Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 05 décembre 2022

Le chant des sirènes de Sanna Marin dans le spectacle belliciste de l'Occident

marin_sanna-slush_participation.jpg

Le chant des sirènes de Sanna Marin dans le spectacle belliciste de l'Occident

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/11/18/sanna-marinin-seireenin-laulu-lannen-sotaspektaakkelissa/

Slush est un événement international consacré à la technologie et à la croissance des entreprises qui se tient chaque année à Helsinki. L'événement de cette année comportait également une interview de la Première ministre Sanna Marin, qui s'est une fois de plus exprimé comme un néo-conservateur américain pur et dur (il n'est pas étonnant qu'elle ait déjà fait référence à Anne Applebaum et à la "lutte mondiale entre autocraties et démocraties").

Slush 46173314751_b8835c5222_o.jpg

Le thème des propos de Sanna Marin était de réduire les dépendances vis-à-vis des pays autoritaires tels que la Russie et la Chine. Cela aurait été au moins un peu plus plausible si la Finlande ne venait pas d'être visitée par des représentants du gouvernement et des entreprises saoudiennes, afin de renforcer les relations économiques et commerciales bilatérales entre la Finlande et cette monarchie absolue, qui adhère à la stricte charia.

Les liens bien connus de Sanna Marin avec le forum capitaliste technocratique de Davos suggèrent également que l'"autoritarisme" ne la dérange pas vraiment, tant qu'il est d'origine occidentale. L'hégémonisme des années 1990 et le sombre jeu à somme nulle semblent convenir à la pensée de Sanna Marin, même s'il peut sembler étrange d'exprimer de telles opinions lors d'un événement consacré à la technologie et à l'innovation commerciale.

Bien sûr, la sirène sociale-démocrate chante les chansons de son orchestre de fond et ses apparitions publiques font partie du spectacle de la guerre en cours. J'ai d'abord pensé que la santé mentale de Sanna Marin avait été ébranlée, mais peut-être que notre Première ministre assoiffée de pouvoir s'est vu promettre un rôle si attrayant en tant que successeur de l'actuel qu'elle est capable de jouer un monomaniaque détestant la Russie - dans le style de Jussi Halla-aho.

"Cela ne signifie pas que nous devons couper tous les liens économiques avec, disons, la Chine ou tout autre pays. Sauf la Russie", a souligné Marin, canalisant la "colère de deux minutes" de ses auditeurs vers la bonne cible. Alors que la Finlande finalise actuellement le dixième paquet d'aide à l'Ukraine, la Première ministre a ajouté que "nous devons nous assurer que la Russie perde la guerre".

Cette "défaite", Marin l'a souvent espérée par le passé, tout en démontrant son ignorance de l'histoire militaire de la Russie. Mais peut-être le président héroïque des (faux) médias du pouvoir, Zelensky, avec le soutien de l'Occident de l'OTAN, réussira-t-il là où les Mongols, le roi Charles XII de Suède, Napoléon et Hitler n'ont pas réussi ?

Au Slush, Sanna Marin a également fait valoir que l'on a eu tort de maintenir des relations étroites avec la Russie en matière de politique énergétique. La "logique russe" est différente, dit-elle ; "nos amis de Pologne et des pays baltes avaient raison", la Finlande et surtout l'Allemagne avaient tort. De cette façon, Sanna the War - poursuivant le travail de taupe de Sauli Niinistö - fait danser la Finlande, État-providence nordique, dans les rangs enragés des États traumatisés d'Europe de l'Est.

Pendant un moment, Sanna Marin a également joué le rôle d'un eurocrate, en disant que l'Europe ne devrait pas non plus être trop dépendante des États-Unis. Cela ne semblait pas très convaincant dans une situation où les sanctions anti-russes et autres mesures destructrices n'ont servi qu'à renforcer le pouvoir d'occupation américain, au détriment des intérêts propres et de la crédibilité politique de l'Eurocontinent.

Les politiciens finlandais crient maintenant hardiment des obscénités derrière la machine de guerre de l'OTAN, même si, lorsque les jeux sont faits, Washington n'a ni les ressources ni la volonté de protéger ses vassaux autodestructeurs. Mais nous appartenons enfin à l'Occident™, dans le jeu de pouvoir géopolitique où les Finno-ougriens se sont vu réserver le rôle prévisible de pion sacrificiel.

Dans la mythologie grecque, les sirènes étaient des femmes, un mélange d'apparence humaine et d'oiseau de proie, avec des griffes acérées aux pieds comme les chauves-souris. Avec leur chant, les sirènes attiraient les marins vers elles, puis les mettaient en pièces. La menace politique de Sanna Marin pourrait avoir un effet similaire sur l'avenir de la Finlande.

fda431da8fd0d228fd7d17c146e2ed3e--legendary-creature-mythe.jpg

 

Écrire un commentaire