Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 avril 2024

La guerre des banquiers contre la Chine

ChineCroissanceFinance.jpg

La guerre des banquiers contre la Chine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/04/04/pankkiirien-sota-kiinaa-vastaan/

Alors que débute l'année du dragon, "l'empire anglo-sioniste lance sa guerre contre la Chine", estime Richard H. Solomon. Jusqu'à présent, la Chine a fait preuve "d'une humilité et d'une retenue incroyables, ne réagissant que très peu aux insultes et provocations scandaleuses de l'administration néoconservatrice américaine".

solomon_richard_h.jpg

41gGdwCWIyL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

51LDbW-FkNL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

A1yOgI6OAkL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Les citoyens européens n'ont pas à prendre parti par réflexe dans ce combat de titans, mais ils ne doivent pas non plus défendre les intérêts de politique étrangère des États-Unis et de leur troupeau de vassaux. La Chine est une superpuissance dirigée par le parti communiste, et alors ? Nous devons regarder au-delà des ismes et des mots et évaluer les actes.

Il n'y a plus d'"Amérique" libre ni d'États-nations européens indépendants. Le soi-disant "Occident" n'est rien d'autre qu'une "coalition de cartels financiers, de multinationales, d'oligarques, du complexe militaro-industriel, de l'État profond et du lobby sioniste", dont les jours de gloire sont (heureusement) révolus.

"Comme tous les empires pathologiquement corrompus en phase finale, l'Occident dément rêve de renouveau", constate Solomon. Ses sujets ne peuvent qu'"essayer d'éviter d'être submergés par les raz-de-marée d'un géant en train de sombrer".

Les survivants de la destruction de l'Occident peuvent se regrouper et "adopter le principe de la coprospérité, avec la Chine comme principal acteur mondial, éclairant le chemin de l'humanité vers une civilisation Star Trek de type deux sur l'échelle Kardashian".

La Chine s'est efforcée de rester en dehors du conflit, mais à un moment donné, Pékin devra peut-être riposter lorsque les provocations "biologiques, économiques et militaires" de Washington et de Londres iront trop loin et dépasseront même la tolérance confucéenne. Sur la base des actions américaines, l'agression ne fera que s'intensifier.

Selon Solomon, la bonne dissuasion pour la Chine consisterait à mettre sa "propre peau dans le jeu". Les cosmopolites sans racines de la puissance monétaire occidentale ne sont pas seulement des parasites de la société et des profiteurs aux dépens des autres, mais aussi des lâches matérialistes qui ne veulent pas mourir.

Alors qu'ils peuvent condamner à mort des millions ou des milliards de personnes simplement pour leurs propres intérêts égoïstes, la superclasse dirigeante est prête à tout pour maintenir sa propre existence. "Les services de renseignement chinois devraient localiser tous leurs bunkers et villes souterraines et faire savoir que si une guerre majeure éclate, la Chine les frappera", conclut M. Solomon.

Les cercles financiers de Wall Street ont autrefois délocalisé l'industrie manufacturière américaine en Chine, afin de transformer l'Amérique en une économie fondée sur l'usure, en vendant de la dette dans l'espoir que la Chine achèterait cette dette et laisserait les initiés de Wall Street contrôler également l'économie chinoise.

Ce modèle économique était connu sous le nom de "Chimerica". Bien que la Chine ait initialement bénéficié de cet arrangement, Solomon affirme que Pékin a rejeté une relation symbiotique dans laquelle "la classe sans racines de Wall Street prendrait le contrôle de la civilisation chinoise vieille de cinq mille ans après avoir vidé les États-Unis de leur substance".

chinese-banks-avoiding-the-peripheral-players-social.jpg

Néanmoins, certains affirment que toute la confrontation Est-Ouest n'est que du théâtre Kabuki et que la Chine serait déjà sous le contrôle du cartel bancaire Rothschild et Rockefeller (c'est-à-dire les propriétaires de la planète). Solomon n'est pas d'accord.

Le "techno-féodalisme" idéalisé par les esclavagistes occidentaux exige non seulement la destruction des différentes cultures, mais aussi la transformation génétique de la classe dirigeante. Selon le protocole transhumaniste de la clique de Davos, les dirigeants chinois devraient être prêts à détruire la culture et l'ADN de leur peuple, vieux de cinq mille ans.

Solomon ne croit pas que les dirigeants chinois soient prêts à une telle chose. "Si certaines des innovations technologiques chinoises sont liées à la sécurité nationale, la technologie est principalement utilisée pour améliorer la vie des citoyens chinois, ce qui est tout à fait contraire à la politique américaine.

Un "avenir chinois" après l'hégémonie américaine serait plus prometteur que l'ancien régime, affirme Solomon, ne serait-ce que parce que la Chine "n'a jamais mené dans son histoire une politique d'agression militaire ou de conquête en dehors de son propre territoire". La Chine "a même construit un mur pour empêcher les barbares d'entrer".

Solomon souligne que la coopération de la Chine avec les puissances étrangères est basée sur une transaction, une interaction mutuellement bénéfique dans laquelle des services ou des biens sont échangés. Contrairement à l'Occident et à son libéralisme, la Chine ne cherche pas à mettre le monde entier à son image.

Qu'en est-il de la pandémie des taux d'intérêt, dont on dit qu'elle a commencé en Chine ? La Chine n'a pas suivi la technologie ARNm de l'Occident, mais a offert à ses citoyens des vaccins traditionnels. "Bien que certains fonctionnaires chinois pro-occidentaux aient insisté sur les livraisons d'ARNm de Pfizer et sur la production nationale d'ARNm, le parti communiste a résisté à la pression de la classe politique américaine", explique Solomon.

Le parti communiste a peut-être réagi de manière excessive en adoptant une stratégie extrêmement rigoureuse, mais selon Solomon, c'est parce que la Chine était confrontée à une attaque biologique. Pour des "événements futurs" similaires, il conseille également aux Occidentaux de s'appuyer sur "le zinc, les vitamines C et D et la médecine traditionnelle chinoise".

Du point de vue de Solomon, la Chine reste "le principal rempart contre les envahisseurs de l'empire anglo-sioniste américain et les sous-fifres de leur mafia financière mondiale".

Étant donné "le pouvoir monstrueux des banquiers internationaux, l'empereur président Xi doit jongler avec un enchevêtrement complexe de neutres, d'alliés et d'adversaires pour mener la Chine à la victoire, ce qui, dans un sens plus large, signifie la survie de l'espèce humaine". Solomon considère que Xi défend "les principes fondamentaux du Tao".

bea4f93877047e80c147cc3758d0e024.jpg

J'espère que Solomon a raison, même si je suis souvent frustré par les actions (ou l'inaction) des grandes puissances et les machinations des cercles financiers qui se cachent derrière la gouvernance mondiale. Quelle que soit la vérité ultime, nous vivons une époque dangereuse mais intéressante, dans des limbes précaires entre le nouvel et l'ancien ordre mondial.

Selon le philosophe Oswald Spengler, l'Occident est déjà condamné. "Le génie occidental a fait passer le monde des chevaux et des chars à la société industrielle moderne. Il en a résulté de nombreuses créations incroyables, mais aussi beaucoup de souffrance et de mort", résume Solomon. C'est pourquoi il souhaite suivre "l'évolution de la Chine vers l'autoréalisation nationale".

Mais Solomon est (trop ?) optimiste et ne peut s'empêcher d'avoir une pensée pour l'Occident. "Si la philosophie occidentale intègre les principes de la loi du karma pour établir un équilibre yin-yang et que l'Europe rejoint la Chine et la Russie dans une alliance eurasienne, je crois que le rétablissement et la réintégration positive de l'Occident dans la famille mondiale sont encore possibles.

vendredi, 05 avril 2024

Pour la première fois, les pays de l'ANASE préfèrent la Chine aux États-Unis en matière d'investissement dans la défense militaire

63ccc073b1aa0.jpg

Pour la première fois, les pays de l'ANASE préfèrent la Chine aux États-Unis en matière d'investissement dans la défense militaire

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/per-la-prima-volta-i-paesi-asean-preferiscono-la-cina-agli-usa-gli-investimenti-alla-difesa-militare/

Qui choisir entre la Chine et les États-Unis? L'an dernier, la question posée par un institut de recherche aux entrepreneurs publics et privés, ainsi qu'aux universitaires et chercheurs, des pays de l'Asie du Sud-Est (Asean) indiquait une nette prépondérance pour Washington, avec 61,1% contre 38,9% de préférence pour Pékin. Et cette année? Selon les médias italiens, l'isolement de Xi Jinping s'est accru, tout comme celui de la Russie. En effet, pour la première fois, la Chine dépasse les États-Unis, mais de peu : 50,5 contre 49,5%.  De peu, mais c'est un bond considérable en 12 mois.

Les pays qui apprécient le plus la Chine sont la Malaisie (75,1%), l'Indonésie (73,2%) et le Laos. Du côté américain, on trouve les Philippines (83,3%) et le Viêt Nam (79%).

De toute évidence, ces deux camps représentent un choix extrême, car tous les pays préféreraient ne pas avoir à choisir. Ils préféreraient faire des affaires avec les deux candidats. Toutefois, il existe une différence significative entre les deux camps. Les États-Unis sont appréciés par ceux qui, par crainte de Pékin, attendent une protection militaire nord-américaine. Et le déclin de la popularité de Washington est précisément lié à l'impression que les États-Unis accordent peu d'attention à l'Asie du Sud-Est, préférant s'occuper de la guerre en Ukraine ou du soutien à la boucherie israélienne.

Le choix de la Chine dépend, quant à lui, des investissements de Pékin dans les différents pays de l'Asean. Chemins de fer, ports, routes, industries. Bref, les projets de la Route de la soie qui, selon la désinformation italienne, ont été mis en veilleuse et reportés sine die. Les Asiatiques, évidemment, n'ont pas remarqué ces annulations de projets et apprécient les chemins de fer qui ont été mis en service, les ports qui fonctionnent, les usines qui créent des emplois.

En revanche, en Italie, il était nécessaire de justifier la sortie de l'accord avec Pékin et, par conséquent, il était indispensable de dissimuler les faits et les travaux réalisés ou en cours de réalisation en Asie.

20:25 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, anase, asie, affaires asiatiques, chine, états-unis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 04 avril 2024

La montée en puissance de la Chine et l'effondrement de l'Occident

2d1c67ad522ce2b9f0940aff49cf8a2b.jpg

La montée en puissance de la Chine et l'effondrement de l'Occident

par Maurizio Bianconi

Source: https://www.destra.it/home/lavanzata-della-cina-e-il-tracollo-delloccidente/

Lorsque le mur de Berlin est tombé (en 1989), on a dit que la démocratie avait vaincu le communisme. Il allait de soi que le soi-disant "monde libre" était désormais l'arbitre et le maître de la planète. 45 ans plus tôt, des nationalismes agressifs, dirigistes et impitoyables avaient été vaincus. Puis ce fut l'effondrement des régimes libertaires, collectivistes et classistes.

Le libéralisme, sans plus de contrepoids symétriques, perd toute réserve et devient - dit-on - "sauvage". Il a déclenché l'offensive spéculative, la croissance quantitative, réduisant de plus en plus les droits, les protections du travail, les identités des personnes et des communautés. Il a eu des illusions d'hégémonie et d'homogénéisation du monde.

Même cette partie orientale qui se présentait comme une terre de conquête: la Chine. Un milliard et demi de personnes à transformer en consommateurs et en main-d'œuvre bon marché. Un faux pas a été commis. L'entrée de la Chine dans l'W.T.O. (World Trading Organisation), c'est-à-dire son entrée dans la sphère du libre-échange.

5-Online-course-Structuring-Values-in-Modern-China-The-Chinese-University-of-Hong-Kong-abroadship.org_.jpeg

Dans les intentions, il s'agissait d'une stratégie de conquête et d'élimination progressive du collectivisme chinois, accompagnée d'une campagne d'augmentation des investissements, de circulation de l'argent, d'exploitation de la production sans droits et d'excellents profits, d'ouverture des crédits et des marchés. Ce qui est arrivé à l'Occident, c'est comme les joueurs de cornemuse des montagnes: ils sont allés jouer et ont été joués. Le communisme n'a pas été vaincu, il est vivant et bien vert.

Avec une patience toute chinoise, pas à pas, les Chinois ont commencé à mettre le pied à l'Ouest et à faire leur chemin. De victimes désignées, ils se sont lentement imposés comme premiers acheteurs de produits essentiels à la production de base, ont occupé des marchés concurrentiels et acheté des titres de la dette des gouvernements occidentaux. Ils ont littéralement acheté l'Afrique au kilomètre carré et les matières premières qu'elle possède en son sol, dans ses ports et ses escales en Occident. Ils se sont assurés, grâce à l'aide et aux intérêts productifs et commerciaux, le contrôle politique de territoires que l'Occident supposait être son domaine exclusif. Ils s'apprêtent à monopoliser l'électricité et à profiter de l'économie verte sans même en respecter les règles.

Avec la technique chinoise des mille blessures (en chinois, lingchi), ils démolissent le colosse et s'imposent comme une puissance mondiale antagoniste de l'Occident et destinée à la suprématie. Le communisme, depuis le de profundis récité à tort et à travers, triomphe sans jamais être mort, mais n'a seulement été vulnérable que dans son expression soviétique. Aujourd'hui, mêlé au sentiment national, à l'amour patriotique et au libre marché dûment hétérodirigé par l'État, il a donné naissance à une sorte de facho-communisme gagnant.

Le principe d'identité et l'impérialisme russe, repoussé dans l'orbite chinoise par les choix politiques occidentaux, gagnent aussi. La Russie suit son cours et renaît à l'ombre du bloc de l'Est, rendant contre-productif le siège de l'OTAN à ses frontières. Nous nous sommes empêtrés dans une guerre qui était le résultat d'une revanche historique et de provocations récentes dans l'espoir que l'économie spéculative des banques et de la finance en tirerait profit et que la Russie, en tant qu'agresseur, serait affaiblie.

ffd99c203c8ad92e5263043385d339e0.jpg

En réalité, l'Occident s'est enlisé dans un bourbier que la ruse millénaire de l'Orient a aussi fait croître. Il s'est retrouvé plongé dans la Troisième Guerre mondiale polycentrique, où la Chine - jusqu'à présent indirectement - frappe par segments, par petits points générant de la douleur. Les États-Unis et l'Occident se voient minés dans des positions, des marchés, des zones d'influence tandis que la République populaire de Chine occupe des espaces économiques et des positions stratégiques. L'Union européenne joue son rôle de serviteur obtus des Etats-Unis et entraîne ses pays membres dans le tourbillon.

Toute tragédie a son côté comique. Alors que l'échec de l'économie spéculative se déroule sous nos yeux et que la Chine triomphe et se développe à nos dépens, l'un des meneurs du jeu (européen), Mario Draghi, ne craint pas le ridicule et déclare que grâce à ces choix, la richesse et le bien-être du monde ont augmenté. L'exemple, dit-il, ce sont les 800 millions de Chinois qui ont considérablement augmenté leur niveau de vie.

"Oh, bravo !", s'exclame-t-on. Les succès chinois aux dépens de l'Occident seraient la preuve de la réussite des choix occidentaux de soumettre la Chine. Ici, on ne sait pas s'il faut faire preuve d'ironie ou reprendre le slogan de Grillo ou le prix de Giachetti. On se contente de dire que "la mauvaise volonté n'a jamais été de trop". Et comme le rappelle un proverbe de ma ville natale, mais connu partout, "a l'òcio ingordo gli schiantò il collo".

samedi, 30 mars 2024

Entre l'enclume et le marteau : les Hazara en Afghanistan

1fefa6136030ae5bcad6cd53b1e697e8.jpg

Entre l'enclume et le marteau: les Hazara en Afghanistan

Anjjali Srivastav & Shivam Shekhawat

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/tra-lincudine-e-il-martello-gli-hazara-afghanistan

Le 6 janvier 2024, un minibus transportant des civils a été attaqué par l'État islamique de la province de Khorasan (ISKP) dans le quartier majoritairement hazara de Dasht-e-Barchi, dans l'ouest de Kaboul, faisant cinq morts et quinze blessés. Cet attentat a été suivi de deux autres revendiqués par l'ISKP et de trois autres non revendiqués, mais aux tactiques similaires, visant la communauté chiite minoritaire. Ces attaques s'inscrivent dans la continuité des attaques persistantes de l'ISKP contre les Hazaras depuis la chute de Kaboul. Pour les Hazaras, il ne s'agit là que d'une des formes de violence auxquelles ils sont confrontés, en plus de la discrimination et de la persécution systémiques qui leur sont infligées par l'Émirat islamique des talibans. Alors que les talibans consolident leur position en Afghanistan et que la communauté internationale développe une relation de travail avec ce groupe, il est impératif que nous prenions conscience de la double nature de la menace que les talibans et l'ISKP font peser sur les Hazaras, par le biais d'une persécution systématique et d'attaques violentes dirigées contre le groupe.

Pour les Hazaras, il ne s'agit là que d'une des formes de violence auxquelles ils sont confrontés, en plus de la discrimination et de la persécution systémique que leur inflige l'Émirat islamique des Talibans.

2013-flag-hz-symbol.png

Aliénation systémique : les Hazaras dans l'émirat

La population chiite d'Afghanistan, principalement des Hazaras, représente environ 10% de la population totale du pays. Les talibans et l'ISKP les considèrent comme des "infidèles". En raison de leur identité ethnique et religieuse, les Hazaras ont toujours été la cible de violences de la part d'acteurs étatiques et non étatiques. Après leur retour en 2021, même si les talibans ont réaffirmé leur engagement à protéger les minorités du pays, en particulier les minorités religieuses, la peur des exécutions massives et le souvenir du précédent gouvernement taliban (1996-2001) ont poussé de nombreux Hazaras à se réfugier dans d'autres pays, comme les imambargahs de Quetta, au Baloutchistan. Certains secteurs ont également étendu leur soutien à l'Émirat; en novembre 2021, dans une tentative apparente de protéger leurs intérêts, près d'un millier d'anciens Hazaras se sont rassemblés à Kaboul pour prêter serment de soutien aux Talibans, saluant la fin de la "période sombre" sous la République soutenue par les États-Unis et réaffirmant leur loyauté envers l'Émirat.

Peu après leur arrivée au pouvoir, les talibans ont fait exploser la statue du chef hazara Abdul Ali Mazari à Bamiyan, portant ainsi un coup à tout espoir de modération à l'égard des minorités. Des rapports ont également fait état de déplacements forcés et d'expulsions de Hazaras de leurs terres ancestrales, qui ont été données à des partisans des talibans. Ils ont été expulsés des provinces de Daykundi, Uruzgan, Kandahar, Helmand et Balkh dans un délai très court et sans aucun recours légal. En septembre 2021, près de 2800 Hazaras ont été expulsés de 15 villages des provinces de Daykundi et d'Uruzgan. Cette stratégie consistant à prendre de force les terres des Hazaras a toujours été utilisée pour soumettre le groupe. Sous couvert de réformes visant à instaurer un système islamique créé par et pour les talibans, les Hazaras ont également été exclus de la bureaucratie et du système judiciaire du gouvernement. Ils n'ont reçu qu'une représentation symbolique dans la structure politique: Mawlawi Mehdi Mujahid a été le seul Hazara nommé chef des renseignements d'une province centrale lorsque le groupe fondamentaliste a pris le pouvoir. Mujahid a ensuite été tué en août 2022, prétendument pour s'être rebellé contre l'émirat. Le groupe a également pris pour cible les membres de la communauté qu'il considère comme une menace, et des exécutions extrajudiciaires ont été signalées depuis qu'il a usurpé le pouvoir.

Hazaras-map1.jpg

Map_of_Ethnic_Groups_(in_Districts)_in_Afghanistan.jpg

Les pratiques discriminatoires des talibans, notamment les restrictions imposées aux droits des femmes et à l'éducation, ont affecté de manière disproportionnée les femmes de la communauté hazara.

Selon un rapport du secrétaire général des Nations unies, António Guterres, sur la situation en Afghanistan, les talibans se sont rapprochés de différents groupes en rencontrant des représentants de la communauté chiite. Mais ils ont utilisé leur contrôle sur la bureaucratie du pays et sur toutes les autres branches du gouvernement pour exproprier et aliéner les Hazaras. Depuis le 1er janvier, le tristement célèbre ministère de la vertu et du vice du groupe a arrêté des femmes accusées de porter un "mauvais hijab". Ces arrestations ont commencé dans les zones dominées par les Hazaras et ont été perçues par de nombreux dirigeants hazaras comme un ciblage sélectif du groupe.

Les pratiques discriminatoires des talibans, notamment les restrictions imposées aux droits des femmes et à l'éducation, ont touché de manière disproportionnée les femmes de la communauté hazara. Le groupe a détourné l'aide destinée aux Hazaras vers des groupes qui le soutiennent. En outre, l'année dernière, le ministère taliban de l'enseignement supérieur a publié un décret ordonnant le retrait de tous les livres appartenant à la secte chiite ou écrits par des chiites, des salafis et des opposants politiques aux talibans et considérés comme différents de la jurisprudence hanafi. Le groupe a également interdit le mariage entre chiites et sunnites. Même la formation de conseils provinciaux d'oulémas dans plusieurs provinces ne comprenait pas de chiites ou de femmes.

La détérioration des relations entre le Pakistan et l'Afghanistan, due à la menace du Tehreek-i-Taliban (TTP), a également eu un impact négatif indirect sur les Hazaras afghans. Historiquement, les Hazaras se sont réfugiés au Pakistan pour échapper à la répression brutale qui sévit dans leur pays. La décision du gouvernement pakistanais d'expulser les réfugiés afghans du pays en novembre 2023 a mis en danger les Hazaras qui craignaient d'être persécutés dans leur pays. Même après l'annonce du plan d'expulsion, nombre d'entre eux ont été arrêtés et licenciés.

ibrahimi-Hazaras-web.jpg

Sous le radar de l'ISKP

Même avant le retour des talibans, les établissements d'enseignement et les maternités des régions à majorité hazara étaient dans le collimateur de l'ISKP. Au fil des ans, des Hazaras ont été attaqués lors de réunions publiques, dans des écoles, des mosquées et des services hospitaliers. En 2018, la MANUA a signalé 19 incidents et, en 2019, 10 incidents au cours desquels l'ISKP a ciblé des chiites. L'intensité des attaques perpétrées par l'ISKP a augmenté après la chute de Kaboul. En octobre 2021, le groupe a pris pour cible la plus grande mosquée chiite de Kandahar, tuant environ 40 personnes. L'ISKP a suivi une stratégie consistant à viser simultanément des groupes minoritaires et des cibles de grande valeur. Selon la MANUA, depuis la prise de pouvoir des talibans, environ 345 Hazaras ont été tués ou blessés au cours des 21 premiers mois. Entre le 1er août et le 7 novembre 2023, l'ONU a recensé huit attaques menées par l'ISKP contre des civils, en particulier des chiites.

L'ISKP a suivi une stratégie consistant à viser simultanément des groupes minoritaires et des cibles de grande valeur.

Le contrôle exercé par les talibans sur le gouvernement et toutes les structures existantes en Afghanistan, ainsi que leur inimitié historique à l'égard du groupe, ont pu inciter des groupes comme l'ISKP à poursuivre leurs attaques et leurs assassinats ciblés contre les Hazaras. De nombreux groupes de résistance y voient un point de convergence entre les talibans et l'ISKP et n'excluent pas la possibilité d'une coordination entre les deux groupes sur cette question.

Afin d'attirer l'attention sur la persécution des Hazaras et d'exhorter la communauté internationale à reconnaître leur "génocide", de nombreuses organisations et activistes se sont rassemblés dans plus de 30 villes du monde entier le mois dernier, exigeant que des mesures soient prises et que les auteurs des attaques contre les Hazaras répondent de leurs actes. Au cours des deux dernières années et demie, le degré d'engagement entre la communauté internationale et les talibans s'est accru. Si les pays ont exhorté le groupe à accroître la représentation des femmes et des minorités ethniques et à répondre aux exigences en matière de gouvernance, de sécurité et d'autres questions, leur influence en termes de pression sur l'émirat pour qu'il se plie à leurs exigences en échange d'une coopération ne s'est pas concrétisée.

Récemment, l'émirat a organisé une réunion de l'initiative de coopération régionale à Kaboul, à laquelle ont participé 11 pays voisins, dont l'Inde, la Chine et la Russie. Les talibans ont utilisé cette plateforme pour définir leur propre discours sur la manière dont ils souhaitent que la communauté internationale s'engage avec eux, en se concentrant sur les liens commerciaux et économiques et sur la sécurité régionale, tandis que les questions relatives à l'inclusion des femmes et d'autres groupes marginalisés ont été rejetées. Les questions sur l'inclusion des femmes et d'autres groupes marginalisés ont été rejetées. Cette situation marginalisera davantage ces groupes minoritaires, les rendant plus vulnérables à la violence et permettant à l'Émirat islamique de poursuivre ses politiques discriminatoires et sa bureaucratie.

18:32 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : hazaras, afghanistan, asie, affaires asiatiques, talibans, chiites | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Guerres statistiques et attractivité de la Chine en matière d'investissement

cq5dam.chinastat0.9999.jpeg

Guerres statistiques et attractivité de la Chine en matière d'investissement

Konstantin Batanov

Source: https://www.geopolitika.ru/article/statisticheskie-voyny-i-investicionnaya-privlekatelnost-kitaya

Le 18 février 2024, l'Administration nationale des changes de Chine a publié un rapport sur la balance des paiements pour 2023. Sur la base des données fournies dans ce rapport, les médias occidentaux, en particulier le Wall Street Journal, Newsweek et d'autres, ont fait état de la sortie de capitaux étrangers de Chine.

Ils ont indiqué que les engagements de la Chine en matière d'investissements étrangers pour 2023 s'élevaient à 33 milliards de dollars, soit 80 % de moins qu'en 2022 et 90 % de moins qu'en 2021.

Cette information a suscité une vive réaction dans le monde entier: les analystes occidentaux ont commencé à déclarer que la Chine perdait son attrait pour les investisseurs étrangers en raison de facteurs économiques. Certains sont arrivés à la conclusion que cette situation résultait des conséquences de la guerre commerciale et de la complication générale des relations avec les États-Unis.

D'une manière générale, il faut dire qu'au cours des dix dernières années, les analystes occidentaux ont régulièrement évoqué le thème de l'effondrement économique de la Chine: ils font des prévisions sombres et prédisent même parfois à la Chine le sort de l'URSS.

2022xi0528_DE_EU.jpg

Les experts chinois et certains experts étrangers ont commencé à expliquer qu'en fait la situation n'est pas critique: selon le ministère chinois du commerce, l'utilisation réelle de capitaux étrangers par la Chine en 2023 s'élevait à 1133,9 milliards de yuans, soit 8% de moins qu'en 2022. Si vous le comptez en dollars, il s'agit de 163,3 milliards de dollars américains, et la baisse est alors de 13,7%.

Cependant, il est noté que tandis que 53.766 nouvelles entreprises d'investissement direct étranger ont été établies au cours de l'année dernière, ce qui est 39,7% de plus qu'en 2022.

Les pays qui participent à l'initiative "Une ceinture, une route" ont investi 122,1 milliards de yuans (en baisse de 11,4%) ou 17,6 milliards de dollars américains (en baisse de 16,7%) en Chine. Le nombre de nouvelles entreprises impliquant leur investissement a atteint 13.649, en hausse de 82,7%.

Dans le même temps, les investissements réels en Chine de la France (+ 84%), du Royaume-Uni (+ 81%), des Pays-Bas (+ 31,5%), de la Suisse (+ 21,4%) et de l'Australie (+ 17,1%) ont augmenté en 2023. Les investissements directs de l'Allemagne en Chine ont augmenté de 4,3% pour atteindre 11,9 milliards d'euros, un record dans les relations sino-allemandes.

20210320_cna1280.jpg

Les experts chinois expliquent que le rapport sur la balance des paiements de la State Administration of Foreign Exchange of China faisait référence aux engagements d'investissements étrangers, et non à l'utilisation réelle des capitaux étrangers. L'utilisation effective se réfère aux projets réels, tandis que les engagements en matière d'investissements étrangers se réfèrent aux investissements en actions (y compris les nouveaux investissements en actions et le réinvestissement des bénéfices) et à la dette des filiales (c'est-à-dire les prêts accordés par les actionnaires étrangers des entreprises à investissements étrangers). Les organisations utilisent des termes différents pour mesurer l'activité et l'attractivité des investissements, en fonction de leurs objectifs.

Par exemple, le Fonds monétaire international a tendance à utiliser les "engagements d'investissement étranger", tandis que la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) utilise "l'utilisation effective des capitaux étrangers". Les engagements en matière d'investissements étrangers sont un concept plus complexe et sont influencés par une série de facteurs, notamment les modifications des taux d'intérêt par la Réserve fédérale américaine.

Cela dit, la situation économique globale de la Chine n'est pas mauvaise. Le 29 février, le Bureau national des statistiques de la République populaire de Chine a publié un rapport sur le développement économique et social pour 2023, selon lequel le PIB s'élevait à 126058,2 milliards de yuans, soit une hausse de 5,2% en glissement annuel. Le PIB par habitant a augmenté de 5,4% pour atteindre 89.358 yuans.

Le taux de croissance économique de la Chine est nettement plus élevé que celui des États-Unis (2,5%), de l'Union européenne (0,5%) et du Japon (1,9%).

En d'autres termes, l'application de méthodes statistiques différentes conduit à des résultats différents en matière d'évaluation de l'attractivité des investissements.

Cependant, la Chine, en raison de sa forte intégration dans l'économie mondiale, ne peut pas abandonner les méthodes qui, selon les spécialistes chinois, donnent une image erronée de l'économie du pays.

Si nous considérons la situation non pas du point de vue des statistiques, mais sur la base de la pratique quotidienne, nous pouvons supposer que si la situation de l'économie chinoise était vraiment si mauvaise que les investisseurs étrangers retireraient la majeure partie de leurs investissements, il est très probable que nous le verrions dans la vie de tous les jours, car la Chine est le plus grand pays manufacturier du monde, et si la position de la Chine dans l'économie mondiale est fortement ébranlée, ce serait une catastrophe qui affecterait le monde entier.

On peut donc conclure que l'environnement commercial et macroéconomique de la Chine reste au même niveau. Dans le même temps, l'une des caractéristiques de ces dernières années est la libéralisation dans le domaine de l'attraction des investissements étrangers - les exigences concernant l'enregistrement des sociétés à capitaux étrangers, leur dotation en capital social, le remboursement de certaines taxes et l'amélioration générale du régime fiscal sont en train d'être assouplies.

20200815_cna1280.jpg

En août 2023, le Conseil d'État de la République populaire de Chine (un analogue du gouvernement) a publié des "Propositions sur la poursuite de l'optimisation des conditions de l'investissement étranger et le renforcement de la dynamique d'attraction de l'investissement étranger", qui comprennent 59 mesures.

Sur la base des informations ci-dessus, plusieurs conclusions peuvent être tirées.

Premièrement, les pays occidentaux mènent une guerre de l'information contre la Chine dans divers domaines, en essayant de détériorer son image, y compris dans le système des relations économiques internationales.

Deuxièmement, ces efforts ont peut-être un effet positif pour les sociétés transnationales, mais dans le contexte d'une diminution du montant total des investissements, on observe en fait une augmentation du nombre de projets, ce qui signifie que le nombre de participants à la coopération de la part des petites et moyennes entreprises, en particulier de la part des pays occidentaux, est en augmentation.

Troisièmement, les autorités chinoises s'efforcent de rendre les conditions plus confortables pour les entrepreneurs étrangers qui font des affaires en Chine. Par conséquent, il est conseillé aux participants russes à la coopération avec la Chine de profiter de cette opportunité pour une interaction plus étroite avec le consommateur final chinois (dans le cas des exportations vers la Chine) ou un environnement commercial favorable (lorsqu'il s'agit de la fabrication et de l'approvisionnement en Chine).

18:10 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : économie, chine, actualité, asie, affaires asiatiques | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 07 mars 2024

Élections en Iran

f-iran-b-20170521.jpg

Élections en Iran

Par Raphael Machado

Source: https://jornalpurosangue.net/2024/03/04/eleicoes-no-ira/

Il y a quelques jours, des élections législatives ont eu lieu en Iran. Le but de ces élections était d'élire non seulement les membres de l'Assemblée consultative (le Parlement), mais aussi les membres du Conseil des experts.

Je suis très fasciné par le système politique iranien. C'est ce qui se rapproche le plus aujourd'hui des conceptions politiques de la République de Platon.

Par exemple, le Conseil des experts susmentionné, composé exclusivement de sages appartenant à la structure religieuse nationale, est chargé de superviser et d'élire le Guide suprême.

Et comme l'ayatollah Ali Khamenei est déjà âgé de 84 ans, ces élections s'avèrent d'une importance capitale. L'Assemblée des experts n'étant élue que tous les huit ans, il est probable que la composition actuelle sera chargée de sélectionner le prochain guide suprême de l'Iran, précisément à l'ère de la transition multipolaire.

Pour l'anecdote, les noms les plus susceptibles de succéder à Khamenei sont aujourd'hui Ebrahim Raisi (l'actuel président), Alireza Arafi (membre du Conseil des gardiens, du Conseil des experts et ancien recteur de l'université Al-Mustafa), Sadeq Larijani (membre du Conseil des experts, ancien président de la Cour suprême, ancien membre du Conseil des gardiens) et Mohsen Araki (membre du Conseil des experts).

Hojjat-ol-Islam_Sayyed_Mojtaba_Khamenei_01.jpg

Mojtaba Khamenei (photo), le commandant (officieux) des forces Basij, fils de l'actuel Guide suprême, fait figure de favori, mais il est considéré comme trop peu éduqué en matière de théologie pour être considéré comme un candidat de choix.

Naturellement, selon la manière platonicienne, les candidats à l'Assemblée consultative et les candidats au Conseil des experts sont préalablement approuvés par le Conseil des gardiens, l'organe chargé de sauvegarder les principes de la tradition tels qu'ils ont été cristallisés dans la révolution islamique iranienne.

Le Conseil des gardiens, quant à lui, est composé pour moitié de religieux nommés par le Guide suprême et pour moitié par le président de la Cour suprême.

Ces élections, qui se sont déroulées dans un contexte de tensions internationales et de tentatives de boycott de la part de l'opposition pro-atlantiste, se sont bien déroulées. Le taux de participation a été de 42 %, ce qui est relativement faible, mais exprime aussi la tranquillité et le confort du pays et l'absence de désir de changement.

Le pays étant en état de siège, le Conseil des gardiens a décidé de promouvoir la consolidation nationale autour des chefs traditionalistes, qui ont donc remporté haut la main l'Assemblée consultative et le Conseil des experts.

Au bord de la guerre, aucun pays ne devrait tolérer la menace d'une fragmentation dans la dissidence induite par le langage politique libéral. La patrie a besoin de décisions rapides et consensuelles, ainsi que de clarté quant à l'intérêt supérieur du peuple (ce qui signifie aujourd'hui qu'il faut toujours décider selon des lignes multipolaires et traditionalistes).

L'Occident, bien sûr, accuse les élections d'être invalides, d'être une farce, et ajoute à ces reproches toute la litanie habituelle des accusations malveillantes.

Mais la République islamique d'Iran (platonicienne) respire à l'aise.

12:49 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, iran, asie, affaires asiatiques, moyen-orient | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 13 février 2024

Le piège américain à Taïwan

flag_TW.jpg

Le piège américain à Taïwan

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/02/13/amerikkalainen-ansa-taiwanissa/

L'ancien ambassadeur de Chine aux États-Unis, Cui Tiankai, a participé à une table ronde sur les perspectives géopolitiques au sein du groupe de réflexion Asia Society Policy Institute à Washington à la fin du mois de janvier.

Il a soulevé la question du statut de Taïwan et du projet américain pour l'île, déclarant que "quelqu'un" essayait de déclencher une guerre dans le détroit de Taïwan. "Nous ne voulons vraiment pas d'une situation où les Chinois s'entretuent", a déclaré M. Cui.

Cui a été le plus ancien ambassadeur de Chine aux États-Unis depuis que les deux pays ont établi des relations diplomatiques en 1979. Il a occupé ce poste pendant huit ans avant de le quitter en 2021.

"M. Cui, qui est aujourd'hui conseiller auprès de l'Institut chinois de politique étrangère, a déclaré lors d'une table ronde que les pays de l'Asie-Pacifique devraient empêcher les tensions dans la région d'atteindre les niveaux de la guerre froide, faute de quoi la région serait confrontée à une "décennie dangereuse".

Il a conclu en mentionnant Taïwan qui, selon le fonctionnaire chinois, s'unira tôt ou tard à sa mère patrie d'une manière qui "servira au mieux les intérêts nationaux de la Chine dans son ensemble".

Taïwan est l'une des plus grandes sources de tension entre Pékin et Washington - la "question la plus sensible" dans les relations entre les deux pays, comme l'a dit le président Xi Jinping à son homologue Joe Biden lors de leur sommet en novembre.

Le 17 août 1982, Pékin et Washington ont annoncé dans un communiqué que les États-Unis chercheraient à réduire progressivement les ventes d'armes à Taïwan. Même cette déclaration formelle avec la Chine n'a pas été respectée et, depuis lors, le flux d'armes vers l'île n'a fait qu'augmenter de façon spectaculaire.

Les États-Unis cherchent à provoquer la Chine par tous les moyens possibles afin de causer des problèmes politiques à leur rivale. La dernière initiative en date est l'envoi par les États-Unis de leurs forces spéciales pour former l'armée taïwanaise à Kinmen et Matsu, deux groupes d'îles situées juste au large du continent chinois.

L'objectif final est probablement une guerre par procuration, similaire à celle qui ravage l'Ukraine : tenter d'amener la Chine à envahir la province rebelle de Taïwan, puis se battre avec le soutien de l'Occident "jusqu'au dernier Taïwanais".

Cette guerre serait un bon prétexte pour confisquer les réserves de dollars de la Chine, annuler la dette américaine envers la Chine et imposer des sanctions à la Chine afin d'en faire un État paria rejeté par le reste du monde (comme dans le cas de la Russie, une politique de sanctions ne réussirait probablement qu'à détruire les relations de la Chine avec l'Occident).

Le commentaire de Cui Tianka au think tank américain est important, car c'est probablement la première fois qu'un officiel chinois dit tout haut que le plan de guerre contre Taïwan est un piège américain destiné à faire tomber la Chine.

dimanche, 04 février 2024

Les Philippines, instrument de l'impérialisme pour la déstabilisation de la mer de Chine méridionale

26059de4331df3f4a328fb44a33741b0.jpg

Les Philippines, instrument de l'impérialisme pour la déstabilisation de la mer de Chine méridionale

Giulio Chinappi

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/le-filippine-strumento-dellimperialismo-la-destabilizzazione-del-mar-cinese-meridionale

Que veulent les Philippines : un environnement stable propice à un développement pacifique ou être piégées dans le jeu imprévisible de la géopolitique? Récemment, les actions et les déclarations du pays ont été empreintes de duplicité et de complexité, mais la tendance est claire: les Philippines se positionnent impulsivement comme une avant-garde, une tête de pont et même de la chair à canon pour les États-Unis.

La duplicité de Manille a été mise à nu récemment. Mercredi, la Chine et les Philippines ont tenu la huitième réunion du mécanisme de consultation bilatérale Chine-Philippines. Les deux parties ont convenu de renforcer le mécanisme de communication maritime, de gérer les conflits et les différends maritimes par des consultations amicales, de traiter les urgences maritimes, en particulier la situation à Ren'ai Jiao, et de promouvoir davantage la coopération maritime pratique.

Toutefois, le même jour, le ministre philippin de la défense, Gilberto Teodoro, a menacé les Philippines de planifier des activités militaires "plus robustes" avec les États-Unis et leurs alliés face à une Chine "plus agressive". Deux jours plus tôt, le chef d'état-major des forces armées philippines, le général Romeo Brawner, avait déclaré que les Philippines développeraient les îles de la mer de Chine méridionale afin de les rendre plus hospitalières pour les troupes.

230425214636-us-philippines-balikatan-0414.jpg

Sous cette rhétorique contradictoire, il est évident qu'il n'existe pas de politique unifiée sur la Chine au sein du gouvernement philippin, a déclaré au Global Times Chen Xiangmiao, directeur du World Marine Research Centre de l'Institut national d'études sur la mer de Chine méridionale. D'importants désaccords internes sur la question de la mer de Chine méridionale ont mis en évidence un modèle de comportement "les Philippines veulent tout": maintenir des relations avec la Chine pour des intérêts économiques tout en affirmant agressivement ses intérêts maritimes par des actions provocatrices.

La duplicité des Philippines est également évidente dans leur position sur la question de Taïwan. D'une part, elles soutiennent la politique d'une seule Chine; d'autre part, après les élections régionales à Taïwan, le président philippin Ferdinand Marcos a qualifié le nouveau dirigeant de Taïwan de "président élu" sur les médias sociaux. Ces déclarations contradictoires des Philippines créent la confusion, laissant planer l'incertitude sur les véritables intentions de Manille.

En fait, l'hostilité de Marcos Jr. à l'égard de la Chine, encouragée par les États-Unis, est évidente depuis un an, en particulier depuis le début de l'année dernière, lorsque les États-Unis ont obtenu l'accès à quatre nouvelles bases militaires aux Philippines. Les récents discours du ministre de la défense et du chef d'état-major ressemblent à une compétition pour savoir qui sera le plus agressif.

Philippine-Navy-Offshore-Combat-Force.jpg

Les capacités militaires et d'application du droit maritime des Philippines sont fondamentalement insuffisantes pour défier la Chine. La principale raison de cette rhétorique belliqueuse permanente est l'encouragement et le soutien de certains pays, tels que les États-Unis et le Japon, a déclaré l'expert militaire Song Zhongping au Global Times. Toutefois, sur la question de la mer de Chine méridionale, les États-Unis utilisent simplement les Philippines comme un pion pour tenter de rassembler des alliés afin de mettre en œuvre leur stratégie indo-pacifique visant à contenir la Chine. Si Manille pense que les États-Unis l'aideront à maintenir ses soi-disant intérêts nationaux et sa sécurité, c'est une pure illusion, comme le montre la réduction significative de l'ampleur des patrouilles conjointes américano-philippines, découragées par les patrouilles de routine organisées par le Southern Theater Command de l'Armée populaire de libération de la Chine.

Lorsque les Philippines prétendent renforcer leurs relations militaires avec les États-Unis afin de devenir "un contributeur plus efficace à la stabilité régionale", elles ne se rendent manifestement pas compte qu'elles interprètent à tort la préservation de l'hégémonie américaine comme un moyen de promouvoir la stabilité régionale.

Anna Rosario Malindog-Uy, vice-présidente chargée des affaires extérieures à l'Institut d'études stratégiques des Philippines du 21ème siècle, a déclaré lors d'une table ronde récemment organisée par le Global Times qu'elle ne pensait pas que les États-Unis soient prêts à un conflit militaire direct avec la Chine dans la mer de Chine méridionale, ou même dans le détroit de Taïwan. C'est pourquoi ils utilisent un intermédiaire, et les Philippines servent de pion ou d'intermédiaire.

"Les États-Unis ont déjà été vaincus par les talibans en Afghanistan, par la Russie en Ukraine et récemment par les Houthis en mer Rouge. Ils ne sont pas en mesure d'affronter la Chine en mer de Chine méridionale. Ils ne peuvent pas se permettre que quelque chose explose au cours d'une année électorale", a déclaré John Pang, ancien fonctionnaire du gouvernement malaisien et chercheur principal à l'Académie de Perak, en Malaisie, lors de la discussion.

Les Philippines doivent réévaluer leur position, éviter d'agir de manière imprudente et évaluer de manière réaliste leurs capacités militaires.

La Chine, en tant que grande puissance responsable, a toujours fait preuve d'une grande retenue sur la question de la mer de Chine méridionale. Toutefois, les Philippines ne doivent pas confondre la retenue de la Chine avec sa faiblesse. La Chine reste fidèle à ses intérêts fondamentaux et conserve l'initiative sur la question de la mer de Chine méridionale, ce qui lui confère une position privilégiée tant sur le plan du droit international que de l'histoire. Nous espérons que les Philippines reconnaîtront que le maintien de la paix et de la stabilité en mer de Chine méridionale nécessite une coopération avec la Chine et l'ANASE en signant conjointement le code de conduite en mer de Chine méridionale. C'est le seul moyen de transformer la mer de Chine méridionale en une mer de paix, de stabilité, d'amitié et de coopération.

vendredi, 02 février 2024

Le projet "Greater India" prend de l'ampleur

countries_of_greater_india_by_basil48_dewlrxm-fullview.jpg

Le projet "Greater India" prend de l'ampleur

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/proekt-velikoy-indii-nabiraet-oboroty

Le 22 janvier, le Premier ministre indien Narendra Modi a assisté à la cérémonie d'inauguration d'un temple hindou dédié à Rama, l'un des dieux du panthéon hindou.

Le complexe du temple a été construit dans l'État d'Ayodhya sur le site de l'ancienne mosquée de Babri de l'ère moghole, qui a été détruite par les hindous en décembre 1992. Ironiquement, les enquêtes sur cet acte de vandalisme ont révélé que la destruction de la mosquée avait été planifiée par des organisations radicales hindoues, dont le Bharatiya Janata Party, aujourd'hui au pouvoir.

66fa5f01-f9fc-4928-adb0-dcb86fadf4a5.jpg

La cérémonie avait plusieurs significations. Tout d'abord, dans le contexte de la religion, elle symbolisait la victoire de l'hindouisme sur l'islam. Deuxièmement, elle a montré la puissance de l'Inde elle-même dans le contexte des traditions culturelles et historiques. Troisièmement, il s'agissait d'une sorte d'acte de campagne électorale de Narendra Modi et de son parti, le Bharatiya Janata Party, qui professe le nationalisme hindou.

Modi lui-même avait promis d'ériger ce temple lorsqu'il a remporté le poste de Premier ministre en 2014. Il a tenu parole et a gagné un autre dividende politique et le respect de ses partisans. Un peu plus tôt, lors d'un rassemblement le 15 septembre 2023, Modi avait promis à ses compatriotes mille ans de grandeur.

Le Pakistan a réagi négativement à l'événement, le représentant du pays à l'ONU, Munir Akram, a publié une lettre envoyée à l'organisation. Cette lettre indique que le Pakistan condamne fermement ces actions car "une telle tendance représente une menace significative pour le bien-être social, économique et politique des musulmans indiens, ainsi que pour l'harmonie et la paix dans la région".

En effet, des actions spontanées ont été menées par des nationalistes hindous dans certaines villes, qui ont accroché des drapeaux orange (la couleur des nationalistes indiens) à une mosquée d'Agra. Des émeutes ont également eu lieu dans les États du Maharashtra, du Gujarat, du Madhya Pradesh et du Kerala.

TELEMMGLPICT000363603836_17059224879920_trans_NvBQzQNjv4BqpVlberWd9EgFPZtcLiMQf0Rf_Wk3V23H2268P_XkPxc.jpeg

Si la rhétorique du Premier ministre peut sembler populiste, elle a souvent été l'occasion de provocations en Inde même. Modi lui-même a été associé à la montée du nationalisme hindou, qui s'est à plusieurs reprises traduit par des pogroms visant les membres d'autres religions.

En 2002, le plus grand pogrom antimusulman de l'histoire de l'Inde indépendante a eu lieu. Selon les chiffres officiels, plus d'un millier de personnes ont été tuées (dont 254 hindous), mais certains médias avancent le chiffre de deux mille musulmans tués. Beaucoup pensent que Modi n'a pas fait assez pour protéger la population musulmane.

Il convient de noter que des affrontements similaires, bien que de moindre ampleur, se produisent régulièrement dans différentes villes de l'Inde et que, lors des dernières émeutes, la police a arrêté plusieurs dizaines de radicaux à Agra.

La polarisation ne se fait pas seulement en fonction de la religion, mais aussi des idéologies politiques et des traditions locales. Cela soulève la question de savoir si l'image politique de l'Inde correspond à la réalité qui prévaut dans le pays.

_f77fbb52-2332-11e7-a4a0-8e0501b9fa54.jpg

Perspectives de victoire

L'idéologie du Bharatiya Janata Party et d'autres partis nationalistes défend le projet d'une Grande Inde. Ce projet s'accompagne d'amendements à la constitution du pays (dont l'un abolit l'autonomie du Jammu-et-Cachemire), d'un changement officiel du nom de l'État - Bharat au lieu d'India - et d'un intérêt pour l'expansion et l'absorption des terres voisines.

Dans sa version la plus radicale, la Grande Inde inclurait le Pakistan, le Bangladesh, le Népal et le Bhoutan. Dans une telle philosophie politique, le système même de l'État est considéré comme un mandala. Dans le bouddhisme, le mandala est un symbole d'harmonie et de plénitude, et les dessins eux-mêmes doivent être symétriques pour indiquer la perfection. Dans la politique de l'Asie du Sud-Est, le mandala a une signification légèrement différente.

chanakya__kautilya___29__by_zenart07_dgekvdw-fullview.jpg

3kau.jpg

Ce concept remonte à l'héritage de Kautilya (Chanakya), souvent considéré comme le Machiavel oriental. Kautilya vivait à l'époque de l'invasion d'Alexandre le Grand et, impressionné par ce qu'il voyait, écrivit des recommandations au souverain Chandragupta, connues sous le nom d'Arthashastra, ou science de la politique.

Selon la logique de Kautilya, le mandala représente alors des cercles concentriques représentés par les voisins et leurs voisins. Or, pour un pays, tous les voisins sont par nature des ennemis et les voisins des voisins sont vos amis. Les idées de Kautilya sont toujours vénérées et interprétées en Inde au plus haut niveau et dans divers domaines, de l'histoire de l'hindouisme à la stratégie militaire.

En ce qui concerne la réalité, la situation est plus compliquée et plus complexe. Le fait est qu'avant la conquête du sous-continent indien, il n'y avait jamais eu de pays aussi grand et unifié. La plus grande entité avant l'arrivée des Britanniques était le sultanat de Delhi, dirigé par des dynasties turques. Leur succès est dû au fait qu'ils ne se sont pas assimilés à la population locale comme l'avaient fait leurs prédécesseurs d'Asie centrale et de l'Oural, mais qu'ils ont conservé leur identité, bien que la culture moghole ait acquis des caractéristiques spécifiques.

Les Britanniques, quant à eux, ont utilisé les contradictions entre les différents souverains pour conquérir l'ensemble du sous-continent, ce qu'ils ont réussi à faire. Ils y sont parvenus non seulement par la force militaire, mais aussi par la corruption et divers privilèges accordés à leurs vassaux. Mais comme l'ensemble de cet immense massif n'était pas uni, même sur la base de la religion, lorsque les Britanniques sont partis, deux sujets politiques - l'Inde et le Pakistan, divisés sur le principe de la religion - ont accédé à l'indépendance.

9de2018c25985787651e91fa792a536d.jpg

Les Sikhs ont le plus souffert et se sont retrouvés sur la ligne de démarcation des deux nouveaux États, demeurant respectivement dans l'État du Pendjab et la province du Pendjab. Les chrétiens se sont retrouvés dispersés dans différents endroits en fonction des circonstances historiques (il convient de rappeler que l'apôtre Thomas a prêché dans le sous-continent, de sorte que le christianisme peut également être considéré comme traditionnel dans cette région).

En 1948, la principauté de Junagadh, dont le dirigeant voulait rejoindre le Pakistan, a été conquise, et en 1961, la colonie portugaise de Goa a été annexée.

Cependant, la question de la propriété du Cachemire au niveau international n'a pas encore été résolue (le territoire est divisé en deux parties, administrées respectivement par Islamabad et New Delhi). Au Ladakh, la Chine contrôle une partie du territoire. Le Pakistan et la Chine sont deux puissances nucléaires qui coopèrent assez bien, notamment pour contenir les ambitions géopolitiques de l'Inde.

carte-naxalites.png

Outre les minorités religieuses mentionnées ci-dessus, parmi lesquelles on compte plus de 200 millions de musulmans, il y a également ce que l'on appelle la "ceinture rouge" des Naxalites, des insurgés à l'idéologie gauchiste, qui sont actifs dans un certain nombre d'États depuis des dizaines d'années.

Par conséquent, malgré la rhétorique des autorités et les aspirations stratégiques, il sera difficile de réaliser le projet de la Grande Inde dans la pratique. Il sera également difficile d'influencer l'Inde de l'extérieur si des conflits internes éclatent dans le pays.

L'exemple des actions d'Israël en Palestine a montré qu'en dépit d'une apparente solidarité musulmane, hormis les Houthis du Yémen, le Hezbollah libanais et les mandataires de l'Iran en Syrie et en Irak, personne n'a pris de mesures décisives à l'encontre d'Israël. Israël peut choisir de ne pas respecter les décisions de la Cour internationale des Nations unies. Et personne ne peut l'y contraindre puisque la Cour ne l'autorise pas à envoyer des troupes de maintien de la paix de l'ONU. Que dire de l'Inde avec son immense armée et son appareil de sécurité, qui sait très bien mener des opérations de toutes sortes ?

Mais en ce moment, en Inde, les autorités essaient de ne pas parler des problèmes, mais de mettre l'accent sur la prospérité et la voie de l'avenir. Cette année, les élections nationales auront lieu en avril-mai. Une période aussi longue s'explique par les spécificités du système électoral et du décompte des voix.

En décembre dernier, le parti de Modi a remporté les élections dans trois États indiens, montrant que le succès était toujours de son côté. Les sondages ont montré que, sur dix Indiens, sept approuvent les performances du Premier ministre, car l'Inde a connu une croissance économique significative au cours de la décennie de règne du Bharatiya Janati - les derniers chiffres font état de 7%. Il est donc tout à fait possible que Narendra Modi remporte à nouveau les élections législatives et brigue un troisième mandat, même si l'opposition s'est réunie au sein de l'alliance INDIA et espère également une victoire.

0ed28a4a9a7f5113a1bc03bd7c78fbbb.jpg

Toutefois, quelle que soit l'issue des élections, l'Inde restera un partenaire stratégique de la Russie, car une tel partenariat est au moins bénéfique pour les deux pays. C'est ce qu'a souligné l'ambassadeur indien en Russie le 26 janvier à Moscou lors de son discours à la cérémonie en l'honneur du 65ème anniversaire de la république.

Le développement du corridor Nord-Sud, la route maritime de Chennai à Vladivostok et même la participation à la route maritime du Nord - ces projets ont été mentionnés par l'ambassadeur comme des priorités stratégiques pour l'avenir proche. Sans oublier les produits pétroliers en provenance de Russie, qui contribuent également à la croissance économique de l'Inde, ainsi que d'autres domaines dans lesquels les deux pays coopèrent traditionnellement depuis de nombreuses décennies.

mercredi, 31 janvier 2024

L'absence de soft power est une erreur stratégique pour la Chine

bb9a2d2c02f1bff25900a5c716796fb4.jpg

L'absence de soft power est une erreur stratégique pour la Chine

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/la-mancanza-di-soft-power-e-un-errore-strategico-per-la-cina/

Tôt ou tard, la Chine devra se rendre compte qu'elle doit également s'engager dans le soft power. Ce qui ne peut se limiter à injecter des investissements dans les infrastructures ou à lancer de nouvelles initiatives industrielles. Tout cela est important, bien sûr. Et même fondamental. Mais pas suffisant. On l'a vu dans l'affaire de la mer Rouge, aux prises avec les tirs de missiles des Houthis en réponse à la boucherie israélienne à Gaza.

Les navires chinois ont multiplié les passages, presque certains de ne pas être touchés en tant que bateaux d'un "pays ami". En réalité, les grandes entreprises de Pékin préfèrent elles aussi contourner l'Afrique. On ne sait pas si c'est par choix sécuritaire ou pour ne pas afficher une trop grande proximité avec le Yémen. Mais cela laisse de la place aux navires chinois de plus petites compagnies.

En tout cas, un avantage pour le commerce de Pékin. Lequel, toutefois, évite soigneusement de jouer un rôle politique dans toute cette affaire. Préférant ne pas s'écarter de la voie économique. Un choix similaire à celui de l'ensemble des Brics, ou presque. Le seul pays qui a tenté d'aller plus loin - au-delà de la Russie avec sa gestion de la guerre - est l'Afrique du Sud, avec sa dénonciation des crimes de guerre israéliens.

Mais tous les autres sont restés muets. Pas seulement sur la question palestinienne. Inexistants dans le cinéma, la télévision, la musique, l'art, la littérature. Inexistants dans tout ce qui est utilisé par les États-Unis pour faire passer leur vision du monde dans les consciences partout dans le monde. Alors que les Brics, qui représentent près de la moitié de la population mondiale, sont incapables d'offrir une alternative qui ne soit pas strictement économique. Et même sur ce plan, la dépendance à l'égard de l'image imposée par le turbo-capitalisme atlantiste est embarrassante. Il n'y a pas d'événement alternatif à Davos qui ait la même résonance.

C'est une erreur stratégique, qui a aussi des conséquences économiques. Car le redressement de l'économie chinoise, par exemple, est présenté par les médias occidentaux comme une défaite de Xi Jinping et des dirigeants de Pékin. Cela déclenche la fuite des investisseurs. Mais la Chine, dépourvue de soft power, n'est pas en mesure de renverser le récit imposé par Washington. Cela vaut également pour Moscou et Brasilia. C'est un avertissement pour New Delhi, Riyad et Le Caire.

Ce n'est pas un hasard si, face à des choix indiens ou égyptiens, inconfortables pour les atlantistes, les médias occidentaux lancent une campagne médiatique contre Modi ou Al Sisi. Et, invariablement, l'Inde et l'Egypte sont incapables de réagir parce qu'elles n'ont jamais investi dans un système alternatif d'information, de projets culturels, d'initiatives capables de changer leur propre image construite par leurs adversaires.

Les relations transfrontalières et transnationales du Pakistan et le rôle de la Russie

536ee8bfaacbd5cc4f760bd9266b9a86.jpg

Les relations transfrontalières et transnationales du Pakistan et le rôle de la Russie

Marina Bakanova

Source: https://www.geopolitika.ru/article/transgranichnye-i-transnacionalnye-otnosheniya-pakistana-i-rol-rossii

Le Pakistan, l'un des grands pays nés de l'effondrement de l'Inde britannique, a hérité de relations complexes en matière de politique transfrontalière et transnationale. La situation géopolitique associée à l'ingérence anglo-saxonne dans la région n'a fait que compliquer ces relations. Par ailleurs, le Pakistan, en tant que région située à la jonction de l'Asie du Sud et de l'Asie centrale, est très important pour les intérêts politiques, économiques et culturels de la Russie.

Cette problématique n'est pratiquement pas prise en compte par la communauté scientifique russe, alors que l'actuel "demi-tour de la Russie vers l'Est" nécessite une étude approfondie. Tout d'abord, pour la mise en œuvre efficace des projets économiques pakistano-russes, l'amélioration des relations avec l'Iran et la Chine, et la résolution du problème afghan.

Bien que le Pakistan puisse actuellement se targuer d'être tout au plus un leader régional, sa position est stratégiquement importante d'un point de vue géopolitique. Dans le sens ouest-est, le Pakistan est au carrefour des routes terrestres et maritimes entre le Moyen-Orient, l'Asie du Sud et la Chine (potentiellement l'Extrême-Orient), et dans le sens nord-sud, il offre aux pays d'Asie centrale l'accès le plus proche à la mer d'Oman. Enfin, le Pakistan est un membre actif de l'OCS et de l'OCI, et un membre potentiel des BRICS.

La-Cour-supreme-pakistanaise-sonne-probablement-la-fin-du-Premier-ministre-Imran-Khan.jpg

Ces dernières années, le Pakistan a fait preuve d'une certaine capacité à faire face et à s'adapter aux défis mondiaux et aux changements géopolitiques. Mais cela est dû en grande partie à l'ancien Premier ministre Imran Khan (photo), puis aux crises politiques et économiques qui ont empêché le gouvernement intérimaire de poursuivre une politique étrangère ambitieuse. Il convient de noter que les choses pourraient changer radicalement après les élections du 8 février 2024, notamment en cas de victoire du PLM-N du clan des Sharifs, qui bénéficie d'un soutien extrêmement faible à l'heure actuelle, mais qui devrait l'emporter en éliminant son principal rival, le PTI.

Le fait même de la création du Pakistan est une véritable bombe à retardement, mise en place dès la politique britannique et assidûment alimentée par la posture du mouvement national indien pendant la Seconde Guerre mondiale.

Bien que la division de l'Inde britannique ait été déclarée sur la base de la religion, de nombreux territoires "musulmans" ont été incorporés à l'Inde en raison de la proximité territoriale, du succès des pressions exercées par les dirigeants britanniques ou des guerres éclair de l'armée indienne. En fait, l'héritage résiduel du territoire pakistanais a d'abord posé des problèmes transfrontaliers et transnationaux. Et si la frontière officielle avec l'Inde était au moins documentée (sans compter la situation distincte du Cachemire), le reste n'était pas résolu. Ainsi, au nord-ouest, la ligne Durand n'est pas reconnue par le gouvernement afghan (et absolument aucune version d'un quelconque gouvernement installé à Kaboul) et par certains nationalistes pachtounes du territoire de Khyber Pakhtunwa. La frontière avec l'Iran est critiquée par les séparatistes du Baloutchistan qui réclament la création d'un pays séparé pour eux, assemblés à partir des territoires du Baloutchistan pakistanais et iranien. Inutile de parler du Cachemire, la frontière avec l'Inde et la frontière avec la Chine sont toujours en question, et le statut du Gilgit-Baltistan, ainsi que des populations qui y vivent, n'a pas encore été déterminé.

Major_ethnic_groups_of_Pakistan_in_1980_borders_removed.jpg

1200px-Kashmir_map-es.svg.png

La politique de partenariat stratégique global de l'URSS avec l'Inde a contribué à geler le conflit du Cachemire, qui est l'une des questions clés de la politique pakistanaise contemporaine, mais n'a pas pu contribuer à le résoudre définitivement. Cela s'explique principalement par la position exclusivement pro-indienne de Moscou, qui est restée inchangée depuis 1947. En même temps, sa solution pourrait non seulement contribuer à améliorer les relations entre l'Inde et le Pakistan, mais aussi à "diluer" la présence de la Chine dans la région. D'ailleurs, la position de la Chine, qui soutient sans ambiguïté le Pakistan dans l'affaire du Cachemire, se comprend ici aussi : tout transfert des territoires du Cachemire (et du Gilgit-Baltistan par la même occasion) entraînera un arrêt complet des projets chinois d'accès à la mer d'Oman, à l'Afghanistan et à l'Iran, ce qui est tout à fait dans les "mains" de l'Inde, qui cherche à évincer Pékin de "sa" région.

La guerre d'Afghanistan et la méthode du contingent soviétique consistant à "faire pression" sur les Afghans au Pakistan ont provoqué une crise humanitaire dans le pays, qui n'a pas été résolue à ce jour et qui intensifie la confrontation entre Islamabad et Kaboul, étant l'une des questions clés de la politique interethnique. La politique d'expulsion des Afghans, appliquée activement depuis novembre 2023, est une conséquence directe à la fois de la guerre afghane et de la réduction des programmes humanitaires de l'ONU sur fond de crise économique au Pakistan. Il convient de noter que dans le cadre des relations soviéto-afghanes amicales, la reconnaissance de la ligne Durand en tant que frontière officielle entre les deux pays pouvait être favorisée, mais qu'elle est aujourd'hui sérieusement entravée. La situation est vraiment compliquée. En effet, l'Afghanistan moderne se positionne comme un État pachtoune, et ce malgré le fait que la plupart des Pachtounes vivent sur le territoire du Pakistan (et d'ailleurs, à l'exception de quelques personnalités politiques, ne cherchent pas à vivre en Afghanistan), et que sur le territoire même de l'Afghanistan vivent de grands peuples d'Asie centrale, dont les représentants sont généralement plus nombreux que les Pachtounes.

Distribution_of_Pakistanis_speaking_Balochi_or_Brahui_as_a_first_language_in_1998.png

640px-Belutschische_Sprache_Balochi_language.png

La question du Baloutchistan complique considérablement les relations avec l'Iran. En effet, les autorités d'Islamabad et de Téhéran partagent le même point de vue : le Baloutchistan indépendant n'a pas le droit d'exister et, dans une certaine mesure, c'est historiquement justifié, puisqu'il n'y a jamais eu d'État baloutche unifié, mais seulement plusieurs principautés disparates.

Cependant, l'opposition séparatiste du Baloutchistan a trouvé un bon soutien, à la fois moral et monétaire, auprès de l'Occident global, ce qui aboutit tôt ou tard à la création de groupes terroristes.

Cette situation, entre autres problèmes, ralentit considérablement le développement des relations entre le Pakistan et l'Iran, en particulier les relations commerciales. Il convient de noter que l'opposition du Baloutchistan, à son tour, entrave activement le développement du nationalisme au Baloutchistan, empêchant le développement de minorités nationales sur le territoire contrôlé, telles que les Brahui, les Pachtounes, les Harareis et les Siddis. Ce sont les actes terroristes au Baloutchistan qui créent des problèmes à la Chine dans son initiative "Belt and Road" avec l'accès à Gwadar.

Cela dit, il convient de noter que, d'une manière ou d'une autre, toutes les affaires transfrontalières pakistanaises fondées sur des questions transnationales sont des héritages de la colonisation britannique et de la politique du grand jeu de la fin du 19ème siècle. Compte tenu des relations actuelles entre le Sud global et la Russie, le Pakistan est en fait entouré d'États amis ou loyaux envers Moscou, et l'influence russe (non unilatérale bien sûr et pas uniquement en sa faveur) pourrait contribuer à leur résolution, ainsi qu'à la réduction du degré de tension dans la région. Toutefois, des difficultés se posent également à cet égard. Le fait est que la stratégie de sécurité nationale du Pakistan, adoptée en janvier 2022 (sous le régime du PTI et, par conséquent, considérablement déformée et violée par l'intérim), mentionne la Russie et le cadre de coopération avec elle: "Le Pakistan cherche à redéfinir son partenariat avec la Russie dans les domaines de l'énergie, de la coopération en matière de défense et de l'investissement. Les relations ont déjà pris un élan positif et le Pakistan continuera à s'efforcer de maximiser les avantages mutuels. La Russie, les pays d'Asie centrale et le Pakistan sont également des partenaires importants dans la réalisation de nos objectifs communs de paix et de stabilité en Afghanistan". Dans le même temps, le concept de politique étrangère russe de 2023 ne mentionne pas le Pakistan séparément en principe.

L'aide de la Russie au Pakistan pour résoudre les problèmes transfrontaliers et transnationaux pourrait faciliter considérablement les relations de Moscou avec les pays d'Asie du Sud dans leur ensemble, et contribuer à la construction d'un modèle efficace de monde multipolaire, mais pour l'instant, cela ne vaut probablement pas la peine d'espérer.

lundi, 29 janvier 2024

Les élections indonésiennes seront un tournant pour la géopolitique asiatique

6b8dc33593b2f77111c1c3bf08853691.jpg

Les élections indonésiennes seront un tournant pour la géopolitique asiatique

Lucas Leiroz

Source: https://www.geopolitika.ru/pt-br/article/eleicoes-na-indonesia-serao-um-momento-decisivo-para-geopolitica-asiatica

Le mois prochain, les citoyens indonésiens voteront pour choisir leur nouveau président.

Étant donné que l'Indonésie est un État clé dans ce que l'on appelle le "Sud global", qu'elle est le plus grand pays islamique du monde et qu'elle espère devenir la sixième économie mondiale dans les années à venir, les élections seront sans aucun doute importantes pour l'avenir de la scène géopolitique mondiale.

Prabowo_and_Indonesian_Pencak_Silat_Association_cropped.jpg

chaabaswprofile.jpg

La course à la présidence se concentre sur deux candidats. D'une part, Prabowo Subianto (photo, haut), actuel ministre de la défense, qui prône une politique étrangère équilibrée, faisant de l'Indonésie une sorte de "pont" entre l'Occident et les puissances multipolaires. D'autre part, Anies Baswedan (photo, bas), ancien gouverneur de Jakarta, soutenu par les États-Unis, qui promet d'aligner son pays sur l'Occident.

Subianto est l'un des protagonistes de la stratégie actuelle de l'Indonésie, qui consiste à rechercher une ligne neutre au milieu des tensions mondiales. À titre d'exemple, l'Indonésie a récemment participé à des exercices militaires conjoints avec les États-Unis, tout en renforçant ses liens économiques avec la Chine, après avoir signé un important accord de coopération l'année dernière. En outre, une autre caractéristique intéressante de l'état d'esprit géopolitique de l'Indonésie est sa quête de prééminence régionale, comme en témoigne le fait que le pays a récemment dirigé les premiers exercices militaires de l'ANASE.

Baswedan, cependant, a une histoire personnelle de liens avec les États-Unis et semble vouloir aider le pays à devenir un proche allié de l'Occident. Le candidat affirme que son intention est de mettre en œuvre une "politique étrangère fondée sur les valeurs", alignant l'Indonésie sur le projet libéral-mondialiste occidental - ce qui ne manquera pas de créer un certain nombre de problèmes au niveau régional, notamment avec la Chine.

1d73731_1644021033716-web1524merdechine-indonesie2.png

L'Indonésie et la Chine ont des rivalités et des différends territoriaux. Dans sa dernière carte officielle, le gouvernement chinois a inclus des zones maritimes revendiquées par l'Indonésie, telles que les îles Natuna, qui se trouvent dans la mer de Chine méridionale. Malgré ces divergences, les deux pays entretiennent une coopération économique bénéfique, Pékin investissant des dizaines de milliards de dollars dans des entreprises indonésiennes. Cette situation est le résultat direct des orientations souveraines et non alignées du gouvernement actuel - que Subianto promet de préserver, tandis que Baswedan promet de les inverser.

Comme chacun sait, le monde connaît actuellement des tensions croissantes, les États-Unis perdant progressivement leur influence mondiale dans un processus accéléré de multipolarisation géopolitique. Dans ce contexte, Washington cherche à gagner autant d'alliés que possible pour compenser les pertes constantes résultant de la décision de plusieurs pays de quitter la sphère d'influence américaine. En ce qui concerne la région asiatique en particulier, l'intérêt des États-Unis à obtenir le soutien d'un plus grand nombre de pays est encore plus grand, car la Chine est considérée comme un ennemi, et c'est pourquoi les États-Unis ont besoin de partenaires locaux pour affronter Pékin.

Baswedan a l'intention d'exploiter les rivalités de son pays avec la Chine pour justifier un virage pro-américain en matière de politique étrangère et faire de l'Indonésie un représentant de l'Occident en Asie. Il est très probable que, s'il gagne, Baswedan rapprochera son pays des alliances militaires anti-chinoises dirigées par les États-Unis en Asie, telles que QUAD et AUKUS, renforçant ainsi les hostilités contre Pékin. En outre, compte tenu du rôle important de l'Indonésie au sein de l'ANASE et de sa grande influence économique régionale, ce virage pro-occidental pourrait également signifier une tendance générale dans cette région d'Asie, amenant d'autres pays du bloc à adopter une position anti-chinoise.

Cette volonté de faire de son pays un représentant des intérêts américains explique pourquoi Baswedan bénéficie actuellement d'un soutien massif de Washington, notamment dans le cadre de la guerre de l'information. La machine de propagande occidentale répand des rumeurs sur le candidat de l'opposition, utilisant des éléments de son passé, comme son implication dans la dictature de Suharto, comme arguments pour dire que son accession au pouvoir serait une "menace pour la démocratie indonésienne".

Ces récits sont diffusés par les États-Unis parce que la victoire de Subianto semble très plausible. Le candidat est clairement le préféré du peuple indonésien et le favori des sondages électoraux, ce qui explique pourquoi les États-Unis intensifient leur guerre de l'information. L'objectif est de convaincre le plus grand nombre possible de citoyens indonésiens de voter pour Baswedan, en essayant ainsi d'inverser les chiffres actuellement indiqués dans les sondages.

Il est peu probable que la victoire soit définitive le 14 février, et il est possible que les deux candidats s'affrontent lors d'un second tour en juin. Jusqu'à ce que les résultats soient connus, l'Indonésie devra faire l'objet d'une grande attention, car ce pays est extrêmement important pour l'Asie et le monde islamique.

Il est certain que les efforts américains pour élire Baswedan vont s'intensifier dans les semaines à venir. Compte tenu de l'importance géopolitique que revêt la question, il est même possible que la position occidentale à l'égard de l'Indonésie devienne plus agressive si le résultat escompté n'est pas atteint par la voie électorale - avec la possibilité de tentatives de changement de régime et de révolution de couleur en cas de victoire de Subianto.

Vous pouvez suivre Lucas Leiroz sur : https://t.me/lucasleiroz et https://twitter.com/leiroz_lucas

vendredi, 26 janvier 2024

Le joker taïwanais

360_F_382860056_h1RIug3uk5tZKCYOYKWCZqlwc2I4fY4C.jpg

Le joker taïwanais

Konstantin Batanov

Source: https://www.geopolitika.ru/article/tayvanskiy-dzhoker

Le 13 janvier 2024, de 8h00 à 16h00, Taïwan a organisé l'élection du chef de l'exécutif taïwanais. Trois candidats étaient en lice : Lai Qingde (Parti démocrate progressiste), Hou Yu-ih (Kuomintang) et Ke Wenzhe (Parti populaire de Taïwan). Lai Qingde, dont le parti est favorable à l'indépendance de Taïwan, l'a emporté.

Certains experts estiment qu'en conséquence, Taïwan commencera à s'éloigner de la Chine et de la Russie et à se rapprocher des États-Unis et de leurs alliés, ce qui compliquera l'environnement international.

Toutefois, le Parti démocrate progressiste a déjà remporté de nombreuses élections et est actuellement le parti au pouvoir sur l'île, après avoir remporté les élections précédentes en 2020, ce qui n'a finalement pas eu de conséquences graves. Lai lui-même a déclaré au cours de la campagne électorale qu'il avait l'intention de poursuivre l'indépendance de Taïwan, il est plus radical que l'actuelle dirigeante Tsai Ing-wen.

En ce qui concerne les candidats perdants, on peut dire ce qui suit.

80b8c912-1b40-46d0-bfd0-61c943755147_7aa5dec5.jpg

Le candidat du Kuomintang Hou Yu-ih (photo) est contre l'indépendance de l'île et pour la normalisation des relations avec Pékin, mais selon les termes du Kuomintang, en réalité il s'avère qu'il est soi-disant contre l'indépendance de Taïwan, mais en réalité il ne peut pas aller vers l'unification, parce qu'il s'oppose au Parti communiste chinois. C'est la position traditionnelle de ce parti, qui se considère comme le parti national de la Chine avec des origines patriotiques. Hou Yu-ih a toujours souligné l'importance de soutenir la paix et la stabilité des deux côtés du détroit de Taiwan et a préconisé la promotion du dialogue et de la coopération avec la Chine, estimant que cela est nécessaire à la prospérité et au développement de Taiwan.

-kwj1.jpg

Le candidat du Parti populaire de Taïwan, Ke Wen-jae (photo), soutient le maintien des relations actuelles avec la Chine pour préserver la paix, c'est-à-dire qu'il s'inscrit essentiellement dans la continuité de l'orientation actuelle des autorités taïwanaises : ne pas se rapprocher de la Chine, mais aussi ne pas obliger la Chine à recourir à la force.

Les experts chinois considèrent que les deux premiers hommes politiques sont pro-américains et Ke Wen-jea pro-japonais, et estiment qu'en fait, quel que soit l'élu, il n'y aura pas d'amélioration significative de la situation dans les relations de l'île avec la Chine.

L'élection attire l'attention du monde entier parce qu'elle n'est pas seulement une lutte entre les forces politiques intérieures de Taïwan, mais aussi un reflet des tensions entre la Chine et les États-Unis.

Les Taïwanais eux-mêmes sont divisés en plusieurs camps, certains pensent que Taïwan doit éviter les actions radicales afin de préserver la paix, d'autres sont en faveur de l'indépendance, comptant sur la protection et le soutien des pays occidentaux, et d'autres encore sont enclins, sinon à l'unification avec la Chine, du moins à l'intégration avec elle.

Les autorités chinoises entendent poursuivre la réunification en appliquant le système "un pays, deux systèmes" testé lors de la restitution de Hong Kong à la Chine en 1997 et de Macao en 1999. Taïwan devrait être intégrée à la Chine mais jouir d'un large degré d'autonomie. L'adhésion de Taïwan par la force serait désavantageuse pour la Chine, car les parties subiraient de graves dommages économiques.

china-taiwan-konflikt-halbleiter-weltkarte-e21e17c3f0282799.png

Taïwan est un leader sur le marché mondial de la fabrication de semi-conducteurs. Comme le souligne Bloomberg, une guerre dans le détroit de Taïwan pourrait entraîner une perte économique de 10.000 milliards de dollars pour le monde, soit l'équivalent de 10% du PIB mondial actuel.

La Chine est très intégrée dans l'économie mondiale, ce qui entraînerait des dommages considérables. C'est pourquoi les dirigeants chinois tentent de réaliser l'unification par des méthodes pacifiques.

L'accent est mis ici sur l'utilisation de la puissance douce et du pragmatisme traditionnel chinois. Cela se traduit par le fait que les Taïwanais peuvent visiter la Chine, y travailler et y faire des affaires, bénéficier de la politique sociale nationale (qui ne peut être utilisée par les étrangers qui n'ont pas la citoyenneté de la République populaire de Chine), et que les entreprises à capitaux taïwanais opérant sur le continent peuvent bénéficier d'avantages fiscaux et autres.

Dans le cadre du 13ème plan quinquennal, une ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Pékin à Taipei est incluse dans le programme de construction d'un réseau national de lignes ferroviaires à grande vitesse. Il devrait être mis en service en 2035.

Le 8 janvier, le ministère chinois du commerce, le bureau des affaires taïwanaises, le comité de réforme et de développement et le ministère de l'industrie et des technologies de l'information ont approuvé une série de mesures visant à renforcer la coopération commerciale et économique entre la province de Fujian et Taïwan afin d'approfondir l'intégration économique dans le détroit de Taïwan. Il s'agit manifestement de démontrer aux électeurs taïwanais les avantages d'établir des relations avec la "grande mère patrie".

En mars 2005, la Chine a adopté la loi anti-séparatisme, qui stipule que la déclaration d'indépendance de Taïwan pourrait bien devenir un prétexte à la guerre. Par conséquent, une action décisive de la part des nouveaux dirigeants taïwanais pourrait provoquer un conflit militaire: si Lai déclarait que Taïwan était désormais un État indépendant, il ne laisserait à Xi Jinping d'autre choix que de recourir à la force.

Les autorités chinoises se sont donc préparées non seulement auprès des Taïwanais, mais aussi sur la scène internationale.

Les 8 et 9 janvier s'est tenue la 17ème réunion de travail entre les départements de la défense américain et chinois, au cours de laquelle la partie chinoise a souligné qu'"il n'y aura jamais le moindre compromis ou concession sur la question de Taïwan". Les États-Unis sont tenus de respecter le principe d'une seule Chine, de remplir effectivement leurs obligations, de cesser d'armer Taïwan et de s'opposer à l'"indépendance" de Taïwan.

np_file_212507.jpeg

Auparavant, le 7 janvier, le ministère chinois des affaires étrangères avait annoncé des sanctions à l'encontre de cinq entreprises du complexe militaro-industriel américain ayant fourni des armes à Taïwan. Le 9 janvier, un porte-parole américain a déclaré que les États-Unis "demandent instamment à Pékin de cesser d'exercer des pressions militaires, diplomatiques et économiques sur Taïwan".

La stratégie américaine consiste à maintenir le statu quo sur la question de Taïwan et à armer progressivement Taïwan afin d'envenimer périodiquement la situation dans le détroit de Taïwan, de causer des ennuis à la Chine en la "contenant" et d'effrayer ses voisins dans la région. À cette fin, les États-Unis ont récemment fourni une aide militaire de 500 millions de dollars à la partie taïwanaise.

Mais, d'un autre côté, dans la situation internationale actuelle, alors que leurs forces considérables sont attirées par Israël et l'Ukraine, les Américains ne tireront aucun profit d'un conflit militaire entre la Chine et Taïwan, car il nécessitera leur intervention directe, des dépenses financières considérables, et il n'est pas certain que les États-Unis sortent victorieux de ce conflit. Au contraire, il pourrait conduire à une résolution définitive de la question taïwanaise en faveur de la Chine.

Certains analystes politiques taïwanais établissent des liens entre Lai Qingde, Zelensky et Netanyahu, les qualifiant de "dangereux amis des États-Unis", ce qui implique que leur comportement pourrait créer des problèmes pour les Américains et mettre les États-Unis dans une position difficile.

C'est pourquoi les hauts fonctionnaires de la Maison Blanche soulignent régulièrement que les États-Unis s'opposent à l'"indépendance de Taïwan" et soutiennent le principe d'"une seule Chine", empêchant ainsi les dirigeants taïwanais de prendre confiance dans le soutien inconditionnel des États-Unis.

Dans le même temps, une unification pacifique de Taïwan et de la Chine serait également désavantageuse pour les États-Unis, car elle renforcerait la position géopolitique de la Chine, lui fournirait des avantages technologiques et réduirait la capacité des Américains à influencer les dirigeants chinois.

À cet égard, les États-Unis prennent des mesures pour "réchauffer" Taïwan. Ainsi, 73 sénateurs et représentants du Congrès américain ont récemment adopté une "résolution pro-Taïwan", promettant d'utiliser toutes les méthodes efficaces pour soutenir la "liberté" du peuple taïwanais. Et à la veille des élections taïwanaises, les États-Unis ont envoyé 148 millions de litres de carburant diesel aux bases militaires des Philippines afin d'utiliser les Philippines comme tremplin pour une intervention armée dans le détroit de Taïwan à tout moment.

Sur la base de ce qui précède, nous pouvons conclure que les États-Unis et la Chine sont confrontés à des tâches géopolitiques complexes : ils doivent éviter les conflits militaires pour atteindre leurs objectifs, qui non seulement ne coïncident pas, mais sont même opposés.

La situation est aggravée par l'imprévisibilité de Lai Qingde. Il est évident que les Américains devront le retenir périodiquement pour l'empêcher de faire des provocations trop graves à l'égard de la Chine.

1024x768_707939780956.jpg

Le 20 mai, Lai Qingde (photo) sera intronisé, après quoi nous pouvons nous attendre à des actions concrètes de sa part, qui détermineront l'évolution future de la situation. Si Lai ne donne pas de prétexte pour lancer une action militaire, nous pouvons nous attendre à ce que les dirigeants chinois continuent à travailler pour gagner la confiance du peuple taïwanais et changer ses préférences politiques. Si Lai Qingde commet un acte irréfléchi, il existe un réel danger de conflit militaire qui affectera non seulement l'Asie du Sud-Est, mais aussi le monde dans son ensemble - l'économie mondiale sera confrontée à un certain nombre de changements fondamentaux qui affecteront presque toutes les sphères d'activité.

Élections au Pakistan: la main de Londres se tend vers le bouton nucléaire islamique

fcbe710467e195be58f3c8abea0bf368.jpg

Élections au Pakistan: la main de Londres se tend vers le bouton nucléaire islamique

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/vybory-v-pakistane-ruka-londona-tyanetsya-k-islamskoy-yadernoy-knopke

Le 8 février, des élections législatives se tiendront au Pakistan, pays officiellement membre du "club nucléaire". Ces élections se dérouleront dans le contexte d'une longue crise politique résultant de la destitution du Premier ministre pakistanais Imran Khan et de son arrestation pour des motifs douteux au printemps 2023, alors que l'ancien Premier ministre Nawaz Sharif, déjà condamné pour corruption, est rentré de Londres et a repris la tête du parti de la Ligue musulmane-N.

10230421ce35da5.jpg

La lettre "N" correspond au nom de Nawaz Sharif, car le parti s'est scindé en deux factions dans les années 90 et les noms de leurs dirigeants ont été utilisés pour les distinguer. Si l'on en juge par le fait que les militaires ont permis à Sharif de rentrer au pays et que le tribunal l'a acquitté des accusations portées contre lui et l'a autorisé à se présenter aux élections, un accord sur sa future carrière politique a été conclu.

Mais la Ligue musulmane-N a perdu sa popularité d'antan. Des problèmes se posent au sein de l'organisation et la promotion par Sharif de ses proches à des postes gouvernementaux fait l'objet de critiques de la part de l'opinion publique. Néanmoins, l'establishment espère que Nawaz Sharif sera le prochain chef de gouvernement.

Qui est choisi et qui participe

Outre les membres de l'Assemblée nationale et du Sénat (le pays dispose d'un parlement bicaméral), des représentants seront élus dans les assemblées législatives des quatre provinces qui constituent le Pakistan fédéral.

L'Assemblée compte 336 sièges, dont la majorité (266 députés) représente les sujets de la Fédération: Punjab (141 députés), Sindh (61), Khyber Pakhtunkhwa (45), Baloutchistan (16) et, séparément, la région de la capitale, Islamabad (3). Dix autres sièges sont répartis entre les minorités religieuses (chrétiens, hindous, sikhs, bouddhistes et païens) et 60 sont des quotas pour les femmes.

440px-Pakistan_(-claims),_administrative_divisions_-_de_-_colored_2018.svg.png

Le Pendjab étant considéré comme la province la plus importante en raison de sa forte population, il fait déjà l'objet de tractations entre les partis, et le clan Sharif espère au moins s'emparer de l'assemblée provinciale.

L'intrigue électorale ne s'arrête pas au retour de Nawaz Sharif.

Politiquement, le Pakistan est un mélange tumultueux de néo-féodalisme, de structures claniques, de solidarité ethnique et de diverses tendances musulmanes (de l'islamisme radical au soufisme traditionnel). Tous ces éléments se fondent dans les partis politiques d'une manière particulière. Lors des élections de 2018, les représentants de 12 partis et de 13 indépendants, sur une liste d'environ 40 partis, ont accédé à l'Assemblée.

Au Baloutchistan, le Parti du peuple du clan familial Bhutto-Zardari est traditionnellement représenté. Le Pendjab est dirigé par la famille Sharif et sa Ligue musulmane-N (dont le siège se trouve à Lahore, la capitale culturelle du pays).

Dans le Khyber Pakhtunkhwa, le Mouvement pour la justice d'Imran Khan est récemment devenu populaire (le facteur ethnique pachtoune y joue un rôle important), mais le Parti national Awami y est également actif. L'organisation radicale Jamaat-i Islami (dont les activités sont interdites dans la Fédération de Russie) occupe également une position forte, car de nombreux partisans des mêmes idées vivent au Waziristan.

"La Ligue musulmane K tente de gagner quelques sièges au Pendjab. Il y a un certain nombre de petits partis qui peuvent avoir des positions fortes au niveau provincial mais qui perdent du terrain face aux poids lourds au niveau national.

Derrière tout cela se trouve l'establishment, qui décide qui soutenir et qui ostraciser. Les gardiens de l'État sont traditionnellement les militaires. L'Occident fait pression sur eux pour qu'ils démocratisent le système politique. Les militaires font semblant de faire des concessions et de mettre en œuvre des réformes démocratiques.

thumbs_b_c_45852cf61cc7a2fcc019ab9768fdccd5.jpg

Persécution de l'ancien premier ministre et de son parti

Étant donné que le Mouvement pour la justice de l'ancien premier ministre Imran Khan, qui a été arrêté, est activement mis hors jeu de diverses manières, depuis les arrestations jusqu'aux injonctions des tribunaux, il existe deux options pour la situation générale.

Dans le premier scénario, certains politiciens de l'équipe de Khan auront accès au processus électoral pour se défouler et montrer un semblant de résultats objectifs. Tout dépendra ensuite de l'acceptation d'un tel compromis par les représentants du mouvement.

La seconde option est de réduire au maximum le champ de leur participation afin de marginaliser les partisans de Khan dans tout le pays. Dans ce cas, il existe un risque de désobéissance sociale et d'émeutes, si ce n'est pas à Islamabad même, mais ailleurs, notamment à Peshawar.

L'électorat de base du Mouvement pour la justice est la jeunesse active, qui est pratiquement exclue des ascenseurs sociaux et qui critique l'establishment et la possible réélection de Nawaz Sharif. Imran Khan étant connu pour sa lutte acharnée contre la corruption, la répression contre son parti est perçue comme un retour à la dictature militaire avec une façade de vieux clans déjà connus pour de nombreux scandales.

Plus tôt, un tribunal a interdit l'utilisation du symbole du Mouvement pour la justice qui a la forme d'une chauve-souris. Pour cette raison, les candidats du mouvement ont demandé à se présenter en tant qu'indépendants avec leurs propres symboles.

Dans ces circonstances, la direction du parti tente d'obtenir de ses membres la discipline et la coordination nécessaires, tandis que l'establishment mise sur l'atomisation du parti et le suivi de chaque ancien candidat pour finalement discréditer et détruire le "Mouvement" de Khan.

159235.jpeg

Depuis sa prison, Imran Khan promet à ses adversaires de l'establishment et des partis politiques un "bon choc" le jour du scrutin. En général, il considère que ce qui lui est arrivé, à lui et à son parti, n'est rien d'autre qu'un "plan londonien". Il considère que toutes les actions de la Commission électorale du Pakistan, de la police et de l'Agence fédérale d'investigation depuis son arrestation font partie d'une conspiration contre lui et son parti.

"Les gens sont kidnappés et torturés et s'ils n'obtempèrent pas, ils finissent aux soins intensifs", a-t-il récemment déclaré. Imran Khan avait déjà accusé les États-Unis d'être à l'origine de son éviction, car il avait reçu des menaces par l'intermédiaire de l'ambassadeur du Pakistan dans ce pays.

Il convient de rappeler qu'Imran Khan était en visite officielle à Moscou le jour du début de l'opération spéciale en Ukraine, le 24 février 2022. Il n'a pas annulé les réunions et n'a pas condamné les actions de la Russie, même à son retour au Pakistan, bien que les ambassadeurs des pays occidentaux aient exigé qu'il le fasse.

Bushra Bibi, l'épouse d'Imran Khan, est elle aussi en disgrâce et son ex-mari l'a poursuivie en justice pour avoir prétendument violé les normes de la charia relatives à la période précédant le remariage. Par ailleurs, même l'ancien ministre de l'intérieur Sheikh Rashid a été arrêté le 16 janvier dans l'affaire des pogroms qui ont éclaté pour protester contre l'arrestation d'Imran Khan.

Facteurs externes

La campagne électorale n'a pu qu'être affectée par l'attaque de missiles iraniens sur le quartier général présumé des terroristes au Baloutchistan le 17 janvier. Deux enfants ont été tués et plusieurs autres blessés, selon la partie pakistanaise. Islamabad a rappelé son ambassadeur d'Iran et a ensuite apporté une réponse symétrique.

Balochistan-Iran-Pakistan.jpg

La subtilité, cependant, est que les séparatistes baloutches constituent une menace à la fois pour le Pakistan et pour l'Iran, où ils figurent sur la liste des organisations terroristes. On sait qu'ils bénéficient du soutien de l'Occident et que le mouvement Jandallah a été supervisé par la CIA. Il pourrait s'agir d'un exemple parfait de forces extérieures provoquant un conflit entre deux pays.

D'autres problèmes se posent également au Pakistan

Il s'agit tout d'abord de l'activité des talibans pakistanais (organisation dont les activités sont interdites en Russie), qui sont une "branche" du mouvement afghan. Le Pakistan tente de faire pression sur les talibans afghans (organisation interdite en Russie) pour qu'ils prennent des mesures significatives contre leur branche pakistanaise. En octobre dernier, le Pakistan a décidé d'expulser tous les Afghans qui n'ont pas de papiers en règle. Ils sont deux millions dans le pays et plusieurs centaines de milliers ont déjà quitté le pays.

Le Pakistan connaît également de graves problèmes d'inflation et de dette extérieure.

Le FMI a accordé un nouveau prêt pour rembourser la dette, mais a exigé une réduction des aides sociales et des réformes structurelles. Cela a entraîné une hausse des prix du gaz et de l'électricité. La population s'est considérablement appauvrie en 2023, ce qui a contribué aux tensions sociales.

Il convient de noter que le Pakistan figure sur la liste des pays amis de la Russie.

Bien qu'aucune intensification particulière des relations économiques, politiques et scientifico-culturelles n'ait été observée ces dernières années. La Russie est présente au Pakistan principalement dans l'industrie du gaz et la métallurgie (une usine à Karachi, construite pendant l'ère soviétique).

pak-china-railway-CPEC.jpg

Les principaux projets d'infrastructures et de technologies de l'information sont depuis longtemps supervisés par la Chine, qui est le principal bailleur de fonds du pays. Le corridor économique Chine-Pakistan, avec le port en eau profonde de Gwadar, est un projet clé de l'initiative chinoise "Belt and Road". La Chine apporte également son aide par le biais de divers prêts et produits. Et pour le Pakistan, cette coopération est également importante en raison de la nécessité de contenir l'Inde, avec laquelle il a un différend territorial au sujet du Cachemire.

Par ailleurs, si Nawaz Sharif devient premier ministre, il est peu probable que les relations avec la Russie s'en ressentent.

Il était en Russie pour le sommet de l'OCS et des BRICS à Ufa en 2015, lorsque le Pakistan a été admis au sein de l'OCS. Par ailleurs, quel que soit le candidat au pouvoir, la Chine conservera également sa position. Il est probable que les intérêts des principaux partenaires du Pakistan, la Turquie et l'Arabie saoudite, n'en souffriront pas non plus.

Mais la question se pose de savoir si les relations avec l'Occident continueront à se refroidir, comme c'était le cas sous la présidence d'Imran Khan. Nawaz Sharif est connu pour ses liens avec les Britanniques, et il est peu probable que Londres rate l'occasion d'exercer son influence par l'intermédiaire de son homme.

vendredi, 19 janvier 2024

Le saut technologique en Chine et la lutte des classes en Allemagne

2f22761a-c961-4a5f-b5aa-7a222d53debe_1980ed2b.jpg

Le saut technologique en Chine et la lutte des classes en Allemagne

par Pasquale Cicalese

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/27227-pasquale-cicalese-il-salto-tecnologico-in-cina-e-la-lotta-di-classe-in-germania.html

Aujourd'hui, à la une de Il sole 24 ore, on apprend que la Chine est devenue le premier producteur mondial de voitures (30 millions), dépassant même le Japon en termes d'exportations (4,9 millions contre 4,3).

De plus, les voitures chinoises ont remplacé les voitures occidentales sur le marché russe.

Cette évolution vient compléter un processus d'industrialisation de haute qualité qui a débuté avec la loi sur le travail de 2008 (plus-value relative), que j'analyse dans Piano contro Mercato (Plan versus Marché).

46bec786b6ccicalese2611900d2e.jpg

Hier, le China Daily a annoncé que le Conseil d'État, afin d'aider les entreprises publiques et privées dans la tempête du marché mondial, caractérisée par des guerres, des fermetures et des boycotts, allait unifier et simplifier toutes les réglementations concernant le monde des affaires afin d'unir le marché mondial et le marché intérieur: ceux qui ont des problèmes sur le marché mondial seront aidés à trouver des débouchés sur le marché intérieur, la même chose en sens inverse. Le tout sous la bannière, selon le China Daily, de la "haute qualité".

Le saut technologique schumpétérien est en cours et la contribution du capital industriel, en tant que source de valeur, s'accroît.

Ne vous alarmez pas des baisses des taux d'investissement (ils en ont fait beaucoup trop au cours des dernières décennies) ou du marché immobilier (le PBOC travaille depuis des mois à résoudre ce problème). La Chine se préoccupe désormais du bien-être de sa population, à commencer par les personnes âgées et les enfants. Les soins médicaux seront étendus (nous attendons toujours la réforme des soins de santé sur notre modèle de 1978), l'éducation de plus en plus améliorée.

motor1-numbers-chinese-brands-abroad.jpg

Maintenant, permettez-moi de m'exprimer sans détours: cela me fait rire que la Commission européenne confie à Draghi les leviers de la compétitivité de l'industrie européenne. Ce n'est plus de mise. Peut-être qu'en Allemagne on s'en rend compte, d'où les luttes de classes, et à l'avenir il pourrait y avoir un tournant vers la plus-value relative (ils l'ont, ne serait-ce que l'excédent de la balance courante, grâce à un euro faible, de ces décennies). Pas en Italie, où la "croissance", "glorifiée" par rapport à d'autres partenaires européens, n'est dictée en 2023 que par le "tourisme", une dépense quotidienne de 35 euros par jour. La misère de la classe dirigeante italienne, servante des Anglo-Saxons, des Israéliens et de la Commission, est révélée dans la page d'aujourd'hui de Il sole 24 ore. L'ILVA est en train de couler, la production industrielle est en baisse depuis octobre et l'affrontement en mer Rouge est encore loin d'avoir exporté ses effets. Et si l'on ajoute les taux d'intérêt élevés et la réduction des dépenses publiques pour se conformer à Maastricht, le tableau est complet. Messieurs, la marchandise n'a pas disparu, elle reste bien présente en Asie. Messieurs, la classe ouvrière n'a pas disparu, elle est bien présente en Asie.

jeudi, 18 janvier 2024

Taïwan: Ombres chinoises

istockphoto-1330685466-612x612.jpg

Taïwan: Ombres chinoises

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/ombre-cinesi/#google_vignette

Élections à Taïwan. Qui, officiellement, porte toujours le nom de République de Chine. Parce que c'est là que se sont retranchés les derniers partisans du Kuomintang, dirigé par Chang Kai-shek après la défaite subie par les communistes dirigés par Mao Dze Dong. Retour en 1949.

Les nationalistes du KMT - comme on les appelle de manière trop simpliste dans nos médias - se sont toujours réclamés de la Chine. Et aspirent, au moins en paroles, à reprendre le pouvoir à Pékin et dans tout l'Empire du Milieu.

Une précision nécessaire, puisque nos médias ont tendance à les présenter comme "pro-chinois". C'est-à-dire soumis aux intérêts de Pékin. Alors qu'historiquement, ils sont les ennemis des "communistes" au pouvoir dans la Cité interdite.

Mais le KMT est chinois. Et il considère que Taïwan fait partie de la Chine. Alors que le "Parti démocratique progressiste", aujourd'hui au pouvoir à Taipei, tend à marquer une autre identité taïwanaise. Sans aucun rapport avec l'orbe chinois.

Ce parti est une création récente. Créé, on peut dire "in vitro", en 1986. Et définitivement influencé par les modèles politiques et culturels occidentaux. Ou, plus précisément, américains. À tel point qu'une bonne partie de sa classe dirigeante a été formée aux États-Unis. En particulier, le président nouvellement élu - qui avait déjà été vice-président et, avant cela, chef du gouvernement - est un néphrologue formé à Harvard. Son nom chinois serait Lai Ching-te, mais il préfère être appelé William Lai (photo). Voilà qui en dit long.

cover-r4x3w1200-65a540271328a-sipa-ap22843612-000129.jpg

Le PPD représente une forme de nationalisme différente, voire antithétique, de celle du KMT. Un nationalisme taïwanais. Construit, cependant, dans l'abstrait.

En fait, sur les 28 millions d'habitants de l'île, seuls moins de 2% appartiennent à ce que l'on appelle les Gaoshan, les aborigènes taïwanais d'avant la sinisation, avec leurs propres langues, leurs origines malaises et leurs traditions. Le reste est chinois et la langue officielle est le mandarin. En outre, le KMT s'est toujours efforcé de faire de Taïwan le sanctuaire de la plus pure tradition chinoise, revendiquant la continuité avec la tradition impériale. Et la souveraineté sur toute la Chine continentale et la Mongolie.

Une position inconfortable pour Washington. Qui, depuis la normalisation des relations avec Pékin en 1979, s'est progressivement employé à faire de Taïwan une entité différente de la Chine communiste. Un bastion du modèle démocratique libéral occidental. C'est ainsi que les nouvelles générations taïwanaises ont commencé à nourrir le sentiment d'une identité nationale complètement différente de celle de la Chine.

Un processus qui, bien que plus long, ressemble beaucoup à celui mis en œuvre pour fomenter une identité nationale ukrainienne séparée de la Russie. Ce qui a conduit, en un peu plus de vingt ans, à la situation que nous avons sous les yeux.

À Taïwan, le processus a été plus prudent. Et lent. Mais aujourd'hui, il a amené le PPD au gouvernement de l'île. Lequel, bien que de manière assez nuancée, s'emploie déjà depuis une décennie à marquer progressivement la distance culturelle et politique qui le sépare de la mère patrie chinoise. Une mère patrie désormais clairement répudiée avec l'arrivée à la présidence de William Lai, qui représente l'aile la plus radicalement anti-chinoise du PPD.

Bien entendu, son élection est perçue comme de la poudre aux yeux à Pékin. Car les dirigeants chinois sont prêts à accepter l'existence d'une Chine nationaliste séparée. Mais pas une République de Taïwan à l'identité totalement étrangère.

En politique, les Chinois ont l'habitude de penser en termes de délais très longs. Et Xi Jinping a déclaré à plusieurs reprises qu'il souhaitait le retour de la "province de Taïwan" à la mère patrie d'ici 2049, c'est-à-dire cent ans après la séparation.

Pour nous, c'est très long... pour le modus pensandi chinois, c'est juste le lendemain.

Il y a trois très bonnes raisons pour lesquelles Pékin ne veut pas d'une République de Taïwan étrangère à l'histoire et à la culture chinoises.

Premièrement, elle deviendrait une épine contrôlée par Washington dans l'espace vital de la Chine. À bien des égards, c'est déjà le cas, mais l'ambiguïté de la situation, la perspective, même lointaine, d'une réunification, dilue la menace. Une nation taïwanaise séparée et distincte pourrait être un dangereux détonateur. Et affecter d'autres identités nationales qui ont été assimilées au fil du temps par Pékin. Et qui auraient des raisons historiques bien plus importantes de revendiquer leur propre spécificité. Pensez aux Ouïgours du Xinjang et aux Tibétains....

Jouer sur les identités nationales particulières a été une arme puissante qui a provoqué l'implosion de l'Empire russe après la fin de l'URSS. Les dirigeants de Pékin ne veulent pas tomber dans le même piège.

Taïwan est extrêmement important sur le plan économique. Bien plus que Hong Kong. Il s'agit notamment d'un leader mondial dans le domaine de la haute technologie. En particulier dans la production/exportation de microprocesseurs.

Et puis, il y a la question des principes. Dans sa "doctrine", Xi Jinping a fermement défendu l'unité monolithique, tant culturelle que politique, de l'ensemble de l'univers chinois. Un principe fondamental et inaliénable.

Avec l'élection de William Lai, les risques d'une crise, même militaire, entre Pékin et Taïwan ont incontestablement augmenté. Et Washington maintient une position ambiguë. Joe Biden a déclaré qu'il n'entendait pas reconnaître une République taïwanaise indépendante, ce qui irait à l'encontre des accords bilatéraux de 1979 conclus par Kissinger. Mais dans le même temps, son secrétaire d'Etat Blinken s'est empressé de saluer avec enthousiasme la victoire de Lai.

Victoire toutefois entachée par la perte de sa majorité à l'assemblée nationale. Un peu plus de 40%. Ce qui conseille au nouveau président d'être très prudent. Conseillerait... malheureusement, l'utilisation du conditionnel est obligatoire.

lundi, 08 janvier 2024

Xi Jinping et l'adaptation du maoïsme à la réalité contemporaine

17032018_xi_jinping.jpg

Xi Jinping et l'adaptation du maoïsme à la réalité contemporaine

Luca Bagatin

Source: https://electomagazine.it/xi-jinping-e-ladeguamento-del-maoismo-alla-realta-contemporanea/

Le 26 décembre a marqué le 130ème anniversaire de la naissance de Mao Tsé-Toung, père fondateur de la Chine socialiste et héros de la libération de l'oppression, non seulement de la Chine, mais aussi de la plupart des pays du tiers-monde.

Le récent article que Ben Chacko, rédacteur en chef du journal britannique d'inspiration socialiste Morning Star, a consacré à la mémoire de Mao, en établissant des parallèles avec l'actuelle direction socialiste chinoise dirigée par le président Xi Jinping, est très intéressant.

_methode_sundaytimes_prodmigration_web_bin_d9fe1cfb-db2c-4a6e-9ff0-23e21a28d038.jpg

Ben Chacko (photo), qui a vécu en Chine pendant plusieurs années, estime que l'idée que beaucoup se font de Xi Jinping en tant que "révisionniste du maoïsme" est totalement erronée, soulignant que les dirigeants chinois, tous autant qu'ils sont, n'ont jamais accepté l'idée que la Chine ait pu rompre avec Mao et sa vision de la construction d'une société socialiste.

Chacko reconnaît qu'il existe des parallèles entre Mao et Xi Jinping, notamment en ce qui concerne la nécessité de lutter contre la corruption interne, de répandre la prospérité économique dans tout le pays et de devenir le chef de file d'un nouveau mouvement de décolonisation et de promotion de l'essor du Sud mondial (pensez à la promotion par le président Xi de l'alliance des BRICS et de la Nouvelle route de la soie elle-même, ainsi qu'aux excellentes relations de la Chine moderne avec tous les pays du Sud mondial).

web-dubios.jpg

9781108798778i.jpg

En fait, la Chine maoïste, bien plus que l'Union soviétique, a fait tout son possible pour promouvoir les mouvements de libération du colonialisme dans tous les pays du tiers-monde, ce qui est probablement dû à l'influence de William Edward Burghardt Du Bois (1869-1963) (photo) sur Mao, essayiste et sociologue américain qui fut l'un des premiers à lutter pour les droits civiques des Noirs, ami proche de Mao, candidat du Parti travailliste américain dans l'État de New York à l'âge de 82 ans, obtenant par suite 4% des voix, et qui, à un âge avancé, adhéra au Parti communiste des États-Unis d'Amérique.

Dans son article, Ben Chacko note que la République populaire de Chine n'a en fait jamais rompu avec le maoïsme : "En 2003, le président de l'époque, Hu Jintao, a fait l'éloge de Mao pour avoir apporté "les changements sociaux les plus profonds et les plus importants de l'histoire de la Chine". C'est sous Deng que le parti a émis le fameux verdict selon lequel Mao avait 70% de raison et 30% d'erreur".

Il poursuit en soulignant que le président Hu avait déjà renforcé la loi sur les contrats de travail en 2007, notant "l'impact négatif de la marchandisation sur les droits des travailleurs".

Chacko souligne également que le président Xi, bien que d'orientation socialiste réformiste comme ses prédécesseurs, a déplacé la politique du parti communiste chinois vers la gauche, en subordonnant "la croissance économique à l'équité et aux considérations environnementales et écologiques".

Et comment il promeut l'éducation publique au détriment de l'éducation privée, et comment il traite le marché avec plus de suspicion, en promouvant "une éthique plus égalitaire, en sévissant contre les milliardaires et en demandant au gouvernement de réguler les "revenus excessifs" des classes supérieures".

Dans son article, Ben Chacko souligne également comment "Xi a promu une culture du volontariat, en incitant les étudiants à passer leurs vacances dans les régions rurales les plus pauvres pour travailler sur des projets de développement, et a jumelé des régions riches avec des régions pauvres, avec une obligation légale pour les premières d'investir dans les secondes". Il a également appelé les diplômés de l'université et les hommes d'affaires à s'installer dans leurs villes natales afin d'encourager un mouvement de "revitalisation rurale" qui se perdait peu à peu dans la Chine moderne et hyper-technologique.

Il est certain que l'on se souviendra des dirigeants socialistes chinois actuels comme on s'est souvenu de l'épopée de Mao. Un marxisme renouvelé avec des caractéristiques chinoises et des aspects socialistes réformistes qui, malheureusement, dans notre Europe et dans notre Occident (en excluant évidemment l'excellente Amérique latine socialiste avec, en tête, Cuba, le Mexique, le Nicaragua, le Brésil, la Colombie, le Venezuela, pour ne mentionner que quelques réalités socialistes sérieuses), semblent avoir été oubliés pendant de trop nombreuses décennies.

lundi, 01 janvier 2024

L'Inde et la Russie, des liens plus forts et plus avantageux

np_file_183445.jpeg

L'Inde et la Russie, des liens plus forts et plus avantageux

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/india-e-russia-legami-piu-forti-e-vantaggiosi/

Les relations entre la Russie et l'Inde sont stables et solides. "Parce qu'elles sont fondées sur nos convergences stratégiques et nos intérêts géopolitiques". Plus simplement, parce qu'elles sont "mutuellement bénéfiques". Le ministre des affaires étrangères de New Delhi, Subrahmanyam Jaishankar, n'aurait pu être plus clair. À l'issue de sa rencontre à Moscou avec Sergey Lavrov, il a rappelé que les échanges commerciaux de cette année avaient dépassé les 50 milliards d'USD, dépassant ainsi les niveaux de 2022. Et ces échanges devraient encore augmenter, notamment grâce aux nouvelles infrastructures routières, ferroviaires et navales mises en place pour faciliter les échanges entre les deux pays.

Le "seigneur des pièges", comme Riccardo Migliori a appelé Narendra Modi lors d'une récente conférence de la Fundazione Nodo di Gordio, a toutefois réussi à imposer à Moscou des concessions d'une importance non négligeable. L'Inde pourra s'équiper d'armes achetées aux pays occidentaux et, surtout, verra sa production nationale d'armes augmenter. En l'occurrence, en collaboration avec la Russie. Une manière, donc, de faire pression sur l'allié théorique des deux pays, la Chine. Poutine a besoin de Modi pour ne pas être complètement englouti par Xi Jinping ; Modi a besoin de Poutine comme protection contre les éventuelles visées expansionnistes de Pékin. C'est pourquoi New Delhi n'a jamais cessé de jouer même avec les atlantistes, bien qu'elle fasse partie des BRICS.

Un jeu, le jeu indien, qui ressemble au jeu turc d'Erdogan, bien que dans des scénarios différents et avec une force très différente derrière lui. Toutefois, la capacité d'Erdogan à se déplacer est en effet similaire à la capacité de Modi à se démasquer.

Au-delà des déclarations officielles et routinières de Jaishankar, une déclaration est toutefois significative. Elle concerne le sommet annuel Russie-Inde qui n'a pas eu lieu depuis le début de la guerre en Ukraine. Modi n'a jamais condamné Poutine, l'Inde a totalement ignoré les sanctions imposées par Rimban-Biden et adoptées par les larbins européens. Et des rencontres virtuelles entre Modi et Poutine, même lors de réunions des Brics ou d'autres instances internationales, ont eu lieu. Mais le sommet annuel entre les deux pays n'a plus jamais eu lieu. Aujourd'hui, le ministre indien des affaires étrangères assure qu'il aura lieu en 2024.

Un signal important, qui doit être pris en compte. Et qui devrait faire réfléchir les larbins européens et effrayer Zelensky.

samedi, 23 décembre 2023

2024 sera aussi l'année de l'Asie. Mais surtout de l'Inde. Et aussi de la crise européenne

6ced62a8d62704ed599dd28908e4b75d.jpg

2024 sera aussi l'année de l'Asie. Mais surtout de l'Inde. Et aussi de la crise européenne

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/anche-il-2024-sara-lanno-dellasia-ma-dellindia-e-della-crisi-europea/

2024 sera l'année de l'Asie. Du moins selon les analystes américains qui prévoient toutefois un changement de leadership de Pékin vers New Delhi. Avec d'autres pays comme le Vietnam et l'Indonésie pour profiter de la situation. Une analyse qui n'est pas un condensé des espoirs atlantistes et anti-chinois qui caractérisent les prévisions italiennes, mais qui apparaît plus sérieuse et crédible. Mais aussi inquiétante pour une Europe asservie aux intérêts de Washington et de Wall Street.

Donc, voilà l'Inde hissée sur la pavois. Plus dynamique que la Chine, avec moins de scrupules, plus jeune. Moins attentive aux questions environnementales et boudée par l'Occident bien qu'elle fasse partie des Brics en expansion et qu'elle ait l'ambition de devenir le pôle de référence des Non-Alignés et du Global South. Toutefois, le dialogue avec la Chine sur les tensions frontalières a repris.

Quant à la Chine, les analystes prévoient un ralentissement de la croissance. Mais pas du tout inquiétant pour le géant asiatique. Car il s'agira d'une croissance plus "normale" et donc plus solide et tournée vers l'avenir. Inquiétant pour l'Europe, en revanche. Parce que les exportations de produits à bas prix et de faible qualité seront réduites et remplacées par des exportations à plus forte valeur ajoutée. Des produits de meilleure qualité et respectueux de l'environnement. Le tout à des prix compétitifs et sans dumping, contrairement à ce que croit la pénible Ursula von der Leyen.

L'évolution de l'économie chinoise libérera des ressources et créera de nouvelles opportunités dans toute la région. Elle contribuera à réduire les tensions. Y compris, peut-être, celles entre Pékin et Washington. Par ailleurs, les perspectives économiques des États-Unis sont également positives.

La seule zone de crise, parmi les plus importantes, reste donc l'Europe. Grâce aux sanctions démentes pour plaire à Rimban-Biden, grâce aux déboursements insensés pour soutenir la guerre de Zelensky, grâce aux politiques anti-chinoises inutiles et, en ce qui concerne l'Italie et l'Allemagne, grâce au soutien apporté aux crimes de Netanyahou et vu l'isolement italien en Méditerranée qui en découle.

Le résultat est que l'Europe, dans son ensemble, ne connaîtra qu'une faible croissance et que certains pays stagneront considérablement, à commencer par l'Italie. Et les retards sont destinés à accroître le fossé en perspective. Une croissance de moins de 1% quand les concurrents asiatiques et américains croissent de 4/5% ou plus, devient de plus en plus difficile à rattraper. Pratiquement impossible. Mais tout cela, Giorgia ne le sait pas. Ni Ursula, ni Annalena. Ou peut-être qu'elles le savent, mais qu'elles font semblant de l'ignorer pour ne pas irriter leurs maîtres d'outre-mer.

jeudi, 09 novembre 2023

La stratégie multipolaire de l'Inde

9d56bb63fb2bf1bdbbd5ac4a216c86eb.jpg

La stratégie multipolaire de l'Inde

Tiberio Graziani

Source: https://www.geopolitika.ru/pt-br/article/estrategia-multipolar-da-india

    "Il y a assez sur terre pour les besoins de tous, mais pas pour l'avidité de quelques-uns".

Mohandas K. Gandhi

    "Le statut de puissance de second rang, qu'une communauté internationale toute puissante accorde à de nombreuses nations [...], ne peut plus s'appliquer à l'Inde du XXIe siècle."

Olivier Guillard

    "Du fait de la stratégie globale de l'Amérique et de sa quête d'hégémonie, l'Inde et la Chine sont soumises à une pression importante. Ce sont les nations les plus peuplées du monde et elles ne peuvent pas être facilement influencées et contrôlées."

A.S. Hasan

La croissance économique de l'Inde

Comme la Chine, bien qu'à un rythme plus lent (environ 6 % par an), l'Inde a également enregistré un taux de croissance économique si élevé au cours des quinze dernières années qu'elle peut figurer parmi les quatre économies les plus importantes de la planète dans les projections pour 2020 réalisées par la Banque mondiale et le FMI. Une autre donnée pertinente, qui doit toujours être prise en compte dans l'analyse de nations caractérisées par une masse démographique importante (1.028.610.328 habitants dans le cas de la République du Bhārat, selon le recensement de 2001), est également son pourcentage de croissance annuelle qui, bien que peu élevé, puisqu'il n'est que d'environ 1,6% (1998-2003), constitue un paramètre d'évaluation important et indispensable pour comprendre le rôle et le poids que l'Inde acquerra au niveau mondial dans les prochaines décennies.

Passer de la 11ème à la 4ème place dans le classement des plus grandes économies mondiales est l'objectif tant du gouvernement de Manmohan Singh, père des réformes "libérales" et représentant de la coalition menée par le Parti du Congrès, que de l'opposition composite, nationale et anti-libérale, qui voit dans le Parti du Peuple (Bharatiya Janata Party), considéré comme de droite selon les schémas occidentaux, le Parti Communiste de l'Inde et le Parti Communiste Marxiste-Léniniste de l'Inde, des alliés objectifs.

L'adoption d'un modèle particulier de "développement", qui favorise une spécialisation considérable dans le secteur tertiaire avancé et un intérêt spécifique pour la recherche scientifique et technologique, a permis à l'Inde de s'attribuer, au sein de l'économie mondiale, le rôle d'"attracteur global" des secteurs des services et de la recherche scientifique, avec une référence particulière aux domaines économiquement "sensibles" tels que les produits pharmaceutiques et les technologies de l'information, qui ont toujours été gardés par les États-Unis et le Royaume-Uni. Récemment (2005), pour ne citer qu'un exemple, le Sénat américain a approuvé une mesure visant à exclure des achats gouvernementaux les entreprises qui ont délocalisé (ne serait-ce que 50 emplois) au cours des cinq dernières années.

Au cours de la dernière décennie, les gouvernements indiens ont non seulement soutenu la croissance économique du pays et facilité sa participation progressive à l'économie mondiale par une diplomatie pragmatique, mais ils ont également lancé de vastes programmes visant à moderniser les infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et aéroportuaires, ainsi que le réseau d'approvisionnement en énergie. Ces programmes peinent cependant à se concrétiser en raison des tensions internes générées par la confrontation entre la tendance profondément "libérale" du gouvernement actuel et l'opposition.

geopolitics.png

Une stratégie multipolaire

L'Inde, comme l'autre colosse asiatique, la Chine, tente de tirer parti de son récent essor économique sur la scène internationale également, en se faisant connaître et reconnaître non seulement comme un "partenaire" occasionnel, théoriquement "stratégique", mais aussi et surtout comme une puissance nucléaire et un membre constitutif d'un nouvel ordre planétaire.

En effet, à l'analyse de ses actions de politique étrangère, l'Inde semble avoir pleinement compris le moment historique actuel, qui se caractérise par une période de transition entre l'ancien système bipolaire et un futur système multipolaire en formation. Une période historique de transition, soulignons-le, où le degré de rupture semble avoir atteint son apogée, puisque l'incertaine "régence unipolaire" de l'hyperpuissance américaine montre de plus en plus de signes de déclin, parmi lesquels nous mentionnons : le "bourbier" irakien, l'acceptation à contrecœur de la politique nucléaire de l'Inde, la coopération russo-chinoise dans le domaine militaire, les relations "spéciales" entre certains pays d'Amérique du Sud, principalement le Brésil et le Venezuela, avec la Chine, l'Inde et la Russie.

La conscience, métabolisée par l'Inde, qu'elle se trouve dans un processus de transition vers un nouvel ordre mondial et l'expérience qu'elle a acquise en tant que puissance régionale depuis le jour de son indépendance (15 août 1947) jusqu'au début des années 1990, symboliquement soulignée à plusieurs reprises (en 1955, à l'occasion de la Conférence de Bandung des "pays non-alignés", en 1974, avec les premières expériences nucléaires), l'obligent à assumer une responsabilité qui n'est pas seulement régionale, mais mondiale.

Une responsabilité qui découle précisément du rôle géopolitique que New Delhi a joué au cours de la seconde moitié du siècle dernier. L'Union indienne, en effet, bien avant la Chine et d'autres nations importantes de ce que l'on appelait, dans la publicité de l'époque, le "tiers monde", a compris que le système bipolaire était en équilibre précaire et, pour cette raison, est devenue la marraine du mouvement des pays non alignés et le "correcteur" du fossé entre les États-Unis et le "bloc soviétique", en adhérant à des accords d'amitié avec ce dernier. Rappelons que l'amitié avec l'Union soviétique a également été renforcée par les frictions entre Pékin et New Delhi, qui se sont traduites, comme on le sait, par les affrontements armés de 1962-63 et, surtout, par le choix chinois de faire partie de l'accord nixonien Washington-Islamabad-Pékin.

Le rôle de "broker" que l'Inde a assumé dans le cadre du système géopolitique précédent lui permet cette fois de renforcer ses liens avec Moscou, mais sur la base de la parité et d'une autonomie accrue, tandis que sa participation au mouvement des non-alignés fait d'elle un candidat pour être, avec la Russie et la Chine, l'un des pays guides d'un hypothétique système multipolaire. Pour confirmer cette stratégie, il convient de mentionner les récents accords signés avec la Chine sur les différends frontaliers et la collaboration technologique et scientifique dans le domaine de l'énergie.

L'établissement d'un axe Moscou-Beijing-New Delhi semble donc être un fait établi. A ce dispositif, géopolitiquement pertinent pour l'autonomie de la masse continentale eurasiatique par rapport à la tutelle américaine, il manque un pendant indispensable et irremplaçable, celui qui l'émanciperait totalement, de l'Atlantique au Pacifique, et rendrait possible une pax Eurasiatica : l'axe européen Paris-Berlin-Moscou.

Pour ne pas contrarier le travail des gouvernements de Moscou, Pékin et New Delhi dans la construction d'un nouveau système qui tienne compte des particularités et des aspirations nationales, et pour avoir surtout un rôle égal dans la future configuration multipolaire, il appartient aux décideurs européens de faire un choix fonctionnel de terrain dans l'intérêt de leurs propres peuples et du continent eurasiatique.

lundi, 06 novembre 2023

L'ANASE pour une politique multilatérale

1a5e2d_634202938ed84c8cbc2b1826d2f78e20~mv2.png

L'ANASE pour une politique multilatérale

par Paolo Raimondi

Source : Paolo Raimondi & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-asean-per-una-politica-multilaterale

Malgré les conflits en cours et le risque de guerre, quelque chose de positif est en train de bouger dans le monde.  Les Brics ne sont pas les seuls à œuvrer pour une réorganisation économique et politique de la planète dans un sens multilatéral. Dans les jours qui ont précédé le sommet du G20 de septembre à New Delhi, l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) a tenu son sommet annuel à Jakarta, en Indonésie, sur le thème même du multilatéralisme. Une fois de plus, malheureusement, l'Europe a pratiquement ignoré cet événement, peut-être considéré comme "exotique".

L'ANASE est une organisation régionale intergouvernementale fondée en 1967. Après l'UE, l'ANASE est considérée comme l'un des modèles de coopération régionale les plus réussis au monde. Avec ses dix membres, le Brunei, le Cambodge, les Philippines, l'Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, Singapour, la Thaïlande et le Viêt Nam, elle représente 664 millions de personnes, 8 % de la population mondiale et 3,5 % du PIB mondial (3 300 milliards de dollars). En 2007, elle s'est dotée d'une Charte des valeurs et des programmes, avec la création d'organes opérationnels tels que le Secrétariat général. Elle vise à réaliser une union régionale politique et de sécurité avec l'élimination des barrières douanières en vue d'une intégration économique régionale complète.

En entretenant des relations importantes avec ses partenaires clés tels que la Chine, l'Inde, les États-Unis et la Russie, elle joue le rôle d'organe de rencontre et de modération. L'ANASE craint d'éventuels conflits dans les points chauds de la région : la mer de Chine méridionale, la mer de Chine orientale, la péninsule coréenne et la question de Taïwan.

En effet, la principale préoccupation de ces derniers temps a été l'escalade du conflit stratégique entre les États-Unis et la Chine. L'ANASE a donc l'intention d'accroître son poids économique et sa coopération interne, précisément dans le but de renforcer son rôle politique d'équilibre. C'est dans cette optique que le sommet a été placé sous le thème "Asean : epicentre of growth" (l'ANASE : épicentre de la croissance).

La déclaration finale de la réunion susmentionnée indique qu'elle vise à devenir "le centre et le moteur de la croissance économique dans la région et au-delà". Avec un taux de croissance plus rapide qu'actuellement, elle vise à renforcer la résilience du groupe dans tous les domaines identifiés : la santé, le climat, les systèmes alimentaires et énergétiques, les chaînes d'approvisionnement et la stabilité macroéconomique et financière. La sécurité alimentaire a été placée au centre du sommet. Il s'agit d'un choix intéressant.

Le sommet de Jakarta comprenait également le 18ème sommet global des pays d'Asie de l'Est (Eas), réunissant l'ANASE et ses huit principaux partenaires (Inde, Australie, Nouvelle-Zélande, Chine, Japon, Corée du Sud, Russie et États-Unis), au cours duquel les rivalités et les tensions de la région ont été mises en exergue.

154411.jpg

Joko Widodo (photo), président de l'Indonésie et de l'Eas, a averti que "si nous ne sommes pas capables de gérer nos différences, nous serons détruits". Il a ajouté : "Si nous nous joignons aux courants de rivalité, nous serons détruits". À notre avis, ce message devrait également être entendu en Europe.

Le document final de l'Eas indique qu'il souhaite promouvoir le dialogue et la résolution pacifique de tout conflit, en reconnaissant le rôle central de médiation de l'ANASE. Il s'engage également à "promouvoir le multilatéralisme fondé sur le droit international et les principes des Nations unies, y compris le renforcement de l'architecture multilatérale régionale". L'ASE (Eas) s'engage également à soutenir la "multilatéralisation de l'initiative de Chiang Mai, en tant que réseau financier régional". L'initiative de Chiang Mai a été la réponse à la crise financière dans les pays asiatiques en 1997 et consistait en une coordination entre les banques centrales pour lutter contre la spéculation. Elle a été renforcée après la crise financière mondiale de 2008. Outre l'ANASE, la Chine, le Japon et la Corée du Sud en sont aujourd'hui membres.   

Bien qu'occupé à organiser le G20 à New Delhi quelques jours plus tard, le Premier ministre indien Narendra Modi a profité du sommet pour se rendre à Jakarta et assister au 20e sommet ANASE-Inde. L'Inde a présenté des propositions visant à renforcer la coopération dans tous les domaines, y compris la sécurité maritime et alimentaire. Modi a résumé son message en ces termes : "Le 21ème siècle est le siècle de l'Asie".

Sur le plan monétaire, l'ANASE s'efforce depuis un certain temps déjà de s'affranchir de la domination du dollar. Pendant le sommet, le gouvernement indonésien, la plus forte économie du groupe, a annoncé la création d'un groupe de travail national, composé de plusieurs ministres et de la banque centrale, afin de dédollariser et d'utiliser les monnaies nationales avec ses partenaires commerciaux. Cette décision fait suite au soutien apporté en août dernier par les ministres de l'économie et les gouverneurs des banques centrales de l'ANASE à l'utilisation des monnaies locales dans les transactions de la région.

21:03 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anase, asie, affaires asiatiques, multilatéralisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 05 novembre 2023

Le ministère chinois de la Défense identifie les États-Unis comme la principale source de chaos dans le monde

吳謙大校2019.png

Le ministère chinois de la Défense identifie les États-Unis comme la principale source de chaos dans le monde

Le porte-parole du ministère de la Défense R.P.C. réagit au rapport américain du DoD

Source: https://unser-mitteleuropa.com/verteidigungsministerium-c...

La Chine réagit aux "spéculations sauvages" des Etats-Unis

Le Département américain de la Défense [DoD] a publié un rapport de 212 pages intitulé "Military and Security Developments Involving the People's Republic of China 2023" [Développements militaires et de sécurité concernant la République populaire de Chine] à l'attention du Congrès.

Dans la préface du rapport américain, on peut lire clairement qui est le "seul" adversaire des États-Unis :

"La Stratégie de sécurité nationale 2022 indique que la République populaire de Chine (RPC) est le seul concurrent des États-Unis qui a l'intention et, de plus en plus, la capacité de remodeler l'ordre international. La Stratégie de défense nationale 2022 désigne donc la République populaire de Chine comme le "principal défi" pour le ministère de la Défense. Étant donné que la RPC vise un "rajeunissement national" d'ici son centenaire en 2049, les dirigeants du Parti communiste chinois (PCC) considèrent qu'une armée moderne, performante et "de classe mondiale" est indispensable pour faire face à ce que Pékin considère comme un environnement international de plus en plus turbulent.

Le rapport annuel du ministère de la Défense sur les développements militaires et de sécurité en République populaire de Chine retrace le cours actuel de la stratégie nationale, économique et militaire de la République populaire de Chine et offre un aperçu de la stratégie de l'Armée populaire de libération (APL), de ses capacités et activités actuelles et de ses objectifs de modernisation futurs.

En 2022, la République populaire de Chine s'est tournée vers l'APL en tant qu'outil de gouvernance de plus en plus puissant. Au cours de l'année, l'APL a pris davantage de mesures coercitives dans la région Indo-Pacifique, tout en accélérant le développement de capacités et de concepts visant à renforcer la capacité de la RPC à "mener et gagner des guerres" contre un "ennemi fort", à contrer l'intervention d'une tierce partie dans un conflit à la périphérie de la RPC et à projeter sa puissance dans le monde entier. Dans le même temps, la RPC a largement rejeté, annulé et ignoré les engagements de défense bilatéraux récurrents ainsi que les demandes du ministère de la Défense visant à établir une communication entre les forces armées à plusieurs niveaux.

Santschitre.jpgCe rapport illustre l'importance de relever le défi que représente l'armée de plus en plus performante de la RPC".

Le lieutenant-colonel Wu Qian, porte-parole du ministère chinois de la Défense, a fait une mise au point publique à ce sujet le 25 octobre 2023, affirmant que le rapport américain présentait mal la politique de défense et la stratégie militaire de la Chine, ignorait les faits et fabriquait des histoires en utilisant une rhétorique vague.

Wu a expliqué que le ministère américain de la Défense spéculait frénétiquement sur les développements militaires de la Chine dans les domaines du nucléaire, de l'espace et du cyberespace et s'ingérait dans les affaires intérieures chinoises sur la question de Taiwan. La Chine souhaite protester contre cette situation.

Le porte-parole du ministère a clairement indiqué que la Chine suivait une voie de développement pacifique et n'avait qu'une politique de défense défensive. Tout le contraire de l'histoire martiale des Etats-Unis, comme le porte-parole chinois l'a encore démontré de manière impressionnante :

"Les États-Unis sont accros à la guerre. En seulement 16 ans d'existence (sur plus de 240), ils n'ont pas fait la guerre. Ils ont établi plus de 800 bases militaires dans plus de 80 pays et régions du monde. La machine de guerre américaine s'est étendue de l'Afghanistan à la Libye en passant par l'Irak et la Syrie. Partout où la machine de guerre américaine a frappé, des personnes se sont retrouvées dans des situations désespérées. Les États-Unis ont livré des munitions à l'uranium appauvri et des bombes à fragmentation à l'Ukraine, ont envoyé des groupes de combat de porte-avions en Méditerranée et ont envoyé des armes et des munitions en Israël. Les faits ont prouvé que les Etats-Unis sont une source fondamentale de chaos dans l'ordre international, un manipulateur en coulisses qui sème la zizanie dans le monde et le plus grand destructeur de la paix et de la stabilité régionales".

L'armée chinoise ne restera jamais inactive tant que la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays seront menacés, et elle ne permettra jamais à quiconque ou à quelque puissance que ce soit d'entrer en Chine ou de diviser le pays, a clairement indiqué M. Wu.

liaoning_ship.jpg

Le développement de l'armée chinoise a pour but d'éviter les menaces de guerre, de préserver sa propre sécurité et de maintenir la paix dans le monde. Elle ne vise pas un pays ou un objectif particulier, a-t-il précisé.

Wu a souligné que la Chine maintenait toujours ses forces nucléaires au niveau minimum requis pour la sécurité nationale et qu'elle s'efforçait toujours de maintenir la sécurité stratégique mondiale, alors que les États-Unis pratiquaient une politique de deux poids deux mesures dans le domaine nucléaire et avaient recours à des excuses concernant l'expansion de leur propre arsenal nucléaire et le maintien de leur hégémonie militaire.

Le retour de Taïwan à la Chine fait partie de l'ordre international post-Seconde Guerre mondiale, qui a été clairement établi par la Déclaration du Caire et la Proclamation de Potsdam. Le principe d'une seule Chine, confirmé par la résolution 2758 de l'Assemblée générale des Nations unies, serait depuis longtemps devenu un consensus international. La collusion entre les Etats-Unis et le Parti démocratique progressiste de Taïwan est la véritable cause du changement du statu quo dans le détroit de Taïwan et est la véritable cause des tensions dans la région, a résumé M. Wu.

Le fait que la Chine prenne les mesures nécessaires pour protéger sa souveraineté territoriale nationale est légitime, raisonnable et légal et les Etats-Unis n'ont pas le droit d'interférer, a souligné le porte-parole du ministère.

Wu a déclaré que les relations militaires constituaient une partie importante des relations entre la Chine et les Etats-Unis et que la Chine appréciait les relations militaires et maintenait une communication ouverte et efficace avec les Etats-Unis par le biais de canaux militaro-diplomatiques.

Les difficultés et les obstacles dont souffrent actuellement les relations militaires seraient entièrement dus à la partie américaine, mais les Etats-Unis font semblant de ne rien savoir en faisant d'une part des choses qui nuisent aux intérêts de la Chine en matière de sécurité, mais en affirmant d'autre part qu'ils veulent gérer la crise et renforcer la communication, a déclaré M. Wu. "Une telle logique n'existe pas dans le monde", a-t-il conclu.

Depuis 20 ans, les Etats-Unis s'obstinent à maintenir une perception erronée de la Chine, publiant année après année de tels rapports remplis de mensonges et de clichés qui nuisent aux autres et aux Etats-Unis eux-mêmes, car ils induisent le monde en erreur, a déploré M. Wu.

"Nous appelons les Etats-Unis à cesser leurs fausses représentations, à corriger leur image erronée de la Chine et à promouvoir le développement sain et stable des relations entre les deux pays et les deux forces armées par une attitude sincère et des mesures pratiques", a demandé le porte-parole du ministère de la Défense de la République populaire de Chine.

Les propos clairs du ministère chinois de la Défense montrent une fois de plus que la majorité de la population mondiale n'est désormais plus disposée à accepter plus longtemps la politique de guerre des puissances atlantiques sans conséquences.

***

Traduction depuis le chinois : Unser Mitteleuropa

samedi, 04 novembre 2023

Pourquoi l'Inde a soutenu Israël dans le conflit du Moyen-Orient

India-Israel-Relations.png

Pourquoi l'Inde a soutenu Israël dans le conflit du Moyen-Orient

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/pochemu-v-blizhnevostochnom-konflikte-indiya-podderzhala-izrail

Le 26 octobre, les autorités qataries ont condamné à mort huit citoyens indiens accusés d'espionnage au profit d'Israël. Selon les médias, les accusés étaient d'anciens cadres indiens et travaillaient pour une société privée, Al Dahra Global Technologies and Consultancy Services.

Ils ont été arrêtés par les services de sécurité qataris en août 2022, mais la publication du verdict a coïncidé avec l'escalade dans la bande de Gaza. Cela a donné lieu à des spéculations selon lesquelles le verdict a été rendu en raison de la position pro-israélienne de l'Inde.

En effet, le Premier ministre indien Narendra Modi, presque immédiatement après l'attaque du Hamas contre Israël, a exprimé son soutien à ce dernier, en écrivant sur son compte de médias sociaux: "Nous sommes solidaires d'Israël en ce moment difficile". Quatre jours plus tard, lors d'une conversation téléphonique avec Benjamin Natanyahu, il a exprimé son soutien total aux actions d'Israël.

Dans le même temps, les dirigeants indiens n'ont pas appelé à un cessez-le-feu ni mentionné la nécessité d'un État palestinien, comme l'ont fait de nombreux chefs d'État, dont le président russe Vladimir Poutine.

Mais cela n'a pas toujours été le cas. Historiquement, l'Inde a soutenu les Palestiniens et a voté contre la résolution des Nations unies visant à créer Israël en 1947, puis a reconnu l'Organisation de libération de la Palestine comme représentant du peuple palestinien en 1974. En tant que membre du mouvement des non-alignés, l'Inde a apporté son soutien diplomatique à l'OLP, condamnant aux Nations unies les "violations généralisées, systématiques et flagrantes des droits de l'homme et des libertés fondamentales" commises par Israël. Cependant, avec l'effondrement du système mondial bipolaire, le pays a changé de position.

Dès 1950, l'Inde a reconnu Israël et autorisé l'ouverture du consulat du pays à Mumbai. En 1992, l'Inde et Israël ont normalisé leurs relations et, à la même époque, New Delhi a commencé à acheter des armes à Tel-Aviv pour la première fois. Après l'arrivée au pouvoir du Bharatiya Janata Party avec Modi à sa tête en 2014, les relations avec Israël ont commencé à se développer encore plus rapidement.

Cependant, le même paradoxe se retrouve dans les relations avec les États-Unis: les nationalistes hindous ont toujours favorisé le rapprochement avec ces pays, même lorsque le Congrès indien était au pouvoir.

En 2015, New Delhi s'est abstenu de voter au Conseil des droits de l'homme de l'ONU sur un rapport critiquant la guerre menée par Israël contre Gaza en 2014. C'était la première fois que l'Inde ne votait pas contre Israël au sein de cet organe mondial. En juillet 2017, Modi s'est rendu à Tel-Aviv, où il a été reçu par Benjamin Natanyahu. Et en 2018, déjà, le Premier ministre israélien a effectué une visite de retour à New Delhi. Depuis, les contacts entre les deux peuvent être considérés comme amicaux.

Pourtant, l'approche de l'Inde à l'égard de la Palestine n'a pas encore été la même que celle qu'elle a montrée en 2023. Lorsqu'une nouvelle escalade a eu lieu en mai 2021 et que les forces de sécurité israéliennes ont eu recours à la violence contre les Palestiniens à la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, le Hamas et d'autres groupes ont lancé des centaines de roquettes sur le territoire israélien. En réponse, Israël a frappé Gaza, tuant environ 300 Palestiniens. L'Inde a alors condamné à la fois le Hamas et Israël.

Des liens étroits

Comme le suggère Foreign Policy, plusieurs facteurs ont désormais influencé les calculs de Modi. Tout d'abord, l'Inde est confrontée à des élections nationales l'année prochaine. Il est probable que le Bharatiya Janata Party ait déjà fait une croix sur le vote musulman, et Modi ne se préoccupe pas du tout de leur vote, puisque son parti prône le nationalisme hindou.

mumbai_terror_attacks-three_four.jpg

Deuxièmement, l'Inde est depuis longtemps confrontée à des problèmes d'attentats terroristes perpétrés par des militants islamistes. La position inflexible sur les attaques du Hamas est donc aussi un signal tacite adressé à Islamabad, que New Delhi accuse d'avoir des liens avec ces militants. Modi avait précédemment comparé les frappes précises de l'Inde sur les bases de militants dans le Cachemire contrôlé par le Pakistan aux opérations secrètes d'Israël contre les militants sur le sol étranger, suggérant que les prouesses militaires d'Israël méritaient d'être imitées.

Il convient de préciser ici que le Pakistan lui-même a subi des attaques terroristes islamistes pendant de nombreuses années, de sorte qu'Islamabad ne peut être accusé sans équivoque de soutenir les militants qui mènent des attaques terroristes sur le territoire indien. En outre, outre les islamistes, les naxalites, partisans de l'idéologie de gauche - du marxisme au maoïsme - sont actifs en Inde et disposent d'un vaste réseau de camps dans un certain nombre d'États.

Par ailleurs, l'Inde a peut-être pris note du fait que plusieurs États arabes clés, de l'Égypte à l'Arabie saoudite, n'ont pas apporté leur soutien au Hamas. Contrairement aux crises précédentes, ces pays avaient normalisé ou étaient en train de normaliser leurs relations avec Israël lorsque le Hamas a lancé l'attaque actuelle. L'absence de soutien global à la Palestine est due à la prudence de ces pays et à l'intervention des États-Unis dans le conflit. Néanmoins, il s'accroît de jour en jour, tant de la part des autorités que de la population.

La réaction prudente de certains pays arabes donne à New Delhi une certaine marge de manœuvre diplomatique. Surtout lorsqu'il s'agit de ses relations commerciales et stratégiques croissantes avec les pays du Conseil de coopération du Golfe.

Enfin, la condamnation sans équivoque du Hamas par l'Inde pourrait signaler aux États-Unis sa volonté de soutenir son allié critique. Cette prise de position publique pourrait apaiser les craintes de l'administration américaine quant à la position hésitante de l'Inde vis-à-vis de la Russie, l'incapacité de Modi à condamner la conduite de l'Opération militaire spéciale en Ukraine ayant été une source de frustration à Washington.

Il convient également d'ajouter que lorsque Modi était gouverneur du Gujarat, de nombreux pogroms de musulmans ont eu lieu dans cette région avec la connivence des autorités. Il est donc probable que les points de vue de Netanyahou et de Modi sur les musulmans, qu'ils considèrent comme des adversaires, voire des ennemis, soient proches et liés par le caractère unique des deux religions - l'hindouisme et le judaïsme. Les experts estiment également que les idéologies du sionisme et du nationalisme hindou sont quelque peu similaires.

En outre, l'Inde et Israël sont également liés par une étroite coopération militaro-technique. L'Inde est devenue l'un des principaux acheteurs d'équipements militaires et de munitions israéliens dans les années 90, et a ensuite commencé à acheter des véhicules aériens sans pilote, des radars et des systèmes de défense antimissile. L'Inde effectue des achats d'une valeur de plusieurs milliards de dollars. D'autre part, Israël a permis aux entreprises technologiques indiennes d'accéder à son marché. Il existe également une coopération dans les domaines de l'agriculture et de l'énergie. Les services de renseignement indiens ont également utilisé le célèbre programme d'espionnage Pegasus de la société israélienne NSO pour espionner l'opposition et les personnes soupçonnées d'entretenir des liens avec des extrémistes.

Menaces extérieures

Bien que la position officielle de l'Inde soit pro-israélienne, le pays lui-même est divisé. Les Palestiniens sont soutenus non seulement par la population musulmane de l'Inde, mais aussi par les chrétiens et les partis et hommes politiques de gauche. Le site web du plus grand parti d'opposition, le "Congrès national indien", ne contient aucune information sur les événements en Palestine, mais uniquement des communiqués de presse sur des questions de politique intérieure et des critiques à l'égard du régime en place.

1ippd.jpg

Le 26 octobre, la Ligue musulmane de l'Union indienne a organisé un grand rassemblement de soutien aux Palestiniens dans l'État du Kerala ; des rassemblements similaires ont eu lieu à Kolkata, où les sentiments gauchistes sont forts, et à Bihar.

Entre-temps, certains signes indiquent que le conflit palestinien pourrait s'aggraver dans le Cachemire divisé. Selon les médias indiens, dans la nuit du 26 au 27 octobre, l'armée pakistanaise a bombardé cinq postes indiens sur la ligne de démarcation au Cachemire. Les tirs ont duré huit heures, blessant un officier de l'armée, tandis que les habitants fuyaient leurs maisons et se réfugiaient dans des abris. Les médias pakistanais n'ont pas rapporté l'incident, tandis que les médias indiens ont noté que des tirs similaires avaient eu lieu le 17 octobre.

Auparavant, les tirs sur la ligne de séparation avaient cessé après que l'Inde et le Pakistan eurent négocié une déclaration de cessez-le-feu en février 2021. Toutefois, selon la police indienne, la situation dans l'État du Jammu-et-Cachemire reste tendue, l'Inde continuant d'accuser le Pakistan d'entraîner des militants. Plusieurs organisations islamistes militantes sont connues pour opérer dans l'État.

En tout état de cause, le conflit actuel à Gaza sera utilisé par le Pakistan pour attirer l'attention sur le problème des musulmans dans la partie du Cachemire contrôlée par l'Inde et exiger un référendum sur l'autodétermination conformément à la résolution de l'ONU. Et si la question palestinienne actuelle renforce la solidarité pan-musulmane, elle pourrait créer de nouveaux défis pour l'Inde à l'avenir.

Néanmoins, l'Inde tente de tirer une leçon du conflit actuel, qui se déroule à des milliers de kilomètres de là. Bloomberg écrit que le pays est en train de mettre en place un système de surveillance par drones sur tout le périmètre de sa frontière extérieure pour parer à des attaques surprises comme celle du Hamas en Israël. Selon les sources de l'agence, les responsables du ministère de la défense du pays ont déjà rencontré six fournisseurs nationaux de drones de surveillance et de reconnaissance et la commande devrait être annoncée le mois prochain. L'armée espère lancer le système sur certaines parties de la frontière dès le mois de mai.

Si les autorités indiennes pensent pouvoir maintenir leur position, la polarisation sur Israël et la Palestine pourrait quelque peu saper la cote de popularité du Bharatiya Janata Party. L'accent mis par l'Hindutva sur le sentiment anti-musulman et la préférence apparente pour la coopération avec Israël et les États-Unis rendront également méfiants les autres États qui ont adopté une position pro-palestinienne ou qui critiquent l'hégémonie des États-Unis. Les opinions personnelles de Modi sont généralement compréhensibles, mais elles pourraient avoir des conséquences négatives pour l'Inde.

vendredi, 03 novembre 2023

Le Kazakhstan et l'OTAN: l'atlantisme au cœur de l'Eurasie

62a2f0775f0b3620685355.jpg

Le Kazakhstan et l'OTAN: l'atlantisme au cœur de l'Eurasie

Source: https://katehon.com/ru/article/kazahstan-i-nato-atlantizm-v-serdce-evrazii

Selon les médias, un centre d'opérations de maintien de la paix de l'OTAN a ouvert ses portes au Kazakhstan le 24 octobre. L'ambassadeur des États-Unis au Kazakhstan, Daniel Rosenblum, a assisté à la cérémonie d'ouverture. Après que le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a déclaré que Moscou attendait des "informations détaillées" sur cet épisode, le ministère de la défense du Kazakhstan s'est empressé de déclarer que seule une nouvelle salle de conférence du Centre des opérations de maintien de la paix avait été inaugurée dans le pays. L'ambassadeur américain a toutefois participé à l'événement: il s'est avéré que c'est l'ambassade américaine qui a financé l'ouverture de la salle de conférence.

Cet épisode illustre l'une des composantes de la politique américaine à l'égard du Kazakhstan: la pénétration dans le pays sous le prétexte du maintien de la paix et de la lutte contre les menaces.

Kazakhstan - OTAN : coopération militaire

Les relations entre l'OTAN et le Kazakhstan se développent activement depuis 1992, date à laquelle le Kazakhstan a adhéré au Conseil de coopération euro-atlantique. En 1994, la république post-soviétique a adhéré au programme du Partenariat pour la paix. Le document cadre du Partenariat fixe les objectifs suivants: développer la transparence dans les processus de planification et de budgétisation militaires ; assurer le contrôle démocratique des forces armées ; maintenir la capacité et l'état de préparation des forces pour contribuer aux opérations dirigées par les Nations Unies et/ou l'OTAN ; développer une relation militaire de coopération avec l'OTAN pour la planification conjointe de la formation et des exercices afin d'améliorer la capacité à mener des opérations de maintien de la paix, des opérations humanitaires et d'autres opérations ; créer, à long terme, une force capable d'interopérabilité avec l'OTAN ; et développer la capacité à mener des opérations de maintien de la paix, des opérations humanitaires et d'autres opérations".

De facto, toutes ces priorités visent à renforcer le contrôle de l'OTAN sur les forces armées du Kazakhstan, et non l'inverse. Cela est compréhensible. Le "Partenariat pour la paix" était initialement prévu comme une étape préparatoire à une entrée ultérieure dans l'Alliance. Lorsqu'un pays ne devait pas être admis à l'origine pour des raisons politiques, comme dans le cas de la Russie dans les années 1990, ou - comme dans le cas du Kazakhstan - parce qu'il se situe en dehors de la zone de responsabilité du traité de Washington de 1949, l'OTAN utilise le document-cadre pour contrôler les forces armées du "partenaire".

58692f30ba6830fe1ae5904b20f3c998_original.58724.jpg

Un examen rapide des instruments officiels du "partenariat" Kazakhstan-OTAN nous permet de tirer une conclusion sûre : il vise à un contrôle total. Il aborde les questions de la planification de la défense et de la transformation des forces armées de la République du Kazakhstan, de la préparation et de l'équipement d'un "contingent de maintien de la paix conforme aux normes de l'OTAN", de la "formation des officiers d'état-major", de la coopération intensive dans le domaine de l'éducation militaire, de la fourniture d'équipements militaires, etc.

Depuis 2007, l'université de défense nationale du Kazakhstan participe au programme de renforcement de la formation à la défense (DEEP) de l'OTAN. Depuis 2020, le Kazakhstan accueille KAZCENT, le Centre de formation du Kazakhstan pour le programme du Partenariat pour la paix de l'OTAN, qui propose des cours "d'anglais militaire et de procédures relatives au personnel de l'OTAN, ainsi qu'un cours d'introduction à l'histoire, à l'économie et à la culture de l'Asie centrale et de l'Afghanistan". L'OTAN participe à la formation des sous-officiers et des officiers des forces armées de la République du Kazakhstan.

Tout cela nécessite la présence d'instructeurs et de conseillers de l'OTAN au sein des troupes, la transparence des forces armées du Kazakhstan vis-à-vis de l'Alliance de l'Atlantique Nord, l'accès de l'OTAN aux documents d'état-major et aux informations confidentielles concernant les forces armées du Kazakhstan, ainsi que la formation de spécialistes kazakhs au sein de l'OTAN. Cela ouvre un large espace aux activités de renseignement et à l'organisation de réseaux d'influence occidentaux, non seulement au Kazakhstan, mais aussi dans les structures de l'Organisation du traité de sécurité collective dans son ensemble. Dans le même temps, des exercices conjoints avec l'OTAN "Steppe Eagle" sont menés.

Pour le monde extérieur, la tâche principale de la coopération est "les opérations de maintien de la paix", mais la raison pour laquelle une organisation agressive a été choisie comme partenaire principal pour le maintien de la paix n'est pas expliquée par les autorités d'Astana.

Intérêts de l'OTAN

Le Centre européen George C. Marshall note que dans le contexte des intérêts de l'OTAN en matière de maintien de la paix, le Centre européen pour la sécurité et la coopération en Europe (ECSEC), le Centre européen George C. Marshall et le Centre européen pour la sécurité et la coopération en Europe (ECSEC) se sont engagés à coopérer avec l'OTAN en matière de maintien de la paix. Le Centre européen George C. Marshall note que, dans le contexte des événements en Ukraine, "les programmes de formation visant à améliorer le professionnalisme de l'armée kazakhe pourraient être un moyen rentable pour les États-Unis de développer un partenariat à long terme avec le pays le plus stable d'Asie centrale". Selon Sebastian Engels, analyste au Marshall Center, les programmes de coopération de l'armée kazakhe avec l'OTAN :

    - renforceront "l'interopérabilité avec l'OTAN et augmenteront la probabilité d'une participation du Kazakhstan aux opérations de l'ONU dans le cadre d'une brigade de maintien de la paix (BIRFA), ce qui est un objectif à long terme de l'IPAP du Kazakhstan et, jusqu'en 2014, l'objectif principal des Etats-Unis". - l'objectif principal des États-Unis" ; 

    - influer sur la politique intérieure du Kazakhstan : "les valeurs libérales et démocratiques seront introduites soit directement dans les classes à thème occidental développées par le consortium des académies de défense et des instituts d'études de sécurité du Partenariat pour la paix (PfPC), soit de manière osmotique par l'interaction avec des soldats et des civils américains au cours d'échanges ou dans des installations militaires américaines" ; - réduire la "dépendance du Kazakhstan à l'égard des États-Unis" ; 

    - réduire la "dépendance" du Kazakhstan à l'égard de la Russie dans le domaine militaire : "certains aspects de l'amélioration militaire dépassent les capacités de la Russie, comme la formation des sous-officiers, la logistique, la gestion de la formation et les ressources humaines. Les États-Unis, qui disposent des sous-officiers les plus compétents de toutes les forces armées et qui déploient depuis des décennies leurs propres efforts de professionnalisation, sont les mieux placés pour relever ce défi.

"En nous implantant dans les instituts et les académies du Kazakhstan, nous aurons une compréhension fondamentale de leur mentalité en matière de défense et nous serons en mesure d'influencer leurs attitudes à l'égard des positions occidentales... Le fait d'avoir des experts intégrés à des postes clés permettra aux États-Unis d'influencer la prise de décision au Kazakhstan en temps de crise", a déclaré un analyste d'un centre affilié à l'OTAN et au gouvernement des États-Unis.

blinken-tokayev-image-1-scaled.jpg

Liens toxiques entre le Kazakhstan et les États-Unis

La défense contre les menaces biologiques est un autre domaine de coopération entre le Kazakhstan et l'armée américaine. Toutefois, la Russie a une opinion divergente sur le rôle des États-Unis. Comme l'a déclaré l'ancien médecin sanitaire russe Gennady Onishchenko au Laboratoire central de référence, près d'Almaty, "des formulations biologiques militaires sont en cours de développement". Cet endroit n'a rien à voir avec les soins de santé civils du Kazakhstan". De leur côté, les autorités kazakhes affirment qu'il n'y a actuellement aucun Américain dans ce laboratoire, qui a été construit avec des fonds américains, et que tous les travaux sont effectués par des scientifiques kazakhs.

Les États-Unis s'intéressent également aux questions de sûreté nucléaire au Kazakhstan : le pays est l'un des plus grands exportateurs d'uranium et abrite plusieurs installations du programme nucléaire soviétique, notamment les réacteurs d'Alma-Ata et de Kurchatov, l'ancien centre du site d'essais nucléaires de Semipalatinsk. En 2017, le Kazakhstan a ouvert un centre de formation à la sûreté nucléaire (NSTC). Ce centre a été créé avec le soutien de l'Administration nationale américaine de la sécurité nucléaire (NNSA).  En août 2023, les États-Unis ont organisé un exercice de sûreté nucléaire au Kazakhstan.

De facto, les États-Unis ont créé des centres pour leur présence militaire au Kazakhstan, ce qui affecte les questions de sécurité biologique et radiologique, en contradiction avec la lettre et l'esprit des obligations du Kazakhstan en tant que membre de l'OTSC et de l'OCS, affirment les experts russes.

Sankazuke.jpg

Coopération avec le Royaume-Uni

En avril 2022, le Kazakhstan a signé un plan de coopération militaire avec le Royaume-Uni pour la période 2022-2023. Ce plan a été précédé par la participation active d'officiers britanniques à des programmes conjoints entre le Kazakhstan et l'OTAN et par l'accord d'un programme de coopération renforcée en matière de défense en 2013-2014. Ce sont les instructeurs britanniques qui enseignent principalement l'anglais au personnel militaire kazakh.

Fin septembre 2023, le ministre britannique de la Défense, James Hippey, s'est rendu au Kazakhstan pour discuter de la coopération militaire et "s'est félicité du soutien du Kazakhstan au régime de sanctions contre la Russie".

752x395-kazakistanla-26-ortak-proje-1504994104063-1.jpeg

Le Kazakhstan et la Turquie

Outre les États-Unis, le Kazakhstan renforce sa coopération militaire avec un autre membre de l'OTAN, la Turquie. En juillet 2023, des responsables militaires turcs ont discuté avec les dirigeants du ministère de la Défense du Kazakhstan des perspectives de relations bilatérales dans les domaines de l'éducation militaire, de la formation au combat et du maintien de la paix.

En mai 2022, lors de la visite de la délégation du président kazakh Kasym-Jomart Tokayev à Ankara, un mémorandum sur la coopération militaro-technique a été signé, en vertu duquel le Kazakhstan peut commencer l'assemblage et la maintenance sous licence des drones turcs ANKA. Aibek Barysov, président de l'Association des entreprises de l'industrie de la défense du Kazakhstan, a déclaré qu'il souhaitait développer davantage la coopération avec Ankara et les entreprises turques. Il a fait remarquer que les normes de l'OTAN sont plus modernes et plus sûres, et donc plus attrayantes.

La volonté du Kazakhstan de renforcer la coopération avec l'OTAN est également attestée par la tentative d'Astana d'acheter plus de 800 véhicules ARMA à la société turque Otokar pour plus de 4 milliards de dollars en 2022.

La fin du multi-vectorialisme ?

Le Kazakhstan a refusé de soutenir la Russie depuis le début de l'opération militaire spéciale en Ukraine. Le président Kasym-Jomar Tokayev a promis de suivre le "régime de sanctions" contre la Russie. Cette attitude est objectivement contraire aux intérêts du pays, dont les entreprises tirent de facto un grand profit de leur participation aux mécanismes de contournement des sanctions. Culturellement et économiquement, le Kazakhstan est étroitement lié à la Russie et à la Chine.

Les tendances négatives de la politique du Kazakhstan sont liées à l'influence atlantiste, qui contredit les intérêts objectifs du pays et l'identité eurasienne de ses peuples. Les États-Unis, l'Union européenne et le Royaume-Uni sont désormais très actifs en Asie centrale. L'objectif est de creuser un fossé dans les relations avec Moscou et Pékin en exploitant les frustrations des élites nationales face à la puissance des deux voisins. Par conséquent, l'OTAN cherche également à renforcer son influence dans la région.

Il s'agit toutefois d'un défi sécuritaire pour la Russie et la RPC qui, dans le contexte de la détérioration des relations avec l'Occident collectif, voient d'un très mauvais œil les signes d'une présence atlantiste dans la région. Le Kazakhstan s'efforce à présent de maintenir une stratégie d'équilibre entre eurasistes et atlantistes. L'aspect le plus visible de la coopération avec l'OTAN: l'exercice Steppe Eagle n'a pas eu lieu en 2023. À d'autres niveaux, cependant, l'interaction non seulement persiste, mais se développe.

La réaction de Moscou à l'événement avec l'ambassadeur américain au Centre des opérations de maintien de la paix montre que de tels contacts ne sont plus acceptables pour Moscou non plus. Dans ces conditions, il sera difficile pour le Kazakhstan de maintenir le multi-vectorialisme comme principe principal de sa politique étrangère. Il faut choisir : soit les atlantistes, qui cherchent à déstabiliser la région pour créer des problèmes à Moscou et à Pékin, soit le vecteur eurasien de développement - un pari sur la multipolarité, le refus de coopérer avec les atlantistes, le développement pacifique et harmonieux et l'amitié avec les voisins.

jeudi, 12 octobre 2023

La diaspora sikh: dans l'ombre du Khalistan

sikh-home.jpg

La diaspora sikh: dans l'ombre du Khalistan

Giorgio Sani

Source: https://katehon.com/ru/article/diaspora-sikhov-v-teni-halistana

L'assassinat de Hardeep Singh Nijjar (photo), un dirigeant sikh canadien, par des agents présumés de l'État indien devant le gurdwara de Surrey, en Colombie-Britannique, en juin 2023, a déclenché un incident diplomatique majeur entre l'Inde et le Canada. Nijjar était un chef religieux accusé par l'Inde de diriger la force interdite des Tigres du Khalistan. Bien que né dans l'État indien du Pendjab, il était citoyen canadien, et son assassinat sur le sol canadien par deux militants non identifiés ayant des liens présumés avec l'Inde a été qualifié par le Premier ministre canadien Justin Trudeau de "violation inacceptable de notre souveraineté".

Profile.jpg

Indépendamment de l'implication présumée de l'État indien, le meurtre de Nijjar a des implications plus larges que les relations indo-canadiennes. Il met en lumière le phénomène du nationalisme sikh et la relation entre la diaspora sikhe et sa "patrie" du Pendjab. En outre, il remet en question la signification de l'identité et de la souveraineté sikhe dans un monde en voie de globalisation.

Les Sikhs constituent une communauté culturelle et religieuse distincte en Asie du Sud, avec une diaspora active et une patrie territoriale. Ils se distinguent par le fait que la plupart des hommes sikhs portent leurs cheveux non coupés dans des turbans et peuvent porter des épées cérémonielles appelées kirpans, conformément aux enseignements de leur dixième et dernier gourou, Gobind Singh. Il y a environ 26 millions de sikhs dans le monde, la grande majorité d'entre eux vivant dans l'État indien du Pendjab, où ils sont légèrement majoritaires. Le Pendjab est leur patrie et Amritsar est la Jérusalem ou la Mecque des sikhs, où se trouve le sanctuaire le plus sacré, Sri Harmandir Sahib, dans le complexe du Temple d'or.

1200px-The_Golden_Temple_of_Amrithsar_7.jpg

Environ 2 à 3 millions de sikhs forment une diaspora dispersée dans le monde entier. Il s'agit notamment de colons qui ont émigré vers les anciens dominions de l'Empire britannique, y compris le Canada et ses colonies. Nombre d'entre eux ont toutefois été contraints de fuir le Pendjab pendant la guerre civile qui a éclaté entre les militants sikhs et le gouvernement central après la prise d'assaut du Temple d'or d'Amritsar, sanctuaire du sikhisme, par les troupes indiennes sur ordre du Premier ministre indien Indira Gandhi en 1984. Gandhi a ensuite été assassinée par son garde du corps sikh, ce qui a entraîné un pogrom, prétendument organisé par des membres du parti au pouvoir, le Congrès national indien (CNI), qui a fait trois mille morts. Cela a conduit à une guerre civile au Pendjab, où divers groupes militants, dont certains soutenaient clairement la création d'un État sikh séparé, le Khalistan, se sont rebellés contre le gouvernement central. Certains d'entre eux étaient peut-être soutenus par le Pakistan, mais ils jouissaient d'une certaine légitimité au Pendjab, car le gouvernement central a suspendu les élections et déployé des forces armées pour écraser le mouvement en faveur de "l'autodétermination nationale", au prix d'environ 30.000 vies humaines.

Bien que la "normalité" soit revenue au Pendjab au milieu des années 1990 avec le rétablissement des élections démocratiques, le Khalistan a continué à vivre en diaspora, notamment dans des sociétés multiculturelles telles que le Canada, qui a accueilli de nombreux migrants du Pendjab. Il y a trois décennies, Benedict Anderson (1992) a suggéré que le nationalisme sikh au Canada était une forme de "nationalisme à distance", ce qu'il entendait par "nationalisme sans responsabilité". En effet, Nijjar faisait campagne pour un référendum au Canada sur l'indépendance du Khalistan lorsqu'il a été abattu. Les sikhs représentent 2 % de la population canadienne, soit à peu près la même proportion qu'en Inde. Alors qu'aujourd'hui, les principaux problèmes du Pendjab, essentiellement agricole, sont les suicides d'agriculteurs dus au poids de la dette, et que la libéralisation prévue du secteur agricole a déclenché des manifestations d'agriculteurs il y a trois ans, le chômage des jeunes et une épidémie de drogue, le spectre du Khalistan plane toujours dans la diaspora. J'examinerai ci-dessous trois raisons à cela.

cfd22d84187353ea4f719f45763616a4.jpg

d0035a2ec2e626e226d75e7b14b9f083.jpg

La première est que la souveraineté sikhe est incarnée, c'est-à-dire que les sikhs portent des symboles qui leur rappellent qu'ils font partie d'une communauté religieuse et politique: la Khalsa. L'ordre des Khalsa, ou "communauté des purs", a été fondé par le dixième et dernier Guru Gobind Singh (1658-1707).

unnggamed.png

Guru Gobind a conféré une autorité spirituelle au livre saint sikh, le Granth Sahib, et une autorité séculière à la communauté des sikhs baptisés par le biais de la doctrine du Guru Panth, le corps social de la communauté (Khalsa collectif) dans lequel son esprit est éternellement présent. Cela a conduit à un discours qui identifie les Sikhs comme une communauté politique et religieuse partageant des mythes et des souvenirs collectifs liés à l'établissement de l'ordre Khalsa et à l'empire subséquent du Maharadjah Ranjit, qui régnait autrefois sur un empire qui s'étendait jusqu'aux frontières de l'Afghanistan moderne. Bien qu'en pratique l'empire de Ranjit Singh ait été multiconfessionnel, les Sikhs constituaient une "minorité dominante" et, après sa mort, il a fallu deux guerres aux Britanniques pour annexer officiellement le territoire. Les sikhs se souviennent de leur histoire chaque fois qu'ils visitent le gurudwara, leur lieu de culte.

La deuxième raison est que l'Inde ne peut plus prétendre être un État laïque. Contrairement aux versions nord-américaine et française de la laïcité, la laïcité indienne a toujours été fondée sur la reconnaissance des différences religieuses et culturelles dans la sphère publique. En théorie, l'État était censé être un arbitre neutre entre les revendications concurrentes des communautés religieuses et maintenir une "distance de principe" par rapport à la religion. Dans la pratique, cependant, l'État indien est apparu après la partition forcée du sous-continent par les Britanniques, mais aussi du Pendjab, entre l'Inde à majorité hindoue et le Pakistan à majorité musulmane. Les Sikhs se sont retrouvés au cœur des événements. Ils se sont rangés du côté de l'Inde, mais nombre d'entre eux sont devenus des réfugiés contraints de fuir l'épuration ethnique au Pakistan.

7b6c8bded92640383d806285b541d5d4.png

Les tentatives de trouver une patrie en Inde ont porté leurs fruits avec la réorganisation linguistique du Pendjab. Les sikhs ont déclaré que le pendjabi, largement parlé par toutes les communautés religieuses du Pendjab, était leur propre langue. Alors qu'ils recherchaient une plus grande autonomie au sein de l'Inde, le gouvernement central, sous la direction d'India Gandhi, a cherché à diviser la communauté sikhe en parrainant des militants. Ces derniers ont eu des conséquences désagréables en lançant une campagne d'intimidation brutale contre les hindous et les membres des sectes minoritaires sikhes. Enfin, l'État a cherché à supprimer les militants qui s'étaient réfugiés dans le complexe du Temple d'or. Dans leur tentative de les "chasser", les troupes indiennes, dont beaucoup étaient elles-mêmes sikhs, ont profané le Temple d'or, tuant de nombreux pèlerins. À partir de ce moment, une grande partie de la communauté sikhe est entrée en guerre contre l'État indien. Bien que l'État ait finalement réussi à réprimer le mouvement, il ne pouvait plus prétendre à la laïcité. Même l'élection du Premier ministre sikh Manmohan Singh n'a pas réussi à apaiser de nombreux sikhs. L'émergence ultérieure du nationalisme hindou, soutenu par le parti au pouvoir, le Bharatiya Janata Party (BJP), a intensifié la consolidation de l'identité nationale indienne autour d'un noyau ethnique hindou. Sous la direction du Premier ministre Narendra Modi, l'Inde est devenue un État hindou ou Hindu Rastra.

largepreview-1.pngLa raison la plus importante est peut-être que l'ordre international actuel ne reconnaît que les nations qui peuvent prétendre au statut d'État. Les Sikhs ont peut-être constitué une nation avant même d'être indépendants de la domination coloniale britannique. La revendication du statut d'État pour les Sikhs est basée, comme Gurharpal Singh et moi-même l'avons affirmé dans notre récent ouvrage intitulé Sikh Nationalism, sur un noyau ethnique pendjabi, puisque le sikhisme n'est pas une religion de conversion, sur une langue pendjabi et sur une patrie territoriale. Cependant, toutes ces composantes de la nationalité sikhe peuvent être contestées. En effet, la nation elle-même est mieux perçue comme une "communauté imaginée". Ce qui est indéniable, c'est que les Sikhs ont leur propre système politique, issu du mouvement Akali visant à reprendre le contrôle des gurdwaras sous la domination coloniale britannique. La création du comité Shiromani Gurdwara Prabandhak a fourni aux Sikhs un mécanisme de régulation des gurdwaras. Des élections concurrentielles ont été organisées pour contrôler le Comité, qui était dominé par diverses factions du Shiromani Akali Dal, le principal parti politique sikh. Toutefois, le contrôle du Comité ne s'étendait pas à la diaspora, où diverses factions engagées dans la création d'une patrie sikhe ont vu le jour. Hardeep Singh Nijjar était le chef de l'une de ces factions qui a organisé le référendum sur le Khalistan. L'allégation d'implication de l'État indien, si elle est confirmée, ne fera que souligner ce que de nombreuses minorités, en particulier les musulmans, considèrent depuis longtemps comme un fait: l'Inde sous le régime du BJP est une patrie pour les hindous.

Malgré le racisme profondément enraciné et souvent violent auquel sont confrontés de nombreux sikhs de la diaspora, les sikhs sont devenus à bien des égards une "minorité modèle". Le succès de l'intégration de nombreux migrants sikhs dans la société multiculturelle du Canada est illustré par l'élection du praticien sikh enturbanné Jagmeet Singh à la tête du Nouveau parti démocratique, un partenaire électoral crucial du Premier ministre Justin Trudeau. Pourtant, de nombreux sikhs de la diaspora éprouvent encore des difficultés à voyager en dehors du Khalistan. J'ai avancé trois raisons : la souveraineté sikhe est incarnée par le Khalsa ; l'Inde est en train de devenir un rashtra hindou ; et l'ordre international actuel donne la priorité à la reconnaissance des nations qui peuvent revendiquer le statut d'État. En bref, le Khalistan continue de jeter une longue ombre sur la diaspora.