Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 05 décembre 2022

L'état du conflit en Ukraine

ukraine-tank-lg.jpg

L'état du conflit en Ukraine

par Andrea Zhok

Source : Andrea Zhok & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/lo-stato-dell-arte-del-conflitto-in-ucraina

En février de cette année, dans les semaines précédant l'entrée des troupes russes dans le Donbass, des discussions ont eu lieu dans les journaux et les talk-shows sur les perspectives possibles.

À ceux qui ont appelé à ce que de l'Ukraine renonce à toute adhésion à l'OTAN, accepte un statut de neutralité et octroie d'un certain degré d'autonomie administrative aux provinces russophones (conformément aux accords de Minsk II) - toujours dans le cadre de l'État ukrainien - comme étant là des mesures raisonnables, et même pratiques, les experts du régime ont rétorqué avec colère qu'il s'agissait d'une perspective inacceptable, que la souveraineté ukrainienne était en jeu et qu'un État devait avoir le droit de choisir ses alliances militaires (NB : L'autonomie administrative du Tyrol du Sud est motivée par la présence d'une population germanophone à 69% ; dans les régions de Donetsk et de Lugansk, la population russophone d'avant-guerre dépassait les 90%).

Et encore au lendemain de l'invasion, certains recommandaient d'organiser des pourparlers de paix le plus rapidement possible au lieu d'envoyer des armes, car cela aurait prolongé le conflit indéfiniment, et cela aurait été payé durement par les Ukrainiens en premier lieu et par l'Europe dans son ensemble en second lieu.

À cela, les mêmes experts du printemps dernier ont répondu avec force qu'il s'agissait d'une question de souveraineté, qu'il y avait un agresseur et un agressé, que ce n'était pas le moment de négocier, que l'Europe en sortirait plus forte qu'avant (j'ai le souvenir précis d'un journaliste réputé et d'un ancien ambassadeur dans un studio de télévision qui défendaient ces thèses avec véhémence en réponse à mes propos).

Aujourd'hui, neuf mois plus tard, l'Ukraine commence à ressembler à un tas de ruines gelées et 6 millions de réfugiés ukrainiens sont déjà arrivés dans l'Union européenne (la plus grande crise de réfugiés en Europe depuis 1945) et au moins autant d'autres se préparent à arriver.

Rien que pour l'année en cours, l'estimation des frais à la charge de l'hôtellerie européenne s'élève à 43 milliards d'euros. Les morts au front sont de l'ordre de grandeur de centaines de milliers.

L'approvisionnement colossal en armes de l'OTAN (trois fois le budget annuel de la Russie) a largement pris le chemin du marché noir, où l'on trouve désormais des missiles sol-air, des mortiers, des mitrailleuses lourdes, etc. à un prix d'aubaine (le crime organisé en profitera pendant des décennies).

Quant à la "souveraineté" ukrainienne qu'il fallait défendre à tout prix, même les plus étourdis savent aujourd'hui qu'il s'agit d'un conte de fées depuis longtemps : le soutien et l'appui américains au coup d'État de Maidan sont bien connus, tout comme les tirades du vieux président Biden sur les juges ukrainiens enquêtant sur les affaires ukrainiennes de son fils Hunter.

Quant à l'idée que l'Ukraine "souveraine" ne représentait aucune menace et qu'il n'y avait aucune possibilité réelle qu'elle fasse partie de l'OTAN, il est depuis discrètement apparu que dès le lendemain de la signature des accords de Minsk II (2015), l'OTAN entraînait l'armée ukrainienne, lui fournissait des armes, construisait des fortifications, et que la signature des accords n'avait été qu'un stratagème pour gagner du temps et permettre à l'Ukraine de se renforcer militairement (témoignage direct de l'ancien président Porochenko, ainsi que de plusieurs responsables américains).

Toujours dans l'optique de protéger la souveraineté ukrainienne, la Russie a entre-temps stabilisé une grande partie des territoires conquis, Mariupol a même déjà été partiellement reconstruite, des référendums d'annexion ont été organisés, et la perspective d'un retour de ces territoires aux mains des Ukrainiens est considérée comme risible même par les dirigeants américains.

Le conflit a maintenant été explicitement caractérisé comme un conflit entre l'OTAN et la Russie, bien que personne ne souhaite que cela soit officiellement reconnu car cela risquerait de provoquer une déflagration mondiale. Les "volontaires" étrangers se battent de plus en plus souvent sur le territoire ukrainien, avec des instructeurs de l'OTAN, des armes de l'OTAN et des fonds de l'OTAN. L'armée ukrainienne régulière a depuis longtemps perdu ses troupes les plus "prêtes au combat" et n'est plus qu'une réserve de chair à canon pour des sorties sanglantes et périodiques.

Pendant ce temps, l'Europe est en proie à la stagflation, et la planification continue de nouvelles usines par le secteur industriel a déjà lieu en dehors des frontières de l'Europe.

En fait, la politique de réduire considérablement les échanges avec la Russie a créé une crise terminale dans l'approvisionnement en énergie et en matières premières, car tous les principaux acteurs qui ne sont pas directement subordonnés aux États-Unis savourent pour la première fois la possibilité d'affirmer leur pouvoir de négociation en tant que fournisseurs de matières premières - pouvoir de négociation qui a énormément augmenté avec le quasi-blocage des approvisionnements en provenance de Russie et d'Ukraine. Sans énergie et sans matières premières, l'Europe deviendra très vite un musée moribond.

Comme prévu et prédit par beaucoup depuis février, la route prise il y a neuf mois mène exactement là où elle aurait dû mener.

Nous n'avons pas "sauvé les Ukrainiens", mais nous avons alimenté et prolongé un processus qui est en train d'anéantir le pays et de tuer des dizaines de milliers d'entre eux.

Nous n'avons pas "sauvé la souveraineté ukrainienne", à la fois parce qu'elle était déjà presque inexistante (et qu'elle est maintenant réduite aux pantomimes de quelques marionnettes et acteurs), et parce que l'État ukrainien s'est dissous, qu'un quart de sa population a émigré et que les pertes territoriales seront presque certainement permanentes.

D'autre part, nous avons vidé le peu qui restait de l'Europe, qui perd très rapidement son seul véritable "atout" compétitif, à savoir sa capacité de transformation industrielle (en l'absence de sources d'énergie abondantes et bon marché, cette orientation calamiteuse est sans espoir).

Mais peut-être certains peuvent-ils espérer qu'après tout, un effondrement est souvent suivi d'une palingénésie, et que ce sera peut-être le bon moment, non ?

C'est juste que la véritable pierre tombale sur tout espoir de renaissance est la détection du bouchon structurel bloquant toute possibilité de prise de conscience et de renouveau : tout le cirque médiatique des "experts" et des "accrédités", toute la bande des ratés qui ont réussi dans le système, des saltimbanques du pouvoir qui créent et façonnent la fameuse "opinion publique" sont là, bien en selle, et poursuivront indéfiniment leur action d'empoisonnement, de manipulation et de tromperie.

Écrire un commentaire