Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 juin 2022

L'Ukraine et l'hypocrisie des prêteurs mondiaux

imf.jpg

L'Ukraine et l'hypocrisie des prêteurs mondiaux

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/ukraina-i-licemerie-globalnyh-rostovshchikov

L'Ukraine a d'énormes dettes envers des créanciers étrangers

La stratégie du FMI pour les "États fragiles et touchés par des conflits" a été publiée en mars 2022 et s'appliquera jusqu'en 2025.

Le résumé du document indique : "L'instabilité et les conflits sont exacerbés par le changement climatique, l'insécurité alimentaire et l'inégalité entre les sexes...". Les conséquences de l'instabilité et des conflits sont cruciales et concernent directement le mandat du FMI... La stratégie propose des mesures concrètes pour adapter l'engagement, les outils et les recommandations politiques du FMI afin de répondre aux manifestations spécifiques de l'instabilité et des conflits.

Le document identifie 42 pays sur la liste du CNC, représentant environ 20 % des membres du FMI. La stratégie a été élaborée par une équipe d'experts dirigée par Franck Bosquet ; avant de rejoindre le FMI, il était directeur principal du groupe Fragilité, conflit et violence à la Banque mondiale. Il est également un participant régulier du Forum économique de Davos.

Le document souligne que les pays du groupe NCG ont besoin d'une modernisation de leur système fiscal et des droits de douane, d'une restructuration de l'administration publique, de lois anti-corruption, de la gestion des actifs de la dette, des fonctions de supervision des organismes de réglementation et de la lutte contre le blanchiment d'argent.

Rien de nouveau ici - les mêmes méthodes utilisées par le groupe de la Banque mondiale (BM) dans les années 1990 pour restructurer les économies des pays en développement.

Soit dit en passant, le travail du Groupe Conflit de la Banque mondiale a déjà été critiqué par des groupes de réflexion indépendants. Un problème clé de l'analyse de la Banque - et même de celle de l'ONU sur les conflits et la fragilité - est l'absence de conclusions sur l'impact des politiques économiques néolibérales sur les conflits et la fragilité. Ce sont ces effets, notamment l'augmentation des inégalités et de la pauvreté, et le déclin des indicateurs de développement humain, qui provoquent des troubles dans de nombreux pays.

L'analyse de la BM ne répond pas non plus aux questions de savoir comment les chocs macroéconomiques, l'inégalité et le chômage (qui sont tous des facteurs d'instabilité) seront traités. Comment la Banque va-t-elle transformer ses directives basées sur la relance pour promouvoir le développement des pays du NKG ?

imukkkf.jpeg

Et la question la plus intéressante concerne l'Ukraine : comment la Banque mondiale et le FMI vont-ils mettre en œuvre leurs politiques envers ce pays, où il y a déjà eu des centaines de milliers de réfugiés, des dizaines de milliers de morts, des infrastructures détruites.

Si ce n'est pas un pays touché par un conflit, alors qu'est-ce que c'est ?

Il est toutefois intéressant de noter que ni la BM ni le FMI ne qualifient l'Ukraine de "pays fragile et touché par un conflit". Début mars 2022, la Banque a approuvé un prêt supplémentaire de 489 millions de dollars à l'Ukraine et a créé un fonds fiduciaire multi-donateurs. Une semaine plus tard, la Banque a alloué 200 millions de dollars supplémentaires à l'Ukraine et a promis d'aider à mettre en place un programme de soutien de 3 milliards de dollars pour l'Ukraine dans les mois à venir.

L'Ukraine est classée par la Banque mondiale comme "un pays à revenu intermédiaire". En tant que tel, il ne peut emprunter qu'auprès de l'organe de prêt de la Banque, la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), et non auprès de l'organe de prêt concessionnel, l'Association internationale de développement (IDA). Si l'Ukraine avait été incluse dans la liste NCH, elle aurait pu avoir accès à un financement à échéance favorable ou être transférée dans le groupe IDA, bénéficiant ainsi de prêts concessionnels et de l'éligibilité à l'allègement de la dette.

Cependant, la classification de l'Ukraine en tant qu'IDA ("pays à faible revenu") découragerait les investisseurs étrangers. Et afin de maintenir la "confiance des investisseurs", le gouvernement ukrainien fait tout son possible pour préserver son statut actuel auprès de la BM/FMI.

Selon Elliot Dolin-Evans de l'Université Monash (Australie) "Le principal problème de la reclassification de l'Ukraine en tant que pays 'en conflit' est que cela serait très problématique pour les institutions financières et les créanciers internationaux, car l'Ukraine est l'un des plus grands emprunteurs d'argent du FMI et de la Banque mondiale et le pays a d'énormes obligations en matière de dette envers les pays et les créanciers externes du monde entier. Une classification correcte de l'Ukraine pourrait signifier que les créanciers, le FMI et la Banque mondiale, renonceraient aux intérêts et aux frais sur les prêts accordés au pays, l'exigence d'annulation de la dette devenant beaucoup plus forte si l'Ukraine est un pays NKG. Le FMI et les créanciers internationaux ... tiennent compte de la classification de la Banque mondiale, et ils devraient eux aussi considérer l'Ukraine pour une remise de dette ou un prêt concessionnel si la Banque classe l'Ukraine comme un pays NKG.

Autrement dit, la Banque mondiale ferme les yeux sur ce qui arrive à l'Ukraine, elle s'intéresse aux stratagèmes usuraires, notamment au remboursement de la dette avec intérêts. Le même prêt supplémentaire de la Banque mondiale a été accordé à la condition que le gouvernement ukrainien "réaffirme ses engagements à reprendre... les réformes après la fin de la guerre". L'Ukraine continuera à se faire prêter aux taux d'intérêt du marché, ce qui l'accablera d'une dette extérieure encore plus insoutenable.

Sur le blé: de l'antiquité à la guerre russo-ukrainienne

GettyImages-134216250-e1530285225433.jpg

Sur le blé: de l'antiquité à la guerre russo-ukrainienne

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/grano-derivati/

Parlons du... blé. Précisément du blé, le grain de l'épi, chanté par Virgile dans le livre I des Géorgiques. Son véritable chef-d'œuvre, selon Paratore. Car le poète d'Andes - un village de la campagne autour de Mantoue, qui n'est pas mieux identifié, même si, bien sûr, toutes les villes actuelles de la région prétendent être son lieu de naissance - était de la race des paysans. Et d'esprit, surtout, qui aimait la tranquillité champêtre, les arbres chargés de fruits, les bœufs à tête massive attelés à la charrue ... les champs de blé éclatant sous le soleil. Et dans le genre épique, il était certainement grand, ce Virgile, mais il n'était pas Homère. Et la guerre n'était pas dans sa sensibilité.

Quoi qu'il en soit, c'est de ce blé que nous parlerons. Également chanté par Pascoli, pour qui Virgile a toujours été la plus grande référence. Et par l'Alcyone de D'Annunzio. La Spica. Où la poésie géorgique devient un lyrisme intense, musical. Et résonne, de manière évocatrice, avec les mystères d'Eleusis... Car, pour nous, peuples méditerranéens, le blé est le symbole de la vie. Ainsi que la source primaire de notre alimentation.

Car sur les deux rives de ce que nous appelions autrefois notre mer, le blé a toujours été la principale source de subsistance. Pain, pâtes, couscous, biscuits, farine... nous, les peuples méditerranéens, consommons toujours du blé en fin de compte.

Pourtant, nous ne sommes pas de grands producteurs de la précieuse céréale. Dans l'Antiquité, les greniers méditerranéens étaient, en fait, au nombre de trois. La Sicile d'abord et avant tout. Et cela explique, dans une large mesure, la longue et féroce lutte entre Carthage et les cités grecques pour le contrôle de la grande île. Une lutte à laquelle Rome a mis fin, par ses propres moyens, qui, alors, étaient dérisoires.

life06b.jpg

Puis l'Égypte, bien sûr. Le plus grand producteur de l'antiquité. Et il semble paradoxal qu'aujourd'hui, l'Égypte dépende de pays étrangers pour son approvisionnement en céréales. Une dépendance qui, ces jours-ci, devient dramatique. Mais, pour Rome, la source principale qui alimentait la Ville, était la Cura Annona (la production annuelle). Et son contrôle la clé du pouvoir au cœur de l'empire. À tel point que les empereurs, à partir d'Octave, l'ont gouverné par l'intermédiaire de légats. Comme une sorte de propriété personnelle. Et le pauvre Cornelius Gallus, qui avait été le gouverneur de cette Cura Annona, a payé lourdement les soupçons d'Auguste. De sa vie. Et avec l'effacement de son travail et de sa mémoire. Ce qui nous a privé, probablement, de l'un des plus grands poètes élégiaques latins.

Et puis il y avait la Colchide. Le sud du Caucase, entre l'Azerbaïdjan et la Géorgie. Le pays de la Toison d'or. Evoquons simplement l'entreprise des Argonautes. Celle de Jason et de Médée.

Ancientcolchisandiberia_andersen.png

Athènes importait déjà des céréales de là-bas. L'Attique était trop aride et sablonneuse pour garantir les besoins de la cité de Périclès.

Et les Romains, sans la conquérir, y ont étendu une sorte de protectorat. Ils ont pris sous leur aile les colonies milésiennes de la mer Noire. D'où provenaient les céréales cultivées dans la région située plus au nord. Dans le pays qui s'appelait aussi Sarmatie. Et qui est maintenant, au moins en partie, l'Ukraine. Et la Russie.

Et ici - après avoir confirmé mon surnom de Docteur Divagus - nous arrivons au cœur du problème.

La guerre entre la Russie et l'Ukraine semble, entre autres, mettre en péril l'approvisionnement en céréales de l'Europe et de l'Afrique.

Il semble... car on nous dit que des centaines de navires de transport sont bloqués de l'autre côté du Bosphore avec leur précieuse cargaison depuis plus de deux mois. Qui, d'ailleurs, ne devrait plus être si précieuce. Puisque les céréales, stockées dans la cale d'un navire, se détériorent au bout d'un mois. Et elles deviennent inutiles pour tout usage alimentaire.

En tout cas, la crise de l'offre est là. C'est indiscutable. À tel point que nos pâtes bien-aimées ont déjà augmenté dans les rayons des supermarchés. Car, évidemment, dans les plaines d'Ukraine, le blé est récolté entre février et mars. Et les eskimos et les pingouins sont embauchés comme ouvriers... Un petit soupçon, seulement vague, de spéculation est-il légitime ? Ou s'agit-il, une fois de plus, d'une démonstration de la-terre-est-platisme?

Et puis, il y a quelque chose qui m'intrigue. Le patron d'une marque populaire de pâtes, une bonne marque d'ailleurs, a déclaré qu'il est obligé d'augmenter le prix parce que plus aucun blé n'arrive d'Ukraine.

Je vais à la cuisine. Et je prends un paquet de spaghetti. De cette marque même. En grosses lettres sur l'emballage: "100% blé italien". Mah....

La bataille pour le blé a donc commencé. Le seul salut pourrait être d'encourager la production nationale. Draghi torse nu fauchant sous le soleil brûlant de juin serait un spectacle intéressant...... Mais je doute que le banquier s'expose au risque des rayons ultraviolets. Ce risque lui est déconseillé par ses amis écologistes bien connus, tels que Soros et Gates. Il s'efforce de combler le trou dans la couche d'ozone et de sauver le monde. Sous les applaudissements de Greta et de la foule des gretins.

Le seul trou qui devrait nous inquiéter, cependant, est celui de notre ventre. Inévitable si le grain n'arrive vraiment plus. Parce qu'une politique autarcique est, soyons honnêtes, très difficile à mettre en œuvre. Parce que cela prendrait trop de temps, et nous n'en avons pas. Et, en outre, cela pourrait éveiller des soupçons de sympathie pour un certain régime du passé. Et pour un certain faucheur. Qui, contrairement à Draghi, avait le physique pour faucher.

Bien sûr, notre ami Bill viendra à la rescousse. Les céréales viendront des États-Unis. Strictement OGM, et à trois fois le prix de l'ukrainien ou du russe.

Patience. Nous ne renonçerons pas aux pâtes. Nous allons donc sacrifier autre chose et les spaghettis à la sauce tomate, les grice, les amatriciane, les trenette al pesto continueront à animer nos cantines. Malgré les anathèmes des nutritionnistes (personnes maléfiques, et prophètes de malheur).

Oui.... mais l'Afrique ? Le Maghreb qui ne vit, presque, que de céréales ? Et puis celle de l'Afrique subsaharienne. Qui est déjà affamée. Comment vont-ils s'y prendre ? Le prix des céréales de Biden est trop élevé pour être à leur portée... La faim, et donc les guerres et les émeutes sont déjà à l'horizon proche.

Mais personne ne semble s'en soucier. Les Arabes et les nègres, pardon les noirs ou si vous préférez les alterblancs, n'ont d'intérêt qu'en tant que migrants. Comme main-d'œuvre bon marché et comme ressource pour diverses ONG.

Chez eux, ils peuvent mourir de faim. Contribuant ainsi à la politique de diminution de la population mondiale si chère aux fans de Malthus, qui se réunissent périodiquement autour de Davos...

vendredi, 10 juin 2022

Conflit ukrainien: un champ d'expérimentation pour de nouvelles armes américaines?

xc-1170x835.jpg

Conflit ukrainien: un champ d'expérimentation pour de nouvelles armes américaines?

Erich Körner-Lakatos

Source: https://zurzeit.at/index.php/ukraine-konflikt-experimentierfeld-fuer-neue-us-waffen/

Washington aide Kiev, mais au compte-gouttes

Les observateurs intéressés ont de plus en plus l'impression que les Etats-Unis - ou plus précisément leur complexe militaro-industriel (© Dwight Eisenhower) - considèrent le conflit en Ukraine comme un laboratoire pour tester l'efficacité de leurs différentes armes dans des conditions aussi proches que possible de la guerre.

L'exemple historique est la guerre civile espagnole (1936-1939), où la Russie soviétique et le Reich allemand ont tous deux utilisé leurs armes ultramodernes pour l'époque afin de tester leur efficacité au combat, en quelque sorte dans des conditions de temps réel. Citons par exemple le char russe T-26 et le bombardier en piqué allemand Ju-87 (Stuka), ainsi que le canon de DCA de 88 mm. Ce dernier est ensuite utilisé - une autre innovation ! - par l'Afrikakorps allemand dans le combat terrestre contre les chars.

24462_rd.jpg

Le 1er juin, Washington a annoncé qu'il fournissait désormais aux Ukrainiens des lance-roquettes multiples M142 Himars (automoteurs mais non blindés). Il s'agit du plus efficace des trois types d'artillerie fournis à Kiev par les Américains.

M38-B0890_c.png

Jusqu'à présent, quatre-vingt-dix M777 (ci-dessus) ont été mis à la disposition des troupes de Zelenski. Il s'agit d'obusiers non blindés tirés par des tracteurs, dont les munitions standard peuvent neutraliser des cibles jusqu'à 25 km de distance, voire 40 km avec des munitions spéciales. Les obusiers, comme les canons, peuvent également neutraliser des cibles ennemies en tir direct (tir à plat), mais seulement à une distance plus courte. Il est également prévu d'envoyer des obusiers blindés M109, dont la portée est comparable à celle de l'obusier M777.

Toutefois, les lance-roquettes M142 Himars sont beaucoup plus efficaces et permettent d'attaquer des objets ennemis à une distance comprise entre 40 et 75 km. "Himars" signifie "High Mobility Artillery Rocket System" (système de roquettes d'artillerie à haute mobilité). Six missiles d'artillerie guidés avec précision par satellite peuvent être tirés par l'engin. Les forces de Zelenski disposeront ainsi à l'avenir d'une arme équivalente au lance-roquettes multiple russe BM-30 Smertch (Tornado) (ci-dessous), capable de couvrir des distances allant jusqu'à 70 km.

bm30.jpg

Le lance-roquettes M142 Himars est moins destiné à fournir un appui-feu immédiat aux unités de combat sur le terrain qu'à neutraliser les pièces d'artillerie ennemies positionnées plus en arrière (tir de contre-batterie). Mais surtout, un lanceur M142 peut agir dans la profondeur de l'espace ennemi, détruisant ainsi des cibles logistiques (bases de ravitaillement en nourriture, armes et munitions) ou des bases d'engins de combat et d'hélicoptères.

Pour l'instant, les experts militaires américains semblent vouloir observer les effets du lanceur en utilisant des munitions standard. L'étape suivante pourrait être l'utilisation de munitions dites "Atacms"." Atacms" est l'abréviation de "Army Tactical Missile System". Ces munitions spéciales sont actuellement refusées aux Ukrainiens, et Kiev n'est pas autorisé à tirer sur des cibles en Russie, c'est-à-dire de l'autre côté de la frontière, avec des armes américaines.

Pourtant, cela aurait des conséquences durables. Les missiles Atacms à courte portée, tirés par le lanceur M142 Himars, peuvent être utilisés contre des cibles situées à une distance de trois cents kilomètres (soit la distance entre Vienne et Salzbourg). De nombreuses unités de ravitaillement russes se trouvent entre cent et deux cents kilomètres en arrière de la ligne de front respective.

Depuis l'est de l'Ukraine, la région de Belgorod, où des unités de combat russes sont formées en masse et prêtes à être déployées sur le front, et les aérodromes militaires tels que la base aérienne de Voronej, d'où décollent les bombardiers Su-34 pour les missions au-dessus de l'Ukraine, se trouvent dans le rayon d'action potentiel des armes Atacms. Il y a aussi l'aéroport de Szhcha, près de la frontière orientale de la Biélorussie.

Vladimir Poutine ne reste pas inactif pour autant. L'armée russe a déjà commencé à cibler les voies de transport par lesquelles les nouvelles armes sont livrées depuis l'Ouest, c'est-à-dire principalement les lignes de chemin de fer à partir de la frontière occidentale de l'Ukraine. Une grande partie des lance-roquettes M142 pourrait également être victime de ces contre-attaques. M. Zelenski ne devrait donc pas se réjouir trop vite.

jeudi, 09 juin 2022

La dimension religieuse de la guerre en Ukraine

122852.jpg

La dimension religieuse de la guerre en Ukraine

Par Silvia Palacios et Lorenzo Carrasco

Source: https://jornalpurosangue.com/2022/05/31/a-dimensao-religi...

Au-delà des implications militaires et géo-économiques évidentes, la guerre en Ukraineprésente un aspect plus profond, culturel et spirituel, un domaine qui a prospéré dans la reconstruction de la Russie, accompagnant sa renaissance chrétienne après la désintégration de l'Union soviétique.

Depuis le début du conflit, pour sa simple défense des valeurs chrétiennes, le patriarche de Moscou et de toute la Russie, Cyrille Ier, a été placé au centre d'une féroce campagne internationale orchestrée par les hautes sphères du pouvoir anglo-américain, notamment le Conseil œcuménique des Églises (COE), également connu sous le surnom d'"ONU des Églises", exigeant l'expulsion du chef religieux de cet organisme. Incapable de prendre des mesures positives pour arrêter la guerre, l'ONU se dirige vers l'obsolescence et on peut en dire autant du COE.

Après la chute du mur de Berlin en novembre 1988, au lieu d'accueillir et de collaborer avec un pays sortant pacifiquement du communisme, les puissances occidentales ont tenté d'ériger un autre mur, cette fois conçu pour contenir la Russie, en la traitant comme une "station-service dotée d'armes nucléaires". Du point de vue de l'hégémonisme, cela signifiait la désigner comme un simple fournisseur de matières premières, en particulier d'énergie, obligé de se plier sans condition aux règles des "valeurs occidentales" de plus en plus éloignées de leurs racines culturelles chrétiennes.

Adhérer à l'agenda LGBT, au néo-malthusianisme et à l'idéologie du genre, est devenu le passeport pour entrer dans la civilisation européenne. Mais si cette idéologie déformée est ancrée dans les sièges de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et de l'Union européenne (UE) à Bruxelles, elle ne représente pas le sentiment profond des nations du Vieux Continent et n'est pas non plus partagée par la tradition russe, qui rend des hommages très spécifiques à la patrie, à la famille et à la religion.

Ainsi, faire de la renaissance culturelle et spirituelle de la nation slave un objectif national se heurte évidemment à l'apostasie européenne, à laquelle le président Vladimir Poutine et d'autres membres de son cabinet, ainsi qu'une grande partie de l'élite pensante du pays, se sont publiquement confrontés à plusieurs reprises.

Le sentiment national qui imprègne la population russe a été exprimé par Nikolai Patrushev, secrétaire général du Conseil de sécurité nationale de Russie, dans une interview accordée au journal officiel Rossyiskaya Gazeta le 29 avril :

"(...) A cet égard, la Russie a choisi la voie de la protection intégrale de sa souveraineté, de la défense ferme des intérêts nationaux, de l'identité culturelle et spirituelle, des valeurs traditionnelles et de la mémoire historique.

"Nos valeurs spirituelles et morales nous permettent de rester nous-mêmes, d'être honnêtes avec nos ancêtres, de préserver l'individu, la société et l'État. Les Européens, par exemple, ont fait un choix différent. Ils ont adopté des valeurs dites libérales, alors qu'en réalité elles sont néo-libérales. Ils favorisent la priorité du privé sur le public, l'individualisme qui supprime l'amour de la patrie et la disparition progressive de l'État. Il est désormais évident qu'avec une telle doctrine, l'Europe et la civilisation européenne n'ont aucun avenir. Apparemment, ils répéteront les leçons qu'ils n'ont pas encore apprises."

Le phénomène historique de la négation de ces splendides racines est typique de la décadence civilisationnelle et marque la distinction entre civilisation et culture. L'Europe et les États-Unis sont riches et civilisés, mais avec des cultures décadentes, car la culture présuppose l'exercice de valeurs de transcendance, dans la compréhension que la prospérité et le progrès économique - aujourd'hui en déclin - ne sont pas les seules causes du bonheur.

Lorsque Poutine a ordonné le début des opérations militaires en Ukraine, il savait, avec les dirigeants politico-militaires et religieux russes, qu'il donnait un "coup de pied dans la table" de l'ordre hégémonique euro-atlantique, qui a converti l'Ukraine, depuis le coup d'État de 2014, en un bélier contre la sécurité territoriale russe.

goldene-hauben-der-kirche-von-sankt-nikolaus-khamovniki-moskau-41926091.jpg

D'autre part, la plupart des dirigeants européens, qui sont les figurants dans une comédie bouffonne dirigée depuis Bruxelles et Washington, savent qu'une victoire russe en Ukraine signifierait la fin de l'utopie mondiale entretenue depuis la naissance de l'Establishment anglo-américain, lors des conférences de paix de Paris en 1919, à la fin de la Première Guerre mondiale. Sans entrer dans le sujet pour le moment, les conséquences de ces accords pour l'Europe sont connues.

Le Conseil Œcuménique des Églises (COE)

Des années plus tard, cette utopie d'un gouvernement mondial s'est concrétisée et, entre autres, en 1937, des personnalités prestigieuses du pouvoir anglo-américain ont fondé le Conseil œcuménique des Églises (COE) pour stimuler le dialogue interreligieux d'une manière si pâle qu'elle ouvre la porte à une vague interprétation d'un nécessaire œcuménisme. Parmi ses fondateurs figurent John Foster Dulles, futur secrétaire d'État américain et agent de la guerre froide, et le Britannique Philip Kerr, Lord Lothian, qui a qualifié l'État souverain d'"instance démoniaque", à l'origine de guerres et de conflits.

Depuis lors, le COE s'est consacré à la promotion et au soutien vigoureux de causes séculières compatibles avec un corps de doctrine relativiste, à la limite de l'absurde avec la postmodernité, dont les objectifs sont de déstabiliser, de subvertir et de démembrer les États nationaux souverains. En substance, leur mission consiste à consolider les structures gouvernementales du "One World" mondialiste, puisque le nationalisme est, selon eux, la principale cause des guerres. Ce n'est pas un hasard si, en Europe, le terme "nationalisme" est devenu presque synonyme de nazisme et que tous ceux qui s'opposent à ce programme "politiquement correct" sont volontiers qualifiés d'ultra-droitiers et essuient d'autres épithètes insultantes.

La vaste structure du COE lui permet d'être un contributeur précieux à la guerre culturelle menée dans le monde libéral occidental pour noyer la société dans l'hédonisme radical, la disparition de la famille naturelle, l'agenda "identitaire", le mouvement "woke", le transhumanisme et d'autres agendas créés par les oligarchies transnationales.

Inquisition contre le patriarche Cyril I

Le 7 mars, le patriarche Cyrille Ier a prononcé un sermon sans ménagement qui a eu un grand retentissement international, évoquant le fait que la charte d'admission au monde occidental libéral exige la reddition à un système de convictions aux antipodes du christianisme, dont les manifestations sont accueillies en fanfare, comme dans les manifestations du mouvement LGBT+ et autres.

csm_moskau-dreifaltigkeitskirche-078_5f0b2acbf4.jpg

Une autre homélie de Cyrille Ier, commentée dans AsiaNews le 27 avril, illustre sa lutte contre ce qu'il décrit comme des "contre-valeurs" occidentales. Dans la cathédrale historique de l'Assomption, à l'intérieur du Kremlin, il a appelé le peuple à se rassembler autour de "la ville de Moscou, le centre de toutes les Russies" pour se défendre contre "les centres de pouvoir de l'étranger".

Selon lui, le peuple russe doit redécouvrir son unité intérieure, "car seule l'unité fait notre force, et si nous gardons la foi de nos pères dans nos cœurs, alors la Russie sera invincible". Il a ajouté que "la victoire n'est pas toujours celle des armes, mais aussi celle de l'esprit, et beaucoup aujourd'hui voudraient que cet esprit disparaisse". Il a énuméré les tactiques de l'ennemi qui "sème la confusion, crée de nouvelles idoles, attire l'attention sur de nouvelles pseudo-valeurs, pour inverser la dimension de la conscience de l'homme, de cette verticale qui l'unit à Dieu à cette horizontale, sur laquelle sont implantées toutes les exigences de la chair humaine".

Rien de plus illustratif contre le rôle joué par Cyrille Ier et l'Église orthodoxe que deux articles récents publiés par le Financial Times, porte-parole de la City de Londres, dans les éditions des 18 et 19 avril. Les titres respectifs, "L'Église orthodoxe russe donne une légitimité à la guerre de Vladimir Poutine en Ukraine" et "La 'guerre sainte' du Kremlin contre l'Ukraine", trahissent la crainte que l'exemple d'une Russie défendant les valeurs chrétiennes ne se propage à d'autres pays, dont la Hongrie de Viktor Orbán. Quelques paragraphes donnent une idée de ce sentiment : "L'idée d'une 'guerre sainte' en Europe peut sembler être un retour aux siècles passés. C'est pourtant, en substance, la manière dont l'Église orthodoxe russe et son chef, le patriarche Cyrille de Moscou, ont dépeint l'invasion russe en Ukraine. "Un tel comportement ne montre pas seulement comment l''église et l'État se sont entremêlés dans la Russie de Vladimir Poutine, mais il est également important de comprendre les motivations de la Russie moscovite. Bien qu'elle n'en fasse pas officiellement partie, l'Église orthodoxe russe est devenue un pilier de facto du régime autocratique de Poutine.

"La plupart des paroisses en Ukraine ont choisi de rester soumises au patriarche Cyrille même après 2019 [lorsqu'il y a eu une scission dans l'Église orthodoxe ukrainienne], environ 12.000 paroisses, soit environ un tiers de toutes les paroisses restent sous le contrôle de Moscou. Maintenant, de nombreux partisans del'Eglise de Moscou en Ukraine laissent le patriarche Cyrille en dehors de leurs prières.

"Des centaines de prêtres ukrainiens qui restent formellement membres de l'Église de Moscou ont demandé que le patriarche soit jugé par un tribunal ecclésiastique spéciale pour avoir béni la guerre."

Ajoutant à la vague inquisitoriale, le Financial Times déclare : "Lord Rowan Williams, l'ancien archevêque de Canterbury, après avoir visité l'Ukraine au cours de la deuxième semaine d'avril, a déclaré qu'il y a de 'solides arguments' en faveur de l'expulsion de l'Église russe du Conseil œcuménique des Églises, à moins que le patriarche Cyrille Ier ne condamne le meurtre de membres de son 'propre troupeau'.

Lord Rowan a été le chef spirituel de l'Eglise anglicane entre 2002 et 2012 et est célèbre pour ses sympathies envers les demandes du lobby LGBT au sein de l'Église d'Angleterre. Cette déviation, ainsi que d'autres, a accéléré l'effondrement de cette institution.

D'autre part, encourageant le lynchage du patriarche, le Parlement européen l'a condamné le 7 avril dans une déclaration: "Le rôle du patriarche Cyrille Ier de Moscou, chef de l'Église orthodoxe russe, est condamné pour avoir fourni une justification théologique à la guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine ; et loue le courage des 300 prêtres de l'Église orthodoxe russe qui ont signé une lettre condamnant l'agression".

Dans la même veine, aux Etats-Unis, tous les réseaux du COE dans les fondations, les églises et les universités, sont mobilisés pour sanctionner le patriarche. Par exemple, l'Institut Dietrich Bonhoeffer de Washington a alerté ses affiliés, appelant à faire pression pour que, lors de la prochaine assemblée du COE en septembre, l'adhésion de l'Église orthodoxe russe soit annulée ou du moins suspendue indéfiniment, "parce que Cyrille Ier persiste à justifier l'agression de Poutine en qualifiant l'invasion de croisade religieuse".

mercredi, 08 juin 2022

Les États-Unis mènent en Ukraine une guerre aux frais de l'Union européenne contre... l'Union européenne

europe-usa-trade-war-american-tariffs-as-two-opposing-cargo-freight-containers-european-union-economic-conflict-as-115590664.jpg

Les États-Unis mènent en Ukraine une guerre aux frais de l'Union européenne contre... l'Union européenne

Alexander Gorokhov

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/politica/37922-2022-06-05-15-47-02

Ce n'est un secret pour personne que l'opération militaire spéciale (OMS) actuellement en cours en Ukraine est en réalité une confrontation non pas tant des troupes russes contre les troupes ukrainiennes, mais plutôt une confrontation des grands projets du monde russe, d'une part, et de l'union euro-américaine, d'autre part. Guerre par procuration classique, lorsque quelqu'un tente de protéger ses intérêts mondiaux par procuration sur un territoire étranger aux dépens de quelqu'un d'autre, affaiblissant ainsi l'ennemi.

Les marionnettistes dans les plans des marionnettistes

À première vue, la situation donne l'impression que la guerre est menée contre la Russie par l'entremise de l'Ukraine sur le territoire de celle-ci et à ses dépens. Mais la définition même d'une guerre par procuration, que nous avons prise comme point de départ, nie le rôle de l'Ukraine en tant que véritable partie dans le conflit. Et une étude plus approfondie de la question confirme cette conclusion.

Commençons par le fait que l'Ukraine a cessé d'être un sujet des relations internationales pour devenir un objet des relations internationales après le coup d'État de février 2014. Et cela est confirmé par la discussion publique de l'assistante du chef du Département d'État, Victoria Nuland, avec l'ambassadeur américain en Ukraine sur la candidature du futur premier ministre "carré". Et plus tard, la nomination, à la suggestion des États-Unis, d'étrangers comme membres du gouvernement ukrainien, diverses "réformes" et remaniements de personnages clés sous la pression des États-Unis.

Et si pendant près de sept ans, l'objectivité de l'Ukraine a été diplomatiquement réduite au silence, au cours de la dernière année avant l'opération militaire russe, les dirigeants russes n'ont plus caché le fait que toute négociation sur les affaires ukrainiennes ne devait pas être menée avec Kiev, mais avec Washington, qui décide de tout ce que l'Ukrainien est autorisé à faire.

FNSp1pgWUAsXA-M.jpg

En outre, les événements précédant le début du conflit démontrent que les Etats-Unis ont ouvertement poussé l'Ukraine à opter pour une solution militaire dans la question de la propriété du Donbass et de la Crimée. En outre, les dirigeants militaro-politiques de l'Ukraine ont même essayé pendant un certain temps d'éviter la "phase chaude", réalisant que le potentiel militaire de l'Ukraine n'était en rien comparable à celui de la Russie. Mais, étant a priori dépendante, elle a été contrainte de se préparer à une attaque suicide dans le Donbass. Les documents trouvés confirment les plans visant à lancer une "opération de restitution des territoires temporairement saisis" à partir du 8 mars 2022. En outre, les plans dont ont hérité les militaires russes et ceux de Donetsk à Mariupol indiquent que le but de l'opération dans le Donbass était d'obtenir un accès ultra-rapide à la frontière russe.

La thèse selon laquelle les hostilités actuelles sont menées aux dépens des fonds ukrainiens n'est pas vraie du tout. Oui, une partie du financement provient bien sûr des poches des contribuables ukrainiens. Mais le transfert massif d'armes, de munitions et d'équipements militaires à l'Ukraine par les pays de l'OTAN, ainsi que d'autres aides militaires (y compris la fourniture de renseignements en ligne), ont approché, s'ils ne les ont pas encore dépassés, les coûts de la guerre pour l'Ukraine. Et le fait que la loi Lend-Lease pour l'Ukraine (rappelez-vous que le concept même de Lend-Lease implique une assistance aux États menant des hostilités dans l'intérêt des États-Unis) ait été introduite plus d'un mois avant le début du conflit, témoigne d'un conflit militaire planifié par les États-Unis entre l'Ukraine et la Russie.

Ainsi, l'Ukraine est un outil et un champ de bataille pour les États-Unis afin de défendre leurs propres intérêts. Mais ce n'est qu'une première approche pour comprendre la situation. Avec la deuxième approche, tout est encore plus intéressant.

Si la Russie n'est pas un concurrent des États-Unis, qui l'est ?

Au cours des cent dernières années, l'Union soviétique et la Fédération de Russie, malgré des périodes de rapprochement et même de relations d'alliance avec les États-Unis, ont vécu sans sanctions américaines... moins d'un mois : entre l'abrogation de l'amendement Jackson-Vanik et l'adoption de la loi Magnitsky. Même pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque l'aide Lend-Lease était fournie à la Russie soviétique, il existait des listes de matériaux, d'équipements et d'armes dont la fourniture à l'URSS était interdite. Sans surprise, l'ancien commandant de l'OTAN en Europe, Philip Breedlove (photo), a admis que la Russie constitue une menace existentielle durable pour les États-Unis et leurs alliés. Et la menace implique son élimination ou du moins son affaiblissement. Et mieux, par les mains d'une puissance ou un acteur tiers.

"Au cœur de toute stratégie en Europe doit se trouver la prise de conscience que la Russie constitue une menace existentielle durable pour les États-Unis, leurs alliés et l'ordre international".

Breedlove_2013_HR.jpg

Malgré cette déclaration tapageuse, la "menace russe" n'est que militaire pour les États-Unis. Et Washington est bien conscient que la puissance militaire russe est nettement inférieure à la puissance militaire des États-Unis, sans parler de la puissance combinée des États membres de l'Alliance de l'Atlantique Nord. Et puisque Moscou est également consciente de cette vérité immuable, il ne faut pas s'attendre à ce que la Russie fasse la guerre. Ni une guerre avec des armes conventionnelles, encore moins une attaque suicidaire avec des armes nucléaires. La domination économique mondiale est bien plus importante pour les États-Unis. Et dans cette affaire, la Russie n'est pas du tout un concurrent des États-Unis.

Et qui sont les concurrents ? Il y en a deux : la Chine et l'Union européenne. En outre, l'affaiblissement économique de l'un entraînera automatiquement l'affaiblissement de l'autre : les fabricants chinois et les consommateurs européens sont fortement interconnectés. Et leur affaiblissement conduit inévitablement au renforcement d'"un singe rusé assis dans un grand arbre, au pied duquel deux tigres se battent". De plus, il est également saturé de bananes qui sont soudainement devenues disponibles pour lui. Après tout, avec le début de l'opération militaire des forces armées russes en Ukraine, les actions du complexe militaro-industriel américain ont considérablement augmenté. Et ceci avant même le début du plan proposé par la Pologne pour remplacer l'équipement militaire obsolète datant de l'époque de l'URSS, qu'elle se proposait de livrer à l'Ukraine, par un équipement américain plus récent et plus coûteux.

En d'autres termes, en incitant les marionnettes polonaises à faire un tel pas dans le temps, les États-Unis ne tuent pas deux, mais beaucoup d'oiseaux d'une seule pierre. Premièrement, elle soutient sa propre économie, deuxièmement, elle oblige les Européens à acheter des armes américaines, ce qui affaiblit l'un des deux principaux concurrents économiques et, troisièmement, elle affaiblit délibérément la Russie, la forçant à dépenser des fonds supplémentaires pour "éliminer" la "ferraille" fournie à l'Ukraine, quatrièmement, elle augmente la saturation de l'OTAN en systèmes d'armes modernes et, cinquièmement, elle prolonge l'agonie de la "guerre pour les intérêts américains jusqu'au dernier Ukrainien".

Mais ce n'est pas tout. Les Américains eux-mêmes admettent déjà que la Russie, à leur indescriptible surprise, s'en sort bien avec des sanctions record en termes quantitatifs et qualitatifs. En outre, les réserves financières de la Russie non seulement n'ont pas diminué suite à leur introduction, mais ont augmenté après le début de l'opération militaire d'environ 12 milliards de dollars en raison de la hausse des prix de l'énergie. Dans le même temps, pour la même raison, l'économie de l'UE subit d'énormes pertes, la production la plus importante est arrêtée à cause de la hausse des prix du gaz, et en raison de l'embargo sur l'importation d'engrais russes et biélorusses, le spectre de la pénurie alimentaire plane aux portes de l'Europe. Bien sûr, ils essaient de régler ce dernier problème en exportant à la hâte quelques dizaines de millions de tonnes de céréales d'Ukraine, condamnant le pays à la famine : en raison de la pénurie de carburant et des hostilités, la saison des semailles en Ukraine a en fait été interrompue. Le pain de la prochaine récolte, semble-t-il, les Européens devront l'acheter à un prix plus élevé aux États-Unis.

Faut-il s'étonner que les alliés américains de la coalition anti-russe souffrent de la guerre en Ukraine ? Dans le paradigme de la guerre par procuration, il n'est non seulement pas étrange, mais naturel : que la guerre soit menée sur le territoire ukrainien, mais principalement aux frais de l'Union européenne contre... l'Union européenne. Et le fait que les querelles des Ukrainiens et des Russes ne soient pas non plus un problème : l'essentiel est que ce sont les Américains qui sont les principaux bénéficiaires de cette guerre hybride par procuration.

Que devons-nous faire, comment devons-nous être ?

Dans une guerre, même s'il s'agit d'une guerre hybride contre la Russie et non associée à des hostilités "chaudes", cela signifie que la question aiguë est de savoir comment traiter ceux qui se sont impliqués du côté de nos adversaires. En fait, ils se sont maintenant tirés une balle dans le pied en Europe : dans le contexte des sanctions anti-russes imposées, le taux d'inflation dans tous les pays de l'UE et de l'OTAN, y compris les États-Unis, a fortement augmenté.

QP6RGMD6DRDZRAHYVEGL5ZSLDQ.jpg

La "guerre du gaz" a entraîné un bond sans précédent des prix du "combustible bleu" et, par exemple, en Allemagne, les industriels disent déjà franchement qu'il est moins cher de fermer de nombreuses entreprises que de poursuivre leur production. Les tentatives de limiter l'approvisionnement en pétrole russe ont déjà entraîné une forte hausse des prix du carburant en Europe et aux États-Unis. Qui, soit dit en passant, n'a rien pour remplacer le pétrole de l'Oural dans un certain nombre de raffineries qui sont prêtes à le traiter. Il y a une forte probabilité de crise alimentaire en raison des restrictions sur les importations d'engrais russes. En outre, une hausse des prix du blé a déjà été observée. Et que se passera-t-il après la récolte, qui n'est évidemment pas suffisante sans l'approvisionnement en blé russe ? Après tout, la pénurie de céréales qui se profile en Inde aura également une incidence sur le prix.

Je ne veux pas hausser les épaules, en répondant de manière absolument symétrique, comme pour l'expulsion mutuelle des diplomates. Dites ce que vous voulez, mais le gaz, le pétrole, les engrais, les matières premières industrielles, la nourriture, c'est aussi de l'argent qui sert à renflouer le budget russe. Oui, il existe un certain nombre de pays qui peuvent théoriquement acheter littéralement tous les volumes de ces biens, ce que l'Europe et les États-Unis refusent à leur propre détriment.

Ce qui se passe aujourd'hui avec les prix, en fait, est une répétition, un avertissement aux ennemis de ce qui les attend s'ils entrent dans une confrontation militaire ouverte avec la Russie sous la pression de Washington.

Et ce n'est que le début. Une proposition a déjà été soumise à la Douma d'État pour que la Russie se retire de l'OMC, ce qui permettra une réponse plus ciblée à la pression des sanctions. Par exemple, en modifiant le montant des droits d'importation et d'exportation des pays, en fonction de leur degré de loyauté envers la Russie.

Oui, les revenus de la Russie provenant des hausses de prix "sanctionnées" aujourd'hui battent des records: selon les analystes de Citi, Gazprom reçoit environ 200 millions de dollars par jour, et ses revenus cette année pourraient être le double de ceux de l'année dernière. Mais aujourd'hui, l'Occident discute de plans visant à créer un cartel pour "contrôler" le prix du pétrole russe. Et cela a-t-il un sens de continuer à "gronder gentiment" les pays que nous considérons toujours comme nos "alliés", malgré leurs mesures véritablement anti-russes ? Après tout, comme vous le savez, la Russie n'a que trois alliés : l'armée, la flotte et les forces spatiales nouvellement créées.

Bien sûr, il ne faut pas prendre de décisions drastiques, créant des difficultés pour notre économie avec des contre-mesures. Mais c'est pour cela que le gouvernement existe, pour évaluer et calculer soigneusement les conséquences de ces mesures. Que les circonstances évoluent de telle sorte que notre pays soit devenu un instrument de la guerre géopolitique par procuration menée par les États-Unis contre l'Europe et la Chine, mais il est en notre pouvoir de faire en sorte que cet instrument ne soit pas aveugle, afin que nous ayons la possibilité de tirer le maximum de profit de notre position, et que la Russie en sorte renforcée. L'essentiel est de comprendre la véritable nature du conflit actuel, dans lequel nous avons été poussés avec tant de force : avertis, nous sommes donc armés.

mardi, 07 juin 2022

Cosaques: dans les deux camps de la guerre d'Ukraine

gettyimages-466707580.jpg

Cosaques: dans les deux camps de la guerre d'Ukraine

Dans l'histoire des cosaques, une relation ambivalente avec le pouvoir central russe était déjà une tradition avant Vladimir Poutine

Bodo Bost

Source: https://paz.de/artikel/in-beiden-lagern-des-ukrainekrieges-a6767.html

Dans les régions steppiques situées le long des fleuves frontaliers Volga, Don, Dniepr et Oural, les Cosaques ont constitué une force d'intervention rapide pour le tsar à partir du XVe siècle, mais ils n'ont jamais renoncé à leur liberté et à leur autonomie. Les Cosaques ont été la force motrice de la Russie dans la lutte contre son ennemi juré, les Tatars. Les Cosaques les ont vaincus parce qu'ils avaient eux-mêmes adopté leur mode de vie et s'étaient mélangés avec eux, tout en restant chrétiens.

Les Cosaques étaient à la fois des mercenaires et des "guerriers libres", ils combinaient un patriotisme fidèle à l'État et un fort amour de la liberté. C'est pourquoi ils sont restés suspects aux yeux des tsars. Les Cosaques aidaient les paysans qui voulaient se soustraire au servage des tsars et les vieux croyants qui ne voulaient pas suivre les réformes de l'Eglise orthodoxe d'Etat. Alors que certaines parties des Cosaques sont devenues des avant-postes coloniaux de la Russie, d'autres sont devenues des éléments porteurs des révoltes populaires régionales contre le tsar. Sous le régime soviétique, les Cosaques, qui avaient pour la plupart combattu aux côtés des ennemis des bolcheviks, sont devenus les ennemis publics numéro un.

EA40FEC4-39A6-4CC5-8F07-B0F04363CCCC_w650_r0_s.jpg

Le Kremlin encourage le néo-cosaquisme

Seul Vladimir Poutine a redécouvert leur utilité guerrière et leur nationalisme. Même la fonction d'ataman, nom traditionnel du chef cosaque, a été réintroduite sous Poutine. L'ataman Nikolai Doluda (photo) a été nommé par Poutine à la tête de la Société cosaque de toute la Russie. Sous Poutine, les Cosaques sont mis à contribution pour l'éducation patriotique des jeunes et pour la fonction publique. L'offre va du jardin d'enfants à l'école en passant par les universités cosaques. Les associations de Cosaques sont même autorisées depuis quelques années à défiler lors de la grande parade militaire sur la place Rouge le jour de la victoire, bien que la majorité des Cosaques aient alors combattu dans la Wehrmacht contre l'Union soviétique.

Poutine avait remarqué qu'avec l'effondrement de l'Union soviétique, il manquait un élément fédérateur dans la société russe. Pour combler ce vide, il a encouragé l'Église orthodoxe et le cosaquisme.

Aujourd'hui, il existe plus de 2600 sociétés cosaques avec 170.000 membres en Russie, environ sept millions de Russes et plus d'un million d'Ukrainiens se sentent descendants des Cosaques. Le Kremlin encourage et utilise le néo-cosaquisme post-soviétique à ses propres fins.

Des unités cosaques ont été engagées dans toutes les guerres menées par la Russie depuis celle de 1992 en Transnistrie et autour de celle-ci. Elles n'ont échoué que lors des deux guerres de Tchétchénie de 1994 à 1996 et de 1999 à 2009. Le Caucase était pourtant l'une de leurs zones de combat traditionnelles.

L'histoire officielle de l'Ukraine, indépendante depuis 1991, se fonde également sur l'hetmanat des Cosaques zaporogues, fondé en 1648, bien que sous Catherine la Grande, l'hetmanat zaporogue, le cœur de l'Ukraine actuelle, soit devenu une province russe en 1765. Un retour aux traditions cosaques s'est exprimé lors des manifestations du Maïdan de Kiev fin 2013 sous la forme de tendances démocratiques de base et pro-occidentales. Une cinquantaine d'organisations cosaques ont soutenu et soutiennent encore l'intégrité territoriale de l'Ukraine pendant la guerre du Donbass et aujourd'hui contre la Russie.

Wedjaschkin-1024x683.jpg

Les Cosaques d'Ukraine défendent le pays

Sur le plan militaire, les associations cosaques sont toutefois plus actives du côté russe dans le conflit ukrainien qui a éclaté en 2014. 5000 citoyens ukrainiens ont combattu pour la cause russe en tant que membres d'associations cosaques dans les régions de Lougansk et de Donetsk. Cependant, lorsque les unités de volontaires ukrainiens ont progressé en 2015, certaines unités cosaques ont abandonné leurs positions dès les premiers tirs.

Surtout depuis la proclamation de la République populaire de Lougansk en 2014, l'Ataman Kositsyn espère, avec l'aide de sa Garde nationale cosaque, créer un hetmanat ukraino-russe dans le cœur du territoire des Cosaques du Don, soit la région de Rostov, dans la tradition de la République du Don qui existait à l'époque de la guerre civile russe de 1918 à 1920.

Cependant, pour de nombreux Russes, le défilé de cosaques n'est rien de plus qu'une mascarade historique, au mieux du folklore, même s'il est soutenu par le Kremlin. Même dans une région comme Krasnodar, autrefois un centre cosaque dans le sud de la Russie, où le soutien de l'État est particulièrement fort, les cosaques ne définissent plus aujourd'hui l'identité régionale, tout au plus le folklore. Le recours par l'État au symbole historique du cosaque n'est qu'une pièce de la mosaïque d'une évolution nationaliste et nostalgique par laquelle Poutine pousse la Russie encore plus loin dans l'isolement et la complaisance de soi.

18:56 Publié dans Actualité, Affaires européennes | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cosaques, russie, ukraine, traditions | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 05 juin 2022

"L'hypermoralisme fait partie du mode de vie actuel" - Entretien avec Thor Kunkel

ThorKunkel.jpg

"L'hypermoralisme fait partie du mode de vie actuel"

Entretien avec Thor Kunkel

Propos recueillis par Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/hypermoralische-haltung-gehoert-zum-heutigen-lifestyle/

L'écrivain Thor Kunkel évoque les Verts, qui ont sacrifié le pacifisme sur l'autel du pouvoir et se sont entendus avec les Etats-Unis, et le risque que cette politique entraîne l'Allemagne dans la guerre en Ukraine.

Si l'on regarde la position des Verts en République fédérale d'Allemagne sur la guerre en Ukraine, ils n'ont aucun scrupule face aux livraisons d'armes. Où est passé le mouvement pacifiste dont sont issus en partie les Verts ?

Thor Kunkel : Nous avons tous été surpris, je pense, par la rapidité avec laquelle ce parti, qui s'est longtemps revendiqué du mouvement pour la paix et qui jouit donc d'une sympathie sans précédent auprès des jeunes électeurs, s'est transformé en très peu de temps. On pourrait parler d'un parti de politiciens au pouvoir. Remarquez qu'il s'agit de politiciens de pouvoir dépourvus de tout bagage professionnel.

Thor Kunkel fait partie des écrivains germanophones modernes. Il a étudié les arts plastiques, notamment à Francfort-sur-le-Main et à San Francisco, et a travaillé pendant de nombreuses années comme créatif pour des agences de publicité britanniques et néerlandaises (photo : Thor Kunkel).

Ce ne sont donc pas les bonnes personnes qui occupent des postes à responsabilité ?

Kunkel : C'est une certaine tradition chez les Verts. Pensez au fameux discours de Joschka Fischer en 1999 sur l'entrée en guerre de l'OTAN au Kosovo : on a découvert après coup que M. Fischer n'avait même pas lu le traité de Rambouillet. On a alors dit que si les chapitres 7 et 8 avaient été connus auparavant, de nombreux députés Verts n'auraient pas voté pour la guerre à l'époque. En d'autres termes, un certain manque de professionnalisme est tout à fait typique des Verts.

979100_Cover_neu.jpg

En ce qui concerne le pacifisme, ou plutôt la non-violence, il n'y a jamais eu de condamnation claire de la RAF de la part des Verts, et des représentants des Verts continuent de faire des mamours avec le petit monde des Antifa, qui est tout sauf pacifique.

Kunkel : Je dirais que la base du parti est relativement violente. Mais en ce qui concerne le comportement de Mme Baerbock et de M. Habeck, il y a encore d'autres raisons déterminantes, - la vassalité vis-à-vis des Américains et aussi l'intention de ne décevoir aucun des amis transatlantistes.

Si nous jetons un bref coup d'œil à l'histoire, lors de la guerre du Vietnam, le mouvement pacifiste a violemment critiqué les États-Unis et a quasiment glorifié les Nord-Vietnamiens et Ho Chi Minh. Au début des années 80, lors de la double décision de l'OTAN sur le réarmement, les États-Unis ont à nouveau été vivement critiqués, tandis que le rôle de l'URSS était occulté. D'où vient cette divergence ?

Kunkel : Tout d'abord, la gauche a fait à l'époque ce qu'elle fait aujourd'hui, c'est-à-dire qu'elle s'est solidarisée avec les peuples coloniaux exploités, parmi lesquels elle comptait les Nord-Vietnamiens. Par ailleurs, l'impérialisme géopolitique des États-Unis était alors à son apogée, ce qui correspondait très, très bien à la phase de légitimation des partis de gauche et des partis verts. Aujourd'hui, nous nous trouvons dans une situation différente : les Verts font partie de l'establishment. Ils sont choyés par les médias qui leur sont favorables, et ils savent aussi que la jeune génération les soutient. Ils cultivent un style de vie élitiste et ont appris à s'accommoder de la dernière grande puissance occidentale, les États-Unis. Les élites s'arrangent toujours avec les dirigeants, et cela explique le changement que vous venez d'évoquer.

Welt-unter.jpg

Le nouveau roman de Thor Kunkel, "Welt unter", va bientôt paraître.

Cela signifie que les choses vont probablement continuer ainsi avec les Verts, car la coalition "feux de circulation" va, selon les prévisions actuelles, tenir jusqu'à la fin de la législature.

Kunkel : Nous devons partir de ce principe. La majorité des Allemands approuvent cette orientation belliciste, cette "attitude", comme on dit, de la ministre des Affaires étrangères. On dit qu'elle fait du bon travail et que les Allemands sont également satisfaits du travail de M. Habeck. Bien entendu, ces déclarations des médias grand public doivent être prises avec précaution. Je pense toutefois qu'ils n'ont pas perdu la confiance en adoptant une position qui consiste à livrer des armes lourdes à un seul des belligérants. La majorité des Allemands semble les soutenir.

Ad-Endstufe-2021.jpg

Parce qu'ils pensent être du bon côté sur le plan moral ?

Kunkel : Cela correspond exactement à cette attitude hypermoraliste qui fait aujourd'hui partie du style de vie vert, on est alors "moralement protégé". De nos jours, le prestige, la réputation et cette attitude morale sont presque devenu des avantages en monnaie sonnantes et trébuchantes. On sait aussi, bien sûr, que si l'on adopte une position critique - du moins en Allemagne -, on risque aujourd'hui de perdre son gagne-pain ou de ruiner sa carrière. Celui qui fait partie du système et tous ceux qui gagnent simplement leur vie se taisent.

media_8872419.jpeg

Pourrait-on également formuler cela de manière un peu provocante en disant que l'opinion dominante est que "le monde doit être sauvé par l'hypermoralisme allemand" ?

Kunkel : Si vous faites allusion aux années 30 et 40, je ne peux que vous donner raison. J'ai l'impression que le risque d'être impliqué d'une manière ou d'une autre dans cette guerre est pris à la légère. On fait semblant de ne pas être impliqué dans la guerre, ce qui n'est pas vrai dans les faits. On ne peut pas livrer systématiquement des armes lourdes à une partie belligérante et prétendre ensuite ne pas être impliqué. Si des soldats ukrainiens sont formés par des Américains en Allemagne pour pouvoir maîtriser certains systèmes de missiles qui tuent des soldats russes, il s'agit clairement d'une forme de "service de guerre". S'il devait y avoir des réactions, s'il devait y avoir des explosions nucléaires, cette guerre se déroulerait principalement en Europe et les États-Unis seraient, comme toujours, en dehors du jeu.

C'est ce qui avait été envisagé dans les années 1970 comme le pire scénario de la 3ème Guerre mondiale. Un éventuel échange de coups devait se limiter au sol européen, plus précisément au territoire de l'Allemagne vaincue. En raison de leur manque de souveraineté, les gouvernements de l'époque - Schmidt, Kohl - ont accepté que des armes nucléaires soient installées sur le territoire allemand. Dans le pire des cas, on pourrait s'attendre à ce que ces systèmes d'armes fixes soient utilisés. Curieusement, cela semble laisser la population allemande indifférente, car elle n'a guère tiré de leçons des événements fatals de la Seconde Guerre mondiale.

Pendant longtemps, la grande maxime politique de la République fédérale était "plus jamais la guerre", et l'armée allemande ne devait pas participer à des opérations de guerre à l'étranger. Puis, comme vous l'avez déjà mentionné, le gouvernement fédéral rouge-vert et le ministre des Affaires étrangères Fischer ont déclenché la guerre de l'OTAN contre la Serbie, et l'Allemagne risque maintenant d'être entraînée dans la guerre qui sévit aujourd'hui en Ukraine. Comment expliquer tout cela ?

Kunkel : Je ne sais pas. Il s'agit vraisemblablement de certains schémas de réaction qui semblent se répéter. En arrière-plan, il semble y avoir un objectif supérieur et symboliquement chargé - un objectif fixé par nos "amis" transatlantiques, dont la géopolitique doit être accomplie par le vassal. Un État souverain se comporterait différemment dans cette situation, et surtout, les politiciens allemands ne seraient pas prêts à risquer la vie de millions d'Allemands pour une politique absurde basée sur des  "valeurs" (occidentales). Même si la catastrophe n'arrive pas tout de suite, plus les belligérants s'échauffent, plus le risque est grand que cela ait des conséquences que les "professionnels de la politique" comme Mme Baerbock et M. Habeck ne peuvent pas prévoir. Ce qui m'inquiète, c'est que la caste politique semble considérer 89 millions d'Allemands comme une masse de manœuvre qui doit simplement rester immobile.

M03499231514-source.jpg

J'aimerais vraiment entendre un jour un M. Scholz déclarer clairement: "Le bien du peuple, que je représente en vertu de ma fonction, passe avant tout". Avant les "valeurs" (occidentales), avant la politique symbolique, et même avant les victimes de la guerre, dans laquelle l'Allemagne n'a aucune responsabilité. En revanche, une guerre nucléaire en Europe serait si terrible qu'on ne veut pas y penser. Le comportement arrogant de certains personnages clés du gouvernement ukrainien suggère d'ailleurs de qui pourrait provenir une première frappe nucléaire en cas de doute. Je pense qu'un macho comme Zelenski n'a pas grand-chose à envier à Poutine.

Pour revenir brièvement au pacifisme : Peut-on résumer cela en disant que le pacifisme n'était ou n'est toujours qu'un slogan politique de la gauche ?

Kunkel : Il semblerait que oui. Pour le parti, c'était un terme de combat utile dans la boîte à outils du marketing politique, bien que je ne veuille pas nier à de nombreux membres de la gauche et du parti des Verts une attitude pacifiste de base. Dans la vie politique quotidienne, l'affirmation d'être un mouvement pacifiste était bien sûr un plus émotionnel et une feinte rhétorique visant à discréditer indirectement l'adversaire politique.

Il est également significatif que le terme ait récemment été utilisé dans le débat politique. M. Habeck a fait savoir que, bien qu'il éprouve du respect pour une "position de pacifisme inconditionnel" au sein de son parti, il "pense que c'est faux". Mme Baerbock a répondu aux questions de l'opposition que les Verts "ne voulaient plus être endormis". Ils sont prêts - à la différence de l'AfD - à adapter leurs exigences programmatiques "aux circonstances". Cela ressemblait à de l'auto-dénigrement, mais n'a pas vraiment irrité qui que ce soit. On sait que Mme Baerbock a une relation quelque peu légère et inconsistante avec la vérité.

L'entretien a été réalisé par Bernhard Tomaschitz.

samedi, 04 juin 2022

La malédiction de l'hypocrisie de gauche - Comment les pacifistes sont devenus des bellicistes

20200731-header-hauptstadtbriefing-media-pioneer-baerbock-panzer_2.jpg

La malédiction de l'hypocrisie de gauche

Comment les pacifistes sont devenus des bellicistes

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/06/02/vom-fluch-der-linken-heuchelei/

Si l'on analyse le débat actuel sur la guerre en Ukraine, on ne peut tirer qu'une seule conclusion: les plus grands bellicistes sont actuellement issus des rangs de la gauche européenne. Ces dernières semaines, les appels à la livraison d'armes lourdes, à un engagement toujours plus fort en faveur de Kiev et, dans certains cas, à une intervention active dans le conflit, ont été les plus virulents, voire les plus hystériques, de la part des représentants de la gauche de l'échiquier politique.

Si vous écoutez les Verts allemands, de la plus grande ministre des Affaires étrangères de tous les temps au président des Verts bavarois aux cheveux hirsutes, vous savez qu'un parti de véritables bellicistes s'est formé, abandonnant derrière lui l'ancien pacifisme de la révolte de 68 et de la Nouvelle Gauche. A l'époque, on disait "Des socs plutôt que des épées" et "Faire la paix sans armes" et on manifestait contre la guerre du Vietnam et contre le réarmement de l'OTAN. Aujourd'hui, ce sont les épigones de cette ancienne Nouvelle Gauche qui critiquent massivement le chancelier allemand Olaf Scholz parce qu'il n'est pas prêt à livrer des armes lourdes offensives à l'Ukraine.

Il convient d'analyser plus en détail comment peut s'expliquer un changement aussi radical dans l'attitude fondamentale de la gauche vis-à-vis de la guerre et de la paix. D'une part, cela tient bien sûr à l'adversaire actuel dans cette guerre en cours. Vladimir Poutine est depuis longtemps l'ennemi idéal de la gauche, car il incarne tout ce que la gauche déteste et rejette avec ses positions conservatrices en matière de patriotisme, de famille et d'attitude envers les homosexuels. Vladimir Poutine est alors rapidement comparé à Adolf Hitler, et les spécialistes en sciences politiques affirment plus facilement que le régime actuel du Kremlin est bien sûr un fascisme bien réel. Ils ignorent les voix modérées qui font remarquer que Poutine ne menace d'extermination aucun groupe ethnique ou social et que le fascisme implique la pénétration organisationnelle de la population et de tous les secteurs de la société. L'image de l'ennemi Poutine et du méchant impérialisme russe suffit à motiver le nouvel enthousiasme de la gauche pour la guerre.

FRizYezXoAAfJ1r.jpg

Une autre cause de ce changement de paradigme idéologique au sein de la gauche est sans doute l'hypocrisie que ces messieurs-dames ont depuis longtemps intériorisée, hypocrisie à laquelle on s'est concrètement habitué dans ce domaine et dans la fonction de bien-pensant attitré. Cette bien-pensance de gauche, qui s'est notamment développée sur la question de l'immigration de masse au cours de ces dernières années, est naturellement capable de porter des jugements en matière de guerre et de paix en toute décontraction, dans une pose complaisante de supériorité morale. Les Ukrainiens et leur président Zelenski, considérés auparavant comme l'un des pays les plus corrompus avec un président, lui, extrêmement corrompu, sont soudain ceux qui mènent une guerre juste, à savoir une guerre défensive, alors que Poutine est présenté comme un tyran fou et sanguinaire à la tête d'un régime tout aussi sanguinaire et d'une armée non moins sanguinaire. Et contre cela, l'utilisation d'armes lourdes est alors la moindre des choses.

Dans le paysage politique et médiatique allemand, la gauche belliciste rejoint curieusement les chrétiens-démocrates de Friedrich Merz et le style journalistique et polémique du "Bild-Zeitung". Alors que les sociaux-démocrates d'Olaf Scholz freinent des quatre fers et se montrent réticents à l'idée de livrer des armes lourdes, ce sont ces deux secteurs politiques-là qui se profilent carrément comme des bellicistes. Et quiconque adopte une attitude prudente en ce qui concerne la prise de position dans la guerre en Ukraine est aussitôt diffamé parce qu'il "comprend Poutine" (est un "Putin-Versteher").

Bien que de plus en plus de voix s'élèvent dans les médias pour reconnaître qu'une défaite militaire totale des Russes est tout simplement impensable et que toute nouvelle escalade et extension de la guerre vers un conflit européen, voire mondial, doit être évitée à tout prix, la seule conséquence logique de cette reconnaissance, à savoir la recherche d'une paix négociée, semble encore lointaine. Ces dernières semaines, les discussions entre Moscou et Kiev se sont révélées fausses négociations et ont échoué sans donner le moindre résultat.

EzgnQwYXIAc-SYI.jpg

Les tentatives de médiation, comme celles du Turc Erdogan ou d'Israël, sont restées lettre morte jusqu'à présent, et les contacts téléphoniques réels ou supposés entre Macron et Poutine ou entre Scholz et Poutine n'ont guère donné de résultats. Sans parler des tentatives plutôt ridicules du chancelier autrichien de communiquer avec le maître du Kremlin. Il n'en reste pas moins que des négociations sérieuses devront avoir lieu un jour. Et celles-ci devront partir du principe qu'un éventuel compromis de paix devra naturellement tenir compte de la partie russe, c'est-à-dire que les gains de terrain russes dans l'est et le sud-est de l'Ukraine devront probablement être maintenus à long terme. Les bellicistes de gauche en Occident ne veulent pas en entendre parler. De même, les francs-tireurs du 10 Downing Street et de la Maison Blanche à Washington tentent encore aujourd'hui de nous faire croire que seule une défaite totale des Russes pourrait mettre fin à la guerre. Mais tout cela est illusoire et ne fait qu'accroître le risque d'une escalade généralisée jusqu'à la guerre nucléaire mondiale.

C'est ainsi que les va-t-en-guerre de gauche, tout comme les anglo-américains qui haïssent les Russes, s'avèrent être la véritable grande menace pour la paix mondiale. Bien entendu, cela ne change rien au fait que Vladimir Poutine et la Russie ont déclenché une guerre d'agression que rien ne justifie au regard du droit international. Néanmoins, les négociations restent le seul moyen d'y mettre fin. Et pour cela, il faudra offrir à Poutine un scénario de sortie. La soif de guerre, hypocritement déguisée en défense des "valeurs occidentales", comme le fait actuellement la gauche, rendra impossible la fin de la guerre et une solution pacifique.

mardi, 31 mai 2022

Qui paiera pour l'opération la plus autodestructrice du continent européen depuis la Seconde Guerre mondiale?

a870345f705c43a6e3688c73d643da25.jpg

Qui paiera pour l'opération la plus autodestructrice du continent européen depuis la Seconde Guerre mondiale?

par Andrea Zhok 

Source : Andrea Zhok & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/chi-paghera-per-l-operazione-piu-autodistruttiva-sul-continente-europeo-dalla-seconda-guerra-mondiale

Notes sur la guerre russo-ukrainienne

1) Au lendemain de l'invasion, l'Europe avait deux options.
Elle aurait pu accompagner les sanctions nécessaires d'une double requête à Zelensky et à Poutine, visant à entamer des négociations immédiates sur la base des deux exigences fondamentales du conflit: la neutralité de l'Ukraine et le respect des accords de Minsk. Si Zelensky ne s'était pas senti couvert et si sa démarche n'avait pas été garantie s'il poursuivait la guerre, la paix aurait probablement pu être obtenue en une semaine.

Ou, et c'est le choix qui a été fait, l'Europe a commencé à dire que Poutine était le nouvel Hitler, était un fou, un animal; elle pouvait dès lors commencer à approvisionner l'Ukraine en argent, en instructeurs et en armements lourds, elle pouvait déclencher une vague de russophobie embarrassante et elle pouvait persévérer dans cette voie jusqu'à dire (comme Borrell) que la guerre devait être réglée sur le terrain (les diplomates s'improvisant guerriers avec le cul des autres).

2) En fournissant à l'Ukraine des tonnes d'armes sans aucune garantie quant à leur destination, l'Europe a créé une zone de guerre folle à ses portes, à laquelle participent non seulement l'armée régulière et les milices mercenaires, mais aussi des groupes paramilitaires et des clusters de combattants irréguliers, incontrôlables, agissant de manière autonome, souvent avec des intentions plus terroristes que militaires (comme le bombardement d'une école à Donetsk hier), et qui n'obéira jamais à aucune paix signée par Zelensky. Il y a la perspective (et c'est un desideratum américain depuis le début) d'un conflit de longue durée, ou peut-être après une déclaration de trêve d'un conflit d'intensité réduite, qui engagera l'armée russe pour longtemps et conduira à la destruction totale de l'Ukraine - au moins de la partie de ce pays située à l'est du Dniepr.

1-russia-ukraine-2-640x360.jpeg

3) Comme toujours, plus le conflit dure, plus les deuils s'accumulent, plus la haine irrévocable envahit les âmes, et plus on abandonnera les derniers scrupules dans la conduite de la guerre (la Russie a progressivement augmenté le poids des types d'armement utilisés, l'Ukraine a commencé à viser le territoire russe dans la province de Belgorod). Nous verrons quelle sera la limite dans l'escalade.

4) Entre-temps, nous avons tous allègrement occulté le fait qu'en Ukraine, outre les gazoducs et les centrales nucléaires, il existe certains des plus grands gisements de plutonium et d'uranium enrichi au monde. En bref, nous jouons à la guerre, qui s'intensifie progressivement, dans l'une des zones les plus dangereuses de la planète en termes de répercussions générales possibles. Il est utile de rappeler que la distance entre l'Italie et l'Ukraine est de 1500 km à vol d'oiseau, celle entre l'Ukraine et les États-Unis est de 7500 km (avec un océan entre les deux).

5) Sur le plan économique, l'Europe a parié sur l'accès à des sources d'énergie abondantes et à prix modéré. L'Europe étant la zone du monde la plus vouée à la transformation industrielle et la moins dotée en ressources naturelles, l'actuelle politique ukrainienne de l'Europe équivaut à avoir fait un nœud coulant et à se le passer au cou. L'Europe soutient et alimente une guerre à sa propre porte, et non seulement cela, mais elle fait tout pour qu'elle dure longtemps et pour rompre définitivement toutes ses relations avec le reste de l'Eurasie. En substance, nous nous coupons de la partie du monde dont nous sommes économiquement complémentaires (la Russie pour les ressources, la Chine pour la fabrication de base, tous les BRICS en tant que plus grand marché du monde). Dans le même temps, nous nous subordonnons à nouveau et sans alternative à un concurrent primaire avec lequel nous sommes en concurrence directe sur le plan industriel, mais qui, contrairement à l'Europe, est énergétiquement autonome.

6) Ayant atteint ce point, la Russie n'a plus un intérêt primordial à parvenir à une paix rapide. D'un point de vue économique, elle paie effectivement un prix, mais d'un point de vue stratégique, elle est en train de devenir la référence mondiale pour la "revanche" de cette partie majoritaire du monde qui s'est sentie malmenée par le tyran américain pendant des décennies. Cette victoire stratégique permet à la Russie de cultiver une alliance substantielle avec la Chine, une alliance absolument invincible et incassable à tout point de vue: territorial, démographique, économique et militaire.

tombe-covid-19-anti-masque-780x470.jpg

7) L'Europe, en revanche, a creusé sa propre tombe. Si les gouvernements européens ne parviennent pas, d'une manière ou d'une autre (et pour l'instant à grands frais), à rétablir les relations avec la partie restante de l'Eurasie, le sort de notre sous-continent est scellé. Les deux siècles d'ascension mondiale qui ont débuté au début du XIXe siècle connaitront une fin peu glorieuse. Dès l'automne, nous commencerons à voir les premiers signes de ce qui s'annonce comme une nouvelle contraction économique de longue durée, une contraction qui, impliquant les pays européens en bloc, aura des caractéristiques inédites, bien plus lourdes que la crise de 2008, car il n'y aura pas ici de "garanties de fiabilité financière" pour tenir le coup.

En regardant Draghi, Macron, Scholz et leurs marionnettes parlementaires aujourd'hui (en Italie, la quasi-totalité de l'arche parlementaire), la seule question qui reste est: est-ce que quelqu'un va payer ?

Qui paiera pour l'opération la plus autodestructrice du continent européen depuis la Seconde Guerre mondiale ? Les journalistes mercenaires et écervelés qui ont fabriqué et répété le récit de propagande pour alimenter la guerre paieront-ils ? Vont-ils payer les politiciens qui ont soutenu activement la guerre ou qui ont fait des génuflexions devant les diktats du Premier ministre ?

Ou devant les nouveaux chômeurs et travailleurs pauvres, réussiront-ils une fois de plus le tour de passe-passe consistant à expliquer qu'il n'y avait pas d'alternative ?

dimanche, 29 mai 2022

L'Europe à l'ombre de la guerre: inflation galopante, prix des services publics faramineux

EU-inflation.jpg

L'Europe à l'ombre de la guerre: inflation galopante, prix des services publics faramineux

Un bilan par le journal hongrois Magyar Nemzet

Ex: https://magyarnemzet.hu/kulfold/2022/05/europa-a-haboru-arnyekaban-elszabadult-az-inflacio-egekben-a-rezsiarak

L'Europe à l'ombre de la guerre : l'inflation est incontrôlable, les prix des logements montent en flèche

La guerre en Ukraine et la politique de sanctions contre la Russie ont de graves conséquences pour les pays européens, avec une baisse significative du niveau de vie. Le centre d'information MediaWORKS a publié une série d'articles explorant les effets de la guerre jusqu'à présent et ceux qui risquent de se faire sentir dans un avenir proche. Dans la première partie, nous analysons le déchaînement sans précédent de l'inflation et la multiplication des frais généraux en Europe à la suite de la forte hausse des prix des matières premières.

Un conflit de guerre peut à lui seul causer des dommages à l'économie mondiale, mais surtout aux pays situés dans la région du conflit militaire. C'est particulièrement vrai dans le cas de la guerre Russie-Ukraine, qui oppose deux pays riches en ressources. La situation géographique de la Russie et son statut de grande puissance amplifient l'impact économique du conflit. De plus, les conséquences économiques négatives pour l'ensemble du continent européen sont considérablement exacerbées par la politique de sanctions de l'Union européenne et des États-Unis.

Voyons ce que cela signifie en chiffres concrets, et comment les actions de l'UE, motivées par la politique et l'idéologie, affectent le niveau de vie des Européens. L'inflation est l'un des facteurs qui se ressentent immédiatement dans la vie quotidienne. 

Le taux d'inflation annuel de la zone euro a été de 7,4% en mars. C'est en Estonie que l'inflation est la plus élevée, avec une hausse des prix de 19,1 % en glissement annuel en avril, mais une forte inflation - supérieure à celle de la Hongrie - touche également la Lituanie, la République tchèque, la Lettonie, la Bulgarie, la Roumanie, la Pologne, les Pays-Bas et la Slovaquie.

Des records d'inflation sont battus

L'inflation dans la zone euro s'est accélérée pour atteindre un nouveau record à la fin du mois d'avril, lorsque le taux annuel a atteint 7,5 % contre 7,4 % en mars. L'accélération du rythme de la détérioration monétaire est due à la hausse des prix des matières premières en raison de la guerre en Ukraine et des sanctions contre la Russie, selon les données préliminaires publiées par Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, fin avril.

infographie-visactu-1595258341.jpg

L'inflation dans la zone euro est désormais plus de trois fois supérieure à l'objectif précédent de la Banque centrale européenne, à savoir deux pour cent.

Le rapport montre que les prix des produits alimentaires, de l'alcool et du tabac ont augmenté plus rapidement dans la zone euro ce mois-ci, passant de 5% en mars à 6,4% en avril. Entre-temps, les biens industriels non énergétiques ont augmenté de 3,8 % après 3,4 % au troisième mois, et le prix des services a augmenté de 3,3 %, après une hausse de 2,7 % le mois précédent. La croissance annuelle des prix de l'énergie, quant à elle, a ralenti mais est restée extrêmement élevée, à 38 % en avril contre 44,4 % en mars, selon le résumé d'Eurostat. Hors énergie, l'inflation dans les pays étudiés est passée de 3,4 % en mars à 4,2 %, tandis qu'en excluant l'énergie, les denrées alimentaires et les produits de luxe, l'indice des prix à la consommation a atteint 3,5 % à Pâques, contre 2,9 % le mois précédent.

L'épidémie de Covid et la guerre en Ukraine, entre autres facteurs, ont contribué à cette détérioration.

Les gens ressentent les effets de la hausse des prix

Le taux d'inflation a battu de vieux records dans toute l'Europe. En Autriche, la dépréciation monétaire a atteint 7,2 % en avril. Il s'agit du taux d'inflation le plus élevé en Autriche depuis l'automne 1981. Les gens ressentent les effets de la hausse des prix sur leur propre peau. Selon un sondage réalisé à l'époque, 92 % des personnes interrogées ont déclaré que le prix des denrées alimentaires de base avait augmenté de manière significative.

Trente pour cent des personnes envisagent de modifier leurs habitudes d'achat en conséquence. 75 % pensent qu'il est très important de n'acheter qu'en cas d'offre spéciale, tandis que 59 % pensent qu'ils chercheront une alternative moins chère à la marque à laquelle ils sont habitués.

L'inflation en Espagne est la pire depuis 1985. Fin mars, le gouvernement espagnol a été contraint d'assouplir les conditions d'importation de maïs après que 30 % du maïs destiné à l'alimentation animale ait été importé d'Ukraine, laissant les stocks épuisés par la guerre. Outre les cultures vivrières et fourragères, le prix du gaz et de l'électricité a également augmenté.

L'inflation en Croatie était de 9,4 % en avril. Selon l'Institut national des statistiques, il s'agit de la plus forte dépréciation monétaire depuis l'indépendance du pays. Les derniers chiffres constituent un record absolu pour le pays adriatique. Le record croate était de 8,4 % en juillet 2008. Ceci a maintenant été battu.

La Grèce a organisé une grève nationale le 6 avril en raison de l'inflation, qui, selon les habitants, n'a pas été favorisée par les efforts déployés par le gouvernement pour alléger le fardeau de la hausse des prix de l'énergie grâce à des subventions de quelque 3,7 milliards d'euros depuis septembre. 

taux-dinflation-mars-2022.png

20220521_DE_US.jpg

En dehors de l'UE, la situation n'est pas meilleure au Royaume-Uni. Dans son édition du 21 mai, l'hebdomadaire The Economist rapporte que le taux d'inflation annuel du Royaume-Uni a atteint 9 % en avril, soit l'une des plus fortes augmentations depuis 40 ans. Cela donne au Royaume-Uni le taux d'inflation le plus élevé parmi les pays du G7. Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Andrew Barley, a déclaré que les hausses "apocalyptiques" des prix des denrées alimentaires étaient à blâmer en tant que facteur externe de l'inflation, mais The Economist note que la hausse des prix de l'énergie était principalement responsable de la flambée de l'inflation britannique. 

Des frais généraux élevés

Aux Pays-Bas, les frais généraux ont augmenté de 86 % en avril en raison de la hausse des prix de l'électricité et du gaz naturel. En Estonie, l'augmentation des frais généraux était d'environ 60 % à la mi-mai, sous l'effet d'une hausse de 34 % des loyers, en plus du triplement des prix du gaz naturel. En Lettonie, le prix du gaz naturel domestique avait augmenté de près de cinq fois et demie en un an à la mi-mai, et l'électricité était presque quatre fois plus chère en avril de cette année qu'un an auparavant. En parallèle, les loyers ont augmenté de 32 %. Tout cela a entraîné une augmentation des frais généraux moyens de 335 % en Lettonie, selon les chiffres officiels. En Lituanie, une multiplication par cinq du prix du gaz s'est traduite par une hausse de 38 % des frais généraux moyens à la mi-mai.

En Roumanie, les frais généraux des ménages ont augmenté de 65 % en moyenne à la mi-mai. L'électricité a augmenté de 60 %, tandis que le prix du gaz a augmenté jusqu'à 300 %, selon le fournisseur.

Handschuh_2014.jpgLa hausse des prix de l'énergie est donc un casse-tête majeur dans la plupart des pays européens. Alexander Handschuh (photo), de l'Association des villes et municipalités allemandes, a déclaré que la réduction de la durée de l'éclairage des rues était l'une des idées envisagées par les villes à la mi-mai. Mais de nombreuses villes et communes n'ont d'autre choix que de réduire encore l'éclairage public, selon une enquête de l'agence de presse allemande DPA. À Weimar, dans l'est du pays, il est prévu d'allumer les lampadaires une demi-heure plus tard et de les éteindre une demi-heure plus tôt à partir du 1er juin. Dans le même temps, les responsables de la ville de Mayence, dans l'ouest du pays, prévoient de réduire davantage l'éclairage public sur les chemins piétonniers et les pistes cyclables, après que l'éclairage public ait été réduit de 50 % dans certaines zones. Dans la ville de Darmstadt, l'éclairage public est atténué et éclairé lorsque les routes sont utilisées, grâce à la technologie des capteurs. Jusqu'à la moitié des coûts d'électricité des villes sont consacrés à l'éclairage des rues, a récemment annoncé le ministère des affaires économiques du Land de Hesse. La raison en est que les prix de l'énergie en Allemagne ont augmenté progressivement depuis le début de la guerre en Ukraine en février.

Le gouvernement italien limite à la fois la climatisation et le chauffage

Des centaines de milliers de personnes en Italie ont manifesté fin mars parce que 200.000 familles de la Vénétie, la région la plus riche du pays, sont incapables de payer leurs factures de services publics. Le gouvernement fournit 20 milliards d'euros pour aider les familles à faible revenu à faire face à l'augmentation des factures de services publics et propose également des paiements échelonnés, mais cela ne suffit pas pour aider certaines familles et petites entreprises, qui ont également été touchées par les effets de l'épidémie, à faire face à la hausse des prix.

La climatisation dans les écoles et autres bâtiments publics en Italie sera interdite à partir de mai à des températures inférieures à 25 degrés Celsius. Le Premier ministre Mario Draghi a ironiquement décrit la climatisation comme un exemple de ce que les Italiens pourraient avoir à sacrifier en échange de la paix en Ukraine. En effet, la température intérieure des bâtiments publics ne doit pas dépasser 19 degrés Celsius en hiver. La restriction sera en vigueur jusqu'au 31 mars, bien que l'on ne sache pas encore comment la consommation sera contrôlée. Les contrevenants s'exposent à des amendes de 500 à 3000 euros. La mesure ne s'applique pas aux hôpitaux, mais pourrait être étendue aux maisons privées à terme.

Le gouvernement espagnol a été contraint de geler les prix de l'électricité en raison du rythme de la détérioration financière. C'est nécessaire, car des milliers de personnes à travers le pays ont protesté contre les hausses de prix brutales. Plusieurs organisations espagnoles ont appelé à des manifestations à la mi-mars pour faire baisser les prix, protéger l'emploi et arrêter la détérioration des conditions de vie. Les organisateurs ont exigé que le gouvernement et l'Union européenne agissent pour freiner les hausses folles des prix et réformer le système de tarification de l'électricité afin que les ménages et les entreprises paient en fonction de leur consommation réelle.

Nous utiliserons les revenus des bénéfices supplémentaires pour protéger les emplois, les pensions, le soutien aux familles et maintenir les réductions des factures de services publics, ainsi que pour préserver la sécurité", a écrit le ministre d'État László György.

Une enquête choquante sur le peuple britannique

Trois Britanniques sur cinq ont été contraints d'éteindre leur chauffage en raison des prix élevés du gaz, selon un sondage Ipsos publié à la mi-mai. L'enquête révèle des résultats choquants, disent-ils.

-1xgaspbt-1.pngElle a souligné qu'un quart des Britanniques sont contraints de manquer un repas par jour en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires, et que trois Britanniques sur cinq ont été contraints d'éteindre leur chauffage en raison des prix élevés du gaz.

Plus d'un quart des Britanniques ont annulé leur abonnement à la télévision par câble ou à un service de streaming (HBO, Netflix), et plus de la moitié des gens ont réduit leurs dépenses de divertissement. L'enquête a également révélé que l'augmentation du coût de la vie est surtout ressentie par les personnes dont les revenus sont les plus faibles selon les normes britanniques. Plus de la moitié des personnes gagnant moins de 20.000 £ par an étaient très inquiètes du coût de la vie au cours des six prochains mois.  Au Royaume-Uni, de nombreuses personnes sont contraintes de chauffer moins afin de réduire le coût de leur facture de gaz.

L'augmentation moyenne des frais généraux cette année a été de 700 £ (320 000 forints). Cette évolution a été favorisée par une augmentation de 54 % du plafond des prix en avril, d'autres augmentations étant prévues en octobre. Le sondage a révélé que près d'un Britannique sur cinq a été contraint de contracter un prêt pour couvrir ses frais de subsistance quotidiens.

La guerre en Ukraine comparée à celles du passé récent

e7c191908a35ad63ae164fd1b26cb4a1.jpg

La guerre en Ukraine comparée à celles du passé récent

par Gennaro Scala

Source : Gennaro Scala & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/la-guerra-in-ucraina-paragonata-a-quelle-del-recente-passato

Afin de rendre ce qui se passe en Ukraine plus intelligible pour nous, nous devons nous demander comment nous, Occidentaux, comprenons la guerre. Je vais donc essayer d'esquisser une approche comparative avec les guerres du passé récent, qui servira peut-être de base à des développements ultérieurs. De manière plus ou moins non dissimulée, pour la culture occidentale dominante, la meilleure façon de faire la guerre est le modèle dit "Shock and Awe": vous attaquez une nation (sans même déclarer la guerre), larguez un déluge de bombes sur sa capitale et ses principales villes, forçant ainsi l'État attaqué à se rendre. Cependant, bien que ce modèle garantisse des résultats immédiats, à long terme, comme il évite une véritable confrontation avec l'armée ennemie, il ne parvient pas à établir un contrôle sur l'État vaincu, comme on l'a vu en Irak et en Afghanistan. La guerre "d'en haut" fait des dizaines de victimes mais ne parvient pas à briser réellement ceux qui sont prêts à se battre. En général, la masse des combattants survit aux bombardements, car elle constitue la partie la plus active et la plus organisée de la population attaquée. Une véritable défaite de l'armée adverse implique de "descendre sur terre" et d'affronter directement l'armée ennemie, même dans des conditions de nette supériorité technique.

Army-Troops-Cross-Stream.jpg

La dernière véritable guerre menée par les États-Unis a été la guerre du Viêt Nam. L'issue de cette guerre a conditionné les guerres suivantes, car les États-Unis ont évité toute confrontation directe depuis lors. Avec l'augmentation de l'engagement américain à partir de 1965, cette guerre a entraîné une opposition croissante, en particulier de la part des jeunes, avec un refus généralisé de s'enrôler, des manifestations de masse et la montée d'une culture d'opposition qui a abouti à ce que l'on appelle le mouvement de "68". Probablement inattendues, ces protestations ont induit un profond changement dans les relations entre les classes sociales aux Etats-Unis. Peu de temps après, en 1973, l'armée de conscription prenait fin, laissant place à une armée exclusivement professionnelle, et le pacte social qui l'accompagnait, caractérisé par une prospérité généralisée et un quasi plein emploi, prenait également fin. La pauvreté, et avec elle la marginalisation sociale et la petite criminalité généralisée, a commencé à devenir un phénomène courant dans les sociétés américaines. Une transformation immortalisée, par exemple, dans le film Taxi Driver de Martin Scorsese.

taxi_driver_affiche.jpg

Les manifestations anti-guerre étaient justifiées de tous les points de vue, même ceux qui n'étaient pas purement pacifistes. Tout d'abord, les objectifs de la guerre n'étaient pas bien compris, le pouvoir en place évoquait une "lutte contre le communisme" qui est devenue une lutte contre une sorte de monstre aux contours indéfinis. De plus, la conduite de la guerre par les Etats-Unis, qui consistait à s'attaquer à la société vietnamienne en brûlant des villages entiers, a provoqué de fortes crises morales chez les soldats qui ont été contraints d'attaquer une population envers laquelle ils ne ressentaient aucune inimitié. Le but de la guerre était principalement l'endiguement du communisme, mais si cet objectif était clair pour les classes dirigeantes, pour les soldats des classes inférieures, cet objectif ne semblait pas être une motivation suffisante pour être contraint de faire la guerre. Cet objectif découlait du système américain d'hégémonie mondiale, et n'était pas tant une question idéologique qu'un système de domination mondiale sans finalité concrète. À l'inverse, avec les États-Unis soutenant la résistance afghane, quelque chose de très similaire s'est produit pendant la guerre de l'Union soviétique en Afghanistan, qui fut l'un des facteurs qui ont conduit à l'"effondrement du communisme". Dans cette guerre aussi, il y avait des phénomènes de désaffection populaire, envers une guerre dont on ne comprenait pas les raisons, qui se trouvaient non pas dans un conflit réel avec l'Afghanistan, mais dans la lutte globale contre les USA. Les anciens combattants ont ensuite donné naissance aux premiers groupes d'opposition, ce qui a conduit plus tard à la glasnost de Gorbačëv.

Les mouvements de 68 ont effectivement apporté un changement radical, les motivations de la protestation étaient sacro-saintes mais ont fini par être déclinées en une opposition générique à la guerre de nature essentiellement individualiste, et un rejet générique de la guerre qui évite toute réflexion sur le rôle du conflit dans les relations humaines. La "culture de 68" était née, dans laquelle nous sommes encore partiellement immergés et qui a ensuite été habilement transformée par les médias américains en une autre façon de vendre la culture américaine aux peuples du monde. La base individualiste de cette protestation a fini par correspondre à la reformulation du pacte social après la conclusion de la guerre, que nous pouvons esquisser comme suit :

1) l'État n'exige pas de l'individu qu'il participe à la guerre au péril de sa vie, qui n'est confiée qu'à ceux qui le font professionnellement ;

2) l'État ne garantit pas la participation à la vie sociale par ce mode fondamental qu'est le travail. Cela devient un champ de lutte darwinienne pour l'existence (néo-libéralisme) dans lequel il y a toujours le danger de se retrouver dans le panier des exclus et des sans-abri.

Ce deuxième point a fait l'objet de mystifications considérables, car il est présenté comme le résultat de changements impersonnels dans le système économique. L'économie est conforme à la signification originale du terme, l'"entretien ménager". La concentration du pouvoir économique et le pouvoir coercitif de l'État donnent aux classes dirigeantes un large pouvoir d'"administration" de la société, le secteur économique étant géré précisément comme la propriété des propriétaires du capital. Ainsi, les fortes inégalités sociales et la précarité du travail qui naissent dans ces années-là et qui donneront plus tard naissance au système libéral sont le résultat de la volonté des classes dirigeantes d'exercer une forte pression sur les classes inférieures afin d'inciter une proportion suffisante de la population à choisir "librement" la voie de l'enrôlement dans l'armée, sous peine d'être rejetée dans l'armée des SDF. Cela est possible grâce à la concentration du pouvoir économique et du pouvoir de l'État, qui offrent d'amples possibilités de façonner la société.

ukraine-russland-krieg-104~_v-Podcast.jpg

En raison de ce pacte, les classes dirigeantes ne peuvent pas demander aux classes populaires de participer à la guerre, sauf par la forme mystifiée de la "coercition libérale" que nous venons d'évoquer. Mais en même temps, le nombre de morts à la guerre doit être minimal, sinon elle n'apparaîtrait plus comme un aléa naturel du métier, mais comme un véritable sacrifice social. Et en même temps, puisque ce qui motive principalement l'enrôlement est le salaire, trop de risques en feraient un jeu qui n'en vaut pas la chandelle. Pour ces raisons, dans les guerres récentes, les États-Unis ont suivi la méthode "choc et effroi" (Shock and Awe) comme principale modalité de faire la guerre, car elle permet d'obtenir des résultats rapides (mais qui sont finalement annulés à long terme), tout en minimisant les pertes en guerre.

Nous arrivons donc à l'époque actuelle pour montrer comment la guerre en Ukraine représente un nouveau narratif par rapport aux guerres jumelles du Viet Nam et de la guerre soviétique en Afghanistan, qui étaient très similaires dans leurs objectifs et leurs résultats.

La guerre en Ukraine, qui n'est en fait pas appelée "guerre" mais "opération spéciale", a été présentée avec des objectifs limités et très spécifiques. Chaque article de Ria Novosti et des autres principaux journaux russes concernant le conflit en Ukraine comporte un paragraphe final (à la demande évidente du gouvernement) résumant les objectifs du conflit, qui ne fait actuellement référence qu'à la protection et à la libération de la population d'origine russe du Donbass. Initialement, il y avait également une référence à la dénazification, mais elle a maintenant disparu, ce qui reflète probablement le nouveau rétrécissement des objectifs à la seule conquête du Donbass. En outre, des efforts ont été faits pour minimiser les pertes civiles, même au prix de la limitation de l'action de l'armée. L'objectif politique étant d'inclure les populations russophones ou russophiles (et en général celles qui, en Ukraine, ont l'intention de se ranger du côté de la Russie), et donc d'éviter la haine de la population civile, il n'y a pas eu de bombardement de villes, et en général les attaques aériennes et de missiles ont été dirigées vers les infrastructures militaires. Au départ, on a tenté de limiter l'attaque aux infrastructures civiles également, mais avec l'augmentation exponentielle de l'aide militaire occidentale, la nécessité de frapper les routes, les ponts, les chemins de fer et les dépôts de carburant pour limiter le flux d'armes et de carburant vers l'armée ukrainienne est devenue évidente.

La Russie y parviendra probablement à un prix considérable en vies humaines et en termes matériels, comme cela est déjà évident. Mais cela n'a pas entaché le consensus de la population russe, qui a en fait augmenté ces derniers mois, et il est donc clair qu'elle partage les objectifs et les modalités de cette guerre. La Russie a été entraînée dans cette guerre par les États-Unis et la Grande-Bretagne dans le but de perturber son fonctionnement civil et militaire, mais l'effet inverse risque d'être atteint.

Ce qui précède nous indique que depuis l'effondrement de l'Union soviétique, la Russie a fait sa conversion en un système impérialiste-mondialiste alternatif au système capitaliste dirigé par les États-Unis pour lequel le communisme était l'ennemi. Précisons que nous utilisons les deux termes, faute d'une meilleure terminologie, "système impérialiste" et "système mondialiste-impérialiste", dans le sens respectif d'un système composé de différentes entités étatiques, ethniques, religieuses et culturelles avec un groupe hégémonique, mais intégré en son sein et délimité vers l'extérieur. En ce qui concerne le "système impérialiste-mondialiste", nous laissons le mot à la revue italienne de géopolitique Limes, en soulignant que ses éditeurs n'utilisent pas ce terme. "En règle générale, l'empire établit et défend ses limites actuelles. L'Amérique refuse de les fixer. Sa frontière est toujours mobile, jamais définie. Si elle devait fortifier un limes au nom du canon impérial (la référence au mur du Rio Grande, Sagrada Familia de l'architecture frontalière, est intentionnelle), elle risquerait de perdre son identité et son empire d'un seul coup. Si elle ne se limitait pas, elle serait victime de la boulimie d'espace et de pouvoir, la maladie professionnelle des empires" (L'Impero nella tempesta, 1/2021).

9788836150908_0_500_0_75.jpg

En bref, l'impérialisme-mondialisme est un système dédié à la domination mondiale sans limites définies.

L'Occident sera-t-il capable de se reconvertir en un système impérial aux objectifs spécifiques et délimités ? Sinon, le risque existe que, dans la confrontation avec le monde non-occidental, qui vient de commencer avec le conflit indirect avec la Russie, ce soit plutôt l'Occident qui s'écroule.

Qui vivra verra. Et c'est aussi un vœu pieux.

samedi, 28 mai 2022

Le Royaume-Uni utilise les tactiques de propagande noire de la Guerre froide contre la Russie

93c0dd07e2b0cee101f13b4fd32986ec.jpg

Le Royaume-Uni utilise les tactiques de propagande noire de la Guerre froide contre la Russie

Lucas Leiroz

Source: https://novaresistencia.org/2022/05/20/reino-unido-usa-taticas-de-propaganda-negra-da-guerra-fria-contra-a-russia/

Une fois de plus, l'Occident semble fonctionner selon une vieille mentalité, celle de la guerre froide jadis menée contre la Russie. Des documents émanant du gouvernement britannique, récemment déclassifiés, révèlent à l'évidence une série de pratiques de sabotage utilisées par le Royaume-Uni pendant l'ère bipolaire et similaires à celles qui sont aujourd'hui appliquées aux relations actuelles entretenues avec la Russie contemporaine. En effet, le sabotage, l'art de fomenter de la haine, la diffusion de mensonges et d'autres tactiques courantes semblent faire partie intégrante de la politique étrangère britannique et l'actuelle opération spéciale russe en Ukraine n'est qu'un prétexte de plus.

Récemment, il a été révélé que le gouvernement britannique a mené une série de campagnes secrètes de "propagande noire" contre les pays ennemis pendant les décennies de la guerre froide. Non seulement l'Union soviétique et la Chine communiste ont été ciblées par les services de renseignements britanniques, mais également des pays d'Afrique, du Moyen-Orient et de certaines régions d'Asie. Les tactiques comprenaient diverses méthodes de sabotage, les arts de mener la guerre de l'information, la promotion des tensions raciales et terroristes, toujours dans le but de favoriser la déstabilisation des nations rivales.

9781838955618.jpgCommentant l'affaire, l'expert en renseignement Rory Cormac a déclaré au Guardian lors d'une interview : "Ces révélations sont parmi les plus importantes des deux dernières décennies ... Il est maintenant très clair que le Royaume-Uni s'est engagé dans bien plus de campagnes de propagande noire que les historiens ne l'ont supposé jusqu'ici et que ces efforts ont été plus systémiques, ambitieux et offensifs qu'on ne l'imaginait. Malgré les démentis officiels, [ces campagnes] allaient bien au-delà de la simple dénonciation de la désinformation soviétique (...) Le Royaume-Uni ne s'est pas contenté d'inventer du matériel (...), mais il avait certainement l'intention de tromper le public pour faire passer son message."

Un exemple de la manière dont la praxis britannique a fonctionné est l'action vaste et complexe menée pour favoriser les tensions entre l'Union soviétique et la communauté islamique. Dans la seconde moitié des années 1960, le Département de recherche et d'information (IRD) a falsifié au moins onze documents des médias d'État soviétiques exposant la prétendue "colère" du gouvernement face au "gaspillage" d'armes soviétiques par l'Égypte pendant la guerre des Six Jours de 1967. Plus tard, le même département a falsifié des documents censés provenir des Frères musulmans, accusant Moscou de saboter la campagne égyptienne, consistant à critiquer la qualité du matériel militaire soviétique et qualifiant les Russes d'"athées mal embouchés" qui considéraient les Égyptiens comme "des paysans qui ont vécu toute leur vie en nourrissant des superstitions islamiques réactionnaires".

L'année dernière, The Observer avait déjà révélé que l'IRD était directement responsable du massacre de centaines de personnes en Indonésie suite à la diffusion de mensonges dans une campagne de propagande noire en 1965. À l'époque, le ministère a financé la préparation de tracts censés appartenir au PKI, alors le plus grand parti communiste dans le monde non communiste, qui n'étaient en fait que des "faux drapeaux" forgés par les services britanniques. Cela a encouragé les milices anticommunistes à promouvoir un massacre sans précédent dans le pays, qui a entraîné la mort de centaines de militants communistes et de civils. Aujourd'hui, grâce aux documents récemment déclassifiés, il est possible de voir qu'il ne s'agissait pas d'un épisode isolé, mais d'une pratique régulière au sein des services de renseignement britanniques.

En effet, il semble impossible d'analyser cette affaire et de ne pas la mettre en rapport, d'une manière ou d'une autre, avec la campagne occidentale actuelle contre la Russie, dans laquelle le Royaume-Uni semble être très impliqué. D'une certaine manière, il semble que, malgré la fin de la guerre froide, la mentalité bipolaire n'a jamais cessé de fonctionner en Occident. En termes simples, ce qui était autrefois orienté vers l'Union soviétique est maintenant orienté vers la Russie.

C'est exactement ce que pense l'analyste politique Joe Quinn : "Le moment choisi pour cette déclassification des documents est intéressant dans la mesure où il peut servir, pour certains, à confirmer que la guerre géopolitique de l'Occident contre l'Union soviétique n'a jamais vraiment pris fin, elle s'est simplement poursuivie pour devenir une guerre contre la Fédération de Russie, mais sans la justification de la lutte contre le communisme."

Les médias britanniques ont été l'un des plus actifs dans la diffusion de récits anti-russes, de fake news et de propagande pro-Kiev. Bien que la plupart des travaux soient exploités par le secteur privé, il serait naïf de penser qu'il n'existe aucune incitation étatique à la propagande pro-OTAN. L'État britannique - tout comme les États-Unis et les nations alliées - a un intérêt très profond à créer un scénario de guerre psychologique. Il existe donc une sorte de coopération publique-privée clandestine entre les départements d'État et ces agences médiatiques afin que leur objectif commun soit atteint.

L'opération militaire spéciale en Ukraine est la principale raison pour laquelle la Russie est attaquée par la propagande occidentale aujourd'hui. Qu'il s'agisse d'accusations de crimes de guerre, de faux drapeaux (comme la tragédie de Bucha) ou d'"analyses" absolument irréalistes prétendant que l'Ukraine est en train de "gagner" le conflit, nous avons dans tous ces cas des exemples de la façon dont les médias britanniques agissent en collusion avec les intérêts de l'OTAN, en utilisant les vieilles tactiques de désinformation et de propagande noire contre les ennemis géopolitiques de Londres.

adkas.jpgÀ cet égard, Adriel Kasonta (photo), analyste des affaires étrangères basé à Londres et ancien président du comité des affaires internationales du groupe de réflexion Bow Group, estime qu'à l'heure actuelle, le principal intérêt des services de renseignement britanniques est de faire en sorte que l'opinion publique approuve l'envoi d'armes à l'Ukraine et croie que c'est stratégique, en falsifiant les données pour faire croire que Kiev est sur le point de "gagner".

"L'objectif est de tromper l'opinion publique nationale, en la convainquant que l''opération spéciale' ne se déroule pas comme prévu et en la persuadant que l'envoi d'armes létales par les alliés de l'OTAN contribue aux prétendues victoires et à la résistance réussie du côté ukrainien. Il s'agit d'un jeu psychologique, et rien ne convainc la population naturellement pacifique de soutenir une guerre dans un pays lointain [plus] que le supposé moral bas et les pertes militaires de l'adversaire", explique l'analyste.

Avec ceci, il semble clair qu'il y a effectivement une campagne anti-russe flagrante en cours dont le but est de nuire à Moscou en utilisant les tactiques anciennes et bien connues de la propagande noire et de la guerre de l'information. Il est essentiel que les documents récemment déclassifiés soient publiés afin que l'opinion publique occidentale soit consciente des armes utilisées par leurs gouvernements et leurs agences de presse contre les nations qui ne sont pas alignées sur les plans géopolitiques de l'OTAN.

Source : InfoBrics

vendredi, 27 mai 2022

Le conflit Russie-Ukraine: une guerre par procuration entre la Russie et l'OTAN

Russia-Ukraine-scaled-e1645748517523.jpeg

Le conflit Russie-Ukraine: une guerre par procuration entre la Russie et l'OTAN

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/russia-ukraine-conflict-proxy-war-between-russia-and-nato?fbclid=IwAR1zhprjBrNCYVN8cKfNgAkcu5crJZSAyRlMX6RcCYgdRmslgaN__KevLuw

Pour le développement futur du conflit Russie-Ukraine, il existe au moins trois scénarios et des options mixtes entre ceux-ci. Le premier est une reddition des forces ukrainiennes. Elle dépend de la décision politique du président Zelensky. Mais comme les pays de l'OTAN fournissent toujours des armes à l'Ukraine, je pense que ce nesera pas possible dans un avenir proche. Le deuxième scénario est un conflit prolongé. Il peut être gelé ou s'intensifier mais sera limité par région. La troisième variante est la plus dangereuse et signifie une implication plus active des pays de l'OTAN contre la Russie et le Belarus (notre allié et partenaire militaire) ou la Transnistrie où se trouvent une base et des stocks militaires russes. L'enclave russe de Kaliningrad est également une cible possible pour une attaque militaire de l'Occident. Dans ce cas, la Russie ripostera et des armes nucléaires pourraient être utilisées.

Je suppose que le conflit Russie-Ukraine pourra influencer fondamentalement l'ordre international. Il ne s'agit pas d'un conflit entre deux États seulement; c'est une guerre par procuration entre la Russie et l'OTAN où l'Ukraine est simplement utilisée comme un champ de bataille avancé. Nous constatons que les sanctions ont un effet similaire à celui de l'époque de la guerre froide et l'Occident cherche toujours à isoler davantage la Russie (mais sans succès). La Russie et la Chine rejettent toutes deux l'ordre "basé sur des règles" que cherche à imposer partout Washington et le découplage est plus intense qu'auparavant.

La question ne porte pas sur la base du triangle dans un avenir proche, mais sur la concurrence entre les partisans de la multipolarité et ceux de l'hégémonie américaine.

La Russie et la Chine sont dans le même camp. Nous avons des cultures et des visions différentes, mais toutes deux sont intéressées par la coexistence et la politique de non-ingérence, contrairement aux puissances occidentales qui, sous couvert de liberté et de démocratie, ont imposé leur contrôle et leur influence sur le globe pour leur seul bénéfice.

Je pense que le conflit Russie-Ukraine va modifier la carte géopolitique de l'Europe. En effet, la carte européenne a été modifiée une première fois lors de l'éclatement de la Yougoslavie. Du point de vue de la législation internationale (en raison de la violation de l'accord d'Helsinki), il s'agissait d'un précédent grave, mais les États-Unis ont soutenu ce processus puis, lors de la crise du Kosovo en 1999, ont encouragé la deuxième phase du
séparatisme européen. C'était l'époque du moment unipolaire.

Maintenant, c'est terminé et nous voyons la montée de la multipolarité. Je vois donc se dessiner à l'horizon un nouveau changement de la carte politique européenne, qui s'avère très possible.

Par ailleurs, l'adhésion de la Finlande à l'OTAN violera l'accord de paix de Paris. Nous assistons donc réellement à l'effondrement du système politique du XXe siècle (post-Yalta). Quelque chose de nouveau va émerger et cela ne dépend pas seulement des acteurs européens, mais du monde entier.

Les Etats-Unis sont intéressés à prolonger leur propre domination et hégémonie - Washington essaiera d'engager plus d'Etats neutres dans sa propre orbite. C'est la raison pour laquelle la Suède et la Finlande vont demander l'adhésion à l'OTAN (une propagande active y ont été menées au cours des 10 dernières années et encouragées par les États-Unis).

202205183384b6418f114d71af4840fd66db2523_5941ea5c-40b5-44c1-afbd-c6cc5f117f69.jpg

La question de l'expansion de l'OTAN et de sa limite ultime est une question complexe. Bien sûr, il y a des limites à l'élargissement de l'OTAN. Plus de pays signifie plus de difficultés et moins de flexibilité. Je pense que le commandement politique (c'est-à-dire les États-Unis) essaiera de réformer l'OTAN d'une manière ou d'une autre pour éviter la lenteur du processus décisionnel.

Nous constatons maintenant des frictions et une opposition au sein de l'OTAN. Les présidents de la Turquie et de la Croatie ont déjà fait savoir qu'ils n'autoriseraient pas la Finlande et la Suède à entrer dans l'alliance. En outre, la question est de savoir quel pourcentage du PIB national doit être payé pour alimenter le panier de l'OTAN. De nombreux membres (en particulier les pays pauvres du sud de l'Europe) n'en sont pas satisfaits. Certains ont peur de la réaction russe (et le cas ukrainien n'est qu'un élément de cette réaction). Nous verrons ce qui se passera au sommet de Madrid en juin.

Les médias grand public sont pro-occidentaux et ils ne fournissent des images qui ne reflètent que leurs propres intérêts. Lorsque j'essaie de voir les médias arabes ou pakistanais, je constate qu'ils reprennent des dépêches de l'Associated Press, de Reuters, de CNN, etc. - il n'y a que de la propagande en noir et blanc et de la désinformation. Les faits sont déformés. Il y a quand même de bons journalistes occidentaux qui font bien leur propre travail et fournissent de vraies enquêtes, mais ils sont peu nombreux. Le journalisme au sens classique du terme est mort. Les réseaux sociaux sont également utilisés comme outils de propagande. Récemment, j'ai lu une opinion sur un site militaire américain selon lequel le conflit ukrainien est la première guerre Tik-tok, car ce média a été utilisé activement par les Ukrainiens et les propagandistes de l'OTAN.

"L'intention de Poutine d'établir une petite Union soviétique" est notamment un faux récit qui est systématiquement promu par Washington depuis 2012. Lorsque l'idée de l Union économique eurasienne a été annoncée, Hillary Clinton a immédiatement dit que ce serait une restauration de l'URSS. Mais une telle restauration n'est pas possible. De nombreux pays dans de nombreuses régions ont adhéré à des vastes ensembles similaires pour des raisons d'activité financière et économique: citons, à ce propos, le Mercosur, l'Unasur et le CELAC en Amérique latine, le SAARC et l'ASEAN en Asie n'en sont que quelques exemples.

Nous avons besoin d'un nouveau Bandoeng

leaders-conference-bandung-FILL-w600h343.jpg

Nous avons besoin d'un nouveau Bandoeng 

Konrad Rękas

Source: https://kolozeg.org/?p=362260

L'essence même de la sécurité internationale fait référence à l'héritage du Mouvement des Etats Non-Alignés, à la tradition de Gandhi, Nehru, Nkrumah, Soekharno et Tito. Et cette fois, le nouveau Bandoeng doit être aligné. Aligné sur la cause de la paix, au-delà et contre les guerres impérialistes des capitalistes occidentaux et orientaux.

Au début du printemps, nous sommes passés de la pandémie à une situation de guerre.  Et comme nous le savons, la guerre est la méthode préférée des impérialistes pour repousser et dissimuler les contradictions internes et les crises du capitalisme.  Rien n'alimente l'économie aussi bien que le sang des travailleurs. Et la guerre russo-ukrainienne, le nouveau rideau de fer et la propagande réactivée qui voit des "Rouges sous tous les lits" - tout cela souligne l'importance de relancer un mouvement anti-guerre à la base et fait entrevoir la nécessité de relancer le Mouvement des États et des Nations non alignés.

Il n'y a pas d'aussi bonnes affaires que les affaires conclues en temps de guerre

L'auto-dissolution du bloc soviétique et l'émergence d'une réalité internationale unipolaire dans les années 1990 ont faussement rassuré les pacifistes du monde entier.  La disparition de la menace d'une annihilation nucléaire par les superpuissances était faussement assimilée à une absence totale de menace de guerre.  Malheureusement, l'impérialisme ne fonctionne pas sans guerres, et pour le capitalisme, il n'y a pas de meilleurs affaires que celles faites en temps de guerre. Pendant ce temps, les protestations contre chaque opération militaire hégémonique ultérieure se sont considérablement atténuées.  De guerre en guerre, les protestations contre les agressions perpétrées contre l'Irak, la Serbie, l'Afghanistan, la Libye, la Syrie, contre le conflit au Yémen, l'intervention au Liban, le blocus de Gaza - devenaient de plus en plus discrètes et de plus en plus insignifiantes.  N'impliquant de plus en plus que les protestataires habituels.  Le pacifisme et le mouvement pour le désarmement n'ont pas disparu mais ont été houspillés dans le coin d'une pièce avec, pour les désigner, un panneau: "Vieux hippies, sont sympas, mais ne faites pas attention. Nourrissez-les, à l'occasion".

Et les guerres, les crimes de guerre, la privatisation des guerres par les entreprises - se déroulaient quelque part, bien loin, en toute sécurité.  Après tout, les téléviseurs et les canaux d'information peuvent toujours s'éteindre, et de toute façon, ils fournissent toujours des diagnostics simples et faciles, grâce auxquels nous pouvons immédiatement distinguer les Bons des Méchants.  Et comme un des côtés n'est toujours que bon et l'autre toujours que mauvais - cela n'a pas de sens, il est faux de mettre un signe égal entre eux, n'est-ce pas?  Nous devons rester solidaires avec les gentils, leur souhaiter la victoire et les encourager, car être contre les guerres signifie aider les méchants, n'est-ce pas?  Certes, ce n'est pas juste, mais nous les avons laissés nous convaincre. Nous voulions être convaincus ! Nous avons laissé nos enfants l'apprendre.  Nous avons accepté que cette propagande, l'absolution de toute guerre, de toute agression, de tout armement - triomphe dans les médias, les films, les jeux, dans toute la géoculture.

Nous acceptons en silence la censure militaire, même si notre pays n'est pas formellement partie prenante des conflits.  Nous ne pouvons pas nous rétablir après la pandémie - parce qu'il y a la guerre.  Nous ne pouvons pas accélérer la réalisation de l'objectif climatique - parce qu'il y a une guerre.  Et des sanctions. Et la guerre froide. Et le marchandage des pouvoirs pour de nouvelles répartitions d'influences. 

Malheureusement, les capitalistes et les gouvernements ne peuvent rien nous offrir - parce qu'ils sont trop occupés par les guerres. C'est leur point de vue. Et même une sorte de vérité : nous ne tirerons aucune leçon de la soi-disant pandémie, nous ne sortirons pas du cycle des crises du capitalisme - tant qu'il y aura des guerres impérialistes.  Par conséquent, le mouvement pour la paix n'est pas et ne peut pas être un passe-temps du dimanche, mais doit être l'essence même de notre opposition au capitalisme et à l'impérialisme.

L'expérience tragique ukrainienne

Sur la base de l'expérience ukrainienne, cependant, quelqu'un pourrait dire: "Eh bien, vous êtes contre les guerres, vous voulez dissoudre l'OTAN et établir des zones dénucléarisées - ne voyez-vous pas ce qui est arrivé aux Ukrainiens?".  C'est une très bonne question. Retenez-la quand vous l'entendez.  Car c'est l'Ukraine qui confirme à quel point le mouvement anti-guerre a raison. Vladimir Poutine et les Russes sont maintenant présentés comme les seuls responsables de la guerre ukraino-russe, comme l'incarnation de l'archétype des méchants n° 1.  Mais c'est le système capitaliste qu'il faut blâmer dans sa quête d'accumulation infinie, réalisée également en Ukraine, gérée par la bourgeoisie compradore.  Le conflit d'intérêts des oligarques russes, ukrainiens et occidentaux est de nature purement capitaliste.  Car en fait, les sociétés britanniques ou américaines intéressées par la libéralisation et la colonisation de l'Ukraine sont aussi des exemples d'oligarchie.  Les coupables de la guerre en Ukraine sont l'impérialisme et le militarisme - venant de l'Occident, utilisant l'OTAN pour absorber de nouvelles zones et augmenter la menace de guerre.  Enfin, le nationalisme est à blâmer, et dans sa version la plus horrible, la version nazie, qui a toujours drogué les travailleurs pour qu'ils ne voient pas leurs intérêts de classe.

"Et l'arme nucléaire, après tout, l'Ukraine y a renoncé - et a été attaquée !" - criera quelqu'un.  C'est tout le contraire - en tant qu'État neutre dénucléarisé, l'Ukraine était totalement à l'abri, bien que toujours soumise aux pathologies du capitalisme oligarchique.  Les Ukrainiens ont été attaqués lorsque, au lieu de la neutralité, on leur a proposé le militarisme de l'OTAN.  Lorsque des politiciens nationalistes ont commencé à annoncer l'acquisition d'armes nucléaires et la construction de "bombes sales". Et surtout, la guerre a éclaté lorsqu'il s'est avéré qu'elle servait les intérêts de tous les oligarques-capitalistes concernés.  Ne comprendrons-nous rien à cette leçon ?

Évidemment, le désarmement mondial est la toute première étape, mais le mouvement pour la paix ne peut se limiter à ce seul slogan. L'essence de la sécurité internationale est une référence à l'héritage du mouvement des États non alignés, à la tradition de Gandhi, Nehru, Nkrumah, Soekharno et Tito.  Et cette fois, le nouveau Bandung doit être aligné.  Aligné sur la cause de la paix, au-delà et contre les guerres impérialistes des capitalistes occidentaux et orientaux.

Par Konrad Rękas

Journaliste et économiste polonais vivant à Aberdeen, Écosse, Royaume-Uni

mardi, 24 mai 2022

La Turquie et l'ordre multipolaire

Turk_1_0703.png

La Turquie et l'ordre multipolaire

par Pierluigi Fagan

Source : Pierluigi Fagan & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/turchia-e-ordine-multipolare

Je m'inspire d'un article sur la Turquie paru dans Ria Novosti (Russie), pour montrer la complexité des jeux multipolaires. La Turquie est l'idéaltype d'un lieu géo-historique multipolaire. Pendant plus de six siècles, un empire musulman sunnite, avec un passé plus récent en tant que société réformiste laïque. Asiatique mais toujours méditerranéenne, la Turquie est née de peuples non indigènes qui ont migré il y a des siècles de l'Asie centrale, où leur ethnie et leur langue sont originaires, la zone violette de la carte (ci-dessous, entre la Caspienne et l'Aral, les peuples Orghuz).

0-39478.jpg

Il va sans dire qu'il existe un penchant naturel pour les peuples de langue turque (les quatre "stans" d'Asie centrale, cercle jaune), bien que ceux-ci soient également courtisés par les États-Unis, sont les alliés (économiques et militaires) pas toujours convaincus de la Russie, qui demeurent en étroite relation économique avec la Chine. En utilisant ces trois zones horaires du cadran général, nous allons procéder dans le sens des aiguilles d'une montre pour voir les autres lignes de relation entretenues par la Turquie contemporaine.

Avec la Chine, la concurrence porte précisément sur la zone de l'Asie centrale et surtout sur les Ouïghours, avec lesquels, soit dit en passant, les ancêtres des Orghuz ont eu un conflit historique au 8e siècle. Les djihadistes ouïghours (chinois) ont été un élément important utilisé par la Turquie dans le récent conflit en Syrie. D'autre part, Ankara regarde avec satisfaction le projet chinois BRI, qui devra compter avec la zone turque pour son développement. L'analyse même des relations avec la Chine montre une dynamique typique des relations multipolaires, à savoir le découplage des intérêts militaires et économiques. On peut être en concurrence sur l'un et collaborer sur l'autre, et investir davantage sur l'un au détriment de l'autre peut servir à équilibrer les relations avec différents partenaires. Le réseau systémique élastique qui en résulte est précisément ce qui caractérise un "ordre multipolaire", un concept que beaucoup ont du mal à comprendre.

Il semble que les Turcs aient désormais une présence militaire dans l'Afghanistan post-conflit, dont ils gèrent actuellement l'aéroport. La Turquie développe fortement son industrie militaire dont elle utilisera les produits pour la géopolitique de sa région, en concurrence avec les Russes, les Chinois et les Américains ou les Européens. Sur l'Iran nous ne rapportons rien de spécial, les relations sont discrètes bien que les deux pays soient des ennemis historiques et naturels.

La courbe bleue signale l'allié organique le plus proche d'Ankara, le Qatar. Mais depuis l'époque des grandes frictions entre le Qatar et les monarchies du Golfe, nous sommes passés à une recomposition des intérêts. Ainsi, après l'affaire du journaliste saoudien taillé en morceaux à Ankara (l'affaire Khashoggi), qui avait rendu les relations avec les Saoudiens très aigres, ceux-ci ont maintenant rouvert des relations diplomatiques selon leurs intérêts (Ligne verte, sur la carte).

La Turquie a un ennemi naturel à sa porte, à savoir les factions kurdes de Syrie (YPG), liées au Parti communiste kurde (PKK) de Turquie, qu'Ankara considère comme des terroristes. C'est la raison, avec d'autres questions d'approvisionnement militaire et de relations avec la Grèce, l'ennemi des ennemis pour Erdogan, pour laquelle les négociations USA-Suède/FIN-TURK donnent le feu vert à l'entrée des Scandinaves dans l'OTAN. Ce problème est moins simple que présenté habituellemen et typique des contradictions entre politique intérieure et extérieure dans les systèmes multipolaires. Pour les Suédois et les Finlandais, il s'agit d'abjurer leur amitié idéale et valorisante avec les formations politiques de la démocratie radicale (le tournant d'Öçalan vers la pensée démo-anarcho-écologiste et féministe de M. Bookchin), pas du tout simple en termes d'échelles de valeurs pour les deux pays historiquement en tête du classement occidental des "démocraties complètes". Le reste, c'est-à-dire les fournitures d'armes et de technologies demandées par Ankara, s'arrangera, mais ce point, en termes de politique intérieure, sera douloureux pour les deux Etats scandinaves.

La nouvelle géopolitique d'Ankara a également conduit à une récente recomposition des relations avec Israël, où Erdogan s'était distingué en étant pratiquement le dernier musulman à soutenir le Hamas (plus de forme que de fond, mais cela compte dans le monde arabe). Cela s'explique également par le cercle jaune ci-dessus. C'est là que se trouve le plus grand trésor, encore caché dans les entrailles de la terre, le gaz naturel. Mais il y a aussi un enchevêtrement multipolaire. La région est dominée par l'Égypte, qui, dans les partitions que constituent les différentes formes de sunnisme politique, est aux antipodes d'Ankara (même si le rapprochement avec les monarchies arabes alliées du Caire pourrait apaiser les esprits) et les deux sont dans des camps opposés en Libye. Il y a ensuite Israël, le Liban et la Syrie, précisément la partie nord-ouest où se trouve une présence militaire russe stratégique. Mais surtout Chypre, ou plutôt le différend historique entre les zones grecque et turque, et bien sûr la Grèce en tant que propriétaire de facto de la mer Égée, autant un ennemi extérieur que les Kurdes sont un ennemi intérieur.

En Libye, Ankara est avec nous et au moins formellement aussi les Américains contre les Russes-Emiratis-Français. L'ancrage turc en Libye est peut-être la présence militaire étrangère la plus importante d'Ankara et fait partie d'une stratégie méditerranéenne très complexe, mais considérée comme stratégique au plus haut degré également parce qu'elle a une base géo-historique solide.

Passons pour l'instant sur la ligne blanche des relations avec les États-Unis, sur laquelle nous reviendrons en conclusion. L'article russe fait allusion à quelque chose de nouveau qui devra être vérifié et suivi. Les Américains auraient promis à Ankara d'entrer dans l'EMS-EPA, qui est un traité de collaboration entre les États-Unis, Israël, la Grèce et Chypre (Grèce) pour forer dans la mer Égée et faire un nouveau gazoduc (East Med) utile à l'opération de désengagement de l'Europe vis-à-vis des approvisionnements russes. Le sujet de beaucoup d'impolitesse mutuelle entre Ankara et Athènes ces dernières années et d'une longue perspective en tout cas. La Grèce, à son tour, s'allie localement avec la France et l'Italie. Un bel enchevêtrement, du pain pour la haute diplomatie, fournir des armes un peu ici et un peu là, ce qui n'est pas du tout facile. Comme dans le cas des sacrifices demandés aux Scandinaves pour lever le blocus turc, convaincre les Grecs sera une tâche ardue, mais là encore, le poids d'Athènes est nul sur le plan international et géopolitique, ils avaleront l'accord à n'importe quel prix, si Washington le veut. Ce n'est pas le cas de la population grecque. La haine des Grecs pour les Turcs est inextinguible, elle est au cœur de l'identité nationale la plus viscérale. 

La Turquie a pénétré profondément dans les Balkans musulmans, le Kosovo et l'Albanie en premier lieu. Ankara fait du chantage à l'UE et à l'Allemagne in primis, avec laquelle elle partage une importante communauté étrangère, sur le problème des migrants que les perturbations alimentaires et climatiques récentes et futures vont accroître, augmentant ainsi le pouvoir de chantage d'Erdogan. En outre, alors que l'Ukraine dépose sa demande d'adhésion à l'UE en une demi-heure, Ankara a déposé sa demande d'adhésion à l'UE en 1987, une UE avec laquelle elle partage une présence dans l'OTAN. Et pendant que nous sommes sur le sujet, notez la fourniture de drones turcs mortels à Kiev, comme un acte d'équilibre contre les Russes, pour maintenir l'équilibre à trois dans la mer Noire.

800px-Map_of_Turkic_languages.svg.png

Nous en arrivons ainsi aux relations complexes avec les Russes. Ankara veut maintenir des relations bivalentes sur le plan militaire, mais cordiales sur le plan économique (elle n'a pas participé aux sanctions et a tenté d'organiser des sommets de la paix), un cas typique d'équilibrage avancé. Pour débusquer les "ambiguïtés" d'Erdogan (les mentalités dichotomiques qualifient d'"ambiguïté" tout ce qui n'est pas tout simplement noir ou tout simplement blanc) ou peut-être simplement pour suivre les intérêts des alliés "stan", Moscou a invité Ankara à rejoindre leur union militaire (OTSC), même si elle sait que c'est peu probable puisque les Turcs font partie de l'OTAN. Attention au Caucase. Ankara est avec l'Azerbaïdjan dans l'affaire du Nagorno-Karabakh, contre l'Arménie, la Russie à l'opposé. Je signale la sortie récente de Kadyrov (Tchétchène-Russe) engagé et à bien des égards crucial dans le conflit en Ukraine, un musulman, qui se dresse précisément contre les "ambiguïtés" d'Erdogan, la Tchétchénie est au beau milieu du Caucase et il y a des Tchétchènes qui sont peut-être parrainés par les Turcs du côté ukrainien, chose que n'apprécie pas Kadyrov dont le poids politique en Russie augmente.

Nous pouvons donc conclure en revenant sur les relations avec les États-Unis. En avril dernier, les États-Unis et la Turquie auraient mis en place un nouveau "mécanisme stratégique" conjoint, dirigé par Victoria Nuland (!), dont la première réunion a eu lieu à Washington entre Blinken et Cavasoglu il y a quelques jours. Tous les jeux énumérés ici composent un parallélogramme très complexe dans lequel les États-Unis tentent de s'insérer aux côtés d'Ankara, en donnant et en demandant. Après tout, Erdogan a fait de l'équilibre multipolaire la figure structurelle de sa stratégie géopolitique.

Nous avions besoin du cas turc à la fois pour actualiser le tableau des relations complexes avec le sommet turc et pour montrer à quel point elles sont complexes. On peut compter au moins 25 États de la vaste région "péri-ottomane" impliqués dans les relations avec Ankara, dont, en plus, trois puissances (USA-Russie-Chine), pour six macro-zones -Asie-Arabie-Afrique-Europe-Amérique-Méditerranée-, avec de multiples interrelations militaires, économiques, culturelles-religieuses, énergétiques, migratoires, géopolitiques, compétitives et coopératives. 

Ce thème (la géopolitique d'aujourd'hui et de demain) sera désormais comme cela. Vous comprendrez donc comment le fait de s'enfermer dans l'angoisse du jugement, de surcroît litigieux, avant même d'avoir compris 10% du sujet, de cette affaire ou d'autres, expose la plupart au ridicule. Ceux qui minimisent ensuite la complexité vont également au-delà du ridicule, ce qui devrait être souligné et qui était alors le but implicite du poste laborieux. 

[Le post mentionne le balayage des sujets mais ne suit pas entièrement le contenu de l'article de Ria Novosti que je joins tout de même par souci d'exactitude: https://ria.ru/20220522/ssha-1789945361.html ].

L'Amérique se battra jusqu'au dernier Européen

hellfightersjacket-efa4998a8518f44813c4cec6356728f30eb27fda.jpg

L'Amérique se battra jusqu'au dernier Européen

par Maurizio Bianconi

Source: https://www.destra.it/home/lamerica-combattera-fino-allultimo-europeo/

Mon frère, cadre supérieur sa vie durant, expert du monde d'en haut, m'a envoyé un SMS au début de la guerre : "L'Amérique est prête à combattre la Russie jusqu'au dernier ukrainien". Ces mêmes jours, le président Biden a lancé des épithètes contre Poutine, suicidaire sur le chemin de la paix. Je me suis souvenu d'une citation de Ken Follet: "un imbécile est un imbécile, mais un imbécile à la Maison Blanche est la chose la plus dangereuse au monde".

Ensuite, les choses sont allées sur une pente descendante jusqu'à la fourniture d'armes au pays attaqué avec des crédits faramineux. Il a été dit que les armes seraient utilisées pour aider l'Ukraine à résister. Puis la cible a changé : il a été dit que les armes et l'aide seraient utilisées "pour vaincre la Russie" et que la guerre durerait "très longtemps".

La Russie a annoncé des "armes secrètes" et a renforcé l'effort de guerre, de sorte que, dans un crescendo apparemment insensé, on s'attendait à l'annonce de la "guerre totale" par Poutine. Entre-temps, la demande, jamais formulée au cours des 70 années précédentes, de la Suède et de la Finlande d'adhérer à l'OTAN est apparue. Ce que Brzezinski a dit - selon l'histoire - à l'époque de la tentative d'intégration de la Russie à l'Europe "La Russie doit être repoussée en Asie" m'est revenu en tête.

Aujourd'hui, les choses semblent plus claires et des comportements que l'on croyait dénués de sens peuvent être déclinés à bon escient. Le mondialisme planétaire prôné par la post-démocratie financière envisageait un monde dominé par le marché. Les marchés en haut, les États en bas", comme le dit Tremonti. Le marché devait être dirigé par la finance occidentale.

Dans cette optique, la Chine a été admise au club du marché mondial (W. T. O.) en 2001 et la Russie en 2012. L'objectif était d'amener 2 milliards et plus de consommateurs sur le marché libre pour qu'ils soient également utilisés comme main-d'œuvre bon marché. En outre, des flots de ressources auraient été introduits sur le marché financier, qui seraient autrement à peine utilisables par la spéculation internationale.

Un geste imprudent, et l'Occident financier et mondialiste a eu le sort des cornemuses de montagne. Il a été joué et rejoué. L'Est produit à bas prix mais pour lui-même et envahit les marchés. Ses fonds souverains ont fait le plein et sont venus acheter une grande partie de la dette publique américaine. La Russie est stratégique en matière d'approvisionnement en énergie. Il s'est avéré que le mondialisme spéculatif devenait une arme aux mains de l'Est pour gagner la confrontation économique avec les pharaons de Wall Street. La phrase attribuée à Brzezinski s'est avérée prophétique.

Peu importe que cette guerre ait été causée, même en petite partie, par la pression américaine sur les nerfs à vif de la Russie. Ce qui est important, c'est que cette guerre est la prophase (le "prétexte" selon l'enseignement de l'historien Polybe) pour ramener le mondialisme à des dimensions plus autarciques. Une marche à reculons et un avenir qui sent le passé: l'Ouest par ici, l'Est par là.

Avec quelques précisions : l'Est compte autant de milliards d'habitants que l'Ouest et le jeu économique est désormais grand ouvert, avec une seule : les pauvres (de l'Est) seront plus riches, les riches (de l'Ouest) seront plus pauvres. L'Est possède des armes nucléaires chez tous ses protagonistes (Russie, Chine, Pakistan, Inde); l'Ouest n'en possède pas.

Le continent européen perd toute chance de constituer un bloc autonome et devient avant tout une ressource de guerre au service de l'atlantisme : l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord, un avant-poste de l'empire par-delà la mer. Dans ce contexte, la fuite des Américains d'Afghanistan est plus compréhensible mais tout aussi inexcusable.

Une fuite déshonorante, un précédent à rappeler pour les hommes euroricains (Macron, Johnson) et nationaux (Draghi, Mattarella, E. Letta, M. Maggioni pour tous). La première Amérique présuppose un besoin similaire de fuir l'Europe. À ce stade, je reformule le SMS de mon frère : "L'Amérique est prête à combattre la Russie jusqu'au dernier Européen".

lundi, 23 mai 2022

Le nouveau rideau de fer de l'Occident

231157-5x3-topteaser1260x756.jpg

Le nouveau rideau de fer de l'Occident

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/05/20/lannen-uusi-rautaesirippu/

La nouvelle guerre froide en Europe a commencé lorsque Vladimir Poutine est devenu président de la Russie après Boris Eltsine. Certains affirment que la "guerre hybride" de l'Occident contre la Russie dure depuis l'époque des tsars. Elle se poursuivra jusqu'à ce que la Russie soit détruite ou jusqu'à ce qu'elle vainque ses adversaires.

Dans les temps modernes, l'Occident a intensifié sa guerre anti-russe en organisant un coup d'État en Ukraine en 2014 qui a monté les Ukrainiens les uns contre les autres. La stratégie géopolitique de Zbigniew Brzezinski pour déstabiliser et immobiliser la Russie s'est poursuivie avec succès.

Les Etats-Unis ont enregistré une autre victoire dans leur lutte, lorsque les derniers neutres d'Europe, la Finlande et la Suède, ont été encouragés à demander leur adhésion à la machine de guerre transatlantique de Washington, l'OTAN, en invoquant des "conditions de sécurité modifiées".

Comme le souligne Patrick Lawrence, cette alliance renforce encore le mur que Washington, avec l'aide de ses alliés européens, a érigé pour séparer la Russie de l'Europe. Un nouveau rideau de fer s'est levé, cette fois-ci par l'Occident seul, divisant à nouveau ce coin du monde en "un Est et un Ouest".

Les États-Unis sont toujours la première superpuissance mondiale déstabilisatrice et maintenant, grâce à la guerre de l'information menée par les médias 24 heures sur 24, la culture russe est devenue une culture paria, que sous prétexte des événements d'Ukraine, on tente d'éradiquer.

De nombreux exemples de la censure de la culture russe pourraient être cités, visant les athlètes, les artistes, les écrivains et autres citoyens russes, mais citons, comme exemple le plus récent, le fait que la ville de Turku en Finlande a jugé bon de retirer la statue de Lénine du centre ville.

Il est ironique qu'à la suite de l'opération militaire russe, la statue de l'homme qui a donné à l'Ukraine et à la Finlande leur indépendance ait été retirée de l'espace public en Finlande. L'histoire qui nous unit à la Russie est maintenant balayée d'un revers de main, tout comme les statues ont été renversées aux États-Unis au nom de l'idéologie Woke. Est-ce cela que signifie cette "compatibilité avec l'OTAN" dont on parle tant ?

Tout porte les empreintes des stratèges de Washington, car c'est l'État profond américain qui reconstruit l'infrastructure euro-atlantique qui définira la nouvelle guerre froide. L'entrée des Finlandais et des Suédois dans l'OTAN est la dernière étape de la tentative d'isoler la Russie. La mer Baltique doit également être transformée en une "mer de l'OTAN" (dont les ressources naturelles des profondeurs doivent être accaparées par l'élite qui dirige l'Occident...).

Malgré les efforts et les facéties de Washington, il se pourrait bien que l'Occident, qui représente la "communauté internationale" dans son propre imaginaire, s'isole de la majorité des peuples du monde qui n'ont pas rejoint les masses haineuses et russophobes qui arborent des drapeaux ukrainiens sur leurs profils de médias sociaux.

Même l'annonce de la demande d'adhésion de la Finlande à l'OTAN et l'appel sans détour du président Sauli Niinistö à Poutine de "se regarder dans le miroir" n'ont pas, à la déception des zélateurs atlantistes, fait réagir le Kremlin. La Russie a adopté une attitude professionnelle, mais cela n'a fait qu'encourager la presse finlandaise à continuer de ricaner sur le fait que Poutine "n'ose rien faire".

Il y aura certainement une sorte de représailles si et quand la Finlande deviendra un membre officiel de l'OTAN. La Russie a déjà expulsé les diplomates finlandais et les robinets de gaz sont fermés. Il ne fait aucun doute que Moscou verra d'abord quel genre de mouvements militaro-techniques les États-Unis feront sous la bannière de l'OTAN dans l'espace territorial finlandais.

Berlin-Kreuzberg_Axel-Springer-Hochhaus_Reagan-Gedenktafel.jpg

Après que le président américain Ronald Reagan ait demandé au dernier dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, à Berlin en 1987, de "démolir le mur" qui symbolisait la séparation entre l'Est et l'Ouest, le programme "Build Back Better" créé sous la présidence de Joe Biden a pris une nouvelle signification en matière de politique étrangère ces derniers mois, à mesure que le rideau de fer occidental est tombé.

Comme dans les moments les plus froids de la confrontation entre les blocs de l'Ouest et de l'Est, ainsi dans la crise ukrainienne, la conscience des Européens et des Américains a été ratatinée par une éducation médiatique appropriée, de sorte que tout est devenu binaire, manichéen, dualiste. L'objectivité est absente et c'est maintenant la vision du monde en noir et blanc de la Finlande occidentalisée qui est servie au public dans la presse.

La Russie est catégoriquement "mauvaise" dans cette bulle de politique étrangère et de sécurité occidentale, tandis que l'Occident, avec ses guerres par procuration et ses sanctions contre la Russie, est "bon" dans toute sa grotesque exhibition. Les Européens sont prêts à perdre les derniers rêves de souveraineté qui leur restent et à commettre un suicide économique à la poursuite des intérêts de Washington.

La Finlande d'autrefois semble être en train de mourir. En raison de leur complexe d'infériorité, de nombreux Finlandais, y compris l'élite politique, sont prêts à tout pour avoir le sentiment d'"appartenir à l'Occident". La nation unique qui s'est dressée entre l'Est et l'Ouest est en train de reculer, alors que le processus d'américanisation met la touche finale à son adhésion à l'alliance militaire.

L'adhésion à l'Union européenne était déjà une erreur fatale et une perte d'indépendance, mais sur l'échiquier de l'Occident, étant devenue un pion à sacrifier à la politique des grandes puissances, la Finlande officielle abandonne son ancienne position, sûre et respectée, et ce de manière tout à fait inutile.

L'Union européenne s'est également rendue un mauvais service en participant aux plans sinistres de l'administration Biden. Bruxelles peut oublier le rôle potentiel du continent en tant que centre de pouvoir indépendant. Les rêves d'importance politique mondiale des eurocrates peuvent être enterrés à cause de la politique étrangère des États-Unis.

04dc-prexy-mediumSquareAt3X.jpg

Pour Sauli Niinistö et ses partenaires, le plus important est de promouvoir la cause de l'élite qui dirige l'Occident. La dernière visite à Washington (photo) a été un autre spectacle embarrassant, avec ce vendu souriant comme un laquais à côté du président Biden et de la Première ministre suédoise Andersson. Peut-être que cette théâtralité des Coalitionnistes sera suivie d'une sévère gueule de bois et d'une dépression ?

Heureusement, une grande différence entre la première et la deuxième guerre froide est que maintenant le reste du monde a son mot à dire. Comme l'a dit la Chine, si je me souviens bien, dans le monde actuel d'interdépendance, aucun pays ne peut être simplement isolé par une décision unilatérale des États-Unis.

L'Occident cherche désespérément à déstabiliser et à diviser le monde en camps car sa suprématie est de plus en plus menacée. Elle est prête à lever un nouveau rideau de fer et à construire des murs pour tenter de répéter l'histoire. Bien sûr, cela ne réussira pas très longtemps, mais il ne fait aucun doute que l'hégémon aura le temps de créer davantage de chaos et de destruction avant d'être évincé.

dimanche, 22 mai 2022

Les tensions du vingtième siècle derrière le conflit Russie-Ukraine

imagrukres.jpg

Les tensions du vingtième siècle derrière le conflit Russie-Ukraine

Le rôle des États-Unis, le choc entre l'Ours et la Baleine tandis que l'Europe reste une "belle endormie"

par Giuseppe Del Ninno

Source: https://www.barbadillo.it/104453-le-tensioni-novecentesche-dietro-il-conflitto-russia-ucraina/      

Le différend dans la mer d'Azov

La guerre en Ukraine a fait remonter à la surface des mouvements souterrains ataviques, mais elle a aussi confirmé des tendances récentes; de plus, elle a fait exploser des contradictions qui couvaient déjà dans nos sociétés, par exemple en remaniant les distinctions entre la droite et la gauche, au point que les lecteurs de "Avvenire" et de "La Verità" se sont retrouvés sur des positions opposées à l'envoi d'armes en Ukraine, et donc dans le camp opposé à celui occupé par les lecteurs de "Il Giornale", "Corriere" et "Repubblica". Parmi les motions ataviques, il faut surtout compter l'opposition dynamique entre Terre et Mer, déjà théorisée par Carl Schmitt, qui  l'a identifiée dans le conflit entre Rome et Carthage, sa première manifestation dans l'histoire ; or, les événements guerriers qui se déroulent à deux heures de vol de chez nous en représentent une variante typique.

Ce n'est qu'avec l'avènement de l'arme nucléaire et l'extension à la planète entière du scénario sur lequel s'affrontent les nouveaux sujets en lutte pour le Pouvoir que s'est imposée la notion de "guerre par procuration", où les véritables protagonistes - l'un, les Etats-Unis, la baleine symbolique dans la métaphore de Carl Schmitt, l'autre le binôme russo-chinois, souvent dépeint comme un ours - choisissent des représentants théâtraux et tragiques de leurs intérêts respectifs, pour déclencher des conflits qui les impliquent le moins possible.

C'est un scénario que nous avons vu mis en scène depuis la guerre de Corée, avec les États-Unis directement engagés contre cette puissance régionale, mais en réalité contre la République populaire de Chine, comme ce fut également le cas au Vietnam. Dans la suite de l'histoire de ce vingtième siècle que l'on croyait "court", mais qui a étiré ses excroissances malignes jusqu'au vingt-et-unième, la superpuissance américaine a toujours été présente, soit à la première personne, soit comme leader de coalitions, sous le signe de cette "alliance atlantique" qui, par son nom même, souligne son appartenance à la catégorie "mer" : avant l'Ukraine, nous en avons eu un avant-goût en Syrie.

pic.gif

Dès lors, l'opposition réactivée entre cet ours et cette baleine, qui une fois de plus - après Belgrade et le Kosovo, autres exemples récents - a choisi l'Europe comme lieu de cette conflictualité représentative, atavique et tragique, ne doit pas surprendre. À nos yeux, ce sont donc moins les causes occasionnelles du conflit - que l'on veut de manière simpliste faire remonter et réduire à l'invasion russe de l'Ukraine - qui comptent que ces funestes tendances souterraines que nous avons mentionnées. Avec un minimum de prévoyance et de mémoire historique, le conflit, avec son cortège sanglant de mort et de dévastation, aurait pu être évité.

Quant au rôle évanescent de l'Europe, dans son pâle avatar qu'est l"Union européenne", nous sommes toujours dans le déjà vu: le chimérique "empire de 400 millions d'hommes" rêvé par des légions de politiciens et de penseurs d'orientations les plus diverses, de De Gaulle à Schumann en passant par Jean Thiriart, a ressemblé dès son origine à l'empire byzantin en déclin, destiné à être avalé par la jeune puissance islamique, dans ses diverses configurations impériales. Il n'est pas nécessaire d'en dire trop sur son asservissement à l'OTAN, le bras militaire de l'Hégémonie atlantique: même dans notre propre pays en lambeaux, après l'unanimité initiale pour défendre le pays envahi, des réserves et des distinctions sont émises, presque de tous les côtés de l'échiquier politique, et des questions sont posées sur les intérêts réels des acteurs en jeu. En effet, les Etats-Unis ne cachent pas leur intention fondamentale, qui ne consiste pas tant en un changement de régime qu'en l'usure de la puissance russe jusqu'à son déclassement économique, militaire et politique, jeu, qui plus est, qui se jouerait sur un théâtre éloigné de leur territoire; tandis qu'en Europe - notamment dans certaines de ses composantes comme l'Allemagne et l'Italie, qui dépendent de l'ours russe sur le plan de l'énergie - l'idée d'un éventuel élargissement et prolongement du conflit ne répond à aucune stratégie géopolitique cohérente et rationnelle.

Et à propos de l'Italie, il est à peine utile de noter l'inversion accessoire du rapport Gouvernement-Parlement, ce dernier étant appelé uniquement et de plus en plus rarement à ratifier les choix de l'Exécutif. Ce n'est que lorsqu'il s'est agi d'éviter la dissolution des Chambres - et le résultat défavorable probable d'élections anticipées pour les détenteurs du pouvoir depuis des décennies - que la nature de notre pays en tant que république parlementaire a été invoquée, avec l'assentiment "alimentaire" de nombreux députés et sénateurs, craignant de perdre prématurément leurs salaires et indemnités.

Il y a ensuite un aspect de cette guerre qui, s'il ne s'agissait pas d'un événement tragique, prêterait à sourire, à savoir la connotation "légaliste" de chaque initiative: la Russie de Poutine - et non le peuple russe, s'empresse-t-on de préciser - doit être punie pour avoir violé le droit international avec son "opération spéciale". D'ailleurs, l'une des conséquences de ce conflit se répercute sur l'utilisation des mots: ce n'est pas la guerre, mais précisément une "opération spéciale", et ce n'est pas la reddition du bataillon Azov, mais l'évacuation; ou bien on utilise des périphrases, pour ne pas définir comme "co-belligérants" ou "alliés" ceux qui fournissent des armes à l'une des parties en conflit. Mais quand la politique du pouvoir a-t-elle jamais adhéré aux règles du droit international? La diplomatie du XIXe siècle appelait déjà les traités "chiffon de papier"...

La guerre entre la Russie et l'Ukraine

Et maintenant, il suffirait de rappeler qu'aucune des guerres après 45 n'a été déclarée selon ces règles; sans parler de l'action de l'"intelligence" adverse et de l'organisation des différents "coups d'État": ces arguments suffiraient à démasquer "avec quelles larmes et avec quel sang" s'écrivent chaque politique impériale, chaque relation conflictuelle entre États. Ne parlons pas de la prétention de qualifier de "génocide" les massacres inévitables de tout conflit et d'invoquer les tribunaux internationaux pour frapper les perdants (mais on se garde bien d'appeler la République populaire de Chine à la barre, ne serait-ce que pour établir une responsabilité, dont les contours commencent à se dessiner, à l'égard de cette pandémie dans laquelle nous nous débattons encore). Malheureusement, nous avons vu des génocides au sens strict du terme, et ils n'avaient rien à voir avec ce qui se passe entre Lviv et Kharkiv, entre Kiev et Odessa : il suffit de penser au massacre des Amérindiens, à la persécution des Arméniens et, surtout, à l'Holocauste, pour comprendre ce que signifie le mot "génocide".

Parmi les dégénérescences de la culture "occidentale", en bref, il y a l'intention louable d'encadrer le conflit récurrent entre Léviathan et Béhémoth dans les catégories du droit, pour tenter de l'exorciser; mais le Mythe et la Technologie, qui donnent corps et âme à la Politique, ne se laissent pas gouverner par l'Économie et l'Éthique (en fait, en ce qui concerne ces dernières, les vainqueurs se posent toujours en gardiens et protecteurs de la Morale Unique).  Et bien sûr, le corollaire du Droit - ou son incontournable contrepartie - est la Démocratie, que l'Hégémonie atlantique voudrait imposer au Globe entier, avec le fracs de ses bombes et l succession des coups d'Etat qu'elle organise ; une catégorie de la Pensée grecque transplantée outre-mer et exquisément européenne, qui s'est affinée au cours des millénaires et qu'elle voudrait maintenant imposer à des portions de la planète comme un corps étranger à ces cultures disparates. Dans le conflit russo-ukrainien, il y a aussi le recouvrement hypocrite des intérêts géopolitiques par des arguments de principe vertueux. Malheureusement, si notre Europe est la Belle au bois dormant du conte de fées, il n'y a pas de prince charmant à l'horizon prêt à la réveiller avec son baiser salvateur.

Giuseppe Del Ninno      

mercredi, 18 mai 2022

La russophilie et la russophobie comme facteurs géopolitiques en Europe de l'Est

drapeaux-de-pays-de-l-europe-de-l-est-97110058.jpg

La russophilie et la russophobie comme facteurs géopolitiques en Europe de l'Est

par le comité de rédaction de Katehon

Source: https://www.ideeazione.com/russofilia-e-russofobia-come-fattori-geopolitici-nelleuropa-orientale/

Le rôle clé dans la position des pays est joué par la présence ou l'absence d'élites souveraines au pouvoir.

L'opération militaire spéciale (SVO, abréviation russe) menée par la Russie en Ukraine dure depuis trois mois et est loin d'être terminée. Cette longue campagne n'aurait pas été possible sans l'assistance militaire sans précédent de l'OTAN au régime ukrainien. Les pays d'Europe de l'Est limitrophes de l'Ukraine jouent un rôle clé à cet égard. D'une part, c'est par le territoire de ces États que passent les livraisons d'équipements militaires. Ils fournissent également de vieilles armes soviétiques, avec lesquelles l'armée ukrainienne a l'habitude de travailler. D'autre part, ce sont ces pays qui accueillent la plus grande part des réfugiés ukrainiens. Ils supportent les principaux coûts et risques d'une confrontation avec la Russie.

Dans cette optique, le facteur idéologique acquiert une importance particulière. La russophobie ancrée dans la psychologie nationale ou, au contraire, une attitude traditionnellement amicale ou neutre envers la Russie peuvent être des facteurs influençant la stabilité dans un pays donné. À cet égard, les pays d'Europe de l'Est ne sont pas homogènes.

Slovaquie

En avril, les autorités slovaques ont livré à l'Ukraine leur système unique de défense aérienne S-300. La livraison du complexe a eu lieu en secret. L'opposition s'est fortement opposée à ce geste. Elle a accusé les autorités slovaques d'entraîner le pays dans le conflit et de réduire ainsi la capacité de défense du pays. Les États-Unis ont promis d'envoyer des systèmes de défense aérienne Patriot à la Slovaquie. Toutefois, ils seront contrôlés par du personnel militaire non slovaque, ce qui prive la Slovaquie du contrôle de son espace aérien, dé-souverainisant de la sorte ce petit pays.

fico.jpeg

L'ancien premier ministre slovaque et leader du parti Smer-SD, Robert Fico (photo), affirme que "le transfert des S-300 pour la défense aérienne à l'Ukraine est un acte de guerre aux conséquences imprévisibles pour la Slovaquie".

Malgré les protestations, le Premier ministre slovaque Eduard Heger est allé plus loin et, le 12 avril, a proposé de fournir des avions MiG-29 slovaques à l'Ukraine. L'armée de l'air slovaque possède une douzaine de ces appareils. Auparavant, même la Pologne n'osait pas prendre une telle mesure, craignant les attaques russes sur son territoire. Dans le même temps, malgré la propagande anti-russe, un tiers des Slovaques soutiennent l'opération militaire spéciale russe en Ukraine.

Le 4 mai, la Slovaquie a également annoncé qu'elle était prête à réparer les équipements militaires ukrainiens endommagés. Ainsi, la république, où les sentiments pro-russes, a-t-on noté, étaient les plus prononcés parmi tous les pays d'Europe centrale avant l'opération militaire spéciale, est la plus intensément impliquée dans les hostilités parmi tous les pays du flanc oriental de l'OTAN. La raison en est que ce pays est le moins "sujet" de sa propre histoire. En 2018, la Slovaquie a connu sa "révolution colorée", les manifestations "anti-corruption" fomentées par l'Occident ont conduit à la démission de Robert Fico, puis à la perte de la majorité parlementaire par le parti Smer-SD. Le gouvernement slovaque peut être contraint de faire ce que même la Pologne n'ose ouvertement pas faire. Cette politique s'accompagne de répressions : ils tentent de priver Robert Fico de son mandat de député et l'arrêtent pour avoir divulgué des informations sur les violations fiscales de ses adversaires (les informations auraient été obtenues illégalement). Auparavant, un autre leader de l'opposition, le chef du parti populiste de droite Notre Slovaquie, Marian Kotleba, a été privé de son mandat parlementaire sur la base d'accusations forgées de toutes pièces.

Pologne

Le 30 mars, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré que la Pologne "établissait des normes d'un certain type" sur ce que l'on appelait auparavant la russophobie. Varsovie se sent comme un nouveau centre de l'Europe qui, sur la vague du sentiment anti-russe, tente de démontrer son leadership. D'une part, cela s'applique à la France et à l'Allemagne. D'autre part, la Hongrie. Le vice-premier ministre du gouvernement polonais et véritable leader du parti au pouvoir Droit et Justice, Jaroslaw Kaczynski, a déclaré que la Pologne "ne peut plus coopérer" avec la Hongrie tant que celle-ci ne change pas de cap.

Nous parlons de la coopération entre la Hongrie et la Russie. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban tente de bloquer toute tentative d'imposer des sanctions européennes sur le gaz et le pétrole russes, car elles "tueraient la Hongrie". La Hongrie est également le seul pays européen à réclamer une enquête objective et indépendante sur la tragédie de Bucha. D'autres ont déjà accusé la Russie de tout.

"Lorsque le Premier ministre Orban dit qu'il ne peut pas voir ce qui s'est exactement passé à Bucha, on devrait lui conseiller de consulter un ophtalmologue", a poursuivi le chef du parti Droit et Justice au pouvoir.

Malgré la tentative de la Pologne de jouer les premiers violons dans le concert russophobe des puissances occidentales, cela n'a pas amélioré ses relations avec Bruxelles. Les dirigeants conservateurs de la Pologne sont depuis longtemps en conflit prolongé avec les dirigeants de l'UE. Pour cette raison, l'UE a suspendu l'allocation de fonds à la Pologne.

file7j0qhwk6gc8pxzwedga.jpg

Le 4 mai, le président polonais Andrzej Duda (photo) a déclaré dans une interview au Wall Street Journal que pour lui "la présence de troupes américaines dans notre région" est une garantie contre "l'expansion de la politique impériale russe". Il a souligné qu'il serait "très heureux si ces troupes restaient ici de façon permanente".

Hongrie

La décision de Viktor Orban de payer le gaz russe en roubles pourrait entraîner l'isolement de la Hongrie, a menacé le ministre allemand de l'économie Robert Habeck.

Selon lui, les actions du Premier ministre hongrois contredisent la décision du G7 de payer l'énergie russe dans les devises stipulées dans les contrats: dollars et euros. Ainsi, l'UE commence déjà à mettre en œuvre sa politique d'isolement, qui a été clairement évoquée en prévision de la victoire électorale d'Orban.

La position de la Hongrie a été critiquée par d'autres pays de l'OTAN et de l'UE pendant les mois de l'opération militaire spéciale. Les dirigeants ukrainiens ont accusé Budapest de planifier la saisie de territoires ukrainiens (sans noter l'existence de tels plans en Pologne). En conséquence, le Premier ministre hongrois Viktor Orban s'est retrouvé sur le site Myrotvoretz dans la liste des ennemis de l'Ukraine.

Dans l'UE, la Hongrie s'oppose fermement aux plans visant à imposer un embargo pétrolier à la Russie, même avec une prolongation pour la Hongrie et la Slovaquie jusqu'à la fin de 2023. Parmi les pays d'Europe centrale et orientale, la Hongrie adhère à la position la plus indépendante, ce qui complique la construction d'un front commun anti-russe.

Roumanie

En Roumanie, le pompage de la société par la propagande anti-russe a conduit à une attaque terroriste contre l'ambassade de Russie le 6 avril, lorsqu'un citoyen local faisant l'objet d'une enquête pour pédophilie s'est déclaré ukrainien et a foncé sur les grilles de l'ambassade de Russie à Bucarest, après quoi il s'est immolé avec sa voiture.

La Roumanie, en cas d'escalade du conflit en Transnistrie, pourrait prendre le contrôle de la République de Moldavie, selon des sources médiatiques russes. Le sud de la Bessarabie - une partie de la région ukrainienne d'Odessa, séparée du principal territoire ukrainien par une barrière naturelle - l'estuaire du Dnestr - revêt également une importance stratégique pour la Roumanie.

La Roumanie, comme la Pologne, joue un rôle clé dans l'approvisionnement de l'Ukraine en carburant et en armes occidentales. La présence des troupes américaines dans le pays augmente. Dans le même temps, la Roumanie intensifie sa coopération avec l'Ukraine pour envoyer des marchandises via la Moldavie. Par conséquent, la Roumanie devient d'une importance capitale dans la fourniture d'armes au sud de l'Ukraine et à la région d'Odessa et dans l'exportation de produits ukrainiens.

_70w4224.jpg

Bulgarie

En Bulgarie, des manifestations ont eu lieu tout au long du mois d'avril contre les livraisons d'armes à l'Ukraine. Les manifestations étaient organisées par le parti parlementaire "Vazrazhdane" ("Renaissance"). Le président Rumen Radev (photo) s'est opposé à la fourniture d'une assistance militaire à l'Ukraine. La décision de Gazprom de suspendre les ventes de gaz à la Bulgarie a heurté les positions des russophiles bulgares. Cependant, cette situation a été causée par le refus du gouvernement du pays lui-même d'acheter du gaz en roubles.

Le 4 mai, le parlement bulgare (à l'exception des députés de Renaissance) a voté en faveur de la fourniture d'une assistance humanitaire et militaro-technique à l'Ukraine. Kiev souhaiterait réparer ses équipements militaires en Bulgarie et exporter des céréales via le port de Varna (les ports roumains sont déjà pleinement utilisés par l'Ukraine). Le président Radev a critiqué la décision du parlement, déclarant qu'"il y a un danger d'entraîner la Bulgarie dans ce conflit". Selon le chef de l'État, "le conflit ne sera pas court, il s'intensifiera et nécessitera des solutions raisonnables, et le terme même d'"assistance militaro-technique" est plutôt vague et risqué".

Il convient de noter qu'en Bulgarie, le niveau de soutien à la Russie au cours des derniers mois (février à mai) a chuté de 32% à 25%. En même temps, il faut tenir compte du fait que dans le contexte de la propagande hystérique anti-russe et de la réticence de nombreux Bulgares à parler aux sociologues de leur véritable état d'esprit, par peur de la répression et de l'ostracisme, dans le contexte du discours anti-russe dominant dans les médias, 25% est un chiffre substantiel. Dans cette situation, au moins un quart de la population déclare ouvertement son désaccord avec le récit anti-russe.

Grèce

En Grèce, tout comme en Bulgarie, des manifestations contre la fourniture d'armes à l'Ukraine ont eu lieu début avril. Cependant, aujourd'hui, les principaux arguments des manifestants sont la critique de l'augmentation des prix de l'énergie associée à l'adhésion de la Grèce aux sanctions anti-russes.

En général, les facteurs de russophilie ou de russophobie ne jouent pas un rôle particulier en Grèce. Les principales forces anti-guerre du pays sont la gauche. La détérioration de la vie des gens ordinaires est un facteur clé pour contrer l'implication dans le conflit. En général, dans les pays de l'OTAN d'Europe de l'Est, le facteur russophilie et russophobie joue un rôle en Slovaquie et en Bulgarie, où les forces pro-russes étaient auparavant au moins un peu évidentes. C'est dans ces pays que se pose aujourd'hui la question de la stabilité politique et d'éventuelles élections anticipées en raison de problèmes politiques internes, mais un facteur externe agit comme un catalyseur : le conflit en Ukraine et la perspective d'être entraîné dans une guerre avec la Russie.

Dans les États baltes, en Pologne et en Roumanie, la situation est plus stable. Toutefois, d'une manière générale, la pression de Washington, Londres et Bruxelles est si forte que l'opposition des forces pro-russes en Bulgarie et en Slovaquie risque d'être brisée. Le rôle clé dans la position des pays, comme le montre l'exemple de la Hongrie, est joué par la présence ou l'absence d'élites souveraines au pouvoir. Dans le premier cas, même l'expérience historique relativement négative des relations avec la Russie ne fait pas obstacle à une évaluation sobre de la situation. Au contraire, dans les pays totalement dépendants de l'Occident et dotés d'élites faibles, aucune expérience historique positive ne joue un rôle particulier ; de plus, il est possible en peu de temps de "raviver" la conscience de la majorité de la société par une exposition médiatique intense.

16 mai 2022

mardi, 17 mai 2022

L'UE veut s'endetter pour l'Ukraine

arton12578-40f0e.png

L'UE veut s'endetter pour l'Ukraine

Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/eu-will-schulden-fuer-die-ukraine-aufnehmen/

Pour se maintenir à flot économiquement, l'Ukraine a besoin d'environ 15 milliards d'euros au cours des trois prochains mois, soit cinq milliards d'euros par mois. Cette somme doit par exemple permettre de payer les retraites, d'assurer l'approvisionnement des personnes déplacées à l'intérieur du pays ou de régler d'autres coûts liés à la guerre. Les Etats-Unis se sont engagés à couvrir un tiers des besoins financiers de l'Ukraine au cours des trois prochains mois, et les deux tiers restants seront pris en charge par l'Union européenne, selon un rapport du magazine "Politico".

Comme l'écrit "Politico" en citant des diplomates, la Commission européenne prévoit de trouver l'argent pour Kiev sous la forme d'une dette commune de l'UE. Les États membres devraient ensuite garantir les dettes contractées par la Commission européenne. "Cela ressemble au programme SURE, qui a été utilisé pendant la pandémie pour collecter des fonds pour les chômeurs de courte durée, ont déclaré les diplomates", rapporte "Politico". A l'époque, la Commission avait demandé des garanties à hauteur de 25 milliards d'euros pour lever 100 milliards d'euros.

Le projet de la Commission européenne ne fait pas l'unanimité. En effet, certains pays, dont l'Allemagne, l'Autriche et la Grèce, ont demandé à la Commission de fournir des options de financement alternatives avant la présentation de son plan le 18 mai. Quoi qu'il en soit, la présidence française a l'intention de soumettre le dossier à la discussion fin mai afin que les chefs d'Etat et de gouvernement puissent en débattre.

jeudi, 12 mai 2022

Les Non-Alignés dans le conflit russo-ukrainien

800px-UN_General_Assembly_hall.jpg

Massimiliano Palladini:

Les Non-Alignés dans le conflit russo-ukrainien

Source: https://novaresistencia.org/2022/05/10/os-nao-alinhados-no-conflito-russo-ucraniano/

Le récit hégémonique prétend que la Russie est isolée et que la "communauté internationale" l'a condamnée ? Mais est-ce vrai ? Il est crucial d'analyser les positions concrètes des pays dans les forums internationaux et de lire entre les lignes des votes de l'Assemblée générale des Nations unies.

Depuis le début de l'opération russe en Ukraine, il est courant d'entendre que Moscou est isolé de la communauté internationale. Les partisans de cette thèse s'appuient sur la résolution adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies le 2 mars. Entre autres choses, le document non seulement "désapprouve dans les termes les plus forts l'agression de la Fédération de Russie" mais exige également qu'elle "retire immédiatement, complètement et inconditionnellement toutes ses forces militaires du territoire de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues" (donc également de la Crimée et des oblasts de Donetsk et de Lougansk) [1].

En fait, la résolution a été adoptée avec des chiffres qui semblent soutenir la thèse de l'isolement de la Russie de la société internationale: 141 pour, 35 abstentions et 5 contre, tandis que 12 États n'ont pas participé au vote [2].

Des pays très peuplés comme la Chine, l'Inde, le Pakistan, le Bangladesh, l'Éthiopie, le Vietnam et l'Iran ont choisi de s'abstenir ou de ne pas participer au vote (cas de l'Éthiopie) tandis que l'Afrique accueille le plus grand nombre de pays s'abstenant ou ne participant pas au vote. Le vote à l'Assemblée générale a divisé le continent : 28 pour, 25 abstentions ou absences et un contre (Érythrée).

Ces dernières années, la Russie a fait des efforts pour projeter son influence en Afrique, principalement en tirant parti des fournitures militaires et en renforçant des relations remontant à l'époque de l'Union soviétique. En 2019, le président Vladimir Poutine a accueilli le sommet Russie-Afrique, auquel ont participé 43 chefs d'État et de gouvernement africains [3]. En novembre de cette année se tiendra la deuxième édition du sommet [4], qui sera un indicateur utile pour évaluer dans quelle mesure la guerre en Ukraine a affecté les relations entre Moscou et le continent africain.

En ce qui concerne la résolution du 2 mars, il y a au moins deux points importants à souligner: les pays qui s'abstiennent, s'opposent ou sont absents représentent au moins 40% de la population mondiale; la résolution non seulement n'a pas de conséquences contraignantes, mais ne fait pas non plus référence aux sanctions contre la Russie et à l'envoi d'armes et d'aide financière aux belligérants.

Les résolutions adoptées avec des numéros de plébiscite sont celles qui n'ont pas de conséquences contraignantes, comme celle du 2 mars. Le 7 avril, l'Assemblée générale a adopté une autre résolution suspendant la Russie du Conseil des droits de l'homme de l'ONU. Ainsi, la résolution du 7 avril, contrairement à celle du 2 mars, a eu des conséquences contraignantes et, en fait, le nombre de ceux qui y étaient favorables a diminué de près de cinquante pourcents, bien qu'elle soit restée majoritaire.

La résolution du 7 avril a été adoptée avec le résultat suivant : 93 pour, 24 contre, 58 abstentions, 18 absences [5]. Les États qui s'opposent, s'abstiennent ou s'absentent représentent au moins 50 % de la population mondiale. Les abstentions ont été augmentées par le vote favorable de certains États le 2 mars. Il s'agit notamment de l'Arabie saoudite, du Brésil, de l'Égypte, du Ghana, de l'Indonésie, de la Jordanie, du Kenya, du Koweït, de la Malaisie, du Mexique, du Nigeria, d'Oman, du Qatar, de la Thaïlande et de la Tunisie.

Comme mentionné ci-dessus, la résolution du 2 mars ne fait aucune référence à des sanctions contre la Russie, ni à l'envoi d'armes aux parties belligérantes. Quels États ont sanctionné la Russie ? Lesquels ont décidé d'armer l'Ukraine ? Ces questions ne peuvent être ignorées si nous voulons évaluer pleinement la réaction de la société internationale à l'invasion russe.

Les États occidentaux ont adopté la position la plus sévère à l'encontre de la Russie. Il convient de noter que les pays appartenant à ce groupe n'ont pas tous réagi de la même manière, notamment en ce qui concerne la fourniture d'armes à l'Ukraine. Le type et la quantité d'armes envoyées varient d'un État à l'autre, mais les pays de l'OTAN ont sans aucun doute adopté la ligne la plus ferme.

L'aide militaire fournie par les membres de l'Alliance de l'Atlantique Nord ne vise pas seulement à renforcer les capacités défensives de l'Ukraine, mais aussi, sinon principalement, à affaiblir les capacités offensives de la Russie, la forçant ainsi à investir plus de ressources que prévu dans la campagne ukrainienne [6]. Le conflit russo-ukrainien a ainsi pris des connotations qui le font ressembler à une guerre par procuration: les pays de l'OTAN, menés par les États-Unis et le Royaume-Uni, financent et arment l'Ukraine dans l'intention explicite d'affaiblir la Russie. En pratique, en finançant et en armant Kiev, Washington poursuit son intérêt stratégique (affaiblir Moscou pour tenter de provoquer un changement de régime) sans avoir à supporter les coûts d'une confrontation directe.

Si l'on regarde au-delà de la sphère d'influence des États-Unis, on remarque immédiatement que le reste du monde a adopté une position très différente. Les présidents du Mexique et du Brésil, entre autres, ont proclamé leur neutralité, refusant de condamner ouvertement la Russie, tandis que le président de l'Afrique du Sud a déclaré que la guerre est également la responsabilité de l'OTAN et de son expansion continue vers l'est. Des considérations similaires ont également été exprimées par Luiz Inácio Lula da Silva, candidat aux élections présidentielles brésiliennes [7].

Le 2 mars, à l'occasion de l'adoption de la résolution de l'Assemblée générale, l'ambassadeur brésilien aux Nations unies a exprimé son opposition aux "sanctions aveugles" car elles entravent le dialogue diplomatique [8].

L'Amérique latine, l'Asie et l'Afrique se dissocient des sanctions et des ventes d'armes à l'Ukraine. Dire que la communauté internationale a condamné la Russie est donc faux. Ou plutôt, cela dépend de ce que l'on entend par condamnation. Si l'on entend par là le vote d'une résolution sans conséquences concrètes, alors oui, la Russie a été condamnée par une grande partie de la communauté internationale. Si, toutefois, nous considérons les décisions ayant des conséquences matérielles, la situation change radicalement.

Le reste du monde répond à la politique anti-russe des pays occidentaux par le non-alignement. Les accusations plus ou moins explicites contre la Russie n'ont pas été suivies de contre-mesures concrètes comparables à celles prises par les États-Unis et leurs alliés.

Notes:

[1] Pour le texte complet de la résolution, voir UN resolution against Ukraine invasion : Full text, aljazeera.com, 3 marzo 2022. Dernier accès le 8 mai 2022.
[2] Pour la carte du vote, voir Ivana Saric, Zachary Basu, 141 pays votent pour condamner la Russie à l'ONU, axios.com, 2 marzo 2022. Dernier accès le 8 mai 2022.
[3] Antonio Cascais, Russia's re-engagement with Africa pays off, dw.com, 9 marzo 2022. Dernier accès 8 maggio 2022.
[4] Kester Kenn Klomegah, Russia Chooses St. Petersburg for Second African Leaders Summit, indepthnews.net, 12 gennaio 2022. Dernier accès le 8 mai 2022.
[5] Pour le tableau des votes, voir Avec 93 "oui", dont l'Italie, l'AGNU suspend la Russie du Conseil des droits de l'homme, onuitalia.org, 7 avril 2022. Dernier accès le 8 mai 2022.
[6] Julian Borger, Pentagon chief's Russia remarks show shift in US's declared aims in Ukraine, theguardian.com, 25 aprile 2022. Dernier accès le 8 mai 2022.
[7] Dave Lawler, The world isn't lining up behind the West against Russia, axios.com, 6 maggio 2022. Dernier accès le 8 mai 2022.
[8] Le Brésil vote pour la résolution de l'ONU, mais critique les "sanctions indiscriminées" contre la Russie, reuters.com, 2 mars 2022. Dernier accès le 8 mai 2022.

Source : Eurasia Rivista

mardi, 10 mai 2022

"Dans la nouvelle étape, les États-Unis seront un acteur important, mais ils ne seront pas une puissance hégémonique comme il y a quelques années"

esta-pour-voyager-aux-usa.jpeg

"Dans la nouvelle étape, les États-Unis seront un acteur important, mais ils ne seront pas une puissance hégémonique comme il y a quelques années"

Entretien avec Andrés Berazategui

Propos recueillis par Santiago Asorey

Source: https://www.agenciapacourondo.com.ar/internacionales/en-la-nueva-etapa-estados-unidos-sera-un-actor-importante-pero-no-sera-una-potencia?fbclid=IwAR3jCX7vWjQV37h3rUow1Mp60ea7Uxj_azUWF5vURLH1ClWfc9BpeiJpKuY

Andrés Berazategui est titulaire d'un diplôme en relations internationales, d'un master en stratégie et géopolitique et d'un diplôme en analyse stratégique internationale. Il est également membre du groupe de réflexion et du projet d'édition Nomos. Dans une interview accordée à l'AGENCIA PACO URONDO, il a réfléchi au conflit géopolitique qui oppose les puissances atlantistes de l'OTAN et la Fédération de Russie en Ukraine.

APU : Commençons par le conflit lui-même, en Ukraine, et la rapidité avec laquelle le différend entre les puissances atlantistes et la Chine et la Russie a développé des tensions dans le monde entier, sur la base des pressions exercées par les États-Unis pour imposer une guerre économique à la Russie. Comment le nouvel ordre international émerge-t-il de ce nouveau scénario ?

AB : Deux aspects importants peuvent être soulignés, au-delà de ceux déclarés par la Russie en relation avec la région de Donbass. D'une part, les aspects strictement géopolitiques: la Russie en tant que puissance ne peut pas permettre (comme toute puissance qui se respecte) des voisins hostiles à sa périphérie. Les puissances sont mal à l'aise face aux menaces proches de leurs frontières. D'autant plus que l'Ukraine appartient à l'ancien espace soviétique, une zone que les Russes considèrent comme leur zone naturelle et immédiate de projection d'intérêts. Et ce d'autant plus que l'Ukraine est particulièrement sensible dans l'histoire de la Russie, tant pour des raisons historico-culturelles que militaires (c'est la zone classique d'empiètement de l'Ouest sur l'Est).

D'autre part, il existe un conflit d'une plus grande portée: le défi permanent lancé par Poutine à l'ordre libéral international. Poutine a remis en question à plusieurs reprises les politiques, les valeurs et les institutions de l'ordre dirigé par les États-Unis. Le président russe n'est pas d'accord avec le projet libéral et l'expansion de ce modèle d'ordre, mais cherche à faire reconnaître la nouvelle répartition mondiale du pouvoir et où la Russie doit être reconnue comme un acteur important. Ce point est particulièrement sensible, car il remet en cause l'ordre international né avec la fin de la guerre froide, c'est-à-dire qu'il ne s'agit pas d'une question conjoncturelle. Il s'agit du désir de la Russie d'organiser un ordre dans lequel elle est plus favorisée, et le principal obstacle est un États-Unis qui cherche à étendre ses propres valeurs et institutions de manière compulsive. Cette situation est déjà de plus en plus remise en question, même à Washington, et il faut donc s'attendre à des changements importants dans l'ordre international.

Quant à la Chine, elle s'est tenue à distance prudente du conflit en Ukraine. D'après ce que l'on peut voir dans ses médias, il est largement admis que le PCC n'est pas d'accord avec l'intervention elle-même ; mais pour la Chine, elle a beaucoup plus à gagner de la Russie en tant que partenaire stratégique, elle ne s'opposera donc pas non plus activement au Kremlin.

APU : "Que se passe-t-il aujourd'hui ? C'est la destruction du système d'un monde unipolaire qui s'est formé après la chute de l'URSS", a déclaré Poutine il y a un mois. Voyez-vous un déclin de l'hégémonie atlantiste ?

AB : Il est certain qu'il y a un déclin des États-Unis et donc un relâchement du maintien des politiques de l'ordre libéral international. Il y a une Chine défiante qui se rapproche de plus en plus de l'équilibre des attributs du pouvoir dans tous les segments de la compétition avec les États-Unis. Il existe une Russie révisionniste qui cherche à déplacer davantage de frontières et qui a conclu un accord avec la Chine. Il y a des mouvements en Europe qui pourraient conduire à une autonomie croissante du vieux continent par rapport aux États-Unis. Dans notre Amérique, le drapeau de l'intégration a déjà été hissé et, bien que ralentie, elle reste un objectif... c'est un monde en transition : nous passons d'un ordre unipolaire à un ordre de grands espaces où le grand espace atlantique (Grossraum, en langage schmittien) sera un parmi d'autres. Les États-Unis seront un acteur important, mais en aucun cas une puissance hégémonique comme il y a quelques années.

APU : La hausse du coût de l'énergie pour les populations européennes dépendantes du gaz et des hydrocarbures russes constitue également un problème électoral pour les dirigeants européens qui tentent de défendre une position pour le moins discutable d'un point de vue national. Cependant, les États-Unis ont prévalu. Quelle explication trouvez-vous à cela ?

AB : Étant donné que les événements se déroulent toujours, il reste à voir dans quelle mesure les États-Unis ont fait prévaloir leurs vues. De plus, en Europe, les points de vue sur l'approvisionnement en énergie ne sont pas unanimes, aussi des mesures prudentes ont-elles été prises sur cette question. Je pense que les Allemands, en particulier, sont impatients de voir le conflit en Ukraine prendre fin dès que possible et de revenir à la normalité (au fait, qu'est-ce que la "normalité" aujourd'hui ?), au moins en ce qui concerne l'approvisionnement en énergie. Cependant, en raison des enjeux que j'ai mentionnés plus haut, je pense que les questions énergétiques ne sont pas les plus importantes aujourd'hui. Je crois qu'en fin de compte, nous parlons des forces souterraines de l'histoire qui mettent à l'épreuve la force des cultures et des peuples dans une lutte où s'affrontent de grandes volontés collectives. Et les tensions générées par ces volontés seront utiles à ceux qui sauront en tirer parti, que ce soit par une intervention ouverte dans la lutte ou par la sagesse de ceux de "l'extérieur" dans la gestion de leurs intérêts.

640px-Flag_map_of_Argentina.svg.png

L'Argentine dans le monde

APU : La deuxième partie de l'interview porte sur la position de l'Argentine, mais dans la perspective de la troisième position historique du péronisme.

AB : La troisième position est née comme une alternative qui promouvait l'épanouissement individuel en harmonie (et dans un rapport de subordination) avec le destin collectif. En politique étrangère, compte tenu du fait que la seconde après la Seconde Guerre mondiale divisait deux blocs, l'un mettant l'accent sur l'individualisme capitaliste et l'autre sur le collectivisme marxiste, la troisième position a marqué ses propres modes d'organisation de la vie sociale et politique et a établi une neutralité face au conflit Est-Ouest, évitant ainsi de s'aligner sur l'un des deux blocs. En même temps, cela laissait la voie ouverte pour tirer parti et maximiser les intérêts avec l'un ou l'autre lorsque cela était nécessaire, car il ne s'agissait pas d'une position d'opposition compulsive : en bref, sans nous aligner politiquement ou sur les questions de sécurité, nous avons commercé avec les deux blocs, par exemple. La troisième position a promu son propre modèle philosophique politique dans les affaires intérieures et a recherché la liberté d'action en politique étrangère. En ce qui concerne la confrontation entre l'Occident et la Russie au sujet du conflit actuel en Ukraine, je ne pense pas que la troisième position s'applique, notamment en raison de deux problèmes : D'une part, nous ne sommes pas dans un moment bipolaire analogue à celui de la guerre froide (il est possible que cela se produise à long terme entre les États-Unis et la Chine, mais il est encore prématuré de l'affirmer) ; en fait, nous sommes aujourd'hui en transit vers un monde multipolaire. D'autre part, nous évoluons également vers un monde plus pragmatique et moins idéologique qu'à l'époque.  Dans la conjoncture actuelle, j'ai tendance à valoriser la validité de la troisième position - comme je l'ai fait dans un autre ouvrage - en tant que contrepoint à la dialectique entre l'individualisme libéral et le collectivisme des "nouvelles luttes" dans le style de Tony Negri, Holloway et d'autres. Une dialectique qui, par ailleurs, dans ses expressions politiques concrètes finit (du moins en Occident) par être légitimée par un discours libéral, tant de gauche que de droite, si ces concepts ont un sens aujourd'hui.

APU : Comment analysez-vous le vote argentin à l'ONU sur l'expulsion de la Russie du Conseil des droits de l'homme ?

AB : Je considère que c'est incorrect. Il y avait au moins la possibilité de s'abstenir. C'est une méfiance gratuite, sachant que les implications pratiques de l'appartenance à un tel organisme sont secondaires. Je considère qu'il s'agit d'un impact plus symbolique que matériel, ce qui explique qu'il n'affecte pas non plus la Russie de manière substantielle, mais il s'agit toujours d'une position prise par l'Argentine et ce n'est pas une position appropriée à prendre : il s'agit d'un conflit dans lequel nous devrions adopter la neutralité. Quel était l'avantage de l'expulser ? Que gagne l'Argentine ? En quoi ce vote nous positionne-t-il mieux ? Je ne vois rien de positif dans cette décision.

APU : L'Argentine est également confrontée à un défi lié aux conditions imposées par l'accord avec le FMI. La construction d'une centrale nucléaire à laquelle participe la China National Nuclear Corporation est menacée par la pression des Etats-Unis, quelle analyse proposez-vous sur ce point de conflit ?

AB : En ce qui concerne le FMI, il s'agit d'un passif absolu. Elle limite sérieusement nos options économiques, mais aussi nos options de politique étrangère, car la dette est une conditionnalité politique, même si nos politiciens veulent la formuler en termes strictement financiers. Cela devrait être compris par tous et faire l'objet d'un débat public : la dette et les organismes internationaux de prêt sont des instruments de projection de puissance par les pouvoirs en place. Le FMI ne demande pas seulement de faire fonctionner la politique fiscale ou telle ou telle variable macroéconomique. Et vous avez raison de faire le lien avec la centrale nucléaire. Si nous ne trempons pas nos barbes dans l'eau, cette initiative et d'autres seront bloquées par des États-Unis en pleine concurrence avec une Chine montante. La question que nous devons toujours nous poser est "qu'est-ce qui est dans notre meilleur intérêt". Et il n'est pas dans notre intérêt d'être liés à la dette, pas plus qu'il n'est dans notre intérêt de nous tourner vers les États-Unis pour qu'ils nous "aident" à résoudre nos problèmes. Il est vrai que lorsque vous négociez, vous devez céder quelque chose, mais quand avons-nous jamais bien négocié avec le FMI ?  Les organisations internationales sont nées, façonnées et principalement financées par les grands acteurs internationaux et sont des plateformes de projection de leur pouvoir : il faut le comprendre une fois pour toutes.

L'Ukraine, le monde à la croisée des chemins

kiev-f-216669016-jpg--84268-.jpg

L'Ukraine, le monde à la croisée des chemins

par Giacomo Gabellini

Propos recueillis par Luigi Tedeschi

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/ucraina-il-mondo-...

Entretien avec Giacomo Gabellini auteur du livre "Ukraine, le monde à la croisée des chemins", Arianna Editrice 2022

1) Les frontières de l'Ukraine sont indéfinissables et son identité unitaire s'avère donc floue. L'Ukraine actuelle correspond à la République socialiste soviétique instituée par Staline à la fin de la 2e guerre mondiale. À l'intérieur des frontières ukrainiennes, il existe des populations ethniquement, culturellement, linguistiquement et même religieusement très diverses, telles que des Ukrainiens, des Russes, des Polonais, des Hongrois, des Tatars, etc. ... Par conséquent, avec la rupture définitive des liens politiques, culturels et économiques avec la Russie et la sécession des régions orientales et de la Crimée (territoires pro-russes), l'identité ukrainienne n'apparaît-elle pas comme celle d'un État créé artificiellement, c'est-à-dire sur la base des sphères d'influence russes ou américaines ? Les valeurs unificatrices ne sont-elles pas représentées uniquement par l'adhésion à l'OTAN et à l'Union européenne, c'est-à-dire par l'occidentalisation américaniste et russophobe du pays ? N'assistons-nous pas à une énième reproduction de la logique de Versailles, qui s'est toujours révélée être un échec et un signe avant-coureur de nouveaux conflits potentiels ?

Il est difficile de prévoir avec un haut degré de certitude la configuration que prendra l'État ukrainien. Tout porte à croire, cependant, que le véritable ciment de ce qui restera de l'Ukraine sera un nationalisme aux traits russophobes marqués et un désir de vengeance contre le Kremlin. Beaucoup ont tendance à attribuer ce résultat uniquement à l'attaque déclenchée par la Russie, mais en réalité, la radicalisation du pays représente un phénomène qui était déjà largement observable avant même le déclenchement du Jevromajdan. Il ne faut pas oublier qu'en 2010, le président de l'époque, Viktor Juščenko, arrivé au pouvoir en pleine révolution orange, a décerné le titre de "héros de l'Ukraine" à Stepan Bandera, leader de l'aile maximaliste de l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), composée en grande partie de Novorusses catholiques de Galicie, vétérans des campagnes irrédentistes menées contre la Pologne dans les décennies précédant la "grande guerre". Le 21 juin 1941, à l'arrivée des troupes nazies, Bandera proclame l'indépendance de l'Ukraine et participe avec l'OUN et sa branche armée (UPA, l'Armée insurrectionnelle ukrainienne) à la fondation du bataillon Nachtigall, composé de volontaires ukrainiens et soumis à la chaîne de commandement de l'Abwehr (les services secrets militaires allemands). Travaillant aux côtés des envahisseurs et des divisions SS ukrainiennes comme celle de Galicia, l'Oun a activement contribué à l'extermination de dizaines de milliers de Juifs ukrainiens et à la campagne militaire allemande contre l'Union soviétique. L'association avec les envahisseurs a duré plusieurs mois, jusqu'à ce que l'échec de la reconnaissance allemande de l'indépendance ukrainienne, promise à l'Oun à la veille de l'opération Barbarossa, conduise Bandera et ses partisans à retourner leurs armes contre les Allemands. Le chef de l'Oun a ensuite été capturé par la Wehrmacht, puis libéré sur la base d'un accord avec l'Abwehr, qui prévoyait la formation d'une division ukrainienne du Schutz-Staffeln pour aider les troupes allemandes dans la déportation des Juifs et la répression des minorités polonaises. À leur tour, les Polonais ont riposté en s'alliant à l'Armée rouge et en brûlant des villages ukrainiens entiers, ce qui a donné lieu à une guerre civile prolongée et sanglante qui entraînera la mort de plus de 90.000 civils polonais et 20.000 civils ukrainiens. La guérilla antisoviétique menée par l'OUN sous la direction du chef militaire de l'UPA, Roman Šučevič, s'est poursuivie dans les années qui ont suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais lorsque la perspective de la défaite a commencé à se profiler, un grand nombre de ses figures de proue ont fui à l'étranger. Bandera, son collaborateur de confiance Yaroslav Stetsko et Lev Rebet, ancien membre du gouvernement ukrainien collaborationniste, s'installent à Munich. Bandera et Rebet seront attrapés et assassinés par un tueur à gages du KGB entre 1957 et 1959, tandis que Stetsko a réussi à survivre et à entrer dans les bonnes grâces de certaines personnalités de la politique américaine telles que Ronald Reagan et George H.W. Bush. D'autres militants de l'OUN et de l'UPA profitent de l'intercession du directeur de la CIA, Allen Dulles, pour s'installer au Canada et aux États-Unis, où ils créeront des mouvements d'exil à vocation ultra-nationaliste marquée. Au lendemain de Jevromajdan, on assiste d'une part à un processus de "nationalisation des masses" par la prolifération de statues et de monuments portant le nom de personnalités telles que Bandera, Šučevič et Stetsko. D'autre part, l'inclusion de membres dirigeants de mouvements extrémistes tels que Azov, Aidar, Dnepr, Pravij Sektor, Natzionalnyj Korpus et C-14 dans les corps spéciaux et les rangs de la police, grâce à l'intercession du très puissant ministre de l'intérieur Arsen Avakov. C'est grâce aux efforts d'Avakov et aux ressources mises à disposition par des oligarques de la trempe d'Ihor Kolomojs'kyj - propriétaire de la chaîne de télévision qui a lancé la série Serviteur du peuple, qui a garanti à Zelens'kyj une grande popularité, et principal financier de la campagne électorale de l'ancien acteur - que l'Ukraine a pu devenir un centre de gravité de très haut niveau pour le monde de l'extrême droite, capable d'attirer de nouveaux militants de trois continents différents grâce à une utilisation particulièrement efficace des principaux réseaux sociaux. On se demande quels résultats l'Union européenne espère obtenir en accueillant dans ses rangs un pays constamment tenu en échec par des éléments de ce genre.

0-13272.jpg

2) La guerre russo-ukrainienne revêt des significations géopolitiques qui vont au-delà des motivations spécifiques du conflit. La crise ukrainienne est, en fait, un conflit arbitré entre les États-Unis et la Russie, dont l'enjeu est l'existence même de deux grandes puissances. La Russie est un empire qui, depuis l'arrivée au pouvoir de Poutine, est animé par la nécessité de survivre à l'effondrement de l'URSS. La perte de l'Ukraine impliquerait la dissolution de la Russie elle-même, étant donné les liens historiques et culturels et l'interconnexion économique qui existent depuis des siècles entre les deux pays. L'Ukraine serait donc une partie intégrante et une terre ancestrale de la Russie. Pour les États-Unis, leur rôle de puissance mondiale disparaîtrait si un nouvel hégémon eurasien (Europe ou Russie) s'affirmait. La fin du leadership américain en Europe signifierait également la fin de la stratégie d'endiguement de la Chine dans l'Indo-Pacifique. La perspective d'un conflit qui pourrait s'étendre à de nombreux foyers de guerre étendus à l'ensemble de l'Eurasie, donnant lieu à une troisième guerre mondiale, bien que de faible intensité, entre la Russie et les États-Unis de durée indéterminée, n'est-elle pas en train de se dessiner ?

Comme l'a souligné l'influent politologue russe Sergei Karaganov, l'importance de l'Ukraine pour la Russie devrait être fortement réduite. Ce n'est pas tant parce que les liens historiques et culturels incontestables qui unissent les deux pays pourraient également résister à la formidable épreuve de l'agression russe, mais parce que la Russie est une nation inattaquable à tous égards. Toute la campagne de sanctions imposée par les États-Unis et l'Union européenne était fondée sur la prédiction que la Russie ne serait pas en mesure de résister à une longue période de pression économique et financière extérieure, en vertu de la faiblesse structurelle, du retard et des déséquilibres qui caractérisent son système productif. Les principales catégories de produits des exportations russes (pétrole, gaz, matières premières, produits agricoles) dressent le tableau d'une économie relativement peu avancée, à l'exception de quelques éléments discordants (les machines et équipements représentent la quatrième source de revenus d'exportation) et de quelques pics d'excellence dans les domaines aérospatial, informatique et militaire. Les économies avancées d'aujourd'hui, structurées comme elles le sont sur la base des orientations stratégiques suivies depuis les années 1980, reposent avant tout sur des activités à haute valeur ajoutée imputables au secteur tertiaire, qui contribuent bien plus à la formation du PIB que les macro-secteurs inclus dans les secteurs primaire et secondaire. Dans les économies modernes, les services financiers et d'assurance, le conseil, les technologies de l'information, les nouveaux systèmes de communication et le design prédominent sur l'agriculture, l'industrie manufacturière et l'extraction d'énergie et de minéraux. De plus, le PIB de la Russie est encore bien inférieur à celui du Japon, de l'Allemagne, de la France et même de l'Italie, mais il repose sur une production absolument indispensable car non remplaçable pour satisfaire les besoins de base. Les hydrocarbures, les métaux, les céréales, les engrais et le fourrage sont des ressources essentielles pour garantir le chauffage et la sécurité alimentaire et énergétique. Ces conditions sont assurées en période de calme, mais deviennent soudainement chancelantes en présence de situations géopolitiques hautement conflictuelles, dans lesquelles on redécouvre la primauté du pétrole, du gaz, de l'aluminium, du nickel, du blé, des engrais, etc. sur tout le reste. En d'autres termes, la Russie joue un rôle (géo-)économique énormément plus incisif et "lourd" que ce que l'on peut déduire de l'analyse aseptique des données relatives à la taille et à la composition de son PIB, de sorte à lui assurer une capacité de résilience presque inconcevable pour tout autre Pays. Ainsi qu'un éventail d'options alternatives à celle consistant à s'entêter à se tailler un rôle de co-protagoniste dans le "concert occidental". Pour l'Ukraine, cependant, c'est le contraire qui est vrai. Penser que la survie d'un pays aux caractéristiques similaires peut faire abstraction du rétablissement d'une relation de collaboration avec un colosse de la trempe de la Russie, avec laquelle il partage 2 000 km de frontière, est une pieuse illusion.

3) Le régime de sanctions sévères imposé par l'Occident à la Russie vise à provoquer non seulement la défaillance de la Russie elle-même, mais aussi un changement de régime conduisant à la défenestration de Poutine. Selon les plans de Washington, la fin du régime de Poutine entraînerait une nouvelle expansion économique et politique de l'Occident en Eurasie. De tels horizons sont-ils crédibles ? Actuellement, les sanctions ont entraîné une réorientation de la Russie vers l'Asie, avec de nouveaux accords commerciaux avec la Chine et l'Inde, ainsi que le renforcement des relations avec les pays arabes et le Moyen-Orient, pour lesquels l'importation de céréales et d'engrais en provenance de Russie est d'une importance vitale. La création de nouvelles zones commerciales avec des monnaies hors de la zone dollar (notamment le yuan chinois) se profile donc à l'horizon, afin de contourner les sanctions. Verrons-nous une contraction significative de la zone dollar dans le monde entier à court terme ? Par le biais de sanctions, l'Occident veut imposer l'isolement de la Russie dans le contexte mondial. Mais l'espace atlantique, dominé par le dollar, ne va-t-il pas se retrouver isolé et marginalisé tant sur le plan économique que géopolitique ?

Les sanctions n'ont pas réussi à provoquer des changements de régime dans des pays bien moins équipés pour amortir le choc, comme l'Iran et le minuscule Cuba, sans parler de la Russie. Où, comme l'aurait prédit toute personne ayant un minimum de connaissance de l'esprit du peuple russe, un sondage réalisé par le Levada Center (qualifié d'agent étranger par Moscou), qui n'est même pas proche du Kremlin, a certifié que le taux d'approbation de Poutine parmi la population russe est supérieur à 80%. L'attaque contre l'Ukraine a donné une brusque accélération au processus de réorientation géopolitique et économique de la Russie vers l'Est et le Sud, fondé précisément sur l'incapacité structurelle de la Fédération à faire face au commerce international. Les corollaires de ce changement de registre sont l'exclusion du dollar dans le commerce bilatéral, le développement de systèmes de paiement alternatifs à Swift, et la création d'infrastructures de communication alternatives à celles hégémonisées par les Etats-Unis. En bref, la Russie lance une attaque simultanée contre les piliers de l'ordre international sur lesquels les États-Unis ont fondé leur domination. En perspective, le conflit et la campagne de sanctions qui s'ensuit pourraient conduire à une segmentation du scénario international "mondialisé" en blocs géo-économiques beaucoup moins communicants que ce que nous avons vu jusqu'à présent. La première ressemble à une sorte de G-7 élargi avec environ un milliard de personnes, fortement inégalitaire du point de vue des balances commerciales et caractérisé par une position financière nette agrégée profondément négative. Sur le plan politique et culturel, ce bloc - et en particulier son pays le plus puissant, les Etats-Unis - remet en cause avec de plus en plus de vigueur le principe d'égalité formelle des Etats établi par la Charte des Nations Unies afin de préconiser l'introduction d'éléments discriminatoires favorables aux démocraties, qui priveraient peut-être la Russie et la Chine de leur droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU. Le second tourne autour du "triangle stratégique" - pour reprendre une expression d'Evgenij Primakov - Russie-Chine-Inde, réunissant plus de 3,4 milliards de personnes, associant pour la plupart des pays aux balances commerciales positives et enregistrant une position financière nette globale largement positive. Le "triangle stratégique" Russie-Chine-Inde est un bloc de structures économiques largement complémentaires dont l'énergie, les matières premières, les terres arables, l'industrie, la capacité de consommation et le savoir-faire technologique connaissent une croissance rapide. Ses pays membres sont généralement très impatients face à la prétention des pays occidentaux à être les porte-parole de l'ensemble de la communauté internationale, ce qui exclut clairement toutes les nations qui ne répondent pas aux exigences politiques, économiques et culturelles fixées de manière totalement arbitraire et discrétionnaire par l'alliance euro-atlantique. L'Union européenne est dépendante des importations d'énergie de la Fédération de Russie et survit grâce à des excédents commerciaux toujours plus colossaux, principalement avec les États-Unis et la République populaire de Chine, qui se traduisent par la compression systématique de la demande intérieure par des politiques d'assainissement budgétaire catastrophiques. Les Etats-Unis, avec une dette commerciale stratosphérique (859 milliards de dollars en 2021) et une position financière nette terriblement négative (plus de 13 000 milliards de dollars en 2021), n'ont plus de tissu industriel digne de ce nom, ne produisent que des services et importent toutes sortes de produits grâce à l'impression continue de dollars. Pour les Etats-Unis, l'accélération du processus de détérioration de la position dominante occupée par le dollar depuis 1945 en raison de l'abus de sanctions et des gigantesques déséquilibres structurels qui pèsent sur l'économie nationale représente une menace capitale. Le rééquilibrage d'une situation aussi critique ne peut faire abstraction du "confinement" de l'Amérique du Nord et de l'Europe dans le périmètre d'un espace énergétique-technologique-commercial transatlantique qui garantirait d'abord la rupture des liens de dépendance entre le "vieux continent" et les deux ennemis jurés des Etats-Unis, à savoir la Russie et la Chine. Si le projet de Washington devait aboutir, l'Europe serait confrontée à un avenir de colonie barbare, peu sûre et appauvrie des États-Unis.

197802e_mar001-ukraine-crisis-azovstal-0505-1a.jpg

4) La dissolution de l'URSS a déterminé l'expansion de l'OTAN à l'Est. La crise ukrainienne elle-même est tout à fait cohérente avec la stratégie américaine de pénétration en Eurasie, qui impliquerait de déplacer indéfiniment vers l'est les frontières du nouveau rideau de fer. Le démembrement de l'ex-URSS a entraîné une diminution de la composante européenne au sein de la Russie, tant en termes de territoire que de population. La menace expansionniste de l'OTAN a conduit à une réorientation économique et géopolitique de la Russie vers l'Asie. Le développement de l'échange économique croissant et la nécessité d'une défense commune contre l'expansionnisme américain ont donné lieu à l'émergence d'un nouvel axe géopolitique composé de la Chine et de la Russie. Dans ce contexte, pour la Russie, les revenus tirés de la fourniture de gaz à l'Europe ne sont plus aussi cruciaux. La politique américaine de russophobie, déjà historiquement héritée de la Grande-Bretagne, n'est-elle pas responsable de cette conversion de la politique étrangère russe en une politique asiatique ? La mémoire historique devrait mettre en garde l'Occident. Si l'URSS et la Chine de Mao avaient été alliées pendant les années de la guerre froide, quel aurait été le sort de l'Occident ? Et ce n'est pas tout. La dissolution des liens historico-politiques entre la Russie et l'Europe ne signifierait-elle pas la disparition du rôle géopolitique séculaire joué par la Russie en tant que pont entre l'Europe et l'Asie et, en même temps, en tant qu'avant-poste pour défendre l'Europe contre la pénétration asiatique en Europe même ?

La dissolution de l'Union soviétique a été décrite à juste titre par Poutine comme la principale catastrophe géopolitique du 20e siècle, car elle a réduit quelque 25 millions de Russes ethniques vivant en Ukraine, dans les États baltes et en Asie centrale au rang d'étrangers chez eux, voire d'apatrides purs et simples. D'autre part, l'échec substantiel des pourparlers de Pratica di Mare en 2001 et le processus d'expansion de l'OTAN vers l'est ont privé le soi-disant "rideau de fer" d'une localisation géographique précise. Alors que pendant la guerre froide, elle allait "de Stettin à Trieste", pour reprendre une expression formulée par Churchill en 1946, elle va aujourd'hui de Mourmansk à Sébastopol, en passant par l'axe Saint-Pétersbourg-Rostov. La "ligne de front" s'est donc déplacée de 1 200 km vers l'est, à une distance du cœur historique, démographique et économique de la Russie qui n'a jamais été aussi dangereusement réduite depuis l'époque d'Ivan le Grand. La présence de l'Alliance atlantique à proximité des frontières russes prive le Kremlin de l'espace nécessaire à toute forme de repli, obligeant Moscou à réagir à chaque initiative de l'arsenal ennemi avec la dureté et l'imprévisibilité que l'on retrouve chez tout sujet qui se trouve dans les conditions de devoir faire face à des menaces existentielles. D'où la fermeté avec laquelle Poutine a indiqué le maintien de l'Ukraine dans un état de neutralité géopolitique et la permanence de la Biélorussie dans la sphère d'influence russe - avec ou sans Loukachenko - comme les deux "lignes rouges" dont la violation ne sera dorénavant tolérée en aucune manière. Le principal effet généré par la russophobie atlantiste fervente a été de recalibrer l'esprit d'initiative du Kremlin envers l'Est, et en particulier envers la République populaire de Chine. Les relations de coopération entre Moscou et Pékin ne cessent de s'intensifier, notamment dans les domaines sensibles de l'énergie, de la défense et des hautes technologies. Du point de vue américain, la relation de coexistence heureuse établie par le "couple étrange" en question n'est pas destinée à durer pour des raisons historiques, culturelles et géopolitiques qui sont déjà apparues pendant la guerre froide. Contrairement à l'époque où la "diplomatie triangulaire" de Nixon et Kissinger exacerbait les tensions sino-soviétiques, jetant ainsi les bases de l'enrôlement actif de la République populaire de Chine dans le front occidental et, à son tour, de l'isolement de Moscou, la Russie et la Chine poursuivent actuellement des objectifs qui, à bien des égards, coïncident ou sont du moins compatibles, et toutes deux sont ancrées dans la défense de ce droit international que les États-Unis n'hésitent pas à fouler aux pieds avec une systématique obstinée. En d'autres termes, ce sont des nations qui ont identifié - certaines par volonté délibérée (la Chine), d'autres comme un "choix obligatoire" (la Russie) - la trajectoire stratégique à suivre pour procéder au démantèlement de l'ordre mondial défini par la logique atlantiste, auquel l'Europe dans son ensemble reste encore tragiquement ancrée. Tant que le "vieux continent" ne cherchera pas à s'affranchir de la "tutelle" octogénaire des Etats-Unis pour établir une relation de collaboration concrète avec une envergure eurasienne qui redonne à la Russie le rôle fondamental de pont entre l'Est et l'Ouest, il y aura très peu de chances d'enrayer le déclin politique, économique et culturel qui touche l'Europe.

turuncu_yeni_546f3bbe.jpg

5) Il est encore largement admis que cette guerre est un piège tendu par l'Occident pour user la Russie et provoquer la chute de Poutine. Selon Poutine, l'invasion de l'Ukraine est "une question de vie ou de mort pour la Russie". Il est clair que cette guerre transcende la question ukrainienne. La détérioration progressive des relations entre la Russie et l'Occident aurait conduit Poutine à un tournant géopolitique historique pour la Russie, qui entraînerait une révision complète de la stratégie de la Russie vis-à-vis de l'Asie et la fin de la politique d'intégration modernisatrice de la Russie à l'Occident. Cette rupture définitive entre la Russie et l'Occident ne va-t-elle pas générer, dans un avenir proche, une transformation radicale des équilibres mondiaux, avec la configuration d'un monde multipolaire, avec la fin de l'unilatéralisme américain et la fin de la mondialisation imposée par le modèle économique néo-libéral made in USA, qui sera remplacée par de nombreuses mondialisations de dimensions continentales ?

À mon avis, les États-Unis ont dépensé des ressources considérables depuis au moins 2004 pour transformer l'Ukraine en un couteau pointé du côté de la Fédération de Russie. En témoignent le soutien non dissimulé à la Révolution orange, l'intensification des relations entre certains oligarques très puissants (Viktor Pinčuk in primis) et le clan Clinton, la pénétration progressive de l'OTAN dans l'appareil de sécurité de Kiev, le soutien manifeste aux forces radicales qui ont dirigé le Jevromajdan, le sabotage des faibles et contradictoires tentatives de médiation de l'Allemagne et de la France (emblématisées par le célèbre "Fuck the European Union ! ", prononcée en 2014 par la fonctionnaire du Département d'État Victoria Nuland à l'ambassadeur des États-Unis à Kiev Geoffrey Pyatt), le maintien artificiel de l'État ukrainien par des crédits non remboursables fournis par le FMI (en violation de ses statuts), la fourniture d'armes et de formations aux forces militaires et paramilitaires ukrainiennes. L'objectif stratégique poursuivi par Washington consistait à ouvrir un fossé irrémédiable entre l'Europe et la Fédération de Russie, car dans la logique des "appareils" américains qui ont toujours manœuvré la politique depuis les coulisses, le danger mortel, encore plus grand que celui incarné par l'avancée à grande échelle de la République populaire de Chine, reste la synergie entre les ressources naturelles et la puissance militaire russe d'une part, et la technologie et la puissance industrielle européennes - et particulièrement allemandes - d'autre part. Mais il y a plus. Le "nouveau rideau de fer" qui s'élève des rives de la mer Baltique à celles de la mer Noire pourrait probablement faire office de barrière contre l'initiative chinoise "Belt and Road", qui menace de transformer l'ancien Empire céleste en point d'appui d'un nouvel ordre international fondé sur le dépassement de la phase unipolaire menée par les États-Unis.

6) Actuellement, l'Ukraine est déjà reconnue comme une partie intégrante de l'Europe. Cependant, les protagonistes exclusifs du conflit russo-ukrainien sont les États-Unis et la Russie, l'Europe étant complètement marginalisée. Si l'Ukraine devait rejoindre l'UE, la politique de domination économique de l'Allemagne serait répétée. C'est-à-dire incorporer l'Ukraine dans l'Europe de l'Est en tant que pays subordonné à l'espace économique allemand. L'Ukraine deviendrait un important fournisseur de matières premières et de main-d'œuvre bon marché, ainsi qu'un territoire attrayant pour les délocalisations industrielles. Mais, je me demande si le modèle d'expansionnisme économique allemand, déjà expérimenté en Europe de l'Est, est reproductible aujourd'hui, compte tenu de l'état du conflit interne et externe en Ukraine, destiné à se prolonger également dans l'après-guerre et en considération du changement profond de la stratégie géopolitique globale américaine ? L'Allemagne n'a-t-elle pas pu se hisser au rang de puissance économique mondiale dans le cadre d'un alignement politique et militaire sur l'Alliance atlantique, c'est-à-dire sur l'OTAN, qui s'oppose désormais aux intérêts de l'Allemagne ?

Au cours des premiers mois de 2014, alors que les tensions internes en Ukraine étaient à leur comble, l'attitude de l'Allemagne était pour le moins ambiguë, mais clairement dictée par le désir de tirer le meilleur parti de cette situation extrêmement critique. Plus précisément, l'ambition de Berlin n'était pas seulement de recruter l'Ukraine en tant que fournisseur direct de matières premières pour l'industrie allemande, mais de l'incorporer dans le bloc manufacturier étroitement soudé que l'Allemagne avait méticuleusement construit depuis la réunification. L'objectif, en d'autres termes, était d'intégrer l'Ukraine dans la périphérie fordiste du pôle industriel allemand, qui comprenait déjà la République tchèque, la Slovaquie, la Pologne, la Hongrie et la Roumanie. Sous le prétexte fallacieux d'une pénurie de travailleurs hautement qualifiés dans leur pays, les entreprises manufacturières allemandes voulaient obtenir le feu vert pour étendre à l'Ukraine le phénomène, déjà systématiquement appliqué au reste de l'Europe centrale et orientale, des maquiladoras inversées, en référence aux usines mexicaines où sont assemblés des produits américains à haute valeur ajoutée. Dans ce contexte, l'industrie allemande a gardé son cerveau opérationnel chez elle, transplantant certaines de ses productions phares de l'autre côté de la frontière afin de recomposer cette Europe centrale plus "attractive", pour des raisons culturelles et de proximité géographique, que les usines italiennes, espagnoles et nord-africaines sur lesquelles elle s'était concentrée pendant la guerre froide. L'ambitieux projet expansionniste poursuivi par Berlin s'est soldé par un échec substantiel en raison de l'hostilité non pas tant de la Russie que des États-Unis. En 1990, Berlin avait obtenu de Washington l'autorisation de reconstruire son "arrière-cour" en Europe centrale et orientale - et donc de poursuivre ses propres intérêts économiques - en échange de l'adhésion du pays réunifié au camp occidental, conformément au fameux accord verbal conclu à l'époque par le président Mikhaïl Gorbačëv et le secrétaire d'État James Baker, selon lequel l'Alliance atlantique incorporerait l'Allemagne dans son giron sans s'étendre "d'un pouce" à l'est de l'Elbe. L'accord, dont l'existence a été niée par le secrétaire général de l'OTAN, M. Stoltenberg, mais confirmée à la fois par l'ancien ambassadeur américain à Moscou, M. Jack Matlock, et par un document récemment découvert dans les archives nationales britanniques par l'hebdomadaire "Der Spiegel", a été violé depuis 1997, lorsque la Hongrie, la Pologne et la République tchèque ont rejoint l'Alliance atlantique. Le fait est que, de par ses lourdes implications commerciales et géopolitiques, le modèle mercantiliste allemand est entré dans le collimateur de Washington dès l'administration Obama, avec le fameux - et très instrumental - scandale du Dieselgate et les sanctions imposées à la Deutsche Bank, mais c'est sans doute sous Trump que la véritable escalade a eu lieu. Combinée à l'adoption d'une série de mesures protectionnistes, la redéfinition de l'ALENA selon une logique visant manifestement à frapper les exportations allemandes a infligé un coup dur à l'économie allemande, exposée comme nulle autre aux dynamiques extérieures. La position des États-Unis à l'égard de l'Allemagne n'a pas changé de manière significative, même après l'entrée en fonction de l'administration Biden, comme en témoigne la forte pression économique et politique exercée par les États-Unis pour bloquer la construction du gazoduc Nord Stream-2. Une continuité substantielle, prouvant que le mercantilisme teuton pouvait être toléré comme un "mal nécessaire" à l'époque de la guerre froide, certainement pas dans l'ordre géopolitique actuel tendant vers la multipolarité.

ukraine-europe-russie.jpg

7) Cette guerre pèsera lourdement sur le sort de l'Europe. Incapable de jouer un rôle géopolitique autonome, qui aurait pu éviter cette guerre entre peuples européens, puisqu'une telle stratégie neutraliste aurait impliqué une rupture avec l'OTAN, l'Europe est condamnée à en subir les conséquences économiques et politiques, en tant que zone géopolitique subordonnée aux États-Unis. Surtout, n'y aura-t-il pas un déclassement de la puissance économique allemande, compte tenu de la perte de son importance politique et stratégique en Europe de l'Est, de ses liens énergétiques forts avec la Russie et des perspectives potentielles d'expansion économique dans le commerce avec la Chine ? De plus, avec le réarmement de l'Allemagne dans le contexte atlantique, la perspective d'une transformation de l'Allemagne elle-même, de leader économique incontesté en Europe à puissance géopolitique continentale ayant pour fonction de contenir la Russie en Europe de l'Est et de sauvegarder le leadership américain en Europe, est-elle crédible ?      

La dynamique déclenchée par l'attaque russe contre l'Ukraine a entraîné une nette modification des objectifs initiaux poursuivis par les États-Unis à travers leur manipulation de l'Ukraine, qui consistaient essentiellement à séparer l'Europe de la Russie. La guerre et la campagne de sanctions qui a suivi risquent de faire de l'Europe une colonie, y compris économique, des États-Unis, car elles privent le "vieux continent" des approvisionnements à bas prix en matières premières, en énergie et en produits agricoles sur lesquels repose la compétitivité de son industrie, tout en ouvrant le marché européen aux armes, au gaz de schiste et aux produits agricoles américains. Un renversement des relations commerciales transatlantiques traditionnelles se profile à l'horizon, caractérisé par l'accumulation d'excédents commerciaux structurels avec l'Europe, que les États-Unis - pays débiteur par excellence à tous égards - entendent utiliser pour prolonger leur tendance à l'importation massive de marchandises chinoises, malgré le déclin constant du dollar en tant que monnaie de référence internationale. Dans ce contexte, il est illusoire de penser que par le réarmement, l'Allemagne peut se libérer de la relation de vassalité qui la lie aux États-Unis depuis 1945. Surtout dans la situation actuelle où le parti vert ultra-atlantiste - qui doit son succès à la campagne de propagande incarnée par Greta Thunberg, qui a ponctuellement disparu du radar maintenant qu'il est question d'importer du gaz de schiste américain, avec son impact environnemental littéralement dévastateur - exerce une influence décisive sur la politique du gouvernement dirigé par le chancelier Olaf Scholz. Dans la pratique, l'Europe ne peut même pas imaginer un avenir caractérisé par la reconstruction de sa relation avec les États-Unis sur une base non pas tant de parité, mais au moins de subordination moins marquée que ce n'est encore le cas aujourd'hui.

samedi, 07 mai 2022

Le président du Parlement hongrois : une confrontation géostratégique a lieu en Ukraine

kover2.jpg

Le président du Parlement hongrois: une confrontation géostratégique a lieu en Ukraine

Source: https://zuerst.de/2022/05/06/ungarischer-parlamentspraesident-in-der-ukraine-findet-eine-geostrategische-konfrontation-statt/

Budapest - Le président du Parlement hongrois, László Kövér, ne mâche pas ses mots. Dans une interview accordée à la chaîne "Inforadio Arena", il a souligné que le conflit actuel en Ukraine ne se résumait pas à un affrontement entre Kiev et Moscou.

"En réalité, la guerre en Ukraine est une guerre russo-américaine, annonciatrice d'une confrontation géostratégique entre les Etats-Unis et la Chine. L'objectif est de "séparer" l'Europe économiquement et politiquement de la Russie et de l'Asie afin d'empêcher la création d'un espace politique et économique unifié de l'Atlantique au Pacifique, a déclaré M. Kövér. L'énorme potentiel économique d'un espace économique aussi vaste entraînerait le risque pour les Etats-Unis de se faire distancer.

Pour la Hongrie, le plus important est de "préserver les acquis des 12 dernières années [depuis l'arrivée au pouvoir de Viktor Orbán, ndlr], notamment la sécurité de l'existence nationale, le soutien aux familles", a-t-il déclaré. C'est pourquoi "beaucoup de choses seront accomplies si nous ne nous joignons pas au chœur des bellicistes, afin de mettre fin à cette guerre avec le moins de victimes possible et le plus rapidement possible", a souligné M. Kövér.

Sur le plan politique, il n'y a jamais eu autant de chaos dans l'UE. Mais rares sont ceux qui osent évoquer ouvertement l'objectif final de Bruxelles: l'élimination des États-nations. Autrefois, le monde et l'Europe étaient dirigés par des personnes qui étaient des hommes politiques talentueux, de grande envergure, et des visionnaires. "Ceux qui dirigent l'Europe aujourd'hui, et le monde occidental, sont des caricatures monstrueuses de cette génération", a-t-il déclaré.

Certains d'entre eux n'ont aucune compréhension des défis à relever, d'autres ont été détournés, achetés, corrompus ou sont des "personnages sans caractère". D'autres encore sont bénéficiaires des élites mondiales, dont le scénario est la soi-disant "fédéralisation" de l'Europe. En résumé, "il y a très peu de gens qui comprennent ce qui se passe, et encore moins qui sont assez courageux pour l'exprimer et s'allier à des personnes partageant les mêmes idées", a résumé Kövér (mü).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands : https://zuerst.de/abo/  !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 05 mai 2022

La présidence hyperréelle de l'acteur Zelenski - Une vision baudrillardienne

ukraine_screengrab.jpg

La présidence hyperréelle de l'acteur Zelenski

Une vision baudrillardienne

Source : https://reactionair.nl/artikelen/het-hyperreeele-presidentschap-van-de-acteur-zelenski/

Jean Baudrillard (1929-2007) était un philosophe post-marxiste surtout connu pour son concept d'hyperréalité. Il entend par là que nous avons atteint un stade de l'histoire où la conscience humaine n'est plus capable de distinguer la réalité d'une simulation de celle-ci.

Prenez un pub irlandais, par exemple. Vous y trouverez des choses que vous associez à l'Irlande, comme les trèfles à quatre feuilles, la nourriture irlandaise, la musique irlandaise, les vieux meubles en bois, etc. Mais lorsque vous vous rendez réellement en Irlande, ce concept n'existe pas. Le symbole du pub irlandais représente une réalité inexistante. Avec le temps, un symbole peut devenir plus populaire que ce à quoi il fait référence, car il s'agit d'une exagération qui a plus d'attrait que l'original. Par exemple, les vrais pubs irlandais ne servaient pas de nourriture à l'origine, mais ils le font maintenant, à cause des "pubs irlandais" d'ailleurs.

Baudrillard distingue trois phases dans l'histoire du simulacre, c'est-à-dire de l'imitation. Dans le premier, le symbole représente encore clairement la réalité. Puis, à partir de la révolution industrielle, elle commence à s'effriter. Enfin, dans le monde postmoderne et capitaliste tardif, le symbole précède la réalité. La réalité est désormais façonnée par le monde symbolique. Considérez la célèbre citation d'Oscar Wilde: "La vie imite l'art bien plus que l'art n'imite la vie" (1). Permettez-moi de donner quelques exemples supplémentaires.

Le parc national de Hoge Veluwe. Le Néerlandais moyen y trouvera une scène belle et naturelle, ou du moins une reproduction fidèle de la nature. Mais ce n'est ni l'un ni l'autre. Nous voyons un paysage de bruyère, quelque chose qui n'est apparu qu'au Moyen-Âge par la surexploitation et le surpâturage dans des endroits où il y avait autrefois des forêts. En fait, il faut beaucoup d'efforts humains pour qu'une réserve naturelle ressemble à cela. Les animaux doivent être importés et les arbres abattus. Sans intervention humaine, la forêt repousserait. Une fois de plus, le symbolisme l'emporte sur la réalité. D'autres bons exemples de simulations hyperréalistes sont Disneyland et la pornographie; tous deux imitent une réalité qui est, pour ainsi dire, moins réelle que l'imitation.

1631278618111438320.jpg

Examinons un autre exemple dans lequel le simulacre a précédé et façonné la réalité: le président ukrainien Vladimir Zelensky. Dans une image, on le voit recevoir un appel téléphonique de l'Union européenne, pour découvrir qu'il était en fait destiné au Monténégro. Mais ce n'est pas réel. C'est là que Zelensky a joué le rôle du président pour une série télévisée comique (2). Cette série était très populaire en Ukraine, ce qui a finalement conduit Zelensky à se présenter aux élections présidentielles et, avec l'aide des mêmes oligarques de l'ombre qui ont stimulé sa carrière d'acteur, à gagner. Encore une fois: la vie imite l'art.

Baudrillard est connu pour avoir affirmé que la première guerre du Golfe n'a pas vraiment eu lieu (3). L'Irak n'avait aucune chance contre l'armée américaine. Ce que Saddam Hussein a fait, c'est sacrifier des soldats afin de maintenir son propre pouvoir. La question suivante se pose donc: quelle est la stratégie de l'Ukraine dans cette guerre? Il me semble qu'il veut provoquer une indignation morale maximale afin d'inciter l'OTAN à intervenir. L'Ukraine ne peut pas gagner une guerre ouverte et symétrique contre la Russie, elle opte donc pour la tactique du Volkssturm. Les civils ont pour instruction de lancer des cocktails Molotov (ou comme ils les appellent eux-mêmes: des Bandera-smoothies), ce qui brouille la ligne entre combattant et non-combattant et explique pourquoi les citoyens de Marioupol n'ont pas été autorisés à fuir sans combattre.

Plus grossier encore, l'armée ukrainienne a tiré sur les troupes russes depuis un réacteur nucléaire à Zaporizhzhia. Cela a provoqué une réponse russe, à laquelle les médias occidentaux ont répondu que le réacteur était en feu - quod non.

De telles choses n'arrivent pas par hasard. C'est une guerre post-moderne. L'objectif est d'entraîner l'OTAN dans la guerre. Les politiciens polonais, tchèques et slovènes se sont également laissés berner par l'acteur Zelensky (entre parenthèses: ce garçon populaire ukrainien et ordinaire est aisé, avec plusieurs villas dans son pays et à l'étranger et des comptes bancaires bien garnis dans des paradis fiscaux) et ont appelé l'OTAN à intervenir.

Il ne s'agit pas d'une guerre ordinaire de pays contre pays. La Russie règne sur le ciel et possède suffisamment d'armes pour raser les villes ukrainiennes. Ils ne font pas cela pour le bien des civils. Les hommes adultes ne sont pas autorisés à quitter le pays et pendant le couvre-feu, tout le monde doit rester à l'intérieur.

La stratégie ukrainienne pour la victoire consiste à gagner la guerre de propagande. L'ensemble de l'Ukraine est devenu une scène sur laquelle le protagoniste Zelensky joue à la guerre dans l'espoir de rallier les puissances étrangères à sa cause. Ce n'est pas pour rien que les figures du showbiz et les produits médiatiques sont richement représentés dans son cabinet. Ce n'est pas pour rien que la profession d'acteur était autrefois considérée comme inférieure à celle d'une prostituée.

Notes:

  1. (1) Oscar Wilde, The picture of Dorian Gray

  2. (2) Wikipedia, Servant of the People

  3. (3) Jean Baudrillard, The Gulf War Did Not Take Place