Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 juin 2024

Pays-Bas: le cabinet Schoof prêt pour la guerre

aaf348bd3a0aeb64b1adb030815fdafc.png

Pays-Bas: le cabinet Schoof prêt pour la guerre

Les ministères des affaires étrangères, de la défense, de la justice et de la sécurité aux mains des faucons du VVD et du NSC

Raisa Blommestijn

Source: https://deanderekrant.nl/nieuws/kabinet-schoof-klaar-voor-oorlog-2024-06-21

Tous les postes ministériels clés du nouveau cabinet seront aux mains des partisans du soutien à l'Ukraine dans la guerre contre la Russie. Le nouveau ministre de la justice et de la sécurité David van Weel (VVD) est actuellement le bras droit du chef de l'OTAN Jens Stoltenberg, le ministre de la défense est Ruben Brekelmans, faucon du VVD, et le ministre des affaires étrangères est Caspar Veldkamp (NSC, ex-CDA), "Européen au franc-parler", qui qualifie la guerre en Ukraine de "notre guerre". Le nouveau cabinet se prépare-t-il ainsi à une grande guerre européenne ?

La guerre en Ukraine a marqué les dernières années de la présidence du Premier ministre Mark Rutte, qui va devenir le grand patron de l'OTAN. "C'est aussi notre guerre", disait invariablement le premier ministre lorsqu'il apportait un soutien financier, avec livraison d'armes, de plus en plus important à l'Ukraine au nom des Pays-Bas.

En coulisses, notre pays semble également se préparer de plus en plus à une confrontation directe avec la Russie. Par exemple, on prépare les esprits à rappeler les jeunes Néerlandais au service militaire, on publie des enquêtes d'orientation sur la "préparation à la mort" et le ministère de la défense fait le tour du pays pour réclamer de l'espace pour des entrepôts de munitions et d'autres activités militaires.

6127774.jpg

Dick Schoof, nouveau premier ministre des Pays-Bas

À l'origine, le PVV n'était pas favorable à l'escalade de la guerre en Ukraine. Wilders ne voulait pas fournir d'armes à ce pays, mais cette position a rapidement dû être abandonnée au cours du processus de formation du gouvernement. En effet, le soutien à l'Ukraine semblait être l'un des points de rupture de la formation. Rutte, entre autres, s'est immiscé dans la question : un refus de soutenir l'Ukraine signifierait, selon lui, la fin de toute participation du VVD à un nouveau gouvernement. Wilders, qui s'attendait à faire partie de la coalition pour la première fois après des années d'opposition, a changé de tactique, et de quelle manière! Tous les postes ministériels clés seront confiés à des partisans déclarés de la guerre.

david-van-weel.png

David van Weel

Ainsi, le ministère de la sécurité et de la justice sera dirigé par David van Weel (VVD), 48 ans, qui est actuellement le bras droit du chef de l'OTAN, Jens Stoltenberg, en tant que secrétaire général adjoint de l'OTAN. À l'OTAN, il s'occupe principalement de la guerre hybride, comme les cyberattaques, de la lutte contre la "désinformation" et des "menaces pour la sécurité", comme le changement climatique et la sécurité énergétique. Auparavant, il a travaillé au ministère de la défense et au ministère des affaires générales, où il a été le conseiller direct de M. Rutte en matière de défense et d'affaires étrangères entre 2016 et 2020.

Van Weel n'est pas avocat. Jusqu'à la nomination de l'actuel ministre de la sécurité et de la justice, Dilan Yesilgöz, avoir un diplôme de droit semblait être le moins que l'on puisse attendre d'un ministre de ce ministère. Ou bien la sécurité est-elle plus prioritaire que la justice pour ce cabinet ?

Lors de ses nombreuses apparitions à la radio, à la télévision et dans les journaux ces dernières années, au moins une chose ressort : le soutien franc de Van Weel à l'Ukraine. Il ne cesse de parler de "l'agression russe" et de l'importance de fournir à l'Ukraine un soutien financier et des armes supplémentaires "pour nous protéger". Il ne cesse également de souligner l'importance de l'alliance de l'OTAN. Depuis la guerre en Ukraine, a-t-il dit, l'importance de la défense collective est devenue plus qu'évidente. Sur le front de la politique intérieure également, il est clair que M. Van Weel estime que les Pays-Bas devraient faire davantage pour se préparer à la guerre. Le 11 mai dernier, il a déclaré dans une interview accordée à la BNR qu'il pensait que la nécessité de se préparer n'était pas encore suffisamment ressentie aux Pays-Bas. Il s'est prononcé en faveur d'une augmentation du budget de la défense et a fait valoir, de manière remarquable, que la lenteur du processus de réglementation et d'autorisation en Europe fait que nous sommes toujours à la traîne par rapport à la Russie : ce pays a déjà une économie qui repose entièrement sur la guerre.

10rubbre6a.jpg

Ruben Brekelmans

Tout comme le ministère de la sécurité et de la justice, le ministère de la défense passe également entre les mains du VVD. Ruben Brekelmans, talent émergent du VVD, est le futur chef de ce département. Âgé de 37 ans, Brekelmans a étudié l'économie et l'administration publique (avec une spécialisation en "politique mondiale"). Il a occupé plusieurs postes de consultant avant d'entrer dans la fonction publique. Il a travaillé successivement aux ministères de la Justice et de la Sécurité, des Finances et de l'Asile. À partir de 2021, il siégera à la Chambre basse au nom du VVD. Brekelmans est l'un des députés qui s'est exprimé avec le plus de véhémence en faveur du maintien du soutien à l'Ukraine. En avril dernier, il s'est même rendu dans le pays. Sur le site web du VVD, on peut lire que le principal enseignement qu'il tire de cette visite est qu'une aide plus importante doit être apportée à l'Ukraine sur une base structurelle dans les plus brefs délais.

Sur le même site, on peut lire qu'en tant que futur ministre, M. Brekelmans souhaite se consacrer au "maintien de la liberté et de la sécurité aux Pays-Bas". Pour lui, comme pour son futur collègue Van Weel, cela ne semble pas se décider dans des négociations de paix avec Poutine, mais dans la fourniture de plus d'armes et d'aide financière à l'Ukraine et dans l'intégration du pays dans l'UE et l'OTAN. Au début de l'année, M. Brekelmans s'est exprimé sur la radio BNR en faveur de la proposition controversée de confisquer les avoirs que la Russie a déposés en Occident et qui ont été "gelés" après l'invasion de l'Ukraine. Le gouvernement russe est furieux de ce projet et menace de prendre des contre-mesures sévères s'il est mis en œuvre.

c9705c76-170a-456f-b2d6-eb84db1c3e9b_thumb1920.jpg

Caspar Veldkamp

Brekelmans et Van Weel trouveront sans doute bientôt un allié de poids en la personne de leur collègue Caspar Veldkamp, le futur ministre des affaires étrangères au nom du CNS. Âgé de 60 ans, Veldkamp, numéro quatre sur la liste du parti d'Omtzigt lors des précédentes élections à la chambre basse, s'est imposé à la chambre basse, comme Brekelmans, en tant que partisan d'un soutien de grande envergure à l'Ukraine. Avant de se lancer dans la politique à La Haye, M. Veldkamp a fait carrière dans la diplomatie étrangère. Il est un ancien membre du CDA et un "Européen franc". Il a déclaré qu'il rêvait de devenir ambassadeur de l'UE au nom des Pays-Bas.

Ce rêve est encore loin, mais M. Veldkamp peut se consacrer à ses autres préférences en tant que ministre des affaires étrangères: l'Ukraine et Israël. M. Veldkamp a été ambassadeur dans ce dernier pays entre 2011 et 2015. Il s'oppose à la critique commune du colonialisme juif dans les territoires palestiniens. En effet, selon lui, ce ne sont pas les Palestiniens mais les Israéliens qui sont en réalité vulnérables au Moyen-Orient et qui méritent donc le soutien des Pays-Bas. Wilders en aura sans doute pris note avec joie. Le leader du PVV est connu pour ses penchants sionistes déclarés. Selon certaines rumeurs, le bras droit de Wilders lors des négociations de formation, Gidi Markuszower, né en Israël, aurait des liens avec les services secrets israéliens, le Mossad. Serait-ce la raison pour laquelle Markuszower n'a pas passé le contrôle de l'AIVD ?

Veldkamp soutient pleinement l'Ukraine. Il souligne à plusieurs reprises dans des interviews qu'il s'agit "aussi de notre guerre" et que "repousser les menaces russes" est important pour la sécurité des Pays-Bas. À la Chambre basse, il a même été l'un des premiers à s'engager en faveur d'un soutien à long terme à l'Ukraine, ce qui a été fait depuis. Mais ce n'est pas tout : selon M. Veldkamp, les PME néerlandaises devraient également avoir la possibilité de produire des armes et les Pays-Bas, comme d'autres États européens membres de l'OTAN, devraient investir massivement dans la défense.

Ce qui est clair, c'est que sous la houlette de ces ministres, une nouvelle escalade du conflit en Ukraine - et peut-être même une troisième guerre mondiale - se rapproche de plus en plus. Personne ne parle de négociations de paix avec Poutine. Le fait que les Pays-Bas pourraient devenir la cible d'une action militaire russe en raison de cette position n'est pas un sujet de discussion. Rien dans ce soi-disant "cabinet PVV" ne s'oppose à la poursuite de la ligne Rutte. En effet, le cabinet Schoof est à bien des égards un cabinet de guerre.

 

vendredi, 07 juin 2024

La députée allemande Dagdelen: L'OTAN cherche une excuse pour envoyer des troupes en Ukraine

1200px-DIE_LINKE._NRW_Sevim_Dagdelen.jpg

La députée allemande Dagdelen: L'OTAN cherche une excuse pour envoyer des troupes en Ukraine

Source: https://adimlardergisi.com/2024/06/05/bagimsizlik-icin-natodan-cikmali-baris-icin-natoyu-durdurmaliyiz/?fbclid=IwZXh0bgNhZW0CMTEAAR3cYxzcxHluaNykHp6CyWObfSK_UYR31jNpbKA0k45KJVq21e1e9IG0U28_aem_AXUOjeJrmRf8hBCHax3M-BX-OYyrQ8us4D9w96s5drbeOZoSA5MBiQRoNh0UzjTpvvmRE88ltvuiAR7ZhiMHnDT3

Alliance Sahra Wagenknecht (BSW) - Sevim Dağdelen, députée allemande d'origine turque du parti Raison et Justice, a déclaré que l'OTAN cherchait une excuse pour déployer des troupes sur le territoire ukrainien et prévoyait de créer un scénario similaire au début de la guerre du Vietnam.

« Avant que les États-Unis n'entrent officiellement en guerre au Viêt Nam, peu avant que l'incident du Tonkin ne soit encadré, 15.000 conseillers étaient déjà sur place », a déclaré Mme Dağdelen lors d'un entretien avec l'universitaire Pascal Lottaz sur la chaîne YouTube Neutrality Studies.

"Les troupes américaines ont ensuite été déployées sur place pour “protéger” ces conseillers. Il semble que quelque chose de similaire se prépare ici (en Ukraine) avec le déploiement d'armes allemandes ou d'autres armes capables de frapper la Russie", a-t-elle déclaré.

"Nous devons nous retirer de l'OTAN pour retrouver notre souveraineté en matière de politique étrangère".

Soulignant qu'il est possible d'empêcher l'escalade du conflit en Europe de l'Est en établissant une coalition internationale incluant les pays du Sud, Mme Dağdelen a poursuivi comme suit :

"Dès qu'un pays devient membre de l'OTAN, il perd son indépendance et sa souveraineté. Cela vaut tant pour la politique étrangère et de sécurité que pour la politique intérieure, car elles sont étroitement liées. Il s'agit essentiellement d'un renoncement à la souveraineté, et je pense que nous devrions nous retirer de ce pacte afin de redevenir neutres, autonomes et indépendants et de retrouver notre souveraineté en matière de politique intérieure et extérieure".

Soulignant que les membres de l'OTAN courent le risque de subordonner leurs politiques de sécurité aux directives de Washington et de renoncer à leur souveraineté, Mme Dağdelen a déclaré : « C'est désormais très évident. Le président américain (Joe) Biden a déclaré que les armes occidentales, en particulier américaines, pourraient être utilisées par l'Ukraine pour atteindre des objectifs militaires sur le territoire russe. Peu après, le chancelier (Olaf) Scholz a déclaré que les armes allemandes pourraient également être utilisées".

"C'est pourquoi je dis que nous avons besoin d'une Europe indépendante, composée de démocraties souveraines dans un monde multipolaire, ce qui inclut une politique étrangère et de sécurité indépendante centrée sur de bonnes relations avec les grandes puissances. 

Pour ce faire, il faut mettre un terme à l'expansion de l'OTAN en Asie et en Europe. Il faut s'assurer de quitter les blocs militaires et il faut lancer une initiative pour réduire les risques de conflits militaires directs", a-t-elle conclu.

 

jeudi, 16 mai 2024

Aymeric Monville: "Les Français sont contre l'insouciance et la belligérance des hommes politiques"

1711049150989.jpg

Les Français sont contre l'insouciance et la belligérance des hommes politiques

Jafar Salimov interviewe Aymeric Monville

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/28064-aymeric-monville-i-francesi-sono-contrari-all-incoscienza-e-alla-belligeranza-dei-politici.html

Aymeric Monville, auteur d'essais philosophiques et politiques, dit ce que les Français pensent de l'idée d'Emmanuel Macron d'envoyer des soldats de l'OTAN en Ukraine pour combattre la Russie.

* * * *

monville-300x291.jpg- Emmanuel Macron a été le premier de tous les dirigeants mondiaux à affirmer publiquement l'idée d'envoyer des troupes de l'OTAN en Ukraine pour combattre la Russie. Est-ce le reflet d'une sorte de consensus au sein des élites françaises ? Ou préparait-il l'opinion publique à l'afflux de cercueils en provenance de l'Est ? Ou autre chose encore ?

- L'absence de consensus s'est traduite par le fait que même des russophobes patentés ont critiqué le président Macron pour s'être privé de la possibilité d'entretenir la nécessaire « ambiguïté stratégique », bref, de dévoiler ses cartes. Ce qui est frappant, c'est que ses déclarations ne servent manifestement même pas la cause - anti-russe - qu'elles sont censées servir. Ce qui semble décisif dans cette affaire, et ce serait rassurant car cela montrerait qu'il s'agit avant tout d'une question de communication, ce sont les échéances électorales, en particulier les élections européennes de juin prochain.

Face à une perte de légitimité, une inflation galopante et une dette abyssale, Emmanuel Macron joue donc la carte « royale » pour s'opposer, sur sa droite, au Rassemblement national et, sur sa gauche, à La France Insoumise, qu'il juge complaisante à l'égard de la Russie. Il faut comprendre qu'ici, en France, les médias ont habitué l'opinion publique à l'idée que le président Poutine mène une guerre de conquête de plus en plus dirigée vers l'ouest, menaçant, après l'Ukraine, la Pologne, les pays baltes, puis l'ensemble de l'Europe. Toute personne saine d'esprit, ne serait-ce qu'en variant ses informations dans les médias alternatifs et les réseaux sociaux, sait que la Russie n'en a ni l'envie ni les moyens, et que les raisons de l'opération spéciale 2022 sont simplement qu'elle ne pouvait tolérer la présence à ses portes d'un gouvernement hostile pro-OTAN, pro-nazi et russophobe, installé au pouvoir depuis au moins 2014. Emmanuel Macron s'appuie donc sur une opinion publique composée, statistiquement, de personnes âgées encore très habituées à se rendre aux urnes pour exprimer leur opinion, mais qui croient encore qu'il existe des médias officiels respectables et que c'est là qu'elles apprendront la vérité. Elles deviennent ainsi le réceptacle d'une propagande guerrière effrénée, désormais identifiée au pouvoir de Macron.

- La France, qui perd du terrain en Afrique, veut-elle vraiment récupérer ces pertes aux dépens de la Russie ? Ses dirigeants ont-ils une appréciation équilibrée des rapports de force ?

- Il m'est difficile de dire « la France », car je ne pense pas que le Président français, lui-même « jeune leader de la French American Foundation », serve encore les intérêts de la France. Je pense qu'il s'agit plutôt de réaliser ce que Macron préconise comme un grand « saut fédéral européen », dans lequel la France achèverait de brader ce qui lui reste de souveraineté en offrant, sous prétexte de soi-disant sécurité européenne, ses bijoux de famille à ses voisins européens, à savoir sa puissance nucléaire et son siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU. Il est vrai que la France détient encore la carte militaire pour négocier avec ses voisins. C'est là que se situe le rapport de force, car son statut de puissance victorieuse après 1945 lui a donné des pouvoirs que l'Allemagne n'a pas institutionnellement. Mais pour obtenir quoi ? Un moratoire sur sa dette ? Là encore, je ne vois même pas ce qui serait bénéfique au peuple français. Quant à la confrontation avec la Russie, chacun sait qu'il n'y a rien à gagner à ce que deux puissances nucléaires se fassent la guerre.

1_le-neocapitalisme-selon-michel-clouscard.jpg

- Les soldats français ont « mis le pied à terre » en Russie au moins quatre fois. La première fois, il n'a fallu que deux ans aux Cosaques pour conquérir Paris. La deuxième fois, la France a gagné en Crimée, mais la Crimée est restée russe. La troisième fois, la Russie est apparue comme une proie facile pendant la révolution. Enfin, pour la quatrième fois, des volontaires français ont revêtu l'uniforme de la Wehrmacht et se sont battus contre la Russie soviétique, aux côtés des fascistes allemands et des nationalistes ukrainiens. Y a-t-il une raison commune à ces leçons historiques ? La France a profité de la faiblesse de la Russie, mais dans quel but ? Quels intérêts ont prévalu : économiques, politiques, affectifs ?

- Je suis un peu déçu, cher ami, que vous ne mentionniez pas le fait frappant que de nombreux Français ont également combattu aux côtés du peuple soviétique, dans l'escadrille Normandie-Niémen. A l'époque de l'URSS, on connaissait bien cette histoire. Je voudrais vous rappeler que la France d'après-guerre a été principalement marquée, à gauche, par le communisme qui était pro-soviétique, à droite par le gaullisme, et n'oublions pas que de Gaulle avait reconnu le rôle des peuples soviétiques dans la libération du peuple français. Certes, cette sensibilité a été érodée par les attaques des partis pro-atlantistes comme le Parti socialiste et la droite dite « orléaniste », la bourgeoisie d'affaires en l'occurrence. Mais je peux vous assurer que la russophobie, bien qu'étant une idéologie d'Etat, n'est pas partagée par le peuple français, pour toutes les raisons historiques que je viens d'évoquer.

- Des intervenants américains affirment que des soldats français se battent déjà contre la Russie et en Ukraine. Des sources russes rapportent qu'il y a déjà eu des victimes parmi les Français. Dans quelle mesure ces informations sont-elles connues en France ?

- Nous n'en parlons pas du tout. Il faut savoir que la télévision russe, RT, est censurée par l'Union européenne et que les grands médias sont monolithiques sur la question ukrainienne. Mais il est indéniable qu'il y a des formateurs français et britanniques dans les rangs de l'armée ukrainienne ; il est indéniable qu'au moment des accords de Minsk, il y a eu des déclarations inacceptables sur le double standard, qui montrent la responsabilité écrasante de nos dirigeants, à commencer au moins par François Hollande mais aussi Nicolas Sarkozy, qui a ramené la France dans le commandement intégré des Nations unies (dont le général de Gaulle nous avait sortis). Je ne veux pas occulter cette longue et honteuse histoire au profit des dernières déclarations, tout aussi honteuses, du président Macron. La seule issue est qu'en agissant ainsi, il se positionnerait comme un négociateur à l'avenir. Nous sommes nombreux dans l'opposition à penser non seulement que nous n'aurions pas dû soutenir le coup d'État fasciste pro-US à Kiev en 2014, mais aussi que nous aurions dû négocier avec la Russie dès le début de l'opération spéciale sur la base de la reconnaissance des droits des russophones qui ont été victimes d'un véritable génocide culturel. Cependant, face au risque d'effondrement du front ukrainien, il n'est pas exclu que même les plus ardents opposants à la Russie se rendent compte qu'il va falloir s'asseoir et négocier.

macron-et-soldats-2-1024x548.png

- J'ose dire que les intérêts de l'establishment français ne coïncident pas avec les intérêts des masses. Dans quelle mesure la société française est-elle prête à résister aux décisions irréfléchies des hommes politiques ?

- L'opposition est unanime pour condamner ces déclarations bellicistes et est soutenue par une grande majorité de Français. Je pense que cela se verra dans les urnes. Il est également possible que cela se traduise dans la rue, par une recrudescence des manifestations des gilets jaunes. Il faut tenir compte d'une réalité nationale qui échappe parfois aux observateurs étrangers : les Français ne sont pas un peuple docile, ils ont donné l'exemple avec de nombreux soulèvements et révolutions. Dans ce contexte, nos dirigeants ont l'habitude d'expérimenter, de lancer une option pour la retirer aussitôt après lorsqu'ils constatent que la situation est bloquée et que l'opinion publique risque de se retourner contre eux. J'ose espérer que c'est le cas avec ces déclarations bellicistes inconsidérées et honteuses, compte tenu de l'indignation manifeste qu'elles ont suscitée en France et dans le monde.

dimanche, 14 avril 2024

Jouets de guerre

Empire-situation-soldats-plomb-copyright-photogriffon.jpg

Jouets de guerre

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/giocattoli-di-guerra/

Il semble que Moscou ait envoyé un cadeau au président Macron. On ne sait pas s'il s'agit de l'ambassade russe à Paris ou du Kremlin directement... mais le cadeau est tout de même arrivé.

Il s'agit d'une boîte de petits soldats, de miniatures de chars d'assaut, etc.

rare-tank-t3476-russe-solido-150eme-en-boite.jpg

Le genre de jouets, j'imagine, qui faisait autrefois le bonheur des enfants. À l'époque où les PlayStation et les smartphones n'existaient pas encore. Et que ce qui comptait, c'était... l'imagination.

Quoi qu'il en soit, l'expéditeur d'un tel cadeau - un ambassadeur d'humeur badine, Lavrov ou Poutine lui-même - a fait preuve d'un solide sens de l'humour. Et d'une bonne dose d'ironie.

J'ai déjà écrit sur Macron, sur ses bizarres et dangereuses illusions napoléoniennes. De sa perspective d'envoyer les troupes de l'OTAN combattre l'ours russe aux côtés des Ukrainiens. Et de sa préparation des divisions de la Légion étrangère à entrer, dans un court laps de temps, sur le terrain des combats.

Une illusion qui n'est pas seulement la sienne, malheureusement. Car Stoltenberg et les dirigeants bruxellois semblent de plus en plus sur la même longueur d'onde. Malgré les freins de Washington. Et ce n'est pas peu dire.

Mais c'est lui, Macron, qui a le plus avancé dans ce sens. Il est le précurseur. Le petit Napoléone de noantri (à la sauce française) dans la campagne de Russie.

Et les Russes lui envoient des petits soldats. Jouez avec, lui disent-ils entre les lignes. Et laissez la vraie guerre aux grands.

Un geste de mépris très peu diplomatique. Mais le président français a montré qu'il ne se souciait guère de la diplomatie et des relations internationales. Et qu'il les comprend encore moins.

Mais il ne faut pas y voir une simple... plaisanterie, car à mon humble avis, ce geste laisse entrevoir autre chose.

Le moment est critique. Avec une Commission européenne qui demande un effort économique supplémentaire aux États membres, jusqu'à 100 milliards au total, afin de continuer à alimenter Zelenski. Alors qu'il est désormais clair que l'Ukraine est en train de s'effondrer.

Moscou n'est pas pressé. Sa stratégie vise à user l'ennemi le plus possible. Et à ménager hommes et moyens. Mais elle avance. Lentement et inexorablement. Il est pourtant évident qu'elle portera bientôt le coup. D'ici l'été. Peut-être plus tôt.

Washington est sur le point d'abandonner le bateau qui coule. Et ce n'est pas à cause de l'obstructionnisme républicain à la Chambre des représentants. Ni à cause du retour, attendu et redouté, de Trump.

C'est l'administration Biden qui est pressée de se sortir du bourbier ukrainien.

Trop inquiète de l'évolution de la situation au Moyen-Orient. Et le risque d'un affrontement avec l'Iran. Sans parler de la tension croissante avec Pékin.

Et puis, probablement, Zelenski a fait son temps. En menant tout un peuple à l'abattoir. Et maintenant, on n'a plus besoin de lui. En fait, il devient un handicap. Pour piquer l'ours russe, d'autres possibilités s'ouvrent. La Moldavie, l'Arménie...

Mais très peu en Europe l'ont compris. Et l'ont accepté.

A part Orban et Fico, qui n'ont plus rien à voir avec le narratif occidental, l'Espagne et quelques autres. La majorité continue à se comporter comme des lemmings. Comme des rats suicidaires.

P3-1_Macron_va-t-en_guerre_OK_Lupo.jpg.1200x675_q85_box-0,89,652,455_crop_detail.jpg

Derrière Macron, qui, de ces rats autodestructeurs, s'est autoproclamé chef.

Et Moscou lui envoie des petits soldats. Pour bien montrer à quel point les Russes craignent les forces armées européennes sans le parapluie protecteur américain.

C'est à se poser des questions, non ?

mercredi, 03 avril 2024

Europe 1914 - 2024. Encore des somnambules?

b313b9ece0053551c6601d3673112063.jpg

Europe 1914 - 2024. Encore des somnambules?

par Anton Giulio De Robertis

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/27766-antongiulio-de-robertis-europa-1914-2024-di-nuovo-i-sonnambuli.html

À la veille de la Première Guerre mondiale, le sentiment dominant en Europe, le "topos", était celui de l'improbabilité de la guerre. Un sentiment que les positions peu scrupuleuses de nombreux dirigeants européens tendent à raviver aujourd'hui.

Les_somnambules.jpgCes dernières semaines, on a assisté à un retour sur un livre publié en 2013 par Christopher Clark sur la genèse de la Première Guerre mondiale, Les somnanbules. Eté 1914. Comment l'Europe a marché vers la guerre (The Sleepwalkers. How Europe got to the Great War), dans lequel les dirigeants qui ont mené leur pays à la guerre sont décrits comme des somnambules, c'est-à-dire des acteurs qui ont marché irrésistiblement vers un objectif dont ils n'étaient pas pleinement conscients.

L'étude analyse les dynamiques qui ont conduit au déclenchement de la Grande Guerre par des pays dont les sociétés, jusqu'aux échelons les plus élevés, sont restées liées au topos de l'"improbabilité de la dégénérescence" en un conflit général de la crise austro-serbe, pourtant grave.

Aujourd'hui, la guerre russo-ukrainienne risque de provoquer une dynamique similaire, car pendant toute la seconde moitié du 20ème siècle et les premières décennies de ce siècle, la conviction largement répandue, c'est-à-dire le topos, de l'impossibilité d'un conflit entre puissances dotées de l'arme nucléaire a dominé en raison de l'énormité des destructions qu'il entraînerait et auxquelles même l'hypothétique vainqueur n'échapperait pas.

En conclusion de son analyse de la genèse de la guerre qui a opposé les puissances de l'Entente, la France, la Grande-Bretagne et la Russie, à celle de la Triple Alliance (mais avec la défection de l'Italie) entre l'Autriche-Hongrie et l'Allemagne, Clark cite une phrase emblématique du topos de l'improbabilité prononcée en 1936, sur le balcon de l'hôtel de ville de Sarajevo, par Rebecca West, leader d'opinion dans le monde anglo-saxon de son époque : "Je ne comprendrai jamais comment cela a pu se produire".

Une phrase qui reprenait, plus de vingt ans plus tard, le sentiment largement répandu dans tous les cercles responsables des puissances qui se sont retrouvées plus tard impliquées dans la guerre.

DC-1914-27-d-Sarajevo-cropped.jpg

En fait, cette conviction est restée dominante dans les milieux politiques et militaires de ces pays jusqu'à l'ultimatum de Vienne à la Serbie. Jusqu'à cette date, ces milieux, même après la tentative d'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand, ont conservé leur optimisme quant à l'évolution de la crise et n'ont pas renoncé à la traditionnelle pause estivale ni à la routine des échanges internationaux.

Le chef d'état-major allemand Helmut von Moltke, par exemple, n'a pas interrompu sa cure thermale à Carlsbad; l'empereur Guillaume II est parti pour la Norvège le 21 juillet, en pleine crise, montrant qu'il excluait la possibilité d'une escalade vers un conflit majeur. De même, dans le camp opposé, le président français Poincaré, de retour avec le premier ministre Viviani de sa visite d'État en Russie, trouve déplacé d'avoir rappelé en France quelques unités militaires du Maroc. Le Premier ministre britannique Asquith, quant à lui, consacre tout le mois de juillet à la question de l'Ulster.

330px-Colonel_Edward_M._House.jpg

Beaucoup moins optimiste, mais développant une vision essentiellement prémonitoire, un observateur extérieur très autorisé tel que le colonel House (photo), conseiller écouté du président américain Wilson, a signalé dès mai 14 que la course aux armements terrestres et navals en Europe conduirait à un conflit (1).

On sait comment la déclaration de guerre à la Serbie et la mobilisation russe ont enclenché une dynamique de mesures militaires que les hauts commandements des deux camps ne pouvaient plus différer, démentant le topos de l'improbabilité qui avait prévalu malgré la poursuite et l'aggravation de la crise austro-serbe. À partir de 1945, après l'utilisation de l'arme nucléaire contre le Japon, une conviction s'est répandue qui s'apparente en quelque sorte à la thèse de l'improbabilité du début du 20ème siècle: c'est le "topos de l'impossibilité" de la guerre nucléaire.

Après les explosions d'Hiroshima et de Nagasaki, cette conviction s'est imposée dans les milieux scientifiques les plus responsables, ainsi que dans les cercles diplomatiques et politiques de haut niveau, pour aboutir à la célèbre déclaration de Reagan et Gorbatchev à Genève en 1985: "la guerre nucléaire ne pouvait pas être gagnée et n'aurait jamais dû être menée".

Dans la crise ukrainienne, le topos qui semble donc vaciller aujourd'hui est celui de l'impossibilité d'un conflit nucléaire, alors même que dès les premiers signes de belligérance, le président américain a exclu toute hypothèse d'intervention directe des forces américaines, précisément pour éviter le déclenchement d'une escalade pouvant conduire à une confrontation nucléaire. La complication de cette position linéaire réside dans les différentes modalités de l'engagement des autres pays de l'OTAN à soutenir l'"Ukraine lésée".

Les formes et les dynamiques de ce soutien ont évolué dans une escalade continue de mesures et de fournitures de moyens qui, de défensives, ont tendu à acquérir progressivement des caractéristiques offensives - avec des développements dont les limites sont déclarées indéfinies - tout comme la réponse russe potentielle reste indéfinie, même si, à plusieurs reprises, Moscou n'a pas exclu de recourir à l'arme nucléaire, en cas de situation extrême.

Mais au-delà du déroulement des opérations sur le terrain et du type de ravitaillement envoyé à Kiev, dans les déclarations de certains dirigeants occidentaux sur le caractère inacceptable de la défaite de l'Ukraine, réapparaît l'attitude de Saint-Pétersbourg en 1914 qui, refusant a priori que la Serbie puisse être écrasée, a donné son feu vert aux mesures qui ont conduit au déclenchement de la Grande Guerre.

Ne pas s'interdire d'aider l'Ukraine à éviter sa défaite, et se réjouir de l'ambiguïté stratégique qui en résulte, implique d'adopter une attitude similaire de la part de l'autre camp, dont la panoplie comprend également l'arme nucléaire. On ne peut donc qu'être soucieux d'éviter que ne s'enclenche le même mécanisme imparable de 1914 qui a poussé les dirigeants européens à entrer en guerre comme des somnambules.

L'hypothèse de l'insertion d'unités militaires des pays atlantiques sur le théâtre de guerre ukrainien accentuerait ce risque, ajoutant une nouvelle pièce à cette guerre mondiale en morceaux dénoncée par le Pontife romain, et risquerait malheureusement de faire converger ces pièces vers un conflit mondial ouvert.

Quelles que soient les tâches que ces contingents pourraient accomplir, si certains d'entre eux tombaient sous le feu des Russes, la situation se présenterait, toujours exclue par le "topos de l'impossibilité": l'affrontement direct entre les forces russes et atlantistes.

À ces risques s'ajoute l'intention de déclencher une véritable course aux armements en Europe. Une dérive qui, déjà au début du 20ème siècle, comme nous l'avons vu, avait conduit un observateur aussi perspicace que le colonel House à prédire avec justesse l'inévitable déclenchement de la guerre, en contradiction flagrante avec l'opinion dominante de l'époque.

Une maxime très répandue veut que "l'histoire soit la maîtresse de la vie". Mais pour que la vie en profite, il faut que les leçons de l'histoire soient comprises par ceux qui sont responsables de notre destin. Pour l'instant, cela ne semble pas être le cas.

Extrait de Pluralia du 22 mars 2024

Note:

(1) Nous savons bien que le "topos de l'improbabilité" a été démenti par la dynamique imparable déclenchée après les mesures militaires de l'Autriche et de la Serbie par la volonté de Saint-Pétersbourg d'empêcher à tout prix la débâcle de la Serbie en lançant la mobilisation de ses forces. Une évolution qui, à son tour, a mis les militaires allemands en position d'imposer, comme indispensable à la sécurité de l'Empire, le déclenchement de mesures préventives similaires. Une dynamique dictée par la stratégie militaire, au-delà du souci de paix des autorités civiles, qui se trouvaient dans l'incapacité de faire des choix inspirés précisément par ce souci.

mardi, 02 avril 2024

Le futur a commencé il y a exactement 25 ans

f0028086.jpg

Le futur a commencé il y a exactement 25 ans

par Vincenzo Costa

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/27755-vincenzo-costa-il-futuro-ha-avuto-inizio-esattamente-25-anni-fa.html

L'avenir a commencé il y a 25 ans, le 24 mars 1999.

Sans mandat de l'ONU, se moquant des réserves russes, laissant le monde entier stupéfait, l'OTAN a bombardé la Serbie pendant des mois, faisant un très grand nombre de victimes civiles: 2500 civils ont péri sous les bombes humanitaires de l'OTAN, 89 enfants, il y a eu un grand nombre de blessés, un enfer parsemé de destructions.

Il s'agissait d'un geste unilatéral, dépourvu de légitimité, mené dans notre pays par la "gauche".

L'opinion publique occidentale a été droguée, comme d'habitude, les services secrets britanniques, qui nous offrent toujours un beau menu de nouvelles fabriquées, ont fait leur sale boulot, comme d'habitude. Les crétins habituels de la "droite humanitaire" ont trouvé des arguments, les marxistes de Pelosi et Nuland se sont alignés comme d'habitude, prouvant qu'on peut être marxiste et crétin.

Mais le reste du monde a regardé, a compris que le même traitement réservé à la Serbie serait progressivement accordé à tous les autres.

Les Russes ont compris qu'un changement de cap était nécessaire et que l'intégrité de la Fédération de Russie était en danger (pour des raisons d'espace, j'éviterai les détails, notamment le fait qu'une partie du terrorisme islamique a été créée par l'Occident), les pays d'Amérique du Sud qu'ils allaient redevenir l'arrière-cour des États-Unis, la Chine que ce serait bientôt son tour.

Un processus souterrain s'est enclenché.

oi8s0dmihqn01.jpg

Le reste du monde a compris que le monde unipolaire, le monde du droit humanitaire, était un monde dans lequel les États-Unis étaient le maître et l'arbitre absolu. Que la mondialisation était l'extermination des différences: que c'était un monde totalitaire.

Le monde se préparait à un conflit avec l'Occident.

Aujourd'hui, Micron propose d'envoyer des troupes au sol en Ukraine, parce que la Russie aboie mais ne mord pas. Récemment, il a affirmé que l'Occident avait franchi toutes les lignes rouges, à chaque fois, sans que Moscou ne réagisse. D'abord les sanctions, puis les armes, puis les chars, puis les missiles, puis les F-16.

Nous pouvons franchir tous les seuils, à tel point que la Russie craint un conflit ouvert avec l'OTAN.

Et nous pouvons faire des ravages à l'arrière, déclencher un terrorisme qui déstabilise la société russe. Le général américain Milley a préconisé cette stratégie il y a longtemps: faire en sorte qu'aucun Russe ne puisse dormir en paix, créer la panique dans tous les coins de la Russie.

En fait, ayant perdu la guerre sur le terrain, l'armée ukrainienne se limite à des actions terroristes, bombardant des villages frontaliers, n'atteignant que des cibles civiles, et nous verrons bientôt qui a embauché ces terroristes. 

D'ailleurs, il est évident que le complexe ukraino-anglais est un complexe terroriste: North Stream en est un exemple, l'attentat à la bombe contre Daria Douguina en est un second. Même les Américains ont confirmé qu'il avait été orchestré par les services de renseignement ukrainiens.

D'aucuns pensent que la Russie ne réagira pas de toute façon et que nous pouvons nous permettre une escalade.

C'est possible, mais j'ai le sentiment qu'ils ont changé de stratégie là-bas, et Lavrov, habituellement prudent, a été clair.

Les missiles russes violent désormais l'espace aérien polonais et frappent des zones situées presque à la frontière. Les avions russes sont de moins en moins respectueux des avions de reconnaissance de l'OTAN qui guident les missiles ukrainiens. Ils ont clairement fait savoir, que si un missile Taurus arrive sur le sol russe, ils bombarderont l'Allemagne, car si elle fait des actions de guerre contre la Russie, elle devient une cible légitime.

serbia-iX6pOC7A-678x509.jpeg

Et si l'Occident utilise ISIS (qui a été créé par Obama et Clinton) pour faire du terrorisme en Russie, les représailles seront évidentes. En attendant Micron a renforcé les mesures de protection personnelle, Zelensky ne bénéficie plus de la sécurité que les Russes lui avaient garantie, le chef des services ukrainiens, on peut le jurer, est une cible.

Enfin, si les troupes occidentales sont déployées sur le terrain avec une certitude absolue, à un certain niveau, des troupes asiatiques et africaines seront déployées du côté russe.

À toute cette masse de crétins casqués, il faut demander: voulez-vous cela?

À ceux qui, le 24 mars 1999, ont déclenché une guerre qui a exterminé tout le droit international et créé les conditions du désastre d'aujourd'hui, nous devons dire: que pensiez-vous qu'il résulterait de ces actions ?

Et si vous n'avez pas été capables de prévoir, c'est que vous étiez des crétins, pas la classe dirigeante.

dimanche, 24 mars 2024

L'arrogance nous conduit à l'abîme

temmmhumarrbnail.png

L'arrogance nous conduit à l'abîme

par Claudio Risé

Source : Claudio Risé & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-arroganza-ci-porta-verso-l-abisso

Rares sont les personnes qui, qui ont vécu la Seconde Guerre mondiale et qui en gardant un certain souvenir, acceptent d'en risquer une autre. Aussi résilientes soient-elles, elles sont bien sûr minoritaires: en Italie, le fameux "trop de grands-parents par enfant" a été comptabilisé dans les statistiques il y a quelques années. Les politiciens ne s'en préoccupent donc pas du tout, et leur désaccord ne semble pas être un problème pour le pouvoir.

Leur expérience face aux proclamations courageuses du "armez-vous et partez" peut toutefois présenter un certain intérêt, notamment parce qu'ils ont vu et vécu la guerre mondiale, même s'ils étaient enfants. L'impression qui domine toutes les autres est celle de l'incrédulité: comment est-il possible aujourd'hui, avec l'arme atomique sur le terrain (fabriquée précisément pour écarter les grands conflits, comme en témoigne Raymond Aron dans son ouvrage sur la guerre), de songer à risquer une nouvelle guerre mondiale ? Pour les très vieux, franchement, c'est ce qui compte.

L'éventualité proche d'une guerre mondiale atomique est une perspective tellement folle et impie (elle détruit la création) qu'il devient totalement indifférent de savoir qui a tort ou raison. Une guerre atomique mondiale est un acte de destruction totale, et ceux qui la provoquent sont un danger pour l'humanité. Chacun des belligérants, dans quelque situation que ce soit, est coupable car il est plus ou moins dominé par la fascination mortifère de la guerre ; tandis que la paix, quelle qu'elle soit, est l'aspiration de sociétés encore relativement saines, comme en témoigne le fait qu'elles préfèrent la vie en paix à la guerre et à la mort.

Ce conflit présente donc des caractéristiques précises qui surprennent, non seulement parce que nous en sommes là mais que nous avons pris cette direction. Aujourd'hui, l'Europe et les États-Unis parlent à nouveau ouvertement de campagnes militaires contre la Russie, alors que les deux siècles précédents ont déjà vu deux campagnes militaires européennes colossales pour la conquérir, qui se sont soldées par des milliers de morts et des défaites sanglantes. Il est compréhensible que Poutine, qui est peut-être un criminel mais pas un imbécile, conseille ironiquement aux envahisseurs potentiels de se familiariser avec le déroulement de ces deux guerres, qui n'ont pas été menées par des novices: la première par nul autre que Napoléon Bonaparte, qui dirigeait personnellement l'armée, et la seconde par Adolf Hitler, qui est resté à l'arrière de l'armée allemande, mais ne s'en est pas mieux sorti.

51wLOggejBL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Le fait est que les dirigeants/guerriers sont presque toujours malades de protagonisme et  souffrent de fantasmes mortels d'omnipotence. Ils "négligent les leçons du passé", comme le souligne Peter Burke, l'un des historiens européens les plus réputés, dans son récent ouvrage Ignorance. A Global History. Il existe certaines constantes objectives qui ont rendu la Russie imprenable et que seuls des fous ont tenté de conquérir. "L'une d'entre elles, explique Burke, est l'immensité du pays dans lequel les envahisseurs se sont retrouvés, puis se sont dispersés comme s'ils avaient été aspirés. Après tout, von Clausewitz l'avait déjà dit: un pays de cette taille ne pouvait être conquis. La deuxième constante est météorologique: le "général Hiver", comme l'appellent les Russes, chasse régulièrement les envahisseurs, et il arrive sans regarder personne en face, parce qu'il ne dépend d'aucun ministère; ses armes sont différentes.

Il ne s'agit cependant pas d'une ignorance "pure", note Burke: Napoléon et Hitler savaient très bien que l'hiver russe est froid et rude. Le problème est autre : "L'incapacité à mettre la connaissance au service de la décision" a un autre nom : "l'arrogance". Elle concerne tous ceux qui osent encore parler de la guerre et la présenter comme une nécessité et non comme un acte de folie douloureuse. La même arrogance étonnante avec laquelle le "doux" Premier ministre ukrainien Zelenski se permet de présenter à son homologue italien des listes d'Italiens, soupçonnés d'être des amis de la Russie. La guerre naît du côté de l'arrogance (certes déjà bien éloignée de toute démocratie véritable), elle est l'enfant de la maladie.

Qui devient perversion. Typiquement humaine : "même les animaux féroces" ne s'attaquent pas entre eux au sein d'une même espèce, observait en 1500 Érasme de Rotterdam, l'un des fondateurs de la pensée européenne, dans son ouvrage: la complainte de la paix. L'arrogance belliqueuse du pouvoir humain est pire que l'animal féroce. C'est ainsi que les guerres éclatent et que le monde peut finir.

19:54 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : claudio risé, psychologie, bellicisme, actualité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 21 mars 2024

L'avenir sombre de l'Europe

f19f70a7c6f7de923d1a6a8a1344fdb6.jpg

L'avenir sombre de l'Europe

Carlos X. Blanco

Il y a eu une date fatidique, le 30 mai 1982, lorsque l'Espagne a officiellement adhéré à l'OTAN. Elle devient alors le 16ème État membre de l'organisation militaire internationale. L'adhésion à ce club est devenue une "tendance" : aujourd'hui, très bientôt, elle dépassera les trente pays. Grâce aux infographies dynamiques et aux cartes interactives qui sont aujourd'hui omniprésentes sur Internet, tout le monde peut voir le rythme et la direction de l'expansion. Les champions de la paix, apôtres de la dénucléarisation, leaders de la "troisième voie", de l'éducation au pacifisme et de l'Etat-providence (comme certains pays nordiques), ont mué et abandonné leur vieille peau de serpent, et se présentent aujourd'hui comme des bellicistes "nés", jamais mieux dit que "Otanistes". La Fédération de Russie et ses alliés (le Belarus) sont dans une étreinte de plus en plus étroite avec des ogives de mort de plus en plus proches, un encerclement de plus en plus serré, de plus en plus étroit et de plus en plus profond. Tous les discours qui étaient autrefois l'apanage des sociaux-démocrates allemands et scandinaves, etc. ont été mis à la poubelle, et le prestige de mille et une fondations et ONG "pacifistes" a été jeté aux oubliettes. Une fois de plus, tout a été révélé : la classe politique, syndicale, économique, les ONG, etc. veulent la guerre contre Poutine.

En Espagne, il y a longtemps que nous avons entendu la gauche claironner "NON à l'OTAN, PAS DE BASES". Tout le racket du PSOE et de l'IU signifiait, en réalité, "L'OTAN JUSQU'AU COU" et "QUEL QUE SOIT L'AVIS DU MAÎTRE". Le maître de l'Europe, depuis 1945, ce sont les États-Unis, et le maître de l'OTAN, depuis sa création en 1949, ce sont encore et toujours les États-Unis.

Le PSOE et son petit chien habituel, Izquierda Unida, n'ont fait que professer un atlantisme honteux. Leurs publications, leurs forums de discussion, leurs magazines et leurs extensions syndicales (UGT et CCOO) criaient contre l'impérialisme américain, mais les faits, les faits bruts et patents, à savoir participer aux gesticulations anti-atlantistes et ne pas être de connivence avec les gouvernements impérialistes, le démentent. Les héritiers de cette gauche atlantiste honteuse, créée par Felipe González, sont toujours à La Moncloa aujourd'hui. Tout le reste du chenil gauchard, Podemos, Sumar, Más Madrid, Más Villaconejos, etc... sont les mêmes. Ils gardent l'atlantisme pour les réseaux sociaux, où ils se déchaînent, et pour quelques sites web crasseux, dont les frais de domaine de cinq euros sont payés par l'oncle Soros.

8630bfc0f56fc250235fcd352a9ea97c.jpg

Le fait est que des mesures terribles sont prises en vue d'une escalade mondiale de la guerre. Une bombe nucléaire tactique, ou moins que cela, une bombe frappant un territoire extra-ukrainien, et notre civilisation pourrait s'effondrer. Margarita Robles rejoint le chœur des corbeaux de la mort, oiseaux qui croassent plus qu'ils ne parlent. Une élite corrompue et dégénérée dirige l'Europe uniquement parce que le Pentagone la laisse faire. Elle prépare les peuples à la guerre, en contradiction avec toute sa rhétorique de pacifisme depuis la capitulation de l'Allemagne. Ce pacifisme, comme le hamburger, la libération sexuelle, la coke et l'internet pour tous... est de la propagande et de l'ingénierie sociale. Les Américains ne se sont pas contentés d'installer un demi-millier de bases américaines sur le sol européen. Ce qu'ils ont fait, c'est une castration psychologique totale de l'homo europaeus.

Les hautes institutions de notre armée et de notre ministère nous demandent de nous "préparer au combat en Europe de l'Est". Sont-ils vraiment sérieux ? Nous n'avons pas assez de gardes civils pour retenir les assaillants aux barrières de Ceuta et Melilla, et ceux que nous avons ne reçoivent pas d'armes ou de soutien juridique pour défendre notre sol souverain... mais au lieu de cela, ils veulent envoyer des unités militaires près de l'Ukraine. Le peuple devrait descendre en masse dans la rue, exiger des démissions, purger les responsabilités et organiser une sortie expresse de l'OTAN.

Mais non, les pouilleux clébards gauchistes, les chihuahuas avec des rubans fuchsia au collier, les empowered et les écoféministes resteront à la maison, pour voir ce qui se passe. Elles sortiront leurs parapluies face aux retombées imminentes. J'avoue au lecteur que le sentiment de dégoût ne cesse de grandir en moi.

Tout le dispositif mis en place en Espagne au début de la "Transition", qui n'a pas eu lieu en 1978 mais en 1973, avec la mort de Carrero, doit être replacé dans le contexte plus large du déploiement de la construction impériale imaginée par les Américains à partir de 1945.L'empire yankee a attendu le dernier moment pour intervenir dans la Seconde Guerre mondiale, afin d'épuiser les Britanniques qui combattaient l'Axe. Entre-temps, ils se sont enrichis en vendant du pétrole à Hitler. L'opération Barbarossa, l'attaque allemande contre la Russie, était une opération germano-américaine. Puis, après le largage des bombes atomiques sur le Japon, les Américains ont envisagé la possibilité de les larguer sur les villes russes et de rayer ainsi de la carte leur allié communiste contre les nazis et les Japonais. Seul Dieu a empêché la Troisième Guerre mondiale juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale...

Puis, en guise de substitut, ils ont élaboré l'idéologie des "sociétés ouvertes", la religion du marché et du sionisme, et ont parlé de manière générique et persistante de "totalitarisme". Le petit mot "totalitaire" s'appliquait aussi bien au nazi qu'au bolchevik. Aujourd'hui, quiconque n'est pas atlantiste est également "totalitaire". Attention : si vous n'êtes pas un ami de l'OTAN, vous serez mis sur la liste noire... Mais notre avenir est encore plus noir.

jeudi, 14 mars 2024

Louis-Ferdinand Céline et la malédiction du pacifisme

FRN21A00_052.JPG

Louis-Ferdinand Céline et la malédiction du pacifisme : ou pourquoi les vrais pacifistes se font toujours traiter de nazis et de collabos par les humanistes et autres défenseurs des droits

Nicolas Bonnal

On l’a vu avec Trump : les pacifistes sont toujours considérés comme des nazis. Celui qui veut l’humanité cuite au nucléaire (péril chinois, russe, arabo-iranien, nord-coréen, etc.) est le héros humanitaire et démocrate et nobélisable. C’est le Malhuret qui menace tout le monde « pétainiste-poutiniste » ou « wokiste-poutiniste » (et la croisade LGBTQ de Biden et Ursula-Macron alors ? Elle est wokiste la Russie ?) comme il menaçait hier les non-vaccinés.

Mais on ne la refera pas leur république. Elle aime s’envoyer en l’air sur les champs de bataille – et ce depuis le début.

C’est comme ça, on ne discutera pas. On nous fait le coup de Churchill à chaque fois, l’homme qui rasa gratis l’Allemagne, affama l’Inde et livra l’Europe à la Russie soviétique.

On rappelle ce que l’on peut dire sur cette histoire de Céline et du pacifisme.

5417608731_400b43d620_c.jpg

Dans le Voyage au bout de la nuit le mot n’apparaît pas.

Dans les pamphlets le mot apparaît et désigne Léon Blum et sa bande, mais ce sont eux bien sûr dit Céline qui veulent la guerre. A la fin de Bagatelles il se dit quand même plus pacifiste que Blum. Le partisan de la paix (Macron, Biden, Malhuret, Valls, BHL) veulent atomiser la Russie ou la repousser (on ne leur a pas encore dit que ce serait difficile ?) jusqu’au Kamtchatka mais c’est parce qu’ils sont pacifistes. En ordonnant à Sarkozy de détruire la Libye, BHL précisait qu’il le faisait parce qu’il détestait la guerre.

Toute ressemblance avec la novlangue, etc.

Après la guerre, Céline se désignera comme pacifiste. Mais les pacifistes sont alors les nazis, comme Charles Lindbergh et les partisans d’America First en Amérique (Hitchcock les accuse de nazis, les pacifistes ricains : voyez mon livre). John T. Flynn reprochera à Lindbergh sa bourde du 11 septembre (tiens, tiens, c’est le jour du honni discours de Des Moines !) lorsque Lindbergh accuse le gouvernement américain, les Anglais mais aussi les Juifs de pousser à la guerre. C’était la fin pour les pacifistes américains, et ils seraient nazifiés ad vitam. Depuis lors toutes les interventions militaires sont jugées favorablement et célébrées en Amérique. C’est le Truman (Harry) chaud qui commence !

Raser et bombarder le monde au nom de la lutte contre la barbarie.

Sinon on est nazi.

Evidemment on pourrait dire que l’on se paie de mots et qu’on n’ira pas loin. Céline encore :

« Si c’était par la force des mots on serait sûrement Rois du Monde. Personne pourrait nous surpasser question de gueule et d’assurance. Champions du monde en forfanterie, ahuris de publicité, de fatuité stupéfiante, Hercules aux jactances. Pour le solide: la Maginot ! le Répondant : le Génie de la Race ! Cocorico ! Cocorico ! Le vin flamboye ! On est pas saouls mais on est sûrs ! En file par quatre ! Et que ça recommence ! »

Céline se trahit le 6 août 1946 (premier anniversaire d’Hiroshima) dans une lettre :

« Si j’ai attaqué les juifs c’est que je les voyais provocateurs de guerre et que je croyais le national-socialisme pacifiste ! ».

C’est vrai que le national-socialisme en a déçu beaucoup après. S’il avait fini l’Angleterre au lieu de s’en prendre à la Russie… Le grand scénariste Dalton Trumbo était opposé à l’intervention contre l’Allemagne jusqu’au 22 juin 41. Il était communiste, et il croyait au pacte germano-soviétique.

Il dit aussi dans une autre lettre notre écrivain :

« Je n’ai jamais été nazi. Je suis un pacifiste et c’est tout. J’ai été antisémite par pacifisme. »

Cela suffit à diaboliser le pacifisme.

D’où les guerres à mort à venir contre la Chine ou la Russie etc.

Trump devra faire guerre ou il sera tué et remplacé : par amour de la paix.

MurrayBW.jpg

L’économiste-philosophe-historien-pacifiste juif libertarien Murray Rothbard (foto) souligne cette infamie avec le sourire. Mais c’est hélas somme ça. C’est parce qu’on adore la paix partout qu’on veut la guerre, la guerre universelle. Il faut faire un monde sûr pour la démocratie dit le couillon Wilson qui brise l’Europe et crée en 1918 le soviétisme et les conditions du nazisme. Mais rien ne les arrêtera. On le cite encore et toujours notre Ferdinand furioso :

« Une telle connerie dépasse l’homme. Une hébétude si fantastique démasque un instinct de mort, une pesanteur au charnier, une perversion mutilante que rien ne saurait expliquer sinon que les temps sont venus, que le Diable nous appréhende, que le Destin s’accomplit. »

Pacifisme donc : le mot n’est pas présent dans le Voyage. C’est quand il parle à Lola que notre pacifiste sans le savoir parle le mieux de son refus de la guerre. Il y a le refus de la guerre perso, charnelle, et le refus de la guerre totalitaire, globale (la Deuxième Guerre, la première est encore humaine, elle a encore des relents charnels franco-allemands, c’est celle d’Adenauer et de De Gaulle). Ici Céline parle de la première et il en est bouleversant parce qu’il dit honnêtement qu’il veut sauver sa peau et ne pas mourir pour rien, même s’il va en perdre l’amour de sa belle américaine (il aurait dû se taire peut-être ? Mais il n’a jamais su se taire ce fanfaron avec la Lola) :

« ce qu’il y a dedans… Je ne la déplore pas moi… Je ne me résigne pas moi… Je ne pleurniche pas dessus moi… Je la refuse tout net, avec tous les hommes qu’elle contient, je ne veux rien avoir à faire avec eux, avec elle. Seraient-ils neuf cent quatre-vingt-quinze millions et moi tout seul, c’est eux qui ont tort, Lola, et c’est moi qui ai raison, parce que je suis le seul à savoir ce que je veux : je ne veux plus mourir. »

71Isth0kuFL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Ce « Je ne veux plus mourir » est sublime. Mais il fallait dire peut-être à la belliciste yankee : je ne veux pas mourir comme ça ou pour ça (pour la république ou même Jeanne d’Arc car la Lola le bombarde avec Jeanne d’Arc et on utilise alors la figure de Jeanne pour vendre des bons du trésor-guerre en Amérique). Le jeu de la vérité en valait-il la chandelle ? Il n’est pas traité de nazi mais de lâche. Il insiste quand même avec un bon jeu de mots :

— Alors vivent les fous et les lâches ! Ou plutôt survivent les fous et les lâches ! Vous souvenez-vous d’un seul nom par exemple, Lola, d’un de ces soldats tués pendant la guerre de Cent Ans ?… Avez-vous jamais cherché à en connaître un seul de ces noms ?… Non, n’est-ce pas ?… Vous n’avez jamais cherché ? Ils vous sont aussi anonymes, indifférents et plus inconnus que le dernier atome de ce presse-papier devant nous, que votre crotte du matin…

La postérité c’est pour les asticots dira-t-il.

Puis dans un bel élan infinitif notre auteur assène (son prof prisonnier Princhard en fait, l’idole du début du Voyage) :

« Engraisser les sillons du laboureur anonyme c’est le véritable avenir du véritable soldat ! Ah ! camarade ! Ce monde n’est je vous l’assure qu’une immense entreprise à se foutre du monde ! Vous êtes jeune. Que ces minutes sagaces vous comptent pour des années ! »

8146d4zkXyL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Mais finalement on lui laisse quand même le dernier mot parce que c’est Céline et parce qu’il a raison. La guerre démocratique, humanitaire ou pacifiste… la guerre pacifiste est un scandale éternel à l’horizon. Charles Beard l’a dit en Amérique que ce sera « la guerre perpétuelle pour une paix perpétuelle » :

« Les hommes qui ne veulent ni découdre, ni assassiner personne, les Pacifiques puants, qu’on s’en empare et qu’on les écartèle ! Et les trucide aussi de treize façons et bien fadées ! Qu’on leur arrache pour leur apprendre à vivre les tripes du corps d’abord, les yeux des orbites, et les années de leur sale vie baveuse ! »

Princhard conclut avec infinitifs, accumulation et gradation :

« Qu’on les fasse par légions et légions encore, crever, tourner en mirlitons, saigner, fumer dans les acides, et tout ça pour que la Patrie en devienne plus aimée, plus joyeuse et plus douce ! »

Ils vont faire la guerre à cette Russie (qui est trop molle depuis le début, je suis d’accord avec Craig Roberts, et aura donc enhardi tous les pacifistes démocrates et démocratiques et autres) et on aura les charniers remplis et puis niés, et on aura la Bombe, et on aura la chasse aux collabo-pacifistes.

On sait comment finit Jean Jaurès.

mercredi, 06 mars 2024

L'Estonienne Kaja Kallas jugée "trop agressive" par ses propres partenaires

B9733635738Z.1_20230303193520_000+GDIMB7QI7.1-0.jpg

L'Estonienne Kaja Kallas jugée "trop agressive" par ses propres partenaires

Par Lucas Leiroz,

journaliste, chercheur au Centre d'études géostratégiques, consultant en géopolitique.

Source: https://jornalpurosangue.net/2024/03/06/kaja-kallas-da-estonia-considerada-muito-agressiva-pelos-seus-proprios-parceiros/

La belligérance anti-russe des pays baltes semble suffisamment forte pour "effrayer" même les fonctionnaires de l'Union européenne. Selon un récent article de presse, il est peu probable que le Premier ministre estonien Kaja Kallas remplace Josep Borrell à la tête de la diplomatie européenne. La raison en est sa position extrémiste en faveur de la guerre et contre la Russie, qui ne semble absolument pas convenir à un poste diplomatique.

Il y a actuellement une "course" pour remplacer l'Espagnol Josep Borrell à la tête de la diplomatie européenne. Alors que la carrière de Borrell touche manifestement à sa fin - d'une manière particulièrement honteuse, étant donné son incapacité à pacifier les relations entre les Européens et les Russes -, plusieurs hommes politiques européens commencent à manifester leur intérêt pour accéder à ses hautes fonctions au sein de l'UE. C'est le cas de Kaja Kallas.

Connue pour ses positions agressives, Mme Kallas a été la cible d'une série de controverses en raison de ses politiques favorables à la guerre. Elle est l'un des leaders de l'aile la plus radicale de l'UE, prônant la fourniture totale et illimitée d'armes à Kiev, et soutenant tout type d'investissement dans des actions militaires pour "contrer" la Russie. M. Kallas représente donc la mentalité la plus hostile de l'OTAN et n'est pas habitué à la pratique diplomatique comme mécanisme de résolution des conflits.

Ces aspects semblent déjà avoir une influence négative sur son éventuelle candidature. Politico a rapporté le 4 mars que M. Kallas pourrait ne pas obtenir le poste le plus élevé de l'UE en raison de son extrémisme pro-guerre. Selon une source anonyme au fait du dossier, Mme Kallas ne bénéficiera pas du soutien des principaux pays européens - la France et l'Allemagne - pour sa candidature, car elle est considérée comme une personne aux compétences diplomatiques médiocres qui pourrait facilement mettre l'Europe en danger.

"Je ne vois pas la France et l'Allemagne accepter cela, pour les mêmes raisons qu'elle n'était pas une option pour le travail de l'OTAN (...) Sommes-nous vraiment en train de mettre à ce poste quelqu'un qui déteste les Russes tout le temps ?

Le journal affirme également que la candidature de Mme Kallas a été un sujet important discuté par les principales autorités de l'Union européenne. On pense que plusieurs dirigeants européens annonceront leur soutien, principalement pour garantir la participation des pays baltes au processus décisionnel européen.

850892-500982-1287x836.jpg

L'absence de dirigeants d'Europe de l'Est aux postes clés de l'OTAN et de l'UE est une plainte de longue date, qui a suscité de nombreuses critiques de la part de pays tels que la Pologne et les pays baltes. Ces États exigent que leurs opinions soient davantage entendues et que leurs hommes politiques aient plus de pouvoir au niveau international. C'est pourquoi il est possible que Mme Kallas parvienne à mobiliser un certain soutien en mettant à l'ordre du jour l'augmentation de la participation des pays baltes au processus décisionnel de l'UE.

Cependant, parce qu'elle est considérée comme "trop favorable à la guerre", elle pourrait ne pas être en mesure d'obtenir le soutien des principaux États européens, ce qui conduirait certainement à son échec. On pense que Berlin et Paris favoriseront les candidatures d'hommes politiques plus expérimentés et plus qualifiés sur le plan diplomatique, ce qui nuirait considérablement au premier ministre estonien. En effet, sans le soutien officiel des Allemands et des Français, M. Kallas n'obtiendra pas suffisamment d'autres soutiens pour être élue au sein de l'UE.

Il convient de rappeler que les projets de Mme Kallas se concentrent actuellement sur des postes à l'extérieur de son pays. Récemment, elle s'est retrouvée mêlée à un scandale majeur en raison des relations d'affaires entretenues par son mari, qui avait apparemment des liens avec certaines entreprises de la Fédération de Russie. La paranoïa anti-russe que Kallas nourrit elle-même s'est retournée contre elle, la rendant impopulaire parmi les Estoniens.

En ce sens, Mme Kallas a de plus en plus recherché des positions internationales qui l'éloignent de ses obligations nationales en Estonie. Avant que des rumeurs n'émergent au sujet de sa candidature à l'UE, elle avait déjà manifesté son intérêt pour la direction de l'OTAN, par exemple. Pour elle, le scénario le plus confortable est de quitter l'Estonie et d'entamer une carrière internationale.

Kallas, en revanche, a peu de chances d'obtenir un poste vraiment important. Il y a une raison spécifique pour laquelle les pays baltes ont peu de poids dans les décisions occidentales : pour les États-Unis, qui sont le pays qui contrôle réellement l'"Occident collectif", il n'y a pas de véritable "partenariat" avec les pays d'Europe de l'Est. Tous les Etats de cette région sont considérés comme de simples mandataires, dont la fonction est simplement d'accroître l'instabilité régionale en promouvant la russophobie et l'interventionnisme de l'OTAN.

En fait, même si Mme Kallas est soutenue par l'Occident dans sa politique anti-russe, elle n'est certainement pas apte à occuper un poste diplomatique. Dans une période aussi tendue qu'aujourd'hui, la gestion de la diplomatie européenne par Mme Kallas pourrait tout simplement conduire à une guerre mondiale - ce que les dirigeants européens sont censés éviter.

Vous pouvez suivre Lucas Leiroz sur : https://twitter.com/leiroz_lucas et https://t.me/lucasleiroz

mercredi, 28 février 2024

Chroniques de la folie ordinaire

FB_IMG_1706977165715.jpg

Chroniques de la folie ordinaire

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/cronache-di-ordinaria-follia/

Giorgia Meloni préside sa première réunion du G7 à Kiev. Elle promet à Zelensky que l'Italie restera à ses côtés jusqu'à la victoire finale sur Moscou.

Macron n'est pas présent. Il a d'autres choses à faire. Etre présent à la grande foire agricole de Paris. De toute évidence, il s'agit d'un engagement de 24 heures, qui ne lui permet même pas une minute de connexion à distance.

Pourtant, le lendemain, il convoque un autre sommet international à Paris. Une sorte de G7 (ou autre) bricolé... Paris ne renonce pas à la grandeur. Au-delà de la réalité et du bon sens.

Et il place la barre plus haut. Prêt à envoyer des troupes de l'OTAN combattre en Ukraine. Nous devons nous préparer.

Même Pépé Biden est surpris. Tout en mangeant une glace - mais avez-vous déjà vu un président américain faire des déclarations sur une crise internationale tout en dégustant un cornet ? - il dit non, non, aucune intention ou attente d'une intervention directe de l'OTAN... nous ne voulons pas d'une confrontation directe avec les Russes....

Traduction : laissez les Ukrainiens continuer à mourir. Je veux juste leur donner des armes. Probablement produites par l'industrie américaine de l'armement. Qui gagne alors des milliards. Que les Européens, surtout, paient. Et les citoyens américains ordinaires. Sans les Républicains, pilotés par ce mauvais garçon qu'est Trump, ce serait chose faite.....

Le_1_macron_poster_lr.jpg

Consternation générale. Et Macron le rappelle. L'envoi de troupes de l'OTAN en Ukraine n'est pas synonyme de belligérance.

En fait, elles s'y rendraient pour collaborer à la récolte des céréales.....

Les Russes sont perplexes. Si vous envoyez des troupes, c'est la guerre.

Lapalissade ! Mais pour notre presse, il s'agit d'une déclaration choquante. Les Russes nous menacent !

Pendant ce temps, Zelensky bat (pour la énième fois) le tambour. Il faut de tout... des armes, des munitions, de l'argent... surtout de l'argent. Beaucoup d'argent. Pour gagner (et non pour le verser sur des comptes à l'étranger, bon sang !). Et Meloni lui fait écho. Malgré la propagande (dont ?), la Russie ne gagne pas. L'Ukraine peut le faire. L'Ukraine esclave !

Zelensky donne les chiffres. Nous avons déjà perdu trente mille hommes. Il devrait les multiplier par dix, par vingt... mais peu importe... je n'ai jamais été fort en maths. Mais nous pouvons gagner. Sinon, des millions d'Ukrainiens mourront. Et pas seulement des Ukrainiens....

Pendant ce temps, le NYT publie que la CIA, avec les "cousins" britanniques du MI6, aurait manœuvré les émeutes de la place Maïdan pour arracher Kiev au parti pro-russe (qui avait gagné les élections en toute légalité, petit détail) et provoquer un changement de régime (traduisez : un coup d'État) pour l'amener dans l'orbite de l'OTAN.

Des secrets de polichinelle.

Plus intéressant, cependant, le NYT parle de bases de la CIA à la frontière russo-ukrainienne qui sont opérationnelles depuis des années. Des centres d'observation (espionnage) et des bases de lancement de drones.

Plus intéressant encore... pourquoi le grand journal libéral publie-t-il cette nouvelle à l'instant? Sont-ils devenus "poutinistes" ? Parce qu'il semble vouloir justifier l'attaque russe....

Peut-être que dans un bureau reculé de Washington, à Langley ou au Pentagone, on commence à se dire que, dans ces conditions, il va falloir traiter avec Poutine ?

Et qu'il est donc également nécessaire de commencer à renoncer à la diabolisation dont il a fait l'objet ?

Après tout, semble vouloir dire le NYT, tout n'est pas de sa faute....

Je me demande qui va expliquer cela à Macron et à Meloni ?

mardi, 27 février 2024

Nous nous dirigeons vers la troisième guerre mondiale grâce aux p'tits Macron

features_card-2.jpg

Nous nous dirigeons vers la troisième guerre mondiale grâce aux p'tits Macron

Carlos X. Blanco

Source: https://adaraga.com/nos-encaminamos-a-una-tercera-guerra-mundial-gracias-a-los-pequenos-macrones/

Nous nous dirigeons vers une Troisième Guerre mondiale, et les peuples occidentaux dorment et se prélassent paisiblement sur une poudrière. La mèche qui peut faire sauter ce baril de poudre est très proche, mais les masses continuent de brouter le slogan pentagonal et otaniste, dans la bouche des petits employés du Grand Capital spéculatif: "nous ne pouvons pas permettre à la Russie de s'emparer de l'Europe".

La poudrière n'est pas simplement une poudrière: c'est une myriade d'ogives nucléaires qui, même si elles sont utilisées avec parcimonie, de manière tactique et "à profil bas", signifient la fin de l'Europe si elles sont utilisées, notre fin ni plus ni moins. Il ne suffisait pas de détruire un pays entier, l'Ukraine, et d'utiliser sa population comme chair à canon. Il ne suffisait pas de nourrir des rêves nationalistes et suprématistes pour l'arracher à son orbite russe naturelle. Il fallait, et il faudra, pour reprendre les mots du "petit Napoléon", envoyer ouvertement des troupes européennes, et non plus comme de pseudo mercenaires ukrainiens, comme cela a été fait jusqu'à présent, mais en enrôlant les nôtres et en leur donnant des uniformes et des armes.

FMhCHtGWUAAoYSs.jpg

Macron, malgré son nom trompeur qui étymologiquement signifie "grand", est un tout petit homme. Et les petits hommes qui veulent montrer la grandeur sans la posséder sont dangereux. Macron, comme Sanchez et comme tous les petits hommes qui dirigent l'Occident collectif, veut nous entraîner follement dans une confrontation guerrière avec un géant. Le peuple russe, d'après nos informations, n'a plus rien à voir avec les petites villes de l'Occident. Le peuple russe conserve une bonne dose de patriotisme et de foi chrétienne. C'est un peuple qui a souffert de manière indicible, d'abord pour vaincre les nazis, ensuite pour vaincre le stalinisme.

La dernière grande vague de souffrance a eu lieu avec la chute du régime soviétique, un moment historique perdu pour la nécessaire construction de la Grande Europe. Ceux qui n'étaient plus "communistes" et ne pouvaient plus représenter une menace pour l'Occident ont continué à être traités comme des ennemis s'ils résistaient (comme ils l'ont fait) à être réduits au statut de pion du néolibéralisme. Ils ont eu une réaction : la Russie n'a plus jamais été un gâchis et a pu se rassembler autour d'un dirigeant national, Poutine.

skhzp8MyKjQrj6RrDQZZqTQXoqs.jpg

Les nains qui dirigent l'Europe ont commis une erreur majeure. Ils n'ont pas embrassé une belle nouvelle mariée, mais - sur ordre des Américains - se sont jetés sur elle comme des hyènes pour la violer et la dépouiller. La Russie, déjà suffisamment démembrée et outragée sous l'ère Eltsine, a dignement conservé l'essentiel de sa nationalité et de son patriotisme, et ne s'est pas laissée faire.

Les budgets de l'Union européenne consacrés à la "défense" ne cesseront d'augmenter, tandis que les écoles se dégradent, que les soins de santé s'effondrent, que les campagnes sont abandonnées et que la productivité s'effondre. Plus personne ne disposera de la capacité de production nécessaire pour payer des impôts: nous devenons tous "dépendants". Ceux qui ne vivent pas avec une petite allocation vivront avec une subvention, et la jungle des bénéficiaires de l'aide deviendra insoutenable: ce sera une guerre de loups selon Hobbes, les anciens subventionnés se battront contre les nouveaux, les allogènes contre les autochtones, et la folie s'emparera d'un "vieux" continent, non pas parce que l'empire américain est très récent, mais parce qu'il est vieux parce qu'il a vieilli. Un continent aliéné et apte, selon nos p'tits Macron, à recueillir la moitié de l'Afrique.

Un grand assombrissement se profile à l'horizon. Une convergence de catastrophes, comme disait Guillaume Faye. L'Europe s'appauvrit à vue d'œil, soumise à un cadre législatif qui n'émane pas des besoins de ses peuples mais de la "réalité virtuelle" dans laquelle vivent ces petits dirigeants qui ne savent pas comment déclencher la guerre, bien qu'ils soient séduits par le jeu, car même la brute du quartier, le gendarme du monde, qu'on appelle l'hégémon américain, peut s'effacer d'un moment à l'autre. Ils se sont déjà enfuis en se pissant dessus au Vietnam et en Afghanistan.

Les p'tits Macron et Sanchez, soumis à toutes sortes de lobbies, qui sont-ils ? Ce sont les petits chefs qui savent faire pression sur leur peuple (les unités de mamporreras de Marlaska, ministre de l'intérieur espagnol, donnent une bonne idée de ce qui nous attend), mais eux, si grossiers avec leur peuple, se comportent à Bruxelles et dans les cénacles cachés comme des boulettes qui, sur le terrain, se laissent aplatir par les bottes les plus diverses. En Espagne et en Europe, les bottes qui conviennent le mieux à ce type de dirigeant, qui ont le pouvoir d'acheter et de louer des putes avec des mallettes et des sièges, sont les bottes des Marocains et des Arabes.

9067899.jpeg

GA6Rw5UWEAAxzgM.jpg

Ces "professionnels" de la vente à soi-même, cette variante de la politique proche de la prostitution, ne sont ni plus ni moins que la majorité de nos politiciens, tous prêts à nous conduire à une guerre mondiale sans parlements, sans syndicats, sans partis, sans ONG et sans autre "nomenklatura" capable de donner des coups de gueule".

Il y aura beaucoup de morts et de faim avant que l'Europe ne se réveille. Les Russes faisaient partie de l'Europe : aujourd'hui, ils nous considèrent comme une pourriture méconnaissable. Moralement, nous n'avons rien à offrir : le génocide slave et le génocide palestinien s'ajoutent à des centaines de génocides antérieurs. Les mains tachées de sang de l'OTAN et des petites armées qui tuent comme des franchises du Pentagone (elles ont déjà tué la Serbie, la Libye, l'Irak, la Palestine...) ne sont pas de bonnes mains pour construire un avenir.

J'ai vu la récente vidéo (nauséabonde) d'un homme âgé, défendant l'agriculture espagnole, qui se fait battre et maltraiter par des fonctionnaires devenus des voyous. On ne voit généralement pas la même force dans la défense de nos frontières et le maintien de l'ordre dans nos rues contre les barbares et les criminels. Si l'"Occident collectif" a été un empire, nous voyons aujourd'hui qu'il n'offre rien : seulement un avenir de dégradation. Ces p'tits Macron sont un danger pour les peuples, mais je dirais même plus: ils sont un risque pour l'humanité. Si nous nous taisons, nous serons détruits. Nous ne pouvons pas les laisser sur leur trône. Ce sont des ennemis du peuple.

Qui est Carlos X. Blanco?

Carlos X. Blanco est né à Gijón (1966). Docteur et professeur de philosophie. Auteur de plusieurs essais et romans, ainsi que de compilations et de traductions de David Engels, Ludwig Klages, Diego Fusaro, Costanzo Preve, entre autres. Il est l'auteur de nombreux livres. Il collabore régulièrement à divers médias numériques.

samedi, 27 janvier 2024

L'OTAN et la grande guerre des élites

18703395-v1-afp-33gh7y6.jpg

L'OTAN et la grande guerre des élites

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/01/25/eliitin-suuri-nato-sota/

Comme la guerre en Ukraine n'est pas une urgence suffisante pour les besoins de la cabale des banques centrales, une nouvelle opération psychologique a déjà été lancée pour préparer mentalement les citoyens européens à la "grande guerre de l'OTAN". Olli Rehn, le représentant finlandais de la Banque des règlements internationaux, a déjà dû recevoir un mémo à ce sujet de la "Tour de Bâle" ?

La politique de sécurité est le mot magique du jour et l'alliance militaire est actuellement engagée dans le plus grand exercice militaire depuis la guerre froide. L'idée est que la situation s'aggravera lorsque la Russie attaquera l'OTAN. L'exercice Steadfast Defender, qui se déroulera jusqu'en mai, impliquera 90.000 soldats des pays de l'OTAN. Des milliers de soldats américains viendront en Finlande dans le cadre de cet exercice.

steadfast-defender-kUzGI1.png

Le spectacle est également lié à la Realpolitik et à l'affectation des dépenses publiques. Les relations avec la Russie étant de plus en plus tendues, la Russie représente également une "menace à long terme" pour l'Europe, de sorte que les pays de la zone euro devront consacrer davantage d'argent à l'industrie de l'armement et augmenter leurs budgets de défense. Les pays de la zone euro devront donc dépenser plus d'argent dans l'industrie de l'armement et augmenter leurs budgets de défense. On estime que ce délai ne sera suffisant que dans "quelques années". Ainsi, les PIB stagnants seront encore davantage grevés par l'effort de guerre.

Le gouvernement finlandais, impliqué dans la guerre hybride, prévoit opportunément de modifier la loi sur la conscription : la nouvelle limite d'âge supérieure pour les réservistes serait fixée à 65 ans. Comme "on a besoin de tout le monde pour la bataille à venir contre la Russie", le ministre de la défense Antti Häkkänen voudrait relever encore plus la limite d'âge des conscrits.

Si l'élite politique finlandaise suit le triste exemple de l'Ukraine (où les gens sont enrôlés de force dans la guerre, même dans la rue), toutes les personnes âgées de 16 à 70 ans, y compris les malades en phase terminale et les handicapés, pourraient être envoyées au front comme chair à canon.

Comme toujours, la confrontation entre l'OTAN et la Russie repose sur la gestion de la crise économique du système capitaliste, qui a son pendant dans l'histoire. Pendant la Grande Dépression des années 1920, les stratégies d'urgence ont été la grippe espagnole et les grandes guerres, qui ont mis à bas l'ordre ancien. Dans des interprétations plus ésotériques, l'élite a également besoin de sacrifices de sang aux Molochs qui maintiennent leur pouvoir.

La "menace russe" restera-t-elle une simulation et un spectacle médiatique de pouvoir (faux) dans notre ère de crises multiples, ou le risque d'une guerre majeure deviendra-t-il réel ? Cela dépend de la mesure dans laquelle les coordinateurs du système économique actuel ont désespérément besoin d'une nouvelle urgence massive pour résoudre leurs problèmes, avant de passer à un nouvel ordre commercial comme un "monde multipolaire".

19:31 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, otan, bellicisme, politique internationale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 16 décembre 2023

Au diable les bellicistes !

istockphoto-697296564-170667a.jpg

Au diable les bellicistes !

Wolfgang Hübner

Washington a de bonnes raisons de bloquer de nouvelles aides de plusieurs milliards au régime ukrainien de Selensky à Kiev. Même la Grande-Bretagne, traditionnellement hostile à la Russie, dont le Premier ministre Boris Johnson a empêché une fin rapide du conflit ukrainien et a donc d'innombrables morts et martyrs sur la conscience, considère désormais ce soutien d'un œil plus critique. Mais l'Allemagne, qui doit discuter de budgets d'urgence, veut envoyer huit milliards d'euros à Kiev l'année prochaine, voire plus en cas de besoin militaire. Et maintenant, nous avons un appel de 70 politiciens et historiens plus ou moins connus à choyer et à armer encore plus l'Ukraine.

Parmi eux, des bellicistes notoires comme le politicien vert Anton Hofreiter et le politicien CDU Norbert Röttgen. Dans leur appel, les signataires écrivent: "Au lieu de fournir rapidement et complètement ce qui est nécessaire et de créer les conditions d'une production d'armements à long terme, la politique de l'Allemagne et de l'Occident se résume à donner à l'Ukraine juste assez pour qu'elle puisse continuer la guerre, mais pas assez pour la terminer victorieusement". En d'autres termes, les contribuables allemands doivent payer encore plus pour la "victoire finale" dont ils rêvent, et beaucoup plus de soldats ukrainiens et russes doivent mourir ou être mutilés à jamais pour que ce vilain rêve se réalise.

Ceux qui lancent de tels appels irresponsables et incendiaires n'agissent pas pour de bonnes raisons. Car chacun des signataires pourrait, devrait même savoir :

- La liberté d'expression en Ukraine a été réduite à néant, l'opposition, les partis et les médias d'opposition sont interdits.

- Il n'y a plus d'État de droit en Ukraine, la justice et la police, tout comme le parlement, sont contrôlés par le président et son administration.

- Les droits des minorités nationales sont violés, la liberté de religion est détruite.

- Les hommes ukrainiens, en plus, sont arrêtés par la force dans la rue et envoyés au front, où beaucoup sont rapidement tués car on les a laissé sans formation suffisante.

- Deux tiers de la population vit dans la pauvreté, 90% des retraités vivent en dessous du seuil de pauvreté.

- Tous les secteurs importants de l'économie appartiennent à l'oligarchie, qui vit dans une grande richesse et n'a pas besoin d'envoyer ses enfants au front.

- Les terres fertiles, dont l'Ukraine dispose plus que n'importe quel autre pays au monde, appartiennent directement ou indirectement à des groupes étrangers au détriment des petits et moyens agriculteurs.

- L'Ukraine est un foyer de corruption.

Tous ces faits se sont avérés exacts mais ont été étouffés, et leur révélation urbi et orbi constituera un très grand scandale à la fin de la guerre pour un "Occident" qui, dans son hostilité aveugle à l'égard des Russes, mais qui est très profitable pour certaines personnes et entreprises, ne veut pas y croire. Les signataires de l'appel sont tous trop intelligents et informés pour pouvoir feindre l'ignorance de tous ces faits. Les Hofreiter, Röttgen et autres savent ce qu'ils font. Ce sont des bellicistes détestables et sans scrupules - qu'ils aillent au diable !

Wolfgang Hübner

mardi, 05 septembre 2023

NYT : parler de paix en Ukraine est devenu tabou

beb770b6c0c2164ebd5a44765ee44d31.jpg

NYT : parler de paix en Ukraine est devenu tabou

Source: https://www.piccolenote.it/mondo/nyt-parlare-di-pace-in-ucraina-e-un-tabu

Stian Jenssen, chef de cabinet du secrétaire général de l'OTAN, a été le dernier à subir de lourdes représailles pour avoir osé affirmer qu'il fallait trouver un moyen de mettre fin à la guerre en Ukraine, en acceptant même, si nécessaire, de céder une partie des territoires actuellement sous le contrôle de Moscou.

Steven Erlanger s'est inspiré de la dure réaction déchaînée contre Stian Jenssen pour rédiger un article réfléchi publié dans le New York Times le 1er septembre avec un titre plus que significatif : "Alors que le conflit ukrainien se poursuit, parler de négociations est devenu presque tabou" (on pourrait supprimer le "presque").

La fermeture de l'espace politico-médiatique

Ainsi le NYT : la réaction brutale subie par Jenssen, "selon certains analystes qui ont été critiqués de la même manière, reflète une fermeture du débat public sur les options possibles pour l'Ukraine au moment même où une diplomatie créative s'avère des plus nécessaires", puisque l'échec de la contre-offensive ukrainienne, que tout le monde pensait gagnante, est désormais évident (à tel point que Zelensky a renvoyé le ministre de la défense, premier bouc-émissaire de cet échec).

Pourtant, "puisque même le président Biden estime que la guerre se terminera probablement par des négociations, Samuel Charap, politologue à la RAND Corporation, estime que dans une démocratie, il devrait y avoir un débat sérieux sur la manière d'y parvenir". Mais même lui a été critiqué pour avoir suggéré que les intérêts de Washington et de Kiev ne coïncident pas toujours et qu'il est important d'évoquer, avec la Russie, une "issue négociée".

kupchan-600x600-c-default.jpg

61Hmuy27cpL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Sur ce point, Charles A. Kupchan (photo), professeur à l'université de Georgetown et ancien fonctionnaire d'État américain, a déclaré: "L'atmosphère politique s'est détériorée et, dans l'ensemble, un tabou persiste dans l'espace politique sur la possibilité d'une discussion sérieuse sur la fin de la guerre".

"Kupchan, note Erlanger, sait de quoi il parle. Lui et Richard N. Haass, ancien président du Council on Foreign Relations, ont écrit un article dans Foreign Affairs en avril dans lequel ils exhortaient Washington et ses alliés à élaborer un plan pour passer du théâtre de la guerre à la table des négociations, ce qui leur a valu de nombreuses critiques".

"Ces critiques se sont considérablement intensifiées après que les deux hommes, ainsi que Thomas E. Graham, ancien diplomate américain à Moscou, ont rencontré en privé le ministre russe des affaires étrangères, Sergey V. Lavrov, afin d'explorer la possibilité de négociations."

[...] "Engager une conversation sur un éventuel plan B est une tâche ardue", ajoute M. Kupchan, "comme Jenssen a dû le constater de la manière la plus dure et comme cela nous est arrivé à nous qui essayons d'élaborer des plans B. Nous sommes soumis à des flots de critiques et d'insultes de la part de la communauté internationale. Ce qui était auparavant une sorte de vague tabou est devenu un tabou inviolable".

FP_20221130_constanze_stelzenmuller.jpeg

523x840.jpg

Constanze Stelzenmüller (photo), de la Brookings Institution, va plus loin en qualifiant d'"immorale" la recherche d'une solution négociée, explicitant ainsi l'implicite de cette dérive. En effet, comme l'indique le mot tabou, il ne s'agit pas d'un déni de nature politique, mais d'un veto, d'un dogme, de nature religieuse, qui n'admet pas d'exception.

Le tabou de la paix et de la guerre éternelle

Ce qui s'est manifesté dans toute son évidence et sa puissance ces derniers mois est issu de l'après 11 septembre et des décennies de guerres sans fin, grâce aussi à la complicité et à la connivence de tant de gens qui sont aujourd'hui horrifiés par le monstre qu'ils ont eux-mêmes créé, le sous-estimant pour certains, l'alimentant pour d'autres.

Au djihad, la guerre sainte, lancé par le fondamentalisme islamique, a répondu la guerre sainte contre la terreur. Des extrémismes opposés qui se sont nourris l'un l'autre et qui, ce n'est pas un hasard, ont trouvé au fil des ans une convergence contre des ennemis communs, comme l'a montré la guerre de Libye, avec Al-Qaïda utilisé comme troupes terrestres de l'OTAN contre Kadhafi ; la guerre du Yémen, avec les milices salafistes en guerre contre les rebelles houtis ; et, enfin (mais on pourrait continuer), la guerre de Syrie, où les islamistes radicaux ont combattu Assad, les milices iraniennes et les Russes.

Ce sont toutes des guerres dans lesquelles l'espace du débat public s'est rétréci, la guerre syrienne devenant une poigne de fer, au sujet de laquelle rien n'était (ou n'est) autorisé à être dit qui diverge de la narration dominante.

Ceux qui ont osé remettre en question les récits dominants au fil du temps ont été évités, marginalisés ou normalisés, même si la plupart d'entre eux ont été contraints de se normaliser pour ne pas perdre leur emploi ou ont embrassé avec enthousiasme le nouveau credo pour les récompenses et les carrières qu'il leur assure.

Ainsi, les guerres sans fin de ces décennies ont également servi de banc d'essai pour façonner un espace politico-médiatique adapté à l'engagement actuel, beaucoup plus difficile que les précédents, qui étaient également prévus depuis des décennies, puisque le moment de la confrontation directe entre l'Empire occidental et l'Empire oriental, plus varié, était l'horizon ultime des guerres sans fin.

Le scénario orwellien de Big Brother se réalise sous une autre forme, où le super-État dirigé par Big Brother, dont les citoyens sont benoîtement enrégimentés, mène une lutte éternelle avec les deux puissances opposées, l'Eurasie et l'Estasie... spes ultima dea.

samedi, 19 août 2023

Ministre de la défense du Bélarus: l'OTAN occidentale se prépare à la guerre

belarus.jpg

Ministre de la défense du Bélarus: l'OTAN occidentale se prépare à la guerre

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2023/08/16/valko-venajan-puolustusministeri-nato-lansi-valmistautuu-sotaan/

Une conférence internationale sur la sécurité s'est tenue à Moscou, à laquelle ont participé les ministres de la défense de nombreux pays avec lesquels la Russie entretient des relations, ainsi qu'un certain nombre d'autres invités.

Pour décrire le tournant anti-russe de la politique finlandaise, seul l'ancien député Ano Turtiainen avait été invité à l'événement. On peut se demander s'il s'agit là d'un message ou d'une gifle à l'élite politique finlandaise.

Je ne parlerai pas de l'ensemble de la conférence, mais je me concentrerai sur le discours de Viktor Khrenin, le ministre biélorusse de la défense, dans lequel il a transmis à l'auditoire son point de vue sur les processus en cours dans le monde, en tentant même d'en révéler les causes sous-jacentes.

Khrenin a commencé par inviter son auditoire à analyser la situation mondiale d'un "point de vue non trivial, différent des évaluations de la plupart des experts".

Le Biélorusse s'est dit convaincu que le cœur du problème du monde moderne était la "mondialisation libérale", qui "n'a pas résolu le problème des inégalités entre les États et les peuples".

Les pays dits du "milliard d'or" (c'est-à-dire l'Occident) ont essayé d'utiliser le modèle libéral "pour assurer leur hégémonie dans un modèle unique qui leur permettrait de contrôler les ressources de la planète entière".

"Ces efforts occidentaux ont provoqué la réaction inverse dans d'autres parties du monde - un passage de la mondialisation au protectionnisme, à la protection des intérêts nationaux", a expliqué M. Khrenin.

De nombreux pays ont déjà rejoint la mêlée et défendent farouchement leur "identité civilisationnelle, leur indépendance, leur souveraineté et leur droit à une interaction constructive dans un monde multipolaire".

Khrenin a noté qu'"aujourd'hui, cette lutte s'est transformée en une confrontation globale entre l'Est et l'Ouest dans la région ukrainienne". Dans le même temps, la guerre par procuration qui s'y déroule a "en fait amené le monde au bord d'une troisième guerre mondiale".

Néanmoins, "certains hommes politiques occidentaux continuent de pousser le monde vers l'abîme". Ils continuent à diviser les régions en "métropoles" et en "colonies" et "font ainsi revivre la traite des esclaves sous une nouvelle forme".

Selon le ministre de la défense, pour ces "néo-colonisateurs", même leurs propres citoyens deviennent des "marchandises vivantes". Les hommes politiques des États dominés par Washington se comportent "comme des marchands d'esclaves médiévaux proposant de jeter leurs peuples dans le hachoir de la guerre pour de l'argent".

Khrenin a cité en exemple "la dernière expansion de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord", qui est "également une sorte de colonisation de nouveaux territoires afin d'exploiter leurs populations dans une guerre probable avec l'Est".

Dans ce contexte, le mot "Est" doit être compris comme faisant référence à tous les États qui sont prêts à résister à la domination occidentale", a ajouté M. Khrenin.

1339725.jpg

Selon M. Khrenin (photo), l'élite du pouvoir occidental s'oriente justement vers une telle guerre mondiale contre ses rivaux. Il a fait référence à la rhétorique et aux déclarations des participants au sommet de l'OTAN à Vilnius en juillet.

Pour les Occidentaux de l'OTAN, "les Ukrainiens doivent continuer à mourir au combat afin d'affaiblir militairement la Russie". Pendant ce temps, les élites de l'Union européenne "continuent de zombifier leurs citoyens à travers les médias et poursuivent une politique hostile de division des peuples slaves".

Le bloc occidental ne rassemble pas ses ressources militaires pour la défense, mais pour l'offensive. Il y a une nuance importante dans ce plan : cette armée est créée principalement à partir de la population européenne. "En d'autres termes, une fois de plus, on demande aux citoyens d'autres nations de mourir pour les intérêts des États-Unis".

Les peuples d'Europe ne se rendent même pas compte de ce qui les attend. Les protestations et manifestations occasionnelles en France, en Allemagne, en Italie, en Pologne et dans d'autres pays sont plutôt l'exception à la règle.

"Une grande partie de la société européenne est sous l'influence de la propagande et est tranquillement prête à se sacrifier pour les intérêts d'autrui", déclare M. Khrenin d'un ton sombre.

Afin de satisfaire les intérêts occidentaux et de créer les conditions d'une guerre à grande échelle, l'élite a cherché à démanteler l'architecture de sécurité internationale et le contrôle des armements, "pour avoir les coudées franches".

Du point de vue du Belarus, ce n'est pas non plus une coïncidence si la Pologne a déjà annoncé son intention de "créer l'armée la plus puissante de la région européenne". Les autres pays européens ne sont pas en reste, mais ont "de plus en plus recours à une rhétorique belliqueuse".

Le caractère agressif de la politique militaire occidentale n'est plus caché, mais les documents stratégiques désignent ouvertement les ennemis : la Russie, la Chine et leurs alliés, dont la République du Belarus.

Le ministre biélorusse de la défense tire de cette situation une conclusion sans ambiguïté : "la possibilité d'une confrontation militaire directe avec l'OTAN à l'avenir devient très évidente". "Tous les masques sont tombés et de hauts fonctionnaires parlent déjà ouvertement des véritables plans de l'Occident".

La seule chose qui retient encore les puissances du "milliard d'or" de lancer une guerre à grande échelle est la menace d'une riposte nucléaire. C'est pourquoi le Belarus "considère le retour des armes nucléaires tactiques sur son territoire comme un moyen de dissuasion stratégique efficace".

L'Occident a également tendance à utiliser "des acteurs non étatiques, tels que des organisations terroristes et criminelles, des mouvements religieux radicaux et la cinquième colonne liée aux diasporas à l'étranger, pour détruire les États indésirables et mener des guerres par procuration sur leur territoire".

À titre d'exemple, M. Khrenin a cité "une attaque terroriste soutenue par l'Ukraine et impliquant des combattants des soi-disant forces volontaires russes dans les zones frontalières de la région de Belgorod".

"Les pays voisins de la République du Belarus forment également des combattants armés parmi les criminels qui ont fui le Belarus. En même temps, ils disent secrètement qu'ils ont l'intention de les utiliser pour des attaques militaires contre le Bélarus", a déclaré le ministre de la défense à l'auditoire de la conférence.

En même temps, du point de vue du droit international, il est difficile d'accuser ces "formations pseudo-militaires" (sous le drapeau desquelles des unités professionnelles de soldats occidentaux peuvent également opérer) d'être impliquées dans l'attaque.

"Après tout, ils prétendent dans ce cas que les Bélarussiens se battent contre les Bélarussiens, les Russes contre les Russes, et ainsi de suite", a déclaré M. Khrenin en évoquant les opérations cyniques de l'Occident.

Dans cette situation, M. Khrenin ne peut même pas faire confiance aux "organisations internationales qui ferment passivement les yeux sur les terroristes soutenus par l'Occident". Selon lui, la raison en est que l'Occident a "privatisé les institutions internationales pour servir ses propres intérêts".

Ainsi, le Belarus participe activement aux processus d'intégration de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) et de la Communauté des États indépendants (CEI) et cherche à rejoindre l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), ainsi que les BRICS, qu'il considère comme des mécanismes de sécurité alternatifs.

Comme les efforts d'intégration en cours vont à l'encontre des plans de l'Occident, des tentatives sont faites pour créer la discorde entre les États et leur offrir des pots-de-vin financiers afin de les faire adhérer au "modèle de comportement néocolonial occidental".

Dans la situation mondiale actuelle, Khrenin exhorte ses alliés à se serrer les coudes afin de pouvoir "survivre à la phase difficile de la formation d'un nouvel ordre mondial avec le moins de choc possible".

lundi, 17 juillet 2023

Ukraine: le parti de la guerre dans le chaos

ucraina-ursula-von-der-lyen-visita-bucha-e-poi-incontra-zelensky-a-kiev-wide-site-ycrf1.jpg

Ukraine: le parti de la guerre dans le chaos

Source: https://www.piccolenote.it/mondo/ucraina-il-partito-della-guerra-nel-caos

Le parti de la guerre ne trouve pas le soutien qu'il espérait. Malgré tous les efforts de Joe Biden pour offrir au monde un spectacle heureux, on se souviendra de Vilnius comme du sommet de l'OTAN où les tensions ont éclaté". C'est ce qu'a déclaré David Saks dans un tweet rappelant ce qui s'est passé lors du sommet.

Un sommet caractérisé par la tirade intempestive de Zelensky contre les dirigeants de l'Alliance atlantique pour ne pas avoir admis l'Ukraine en son sein ; par la colère de ses interlocuteurs, qui lui ont demandé de se calmer ; puis celle des faucons, furieux contre l'administration Biden pour cette décision. Enfin, la rencontre Zelensky-Biden, plutôt discrète, à tel point qu'elle est passée presque inaperçue alors qu'elle aurait dû être le clou du spectacle.

Ces choses sont bien connues et ont été rapportées plus ou moins par tous les médias occidentaux, malgré les euphémismes de circonstance, nécessaires pour ne pas faire sombrer lamentablement le petit théâtre qui se joue depuis un an et demi.

Dans le parti de la guerre, ils commencent à s'entre-déchirer

La conclusion de Saks est intéressante: "La contre-offensive ukrainienne n'a pas répondu aux attentes, le champ de bataille est jonché d'énormes quantités d'armes occidentales très onéreuses, réduites à l'état de débris fumants, les chiffres des pertes ukrainiennes sont horribles et les États-Unis sont à court d'obus d'artillerie de 155 mm, à tel point qu'ils sont contraints de faire le choix dégradant d'envoyer des bombes à fragmentation. L'effort de guerre est de plus en plus chaotique et le parti de la guerre commence à s'entre-déchirer".

Le parti de la guerre ne sait plus quoi faire, toutes ses utopies s'étant effondrées et ayant été vendues au monde comme autant de dogmes incontestables. Il navigue à vue, comme en témoigne l'arrivée surprise du président sud-coréen Yoon Suk Yeol à Kiev, un énième coup de théâtre qui réussira au mieux à débloquer la demande d'armes sud-coréenne jusqu'ici refusée, comme le mentionne la BBC, et qui partira en fumée comme les autres.

Le fait est que, jusqu'à présent, "Washington a essayé d'éviter les choix difficiles", comme l'écrit George Beebe dans Responsible Statecraft. En fait, "nous avons exclu tout compromis qui augmenterait les chances d'une paix négociée avec la Russie, pensant que nous pouvions imposer aux Russes une capitulation à bon compte sans risquer une implication beaucoup plus importante de l'OTAN". Cette stratégie a échoué.

L'impasse et les choix difficiles

Les tenants du parti de la guerre savent que la situation des forces ukrainiennes est dramatique. Ils le savent parfaitement, mieux que quiconque. Même le chef d'état-major du renseignement du ministère américain de la défense, John Kirshhofer, qui, interrogé par Bloomberg, a déclaré: "Nous sommes dans une impasse".

Storm_Shadow_p1220865.jpg

Et ils savent que les armes de l'OTAN - des bombes à fragmentation aux missiles Storm Shadow et autres diableries de ce genre - ne changeront pas la situation. Kirshhofer ajoute : "Aucune de ces armes n'est malheureusement le Saint Graal que les Ukrainiens recherchent pour percer".

Face à l'échec flagrant des théories jusqu'alors dominantes, l'OTAN aurait dû revoir sa stratégie, poursuit M. Beebe, afin de combiner les initiatives de défense de l'Ukraine et de l'Europe avec les efforts diplomatiques pour mettre fin à la guerre.

Nous n'avons pas vu un tel changement à Vilnius", conclut M. Beebe. Et il ajoute: "La rébellion ratée des mercenaires de Wagner le mois dernier a donné à Washington l'espoir de voir la Russie imploser, perdre la guerre en Ukraine et permettre aux États-Unis d'éviter des compromis difficiles. Mais l'espoir, comme on dit, n'est pas une stratégie".

samedi, 27 mai 2023

Alexandre Douguine: les échecs et la guerre

6006d9ac6dacf2494e0cfc8c35f977ab.jpg

Les échecs et la guerre

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/chess-war?fbclid=IwAR2c4dK0IXqIdWCxJT110qVAujss0Rm0Uiqt8BFLjAkzj3dR8E5Orii1t7U

Examinons les principaux acteurs de la guerre qui se déroule en Ukraine. Nous pouvons ici nous référer à la métaphore de "l'échiquier géopolitique" introduite par Zbigniew Brzezinski. Il est évident que le territoire de l'Ukraine, et dans une certaine mesure de la Russie, est un "échiquier" sur lequel se déroule la confrontation géopolitique mondiale. En même temps, Kiev elle-même, comme chacun l'a compris depuis longtemps, n'a pas d'indépendance et ne constitue pas un "sujet politique": l'Ukraine n'est qu'un outil que les principaux acteurs, en premier lieu ceux qui jouent contre la Russie, déplacent à leur guise. Comme toute métaphore, le schéma du "jeu d'échecs géopolitique" que nous proposons a certes des faiblesses et des limites, mais s'il permet d'éclairer ce qui se passe, il justifie à lui seul son existence.

662b9ceda0d7e818aa75ac29dd68e73b.jpg

Les échecs de l'apocalypse

Tout schéma simplifie à l'extrême la réalité, mais il tente de mettre en évidence les tendances de fond et les centres de pouvoir réellement décisifs. Il est évident que la Russie est aujourd'hui en guerre contre l'Occident collectif et ce sont ces deux instances géopolitiques que l'on peut considérer comme les deux camps opposés. Sur notre échiquier métaphorique, la Russie est représentée par les Blancs et l'Occident collectif par les Noirs.

Chez les Noirs, les contours de plusieurs pôles puissants et influents se dessinent. Puisque nous parlons d'un jeu d'échecs géopolitique, nous pouvons imaginer chaque pôle comme une sorte de pièce, qui a son propre plan, sa propre logique, sa propre stratégie, ses propres objectifs de guerre. En même temps, chaque pièce géopolitique est limitée dans ses actions par les autres pièces, blanches et noires, les siennes et celles de l'adversaire.

Trois figures principales sont proposées pour chaque camp, le noir et le blanc. Mais ces figures principales généralisent un très grand nombre de centres de décision secondaires, de groupes d'analyse et d'experts, de réseaux d'influence, etc. Ce sont les macro-figures du jeu d'échecs géopolitique de la guerre d'Ukraine, qui pourrait d'ailleurs facilement et rapidement dégénérer en Troisième Guerre mondiale. Le conflit actuel serait donc identifié comme son précurseur ou sa première phase. S'il ne dégénère pas en Troisième Guerre mondiale, l'implication d'acteurs mondiaux et l'échelle mondiale rendent chaque macro-figure responsable du sort de l'humanité. Chaque mouvement de l'une ou l'autre de ces macro-figures, dans les circonstances actuelles, est porteur d'Armageddon. La probabilité d'une confrontation nucléaire directe entre la Russie et le bloc de l'OTAN avec l'utilisation d'armes nucléaires stratégiques (SNW/Strategic Nuclear Weapons) est la toile de fond sur laquelle se joue la partie d'échecs sur l'échiquier qu'est aujourd'hui l'Ukraine (ou la Russie occidentale). Nous sommes donc face aux "échecs de l'Apocalypse".

Les pièces des Noirs

Chez les Noirs, nous pouvons distinguer trois macro-figures principales, qui ne sont pas symétriques les unes par rapport aux autres, mais qui ont chacune un degré de souveraineté suffisant pour influencer activement le cours de toute la confrontation. Nous les avons nommées comme suit :

Le parti de la victoire complète et immédiate sur la Russie.

Le parti de la victoire retardée sur la Russie.

Le parti de l'indifférence à l'égard de la Russie.

Les deux premières macro-figures représentent les factions des mondialistes qui contrôlent aujourd'hui presque entièrement les élites atlantistes des États-Unis et de l'UE, qui sont toutes deux en route vers un gouvernement mondial et n'ont pas de contradictions à cet égard. Ils ne diffèrent que par la rapidité et la radicalité des mesures nécessaires pour atteindre leur objectif commun. Le Parti de la victoire immédiate sur la Russie et le Parti de la victoire différée sont tous deux fermement attachés à un monde unipolaire, à l'idéologie libérale mondialiste et au maintien à tout prix de l'hégémonie occidentale à l'échelle mondiale. En substance, ils constituent une seule et même force, mais leurs deux pôles - le parti de la victoire noire immédiate et le parti de la victoire noire différée - diffèrent considérablement dans leur évaluation de la situation, par les méthodes qu'ils appliquent et par les moyens qu'ils préconisent pour atteindre l'objectif.

Le parti de la victoire totale et immédiate sur la Russie

La partie la plus radicale des mondialistes insiste pour profiter de la situation et de ce qu'ils considèrent comme la faiblesse significative de la Russie démontrée dans la guerre ukrainienne (beaucoup pensent sincèrement que "la Russie a déjà perdu"), pour mettre fin à la situation, infliger une défaite totale et écrasante à la Russie, la forcer à une reddition inconditionnelle, puis pour la plonger dans un chaos sanglant et assurer l'effondrement de la Fédération de Russie le long de toutes les lignes de fracture possibles - sociales, ethniques et confessionnelles, territoriales.

2021059734001.jpg

Cette macro-figure est représentée en premier lieu par les services secrets britanniques, qui agissent en étroite relation avec certains centres néo-conservateurs américains (Kagan, Nuland, Kristol) et avec les cercles du Pentagone et de la CIA qui leur sont proches.

Du point de vue de ces institutions, la Russie est extrêmement faible et sa survie politique ne tient qu'à un fil à tous égards. L'impasse sur les fronts, l'indécision ou le report permanent des réformes de mobilisation, la grande tolérance de l'opposition politique et anti-belliciste au sein des élites, la confusion au sein du commandement militaire, la confusion de la société, les effets des sanctions et la nécessité de rechercher une substitution immédiate pour les importations, l'absence d'une idéologie cohérente, l'absence d'une volonté stratégique claire de gagner, sont pour ce parti autant de signes que la Russie est au bord du gouffre et que, si elle est poussée à bout, elle s'écroulera. C'est pourquoi la première macro-figure des Noirs - le parti de la victoire complète et immédiate sur la Russie - planifie et exécute les étapes les plus drastiques de cette guerre: c'est là que sont planifiées et exécutées les attaques terroristes sur les territoires russes, les assassinats, les bombardements, les attaques de drones, les attaques sur l'ancien et le nouveau territoire russe, y compris les attaques contre des cibles civiles sur les territoires frontaliers de la Russie, l'opération visant à faire sauter les approvisionnements en eau du nord et à faire sauter le pont de Crimée. Il s'agit du pôle noir qui vise à saturer au maximum le régime fantoche de Kiev avec toutes sortes d'armes, à fournir des obus à uranium appauvri, à mener de nouvelles attaques terroristes à grande échelle dans les capitales et les villes russes, à radicaliser l'opposition russe interne et à recruter son personnel pour le soulèvement armé, la formation de DRG, etc.

Aucune négociation avec la Russie, aucun cessez-le-feu n'est envisagé par ce pôle. La Russie est prise dans un piège stratégique soigneusement placé et l'ours blessé doit être épuisé maintenant et immédiatement, par tous les moyens nécessaires.

Ce pôle préconise une escalade parabolique des hostilités, en utilisant toute la gamme des moyens et cela, de manière accélérée.

Le principal argument de cette macro-figure est l'hypothèse selon laquelle Poutine n'utilisera en aucun cas des armes nucléaires (NSNW), ni d'ailleurs des armes nucléaires stratégiques (TNW), et la probabilité d'utiliser des armes nucléaires tactiques (TNW) n'est pas fatale du point de vue de ce groupe. Toute suggestion selon laquelle Moscou est prête à répondre par des armes nucléaires dans le cas extrême est considérée par ce groupe des pièces noires de notre échiquier comme un bluff, car, selon lui, le régime existant, en l'absence d'une idéologie brillante, n'est tout simplement pas organiquement capable de franchir cette étape.

Ce même pôle utilise activement des stratégies de réseau, supervise l'IPSO et modère les stratégies d'ingénierie sociale pour la société russe, exploitant habilement toute faille dans la politique russe en matière d'information et d'Internet. On peut dire qu'il orchestre des vagues de terreur mentale à l'aide de diverses méthodes, y compris de nombreuses chaînes d'information censées être "neutres" et "objectives" par nature.

Ce pôle jouera un rôle important dans la contre-attaque planifiée par Kiev et revendique la direction complète de l'opération.

L'objectif - la destruction de la Russie - sera atteint rapidement et durement, dans les plus brefs délais. Des attaques terroristes de masse faisant un grand nombre de victimes civiles et même des attaques de missiles sur Moscou seront autorisées.

Le parti de la victoire retardée sur la Russie

La deuxième macro-figure chez les pièces noires est le parti de la victoire retardée sur la Russie. Ici, l'évaluation de la situation est légèrement différente de celle de la première macro-figure. Ce groupe estime, comme le premier, que la Russie a "déjà perdu" dans cette guerre: les attaques contre le centre de l'Ukraine, et même contre Kharkov et Odessa, ont échoué, le front s'est enlisé même dans le Donbass, les sanctions ont isolé économiquement la Russie de l'Occident, l'indécision ne permettant pas les réformes patriotiques nécessaires a encore affaibli Moscou. Dans cette situation, le programme minimum, selon ce pôle noir, a été atteint. Les pays occidentaux se sont à nouveau unis autour de l'OTAN sous l'égide des États-Unis, le mondialisme a une nouvelle fois renforcé sa position. Le moment est donc venu de faire entrer le conflit dans une phase à long terme. Plus le "statu quo" durera, plus la Russie sera affaiblie. Et alors, voyez-vous, les processus destructeurs s'enclencheront d'eux-mêmes: les effets des sanctions et les difficultés à organiser les importations parallèles et la substitution des importations se feront sentir; les victimes de plus en plus nombreuses de la guerre mineront la confiance dans le gouvernement; et, si nous ne nous dépêchons pas et n'allons pas trop loin, la Russie elle-même, comme un fruit mûr, tombera dans le panier des mondialistes. En réalité, la guerre a déjà été "gagnée" par l'Occident, et l'Ukraine n'était et ne reste qu'un matériau consommable dans ce jeu d'échecs géopolitique - un pion a été sacrifié (et même pas jusqu'au bout), et la situation générale s'est nettement améliorée.

russia-ukraine-war-milley-26264.jpg

Le général Mark Milley, président de l'état-major interarmées des forces armées américaines, est un excellent exemple de cette position.

La deuxième macro-figure dans les pièces noires est également orientée vers la défaite finale de la Russie, mais cette victoire ne surviendra que graduellement, sera retardée. L'ouverture de négociations de paix, de préférence à des conditions désavantageuses pour la Russie - c'est une honte - et la prolongation de la guerre pendant une longue période, voire une certaine connivence avec les Russes dans des zones locales, sont autorisées ici.

Et surtout : la deuxième macro-figure n'est pas sûre que dans une situation critique - par exemple, en cas d'attaque décisive et précipitée des troupes de Kiev sur les territoires russes - Poutine n'utilisera pas d'armes nucléaires, y compris des armes nucléaires non conventionnelles. L'hypothèse est qu'il s'agit peut-être d'un bluff, mais si ce n'est pas le cas, il pourrait s'avérer qu'il est trop tard. Alors pourquoi risquer tout, la destruction de la planète, juste pour obtenir ce que vous voulez un peu plus vite que vous ne l'obtiendrez de toute façon ?

C'est la position de Biden lui-même et de la plupart des membres de son administration (à l'exception des néoconservateurs extrémistes). Et c'est pourquoi certaines publications de la presse américaine contrôlée par la Maison Blanche rejettent la responsabilité des attaques terroristes en Russie, de l'explosion du gazoduc Nord Stream et de l'escalade en général. Le fait que la responsabilité soit reportée sur Kiev doit être considéré comme un euphémisme, une figure de style. Bien sûr, le sens est autre : les modérés désignent - à travers Kiev - la première macro-figure des noirs, c'est-à-dire le parti de la victoire totale et immédiate sur la Russie

Quelle est la relation entre ces macro-figures ? Il n'est pas facile de l'établir avec certitude. À certains égards, elles sont solidaires - dans leur désir de vaincre la Russie, de perturber le processus conduisant à la multipolarité et de préserver l'hégémonie de l'Occident mondialiste. À d'autres égards, ils diffèrent. Mais dans tous les cas, il s'agit de deux pièces-personnages différent(e)s. Ils ont deux visions et deux programmes différents. Il n'y a pas de hiérarchie claire entre eux: chacun suit sa propre voie, selon ses propres évaluations, méthodes et possibilités. Il peut sembler que l'équilibre entre la première et la deuxième pièce se déplace périodiquement dans un sens ou dans l'autre.

Là encore, l'image du jeu d'échecs nous aide. Chacune des pièces se déplace selon son propre algorithme. L'une est orientée vers l'escalade, l'accélération du temps et le mépris des règles. L'autre agit plus prudemment, essayant de maîtriser l'escalade et prête à prolonger le processus, sûre des résultats déjà obtenus et de la probabilité d'obtenir ce qu'elle veut (l'effondrement de la Russie en tant que puissance souveraine) dans le cours naturel des événements, ce que, bien sûr, l'Occident devrait activement faciliter.

Le parti de l'indifférence

Il existe également une troisième macro-figure parmi les Noirs. Elle est beaucoup moins influente que les deux premières et n'a pas grand-chose à voir avec le fait d'influencer directement le cours des événements. Mais elle est là, et on ne peut l'ignorer. Il s'agit de la position des forces politiques américaines qui n'identifient pas les intérêts américains au mondialisme, qui ne s'appuient pas sur les règles de la géopolitique atlantiste (où l'objectif principal de la civilisation anglo-saxonne de la mer est une victoire écrasante sur la civilisation eurasienne de la terre, c'est-à-dire la Russie souveraine), et qui sont donc indifférentes à la Russie qui, selon une analyse sobrement pragmatique, ne menace pas les intérêts nationaux américains - ni dans le domaine militaire, ni dans le domaine économique - en général. Si nous abandonnons l'équation "États-Unis = globalisme, hégémonie mondiale et libéralisme", que les deux premiers macro-figures noires partagent et que le troisième groupe rejette, l'attitude à l'égard de la guerre en Ukraine change immédiatement. Le résumé de cette attitude est le suivant: les États-Unis ne sont pas du tout intéressés par cette guerre, et l'obsession de la russophobie est liée aux intérêts privés des élites mondialistes qui utilisent les États-Unis et les pays européens de l'OTAN pour leurs propres intérêts économiques.

_114676275_rep_manifesto_trump_index_promo976.jpg

C'est exactement la position exprimée par l'ancien président américain Donald Trump. Ses affirmations selon lesquelles, s'il redevient président des États-Unis, le conflit en Ukraine cessera immédiatement ne sont pas de la vantardise, mais du pur réalisme. Une fois que l'Occident collectif abandonne la féroce partie d'échecs contre la Russie, tout ce drame devient insignifiant et les États-Unis passent à d'autres problèmes - plus aigus - tels que la rivalité économique avec la Chine, la crise financière et la crise de l'émigration aux États-Unis mêmes, etc.

Parmi les figures noires, c'est aujourd'hui la position la plus faible. Son influence est très limitée. Mais à l'approche des élections présidentielles américaines de 2024, son influence pourrait s'accroître. Toujours pour des raisons pragmatiques, il est probable que les Républicains, dans leur opposition à la politique ukrainienne de Biden, se rabattent sur ce type de logique réaliste. Il n'y a pas la moindre sympathie pour la Russie derrière une telle position, mais objectivement, cela réduirait considérablement les tensions et conduirait à une désescalade.

Parmi les Républicains eux-mêmes, la logique de Trump n'est pas la seule, et certains néoconservateurs soutiendront le scénario atlantiste. Mais d'ores et déjà, pour les intérêts intra-corporatistes de la politique américaine, la carte ukrainienne est si fermement associée aux démocrates et à Biden qu'elle n'a aucune chance d'être reprise par les républicains dans les débats pré-électoraux.

On peut donc prédire avec prudence que d'ici l'automne 2023, et surtout si la Russie réussit l'offensive à venir, le rôle de la troisième macro-figure noire augmentera progressivement.

Il est évident qu'une telle orientation de la politique étrangère américaine, basée sur le réalisme et l'intérêt national des États-Unis en tant que puissance, changera complètement la stratégie du jeu d'échecs du côté noir, même si l'influence des autres macro-figures demeurera. Ce sera déjà un jeu complètement différent, et ce n'est pas une coïncidence si le régime de Kiev déteste tout ce qui est lié à Trump. La force du troisième parti - le parti de l'indifférence à l'égard de la Russie - signifiera la fin de l'Ukraine actuelle.

Les grandes figures des Blancs : le parti de la défaite immédiate

Passons maintenant aux Blancs et à leurs macro-figures. Ici aussi, trois "partis" symétriques peuvent être distingués. Ils correspondent en partie aux macro-figures des Noirs, mais s'en distinguent à certains égards. On peut les nommer conventionnellement comme suit :

Le parti de la défaite immédiate de la Russie.

Le parti de la défaite différée de la Russie.

Le parti de la victoire.

Le parti de la défaite immédiate comprend l'opposition libérale radicale - les structures animées par Navalny qui se sont transformées en terreur pure et simple (avec Darya Trepova, photo ci-dessous), les anciens émigrés politiques (Khodorkovsky, Kasparov, etc.), les représentants des nouveaux émigrés politiques (Chubais), etc., des représentants des nouveaux émigrés politiques (Chubais), économiques (Fridman, Aven), artistiques (Pugacheva, Galkin), victimes de l'ingénierie sociale de l'ennemi, hypnotisés par le slogan "non à la guerre", et, enfin, des agents directs de l'Occident dans diverses structures gouvernementales et sociales, de plus en plus actifs dans le sabotage direct, l'organisation de DRG, la fourniture à l'ennemi d'informations précieuses, etc.

FsvFVUQXoAUF2Zi.jpg

Cette macro-figure est politiquement désignée comme quelque chose d'inacceptable, mais son enracinement profond dans la société et l'État au cours des 30 dernières années où notre pays s'est directement orienté vers l'Occident est si important que l'opposition à cette macro-figure ne concerne jusqu'à présent que la partie émergée de l'iceberg. Les réseaux libéraux d'agents d'influence sont omniprésents en Russie et les Noirs comptent sur cette figure blanche dans leur jeu géopolitique comme l'un des principaux facteurs de leur stratégie. Cette figure n'est "blanche" que formellement, en ce sens qu'il s'agit de Russes, de demi-Russes ou d'anciens Russes. En réalité, en termes d'orientation géopolitique, les libéraux et les Occidentaux, ceux qui sont déjà partis et ceux qui ne sont pas encore partis, servent les intérêts des Noirs. C'est ainsi que les jockeys corrompus perdent délibérément des courses et que les boxeurs corrompus perdent des combats. La première macro-figure des Blancs, le Parti de la Défaite Immédiate, fait essentiellement le jeu des Noirs dans tous les domaines. Et pas seulement des Noirs en général, mais plus particulièrement du parti de la victoire immédiate chez les Noirs, la première macro-figure des Noirs. En fait, cette figure "blanche" est contrôlée par une pièce noire.

Le géopoliticien atlantiste Brzezinski, aujourd'hui décédé, y a fait explicitement allusion lorsqu'à ma question sur les échecs géopolitiques, il a répondu que "les échecs sont un jeu pour un, pas pour deux". Brzezinski avait l'habitude de jouer pour les noirs et de déplacer les pièces blanches. C'est exactement la situation de l'élite russe avant l'OMS (Opération militaire spéciale). Elle était dirigée par l'Occident. Mais après l'OMS, ce modèle est devenu plus inacceptable et les élites libérales qui semblaient "blanches" sont finalement apparues comme des figures dirigées par les Noirs.

126d6cdd9fa461e68d8626cc3815bd7b.jpg

D'où l'apparition de représentants directs du MI6, comme Hristo Groziev et ses subordonnés (Navalny et son entourage), à la veille de l'OMS. Les libéraux ont tombé le masque et se sont révélés être des agents directs de l'ennemi dans un conflit meurtrier.

On peut toutefois se demander si les représentants du parti de la défaite immédiate de la Russie sont pleinement connus, identifiés et étiquetés en conséquence. De toute évidence, ils ne le sont pas tous. Mais c'est une question qui devrait être posée aux structures compétentes. Et pour la traiter en profondeur, il serait nécessaire de reconstituer le SMERSH ou quelque chose de similaire.

Il est important de noter que l'élite dirigeante des années 1990 était principalement composée de libéraux radicaux occidentalistes et que, même si certains d'entre eux ont sincèrement changé d'avis pendant la période de souveraineté de Poutine, l'expérience n'a pas été vaine.

Le parti de la défaite différée chez les Blancs

La deuxième macro-figure chez les Blancs est le parti de la défaite différée. Il s'agit de la partie de l'élite russe qui professe une double allégeance: d'une part, ce groupe est loyal envers Poutine et reconnaît la légitimité de son orientation vers la souveraineté et le multipolarisme, ce qui signifie qu'il soutient l'opération militaire spéciale et vise formellement la victoire. Mais d'autre part, l'orientation principale de ce groupe reste l'Occident libéral moderne, sa culture, ses codes, ses technologies, ses pratiques et ses tendances. Par conséquent, cette macro-figure considère la rupture avec l'Occident comme une catastrophe et prévoit la fin du conflit dès que possible et le lancement de processus visant à rétablir les liens rompus. Cette deuxième macro-figure parmi les pièces blanches n'est pas prête pour le sabotage direct, l'espionnage et les activités terroristes contre les autorités. En outre, elle comprend que la souveraineté est une valeur et que sa perte totale signifierait également sa propre disparition en tant qu'élite loyaliste. Mais le parti de la défaite différée ne considère pas la Russie comme une civilisation, n'est pas prêt à tout sacrifier pour le front et ne voit pas d'avenir pour le pays en dehors de l'Occident.

L'OMS a été perçus comme un désastre pour cette macro-figure, mais contrairement au parti blanc de la défaite immédiate, ses représentants sont obligés de rester loyaux envers Poutine et le pays.

Il s'agit d'un groupe très sérieux et influent au sein du gouvernement russe. Il est en partie symétrique au parti de la victoire différée des Noirs. Ses représentants accepteraient les propositions les plus désagréables de l'Occident au nom de la paix. Mais comme le parti de la victoire immédiate des Noirs ne leur laisse aucune chance, ils sont contraints de travailler pour la guerre et de soutenir l'opération. Les conversations privées récemment publiées de certains membres de l'élite décrivent clairement l'état d'esprit de ce groupe: ils ne croient pas à la victoire, ils maudissent l'OMS, ils regrettent amèrement les jours d'avant-guerre et ils sont prêts à accepter presque n'importe quelle condition pour mettre fin au conflit. Dans le même temps, ils sont contraints d'adopter une position officiellement "patriotique", qui est devenue la norme du politiquement correct en Russie même.

Le parti de la victoire retardée aux États-Unis et en Occident en général s'appuie fortement sur le parti de la défaite retardée en Russie, car il bloque activement la mobilisation publique totale et les réformes patriotiques décisives qui n'ont que trop tardé, y compris la proclamation d'une idéologie cohérente et cohésive. Toutefois, cette macro-figure, contrairement à la première, qui n'est en fait pas blanche du tout, reste du côté de la Russie et, dans une confrontation directe et dure, et surtout face à une autre macro-figure de l'ennemi (le parti de la victoire noire immédiate), elle sera elle aussi contrainte d'agir conformément à la logique de la guerre qui lui est livrée.

Le parti de la victoire

La troisième macro-figure des Blancs est le Parti de la Victoire. Il est assez largement présent dans la société russe; en revanche, il a été très minoritaire au sein de l'élite dirigeante jusqu'à une date très récente. Il s'agit de patriotes convaincus et de partisans de la Russie en tant que civilisation originale, porteurs de valeurs traditionnelles favorables à la mission et à l'identité historique de la Russie - sa religion, son peuple, sa souveraineté.

L'OMS a mis en avant le Parti de la Victoire et ce sont ses évaluations, ses perceptions et ses décryptages du conflit radical avec l'Occident collectif qui sont devenus, en fait, la version officielle de ce qui se passe. Les représentants de la deuxième macro-figure blanche sont contraints de répéter cette version, parfois avec force.

Le Parti de la Victoire se concentre sur l'opposition frontale à l'Occident, pour aller jusqu'au bout de la logique de l'OMS et cimenter les conditions stratégiques d'un monde multipolaire où l'hégémonie occidentale n'a pas sa place. C'est cette macro-figure qui considère le conflit militaire avec l'Occident comme un moment décisif dans la bataille pour le prochain ordre mondial et comme l'accomplissement de la mission historique de la Russie. Le parti de la Victoire considère le conflit non pas comme une confrontation conjoncturelle ou un différend régional, mais comme une guerre des civilisations. Pour le parti de la Victoire, la Russie, l'État et la société, doivent donc prendre toutes les mesures nécessaires et payer n'importe quel prix. Le déclenchement de l'OMS, quelles qu'en aient été les raisons, a été la dernière bataille pour la souveraineté et l'existence historique de la Russie. C'est pourquoi des réformes patriotiques immédiates et une mobilisation totale du gouvernement et de la société sont nécessaires. Du point de vue de ce parti, l'utilisation d'armes nucléaires, compte tenu de la gravité de la menace qui pèse sur la Russie, et en particulier dans l'éventualité d'un scénario d'hostilités négatives, est métaphysiquement justifiée et ne constitue en aucun cas un bluff.

Le Pôle Blanc de la Victoire n'est pas encore actuellement le pôle dominant de l'élite, et le Parti de la Défaite Différée le dépasse sur plusieurs plans administratifs. Cela dit, le poids du Parti de la Victoire ne cesse de croître et, au niveau du discours officiel en Russie, c'est son programme, sa stratégie et son appréciation de la situation qui sont considérés comme normatifs.

En tout état de cause, cette macro-figure de l'échiquier géopolitique est présente, contrastée et distinguable.

Consolidation

Réduisons maintenant notre proposition de classification des acteurs à un schéma général.

Chaque macro-figure a devant elle une image assez claire de ce qui se passe, avec laquelle toutes les autres figures sont en principe d'accord. C'est-à-dire qu'ils agissent tous selon certains algorithmes, qui sont inscrits dans la structure objective de la confrontation, sur laquelle ils ne se font pas d'illusions. Tout le monde comprend qui se bat avec qui et pour quels objectifs.

L'Ukraine n'est qu'un territoire, un échiquier - avec ses propres caractéristiques, sa topographie et sa topologie, mais c'est un pur arrière-plan. Elle n'est ni un personnage ni un sujet. Tout se décide en dehors d'elle et indépendamment d'elle.

Les processus militaires, politiques, économiques, sociaux, diplomatiques, informationnels et technologiques sont étroitement liés et forment un système plutôt ordonné, malgré la spontanéité de la guerre. Les six macro-figures peuvent être utilisées pour comprendre comment ces systèmes sont configurés et comment leurs différentes parties sont interconnectées.

Mais cet accord général avec le cadre géopolitique objectif ne va pas plus loin. Chaque sujet du processus décisionnel évolue selon sa propre logique et le fait même de cette évolution est susceptible de modifier l'ensemble du tableau dans certaines circonstances. Par exemple, la décision de mobilisation partielle en Russie, son calendrier et même ses détails, affectent l'ensemble du système. Il est évident que le parti d'une défaite retardée en Russie a trouvé le meilleur écho auprès de l'Occident collectif, mais une fois qu'elle s'est produite, les événements ont commencé à se dérouler à un rythme différent. Il en va de même pour les autres décisions majeures de cette guerre : offensives, retraites, défenses, attaques, attentats, bombardements de cibles militaires et civiles sur le territoire de l'ennemi, etc. L'irrégularité de la situation est que le territoire du véritable ennemi dans cette guerre - l'Occident collectif - reste pour l'instant parfaitement sûr, alors que sur le territoire de la Russie, l'ennemi frappe, jusqu'à la récente attaque de drones contre le Kremlin.

Dans ce diagramme, nous pouvons analyser plus en détail la relation entre les trois pôles noirs, ce qui nous donnera une image plus claire du vecteur global, en tenant compte du moment politique aux États-Unis et des processus plus secondaires dans les pays de l'OTAN - l'Europe et la Turquie. Nous pouvons également examiner la relation et l'équilibre des trois macro-figures blanches. Là encore, il existe une dynamique certaine liée au même moment politique, mais déjà au sein de la Russie. Enfin, il est possible d'analyser comment les attitudes, les décisions et les actions initiées par chaque pôle d'un camp (le camp noir) sont liées aux attitudes, décisions et actions similaires de l'autre (le camp blanc). Mais cela nécessite une autre analyse, plus détaillée. Pour l'instant, il suffit de mettre en évidence et de décrire brièvement les principales macro-figures de cette guerre comparable à une partie d'échecs, qui pourrait devenir la dernière guerre de l'humanité. Tout dépend de ces figures, de leur interaction, de leur corrélation, de leur remplissage de sujets et d'objets, de leur volonté, de leur détermination, de leurs ressources et de leur conviction intérieure de leur justesse.

mercredi, 19 avril 2023

Un an après le déclenchement de la guerre en Ukraine - Sur le fil du rasoir

untanknamed.jpg

Un an après le déclenchement de la guerre en Ukraine

Sur le fil du rasoir

Il ne faut pas présenter la partie adverse comme on l'est soi-même

par Peter Backfisch

Le 24 février 2023 a marqué l'anniversaire du début de la guerre en Ukraine. Soyons clairs: l'attaque de février 2022 a été menée par la Russie ! Toutefois, les deux parties, ainsi que des tiers non impliqués dans les combats, jouent un jeu malsain. La situation doit rester bloquée. Le gouvernement allemand, qui n'est pas une victime de la guerre et qui n'a jamais été menacé, s'est joint dès le début aux cris de guerre de l'OTAN et a ainsi aggravé la situation. Le parti "Bündnis 90/Die Grünen" s'est montré particulièrement excessif. Fondé à la fin des années 1970 en tant que parti pour la paix, entre autres contre la décision de réarmement de l'OTAN, il a parcouru les campagnes allemandes pendant des années avec le slogan "Faire la paix sans armes" ("Frieden schaffen ohne Waffen"). Lors des élections fédérales de 2021, il a présenté sur des panneaux d'affichage géants la promesse électorale "Pas d'armes dans les zones de guerre", sous le portrait d'Annalena Baerbock, autoproclamée "spécialiste du droit international" et future ministre des Affaires étrangères. Depuis, le slogan a changé et est devenu "Construire la paix grâce aux méga-armes".

Ukraine-Konflikt-22-03-06-rgb-scaled.jpg

Créer la paix sans armes (*)

(*) Les exceptions confirment la règle

L'Allemagne, qui a perdu deux guerres mondiales et étaient en ruines en 1945, se voit aujourd'hui à nouveau placée dans une situation qui tend à reproduire le traumatisme d'alors - avec une nouvelle génération de politiciens. On les appelle les "Global Leaders", ce qui indique clairement par quoi ou par qui ils sont dirigés. Le mot a été créé par Klaus Schwab et son Forum économique mondial (WEF). Les jeunes parvenus, enfants gâtés, sont à son service et mettent en pratique le contenu de son livre "COVID-19 - The Great Reset", paru en 2020. Il n'est toutefois pas nécessaire d'aborder ce livre dans le présent article.

Depuis le début, ces politiciens ont fait leur la demande de livraison d'armes au président ukrainien Volodymyr Zelenskyj et ont tout fait pour y répondre immédiatement. Ils ont même accepté l'éventualité d'une guerre nucléaire, la population étant verbalement rassurée par les médias : "Poutine n'osera pas le faire après tout".

Il s'avère d'ores et déjà que les livraisons d'armes ont développé une dynamique propre et sans fin. L'OTAN, sous la pression des États-Unis, a commencé à livrer des systèmes d'artillerie à longue portée très rapidement après le début de la guerre, suivis d'une promesse d'armes lourdes. Les promesses concernant le char de combat Leopard 2 ont laissé place à la question de savoir si l'OTAN n'était pas déjà en guerre. Une extension aux avions de combat est en discussion.

4a2bfa7a-b552-436e-bb4f-1f2223474a14_w670_r0.7502857142857143_fpx50.96_fpy51.75.jpg

Mais Zelenskyj ne veut pas en rester là et demande que des armes nucléaires soient mises à la disposition de l'Ukraine. Dans le journal suisse Weltwoche du 17 juin 2022, l'expert militaire américain Douglas McGregor a qualifié les livraisons d'armes d'inutiles. Selon lui, les armes ne servent qu'à prolonger la guerre. C'est là un point de vue qui ne peut être toléré dans le débat politique en Allemagne par l'establishment libéral-gauche-vert au pouvoir. Les points de vue différenciés sont punis par le matraquage médiatique et l'exclusion sociale - mais les causes qui, elles, doivent être recherchées dans la politique d'élargissement continu de l'OTAN vers l'Est ne sont pas traitées par les médias.

Prélude à la Première Guerre mondiale

Il n'est pas possible de comparer la guerre en Ukraine à la Première Guerre mondiale, car la Première Guerre mondiale était une guerre de position et de tranchées sans victoire sur le terrain et la guerre en Ukraine est plutôt une guerre de dommages collatéraux chez les belligérants respectifs et chez les personnes non directement impliquées. Mais si l'on se penche sur les antécédents de la Première Guerre mondiale, force est de constater que ceux du conflit russo-ukrainien présentent des similitudes. Comme à l'époque, ce dernier a toutes les chances de mener le monde à un nouveau désastre épouvantable.

Le gouvernement allemand joue à nouveau un rôle majeur, mais cette fois-ci, il veut être parmi les vainqueurs et est prêt à prendre la tête des belligérants européens. Encouragés par les médias, ils font preuve de patriotisme guerrier et sont prêts à faire la guerre.

Le gouvernement allemand ne se rend pas compte que, du point de vue géopolitique de l'OTAN, il ne peut en aucun cas agir de manière indépendante et qu'il joue plutôt le rôle de vassal des États-Unis. Ce qui est frappant ici, c'est l'auto-justification mensongère et la haine aveugle contre la Russie.

71KogYsVVlL.jpg

Revenons aux leçons à tirer du déclenchement de la Première Guerre mondiale. Dans son ouvrage "Die Schlafwandler" ("Les somnanbules", 2014), l'historien australien Christopher Clark en a décrit minutieusement les antécédents. A l'époque aussi, les responsables vivaient dans un monde complexe où régnaient la méfiance et l'hostilité mutuelles. Les projets d'élargissement et d'expansion ont alimenté les aspirations de l'époque, conduisant à une situation où une étincelle suffisait à déclencher la guerre - ce qui, comme chacun sait, s'est produit. A l'époque, les regards se tournaient vers les foyers de crise dans les Balkans, dans le but d'affaiblir l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie.

Dans le langage d'aujourd'hui, on pourrait appeler cela un "déclassement en tant que puissance régionale". De la même manière, on parle actuellement de la Russie, la situation dans le Donbass remplaçant celle des Balkans vers 1912/14. La Crimée joue son propre rôle et ne pourra probablement pas être abandonnée par la Russie, même en cas d'accord de paix. La Russie, la France, et la Grande-Bretagne sont entrées en guerre en 1914 avec des plans de conquête, toujours soucieuses de pouvoir attribuer la véritable responsabilité de la guerre à l'Allemagne: "L'Allemagne était belliqueuse, l'Entente pacifique". Nous retrouvons aujourd'hui une propagande similaire dans la guerre Russie-Ukraine. Une fois de plus, les responsables marchent sur le fil du rasoir, sans vision claire.

LP_Desktop_1939_Der-Krieg-der-viele-Vaeter-hatte_971800.jpg

L'histoire du début de la Seconde Guerre mondiale, qui a connu un premier point culminant à Stalingrad, témoigne également d'une mauvaise volonté ou plutôt d'une incapacité à rechercher des solutions diplomatiques. Nous recommandons ici la lecture du livre du général à la retraite Gerd Schulze-Rohnhof "1939 - Der Krieg, der viele Väter hatte" (2005). Avec une arrogance hautaine, le gouvernement polonais a tenté de mettre sur le compte de l'Allemagne ses propres nombreuses provocations du printemps 1939 à l'égard des minorités allemandes ; cela a trouvé un terrain fertile en Angleterre et en France. A l'époque également, il n'y avait pas de volonté de négocier, ce qui a plongé toute l'Europe dans le chaos.

Pour éviter que le monde ne soit à nouveau plongé dans une telle catastrophe, il faut ouvrir des espaces de liberté et de négociation. Immédiatement, "dès aujourd'hui" (Roger Waters, début février au Conseil de sécurité de l'ONU) !

PBF.jpg

Peter Backfisch, né en 1954, est diplômé en pédagogie et travaille depuis 40 ans pour une ONG d'économie sociale. Il y est également conseiller du comité directeur pour la politique internationale. Il a également travaillé en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, au Proche-Orient et dans les pays de la CEI jusqu'en 2004. Depuis 2019, il écrit en tant qu'auteur indépendant, par exemple pour Junge Freiheit, Abendland, Wochenblick, Attersee Report et Tumult online.

lundi, 05 décembre 2022

Le chant des sirènes de Sanna Marin dans le spectacle belliciste de l'Occident

marin_sanna-slush_participation.jpg

Le chant des sirènes de Sanna Marin dans le spectacle belliciste de l'Occident

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/11/18/sanna-marinin-seireenin-laulu-lannen-sotaspektaakkelissa/

Slush est un événement international consacré à la technologie et à la croissance des entreprises qui se tient chaque année à Helsinki. L'événement de cette année comportait également une interview de la Première ministre Sanna Marin, qui s'est une fois de plus exprimé comme un néo-conservateur américain pur et dur (il n'est pas étonnant qu'elle ait déjà fait référence à Anne Applebaum et à la "lutte mondiale entre autocraties et démocraties").

Slush 46173314751_b8835c5222_o.jpg

Le thème des propos de Sanna Marin était de réduire les dépendances vis-à-vis des pays autoritaires tels que la Russie et la Chine. Cela aurait été au moins un peu plus plausible si la Finlande ne venait pas d'être visitée par des représentants du gouvernement et des entreprises saoudiennes, afin de renforcer les relations économiques et commerciales bilatérales entre la Finlande et cette monarchie absolue, qui adhère à la stricte charia.

Les liens bien connus de Sanna Marin avec le forum capitaliste technocratique de Davos suggèrent également que l'"autoritarisme" ne la dérange pas vraiment, tant qu'il est d'origine occidentale. L'hégémonisme des années 1990 et le sombre jeu à somme nulle semblent convenir à la pensée de Sanna Marin, même s'il peut sembler étrange d'exprimer de telles opinions lors d'un événement consacré à la technologie et à l'innovation commerciale.

Bien sûr, la sirène sociale-démocrate chante les chansons de son orchestre de fond et ses apparitions publiques font partie du spectacle de la guerre en cours. J'ai d'abord pensé que la santé mentale de Sanna Marin avait été ébranlée, mais peut-être que notre Première ministre assoiffée de pouvoir s'est vu promettre un rôle si attrayant en tant que successeur de l'actuel qu'elle est capable de jouer un monomaniaque détestant la Russie - dans le style de Jussi Halla-aho.

"Cela ne signifie pas que nous devons couper tous les liens économiques avec, disons, la Chine ou tout autre pays. Sauf la Russie", a souligné Marin, canalisant la "colère de deux minutes" de ses auditeurs vers la bonne cible. Alors que la Finlande finalise actuellement le dixième paquet d'aide à l'Ukraine, la Première ministre a ajouté que "nous devons nous assurer que la Russie perde la guerre".

Cette "défaite", Marin l'a souvent espérée par le passé, tout en démontrant son ignorance de l'histoire militaire de la Russie. Mais peut-être le président héroïque des (faux) médias du pouvoir, Zelensky, avec le soutien de l'Occident de l'OTAN, réussira-t-il là où les Mongols, le roi Charles XII de Suède, Napoléon et Hitler n'ont pas réussi ?

Au Slush, Sanna Marin a également fait valoir que l'on a eu tort de maintenir des relations étroites avec la Russie en matière de politique énergétique. La "logique russe" est différente, dit-elle ; "nos amis de Pologne et des pays baltes avaient raison", la Finlande et surtout l'Allemagne avaient tort. De cette façon, Sanna the War - poursuivant le travail de taupe de Sauli Niinistö - fait danser la Finlande, État-providence nordique, dans les rangs enragés des États traumatisés d'Europe de l'Est.

Pendant un moment, Sanna Marin a également joué le rôle d'un eurocrate, en disant que l'Europe ne devrait pas non plus être trop dépendante des États-Unis. Cela ne semblait pas très convaincant dans une situation où les sanctions anti-russes et autres mesures destructrices n'ont servi qu'à renforcer le pouvoir d'occupation américain, au détriment des intérêts propres et de la crédibilité politique de l'Eurocontinent.

Les politiciens finlandais crient maintenant hardiment des obscénités derrière la machine de guerre de l'OTAN, même si, lorsque les jeux sont faits, Washington n'a ni les ressources ni la volonté de protéger ses vassaux autodestructeurs. Mais nous appartenons enfin à l'Occident™, dans le jeu de pouvoir géopolitique où les Finno-ougriens se sont vu réserver le rôle prévisible de pion sacrificiel.

Dans la mythologie grecque, les sirènes étaient des femmes, un mélange d'apparence humaine et d'oiseau de proie, avec des griffes acérées aux pieds comme les chauves-souris. Avec leur chant, les sirènes attiraient les marins vers elles, puis les mettaient en pièces. La menace politique de Sanna Marin pourrait avoir un effet similaire sur l'avenir de la Finlande.

fda431da8fd0d228fd7d17c146e2ed3e--legendary-creature-mythe.jpg

 

mercredi, 28 septembre 2022

Les guerres illégales de l’OTAN

nato-kfor.jpg

Les guerres illégales de l’OTAN

par Yannick Sauveur

Source: Eurasia, 4/2022 - Le guerre illegale della NATO.

Les journaux titrent "La guerre en Europe" tout en se gardant bien de préciser que cette guerre en Ukraine n’a pas démarré le 24 février 2022. En informateurs zélés au service de leurs sponsors occidentaux, ils  passent sous silence les tensions qui agitent ce pays au cœur de l’Europe centrale depuis près de 20 ans : révolution orange en 2004, coup d’Etat de 2014, massacre de 14 000 de leurs concitoyens russophones dans le Donbass. Cette guerre n’est pas non plus la première en Europe depuis 1945. Une guerre atroce a accompagné dès 1992  le démantèlement de l’ex-Yougoslavie  avec en point d’orgue les bombardements sur Belgrade en 1999.

Cette guerre au cœur de l’Europe rappelle opportunément le rôle de l’OTAN. L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord ou Traité de Washington est signé à Washington le  4 avril 1949 au début de la guerre froide, en réaction au blocus de Berlin exercé par les Soviétiques (juin-juillet 1948). À l’origine, l’OTAN comprend les Etats-Unis, le Royaume Uni, la France, les pays du Benelux, le Canada, le Danemark, l’Islande, l’Italie, la Norvège, le Portugal. La Grèce et la Turquie rejoignent l’OTAN en 1952 et l’Espagne en 1982. L’OTAN est généralement présentée comme une alliance défensive face à un ennemi, le bloc soviétique. Or, le Pacte de Varsovie (le pendant de l’OTAN) ne prend forme que six ans plus tard. Signé le 14 mai 1955, il l’est en réaction à l’adhésion de l’Allemagne de l’Ouest (RFA) à l’OTAN (6 mai 1955).

Si la « justification » de l’OTAN résidait dans la menace soviétique, celle-ci n’existant  plus avec la disparition de l’URSS (1991) et concomitamment la dissolution du Pacte de Varsovie (juillet 1991), en toute logique, l’OTAN n’avait plus sa raison d’être. Or, non seulement, l’OTAN continua d’exister mais de surcroît, elle continua de s’étendre contrairement aux engagements pris.

Il n’est pas inutile de rappeler que James Baker, Secrétaire d’État des États-Unis, sous l’autorité du président Ronald Reagan, avait promis à la Russie, par l’entremise de Mikhail Gorbatchev, que l’OTAN allait exclure toute « expansion de son territoire vers l’Est, ou s’approcher des anciennes frontières soviétiques. » Selon les nombreuses sources présentes, il réitéra lors de la signature cette promesse en s’accordant sur l’affirmation de Gorbatchev, selon laquelle l’expansion de l’OTAN est inacceptable, à présent que la guerre froide est terminée, et l’Europe, la Russie et les États-Unis devraient trouver un terrain d’entente sur la voie amenant à la paix et à la prospérité. Baker avait répondu : « lui et les Étasuniens ont compris que ‘non seulement pour l’Union soviétique, mais aussi pour les autres pays d’Europe, il est important de disposer de garanties selon lesquelles, si les États-Unis maintiennent leur présence en Allemagne dans le cadre de l’OTAN, l’OTAN ne devrait pas bouger vers l’Est, c’est-à-dire ne pas s’étendre vers les pays de l’ancien Pacte de Varsovie. ’ 

26696.jpeg

Les pays ayant rejoint l’OTAN postérieurement à la fin de l’Union soviétique sont :

- la Pologne, la Hongrie, la République tchèque (1999),

- la Bulgarie, la Roumanie, la Lituanie, la Lettonie, l’Estonie, la Slovaquie, la Slovénie (2004),

- la Croatie, l’Albanie (2009),

- le Monténégro (2017),

- la Macédoine du Nord (2020).

À ces pays, il faut ajouter la Suède et la Finlande, pays neutres, dont la demande d’adhésion à l’OTAN (2022) a été entérinée par l’ensemble de ses membres.  Ce nouvel élargissement de l’OTAN est une provocation supplémentaire à l’égard du voisin russe, la Finlande partageant une frontière de plus de 1300 kms avec la Russie.

Deux autres pays, neutres eux aussi, l’Autriche et la Suisse, bien que ne faisant pas partie de l’OTAN, participent au Partenariat pour la paix (PPP). Pour l’ancien secrétaire à la Défense, William Perry : « La différence entre l’adhésion pleine et entière à l’OTAN et la participation au ˮPartenariat pour la paixʺ doit être aussi ténue qu’une feuille de papier ».  Et pour Daniele Ganser, il ne fait aucun doute que ce PPP est un Partenariat pour la guerre et non un Partenariat pour la paix.

Enfin reste le cas de l’Ukraine, considérée comme un « pivot géopolitique » par Zbigniew Brzezinski  et dont les velléités d’adhésion à l’OTAN sont anciennes puisque déjà en avril 2008, le sommet de l’OTAN à Bucarest actait le principe de l’adhésion de l’Ukraine. L’ancien conseiller du président Carter (1977-1981) est le véritable concepteur de l’élargissement de l’OTAN : « L’élargissement de l’Europe et de l’OTAN serviront les objectifs aussi bien à court terme qu’à plus long terme de la politique américaine. Une Europe plus vaste permettrait d’accroître la portée de l’influence –et, avec l’admission de nouveaux membres venus d’Europe centrale, multiplierait le nombre d’Etats pro-américains au sein des conseils européens –sans pour autant créer simultanément une Europe assez intégrée politiquement pour pouvoir concurrencer les Etats-Unis dans les régions importantes pour eux, comme le Moyen-Orient. » 

L’histoire de l’OTAN est celle d’une succession de guerres depuis 1949 jusqu’à celle en cours de l’Ukraine. Il serait plus juste de parler de l’histoire de l’Empire US car cette « succession de guerres » n’a pas commencé en 1949, loin s’en faut, mais il faudrait remonter à 1846 et à la guerre du Mexique qui a permis aux États-Unis de s’emparer de la moitié du territoire mexicain, qui deviendra le Nouveau-Mexique, l’Utah, l’Arizona, la Californie, le Nevada ainsi qu’une partie du Colorado.  Toutes obéissent toujours au même schéma : déstabilisation de pays cibles, vassalisation desdits pays, mise en place de bases militaires avec un seul et même objectif permanent, l’occupation politico-économico militaire au profit des puissances anglo-saxonnes dont les USA. Rappelons tout d’abord que si l’OTAN est une alliance militaire, celle-ci est, dans les faits, dirigée par les USA : « La seule organisation internationale qui ait jamais fonctionné est l’OTAN. Parce que c’est une alliance militaire et que nous la dirigeons. »  (Richard Nixon). Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a une fonction essentiellement de relations publiques. C’est à ce titre qu’il est connu dans les médias. En revanche, le pouvoir réel est celui militaire qui est exercé au plus haut sommet par des Américains, à savoir le général Christopher G. Cavoli pour le Supreme Allied Commander Europe (SACEUR). Exercice américain sans partage comme en témoigne la demande de la France de voir le commandement Sud de l’OTAN attribué à un officier européen et à laquelle William Cohen, secrétaire d’Etat à la Défense, répondit sans ambiguïté : « c’est clair, c’est catégorique, ce n’est vraiment pas négociable ».  

Dans cette succession de guerres, avant ou après 1949, soit directement, soit par procuration, le mode opératoire de l’Empire US est toujours le même, à base de provocations, de révolutions orange, de mensonges, de corruption, de guerre de l’information (c'est-à-dire de désinformation).

Powell-bedauert-seinen-Auftritt-vor-der-UN.jpg

Si nul n’ignore aujourd’hui la propagande éhontée au sujet des armes de destruction massive , prétexte à l’invasion de l’Irak en 2003, il n’est pas inutile de rappeler, quoique de façon non exhaustive, la longue tradition de mensonges qui jalonne l’histoire des Etats-Unis :

- Le 15 février 1898, le cuirassé américain USS Maine explose dans le port de La Havane provoquant la mort de 266 Américains. Le prétexte est idéalement trouvé pour l’entrée en guerre des Etats-Unis contre l’Espagne avec pour conséquence l’annexion de Cuba, de Porto Rico, des Philippines et de l’île de Guam. C’est la première guerre que les Etats-Unis menaient en dehors de leur territoire. En 1911, 13 ans après la fin de la guerre hispano-américaine, l’examen de l’épave USS Maine a montré que les effets conjugués du gaz et de l’électricité avaient détruit le navire de l’intérieur. Les Espagnols n’avaient donc rien à voir avec le naufrage du cuirassé. 

- La guerre du Vietnam. Le président Lyndon Johnson, qui venait de succéder à John Fitzgerald Kennedy, et la CIA voulaient un prétexte pour impliquer les Etats-Unis dans une guerre ouverte contre le Vietnam. Lyndon Johnson a prétendu que le Viet Minh avait attaqué un navire de guerre américain, l’USS Maddox, dans le golfe du Tonkin (4 août 1964). Le 5 août, la guerre commençait officiellement avec les bombardements sur le Nord-Vietnam. En 2005, la NSA (Agence de sécurité nationale) a publié plus de 140 documents jusque-là top secret concernant l’incident du golfe du Tonkin, dont une étude de l’historien Robert Hanyok et qui confirme ce que d’autres soupçonnaient depuis longtemps : il n’y a eu aucune action contre des navires américains dans le golfe du Tonkin le 4 août 1964.  Du reste, de la bouche même des équipages du destroyer américain, l’attaque dans le golfe du Tonkin était une pure invention.

- Le pillage des couveuses et la guerre du Golfe (1991). Le mensonge des « couveuses » est monté par la société de communication Hill & Knowlton. Le 10 octobre 1990, Nayirah, une jeune fille de 15 ans présentée comme une infirmière témoigne en larmes devant le Comité des droits de l’Homme du Congrès que pendant l’invasion, elle travaillait dans un hôpital koweïti et avait vu des soldats irakiens sortir des bébés des incubateurs et les déposer par terre où ils étaient morts. 312 nouveau-nés seraient morts. En réalité, après la guerre, on apprit que l’histoire des couveuses était un mensonge infâme et que Nayirah s’appelait en réalité Nijirah al-Sabah et était la fille de l’ambassadeur du Koweït à Washington.  

Mensonges d’Etat, désinformation, tous les présidents des Etats-Unis impliqués dans des guerres sont des criminels de guerre, qu’il s’agisse d’Eisenhower, Johnson, Nixon, Carter, Reagan, Clinton, Bush père & fils, Obama accessoirement Prix Nobel de la Paix (sic). Aucun de ces présidents n’est allé en prison ou n’a eu à répondre devant la justice des milliers de morts. Il en est de même des dirigeants successifs de la CIA, des conseillers politiques (Madeleine Albright, Henry Kissinger), des chefs d’Etat ou de gouvernement (Margaret Thatcher, Tony Blair). Et la liste est loin d’être exhaustive.

Toutes les guerres de l’OTAN ont été relayées par un unanimisme des medias, de la classe politique, de la majorité des intellectuels, un formatage de l’opinion, le tout sous couvert d’humanitarisme, de bons sentiments moraux avec toujours la même rengaine, l’exportation de la démocratie (cf. ce qu’il advient en Libye, en Irak,…)

Le langage de la propagande ne s’embarrasse pas de subtilités de langage ou de finesse de vocabulaire : Saddam Hussein est un « psychopathe » et/ou un « nouvel Hitler » tout comme le dirigeant libyen Kadhafi. Milosevic est présenté comme un « dictateur sanguinaire » voire « le Führer serbe Milosevic » (Rudolf Scharping, ministre de la Défense allemand) ou « Boucher des Balkans ». Pour les Etats-Unis, la Libye compte avec l’Irak, l’Iran et Cuba parmi les « grands méchants » de la planète. Ces mêmes pays ainsi que la Syrie et le Soudan sont au choix des « Etats-parias » ou « terroristes ». Pour George Schulz, secrétaire d’Etat sous les mandats de Reagan, « Le Nicaragua est un cancer qui s’insinue dans notre territoire, il applique les doctrines de Mein Kampf et menace de prendre le contrôle de tout l’hémisphère ». Quant à Vladimir Poutine, volontiers présenté comme un « dictateur » (Jean-Yves Le Drian, ministre français des affaires étrangères sur TF1), d’aucuns vont jusqu’à faire état d’une continuité supposée entre Joseph Staline et Vladimir Poutine. Pour John McCain, Poutine est un « impérialiste russe et un apparatchik du KGB ». « Fou » ne faisait pas encore partie des éléments de langage, et bien, grâce à Milos Zeman, président de la République tchèque,  c’est fait : il a qualifié jeudi l’invasion russe de l’Ukraine d’« acte d’agression non provoqué », estimant que « le fou doit être isolé  (…) Il y a quelques jours, j’ai dit que les Russes n’étaient pas fous et qu’ils n’attaqueraient pas l’Ukraine. J’avoue que j’avais tort (…). Le fou doit être isolé. Et il s’agit de ne pas s’en défendre uniquement par des mots, mais par des mesures concrètes ».

À l’inverse, et dans le plus pur style orwellien, les Contras, assassins sanguinaires sont présentés comme des « combattants de la liberté » et la guerre de l’OTAN contre la Serbie est une « guerre humanitaire » !

Le coup d’Etat en Ukraine du 20 février 2014

Les Américains tirent les ficelles et ne s’en cachent pas. John McCain est présent à Kiev dans les semaines qui précèdent le coup d’Etat et exhorte les manifestants à renverser le gouvernement ukrainien. Les manifestations de Maïdan sont exploitées sur place par les multiples visites de responsables américains, les conversations téléphoniques entre Victoria Nuland et Geoffrey Pyatt, l’ambassadeur US en Ukraine, au cours desquelles ils ont discuté de la nouvelle composition du gouvernement. C’est au cours de ces conversations interceptées que Victoria Nuland  avait lancé son fameux « Fuck UE ! » Après le putsch, l’objectif des nouveaux gouvernants était de rallier l’Ukraine à l’OTAN. 

La position de la Russie est claire et de bon sens : que l’Ukraine n’accueille jamais de missiles américains et qu’elle n’adhère pas à l’OTAN. Ces demandes ont été rejetées par Victoria Nuland qui a déclaré : « Ce sont des décisions qui appartiennent à l’Ukraine et à l’OTAN, pas au Kremlin. » Et Serguei Lavrov résume la situation : « Toutes nos propositions visant à écarter ces menaces sur la base du respect mutuel des intérêts de la sécurité ont été ignorées par les États-Unis, l’UE et l’Otan. Malgré ses assurances antérieures de non-expansion vers l’Est, l’Alliance a rapproché ses frontières de celles de la Russie à cinq reprises. Nous pouvons assister à une situation similaire avec l’Ukraine. Dans ce pays, on a interdit tout ce qui est russe: la langue, l’éducation, la culture, les médias. »

L’objectif évident des USA est d’encercler toujours plus la Russie et, pour ce faire, intégrer l’Ukraine dans l’OTAN. C’est là que se situe la ligne rouge pour Vladimir Poutine pour qui il en va de la sécurité de la Russie et celle-ci a besoin d’un glacis sécurisé. Il semble que les négociations étaient bien avancées avec l’Ukraine en vue de son intégration dans l’OTAN. Or, parallèlement, non seulement les Américains restaient sourds aux demandes de Vladimir Poutine mais en plus ils envoient  davantage de troupes américaines chez les alliés d’Europe de l’Est de l’OTAN, les exercices de l’OTAN se déroulent à proximité des frontières de la Russie. Il faut rappeler ce contexte pour comprendre que l’opération militaire russe était l’unique solution pour empêcher l’entrée de l’Ukraine dans l’Otan.

Pour mémoire, on rappellera les quelques dernières guerres de l’OTAN :

- 1991 : agression de la Yougoslavie,

- 1999 : bombardements de la Serbie et du Kosovo,

- 2001 : bombardements massifs en Afghanistan,

- 2003 : sans avoir obtenu l’autorisation du Conseil de sécurité, les Etats-Unis envahissent l’Irak avec comme principaux alliés le Royaume-Uni, l’Australie, l’Italie et l’Espagne. Pour une fois, la France sauve l’honneur,

- 2011 : Intervention en Libye,

- 2011… : Syrie,

- 2014 : Coup d’État en Ukraine,

- 2015 : Le Yémen est attaqué par l’Arabie saoudite sans mandat de l’ONU, avec le soutien des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne, membres de l’OTAN.

Depuis 1945 et la fondation de l’Organisation des Nations Unies (ONU), il est interdit de recourir à la guerre, cette interdiction ne souffrant que deux exceptions : d’une part, le droit à l’autodéfense, d’autre part, l’autorisation d’un mandat explicite du Conseil de sécurité de l’ONU. Il est peu de dire que la Charte des Nations Unies (San Francisco, 26 juin 1945) interdisant à ses membres de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies a été superbement ignorée par la plus grande alliance militaire au monde, l’OTAN, qui a conduit le plus de guerres illégales et ce, en toute impunité.  Guerres masquées, coups d’État, absence de mandat de l’ONU (Serbie 1999, Irak 2003), détournement d’un mandat de l’ONU (Libye 2011, la résolution de l’ONU autorisait une zone d’exclusion aérienne, afin de protéger la population civile. Elle n’autorisait pas un changement de régime et l’assassinat de Mouammar Kadhafi), l’ONU a montré son impuissance comme avant elle la SDN. Est-ce si étonnant ?  Pas vraiment si on en juge par les propos de divers dirigeants américains : Madeleine Albright pour qui « le secrétaire général de l’ONU doit être seulement un administrateur » ou G.W. Bush : « je me demande si l’ONU est indispensable au XXIè siècle (…) ».  Noam Chomsky note pour sa part que « Les plus hautes autorités expliquent avec une brutale clarté que la Cour Internationale de justice, l’ONU et les autres organisations internationales sont devenues sans objet, puisqu’elles n’obéissent plus aux ordres de Washington (…) ».

550x790.jpg

51b8UcMQHCL.jpg

Nous faisons nôtres les constats de Daniele Ganser sur les guerres menées par l’OTAN qui sont des guerres au service de l’impérialisme américain. En revanche, nous sommes réservés sur le concept de « légalité ». La question n’est pas celle des guerres illégales, au regard du Droit, certaines peuvent l’être tout en étant des guerres justes, guerres de libération nationale ou celle de la Russie venant au secours des populations russophones du Donbass et d’autres qui ne le sont pas. Dans le cas qui nous occupe, les guerres décrites ici, celles de l’impérialisme américain, sont naturellement des guerres illégales. L’histoire contemporaine a prouvé que l’ONU est incapable de faire respecter le contenu de sa charte. Avec trois membres permanents de l’OTAN (E.U, G.B., F.) sur cinq au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU, à moins d’un veto de la Chine ou de la Russie, le résultat est connu et on a vu, hélas, que dans des cas importants (Libye), la Russie et la Chine choisissent l’abstention. Pour les Etats-Unis, la force prime le droit et, se  croyant investis d’une mission universelle, ils continueront à œuvrer comme ils l’ont toujours fait depuis près de 200 ans. L’OTAN a toujours été un outil au service de l’impérialisme américain et le « parapluie » américain en créant une soumission des pays de l’Europe de l’Ouest a empêché que se crée une véritable Europe souveraine et ayant sa propre défense. L’OTAN est une menace pour la paix mondiale et en premier lieu pour l’Europe, territoire convoité mais nain politique et militaire. L’OTAN n’a plus de raison d’être depuis la disparition de l’URSS. Cette organisation guerrière doit être dissoute et à tout le moins sortir de l’Europe. L’intérêt des peuples européens et de la paix en Europe le commande.

Yannick Sauveur

 

vendredi, 05 août 2022

Les provocations américaines pour déclencher des guerres par procuration se multiplient. Grâce aux atlantistes

29503226-nancy-pelosi-bei-einer-pressekonferenz-im-juli-2022-im-us-kapitol-in-washington-aa6.jpg

Les provocations américaines pour déclencher des guerres par procuration se multiplient. Grâce aux atlantistes

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/si-moltiplicano-le-provocazioni-usa-per-scatenare-guerre-per-procura-grazie-agli-atlantisti/

Les élections de mi-mandat approchent, les sondages sont extrêmement négatifs, et le président Biden tente de gravir les échelons en multipliant les actes de provocation dans toutes les parties du monde. Après avoir provoqué Poutine en Ukraine jusqu'à déclencher la guerre, il tente de faire monter le niveau de tension dans les Balkans et, avec le voyage de provocation de dame Pelosi à Taïwan, il a également envenimé les relations avec la Chine à un niveau très élevé. Tout cela avec l'assentiment servile et obtus des atlantistes.

"Mon impression", explique Daniele Lazzeri, président de la boite à penser italienne Il Nodo di Gordio, "est que la multiplication vertigineuse de nouveaux foyers de crise dans diverses régions de la planète révèle la faiblesse politique et militaire croissante des États-Unis. Les difficultés objectives sur le front ukrainien - qui, malgré les déclarations audacieuses de Zelensky, prouvent l'impossibilité d'offrir une résistance totale à la puissance de feu russe - obligent à mon avis les États-Unis à allumer des foyers de turbulence dangereux dans d'autres pays. Nous le constatons avec la réactivation du conflit balkanique entre le Kosovo et la Serbie quelques mois avant les élections en Bosnie-Herzégovine du 2 octobre prochain et avec la visite soudaine, mais aussi improvisée, de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, à Taïwan".

7939_taiwan2.jpg

Le risque est que ce ne soit que le début. Et qu'à Washington, on médite sur l'augmentation des zones de conflit, sans avoir besoin d'une intervention américaine directe mais en utilisant la stupidité de serviteurs écervelés.

"L'administration Biden, poursuit Lazzeri, met donc en œuvre une stratégie de désarticulation mondiale par le biais de 'guerres par procuration', de guerres indirectes, qui affectent gravement l'équilibre déjà délicat de certaines lignes de faille géopolitiques qui font l'objet de conflits et de paix gelée. Je ne serais pas surpris si, dans les semaines à venir, nous pouvions assister à de nouvelles tensions dans les territoires du Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Je pense notamment à la Syrie et à la Libye où, avec beaucoup de difficultés, une stabilité substantielle avait été obtenue entre les intérêts russes et les influences turques. Les récents succès diplomatiques du président Erdogan constituent toutefois une dangereuse menace pour l'administration Biden. Bien qu'elle soit un rempart de l'OTAN en Méditerranée, une Turquie trop indépendante et autoritaire qui, même ces dernières années, a fait des clins d'œil répétés au Kremlin n'est pas une garantie suffisante pour les stratégies américaines de préservation du pouvoir sur le théâtre euro-méditerranéen.

Et la tension provoquée par l'OTAN au Kosovo va précisément dans ce sens. Parce que Moscou est lié à Belgrade tandis qu'Ankara protège les musulmans kosovars. De même, les atlantistes italiens pourraient favoriser une montée des tensions en Libye où Poutine et Erdogan avaient réussi à trouver une sorte de modus vivendi entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque.

Quant aux conséquences de la provocation de Nancy Pelosi, "selon toute vraisemblance", conclut Lazzeri, "la réponse chinoise n'aura pas d'implications militaires immédiates. Il n'est pas dans l'intérêt de Pékin, en fait, de déclencher une confrontation directe avec les États-Unis. On peut plutôt s'attendre à des représailles commerciales et diplomatiques qui renforceront encore les relations que le président chinois Xi Jinping tisse depuis des années non seulement avec Vladimir Poutine mais aussi avec la plupart des pays qui ne sont pas alignés sur l'"Occident" dirigé par les États-Unis.

photo_2022-08-03_17-43-48.jpg

samedi, 30 juillet 2022

Sur les visions changeantes de l'ennemi en Occident

white-chess-horse-near-his-king-black-pieces-enemy-dramatic-chess-game-white-black-chessboard-cells-170758536.jpg

Sur les visions changeantes de l'ennemi en Occident

Jürgen Todenhöfer

Source: https://www.nachdenkseiten.de/?p=86365

La haine du emainstream nvers la Russie facilite la vie de l'Occident. Lorsque la Russie est le mal, il est beaucoup plus facile de présenter ses propres guerres comme une lutte courageuse pour les droits de l'homme et la démocratie. Nous sommes alors toujours les bons, qui doivent parfois être sévères envers les méchants.

Ainsi, après la Seconde Guerre mondiale, l'Union soviétique communiste était l'ennemie préférée de l'Occident, ce qui a grandement facilité les guerres barbares menées simultanément par les États-Unis en Corée et au Vietnam. Nous, les bons, luttions contre un mal inexcusable, qui nous faisait toujours la faveur de ne pas reculer non plus devant la brutalité.

Lorsque l'Union soviétique s'est effondrée au début des années 1990, l'Islam est devenu le nouvel ennemi. Le prétexte invoqué était alors l'attaque terroriste, diaboliquement géniale, contre le World Trade Center le 11 septembre 2001. Le nombre de victimes du terrorisme "islamiste" en Occident est toujours inférieur à 5.000 - y compris les morts du 9/11 - alors que les guerres antiterroristes occidentales ont tué des centaines de milliers de civils musulmans. L'Islam - et pas seulement la terreur islamiste - a été un ennemi extrêmement efficace. Plus d'une demi-douzaine de guerres sanglantes ont été justifiées par lui.

Comme les guerres antiterroristes se terminaient toutes de manière assez chaotique et souvent par une défaite, elles commençaient à ennuyer l'électorat américain. Il fallait donc trouver une autre image de l'ennemi.

Le choix s'est porté sur la Russie, qui, comme tous les "ennemis" précédents, a finalement fourni aux États-Unis un prétexte parfait. Provoquée pendant des années par les États-Unis à coup de sanctions et de promesses non tenues, elle a envahi l'Ukraine en février 2022.

Pour les États-Unis, cette guerre est arrivée à point nommé. Ils n'ont toujours pas de stratégie convaincante face à leur principal rival, la Chine. L'élimination de la Russie, le principal allié potentiel de la Chine, affaiblirait également cette dernière, ce qui serait en tout cas un objectif intermédiaire souhaitable dans la lutte pour défendre l'hégémonisme mondial des Etats-Unis.

R54DNWS5ZII6LBSSDHL5DIRVQ4.jpg

En exerçant une pression douce, les États-Unis ont réussi à convaincre les Européens de livrer des armes à l'Ukraine. Mais leur coup de génie a été d'inciter les Européens à prendre des sanctions qui leur faisaient plus de mal qu'à la Russie. Cela n'a pas seulement affaibli le rival russe, mais aussi les alliés européens, dont les succès économiques n'ont pas toujours fait le bonheur des États-Unis.

Les États-Unis et l'OTAN, qu'ils dominent, ont également réussi à faire passer la Russie, puissance moyenne, pour un géant militaire, ce qui est un coup de génie. Bien que le budget militaire de l'OTAN soit 17,9 fois plus élevé que le budget d'armement de la Russie, qui a désarmé ces dernières années pour des raisons économiques (1180 milliards contre 65,9 milliards de dollars).

Il aurait été du devoir des médias occidentaux de montrer les véritables rapports de force. Mais la plupart des médias occidentaux, comme les médias russes par exemple, se considèrent comme faisant partie du système et non comme le contrôlant. Ainsi, selon nos médias, ce sont toujours les soldats russes qui tuent, violent et torturent, jamais les Ukrainiens.

Sans le soutien des médias dominants, l'invention d'images de l'ennemi et la multiplication des guerres dans le monde ne seraient pas possibles.

Il n'est pas difficile de deviner qui sera le prochain ennemi. La Chine a de bonnes chances de jouer ce rôle dangereux dans les relations internationales. On trouvera bien un prétexte au bon moment. Comme lors des légendaires guerres de l'opium de 1840 et 1842, lorsque la Grande-Bretagne et la France ont envahi la Chine parce que l'empereur chinois refusait d'importer des quantités croissantes d'opium britannique.

Les NachDenkSeiten sont importantes pour la formation d'une opinion critique, nous sommes très, très nombreux à le dire - mais elles coûtent aussi de l'argent et c'est pourquoi nous vous demandons, chers lecteurs, de les soutenir: https://www.nachdenkseiten.de/ .

Merci de tout cœur !

lundi, 25 juillet 2022

Slavoj Žižek et la gauche comme défenseurs du capitalisme de guerre occidental de l'OTAN

ba90c53f8838ee6733a7.jpeg

Slavoj Žižek et la gauche comme défenseurs du capitalisme de guerre occidental de l'OTAN

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/07/25/slavoj-zizek-ja-vasemmisto-nato-lannen-sotakapitalismin-puolustajina/

"Le moins que nous devions à l'Ukraine est notre soutien total, et pour cela nous avons besoin d'une OTAN plus forte [...] Aujourd'hui, vous ne pouvez pas être de gauche si vous ne soutenez pas sans équivoque l'Ukraine", déclare l'élitiste de gauche "hégéliano-marxiste" Slavoj Žižek dans The Guardian.

Comme le souligne Nikos Mottas, l'opinion de Žižek sur l'Ukraine n'aurait eu aucune importance si le penseur et théoricien culturel slovène n'avait pas bénéficié d'une telle publicité dans les médias occidentaux et ne s'était pas imposé comme l'un des "intellectuels vivants les plus importants".

Depuis plus de deux décennies, Žižek est une figure de premier plan non seulement dans les médias grand public, mais aussi dans les institutions universitaires et les groupes de réflexion les plus prestigieux d'Europe et des États-Unis. Cela illustre la décadence intellectuelle croissante de l'Occident.

En réalité, Žižek est "l'incarnation d'une fourberie pseudo-marxiste qui tente de blanchir le système d'exploitation capitaliste par des analyses pompeuses, des absurdités philosophiques incohérentes et souvent contradictoires".

Ce n'est pas une coïncidence si le même faussaire qui appelle maintenant à une "OTAN plus forte" pour défendre l'Ukraine préconisait déjà ouvertement une intervention militaire de l'OTAN en 1999, faisant l'éloge du bombardement de la Yougoslavie, rappelle Mottas.

IMG_20220305_023339-693x1024.jpg

Slavoj, partisan déclaré des crimes horribles commis par l'OTAN en Yougoslavie, n'était cependant pas satisfait de la barbarie infligée au peuple serbe. Selon lui, les Serbes ont été bombardés trop tard, et pas suffisamment. Apparemment, il aurait fallu tuer tous les Serbes pour satisfaire le "critique culturel" slovène.

Après les attaques terroristes de Paris en 2015, Žižek a suggéré que l'antidote à l'impasse du capitalisme mondial était la "militarisation de la société". Puisque, selon Žižek, les gens ne savent pas ce qu'ils veulent (ou ils veulent les "mauvaises choses"), les droits civils devraient être réduits et le pouvoir de décision de la "politique émancipatrice" devrait être concentré entre les mains d'une élite technocratique libérale-mondiale. Donc juste davantage d'eurobureaucratie, d'occidentalisation et d'hégémonie américaine ?

Žižek n'est en aucun cas un penseur radical, il représente le courant dominant libéral. Selon Mottas, le philosophe pop slovène est "un apologiste de la barbarie capitaliste qui dénigre le socialisme du 20ème siècle, attaque sans vergogne Lénine et promeut, ouvertement ou secrètement, l'alliance impérialiste et meurtrière de l'OTAN".

Même lorsqu'il prétend défendre le communisme, Žižek ne le fait qu'au niveau de la théorie abstraite, sans se soucier de l'application sociale et politique de l'idée. Si l'alliance occidentale des États-Unis commençait à bombarder la Chine, Žižek défendrait probablement aussi cette attaque et trouverait un moyen de condamner le "socialisme aux caractéristiques chinoises".

Mottas ironise sur la façon dont Žižek et d'autres "intellectuels marxistes" comme lui (comme Alain Badiou, Antonio Negri, Terry Eagleton, etc.) veulent une "révolution décaféinée qui ne sent pas la révolution", convenant aux libéraux aux âmes sensibles. Sous un tel vernis gauchiste, il est bon de se prélasser devant les médias et de défendre le système capitaliste.

En effet, la boucle est bouclée : en Occident, tant à gauche qu'à droite, les politiciens de carrière, les universitaires et divers influenceurs hybrides du courant dominant et de la frange, distribuent ensemble l'opium de l'OTAN au peuple, appellent à la chute de la Russie et attendent avec impatience un nouvel essor du capitalisme dirigé par l'Occident sur les cendres du libéralisme.

20:24 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : slavoj zizek, otan, bellicisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 18 juillet 2022

Tocqueville, Thucydide et le messianisme belliqueux des démocraties occidentales

alexis-tocqueville-enhanced.jpg

Tocqueville, Thucydide et le messianisme belliqueux des démocraties occidentales

Nicolas Bonnal

Le messianisme démocratique ne connait plus de limites : guerre nucléaire, reset et changement de sexe.

Nous sommes en guerre contre les Russes, contre la Chine, contre les souverainistes, contre les terroristes, contre le nucléaire ; contre la grippe aviaire, contre le racisme, contre le machisme, contre tout le reste.

Et pourquoi ? Comment expliquer ce dynamisme ?

Régime messianique et parfait devant l'éternité, la démocratie impose des devoirs. La démocratie se doit de montrer l'exemple et de châtier le contrevenant. Ce n'est pas moi qui l'écrit, mais Thucydide via l’archange Périclès.

41t7b2tvESL._SX310_BO1,204,203,200_.jpg

Dans sa Guerre du Péloponnèse, il raconte la Guerre de Trente ans menée par les Athéniens contre le reste de la Grèce et, s'ils l'avaient pu, contre le reste du monde. Thucydide cite au livre II (chapitres XXXV-XL) les grandes lignes du discours du stratège Périclès, qui convainc son peuple de démarrer la guerre. J'en cite les principaux points, où Périclès ne cesse de marteler son message : la supériorité ontologique de la démocratie qui lui fait un devoir d'éliminer tout adversaire. En effet,

 « Notre constitution politique n'a rien à envier aux lois qui régissent nos voisins ; loin d'imiter les autres, nous donnons l'exemple à suivre. »

9782251800066-fr-300.jpg

Cette excellence du modèle démocratique suppose une supériorité ontologique citoyenne. La race devient supérieure si elle est démocrate. Le citoyen est exemplaire :

« Nous obéissons toujours aux magistrats et aux lois et, parmi celles-ci, surtout à celles qui assurent la défense des opprimés et qui, tout en n'étant pas codifiées, impriment à celui qui les viole un mépris universel ».

Périclès oppose non pas Athènes à Sparte, mais Athènes et sa démocratie à la Grèce entière, à tout le monde en fait. Qu'on en juge :

«Voici donc en quoi nous nous distinguons : nous savons à la fois apporter de l'audace et de la réflexion dans nos entreprises. Les autres, l'ignorance les rend hardis, la réflexion indécis».

Après le bâton, la carotte. Périclès lie déjà la démocratie à la jouissance matérielle, qui frappera tant Tocqueville lors de son voyage en Amérique. La démocratie athénienne a déjà inventé la société des loisirs :

 « En outre pour dissiper tant de fatigues, nous avons ménagé à l'âme des délassements nombreux ; nous avons institué des jeux et des fêtes qui se succèdent d'un bout de l'année à l'autre, de merveilleux divertissements particuliers dont l'agrément journalier bannit la tristesse. »

560x315_gettyimages-143051364.jpg

Rappelons que les Athéniens se faisaient payer pour aller au théâtre.

Périclès célèbre, comme plus tard Voltaire, le commerce et la mondialisation :

« L'importance de la cité y fait affluer toutes les ressources de la terre et nous jouissons aussi bien des productions de l'univers que de celles de notre pays. »

 D'ailleurs, si la richesse est importante, tout le monde doit devenir riche.

« Chez nous, il n'est pas honteux d'avouer sa pauvreté ; il l'est bien davantage de ne pas chercher à l'éviter. »

Le messianisme démocratique est métaphysique et belliciste, donnant raison au cher Héraclite, pour qui la guerre était la mère de toute chose !

Périclès pérore tout joyeux :

« Nous avons forcé la terre et la mer entières à devenir accessibles à notre audace, partout nous avons laissé des monuments éternels des défaites infligées à nos ennemis et de nos victoires. »

Ce tableau narcissique, digne de celui du discours d'Obama à West Point, justifie toutes les guerres :

« Telle est la cité dont, avec raison, ces hommes n'ont pas voulu se laisser dépouiller et pour laquelle ils ont péri courageusement dans le combat ; pour sa défense nos descendants consentiront à tout souffrir. »

Ou comme dit le « penseur néocon » Kagan, les Américains — les démocraties, en fait — viennent de Mars. Les Iraniens, les Russes, les Chinois et les... Vénusiens n'ont qu'à bien se tenir.

Quant à la morale des peuples démocratiques, on laisse juges nos lecteurs avec la note sur le Discours de la réforme de Démosthène (disponible sur Remacle.org) :

« Après la mort d'Épaminondas, dit Justin, les Athéniens n'employèrent plus, comme autrefois, les revenus de l'État à l'équipement des flottes et à l'entretien des armées : ils les dissipèrent en fêtes et en jeux publics ; et, préférant un théâtre à un camp, un faiseur de vers à un général, ils se mêlèrent sur la scène aux poètes et aux acteurs célèbres. Le trésor public, destiné naguère aux troupes de terre et de mer, fut partagé à la populace qui remplissait la ville». Cet usage, fruit pernicieux de la politique de Périclès, avait donc introduit dans une petite république une profusion qui, proportion gardée, ne le cédait pas au faste des cours les plus somptueuses.

Tocqueville avait deviné, lui, l’agressivité américaine : pourtant la géographie avait bien isolé les Etats-Unis !

« La fortune, qui a fait des choses si particulières en faveur des habitants des États-Unis, les a placés au milieu d'un désert où ils n'ont, pour ainsi dire, pas de voisins. Quelques milliers de soldats leur suffisent, mais ceci est américain et point démocratique. »

Ce qui est démocratique, c’est d’avoir déclenché 200 guerres et bâti mille bases de par le monde.

71V1p2t4OFL.jpg

Car gare aux armées démocratiques. Tocqueville :

« Tous les ambitieux que contient une armée démocratique souhaitent donc la guerre avec véhémence, parce que la guerre vide les places et permet enfin de violer ce droit de l'ancienneté, qui est le seul privilège naturel à la démocratie… Nous arrivons ainsi à cette conséquence singulière que, de toutes les armées, celles qui désirent le plus ardemment la guerre sont les armées démocratiques. »

Enfin l'historien révèle la vraie raison. C’est la même arrogance que celle de Périclès soulignée plus haut (II, troisième partie, chapitre 16) :

« Les Américains, dans leurs rapports avec les étrangers, paraissent impatients de la moindre censure et insatiables de louanges. Le plus mince éloge leur agrée, et le plus grand suffit rarement à les satisfaire ; ils vous harcèlent à tout moment pour obtenir de vous d'être loués ; et, si vous résistez à leurs instances, ils se louent eux-mêmes. On dirait que, doutant de leur propre mérite, ils veulent à chaque instant en avoir le tableau sous leurs yeux. Leur vanité n'est pas seulement avide, elle est inquiète et envieuse. Elle n'accorde rien en demandant sans cesse. Elle est quêteuse et querelleuse à la fois. »

Cette agressivité humanitaire se transmet à une von der Leyen ou à un Macron. Qu’on trouve un tzar ou un grand khan, et nous sommes prêts pour une énième croisade.

On sait aussi le rôle que joue la presse en démocratie. Je fournis la guerre, avait dit l’autre (Randolph Hearst, alias Citizen Kane), quand il s’agit de voler Cuba aux Espagnols avec le beau résultat que l’on sait (Battista, Castro, les missiles...). L’historien Joseph Stromberg a montré que le but de cette guerre était la Chine - via les Philippines. Et ils y sont toujours ces buts…

A75685.jpg

Revenons à notre plus grand esprit.

Dans le dernier et splendide chapitre de ses Souvenirs, Tocqueville insiste sur le rôle de la presse qui pousse toujours à la guerre en démocratie. On est en 1849 en Angleterre, ce beau pays qui laisse crever ses Irlandais tout en continuant d’exporter viandes et blés de la verte Erin. Mais on veut faire la guerre à la Russie et à l’Autriche pour défendre… la sainte Turquie qui défend l’humanité et les droits de l’homme ! Et c’est pendant l’été… Tocqueville ajoute au passage que les réfugiés politiques hongrois dévastent la sinistre république helvétique qui leur a donné asile. Les Allemands en riraient aujourd’hui… Mais passons.

crimean-czar-property.jpg

crimean-giant-dwarf.jpg

« Pendant cet intervalle, toute la presse anglaise, sans distinction de parti, prit feu. Elle s’emporta contre les deux empereurs et enflamma l’opinion publique en faveur de la Turquie. Le gouvernement anglais, ainsi chauffé, prit aussitôt son parti. Cette fois il n’hésitait point, car il s’agissait, comme il le disait lui-même, non seulement du sultan, mais de l’influence de l’Angleterre dans le monde. Il décida donc : 1° qu’on ferait des représentations à la Russie et à l’Autriche ; 2° que l’escadre anglaise de la Méditerranée se rendrait devant les Dardanelles, pour donner confiance au sultan et défendre, au besoin, Constantinople. On nous invita à faire de même et à agir en commun. Le soir même, l’ordre de faire marcher la flotte anglaise fut expédié. »

La France républicaine toujours soumise aux Anglo-Saxons était invitée à emboîter le pas. Six ans plus tard le second empire faisait la guerre à la Russie, dix ans plus tard à l’Autriche. On comprend pourquoi le coup d’Etat de Badinguet n’avait pas dérangé Londres et Palmerston, premier grand architecte du nouvel ordre mondial. Badinguet fit la guerre à la Russie comme à l’Autriche et créa l’Allemagne et l’Italie (qui nous fit autant la guerre que la précédente).

La création de l’UE par les Américains et leurs agents comme l’ineffable Jean Monnet semble n’avoir dès le début qu’un but lointain et précis : une guerre d’extermination continentale et démocratique. Rassurons les imbéciles, on y est presque.