Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 juillet 2021

Iran: perspectives post-électorales

0611194199854-web-tete.jpg

Iran: perspectives post-électorales

Par Ali Reza Jalali

Ex : https://www.eurasia-rivista.com/

Le treizième tour des élections présidentielles en République islamique d'Iran a eu lieu le vendredi 18 juin. Le candidat de l'aile révolutionnaire ("ultra-conservatrice" selon les schémas occidentaux), Ebrahim Reisi, qui était jusqu'à présent à la tête du pouvoir judiciaire, a triomphé avec plus de 60 % des voix ; derrière lui, à une distance infranchissable, le conservateur modéré Rezai et le réformateur modéré Hemmati.

Sur le plan intérieur, le gouvernement dirigé par Ebrahim Reisi devra faire face à la grave crise économique qui frappe le pays (avec une inflation officielle en permanence à deux chiffres, avec des pics à plus de 50% ces dernières années). Fondamentalement, le nouveau gouvernement devra essayer de ramener l'inflation en dessous du seuil de 20 %, un chiffre qui, bien qu'élevé, représente la normalité pour une nation qui, depuis plusieurs décennies, est aux prises avec les sanctions de la soi-disant "communauté internationale" et qui, ces derniers temps, a vu la situation s'aggraver davantage en raison de l'affrontement avec les États-Unis, qui s'est radicalisé avec l'administration Trump. Le rial, la monnaie nationale, a tellement perdu par rapport aux devises étrangères ; par exemple, si en 2016 un euro valait 50.000 rials, il en vaut aujourd'hui au moins 280.000.

Le deuxième problème auquel le nouvel exécutif devra faire face sur le front intérieur est l'éloignement progressif des Iraniens de la politique. Depuis le milieu des années 1990 du siècle dernier, les élections présidentielles avaient toujours enregistré un taux de participation supérieur à 60 %, avec des pics à 85 % en 2009; entre 2013 et 2017, elles avaient enregistré un taux de participation supérieur à 70 %. Depuis l'année dernière, avec les élections législatives de 2020, le taux de participation a soudainement chuté à 50 %; selon les données du ministère de l'Intérieur, ce tour-ci, le pourcentage était juste au-dessus de 48 %.

Pourquoi cette soudaine désaffection des Iraniens pour les élections ? Certains pointent la situation économique comme cause, d'autres accusent le coronavirus, qui n'incite certainement pas à participer à des événements publics, surtout s'ils sont bondés. Selon une autre analyse, il s'agirait d'un symptôme de refroidissement qui obligerait le nouveau président à prendre des mesures décisives. En d'autres termes, la tâche d'Ebrahim Reisi consistera à renforcer la confiance des Iraniens dans les institutions de la République islamique, afin d'éviter que cette forme de gouvernement ne risque de se dégrader - à Dieu ne plaise - au niveau d'une vulgaire autocratie du Moyen-Orient. Dans un système où la participation au vote est considérée par certains comme un devoir religieux et par d'autres comme une sorte de référendum permanent sur la forme du gouvernement (les prêcheurs du vendredi disent souvent que la participation aux élections est une manifestation de consentement envers la République islamique), un taux de participation inférieur à 50% des personnes éligibles n'est pas un bon signe.

En améliorant les conditions de vie des Iraniens, Reisi pourra se présenter aux électeurs dans quatre ans comme une sorte de sauveur du pays et de la République islamique, également parce que dans cette mission il pourra se prévaloir du soutien du chef de l'Etat, Ali Khamenei, de celui du Parlement, qui est dirigé par le conservateur Ghalibaf, et de la solidarité des Pasdarans. En bref, Reisi a toutes les cartes en main pour remettre les choses en ordre, compte tenu également de la disparition de Trump de l'administration américaine.

21759817lpw-21760661-article-iranelectionpresidentielle-jpg_7989052_1250x625.jpg

A cet égard, il faut rappeler que les orientations de la politique étrangère iranienne relèvent de la responsabilité du Guide et non de l'exécutif au sens strict. Mais il y a une différence décisive entre le mandat de quatre ans pendant lequel M. Raisi siégera en tant que président de la République islamique et le mandat de quatre ans du modéré Rohani, qui a maintenant expiré: dorénavant, le Guide et le président sont en harmonie, dans la mesure où ils partagent la même orientation; par conséquent, les politiques générales seront appliquées à la lettre par le gouvernement, alors qu'auparavant, en raison des divergences entre Khamenei et Rohani, la ligne du chef de l'État était, pour ainsi dire, freinée par le gouvernement. Aujourd'hui, cependant, tout semble indiquer un tournant eurasiste décisif, qui pourrait peut-être inclure une certaine détente également en Occident, puisque ce dernier ne semble pas dédaigner un rééquilibrage par rapport à la politique ouvertement pro-saoudienne de ces dernières années.

C'est peut-être un paradoxe, mais le gouvernement révolutionnaire, en raison de l'uniformité idéologique qui s'est installée au sein des institutions, a plus de chances de parvenir à un bon accord avec les acteurs internationaux que le gouvernement de Rohani.

Quoi qu'il en soit, le front interieur est désormais le plus délicat. Malgré la crise économique, la puissance régionale de l'Iran n'a nullement été entamée par les huit années de présidence de Rohani, également parce que les acteurs incisifs de la politique de force de la République islamique dépendent du Guide, qui a désormais un homme de confiance à la tête du gouvernement. Cependant, il est bon de rappeler qu'un État puissant n'est pas seulement celui qui dispose d'une armée forte et de missiles précis, mais c'est aussi celui qui sait répondre aux besoins populaires dans chaque situation et qui sait s'adapter aux différents contextes sociaux.

Ali Reza Jalali

Ali Reza Jalali, diplômé en droit à l'université de Brescia, a obtenu son doctorat en droit constitutionnel à l'université de Vérone. Il enseigne actuellement le droit constitutionnel et international au département de jurisprudence de la faculté des sciences humaines de l'université islamique de Shahrud (Iran). Il préside le Centre d'études international Dimore della Sapienza, dont il est également responsable de la section consacrée aux études juridiques et politiques. Il a publié de nombreux essais dans Eurasia. Rivista di studi geopolitici et dans le site web correspondant. Dans ses recherches, il traite principalement de sujets liés au droit public, au droit international, aux relations entre l'Islam et les sciences politiques et aux relations internationales, en particulier en ce qui concerne l'espace islamique.

 

Écrire un commentaire