Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 05 septembre 2021

Les Radhanites de Kazarie et les futures diasporas

0ddm.jpg

Les Radhanites de Khazarie et les futures diasporas

par Daniele Dal Bosco 

Ex: https://www.centrostudilaruna.it/i-radaniti-di-kazaria-e-lusura.html

"Nummus nummum parere non potest"

(Aristote, Éthique à Nicomaque)

Depuis plusieurs années, on parle de l'origine kazakhe d'une certaine faction de la population juive qui, au fil des siècles, aurait acquis de plus en plus de pouvoir en prêtant de l'argent contre intérêt. On parle généralement de la conversion de l'ancien khanat de Khazarie à la religion juive, une conversion devenue nécessaire pour ne pas s'inféoder aux puissances chrétiennes et musulmanes voisines. Cette opinion est devenue populaire principalement grâce à Arthur Koestler et à son livre The Thirteenth Tribe (1976), dans lequel il affirme que les Juifs ashkénazes européens ne descendent pas des habitants de l'ancien Israël, mais plutôt des Turcs khazars qui se sont convertis au judaïsme au 8e siècle et ont ensuite migré vers l'Europe de l'Est aux 12e et 13e siècles, lorsque l'empire khazar a décliné. Cette théorie sur l'ascendance des ashkénazes, bien que populaire aujourd'hui, n'est pas partagée par tous les spécialistes.

71S8Wk59ipL.jpg

Une vision particulièrement critique du rôle joué par les Juifs khazars est celle de l'historien russe Lev Nikolaevič Gumilëv, qui a probablement été influencé par les vues de Mikhaïl Artamonov (Histoire des Kazars, 1962), son professeur, mais qui a lui-même influencé d'autres savants russes, comme le critique littéraire Vadim Kozhinov.

Artamonov_student.jpg

41OESb6isTL._SY373_BO1,204,203,200_.jpg

Les Juifs sont arrivés dans la vaste région que fut la Khazarie en deux vagues différentes. Tout d'abord, aux 5e et 6e siècles, des Juifs karaïtes sont arrivés de Perse, puis, aux 8e et 9e siècles, d'autres Juifs sont arrivés de Byzance, qui connaissaient bien le Talmud. Au IXe siècle, les Juifs sont essentiellement divisés entre karaïtes et rabbinites; ce sont ces derniers, particulièrement attachés aux enseignements talmudiques, qui arrivent au Khanat en provenance de Byzance, d'où ils s'enfuient en raison des persécutions du pape Léon III (795-816) qui tente de les convertir de force au christianisme. En particulier, un groupe de Juifs spécialisés dans le commerce international le long de la route de la soie entre l'Europe et l'Asie a émigré en Khazarie: les Radhanites, dont la présence dans le commerce de l'époque, de l'Espagne à la Chine, est attestée par ibn Khordadbeh, un géographe perse du 9e siècle.

Selon certains chercheurs, les Radhanites sont responsables de la conversion des Khazars au judaïsme[1]. Selon Gumilëv, les Radhanites constituaient un groupe super-ethnique particulièrement "diabolique"; à cette époque, affirme l'historien, le commerce international ne se faisait pas au profit de la population mais surtout à son détriment, tant en Khazarie qu'ailleurs, puisque l'économie d'échange naturelle fournissait tout ce dont la population locale avait besoin. Il affirme également que les Radhanites faisaient aussi le commerce de biens volés dans les pays d'Europe du Nord, mais surtout qu'ils profitaient de la traite des esclaves, notamment des Slaves.

Gumilëv affirme que les Radhanites ont infiltré la noblesse turque khazar en épousant leurs femmes, mais que la progéniture de ces mariages mixtes a été mise à l'écart, ce qui a encouragé leur émigration vers la Crimée où le karaïsme était professé. Au contraire, les enfants de deux parents juifs gagnaient en importance sociale et étaient les seuls à avoir accès aux études talmudiques. La conversion au judaïsme, soutient l'historien russe, a été imposée à la population khazar, notamment avec l'arrivée au pouvoir d'Obadia, entre la fin du VIIIe et le début du IXe siècle, un riche juif qui a transformé le khanat et introduit le judaïsme rabbinique, réprimant violemment les chrétiens, les musulmans et les infidèles en général. Cependant, il semble que déjà auparavant, peut-être vers 730, le roi kazakh Bulan s'était converti au judaïsme de son propre chef.

0f735ebc903e9aa4f567e493db32faae.jpg

La Kazarie est alors fortement affaiblie par le prince Sviatoslav de Kiev (image ci-dessus), qui est ensuite tué par les nomades Petchenègues (972) lors du siège de Kiev, déjà commencé par les nomades en 968 avec le soutien des Khazars. Sviatoslav attaque notamment les villes khazar de Sarkel, la capitale Itil et Samandar (vers 964-966)[2]. Itil, qui, vers 980, sera plus tard occupé par les Khoresmiens et contraint de se convertir à l'Islam.

C'est à cette époque que les Juifs radhanites restants se déplacent vers l'ouest, notamment vers l'Espagne, et principalement vers l'important centre commercial de Cordoue, où ils bénéficient d'une plus grande protection. Gumilëv affirme que l'antichristianisme et l'intolérance générale de ce groupe de Juifs n'ont pas diminué lorsqu'ils se sont installés en Europe occidentale, et que cette empreinte talmudique a fortement influencé la façon de penser des Occidentaux au cours du dernier millénaire (3).

9789004138827.jpgLes Radhanites, selon l'historien israélien Moshe Gil, ont tiré leur nom de Radhan, une région de l'Irak actuel (4). Selon d'autres spécialistes, leur nom, de l'arabe ar-Rahdaniya, signifie "ceux qui connaissent la route", "les globe-trotters" ou "les Juifs errants". Pour d'autres (Lombards), le nom est lié au Rhône, où ces groupes de marchands avaient l'habitude de s'arrêter au cours de leurs voyages.

L'étymologie proposée par Gil, en particulier, expliquerait leur adhésion aux enseignements talmudiques babyloniens; d'autre part, on sait qu'il y avait une forte présence juive dans la région de Babylone depuis l'époque de l'exil au VIe siècle avant J.-C. causé par Nabuchodonosor II, le destructeur du Temple de Salomon. On sait également que les juifs babyloniens étaient encore très puissants dans la région de Babylone au début de la période du califat abbasside, dont l'existence est attestée de 750 à 1258 après JC.

En fait, déjà dans la Bagdad abbasside, certains marchands juifs sont devenus des banquiers du gouvernement, c'est-à-dire des prêteurs d'argent à l'État. On pense à la célèbre famille Neṭīra, du nom de son fondateur, qui vécut au IXe siècle, et dont les fils Sahl et Isḥāq continuèrent, sur les traces de leur père, à financer les coûteuses expéditions militaires du califat. Neṭīra, cependant, avait à son tour suivi les traces de son beau-père Joseph b. Phinehas et son associé Aaron b. Amram, banquiers de la cour du calife al-Muqtadir à Bagdad et considérés à l'époque comme les plus riches financiers de Mésopotamie et de Perse occidentale. En tant que banquiers privés des souverains locaux, ils étaient déjà en mesure d'obtenir le rôle officiel de jahbadh, c'est-à-dire de collecteurs des taxes d'État, chargés d'émettre des lettres de change au nom du gouvernement et de prêter de l'argent à long terme à l'administration du califat. En même temps, cependant, ils faisaient office de prêteurs d'argent pour les affaires plus ou moins propres des vizirs locaux [5]. Bagdad est ainsi devenue le grand centre financier de l'époque, bien placé pour le commerce le long de l'ancienne route de la soie.

Les Radhanites polyglottes, dont certains étaient d'origine persane, ont dominé le commerce eurasien, y compris l'utilisation de lettres de crédit, entre les mondes chrétien et islamique pendant au moins quatre siècles entre le VIIe et le Xe siècle, mais il semble probable qu'ils jouaient déjà un rôle dominant dans la période préislamique. Certains pensent qu'ils sont également responsables de l'introduction de l'utilisation du papier en Occident depuis la Chine [6].

Il semble que ces Radhanites aient déjà pris racine dans certaines régions de la France, de l'Allemagne et de la Pologne actuelles aux Ve et VIe siècles; il existe des preuves de leur présence même en Afrique, à Tombouctou, au Mali, dès le VIIIe siècle. Suite à l'Inquisition espagnole, d'autres sont arrivés sur le sol africain au 15ème siècle, ainsi que dans la destination néerlandaise plus célèbre, Amsterdam. C'est en effet en Hollande qu'un groupe de Juifs séfarades, des marchands marranes, tels que la célèbre famille Mendes et plus tard Yossef Nasi à Anvers, qui avaient accru leur fortune grâce au commerce avec les colonies espagnoles et portugaises, ont déplacé le centre de leurs activités financières lorsqu'ils ont été contraints de quitter la péninsule ibérique après l'édit d'expulsion de 1492 [7].

1200px-Darnley_stage_3.jpg

Dès le XVIIe et le début du XVIIIe siècle, des familles de banquiers marranes prêtaient de l'argent à diverses monarchies européennes. Certains Juifs marranes se sont également installés à Londres dès le règne d'Elizabeth I (1558-1603), mais surtout à partir de 1664 et grâce au travail antérieur du rabbin Menasseh ben Israël, un Juif portugais qui s'était installé à Amsterdam, et au soutien d'Oliver Cromwell, Lord Protecteur du Commonwealth entre 1653 et 1658. Ce sont des financiers juifs séfarades, espagnols et portugais qui, après s'être installés à Amsterdam, sont venus à Londres et ont largement contribué à la fondation de la Banque d'Angleterre en 1694.

Ce n'est qu'en 1803, lorsque l'influence napoléonienne devient prépondérante en Hollande, que le centre financier est transféré d'Amsterdam à Francfort, où le contrôle financier de la ligue anti-napoléonienne tombe entre les mains de Mayer Amschel Rothschild, un juif à la cour de Guillaume Ier (1743-1821), prince-électeur de Hesse-Kassel [8].

La chute de la dynastie Tang en Chine en 908, la destruction du khanat khazar (968-969), ainsi que les invasions turques au Moyen-Orient, ont entraîné l'instabilité et la disparition presque complète de la route commerciale de la soie. Cela a conduit à l'émergence de nouveaux acteurs commerciaux sur le marché international, non plus par voie terrestre mais par voie maritime, principalement les cités-États maritimes italiennes telles que Venise, Gênes, Pise et Amalfi, aidées par les familles bancaires italiennes émergentes.

Les Radanites se sont progressivement fondus dans les peuples où ils s'étaient installés au cours des siècles, ou avec les autres Juifs présents dans les différents territoires où ils s'étaient installés, notamment, comme nous l'avons mentionné, en Espagne. À partir des 11e-12e siècles, il ne semble pas y avoir de trace d'eux en tant que guilde.

Notes:

[1] Enc. du commerce mondial, "Radhanites" 764 ; voir aussi Pritsak 265.

[2] Une version alternative de l'histoire est mentionnée par le médiéviste russe Aldo C. Marturano, selon lequel " la campagne est un mensonge historique lu dans la version du PTI (nda : Chronique des temps passés ou Chronique de Nestor, XIIe siècle) et je suis d'avis qu'il faut la minimiser. Au contraire ! Selon l'historien allemand Marquart, Svyatoslav n'est pas allé à l'encontre des Khazars, mais a mené en leur nom des campagnes punitives contre certains peuples rebelles de la Volga [...] Svyatoslav à Itil n'a pas passé l'île des marchands ni attaqué l'île du Kaghan, car l'armée khazar était toujours présente et en activité". (Aldo C. Marturano, Khazars et Russes, une aventure juive médiévale, Lulu Press, Raleigh 2016, pp.189-190).

846x1200.jpg

[3] V. J. Rossman : Russian Intellectual Antisemitism in the Post-Communist Era. Lincoln, NE : University of Nebraska Press pour le Vidal Sassoon International Center for the Study of Antisemitism (SICSA), Hebrew University of Jerusalem, 2002.

[4] Moshe Gil, "The Radhanite Merchants and the Land of Radhan", Journal of Economic and Social History of the Orient 17, no 3 (1974) : 299-328.

[5] A. Harkavy, Teshuvot ha-Ge'onim, 4 (1887), nos. 423, 548, 552 ; L. Ginzberg, Geonica, 2 (1909), 87-88 ; Fischel, Islam, 6-44.

[6] Enc. du commerce mondial, "Radanites" 764.

[D'autres Juifs ibériques émigrent, après l'édit de 1492, vers l'Italie, en particulier vers Venise, et vers l'Empire ottoman, où la présence des Juifs est plus tolérée.

[8] http://www.jewishencyclopedia.com/articles/2444-banking.

 

12:42 Publié dans Histoire, Judaica | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, khazars, khazarie, judaica, radhanites | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire