Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 juin 2022

L'Amérique en déclin, la Chine et la menace d'une guerre économique

guerre-commerciale-usa-chine.jpg

L'Amérique en déclin, la Chine et la menace d'une guerre économique

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/06/21/taantuva-amerikka-kiina-ja-taloussodan-uhka/

La revue américain Foreign Policy affirme que les décideurs chinois sont de plus en plus convaincus que les États-Unis vont mettre en œuvre une stratégie d'isolement de la Chine à grande échelle. Les responsables, les universitaires et les médias chinois parlent de plus en plus d'autonomie et de préparation.

Fang Xinghai, vice-président de la Commission chinoise de réglementation des valeurs mobilières, a proposé d'accélérer l'internationalisation du yuan pour mieux préparer le désengagement économique des États-Unis.

Un universitaire basé à Shanghai a déclaré que "les dividendes de la paix sont terminés" et qu'"il est temps pour la Chine de se préparer à un désengagement complet". Même des voix plus modérées ont reconnu les profonds changements dans les relations entre les États-Unis et la Chine et ont exhorté la Chine à "se préparer au pire mais à rechercher le meilleur".

Alors qu'en guise de représailles, l'armée chinoise est encore renforcée, le pays resserre également deux ficelles économiques. Elle redouble sa stratégie d'autosuffisance déjà existante et assure la résistance de la Chine aux sanctions, tout en renforçant ses capacités géo-économiques offensives par le biais des chaînes d'approvisionnement et des voies maritimes commerciales internationales.

Le Parti communiste chinois a fait de "l'indépendance et de l'autonomie" un élément clé de sa résolution historique de 2021. Les récentes sanctions sévères de l'Occident contre la Russie ont rappelé aux dirigeants chinois la nécessité de renforcer leur indépendance économique.

Le 25 février, alors que la Russie lançait son opération militaire en Ukraine, un éditorial du Quotidien du Peuple affirmait que "l'indépendance et la confiance en soi permettront à la cause du Parti et du peuple de continuer à avancer de victoire en victoire". Les décideurs politiques s'efforcent de préparer l'économie chinoise à supporter le lourd coup économique d'une sécession forcée.

Ces préoccupations ne sont pas nouvelles. Depuis la crise financière asiatique de la fin des années 1990, les décideurs chinois ont préconisé une réforme du système financier mondial et ont cherché à se prémunir contre l'hégémonie du dollar américain.

En 1999, le gouverneur de la Banque populaire de Chine de l'époque, Dai Xianglong, a déclaré que le système financier mondial actuel "doit être réformé" car "le rôle des monnaies nationales de quelques pays en tant que monnaies de réserve internationales a été une source majeure d'instabilité".

Si les hostilités entre les superpuissances éclatent réellement, l'empire occidental étendra sa politique de sanctions à Pékin, comme il l'a fait avec Moscou. Quelles options de réponse la Chine aurait-elle dans cette situation ?

Jusqu'à présent, dans les guerres commerciales et technologiques lancées par les États-Unis ces dernières années, les Chinois ont essentiellement été sur la défensive. Pourraient-ils passer à l'offensive ?

Dans les scénarios les plus radicaux, Pékin pourrait renoncer à ses réserves de dollars, exiger le paiement en monnaie chinoise de ses exportations de biens vers l'Occident, voire cesser complètement d'exporter.

Par exemple, si une confrontation militaire sur le statut de Taïwan déclenchait une guerre économique, Pékin pourrait utiliser deux contre-mesures offensives : perturber les chaînes d'approvisionnement mondiales et restreindre l'accès des étrangers aux ports commerciaux contrôlés par Pékin.

La perturbation délibérée des chaînes d'approvisionnement pourrait prendre au moins deux formes : la mise en œuvre d'un cadre réglementaire anti-sanctions pour restreindre l'accès aux marchés chinois et l'imposition de contrôles à l'exportation de matériaux critiques.

Le gouvernement chinois pourrait obliger les entreprises étrangères à choisir entre les marchés chinois ou occidentaux et pénaliser la coopération avec les acteurs étrangers considérés comme menaçant les entreprises et les intérêts nationaux chinois.

La revue Foreign Policy suggère que les décideurs chinois ont une vision claire de la manière dont la position dominante de la Chine dans les chaînes d'approvisionnement mondiales pourrait être stratégiquement exploitée contre les restrictions étrangères, si nécessaire, pour protéger les besoins nationaux de la Chine.

En réponse aux sanctions occidentales et à la guerre hybride, la Chine pourrait également restreindre les exportations vers l'Occident d'électronique grand public et d'éléments de terres rares nécessaires à la fabrication d'armes américaines avancées telles que l'avion de chasse F-35. Entre 2014 et 2017, la Chine a fourni 80 % des terres rares dont les États-Unis ont besoin.

La position de la Chine en tant que première puissance maritime commerciale offre également à Pékin un moyen de pression en cas d'escalade de la guerre économique. Les acquisitions de ports chinois donnent à la Chine un plus grand contrôle sur les flux maritimes mondiaux, ce qui pourrait limiter la capacité des étrangers à sécuriser les chaînes d'approvisionnement.

En 2019, la Chine avait investi dans plus de 100 projets portuaires. Trois opérateurs portuaires chinois - COSCO Shipping Ports, China Merchants Port Holdings et Qingdao Port International - avaient déjà des participations dans 16 ports européens en 2018.

1619350091508.png

COSCO possède 100% du terminal portuaire du Pirée en Grèce, 85,5% du terminal portuaire de Zeebrugge en Belgique, 51% du terminal à conteneurs de Noatumi en Espagne et des participations minoritaires dans plusieurs autres ports européens. La manière dont la Chine pourrait réellement contrôler les ports étrangers au milieu d'un conflit est une autre question.

Toutes ces stratégies comportent leurs propres risques d'escalade. Même si l'administration Biden cherche à défier et à concurrencer la Chine, il serait sage de résister à la tentation de diaboliser Pékin, de l'opposer à propos de Taïwan ou de sous-estimer le potentiel de la Chine à défier la position mondiale et la puissance en dollars des États-Unis.

La priorité stratégique de la Chine pour le moment semble être d'éviter de faire quoi que ce soit qui puisse interrompre le processus de déclin des États-Unis. La Chine est également restée à l'écart du conflit ukrainien. Elle ferait probablement bien de se contenter d'observer l'affaiblissement de la domination géo-économique des États-Unis.

Le leadership américain ne semble plus du tout attrayant pour de nombreux pays. Si Washington ne peut pas faire preuve de compassion envers les pays qui ont besoin d'aide au développement et qui ont réclamé une meilleure représentation dans le système actuel, les puissances non européennes et non anglo-saxonnes seront heureuses d'écouter ce que la Chine a à offrir.

L'implication croissante de la Chine en Asie occidentale (le "Moyen-Orient" en termes occidentaux) en est un exemple. La Chine a réussi à conclure un accord de partenariat stratégique global avec l'Iran et l'Arabie saoudite, étendant ainsi l'influence de Pékin et lui apportant de nouveaux avantages économiques.

L'Irak est également devenu un lien important pour le projet "Belt and Road" et les investissements de la Chine. Alors que les États-Unis pilonnent Bagdad à coups de bombardiers, la Chine a récemment accepté de construire un millier d'écoles dans la région. C'est un bon coup de pouce pour l'image de la Chine par rapport aux machinations de l'Occident.

Une action constructive est plus attrayante pour les partenaires que l'intimidation et le chantage économico-militaire américains. Toutefois, le succès de la Chine peut provoquer un retour de bâton de l'OTAN et de l'Occident, et le régime de Pékin sera abattu par les mêmes moyens que la Russie. La Chine réussira-t-elle à éviter les pièges américains ?

Une vision du monde bi-multipolaire rapproche plus que jamais l'Inde et l'ASEAN

indeasean.jpg

Une vision du monde bi-multipolaire rapproche plus que jamais l'Inde et l'ASEAN

Andrew Korybko

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/la-visione-del-mondo-bi-multipolare-avvicina-lindia-e-lasean-come-mai-prima-dora

Du point de vue de la grande stratégie, l'Inde a l'opportunité de devenir un pivot géostratégique qui peut façonner la trajectoire de la phase intermédiaire dite "bi-multipolaire" de la transition systémique mondiale vers une multipolarité plus complexe, en gérant l'émergence de la tripolarité en Eurasie parallèlement à la Russie et dans l'Indo-Pacifique avec l'ASEAN.

La semaine dernière, l'Inde a accueilli une réunion spéciale des ministres des affaires étrangères avec ses partenaires de l'ANASE pour commémorer le 30e anniversaire de leur relation de dialogue. La réunion est passée inaperçue aux yeux de la plupart des observateurs, car elle n'a pas eu d'issue spectaculaire et la seule chose substantielle qui en est ressortie est une déclaration commune sur la nécessité de continuer à étendre leur coopération, mais les remarques d'ouverture du diplomate singapourien suggèrent que les parties se sont récemment rapprochées comme jamais auparavant.

vivian_balakrishnan_in_us_working_visit.jpg

Le ministre des Affaires étrangères de l'île-Etat, Vivian Balakrishnan (photo), a déclaré que "l'escalade de la rivalité entre les superpuissances américaine et chinoise a des implications directes pour nous tous en Asie. Ces évolutions, si elles ne sont pas maîtrisées, peuvent menacer l'ancien système de paix et de stabilité, dont nous dépendons depuis de nombreuses décennies pour notre croissance, notre développement et notre prospérité". C'est un clin d'œil évident au concept de bi-multipolarité du penseur indien Sanjaya Baru (photo) d'il y a quelques années, selon lequel les superpuissances américaine et chinoise façonnent plus que quiconque l'ordre international en évolution.

Sanjaya-Baru.jpg

Au-dessous de ces deux géants, a-t-il fait valoir, se trouve un nombre croissant de grandes puissances, tandis que l'échelon inférieur de l'ordre international est occupé par des États relativement petits et moyens qui ne jouent pratiquement aucun rôle dans la transition systémique mondiale vers une multipolarité plus complexe. Baru a identifié l'Inde comme l'une des grandes puissances mondiales, alors que l'on peut affirmer que l'ANASE (ASEAN) dans son ensemble peut également être considérée comme telle. La reconnaissance par le ministre des affaires étrangères Balakrishnan de l'Amérique et de la Chine en tant que superpuissances jette les bases conceptuelles d'une coopération plus étroite avec l'Inde grâce à la vision du monde bi-multipolaire tacitement partagée.

Pour expliquer son point de vue, Baru a précisé que l'ordre international sera défini par les deuxième et troisième échelons, qu'il a placés dans sa hiérarchie théorique, lesquels s'équilibrent activement entre eux et les deux superpuissances. Le but ultime est que toutes les parties tirent un maximum de bénéfices de leurs partenaires, les grandes puissances en particulier visant à poursuivre leur ascension jusqu'à éroder progressivement l'influence des superpuissances, de sorte qu'un multipolarisme plus complexe puisse succéder à la phase transitoire du tripolarisme qui viendra après la phase intermédiaire bi-multipolaire actuelle.

À cette fin, l'Inde est intervenue de manière décisive après le début de l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, afin de devenir la soupape de sûreté irremplaçable pour Moscou face aux pressions occidentales et d'empêcher ainsi la dépendance potentiellement disproportionnée de son partenaire vis-à-vis de la Chine, qui aurait pu remodeler la nouvelle guerre froide en faveur de Pékin et ainsi déstabiliser le continent selon Delhi. Certains États de l'ANASE alignés sur les États-Unis, comme Singapour, sont réticents à coopérer avec la Russie de peur d'irriter leur patron, il ne faut donc pas s'attendre à ce que le bloc dans son ensemble rejoigne le Neo-NAM.

Ce concept fait référence au nouveau Mouvement des non-alignés que la Russie et l'Inde espèrent construire conjointement afin de créer un troisième pôle d'influence pour assurer la transition de la phase actuelle du bipolarisme vers le tripolarisme, facilitant ainsi l'émergence d'un multipolarisme plus complexe au fil du temps. Cependant, Delhi peut intervenir de manière décisive en devenant la soupape de décharge irremplaçable de l'ANASE face aux pressions des superpuissances, un peu comme le rôle qu'elle joue avec Moscou, afin de leur fournir une troisième option équilibrée au lieu de se sentir obligés de choisir entre Washington et Pékin.

Le diable est dans les détails quant à la manière dont cela pourrait se dérouler dans la pratique, car l'Inde n'a pas l'attrait des garanties de sécurité américaines en mer de Chine méridionale et est loin d'avoir l'influence économique que la Chine exerce sur l'Asie du Sud-Est, mais elle peut toujours continuer à coopérer étroitement avec l'ANASE de manière de plus en plus créative afin de maximiser la flexibilité géostratégique du bloc. Puisque les deux parties s'accordent sur le fait que l'Amérique et la Chine sont des superpuissances, il s'ensuit naturellement que l'ANASE est déjà en bonne voie d'adopter le concept de bi-multipolarité de l'Inde et tout ce qu'il implique.

asean.png

Il appartient donc à Delhi d'étendre son jeu d'équilibre de l'Eurasie à l'Indo-Pacifique, en tirant les leçons de sa récente expérience avec Moscou pour reproduire son succès avec l'ANASE (ASEAN). Les deux paires de partenaires sont complètement différentes et n'ont pratiquement rien en commun, si ce n'est un désir partagé de maximiser leur autonomie stratégique dans la phase intermédiaire bi-multipolaire actuelle de la nouvelle guerre froide, mais c'est là que l'Inde s'est imposée comme le partenaire de choix, car cet État civilisationnel d'Asie du Sud est la seule grande puissance capable d'aider les deux à atteindre ces objectifs.

Du point de vue de la grande stratégie, l'Inde a la possibilité de devenir le pivot géostratégique capable de façonner la trajectoire de la phase intermédiaire bi-multipolaire de la transition systémique mondiale vers un multipolarisme plus complexe, en gérant l'émergence du tripolarisme en Eurasie vis-à-vis de la Russie et dans l'Indo-Pacifique vis-à-vis de l'ANASE (ASEAN). Cette tâche ambitieuse exige une habileté diplomatique sans précédent, mais elle a déjà récolté des dividendes impressionnants auprès de Moscou, comme en témoigne le fait qu'elle a évité le sort de devenir le "partenaire junior" de Pékin, contrairement à ce que beaucoup avaient prévu.

L'Inde peut également faire de même en renforçant l'autonomie stratégique de l'ANASE, afin que le bloc dans son ensemble ne devienne pas le "partenaire junior" de la superpuissance américaine ou chinoise, même si certains États en son sein optent pour ce destin, s'ils estiment qu'il en va de leur intérêt national objectif. Du point de vue de Delhi, le plus important est que cette plate-forme d'intégration régionale reste neutre dans la nouvelle guerre froide, afin d'éviter de donner un avantage à l'une ou l'autre superpuissance. Cela peut à son tour donner à l'Inde le temps stratégique dont elle a besoin pour reproduire le jeu d'équilibre perfectionné par la Russie avec l'ensemble de l'ANASE.

Au mieux, l'Inde se retrouvera au centre d'un réseau transcontinental d'intégration terre-mer s'étendant de la Russie en Europe de l'Est à l'Iran en Asie occidentale et à l'Indonésie en Asie du Sud-Est, si elle parvient à gérer l'émergence de la tripolarité en Eurasie et dans l'Indo-Pacifique en utilisant la formule conceptuelle de la bi-multipolarité de Baru. Bien sûr, de nombreuses choses peuvent se produire qui pourraient gâcher ces plans, mais en général, l'Inde est déjà en passe d'y parvenir, à des degrés divers, et ce n'est peut-être qu'une question de temps avant qu'elle n'y parvienne.

samedi, 18 juin 2022

Pour mieux comprendre les institutions iraniennes

1489365-l-iran-un-pays-conservateur-illustration.jpg

Pour mieux comprendre les institutions iraniennes

par Georges FELTIN-TRACOL

La tradition offre aux peuples un avenir viable. Tournons-nous aujourd’hui vers l’Iran. En 1979, les Iraniens renversent le Shah avec l’appui d’une faction de l’« État profond » yankee. La monarchie valorisait l’antique Perse et se heurtait au clergé chiite. Sa chute permet l’établissement d’une république islamique inédite. Les constitutionnalistes occidentaux expriment depuis lors leur perplexité devant des institutions qui dérogent aux classifications habituelles du droit constitutionnel occidental. Spécialiste de l’Iran, Morgan Lotz présente et commente La constitution de la République islamique d’Iran (Éditions Perspectives libres, 2021, 178 p., 23 €). Avant d’examiner plus en détail ce sujet, on ne peut que regretter que la première partie de ce livre préfacé par Arnaud Christen, c’est-à-dire l’étude historique et institutionnelle, soit parsemée de coquilles rendant la lecture difficile.

Lotz.png

La Constitution de 1979 fait de l’Iran « un régime curieux et intrigant ». En effet, à côté du Vatican et de la république monastique autonome du Mont-Athos, l’Iran est une théocratie constitutionnelle assise sur une incontestable légitimité populaire. Révisée en 1989, la loi fondamentale comprend un long préambule historico-politique, quatorze chapitres et cent soixante-dix-sept articles. Sa disposition interne diffère totalement des rédactions constitutionnelles occidentales. Toutefois, de nombreux articles confirment l’orientation sociale de la République islamique. Ainsi l’article 29 proclame-t-il que « la jouissance de la sécurité sociale en matière de retraite, de chômage, de vieillesse, d’incapacité de travail, d’absence de tuteur, d’indigence, d’accidents et de catastrophes, de besoins en soins sanitaires et médicaux et en surveillances médicales sous forme d’assurance ou autrement, est un droit pour tous ». L’article 30 précise que « l’État a le devoir de fournir les moyens d’éducation gratuits pour toute la nation jusqu’à la fin du cycle secondaire, et de développer les moyens pour l’enseignement supérieur à titre gratuit, afin de permettre l’autosuffisance du pays ». Quant à l’article 44, il explique que « le système économique de la République islamique d’Iran est fondé sur la base de trois secteurs : étatique, coopératif et privé, avec une programmation ordonnée et correcte ».

ahf.jpg

Morgan Lotz rappelle bien trop brièvement le rôle de deux intellectuels dans le déclenchement de la révolution de 1979. Bien qu’assassiné en 1977, Ali Shariati mêla dans ses écrits le gauchisme occidental représenté par le Che Guevara, Jean-Paul Sartre, Frantz Fanon et Simone de Beauvoir, et l’enseignement spirituel du chiisme. Le second étudia la philosophie à la Sorbonne et à Heidelberg. Ahmad Fardid (1910 – 1994) fut un disciple de Martin Heidegger. Hostile au « Dispositif » occidental d’aliénation, cet heideggérien invente vers l’âge de trente ans le concept traduit en anglais de « Westoxication », jeu de mot entre « Occident » et « intoxication ». La révolution iranienne a ainsi des sources idéologiques fort guère politiquement correctes.

010141014.jpg

Homme de foi et érudit reconnu, Rouhollâh Khomeyni a travaillé sur les penseurs grecs de l’Antiquité, en particulier Platon. Sa République influence l’agencement constitutionnel de l’Iran révolutionnaire. « La République islamique d’Iran, écrit l’auteur, est un système politique de type républicain mêlant les principes islamiques avec une direction présidentielle unitaire, de manière théocratique et constitutionnelle. » Morgan Lotz déplore la légèreté des commentateurs hostiles qui oublient que « la république est un système d’organisation politique dans lequel le pouvoir est exercé par des personnes nommées ou élues selon le mode de scrutin instauré. République ne signifie donc pas forcément démocratie et suffrage universel ». On est très loin de la République française hypostasiée par la clique politico-médiatique hexagonale.

Le chef de l’État iranien, par ailleurs chef des armées et, l’Iran atteignant le seuil nucléaire, pourra employer la bombe atomique, est le Guide de la Révolution islamique dont le mandat est d’une durée indéterminée. Ce religieux chiite est élu par l’Assemblée des Experts, une instance de 86 membres élus au suffrage universel direct pour huit ans. Elle surveille les actes du Guide et peut le révoquer. Pour sa part, le Guide supervise quatre pouvoirs strictement indépendants les uns des autres.

La révision de 1989 abolit la fonction de premier ministre. Ses attributions reviennent au président de la République, élu pour 4 ans renouvelable une fois. Chef du gouvernement (il préside le conseil des ministres) et de l’administration, il nomme ses vice-présidents et ses ministres qui sont tous approuvés par l’Assemblée consultative islamique. Celle-ci peut aussi voter la défiance, individuelle ou collective. L’Assemblée consultative islamique compte 270 élus pour 4 ans. Les juifs, les zoroastriens et les minorités chrétiennes assyriennes, chaldéennes et arméniennes y disposent de représentants. Cette assemblée vote les lois et le budget et peut destituer le président de la République en accord avec le Guide.

Raisi_in_2021_election_26.jpg

Le président de la République islamique doit composer avec le Guide quand il pourvoit aux ministères stratégiques de la Défense et du Renseignement. Le président iranien sollicite l’avis du Chef du pouvoir judiciaire avant de désigner le ministre de la Justice. Le Chef du pouvoir judiciaire est nommé pour cinq ans par le Guide. Cette « plus haute autorité du pouvoir judiciaire (article 157) » a sous sa tutelle la Cour suprême dont il nomme le président et le procureur général. Il soumet en outre à l’Assemblée consultative islamique qui les élit six candidats pour six ans au Conseil des Gardiens de la Constitution. Les six autres membres sont six jurisconsultes religieux nommés par le Guide. Ce conseil constitutionnel interprète la constitution, approuve toutes les candidatures aux élections et participe aux séances de l’Assemblée.

Il résulte de cette répartition de la puissance publique en quatre pôles de nombreux contentieux politico-juridiques et, parfois, des blocages. Afin que le Guide ne perde pas son autorité et son prestige dans des conflits subalternes, la révision de 1989 crée le Conseil de discernement de l’Intérêt supérieur du régime. Cette institution d’une quarantaine de membres (président de la République, président de l’Assemblée, Chef du pouvoir judiciaire, Conseil des Gardiens de la Constitution, etc.) tranche les désaccords. Elle préserve de cette façon le Guide qui se consacre à l’essentiel.

On comprend mieux pourquoi l’Occident moderne déteste la République islamique d’Iran. Malgré l’embargo et les sanctions économiques, elle demeure pourtant un État souverain. Nonobstant son caractère musulman, l’exemple iranien n’inspirerait-il pas des modèles européens à venir qui dépasseront enfin la philosophie délétère des sordides « Lumières » ?    

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 37, mise en ligne le 14 juin 2022 sur Radio Méridien Zéro.

vendredi, 17 juin 2022

La Chine avant les « Boxers »

clashes-on-the-streets-of-beijing.jpg

La Chine avant les « Boxers »

Par Robert Steuckers

Au 18ème siècle, la Chine et l’Inde concentraient, à elles deux, une bonne partie des richesses du monde. L’Inde était déjà sous influence britannique. La Chine ne l’était pas. Elle était gouvernée par un empereur exceptionnel, petit-fils d’un aïeul non moins exceptionnel. L’Empereur Qianlong (Ch’ien Lung) gouverna le Céleste Empire pendant 60 ans, de 1736 à 1796. Il appartenait à la dynastie mandchoue qui avait pris la succession des Ming, une dynastie chinoise han. Le grand-père de cet empereur, Khang Si (1654-1723), avait aussi régné pendant 61 ans, prouvant que la longévité d’un pouvoir est la garante d’un bon gouvernement et d’une continuité féconde. Sous le règne de Khang Si, l’économie s’était consolidée, le niveau culturel de l’Empire n’avait cessé de croître. Une encyclopédie avait été rédigée à l’usage des mandarins. En 1730, Khang Si avait autorisé les Russes à ouvrir un comptoir à Pékin, en vertu du Traité de Kiakhta. Son petit-fils, Qianlong, qui accède au trône en 1736, va mener la Chine au sommet de sa gloire : il est un Empereur travailleur, sérieux, qui prend le pouls de son Empire en effectuant régulièrement des tournées dans ses provinces. Il est auréolé de gloire militaire : en 1757, il a brisé définitivement le pouvoir mongol en Asie centrale. Il a conquis le Turkestan ou Sinkiang actuel (peuplé d’Ouighours) et a vassalisé le Népal dans l’Himalaya. La Chine a atteint sous son règne son extension territoriale maximale, supérieure à celle qu’elle occupe aujourd’hui. Sa population a cru de manière significative, de 150 à 300 millions d’habitants, grâce à une révolution agricole téléguidée par l’Empereur avisé, qui introduisit le maïs et la pomme de terre en Chine. Comme aujourd’hui, la Chine a connu sous son règne un exode rural vers des villes correctement administrées, grâce aux conseils judicieux de l’Empereur. La culture ne cesse de se consolider et le Palais compte une bibliothèque particulièrement bien fournie.

Kangxi1.jpg

qlql.jpg

Khang Si et Quianlong.

Quand l’Empereur abdique en 1796 (il mourra en 1799), le lent ressac de la Chine commence, surtout à cause des intrigues ineptes de celle qui fut sa favorite, He Shen. La mauvaise gouvernance qui s’ensuit, après le décès de Quianlong, provoque les premières révoltes dans les provinces. Les gouvernements qui se succèdent sont faibles mais imposent tout de même des restrictions au commerce anglais et européen : seuls deux ports sont ouverts aux étrangers, Shanghai et Canton. Le ressac politique entraîne la décadence des moeurs : la Chine est minée par l’opium qui, rapidement, sera importé en masse par les Anglais, qui le vendent contre des richesses bien concrètes, telles la soie ou l’argent. En 1839, un fonctionnaire zélé et non corrompu, Liu Xexu, décide de réagir et fait brûler 20.000 caisses d’opium, dans le port de Shanghai. Les Anglais réagissent brutalement en déclenchant la première guerre de l’opium. Elle durera trois ans. Les Britanniques détenaient la supériorité navale et forcèrent les Chinois à signer le Traité de Nankin en 1842, où ils obtinrent la mainmise sur Hong Kong. En outre, les Chinois durent également ouvrir cinq ports au commerce anglais. C’est le début d’une spirale de déclin : en 1844, les Américains exigent d’avoir les mêmes droits que les Anglais, dont l’extraterritorialité pour leurs ressortissants ; en 1845, le Traité franco-chinois de Whampoa ouvre le Céleste Empire au commerce français. Pour les Chinois, c’est le début du « siècle de la honte ».

Les Chinois qui ne s’adonnent ni aux affres de la décadence ni à la corruption réagissent dès le début des premiers signes de déclin à l’époque de He Shen, en créant des sociétés secrètes qui entendent rétablir l’ordre. Elles ont souvent le défaut d’être messianiques et irrationnelles. Ainsi, Hong Xiuquan, converti au christianisme auquel il donnera une interprétation très personnelle, amorce une révolte d’une ampleur inouïe pour l’époque. Prétendant être le frère ressuscité du Christ, il se place à la tête de bandes armées qui assiègent Nankin en 1850. La ville tombera en 1853. Quinze provinces de l’Empire suivent cet illuminé, embrasant le Sud de la Chine et la plongeant dans une guerre civile très cruelle. Cette révolte est connue sous le nom de « Rébellion Taiping ». Le messianisme chrétien très particulier de Hong Xiuquan proclame l’égalité des hommes et des femmes et l’abolition de la propriété privée. Le maoïsme le plus radical, au 20ème siècle, s’en inspirera, mutatis mutandis. Face à ce délire sanglant, le pouvoir impérial, affaibli, disposant d’une armée professionnelle mais numériquement faible, doit composer avec les puissances européennes afin d’obtenir les moyens matériels de contrer la révolte. Cet appui, modeste, des puissances, se fait bien entendu en échange de concessions supplémentaires, d’ouverture au commerce et de légalisation de l’opium. Hong Xiuquan meurt en 1864, mettant fin à une guerre interne qui fit entre 20 et 30 millions de morts, chiffre jamais atteint nulle part dans le monde dans l’histoire.

taip01s.jpg

Parallèlement à la rébellion Taiping, qui se déroulait dans le Sud, le pouvoir impérial a dû faire face à la révolte des Nian dans la Nord, d’inspiration plus sociale que messianique. Cette révolte des provinces septentrionales s’étendra de 1851 à 1868. Enfin, la deuxième guerre de l’opium (1856-1860), contemporaine des deux soulèvements intérieurs, oppose le pouvoir impérial à la France et à l’Angleterre, dont les corps expéditionnaires prennent Canton et pillent le Palais d’été. La Chine doit accepter l’ouverture de onze ports supplémentaires.

La Chine sort bien sûr considérablement affaiblie de ce triple cataclysme, surtout face à un Japon qui s’apprête à entrer dans l’ère Meiji, celle de sa modernisation rapide et efficace. Sur le plan territorial et géopolitique, la Chine perd ses glacis, acquis par les bons Empereurs des 17ème et 18ème siècles : le Vietnam, qui cesse d’être son vassal, la Mandchourie et la Birmanie. Cet effondrement généralisé déforce la Chine par rapport au Japon qui décide, en quelque sorte, de « chevaucher le tigre de la modernité », apportée par les étrangers occidentaux. En 1872, le Japon introduit le service militaire et modernise son armée. En 1874, la révolte des Samouraï traditionalistes, qui entendent perpétuer le statu quo, est matée par l’armée moderne. En 1876, le Japon signe un traité avec la Corée, dans l’intention de remplacer dans cette péninsule la tutelle chinoise par une tutelle nippone. Cette démarche débouchera dix-huit ans plus tard sur la guerre de 1894-95 où le Japon modernisé écrasera les armées chinoises et imposera le Traité de Shimonoseki : la Corée passe sous domination japonaise et Formose (Taïwan) est annexée à l’Empire du Soleil Levant. Une humiliation supplémentaire pour les Chinois. Seul le Dr. Sun Ya Tsen (1866-1925) en tirera les justes conclusions, en fondant en 1892 sa « Société pour la Renaissance de la Chine », qui se donne pour tâche de moderniser l’Empire comme le faisait le Japon. L’inspirateur de cette Société est l’économiste allemand Friedrich List, inspirateur des politiques européennes et américaines d’investissement dans les communications (chemins de fer, canaux, etc.). Le Kuo Min Tang, parti nationaliste chinois issu de la Société fondée par Sun Ya Tsen, fera siennes les idées pragmatiques de List et la politique actuelle de la Chine de Xi Jinping, visant à créer un vaste réseau de « nouvelles routes de la soie » en est un avatar : derrière un verbiage et un décorum communiste, la Chine est confucéenne et listienne, voire schmittienne. Les messianismes socialisants, religieux et xénophobes n’ont pas permis le succès et, au contraire, ont précipité la Chine dans une misère encore plus noire…

The_Ci-Xi_Imperial_Dowager_Empress_(5).JPG

En 1898, l’Impératrice douairière Ci Xi (Tzu Hsi) tient toutes les rênes du pouvoir. Mais ne refuse obstinément de tirer les conclusions qu’il faut : elle rejette toute idée de modernisation, d’adaptation à la façon japonaise, en dépit de la cuisante leçon qu’a été la défaite de 1895. En 1898 toutefois, elle accorde au jeune Empereur Guangzu (Kuang Hsü) cent jours pour parfaire des réformes modernisatrices. Ce sera un échec, prévisible vu la brièveté de temps laissé aux réformateurs rationnels, inspirés par une pensée confucéenne réinterprétée dans un sens innovateur. Les conseillers de Guangzu, qui avait initié cette tentative audacieuse de sortir de l’ornière d’un traditionalisme confucéen figé, seront décapités. Le jeune Empereur sera enfermé dans ses appartements du palais. Ci Xi impose alors un maximum de fonctionnaires et de généraux mandchous, imaginant ainsi consolider un pouvoir qui, pourtant, échappait désormais totalement à cette ethnie qui avait fait la gloire de la Chine aux 17ème et 18ème siècles. Ces favoris de Ci Xi sont désormais autant d’obstacles au développement de l’Empire et les révoltés han (quelles qu’aient été leurs options religieuses ou idéologiques) crient : « Renversons les Qing (Ch’ing) et restaurons les Ming ! », ces derniers ayant été une dynastie purement chinoise. Parmi ces partisans d’une restauration Ming, on trouve les futurs Boxers, rendus célèbres suite aux « 55 jours de Pékin ». Au début de leur itinéraire, ils criaient : « A bas les Mandchous et toutes les choses étrangères ». Le terme de « Boxers » est relativement injurieux. Il leur a été accolé par les journaux londoniens. Ils s’auto-désignaient comme les adeptes d’une « Société des Poings d’Harmonie et de Justice » (I Ho Ch’üan). Ils sont foncièrement xénophobes et, comme l’Impératrice Ci Xi, sont hostiles à toute forme de modernisation. Pour adhérer à cette « Société », il faut subir une initiation, qui mène les récipiendaires à entrer en transe. Au combat, les Boxers se lancent à l’attaque en chantant des couplets d’exorciste et en se croyant invulnérables (sauf si les « esprits » les abandonnent car ces esprits savent les fautes qu’ils ont commises jadis).

BoxerRebellion.jpg

Le mouvement prend de l’ampleur, favorisé par de hauts fonctionnaires, dont des Mandchous xénophobes, parmi lesquels le gouverneur Yü Hsien, qui ferme les yeux sur les activités des Boxers dans l’espace de sa juridiction. Ce glissement du pouvoir impérial, qui se met à favoriser les révoltés, fait disparaître l’hostilité première que ces derniers vouaient aux Mandchous. Le slogan devient : « Protégeons les Qing (Ch’ing), exterminons les étrangers ! ». La haine des uns et des autres se porte également sur les chrétiens chinois, accusés de favoriser les menées des étrangers. Grâce à l’appui de hauts fonctionnaires et de la cour, l’agitation atteint son comble à la fin du printemps de l’année 1900 : Ci Xi entend instrumentaliser les Boxers et ne veut pas d’une rupture avec ces éléments turbulents car elle se souvient forcément du désastre des révoltes précédentes, celles des Taiping et des Nian, où la répression exercée par le pouvoir impérial avait prolongé les hostilités et ruiné le pays : l’Impératrice douairière ne pouvait se permettre de rééditer de telles opérations.

002.jpg

A la cour, le Prince Tuan, sympathise avec les Boxers. Les choses vont alors très vite se précipiter : le 11 juin 1900, un diplomate japonais est assassiné ; le 13 juin, les Boxers amorcent un massacre de chrétiens chinois et de missionnaires ; dans les jours qui suivent, les arsenaux sont pillés. Le pouvoir impérial, incarné par Ci Xi, fait semblant de vouloir mater la révolte en décrétant la loi martiale. Celle-ci implique que tous les ressortissants étrangers doivent gagner le quartier des légations. Les diplomates occidentaux ne sont pas dupes. Seul le ministre d’Allemagne, von Ketteler, entend poursuivre les négociations : il est assassiné en se rendant au palais. Le 20 juin, les Boxers et l’armée régulière ouvrent le feu sur le quartier des légations. Le siège de 55 jours des légations commence, ce siège que Jean Mabire nous a si magnifiquement narré, ce siège que le fameux film de Nicholas Ray de 1963 a mis en scène avec Charles Heston, Ava Gardner et David Niven.

51qTrDW3BaS._SX323_BO1,204,203,200_.jpg

maxr55JPesdefault.jpg

img_56-1.jpg

La leçon majeure à tirer de cette brève rétrospective de l’histoire chinoise, c’est qu’une entité impériale ne résiste au temps et aux forces sournoises du déclin, toujours tapies et à l’affût, que par la continuité du pouvoir unique, par le sérieux administratif des plus hautes instances impériales et de l’Empereur lui-même, par la défiance à l’endroit des « accélérationistes » messianiques ou idéologiques. Xi Jinping a certainement retenu les leçons et l’exemple de Khang Si et de Qianlong.

Robert Steuckers.

Bibliographie :

Cette bibliographie reprend plusieurs ouvrages didactiques qui donnent une bonne chronologie des événements historiques et offrent des résumés succincts des périodes stables et troublées de l’histoire chinoise.

Jung CHANG, Empress Dowager Cixi, Vintage Books, London, 2014.

Carlo DRAGONI, L’ultima imperatrice della Cina, Iduna Edizioni, Sesto San Giovanni (MI), 2021.

Ludwig KÖNNEMANN, Historica – Grote Atlas van de Wereldgeschiedenis, Parragon Books Ltd, Bath (UK), 2012.

Jim MASSELOS, The Great Empires of Asia, Thames and Hudson, London, 2010-2018.

Pankaj MISHRA, Aus den Ruinen des Empires – Die Revolte gegen den Westen und der Wiederaufstieg Asiens, S. Fischer, Frankfurt a. M., 2013 (Lire surtout le premier chapitre consacré au lent effondrement des empires asiatiques du 18ème au 19ème, pp. 32-51).

Ian MORRIS, Why the West Rules for Now – The patterns of history and what they reveal about the future, Profile Books, London, 2010.

  1. M. ROBERTS, The Far East and a New Europe, vol. 5 of « The Illustrated History of the World », Time Life Books, Alexandria (Virginia), 1998.

Robert STEUCKERS, De l’Eurasie aux périphéries, une géopolitique continentale, vol. II de « Europa », Editions Bios, Lille, 2017 (voir pp. 72-80).

Robert STEUCKERS, L’Europe, un balcon sur le monde, vol. III de « Europa », Editions Bios, Lille, 2017 (voir pp. 241-255).

Wereldgeschiedenis in beeld, Parragon Books Ltd, 2005.

History of the World, Dorling Kindersley Ltd, London, 1994-2004.

La grande chronologie illustrée de l’histoire mondiale, Losange/Maxi Livres, 2004.

07:03 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, chine, boxers, asie, affaires asiatiques | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 16 juin 2022

Comment est née la scission entre Beijing et Taipei

122607122_taiwan_china_index_976.png.jpeg

Comment est née la scission entre Beijing et Taipei

Emanuele Pietrobon

SOURCE : https://it.insideover.com/storia/cina-taiwan-storia.html

Le passé ne passe jamais, il est donc essentiel de lire le présent avec les yeux de l'historien. Les événements d'aujourd'hui sont le résultat des événements d'hier, tout comme le futur est la conséquence du présent. Une répétition continue d'erreurs. Un éternel retour des antagonismes et des inimitiés. Une saṃsāra où les empires, les peuples et les civilisations vivent, meurent et renaissent encore et encore.

On ne peut pas comprendre la "troisième guerre mondiale en morceaux", pourquoi elle est apparue et comment elle pourrait évoluer, sans connaître l'histoire des derniers siècles. Histoire utile pour comprendre comment certaines des compétitions d'aujourd'hui, du Grand Jeu 2.0 à la nouvelle course à l'Afrique, ne sont que des remakes des grandes confrontations d'hier. Histoire fondamentale pour comprendre comment dans certains des théâtres les plus chauds du monde contemporain, par exemple Taïwan, nous nous approchons de l'inéluctable redde rationem des jeux qui ont commencé il y a longtemps.

Il n'y a pas de Chine sans Taïwan

Il y a deux catégories de pouvoirs, le post-historique et l'historique, mais il ne peut y avoir qu'un seul type d'empire, à savoir celui qui préserve jalousement le mythe fondateur et qui est voué à un horizon spatio-temporel extra-mondain et messianique, car l'histoire enseigne que la perte de mémoire et la temporalité sont les antichambres du déclin et de la mort.

Si la République populaire de Chine réécrit peu à peu la face du monde, avec l'ambition de toucher et d'altérer ses cordes sensibles, c'est parce que, prenant acte des erreurs commises par la dynastie Qing, elle s'est réapproprié cette propension à la transcendance qui remontant à l'époque perdue des Trois Augures et des Cinq Empereurs, avait placé la Cité interdite au centre du monde jusqu'au milieu du XIXe siècle - jusqu'à l'atterrissage malencontreux de l'Empire britannique dans la Sinosphère et le début consécutif de l'Âge de l'Humiliation (百年國恥).

d142cc99671c743fc47b730a234223ef--british-colonial-military-history.jpg

Remettre les lunettes de l'occidentalo-centrisme dans le tiroir, en utilisant à leur place les lentilles sobres de l'objectivité historique, c'est se rendre compte que dans le cas en question, celui de la Chine, il ne peut y avoir de transcendance, et donc aucune forma mentis apte à réintégrer l'histoire après le Siècle de l'Humiliation et la lente renaissance pendant la Guerre Froide, qui va au-delà de la sécurisation des cinq ventres mous traditionnellement infiltrés et incendiés par les puissances rivales - Hong Kong, Mongolie intérieure, Taïwan, Tibet, Xinjiang - et qui ne vise pas à surmonter la condition tellurocratique dans laquelle l'Empire céleste a été enfermé au moyen de la stratégie de la chaîne d'îles.

Après avoir déforesté Hong Kong, muselé les mouvements séparatistes au Tibet et au Xinjiang, et sécurisé la Mongolie intérieure, la direction prévoyante et patiente du Parti communiste chinois, qui se croit prête à accomplir le destin de l'Empire du Milieu renaissant, n'a plus qu'un dernier objectif : Capturer Taïwan parce que c'est ce que souhaitent les maîtres de la Cité interdite, pour qui le monde est trop petit pour deux Chine, et parce que c'est ce que réclament les stratèges, sachant que la survie de la mondialisation et du système asphyxiant de la chaîne insulaire dépend de l'État insulaire.

Tous fous pour Taïwan

Taïwan, également connue sous le nom de Formose ou de Taipei chinois, est et sera longtemps au centre du chapitre indo-pacifique de la compétition entre grandes puissances. Pour certains, à la lumière des intérêts en jeu - elle détient 92% de la capacité de production de semi-conducteurs avancés, ergo, elle est le cœur battant du Nord mondial, et est l'épine dorsale de la chaîne d'îles -, elle pourrait être l'Armageddon dans lequel, si Pékin tente une annexion manu militari, la troisième guerre mondiale éclatera.

1 cVbWlixhE52xiV5coZhYpg.jpeg

20210501_FBM981.png

20201010_ASM985.png

Beaucoup a été écrit et dit sur les raisons pour lesquelles Taïwan est cruciale pour les États-Unis, et l'histoire qui a conduit au désaveu d'une Chine en faveur de la reconnaissance de l'autre est également bien connue, mais il est nécessaire, pour des raisons d'objectivité et d'impartialité, d'examiner également celles de la République populaire de Chine.

Taïwan est ce que l'on appelle en géostratégie un "pivot" et en géophilosophie un "lieu de destin". Contrôler cet archipel revient à détenir les clés des mers entourant la Chine continentale, qui, de Taïwan, peuvent constituer une tête de pont pour l'obtention d'une profondeur stratégique dans le Pacifique, ou qui, de Taïwan, peuvent être maintenues dans une condition tellurocratique pour l'utilisation et la consommation de rivaux historiques - comme le Japon - ou récemment acquis - les États-Unis et leurs sœurs de l'anglosphère.

Le divorce jamais digéré

La nature géostratégique de Taïwan est la raison pour laquelle les dynasties successives sur le trône de la Cité interdite ont dû se battre continuellement et avec ténacité pour imposer leur autorité à l'ennemi du jour. Au début, ce sont les hordes de pirates qui ont fait de Taïwan une forteresse dans laquelle se réfugier pour échapper aux armées de l'Empire céleste. Plus tard sont venus les Espagnols, puis les Portugais et enfin les Hollandais. Les soldats de la dynastie Ming ont réussi à expulser les colons européens dans la seconde moitié du XVIIe siècle, établissant le royaume de Tungning sur l'île.

1000px-Kingdom_of_Tungning.svg.png

500px-Dutch_and_Spanish_Taiwan_nl.svg.png

En vert, au nord, les parties de Formose contrôlées par l'Espagne; en mauve, au sud, les parties contrôlées par la compagnie hollandaise des Indes orientales.

La dynastie Qing, s'appuyant sur l'héritage des Ming, tente de stabiliser l'autorité de la Chine continentale sur l'archipel jamais apprivoisé en en faisant une préfecture, puis une province distincte, mais des facteurs endogènes - le début du déclin - et exogènes - l'arrivée des grandes puissances dans la Sinosphère - vont contrarier le plan. En 1895, à la suite de leur défaite dans la première guerre sino-japonaise, les Qing ont été contraints de céder le contrôle de Taïwan au Japon. Un traumatisme national qui allait façonner des générations entières de nationalistes chinois.

ch01fig02.jpg

Soldats japonais à Formose.

Le divorce entre Pékin et Taipei, contrairement à la croyance populaire, a commencé avec la cession de l'État archipélagique à Tokyo. C'est dans le contexte de la domination japonaise que les Taïwanais ont commencé à développer une identité propre, antithétique à celle de la Chine continentale, car ils ont été endoctrinés avec de nouveaux livres d'histoire, initiés aux coutumes japonaises et même élevés dès leur plus jeune âge à l'étude du japonais. Et tandis que Taïwan subit un processus de japonification, qui portera ses fruits dans les décennies à venir, l'Empire céleste sombre dans le chaos de la guerre civile.

Pékin allait oublier Taipei pendant longtemps, pendant toute la durée de la période républicaine, car elle était la proie d'assassinats politiques, de faux messies, d'émeutes et d'un crescendo de violence perpétré par deux extrêmes opposés: les nationalistes de Chiang Kai-shek et les communistes de Mao Tse Tung. Les premiers, malgré le soutien transversal des puissances capitalistes, communistes et fascistes, seront écrasés par le poids d'une insupportable guerre sur deux fronts: contre le Japon et contre les révolutionnaires.

Les ouvriers-guerriers de Mao, après avoir survécu à une série de manœuvres d'encerclement en se réfugiant à l'intérieur des terres - la fameuse Longue Marche (长征) -, allaient au début de la Seconde Guerre mondiale profiter des événements pour lancer une puissante attaque contre les centrales républicaines. La guerre civile ne s'achèvera qu'en 1949, avec la prise de la dernière ville aux mains des républicains et la fuite de Chiang Kai-Shek et de ses loyalistes vers Taïwan, qui entre-temps était redevenue indépendante. Et là, croyant qu'un renversement de l'ordre maoïste naissant avec l'aide des États-Unis était possible, Chiang Kai-Shek a mis en place une nouvelle république, croyant être le seul représentant légitime du peuple chinois, ce qui a donné naissance au conflit des deux Chines.

Les États-Unis, qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ont hérité de l'Empire britannique un monde de routes et de goulets d'étranglement à contrôler et une riche expérience en matière de division et de conquête, n'auraient jamais eu de doute sur la marche à suivre. Ils avaient appris la valeur de Taïwan entre l'entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale, en observant son utilisation multidimensionnelle par le Japon: comme grenier, comme usine et comme base d'opérations à partir de laquelle lancer des attaques aériennes et maritimes massives contre la Chine continentale. Des épisodes que les stratèges du futur gendarme mondial auraient étudiés avec zèle et qui les auraient incités à faire pression sur l'administration Truman pour qu'elle oublie la déclaration du Caire de 1943, cosignée par Franklin Delano Roosevelt, concernant la restitution de l'archipel à la Chine continentale à la fin de la guerre. Le reste appartient à l'histoire.

Emanuele Pietrobon

mercredi, 08 juin 2022

L'Inde est en passe de devenir une puissance géo-économique avec laquelle il faudra compter en Eurasie

a27d24_f197f9c796c84aa9b32f0e0dec16ec8d~mv2.jpg

L'Inde est en passe de devenir une puissance géo-économique avec laquelle il faudra compter en Eurasie

Andrew Korybko

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/geoestrategia/37949-2022-06-07-15-00-03

L'un des résultats les plus inattendus de l'opération militaire russe en cours en Ukraine a été la montée en force de l'Inde en tant que grande puissance eurasienne. Delhi est intervenue de manière décisive pour devenir la soupape irremplaçable de Moscou face à la pression occidentale, ce qui a permis d'éviter de manière préventive une dépendance potentiellement disproportionnée du Kremlin vis-à-vis de Pékin dans ces nouvelles conditions difficiles et a ainsi renforcé mutuellement l'autonomie stratégique complémentaire de la Russie et de l'Inde.

Il s'agit d'un développement qui a changé la donne et qui a considérablement modifié le cours de la nouvelle guerre froide à ses débuts, influençant grandement la trajectoire stratégique de tous les acteurs clés à l'avenir.

Les doutes concernant les allégeances géopolitiques de l'Inde ont été dissipés une fois pour toutes: cet État-civilisation place ses propres intérêts au premier plan selon le ministre des Affaires étrangères Jaishankar, ce qui ne signifie pas nécessairement qu'il promeut ses intérêts au détriment des autres. L'Inde aspire plutôt à maintenir une équidistance entre l'ordre mondial unipolaire libéral-mondialiste (ULG/Unipolar-Liberal-Globalist) représenté par l'Occident dirigé par les États-Unis et l'ordre mondial multipolaire conservateur-souverainiste (MCS/Multipolar-Conservative-Souverainist) dirigé conjointement par la Russie et la Chine. Le premier partage les intérêts de l'Inde dans la "gestion" de la montée en puissance de la Chine, tandis que le second s'aligne sur la détermination de Delhi à réformer progressivement les relations internationales pour les rendre plus équitables, plus justes et plus stables.

Rien n'a changé en ce qui concerne les liens de l'Inde avec les ULG, puisqu'elle participe toujours au Quad, mais ce qui est nettement différent ces derniers mois, c'est le rôle qu'elle joue dans les efforts du MSC pour intégrer le cœur de l'Eurasie. Le corridor de transport Nord-Sud (NSTC) entre l'Iran et la Russie (où l'Azerbaïdjan représente la route terrestre continue entre eux, tandis que la mer Caspienne est la route maritime alternative) est devenu le seul corridor logistique viable pour l'économie mondiale selon le ministre des transports de ce pays à la fin du mois dernier. Ce fait géo-économique confère à l'Inde, ancrage méridional du NSTC, une importance sans précédent pour la Russie et donc pour le reste de l'Eurasie.

En outre, son partenaire iranien commun est également devenu la porte d'entrée de l'Inde en Afghanistan et en Asie centrale. Dans le premier cas, l'État-Civilisation d'Asie du Sud a récemment envoyé ses diplomates tenir sa première réunion officielle avec les Talibans depuis le retour au pouvoir de ce groupe en août, tandis que dans le second cas, l'Inde tombe de plus en plus sous la coupe économique de ses rivaux chinois. La Russie espère que l'accès à l'Afghanistan facilité par l'Iran pour l'Inde servira de tremplin à Delhi pour équilibrer géo-économiquement Pékin dans cette région plus vaste afin de permettre à Moscou d'y maintenir son influence traditionnelle, d'autant plus que le potentiel de projets communs est passionnant.

Si le lecteur jette un rapide coup d'œil à la carte, il constatera que ces deux couloirs de transit géo-économiques iraniens couvrent une grande partie du cœur de l'Eurasie, ce qui témoigne de l'influence croissante de l'Inde au sein du supercontinent. Cela ne serait pas possible si l'Iran ne coopérait pas étroitement avec l'Inde à cette fin, avec la bénédiction de la Russie. Ces trois grandes puissances réalisent à quel point elles ont besoin les unes des autres en ce moment crucial de la transition systémique mondiale vers la multipolarité. Les relations internationales se trouvent actuellement dans ce que l'on peut décrire comme une phase intermédiaire bi-multipolaire caractérisée par les superpuissances américaine et chinoise exerçant la plus grande influence sur le système mondial.

La Russie, l'Inde et l'Iran ne veulent pas devenir les "partenaires juniors" de l'un ou l'autre de ces deux pays, mais cherchent à créer ensemble un troisième pôle d'influence au sein de cet ordre en évolution, d'où leur étroite coopération depuis le début de l'opération spéciale de Moscou et depuis les sanctions occidentales sans précédent prises par les États-Unis en réponse. La cheville ouvrière de ce paradigme est l'Iran, sans lequel les ambitions de ses partenaires proches, grandes puissances beaucoup plus influentes, seraient impossibles à réaliser. C'est pourquoi il est si important de prêter attention au voyage du ministre des Affaires étrangères Abdollahian en Inde la semaine prochaine, au cours duquel il devrait discuter des détails de sa stratégie géo-économique trilatérale visant à intégrer le cœur de l'Eurasie.

HJDHJSTGHJSTGHSTGH2022060808571120220608092538.jpg

Le public n'est peut-être pas au courant de tous les résultats de sa visite, mais personne ne devrait douter qu'il s'agira de l'un des engagements diplomatiques les plus importants pris entre l'Iran et l'Inde depuis des années, compte tenu du contexte mondial dans lequel il se déroule. Il ne s'agit pas de minimiser l'importance de la Chine et de la Turquie dans l'intégration du cœur de l'Eurasie par le biais du Corridor du Milieu, mais seulement de souligner que la République populaire n'est plus seule aux commandes. L'initiative "Belt & Road" (BRI) de Pékin restera toujours l'un des véhicules les plus puissants de la multipolarité, mais elle n'est désormais plus la seule, car le NSTC et son corridor complémentaire de Chabahar transforment également l'Inde en une puissance eurasienne majeure.

C'est cette tendance, plus que toute autre chose qui s'est développée depuis que la nouvelle guerre froide s'est réchauffée de façon spectaculaire après le début de l'opération spéciale de la Russie, qui constitue l'un des développements les plus inattendus de ces derniers mois. Il est difficile de surestimer l'importance de ce phénomène, car il se produit au début d'une nouvelle phase de la transition systémique mondiale, ce qui signifie que son impact est bien plus important que si tout cela se produisait progressivement. Peu de gens ont encore reconnu le rôle que l'Inde est sur le point de jouer dans l'intégration du cœur de l'Eurasie, mais plus tôt ils le feront, plus tôt ils pourront contribuer à aider le monde à mieux comprendre cette tendance fondamentale.

Division parmi les élites du Japon

shutterstock_552100717.jpg

Division parmi les élites du Japon

Elena Panina

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/politica/37934-2022-06-06-16-02-44

Récemment, l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe a fait une déclaration intéressante, évoquant la raison de l'opération spéciale russe en Ukraine et la justifiant par le refus de Zelensky de garantir la neutralité de Kiev et la non adhésion du pays à un bloc quelconque.

Shinzo Abe est l'un des hommes politiques les plus influents et les plus respectés du Japon. Pendant dix ans (de 2006 à 2007 et de 2012 à 2020), il a occupé le poste de premier ministre. De nombreuses réalisations sont associées à ses activités, principalement dans le domaine économique. C'est grâce aux politiques d'Abe que les Japonais ont pu surmonter le "choc de Fukushima", se relever après l'accident de la centrale nucléaire en 2011, qui a remis en question le succès du Japon d'après-guerre en matière de développement technologique, le statut de "superpuissance technologique" du Pays du Soleil Levant.

Jusqu'à la fin des années 2020, alors qu'Abe était au pouvoir, Tokyo avait également une position indépendante en matière de politique étrangère. Restant généralement fidèle à ses relations alliées avec les États-Unis, le Japon a agi dans son propre intérêt national.

thumbs_b_c_56b7e8887bff1cf782d9645569192249.jpg

Toutefois, ces derniers mois, depuis que Fumio Kishida (photo) a pris le poste de premier ministre, la situation a radicalement changé. En peu de temps, le Japon est en fait devenu "garçon de courses", non seulement en suivant tous les ordres des États-Unis, mais aussi en essayant, comme on dit, d'être "en avance", de prendre une place à l'avant-garde du chœur anti-russe.

Les relations russo-japonaises, qui avaient été consolidées par Abe et ses prédécesseurs, Kishida a pu littéralement les réduire à néant en quelques semaines. La rhétorique de Kishida parle d'elle-même, appelant, par exemple, à "aider le monde à réaliser la dé-russification énergétique".

De telles déclarations sont courantes de la part des représentants de la Lituanie, de la Lettonie ou de tout autre nain politique agressif qui se retrouve dans un contexte de confrontation et décide de s'agiter dans l'intérêt de Washington. Pour le dirigeant japonais, cependant, un tel ton est tout à fait ridicule, induit une forte baisse du statut du Japon, le relègue à la position de vassal américain de second rang.

Tout cela a été pleinement ressenti lors du récent sommet QUAD à Tokyo, où l'événement principal était les négociations entre les États-Unis et l'Inde, et où le Japon s'est vu attribuer le rôle d'un satellite américain, avec lequel tout avait déjà été décidé depuis longtemps.

La question se pose raisonnablement : pourquoi, dans quel but, Kishida fait-il tout cela ? Le problème est que le Premier ministre japonais est convaincu que les partenaires américains remercieront généreusement Tokyo pour sa position anti-russe. Par exemple, ils lui donneront l'occasion de rester sur les marchés américains dans ses créneaux traditionnels (l'électronique, y compris la microélectronique, l'automobile), l'aideront à concurrencer les fabricants chinois, qui ont récemment houspillé de plus en plus les produits japonais.

Le problème du Japon est que Kishida est un fonctionnaire politique typique qui, au fil des années de sa carrière, s'est occupé de tout sauf d'économie. Toute son "expérience économique" s'épuise dans les années lointaines de sa jeunesse, lorsque le futur premier ministre a travaillé pendant plusieurs années comme employé de banque.

En fait, Kishida ne comprend pas les processus mondiaux et sa pensée économique est extrêmement primitive. Pour cette raison, Kishida ne comprend probablement pas que les États-Unis eux-mêmes connaissent aujourd'hui de graves problèmes économiques et que, par conséquent, tous les créneaux qui l'intéressent, même si la Chine les abandonne, seront occupés exclusivement et uniquement par des entreprises américaines. Aucune autre option n'est envisagée.

Au nom d'imaginaires gains futurs, parfaitement illusoires, Kishida prend des mesures qui aggravent encore davantage la situation de l'économie japonaise. La rupture totale des liens économiques avec la Russie, à laquelle conduit l'affaire Kishida, est porteuse d'énormes problèmes pour l'économie japonaise.

Des industries entières sont déjà menacées d'effondrement. Par exemple, la pêche qui, si la zone économique russe est fermée aux navires japonais, ne pourra plus approvisionner le pays en poissons et fruits de mer, privant ainsi les Japonais de leur alimentation habituelle, portera un coup sévère au mode de vie japonais. Au total, selon des études récentes, plus de 15.000 entreprises japonaises ont déjà subi les conséquences des sanctions anti-russes.

Et l'idée de Kishida de refuser de participer au projet Sakhaline-2 et au GNL des champs de Sakhaline sera un coup dur pour les plus grandes sociétés japonaises, Mitsui et Mitsubishi, des entreprises publiques qui participent depuis longtemps au projet. Et d'ailleurs, les géants chinois de l'énergie font déjà la queue pour acheter des parts d'entreprises japonaises dans Sakhalin Energy. En outre, les actions des entreprises japonaises peuvent être vendues avec une très forte décote. Nous parlons de pertes de plusieurs milliards de dollars.

Trans-Siberian.jpg

A propos, il est bon de rappeler que l'histoire de ce projet a commencé en 1994. Les propriétaires de Sakhalin LNG sont alors devenus l'anglo-néerlandais Shell (55%) et les japonais Mitsui (25%) et Mitsubishi (20%). En d'autres termes, ces dépôts sont détenus à 100% par des sociétés étrangères.

Cependant, en 2007, la situation a changé. Les dirigeants du pays ont liquidé les accords de partage de la production et ont proposé de vendre la moitié des actions de la société russe Gazprom. Dans le même temps, Sakhalin Energy s'est vu infliger une amende de 30 milliards de dollars pour des dommages environnementaux.

C'est ainsi qu'a commencé la décolonisation du sous-sol russe, grâce à laquelle la majorité des parts de Sakhalin Energy appartient aujourd'hui à Gazprom (50% des parts plus une action), Shell a 27,5% des parts moins une action, Mitsui et Mitsubishi ont respectivement 12,5% et 10% des parts. Et maintenant, la Russie a la possibilité de remplacer sans douleur un participant au projet par un autre sans nuire au processus.

En particulier, Shell est contraint, sous la pression politique des autorités britanniques, de vendre sa participation à des entreprises chinoises en acceptant une perte énorme. Et si les dirigeants japonais ne changent pas de position, le même sort sera réservé à Mitsui et Mitsubishi. Dans une large mesure, c'est ce qui a motivé la déclaration d'Abe.

Il faut dire que la position de Kishida avait été soigneusement remise en question auparavant par le ministre des Finances, Koichi Hagiuda, qui avait clairement indiqué qu'il serait difficile de mettre en œuvre les idées du premier ministre concernant les sanctions économiques contre la Russie. Et, en principe, la culture politique japonaise repose sur le fait que tout désaccord au sein du parti au pouvoir, le LDP, est résolu en coulisses et n'est pas rendu public.

Aujourd'hui, cependant, une partie importante des hommes d'affaires et des politiciens japonais comprend que la confrontation avec Moscou est allée trop loin à cause des positions bancales de Kishida, que les choses ont pris une tournure trop dangereuse pour le Japon. Et dans ce contexte, les déclarations de Shinzo Abe ne représentent pas seulement son opinion personnelle, mais aussi la position d'une partie importante de l'establishment japonais.

Cela témoigne d'une division évidente au sein des élites dirigeantes japonaises sur la question des relations avec la Russie, qui sont vitales pour Tokyo. Et il y a des raisons de croire qu'avec le temps, cette division ne fera que s'accentuer.

*directeur de l'Institut RUSSTRAT

 

samedi, 28 mai 2022

Forum économique eurasien: l'Occident sur une trajectoire de collision avec les économies émergentes

EUAU.jpeg

Forum économique eurasien: l'Occident sur une trajectoire de collision avec les économies émergentes

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/05/26/euraasian-talousfoorumi-lansi-tormayskurssilla-nousevien-maiden-kanssa/

L'Union économique eurasienne (qui comprend actuellement la Russie, le Belarus, l'Arménie, le Kirghizstan et le Kazakhstan) organise pour la première fois cette année son propre forum économique. Le coup d'envoi de l'événement, qui se déroulera du 26 au 27 mai, a été donné dans la capitale kirghize, Bishkek.

Le thème du Forum est "L'intégration économique eurasienne à l'ère du changement mondial". Nouvelles opportunités d'investissement".

Plus de 2500 participants de 15 pays de l'Union économique eurasienne et de pays désireux d'approfondir leurs relations avec l'Organisation - la Chine, le Vietnam, d'autres pays asiatiques et l'Amérique latine - prendront part au Forum économique. Plusieurs pays africains et européens ont également exprimé leur intérêt pour la réunion.

Le Forum comprendra une session plénière avec la participation des chefs d'État de l'Union par vidéoconférence, et 21 sessions thématiques pour discuter du "développement des infrastructures de transport et d'énergie, de la politique financière et bancaire, de la coopération industrielle, du commerce électronique, de l'agenda de la jeunesse et des nouveaux domaines de coopération au sein du Conseil économique eurasien".

En ouvrant l'événement, le Premier ministre kirghize Akylbek Žaparov estime que l'Union économique eurasienne "pourra devenir une destination majeure pour l'économie mondiale et contribuer à éliminer les distorsions et les déséquilibres qui se sont développés dans les relations économiques mondiales au cours des dernières décennies".

Le Forum économique se penchera également sur "la promotion et la popularisation de l'idée d'eurasisme". Ceci est lié au "programme jeunesse, qui est l'un des nouveaux domaines de l'intégration eurasienne en termes de large participation des jeunes aux processus de l'Union économique eurasienne".

Lors d'un débat sur l'interaction et la coopération internationales, le représentant de la Biélorussie, le vice-ministre des Affaires étrangères Yuri Ambrazevich, a déclaré que "l'essor de l'Eurasie a lieu au milieu des changements mondiaux". "L'Occident, défendant sa position dominante, se heurtera inévitablement aux pays émergents", a-t-il déclaré.

De nombreux analystes estiment qu'à moyen terme, nous nous dirigeons déjà vers un "monde macro-régional". Ce scénario est soutenu par de nombreux facteurs, et le concept de mondialisation n'est plus défini uniquement en fonction de l'Occident.

"La transition vers un monde multipolaire sera perturbatrice. Les affrontements entre l'Occident défendant sa position dominante et les leaders émergents définissant de nouveaux pôles sont inévitables", confirme M. Ambrazevich.

Selon lui, le conflit actuel en Ukraine est l'une de ces perturbations. "Il est encourageant que le vote de l'ONU [au cours duquel de nombreux pays ont refusé de participer aux sanctions anti-russes] ait montré que de plus en plus de pays non occidentaux décident de poursuivre leurs propres intérêts. Cependant, les nouveaux centres de développement devront travailler dur pour prouver leur droit à l'existence."

"Avant que le monde macro ne voie la lumière du jour, l'ordre mondial subira de nombreux changements. Par exemple, les chaînes de production et de logistique seront raccourcies et confinées à d'énormes clusters régionaux", prédit M. Ambrazevich.

"L'industrie manufacturière jouera à nouveau le rôle principal dans l'économie, avec l'importance croissante de la spécialisation industrielle, qui dépend de la disponibilité des ressources naturelles", a conclu le diplomate biélorusse.

Il a souligné qu'"en se concentrant sur l'autosuffisance, une plus grande résilience aux chocs extérieurs" et "une gouvernance efficace par des gouvernements forts", les macrorégions ont le potentiel de "fournir une alternative à la mondialisation occidentale, d'assurer une distribution plus équitable des ressources et des biens et l'inclusion de tous dans le développement".

"L'ordre mondial libéral rend impossible pour le tiers monde d'atteindre le même niveau de vie que le milliard d'or [la population totale des pays développés]. Le concept occidental de mondialisation cimente ce fossé", a déclaré M. Ambrazevich, qui s'attend à un changement de la situation.

La réunion du Forum économique eurasien est un autre signe que les institutions de l'Occident sont déjà remises en question. Espérons que le souhait du Premier ministre kirghize Zhaparov se réalisera et que la Communauté économique eurasienne deviendra également une union politique, s'enrichissant de nouveaux membres.

vendredi, 27 mai 2022

La Russie, l'Iran et l'Inde créent un troisième pôle d'influence dans les relations internationales

DuY8mg1XcAAlguI.jpg

La Russie, l'Iran et l'Inde créent un troisième pôle d'influence dans les relations internationales

Andrew Korybko

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/geoestrategia/37812-2022-05-23-12-51-00

Le ministre russe des Transports, Valery Savelyev, vient de reconnaître le rôle vital que joue aujourd'hui l'Iran pour la logistique de son pays grâce au corridor de transport Nord-Sud (NSTC - North South Transport Corridor). Selon lui, les sanctions occidentales sans précédent imposées par les États-Unis en réponse à l'opération militaire russe en cours en Ukraine "ont pratiquement brisé toute la logistique dans notre pays. Et nous sommes obligés de chercher de nouveaux couloirs logistiques".

La principale priorité de son pays est le NSTC à travers l'Iran, notant que trois ports de la mer Caspienne servent déjà de conduits commerciaux avec la République islamique, tout en reconnaissant qu'il reste beaucoup à faire en matière de connectivité terrestre.

Peu après le début de l'opération spéciale de la Russie, il avait déjà été prédit que l'Iran deviendrait beaucoup plus important pour la Russie. En effet, le NSTC fonctionne comme un corridor d'intégration entre les civilisations, reliant la civilisation historiquement chrétienne de la Russie, la civilisation islamique-chiite de l'Iran et la civilisation hindoue de l'Inde, sans oublier d'autres, comme celles d'Afrique et d'Asie du Sud-Est, qui peuvent se relier indirectement à la Russie par cette voie. Il s'agit d'une soupape irremplaçable à la pression économique et financière de l'Occident dirigée par les États-Unis, qui a créé tant de difficultés logistiques pour la Russie ces derniers mois, d'autant plus qu'elle est reliée à l'Inde, qui a défié la pression occidentale en continuant à pratiquer sa politique de neutralité de principe.

4sit.jpg

Sans la participation de premier plan de l'Iran au NSTC, la Russie serait isolée de ses indispensables partenaires indiens dont l'intervention décisive lui a évité de manière préventive une dépendance potentiellement disproportionnée vis-à-vis de la Chine à l'avenir. Ce résultat, à son tour, a aidé le monde à dépasser l'actuelle phase intermédiaire bi/multipolaire de la transition systémique mondiale vers la multipolarité qui a vu les relations internationales largement façonnées par la compétition entre les superpuissances américaine et chinoise. Il est de plus en plus possible de parler d'un troisième pôle d'influence représenté par la grande convergence stratégique entre la Russie, l'Iran et l'Inde.

Leurs diplomates ne le reconnaissent pas officiellement, de peur que les superpuissances américaines et/ou chinoises n'interprètent mal les intentions de leurs États-civilisation, mais tous trois tentent officieusement de réunir un nouveau Mouvement des non-alignés ("Néo-NAM"). Ils espèrent servir de centres de gravité égaux au sein du troisième pôle d'influence qu'ils souhaitent créer afin de faire évoluer les relations internationales au-delà de leur phase intermédiaire bi/multipolaire actuelle et vers un système de "tripolarité" qui, espèrent-ils, facilitera inévitablement l'émergence de relations multipolaires complexes. L'objectif de cette démarche est de maximiser leur autonomie stratégique respective dans le cadre de la nouvelle guerre froide vis-à-vis des deux superpuissances.

Les implications internationales de la réussite de leur plan changeraient littéralement les règles du jeu, ce qui explique pourquoi des efforts sont déployés pour les arrêter. Elles ont pris la forme d'une campagne de guerre de l'information menée par l'Associated Press à la tête des grands médias occidentaux dirigés par les États-Unis contre le partenariat stratégique Russie-Iran, tandis que d'autres médias mènent une campagne complémentaire contre le partenariat stratégique Russie-Inde. Les deux ont échoué alors que leurs dirigeants s'appuient sur leur vision du monde multipolaire-conservatrice-souverainiste (MCS) commune pour maintenir le cap malgré une pression considérable après que leurs stratèges leur aient soi-disant assuré que tout finirait par payer, pour peu qu'ils restent patients.

Cela contraste avec son voisin pakistanais, qui semble de manière convaincante être en train de recalibrer sa grande stratégie et le rôle associé envisagé dans la transition systémique mondiale suite à son changement scandaleux de gouvernement. Les signaux contradictoires que ses nouvelles autorités ont envoyés à la Russie, parallèlement à leur rapprochement enthousiaste avec les États-Unis, suggèrent fortement que la vision du monde MCS précédemment épousée par l'ancien premier ministre Khan est progressivement remplacée, à un degré incertain, par un libéralisme unipolaire favorable à l'Occident mondialiste (ULG - Unipolar Liberal-Globalist). Cela complique les processus multipolaires en Asie du Sud et risque d'en isoler le Pakistan dans le pire des cas.

Cependant, le Pakistan n'a aucune intention d'interférer avec le NSTC, même s'il devait s'engager dans un rapprochement complet et extrêmement rapide avec les États-Unis. Cette observation signifie que la grande convergence stratégique entre la Russie, l'Iran et l'Inde va se poursuivre, les deux derniers devenant encore plus importants que jamais pour Moscou en tant que soupapes à la pression occidentale et alternatives fiables pour éviter de manière préventive toute dépendance potentiellement disproportionnée vis-à-vis de la Chine. Le Pakistan était censé jouer un rôle complémentaire dans le Grand partenariat eurasiatique (GPE) de la Russie en servant également à équilibrer la dépendance croissante de Moscou vis-à-vis de Téhéran et de New Delhi, mais cela semble peu probable à la lumière des récents développements.

Avec des relations virtuellement gelées sur le front énergétique qui était conçu comme la base de leur partenariat stratégique espéré, il y a peu de chances que la Russie considère un jour le Pakistan comme plus important pour son "pivot vers l'Oumma" que l'Iran ne l'est aujourd'hui, alors qu'il est en train de le devenir, à moins que ces questions ne soient résolues de toute urgence. Selon toute vraisemblance, elles ne le seront pas, et cette prédiction désastreuse découle de la conjecture selon laquelle les nouvelles autorités pakistanaises considèrent le ralentissement du rythme de son rapprochement avec la Russie comme une "concession unilatérale acceptable" en échange de la poursuite des pourparlers sur l'amélioration des liens avec les États-Unis, qui est leur nouvelle priorité en matière de politique étrangère.

FTDrY4NXEAA4g1N.jpg

Bien que de petits pas vers le rétablissement des relations aient été constatés récemment, l'interview du ministre des Affaires étrangères Bhutto à l'Associated Press lors de son voyage inaugural aux États-Unis pour assister à un événement de l'ONU et rencontrer personnellement Blinken a jeté le doute sur l'intérêt d'Islamabad à reprendre les pourparlers sur l'énergie avec la Russie. Selon les médias, il a révélé que "lors de ses entretiens avec Blinken, il s'est concentré sur l'augmentation des échanges commerciaux, en particulier dans l'agriculture, les technologies de l'information et l'énergie". Cela suggère que les États-Unis tentent d'exercer un effet de levier sur le prétendu accord conclu par la Russie avec le Pakistan pour lui fournir des denrées alimentaires et du carburant à un prix réduit de 30 %, et peut-être même d'offrir un rabais moins important, le cas échéant, comme "coût nécessaire" pour améliorer les relations...

Le résultat prévisible de la décision du Pakistan de ne pas reprendre les pourparlers sur l'énergie avec la Russie est que l'importance de l'Iran et de l'Inde dans la grande stratégie russe continuera à croître sans que le facteur d'équilibre pakistanais, que Moscou considérait auparavant comme acquis, ne puisse être contrôlé. Ce ne sera pas un problème, à moins qu'ils ne politisent leur rôle de soupape pour la pression occidentale, ce qu'ils sont réticents à faire de toute façon, car cela pourrait nuire à leurs intérêts communs de MSC dans la transition systémique mondiale par le biais du Néo-MNA. Cependant, il reste important de noter que l'élimination pratique de l'influence équilibrante du Pakistan dans ce paradigme accroît la dépendance de la Russie vis-à-vis de l'Iran et de l'Inde.

Que les relations russo-pakistanaises deviennent stratégiques ou non, comme Moscou l'espérait, et qu'elles contribuent par conséquent à équilibrer le Néo-NAM qu'elle envisage, il ne fait aucun doute que l'axe que la Russie est en train de constituer avec l'Iran et l'Inde continuera à se renforcer, ces trois pays poursuivant conjointement la création d'un troisième pôle d'influence dans les relations internationales. La réussite de ce projet aidera le monde à dépasser la phase intermédiaire bi/multipolaire actuelle de la transition systémique mondiale et, par conséquent, à créer davantage d'opportunités pour les autres pays de renforcer leur autonomie stratégique dans la nouvelle guerre froide.

Le Sri Lanka et la crise mondiale en Occident

pg1-2.jpg

Le Sri Lanka et la crise mondiale en Occident

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/05/19/sri-lanka-ja-lannen-globaali-kriisi/

Alors que l'attention du public est toujours focalisée sur l'Ukraine, mais aussi sur l'avancement des candidatures de la Finlande et de la Suède à l'OTAN, j'ai suivi les événements au Sri Lanka, une petite nation insulaire située au large de la pointe sud de l'Inde.

À l'échelle mondiale, le Sri Lanka est un endroit relativement insignifiant, mais comme le souligne Eamon McKinney, la nation insulaire pourrait s'avérer être un "canari dans la mine de charbon" et le reflet d'une crise mondiale plus large.

Le pays corrompu et mal géré a déclaré qu'il ne pouvait plus faire face aux obligations de sa dette internationale. Comme tant d'autres pays, le Sri Lanka a souffert des restrictions pendant la pandémie, où il est resté sans tourisme ni commerce. Aujourd'hui, il ne dispose pas de fonds suffisants pour payer ses dettes.

Avec une dette extérieure d'environ 56 milliards USD, le Sri Lanka a été contraint de demander au Fonds monétaire international (FMI) des prêts supplémentaires pour couvrir le coût des importations de nourriture, d'énergie et de médicaments.

Au milieu des pénuries alimentaires et des coupures de courant, les troubles civils se sont généralisés et le Premier ministre Mahinda Rajapaksa a démissionné. L'appel à sa démission n'a pas réussi à calmer les émeutes et les manifestants ont également exigé la démission du Président, Gotabaya Rajapaksa, le frère de l'ancien Premier ministre.

Le mardi 10 mai, le gouvernement a ordonné aux forces de sécurité de tirer à vue sur toute personne pillant les biens publics. Des milliers de soldats ont également commencé à patrouiller dans les rues de la capitale Colombo. Au moins huit personnes seraient mortes et plus de deux cents blessées. Les maisons des chefs de gouvernement et des politiciens ont été incendiées.

cq5dam.thumbnail.cropped.750.422.jpeg

Ce n'est pas la première crise économique du pays, mais la crise actuelle est de loin la pire; cette nation longtemps en détresse a atteint le point de rupture. Tout se fait rare, l'inflation est galopante et le système de santé s'est effondré. Le FMI est intervenu, se posant en sauveur.

Comme toujours, le FMI a un plan pour de telles situations. Restructurer pour que les intérêts de la dette puissent continuer à être remboursés. Cela inclut la réduction des dépenses gouvernementales pour les services essentiels et la privatisation des actifs publics restants, conformément à la doctrine économique destructrice de l'Occident.

Bien sûr, aucune de ces mesures ne plaira aux personnes qui souffrent le plus. Non pas que les préoccupations des gens ordinaires pèsent sur le FMI ou la classe d'investisseurs qu'il représente. Il faut toujours traiter la dette avant de nourrir les gens. Ce sont les principes du Global West™ "ordre fondé sur des règles".

McKinney estime que "si l'effondrement économique et social du Sri Lanka n'était qu'un problème isolé, l'Occident pourrait détourner le regard, comme il l'a fait à maintes reprises auparavant, et n'y voir rien d'autre qu'un porno sur la pauvreté dans le tiers monde".

Cependant, il ne s'agit pas d'un cas isolé, mais seulement du premier domino à tomber dans une crise mondiale plus large. En effet, la Banque mondiale a averti que plus de soixante autres pays se trouvent dans une situation périlleuse similaire à celle du Sri Lanka. "L'un d'entre eux, d'ailleurs, est l'Ukraine", souligne McKinney.

Les pays pauvres criblés de dettes se trouvent principalement, mais pas exclusivement, en Afrique et en Amérique latine. McKinney affirme que "le FMI et sa sœur criminelle, la Banque mondiale" ont "délibérément maintenu ces pays dans la pauvreté et le sous-développement". Récemment, nombre de ces pays ont pris les armes contre la classe du capital international et les institutions qu'elle contrôle.

L'Argentine, comme la plupart de ses voisins d'Amérique latine, a subi sa propre crise financière. Le président Alberto Fernandez n'a cessé de condamner le FMI alors qu'il se débat avec sa dette extérieure. Fernandez considère que cette dette d'un milliard de dollars est "toxique car elle a été créée sous des dirigeants fantoches corrompus et soutenus par l'Occident".

Peu de pays d'Amérique latine ont échappé au même problème. Fernandez a récemment courtisé la Chine et obtenu des milliards de dollars d'investissements chinois. Entre autres projets de développement, la coopération comprend la construction d'une nouvelle centrale nucléaire chinoise de nouvelle génération.

YWODEYYXNJCZBIBM3YR3ATW4NU.jpg

L'ancien président Lula da Silva, évincé lors d'un coup d'État discret au Brésil, se représente et devrait gagner. Il a évoqué la nécessité de rompre avec la domination du dollar et d'établir une nouvelle monnaie régionale pour l'Amérique latine. La plupart des pays d'Amérique latine soutiennent cette initiative et nombre d'entre eux s'adressent à la Chine pour obtenir des fonds de développement.

Les critiques à l'encontre du système monétaire actuel se sont intensifiées, notamment après le conflit qui a éclaté entre la Russie et l'Ukraine. Cela a conduit à des accusations selon lesquelles le dollar a été transformé d'une monnaie mondiale en une arme de politique étrangère et de guerre économique. Les États-Unis exploitent aussi impitoyablement le système de paiement international Swift pour mettre leurs rivaux hors jeu.

Les cercles de capitaux occidentaux sont très préoccupés par de tels développements. Lors d'une récente réunion du FMI à Washington, le nouvel économiste en chef Pierre-Olivier Gourinchas s'est dit "confiant" que les économies menacées "feront le bon choix et ne sauteront pas de l'autre côté", ce qui signifie bien sûr la Chine et la Russie.

Les pays occidentaux, dont le Japon, ont des taux d'endettement similaires à ceux des pays émergents. En fait, le Japon a le ratio dette/PIB le plus élevé au monde. Les pénuries alimentaires et énergétiques et l'inflation s'intensifient également en Occident, mais ces problèmes existaient bien avant que la crise ukrainienne ne devienne le centre d'intérêt des médias.

L'Occident est en proie à une crise économique et sociale systématique, et aucune stratégie d'urgence ne semble avoir été conçue pour y remédier, si ce n'est simplement imprimer plus d'argent et contrôler les gens à l'aide de diverses frayeurs, comme nous l'avons vu et vécu ces dernières années. Rien de tout cela ne semble aider la crise auto-induite du capitalisme.

Comme le souligne McKinney, "depuis 1945 et la mise en œuvre des accords de Bretton Woods, le monde est l'otage d'un système financier conçu pour profiter à une petite minorité de la classe du capital".

Ce système financier a fait commerce de la souffrance et de la misère humaines. Les ressources naturelles des pays pauvres ont été accaparées par l'empire mondial occidental dans le cadre de son colonialisme économique. "Les vastes ressources de l'armée américaine ont été déployées dans le monde entier pour s'assurer qu'aucune nation ne s'écarte de la planète", déclare McKinney avec sarcasme.

Pourtant, même la puissance de l'armée mercenaire américaine ne peut supprimer la mobilisation anti-occidentale qui est en cours. McKinney cite Napoléon : "Il existe une chose plus puissante que toutes les armées du monde, à savoir l'idée dont le temps est venu."

Les puissances concurrentes réussiront-elles alors à construire un nouveau système économique plus honnête pour remplacer l'ordre libéral de l'Occident ? McKinney, un homme d'affaires et sinologue basé en Chine, est optimiste : "tous les indicateurs suggèrent que c'est en train de se produire". Personnellement, je ne pense pas que le vieux pouvoir de l'argent soit prêt à abandonner si vite.

Ce serait formidable si le monde pouvait enfin être libéré des griffes d'un empire cupide et si le règne séculaire de la cabale des banques centrales pouvait prendre fin. Il est pourtant facile d'être sceptique quant à ce scénario, d'autant plus que les plans de numérisation, de transition écologique et de "réinitialisation du capitalisme" semblent aller de l'avant.

Dans tous les cas, des temps difficiles nous attendent. Les problèmes dits "du tiers monde", à savoir les pénuries chroniques de nourriture et d'énergie et l'inflation galopante, font leur chemin vers l'Occident. Les scènes violentes récemment observées au Sri Lanka se répéteront-elles bientôt dans les rues d'Europe et d'Amérique ? L'élite dirigeante de l'Occident elle-même sera-t-elle en sécurité ?

mardi, 03 mai 2022

La Chine et l'ancrage post-léniniste

chine-xi-jinping-5e-plenum-parti-communiste-scaled.jpg

La Chine et l'ancrage post-léniniste

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/04/25/kiina-ja-leninismin-ja...

Le livre de Dimitar D. Gueorguiev, Retrofitting Leninism : Participation Without Democracy in China (Oxford University Press, 2021) explique comment, en Chine, le gouvernement ouvert et les technologies modernes de l'information se combinent pour maintenir un système contrôlé mais socialement réactif.

La République populaire de Chine est une exception notable parmi les régimes autoritaires. Alors que les systèmes fermés échouent souvent et finissent par s'effondrer à mesure qu'ils se réforment et s'ouvrent, le Parti communiste a réussi son développement, tout en conservant le respect de la majorité du peuple.

410WZcBtwBL._SX329_BO1,204,203,200_.jpg

Gueorguiev, professeur associé de sciences politiques à l'université de Syracuse aux Etats-Unis et chercheur du Wilson Center sur la Chine, propose dans son livre une explication fondée sur des données empiriques. Il affirme que la clé de la capacité du parti communiste à se maintenir au pouvoir réside dans sa capacité à combiner le contrôle autoritaire avec l'inclusion sociale - un processus facilité par la technologie moderne des télécommunications.

En s'appuyant sur des données statistiques, des rapports médiatiques et des sondages d'opinion originaux, Gueorguiev a examiné comment l'opinion publique influence le contrôle politique et l'élaboration des politiques. Dans son livre, il analyse la représentation et la coordination ascendantes dans les législatures locales de Chine.

L'ombre de l'idéologue communiste révolutionnaire Vladimir Lénine se profile à l'arrière-plan. Les régimes léninistes qui ont émergé au début du 20e siècle ont mis en avant un intérêt pour la participation de la base. Le désir d'exploiter la contribution des citoyens au contrôle et à la planification bureaucratiques était un pilier fondamental de la pensée marxiste-léniniste et le cœur de la philosophie politique maoïste.

À cet égard, la technologie moderne offre des avantages considérables pour que l'administration reste à jour et prenne le pouls du pays. En effet, Gueorguiev soutient que l'intérêt du parti communiste pour la gouvernance participative reflète une tentative d'actualiser les mécanismes de la gouvernance léniniste, un processus que l'auteur appelle "retrofitting" dans le titre de son livre.

Lénine s'opposait au multipartisme démocratique, qu'il considérait comme un "pas en arrière" sur la voie de la révolution. De plus, l'avantage du régime chinois, effectivement à parti unique, est "la capacité de réfléchir au passé et au présent, et de planifier à long terme sans avoir à tenir compte des transitions politiques ou idéologiques de routine".

Gueorguiev affirme également que le parti communiste considère souvent son passé et son avenir à travers un "prisme d'incertitude politique", en raison de l'expérience de la révolution culturelle (1966-1974) et, dans une moindre mesure, de la première décennie d'ouverture et de réforme (1979-1989).

Pendant la Révolution culturelle, la société civile a été ébranlée par le culte de la personnalité et la ferveur idéologique, qui ont amené le système au bord de l'effondrement total. Dans la Chine contemporaine, les succès et les échecs de l'ère Mao font déjà l'objet d'une évaluation critique.

À la fin des années 1980, la décentralisation et la privatisation ont sapé les plates-formes juridiques et de protection sociale des citoyens ordinaires, créant une pression ascendante et un besoin pour le régime de répondre aux griefs signalés.

Le gouvernement chinois actuel veut éviter la répétition de ces deux erreurs. Les citoyens peuvent déposer des plaintes, des pétitions, fournir des tuyaux sur la corruption et commenter la législation en cours via Internet. M. Gueorguiev estime que les canaux en ligne aideront le régime à affiner ses politiques et à accroître sa légitimité.

fedd6744-fe9a-4a41-9581-d834dc32a796.jpg

Avant tout, le parti communiste chinois est capable de contenir et d'exploiter les tensions sociales par le biais d'une participation non politique et de la technologie. Au cours de l'épidémie du coronavirus de ces dernières années, le régime de Xi Jinping a également cherché à démontrer son efficacité face au défi sanitaire en appliquant une "stratégie corona zéro", assortie de confinements stricts.

L'exemple le plus significatif de la révolution technologique dans la gouvernance chinoise est sans doute le nouveau système de notation du crédit social, qui a fait sensation en Occident et qui, selon Gueorguiev, est "une excroissance de la vision léniniste séculaire du contrôle informé".

Le système de notation de crédit est destiné à aider le gouvernement à surmonter les faiblesses systémiques dans un certain nombre de domaines, notamment un système bancaire d'État hypertrophié et obsolète et une infrastructure de protection des consommateurs sérieusement défectueuse.

Les droits des citoyens et le statut social ne sont pas affectés de la même manière que ce qui est souvent sensationnalisé en Occident. Les autorités chinoises ont déclaré, lors de la phase pilote du projet, que le système de notation ne pouvait pas être utilisé pour punir les citoyens, mais que cela se ferait dans le cadre de la législation existante.

Les innovations numériques en matière de gestion de l'information peuvent encourager les dirigeants à envisager une répression ciblée comme alternative aux dépenses sociales à grande échelle. Cela est sans doute attrayant d'un point de vue autoritaire, mais s'il est mal utilisé, il pourrait saper l'autorité des personnes au pouvoir. À cet égard, la numérisation du contrôle de l'information offre des possibilités de contrôle accru, mais aussi des risques.

Une façon de se prémunir contre cette éventualité est de fixer des objectifs audacieux, tels que le plan annoncé par le Parti communiste pour éradiquer la pauvreté, développer les systèmes publics de soins de santé et de retraite, et passer très rapidement des combustibles fossiles aux énergies renouvelables.

Certains de ces objectifs ont déjà été atteints. La Chine est sortie des rangs des pays les plus pauvres et les moins développés du monde pour devenir un rival économique des États-Unis. Dans toute la Chine, les industries et les communautés se modernisent à un rythme sans précédent et les investissements ont augmenté, si bien que les économies de certaines villes chinoises rivalisent déjà avec celles de nombreux petits et même moyens pays.

Bien que l'on ne sache toujours pas si la Chine s'oriente de plus en plus vers une technocratie très au point, une idéologie mixte confucéenne-communiste, ou les deux, il est clair que ceux qui ont interprété les réformes participatives de la Chine comme menant à une "démocratisation" de style occidental ont été cruellement déçus.

En effet, tout au long du livre, Gueorguiev souligne que la participation publique en Chine maintient et affine le contrôle politique. La logique organisationnelle qui sous-tend la participation de masse dans la République populaire de Chine contemporaine assure également le cloisonnement des masses, la démobilisation politique et, plus largement, le contrôle du parti.

Dans la mesure où la complémentarité de la participation et du contrôle améliore encore la gouvernance, elle renforce la sécurité du régime au pouvoir. En effet, la Chine semble aujourd'hui plus éloignée de la démocratie qu'elle ne l'était il y a vingt, trente ou même quarante ans. Ainsi, l'idée que la Chine, en se modernisant, deviendra une démocratie libérale aux caractéristiques chinoises a peu de chances de se concrétiser.

S'il est facile de critiquer la techno-société autoritaire de la Chine, il ne faut pas ignorer la possibilité qu'un État de surveillance chinois favorise une meilleure gouvernance, le respect des règles et une société plus organisée en général. Il s'agit, en fait, d'un objectif déclaré du régime chinois, qui a également été implicitement accepté par ses citoyens.

daxing-airport-china.jpg

Avec l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, la Chine est devenue le régime socialiste le plus important dans un monde dominé par les démocraties occidentales. Il est compréhensible que dans les pays en développement, par exemple, il existe un intérêt pour une alternative aux modèles de gouvernance occidentaux. Pékin affirme toutefois que sa révolution nationale n'est pas un produit d'exportation au même titre que la "démocratie" américaine.

La modernisation et le développement technologique de la Chine ont contribué à améliorer le régime autoritaire, rapprochant la République populaire de Chine de la vision technocratique de ses origines léninistes et d'une "dictature du prolétariat" actualisée. M. Gueorguiev estime que le "modèle chinois" est susceptible de susciter l'intérêt d'autres États axés sur le contrôle.

L'exemple chinois sert de contrepoids puissant à l'argument selon lequel l'intervention de l'État et la modernisation économique sont incompatibles. De même, pour ceux qui s'inquiètent de la montée du populisme démocratique, l'approche technocratique de la Chine est naturellement attrayante.

À ce stade, il convient toutefois de souligner que la technocratie de l'Occident, un système dirigé par de riches oligarques, n'est pas une imitation du "socialisme" chinois, mais le même capitalisme d'exploitation transnational avec un vernis technologique. En Occident, l'intérêt se limite aux diverses possibilités de la numérisation, et non au "socialisme avec des caractéristiques nationales".

L'étude de Gueorguiev sur "l'autoritarisme participatif" de la Chine montre comment le modèle léniniste est mis en pratique dans la Chine contemporaine, en utilisant la haute technologie et l'activation des citoyens. En même temps, il offre un regard intéressant sur la gouvernance chinoise et les perspectives d'avenir.

J'ai été amené à m'interroger sur l'impact de la technocratie sur la politique. De telles évolutions, avec leurs technologies d'IA et leurs algorithmes - "l'automatisation réussie du léninisme" mentionnée par Gueorguiev - pourraient-elles un jour rendre les partis politiques et les idéologies sans intérêt, tout comme l'automatisation et la robotique rendent superflus un grand nombre de travailleurs ?

mardi, 26 avril 2022

Quels sont les atouts dans la manche de l'Iran ?

istockphoto-173924138-612x612.jpg

Quels sont les atouts dans la manche de l'Iran?

Anastasia Solyanina

Source: https://www.geopolitika.ru/article/kakie-kozyri-v-rukave-irana

Le cœur du Moyen-Orient

L'Iran (République islamique d'Iran) est l'un des plus anciens pays du monde. Le pays a une histoire riche et une variété de particularités culturelles. Il est important de noter que jusqu'en 1935, l'Iran était appelé Perse. D'après les événements historiques, la Perse était l'un des États les plus puissants. Toutefois, en raison de l'impact des États-Unis sur l'opinion publique, l'Iran est désormais identifié comme un pays du tiers monde sous-développé et menaçant sur le plan du terrorisme. L'Amérique a souvent profité des capacités des pays qui lui étaient ou sont alliés. Cependant, comme nous le savons, l'Amérique est célèbre pour sa "politique spéciale", dans laquelle il est important pour un pays allié d'exister seulement selon le principe élaboré par les États-Unis.

Dès qu'un État va à l'encontre de l'agenda politique de l'Amérique, il passe automatiquement du statut de pays ami à celui de pays inamical.

La pierre d'achoppement actuelle de la coopération de l'Iran avec l'Occident et les États-Unis est le "programme nucléaire". L'Iran développe sa propre puissance nucléaire depuis les années 1950, donc déjà sous le règne du Shah Mohammad Reza Pahlavi, un allié des Etats-Unis au Moyen-Orient. Le président américain Dwight Eisenhower a soutenu l'idée dans le cadre du programme Atomes pour la paix, et en 1957, il a signé un accord avec l'Iran pour "l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire".

eisenhower-shah-pahlavi-ap_wide-1935426646112f248b304512e31dbecd2e33846d.jpg

Shah - Atoms for Peace.png

En 1958, l'Iran est devenu membre de l'AIEA, l'Agence internationale de l'énergie atomique. L'objectif du développement de l'énergie nucléaire en Iran était de développer une supériorité technologique sur les pays arabes. Il convient également de noter qu'outre les États-Unis, des pays comme la France, le Royaume-Uni, l'Italie, la Belgique et l'Allemagne ont participé au programme de développement de l'énergie nucléaire en Iran dans les années 1960 et 1970. Le projet de diversification de l'énergie nucléaire en Iran devait être achevé en 1994, mais le plan a été entravé par la vague révolutionnaire islamiste qui a éclaté en 1979. En conséquence, tous les projets ont été réduits à néant et tous les contrats avec les partenaires américains et européens ont été annulés.

À partir de la seconde moitié des années 1980, l'Iran a commencé à coopérer avec la Chine après l'échec des tentatives de rapprochement avec l'Occident. Toutefois, sous la pression des États-Unis, la Chine s'est également retirée de la coopération avec l'Iran. Ainsi, après cela, presque tous les pays ont refusé de coopérer avec l'Iran. Ce n'est qu'au début des années 1990 que la Russie a commencé à coopérer avec l'Iran, période durant laquelle un accord intergouvernemental a été signé entre la Russie et l'Iran. En août 2002, le Conseil national de la résistance iranienne a exposé les usines d'enrichissement d'uranium non déclarées de l'Iran à Natanz. Il convient également de noter que la coopération entre la Russie et l'Iran se situe à un niveau élevé. Le chiffre d'affaires commercial entre la Russie et l'Iran à la fin de 2021 a atteint un record historique de 4 milliards de dollars.

20150718_wom926.png

L'année 2003 a été marquée par le début des négociations avec l'Iran sur le "dossier nucléaire". Au départ, trois pays européens participaient aux pourparlers: la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni. En 2006, les États-Unis, la Russie et la Chine les ont rejoints. Cela a été facilité par l'émergence du format 5+1 ou JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action). Il convient également de noter qu'un certain nombre de trains de sanctions ont été imposés à l'Iran entre 2006 et 2010. Cependant, les sanctions à l'encontre de l'Iran remontent aux années 1950, lorsque l'Iran a nationalisé l'Anglo-Iranian Oil Company, qui était détenue par la Grande-Bretagne. Pendant 30 ans, les États-Unis ont rompu tout contact avec l'Iran, interdisant toute forme de commerce.

Le 14 juin 2015, la version finale du JCPOA a été approuvée à Vienne. L'Iran s'est engagé à ne pas produire de plutonium de qualité militaire pendant 15 ans, à ne pas détenir plus de 3,67 % d'uranium enrichi et à utiliser ses installations nucléaires exclusivement à des fins pacifiques. Depuis lors, les sanctions ont été assouplies. Mais à peine 2 ans plus tard, en février 2017, l'administration du président Donald Trump a annoncé de nouvelles sanctions, contre l'Iran. En effet, Trump, un républicain, avait accusé l'Iran de ne pas respecter les accords adoptés par le format des Six-Parties.

Encore une fois, en 2017, l'Iran est un État voyou. Cependant, l'Iran détient le record des réserves d'hydrocarbures liquides. Il convient de noter ici que les changements dans l'environnement géopolitique, tels que l'imposition ou la levée des sanctions contre l'Iran, affectent les prix du pétrole. En mai 2018, ignorant la déclaration de l'AIEA selon laquelle l'Iran respecte toutes ses obligations, les États-Unis ont annoncé leur retrait de l'accord sur le nucléaire iranien. Les États-Unis ont formulé de nouvelles demandes, avec l'intention de parvenir à un nouvel accord. Et depuis le 5 novembre 2018, ils ont renouvelé les sanctions contre l'Iran. En mai 2019, le bras de fer entre l'Iran et les États-Unis s'est intensifié, en raison de l'escalade de la situation dans le golfe Persique. Ceci était dû à des informations présumées selon lesquelles les troupes iraniennes se préparaient à attaquer les installations américaines situées au Moyen-Orient. Les États-Unis ont également accusé l'Iran d'avoir attaqué des pétroliers au large des côtes des Émirats arabes unis (EAU). Les États-Unis imposent à nouveau une série de sanctions contre l'Iran.

Le conflit s'est encore intensifié en janvier 2020. Le gouvernement américain a lancé une frappe de missiles pour détruire le Corps des gardiens de la révolution islamique, Al-Quds. L'Iran a ensuite déclaré que l'armée américaine était une "organisation terroriste".

En mars 2021, sous la pression des sanctions américaines, la Chine et l'Iran concluent une coopération globale de 25 ans, ce qui renforce la coopération entre la Chine et l'Iran. Ici aussi, la confrontation stratégique de l'Iran avec les États-Unis en entrant en coopération avec des pays désignés par l'Amérique comme une menace est remarquable. Outre la Chine et la Russie, l'Iran coopère également avec la RPDC et le Venezuela.

iran-china-trade.jpg

Il convient de mentionner qu'en 2002, le président américain George W. Bush a déclaré les pays qui sont menacés par une activité terroriste accrue et les a nommés "axe du mal". Il s'agit de l'Iran, de l'Irak et de la RPDC, et plus tard, en 2007, la Russie et la Chine ont été ajoutées à la liste. Par conséquent, la coopération entre ces pays pourrait être considérée comme la bonne décision stratégique. Après tout, la Corée du Nord et le Venezuela sont sous sanctions depuis un total combiné de plus de 60 ans. Les pays tentent de s'entraider pour affronter les États-Unis. La RPDC avec ses secrets nucléaires et militaires, l'Iran avec ses capacités de raffinage du pétrole, et le Venezuela avec ses réserves naturelles et sa position stratégique vu la proximité géographique des États-Unis. La coopération entre l'Iran et la Corée du Nord est très controversée, mais les modes de développement des programmes nucléaires des deux pays sont similaires, sauf que la RPDC a développé son programme nucléaire sans le soutien des États-Unis. En effet, l'Amérique voyait un avantage à aider Téhéran, poussée par un intérêt personnel dans les réserves de pétrole de l'Iran. Pourtant, le Venezuela est considéré comme une source principale de réserves de pétrole, représentant environ 17,2% du total mondial. Les États-Unis ont également imposé des sanctions au Venezuela depuis 2005, pour des allégations de trafic de drogue et de terrorisme. L'énergie peut donc être considérée comme un domaine clé de la coopération entre le Venezuela et l'Iran. Les pays coopèrent dans le cadre de l'OPEP et s'encouragent également mutuellement pour maintenir des prix élevés pour les hydrocarbures.

Le 29 novembre 2021, des pourparlers entre Téhéran et Washington sur l'"accord sur l'Iran" ont eu lieu à Vienne. Les pays occidentaux n'étaient prêts à discuter des sanctions que dans le cadre de "l'accord nucléaire". Le résultat idéal pour l'Occident aurait été de limiter non seulement le programme nucléaire de l'Iran, mais aussi son programme de missiles. Cependant, l'Iran a fait des demandes réciproques, en premier lieu la levée totale de toutes les sanctions. Mais l'Occident et l'Iran ne sont pas parvenus à un nouvel accord sur le programme nucléaire.

De plus, à ce jour, la situation n'a pas changé ; après 11 mois de négociations, la signature d'un nouvel accord nucléaire va dérailler. La raison en était l'opération spéciale de la Russie en Ukraine. Politico note qu'il est très difficile de négocier un accord nucléaire dans les circonstances actuelles. La Russie est actuellement sous le coup de sanctions américaines et européennes. L'UE étudie actuellement un moyen de reprendre l'accord nucléaire sans la participation de la Russie, mais dans la pratique, elle est toujours dans l'embarras.

Il convient également de noter que le 13 avril 2022, l'Iran a annoncé qu'une usine fabriquant des pièces pour une centrifugeuse à uranium à Natanz avait été mise en service.

Le 20 avril 2022, les États-Unis ont soulevé la question du bénéfice de la Russie, sous réserve de l'accord de l'Iran sur son programme nucléaire. Plus tôt, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, a déclaré que la reprise des négociations sur le programme iranien touchait à sa fin. Par conséquent, les préoccupations des États-Unis sont immédiatement compréhensibles. Après tout, la coopération entre l'Iran et la Russie pourrait constituer une menace sérieuse pour les politiques menées par les États-Unis.

L'Iran joue un rôle clé dans la région de l'Asie occidentale et occupe une position militaro-stratégique vitale en raison de sa situation géographique avantageuse.

L'Iran est également désigné comme le cœur du Grand Moyen-Orient. De plus, comme il a été mentionné précédemment, l'Iran dispose de réserves de pétrole, ce qui lui permet d'influencer l'environnement géopolitique mondial. Le soutien de l'Iran à des pays comme la Chine, la Russie joue un rôle important dans la formation d'un monde multipolaire. Il convient ici de prêter attention à la théorie de la multipolarité. Il s'agit d'un modèle politique qui suppose l'existence non pas d'un seul centre, mais d'un certain nombre de centres de pouvoir qui seraient à la mesure de leurs capacités politiques, militaires, culturelles et économiques. Un autre facteur important de ce modèle est d'éviter de "marcher sur les pieds", en d'autres termes, d'étendre l'influence d'un pays sur un autre en appliquant le genre de double standard que l'Amérique a si souvent utilisé.

La réorientation du monde d'unipolaire à multipolaire dépend dans une large mesure des pays BRICS (Russie, Chine, Brésil, Inde). Par conséquent, l'Iran, en raison de sa situation géographique avantageuse et de ses réserves de pétrole, est déjà capable d'influencer les changements dans l'ordre mondial. Et avec l'aide des alliés mentionnés précédemment comme le Venezuela et la RPDC, ainsi que des pays du BRICS, la Chine et la Russie font partie des alliés qui peuvent obtenir des résultats s'ils unissent leurs forces. Cependant, il est important de dire que c'est la coopération égale des pays qui créera un monde multipolaire. Mais la question se pose ici de savoir si des États tels que la Chine et la Russie coopéreront sans exercer leur influence sur d'autres "États moins importants" : il est important de maintenir un équilibre et de répartir les rôles intelligemment. L'Iran est le plus susceptible de jouer un rôle sur la voie d'un monde multipolaire - un pays servant de lien entre d'autres États de valeur.

samedi, 23 avril 2022

Pakistan: le peuple contre le parlementarisme

WO-AT488_PAKIST_P_20140821175642.jpg

Pakistan: le peuple contre le parlementarisme

par Maxim Medovarov

Source: https://www.ideeazione.com/il-popolo-contro-il-parlamentarismo/

Le coup d'État constitutionnel qui a eu lieu au Pakistan a non seulement entraîné des changements significatifs dans la situation géopolitique, mais est également devenu le reflet d'une vieille tendance: l'opposition du peuple au parlementarisme oligarchique.

Le système politique pakistanais est caractérisé par une instabilité extrême, des coups d'État et des assassinats constants. Aucun des premiers ministres du pays, depuis sa fondation par les Britanniques en 1947 jusqu'à aujourd'hui, n'a effectué un mandat complet. Cependant, pour la première fois dans l'histoire du Pakistan, un coup d'État a eu lieu sous la forme d'un vote de défiance de la majorité parlementaire à l'égard du cabinet d'Imran Khan.

Pendant un demi-siècle, le Pakistan a été divisé en plusieurs parties et spolié par deux clans oligarchiques: la famille Sharif, étroitement liée aux républicains américains, aux monarchies arabes et aux entreprises chinoises, et la famille Bhutto-Zardari, orientée vers les démocrates américains et les élites britanniques. Imran Khan a défendu la volonté du peuple, qui veut échapper à la pauvreté et aux mains de ces deux clans, en prenant le poste de premier ministre en 2018, puis en installant son collègue Arif Alvi comme président.

Pour la première fois dans l'histoire du Pakistan, Imran Khan a commencé à construire un État-providence, islamique dans sa base doctrinale, mais résolument tolérant envers toutes les minorités religieuses. Ses subventions sociales pour l'électricité et l'essence ont permis à des dizaines de millions de Pakistanais de sortir de la pauvreté. Sa géopolitique indépendante défie l'Occident anglo-américain, vise une forte coopération militaire avec la Russie et la Chine et le règlement des relations avec l'Inde. La montée en puissance des Talibans en Afghanistan a joué en faveur du Pachtoune Imran Khan, lui assurant une arrière-garde solide sans les troupes américaines.

FP_0HxlX0Ac8APa.jpg large.jpg

Grâce à une intervention directe, les Anglo-Américains ont pris le contrôle de certains députés des partis mineurs et ont obtenu une majorité de deux ( !) voix au Parlement. Bien que le président Alvi ait publié un décret pour dissoudre le parlement, la Cour suprême s'est rangée du côté des conspirateurs et a permis au parlement illégitime d'élire le gouvernement de coalition oligarchique Sharif-Zardari, soutenu par un certain nombre de petits partis, dont des islamistes purs et durs et des séparatistes belliqueux. Le peuple, privé des avantages sociaux par le premier décret de Sharif, est resté fidèle à Imran Khan et organise d'innombrables manifestations pour son retour. L'Iran et l'Afghanistan apportent un soutien de facto à Imran Khan, même si les perspectives de son retour au pouvoir sont sombres, l'état-major de l'armée pakistanaise étant rempli de marionnettes américaines.

Il est évident que Shahbaz Sharif n'a pas l'intention de rompre les projets communs avec la Chine et la Russie. Mais il succombera sans doute aux sanctions occidentales, car, selon lui, le Pakistan est un pays trop pauvre pour mener une politique indépendante, et donc, en général, les décrets de Washington doivent être respectés. Une déclaration aussi humiliante est devenue un autre stigmate pour la famille Sharif, des corrompus notoires et des fonctionnaires corrompus qui ont déjà été jugés à de nombreuses reprises.

Il est curieux que Sharif et Zardari accusent Imran Khan de gaspiller le budget pour les besoins sociaux et de se préparer à un défaut de paiement - mais pendant ce temps, dans la région voisine du Sri Lanka, on assiste à un effondrement complet de l'État, à des émeutes de la faim, au manque de pain et de carburant, précisément à cause de la ploutocratie proche des États-Unis: les gouvernements des trois frères Rajapaksa, qui ont reçu des prêts du FMI et, sur ordre de Biden, ont laissé leur pays sans charbon au nom de l'"énergie verte". Une révolte nationale a entraîné le changement de certains ministres sri-lankais, mais dans l'ensemble, le régime Rajapaksa est maintenu à flot par un parlement ploutocratique obéissant.

L'opposition du peuple au parlement est très ancienne. Elle s'est manifestée clairement aux 18ème, 19ème et 20ème siècles dans différents pays. La peur pathologique des référendums dans la plupart des régimes oligarchiques-parlementaires d'Europe occidentale et orientale est bien connue. Bien sûr, un référendum peut aussi être falsifié ou formulé de manière incorrecte, mais néanmoins, c'est le parlementarisme qui est le plus souvent en nette contradiction avec la voix du peuple, non pas en tant que collection d'individus atomiques, mais en tant que tout organique (sociologie de Hans Freyer). C'est pourquoi une situation anormale s'est développée au Pakistan, où la grande majorité des gens soutiennent activement Imran Khan et une politique étrangère totalement indépendante, mais ne peuvent rien faire contre les députés ploutocrates, dont beaucoup ont été soudoyés au dernier moment.

4e0725cea25c1675abdfcf49eca2b5dd.jpg

Inutile de dire que depuis 30 ans, l'Ukraine rampe dans une frénésie sanglante, précisément parce qu'elle a refusé à maintes reprises d'appliquer les résultats de ses propres référendums sur l'autonomie de la Transcarpathie (1991), l'autonomie du Donbass (1994), la création du Sénat et la fédéralisation (référendum de Koutchma de 2000), jusqu'à ce que les référendums populaires de 2014 infligent une blessure mortelle à cette entité ploutocratique.

Mais la Moldavie suit le même chemin, où maintenant - et ce n'est pas la première fois - une majorité russophobe artificiellement imbriquée de plusieurs députés (parfois 51 sur 100, parfois 60 sur 100 - cela s'est passé de différentes manières) adopte des "lois tyranniques" qui provoquent un rejet et un rejet de masse au sein du peuple. En réponse à l'interdiction parlementaire cynique du ruban de Saint-Georges et des lettres Z et V par le parlement moldave, le nord de la république (Balti) et le sud (Gagaouzie) ont lancé des manifestations sous ces symboles, défendant leur dignité et leur insoumission face au despotisme lâche de Chisinau.

Le parlementarisme ploutocratique de la Moldavie ou du Sri Lanka n'est que la copie caricaturale d'un original tout aussi ploutocratique: le parlementarisme à la française et à l'anglaise. Aujourd'hui, alors que le consensus réel de Boris Johnson ou Joe Biden est tombé à 30% (et que Macron au premier tour n'a obtenu que 28% des voix sur une participation de 70%), mais que le peuple n'a pas la moindre chance de les rejeter, cela est plus évident que jamais. Mais plus la restructuration de l'ensemble du système des relations internationales avance, plus l'effondrement de la ploutocratie parlementaire se rapproche. Les événements au Pakistan peuvent devenir un déclencheur du processus mondial à cet égard.

vendredi, 22 avril 2022

Japon: face à la guerre en Ukraine, dans le style de l'Occident collectif

adobestock_179367648.jpg

Japon: face à la guerre en Ukraine, dans le style de l'Occident collectif

par Ekaterina Kiiko

Source: https://www.ideeazione.com/nello-stile-dellovest-collettivo/

Le Japon s'est également joint à la condamnation de l'opération militaire spéciale de la Russie. Les grandes menaces du Japon, telles que la Chine et la Corée du Nord, passent à l'arrière-plan. Bien que la RPDC ait lancé deux projectiles vers la mer du Japon le 17 avril, les principaux titres des médias d'État du pays portent sur l'Ukraine. Cette distorsion peut être due à la forte influence du principal partenaire économique du Japon, les États-Unis.

Le 21 juin 2000, l'Association japonaise des éditeurs et rédacteurs de journaux a adopté un code du journalisme qui stipule un reportage impartial et véridique. Lorsqu'elles décrivent les événements en Ukraine, les publications centristes et libérales japonaises ignorent le côté russe et condamnent son intervention militaire dans ce qu'elles considèrent comme un "État souverain".

Le centre-gauche ne se soucie que des victimes

La publication de centre-gauche Mainichi se concentre sur les sanctions qui pèsent désormais sur la Russie et le Japon. "Mainichi a publié le 17 avril un sondage réalisé par l'agence indépendante japonaise Kyodo Tsushin, qui révèle que sept Japonais sur dix sont favorables à des sanctions économiques contre la Russie. La contradiction est que les Japonais, dans le même sondage de deux jours, parlent d'une forte augmentation des prix des denrées alimentaires. Néanmoins, les personnes interrogées insistent toujours sur le maintien des sanctions. Le centre-gauche cite des sources d'information ukrainiennes dans ses articles sans proposer d'alternative. Dans ce cas, le Mainichi et d'autres publications bien connues au Japon renient l'un des points principaux de leur code : l'impartialité.

Les rapports des journaux sont liés à "l'agression russe" à Mariupol et à Kiev. Les articles expliquent cela en disant que soi-disant "le commandement militaire russe, furieux du naufrage du croiseur Moskva et des provocations ukrainiennes sur son territoire, a accéléré son offensive à l'est". En réalité, le navire amiral de la flotte de la mer Noire, le Moskva, a coulé alors qu'il était remorqué pendant une tempête, et l'agression ukrainienne sur le territoire russe n'a fait qu'accélérer les bonnes décisions militaires.

Les conservateurs pensent à tout en même temps

Le journal conservateur Yomiuri Shimbun se concentre davantage sur les relations commerciales entre la Russie et le Japon. Le journal évoque notamment les négociations en ligne sur les quotas de pêche, qui ont débuté le 12 avril. Les deux parties imposent "des limites de capture pour les navires japonais opérant dans les eaux situées à moins de deux cents milles nautiques du Japon et des taxes correspondantes à payer à la Russie". Il s'avère que les truites et les saumons pêchés au large des côtes d'Hokkaido, qui sont si populaires au Japon, arrivent là par des rivières russes. Le secrétaire du Cabinet, Hirokazu Matsuno, a déclaré lors d'une conférence de presse la veille que "Nous (le Japon) ferons de notre mieux pour préserver et protéger les droits et les intérêts de la pêche".

yomiuri_logo_better.png

Une autre preuve que la publication n'est pas très intéressée par la discussion d'une action militaire en Ukraine est la nouvelle du changement de la prononciation du mot "Kiev". Le 1er avril, le ministère japonais des Affaires étrangères a annoncé que "le gouvernement désignera la capitale ukrainienne par le terme 'kiiu', basé sur le mot ukrainien pour Kiev, au lieu de 'kifu' basé sur le nom russe". Le gouvernement japonais aura beau modifier la prononciation du nom de la ville, il ne changera pas l'histoire de son origine. Kiev est dérivé du nom de Kiy, le fondateur légendaire de la ville, dont deux chroniques ont survécu. De plus, ce nom commence à être mentionné dans les chroniques russes à partir de 860.

Le journal accorde également beaucoup d'attention aux élections présidentielles françaises. Par exemple, la publication publie des articles de l'Associated Press, qui cite la politicienne Marine Le Pen comme ayant déclaré qu'elle cesserait d'envoyer des armes à l'Ukraine. Les nouvelles, également tirées d'une telle source, peuvent sembler neutres. Toutefois, à la fin de l'article, il est fait référence à Dominique Sopo, de l'organisation antiraciste, qui qualifie Le Pen d'admirateur du "régime de Poutine". Il n'y a aucune logique à cela, car l'altermondialiste n'approuvait pas le comportement de la partie russe, mais suggérait simplement que l'on devrait comprendre les positions des deux parties au conflit avant de condamner et de tirer des conclusions.

Condamnation par les libéraux

La publication japonaise progressiste-libérale Tokyo Shimbun condamne l'opération militaire spéciale en Ukraine. Le journal ne se contente pas de publier des informations provenant de sources occidentales collectives, mais tente également de faire quelque chose de son cru. Ils écrivent des articles dans lesquels ils examinent en détail les actions de l'armée russe et celles de Vladimir Poutine. En particulier, le 25 février, le Tokyo Shimbun a publié un article très critique à l'égard du président russe, expliquant en termes peu flatteurs pourquoi sa guerre contre l'Occident et ses vues "impériales" pourraient être le début de la fin pour la Russie. L'analyse porte également sur l'évolution de l'ordre mondial, qui aura des répercussions négatives sur tous les pays. En effet, l'ordre mondial dirigé par les États-Unis a été établi après la fin de la guerre froide, et la Russie ne contribue aujourd'hui à un monde multipolaire que par ses actions.

"Le Tokyo Shimbun a également publié un article le 9 avril sur les projets du Parti libéral-démocrate du Japon d'augmenter les dépenses de la défense en relation avec le conflit Russie-Ukraine. Le raisonnement était que "si une situation d'urgence survenait à Taiwan en Chine dans quelques années et que le Japon était en danger, rien ne pourrait être fait sans les préparatifs nécessaires". Tous les membres du Parti libéral démocrate ont voté en faveur de l'augmentation du budget de la défense, mais si un tel projet est approuvé, le Japon pourrait devenir une menace pour d'autres États, y compris son allié, les États-Unis.

Le journal libéral national Asahi publie des articles principalement liés aux sanctions mutuelles de la Russie et de l'Ukraine. Il publie également fréquemment des articles analytiques sur la crise ukrainienne. Le journal a également cité le Premier ministre Fumio Kishida, qui aurait déclaré que le Japon cesserait d'importer du charbon et du pétrole russes et interdirait les investissements en Russie. Selon l'homme politique, ce durcissement est lié à de "graves violations du droit international" par la Russie. Le Japon a imposé de nouvelles sanctions après l'Europe et les États-Unis. Cependant, le gouvernement hésite depuis longtemps à le faire, car le pays a déjà connu des augmentations des prix de l'essence et de l'électricité. Le Japon, pour ne pas être un mouton noir, a soutenu l'expulsion des diplomates le 8 avril dans un climat de folie générale. En réponse, la ministre russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que le pays obtiendrait une réponse ferme "bénéfique pour Moscou".

image_l.jpeg

1003x-1.jpg

Le Japon est un pays dépendant du charbon russe. Kishida a également mentionné que les industries et les services publics souffriraient de l'abandon de la ressource. Le Premier ministre a déclaré : "Nous devrons d'abord évaluer l'impact des sanctions et prendre des mesures pour interdire le charbon russe en proposant des alternatives.

La Russie avait déjà cessé les négociations sur un traité de paix avec Tokyo. Le document accorde une attention particulière aux îles Kouriles. La publication libérale écrit que la Russie aurait "pris (les îles) en otage". Les Japonais mentionnent aussi fréquemment l'Union soviétique, qui, selon la rhétorique du journal, a arraché les îles au petit Japon après la Seconde Guerre mondiale. Selon le libéral Asahi, "d'ici la fin du mois d'avril, le gouvernement élaborera des mesures globales et d'urgence contre la hausse des prix du pétrole et d'autres produits de base afin de minimiser l'impact sur la vie des civils".

quoi-ressemblent-les-iles-kouriles-que-se-disputent-la-russie-et-le-japon_0.jpg

Si l'on étudie les articles précédents du journal, il est clair que le renforcement des sanctions par le Japon a toujours été lié à la "violation du droit international" par la Russie. Le fait est que la publication invoque toujours les mots "souveraineté" et "violation des frontières". Cependant, même le journal libéral condamne l'approche molle des politiciens japonais dans le traitement des questions importantes concernant les îles Kouriles. Ils sont également appelés "occupés" dans les journaux.

L'Asahi présente également la position du Japon sur la participation de la Russie à la réunion du G20. L'article du journal du 15 avril cite le ministre des finances Shunichi Shizuki, qui ne pouvait pas dire avec certitude si la Russie participerait, mais n'a pas dit que le Japon s'opposerait à sa participation. Selon le journal, le sommet discutera des devises, le yen ayant atteint le 13 avril son plus bas niveau depuis 20 ans par rapport au dollar.

Concernant l'opération militaire spéciale en Ukraine, Asahi, comme tous les médias libéraux japonais, condamne les actions de la Russie et se réfère aux déclarations de la partie ukrainienne. Le journal cite le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy et le conseiller du chef du bureau présidentiel Oleksiy Arestovych qui suggèrent comment la situation dans l'est de l'Ukraine, en particulier à Mariupol, va évoluer. Ce qui est également intéressant, c'est que les journaux japonais ne publient pas de résumés des pertes des deux États, mais font des déclarations uniquement sur la base des données ukrainiennes.

Dualité d'opinion parmi les communistes japonais

Le magazine du parti communiste japonais, le Chosu Shimbun, propose une analyse des dégâts des sanctions mutuelles entre les deux pays. Il examine en particulier les problèmes liés au rejet des ressources russes et ce à quoi ce rejet pourrait conduire. Les communistes japonais, contrairement aux libéraux, sont prudents dans leurs accusations contre la Russie et écrivent avec précaution sur l'"effet boomerang" des sanctions mutuelles. En outre, le document suggère que l'abandon du pétrole russe pourrait dévaster le marché mondial des matières premières.

sakhalin-oil-and-gas1.png

jpn-sakhalinmap.JPG

Le Chosu Shimbun mentionne pour la première fois le projet pétrolier et gazier Sakhalin-1. Il s'avère que de nombreuses entreprises japonaises ont été impliquées dans le projet et ont importé "environ 4 % de pétrole brut et 10 % de GNL (gaz naturel liquéfié)". Cependant, après l'Europe et les États-Unis, le Japon sera désormais contraint d'abandonner Sakhalin-1, ce qui, selon les communistes japonais, pourrait avoir un impact négatif sur l'économie du pays et la vie des Japonais. Il est également intéressant que les communistes mentionnent séparément la position des pays du Moyen-Orient qui n'ont pas soutenu les sanctions anti-russes et ont refusé de coopérer avec les États-Unis et l'Europe.

La publication de gauche publie également des articles spéculant sur la manière dont le Japon devrait gérer la crise ukrainienne. Une interview de Kenji Isezaki, professeur à l'Université des langues étrangères de Tokyo, a notamment été publiée à ce sujet. Le professeur affirme qu'après la reconnaissance de la DNR et de la LNR par la Russie, les résidents des territoires indépendants ont demandé au président de les protéger, ce qui est conforme au droit de défense collective inscrit dans la Charte des Nations unies.

En outre, l'article mentionne qu'en 2014, les États-Unis étaient également à l'origine des troubles en Ukraine. Ils étaient auparavant intervenus dans les affaires politiques d'autres États, par exemple à Cuba.

L'interview elle-même est contradictoire, car d'une part elle condamne l'opération militaire spéciale russe et d'autre part elle se méfie des déclarations sévères des autorités japonaises sur le conflit. De plus, dans le document, il y a la notion d'un "État tampon", ce que l'orateur appelle le Japon. Selon Isezaki, cela signifie que le pays n'a pas de volonté propre et qu'il dépend des décisions d'un autre État.

Un autre journal de gauche, qui appartient au Parti communiste du Japon, condamne l'opération militaire spéciale de la Russie et publie principalement les déclarations du président du parti. Le 24 février, Kazuo Shii a également déclaré que "l'agression de la Russie viole la souveraineté des territoires de l'Ukraine et viole la Charte des Nations Unies".

Presque tous les journaux de droite et de gauche au Japon condamnent désormais les actions de la Russie en Ukraine, ce qui était, en principe, à prévoir. Cependant, seuls les journaux libéraux ont complètement copié les positions des médias occidentaux. Les conservateurs et les communistes essaient d'analyser davantage la situation et d'aller à l'encontre de l'agenda mondialiste.

lundi, 18 avril 2022

Que nous réserve la région Asie-Pacifique ?

cartemdv47-08-01-13e29.jpg

Que nous réserve la région Asie-Pacifique ?

Un rapport de l'ONU révèle une baisse de la croissance économique

Source: https://katehon.com/ru/article/chto-zhdet-aziatsko-tihookeanskiy-region

La reprise économique dans la région Asie-Pacifique après la pandémie et d'autres chocs mondiaux devrait être basée sur un "nouveau pacte social" complet pour protéger les personnes vulnérables dans les années à venir, selon un rapport publié mardi 12 avril par la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP).

Outre la pandémie, le rapport montre que les économies régionales sont confrontées à "plusieurs risques baissiers" liés à une chaîne d'approvisionnement mondiale non durable, à "des pressions inflationnistes croissantes, à la perspective d'une hausse des taux d'intérêt, au rétrécissement de l'espace fiscal" et aux conséquences économiques mondiales émergentes de la crise en cours en Ukraine.

La croissance économique des pays en développement de cette vaste région devrait se contracter à 4,5 % en 2022 et à 5 % en 2023, en baisse par rapport à un taux de croissance antérieur de 7,1 % en 2021.

La perte de production cumulée due à la pandémie pour les économies en développement de la région est estimée à près de 2000 milliards de dollars de 2020 à ce jour.

L'étude met en garde contre les réductions des dépenses publiques dans les domaines de la santé, de l'éducation et de la protection sociale "afin de protéger les acquis du développement des dernières décennies et d'empêcher un nouveau creusement des inégalités dans la région".

Le rapport note que la pandémie a privé plus de 820 millions de travailleurs informels dans la région de la CESAP et plus de 70 millions d'enfants issus de familles à faibles revenus d'un accès adéquat aux revenus et à la scolarité. "Ce résultat aura un impact négatif sur le potentiel de gain futur de ces personnes et sur la croissance globale de la productivité", indique le communiqué de presse de l'ESCAP, alors que 85 autres millions de personnes dans la région Asie-Pacifique ont déjà été poussées dans l'extrême pauvreté en 2021.

"Alors que les pays en développement de la région vont de l'avant, apprenant à vivre avec le virus, en trouvant un équilibre entre la protection de la santé publique et les moyens de subsistance, il est temps de jeter les bases d'un avenir plus équitable avec des chances égales et des résultats inclusifs", a déclaré Armida Salcia Alisjahbana, Secrétaire exécutive de la CESAP, dans un communiqué.

La Commission recommande un "programme politique à trois volets" visant à construire une économie inclusive pour la région. Tout d'abord, au lieu de procéder à des réductions, les pays en développement de la région devraient orienter les dépenses publiques vers les soins de santé universels de base, continuer à progresser vers l'éducation primaire et secondaire universelle et étendre la couverture de la protection sociale. La Commission fait valoir qu'une politique fiscale "intelligente" peut améliorer l'efficacité et l'efficience globales des dépenses publiques et de la perception des recettes. Dans le même temps, il convient d'explorer de nouvelles sources de revenus, comme la taxation de l'économie numérique, et de déplacer la charge fiscale vers les ménages à hauts revenus.

Deuxièmement, l'étude 2022 soutient que les banques centrales de la région peuvent et doivent modifier leurs politiques monétaires traditionnelles pour promouvoir un développement inclusif. Tout en restant concentrées sur le maintien d'une inflation faible et stable, les banques centrales peuvent investir une partie de leurs réserves officielles dans des obligations sociales, étudier comment la monnaie numérique d'une banque centrale peut élargir l'accès aux services financiers, et encourager des instruments financiers plus innovants pour assurer la protection sociale.

Troisièmement, les gouvernements peuvent également guider, façonner et gérer activement la transformation économique structurelle de plus en plus induite par la révolution numérique de la robotique et de l'intelligence artificielle pour obtenir des résultats plus inclusifs. Cela comprend le soutien au développement de technologies à forte intensité de main-d'œuvre, l'accès inclusif à une éducation de qualité, le recyclage, le renforcement des capacités dans les négociations du travail et les planchers de protection sociale.

L'Étude économique et sociale de l'Asie et du Pacifique, publiée pour la première fois en 1947, est l'enquête économique et sociale annuelle la plus ancienne et la plus complète des Nations Unies, qui sert de base à l'élaboration des politiques dans la région.

Quelle leçon la Russie peut-elle en tirer, compte tenu de sa confrontation avec l'Occident? Seule une poignée d'États de la région nous ont imposé des sanctions. Les autres sont favorables à la coopération, d'où la possibilité d'ouvrir de nouvelles niches de coopération, compte tenu des risques mentionnés et de la baisse des taux de croissance. Les pays d'Asie-Pacifique peuvent tirer parti de l'évolution de l'environnement mondial et offrir des biens et services de substitution identiques à ceux que nous recevions auparavant de l'Occident collectif. À son tour, la région a un besoin constant de ressources énergétiques, que la Russie possède en abondance. Tout compte fait, une réorientation vers l'Est est nécessaire à long terme en raison de la croissance de la technologie, de la main-d'œuvre et de l'accumulation de richesses dans cette partie du monde.

Pakistan: de la géopolitique linéaire à la géo-économie multipolaire

pak_0.jpg

Pakistan: de la géopolitique linéaire à la géo-économie multipolaire

Leonid Savin

Source:  https://www.geopolitika.ru/en/article/pakistan-linear-geopolitics-multipolar-geo-economics

NdlR: Cet article date du 25 janvier 2022, donc avant l'éviction d'Imran Khan.

Le 17 janvier, le Premier ministre pakistanais Imran Khan a écrit sur son compte Twitter qu'il avait eu une conversation téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine et l'a remercié pour sa "déclaration résolue selon laquelle la liberté d'expression ne peut servir de prétexte pour insulter notre Prophète" [i].

Le Premier ministre a noté que "le président Poutine est le premier dirigeant occidental qui a fait preuve de sympathie et de sensibilité à l'égard des sentiments du monde musulman". En outre, il a souligné que "les relations bilatérales du Pakistan avec la Russie se développent sur une trajectoire ascendante, en accordant une attention accrue aux liens commerciaux et économiques et à la coopération dans le domaine de l'énergie.

Il a confirmé la détermination du gouvernement à mettre en œuvre le projet de gazoduc Pakistan Stream dès que possible. Les deux dirigeants ont convenu de renforcer la coopération bilatérale dans divers domaines, d'étendre les échanges de haut niveau et de maintenir un contact étroit sur les questions liées à l'Afghanistan.

Imran Khan a déclaré qu'il se réjouissait de la visite du président Poutine au Pakistan, ainsi que de sa propre visite en Russie au moment opportun [ii].

Plus récemment, le Pakistan a fait la une des médias, principalement en raison de certains événements négatifs - attentats terroristes, tensions à la frontière indo-pakistanaise, loyauté envers les États-Unis. Il n'y avait pratiquement aucune information sur la politique intérieure de ce pays. Et du côté russe, seul un petit nombre de spécialistes s'intéressaient activement au Pakistan, qui se comptent sur les doigts d'une main.

Mais ces dernières années, le Pakistan a considérablement modifié tant les approches de la conduite des affaires intérieures que les vecteurs de sa politique étrangère, ce qui est associé à une compréhension des changements en cours dans la conjoncture politique mondiale. Étant le plus grand partenaire de la Chine, ainsi que de l'Arabie saoudite et de la Turquie, Islamabad tente de trouver un équilibre entre les puissances régionales, tout en tenant compte de la tension constante avec l'Inde, qui lui est liée par une histoire commune, dont plusieurs guerres et la question non résolue du Cachemire.

C'est la plus grande puissance d'Asie du Sud dotée de l'arme nucléaire, avec une population de 200 millions d'habitants, parmi lesquels la classe moyenne est en pleine expansion. La situation géographique unique qui relie les eaux chaudes de l'océan Indien aux montagnes de l'Hindu Kush et aux contreforts de l'Afghanistan donne au pays des avantages pour relier les flux de transport de la Chine, de l'Iran, de l'Inde, de l'Afghanistan et des pays d'Asie centrale.

L'histoire culturelle montre qu'il y a toujours eu des intersections de diverses civilisations dans le pays. Le 21ème siècle ouvre de nouvelles opportunités pour le Pakistan (et pas seulement pour lui). Et beaucoup dépend maintenant du choix des partenaires et de la volonté politique des dirigeants - que le Pakistan devienne un État puissant ou qu'il souffre d'une instabilité chronique et d'accidents politiques.
Politique actuelle

Après l'arrivée au pouvoir du gouvernement d'Imran Khan en 2018, le Premier ministre a immédiatement déclaré qu'il ne permettrait pas aux États-Unis d'utiliser leur pays dans des conflits contre d'autres États [iii].

Imran-Khan-3.jpg

Bien que les relations avec l'Occident restent le plus souvent normales, un cap vers une réorientation et un changement de priorités est clairement perceptible (toutefois, comme chez d'autres partenaires des États-Unis, par exemple au Moyen-Orient). Le récent refus de participer au "Sommet des démocraties", qui s'est tenu les 9 et 10 décembre 2021 sous la forme d'une conférence en ligne, est révélateur à cet égard.

Malgré l'invitation des États-Unis, le ministère des Affaires étrangères du Pakistan a exprimé son appréciation générale de manière assez diplomatique, tout en notant que "le Pakistan est une grande démocratie fonctionnelle avec un système judiciaire indépendant, une société civile active et des médias libres. Nous restons profondément engagés dans la poursuite du développement de la démocratie dans le pays, la lutte contre la corruption et la protection des droits de tous les citoyens".  

Il convient de noter que, selon les normes occidentales, le Pakistan se situe à un niveau plutôt bas dans le classement des pays du monde sur l'indice de démocratie (108 sur 167 selon l'agence britannique Economist Intelligence Unit pour 2020). Mais le Pakistan partage l'opinion de la Russie selon laquelle chaque pays a le droit de vivre selon ses traditions et ses valeurs culturelles et historiques.

À cet égard, le Pakistan dispose d'un système judiciaire assez unique. Au niveau local, les problèmes sont résolus lors d'une réunion communautaire (par exemple, dans le nord-ouest du pays, où vivent les Pachtounes, il s'agit d'une jirga associée au code de conduite traditionnel du Pachtounwali ; au Baloutchistan et dans d'autres régions, il existe des traditions similaires, souvent basées sur les coutumes soufies), il existe également un système de justice laïque, mais en parallèle, il existe une Cour suprême de la charia.

L'armée continue de jouer un grand rôle dans la gouvernance du pays. Outre les fonctions de sécurité et de défense, de nombreuses entreprises et même des centres d'analyse au Pakistan ont été fondés par d'anciens militaires, et cette continuité est tout à fait palpable dans la vie publique et politique.

605880f0e995e.jpg

Il convient de souligner que les activités des organisations interdites dans le pays posent toujours problème. Outre les groupes islamistes radicaux, les talibans pakistanais sont toujours actifs, et nombre de leurs dirigeants se trouvent en Afghanistan voisin. Il est donc important pour Islamabad d'avoir un lien direct avec le nouveau gouvernement afghan et, par son intermédiaire, de prévenir toute provocation sur le territoire pakistanais.

Étant donné que les talibans pakistanais sont composés d'ethnies pachtounes, ils ont déjà mené des attaques terroristes contre d'autres groupes ethniques (notamment contre des chiites hazaras vivant au Baloutchistan), des représentants de l'État et même des travailleurs chinois. Entre-temps, le Baloutchistan a également son propre groupe séparatiste ethnique (il en existe un similaire en Iran, et il y avait auparavant un "Jundallah" actif, qui était financé par la CIA).

Les partisans des opinions sunnites radicales apportent également beaucoup de problèmes au gouvernement. Au niveau officiel, le Jamiat Ulema-i-Islam (Assemblée du clergé islamique) (photo) est un parti religieux et théocratique ultraconservateur avec une histoire idéologique remontant à 100 ans. Le chef du parti est Fazl-ur-Rehman, qui est également considéré comme le leader du Mouvement démocratique pakistanais, ce qui semble être un oxymore.

Is-there-going-to-be-separate-faction-of-Jamiat-Ulema-i-Islam.jpg

Auparavant, le parti Jamiat Ulema-i-Islam jouait un grand rôle, mais il a maintenant perdu son influence. Au total, moins de neuf députés de ce parti sont représentés à l'Assemblée nationale et aux assemblées provinciales.

La loi sur le blasphème est toujours problématique, à cause de l'interprétation de laquelle il y a eu de nombreux cas d'arrestation de représentants d'autres religions. Toute déclaration imprudente de non-musulmans concernant le Coran ou le prophète Mahomet est souvent interprétée au Pakistan comme un blasphème, pour lequel des peines sévères sont prévues, pouvant aller jusqu'à la peine de mort.

Toutefois, le gouvernement actuel est plutôt optimiste, comme en témoigne la stratégie de sécurité nationale du Pakistan, qui a été publiée à la mi-janvier 2022.

De la géopolitique à la géoéconomie

Le document indique que "notre situation géo-économique importante donne au Pakistan l'opportunité de se proposer comme un creuset d'intérêts économiques régionaux et mondiaux grâce à des initiatives en tant que lien de connexion. Cela reste une priorité, et son succès exige la paix et la stabilité régionales, auxquelles le Pakistan reste pleinement attaché" [iv].

Ils parlent également de la nécessité d'entretenir des relations de bon voisinage (y compris avec l'Inde) et d'améliorer les relations avec les partenaires traditionnels. La version complète de la stratégie reste classifiée [v].

Cependant, la partie disponible au public indique la poursuite de la course au renforcement des liens régionaux. Puisque le projet du siècle au Pakistan est le Corridor économique Chine-Pakistan, qui représente l'initiative clé "Belt and Road", alors, à bien des égards, le Pakistan s'appuie sur les infrastructures déjà créées.

Le port en eau profonde de Gwadar, dans le sud du pays, est déjà relié par rail et autoroute au cœur du Pakistan - le Pendjab, et de là, des branches sont construites plus au nord.

En 2021, un accord a été signé sur la création du corridor de transport transafghan vers l'Ouzbékistan. En décembre 2021, le train de marchandises Islamabad-Téhéran-Istanbul a été lancé, ce qui augmentera le commerce entre les trois pays. En outre, le Pakistan s'attend à pouvoir accéder au marché européen via la Turquie.

Le même mois, le Pakistan et l'Arabie saoudite ont signé deux accords concernant des programmes de recrutement et d'évaluation des compétences pour la main-d'œuvre pakistanaise employée dans le Royaume d'Arabie saoudite.

Les accords ont été signés lors de la visite du ministre fédéral de l'éducation, de la formation professionnelle et du patrimoine national, Shafqat Mahmood, au Royaume d'Arabie saoudite, a déclaré un porte-parole du ministère des affaires étrangères.

Et le ministre pakistanais des Affaires étrangères a déclaré début décembre qu'il était prêt à accueillir le sommet tant retardé de l'Association sud-asiatique de coopération régionale (SAARC) si les "obstacles artificiels" sur son chemin étaient levés. Il a fait cette déclaration lors d'une réunion avec le secrétaire général du groupe, Esala Weerakoon, qui était en visite à Islamabad.

Le Pakistan était censé accueillir le sommet en 2016, mais l'Inde a boycotté la réunion des dirigeants de la SAARC et a également persuadé certains autres États membres de faire de même. Selon la charte de l'ASACR, le sommet ne peut avoir lieu si l'un des pays participants n'y participe pas. Depuis lors, l'Inde s'est toujours tenue à l'écart du sommet, retardant ainsi la réunion des dirigeants de huit pays d'Asie du Sud.

Le Pakistan cherche également à entrer directement sur le marché de l'ANASE afin de diversifier ses capacités et son potentiel. La stratégie "Engager l'Afrique" est également activement mise en œuvre, tant par le biais de liens commerciaux et économiques que dans le domaine de la coopération militaire.

La Russie et le Pakistan

En ce qui concerne le gazoduc Pakistani Stream mentionné par Imran Khan, un accord bilatéral de construction a été signé le 28 mai 2021 à Moscou. Du côté russe, le document a été signé par le ministre russe de l'Énergie, Nikolay Shulginov, et du côté pakistanais par l'ambassadeur Shafqat Ali Khan.

1622223847__2021d049-09-01.jpg

Légende: en noir, gazoduc Gwadar/Nawabshah; en bleu, gazoduc Nord-Sud (Lahore/Nawabshah/Karachi); en vert, gazoduc TAPI (Turkménistan, Afghanistan, Pakistan, Océan Indien).

Cet accord a été préparé depuis 2015 sous le nom original de gazoduc "Nord-Sud" et il a une signification géopolitique importante pour les deux pays. Mais le problème est que le Pakistan n'a pas payé à la Russie la dette extérieure qui s'est accumulée depuis l'époque soviétique. Par conséquent, le commerce bilatéral et les relations économiques entre les deux pays étaient pratiquement gelés. Ce n'est qu'après le paiement de la dette d'un montant de 93,4 millions de dollars en février 2020 que la situation s'est débloquée [vi].

La Russie détient une participation de 26 %. En outre, la partie russe aura le droit d'avoir une voix décisive lors du choix des entrepreneurs, sur la conception, les travaux d'ingénierie, les fournitures et la construction.

Bien qu'aujourd'hui le principal segment de la coopération entre les pays couvre un secteur limité de l'alimentation et des matières premières, il existe néanmoins une dynamique importante dans les relations économiques entre la Russie et le Pakistan.

Au cours du premier semestre 2021, le chiffre d'affaires commercial de la Russie avec le Pakistan s'est élevé à 419.950.742 $, soit une augmentation de 43,17 % (126.630.995 $) par rapport à la même période en 2020. Les exportations de la Russie vers le Pakistan au 1er semestre 2021 se sont élevées à 210.641.504 $, soit une augmentation de 74,45% (89.898.115 $) par rapport à la même période en 2020. Les importations de la Russie en provenance du Pakistan au cours du premier semestre de 2021 se sont élevées à 209.309.238 $, soit une augmentation de 21,29 % (36.732.880 $) par rapport à la même période en 2020 [vii].

Bien sûr, pendant un certain temps, la portée de la coopération russo-pakistanaise restera limitée, mais en développant progressivement des relations où les échanges humanitaires, culturels et éducatifs sont nécessaires (y compris la diplomatie des peuples et les initiatives de petites entreprises), nous pouvons former une feuille de route stratégique.

À propos, la coopération militaire entre la Russie et le Pakistan se déroule comme prévu, des exercices militaires conjoints sont régulièrement organisés, notamment les manœuvres "Amitié" sur le territoire des deux pays [viii].

Le développement d'un pôle touristique au Pakistan avec la participation de la Russie peut également présenter une opportunité unique, aussi bien sur la côte que le long des routes historiques très fréquentées, de Mohenjo Daro et de la capitale culturelle de Lahore à la vallée de Swat habitée par le peuple unique des Kalash et au sommet du K2.

Et, bien sûr, la coopération entre la Russie et le Pakistan peut réduire davantage la dépendance d'Islamabad à l'égard de vieux liens inconfortables avec les puissances occidentales.

Notes:

[I] https://twitter.com/ImranKhanPTI/status/1483002931070869506

[ii] https://propakistan.ru/article/imran-khan-pozvonil-vladimiru-putinu

[iii] https://www.fondsk.ru/news/2018/12/24/imran-han-amerikancam-my-bolshe-ne-podstavim-vam-plecho-dlja-vojn-s-drugimi-47344.html

[iv] https://www.pakistantoday.com.pk/2022/01/15/national-security-policy-2022-2026/

[v] https://en.dailypakistan.com.pk/14-Jan-2022/pm-imran-launches-public-version-of-pakistan-s-first-national-security-policy

[vi] https://www.banki.ru/news/lenta/?id=10918154

[vii] https://russian-trade.com/reports-and-reviews/2021-08/vneshnyaya-torgovlya-rossii-s-pakistanom-v-1-polugodii-2021-g/

[viii] https://function.mil.ru/news_page/country/more.htm?id=12387698@egNews

dimanche, 17 avril 2022

Le corridor de transport nord-sud (NSTC) est un projet d'intégration trans-civilisationnelle

north-south-transport-corridor-scaled.jpg

Le corridor de transport nord-sud (NSTC) est un projet d'intégration trans-civilisationnelle

Andrew Korybko

Source: https://katehon.com/en/article/north-south-transport-corridor-trans-civilizational-integration-project

Le NSTC représente la convergence physique des grands plans stratégiques de la Russie, axés sur le sud, qui visent à équilibrer les ancrages irano-pakistanais de son pivot de l'Oumma dans cette partie particulière du supercontinent avec le Néo-NAM qu'elle poursuit conjointement avec l'Inde. L'optique trans-civilisationnelle est extrêmement importante car elle montre que la prédiction du soi-disant "choc des civilisations" de Huntington n'était qu'un exemple de vœu pieux mal intentionné (si ce n'est une proposition politique provocante) et qu'elle a été incontestablement remise en question par la convergence des civilisations entre le christianisme oriental, l'islam et l'hindouisme incarnée par le NSTC.

L'émergence de l'ordre mondial multipolaire (ou "nouvel ordre mondial" comme l'appelle le président américain Joe Biden) a été accélérée par les conséquences induites par la réponse sans précédent et dûment planifiée depuis longtemps par l'Occident dirigé par les États-Unis dès qu'a commencé l'opération militaire spéciale en cours de la Russie en Ukraine, que l'Amérique a elle-même provoquée. L'une des tendances les plus importantes de cette transition systémique mondiale est la montée des civilisations en tant qu'acteurs internationaux, qui a été prédite en détail par l'universitaire russe Leonid Savin dans son livre de 2020 Ordo Pluriversalis : The End Of Pax Americana And The Rise Of Multipolarity que l'auteur a chroniqué ici peu après sa sortie. Le corridor de transport nord-sud (NSTC) entre la Russie, l'Azerbaïdjan, l'Iran et l'Inde - et qui peut aussi facilement s'étendre au Pakistan voisin pour renforcer le commerce bilatéral croissant avec la Russie - jouera un rôle irremplaçable à cet égard.

imaNSTCges.jpg

logo.jpg

Ce projet ambitieux relie la civilisation chrétienne orthodoxe orientale de la Russie aux civilisations musulmanes de l'Azerbaïdjan, de l'Iran et du Pakistan, ainsi qu'à la civilisation majoritairement hindoue de l'Inde. Étant donné que l'Inde, l'Iran et le Pakistan sont devenus plus importants que jamais pour la Russie en raison de leur neutralité de principe qui leur permet de lui servir de soupape de pression économique stratégique, il ne fait aucun doute que le NSTC, auquel les deux premiers pays participent et le troisième pourrait éventuellement le faire aussi, deviendra un projet phare multipolaire aux côtés du gazoduc Pakistan Stream (PSGP) et du PAKAFUZ. Ce que tous ces projets ont en commun, c'est qu'il s'agit de projets de connectivité Nord-Sud, ce qui prouve que la grande réorientation stratégique de la Russie vers le Sud après 2014 n'était pas purement axée sur la Chine comme beaucoup le pensaient, mais que Moscou a équilibré son "pivot vers l'Oumma" et sa vision "néo-NAMienne" avec l'Inde.

Cela ne veut pas dire que la Chine ne joue pas un rôle crucial dans la grande stratégie russe - en vérité, ces deux grandes puissances servent de double moteur à l'ordre mondial multipolaire émergent - mais simplement que le Kremlin a sagement cherché à éviter de manière préventive toute dépendance disproportionnée potentielle vis-à-vis de la République populaire par le biais de ces initiatives complémentaires axées sur le Sud. Le "pivot de l'Oumma" fait référence à la priorité qu'il accorde à des partenaires non traditionnels à majorité musulmane comme l'Iran et le Pakistan, tandis que le Neo-NAM est le plan officieux des relations russo-indiennes, par lequel ces deux pays cherchent conjointement à créer un troisième pôle d'influence dans la phase de transition bimultipolaire entre unipolarité et multipolarité. Le Pivot de l'Oumma et le Néo-NAM s'équilibrent l'un l'autre, ce qui équilibre à son tour la Chine dans cette grande stratégie kissingerienne post-moderne poursuivie par la Grande Puissance eurasienne.

211310.jpg

Le NSTC représente la convergence physique des plans stratégiques de la Russie axés sur le sud, qui visent à équilibrer les ancrages irano-pakistanais de son pivot de l'Oumma dans cette partie particulière du supercontinent avec le Néo-NAM qu'elle poursuit conjointement avec l'Inde. L'optique trans-civilisationnelle est extrêmement importante car elle montre que la prédiction du soi-disant "choc des civilisations" de Huntington n'était qu'un exemple de vœu pieux mal intentionné (si ce n'est une proposition politique provocante) et a été indiscutablement remise en question par la convergence des civilisations entre le christianisme oriental, l'islam et l'hindouisme incarnée par le NSTC. Cela constitue un exemple puissant pour la communauté internationale (qui, dans ce contexte, fait également référence à la société civile mondiale) à deux égards : premièrement, cela réfute l'"inévitabilité" du choc des civilisations ; et deuxièmement, cela montre que la Chine n'en a pas le monopole.

Pour développer ce dernier point, on a considéré jusqu'à présent que l'initiative Belt & Road (BRI) de la Chine était le seul moyen physique de rassembler diverses civilisations à travers l'objectif commun d'un commerce, d'un investissement et d'un développement socio-économique mutuellement bénéfiques, mais l'existence même du NSTC montre que la Russie et ses partenaires azerbaïdjanais, iraniens, indiens et peut-être même bientôt pakistanais peuvent tous s'unir pour poursuivre ce même objectif. En fait, la Chine a également un rôle crucial à jouer dans le NSTC puisque le pacte de partenariat stratégique conclu au printemps dernier avec l'Iran aurait vu la République populaire accepter d'investir plus de 400 milliards de dollars dans la République islamique au cours du prochain quart de siècle, ce qui se traduira probablement par des investissements impressionnants dans les infrastructures pour faciliter le NSTC à certains égards, notamment en termes de connectivité irano-pakistanaise du fait que ce dernier accueille le CPEC.

"La quête de souveraineté économique de la Russie n'est pas synonyme d'isolationnisme", contrairement à ce que certains observateurs occidentaux ont faussement prétendu, car personne ne peut nier la vision transcivilisationnelle et transcontinentale avancée par le NSTC dans lequel Moscou joue un rôle clé. "Le coup de judo géo-économique de Poutine vient de renverser les tables financières de l'Occident" après que le dirigeant russe a décrété que tous les contrats de gaz avec les pays nouvellement conçus comme inamicaux, tels que ceux de l'UE, doivent être payés en roubles, ce qui aura pour conséquence soit de soutenir le rouble s'ils s'y conforment, soit de risquer une crise économique totale en Occident s'ils refusent, les deux résultats étant bénéfiques à Moscou à leur manière. Dans le contexte de la présente analyse, ces derniers développements signifient que l'importance stratégique du NSTC va continuer à augmenter pour toutes ses parties prenantes, qui pourraient prospectivement s'étendre pour inclure également leurs autres partenaires du Sud.

samedi, 16 avril 2022

Le carrefour de l'histoire au cœur de l'Asie

Uzbekistan-dancer-scaled.jpg

Le carrefour de l'histoire au cœur de l'Asie

Un carrefour de peuples et d'histoires, l'Ouzbékistan au centre de l'Eurasie. Et avant l'épopée de Samarcande, c'était grâce aux exploits d'Alexandre le Grand

Andrea Muratore

Source: https://www.ilgiornale.it/news/cultura/alessandro-magno-oggi-luzbekistan-crocevia-storia-2023581.html

D'Alexandre le Grand à aujourd'hui, l'Ouzbékistan au carrefour de l'histoire

Au cœur de l'Eurasie se trouve une nation qui a été un carrefour de peuples, d'armées, de cultures, de religions et d'identités tout au long de son histoire : l'Ouzbékistan. L'Ouzbékistan est un pays qui vit encore comme un kaléidoscope d'identités après la mort du "père du pays" Islam Karimov, à la frontière entre l'ancien espace soviétique, l'Afghanistan, la Chine et le cœur de l'Asie centrale, et qui a eu une histoire tout aussi riche dans son passé.

L'Ouzbékistan est en fait le pays de Samarcande, le "rêve turquoise", le carrefour des caravanes des anciennes Routes de la soie, des routes commerciales sur lesquelles circulaient les hommes, les marchandises et les idées. Mais c'est aussi un pays qui a eu un très noble père dans son histoire: Alexandre le Grand. C'est le Macédonien qui a été le premier à labourer les étendues sablonneuses, les plateaux et les terres aujourd'hui gouvernées par l'ancienne république soviétique, pour faire de l'Ouzbékistan d'aujourd'hui le pôle d'attraction des hommes, des peuples et des identités qui en feront un élément constitutif de la civilisation humaine.

Vittorio Russo le rappelle bien dans son livre intitulé L'Uzbekistan di Alessandro Magno (L'Uzbekistan d'Alexandre le Grand), un essai publié par Sandro Teti dans lequel, entre histoire et mythe, présent et antiquité, se dessine une véritable radiographie de ces terres. Vittorio Russo, capitaine et navigateur au long cours depuis des décennies, a également travaillé de manière intensive en tant que journaliste et essayiste. Dans son essai sur l'Ouzbékistan, il entreprend un voyage à travers la géographie historique d'un pays où passé et présent se confrontent. Notamment parce que ce sont les Grecs menés par le Macédonien au 4e siècle avant J.-C. qui ont donné leur nom à de nombreux points de repère de l'Ouzbékistan.

71ZdIGG73LL.jpg

Les régions de Khwarizim, note Russo, "les Grecs et les Macédoniens d'Alexandre les appelaient Corasmia. Ces terres se trouvent sur les bords méridionaux de la mer d'Aral, le long du cours du fleuve-mer Amu Darya, appelé ainsi depuis les temps anciens parce qu'il était autrefois aussi illimité qu'une mer. C'est aussi la terre où les auteurs anciens ont placé le royaume des Amazones tueuses d'hommes. Le fleuve est également le même que l'ancien Oxus, dont Plutarque a écrit au premier siècle de notre ère qu'il avait "des eaux douces qui oignent la peau". La guerre d'Alexandre contre les Perses, l'Anabasis d'Alexandre racontée par Arrien, s'est déroulée sur l'Oxus, et le projet de "fusionner les peuples et les civilisations dans un destin commun, de mélanger les vies, les coutumes, les mariages et les habitudes" a été réalisé sur ses rives. Une idée unificatrice qui a favorisé un syncrétisme des civilisations, comme en témoignent le lien profond entre les cultures grecque, bouddhiste et sogdienne de l'ère post-macédonienne et le profond attrait qu'exercera, dès l'époque macédonienne, la terre de l'actuel Ouzbékistan. Selon Russo, "l'objectif d'Alexandre" était bien plus pragmatique au départ, "gouverner les peuples soumis à l'aide des structures administratives qu'il avait trouvées", tandis que "cet unitarisme harmonieux" des cultures auquel la vision classique fait référence était essentiellement un dérivé.

En fait, dans un voyage qui se déroule entre les villes contemporaines, de Tachkent à Boysun, le souvenir de la catastrophe de la mer d'Aral à l'époque soviétique et les pensées du passé, l'Alexandre le Grand qui émerge du livre de Russo est très loin de l'image oléographique véhiculée par les nombreux ouvrages, souvent pseudo-historiques, écrits à son sujet : le héros invincible immortalisé dans les marbres de Lysippe cède la place à l'ivrogne meurtrier, au fanfaron, à l'exterminateur de peuples superstitieux et cynique, mais c'est précisément dans l'actuel Ouzbékistan qu'il a vu la difficile réduction de ses diverses natures à une seule entité. Le guerrier féroce, qui a détruit l'Empire perse ; le souverain attentif au respect de l'ennemi, qui a vaincu et tué l'usurpateur Bessus, qui avait fait assassiner le Roi des Rois, et ennemi des Macédoniens, Darius III, le dernier souverain de la Perse ; le chef qui s'est imaginé comme un nouvel Ulysse, se déplaçant à travers des terres labourées plus tard par d'autres conquérants, des mers et des montagnes.

3_172_uzbekistan_02.jpg

Et ce n'est que grâce à la centralité dans l'histoire donnée à la terre, étudiée par Russo, par le passage d'Alexandre, cause de l'essor ultérieur de Samarcande, que l'Ouzbékistan d'aujourd'hui a pu être un centre d'attraction humain et culturel pour le futur: le centre de la philosophie de la civilisation islamique médiévale avec la pensée d'Avicenne ; la capitale des sciences grâce à la promotion du souverain Ulugh Beg ; et surtout, le pôle politique de rayonnement d'un pouvoir qui aimait se penser universel avec l'épopée de Timur, "Tamerlan" pour nous, qui depuis Samarcande a voulu construire un empire qui entre les XIVe et XVe siècles entendait se donner des connotations universelles. Faisant référence dans la lettre à l'empire mongol de Gengis Khan mais, en fait, regardant surtout le Macédonien et son objectif de construire l'unité dans la complexité. Faire revivre et transformer par l'art, l'architecture, la culture et la force politique les terres de l'actuel Ouzbékistan en un véritable "empire" de Samarkand. C'est toujours l'un des points de repère pour comprendre la civilisation antique et le carrefour des routes des peuples d'Europe et d'Asie. L'Ouzbékistan, qui a été le théâtre des raids macédoniens, est un carrefour décisif.

Un autre ouvrage de Vittorio Russo:

71zPLLhZyuL.jpg

vendredi, 15 avril 2022

Coup d'Etat contre Imran Khan, guerre en Ukraine et initiative chinoise "Belt & Road"

im-512228.jpg

Coup d'Etat contre Imran Khan, guerre en Ukraine et initiative chinoise "Belt & Road"

Shaban Syed

Source: https://www.geopolitika.ru/es/article/golpe-de-estado-contra-imran-khan-guerra-de-ucrania-e-iniciativa-de-la-ruta-y-cinturon

On pourrait se demander quelle est la corrélation entre le coup d'État de changement de régime au Pakistan, la guerre en Ukraine et l'initiative "Belt and Road" de la Chine. La réponse est assez simple pour les analystes et observateurs proches des manœuvres politiques américaines, comme le journaliste américain Caleb Maupin, qui explique la corrélation en quelques lignes. "Les monopolistes de Wall Street veulent briser le Corridor économique Chine-Pakistan et stopper le développement dans toute l'Asie centrale. Le retrait de Khan fait partie de cette stratégie".

Cependant, la corrélation est peut-être visible pour la plupart, mais apparemment pas au Pakistan. La controverse se poursuit avec les partis d'opposition, les éléments des médias et même le pouvoir judiciaire qui réfutent avec véhémence les affirmations de Khan selon lesquelles les États-Unis ont fomenté une opération de changement de régime contre lui. Même après que Khan ait présenté une lettre envoyée par le sous-secrétaire d'État pour le Sud, Donald Lu (photo, ci-dessous), qui résume que "les relations américaines avec le Pakistan ne s'amélioreront pas tant que Khan ne sera pas démis de ses fonctions".

breaking-us-diplomat-donald-lu-admits-before-congress-he-contacted-pakistani-officials-on-pm-imran-visit-to-russia-1649099047-3625.jpeg

Les affirmations de Khan n'ont sans doute pas été réfutées par la majorité de la population pakistanaise, consciente qu'il n'y a pas si longtemps, sous le président Bush, le premier ministre pakistanais Pervez Musharraf s'était entendu dire que les États-Unis bombarderaient le Pakistan pour le ramener "jusqu'à l'âge de pierre" si le pays ne coopérait pas à la guerre américaine contre l'Afghanistan ; le public n'a pas non plus oublié les crimes de guerre qui ont suivi et que les États-Unis et leurs alliés ont perpétrés au nom de la lutte contre la "terreur", avec des rapports horribles sur les tortures subies à Abu Gharib, par exemple, où des mères irakiennes emprisonnées ont été forcées de regarder leurs enfants se faire violer par des soldats américains.

Pourtant, ceux qui réfutent les allégations de changement de régime de Khan ne se préoccupent pas des crimes de guerre de l'OTAN, principalement la Ligue musulmane du Pakistan (PML) et le Parti du peuple pakistanais (PPP), qui ont tous deux un passé dûment documenté de scandales financiers, de détournement de fonds publics et d'acquisitions de penthouses à Londres et à New York. On peut affirmer que même les médias pakistanais sont complices, car beaucoup ont des intérêts particuliers, comme l'Express Tribune, par exemple, qui est affilié au New York Times et dont on attend qu'il projette le point de vue des États-Unis. Son principal argument est que, depuis que les États-Unis se sont retirés d'Afghanistan, ils n'ont pas besoin du Pakistan pour mener leurs opérations et ne s'intéressent donc pas à ses affaires intérieures.

Les réfractaires semblent être sur la même longueur d'onde que Washington, la fonctionnaire américaine Lisa Curtis, qui a servi sous les présidents Bush et Trump, déclarant : "Il est hautement improbable qu'un fonctionnaire américain s'implique dans la politique interne du Pakistan. Je pense qu'Imran Khan essaie de jouer la 'carte de l'Amérique' pour obtenir le soutien de sa base".

Il est difficile de prendre cette observation au sérieux si l'on considère que depuis la Seconde Guerre mondiale, la CIA s'est immiscée dans les affaires intérieures de nombreux pays et a financé quelque quatre-vingt-dix opérations de changement de régime depuis la Seconde Guerre mondiale dans le but d'installer un gouvernement favorable aux États-Unis.

La question à examiner est de savoir pourquoi la lettre indique que les relations américano-pakistanaises ne s'amélioreront pas si Imran Khan n'est pas destitué.

Se pourrait-il que sous le mandat de Khan, le Pakistan soit devenu moins un État client des États-Unis et ait rejoint l'ordre mondial multipolaire émergent dirigé par la Chine et la Russie, qui s'oppose à l'ordre du jour mondial hégémonique unipolaire des États-Unis ? Pour Washington, qui en était venu à dépendre du Pakistan en tant qu'État vassal doté d'un système judiciaire et d'une politique faibles et flexibles, Khan, autrefois considéré comme un "chouchou de l'Occident", était devenu un dangereux handicap.

china-s-one-belt-one-road-project-tremendous-impact-upon-pak-economy-huang-li-dong-1513927386-9168.jpg

Après l'expulsion des États-Unis d'Afghanistan, Khan, avec le soutien de l'armée, a refusé d'autoriser les bases militaires américaines au Pakistan. Il a établi une politique étrangère indépendante en refusant de devenir un pion des États-Unis comme les dirigeants précédents, établissant des alliances stratégiques avec l'Iran, la Russie et la Chine, que les États-Unis décrivent continuellement comme une "menace mondiale".

Toutefois, ce qui a peut-être été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour les États-Unis et l'UE, c'est le fait que Khan soit allé rendre visite à Poutine pour discuter de questions commerciales à un moment où la Russie avait commencé ses opérations en Ukraine et avait également refusé de se plier à la pression des États-Unis et de l'UE pour condamner les actions russes.

Tout cela à un moment où Washington ralliait ses alliés pour qu'ils rejoignent l'OTAN et condamnent les opérations russes en Ukraine et où l'armée américaine se préparait à affronter la Russie et la Chine. Récemment, le président des chefs d'état-major interarmées, le général Mark Milley, a demandé un budget énorme de 773 milliards de dollars car, a-t-il dit, "la Chine et la Russie, qui disposent chacune d'importantes capacités militaires... cherchent à changer fondamentalement l'ordre mondial actuel fondé sur des règles" et doivent être affrontées.

400893_8301830_updates.jpeg

Outre un budget énorme, le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, a également fait valoir que les États-Unis "doivent faire beaucoup plus" pour "tendre la main aux alliés de l'Amérique".  Un exemple de cette "main tendue" a été illustré récemment lorsque l'Autriche a lancé un ultimatum à l'Inde pour lui dire que son achat continu de systèmes d'armes russes n'est "pas dans son intérêt" et qu'il y aura une "demande" pour que les dirigeants de New Delhi échangent certains de ces systèmes contre des armes américaines et alliées.

Afin d'exercer un "effet de levier" sur les dirigeants mondiaux pour qu'ils se rallient à la guerre fomentée par les États-Unis et l'OTAN en Ukraine, où l'OTAN déverse des millions de dollars en armes, installe des bases militaires et des laboratoires d'armes biologiques, Washington n'a jusqu'à présent pas réussi à "mettre la main" sur Khan.

Contrairement aux réfractaires qui affirment que les États-Unis n'ont pas procédé à un changement de régime au Pakistan parce que ce pays n'est pas assez important, on peut affirmer qu'il est plus important et la raison en est simple, l'initiative "Belt and Road" de la Chine, dans laquelle le Pakistan joue un rôle clé.

L'ambitieuse initiative "Belt and Road" (BRI) de la Chine et le corridor économique Chine-Pakistan (CECP) vont transformer le paysage géopolitique mondial, en reliant de nombreux pays à travers le monde, en créant des corridors de connectivité pour renforcer le développement par le commerce et l'investissement. Les États-Unis sont particulièrement mécontents du projet de chemin de fer Pakistan-Afghanistan-Ouzbékistan (PAKAFUZ), qui reliera les pays enclavés d'Asie centrale et l'Afghanistan au Pakistan et à la mer d'Oman et, à l'horreur des États-Unis, facilitera l'accès terrestre de la Russie à l'Asie du Sud.

Washington sait que les économistes prédisent l'ascension fulgurante des économies asiatiques et le nouveau siècle asiatique et ont déjà mis en place une stratégie visant à provoquer un "chaos fabriqué" dans la région et à entraver les projets de développement économique.

Selon la doctrine Rumsfeld/Cebrowski et le rapport RAND de 2016, intitulé "Le chaos fabriqué", l'équilibre changeant des forces sera réajusté, la BRI sera détruite et toute menace de la Chine, de la Russie, du Pakistan et de l'Iran sera neutralisée. Dans le même ordre d'idées, le document de 2019 de RAND intitulé "Extending Russia : Competing from Advantageous Ground" se concentre sur l'engagement de la Russie dans les conflits de souveraineté et l'exploitation des tensions dans le Caucase du Sud, ce qui explique l'échec de l'opération de changement de régime de la CIA au Kazakhstan au début de cette année.

La même politique est évidente en Ukraine, où les États-Unis et leurs alliés ont financé une révolution de couleur, où Victoria Nuland, qui était sous-secrétaire d'État aux affaires européennes et eurasiennes, distribuait visiblement des "rafraîchissements" et encourageait le coup d'État. Aujourd'hui, les groupes néo-nazis soutenus par l'Occident causent des atrocités indicibles avec des armes occidentales, déstabilisent la région et fabriquent le "chaos".

sei-2017-news-china-graphic-1488x797.png

Le plus gros problème auquel est confronté le Pakistan est que si Khan ne remporte pas les prochaines élections, le pays pourrait redevenir un État vassal que les États-Unis peuvent contrôler et soumettre à leurs diktats. Même si l'"État profond" du Pakistan ne le permet pas, dans le passé, ils n'ont pas pu empêcher le détournement de fonds publics et la remise d'un trésor presque vide au gouvernement PTI lorsqu'il est arrivé au pouvoir.

Selon Andrew Korbyko, un analyste géopolitique qui a beaucoup écrit sur l'IRB et les questions connexes liées à l'Asie du Sud et à l'Asie centrale, avait averti : "Le retour du Pakistan au statut de vassal des États-Unis en cas de réussite de la campagne américaine de changement de régime contre le Premier ministre Khan pourrait donc déstabiliser l'Asie du Sud". Il souligne que non seulement le développement économique du Pakistan fera un pas en arrière, mais qu'un dirigeant pakistanais installé par les États-Unis pourrait politiser le CPEC et PAKAFUZ et ainsi compliquer les liens avec la Chine et la Russie.

"En d'autres termes", affirme-t-il, "le Pakistan pourrait être exploité" par l'empire américain en déclin dans sa quête de domination hégémonique "pour porter un coup sévère aux processus de connectivité multipolaire dans le cœur géostratégique de l'Eurasie".

Le chemin à parcourir s'annonce difficile. Toutefois, une lueur d'espoir réside dans le fait que le Pakistan n'a jamais eu de leader aussi populaire et respecté qu'Imran Khan. Les médias occidentaux se sont bien gardés de montrer les millions de personnes qui sont sorties pour le soutenir alors que le coup d'État contre lui se déroulait. Selon les observateurs de l'histoire, avec ce type de soutien, Khan reviendra au pouvoir ou connaîtra le sort de Zulfikar Ali Bhutto et de ces dirigeants qui ont refusé d'être les pions des États-Unis et des puissances occidentales.

mercredi, 13 avril 2022

Interrègne au Pakistan

Shahbaz-Sharif_Imran-Khan_bandiera-Pakistan_IdeeAzione.png

Interrègne au Pakistan

par Leonid Savin

Source: https://www.ideeazione.com/interregno-in-pakistan/

Le 9 avril 2022, une majorité de l'Assemblée nationale du Pakistan a voté pour démettre le Premier ministre Imran Khan de ses fonctions. Bien que la chambre haute du parlement ait été précédemment dissoute par le président Arif Alvi, la Cour suprême a jugé cette action inconstitutionnelle, permettant aux parlementaires de se réunir à nouveau pour un vote de défiance. Suite à la démission du premier ministre, le procureur général du pays, Khalid Javed Khan, a démissionné.

L'opposition a applaudi, tandis que les partisans d'Imran Khan sont descendus dans les rues d'Islamabad, Lahore, Karachi, Peshawar et d'autres grandes villes. Imran Khan a promis de lancer une lutte contre le coup d'État orchestré par des puissances étrangères. Les forces armées et la police ont été mises en état d'alerte, les mesures de sécurité ont été renforcées et les contrôleurs d'aéroport ont reçu l'ordre de ne pas permettre aux fonctionnaires et aux politiciens de quitter le pays sans autorisation appropriée.

Le 10 avril, lors d'une réunion de l'Assemblée nationale, l'opposition a désigné Shahbaz Sharif comme nouveau chef du gouvernement. Un autre candidat à la tête du gouvernement, issu du parti Mouvement pour la justice, a été désigné par le désormais ancien ministre des Affaires étrangères, Shah Mahmood Qureishi. Le vote à l'Assemblée nationale a eu lieu le 11 avril. Cependant, le parti Mouvement pour la justice a boycotté le choix du premier ministre, qui a néanmoins obtenu le quorum nécessaire. Cette procédure annule les élections anticipées annoncées précédemment, qui auront désormais lieu comme prévu en 2023.

Pour une image complète du terrain de jeu politique, des précisions supplémentaires sont nécessaires.

Le leader de la Ligue musulmane-N, Nawaz Sharif, et sa fille Maryam ont été condamnés pour corruption sous le règne d'Imran Khan, qui s'est montré particulièrement zélé dans la lutte contre la corruption, le copinage et autre corruption politique (bien que Nawaz Sharif ait auparavant démissionné pour cette raison, ce qui a conduit à des élections anticipées dans lesquelles le parti de Khan, Movement for Justice, a gagné). Alors qu'il était déjà condamné et qu'il purgeait sa peine (sept ans et une lourde amende), Nawaz Sharif a été autorisé à se rendre à Londres pour un traitement médical, mais n'est jamais rentré dans le pays pour continuer à purger sa peine. Lui-même, comme ses proches, représente un important clan oligarchique au Pendjab, ce qui a amené certains médias à dire que le frère de Nawaz, Shahbaz Sharif, deviendra le nouveau Premier ministre. Comme son frère, Shahbaz Sharif a un passé criminel et fait l'objet d'une enquête depuis 2018 pour corruption dans des contrats de construction et blanchiment d'argent.

maryam-and-nawaz.jpg

Nawaz Sharif et sa fille

La capitale de ce clan se trouve en Grande-Bretagne. Il est intéressant de noter que l'une des initiatives d'Imran Khan était une tentative de retour des fonds qui ont été exportés vers son pays d'origine. Une amnistie a même été déclarée, bien que peu de riches aient fait preuve d'un quelconque esprit de patriotisme. Et lorsque les ambassadeurs de l'UE ont tenté de faire pression sur Imran Khan pour qu'il condamne les actions de la Russie, le refus instinctif du Premier ministre Shahbaz Sharif a été qualifié d'insulte, aggravant les relations avec l'Europe, et il a donc dû démissionner.

L'autre grande force d'opposition, le Parti du peuple pakistanais, qui a sa circonscription dans le Sindh, s'est également opposé au départ aux réformes d'Imran Khan et l'a critiqué de toutes les manières possibles. L'ancien président et co-président du parti, Asif Ali Zardari, qui représente également l'oligarchie, a été accusé de corruption en 1990 et a passé deux ans en prison. Il a étudié en Grande-Bretagne et y a également ses centres. Corruption mise à part, il a été accusé de trafic de drogue et a des problèmes mentaux.

Feu Benazir Bhutto, son épouse et première femme chef d'État, était activement engagée auprès des États-Unis même lorsqu'elle était dans l'opposition au gouvernement du général Musharraf.

C'est par son intermédiaire que les idées visant à saper l'establishment militaire pakistanais ont été transmises et que la Maison Blanche en a repris les graines en commençant à faire pression sur Islamabad pour qu'il organise des élections démocratiques.

Selon certaines rumeurs, Bilawal Bhutto-Zardari (fils de feu Benazir Bhutto et de Zardari) pourrait prendre le poste de ministre des Affaires étrangères dans le nouveau gouvernement. Étant donné la succession entre les clans familiaux du parti, cela est tout à fait possible malgré son jeune âge (33 ans). Entre-temps, il a déclaré que cette décision serait prise par son parti.

Quant aux évaluations des raisons de l'intervention, on dit généralement qu'elles résident dans la position indépendante d'Imran Khan, ainsi que dans ses liens avec la Chine et la Russie. Imran Khan, en effet, s'est révélé être une figure remarquable qui, peu après son arrivée au pouvoir, a déclaré que le Pakistan ne serait pas une monnaie d'échange dans les jeux des autres pays et ne soutiendrait pas l'Occident dans ses guerres régionales. Khan a refusé de condamner les actions de la Russie et se trouvait à Moscou en visite officielle lorsque l'opération spéciale en Ukraine a commencé. Mais on ne peut pas dire qu'il ait adopté une position pro-russe. Bien sûr, sous lui, la question de la dette du Pakistan, qui était "en suspens" depuis l'Union soviétique et empêchait nos pays [NDLR : l'auteur est russe] d'intensifier leur coopération commerciale et économique, a été résolue. La fin de la question a permis à la partie russe de participer au projet de gazoduc Pakistan Stream, bien qu'avec certaines restrictions dues aux sanctions. Le Pakistan, quant à lui, a augmenté ses achats de céréales à la Russie et prévoit d'augmenter les volumes en 2022.

E2sgT-2XEAAUolT.jpg

Quant à la Chine, la coopération entre les deux pays a commencé à se renforcer au début des années 1970. C'est le Pakistan qui a servi d'intermédiaire entre la Chine et les États-Unis, ce qui a conduit à la visite du président Richard Nixon à Pékin en 1972 et au début d'une coopération active entre les anciens ennemis (Washington s'était fixé pour objectif d'arracher la Chine à l'influence de l'URSS, ce qu'il a effectivement fait). Depuis, la Chine est devenue non seulement le partenaire politique du Pakistan, mais aussi son bailleur de fonds économique, en finançant un projet clé de son "initiative Belt and Road", le corridor économique Chine-Pakistan, qui comprend la gestion par Pékin du port en eau profonde de Gwadar. La dépendance à l'égard de la Chine est trop importante. Il est donc peu probable que le futur gouvernement prenne la peine de détériorer les relations avec son principal donateur. En tant que gouverneur du Punjab, Shahbaz Sharif a conclu des accords directs avec la Chine, qui ont permis le lancement de grands projets d'infrastructure, tout en évitant les clameurs politiques. Par conséquent, pour Pékin, sa candidature serait tout à fait acceptable. L'ambassade de Chine au Pakistan a officiellement déclaré que, quelle que soit la personne au pouvoir, les relations entre les deux pays resteront amicales.

Le règlement en Afghanistan reste une question importante. Imran Khan a fait d'importants progrès dans l'intégration des Pachtounes des zones frontalières du nord-ouest, qui, sous sa direction, ont été rebaptisées Khyber Pakhtunkhwa. Pour la même raison, les Talibans (interdits en Russie), dont l'épine dorsale est constituée de Pachtounes, causaient une certaine anxiété à Islamabad, anxiété qui a conduit à une série de négociations et d'accords nécessaires. Mais il convient également de mentionner que les États-Unis ont presque ouvertement accusé le gouvernement d'Imran Khan d'aider les talibans, ce qui allait conduire à la chute de Kaboul et à la fuite honteuse de l'armée américaine d'Afghanistan. Selon la partie américaine, le Qatar a joué un bon rôle de médiateur et les Américains n'auront donc pas besoin des services du Pakistan. Dans le contexte du gel des avoirs en Afghanistan et du refus américain de continuer à financer le programme d'aide au Pakistan, on peut supposer que Washington agira désormais envers Islamabad avec un bâton plutôt qu'une carotte.

De manière générale, la crise politique actuelle touche avant tout le Pakistan. Les gouverneurs du Pendjab, du Sind et de Khyber Pakhtunkhwa sont susceptibles de démissionner. Une autre division des portefeuilles conduira à un examen des projets et initiatives en cours (par exemple, Imran Khan a soutenu activement les initiatives environnementales et les programmes sociaux). Le choix de Shahbaz Sharif comme premier ministre indique la victoire d'une oligarchie aux connexions étrangères. Son frère Nawaz pourra certainement revenir dans le pays et les charges contre lui seront abandonnées, ce qui soulèvera des questions sur l'état du droit dans ce pays.

Dans son article intitulé "Le masochisme comme politique", un chroniqueur d'un grand quotidien pakistanais, qui tente de saisir les détails des procès en cours, écrit qu'"aujourd'hui, nous fantasmons sur ceux qui peuvent offrir la plus grande "surprise" en faisant dévier nos adversaires et sur la façon dont l'État de droit sera sacrifié à notre propre ego la prochaine fois."

facebook_post_image_1626089457.jpg

Il y a un "mais". La principale force politique au Pakistan, malgré l'apparence de démocratie, est l'armée. C'est auprès d'eux qu'Imran Khan a reçu un soutien lors des élections de 2018. Il est tout à fait possible que le soutien tacite des militaires à la candidature de Shahbaz Sharif soit dû au fait qu'ils ont un dossier sur lui, et qu'il ne fera donc pas de gestes drastiques qui pourraient nuire à leurs intérêts.

Après tout, le mot "crise" d'origine grecque reflète bien la situation actuelle : c'est une rupture ou une phase de transition. Le Pakistan peut opter pour la souveraineté et une voie vers la multipolarité, comme cela a été fait sous Imran Khan, ou revenir au niveau d'un satellite des puissances occidentales.

L'héritage multipolaire d'Imran Khan ne pourra jamais être complètement démantelé

Imran_khan_disegno_pakistan_bandiera.png

L'héritage multipolaire d'Imran Khan ne pourra jamais être complètement démantelé

par Andrew Korybko

Source: https://www.ideeazione.com/leredita-multipolare-di-imran-khan-non-potra-mai-essere-completamente-smantellata/

Il est difficile de prédire ce qui va se passer au Pakistan, un pays qui a toujours été caractérisé par des intrigues politiques et des changements radicaux soudains qui en prennent souvent beaucoup au dépourvu, mais il est clair que l'héritage multipolaire d'Imran Khan ne pourra jamais être complètement démantelé. Aussi imparfait que soit son premier mandat, on ne peut nier qu'il a eu un impact immense en termes de remodelage des perceptions au pays et à l'étranger, notamment grâce à sa politique de sécurité nationale multipolaire.

Le succès de l'opération de changement de régime orchestrée par les États-Unis au Pakistan a fait craindre que l'école de pensée pro-américaine au sein de l'establishment de ce pays ne tente de démanteler certaines des réalisations de leurs pairs multipolaires sous le gouvernement de l'ancien Premier ministre Imran Khan. Bien qu'il reste à voir si une tentative sera faite dans ce sens, il ne fait aucun doute qu'il est impossible de démanteler complètement son héritage multipolaire. C'est parce que le PTI, autrefois au pouvoir, est devenu depuis un mouvement véritablement multipolaire qui exprime clairement cette vision du monde prometteuse aux masses, contrairement à ses concurrents qui n'ont pas de vision du monde cohérente (si tant est qu'ils en aient une, à part être pro-US). Cette évolution aura des conséquences considérables sur l'avenir politique intérieur du Pakistan.

Bien que les relations du pays avec la Russie aient commencé à s'améliorer sous plusieurs gouvernements, ce n'est que sous le PTI qu'elles sont devenues stratégiques après avoir gagné en substance grâce à une coopération étroite sur l'Afghanistan, le pipeline Pakistan Stream (PSGP) et le PAKAFUZ. En fait, c'est en raison du voyage de l'ancien premier ministre à Moscou fin février, contre la volonté déclarée des États-Unis, que l'hégémonie unipolaire en déclin a déclenché son coup d'État de facto contre lui, exploitant les différences politiques préexistantes au sein du pays ainsi que son processus constitutionnel pour le renverser à titre de sanction. Cela signifie que le bilan de la politique étrangère de son gouvernement avec cette grande puissance eurasienne sera toujours inextricablement lié à l'héritage de l'ancien Premier ministre Khan.

Bien que cela reste à jamais l'aspect le plus dramatique de son mandat en matière de politique étrangère, pour des raisons évidentes liées à la manière scandaleuse dont son mandat s'est terminé, ce n'était pas la seule réalisation multipolaire à son actif. D'une importance similaire, son refus courageux d'accueillir des bases américaines après l'évacuation chaotique des États-Unis d'Afghanistan en août dernier, sacrifiant ainsi ce qu'il considérait sincèrement comme les intérêts nationaux objectifs de son pays. L'ancien Premier ministre Khan a également défié les pressions occidentales dirigées par les États-Unis en demandant sans ménagement aux quelque deux douzaines d'ambassadeurs européens à Islamabad qui ont enfreint le protocole diplomatique en condamnant publiquement la Russie : "Sommes-nous vos esclaves ? Ce message facilement compréhensible incarnait la vision pro-souveraineté qui a défini son mandat.

20220330-img-le-pakistan-revendique-sa-neutralite-face-la-guerre-en-ukraine-1.jpg

En outre, il a fait plus que tout autre dirigeant pakistanais avant lui pour attirer l'attention du monde sur la position de son pays à l'égard du conflit non résolu du Cachemire : son discours de 2019 devant l'Assemblée générale des Nations unies, un peu plus d'un mois après l'abrogation unilatérale de l'article 370 par New Delhi, est considéré comme l'une des marques de fabrique de son premier mandat. Il ne fait aucun doute que la perception mondiale de l'Inde a progressivement commencé à changer pour le pire en raison de la mise du Cachemire au centre de la politique étrangère du Pakistan. Étant donné le caractère patriotique de cette question pour le Pakistanais moyen, on peut dire qu'elle a galvanisé les masses sous sa direction, ce qui contribue à expliquer son immense popularité et celle de son parti.

On peut en dire autant de la passion avec laquelle il a mené sa campagne anti-islamophobie. L'ancien Premier ministre Khan ne tolérait aucun manque de respect envers le prophète Mahomet ou ses adorateurs, où que ce soit dans le monde. Cela a été aussi globalement associé à son premier mandat que son soutien au Cachemire. Bien que ni l'un ni l'autre n'ait obtenu beaucoup de résultats tangibles, ils étaient hautement symboliques et poursuivis avec une sincérité incontestable par la force de ses convictions personnelles. Ils ont rallié les masses et généré beaucoup d'attention positive pour le Pakistan dans le monde entier. Ces campagnes ont également permis aux Pakistanais moyens de se sentir très fiers de leur pays.

Il convient également de mentionner que c'est sous l'ancien Premier ministre Khan que le Pakistan a finalement promulgué sa première politique de sécurité nationale en janvier. Ce document peut être objectivement décrit comme l'articulation d'une vision véritablement multipolaire par son interdiction de la politique des blocs et son accent sur la géo-économie au lieu de la géopolitique. Cette double rupture avec le passé a été provoquée par l'école multipolaire de l'establishment de son pays qui soutenait ces politiques en contraste avec la vision supposée différente de leurs collègues pro-US. Malgré le départ de ce leader multipolaire, on s'attend à ce que ceux qui, au sein de l'Establishment, partagent sa vision du monde et ont contribué à la mettre en œuvre dans la politique, fassent de leur mieux pour maintenir cette vision multipolaire.

Ces observations expliquent pourquoi dimanche, le lendemain de son éviction du pouvoir et juste avant l'annonce du nouveau gouvernement lundi, des rassemblements en sa faveur ont eu lieu dans tout le pays. Contrairement au PMLN et au PPP, les deux autres grands partis du pays qui se sont donné la main pour le déposer, le PTI n'est pas considéré comme un parti régional. Il jouit également d'une réputation de lutte contre la corruption, ce qui le distingue des deux autres pays qui ont été victimes de l'impression d'être corrompus jusqu'à la moelle. Ils sont également considérés par beaucoup comme des représentants de l'ancien système de gouvernement que beaucoup accusent d'être à l'origine des problèmes persistants du Pakistan, que même l'ancien Premier ministre Khan n'a pas pu résoudre malgré tous ses efforts au cours des dernières années de son mandat. Une autre observation importante est que de larges segments de la jeunesse et de l'intelligentsia soutiennent l'ancien premier ministre.

En effet, il a exprimé de manière convaincante sa vision du "Naya (nouveau) Pakistan" et a pris des mesures tangibles pour la mettre en pratique, tant au niveau des messages puissants associés à ses campagnes en faveur du Cachemire et contre l'islamophobie que des résultats associés au rapprochement rapide avec la Russie qu'il a supervisé. La vision géo-économique de la politique de sécurité nationale et l'interdiction de la politique des blocs ont rempli les Pakistanais d'espoir que leur pays changeait enfin pour le mieux avec son temps. De nombreuses personnes méprisaient la façon dont leur allié américain officiel avait profité d'elles pendant la "guerre mondiale contre la terreur". Elles ont donc vu dans les politiques de l'ancien Premier ministre Khan une alternative pro-pakistanaise aux politiques pro-US de ses prédécesseurs qui avaient causé tant de souffrances.

Résister aux États-Unis n'était pas considéré comme "anti-américain" mais comme pro-Pakistan, ou plus simplement, comme une expression longtemps attendue du respect de soi et de la souveraineté que ce peuple fier désire depuis des décennies voir ses dirigeants afficher publiquement. La célèbre déclaration de leur ancien premier ministre "absolument pas" en réponse à une question sur l'accueil de bases américaines les a remplis de fierté car il a fait ce qu'aucun dirigeant précédent n'avait jamais pu faire, même si cela a finalement contribué à lui coûter son poste. Quels que soient les efforts de l'école pro-américaine de l'Establishment, elle ne pourra pas effacer l'impression dans le cœur de nombreux Pakistanais qu'Imran Khan représente vraiment le "Naya Pakistan" qu'ils ont le sentiment d'avoir enfin mérité de connaître de leur vivant, tandis que l'opposition soutenue par les États-Unis représente un retour au passé honteux.

Les perceptions sont la réalité, comme certains l'ont prétendu de manière provocante, et elles constituent également une puissante force de mobilisation, comme en témoignent les rassemblements nationaux de soutien à l'ancien premier ministre dimanche. Son PTI a commencé comme un mouvement anti-corruption qui s'est transformé en un mouvement véritablement multipolaire qui a impressionné la conscience politique et de classe du peuple, y compris la conscience des affaires étrangères et l'importance d'une approche équilibrée de la transition systémique mondiale en cours vers la multipolarité. Pour ces raisons, on peut en quelque sorte qualifier son mandat de "révolutionnaire" pour les changements sociopolitiques qu'il a déclenchés parmi les masses. Le fait qu'il ait rassemblé derrière lui de larges segments de l'intelligentsia, ainsi que de nombreux Pakistanais d'outre-mer, est également un exploit.

Il est difficile de prédire ce qui se passera au Pakistan, un pays qui a toujours été caractérisé par des intrigues politiques et des changements radicaux soudains qui en prennent souvent beaucoup au dépourvu, mais il est clair que l'héritage multipolaire d'Imran Khan ne pourra jamais être complètement démantelé. Il a laissé son empreinte sur son peuple, qui s'inspire aujourd'hui de l'exemple qu'il a donné pendant son mandat, notamment pour restaurer sa fierté et le respect du monde pour son pays. Aussi imparfait que soit son premier mandat, on ne peut nier qu'il a eu un impact immense en termes de remodelage des perceptions au pays et à l'étranger, notamment grâce à sa politique de sécurité nationale multipolaire. Il s'agit d'une réalité que l'école de l'establishment pro-américain et l'opposition soutenue par les États-Unis ne peuvent effacer de la conscience publique et sont donc obligées d'accepter.

Publié par Idee e Azione en partenariat avec OneWorld

samedi, 09 avril 2022

Pourquoi le libéralisme a peu d'amis en Asie

couverture-Les-minorités-ethniques-en-Birmanie.jpg

Pourquoi le libéralisme a peu d'amis en Asie

John Keane

Source: https://katehon.com/en/article/why-liberalism-has-few-friends-asia 

Les dommages infligés à la région par l'impérialisme européen n'ont pas été oubliés - un contrecoup qui se poursuit jusqu'à aujourd'hui.

41xHJPHCJmL._SX309_BO1,204,203,200_.jpgL'inquiétude quant au sort du libéralisme monte partout, comme le montre clairement Francis Fukuyama dans sa dernière défense des idéaux qu'il décrivait autrefois comme "le point final de l'évolution idéologique de l'humanité". Le mécontentement à l'égard des deux poids, deux mesures du libéralisme et la résistance politique aux inégalités de richesse générées par les gouvernements libéraux et favorables au marché sont en plein essor. Une nouvelle forme du despotisme de l'État fort se répand dans le monde entier. Et, contrairement à l'affirmation de Fukuyama selon laquelle le libéralisme était jusqu'à récemment "le principe organisateur dominant d'une grande partie de la politique mondiale", un examen attentif montre que sa fable de la "fin de l'histoire" n'a jamais été applicable à la région asiatique, où, pour plusieurs raisons, le libéralisme n'a pas réussi à s'imposer.

Considéré comme un mot européen du début du 19ème siècle pour décrire et recommander une façon de voir le monde et d'agir politiquement pour décider qui possède quoi et comment les personnes ayant des droits doivent être gouvernées, le libéralisme était dès le départ un projet impérial expansionniste qui a eu un impact important sur la région asiatique. Les analystes du scénario libéral l'ont parfois négligé. Par exemple, le récit classique de Karl Polanyi sur l'ascension et la chute du libéralisme au 19ème et au début du 20ème siècle, The Great Transformation (1944), ne contient que des références fugaces, d'une seule phrase, à "la concurrence des Britanniques et des Russes en Asie" et à la façon dont "la Chine a été forcée par les armées d'invasion à ouvrir sa porte à l'étranger".

Ce silence est étrange, car la vérité est que les libéraux européens ont vigoureusement encouragé l'acquisition et le gouvernement des colonies. Les ruminations de James Mill sur l'Inde et la défense par son fils J.S. Mill de l'impérialisme en tant qu'apporteur de progrès et de civilisation à des peuples historiquement arriérés ("barbares") ne sont que deux des nombreux exemples enregistrés.

Même si la région abrite aujourd'hui une multitude de libéraux avoués, de réseaux et de fondations libérales, la réputation du libéralisme en Asie a été définitivement entachée par la violente prédation déclenchée par l'impérialisme libéral. En Indonésie, par exemple, les libéraux hollandais ont encouragé la domination impériale contre les "races inférieures", avec de nouvelles taxes et lois imposées, des batailles menées, des cruautés dispensées et des rébellions locales foulées aux pieds. Le vieil amour du libéralisme européen pour le Léviathan, qui remonte jusqu'à Thomas Hobbes, s'est avéré contagieux. Après l'indépendance, les instruments du régime militaire qu'il a contribué à construire ont été légués aux dirigeants post-coloniaux, comme en Birmanie et au Pakistan. Historiquement parlant, le libéralisme pratique a donné une mauvaise réputation au libéralisme théorique, pour lequel des excuses publiques seront finalement présentées pour les hypocrisies, la dégradation et la violence qu'il a laissées derrière lui.

Les dommages infligés aux peuples d'Asie par l'impérialisme libéral n'ont pas été facilement oubliés, et ils ont produit des contrecoups et laissé derrière eux un assortiment hétéroclite de politiques, dont aucune n'est "libérale", si l'on entend par là l'engagement envers le premier principe énoncé par John Rawls dans A Theory of Justice, selon lequel "chaque personne doit avoir un droit égal au système le plus étendu de liberté fondamentale égale compatible avec un système similaire pour tous".

La liste est familière : le "fascisme d'en haut" impérial ou "fascisme cool" (expression inventée par Hasegawa Nyozekan) au Japon ; le totalitarisme meurtrier au Cambodge ; un grand nombre de dictatures militaires laïques ou communistes cruelles (Corée du Sud, Thaïlande, Laos, Indonésie) ; des monarchies corrompues (Thaïlande) ; une république démocratique laïque non libérale en Inde ; et (comme James Scott l'a souligné dans The Art of Not Being Governed) des communautés des hautes terres d'Asie du Sud-Est qui ont consciemment choisi de ne pas être gouvernées

550x836.jpg

La Nouvelle-Zélande et l'Australie, deux anciennes colonies dominées par les Blancs, seraient des exceptions régionales, mais elles sont mieux décrites comme des social-démocraties de colons fondées sur le meurtre à grande échelle et la marginalisation des peuples autochtones. Aucun modèle d'ordre politique "libéral" n'est apparu sur les cendres de l'impérialisme libéral. À l'exception des États-Unis, un empire mondial qui a saisi l'occasion, se prétendant "libéral" et le garant militaire et économique de ce qu'on a appelé le "monde libre" et l'"ordre libéral".

Le dernier demi-siècle de néolibéralisme, comme on l'appelle couramment dans la région asiatique, n'a pas aidé la réputation et l'attrait du libéralisme, bien que l'histoire de l'attachement historique profond du libéralisme à l'individualisme possessif (C.B. Macpherson) soit compliquée. L'anthropologue malaisienne Aihwa Ong a souligné il y a longtemps que le néolibéralisme n'a été adopté que de manière sélective et partielle, par exemple sous la forme de zones de libre-échange réglementées par l'État, de parcs industriels, d'enclaves touristiques et de zones économiques spéciales orientées vers les marchés mondiaux. Au Japon, le discours du Premier ministre du Parti libéral démocrate, Fumio Kishida, sur un "nouveau capitalisme" axé non seulement sur la croissance mais aussi sur la modération des marchés et la redistribution des richesses, s'inscrit dans cette tradition.

Aihwa+Ong+-+Fungible+Life.jpg

Néanmoins, partout où les aventures néolibérales se sont produites, notamment en Inde, la spoliation de l'environnement et l'inégalité sociale en ont résulté. Les pathologies qui en ont résulté ont donné vie au langage et à la politique oppositionnels de la démocratie, généralement aux dépens du libéralisme.

Dans toute la région, la démocratie signifie eau courante propre, routes décentes, électricité et éducation. Elle signifie des élections libres et équitables et le refus du pouvoir arbitraire, où qu'il soit exercé. De nombreux sentiments et forces alimentent cette tendance. Des musulmans animés par leur foi et consternés par la discrimination et le génocide. Des ouvriers de l'industrie du vêtement luttant pour former des syndicats. Des croyants au dharma fatigués du régime militaire. Des citoyens furieux de la destruction des habitats locaux par des entreprises vandales. Des jeunes aspirant aux libertés numériques. Des petits entrepreneurs, comme en Corée du Sud, qui se rasent la tête en signe de protestation contre les dégâts causés par les confinements suit au Covid-19. Le libéralisme n'a aucun droit particulier sur cette résistance. L'appeler "libérale" ou souligner ses affinités avec le "libéralisme" est une mauvaise description des choses.

Il y a d'autres mauvaises nouvelles pour les libéraux. En termes géopolitiques, dans la région asiatique, l'ordre mondial libéral soutenu par les États-Unis semble s'effondrer. La crédibilité de la croyance américaine selon laquelle les "peuples libéraux" ont le droit de traiter avec les États "hors-la-loi" par le biais de "sanctions énergiques et même ... d'interventions" (comme le dit Rawls dans Le droit des peuples) s'effrite. Dans de nombreuses régions d'Asie, l'Amérique n'est plus cool.

En revanche, il y a 50 ans, au milieu d'une guerre insensée qu'ils ont perdue, les États-Unis, réputés être les gardiens de l'ordre libéral international, ont conclu un accord historique avec la Chine. Ce revirement diplomatique a déclenché des attentes de "libéralisme du marché libre" et de "démocratie libérale" et (avec l'effondrement de l'empire soviétique) même de "fin de l'histoire". Ces attentes libérales vaniteuses se sont révélées fausses. Toute la région est désormais confrontée à un nouvel empire chinois résurgent, une forme expansionniste de capitalisme d'État dont les dirigeants du parti unique rejettent avec assurance le libéralisme (zì yóu zhŭ yì), synonyme de capitalisme débridé, de concurrence destructrice, de morale sociale décadente et d'érosion de la vie familiale. À sa place, les dirigeants de la Chine embrassent un mélange de valeurs de gouvernement, allant du "marxisme, du pragmatisme économique et des valeurs traditionnelles chinoises" (Yan Xuetong) aux réformes de l'aide sociale, aux droits élargis à l'éducation et aux discours sur la "civilisation écologique".

164154702145830.jpg

912q82720RL.jpg

Avec une forte dose d'humilité, les libéraux du monde entier doivent prêter attention à cette tendance, non seulement parce qu'elle leur rappelle la nécessité de rendre compte de leurs méfaits antérieurs, mais aussi parce que ce tournant décisif, cette évolution d'époque va puissamment décider de l'avenir du libéralisme.

Source: https://www.realcleardefense.com/articles/2022/04/06/why_liberalism_has_few_friends_in_asia_825634.html

mercredi, 06 avril 2022

La Stratégie du Heartland à l'Est : un aperçu des objectifs et des priorités

1024px-Vladimir_Putin_and_Xi_Jinping_2019-06-05_31.jpg

La Stratégie du Heartland russe à l'Est: un aperçu des objectifs et des priorités

Alexandre Douguine

Source: https://www.ideeazione.com/la-strategia-orientale-dellheartland-una-panoramica-degli-obiettivi-e-delle-priorita/

Axe Moscou-New Delhi

Déplaçons-nous vers l'est. Nous voyons ici l'Inde comme un "grand espace" à part entière, qui, à l'époque du Grand Jeu, était la principale tête de pont de la domination britannique en Asie. À cette époque, la nécessité de maintenir le contrôle de l'Inde et d'empêcher d'autres puissances, notamment l'Empire russe, d'empiéter sur le contrôle britannique de la région était essentielle pour la "civilisation de la mer". À cela s'ajoutent les épopées afghanes des Britanniques, qui ont cherché à plusieurs reprises à affirmer leur contrôle sur la structure complexe de la société afghane non gouvernée, précisément pour bloquer les Russes dans une éventuelle campagne en Inde. Une telle perspective est théorisée depuis l'époque de l'empereur Paul Ier, qui a virtuellement lancé une campagne cosaque (organisée et planifiée de manière quelque peu naïve) en Inde (en alliance avec les Français), ce qui pourrait être la raison de son assassinat (qui, comme le montrent les historiens, a été organisé par l'ambassadeur britannique en Russie, Lord Whitworth).

51232553_101.jpg

L'Inde mène actuellement une politique de neutralité stratégique, mais sa société, sa culture, sa religion et son système de valeurs n'ont rien en commun avec le projet mondialiste ou le mode de vie de l'Europe occidentale. La structure de la société hindoue est entièrement terrestre, basée sur des constantes qui ont très peu changé au cours des millénaires. Par ses paramètres (démographie, niveau de développement économique moderne, culture intégrale), l'Inde représente un "grand espace" complet, qui est organiquement inclus dans la structure multipolaire. Les relations russo-indiennes après la libération de l'Inde des Britanniques ont traditionnellement été très cordiales. Dans le même temps, les dirigeants indiens ont souligné à plusieurs reprises leur engagement en faveur d'un ordre mondial multipolaire. En même temps, la société indienne elle-même illustre la multipolarité où la diversité des groupes ethniques, des cultes, des cultures locales, des courants religieux et philosophiques s'entendent parfaitement bien malgré leurs profondes différences et même leurs contradictions. L'Inde est certainement une civilisation qui, au vingtième siècle, après la fin de la phase de colonisation, a acquis - pour des raisons pragmatiques - le statut d'"État-nation".

Dans ces circonstances favorables au projet multipolaire, qui font de l'axe Moscou-New Delhi une autre structure de soutien pour l'expression spatiale de la pan-idée eurasienne, un certain nombre de circonstances compliquent ce processus. Par inertie historique, l'Inde continue à entretenir des liens étroits avec le monde anglo-saxon, qui, pendant la période de domination coloniale, a réussi à influencer de manière significative la société indienne et à projeter sur elle ses attitudes sociologiques formelles (notamment l'anglophilie). L'Inde est étroitement intégrée aux États-Unis et aux pays de l'OTAN dans le domaine militaro-technique et les stratèges atlantistes apprécient énormément cette coopération, car elle s'inscrit dans la stratégie de contrôle de la "zone côtière" de l'Eurasie. En même temps, la mentalité même de la société indienne rejette la logique des alternatives rigides de l'une ou l'autre, et il est difficile pour la mentalité hindoue de comprendre la nécessité d'un choix irréversible entre la Mer et la Terre, entre la mondialisation et la préservation d'une identité civilisée.

Au niveau régional, cependant, dans les relations avec ses voisins immédiats - en particulier la Chine et le Pakistan - la pensée géopolitique indienne fonctionne beaucoup mieux et cela devrait être utilisé pour intégrer l'Inde dans la construction multipolaire de la nouvelle architecture stratégique eurasienne.

La place naturelle de l'Inde est en Eurasie, où elle pourrait jouer un rôle stratégique comparable à celui de l'Iran. Mais le format de l'axe Moscou-New Delhi devrait être très différent, en tenant compte des spécificités de la stratégie et de la culture régionales de l'Inde. Dans le cas de l'Iran et de l'Inde, différents paradigmes d'intégration stratégique devraient être impliqués.

La structure géopolitique de la Chine

La structure géopolitique de la Chine est la question la plus importante. Dans le monde d'aujourd'hui, la Chine a si bien développé son économie, trouvant les proportions optimales entre le maintien du pouvoir politique d'un parti communiste réformé, les principes d'une économie libérale et l'utilisation mobilisatrice d'une culture chinoise commune (dans certains cas sous la forme d'un "nationalisme chinois"), que beaucoup lui attribuent le rôle d'un pôle mondial indépendant à l'échelle planétaire et préfigurent un futur "nouvel hégémon". En termes de potentiel économique, la Chine a été classée deuxième parmi les cinq premières économies du monde avec le PIB le plus élevé. Avec les États-Unis, l'Allemagne et le Japon, le pays a formé une sorte de club des principales puissances commerciales du monde. Les Chinois eux-mêmes appellent la Chine "Zhongguo", littéralement "le pays central, du milieu".

La Chine est une entité géopolitique complexe qui peut être divisée en plusieurs composantes principales :

- Chine continentale : les zones rurales pauvres et mal irriguées situées entre les fleuves Huanghe et Yangtze, habitées principalement par des groupes ethniques indigènes réunis par le terme "Han" ;

- les zones côtières de l'Est, qui sont des centres de développement économique et commercial national et des points d'accès au marché mondial.

- les zones tampons habitées par des minorités ethniques (région autonome de Mongolie intérieure, région autonome ouïghoure du Xinjiang, région autonome du Tibet)

- les États voisins et les zones administratives insulaires spéciales dont la population est majoritairement chinoise (Taïwan, Hong Kong, Macao).

Le problème de la géopolitique chinoise est le suivant : pour développer son économie, la Chine manque de demande intérieure (la pauvreté de la Chine continentale). L'accès au marché international par le développement de la zone côtière du Pacifique augmente considérablement le niveau de vie, mais crée des inégalités sociales entre la "côte" et le "continent", et favorise un plus grand contrôle extérieur par le biais des liens économiques et des investissements, ce qui menace la sécurité du pays. Au début du 20e siècle, ce déséquilibre a conduit à l'effondrement de l'État chinois, à la fragmentation du pays, à l'établissement virtuel d'un "contrôle externe" par la Grande-Bretagne et, enfin, à l'occupation des zones côtières par le Japon.

Untitled-1.jpg

Mao Tse-tung (1893-1976) a choisi une autre voie : la centralisation du pays et sa fermeture complète. Cela a rendu la Chine indépendante, mais l'a condamnée à la pauvreté. À la fin des années 1980, Deng Xiaoping (1904-1997) a entamé un autre cycle de réformes, qui consistait à équilibrer le développement ouvert de la "zone côtière" et l'attraction des investissements étrangers dans cette région avec le maintien d'un contrôle politique strict de l'ensemble du territoire chinois aux mains du Parti communiste, afin de préserver l'unité du pays. C'est cette formule qui définit la fonction géopolitique de la Chine contemporaine.

L'identité de la Chine est double : il y a une Chine continentale et une Chine côtière. La Chine continentale est tournée vers elle-même et la préservation du paradigme social et culturel ; la Chine côtière est de plus en plus intégrée au "marché mondial" et, par conséquent, à la "société mondiale" (c'est-à-dire qu'elle adopte progressivement les traits de la "civilisation de la mer"). Ces contradictions géopolitiques ont été aplanies par le Parti communiste chinois (PCC), qui doit fonctionner dans le cadre du paradigme de Deng Xiaoping - l'ouverture assure la croissance économique, le centralisme rigide de l'idéologie et du parti, s'appuyant sur les zones rurales pauvres du continent, maintient l'isolement relatif de la Chine par rapport au monde extérieur. La Chine cherche à prendre de l'atlantisme et de la mondialisation ce qui la renforce, et à détacher et écarter ce qui l'affaiblit et la détruit. Jusqu'à présent, Pékin a réussi à maintenir cet équilibre, ce qui l'amène au leadership mondial, mais il est difficile de dire dans quelle mesure il est possible de combiner l'incompatible : mondialisation d'un segment de la société et préservation d'un autre segment sous le mode de vie traditionnel. La solution de cette équation extrêmement complexe prédéterminera le destin de la Chine dans le futur et, par conséquent, construira un algorithme pour son comportement.

En tout état de cause, la Chine d'aujourd'hui insiste fermement sur un ordre mondial multipolaire et s'oppose à l'approche unipolaire des États-Unis et des pays occidentaux dans la plupart des confrontations internationales. La seule menace sérieuse qui pèse aujourd'hui sur la sécurité de la Chine provient uniquement des États-Unis - la marine américaine dans le Pacifique pourrait à tout moment imposer un blocus sur l'ensemble du littoral chinois et ainsi faire s'effondrer instantanément l'économie chinoise, qui dépend entièrement des marchés étrangers. À cela s'ajoute la tension autour de Taïwan, un État puissant et prospère avec une population chinoise mais une société purement atlantiste intégrée dans un contexte mondial libéral.

Dans un modèle d'ordre mondial multipolaire, la Chine se voit attribuer le rôle du pôle Pacifique. Ce rôle serait une sorte de compromis entre le marché mondial dans lequel la Chine existe et se développe aujourd'hui, fournissant une part énorme de ses biens industriels, et sa fermeture totale. Ceci est globalement cohérent avec la stratégie de la Chine qui consiste à essayer de maximiser son potentiel économique et technologique avant l'inévitable affrontement avec les États-Unis.

Le rôle de la Chine dans un monde multipolaire

Il existe un certain nombre de problèmes entre la Russie et la Chine qui pourraient entraver la consolidation des efforts visant à construire une construction multipolaire. L'une d'elles est l'expansion démographique des Chinois dans les territoires peu peuplés de Sibérie, qui menace de modifier radicalement la structure sociale même de la société russe et constitue une menace directe pour la sécurité. Sur cette question, une condition préalable à un partenariat équilibré devrait être un contrôle strict par les autorités chinoises des flux migratoires vers le nord.

La deuxième question concerne l'influence de la Chine en Asie centrale, une zone stratégique proche de la Russie, riche en ressources naturelles et en vastes territoires, mais plutôt faiblement peuplée. L'avancée de la Chine en Asie centrale pourrait également constituer un obstacle. Ces deux tendances violent un principe important de la multipolarité : l'organisation de l'espace sur un axe nord-sud et non l'inverse. La direction dans laquelle la Chine a toutes les raisons de se développer est celle du Pacifique, au sud de la Chine. Plus la présence stratégique de la Chine dans cette région sera forte, plus la structure multipolaire sera forte.

Le renforcement de la présence de la Chine dans le Pacifique entre directement en collision avec les plans stratégiques de l'Amérique pour l'hégémonie mondiale, car dans une perspective atlantiste, la sécurisation du contrôle des océans du monde est la clé de l'ensemble du tableau stratégique du monde vu des États-Unis. La marine américaine dans le Pacifique et le déploiement de bases militaires stratégiques dans différentes parties du Pacifique et sur l'île de San Diego dans l'océan Indien afin de contrôler l'espace maritime de toute la région sera le principal enjeu de la réorganisation de la zone Pacifique sur le modèle d'un ordre mondial multipolaire. La libération de cette zone des bases militaires américaines peut être considérée comme une tâche d'importance planétaire.

La géopolitique du Japon et son éventuelle implication dans le projet multipolaire

La Chine n'est pas le seul pôle dans cette partie du monde. Le Japon est une puissance régionale asymétrique mais économiquement comparable. Société terrestre et traditionnelle, le Japon est passé sous occupation américaine après 1945 à la suite de la Seconde Guerre mondiale, dont les conséquences stratégiques se font encore sentir aujourd'hui. Le Japon n'est pas indépendant dans sa politique étrangère ; il y a des bases militaires américaines sur son territoire, et son importance militaire et politique est négligeable par rapport à son potentiel économique. Pour le Japon, d'un point de vue théorique, la seule voie organique de développement serait de rejoindre le projet multipolaire, ce qui implique :

- L'établissement d'un partenariat avec la Russie (avec laquelle aucun traité de paix n'a encore été conclu - une situation soutenue artificiellement par les États-Unis, qui craignent un rapprochement entre la Russie et le Japon) ;

- restaurer sa puissance militaire et technique en tant que puissance souveraine ;

- une participation active à la réorganisation de l'espace stratégique dans le Pacifique ;

- devenant le deuxième pôle, avec la Chine, de l'ensemble de l'espace Pacifique.

Pour la Russie, le Japon était le partenaire optimal en Extrême-Orient car, démographiquement, contrairement à la Chine, il n'a pas de problèmes de ressources naturelles (ce qui permettrait à la Russie d'accélérer l'équipement technologique et social de la Sibérie au Japon) et il dispose d'une énorme puissance économique, y compris dans le domaine de la haute technologie, qui est stratégiquement important pour l'économie russe. Mais pour qu'un tel partenariat soit possible, le Japon doit faire le pas décisif de se libérer de l'influence américaine.

Japan-South-Korea-Rising-Sun-Flag-Conflict-003.jpg

Sinon (comme dans la situation actuelle), les États-Unis considéreront le Japon comme un simple outil dans leur politique visant à contenir le mouvement potentiel de la Chine et de la Russie dans le Pacifique. Brzezinski plaide à juste titre en ce sens dans son livre The Grand Chessboard, où il décrit la stratégie américaine optimale dans le Pacifique. Ainsi, cette stratégie prône un rapprochement commercial et économique avec la Chine (parce que la Chine est entraînée dans la "société mondiale" par son intermédiaire), mais insiste pour construire un bloc stratégico-militaire contre elle. Avec le Japon, au contraire, Bzezinski propose de construire un "partenariat" militaro-stratégique contre la Chine et la Russie (en fait, il ne s'agit pas d'un "partenariat", mais d'une utilisation plus active du territoire japonais pour le déploiement d'installations militaro-stratégiques américaines) et de se livrer à une concurrence acharnée dans la sphère économique, car les entreprises japonaises sont capables de relativiser la domination économique américaine à l'échelle mondiale.

L'ordre mondial multipolaire évalue légitimement la situation de manière exactement inverse : l'économie libérale de la Chine ne vaut rien en soi et ne fait qu'accroître la dépendance de la Chine à l'égard de l'Occident, tandis que sa puissance militaire - surtout dans le segment naval - est au contraire précieuse car elle crée les conditions préalables pour débarrasser à l'avenir les océans Pacifique et Indien de la présence américaine. Le Japon, au contraire, est surtout attrayant en tant que puissance économique qui rivalise avec les économies occidentales et qui a maîtrisé les règles du marché mondial (on espère qu'à un moment donné, le Japon pourra utiliser cela à son avantage), mais il est moins attrayant en tant que partenaire dans un monde multipolaire, en tant qu'instrument passif de la stratégie américaine. Dans tous les cas, le scénario optimal serait que le Japon se libère du contrôle américain et entre dans une orbite géopolitique indépendante. Dans ce cas, il serait difficile d'imaginer un meilleur candidat pour construire un nouveau modèle d'équilibre stratégique dans le Pacifique.

Actuellement, compte tenu du statu quo, la place du "pôle" Pacifique peut être réservée à deux puissances - la Chine et le Japon. Tous deux ont de solides arguments pour être le leader ou l'un des deux leaders, substantiellement supérieur à tous les autres pays de la région d'Extrême-Orient.

wgbh.brightspotcdn.com.jpg

La Corée du Nord comme exemple de l'autonomie géopolitique d'un État terrestre

Il convient de souligner le facteur de la Corée du Nord, un pays qui n'a pas succombé à la pression occidentale et qui continue à rester fidèle à son ordre sociopolitique très spécifique (juché) malgré toutes les tentatives de le renverser, de le discréditer et de le diaboliser. La Corée du Nord illustre la résistance courageuse et efficace à la mondialisation et à l'unipolarité par un peuple assez petit, et c'est là que réside sa grande valeur. Une Corée du Nord nucléaire qui maintient une identité sociale et ethnique et une réelle indépendance, avec un niveau de vie modeste et un certain nombre de restrictions à la "démocratie" (comprise dans le sens libéral et bourgeois), contraste fortement avec la Corée du Sud. La Corée du Sud perd rapidement son identité culturelle (la plupart des Sud-Coréens appartiennent à des sectes protestantes, par exemple) et est incapable de faire un seul pas en politique étrangère sans se référer aux États-Unis, mais sa population est plus ou moins prospère (financièrement, mais pas psychologiquement). Le drame moral du choix entre indépendance et confort, dignité et bien-être, fierté et prospérité se joue dans deux parties d'un peuple historiquement et ethniquement unifié. La partie nord-coréenne illustre les valeurs du Sushi. Celui de la Corée du Sud illustre les valeurs de la mer. Rome et Carthage, Athènes et Sparte. Béhémoth et Léviathan dans le contexte de l'Extrême-Orient moderne.

Les principaux défis au Heartland russe à l'Est

Le vecteur oriental (Extrême-Orient, Asie) du Heartland russe peut être réduit aux tâches principales suivantes :

- Assurer la sécurité stratégique de la Russie sur la côte Pacifique et en Extrême-Orient ;

- Intégrer les territoires sibériens dans le contexte social, économique, technologique et stratégique global de la Russie (en tenant compte de l'état désastreux de la démographie de la population russe)

- développer le partenariat avec l'Inde, y compris dans le domaine militaro-technique (l'axe Moscou-New Delhi)

- construire une relation équilibrée avec la Chine, en soutenant ses politiques multipolaires et ses aspirations à devenir une puissante puissance navale, mais en prévenant les conséquences négatives de l'expansion démographique de la population chinoise dans le nord et de l'infiltration de l'influence chinoise au Kazakhstan ;

- Encourager par tous les moyens possibles l'affaiblissement de la présence navale américaine dans le Pacifique en démantelant les bases navales et autres installations stratégiques ;

- Encourager le Japon à se libérer de l'influence américaine et à devenir une puissance régionale à part entière, établissant ainsi un partenariat stratégique sur l'axe Moscou-Tokyo ;

- Soutenir les puissances régionales d'Extrême-Orient qui défendent leur indépendance vis-à-vis de l'atlantisme et de la mondialisation (Corée du Nord, Vietnam et Laos).

mardi, 05 avril 2022

Imran Khan défie l'Amérique

supporters-chairman-campaign-elections-gestures-meeting-addressing_aa9f0e5c-8900-11e8-82c5-1329a5e665e9.jpg

Imran Khan défie l'Amérique

par Ejaz Akram

Source: https://www.ideeazione.com

Après une défaite humiliante en Afghanistan et une perte de crédibilité au sujet de l'Ukraine, l'ère de l'unipolarité américaine semble entrer dans sa phase terminale, caractérisée par des coups de fouet vicieux assénés dans toutes les directions. La plus récente de ces offensives a eu lieu la semaine dernière lorsque le gouvernement pakistanais a affirmé que Washington tentait d'organiser un changement de régime à Islamabad.

Cette fois, les États-Unis ont été pris en flagrant délit. Cette affirmation n'a pas été faite par une fuite ou un observateur marginal, mais par le Premier ministre pakistanais Imran Khan lui-même. Alors que le département d'État américain a nié toute implication, le drame politique ne fait que commencer.

À l'issue d'une réunion cruciale des voisins de l'Afghanistan, le plus haut diplomate chinois s'en est pris publiquement au comportement de Washington. Le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré que la Chine ne permettrait pas aux États-Unis d'entraîner des nations plus petites dans un conflit et a vivement critiqué la "mentalité de guerre froide" des États-Unis. Pékin est déterminé à ne pas permettre aux États-Unis d'arracher le Pakistan à son cercle restreint de partenaires asiatiques essentiels qui comprend désormais la Russie, l'Iran, l'Afghanistan et d'autres pays.

Mercredi, lorsqu'un partenaire de coalition du parti au pouvoir, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI), a annoncé que ses sept membres passeraient à l'opposition, Khan a essentiellement perdu sa majorité à l'Assemblée nationale, qui compte 342 membres. Plus d'une douzaine de membres de son parti ont également menacé de passer dans l'opposition.

Mais l'opposition pakistanaise avait cru, à tort, que dès qu'elle afficherait la majorité numérique requise au parlement, le premier ministre démissionnerait ou quitterait son poste. Mais ce n'est pas ce qui semble se passer.

Au lieu de cela, dans les prochaines 24 heures, le vote commencera au Parlement pour compter les chiffres réels. De nombreux analystes y voient la fin du gouvernement Khan au Pakistan ; d'autres pensent que l'emprise du Premier ministre sur le pouvoir sera consolidée et que l'opposition et ses soutiens étrangers subiront un coup dur.

1559466-1594023431.jpg

Si les tribunaux accèdent à la requête du gouvernement d'examiner les cas d'ingérence et de corruption étrangères, Khan pourrait alors avoir plus de temps pour élaborer une réaction tous azimuts. En quelques jours seulement, Khan a déjà fait une modeste démonstration de son pouvoir de rue. L'humeur et le sentiment à travers le spectre des médias sociaux, pour l'instant, sont biaisés en faveur du premier ministre. De larges segments du public se sont ralliés bruyamment autour de lui en tant que porte-parole de leurs aspirations, tandis que les dirigeants des partis d'opposition ont été caractérisés comme des individus corrompus qui veulent renverser un gouvernement élu.

Les principaux partis d'opposition du pays sont la Ligue musulmane du Pakistan-N (PML-N) et le Parti du peuple pakistanais (PPP), deux groupes dynastiques qui ont régné pendant des décennies jusqu'à l'arrivée de Khan, dont la campagne promet d'éradiquer la corruption et le copinage endémiques qui gangrènent la politique pakistanaise depuis des années.

La lettre

Des millions de Pakistanais ont assisté en masse au discours du PM Khan le 27 mars, lorsqu'il a affirmé que "des puissances étrangères préparent un changement de régime au Pakistan". Agitant une lettre tirée de la poche de son manteau, Khan a menacé de révéler des menaces directes et écrites contre le Pakistan et lui-même.

Les membres du Cabinet [ministre de la Planification, du Développement, des Réformes et des Initiatives spéciales] Asad Umar et [ministre de l'Information] Fawad Chaudhry ont tenu une conférence de presse conjointe au cours de laquelle ils ont révélé d'autres détails de cette lettre controversée. Khan a ensuite invité plusieurs membres de son cabinet, les médias et la communauté de sécurité pakistanaise à voir le document par eux-mêmes.

Les opposants au gouvernement ont complètement rejeté les accusations de Khan, au milieu d'une énorme débauche d'arrogance et de posture qui s'ensuivit bien vite. Le leader de l'opposition pakistanaise, Shahbaz Sharif (un aspirant au poste de premier ministre), a proclamé qu'il quitterait le navire et rejoindrait Imran Khan si la lettre était réelle et si le premier ministre parlait franchement. De même, Saleem Safi, célèbre présentateur de télévision anti-establishment, a déclaré que si la lettre était vraie, il démissionnerait de son poste et quitterait carrément les médias.

Mais quelques heures plus tard, une pétition mystérieuse a été déposée devant la Haute Cour d'Islamabad (IHC). Le juge en chef d'Islamabad, Athar Minallah, a émis un avis juridique selon lequel Imran Khan ne peut pas partager cette lettre en public en raison de son serment de secret. Une décision aussi rapide ne pouvait pas venir de la plus haute autorité judiciaire du Pakistan sur une fausse lettre, n'est-ce pas ?

Le lendemain, le Comité de sécurité nationale (NSC) du pays s'est réuni pour une réunion. Le premier ministre pakistanais, le chef de l'armée, le président des chefs d'état-major, les chefs de l'armée de l'air (PAF) et de la marine, le conseiller à la sécurité nationale (NSA) et de nombreux autres responsables importants étaient présents.

ECWPqLvXoAI1kl9.jpg

Les membres de l'opposition ont boycotté la réunion, mais les participants ont pris à l'unanimité la décision de réprimander les États-Unis pour leurs actions et d'assurer que le Pakistan ne permettrait pas aux autorités américaines de s'en tirer si facilement. Par la suite, le ministère des affaires étrangères a appelé l'ambassadeur américain en charge et l'a réprimandé - rien de tout cela n'aurait pu être fait sous le prétexte d'une fausse lettre.

Que contient cette lettre ?

Selon les déclarations faites par Khan lors de la réunion du NSC, de hauts responsables du département d'État américain (dont un sous-secrétaire d'État) ont envoyé la lettre le 7 mars par l'intermédiaire d'Asad Majeed Khan, l'ambassadeur pakistanais à Washington.

Le document indique qu'il y aura bientôt une motion de défiance (NCM) contre le premier ministre, que Khan devrait savoir qu'elle arrive et qu'il ne devrait pas résister à la NCM mais se laisser faire. S'il tente d'y résister, poursuit la lettre, Khan et le Pakistan devront faire face à d'horribles conséquences.

La lettre mentionne le NCM environ huit fois. Le jour suivant, le 8 mars, un vote de défiance a effectivement été annoncé. Selon Khan, il dispose d'informations de l'agence de sécurité sur la façon dont l'achat et la vente illégale de votes ont eu lieu parmi les députés pakistanais au cours de cette période. Puis, le 9 mars, le commandement militaire de la nation s'est déclaré "neutre" entre les partis d'opposition et le premier ministre.

Khan a critiqué l'armée pour avoir adopté une position neutre, déclarant qu'une institution vitale de l'État ne devrait pas faire preuve de "neutralité" envers ceux qui sont ouvertement et volontairement utilisés comme un instrument de changement de régime, orchestré par les opposants du Pakistan. Mais après le retour du ministre des Affaires étrangères Shah Qureshi de Pékin, les militaires semblent désormais favoriser la position de Khan. Il semble qu'un appel téléphonique ou un message ait dû venir directement de Pékin.

Conséquences de l'implication américaine

Si le cas d'ingérence étrangère est un a priori à la motion de défiance, il est alors possible que Khan bénéficie d'un secours juridique et que les personnes accusées de collaborer, d'aider et d'assister une conspiration extérieure de changement de régime soient mises en accusation. Il s'agirait notamment de membres du parti politique d'opposition et de personnalités des médias pakistanais qui auraient fait des allers-retours à l'ambassade américaine dans les jours, les semaines et les mois précédant la motion - dont le vote est maintenant prévu pour dimanche. Si cela pouvait être prouvé devant un tribunal, de nombreux leaders de l'opposition pourraient se retrouver derrière les barreaux.

Selon le plus haut bureau de sécurité nationale du Pakistan et à en juger par la notification de l'IHC, il semble clair que la lettre était vraie et que les États-Unis sont coupables d'ingérence dans les affaires intérieures du Pakistan. Mais nous ne sommes pas en 2001, lorsque l'ancien président du Pakistan, le général Pervez Musharraf, a capitulé devant les Américains après avoir reçu un seul appel téléphonique. Le Pakistan d'aujourd'hui a une identité plus forte après deux décennies de sacrifices éreintants et non reconnus pour la guerre ratée de Washington contre le terrorisme. De même, ils comprennent désormais que les États-Unis sont une puissance en déclin.

La plupart des Pakistanais ne se soucient plus des sanctions américaines, d'autant plus qu'ils voient d'autres nations les contourner avec de nouveaux alliés. L'humeur et le sentiment du public sont de rejeter les menaces de sanctions, reconnaissant qu'il y aura des conséquences du côté pakistanais qui pourraient conduire à l'expulsion des diktats américains de la région Af-Pak-Iran.

Lors de son interview du 1er avril sur la télévision nationale (PTV), Imran Khan a exhorté la nation pakistanaise à rejeter l'alliance des partis corrompus et des médias soutenus par l'Occident. Il croyait que la prochaine étape de l'Ouest serait de prendre sa vie. Le ministre pakistanais de l'information avait déclaré la même chose un jour plus tôt.

Si Khan n'avait pas eu la capacité de rallier la rue, ils l'auraient peut-être épargné, mais sa popularité actuelle et sa résistance obstinée aux tactiques d'intimidation des États-Unis font de lui une cible de choix pour un assassinat. La plupart des Pakistanais ont longtemps considéré que l'assassinat de dirigeants comme Liaquat Ali Khan, Z.A. Bhutto, Zia al Haq et Benazir Bhutto était l'œuvre des services secrets américains. Pour ces citoyens, toute menace perçue sur la vie du PM Imran Khan est un danger réel et imminent. Très rapidement, la sécurité autour de lui a été remaniée et de nouvelles mesures ont été prises pour lui assurer une protection supplémentaire.

Le récit de Khan sur l'ingérence des États-Unis a pris de l'ampleur la semaine dernière. L'intrigue est celle de deux camps qui s'affrontent à un moment critique de l'histoire du pays : d'un côté, une alliance indo-américaine, des partis d'opposition pakistanais corrompus, les médias d'entreprise du pays et une poignée de libéraux de type occidental. D'autre part, un premier ministre légalement élu, populaire et fougueux, soutenu par l'alliance russo-chinoise et une majorité écrasante de Pakistanais.

Avec de telles chances, il pourrait être politiquement et juridiquement impossible pour l'armée pakistanaise de maintenir sa position ostensible de neutralité, quelle que soit la pression exercée par les États-Unis. Le temps est peut-être du côté de Khan.

jeudi, 31 mars 2022

Capitalisme et écologisme: le cas de l'éco-bouddhisme en Thaïlande

b9056e971f89b18bf4c8a956a3004e6a--asian-elephant-elephant-love.jpg

Capitalisme et écologisme: le cas de l'éco-bouddhisme en Thaïlande

Giovanni Sessa

Source: https://www.paginefilosofali.it/capitalismo-ed-ecologismo-il-caso-delleco-buddhismo-in-thailandia-giovanni-sessa/

L'orientation écologique est certainement un trait qui connote de l'intérieur la théorie et la pratique du capitalisme cognitif actuel. Le prométhéisme radical atteint par l'industrialisme moderne semble s'être estompé au cours des dernières décennies face à la possible catastrophe environnementale annoncée par les données scientifiques. C'est ainsi qu'est né un "écologisme" systémique, visant à défendre les intérêts de la Forme-Capital et hétéro-dirigé par les potentats communicants dans les sociétés opulentes. Un exemple frappant en est le "gretisme" (avec Greta Thunberg), un phénomène médiatique qui a réussi à coaguler les instances de l'écologie réformiste au sein du système actuel. Un livre récent de l'anthropologue Amalia Rossi, maître de conférences à la Nouvelle Académie des Beaux-Arts de Milan, montre comment l'écologisme, produit de la parthénogenèse du capitalisme, progresse également dans les pays en développement, comme la Thaïlande. Nous nous référons à son livre Eco-Buddhismo. Monaci della foresta e paesaggi contesi in Thailandia,  publié par Meltemi (pour les commandes : redazione@meltemieditore.it, 02/22471892, pp. 320, euro 20.00). Le volume s'ouvre par une préface d'Andrea Staid.

COVER-biblioteca-antropologia-rossi-eco-buddhismo-500x750.jpg

Il s'agit d'une étude analytique, résultat du séjour et des recherches de l'auteur dans la province thaïlandaise de Nam, à la frontière nord du Laos. Ce territoire, dans la complexité des événements politiques thaïlandais des dernières décennies, avec une succession de gouvernements réformistes et des phases de dictature militaire ouverte, a été le foyer d'une insurrection maoïste. La méthode de Rossi est interdisciplinaire et son attitude d'investigation est explicitement définie comme "non neutre": l'auteur prend position sur les changements qui se produisent en Orient à la lumière de sa propre histoire et de son milieu culturel: "en fait, j'étais à la fois "avec" et "contre" tous les "indigènes" [...] en essayant de me placer au-dessus des parties, mais seulement après avoir imaginé porter les masques de mes informateurs et agir et penser comme eux" (p. 32). Premièrement, le lecteur, pour entrer dans le vif du sujet, comme le souligne la préface, doit se débarrasser des préjugés liés à la vision occidentale du monde, pour laquelle il faudrait aujourd'hui "préserver la nature", un impératif issu du dualisme nature/culture, tel qu'il était pensé en Europe. Deuxièmement, il ne faut pas oublier que, même en Thaïlande, la récente reconfiguration du paysage par la création de réserves et de parcs naturels n'a pas tenu compte des besoins et de la culture des habitants de la région de Nam. Ces "gardiens" de la terre ont pratiqué pendant des siècles une agriculture semi-nomade, aujourd'hui considérée comme non rentable et non esthétique. C'est pourquoi ils ont été retirés de leur habitat.

Rossi examine la situation dans l'ancien royaume de Siam en utilisant le concept de paysage-théâtre, développé par le géographe Eugenio Turri, et l'idée debordienne du paysage comme "spectacle" conçu par le pouvoir. De ce point de vue, l'auteur identifie les différentes scènes paysagères créées au fil du temps en Thaïlande. Tout d'abord, celle conçue par l'État, qui a donné lieu à la cartographie du territoire, en y distinguant les fonctions économiques à attribuer aux différentes zones. Il faut également considérer l'élaboration du paysage souhaitée par les entreprises et les multinationales, qui : "face à une sensibilité accrue aux questions écologiques [...] ont jugé utile de construire stratégiquement leur image [...] en s'enveloppant d'une aura morale et d'une esthétique écologiques" (p. 40). Cela a conduit à l'énorme développement de l'industrie de l'écotourisme. Les ONG, quant à elles, sont devenues les porteuses d'une imagerie qui remonte aux valeurs de l'Occident progressiste, mettant l'accent sur les droits des indigènes, la décentralisation administrative et la démocratisation des ressources naturelles. L'éco-bouddhisme joue par ailleurs un rôle important : "Le Sangha (clergé bouddhiste) et les souverains de la dynastie Chakri [...] ont commencé à proposer des visions inédites, anti- ou alter- développementistes [...] visions qui sont spécifiquement liées à l'identité nationale thaïlandaise" (p. 43). Certains moines de l'ordre Theravadin ont renoué avec la tradition des moines de la forêt, en prenant leurs distances avec le projet de développement pro-occidental.

Bhumibol-adulyadej-e1477039473515-1.jpg

Les scénarios imaginés par l'éco-bouddhisme ont été avalisés par la famille royale: "vers la fin des années 1990 [...] cela s'est fait par la propagation de l'idéologie populiste de l'Économie de la modération [...] conçue par le roi Bhumibol Adulyadej, très aimé et qui a vécu longtemps" (p. 44-45). Cette vision économique vise à soustraire les populations du pays oriental au marché mondial en se concentrant sur la conduite productive de l'autosubsistance agricole des villages. L'éco-bouddhisme a trouvé une audience auprès des populations locales, en fonction également de la récupération de la cérémonie de "consécration des forêts" due, notamment, à Phra Manat. Ce dernier avait compris comment "la consécration symbolique des arbres pouvait être une arme efficace pour sensibiliser les populations locales à la nécessité de préserver l'environnement" (p. 168).

thailande-arbres-ordonnes-moines-3.jpg

monk-forest-SadahamYathra-1520x1000.jpg

Rossi note que l'éco-bouddhisme, du moins au début, est né d'un mélange de démocratie et de socialisme avec des éléments religieux. Plus tard, le fondateur du mouvement lui-même, Buddhadasa, fait explicitement l'éloge de la monarchie et qualifie ses thèses économiques de "conservatisme radical". Pour cette raison, l'anthropologue considère que l'éco-bouddhisme est fonctionnel au modèle de développement capitaliste, une fausse alternative. De plus, elle ajoute : "la monarchie thaïlandaise [...] participe avec son immense capital au même système qu'elle voudrait critiquer et changer par la diffusion de la nouvelle philosophie économique éco-bouddhiste, et cette contradiction en Thaïlande est ostensible" (p. 174).

Au contraire, nous pensons que le discours sur l'éco-bouddhisme, au-delà du lien contingent de certains de ses représentants avec la monarchie thaïlandaise contemporaine, redécouvrant la dimension sacrée de la nature, le trait identitaire de l'appartenance de l'homme à un espace donné, est un point de référence important pour ceux qui croient qu'il est essentiel de revenir regarder la physis. Pour sortir de l'impasse actuelle, du désastre possible, il est nécessaire de jumeler Orphée et Prométhée, comme cela s'est produit dans les civilisations traditionnelles. La tradition est la voie à suivre.

Giovanni Sessa.