Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 novembre 2019

Les Européens n'ont pas encore compris le rôle vital de l'espace

ariane-5_dcc37791b239e09019f587bd7a89a722c9e21e12.jpg

Les Européens n'ont pas encore compris le rôle vital de l'espace

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

Si l'Europe a quelques chances de survivre dans les prochaines années en tant que puissance géopolitique majeures, face aux Etats-Unis, la Russie la Chine et désormais l'Inde, elle le devra à une politique spatiale reposant principalement sur les réalisations de la France, notamment le lanceur Ariane.

Après deux reports, Ariane vient de réussir le 26 novembre 2019 un nouveau lancement à partir de la base spatiale de Kourou en Guyane française 1). Il s'agit d'un 250e lancement depuis le premier ayant eu lieu le 24 décembre 1979. Depuis ses premiers vols, Ariane a été régulièrement optimisée pour rester compétitive. C'est la société Arianespace qui est responsable des lancements.

Les médias ont à juste titre fait une certaine publicité à ce succès, après avoir pendant des années multiplié les critiques contre de telles opérations, au prétexte qu'elles coûtaient cher et ne rapportaient rien aux yeux au regard des intérêts politiques et économiques dominants.

Ce fut Charles de Gaulle qui a lancé la politique spatiale française lors d'un voyage en Guyane en mars 1964. Neuf ans après seulement, dix pays européens ont décidé de créer l'Agence Spatiale Européenne ou ESA (European Space Agency) et d'entreprendre le développement d'un lanceur de satellites baptisé Ariane. Le vol inaugural du lanceur Ariane 1, le 24 décembre 1979, a permis à l'Europe d'acquérir son autonomie et de prendre une place significative sur le marché mondial du spatial, en réalisant plus de la moitié des lancements commerciaux dans le monde.

Malgré une concurrence internationale très largement financée par les gouvernements respectifs, Arianespace devrait procéder à 11 nouveaux lancements d'ici 2022. Pour rester compétitif, le groupe Ariane étudie actuellement une nouvelle version d'Ariane, dite Ariane 6, dont le premier vol, à titre d'essai, devrait se faire très prochainement, à partir de mi-2020. Le groupe étudie aussi un moteur à bas coût et à poussée variable appelé Prometheus, ainsi que Themis, un démonstrateur de récupération d'étage. Pour faire face à la concurrence, Ariane 6 compte sur trois avantages : elle sera moins chère, mieux adaptée aux satellites européens et, avec son moteur réallumable en cours de mission, elle pourra réaliser des opérations complexes, par exemple au service des constellations de satellites.

elonmlusk.jpgElon Musk

De Kourou le 26 novembre, Stéphane ­Israël, président exécutif ­d'Arianespace, a alerté sur l'offensive tous azimuts de l'américain Elon Musk, allant des satellites au lanceur. qui s'appuie sur les contrats institutionnels américains. Ceux-ci sont bien plus nombreux et à des prix plus élevés que les références européennes. Cette stratégie lui permet de casser les prix de ses lancements de fusées pour les clients hors des Etats-Unis. Dans son dernier projet, il envisage de construire, lancer et opérer 42 000 mini-satellites qui occuperont l'orbite terrestre basse  allant jusqu'à 2 000 kilomètres d'altitude. La présence de ces satellites représentera un danger permanent pour les satellites de taille normale.

L'Europe doit continuer de financer des projets d'une ampleur suffisante pour faire face à ceux annoncés non seulement par les Etats-Unis mais par la Chine. Ne pas le faire signifierait un abandon de souveraineté considérable. L'espace est devenu le support d'un nombre croissant d'activités dans la vie courante. . Si on y ajoute l'exploration des planètes et les missions militaires, c'est désormais une grande part de la survie des pays en tant que puissance qui s'y joue.

Il est difficile d'estimer le montant des crédits que les Etats européens devraient chaque année consacrer au spatial. Aujourd'hui, le budget de la seule Agence spatiale européenne est de l'ordre de 5,7 milliards d'euros soit cinq fois moins que celui de la Nasa qui est  de 22 milliards de dollars. La Commission européenne envisage de consacrer une enveloppe de 16 milliards d'euros en 3 ans pour développer le programme spatial, tous domaines confondus. Les vingt-deux ministres chargés de l'espace des pays membres de l'ESA qui se sont retrouvé à Séville, les  27 et 28 novembre, ont obtenu une hausse de 20 % de leur budget, par rapport à celui accordé à Lucerne (Suisse) lors de la dernière conférence en décembre 2016.

Mais si l'on considère que ces ministres devront partager ce budget sur trois ans entre les différents projets couvrant l'accès à l'espace, l'exploration, la compétitivité industrielle, les sciences, la sûreté et la sécurité, il faut admettre que ces sommes sont loin de permettre à l'Europe de rester compétitive face aux Etats Unis et à la Chine. Ne mentionnons pas les projets plus lointains mais essentiels de station lunaire habitée et de stations scintifiques martiennes permanentes. Concernant les Etats-Unis, s'ils sont en manque de ressources dans d'autres domaine que le spatial, ils veulent continuer à y assurer leur domination (spatial dominance)

Notes

1) Deux satellites de télécommunications ont été placés en orbite par le lanceur Ariane 5, mardi 26 novembre, pour le compte du gouvernement égyptien et d'un opérateur britannique, Inmarsat. La fusée a finalement été lancée depuis Kourou, en Guyane, après deux reports. Ces satellites sont dénommés TIBA-1 et GX5. TIBA-1 est un satellite de télécommunications civiles et gouvernementales lancé par Arianespace pour l'Égypte. Le satellite a été développé par Thales Alenia Space et Airbus Defence and Space. GX5 est un satellite de télécommunications mobiles, construit par Thales Alenia Space pour l'opérateur britannique Inmarsat. Il « supportera la hausse rapide de la demande de services de ses clients en Europe et Moyen-Orient, en particulier pour les connexions Wi-fi sur les vols commerciaux et pour les services maritimes commerciaux » avait indiqué par communiqué Arianespace.

2) On apprend le 29/11 que l'Allemagne est devenue le premier contributeur au budget de l'ESA, devançant de peu la France. 
Voir La Tribune

Écrire un commentaire