Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 25 mai 2024

Les multiples visages de l'Iran

bef9c4d3b0b539aa743e9408a321e259.jpg

Les multiples visages de l'Iran

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/i-molti-volti-delliran/

Les funérailles de Raisi ont montré l'un des visages de la mosaïque iranienne. Celui qui prévaut, au grand dam de nos médias qui avaient, dans les jours précédents, mis l'accent sur les petites manifestations de liesse. Pas très fréquentées, et encore moins documentées. Alors que maintenant, c'est la foule... la foule qui prie, la foule qui pleure, la foule qui crie des slogans menaçants. A chaque arrêt du cercueil, jusqu'à sa dernière demeure dans la ville sainte de Mashad.

DMAVFM6V65GCHK4CKTOW7HVCEM.jpg

000_34TK3K6.jpg

Il ne s'agit pas, cependant, de discuter de la figure du défunt président. Les funérailles sont le test décisif de la complexité, non dénuée de tensions et de tiraillements, de la République islamique.

Et j'insiste sur le terme « République islamique ». Car la clé de la compréhension de l'Iran réside précisément là. Dans le fait qu'il s'agit d'une République et, surtout, d'une République islamique.

C'est en effet le ciment d'un pays par ailleurs fragmenté en mille « tesselles » de couleurs et de nuances différentes.

L'Iran est un cosmos où se côtoient des peuples aux ethnicités, aux langues et aux cultures différentes. Unifié cependant par la foi, l'islam chiite et, par conséquent, l'autorité des ayatollahs. Une autorité qui est à la fois religieuse et politique.

Bien sûr, il y a des exceptions. Parmi les Kurdes et les Baloutches, il existe des minorités sunnites d'une certaine importance. Il existe également de petites minorités chrétiennes et zoroastriennes. Toutefois, l'écrasante majorité des Iraniens s'identifient à la tradition chiite duodécimaine. Qu'il s'agisse de Persans - environ 60% des 86 millions d'habitants -, d'Azéris, d'Arabes, de Baloutches, de Qasquai, de Kurdes ou d'autres groupes ethniques mineurs.

Ethno-religious-Distribution-in-Irans-Provinces-Source-Minority-groups-from-CIA-2004.png

Et c'est précisément la foi chiite qui a été le ciment qui a empêché la République islamique d'imploser. Et ce, malgré les tentatives répétées, au fil des décennies, de fomenter des indépendances et des ethno-nationalismes. Ces tentatives ont provoqué des troubles, notamment avec les Baloutches et les Kurdes, mais n'ont jamais vraiment menacé l'unité du pays.

Cela s'explique également par le fait que l'élite dirigeante n'est pas l'expression exclusive de la majorité persane. Au contraire, au sommet, on trouve des membres de la composante arabe, comme le puissant chef du Basijj, la milice paramilitaire religieuse, Mohammed Reza Naqdi. Et surtout, l'ayatollah Ali Khamenei lui-même, le guide suprême, est issu de la minorité azérie.

Si la République islamique a tenu bon pendant tant de décennies, malgré les sanctions, l'isolement international et même des attaques militaires comme celle déclenchée par l'Irak de Saddam, c'est précisément grâce à cette cohésion autour d'une identité religieuse commune.

Et l'image, que nous continuons à véhiculer en Occident, d'un régime fondé uniquement sur la violence et l'oppression est fausse. Profondément fausse, car aucun régime ne pourrait tenir aussi longtemps s'il n'avait pas la capacité de rassembler la majorité de ses citoyens autour d'un noyau identitaire fort et solide.

Certes, à Téhéran et dans les grands centres urbains, il existe une classe moyenne supérieure qui supporte mal les obligations imposées par le système politico-religieux. Une classe moyenne, disons-le, qui est influencée par les modèles laïques et occidentaux. Et de ce fait influente et, tendanciellement, rebelle.

Mais elle est assez, voire très minoritaire. Et, de surcroît, très peu combative.

Qu'on le veuille ou non, le véritable Iran est représenté par les foules qui prient et hurlent de douleur au passage du cercueil de Raisi.

Nous devons le comprendre. Et ne pas se laisser bercer par le conte de fées que nous racontent nos médias et nos « experts ». La fable d'un régime composé de quatre vieux ayatollahs en palandres et d'une poignée de fanatiques violents qui oppriment toute, vraiment toute, la population. Qui aimerait vivre comme nous. Avec nos propres modèles sociaux et culturels, fluides et relativistes. Comme regarder l'Eurofestival et discuter de « l'identité de genre ». Ou d'autres choses de ce genre... qui nous semblent fondamentales. Mais seulement fondamentales pour nous...

mercredi, 22 mai 2024

L'Azerbaïdjan, pivot des nouvelles alliances mondiales

c05730498ee072fac9bff7958ec5195b.jpg

L'Azerbaïdjan, pivot des nouvelles alliances mondiales

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/azerbaijan-perno-di-nuove-alleanze-mondiali/

Dans la mort du président iranien Raisi, un détail a été largement sous-estimé par les médias italiens. En revanche, en parfaite harmonie avec le ministre Antonio Tajani qui se révèle, chaque jour un peu plus, comme le parfait successeur de Giggino Di Maio. Certes plus cultivé, mais encore plus dangereux pour l'avenir de l'Italie et la santé mentale de ses auditeurs. Cependant, l'aspect intéressant du voyage fatal de Raisi est sa destination et sa motivation.

Un barrage à la frontière avec l'Azerbaïdjan, en parfait accord avec Bakou. Bien sûr, à l'exception des larbins européens qui ne servent que les intérêts de Washington et de Tel-Aviv, il arrive dans le reste du monde de passer des accords avec ses voisins, même quand on ne les aime pas. Mais c'est la soudaine correspondance amoureuse entre l'Iran et l'Azerbaïdjan qui devrait nous inciter à regarder plus loin. Bakou a toujours été protégé par Ankara dans sa confrontation avec l'Arménie. Alors qu'Erevan était soutenu par la Russie et l'Iran.

Puis l'Arménie a préféré les sirènes néo-atlantistes, a été vaincue par les Azéris, et a choisi le camp de l'UE. Et, à ce moment-là, Moscou et Téhéran ont préféré améliorer leurs relations avec Bakou également parce que, de cette manière, ils amélioraient leurs relations avec la Turquie, renforçant ainsi une alliance de plus en plus précieuse au Moyen-Orient.

Une alliance qui, toutefois, pourrait avoir des répercussions bien au-delà des frontières des pays respectifs. En partant de la Méditerranée, en allant jusqu'à l'Inde et en impliquant de plus en plus l'Afrique. Mais en Italie, les discussions sur le plan Mattei se poursuivent.

L'héritage de Raisi

ebrahim-raisi.png

L'héritage de Raisi

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/leredita-di-raisi/

Hadi Nasrallah, le chef du Hezbollah, a déclaré que si Téhéran « trouve des preuves » d'une main israélienne derrière la mort de M. Raisi, cela « entraînera un changement géopolitique dramatique qui mettra le feu à toute la région ». Et il a conclu son tweet par « Israël entraîne le monde vers la troisième guerre mondiale ».

Je ne pense pas qu'il faille sous-estimer cette déclaration et la considérer comme l'expression de l'extrémisme libanais. Le Hezbollah est triplement lié à des cercles très spécifiques à Téhéran et sert souvent de porte-voix à des opinions qui ne peuvent être exprimées officiellement. Mais qui circulent, notamment dans le monde des Pasdaran. Et parmi leurs dirigeants.

Bien sûr, la position officielle sur la mort du président Raisi est qu'il s'agit d'un accident. Une position, pourrait-on dire, corroborée par le Guide suprême lui-même, Ali Khamenei. Qui ne veut absolument pas d'un choc frontal avec Israël. Et, par conséquent, avec Washington.

La vérité ? Personne, probablement, ne la connaît. Et elle n'apparaîtra certainement jamais avec certitude. Pour l'heure, toutes les hypothèses restent légitimes. Et, en même temps, inutiles. Seule compte la version officielle de Téhéran.

Cependant, la déclaration de Nasrallah devrait faire réfléchir. Le fait que Téhéran veuille exclure une confrontation directe avec Tel-Aviv ne signifie pas que la disparition de Raisi ne conduira pas à une nouvelle saison de guerre asymétrique et/ou par procuration.

Tout dépendra de la manière dont se dérouleront les élections imminentes pour la succession à la présidence de la République islamique. Selon la Constitution, ces élections doivent se tenir dans les cinquante jours.

Si la ligne de Rohani devait s'affirmer, c'est-à-dire tenter d'assouplir les relations internationales pour favoriser le développement économique, la tension commencerait à baisser.

Mais il est fort probable que ce soit l'inverse qui se produise. Et qu'au contraire, ceux, Pasdaran et Basiji en tête, qui entendent pousser l'affrontement avec l'Occident collectif - dont Israël est considéré comme la longue main - bien au-delà des limites de ce qu'avait fait Raisi ces dernières années, gagneront en force.

Ce dernier était en effet un conservateur religieux et un khomeiniste de la première heure. Mais il ne représentait pas l'aile la plus radicale de la révolution islamique. Et c'est pour cela qu'il avait été choisi par Khamenei. Pour briser l'isolement international de Téhéran, sans pour autant renoncer à son contrôle sans faille du pays.

Une tâche, il faut le dire, dont le défunt président s'est admirablement acquitté. En réprimant durement toute opposition interne, soupçonnée d'être « influencée par l'étranger ». Mais en tissant simultanément un réseau dense de relations internationales. Comme en témoignent, ces heures-ci, les réactions à sa mort. Et les condoléances de la Russie, de la Chine, des Philippines, de l'Inde, de la Turquie. Et même des rivaux historiques comme les Saoudiens.

Raisi laisse un Croissant chiite - Iran, Liban, Yémen, Irak - plus fort et plus soudé que jamais. Dans un contexte de relations économiques de plus en plus vivantes et fructueuses avec les pays du BRICS. Et de nature à rompre l'isolement dans lequel l'Iran avait plongé après les sanctions.

D'ailleurs, même d'un point de vue strictement stratégique, Téhéran n'est plus isolé, pouvant compter sur une relation très étroite avec la Russie - « grâce » à la guerre en Ukraine - et avec la Chine. Et celle, en plein développement, avec l'Inde.

Un bilan qui, au-delà de ce que l'on peut penser de la figure discutable du défunt président, est résolument très positif.

 

mardi, 21 mai 2024

De Soleimani à Raisi, Iran, quatre ans de morts violentes

f.elconfidencial.com_original_fdc_2fd_6b9_fdc2fd6b9711309a7f8f3491ecbf04e3.jpg

De Soleimani à Raisi, Iran, quatre ans de morts violentes

Andrea Muratore

Source: https://it.insideover.com/politica/da-soleimani-a-raisi-in-iran-quattro-anni-di-morti-eccellenti.html#google_vignette

3 janvier 2020 : Qasem Soleimani, commandant de la Force Quds des Gardiens de la révolution iranienne, est tué par un drone américain en Irak. 19 mai 2024 : le président Ebrahim Raisi meurt dans la province de l'Azerbaïdjan oriental en même temps que Hossein Abdollahian, le ministre des affaires étrangères de Téhéran. Ce sont les deux dates symboliques de quatre années et demie qui ont vu la chaîne de commandement de la République islamique s'effilocher considérablement. Celle-ci est confrontée à des défis de toutes sortes. Du siège des sanctions américaines après la fin de l'accord sur le nucléaire iranien à la longue guerre de l'ombre israélienne, de la pandémie de Covid-19 à la longue vague de protestations et de répression interne après la mort de l'étudiante Masha Amini, en passant par la recherche d'une entente avec ses rivaux, notamment avec l'Arabie saoudite, pays rival, et au bouleversement du Moyen-Orient après le déclenchement de la récente guerre à Gaza, l'Iran s'est retrouvé dans une série de jeux complexes et enchevêtrés entre l'assassinat de Soleimani et le désastre de l'hélicoptère présidentiel d'avant-hier.

Entre les deux, 1598 longs jours au cours desquels la chaîne de commandement du pays a été ébranlée et la stabilité interne de l'État mise à mal. Les deux hommes sur lesquels le gouvernement de la République islamique doit s'appuyer sont les symboles des problèmes auxquels l'Iran doit faire face: pour Soleimani, après 2020, certains envisageaient déjà un avenir politique au plus haut niveau, voire présidentiel. Quant à Raisi, il était considéré comme le successeur idéal du Guide suprême Ali Khamenei, qui, tel un François-Joseph de notre époque, se retrouve à survivre à ses propres successeurs potentiels alors que les incertitudes sur la trajectoire future du pays s'accumulent.

81d4b0ee1d0c96faa28b4938ce394801.jpg

Au cours de ces quatre années et demie, le mot d'ordre de l'élite iranienne est devenu la « précarité ». Pour certains, il s'agit d'une précarité politique : dans le climat de militarisation de l'opinion publique à l'égard des rivaux de Téhéran, par exemple, l'ancien président Hassan Rouhani et l'ancien ministre des affaires étrangères Mohammad Zarif ont été mis à l'écart après le vote de 2021 qui a élu M. Raisi. Pour ceux qui ont nourri des ambitions de retour, comme l'ancien président populiste Mahmud Ahmadinejad, l'avertissement de ne pas faire de mouvements irréfléchis est venu de la pression des médias et, en 2023, même d'une arrestation pour avoir incité à des manifestations en juin. Mais pour de nombreux hauts responsables de l'État iranien, c'est leur vie même qui a été mise en danger. En particulier à cause du conflit obscur avec Israël, qui a fait surface sous la forme d'une confrontation directe au cours de ce printemps chaud, mais qui a traîné pendant des années comme un conflit entre les ambitions régionales contradictoires de Tel-Aviv et de Téhéran, en particulier dans la zone tampon de sécurité du « croissant chiite » construit par l'Iran entre le Liban, la Syrie et l'Irak.

a6f5abd9a20be841a3a7ebcddcffa8c8.png

Des membres éminents de l'establishment de Téhéran sont morts sous les coups israéliens. Après l'assassinat de Soleimani, celui du chef du programme nucléaire de Téhéran, Mohsen Fakhrizadeh, organisé par le Mossad sur ordre de Benjamin Netanyahou, a fait grand bruit en 2020. En 2022, Davoud Jafari, colonel des Pasdarans à la tête du programme aérospatial des Gardiens de la révolution, est tué. En Syrie, Reza Mousavi (photo), un autre haut commandant du même corps, est tué par Israël en 2023, et le mois d'avril voit l'assassinat du général de brigade Reza Zahedi au consulat général de Damas sous les coups des FDI, ce qui déclenche la riposte de Téhéran.

Dans ce contexte, l'Iran a subi plusieurs coups. Et il se retrouve comme un pays perpétuellement sur la brèche, où le polycentrisme des pouvoirs politiques et militaires conduit à différentes échelles de priorités et de conflits, notamment entre les « faucons » et les « colombes » du front sécuritaire. Souvent, en Iran, on ne sait pas qui commande : on l'a vu après l'attaque de Soleimani, pendant les manifestations qui ont suivi la mort de Macha et après l'attaque d'Isis-K en janvier dernier. Alors que les attentats et les tragédies éclaircissent les rangs des dirigeants iraniens, un problème majeur se pose désormais, celui de la planification de l'avenir dans un pays vaste et contradictoire. Capable de produire de la technologie nucléaire mais incapable de localiser l'hélicoptère présidentiel disparu pendant une demi-journée. Capable de se projeter militairement dans la région et de résister à des sanctions étouffantes, mais incapable de résoudre les contradictions post-révolutionnaires entre les héritiers de la prise de pouvoir et les organes politiques de l'État tels que la présidence et le parlement. Un pays avec de nombreux guides et un seul Guide, l'Ayatollah, appelé comme un vieux garant à faire la synthèse alors qu'entre les « radicaux » et les institutionnels le sillon s'élargit et les figures de poids sont de moins en moins nombreuses. En raison également de leur départ. L'incertitude a été et restera la marque de fabrique de l'Iran dans l'une des phases historiques les plus critiques de l'ère actuelle.

Donnez-nous encore une minute de votre temps !

Si vous avez apprécié l'article que vous venez de lire, posez-vous la question suivante : si je ne l'avais pas lu ici, l'aurais-je lu ailleurs ? S'il n'y avait pas InsideOver, combien de guerres oubliées par les médias le resteraient ? Combien de réflexions sur le monde qui vous entoure ne pourriez-vous pas faire ? Nous travaillons tous les jours pour vous offrir des reportages de qualité et des articles de fond totalement gratuits. Mais le journalisme que nous pratiquons est loin d'être « bon marché ». Si vous pensez que cela vaut la peine de nous encourager et de nous soutenir, faites-le maintenant.

mercredi, 15 mai 2024

L'Inde intensifie sa coopération avec l'Iran dans le domaine des infrastructures de transport

e418a24a-cee4-48e0-9e62-16ff483f5964.jpg

L'Inde intensifie sa coopération avec l'Iran dans le domaine des infrastructures de transport

Arthur Kowarski 

Source: https://jornalpurosangue.net/2024/05/14/india-intensifica-cooperacao-com-o-ira-em-infraestrutura-de-transportes/

L'Inde a signé un contrat de dix ans avec l'Iran pour développer et exploiter le port iranien de Chabahar, a annoncé le gouvernement indien.

Le port de Chabahar revêt une importance stratégique pour l'Inde: il constitue un lien crucial avec l'Afghanistan, l'Asie centrale et la région eurasienne au sens large.

Chabahar_port_operation_1.png

chabahar-port.jpg

L'accord signé hier entre l'Inde et l'Iran prévoit d'intégrer le port de Chabahar dans le corridor international de transport nord-sud (INSTC), afin de faciliter les échanges entre l'Inde, la Russie et d'autres pays, en passant par l'Iran et, éventuellement, l'Azerbaïdjan.

Chabahar.rota_.jpg

La ligne actuelle en violet et les nouveaux itinéraires possibles en bleu.

Cela permettra à l'Inde de contourner le Pakistan et d'établir un accès direct à l'Afghanistan et, à terme, à l'Asie centrale. Ennemi historique de l'Inde, le Pakistan empêche l'économie à la croissance la plus rapide du monde d'accéder à sa frontière septentrionale, constituée du pays voisin et de la barrière himalayenne.

Le principal avantage de ce corridor passant par Chandahar est qu'il réduit de deux à trois fois le temps nécessaire à la livraison des marchandises, ce qui accroît encore la compétitivité des produits indiens sur ce marché et augmente le potentiel d'un meilleur écoulement de la production de pétrole et de gaz de la Russie et d'autres pays d'Asie centrale vers le marché indien.

L'un des porte-parole du département d'État américain, Vedant Patel, n'exclut pas la possibilité que des entreprises indiennes soient sanctionnées pour leur participation à des activités commerciales avec l'Iran. « Toute entité, toute personne qui envisage de faire des affaires avec l'Iran doit être consciente des risques auxquels elle s'expose et du risque possible de sanctions », a déclaré M. Patel lors d'une audition au Congrès américain.

Historiquement, l'Inde a été l'un des leaders du mouvement des non-alignés et a maintenu une position de détachement par rapport au conflit tout au long de la guerre froide. Elle maîtrise officiellement la technologie militaire pour la fabrication d'armes nucléaires depuis les années 1970, sans perdre le respect des États-Unis et du reste de l'Occident, qui se rapproche de l'Inde en raison de sa rivalité avec la Chine. Même si les États-Unis maintiennent une forte présence au Pakistan.

Si la coopération entre l'Inde et l'Iran se poursuit, on verra jusqu'où ira la menace américaine de sanctionner les entités impliquées dans des affaires avec l'Iran. Si les États-Unis ne renoncent pas à leur hostilité envers la Chine et la Russie, l'ouverture d'un conflit avec l'Inde ne ferait qu'accélérer l'émergence d'un monde multipolaire.

mardi, 30 avril 2024

Actualité géopolitique: Robert Steuckers répond aux questions d'Al Jazeera

655226b4cc3c662fa872047ce132c381.jpg

Actualité géopolitique: Robert Steuckers répond aux questions d'Al Jazeera

Propos recueillis par Hafsa Rahmouni

Voir aussi: https://www.aljazeera.net/politics/2024/4/25/

Iran et Israël

Comment voyez-vous l’attaque iranienne contre Israël ? Quelles sont ses conséquences politiques et militaires pour les pays de la région ?

Je replace cette attaque dans un contexte historique très large, très ancien. Le stratégiste américain Edward Luttwak prétendait qu’en Méditerranée orientale, les Etats-Unis, suite à la Grande-Bretagne, étaient les héritiers des stratégies romaines et byzantines. L’Iran, dans cette perspective, demeure l’héritier de l’empire perse. Israël relève alors, comme le soulignait notamment Arnold Toynbee, d’une judaïté hérodienne, alignée sur les desiderata impériaux de Rome et sert à empêcher tout l’arrière-pays mésopotamien et perse de se projeter vers la Méditerranée, désormais « Mare Nostrum », non plus d’un Empire romain ou d’une Italie mussolinienne, mais d’un hegemon américain, foncièrement étranger à l’espace méditerranéen, d’un point de vue anthropologique et religieux. La redistribution des cartes, depuis la consolidation de la Russie par Poutine, depuis la présence russe en Syrie, depuis la volonté chinoise de parachever le projet « Belt and Road » fait qu’une entité sioniste-hérodienne devient une gêne pour les dynamiques nouvelles. Les puissances maritimes anglaise, puis américaine, ont une stratégie récurrente : occuper les terres qui se trouvent à l’extrémité intérieure des mers intérieures. Le Koweit dès 1910 pour empêcher l’Empire ottoman d’exploiter sa fenêtre sur le Golfe et sur l’Océan Indien (chasse gardée des Britanniques à l’époque). Les Pays Baltes au moment de la révolution bolchévique de 1917 puis lors de l’effondrement de l’Union Soviétique. La Géorgie à l’extrémité orientale de la Mer Noire, etc. Israël a reçu pour fonction de garder la côte la plus orientale de la Méditerranée au bénéfice de Londres d’abord, de Washington ensuite.

Iran China Russia map.png

L’Iran, et derrière lui, la Russie et la Chine, contestent cette fonction et verraient plutôt l’espace qui va d’Antioche à Gaza (voire à Suez) comme un tremplin vers la Méditerranée. Les questions qui sont ouvertes depuis la riposte iranienne sont les suivantes :

  • Le rejet des règles diplomatiques, théorisé et appliqué par les penseurs et les praticiens de l’idéologie néo-conservatrice américaine, est désormais suivi d’effets et plus seulement de paroles.
  • L’Iran renforce ses alliés sur la ligne Syrie/Yémen, écornant de la sorte les structures et entités hérodiennes.
  • L’audace de l’Iran laisse supposer qu’il a désormais les moyens de faire face à Israël, puissance nucléaire. La donne changerait alors du tout au tout.

À votre avis, pourquoi les États-Unis et l’Europe cherchent-ils à décourager Israël de répondre à l’Iran ?

Vu le nombre de zones de conflit potentielles, les Etats-Unis craignent l’hypertrophie impériale soit savent que la prochaine présidence américaine sera trumpiste donc isolationniste et que le bellicisme de Biden ne pourra pas se déployer à temps soit entendent gagner du temps pour consolider leur front anti-russe de l’Arctique à la Mer Noire soit savent que l’Iran dispose dorénavant des moyens de se sanctuariser. Dans ce scénario très inquiétant, l’Europe sera en quelque sorte le dindon de la farce :

  • Elle sera laissée seule face à la Russie avec une opinion publique qui n’est pas vraiment intéressée à déclencher un conflit en dépit de la propagande éhontée débitée par le quatrième pouvoir médiatique, de plus en plus démonétisé. En plus, ses arsenaux sont vides.
  • L’objectif non déclaré des Américains est d’affaiblir définitivement l’Europe en l’opposant à la Russie dans une guerre d’usure de longue durée qui paralysera Moscou sans la terrasser. Cette guerre empêchera la soudure de la grande masse eurasienne justement en un lieu qui est une « région-transit » ou « gateway region » telle l’Ukraine. Au Levant, la guerre de Syrie, qui n’est pas terminée, la présence d’un Israël hérodien, une longue guerre d’usure empêchera la côte orientale de la Méditerranée d’être la fenêtre vers l’Ouest des arrière-pays mésopotamien, iranien, indien et chinois.  L’Europe sera à nouveau enclavée, courant ainsi le risque d’imploser.

Comment expliquez-vous, d'un point de vue stratégique, le double standard occidental dans l'escalade iranienne avec Israël. Alors que l'Occident n'a pas condamné le bombardement par Israël du consulat iranien à Damas, qui constitue une violation flagrante du droit et des normes internationales, les Occidentaux pays sont venus défendre Israël politiquement et militairement lorsque l’Iran a répondu de la même manière à Israël ?

Le double standard est un fait qui ne date pas d’hier. L’hypocrisie est un mode de gouvernement occidental, propre au binôme idéologique qui structure la pensée anglo-saxonne : la fusion entre la rage puritaine d’un protestantisme sectaire et dévoyé et le libéralisme moralisant de Locke. A cette fusion entre religiosisme délirant et libéralisme irréaliste s’ajoutent les délires de la pensée révolutionnaire française. Ces tares anciennes ont été actualisées par le néolibéralisme et le néoconservatisme américains, importés en Europe depuis l’avènement de Margaret Thatcher au poste de premier ministre au Royaume-Uni en 1979. Lors de l’agression contre l’Irak, les néoconservateurs bellicistes américains proclamaient que les Européens étaient des lâches, des « fils de Vénus et non de Mars » parce qu’ils préconisaient des solutions diplomatiques. Depuis lors, les hommes politiques européens, qui pariaient sur les ressorts de la diplomatie traditionnelle, ont été progressivement vidés du pouvoir en Europe sous la pression des services américains : Sarközy a rejoint l’OTAN, que De Gaulle avait quittée dans les années 1960 ; la France est devenue le troisième pilier du Gros-Occident au lieu de mener une politique autonome. Avec Macron, qui est un « Young Global Leader », l’alignement est total au détriment du peuple français, mis au pas à coups de matraque, de grenades de désencerclement, etc.

FMCHs0DXEAMAX44.jpg

L’attaque d’Israël contre le consulat iranien à Damas est une étape supplémentaire dans le déni de diplomatie et dans le non respect des conventions internationales, préconisés par l’idéologie néoconservatrice ou « kaganiste » (les thèses de la famille Kagan, dont fait partie Victoria Nuland). Cette attaque, avec l’assaut contre l’ambassade du Mexique en Equateur, constitue une première, inaugure un nouveau mode de fonctionnement. Les règles ne seront plus respectées désormais et un pesant silence médiatique s’abattra sur les entorses aux conventions diplomatiques tandis que les Etats ou les régimes considérés comme ennemi du trinôme occidental (France, Etats-Unis, Royaume-Uni) et des Etats vassalisés tenus en main par les « Young Global Leaders » ou figures assimilées, devront subir toutes les avanies sans avoir le droit de s’exprimer ou de se défendre.

Politique européenne

Quel est l’impact attendu de la montée de l’extrême droite en Europe et de ses chances aux prochaines élections sur la politique étrangère de l’Union européenne ?

Il n’existe pas une seule « extrême-droite », au singulier : ce qui est rassemblé arbitrairement sous ce vocable constitue un ensemble kaléidoscopique et hétéroclite de réactions diverses à l’encontre ou en faveur de l’Occident et de l’OTAN. On peut raisonnablement prévoir une montée des partis populistes de droite aux prochaines élections européennes mais la question réelle qui devrait être posée est la suivante : ces formations diverses se retrouveront-elles dans les mêmes groupes ou agiront-elles en ordre dispersées au sein de groupes différents dans le futur Parlement européen ? Le critère de différenciation est à l’évidence la position des uns et des autres face à l’OTAN, aux Etats-Unis, à la Russie et à la guerre en Ukraine. On constate que Giorgia Meloni s’est entièrement alignée sur la politique de l’OTAN, alors que cela n’avait pas été dit lors de sa campagne électorale. On pouvait même croire qu’elle allait favoriser une politique italienne indépendante en Méditerranée. Le Rassemblement National français, au cours de ces deux dernières années, semble suivre la même politique et on peut imaginer, d’ores et déjà, qu’il s’alignera sur la politique suivie par Meloni en Italie, de même que « Reconquête », le mouvement d’Eric Zemmour et Marion Maréchal qui, subitement, et contrairement aux thèses défendues dans le cadre de son institut politique, l’ISSEP, se met à prendre des positions hostiles à la Russie dans le conflit ukrainien, espérant sans doute former un groupe assez vaste avec des bellicistes de droite d’Europe orientale, jugés partenaires plus convenables que les neutralistes allemands ou autrichiens. La germanophobie pathologique est toujours vivace en France, de même que l’inhabilité à comprendre ce qui est différent des manies ou des institutions de l’Hexagone.

kickl001.jpg

En Allemagne et en Autriche, au contraire, les positions neutralistes, différentes des positions de l’OTAN, s’affirment dans les rangs des partis populistes, l’AfD et la FPÖ. Cette dernière partage également des positions communes avec les Hongrois de Orban (qui sont dans le groupe du PPE) et les Slovaques de Fico et Pellegrini. On peut penser que la Lega italienne de Salvini, elle, s’alliera aux Allemands et aux Autrichiens, compensant ainsi la perte, pour le groupe « Identité et Démocratie », des élus du Rassemblement National. Si tous ces partis gagneront immanquablement des voix en juin prochain, ils ne se retrouveront pas dans les mêmes groupes et ceux qui rejoindront les positions de Mesdames Meloni, Le Pen et Maréchal voteront en faveur des politiques américaines (et woke), avec les Libéraux, la gauche socialiste, les conservateurs pro-OTAN, les écologistes de Cohn-Bendit et le PPE. Les autres seront isolés ou n’auront pas assez de poids pour faire valoir leurs positions neutralistes.

Avec la fin du soutien économique des pays africains (anciennes colonies), la guerre en Ukraine et l’impact de ce qui se passe au Moyen-Orient… Comment évaluez-vous les performances de l’Europe jusqu’à présent ?

On ne peut pas parler de performances quand on évoque l’Europe actuelle. La France s’est rendue odieuse en Afrique en tentant d’imposer aux peuples de ce continent des politiques néolibérales et woke qu’ils ne pouvaient accepter. Le coup le plus dur que Paris a dû encaisser a été la perte du Niger, d’où provient l’uranium qui fait fonctionner les centrales nucléaires françaises, donnant à la France un atout énergétique important, lui permettant de vendre (très cher) de l’énergie à d’autres pays d’Europe.

La colonisation indirecte de l’Afrique permettait aussi l’exploitation de pays d’Europe. La guerre en Ukraine a brisé définitivement tous les espoirs de constituer ce que Gorbatchev avait appelé la « Maison commune ». Les événements actuels du Levant, en Syrie et à Gaza, ne permet aucun harmonie en Méditerranée. Aucune de ces nouvelles donnes ne joue en faveur de l’Europe réelle. Tous ces événements contribueront à affaiblir l’Europe encore davantage voire à la faire imploser définitivement. Alignée sur les Etats-Unis, elle n’a aucune chance de se développer, d’entrer dans les dynamiques à l’œuvre ailleurs dans le monde, alors qu’elle y aurait tout intérêt.

Comment voyez-vous l'expansion du groupe BRICS et son programme déclaré visant à former un axe ou un bloc international pour faire face à l'hégémonie américaine sur le système international et à démanteler le système unipolaire en un système multipolaire ?

L’existence du groupe BRICS est un fait. Qui demeurera incontournable. Les objectifs de ce groupe de grandes puissance économiques et de pays émergents, voire de pays-continents, sont de développer un commerce intensif inter-BRICS, selon des règles qui ne sont pas celles instaurés à l’ère néolibérale occidentale, commencée en 1979. Ce commerce doit tenter d’échapper au maximum aux fausses règles néolibérales (occidentales), notamment en accentuant le processus de dédollarisation, auquel l’Europe devrait à terme se joindre, di moins si elle parvient à se débarrasser de la dictature néolibérale actuellement en place dans la Commission de Bruxelles. L’Europe, surtout après le Brexit, devrait retourner à des politiques de semi-autarcies, telles celles qui ont toujours été préconisées par les grands économistes concrets et non idéologisés.

Ces économistes font partie d’une catégorie de penseurs que d’aucuns avaient baptisée « hétérodoxes », soit des penseurs qui ne sont pas réductionnistes dans leur approche de l’économie. Ils s’inscrivent dans des histoires nationales ou continentales particulières, ayant développé dans un contexte précis, des pratiques spécifiques, adaptées au temps et à l’espace, comme, par exemple, l’économie chinoise actuelle, post-maoïste, est adaptée à la tradition impériale de l’Empire du Milieu et à la pensée confucéenne, tout en se souvenant des règles de l’économiste allemand du 19ème siècle, Friedrich List, par ailleurs inspirateur du Kuomintang. La bataille à engager est la bataille contre les errements de l’idéologie irréaliste du libéralisme pur, dégagé de l’histoire réelle et des institutions concrètes des peuples.

brics-dollar.png

Voyez-vous que les pays économiquement émergents comme la Chine, la Russie, l'Inde et le Brésil suivent un système économique différent de celui dans lequel évoluent l'Occident, notamment l'Amérique et l'Europe, et quelles sont les différences entre eux ? Lequel est le plus capable de rivaliser et de sauver l’économie mondiale ?

Les pays émergents, surtout la Chine et l’Inde, peuvent parier sur un marché intérieur suffisamment vaste, vu leur poids démographique. L’Occident connaît un ressac démographique préoccupant. Actuellement, la Chine semble être l’Etat-Civilisation le plus dynamique, pariant justement sur une pratique préconisée jadis par Friedrich List : développer les infrastructures de transport sur la masse continentale eurasienne, grâce au projet dit « Belt and Road ». Si nous voulions schématiser, nous dirions que l’Occident repose sur une logique thalassocratique, sur une logique fluide, tandis que les puissances émergentes, que sont la Russie, la Chine, l’Inde et l’Iran, reposent sur une logique continentale, ancrée dans la vaste territorialité eurasienne. La logique thalassocratique de l’Occident ne peut survivre que si la logique continentale est entravée, si les communications terrestres sur le vaste espace eurasien sont bloquées. L’Europe n’a aucun intérêt à ce que triomphe la logique thalassocratique : si tel est le cas, l’Allemagne en est déjà la première victime.

Le sabotage des gazoducs Nord Stream 1 & 2, qui amenaient le gaz du Nord-Est de la Russie (zone arctique), déséquilibre totalement le dynamisme légendaire de son industrie, étouffée désormais par le prix exorbitant de l’énergie. Le ressac de son commerce avec la Chine fera que cette industrie périclitera encore davantage. Le très récent voyage du falot Chancelier Scholz à Pékin a bien montré que les anciens gouvernements Merkel puis surtout l’actuel gouvernement « feu tricolore » a fait fausse route sur toute la ligne, à cause des écologistes délirants, qui font la politique américaine qui a toujours visé le démantèlement des structures industrielles européennes, surtout les allemandes. En France, Macron a vendu les fleurons de l’industrie française au Etats-Unis (Alstom, etc.). Les pays émergents des BRICS en Eurasie doivent éviter cette logique délétère : c’est la raison pour laquelle la propagande occidentale (made in USA) leur colle l’étiquette désormais infâmante d’ « illibérale ».

Peut-être que la chose la plus marquante qui distingue récemment l’Occident est la protection du phénomène de l’homosexualité et du transgenre par les systèmes au pouvoir, les organisations internationales et les institutions de la société civile ? Selon vous, pourquoi l’Occident cherche-t-il à imposer cette approche à la majorité de l’humanité qui rejette cette approche anormale ?

Remontons à l’histoire des idées au 18ème siècle, période où se sont affirmées les idéologies occidentales, qui atteignent leur apex aujourd’hui, basculant dans le délire, tout en exigeant que la planète entière y participe également. De l’Angola à la Papouasie et du Kirghizistan au Pérou, tous les peuples sont contraints par l’idéologie dominante occidentale d’adopter le délire LGBTiste et woke. Au 18ème siècle, les diverses variantes de l’idéologie des Lumières, qui, par convergence, génèreront l’occidentalisme actuel, postulait un individu isolé, détaché de tout contexte social (Locke, Rousseau).

Woke-EU-3801205.jpg

Les variantes, aujourd’hui refoulées des Lumières, qui n’ont pas conduit à cet occidentalisme pernicieux contemporain, voyait un homme ancré dans une famille, un clan (asa’biyya en arabe), un peuple, une histoire, une tradition littéraire et religieuse (Herder). Nous assistons aujourd’hui à la rage des idéologues des Lumières libérales qui entendent parachever leur programme en brisant les ressort de la famille traditionnelle en stigmatisant le couple hétérosexuel et la parentalité bienveillante qu’il est censé générer. La rage woke, quant à elle, cherche à briser tout ancrage des hommes concrets dans l’histoire, dans la religion, dans la tradition, en détruisant les statues commémoratives, en interdisant la lecture des classiques de la littérature, en détruisant les humanités gréco-latines (socle de l’Europe), en incendiant des églises (comme partout en France à l’heure actuelle, y compris la cathédrale de Paris), etc.

Cet occidentalisme destructeur entend généraliser cette rage iconoclaste à l’ensemble des civilisations de la planète. Ces autres civilisations ne l’acceptent pas : qu’elles soient portées par des milliards de personnes comme en Chine ou en Inde (Bharat) ou qu’elles soient plus modestes en dimensions, comme en Afrique où les peuples commencent à se souvenir des Empires Songhai, de la civilisation indigène de l’Ethiopie, etc.

Guerre d'Ukraine

Pourquoi l’intérêt international pour la guerre en Ukraine a-t-il diminué après qu’elle ait longtemps dominé l’actualité ? Y a-t-il un changement dans la politique des États-Unis et de l’Europe en faveur de la guerre ?

La guerre en Ukraine a été manigancée pour créer le chaos en Europe et pour ruiner la locomotive industrielle allemande. Elle a été également conçue pour bloquer les dynamiques eurasiennes en un point crucial, soit à l’endroit où convergent les routes plurimillénaires de la grande masse territoriale eurasienne. La Crimée a été longtemps la porte ouverte de l’Europe à la Chine, l’aboutissement des routes de la Soie médiévales où les comptoirs italiens réceptionnaient les denrées dont l’Europe avait besoin. La fleuve Don est lié à la Volga qui mène à l’Arctique et à la Baltique (donc à l’Europe allemande et néerlandaise de la Mer du Nord), d’une part, et à la Caspienne, donc à la Perse et à Bagdad, d’autre part. L’archéologie découvre actuellement que, dès le néolithique, les multiples parties de l’Eurasie ont toujours été en rapports assez étroits entre elles. Le commerce de l’ambre liait la Baltique et la Mer du Nord à l’Egypte. Des artefacts en or ou en lapis lazuli, trouvés en Europe et datant de la protohistoire, sont faits au départ de matériaux provenant d’Asie centrale (via les cultures d’Andranovo et de Yamnaya) ou de l’Afghanistan actuel.

La culture militaire des thalassocraties veut actuellement des guerres courtes, d’un an ou moins. La guerre d’Ukraine est entrée dans sa troisième année. La dynamique est bloquée. Le peuple ukrainien est saigné à blanc. Sur le terrain, la situation est figée comme pendant de longues années lors de la Première Guerre Mondiale. La Russie a tenu bon et restera apparemment  dans les régions russophones de l’Est et du Sud de l’ancienne Ukraine soviétique. Le scénario prévisible est le suivant : les oblasts conquis par l’armée russe feront partie de la Fédération de Russie ; l’Occident empêchera la conquête d’Odessa (on évoque aujourd’hui l’entrée d’unités françaises dans la ville ou aux abords de celles-ci, information à vérifier) ; l’Occident tentera de gagner du terrain en Mer Noire (vieux but de guerre britannique), en tentant de satelliser la Géorgie et l’Arménie ; l’OTAN a profité du conflit ukrainien pour transformer la Baltique en un lac otanien, l’Europe perdant du même coup la possibilité d’élargir au départ des deux Etats neutres (Suède et Finlande) une zone non alignée sur l’ensemble du continent ; le conflit ukrainien a permis d’ouvrir un vaste front qui part de l’Arctique et s’étend jusqu’à la Mer Noire, menace les ports russes de Mourmansk et Arkhangelsk (vitaux lors de la Deuxième Guerre Mondiale) et la ville de Saint-Pétersbourg, toute proche de la frontière finlandaise.

shutterstock-2159213229-scaled.jpg

L’OTAN a ainsi gagné plusieurs atouts territoriaux et stratégiques : le conflit ukrainien peut donc désormais être gelé. Il s’agit désormais de se maintenir en Méditerranée orientale, d’isoler la base russe sur le littoral syrien, de s’imposer à la Turquie qui joue aujourd’hui une politique néo-ottomane originale et en porte-à-faux par rapport à l’OTAN, de vider l’abcès palestinien à Gaza et de consolider un Etat hébreux hérodien (au service d’un Empire américain de l’Ouest, présenté par le stratégiste Edward Luttwak comme néo-romain ou néo-byzantin, dont le but est de maintenir éloigné le pôle perse des BRICS).

La destruction de Gaza a aussi, très probablement, pour but de faire de ce territoire le terminal méditerranée d’un « Canal Ben Gourion », relié à la Mer Rouge (Golfe d’Akaba) et censé doublé le Canal de Suez. Ce Canal devrait alléger le trafic de celui de Suez et être relié à un projet alternatif au projet chinois « Belt and Road », d’une part, et au projet des Russes, Iraniens et Indiens, baptisé « International North South Economic Corridor », reliant Mumbai en Inde aux ports iraniens et, de ceux-ci, à la Caspienne et au Caucase pour aboutir à la Baltique et à la Mer Blanche. L’importance de ce projet occidental relativise le conflit bloqué d’Ukraine.

Après deux ans de guerre en Ukraine, comment voyez-vous son issue sur le plan stratégique ? La victoire de Poutine lors d'un nouveau mandat présidentiel aura-t-elle un impact sur l'évolution du conflit entre l'Occident et la Russie ?

Sur le plan stratégique, l’Occident américain qui a éliminé le non-alignement suédois et finlandais en Europe du Nord, permis à l’OTAN de faire pression sur la Russie de Mourmansk à Saint-Pétersbourg et à Kaliningrad/Königsberg, devrait se satisfaire de ces avancées, très avantageuses. Sur le terrain, dans le Donbass, à Luhansk, en Crimée, etc., il est prévisible que l’Occident accepte une solution coréenne avec un nouveau Rideau de Fer à l’Est du Dniepr. Le poutinisme n’aura pas été vaincu ni éliminé comme certains l’avaient espéré. Quant à l’après-Poutine, qui arrivera inéluctablement, rien ne permet de le deviner.

La balle est dans le camp des Européens : accepteront-ils encore longtemps les politiques suicidaires que préconisent les services américains, tolèreront-ils encore longtemps les errements des « Young Global Leaders » qui les ruinent ? Aucun sursaut ne semble se dessiner à l’horizon, aucune généralisation des politiques de résistance de la Hongrie et de la Slovaquie n’est à l’ordre du jour ailleurs en Europe, surtout en France et en Allemagne (malgré les suggestions de l’AfD à droite et du parti de Sahra Wagenknecht et Oskar Lafontaine à gauche). Cependant, c’est en Europe de l’Ouest que le sursaut devra se produire.

Tout lecteur arabe de ces lignes doit se mettre en tête que l’Europe n’est pas nécessairement l’Occident : celui-ci découle, idéologiquement, de deux ou trois matrices perverses : le calvinisme hollandais, le puritanisme cromwellien puis américain, l’idéologie révolutionnaire française. L’Espagne catholique, le prussianisme luthérien, l’indépendantisme irlandais, le neutralisme suédois, les héritages de l’Empire austro-hongrois, le confédéralisme suisse, les innombrables ressources de l’Italie, les traditions de l’Europe orthodoxe et l’héritage gréco-romain ne participent pas des trois matrices occidentales et recèlent, s’ils le voulaient, toutes les recettes, tous les remèdes, pour guérir de la maladie occidentale.

 

vendredi, 26 avril 2024

Guerre civile islamique

hqdchsuefault.jpg

Guerre civile islamique

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/guerra-civile-islamica/

La confrontation actuelle entre l'Iran et Israël comporte un risque implicite qui n'est guère pris en compte ces jours-ci.

Il s'agit de la ré-explosion, sous de nouvelles formes, de la Fitna, c'est-à-dire de l'ancienne guerre civile entre sunnites et chiites. Tout cela est interne à l'Islam et à son histoire tourmentée.

Passée sous silence par les médias et, pour l'essentiel, inconnue des classes dirigeantes européennes, elle est pourtant un problème bien présent dans les pays du Moyen-Orient. Et aussi considéré avec beaucoup d'attention à Tel Aviv, Washington et Londres. Une attention, il va sans dire, très soutenue.

Le fait qu'en abattant les drones iraniens dirigés vers Israël, la Jordanie ait également collaboré ouvertement avec l'Occident, est... significatif. Une importance qui va bien au-delà de la contribution militaire sans importance du petit royaume hachémite.

Elle représente plutôt l'apogée d'un système d'alliances tissé par Washington dans les pays arabes. Un système complexe et non dépourvu de contradictions, mais qui a essentiellement deux objectifs. Isoler Téhéran. Et blinder Israël.

Dans la direction opposée, en revanche, il y a Pékin. Dont la stratégie vise à rendre le scénario moyen-oriental plus compact, et donc moins instable. C'est la doctrine de Xi Jinping : la pénétration sans conflit. En effet, dans la mesure du possible, tenter d'étouffer les conflits latents.

Une stratégie qui a trouvé son aboutissement dans la médiation entre Téhéran et le Riyad, voulue par le président chinois lui-même. Et qui va à l'inverse des accords d'Abraham. Qui tendent au contraire à souder un axe sunnite, Arabie saoudite en tête, avec Israël. Des accords dont la fonction anti-iranienne est évidente.

64953065_605.jpg

La Chine est une puissance terrestre par excellence. Déterminée à contrôler fermement son espace géographique. Et poursuivant essentiellement une expansion commerciale. Une expansion qui nécessite une situation non conflictuelle. Car le commerce ne peut s'épanouir que dans une situation de paix et de liberté des échanges.

À l'inverse, les États-Unis sont une puissance thalassocratique. Tout comme la Grande-Bretagne, leur proche alliée. Et le contrôle des "mers" exige que la terre soit divisée. Toujours fragmentée.

Ce sont des stratégies antithétiques. Inévitablement destinées, tôt ou tard, à s'affronter.

Comme dans le cas du Moyen-Orient.

Où une reprise de l'ancienne querelle, vieille de plusieurs siècles, est aujourd'hui en vue. Interne à l'islam. La Fitna. C'est-à-dire l'affrontement entre le bloc chiite, dirigé par l'Iran, et le bloc sunnite. Soutenu cependant, dans ce cas, par Washington.

C'est-à-dire par un agent extérieur et étranger au monde islamique.

Et c'est précisément en cela qu'il est possible d'identifier une faille dans la stratégie américaine.

Car Téhéran, conscient du risque de reprise de la Fitna, ne se contente pas de compacter le front chiite. C'est-à-dire l'Irak, la Syrie, le Hezbollah libanais, les Houthis yéménites. Mais elle cherche, en parallèle, à se présenter comme le défenseur des Palestiniens. Et même du Hamas.

C'est important, car cela pourrait créer de nombreux problèmes internes aux régimes sunnites. En soulevant les populations contre les dirigeants, perçus comme des alliés d'Israël. Et donc traîtres à la cause arabe.

D'où l'extrême prudence avec laquelle évolue l'Egyptien al-Sisi. Qui entretient par ailleurs des relations fructueuses avec Israël, et des relations étroites avec Washington.

Sans parler d'Erdogan. Qui est dans l'OTAN, mais qui a passé les années de son gouvernement à tisser des relations économiques et politiques de plus en plus étroites avec Téhéran. Ici aussi, le facteur commercial a joué et continue de jouer un rôle décisif.

La prudence n'a manifestement pas été conseillée à Abdallah de Jordanie. Ce dernier s'est ouvertement rangé du côté occidental. S'exposant ainsi au risque de répercussions considérables. La monarchie hachémite n'est pas aimée des Palestiniens. La Cisjordanie est proche. Et le souvenir de Septembre noir est encore très présent. Et brûlant.

C'est un jeu d'alchimie complexe. Il pourrait conduire à l'isolement de Téhéran, mais aussi déstabiliser les régimes sunnites. Ou encore déclencher une guerre entre chiites et sunnites.

Tout dépendra de la manière dont les différents acteurs, notamment Washington et Pékin, joueront leurs cartes.

jeudi, 25 avril 2024

Nous et les Perses

ce4bcb90422775539c7f6137a90f703a.jpg

Nous et les Perses

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/noi-e-i-persiani/

L'Iran. Iran... il est facile de dire Iran aujourd'hui. Sur toutes les lèvres, cité à l'envi. Mais combien savent vraiment, même parmi les experts, ce qu'est l'Iran ? Et combien son histoire séculaire a contribué à notre civilisation ? À la civilisation occidentale/hespériale, je veux dire. Celle que l'on fait commencer généralement par la Grèce. Et les Iraniens, sous la forme des Perses, ne sont que marginalement inclus dans notre récit scolaire. Ils sont surtout représentés comme des ennemis. Un peu comme des extraterrestres.

L'une des mystifications de l'histoire opérée, surtout récemment, par nous... les Occidentaux.

71Q-LEHCKqL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Je me souviens d'un roman de Gore Vidal, un excentrique et brillant écrivain américain d'origine vénitienne Création. Il m'a révélé pour la première fois que les Perses n'étaient pas les "barbares" arrêtés aux Thermopyles par le courageux Léonidas et ses trois cents guerriers. Il s'agissait d'une civilisation très ancienne. Et, à bien des égards, l'une de nos matrices.

L'Athènes de Périclès. Le génie d'Ictinos et de Phidias. Mais elle est venue après la Persépolis achéménide. Dont elle a imité les bâtiments et les temples. En utilisant toutefois du marbre. Et non du bois et du stuc comme dans la capitale de l'empire perse.

zer380_a06.jpg

Démocrite, le philosophe que nous considérons comme le premier théoricien de l'atomisme, était originaire d'Abdère. Mais, comme son maître Leucippe, il semble avoir voyagé loin. Peut-être jusqu'en Inde. Plus probablement jusqu'en Perse. Où il avait rencontré les idées de Gosala, un élève de Mahavira le Jiaina (statue, ci-dessus), surnommé "le mangeur d'atomes". Pendant des siècles, l'empire perse a été le trait d'union entre la civilisation grecque et l'Orient. Une chaîne de transmission d'idées, de philosophies, de modèles artistiques et culturels.

La Perse n'était pas considérée comme étrangère par les Grecs. Au contraire, elle était leur voisine. Avec lequel on pouvait se confondre, certes. Mais elle n'en était pas moins une source d'échanges continus dans tous les domaines.

Juste quatre souvenirs, des fragments, jetés au hasard. Dire que l'Iran n'est pas, et n'a jamais été, quelque chose de lointain et d'étranger. Tout au long de son histoire complexe. Pleine de contradictions.

C'est un autre visage de notre propre civilisation.

Lisez Rumi. Vous y trouverez d'extraordinaires consonances artistiques et spirituelles avec Dante et Cavalcanti. Qui, lui non plus, ne l'a pas connu. Mais l'atmosphère culturelle et spirituelle était similaire. Si ce n'est identique.

9782266311670_large.jpg

Lisez Nezami. Ferdowsi le céleste. Lisez Shah Nameh, le Livre des Rois. Et vous y trouverez Alexandre le Grand, transformé en figure mythique. De l'épos iranien.

Puis, vous vous arrêtez à l'image déformée que nous transmettent les médias. Et qui pourrait, d'une certaine manière, être résumée dans le film de Snyder "The 300". Basé sur le roman graphique du génial Frank Miller.

Les Perses sont l'ennemi absolu. Barbares, corrompus, despotiques.

L'horrible Orient contre notre civilisation démocratique.

Ce n'était pas le cas. Cela n'a jamais été le cas. Et ce n'est pas non plus le cas aujourd'hui.

jeudi, 07 mars 2024

Élections en Iran

f-iran-b-20170521.jpg

Élections en Iran

Par Raphael Machado

Source: https://jornalpurosangue.net/2024/03/04/eleicoes-no-ira/

Il y a quelques jours, des élections législatives ont eu lieu en Iran. Le but de ces élections était d'élire non seulement les membres de l'Assemblée consultative (le Parlement), mais aussi les membres du Conseil des experts.

Je suis très fasciné par le système politique iranien. C'est ce qui se rapproche le plus aujourd'hui des conceptions politiques de la République de Platon.

Par exemple, le Conseil des experts susmentionné, composé exclusivement de sages appartenant à la structure religieuse nationale, est chargé de superviser et d'élire le Guide suprême.

Et comme l'ayatollah Ali Khamenei est déjà âgé de 84 ans, ces élections s'avèrent d'une importance capitale. L'Assemblée des experts n'étant élue que tous les huit ans, il est probable que la composition actuelle sera chargée de sélectionner le prochain guide suprême de l'Iran, précisément à l'ère de la transition multipolaire.

Pour l'anecdote, les noms les plus susceptibles de succéder à Khamenei sont aujourd'hui Ebrahim Raisi (l'actuel président), Alireza Arafi (membre du Conseil des gardiens, du Conseil des experts et ancien recteur de l'université Al-Mustafa), Sadeq Larijani (membre du Conseil des experts, ancien président de la Cour suprême, ancien membre du Conseil des gardiens) et Mohsen Araki (membre du Conseil des experts).

Hojjat-ol-Islam_Sayyed_Mojtaba_Khamenei_01.jpg

Mojtaba Khamenei (photo), le commandant (officieux) des forces Basij, fils de l'actuel Guide suprême, fait figure de favori, mais il est considéré comme trop peu éduqué en matière de théologie pour être considéré comme un candidat de choix.

Naturellement, selon la manière platonicienne, les candidats à l'Assemblée consultative et les candidats au Conseil des experts sont préalablement approuvés par le Conseil des gardiens, l'organe chargé de sauvegarder les principes de la tradition tels qu'ils ont été cristallisés dans la révolution islamique iranienne.

Le Conseil des gardiens, quant à lui, est composé pour moitié de religieux nommés par le Guide suprême et pour moitié par le président de la Cour suprême.

Ces élections, qui se sont déroulées dans un contexte de tensions internationales et de tentatives de boycott de la part de l'opposition pro-atlantiste, se sont bien déroulées. Le taux de participation a été de 42 %, ce qui est relativement faible, mais exprime aussi la tranquillité et le confort du pays et l'absence de désir de changement.

Le pays étant en état de siège, le Conseil des gardiens a décidé de promouvoir la consolidation nationale autour des chefs traditionalistes, qui ont donc remporté haut la main l'Assemblée consultative et le Conseil des experts.

Au bord de la guerre, aucun pays ne devrait tolérer la menace d'une fragmentation dans la dissidence induite par le langage politique libéral. La patrie a besoin de décisions rapides et consensuelles, ainsi que de clarté quant à l'intérêt supérieur du peuple (ce qui signifie aujourd'hui qu'il faut toujours décider selon des lignes multipolaires et traditionalistes).

L'Occident, bien sûr, accuse les élections d'être invalides, d'être une farce, et ajoute à ces reproches toute la litanie habituelle des accusations malveillantes.

Mais la République islamique d'Iran (platonicienne) respire à l'aise.

12:49 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, iran, asie, affaires asiatiques, moyen-orient | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 09 février 2024

La question chiite

cba7c18a7f1de2b6b5df4c34ef54f625.jpg

La question chiite

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/la-questione-sciita/

Dans le silence désormais habituel des médias occidentaux, Washington a bombardé la Syrie et l'Irak. En représailles à l'attaque d'une base américaine en Irak par un groupe chiite, attaque qui a fait quelques morts.

Des représailles... près de quatre-vingt-dix raids aériens, menés avec des bombardiers à long rayon d'action en provenance des États-Unis, peut-on appeler cela ainsi?

Car la disproportion entre la provocation d'un groupuscule et la réaction de la grande puissance est immédiatement visible. Du moins pour quiconque n'a pas les yeux aveuglés par les hamburgers de chez McDonald's.

Ce qui se passe entre la Syrie et l'Irak est plutôt une véritable offensive. Menée par voie aérienne, elle exploite l'hégémonie que procurent l'aviation et le contrôle du ciel. Bases aériennes, bases militaires, cibles stratégiques, infrastructures... mais aussi cibles civiles sont touchées. Sans se soucier des "dommages collatéraux".

Il s'agit en fait d'une réédition de la stratégie "Shock and Howe", Strike & Terrorise. Expérimentée en son temps contre la Serbie, puis massivement appliquée lors de la phase initiale de la première guerre du Golfe.

A ce stade, il serait légitime de se demander si celle en cours dans la région syro-irakienne, véritable cœur du Moyen-Orient, se limitera (euphémisme) à une destruction massive de cibles, ou si, au contraire, elle doit être comprise comme un prélude à une attaque terrestre plus conventionnelle.

Auquel cas, tout, vraiment tout, changerait dans l'équilibre mondial déjà périlleux.

En effet, une intervention terrestre des Etats-Unis et de leurs alliés obligerait Téhéran à se rendre sur le terrain. Car il est clair que cette offensive en Syrie et en Irak, ainsi que celle menée parallèlement au Yémen, n'a pas grand-chose à voir avec la question de Gaza. La véritable cible stratégique est l'Iran et son réseau d'alliances.

Malgré l'embargo sévère (ou peut-être à cause de lui), Téhéran a réussi à tisser un réseau complexe d'alliances au fil des ans. Exploitant surtout l'identité particulière de l'islam chiite, dont il a pris la tête. Dont il a assumé le leadership.

Les chiites sont minoritaires dans l'ensemble du monde islamique. Ils sont cependant concentrés au Moyen-Orient, où ils disposent d'une force considérable. Et ils sont, à l'heure actuelle, très bien organisés militairement.

a1944d2a-0001-0004-0000-000000523195_w1200_r1_fpx41.43_fpy50.jpg

Le Hezbollah, au Liban, est une véritable épine dans le pied d'Israël. Les analystes du Mossad le considèrent comme la meilleure force armée de tout le monde arabe.

En Irak, la majorité est chiite. C'est d'ailleurs sur le territoire irakien que se trouvent les principaux lieux saints du chiisme.

Après avoir éliminé Saddam, qui était sunnite et nationaliste, les chiites pro-iraniens détiennent de facto le pouvoir dans la région. Et lorsque Isis a tenté de prendre le pouvoir dans le pays, ce sont eux qui ont vaincu les milices du califat. Encadrées et organisées par les Qods, les forces spéciales iraniennes.

Et c'est le général Qasem Soleymani, commandant du Qods, qui a été l'architecte de ce réseau de forces chiites. C'est aussi à lui que l'on doit la réorganisation des troupes fidèles à Assad, un alawite, dont les références religieuses procèdent d'une déclinaison du chiisme- troupes qui ont renversé le cours de la guerre en Syrie.

hyes.wsj.jpg

Soleymani a également structuré les Houthis yéménites - de confession zaïdite, une autre branche du chiisme - leur permettant de résister à sept années de guerre contre la coalition du Golfe dirigée par l'Arabie saoudite. Et, aujourd'hui, d'affronter même les forces de l'OTAN, minant la route commerciale de Suez.

C'est pourquoi, le 3 janvier 2020, le stratège iranien a été assassiné par un drone américain à l'aéroport de Bagdad. Une élimination qui rappellerait celle de l'amiral Yamamoto dans le conflit américano-japonais, si ce n'est que, cette fois, l'état de guerre n'avait pas été déclaré.

Et le même sort a été réservé au général Raza Moussavi en décembre dernier en Syrie. Ce dernier avait été l'un des plus proches collaborateurs de Soleymani.

À Washington, l'Iran est considéré comme la principale menace pour le contrôle du Moyen-Orient. Une vision qui n'est pas l'apanage de Biden, puisque l'assassinat de Soleymani a eu lieu sous la présidence Trump.

Cependant, The Donald avait toujours évité une confrontation directe avec Téhéran. Et c'est pourquoi il considérait l'attaque contre les Houthis yéménites comme une folie.

En outre, il avait beaucoup œuvré pour une bonne entente avec Moscou. Toujours dans le but d'isoler Téhéran.

Aujourd'hui, cependant, la scène a radicalement changé. La Russie apparaît comme le principal allié de l'Iran. Les risques de la politique de Biden, qui consiste à attaquer frontalement le monde chiite, sont évidents. Et très élevés.

Au Pentagone, on en est parfaitement conscient. Et ils essaient d'y mettre un frein. Il faudra cependant voir si la prudence des militaires l'emportera ou le bellicisme hâtif des "faucons". Ces conseillers qui, depuis West Wongh et surtout Wall Street, tirent les ficelles de Joe Biden.

mardi, 23 janvier 2024

Deux actions clés de l'Iran: bombarder le centre d'espionnage du Mossad à Erbil (région kurde de l'Irak) et s'allier avec l'Inde

57615877.jpg

Deux actions clés de l'Iran: bombarder le centre d'espionnage du Mossad à Erbil (région kurde de l'Irak) et s'allier avec l'Inde

Par Alfredo Jalife Rahme

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/dos-jugadas-claves-de-i...

Après l'Ukraine, les "sept fronts" d'Israël (Gallant dixit, ministre de la défense ; https://bit.ly/3RZIFYa ) ont atteint de nouveaux sommets lorsque les Gardiens de la révolution islamique d'Iran (IRGC) ont lancé de manière inattendue des missiles balistiques de représailles sur des cibles situées dans la capitale provinciale kurde d'Erbil, dans le nord de l'Irak, où le centre d'espionnage offshore du Mossad israélien a été touché, ainsi qu'en Syrie (https://nyti.ms/3U3kNWi ).

Le CGRI a lancé un troisième groupe de missiles contre des sécessionnistes au Baloutchistan (Pakistan), qui a détruit deux bases du groupe terroriste Jaish ul-Adl (https://bit.ly/3S2GaUR ), d'où pourraient provenir les attentats à la bombe à Kerman (Iran), lors de la cérémonie de deuil de l'emblématique dirigeant iranien Qasem Soleimani, assassiné en 2020 sur ordre de Trump, pour favoriser son gendre (https://bit.ly/3QqemJr ) Jared Kushner et Netanyahou.

L'IRGC a frappé des cibles djihadistes de l'ISIS contre l'une de ses ramifications du Parti islamique du Turkestan à Idlib qui opère librement en Syrie. Un autre centre d'Al-Qaïda aligné sur Hayad Tahrir al-Sham (https://bit.ly/4b1H8Jy ) a également été touché.

Khaibar-Shekan-Feb-2022-IMA.png

La trajectoire du missile iranien Khaybar Shekan (photo) (https://bit.ly/3UkTiYr ) est de 1450 kilomètres et la distance entre l'Iran et Idlib (Syrie) est de 1200 kilomètres (https://bit.ly/3U18Q36 ), ce qui constitue un avertissement clair pour Tel-Aviv et son protecteur américain: n'importe quel point d'Israël peut être frappé sans invasion par les alliés iraniens qui forment "l'axe de la résistance" à Gaza, en Cisjordanie, au Liban, au Yémen et en Irak.

L'attaque sur Erbil a été la plus importante, avec la destruction de la maison du marchand kurde Peshraw Dizayee, qui a fait des affaires sans scrupules avec les États-Unis en vendant du pétrole irakien à Israël (https://bit.ly/3TYcDhN ) et dont la maison était le nid des espions du Mossad (https://reut.rs/3HjGyJR ).

Depuis l'assassinat de l'emblématique Soleimani, l'Iran a subi toutes sortes d'humiliations de la part des États-Unis et du Mossad, qui se sont même exprimés dans la série Téhéran pour se moquer de son projet nucléaire, tout en ôtant la vie à des scientifiques persans (https://apple.co/48ccKuv ). Avec ses représailles tardives, l'Iran semble avoir tourné la page de l'humiliation et s'apprête à frapper là où les intérêts du Mossad et de ses opérateurs sont concernés.

Le jour de la visite spectaculaire du ministre indien des affaires étrangères Jaishankar en Iran, les représailles iraniennes se sont déroulées à Erbil (Kurdistan)/Idlib (Syrie)/Baluchistan (https://bit.ly/3vNbhw0 ).

Après l'étonnante visite de cinq jours de Jaishankar à Moscou et à Saint-Pétersbourg (https://bit.ly/3HnHfBE ), près de deux semaines plus tard, la connectivité logistique de l'axe Russie/Iran/Inde et son projet géoéconomique de corridor international de transport nord-sud (INSTC ; https://bit.ly/47J1bJT ) sont consolidés, de même que la réactivation du port de Chabahar (Iran) financé par l'Inde (https://bit.ly/3tUADYn ), qui fait concurrence au port de Gwadar construit par la Chine au Baloutchistan (Pakistan).

chabahar.jpg

Le journal libanais Al Mayadeen, proche du Hezbollah, fait état de la "finalisation de l'accord pour le développement du port de Chabahar (https://bit.ly/48MN4o2 )".

Jaishankar a fait référence à "l'intérêt de l'Inde à bénéficier de la position géographique unique de l'Iran et de son accès aux marchés d'Asie centrale, d'Afghanistan et d'Eurasie".

La visite spectaculaire de Jaishankar en Iran a fait la une des portails russes Sputnik et Russia Today.

Deux civilisations millénaires comme l'Inde et l'Iran ne pouvaient ignorer leur "connectivité culturelle" unique et M. Jaishankar a affirmé que "l'Iran et l'Inde sont unis par de profonds liens culturels, littéraires et linguistiques". Pour l'heure, l'Inde a déjà décidé d'inclure le farsi iranien parmi les neuf (sic) langues classiques de l'Inde.

Les pays civilisés millénaires, membres des BRICS+, ont pour mission de sauver la planète de la barbarie grâce à l'ambroisie de la civilisation (https://bit.ly/3u5ubhc ).

http://alfredojalife.com

Facebook : AlfredoJalife

Vk : alfredojalifeoficial

Telegram : https://t.me/AJalife

YouTube : @AlfredoJalifeR

Tiktok : ZM8KnkKQn/

X : AlfredoJalife

Instagram : @alfredojalifer

20:09 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iran, inde, actualité, politique internationale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 21 janvier 2024

Iran et Israël: des héritages anciens qui façonnent le Moyen-Orient

1606467455_1_-aneta-ribarska-persepol.jpg

Iran et Israël: des héritages anciens qui façonnent le Moyen-Orient

Constantin von Hoffmeister

Source: https://www.eurosiberia.net/p/iran-and-israel-ancient-legacies?utm_source=post-email-title&publication_id=1305515&post_id=140741968&utm_campaign=email-post-title&isFreemail=true&r=jgt70&utm_medium=email

L'ascension de l'Iran au Moyen-Orient s'inscrit dans le cadre de l'ordre multipolaire émergent, où les puissances régionales affirment leur influence, réduisant ainsi la domination unipolaire des États-Unis. Les actions de l'Iran illustrent une transition géopolitique des structures contrôlées par l'Occident vers une dynamique de puissance mondiale plus équitable.

Ce changement n'est pas uniquement une question d'alliances politiques éphémères ou de triomphes militaires fugaces ; il est au contraire profondément enraciné dans l'histoire ancienne et les héritages culturels durables qui définissent la région. Pour saisir pleinement l'importance du renforcement stratégique de l'Iran dans des pays comme la Syrie, le Liban et le Yémen, il faut plonger dans les profondeurs de l'histoire, en particulier à l'époque de l'Empire perse et de l'exil juif de Babylone.

Exil-des-Hebreux-a-Babylone-par-J.-Tissot.-Jewish-museum-New-Yor--916x625.jpg

L'Empire perse, à son apogée, était un bastion de la diversité culturelle et de l'ingéniosité administrative. C'était un empire qui transcendait la conquête de terres ; il représentait une intégration sophistiquée de diverses cultures sous une éthique impériale singulière. Cette toile de fond historique est essentielle pour comprendre les manœuvres géopolitiques actuelles de l'Iran. L'Iran, qui a hérité de l'Empire perse, incarne un État civilisationnel qui gravite naturellement autour d'un ordre mondial multipolaire, défiant l'hégémonie unipolaire des États-Unis de l'après-guerre froide.

achemenide.jpg

soldiers-babylon.jpg

L'exil juif de Babylone est un chapitre important de ce récit historique. Le judaïsme était fortement influencé par le zoroastrisme (dualisme : ciel et purgatoire, lumière et ténèbres, Yahvé et Satan, Ahura Mazda et Ahriman). Après la conquête de l'empire babylonien par le roi perse Cyrus en 539 av. J.-C., celui-ci promulgue un décret permettant au peuple juif, exilé à Babylone, de retourner dans sa patrie en Judée. Cet événement est notamment relaté dans la Bible, en particulier dans les livres d'Esdras et de Néhémie. Le décret de Cyrus permet non seulement aux Juifs de retourner en Judée, mais aussi de reconstruire le Temple de Jérusalem, qui avait été détruit par les Babyloniens. L'Empire perse, sous Cyrus et ses successeurs, a apporté un soutien politique et financier à la reconstruction du Temple, un geste qui a considérablement amélioré les relations entre les Perses et les Juifs.

Cette ancienne alliance met en évidence une mémoire historique partagée, qui transcende les alignements politiques et les clivages sectaires contemporains. C'est dans ce contexte qu'il faut envisager le potentiel d'une alliance naturelle entre l'Iran et l'Israël d'aujourd'hui. Ces deux nations, issues de trajectoires historiques riches et distinctes, se retrouvent en tant qu'entités non arabes dans une région majoritairement arabe. Cette distinction n'est pas simplement géographique ou ethnique ; il s'agit d'une caractéristique civilisationnelle profonde qui façonne leurs orientations géopolitiques.

La montée en puissance de l'Iran au Moyen-Orient ne doit donc pas être considérée de manière isolée ou comme une simple réaction à l'hégémonie occidentale. Elle s'inscrit dans un processus historique et civilisationnel plus large. Le soutien de l'Iran à ses alliés en Syrie, au Liban et au Yémen n'est pas seulement une manœuvre stratégique dans un jeu géopolitique ; c'est l'affirmation d'un rôle spécial, la reconquête d'un espace que la civilisation perse a historiquement occupé. De même, la position d'Israël dans la région, bien qu'elle soit souvent considérée à travers le prisme de la politique de l'après-guerre, est profondément liée à ses expériences historiques anciennes, notamment l'exil babylonien et la libération qui s'en est suivie.

Comme il est écrit dans la chronique du prophète Khorshidbakhsh datant de 1982 :

En vérité, dans la sagesse des temps passés, il est décrété que le Shah, gardien des anciens royaumes, reviendra au bercail. Et avec son ascension, que la lumière du zoroastrisme, aussi ancienne que les étoiles elles-mêmes, soit rallumée, brillant comme la lumière qui guide le chemin spirituel de l'État. Qu'il y ait une union forte et durable entre la vénérable terre de Perse et le peuple béni d'Israël. Ensemble, aux yeux du Très-Haut, ils se dresseront comme des piliers de force et de sagesse au milieu du Moyen-Orient. Les nations arabes qui les entourent, ces terres de mystère et de contes anciens, témoigneront de cette alliance et rendront hommage à la puissance et à la majesté de leurs protecteurs irano-juifs.

Pour recevoir régulièrement les articles de Constantin von Hoffmeister: https://www.eurosiberia.net/

mercredi, 10 janvier 2024

Sortir du système SWIFT: la Russie et l'Iran se facturent désormais directement entre eux

SWIFT_payment_system.jpg

Sortir du système SWIFT: la Russie et l'Iran se facturent désormais directement entre eux

Source: https://zuerst.de/2024/01/10/raus-aus-dem-swift-system-russland-und-iran-verrechnen-jetzt-direkt-miteinander/

Moscou/Téhéran. La dé-dollarisation, c'est-à-dire l'abandon du dollar américain comme monnaie de référence, n'est pas le seul phénomène qui progresse dans une grande partie du monde non occidental. L'abandon du système de compensation américain SWIFT, qui gère la plupart des transactions de paiement internationales, progresse également. La Russie a été exclue du système SWIFT après le début de la guerre en Ukraine en 2022 et a depuis accéléré ses efforts pour mettre en place des systèmes de compensation alternatifs ou bilatéraux.

Il y a maintenant du nouveau à ce sujet. Selon les médias iraniens, Mohsen Karimi, directeur adjoint de la Banque centrale iranienne, a annoncé ces jours-ci que l'Iran et la Russie ont désormais largement connecté leurs systèmes de messagerie financière. Selon Karimi, les établissements de crédit des deux pays ne dépendent plus de SWIFT pour leurs règlements réciproques. Les banques commerciales peuvent désormais effectuer des opérations de courtage et les exportateurs peuvent effectuer des transactions financières dans leur monnaie nationale des deux côtés.

Fin décembre 2023, le chef de la banque centrale iranienne, Mohammad Reza Farzin, a effectué une visite de deux jours à Moscou, où il a rencontré la présidente de la banque centrale russe, Elvira Nabiullina. Il avait alors été dit que l'Iran et la Russie signeraient un accord sur les échanges commerciaux dans leurs monnaies nationales au premier trimestre 2024, ce qui les rendrait indépendants du dollar américain. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

lundi, 23 octobre 2023

L'Iran détecte la vulnérabilité des États-Unis et de ses alliés: le pétrole

iran_plans_to_supply_1_million_barrels_of_oil_to_irenex.jpg

L'Iran détecte la vulnérabilité des États-Unis et de ses alliés: le pétrole

Par Alfredo Jalife Rahme

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/iran-detecta-la-vulnerabilidad-de-eeuu-y-sus-aliados-el-petroleo-por-alfredo-jalife-rahme/

Un baromètre sensible à suivre pour refléter l'intensification de la guerre d'Israël contre le Hamas est le prix du binôme pétrole/gaz: une vulnérabilité des Etats-Unis et de son allié Israël, qui a dévalué sa monnaie. Pour faire pression sur l'invasion et la destruction de Gaza par Israël, l'Iran joue la carte du boycott pétrolier.

La guerre d'Israël - qui dispose de l'une des meilleures armées professionnelles au monde avec entre 90 et 400 bombes nucléaires (selon les statistiques) et du meilleur, voire de l'emblématique, service d'espionnage de la planète, le Mossad - contre la guérilla palestinienne sunnite du Hamas, est entrée dans sa deuxième semaine de conflagration, alors qu'une escalade évidente avec des allusions à des menaces nucléaires est en train de se produire.

Il existe plusieurs approches pour analyser l'escalade inquiétante qui pourrait conduire à une contamination aux quatre frontières d'Israël :

  1. 1) le Sud-Liban, où la guérilla chiite du Hezbollah est équipée de 100.000 missiles pouvant causer de graves dommages au Nord d'Israël et au porte-avions américain USS Gerald R. Ford avec sa puissante flottille maritime, qui se trouve au large des côtes israéliennes pour "protéger" son allié.
  2. 2) la Syrie, où l'armée de l'air israélienne, censée disposer des meilleurs pilotes au monde, a détruit les deux aéroports de Damas et d'Alep, malgré la présence militaire de la Russie au large des côtes syriennes
  3. 3) la Jordanie, relativement faible sur le plan militaire, dont la population est composée d'au moins 50 % de Palestiniens.
  4. 4) L'Égypte, première puissance militaire du monde arabe et pays le plus peuplé, qui s'est limitée à une médiation diplomatique avec les États-Unis et Israël, avec lequel elle a signé un accord de paix en 1979.

Tel serait le "premier cercle concentrique" de l'expansion du conflit, dont les ondes pourraient bien atteindre, dans un "deuxième cercle concentrique", deux pays non arabes qui soutiennent la résistance palestinienne à leur manière et dans leur style particulier: la Turquie sunnite et l'Iran chiite.

La guerre hybride asymétrique entre Israël et la guérilla du Hamas n'est pas seulement militaire, elle implique aussi d'autres pays de la région dans un "deuxième cercle concentrique", centré principalement sur tous les pays riverains du golfe Persique, notamment l'Iran et les six pétromonarchies arabes : l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Qatar, le Koweït, le Bahreïn et Oman.

Le président Biden a subi un affront notoire lorsque les dirigeants de l'Égypte, de l'Autorité nationale palestinienne (l'ancienne OLP) et de la Jordanie ont refusé de le rencontrer au sujet de l'infanticide palestinien à l'hôpital Al-Ahli de Gaza.

Editorial.png

main-qimg-d71756e41cfe04cf50a6117faa1754e0.png

Au-delà de la focalisation sur le théâtre de la bataille et son "premier cercle concentrique", la récente visite méga-stratégique du ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian à son voisin maritime, le prince héritier Mohammed bin Salman, c'est-à-dire le représentant d'une des principales superpuissances gazières avec le représentant d'une des premières puissances pétrolières mondiales, mérite d'être relevée parmi ses nombreuses variantes.

Le ministre iranien des affaires étrangères a exhorté les 57 pays de l'Organisation de la coopération islamique, qui compte 1,8 milliard de fidèles musulmans, à boycotter les exportations de pétrole vers les États-Unis et Israël, ce qui rappelle l'embargo pétrolier arabe de 1973, il y a 50 ans, en raison de la guerre du Kippour, auquel les États-Unis ont répondu un an plus tard en créant l'Agence internationale de l'énergie pour contrer le pouvoir de l'OPEP.

Aujourd'hui, 50 ans plus tard, l'OPEP est passée à un format plus créatif par le biais de l'OPEP+, où la présence de la Russie est remarquable.

À mon avis, l'un des principaux baromètres géoéconomiques/géofinanciers de la guerre en cours se trouve dans les prix actuels du pétrole/gaz et de l'or/argent, qui sont encore relativement stables.

Au-delà de ses effets délétères sur l'Europe et Israël - qui a subi une forte dévaluation de sa monnaie, le shekel, forçant l'intervention de sa Banque centrale avec la vente de 30 milliards de dollars -, une façon de faire face à la guerre est de chercher un moyen de sortir de la crise économique/géo-financière actuelle. 30 milliards de dollars - une façon de mesurer la vulnérabilité pétrolière des États-Unis et de leurs alliés - qui ont été affectés par l'effet boomerang des sanctions contre la Russie, qui a provoqué l'inflation incoercible des États-Unis et déclenché une grave crise de la dette un an après son élection présidentielle controversée - a été exposée avec la levée des sanctions par l'administration Biden sur le régime anathémisé de Maduro au Venezuela, qui possède les plus grandes réserves de pétrole conventionnel et non conventionnel au monde.

Il est clair que la sélectivité de la levée des sanctions américaines était principalement axée sur le secteur énergétique du Venezuela, qui, soit dit en passant, entretient d'excellentes relations avec la théocratie chiite iranienne.

Il est intéressant de noter qu'avant l'emblématique 7 octobre - sans perdre de vue le fait que c'est le discours incendiaire du Premier ministre Netanyahu devant l'Assemblée générale des Nations unies qui a déclenché la grave crise régionale, lorsqu'il s'est vanté avec infatuation de la "normalisation" imminente des relations avec l'Arabie saoudite, parallèlement à la présentation de sa carte du nouveau Moyen-Orient où Gaza et la Cisjordanie ont été effacées, ainsi que de la dissuasion nucléaire d'Israël contre l'Iran (ce dernier point a été supprimé par son équipe) - l'administration Biden, qui s'est félicitée de la "normalisation" des relations avec les États-Unis, s'est trouvée au milieu d'une série de sanctions américaines à l'encontre du Venezuela et des États-Unis, l'administration Biden, qui a récolté de multiples échecs en matière de politique étrangère, s'était rapprochée de l'Iran pour reprendre les négociations sur son contentieux nucléaire qui avaient été abolies par l'ancien président Trump pour plaire à son gendre Jared Kushner et au Premier ministre Netanyahou, qu'il a d'ailleurs sévèrement critiqué pour ses actions passées dans l'ancienne Palestine, allant jusqu'à déclarer ces jours-ci que la guérilla chiite libanaise Hezbollah est "très intelligente".

L'un des moyens utilisés pour séduire l'Iran a été la livraison de 6 milliards de dollars déposés au Qatar à la suite d'un embargo pétrolier imposé par la Corée du Sud à la théocratie chiite.

Il est frappant de constater que M. Biden a déclaré qu'il n'y avait "aucune preuve" de l'implication de l'Iran dans l'attaque du Hamas du 7 octobre.

L'Iran a toujours été la cible privilégiée des néoconservateurs straussiens, pour la plupart des Khazars, qui contrôlent le Département d'État aujourd'hui dysfonctionnel dans sa guerre ratée en Ukraine, pour renverser la théocratie chiite, Gaza ou pas Gaza.

dimanche, 22 octobre 2023

Guerres persanes

La-pensee-militaire-iranienne-nature-moyens-acteurs-de-la-doctrine.jpg

Guerres persanes

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/guerre-persiane/

Les nouvelles guerres persanes sont-elles en train de se préparer ?

Aussi légèrement formulée soit-elle, la question n'est pas seulement légitime. Elle répond à une logique impérieuse.

Essayons d'analyser la situation dans son ensemble.

L'Iran a toujours été une épine dans le pied de Washington. La tentative d'Obama de parvenir à un accord a échoué. Pour une multitude de raisons, et pas seulement à cause du blocage de son successeur, Donald Trump. Si bien que l'administration Biden n'a pas repris la ligne d'Obama. Au contraire, elle a renforcé les sanctions et donc les tensions avec Téhéran.

La guerre en Ukraine a d'ailleurs rapproché l'Iran de la Russie.

Qui est désormais son meilleur allié.

Un choix de front de plus en plus clair. Ce qui fait de la République islamique une cible stratégique encore plus importante pour Washington et ses alliés. On ne peut isoler Moscou, et l'entourer d'une sorte de "cordon sanitaire", sans mettre Téhéran hors d'état de nuire. De préférence en provoquant un changement de régime. Ou, comme on dit aujourd'hui, une nouvelle révolution colorée.

Cependant, toutes les nombreuses tentatives de déstabilisation de l'intérieur, les manifestations de rue, les protestations, se sont avérées vaines.

Iran_ethnoreligious_distribution_2004.jpg

Tout comme le séparatisme fomenté dans les différents groupes ethniques qui composent la mosaïque iranienne. Hormis le problème chronique du séparatisme baloutche - d'ailleurs plus atténué aujourd'hui que par le passé -, les Arabes, les Azerbaïdjanais et les autres semblent tout à fait sereins.

Bref, la République des Ayatollahs semble solidement installée au pouvoir.

Les problèmes pour Téhéran viennent, le cas échéant, du Caucase. Le rapprochement de l'Arménie avec les États-Unis, assorti d'un projet de manœuvres militaires conjointes, y représente une véritable menace. Bien plus pour Téhéran que pour Moscou.

Mais, bien sûr, la question centrale est la persistance d'un conflit sous-jacent avec Israël. Ce conflit n'a jamais eu lieu directement sur les territoires des deux États, mais a donné lieu à des affrontements indirects au Liban et en Syrie. Ainsi que des raids périodiques de l'armée de l'air israélienne en Irak. Et parfois sur des cibles stratégiques en Iran même.

Cette impasse pourrait toutefois être surmontée dans la situation actuelle. Téhéran est accusé d'être le principal soutien du Hamas. Ce n'est que partiellement vrai. En effet, les experts iraniens, en particulier les groupes Qods, ont donné aux hommes du Hamas un cadre et une structure militaires. En vue d'insérer une épine dans le pied d'Israël.

Mais l'organisation islamique palestinienne est bien plus dépendante du soutien économique du Qatar. C'est d'ailleurs là que réside sa direction.

Il faut également tenir compte du fait que le Hamas est une organisation sunnite radicale. Et que le dirigeant iranien est chiite. Deux positions irréconciliables, ne serait-ce qu'en apparence.

Mais personne ne parle du Qatar. Lié à Washington et, en même temps, sponsor, financeur, de tout l'extrémisme islamique djihadiste.

La tempête s'accumule sur Téhéran. Et Washington, plus encore que Jérusalem, se prépare à régler ses comptes.

Mais ce n'est pas si facile.

L'Iran est une puissance militaire. Et l'alliance avec la Russie doit être prise au sérieux. C'est une arme de dissuasion importante. Même si, pour l'instant, la Maison Blanche semble penser le contraire. C'est regrettable.

20160402_MAM947.png

Et puis, il y a la Chine. Elle a déployé beaucoup d'efforts pour détendre les relations entre Téhéran et Riyad. Il est essentiel de sécuriser les grandes routes - la route de la soie et la route maritime - qui représentent le cœur de l'expansion chinoise. Celle-ci est et veut rester pacifique.

Une pénétration sans conflit. La devise qui résume la pensée de Xi Jinping. Et puis la Chine est en partie dépendante du gaz et du pétrole iraniens. Et elle est prête à défendre ses intérêts. Qui sont vitaux.

Pourtant, aujourd'hui, trop de voix s'élèvent en Occident pour accuser la Chine d'être derrière Téhéran. Et donc indirectement du côté du Hamas.

Des propos dangereux, qui ont poussé Pékin à adopter une position inhabituellement rigide face à la très probable possibilité que Gaza devienne un abattoir.

Des discours qui, dans le même temps, risquent de mettre hors jeu, ou d'obliger une partie à prendre parti, la seule puissance qui, en ce moment, pourrait exercer un rôle de médiateur. Évitant ainsi un conflit aux proportions presque inimaginables.

Les guerres perses - une vieille histoire qui remonte à Hérodote. Qui pourrait cependant devenir synonyme de nouvelle guerre mondiale.

vendredi, 13 octobre 2023

Géopolitique de l'énergie: les conséquences de l'implication de l'Iran dans le conflit israélo-palestinien

energies_fossiles_definition_exemples_et_formation_115_orig.jpg

Géopolitique de l'énergie: les conséquences de l'implication de l'Iran dans le conflit israélo-palestinien

Fabrizio Verde

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-geopolitica_dellenergia_le_conseguenze_del_coinvolgimento_delliran_nel_conflitto_israelopalestinese/5871_51217/

Bien qu'Israël ne soit pas un pays producteur de pétrole et qu'il n'y ait pas de grandes infrastructures pétrolières internationales près de la bande de Gaza ou du sud d'Israël, le dicton selon lequel "Moïse a conduit les Juifs au seul endroit de tout le Moyen-Orient où il n'y a pas de pétrole" est bien connu. Toutefois, l'éclatement de conflits dans la région a des répercussions sur la stabilité du marché mondial du pétrole. Cela est dû à deux raisons principales: tout d'abord, les marchés mondiaux de l'énergie réagissent négativement aux troubles au Moyen-Orient, car la région contribue à environ un tiers de la production mondiale de pétrole. Ensuite, les actions militaires en Israël et dans les territoires palestiniens ont ajouté du stress à une économie mondiale et à un système financier déjà en difficulté. L'effet initial a été modéré et les investisseurs sont préoccupés par d'autres questions tout aussi urgentes. Toutefois, si les actions militaires se poursuivent ou s'intensifient, l'impact sur les marchés pourrait être énorme - et cela ne s'applique pas seulement au prix du pétrole, qui est évident pour tout le monde.

Un exemple peut être trouvé dans la guerre dite du "Jugement dernier" (Yom Kippour) de 1973, l'événement géopolitique le plus perturbateur pour l'économie mondiale et les marchés financiers de toute la période de l'après-guerre. La principale conséquence de l'affrontement israélo-arabe qui a suivi a été la multiplication par deux et demi du prix du pétrole en raison de l'embargo imposé par les pays de l'OPEP sur la fourniture d'or noir aux pays soutenant Israël. La crise pétrolière qui en a résulté a eu des conséquences considérables non seulement à l'époque, mais aussi pour les décennies à venir.

Aujourd'hui, les marchés mondiaux de l'énergie reflètent surtout une forte inquiétude quant à l'implication potentielle de l'Iran dans le conflit. Il est possible que les prix augmentent "non pas tant parce que le conflit affecte actuellement l'approvisionnement en pétrole, mais parce que l'on craint que le conflit n'attire d'autres acteurs tels que l'Iran, qui a soutenu le Hamas", a déclaré l'expert Andy Lipow, responsable du département Énergie de la société de conseil Lipow Oil Associates.

Le Congrès fait pression sur l'administration Biden pour qu'elle prenne des mesures drastiques contre Téhéran. "Ces attaques renforcent la nécessité d'une politique plus agressive à l'égard de l'Iran et de ses dirigeants", a insisté samedi le sénateur Jim Risch, principal animateur républicain de la commission sénatoriale des affaires étrangères.

KJW7HFM5HRNZHBHPKV3HLPSOHE.jpg

Le rôle clé de l'Iran sur les marchés de l'énergie

L'Iran a fait un retour en force sur les marchés pétroliers mondiaux au cours de l'année écoulée, avec une production et des exportations en forte croissance. Selon l'Agence internationale de l'énergie, la production iranienne de pétrole brut a augmenté de 600.000 barils par jour au cours des huit premiers mois de 2023, ce qui en fait la deuxième source de croissance de l'offre mondiale en 2023, juste derrière les États-Unis. En août, la production iranienne a atteint 3,14 millions de barils par jour, le niveau le plus élevé depuis 2018, lorsque l'administration Trump a abandonné l'accord sur le nucléaire iranien, officiellement connu sous le nom de Plan global d'action conjoint (PGAC), et a rétabli les sanctions américaines sur le pétrole iranien. Les exportations de pétrole brut de l'Iran ont augmenté pour atteindre 1,9 million de barils par jour, selon Kepler, dont 80% à destination de la Chine.

Les mesures de Trump avaient réduit la production et les exportations de pétrole iranien à leur niveau le plus bas depuis 30 ans. Mais depuis 2022, l'administration Biden a fermé les yeux sur ses propres sanctions et a mis en veilleuse certaines mesures visant à empêcher les expéditions de pétrole iranien. La réduction de la pression américaine a été faite pour faciliter les négociations qui ont abouti à la libération de cinq citoyens américains détenus en Iran et, surtout, pour augmenter la liquidité du marché mondial du pétrole dans le contexte de la guerre en Ukraine et des sanctions sur le pétrole russe.

Implication de l'Iran dans le conflit contre Israël

L'implication possible de l'Iran dans l'attaque du Hamas contre Israël pourrait pousser les États-Unis à réintroduire leurs sanctions contre Téhéran, réduisant ainsi de manière significative ses exportations de pétrole. Les prix du pétrole pourraient alors atteindre 100 dollars le baril, voire plus, ce qui alimenterait l'inflation et compliquerait encore les efforts des banques centrales pour la contrôler. Il convient toutefois de noter que l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis disposent d'une importante capacité de production de pétrole et pourraient augmenter leur production s'ils le souhaitaient.

strait-of-hormuz-map-upsc.jpg

Le détroit d'Ormuz

Les marchés mondiaux de l'énergie craignent également que l'implication potentielle de l'Iran ne déclenche une instabilité dans le détroit d'Ormuz, le point de passage énergétique le plus important au monde. Chaque jour, un cinquième de l'approvisionnement mondial en pétrole et un quart du commerce mondial de gaz naturel liquéfié (GNL) passent par cette voie maritime entre Oman et l'Iran.

Toute interruption du transit, même pour quelques jours, aurait des conséquences importantes sur les prix mondiaux du pétrole et du gaz. De même, les répercussions des actes de sabotage contre les infrastructures pétrolières et gazières dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord seraient considérables. Bien qu'ils ne soient pas nécessairement tangibles à l'heure actuelle, ces risques sécuritaires doivent être soigneusement évalués et gérés par les gouvernements, à commencer par ceux de l'Europe.

Le point de vue des experts

Les experts soulignent que l'Iran, avec son rôle clé sur les marchés mondiaux de l'énergie et sa production croissante de pétrole, est un acteur essentiel de la dynamique des prix du pétrole. L'implication potentielle de l'Iran dans le conflit israélo-palestinien pourrait déstabiliser davantage le marché pétrolier, entraînant une hausse des prix et une incertitude économique. Il convient de noter que les pays importateurs et les investisseurs réagissent aux attentes de hausse des prix, ce qui pourrait intensifier la tendance sur les marchés mondiaux de l'énergie.

En outre, la crainte de perturbations dans le détroit d'Ormuz est une réelle préoccupation pour les marchés de l'énergie. Toute interférence ou instabilité dans cette voie de transit essentielle pourrait avoir un impact significatif sur l'approvisionnement mondial en pétrole et en gaz, avec des conséquences directes sur les prix. Par conséquent, les implications de l'implication potentielle de l'Iran dans le conflit israélo-palestinien vont bien au-delà du niveau géopolitique.

Israël et la Palestine ne sont pas des fournisseurs directs de pétrole, mais ils se trouvent dans une région où des problèmes énergétiques peuvent rapidement apparaître. Selon le Russe Dmitry Zhuravlev, directeur général de l'Institut des problèmes régionaux et politologue, le conflit en cours au Moyen-Orient a déjà provoqué une augmentation des coûts de transport. Cela est principalement dû à l'augmentation automatique des taux d'assurance dans les situations de conflit. M. Zhuravlev explique à aif.ru: "Quelle que soit la distance entre le champ de bataille et une plate-forme pétrolière, un conflit militaire entraîne automatiquement une augmentation des tarifs d'assurance. Le Royaume-Uni est le plus grand assureur maritime au monde, et cela concerne jusqu'à 80% des tarifs".

Une autre raison de la hausse des prix est liée aux attentes. Zhuravlev souligne: "L'économie moderne est basée sur les attentes. Lorsque les gens s'attendent à ce que le prix des biens augmente, ils les achètent de manière agressive. Cette augmentation de la demande est à l'origine de l'augmentation réelle des prix. Dans le cas présent, la guerre a créé des anticipations d'augmentation des prix, incitant de nombreuses personnes à acheter des contrats à terme sur le pétrole et le gaz, même si elles n'ont pas l'intention de les recevoir. Ce comportement contribuera à de nouvelles hausses de prix".

Comme nous l'avons vu, l'Iran joue un rôle clé en tant que l'une des principales plaques tournantes du pétrole et du gaz dans le monde. Les craintes concernant l'implication de l'Iran dans le conflit ont déjà entraîné une hausse des prix des ressources énergétiques.

Igor Yushkov, analyste russe au National Energy Security Fund, prévient : "Si un conflit direct entre Israël et l'Iran se produit, nous nous attendons à une réduction des exportations de pétrole iranien, dont la majeure partie est destinée à la Chine. La production et les exportations de pétrole iranien ont augmenté ces dernières années. Par conséquent, toute perturbation aurait un impact significatif sur le marché. Aujourd'hui déjà, nous assistons à une pénurie. Même une petite perturbation de l'offre pourrait faire grimper les prix et affecter tous les pays consommateurs".

Malgré ces inquiétudes, M. Yushkov estime qu'il ne faut pas s'attendre à une répétition de la crise énergétique de 1973. Au cours de cette crise, les pays arabes avaient interrompu l'approvisionnement en pétrole des nations qui avaient soutenu Israël dans la guerre, notamment les États-Unis, l'Europe et le Japon. "Aujourd'hui, il semble peu probable que cela se produise, compte tenu de la consolidation des pays arabes. Si le conflit devait s'aggraver, il pourrait affecter les producteurs de pétrole en réduisant les exportations, mais pour l'instant, il semble que les restrictions affectent principalement le marché du gaz. Récemment, Israël a suspendu la production de gaz pour Chevron, et même avant cela, la demande de gaz en Europe était élevée, avec des prix dépassant les 100 dollars les 1000 mètres cubes. Par conséquent, le secteur pétrolier est potentiellement plus vulnérable, mais jusqu'à présent, les restrictions concernent le marché du gaz".

Conclusions

En conclusion, l'implication potentielle de l'Iran dans le conflit israélo-palestinien est une variable critique pour l'équilibre des marchés mondiaux de l'énergie. L'Iran, avec son importante production de pétrole et de gaz, joue un rôle clé dans le paysage énergétique mondial, et toute perturbation de ses exportations pourrait déclencher une hausse des prix des ressources énergétiques.

Cette situation suscite des inquiétudes légitimes, en particulier pour l'Europe, qui a déjà beaucoup souffert des sanctions imposées aux ressources énergétiques bon marché de la Russie. La région européenne a été mise à genoux par ces sanctions, qui ont gravement affecté l'approvisionnement en gaz naturel et en pétrole. Une nouvelle hausse des prix des ressources énergétiques, résultant d'une éventuelle escalade du conflit au Moyen-Orient et de l'instabilité en mer d'Arabie, pourrait porter un coup encore plus dur aux économies déjà épuisées de l'Europe.

En bref, l'Europe est à nouveau confrontée à un risque sérieux, qui découle en partie des événements géopolitiques au Moyen-Orient et en partie des conséquences des politiques impérialistes des soi-disant "alliés".

jeudi, 12 octobre 2023

Le nouveau front de guerre sera-t-il le dernier?

F231009YAA16-e1696918518499.jpg

Le nouveau front de guerre sera-t-il le dernier?

par Luciano Lago

Source: https://www.controinformazione.info/il-nuovo-fronte-di-gu...

Le nouveau front de guerre qui s'est ouvert entre Israël et la Palestine pourrait être le dernier, le définitif, qui pourrait inopinément conduire le monde vers une troisième guerre mondiale

On ne voit pas comment les services de renseignement israéliens ont pu être pris par surprise par l'attaque du Hamas et d'autres groupes palestiniens à partir de Gaza. Il n'est pas explicable que les services de renseignement israéliens (ceux qui connaissent même les repaires les plus cachés des dirigeants du Hamas) n'aient pas su que des armes américaines et occidentales en provenance d'Ukraine et d'Afghanistan étaient stockées à Gaza, notamment des missiles et des roquettes antichars, des drones et des radars portables.

D'autre part, il est tout à fait concevable que, dans l'action menée par la résistance palestinienne, il y ait la main d'acteurs extérieurs, qui peuvent être l'Iran et, de manière directe, la Russie, qui ont tous deux des comptes à régler avec le gouvernement de Tel-Aviv.

67054011_6.jpg

L'Iran doit se venger de toutes les frappes aériennes menées par Israël contre les forces iraniennes en Syrie au cours des deux dernières années, ainsi que de l'assassinat de scientifiques iraniens et du général Soleimani (qui a été assassiné par les États-Unis sur ordre d'Israël). En contrepartie, l'Iran a fourni des armes, des formations et des technologies de pointe à des groupes palestiniens.

La Russie a un compte ouvert avec Israël pour son aide à l'Ukraine, pour ses raids en Syrie contre des cibles russes et syriennes, pour le rôle d'Israël dans le soutien à l'Azerbaïdjan, l'envoi d'armes et de renseignements dans la guerre contre l'Arménie et la facilitation de la conquête du Haut-Karabakh.

Pour toutes ces situations, on peut imaginer qu'Israël (sur ordre de Netanyahou) a laissé une ouverture non gardée pour permettre l'attaque du Hamas, même s'il n'a pas prévu l'ampleur du massacre de soldats et de civils israéliens qui s'en est suivi (environ un millier de morts et des milliers de blessés). 

De son côté, le front nord du Liban risque lui aussi d'exploser, le Hezbollah ayant neutralisé les bases de radars à la frontière et préparant ses forces de missiles à frapper le territoire israélien. Et ce, alors qu'Israël a déjà commencé à bombarder la zone frontalière du Liban.

Ce qui s'est passé, c'est que le gouvernement de Netanyahou a décrété l'état de guerre et se prépare à raser Gaza et, avec l'aide des États-Unis, à mener des représailles contre l'Iran.

USS-Gerald-R.-Ford-Carrier-Strike-Group-1200x1200.jpeg

Les porte-avions et les groupes de frappe navals américains ne se rendent pas en Méditerranée pour attaquer le Hamas, mais pour frapper l'Iran, probablement les sites pétroliers et industriels de ce pays. Netanyahou essaie depuis longtemps de convaincre Washington d'attaquer l'Iran, il en a maintenant l'occasion et le prétexte.

Israël est prêt à utiliser ses armes nucléaires contre l'Iran. Netanyahou a demandé à Biden et à Blinken de lui laisser les mains libres sur l'Iran et de lui fournir de l'aide.

Selon des sources confidentielles, l'ambassadeur d'Israël à Moscou aurait averti le gouvernement russe que, puisqu'Israël considère l'Iran comme le principal responsable de l'attaque actuelle, Téhéran serait frappé avec des "bombes nucléaires stratégiques".

On ne sait pas quelle sera la réponse de la Russie, qui doit penser à défendre son allié et ses intérêts au Moyen-Orient.

Les forces ukrainiennes attaquées par la Russie

En attendant, l'issue de la guerre en Ukraine semble scellée par la défaite des forces ukrainiennes et de l'OTAN.

La persistance des États-Unis et de leurs satellites européens à mener une guerre par procuration contre la Russie a ouvert une fenêtre d'opportunité pour la résistance palestinienne. Alors que Washington est piégé dans un conflit par procuration qu'il a orchestré sans en mesurer les conséquences, l'offensive inattendue de la résistance sur le territoire israélien met en lumière la fragilité de l'État colonisateur et déstabilise l'axe impérialiste.

Dans le prochain épisode, nous assisterons à l'abandon de l'Ukraine par les États-Unis et au déclenchement probable des hostilités avec l'Iran, un fait qui affectera d'autres pays arabes et islamiques qui se mobiliseront pour défendre Jérusalem et la Palestine. Erdogan a déjà commencé à s'agiter et à exiger le retour d'Israël aux frontières de 1967.

Nous verrons si ces prédictions sont exactes, mais les conséquences seront certainement très négatives pour l'Europe, qui paiera le prix de son ignominie avec les effets des guerres dont elle a été complice, lorsque les prix du pétrole, du gaz et des matières premières monteront en flèche.

mardi, 11 juillet 2023

Les perspectives de la politique étrangère de l'Iran à la lumière du nouvel ordre mondial

60c7929a1cde605c8fa249b504f6e12e.jpg

Les perspectives de la politique étrangère de l'Iran à la lumière du nouvel ordre mondial

Ali Bagheri

Source: https://katehon.com/ru/article/perspektivy-vneshney-politiki-irana-v-svete-novogo-mirovogo-poryadka

Les différends politiques internes doivent rester distincts des questions de politique étrangère et de diplomatie.

À la lumière des développements internationaux et régionaux significatifs, une évaluation de la dynamique de la politique étrangère sous le gouvernement iranien actuel devient nécessaire pour analyser les nouvelles perspectives du système mondial en évolution.

La croyance du monde occidental en la "fin de l'histoire" contraste avec la réalité du "début de l'histoire" qui se déroule à l'échelle mondiale. Le système international n'adhère plus à un ordre unipolaire, les contours d'un monde multipolaire restant flous.

Cette transition vers de nouvelles organisations et de nouvelles règles se fait principalement par des moyens non militaires et des affrontements civils utilisant des instruments non contraignants qui servent de talon d'Achille pour menacer l'hégémonie mondiale.

Contrairement à la confrontation militaire, qui favorise la formation de coalitions et de consensus, la confrontation à l'aide d'instruments non contraignants, tels que les sanctions, favorise au contraire la division et la dissipation du système d'hégémonie mondiale.

Dans ce contexte, les gouvernements du monde entier cherchent à exercer une influence et à s'imposer dans le nouveau paysage international. L'actuel gouvernement iranien est confronté à ces défis dans un contexte d'accélération rapide du développement mondial, plus rapide qu'aux époques précédentes.

Le gouvernement iranien a franchi une étape importante en rejoignant l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) après des années d'efforts intenses. Parallèlement à cette réussite, le programme de politique étrangère de l'Iran prévoit une coopération avec les pays membres des BRICS afin de diversifier l'accès aux ressources et aux fonds internationaux pour répondre aux besoins économiques, monétaires et financiers. En devenant membre de ces accords politiques, sécuritaires et économiques de premier plan, l'Iran a fait preuve d'une détermination inébranlable à jouer un rôle important dans l'élaboration des structures et mécanismes multilatéraux.

Shanghai-Cooperation-Organization.jpg

L'OCS comprend des États membres qui représentent environ 40% de la population mondiale et 20% du produit intérieur brut mondial. Le volume des échanges commerciaux de ces pays dépasse 650 milliards de dollars par an. L'un des principaux motifs des efforts déployés par les pays pour adhérer à l'OCS est leur désir de résister aux politiques et actions unilatérales, en particulier de l'Occident, et notamment des États-Unis.

Les sanctions unilatérales, avec leurs vastes ramifications mondiales et leurs violations des droits de l'homme, ont sapé la confiance dans les mécanismes financiers occidentaux. En conséquence, les pays du monde entier ont pris des mesures préventives et de rétorsion. Contrairement aux attentes occidentales, la mondialisation a lancé un processus d'"autodestruction", incitant à une coordination rationnelle des efforts conjoints et à des réponses collectives aux défis et menaces régionaux.

L'Iran, conscient de l'évolution de la dynamique sur la scène internationale, a stratégiquement rejoint l'OCS avec une volonté forte et inébranlable, conformément à la vision de l'organisation d'un "développement progressif et indépendant". Cette décision intervient alors que le pouvoir se déplace progressivement de l'Ouest vers l'Est et que l'Amérique et l'Europe voient leur capacité à contrôler les développements internationaux diminuer. Entre-temps, la Chine, la Russie, les membres des BRICS et les puissances régionales asiatiques influentes ont saisi ces opportunités et joué un rôle plus actif dans les affaires mondiales.

Le gouvernement iranien a donné la priorité à la coopération à long terme avec la Chine, ce qui a permis de mettre en œuvre avec succès des accords stratégiques entre les deux pays. Cette coopération a entraîné une augmentation notable des relations économiques bilatérales, ce qui a eu un impact positif sur la croissance du PIB et la balance commerciale de l'Iran. En outre, l'engagement politique avec la Chine s'est développé dans divers domaines, permettant à l'Iran d'établir une présence significative sur la scène mondiale. La coopération en matière de défense s'est également développée, comme en témoignent les exercices militaires conjoints auxquels participent l'Iran, la Russie et la Chine et qui soulignent l'engagement à maintenir la paix régionale et internationale.

Les relations russo-iraniennes sont cruciales pour l'évolution future de la situation internationale, car il existe des liens institutionnels et stratégiques entre les deux pays. Le conflit russo-ukrainien, une crise aux implications mondiales, est une préoccupation constante, et nous cherchons à le résoudre rapidement lorsque l'Occident cessera son ingérence. Indépendamment de ce conflit, la Russie a la capacité d'assumer un rôle renouvelé dans les développements internationaux à venir et dans l'ordre multipolaire mondial.

Le gouvernement iranien s'est attaché à approfondir son engagement avec la Russie, cherchant à faire de l'itinéraire de transit Nord-Sud un point important de l'ordre du jour des discussions de politique étrangère. Le commerce et les investissements bilatéraux ont augmenté de manière significative, contribuant à renforcer la coopération internationale. La coopération en matière de défense a également progressé, renforçant les capacités de défense et de dissuasion de l'Iran. La Russie joue un rôle clé dans le domaine de l'énergie nucléaire pacifique, notamment en construisant des centrales nucléaires en Iran, ce qui renforce la coopération dans ce domaine.

Saudi-Iran-relations-768x432.jpg

Au niveau régional, l'évolution de la situation a favorisé l'interaction et la coopération entre les pays de la région. Le gouvernement iranien a poursuivi une stratégie de bon voisinage visant à renforcer les relations, à promouvoir la paix, à contrer l'extrémisme et l'ingérence étrangère et à résister à la coercition, aux exigences excessives et aux pressions indues. L'Iran a payé cher sa souveraineté et fait des sacrifices, comme en témoigne l'assassinat du général Qassem Suleimani, qui a joué un rôle central dans la lutte contre l'extrémisme du groupe terroriste Daesh. Son assassinat par les puissances hégémoniques et les États-Unis reste un crime impardonnable.

Après des années de négociations laborieuses, la République islamique d'Iran et le Royaume d'Arabie saoudite sont parvenus à un accord. L'implication de la Chine dans la finalisation des accords bilatéraux a conduit à la reprise des relations politiques entre les deux pays. Cette démarche stratégique jette les bases d'un développement régional plus poussé, en élevant le statut politique des deux pays dans la région. Les effets positifs de cet accord devraient profiter aux deux États et contribuer à la prospérité, à la paix et à la stabilité dans la région.

Le gouvernement iranien en place était bien conscient des menaces posées par le régime sioniste d'Israël et a activement fait face et empêché ses activités terroristes, ses tactiques d'exacerbation des tensions et ses politiques inhumaines. On s'attend à ce que la capacité du régime sioniste à perturber l'ordre et la sécurité de la région diminue considérablement au fur et à mesure que l'ordre mondial émergent prendra forme. La reconnaissance du jour de la Nakba par les Nations unies comme un événement important dans l'histoire de l'organisation reflète la réponse de la communauté internationale aux crimes commis par ce régime. La théorie de la résistance devient une stratégie efficace pour construire la stabilité et la paix dans la région, et l'Iran reste déterminé à s'opposer avec le plus grand sérieux à l'action militaire propagée par le régime sioniste.

L'Iran a adopté une approche équilibrée, ne se tournant ni vers l'Est ni vers l'Ouest, mais renforçant activement ses relations avec l'Est. Dans le même temps, l'Iran maintient son engagement avec l'Occident, en particulier l'Europe, sur la base de principes, de valeurs et de normes internationales. Récemment, cependant, certains pays européens ont interrompu les relations bilatérales, invoquant des violations présumées des droits de l'homme et l'implication de l'Iran dans le conflit en Ukraine. Ces actions sont préjudiciables à leurs propres intérêts, car ces pays ont le potentiel de jouer un rôle constructif dans le nouvel ordre mondial. Le gouvernement iranien recherche le dialogue et un engagement constructif sur un pied d'égalité afin de résoudre les différends et de promouvoir les relations mutuelles. Toutefois, l'Iran est déterminé à défendre ses intérêts nationaux et sa sécurité face aux menaces d'autres pays.

Les États-Unis, dont l'influence sur la scène internationale est en déclin, ont poursuivi une stratégie ambiguë et perplexe à l'égard de l'Iran : une double politique d'"endiguement et de diplomatie".

Mettant en avant les menaces iraniennes et la menace posée par l'organisation terroriste ISIL, effectivement neutralisée par les efforts de l'Iran, la politique américaine de pression maximale et de sanctions globales contredit l'accent mis sur la diplomatie. Par conséquent, le comportement des États-Unis à l'égard de l'Iran peut être qualifié d'hostile et de conflictuel.

Néanmoins, l'Iran a adopté une approche opposée à la position antagoniste des États-Unis, en se concentrant sur le renforcement de la résilience économique par l'atténuation de l'impact des sanctions. Le pays a donné la priorité au maintien et à l'expansion de son programme nucléaire pacifique. L'Iran préconise des mécanismes diplomatiques pour atteindre les objectifs de politique étrangère, considérant le retour des États-Unis au plan d'action global conjoint (JCPOA) comme un test pour réparer les dommages qu'ils ont causés. Il est clair que le comportement unilatéral et hégémonique des États-Unis ne sera pas bien accueilli dans la trajectoire mondiale émergente et le nouvel ordre mondial. Un nouveau déclin du rôle des États-Unis est un pronostic plausible si leur comportement n'est pas corrigé.

b500dda82f986047a014f5af8d485d3d.jpg

L'Iran utilise efficacement ses diverses capacités, en particulier les expatriés iraniens, pour protéger ses intérêts nationaux et poursuivre ses objectifs de politique étrangère. Cette catégorie d'Iraniens, composée d'intellectuels et d'élites, joue un rôle important. La République islamique reconnaît l'importance de servir les expatriés iraniens et se félicite de leur participation constructive, de leur interaction et de leur coopération au développement et au progrès du pays.

La République islamique d'Iran, guidée par les enseignements du défunt fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, ainsi que de l'ayatollah Khamenei, s'emploie activement à protéger les intérêts et la sécurité nationaux dans un environnement international difficile. L'appareil diplomatique se félicite de la participation des élites nationales, recherchant leur contribution et leurs perspectives perspicaces pour façonner les objectifs de la politique étrangère par le biais du consensus. L'accent est mis sur le fait que les différends politiques nationaux doivent rester distincts des questions de politique étrangère et de diplomatie.

Le ministère des affaires étrangères organise actuellement une réunion des ambassadeurs et des chefs de missions étrangères au cours de laquelle des discussions approfondies auront lieu sur les développements mondiaux et leurs implications pour la politique étrangère et la diplomatie. Les points de vue et les perspectives de l'élite politique du pays, issus de différents milieux, sont appréciés et pris en compte, ce qui enrichit la discussion sur les efforts diplomatiques.

19:35 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, politique internationale, iran, moyen-orient | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 08 juillet 2023

Vers un monde multipolaire: les défis à relever

izadi.jpg

Vers un monde multipolaire: les défis à relever

Foad Izadi

Source: https://katehon.com/ru/article/dvizhenie-k-mnogopolyarnomu-miru-vyzovy-kotorye-neobhodimo-preodolet

Texte d'un discours prononcé lors de la Conférence mondiale sur la multipolarité, le 29 avril 2023.

Note de la rédaction: Le texte du politologue iranien Foad Izadi est intéressant à plus d'un titre, non seulement parce que nous avons ici accès à son contenu, mais parce qu'il nous permet de saisir la vision iranienne des relations internationales, à une époque où l'OTAN nous induit à considérer l'Iran comme un ennemi absolu alors qu'aucun pays d'Europe centrale et occidentale n'a eu, au cours de l'histoire, de conflit avec la Perse. Pour rétablir la bonne santé économique de l'Europe, les relations économiques avec l'Iran devront être rétablies, même si le pays opte pour des rapports privilégiés avec les structures de coopération eurasiennes, pilotées par la Russie et la Chine, voire l'Inde. L'Europe n'a aucun intérêt, à long terme, à obéir aux injonctions de Washington et à pérenniser le bellicisme de l'Alliance atlantique.

L'évolution vers un monde multipolaire, où le pouvoir est partagé entre plusieurs grands acteurs mondiaux, peut s'accompagner de divers obstacles. Voici quelques défis courants qui peuvent se présenter :

1. Dominance des puissances existantes : les puissances mondiales établies, telles que les États-Unis, résisteront à l'idée de renoncer à leur position dominante et à leur influence dans le système international. Elles considéreront un monde multipolaire comme une menace pour leurs intérêts et chercheront à maintenir leur statut hégémonique.

2. Concurrence et conflits : comme le pouvoir est partagé entre plusieurs pôles, la concurrence et les conflits d'intérêts peuvent s'intensifier. Les rivalités entre les nouvelles puissances et les puissances existantes peuvent s'intensifier, entraînant des tensions géopolitiques, des guerres par procuration, voire des affrontements purs et simples.

3. absence de gouvernance mondiale : la transition vers un monde multipolaire nécessite des mécanismes de gouvernance mondiale efficaces. Cependant, il peut y avoir un manque de consensus sur les structures, les processus de prise de décision et les règles de la gouvernance mondiale. Cela peut entraver la coopération et la coordination entre les pays, ce qui rend difficile la résolution collective des problèmes mondiaux.

4. Conflits régionaux non résolus : de nombreux conflits régionaux en cours peuvent compliquer l'évolution vers un monde multipolaire. Les différends et les conflits non résolus entre les pays peuvent entraver l'établissement de relations stables et coopératives nécessaires à l'épanouissement d'un système multipolaire.

5. interdépendance économique : les interdépendances économiques existantes, telles que les relations commerciales et les chaînes d'approvisionnement, peuvent être perturbées par la transition vers un monde multipolaire. La concurrence économique et le protectionnisme entre les grandes puissances peuvent créer de l'instabilité et entraver les progrès vers la multipolarité.

6. Différences d'idéologie et de valeurs : les pays d'un monde multipolaire sont susceptibles d'avoir des idéologies, des valeurs et des systèmes politiques différents. Ces différences peuvent entraîner des conflits d'intérêts et entraver la coopération sur les questions mondiales, rendant difficile la recherche d'un terrain d'entente.

7. Dilemmes sécuritaires : dans un monde multipolaire, les pays peuvent être confrontés à des dilemmes sécuritaires, où les mesures prises par un État pour renforcer sa sécurité peuvent être perçues comme une menace par d'autres États. Cela peut conduire à une course aux armements, à la méfiance et à l'instabilité.

8. Manque de confiance et de coopération : l'instauration de relations de confiance et de coopération entre les pays est cruciale pour le succès d'un monde multipolaire. Toutefois, les rivalités historiques, les suspicions profondément ancrées et les intérêts nationaux divergents peuvent entraver le développement de la confiance et les efforts de coopération.

9. Asymétrie de puissance : la transition vers un monde multipolaire peut être difficile s'il existe une importante asymétrie de puissance entre les pays. Les États plus faibles peuvent se sentir marginalisés ou menacés par les puissances dominantes, ce qui entraîne une résistance ou des tentatives d'alliance contre elles.

053a449f0fb92eb332c9e5f84eaa050f.jpg

Pour surmonter ces obstacles, il faut de la diplomatie, du dialogue, des institutions multilatérales et une vision commune de la gouvernance mondiale. Cela nécessite un engagement en faveur du respect mutuel, de la coopération et du compromis entre les pays afin d'assurer une transition harmonieuse et pacifique vers un monde multipolaire.

Comme indiqué précédemment, les États-Unis résisteront farouchement à l'abandon de leur position dominante dans un monde multipolaire sur la base de schémas historiques et de considérations géopolitiques. Voici quelques stratégies que les États-Unis peuvent utiliser pour maintenir leur position :

1. la puissance économique : Les États-Unis se sont traditionnellement appuyés sur leur économie forte et sur l'innovation technologique pour maintenir leur influence mondiale. Ils peuvent continuer à donner la priorité à la croissance économique, à investir dans la recherche et le développement et à promouvoir l'innovation pour rester compétitifs.

2. Alliances diplomatiques : les États-Unis peuvent chercher à renforcer leurs alliances et leurs partenariats avec des pays aux vues similaires afin de maintenir une influence collective dans les affaires internationales. Le renforcement des alliances avec l'OTAN, l'Union européenne et d'autres démocraties peut constituer un front uni face aux défis posés à la domination américaine.

3. Capacités militaires : les États-Unis ont toujours maintenu une forte présence militaire dans le monde. Ils peuvent continuer à investir dans des technologies militaires de pointe, à maintenir une présence militaire mondiale et à assurer leur préparation militaire afin de projeter leur force et de dissuader leurs adversaires potentiels.

4. domination technologique : l'accent mis sur les avancées technologiques telles que l'intelligence artificielle, la cybersécurité, l'exploration spatiale et la biotechnologie peut aider les États-Unis à conserver un avantage concurrentiel et à accroître leur influence mondiale dans un monde en mutation rapide.

5. Soft power et influence culturelle : les États-Unis s'appuient depuis longtemps sur leur puissance douce (soft power), y compris les exportations culturelles, pour exercer une influence au niveau mondial. Un accent soutenu sur la propagande et la diplomatie publique, ainsi que sur la construction de perceptions internationales positives, peut contribuer à maintenir leur domination.

6. Adaptabilité et engagement multilatéral : conscients de l'évolution de la dynamique mondiale, les États-Unis pourraient être amenés à adapter leur approche et à s'engager auprès des puissances émergentes et des régions en plein essor. Cela pourrait inclure une participation active aux institutions internationales, aux négociations et aux structures multilatérales afin de façonner les normes et les règles mondiales.

7. politiques économiques et commerciales : les États-Unis peuvent mener des politiques économiques et commerciales stratégiques afin de protéger l'industrie nationale et d'aborder la question des droits de propriété intellectuelle et du transfert de technologie. Ces politiques peuvent viser à préserver les avantages économiques et à empêcher l'érosion de la position dominante des États-Unis.

5e013ff52077eb010dfcb41aafcc2981.jpg

Il est important de noter que le paysage mondial est complexe et que les États-Unis sont susceptibles d'utiliser une combinaison de ces politiques, en s'adaptant à l'évolution des circonstances.

Pour contrer l'hégémonie américaine vers un monde multipolaire, les ONG et les intellectuels peuvent jouer un rôle important. Voici quelques moyens par lesquels ils peuvent affronter et influencer la dynamique du pouvoir mondial:

1. recherche et sensibilisation : les ONG et les intellectuels peuvent mener des recherches et fournir des analyses fondées sur des preuves afin d'exposer les implications et les limites de l'hégémonie américaine. Ils peuvent attirer l'attention sur des questions telles que les inégalités, les violations des droits de l'homme, la dégradation de l'environnement et l'exploitation économique résultant des structures de pouvoir dominantes. En sensibilisant l'opinion et en plaidant pour le changement, ils peuvent favoriser un discours critique sur la nécessité d'un ordre mondial plus juste et plus inclusif.

2. Mobilisation de la société civile : les ONG peuvent mobiliser la société civile et les mouvements de base pour promouvoir une vision alternative de la gouvernance mondiale. En organisant des campagnes, des manifestations et des initiatives de plaidoyer, elles peuvent amplifier les voix des communautés marginalisées, remettre en question les récits dominants et exiger une plus grande responsabilité de la part des acteurs puissants, y compris les États-Unis.

3. Mise en réseau et création de coalitions : les ONG et les intellectuels peuvent collaborer au-delà des frontières pour créer des réseaux et des coalitions qui promeuvent des perspectives alternatives et remettent en question les structures de pouvoir hégémoniques des États-Unis. En développant la coopération entre les organisations et les intellectuels de différentes régions, ils peuvent accroître leur influence et présenter un front uni contre la domination.

4. Promouvoir le dialogue et l'échange : les intellectuels peuvent promouvoir le dialogue et l'échange entre différentes cultures, sociétés et systèmes de connaissance. En encourageant le débat et en créant des plateformes pour des voix diverses, ils peuvent remettre en question les récits centrés sur l'Occident et promouvoir une compréhension plus inclusive des questions mondiales. Cela peut contribuer à un discours plus équilibré et multipolaire.

5. Plaidoyer politique : les ONG et les intellectuels peuvent s'engager auprès des décideurs politiques, des institutions internationales et des forums multilatéraux pour influencer les politiques et promouvoir des approches alternatives. En apportant leur expertise, en proposant des conseils politiques et en participant aux processus décisionnels, ils peuvent contribuer à façonner un ordre mondial plus juste et multipolaire.

6. Interaction avec les puissances en développement : les ONG et les intellectuels peuvent s'engager activement auprès des puissances en développement et des régions émergentes pour promouvoir le dialogue et la coopération. En facilitant la coopération entre ces acteurs et en partageant les connaissances et les meilleures pratiques, ils peuvent contribuer à la diversification du pouvoir et remettre en question la domination des puissances occidentales.

7. Promouvoir la solidarité mondiale : les ONG et les intellectuels peuvent plaider en faveur de la solidarité et de la coopération mondiales, en soulignant l'interconnexion des problèmes mondiaux tels que le changement climatique, la pauvreté et les conflits. En soulignant les intérêts communs et l'interdépendance des pays, ils peuvent promouvoir des efforts collectifs pour résoudre ces problèmes, réduisant ainsi l'influence d'une puissance hégémonique.

deec46df83660b71279666576e16daf0.jpg

Il est important de noter que la lutte contre l'hégémonie des États-Unis et la promotion de la multipolarité nécessitent des efforts soutenus, une coopération et une perspective à long terme. Les ONG et les intellectuels peuvent apporter une contribution significative en fournissant une analyse critique, en mobilisant la société civile et en défendant une vision alternative de la gouvernance mondiale. Le plus important est de fournir des principes pour une idéologie qui cherche à résister à l'hégémonie des États-Unis. Voici quelques principes qui peuvent être liés à la remise en cause de l'hégémonie américaine :

1. Multipolarité : l'idéologie doit promouvoir l'idée d'un ordre mondial multipolaire dans lequel le pouvoir est réparti plus équitablement entre de multiples acteurs. Elle met l'accent sur la nécessité de remettre en cause la domination américaine et cherche à créer un système mondial plus équilibré et plus inclusif.

2. Souveraineté et autodétermination : l'idéologie reconnaît l'importance de la souveraineté nationale et le droit des nations à déterminer leurs propres systèmes politiques, économiques et sociaux sans ingérence extérieure. Elle s'oppose aux interventions, aux occupations militaires et à l'imposition de positions par les puissances dominantes qui sapent la souveraineté et l'autodétermination des nations.

3. Égalité et justice : l'idéologie souligne l'importance de l'égalité et de la justice dans les relations internationales. Elle remet en question les dynamiques de pouvoir inégales qui perpétuent les injustices mondiales telles que l'exploitation économique, l'inégalité sociale et les violations des droits de l'homme. Elle promeut des systèmes équitables et justes qui donnent la priorité au bien-être et à la dignité de tous les individus.

4. Solidarité et coopération : l'idéologie promeut la solidarité et la coopération entre les pays et les peuples. Elle recherche des alliances et des partenariats fondés sur des intérêts communs et le respect mutuel, encourageant la coopération pour trouver des solutions collectives aux problèmes mondiaux. Elle souligne l'importance du dialogue, de la diplomatie et du multilatéralisme dans la résolution des conflits et la réalisation d'objectifs communs.

5. Diversité culturelle et respect : l'idéologie reconnaît et valorise la diversité culturelle, en promouvant le respect des différentes cultures, traditions et perspectives. Elle s'oppose à l'homogénéisation culturelle. Elle soutient au contraire la préservation du patrimoine culturel et la promotion de la compréhension et du dialogue interculturels.

6. Développement durable et gestion de l'environnement : l'idéologie met l'accent sur le développement durable et la gestion de l'environnement. Elle reconnaît la nécessité d'une gestion responsable des ressources, d'une action climatique et d'une durabilité environnementale. Elle remet en question les modèles économiques dominants qui privilégient le profit au détriment du bien-être de la planète et des générations futures.

7. Anti-impérialisme et anti-colonialisme : l'idéologie s'oppose à l'impérialisme et au colonialisme sous toutes leurs formes. Elle cherche à supprimer l'héritage historique du colonialisme, notamment l'exploitation économique, l'esclavage culturel et l'occupation territoriale. Elle soutient le droit à l'autodétermination des peuples colonisés et opprimés.

Ces principes ne sont pas exhaustifs et les idéologies et mouvements peuvent mettre l'accent sur des aspects différents. Il est également important de noter que la lutte contre l'hégémonie est une tâche complexe et que les principes et stratégies spécifiques peuvent varier en fonction du contexte et des objectifs de ceux qui contestent les structures de pouvoir dominantes.

lundi, 26 juin 2023

Le monde arabe tend la main à la Chine et l'Iran visite le "triangle maudit" des Caraïbes

chine-arabie-saoudite-iran.jpg

Le monde arabe tend la main à la Chine et l'Iran visite le "triangle maudit" des Caraïbes

Alfredo Jalife-Rahme

Source: https://www.alfredojalife.com/2023/06/18/el-mundo-arabe-se-acerca-a-china-e-iran-visita-el-triangulo-maldito-del-caribe/

Le caractère unique de la guerre en Ukraine a ébranlé de manière multidimensionnelle plusieurs plaques tectoniques de la planète avec ses différents vecteurs qui aspirent à un nouvel ordre multipolaire par le biais de la dé-mondialisation/régionalisation/dédollarisation : Des BRICS - avec leurs 30 (!!) candidats à l'adhésion au groupe pentapartite d'aujourd'hui - au monde arabe, autrefois en sommeil et composé de 22 membres - en particulier les six pétromonarchies du golfe Persique dirigées par la rébellion pétrolière conjointe de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, et leur chevauchement stratégique avec l'OPEP+.

La dixième conférence commerciale arabo-chinoise s'est tenue à Riyad les 11 et 12 juin avec 2000 participants, marquant un changement substantiel dans la géo-économie du golfe Persique avec la Chine: aujourd'hui déjà la première puissance économique mondiale lorsque son PIB est mesuré par le plus approprié "pouvoir d'achat de la parité (PPA)".

Selon Nicolas Aguzin, directeur de la Bourse de Hong Kong (https://bit.ly/3N4L55l), la Chine disposera d'ici 2030 de 2000 à 10.000 milliards de dollars d'"investissements souverains" cumulés provenant de fonds étatiques régionaux (sic).

Cela entraînera un déplacement régional spectaculaire des investissements des "fonds souverains" publics du Moyen-Orient: de 1 à 2 % actuellement investis en Asie, principalement en Chine, ils atteindront entre 10 et 20 % de cette colossale "toison d'or" !

Ces méga-investissements des six pétromonarchies du monde arabe, regroupées au sein du Conseil de coopération du Golfe, représentent un peu moins que le PIB, mesuré en PPA, de l'Inde: troisième au classement mondial (13,03 billions de dollars ; données du FMI 2023), derrière les États-Unis (26,8 billions) et la Chine (33 billions). Pour les ignorants et les néophytes qui ne comprennent pas l'ampleur de l'"or noir" !

Cette impressionnante conférence a été organisée en collaboration avec le secrétariat général de la Ligue arabe, qui vient de réintégrer la Syrie après 12 ans d'absence. Une délégation de la Ligue arabe s'est d'ailleurs rendue dans la province autonome islamique du Xinjiang en Chine et a démenti la propagande malveillante de l'anglosphère qui a mis en scène une persécution imaginaire des Ouïghours autochtones pour déstabiliser Pékin et freiner le développement de la Route de la Soie terrestre au niveau des pays musulmans d'Asie centrale. Il n'y a donc ni le cacophonique "génocide ouïghour (sic)" ni la "persécution religieuse" concoctés par la caustique propagande anglo-saxonne (https://bit.ly/3p2U1Af).

De 2021 à 2022, les échanges commerciaux entre la Chine et les pays arabes ont bondi de 31% pour atteindre 430 milliards de dollars, dont 106 milliards de dollars pour le commerce bilatéral de la Chine avec l'Arabie saoudite. Le lobbying obscène des deux saltimbanques américains (https://amzn.to/2MR0PfM), le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan et le secrétaire d'État Antony Blinken, pour amener l'Arabie saoudite à réduire sa connectivité avec la Chine n'a donc eu aucun effet.

BRICS_Bank_President_Dilma_Rousseff_Calls_for_the_Creation_of_a.jpg

Lors de la dixième conférence à Riyad, ce fut au tour de la Brésilienne Dilma Rousseff, nouvelle présidente de la "Banque des BRICS (NDB)", de conclure par une splendide envolée qui révèle bien le zeitgeist géopolitique multipolaire du 21ème siècle : "La Chine et l'Arabie saoudite ont le potentiel de réécrire les règles (!) du marché mondial de l'énergie (!!!), ce qui ouvre la voie à un marché mondial de l'énergie (!!!)". ), qui ouvre la voie à la diversification des devises (!) et à l'adoption de nouveaux modèles de collaboration économique", susceptible d'inspirer le Sud mondial, qui "a été marginalisé par le système financier international traditionnel (https://bit.ly/3X8Yyh7)".

L'Arabie saoudite a déjà posé sa candidature pour devenir le neuvième membre de la "Banque des BRICS". Comme si cela ne suffisait pas, le président Ebrahim Raisi de la République islamique chiite d'Iran, accompagné de son missile hypersonique dont on parle tant (https://bit.ly/441pQrS), a surpris avec sa visite stratégique dans le ventre mou géopolitique des États-Unis dans la mer des Caraïbes : le "triangle maudit", exorcisé par Washington, composé du Venezuela, du Nicaragua et de Cuba (https://bit.ly/3CBgHL4).

https://alfredojalife.com

Facebook : https://www.facebook.com/AlfredoJalife

Vk : https://vk.com/alfredojalifeoficial

Telegram : https://t.me/AJalife

Youtube : https://www.youtube.com/channel/UClfxfOThZDPL_c0Ld7psDsw?view_as=subscriber

Tiktok : https://vm.tiktok.com/ZM8KnkKQn/

Twitter : https://twitter.com/AlfredoJalife

lundi, 05 juin 2023

Moyen-Orient 2.0

45626f1d2cf61e6e5c7fd459ca77d975.jpg

Moyen-Orient 2.0

Ivan Plotnikov

Source: https://www.geopolitika.ru/article/blizhniy-vostok-20

Les pays musulmans ont refusé d'être des satellites de Washington

Le territoire du Moyen-Orient (de l'Asie occidentale à l'Afrique du Nord) a toujours attiré les puissances étrangères. Tout d'abord, la région est une source majeure d'hydrocarbures, principalement de pétrole. Deuxièmement, c'est le centre du système logistique de transport de l'énergie. Il suffit de se rappeler le canal de Suez, le détroit de Gibraltar, les Dardanelles, le Bosphore, etc.

En raison de ces avantages, le Moyen-Orient a été conquis, d'abord par la Grande-Bretagne et la France, dans le cadre de leurs entreprises coloniales, puis par l'alliance de l'OTAN, qui a joué un rôle majeur dans la déstabilisation de la région lors du printemps arabe.

Mais aujourd'hui, les pays du Moyen-Orient poursuivent une politique de souveraineté, privilégiant la Russie et la Chine plutôt que le bloc de l'OTAN.

china-saudi-arabia-iran-66466.jpg

Le conflit entre l'Iran et l'Arabie saoudite est terminé

L'Iran et l'Arabie saoudite sont des acteurs clés de la scène géopolitique du golfe Persique.

L'histoire de leur conflit, qui dure depuis plus de 40 ans, remonte à 1979, après les événements de la révolution islamique. La révolution a détruit la monarchie en Iran et a établi la République islamique (État théocratique avec un chef religieux à sa tête).

Téhéran a adopté une politique d'exportation de la révolution vers les pays islamiques voisins. L'Arabie saoudite, qui était à l'époque le leader informel du monde musulman, s'y est opposée.

De plus, le conflit religieux est au cœur de l'aversion réciproque que se vouent ces deux pays. Les deux nations professent des courants différents de l'islam. Alors qu'en Iran, la majorité de la population est chiite, en Arabie saoudite, ce sont les sunnites qui dominent.

Depuis l'invasion américaine de l'Irak et le renversement de Saddam Hussein en 2003, Téhéran a rapidement étendu son influence en Irak, en Syrie, au Yémen, au Liban et à Bahreïn. En outre, l'Iran est en train de devenir un leader dans la lutte contre l'influence américaine, alors que les Saoudiens sont des alliés traditionnels de Washington.

En 2011, sur fond de printemps arabe, l'Iran et l'Arabie saoudite ont de nouveau entamé une lutte pour les sphères d'influence en Méditerranée. Riyad a accusé les Iraniens de soutenir l'opposition chiite, tandis que Téhéran a accusé les Saoudiens de restreindre les droits de la minorité chiite.

Les deux pays ont finalement rompu leurs relations diplomatiques en 2016 lorsque le prédicateur chiite Nimr al-Nimr a été exécuté en Arabie saoudite. Par la suite, l'ambassade diplomatique des Saoudiens à Téhéran a été vandalisée par des chiites en colère. Bien que les émeutiers aient été punis, les Saoudiens ont rejeté la faute sur le gouvernement iranien.

En 2022, la Russie a tenté de réconcilier les parties. Oman et l'Irak ont également réussi à organiser une série de consultations. Mais il n'a pas été possible de rétablir les relations entre les adversaires.

En 2023, cela a été possible grâce à la Chine. Des pourparlers entre l'Iran et l'Arabie saoudite ont eu lieu à Pékin du 6 au 10 mars.

Plusieurs réunions ont abouti à la reprise des relations diplomatiques. Les pays ont rouvert leurs ambassades et réaffirmé les principes de souveraineté et de non-ingérence dans les affaires de l'autre.

Du côté iranien, la délégation était conduite par Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale, et du côté saoudien par le conseiller à la sécurité nationale et ministre d'État Musayed al-Aiban.

"La visite du président Raisi en Chine en février et sa conversation avec le président chinois Xi Jinping ont ouvert la voie à de nouvelles discussions très sérieuses entre les délégations de l'Iran et de l'Arabie saoudite", a déclaré Ali Shamkhani, de Téhéran, à un porte-parole.

La Chine est l'un des principaux alliés et partenaires commerciaux des pays du Moyen-Orient. Pékin est intéressé par l'achat de pétrole, ainsi que par la participation des puissances musulmanes au projet "Une ceinture, une route". Le rétablissement des relations diplomatiques entre l'Iran et l'Arabie saoudite réduira les risques d'escalade des conflits militaires au Moyen-Orient, et donc les risques pour la logistique des ressources énergétiques vers la Chine.

Il convient de noter que ces dernières années, l'Arabie saoudite n'a en fait plus adhéré aux sentiments pro-américains et a tenté de mener une politique indépendante. Par exemple, Riyad continue de coopérer avec la Russie. Le ministre saoudien des affaires étrangères, Faisal bin Farhan, a proposé sa médiation dans le conflit entre la Russie et l'Ukraine.

Le rétablissement des relations diplomatiques entre les deux États musulmans pourrait avoir des conséquences considérables. Par exemple, les dirigeants du monde entier prédisent déjà une trêve ou une fin complète du conflit interne au Yémen.

La crise financière et d'autres problèmes intérieurs au Liban et en Syrie pourraient également s'améliorer de manière significative.

Mais le changement progressif le plus important est la résolution des relations entre les deux centres religieux du monde musulman. Ainsi, la confrontation religieuse entre les courants chiite et sunnite a de bonnes chances de prendre fin.

24522330lpw-24522380-article-jpg_9528773_660x287.jpg

Damas n'est plus un paria

Les relations diplomatiques entre la Syrie et l'Arabie saoudite ont également été rétablies en mars 2023. Les deux pays ont rouvert leurs ambassades diplomatiques après une décennie d'interruption.

En avril, le ministre saoudien des affaires étrangères, Faisal bin Farhan, s'est rendu à Damas pour s'entretenir avec le président syrien Bachar al-Assad. Ils ont discuté de l'acheminement de l'aide humanitaire et de la résolution des conflits nationaux dans la République arabe.

Rappelons que le conflit entre les deux États a éclaté en 2012 après que Bachar el-Assad a été accusé de réprimer les manifestations populaires. Les Saoudiens ont également soutenu financièrement les groupes armés d'opposition en Syrie.

Le réchauffement des relations entre les deux pays a été rendu possible par plusieurs facteurs.

Tout d'abord, les tremblements de terre en Turquie et en Syrie ont joué un rôle important. Il est apparu clairement que les conséquences de ces catastrophes ne pouvaient être évitées que par des efforts conjoints. L'Arabie saoudite a envoyé de l'aide humanitaire à ces deux pays.

Deuxièmement, les Saoudiens espèrent trouver un allié dans la lutte contre l'Iran pour l'influence au Moyen-Orient. La plupart des Syriens sont chiites et sont susceptibles de soutenir leur groupe religieux.

Troisièmement, l'influence des États-Unis, qui ont consacré tous leurs efforts à la lutte économique avec la Chine et aux fournitures militaires à l'Ukraine, s'amenuise. Malgré l'aversion des Américains pour le régime de Bachar el-Assad, il est devenu évident que le gouvernement syrien a résisté à la guerre civile et que les relations doivent être rétablies d'une manière ou d'une autre. En outre, un certain nombre de pays du Moyen-Orient (EAU, Oman, Tunisie, Égypte, Irak, etc.) estiment que la politique d'isolement de la Syrie devrait être reconsidérée.

La Russie a un rôle clé à jouer dans la réconciliation des États. En mars 2023, le ministre saoudien des affaires étrangères Faisal bin Farhan s'est rendu à Moscou, et Poutine et Bachar el-Assad se sont rencontrés quelques jours plus tard. C'est très probablement à ce moment-là que les solutions possibles au conflit ont été discutées.

sommet-arabe-alger2022-large.jpg

Sommet de la LEA 

La Ligue des États arabes est une organisation internationale composée de 22 États arabophones. L'objectif principal de l'organisation est de développer une position politique commune pour défendre la souveraineté et les intérêts de tous les États arabes. Les membres de l'alliance coopèrent également dans les domaines économique, social, culturel et administratif.

Une victoire diplomatique importante a également été remportée dans le cadre de la coopération avec la Ligue arabe. Après 12 ans, la Syrie a retrouvé sa représentation au sein de l'organisation.

Il convient de mentionner que la Syrie a joué un rôle clé dans la création de la LEA en 1945. Cependant, en 2011, lorsque la guerre civile a éclaté et que le gouvernement Assad et l'opposition armée se sont affrontés, la Syrie a fait l'objet d'un boycott économique et a été privée de ses droits de membre.

Le 32e sommet de la LEA s'est ouvert le 19 mai à Djeddah, en Arabie saoudite. La plupart des participants ont soutenu le retour du représentant syrien Bachar al-Assad. Cependant, l'absence de l'émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad Al-Thani, a été une note désagréable. L'homme politique a quitté le sommet sans explication. Il convient de noter que le Qatar s'était précédemment opposé au rétablissement des droits d'adhésion de Damas à la LEA.

On peut donc parler d'un rétablissement de l'interaction diplomatique entre la Syrie et d'autres acteurs géopolitiques du Moyen-Orient. Au cours du sommet, le ministre syrien des affaires étrangères Faisal Mikdad s'est entretenu avec ses homologues de Jordanie, du Liban, des Émirats arabes unis, d'Oman, d'Arabie saoudite et de Tunisie.

L'ordre du jour des chefs d'État portait sur la résolution des crises politiques au Yémen, en Libye et en Syrie, ainsi que sur le règlement du conflit israélo-palestinien.

Le conflit russo-ukrainien a également été abordé. Les États arabes ont décidé d'adhérer au principe de "neutralité positive", c'est-à-dire de maintenir des relations tant avec Moscou qu'avec Kiev. Les représentants de Riyad ont réitéré leur volonté de médiation entre les parties.

En outre, la déclaration finale a posé les jalons de l'indépendance vis-à-vis des ingérences étrangères dans les affaires intérieures. Le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'État, des valeurs et des cultures des autres nations a été proclamé.

"Cette réunion marque le début d'une nouvelle phase d'action arabe commune visant à instaurer la paix, le développement et la prospérité dans notre région au lieu de la guerre et de la destruction", a déclaré le président de la RAS, Bachar el-Assad.

La Maison Blanche n'a pas approuvé le retour de la Syrie au sein de la LEA.

"Nous ne pensons pas que la Syrie mérite d'être réadmise au sein de la Ligue arabe. Les Etats-Unis ne vont pas normaliser les relations avec Assad et son régime", a déclaré le secrétaire d'Etat américain Anthony Blinken.

28e0fc9c8ecfc6296e0a9bca4df94c7e.jpg

La diplomatie irakienne 

Malgré ses problèmes internes, l'Irak a poursuivi une politique étrangère visant à résoudre de nombreux conflits au Moyen-Orient.

En août 2021, la Conférence de Bagdad sur la coopération et le partenariat s'est tenue. Y participent le président égyptien, l'émir du Qatar, le roi de Jordanie, les premiers ministres du Koweït et des Émirats arabes unis, ainsi que les ministres des affaires étrangères d'Arabie saoudite, d'Iran et de Turquie.

Il est à noter que Bachar el-Assad n'a pas été invité à la réunion en raison des tensions qui existaient encore à l'époque entre le gouvernement syrien et d'autres pays musulmans.

Dans le communiqué final de la conférence, les pays ont appelé à créer les conditions pour résoudre les conflits interétatiques et accroître la stabilité au Moyen-Orient. Le rôle prépondérant de la sphère économique dans la coopération interétatique a été souligné.

D'autres questions importantes ont également été abordées, telles que la lutte contre le terrorisme et la pandémie de Covi d-19.

Cependant, malgré ses politiques progressistes, l'Iran reste dépendant des États-Unis, en particulier sur le plan économique. Par exemple, selon Elbrus Koutrachev, l'ambassadeur russe en Irak, les fonds provenant des ventes de pétrole sont versés sur des comptes américains. Bagdad reste également très dépendant du dollar.

a1d4e762380375d93f53972722ac6550.jpg

Les Emirats Arabes Unis

Les Émirats arabes unis poursuivent désormais également leurs propres politiques, qui vont à l'encontre des intérêts américains dans la région.

En 2023, les Émirats arabes unis se sont vu accorder le statut de partenaire de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS). L'accord a été signé lors d'une réunion du Conseil des ministres des affaires étrangères qui s'est tenue dans la ville indienne de Panaji les 4 et 5 mai.

"Au cours de la période à venir, les Émirats arabes unis s'efforceront de participer activement aux travaux de l'OCS et de renforcer l'interaction avec les États membres. Nous sommes heureux de devenir partenaire d'une organisation dont l'influence et l'importance mondiales ne cessent de croître". - a déclaré le ministre des affaires étrangères des Émirats arabes unis, Abdullah bin Zayed Al Nahyan.

Toutefois, les Émirats arabes unis ont gardé une relation plutôt froide avec les États-Unis. Par exemple, M. Biden a invité le président des Émirats arabes unis, Mohammed bin Zayed, à se rendre aux États-Unis au cours de l'été 2022. La rencontre n'a toutefois pas encore eu lieu.

En outre, les États-Unis ont exigé à plusieurs reprises que les Émirats arabes unis cessent d'exporter des produits électroniques vers la Russie. Les Émirats arabes unis ont reçu la visite de plusieurs fonctionnaires des États-Unis, de l'Union européenne et du Royaume-Uni. Ils craignent que les Émirats arabes unis ne soient utilisés comme plaque tournante pour contourner les sanctions antirusses et fournir des produits à l'industrie militaire russe. Selon les médias, des responsables américains ont même menacé les Émirats arabes unis de détériorer leurs relations s'ils continuaient à coopérer avec la Russie et la Chine, notamment sur des questions militaires et de renseignement.

Dans l'impasse entre la Russie et l'Ukraine, les Émirats arabes unis sont également restés neutres. Le gouvernement omanais ne s'est pas encore joint aux sanctions antirusses. Par ailleurs, nos partenaires arabes ont également proposé leur aide pour résoudre le conflit en tant que médiateur.

32f733cc5d7b96fc4eb335595e86d7ff.jpg

Spécificités de la politique et de la religion omanaises

La politique étrangère d'Oman peut être décrite comme neutre et multisectorielle. Oman s'efforce d'entretenir des relations amicales avec tous les États voisins, qu'il s'agisse de l'Arabie saoudite, du Yémen ou des Émirats arabes unis. Le gouvernement omanais est rarement impliqué dans des conflits. Mascate n'a pas participé au boycott du Qatar en 2017, lorsque le pays a été accusé de financer le terrorisme. Oman n'a pas non plus participé à une action militaire contre Israël ni coupé ses relations commerciales avec lui. Par ailleurs, Oman a été le seul pays arabe à reconnaître les accords de Camp David (entre Israël et l'Égypte), ce qui a provoqué une réaction négative dans le monde musulman.

Lorsque l'on parle d'Oman, il convient de prendre en compte les spécificités de la religion. L'ibaditisme est pratiqué dans le pays et est suivi par environ 45% de la population. Il s'agit d'un courant de l'islam différent de l'islam chiite et de l'islam sunnite, caractérisé par la paix, la tolérance et la compréhension mutuelle. Il est possible que ce choix de la voie religieuse ait déterminé le rôle d'Oman en tant que médiateur politique dans l'arène géopolitique.

Par ailleurs, Oman est un membre fondateur du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Les pays membres du CCG coopèrent dans les domaines économique, militaire, culturel et législatif.

Les relations d'Oman avec la Russie s'améliorent également.

En 2019, le ministre des affaires étrangères d'Oman s'est rendu deux fois en Russie.

En 2022, le ministre russe des affaires étrangères, M. Lavrov, s'est rendu à Oman et s'est entretenu avec le sultan Haisam bin Tarek Al Said.

Le 23 mars 2023, le président russe Vladimir Poutine a eu une conversation téléphonique avec le sultan d'Oman Haisam bin Tarek Al Said. Cette conversation a eu lieu à l'initiative de la partie omanaise.

Selon un communiqué du Kremlin, les entretiens ont porté sur le développement de la coopération économique et la mise en œuvre de projets communs, notamment dans le secteur des transports et de la logistique. La situation géopolitique au Moyen-Orient a également été abordée.

3156672.jpg

Le Caire et Téhéran se rapprochent

En mai, Fada Hussein Maliki, membre de la commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Majlis iranien, a déclaré que l'Iran et l'Égypte menaient des discussions en Irak. Il a ajouté que l'ouverture d'ambassades était prévue, suivie d'une rencontre entre le dirigeant iranien Ibrahim Raisi et le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi.

Le conflit entre les deux pays dure depuis 43 ans. Les relations diplomatiques ont été rompues en 1980 après la révolution islamique iranienne, lorsque l'Égypte a accordé l'asile au dernier monarque iranien, Mohammad Reza Pahlavi. Les accords de Camp David, mentionnés ci-dessus, ont également refroidi les relations.

La résolution de ce conflit a été influencée par le réchauffement des relations entre l'Iran et l'Arabie saoudite. Les Saoudiens étant un investisseur et un partenaire majeur en Egypte, le Caire bénéficie désormais de l'alignement géopolitique nouveau de son allié.

Il faut également noter que l'Iran et l'Egypte ont une influence énorme sur l'establishment et les factions politiques en Palestine. Par exemple, c'est grâce à l'action du Caire que des accords de cessez-le-feu ont été conclus entre Israël, le Hamas et le Jihad islamique.

My-Very-Best-Tour-of-the-Golan.jpg

Sur le conflit israélo-arabe 

En 1947, l'Assemblée générale des Nations unies a élaboré un plan visant à créer deux États en Palestine, l'un juif et l'autre arabe.

Certains pays du Moyen-Orient ne soutiennent pas cette décision (Arabie saoudite, Égypte, Syrie, Yémen, Irak, Liban).

Après la déclaration d'indépendance d'Israël en 1948, une guerre éclate entre Israël et les États membres de la LEA. Les forces combinées de l'Égypte, de la Jordanie, de l'Irak et du Liban participent aux combats. Malgré la supériorité numérique des musulmans, Israël a réussi à résister.

Bien que l'ONU ait tenté d'intervenir en 1949 pour résoudre le conflit, la plupart des pays du Moyen-Orient n'ont pas reconnu l'indépendance d'Israël et les négociations de paix ont également été refusées.

En conséquence, Israël occupe les trois quarts du territoire palestinien, y compris la ville de Jérusalem. Dans le même temps, le gouvernement juif refuse de donner à la ville un statut international, ce qui provoque des réactions négatives dans le monde musulman.

Pendant des décennies, les zones frontalières ont été le théâtre d'affrontements entre Arabes et Juifs. Le déclenchement d'une nouvelle guerre n'était qu'une question de temps. La "guerre des six jours" a débuté le 5 juin 1967 par des attaques aériennes et terrestres contre l'Égypte. Le Caire est soutenu par la Syrie, l'Irak et la Jordanie.

Israël réussit à nouveau à l'emporter. Il réussit à s'emparer de la bande de Gaza (territoire situé sur la Méditerranée), de la péninsule du Sinaï, de la Cisjordanie et du plateau du Golan.

En réponse à l'occupation, les États arabes ont signé la résolution de Khartoum, qui interdit la reconnaissance, la paix et les négociations.

En 1973, un nouveau conflit, appelé la guerre du Jugement dernier, éclate entre l'Égypte et la Syrie d'une part, et Israël d'autre part. L'affrontement n'est réglé que grâce à l'intervention de l'URSS et des États-Unis.

Le conflit israélo-arabe s'est donc estompé pour reprendre de plus belle pendant une longue période. Des contacts diplomatiques n'ont été établis qu'avec l'Égypte et la Jordanie.

Mais il est impossible d'être entouré en permanence de voisins inamicaux. Un point clé du changement dans les relations israélo-arabes a été la visite du Premier ministre Binyamin Netanyahou à Oman en octobre 2018. Il s'agissait du premier pas vers la paix.

En 2020, Israël et les Émirats arabes unis ont repris leurs relations diplomatiques. Dans le cadre des nouveaux accords, le gouvernement des Émirats arabes unis s'est engagé à lever son boycott économique de l'État juif.

En 2022, des contacts diplomatiques ont également été établis avec la Turquie. À la suite d'une conversation téléphonique entre le Premier ministre Yair Lapid et le président turc Recep Tayyib Erdogan, les ambassades des deux pays ont été rouvertes.

Les relations entre Jérusalem et Ankara ont été rompues après l'attaque par l'armée israélienne du navire d'aide humanitaire Mavi Marmara. Le président Erdogan a qualifié cette attaque d'"acte de terrorisme".

En avril 2023, le Premier ministre israélien Netanyahu a déclaré que les relations du pays avec le monde arabe devaient encore être améliorées. Il est notamment prévu d'organiser des pourparlers de paix avec l'Arabie saoudite.

Ainsi, pour l'instant, le gouvernement israélien s'efforce de trouver une solution pour résoudre pacifiquement toutes les questions litigieuses.

0114ec8a8facc7e05a326ed663ccc16b.jpg

En résumé

La région du Moyen-Orient traverse une période de changements politiques. Une ère de coopération et de bon voisinage s'est ouverte. La région a donné la priorité à des politiques visant à accroître la souveraineté et le multidimensionnalisme.

La région a d'abord été marquée par une extrême volatilité. Les pays se livraient à des guerres ouvertes et hybrides. Cette situation était extrêmement bénéfique pour Washington et l'Occident, car elle leur permettait de maintenir une position de leader dans le monde et d'obtenir des ressources bon marché.

Aujourd'hui, les États-Unis perdent rapidement de l'influence au Moyen-Orient et le sentiment pro-américain qui dominait auparavant dans la région est en train de s'estomper. En outre, les efforts de Washington se concentrent déjà sur la confrontation avec Pékin (dans la région Asie-Pacifique) et l'implication dans le conflit ukrainien.

La Russie et la Chine, intéressées par la stabilité économique et politique de la région, sont devenues de nouveaux alliés pour les pays musulmans.

Par exemple, les échanges commerciaux entre la Russie et les pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MENA) ont augmenté de 83 % au cours des cinq dernières années, pour atteindre plus de 90 milliards de dollars.

Il convient également de mentionner que la Russie défend depuis longtemps l'idée de créer un système de sécurité pour le Moyen-Orient. Il pourrait s'agir d'une organisation sur le modèle de l'OSCE.

Nikita Danyuk, directeur adjoint de l'Institut de recherche stratégique et de prévision de l'Université russe de l'amitié des peuples et membre de la Chambre publique de la Fédération de Russie, estime que "le processus de création d'un monde véritablement multipolaire consistera, entre autres, à ce que les alliés et satellites traditionnels des Etats-Unis au Moyen-Orient s'éloignent de la ligne américaine". Selon lui, les alliés les plus probables des États de la région du Moyen-Orient sont la Russie, la Chine et l'Inde.

samedi, 25 mars 2023

La paix chinoise entre Téhéran et Riyad s'étend à Damas. Et l'Égypte bouge aussi...

107208296-1678800678548-gettyimages-1248021168-AFP_33AY933.jpeg

La paix chinoise entre Téhéran et Riyad s'étend à Damas. Et l'Égypte bouge aussi...

Enrico Toselli

https://electomagazine.it/la-pace-cinese-tra-teheran-e-riad-si-estende-a-damasco-e-si-muove-anche-legitto/

Alors que Schlein et Meloni s'affrontent pour le titre convoité de majordome le plus fidèle de Biden, le repositionnement géopolitique s'intensifie en Méditerranée. La démarche de Pékin qui a conduit à l'incroyable rapprochement entre l'Iran et l'Arabie Saoudite porte des fruits rapides et de plus en plus étendus. Car l'effet domino concerne aussi la Syrie, où c'est précisément l'Arabie saoudite qui va reprendre son siège diplomatique. Et le geste de Riyad ouvrira la voie à la réintégration de Damas dans le contexte du monde arabe dont la Syrie avait été exclue.

Mais l'Egypte bouge aussi, qui, après l'accord avec la Russie sur la dédollarisation des échanges, est en train de conclure des accords similaires avec la Chine et l'Inde. Des signaux évidemment ignorés par les clercs de la désinformation italienne (ndt: et européenne). Et le système bancaire américain connaît simultanément des difficultés qui se répercutent aussi en Suisse. Ce n'est pas vraiment la meilleure façon de convaincre le monde d'accepter la domination de Washington et de Wall Street.

Entre-temps, Téhéran et Bagdad, pour fêter dignement le 20ème anniversaire de l'invasion anglo-américaine, conviennent de renforcer leur collaboration dans une fonction anti-kurde. En théorie, c'est contre le terrorisme kurde, en pratique c'est contre l'utilisation des Kurdes par les Etats-Unis. Les Turcs, qui sont appelés à voter en mai, sont également tout à fait d'accord sur ce point.

Justement, les élections en Turquie font apparaître les situations paradoxales. Erdogan, qui est particulièrement détesté par l'administration américaine pour ses nombreux volte-face et pour ne pas avoir adhéré aux sanctions contre Moscou, a ralenti ces dernières semaines ses initiatives de coopération avec la Russie. Un refroidissement des relations pour plaire à Washington, qui soutient le candidat rival Kilicdaroglu, en tête dans les sondages. Alors que fait Kilicdaroglu ? Il annonce qu'il renforcera la coopération avec Moscou s'il gagne.

Les déclarations dans une campagne électorale, on le sait, ont très peu de valeur (en Italie, quelqu'un avait même promis un blocus naval pour empêcher l'arrivée d'immigrés clandestins), mais elles sont intéressantes pour évaluer les humeurs et les tendances. Et, pour l'instant, la tendance est d'ignorer complètement le "plan Mattei" qui a tant enthousiasmé les ministres italiens. Hormis la Tunisie, en mal d'argent, d'où qu'il vienne et sans contrepartie, le reste de la Méditerranée, le Proche-Orient et l'Afrique subsaharienne ignorent superbement le projet italien. Mais il vaut mieux éviter d'interrompre le sommeil de Tajani, Crosetto et de Lady Garbatella (= surnom de Giorgia Meloni, ndt).

mardi, 14 mars 2023

Beijing gagne la partie de Go (encercler)

32a46351fb29aa51407862c13f63e1d2.jpg

Beijing gagne la partie de Go (encercler)

par Antonio de Martini

Source : Antonio de Martini & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-gioco-del-go-accerchiare-lo-vince-pechino

La réouverture des communications entre l'Arabie Saoudite et l'Iran met fin à une ère de domination anglo-américaine dans la zone MENA (Middle East and North Africa) qui a commencé en 1915 avec la création de l'IPC (Iranian Petroleum Company), une société à capitaux publics voulue par Churchill, qui a commencé avec la reconversion de la flotte du charbon au naphte, grâce à la méga-raffinerie d'Abadan.

À la base de toute stratégie, on a toujours vu la tendance - qui avait déjà fait ses preuves sur le continent européen avec l'introduction du concept de "balance of power" qui divisait l'Europe continentale, laquelle est restée une entité unique même après la chute de l'empire occidental - à opposer les différents potentats et à opérer dans une fonction d'arbitrage.

À la rivalité israélo-palestinienne s'est ajoutée la difficile rivalité entre l'Iran et l'Arabie saoudite, après que l'effondrement irakien s'est révélé insuffisant pour contrer les Ayatollahs.

Sur la carte, œuvre de Cyrous Ashtari Tafti, les premiers bénéficiaires possibles de la détente sont indiqués : le Liban, avec une élection présidentielle bloquée depuis huit mois et onze tours électoraux restés vains; le Yémen, déchiré par une guerre qui atteint sa onzième année; le Qatar, mis à l'index par les Saoudiens et les Emiratis pour ne pas avoir isolé l'Iran conformément aux décisions des Etats-Unis et de leurs satellites.

L'échange d'ambassadeurs aura lieu dans deux mois, mais les contacts, notamment à Pékin, ont déjà commencé.

Tous deux sont d'infatigables négociateurs mais conscients de l'urgence d'une nouvelle politique énergétique mondiale et unis, ils sont une superpuissance. Divisés, ils ont laissé le marché aux Etats-Unis.

Puis, petit à petit, ils aborderont le super dossier de la guerre syrienne qui les oppose.

Les deux pétro-puissances auront l'opportunité de contrôler les routes du pétrole (du Golfe Persique à Suez), de se partager le marché pétrolier asiatique (avec l'Indonésie), de réduire les allocations de défense et de pouvoir se diversifier en Mésopotamie et au Soudan au lieu d'investir dans les pays anglo-saxons et d'être à la merci de sanctions unilatérales sur la base de valeurs commodes et non partagées. Vous verrez les États-Unis commencer à chercher (à Djibouti ?) une nouvelle base pour la 5e flotte basée à Bahreïn. Trop exposée maintenant.

Celui qui ne dort déjà plus, c'est Netanyahou qui pensait ne pas avoir à se réguler en se déchaînant contre un Iran isolé et qui va se retrouver embarqué dans un Nouvel Ordre Mondial auquel il ne s'attendait pas et qui ne promet rien de bon.

 

samedi, 25 février 2023

La Chine, l'Iran et le mouvement contre l'hégémonie occidentale

china-iran-summit-2023-ap.jpg

La Chine, l'Iran et le mouvement contre l'hégémonie occidentale

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2023/02/15/kiina-iran-ja-lannen-h...

Le président iranien Ebrahim Raisi effectue actuellement une visite d'État de trois jours en Chine, à l'invitation du président Xi Jinping. Au cours de ce voyage, un certain nombre de documents de coopération seront signés afin d'approfondir et d'élargir le partenariat stratégique entre les deux pays, l'"alliance du lion et du dragon".

Lors du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai qui s'est tenu l'année dernière à Samarkand, en Ouzbékistan, le président Xi a mentionné que la Chine envisagerait les relations Chine-Iran dans une "perspective stratégique et à long terme". Le gouvernement iranien a également déclaré que la visite de M. Raisi en Chine avait une "signification économique, politique et stratégique".

En tant que deux anciennes civilisations d'Asie, la Chine et l'Iran sont aujourd'hui des puissances industrielles et des producteurs d'énergie majeurs. Les deux pays se complètent économiquement et ont tous deux un fort désir de se développer; leurs besoins de développement sont compatibles dans de nombreux domaines.

La Chine est le premier partenaire commercial de l'Iran depuis de nombreuses années et l'Iran est l'un des marchés les plus importants pour les contrats de projets étrangers chinois, ainsi que pour l'exportation d'équipements complets et de modules technologiques. Dans le même temps, l'Iran est un pays important dans le processus de développement de l'initiative chinoise "Belt and Road Infrastructure".

La Chine et l'Iran sont également tous deux des adversaires de l'hégémonie anglo-américaine. L'Iran reste la cible de sanctions sévères, tandis que la Chine est la principale cible de la "répression stratégique" de l'Occident. Malgré ces revers, il y a de la place et du potentiel pour l'essor de pays comme la Chine et l'Iran en dehors du bloc occidental américain et de sa sphère d'influence.

L'interaction croissante entre la Chine et l'Iran présente également des caractéristiques qui vont à l'encontre de l'hégémonie occidentale. Pékin et Téhéran prônent une politique étrangère indépendante et défendent fermement le principe de non-ingérence des étrangers dans leurs affaires intérieures. La souveraineté dans le contexte international s'inscrit dans la tendance générale de l'époque et contribue au pluralisme mondial.

La Chine estime que le monde est actuellement en proie à des changements jamais vus depuis un siècle. En raison des actions de Washington, la structure internationale est de plus en plus divisée et changeante. Sans aucun doute, le plus grand défi pour l'avenir proche est de vaincre le modèle capitaliste de l'Occident et les politiques à courte vue basées sur la pensée à somme nulle.

Dans la situation actuelle, les pays émergents sont une fois de plus confrontés à des choix historiques. Pendant la guerre froide, de nombreux pays ont refusé de se joindre à la confrontation du bloc et ont créé le Mouvement des non-alignés afin de poursuivre un statut indépendant et souverain.

Il s'agit d'une force politique dominante qui est délibérément ignorée par les États-Unis et l'opinion publique occidentale ; deux tiers des membres de l'ONU - plus de la moitié de la population mondiale - vivent dans des pays non alignés. La Chine est le partenaire naturel de ces pays, qui ont partagé leur sort avec les pays en développement.

Par ses actions actuelles, la Chine cherche à contribuer à l'émergence d'un nouveau système de gouvernance mondiale, plus rationnel et peut-être plus équitable. Il semblerait qu'il y ait également de la place pour la République islamique d'Iran et de nombreux autres pays qui ont subi des épreuves aux mains de l'Occident.

lundi, 20 février 2023

L'Iran en passe de devenir une puissance régionale

mightyiranlead1050.jpg

L'Iran en passe de devenir une puissance régionale

Par Alexander Markovics

L'État théocratique iranien : mythe et réalité

Dans les médias occidentaux, c'est une image sombre de l'Iran qui domine: manifestations de masse contre le port du voile, combats entre manifestants anarchistes et police des mœurs, exécutions en masses. Selon le récit occidental, chaque Iranien est, au fond de lui-même, un Occidental qui n'attend que d'être "libéré" par les ONG de George Soros et par l'OTAN. 44 ans après la naissance de la République islamique d'Iran, l'État théocratique serait sur le point de disparaître. Mais la réalité est tout autre, comme l'a récemment rapporté le politologue russe Leonid Savin: même dans le centre de Téhéran, il a pu voir à la fin de l'année dernière des femmes sans foulard se promener sans être inquiétées dans les rues, les cafés, les musées, les bazars et les parcs de la capitale. Leurs cheveux sont noirs, blonds, mais aussi teints en bleu. Certaines portent même des piercings et des tatouages. Il n'y a qu'à la mosquée que les fidèles de sexe féminin doivent porter le foulard. "Laissez les gens chercher leur propre chemin vers le ciel ! Nous ne pouvons pas les faire monter au ciel par la force du fouet": ces mots de l'ancien président Hassan Rouhani, qui a régné de 2013 à 2021, semblent décrire la relation actuelle entre l'État et la religion en Iran. Certes, la religion est au-dessus de la politique qui impose son autorité, mais l'islam chiite n'est pas imposé aux gens par la force nue.

L'Iran en tant que facteur de puissance dans la lutte contre l'EI et l'Arabie saoudite et en tant que producteur de menaces

En dehors de la question des femmes, qui intéresse beaucoup l'Occident, l'Iran a surtout fait parler de lui ces dernières années sur le plan géopolitique: depuis que les Etats-Unis ont détruit l'Irak de Saddam Hussein en 2003, l'influence de l'Iran dans la région s'est considérablement accrue. Avec l'aide de Téhéran, l'"axe de la résistance" a d'abord été mis en place en Irak, au Liban et en Palestine, où les milices chiites ont été formées par les troupes d'élite et l'armée politique iranienne des Gardiens de la révolution. L'Iran a progressivement étendu son influence dans ce que l'on appelle le "croissant chiite", ce qui a également déplu à son ennemi juré, Israël. Les succès ne se sont pas fait attendre: en 2006, le Hezbollah a réussi à stopper l'armée israélienne au Sud-Liban et à infliger des pertes au corps blindé israélien.

125d44c3-0001-0004-0000-000000523849_w948_r1.778_fpx41_fpy74.jpg

Lorsque la guerre a éclaté en Syrie en 2011, Téhéran s'est allié à Moscou en 2015, alors que la survie d'Assad était sur le fil du rasoir, et a commencé à combattre activement l'EI dans le cadre de nombreuses offensives terrestres dans la région, tandis que les Gardiens de la révolution iraniens étaient soutenus par l'armée de l'air russe. L'Iran est également intervenu dans la guerre civile yéménite, où les Houthis chiites combattent le gouvernement dirigé par l'Arabie saoudite. En 2019, le parti qu'il soutient a réussi une frappe spectaculaire avec des drones contre des installations pétrolières au cœur de l'Arabie saoudite, loin de la ligne de front. Les militaires observateurs ont immédiatement soupçonné l'Iran, connu pour former les milices qu'il soutient à la guerre des drones.

AP20003681093917-e1578207126111.jpg

Derrière nombre de ces développements se trouvait le général Quassem Soleimani, chef des Gardiens de la révolution, qui était finalement si détesté par les élites américaines que Donald Trump l'a fait assassiner le 03.01.2020. Depuis lors, Soleimani a été vénéré comme un héros par la résistance anti-mondialiste dans le monde entier. Mais cela n'a pas arrêté l'Iran dans sa lutte contre la mondialisation. Depuis que des drones kamikazes Shaed-136 copiés par Moscou ont foncé sur des canons et des obusiers blindés occidentaux sur les champs de bataille ukrainiens, l'Iran est devenu une puissance militaire redoutée au niveau international. L'Iran, quant à lui, souhaite désormais renforcer sa marine en Russie et y faire construire des navires. Mais les Iraniens ne se contentent pas de se battre, ils ont également été capables d'assurer la sécurité économique de leur révolution.

L'aspect économique de la révolution

Malgré les sanctions occidentales, l'Iran a réussi à construire une économie respectable, basée sur l'autarcie. Le leitmotiv de l'économie iranienne est moquavemati - résistance. Selon lui, l'unité sociale du pays et la prise en charge des pauvres sont les priorités de l'économie - les niveaux local, régional et national n'interviennent qu'ensuite, l'économie mondiale globalisée ne venant qu'en dernier lieu. L'aviation civile compte plus de 175 avions et le pays est aujourd'hui l'un des 10 plus grands producteurs d'acier au monde, apprécié non seulement pour son pétrole, mais aussi pour d'autres ressources minérales et naturelles. Ses principaux partenaires commerciaux sont la Chine (30% du volume du commerce extérieur), mais le commerce avec l'Afrique est également en forte croissance. L'Iran fait également du commerce avec les Etats-Unis, mais il s'agit d'un marché négligeable. Alors que sous Rouhani, l'Iran était très soucieux d'un dégel avec l'Occident, Ebrahim Raisi, un adversaire résolu des États-Unis, est revenu au pouvoir en août 2021.

Par conséquent, l'intérêt de l'Iran pour un nouvel accord nucléaire - les Etats-Unis ont dénoncé unilatéralement le dernier accord conclu sous Trump - et pour la fin des sanctions de l'Occident, dont l'économie est de plus en plus insignifiante, est faible. Les Iraniens se tournent plutôt vers l'Est, en direction de l'Eurasie : un accord de libre-échange couvrant plus de 7500 biens a été conclu fin 2022. Pour relier la Russie, l'Iran et l'Inde, il est prévu de construire une voie ferrée supplémentaire pour le corridor de transport nord-sud, ainsi qu'un canal reliant la mer Caspienne au golfe Persique. Comme nous pouvons le constater, il faut compter avec l'Iran dans notre monde de plus en plus multipolaire - en tout cas comme puissance régionale, voire comme pôle de puissance à part entière.