne peuvent pas obtenir de crédit et le pays se désindustrialise, mais au moins la monnaie est stable. En Ukraine, la NBU est certainement "indépendante", bien que certains analystes plaisantent en disant que cela signifie qu'elle est totalement indépendante des intérêts de l'Ukraine. Les décisions de la NBU en temps de guerre en sont la preuve la plus évidente.

1000_hryvnia_2019_front.png

Le ministre des Finances a créé des obligations de guerre spéciales au moment de l'invasion, espérant recevoir quelque 400 milliards de hryvnia (13,5 milliards de dollars) en faisant appel aux "citoyens patriotes". Mais après deux mois, seuls 57 milliards (2 milliards de dollars) avaient été levés grâce à ces obligations de guerre sur le marché libre. La banque nationale a été obligée d'intervenir, en achetant 70 milliards de hryvnias. Mais la NBU s'est rapidement inquiétée des tendances inflationnistes et de la dévaluation des devises, qui ont été exacerbées par l'impression de monnaie pour l'achat d'obligations de guerre. À la fin du mois de juin, la NBU avait acheté pour 7,5 milliards de dollars d'obligations, soit environ 17 % du budget ukrainien d'avant-guerre. Comme le note Bloomberg, l'impression monétaire a réduit les réserves d'or de l'Ukraine de 3 milliards de dollars, il en reste 25 milliards, tandis que l'inflation a atteint 20,1 %.

Invoquant ces dangers monétaires, la NBU a relevé les taux d'intérêt de 10 à 25 % le 1er juin. L'objectif était double : premièrement, espérer stopper l'inflation et la dévaluation de la monnaie en réduisant la masse monétaire pour les entreprises et les consommateurs ; deuxièmement, permettre au ministère des finances de gagner plus d'argent pour couvrir son budget, car ses obligations de guerre seraient poussées à la hausse par la concurrence des taux de la NBU, attirant ainsi plus d'acheteurs.

Alexey Kusch, un économiste ukrainien populaire, a publié un long message sur Facebook à propos de la décision, écrivant qu'elle l'a fait "douter pour la première fois depuis le début de la guerre, non pas de la victoire, mais de la possibilité qu'après celle-ci notre pays puisse commencer à se développer d'une autre manière" que la voie libérale qu'il a toujours critiquée. Il a cité l'adoption d'un taux de change fixe, la création d'obligations de guerre et certains contrôles des exportations de capitaux au début de la guerre comme des signes de l'émergence d'une politique économique plus sage et moins libérale en Ukraine. Au contraire, la décision de la NBU était une solution monétariste orthodoxe totalement inadaptée au contexte de la guerre.

Tout d'abord, parce qu'aucun taux d'intérêt n'est suffisamment élevé pour convaincre les capitaux étrangers d'investir en Ukraine, compte tenu des risques militaires et de la dévastation. Kusch cite le fait que les euro-obligations ukrainiennes arrivant à échéance en septembre (les obligations de guerre ukrainiennes ont une échéance de 30 ans, ce qui les rend encore moins attractives) ont été revendues sur le marché secondaire à un rendement de 250 %.

Le gouvernement a mal placé sa confiance dans la volonté des investisseurs privés de sauver un État déchiré par la guerre

Deuxièmement, parce que l'inflation en Ukraine est causée par des facteurs liés à l'offre, tels que la crise énergétique mondiale, les pénuries d'essence dues aux attaques militaires russes et aux embouteillages aux frontières, etc. Cela signifie que la solution monétariste standard consistant à réduire la demande aura peu d'effet pour stopper l'inflation. Au lieu de cela, l'intervention de l'État du côté de l'offre est nécessaire.

Troisièmement, parce que le taux de change fixe empêche a priori toute tentative monétaire d'influencer le taux de change. Selon M. Kusch, si la banque nationale prévoit de laisser flotter le taux de change, "alors les choses se gâtent vraiment". Il se souvient de la libéralisation de la monnaie en 2014-15, lorsque la hryvnia est passée de huit à une trentaine de dollars américains. Ce taux de change fluctuant a permis aux élites de retirer massivement des capitaux du pays, tandis que la population s'appauvrissait: en 2015, plus de 80 % des Ukrainiens avaient moins de cinq dollars par jour.

À l'époque, l'Ukraine disposait d'un système portuaire - aujourd'hui, en raison de la guerre, rien ne peut quitter les ports et les exportations sont tombées à moins de 40 % des niveaux d'avant-guerre. Kusch prédit donc une dévaluation spectaculaire de la monnaie si les importateurs sont autorisés à acheter des devises étrangères sur un marché interbancaire actif.

Malheureusement, les choses "vont très mal". Ce passage à une monnaie flottante "dirigée par le marché" est précisément ce qui a été annoncé par la NBU quelques jours après l'augmentation du taux d'intérêt. Les taux de change ont commencé à augmenter, même si les taux d'inflation, comme prédit par Kusch, ont continué à augmenter. En juillet, la NBU a supprimé les restrictions monétaires sur plusieurs biens d'importation, augmentant encore la dévaluation de la monnaie. Les "principaux bénéficiaires" de l'augmentation des taux d'intérêt et de la dévaluation inévitable du taux de change par la NBU, écrit Kusch, "sont les structures qui veulent retirer leurs capitaux du pays".

Quant aux obligations de guerre, M. Kusch a prédit qu'il y aura peu d'intérêt à les acheter même si le rendement augmente, car le niveau limite de l'épargne nationale ukrainienne à cette fin a déjà été atteint.

En outre, l'incertitude quant au comportement futur du taux de change ukrainien rend ce type d'actif encore moins attrayant. Ce qui serait acheté devrait avoir un taux très élevé, supérieur à 30 %, et n'intéresserait que les spéculateurs nationaux et étrangers à court terme. Entre-temps, pour payer tout cela, le trou budgétaire deviendrait encore plus grand. Selon une déclaration de la NBU en juillet, le budget de l'État ukrainien a reçu moins de la vente des obligations qu'il n'a dû en payer aux propriétaires.

Pour cette raison, le ministère des Finances a refusé de porter le taux de rendement de ses obligations de guerre à la hauteur astronomique exigée par le taux d'intérêt de la NBU. C'est pourquoi les achats d'obligations de guerre ont atteint un niveau historiquement bas de 79 millions de dollars dans les trois semaines qui ont suivi la hausse des taux, tandis que d'autres actifs sont devenus relativement beaucoup plus attractifs. La première vente aux enchères d'obligations d'État en juillet a rapporté un peu plus de 4 millions US$.

Le fait que le taux d'intérêt de la NBU soit supérieur aux rendements des obligations vendues par le ministère des finances crée une autre possibilité dangereuse : l'effondrement de la "pyramide obligataire" ukrainienne. Ce schéma - populaire tout au long de la période post-2014, mais surtout pendant les confinements sanitaires, lorsque les taux d'intérêt étaient particulièrement bas - consistait à acheter des crédits de la NBU à environ 5-6 % et à les utiliser pour acheter des obligations du ministère des Finances à rendement plus élevé, avec un rendement d'environ 11 %. Cela a permis aux banques ukrainiennes de réaliser des profits faciles : les deux plus grandes banques ukrainiennes ont investi près de 40% de leur capital dans cette pyramide financière. Mais tout cela s'effondre si les taux d'intérêt de la NBU sont supérieurs aux rendements des obligations de la NBU.

UKRAINE-ARCHANGEL-FEATURED2.jpg

Toutes les banques ukrainiennes, à l'exception de deux, dépendent d'une manière ou d'une autre du crédit de la NBU : ce crédit représente 20 à 85 % de près d'un tiers des obligations de remboursement de toutes les banques ukrainiennes.

La dernière fois que la NBU a augmenté les taux d'intérêt, en 2015, la "faillite" a commencé, avec plus de 60 % des banques ukrainiennes qui ont fait faillite et ont disparu dans les deux années suivantes. Si le FMI a fait l'éloge de cette fermeture de "banques fantômes corrompues", de nombreux déposants ont perdu leur argent et les crédits des entreprises et des consommateurs sont devenus difficiles à récupérer. Il n'a fallu qu'une journée pour que la dernière hausse des taux d'intérêt de la NBU détruise une banque et en laisse soixante-huit debout.

Que ce soit en raison de la concurrence avec le nouveau taux de la NBU ou du poids du remboursement des prêts de la NBU impliqués dans l'énorme "pyramide d'obligations", les banques ont durci les conditions pour les emprunteurs, provoquant une vague de plaintes de la part des entreprises et du grand public. Les taux d'intérêt ont augmenté de 15 % pendant la nuit pour de nombreuses entreprises. Les taux de crédit aux consommateurs et aux entreprises devraient augmenter vers 25-40 %, alors qu'avant la hausse des taux, ils étaient plus proches de 15 %.

Dans les semaines qui suivent l'invasion, la Chambre de commerce et d'industrie reconnaît la guerre comme un cas de force majeure : une loi spéciale (n° 2120-IX) est adoptée pour interdire aux banques d'imposer des amendes ou des pénalités aux débiteurs. Cependant, les banques ont contourné ce problème en augmentant simplement le taux d'intérêt.

Un réfugié de la région de Kharkiv a rapporté que la plus grande banque d'Ukraine a commencé à utiliser ses fonds de pension pour rembourser sa dette de crédit. D'autres, qui ont perdu leur emploi à cause de la guerre, se plaignent que les banques refusent d'accorder une période de suspension de crédit. Le meilleur accord que les banques proposent jusqu'à présent - uniquement aux personnes vivant dans les territoires actuellement contrôlés par la Russie - est l'annulation de 30 à 40 % du montant dû, le reste étant payé à un taux d'intérêt inférieur. Des rapports font état de négociations difficiles dans lesquelles les banques menacent de bloquer l'accès aux actifs dans les zones contrôlées par l'Ukraine aux hommes d'affaires qui ont perdu leurs actifs dans les zones qui ne sont plus contrôlées par l'Ukraine et qui ne peuvent donc pas payer. De son côté, la NBU a été très claire sur sa position lors de la sortie de la loi 2120-IX, recommandant aux particuliers de trouver un accord individuel avec leur banque sur les taux de crédit.

La situation des débiteurs continue de se dégrader : le 7 juin, l'une des plus grandes banques ukrainiennes a annoncé qu'elle voulait ramener les taux de crédit aux niveaux d'avant-guerre (en doublant les taux actuels), citant l'augmentation des taux d'intérêt de la banque nationale.

Promesses d'avenir

Face à une telle série de crises économiques, aggravées par sa gestion libérale, le gouvernement ukrainien s'en est tenu à ce qu'il fait de mieux : promettre que les donateurs étrangers résoudront ces problèmes. Il a promis que l'aide étrangère subventionnerait l'augmentation de 300 % des prix du gaz, tandis que les actifs étrangers saisis en Russie seraient utilisés pour reconstruire les maisons et payer les subventions de crédit. Même en laissant de côté la question de savoir s'il est réaliste de supposer que l'Occident paiera pour la monopolisation du marché ukrainien du gaz, le Wall Street Journal et le gouvernement suisse nous disent qu'il est hautement improbable que les actifs russes saisis finissent dans les mains des Ukrainiens.

Nous avons vu que l'aide occidentale est déjà insuffisante pour couvrir le déficit budgétaire de l'Ukraine, obligeant l'État à se lancer dans une impression monétaire inflationniste.

Maintenant, même l'aide financière semble être remise en question: le ministre ukrainien des finances a confirmé les rapports des médias occidentaux selon lesquels l'Allemagne bloque un prêt de 9 milliards d'euros de l'UE à l'Ukraine.

Le résultat le plus probable sera simplement qu'en l'absence d'aide étrangère, l'Ukraine déclarera des taxes basses dans diverses régions déchirées par la guerre et attendra que les investisseurs viennent construire - une solution déjà proposée par divers maires.

Sans aucun doute, les promesses des pays occidentaux de reconstruire l'Ukraine donneront lieu à d'impressionnants projets fictifs. Pour donner un exemple du sérieux de ces propositions, l'Estonie a promis de reconstruire la région de Zhytomyr, qui est seulement 33% plus petite que l'Estonie elle-même.

Cette perspective a été rendue explicite le 7 juillet, lorsque le gouvernement ukrainien a présenté son plan visant à utiliser une hypothétique somme de 750 milliards de dollars pour reconstruire l'économie. Apparemment, 200 à 250 milliards de dollars proviendront de subventions étrangères et 200 à 300 milliards de dollars de prêts étrangers. 250 milliards de dollars supplémentaires proviendront de sponsors privés, que le gouvernement croit manifestement désireux d'investir dans un pays déchiré par la guerre qui ne consacre que 5 milliards de dollars de son fonds de reconstruction à l'éducation. Le fait que 5 milliards de dollars supplémentaires seront consacrés à "l'amélioration de l'environnement des affaires" (en libéralisant davantage le droit du travail ?) et 200 millions de dollars aux organismes de lutte contre la corruption et à la "corporatisation des entreprises d'État" démontre une fois de plus la foi profonde du gouvernement dans le pouvoir du marché libre.

Bien que le plan prévoie la reconstruction des infrastructures, il n'est pas question d'une reconstruction du complexe industriel ukrainien par l'État.

Sans aucun doute, on suppose que les "investisseurs privés efficaces" l'appliqueront avec enthousiasme. Sinon, la transformation éventuelle de l'Ukraine en une source désindustrialisée de produits agricoles et de main-d'œuvre est tout simplement naturelle - et conforme aux principes libéraux de l'avantage comparatif de chaque nation.

Au lieu d'interventions de guerre efficaces, le gouvernement s'en tient à sa vieille formule consistant à justifier les sacrifices actuels au nom de la prospérité promise par l'UE. La dégradation des conditions de travail, l'"européanisation" des prix du gaz (mais avec des salaires ukrainiens), l'"indépendance" de la banque centrale vis-à-vis des intérêts nationaux de "son" pays - tout cela est justifié au nom de l'avenir européen radieux, ou plutôt, pour recevoir le statut marginal que la Turquie, candidate à l'UE, a eu pendant des décennies. Les médias ukrainiens et internationaux ne cessent de nous rappeler que cette guerre est menée au nom de "l'avenir européen" de l'Ukraine - et que sont ces sacrifices économiques comparés à tout le sang versé pour ce "grand idéal" ?

uk-bild-1_rdax_782x520s.jpg

L'UE a tout intérêt à maintenir l'illusion de l'"intégration européenne" de l'Ukraine. Dans le contexte mondial, l'UE est de plus en plus vulnérable sur le plan économique, avec des salaires élevés et des coûts énergétiques beaucoup plus élevés en raison des sanctions contre la Russie. Au cours des dernières décennies, de nombreux pays européens sont devenus de plus en plus dépendants des travailleurs migrants ukrainiens, dont beaucoup ont été chassés d'Ukraine précisément à cause du chômage et des bas salaires créés par les "sages réformes" de l'UE. Selon la banque centrale polonaise, 11 % de la croissance du PIB de la Pologne entre 2015 et 2020 est due aux migrants ukrainiens. Sans surprise, la Pologne a toujours été parmi les plus actifs à encourager le "choix de la civilisation occidentale" de l'Ukraine, les diplomates polonais étant les premiers à se rendre sur la place Maidan en 2013.

Il est intéressant de noter que le plan de reconstruction de 750 milliards de dollars du gouvernement ukrainien comprend un train à grande vitesse reliant l'Ukraine à la Pologne.

6487_tn_pl-pkpintercity-newpendolino-impression_01.jpg

Une grande partie de l'aide américaine est destinée à préparer l'UE à accueillir les migrants ukrainiens. En payant le logement, les cours de langue et les avantages budgétaires, de nombreux réfugiés choisiront de rester et de travailler dans l'UE. Cela signifie que cet aspect de l'aide "pour l'Ukraine" subventionne l'intégration d'une main-d'œuvre éduquée et peu coûteuse qui ne reviendra pas ou ne gagnera pas d'argent en Ukraine. Contrairement à la migration antérieure vers l'UE, où un seul membre de la famille partait et envoyait de l'argent imposable en Ukraine, cette nouvelle forme de migration implique que des familles entières deviennent des citoyens contribuables de pays étrangers. Alors que la banque nationale facilite la fuite du capital monétaire, les "partenaires occidentaux" font de leur mieux pour faciliter la fuite du capital humain.

Sélectionné et traduit par Massimo Cascone pour ComeDonChisciotte.org