Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 07 octobre 2022

La Russie de Poutine et les Anglo-Saxons dans une guerre hybride

22-04-06-iss-today-hybrid-warfare-KA-banner.jpg

La Russie de Poutine et les Anglo-Saxons dans une guerre hybride

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/10/03/putinin-venaja-ja-anglosaksit-hybridisodassa/

Le discours de Poutine, vendredi dernier, a une fois de plus provoqué la peur, le dégoût et l'indignation en Occident. En Finlande, et dans les autres colonies les plus ardentes de l'Occident libéral, l'éventail politique de droite à gauche est uni dans son antirussisme.

Dans la guerre hybride de l'Occident, tout le monde, des politiciens aux journalistes en passant par les experts, scande les mêmes phrases jour après jour, que de nombreux citoyens ordinaires répètent ensuite. On ne peut échapper à l'idée que ces interférences informationnelles sont coordonnées et que les traces mènent aux centres opérationnels de l'Occident.

En ce qui concerne le discours de Poutine, la droite libérale anglo-américaine et européenne n'a pas semblé apprécier les points se moquant du "satanisme" et des politiques identitaires perverses de l'Occident, et la gauche occidentale n'était même pas intéressée aux références au colonialisme et au racisme occidentaux.

Dans leur mode typique, les experts finlandais en politique étrangère ont également aboyé contre Poutine et affirmé que les nouvelles alliances territoriales de la Russie ne feraient que rendre l'Ouest et l'OTAN plus unis. On pense également que le rôle des États-Unis en tant que "garant de la sécurité" pour ses voisins de la zone euro ne fera que se renforcer.

Pour Poutine, le comportement de l'élite européenne n'est plus seulement de la flagornerie américaine, mais une "trahison pure et simple" des peuples d'Europe. Une fois encore, il nous a rappelé que la Russie n'est pas non plus prête à devenir une colonie de l'Occident, ni à céder sa souveraineté aux États-Unis. C'est pourquoi l'Occident perçoit la "pensée et la philosophie russes" comme une menace pour sa domination mondiale.

Outre les États-Unis, la Grande-Bretagne est depuis longtemps active dans la guerre contre la Russie. La guerre hybride de Londres contre Moscou dure depuis des siècles, si l'on en croit certains politologues russes. Il n'était donc pas surprenant que Poutine fasse référence aux "Anglo-Saxons" dans son discours et les accuse également de saboter les gazoducs Nord Stream.

La bulle occidentale s'imagine que le discours de Poutine était destiné à des fins de politique intérieure, alors qu'en réalité le message s'adressait au reste du monde, où les références historiques et religieuses, le patriotisme et la critique franche des politiques hypocrites de l'Occident du président russe sont compris. L'Occident lui-même est le monstre aux yeux du reste du monde, pas la Russie.

hybrid_warefare-690x450.jpg

Nous sommes passés des circonstances exceptionnelles de la période pandémique à un nouvel état étrange, une sorte de psychose de guerre, dans lequel beaucoup de gens se mentent à eux-mêmes et s'imaginent, noir sur blanc, que tout ira bien si seulement la Russie cessait d'exister. En réalité, l'"Occident collectif" ne représente pas les bonnes forces comme dans la fantaisie de J.R.R. Tolkien, et la Russie n'est pas le Mordor et ses armées d'orques.

Si quelque chose dans ce monde représente bel et bien les forces contre la civilisation, c'est précisément "l'empire global américain", qui détruit sans état d'âme des cultures, des traditions et des États entiers dans une tentative de façonner le monde entier à sa propre image tordue.

Il est également grotesque que les États-Unis, qui possèdent plus de six cents bases militaires dans divers pays, accusent la Russie d'"impérialisme". Mais même Washington, qui diffuse le faux message de la démocratie et de la liberté avec l'aide de l'industrie cinématographique hollywoodienne et de la culture populaire américaine, sait comment jouer à un jeu de faux semblants, même s'il ne s'agit que de poudre aux yeux.

Je ne sais pas si c'est la Russie qui fera tomber ce pouvoir, mais l'élite qui dirige l'Occident doit, à mon avis, être combattue, même si elle ne se soucie pas des idéologies de ses rivaux. Aucun système n'est parfait, mais je pense que la mondialisation multipolaire offre de meilleures alternatives pour différentes nations que le "modèle néocolonial" unipolaire de l'Occident. Toutefois, la transition vers un nouvel ordre ne sera pas facile.

Au conflit actuel s'ajoute la menace toujours plus grande d'une nouvelle crise économique. La guerre cessera-t-elle et le soutien à l'Ukraine sera-t-il suspendu lorsque l'Occident se trouvera à nouveau en difficulté économique? L'hégémonie du dollar américain sera-t-elle brisée en conséquence?

Comme point de référence historique, on pourrait mentionner comment, dans les dernières années de la Grande Guerre du Nord, la Grande-Bretagne a tenté d'inciter la Suède et la Pologne en particulier à attaquer la Russie avec elle. Cependant, la Grande-Bretagne a été contrainte de se retirer des plans de guerre car elle devait se concentrer sur ses affaires intérieures après le krach boursier de Londres en 1720. Sommes-nous sur le point de nous retrouver dans une situation similaire ?

Écrire un commentaire