Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 25 août 2021

Les tribus arabes du Liban : un conflit sunnite-chiite parrainé par l'Arabie saoudite ?

unknown.jpeg

Les tribus arabes du Liban : un conflit sunnite-chiite parrainé par l'Arabie saoudite?

Radwan Mortada

Ex: https://katehon.com/ru/article/arabskie-plemena-livana-razzhiganie-konflikta-sunnitov-i-shiitov-sponsiruemogo-saudovskoy

Les tribus arabes du Liban ont été naturalisées libanaises en raison des ambitions électorales de Rafik Hariri. Mais aujourd'hui, elles sont très nombreuses, veulent faire connaître leur présence et sont politiquement organisées dans tous les domaines. Après que l'attaque tribale sectaire de Halda a entraîné la mort de quatre Libanais ce mois-ci, la nation veut savoir quels sont leurs plans, et qui soutient ces tribus ?

Des dizaines de milliers de membres de tribus arabes ont obtenu la citoyenneté libanaise en 1994 grâce aux ambitions électorales du Premier ministre Rafik Hariri. Les Arabes - comme on les appelle affectueusement - représentent aujourd'hui plus d'un demi-million des cinq millions d'habitants du Liban. Le taux de natalité élevé des tribus a tellement modifié l'équilibre démographique des villages de la Bekaa qu'elles sont devenues un facteur décisif dans toute élection. Mais qui sont ces personnes, d'où viennent-elles et quelle est leur importance politique pour décider de l'avenir du Liban ?

medium_2021-08-01-3dfdf14f27.jpg

Le 31 juillet, des membres de tribus arabes ont fait parler d'elles en tuant Ali Shibli (photos, ci-dessus), membre du Hezbollah, lors d'une réception de mariage, puis en tirant volontairement sur trois autres personnes lors de ses funérailles à Halda, provoquant presque une confrontation entre sunnites et chiites. Cela s'est produit dans le contexte d'une fuite libanaise d'un plan saoudien-américain secret visant à fomenter des affrontements entre sunnites et chiites afin de faire pression sur le Hezbollah.

ead9282817.jpg

Un an plus tôt, des Arabes de Halde avaient pris d'assaut le bureau de Shibli pour protester contre l'arrestation par les autorités libanaises du religieux extrémiste Omar Ghosn (photo, ci-dessus), un membre de la tribu qui avait ordonné le retrait des affiches de l'Achoura du domicile de Shibli et était fréquemment harcelé par les sectaires.

Dans la mêlée, un garçon de 15 ans, Hasan Ghosn, a été tué. Hasan était le frère d'Ahmad Ghosn, qui a tué Shibli lors de ce mariage fatidique un an plus tard et a ensuite été arrêté par l'armée libanaise pour son crime.

Mais à la suite de la "vengeance" tribale, trois personnes innocentes ont été tuées lors des funérailles de Shibli le jour suivant. Les renseignements fournis par les services de sécurité ont révélé que les victimes avaient des blessures à la tête et au cou, ce qui indique le travail de tireurs d'élite professionnels. Des inquiétudes sont alors apparues quant à la possibilité que des acteurs extérieurs tentent d'attiser les animosités sunnites-chiites dormantes. Le Hezbollah a donné un ultimatum à l'armée libanaise avec une liste de onze hommes à détenir pour leur implication dans l'attaque sanglante d'un cortège funéraire à Halda.

Contexte

Le 4 novembre 2017, lors d'un voyage surprise à Riyad, le Premier ministre libanais Saad Hariri est contraint par ses maîtres saoudiens à démissionner dans une déclaration télévisée enregistrée dans la capitale saoudienne. Les Saoudiens pensaient que les sunnites libanais soutiendraient cette initiative, étant donné l'influence religieuse, historique et financière de Riyad sur cette communauté au Liban. Ils ont fait un mauvais calcul. Les sunnites ont soutenu leur leader Saad Hariri, condamnant publiquement et en privé le traitement humiliant que lui a réservé Riyad.

L'ambassadeur d'Arabie saoudite à Beyrouth, Walid Bukhari, a commencé à passer une série d'appels téléphoniques pour tirer parti de ce qu'il avait fait ces derniers mois lors de ses voyages dans la Bekaa et dans le nord, où il a rencontré des tribus arabes. Frustré par la réaction de la rue sunnite à la défaite de Hariri, Bukhari a exhorté les tribus à se rendre à nouveau à l'ambassade saoudienne, cette fois pour "soutenir la position de l'Arabie saoudite".

La force des tribus réside à la fois dans leur nombre et dans leur cohésion tribale et religieuse, ce qui en fait une force politique avec laquelle il faut compter.

Néanmoins, jusqu'à récemment, les Saoudiens ont été lents à reconnaître la force représentative sunnite des tribus, du moins en termes de nombre. Riyadh al-Daher, connu sous le nom d'Abou Zaydan, membre clé de la tribu libanaise étroitement associée au "Courant du Futur" de Hariri, l'a bien exprimé :

"Nous avons passé 30 ans à essayer d'atteindre l'Arabie saoudite, qui est un centre spirituel et ancestral pour nous, pour dire à ses responsables qu'il y a des tribus au Liban qui vous ressemblent par leurs vêtements, leurs coutumes et même leur dialecte. Pourtant, notre nom a été mentionné par l'ambassadeur saoudien il y a seulement sept ou huit mois."

En fait, les Libanais ignorent également l'existence de ces tribus dans leur pays. Il y a quelques années, un homme portant des vêtements traditionnels arabes bruns, une coiffe rouge et un agal noir, est arrivé à la première session du Parlement convoquée après les élections. Les gardes parlementaires ont d'abord cru qu'il s'agissait de l'ambassadeur d'un certain émirat du golfe Persique et lui ont demandé de se rendre à l'endroit où étaient assis les émissaires étrangers officiels. Sa réponse les a surpris. "Je suis un membre d'une tribu arabe au parlement, pas un ambassadeur." L'homme en question était le député Muhammad Suleiman (Abu Abdallah), élu au parlement par les tribus arabes lors des élections libanaises.

1209140922151c52-8520a-d7aca.jpg

Les Bédouins cherchent à exercer une influence politique

De l'errance et de l'élevage nomades, la vocation traditionnelle des tribus, aux sièges au parlement, cette trajectoire en dit long sur l'histoire des tribus arabes qui sont aujourd'hui présentes dans toutes les provinces du Liban. L'histoire commence lorsqu'on leur a accordé la citoyenneté uniquement à des fins électorales, en dépit de leur droit naturel à la citoyenneté. Plus tard, ils se sont opposés au parti qui les a naturalisés et ont exigé l'accès au pouvoir au Liban. Tout cela s'est produit dans le contexte d'une augmentation massive de leur nombre et du contrôle subséquent de la plupart des conseils municipaux et mukhtar dans leurs villages. Ce groupe démographique libanais, qui n'a été intégré dans le tissu politique du Liban que dans les années 1990, disposera désormais d'un nombre important de sièges au parlement en raison de son taux de natalité élevé.

La plupart des Libanais associent les "tribus arabes" aux États arabes du golfe Persique. Cependant, ils ignorent que ces tribus ont des racines historiques au Pays du Cèdre, qui remontent aux conquêtes islamiques et à la domination ottomane, il y a des centaines d'années.

Les tribus sont venues de différents pays arabes au Liban et ont établi leurs villages miniatures avec des tentes et des maisons couvertes de feutre qui sont devenues un marqueur de leur identité sociale. Bien que les tribus se soient installées au Liban, elles ont conservé leurs traditions et coutumes distinctives : l'une d'entre elles est le système judiciaire complet, qui consiste en des comités de conciliation arbitrés par un chef tribal qui assume le statut de juge.

L'autre est le dialecte bédouin qui unit les tribus du nord, du sud, de la Bekaa, des montagnes, de la côte et de la capitale. Ils s'y accrochent afin de maintenir leur identité commune dans un Liban multiculturel - même les membres qui sont nés et ont grandi ici. Mais le décret de naturalisation de Rafik Hariri n'incluait pas tous les membres de la société tribale. Selon les notables arabes, il y a deux raisons à cela : l'ignorance et la négligence générale des Libanais, qui a conduit beaucoup d'entre eux à supposer que les promesses de naturalisation ne seraient pas tenues. En conséquence, un grand nombre de Bédouins se sont retrouvés sans citoyenneté.

La naturalisation des membres des tribus a suscité l'ire de nombreux détracteurs, qui ont accusé Rafik Hariri d'utiliser les tribus pour soutenir le vote sunnite. D'autres critiques sont allés encore plus loin, accusant feu Hariri de chercher à élargir le fossé démographique entre musulmans et chrétiens.

Bien que la naturalisation ait donné à un certain nombre de leurs enfants la motivation de s'assimiler à la société libanaise par le biais du système éducatif, le nombre de personnes instruites dans les communautés bédouines ne dépasse pas 5%. Dans certaines régions, les communautés tribales ont été et continuent d'être privées des nécessités de base de la vie - absence d'infrastructures essentielles, accès à l'enseignement public ou privé, cliniques médicales et soins de santé.

Le manque de ces produits de première nécessité a clairement empêché les tribus de donner la priorité à l'éducation dès le début, d'autant plus que les Arabes étaient une communauté de travailleurs journaliers vivant d'un salaire de subsistance. Néanmoins, l'obtention de la citoyenneté libanaise a permis à nombre de leurs jeunes hommes d'accéder aux échelons de l'enseignement supérieur et à l'arène politique.

Les tribus arabes ont renforcé leur présence dans tout le Liban en nommant leurs membres dans d'innombrables conseils municipaux et conseils de mukhtar. Ils ont également exigé l'établissement sur leurs territoires de municipalités répondant aux critères nécessaires.

Ainsi, par exemple, la municipalité de Shehabiyet al-Fawr a été créée. Selon plusieurs membres éminents de la tribu, "les membres de la tribu s'efforcent encore aujourd'hui d'améliorer leur position dans de nombreux organes gouvernementaux", affirmant qu'"il existe de nombreux Arabes intellectuellement et politiquement compétents qui peuvent occuper n'importe quel poste". Ces personnalités se réfèrent à l'expérience passée, affirmant que "ceux qui ont pris des responsabilités ont réussi, et nous attendons toujours l'occasion d'en faire plus".

C'est le cas au niveau social. Cependant, au niveau politique, des personnalités parlent d'une conspiration contre eux pour les empêcher de s'unir. Ils estiment que les partis politiques libanais craignent que les Arabes puissants ne tentent de concentrer les efforts tribaux et les votes dans un bloc qui pourrait faire basculer les élections en faveur ou en défaveur d'un parti politique. Après tout, les partis eux-mêmes ont constaté l'influence des Arabes lors des élections au Liban, avec un taux de participation atteignant 95 %.

Le cheikh Jassem Askar, leader de la Fédération des tribus arabes du Liban, affirme que malgré la présence des tribus avant la création du Grand Liban, elles ont été marginalisées pendant plus d'un demi-siècle en raison de l'équilibre sectaire du pays. Il affirme également que certaines forces politiques ont tenté de cacher les tribus arabes dans les médias afin de diminuer leur poids et leur potentiel électoral.

Askar, qui se targue d'appartenir à la tribu Al Anzi, la même que celle du prince héritier saoudien Mohammad bin Salman, a déclaré :

"Dix ans après que la Fédération des tribus arabes du Liban a commencé ses efforts pour unifier les tribus, certaines forces politiques ont commencé à créer de nouvelles composantes sous des noms différents afin de provoquer la division selon la fameuse règle du diviser pour mieux régner. L'objectif est de renforcer la marginalisation de plus d'un demi-million de personnes."

Le chef tribal ajoute que "bien que la plupart des tribus croient en l'État, ses institutions, la coexistence et la modération, nous sommes exclus des quotas alors que les nôtres se voient refuser des emplois dans le gouvernement". Askar estime que cette marginalisation est une relique inutile du passé en raison du nombre croissant de membres des tribus et du changement général des sentiments électoraux depuis la naissance du mouvement de protestation au Liban le 17 octobre 2019.

 

Écrire un commentaire