Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 19 janvier 2022

Asie du Sud et de l'Est : tendances et perspectives pour 2022

carte-asie-sud-est_1024x1024.gif

Asie du Sud et de l'Est : tendances et perspectives pour 2022

par l'équipe de Katehon.com

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/yugo-vostochnaya-aziya-tendencii-i-prognoz-na-2022-g

En 2021, le Rimland d'Asie a connu des processus actifs directement liés à la géopolitique mondiale. La Chine étant un pôle nouveau et activement émergent du futur ordre mondial, de nombreux événements étaient directement ou indirectement liés à ce pays. Le découplage, c'est-à-dire la rupture des liens économiques et politiques, a été clairement visible dans les relations avec les États-Unis. Les revendications de souveraineté en mer de Chine méridionale ainsi que la tentative d'unification avec Taïwan (que Pékin considère comme son territoire) ont encouragé les États-Unis et leurs satellites dans la région à intensifier leur coopération et à former ouvertement une coalition anti-chinoise. Le 24 septembre 2021, la première réunion en face à face du dialogue de sécurité quadrilatéral (États-Unis, Japon, Inde et Australie) s'est tenue à Washington et une nouvelle alliance (Australie, Royaume-Uni, États-Unis) a été formée - toutes deux dirigées contre la Chine. "Le Quatuor (Quad) a été créé il y a relativement longtemps - en 2007 - mais jusqu'à récemment, il était peu actif. Ce n'est qu'en 2020 que l'alliance a été relancée et que de nouvelles réunions et de nouveaux accords ont été prévus.

Certains médias ont décrit le Quad comme rien de moins qu'une "OTAN asiatique", bien que cette caractérisation soit plutôt exagérée. De toute évidence, le principal moteur de l'alliance est les États-Unis, qui exploitent habilement les craintes des autres membres à l'égard de la Chine. Mais si l'accord AUKUS est ajouté à ce quatuor, avec la présence du Pentagone dans l'Indo-Pacifique et un certain nombre d'accords bilatéraux, cela ressemble à un pilier supplémentaire pour renforcer la position de l'atlantisme. Et dans un tel format, le Quad sape la sécurité dans la région et la confiance entre les pays qui la composent.

maxresussrhrdefault.jpg

En janvier 2021, l'USS Theodore Roosevelt, un groupe d'attaque centré sur un porte-avions, est entré dans la mer de Chine méridionale pour des opérations de routine, notamment des exercices navals et un entraînement tactique coordonné entre les unités de surface et aériennes.

La nouvelle loi chinoise sur les garde-côtes, qui est entrée en vigueur le 1er février, a été qualifiée par les experts occidentaux et les représentants des pays qui ont des différends territoriaux avec Pékin d'escalade inquiétante des conflits en mer de Chine méridionale.

Les tensions militaires dans la région du Pacifique autour de Taïwan, de Hong Kong et de la mer de Chine méridionale se sont intensifiées à la mi-2021. Les États-Unis ont lancé une série d'exercices dans la région. Les manœuvres, orchestrées par ce fer de lance du Pacifique, se sont déroulées à Guam et dans les îles Mariannes du Nord, avec une démonstration d'une impressionnante puissance aérienne, terrestre et maritime. Il y a également eu un exercice conjoint de deux ans en Australie, appelé Talisman Saber, auquel ont participé 17.000 soldats des États-Unis et de pays alliés.

maxrmtsesdefault.jpg

inmantalsadex.jpg

À la fin de l'année, il était clair que Washington tentait d'inciter ses alliés et partenaires dans la région - Australie, Nouvelle-Zélande, Japon et Corée du Sud - à élaborer une stratégie commune pour contrer la Chine.

Chine

Le sommet du PCC et le plénum du comité central du PCC sont deux événements importants de la politique intérieure chinoise.

Le 6 juillet 2021, un sommet du Parti communiste chinois a été organisé. Lors de ce sommet ouvert du PCC, le 6 juillet, le président chinois Xi Jinping a affirmé la nécessité de s'opposer à une politique de force et d'unilatéralisme dans le monde, et de combattre l'hégémonisme et l'abus de pouvoir politique. "Alors que le monde est entré dans une période de grandes turbulences et de changements, l'humanité est confrontée à divers risques. L'étroite interaction sino-russe constitue un exemple à suivre et un modèle pour l'élaboration d'un nouveau type de relations internationales. Nous apprécions cela", a déclaré Xi Jinping.

Le 6e plénum du 19e Comité central du Parti communiste chinois s'est tenu à Pékin du 8 au 11 novembre 2021.

Selon le communiqué du plénum, le Parti a défini le rôle du camarade Xi Jinping en tant que noyau dirigeant du Comité central du PCC et de l'ensemble du Parti, et a affirmé le rôle directeur des idées de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises dans la nouvelle ère.

En politique étrangère, il y a tout d'abord le découplage avec les États-Unis, qui s'intensifie en raison des changements du modèle économique chinois ainsi que de la perception différente de l'ordre mondial par la RPC et les États-Unis. Tant que les États-Unis suppriment les droits de douane supplémentaires sur les produits chinois, les prix des produits manufacturés, fabriqués en Chine, se situent dans une fourchette de prix moyenne, mais peuvent également baisser de manière significative, ce qui ralentit l'inflation. Toutefois, les États-Unis restent une superpuissance et ne peuvent donc pas éliminer les droits de douane de manière unilatérale.

imachusages.jpgDans le cas où l'administration Biden lève les droits de douane supplémentaires sans aucune condition pour la Chine, on peut considérer que Biden a capitulé devant la Chine. Le gouvernement américain exige donc que la Chine augmente ses achats de biens en provenance des États-Unis et mette en œuvre la première phase de l'accord commercial.

Sinon, l'administration actuelle de Biden aura à cœur de poursuivre les politiques de Trump. En d'autres termes, les États-Unis menacent la Chine. Si la Chine n'augmente pas ses achats de biens aux États-Unis conformément à l'accord, les États-Unis continueront à déclencher la guerre commerciale qui a débuté en 2015. Toutefois, si la Chine augmente ses achats de produits en provenance des États-Unis conformément à l'accord, les États-Unis lèveront les droits de douane déjà imposés sur certains produits chinois.

Les États-Unis utilisent également des tactiques de "propagation de rumeurs" contre la Chine. Il a été signalé publiquement et à plusieurs reprises que la Chine a restreint la production et l'exportation de matériel, produisant des équipements et des dispositifs médicaux de qualité inférieure. Cela a accru la méfiance à l'égard de la chaîne de fabrication chinoise dans de nombreux pays du monde, entraînant une "dé-sinisation de la chaîne de fabrication".

La Chine a également été blâmée pour la chaîne d'approvisionnement "hégémonique" des produits médicaux et de l'industrie automobile chinois, qui serait à l'origine de dommages sanitaires. Le 9 avril 2021, le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, a exhorté toutes les entreprises américaines à quitter la Chine et à revenir aux États-Unis, proposant de "compléter" les entreprises pour leur retour dans leur pays d'origine.

Les États-Unis ont lancé une alliance de partenariat appelée Economic Prosperity Network, dont on parle depuis avant Trump. Il encourage la réorganisation des chaînes d'approvisionnement chinoises dans des domaines clés, tels que les infrastructures, etc., dans le but de se débarrasser complètement de la dépendance chinoise. Avec le soutien des États-Unis, le Japon a alloué 2,3 milliards de dollars américains et 108.000 milliards de yens (environ 989 milliards de dollars américains) pour financer des entreprises qui transfèrent des lignes de production de la Chine vers le Japon ou vers d'autres pays.

Cette année 2021 marque exactement les 20 ans de la signature du Traité de bon voisinage, d'amitié et de coopération entre la Fédération de Russie et la République populaire de Chine par Vladimir Poutine et Jiang Zemin à Moscou le 16 juillet 2001 (photo).  Aujourd'hui encore, la coopération avec la Chine joue un rôle clé dans la politique étrangère de la Russie. De nombreux analystes et politiciens nationaux présentent la Chine comme un allié géopolitique important.

Vladimir_Putin_16_July_2001-4.jpg

Lors d'une réunion en ligne entre les deux chefs d'État, Vladimir Poutine a souligné l'importance de la coopération conjointe : "Dans un contexte de turbulences géopolitiques croissantes, de rupture des accords de contrôle des armements et d'augmentation du potentiel de conflit dans diverses régions du monde, la coordination russo-chinoise joue un rôle stabilisateur dans les affaires mondiales. Y compris sur des questions urgentes de l'agenda international telles que la résolution de la situation dans la péninsule coréenne, en Syrie, en Afghanistan, et le renouvellement du plan d'action conjoint sur le programme nucléaire iranien".

Bien qu'il n'y ait pas de croissance particulière du commerce entre la Chine et la Russie. Et ce, malgré le nombre important de projets conjoints sino-russes dans le domaine de la sécurité énergétique, de la coopération dans le cadre de l'initiative "Une ceinture, une route", au sein de l'OCS, de la lutte conjointe contre le terrorisme, etc.

The-China-Laos-railway-in-a-regional-context.png

Dans le voisinage immédiat, la Chine a continué à mettre en œuvre des projets d'infrastructure. Au Laos, par exemple, la construction d'une voie ferrée à grande vitesse de 420 km de long, dirigée par la Chine, a été achevée. Les travaux ont commencé en 2016 pour relier la ville de Kunming, dans le sud de la Chine, à la capitale laotienne de Vientiane. Tout cela fait partie de la vision plus large de Pékin concernant un éventuel chemin de fer panasiatique qui s'étendrait au sud jusqu'à Singapour. En tant que projet central de l'initiative "Ceinture et Route", la route fait également partie de la vision stratégique du Laos, qui souhaite passer d'un pays enclavé à un pays "relié à la terre" et combler le fossé de développement dicté par le fait que le Laos est un pays montagneux intérieur.

Il existe une dépendance à l'égard de la Chine dans un contexte d'endettement croissant, mais Vientiane entend rattraper des décennies de développement rapide dans la région. Un autre projet, la construction du port sec de Thanaleng (TDP) et du parc logistique de Vientiane (VLP), est un exemple de la manière dont la dépendance excessive du Laos vis-à-vis de la Chine peut être réduite. Approuvé par une résolution de la Commission économique et sociale des Nations unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) en 2013, le projet est financé principalement par des sponsors privés et vise à relier le Laos aux routes commerciales maritimes. 

Inde

En 2021, l'Inde tente de manœuvrer entre les grands centres géopolitiques, comme auparavant, tout en essayant d'asseoir sa propre influence. Les problèmes de coronavirus freinent l'économie indienne.

Dans le même temps, la victoire des talibans (interdits en Russie) en Afghanistan a obligé New Delhi à modifier ses plans pour l'Asie centrale et l'endiguement du Pakistan. Tout le personnel diplomatique indien et les membres de leurs familles ont été évacués d'Afghanistan, qui avait auparavant été utilisé comme une plateforme pour étendre son influence, y compris dans les périphéries pakistanaises du Baloutchistan et des territoires majoritairement pachtounes.

En février 2021, le différend territorial avec la Chine dans la région montagneuse du Ladakh, où un conflit armé avait eu lieu la veille, a été temporairement résolu. Cependant, les deux parties ont continué à renforcer leur présence militaire à la frontière. À l'automne, un affrontement a eu lieu entre des patrouilles frontalières dans le secteur de Tawang, en Arunachal Pradesh. Le 12 janvier 2022, une nouvelle série de pourparlers a eu lieu entre les commandants de corps d'armée des forces armées indiennes et l'Armée populaire de libération de la Chine. Les tensions devraient se poursuivre tout au long de l'année 2022.

1082661338_0 0 3072 2048_1920x0_80_0_0_0ba93dfcec33df3b263db028dadf47de.jpg

Dans le cadre de la stratégie indo-pacifique, les États-Unis ont continué à attirer l'Inde dans leur sphère d'influence. En septembre 2021, les forces aériennes américaines et indiennes ont signé un nouvel accord de coopération pour développer des véhicules aériens sans pilote. L'objectif de cette collaboration est de "concevoir, développer, démontrer, tester et évaluer des technologies, y compris des équipements physiques tels que des petits véhicules aériens sans pilote, des systèmes d'avionique, d'alimentation de charge utile, de propulsion et de lancement, par le biais du prototypage, qui répondent aux exigences opérationnelles des forces aériennes indiennes et américaines". Le coût prévu de ce projet est de 22 millions de dollars, qui seront répartis à parts égales. Le Pentagone a déjà qualifié l'accord de "plus important de l'histoire" des relations entre les deux pays.

Kelly Seybolt, sous-secrétaire américain de l'armée de l'air pour les affaires internationales, a déclaré : "Les États-Unis et l'Inde partagent une vision commune d'une région indo-pacifique libre et ouverte. Cet accord de développement conjoint renforce encore le statut de l'Inde en tant que partenaire majeur en matière de défense et s'appuie sur notre solide coopération existante dans ce domaine."

Le nouvel accord a été signé sous l'égide de l'initiative américano-indienne en matière de technologie et de commerce de la défense, ou DDTI. Ce projet a débuté en 2012 et était l'un des projets favoris du sous-secrétaire à la défense de l'époque, Ash Carter. Lorsque Carter est devenu ministre en 2015, il a intensifié ses efforts. Ellen Lord, qui a dirigé les achats du Pentagone pour l'administration Trump, a également été un grand défenseur du renforcement des liens de développement avec l'Inde.

Selon le SIPRI, l'Inde était le deuxième plus grand importateur d'équipements militaires et de systèmes d'armes en 2020 et représentait environ 9,5 % de tous les achats d'armes mondiaux. En 2018, les expéditions en provenance des États-Unis ont représenté 12 % de cette part.

Pour changer ce rapport, sous Donald Trump, une exception a même été faite pour que l'Inde coopère avec la Russie. La même année, les responsables du ministère indien ont déclaré qu'ils allaient abandonner les systèmes de défense aérienne russes Pechora et investir un milliard de dollars dans leur équivalent américain, le NASAMS-II.

NASAMS-II.jpg

Et en septembre 2018, les États-Unis et l'Inde ont signé un accord de coopération militaire spécial, l'accord de compatibilité et de sécurité des communications (COMCASA). Il implique le partage de données, l'intensification des exercices conjoints et la fourniture par les États-Unis de types d'armes spécifiques à l'Inde. Bien sûr, l'accord visait également à établir un monopole par les États-Unis. En décembre 2018, l'Inde a inauguré le centre d'information conjoint maritime avec l'aide des États-Unis.

Il est déjà évident que cet accord dans le domaine du développement des forces aériennes entre les deux pays mettait en péril les liens russo-indiens en matière de technologie militaire et de fourniture d'armes. L'Inde aurait pu justifier cela par la nécessité de passer à des produits nationaux.  

A la fin de l'année, cependant, la Russie avait effectué une démarche en direction de l'Inde. La visite du président russe Vladimir Poutine en Inde le 6 décembre et les discussions parallèles dans le format 2+2 (ministres des affaires étrangères et de la défense des deux États) ont permis de renouveler plusieurs anciens traités et de signer de nouveaux accords. Alors que la coopération entre Moscou et New Delhi s'est ralentie ces dernières années, le nouveau paquet indique la volonté des deux parties de rattraper le temps perdu, tout en étendant considérablement l'ancien cadre.

Comme indiqué dans la déclaration conjointe sur la réunion, "les parties ont adopté une vision positive des relations multiformes entre l'Inde et la Russie, qui couvrent divers domaines de coopération, notamment la politique et la planification stratégique, l'économie, l'énergie, l'armée et la sécurité, la science et la technologie, la culture et l'interaction humanitaire.

Parmi les accords importants, il convient de mentionner le passage à des règlements mutuels en monnaie nationale, qui constitue une suite logique de la politique russe de sortie de la dépendance au dollar.

L'Inde a également invité la Russie dans le secteur de la défense. Auparavant, les retards dans la signature des contrats entre les parties ont été interprétés comme un désintérêt de New Delhi pour les armements russes et la crainte de sanctions américaines. Mais le sujet de la coopération militaro-technique est également présent dans le nouveau bloc d'accords. Il est révélateur qu'en dépit du programme indien de production de défense nationale, les entreprises russes ont également leur place dans ce secteur. L'expérience antérieure de la coopération entre l'Inde et Israël avait montré qu'une telle entrée sur le marché intérieur indien était possible.

India-needs-to-move-beyond-loyalty-to-Russia.jpg

Le Kremlin vise toutefois à trouver un format pratique et acceptable pour que la troïka Russie-Inde-Chine puisse coopérer activement à l'avenir. Il serait bon d'y associer le Pakistan, d'autant que les relations entre Islamabad et New Delhi s'améliorent : la veille, les deux parties ont commencé à s'accorder des visas pour le personnel diplomatique et ont opté pour une désescalade militaire.

Si l'on s'inquiète toujours de l'influence de l'Inde sur les États-Unis, notamment en ce qui concerne la stratégie indo-pacifique, Moscou doit être proactive et proposer elle-même de nouveaux formats d'engagement. En outre, il est nécessaire de surveiller les actions de Washington à cet égard. Jusqu'à présent, rien n'indique clairement qu'il y aura une forte influence sur New Delhi, mais dans le cadre de la politique anti-chinoise globale des États-Unis, ils tenteront de conserver leurs partenaires par le biais de diverses préférences et stratagèmes diplomatiques.

Pakistan

Le Pakistan a intensifié sa politique étrangère en 2021. À la suite du changement de régime en Afghanistan, le Pakistan a déployé des efforts considérables pour normaliser la situation et des responsables ont engagé des pourparlers avec les talibans. Les militaires, y compris l'Inter-Services Intelligence (ISI) du Pakistan, ont également participé au processus. Il est important pour le Pakistan d'établir des liens amicaux avec les talibans en tant que force légitime afin de pouvoir influencer la politique pachtoune dans son propre pays. Les talibans pakistanais agissant comme une organisation autonome et étant interdits au Pakistan, Islamabad doit disposer de garanties et d'un levier fiable sur ses zones frontalières peuplées de Pachtounes.

À la fin de l'année, Islamabad a accueilli une réunion de l'Organisation de la coopération islamique, qui a également porté sur un règlement afghan.

Mais la percée la plus importante a été faite dans la direction de la Russie.

Début avril 2021, Sergey Lavrov s'est rendu à Islamabad pour discuter d'un large éventail de coopération entre les deux pays, allant des questions militaires et techniques à la résolution de la situation dans l'Afghanistan voisin. Évidemment, ce voyage a précipité la signature d'un accord sur un gazoduc (l'autre sujet dans le domaine énergétique était l'atome pacifique). Un message du président russe Vladimir Poutine a également été transmis aux dirigeants pakistanais, indiquant qu'ils étaient prêts à "faire table rase" dans les relations bilatérales.

Le 28 mai, un accord bilatéral sur la construction du gazoduc Pakistan Stream a été signé à Moscou. Du côté russe, le document a été signé par le ministre russe de l'énergie Nikolay Shulginov et, du côté pakistanais, par l'ambassadeur Shafqat Ali Khan. 

Adnoc.jpg

L'accord est en préparation depuis 2015 sous le nom initial de gazoduc Nord-Sud et revêt une grande importance géopolitique pour les deux pays.

Le nouveau pipeline aura une longueur de 1 100 kilomètres. La capacité sera de 12,3 milliards de mètres cubes par an. Le coût est estimé à 2,5 milliards de dollars. Le gazoduc reliera les terminaux de gaz naturel liquéfié de Karachi et de Gwadar, dans les ports du sud du Pakistan, aux centrales électriques et aux installations industrielles du nord. Initialement, la Russie devait détenir une participation de 51 % et l'exploiter pendant 25 ans. Mais les sanctions occidentales ont bouleversé ces plans. La participation russe sera désormais de 26 %. Mais la partie russe aura un droit de regard décisif sur le choix des contractants, sur la conception, l'ingénierie, les fournitures et la construction.

Le Pakistan a encore deux projets potentiels, le gazoduc iranien, qui n'a pas encore été construit, et le gazoduc Turkmenistan-Afghanistan-Pakistan-Inde (TAPI), qui a fait l'objet d'une grande publicité mais n'a jamais été mis en service. Ce dernier projet a été gelé en raison de la situation instable en Afghanistan. Par conséquent, le Pakistan Stream est le plus prometteur en termes d'attente d'un retour immédiat une fois sa construction achevée.

Pour la Russie, la participation au projet procure un certain nombre d'avantages directs et indirects.

Premièrement, la participation même de la Russie au projet vise à obtenir certains dividendes.

Deuxièmement, la participation de la Russie doit également être considérée sous l'angle de la politique d'image.

Troisièmement, la Russie équilibrera la présence excessive de la Chine au Pakistan, car Pékin est le principal donateur et participant à ces projets d'infrastructure depuis de nombreuses années.

Quatrièmement, la Russie ferait mieux d'explorer les possibilités du corridor économique Chine-Pakistan pour y participer et l'utiliser comme une porte maritime méridionale pour l'UEE (le port en eau profonde de Gwadar). Le gazoduc Pakistan Stream suivrait essentiellement le même itinéraire.

Cinquièmement, étant donné les réserves de gaz naturel au Pakistan même (province du Baloutchistan), la Russie, qui s'est révélée être un partenaire fiable disposant de l'expertise technique nécessaire, pourra, dans un certain temps, participer au développement des champs de gaz nationaux également.

Sixièmement, la présence de la Russie facilitera automatiquement la participation à d'autres projets bilatéraux - avec l'économie dynamique et la croissance démographique du Pakistan, elle élargit les options en matière de commerce, d'industrie et d'affaires.

Septièmement, notre présence renforce la tendance à la multipolarité, en particulier dans une situation où l'Inde suit les États-Unis et s'engage dans divers projets suspects et déstabilisants de type quadrilatéral (comme l'a mentionné le ministre russe des affaires étrangères Sergey Lavrov).

L'amélioration et le développement des contacts avec ce pays sont importants pour la Russie en raison de sa position géostratégique. Tant dans le cadre de l'intégration eurasienne actuelle, y compris en liaison avec l'initiative chinoise "Une ceinture, une route", que dans le cadre de l'intégration continentale à venir. 

russia_pakistan.jpg

En 2022, il y a des chances que les relations Pakistan-Russie se développent davantage. La coopération avec la Chine et les autres grands partenaires du Pakistan, la Turquie et l'Arabie saoudite, se poursuivra également.

Japon

En 2021, le Japon a continué à approfondir sa coopération avec les États-Unis en matière de défense et d'économie. Un accord a été conclu selon lequel les coûts d'entretien des bases américaines seront partiellement couverts par le budget du Japon.

À la mi-juillet 2021, le ministère japonais de la défense a publié un livre blanc, qui a suscité l'attention des responsables et des experts des pays voisins ainsi que des États-Unis. Un certain nombre de caractéristiques de ce document indiquent la dynamique de changement dans la planification politico-militaire de cette nation, indiquant que, tout en incitant Washington et en s'engageant dans des projets régionaux tels que le dialogue quadrilatéral sur la sécurité, le Japon reste un satellite fidèle des États-Unis, mettant l'accent sur des préoccupations identiques.

D'après l'introduction du Livre blanc, il semble que le Japon ait désormais deux menaces principales - la Chine et la Corée du Nord.

C'est la première fois que le ministère japonais de la défense supprime Taïwan de la carte de la Chine. Les années précédentes, le livre blanc regroupait Taïwan et la Chine dans un même chapitre et sur une même carte, ce qui suscitait des critiques de la part des Taïwanais vivant au Japon. Toutefois, la dernière version souligne la distinction entre les deux, ce qui indique un changement de politique de la part du ministre japonais de la Défense, Nobuo Kishi.

Le document souligne que "la stabilisation de la situation autour de Taïwan est importante pour la sécurité du Japon et la stabilité de la communauté internationale." Le document ajoute : "Il est donc plus que jamais nécessaire que nous accordions une attention particulière à la situation à l'approche de la crise."

Japan-special-forces.jpg

En ce qui concerne les secteurs préoccupants, les préoccupations du Japon sont les suivantes :

- la défense d'îles éloignées ;

- organiser une réponse efficace à d'éventuelles attaques de missiles ;

- la possibilité d'agir dans l'espace ;

- sécuriser les cyber-systèmes ;

- le développement des capacités du spectre électromagnétique ;

- la réponse aux grandes catastrophes et aux calamités naturelles (y compris l'épidémie de coronavirus).

Il y a eu peu de changement dans la politique intérieure. Le 31 octobre 2021, des élections législatives ont eu lieu au Japon. Selon la procédure, un premier ministre a été nommé. Le Premier ministre sortant, Fumio Kishida, a conservé son poste, le parti qu'il dirige ayant conservé la majorité des sièges au Parlement. 

Myanmar

Le 1er février 2021, un coup d'État au Myanmar a renversé un gouvernement civil dirigé par la Ligue nationale pour la démocratie (LND), conduite par Aung San Suu Kyi et Win Myint. Les militaires du pays, les Tatmadaw, ont instauré une dictature dans l'État.  Le nouveau gouvernement militaire a promis d'organiser des élections générales dans un an ou deux, puis de remettre le pouvoir au vainqueur. 

Les députés de la NLD, qui ont conservé leur liberté, ont formé un comité d'ici avril 2021 pour représenter le Parlement de l'Union, un organe parallèle au gouvernement, que le gouvernement militaire a déclaré association illégale et a accusé ses membres de haute trahison. Aung San Suu Kyi a été arrêtée et jugée.  

En juin 2021, le généralissime Min Aung Hline a conduit une délégation du Myanmar en Russie pour assister à la conférence de Moscou sur la sécurité internationale. 

TASS_45031929.jpg

Min Aung Hline s'est déjà rendu plusieurs fois en Russie, mais c'est la première fois en tant que chef d'État. Min Aung Hline a toujours soutenu le développement des relations avec notre pays, en particulier dans les domaines militaire et militaro-technique. Au début des années 2000, il a élaboré un programme de formation pour les militaires birmans de la Fédération de Russie (plus de 7000 officiers ont étudié dans les universités russes au cours de ces années). Sous sa direction, le Myanmar a commencé à acheter des avions d'entraînement au combat Yak-130, des chasseurs polyvalents Su-30SM, des véhicules blindés, etc.

Yak-130-Myanmar-vol_Keypublishing.jpeg

Cette visite a coïncidé avec un regain de pression internationale sur le Myanmar : le vendredi 18 juin, l'Assemblée générale des Nations unies a condamné les actions de l'armée au Myanmar. 119 pays ont soutenu la proposition visant à rétablir la transition démocratique dans le pays, le Belarus s'y est opposé et 36 pays (dont la Russie et la Chine) se sont abstenus.

Pour la Russie elle-même, la coopération avec le Myanmar est bénéfique non seulement en termes de fourniture d'équipements militaires et de formation du personnel militaire du pays asiatique. Le soutien politique (ou la neutralité) de Moscou souligne la ligne générale de sa politique étrangère - non-ingérence dans les affaires intérieures des autres États et respect de la souveraineté - tout en rejetant le concept occidental de "protection des valeurs démocratiques". Le rôle d'une sorte d'équilibre, d'équilibrage de l'influence chinoise, est également assez commode pour Moscou. Et dans le contexte de la géopolitique mondiale, il suffit de regarder la carte pour comprendre l'importance stratégique de cet État d'une superficie de 678.000 kilomètres carrés, situé au centre de l'Asie du Sud-Est et ayant accès à l'océan Indien.

Projets régionaux-mondiaux

Le 9 janvier 2021, le site web du Conseil d'État de la République populaire de Chine a publié une annonce selon laquelle la Chine va étendre son réseau de libre-échange dans le monde. Selon le ministre du commerce Wang Wentao, la Chine intensifiera ses efforts pour accroître son réseau de zones de libre-échange avec ses partenaires du monde entier afin d'élargir son "cercle d'amis", tout en éliminant les droits de douane supplémentaires sur les marchandises et en facilitant les investissements et l'accès au marché pour le commerce des services.

Wang a déclaré à l'agence de presse Xinhua, dans une récente interview, que ces efforts favoriseraient l'ouverture à un niveau supérieur. Il a ajouté que le pays allait promouvoir les négociations sur un accord de libre-échange entre la Chine, le Japon et la République de Corée, les négociations avec le Conseil de coopération Chine-Golfe, ainsi que les accords de libre-échange (ALE) Chine-Norvège et Chine-Israël. En outre, l'adhésion à l'accord global et progressif de partenariat transpacifique sera envisagée.

Les chiffres officiels montrent que la Chine a signé des ALE avec 26 pays et régions, les ALE représentant 35 % du commerce extérieur total du pays.

La création d'un réseau de zones de libre-échange d'envergure mondiale est conforme à l'objectif de la Chine de créer un nouveau niveau d'ouverture à l'échelle mondiale, comme le soulignent les propositions de la direction du parti pour le 14e plan quinquennal (2021-2025) de développement économique et social national et les objectifs à long terme jusqu'en 2035.

La signature d'un plus grand nombre d'ALE aiderait la Chine à étendre et à stabiliser ses marchés étrangers et à atteindre un niveau d'ouverture plus élevé, surtout si le pays procède activement à des ajustements pour répondre aux exigences nécessaires, comme l'adoption de réglementations environnementales plus strictes et l'égalisation des conditions de concurrence pour tous les acteurs du marché.

En plus de faciliter le commerce des biens et des services, les ALE constituent également des plateformes permettant d'établir des règles largement acceptées et reconnues dans des domaines tels que l'économie numérique et la protection de l'environnement.

La Chine a fait des progrès notables dans la promotion du commerce multilatéral en 2020, en signant un partenariat économique global régional à la mi-novembre et en concluant les négociations sur le traité d'investissement Chine-UE plus tard dans l'année.

Le 1er janvier 2022, l'accord sur la plus grande zone de libre-échange du monde - le Partenariat économique global régional - est entré en vigueur (l'accord a été signé en novembre 2020). L'accord couvre 10 États membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est et 5 États avec lesquels l'ANASE a déjà signé des accords de libre-échange. Le RCEP comprend 3 pays développés et 12 pays en développement.

La région Asie-Pacifique est aujourd'hui la première région de croissance économique du monde, offrant de grandes possibilités de commerce et d'expansion. Certains pays pensent que leurs entreprises peuvent prendre de l'avance dans la course à la concurrence grâce à l'accord global et progressif sur le partenariat transpacifique (CPTPP) - un accord de libre-échange entre 11 pays de la région Asie-Pacifique : Australie, Brunei, Chili, Canada, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam.

En substance, le CPTPP est un accord de libre-échange ambitieux et de grande qualité qui couvre pratiquement tous les aspects du commerce et de l'investissement. L'accord comprend des engagements en matière d'accès au marché pour le commerce des biens et des services, des engagements en matière d'investissement, de mobilité de la main-d'œuvre et de marchés publics. L'accord établit également des règles claires pour aider à créer un environnement cohérent, transparent et équitable pour faire des affaires sur les marchés du CPTPP, avec des chapitres dédiés couvrant des questions clés telles que les obstacles techniques au commerce, les mesures sanitaires et phytosanitaires, l'administration douanière, la transparence et les entreprises d'État.

CPTPP.jpg

Un État qui souhaite adhérer doit en informer le gouvernement néo-zélandais (le dépositaire de l'accord), qui informera ensuite les autres membres. La Commission du CPTPP décide ensuite de lancer ou non le processus d'adhésion. S'il décide de lancer le processus, un groupe de travail sera formé. Dans les 30 jours suivant la première réunion du groupe de travail, le candidat devra soumettre ses propositions en matière d'accès au marché : réductions tarifaires ; listes des secteurs de services dont il a proposé d'exclure les membres du CPTPP ; et parties des marchés publics qui ne seront pas ouvertes aux propositions des autres membres du CPTPP. Le processus de négociation commencera alors. Une fois que tous les participants existants sont satisfaits, la Commission invitera officiellement un candidat à devenir membre.

Au début de l'année 2021, la Grande-Bretagne a demandé à adhérer au CPTPP. Cependant, on n'a toujours pas de nouvelles sur l'état d'avancement des aspirations de Londres. Tout ce que l'on sait, c'est que les négociations ont été lancées en juin.

En janvier 2021, la Corée du Sud a également déclaré son désir de rejoindre le CPTPP. Pour ce faire, une procédure a été lancée pour examiner ses propres règlements et lois afin de vérifier leur conformité avec le CPTPP. La Thaïlande a également manifesté son intérêt pour le partenariat.

Et en septembre 2021, la Chine s'est portée candidate. Cela s'est produit quelques jours seulement après la signature du traité AUKUS. 

***

En 2022, la région restera une zone d'intérêts contradictoires entre les puissances mondiales. Le Cachemire continuera d'être un point de conflit (la zone de contrôle indienne est la plus problématique, car New Delhi ne permet à aucune tierce partie de participer au règlement), mais une escalade est peu probable sans provocations graves. Nous ne devons pas non plus nous attendre à une invasion chinoise de Taïwan, comme le disent les politiciens américains et leurs médias contrôlés. Les États-Unis et leurs partenaires poursuivront les exercices militaires de routine et tenteront de former une coalition anti-chinoise plus impressionnante.

mardi, 18 janvier 2022

Les mers d'Amaterasu - La projection stratégique du Japon

Japan-South-Korea-Rising-Sun-Flag-Conflict-004.jpg

Les mers d'Amaterasu: la projection stratégique du Japon

Source: http://www.noreporter.org/index.php/conflitti/28387-i-mari-di-amaterasu

Le gouvernement japonais a commencé à envisager l'installation de missiles de croisière à longue portée, capables d'attaquer des cibles terrestres, sur les sous-marins de la Force maritime d'autodéfense (Jmsdf), nom donné à la marine japonaise.

Plus précisément, Tokyo envisage d'introduire cette nouvelle capacité sur les sous-marins existants et futurs, l'arme ayant une portée estimée à plus de 620 miles nautiques (plus de 1000 kilomètres) et devant être déployée d'ici la seconde moitié des années 2020. Le nouveau missile est spécifié comme étant de fabrication indigène et fournirait au Jmsdf une nouvelle capacité qui, pour la première fois, lui permettrait d'attaquer à la fois des navires de surface et des cibles terrestres. Le besoin se fait sentir, une fois de plus, en tant que "contrepoids" pour compenser les menaces croissantes de la Chine et de la Corée du Nord, et l'objectif est de renforcer les capacités de dissuasion afin d'éviter les attaques contre le Japon.

Un missile autonome pour atteindre des cibles terrestres

La nouvelle a été rapportée par le journal japonais Yomiuri Shimbun le 30 décembre. Les médias japonais ont cité plusieurs responsables gouvernementaux anonymes qui ont confirmé cette possibilité. Ces nouveaux lanceurs seraient dérivés du missile antinavire subsonique de type 12, déjà en service dans l'armée japonaise (ou Japan Ground Self-Defense Force - Jgsdf), et dont la portée est d'environ 124 miles.

Japanese_Navy_to_receive_U.S._Rolling_Airframe_Missiles_RAM_Block_2_Tactical_Missiles.jpg

À ce stade, tant les systèmes de lancement vertical (Vls) que les tubes lance-torpilles sont étudiés pour le nouveau missile. À l'heure actuelle, la marine japonaise n'a pas de sous-marins en service équipés de systèmes Vls, et la capacité d'un futur système Vls pour les navires n'a pas été divulguée. Selon le journal japonais, le Premier ministre Fumio Kishida a précisé la nécessité d'une "capacité d'attaquer les bases ennemies" dans la dernière "Stratégie de sécurité nationale", qui définit les orientations de base de la politique de sécurité du Japon depuis sa révision à la fin de 2010.

Tokyo évalue l'installation d'un porte-avions de stand-off afin d'effectuer des attaques tout en restant hors de portée des missiles de l'adversaire, et le plus important est que, pour la première fois dans l'histoire du Japon d'après-guerre, on parle ouvertement de la possibilité d'"attaquer les bases ennemies", donc, à toutes fins utiles, de la possibilité de passer à l'offensive en territoire adverse. Les missiles à distance de sécurité actuels du Japon sont destinés à être lancés depuis des avions et des navires de surface.

La menace terrestre qui a poussé Tokyo à opérer ce changement significatif, comme on l'a dit, est représentée par la Corée du Nord, qui dispose d'un respectable arsenal de missiles balistiques, mais surtout par la Chine. En outre, Pékin a intensifié ses activités de provocation ces dernières années en utilisant sa flotte, notamment des porte-avions qui traversent de plus en plus souvent le détroit de Miyako pour se rendre dans l'océan Pacifique, dans les eaux entourant le Japon et dans la mer de Chine méridionale et orientale.

La décision japonaise doit donc être lue d'un point de vue défensif : un pays souhaitant envahir le Japon se trouverait en difficulté s'il était confronté à la possibilité que les bases aériennes et de missiles et les unités de la flotte de surface soient frappées lors d'une contre-attaque avec des missiles de croisière à distance. Cette possibilité est rendue plus réelle par l'utilisation de ces lanceurs par des sous-marins, qui peuvent rester dissimulés dans les profondeurs de la mer dans les eaux bordant l'archipel japonais et donc dans une position de sécurité relative.

La marine japonaise compte actuellement 21 sous-marins, ce qui en fait l'une des forces armées alliées des États-Unis disposant du plus grand nombre de ces unités navales, armées de missiles antinavires Harpoon Block II.

origin.jpg

Une constitution limitative

L'accent mis par le journal sur la "légitime défense" reflète la nécessité pour les forces armées japonaises d'encadrer cette nouvelle capacité dans le contexte de la constitution du pays, qui exclut toute action offensive dans son article 9. Toutefois, la réalité de cette disposition évolue rapidement en raison de l'évolution du paysage stratégique dans la région indo-pacifique, avec des développements importants, notamment l'entrée en service de porte-avions capables d'exploiter des aéronefs à voilure fixe, à savoir le F-35B.

La constitution japonaise, l'une des plus pacifistes au monde avec l'italienne, interdit au pays de se doter d'instruments militaires offensifs (bombardiers, missiles balistiques et porte-avions), au point que même les chasseurs-bombardiers ont des limitations particulières, autrefois beaucoup plus évidentes. Les 138 F-4EJ, produits par Mitsubishi Heavy Industries, qui étaient en service dans la Jsdaf (l'armée de l'air japonaise) étaient en fait similaires aux F-4E américains, à l'exception de l'absence de l'ordinateur de bombardement AN/AJB-7 et de la capacité de ravitaillement en vol. Par la suite, un programme de modernisation dans les années 1980 a permis de réintroduire des capacités d'attaque au sol sous forme de missiles antinavires, de bombes et de roquettes sur moins de 100 exemplaires, et un radar léger amélioré ainsi qu'une suite avionique améliorée ont également été installés. Cette version très spéciale et exclusivement japonaise du Phantom est appelée le F-4EJ Kai ("amélioré" en japonais).

F-4EJ_Nyutabaru_(22041764572).jpg

Pour en revenir aux nouveaux et futurs missiles de croisière, le calendrier précis de leur développement n'a pas été révélé, mais l'entrée en service prévue vers la fin de cette décennie semble ambitieuse, précisément parce que le Japon ne dispose pas d'un système Vls monté sur sous-marin. Ce choix n'est pas surprenant, non seulement en raison des considérations politiques déjà exprimées : Tokyo cherche à équiper ses avions de combat de trois types de missiles à longue portée. Deux de ces trois missiles sont le Lockheed Martin Agm-158B Joint Air-to-Surface Standoff Missile-Extended Range (Jassm-Er) et le Agm-158C Long Range Anti Ship Missile (Lrasm), tous deux pouvant être montés sur les chasseurs F-15J et F-2. Selon Jane's, le Jassm-Er et le Lrasm ont tous deux une portée maximale de 926 kilomètres, ce qui permet à Tokyo non seulement de frapper à distance des cibles terrestres et navales nord-coréennes, mais aussi de contrer les menaces de missiles des marines chinoise et russe.
 

dimanche, 16 janvier 2022

Hu Xijin : la Chine et la Russie ne permettront pas aux États-Unis et à l'Occident de pousser le Kazakhstan dans l'abîme des troubles à long terme

190816170901-global-times-hu-xijin-exlarge-169.jpg

Hu Xijin : la Chine et la Russie ne permettront pas aux États-Unis et à l'Occident de pousser le Kazakhstan dans l'abîme des troubles à long terme

Un point de vue chinois sur l'affaire du Kazakhstan

par Hu Xijin

Source : Hu Xijin & https://news.ifeng.com/c/8CZINfEL3y7?fbclid=IwAR3KY83bpLL-TpnK79vMEP-jft2P7PsVVy1DkhW0Mfyoo40-4rvf81Csd9M

Le Kazakhstan a connu les pires émeutes de ses 30 années d'indépendance, déclenchées par une hausse du prix du gaz de pétrole liquéfié, mais rapidement suivies de revendications politiques visant à "punir la corruption" et à cibler le père du pays, Nazarbayev. Le président Tokaev a accepté la démission du premier ministre, l'état d'urgence a été imposé dans la capitale, Nursultan, et dans la première ville, Almaty, le prix du GPL a été ramené à des niveaux plus abordables, et Tokaev a annoncé le 5 janvier qu'il deviendrait président du Conseil national de sécurité (un poste précédemment occupé par Nazarbayev). Mais la suite de l'évolution de la situation est encore incertaine. Une vidéo montre des personnes dans une ville en train de renverser une statue de Nazarbayev. Par ailleurs, huit officiers de police sont morts.

La Russie a déjà déclaré qu'elle souhaitait que le Kazakhstan normalise la situation dès que possible par la voie du dialogue. La Russie a également affirmé que le gouvernement kazakh résoudrait ses propres problèmes internes et qu'une intervention extérieure était inacceptable. M. Laohu estime que la Chine soutiendra également avec force les efforts du Kazakhstan pour stabiliser la situation par ses propres moyens.

Lu-Astana-image-2.jpg

Le Kazakhstan, ancienne république soviétique, est le plus grand et le plus riche pays d'Asie centrale, riche en pétrole et en gaz. Nazarbayev a été le premier secrétaire du parti communiste de la république avant l'indépendance du pays, puis a été président jusqu'en 2019. Il a contribué à l'indépendance et au développement du Kazakhstan. Sa fin n'était pas non plus un cas isolé. M. Akaïev, ancien président du Kirghizstan, voisin de notre province du Xinjiang, a été renversé par une révolution de couleur en 2005 et s'est exilé en Russie, où il a ensuite travaillé comme professeur à l'université d'État de Moscou. Nazarbayev et Akaïev ont toujours entre eux des liens familiaux. Certaines sources non officielles affirment que Nazarbayev s'est rendu en Russie.

Le Kazakhstan est un voisin de la Russie et de la Chine, et sa stabilité est d'un intérêt majeur pour la Chine et la Russie. Les États-Unis se sont efforcés d'infiltrer le Kazakhstan, et certaines ONG sont devenues des avant-postes de cette infiltration. Nazarbayev a eu une attitude positive à l'égard du développement des relations avec les États-Unis, dans l'intention de contrebalancer la double influence russe et chinoise. Mais en même temps, il a toujours gardé un œil sur les États-Unis. En conséquence, une révolution de couleur est finalement née au Kazakhstan.

Le Kazakhstan a le revenu par habitant le plus élevé d'Asie centrale, mais ces deux dernières années, la stabilité politique du pays a été gravement ébranlée par une épidémie qui fait rage et par la récession économique. M. Nazarbayev est au pouvoir depuis longtemps et le pays a accumulé, comme on pouvait s'y attendre, des classes d'intérêt bien établies et un mécontentement public croissant, mais c'est le retournement de l'économie et des moyens de subsistance de la population qui a été le déclencheur de la rupture. C'est le prétexte que les puissances occidentales exploitent au Kazakhstan. Il est évident qu'ils veulent mettre la pagaille dans le pays, et leur objectif est de déstabiliser la stratégie de bon voisinage de la Chine et de la Russie en créant un fossé au Kazakhstan.

Kazakhstan.jpg

Pourtant, ni la Russie ni la Chine ne permettront aux États-Unis et à l'Occident de pousser le Kazakhstan dans un abîme de turbulences à long terme. Les Russes représentent à ce jour environ 20 % de la population du Kazakhstan, la Chine est le principal acheteur d'énergie du pays et l'Organisation de coopération de Shanghai apporte son soutien à la stabilité de ses États membres. Il suffit de dire qu'il existe encore de nombreuses conditions internes et externes pour que le Kazakhstan retrouve sa stabilité passée après une telle période de chaos.

[Editeur responsable : Ye Zhiqiu PN302]

vendredi, 14 janvier 2022

Le Maidan kazakh: pour encercler la Chine ?

phpVLFa1Z.jpg

Le Maidan kazakh: pour encercler la Chine ?

Konrad Rękas

Ex: https://www.geopolitica.ru/en/article/kazakh-maidan-encircling-china

Les Kazakhs ont été les leaders de l'eurasisme. Mais il est difficile de faire de l'eurasisme sans la Russie, et Moscou, comme d'habitude, s'est laissé entraîner dans l'intégration du Continent en voulant pimenter cette opération de quelques conneries à l'européenne. Astana (Nur-Sultan) a commencé à jouer avec la multi-vectorialité, et cela finit toujours mal pour les pays de l'Est. Et Ianukovitch, et même Lukashenko pourraient en dire beaucoup à ce sujet.

Russie - Il est temps de revenir en Eurasie

Bien sûr, ceux qui descendent dans la rue n'ont pas besoin d'être anti-russes sur tous les plans. Comme lors de l'Euromaidan - ils veulent seulement que les machines à laver soient moins chères (le gaz coûte déjà moins cher) et que les dirigeants volent moins. Mais, pour le reste, tout peut se dérouler comme d'habitude. Mukhtar Ablyazov, l'oligarque kazakh connu pour son implication professionnelle dans les Maidans qui ont suivi - essaie déjà de s'en assurer. C'est pourquoi si les Russes n'aident pas, même ceux qui ne veulent pas et ne demandent pas - ils n'auront pas une autre Bolotnaya, mais aussi la Place Rouge. Pleine de gens. Ou, pire - Dvortsovaya Ploshchad. Vous savez - cette place en face du Palais d'Hiver ...

Et pour que les choses soient claires: c'est tout le Kazakhstan qu'il faut sauver. L'envoi de forces antiterroristes est bien sûr un pas dans la bonne direction - mais c'est encore insuffisant. Il sera probablement possible de ramener l'ordre au Kazakhstan. ET QUOI ? Les garçons de Zhas Otan pourront recommencer à brutaliser les gens parce qu'ils parlent russe et dungan ? Tokayev sera toujours en deux chaises, entre l'Est et l'Ouest ? L'opération limitée de contre-terrorisme n'est qu'une méthode. La Russie ne peut pas simplement agir ici et là dans l'intérêt de l'oligarchie locale. Il est impossible de sauver le Kazakhstan sans instaurer une profonde intégration eurasienne. Sans cela, de telles crises dans toute l'Asie centrale ne seront que plus fréquentes et plus difficiles à gérer.

Ce serait également une grave erreur de limiter l'opération aux seules zones habitées par la minorité russe. Lugansk-bis ne fera rien sur le plan géopolitique. La leçon arménienne est ici probablement encore plus instructive que la leçon ukrainienne (bien que celle-ci soit la plus explicite). Apparemment, l'Arménie n'est pas passée complètement de l'autre côté - mais combien de problèmes cela pourrait causer ! Tout le problème est que la Fédération de Russie, même dans sa forme actuelle, va s'avérer être comme Navalny. Elle se limite elle-même. Elle ne veut pas comprendre ce qu'est la véritable MAISON des Russes. Elle ne veut pas penser en termes de l'ensemble, de l'ancien Soyouz. "Nous ne pouvons plus décider pour les autres". "Nous avons nos propres problèmes à résoudre". Oui. Vous en avez. Parce que vous vous êtes un jour retirés du bloc de l'Est. Parce que vous avez fait s'effondrer votre propre, grand, puissant État. Vous avez aussi vos propres problèmes, bien sûr. Mais maintenant le question est la suivante : voulez-vous qu'ils soient MOINS ou PLUS nombreux à l'avenir ? C'est à vous de choisir. Et une partie de ce choix - se trouve aussi au Kazakhstan.

Ou remontez plus loin. Jusqu'à ce que la patinoire près de GUM veuille se démocratiser et se séparer. Tout le problème de la Russie se résume au fait qu'elle n'est pas l'Union soviétique, qu'elle n'est pas impériale ou expansionniste, et qu'elle n'essaie même pas d'atteindre l'étranger, même proche. Aujourd'hui encore, les représentants de l'élite kazakhe actuelle, notamment ceux de la famille Nazarbayev, qui se trouvent déjà à Moscou, sont traités avec une certaine réticence. Et pas (seulement) parce qu'ils ont fait preuve de condescendance et d'arrogance à l'égard de la Russie. Que c'est le gouvernement actuel qui s'est attaché à faire passer l'occidentalisation bizarre de l'alphabet et de la culture kazakhs. Non, les Russes jouent les inaccessibles non pas par mépris des pleurnichards - mais par la paresse innée des Slaves.

2022-01-06T155217Z_1_LYNXMPEI050MK_RTROPTP_3_KAZAKHSTAN-PROTESTS.JPG

Dernier espoir en Chine ?

Les atermoiements des Russes leur ont toujours coûté cher. Et à tous les voisins - encore plus. Mais soyons honnêtes - ne dramatisons pas trop. Malgré son aspect impressionnant sur la carte, ce n'est pas le Kazakhstan qui est la clé et le plus important en Asie centrale, mais l'Ouzbékistan. Celui-ci est tombé tout de suite dans les mains de l'Occident, il y a trois décennies. Et maintenant, lentement, très lentement et de manière incohérente - mais en essayant de s'en sortir, en suivant la trace d'Erdogan et de Aliyev. Conclusion ? Le multi-vectorialisme est payant quand on va de l'Ouest vers l'Est, jamais l'inverse.

Car une variante actuellement très discutée dans les médias russes est également possible. Qu'il s'agit d'un jeu interne. Une montée délibérée des humeurs - difficile à deviner seulement, par les jeunes caniches du président Kassym Jomart-Tokayev ? Ou peut-être par les Alabais de Nazarbayev, toujours affamés ? Le problème, c'est que nous l'avons déjà vu. Je me suis rendu à Kiev plusieurs fois pendant le Maïdan, puis à nouveau juste avant sa fin. Et jusqu'à la fin, les proches de Ianoukovitch étaient non seulement sûrs d'avoir tout en main. Ils n'avaient aucun doute sur le fait qu'il s'agissait d'une excellente occasion de resserrer les rangs, de changer la garde au sein du camp, de vérifier la loyauté et de couper les branches pourries. Et le président lui-même était sûr que grâce à ce capharnaüm sur la place, il pourrait jouer avec l'Occident et avec la Russie. Et cela a tourné comme cela a tourné. Et j'espère seulement que la Chine dispose d'un meilleur réseau au Kazakhstan que celui de la Russie... Sur lequel, dans de telles situations, on ne peut généralement pas compter - à moins que les Russes eux-mêmes ne prennent les armes et qu'un oligarque plus conscient ne verse de l'argent, puis pousse là où c'est nécessaire.

Mais là-bas, il y a aussi Pékin. Qui comprend probablement parfaitement que la prochaine révolution colorée en Asie centrale ne vise pas seulement à encercler la Russie, mais surtout la Chine. Et le nouveau régime pourrait être non pas intentionnellement anti-russe, mais bien, si cela arrive... il sera certainement anti-chinois, à la frontière même du Xinjiang. Donc même si la Russie panique à nouveau, il y aura de l'espoir chez les Chinois. Pour toute l'Eurasie.

mercredi, 12 janvier 2022

Alexandre Douguine: textes sur les événements du Kazakhstan

alexandre douguine,actualité,géopolitique,politique internationale,kazakhstan,asie centrale,eurasie,eurasisme,russie,asie,affaires asiatiques

Alexandre Douguine: textes sur les événements du Kazakhstan

Tout ce qui se passe au Kazakhstan est le prix à payer pour s'être éloigné de Moscou

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitica.ru/article/aleksandr-dugin-vsyo-proishodyashchee-v-kazahstane-cena-za-otdalenie-ot-moskvy

Les autorités kazakhes sont en partie responsables de la crise et de la tentative de coup d'État du début de l'année 2022. La Russie doit fournir à la république toute l'aide possible mais non pas gratuitement et seulement sous certaines conditions, déclare le politologue, leader du Mouvement international eurasien et philosophe Alexandre Douguine. Dans une interview accordée à Tsargrad, Douguine ne se contente pas de nommer la voie de sortie de la crise et les raisons de celle-ci mais répond également à la question de savoir ce que la Russie doit faire dans cette situation.

Une tentative de s'asseoir sur trois chaises

Tsargrad : Alexandre G. Douguine, quelles sont, selon vous, les principales raisons des troubles, des tentatives de prise de pouvoir et des actes de terrorisme au Kazakhstan ?

Alexandre Douguine: Il est nécessaire de comprendre que la politique internationale du Kazakhstan ces dernières années était basée sur une relation trilatérale - avec la Chine, avec la Russie et avec l'Occident. Et tant Nazarbayev, qui est l'architecte de cette politique, que Tokayev, qui est le successeur de Nazarbayev, ont estimé que cette "triple orientation" ne laisserait aucune de ces puissances mondiales devenir hégémonique et prédéterminer complètement la politique du Kazakhstan de l'extérieur.

Si les Américains exercent trop de pression, le Kazakhstan a recours à Moscou et, sur le plan économique, à la Chine. Quand la Russie a trop avancé ses pions - au contraire, l'anglais a été enseigné dans les écoles et l'économie chinoise a pénétré le pays de plus en plus profondément. Lorsque la Chine a commencé à parler de ses prétentions à prendre le contrôle de cette puissance plutôt faible économiquement, les facteurs américains sont revenus sur le tapis.

Il s'agissait d'une politique multisectorielle. C'était assez efficace à l'époque. Mais elle était différente de l'initiative eurasienne, que Nursultan Nazarbayev avait lui-même formulée dans les années 1990. En fait, l'équilibre entre multipolarité et unipolarité, entre l'Occident, la Chine et la Russie, s'est avéré très fragile du point de vue politique.

Couleur ou noir et blanc ?

- On entend beaucoup dire maintenant que la tentative de coup d'État a été largement inspirée de l'extérieur, que nous sommes confrontés à une nouvelle "révolution orange", que c'est simplement le tour du Kazakhstan. Pensez-vous que c'est vrai ?

- La politique tripartite du Kazakhstan a eu des résultats négatifs. Mais le plus important est que cette politique est allée à l'encontre de la déclaration d'unification de l'espace eurasien - principalement avec la Russie et avec les autres pays de l'EurAsEC et de l'OTSC. Nazarbayev et son successeur Tokayev ont ralenti de nombreux processus d'intégration. Bien que l'eurasisme ait été formellement déclaré comme l'objectif à poursuivre.

La rupture de l'intégration a rendu les relations avec Moscou problématiques. Environ le même modèle a été utilisé par Minsk. Et tout comme Lukashenko a obtenu ainsi sa révolution de couleur, maintenant le Kazakhstan, Tokayev et Nazarbayev ont obtenu leur propre révolution de couleur! Cela a été rendu possible parce que l'Occident a été autorisé à pénétrer trop profondément au Kazakhstan. Et bien sûr, il a fait son travail habituel.

61938cfd-fdb5-4373-bc77-bc58fbbef0c1-istock-1002496248.jpg

Il est certain que ce à quoi nous avons affaire au Kazakhstan est une révolution de couleur. Du point de vue géopolitique, il s'agit d'une extension du front occidental contre la Russie. L'Occident, comme il le dit lui-même, a peur de l'invasion de l'Ukraine par la Russie et de la renaissance de la Novorossia, le "printemps russe". Pour déjouer l'attention et disperser la volonté de la Russie, des attaques sont lancées le long du périmètre - non seulement en Ukraine, mais aussi au Belarus et en Géorgie.

Et maintenant, un autre front de l'Atlantisme s'ouvre contre l'Eurasisme, au Kazakhstan. Bien sûr, cette opération est dirigée contre la Russie. Les manifestants ont déjà avancé les thèses évooquant la nécessité pour le Kazakhstan de quitter l'Union économique eurasienne. C'est une révolution de couleur typique, parrainée par l'Occident à des fins géopolitiques, comme toutes les autres.

Tsargrad est prévenu ! Petit rappel: Alexei Toporov, en 2018, disait que "Nazarbayev finirait comme Ianoukovitch et Chevardnadze".

Les problèmes internes du Kazakhstan

- Au Kazakhstan, les gens considèrent que la crise est due à des problèmes internes de la république. Nous comprenons qu'ils sont là, mais lesquels, à votre avis, ont eu un impact significatif ?

- Les problèmes intérieurs sont le troisième facteur après la politique étrangère et l'ingérence occidentale. Ensuite, il y a certainement un conflit qui se forme au Kazakhstan entre Tokayev et Nazarbayev. Nazarbayev veut - il serait plus correct de dire qu'il voulait - contrôler toute la politique, tandis que Tokayev se sent progressivement plus indépendant. Il n'est donc pas exclu que le président kazakh lui-même soit derrière ces protestations.

Les premiers jours, nous avons assisté à une étrange réaction : le renvoi du gouvernement, l'ouverture de négociations avec les manifestants. Seul un dirigeant qui a un certain intérêt à ce que l'effondrement et la crise se poursuivent peut le faire. Peut-être que sur cette vague, Tokayev lui-même cherche à se débarrasser de Nazarbayev, celui qui l'a porté au pouvoir.

kazakhstan-fotolia-95651432.jpg

Le quatrième facteur est la situation sociale et économique problématique du Kazakhstan. L'absence de politique sociale, le caractère fermé des élites, l'absence d'une idée nationale et la transformation de l'eurasisme déclaré en un simulacre d'idéologie - tout cela a conduit à une société plutôt corrompue au Kazakhstan, où l'élite est intégrée à l'Occident et garde son argent dans des sociétés offshore.

La situation au Kazakhstan est typique

- Dans une certaine mesure, ces problèmes ont touché toutes les républiques post-soviétiques ? 

- Bien sûr, ces régimes post-soviétiques ont cependant épuisé leur potentiel. Tôt ou tard, ils devront être remplacés par quelque chose. L'Occident veut qu'ils soient remplacés par un processus de désintégration et de démocratie libérale contrôlé par lui.

Tous les États de l'espace post-soviétique ont enfait moins d'une semaine d'existence. Ils ont vécu au sein d'un système unique au cours des derniers siècles - l'Empire russe, puis l'Union soviétique. Et maintenant, ils sont subitement devenus de nouvelles formations politiques.

Pratiquement aucun de ces États n'a jamais existé dans ses frontières actuelles. Ce sont des frontières conditionnelles, des frontières administratives. Par conséquent, pour s'établir en tant qu'État, il doit d'abord établir une relation avec Moscou, le principal facteur de stabilité et de prospérité.

En fait, au Kazakhstan ou dans toute autre république post-soviétique, il est tout à fait possible de créer un système efficace, orienté vers le peuple, avec une idée nationale et une idéologie multipolaire. D'autant plus que l'eurasisme est très populaire au Kazakhstan. Ils ont très bien commencé, de manière très convaincante. Et il n'y a pas eu de gros problèmes avec la population russe, et les relations avec Moscou sont restées bonnes. À un moment donné, il semblait que le Kazakhstan était l'antithèse de l'espace post-soviétique : si l'un des Etats post-soviétiques avait du succès, c'était le Kazakhstan. Mais il s'est avéré que la simple incohérence d'un eurasisme de pure déclaration émis par Nazarbayev a joué un tour cruel au Kazakhstan.

Plus loin de Moscou, plus près des problèmes

- Pour quelle raison la situation au Kazakhstan a-t-elle radicalement changé ?

- À un moment donné, les autorités kazakhes ont considéré Moscou comme un partenaire secondaire, même si elles ont continué à utiliser certains modèles économiques. Au lieu de promouvoir l'intégration, ils l'ont parfois sabotée. Si, dans un premier temps, Nazarbayev a été le créateur de ce modèle eurasien, construit sur les principes de l'Union européenne, et a été à l'avant-garde des processus d'intégration, il s'est progressivement retiré de ce rôle.

Ainsi, au lieu d'une intégration eurasienne efficace et d'un rapprochement avec Moscou, on a assisté à des processus de corruption de plus en plus nationaux et paroissiaux.

kazakh-national-dress1.jpg

Je connais Nazarbayev personnellement. J'ai écrit un livre sur lui, j'ai une très bonne relation avec lui. Et jusqu'à un certain point, Nazarbayev avait une compréhension brillante de l'eurasisme. Il a construit sa politique exactement sur ce principe : si nous sommes d'accord avec Moscou, nous vivrons heureux pour toujours, tout ira bien. Si nous suivons l'intégration eurasienne, tout ira bien. Nazarbayev a écrit un article merveilleux et brillant sur la multipolarité monétaire. Nous défendons les grands espaces, nous défendons l'identité grande-eurasienne, une civilisation indépendante: dans ce cas, le Kazakhstan prospérera.

Mais dès qu'ils s'en éloignent, dès que les petites élites commencent à se battre entre elles pour certains aspects de l'économie, dès que l'argent est retiré du pays pour disparaître dans des zones offshore, alors les fonds occidentaux et les valeurs occidentales commencent à pénétrer dans le pays, et la langue anglaise commence à remplacer le russe. Une telle orientation ne relève pas du tout de l'eurasisme. Et vous en récolterez les fruits dans ce cas.

La Russie doit aider, mais pas sans raison

- Il s'avère que le Kazakhstan, à un moment donné, s'est apparemment détourné de la Russie. Que doit donc faire Moscou maintenant pour rétablir la stabilité et ne pas permettre une répétition de la situation actuelle ?

- Je pense que la Russie devrait aider le Kazakhstan à maintenir l'ordre. Nous devons contribuer à préserver l'intégrité territoriale du Kazakhstan, nous devons soutenir les dirigeants actuels, mais pas pour rien. Nous devons poser une condition très stricte : si nous vous aidons, alors vous devez en finir avec l'orientation à trois vecteurs, vous suivez strictement votre idée eurasienne - et nous nous intégrerons pour de bon. Alors nous vous aiderons.

Nous ne devons pas oublier que la Russie est le garant de l'intégrité territoriale de tous les États post-soviétiques. Cela a été prouvé à de nombreuses reprises. Si la Russie ne remplit pas cette fonction, si elle n'est pas appelée à préserver son intégrité territoriale, alors cette intégrité territoriale est attaquée. Nous le voyons en Moldavie, en Géorgie, en Ukraine, en Azerbaïdjan.

Ceux qui ignorent la Russie en tant que principal gardien de l'intégrité territoriale du pays, gardien qui a le plus de principes, en paient le prix.

- La Russie doit donc agir, mais sans les bonnes politiques du Kazakhstan, ce ne sera pas possible ?

- Oui. Si les dirigeants kazakhs ne peuvent garantir la poursuite du processus d'intégration et d'allégeance à la ligne eurasienne, la situation s'aggravera. Le sort de l'intégrité territoriale du Kazakhstan sera remis en question.

Bien sûr, la Russie n'est pas derrière tout cela. La Russie est précisément la victime de cette agression. Mais je pense que la Russie a déjà épuisé la limite historique pour tolérer toutes ces hésitations à la Ianoukovitch. La politique de Loukachenko a fini par hésiter elle aussi, mais la Russie ne le tolère tout simplement plus.

69d0c315cd65db1e07879538124b8124.jpg

Si vous êtes nos amis, vous n'êtes pas seulement nos amis, mais aussi les ennemis de nos ennemis. C'est ce qu'on appelle une alliance eurasienne. Et si c'est le cas, ayez la courtoisie d'agir en conséquence dans le cadre des traités et dans la sphère internationale.

Si vous êtes membres de l'OTSC, alors les Américains devraient sortir du Kazakhstan. Pas un seul Américain, pas un seul représentant de l'OTAN, de l'UE. Si c'est le cas, nous vous aiderons dans toute situation difficile - non seulement sur le plan militaire, mais aussi sur le plan économique, politique et social. Mais si vous cherchez un endroit où vous serez mieux payé ou où vous ferez de meilleures affaires, je suis désolé. Cela ne s'appelle ni un partenaire, ni un ami, ni un frère - cela porte un autre nom.

Il est temps d'abandonner le mot "économique" de l'Union économique eurasienne. D'ailleurs, les mêmes Kazakhs ont déjà insisté sur ce point antérieurement. Nous devrions simplement parler de l'Union eurasienne comme d'un nouvel État confédéral. L'intégration eurasienne elle-même est mise à l'épreuve dans la situation du Kazakhstan. Oui, nous devons certainement soutenir le Kazakhstan. Mais pas pour rien.

https://tsargrad.tv/articles/aleksandr-dugin-vsjo-proishodjashhee-v-kazahstane-cena-za-otdalenie-ot-moskvy_474087

OCS-shanghai-carte.png

Reconquista eurasienne

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/evraziyskaya-rekonkista

Les troubles au Kazakhstan ont mis en exergue le problème de l'espace post-soviétique à l'attention de tous. Il est clair qu'il doit être traité de manière globale. L'escalade des relations avec l'Occident au sujet de l'Ukraine et de la prétendue "invasion russe", ainsi que les "lignes rouges" définies par Poutine, font partie de ce contexte géopolitique. 

Que voulait dire Poutine par ces "lignes rouges"? Il ne s'agit pas simplement d'un avertissement selon lequel toute tentative d'étendre la zone d'influence de l'OTAN vers l'est, c'est-à-dire sur le territoire post-soviétique (ou post-impérial, ce qui revient au même), entraînera une réponse militaire de Moscou. Il s'agit d'un refus de reconnaître le statu quo stratégique établi après l'effondrement de l'URSS, ainsi que d'une remise en question de la légitimité de l'adhésion des États baltes à l'OTAN et, par conséquent, de l'ensemble de la politique américaine dans cette zone. M. Poutine est clair : "Lorsque nous étions faibles, vous en avez profité et vous nous avez pris ce qui, historiquement, nous appartenait logiquement et à nous seuls ; maintenant, nous nous sommes remis de la folie libérale et des tendances atlantistes traîtresses des années 1980 et 1990 au sein même de la Russie et nous sommes prêts à entamer un dialogue à part entière en position de force. Il ne s'agit pas d'une simple revendication. La thèse est confirmée par des étapes réelles - Géorgie 2008, Crimée et Donbass 2014, la campagne de Syrie. Nous avons rétabli notre position dans certains endroits, et l'Occident ne nous a rien fait - nous avons fait face aux sanctions. Ni les menaces de provoquer une révolte des oligarques contre Poutine ni celles de déclencher une révolution de couleur au nom des libéraux de la rue (la 5ème colonne) n'ont fonctionné. Nous avons consolidé nos succès de manière sûre et inébranlable.

La Russie est maintenant prête à poursuivre la Reconquista eurasienne, c'est-à-dire à éliminer définitivement les réseaux pro-américains de toute notre zone d'influence. 

Dans l'ensemble de la géopolitique, l'aspect juridique de la question est secondaire. Les accords et les normes juridiques ne font que légitimer le statu quo qui émerge au niveau du pouvoir. Les perdants n'ont pas leur mot à dire, "malheur à eux". Les gagnants, par contre, ont ce droit. Et ils l'utilisent toujours activement. Que le pouvoir qui s'impose aujourd'hui, sera le pouvoir juste demain. C'est ça le réalisme.

0e0a477194ff789c3eb00253865e302c.jpg

Sous la direction de M. Poutine, la Russie est passée d'un statut de looser en politique internationale à celui d'un des trois pôles complets du monde multipolaire. Et Poutine a décidé que le moment était venu de consolider cette position. Être un pôle signifie contrôler une vaste zone qui se situe parfois bien au-delà de ses propres frontières nationales. C'est pourquoi les bases militaires américaines sont dispersées dans le monde entier. Et Washington et Bruxelles sont prêts à défendre et à renforcer cette présence. Non pas parce qu'ils en ont le "droit", mais parce qu'ils le veulent et le peuvent. Et puis la Russie de Poutine apparaît sur leur chemin et leur dit : stop, il n'y a pas d'autre chemin ; de plus, vous êtes priés de réduire votre activité dans notre zone d'intérêt dès que possible. Toute puissance faible, pour avoir fait de telles déclarations, aurait été détruite. Poutine a donc attendu avec eux pendant 21 ans jusqu'à ce que la Russie retrouve sa puissance géopolitique. Nous ne sommes plus faibles. Vous ne le croyez pas ? Essayez de vérifier.

Tout ceci explique la situation autour du Belarus, de l'Ukraine, de la Géorgie, de la Moldavie et maintenant du Kazakhstan. En fait, le moment est venu pour Moscou de déclarer le changement de nom de la CEI en Union eurasienne (non seulement économique, mais réelle, géopolitique), comprenant toutes les unités politiques de l'espace post-soviétique. Les russophobes les plus obstinés peuvent être laissés dans un statut neutre - mais toute la zone post-soviétique devrait être nettoyée de la présence américaine. Elle devrait être éliminée non seulement sous la forme de bases militaires, mais aussi dans le cadre d'éventuelles opérations de changement de régime, dont la version la plus courante sont les "révolutions de couleur" - comme le Maïdan de 2013-2014 en Ukraine, les manifestations de 2020 en Biélorussie et les derniers développements au Kazakhstan au tout début de 2022.

L'Occident s'insurge contre notre soutien à Loukachenko, contre la prétendue "invasion" de l'Ukraine et, maintenant, contre l'envoi de troupes de l'OTSC au Kazakhstan pour réprimer les insurrections terroristes, islamistes, nationalistes et gulénistes, que, comme on pouvait s'y attendre, l'Occident soutient - comme il soutient ses autres mandataires - de Zelensky et Maia Sandu à Saakashvili, Tikhanovskaya et Ablyazov. En d'autres termes, les États-Unis et l'OTAN se soucient de ce qui se passe dans l'espace post-soviétique, et ils fournissent toutes sortes de soutien à leurs clients. Et Moscou, pour une raison quelconque, selon leur logique, ne devrait pas s'en soucier. C'est vrai, si Moscou n'était qu'un objet de la géopolitique et gouverné de l'extérieur, comme c'était le cas dans les années 90 sous la domination pure et simple de la 5ème colonne atlantiste dans le pays, plutôt qu'un sujet comme aujourd'hui, alors ce serait le cas. Mais le moment décisif est venu de consolider ce statut de sujet. C'est maintenant ou jamais.

Qu'est-ce que cela signifie ?

Cela signifie que Moscou met fin à l'interminable processus d'intégration eurasienne par un accord d'action plus décisif. Si Washington n'accepte pas de garantir le statut de neutralité de l'Ukraine, alors - pour citer Poutine - elle devra répondre militairement et techniquement. Si vous ne voulez pas une bonne réponse, ce n'est pas comme ça que ça marche. D'autres scénarios vont de la libération complète de l'Ukraine de l'occupation américaine et du régime libéral-nazi corrompu et illégitime, à la création de deux entités politiques à sa place - à l'Est (Novorossia) et à l'Ouest (sans la Podkarpattya ruthène). Mais en aucun cas moins. Et aucune reconnaissance de la DPR et de la LPR, bien sûr, ne sera suffisante. La "finlandisation" de l'Ukraine, dont notre sixième colonne a souvent parlé ces derniers temps, ne sera pas non plus achevée tant qu'il n'y aura pas un argument vraiment fort - c'est-à-dire une nouvelle entité non indépendante - sur ce territoire, toute la rive gauche, ainsi qu'Odessa et les provinces adjacentes. 

kz-kazakhstan.jpg

Oui, la décision est impopulaire, mais historiquement inévitable. Lorsque la Russie est dans une spirale ascendante (et c'est là qu'elle se trouve actuellement), les régions occidentales sont inévitablement - tôt ou tard - libérées de la présence atlantiste - polonaise, suédoise, autrichienne ou américaine. C'est une loi géopolitique.

Un tel exemple serait une grande leçon pour la Géorgie et la Moldavie : soit vous neutralisez, soit nous venons à vous. Et c'est tout. L'exemple des pays voisins permet de voir comment nous y parvenons. Et il vaut mieux ne pas tenter le sort - la Géorgie est passée par là sous Saakashvili. La tentative d'Erevan de flirter avec l'Occident s'est soldée par le feu vert donné par Moscou à Bakou pour restaurer son intégrité territoriale. Et puis nous avons la Transnistrie. Les signes sont partout. Et c'est seulement à Moscou de déterminer dans quel état ils se trouvent. Aujourd'hui, Poutine perd patience face aux provocations continues de l'Occident. Il est possible de décongeler un produit congelé. Et ce ne sera pas un petit prix à payer.

Maintenant le Kazakhstan. Nazarbayev a bien commencé - mieux que les autres, et même mieux que la Russie elle-même, qui était aux mains de l'agence atlantiste dans les années 90. C'est lui qui a avancé l'idée de l'Union eurasienne, de l'ordre mondial multipolaire, de l'intégration eurasienne, et qui a même rédigé la Constitution de l'Union eurasienne. Hélas, ces dernières années, il s'est éloigné de sa propre idée. Nazarbayev m'a un jour promis personnellement lors d'une conversation qu'après sa retraite, il dirigerait le Mouvement eurasien, car c'était son destin. Mais au cours des dernières années de son gouvernement, pour une raison quelconque, il s'est tourné vers l'Occident et a soutenu la nationalisation des élites kazakhes. Les agents de l'Atlantisme n'ont pas manqué d'en profiter et, par l'intermédiaire de leurs mandataires - islamistes, gulénistes et nationalistes kazakhs, ainsi qu'en utilisant l'élite libérale kazakhe cosmopolite - ont commencé à préparer un "plan B" pour renverser Nazarbayev lui-même et son successeur Kassym-Jomart Tokayev. Le plan a été lancé début 2022, juste avant les entretiens fatidiques de Poutine avec Biden, dont dépendra le sort de la guerre et de la paix. 

Dans une telle situation, Moscou devrait apporter à Tokayev son soutien militaire total. Mais les demi-mesures du Kazakhstan en matière de politique d'intégration - Glazyev montre en détail et objectivement comment elle est sabotée au niveau des mesures concrètes par nos partenaires de l'UEE - ne sont plus acceptables. Tout comme l'hésitation de Lukashenko. Les Russes (OTSC) font, volens nolens, partie du Kazakhstan et y resteront. Jusqu'à ce que les terroristes soient éliminés, et en même temps, jusqu'à ce que tous les obstacles à une intégration complète et véritable soient levés. Et que l'Ouest fasse autant de bruit qu'il le veut ! Ce n'est pas son affaire : nos alliés nous ont invités à sauver le pays. Mais toutes les fondations et structures occidentales, ainsi que les cellules des organisations terroristes (tant libérales qu'islamistes et gulénistes) au Kazakhstan doivent être abolies et écrasées.

kazakhworld.jpg

Lorsque la guerre nous est déclarée et qu'il n'y a aucun moyen de l'éviter, nous n'avons plus qu'à la gagner. Par conséquent, l'UEE ou, pour être plus précis, une Union eurasienne à part entière doit devenir une réalité. Minsk et la capitale du Kazakhstan, quel que soit son nom, ainsi qu'Erevan et Bichkek, doivent prendre conscience qu'elles font désormais partie d'un seul et même "grand espace". Il s'agit des amis et des problèmes qu'ils rencontrent sous l'influence de l'atlantisme, qui tente par tous les moyens possibles de saboter et de démolir les régimes existants - bien que relativement pro-russes. Ces problèmes prendront fin au moment où l'intégration deviendra réelle. 

Dans ce cas, c'est le côté militaire qui s'avère être le plus efficace en la matière. Les Russes ne sont pas forts en négociations, mais ils se montrent meilleurs dans une guerre de libération juste - défensive, en fait, qui leur est imposée. 

Ensuite, nous en arrivons logiquement aux États baltes. Leur présence au sein de l'OTAN, compte tenu du nouveau statut de la Russie en tant que pôle du monde tripolaire, est une anomalie. Il faut également leur proposer un choix : neutralisation ou... Laissez-les découvrir par eux-mêmes ce qui se passera s'ils ne choisissent pas volontairement la neutralisation.

Enfin, l'Europe de l'Est. La participation de ses pays à l'OTAN est également un gros problème pour la Grande Russie. Nombre de ces pays sont profondément liés à nous : certains par le slavisme, d'autres par l'orthodoxie, d'autres encore par leurs origines eurasiennes. En un mot, ce sont nos peuples frères. Et voici l'OTAN... Ce n'est pas une bonne chose. Il serait préférable qu'ils soient un pont amical entre nous et l'Europe occidentale. Et il n'y aurait pas besoin de Nord Stream 2. Notre peuple sera toujours d'accord avec son propre peuple. Mais non. Aujourd'hui, ils jouent le rôle d'un "cordon sanitaire" - un outil classique de la géopolitique anglo-saxonne, conçu pour séparer l'Europe centrale et l'Eurasie russe. De temps en temps, les vrais pôles déchirent ce cordon. Aujourd'hui, elle est temporairement revenue aux Anglo-Saxons. Mais si la montée en puissance de la Russie, comme sujet géopolitique, se poursuit, ce ne sera pas pour longtemps. 

Cependant, les pays baltes et l'Europe de l'Est sont l'agenda géopolitique de demain. Aujourd'hui, le destin de l'espace post-soviétique - post-impérial - est en jeu. Notre maison commune eurasienne. La première tâche consiste à y mettre de l'ordre. 

mardi, 11 janvier 2022

Malacca, Sonde et Lombok: trois détroits-clés pour deux océans 

009173arf001n.jpg

 

Malacca, Sonde et Lombok: trois détroits-clés pour deux océans 

Paolo Mauri

SOURCE : https://it.insideover.com/politica/malacca-sonda-lombok-tre-stretti-fondamentali-per-due-oceani.html

Depuis quelques décennies, l'Asie est devenue le pivot de l'économie mondiale. L'axe du commerce mondial, porté par les géants chinois et indiens, s'est déplacé vers le continent qui surplombe deux océans (l'Indien et le Pacifique) plus l'océan Arctique. En conséquence, l'axe géopolitique a également abandonné en grande partie l'Europe pour se déplacer vers l'Extrême-Orient, qui est devenu le théâtre de diatribes enflammées concernant des revendications territoriales intimement liées à des questions économiques/stratégiques plutôt que de prestige national. Dans ce secteur du globe, qui porte le nom d'Indo-Pacifique, les deux puissances mondiales actuelles - les États-Unis et la Chine - s'affrontent de manière de plus en plus explicite depuis trois décennies, précisément en raison de l'importance stratégique des mers qui entourent le continent asiatique, du Pacifique à l'océan Indien.

Étapes obligatoires

Dans ce contexte, et en regardant une carte de l'Asie, on s'aperçoit immédiatement qu'il existe des passages obligés entre les deux océans, qui sont devenus cruciaux précisément en raison de l'importance des volumes de trafic commercial qui y transitent.

Les routes maritimes qui circulent dans les deux sens entre l'océan Pacifique et l'océan Indien passent toutes essentiellement par trois "goulets d'étranglement" (choke points): le détroit de Malacca, entre la Malaisie et l'Indonésie, le détroit de la Sonde, entre les îles de Java et de Sumatra, et le détroit de Lombok, entre l'île qui lui a donné son nom et Bali.

Le détroit de Malacca présente également une morphologie particulière qui restreint le passage des plus grands navires : sa profondeur minimale, dans certaines zones où le bras de mer est particulièrement étroit, est de 25 mètres, de sorte que les navires dont les dimensions dépassent une longueur de 470 mètres, une largeur de 60 et un tirant d'eau de 20 (limites définies comme Malaccamax), doivent nécessairement emprunter l'un des deux autres détroits.

Plus de la moitié du tonnage annuel de l'ensemble de la flotte marchande mondiale passe par ces trois points d'étranglement, la majeure partie se poursuivant dans la mer de Chine méridionale. Le trafic de pétroliers dans le détroit de Malacca est plus de trois fois supérieur à celui du canal de Suez et bien plus de cinq fois supérieur à celui du canal de Panama. La quasi-totalité des navires empruntant les détroits de Malacca et de la Sonde doivent passer près des célèbres îles Spratly, occupées par la Chine et revendiquées par d'autres États riverains.

main-qimg-89b020259501dc7a517abc4cc8099f67-pjlq.jpg

En l'occurrence, près d'un tiers du commerce maritime mondial transite chaque année par la mer de Chine méridionale, pour une valeur totale d'environ 4.000 milliards de dollars (2016 : 3.400 milliards). Huit des dix ports à conteneurs les plus fréquentés du monde sont situés dans la région Asie-Pacifique. Plus d'un tiers des expéditions mondiales de pétrole (environ 35 %) transitent par l'océan Indien vers le Pacifique, en grande partie à destination d'une Chine de plus en plus avide d'énergie. Parmi ces expéditions, plus de 90 % qui ont traversé la mer de Chine méridionale sont passées par le détroit de Malacca, la route maritime la plus courte entre les fournisseurs d'Afrique et du golfe Persique et les marchés d'Asie, ce qui en fait l'un des principaux points d'étranglement du pétrole dans le monde. La Chine, dont 80 % des importations de pétrole transitent par la mer de Chine méridionale, n'est pas la seule à dépendre de ce détroit: environ deux tiers des approvisionnements énergétiques de la Corée du Sud et près de 60 % de ceux du Japon et de Taïwan passent par cette portion de mer contestée.

Pétrole, gaz et pêche

Outre le pétrole en transit, il existe d'importantes réserves d'hydrocarbures dans toute la région de l'Asie du Sud-Est, qui sont en cours d'évaluation et d'exploitation. L'USGS, l'institut géologique des États-Unis, a calculé dans un rapport de 2020 que dans la zone, entre les gisements offshore et onshore, il existe des ressources techniquement récupérables de 10,5 milliards de barils de pétrole et de 7 700 milliards de mètres cubes de gaz répartis dans 33 provinces géologiques identifiées par la recherche exploratoire. À titre de comparaison, selon l'USGS, les réserves d'hydrocarbures récupérables dans la partie extérieure du plateau continental et sur le talus continental du Golfe du Mexique, l'une des zones les plus productives du monde, ont été estimées à environ 2,98 milliards de barils de pétrole et 1.100 milliards de mètres cubes de gaz.

Toute la zone, notamment les mers situées au nord des détroits considérés ici, est particulièrement riche en poissons et largement exploitée de ce point de vue par les nations côtières, mais pas seulement.

F3PHQTUJJYQGKY4JEHAZO4BDPM.png

En particulier, la mer de Chine méridionale est à nouveau au centre de l'attention. Il s'agit d'une zone particulièrement riche en vie marine en raison d'une heureuse combinaison de facteurs environnementaux et géographiques: l'important débit d'eaux chargées en nutriments en provenance de la terre et la remontée d'eaux profondes dans certaines zones de la mer contribuent à cette abondance. Selon des études réalisées par le ministère philippin de l'environnement et des ressources naturelles, la mer de Chine méridionale abrite un tiers de la biodiversité marine mondiale et fournit environ dix pour cent des prises mondiales. Selon certaines estimations, ces réserves de vie marine souffrent: 40 % des stocks se sont effondrés ou sont surexploités, tandis que 70 % des récifs coralliens sont gravement appauvris. La surpêche et les pratiques destructrices, comme l'utilisation de la dynamite et du cyanure, contribuent principalement à cet épuisement.

Bien que les réserves d'hydrocarbures méritent l'attention dans l'équilibre stratégique global de la zone, les différends sur les droits de pêche sont également apparus ces dernières années comme un facteur supplémentaire du conflit. En effet, l'épuisement des stocks de poissons a conduit à des affrontements par le passé, et les interdictions annuelles de pêche imposées par la Chine, sous couvert de protection de l'environnement, sont considérées comme un moyen supplémentaire de revendiquer la souveraineté sur ces eaux contestées. La mer de Chine méridionale est en effet parcourue par des dizaines de milliers de bateaux de pêche : la Chine a envoyé à elle seule 23.000 bateaux de pêche en août 2012 après la levée de l'interdiction annuelle, et Pékin, pour pallier l'épuisement de cette ressource, a commencé à déployer sa flotte de pêche dans les mers les plus lointaines, allant par exemple jusqu'à l'archipel des Galápagos.

china_fishing_fleet-e1600968081693.jpeg

La pêche pourrait donc devenir le casus belli d'un éventuel conflit futur, la concurrence s'étant accrue entre des pays à plus forte vocation comme le Vietnam, les Philippines et, bien sûr, la Chine. Cette concurrence a augmenté la fréquence et l'intensité des affrontements entre navires de pêche ces dernières années, à tel point que, dans la mer de Chine méridionale elle-même, on trouve des navires de pêche armés dans les flottes vietnamienne et chinoise, ainsi qu'un nombre croissant de "patrouilles" effectuées par des cotres de la garde côtière de Pékin, qui ont toute l'apparence de l'intimidation.

Le poisson représente 22 % des apports en protéines de la région, contre une moyenne mondiale de 16 %, et la plupart des populations côtières de Chine, du Viêt Nam et des Philippines dépendent exclusivement de la pêche pour leur subsistance. La pêche peut donc être considérée comme une activité stratégique et est perçue à juste titre comme faisant partie de l'activité expansionniste de la Chine. En fait, les flottes de pêche sont utilisées à des fins géopolitiques dans le cadre de la tactique chinoise consistant à "pêcher, protéger, contester et occuper" afin d'affirmer sa souveraineté sur la mer de Chine méridionale, ainsi que pour l'exploration pétrolière et gazière offshore par des navires d'étude géologique.

Pour mieux comprendre l'ampleur du problème, il convient de rappeler que les données de 2015 estimaient que plus de la moitié des navires de pêche du monde opéraient dans ces eaux.

Minéraux précieux

Une ressource vitale pour l'économie mondiale mais qui reste à estimer dans les eaux entourant les détroits étudiés, notamment la mer de Chine méridionale, est celle des terres rares, éléments chimiques grâce auxquels les technologies modernes sont devenues essentielles et dont la gestion, de l'extraction à la transformation, est essentiellement détenue par la Chine, ce qui en fait un véritable monopole. Récemment, en 2018, une étude géologique offshore japonaise a identifié des réserves de ces éléments au fond de l'océan de la zone d'exclusivité économique japonaise au sud-est de l'archipel, perturbant la relative tranquillité de la Chine quant à la commercialisation de ces éléments, qui sont également utilisés par Pékin comme un outil de pression diplomatique le cas échéant.

Selon l'article scientifique publié dans Nature, il y aurait suffisamment d'yttrium pour répondre à la demande mondiale pendant 780 ans, de dysprosium pour 730, d'europium pour 620 et de terbium pour 420.

ob_0e1bff_4b1c774000000578-5611565-an-area-off-t.jpg

Le réservoir est situé au large de l'île de Minamitori, à environ 1850 kilomètres au sud-est de Tokyo. Étant donné qu'ils sont contenus dans la "boue" des fonds marins, c'est-à-dire dans des sédiments plus ou moins superficiels, il serait intéressant de les rechercher dans les mêmes gisements situés ailleurs dans les mers du Pacifique occidental et de l'océan Indien, et il n'est pas exclu que les campagnes de recherche océanographique menées par les navires chinois à l'aide d'UUV (Unmanned Underwater Vehicles) dans ces eaux, outre l'affirmation de leur souveraineté dans certains secteurs déjà connus, visent également à trouver ces ressources minérales fondamentales.

Le "dilemme de Malacca" chinois

Des goulots d'étranglement et des mers qui, pour les raisons énumérées ci-dessus, sont fondamentaux pour l'économie mondiale et encore plus pour la Chine. Le commerce maritime étant devenu un élément de plus en plus important de l'économie moderne de la Chine, des inquiétudes se font jour à Pékin quant à la sécurité des routes maritimes vitales qui passent par les détroits examinés dans le cadre de cette discussion.

Hu Jintao a été le premier à souligner les dangers d'une économie étroitement dépendante de l'accès aux mers par lesquelles transitent la plupart des ressources énergétiques et non énergétiques dont la Chine a besoin pour sa prospérité. Il est à l'origine de la formulation du "dilemme de Malacca" fin 2003, qui décrit le problème des routes maritimes cruciales pour le commerce chinois et, en particulier, celle passant par le détroit de Malacca, qui peut facilement faire l'objet d'une interdiction par un autre État.

La tentation de résoudre unilatéralement la question et d'éviter qu'une puissance mondiale comme les États-Unis, assistés de leurs alliés, puisse fermer le détroit par des mécanismes de déni de mer a été la force motrice qui a conduit la Chine à moderniser ses forces navales et à les accroître numériquement. Cependant, il reste dans l'intérêt de Pékin de travailler avec les États côtiers et les autres grandes puissances pour assurer une plus grande sécurité dans la région de Malacca, même en cherchant des approches parallèles à la force militaire mais quelque peu controversées, comme la proposition de "découpage" de la péninsule de Kra pour avoir un canal artificiel qui, en plus de raccourcir la route à travers le détroit de Malacca, sera sous contrôle chinois.

Canal-de-Kra.jpg

Si d'un point de vue strictement énergétique, la campagne d'exploration massive en cours dans les eaux de la mer de Chine méridionale, subventionnée par des investissements à hauteur de 20 milliards de dollars par la China National Offshore Oil Corporation, pourrait rassurer le Politburo, qui serait ainsi moins dépendant des hydrocarbures en provenance du golfe Persique et du Moyen-Orient, le "dilemme de Malacca" continue, dans son sens le plus général, à troubler le sommeil des dirigeants du PCC.

Pékin sait, en effet, que la marine américaine pourrait, si nécessaire, interrompre les lignes maritimes entre les océans Pacifique et Indien en bloquant les détroits, et nous avons vu qu'un volume très important de trafic commercial et la quasi-totalité du trafic de la Chine passent par ces points d'étranglement. Les États-Unis pourraient donc facilement - également grâce à des alliés comme le Japon, l'Australie, les Philippines et la Corée du Sud - étrangler l'économie chinoise par un blocus naval, car ils disposent non seulement d'une flotte capable d'exprimer au mieux le concept de projection de force, mais bénéficient aussi de bases à l'étranger avec des chantiers navals et des travailleurs qui garantiraient le soutien logistique et la maintenance nécessaire à une opération de ce type, qui durerait longtemps.

Malacca, la Sonde et Lombok, pour toutes ces raisons, représentent trois détroits qui n'ont pas seulement de la valeur d'un point de vue commercial, mais qui ont aussi une profonde importance stratégique dans un monde qui passe de la condition d'unipolarité née après la dissolution de l'URSS et du système soviétique à celle de multipolarité résultant de la naissance de nouvelles puissances qui aspirent à avoir une influence globale et pas seulement d'un point de vue économique.

Paolo Mauri

dimanche, 09 janvier 2022

Kazakhstan : trahison et arrestation du chef des services de renseignement

Astana.jpg

Kazakhstan : trahison et arrestation du chef des services de renseignement

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/54139/kazakistan-il-tradimento-e-larresto-del-capo-dellintelligence

Alors que les médias occidentaux ne cessent de fulminer contre le gouvernement kazakh qui aurait réprimé dans le sang une manifestation pacifique contre un régime corrompu, un événement vient bouleverser ce récit.

Le 8 janvier, les autorités ont annoncé que le chef des services de sécurité, Karim Masimov, qui avait été démis de ses fonctions sans explication, immédiatement après le début du soulèvement, avait été arrêté pour trahison (Eurasianet).

Cette tournure des événements confirme pleinement l'analyse que nous avons publiée précédemment, qui situait les événements kazakhs dans le cadre d'une banale, mais sanglante, opération de changement de régime menée grâce au soutien de forces internes (qui plus est, les plus obscures, puisque Masimov (photo, ci-dessous) est à la tête de la structure répressive du pays depuis des années).

_122627146_mediaitem122627145.jpg

Pour sa part, le président Kassym-Jomart Tokayev a déclaré que "l'analyse de la situation a montré que le Kazakhstan est confronté à un acte d'agression armée bien préparé, coordonné par des groupes terroristes entraînés en dehors du pays" (Itar Tass).

Enfin, l'analyse produite par la Strategic Culture Foundation semble intéressante, dans une note relancée par le site de l'Institut Ron Paul, qui cadre également les événements kazakhs dans le cadre d'un changement de régime dans le but de plonger dans le chaos un pays plus que stratégique pour la Chine et la Russie, mais surtout de poser de nouveaux enjeux critiques pour les négociations entre l'OTAN et la Russie qui se tiendront le 10 janvier (à condition qu'elles ne soient pas annulées à cause de la crise kazakhe).

La note rapporte notamment que certains "observateurs ont découvert que les suspects habituels - l'ambassade américaine - avaient "averti" de la possibilité de manifestations de masse depuis le 16 décembre 2021".

Le 16 décembre était l'anniversaire de la séparation du Kazakhstan de Moscou. Sur le compte twitter de l'ambassade américaine, un message du département d'État a également rappelé l'événement avec satisfaction, a salué l'engagement du Kazakhstan en faveur de la promotion des droits de l'homme (sic), engagement qui lui a permis d'être accepté au sein du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, et a conclu : "Les États-Unis sont fiers d'appeler le Kazakhstan un ami et restent engagés à protéger sa souveraineté, son indépendance et son intégrité territoriale. Nous continuerons à renforcer notre partenariat stratégique dans l'intérêt des citoyens des deux pays".

samedi, 08 janvier 2022

Le spectre de la révolution colorée au Kazakhstan

dad9f5c90a9ce743831cdbb20aa73731-1641450840.jpg

Le spectre de la révolution colorée au Kazakhstan

Pietro Emanueli

Source: https://it.insideover.com/politica/lo-spettro-della-rivoluzione-colorata-sul-kazakistan.html 

Le Kazakhstan, État clé de l'Asie centrale et colonne vertébrale des projets continentaux hégémoniques de la Russie et de la Chine, est en état d'urgence depuis le 5 janvier et en état de sédition depuis les 2 et 3. Le casus belli de la crise a été le doublement soudain et fulgurant du prix du GPL, le carburant préféré des automobilistes kazakhs, que les franges les plus violentes de la contestation ont utilisé comme prétexte pour lancer un coup d'État armé et voilé de grande ampleur.

Toutes les tentatives de compromis avec les manifestants - depuis le rétablissement du prix antérieur du GPL jusqu'au nettoyage des salles de contrôle - s'étant révélées vaines, et des preuves étant apparues pour étayer la thèse d'une opération de déstabilisation dirigée de l'extérieur, la présidence Tokayev, le 5, a demandé et obtenu l'intervention de l'Organisation du traité de sécurité collective. Depuis ce jour, grâce aussi à l'inauguration d'une ligne basée sur la tolérance zéro envers les plus virulents fauteurs de troubles, la crise s'est lentement résorbée. Mais entre Moscou, Nursultan et Pékin, ce sera la dissonance, et pour (longtemps).

_122624057_hi072972985-1.jpg

Les derniers développements

Le 7 janvier, dans le contexte de l'arrivée des forces de maintien de la paix de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) sur le sol kazakh, le président Kassym-Jomart Tokayev a fait le point sur l'état de l'insurrection devant les membres du gouvernement et ses collègues du Conseil de sécurité, dont il avait pris la tête deux jours auparavant.

Selon M. Tokayev, d'un point de vue réel, l'état de la crise, au 7 janvier, serait le suivant :

    - L'opération de répression des émeutes a pris les connotations d'une opération antiterroriste, étendue à l'ensemble du territoire national, et voit l'implication de la police, de la garde nationale et de l'armée.
    - Dans les épicentres de la sédition, à savoir Aktobe et Almaty, la situation s'est stabilisée.
    - A Almaty, où s'est concentré l'essentiel des violences, le rétablissement progressif de l'ordre a permis de faire un premier bilan des dégâts : plusieurs bâtiments administratifs ont été vandalisés et des biens privés attaqués.
    - Cependant, les affrontements continuent de se propager entre les agents de sécurité et les bandes armées d'émeutiers.
    - La présidence est convaincue que les émeutes ont été et sont infiltrées par des combattants formés à l'étranger, notamment "des spécialistes formés au sabotage idéologique, qui utilisent habilement la désinformation ou la déformation des faits et sont capables de manipuler l'état d'esprit des gens".
    - Le Conseil de sécurité et le bureau du procureur général ont lancé une enquête sur le présumé "poste de commandement impliqué dans la formation" des candidats au coup d'État.

Une direction externe ?

Dans le même communiqué, il est également expliqué qu'"un rôle d'assistance et, en fait, d'instigation [...] a été [joué] par les médias dits libres et des personnalités étrangères". Entités et personnalités dont le président en exercice n'a pas fourni les coordonnées, mais dont l'identité n'est pas difficile à retracer. Aussi parce que, de manière éloquente, ils ne se sont pas cachés.

L'ancien banquier et fugitif Mukhtar Ablyazov (photo, ci-dessous), par exemple, s'exprimant depuis Paris, s'est autoproclamé leader des protestations, a déclaré qu'il se coordonnait quotidiennement avec les émeutiers et a invité l'Occident à intervenir afin d'éviter que la crise ne rapproche encore plus le Kazakhstan et la Russie. Pour enrichir le tableau brossé par la prise de responsabilité d'Ablyazov, qui dissipe tout doute sur l'implication d'acteurs extérieurs dans les troubles, il y a aussi les déclarations de Konstantin Kosachev, président de la commission des affaires étrangères du Conseil fédéral de la Fédération de Russie, selon lesquelles des "miliciens de groupes armés" du Proche et Moyen-Orient et d'Afghanistan combattent dans les rues du Kazakhstan.

Mukhtar-Ablyazov-in-Paris-800x600.jpg

L'existence et la preuve d'une direction extérieure, plus que toute autre chose à la lumière des déclarations d'Ablyazov, semblent irréfutables. Et la rapidité avec laquelle les troubles se sont propagés des périphéries vers le centre, sans parler de la qualité de l'organisation et de l'armement, constitue un autre indice en faveur de la piste étrangère. Cela n'enlève rien au fait qu'une société cohésive, développée et juste est une société à l'épreuve du feu, c'est-à-dire résistante à la révolution colorée et autres types similaires de désordres. Et ce qui s'est passé ces derniers jours a montré à la présidence Tokayev que le Kazakhstan, bien qu'ayant les indices de bien-être les plus élevés d'Asie centrale, n'a pas encore atteint la maturité, et encore moins l'unité et la prospérité nécessaires pour rendre le système imperméable aux ambitions intrusives et aux opérations perturbatrices des autres.

Aujourd'hui, c'est Nur-Sultan qui explose au-dessus de la caravane, mais hier c'était Santiago du Chili, et demain ce pourrait être Moscou et Pékin. Il est donc plus que certain que les événements de ce mois-ci seront soigneusement analysés par les deux gardiens de l'Asie centrale, qui ont trouvé dans les modèles d'autocratie éclairée et de dictature bienveillante une alternative à la démocratie libérale occidentale et qui, aujourd'hui, se voient toutefois obligés d'en reconnaître les limites.

La révolte au Kazakhstan nous apporte de grandes leçons 

60347486_101.jpg

La révolte au Kazakhstan nous apporte de grandes leçons 

Par Fabio Sobral

Source: https://dossiersul.com.br/a-revolta-no-cazaquistao-nos-traz-grandes-licoes-fabio-sobral/

Le Kazakhstan subit une révolte interne de grande ampleur. Cette révolte a commencé contre la hausse des prix du carburant.

La révolte s'est transformée en affrontements sanglants dans les rues des grandes villes. Le président a révoqué les augmentations et a demandé la démission du premier ministre. Malgré cela, les manifestants ont multiplié les attaques contre les bâtiments publics et les forces de police, presque comme une répétition de la méthode utilisée pour renverser le gouvernement Ianoukovitch en Ukraine, dans ce qui est devenu le soulèvement de la place Maidan.

Le gouvernement kazakh a demandé un soutien militaire aux autres pays de l'Organisation du traité de sécurité collective (Russie, Arménie, Belarus, Tadjikistan, Kirghizstan). Des forces militaires ont été envoyées pour combattre les manifestants, qui ont été qualifiés de terroristes par le gouvernement du pays.

Un fait qui attire l'attention est qu'il y avait une intention claire de renverser le gouvernement, sans que la satisfaction des demandes initiales n'arrête la fureur de la révolte.

Il y a beaucoup à réfléchir dans cet épisode.

La première réflexion porte sur la géopolitique. Le Kazakhstan est essentiel à la route de la soie et, par conséquent, à l'expansion du plus grand marché du monde. Il est essentiel pour la Chine. Cela suscite évidemment la fureur des entreprises associées à la puissance américaine. En outre, faire du Kazakhstan un ennemi de la Russie apporterait un énorme avantage militaire à l'OTAN. En d'autres termes, la conquête de ce pays obéit à la doctrine militaire américaine d'encerclement de la Russie et de la Chine.

La deuxième réflexion porte sur un vieux motif de guerre au XXe et au XXIe siècle : la domination des sources de combustibles fossiles et de minéraux. Le Kazakhstan possède d'énormes réserves de pétrole et de gaz, ainsi que d'autres ressources minérales stratégiques comme l'uranium et le potassium. Même si les sociétés occidentales participent à l'exploration, cela n'a jamais été une garantie de satisfaction pour les sociétés pétrolières et autres sociétés de matières premières. On peut toujours en gagner plus. Et pour cela, les gouvernements soumis sont les mieux adaptés.

C0wjl3oXUAEqqMf.jpg

6YNfuJWyDFmULRZ21k3hHjwF0W0.jpg

La troisième réflexion est que plusieurs révolutions ont été organisées par des groupes qualifiables d'extrême droite dirigés par des agences de renseignement américaines et financés par des sociétés internationales. Révolutions de l'arriération, de la xénophobie et de la lutte contre les conquêtes sociales et du travail. Entièrement dédié à la régression humaine, sociale, économique et politique.

La question centrale est la suivante : comment cela a-t-il été possible ?

Le 20e siècle a vu une immense corruption de la pensée, qui a été rendue possible par le financement des agences de renseignement pendant la période de la guerre froide. Le financement des "penseurs" adaptés à un système particulier s'est développé à cette époque. Les programmes de certains cours dans les universités ont été transformés en une diffusion idéologique répétée sur un mode constant et grossier. Il suffit de regarder les programmes de la plupart des cours d'économie dans le monde. Une dévotion à des principes irréels et des analyses déconnectées de la réalité. Le résultat est que nous avons eu, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, une corruption de la pensée, une soumission de l'analyse aux intérêts des gouvernements et des entreprises. Des "intellectuels" payés pour maintenir les populations soumises.

Nous avons donc une répétition de l'analyse dans un cercle vicieux. Une profonde incapacité à comprendre les phénomènes et à voir des solutions aux problèmes urgents qui nous touchent.

L'un de ces problèmes est l'incapacité à percevoir qu'il existe une base réelle pour les soulèvements populaires, et que le problème économique de l'appropriation des surplus reste au centre des préoccupations du peuple.

La chute des régimes en Europe de l'Est et en Union soviétique semblait avoir éliminé le débat sur l'exploitation et l'appropriation des richesses. Les gouvernements occidentaux, de gauche comme de droite, ont agi de la même manière en démantelant la sécurité sociale, les législations sur le travail et les droits sociaux. Les politiques d'immigration des pays les plus riches ont été favorisées, réduisant du même coup les droits des travailleurs afin d'obtenir une main-d'œuvre craintive et donc extrêmement bon marché.

Dans les pays de l'ancien bloc soviétique, ces politiques ont été intégrées avec zèle. Les inégalités se sont creusées, la misère et la surexploitation sont devenues monnaie courante.

Cependant, la géopolitique est à nouveau intervenue ; il fallait créer des ennemis, après tout, les ventes d'armes, les systèmes de renseignement, les systèmes de sécurité et le contrôle des sources de matières premières étaient nécessaires pour développer et maintenir des taux élevés d'accumulation du capital.

La Russie a été prise par surprise. Vladimir Poutine se plaint encore aujourd'hui de l'agression occidentale et de la géopolitique de l'encerclement promu par l'OTAN autour du territoire russe et de ses alliés, apparemment sans comprendre que l'adhésion au capital n'est pas une garantie de sécurité.

Les parties occidentale et orientale se sont unies dans des politiques qui concentrent les revenus. La gauche a adhéré à la gestion néolibérale du capital, perdant sa capacité à être le représentant politique et intellectuel des couches exploitées. Mais l'inégalité est là et toujours avec un immense potentiel de révolte.

En Occident, la révolte a été dirigée par l'extrême droite mais vers des aspects qui ne détruisent pas in fine la normalité de l'accumulation du capital. Le capital coexiste désormais tant avec le visages du progrès social qu'avec celui de la barbarie. Bien que la barbarie soit dorénavant plus rentable. Mais elle peut encore maintenir des pays socialement organisés et apparemment démocratiques. Il est très important de conserver ces pays comme tels. Ce sont des images pour la propagande de la normalité capitaliste. Quelque chose comme des objectifs à atteindre par les pays "arriérés" ou insuffisamment capitalistes.

Cependant, l'avancée de la nécessité d'augmenter les taux de profit des entreprises a démantelé la normalité même dans les pays capitalistes centraux. Et c'est là qu'apparaît la possibilité d'une révolte. Ainsi, pour éviter qu'il s'agisse d'une révolte contre le capital, il est nécessaire d'orienter la révolte vers un ressac social tel que préconisé par l'extrême droite.

Une gauche pacifiée et soumise ne peut plus contrer la radicalisation de la droite. Elle ne peut que "résister" et réagir à la perte du processus civilisateur capitaliste en se laissant prendre au piège de la défense du capital humanisé et progressiste lui-même. C'est l'un des dilemmes des luttes sociales en Occident.

A l'Est aussi, les mécanismes économiques s'imposent. Les dures conditions d'appropriation de l'excédent productif par le capital concentrent également la richesse dans quelques mains. Cependant, à l'Est, le droit n'est pas seulement utilisé pour établir la barbarie, mais pour approfondir la soumission des gouvernements aux intérêts des entreprises. Les populations sont manœuvrées à l'Ouest et à l'Est pour maintenir le contrôle du capital. Mais à l'Est, les intérêts sont plus larges et plus destructeurs.

La Russie et son président connaissent les intérêts géopolitiques, mais ils ne comprennent pas que la lutte se poursuit selon les lignes séculaires de la lutte entre le capital et les êtres humains. Il n'y aura pas de paix dans les pays de l'Est tant qu'il n'y aura pas de proposition pour surmonter la domination du capital à travers ses entreprises, ses secteurs militaires et ses services de sécurité et de renseignement.

En d'autres termes, les révolutions de droite ne seront pas arrêtées par les armes et les renseignements. L'épée est suspendue au-dessus des gouvernements qui maintiennent l'inégalité capitaliste et l'appropriation des richesses par les secteurs les plus riches.

En fin de compte, l'alarme d'urgence concerne toujours le capitalisme et ses conséquences néfastes et la nécessité d'une proposition théorique et pratique pour son dépassement.

***

Fábio Sobral est membre du comité de rédaction de A Comuna et professeur d'économie écologique (UFC).

vendredi, 07 janvier 2022

La crise au Kazakhstan expliquée

838_kazakhstan.jpg

La crise au Kazakhstan expliquée

Pietro Emanueli

Source: https://it.insideover.com/politica/la-crisi-in-kazakistan-spiegata.html

Le Kazakhstan est en crise depuis le 3 janvier, lorsque les automobilistes de la petite ville isolée de Jañaözen sont descendus dans la rue pour protester contre l'augmentation soudaine et brutale du prix du gaz de pétrole liquéfié (GPL). Ce qui apparaissait initialement comme une manifestation de faible ampleur, compréhensible mais pouvant être contenue, a pris la forme d'une émeute de grande ampleur en un temps record et a conduit à la démission du premier ministre.

Il peut s'agir d'une crise fabriquée - d'une insurrection dirigée par les États-Unis en représailles aux manœuvres sino-russes en Amérique latine à une action sous faux drapeau (d'où l'expulsion de Nursultan Nazarbaev du Conseil de sécurité ?) -, comme d'une véritable agitation civile - animée par la caravane et le mécontentement des périphéries exploitées et sous-développées dont les ressources contribuent à la richesse nationale -, ou les deux. Et tandis que nous attendons de voir ce qui va se passer, ce qui se cache derrière la crise, il est urgent de revenir au début et d'observer la réaction de la présidence.

Ce qui se passe

Comme indiqué plus haut, la crise la plus grave de l'histoire du Kazakhstan indépendant a éclaté à Jañaözen, une petite ville septentrionale isolée et entourée de désert, lorsque, le 3 janvier, les automobilistes sont descendus dans la rue pour protester contre l'augmentation soudaine et brutale du prix du GPL, le principal carburant utilisé dans le pays, qui est passé de 0,12 à 0,27 dollar par litre. L'augmentation s'est produite du jour au lendemain, après l'abandon du système de plafonnement la veille du Nouvel An, et a d'abord enflammé la banlieue, puis le centre.

Les commentateurs verront une direction extérieure derrière la crise - et peut-être qu'une tentative d'ingérence a eu lieu ou aura lieu -, mais il suffit d'observer attentivement les événements pour comprendre que nous sommes face à un soulèvement des périphéries, et des centres périphériques - comme Almaty, l'ancienne capitale qui est devenue l'épicentre des affrontements et des actions à la plus haute valeur symbolique, comme l'assaut du bâtiment administratif - contre le centre opulent et ceux qui sont considérés comme responsables du statu quo actuel : la présidence de Toqaev et Nazarbaev.

Qu'il s'agisse d'une crise hétérodirigée visant à détourner les regards de la Russie de l'Europe de l'Est - lire le Donbass -, ou de la République populaire de Chine de l'Indo-Pacifique, ou qu'il s'agisse de purges déguisées - d'où la démission du premier ministre et l'expulsion de Nazarbayev du Conseil de sécurité -, une chose est sûre : Les événements de ces derniers jours montrent que le mécontentement couvait au Kazakhstan, notamment parmi les habitants des villes et des régions de seconde zone, et que parfois, sans avoir besoin d'une influence extérieure, la marmite déborde d'une goutte de trop. Un GPL hors de prix, dans ce cas.

La réaction de la présidence

Le président Toqaev a réagi à la crise en adoptant une double approche fondée sur le dialogue et la fermeté. Dialogue avec des politiciens tournés vers l'avenir et des manifestants pacifiques, au nom de la doctrine dite de "l'état d'écoute". La fermeté avec des politiciens intransigeants et des manifestants violents, qui ont été les protagonistes de batailles de rue, d'arrachage de statues et de prise d'assaut de bâtiments institutionnels.

Dans la pratique, c'est-à-dire dans la sphère de la réalité, la ligne de conduite du président Toqaev a conduit en l'espace de quelques jours, du début de la crise à aujourd'hui, au rétablissement du prix contrôlé du GPL, à la démission du Premier ministre, à l'entrée au Conseil de sécurité - où il a remplacé Nazarbaev - et à la proclamation de l'état d'urgence jusqu'au 19 janvier. Cet état d'urgence visait, entre autres, à permettre et à accélérer le retour à la normale par le biais d'un couvre-feu, de restrictions de mouvement et d'une interdiction des rassemblements.

Enfin, le matin du 6 janvier, le ministère des Affaires étrangères a publié une note résumant la crise, expliquant la décision de demander l'intervention de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), dénonçant la crise comme une "agression armée par des groupes terroristes entraînés à l'extérieur du pays" et fournissant des informations sur les détenus et l'état d'urgence.

La raison pour laquelle Toqaev n'a pas cédé - et pourquoi l'OTSC l'a sauvé - est assez claire : de la stabilité du Kazakhstan dépendent la sécurité de l'Asie centrale, l'avenir de l'Union économique eurasienne et de l'initiative "Belt and Road", ainsi que la stabilité des prix d'un large éventail de biens stratégiques, dont la nation est productrice d'exportations, notamment le pétrole, l'uranium, l'aluminium, le zinc et le cuivre. Le Kazakhstan était et reste une ligne rouge pour les deux gardiens de l'Asie centrale - la Russie et la Chine - et l'intervention rapide l'a prouvé.

jeudi, 06 janvier 2022

Le Kazakhstan: la nouvelle cible

16979883639_37ea9a43d8_z.jpg

Le Kazakhstan: la nouvelle cible

Daniele Perra

Ex: https://www.geopolitica.ru/it/article/obiettivo-kazakistan

Avant-propos
Avant de tirer des conclusions hâtives sur la nature des manifestations actuelles au Kazakhstan, il est nécessaire de développer une vision globale permettant de situer le pays dans un paysage géopolitique international de plus en plus complexe.

À cet égard, plusieurs facteurs méritent une attention particulière. En premier lieu, on ne peut éviter de souligner que la Russie et la Chine, surtout au cours des dix dernières années, ont développé des stratégies capables de contrebalancer (et, à certains égards, d'empêcher) la force propulsive des tentatives occidentales de réaliser les soi-disant "changements de régime". Les cas les plus évidents à cet égard sont l'endiguement des manifestations à Hong Kong (en ce qui concerne la Chine), la réponse russe au coup d'État atlantiste en Ukraine et la récente crise entre la Pologne et le Bélarus. Les deux derniers exemples en particulier ont fait " jurisprudence ". En ce qui concerne l'Ukraine, en 2014, la Russie est même allée jusqu'à utiliser le concept de "responsabilité de protéger" (la fameuse R2P largement exploitée par l'Occident en Serbie et en Libye) pour justifier l'annexion de la Crimée: en d'autres termes, elle a utilisé un instrument "occidental" pour mener à bien une action qui, en réalité, est en totale contradiction avec le positivisme normatif qui règne dans le droit international américano-centré. Il en va de même pour la récente crise migratoire à la frontière entre la Pologne et le Belarus (qui a également été au centre d'une tentative ratée de révolution colorée). Nous avons encore une fois assisté à l'utilisation d'une arme typiquement occidentale (le flux migratoire visant à déstabiliser la politique interne du pays qui le subit) contre un pays occidental (plus ou moins la même chose que ce qui est arrivé à l'Italie, mais perpétrée par des alliés supposés) qui a contribué à créer ces vagues migratoires grâce à sa participation active aux guerres d'agression des États-Unis et de l'OTAN (la Pologne faisait partie de la fameuse "coalition des volontaires" qui a attaqué l'Irak en 2003 avec la Grande-Bretagne, l'Australie et les États-Unis).

file7j5qu3vj6oo6bnar8pz.jpg

Sur la même longueur d'onde, on peut interpréter l'attitude russe envers l'Arménie de l'ancien Premier ministre pro-occidental Nikol Pashynian. Ce dernier, arrivé au pouvoir à la suite d'un exemple typique de "révolution colorée", après n'avoir rien fait pour éviter un nouveau conflit avec l'Azerbaïdjan, a naturellement dû se heurter à la réalité d'un Occident peu intéressé par la santé du peuple arménien et beaucoup plus intéressé par la création du chaos aux frontières de la Russie. Une prise de conscience qui l'a inévitablement conduit à chercher une solution du côté russe pour assurer sa propre survie et celle de l'Arménie elle-même.

Deuxièmement, il est nécessaire de garder à l'esprit que la pénétration occidentale (en particulier nord-américaine) en Asie centrale est ancienne. Sans s'embarrasser de la doctrine de "l'arc de crise" de Brzezinski et de ses associés, avec ses suites terroristes, il suffit dans ce cas de rappeler la formule C5+1 (les anciennes républiques soviétiques plus les États-Unis) inaugurée sous l'administration Obama et renforcée sous la présidence Trump. L'objectif de cette formule était (et est toujours) de favoriser la pénétration américaine dans la région, notamment en termes de "soft power" et de services de renseignement, afin de contrer le projet chinois de la nouvelle route de la soie. À cet égard, il ne faut pas négliger le fait que Washington n'a jamais cessé de rêver à la rupture de l'axe stratégique Moscou-Pékin. Et il n'est pas si improbable que ce soit précisément le Kazakhstan (un pays dans lequel la pénétration nord-américaine est plus forte qu'ailleurs) qui ait été chargé de cette tâche (ce que l'on ne pourra commencer à évaluer que dans les prochains jours). On ne peut pas non plus exclure que la Russie et la Chine en soient parfaitement conscientes.

Pénétration nord-américaine du Kazakhstan

Le Kazakhstan entretient de solides relations diplomatiques et commerciales avec les États-Unis depuis son indépendance. Washington a été le premier à ouvrir un bureau de représentation diplomatique dans l'ancienne République soviétique après son indépendance et Nursultan Nazarbayev a été le premier président d'un État d'Asie centrale à se rendre aux États-Unis. En fait, le Kazakhstan a cherché à mettre en œuvre une stratégie d'équilibre substantiel entre les puissances eurasiennes voisines (Russie et Chine) et la puissance mondiale hégémonique (les États-Unis). Si cette tentative d'équilibrage géopolitique (d'équilibre multi-vecteurs entre les puissances) a porté ses fruits dans les deux premières décennies de la vie de la République, il n'en va pas de même à partir du moment où la compétition entre l'Occident et l'Eurasie (malgré les efforts de la Chine pour échapper au "piège de Thucydide") s'est davantage aggravée. En effet, une telle stratégie (dont nous sommes peut-être en train d'observer les résultats), dans un contexte international où la crise permanente est devenue une normalité (due également à l'anxiété stratégique de la puissance hégémonique qui sent sa primauté remise en cause), devient particulièrement problématique. Et avec cela, le risque d'être englouti dans les mécanismes d'une nouvelle guerre froide devient de plus en plus élevé.

3_-ua_10.jpg

Il est bon de souligner que le pays reste l'un des principaux alliés de la Russie et de la Chine. Il est fermement ancré dans l'Union économique eurasienne et l'Organisation du traité de sécurité collective (ces deux institutions, pourrait-on dire, n'auraient aucun sens sans le Kazakhstan). En même temps, elle fait partie intégrante de l'Organisation de coopération de Shanghai et joue un rôle central dans le projet chinois d'interconnexion eurasienne de la nouvelle route de la soie.

Cela n'a pas empêché le pays de développer davantage ses liens étroits avec Washington. À une époque où de nombreux pays d'Asie centrale se sont désintéressés des États-Unis (considérés comme n'étant plus indispensables pour contrebalancer l'influence russe et chinoise), leur préférant la Turquie pour des raisons d'affinités culturelles, le Kazakhstan est resté accroché aux États-Unis. Sa relation avec Washington, contrairement à ses voisins immédiats, n'était en aucun cas associée à la présence américaine en Afghanistan. Les entreprises américaines gèrent toujours une grande partie de la production pétrolière du Kazakhstan, qui représente 44 % des recettes de l'État. Plus précisément, 30 % du pétrole du Kazakhstan est extrait par des sociétés nord-américaines, contre 17 % par les sociétés chinoises CNPC, Sinopec et CITIC et 3 % par la société russe Lukoil.

En 2020, les échanges commerciaux entre les États-Unis et le Kazakhstan se sont élevés à environ 2 milliards de dollars. Il s'agit d'un chiffre plutôt faible si on le compare aux 21,4 milliards de dollars d'échanges avec la Chine (qui a ouvert son énorme marché intérieur aux produits agricoles kazakhs) et aux 19 milliards de la Russie (où l'industrie de l'armement joue un rôle majeur). Toutefois, les 2 milliards d'échanges avec les États-Unis sont presque trois fois plus élevés que les 600 millions d'échanges totaux avec les autres pays d'Asie centrale [1].

NazTrump.jpg

En outre, depuis 2003, le Kazakhstan organise chaque année des exercices militaires conjoints avec l'OTAN. En outre, de 2004 à 2019, les États-Unis ont vendu au Kazakhstan des armes pour une valeur totale de 43 millions de dollars (un chiffre qui n'est pas particulièrement élevé, mais qui indique bien que le Kazakhstan a toujours essayé de créer des canaux alternatifs aux fournitures russes).

Il n'est donc pas surprenant que la rhétorique officielle de la République et de ses principaux médias soit totalement dépourvue des invectives anti-occidentales qui caractérisent les autres pays de la région. L'actuel président Kassym-Jomart Tokayev (un sinologue diplômé de l'Institut d'État des relations internationales de Moscou), par exemple, n'a jamais pris parti pour Moscou sur les questions internationales, essayant toujours de maintenir une vague neutralité. Et tant Moscou que Pékin n'ont pas manqué de critiquer le Kazakhstan lorsque le pays a permis aux États-Unis de rouvrir et de poursuivre le développement de certains laboratoires biologiques de l'ère soviétique. En particulier, de nombreux doutes ont été émis quant aux réelles activités nord-américaines dans les laboratoires d'Almaty et d'Otar (près des frontières avec la Russie et la Chine). L'accusation (même pas trop voilée) est que des armes biologiques sont développées dans ces sites. Cette accusation ne semble pas si infondée si l'on considère que les États-Unis disposent de laboratoires similaires dans 25 pays. Ces laboratoires sont financés par la Defence Threat Reduction Agency (DTRA), dont les gestionnaires des programmes militaires sont des entreprises privées qui ne sont pas directement responsables devant le Congrès américain. Et c'est précisément dans ces laboratoires que les expériences sur les coronavirus ont eu lieu (et ont encore lieu) [2].

Les protestations

Qu'est-ce qui a motivé les protestations de ces derniers jours ? Tout d'abord, il est nécessaire de garder à l'esprit que ce n'est pas la première fois que de telles manifestations ont lieu au Kazakhstan. En 2011, par exemple, 14 travailleurs de l'industrie pétrolière ont été tués à Zhanaozen lors d'une manifestation contre les conditions de travail difficiles et les bas salaires.

Il n'est pas surprenant que les manifestations de ces derniers jours aient commencé plus ou moins dans la même région, non seulement en raison de l'augmentation exponentielle du prix du carburant, mais aussi des licenciements massifs mis en œuvre par la gestion "occidentale" de l'industrie pétrolière et de la politique économique fondée sur des modèles néolibéraux. Les travailleurs protestataires sont principalement issus de la société Tenghizchevroil (50% Chevron, 25% ExxonMobil et 20% KazMunayGas). L'une des raisons de cette protestation est le fait que 70 % de la production pétrolière kazakhe est destinée à l'Occident.

Cela devrait, du moins en théorie, démontrer le caractère essentiellement spontané des premières manifestations. A première vue, il ne semble pas possible de parler d'une réponse occidentale (au cœur de l'Eurasie) aux avancées diplomatiques chinoises en Amérique latine. Cela n'exclut toutefois pas que les manifestations puissent être utilisées pour créer le chaos et déstabiliser le pays (une possibilité non négligeable si l'on considère le réseau dense d'organisations occidentales présentes, le rôle néfaste de la "cinquième colonne" d'oligarques pro-occidentaux et l'intérêt croissant de certaines agences de presse pour ce qui se passe en ces heures), peut-être même en exploitant les tensions potentielles entre les différentes communautés ethniques qui composent la population kazakhe.

0f05cef_17954-6jti3k.JPG

En conclusion, ce que les dirigeants politiques de nombreux pays de l'ex-Union soviétique (et de l'ancien bloc socialiste) n'ont pas encore compris, c'est que tenter de devenir amis avec l'Occident n'est pas en soi une garantie de survie politique. L'Ukraine, par exemple, est un État en déliquescence que l'OTAN cherche à exploiter comme champ de bataille (fourrage à abattre en cas d'agression contre la Russie). La Pologne doit sa "bonne fortune" à sa situation géographique entre la Russie et l'Allemagne, etc. Sans parler des innombrables cas dans lesquels les États-Unis se sont acharnés sur leurs anciens alliés et leurs outils géopolitiques extemporanés : de Noriega à Saddam, en passant par Ben Laden et Al-Qaïda.

Dans ce contexte, le rôle de la Russie et de la Chine sera à nouveau d'empêcher le chaos: d'empêcher la déstabilisation du Kazakhstan et d'éviter que cela n'affecte le processus d'interconnexion de l'Eurasie.

Source première: https://www.eurasia-rivista.com/obiettivo-kazakistan/

NOTES
[1] T. Umarov, Can Russia and China edge the United States out of Kazakhstan, www.carnagiemoscow.org.

[2] Voir The Pentagon Bio-weapons, www.dylana.bg.

lundi, 03 janvier 2022

Le nouvel Afghanistan: les minorités

110120-f-wu507-008_1.jpg

Le nouvel Afghanistan: les minorités

Par Vincenzo D'Esposito

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/il-nuovo-afghanistan-le-minoranze/

La crise afghane de cet été a bouleversé le système fragile qui régissait le pays jusque-là et qui, selon les plans de Washington, aurait dû marquer une rupture nette avec le passé. Le retour rapide et, somme toute, simple au pouvoir des milices talibanes a cependant complètement détruit une structure gouvernementale que les États-Unis avaient mis vingt ans à créer, sans réelle correspondance avec les souhaits du peuple afghan. La nécessité de clarifier la composition de la réalité définie comme le peuple afghan se fait sentir. Avec le nouveau gouvernement taliban, en fait, la division entre les groupes ethniques qui détiennent le pouvoir et ceux qui en sont systématiquement exclus est plus évidente que jamais. La stabilité de l'architecture de l'État dans les années à venir sera également affectée par cet arrangement particulier.

Une image ethniquement diversifiée

L'Afghanistan est un État sans nation de référence claire. Le concept de Volk, le peuple autour duquel la machine étatique est construite et qui partage un bagage commun de coutumes, d'habitudes et de langue, est totalement absent ici. Le terrain extrêmement accidenté a caractérisé le pays de manière à assurer, d'une part, une capacité prolongée de défense contre les attaques extérieures, comme cela a été le cas lors des invasions soviétique et américaine, mais, d'autre part, à le priver de la capacité de s'autogérer pleinement de l'intérieur. Les montagnes et les déserts divisent la population afghane en divers groupes autonomes qui, n'entrant pas vraiment en contact sauf dans certaines régions, n'ont pas connu l'amalgame nécessaire pour fournir un minimum de dénominateur commun de valeurs partagées entre les différents groupes ethniques. En fait, dans la plupart des cas, ils représentent un continuum avec les groupes présents dans d'autres États voisins, l'État afghan n'étant guère plus qu'une simple expression bureaucratique.

afghanistan2019-c79f2.png

La morphologie particulière du territoire afghan a favorisé une répartition pulvérisée des habitants, regroupés autour de structures claniques, souvent en contraste amer les unes avec les autres. Cette structure est rendue possible par le très petit nombre de grandes villes, qui existent et représentent le point le plus avancé de la société afghane. Si avancée, en fait, qu'elle a conduit à une coupure substantielle entre leurs habitants, moins attachés à une vision fondamentaliste de la société, et le reste du pays, strictement conservateur. Dans ce contexte, cependant, il existe un autre problème lié à la difficile recomposition nationale, due à la coexistence de nombreux groupes ethniques différents.

Le groupe ethnique dominant, bien que non majoritaire en termes absolus, est le groupe pachtoune. Répandu dans les régions du centre-sud et de l'est, près de la frontière avec le Pakistan, il représente 42% de la population afghane totale. Les Pachtounes ont toujours joué un rôle central dans la vie politique afghane, sauf pendant de brèves périodes.

8318161_dscf6647.jpg

Guerrier pachtoune, peinture d'Alain Marrast

Les Pachtounes sont reconnaissables au fait qu'ils parlent une langue perse, pratiquent la religion musulmane sunnite et ont un mode de vie essentiellement sédentaire. Ils représentent environ 27% de la population totale et sont situés dans la partie centrale et orientale de l'Hindu Kush. Les Tadjiks sont également l'un des groupes ethniques qui ont le plus contribué à façonner la politique afghane.

Le troisième groupe ethnique en Afghanistan est celui des Hazara, une population turco-mongole de religion musulmane chiite. Les Hazaras représentent 9% de la population afghane et sont installés dans la partie occidentale de l'Hindu Kush. Ils constituent un groupe ethnique marginalisé et exclu de la gestion du pouvoir, souvent victime d'attaques violentes en raison de leurs croyances religieuses différentes.

L'autre groupe important en termes de nombre est celui des Ouzbeks, qui représentent également 9 % de la population. Répartis dans le nord du pays, ils ont réussi à naviguer à travers les différentes phases politiques de l'Afghanistan, en restant presque toujours sur la crête de la vague.

Près de la frontière avec le Turkménistan, on trouve une minorité visible d'Afghans d'origine turkmène, qui représentent 3 % de la population totale, tandis qu'au sud, dans les territoires désertiques de l'Afghanistan, sont installés les Béloutches, qui représentent 2 % des habitants du pays. Les autres groupes ethniques se partagent les 8% restants.

Les Talibans et le retour de l'hégémonie pachtoune

Un tableau ethnique aussi fragmenté est particulièrement exposé aux tensions qui éclatent entre les différents groupes. Un exemple est la compétition entre les groupes ethniques hazara et pachtoune pour la possession et l'utilisation des terres dans les régions où ils coexistent, comme dans le centre de l'Afghanistan. La position de force historique dont jouissent les clans pachtounes a fait pencher la balance en faveur de ces derniers, même si, tant pendant l'invasion soviétique que lors de la récente invasion occidentale, leur rôle prédominant a été réduit au profit des autres groupes ethniques. Le retour au pouvoir des talibans a toutefois entraîné une situation de déséquilibre interne, en recentrant le pouvoir entre les mains des Pachtounes.

phpd0E1av.jpg

Les milices talibanes sont majoritairement issues de cette communauté. Il entretient des liens étroits avec le Pakistan et partage une vision politisée de la foi islamique, qui a montré toute son influence au cours des derniers mois. Cela était particulièrement évident à Kaboul et dans les grandes villes afghanes, où la vie sociale était plus sécularisée que dans les campagnes et les villages isolés. En raison de l'extrême fragmentation de l'État, le retour au pouvoir des talibans et l'éviction du gouvernement de Ghani ont toutefois été facilités par l'incapacité à ancrer bon nombre des coutumes répandues au sein de la petite population urbaine et opposées à la morale islamique la plus stricte. L'impopularité de l'ancien président et la corruption qui règne dans le pays ont fait le reste et ont ramené l'horloge vingt ans en arrière.

L'affirmation de l'ethnie pachtoune s'est progressivement imposée malgré les annonces conciliantes répétées des talibans. Le gouvernement qu'ils ont formé est à forte majorité pachtoune, au détriment des autres minorités, notamment les Tadjiks et les Hazaras. Les Hazaras, en particulier, ont été témoins de nombreuses attaques et de véritables attentats qui ont laissé des milliers de personnes sur le carreau. La haine religieuse anti-chiite a attiré l'attention de l'Iran, la principale puissance chiite, qui a entamé des contacts avec l'autre État directement intéressé par la dégradation de la situation des minorités en Afghanistan : le Tadjikistan.

La minorité tadjike s'est montrée la plus hostile à un retour des milices talibanes au pouvoir, comme en témoigne la résistance anti-talibane des communautés de la vallée du Panjshir. Le président du Tadjikistan, Emomali Rahmon, a pris une position orientée vers la défense des droits de la minorité tadjike en Afghanistan, plus pour reconfigurer son consensus interne que pour avoir une réelle capacité à influencer la politique afghane. Cela l'a toutefois amené à se rapprocher de l'Iran pour tenter de faire pression sur les talibans afin qu'ils fassent des concessions sur la participation et les droits des minorités.

resistencia-panjshir.jpg

Milices tadjiks en Afghanistan.

L'Ouzbékistan et le Turkménistan, qui ont également des minorités d'Ouzbeks et de Turkmènes de l'autre côté de la frontière, ont adopté une attitude beaucoup plus orientée vers le dialogue, à la fois parce qu'historiquement ils ont une relation beaucoup plus détachée avec les minorités en Afghanistan que le Tadjikistan, et parce qu'ils ont d'importants intérêts économiques et commerciaux dans la région. Le Turkménistan, en particulier, souhaite protéger le projet de gazoduc TAPI qui devra traverser l'Afghanistan et qui ne peut se permettre d'être mis en danger par les talibans, tandis que l'Ouzbékistan a adopté une approche pragmatique et fondée sur le dialogue avec Kaboul afin d'éviter tout retour du terrorisme en Asie centrale, notamment dans la vallée de la Fergana.

L'ingouvernable "Tombeau des empires"

Avec le retour des talibans, l'Afghanistan est entré dans une nouvelle phase, marquée par le retour du fondamentalisme dans la vie publique et la prise de pouvoir par la majorité relative pachtoune. L'histoire d'amour entre les talibans et les Pachtounes est sans précédent dans le pays, étant donné que les premiers sont en grande partie issus des rangs des seconds et représentent dans de nombreux cas leurs revendications. Dans un système clanique et fragmenté comme celui de l'Afghanistan, cela signifie essentiellement la mise à l'écart des autres minorités, ce qui suscite l'inquiétude de certains États ayant des intérêts majeurs dans la région, notamment l'Iran et le Tadjikistan.

Bien que les nouveaux Talibans veuillent se présenter comme plus ouverts et dialoguant tant envers les minorités ethniques qu'envers les autres grands exclus du processus de construction du nouvel Etat, les femmes, dans la pratique leurs déclarations n'ont pas été suivies d'actions concrètes. La vision fortement conservatrice de la majorité relative du pays, qui chez les talibans est une majorité absolue, a commencé à se manifester de plus en plus au fil des semaines et des mois qui ont suivi la prise de Kaboul.

Le climat constant de confrontation entre les factions opposées, typique de l'Afghanistan, ne fait cependant que maintenir le pays dans des sables mouvants, sans réel progrès économique et social. L'absence de recomposition nationale, qui aurait dû conduire à un renforcement de l'architecture de l'État, est la cause d'une oscillation constante du pouvoir entre les différents groupes ethniques, sans qu'aucun terrain commun de coopération ne soit trouvé. Ce n'est qu'en surmontant progressivement les mécanismes claniques qui gangrènent le pays qu'il sera possible de parvenir à une pacification interne et de stabiliser la politique afghane. Sinon, il faut s'attendre à de futurs renversements de pouvoir, comme ceux auxquels nous avons assisté jusqu'à présent.

mardi, 28 décembre 2021

Un nouvel axe géopolitique en devenir ? Arabie Saoudite - Iran - Pakistan - Chine

89d6f1ea-0a11-11e7-8938-48dffbf7165d_image_hires.JPG

Un nouvel axe géopolitique en devenir? Arabie Saoudite - Iran - Pakistan - Chine

par Peter Logghe

Source: Nieuwsbrief Knooppunt Delta - Nr. 164 - December 2021
 
Le programme nucléaire iranien a régulièrement fait la une de la presse par le passé ; le fait que les États-Unis soient à couteaux tirés avec l'Iran y est probablement pour beaucoup. La politique nucléaire saoudienne est beaucoup plus discrète. En 2008, les États-Unis et l'Arabie saoudite ont signé un accord sur l'utilisation non militaire de l'énergie nucléaire produite par l'Arabie saoudite. En novembre 2021, l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle allait bientôt annoncer qui sera en charge du programme nucléaire, avec 4 candidats restants.

L'énergie nucléaire et l'Arabie saoudite continuent de provoquer des troubles, mais pas dans le monde occidental. En 2003, il y a déjà eu un tollé dans la région lorsqu'il est apparu que le royaume saoudien voulait fabriquer la bombe atomique. En 1988, les Saoudiens ont acheté aux Chinois des missiles qui peuvent atteindre n'importe quelle cible au Moyen-Orient. Et en 1984, une équipe militaire saoudienne, dont faisait partie le prince Sultan, alors ministre de la défense, a été reçue au Pakistan où elle a visité les installations nucléaires en compagnie de Nawaz Sharif, alors Premier ministre du Pakistan. Le scientifique pakistanais, Abdul Qadeer Khan, père spirituel de la bombe atomique pakistanaise, a fourni au prince saoudien des informations sur l'énergie nucléaire et la bombe atomique. En 2012, le Pakistan et l'Arabie saoudite ont signé un accord de coopération mutuelle sur l'énergie nucléaire.

La question a longtemps été minimisée par les États-Unis : l'Arabie saoudite n'a-t-elle pas été un allié privilégié des États-Unis pendant des décennies ? Les relations entre les États-Unis et l'Arabie saoudite semblent se détériorer sous l'influence de la nouvelle politique étrangère "idéaliste" de Biden. Le président John Biden a souligné que sa politique étrangère serait désormais déterminée par les droits de l'homme - même si ces droits sont interprétés de manière hypocrite par les États-Unis dans leurs relations avec certains pays comme la Colombie et le Maroc.

La politique étrangère "idéaliste" crée des tensions entre les États-Unis et l'Arabie saoudite. Par exemple, les rebelles houthis au Yémen (qui luttent contre le régime légal yéménite, soutenu par l'Arabie saoudite) ne sont plus considérés comme des terroristes par les États-Unis. Les États-Unis ont également annulé un contrat de vente d'armes à l'Arabie saoudite. 
 
La Chine exploite toutes les failles laissées par l'Occident

Le programme nucléaire saoudien a été lancé en 2018 avec le soutien de la Chine. Israël et les États-Unis ne sont pas à l'aise avec cela. Pékin a aidé à mettre en place une usine saoudienne pour extraire le yellowcake des minerais d'uranium. Se pourrait-il que Riad penche de plus en plus vers de bonnes relations diplomatiques avec Pékin plutôt que de poursuivre ses relations avec les États-Unis ?

Si ce scénario se vérifie, les autorités pakistanaises pourraient bien être la passerelle vers de nouvelles relations sino-saoudiennes élargies. Ce n'est peut-être pas sans importance que le royaume saoudien a décidé, début octobre, d'offrir au Pakistan - qui connaît de graves difficultés économiques - une enveloppe financière de 4,2 milliards de dollars.

Il n'est pas surprenant que des rumeurs fassent état d'un nouvel axe Chine-Arabie saoudite-Pakistan, dont la plaque tournante serait le port de Gwadar au Pakistan, sur les rives de la mer d'Oman. Islamabad a cédé le contrôle du port à une entreprise d'État chinoise en 2013. Le port revêt une importance stratégique pour la Chine, car plus de la moitié du pétrole importé par la Chine provient de la région du Golfe et passe par le détroit d'Ormuz, situé à 650 kilomètres à peine de Gwadar. Gwadar est l'un des principaux points économiques de la route chinoise "One Belt One Road"


Lors de sa visite au Pakistan au mois de février 2021, le prince saoudien Sultan a annoncé que le royaume allait investir dans la raffinerie de pétrole de Gwadar. La Chine et l'Arabie saoudite ont de lourds intérêts géoéconomiques dans les infrastructures pakistanaises.

À la lumière du partenariat entre la Chine, le Pakistan et l'Arabie saoudite, le partenariat entre la Chine et l'Iran revient également sur le devant de la scène. La Chine pourrait jouer le rôle de médiateur afin d'accélérer l'amélioration des relations entre l'Arabie saoudite et l'Iran.  Après tout, l'Arabie saoudite, qui est actuellement plutôt isolée sur le plan géopolitique, a besoin de nouveaux partenaires. Si le royaume saoudien parvient à optimiser ses relations avec la Chine et à mettre sur les rails ses relations avec l'Iran, alors les ambitions nucléaires de l'Arabie saoudite pourront également se concrétiser. En tout état de cause, elle ne favorisera pas le calme géopolitique au Moyen-Orient et en Asie centrale, mais elle modifie fondamentalement le cadre géopolitique de la région.
 
Peter Logghe

vendredi, 26 novembre 2021

 L'effondrement de la chaine logistique dans le contexte géopolitique actuel

COMMISSIONNAIRE.jpg

L'effondrement de la chaine logistique dans le contexte géopolitique actuel

Enric Ravello Barber

Ex: https://www.enricravellobarber.eu/2021/11/la-caida-de-la-cadena-logistica-en-el.html?fbclid=IwAR0wcPTyIZm-9icZFkLh5tLNt3s481nJ31fn0ksPJvLaDB7fTIrNgO5w3Rs#.YZ0NcbrjKUl

Les besoins en logistique, communication et transport de matières premières suite aux invasions américaines après les attentats du 11 septembre 2001 et la nécessité d'un contrôle stratégique de l'Asie centrale ont incité la secrétaire d'État de l'époque, Hillary Clinton, à annoncer la mise en oeuvre de l'initiative de la nouvelle route de la soie en 2011.  Le projet bénéficierait du soutien et de la complicité de l'Inde, le grand rival stratégique de la Chine (et du Pakistan) dans la région.

Les aventures bellicistes délirantes des néocons avec les invasions de l'Irak et de l'Afghanistan et les activités de guerre constantes au Moyen-Orient et au Proche-Orient - qui se sont soldées par le plus retentissant des échecs - ont permis le redressement de la Russie et la montée en puissance de la Chine sur le plan géopolitique mondial.  Les États-Unis, qui avaient gagné la guerre froide et étaient devenus la seule et unique puissance mondiale hégémonique, ont perdu le pouvoir par leur propre incompétence et ont permis à ces deux puissances de devenir des acteurs majeurs et - dans le cas de la Chine - de contester leur hégémonie mondiale.

Deux ans plus tard, en 2013, XI Jinping a annoncé la création de la route de la soie terrestre chinoise au Kazakhstan, l'un des pays clés dans la construction de cette route. En octobre de la même année, Xi Jinping a annoncé la nécessité de créer, parallèlement à la précédente, une route de la soie maritime. Avec la route de la soie, la création de la plus grande route au monde pour le transport d'énergie dérivée d'hydrocarbures et de minéraux stratégiques a été annoncée. Une autre fonction importante de la route de la soie était d'être une voie de transport de marchandises, y compris une branche ferroviaire qui traverse toute l'Eurasie jusqu'à Madrid.

La chaîne logistique s'effondre

La pandémie de COVID-19 a eu un impact majeur sur la consommation et le commerce mondiaux. Pendant des mois, des milliers de personnes dans le monde sont restées chez elles, tandis que les voyages, les points de vente, les hôtels et les vols restaient fermés. Cela a eu une double conséquence : des économies ont été réalisées et il y avait moins d'offres sur lesquelles dépenser de l'argent, la demande d'articles ménagers a explosé. La somme de ces facteurs a conduit à un phénomène difficile à prévoir : l'effondrement de la chaîne logistique mondiale. Les épidémies de COVID dans le port de Los Angeles qui ont paralysé le déchargement et la libération des conteneurs en janvier dernier dans ce port nord-américain ou les grandes manifestations de dockers dans le port sud-coréen de Busan, un port crucial pour le trafic de marchandises entre l'Extrême-Orient et l'Europe, ont contribué à entraver le retour à la normale de la chaîne logistique mondiale.

Les médias préviennent déjà que cette année, les étagères seront moins remplies de jouets chinois et que les marchandises qui ne sont pas arrivées n'arriveront pas.  Les taux de fret entre la Chine et les ports européens sont restés stables, autour de 1500 dollars, dans les années qui ont précédé le COVID, lorsque le commerce mondial a atteint des niveaux record. Depuis septembre, les taux de fret ont grimpé en flèche pour atteindre des niveaux de 13.000 $, et si les taux pour novembre ont légèrement baissé, des hausses de prix sont déjà annoncées pour les taux de fret de décembre et janvier. Ce qui est plus grave, c'est que même à ces prix, il n'y a pas de conteneurs disponibles pour transporter des marchandises de la Chine vers l'Europe occidentale.

mogens-maersk_9632090_2903529_Medium.jpg

Alors que plusieurs compagnies maritimes de taille moyenne s'étaient établies sur le marché dans les années précédant immédiatement le COVID, l'interruption des échanges pendant près d'un an a entraîné la disparition de nombre d'entre elles. Dans la situation actuelle, nous sommes confrontés à un oligopole où les grandes entreprises contrôlent totalement la logistique maritime : MSC (italien), Maersk (danois), CMA-CGM (français), Evergreen (taïwanais) et COSCO (chinois).  Ces entreprises ont pris la décision de mettre en œuvre leurs bénéfices en augmentant les taux de fret, au lieu de poursuivre la dynamique antérieure de construction d'énormes porte-conteneurs, où chaque année un nouveau record de tonnage était battu.  En fait, nous constatons qu'aujourd'hui encore, MSC et Maersk partagent les mêmes navires.

Aurelio Martinez, directeur du port de Valence, a déclaré que les taux de fret commenceraient à baisser à la mi-2022. Il est difficile de prévoir l'évolution des prochains mois et d'indiquer des dates concrètes pour le retour à la normale de la disponibilité des conteneurs.  Presque tous les experts affirment que le niveau actuel des prix sera maintenu jusqu'en septembre prochain, et qu'une baisse est prévisible après cette date.

La situation actuelle de pénurie et de fret onéreux, ainsi que la hausse des prix des produits fabriqués en Chine - due à l'augmentation des hydrocarbures et au contexte inflationniste généralisé - ont conduit de nombreux importateurs européens à envisager la possibilité de rechercher des fournisseurs sur des marchés plus proches (Europe de l'Est, Russie, Asie centrale), voire de délocaliser la production industrielle. Il convient de noter qu'il est peu probable que la Chine laisse ce déplacement du marché mondial se produire ; la nature de son régime, dans lequel la politique prime sur l'économie et les intérêts du parti communiste (compris comme un intérêt collectif) sur les intérêts commerciaux (compris comme individuel) lui donne les outils nécessaires pour renverser la situation, notamment en forçant sa grande compagnie maritime COSCO à baisser ses taux de fret. Il sera intéressant de voir comment le gouvernement de Pékin agira si la situation s'aggrave et s'il existe une possibilité que la Chine perde son leadership dans l'économie mondiale. Lors de la réunion du G-20 de cette semaine, M. Biden s'est engagé à faire pression pour une réponse à la perturbation de la chaîne d'approvisionnement, visant à agir sur les prix des carburants et à débloquer les goulets d'étranglement de la production et de la logistique tant aux États-Unis que dans les pays d'influence. Le contrôle des routes maritimes par l'administration américaine est l'un de ses plus grands atouts, mais l'inexistence d'une compagnie maritime américaine, ce qui est inexplicable pour une puissance navale-commerciale comme les États-Unis, est un défaut majeur à son encontre.

Les États-Unis et la Chine en lutte pour le contrôle de la logistique mondiale

Les États-Unis ont subi une défaite humiliante en Afghanistan. La Russie et la Chine ont toutes deux récemment testé avec succès des missiles hypersoniques, la tentative américaine en ce domaine a été un échec. La Chine a démontré que ses ordinateurs quantiques sont des millions de fois plus puissants que ceux des États-Unis. La tension au sujet de Taïwan augmente, avec la menace voilée de la Chine d'incorporer l'île en 2049 pour coïncider avec le centenaire de la proclamation de la République populaire de Chine.

J2NTP9Er4Ad3kRsms7XRoD.jpeg

Les États-Unis, qui restent la puissance hégémonique, refusent de perdre ce rôle et ont réagi dans plusieurs domaines. Dans le domaine stratégico-militaire, avec la signature d'une alliance militaire anglo-saxonne dans le Pacifique, AUKUS. Dans le domaine technologico-militaire, le Pentagone envisage d'impliquer l'entreprise de construction spatiale SpaceX pour développer une version militaire du Starship qui lui redonnerait sa suprématie dans ce domaine, mais il n'a pas encore l'approbation d'Elon Musk : encore une conséquence de la domination de l'économique-corporatif sur le politique-stratégique et dans les démocraties libérales-capitalistes.

build back better.jpg

Dans le domaine de la logistique, M. Biden a annoncé ces dernières semaines la mise en œuvre du programme "Build Back Better", destiné à concurrencer la route de la soie chinoise.  M. Biden a indiqué que les États-Unis allaient déployer une réponse logistique en Amérique du Sud, face à l'intention de la Chine de procéder à un déploiement commercial dans son "arrière-cour". Il convient de noter que le commerce de l'Europe et de l'Asie vers l'Amérique du Sud a eu le port d'Algésiras comme point logistique clé. Pour la première fois en 2021, Tanger a dépassé Algésiras en nombre de conteneurs et s'en approche en nombre de tonnes totales. Tanger, par la profondeur de son port et surtout par l'engagement de Mohamed V pour son développement, remplacera dans quelques années Algésiras dans cette route logistique maritime de l'Eurasie à l'Amérique du Sud, qu'elle soit dominée par les USA ou la Chine ou en rivalité entre les deux.

La rupture de la chaîne logistique a montré que le transport terrestre ne peut pas remplacer ou concurrencer le transport maritime. Si les taux de fret maritime sont actuellement de 14.000 dollars, les taux de fret ferroviaire par conteneur sont de 22.000 dollars, mais plus grave encore, les trains ont une capacité de transport de conteneurs presque négligeable par rapport aux grands porte-conteneurs. Cela signifie que les Chinois devront poursuivre le développement de leur route de la soie maritime parallèlement à leur route de la soie terrestre. À cette fin, et en pensant à leur énorme trafic avec l'Europe, ils ont déjà pris des positions : dans le port du Pirée, que la Grèce a vendu en 2016 à la compagnie maritime chinoise COSCO ; et dans le port de Hambourg, où la présence et le contrôle de COSCO sont en hausse imparable. Là aussi, l'Europe perdra le jeu géostratégique.

cosco.jpg

Le blocage logistique actuel entraînera sans aucun doute une plus grande exploitation de la route arctique en tant que nouvel élément permettant d'accélérer la distribution des marchandises mondiales. La Russie est aujourd'hui le principal acteur sur cette route, où elle est prête à déployer son potentiel militaire pour empêcher la concurrence d'autres puissances (notamment les États-Unis), qui arrivent tardivement dans la lutte pour le contrôle de l'Arctique. La Chine semble accepter le leadership de la Russie dans cette région ; l'amitié entre Moscou et Pékin facilitera le commerce chinois le long de cette nouvelle route. Toutefois, il convient de noter que l'utilisation de cette voie peut avoir des conséquences négatives. Comme le souligne Joan Membrado, professeur de géographie à l'université de Valence et spécialiste de l'analyse géographique régionale, plus l'Arctique sera praticable, plus il dégèlera rapidement, ce qui transformerait Valence - le plus grand port européen de la Méditerranée jusqu'en 2020, date à laquelle il a été dépassé par le Pirée sous contrôle chinois - en un port infranchissable.

L'effondrement de la chaîne logistique est une conséquence des contradictions internes de la mondialisation. Sa sortie sera un nouvel épisode de la guerre pour l'hégémonie mondiale entre le capitalisme d'État chinois nationaliste et suprématiste Han et le capitalisme financier spéculatif basé à Wall Street et à la City. 

jeudi, 25 novembre 2021

Révolution culturelle 2.0 : la lutte de la Chine contre la féminisation des hommes

000_8_TN_78_C_b9ae34334c.jpg

Révolution culturelle 2.0 : la lutte de la Chine contre la féminisation des hommes

Alexander Markovics

Si l'on observe la jeunesse allemande et européenne, on constate de nombreux développements inquiétants: la féminisation de l'homme est omniprésente, les soi-disant "pop stars" deviennent des modèles individuels pour les adolescents. De plus en plus de jeunes se perdent dans les mondes virtuels des jeux vidéo, animés par le rêve de devenir une star du "sport électronique" ou un youtubeur connu et de gagner ainsi beaucoup d'argent. Ce style de vie matérialiste est la réalité d'un nombre croissant de jeunes - si l'on en croit les médias et les politiques occidentaux, il n'y a même pas d'alternative et fait partie d'un "développement individuel sain". Mais la Chine prouve qu'il existe aussi une alternative.

alibaba_100919.jpg

Après que le parti communiste local a tenu en laisse le géant de la technologie Ali Baba (dont l'importance en République populaire est comparable à celle de Google en Occident), voici la prochaine étape de la révolution culturelle 2.0 : le président Xi Jinping appelle au rajeunissement national. Les influences d'une culture pop dégénérée venue du Japon et de la Corée du Sud, qui propage surtout des hommes dégingandés et efféminés comme modèles, sont une épine dans le pied des dirigeants communistes. Ceux-ci doivent désormais être bannis de la télévision, tout comme le culte des "célébrités vulgaires d'Internet" (comparable au blogueur allemand Rezo).

Parallèlement, le parti met un terme à l'industrie des jeux vidéo et n'autorise les moins de 18 ans à ne jouer que trois heures par semaine. Outre la censure des contenus non patriotiques, le gouvernement tente ainsi de lutter contre le phénomène croissant de la dépendance aux jeux vidéo. Face à la menace croissante de l'Occident, récemment renforcée par la création de l'alliance militaire AUKUS entre les États-Unis, l'Australie et la Grande-Bretagne, Pékin mise sur le renforcement de sa propre culture dans cette guerre hybride, qui passe aussi de plus en plus par Internet et la culture pop.

Au lieu de la folie décadente du gendérisme, il faut promouvoir "la culture traditionnelle chinoise, révolutionnaire et progressiste-socialiste". Pékin a donc compris l'avertissement de la Russie, où l'analyste Leonid Savin, entre autres, a attiré l'attention sur ce phénomène, à savoir que la guerre contre les peuples libres de ce monde est également menée par le biais des médias, dont font partie Internet et les jeux vidéo. Par conséquent, la Chine veut protéger sa jeunesse des influences néfastes de l'Occident, non pas parce qu'elle veut asservir ses peuples, mais parce que l'Empire du Milieu a compris que sa souveraineté ne peut pas être défendue par des mauviettes efféminées, des matérialistes uniquement préoccupés par leur solde bancaire, des narcissiques en quête de gloire et des homosexuels.

Pour cela, il est indispensable de combattre la "culture pop" occidentale partout où cela est possible, et ce de préférence par la promotion et la redécouverte de sa propre culture et de ses propres traditions. Celui qui se réfère à sa propre tradition dans la lutte contre le mondialisme peut l'emporter. Mais ceux qui misent sur la culture de la mondialisation ne peuvent que périr.

samedi, 20 novembre 2021

Le Japon selon le magazine Limes

71HRViZcjxL.jpg

Le Japon selon la revue Limes

par Riccardo Rosati

Ex: https://www.barbadillo.it/76650-focus-il-giappone-secondo-il-periodico-limes-con-insofferenza-per-il-nazionalismo-al-governo/?fbclid=IwAR2iDgug2BU7isJXNpWRK6Jw5WoesNnc3BQFG5VXfbHElxcrpXjHMFlQ9y8

Une clarification et une orientation méthodologiques essentielles

Parler de Roland Barthes, c'est généralement parler de l'écriture, du texte, de la signification, et plus encore du sens. La question plus que légitime serait de savoir pourquoi cette référence au grand linguiste et homme de lettres français est faite dans une analyse de la monographie que le célèbre magazine géopolitique Limes a consacré au Japon en février dernier. À première vue, on pourrait penser à une référence au merveilleux texte que Barthes a adressé à ce pays, intitulé L'Empire des signes (1970), mais ce n'est pas le cas. La raison qui nous a poussés à commencer ces réflexions en parlant de l'écriture elle-même réside dans le fait que même un champ d'investigation et de recherche comme la géopolitique change de perspective, tout en révélant son identité, en fonction du lexique utilisé et de la manière dont les phrases sont formées. La première, qui est celle du Limes, tend à ne pas être hostile au global et au progrès d'une matrice technocratique; la seconde, suivie par moi-même, est au contraire encadrée par une position traditionaliste, pour laquelle, reprenant un concept cher au célèbre géopolitologue allemand Karl Haushofer (1869-1946), les nations sont toujours et avant tout: "le sang et le sol". 

japan.jpg

Nous avons ressenti le besoin de faire une telle introduction, car si, pour le volume que nous allons analyser, il nous arrive d'être en désaccord avec certaines des positions qui y sont exprimées, dans la plupart des cas, ce ne sera pas à cause de la qualité intrinsèque des articles individuels, qui sont pour la plupart d'un bon niveau, mais presque exclusivement à cause d'une distance méthodologique et intellectuelle insoluble. 

La contribution la plus intéressante du numéro de Limes est intitulée : La révolution japonaise, et se trouve probablement dans l'éditorial lui-même (7-29), dans son examen articulé qui ne se limite pas à anticiper synthétiquement, comme cela arrive souvent dans des écrits de ce genre, les thèmes abordés ensuite par les différents articles, mais se concentre à proposer, même avec une certaine conviction, la perspective que Limes a sur la situation politique actuelle de l'Archipel. Il n'y a pas d'objection à cela, si ce n'est l'absence de signature de la personne qui a écrit cet éditorial ; un défaut, à notre humble avis, qui dénote une vocation d'écriture plus journalistique qu'académique. Moins "neutre", en revanche, est la compréhension schématique et partielle du Premier ministre japonais Abe Shinzō, qui apparaît comme une sorte de "refrain" dans les différentes contributions, mais uniquement dans celles signées par des Italiens. Néanmoins, malgré l'intolérance habituelle de la gauche italienne envers les soi-disant "hommes forts" aux penchants nationalistes, l'honnêteté intellectuelle nous oblige à reconnaître une part de vérité dans le jugement suivant sur la politique du Premier ministre japonais: "Jouer la carte de l'accord entre les démocraties libérales à des fins de propagande [...]" (18-20). 

Two geishas among red wooden Tori Gate at Fushimi Inari Shrine © kasto - adobe_product_preview.jpeg

Le Japon est un monde à part, comme le savent les spécialistes, et un aspect important de ce numéro est précisément l'utilisation des réflexions de divers chercheurs et professeurs japonais, afin d'offrir une perspective interne sur les changements en cours au Soleil Levant. Plus d'une de ces contributions traite de la manière dont l'Empire japonais a étendu son influence pendant des années brèves mais décisives, en essayant en vain d'ériger la Sphère de coprospérité de la Grande Asie orientale, jusqu'à son effondrement en 1945, lorsque les États-Unis, afin d'éviter une invasion directe du Japon, l'ont contraint à se rendre par un double bombardement atomique, criminel selon nous. Pour la première fois dans son histoire légendaire, l'Empire du Soleil est soumis au joug étranger, asservi à ceux que l'on appelle les "yeux bleus" (aoime), c'est-à-dire les Occidentaux. 

Depuis son formidable redressement d'après-guerre, le Japon est synonyme, pour le reste du monde, d'avant-garde technologique, de locomotive industrielle internationale et de puissance financière et commerciale qui, dans les années 1980, semblait sur le point de dépasser même les États-Unis, dont ce pays asiatique complexe a été pendant des années une sorte de "serviteur géopolitique", agissant comme un porte-avions naturel, gardant l'océan Pacifique. La Seconde Guerre mondiale a fait du Japon un cas rare de coexistence d'une puissance économique et d'une minorité politique. 

Bien que réduit à l'état de vassal des États-Unis, le Soleil Levant a su préserver son caractère, rester fidèle à sa mission patriotique supérieure en s'adaptant, par la force et non par le choix, et il faut toujours le garder à l'esprit, aux contraintes imposées par l'allié gênant.  Néanmoins, cette grande nation a vécu jusqu'à aujourd'hui, changeant de peau mais certainement pas d'âme. Et pourtant, comme le souligne à juste titre l'éditorial, le "problème américain" existe toujours, ou plutôt est encore plus grand que par le passé, pour le Japon, dans sa nécessité, qui n'est guère facile: "Mais les réalistes de tonalité modérée - faisons abstraction des nombreux pacifistes et autres idéalistes - tendent à constater que la contrainte américaine subie reste pour l'instant indispensable face à la résurgence de la puissance chinoise, à l'hypothèque nucléaire nord-coréenne [...]" (15).

Tr00100420171203160237821.jpg

Deux écrits particulièrement intéressants

Comme mentionné, en général, toutes les contributions de la revue sont au moins intéressantes. Pour des raisons compréhensibles d'espace, nous nous attarderons ci-dessous sur ceux qui ont le plus retenu notre attention. 

Nous aimerions tout d'abord mentionner l'article de Dario Fabbri, intitulé : L'importanza di essere Giappone (33-45), qui est essentiellement un "écho" de ce qui a déjà été dit dans l'éditorial, mais dans lequel nous trouvons quelques indications valables sur la formidable capacité de résistance et d'innovation de l'Archipel et de son Peuple. 

Tōkyō réintègre la dimension géopolitique, sous le signe d'un ancien adage japonais : Keizoku wa chikara nari (継続は力なり, "Continuer, c'est pouvoir"). En fait, il n'y a aucun autre pays qui ait changé aussi radicalement, aussi rapidement et avec des effets aussi extrêmes au cours des deux derniers siècles que le Japon. D'un archipel isolé à une puissance coloniale en moins de trente ans ; d'une nation, bien que seulement formellement, historiquement vassale de la Chine, à un hégémon asiatique ; d'un ennemi juré des Américains à leur allié, tout en s'imposant comme l'avant-garde technologique de la planète. Des bouleversements effrayants qui auraient désintégré n'importe quelle communauté, démembré n'importe quel peuple, mais certainement pas les Japonais, telles sont les observations correctes de l'auteur.

Après tout, malgré l'ascension fulgurante du géant chinois au cours des quinze dernières années, le Japon reste la troisième économie mondiale. De même, la modernité obligatoire qui s'est emparée d'elle depuis la Seconde Guerre mondiale a sapé divers éléments: la langue, les coutumes et même le régime alimentaire, mais certainement pas sa véritable identité ethnique. En outre, au Pays du Soleil Levant, la confiance absolue dans la hiérarchie reste inchangée, ce qui a permis à la nation de se survivre et d'être essentiellement la culture unique qu'elle est. Un pays que l'on pourrait se risquer à résumer par un double axiome : la solidité en a fait un sujet ethnique incontournable ; tant de substance empêche ponctuellement sa compréhension à l'extérieur. 

282914.jpg

Le document de Fabbri, non pas en termes de style, mais en termes de contenu, nous trouve substantiellement en accord, sauf que la perspective que nous avons mentionnée au début nous oblige à reconnaître une erreur, et nous espérons qu'on nous pardonnera d'être draconien, ce qui est capital. C'est-à-dire définir le Japon comme une "thalassocratie" (33). Techniquement, une telle affirmation est correcte, mais seulement si l'on conçoit la géopolitique comme un réseau d'interactions économico-politiques; selon un point de vue moderne, donc dépourvu de la compréhension de l'essence spirituelle qui connote les lieux habités par les peuples, surtout dans le cas du Japon, puisque, comme l'explique encore Haushofer dans son texte extraordinaire: Il Giappone costruisce il suo impero (Parma, All'insegna Del Veltro, 1999), le Soleil Levant s'est effectivement déplacé dans la période de son expansionnisme en Asie à travers le vecteur maritime, mais pas du tout poussé par les vils objectifs mercantiles qui ont caractérisé d'abord l'Empire britannique et ensuite les Etats-Unis. Le Japon impérial était "en forme" une thalassocratie, mais dans la réalité historique, il s'est comporté comme une "tellurocratie". Ces différences de perspective peuvent sembler anodines, mais elles ne le sont pas ; au contraire, on mesure ici deux visions du monde absolument irréconciliables. 

i-j-n-aoba-jc-findley.jpg

Fabbri a également édité une conversation très intéressante avec Tōmatsu Haruo (47-52), historien de la stratégie et doyen de la faculté des relations internationales de l'Académie de défense nationale (防衛大学校, Bōei Daigakkō) à Yokosuka. Nous considérons cette contribution comme la plus précieuse parmi celles incluses dans ce numéro de Limes. En effet, la précieuse perspicacité de Tōmatsu, notamment dans sa réflexion aiguë sur le dualisme entre Armée et Marine dans les hiérarchies militaires japonaises (48), constamment développé à partir de la restauration Meiji (1868), est une donnée historique cruciale pour la compréhension de la première période Shōwa (1926-1945) et que nous avons rarement eu la chance de retrouver dans les études des noms blasonnés - plus pour la gloire que pour la valeur tangible - de la yamatologie contemporaine. Cette rivalité acharnée entre l'armée et la marine s'accentue avec l'implication directe du Soleil Levant dans les affaires chinoises, faisant que la première, c'est-à-dire l'armée, gagne de plus en plus de poids politique, jusqu'à s'imposer comme le pouvoir du gouvernement proprement dit, inaugurant ce que les spécialistes ont l'habitude d'appeler le militarisme japonais, également défini comme: "Vallée sombre" (黒い谷, "Kuroi Tani").

Tōmatsu fait référence à un changement en cours au Japon, empreint de malaise, qu'il décrit comme: "Une phase délicate de suspension, en attente de devenir autre chose". D'un côté, il y a les bureaucrates, en charge de la politique étrangère depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, qui ont perdu toute sensibilité stratégique parce qu'ils sont habitués à compter sur les États-Unis. [Enfin, il y a des amiraux et des généraux, nostalgiques de l'empire, qui voudraient inaugurer une nouvelle saison expansionniste, sans envisager les graves conséquences que cela entraînerait. Le résultat est un pays qui oscille entre un nihilisme indolent et une agressivité réprimée [...]". (47). En répondant précisément à chacune des questions que Fabbri lui pose, l'érudit japonais offre de nombreuses pistes de réflexion non seulement sur le positionnement politique et stratégique actuel de son pays, mais surtout en le reliant à l'histoire récente de l'Archipel. Pour cette raison, nous considérons cet entretien comme un élément bibliographique qui devrait être constamment présent dans les futures études géopolitiques sur le Japon. 

Autres écrits plus utiles

Il y a cependant d'autres écrits d'un intérêt certain inclus dans ce volume. Par exemple, celle de Nishio Takashi: Long live the todōfuken (53-59), dans laquelle il aborde la question de savoir comment les préfectures du pays ne sont plus aujourd'hui de simples unités administratives, mais des "entités écologiques", linguistiques et culturelles, capables même de façonner l'identité individuelle des citoyens. 

Nishio explique comment, dans le système de gouvernance japonais actuel (un mot mal aimé, à juste titre, par le courant géopolitique traditionnel), le système des autonomies locales (todōfuken) est le plus ancien et le plus consolidé. On dénombre pas moins de 47 todōfuken dans l'archipel, dont les noms et les limites sont restés quasiment inchangés depuis la restauration Meiji. Cependant, si ces unités d'autonomie locale semblent être restées inchangées, leurs caractéristiques politiques et sociales ont, au contraire, changé de façon spectaculaire depuis l'établissement de l'État centralisé de la période Meiji. 

5ezMjXWq9R-q_0Dx4_c1DcKkjHo.jpg

Le thème est traité dans l'article intitulé The Demographic Crisis and a New Meiji Restoration (73-78) de Stephen R. Nagy et est d'une actualité brûlante. Il y aborde la question du vieillissement très rapide de la population au Japon, une situation qui crée d'énormes problèmes sociaux et, surtout, économiques. Résoudre ce problème, même si une véritable solution ne semble pas avoir été trouvée par les dirigeants du pays, est d'une importance vitale. Par exemple, on tente de "remplacer" les gens par des robots - l'automate a toujours été un élément de grande fascination dans cette culture - pour certains emplois sociaux, bien que cela semble un remède plus proche de la science-fiction que de la vie réelle. 

L'urgence démographique a incité le Parlement à adopter des politiques économiques, sécuritaires, migratoires et culturelles qui promettent de changer le visage du pays, même si dans le cœur des Japonais, à chaque grand changement, ils espèrent rester les mêmes. 

couple-agée.jpg

Un thème que très peu de gens connaissent, et que presque aucun japonologue italien n'est coupable d'aborder, est celui que l'on trouve dans l'article de Ian Neary : Burakumin, the last ones will remain last (83-87), où il raconte la discrimination à l'égard des membres de la caste des exclus (en particulier les descendants des tanneurs de cuir), une forme de "racisme interne" qui révèle l'obsession toute japonaise de la pureté du sang. En fait, il existe même au Japon des agences d'enquête spéciales qui recherchent le passé des gens pour empêcher les mariages "mixtes". Toutefois, il convient de mentionner qu'en décembre 2016, la Diète (le Parlement japonais) a adopté une loi visant à promouvoir l'élimination de la discrimination à l'égard des burakumin (un terme que l'on peut traduire par "gens du village" ou "gens du canton"). C'est la première fois qu'un texte législatif fait référence à la ghettoïsation des communautés buraku. 

Burakumin.jpg

Peu de pays ont lié leur histoire nationale à celle de leur marine autant que le Japon au cours des deux cents dernières années, comme nous le raconte Alberto de Sanctis dans son article : La rinascita della flotta nipponica nel nome delle antiche glorie (97-105). Au cours des quelques décennies entre les XIXe et XXe siècles, la flotte de combat japonaise (海軍, kaigun) a connu une croissance rapide et exponentielle qui lui a permis de jouer un rôle crucial dans l'histoire de l'Asie. Pendant des décennies, symbole incontesté du pouvoir impérial, la marine japonaise a contribué à faire du pays l'une des plus grandes puissances militaires de la première moitié du XXe siècle. 

Japan-South-Korea-Rising-Sun-Flag-Conflict-003.jpg

Il était bien sûr inévitable que la question de l'abdication prochaine du roi Akihito, prévue en 2019, soit abordée. Hosaka Yuji le fait dans : Le visage humain de l'empereur (121-125). Cet événement rappelle, bien qu'à distance, l'abdication du pape Benoît XVI le 28 février 2013, et fait prendre conscience au monde entier de la fragilité embarrassante, pour les Japonais, d'un souverain que, malgré les événements constitutionnels de la Seconde Guerre mondiale, beaucoup dans l'Archipel n'ont jamais cessé de considérer comme divin. De plus, étant donné que le système actuel de l'empereur-symbole n'envisage pas un tel cas, la population japonaise a réagi avec une grande consternation à la décision de l'empereur (Tennō) d'abandonner essentiellement son rôle pour des problèmes personnels, comme si la nature humaine et divine de Tennō pouvait être séparée.

BELGAIMAGE-129150357.jpg

Enfin, si nous pensons à l'évolution du scénario politique de l'Extrême-Orient, il est très utile d'avoir abordé l'occupation japonaise (de 1910 à 1945) de la péninsule coréenne ; un épisode colonial qui a vu les Japonais commettre parfois de véritables crimes, notamment le phénomène des femmes dites de réconfort : de jeunes Coréennes contraintes de satisfaire les besoins sexuels de l'armée impériale. Une blessure, comme le raconte Antonio Fiori dans son article: Le détroit de Corée est toujours plus large (227-234), qui continue de peser sur les relations entre Tōkyō et la Corée du Sud, tandis qu'à l'opposé, l'enlèvement jamais élucidé de citoyens japonais par des agents de Pyongyang crée toujours des tensions. À cet égard, en Occident également, le cas de Yokota Megumi, qui a été enlevée par des agents infiltrés par la Corée du Nord, en novembre 1977, et n'est jamais rentrée chez elle, a fait la une des journaux. A ce sujet, le texte du journaliste Antonio Moscatello a été récemment publié : MEGUMI. Histoires d'enlèvements et d'espions de Corée du Nord (Naples, Rogiosi, 2017).

Le Japon ne fait pas de révolution, mais renaît !

41voLvOoGlL._SX306_BO1,204,203,200_.jpgEn résumé, nous pouvons constater qu'il y a de nombreuses cartes et graphiques dans cet intéressant numéro de Limes, comme pour réitérer la primauté de la géographie sur la philosophie politique si chère à Haushofer lui-même. Ce n'est pas pour rien qu'il est à l'origine de la création de l'école géopolitique japonaise, qui a fortement orienté les choix du gouvernement pendant la période du militarisme. Certains des principes fondateurs du Nippon Chiseigaku (chi/terre [地], sei/politique [政], gaku/étude [学]) visaient à dénoncer la "brutalité des Blancs", dont Julius Evola fut le premier à parler dans son article, comme toujours prophétique: Oracca all'Asia. Il tramonto dell'Oriente (initialement publié dans Il Nazionale, II, 41, 8 octobre 1950 et maintenant inclus dans Julius Evola, Fascismo Giappone Zen. Scritti sull'Oriente 1927 - 1975, Riccardo Rosati [ed.], Rome, Pages, 2016). Pour les Japonais, leur expansion imparable en Asie était une "guerre de libération de la domination coloniale blanche" (23). Et, comme le rapporte à juste titre l'Editorial cité ici, l'apport de la pensée de Haushofer a été d'une énorme importance dans la structuration d'une haute idée de l'impérialisme japonais: "Le pan-continentalisme de l'école haushoferienne a contribué à structurer le projet de la Grande Asie orientale [...]" (26).

Le " Japon profond " dont on parle parfois n'est pas aussi connu qu'on le croit. Elle a été, et est encore, un noyau, essentiellement familier, au sommet duquel se dresse la figure du Souverain. L'américanisme de l'après-guerre a affaibli cette structure sociale exceptionnelle, exclusivement japonaise. Ce phénomène dissuasif de colonisation culturelle a été partiellement stoppé par la tragédie naturelle qui a frappé la région du Tōhoku le 11 mars 2011. Cet événement malheureux a cependant permis la renaissance du kizuna (絆, "lien"), recompactant toute une nation, alors hébétée par une aliénation de l'individu qui a atteint son apogée avec le phénomène des Hikikomori (引き篭り, littéralement: "ceux qui restent entre eux"), les jeunes qui s'enferment chez eux pendant des années, vivant une réalité faite uniquement d'Internet et de télévision, refusant tout contact direct avec les autres (à ce sujet, nous vous recommandons la série animée intelligente: Welcome to the N. H.K. [24 épisodes, 2006], réalisé par Yamamoto Yūsuke).

nhk-ni-youkoso_t33581_18.jpgAujourd'hui, c'est un devoir pour un japonologue qui n'est pas esclave du globalisme de parler d'un Japon très différent, peut-être même meilleur et plus fort que celui que nous aimions quand nous étions enfants, puisqu'il est redevenu un Pays/Peuple, ce dont nous, Italiens, ne parvenons jamais à comprendre l'importance. 

L'éditorial du Limes se termine par une sorte de provocation: "Parmi les survivances des anciennes gloires, le bushidō ne semble pas briller. Pour la tristesse, nous l'imaginons, des esprits samouraïs" (29); presque comme si nous voulions nous moquer de manière incompréhensible de l'héritage politique et moral du grand Mishima Yukio, encourageant ainsi ce "Japon perdant", auquel nous avons consacré il y a quelques années un volume spécialisé agile (voir Riccardo Rosati, Perdendo il Giappone, Roma, Armando Editore, 2005).  Nous ne pouvons certainement pas nous réjouir de cette position, car elle révèle précisément cette méconnaissance déjà stigmatisée du " Japon profond ". 

Il est nécessaire de réaliser que ce que certains dirigeants conservateurs de l'Archipel, comme Ozawa Ichirō, voulaient et veulent encore aujourd'hui, c'est un retour à un "Japon normal" (22). En effet, un message, pas trop voilé, que l'on peut voir courir sous la surface de cette publication, est que le "révisionnisme historique" au Japon a des racines vigoureuses et que l'Occident atlantiste, qui est un point de référence pour un magazine comme Limes, ne le voit pas d'un bon œil. Encore une fois, bien que nous soyons loin de ces positions, nous ne pouvons pas nier l'exactitude des données ; il suffit de rappeler une figure telle que l'homme politique et écrivain Ishihara Shintarō, qui était aussi un ami de Mishima, qui a toujours soutenu que le Massacre ou le Viol de Nankin, perpétré pendant les six semaines qui ont suivi l'occupation de la ville par les troupes japonaises en décembre 1937, n'était que le résultat de la propagande du gouvernement de Pékin.

L'éditorial confirme également que quelque chose est en train de renaître au Soleil Levant, qui fera peut-être reculer les mains de l'histoire: "D'où le caractère unique de la nation japonaise, qui change tout en restant elle-même. Capable de voir sans être vu. Offrir au "barbare" le visage commode (tatemae), pour lui-même garder la pensée intime, authentique (hon'ne). Garder l'harmonie (wa), le bien suprême" (8). Ceci dit, pour rappeler combien le lexique est aussi un élément géopolitique, nous pensons que le titre même de ce livre est conceptuellement incorrect, étant donné qu'associer ce pays au mot "révolution" est mystifiant, puisqu'il l'a toujours abhorré, voir la Restauration (ou Renouveau) Meiji de 1868. D'ailleurs, l'un des plus grands spécialistes du Japon au siècle dernier, l'Italien Fosco Maraini, ne pensait pas différemment de nous: "Le cas japonais est extraordinairement intéressant en ce qu'il offre un exemple classique d'imperméabilité obstinée aux interprétations marxistes, de transparence lumineuse aux interprétations wébériennes" (Fosco Maraini, Ore giapponesi, Milan, Corbaccio, 2000, p. 13).

* Merci à la collègue orientaliste Annarita Mavelli pour ses suggestions et sa révision du texte.

@barbadilloit
Riccardo Rosati

Le Japon selon le magazine Limes

71HRViZcjxL.jpg

Le Japon selon la revue Limes

par Riccardo Rosati

Ex: https://www.barbadillo.it/76650-focus-il-giappone-secondo-il-periodico-limes-con-insofferenza-per-il-nazionalismo-al-governo/?fbclid=IwAR2iDgug2BU7isJXNpWRK6Jw5WoesNnc3BQFG5VXfbHElxcrpXjHMFlQ9y8

Une clarification et une orientation méthodologiques essentielles

Parler de Roland Barthes, c'est généralement parler de l'écriture, du texte, de la signification, et plus encore du sens. La question plus que légitime serait de savoir pourquoi cette référence au grand linguiste et homme de lettres français est faite dans une analyse de la monographie que le célèbre magazine géopolitique Limes a consacré au Japon en février dernier. À première vue, on pourrait penser à une référence au merveilleux texte que Barthes a adressé à ce pays, intitulé L'Empire des signes (1970), mais ce n'est pas le cas. La raison qui nous a poussés à commencer ces réflexions en parlant de l'écriture elle-même réside dans le fait que même un champ d'investigation et de recherche comme la géopolitique change de perspective, tout en révélant son identité, en fonction du lexique utilisé et de la manière dont les phrases sont formées. La première, qui est celle du Limes, tend à ne pas être hostile au global et au progrès d'une matrice technocratique; la seconde, suivie par moi-même, est au contraire encadrée par une position traditionaliste, pour laquelle, reprenant un concept cher au célèbre géopolitologue allemand Karl Haushofer (1869-1946), les nations sont toujours et avant tout: "le sang et le sol". 

japan.jpg

Nous avons ressenti le besoin de faire une telle introduction, car si, pour le volume que nous allons analyser, il nous arrive d'être en désaccord avec certaines des positions qui y sont exprimées, dans la plupart des cas, ce ne sera pas à cause de la qualité intrinsèque des articles individuels, qui sont pour la plupart d'un bon niveau, mais presque exclusivement à cause d'une distance méthodologique et intellectuelle insoluble. 

La contribution la plus intéressante du numéro de Limes est intitulée : La révolution japonaise, et se trouve probablement dans l'éditorial lui-même (7-29), dans son examen articulé qui ne se limite pas à anticiper synthétiquement, comme cela arrive souvent dans des écrits de ce genre, les thèmes abordés ensuite par les différents articles, mais se concentre à proposer, même avec une certaine conviction, la perspective que Limes a sur la situation politique actuelle de l'Archipel. Il n'y a pas d'objection à cela, si ce n'est l'absence de signature de la personne qui a écrit cet éditorial ; un défaut, à notre humble avis, qui dénote une vocation d'écriture plus journalistique qu'académique. Moins "neutre", en revanche, est la compréhension schématique et partielle du Premier ministre japonais Abe Shinzō, qui apparaît comme une sorte de "refrain" dans les différentes contributions, mais uniquement dans celles signées par des Italiens. Néanmoins, malgré l'intolérance habituelle de la gauche italienne envers les soi-disant "hommes forts" aux penchants nationalistes, l'honnêteté intellectuelle nous oblige à reconnaître une part de vérité dans le jugement suivant sur la politique du Premier ministre japonais: "Jouer la carte de l'accord entre les démocraties libérales à des fins de propagande [...]" (18-20). 

Two geishas among red wooden Tori Gate at Fushimi Inari Shrine © kasto - adobe_product_preview.jpeg

Le Japon est un monde à part, comme le savent les spécialistes, et un aspect important de ce numéro est précisément l'utilisation des réflexions de divers chercheurs et professeurs japonais, afin d'offrir une perspective interne sur les changements en cours au Soleil Levant. Plus d'une de ces contributions traite de la manière dont l'Empire japonais a étendu son influence pendant des années brèves mais décisives, en essayant en vain d'ériger la Sphère de coprospérité de la Grande Asie orientale, jusqu'à son effondrement en 1945, lorsque les États-Unis, afin d'éviter une invasion directe du Japon, l'ont contraint à se rendre par un double bombardement atomique, criminel selon nous. Pour la première fois dans son histoire légendaire, l'Empire du Soleil est soumis au joug étranger, asservi à ceux que l'on appelle les "yeux bleus" (aoime), c'est-à-dire les Occidentaux. 

Depuis son formidable redressement d'après-guerre, le Japon est synonyme, pour le reste du monde, d'avant-garde technologique, de locomotive industrielle internationale et de puissance financière et commerciale qui, dans les années 1980, semblait sur le point de dépasser même les États-Unis, dont ce pays asiatique complexe a été pendant des années une sorte de "serviteur géopolitique", agissant comme un porte-avions naturel, gardant l'océan Pacifique. La Seconde Guerre mondiale a fait du Japon un cas rare de coexistence d'une puissance économique et d'une minorité politique. 

Bien que réduit à l'état de vassal des États-Unis, le Soleil Levant a su préserver son caractère, rester fidèle à sa mission patriotique supérieure en s'adaptant, par la force et non par le choix, et il faut toujours le garder à l'esprit, aux contraintes imposées par l'allié gênant.  Néanmoins, cette grande nation a vécu jusqu'à aujourd'hui, changeant de peau mais certainement pas d'âme. Et pourtant, comme le souligne à juste titre l'éditorial, le "problème américain" existe toujours, ou plutôt est encore plus grand que par le passé, pour le Japon, dans sa nécessité, qui n'est guère facile: "Mais les réalistes de tonalité modérée - faisons abstraction des nombreux pacifistes et autres idéalistes - tendent à constater que la contrainte américaine subie reste pour l'instant indispensable face à la résurgence de la puissance chinoise, à l'hypothèque nucléaire nord-coréenne [...]" (15).

Tr00100420171203160237821.jpg

Deux écrits particulièrement intéressants

Comme mentionné, en général, toutes les contributions de la revue sont au moins intéressantes. Pour des raisons compréhensibles d'espace, nous nous attarderons ci-dessous sur ceux qui ont le plus retenu notre attention. 

Nous aimerions tout d'abord mentionner l'article de Dario Fabbri, intitulé : L'importanza di essere Giappone (33-45), qui est essentiellement un "écho" de ce qui a déjà été dit dans l'éditorial, mais dans lequel nous trouvons quelques indications valables sur la formidable capacité de résistance et d'innovation de l'Archipel et de son Peuple. 

Tōkyō réintègre la dimension géopolitique, sous le signe d'un ancien adage japonais : Keizoku wa chikara nari (継続は力なり, "Continuer, c'est pouvoir"). En fait, il n'y a aucun autre pays qui ait changé aussi radicalement, aussi rapidement et avec des effets aussi extrêmes au cours des deux derniers siècles que le Japon. D'un archipel isolé à une puissance coloniale en moins de trente ans ; d'une nation, bien que seulement formellement, historiquement vassale de la Chine, à un hégémon asiatique ; d'un ennemi juré des Américains à leur allié, tout en s'imposant comme l'avant-garde technologique de la planète. Des bouleversements effrayants qui auraient désintégré n'importe quelle communauté, démembré n'importe quel peuple, mais certainement pas les Japonais, telles sont les observations correctes de l'auteur.

Après tout, malgré l'ascension fulgurante du géant chinois au cours des quinze dernières années, le Japon reste la troisième économie mondiale. De même, la modernité obligatoire qui s'est emparée d'elle depuis la Seconde Guerre mondiale a sapé divers éléments: la langue, les coutumes et même le régime alimentaire, mais certainement pas sa véritable identité ethnique. En outre, au Pays du Soleil Levant, la confiance absolue dans la hiérarchie reste inchangée, ce qui a permis à la nation de se survivre et d'être essentiellement la culture unique qu'elle est. Un pays que l'on pourrait se risquer à résumer par un double axiome : la solidité en a fait un sujet ethnique incontournable ; tant de substance empêche ponctuellement sa compréhension à l'extérieur. 

282914.jpg

Le document de Fabbri, non pas en termes de style, mais en termes de contenu, nous trouve substantiellement en accord, sauf que la perspective que nous avons mentionnée au début nous oblige à reconnaître une erreur, et nous espérons qu'on nous pardonnera d'être draconien, ce qui est capital. C'est-à-dire définir le Japon comme une "thalassocratie" (33). Techniquement, une telle affirmation est correcte, mais seulement si l'on conçoit la géopolitique comme un réseau d'interactions économico-politiques; selon un point de vue moderne, donc dépourvu de la compréhension de l'essence spirituelle qui connote les lieux habités par les peuples, surtout dans le cas du Japon, puisque, comme l'explique encore Haushofer dans son texte extraordinaire: Il Giappone costruisce il suo impero (Parma, All'insegna Del Veltro, 1999), le Soleil Levant s'est effectivement déplacé dans la période de son expansionnisme en Asie à travers le vecteur maritime, mais pas du tout poussé par les vils objectifs mercantiles qui ont caractérisé d'abord l'Empire britannique et ensuite les Etats-Unis. Le Japon impérial était "en forme" une thalassocratie, mais dans la réalité historique, il s'est comporté comme une "tellurocratie". Ces différences de perspective peuvent sembler anodines, mais elles ne le sont pas ; au contraire, on mesure ici deux visions du monde absolument irréconciliables. 

i-j-n-aoba-jc-findley.jpg

Fabbri a également édité une conversation très intéressante avec Tōmatsu Haruo (47-52), historien de la stratégie et doyen de la faculté des relations internationales de l'Académie de défense nationale (防衛大学校, Bōei Daigakkō) à Yokosuka. Nous considérons cette contribution comme la plus précieuse parmi celles incluses dans ce numéro de Limes. En effet, la précieuse perspicacité de Tōmatsu, notamment dans sa réflexion aiguë sur le dualisme entre Armée et Marine dans les hiérarchies militaires japonaises (48), constamment développé à partir de la restauration Meiji (1868), est une donnée historique cruciale pour la compréhension de la première période Shōwa (1926-1945) et que nous avons rarement eu la chance de retrouver dans les études des noms blasonnés - plus pour la gloire que pour la valeur tangible - de la yamatologie contemporaine. Cette rivalité acharnée entre l'armée et la marine s'accentue avec l'implication directe du Soleil Levant dans les affaires chinoises, faisant que la première, c'est-à-dire l'armée, gagne de plus en plus de poids politique, jusqu'à s'imposer comme le pouvoir du gouvernement proprement dit, inaugurant ce que les spécialistes ont l'habitude d'appeler le militarisme japonais, également défini comme: "Vallée sombre" (黒い谷, "Kuroi Tani").

Tōmatsu fait référence à un changement en cours au Japon, empreint de malaise, qu'il décrit comme: "Une phase délicate de suspension, en attente de devenir autre chose". D'un côté, il y a les bureaucrates, en charge de la politique étrangère depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, qui ont perdu toute sensibilité stratégique parce qu'ils sont habitués à compter sur les États-Unis. [Enfin, il y a des amiraux et des généraux, nostalgiques de l'empire, qui voudraient inaugurer une nouvelle saison expansionniste, sans envisager les graves conséquences que cela entraînerait. Le résultat est un pays qui oscille entre un nihilisme indolent et une agressivité réprimée [...]". (47). En répondant précisément à chacune des questions que Fabbri lui pose, l'érudit japonais offre de nombreuses pistes de réflexion non seulement sur le positionnement politique et stratégique actuel de son pays, mais surtout en le reliant à l'histoire récente de l'Archipel. Pour cette raison, nous considérons cet entretien comme un élément bibliographique qui devrait être constamment présent dans les futures études géopolitiques sur le Japon. 

Autres écrits plus utiles

Il y a cependant d'autres écrits d'un intérêt certain inclus dans ce volume. Par exemple, celle de Nishio Takashi: Long live the todōfuken (53-59), dans laquelle il aborde la question de savoir comment les préfectures du pays ne sont plus aujourd'hui de simples unités administratives, mais des "entités écologiques", linguistiques et culturelles, capables même de façonner l'identité individuelle des citoyens. 

Nishio explique comment, dans le système de gouvernance japonais actuel (un mot mal aimé, à juste titre, par le courant géopolitique traditionnel), le système des autonomies locales (todōfuken) est le plus ancien et le plus consolidé. On dénombre pas moins de 47 todōfuken dans l'archipel, dont les noms et les limites sont restés quasiment inchangés depuis la restauration Meiji. Cependant, si ces unités d'autonomie locale semblent être restées inchangées, leurs caractéristiques politiques et sociales ont, au contraire, changé de façon spectaculaire depuis l'établissement de l'État centralisé de la période Meiji. 

5ezMjXWq9R-q_0Dx4_c1DcKkjHo.jpg

Le thème est traité dans l'article intitulé The Demographic Crisis and a New Meiji Restoration (73-78) de Stephen R. Nagy et est d'une actualité brûlante. Il y aborde la question du vieillissement très rapide de la population au Japon, une situation qui crée d'énormes problèmes sociaux et, surtout, économiques. Résoudre ce problème, même si une véritable solution ne semble pas avoir été trouvée par les dirigeants du pays, est d'une importance vitale. Par exemple, on tente de "remplacer" les gens par des robots - l'automate a toujours été un élément de grande fascination dans cette culture - pour certains emplois sociaux, bien que cela semble un remède plus proche de la science-fiction que de la vie réelle. 

L'urgence démographique a incité le Parlement à adopter des politiques économiques, sécuritaires, migratoires et culturelles qui promettent de changer le visage du pays, même si dans le cœur des Japonais, à chaque grand changement, ils espèrent rester les mêmes. 

couple-agée.jpg

Un thème que très peu de gens connaissent, et que presque aucun japonologue italien n'est coupable d'aborder, est celui que l'on trouve dans l'article de Ian Neary : Burakumin, the last ones will remain last (83-87), où il raconte la discrimination à l'égard des membres de la caste des exclus (en particulier les descendants des tanneurs de cuir), une forme de "racisme interne" qui révèle l'obsession toute japonaise de la pureté du sang. En fait, il existe même au Japon des agences d'enquête spéciales qui recherchent le passé des gens pour empêcher les mariages "mixtes". Toutefois, il convient de mentionner qu'en décembre 2016, la Diète (le Parlement japonais) a adopté une loi visant à promouvoir l'élimination de la discrimination à l'égard des burakumin (un terme que l'on peut traduire par "gens du village" ou "gens du canton"). C'est la première fois qu'un texte législatif fait référence à la ghettoïsation des communautés buraku. 

Burakumin.jpg

Peu de pays ont lié leur histoire nationale à celle de leur marine autant que le Japon au cours des deux cents dernières années, comme nous le raconte Alberto de Sanctis dans son article : La rinascita della flotta nipponica nel nome delle antiche glorie (97-105). Au cours des quelques décennies entre les XIXe et XXe siècles, la flotte de combat japonaise (海軍, kaigun) a connu une croissance rapide et exponentielle qui lui a permis de jouer un rôle crucial dans l'histoire de l'Asie. Pendant des décennies, symbole incontesté du pouvoir impérial, la marine japonaise a contribué à faire du pays l'une des plus grandes puissances militaires de la première moitié du XXe siècle. 

Japan-South-Korea-Rising-Sun-Flag-Conflict-003.jpg

Il était bien sûr inévitable que la question de l'abdication prochaine du roi Akihito, prévue en 2019, soit abordée. Hosaka Yuji le fait dans : Le visage humain de l'empereur (121-125). Cet événement rappelle, bien qu'à distance, l'abdication du pape Benoît XVI le 28 février 2013, et fait prendre conscience au monde entier de la fragilité embarrassante, pour les Japonais, d'un souverain que, malgré les événements constitutionnels de la Seconde Guerre mondiale, beaucoup dans l'Archipel n'ont jamais cessé de considérer comme divin. De plus, étant donné que le système actuel de l'empereur-symbole n'envisage pas un tel cas, la population japonaise a réagi avec une grande consternation à la décision de l'empereur (Tennō) d'abandonner essentiellement son rôle pour des problèmes personnels, comme si la nature humaine et divine de Tennō pouvait être séparée.

BELGAIMAGE-129150357.jpg

Enfin, si nous pensons à l'évolution du scénario politique de l'Extrême-Orient, il est très utile d'avoir abordé l'occupation japonaise (de 1910 à 1945) de la péninsule coréenne ; un épisode colonial qui a vu les Japonais commettre parfois de véritables crimes, notamment le phénomène des femmes dites de réconfort : de jeunes Coréennes contraintes de satisfaire les besoins sexuels de l'armée impériale. Une blessure, comme le raconte Antonio Fiori dans son article: Le détroit de Corée est toujours plus large (227-234), qui continue de peser sur les relations entre Tōkyō et la Corée du Sud, tandis qu'à l'opposé, l'enlèvement jamais élucidé de citoyens japonais par des agents de Pyongyang crée toujours des tensions. À cet égard, en Occident également, le cas de Yokota Megumi, qui a été enlevée par des agents infiltrés par la Corée du Nord, en novembre 1977, et n'est jamais rentrée chez elle, a fait la une des journaux. A ce sujet, le texte du journaliste Antonio Moscatello a été récemment publié : MEGUMI. Histoires d'enlèvements et d'espions de Corée du Nord (Naples, Rogiosi, 2017).

Le Japon ne fait pas de révolution, mais renaît !

41voLvOoGlL._SX306_BO1,204,203,200_.jpgEn résumé, nous pouvons constater qu'il y a de nombreuses cartes et graphiques dans cet intéressant numéro de Limes, comme pour réitérer la primauté de la géographie sur la philosophie politique si chère à Haushofer lui-même. Ce n'est pas pour rien qu'il est à l'origine de la création de l'école géopolitique japonaise, qui a fortement orienté les choix du gouvernement pendant la période du militarisme. Certains des principes fondateurs du Nippon Chiseigaku (chi/terre [地], sei/politique [政], gaku/étude [学]) visaient à dénoncer la "brutalité des Blancs", dont Julius Evola fut le premier à parler dans son article, comme toujours prophétique: Oracca all'Asia. Il tramonto dell'Oriente (initialement publié dans Il Nazionale, II, 41, 8 octobre 1950 et maintenant inclus dans Julius Evola, Fascismo Giappone Zen. Scritti sull'Oriente 1927 - 1975, Riccardo Rosati [ed.], Rome, Pages, 2016). Pour les Japonais, leur expansion imparable en Asie était une "guerre de libération de la domination coloniale blanche" (23). Et, comme le rapporte à juste titre l'Editorial cité ici, l'apport de la pensée de Haushofer a été d'une énorme importance dans la structuration d'une haute idée de l'impérialisme japonais: "Le pan-continentalisme de l'école haushoferienne a contribué à structurer le projet de la Grande Asie orientale [...]" (26).

Le " Japon profond " dont on parle parfois n'est pas aussi connu qu'on le croit. Elle a été, et est encore, un noyau, essentiellement familier, au sommet duquel se dresse la figure du Souverain. L'américanisme de l'après-guerre a affaibli cette structure sociale exceptionnelle, exclusivement japonaise. Ce phénomène dissuasif de colonisation culturelle a été partiellement stoppé par la tragédie naturelle qui a frappé la région du Tōhoku le 11 mars 2011. Cet événement malheureux a cependant permis la renaissance du kizuna (絆, "lien"), recompactant toute une nation, alors hébétée par une aliénation de l'individu qui a atteint son apogée avec le phénomène des Hikikomori (引き篭り, littéralement: "ceux qui restent entre eux"), les jeunes qui s'enferment chez eux pendant des années, vivant une réalité faite uniquement d'Internet et de télévision, refusant tout contact direct avec les autres (à ce sujet, nous vous recommandons la série animée intelligente: Welcome to the N. H.K. [24 épisodes, 2006], réalisé par Yamamoto Yūsuke).

nhk-ni-youkoso_t33581_18.jpgAujourd'hui, c'est un devoir pour un japonologue qui n'est pas esclave du globalisme de parler d'un Japon très différent, peut-être même meilleur et plus fort que celui que nous aimions quand nous étions enfants, puisqu'il est redevenu un Pays/Peuple, ce dont nous, Italiens, ne parvenons jamais à comprendre l'importance. 

L'éditorial du Limes se termine par une sorte de provocation: "Parmi les survivances des anciennes gloires, le bushidō ne semble pas briller. Pour la tristesse, nous l'imaginons, des esprits samouraïs" (29); presque comme si nous voulions nous moquer de manière incompréhensible de l'héritage politique et moral du grand Mishima Yukio, encourageant ainsi ce "Japon perdant", auquel nous avons consacré il y a quelques années un volume spécialisé agile (voir Riccardo Rosati, Perdendo il Giappone, Roma, Armando Editore, 2005).  Nous ne pouvons certainement pas nous réjouir de cette position, car elle révèle précisément cette méconnaissance déjà stigmatisée du " Japon profond ". 

Il est nécessaire de réaliser que ce que certains dirigeants conservateurs de l'Archipel, comme Ozawa Ichirō, voulaient et veulent encore aujourd'hui, c'est un retour à un "Japon normal" (22). En effet, un message, pas trop voilé, que l'on peut voir courir sous la surface de cette publication, est que le "révisionnisme historique" au Japon a des racines vigoureuses et que l'Occident atlantiste, qui est un point de référence pour un magazine comme Limes, ne le voit pas d'un bon œil. Encore une fois, bien que nous soyons loin de ces positions, nous ne pouvons pas nier l'exactitude des données ; il suffit de rappeler une figure telle que l'homme politique et écrivain Ishihara Shintarō, qui était aussi un ami de Mishima, qui a toujours soutenu que le Massacre ou le Viol de Nankin, perpétré pendant les six semaines qui ont suivi l'occupation de la ville par les troupes japonaises en décembre 1937, n'était que le résultat de la propagande du gouvernement de Pékin.

L'éditorial confirme également que quelque chose est en train de renaître au Soleil Levant, qui fera peut-être reculer les mains de l'histoire: "D'où le caractère unique de la nation japonaise, qui change tout en restant elle-même. Capable de voir sans être vu. Offrir au "barbare" le visage commode (tatemae), pour lui-même garder la pensée intime, authentique (hon'ne). Garder l'harmonie (wa), le bien suprême" (8). Ceci dit, pour rappeler combien le lexique est aussi un élément géopolitique, nous pensons que le titre même de ce livre est conceptuellement incorrect, étant donné qu'associer ce pays au mot "révolution" est mystifiant, puisqu'il l'a toujours abhorré, voir la Restauration (ou Renouveau) Meiji de 1868. D'ailleurs, l'un des plus grands spécialistes du Japon au siècle dernier, l'Italien Fosco Maraini, ne pensait pas différemment de nous: "Le cas japonais est extraordinairement intéressant en ce qu'il offre un exemple classique d'imperméabilité obstinée aux interprétations marxistes, de transparence lumineuse aux interprétations wébériennes" (Fosco Maraini, Ore giapponesi, Milan, Corbaccio, 2000, p. 13).

* Merci à la collègue orientaliste Annarita Mavelli pour ses suggestions et sa révision du texte.

@barbadilloit
Riccardo Rosati

vendredi, 19 novembre 2021

Tadjikistan: douze ponts vers le passé

Image1-3.jpg

Tadjikistan: douze ponts vers le passé

Victor Dubovitsky

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/dvenadcat-mostov-v-proshloe

L'Asie centrale est bien consciente que la menace n'est pas tant la guerre (ici, la Russie, comme toujours, apportera son aide !) que le conflit civil croissant en Afghanistan, qui poussera des centaines de milliers, voire des millions, de réfugiés à quitter le pays. Et Dieu nous en préserve, s'il ne s'agit que de civils, pas de personnes désespérées coincées par des talibans armés...

Le survol du Tadjikistan et de l'Ouzbékistan par des dizaines d'avions de guerre et d'hélicoptères afghans du 15 au 17 août, ainsi que l'arrivée de milliers de soldats afghans "à pied et par voie terrestre", ont provoqué un sentiment de déjà-vu chez les témoins des événements survenus à la frontière il y a trente ans. En 1996, un millier et demi de soldats et d'officiers des forces gouvernementales vaincues par les talibans et dirigées par six (!) généraux de mouture soviétique se sont installés sur la rive droite du Panj. Ils ont été rapidement désarmés par le contingent des casques bleus du CST et renvoyés dans la province de Balkh, toujours sous le contrôle du président B. Rabbani, via l'Ouzbékistan.

Au moment de l'opération américaine "Liberté immuable" en Afghanistan en octobre 2001, le Tadjikistan avait déjà fait connaissance avec les réfugiés afghans : les ethnies tadjiks, ouzbeks et autres non-Pachtounes vivant dans les provinces septentrionales de Kunduz, Baglan et Takhar, ont ressenti la main lourde des talibans en 1998, et se sont déversées à la frontière du Panj. La situation a été sauvée par les gardes-frontières russes, qui ont surveillé (ou plutôt protégé) les frontières séparant le pays d'Asie centrale de l'Émirat islamique d'Afghanistan et ont trouvé un lieu pour abriter les migrants forcés sur les îles dans le "no man's land" au milieu du fleuve. Ici, en coopération avec le ministère tadjik des situations d'urgence, des camps de tentes ont été installés et environ six mille personnes ont reçu de la nourriture et des soins médicaux. La Croix-Rouge et l'ONU ont participé à leur approvisionnement. La situation a été sauvée par l'offensive réussie de l'Alliance du Nord, qui a débarrassé les provinces frontalières du nord des talibans pendant une longue période. Les réfugiés ont pu rentrer chez eux.

putin-warns-against-radical-islam-spillover-from-afghanistan.jpg

Cependant, l'Alliance du Nord a rapidement subi une défaite après l'autre et, en octobre 2001, elle ne contrôlait plus que 5 % des régions montagneuses du nord-est de l'Afghanistan. La République du Tadjikistan a de nouveau accueilli des réfugiés, mais pas des habitants ordinaires des villages frontaliers, mais des familles des commandants de terrain du Nord du pays - environ 8000 femmes et enfants se sont installés à Douchanbé, Kulyab et Kurgan-Tyube. En outre, il existe plusieurs milliers d'entrepreneurs afghans qui ne se considèrent pas comme des réfugiés mais qui ne veulent pas non plus rentrer chez eux. C'est à eux que l'on doit d'avoir relié le Tadjikistan au système financier musulman international hawala: ses courtiers (dans les bazars Karvon et Sakhovat de Douchanbé, ainsi que dans le centre commercial Sadbarg) assuraient avec rapidité et fiabilité l'achat de voitures aux Émirats arabes, l'envoi d'argent de travailleurs migrants de Moscou et de Saint-Pétersbourg et des milliers d'autres services confidentiels !

Il est bon de rappeler ici que les lignes de démarcation actuelles du Panj et de l'Amu Darya ne sont devenues une frontière infranchissable qu'en 1934. De plus, cette barrière d'eau était poreuse dans les deux sens. De plus, ce front fluvial était poreux des deux côtés, tant pour les commerçants pacifiques et les cortèges de mariage que pour les réfugiés de "diverses adversités", qu'il s'agisse de famine ou de répression politique. Dans les années 1920, l'Afghanistan est devenu le foyer de centaines de milliers de ressortissants des pays d'Asie centrale en désaccord avec la domination soviétique. Lorsque l'Armée rouge est arrivée à Boukhara dans la première moitié des années 1920, quarante-quatre mille familles, soit plus de deux cent mille personnes, ou environ 25 % de la population du Tadjikistan, ont fui vers l'Afghanistan à partir des seules régions frontalières tadjikes, selon les documents officiels.

Quarante mille autres ont quitté les régions frontalières de l'Ouzbékistan pour l'Afghanistan. Un nombre similaire de Tadjiks, d'Ouzbeks et de Turkmènes (et de Caucasiens, de Russes et d'autres) ont fui vers l'Afghanistan entre 1925 et 1932 lors de la collectivisation, qui s'est accompagnée de l'émancipation des femmes et d'une lutte contre la religion. La plupart des émigrants (muhajirs) ont préféré ne pas s'enfoncer plus profondément dans l'Afghanistan et se sont installés le long de la frontière. De nombreux émigrants n'étaient pas pressés d'adopter la citoyenneté afghane, et attendaient la chute prochaine du régime soviétique. Cela a tenu en haleine les deux parties, afghane et soviétique. L'exode a fortement diminué au milieu des années 1930, lorsque les Soviétiques ont considérablement renforcé leur position dans la région et, surtout, ont fermé de manière sûre leurs frontières avec l'Afghanistan et d'autres voisins du sud. Depuis lors, la communauté d'immigrants dans les pays limitrophes de l'Asie centrale soviétique ne s'est plus reconstituée, et les liens avec la patrie Pori daryo ("au-delà de la rivière") ont cessé.

L'apparition de plus d'un demi-million de migrants - Tadjiks, Ouzbeks et Turkmènes - a eu un impact sur la démographie et les relations interethniques en Afghanistan, renforçant la position des Asiatiques centraux du nord (Shimoli) face aux Pachtounes du sud et de l'est. Elle a également contribué au développement économique, faisant du nord la partie la plus développée de l'Afghanistan, car les nouveaux arrivants ont apporté avec eux non seulement de nouveaux travailleurs mais aussi de meilleures compétences agricoles acquises pendant les années d'appartenance à l'Empire russe, ainsi que de nouvelles cultures.  L'Afghanistan, à son tour, a accepté volontiers les réfugiés des autres régions soviétisées d'Asie centrale. Les Turkmènes, en particulier, ont reçu 3,5 poods de blé par mois et 30 roupies par membre de la famille. Dans le même temps, les unités et les individus qui avaient franchi la frontière ont été désarmés. En 1922, la situation change et les réfugiés commencent à être considérés comme une ressource militaire et politique viable ; des armes leur sont rendues et des groupes de combat sont formés.
La fuite massive des Tadjiks vers le nord de l'Afghanistan pendant la guerre civile de 1992-1997 nous est plus familière. Selon diverses sources, entre cinquante et soixante-dix mille personnes ont fui la vallée du Vakhsh pour rejoindre les provinces de Balkh, Kunduz, Takhar et Badakhshan. Ils ont été utilisés par l'opposition tadjike pour former leurs groupes militants et être transférés sur le territoire du Tadjikistan.

Grâce à la mission de l'ONU au Tadjikistan, quelque quarante-sept mille personnes sont rentrées chez elles. On ne sait pas encore combien se sont "dispersés" en Afghanistan et au Pakistan. Apparemment, ce sont eux et leurs descendants qui sont maintenant devenus une ressource de mobilisation pour le groupe Ansorullah dirigé par un Tadjik de souche, Mahdi Arsalon (Muhammad Sharipov), qui a proclamé à plusieurs reprises son intention de construire un califat dans sa patrie sur le modèle de l'Afghanistan. C'est cette armée que les talibans ont maintenant chargé de protéger la frontière avec le Tadjikistan.

Fin octobre 2021, le nombre total de réfugiés afghans, ou plutôt de Tadjiks, d'Ouzbeks, de Turkmènes et d'autres "non-Pachtounes", dépassait les quinze mille, et il continue de croître rapidement : selon les gardes-frontières tadjiks, 500 à 600 personnes tentent de franchir la frontière chaque jour. Beaucoup y parviennent. En cas de guerre civile à grande échelle dans le nord de l'Afghanistan, un chiffre de cent à cent cinquante mille personnes est tout à fait prévisible pour le Tadjikistan. Il est clair que ni les voisins de la république ni la Russie n'accepteront de partager ce fardeau. Dans certains scénarios, on ne peut que supposer que l'Ouzbékistan accepterait d'accueillir des réfugiés d'origine ouzbèke.

Dans une période d'euphorie au début d'"Enduring Freedom", le Tadjikistan a construit douze ponts sur le Panj-Amu Darya (d'Ishkashim au Lower Panj) vers l'Afghanistan voisin avec l'argent américain. Ce projet logistique grandiose a été conçu dans la république montagneuse comme un moyen de renouer des liens avec des compatriotes brisés par le régime soviétique et de briser le blocus des transports par l'Ouzbékistan et le Kirghizstan, à la frontière desquels se déroulent des conflits permanents. Aujourd'hui, les "ponts de l'amitié" sont hérissés de troncs et de barbelés des deux côtés. ....

mercredi, 17 novembre 2021

Les Américains nous visent tous : l'alliance eurasienne doit être renforcée

russia-eurasia-map.jpg

Les Américains nous visent tous : l'alliance eurasienne doit être renforcée

Leonid Savin

Source : https://www.geopolitica.ru/it/article/gli-americani-ci-prendono-tutti-di-mira-lalleanza-eurasiatica-deve-essere-rafforzata

Au cours de la dernière décennie, le rapprochement croissant entre la Turquie et la Russie a déclenché un vaste débat sur l'émergence d'un monde multipolaire dans les grands médias occidentaux. C'est pourquoi, afin de bien comprendre la dynamique du débat actuel, le juriste et journaliste turc de renom Ali Göçmen a interrogé l'expert politique russe et chef adjoint du Mouvement international Eurasia, le Dr Leonid Savin.

Ali Göçmen : Bonjour M. Savin, je voudrais tout d'abord commencer par une question sur l'évolution de la situation en Afghanistan. S'exprimant devant le Congrès américain le 7 novembre 2007, le nouveau président français, Nicolas Sarkozy, a déclaré : "La France restera en Afghanistan aussi longtemps que nécessaire parce que ce qui est en jeu là-bas, ce sont nos valeurs et les valeurs de l'Alliance atlantique. Je le dis sérieusement devant vous : l'échec n'est pas une option". Dans le contexte de cette conversation, peut-on dire que non seulement l'Amérique, mais aussi les valeurs atlantiques ont été perdues en Afghanistan ?

Leonid Savin : Absolument. Cela s'est également reflété dans les discours de plusieurs politiciens américains. Les valeurs comptent, certes. Et c'est là l'échec du libéralisme occidental, non seulement en Afghanistan mais aussi sur la scène mondiale. Mais c'est aussi un manque de confiance dans l'Occident. Même les partenaires des États-Unis ont commencé à discuter de la manière de modifier les relations avec Washington à l'avenir en raison de son comportement en Afghanistan. La frustration suscitée par la création de l'AUKUS et la décision de la France d'annuler le contrat portant sur les sous-marins australiens est un autre signe des problèmes de confiance au sein de la communauté transatlantique.

La Turquie en tant que leader et décideur régional

Ali Göçmen : Vous dites depuis longtemps que l'ordre mondial unipolaire est arrivé à son terme. De nombreux analystes affirment que le retrait américain d'Afghanistan est une proclamation symbolique d'un monde multipolaire. Le monologue est maintenant terminé et le nombre d'intervenants augmente. Quel rôle la Turquie peut-elle jouer en tant que pôle important, notamment dans le monde islamique, dans la nouvelle période ?

Leonid Savin : La Turquie s'est déjà déclarée leader et décideur régional. Toutefois, il subsiste quelques tensions avec les pays arabes et les réactions négatives de certaines forces à la présence turque en Syrie et en Irak. Les États-Unis comprennent les vulnérabilités de la Turquie, telles que la question kurde, et sont susceptibles de manipuler ce facteur pour leurs propres intérêts dans la région. L'Iran est également une puissance émergente avec un agenda spécifique et Ankara (surtout à cause de l'Azerbaïdjan) devra coordonner ses activités avec Téhéran. De notre point de vue, la Turquie peut être l'un des centres du nouvel ordre mondial polycentrique et un défenseur des valeurs traditionnelles. Il est très positif que la Turquie ait rompu certains des accords pro-occidentaux qui constituent des bombes à retardement pour la société turque. Mais la Russie, la Chine, etc. en Eurasie, devraient avoir de bonnes relations pragmatiques avec d'autres centres de pouvoir comme la Turquie.

Ali Göçmen : Début septembre, le philosophe russe Alexandre Douguine a écrit un article intitulé "La fin du monde unipolaire au lieu de la fin de l'histoire": "Selon certaines rumeurs, l'administration Biden prévoit d'utiliser des extrémistes contre la Chine et la Russie, libérant ainsi les mains des talibans (considérés comme une organisation terroriste interdite en Russie)", écrit Douguine dans son article. Pensez-vous que cela soit possible ?

Leonid Savin : Ils provoquent et attaquent la Russie à chaque fois et continueront à le faire à l'avenir. [Nous devons combattre la pression exercée par l'Occident sur Moscou par d'autres moyens que la désinformation, les opérations spéciales, la guerre par procuration (où le terrorisme est utile), les lois, les sanctions, la diplomatie préventive...]. Et pas seulement à Moscou. N'oublions pas que certaines sanctions ont également été imposées par les États-Unis et leurs alliés à la Turquie ! Cependant, l'Afghanistan a un impact sur certains pays d'Asie centrale dans le domaine des intérêts russes. Moscou doit donc réagir là aussi. Et la Russie est prête.

En Syrie : les mesures à prendre

Ali Göçmen : Comme je l'ai dit, au début du mois de septembre, le philosophe russe Alexandre Douguine a écrit un article intitulé "La fin du monde unipolaire au lieu de la fin de l'histoire". Bien qu'il y ait eu quelques désaccords au cours de l'histoire, la Russie et la Turquie sont fondamentalement des amis proches. Récemment, ces relations amicales se sont encore renforcées. Enfin, les efforts désintéressés des pilotes russes lors des grands incendies de forêt du mois d'août ont été accueillis avec gratitude par la nation turque. La tension actuelle entre la Turquie et la Russie se concentre sur la Syrie. Comment la Turquie et la Russie, les deux acteurs importants du monde multipolaire, peuvent-ils surmonter la crise en Syrie ?

Leonid Savin : Le fait est que la Russie a été invitée en Syrie par le gouvernement légal. Et après dix ans de conflit, le gouvernement syrien est toujours au pouvoir. La présence russe était fixée par des traités. D'un point de vue rationnel, le soutien continu de la Turquie aux groupes militants aura l'effet inverse. Les tensions se situent maintenant autour de la province syrienne d'Idlib. Les Kurdes sont aussi là. La situation est complexe. Mais la Turquie a entamé le processus de normalisation avec les pays arabes et nous en voyons les fruits. Par exemple, l'activité d'opposition des médias égyptiens est désormais interdite en Turquie. Le même processus est requis pour la Syrie. Et la Russie accueillera toujours favorablement de telles mesures.

Ali Göçmen : Je veux maintenant parler de la politique eurasienne. L'idéal de l'eurasisme n'est pas seulement une question de relations internationales, il a pour base une forte philosophie. Nous le savons. L'un d'eux est la préservation de la famille et des valeurs traditionnelles pour la réhabilitation des institutions sociales corrompues par l'hégémonie libérale. Que peut-on faire pour raviver la tradition dans un monde multipolaire ? Par exemple, que pensez-vous du mariage gay, du féminisme radical, de la lutte contre l'euthanasie ?

Leonid Savin : Vous voyez, la plupart des problèmes liés à l'érosion de nos sociétés traditionnelles viennent de l'Occident. Les déviations existent dans toutes les sociétés. La question est de savoir comment y faire face. Dans les tribus amérindiennes des Amériques, l'homosexualité était définie comme la faute de la coordination du corps et de l'âme. Si le corps est mauvais, le comportement pervers commence dans l'âme (avec le sexe opposé). Il s'agit donc de spiritualité. On peut trouver des réponses à ces questions dans les religions car elles concernent Dieu, l'éternité, notre destin et les ennemis spirituels tels que les démons. Il n'y a pas de réponses à ces questions dans la culture occidentale matérielle, la psychanalyse seule est destructrice. C'est pourquoi ces activités sont exaltées politiquement en Occident. Le fondement spirituel est détruit, les problèmes s'amplifient. C'est pourquoi nous sommes dans le multiculturalisme, le transhumanisme, les LGBT, etc. Ils ont décidé de se convertir.

Le virus qui fuit vers la gauche

Ali Göçmen : Je voudrais vous faire part d'une anecdote qui est restée gravée dans ma mémoire : le clocher d'une église de village figurait en arrière-plan sur les affiches électorales de Mitterrand, l'ancien président de la France... Cela signifie : "Je suis français, pas américain. On est en France, pas à Disneyland ! Je suis dans l'ère classique de la maçonnerie de pierre, pas des tours d'acier". Mitterrand était un socialiste. Mais aujourd'hui, à gauche, les partis socialistes mettent les bannières LGBT derrière eux. Pensez-vous qu'une orientation de gauche nationale et traditionnelle soit possible dans un monde multipolaire ?

Leonid Savin : L'idée la plus forte au sein des organisations et des partis de gauche était la justice. Mais la justice n'est pas le monopole de la gauche. Elle est au cœur des deux principales religions du monde, le christianisme et l'islam. Il est intéressant de constater que certains partis socialistes utilisent le christianisme à des fins politiques (comme au Venezuela sous Hugo Chávez ou en Amérique latine en général, où est née la doctrine catholique de la théologie de la libération). Mais l'application des perversions homosexuelles et autres à la politique de gauche leur semble également dévastatrice. De plus, l'école néo-marxiste de Francfort, développée avec le soutien de la CIA, a une forte influence en tant qu'attaque idéologique contre l'Union soviétique. Le vieux poison est toujours efficace même après que la cible ait été éliminée il y a plusieurs décennies. Parallèlement, Karl Marx a utilisé les idées d'Adam Smith dans son "Capital", de sorte que les idées de la gauche y trouvent leurs racines. Bien sûr, nous devons adapter notre approche à la vision économique et réorganiser nos théories. L'économie ne peut être une fin en soi, elle est une sorte d'environnement, un processus de construction d'une maison dans nos cultures. J'ai d'ailleurs attiré l'attention sur ce problème dans mon livre Ordo Pluriversalis : Revival of the Multipolar world order, qui traite du lien entre les différentes religions et les modèles économiques.

Ali Göçmen : J'espère que votre livre sera traduit en turc et qu'il rencontrera bientôt des lecteurs turcs. Merci pour votre temps, M. Savin.

*****************************************************

Article original de Leonid Savin :

https://www.geopolitica.ru/en/article/usa-targeting-us-all-eurasian-alliance-must-be-strengthened

Traduction par Costantino Ceoldo

 

mardi, 16 novembre 2021

Carl Schmitt en Chine

icono-article-58-1.jpg

Carl Schmitt en Chine

Le livre de Jan-Werner Müller, A Dangerous Mind : Carl Schmitt in Post-War European Thought, en traduction chinoise.

par Flora Sapiová

Ex: https://deliandiver.org/2017/08/carl-schmitt-v-cine.html

Les idées de Carl Schmitt (1888-1985), connu sous le nom de "juriste de la couronne du Troisième Reich" (Kronjurist), jouissent d'une immense popularité auprès des intellectuels chinois depuis le début du 21ème siècle. Le travail d'universitaires de premier plan comme Liu Xiaofeng 刘小枫, Gan Yang 甘阳 et Wang Shaoguang 王绍光 sur la diffusion des idées de Schmitt, ainsi que le fait que ses théories sur l'État contribuent à légitimer le régime de parti unique, ont rendu le discours "schmittien" à la fois à la mode et rentable en Chine (les politiques habituellement strictes des censeurs ne touchent que légèrement aux articles et aux livres inspirés par Schmitt).

Schmitt a rejoint le NSDAP en 1933, lorsque Adolf Hitler est devenu chancelier du Troisième Reich, et a participé avec enthousiasme aux purges des Juifs et de l'influence juive dans la vie publique allemande. Antilibéral et antisémite, Schmitt était un ardent partisan d'un gouvernement national-socialiste et aspirait à devenir le théoricien officiel du droit du Troisième Reich. Vers la fin de 1936, cependant, il est accusé d'opportunisme et de récidive catholique dans un article du journal officiel SS Das Schwarze Korps. Malgré la main protectrice de Hermann Göring, il doit renoncer à ses grandes ambitions et se concentrer sur l'écriture et l'enseignement.

Dans le milieu universitaire euro-américain, la vision pragmatique de la politique de Schmitt a été sévèrement critiquée. Les penseurs de gauche sont ambivalents quant à son héritage - en effet, malgré le léger arrière-goût de son passé nazi, il reste populaire parmi les théoriciens universitaires. En dépit des lacunes des idées de Schmitt, ils reconnaissent la perspicacité de son analyse et étudient son œuvre pour sa compréhension des manquements de la politique libérale, qu'ils ne font eux-mêmes que critiquer de manière impuissante depuis les confins confortables et forcés de la Realpolitik gouvernementale contemporaine.

La réception chinoise de la pensée de Schmitt pourrait être décrite comme beaucoup plus simple ; en effet, même Adolf Hitler a joui d'une certaine popularité incontestée en Chine après la mort de Mao. Les théoriciens chinois (continentaux) cherchant à consolider le système de parti unique ont trouvé dans l'œuvre de Schmitt des arguments utiles pour renforcer à la fois le rôle de l'État et la position du chef souverain (ou démiurge chinois) dans le maintien de l'unité et de l'ordre national.

Les disciples intellectuels chinois de Schmitt ont jusqu'à présent quelque peu négligé certains des concepts clés de son œuvre qui conviendraient aux ambitions d'un parti d'État dirigé par le timonier Xi Jinping. Nous pensons ici en particulier aux vues de Schmitt sur le Großraum (Grand Espace) ou la sphère d'influence. Le Großraum de Schmitt - inspiré par son interprétation de la doctrine Monroe promue par les Américains dans le but d'asseoir leur hégémonie sans entrave sur le Nouveau Monde - était destiné à justifier les ambitions de l'Empire allemand en Europe et à légitimer sa domination. Avec l'initiative de la Chine vers la création d'une Communauté de destin partagé 命运共同体 en Asie et dans le Pacifique (voir notre Annuaire 2014 sur ce sujet), la notion de sphères d'influence a retrouvé les faveurs de certains théoriciens des relations internationales. À titre d'exemple, considérons l'analyse de l'Australien Michael Wesley dans Restless Continent : Wealth, Rivalry and Asia's New Geopolitics (Black Inc., 2015).

91GtsImpjrL.jpg

Dans le cadre de son travail au Centre australien sur la Chine dans le monde, vers la fin de l'année, la juriste Flora Sapiovà a organisé un séminaire sur Schmitt en Chine. Elle a eu la gentillesse d'accéder à notre demande et a rédigé l'essai suivant sur cette importante évolution "étatiste" de la culture intellectuelle chinoise pour The China Story.

Flora Sapiovà est chargée de mission au Centre australien pour la Chine et le monde. Ses travaux portent sur le droit pénal et la philosophie du droit. Elle a écrit Sovereign Power and the Law in China (Brill, 2010) ; et a coédité The Politics of Law and Stability in China (Edward Elgar, 2014) ; et Detention and its Reforms in China (Ashgate, 2016) - Éditeurs.

___________________

    Nous avons établi la forme idéale (eidos),
    que nous considérons comme le but (telos),
    et nous le faisons,
    afin de les réaliser. (1)

L'intellectuelle schmittienne aime jouer à la roulette russe avec une innovation intéressante : elle croit qu'il y a une balle dans le barillet du revolver, mais elle sait aussi que ce n'est pas forcément le cas. Le seul à connaître réellement la vérité est le Souverain, une figure dont l'intellectuel ne peut percevoir la profondeur de la volonté. Le Souverain décide qui joue le jeu et combien de fois. Si la schmittienne refuse une offre qui ne l'est pas, elle sera déclarée ennemie et abattue. Si l'on considère à quel point ce brouillage intellectuel - maquillé en attitude - oblige à se soumettre à tout moment aux diktats du Souverain, on peut se demander pourquoi plusieurs intellectuels chinois de premier plan ont choisi le professeur Carl Schmitt, le juriste suprême du Troisième Reich, comme saint patron intellectuel.

La poursuite des rêves de richesse et de pouvoir fait partie intégrante de l'histoire et de la vie intellectuelle de la Chine depuis la fin du 19ème siècle. Les rêves de la Chine, qu'il s'agisse de ceux du Mouvement du Quatrième Mai (1919) ou des visions qui ont enflammé l'imagination du chef du Parti, de l'État et de l'armée, Xi Jinping, près d'un siècle plus tard, sont ancrés dans la conviction que la Chine était dotée d'une essence nationale distinctive : 国粹. Elle est à la Chine ce que l'âme est à l'homme. Et tout comme l'homme (religieux) cherche à monter au ciel en cultivant et en purifiant son âme, la Chine ne peut acquérir richesse et puissance que si son essence nationale est renforcée et purifiée des influences polluantes. Le mouvement des Nouvelles Lumières qui a émergé du dégel politique de la fin des années 1970 a accusé le traditionalisme et le féodalisme d'être à l'origine du retard de la Chine. Puis, dans les années 1980, les intellectuels chinois ont réfléchi à la manière de faire revivre le véritable caractère national de la Chine. Beaucoup voyaient la solution dans l'utilisation éclectique des valeurs, des théories et des modèles occidentaux (2). Après le massacre de Pékin en 1989, cependant, la fortune du mouvement s'est détournée et le sentiment nationaliste, en partie encouragé par l'État et en partie suscité par une réaction aux inégalités de la réforme du marché, a prévalu dans les années 1990. La réaction du public aux événements extérieurs a également joué un rôle.

Politische-Theologie_中文版.png

Comment distinguer un ami d'un ennemi

C'est dans le contexte de ces changements et développements rapides que nous devons donc évaluer l'obsession de la Chine pour Carl Schmitt (3). La réception de Carl Schmitt par les intellectuels chinois, dont beaucoup sont des membres influents de la Nouvelle Gauche, n'a été possible que grâce au travail acharné de l'influent universitaire Liu Xiaofeng 刘小枫 (qui enseigne à l'Université Renmin de Pékin), qui a traduit, commenté et promu les œuvres rassemblées de Schmitt. Titulaire d'un doctorat en théologie de l'université de Bâle, sa thèse préconisait de séparer le christianisme de ses dimensions "occidentales" et ecclésiastiques, afin que la pensée chrétienne puisse être traitée uniquement comme un objet de recherche universitaire. Ainsi conçue, la pensée chrétienne pourrait alors entrer en dialogue avec d'autres disciplines et contribuer, entre autres, à la modernisation de la société chinoise. Liu compare le développement du christianisme au développement des nations et de leur identité, en s'inspirant largement de Max Weber et de ses thèses dans Protestant Ethics and the Spirit of Capitalism, dont la traduction chinoise était à la fois très lue et influente dans les cercles intellectuels chinois dans les années 1980.

41cOPVfpdCL._SX326_BO1,204,203,200_.jpgSelon Liu, le christianisme s'est implanté en Chine sous une forme unique, indépendamment des efforts d'évangélisation des missionnaires occidentaux. Les débuts de la théologie chrétienne ont ainsi permis le développement d'un discours sino-chrétien visant à résoudre les "problèmes de la Chine" (4), en abordant des questions telles que le développement économique, la justice sociale, la stabilité et, surtout, la légitimité politique du gouvernement du Parti communiste.

Liu se décrit comme un "chrétien culturel", c'est-à-dire un chrétien sans affiliation religieuse : un chrétien qui étudie les arguments et les concepts théologiques pour le bien-être de sa nation. Avec une telle approche de la recherche, il n'est pas surprenant que Liu ait rapidement trouvé un penchant pour Carl Schmitt. Car selon lui, l'État a une origine théologique et doit être traité comme une entité de type divin s'il veut réussir à contenir le chaos et le désordre et assurer la sécurité et la prospérité du peuple. Schmitt suggère également que tous les concepts politiques modernes sont, au fond, enracinés dans la théologie. Le revers de la médaille est donc la possibilité de travailler avec la théologie comme une forme d'art politique (5). Liu a accepté très ouvertement les idées schmittiennes dès le début. Nous devrions également nous arrêter sur la facilité avec laquelle l'œuvre de Schmitt a trouvé un public enthousiaste en Chine. Contrairement au segment du monde intellectuel chinois qui s'inspire des modèles démocratiques libéraux occidentaux et qui, jusqu'à ce jour, souffre souvent de l'intervention de la censure, les partisans du clivage ami-ennemi de Schmitt et de sa critique de la démocratie parlementaire n'ont pas eu à faire face à des problèmes similaires.

En tant que catholique conservateur, Schmitt comprenait la politique (qu'il appelait, pour tenter d'en saisir l'essence, "le politique") comme étant ancrée dans la distinction ami/ennemi. Parmi les intellectuels chinois qui ont grandi entourés de la rhétorique marxiste (6), et donc familiers avec l'utilisation de la dyade ami-ennemi 敌我 aux fins de la politique post-maoïste (7), cette distinction fondamentale de Schmitt a eu une forte résonance. En effet, elle peut être utilisée pour délimiter n'importe quelle paire d'adversaires dès lors que l'on peut démontrer que les valeurs des deux parties sont si incommensurables qu'elles les amènent à tenter de détruire leur adversaire dans le but de préserver leur propre identité.

La distinction ami/ennemi est au cœur de la théorie politique et constitutionnelle de Schmitt, et elle est également à la base de sa critique de la démocratie parlementaire et des idées d'"état d'exception" et de souveraineté. Il a cherché à montrer que les démocraties libérales étaient piégées dans leurs fausses catégories politiques: en ignorant la distinction fondamentale entre ami et ennemi, elles risquaient de devenir des instruments de protection des intérêts de riches individus et de cliques qui utiliseraient ensuite l'État pour servir leurs propres intérêts au détriment du bien-être général. Selon Schmitt, les sociétés libérales font comme si le gouvernement et la nation étaient soumis aux diktats de normes juridiques fiables - mais ce faux-semblant se dissipe rapidement dès qu'un ennemi extérieur ou intérieur menace la nation et sa sécurité. Par conséquent, selon Schmitt, une dépendance excessive à l'égard des débats parlementaires et des procédures juridiques peut mettre le pays en danger de chaos en empêchant une action efficace et immédiate en réponse à une crise.

Selon Schmitt, la souveraineté ne réside pas dans l'État de droit, mais dans une personne ou une institution qui a le pouvoir de suspendre la loi afin de rétablir la normalité lorsqu'une crise grave éclate. Ainsi, un souverain ayant le pouvoir de déclarer l'état d'urgence (Ausnahmezustand) jouit d'une légitimité incontestable, qu'elle soit inscrite ici explicitement (c'est-à-dire dans la constitution) ou implicitement. Mais comment un pouvoir souverain opérant en dehors et au-dessus de la loi peut-il bénéficier d'une légitimité ? Ce pouvoir ne serait-il pas auto-renforcé et basé sur la violence pure ? Schmitt répond que la légitimité d'un tel pouvoir peut être défendue avec succès si l'on sépare les concepts de libéralisme et de démocratie. Pour lui, elles sont loin d'être identiques, et Schmitt décide d'élaborer sa propre définition de la démocratie.

Pour lui, un système politique basé sur l'opinion inconstante du peuple peut difficilement être légitime. Il a donc fait appel aux idées d'égalité et de volonté populaire (8). Pour Schmitt, l'égalité politique signifie une relation de "co-égalité" entre le gouvernant et le gouverné. Tant que les uns et les autres appartenaient au même groupe - ou étaient "amis" - avec une vision identique de l'ennemi, l'arrangement politique restait démocratique. Lorsque la volonté de la nation se reflétait dans les décisions du dirigeant, le peuple gouvernait selon cette métrique schmittienne. La volonté du peuple, ainsi conçue, n'avait pas besoin d'être façonnée ou exprimée par le suffrage universel: les demandes formulées en assemblée publique pour traduire la volonté du peuple étaient un instrument suffisamment efficace (9).

La définition éclectique que Schmitt donne de la volonté du peuple l'amène à considérer la démocratie comme une dictature démocratique. Cette façon de penser a fortement impressionné les intellectuels qui privilégiaient les solutions étatistes et nationalistes aux questions et problèmes politiques et internationaux (10).

Pourquoi Schmitt ?

Les raisons de la fascination des intellectuels chinois pour Carl Schmitt sont assez simples et directes. Les concepts interdépendants de "(la) division entre ami et ennemi", d'"état d'urgence" et de "décisionnisme" sont simples et exploitables. Ainsi, les concepteurs de programmes et leurs conseillers peuvent facilement les utiliser pour analyser la situation. Le langage de Schmitt peut également fournir un soutien théorique aux propositions de réforme, devenir une source d'inspiration ou fournir des briques imaginaires dans la construction d'arguments pro-étatiques dans les sciences politiques et les études constitutionnelles. En outre, la division schmittienne entre ami et ennemi complète et justifie bon nombre des interprétations nationalistes et exceptionnalistes de la culture qui ont récemment gagné en influence parmi les intellectuels chinois. S'il ne s'agit pas, bien sûr, d'un phénomène uniquement chinois, n'oublions pas non plus qu'ils contrastent fortement avec les aspects universalistes et internationalistes de la doctrine d'État du communisme chinois. L'argument central des schmittiens chinois est que le monde n'est pas une unité politiquement homogène, mais un plurivers dans lequel des systèmes politiques radicalement différents existent côte à côte dans une relation antagoniste. La Chine a donc non seulement le droit de suivre sa propre voie vers la puissance et la prospérité, mais elle doit surtout la trouver et la défendre.

Ce raisonnement des schmittiens chinois justifie la position de l'État-parti selon laquelle la démocratie parlementaire occidentale, une forme robuste d'État de droit, la société civile ou les valeurs et institutions du constitutionnalisme occidental ne conviennent pas à la Chine. Les thèses de Schmitt permettent aux partisans de ces positions d'affirmer que ces idées appartiennent à un cosmopolitisme libéral "étranger", finalement nuisible au mode de vie chinois. En 2013, un règlement d'État appelé "Document 9" a identifié ces idées comme une menace sérieuse pour le "domaine idéologique" de la Chine (11).

9782081228733.jpgLes idées de Carl Schmitt ont gagné en influence parmi les intellectuels chinois et il est souvent cité comme une autorité étrangère pour s'opposer au "libéralisme" et aux modèles occidentaux ou américains de développement économique et politique. Dans le discours intellectuel chinois, cependant, vous n'entendrez jamais la philosophie de Schmitt fondée sur le principe de la politique comme exclusion et même élimination physique de l'ennemi (si cela était jugé nécessaire pour atteindre un objectif idéologique). La distinction entre ami et ennemi encourage une forme implacable de pensée binaire. On a beau essayer de définir la catégorie de l'ami, il y a toujours une projection de son contraire. "Ami" prend un sens par la reconnaissance de ce que signifie "ennemi". On peut utiliser, comme Schmitt lui-même l'a souligné, toutes sortes de caractéristiques pour définir un "ami" : la religion, la langue, l'ethnicité, la culture, le statut social, l'idéologie, le sexe, et en fait tout ce qui peut devenir un élément essentiel d'une distinction donnée entre ami et ennemi.

La distinction ami/ennemi est une distinction publique : elle parle d'amitié et d'hostilité entre des groupes, et non des individus. (Il est toujours possible d'admirer en privé un membre d'un groupe ennemi). La délimitation de l'identité est toutefois assez souple, car une communauté politique se forme par l'identification partagée d'une menace présumée (13). En d'autres termes, une communauté n'acquiert un sens au sens d'un groupe membre (in-group) qu'en distinguant "ceux qui se tiennent à l'extérieur". De cette façon, la manière schmittienne de définir "le peuple" évite la nécessité d'une délimitation ou d'une définition juridique. "Le peuple" en tant que communauté politique au sens schmittien se préoccupe avant tout de savoir si une autre communauté politique (ou des individus capables de former une telle communauté) constitue une menace pour son propre mode de vie. Pour Schmitt, le clivage ami-ennemi est un clivage purement politique, et doit donc être entièrement dissocié de l'éthique (14). Puisque la préoccupation première est la survie du "groupe membre" en tant que "peuple" et communauté politique, les thèses de Schmitt suggèrent la possibilité de justifier l'élimination de l'ennemi comme une nécessité pratique (15). Les personnes qui se définissent comme des intellectuels schmittiens devraient donc noter que les arguments de Schmitt sont construits sur la notion de nécessité. Tant qu'il y a une cause qui doit être défendue, n'importe quel nombre de morts peut être justifié.

De plus, cette nécessité est fondée sur l'antagonisme. Toutes les idées de Schmitt sur la politique et le constitutionnalisme sont basées sur la division entre ami et ennemi. Mais c'est précisément la raison pour laquelle nombre des analyses les plus utiles de la politique et du constitutionnalisme chinois ont émergé de ses concepts. La vision de Schmitt du souverain, qui doit avoir la liberté d'intervenir à volonté pour le bien de l'ensemble du pays, correspond au "courant intellectuel étatiste" 国家主义思潮 dans le discours chinois, dont Wang Shan 王山 et Wang Xiaodong 王小东 ont été et restent les principaux représentants...

Ce mouvement a contribué à l'élaboration de l'argument autour de la signification de la "capacité de l'État". Dans leur ouvrage influent de 2001, les politologues Wang Shaoguang 王绍光 et Hu Angang 胡鞍钢 ont identifié la "capacité de l'État" comme la clé de la bonne gouvernance et de la politique. Ils ont critiqué les processus de décision démocratiques en mettant en évidence leurs concomitants défavorables. En effet, selon eux, ils s'accompagnent inévitablement de débats interminables qui entraînent des retards dans la mise en œuvre des mesures nécessaires, voire une paralysie politique et institutionnelle. Ils considèrent que la "capacité de l'État à mettre en œuvre sa volonté" est essentielle pour protéger le bien-être de la nation (16). Depuis lors, la défense de la "capacité de l'État" et de ses suppléments corollaires de contrôle social et de légitimité basée sur la performance comme alternative viable à la démocratie parlementaire est apparue dans de nombreuses publications universitaires chinoises.

Idées utiles et citables

Dans un ouvrage intitulé de manière provocante Quatre chapitres sur la démocratie (17), Wang Shaoguang rend un hommage tacite aux Quatre chapitres sur la doctrine de la souveraineté de Schmitt. Comme le juriste allemand, Wang rejette la démocratie représentative pour des raisons utilitaires et pragmatiques, affirmant que le système ne parvient pas à élever le niveau de bien-être de l'ensemble de la population. Dans l'esprit des arguments de Schmitt sur l'abus du parlementarisme par les groupes d'intérêt, Wang soutient que le suffrage universel fait le jeu des riches tout en poussant les pauvres dans le rôle de spectateurs passifs.

Wang avance également la notion de "peuple", basée sur la pensée de Schmitt, comme base de la démocratie responsable (responsive), puisque, selon lui, les pays ayant une grande capacité d'assimilation et de gouvernance (c'est-à-dire une nation unie sous un leader fort) ont également une meilleure qualité de démocratie. Une partie de la terminologie de Wang est basée sur le travail du théoricien politique démocratique Robert Dahl, mais le raisonnement soutenant la notion de démocratie responsable de Wang est similaire à celui de Schmitt (18).

L'argument de la "capacité de l'État" avancé par Wang, Hu et d'autres a été examiné de près par les sinologues occidentaux contemporains pendant plus d'une décennie. Il est régulièrement cité dans les publications universitaires sur l'économie chinoise, l'économie politique et l'administration publique.

Dans nombre de ces publications (en anglais et dans d'autres langues européennes), les auteurs attribuent à la doctrine de la "capacité de l'État" le mérite d'avoir permis à l'État chinois de prendre des mesures plus efficaces pour accélérer le développement économique du pays. La preuve de la réussite économique de la Chine a ensuite encouragé un certain nombre d'universitaires à aller jusqu'à déclarer que les gouvernements autoritaires peuvent atteindre la croissance économique avec une plus grande efficacité que les gouvernements démocratiques libéraux. Étonnamment, certaines de ces personnes sont également, selon leurs propres termes, "favorables à la transformation de la Chine en une société plus ouverte, fondée sur l'État de droit et les droits de l'homme" (19). Si, par société "plus ouverte", ils entendent plus de liberté dans le sens de la démocratie libérale, alors cet objectif est en contradiction avec leur argument selon lequel le système chinois de parti unique (communiste) doit être renforcé par une série de mesures (étatiques) de renforcement de ses capacités.

Les thèses de Schmitt ont également eu une influence non négligeable sur la théorie constitutionnelle chinoise. Après Mao, l'État à parti unique avait besoin - et dans une certaine mesure a toujours besoin - d'une ontologie politique typiquement chinoise. Cette façon de conceptualiser et de comprendre le monde doit impliquer un système politique bipartite (bipartisan) dans lequel un vaste appareil de parti existe à la fois à l'intérieur et à l'extérieur des normes juridiques et exerce son pouvoir souverain sur l'État. En outre, ce système d'État-parti doit être cohérent sur le plan interne: il doit être capable de s'auto-préserver dans la mesure où il ne perd pas sa légitimité aux yeux de la nation chinoise et à l'étranger. Les juristes chinois tels que Qiang Shigong 強世功, qui considèrent le droit constitutionnel dans cette perspective, ont commencé dans la première décennie de ce siècle à utiliser tout l'arsenal de la philosophie schmittienne pour défendre leurs vues. Le résultat a été la trinité des concepts d'"état d'exception", de "pouvoir constituant et constitué" et de "représentation politique par consensus général" (représentés par les termes "État, mouvement et peuple" utilisés par Schmitt dans son ouvrage de 1933, Staat, Bewegung, Volk), que ce courant d'universitaires a exaltés comme la véritable essence du droit chinois.

Dans le cas des citations directes, l'influence de Schmitt n'est pas contestée, mais certains intellectuels comme Cui Zhiyuan 崔之元 s'inspirent implicitement de ses idées dans leur théorisation de la politique et de la gouvernance chinoises. En effet, son influence peut être discernée assez clairement dans la perception de Cui de la Chine comme un "système constitutionnel mixte" de "trois niveaux politiques" (20). De même, la conception de Chen Ruihong 陈瑞洪 de "l'inconstitutionnalité vertueuse" (21); Han Yuhai 韩毓海 et sa doctrine du "constitutionnalisme dans un État prolétarien" (22); Hu Angang 胡鞍钢 rebaptisant le Politburo en "présidence collective" (23) ou le modèle 强世功 de Qiang Shigong de "souveraineté partagée sous la direction de l'État-parti" (24) peuvent être décrites comme les thèses phares des deux dernières décennies, basées sur la pensée de Schmitt. Bien que ces théories appartiennent à différents domaines de la recherche constitutionnelle chinoise (25), elles revêtent toutes uniformément le souverain schmittien dans l'habit de l'État-parti chinois. Plus précisément, chacune de ces théories défend la notion de représentation politique en liant le consensus à l'acceptation générale des diktats du parti étatique. D'une manière ou d'une autre, ils qualifient aussi uniformément "l'Occident" et ses institutions politiques et juridiques d'inappropriés pour la Chine.

La recherche juridique occidentale n'a pas encore abordé en profondeur ces arguments influents ou leurs implications juridiques et politiques. Mais certains chercheurs suggèrent que ces thèses pourraient être pertinentes pour la Chine. Par exemple, Randall Pereenboom a produit une analyse utile du système juridique chinois en tant que plurivers de différentes conceptions de l'état de droit (26). Michael Dowdle, issu des positions de la Nouvelle Gauche, soutient que la conception libérale du constitutionnalisme a des limites au-delà desquelles il est possible de légitimer l'Etat par d'autres moyens (27). Larry Catà Backer, quant à lui, a avancé l'idée que le Parti et l'Etat constituent une entité unitaire. Inspirée par les réalités des institutions chinoises, cette construction théorique permet un lien shuanggui 双规 juridiquement justifiable (28). D'une certaine manière, ces œuvres peuvent aussi être comprises comme une façon de verser du sel sur les blessures de nos propres contradictions. Si nous pouvons critiquer le système juridique chinois pour défendre un modèle idéalisé du système juridique occidental, nous ne pouvons pas éviter le droit chinois tel qu'il est débattu et tel qu'il existe en République populaire de Chine.

Certains intellectuels chinois ont remarqué que si leurs compatriotes aiment bien s'en prendre à l'Occident, ils ne comprennent plus pourquoi ils s'appuient sur un penseur politique allemand pour le faire (29). Si cette critique est valable, elle ne tient pas compte d'un problème plus général: les partisans des modèles et des concepts indigènes, les défenseurs de la "troisième voie" et les libéraux de type occidental ont tous refusé jusqu'à présent d'aborder leur propre préférence pour une logique qui appartient à la métaphysique occidentale plutôt qu'à la pensée chinoise indigène (le confucianisme ou d'autres formes de pensée dérivées de sources préchinoises). Selon cette logique occidentale, il faut créer un modèle idéal de la forme d'un système politique ou juridique, d'une société, ou même de toute autre chose, puis essayer de "faire entrer" la réalité dans ce modèle, souvent sans trop se soucier des conséquences.

D'une manière ou d'une autre, nous assistons, dans la recherche juridique chinoise, à la montée en puissance des concepts schmittiens par rapport aux concepts libéraux. Des modérés politiques comme He Baogang 何包钢 (30) ont tenté de concilier les arguments des deux camps en proposant, par exemple, que la Cour constitutionnelle ait le pouvoir de décider de ce qui constitue l'"état d'exception" qui sous-tend l'autorité absolue du souverain schmittien. Ces efforts, cependant, ne font qu'illustrer la faiblesse des positions libérales par rapport aux positions schmittiennes. Le professeur He illustre ainsi le dilemme et la difficulté de la tâche de ceux qui tentent de concilier des éléments du modèle démocratique libéral (comme l'indépendance de la branche judiciaire du gouvernement) avec les concessions de la formule ami-ennemi de Schmitt.

8B-q2V0_a9287IZUAw7p-D.jpg

Schmitt et Xi

Depuis l'accession de Xi Jinping au poste de chef suprême de l'État en novembre 2012, la distinction ami-ennemi si centrale dans la philosophie de Carl Schmitt a pris une importance accrue en Chine, tant dans la "théorie du parti" que dans la vie académique. La reprise sélective de la rhétorique de combat maoïste dans l'introduction de la nouvelle campagne d'éducation de masse le 18 juin 2013 peut nous servir de bon exemple de l'adaptation de la distinction ami-ennemi aux conditions du régime actuel de parti unique.

Pour voir les conséquences de la pensée de Schmitt, il ne faut pas oublier les raisons pour lesquelles il a mis l'accent sur la distinction ami-ennemi et la souveraineté absolue. Schmitt pensait que sa théorie garantirait le plus grand bien. Nous pouvons à juste titre qualifier sa philosophie de théologie politique, car elle était fondée sur le concept biblique de katekhon (du grec τὸ κατέχον, "ce qui retient" ou ὁ κατέχων "celui qui retient"), la puissance qui retient la venue de l'Antéchrist (31). Schmitt a fait entrer le katekhon dans le registre politique lorsqu'il l'a défini comme le pouvoir qui maintient le statu quo (32). Il peut être exercé par une institution (par exemple, un État-nation) ou par un souverain (qu'il s'agisse d'un dictateur ou d'un défenseur de la constitution). L'aboutissement logique de la croyance de Schmitt dans le katekhon était la fusion des idées religieuses et politiques. Pour lui, les forces opposées à une souveraineté donnée ne sont donc rien d'autre que des agents du mal et des ennemis qui sèment les graines du chaos et de la perturbation.  Protéger sa propre nation ou son propre souverain est donc devenu un devoir sacré et une voie de salut.

Nous pouvons être fondamentalement en désaccord avec les intellectuels chinois qui ont adopté une vision schmittienne du monde. Mais si nous voulons défendre le pluralisme intellectuel, nous devons accepter la liberté des personnes de choisir leur propre perspective. Par conséquent, la montée du discours schmittien chinois dans le monde universitaire élargit en fait la portée des arguments d'inspiration schmittienne des universitaires de gauche et de droite américains et européens.

Ajoutons qu'en Chine, comme ailleurs, les distinctions politiques entre la gauche et la droite ou entre la nouvelle gauche et les libéraux émergent et restent pour la plupart prisonnières d'un milieu partagé que l'on pourrait appeler, avec Schmitt, un paradigme politico-théologique commun. Les différences politiques ont un sens dans un environnement commun dans lequel les personnes acquièrent et développent leurs schémas mentaux, leur vocabulaire politique et tout l'univers des concepts nécessaires à la pensée politique. Grâce au paradigme politico-théologique du parti unique en République populaire de Chine, les intellectuels chinois doivent s'accrocher bon gré mal gré aux schémas mentaux, au vocabulaire et aux concepts que cet environnement a permis de faire émerger. Mais nous devons nous rappeler que les idées occidentales doivent également s'y adapter.

Le fait de vivre dans un pays qui a connu une forte augmentation de sa richesse matérielle et de sa puissance mondiale au cours des trois dernières décennies a conduit les intellectuels schmittiens en Chine à l'idée de combiner une philosophie dont les origines et le développement remontent à l'Allemagne de l'entre-deux-guerres avec les idées d'État qui ont commencé à se répandre en Chine dans les années 1980. Ce mélange de pensée schmittienne et d'"étatisme" est aujourd'hui très influent dans les cercles universitaires chinois, même si peu d'entre eux semblent s'inquiéter du potentiel destructeur de la philosophie de Schmitt.

Notes :

(1) François Jullien, Traité de l'efficacité : entre pensée occidentale et pensée chinoise, Honolulu : University of Hawai'i Press, 2004, p. 1.

(2) Sur le mouvement des Nouvelles Lumières, voir Xu Jilin, "The Fate of an Enlightenment - Twenty Years in the Chinese Intellectual Sphere (1978-1998)", dans Geremie R Barmé et Gloria Davies, East Asian History, no 20 (2000) : pp 169-186. De manière plus générale et critique, voir Zhang Xudong, ed, Whither China : Intellectual Politics in Contemporary China, Durham : Duke University Press, 2001, partie 1.

(3) L'étude de la philosophie européenne n'était pas une priorité du neuvième plan quinquennal de recherche en sciences sociales et en philosophie 国家哲学社会科学研究九五规划重大课题, qui couvrait la période 1996-2000 ; et le premier livre de Liu sur Carl Schmit, une critique de Carl Schmitt and Authoritarian Liberalism de Renato Cristi, date de 1997. Voir Liu Xiaofeng 刘小枫, 'Shimite gushide youpai jiangfa : quanwei ziyouzhyi?' 施米特故事的右派讲法: 权威自由主义 ? , 28 septembre 2005, en ligne : http://www.aisixiang.com/data/8911.html. Sur le neuvième plan quinquennal, voir Guojia Zhexue Shehui Kexue Yanjiu Jiuwu (1996-2000) Guihua Bangongshi 国家哲学社会科学研究九五 规划办公室, Guojia Zhexue Shehui Kexue Yanjiu Jiuwu (1996-2000) Guihua 国家哲学社会科学研究九五 (1996-2000) 规划, Beijing 北京 : Xuexi chubanshe 学习出版社, 1997.

(4) Liu Xiaofeng 刘小枫, 'Xiandai yujing zhongde hanyu jidu shenxue' 现代语境中的汉语基督神学, 2 avril 2010, en ligne : http://www.aisixiang.com/data/32790.html. Sur la théologie sino-chrétienne, voir également Yang Huiling et Daniel HN Yeung, eds, Sino-Christian Studies in China, Newcastle : Cambridge Scholars Press, 2006 ; Pan-chiu Lai et Jason Lam, eds, Sino-Christian Theology : A Theological Qua Cultural Movement in Contemporary China, Frankfurt am Main : Peter Lang, 2010 ; et Alexander Chow, Theosis, Sino-Christian Theology and the Second Chinese Enlightenment : Heaven and Humanity in Unity, New York : Peter Lang, 2013. Pour un commentaire du courant dominant sur l'influence de Carl Schmitt en Chine, voir Mark Lilla, " Reading Strauss in Beijing ", The New Republic, 17 décembre 2010, en ligne : http://www.newrepublic.com/article/magazine/79747/reading-leo-strauss-in-beijing-china-marx.

(5) Carl Schmitt, Théologie politique : quatre chapitres sur le concept de souveraineté, trans. George Schwab, Chicago : University of Chicago Press, 2005 p. 36.

(6) Mao Tse-tung, "On the Correct Handling of Contradictions Among the People", Selected Works of Chairman Mao Tsetung, Volume 5, édité par le Comité d'édition et de publication des œuvres du président Mao Tsetung, Comité central du Parti communiste chinois, Beijing : Foreign Language Press, 1977, pp. 348-421.

(7)  Pour une discussion de son utilisation dans le domaine de la politique de sécurité, voir Michael Dutton, Policing Chinese Politics : A History, Durham : Duke University Press, 2005.

(8) Carl Schmitt, Dictature : de l'origine du concept moderne de souveraineté à la lutte des classes prolétarienne, trad. Michael Hoelzl et Graham Ward, Cambridge : Polity Press, 2014.

(9) Carl Schmitt, La crise de la démocratie parlementaire, trans. Ellen Kennedy, Cambridge et Londres : MIT Press, 2000 ; et Carl Schmitt, Constitutional Theory, trans. Jeffrey Seitzer, Durham : Duke University Press, 2008.

(10) Sur les tendances intellectuelles étatistes et nationalistes, voir Xu Jilin 许纪霖, " Jin shinianlai Zhongguo guojiazhuyi sichaozhi pipan " 近十年来中国国家主义思潮之批判, 5 juillet 2011, en ligne : http://www.aisixiang.com/data/41945.html.

(11) "Communiqué sur l'état actuel de la sphère idéologique". A Notice from the Central Committee of the Communist Party of China's General Office", en ligne : http://www.chinafile.com/document-9-chinafile-translation.

(12) Comme la relation d'agonisme, où l'ennemi schmittien devient l'adversaire. Dans ce contexte, voir Chantal Mouffe, "On the Political. Londres et New York : Routledge, 2005.

(13) Carl Schmitt, Le concept du politique.

(14) Schmitt, Le concept du politique.

(15) Schmitt, Le concept du politique.

(16) Wang et Hu entendent par là : "le rapport entre le degré réel d'intervention que l'État est capable d'entreprendre et le degré d'intervention que l'État espère atteindre. Voir Wang Shaoguang et Hu Angang, The Chinese Economy in Crisis : State Capacity and Tax Reform, New York : ME Sharpe, 2001, p. 190.

(17) Wang Shaoguang 王绍光, Minzhu sijiang 民主四讲, Beijing 北京 : Sanlian shudian 三联书店, 2008.

(18) Wang Shaoguang, 'The Problem of State Weakness', Journal of Democracy 14.1 (2003) : 36-42. Par le même auteur, voir "Democracy and State Effectiveness", dans Natalia Dinello et Vladimir Popov, eds, Political Institutions and Development : failed expectations and renewal hopes, Londres : Edward Elgar, 2007, pp.140-167.

(19) "Dialogue UE-Chine sur les droits de l'homme", disponible en ligne à l'adresse suivante : http://eeas.europa.eu/delegations/china/eu_china/political_relations/humain_rights_dialogue/index_en.htm.

(20) Cui Zhiyuan 崔之元, "A Mixed Constitution and a Tri-level Analysis of Chinese Politics" 混合宪法与对中国政治的三层分析, 25 mars 2008, en ligne à l'adresse : http://www.aisixiang.com/data/18117.html.

(21) Chen Ruihong 陈瑞洪, 'Une coupe du monde pour les études de droit constitutionnel : A Dialogue between Political and Constitutional Scholars on Constitutional Power' 宪法学的知识界碑 - 政治学者和宪法学者关于制宪权的对话, 5 octobre 2010, en ligne : http://www. aisixiang.com/data/36400.html ; et aussi Xianfa yu zhuquan 宪法与主权, Beijing 北京 : Falü chubanshe 法律出版社, 2007.

(22) Han Yuhai 韩毓海, " La Constitution et l'État prolétarien " 宪政与无产阶级国家 en ligne.

(23) Hu Angang, La présidence collective de la Chine, New York : Springer, 2014.

(24) Qiang Shigong 强世功, "The Unwritten Constitution in China's Constitution" 中国宪法中的不成文宪法, 19 juin 2010, en ligne : http://www.aisixiang.com/data/related-34372.html.

(25) Voir également le numéro spécial "The Basis for the Legitimacy of the Chinese Political System : Whence and Whither ? Dialogues entre universitaires occidentaux et chinois VII', Chine moderne, vol. 40, n° 2 (mars 2014).

(26) Randall Peerenboom, China's Long March Towards the Rule of Law, Cambridge : Cambridge University Press, 2002.

(27) Michael Dowdle, " Constitutional Listening ", Chicago Kent Law Review, vol. 88, no 1, (2012-2013) : p. 115-156.

(28) Larry Catá Backer et Keren Wang, " The Emerging Structures of Socialist Constitutionalism with Chinese Characteristics : Extra Judicial Detention (Laojiao and Shuanggui) and the Chinese Constitutional Order ", Pacific Rim Law and Policy Journal, vol. 23, no. 2 (2014) : pp. 251-341.

(29) Liu Yu 刘瑜, 'Have you read your Schmitt today?' 你今天施密特了吗?, Caijing, 30 août 2010, en ligne : https://web.archive.org/web/20170725205823/http://blog.caijing.com.cn:80/expert_article-151338-10488.shtml option=com_content&view=article&id=189:2010-10-08-21-43-05&catid=29:works&Itemid=69&lang=fr

(30) He Baogang 何包钢, 'In Defence of Procedure : a liberal's critique of Carl Schmitt's theory of exception' 保卫程序 一个自由主义者对卡尔施密特例外理论的批评, 26 décembre 2003, en ligne :

(31) Nouveau Testament 2, Thessaloniciens 2 : 3-8 : Ne vous laissez tromper par personne, car cela n'arrivera pas avant qu'il y ait rébellion contre Dieu et que l'homme de l'illégalité, le Fils de la Perdition, apparaisse. Il résistera et s'élèvera au-dessus de tout ce qui porte le nom de Dieu ou à qui l'honneur divin est rendu. Il s'assiéra même dans le temple de Dieu et prétendra être Dieu. Tu ne te souviens pas que je t'ai dit ça quand j'étais avec toi ? Vous savez ce qui l'empêche d'apparaître avant son heure. Cette iniquité est déjà à l'œuvre, mais seulement en secret, jusqu'à ce que celui qui l'entrave soit écarté du chemin.

(32) Pour une illustration simple, voir Gopal Balakrishnan, The Enemy : An Intellectual Portrait of Carl Schmitt, London : Verso, 2002, ch. 17. Pour un résumé du débat sur le rôle du kathechon et la généalogie de la conception de Schmitt en matière de théologie politique, voir Julia Hell, 'Katechon : Carl Schmitt's Imperial Theology and the Ruins of the Future', The Germanic Review, vol. 84, no. 4, (2009) : pp. 283-325.

La réflexion de Flora Sapiovà, Carl Schmitt en Chine, a été publiée sur The China Story le 7 octobre 2015.

jeudi, 04 novembre 2021

La Russie change les règles de la logistique mondiale en contournant Suez   

CarmelFMapJuly13.jpg

La Russie change les règles de la logistique mondiale en contournant Suez   

Valerij Kulikov

Ex: http://aurorasito.altervista.org/?p=20674

Après que le porte-conteneurs Ever Given s'est retrouvé coincé dans le canal de Suez en 2020, le commerce mondial a dû faire face aux conséquences d'une crise qui était auparavant considérée comme improbable. Cet incident a mis en évidence la nécessité, à tout le moins, d'améliorer les infrastructures pour répondre aux exigences de la chaîne d'approvisionnement mondiale en marchandises, qui ne cesse de croître. Cependant, d'autres risques croissants dans la région peuvent affecter la sécurité et la stabilité de la route, ce qui a conduit à la recherche initiale d'une alternative au canal de Suez.

Le récent réchauffement climatique a progressivement érodé la calotte glaciaire de l'Arctique, ouvrant l'accès à une activité économique tout au long de l'année dans cette région. Dans ce contexte, on peut parier que la route de la mer du Nord (NSR), longue de 5600 km, reliant l'Asie à l'Europe, sera la principale alternative maritime au canal de Suez.

Si la route de la mer du Nord est accessible toute l'année, elle deviendra un lien logistique et géostratégique essentiel qui, pour beaucoup, changera la donne. La route maritime du Nord désigne la route qui longe les territoires du nord de la Russie, à l'est de l'archipel de Novaja Zemlya dans l'océan Arctique, dans la région d'Arkhangelsk de la Fédération de Russie. La route se poursuit le long de la côte arctique russe de la mer de Kara, dans l'océan Arctique au nord de la Sibérie, entre la mer de Barents à l'ouest et la mer de Laptev à l'est, puis le long de la côte sibérienne jusqu'au détroit de Béring (entre le point le plus à l'est de l'Asie et le point le plus à l'ouest de l'Amérique, avec la Russie à l'est et les États-Unis et l'Alaska à l'ouest). La route de la mer du Nord relie les ports d'Europe et d'Extrême-Orient en Russie, ainsi que les estuaires des fleuves navigables de Sibérie en un seul système de transport, à travers les océans Arctique et Pacifique (mer de Barents, mer de Kara, mer de Laptev, mer de Sibérie orientale, mer des Tchouktches et mer de Béring).

Il s'agit d'une route maritime avantageuse car elle réduit considérablement la distance entre l'Europe et l'Asie par voie maritime, par rapport au passage "traditionnel" par le canal de Suez. Par exemple, le passage d'un cargo par le canal de Suez d'Amsterdam, aux Pays-Bas, à Dalian, en Chine, prend 48 jours. La route de la mer du Nord raccourcit le voyage de 13 jours. Il est inutile de rappeler ici l'importance de cet aspect pour la logistique, d'autant plus que le volume de marchandises transportées sur les chaînes logistiques mondiales a énormément augmenté. Jusqu'à présent, seuls quelques dizaines de navires marchands traversent la route de la mer du Nord. En effet, pour l'instant, elle n'est pas toujours ouverte. Elle n'est que partiellement accessible de juillet à novembre et, le reste de l'année, ses sections les plus importantes sont bloquées par la glace. Même pendant les mois les plus chauds, un simple cargo ne peut pas passer à cause de la menace de la glace. Heureusement, la situation change rapidement, ce qui rend la route de la mer du Nord accessible.

Compte tenu de la nécessité d'ouvrir cette route le plus rapidement possible, des cargos spéciaux sont construits pour pouvoir naviguer sur cette route sans brise-glace. La Russie, qui peut tirer le plus grand profit de la route de la mer du Nord, prévoit de créer un véritable corridor maritime dans les cinq prochaines années, permettant aux marchandises de contourner le canal de Suez et de naviguer toute l'année sur cette route dès 2022 ou 2023. C'est ce qu'a déclaré Jurij Trutnev, vice-premier ministre de la Fédération de Russie et envoyé plénipotentiaire du président dans le district fédéral de l'Extrême-Orient. À cette fin, les infrastructures nécessaires, les systèmes de sauvetage, les ports maritimes, les stations radar météo et glace, les ports et les infrastructures énergétiques sont activement construits le long de la route.

D'ici 2026, la Russie prévoit de doubler le nombre de brise-glace assurant le passage ininterrompu des cargos sur la route de la mer du Nord et de construire de nouveaux navires qui transporteront des marchandises le long de cette route. En particulier, "la flotte de fret de classe glace sera multipliée par plus de trois d'ici à 2030. Il est nécessaire de construire plus de 30 pétroliers, 40 vraquiers et 22 porte-conteneurs", a précisé M. Trutnev. La Russie prévoit de construire des brise-glace à propulsion nucléaire ou au GNL pour maintenir le passage toute l'année. Sont également en construction des patrouilleurs brise-glace multi-rôles de la classe Ivan Papanin, développés par la société Jugreftransflot basée à Saint-Pétersbourg. Il s'agit d'un navire de transport arctique doté d'une coque renforcée et de moteurs électriques qui n'aura pas besoin d'être escorté par un brise-glace. Grâce au nouveau système de propulsion Azipod et au renforcement de la poupe, le navire pourra briser des glaces de 2,1 m d'épaisseur. Il pourra également avancer depuis la poupe. Le navire sera équipé d'une station radar pour un acheminement optimal à travers la glace.

4l-Image-27.jpg

_methode_times_prod_web_bin_a703dd9a-f8d5-11e9-a4b4-b816768ca711.png

La Russie investit massivement dans les infrastructures de la route de la mer du Nord et souhaite qu'elle devienne accessible le plus rapidement possible. Avec une population de trois cent mille habitants, Mourmansk, proche de la frontière norvégienne, dispose déjà d'un port commercial moderne, avec de bonnes liaisons ferroviaires et routières avec Moscou et le reste de la Russie. La route de la mer du Nord donnera à la ville une connexion mondiale. JSC Vanino Commercial Sea Port (Port Vanino) va reprendre ses opérations de chargement de conteneurs. Actuellement, le port de Vanino peut recevoir des porte-conteneurs d'une capacité de 1000 EVP. En outre, les ports de Primorye augmentent également leur activité en redirigeant le trafic de marchandises de la Chine vers la Russie. En raison de l'utilisation limitée de la route de la mer du Nord, le système ferroviaire russe est plus actif. Le transport via Vladivostok et Nakhodka et au-delà par le Transsibérien s'est avéré 30 à 40 % moins cher que la voie maritime par le canal de Suez. Bien qu'il soit impossible de remplacer complètement le canal de Suez, une alternative viable peut être créée et prendra de plus en plus d'importance. Si la route de la mer du Nord devait desservir ne serait-ce qu'une petite partie de ceux qui expédient aujourd'hui des marchandises par le canal de Suez, cela transformerait en soi la logistique mondiale, qui, comme l'économie, connaît une croissance implacable.

Valerij Kulikov, expert politique, en exclusivité pour le magazine en ligne "New Eastern Outlook".

Le nouvel axe géopolitique Russie/Chine/Allemagne/Iran pourrait reléguer la domination mondiale des États-Unis aux oubliettes de l'histoire

Main-natural-gas-export-pipelines-from-Russia-Source-CSS-ETH-Zurich.png

Le nouvel axe géopolitique Russie/Chine/Allemagne/Iran pourrait reléguer la domination mondiale des États-Unis aux oubliettes de l'histoire

Par Alfredo Jalife Rahme

Ex: https://kontrainfo.com/nuevo-eje-geopolitico-entre-rusia-china-alemania-iran-podria-enviar-el-dominio-global-estadunidense-al-basurero-de-la-historia-por-alfredo-jalife-rahme/

Le géopoliticien brésilien Pepe Escobar - l'un des meilleurs au monde pour la région eurasienne et bien supérieur à l'israélo-américain Robert Kaplan, devenu un vulgaire propagandiste du Pentagone - lance une théorie prospective téméraire sur le nouvel axe Russie/Chine/Allemagne/Iran (cf. https://bit.ly/2Vl1BXV).

Après 117 ans, la thèse du géographe Sir Halford John Mackinder (https://amzn. to/3yqgPsV) - énoncée en soutien à la thalassocratie britannique - sur l'Eurasie comme "heartland" - alors qu'il imaginait au départ que les États-Unis risquaient fort de se confiner sur une "île" marginalisée - est de retour avec vigueur, ayant rempli sa mission téléologique de domination universelle par l'Anglosphère depuis la Première Guerre mondiale jusqu'à la grave crise financière de 2008 - pour d'autres, depuis la mise en scène hollywoodienne du 11 septembre - or ce scénario mackindérien revient maintenant en "sens inverse" : lorsque les Eurasiens, posés comme "isolés" selon les héritiers de cette perspective mackindérienne, reprendront le flambeau géostratégique, ce sera au détriment du déclin indéniable des États-Unis.

Dans son style très sympathique d'optimisation des "hard data" au rythme de la samba, Escobar déclare: "Aujourd'hui, ce n'est pas l'axe Allemagne-Japon, mais le spectre d'une entente Russie-Chine-Allemagne qui terrifie [sic] l'hégémon en tant que trio eurasien capable d'envoyer la domination mondiale des États-Unis dans les poubelles [sic] de l'histoire".

Il explique que la Russie et la Chine ont cessé de faire preuve de leur "infinie patience taoïste (note : philosophie chinoise de l'harmonie et de la "voie spirituelle")" dès que les "acteurs majeurs" du cœur de l'Eurasie (Mackinder dixit) "ont clairement vu à travers le brouillard de la propagande impériale".

En effet, l'empire américain désormais décadent, étendu à l'anglosphère thalassocratique et financiariste, détient encore un leadership inégalé avec sa puissante machine de "propagande noire", à l'unisson avec le dollaro-centrisme, lequel est cependant ébranlé par le projet du yuan numérique et le retour triomphal des métaux précieux (or et argent).

Escobar ne cache pas que la route sera "longue et sinueuse, mais l'horizon [sic] finira par dévoiler une alliance Allemagne/Russie/Chine/Iran [sic] qui remaniera l'échiquier mondial"; il énonce cette thèse en référence au livre de feu le russophobe obsessionnel et compulsif Zbigniew Brzezinski (https://amzn.to/3xt1C9q). Alors que les États-Unis - qu'il décrit comme un "empire du chaos (https://amzn.to/3rR6jII)" - sont "progressivement et inexorablement expulsés (sic) du cœur de l'Eurasie, la Russie et la Chine gèrent conjointement les affaires de l'Asie centrale", comme en témoigne la récente conférence de Tachkent (Ouzbékistan), pays d'Asie centrale.

Escobar expose la collision de la Route de la Soie contre la QUAD -USA/Inde/Japon/Australie-, et le leadership régional de la Russie, qui pousse au "grand partenariat eurasien", et qui, par ailleurs, a renouvelé avec la Chine pour cinq années supplémentaires le Traité de bon voisinage, d'amitié et de coopération, signé en 2001 (https://bit.ly/37g7B6P).

Il est clair qu'au cours des six premiers mois de Biden, peut-être dans le but de séduire Berlin pour créer une sainte alliance européenne contre la Chine, les États-Unis ont renié les affects antirusses de l'Ukraine, de la Pologne et des États baltes ("Le gazoduc Nord Stream 2 : l'Allemagne et la Russie gagnent ; l'Ukraine et les États-Unis perdent ; cf. https://bit.ly/3AamvaO), tandis qu'ils se retirent d'Afghanistan et d'Irak.

202107270029326237_t.jpg

Pepe Escobar décrit l'affrontement à Tianjin entre les États-Unis et la Chine comme un "séisme géopolitique", comme je l'ai déjà signalé à propos des "trois commandements" avec lesquels le ministre chinois des affaires étrangères Wang Yi a damé le pion à la sous-secrétaire d'État américano-israélienne Wendy Sherman (https://bit.ly/3ymLRBT).

Escobar se moque du niveau avilissant des think tanks américains, lorsque le Carnegie Endowment, avec 11 auteurs - dont le conseiller à la sécurité nationale (https://bit.ly/3jh4DEB), l'israélo-américain Jake Sullivan - soutient comment "la politique étrangère américaine fonctionnera mieux pour la classe moyenne". Sans commentaire !

Escobar conclut que "c'est maintenant le début d'un nouveau monde géopolitique et le préquel" - le contexte qui mène aux événements - "d'un requiem impérial" où "de nombreuses suites suivront".

http://alfredojalife.com

Facebook : AlfredoJalife

Vk : alfredojalifeoficial

https://www.youtube.com/channel/UClfxfOThZDPL_c0Ld7psDsw?view_as=subscriber

dimanche, 31 octobre 2021

Scénarios possibles du conflit RPC-Taiwan

taiwan-la-chine-dit-qu-elle-doit-faire-face-a-la-collusion.jpg

Scénarios possibles du conflit RPC-Taiwan

Sergey Atamanov

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/scenariy-konflikta-mezhdu-knr-i-tayvanem

Dans cet article, nous allons parler du conflit entre Taïwan et la Chine et de ses conséquences possibles.

Il est nécessaire de comprendre que la Chine a besoin de Taïwan, de ses usines de haute technologie et de ses spécialistes. Il ne faut donc pas s'attendre à une mer de feu et de sang. Sinon, une chaîne technologique et d'investissement très importante de la modernisation chinoise sera brisée.

Il n'y aura pas non plus l'introduction d'un contingent limité qui soutiendra la population locale désireuse de rejoindre la Chine, comme dans le cas de la Crimée. Il n'y en a pratiquement pas à Taiwan.

La population de Taïwan est d'environ 24 millions d'habitants. S'emparer du territoire signifierait devoir le conserver en permanence, y compris en réprimant l'agitation populaire. La Chine cherche à obtenir une réunification pacifique en espérant que les Taïwanais se rendront compte qu'ils font partie d'une grande nation et que, d'une manière ou d'une autre, que ce soit pacifiquement ou sous la pression, ils décideront de la rejoindre.

Cependant, un affrontement armé est toujours possible en raison de diverses circonstances, notamment des influences extérieures ou la volonté du hasard.

taiwch.jpg

Il existe deux options possibles pour la confrontation armée: active et passive. Dans le premier cas, la marine et l'armée de l'air de l'APL imposeraient un blocus naval et aérien sévère à longue et courte portée à Taïwan, qui ne dispose pratiquement d'aucune ressource propre. Cela portera un coup monstrueux à l'économie et à la sphère sociale sans les détruire physiquement. La véritable famine sur l'île pourrait commencer assez tôt. Étant donné que, de nos jours, toutes les guerres ne sont pas seulement menées avec des hommes et des équipements, il y aura également un impact sur l'information. Les forces armées de Taïwan n'ont aucune chance de briser le blocus par leurs propres moyens. Le résultat est la capitulation de Taïwan.

La deuxième option est une option active. La Chine devra montrer le meilleur d'elle-même, tant sur le plan de l'armement que de la tactique. Qui sait ? La Chine possède un grand nombre de drones, y compris des drones militaires. La Chine a récemment testé un essaim de drones, notamment à partir d'un porte-avions ponté. Ils constitueront le premier échelon. Ensuite, grâce au travail actif de l'APL sur l'ISF et au soutien du groupe spatial, une frappe aérienne et de missiles sera lancée.

L'île sera attaquée depuis la direction de l'est, étirant les défenses taïwanaises. Les avions de pont des porte-avions les plus récents, le Liaoning et le Shandong, détruiront les principales défenses côtières de Taïwan en quelques heures.

Au même moment, un débarquement "hybride" maritime et aérien sur l'île commencera. Des centaines, voire des milliers, de petits avions légers tels que les avions à maïs Y-5 débarqueront des "moustiques" et des "pêcheurs hybrides" seront lancés depuis des navires. Ils ne seront pas, bien sûr, armés de cannes à pêche.

L'armée de l'air, la marine et les défenses côtières de Taïwan, qui subissent une pression énorme du fait des frappes aériennes et des missiles chinois, ne peuvent tout simplement pas faire face à autant de cibles.

Ainsi, un certain nombre de têtes de pont seront créées sur l'île pour les unités des forces terrestres de l'APL qui seront redéployées par les navires de débarquement polyvalents Qinchenshan, les navires d'assaut amphibies Type 075 et les aéroglisseurs Type 726. La largeur du détroit de Taiwan à son point le plus étroit n'est que de 150 kilomètres. Avec une portée maximale de 300 miles nautiques, l'aéroglisseur chinois Bison peut traverser le détroit en une heure.

type-726-image06.jpg

Une guerre éclair chinoise ne laisserait pas la moindre chance de salut à Taïwan. Il sera inutile d'attendre l'aide des États-Unis et d'autres "alliés". Un effondrement rapide des défenses de Taïwan permettrait, à son tour, à la Chine de ne pas trop souffrir du ressac de l'économie de l'île.

Implications pour la Chine

Les conséquences d'une guerre éclair ou d'un blocus peuvent, de manière très classique, être divisées en "mauvaises" et "bonnes". Commençons par les "plus".

Avec la lutte politique interne en Chine, le blocus de l'Empire céleste par les États-Unis et la situation instable sur le marché boursier, il est nécessaire de consolider la société en suivant l'exemple de la Crimée. Dans ce cas, les ennemis internes et externes seront relégués au second plan pendant un certain temps.

En annexant Taïwan, la Chine deviendra une formidable puissance du Pacifique qui non seulement contrôlera les technologies avancées du monde, mais sera également en mesure de bloquer l'approvisionnement en pétrole du Japon et de la Corée du Sud pro-américains. Elle disposerait également d'un levier qui permettrait à Pékin d'exiger l'élimination des bases militaires américaines dans les deux pays.

L'avantage militaire n'est pas négligeable non plus. Outre l'élimination d'une plate-forme potentielle d'agression contre la Chine (une base aérienne ou navale ennemie située à cet endroit constitue une menace pour l'ensemble du centre industriel de la Chine situé le long de la côte orientale), la Chine obtiendra des échantillons d'équipements militaires des forces armées de Taïwan qu'elle pourra étudier à la suite de la guerre.

La Chine va déplacer son approvisionnement agricole de l'Australie et du Canada vers la Russie et les pays d'Asie centrale. Il en sera de même pour les ressources énergétiques. La Russie est non seulement un partenaire plus fiable, mais aussi une sorte de plaque tournante pour les transports.

Dans 3 à 5 ans, la Chine sera en mesure d'établir une production de micropuces à Taïwan, même si les usines seront partiellement fermées et qu'il y aura une pénurie de travailleurs qualifiés. Au cours de cette période, les produits de haute technologie requis seront achetés en Europe, en Russie, éventuellement au Japon et en Corée du Sud. Pékin deviendra par la suite un leader dans la production de micro-puces, ce qui était auparavant le cas de Taïwan. Le leadership incontesté de la Chine dans un autre domaine, l'extraction et le traitement des métaux des terres rares, dont les experts pensent qu'ils joueront un rôle essentiel dans le développement de l'économie mondiale, pourrait conduire à un leadership dans la fabrication de haute technologie.

Comme vous pouvez le constater, à moyen terme, les "plus" de l'adhésion de Taïwan à la Chine sont nombreux. Examinons maintenant les points négatifs.

Un conflit armé prolongé réduira considérablement la base de développement technologique et économique de Pékin, sans parler des pertes humaines réelles. En outre, cela activera le Japon, qui tentera d'accroître son influence dans la région en devenant un acteur indépendant.

Le détroit de Taïwan est un conduit stratégique pour l'approvisionnement énergétique de la Chine, faisant partie de la route commerciale golfe Persique-détroit de Malacca-Chine. En cas de blocage par un adversaire potentiel, le trafic entre la mer de Chine orientale et la mer de Chine méridionale serait bloqué, isolant la partie nord de la côte chinoise. Ainsi, les plus grands ports du pays, dont Shanghai, seraient bloqués. Cela causerait à son tour d'énormes dommages à l'ensemble de l'économie chinoise, si ce n'est sa chute pure et simple.

Les sanctions technologiques et personnelles seraient un lourd fardeau. La Chine devra chercher des substituts aux semi-conducteurs. La position du Japon, de la Corée du Sud et la capacité de la Chine à contrôler elle-même le marché des semi-conducteurs, qui se trouve à Taïwan, joueront ici un rôle majeur. Il y aura quelques perturbations. La Chine va attirer des semi-conducteurs du monde entier, y compris de Russie et d'Europe, afin de ne pas arrêter la production. Naturellement, cela aura une incidence sur le bien-être de tous en Chine.

Un embargo sur le pétrole ne manquera pas de suivre. La plupart du pétrole arrive en Chine par la mer. Cette route sera bloquée. Seuls la Russie, le Kazakhstan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan ont accès à des voies terrestres. L'Asie centrale est extrêmement turbulente en ce moment.

L'émergence de nouvelles alliances et unions, qui ébranleront l'ordre mondial établi, sera également négative. Et comme nous le savons, tout changement est souvent douloureux.

Nous pouvons déjà dire que Taïwan est devenu un certain catalyseur de l'ordre mondial. Une nouvelle alliance militaire est devant nos yeux. AUKUS a uni les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie précisément contre la Chine. À ce triple traité s'ajoute le QUAD - Japon, Australie, Inde et États-Unis - qui prône une "région indo-pacifique libre et ouverte". Il y a aussi une coalition de fabricants de semi-conducteurs, qui inclut les États-Unis. Pays-Bas, Taiwan, Japon.

Il est très probable qu'une coalition de pays turcs dirigée par la Turquie (United Turan) émerge.

Une alliance entre l'éternel adversaire des États-Unis, l'Iran, et la Chine est possible.

Compte tenu de l'éloignement des États-Unis des intérêts européens, comme l'illustre l'AUKUS, une nouvelle alliance militaire européenne impliquant la France, l'Italie et l'Allemagne pourrait être créée.

Une alliance entre la Chine et la Russie est extrêmement probable. Ni Pékin ni Moscou ne peuvent rejoindre le camp occidental en tant qu'alliés, Washington en tête.

Dans le même temps, la pression stratégique exercée sur la Chine et la Russie en raison de la détérioration des relations sino-américaines et russo-américaines obligera ces dernières à unir leurs forces afin d'assurer leur propre sécurité. L'alliance ne s'étendra pas seulement à la sphère de la sécurité. Elle aura une incidence sur l'énergie, la sécurité alimentaire et le développement technologique.

En tout état de cause, la Chine sera en mesure de se redresser à moyen terme. Elle pourra ensuite, en fonction des partenaires qu'elle choisira, se développer mutuellement et accroître son influence dans la région, et dans le monde entier.

L'essentiel est que des hostilités actives à Taïwan sont peu probables. La Chine exercera toutes les pressions possibles sur Taïwan pour qu'elle parle d'adhésion de son propre chef. Si l'on compare les évolutions négatives et positives à moyen terme, les points positifs l'emportent sur les points négatifs. Par conséquent, il faut s'attendre à ce que la Chine intensifie ses efforts pour intégrer Taipei.

Russie: une menace appelée Turan

32303468902_fafdddae80_b.jpg

Russie: une menace appelée Turan

Pietro Emanueli

Ex: https://it.insideover.com/storia/russia-una-minaccia-chiamata-turan.html

Le Turan est ce lieu perdu, terre des loups et des chamans, qui aurait été le berceau d'une myriade de peuples et de tribus d'Eurasie, notamment les Turcs, les Magyars, les Mongols, les Bulgares, les Finlandais et les Japonais. Situé dans les steppes sauvages et magiques du cœur de la terre, l'Asie centrale, le Touran est un lieu mythologique dont la mémoire a survécu à travers les récits des sages et des conteurs, et dont le charme a résisté à l'érosion du temps et à la transformation de ces peuples nomades en nations.

Aujourd'hui, à l'ère de la fusion des identités où l'histoire s'est arrêtée - comme dans l'Occident sénile et stérile - et de la résurgence des identités où l'histoire ne s'est jamais arrêtée - tout le reste du monde -, cet espace géo-spirituel appelé Turan est revenu à la mode, manifestant sa puissance d'un côté à l'autre de l'Eurasie et devenant l'un des grands catalyseurs du phénomène historique qu'est la transition multipolaire.

Touran est la force motrice de l'agenda politique du Fidesz, qui dirige la Hongrie vers l'Anatolie, l'Asie centrale et l'Extrême-Orient. Touran est l'une des forces motrices du Conseil turc. Touran est l'un des piliers de l'Empire ottoman ressuscité. Et Touran est aussi une source historique de préoccupation pour la Russie. Car les Touraniens sont ceux qui ont pris Moscou en 1382 et 1571. Les Touraniens sont ceux qui se sont révoltés contre le Kremlin dans le Caucase et en Asie centrale pendant et après la Grande Guerre. Et les Touraniens sont ceux qui, aujourd'hui comme hier, contribuent à rendre vivante l'implosion cauchemardesque de la Fédération.

La longue histoire d'amour et de haine entre Moscou et Turan

Le Touran est le lieu situé entre le mythe et la réalité qui, aujourd'hui comme dans les siècles passés, sert de plateforme ancestrale à l'exceptionnalisme de la grande nation turque. Une nation qui, contrairement aux idées reçues, n'est pas née et ne se termine pas en Anatolie, mais traverse une grande partie de l'Eurasie, de la Gagaouzie à la Mongolie, et constitue le motif immatériel qui, depuis des temps immémoriaux, attise les pulsions identitaires des seize grands empires turcs et de leurs rejetons. Une nation qui, historiquement, voyait dans la Russie des tsars et des fous du Christ un ennemi à soumettre, et dont elle a réduit la capitale en cendres à deux reprises: en 1382 et en 1571.

9a6a9475176c527ad8f05fa31d5f1d71.jpg

btt.Yeni TURAN Haritamızı Beğendiniz mi.jpg

Le passage du temps, des siècles, n'a pas changé la nature complexe des relations entre les peuples turcs et les héritiers de Rurik, pas plus qu'il n'a érodé le pouvoir préternaturel de Touran qui, au contraire et de façon (im)prévisible, au début de ce conflit mondial de civilisations qu'était la Grande Guerre, aurait balayé la Russie avec la force d'un tsunami. Une force qui prendra diverses formes, entre 1914 et l'immédiat après-guerre, dont la redoutable Armée islamique du Caucase dirigée par Enver Pacha et théorisée par Max von Oppenheim, l'insurrection d'Asie centrale de 1916 et la révolte des Basmachis au Turkestan (ci-dessous, Basmachis et drapeau de la révolte).

Group-of-Basmachis-of-Eastern-Bukhara-in-the-mid-1920s-State-Archive-of-Film-and_Q320.jpg

440px-Flag_of_Turkestan.svg.png

C'est dans le contexte des escarmouches intermittentes entre la Russie et le Turkménistan dans l'entre-deux-guerres, en particulier la révolte du Basmachi - un précurseur de ce qui se passera en Afghanistan dans les années 1980, étant donné la présence de fondamentalistes islamiques soutenus dans une logique antisoviétique par les Britanniques et les Turcs - que les dirigeants du Kremlin transformeront la lutte contre le spectre ancien et immuable en une obsession sans frontières, parfois irrationnelle, en essayant de réduire la charge explosive de la bombe par des goulags, des processus de russification et des transferts de population.

L'ombre de la croix gammée sur les terres de Touran

Dans l'Union soviétique de l'entre-deux-guerres, tous les citoyens étaient égaux, mais certains étaient plus égaux que d'autres. Et ceux dans les veines desquels coulait le sang des hommes-loups des vallées de Touran et d'Ergenekon, et qui étaient donc identifiés comme ethniquement turcs, étaient considérablement plus exposés à la surveillance du gouvernement et à l'accusation d'être des espions, des cinquièmes colonnes à la solde de puissances étrangères déterminées à fragmenter l'Empire par le séparatisme ethno-religieux.

La paranoïa anti-turque de Staline va faire la fortune du Kremlin à l'approche de la Seconde Guerre mondiale, car l'armée invisible d'agents secrets disséminés en Transcaucasie et en Sibérie va empêcher l'implosion de l'empire soviétique multiethnique, déjouer les conspirations et déjouer les graves atteintes à l'unité nationale. C'est dans ce contexte paranoïaque qu'a eu lieu, entre autres événements notables, la déportation fatidique des Tatars de Crimée, dont le dictateur soviétique craignait un soulèvement sous la direction des Turcs et des Allemands.

De l'autre côté de l'Europe, plus précisément à Berlin, Adolf Hitler voulait en fait utiliser la bombe turco-touranienne, en l'imprégnant de nationalisme islamique pour accroître sa puissance, car il était convaincu de son potentiel mortel et désirait ardemment détruire la Russie en tant qu'acteur historique au moyen d'un processus d'"indianisation induite" fondé sur les enseignements de la Compagnie des Indes orientales. Grâce à Touran, selon le Führer, l'empire pluraliste qu'était l'Union soviétique pourrait être transformé en un patchwork babélique de peuples, de croyances et de tribus à la merci d'un joueur habile à diviser pour mieux régner.

C'est dans le contexte des rêves turcs du Führer, dans lesquels la Russie était imaginée comme l'Inde de l'Allemagne, qu'une série d'événements ont eu lieu, dont les plus significatifs sont les suivants

    - L'introduction de l'Oural dans le plan pour l'Europe de l'Est (Generalplan Ost), qui s'articule autour du concept de "mur vivant" (lebendige Mauer) pour séparer définitivement l'Europe de l'Asie.
    - L'élaboration du projet de Reichkommissariat Turkestan par Alfred Rosenberg, à la suggestion d'un Ouzbek inconnu du nom de Veli Kayyun Han, dans le but de détacher l'Asie centrale de l'Union soviétique en alimentant les mouvements pan-turcs et pan-islamistes. Dans les plans initiaux, l'Altaï, le Tatarstan et la Bachkirie devaient également faire partie de l'entité.
    - La conception du Reichkommissariat Kaukasus, dont Hitler aurait voulu déléguer l'administration à la Turquie en cas de victoire sur les Soviétiques.
    - Les campagnes d'enrôlement destinées aux habitants turcs-turcophones de l'Union soviétique, qui aboutiront à la création d'innombrables régiments composés de volontaires d'Asie centrale (Osttürkischer Waffen-Verband der SS, Turkistanische Legion), de l'Azerbaïdjan (Légion Aserbaidschanische, SS-Waffengruppe Aserbaidschan, etc.) et du Caucase du Nord (Légion Kaukasisch-Mohammedanische, Kaukasischer-Waffen-Verband der SS, Légion Nordkaukasische, Kalmücken-Kavallerie-Korps, etc).
    - Plus précisément, d'après le nombre de bataillons formés et leur taille, les campagnes de recrutement de l'Allemagne nazie ont été particulièrement fructueuses en Azerbaïdjan, en Tchétchénie, au Daghestan, en Ingouchie et même en Kalmoukie bouddhiste, où au moins cinq mille personnes ont prêté serment d'allégeance aux nazis.

Bundesarchiv_Bild_101I-295-1561-09,_Frankreich,_Turkestani_in_der_Wehrmacht.jpg

Pas seulement Hitler, pas seulement un souvenir du passé

En cherchant à instrumentaliser la dimension ancestrale du touranisme, de préférence imprégné d'éléments panturquistes et islamistes, Hitler n'aurait rien inventé de nouveau. Il se serait contenté, tout au plus, de tirer les leçons de la brève mais intense épopée d'Enver Pacha et de reprendre le sceptre hérité des orientalistes pointus du Kaiser, dont von Oppenheim et Werner Otto von Hentig.

Werner Otto von Hentig, un diplomate, aurait entrepris, vers la fin de la Première Guerre mondiale, un long voyage à travers le Caucase, l'Iran, l'Afghanistan et le Turkestan russe afin d'évaluer la faisabilité d'une "ethno-insurrection" à grande échelle présentée à Berlin par le cheikh Abdureshid Ibrahim. Revenant chez lui avec un rapport rempli de noms, de chiffres et de détails de toutes sortes, inhérents à l'histoire, à la foi et à la géographie, le diplomate aurait soutenu la cause de l'extension du Jihad turco-allemand dans les dominions russes à majorité islamique.

Werner-Otto-von-Hentig+Mein-Leben-eine-Dienstreise.jpg

Le sage von Hentig est écouté par le Kaiser, il reçoit également des représentants de la communauté tatare d'Allemagne prêts à organiser un régiment à envoyer à Kazan, mais le temps ne lui permet pas de compléter l'œuvre de son ami Oppenheim. En effet, le 11 novembre de la même année, l'empire épuisé met fin à la guerre par l'armistice signé à Compiègne.

Deux décennies après la fin de la Première Guerre mondiale, puis à l'aube de la Seconde, ce ne seront pas seulement les nazis qui récupéreront le programme islamo-turc du Kaiser, car les Japonais, eux aussi, consacreront effectivement des ressources humaines et économiques à un plan de renaissance du Touran. Un plan qui portait le nom de Kantokuen et dans le cadre duquel les agents secrets de la Société du Dragon Noir ont été envoyés dans les profondeurs de l'Asie centrale et de la Sibérie. La guerre concomitante avec les révolutionnaires chinois et l'ouverture du front du Pacifique auraient toutefois contraint les stratèges de l'empereur Hirohito à éliminer Touran des priorités de l'agenda extérieur japonais. Le reste appartient à l'histoire.

832E4FEB-F3F4-4567-9A5C-5155C0E5DE68.jpeg

Écrire et parler de l'histoire d'amour-haine entre la Russie et la Turquie est plus qu'important - c'est indispensable -, parce que dans les salles de contrôle des États-Unis, de la Turquie (et même de la Chine) continuent de rôder des génies de la guerre secrète dans l'esprit desquels la Russie devra être indianisée - Zbigniew Brzezinski docet - et parce que le Kremlin n'a jamais cessé de regarder par-dessus son épaule ce "danger venant de l'Est", où par Est nous n'entendons pas (seulement) la Chine, mais ce microcosme turco-turc qui, s'étendant de la Crimée et du Tatarstan à la Yakoutie, n'a jamais été et ne sera jamais complètement apprivoisé. Et le nouveau printemps de l'ethno-séparatisme qui enveloppe la Russie, des terres tataro-transcaucasiennes à la Sibérie profonde, en est la preuve : quand Touran appelle, les loups répondent.

jeudi, 28 octobre 2021

Le défi afghan du XXIe siècle

TOUT-COMPRENDRE-Quelle-est-la-situation-en-Afghanistan-ou-les-talibans-gagnent-du-terrain-1083469.jpg

Le défi afghan du 21ème siècle

Marina Bakanova

Le début du 21e siècle a été marqué par l'arrivée des États-Unis en Afghanistan, qui n'ont été chassés du pays que 20 ans plus tard, tandis que les Afghans ont créé un nouveau concept de fête de l'indépendance, le 19 août, comme jour de victoire sur trois empires : les Britanniques, l'URSS et les États-Unis.

Les attaques terroristes du 11 septembre 2001 aux États-Unis ont conduit à l'opération "Liberté immuable" en Afghanistan. La Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan a opéré conformément à la résolution 1386 du Conseil de sécurité des Nations unies du 20 décembre 2001. Depuis août 2003, la FIAS est sous le commandement du bloc de l'OTAN. Quarante-huit pays (pour la plupart membres de l'OTAN) participent à l'ISAF.

La coalition internationale antiterroriste, réunie à la conférence de Bonn en décembre 2001, a défini les grands principes de la reconstruction de l'État afghan et formé le gouvernement provisoire du pays sur la base de la coalition. En janvier 2002, la conférence internationale de Tokyo a décidé d'apporter une aide financière à la reconstruction de l'Afghanistan et a accepté de débourser 4,5 milliards de dollars. En juin 2002, toujours avec la participation officieuse des États-Unis et de leurs alliés de la coalition, la Loya Jirga a été convoquée pour élire Hamid Karzai à la présidence et former l'Autorité transitoire sous sa direction. Enfin, en janvier 2004, l'étape la plus importante de la transition politique a été franchie avec l'adoption de la nouvelle Constitution afghane, qui jette les bases de la nouvelle structure de l'État et stipule les principes démocratiques de la vie publique et les droits des citoyens afghans.

Il convient toutefois de noter que le régime pro-américain n'a été maintenu que dans la capitale et les grandes villes ; en effet, le reste du territoire était sous l'autorité des talibans (et des "gouvernements de l'ombre") et vivait selon des règles complètement différentes.

Le-president-afghan-Ashraf-Ghani-aux-Emirats.jpg

Ashraf Ghani, arrivé au pouvoir en 2014, s'est révélé être un homme politique extrêmement faible dont le pouvoir dépendait totalement des États-Unis. Malheureusement, sa maîtrise et son doctorat en anthropologie socioculturelle ne lui ont guère servi, alors que cela aurait dû être le contraire. Le retrait des troupes américaines en 2021 l'a très bien montré.

Outre les talibans (interdits dans la Fédération de Russie) eux-mêmes, le gouvernement s'oppose depuis 2016 au groupe ISIS (interdit dans la Fédération de Russie), deux mouvements qui avaient initialement prévu de s'unir, mais les différences d'objectifs avec les talibans se sont avérées trop importantes.

Ainsi, le gouvernement américain et ses alliés ont sérieusement espéré créer un type de démocratie européanisée en Afghanistan. En outre, ils espéraient que les Afghans ordinaires soutiendraient cette décision. Cela ne tenait pas compte du fait que la société afghane - analphabète, peu politisée et religieuse - serait prête à accepter le concept nouveau et étranger du développement. En outre, il n'y a pas eu de publicité et de propagande actives pour promouvoir les nouvelles règles et les nouveaux ordres, apparemment les politologues américains pensaient que tout devait suivre la voie naturelle de la diffusion des idées. Ou peut-être avaient-ils simplement peur de se rendre dans un territoire contrôlé par les talibans.

Dans le même temps, la Russie, ainsi que les voisins de l'Afghanistan, ont parfaitement compris que le Kaboul pro-américain n'avait aucun pouvoir réel et qu'il n'avait pratiquement aucune chance de se maintenir lorsque les troupes de la coalition se retireraient. Néanmoins, ils n'ont pas abandonné les tentatives de rapprochement avec les deux parties au conflit : le Kaboul officiel et les Talibans. Le "format qatari" et le "format moscovite" parlent d'eux-mêmes. Actuellement, malgré la "non-reconnaissance" officielle du gouvernement formé par les talibans, les négociations se poursuivent. Alors que le format occidental (américain) s'est complètement effondré.

1025-AfghanistanMinerai-655.gif

Ainsi, les acteurs mondiaux (Russie et Chine) et régionaux (Pakistan, Iran, pays d'Asie centrale) peuvent actuellement offrir à l'Afghanistan autre chose qu'une occupation militaire et un gouvernement fantoche basé en grande partie sur le pompage des ressources naturelles du pays ou la vente de drogues. Les principaux domaines de développement possibles dans ce contexte sont les gisements de minerai de fer à Hajigak et les gisements de charbon à coke dans les régions voisines de Shabashak et Dar-e-Suf, les exploitations pétrolières et gazières à Balkh, l'extraction de métaux des terres rares tels que le lithium, le cérium, le néodyme, le lanthane, le zinc et le mercure..., les projets transafghans de transport de pétrole, de gaz, d'électricité et même d'internet par câble à haut débit sont bien estimés. Et c'est le minimum, dont la mise en œuvre a été problématique en raison de la puissance instable et des ambitions prédatrices des États-Unis.

Au XXIe siècle, il est devenu évident que :

- Le peuple afghan ne cherche pas à concrétiser les droits et libertés euro-américains, mais attend la stabilité économique et politique ;

- La théorie américaine de la "normalisation" s'est effondrée ;

- Les forces diplomatiques extérieures qui ont dialogué avec les deux parties (le Kaboul officiel et les Talibans) ont désormais un avantage significatif et la possibilité d'influencer l'avenir du CA.

Scénarios probables pour l'avenir de l'Afghanistan : développement politique et économique avec l'aide des pays leaders mondiaux et régionaux intéressés par la stabilisation de la situation dans le pays et aussi - désislamisation progressive du gouvernement taliban par des moyens doux et atténuation de l'influence des facteurs radicaux sur la société afghane.

Source : https://www.geopolitica.ru/article/afganskaya-problema-xxi-veka