Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 14 juin 2024

L'Inde se lance dans un nouveau plan quinquennal

Modi.jpg

L'Inde se lance dans un nouveau plan quinquennal

Leonid Savin

La position de Modi s'est affaiblie, mais il peut encore mener l'Inde sur le droit chemin de l'histoire

Au début du mois de juin, l'Inde a conclu des élections législatives qui ont duré environ deux mois. Le dépouillement des votes a été relativement rapide et il est apparu que le parti au pouvoir, le Bharatiya Janata Party (BJP), avait perdu un nombre important de sièges par rapport aux dernières élections, il y a cinq ans, passant de 303 à 240 sièges sur les 543 que compte le parlement.

Par ailleurs, pour la première fois en 15 ans, le parti du Premier ministre Narendra Modi n'a pas réussi à remporter la majorité des sièges dans l'État le plus peuplé de l'Inde, l'Uttar Pradesh, qui est une vitrine pour les élections nationales. Il convient de noter qu'il s'agit du centre de la foi de la majorité de la population indienne, qui soutient largement le programme nationaliste hindou de Modi.

Au cours de la dernière décennie, il a représenté l'électorat de base du BJP. Le parti n'y a remporté que 33 sièges, contre 43 pour l'opposition.

Le Premier ministre lui-même a remporté son siège dans l'État représentant la ville sainte hindoue de Varanasi : avec seulement 152.000 voix, contre près d'un demi-million il y a cinq ans.

Le candidat du BJP a également perdu dans la circonscription représentant Ayodhya, bien que Modi y ait inauguré en janvier de cette année un temple hindou qui sème la discorde, construit sur le site de la mosquée historique de Babri qui a été démolie.

Alors pourquoi Modi, qui compte de grands oligarques dans son entourage, tout en utilisant une rhétorique populiste assez intelligente qui inclut la politique étrangère, a-t-il abandonné cette fois-ci ?

Une spirale descendante

Il y a plusieurs raisons à cette chute.

Tout d'abord, nous pouvons nous souvenir de l'époque du cocovid, où de sérieuses restrictions ont été imposées au pays. 

Deuxièmement, les tentatives infructueuses de modification de la législation sur l'agriculture, qui ont entraîné des protestations massives de la part des agriculteurs. 

Troisièmement, et c'est le plus important, à cause de la lutte pour les alliances.

Alors qu'auparavant les partis d'opposition étaient en concurrence les uns avec les autres, cette fois-ci, une coalition a été formée sous le nom d'I.N.D.I.A. De ce fait, le BJP a dû faire face à des rivaux plus forts dans un certain nombre d'États. Lors des élections de ce groupe, le Congrès national indien a remporté 99 sièges, le Parti Samajwadi 37, le Congrès Trinamool de l'Inde 29, le Dravida Munnetra Kazhagam 22, et des partis plus petits moins d'une douzaine.

Le BJP dispose également d'une coalition appelée National Democratic Alliance (NDA). Le BJP a obtenu 240 sièges, le Telugu Desam 16, le Janata Dal (United) 12 et d'autres encore ont obtenu un seul siège.

India-election-results-2024-live.jpg

Si nous examinons la carte électorale de l'Inde sur la base des résultats des élections, nous constatons une intermittence où les préférences des électeurs changent radicalement d'un État à l'autre et d'un district à l'autre. Seule la partie centrale du pays représente un ensemble de partisans de droite avec de petites inclusions de l'opposition. Dans le sud (Tamil Nadu), au Bengale occidental (fief traditionnel de la gauche) et dans les États chrétiens de Goa et du Kerala, l'I.N.D.I.A. domine.

Les critiques et les organisations de défense des droits de l'homme ont également accusé Modi d'avoir intensifié sa rhétorique anti-musulmane pendant sa campagne électorale, dans le but de mobiliser la majorité hindoue. Lors de ses rassemblements, il a qualifié les adeptes de l'islam de "lakhs" et a affirmé que le principal parti d'opposition, le Congrès indien, redistribuerait la richesse nationale en leur faveur s'il gagnait.

Mais cette stratégie n'a pas réussi à attirer les électeurs hindous du côté du BJP, tout en renforçant le soutien des minorités à l'opposition.

Election-blog-Post-6-903x1024.jpg

Il existe également d'autres nuances régionales. Par exemple, dans l'État du Jammu-et-Cachemire (également revendiqué par le Pakistan), le BJP a gagné dans les circonscriptions à majorité hindoue de Jammu et d'Udhampur. Dans la vallée du Cachemire, le BJP a refusé de participer aux élections, anticipant une défaite, et n'a soutenu que ses alliés - la People's Conference, l'Apni Party et le Democratic Progressive Party of Azad. Mais même ces derniers ont obtenu des résultats médiocres et aucun candidat de ces partis n'a gagné.

La raison en est qu'en 2019, Modi a annulé l'article 370 de la constitution indienne, privant ainsi le Jammu-et-Cachemire de son autonomie. Anticipant des manifestations de masse, le gouvernement a emprisonné des dirigeants et des militants politiques, coupé Internet pendant des mois et réduit les médias au silence en arrêtant des dizaines de journalistes et en appliquant les lois antiterroristes.

Les élections générales ont donc été une sorte de marqueur de l'état d'esprit du public cachemiri après l'abrogation de l'article 370. Étant donné que le taux de participation a été supérieur à 50 % et que les partisans de la sécession n'ont pas appelé au boycott des élections, on peut conclure que cette participation était "largement motivée par le désir de montrer à New Delhi qu'ils ne sont pas d'accord avec l'abrogation de l'article 370" et que "les Cachemiris veulent utiliser les urnes pour exprimer leur colère contre le Bharatiya Janata Party".

Il est également significatif que Sheikh Abdul Rashid, un ancien membre de l'assemblée législative de l'État du Cachemire du Nord connu sous le nom d'"ingénieur Rashid" de Baramulla, ait remporté l'élection. Il avait auparavant ouvertement appelé au séparatisme et est emprisonné depuis 2019 dans une affaire de financement du terrorisme. Rashid a battu l'ancien ministre en chef du territoire, Omar Abdullah, qui, après le décompte des voix, a déclaré : "Je ne pense pas que sa victoire accélérera sa sortie de prison et que les habitants du nord du Cachemire n'obtiendront pas la représentation à laquelle ils ont droit."

Un autre candidat qui a remporté l'élection, Sarabjit Singh Khalsa, est le fils du père de l'ancien membre de la sécurité Indira Gandhi. C'est lui qui, avec un complice, l'a abattue en 1984 en représailles d'une attaque contre un sanctuaire sikh.

Dans l'État à majorité sikh du Pendjab, l'idéologue d'un État sikh indépendant, le Khalistan, Amritpal Singh, qui est également emprisonné à Assam et inculpé en vertu de la loi sur la sécurité nationale, a remporté la victoire.

Tous ces éléments sont autant de signaux d'alarme pour Modi et les partisans de l'unité indienne.

Choix de l'orientation

Néanmoins, la victoire de Narendra Modi a été reconnue. Après avoir été élu à l'unanimité chef de l'Alliance démocratique nationale (coalition de partis de droite en Inde), chef du BJP à la Lok Sabha (Parlement) et chef du bureau du parti parlementaire du BJP, la présidente Draupadi Murmu l'a invité à prêter serment le dimanche 9 juin. Après la prestation de serment, il doit encore se soumettre à un vote de confiance obligatoire au sein du parlement nouvellement constitué.

6kfb7c2o_nitin-gadkari_625x300_14_March_24.jpg

Entre-temps, au sein du BJP, il y a une opposition à Modi. Il s'agit de son collègue du Maharashtra, le ministre des transports routiers Nitina Gadkari (photo), qui est considéré comme une future alternative au Premier ministre. 

Auparavant, dans son État, il a été président du BJP avant de devenir président national du parti.

Lorsque tout le monde s'est levé pour accueillir le Premier ministre dans la salle centrale du Parlement la semaine dernière, M. Gadkari ne s'est pas levé de son siège, ce qui a été considéré comme un défi ouvert à M. Modi. Et maintenant, même au niveau narratif, ce n'est plus un gouvernement Modi, mais un gouvernement NDA, puisque le BJP n'a pas réussi à obtenir la majorité à lui tout seul. Les observateurs ont des points de vue différents sur l'avenir politique de l'Inde.

Mohamed Zeeshan, chroniqueur pour The Diplomat, estime que "durant le précédent mandat de Modi, l'Inde s'est effectivement détachée de l'ordre international libéral. Alors que Modi concentrait le pouvoir à New Delhi et cherchait à faire accepter le nationalisme hindou par le monde entier, l'Inde s'est fortement éloignée des normes occidentales en matière de démocratie, de droits de l'homme et de droit international.

Le puissant nationalisme de Modi l'a conduit à mener une politique étrangère plus risquée, notamment en tentant de persécuter les dissidents à l'étranger et de surveiller la diaspora. L'affaiblissement des institutions démocratiques en Inde a également mis New Delhi sur le pied de guerre contre les institutions multilatérales qui, selon Modi, sont dominées par les normes occidentales".

Tout cela, selon l'auteur, a réduit les lignes de contact entre l'Inde et l'Occident, alors même que New Delhi commence de plus en plus à parler de paix dans les termes utilisés par Pékin et Moscou. Il reste à voir comment le nouveau gouvernement abordera ces questions. Mais on peut raisonnablement penser que la poursuite de bon nombre de ces politiques controversées sera plus difficile maintenant que Modi doit compter sur le soutien d'alliés qui ne partagent pas sa vision nationaliste hindoue du monde".

Le chroniqueur de Pakistan Tribune, Shahzad Chaudhry, déclare : "Sur le plan géopolitique, Modi a réussi à faire entrer l'Inde dans la cour des grands, si ce n'est dans le haut du tableau. La combinaison de décennies de développement socio-économique et d'une diaspora très prospère a permis de surmonter l'inertie de la banalité. Modi s'en est servi comme d'un levier pour faire de la place à l'Inde. Il reste à voir comment il transformera cette opportunité en héritage - l'Inde n'est pas exempte de défauts et de conflits dans la région, en particulier au Cachemire -".

La seule autre possibilité, du point de vue pakistanais, est que l'Inde suive la voie de la Chine, qui consiste à préserver ses gains économiques, à sortir davantage de personnes de la pauvreté, à renforcer sa capacité économique et sa position, et à reporter la plupart des questions géopolitiques à une date ultérieure, à moins qu'il n'y ait une possibilité d'atteindre des objectifs géostratégiques sans déclencher une guerre.

De cette manière, l'Inde peut accroître son poids stratégique en termes géopolitiques et "elle est susceptible de devenir la troisième plus grande économie d'ici 2030, ce qui ne peut que renforcer sa position dans le monde".

Avec un net penchant pour la multipolarité, il est clair que l'Inde devra compter en premier lieu avec la Chine, mais aussi avec ses voisins. En ce qui concerne les relations avec la Russie, il est peu probable que le rééquilibrage du parlement et du nouveau gouvernement conduise à un changement de cap. L'Inde, quelle que soit la personne à la tête du pays, est intéressée par le développement des relations avec la Russie dans de nombreux domaines.

Par ailleurs, il existe dans ce pays un lobby pro-américain, dont une partie importante est présente parmi les militaires, qui justifie la coopération avec Washington par les menaces hypothétiques de la Chine et du Pakistan. Toutefois, les militaires devraient également reconnaître que la configuration politique est en train de changer, que les États-Unis sont loin, tandis que les principales forces des BRICS+, qui façonnent actuellement l'ordre du jour futur, sont proches, et qu'avec les membres de cette association, elles devront déterminer l'ordre mondial.

Source : https://regnum.ru 

jeudi, 13 juin 2024

Washington contre l'Inde. Même lorsque New Delhi est en concurrence avec Pékin...

360_F_586858961_dej6qaLrvEWO6MBAi78mJ5p24qSuXFnu.jpg

Washington contre l'Inde. Même lorsque New Delhi est en concurrence avec Pékin...

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/washington-contro-lindia-anche-quando-nuova-delhi-fa-concorrenza-a-pechino/

Être stupide n'est pas un défaut indispensable, mais cela aide pour se hisser au sommet des institutions américaines. Andrea Marcigliano a rappelé hier le nouveau front ouvert par Washington contre New Delhi, coupable d'avoir conclu un accord avec l'Iran pour le développement d'un port iranien qui renforcera les relations commerciales entre les deux pays. L'Inde, parmi les pays du groupe Brics, est le plus engagé à maintenir de bonnes relations avec l'Occident collectif, mais pour les idiots qui conseillent Biden, cela n'a pas suffi. Et puisqu'ils sont les "gentils", ils peuvent aussi menacer de sanctions leurs amis.

Après tout, la mission de Washington est d'exporter la démocratie et la civilisation, même avec des bombes mais, à ce stade, surtout avec des sanctions.

Si les conseillers de Biden étaient moins idiots et ignorants, ils auraient réalisé que l'accord Iran-Inde est conçu pour concurrencer un accord similaire entre la Chine et le Pakistan. Accord sino-pakistanais qui, en théorie, devrait inquiéter Washington au plus haut point. Mais lorsque l'arrogance s'ajoute à la stupidité, il devient difficile de ne pas faire de dégâts. Ainsi, pour punir Modi, les Etats-Unis sont intervenus dans la campagne électorale indienne, dans une campagne électorale qui a duré plusieurs semaines. Ils n'ont pas réussi à modifier le résultat final, mais ils ont considérablement réduit le succès escompté de Modi. L'Union indienne devra maintenant décider si elle s'aligne sur l'avertissement ou si elle pense à se venger.

Quoi qu'il en soit, les relations commerciales dans la région se poursuivront et ne se limiteront pas à l'Iran et à l'Inde ou à la Chine et au Pakistan.  En effet, dans les deux cas, les pays d'Asie centrale, jusqu'à la Russie et la Turquie, seront concernés. Et ce n'est pas la stupidité des têtes pensantes qui gravitent autour de M. Biden qui freinera un processus irréversible. Qui, soit dit en passant, a déjà commencé à impliquer l'Afghanistan des talibans. Un nouveau succès de l'arrogance américaine.

samedi, 25 mai 2024

Les multiples visages de l'Iran

bef9c4d3b0b539aa743e9408a321e259.jpg

Les multiples visages de l'Iran

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/i-molti-volti-delliran/

Les funérailles de Raisi ont montré l'un des visages de la mosaïque iranienne. Celui qui prévaut, au grand dam de nos médias qui avaient, dans les jours précédents, mis l'accent sur les petites manifestations de liesse. Pas très fréquentées, et encore moins documentées. Alors que maintenant, c'est la foule... la foule qui prie, la foule qui pleure, la foule qui crie des slogans menaçants. A chaque arrêt du cercueil, jusqu'à sa dernière demeure dans la ville sainte de Mashad.

DMAVFM6V65GCHK4CKTOW7HVCEM.jpg

000_34TK3K6.jpg

Il ne s'agit pas, cependant, de discuter de la figure du défunt président. Les funérailles sont le test décisif de la complexité, non dénuée de tensions et de tiraillements, de la République islamique.

Et j'insiste sur le terme « République islamique ». Car la clé de la compréhension de l'Iran réside précisément là. Dans le fait qu'il s'agit d'une République et, surtout, d'une République islamique.

C'est en effet le ciment d'un pays par ailleurs fragmenté en mille « tesselles » de couleurs et de nuances différentes.

L'Iran est un cosmos où se côtoient des peuples aux ethnicités, aux langues et aux cultures différentes. Unifié cependant par la foi, l'islam chiite et, par conséquent, l'autorité des ayatollahs. Une autorité qui est à la fois religieuse et politique.

Bien sûr, il y a des exceptions. Parmi les Kurdes et les Baloutches, il existe des minorités sunnites d'une certaine importance. Il existe également de petites minorités chrétiennes et zoroastriennes. Toutefois, l'écrasante majorité des Iraniens s'identifient à la tradition chiite duodécimaine. Qu'il s'agisse de Persans - environ 60% des 86 millions d'habitants -, d'Azéris, d'Arabes, de Baloutches, de Qasquai, de Kurdes ou d'autres groupes ethniques mineurs.

Ethno-religious-Distribution-in-Irans-Provinces-Source-Minority-groups-from-CIA-2004.png

Et c'est précisément la foi chiite qui a été le ciment qui a empêché la République islamique d'imploser. Et ce, malgré les tentatives répétées, au fil des décennies, de fomenter des indépendances et des ethno-nationalismes. Ces tentatives ont provoqué des troubles, notamment avec les Baloutches et les Kurdes, mais n'ont jamais vraiment menacé l'unité du pays.

Cela s'explique également par le fait que l'élite dirigeante n'est pas l'expression exclusive de la majorité persane. Au contraire, au sommet, on trouve des membres de la composante arabe, comme le puissant chef du Basijj, la milice paramilitaire religieuse, Mohammed Reza Naqdi. Et surtout, l'ayatollah Ali Khamenei lui-même, le guide suprême, est issu de la minorité azérie.

Si la République islamique a tenu bon pendant tant de décennies, malgré les sanctions, l'isolement international et même des attaques militaires comme celle déclenchée par l'Irak de Saddam, c'est précisément grâce à cette cohésion autour d'une identité religieuse commune.

Et l'image, que nous continuons à véhiculer en Occident, d'un régime fondé uniquement sur la violence et l'oppression est fausse. Profondément fausse, car aucun régime ne pourrait tenir aussi longtemps s'il n'avait pas la capacité de rassembler la majorité de ses citoyens autour d'un noyau identitaire fort et solide.

Certes, à Téhéran et dans les grands centres urbains, il existe une classe moyenne supérieure qui supporte mal les obligations imposées par le système politico-religieux. Une classe moyenne, disons-le, qui est influencée par les modèles laïques et occidentaux. Et de ce fait influente et, tendanciellement, rebelle.

Mais elle est assez, voire très minoritaire. Et, de surcroît, très peu combative.

Qu'on le veuille ou non, le véritable Iran est représenté par les foules qui prient et hurlent de douleur au passage du cercueil de Raisi.

Nous devons le comprendre. Et ne pas se laisser bercer par le conte de fées que nous racontent nos médias et nos « experts ». La fable d'un régime composé de quatre vieux ayatollahs en palandres et d'une poignée de fanatiques violents qui oppriment toute, vraiment toute, la population. Qui aimerait vivre comme nous. Avec nos propres modèles sociaux et culturels, fluides et relativistes. Comme regarder l'Eurofestival et discuter de « l'identité de genre ». Ou d'autres choses de ce genre... qui nous semblent fondamentales. Mais seulement fondamentales pour nous...

mercredi, 22 mai 2024

L'héritage de Raisi

ebrahim-raisi.png

L'héritage de Raisi

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/leredita-di-raisi/

Hadi Nasrallah, le chef du Hezbollah, a déclaré que si Téhéran « trouve des preuves » d'une main israélienne derrière la mort de M. Raisi, cela « entraînera un changement géopolitique dramatique qui mettra le feu à toute la région ». Et il a conclu son tweet par « Israël entraîne le monde vers la troisième guerre mondiale ».

Je ne pense pas qu'il faille sous-estimer cette déclaration et la considérer comme l'expression de l'extrémisme libanais. Le Hezbollah est triplement lié à des cercles très spécifiques à Téhéran et sert souvent de porte-voix à des opinions qui ne peuvent être exprimées officiellement. Mais qui circulent, notamment dans le monde des Pasdaran. Et parmi leurs dirigeants.

Bien sûr, la position officielle sur la mort du président Raisi est qu'il s'agit d'un accident. Une position, pourrait-on dire, corroborée par le Guide suprême lui-même, Ali Khamenei. Qui ne veut absolument pas d'un choc frontal avec Israël. Et, par conséquent, avec Washington.

La vérité ? Personne, probablement, ne la connaît. Et elle n'apparaîtra certainement jamais avec certitude. Pour l'heure, toutes les hypothèses restent légitimes. Et, en même temps, inutiles. Seule compte la version officielle de Téhéran.

Cependant, la déclaration de Nasrallah devrait faire réfléchir. Le fait que Téhéran veuille exclure une confrontation directe avec Tel-Aviv ne signifie pas que la disparition de Raisi ne conduira pas à une nouvelle saison de guerre asymétrique et/ou par procuration.

Tout dépendra de la manière dont se dérouleront les élections imminentes pour la succession à la présidence de la République islamique. Selon la Constitution, ces élections doivent se tenir dans les cinquante jours.

Si la ligne de Rohani devait s'affirmer, c'est-à-dire tenter d'assouplir les relations internationales pour favoriser le développement économique, la tension commencerait à baisser.

Mais il est fort probable que ce soit l'inverse qui se produise. Et qu'au contraire, ceux, Pasdaran et Basiji en tête, qui entendent pousser l'affrontement avec l'Occident collectif - dont Israël est considéré comme la longue main - bien au-delà des limites de ce qu'avait fait Raisi ces dernières années, gagneront en force.

Ce dernier était en effet un conservateur religieux et un khomeiniste de la première heure. Mais il ne représentait pas l'aile la plus radicale de la révolution islamique. Et c'est pour cela qu'il avait été choisi par Khamenei. Pour briser l'isolement international de Téhéran, sans pour autant renoncer à son contrôle sans faille du pays.

Une tâche, il faut le dire, dont le défunt président s'est admirablement acquitté. En réprimant durement toute opposition interne, soupçonnée d'être « influencée par l'étranger ». Mais en tissant simultanément un réseau dense de relations internationales. Comme en témoignent, ces heures-ci, les réactions à sa mort. Et les condoléances de la Russie, de la Chine, des Philippines, de l'Inde, de la Turquie. Et même des rivaux historiques comme les Saoudiens.

Raisi laisse un Croissant chiite - Iran, Liban, Yémen, Irak - plus fort et plus soudé que jamais. Dans un contexte de relations économiques de plus en plus vivantes et fructueuses avec les pays du BRICS. Et de nature à rompre l'isolement dans lequel l'Iran avait plongé après les sanctions.

D'ailleurs, même d'un point de vue strictement stratégique, Téhéran n'est plus isolé, pouvant compter sur une relation très étroite avec la Russie - « grâce » à la guerre en Ukraine - et avec la Chine. Et celle, en plein développement, avec l'Inde.

Un bilan qui, au-delà de ce que l'on peut penser de la figure discutable du défunt président, est résolument très positif.

 

mardi, 21 mai 2024

De Soleimani à Raisi, Iran, quatre ans de morts violentes

f.elconfidencial.com_original_fdc_2fd_6b9_fdc2fd6b9711309a7f8f3491ecbf04e3.jpg

De Soleimani à Raisi, Iran, quatre ans de morts violentes

Andrea Muratore

Source: https://it.insideover.com/politica/da-soleimani-a-raisi-in-iran-quattro-anni-di-morti-eccellenti.html#google_vignette

3 janvier 2020 : Qasem Soleimani, commandant de la Force Quds des Gardiens de la révolution iranienne, est tué par un drone américain en Irak. 19 mai 2024 : le président Ebrahim Raisi meurt dans la province de l'Azerbaïdjan oriental en même temps que Hossein Abdollahian, le ministre des affaires étrangères de Téhéran. Ce sont les deux dates symboliques de quatre années et demie qui ont vu la chaîne de commandement de la République islamique s'effilocher considérablement. Celle-ci est confrontée à des défis de toutes sortes. Du siège des sanctions américaines après la fin de l'accord sur le nucléaire iranien à la longue guerre de l'ombre israélienne, de la pandémie de Covid-19 à la longue vague de protestations et de répression interne après la mort de l'étudiante Masha Amini, en passant par la recherche d'une entente avec ses rivaux, notamment avec l'Arabie saoudite, pays rival, et au bouleversement du Moyen-Orient après le déclenchement de la récente guerre à Gaza, l'Iran s'est retrouvé dans une série de jeux complexes et enchevêtrés entre l'assassinat de Soleimani et le désastre de l'hélicoptère présidentiel d'avant-hier.

Entre les deux, 1598 longs jours au cours desquels la chaîne de commandement du pays a été ébranlée et la stabilité interne de l'État mise à mal. Les deux hommes sur lesquels le gouvernement de la République islamique doit s'appuyer sont les symboles des problèmes auxquels l'Iran doit faire face: pour Soleimani, après 2020, certains envisageaient déjà un avenir politique au plus haut niveau, voire présidentiel. Quant à Raisi, il était considéré comme le successeur idéal du Guide suprême Ali Khamenei, qui, tel un François-Joseph de notre époque, se retrouve à survivre à ses propres successeurs potentiels alors que les incertitudes sur la trajectoire future du pays s'accumulent.

81d4b0ee1d0c96faa28b4938ce394801.jpg

Au cours de ces quatre années et demie, le mot d'ordre de l'élite iranienne est devenu la « précarité ». Pour certains, il s'agit d'une précarité politique : dans le climat de militarisation de l'opinion publique à l'égard des rivaux de Téhéran, par exemple, l'ancien président Hassan Rouhani et l'ancien ministre des affaires étrangères Mohammad Zarif ont été mis à l'écart après le vote de 2021 qui a élu M. Raisi. Pour ceux qui ont nourri des ambitions de retour, comme l'ancien président populiste Mahmud Ahmadinejad, l'avertissement de ne pas faire de mouvements irréfléchis est venu de la pression des médias et, en 2023, même d'une arrestation pour avoir incité à des manifestations en juin. Mais pour de nombreux hauts responsables de l'État iranien, c'est leur vie même qui a été mise en danger. En particulier à cause du conflit obscur avec Israël, qui a fait surface sous la forme d'une confrontation directe au cours de ce printemps chaud, mais qui a traîné pendant des années comme un conflit entre les ambitions régionales contradictoires de Tel-Aviv et de Téhéran, en particulier dans la zone tampon de sécurité du « croissant chiite » construit par l'Iran entre le Liban, la Syrie et l'Irak.

a6f5abd9a20be841a3a7ebcddcffa8c8.png

Des membres éminents de l'establishment de Téhéran sont morts sous les coups israéliens. Après l'assassinat de Soleimani, celui du chef du programme nucléaire de Téhéran, Mohsen Fakhrizadeh, organisé par le Mossad sur ordre de Benjamin Netanyahou, a fait grand bruit en 2020. En 2022, Davoud Jafari, colonel des Pasdarans à la tête du programme aérospatial des Gardiens de la révolution, est tué. En Syrie, Reza Mousavi (photo), un autre haut commandant du même corps, est tué par Israël en 2023, et le mois d'avril voit l'assassinat du général de brigade Reza Zahedi au consulat général de Damas sous les coups des FDI, ce qui déclenche la riposte de Téhéran.

Dans ce contexte, l'Iran a subi plusieurs coups. Et il se retrouve comme un pays perpétuellement sur la brèche, où le polycentrisme des pouvoirs politiques et militaires conduit à différentes échelles de priorités et de conflits, notamment entre les « faucons » et les « colombes » du front sécuritaire. Souvent, en Iran, on ne sait pas qui commande : on l'a vu après l'attaque de Soleimani, pendant les manifestations qui ont suivi la mort de Macha et après l'attaque d'Isis-K en janvier dernier. Alors que les attentats et les tragédies éclaircissent les rangs des dirigeants iraniens, un problème majeur se pose désormais, celui de la planification de l'avenir dans un pays vaste et contradictoire. Capable de produire de la technologie nucléaire mais incapable de localiser l'hélicoptère présidentiel disparu pendant une demi-journée. Capable de se projeter militairement dans la région et de résister à des sanctions étouffantes, mais incapable de résoudre les contradictions post-révolutionnaires entre les héritiers de la prise de pouvoir et les organes politiques de l'État tels que la présidence et le parlement. Un pays avec de nombreux guides et un seul Guide, l'Ayatollah, appelé comme un vieux garant à faire la synthèse alors qu'entre les « radicaux » et les institutionnels le sillon s'élargit et les figures de poids sont de moins en moins nombreuses. En raison également de leur départ. L'incertitude a été et restera la marque de fabrique de l'Iran dans l'une des phases historiques les plus critiques de l'ère actuelle.

Donnez-nous encore une minute de votre temps !

Si vous avez apprécié l'article que vous venez de lire, posez-vous la question suivante : si je ne l'avais pas lu ici, l'aurais-je lu ailleurs ? S'il n'y avait pas InsideOver, combien de guerres oubliées par les médias le resteraient ? Combien de réflexions sur le monde qui vous entoure ne pourriez-vous pas faire ? Nous travaillons tous les jours pour vous offrir des reportages de qualité et des articles de fond totalement gratuits. Mais le journalisme que nous pratiquons est loin d'être « bon marché ». Si vous pensez que cela vaut la peine de nous encourager et de nous soutenir, faites-le maintenant.

samedi, 18 mai 2024

Xi Jinping à Budapest: pas d'intérêt pour le "découplage"

09xi-europe-01-qvmf-videoSixteenByNine3000.jpg

Xi Jinping à Budapest: pas d'intérêt pour le "découplage"

Source: https://zuerst.de/2024/05/17/xi-jinping-in-budapest-kein-interesse-am-decoupling/

Budapest/Pékin. Après sa visite à Belgrade, le président chinois Xi Jinping s'est envolé pour Budapest. Là aussi, il a été accueilli à bras ouverts - contrairement à la plupart des autres pays de l'UE, le gouvernement hongrois dirigé par le président Orbán n'a aucune crainte vis-à-vis de Pékin et n'a pas l'intention de se couper de l'Empire du Milieu (decoupling). Au contraire, les relations sino-hongroises sont florissantes. A Bruxelles, on observe cela avec méfiance, d'autant plus que Budapest tient aussi à ses bonnes relations avec Moscou.

Xi et sa délégation sont arrivés mercredi dans la capitale hongroise et ont été reçus avec tous les honneurs par le président Sulyok. Lors d'une séance plénière au Palais Sándor, l'invité chinois a déclaré que la coopération entre les deux pays était basée sur le respect et la confiance mutuels. M. Sulyok a rappelé à cette occasion la loi fondamentale hongroise, qui stipule que « nous respectons la liberté et la culture des autres peuples et nous aspirons à coopérer avec toutes les nations du monde ». La Hongrie ne considère pas la coopération Est-Ouest comme une menace mais comme une opportunité et reste donc prête à être un pont entre l'Est et l'Ouest.

Selon une déclaration commune, les deux parties sont d'accord pour dire que « les bonnes relations politiques et la confiance mutuelle constituent et continueront de constituer une base forte et solide pour le développement des relations économiques, commerciales, d'investissement et personnelles ».

La modernisation de la ligne ferroviaire Budapest-Belgrade et le lancement prochain de vols directs de Budapest vers sept grandes villes chinoises en sont des exemples. La Hongrie bénéficie également du programme chinois d'exemption de visa (mü).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

jeudi, 16 mai 2024

Irak: les intérêts du pays et l'agenda d'un monde multipolaire

0393e083ffd28c51e147f0678bb70444.jpg

Irak: les intérêts du pays et l'agenda d'un monde multipolaire

Amir Al-Mafraji

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/liraq-e-gli-interessi-e-lagenda-di-un-mondo-multipolare

Nous pouvons comprendre les objectifs de la Chine et de l'Occident vis-à-vis de l'Irak en mettant en lumière la nature de leurs stratégies à l'égard du Moyen-Orient dans son ensemble et leur relation avec l'importance géographique et économique de l'Irak, compte tenu de l'attention que le monde arabe et islamique a accordée à la lutte des puissances mondiales montantes pour saper l'influence de l'unilatéralisme américain. Cette lutte a été observée par tous les présidents américains et leurs administrations, quelle que soit leur affiliation politique. La domination de la Chine en matière d'exportations commerciales et d'avancées technologiques en fait un concurrent majeur pour les intérêts américains et européens en Afrique et au Moyen-Orient. L'Irak, quant à lui, est un exemple de conflit d'intérêts et de programmes dans le conflit entre l'unipolarisme représenté par la politique américaine et le multipolarisme que les pays émergents tentent d'établir dans le monde.

Il n'est pas difficile de comprendre la forme et la nature de la relation entre les États-Unis et l'Irak, qui est similaire à la relation entre ce dernier et la Chine, si l'on considère les liens commerciaux de la Chine et leur importance dans la réalisation et le maintien d'une stratégie multipolaire. Cette stratégie vise non seulement à contrer l'approche unilatérale des sociétés américaines et occidentales, mais aussi à les confronter politiquement et militairement par le biais d'une politique de « réseau » visant à faire face à la grande puissance économique.

L'influence économique de la Chine au Moyen-Orient s'étend à tous les niveaux, principalement en raison du besoin de Pékin d'importer des matières premières, en particulier du pétrole, qui est probablement le principal moteur de l'économie chinoise. La Chine représente plus de 50% des exportations de pétrole de l'Irak et du Golfe, ainsi que de l'Iran, et a fini par dominer la balance commerciale, devenant ainsi l'une des plus grandes économies du monde. Elle a dépassé les États-Unis pour devenir le premier exportateur mondial en termes de réserves de change.

6a12048e3ea905cff8108b85651938b070753fd2.png

Comme la Chine est une puissance émergente majeure qui cherche à contester la domination occidentale en Afrique et au Moyen-Orient et qu'elle est en mesure d'influencer l'économie mondiale grâce à la gestion de ses riches réserves mondiales de devises, en particulier de dollars américains, Pékin s'intéresse de près à l'Irak, qui constitue une extension stratégique importante du continent asiatique. Les dirigeants chinois ont cherché à établir des relations d'amitié et de coopération avec le régime de Bagdad, profitant des tensions politiques et sectaires entre le gouvernement et divers partis influents sur la question du maintien des États-Unis dans le pays, sans parler de la relation stratégique de la Chine avec l'Iran, qui pourrait faire pencher la balance en sa faveur dans les luttes de pouvoir dans la région.

Il y a aussi le projet de la Nouvelle route de la soie, ou l'initiative « Une ceinture, une route », que la Chine développe et qui façonne ses liens avec le monde ; il a été lancé par le président Xi Jinping en 2013. Ce projet vise à revitaliser les anciennes routes commerciales et à relier les oléoducs, les gares ferroviaires, les ports et les aéroports dans les pays limitrophes de la Russie et du Moyen-Orient afin d'assurer la croissance économique continue du géant asiatique et le développement des exportations vers le Moyen-Orient et l'Europe.

Par conséquent, le développement industriel et économique de la Chine est devenu une source d'inquiétude pour les principaux pays industrialisés, car Pékin a clairement pour objectif d'établir des relations et des alliances pour renforcer sa position dans le système international et soutenir sa stratégie contre l'hégémonie des États-Unis, travaillant ainsi à les retourner en faveur de la Chine - lui donnant un avantage sur le plan international. C'est pourquoi elle cherche à engager des pays d'Afrique et du Moyen-Orient, y compris l'Irak, qui semble être devenu un État prioritaire pour la politique étrangère chinoise. Pékin a fait preuve d'une ouverture diplomatique croissante dans ses relations avec les responsables de Bagdad, sans pour autant négliger les relations étroites entre les États-Unis, l'Occident et l'Irak.

Les dirigeants chinois sont convaincus de l'importance de revitaliser l'Irak pour maintenir leur influence au Moyen-Orient, malgré ses liens étroits avec l'Europe et les États-Unis et la suspension du projet de la route de la soie. Quelle que soit la forme qu'il prendra, il sera financé par des prêts de la Chine. Ce sera l'occasion d'accroître l'influence de l'Irak par le biais de partenariats superficiels, sans trop se soucier de savoir si cela entraînera un grave problème d'endettement pour Bagdad.

main-qimg-03c3f9f75d12982960e237512fb984a0-lq.jpg

Bien que le projet de route de développement annoncé par le gouvernement irakien avec la participation des ministres des transports des pays voisins, y compris ceux du Conseil de coopération du Golfe, ne soit pas tout à fait conforme aux intérêts de la route de la soie chinoise, soutenue par le lobby sino-iranien en Irak, l'accent mis par l'ambassadeur chinois sur le projet et son accord de financement révèlent les objectifs de Pékin.

Il convient de noter que les banques de développement chinoises accordent des prêts importants à des projets dans les pays impliqués dans la construction de la route de la soie, malgré le manque de conditions et de transparence nécessaires pour garantir les prêts en cas d'échec du projet ou de détournement de fonds dû à la corruption généralisée. Dans ce cas, l'Irak pourrait perdre le contrôle et la souveraineté sur ces projets, ce qui permettrait aux banques d'influencer les affaires de l'Irak, qui tomberait dans une dangereuse spirale d'endettement.

Il ne fait aucun doute que les objectifs déclarés de développement et de financement de projets en Irak ne cachent qu'en partie l'intention de la Chine de continuer à accroître son poids économique pour stimuler les exportations vers l'Europe, étant donné la proximité de l'Irak avec la Turquie. Il y a aussi la question du désir de la Chine de dominer l'Afrique et l'Asie culturellement, technologiquement et économiquement, notamment en augmentant son influence économique et militaire au Moyen-Orient.

Tout cela doit être considéré à la lumière du déclin de la présence militaire et économique des États-Unis dans le système mondial et de leur influence sur l'ensemble du Moyen-Orient, en particulier sur l'Irak. Cela pourrait conduire Bagdad à accepter volontairement la Chine et à entrer dans une « zone grise », la rendant finalement otage d'objectifs contradictoires dans un monde multipolaire, étant donné la capacité encore limitée de la Chine à défier et à mettre fin à la présence militaire américaine en Irak.

mercredi, 15 mai 2024

L'Inde intensifie sa coopération avec l'Iran dans le domaine des infrastructures de transport

e418a24a-cee4-48e0-9e62-16ff483f5964.jpg

L'Inde intensifie sa coopération avec l'Iran dans le domaine des infrastructures de transport

Arthur Kowarski 

Source: https://jornalpurosangue.net/2024/05/14/india-intensifica-cooperacao-com-o-ira-em-infraestrutura-de-transportes/

L'Inde a signé un contrat de dix ans avec l'Iran pour développer et exploiter le port iranien de Chabahar, a annoncé le gouvernement indien.

Le port de Chabahar revêt une importance stratégique pour l'Inde: il constitue un lien crucial avec l'Afghanistan, l'Asie centrale et la région eurasienne au sens large.

Chabahar_port_operation_1.png

chabahar-port.jpg

L'accord signé hier entre l'Inde et l'Iran prévoit d'intégrer le port de Chabahar dans le corridor international de transport nord-sud (INSTC), afin de faciliter les échanges entre l'Inde, la Russie et d'autres pays, en passant par l'Iran et, éventuellement, l'Azerbaïdjan.

Chabahar.rota_.jpg

La ligne actuelle en violet et les nouveaux itinéraires possibles en bleu.

Cela permettra à l'Inde de contourner le Pakistan et d'établir un accès direct à l'Afghanistan et, à terme, à l'Asie centrale. Ennemi historique de l'Inde, le Pakistan empêche l'économie à la croissance la plus rapide du monde d'accéder à sa frontière septentrionale, constituée du pays voisin et de la barrière himalayenne.

Le principal avantage de ce corridor passant par Chandahar est qu'il réduit de deux à trois fois le temps nécessaire à la livraison des marchandises, ce qui accroît encore la compétitivité des produits indiens sur ce marché et augmente le potentiel d'un meilleur écoulement de la production de pétrole et de gaz de la Russie et d'autres pays d'Asie centrale vers le marché indien.

L'un des porte-parole du département d'État américain, Vedant Patel, n'exclut pas la possibilité que des entreprises indiennes soient sanctionnées pour leur participation à des activités commerciales avec l'Iran. « Toute entité, toute personne qui envisage de faire des affaires avec l'Iran doit être consciente des risques auxquels elle s'expose et du risque possible de sanctions », a déclaré M. Patel lors d'une audition au Congrès américain.

Historiquement, l'Inde a été l'un des leaders du mouvement des non-alignés et a maintenu une position de détachement par rapport au conflit tout au long de la guerre froide. Elle maîtrise officiellement la technologie militaire pour la fabrication d'armes nucléaires depuis les années 1970, sans perdre le respect des États-Unis et du reste de l'Occident, qui se rapproche de l'Inde en raison de sa rivalité avec la Chine. Même si les États-Unis maintiennent une forte présence au Pakistan.

Si la coopération entre l'Inde et l'Iran se poursuit, on verra jusqu'où ira la menace américaine de sanctionner les entités impliquées dans des affaires avec l'Iran. Si les États-Unis ne renoncent pas à leur hostilité envers la Chine et la Russie, l'ouverture d'un conflit avec l'Inde ne ferait qu'accélérer l'émergence d'un monde multipolaire.

mardi, 14 mai 2024

Baerbock aux yeux de Pékin: veut-elle aussi ruiner les relations avec la Chine?

chinebaerbock.jpg

Baerbock aux yeux de Pékin: veut-elle aussi ruiner les relations avec la Chine?

Source: https://zuerst.de/2024/05/14/baerbock-in-den-augen-pekings-will-sie-auch-das-verhaeltnis-zu-china-ruinieren/

Berlin/Pékin. La ministre allemande des Affaires étrangères Baerbock (Verts) n'a pas seulement ruiné les relations avec la Russie au cours de ces trente derniers mois. Les relations sino-allemandes, traditionnellement plutôt souples et amicales, sont également un sujet d'irritation pour elle.

Dans l'Empire du Milieu, cela n'échappe pas aux observateurs. Ainsi, le portail d'information chinois China.org dresse un bilan plutôt critique du récent voyage de Baerbock dans le Pacifique Sud ("Voyage de Baerbock dans le Pacifique : contrepartie stratégique à la visite de Scholz en Chine ?). Pékin perçoit une division au sein du gouvernement allemand. Lors de sa visite dans le Pacifique Sud, Baerbock aurait tenté de contrecarrer les effets positifs de la visite du chancelier Scholz sur les relations sino-allemandes. Les analystes chinois soulignent que Scholz s'est concentré sur le domaine de la coopération économique. Cela a été perçu comme une étape vers la normalisation des relations bilatérales.

En revanche, la politique des Verts est fortement marquée par l'idéologie, constate le portail. Le parti donne la priorité à la mise en œuvre de « valeurs » plutôt qu'à une politique appropriée et mutuellement avantageuse. Les représentants des Verts comme Baerbock et Habeck agissent ainsi « aux antipodes » du cours pragmatique du chancelier sur la Chine. Baerbock a pour objectif de perturber les efforts entrepris par le chancelier pour normaliser les relations sino-allemandes.

En matière de politique économique, Baerbock mise sur une politique de « de-risking ». L'objectif est de minimiser la dépendance de l'économie allemande vis-à-vis des fabricants chinois. Mais la volonté de se détacher de la Chine augmentera la dépendance de l'Allemagne vis-à-vis des Etats-Unis, prédit China.org. L'Allemagne est dépendante des Etats-Unis dans certains domaines, notamment dans le secteur de la numérisation et de l'Internet, mais aussi dans le secteur de l'énergie, au point de menacer son existence. Baerbock et Habeck donnent aux Etats-Unis la possibilité de détruire l'économie allemande en très peu de temps, écrivent les analystes chinois (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

lundi, 06 mai 2024

Gel à Pékin

01000000-0aff-0242-7a44-08db6f941582_cx0_cy8_cw0_w1080_h608_s.jpg

Gel à Pékin

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/il-gelo-su-pechino/

Il a fait très froid à Pékin ces derniers jours. Le vent était glacial. Et ce n'était pas à cause des caprices de la météo en cet étrange mois d'avril.

C'est un gel diplomatique qui a enveloppé toute la réunion entre le président Xi Jinping et le secrétaire d'État américain Blinken.

Des réunions, y compris celle avec le ministre chinois des affaires étrangères, qui se sont terminées sans déclaration d'intention commune.

C'est extrêmement significatif. Parce qu'au-delà des propos - et, en général, il s'agit de simple rhétorique - émettre une telle déclaration est un usage établi. Et elle permet d'affirmer que les relations entre les deux puissances sont bonnes. Et que des progrès ont été accomplis. Il en est ainsi depuis l'époque de Kissinger et de la diplomatie du ping-pong.

Et c'est ainsi depuis ces années lointaines, lorsque Mao, le Grand Timonier, régnait encore dans la Cité interdite. Les relations bilatérales entre Washington et Pékin sont désormais... glaciales, comme avant le dégel initié par Kissinger.

Les positions entre les deux puissances semblent de plus en plus éloignées. Et le fossé qui les sépare se creuse progressivement. Il devient infranchissable. Notamment parce que la diplomatie de Blinken ne semble pas du tout adaptée pour rassurer Pékin sur les intentions des Etats-Unis.

En effet, demander à la Chine de rompre avec Moscou et de se rallier aux positions du collectif occidental sur la guerre en Ukraine relève tout simplement de la démence.

Pékin est convaincu, et cela ne date pas d'aujourd'hui, que la stratégie de Washington contre la Russie n'est qu'un prélude. Qu'elle est la première phase d'une stratégie offensive plus large et plus complexe. L'objectif ultime de cette stratégie vise la Chine.

Affaiblir la Russie, si possible la conduire à la désintégration, pour empêcher Pékin de trouver un soutien chez un partenaire fort. Capable de fournir les matières premières dont son système industriel a de plus en plus besoin. Comme le fait précisément Moscou aujourd'hui.

En outre, il est difficile de croire aux sourires diplomatiques de Blinken lorsque le Congrès américain vote des paquets d'aide militaire à Taïwan. Et la Maison Blanche poursuit sans relâche une stratégie visant à isoler la Chine dans la région du Pacifique. En tissant une véritable ceinture d'endiguement avec le concours forcé des pays de la région. Et en réarmant le Japon.

Les stratèges de Pékin savent bien que, pour Washington, le contrôle de l'Indo-Pacifique est l'objectif premier et ultime. La défaite de la Russie n'est qu'une mission secondaire.

La Chine a depuis longtemps dépassé les États-Unis en termes de production industrielle. Et elle commence à saper la suprématie monétaire du dollar. Le fait que les Saoudiens acceptent désormais de payer le pétrole en yuans en est le signe révélateur.

L'expansion de la zone BRICS inquiète la Maison Blanche, et plus encore Wall Street. Et l'influence croissante de la Chine et de sa monnaie.

La suprématie américaine risque donc de se réduire progressivement. Et de disparaître peu à peu.

C'est pourquoi les mandarins rouges sont convaincus que Washington s'oriente vers une épreuve de force. En exploitant la supériorité dont les Etats-Unis jouissent encore sur le plan militaire.

Et ils ne voient dans les conflits actuels et potentiels que les préludes d'une stratégie globale. La guerre avec la Russie, Gaza, la mer Rouge, l'Iran... sont interprétés par les Chinois comme des étapes préparatoires à une attaque contre eux. Celle-ci sera probablement déclenchée par la question de longue date que constitue Taïwan.

Pékin ne veut pas la guerre. Sa politique est basée sur un lent et patient travail de pénétration économique dans tous les quadrants géopolitiques. Il s'agit d'acquérir une sorte d'hégémonie sans conflit ouvert.

Mais Xi Jinping et ses dirigeants sont convaincus que Washington fera tout pour empêcher la croissance de la puissance chinoise. Par tous les moyens.

Et, froidement, ils se sont convaincus qu'un choc frontal n'est plus qu'une question de temps. Et, bien sûr, ils s'y préparent. Avec... la patience chinoise.

C'est pourquoi Blinken a trouvé une atmosphère si glaciale pour l'accueillir à Pékin.

samedi, 04 mai 2024

La Mongolie dans la politique mondiale

01497bd59bf70574925c0903fb495628.jpg

La Mongolie dans la politique mondiale

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/la-mongolia-nella-politica-mondiale

La position géopolitique de la Mongolie est déterminée par ses pays voisins: au nord et à l'est, la Russie et à l'ouest et au sud, la Chine. Ces deux pays jouent un rôle clé dans les relations de politique étrangère de la Mongolie.

La Mongolie a récemment signé un partenariat stratégique avec la Russie et la Chine, qui contribuera à diversifier sa politique étrangère et à lui offrir davantage d'opportunités de développement économique.

Les documents officiels régissant la politique étrangère de la Mongolie sont la Constitution, la Stratégie nationale de politique étrangère et le Programme d'action de l'État pour le maintien de la paix et de la sécurité internationales.

Les priorités géopolitiques de la Mongolie comprennent le renforcement des relations amicales avec les pays voisins, le développement de la coopération économique et la participation aux initiatives régionales et internationales.

IMG_2021-1024x683.jpg

L'un des aspects clés est le développement des transports et des liaisons logistiques du pays. La Mongolie travaille activement à l'amélioration de ses infrastructures de transport afin d'offrir un accès plus efficace aux marchés mondiaux.

Le président Ukhnaagiin Khurelsukh et le ministre des affaires étrangères Battsetseg Batmunkhijn sont des figures importantes de la politique mongole, responsables de la politique étrangère du pays.

Des élections parlementaires ont également eu lieu récemment, ce qui pourrait influencer les priorités de la politique étrangère du pays à l'avenir.

La Mongolie participe activement aux traités et accords multilatéraux, tels que l'Organisation de coopération de Shanghai et la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures. Ces initiatives favorisent la coopération avec d'autres pays, offrent de nouvelles opportunités de développement économique et renforcent la position de la Mongolie sur la scène internationale.

Actuellement, les vecteurs de la coopération de la Mongolie avec les pays occidentaux sont les suivants :

    - Les relations commerciales et économiques. La Mongolie coopère activement avec les États-Unis, le Canada, l'UE et le Japon. Cela lui permet de développer son économie, d'attirer les investissements et d'accéder aux technologies modernes.

    - Relations politiques. La Mongolie entretient des relations diplomatiques avec plusieurs pays occidentaux et participe activement aux forums et organisations internationaux. Cela permet au pays de renforcer sa position sur la scène internationale et de protéger ses intérêts.

    - Capital humain. La Mongolie cherche à développer l'éducation et la culture en se concentrant sur l'échange d'étudiants, d'enseignants et de chercheurs avec les pays occidentaux. Cela permet d'améliorer les compétences de la population et de promouvoir le développement de la science et de la technologie dans le pays.

   - Énergie et ressources naturelles. La Mongolie coopère avec les pays occidentaux pour l'extraction du charbon, des métaux et d'autres ressources naturelles. Cela permet au pays de développer son industrie et d'assurer sa sécurité énergétique.

Cependant, l'influence des acteurs occidentaux sur la politique étrangère de la Mongolie n'est pas toujours à sens unique. D'une part, la coopération avec les pays occidentaux aide la Mongolie à développer et à renforcer ses relations avec la communauté internationale. D'autre part, certains critiques estiment que la Mongolie pourrait devenir dépendante des pays occidentaux et perdre sa souveraineté.

Les entreprises étrangères jouent également un rôle important dans l'économie mongole. Des entreprises des États-Unis, du Canada, d'Australie, du Royaume-Uni et d'autres pays opèrent sur son territoire. Elles investissent activement dans l'extraction du charbon, des métaux, du pétrole et du gaz, ainsi que dans le tourisme, la construction et l'agriculture. Cela contribue au développement de l'économie mongole, à la création d'emplois et au progrès technologique.

d8eefad1b071c0e8bad8306ddb3432b4.jpg

Par conséquent, les vecteurs de la coopération entre la Mongolie et les pays occidentaux sont très variés et ont un impact significatif sur le développement du pays dans différents secteurs.

Les plus grands projets internationaux modernes en Mongolie sont les suivants :

    - Le dépôt de charbon de Shatskoye. Le groupe Shenhua, une entreprise chinoise, développe une mine de charbon en Mongolie. Ce projet est l'un des plus gros investissements dans l'industrie du charbon du pays.

    - Projet ferroviaire Oulan-Bator - Choyr - Zamyn Uud - Oulan-Bator. Ce projet, auquel participent les chemins de fer russes et Genghis Haan, vise à moderniser et à construire l'infrastructure ferroviaire en Mongolie.

    - Projet d'exploitation aurifère Oyuu Tolgoi. L'entreprise australienne Rio Tinto et l'entreprise publique mongole Erdenes Tavan Tolgoi travaillent au développement du projet aurifère à grande échelle Oyuu Tolgoi. Ce projet revêt une importance stratégique pour l'économie mongole et attire d'importants investissements.

    - Centrale solaire de Sambuu. L'entreprise française Engie développe un projet de construction de la centrale solaire de Sambuu en Mongolie. Ce projet permettra de réduire la dépendance du pays à l'égard des importations d'électricité et de réduire les émissions de dioxyde de carbone.

    - Projet de fonderie Oyuut Olzai. L'entreprise chinoise Ganfeng Lithium développe le projet de fonderie Oyuut Olzai en Mongolie. Ce projet vise à répondre à la demande de lithium utilisé dans la production de batteries pour les véhicules électriques et d'autres machines.

Ces projets et d'autres sont importants pour le développement économique de la Mongolie et attirent les investissements des entreprises étrangères, contribuant ainsi à la diversité de l'économie du pays.

Les intérêts vitaux actuels de la Mongolie se concentrent principalement sur le développement économique, la sauvegarde de son indépendance et de sa souveraineté, et la protection de l'environnement.

Les intérêts économiques du pays comprennent le développement du tourisme, l'extraction des ressources naturelles (principalement le charbon, le cuivre, l'or et l'uranium), le développement de l'agriculture et des infrastructures.

5bcee0b17ec333849e80206e26e9d184.jpg

Les intérêts politiques de la Mongolie sont le maintien de relations amicales avec les pays voisins, notamment la Russie, la Chine et les États-Unis, et le renforcement de sa position au sein de la communauté internationale.

L'un des principaux intérêts environnementaux de la Mongolie est de lutter contre les menaces qui pèsent sur les ressources du sol et l'agriculture du pays. Les efforts visant à préserver la biodiversité et à protéger le mode de vie traditionnel du peuple mongol, qui dépend des ressources naturelles pour sa survie, sont également importants.

20:27 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, mongolie, asie, affaires asiatiques | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 30 avril 2024

Akhand Bharat. Grande Inde

fdf9b03f191c3171b962948e756c2403.jpg

Akhand Bharat. Grande Inde

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/akhand-bharat-velikaya-indiya

À la surprise générale, l'Inde est aujourd'hui l'économie qui connaît la croissance la plus rapide. Le PIB du pays a augmenté de 8,4% en 2023. D'ici 2027, elle deviendra la troisième économie mondiale. Si cette tendance se poursuit, l'Inde a des chances de dépasser les États-Unis et même la Chine dans les années 2030.

L'Inde est un leader tant sur le plan démographique que sur celui des technologies de l'information. La diaspora indienne contrôle désormais un segment important de la Silicon Valley, et le premier ministre britannique est un Indien de souche, Rishi Sunak, tout en étant un libéral-mondialiste. Il est intéressant de noter que Vivek Ramaswamy, un influent politicien conservateur du Parti républicain américain, fervent partisan de Trump, également d'origine indienne, est l'antipode idéologique complet de Sunak. Quoi qu'il en soit, les Indiens montent partout au créneau.

Nous avons affaire à un phénomène entièrement nouveau - la naissance d'un nouveau centre du monde se déroule sous nos yeux. L'Inde doit une grande partie de son succès au nouveau tournant politique qui a suivi l'arrivée au pouvoir du parti conservateur Bharatiya Janata Party. En réalité, l'Inde moderne a été fondée par un autre parti, de gauche et progressiste, le Congrès national indien, lors de la décolonisation. Bien sûr, la plus grande valeur pour les Indiens après l'indépendance était la libération des effets du colonialisme, mais l'Inde est restée membre du Commonwealth postcolonial des Nations, dominé par les Britanniques et s'est fermement accrochée à la démocratie installée par les Britanniques, se targuant même d'être "la plus grande démocratie du monde". Le Congrès s'est contenté de donner au pays une indépendance politique vis-à-vis de ses anciens maîtres, mais a accepté d'imiter le paradigme sociopolitique, économique et culturel de l'Occident.

Le monopole du Congrès sur le pouvoir en Inde a d'abord été ébranlé par la victoire d'un parti conservateur alternatif de droite, le Bharatiya Janata Party, lors des élections de 1996 à la chambre basse du Parlement (Lok Sabha). Ce parti est lui-même issu du mouvement extrêmement conservateur Rashtriya Swayamsevak Sangh, créé en 1980.

980468c3ecc3fea0b1466017d53b2f82.jpg

Narendra Modi est devenu le premier ministre de ce parti en 2014 et le reste jusqu'à ce jour. Selon les analystes, Modi a toutes les raisons de conserver son poste lors des élections de 2024, qui ont débuté le 19 avril et se termineront le 1er juin.

Le règne du Bharatiya Janata Party et le charisme politique personnel de Modi ont fondamentalement changé l'Inde. D'ailleurs, sous Modi, le nom officiel de l'Inde a été remplacé par le nom sanskrit Bharat. Le fait est que Modi s'appuie sur une idéologie complètement différente de celle du Congrès national indien.

Au départ, la lutte de l'Inde pour son indépendance vis-à-vis des Britanniques s'est déroulée dans deux directions : l'une douce et pacifiste, incarnée par le Mahatma Gandhi, qui a misé sur la résistance non violente, et l'autre plus militante et intransigeante, représentée par des personnalités telles que le traditionaliste indien Bal Gangadhar Tilak, le fondateur du Rashtriya Swayamsevak Sangh, Keshav Hedgewar, et le nationaliste Vinayak Savarkar.

bal-gangadhar-tilak1690087935742.jpg

KB-Hedgewar.jpg

Savarkar.jpg

Tilak, Hedgewar et Savarkar

Les Britanniques, au moment où ils s'en sont allés, ont discrètement confié le pouvoir en Inde (après avoir cédé un certain nombre de territoires habités par des musulmans - le Pakistan et le Bangladesh, ainsi que le Sri Lanka, le Bhoutan et le Népal) au Congrès, estimant que ce parti maintiendrait l'Inde dans la zone d'influence anglo-saxonne et la conduirait sur la voie de la modernisation et de l'occidentalisation (avec des spécificités régionales), c'est-à-dire qu'une certaine forme de contrôle colonial serait conservée.

En revanche, les principaux opposants au Congrès, dès le début de la lutte pour l'indépendance, estimaient que l'Inde n'était pas seulement un pays ou une ancienne colonie, mais le territoire d'une civilisation puissante et distincte. C'est ce que nous appelons aujourd'hui un État-civilisation. Cette idée a été formulée pour la première fois par Kanaiyalal Munshi et a été appelée "Akhand Bharat", "Inde indivise" ou "Grande Inde".

En 2022, Narendra Modi a fait de la "décolonisation de l'esprit indien" son principal objectif. Et devant nous apparaît aujourd'hui une Inde que nous ne connaissions pas du tout - une Inde conservatrice de droite, un État-civilisation védique, une Grande Inde engagée sur la voie de la souveraineté totale.

Bien sûr, un observateur superficiel remarquera une contradiction: l'Inde se rapproche géopolitiquement des États-Unis et d'Israël, elle est entraînée dans un conflit frontalier croissant avec la Chine (d'où la participation de l'Inde à plusieurs blocs régionaux anti-chinois tels que le QUAD, etc.), et les relations avec le monde islamique deviennent plus aiguës - tant à l'intérieur de l'Inde qu'à l'égard du Pakistan. Si les traditionalistes indiens veulent "décoloniser l'esprit indien" et lutter contre la civilisation matérielle occidentale, qu'ont-ils en commun avec les États-Unis ?

Pour lever cette ambiguïté, nous pouvons nous pencher sur l'histoire de la montée en puissance de la Chine moderne. Dès la fin des années 1970, les représentants du Conseil américain des relations extérieures (CFR), et en particulier Henry Kissinger, ont personnellement proposé à la Chine un partenariat bilatéral contre l'URSS, afin de briser définitivement le camp socialiste. La Chine, sous la direction de Deng Xiaoping, en a profité pour se transformer progressivement, en l'espace de 40 ans, d'un client économique des États-Unis, elle est devenue un puissant pôle indépendant avec lequel les États-Unis sont désormais entrés en concurrence et, en fait, en guerre commerciale. L'escalade du problème autour de Taïwan permet de prédire le passage de cette confrontation à une phase chaude.

Aujourd'hui, les mêmes forces mondialistes occidentales ont décidé de soutenir l'Inde, cette fois contre la Chine. Et Modi, fort de l'expérience chinoise, a adopté cette stratégie. Mais tout comme la Chine a utilisé la mondialisation à ses propres fins, non pas en perdant mais en renforçant sa souveraineté, la Grande Inde a l'intention de faire de même. D'abord, en tenant compte des réalités objectives de la politique internationale, pour maximiser sa puissance, accroître le bien-être de son immense population, le volume de son marché intérieur, sa puissance militaire, son potentiel technologique, et ensuite, au moment opportun, pour émerger en tant que pôle totalement indépendant et souverain.

maxsorosindiafault.jpg

Cette stratégie est mieux comprise par les mondialistes eux-mêmes. Ainsi, George Soros et sa Fondation Open Society, interdite en Russie, qui s'est ouvertement fixé comme objectif principal la lutte contre la tradition, la souveraineté et les cultures et sociétés indépendantes, ont déclaré la guerre à Narendra Modi et au Bharatiya Janata Party. Ce faisant, il a non seulement soutenu l'opposition du Congrès, mais aussi activement alimenté la discorde sociale et ethnique en Inde, notamment en appelant les Dalits (une caste répertoriée très répandue) à se révolter contre Modi. Il s'agit là d'une autre version de la "révolution colorée", modus operandi par lequel les mondialistes mènent la charge.

La Russie doit simplement prendre conscience des changements fondamentaux qui se produisent en Inde. C'est un pays très différent de celui avec lequel nous avons construit une relation assez étroite pendant la période soviétique. Oui, les Indiens éprouvent encore beaucoup de sympathie et de nostalgie à l'égard des Russes. Et cela s'applique non seulement aux gauchistes du Congrès (où, soit dit en passant, sous l'influence de Soros, les voix des russophobes se font de plus en plus fortes), mais aussi aux traditionalistes de droite. Et dans ce cas, le rôle clé n'est pas joué par l'inertie, mais par une compréhension claire du fait que la Russie se déclare comme un État-civilisation, qu'elle est une force majeure dans la construction d'un monde multipolaire et qu'elle traverse également une sorte de "décolonisation de la conscience". Alors que l'Inde connaît certains problèmes de conflit - en particulier dans les zones frontalières - avec la Chine, un autre État de civilisation et un autre pôle du monde multipolaire, il n'y a rien de tel avec la Russie, même dans un avenir lointain.

Dans le même temps, nous ne devrions pas nous rapprocher de l'Inde en dépit de notre partenariat stratégique étroit avec la Chine. Au contraire, nous avons un intérêt vital à résoudre les relations entre ces deux grandes puissances, car si un conflit éclate entre elles (ce à quoi l'Occident pousse), les perspectives d'un monde multipolaire seront repoussées indéfiniment. La Russie se dresse aujourd'hui pour défendre ses valeurs traditionnelles. Dans ce cas, nous devrions mieux comprendre tous ceux qui se sont levés pour défendre les leurs.

Et puis le partenariat énergétique, les plans stratégiques pour le corridor de transport Nord-Sud, les processus d'intégration eurasiatique, la coopération en matière de haute technologie (et l'Inde est aujourd'hui l'un des leaders mondiaux en matière d'informatique) et la sphère financière vont acquérir une nouvelle dimension idéologique : les traditionalistes intéressés par la souveraineté civilisationnelle et par l'arrêt de l'expansion de l'hégémon occidental se comprendront bien mieux que quiconque.

jeudi, 25 avril 2024

Comment Modi a changé la politique étrangère de l'Inde

5a23de3_1644014296281-capture-decran-2021-05-03-a-01-32-24.png

Comment Modi a changé la politique étrangère de l'Inde

Mohamed Zeeshan

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/come-modi-ha-cambiato-la-politica-estera-indiana

Dans un monde géopolitiquement fragmenté, le Premier ministre indien a réussi à obtenir un soutien extraordinaire de la part des États-Unis tout en courtisant publiquement ses plus grands ennemis.

Alors que le Premier ministre indien Narendra Modi brigue un troisième mandat lors des élections législatives qui débuteront le mois prochain, sa campagne s'appuiera sur les nombreuses façons dont il a transformé l'Inde au cours de sa décennie au pouvoir.

La politique étrangère ne fait pratiquement jamais partie du discours électoral indien, mais Modi a fait une exception. Avant la campagne électorale, son parti, le Bharatiya Janata Party (BJP), a mis l'accent sur le slogan de Modi consistant à positionner l'Inde en tant que "vishwaguru" ou leader mondial. Ce terme a fait son apparition sur la scène internationale lorsque l'Inde a accueilli le G-20 l'année dernière ; d'impressionnantes bannières représentant Modi et les différentes réunions du G-20 ont alors été érigées dans tout le pays.

Le fait que Modi révèle vigoureusement la politique étrangère dans le discours public indien représente un changement notable par rapport au passé, lorsque les événements de politique étrangère étaient largement inconnus en dehors des couloirs et des chancelleries de New Delhi. Cette participation plus large du public serait la bienvenue si elle stimulait un débat éclairé, la transparence et la responsabilité des résultats de la politique étrangère. Mais dans un contexte de polarisation communautaire et de recul de la liberté de la presse, le discours public n'a fait que compliquer les relations de l'Inde avec plusieurs pays, en particulier ses voisins.

Prenez, par exemple, le différend actuel entre l'Inde et les Maldives. Au début de l'année, les Maldives ont demandé à New Delhi de retirer les troupes indiennes de ses îles stratégiquement importantes. Le point culminant a été atteint après que des dirigeants politiques, des célébrités et des journalistes indiens ont réagi avec colère aux commentaires désobligeants de trois ministres maldiviens à l'égard de Modi. Le gouvernement maldivien a suspendu les ministres en question, ce qui n'a pas empêché les appels au boycott économique en Inde. En conséquence, les arrivées de touristes indiens aux Maldives ont considérablement diminué au cours des derniers mois.

mmaldive.gif

Dans le droit fil de cette révélation de la politique étrangère, Modi a redéfini l'identité de l'Inde sur la scène mondiale, passant d'une démocratie laïque à un État-civilisation hindou.

Pendant des décennies, l'Inde s'est présentée comme le modèle de la démocratie libérale dans le monde en développement. Sous les régimes précédents, New Delhi avait mis en avant la culture syncrétique et multireligieuse de l'Inde et sa capacité unique à promouvoir et à embrasser la diversité, alors que ses voisins sombraient dans les guerres civiles et le chaos communautaire.

Mais Modi a utilisé la politique étrangère pour épouser presque exclusivement des causes nationalistes hindoues: l'exportation de l'ancienne culture hindoue, l'effacement de l'art et de l'histoire islamiques et l'inauguration de temples hindous à l'étranger.

Cela a également modifié la nature de la diaspora indienne, avec des implications considérables. Les Indiens et les personnes d'origine indienne à l'étranger constituent la plus grande diaspora de tous les pays du monde et ont longtemps contribué à soutenir les politiques favorables à New Delhi. En particulier, dans les années 2000, après que l'Inde a fait l'objet de sanctions pour ses essais nucléaires, les groupes de la diaspora ont fait pression pour donner une légitimité mondiale à l'Inde en tant que puissance nucléaire. Cela a conduit à l'accord nucléaire historique entre l'Inde et les États-Unis et a incité des pays comme l'Australie à reconsidérer les interdictions d'exportation nucléaire.

Mais la cohésion de la diaspora en tant que lobby pour les intérêts de New Delhi est aujourd'hui remise en question. Selon une enquête menée en 2020 par la Fondation Carnegie pour la paix internationale, basée à Washington, auprès des Américains d'origine indienne, 69% des hindous des États-Unis approuvent la performance de Modi en tant que premier ministre, contre seulement 20% des musulmans et 34% des chrétiens.

Cette polarisation communautaire a également conduit à des épisodes de violence communautaire parmi les Sud-Asiatiques en Occident, notamment des émeutes de rue, des rassemblements politiques et des attaques contre des temples. À certaines occasions, New Delhi a même embrassé cette polarisation au lieu d'essayer de la réduire. À la suite des violences entre hindous et musulmans dans la ville anglaise de Leicester en 2022, par exemple, le haut-commissariat indien à Londres a publié une déclaration résolument partiale qui ne faisait référence qu'à la "vandalisation de locaux hindous et de symboles de la religion hindoue" et ne mentionnait pas les victimes musulmanes.

0b37a2a75a242122286ae8ac32d8fe7e.jpg

Cependant, malgré ces changements transformateurs dans la grande stratégie et la géopolitique, Modi n'a pas représenté un grand changement. Comme ses prédécesseurs, Modi envisage l'Inde comme un pôle indépendant dans un monde multipolaire. Dans la poursuite de cet objectif, Modi a également maintenu la politique indienne de neutralité, de non-alignement et d'isolement.

Sur un large éventail de questions - de la guerre en Ukraine à la guerre de Gaza, de l'Iran à Taïwan - l'Inde n'a toujours pas réussi à articuler une position politique cohérente. Chaque fois que New Delhi s'est exprimée, elle l'a fait pour défendre son droit au silence et à la neutralité.

En corollaire, Modi a également poursuivi et étendu les efforts des gouvernements précédents en recherchant une série d'alliances avec des pays qui sont des ennemis déclarés les uns des autres. L'Inde s'est ainsi sentie très à l'aise au sein de la Quadrilatérale (avec les États-Unis et leurs alliés) et de l'Organisation de coopération de Shanghai (avec la Chine, la Russie et leurs alliés). Elle a également été en mesure d'obtenir des armes de pointe auprès des États-Unis tout en recherchant des possibilités de développement conjoint de la défense avec la Russie.

fc8815b63653c96dfe3c0fcf1fbcf10f.jpg

Sur ce front en particulier, Modi a probablement enregistré son succès le plus important et le plus notable. Dans un monde géopolitiquement fragmenté, peu de grandes puissances ont réussi à susciter la coopération avec les États-Unis et à courtiser publiquement leurs plus grands ennemis. L'Inde est une exception frappante. En exploitant habilement les craintes de Washington à l'égard de la Chine, Modi a réussi à obtenir un soutien extraordinaire de la part de la Maison Blanche tout en refusant activement de donner quoi que ce soit en retour.

L'Inde refuse, par exemple, de s'engager à soutenir les États-Unis dans l'un de leurs principaux objectifs géopolitiques, que ce soit en Europe ou au Moyen-Orient. Elle continue également de rejeter les demandes d'accès à des bases dans l'Indo-Pacifique, contrairement aux Philippines. Enfin, elle ne s'engagera pas à combattre aux côtés des forces américaines en cas de conflit avec la Chine, contrairement à d'autres alliés des États-Unis en Asie.

Mais la question pour Modi - s'il revient au pouvoir cette année - sera de savoir combien de temps cet accord déséquilibré pourra être maintenu avec Washington.

Bien que Modi ait peu modifié la stratégie de neutralité et d'indépendance adoptée de longue date par l'Inde, son gouvernement est confronté à un ensemble d'incitations et d'intérêts différents de ceux des gouvernements précédents. Comme je l'ai expliqué dans mon livre Flying Blind : India's Quest for Global Leadership, publié en 2021, les politiques intérieures et le modèle de croissance d'une Inde libérale, laïque et démocratique ont donné à New Delhi de nombreux points communs avec les normes et les valeurs de l'Occident. Mais ces dernières années, la politique intérieure de l'Inde a donné à Modi un terrain d'entente de plus en plus large avec des pays comme la Chine et la Russie, sur des questions telles que la réglementation des droits de l'homme et des droits commerciaux, l'expansion du contrôle de l'État sur divers domaines politiques et la limitation des valeurs occidentales dans la gouvernance mondiale.

La gestion extraordinairement réussie par Modi de ces tensions inhérentes à sa relation avec les États-Unis est peut-être sa plus grande réussite en matière de politique étrangère.

samedi, 06 avril 2024

La guerre des banquiers contre la Chine

ChineCroissanceFinance.jpg

La guerre des banquiers contre la Chine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/04/04/pankkiirien-sota-kiinaa-vastaan/

Alors que débute l'année du dragon, "l'empire anglo-sioniste lance sa guerre contre la Chine", estime Richard H. Solomon. Jusqu'à présent, la Chine a fait preuve "d'une humilité et d'une retenue incroyables, ne réagissant que très peu aux insultes et provocations scandaleuses de l'administration néoconservatrice américaine".

solomon_richard_h.jpg

41gGdwCWIyL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

51LDbW-FkNL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

A1yOgI6OAkL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Les citoyens européens n'ont pas à prendre parti par réflexe dans ce combat de titans, mais ils ne doivent pas non plus défendre les intérêts de politique étrangère des États-Unis et de leur troupeau de vassaux. La Chine est une superpuissance dirigée par le parti communiste, et alors ? Nous devons regarder au-delà des ismes et des mots et évaluer les actes.

Il n'y a plus d'"Amérique" libre ni d'États-nations européens indépendants. Le soi-disant "Occident" n'est rien d'autre qu'une "coalition de cartels financiers, de multinationales, d'oligarques, du complexe militaro-industriel, de l'État profond et du lobby sioniste", dont les jours de gloire sont (heureusement) révolus.

"Comme tous les empires pathologiquement corrompus en phase finale, l'Occident dément rêve de renouveau", constate Solomon. Ses sujets ne peuvent qu'"essayer d'éviter d'être submergés par les raz-de-marée d'un géant en train de sombrer".

Les survivants de la destruction de l'Occident peuvent se regrouper et "adopter le principe de la coprospérité, avec la Chine comme principal acteur mondial, éclairant le chemin de l'humanité vers une civilisation Star Trek de type deux sur l'échelle Kardashian".

La Chine s'est efforcée de rester en dehors du conflit, mais à un moment donné, Pékin devra peut-être riposter lorsque les provocations "biologiques, économiques et militaires" de Washington et de Londres iront trop loin et dépasseront même la tolérance confucéenne. Sur la base des actions américaines, l'agression ne fera que s'intensifier.

Selon Solomon, la bonne dissuasion pour la Chine consisterait à mettre sa "propre peau dans le jeu". Les cosmopolites sans racines de la puissance monétaire occidentale ne sont pas seulement des parasites de la société et des profiteurs aux dépens des autres, mais aussi des lâches matérialistes qui ne veulent pas mourir.

Alors qu'ils peuvent condamner à mort des millions ou des milliards de personnes simplement pour leurs propres intérêts égoïstes, la superclasse dirigeante est prête à tout pour maintenir sa propre existence. "Les services de renseignement chinois devraient localiser tous leurs bunkers et villes souterraines et faire savoir que si une guerre majeure éclate, la Chine les frappera", conclut M. Solomon.

Les cercles financiers de Wall Street ont autrefois délocalisé l'industrie manufacturière américaine en Chine, afin de transformer l'Amérique en une économie fondée sur l'usure, en vendant de la dette dans l'espoir que la Chine achèterait cette dette et laisserait les initiés de Wall Street contrôler également l'économie chinoise.

Ce modèle économique était connu sous le nom de "Chimerica". Bien que la Chine ait initialement bénéficié de cet arrangement, Solomon affirme que Pékin a rejeté une relation symbiotique dans laquelle "la classe sans racines de Wall Street prendrait le contrôle de la civilisation chinoise vieille de cinq mille ans après avoir vidé les États-Unis de leur substance".

chinese-banks-avoiding-the-peripheral-players-social.jpg

Néanmoins, certains affirment que toute la confrontation Est-Ouest n'est que du théâtre Kabuki et que la Chine serait déjà sous le contrôle du cartel bancaire Rothschild et Rockefeller (c'est-à-dire les propriétaires de la planète). Solomon n'est pas d'accord.

Le "techno-féodalisme" idéalisé par les esclavagistes occidentaux exige non seulement la destruction des différentes cultures, mais aussi la transformation génétique de la classe dirigeante. Selon le protocole transhumaniste de la clique de Davos, les dirigeants chinois devraient être prêts à détruire la culture et l'ADN de leur peuple, vieux de cinq mille ans.

Solomon ne croit pas que les dirigeants chinois soient prêts à une telle chose. "Si certaines des innovations technologiques chinoises sont liées à la sécurité nationale, la technologie est principalement utilisée pour améliorer la vie des citoyens chinois, ce qui est tout à fait contraire à la politique américaine.

Un "avenir chinois" après l'hégémonie américaine serait plus prometteur que l'ancien régime, affirme Solomon, ne serait-ce que parce que la Chine "n'a jamais mené dans son histoire une politique d'agression militaire ou de conquête en dehors de son propre territoire". La Chine "a même construit un mur pour empêcher les barbares d'entrer".

Solomon souligne que la coopération de la Chine avec les puissances étrangères est basée sur une transaction, une interaction mutuellement bénéfique dans laquelle des services ou des biens sont échangés. Contrairement à l'Occident et à son libéralisme, la Chine ne cherche pas à mettre le monde entier à son image.

Qu'en est-il de la pandémie des taux d'intérêt, dont on dit qu'elle a commencé en Chine ? La Chine n'a pas suivi la technologie ARNm de l'Occident, mais a offert à ses citoyens des vaccins traditionnels. "Bien que certains fonctionnaires chinois pro-occidentaux aient insisté sur les livraisons d'ARNm de Pfizer et sur la production nationale d'ARNm, le parti communiste a résisté à la pression de la classe politique américaine", explique Solomon.

Le parti communiste a peut-être réagi de manière excessive en adoptant une stratégie extrêmement rigoureuse, mais selon Solomon, c'est parce que la Chine était confrontée à une attaque biologique. Pour des "événements futurs" similaires, il conseille également aux Occidentaux de s'appuyer sur "le zinc, les vitamines C et D et la médecine traditionnelle chinoise".

Du point de vue de Solomon, la Chine reste "le principal rempart contre les envahisseurs de l'empire anglo-sioniste américain et les sous-fifres de leur mafia financière mondiale".

Étant donné "le pouvoir monstrueux des banquiers internationaux, l'empereur président Xi doit jongler avec un enchevêtrement complexe de neutres, d'alliés et d'adversaires pour mener la Chine à la victoire, ce qui, dans un sens plus large, signifie la survie de l'espèce humaine". Solomon considère que Xi défend "les principes fondamentaux du Tao".

bea4f93877047e80c147cc3758d0e024.jpg

J'espère que Solomon a raison, même si je suis souvent frustré par les actions (ou l'inaction) des grandes puissances et les machinations des cercles financiers qui se cachent derrière la gouvernance mondiale. Quelle que soit la vérité ultime, nous vivons une époque dangereuse mais intéressante, dans des limbes précaires entre le nouvel et l'ancien ordre mondial.

Selon le philosophe Oswald Spengler, l'Occident est déjà condamné. "Le génie occidental a fait passer le monde des chevaux et des chars à la société industrielle moderne. Il en a résulté de nombreuses créations incroyables, mais aussi beaucoup de souffrance et de mort", résume Solomon. C'est pourquoi il souhaite suivre "l'évolution de la Chine vers l'autoréalisation nationale".

Mais Solomon est (trop ?) optimiste et ne peut s'empêcher d'avoir une pensée pour l'Occident. "Si la philosophie occidentale intègre les principes de la loi du karma pour établir un équilibre yin-yang et que l'Europe rejoint la Chine et la Russie dans une alliance eurasienne, je crois que le rétablissement et la réintégration positive de l'Occident dans la famille mondiale sont encore possibles.

vendredi, 05 avril 2024

Pour la première fois, les pays de l'ANASE préfèrent la Chine aux États-Unis en matière d'investissement dans la défense militaire

63ccc073b1aa0.jpg

Pour la première fois, les pays de l'ANASE préfèrent la Chine aux États-Unis en matière d'investissement dans la défense militaire

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/per-la-prima-volta-i-paesi-asean-preferiscono-la-cina-agli-usa-gli-investimenti-alla-difesa-militare/

Qui choisir entre la Chine et les États-Unis? L'an dernier, la question posée par un institut de recherche aux entrepreneurs publics et privés, ainsi qu'aux universitaires et chercheurs, des pays de l'Asie du Sud-Est (Asean) indiquait une nette prépondérance pour Washington, avec 61,1% contre 38,9% de préférence pour Pékin. Et cette année? Selon les médias italiens, l'isolement de Xi Jinping s'est accru, tout comme celui de la Russie. En effet, pour la première fois, la Chine dépasse les États-Unis, mais de peu : 50,5 contre 49,5%.  De peu, mais c'est un bond considérable en 12 mois.

Les pays qui apprécient le plus la Chine sont la Malaisie (75,1%), l'Indonésie (73,2%) et le Laos. Du côté américain, on trouve les Philippines (83,3%) et le Viêt Nam (79%).

De toute évidence, ces deux camps représentent un choix extrême, car tous les pays préféreraient ne pas avoir à choisir. Ils préféreraient faire des affaires avec les deux candidats. Toutefois, il existe une différence significative entre les deux camps. Les États-Unis sont appréciés par ceux qui, par crainte de Pékin, attendent une protection militaire nord-américaine. Et le déclin de la popularité de Washington est précisément lié à l'impression que les États-Unis accordent peu d'attention à l'Asie du Sud-Est, préférant s'occuper de la guerre en Ukraine ou du soutien à la boucherie israélienne.

Le choix de la Chine dépend, quant à lui, des investissements de Pékin dans les différents pays de l'Asean. Chemins de fer, ports, routes, industries. Bref, les projets de la Route de la soie qui, selon la désinformation italienne, ont été mis en veilleuse et reportés sine die. Les Asiatiques, évidemment, n'ont pas remarqué ces annulations de projets et apprécient les chemins de fer qui ont été mis en service, les ports qui fonctionnent, les usines qui créent des emplois.

En revanche, en Italie, il était nécessaire de justifier la sortie de l'accord avec Pékin et, par conséquent, il était indispensable de dissimuler les faits et les travaux réalisés ou en cours de réalisation en Asie.

20:25 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, anase, asie, affaires asiatiques, chine, états-unis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 04 avril 2024

La montée en puissance de la Chine et l'effondrement de l'Occident

2d1c67ad522ce2b9f0940aff49cf8a2b.jpg

La montée en puissance de la Chine et l'effondrement de l'Occident

par Maurizio Bianconi

Source: https://www.destra.it/home/lavanzata-della-cina-e-il-tracollo-delloccidente/

Lorsque le mur de Berlin est tombé (en 1989), on a dit que la démocratie avait vaincu le communisme. Il allait de soi que le soi-disant "monde libre" était désormais l'arbitre et le maître de la planète. 45 ans plus tôt, des nationalismes agressifs, dirigistes et impitoyables avaient été vaincus. Puis ce fut l'effondrement des régimes libertaires, collectivistes et classistes.

Le libéralisme, sans plus de contrepoids symétriques, perd toute réserve et devient - dit-on - "sauvage". Il a déclenché l'offensive spéculative, la croissance quantitative, réduisant de plus en plus les droits, les protections du travail, les identités des personnes et des communautés. Il a eu des illusions d'hégémonie et d'homogénéisation du monde.

Même cette partie orientale qui se présentait comme une terre de conquête: la Chine. Un milliard et demi de personnes à transformer en consommateurs et en main-d'œuvre bon marché. Un faux pas a été commis. L'entrée de la Chine dans l'W.T.O. (World Trading Organisation), c'est-à-dire son entrée dans la sphère du libre-échange.

5-Online-course-Structuring-Values-in-Modern-China-The-Chinese-University-of-Hong-Kong-abroadship.org_.jpeg

Dans les intentions, il s'agissait d'une stratégie de conquête et d'élimination progressive du collectivisme chinois, accompagnée d'une campagne d'augmentation des investissements, de circulation de l'argent, d'exploitation de la production sans droits et d'excellents profits, d'ouverture des crédits et des marchés. Ce qui est arrivé à l'Occident, c'est comme les joueurs de cornemuse des montagnes: ils sont allés jouer et ont été joués. Le communisme n'a pas été vaincu, il est vivant et bien vert.

Avec une patience toute chinoise, pas à pas, les Chinois ont commencé à mettre le pied à l'Ouest et à faire leur chemin. De victimes désignées, ils se sont lentement imposés comme premiers acheteurs de produits essentiels à la production de base, ont occupé des marchés concurrentiels et acheté des titres de la dette des gouvernements occidentaux. Ils ont littéralement acheté l'Afrique au kilomètre carré et les matières premières qu'elle possède en son sol, dans ses ports et ses escales en Occident. Ils se sont assurés, grâce à l'aide et aux intérêts productifs et commerciaux, le contrôle politique de territoires que l'Occident supposait être son domaine exclusif. Ils s'apprêtent à monopoliser l'électricité et à profiter de l'économie verte sans même en respecter les règles.

Avec la technique chinoise des mille blessures (en chinois, lingchi), ils démolissent le colosse et s'imposent comme une puissance mondiale antagoniste de l'Occident et destinée à la suprématie. Le communisme, depuis le de profundis récité à tort et à travers, triomphe sans jamais être mort, mais n'a seulement été vulnérable que dans son expression soviétique. Aujourd'hui, mêlé au sentiment national, à l'amour patriotique et au libre marché dûment hétérodirigé par l'État, il a donné naissance à une sorte de facho-communisme gagnant.

Le principe d'identité et l'impérialisme russe, repoussé dans l'orbite chinoise par les choix politiques occidentaux, gagnent aussi. La Russie suit son cours et renaît à l'ombre du bloc de l'Est, rendant contre-productif le siège de l'OTAN à ses frontières. Nous nous sommes empêtrés dans une guerre qui était le résultat d'une revanche historique et de provocations récentes dans l'espoir que l'économie spéculative des banques et de la finance en tirerait profit et que la Russie, en tant qu'agresseur, serait affaiblie.

ffd99c203c8ad92e5263043385d339e0.jpg

En réalité, l'Occident s'est enlisé dans un bourbier que la ruse millénaire de l'Orient a aussi fait croître. Il s'est retrouvé plongé dans la Troisième Guerre mondiale polycentrique, où la Chine - jusqu'à présent indirectement - frappe par segments, par petits points générant de la douleur. Les États-Unis et l'Occident se voient minés dans des positions, des marchés, des zones d'influence tandis que la République populaire de Chine occupe des espaces économiques et des positions stratégiques. L'Union européenne joue son rôle de serviteur obtus des Etats-Unis et entraîne ses pays membres dans le tourbillon.

Toute tragédie a son côté comique. Alors que l'échec de l'économie spéculative se déroule sous nos yeux et que la Chine triomphe et se développe à nos dépens, l'un des meneurs du jeu (européen), Mario Draghi, ne craint pas le ridicule et déclare que grâce à ces choix, la richesse et le bien-être du monde ont augmenté. L'exemple, dit-il, ce sont les 800 millions de Chinois qui ont considérablement augmenté leur niveau de vie.

"Oh, bravo !", s'exclame-t-on. Les succès chinois aux dépens de l'Occident seraient la preuve de la réussite des choix occidentaux de soumettre la Chine. Ici, on ne sait pas s'il faut faire preuve d'ironie ou reprendre le slogan de Grillo ou le prix de Giachetti. On se contente de dire que "la mauvaise volonté n'a jamais été de trop". Et comme le rappelle un proverbe de ma ville natale, mais connu partout, "a l'òcio ingordo gli schiantò il collo".

samedi, 30 mars 2024

Entre l'enclume et le marteau : les Hazara en Afghanistan

1fefa6136030ae5bcad6cd53b1e697e8.jpg

Entre l'enclume et le marteau: les Hazara en Afghanistan

Anjjali Srivastav & Shivam Shekhawat

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/tra-lincudine-e-il-martello-gli-hazara-afghanistan

Le 6 janvier 2024, un minibus transportant des civils a été attaqué par l'État islamique de la province de Khorasan (ISKP) dans le quartier majoritairement hazara de Dasht-e-Barchi, dans l'ouest de Kaboul, faisant cinq morts et quinze blessés. Cet attentat a été suivi de deux autres revendiqués par l'ISKP et de trois autres non revendiqués, mais aux tactiques similaires, visant la communauté chiite minoritaire. Ces attaques s'inscrivent dans la continuité des attaques persistantes de l'ISKP contre les Hazaras depuis la chute de Kaboul. Pour les Hazaras, il ne s'agit là que d'une des formes de violence auxquelles ils sont confrontés, en plus de la discrimination et de la persécution systémiques qui leur sont infligées par l'Émirat islamique des talibans. Alors que les talibans consolident leur position en Afghanistan et que la communauté internationale développe une relation de travail avec ce groupe, il est impératif que nous prenions conscience de la double nature de la menace que les talibans et l'ISKP font peser sur les Hazaras, par le biais d'une persécution systématique et d'attaques violentes dirigées contre le groupe.

Pour les Hazaras, il ne s'agit là que d'une des formes de violence auxquelles ils sont confrontés, en plus de la discrimination et de la persécution systémique que leur inflige l'Émirat islamique des Talibans.

2013-flag-hz-symbol.png

Aliénation systémique : les Hazaras dans l'émirat

La population chiite d'Afghanistan, principalement des Hazaras, représente environ 10% de la population totale du pays. Les talibans et l'ISKP les considèrent comme des "infidèles". En raison de leur identité ethnique et religieuse, les Hazaras ont toujours été la cible de violences de la part d'acteurs étatiques et non étatiques. Après leur retour en 2021, même si les talibans ont réaffirmé leur engagement à protéger les minorités du pays, en particulier les minorités religieuses, la peur des exécutions massives et le souvenir du précédent gouvernement taliban (1996-2001) ont poussé de nombreux Hazaras à se réfugier dans d'autres pays, comme les imambargahs de Quetta, au Baloutchistan. Certains secteurs ont également étendu leur soutien à l'Émirat; en novembre 2021, dans une tentative apparente de protéger leurs intérêts, près d'un millier d'anciens Hazaras se sont rassemblés à Kaboul pour prêter serment de soutien aux Talibans, saluant la fin de la "période sombre" sous la République soutenue par les États-Unis et réaffirmant leur loyauté envers l'Émirat.

Peu après leur arrivée au pouvoir, les talibans ont fait exploser la statue du chef hazara Abdul Ali Mazari à Bamiyan, portant ainsi un coup à tout espoir de modération à l'égard des minorités. Des rapports ont également fait état de déplacements forcés et d'expulsions de Hazaras de leurs terres ancestrales, qui ont été données à des partisans des talibans. Ils ont été expulsés des provinces de Daykundi, Uruzgan, Kandahar, Helmand et Balkh dans un délai très court et sans aucun recours légal. En septembre 2021, près de 2800 Hazaras ont été expulsés de 15 villages des provinces de Daykundi et d'Uruzgan. Cette stratégie consistant à prendre de force les terres des Hazaras a toujours été utilisée pour soumettre le groupe. Sous couvert de réformes visant à instaurer un système islamique créé par et pour les talibans, les Hazaras ont également été exclus de la bureaucratie et du système judiciaire du gouvernement. Ils n'ont reçu qu'une représentation symbolique dans la structure politique: Mawlawi Mehdi Mujahid a été le seul Hazara nommé chef des renseignements d'une province centrale lorsque le groupe fondamentaliste a pris le pouvoir. Mujahid a ensuite été tué en août 2022, prétendument pour s'être rebellé contre l'émirat. Le groupe a également pris pour cible les membres de la communauté qu'il considère comme une menace, et des exécutions extrajudiciaires ont été signalées depuis qu'il a usurpé le pouvoir.

Hazaras-map1.jpg

Map_of_Ethnic_Groups_(in_Districts)_in_Afghanistan.jpg

Les pratiques discriminatoires des talibans, notamment les restrictions imposées aux droits des femmes et à l'éducation, ont affecté de manière disproportionnée les femmes de la communauté hazara.

Selon un rapport du secrétaire général des Nations unies, António Guterres, sur la situation en Afghanistan, les talibans se sont rapprochés de différents groupes en rencontrant des représentants de la communauté chiite. Mais ils ont utilisé leur contrôle sur la bureaucratie du pays et sur toutes les autres branches du gouvernement pour exproprier et aliéner les Hazaras. Depuis le 1er janvier, le tristement célèbre ministère de la vertu et du vice du groupe a arrêté des femmes accusées de porter un "mauvais hijab". Ces arrestations ont commencé dans les zones dominées par les Hazaras et ont été perçues par de nombreux dirigeants hazaras comme un ciblage sélectif du groupe.

Les pratiques discriminatoires des talibans, notamment les restrictions imposées aux droits des femmes et à l'éducation, ont touché de manière disproportionnée les femmes de la communauté hazara. Le groupe a détourné l'aide destinée aux Hazaras vers des groupes qui le soutiennent. En outre, l'année dernière, le ministère taliban de l'enseignement supérieur a publié un décret ordonnant le retrait de tous les livres appartenant à la secte chiite ou écrits par des chiites, des salafis et des opposants politiques aux talibans et considérés comme différents de la jurisprudence hanafi. Le groupe a également interdit le mariage entre chiites et sunnites. Même la formation de conseils provinciaux d'oulémas dans plusieurs provinces ne comprenait pas de chiites ou de femmes.

La détérioration des relations entre le Pakistan et l'Afghanistan, due à la menace du Tehreek-i-Taliban (TTP), a également eu un impact négatif indirect sur les Hazaras afghans. Historiquement, les Hazaras se sont réfugiés au Pakistan pour échapper à la répression brutale qui sévit dans leur pays. La décision du gouvernement pakistanais d'expulser les réfugiés afghans du pays en novembre 2023 a mis en danger les Hazaras qui craignaient d'être persécutés dans leur pays. Même après l'annonce du plan d'expulsion, nombre d'entre eux ont été arrêtés et licenciés.

ibrahimi-Hazaras-web.jpg

Sous le radar de l'ISKP

Même avant le retour des talibans, les établissements d'enseignement et les maternités des régions à majorité hazara étaient dans le collimateur de l'ISKP. Au fil des ans, des Hazaras ont été attaqués lors de réunions publiques, dans des écoles, des mosquées et des services hospitaliers. En 2018, la MANUA a signalé 19 incidents et, en 2019, 10 incidents au cours desquels l'ISKP a ciblé des chiites. L'intensité des attaques perpétrées par l'ISKP a augmenté après la chute de Kaboul. En octobre 2021, le groupe a pris pour cible la plus grande mosquée chiite de Kandahar, tuant environ 40 personnes. L'ISKP a suivi une stratégie consistant à viser simultanément des groupes minoritaires et des cibles de grande valeur. Selon la MANUA, depuis la prise de pouvoir des talibans, environ 345 Hazaras ont été tués ou blessés au cours des 21 premiers mois. Entre le 1er août et le 7 novembre 2023, l'ONU a recensé huit attaques menées par l'ISKP contre des civils, en particulier des chiites.

L'ISKP a suivi une stratégie consistant à viser simultanément des groupes minoritaires et des cibles de grande valeur.

Le contrôle exercé par les talibans sur le gouvernement et toutes les structures existantes en Afghanistan, ainsi que leur inimitié historique à l'égard du groupe, ont pu inciter des groupes comme l'ISKP à poursuivre leurs attaques et leurs assassinats ciblés contre les Hazaras. De nombreux groupes de résistance y voient un point de convergence entre les talibans et l'ISKP et n'excluent pas la possibilité d'une coordination entre les deux groupes sur cette question.

Afin d'attirer l'attention sur la persécution des Hazaras et d'exhorter la communauté internationale à reconnaître leur "génocide", de nombreuses organisations et activistes se sont rassemblés dans plus de 30 villes du monde entier le mois dernier, exigeant que des mesures soient prises et que les auteurs des attaques contre les Hazaras répondent de leurs actes. Au cours des deux dernières années et demie, le degré d'engagement entre la communauté internationale et les talibans s'est accru. Si les pays ont exhorté le groupe à accroître la représentation des femmes et des minorités ethniques et à répondre aux exigences en matière de gouvernance, de sécurité et d'autres questions, leur influence en termes de pression sur l'émirat pour qu'il se plie à leurs exigences en échange d'une coopération ne s'est pas concrétisée.

Récemment, l'émirat a organisé une réunion de l'initiative de coopération régionale à Kaboul, à laquelle ont participé 11 pays voisins, dont l'Inde, la Chine et la Russie. Les talibans ont utilisé cette plateforme pour définir leur propre discours sur la manière dont ils souhaitent que la communauté internationale s'engage avec eux, en se concentrant sur les liens commerciaux et économiques et sur la sécurité régionale, tandis que les questions relatives à l'inclusion des femmes et d'autres groupes marginalisés ont été rejetées. Les questions sur l'inclusion des femmes et d'autres groupes marginalisés ont été rejetées. Cette situation marginalisera davantage ces groupes minoritaires, les rendant plus vulnérables à la violence et permettant à l'Émirat islamique de poursuivre ses politiques discriminatoires et sa bureaucratie.

18:32 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : hazaras, afghanistan, asie, affaires asiatiques, talibans, chiites | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Guerres statistiques et attractivité de la Chine en matière d'investissement

cq5dam.chinastat0.9999.jpeg

Guerres statistiques et attractivité de la Chine en matière d'investissement

Konstantin Batanov

Source: https://www.geopolitika.ru/article/statisticheskie-voyny-i-investicionnaya-privlekatelnost-kitaya

Le 18 février 2024, l'Administration nationale des changes de Chine a publié un rapport sur la balance des paiements pour 2023. Sur la base des données fournies dans ce rapport, les médias occidentaux, en particulier le Wall Street Journal, Newsweek et d'autres, ont fait état de la sortie de capitaux étrangers de Chine.

Ils ont indiqué que les engagements de la Chine en matière d'investissements étrangers pour 2023 s'élevaient à 33 milliards de dollars, soit 80 % de moins qu'en 2022 et 90 % de moins qu'en 2021.

Cette information a suscité une vive réaction dans le monde entier: les analystes occidentaux ont commencé à déclarer que la Chine perdait son attrait pour les investisseurs étrangers en raison de facteurs économiques. Certains sont arrivés à la conclusion que cette situation résultait des conséquences de la guerre commerciale et de la complication générale des relations avec les États-Unis.

D'une manière générale, il faut dire qu'au cours des dix dernières années, les analystes occidentaux ont régulièrement évoqué le thème de l'effondrement économique de la Chine: ils font des prévisions sombres et prédisent même parfois à la Chine le sort de l'URSS.

2022xi0528_DE_EU.jpg

Les experts chinois et certains experts étrangers ont commencé à expliquer qu'en fait la situation n'est pas critique: selon le ministère chinois du commerce, l'utilisation réelle de capitaux étrangers par la Chine en 2023 s'élevait à 1133,9 milliards de yuans, soit 8% de moins qu'en 2022. Si vous le comptez en dollars, il s'agit de 163,3 milliards de dollars américains, et la baisse est alors de 13,7%.

Cependant, il est noté que tandis que 53.766 nouvelles entreprises d'investissement direct étranger ont été établies au cours de l'année dernière, ce qui est 39,7% de plus qu'en 2022.

Les pays qui participent à l'initiative "Une ceinture, une route" ont investi 122,1 milliards de yuans (en baisse de 11,4%) ou 17,6 milliards de dollars américains (en baisse de 16,7%) en Chine. Le nombre de nouvelles entreprises impliquant leur investissement a atteint 13.649, en hausse de 82,7%.

Dans le même temps, les investissements réels en Chine de la France (+ 84%), du Royaume-Uni (+ 81%), des Pays-Bas (+ 31,5%), de la Suisse (+ 21,4%) et de l'Australie (+ 17,1%) ont augmenté en 2023. Les investissements directs de l'Allemagne en Chine ont augmenté de 4,3% pour atteindre 11,9 milliards d'euros, un record dans les relations sino-allemandes.

20210320_cna1280.jpg

Les experts chinois expliquent que le rapport sur la balance des paiements de la State Administration of Foreign Exchange of China faisait référence aux engagements d'investissements étrangers, et non à l'utilisation réelle des capitaux étrangers. L'utilisation effective se réfère aux projets réels, tandis que les engagements en matière d'investissements étrangers se réfèrent aux investissements en actions (y compris les nouveaux investissements en actions et le réinvestissement des bénéfices) et à la dette des filiales (c'est-à-dire les prêts accordés par les actionnaires étrangers des entreprises à investissements étrangers). Les organisations utilisent des termes différents pour mesurer l'activité et l'attractivité des investissements, en fonction de leurs objectifs.

Par exemple, le Fonds monétaire international a tendance à utiliser les "engagements d'investissement étranger", tandis que la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) utilise "l'utilisation effective des capitaux étrangers". Les engagements en matière d'investissements étrangers sont un concept plus complexe et sont influencés par une série de facteurs, notamment les modifications des taux d'intérêt par la Réserve fédérale américaine.

Cela dit, la situation économique globale de la Chine n'est pas mauvaise. Le 29 février, le Bureau national des statistiques de la République populaire de Chine a publié un rapport sur le développement économique et social pour 2023, selon lequel le PIB s'élevait à 126058,2 milliards de yuans, soit une hausse de 5,2% en glissement annuel. Le PIB par habitant a augmenté de 5,4% pour atteindre 89.358 yuans.

Le taux de croissance économique de la Chine est nettement plus élevé que celui des États-Unis (2,5%), de l'Union européenne (0,5%) et du Japon (1,9%).

En d'autres termes, l'application de méthodes statistiques différentes conduit à des résultats différents en matière d'évaluation de l'attractivité des investissements.

Cependant, la Chine, en raison de sa forte intégration dans l'économie mondiale, ne peut pas abandonner les méthodes qui, selon les spécialistes chinois, donnent une image erronée de l'économie du pays.

Si nous considérons la situation non pas du point de vue des statistiques, mais sur la base de la pratique quotidienne, nous pouvons supposer que si la situation de l'économie chinoise était vraiment si mauvaise que les investisseurs étrangers retireraient la majeure partie de leurs investissements, il est très probable que nous le verrions dans la vie de tous les jours, car la Chine est le plus grand pays manufacturier du monde, et si la position de la Chine dans l'économie mondiale est fortement ébranlée, ce serait une catastrophe qui affecterait le monde entier.

On peut donc conclure que l'environnement commercial et macroéconomique de la Chine reste au même niveau. Dans le même temps, l'une des caractéristiques de ces dernières années est la libéralisation dans le domaine de l'attraction des investissements étrangers - les exigences concernant l'enregistrement des sociétés à capitaux étrangers, leur dotation en capital social, le remboursement de certaines taxes et l'amélioration générale du régime fiscal sont en train d'être assouplies.

20200815_cna1280.jpg

En août 2023, le Conseil d'État de la République populaire de Chine (un analogue du gouvernement) a publié des "Propositions sur la poursuite de l'optimisation des conditions de l'investissement étranger et le renforcement de la dynamique d'attraction de l'investissement étranger", qui comprennent 59 mesures.

Sur la base des informations ci-dessus, plusieurs conclusions peuvent être tirées.

Premièrement, les pays occidentaux mènent une guerre de l'information contre la Chine dans divers domaines, en essayant de détériorer son image, y compris dans le système des relations économiques internationales.

Deuxièmement, ces efforts ont peut-être un effet positif pour les sociétés transnationales, mais dans le contexte d'une diminution du montant total des investissements, on observe en fait une augmentation du nombre de projets, ce qui signifie que le nombre de participants à la coopération de la part des petites et moyennes entreprises, en particulier de la part des pays occidentaux, est en augmentation.

Troisièmement, les autorités chinoises s'efforcent de rendre les conditions plus confortables pour les entrepreneurs étrangers qui font des affaires en Chine. Par conséquent, il est conseillé aux participants russes à la coopération avec la Chine de profiter de cette opportunité pour une interaction plus étroite avec le consommateur final chinois (dans le cas des exportations vers la Chine) ou un environnement commercial favorable (lorsqu'il s'agit de la fabrication et de l'approvisionnement en Chine).

18:10 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : économie, chine, actualité, asie, affaires asiatiques | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 07 mars 2024

Élections en Iran

f-iran-b-20170521.jpg

Élections en Iran

Par Raphael Machado

Source: https://jornalpurosangue.net/2024/03/04/eleicoes-no-ira/

Il y a quelques jours, des élections législatives ont eu lieu en Iran. Le but de ces élections était d'élire non seulement les membres de l'Assemblée consultative (le Parlement), mais aussi les membres du Conseil des experts.

Je suis très fasciné par le système politique iranien. C'est ce qui se rapproche le plus aujourd'hui des conceptions politiques de la République de Platon.

Par exemple, le Conseil des experts susmentionné, composé exclusivement de sages appartenant à la structure religieuse nationale, est chargé de superviser et d'élire le Guide suprême.

Et comme l'ayatollah Ali Khamenei est déjà âgé de 84 ans, ces élections s'avèrent d'une importance capitale. L'Assemblée des experts n'étant élue que tous les huit ans, il est probable que la composition actuelle sera chargée de sélectionner le prochain guide suprême de l'Iran, précisément à l'ère de la transition multipolaire.

Pour l'anecdote, les noms les plus susceptibles de succéder à Khamenei sont aujourd'hui Ebrahim Raisi (l'actuel président), Alireza Arafi (membre du Conseil des gardiens, du Conseil des experts et ancien recteur de l'université Al-Mustafa), Sadeq Larijani (membre du Conseil des experts, ancien président de la Cour suprême, ancien membre du Conseil des gardiens) et Mohsen Araki (membre du Conseil des experts).

Hojjat-ol-Islam_Sayyed_Mojtaba_Khamenei_01.jpg

Mojtaba Khamenei (photo), le commandant (officieux) des forces Basij, fils de l'actuel Guide suprême, fait figure de favori, mais il est considéré comme trop peu éduqué en matière de théologie pour être considéré comme un candidat de choix.

Naturellement, selon la manière platonicienne, les candidats à l'Assemblée consultative et les candidats au Conseil des experts sont préalablement approuvés par le Conseil des gardiens, l'organe chargé de sauvegarder les principes de la tradition tels qu'ils ont été cristallisés dans la révolution islamique iranienne.

Le Conseil des gardiens, quant à lui, est composé pour moitié de religieux nommés par le Guide suprême et pour moitié par le président de la Cour suprême.

Ces élections, qui se sont déroulées dans un contexte de tensions internationales et de tentatives de boycott de la part de l'opposition pro-atlantiste, se sont bien déroulées. Le taux de participation a été de 42 %, ce qui est relativement faible, mais exprime aussi la tranquillité et le confort du pays et l'absence de désir de changement.

Le pays étant en état de siège, le Conseil des gardiens a décidé de promouvoir la consolidation nationale autour des chefs traditionalistes, qui ont donc remporté haut la main l'Assemblée consultative et le Conseil des experts.

Au bord de la guerre, aucun pays ne devrait tolérer la menace d'une fragmentation dans la dissidence induite par le langage politique libéral. La patrie a besoin de décisions rapides et consensuelles, ainsi que de clarté quant à l'intérêt supérieur du peuple (ce qui signifie aujourd'hui qu'il faut toujours décider selon des lignes multipolaires et traditionalistes).

L'Occident, bien sûr, accuse les élections d'être invalides, d'être une farce, et ajoute à ces reproches toute la litanie habituelle des accusations malveillantes.

Mais la République islamique d'Iran (platonicienne) respire à l'aise.

12:49 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, iran, asie, affaires asiatiques, moyen-orient | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 13 février 2024

Le piège américain à Taïwan

flag_TW.jpg

Le piège américain à Taïwan

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/02/13/amerikkalainen-ansa-taiwanissa/

L'ancien ambassadeur de Chine aux États-Unis, Cui Tiankai, a participé à une table ronde sur les perspectives géopolitiques au sein du groupe de réflexion Asia Society Policy Institute à Washington à la fin du mois de janvier.

Il a soulevé la question du statut de Taïwan et du projet américain pour l'île, déclarant que "quelqu'un" essayait de déclencher une guerre dans le détroit de Taïwan. "Nous ne voulons vraiment pas d'une situation où les Chinois s'entretuent", a déclaré M. Cui.

Cui a été le plus ancien ambassadeur de Chine aux États-Unis depuis que les deux pays ont établi des relations diplomatiques en 1979. Il a occupé ce poste pendant huit ans avant de le quitter en 2021.

"M. Cui, qui est aujourd'hui conseiller auprès de l'Institut chinois de politique étrangère, a déclaré lors d'une table ronde que les pays de l'Asie-Pacifique devraient empêcher les tensions dans la région d'atteindre les niveaux de la guerre froide, faute de quoi la région serait confrontée à une "décennie dangereuse".

Il a conclu en mentionnant Taïwan qui, selon le fonctionnaire chinois, s'unira tôt ou tard à sa mère patrie d'une manière qui "servira au mieux les intérêts nationaux de la Chine dans son ensemble".

Taïwan est l'une des plus grandes sources de tension entre Pékin et Washington - la "question la plus sensible" dans les relations entre les deux pays, comme l'a dit le président Xi Jinping à son homologue Joe Biden lors de leur sommet en novembre.

Le 17 août 1982, Pékin et Washington ont annoncé dans un communiqué que les États-Unis chercheraient à réduire progressivement les ventes d'armes à Taïwan. Même cette déclaration formelle avec la Chine n'a pas été respectée et, depuis lors, le flux d'armes vers l'île n'a fait qu'augmenter de façon spectaculaire.

Les États-Unis cherchent à provoquer la Chine par tous les moyens possibles afin de causer des problèmes politiques à leur rivale. La dernière initiative en date est l'envoi par les États-Unis de leurs forces spéciales pour former l'armée taïwanaise à Kinmen et Matsu, deux groupes d'îles situées juste au large du continent chinois.

L'objectif final est probablement une guerre par procuration, similaire à celle qui ravage l'Ukraine : tenter d'amener la Chine à envahir la province rebelle de Taïwan, puis se battre avec le soutien de l'Occident "jusqu'au dernier Taïwanais".

Cette guerre serait un bon prétexte pour confisquer les réserves de dollars de la Chine, annuler la dette américaine envers la Chine et imposer des sanctions à la Chine afin d'en faire un État paria rejeté par le reste du monde (comme dans le cas de la Russie, une politique de sanctions ne réussirait probablement qu'à détruire les relations de la Chine avec l'Occident).

Le commentaire de Cui Tianka au think tank américain est important, car c'est probablement la première fois qu'un officiel chinois dit tout haut que le plan de guerre contre Taïwan est un piège américain destiné à faire tomber la Chine.

dimanche, 04 février 2024

Les Philippines, instrument de l'impérialisme pour la déstabilisation de la mer de Chine méridionale

26059de4331df3f4a328fb44a33741b0.jpg

Les Philippines, instrument de l'impérialisme pour la déstabilisation de la mer de Chine méridionale

Giulio Chinappi

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/le-filippine-strumento-dellimperialismo-la-destabilizzazione-del-mar-cinese-meridionale

Que veulent les Philippines : un environnement stable propice à un développement pacifique ou être piégées dans le jeu imprévisible de la géopolitique? Récemment, les actions et les déclarations du pays ont été empreintes de duplicité et de complexité, mais la tendance est claire: les Philippines se positionnent impulsivement comme une avant-garde, une tête de pont et même de la chair à canon pour les États-Unis.

La duplicité de Manille a été mise à nu récemment. Mercredi, la Chine et les Philippines ont tenu la huitième réunion du mécanisme de consultation bilatérale Chine-Philippines. Les deux parties ont convenu de renforcer le mécanisme de communication maritime, de gérer les conflits et les différends maritimes par des consultations amicales, de traiter les urgences maritimes, en particulier la situation à Ren'ai Jiao, et de promouvoir davantage la coopération maritime pratique.

Toutefois, le même jour, le ministre philippin de la défense, Gilberto Teodoro, a menacé les Philippines de planifier des activités militaires "plus robustes" avec les États-Unis et leurs alliés face à une Chine "plus agressive". Deux jours plus tôt, le chef d'état-major des forces armées philippines, le général Romeo Brawner, avait déclaré que les Philippines développeraient les îles de la mer de Chine méridionale afin de les rendre plus hospitalières pour les troupes.

230425214636-us-philippines-balikatan-0414.jpg

Sous cette rhétorique contradictoire, il est évident qu'il n'existe pas de politique unifiée sur la Chine au sein du gouvernement philippin, a déclaré au Global Times Chen Xiangmiao, directeur du World Marine Research Centre de l'Institut national d'études sur la mer de Chine méridionale. D'importants désaccords internes sur la question de la mer de Chine méridionale ont mis en évidence un modèle de comportement "les Philippines veulent tout": maintenir des relations avec la Chine pour des intérêts économiques tout en affirmant agressivement ses intérêts maritimes par des actions provocatrices.

La duplicité des Philippines est également évidente dans leur position sur la question de Taïwan. D'une part, elles soutiennent la politique d'une seule Chine; d'autre part, après les élections régionales à Taïwan, le président philippin Ferdinand Marcos a qualifié le nouveau dirigeant de Taïwan de "président élu" sur les médias sociaux. Ces déclarations contradictoires des Philippines créent la confusion, laissant planer l'incertitude sur les véritables intentions de Manille.

En fait, l'hostilité de Marcos Jr. à l'égard de la Chine, encouragée par les États-Unis, est évidente depuis un an, en particulier depuis le début de l'année dernière, lorsque les États-Unis ont obtenu l'accès à quatre nouvelles bases militaires aux Philippines. Les récents discours du ministre de la défense et du chef d'état-major ressemblent à une compétition pour savoir qui sera le plus agressif.

Philippine-Navy-Offshore-Combat-Force.jpg

Les capacités militaires et d'application du droit maritime des Philippines sont fondamentalement insuffisantes pour défier la Chine. La principale raison de cette rhétorique belliqueuse permanente est l'encouragement et le soutien de certains pays, tels que les États-Unis et le Japon, a déclaré l'expert militaire Song Zhongping au Global Times. Toutefois, sur la question de la mer de Chine méridionale, les États-Unis utilisent simplement les Philippines comme un pion pour tenter de rassembler des alliés afin de mettre en œuvre leur stratégie indo-pacifique visant à contenir la Chine. Si Manille pense que les États-Unis l'aideront à maintenir ses soi-disant intérêts nationaux et sa sécurité, c'est une pure illusion, comme le montre la réduction significative de l'ampleur des patrouilles conjointes américano-philippines, découragées par les patrouilles de routine organisées par le Southern Theater Command de l'Armée populaire de libération de la Chine.

Lorsque les Philippines prétendent renforcer leurs relations militaires avec les États-Unis afin de devenir "un contributeur plus efficace à la stabilité régionale", elles ne se rendent manifestement pas compte qu'elles interprètent à tort la préservation de l'hégémonie américaine comme un moyen de promouvoir la stabilité régionale.

Anna Rosario Malindog-Uy, vice-présidente chargée des affaires extérieures à l'Institut d'études stratégiques des Philippines du 21ème siècle, a déclaré lors d'une table ronde récemment organisée par le Global Times qu'elle ne pensait pas que les États-Unis soient prêts à un conflit militaire direct avec la Chine dans la mer de Chine méridionale, ou même dans le détroit de Taïwan. C'est pourquoi ils utilisent un intermédiaire, et les Philippines servent de pion ou d'intermédiaire.

"Les États-Unis ont déjà été vaincus par les talibans en Afghanistan, par la Russie en Ukraine et récemment par les Houthis en mer Rouge. Ils ne sont pas en mesure d'affronter la Chine en mer de Chine méridionale. Ils ne peuvent pas se permettre que quelque chose explose au cours d'une année électorale", a déclaré John Pang, ancien fonctionnaire du gouvernement malaisien et chercheur principal à l'Académie de Perak, en Malaisie, lors de la discussion.

Les Philippines doivent réévaluer leur position, éviter d'agir de manière imprudente et évaluer de manière réaliste leurs capacités militaires.

La Chine, en tant que grande puissance responsable, a toujours fait preuve d'une grande retenue sur la question de la mer de Chine méridionale. Toutefois, les Philippines ne doivent pas confondre la retenue de la Chine avec sa faiblesse. La Chine reste fidèle à ses intérêts fondamentaux et conserve l'initiative sur la question de la mer de Chine méridionale, ce qui lui confère une position privilégiée tant sur le plan du droit international que de l'histoire. Nous espérons que les Philippines reconnaîtront que le maintien de la paix et de la stabilité en mer de Chine méridionale nécessite une coopération avec la Chine et l'ANASE en signant conjointement le code de conduite en mer de Chine méridionale. C'est le seul moyen de transformer la mer de Chine méridionale en une mer de paix, de stabilité, d'amitié et de coopération.

samedi, 03 février 2024

Japon: la fête d'Hanami

481a8ffed93dd11e51a312ae633c4e23.jpg

Japon: la fête d'Hanami

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/hanami/

Au Japon, plus ou moins en cette dernière partie du mois de janvier, des prévisions sont publiées par l'Institut météorologique national sur la... floraison des cerisiers. Celle-ci commencera fin mars dans l'île méridionale de Honshū et se terminera à la mi-mai dans l'île septentrionale d'Hokkaido, qui, généralement, reste longtemps enneigée.

Il s'agit bien sûr de permettre à ceux qui le souhaitent de se rendre sur les lieux de floraison. De se consacrer à la contemplation du Sakura. Des cerisiers en fleurs.

901bc145d29e7f9dc281829fceca07d0.jpg

Une coutume, voire une fête ancienne, plus que millénaire. Et qui porte le nom de Hanami.

Saisissant... et étrange pour nous. Car notre façon de concevoir les fêtes calendaires est de plus en plus détachée des cycles de la nature. Elle est devenue quelque chose d'abstrait.

Même les fêtes traditionnelles, comme Noël ou Pâques, sont, au moins dans le sentiment commun, des fêtes de l'esprit.

Pour les religieux, ce sont des fêtes de la foi. Ou, plus précisément, de l'Église. Mais d'une Église qui, de plus en plus, les célèbre comme une mémoire. Une sorte de mémoire qui fonde son existence. Sa raison d'être.

Ici aussi, on a perdu le sens des anniversaires dans lesquels le Mystère, la Naissance, la Mort et la Résurrection, est inhérent. Il est présent, il se reproduit à chaque fois. Comme si c'était la première fois. C'était une conscience très claire dans le christianisme des premiers siècles. Et nous en trouvons encore un écho dans les Hymnes sacrés de Manzoni.

Mais aujourd'hui, tout cela est perdu. Incapables de vivre le Mystère, les hommes se limitent à s'en souvenir abstraitement. Comme n'importe quel fait historique.

9463b7707b24888ebf7857115080cd42.jpg

Et les nouveaux festivals sont encore pires. Pensez au modèle américain, que nous sommes en train d'importer. Thanksgiving... Black Friday, la fête de la consommation et du consumérisme.

Dans la culture japonaise, en revanche, la perception, ou le sentiment, d'un lien avec la nature a été maintenu.

Ce sentiment se concrétise par des festivals liés à des phénomènes saisonniers spécifiques. Comme, précisément, la floraison du Sakura. Des cerisiers.

Ce qui rappelle une certaine tradition sur la floraison des amandiers, à la fin de l'hiver, qui était autrefois vivante dans nos contrées. Comme dans la Vallée des Temples, à Agrigente. Un héritage extrême de la civilisation hellénique.

Il n'est cependant pas nécessaire d'établir des parallèles complexes entre des traditions et des cultures différentes. Au contraire, ce ne serait qu'une abstraction de plus. Une dialectique traditionaliste.

Hanami, en revanche, est quelque chose d'essentiel. Simple. Et, pour cette même raison, difficile à réaliser pour nous, Occidentaux modernes.

Contempler en silence la floraison des cerisiers. Apprécier leur beauté à l'aube. Et leur parfum le plus intense au coucher du soleil.

C'est tout.

Bien sûr, on pourrait ensuite parler du symbolisme complexe du Sakura.

Mais un symbole, s'il est authentique, ne doit pas être expliqué.

Il doit être contemplé... et ressenti dans sa force vitale.

19:09 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : traditions, japon, hanami, sakura, cerisiers, asie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 02 février 2024

Le projet "Greater India" prend de l'ampleur

countries_of_greater_india_by_basil48_dewlrxm-fullview.jpg

Le projet "Greater India" prend de l'ampleur

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/proekt-velikoy-indii-nabiraet-oboroty

Le 22 janvier, le Premier ministre indien Narendra Modi a assisté à la cérémonie d'inauguration d'un temple hindou dédié à Rama, l'un des dieux du panthéon hindou.

Le complexe du temple a été construit dans l'État d'Ayodhya sur le site de l'ancienne mosquée de Babri de l'ère moghole, qui a été détruite par les hindous en décembre 1992. Ironiquement, les enquêtes sur cet acte de vandalisme ont révélé que la destruction de la mosquée avait été planifiée par des organisations radicales hindoues, dont le Bharatiya Janata Party, aujourd'hui au pouvoir.

66fa5f01-f9fc-4928-adb0-dcb86fadf4a5.jpg

La cérémonie avait plusieurs significations. Tout d'abord, dans le contexte de la religion, elle symbolisait la victoire de l'hindouisme sur l'islam. Deuxièmement, elle a montré la puissance de l'Inde elle-même dans le contexte des traditions culturelles et historiques. Troisièmement, il s'agissait d'une sorte d'acte de campagne électorale de Narendra Modi et de son parti, le Bharatiya Janata Party, qui professe le nationalisme hindou.

Modi lui-même avait promis d'ériger ce temple lorsqu'il a remporté le poste de Premier ministre en 2014. Il a tenu parole et a gagné un autre dividende politique et le respect de ses partisans. Un peu plus tôt, lors d'un rassemblement le 15 septembre 2023, Modi avait promis à ses compatriotes mille ans de grandeur.

Le Pakistan a réagi négativement à l'événement, le représentant du pays à l'ONU, Munir Akram, a publié une lettre envoyée à l'organisation. Cette lettre indique que le Pakistan condamne fermement ces actions car "une telle tendance représente une menace significative pour le bien-être social, économique et politique des musulmans indiens, ainsi que pour l'harmonie et la paix dans la région".

En effet, des actions spontanées ont été menées par des nationalistes hindous dans certaines villes, qui ont accroché des drapeaux orange (la couleur des nationalistes indiens) à une mosquée d'Agra. Des émeutes ont également eu lieu dans les États du Maharashtra, du Gujarat, du Madhya Pradesh et du Kerala.

TELEMMGLPICT000363603836_17059224879920_trans_NvBQzQNjv4BqpVlberWd9EgFPZtcLiMQf0Rf_Wk3V23H2268P_XkPxc.jpeg

Si la rhétorique du Premier ministre peut sembler populiste, elle a souvent été l'occasion de provocations en Inde même. Modi lui-même a été associé à la montée du nationalisme hindou, qui s'est à plusieurs reprises traduit par des pogroms visant les membres d'autres religions.

En 2002, le plus grand pogrom antimusulman de l'histoire de l'Inde indépendante a eu lieu. Selon les chiffres officiels, plus d'un millier de personnes ont été tuées (dont 254 hindous), mais certains médias avancent le chiffre de deux mille musulmans tués. Beaucoup pensent que Modi n'a pas fait assez pour protéger la population musulmane.

Il convient de noter que des affrontements similaires, bien que de moindre ampleur, se produisent régulièrement dans différentes villes de l'Inde et que, lors des dernières émeutes, la police a arrêté plusieurs dizaines de radicaux à Agra.

La polarisation ne se fait pas seulement en fonction de la religion, mais aussi des idéologies politiques et des traditions locales. Cela soulève la question de savoir si l'image politique de l'Inde correspond à la réalité qui prévaut dans le pays.

_f77fbb52-2332-11e7-a4a0-8e0501b9fa54.jpg

Perspectives de victoire

L'idéologie du Bharatiya Janata Party et d'autres partis nationalistes défend le projet d'une Grande Inde. Ce projet s'accompagne d'amendements à la constitution du pays (dont l'un abolit l'autonomie du Jammu-et-Cachemire), d'un changement officiel du nom de l'État - Bharat au lieu d'India - et d'un intérêt pour l'expansion et l'absorption des terres voisines.

Dans sa version la plus radicale, la Grande Inde inclurait le Pakistan, le Bangladesh, le Népal et le Bhoutan. Dans une telle philosophie politique, le système même de l'État est considéré comme un mandala. Dans le bouddhisme, le mandala est un symbole d'harmonie et de plénitude, et les dessins eux-mêmes doivent être symétriques pour indiquer la perfection. Dans la politique de l'Asie du Sud-Est, le mandala a une signification légèrement différente.

chanakya__kautilya___29__by_zenart07_dgekvdw-fullview.jpg

3kau.jpg

Ce concept remonte à l'héritage de Kautilya (Chanakya), souvent considéré comme le Machiavel oriental. Kautilya vivait à l'époque de l'invasion d'Alexandre le Grand et, impressionné par ce qu'il voyait, écrivit des recommandations au souverain Chandragupta, connues sous le nom d'Arthashastra, ou science de la politique.

Selon la logique de Kautilya, le mandala représente alors des cercles concentriques représentés par les voisins et leurs voisins. Or, pour un pays, tous les voisins sont par nature des ennemis et les voisins des voisins sont vos amis. Les idées de Kautilya sont toujours vénérées et interprétées en Inde au plus haut niveau et dans divers domaines, de l'histoire de l'hindouisme à la stratégie militaire.

En ce qui concerne la réalité, la situation est plus compliquée et plus complexe. Le fait est qu'avant la conquête du sous-continent indien, il n'y avait jamais eu de pays aussi grand et unifié. La plus grande entité avant l'arrivée des Britanniques était le sultanat de Delhi, dirigé par des dynasties turques. Leur succès est dû au fait qu'ils ne se sont pas assimilés à la population locale comme l'avaient fait leurs prédécesseurs d'Asie centrale et de l'Oural, mais qu'ils ont conservé leur identité, bien que la culture moghole ait acquis des caractéristiques spécifiques.

Les Britanniques, quant à eux, ont utilisé les contradictions entre les différents souverains pour conquérir l'ensemble du sous-continent, ce qu'ils ont réussi à faire. Ils y sont parvenus non seulement par la force militaire, mais aussi par la corruption et divers privilèges accordés à leurs vassaux. Mais comme l'ensemble de cet immense massif n'était pas uni, même sur la base de la religion, lorsque les Britanniques sont partis, deux sujets politiques - l'Inde et le Pakistan, divisés sur le principe de la religion - ont accédé à l'indépendance.

9de2018c25985787651e91fa792a536d.jpg

Les Sikhs ont le plus souffert et se sont retrouvés sur la ligne de démarcation des deux nouveaux États, demeurant respectivement dans l'État du Pendjab et la province du Pendjab. Les chrétiens se sont retrouvés dispersés dans différents endroits en fonction des circonstances historiques (il convient de rappeler que l'apôtre Thomas a prêché dans le sous-continent, de sorte que le christianisme peut également être considéré comme traditionnel dans cette région).

En 1948, la principauté de Junagadh, dont le dirigeant voulait rejoindre le Pakistan, a été conquise, et en 1961, la colonie portugaise de Goa a été annexée.

Cependant, la question de la propriété du Cachemire au niveau international n'a pas encore été résolue (le territoire est divisé en deux parties, administrées respectivement par Islamabad et New Delhi). Au Ladakh, la Chine contrôle une partie du territoire. Le Pakistan et la Chine sont deux puissances nucléaires qui coopèrent assez bien, notamment pour contenir les ambitions géopolitiques de l'Inde.

carte-naxalites.png

Outre les minorités religieuses mentionnées ci-dessus, parmi lesquelles on compte plus de 200 millions de musulmans, il y a également ce que l'on appelle la "ceinture rouge" des Naxalites, des insurgés à l'idéologie gauchiste, qui sont actifs dans un certain nombre d'États depuis des dizaines d'années.

Par conséquent, malgré la rhétorique des autorités et les aspirations stratégiques, il sera difficile de réaliser le projet de la Grande Inde dans la pratique. Il sera également difficile d'influencer l'Inde de l'extérieur si des conflits internes éclatent dans le pays.

L'exemple des actions d'Israël en Palestine a montré qu'en dépit d'une apparente solidarité musulmane, hormis les Houthis du Yémen, le Hezbollah libanais et les mandataires de l'Iran en Syrie et en Irak, personne n'a pris de mesures décisives à l'encontre d'Israël. Israël peut choisir de ne pas respecter les décisions de la Cour internationale des Nations unies. Et personne ne peut l'y contraindre puisque la Cour ne l'autorise pas à envoyer des troupes de maintien de la paix de l'ONU. Que dire de l'Inde avec son immense armée et son appareil de sécurité, qui sait très bien mener des opérations de toutes sortes ?

Mais en ce moment, en Inde, les autorités essaient de ne pas parler des problèmes, mais de mettre l'accent sur la prospérité et la voie de l'avenir. Cette année, les élections nationales auront lieu en avril-mai. Une période aussi longue s'explique par les spécificités du système électoral et du décompte des voix.

En décembre dernier, le parti de Modi a remporté les élections dans trois États indiens, montrant que le succès était toujours de son côté. Les sondages ont montré que, sur dix Indiens, sept approuvent les performances du Premier ministre, car l'Inde a connu une croissance économique significative au cours de la décennie de règne du Bharatiya Janati - les derniers chiffres font état de 7%. Il est donc tout à fait possible que Narendra Modi remporte à nouveau les élections législatives et brigue un troisième mandat, même si l'opposition s'est réunie au sein de l'alliance INDIA et espère également une victoire.

0ed28a4a9a7f5113a1bc03bd7c78fbbb.jpg

Toutefois, quelle que soit l'issue des élections, l'Inde restera un partenaire stratégique de la Russie, car une tel partenariat est au moins bénéfique pour les deux pays. C'est ce qu'a souligné l'ambassadeur indien en Russie le 26 janvier à Moscou lors de son discours à la cérémonie en l'honneur du 65ème anniversaire de la république.

Le développement du corridor Nord-Sud, la route maritime de Chennai à Vladivostok et même la participation à la route maritime du Nord - ces projets ont été mentionnés par l'ambassadeur comme des priorités stratégiques pour l'avenir proche. Sans oublier les produits pétroliers en provenance de Russie, qui contribuent également à la croissance économique de l'Inde, ainsi que d'autres domaines dans lesquels les deux pays coopèrent traditionnellement depuis de nombreuses décennies.

mercredi, 31 janvier 2024

Géoéconomie - Croissance record du transport ferroviaire Chine-Europe

th-1000x375-photo-transport-train.jpg.jpg

Géoéconomie - Croissance record du transport ferroviaire Chine-Europe

Source: https://www.destra.it/home/geoeconomia-crescita-record-del-trasporto-ferroviario-cina-europa/

De janvier à novembre, 16.145 trains de marchandises ont circulé entre la Chine et l'Europe, transportant 1,75 million d'EVP, soit une augmentation de 7% et 19% respectivement en glissement annuel. Le volume de fret a établi un record en dépassant le total de l'année précédente. Ces chiffres ont été publiés par le China State Railway Group, en attendant les chiffres définitifs pour 2023.

Le service de trains de marchandises Chine-Europe s'est étendu à 217 villes dans 25 pays. Des mesures ont été prises pour améliorer l'efficacité des services de transport et la qualité des wagons et de la traction a été améliorée pour augmenter la capacité de transport de 10%.

5H6EWBDRRRHOFNUMZKUAOST76Q.jpg

Bansard Rail Map routes - 20210304_3.png

Depuis la fin du mois de novembre, des trains Chine-Europe circulent sur cinq itinéraires avec un horaire fixe. Ce type de service a permis de réduire les temps de transport de 20%. La coordination entre le département des chemins de fer, les douanes et l'inspection des frontières a été renforcée afin d'améliorer l'efficacité du dédouanement.

Entre-temps, la situation d'urgence en mer Rouge, qui risque de perturber les routes méditerranéennes et d'entraîner des retards et des temps de transit plus longs, a déclenché une autre initiative "ferroviaire". Cette fois, c'est le grippo Codognotto, basé en Vénétie, qui introduit un nouveau service Chine-Milan afin d'assurer la continuité pour ses clients.

L'offre est toujours disponible, avec trois stations d'origine différentes en Chine vers Milan et trois départs hebdomadaires différents. Le temps de transit est de 22 jours, couvrant une distance de plus de 11.000 kilomètres.

Source : Adria Ports

L'absence de soft power est une erreur stratégique pour la Chine

bb9a2d2c02f1bff25900a5c716796fb4.jpg

L'absence de soft power est une erreur stratégique pour la Chine

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/la-mancanza-di-soft-power-e-un-errore-strategico-per-la-cina/

Tôt ou tard, la Chine devra se rendre compte qu'elle doit également s'engager dans le soft power. Ce qui ne peut se limiter à injecter des investissements dans les infrastructures ou à lancer de nouvelles initiatives industrielles. Tout cela est important, bien sûr. Et même fondamental. Mais pas suffisant. On l'a vu dans l'affaire de la mer Rouge, aux prises avec les tirs de missiles des Houthis en réponse à la boucherie israélienne à Gaza.

Les navires chinois ont multiplié les passages, presque certains de ne pas être touchés en tant que bateaux d'un "pays ami". En réalité, les grandes entreprises de Pékin préfèrent elles aussi contourner l'Afrique. On ne sait pas si c'est par choix sécuritaire ou pour ne pas afficher une trop grande proximité avec le Yémen. Mais cela laisse de la place aux navires chinois de plus petites compagnies.

En tout cas, un avantage pour le commerce de Pékin. Lequel, toutefois, évite soigneusement de jouer un rôle politique dans toute cette affaire. Préférant ne pas s'écarter de la voie économique. Un choix similaire à celui de l'ensemble des Brics, ou presque. Le seul pays qui a tenté d'aller plus loin - au-delà de la Russie avec sa gestion de la guerre - est l'Afrique du Sud, avec sa dénonciation des crimes de guerre israéliens.

Mais tous les autres sont restés muets. Pas seulement sur la question palestinienne. Inexistants dans le cinéma, la télévision, la musique, l'art, la littérature. Inexistants dans tout ce qui est utilisé par les États-Unis pour faire passer leur vision du monde dans les consciences partout dans le monde. Alors que les Brics, qui représentent près de la moitié de la population mondiale, sont incapables d'offrir une alternative qui ne soit pas strictement économique. Et même sur ce plan, la dépendance à l'égard de l'image imposée par le turbo-capitalisme atlantiste est embarrassante. Il n'y a pas d'événement alternatif à Davos qui ait la même résonance.

C'est une erreur stratégique, qui a aussi des conséquences économiques. Car le redressement de l'économie chinoise, par exemple, est présenté par les médias occidentaux comme une défaite de Xi Jinping et des dirigeants de Pékin. Cela déclenche la fuite des investisseurs. Mais la Chine, dépourvue de soft power, n'est pas en mesure de renverser le récit imposé par Washington. Cela vaut également pour Moscou et Brasilia. C'est un avertissement pour New Delhi, Riyad et Le Caire.

Ce n'est pas un hasard si, face à des choix indiens ou égyptiens, inconfortables pour les atlantistes, les médias occidentaux lancent une campagne médiatique contre Modi ou Al Sisi. Et, invariablement, l'Inde et l'Egypte sont incapables de réagir parce qu'elles n'ont jamais investi dans un système alternatif d'information, de projets culturels, d'initiatives capables de changer leur propre image construite par leurs adversaires.