Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 22 janvier 2022

Des tsars aux héros nationaux : la "Russie éternelle" dans la politique culturelle de Poutine

41.jpg

Des tsars aux héros nationaux : la "Russie éternelle" dans la politique culturelle de Poutine

Par Tommaso Minotti

Source: https://osservatorioglobalizzazione.it/osservatorio/dagli-zar-agli-eroi-nazionali-la-russia-eterna-nella-politica-culturale-di-putin/

L'une des pierres angulaires d'un État-nation est sa conscience historique. Celle-ci se construit en partie à travers l'étude, la reconstruction et, surtout, la célébration du passé. Cela nécessite une politique culturelle. C'est essentiel si la nation ne veut pas perdre l'idée de l'histoire. Vladimir Poutine et ses collaborateurs ont développé au fil des ans une politique culturelle très intéressante. Le Moscou contemporain s'inscrit en fait dans une très longue tradition d'attention à la culture de la part des autorités qui ont gouverné l'immense territoire eurasien. Malgré l'oppression des tsars, la grande littérature russe s'est épanouie, incarnée par Alexandre Pouchkine parmi de nombreuses autres figures illustres. Après la révolution de 1917, l'Union soviétique a accordé une attention particulière au monde de la culture et, malgré des désaccords avec certains intellectuels, a essayé de faire connaître ce dernier au peuple.

Poutine et la stratégie culturelle du Kremlin

Poutine, qui est arrivé au pouvoir à la fin de la période confuse d'Eltsine, a ravivé l'intérêt de l'État pour cette question cruciale. Le leader de la Russie unie a agi ainsi en sachant que sa nation ne devait pas s'effondrer sous l'effet des forces centrifuges. Il était donc crucial de renforcer le patriotisme des citoyens russes grâce également à des choix de mémoire historique et culturelle. Poutine poursuit ses initiatives en mettant l'accent sur les musées et le cinéma. Mais sa politique culturelle comprend également un travail monumental intensif, notamment la construction de statues. 

Aux États-Unis, la destruction de monuments célébrant des esclavagistes, des explorateurs et des personnages clés de l'histoire américaine a suscité une vive controverse. Il s'agit également d'une politique culturelle grossière, menée directement par une partie du peuple. Le but est de cacher un certain type de passé. En Turquie, de plus en plus d'églises ou de musées sont transformés en mosquées, un cas célèbre étant celui de Sainte-Sophie. Ce ne sont là que quelques exemples de politiques culturelles. La Russie a vu à la fois des monuments détruits par des foules en colère et, surtout au cours de la dernière période, une nouvelle politique culturelle plus constructive. Poutine est parmi ceux qui accordent le plus d'attention à cet aspect fondamental et le font de manière raffinée. 

76f23bbc-c571-11e3-a7d4-00144feabdc0.jpg

Financement et musées 

Lors de son discours du 21 avril 2021, M. Poutine a affirmé sa volonté d'allouer des fonds aux musées et aux lieux de culture de la Russie rurale. On peut dire qu'il s'agit de la dernière étape d'un processus de longue haleine visant à mettre en œuvre une politique culturelle minutieuse. L'ancien officier du KGB a voulu aborder la question différemment de ses prédécesseurs immédiats. Jusque dans les années 1970, l'intelligentsia soviétique considérait la culture comme un moyen d'ennoblir la vie sociale. Au cours de la décennie susmentionnée, la conception a changé et les processus de démocratisation ont pris le dessus. Poutine, quant à lui, considère la culture comme un soutien aux programmes politiques et un moyen de développement social. Et c'est précisément dans le sillage de cette réflexion que se greffe le document publié en 2014 intitulé "Les fondamentaux de la politique culturelle de l'État".

Les idées principales embrassent la thèse très correcte que l'industrie de la culture est centrale à la société moderne. Par conséquent, le développement humanitaire et culturel est perçu comme la base de la prospérité économique et de la souveraineté de l'État, le fondement de l'identité civile et de l'unité nationale. Pour mieux comprendre ce que cela signifie, il y a les propres mots de Poutine: "Préserver notre identité est extrêmement important dans l'ère turbulente du changement technologique, il est impossible de surestimer le rôle de la culture, qui est notre code de civilisation nationale qui débloque le potentiel créatif humain". La dernière partie est un héritage clair de la volonté soviétique de déployer pleinement les capacités de l'individu. Poutine déclare à nouveau: "dans le but de consolider les efforts de l'État et de la société civile pour créer les conditions permettant d'encourager les gens à réaliser leur potentiel créatif, de préserver les valeurs culturelles, d'assurer la diffusion de la culture russe et de contribuer au développement du potentiel culturel des régions russes".

globe_putin.jpg

Mais les manifestes idéologiques ne suffisent pas à soutenir la culture, il faut aussi des fonds. En plus des investissements susmentionnés dans les musées et les sites culturels ruraux, Poutine a créé en 2016 un fonds destiné à soutenir des activités, des initiatives et des projets dans divers domaines. De nombreux documents officiels circulant au sein du ministère russe de la culture et du gouvernement lui-même expriment la volonté d'augmenter les fonds alloués à la culture. L'objectif est de porter les dépenses culturelles à 1,4 % du PIB d'ici à 2030. Toutefois, l'augmentation des fonds alloués à ce domaine n'est pas la seule manœuvre prévue par le gouvernement russe. Poutine prévoit des réductions d'impôts, des budgets et des capitaux dédiés à toutes les activités culturelles : cinéma, théâtre, musées et expositions. 

Statues et monuments 

Ces dernières années, la Russie a connu une vague de nouvelles statues et de nouveaux monuments. Et grâce à eux, nous pouvons voir qui Poutine choisit pour façonner une nouvelle identité pour son pays, vieux et jeune à la fois. Le choix des héros nationaux n'est en rien anodin et, à travers l'analyse de leur vie et de leurs actions, on peut déterminer l'orientation de la Russie elle-même. Poutine porte une attention particulière au tsar Alexandre III, qui est considéré par beaucoup comme une sorte d'exemple dont l'ancien membre du KGB s'inspire souvent. Alexandre III a été tsar de 1881 à l'année de sa mort en 1894. Il a succédé à son père, Alexandre II, qui avait été tué par les populistes du mouvement Narodjana Volja. Alexandre III abroge toutes les timides ouvertures de son prédécesseur. Surnommé "le pacificateur", il poursuit des projets de russification de vastes territoires non russes et est un fervent partisan de la religion orthodoxe. Alexandre III a des vues panslaves et exploite la faiblesse de l'Empire ottoman pour protéger, ou influencer, les populations orthodoxes vivant dans la grande maladie de l'Europe. En politique étrangère, il est très proche de la France de la Troisième République. Sous son règne, le gigantesque projet de chemin de fer transsibérien a également été achevé.

Kramskoy_Alexander_III_(1).jpg

La figure d'Alexandre III fait l'objet d'un processus de réévaluation depuis le début des années 1990, notamment grâce à l'opinion favorable de Poutine. Poutine l'a décrit comme un exemple de combinaison harmonieuse entre la modernisation du système de production et la fidélité à la tradition. Poutine a inauguré pas moins de deux monuments dédiés au Tsar. Le premier a été dévoilé en novembre 2017 en Crimée, ce qui n'est pas un hasard, et le second en juin 2021 à Gatchina, au sud de Saint-Pétersbourg. 

Un autre épisode significatif s'est produit le 4 novembre 2021, jour de l'unité nationale. À cette date, M. Poutine a déposé des fleurs devant le monument à la fin de la guerre civile construit à Sébastopol, en Crimée. Un autre choix mûrement réfléchi. Pour Poutine, les morts des affrontements entre Blancs et Rouges sont parfaitement égaux, car ce sont des Russes. L'intention est de donner une interprétation unifiée de l'histoire russe, sans divisions considérées comme des accidents de l'histoire et sans l'influence néfaste de l'idéologie. 

Monument-on-Ussuri-River-Vladivostok.jpg

Un autre monument dédié aux soldats russes tombés au combat est celui inauguré à Vladivostok le 27 avril 2021. Les protagonistes de l'œuvre, financée par l'appareil d'État, sont les soldats morts dans le conflit contre la Chine sur l'île Damansky en 1969 (photo, ci-dessus). Il y a quelques années encore, on ne parlait pas de ces affrontements, mais on les redécouvre aujourd'hui sur un ton patriotique. De même, le monument d'Archangelsk dédié aux courageux géologues qui ont exploré le nord-ouest inhospitalier de la Russie est inspiré par le désir d'insuffler un sentiment d'unité à la population. L'URSS l'avait mis "entre parenthèses".

Une unité qui semble se briser lorsque les citoyens russes sont confrontés à leur passé soviétique. Selon un sondage Levada, 48% des habitants de la Russie sont favorables à un monument à Staline. Ce chiffre est le plus élevé depuis que la Russie contemporaine existe.  Pas moins de 60 % des personnes interrogées souhaitent la création d'un musée consacré à Koba. À Bor, près de Nijni Novgorod, un centre de loisirs a été dédié à Staline, à l'incrédulité de quelques-uns et à la satisfaction de beaucoup de ceux qui se souviennent de la lutte titanesque de la Grande Guerre patriotique. Les habitants de Moscou sont beaucoup plus divisés, puisqu'ils ont été invités ces derniers mois à décider quelle statue placer sur la place centrale de la Loubianka. Le choix était entre un nouveau monument à Nevksy ou la reconstruction de celui démoli en 1991 représentant Feliks Dzerzinsky. Il est le fondateur de la Tcheka, surnommé "Feliks de fer" pour son honnêteté ou "Jacobin prolétarien" pour sa célèbre incorruptibilité, ce qui le rapproche de Robespierre. Le référendum a donné 55% des voix au héros russe, mais Dzerzinsky a obtenu un solide 45%. Cela a conduit le maire de Moscou, M. Sobjanin, à déclarer la consultation nulle et non avenue, l'incertitude étant trop grande parmi les Moscovites. La place de la Loubianka reste sans monument alors que les Russes sont divisés sur ce qu'il faut sauver, et qui, de leur encombrant passé soviétique.

Le panthéon de Poutine

Mais de nombreuses autres statues ont été dédiées à des personnages cruciaux de l'histoire russe, Nevsky en tête. Le dernier monument a été inauguré le 11 septembre 2021 sur le lac Chudskoe par M. Poutine et le patriarche Kirill. Nevsky était prince de Novgorod et de Vladimir. Il a porté ses principautés à leur plus grande splendeur. En 1240, il a vaincu les catholiques suédois, en infériorité numérique. Puis il s'est exilé pour avoir été trop puissant. Fervent défenseur de l'orthodoxie russe, Nevsky retourne à Novgorod. Il a été rappelé de son buen retiro, un peu comme Cincinnatus, pour sauver son peuple. Il a réussi à vaincre les chevaliers teutoniques lors de la légendaire bataille du lac gelé en 1242. Grâce à son succès décisif, Nevsky a préservé la religion orthodoxe, qui avait été mise en danger par la volonté de conversion des Allemands. Sa mémoire a été utilisée par Pierre le Grand et Staline comme un symbole de la Russie. Le cas de l'Ordre Nevsky est particulier. C'est un honneur conçu par les tsars, aboli par Lénine et recréé par Koba. Poutine l'a conservé, en le rapprochant du symbolisme tsariste. Le président russe considère Nevsky comme l'un des plus grands exemples de patriotisme et de dévouement à la patrie. 

143678.jpg

Un autre personnage auquel un monument a été dédié en octobre 2016 est Ivan IV, le Terrible. Sa statue se dresse au sud de Moscou. Il est le premier à se faire appeler "tsar" et prône une politique très centralisée. Ivan IV réorganise l'économie, l'administration publique et l'armée. Il a vaincu et subjugué les Tatars à plusieurs reprises et a conquis Kazan. Un mois après la statue du Terrible, une statue de Vladimir Ier le Grand a également été dévoilée. Le monument se trouve près du Kremlin et célèbre un prince de Kiev. Le signal est clair : l'Ukraine et la Russie ont une même origine. Vladimir a porté sa principauté au plus haut niveau et a même réussi à convertir son peuple au christianisme en 988. Son mariage avec la princesse byzantine Anna, sœur de Constantin VIII et de Basile III, est un grand succès. Grâce à cette démarche, la Russie s'est rapprochée de la religion orthodoxe et a revendiqué, sur le plan idéologique, d'être reconnue comme la "troisième Rome". 

1149236.jpg

Conclusion

Ce n'est pas une coïncidence si le personnage historique qui inspire le plus Poutine est Alexandre III. Empereur autocratique mais modernisateur, il a pu diriger ses vastes territoires avec confiance, en laissant de côté les influences extérieures. Le leitmotiv qui lie toute la politique culturelle de Poutine est la volonté de souligner l'importance cruciale de l'unité, du patriotisme, du sens de la continuité historique et de la religion orthodoxe. L'unité est cruciale car la Russie a subi, et subit toujours, des pressions centrifuges. Le patriotisme, quant à lui, adopte l'héritage du marxisme-léninisme comme idéologie directrice de l'État. La continuité historique légitime le nouvel ordre, lui donne une solidité et le place en lien direct avec les grandes figures du passé. La nécessité, dans ce cas, est de faire comprendre aux Russes que leur nation a une histoire millénaire derrière elle, et non trente ans. Enfin, la religion orthodoxe est perçue comme l'instrumentum regni par excellence, une sorte d'allié indispensable de l'État. La relation symbiotique entre "le trône et l'autel" est un héritage partiel du césaropapisme tsariste, lui-même issu d'influences byzantines déterminantes. En ce sens, la période soviétique est une parenthèse. Le travail que Poutine mène avec beaucoup d'attention est en fait une re-nationalisation des masses qui se sont égarées après les turbulences des années 1990. Le fait est que la complexité du défi auquel la classe dirigeante russe est confrontée est énorme.

Écrire un commentaire