Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 novembre 2021

La Roumanie, l'Europe et le Projet "Intermarium"

pologne-intermarium-alliance.jpg

La Roumanie, l'Europe et le Projet "Intermarium"

par Cristi Pantelimon*

Source: article paru dans „Eurasia. Rivista di Studi geopolitici”, Anno XIV – n. 4, Ottobre-Dicembre 2017


L'année 2016 avait enregistré les débuts d'une nouvelle opération géopolitique sur le sol européen, sous l'appelation d'Intermarium. Tout le scénario de cette opération montre que l'Intermarium, vieille nostalgie impériale polono-lituanienne du Moyen Âge, est aujourd'hui une construction artificielle, anti-européenne, contraire aux besoins réels de la géopolitique européenne et eurasienne. Elle constitue un instrument américain de contrôle de la périphérie orientale de l'Union européenne, c'est-à-dire de l'espace de contact entre le monde allemand (et plus généralement ouest-européen) et le monde russe. La Roumanie ne semble pas intéressée à jouer le rôle que les Etats-Unis ont attribué à la Pologne et à l'Ukraine; les déclarations de ses représentants suggèrent qu'elle n'a pas l'intention de se distancer du noyau franco-allemand de l'Europe.

L'été dernier, la présentation du groupe d'assistance dit Intermarium a eu lieu à Kiev, à l'hôtel Radisson Blue, qui, selon un article de presse ouvertement favorable au projet Intermarium, préfigurerait un bloc géopolitique compact, doté de tous les attributs nécessaires, et serait une "initiative de l'Est" (1). La carte qui accompagne l'article en question est vraiment audacieuse: elle indique la zone de la nouvelle construction géopolitique, en partant de la zone de l'ex-Yougoslavie, avec la Bosnie-Herzégovine, la Croatie et la Slovénie ; il est curieux qu'elle n'inclue pas l'Albanie, qui est par ailleurs un client fidèle de l'OTAN ; elle inclut la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie, la Pologne, l'Ukraine, la Roumanie et aussi, ce qui est extrêmement intéressant, le Belarus. Cerise sur le gâteau: la Crimée apparaît sur la carte, probablement comme une partie de l'Ukraine. L'article fait un long excursus dans la protohistoire de ce projet géopolitique, en commençant par l'union polono-lituanienne de 1569 à Lublin. En réalité, les racines du royaume polono-lituanien sont encore plus anciennes, puisque dès 1385, l'histoire rapporte l'accord politico-dynastique de Krewo, entre la reine polonaise Jadwiga et le grand-duc de Lituanie Jogaila, avec lequel les bases du futur État polono-lituanien (2) ont été posées. Si nous examinons la carte de la fédération polono-lituanienne au Moyen Âge (3), nous pouvons constater que ses territoires correspondaient plus ou moins à ceux de la Pologne actuelle, partiellement à ceux de l'Ukraine et du Belarus et aux territoires baltes, mais n'avaient aucun lien avec les régions balkaniques et roumaines. On peut en dire autant des territoires correspondant à la Hongrie, à la République tchèque et à la Slovaquie d'aujourd'hui. La vie assez courte de ce royaume polono-lituanien s'est terminée au XVIIIe siècle par le partage de la Pologne en 1772-1775 entre la Prusse, l'Autriche et la Russie.  

Irp1569.jpg

Si l'on laisse de côté l'histoire dramatique et troublée de la Pologne et des Polonais et que l'on revient à notre époque, une question se pose: qu'est-ce qui rend possible la relance de ce projet ? De même, nous devons répondre à une autre question: dans quelle mesure le projet actuel est-il important pour la Roumanie ?

L'article cité répond très clairement à la première question: "L'Intermarium, en sa qualité d'alliance d'Etats post-soviétiques, voudrait être le stimulus d'un projet plus ambitieux, qui irait jusqu'à mettre en commun, sur une plus grande échelle, les forces militaires de l'ensemble des pays en question", afin de créer une sorte d'alliance complémentaire à l'OTAN qui s'opposerait à l'impérialisme russe. L'article précise ensuite les éléments économiques communs de cet espace, mais aussi les éléments culturels.

images.jpg

Mais l'essentiel a été dit lorsqu'il s'agit d'énoncer la finalité militaire de cette nouvelle construction géopolitique. Un autre article en faveur de l'Intermarium apporte une petite contribution: cette première conférence tenue à Kiev s'est déroulée sous les auspices du mouvement ukrainien Azov, qui a donné son nom au célèbre bataillon qui a combattu les séparatistes dans le Donbas et dont le chef suprême, Andrij Biletski, est député à la Rada ukrainienne (4). L'Intermarium serait, ni plus ni moins, "un vecteur alternatif de l'intégration européenne". En effet, les initiateurs de ce projet espèrent, même s'il s'agit pour l'instant d'une hypothèse lointaine, dans la "possibilité d'avoir des alliés au sein de la Fédération de Russie, avec le projet d'autonomie de la région de Kaliningrad, connue pour son importance stratégique dans le domaine nucléaire". Les critiques d'Andrij Biletski à l'égard de l'Union européenne, de la France, de l'Allemagne et des États d'Europe occidentale, accusés de détruire bureaucratiquement l'Europe, y furent largement exposées. Il est vrai qu'il existe une tendance à revenir aux valeurs traditionnelles dans le cadre des nations européennes. Enfin, l'homme politique ukrainien estime que l'ère des États-nations puissants dans le cadre de l'Europe est revenue et que l'Ukraine peut être un modèle dans cette perspective. L'article sur cette première conférence de présentation de l'Intermarium a également été repris et traduit en anglais (5). L'impression que l'on a est celle d'un programme de propagande.

Qui dirige l'orchestre d'Intermarium ?

Pour comprendre qui sont les "ténors" de cette partition, qui contient ici et là quelques notes alléchantes (pour un spécialiste de la géopolitique faisant autorité comme Robert Steuckers, l'initiative Intermarium peut être positive en principe, mais elle est aujourd'hui mise en œuvre par ceux qui cherchent à empêcher l'accord russo-allemand, qui redonnerait sa gloire au Heartland dont parlait Halford Mackinder) (6), il sera utile de citer un prestigieux analyste américain, expert dans le domaine dont nous parlons, à savoir George Friedman. Dans un article du 7 juillet 2017, l'analyste américain affirme que l'Intermarium n'est rien d'autre que l'instrument avec lequel les États-Unis tentent d'empêcher toute initiative de la Russie de se déplacer vers l'ouest: "Son but serait de contenir tout mouvement potentiel de la Russie vers l'ouest. Les États-Unis la soutiendraient. Le reste de l'Europe s'en inquiéterait" (7). En d'autres termes, l'Intermarium sera un problème tant pour la Russie que pour le reste de l'Europe. Friedman inclut également la Turquie dans ce périmètre (aux côtés de la Pologne et de la Roumanie, qu'il considère - préférence personnelle ? - états de référence de la nouvelle construction) (8). D'un point de vue économique, Friedman voit dans l'Intermarium un potentiel de réplique à petite échelle du modèle économique américain, plus "entrepreneurial" que celui de l'Europe occidentale (c'est-à-dire plus conforme aux règles du marché, donc plus proche des intérêts américains), un potentiel de perturbation pour l'Union européenne, qui a de toute façon suffisamment de raisons d'être perturbée....

impbu.jpg

La Pologne, qui est peut-être l'acteur le plus important de ce projet géopolitique, a certainement son propre intérêt à être attirée par celui-ci. Les raisons ne sont pas seulement liées aux relations historiques de la Pologne avec ses voisins orientaux et occidentaux. La Pologne a des ambitions régionales, qui, selon nous, ne seront pas diminuées par l'échec relatif de l'Ukraine, bien au contraire. L'historien polonais Tomasz Szczepanski (photo) le dit franchement: "Le fondement du projet Intermarium est l'objectif de créer en Europe de l'Est (ou Europe centrale et orientale), comprise comme la région entre la Russie et l'Allemagne, un pôle de puissance capable de contrebalancer la puissance des deux voisins. Le but de la création d'un tel pôle est de sécuriser la région contre les tentatives impériales de la Russie et de l'Allemagne et de créer les conditions du libre développement des nations de la région" (9). Le même historien affirme que si, d'un point de vue politique, l'Intermarium est un élément d'équilibre face à l'impérialisme russe, d'un point de vue culturel, il est plutôt opposé à l'occidentalisme. Dans cette approche, nous entendons déjà un autre niveau de discours, plus sophistiqué, bien loin de la propagande anti-russe ou anti-allemande à bon marché.

Tomasz-Szczepanski.jpg

L'auteur polonais met les points sur les i lorsqu'il affirme que les nations de la région d'Europe de l'Est, qui ont connu l'hégémonie russe, ont davantage confiance dans une alliance avec les États-Unis (qui est loin d'être parfaite) que dans une Union européenne qui viserait géopolitiquement à évincer les États-Unis d'Europe. Les craintes de la Pologne doivent être prises en compte (l'historien polonais rappelle que, juridiquement, la constitution allemande stipule que les frontières de l'Allemagne sont celles de 1937) dans la nouvelle architecture de sécurité européenne, car les ignorer ne pourrait que conduire à une aggravation de la situation générale en Europe. Avec tous les mérites de ses observations, l'auteur polonais démontre une compréhension limitée du contexte politique global lorsqu'il met sur la table (cela semble être un leitmotiv de l'approche politique liée à l'Intermarium) le problème de Kaliningrad, qui lui semble une aberration géopolitique et une menace pour la Pologne. Il propose, sic et simpliciter, la "solution" de ce problème à l'avantage de l'État polonais...

Ces remarques montrent comment les différends historiques intra-européens empêchent une possible construction européenne avec de réelles valeurs géopolitiques, débarrassée de toutes ces querelles plus ou moins dépassées. Une telle entreprise devrait se détacher des idiosyncrasies historiques, des égoïsmes nationaux (sans ignorer les vertus et les besoins naturels des nations européennes), afin de faire de l'Europe un véritable acteur sur la scène géopolitique mondiale. Grâce à la vision de Thiriart d'une Europe de Lisbonne à Vladivostok (difficile à imposer, reconnaissons-le, au niveau mental collectif des "tribus" européennes, comme Thiriart appelait les nations comme de simples entités morales et culturelles, dépourvues de ferveur politique), nous arrivons à comprendre ce que chaque nation européenne devrait sacrifier dans le cadre d'un projet géopolitique d'intégration du continent. Voici ce qu'écrit Thiriart : "Au début du XXIe siècle, les États comptant moins de 400 ou 500 millions d'habitants seront éliminés de l'histoire. (...) La plus grande absurdité que j'ai pu lire ces dernières années est celle de "l'Europe aux cent drapeaux" (...). Les grands États, les seuls qui survivront au XXIe siècle, devront nécessairement être politiques et devront nécessairement réprimer, écraser et éradiquer toutes ces vagues identités "raciales", linguistiques et religieuses qui pourraient interférer avec l'Imperium. Seul l'État-nation politique permet la construction de grands États libres, historiquement autonomes. Hobbes a dit à juste titre: "La liberté, c'est la puissance". Aujourd'hui, pour nous, la puissance serait une république impériale qui s'étend de Dublin à Vladivostok, dans les structures d'un État unitaire et centralisé" (10).

Les idées de Tomasz Szczepanski sont également pertinentes pour le cas roumain. Un géopoliticien et homme de culture de la stature d'Alexandre Douguine a récemment déclaré à Bucarest, lors de la présentation de son livre Destin eurasien, que la Russie a commis de nombreuses erreurs à l'égard de la Roumanie, ainsi que de l'Ukraine (11). Un tel discours, orienté vers l'avenir et non vers le passé des relations avec la Russie, est beaucoup plus approprié à la situation actuelle de l'Europe, qui doit faire face aux plus grandes provocations géopolitiques de l'après-Seconde Guerre mondiale (peut-être plus grandes que celles des années 1990, lorsque l'empire soviétique s'est effondré). Dans une telle perspective, le projet Intermarium est sans valeur. Elle ne fait que remplacer une relative (inévitable ?) hégémonie interne européenne par une hégémonie ou une ingérence géopolitique non européenne (États-Unis). Toute puissance géopolitique spatialement étrangère peut spéculer sur les différences de potentiel géopolitique entre les États européens afin de déstabiliser l'unité européenne. L'alternative à l'intégration européenne sera appelée désintégration européenne. D'autre part, l'auteur polonais cité ci-dessus souligne que les relations entre l'Intermarium (dont le noyau est posé en Pologne et en Ukraine) et la Russie ne doivent pas être inévitablement conflictuelles, au contraire. Une Russie plus "pacifique" sur le plan géopolitique serait souhaitable. À notre avis, une Russie "impérialiste" (au sens large) serait également acceptable, à condition qu'elle joue le rôle de l'hégémon idéal envisagé par Carl Schmitt (12).

Dans le même sens, toujours dans une perspective allemande (cette fois-ci celle de Jordis von Lohausen), la géopolitique d'une Europe unie devra devenir la géopolitique d'un Reich idéaliste, c'est-à-dire d'un Empire qui, en tant que tel, reconnaît la valeur et la validité de toutes les nations qui acceptent de le rejoindre. Qu'une telle Europe puisse avoir plusieurs moteurs (Russie, Allemagne, France, etc.) est moins important. Il est plus important que, au-dessus de toutes ses composantes, l'intérêt général du continent prévale (13). 

Le fait que l'Intermarium soit un élément dangereux pour l'unité européenne est déjà évident au vu des nouvelles concentrations de troupes russes... à la frontière de cette construction géopolitique (pour l'instant) fictive. Si la Pologne et l'Ukraine sont les piliers militaires de cette construction (à notre avis la Roumanie a un rôle moins important et nous verrons pourquoi), de nouvelles unités militaires russes apparaissent dans la zone de démarcation de ce nouvel espace, en réponse aux manœuvres de l'OTAN dans la partie orientale de l'Europe. La coagulation des sous-unités géopolitiques au sein de l'Europe prévue par Thiriart entraîne une nouvelle séparation, un nouveau rideau géopolitique, cette fois peut-être plus dangereux, car il ne s'agit plus d'une frontière idéologique, mais d'une frontière purement militaire, déplacée de Berlin à Kiev (14). 

Intermarium-Countries.png

La place de la Roumanie dans la matrice Intermarium

Toutes les déclarations officielles roumaines montrent que la Roumanie essaie de ne pas se distancer du soi-disant noyau dur européen, formé par l'Allemagne et la France. C'est précisément contre ce noyau dur que l'Intermarium se formera, si tant est qu'il se forme. Avec un président d'origine allemande et une histoire francophile au cours du siècle dernier, la Roumanie n'a aucune raison de jouer la carte anti-européenne choisie par la Pologne. Relativement indépendante du point de vue de la production d'hydrocarbures (les importations de gaz russe ne représentant que 15% des besoins), la Roumanie, contrairement à la Pologne, avec laquelle elle entretient de bonnes relations (l'épisode le plus marquant de la solidarité entre les deux nations est l'asile donné en 1939 par la Roumanie au gouvernement polonais), ne semble pas intéressée par le rôle de petite hégémonie locale que lui propose la Pologne avec l'Intermarium. On pourrait même dire que la Roumanie tente de concilier les deux camps, le pro-atlantique et le pro-européen, en préférant une politique attentiste. Un épisode récent important est lié à la politique d'équipement de l'armée roumaine, un domaine extrêmement sensible, à partir duquel on peut deviner l'orientation géopolitique plus générale du pays. Ainsi, la Roumanie s'est engagée à acheter des batteries de missiles Patriot et la presse a parlé d'un "accord de principe" du département d'État américain pour la transaction. Parallèlement, dans le cadre de la récente visite du président français Macron en Roumanie, les spécialistes de la défense ont entamé des discussions avec l'entreprise française concurrente, MBDA, dont l'offre semble être meilleure que celle des Américains !(15).

De cette manière, la Roumanie s'ouvre à une orientation géopolitique que nous pourrions définir, bien que timidement, comme multipolaire, sentant que le rôle hégémonique des Etats-Unis en Europe et dans le monde commence à s'affaiblir. En ce sens, on constate des efforts clairs de régulation des relations avec la Russie, mais aussi une (ré)ouverture d'importantes voies de collaboration avec la Chine, un acteur géo-économique et géopolitique qui, jusqu'à récemment, était " bloqué " aux portes de la Roumanie pour des raisons de pro-atlantisme exacerbé. Récemment, la Roumanie a entamé des discussions importantes pour la construction de deux réacteurs nucléaires avec la Chine ; cela montre une volonté de transgresser les inhibitions géopolitiques inspirées par les États-Unis. Dans ces conditions, avec toute la publicité qui lui est faite, l'Intermarium ne peut apparaître que comme une construction artificielle, anti-européenne et régressive par rapport aux besoins réels de la géopolitique européenne et eurasienne.

Notes:

[1] http://hajde.fr/2017/03/21/lunion-baltique-mer-noire-une-...

[2] Ion Constantin, Din istoria Poloniei și a relațiilor româno-polone, Ed. Biblioteca Bucureștilor, 2005, p. 18.

[3] https://ro.wikipedia.org/wiki/Uniunea_statal%C4%83_polono...

[4]http://cerclenonconforme.hautetfort.com/archive/2016/07/2...

[5] http://reconquista-europe.tumblr.com/post/146993199731/th...

[6] http://robertsteuckers.blogspot.ro/search?q=Intermarium

[7] https://geopoliticalfutures.com/intermarium-three-seas/

[8] George Friedman s'est fait remarquer pour l'attention qu'il porte à la Roumanie. A sa façon, il est un observateur attentifdes relations entre la Roumanie et la Fédération de Russie. Il était présent à Chisinau (avec ses conseillers, bien entendu), pour présenter une fondation de nature géopolitique. Il est intéressant de souligner le fait que Friedman est considéré proche des intérêts de Moscou par les unionistes roumains les plus résolus. Sa prudence lors des déclarations de Chisinau pourrait aussi être le reflet dela situation générale dans laquelle se trouve la République de Moldavie, un Etat qui, manifestement, ne désire par suivre la voie de l'Ukraine voisine, étant bien plus prudent dans sa politique d'équilibre entre l'Est et l'Ouest. 

[9] http://www.europemaxima.com/l%E2%80%99autre-europe-un-ent...

[10] V. http://www.leblancetlenoir.com/2015/04/europe-l-etat-nati...

[11]http://adevarul.ro/news/politica/reportaj-ideologul-putin...

[12] V. Carl Schmitt, The Concept of Reich in International Law, în Carl Schmitt, Writings on War, Polity Press, 2011, pp. 101-110. Pour développer utilement cette thématique, en réfénrenceplus particulièrement à Carl Schmitt, on se réfèrera à Günter Maschke:  http://www.archiveseroe.eu/maschke-a112853978

[13] Jordis von Lohausen,  Les empires et la puissance, Ed. du Labyrinthe, 1996, pp. 196-197.

[14] http://www.limesonline.com/lanakonda-della-nato-alle-port...

[15] http://www.cotidianul.ro/cum-au-marcat-francezii-in-lupta...

 

samedi, 09 octobre 2021

Le cordon sanitaire atlantique

698d674302c6a6a5cb3dcb5eaacf041a.jpg

Le cordon sanitaire atlantique

Par Claudio Mutti

(Archives, novembre 2017)

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/cordone-sanitario-atlantico/?fbclid=IwAR3A5K4hxh5MG1_mniGFXeYCui6Mp1xpxkHVJUONkyWbzgX4H1X4YT58MTA

Au tournant des 13e et 14e siècles, la géographie de l'Europe de l'Est était complètement différente de ce qu'elle est aujourd'hui et offrait un tableau politique extrêmement fragmenté, dans lequel les forces qui allaient avoir une influence décisive sur l'histoire ultérieure prenaient lentement forme. La Russie est un ensemble de principautés, parmi lesquelles le petit duché de Moscovie ne s'est pas encore imposé comme le noyau du nouvel État russe. Le royaume de Pologne, qui, au siècle précédent, avait été réduit à une multitude d'îlots, ne comprenait ni la Silésie ni les territoires baltes de la Poméranie et, à l'est, touchait à peine la Galicie. Sur la côte de la Baltique, entre les embouchures de la Vistule et de la Neva, se trouvait le territoire de l'Ordre Teutonique. L'État lituanien est coincé entre les principautés russes et la Pologne. La partie sud de l'Ukraine actuelle, avec la péninsule de Crimée, était sous la domination des Khans tatars.

3873ebfeb2a1a4a371a6c647123aa56a.jpg

À partir des dernières décennies du XIIIe siècle, et pendant environ un siècle et demi, la Lituanie a repoussé ses frontières vers l'est sans rencontrer d'obstacles majeurs. Ayant vaincu les armées de l'Ordre Teutonique et étendu ses territoires vers le nord également, la Lituanie était devenue, au milieu du XIVe siècle, "un État puissant" [1] s'étendant de la mer Baltique presque jusqu'à la mer Noire.

En 1386, le grand-duc lituanien Jogaila (dont le nom sera connu en Europe sous la forme polono-latine de Jagiello, c'est-à-dire Jagellon) décide de se faire baptiser, afin d'être marié à la reine polonaise Jadwiga, âgée de onze ans (qui deviendra sainte Hedwige, patronne des reines, de la Pologne et de l'Union européenne elle-même) et de pouvoir être couronné roi de Pologne sous le nom de Ladislas (1386-1434). La Lituanie reste donc un grand-duché sous souveraineté polonaise. Selon les accords préliminaires conclus avec l'aristocratie polonaise, le fondateur de la dynastie des Jagellons s'engage à unir ses possessions lituaniennes et russes à la couronne polonaise, à faire la guerre aux chevaliers teutoniques, à soutenir l'Église catholique et à appuyer les efforts des missionnaires allemands et polonais pour convertir les Lituaniens païens.

Le 15 juillet 1410, les armées du nouveau souverain polonais et de son cousin lituanien Vytautas (1350-1430) ont vaincu les chevaliers teutoniques à Grunwald, mettant ainsi fin au pouvoir de l'Ordre dans la région de la Baltique. Sous Vytautas, qui poursuit la politique d'expansion lituanienne vers le sud et l'est, conquérant de larges portions du territoire russe et attirant les Tatars de Crimée dans sa sphère d'influence, le Grand-Duché de Lituanie "atteint son extension territoriale maximale, allant jusqu'à la mer Noire, avec une superficie d'environ 1 000 000 de kilomètres carrés, plus de trois fois la taille de l'Italie actuelle"[2].

1009151-Les_États_de_la_maison_des_Jagellons.jpg

Au siècle suivant, le 10 janvier 1569, une diète commune lituano-polonaise a ratifié l'union des deux États à Lublin. C'est ainsi que naquit la République des deux nations (pol. Rczeczpospolita Obojga Narodów), qui devait rester le plus grand État d'Europe jusqu'au XVIIe siècle, lorsque la volonté de puissance de l'aristocratie polonaise fut ravivée par le mythe de son origine sarmate, inspirant une sorte de messianisme politique exprimé par ce mot d'ordre : "Poland caput ac regina totius Sarmatiae !". En d'autres termes, "il aurait appartenu à la Pologne de prendre la tête d'une formation slave qui aurait unifié presque tous les peuples d'Europe centrale et orientale" [3], la soi-disant "Sarmatie de l'Europe".

Mais au lieu de cela, secoué par les luttes internes causées par le système de patronage et pris dans les tenailles des puissances périphériques émergentes telles que la Russie (la "Sarmazia asiatique") et la Prusse, le système géopolitique unitaire créé par les Jagellons disparaît progressivement à la suite des partages de la Pologne en 1772, 1793 et 1795.

Adam_Jerzy_Czartoryski.jpg

L'idée de faire revivre la République des Deux Nations est relancée pendant son exil parisien par le prince Adam Jerzy Czartoryski (1770-1861) (tableau, ci-dessus), "cet aristocrate qui, pour ses partisans, était le "roi non couronné" de Pologne" [4], qui pensait qu'avec le soutien de la Grande-Bretagne, de la France et de la Turquie, il serait possible de ressusciter la Pologne, d'incorporer les régions orientales de la Prusse et de reconstituer un État polono-lituanien fédéré avec les Estoniens, les Lettons, les Ukrainiens, les Tchèques, les Slovaques, les Hongrois, les Roumains et les Slaves du Sud. De cette manière, la puissance prussienne aurait été fortement réduite et la Russie aurait été contrainte d'abdiquer son rôle en Europe orientale. Mais le projet de Czartoryski, qui, pour ses partisans, devait sembler réalisable à l'époque des soulèvements anti-impériaux de 1848-49, a échoué en raison du désintérêt de l'Occident et de l'intransigeance de la Hongrie à l'égard des Tchèques, des Slovaques et des Roumains, ainsi que de l'hostilité de la Russie et de la Prusse.

La réapparition du projet a été favorisée par la défaite de la Russie, de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie lors de la Première Guerre mondiale et par les bouleversements provoqués en Russie par la révolution d'octobre. Après la guerre opposant la Russie et la Pologne, qui s'est terminée le 18 mars 1921 par le traité de paix de Riga, le maréchal Józef Piłsudski (1867-1935), chef provisoire de l'État polonais renaissant, a lancé l'idée d'une fédération d'États, s'étendant "entre la mer Baltique et la mer Noire", serait appelée Międzymorze en polonais, Tarpjūris en lituanien et Intermarium en latin, selon un néologisme qui n'est pas à la hauteur de la tradition humaniste polonaise. La fédération, héritière historique de l'ancienne entité politique polono-lituanienne, selon le projet initial de Piłsudski (1919-1921) devait comprendre, outre la Pologne, force hégémonique, la Lituanie, la Biélorussie et l'Ukraine. Il est clair que le projet Intermarium visait à la fois l'Allemagne, qu'il fallait empêcher de redevenir une puissance impériale, et la Russie, qui, selon le projet complémentaire "Prométhée" du maréchal, devait être démembrée en ses composantes ethniques.

Józef_Piłsudski_(-1930).jpg

Pour la France, ce projet présentait un certain intérêt, car il aurait permis de bloquer simultanément l'Allemagne et la Russie par le biais d'un bloc centre-oriental dirigé par la Pologne. Mais le soutien français ne suffit pas à concrétiser le projet, qui est remplacé par le fragile système d'alliances balayé par la Seconde Guerre mondiale.

Une variante plus audacieuse du projet Intermarium, élaborée par le Maréchal entre 1921 et 1935, renonçait à l'Ukraine et à la Biélorussie, mais s'étendait en contrepartie à la Norvège, la Suède, le Danemark, l'Estonie, la Lettonie, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce, la Yougoslavie et l'Italie. Les deux mers sont devenues quatre, la mer Baltique et la mer Noire étant rejointes par l'Arctique et la Méditerranée. Mais même cette tentative a échoué et le seul résultat a été l'alliance de la Pologne avec la Roumanie.

L'idée d'une entité géopolitique d'Europe centrale entre la mer Baltique et la mer Noire est reproposée en termes de "troisième Europe" par le collaborateur de Piłsudski, Józef Beck (1894-1944), qui prend en 1932 la direction de la politique étrangère polonaise et conclut un pacte d'alliance avec la Roumanie et la Hongrie.

Plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement polonais de Władisław Sikorski (1881-1943) - en exil d'abord à Paris puis à Londres - a présenté aux gouvernements de la Tchécoslovaquie, de la Grèce et de la Yougoslavie la perspective d'une union d'Europe centrale entre la mer Baltique, la mer Noire, la mer Égée et l'Adriatique ; mais en raison de l'opposition soviétique et de la réticence de la Tchécoslovaquie à se fédérer avec la Pologne, le projet a dû être abandonné.

19_07_2013_13_12_59.jpg

Avec la chute de l'URSS et la dissolution du Pacte de Varsovie, l'idée de l'Intermarium a été relancée, prenant différentes formes telles que le Conseil de coopération de la mer Noire, le Partenariat oriental et le Groupe de Visegrád, moins ambitieux et plus petits que les variantes du projet "classique".

Mais le système d'alliances qui se rapproche le plus du schéma de l'Intermarium est celui théorisé par Stratfor, le centre d'études américain fondé par George Friedman, à l'occasion de la crise ukrainienne. Pour sa part, le général Frederick Benjamin "Ben" Hodges, commandant de l'armée américaine en Europe (décoré de l'Ordre du mérite de la République de Pologne et de l'Ordre de l'étoile roumaine), a annoncé un "prépositionnement" des troupes de l'OTAN dans toute la zone qui, proche des frontières occidentales de la Russie, comprend les territoires des États baltes, de la Pologne, de l'Ukraine, de la Roumanie et de la Bulgarie. De la Baltique à la mer Noire, comme dans le plan initial de Piłsudski.

Le 6 août 2015, le président polonais Andrzej Duda a préfiguré la naissance d'une alliance régionale explicitement inspirée du modèle Intermarium. Un an plus tard, du 2 au 3 juillet 2016, la conférence inaugurale du groupe d'assistance Intermarium s'est tenue à l'hôtel Radisson Blue de Kiev en présence du président de la Rada ukrainienne Andriy Paruby et du président de l'Institut national de recherche stratégique Vladimir Gorbulin, ainsi que de personnalités politiques et militaires de diverses régions d'Europe, au cours de laquelle a été présenté le projet d'unification des États situés entre la mer Baltique et la mer Noire.

Le mois suivant, les deux mers étaient déjà devenues trois : les 25 et 26 août 2016, le Forum de Dubrovnik sur le thème "Renforcer l'Europe - Connecter le Nord et le Sud" a publié une déclaration commune dans laquelle était présentée l'initiative des trois mers, un plan ayant pour objectif de "connecter les économies et les infrastructures de l'Europe centrale et orientale du nord au sud, en élargissant la coopération dans les domaines de l'énergie, des transports, des communications numériques et de l'économie en général". L'initiative des trois mers, conçue par l'administration Obama, a été baptisée par Donald Trump le 6 juillet 2017 lors de sa visite à Varsovie. L'initiative, qui, selon le président Duda, découle d'un "nouveau concept visant à promouvoir l'unité européenne", réunit douze pays situés entre la mer Baltique, la mer Noire et la mer Adriatique et presque tous les membres de l'Alliance atlantique : l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Slovaquie, la République tchèque, l'Autriche, la Slovénie, la Croatie, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie.

D'un point de vue économique, l'objectif de l'initiative des trois mers est de frapper les exportations de gaz russe vers l'Europe en favorisant les expéditions de gaz naturel liquéfié en provenance d'Amérique : "Un terminal dans le port balte de Świnoujście, d'un coût d'environ un milliard de dollars, permettra à la Pologne d'importer du GNL américain à hauteur de 5 milliards de mètres cubes par an, extensible à 7,5. Grâce à ce terminal et à d'autres, dont un prévu en Croatie, le gaz provenant des États-Unis, ou d'autres pays par l'intermédiaire de sociétés américaines, sera distribué par gazoducs dans toute la "région des trois mers""[5].

Ainsi, la macro-région des Trois Mers, liée par des liens énergétiques et militaires plus à Washington qu'à Bruxelles et Berlin, brisera effectivement l'Union européenne et, englobant tôt ou tard l'Ukraine, resserrera davantage le cordon sanitaire le long de la frontière occidentale de la Russie.

NOTES:

[1] Josef Macek, L'Europa orientale nei secoli XIV e XV, Sansoni, Florence 1974, p. 16.

[2] Beruta Žindžiūtė Michelini, Lituanie, NED, Milan 1990, p. 50.

[3] Francis Conte, Gli Slavi. Le civiltà dell'Europa centrale e orientale, Einaudi, Turin 1990, p. 293.

[4] Oscar Halecki, I Polacchi, in Il mondo degli Slavi, édité par Hans Kohn, Cappelli editore, Bologna 1970, p. 115.

[5] Manlio Dinucci, Sui Tre mari dell'Europa bandiera USA, Réseau Voltaire, Rome, 10 juillet 2017 http://www.voltairenet.org/article197081.htm

mercredi, 04 décembre 2019

The Three Seas Initiative - a real geopolitical project or just the American version of Mitteleuropa

Intermarium-300x192.jpg

The Three Seas Initiative - a real geopolitical project or just the American version of Mitteleuropa

 
Ex: https://www.geopolitica.ru

In the Polish scientific and geopolitical discourse there is about 100-years old tradition of the concept of distinguishing countries located in the (quite generally described) area located between the Adriatic, Baltic and Black seas, which is based on at leasttwo falsehoods and one understatement.

First of all - especially Polish politicians like to add to this project (born on the wave of the collapse of the Russian Empire and the emergence of new nationalisms in its areas) whole Centuries of supposedly natural integration processes taking place from Scandinavia to the Balkans, of course, with particular regard to the aspirations of some Polish monarchs (especially from the Jagielloniandynasty), leaders (Adam Jerzy, Prince Czartoryskiand Józef Piłsudski) and writers (Jerzy Giedroyc, Rowmund Piłsudski, Juliusz Mieroszewski). Meanwhile, only these last ones, 20thCentury activists and thinkers were true supporters, and in fact also the creators and continuators of the Polish version of the known German theory and practice of domination and exploitation of the German-Russian borderlands in the first half of the 20th Century. Any prior genesis and justification given to this idea is pure historical anachronism.

Secondly - the authorship, and thus the "natural leadership" of the project, is eagerly attributed to Poles by… falsehood. Meanwhile, there is no doubt that despite the different names - the vision of Intermarium, the Three Seas or any other Central European Initiatives are just a repetition of the Friedrich Naumann’s (primarily economic) conception, being at most a recapitulation of the tendencies dominating in the war and industrial spheres of the German Empire. Similarly, today it is easier for Poles to refer to Marshal Piłsudski and Jerzy Giedroyc than to confirm for example, the inspirational and efficient role of such American politicians as Zbigniew Brzezinski.

However, the understatement mentioned above remains the most important weakness of all these ideas. More precisely, the fact that no common interest could ever be pointed out in the past, unconditionally and unquestionably connecting and uniting the Central and Eastern Europe states, not only those distant from each other such as Finland and Greece, but even as seemingly close and neighbourly as Poland and ... Lithuania.

Moreover, that the only common goals for this area have so far been formulated only from the outside, from the point of view of some global power for various reasons wanting to pursue its interests in Central Europe. This was the case with imperial Germany, the Soviet Union, and now with the United States. And in this last, most current sense (in connection with the Three Seas Initiative) it is most clearly seen that this is not an integration, but ... an alienation program, intended to exclude acquired countries from other initiatives (primarily the mainstream European Union), and replace their own sovereign geopolitical visions and interests. And this is also the similarity of the American vision of the organization of Central Europe with its German, Kaiser's original (not to mention the identical purpose of both: economic exploitation. 

And of course - these are not the only barriers and limitations for Central European cooperation. It should be emphasized that often the same forces that formally support unity and integration - in fact, stimulate instincts and polarization initiatives, led by escalated ethno-nationalism to the level of chauvinism. It is enough to mention that quite recently, just 105 years ago, Central and Eastern Europe was already subject to far-reaching integration - within the framework of multi-ethnic empires - Russian, Austro-Hungarian and Turkish. And as it turned out, globalization interest (then, of course, not so called) – caused not only  awaking the state-building aspirations of historical nations (such as Poles or Czechs), but simply creating new nations, what finally led to fragmentation and permanent conflict in this part of the World (this process was also continued and intensified only 30 years ago, during the collapse of Yugoslavia and the Soviet Union).

This is how a significant part of the political borders that divide our World has been established up to this day - and even more importantly, how arose barriers in national consciousness (or according to others - sometimes how they were revealed) in extreme, even pathological forms. And this is also worth remembering that those who today urge for accelerated, political and mostly artificial integration - are often the same who once divided us.

From a purely geopolitical point of view – such a role was played in the Central European area historically by British politics and German practice - and today the by hegemonic interests of the United States in their declining, somewhat self-limiting shape.

We can see the playing of the ethnonationalist factor especially in the Baltic States and recently in Ukraine, and even in Russia, where a few years ago attempts at the "Colour Revolution" from liberal slogans smoothly switched to elements of xenophobia. So, we are dealing with an interesting paradox (in fact, however, rather apparent one).

At the same time we are witnesses of:

- disintegration activities leading to the diversification of the formally functioning European Community (from two points: from Brussels, Paris and Berlin to a Europe of Two Speeds - most of Eurozone vs. the rest and from Washington to create "an even more American Europe", i.e. the Three-Seas Initiative;

- supporting chauvinistic ethno-nationalisms in these areas, which in principle are against any real regional cooperation.

All these tactics are intertwined and complementary, which makes us understand that their real goal is neither real integration, including creation of any separate value (no matter - true or imaginary) in the form of the organization of the Intermarium area; nor the actual restoration of the national principle in World relations. So regardless of whether we want to increase the factor of cooperation and integration, or whether we recognize the priority of the national factor - the vision of the Three-Seas / Intermarium is radically contradictory with them and should be rejected.

Lecture at the conference "Академия диалога: культурные разломы и границы между Балтийским и Черным морями", Kaliningrad, November 28-29.

vendredi, 17 novembre 2017

Pologne: l'alternative jagellonienne

Jagellons.jpg

Pologne: l'alternative jagellonienne

Alexandr Bovdunov
Ex: https://www.geopolitica.ru

La politique étrangère polonaise s’est traditionnellement distinguée par deux paradigmes mutuellement exclusifs nommés d’après les deux plus fameuses dynasties qui gouvernèrent le pays à différentes époques : la Piast et la Jagellon. Le premier paradigme met l’accent sur l’Occident et sur une politique active en Europe Centrale [1].

Ce paradigme « Piast » implique que la Pologne maintienne des relations amicales, ou du moins des relations neutres avec la Russie, qui est vue comme servant de contrepoids à l’Allemagne et même comme alliée de la Pologne, en cas de conflit avec ce voisin occidental [= l’Allemagne]. Les ambitions de l’Allemagne concernant la Pologne sont vues comme nécessairement contrebalancées en recourant à l’appui des voisins orientaux de la Pologne.

L’une des plus importantes caractéristiques de cette orientation est le désir de construire un Etat-nation polonais ethniquement homogène, qui rejette ou limite substantiellement l’ambition impériale de la Pologne concernant les anciennes terres du Commonwealth polono-lithuanien. L’orientation Piast fut surtout influente durant la période d’entre-deux-guerres de la politique étrangère polonaise telle que formulée par l’un des plus importants idéologues du mouvement national polonais, le fondateur de « Endecja » (Démocratie Nationale), Roman Dmowski [2].

roman-dmowski.jpg

Roman Dmowski

A la différence du paradigme Piast, le paradigme jagellonien oriente la politique étrangère polonaise vers l’Est, insistant sur la reconquête de l’ancienne intégrité territoriale de plusieurs parties du Commonwealth polono-lithuanien. L’idée jagiellonienne cultive parmi les Polonais le désir d’exercer un contrôle sur les terres des actuelles Ukraine et Biélorussie [Belarus].

Partant de cette position, l’expansion de l’influence polonaise vers l’Est est considérée comme favorisant la transition de ces Etats vers la matrice civilisationnelle « européenne » et occidentale et promouvant leur développement selon cette orientation. La Pologne est ainsi conceptualisée comme une puissance régionale responsable de la situation de l’Ukraine, de la Biélorussie et de la Lituanie actuelles [3].

Jozef Pilsudski, principal adversaire de R. Dmowski dans le mouvement national polonais et figure assez célèbre de la période de l’entre-deux-guerres, est traditionnellement considéré comme un adhérent du projet géopolitique jagellonien. La stratégie jagellonienne de l’Etat polonais sous Pilsudski était caractérisée par l’intention d’établir un protectorat en Ukraine avec l’aide de Simon Petlioura, ce qui conduisit à la guerre soviéto-polonaise de 1919-1921. Du fait des efforts de Pilsudski, l’Etat polonais nouvellement indépendant fut taillé dans ces frontières et devint inévitablement ethniquement hétérogène. La Pologne était composée de la région de Vilnius (l’actuelle capitale de la Lituanie) et des territoires de l’Ukraine occidentale et de la Biélorussie occidentale. A son tour, le développement du projet géopolitique jagellonien provoqua l’émergence du projet idéologique du « Prométhéisme » et la formation du concept géopolitique de l’« Intermarium » qui demeure influent de nos jours.

pilsudski.jpg

Jozef Pilsudski

La doctrine du « Prométhéisme », telle que développée par J. Pilsudski, est construite sur la présentation par A. Mickiewicz de la Pologne comme le « Christ de l’Europe » ainsi que sur les idées de J. Slowacki, B. Trentowski, A. Towianski, et d’autres. Ces penseurs et d’autres penseurs similaires (à l’exception de J. Hoene-Wronski qui considérait les Polonais comme les porteurs de la mission slave mondiale aux cotés des Russes) formulèrent la base de l’idéologie messianique polonaise qui souligna le rôle exclusif particulier du peuple polonais dans l’histoire mondiale ainsi que dans l’histoire de l’Europe de l’Est [4]. Comme le remarque le sociologue polonais Ilya Prizel, la formation de ce complexe messianique produisit une profonde contradiction entre les racines occidentales et slaves de l’identité polonaise dont la conscience aigüe est particulière au nationalisme romantique et à l’autodétermination romantique des Polonais. Prizel remarque : « D’une part, les romantiques polonais approuvaient le culte du nativisme et restaient méfiants vis-à-vis des idées d’origine occidentale. D’autre part, ils rejetaient la slavophilie de style russe comme étant une aberration asiatique. En résultat, puisque les Polonais étaient à la fois catholiques romains et slaves, les romantiques pensaient qu’ils étaient le ‘peuple élu’ destiné à civiliser les Slaves et à sauver le monde » [5].

La composante antirusse du messianisme polonais devient ainsi une partie d’une doctrine géopolitique particulière qui prêche la nécessité d’affaiblir la Russie au maximum et de désintégrer l’Etat russe, en accord avec le « Prométhéisme ». Selon cette vision, les Polonais devraient initier et conduire la lutte pour « libérer » les peuples de Russie en vue de leur autodétermination nationale. Regardant l’interconnexion de l’identité nationale et de la politique étrangère de la Pologne, Prizel écrit : « croyant que la Pologne était enfermée dans une bataille éternelle contre la Russie, Pilsudski continuait à croire à la ‘mission civilisatrice’ prométhéenne de la Pologne à l’Est, ce qui requérait une Pologne puissante et méritait l’appui occidental » [6].

Le principal objectif de la doctrine géopolitique du Prométhéisme était l’affaiblissement et la division subséquente de la Russie tsariste puis soviétique, en soutenant les mouvements nationalistes des peuples non-russes. D’après des documents récemment déclassifiés provenant des services de renseignements russes, les services secrets polonais et le Ministère des Affaires Etrangères développèrent leur activisme « prométhéen » en appelant au développement de centres indépendants parmi les émigrations nationalistes qui pouvaient lutter contre l’Union Soviétique, le but ultime étant la fragmentation maximale de l’URSS et sa division en le plus grand nombre possible de parties [7]. A partir de 1926, l’Organisation Prométhée polonaise commença à fonctionner à Paris et impliqua des représentants des divers mouvements nationalistes parmi les peuples soviétiques d’Azerbaïdjan, les Cosaques du Don, les Tatars, les Géorgiens, les Caréliens, les Koumis, les Ukrainiens, les Tatars de Crimée, les Ingriens, et divers peuples du Nord-Caucase. L’Institut Oriental de Varsovie et l’Institut de Recherche sur l’Europe de l’Est de Vilnius participèrent aussi à ce projet [8].

En termes géopolitiques de base, qui opposent les approches tellurocratique et thalassocratique de la domination et les intérêts des puissances atlantistes et continentales, ce projet polonais possède une orientation clairement antirusse et donc atlantiste.

intermariumJJUBXoAA7yS-.jpg

Le projet géopolitique de l’Intermarium défini par le cartographe et géographe polonais E. Romer peut être considéré comme un concept qui entre dans le cadre du paradigme jagellonien. Ce projet a pour but final la création d’une union fédérale des Etats d’Europe de l’Est situés entre la Baltique et la Mer Noire. Ce projet, bien qu’il puisse être séduisant dans une certaine mesure en termes de développement de liens régionaux, n’est rien de plus, d’un point de vue géopolitique, qu’une forme de « cordon sanitaire » séparant l’Allemagne de la Russie. Une telle entité géopolitique était envisagée pour créer un potentiel militaire et économique comparable à ceux de l’Allemagne et de l’URSS et, si nécessaire, d’être capable de résister à ces deux puissances [9].

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le mouvement pour une fédération d’Europe de l’Est ouvrit un centre à New York où, avec l’appui de l’élite commerciale américaine et de spécialistes influents, le Comité de Planification pour l’Europe centrale et orientale [Central and Eastern European Planning Board] fut lancé [10].

D’après le géopoliticien américain contemporain Alexandros Petersen, la stratégie de l’« Intermarium prométhéiste » est une doctrine typiquement atlantiste qui fonctionne comme une alternative à la politique de « containment » de Kennan. Petersen appelle cela l’« implication stratégique » de la « myriade de peuples eurasiens captifs à l’intérieur de l’orbite russe » dans un projet atlantiste [11]. Petersen remarque : « La vision de Pilsudski avait été partiellement réalisée avec l’effondrement de l’Union Soviétique … L’Eurasie aujourd’hui englobe encore des centaines de minorités, et les petits Etats d’Eurasie combattent encore pour leur souveraineté » [12].

Le concept géopolitique de l’Intermarium-Prométhéisme peut être directement retracé jusqu’aux idées de H. Mackinder sur l’établissement d’un certain nombre d’Etats-marionnettes dans le territoire de la Russie et autour d’elle (Biélorussie, Ukraine, Russie du Sud, Daguestan, Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan) [13] ainsi qu’aux idées de Z. Brzezinski (qui est en fait Polonais de naissance) sur la division souhaitable de la Russie [14]. Des preuves de la pensée antirusse agressive de la doctrine « Intermarium-Prométhéisme » qui est typique de l’actuelle politique étrangère polonaise peuvent être vues dans l’appui de la Pologne à la « Révolution Orange » en 2004 et au coup d’Etat de 2014 en Ukraine, dans l’appui actif de la Pologne à la Géorgie durant le conflit militaire russo-géorgien en août 2008, et dans l’attitude favorable de la Pologne envers les séparatistes tchéchènes durant et après la seconde guerre de Tchétchénie [15].

Nous pouvons voir un renouveau d’intérêt pour le projet « Intermarium » encore aujourd’hui. Cette proposition apparaît dans des discussions entre des politiciens d’Europe de l’Est et des spécialistes, sous son vrai nom ou sous l’apparence d’un « axe Baltique-Mer Noire », d’un « arc Baltique-Mer Noire », d’une « coopération Baltique-Mer Noire », ou d’un « corridor Baltique-Mer Noire » [16]. D’après le spécialiste américain des projets fédéraux en Europe de l’Est, Jonathan Levy, les échos de l’« Intermarium » peuvent encore être entendus dans la politique étrangère polonaise contemporaine dans son fort intérêt pour l’Est, spécifiquement l’Ukraine et la Biélorussie d’une part et, d’autre part, le renforcement des liens de la Pologne avec ses voisins dans la région, particulièrement avec les membres du Groupe de Višegrad [17]. Le dirigeant de la Confédération de la Pologne Indépendante, le conservateur Leszek Moczulski, insiste activement sur le renouveau de l’idée de l’Intermarium. La suggestion de Moczulski repose sur sa conviction de la nécessité de créer un bloc géopolitique de pays s’étendant entre les mers Baltique, Noire et Adriatique, opposé à la fois à l’Occident (principalement l’Allemagne et l’Union Européenne) et à la Russie [18]. Le parti des frères Kaczynski, Loi et Justice, a activement exploité le thème de l’Intermarium pendant la campagne électorale de 2005 et a basé sa plate-forme politique sur l’« ABC Intermarium » qui, par exemple, a soutenu la Croatie dans ses efforts pour rejoindre l’UE et a tenté de coopérer avec l’Ukraine de Youtchenko [19].

leszek_moczulski_600.jpeg

Leszek Moczulski

Nous pouvons mentionner encore une autre théorie qui affecte encore de nos jours la formulation de la politique polonaise envers ses voisins de l’Est, la doctrine Giedroyc-Meroshevsky formulée par des émigrants polonais dans les années 1960-70. Les principes de base de ce projet ont été publiés à Paris dans le journal polonais Kultura, dont le rédacteur était l’écrivain, journaliste et ancien diplomate Jerzy Giedroyc. Comparé au paradigme jagellonien classique, la nouveauté de ce concept repose sur sa reconnaissance d’une région spéciale entre la Russie et la Pologne, nommée ULB (Ukraine, Lituanie, et Biélorussie). Giedroyc et son co-auteur, Meroshevky, ont appelé à l’abandon du révisionnisme géopolitique dans l’Est et, d’abord et avant tout, à une révision du désir de récupérer les territoires polonais annexés par l’URSS en 1939 [20]. Les auteurs de ce concept ont appelé au respect du droit à l’autodétermination nationale et à l’indépendance des Ukrainiens, des Lituaniens et des Biélorusses et ont critiqué les idées des Polonais « qui rêvent non seulement d’une Lvov ou d’une Vilnius polonaises, mais même d’une Minsk et d’une Kiev polonaises » et qui « trouvent leur idéal dans une Pologne indépendante en fédération avec la Lituanie, l’Ukraine et la Biélorussie » [21]. L’idée que « l’alternative à l’impérialisme russe ne peut être que l’impérialisme polonais, et l’a toujours été » fut rejetée par Meroshevsky comme inadéquate par rapport aux réalités de notre temps [22]. Dans un article publié dans Kultura, intitulé « Le complexe polonais : la Russie et la zone ULB », Meroshevsky a aussi qualifié la « noble idée jagellonienne » de version de l’impérialisme polonais et a appelé ses compatriotes à comprendre que « les Ukrainiens, les Lituaniens et les Biélorusses au XXe siècle ne peuvent plus être des pions dans le jeu historique polono-russe » [23].

D’après A. Miller, en dépit de la condamnation déclarée de l’impérialisme, de la critique des anciennes stratégies de contrôle russe et polonaise, dès son stade de développement cette doctrine exhiba un caractère principalement antirusse. Cela peut s’expliquer par le fait qu’elle lutte encore pour la « libération » des Ukrainiens, des Lituaniens, et des Biélorusses vis-à-vis du contrôle russe (puis soviétique) historique.

Miller fait référence à une intéressante déclaration de la figure bien connue d’émigration ukrainienne, Jaroslaw Pelenski, qui dans les années 1990 fut le directeur de l’Institut des Etudes d’Europe de l’Est à l’Académie Nationale des Sciences d’Ukraine, et qui maintint antérieurement des liens étroits avec Giedroyc. Motivé par une antipathie envers la Russie, Pelenski souligna que Giedroyc et Meroshevsky excluaient ce pays de leur vision sans aucune raison en termes de principes. Pelenski, d’autre part, pensait que le concept de la formation ukrainienne-biélorusse-lituanienne devrait s’élargir jusqu’à inclure certaines parties de la Russie. Il trouva un écho avec l’important politicien polonais et ancien activiste de Solidarité, Dariusz Rosati, qui reconnut aussi que l’essence de cette doctrine était le fait que l’Ukraine et la Biélorussie ont des sentiments plutôt antirusses [24].

En fait, la doctrine Giedroyc-Meroshevsky, bien qu’elle prétende toujours le contraire, est simplement une version cosmétiquement retouchée de l’idée jagellonienne. C’est l’Est et non l’Ouest qui est la priorité déclarée de cette approche géopolitique dans la politique étrangère polonaise. Ainsi, elle ne peut pas être considérée comme une variante du paradigme Piast de la géopolitique polonaise. De plus, la nature antirusse de cette idée est clairement visible dans le fait que l’un de ses buts principaux pour la Pologne dans l’Est est la déclaration d’indépendance de la zone ULB vis-à-vis de la Russie. Il est bien naturel que la notion d’« indépendance » puisse être interprétée très largement, et donc être étendue pour comprendre tout projet d’intégration dans l’espace postsoviétique comme une « attaque » contre l’indépendance de la région ULB. Le fait même que la Pologne conçoive une relation spéciale avec ces pays et, comme l’annonce le concept, soit destinée à jouer le rôle unique de défendre leur indépendance, est la preuve d’un effort pour protéger la région et donc établir une relation inégale.

Comme le remarque O. Nemensky, un autre facteur important qui caractérise l’application partielle de la doctrine Giedroyc-Meroshevsky et ses clauses comme caractéristiques de la « doctrine jagellonienne » est l’incapacité de la part d’un nombre considérable de Polonais d’accepter que la vieille politique polonaise était d’une nature impérialiste [25]. De plus, en dépit de l’acceptation nominale de cela dans la politique étrangère polonaise envers l’Est, la même doctrine déclare que c’est l’impérialisme russe, et non l’impérialisme polonais, qui est le danger principal pour l’Ukraine, la Lituanie et la Biélorussie.

moczulgeopoba6377addaa.jpgAinsi, en dépit des thèses apparemment anti-impérialistes de la doctrine en question, son adaptation par l’élite polonaise n’a fait que renforcer le caractère expansionniste, messianique et antirusse de la politique étrangère polonaise. Le choix de l’Ukraine et de la Biélorussie comme objets de la politique orientale polonaise et la nature générale de celle-ci (cela sera discuté plus loin) sont directement liés à cette influence. Une autre caractéristique importante de ce « nouveau » projet géopolitique est la faveur accordée à une participation accrue de la Pologne à l’intégration européenne, ce qui serait combiné avec le maintien de régimes libéraux-démocratiques dans les pays de l’Est [26]. Actuellement, la combinaison de ces idéologies est démontrée par la participation active de la Pologne au « Partenariat de l’Est » de l’Union Européenne.

Les contributions de Giedroyc et Meroshevsky proposent ce qui essentiellement une version nouvelle et adoucie de la vieille idée jagellonienne promouvant une politique étrangère active dans l’Est et gardant un œil sur le patronage de la Pologne sur les nations de Lituanie, d’Ukraine et de Biélorussie. Cette tendance n’a manifestement pas disparu dans la politique étrangère après 1989. En fait, A. Lorak affirme que la notion d’ULB de Giedroyc a formé la base de la nouvelle politique orientale de la Pologne après 1989 [27] et a maintenant été utilisée pour justifier le rôle actif de la Pologne dans le « Partenariat de l’Est ». Cet auteur dit que la doctrine Giedroyc-Meroshevsky est essentiellement apparentée à la doctrine du Prométhéisme, dont le principe de base est surtout d’assurer la sécurité et le leadership de la Pologne au moyen de l’émancipation de ses voisins de l’Est vis-à-vis de la Russie [28]. Cette voie a été poursuivie dans la politique étrangère polonaise depuis l’effondrement du système mondial bipolaire [29].

De plus, la Stratégie de Sécurité Nationale polonaise en action de 2007 à 2014 postulait que l’Etat polonais contemporain est d’une importance fondamentale pour promouvoir l’expansion de l’UE et de l’OTAN, spécialement en Ukraine, en Moldavie, au Sud-Caucase, et dans la parie ouest des Balkans [30]. Le document dit, par exemple, que « la démocratisation de la Biélorussie aurait un effet fortifiant positif sur la sécurité de la Pologne » [31]. La nature atlantiste de cette stratégie peut être vue dans la proclamation que les USA sont le principal allié de la Pologne et dans la reconnaissance que l’« ambition de traiter l’UE comme un contrepoids aux Etats-Unis » [32] est une menace pour la sécurité polonaise. Cette préférence sans ambiguïté pour les USA et l’OTAN a été renouvelée dans la mise à jour stratégique de 2014, qui se concentre surtout sur la nécessité de contenir la Russie.

L’élément le plus important de l’actuelle politique orientale de la Pologne est son attitude envers la diaspora polonaise dans les pays étrangers et sa manipulation comme un instrument de politique étrangère et d’expansion culturelle. Comme l’a remarqué l’analyste ukrainien Vladislav Gulevich, l’intensification de cette politique de la diaspora depuis 2006 « peut être vue comme un désir de créer un environnement religieux et culturel dominé par le catholicisme et la culture polonaise de Rite Romain » [33].

Semper-Polonia-logo.jpgEn effet, l’idée de « Polonia », de Monde Polonais, est activement utilisée dans le discours politique polonais qui unit la nation polonaise, quel que soit le lieu de résidence de ses membres. D’après Giedroyc, depuis 1990 le Sénat de la République de Pologne a fourni un financement important pour le développement de la « Polonia ». Si initialement une seule organisation fut impliquée dans cette initiative – l’Association des Communautés Polonaises – en 2008 plus de 75 ONG furent inclues, la plus grande étant la Communauté Polonaise, Semper Polonia, et la Fondation pour l’Assistance aux Polonais dans l’Est. Ces organisations reçoivent plus de 76% de tous les subsides gouvernementaux visant à soutenir la diaspora polonaise (17,1 millions de dollars). Le Sénat polonais a clairement identifié les principales priorités de travail de cette « Polonia » comme étant le développement de projets éducationnels pour les Polonais à l’étranger (26% du financement), le développement de la culture polonaise (plus de 17%), et le développement de médias étrangers polonais et pro-polonais (10%) [34].

Le fait de la combinaison des politiques de soutien aux compatriotes avec la politique étrangère de la Pologne apparaît dans la manière dont en 2006 l’un des candidats à la présidence de la Biélorussie était le représentant de l’opposition unie, Alyaksandr Milinkevich, qui est membre de l’Union des Polonais en Biélorussie [35].

La confiance accordée aux organisations non-gouvernementales, la « diplomatie humanitaire », et la pénétration culturelle des anciens territoires de l’Etat polono-lituanien sont les facettes distinctives de la politique polonaise envers l’Ukraine et la Biélorussie. Kiev et Minsk hébergent tous deux des départements de l’Institut Polonais qui travaillent avec les universitaires, enseignants et étudiants locaux pour diffuser les idées de l’histoire et du destin communs de la Pologne, de l’Ukraine et de la Biélorussie, l’importante contribution culturelle du Commonwealth polono-lituanien au développement des deux nations, la promotion de la perspective polonaise à l’histoire de l’Ukraine et de la Biélorussie, et les relations ukrainiennes et biélorusses avec les Polonais et les Russes. Les échanges de personnel de la Polonia sont aussi une composante active qui emploie des diplômés dans les branches des entreprises polonaises ou locales intéressées par une coopération avec la Pologne, renforçant ainsi la présence économique de la Pologne dans la région. Dans le cadre de la Polonia, une attention particulière est portée au catholicisme. Les Polonais forment approximativement 50% du clergé dans la communauté catholique biélorusse qui forme 20% de la population. Des contributions sont aussi faites à la communauté catholique croissante en Ukraine. « D’après l’Annuaire Pontifical, le nombre total de catholiques (de tous rites) en Ukraine est maintenant d’environ 5 millions de personnes (environ 10% de la population) [36].

Comme le remarque le chercheur polonais K. Pomoska, l’orientation vers l’Est (spécialement vers l’Ukraine, la Biélorussie et la Russie) continue d’être une priorité majeure de la politique étrangère polonaise. La Révolution Orange en Ukraine et le préjugé pro-occidental subséquent dans la politique étrangère de l’Etat ukrainien sont considérés comme des réussites de la politique étrangère polonaise [37]. Le soutien à l’opposition en Biélorussie et les relations froides avec la Russie restent des caractéristiques « européanisées » de la stratégie de la politique étrangère polonaise qui, bien qu’utilisant des instruments de l’UE, est stratégiquement orientée vers les USA.

Notes :

[1] Неменский О. IV Речь Посполитая: взгляд на Восток [Электронный ресурс] URL: http://www.apn.ru/opinions/article9544.htm (дата доступа - 17.08.2011).

[2] См.: Дмовский Р. Германия, Россия и польский вопрос. СПб., 1909.

[3] Fawn R. Ideology and national identity in post-communist foreign policies. N.Y.: Routledge, 2003. P. 187.

[4] Гулевич В. Границы евразийства и их преодоление / Левиафан: материалы семинара «Геополитика/Геостратегия». М., 2011. С.201-202.

[5] Prizel I. National identity and foreign policy: nationalism and leadership in Poland, Russia and Ukraine. Cambridge. Cambridge University Press, 1998. P. 57.

[6] Ibid.

[7] Соцков Л. Секреты польской политики. 1935-1945гг. Рассекреченные документы Службы внешней разведки Российской Федерации. М., 2010. С. 269-290.

[8] Woytak R. The Promethean Movement in Interwar Poland //East European Quarterly, 1984. vol. XVIII, no. 3. Pp. 273-278.

[9] Levy J. The Intermarium: Wilson, Madison, & East Central European Federalism. N.Y.: Universal-Publishers, 2007. P. 175.

[10] Ibid.

[11] Petersen A. The World Island: Eurasian Geopolitics and the Fate of the West. Santa Barbara: ABC-CLIO, 2011. P. 60.

[12] Ibid. P. 74.

[13] Mackinder H. Situation in South Russia. 21 January 1920 / Documents on foreign policy 1919 – 1939. First series. V. III. 1919. London, 1949. C. 786–787.

[14] Бжезинский З. Великая шахматная доска. Американское превосходство и его геостратегические императивы. М.: Международные отношения, 2010. С. 239.

[15] Дворовенко П. «Чеченская карта» польской политики. Империя: информационно-аналитический портал [Электронный ресурс] URL: http://www.imperiya.by/politics1-8490.html (время доступа - 12.08.2011)

[16] Савин Л.В. Проект Междуморья и геополитика региональных рисков // Геополитика. 2011. Вып. 10. С.45-47.

[17] Levy J. The Intermarium: Wilson, Madison, & East Central European Federalism. N.Y. Universal-Publishers, 2007. P. 340.

[18] Reprintsev V. Ukraine in Polish Foreign-Policy Doctrines / [Ukrainian Statehood in the Twentieth Century: Historical and Political Analysis. Kyiv: Political Thought, 1996. P. 156.

[19] Андреев А. Новая Речь Посполитая [Электронный ресурс] URL:http://www.apn.ru/opinions/article9504.htm (дата обращения - 20.08.2011).

[20] Spero J.D. Bridging the European divide: middle power politics and regional security dilemmas. N.Y.: Rowman & Littlefield, 2004. P. 35.

[21] Мерошевский Ю. «Польский комплекс» России и территория УЛБ. [Электронный ресурс] URL:http://www.polonica.ru/node/136 (дата доступа - 13.08.2011).

[22] Ibid.

[23] Ibid.

[24] Миллер А.И. Тема Центральной Европы: История, современные дискурсы и место в них России // Регионализация посткоммунистической Европы: Сб. науч. тр. М.: ИНИОН, 2001. С. 35.

[25] Неменский О. IV Речь Посполитая: взгляд на Восток [Электронный ресурс] URL:http://www.apn.ru/opinions/article9544.htm (дата доступа - 17.08.2011).

[26] Lacroix J., Nicolaīdis K. European Stories: Intellectual Debates on Europe in National Contexts. Oxford: Oxford University Press, 2011. P. 226.

[27] Lorek A. Poland's Role in the Development of an 'Eastern Dimension' of the European Union. Munich: GRIN Verlag, 2009. P. 24. [28] Ibid. P.88

[29] Ibid. P. 24

[30] Polish National Security Strategy. Warsaw 2007. P.7.

[31] Polish National Security Strategy. Warsaw 2007. P. 7.

[32] Ibid. P. 9.

[33] Гулевич В. Диаспоральная политика Польши на "Восточных территориях" (Украина, Беларусь) [Электронный ресурс]URL: http://www.geopolitika.ru/Articles/Page/320 (дата обращения - 20.07.2011).

[34] Гулевич В. Указ. соч.

[35] Неменский О. Указ. соч.

[36] Гулевич В. Указ. соч.

[37] Pomorska K. Are we there yet? From adaptation to Europeanisation of Polish foreign policy [Электронный ресурс] URL: http://euce.org/eusa/2011/papers/7j_pomorska.pdf (дата обращения - 20.08.2011).