Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 juin 2024

Poutine dénonce la dépendance de l'Allemagne vis-à-vis des Etats-Unis

3027855_0 0 3073 1730_1920x0_80_0_0_5f8e41d290452003c7d1ad5f8aa45aca.jpg

Poutine dénonce la dépendance de l'Allemagne vis-à-vis des Etats-Unis

Par Elena Fritz

Source: https://www.pi-news.net/2024/06/putin-prangert-deutschlands-abhaengigkeit-von-den-usa-an/

Lors d'une conférence de presse tenue mercredi à l'occasion du Forum économique de Saint-Pétersbourg, le président russe Vladimir Poutine a profité de l'occasion pour exprimer ses critiques à l'égard de l'Allemagne et pour aborder les tensions actuelles qui sèment la discorde entre les deux pays. Poutine, qui considère l'Allemagne comme l'un des pays les plus hostiles, s'est penché de près sur les décisions politiques de Berlin et a mis en lumière les conséquences importantes qui s'ensuivront pour les relations germano-russes.

Poutine s'est montré particulièrement préoccupé par l'apparition de chars allemands en Ukraine, qu'il a qualifiée de choc moral et éthique pour la Russie. Il a souligné que la livraison de missiles à Kiev avait irrémédiablement endommagé les relations diplomatiques entre Berlin et Moscou. Pour M. Poutine, ces mesures de soutien militaire sont le signe d'une hostilité et d'une méfiance croissantes envers la Russie.

Un autre point central de sa critique était la dépendance croissante de l'Allemagne vis-à-vis des États-Unis. Poutine a fait valoir que l'Allemagne n'agissait plus de manière autonome en matière de défense et d'information et que cette dépendance limitait massivement la liberté de décision de Berlin. Selon M. Poutine, cette situation oblige la politique allemande à prendre des mesures qui ne sont pas dans l'intérêt supérieur du pays, mais qui servent plutôt les objectifs stratégiques de Washington.

En ce qui concerne les conséquences économiques des tensions politiques, M. Poutine a souligné que la rupture des relations énergétiques entre la Russie et l'Allemagne avait un effet dévastateur sur l'industrie allemande. Sans les livraisons d'énergie à bas prix de la Russie, les entreprises allemandes perdraient leur compétitivité, ce qui pourrait entraîner à long terme des dommages économiques et des pertes d'emplois considérables. 

Poutine a également établi des parallèles historiques pour étayer ses arguments. Il a mis sur le tapis le fait que l'Allemagne n'a jamais été pleinement souveraine après la Seconde Guerre mondiale et a vivement critiqué le gouvernement allemand pour avoir tacitement accepté le sabotage des gazoducs Nord Stream.

Le discours de Poutine ne met pas seulement en évidence les tensions actuelles, il laisse également entrevoir l'espoir que des changements politiques en Allemagne pourraient permettre de normaliser les relations. Le soutien à une politique plus souveraine et à des partis comme l'AfD pourrait jouer un rôle décisif à cet égard.

Poutine s'est exprimé avec une clarté et une urgence qui mettent en évidence le profond fossé entre les pays et la nécessité de revoir la politique étrangère allemande. À l'heure où l'Allemagne doit retrouver son indépendance et faire passer les intérêts de ses citoyens au premier plan, l'AfD pourrait faire office de voix de la raison et de la souveraineté nationale. Cette perspective offre une opportunité non seulement pour les relations germano-russes, mais aussi pour le renforcement de l'Allemagne sur la scène internationale.

fritz_elena.jpgQui est Elena Fritz?

La collaboratrice du site PI-NEWS Elena Fritz, est née le 3 octobre 1986, elle est arrivée en Allemagne il y a 24 ans en tant qu'Allemande de Russie. Après son baccalauréat, elle a étudié le droit à l'université de Ratisbonne et a obtenu un diplôme avec succès. Elle s'est engagée dans l'AfD depuis 2018, a fait partie du comité directeur du parti dans l'État de Bavière de 2019 à 2021 et s'est présentée comme candidate directe au Bundestag en 2021. Elle est l'heureuse mère d'un petit garçon de trois ans. Cliquez ici pour accéder au canal Telegram d'Elena Fritz:  https://t.me/global_affairs_byelena

mercredi, 22 mai 2024

Poutine chez Xi Jinping. Pour choisir les partenaires du nouveau gazoduc

np_file_216724.jpeg

Poutine chez Xi Jinping. Pour choisir les partenaires du nouveau gazoduc

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/putin-da-xi-jinping-anche-per-scegliere-i-partner-del-nuovo-gasdotto/

Mongolie ou Kazakhstan ? C'est cette semaine, lors de la rencontre entre Xi Jinping et Poutine, que sera décidé le tracé du nouveau gazoduc qui augmentera considérablement les livraisons de méthane russe à la Chine. Mais Power of Siberia 2 jouera également un rôle géopolitique. D'une part, en effet, il démentira tous les rapports des médias italiens sur le refroidissement des relations entre Pékin et Moscou, avec des spéculations sur le refus chinois de soutenir la construction du nouveau gazoduc. D'autre part, il permettra de renforcer les liens entre les deux pays avec... Oui, avec qui ?

À l'origine, le projet devait passer par la Mongolie. Cependant, la Mongolie a commencé à flirter avec les États-Unis, devenant ainsi une menace potentielle pour la Russie et la Chine. Moscou a donc jugé bon de se tourner vers le Kazakhstan, avec un projet qui calmerait la passion croissante du Kazakhstan pour Washington.

Entre-temps, cependant, l'amour entre la Mongolie et les États-Unis s'est quelque peu estompé, et Xi Jinping et Poutine devront désormais gérer cette situation délicate dans une région qu'ils considèrent comme la leur.

Cette situation n'est pas facile, car elle exige des choix rapides et des réactions de plus en plus décisives face à l'ingérence des États-Unis. Il est évident que Washington veille à ses propres intérêts dans tous les domaines. Cela se voit également au Moyen-Orient, où es States continuent non seulement à soutenir la boucherie perpétrée par Israël, malgré les protestations de leurs campus universitaires, mais tentent également d'éloigner l'Arabie saoudite de son étreinte avec les pays du Brics. Les Etats-Unis tentent donc d'éloigner l'Arabie saoudite des pays du Brics, en particulier de l'Iran sur le plan géopolitique et de la Chine sur le plan financier. L'utilisation de la monnaie chinoise au lieu du dollar pour les ventes de pétrole crée de nombreux problèmes pour la monnaie américaine. Dans l'immédiat et surtout à plus long terme.

Il faut donc faire pression sur Riyad pour que les Saoudiens changent de cap.

samedi, 18 mai 2024

Un Russe en Chine

ca-times.brightspotcdn.jpg

Un Russe en Chine

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/un-russo-in-cina/

Il est venu un Russe en Chine. Et ce Russe, inutile de le préciser, c'est Vladimir Poutine. Le Tsar. Le méchant par excellence, selon nos médias. Isolé, sanctionné, recherché par la Cour pénale internationale... un paria.

Mais à Pékin, il est accueilli avec des honneurs triomphaux. Xi Jinping le salue et l'embrasse comme son ami le plus proche. Fanfares, défilés, discours des plus hautes autorités. Toute l'oligarchie de la Cité interdite fait la queue pour accueillir l'illustre invité.

Il y a quelques semaines, Blinken, le secrétaire d'État américain, fut traité comme un voyageur de commerce qui vient vous déranger à l'heure du déjeuner.

Scholz, le chancelier de la (défunte) Grande Allemagne, fut, lui, reçu par un vice-maire. Même un maire ne s'était pas dérangé.

Cela devrait suffire à comprendre. Mais nos médias continuent à faire l'autruche.

Pékin a pris sa décision. Et, avec le pragmatisme qui caractérise les mandarins rouges, il nous fait comprendre que le choix du terrain est désormais fait.

La Chine et la Russie ne sont plus seulement de grands partenaires commerciaux. Elles sont, à tous égards, des alliés stratégiques. Moscou peut compter sur le soutien total de Pékin dans la confrontation/lutte avec l'OTAN. Un soutien aujourd'hui politique... mais à l'avenir, si le conflit devait déborder les frontières de l'Ukraine, il pourrait prendre une toute autre tournure.

D'un autre côté, à quoi de différent aurions-nous pu nous attendre?

La récente rencontre à Paris entre Xi Jinping et Macron, puis celle avec von der Leyen, s'étaient soldées par un gel. Après que le nouveau duo de comiques involontaires ait été jusqu'à exiger de la Chine qu'elle réduise ses exportations pour « répondre aux normes européennes ». Sic !

Et Washington ? Il arme Taïwan. Il cherche à construire une alliance dans le Pacifique pour enfermer la Chine dans une sorte de ceinture de confinement.

Et, pour faire du marketing à outrance, il impose des droits de douane insensés (jusqu'à 100 %) sur les produits chinois.

Au mépris du libre marché proclamé. Et des accords de l'OMC.

Les seigneurs de Pékin sont rompus à l'arithmétique élémentaire. Et ils ont immédiatement fait le calcul. Deux plus deux égalent quatre. Si Washington et les Européens veulent la guerre, c'est la guerre. Commerciale, économique... pour l'instant. Mais en attendant, ils soudent la relation avec Moscou.

Parce qu'ils pensent que, tôt ou tard, une confrontation armée directe est également inévitable.

Ils ne l'ont pas voulu. Ce n'était pas dans leurs plans. Mais ils sont réalistes.

Ils accueillent donc Poutine comme il convient d'accueillir le principal allié. Dans la prochaine guerre mondiale.

mercredi, 08 mai 2024

L'intelligence artificielle dans le monde russe

6168f4be7300c3d1bea9bf479d19ff27.jpg

L'intelligence artificielle dans le monde russe

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/05/01/tekoaly-venalaisessa-maailmassa/

Le philosophe russe Alexandre Douguine craint que la technologie de l'intelligence artificielle ne change le monde tel que nous le connaissons, ainsi que les êtres humains eux-mêmes. « Dans le domaine de l'intelligence artificielle, l'humanité doit être conçue comme un grand ordinateur, mais ses composants ne fonctionnent pas parfaitement », déclare-t-il.

« Le matérialisme, le nominalisme, l'évolutionnisme, la philosophie analytique (basée sur le positivisme logique) et la technocratie » ont préparé le terrain théorique pour une « quatrième révolution industrielle », qui sera « diffusée et mise en œuvre par le biais de la science, de l'éducation et de la culture ».

« Dans un certain sens, l'humanité telle qu'elle est présentée par la science et la philosophie modernes est déjà une intelligence artificielle, un réseau neuronal. L'IA est humaine dans la mesure où les épistémologies modernes et postmodernes imitent artificiellement la pensée humaine", conclut Douguine.

« L'État bourgeois est l'ordinateur de la première génération, la société civile la deuxième, le pouvoir total du gouvernement mondial la troisième, et la transition vers l'IA, la quatrième, qui achève le processus d'aliénation [de l'humanité] », énumère le politologue.

Dans ce cadre, « l'histoire du capitalisme est le processus de création du superordinateur ». « L'ère moderne culminera inévitablement dans l'intelligence artificielle, à moins que la vision du monde scientifique antithéiste et antihumaniste du modernisme ne soit abandonnée », estime Douguine.

03161b9b0586ddd308fda71ca2f20276.jpg

L'IA est le « dernier arrêt » pour Douguine, mais « ce train a été pris il y a cinq cents ans ». Pour inverser cette tendance, il faudrait faire dérailler le capitalisme ici et maintenant. Existe-t-il une volonté de le faire, dans quelque direction que ce soit ?

L'opération militaire spéciale [en Ukraine] est une guerre philosophique", affirme Douguine. « La tâche des Russes est de vaincre la cyber-réalité. Il n'est guère possible de l'éviter. Il faut chevaucher le tigre et transformer le poison en médicament. L'idée russe doit conquérir et soumettre non seulement l'Ukraine, mais aussi l'intelligence artificielle. Tels sont les enjeux", s'enflamme le penseur.

Mais qu'en pense le dirigeant russe, le président Vladimir Poutine lui-même? Il salue l'IA comme « une réalisation exceptionnelle de l'esprit humain ». Néanmoins, il estime également qu'il est « important de réfléchir à ce que les gens ressentent en présence des machines ».

« Où fixer les limites du développement de l'IA ? Ces questions éthiques, morales et sociales ont suscité de sérieux débats dans notre pays et dans le monde entier. Certains ont même suggéré de reporter le développement dans le domaine de l'IA générative et particulièrement puissante, qui devrait avoir des capacités cognitives surpuissantes. »

Poutine est trop pragmatique pour être un luddite hostile à tout développement. « Nier le développement de la technologie n'est pas la voie de l'avenir, car c'est tout simplement impossible », estime-t-il. Même si la Russie interdit l'IA, d'autres continueront à y travailler et le monde russe restera à la traîne. Bien entendu, ce n'est pas ce que souhaite M. Poutine.

« Mais il est crucial de garantir la sécurité et l'utilisation rationnelle de ces technologies, et nous devons nous appuyer sur la culture traditionnelle, entre autres, parce qu'elle est le régulateur éthique le plus naturel du développement technologique. Ces idéaux de bonté et de respect humain ont été exprimés par Tolstoï, Dostoïevski et Tchekhov, ainsi que par d'excellents auteurs de science-fiction tels que Belyayev et Yefremov", ricane Poutine dans le coin éthique de son esprit, en rentrant chez lui.

61959edc1380b3427bbb099a4d79a774.jpg

« On peut demander à l'intelligence artificielle de réfléchir aux moyens de limiter le champ de ses activités afin d'éviter de franchir certaines limites préjudiciables à l'homme. Les travaux de nos éminents auteurs ont servi de boussole morale à des générations de scientifiques, permettant à notre pays de remporter des victoires scientifiques et d'utiliser ces réalisations au profit des gens", suggère M. Poutine.

Mais une superpuissance ou une entreprise technologique - ou l'IA avancée elle-même - peut-elle (ou pourra-t-elle) réussir ? - Peut-on limiter le développement afin de ne pas entrer dans une ère transhumaniste, « post-humaine », où la « gouvernance mondiale » est contrôlée par l'IA, comme dans la science-fiction ?

La seule différence entre les différents intérêts dans le développement technologique pourrait être que l'Occident collectiviste, au bord de la ruine, permet à la technologie d'asservir les gens au « wokisme », tandis que la politique identitaire du monde russe favorise le réalisme, c'est-à-dire la reconnaissance qu'il n'y a encore que deux sexes, masculin et féminin.

Pour les experts les plus pessimistes, une intelligence artificielle de type extraterrestre qui pense mille fois plus vite que nous ne détruira pas le monde, mais seulement les hommes qui l'habitent. La « quatrième révolution industrielle » mangera-t-elle les hommes à mesure que s'estomperont les frontières de la réalité telle que nous la connaissons, ou l'IA ne sera-t-elle qu'une bulle informatique de plus ?

samedi, 23 mars 2024

Le récit occidental de la "farce électorale" de Poutine démasqué

AFP_12I4F2-jumbo.jpg

Le récit occidental de la "farce électorale" de Poutine démasqué

Un institut de sondage soutenu par les Etats-Unis confirme un fort soutien à Poutine

Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/das-westliche-narrativ-von-putins-wahlfarce-entlarvt/

L'Occident est unanime : l'élection présidentielle en Russie a été un "simulacre" ou une "farce" et n'a pas respecté les normes démocratiques. Lors de ces "élections mises en scène sans opposition crédible" (© CNN), le président sortant Vladimir Poutine a été réélu pour un nouveau mandat avec 87% des voix. Le complexe politico-médiatique occidental insinue que Poutine ne doit sa victoire électorale qu'à une manipulation à grande échelle et à l'intimidation d'opposants politiques, et que le président est en réalité impopulaire auprès des Russes.

En fait, les Russes sont très satisfaits de leur président, comme le montre un sondage de l'institut de sondage Levada. Selon ce sondage, Poutine a obtenu en février 2024 un taux d'approbation de 86%, soit presque autant que son pourcentage de voix lors de l'élection présidentielle. Seuls 11% ont déclaré être mécontents de Poutine. En outre, depuis septembre 2023, les sondages Levada indiquent des taux d'approbation de Poutine d'au moins 80%.

16825243_605.jpg

Levada n'est pas un institut de sondage à la botte du Kremlin, mais un institut de sondage financé par l'Occident. C'est pourquoi les autorités russes considèrent le centre Levada comme une "agence étranger". Parmi les financeurs de Leveda figure notamment le National Endowment for Democracy (NED), une fondation semi-publique américaine également considérée comme le "bras civil de la CIA". En 2011, la NED a écrit sur son site web que "le Centre analytique Yuri Levada, un boursier de la NED basé à Moscou, est un institut de sondage indépendant connu pour ses enquêtes sur les questions sociopolitiques en Russie et dans le monde". Le Centre Levada travaille également en étroite collaboration avec la station de propagande américaine Radio Free Europe/Radio Liberty.

En mai 2013, le journal russe Izvestia, citant une source du bureau du Procureur général, a écrit qu'entre le 26 mars et le 31 mars 2012, trois personnes ont été arrêtées et qu'entre décembre 2012 et le 24 mars 2013, 3,9 millions de roubles ont été transférés de l'étranger sur les comptes du centre Levada. Le journal a précisé: "Le groupe de réflexion a reçu de l'argent de l'Open Society Institute américain ainsi que d'organisations basées en Italie, en Grande-Bretagne, en Pologne et en Corée". Derrière l'Open Society Institute se trouve le grand spéculateur George Soros.

jeudi, 21 mars 2024

La politique par d'autres moyens: Poutine et Clausewitz

Holmes_032322.jpg

La politique par d'autres moyens: Poutine et Clausewitz

Source: https://geoestrategia.es/noticia/42449/geoestrategia/politica-por-otros-medios:-putin-y-clausewitz.html

À la seule exception possible du grand Sun Tzu et de son "Art de la guerre", aucun théoricien militaire n'a eu un impact philosophique aussi durable que le général prussien Carl Philipp Gottfried von Clausewitz. Clausewitz, qui a participé aux guerres napoléoniennes, s'est consacré dans les dernières années de sa vie à l'ouvrage qui allait devenir son œuvre emblématique : un tome dense intitulé simplement Vom Kriege - Sur la guerre. Ce livre est une méditation sur la stratégie militaire et le phénomène sociopolitique de la guerre, fortement liée à une réflexion philosophique. Bien que "De la guerre" ait eu un impact durable et indélébile sur l'étude de l'art militaire, le livre lui-même est parfois difficile à lire, ce qui s'explique par le fait que Clausewitz n'a jamais pu l'achever, ce qui est une grande tragédie. Il mourut en 1831, à l'âge de 51 ans, avec son manuscrit en désordre, et c'est à sa femme qu'il revint d'essayer d'organiser et de publier ses textes.

61j80VQ4XZL._SL1314_.jpg

61mPLvk8DxL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Clausewitz est surtout célèbre pour ses aphorismes - "Tout est très simple dans la guerre, mais le plus simple est difficile" - et son vocabulaire de la guerre, qui comprend des termes tels que "friction" et "culmination". Cependant, parmi tous ses passages éminemment citables, l'un d'entre eux est peut-être le plus célèbre : son affirmation selon laquelle "la guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens".

C'est sur cette affirmation que je souhaite me concentrer pour l'instant, mais avant cela, il peut être utile de lire l'intégralité du passage de Clausewitz sur le sujet :

"La guerre est la simple continuation de la politique par d'autres moyens. On voit donc que la guerre n'est pas seulement un acte politique, mais aussi un véritable instrument politique, une continuation du commerce politique, une réalisation de celui-ci par d'autres moyens. Au-delà de ce qui est strictement propre à la guerre, il s'agit simplement de la nature particulière des moyens qu'elle utilise. Que les tendances et les vues de la politique ne soient pas incompatibles avec ces moyens, l'Art de la Guerre en général et le Commandant dans chaque cas particulier peuvent l'exiger, et cette revendication n'est d'ailleurs pas insignifiante. Mais quelle que soit la force de la réaction sur les vues politiques dans les cas particuliers, elle doit toujours être considérée comme une simple modification de ces vues ; car les vues politiques sont l'objet, la guerre est le moyen, et le moyen doit toujours inclure l'objet dans notre conception" (De la guerre, volume 1, chapitre 1, section 24).

Une fois le style dense de Clausewitz éliminé, l'affirmation est relativement simple : la guerre est toujours faite en référence à un objectif politique plus large, et elle existe sur l'ensemble de l'échiquier politique. La politique se retrouve à chaque point de l'axe : la guerre est déclenchée en réponse à une nécessité politique, elle est maintenue et poursuivie en tant qu'acte de volonté politique et, en fin de compte, elle espère atteindre des objectifs politiques. La guerre ne peut être séparée de la politique ; en effet, c'est l'aspect politique qui en fait une guerre. Nous pouvons même aller plus loin et dire que la guerre, en l'absence de superstructure politique, cesse d'être une guerre et devient une violence brute et animale. C'est la dimension politique qui rend la guerre reconnaissable et différente des autres formes de violence.

Considérez la guerre de la Russie en Ukraine en ces termes.

Poutine le bureaucrate

Il arrive souvent que les plus grands hommes du monde soient mal compris en leur temps : le pouvoir enveloppe et déforme le grand homme. C'était certainement le cas de Staline et de Mao, et c'est également le cas de Vladimir Poutine et de Xi Jinping. Poutine, en particulier, est perçu en Occident comme un démagogue hitlérien qui gouverne par la terreur extrajudiciaire et le militarisme. Il n'y a rien de plus faux.

Presque tous les aspects de la caricature occidentale de Poutine sont profondément erronés, bien que ce récent profil de Sean McMeekin s'en rapproche beaucoup plus que la plupart des autres. Tout d'abord, Poutine n'est pas un démagogue, il n'est pas charismatique par nature et, bien qu'il ait amélioré ses compétences politiques au fil du temps et qu'il soit capable de prononcer des discours puissants lorsque cela est nécessaire, il n'est pas un adepte des podiums. Contrairement à Donald Trump, Barack Obama ou même Adolf Hitler, Poutine n'est tout simplement pas un adepte des foules par nature. En Russie même, son image est celle d'un serviteur politique de carrière plutôt terne mais sensé, plutôt que celle d'un populiste charismatique. Sa popularité durable en Russie est bien plus liée à la stabilisation de l'économie et du système de retraite russes qu'aux photos de lui montant à cheval torse nu.

Il fait confiance au plan, même lorsque celui-ci est lent et ennuyeux.

En outre, contrairement à l'idée qu'il exerce une autorité extra-légale illimitée, Poutine est plutôt un adepte du procéduralisme. La structure de gouvernement de la Russie autorise expressément une présidence très forte (c'était une nécessité absolue après l'effondrement total de l'État au début des années 1990), mais dans le cadre de ces paramètres, Poutine n'est pas perçu comme une personnalité particulièrement encline à prendre des décisions radicales ou explosives. Les critiques occidentaux peuvent prétendre qu'il n'y a pas d'État de droit en Russie, mais au moins Poutine gouverne-t-il par la loi, les mécanismes et procédures bureaucratiques constituant la superstructure au sein de laquelle il opère.

Putin-1024x683.jpg

Guerre expéditionnaire

De toutes les affirmations fantasmagoriques qui ont été faites au sujet de la guerre russo-ukrainienne, peu sont aussi difficiles à croire que l'affirmation selon laquelle la Russie avait l'intention de conquérir l'Ukraine avec moins de 200.000 hommes. En effet, une vérité centrale de la guerre que les observateurs doivent absolument comprendre est le fait que l'armée russe est en infériorité numérique depuis le premier jour, en dépit du fait que la Russie dispose d'un énorme avantage démographique par rapport à l'Ukraine elle-même. Sur le papier, la Russie a engagé une force expéditionnaire de moins de 200.000 hommes, même si, bien sûr, ce total n'a pas été en première ligne dans les combats actifs ces derniers temps.

Le déploiement de la force légère est lié au modèle de service assez unique de la Russie, qui a combiné des "soldats sous contrat", le noyau professionnel de l'armée, avec un appui de réservistes généré par une vague de recrutement annuelle. En conséquence, la Russie dispose d'un modèle militaire à deux niveaux, avec une force professionnelle prête à l'emploi de classe mondiale et un vaste réservoir de cadres de réserve dans lequel puiser, complété par des forces auxiliaires telles que les BARS (volontaires), les Tchétchènes et la milice LNR-DNR.

Les fils de la nation - porteurs de la vitalité et des nerfs de l'État

Ce modèle de service mixte à deux niveaux reflète, d'une certaine manière, la schizophrénie géostratégique qui a frappé la Russie post-soviétique. La Russie est un pays immense, dont les engagements en matière de sécurité sont potentiellement colossaux et couvrent l'ensemble du continent, et qui a hérité d'un lourd héritage soviétique. Aucun pays n'a jamais démontré une capacité de mobilisation en temps de guerre d'une ampleur comparable à celle de l'URSS. Le passage d'un système de mobilisation soviétique à une force de préparation plus petite, plus agile et plus professionnelle a fait partie intégrante du régime d'austérité néolibéral de la Russie pendant la majeure partie des années Poutine.

Il est important de comprendre que la mobilisation militaire, en tant que telle, est également une forme de mobilisation politique. La force contractuelle prête à l'emploi nécessitait un niveau assez faible de consensus politique et d'acceptation par la majeure partie de la population russe. Cette force contractuelle russe peut encore accomplir beaucoup, militairement parlant : elle peut détruire des installations militaires ukrainiennes, faire des ravages avec l'artillerie, se frayer un chemin dans les agglomérations urbaines du Donbas et détruire une grande partie du potentiel de guerre indigène de l'Ukraine. Cependant, elle ne peut pas mener une guerre continentale de plusieurs années contre un ennemi qui est au moins quatre fois plus nombreux qu'elle, et qui se maintient grâce à des renseignements, un commandement et un contrôle, et du matériel qui est hors de sa portée immédiate, en particulier si les règles d'engagement l'empêchent de frapper les artères vitales de l'ennemi.

Il faut déployer davantage de forces. La Russie doit transcender l'armée d'austérité néolibérale. Elle a la capacité matérielle de mobiliser les forces nécessaires : elle dispose de plusieurs millions de réservistes, d'énormes stocks d'équipements et d'une capacité de production locale soutenue par les ressources naturelles et le potentiel de production du bloc eurasien qui a resserré les rangs autour d'elle. Mais n'oubliez pas que la mobilisation militaire est aussi une mobilisation politique.

don-t-mess-with-the-russians-2022-10-07.jpg

Si l'Union soviétique a pu mobiliser des dizaines de millions de jeunes pour affaiblir, submerger et finalement anéantir l'armée de terre allemande, c'est parce qu'elle disposait de deux puissants instruments politiques. Le premier était le pouvoir impressionnant et étendu du parti communiste, avec ses organes omniprésents. Le second était la vérité: les envahisseurs allemands étaient venus avec des intentions génocidaires (Hitler a pensé à un moment donné que la Sibérie pourrait devenir une réserve slave pour les survivants, qui pourrait être bombardée périodiquement pour leur rappeler qui était le chef).

Poutine ne dispose pas d'un organe coercitif aussi puissant que le parti communiste, qui disposait d'une puissance matérielle stupéfiante et d'une idéologie convaincante qui promettait d'ouvrir une voie accélérée vers une modernité non capitaliste. En fait, aucun pays ne dispose aujourd'hui d'un appareil politique comparable à cette splendide machine communiste, à l'exception peut-être de la Chine et de la Corée du Nord. Par conséquent, en l'absence d'un levier direct pour créer une mobilisation politique et donc militaire, la Russie doit trouver une voie alternative pour créer un consensus politique en vue de mener une forme supérieure de guerre.

C'est désormais chose faite, grâce à la russophobie occidentale et au penchant de l'Ukraine pour la violence. Une transformation subtile mais profonde du corps sociopolitique russe est en cours.

La construction d'un consensus

Dès le départ, Poutine et son entourage ont conçu la guerre russo-ukrainienne en termes existentiels. Toutefois, il est peu probable que la plupart des Russes l'aient compris. Au contraire, ils ont probablement vu la guerre de la même manière que les Américains ont vu les guerres en Irak et en Afghanistan : comme des entreprises militaires justifiées qui n'étaient toutefois qu'une simple tâche technocratique pour des militaires professionnels, et non une question de vie ou de mort pour la nation. Je doute fort qu'un Américain ait jamais cru que le sort de la nation dépendait de la guerre en Afghanistan (les Américains n'ont pas mené de guerre existentielle depuis 1865) et, à en juger par la crise du recrutement qui affecte l'armée américaine, personne ne semble percevoir une véritable menace existentielle étrangère.

Ce qui s'est passé dans les mois qui ont suivi le 24 février est tout à fait remarquable. La guerre existentielle pour la nation russe a été incarnée et réalisée pour les citoyens russes. Les sanctions et la propagande anti-russe diabolisant l'ensemble de la nation comme des "orcs" ont rallié à la guerre même des Russes initialement sceptiques, et la cote de popularité de Poutine a grimpé en flèche. L'hypothèse centrale de l'Occident, selon laquelle les Russes se retourneraient contre le gouvernement, a été renversée. Des vidéos montrant la torture de prisonniers de guerre russes par des Ukrainiens en colère, des soldats ukrainiens appelant des mères russes pour se moquer d'elles et leur annoncer la mort de leurs enfants, des enfants russes tués par des bombardements à Donetsk, ont servi à valider l'affirmation implicite de Poutine selon laquelle l'Ukraine est un État possédé par un démon qui doit être exorcisé à l'aide d'explosifs puissants. Au milieu de tout cela, utilement, du point de vue d'Alexandre Douguine et de ses néophytes, les "Blue Checks" pseudo-intellectuels américains ont publiquement bavé sur la perspective de "décoloniser et démilitariser" la Russie, ce qui implique clairement le démembrement de l'État russe et la partition de son territoire. Le gouvernement ukrainien (dans des tweets désormais effacés) a affirmé publiquement que les Russes sont enclins à la barbarie parce qu'ils sont une race mixte avec du sang asiatique mélangé.

russland-militaer-bevoelkerung-imago0261822476h.jpg

Simultanément, Poutine a progressé vers son projet d'annexion formelle de l'ancienne partie orientale de l'Ukraine, et y est finalement parvenu. Cela a également transformé juridiquement la guerre en une lutte existentielle. Les nouvelles avancées ukrainiennes dans l'est constituent désormais, aux yeux de l'État russe, un assaut contre le territoire russe souverain et une tentative de détruire l'intégrité de l'État russe. De récents sondages montrent qu'une large majorité de Russes soutient la défense de ces nouveaux territoires à tout prix.

Tous les domaines sont désormais alignés. Dès le départ, Poutine et consorts ont conçu cette guerre comme une lutte existentielle pour la Russie, afin de chasser un État fantoche anti-russe de ses portes et de vaincre une incursion hostile dans l'espace de la civilisation russe. L'opinion publique est de plus en plus d'accord avec cela (les sondages montrent que la méfiance des Russes à l'égard de l'OTAN et des "valeurs occidentales" est montée en flèche), et le cadre juridique post-annexion le reconnaît également. Les domaines idéologique, politique et juridique sont désormais unis dans l'idée que la Russie lutte pour sa propre existence en Ukraine. L'unification des dimensions techniques, idéologiques, politiques et juridiques a été décrite il y a quelques instants par le chef du parti communiste russe, Guennadi Ziouganov :

"Ensuite, le président a signé des décrets sur l'admission des régions de la RPD, de la RPL, de Zaporozhye et de Kherson au sein de la Russie. Les ponts sont brûlés. Ce qui était clair d'un point de vue moral et étatique est devenu un fait juridique : il y a un ennemi sur notre territoire, qui tue et mutile les citoyens de la Russie. Le pays exige les mesures les plus décisives pour protéger ses compatriotes. Le temps n'attend pas".

Un consensus politique a été atteint pour une plus grande mobilisation et une plus grande intensité. Il ne reste plus qu'à mettre en œuvre ce consensus dans le monde matériel du poing et de la botte, de la balle et de l'obus, du sang et du fer.

Une brève histoire de la génération des forces militaires

L'une des particularités de l'histoire européenne est de montrer à quel point les Romains étaient en avance sur leur temps dans le domaine de la mobilisation militaire. Rome a conquis le monde en grande partie parce qu'elle disposait d'une capacité de mobilisation exceptionnelle, générant pendant des siècles des niveaux élevés de participation militaire de masse de la part de la population masculine d'Italie. César a mené plus de 60.000 hommes à la bataille d'Alésia lorsqu'il a conquis la Gaule, une génération de force qui ne sera pas égalée pendant des siècles dans le monde post-romain.

Après la chute de l'Empire romain d'Occident, la capacité de l'État en Europe s'est rapidement détériorée. En France et en Allemagne, l'autorité royale décline tandis que l'aristocratie et les autorités urbaines montent en puissance. Malgré le stéréotype de la monarchie despotique, le pouvoir politique au Moyen Âge était très fragmenté et la taxation et la mobilisation étaient très localisées. La capacité romaine à mobiliser de grandes armées contrôlées et financées de manière centralisée a été perdue, et la guerre est devenue le domaine d'une classe combattante limitée : la petite noblesse ou les chevaliers.

En conséquence, les armées européennes médiévales étaient étonnamment petites. Lors des batailles décisives entre l'Angleterre et la France, comme Agincourt et Crécy, les armées anglaises comptaient moins de 10.000 hommes et les armées françaises pas plus de 30.000. La bataille d'Hastings, qui a marqué l'histoire mondiale et scellé la conquête normande de la Grande-Bretagne, a opposé deux armées de moins de 10.000 hommes. La bataille de Grunwald, au cours de laquelle une coalition polono-lituanienne a vaincu les chevaliers teutoniques, a été l'une des plus grandes batailles de l'Europe médiévale et a encore opposé deux armées totalisant au maximum 30.000 hommes.

Les pouvoirs de mobilisation et les capacités des États européens étaient étonnamment faibles à cette époque par rapport à d'autres États dans le monde. Les armées chinoises comptaient généralement quelques centaines de milliers d'hommes et les Mongols, même avec une bureaucratie nettement moins sophistiquée, pouvaient aligner 80.000 hommes.

guerre_trente_ans.jpg

La situation a commencé à changer radicalement lorsque l'intensification de la concurrence militaire - en particulier la sauvage guerre de Trente Ans - a contraint les États européens à amorcer enfin une évolution vers une capacité étatique centralisée. Le modèle de mobilisation militaire est finalement passé du système des serviteurs, dans lequel une petite classe militaire autofinancée assurait le service militaire, à l'État militaire fiscal, dans lequel les armées étaient formées, financées, dirigées et soutenues par les systèmes fiscaux et bureaucratiques des gouvernements centralisés.

Au début de la période moderne, les modèles de service militaire ont acquis un mélange unique de conscription, de service professionnel et de système de serviteurs. L'aristocratie a continué à assurer le service militaire dans le corps d'officiers naissant, tandis que la conscription et le service militaire étaient utilisés pour remplir les rangs. Il convient toutefois de noter que les conscrits étaient astreints à de très longues périodes de service. Cela reflétait les besoins politiques de la monarchie à l'époque de l'absolutisme. L'armée n'était pas un forum de participation politique populaire au régime : c'était un instrument permettant au régime de se défendre à la fois contre les ennemis étrangers et les jacqueries paysannes. Les conscrits n'étaient donc pas réincorporés dans la société. Il était nécessaire de faire de l'armée une classe sociale distincte, avec une certaine distance par rapport à la population générale : il s'agissait d'une institution militaire professionnelle qui servait de rempart interne au régime.

ob_42e5e4_035a-victoire-de-jemmapes-novembre-1.jpg

La montée en puissance des régimes nationalistes et des politiques de masse a permis aux armées de prendre de l'ampleur. Les gouvernements de la fin du XIXe siècle avaient désormais moins à craindre de leur propre population que les monarchies absolues du passé ; cela a changé la nature du service militaire et a finalement ramené l'Europe au système des Romains des millénaires passés. Le service militaire était désormais une forme de participation politique de masse, permettant aux conscrits d'être appelés, formés et réintégrés dans la société, le système des cadres de réserve qui a caractérisé les armées pendant les deux guerres mondiales.

En résumé, le cycle des systèmes de mobilisation militaire en Europe reflète le système politique. Les armées étaient très petites à l'époque où l'engagement politique des masses envers le régime était faible, voire inexistant. Rome a déployé de grandes armées parce qu'il y avait une acceptation politique significative et une identité cohésive sous la forme de la citoyenneté romaine. Cela a permis à Rome de susciter une forte participation militaire, même à l'époque républicaine où l'État romain était très petit et la bureaucratie peu développée. L'Europe médiévale avait une autorité politique fragmentée et un sens extrêmement faible de l'identité politique cohésive, et par conséquent ses armées étaient étonnamment petites. Les armées ont recommencé à grossir à mesure que le sentiment d'identité nationale et de participation augmentait, et ce n'est pas une coïncidence si la plus grande guerre de l'histoire, la guerre entre les nazis et les soviétiques, s'est déroulée entre deux régimes dont les idéologies totalisantes ont généré un niveau extrêmement élevé de participation politique.

Cela nous amène à aujourd'hui. Au XXIe siècle, avec son interconnexion et la disponibilité écrasante de l'information et de la désinformation, le processus de génération d'une participation politique et donc militaire de masse est beaucoup plus nuancé. Aucun pays n'a de vision utopique totalisante, et il est indéniable que le sentiment de cohésion nationale est nettement moins fort aujourd'hui qu'il ne l'était il y a cent ans.

Poutine n'aurait tout simplement pas pu procéder à une mobilisation à grande échelle au début de la guerre. Il ne disposait ni d'un mécanisme de coercition ni d'une menace manifeste pour susciter un soutien politique massif. Peu de Russes auraient cru qu'une menace existentielle se cachait dans l'ombre : il fallait le leur montrer, et l'Occident n'a pas déçu. De même, peu de Russes auraient probablement soutenu la destruction de l'infrastructure urbaine et des services publics de l'Ukraine dans les premiers jours de la guerre. Mais aujourd'hui, la seule critique de Poutine à l'intérieur de la Russie est du côté de la poursuite de l'escalade. Le problème avec Poutine, du point de vue russe, est qu'il n'est pas allé assez loin. En d'autres termes, la politique de masse a déjà devancé le gouvernement, ce qui rend la mobilisation et l'escalade politiquement insignifiantes. Par-dessus tout, nous devons nous rappeler que la maxime de Clausewitz reste vraie. La situation militaire n'est qu'un sous-ensemble de la situation politique, et la mobilisation militaire est aussi une mobilisation politique, une manifestation de la participation politique de la société à l'État.

Le temps et l'espace

Alors que la phase offensive ukrainienne avançait dans le nord de Lougansk et qu'après des semaines passées à se taper la tête contre un mur à Kherson, des avancées territoriales avaient été réalisées, Poutine a déclaré qu'il était nécessaire de procéder à des examens médicaux des enfants dans les provinces nouvellement admises et de reconstruire les cours d'école. Que se passait-il ? Était-il totalement détaché des événements sur le front ?

Il n'y a en réalité que deux façons d'interpréter ce qui s'est passé. La première est celle de l'Occident : l'armée russe est vaincue, épuisée et chassée du champ de bataille. Poutine est dérangé, ses commandants sont incompétents et la seule carte qu'il reste à la Russie à jouer est de jeter des conscrits ivres et non entraînés dans le hachoir à viande.

L'autre interprétation est celle que j'ai défendue, à savoir que la Russie se préparait à une escalade et s'est engagée dans un échange calculé dans lequel elle a cédé de l'espace en échange de temps et de pertes ukrainiennes. La Russie a continué à se retirer lorsque ses positions étaient compromises sur le plan opérationnel ou lorsqu'elle était confrontée à un nombre écrasant d'Ukrainiens, mais elle fait très attention à tirer sa force d'un danger opérationnel. À Lyman, où l'Ukraine menaçait d'encercler la garnison, la Russie a engagé des réserves mobiles pour débloquer le village et assurer le retrait de la garnison. L'"encerclement" de l'Ukraine s'est évaporé et le ministère ukrainien de l'intérieur a été bizarrement contraint de tweeter (puis de supprimer) des vidéos de véhicules civils détruits comme "preuve" que les forces russes avaient été anéanties.

Un calme inquiétant émane du Kremlin. Le décalage entre le stoïcisme du Kremlin et la détérioration du front est frappant. Peut-être que Poutine et l'ensemble de l'état-major russe étaient vraiment incompétents, peut-être que les réservistes russes n'étaient qu'une bande d'ivrognes. Peut-être n'y avait-il pas de plan du tout.

Ou peut-être que les fils de la Russie répondraient une fois de plus à l'appel de la patrie, comme ils l'ont fait en 1709, en 1812 et en 1941.

Alors que les loups rôdent à nouveau à la porte, le vieil ours se lève à nouveau pour combattre.

Quoi que l'on pense de lui ou de son projet politique, il est indéniable que Vladimir Poutine se distingue parmi les dirigeants actuels par un attribut qui, s'il était évident il y a cinquante ans, est aujourd'hui perçu comme une rareté politique : il a un plan et un projet pour sa nation. Nous pourrions débattre ici de la question de savoir si ce plan est souhaitable ou non, ou si c'est celui que nous voulons pour le reste des nations existantes. Mais nous n'aborderons pas cette question, principalement parce qu'elle n'intéresse pas Poutine, puisque son plan ne concerne, de son point de vue, que la Fédération de Russie. Pour la réalisation éventuelle de ce plan, Poutine dispose, entre autres moyens et ressources, de pas moins de 6000 têtes nucléaires, ce qui constitue, au moins dans un premier temps, un argument dialectique à prendre en compte.

E2S6OZIN2JNXXCU57QK4NFPEHA.jpg

Cela ne signifie pas que le président russe ignore que ces plans et programmes ne sont pas du goût de ses "partenaires occidentaux", ni qu'ils sont susceptibles de générer des frictions politiques de toutes parts, y compris avec des balles et des fusils. L'Ukraine et ces deux années de mort et de destruction, d'utilisation de la politique par d'autres moyens finalement, en sont un bon exemple.

En parcourant très brièvement les archives des journaux, vous découvrirez de nombreux moments et allusions du président dans lesquels il fait preuve de cette caractéristique. En d'autres termes, où il nous montre ses mauvaises intentions en voulant structurer la planification stratégique nationale en dehors des intérêts occidentaux. En d'autres termes, sans demander la permission à qui que ce soit. La dernière de ses très médiatiques présentations "hors normes", ou de ce qui est "ordonné au reste", est la récente interview qu'il a accordée à l'animateur vedette de la FOX, Tucker Carlson. Poutine s'y est illustré dans ce qui est peut-être le phénomène médiatique de l'année.

Parmi les nombreuses choses que Poutine a dites, l'une d'entre elles a particulièrement retenu notre attention. Il s'agit de la mention des diverses occasions où il a tenté de négocier avec l'Occident des mesures visant à la détente entre les blocs, sans obtenir de réponses favorables de la part de ses homologues à aucune de ces occasions. À cet égard, il a mentionné les entretiens avec les anciens présidents Clinton et Bush (père et fils), auxquels il a proposé des mesures concrètes, y compris l'éventuelle entrée de la Russie dans l'OTAN, recevant, dans un premier temps, des réponses positives de la part de ses interlocuteurs, pour voir ces intentions contrariées peu de temps après.

Ces faits mettent en lumière deux questions très importantes qui éclairent la politique réelle et les mécanismes objectifs qui régissent l'ordre politique international en ce qui concerne les grandes puissances. Premièrement, la puissance hégémonique n'est pas gouvernée par son peuple, représenté en la personne de son président voté et élu ; elle n'est qu'une pièce de plus (importante peut-être, mais pas essentielle) dans un réseau de mécanismes de gouvernance qui transcendent la gouvernance collective tant vantée des démocraties libérales.

D'autre part, ce que nous avons tous cru être la lutte de la démocratie et de la liberté contre la barbarie dictatoriale communiste, cliché favori des cultivateurs d'idéologie et de propagande pendant la guerre froide, cachait une vérité bien différente. En ce sens, ce qu'il convient de dire avec le temps et les faits, c'est qu'une fois le communisme vaincu et "l'histoire terminée" selon Fukuyama, quelle serait la raison politique de maintenir la belligérance avec la Russie ?

En ce sens, certains pourraient faire valoir, et ils n'auraient pas tort, qu'il était nécessaire de maintenir la machine de guerre américaine en état de marche, une source fondamentale de revenus pour le soi-disant complexe militaro-industriel américain, et pour cela, un ennemi visible et crédible sera toujours nécessaire pour justifier le détournement de milliards de dollars des contribuables américains vers les coffres de Boeing, Raytheon, Lockheed Martin et compagnie. Une autre raison, peut-être, est que la bureaucratie américaine avait tissé une toile d'agences gouvernementales pour servir la "cause de la liberté" contre le communisme, qui ont soudainement perdu leur raison d'être et, avec elle, les emplois de leurs travailleurs, dont beaucoup sont liés à des politiciens, qui ne laisseraient guère le fantôme soviétique s'éteindre, même s'il y avait beaucoup de gâteau à partager avec les républiques démembrées et leurs ressources, une fois qu'elles rejoindraient le concert des "nations libres". Ou ce qui, en clair, pourrait se traduire par le concert des satellites de la puissance américaine et de ses acolytes européens.

Même si tout cela est sans doute vrai, il nous semble qu'il y a une autre raison à prendre en compte, qui échappe à la dynamique même des choses palpables, comptabilisables et vendables. Il s'agit de la subtile question culturelle, idéologique dans une certaine mesure, souvent négligée par ceux qui recherchent des éléments structurels (politiques et économiques) pour expliquer les conflits géopolitiques.

huntington_fukuyama-copie.jpg

Dans ce contexte, Huntington n'avait peut-être pas tort de suggérer un possible choc des civilisations, remettant ainsi en question la "théorie de la fin (de l'histoire)" de Fukuyama. En évitant de simplifier l'histoire à une simple dialectique des perspectives, il est clair qu'une analyse objective et matérialiste ne peut ignorer la présence d'éléments idéologiques et culturels dans les interactions entre les empires, les États et les classes sociales, étant donné que les preuves de leur impact sont accablantes. La confrontation entre l'Ouest et l'Est, la nouvelle Russie s'identifiant à ce dernier en raison de son propre choix et de l'attitude obstinée et stupide de ses adversaires, ne peut s'expliquer uniquement par une concurrence féroce pour les ressources ; il existe également des causes idéologiques liées à des alternatives civilisationnelles qui méritent notre attention. Par "civilisationnel", nous entendons un projet de société politique, de nation et de culture associé à l'existence dans le temps d'un État, qui peut être développé en termes de projets, de plans et de programmes futurs. C'est ce que Gustavo Bueno appelle les "plaques continentales".

Ces projets doivent nécessairement prendre en compte les multiples dialectiques existant entre les différents groupes qui composent la société politique. Cet aspect est crucial et mérite une révision profonde, car il n'est pas possible de construire un projet civilisateur sans tenir compte des différentes idéologies en conflit permanent au sein d'une société, ni en ignorant les origines de ces mêmes idées et projets nationaux, en essayant d'imposer une alternative unique qui corresponde aux besoins ou aux désirs de la classe dirigeante du présent.

Même si, à long terme, l'idéologie dominante peut être la plus commode pour les élites hégémoniques d'une société, d'une classe ou d'un groupe social, même si elle se croit au-dessus de tous les autres, si elle est sage, elle doit toujours reconnaître et comprendre les caractéristiques de ses alternatives au sein de l'État, sous peine de perdre tout contact avec les autres réalités politiques existantes, de mettre en péril la continuité et la stabilité de l'État dans le temps, et donc de s'attaquer imprudemment à elle-même.

Dans ce contexte, que cela nous plaise ou non, la Russie a son propre projet civilisationnel, qui est clairement distinct du projet occidental, qui n'est rien d'autre qu'une extension du projet civilisationnel anglo-américain. Ce dernier, avec sa forte influence culturelle, stimulée par le protestantisme et le libéralisme en tant que forces motrices, conduit ce que l'on pourrait appeler l'"entéléchie démocratisante" ou la "destinée manifeste" américaine, poussant le cours actuel des événements. De même, l'Occident a sa propre perspective sur la société, la politique et la culture en relation avec l'État. Bien sûr, et elle se manifeste sous la forme de la mondialisation, qui vise essentiellement à imposer et à maintenir la domination anglo-saxonne sur l'ensemble de la planète. Mais il reste à savoir si ce projet est souhaitable ou même réalisable, compte tenu de la dialectique matérielle entre États et empires dans le contexte actuel.

C'est là que se trouve le nœud du problème, de beaucoup de problèmes. L'Occident a un projet civilisationnel, oui, mais le problème est qu'il est de moins en moins acceptable pour de nombreuses nations politiques à travers le monde. Pire encore, des alternatives à ce projet occidental ont commencé à émerger, et la Russie est l'une d'entre elles. Il s'agit là d'une question très sérieuse, car elle touche au cœur même du récit de la victoire libérale sur le communisme pendant la guerre froide. Si tel est le cas, la guerre froide elle-même n'était rien d'autre que la manifestation des conflits entre deux projets civilisationnels distincts, qui se sont heurtés sur de nombreux points fondamentaux, non sans manquer totalement d'éléments concordants.

Dans cette bataille, qui n'est pas unique en son genre, l'Occident a utilisé avec précision l'une de ses armes les plus puissantes, surpassant en capacité de destruction tous les arsenaux nucléaires existants. Cette arme, perfectionnée au fil des siècles, a remporté de nombreux triomphes sur des alternatives civilisationnelles auparavant dominantes. Il s'agit de la propagande, un outil véritablement distinctif et caractéristique du pouvoir anglo-saxon. Il s'agit d'une lutte tenace pour le contrôle du récit social, des logiques d'analyse et des idées dominantes du présent. En bref, le contrôle de ce que l'on appelle communément "la vérité". Un exemple classique de son efficacité est l'Espagne, premier cas dans l'histoire où l'artillerie idéologique anglo-saxonne a été déployée dans toute sa puissance.

putin-carlson-scaled.jpg

Toutefois, après des siècles d'utilisation et d'abus de ces mécanismes de diffusion et peut-être de domination idéologique/discursive du récit anglo-saxon, l'environnement médiatique contemporain présente, bien que de manière embryonnaire, des signes notables d'usure. L'interview de Carlson et son impact médiatique quantitatif et qualitatif en sont un bon exemple. Bien que l'interview ait apporté quelques nouvelles informations à ceux qui ne sont pas versés dans la question du conflit de guerre en cours, il est vrai que le phénomène lui-même a été l'interview elle-même et sa popularité. En d'autres termes, la volonté de milliards de personnes d'écouter l'autre camp, non seulement pour savoir ce qu'il pense, mais peut-être aussi pour découvrir s'il existe des alternatives à leur propre point de vue.

Le battage médiatique des plateformes de propagande anglo-américaines et de leurs terminaux européens, les hégémoniques en l'occurrence, a montré précisément le danger réel que les véritables classes dirigeantes voyaient dans ce phénomène. Et ce n'est pas tant ce que Poutine allait dire et si ce serait nouveau ou négatif pour l'Occident, mais le fait qu'il allait soulever, exposer, exposer le fait indéniable qu'il est possible de dire quelque chose de différent du discours hégémonique mondialiste. C'est cela qui est vraiment dangereux, parce que les idéologies s'imposent sous forme de dialectique ou, en d'autres termes, il ne suffit pas de dire que nous sommes les bons, ceux qui sont du bon côté de l'histoire, mais nous devons définir clairement qui sont les méchants, nos ennemis, nos opposés irréconciliables, et établir qu'en dehors de cette dualité, il n'y a rien d'autre. Une idéologie réussit lorsqu'elle parvient à faire en sorte que rien n'échappe au schéma analytique qu'elle a établi, du moins rien de ce qui compte vraiment. Par conséquent, ses lacunes apparaissent lorsque les faits concrets de la réalité dialectique irréductible et obstinée ne peuvent pas être intégrés dans ce cadre binaire.

Au fur et à mesure que la réalité devient plus complexe, même les personnes les mieux endoctrinées par le mondialisme officiel commencent à remettre en question, du moins en partie, ces structures d'analyse. L'interview de Poutine par Tucker Carlson a peut-être fait la lumière sur cette question. Le cœur du problème ne réside pas dans la Russie, Poutine, la Chine ou leurs intentions de défier le statu quo occidental. Le défi lancé à l'Occident, à l'"Anglo-Saxonie" et à ses vassaux, dirons-nous, réside plutôt dans le fait que son projet civilisationnel montre des signes de faiblesse interne. En d'autres termes, le déclin est évident, non seulement pour ses ennemis, mais aussi pour ceux qui, en son sein, doivent le valider par leurs croyances, leurs espoirs et leurs actions.

Les causes de ce déclin sont nombreuses et variées, mais l'une d'entre elles est certainement liée à l'incapacité de la classe hégémonique, celle qui, selon Marx, hégémonise l'idéologie dominante, à éprouver de l'empathie pour les besoins et les perspectives des autres groupes et classes au sein des États considérés comme occidentaux, voire à les comprendre. Les milliers de tracteurs qui traversent aujourd'hui l'Europe pour se rendre dans les principales capitales n'en sont qu'un exemple parmi tant d'autres. Le fait que ce soient ces classes qui dominent le discours accepté sur cette "plateforme continentale" rend le récit "officiel" de plus en plus inefficace pour expliquer les réalités auxquelles sont confrontés les multiples groupes sociaux qui, à leur grand regret, partagent le même espace de vie que les élites globocratiques occidentales. C'est cela, et non la prétendue malice de Poutine, qui témoigne véritablement de la fragilité et du déclin de l'Occident. Face à de telles faiblesses, l'histoire s'est montrée impitoyable. Il suffit d'interroger les empires déchus du passé, y compris l'Espagne, pour mieux le comprendre.

dimanche, 11 février 2024

Eva Vlaardingerbroek: quelques réflexions sur les déclarations de Poutine sur l'histoire et la géopolitique russes dans son interview avec Tucker Carlson

eva_vlaardingerbroek_by_hotwhitewomen_dfsjokr-pre.jpg

Eva Vlaardingerbroek: quelques réflexions sur les déclarations de Poutine sur l'histoire et la géopolitique russes dans son interview avec Tucker Carlson

Source : https://twitter.com/EvaVlaar

Le récit d'une durée de 30 minutes que prononça Poutine sur l'histoire de la Russie était incroyablement intéressant, non seulement en raison de sa pertinence politique actuelle, mais surtout parce qu'il met directement en évidence le fait qu'aucun dirigeant occidental ne pourrait aujourd'hui donner un récit historique aussi détaillé de sa propre nation comme l'a fait Poutine.

Les Occidentaux n'ont plus aucune idée de qui ils sont. Nous n'avons aucune idée de notre propre histoire. Pourquoi le ferions-nous ? Elle a été activement supprimée et rejetée. En fait, la seule chose dont nos "dirigeants" politiques actuels s'enorgueillissent est le rejet de notre "histoire rétrograde". Lorsqu'on leur demande ce qu'est l'Occident, la plupart des gens répètent un cliché selon lequel nous avons dépassé notre barbarie nationaliste pour devenir des "sociétés démocratiques libérales" éclairées. 

C'est ironique car, comme l'a confirmé une fois de plus l'interview de Poutine, la "démocratie libérale" en Occident n'est qu'une illusion. L'actuel président des États-Unis étant indéniablement sénile, cela ne pourrait pas être plus évident. Nos chefs de gouvernement - et a fortiori nos représentants parlementaires - ne sont pas ceux qui tirent les ficelles, mais cette évidence ne suscite pas l'indignation que l'on pourrait attendre. La plupart des gens se contentent de jouer le jeu, même s'ils savent que l'empereur est nu. Pour certains, c'est peut-être parce qu'ils ne savent pas par où commencer ou qu'il y a un certain niveau de dissonance cognitive et qu'ils ne veulent pas affronter la vérité, mais il y a beaucoup de gens qui ont subi un tel lavage de cerveau qu'ils ne se rendent pas compte qu'ils sont des pions dans une pièce de théâtre mondialiste.

Dans ce dernier cas, le lavage de cerveau a été si efficace que quiconque tente de leur dire qu'on leur ment est automatiquement taxé de théoricien du complot. C'est presque comme une réponse immunitaire: la menace est immédiatement et automatiquement localisée et neutralisée. Ces pions sont les plus utiles. Comme l'a dit Goethe: le meilleur esclave est celui qui se croit libre.

Revenons à la guerre entre la Russie et l'Ukraine: vous pouvez détester Poutine autant que vous voulez, mais il est indéniable qu'il est là pour son propre peuple. Il est là pour la Russie et il a une idée claire de ce qu'est la Russie et de ce qu'elle représente. Et la vraie question est de savoir qui sont ceux qui ont provoqué cette guerre en sachant que la CIA était derrière le changement de régime ukrainien en 2014 et qu'un accord de paix a été conclu en 2022, mais rejeté à la dernière minute à cause de l'ingérence de Boris Johnson ? La Russie est-elle vraiment l'agresseur expansionniste que l'on dit d'elle, ou l'ours a-t-il été piqué trop souvent ?

Une chose est sûre : il s'agit d'une interview historique, dont on parlera pendant de nombreuses années et qui, espérons-le, contribuera à la désescalade de ce conflit. Merci, Tucker Carlson.

vendredi, 09 février 2024

Le Tsar parle...

2ba61cc3a8f44143e1f2f13b2b729ab3-1707403861.jpg

Le Tsar parle...

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/parla-lo-zar/

Tucker Carlson - l'un des plus grands journalistes américains, pourtant marginalisé aujourd'hui précisément parce qu'il fait son travail et n'obéit pas aux pontes du pouvoir - interviewe nul autre que Vladimir Poutine.

L'interview du siècle, diront certains. Peu, en fait... car pour les grands médias occidentaux, italiens en particulier, c'est comme si rien ne s'était passé. Ce qui est plus important, sans doute, c'est ce John Travolta qui fait la danse du "qua qua". Ou les déclarations de ce chanteur - je crois qu'il se fait appeler Big Mama - sur le fait qu'il est bon d'être "queer"...

Que voulez-vous, c'est l'état de l'information dans nos paradis démocratiques....

Malgré tout, l'interview est parvenue jusqu'à nous. Par le biais des chaînes YouTube, une sorte de samizdat de notre époque.

Et, immédiatement, quelqu'un s'est empressé de dire qu'après tout, Poutine n'avait rien dit de tout cela. Au contraire, tout au long de la première partie, il s'est lancé dans des digressions sur l'histoire russe, ancienne et récente. Puis il s'est limité à quelques observations assez prévisibles sur le présent.

Des digressions... pour moi, franchement, cela a donné une impression assez différente. Car en parlant d'histoire, Poutine a, en fait, expliqué sa vision de la guerre avec l'Ukraine. Laquelle plonge ses racines dans l'histoire complexe de la Russie et de l'Europe. Et aussi parce que Ukraine signifie "frontière". Et c'est là que réside la principale raison du conflit.

Que l'on aime ou que l'on n'aime pas Poutine, c'est un authentique homme d'État. Et sans avoir besoin des "brevets" généreusement accordés par l'anglosphère.

Un homme d'État, l'un des rares sur la scène actuelle.

Et un homme d'État est tel s'il a une vision de la politique, et de la géopolitique, qui va au-delà du moment présent.

Une vision large, capable de lire dans l'Histoire les lignes directrices du destin d'un peuple. Et tenter d'interpréter le moment présent.

Pas si votre regard va au-delà de la GRA.

Attention, il ne s'agit pas ici de faire l'apologie de Poutine. Ni d'épouser sans critique ses positions sur les grandes crises actuelles.

Mais force est de constater que même sur ces dernières, il fait preuve d'une lucidité de vision et d'une cohérence de choix qui n'ont pas d'équivalent chez celui qui devrait être son principal adversaire. Et, bien sûr, je ne parle pas de la marionnette de Kiev, mais de ce grand-père qui, discutant dans le bureau ovale avec des fantômes et des lapins roses imaginaires, attise les conflits dans le monde entier.

Mais revenons à la question de l'histoire.

Un homme d'État, un vrai leader politique - bon ou mauvais, peu importe, pour autant que ces catégories ont un sens... - doit avoir une vision de l'histoire. Et il doit aussi déterminer ses décisions en fonction de celle-ci. Pas seulement en naviguant à vue dans les bas-fonds des contingences.

Étrange, n'est-ce pas ? Seulement pour nous, désormais habitués à des gouvernants qui ne voient pas plus loin que le vingt-sept du mois. Qui ne se soucient même pas de ce qui se passera dans un an. Et qui ignorent totalement le passé. Une ignorance cultivée et complaisante, d'ailleurs.

Une dernière réflexion...

Chaque peuple a le gouvernement et les dirigeants qu'il mérite.

C'est triste. Pour nous.

Raisa Blommestijn: Quelques réflexions sur l'interview de Poutine par Tucker Carlson

carlson-putin-1-1707469511.jpg

Raisa Blommestijn: Quelques réflexions sur l'interview de Poutine par Tucker Carlson

Quelle : https://twitter.com/rblommestijn

Il est frappant, mais pas surprenant, que l'interview ait immédiatement été passée à la trappe par l'establishment. Ainsi, Carlson est considéré comme "controversé" ou "déchu" et Poutine est - bien sûr - un dictateur qui ne fait que diffuser de la propagande. En fait, l'UE est tellement impressionnée par le fait qu'un journaliste ose poser des questions à quelqu'un qu'elle menace de lui interdire l'entrée sur son territoire. Imaginez ! Un journaliste qui fait son travail !

Il est facile de tomber dans le panneau. Mais pensez-vous maintenant que ce que dit Poutine est vrai ? Et que la Russie a en fait essayé de se rapprocher de l'Occident depuis la fin de la guerre froide, alors que l'Occident continuait à provoquer ? Par exemple, Poutine déclare dans l'interview que la Russie a essayé d'adhérer à l'OTAN et qu'elle en a été empêchée. 

Quelle est la probabilité que Poutine dise la vérité ? En soi, ce n'est pas totalement improbable si l'on considère que son analyse de l'expansion de l'OTAN, de la violation par l'Occident des accords de Minsk et de l'ingérence de la CIA dans les élections ukrainiennes de 2014 est bel et bien véridique. 

Poutine a également une justification claire - y compris dans une leçon d'histoire d'une demi-heure qu'il nous donne - de la raison pour laquelle il a envahi l'Ukraine et de ce qu'il pense être nécessaire pour mettre fin à la guerre. 

Quand avons-nous pu voir "nos" dirigeants analyser correctement le conflit? Ici, en Occident, tout ce que nous entendons, c'est que "nos" dirigeants battent le tambour de la guerre et font des crises de nerfs en disant que c'est "notre guerre" - une rhétorique guerrière aveugle qui ne tient compte ni de la réalité ni de l'histoire.

FTw83FrXwAEmzwH.jpg

Je n'ai jamais entendu la moindre explication claire des raisons pour lesquelles l'Ukraine devrait être défendue. En effet, je n'ai jamais été en mesure de voir "nos" dirigeants faire une quelconque analyse. Par défaut, il est présenté comme une évidence (!) que plus d'argent doit aller à l'Ukraine et que si l'Ukraine "tombe", Poutine tournera son regard vers l'Ouest et attaquera, par exemple, la Lettonie ou la Pologne.

Tous ceux qui ont regardé l'interview hier ont entendu que Poutine dit au moins qu'il n'a pas les yeux rivés sur le reste de l'Europe. Devons-nous le croire? Pourquoi ne devrions-nous pas le croire? En tout cas, je n'ai jamais entendu "nos" dirigeants expliquer pourquoi "la Russie ne s'arrêtera pas après l'Ukraine". 

Ce sont LES questions importantes. Surtout si l'on considère que l'UE se comporte déjà comme si elle était en guerre contre la Russie. 

Il est facile de rejeter l'interview en la qualifiant de "propagande de Poutine". Mais il est tout aussi important de réaliser qu'il y a tout autant de propagande et de censure ici, dans l'"Occident libre". Nous l'avons tous constaté avec Covid. 

Il est donc temps d'avoir une conversation vraiment importante sur la guerre insensée en Ukraine. Carlson a courageusement entamé cette conversation - et nous devons la poursuivre.

jeudi, 08 février 2024

Pourquoi l'interview de Tucker Carlson est-elle considérée comme un tournant pour l'Occident et la Russie?

c87e5395-f8fd-422b-9c4f-b48f83b1ce3a_b35d1e0e.jpg

Pourquoi l'interview de Tucker Carlson est-elle considérée comme un tournant pour l'Occident et la Russie?

Alexander Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/why-tucker-carlsons-interview-considered-pivotal-both-west-and-russia?fbclid=IwAR2Dt-QI_YDKbGhaU8NgvbZOE05qAfqz3tpXk1UwuIgZyEynGt2h9CdXVlk

Commençons par la partie la plus simple : la Russie. Tucker Carlson est devenu le point de convergence de deux pôles opposés au sein de la société russe : les patriotes idéologiques et les élites occidentalistes qui restent néanmoins fidèles à Poutine et à l'opération militaire spéciale. Pour les patriotes, Tucker Carlson est tout simplement "l'un des nôtres". C'est un traditionaliste, un conservateur de droite et un farouche opposant au libéralisme. Voilà à quoi ressemblent les émissaires du tsar russe du 21ème siècle.

Poutine n'interagit pas souvent avec des représentants éminents du camp fondamentalement conservateur. L'attention que lui porte le Kremlin enflamme le cœur du patriote, inspirant la poursuite d'un parcours conservateur-traditionnel en Russie même. C'est désormais possible et nécessaire : le pouvoir russe a défini son idéologie. Nous nous sommes engagés dans cette voie et nous n'en dévierons pas. Pourtant, les patriotes ont toujours peur que nous le fassions. Non.

En revanche, les occidentalistes ont poussé un soupir de soulagement : voyez, tout n'est pas mauvais en Occident, et il y a des gens bons et objectifs, nous vous l'avions dit ! Soyons amis avec un tel Occident, pensent les occidentalistes, même si le reste de l'Occident libéral mondialiste ne veut pas être ami, mais nous bombarde de sanctions, de missiles et de bombes à fragmentation, tuant nos femmes, nos enfants et nos personnes âgées. Nous sommes en guerre avec l'Occident libéral, alors soyons au moins amis avec l'Occident conservateur. Ainsi, les patriotes russes et les occidentalistes russes (de plus en plus russes et de moins en moins occidentaux) s'accordent sur la figure de Tucker Carlson.

En Occident, tout est encore plus fondamental. Tucker Carlson est une figure symbolique. Il est désormais le principal symbole de l'Amérique qui déteste Biden, les libéraux et les mondialistes et qui s'apprête à voter pour Trump. Trump, Carlson et Musk, ainsi que le gouverneur du Texas Abbott, sont les visages de la révolution américaine imminente, cette fois-ci une révolution conservatrice. La Russie se connecte à cette ressource déjà puissante. Non, il ne s'agit pas pour Poutine de soutenir Trump, ce qui pourrait facilement être rejeté dans le contexte d'une guerre avec les États-Unis. La visite de Carlson concerne autre chose. Biden et ses maniaques ont effectivement attaqué une grande puissance nucléaire par les mains des terroristes déchaînés de Kiev, et l'humanité est au bord de la destruction. Rien de plus, rien de moins.

Les médias mondialistes continuent de faire tourner une série Marvel pour les enfants en bas âge, où Spider-Man Zelensky gagne par magie grâce à des super-pouvoirs et des cochons magiques contre le "Dr Evil" du Kremlin. Cependant, il ne s'agit que d'une série stupide et bon marché. En réalité, tout se dirige vers l'utilisation d'armes nucléaires et peut-être la destruction de l'humanité. Tucker Carlson fait le point sur la réalité : l'Occident comprend-il ce qu'il est en train de faire, en poussant le monde vers l'apocalypse ? Il y a un vrai Poutine et une vraie Russie, pas ces personnages mis en scène et ces décors de Marvel. Regardez ce que les mondialistes ont fait et à quel point nous en sommes proches !

Ce n'est pas le contenu de l'interview de Poutine qui est en cause. C'est le fait qu'une personne comme Tucker Carlson se rende dans un pays comme la Russie pour rencontrer une personnalité politique comme Poutine à un moment aussi critique. Le voyage de Tucker Carlson à Moscou pourrait être la dernière chance d'arrêter la disparition de l'humanité. L'attention gigantesque de l'humanité elle-même à l'égard de cette interview charnière, ainsi que la rage frénétique et inhumaine de Biden, des mondialistes et des citoyens du monde intoxiqués par la décadence, témoignent de la prise de conscience par l'humanité de la gravité de la situation.

Le monde ne peut être sauvé qu'en s'arrêtant maintenant. Pour cela, l'Amérique doit choisir Trump. Et Tucker Carlson. Et Elon Musk. Et Abbott. Nous aurons alors la possibilité de faire une pause au bord de l'abîme. Comparé à cela, tout le reste est secondaire. Le libéralisme et son programme ont conduit l'humanité dans une impasse. Le choix est désormais le suivant : les libéraux ou l'humanité. Tucker Carlson choisit l'humanité, c'est pourquoi il est venu à Moscou pour rencontrer Poutine. Le monde entier a compris pourquoi il est venu et à quel point c'est important.

mardi, 28 novembre 2023

Poutine garde la porte ouverte à l'Europe: Le problème vient des élites, pas des Européens

2021-10-21T175638Z_1464326202_MT1TASSP48876072_RTRMADP_3_TASS-PIC-1024x627.jpg

Poutine garde la porte ouverte à l'Europe: Le problème vient des élites, pas des Européens

Source: https://zuerst.de/2023/11/28/putin-haelt-die-tuer-nach-europa-offen-das-problem-sind-die-eliten-nicht-die-europaeer/

Saint-Pétersbourg. Le chef du Kremlin, Poutine, n'a aucun intérêt à geler complètement les relations avec les Européens, comme le souhaitent à l'inverse Baerbock, Habeck et von der Leyen. Lors d'une session plénière du Forum culturel international de Saint-Pétersbourg, M. Poutine vient de déclarer que la Russie ne fermerait pas sa fenêtre sur l'Europe.

Il a souligné une fois de plus à cette occasion que la Russie n'avait pas de conflit avec la population européenne, mais qu'elle vivait des "moments difficiles" avec les élites européennes. Il a déclaré textuellement : "Nous ne voulons pas rompre les relations avec qui que ce soit. Nous ne le faisons pas non plus. Nous ne claquons rien, nous ne fermons rien, ni les portes ni les fenêtres. Si quelqu'un décide de se séparer, c'est son affaire. C'est se voler soi-même".

Une journaliste a demandé si Pierre le Grand avait ouvert une fenêtre sur l'Europe et s'il avait l'intention de la fermer, compte tenu du contexte actuel. Poutine a répondu avec humour: "Alors, quand le vent souffle, on peut fermer la fenêtre pour ne pas prendre froid".

Le chef du Kremlin a toutefois reconnu qu'il y avait des problèmes avec les élites européennes, qui ont perdu leur identité nationale et sont devenues dépendantes de l'Amérique du Nord. Poutine a qualifié cette situation de "tragédie" pour l'Europe, mais s'est montré confiant dans le fait que le temps arrangerait tout. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

vendredi, 04 août 2023

Les oligarques russes et la haine de Londres pour Poutine

H1DSQ1U119_0_0_2047_2717_0_x-large.jpg

Les oligarques russes et la haine de Londres pour Poutine

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/26036-piccole-note-gli-oligarchi-russi-e-l-odio-di-londra-per-putin.html

Londres est le plus ardent défenseur d'une guerre totale avec la Russie. Par rapport à d'autres nations, elle a fait preuve d'une agressivité particulière, comme s'il s'agissait d'un véritable redde rationem contre Poutine et Moscou.

Ceci, comme nous l'avons écrit dans d'autres notes, répond à une perspective géopolitique : la guerre ukrainienne a eu pour effet de réduire l'espace géopolitique de l'Union européenne et de son économie, que la Grande-Bretagne considère, non sans raison, comme un concurrent direct sur la scène mondiale, et de ranimer l'axe anglo-saxon, en réduisant l'axe précédent entre Washington et Bruxelles.

Sur ce dernier point, il est facile de voir comment le Royaume-Uni est un partenaire de Washington - une importance également favorisée par les réseaux post-coloniaux de Londres dans le Pacifique, qui se révèlent stratégiques dans une fonction anti-chinoise - tandis que les pays d'Europe continentale ont maintenant un rôle complètement auxiliaire par rapport à Washington, qui attire tout au plus quelques correctifs lorsqu'ils recherchent des espaces de manœuvre importuns.

Londres et les oligarques russes

Mais l'antagonisme de Londres à l'égard de Moscou, et de Poutine en particulier, a aussi quelque chose de moins stratégique et de plus viscéral. Il y a de nombreuses raisons à cela, notamment le fait que Poutine a mis fin à l'un des avantages les plus lucratifs dont bénéficiait le Royaume-Uni depuis la fin de l'Union soviétique.

En effet, le Royaume-Uni a été le phare des oligarques russes, attirés comme des papillons de nuit par la lumière de la City. Des centaines de milliards de dollars ont afflué à Londres, fruit des vols des oligarques aux dépens de la communauté russe.

Lors de l'effondrement du communisme, en effet, une petite élite très liée à l'Occident, et à la City en particulier, grâce à l'assentiment de Boris Eltsine, a racheté toutes les ressources de la Russie pour quelques dollars, avec un profit exponentiel, apportant ces gains troubles au Royaume-Uni.

Cette histoire bien connue a fait couler beaucoup d'encre, comme celle du New Yorker dans un article intitulé "Comment les oligarques russes ont acheté Londres", qui cite un clin d'œil de l'Economist : Londres est devenue "un réceptacle pour l'argent sale russe".

getimage-15.jpegL'article mentionne un livre d'Oliver Bullough sur le sujet, résumé comme suit sur un autre site : "Il y a tellement d'argent des oligarques à Londres que la ville a été surnommée "Londongrad". Bullough affirme qu'un système de banquiers, d'avocats, de comptables et d'experts en relations publiques s'est développé au Royaume-Uni pour aider les kleptocrates russes à dissimuler leurs richesses" (titre de l'interview : "Comment le Royaume-Uni est devenu un coffre-fort pour les oligarques russes"). Le New Yorker mentionne également que Londres est devenue une "blanchisserie" pour l'argent russe illicite.

 

Lebedev, l'oligarque devenu lord

À Londres, les oligarques ont noué des relations fructueuses avec le monde de la finance, de la politique et des médias. Exemplaire en ce sens, mais aussi significatif en matière de guerre, ce que rapporte le Treccani sur Evgeny Lebedev, l'un des plus importants oligarques ayant débarqué sur les rives de la Tamise.

01LEDBEDEV-superJumbo.jpg

Lebedev (photo) a été "l'un des principaux alliés (et financiers) à toutes les étapes politiques les plus importantes de la carrière de Boris Johnson, en particulier lors de la campagne cruciale en faveur de la gauche lors du référendum sur le Brexit".

"[...] Soyons clairs, Johnson n'était pas seul, l'ensemble de l'establishment britannique rendait périodiquement hommage au magnat. Ses soirées étaient régulièrement fréquentées par des stars du cinéma et de la musique, ainsi que par des personnalités du parti travailliste comme Sadiq Khan, l'actuel maire de Londres, Tony Blair et ses anciens conseillers Peter Mandelson et Alistair Campbell", ces derniers étant des figures clés du blairisme.

Le Treccani rapporte également comment Lebedev a acheté au fil des ans certains des médias les plus importants du pays, l'Evening Standard et The Independent, ce qui lui a permis d'entretenir des relations encore plus fructueuses avec l'establishment britannique, même si la plus intime est restée celle avec Boris Johnson, qui l'a nommé en 2020 membre de la Chambre des Lords (avec un vote favorable du Parlement...).

"Celle de Lebedev, conclut le Treccani, n'est qu'un exemple, même si c'est peut-être le plus sensationnel, des nombreux exemples d'oligarques russes (mais pas seulement) qui sont devenus une partie importante de l'économie britannique au cours des trente dernières années en exploitant les larges mailles qui régulent le marché financier de la City de Londres et qui permettent, ou plutôt encouragent, l'entrée d'importants capitaux étrangers. Des capitaux qui, à travers l'acquisition d'institutions historiques telles que des clubs de football ou des journaux, entrent alors en contact étroit avec l'establishment britannique". Il faudrait ajouter que la finance est absente.

_methode_sundaytimes_prod_web_bin_e6d98d56-a21b-11ec-a1de-983f3d5a1668.jpg

L'idée que Boris se fait de la Russie

Au début de la guerre en Ukraine, les oligarques russes ont été lourdement sanctionnés. Mais ceux qui ont été touchés sont ceux qui étaient encore liés d'une manière ou d'une autre à l'establishment russe, comme Roman Abramovitch (1), et non ceux, nombreux, qui, ayant fui à l'étranger avec l'argent pillé de la mère patrie, ont été élus porte-drapeaux de la liberté parce qu'ils étaient des opposants à Poutine (qui avait même tenté de rapatrier une partie des biens mal acquis).

A tel point que, pour reprendre l'histoire exemplaire de Lebedev, l'oligarque est toujours tranquillement assis sur son siège à la Chambre des Lords (voir Politico). Un siège à partir duquel il continue d'entretenir des relations à plusieurs niveaux avec l'establishment britannique.

Les oligarques sans lien avec Moscou ont en Poutine un ennemi juré, puisqu'il a mis fin à leur prédation, mais le sentiment semble également partagé par l'establishment britannique, en particulier la Finance, qui rêve peut-être encore d'une Russie livrée à une poignée d'oligarques, prêts à apporter leurs richesses louches sur les rives de la Tamise.

Au passage, on peut rappeler que l'apogée des oligarques russes a coïncidé avec l'âge d'or de la mafia russe. Voici un clin d'œil de Radio Free Europe : "La Russie de Boris Eltsine ressemblait à une mafia déguisée en pays".

L'histoire des oligarques russo-britanniques est également instructive à un niveau plus particulier, limité à la portée de Boris Johnson. C'est Johnson qui s'est rendu par surprise à Kiev pour empêcher Zelensky de signer la paix avec Moscou, ce qui était pratiquement fait. Et Johnson semble être l'un des plus ardents partisans de cette guerre ukrainienne par procuration contre Moscou.

Ses relations étroites avec Lebedev ont peut-être quelque chose à voir avec l'idée que Boris se fait de la Russie.

Note:

(1) Présenté comme pro-Poutine, Abramovitch, comme d'autres oligarques, ne s'intéresse en réalité qu'à ses propres affaires. Mais, contrairement à d'autres, il a pensé qu'un accord avec Moscou, plutôt qu'une confrontation, pourrait leur être bénéfique, d'où l'accord signé avec Poutine ces dernières années. Mais si Abramovitch a été le plus durement touché par les sanctions occidentales depuis le début de la guerre, ce n'est certainement pas en raison de ses relations avec l'establishment russe, mais parce qu'il a été l'un des facilitateurs de l'accord, qui a ensuite volé en éclats, entre Kiev et Moscou en mars 2022. En toucher un pour en éduquer cent.

mercredi, 19 avril 2023

Alexandre Douguine: Poutine grand dirigeant et "l'après-Poutine"

498bf66e47092ce9ca1e41901b565ed2.jpg

Poutine grand dirigeant et "l'après-Poutine"

Alexandre Douguine

Source: https://katehon.com/ru/article/putin-kak-velikiy-pravitel-i-posle-putin

Poutine ne dépend pas de l'élite russe, des partis politiques, des cartels oligarchiques, des mouvements sociaux, des institutions et de toute instance administrative en Russie. Ils dépendent tous de lui. Mais, en revanche, il dépend certainement de la géopolitique, du peuple et de la civilisation.

Tendances politiques au cours de la première année de l'Opération militaire spéciale (OMS)

L'analyse des transformations politiques en Russie au cours de la période de l'OMS est assez claire. Après des fluctuations initiales - avancée/recul - une tendance régulière et facilement vérifiable s'est dessinée, tant dans les combats eux-mêmes que dans la politique intérieure. Le lien entre la campagne militaire en Ukraine et dans les territoires de la "Nouvelle Russie"/Novorossiya et les processus politiques internes en Russie est évident. Cela ne correspond guère à l'opposition trop marquée "loyal/traitre" reflétée dans l'image "avancée/retraite", mais il existe certainement une corrélation directe entre les événements sur les fronts et le degré et l'intensité du patriotisme au sein de l'État et de la société. En fait, nous devrions parler de traîtres au sens plein du terme au sein des dirigeants de la Fédération de Russie avec une grande prudence, et seulement lorsque nous avons des certitudes, et non pas lorsque nous n'avons que certains soupçons à ce sujet. Dans des conditions de guerre, de telles étiquettes ne doivent pas être lancées à tout bout de champ. À en juger par les fuites du Pentagone, l'ennemi est trop bien informé de l'état des choses au sein de la direction de l'armée russe elle-même pour que les choses soient claires ici. Mais cette question devrait être traitée par d'autres structures spécialement conçues à cet effet, à savoir le contre-espionnage. Il serait plus correct d'exclure les traîtres directs de l'équation, du moins dans cette analyse de la situation. Bien sûr, il y a des gens au pouvoir, surtout les partisans directs du rapprochement inconditionnel avec l'Occident, préconisé par Gorbatchev et Eltsine, qui voudraient mettre fin à la guerre pour n'importe quelle raison. Mais ils ne peuvent pas en parler directement et s'ils commencent ouvertement à faire quelque chose dans ce sens, les conséquences seront assez dures. Tous ceux qui pensent de manière responsable au pouvoir se rendent compte qu'il est tout simplement impossible d'arrêter l'OMS dans l'état où elle se trouve. Et ce, pour plusieurs raisons. L'Occident est farouchement opposé à cet arrêt et le régime nazi de Kiev le percevra comme une capitulation. En outre, la société le percevra comme un discrédit total des autorités, et le système politique s'effondrera tout simplement. Par conséquent, seul un traître, un ennemi de la Russie - du peuple et de l'État - voudrait la paix dans de telles circonstances.

Cependant, le processus de patriotisation de la société est extrêmement lent. Et encore une fois, tout aussi lent que notre avancée vers l'Occident. Il existe une interconnexion étonnante: le début de l'OMS - un élan de patriotisme, puis des tentatives de repli - une mobilisation retardée, puis un recul général - puis un changement de relations publiques, puis une percée (l'acceptation de quatre nouvelles entités territoriales en Russie, la mobilisation, la nomination de Sourovikine) et, enfin, la stabilisation de la situation. Ainsi, après une période d'hésitations, de retards et même de reculs, nous avons atteint, après plus d'un an d'OMS, un vecteur stable de patriotisme cohérent, bien qu'encore extrêmement lent et modéré.

Dans un avenir proche, la Russie sera apparemment confrontée à un test sérieux - une contre-offensive du régime de Kiev dans une ou plusieurs directions à la fois. Et tout naturellement, le courant patriotique risque de porter un coup symétrique à la Russie elle-même. Une fois que nous aurons résisté à l'attaque et l'aurons repoussée, le processus de patriotisation de la société et les réformes idéologiques et politiques de grande ampleur prendront un nouvel élan. Il est probable que notre propre offensive contre l'ennemi s'accélérera de la même manière. Par conséquent, l'année décisive 2023 sera déterminée par l'image de notre avenir : ce que la Russie devrait être au prochain tournant de son existence historique.

im-387619.jpg

Les étapes de l'histoire moderne de la Russie : de la colonie à la grande puissance

La Fédération de Russie a émergé des ruines d'une grande puissance en 1991. Au cours de la première décennie, le pays a été soumis à un contrôle étranger et a commencé à s'effondrer complètement. Les pires - pilleurs, traîtres, agents de l'influence occidentale, généralement appelés "libéraux" - ont pris le pouvoir. C'est la première phase de l'histoire récente de la Russie.

Poutine, arrivé au pouvoir en 2000, a ralenti le processus de désintégration et a insisté de plus en plus sur la souveraineté. Pour une raison ou une autre, il a laissé intact le noyau principal de l'élite des années 1990, n'éliminant que les personnes les plus odieuses et les plus turbulentes. Les 23 années de règne de Poutine qui ont précédé l'OMS ont constitué la deuxième phase.

Après le début de l'OMS, la troisième phase a commencé: un véritable tournant patriotique où l'on est passé de la souveraineté de l'État à la souveraineté de la civilisation (russe). Poutine a tracé cette voie, mais elle ne s'est pas encore pleinement concrétisée. Elle mûrira et s'établira définitivement après l'épreuve d'une probable contre-attaque des nazis de Kiev. À ce moment-là, les élites seront inévitablement purgées et remplacées - les vrais héros viendront du front et remplaceront naturellement le noyau libéral corrompu.

Le cap de Poutine et les facteurs objectifs : géopolitique, société, civilisation

De nombreux observateurs ont l'impression que l'orientation vers la souveraineté de l'État, dès le début du règne de Poutine, et l'orientation qu'il a définie après le début de l'OMS pour affirmer l'identité de la civilisation russe eurasienne, ont été des décisions exclusivement prises par Poutine lui-même, par Poutine en tant qu'individu. Sa décision a été soutenue par la société, par la majorité, et l'élite n'a eu d'autre choix que de suivre le président. Certains ont fui, d'autres se sont cachés, espérant survivre au désastre et revenir à l'algorithme habituel, mais la majorité a tout de même accepté les conditions et exprimé - certains plus bruyamment et plus clairement, d'autres plus discrètement et plus confusément - sa loyauté envers le nouveau cours.

Cette personnification de la décision de lancer l'OMS a donné lieu à un certain nombre d'attitudes politiques, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la Russie. Si l'OMS = Poutine, alors tout peut se reproduire après Poutine. Il peut rester au pouvoir "indéfiniment", le peuple et la société ne peuvent que le soutenir dans cette démarche. Mais il peut aussi remettre le pouvoir - et encore - à qui il veut. Il est totalement libre de faire ce qu'il veut. Cette souveraineté absolue du chef suprême génère un cercle d'espoir pour l'ennemi associé à l'ère "post-Poutine", et à l'intérieur - parmi les élites russes elles-mêmes - elle alimente également les attentes, dans lesquelles chacun place ses propres intérêts.

107008720-1643637477435-gettyimages-1238097186-AFP_9XN2GA.jpeg

C'est ici qu'il convient de faire quelques ajustements. Oui, Poutine est absolument et infiniment libre par rapport au système politique russe. Il ne dépend de personne et a concentré tous les pouvoirs entre ses mains. Mais il n'est pas libre

- d'ignorer les lois de la géopolitique et, en particulier, celles de la stratégie de l'Occident qui cherche désespérément à maintenir l'unipolarité et à priver la Russie de son statut de pôle du monde multipolaire;

- d'ignorer aussi la structure des attentes et des valeurs des grandes masses populaires;

- d'ignorer la logique civilisationnelle de l'histoire russe elle-même.

C'est précisément la raison pour laquelle Poutine poursuit le type de politique étrangère qu'il mène, en répondant symétriquement par la géopolitique eurasienne aux pressions de l'atlantisme géopolitique (OTAN, Occident collectif). C'est la première démarche à parfaire. Il ne dispose pas de tous les pouvoirs, il lutte désespérément pour que la Russie ne soit que l'un des pôles du monde multipolaire et non un nouvel hégémon. Mais même cela est nié par l'Occident, ce qui explique la consolidation de la cohésion entre les pays de l'OTAN (à l'exception de la Hongrie et de la Turquie) contre la Russie dans la guerre d'Ukraine. Et il n'y a là rien de personnel: la géopolitique n'a pas été inventée par Poutine, il a dirigé le Heartland, le noyau de la civilisation terrestre, l'Eurasie, et il est obligé de suivre la logique géopolitique de cette partie du monde. Toute tentative de se plier à l'atlantisme, comme nous l'avons vu dans les années 1990 sous l'ère Eltsine, ne conduirait qu'à une plus grande désintégration de la Russie. Par conséquent, l'État russe, qui veut être un sujet de la géopolitique et non son objet, n'a tout simplement pas d'autre choix que de se confronter à l'Occident. Poutine a retardé cette confrontation autant qu'il le pouvait, et s'y est engagé ouvertement au tout dernier moment. Il n'a pas pris la décision de lancer une OMS, la Russie y a été contrainte par le comportement de l'Occident.

Deuxièmement, Poutine n'est pas exempt du soutien de la population. S'il s'est imposé au pouvoir, c'est précisément parce que sa ligne de conduite - du moins en matière de souveraineté et de patriotisme - a été parfaitement cohérente avec les principales priorités et aspirations des grandes masses populaires. Oui, le peuple voulait aussi la justice sociale, mais comparé à Eltsine, où il n'y avait ni justice ni patriotisme, il y avait généralement assez de patriotisme. Poutine a correctement et très rationnellement calculé que le fait de s'appuyer sur les larges masses lui apporte un soutien inconditionnel et lui permet de se délier les mains en matière de politique intérieure. En revanche, miser sur les libéraux, c'est-à-dire sur la population urbaine (principalement métropolitaine) tournée vers l'Occident et misant sur l'oligarchie, le rendrait complètement dépendant des groupes rivaux, des lobbies, des segments politiques et, en fin de compte, de l'Occident. Le peuple, quant à lui, n'exige personne en particulier. Mais il demande légitimement à Poutine de rendre à la Russie son indépendance et sa grandeur. Ce que fait Poutine.

cd74a7794efd580e977be25ffe95a5c3.jpg

Troisièmement : Poutine ne gouverne pas dans le vide, mais dans le contexte et la logique de l'histoire russe. Celle-ci suggère que la Russie est une civilisation indépendante, qui ne fait pas partie du monde occidental, ce que Poutine a partiellement accepté au début de son règne. Les penseurs conservateurs de la Russie tsariste, des slavophiles et de Tioutchev aux idéologues de l'âge d'argent, en passant par les bolcheviks eux-mêmes, ont toujours opposé la Russie à l'Occident, que ce soit à droite ou à gauche, pour des raisons différentes. Les conservateurs insistaient sur l'identité russe, tandis que les bolcheviks insistaient sur les oppositions de deux systèmes socio-économiques irréconciliables. Dès que Poutine cite Dostoïevski ou Ilyine, ou dit quelque chose de neutre et de positif sur Staline, tout en critiquant sévèrement l'Occident - jusqu'à affirmer qu'il s'agit d'une "civilisation satanique" - il apparaît comme un maillon légitime de la chaîne des grands dirigeants du monde russe. Les tentatives d'élaboration d'une politique alternative - pro-occidentale et libérale - suscitent une profonde haine populaire, que l'on retrouve dans l'attitude de l'opinion publique à l'égard de Gorbatchev et d'Eltsine.

Poutine ne dépend pas de l'élite russe, des partis politiques, des cartels oligarchiques, des mouvements sociaux, des institutions et de toute instance administrative en Russie. Ils dépendent tous de lui. Mais il dépend bel et bien de la géopolitique, du peuple et de la civilisation. Et tout à fait en accord avec leurs attentes, leur logique et leurs structures sous-jacentes.

L'après-Poutine

Dans cette perspective, l'horizon futur, que l'on peut classiquement qualifier d'"après Poutine", se présente sous des traits très différents. Le statut de Poutine - précisément en raison de la cohérence avec les trois facteurs cruciaux, et sur la base des mesures réelles qu'il a prises et des résultats réels qu'il a obtenus - est pratiquement inébranlable. Il est tellement en résonance avec ces paramètres objectifs qu'il s'en affranchit en partie lui-même. Le cas de la "justice", qui fait manifestement défaut sous Poutine, en dit long: le peuple est prêt à fermer les yeux même sur ce point (même si cela lui fait de la peine), face à d'autres aspects du régime de Poutine fondés sur des principes. Même avec l'Occident, Poutine peut calibrer la chaleur de l'hostilité, parce que le public lui fait confiance et qu'il n'a pas besoin de prouver son patriotisme à chaque fois - personne n'a plus de doutes à ce sujet.

Mais l'"après Poutine" - et avec n'importe quel successeur - il n'en sera pas ainsi. Le pouvoir de Poutine suffira à remettre n'importe qui à sa place. Cela sera accepté par tous. Mais au-delà, la figure de cet "après-Poutine" sera beaucoup moins libre d'agir que lui.

2f62d3c1c57eeac35ab37278ce5828bc.jpg

En même temps, il est absolument impossible d'imaginer que l'hypothétique successeur - quel qu'il soit - tente de s'écarter du cap géopolitique, du patriotisme et de l'identité civilisationnelle de la Russie. C'est Poutine qui est encore un peu libre à cet égard. Mais son successeur ne sera pas libre du tout. Dès qu'il relâchera un tant soit peu ses efforts dans cette direction, ses positions seront immédiatement affaiblies, sa légitimité sera ébranlée, et les figures et les forces qui seront plus en phase avec les défis historiques émergeront naturellement à ses côtés, plutôt qu'un successeur hésitant. Le "post-Poutine" doit encore faire ses preuves en tant que digne successeur de Poutine et gagner sa légitimité en matière de géopolitique, de patriotisme (incluant cette fois la justice sociale) et de renaissance du monde russe. Poutine a gagné ses guerres, ou les a déclenchées de manière décisive. L'"après-Poutine", en revanche, ne l'a pas encore fait. Le successeur devra donc non seulement devenir un géopoliticien eurasien à part entière, mais aussi gagner la guerre avec l'Occident collectif en Ukraine de manière décisive et à n'importe quel prix, et précisément pour que personne ne puisse remettre en question la victoire. Poutine peut encore théoriquement s'arrêter quelque part (bien qu'il soit peu probable que l'Occident le laisse faire), mais son successeur ne pourra s'arrêter nulle part avant la frontière avec la Pologne.

Il en va de même pour la population. Les gens acceptent Poutine, ils l'ont déjà accepté. L'"après-Poutine" devra mériter cette acceptation. Et c'est là qu'il ne peut s'empêcher de faire des pas conséquents vers la justice sociale. L'influence du grand capital, des oligarques et du capitalisme en général répugne profondément aux Russes. Poutine peut pardonner cela, mais pourquoi son successeur devrait-il le faire ? L'"après-Poutine" aura besoin non seulement de patriotisme, mais aussi d'un patriotisme orienté vers la société. Et à cet égard, il ne doit pas se contenter de maintenir la barre, mais l'élever. Cela implique de réformer le système des partis et les structures gouvernementales. Partout, les patriotes, et surtout ceux qui sont passés par le creuset d'une juste guerre de libération - véritablement de la patrie - occuperont les postes les plus élevés. Il n'y aura en aucun cas de rotation complète de l'élite "post-Poutine".

Enfin, la civilisation russe. Les 23 années de règne de Poutine ont eu pour but de renforcer la Russie en tant qu'État souverain. En même temps - surtout au début - Poutine a admis que cette souveraineté russe pouvait être défendue et renforcée dans le cadre d'une civilisation européenne occidentale commune - "de Lisbonne à Vladivostok". Et en termes de civilisation occidentale, cela comprenait le capitalisme, la démocratie libérale, l'idéologie des droits de l'homme, le progrès technologique, la division internationale du travail, la numérisation, l'adhésion au droit international, etc. Il est progressivement devenu évident que ce n'était pas le cas, et c'est après le début de l'OMS que ses discours ont commencé à inclure des paroles sur la civilisation russe et ses différences de valeurs fondamentales par rapport à l'Occident moderne. Le décret 809 sur la politique d'État visant à protéger les valeurs traditionnelles a été signé, et la nouvelle version du concept de politique étrangère présentait la Russie non seulement comme un pôle d'un monde multipolaire, mais aussi comme une civilisation totalement distincte de l'Occident et de l'Orient. C'est le monde russe, et il est explicitement mentionné dans ce concept.

16457916799647.jpg

L'"après-Poutine" ne peut même pas revenir à la formule d'un État souverain, tant le conflit avec l'Occident collectif et la vague de russophobie sont aujourd'hui énormes. La route vers une Europe unie de Lisbonne à Vladivostok - du moins jusqu'à un changement révolutionnaire en Europe même - est coupée. Le successeur de Poutine devra simplement aller encore plus loin dans cette direction. Cela nécessitera une réinitialisation culturelle sous la bannière du "logos russe".

À partir de là, les choses vont se corser.

Nous pouvons en tirer une conclusion paradoxale. Tant que Poutine sera au pouvoir en Russie, une sorte d'accord avec l'Occident, ralentissant les processus patriotiques dans la politique et l'idéologie, restera possible. L'Occident ignore totalement que la seule personne avec laquelle il est encore possible de nouer des relations est Poutine lui-même. L'idée maniaque de l'écarter, de l'éliminer, de le détruire, témoigne de la perte du sens des réalités de l'Occident collectif. Avec le dirigeant de "l'après-Poutine", il sera impossible de négocier. Lui - quel qu'il soit - n'aura aucun mandat, aucun pouvoir pour le faire. La seule chose qu'il sera libre de faire, c'est de faire la guerre à l'Occident jusqu'à la victoire, et de ne pas freiner, mais d'accélérer les réformes patriotiques - peut-être pas à la manière douce de Poutine, mais à la manière dure (Priginsky).

Quel que soit le successeur désigné par Poutine - et il peut désigner n'importe qui - ce "n'importe qui" devra immédiatement adopter non seulement le langage du patriotisme, mais aussi celui de l'ultra-patriotisme. Et il n'y aura pas beaucoup de temps pour apprendre un tel langage, très probablement il n'y aura pas de temps du tout pour l'apprendre. C'est ainsi qu'un certain schéma se dessine : l'"après-Poutine" sera très probablement celui qui aura déjà maîtrisé ce nouveau système d'exploitation - la géopolitique eurasienne, le patriotisme de puissance constante (avec un biais de gauche dans l'économie) et la civilisation russe d'origine, le Logos russe.

samedi, 15 avril 2023

Poutine par Van Eyck

FB_IMG_16veyck.jpg

Poutine par Van Eyck

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/il-putin-di-van-eyck/#google_vignette

Alors... des histoires d'une folie désormais ordinaire. L'un des chefs-d'œuvre de l'artiste flamand Jan Van Eyck est exposé à la National Gallery de Londres. Il s'agit du célèbre Portrait des époux Arnolfini, que vous trouverez dans tous les manuels d'histoire de l'art. Il date de 1434 et a été peint sur commande de Giovanni Arnolfini, un riche marchand de Pise vivant à Bruges. Il souhaitait y être immortalisé avec sa femme Constance.

La façon dont il s'est retrouvé à Londres est longue à expliquer. En résumé, après avoir passé de main en main, il a atterri dans la collection privée de Joseph Bonaparte. Ce dernier n'avait pas le génie de son grand frère, mais lorsqu'il s'agissait de voler des œuvres d'art à travers l'Europe, il était tout aussi doué. Et très cupide.

Puis il y a eu Waterloo. Et Wellington l'a raflé à son tour. Il l'a emmené en Angleterre. Dont les splendides musées, s'ils ne devaient compter que sur des œuvres produites dans le pays, seraient bien moins splendides. En fait, ils seraient pratiquement vides.

Aujourd'hui, la direction de la National Gallery semble vouloir retirer le chef-d'œuvre flamand de la salle où il est exposé. Pour une excellente raison. De nombreux habitués de l'illustre galerie auraient protesté contre le fait que le bon Giovanni Arnolfini ressemble trop à... Vladimir Poutine.

Ce qui, bien entendu, heurte leur sensibilité démocratique.

Ayant appris la nouvelle, j'ai pris la peine de regarder attentivement plusieurs reproductions du tableau incriminé.

XZZOAKISKRFYVEGV33FP3HORX4.jpg

Et je dois dire que, regardez-le, cet Arnolfini me dit quelque chose... dans son visage de loup et son regard acéré. Dans le pli de la bouche... un pli, sans doute, maléfique. Dans les yeux impénétrables.

Bref, il ne ressemble pas à Poutine. Il est Poutine. Cela ne fait aucun doute.

A ce stade, le doute s'installe. Comment Poutine se retrouve-t-il dans un tableau flamand du 15ème siècle ? Sous la fausse apparence d'un marchand italien, donc ?

Et j'en viens à me triturer les méninges avec des questions de génétique farfelues.

Car s'il est vrai que le président argentin Juan Peròn était d'origine italienne, ou plutôt vénitienne, que le dictateur yougoslave Tito, de son vrai nom Broz, était d'origine frioulane, que le créateur de l'empire britannique Benjamin D'Israeli était issu d'une famille de juifs italiens... Bref, s'il est vrai que nous avons toujours exporté des dirigeants et des dictateurs (voir Napoléon, ce nain mi-génois, mi-corse) dans le monde entier... pourquoi n'en aurait-il pas été de même pour les ancêtres du nouveau Tsar?

Après tout, de même qu'il y avait des Arnolfini à Bruges, d'autres auraient pu aller en Crimée. Ou faire du commerce à Saint-Pétersbourg... rencontrer une fille du coin... et puis, vous savez comment ça se passe....

Crédible. Mais un problème subsiste. Celui représenté par Van Eyck ne ressemble pas vaguement à Poutine... c'est lui. Son portrait craché à l'identique. Au point d'horrifier les bons Britanniques et les touristes (surtout américains) qui entrent joyeusement et placidement, et qui, gonflés de bière et d'ignorance, se retrouvent devant... le Monstre ! Celui qui enlève et mange les enfants. De quoi demander l'intervention du Tribunal de La Haye... dès que son procureur aura fini de défendre son frère pour une affaire de pédophilie (avouée)....

Bref, il ne s'agit pas de mystères génétiques. Mais d'un mystère bien plus épais.

Poutine... voyage dans le temps. Et il parcourt l'histoire déguisé. Avecle déguisement d'Arnolfini et de je ne sais combien d'autres.

Et qui sait quels complots louches il tisse... Peut-être qu'à Bruges, au 15ème siècle, il a tenté d'empêcher Christophe Colomb de découvrir l'Amérique !

Et l'on se demande ce qu'il adviendrait de nous aujourd'hui s'il n'y avait pas... d'Américains ? Une question que Giorgio Gaber s'est posée il y a des décennies... et, secouant la tête d'un air déconfit, il a ajouté : nous aurions couru le risque d'être des Européens...

Oui... mais comment Poutine a-t-il pu se rendre à Bruges en 1400, et qui sait où ailleurs... ?

Question qui m'a longtemps taraudé.

Puis, soudain, j'ai vu la lumière.

Dès que j'ai lu qu'un grand groupe de prêtres catholiques ukrainiens patriotes organiserait des neuvaines de prière pour Pâques, afin d'exorciser le diable qui, de toute évidence, possède le président russe.

J'ai lu et j'ai tout compris. J'ai surtout compris que ces pretonzoli - manifestement voués à la mystique, en vogue chez les dirigeants de Kiev, de l'extase de la poussière d'étoiles - avaient compris quelque chose... mais sur le fond, ils commettent une grave erreur...

Poutine n'est pas possédé par le diable. Poutine est le diable !

Et à ce stade, il ne reste plus qu'à demander au Pape François de nous éclairer. Dès qu'il sera remis de son arthrite....

Une belle journée de prière exorciste universelle.... peut-être avec une autre performance comme celle-là (vous vous souvenez ? Place Saint-Pierre désertée et...) pour invoquer le vaccin salvateur.

C'est le seul espoir.... sinon ce diable de Poutine....

mercredi, 29 mars 2023

Poutine gère le timing pour que l'effondrement anglo-saxon n'entraîne pas le monde dans une guerre nucléaire

main-qimg-544219aa1732c6b2580c6753500850b2-lq.jpg

Poutine gère le timing pour que l'effondrement anglo-saxon n'entraîne pas le monde dans une guerre nucléaire

Par Marcelo Ramirez

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/putin-administra-los-tiempos-para-que-la-caida-anglosajona-no-arrastre-al-mundo-a-una-guerra-nuclear-por-marcelo-ramirez/

L'hiver s'est enfin achevé et l'offensive russe attendue n'a jamais eu lieu. Oui, nous avons assisté à une avancée lente mais constante dans la zone la plus fortifiée du Donbass, s'emparant pratiquement de Bakhmut (Artemovsk en russe) et menaçant d'encercler Avdivka.

L'offensive russe repose sur l'utilisation des troupes du Groupe Wagner comme bélier, sans faire appel aux troupes régulières russes et aux fameux Tchétchènes de Kadirov, qui ne jouent pas un rôle de premier plan comme au début.

La Russie a décidé d'utiliser une tactique d'avancées lentes avec un double objectif : diminuer ses propres pertes et augmenter les dommages causés aux troupes de l'OTAN combattant sous le drapeau ukrainien.

Les services de renseignement britanniques, une source bizarre fièrement et fréquemment utilisée par la presse occidentale, répètent cycliquement que la Russie est épuisée, que son armée est inefficace, que les armes russes sont obsolètes et d'autres faits qui ne tiennent pas la route lorsque l'on regarde la réalité. La Russie est confrontée aux 28 pays de l'OTAN, plus ceux qui tentent de la rejoindre et les pays amis, soit une quarantaine de nations. Malgré cela, la Russie a toujours eu l'initiative militaire et, après treize mois, elle continue de donner le ton à la compétition. La question la plus appropriée serait peut-être de savoir si la Russie veut vraiment gagner la guerre contre l'Ukraine, car sa confrontation est en réalité avec l'Occident, c'est-à-dire le monde anglo-saxon et sa périphérie, et elle est vitale.

La Russie s'est attaquée aux villes fortifiées ukrainiennes, de Marioupol à Bakhmut et Avdivka, localités que nous avons déjà mentionnées. Après l'avancée initiale, les troupes ont reculé et se sont concentrées sur les territoires russophones, d'où elles ont infligé d'énormes dégâts aux troupes ennemies. Moscou aurait pu lancer une offensive de toutes ses forces, balayer le régime de Kiev, mais outre les possibilités d'affrontement avec l'OTAN, il y a un point que nous voulons soulever pour essayer de comprendre la stratégie russe. Poutine sait qu'il est en fait confronté à l'ensemble de l'Occident collectif, qui dispose d'un énorme potentiel militaire et d'armes nucléaires.

im-717413.jpg

La décision de l'OTAN de démembrer la Russie n'est un secret pour personne et les signes se multiplient, qu'il s'agisse de l'avancée aux frontières de la Russie ou de l'encouragement des processus de décolonisation en cours visant à diviser la Fédération en au moins 35 États plus petits. Pour faire face à ce mastodonte militaire et économique, il fallait du temps et une stratégie claire. Les sanctions étaient attendues et ont été résolues de telle sorte que la Russie a enregistré des excédents records depuis le début de l'affrontement armé. Sur le plan économique, la Russie est autonome et soutenue par des pays tels que la Chine. De ce côté, elle est blindée.

Le deuxième aspect à prendre en compte est que l'Occident, dans son effondrement, recherche la guerre comme moyen d'arrêter le processus de perte d'hégémonie qu'il subit. Nous ne pouvons pas ignorer les divers courants politiques internes, comme le trumpisme aux États-Unis, qui s'opposent à l'affrontement avec la Russie. Convaincre l'ensemble de l'establishment et les forces armées elles-mêmes de la nécessité d'une guerre avec la Russie n'est pas une mince affaire et doit avoir des justifications valables pour ceux qui s'y opposent. La Russie a l'occasion d'aiguiser ces contradictions tout en continuant à renforcer et à affaiblir l'appareil militaire et industriel de ses ennemis atlantistes. La stratégie semble consister à impliquer l'OTAN de manière mesurée dans le conflit en Ukraine, sur un terrain et dans des conditions extrêmement défavorables. Ses forces navales, son principal atout militaire, sont trop limitées pour agir et elle n'a pas la possibilité d'envoyer ses troupes directement, du moins actuellement. Les dissensions internes, les problèmes économiques et les sociétés déconstruites de l'Occident offrent à la Russie une excellente occasion de créer un chaudron, un creuset où faire fondre les potentialités du monde atlantiste.

Une avancée dévastatrice mettrait fin au conflit ; cependant, une avancée provocatrice, mais en même temps avec de petites fissures que la propagande de l'ennemi amplifie naturellement, permet à Poutine d'obtenir de l'OTAN qu'elle envoie du matériel, des armes et des munitions à Kiev. L'escalade même du type, de la quantité et de l'ampleur des armements a été progressive, permettant aux militaires russes de détruire méthodiquement l'arsenal et d'affaiblir les structures militaires de l'organisation. Nous voyons sans peine les avertissements des officiers militaires américains sur les problèmes que la presse tente de dissimuler. L'OTAN est à court de munitions, elle a perdu tout son arsenal de l'époque soviétique en Europe de l'Est, mais plus grave encore, elle a démontré que sa capacité de production militaire est inférieure à celle de la seule Russie, qui peut en outre compter sur le soutien de l'Iran, de la Corée du Nord et de la Chine.

Dans le même temps, Moscou a généré des tensions au sein du bloc ennemi, des divergences apparaissent naturellement et l'attitude de Washington, qui subordonne des pays comme l'Allemagne à ses besoins, est une bombe à retardement qui ne demande qu'à exploser. Les pressions internes ont pour toile de fond des sanctions économiques qui se sont comportées comme un boomerang, comme une perte de marchés et de pouvoir d'achat, couplée à des pays producteurs de pétrole qui ne se plient pas aux ordres anglo-saxons, créent un environnement qui appelle à la stratégie d'utilisation de l'Ukraine comme un bélier. L'Occident collectif ne peut soutenir indéfiniment l'effort militaire et économique en Ukraine sans s'affaiblir et se fissurer.

ammo_600x450_acf_cropped-gigapixel-width-1300px3.jpg

La Russie sait que le territoire est secondaire dans sa stratégie et qu'il sera la conséquence de son triomphe final, mais en attendant, elle l'utilisera si nécessaire pour écraser les forces ennemies. Les retraits partiels de Moscou ne sont peut-être pas une erreur de calcul, mais bien une stratégie planifiée. Ce n'est pas une consolation pour les imbéciles, comme le prétendent les propagandistes de l'OTAN en expliquant cette possibilité, si la Russie a été capable d'avoir des plans de contingence pour contourner les sanctions et a même acheté une flotte de 300 pétroliers à des armateurs grecs. Cette flotte lui a permis de contourner le blocus pétrolier, faisant échouer la stratégie atlantiste. Cela s'est fait subrepticement alors que l'Occident annonçait des sanctions qui ne seraient pas efficaces simplement parce que Poutine les a anticipées, nous devons penser qu'il y a une forte possibilité que ce à quoi nous assistons soit soigneusement planifié.

La Russie, dans son histoire, a toujours su utiliser les guerres d'usure, même dans des conditions d'attaques relativement surprenantes. Poutine avait déjà commencé à avertir l'Occident de sa politique en 2007, il a donc eu au moins 15 ans pour se préparer à l'affrontement. S'il s'y est préparé dans tous les domaines, il est frappant de constater que dans le domaine militaire, il ne s'agit que d'improvisation, comme nous le dit la presse occidentale.

La Russie a créé des chaudrons où elle fait fondre les armes et les équipements occidentaux tout en utilisant les sanctions à son avantage en bloquant la livraison de matières premières essentielles pour l'industrie militaire, comme le titane et l'antimoine, parmi des dizaines de composants clés. Un Occident qui s'était engagé dans la spéculation financière et la construction d'un monde de papier très utile tant que les nations obéissaient à ses ordres. Mais il a suffi à la Russie de dire que c'en était assez pour montrer que le roi était bel et bien nu. 

Dans le sillage de la Russie, d'autres nations mal à l'aise avec la situation hégémonique des États-Unis se joignent à elle.

La Chine a commencé à démontrer publiquement que son histoire d'amour est avec Moscou, l'Arabie saoudite a conclu un accord jusqu'ici impensable avec l'Iran et Israël, alors qu'elle est l'allié occidental qui avait préféré jusqu'ici rester dans cette position plutôt que de rejoindre les hôtes multipolaires, est devenu une tempête. Cet accord irano-saoudien, réalisé grâce à la diplomatie chinoise, constitue également un socle sur lequel la Chine va supplanter le dollar dans le commerce du pétrole au Moyen-Orient.

L'Inde continue de faire des affaires extraordinaires avec le pétrole russe, malgré les souhaits contraires de l'Occident, la Turquie vacille et si Erdoğan confirme son leadership lors des prochaines élections, nous pourrions assister à des surprises. Le monde non occidental commence à se révolter. Le gouvernement tchadien a déclaré la nationalisation de tous les biens et droits, y compris les permis d'exploitation et de production d'hydrocarbures, appartenant à une filiale de la compagnie pétrolière américaine ExxonMobil, qui s'est empressée de vendre ses parts, ce que la nation africaine a refusé.

Faut-il plus que ces nouvelles pour comprendre l'effondrement en cours de l'Occident? La politique d'usure pratiquée par la Russie est en train d'éroder son véritable ennemi anglo-saxon. La conviction initiale que l'Occident allait gagner la guerre par l'usure qu'il faisait subir à la Russie s'est évanouie en l'espace de 13 mois. Les notions occidentales d'accords de paix ne sont que la preuve que, comme un boxeur qui a reçu un coup écrasant, il cherche une trêve pour se rétablir. Il serait très étrange que la Russie cède à ce stade, et elle continuera certainement à poursuivre son plan, lentement mais sûrement. Poutine ne peut pas accélérer les choses car l'effondrement anglo-saxon doit se faire de manière à ne pas entraîner le monde dans une guerre nucléaire.

La pression sur la Chine n'a pas fonctionné, le plan de paix est juste t équilibré, et donc inacceptable pour l'Occident, qui serait publiquement défait s'il l'acceptait. Poutine dit donc oui, mais le problème, ce n'est pas moi, c'est Zelensky, tandis que les responsables américains font des déclarations de soutien militaire à l'Ukraine. Les deux parties veulent apparaître comme des artisans de la paix, mais selon leurs propres termes, Poutine veut aller jusqu'au bout contre les structures atlantistes, c'est son objectif. S'il s'arrête maintenant, ce doit être dans des conditions suffisamment claires pour que le monde comprenne que l'OTAN a été vaincue. Cela accélèrerait un effet de cascade avec la sortie du dollar et précipiterait l'effondrement final. L'Occident veut donner une image de paix, mais en même temps montrer qu'il a écrasé la Russie, pour éviter l'effet mentionné ci-dessus. Tant que cette situation perdurera, la Russie poursuivra son action de démolition, sachant que le temps joue en sa faveur.

10fev2023---os-presidentes-dos-eua-joe-biden-e-do-brasil-lula-durante-encontro-na-casa-branca-em-washington-1676076984148_v2_3x4.jpg

Lula, après avoir communiqué avec Biden et les principaux dirigeants occidentaux, annonce un voyage en Chine avec un message pour créer un "Club de la Paix", où Pékin resterait neutre. Les cartes sont désormais claires : Lula est le porte-parole de la proposition occidentale visant à éloigner la Chine de la Russie. Le président brésilien a rejeté la présidence des BRICS cette année, tout en acceptant la présidence du G20, un fait qui parle de lui-même. Le Brésil reste dans l'orbite des États-Unis et la libération de Lula n'a pu se faire qu'avec l'approbation de Washington, tout comme sa victoire lors d'une élection avec un bulletin de vote inexistant face à des allégations de fraude. La réponse de la Chine aurait probablement été un remerciement suivi d'invocations de vœux de paix, mais sa politique a été scellée par le voyage de Xi à Moscou. Cependant, quelque chose semble avoir changé et le discours de Pékin s'est durci ces derniers jours. A cette occasion, il s'est passé quelque chose puisque Lula a suspendu le voyage pour une durée indéterminée en invoquant des problèmes de santé. Il convient de noter que son ministre Haddad a également annulé son voyage en Chine et que l'agenda du président brésilien semble se concentrer sur les questions intérieures brésiliennes.

Le voyage comprenait également une série d'accords commerciaux et technologiques, et l'explication de la pneumonie, qui lui permet toutefois de poursuivre son activité politique, semble en réalité répondre au refus de la Chine de jouer le rôle attendu. Habituellement, de telles initiatives font l'objet d'un accord entre les ministères des affaires étrangères des deux pays, de sorte qu'il n'y a pas de divergences entre les présidents. Dans le cas présent, il est fort probable que l'annonce de Lula ait été unilatérale, ce qui a provoqué un malaise en Chine. Il est possible que l'annulation soit due à la pression de Washington, mais compte tenu de l'ensemble du contexte, cela ne semble pas probable. Les BRICS sont en fait les RICS, la position du Brésil est aujourd'hui celle d'une subordination à Washington et à ses politiques mondialistes, la Russie le sait et c'est pourquoi, malgré la victoire de Lula et son progressisme, les paris de Moscou ont été revus à la baisse. Poutine a longuement travaillé avec la Turquie pour la maintenir dans une position proche, il fera de même avec le Brésil, mais l'axe de ses intentions ne passera pas par les BRICS, du moins pas avant un changement profond dans ce pays. 

En Russie, on espère que la guerre sera terminée avant la fin de l'année. C'est quelque chose que la Russie pourrait faire si elle le voulait vraiment, mais aujourd'hui, la meilleure option semble être de continuer à créer ces chaudrons ukrainiens qui consomment les capacités de l'Occident. Pour ce faire, Moscou doit maintenir une apparence de faiblesse qui encourage l'OTAN à envoyer de plus en plus d'armes, tout en veillant à ne pas nuire à sa population.

1200px-Challenger2-Bergen-Hohne-Training-Area-2.jpg

Pourquoi le Royaume-Uni, qui n'envoie que 14 chars Challenger II, insiste-t-il pour envoyer des munitions à l'uranium appauvri ? La réponse est implicite: Londres, qui, contrairement aux États-Unis, est totalement alignée sur son objectif, soupçonne la Russie de jouer le jeu de l'attrition tout en conservant une position confortable. Si ces munitions sont utilisées sur le champ de bataille, elles contamineront des territoires que la Russie a aujourd'hui intégrés dans sa souveraineté et affecteront ses citoyens. Pourra-t-elle, dans ce cas, suivre le plan de destruction lente et systématique de Poutine ou devra-t-elle donner des réponses internes à l'appel à l'action ?

Les paroles de Medvedev sont un guide à suivre car il est celui qui dit ce que Poutine pense mais ne verbalise pas. À la déclaration de la ministre britannique de la défense, Annabel Goldie, selon laquelle elle enverrait des chars équipés de telles munitions, le Russe a répondu que "l'Ukraine doit évaluer les conséquences de l'utilisation d'uranium appauvri et se demander s'il faut ouvrir la "boîte de Pandore" et permettre à l'Occident de fournir de telles munitions". Par ailleurs, Annika Klose, députée allemande, s'est rendue en Argentine la semaine des célébrations du 8M et a déclaré que "les partis progressistes ont besoin d'une plus grande participation des femmes". Est-ce là le problème ?

samedi, 25 mars 2023

Soros et les Britanniques démantèlent le soi-disant droit international

dfbaffef95329b979fc6cb106e555ade.jpg

Soros et les Britanniques démantèlent le soi-disant droit international

Alexander Bovdunov

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/soros-e-gli-inglesi-stanno-smantellando-il-cosiddetto-diritto-internazionale

Le 17 mars, la Cour pénale internationale de La Haye a émis des mandats d'arrêt à l'encontre du président russe Vladimir Poutine et de la médiatrice russe pour les droits de l'enfant, Maria Lvova-Belova. Les responsables russes sont accusés d'avoir provoquer un "déplacement illégal" d'enfants depuis les territoires de la ligne de front.

Il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'une décision politique. Si les enfants n'avaient pas été retirés des territoires où ils étaient en danger, la Russie aurait été accusée de laisser les enfants en danger. Et si les enfants avaient été envoyés en Ukraine (ce qui est inimaginable dans une situation de guerre), on aurait parlé de "nettoyage ethnique". La CPI a trouvé une excuse commode, d'autant plus que les spéculations sur les enfants sont un excellent moyen d'influencer l'opinion mondiale, en particulier européenne, et un pas de plus vers la diabolisation de la Russie et de ses dirigeants.

Et qui sont les juges ?

Tout d'abord, il convient de préciser ce qu'est la Cour pénale internationale. On la confond avec le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), basé à La Haye, et avec la Cour internationale de justice des Nations unies. En fait, leur seul point commun est leur localisation à La Haye, capitale de facto des Pays-Bas, où siègent le parlement et le gouvernement néerlandais ainsi que de nombreuses institutions internationales. Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et la Cour internationale de justice ont tous deux été fondés avec l'approbation des Nations unies. Bien que la Cour pénale internationale ait signé un accord avec les Nations unies, elle n'est pas directement liée à ces dernières. Il s'agit d'une organisation internationale indépendante des Nations unies. Elle existe depuis 2002, date à laquelle son traité fondateur, le Statut de Rome, est entré en vigueur. Seuls les pays qui ont ratifié le traité fondateur sont compétents à son égard. En d'autres termes, ils ont volontairement limité leur souveraineté en faveur de cette structure. Ni la Russie ni l'Ukraine ne sont de tels États.

Cependant, l'instrument de la CPI est très pratique pour utiliser le "droit" comme arme contre la Russie, même s'il n'y a pas de cause réelle. Le fait est qu'au sein des structures de l'ONU, les accusations d'agression, de génocide ou de crimes de guerre sont beaucoup plus difficiles à mettre en œuvre. Par exemple, une décision du Conseil de sécurité des Nations unies est nécessaire pour reconnaître une action comme une agression. La Cour internationale de justice est également lente à traiter ce type d'affaires. Principalement parce que la Russie (comme les États-Unis) ne reconnaît pas pleinement sa compétence.

Jusqu'à présent, la plupart des enquêtes de la CPI ont été menées contre des pays africains. En Afrique, la CPI a acquis la réputation d'être un instrument de politique néocoloniale et une menace majeure pour la souveraineté, la paix et la stabilité de l'Afrique.

La réaction des libéraux

Dans toute cette affaire de la CPI, on ne voit pas bien comment un organe international peut traiter de questions relatives à des États sur le territoire desquels sa juridiction ne s'étend pas. Ni la Russie ni l'Ukraine n'ont ratifié le statut de Rome, c'est-à-dire l'accord qui sous-tend la création de la CPI. Dans le passé, cependant, la CPI a délivré des mandats d'arrêt à l'encontre de dirigeants d'un pays qui n'est pas partie à l'accord. Le dirigeant en question est Mouammar Kadhafi, accusé par la CPI de crimes de guerre en 2011, lorsqu'une rébellion armée a éclaté en Libye. Auparavant, la CPI avait délivré un mandat d'arrêt à l'encontre du président soudanais Omar el-Béchir. Toutefois, dans les deux cas, la CPI avait reçu l'autorisation du Conseil de sécurité des Nations unies pour mener l'enquête. Aujourd'hui, cette autorisation n'existe pas. En accusant le président russe et la médiatrice des enfants, la CPI remet en cause la souveraineté de la Russie et le système de droit international dans lequel l'ONU a joué, au moins formellement, un rôle-clé. Le remplacement classique d'un ordre mondial dans lequel le droit international, compris comme un ensemble de règles et de procédures claires, jouait au moins un certain rôle, par un "monde fondé sur des règles" dans lequel les règles sont inventées à la volée par les détenteurs autoproclamés de l'autorité morale - les régimes libéraux occidentaux et les ONG libérales.

Le cas de la Cour pénale internationale illustre une contradiction fondamentale entre les approches réalistes et libérales des relations internationales et du droit international. Les réalistes font appel à la souveraineté nationale. Si les États se sont mis d'accord pour la limiter volontairement, la décision leur appartient, mais la limitation ne devrait avoir lieu qu'avec le consentement des États. Les libéraux estiment que les institutions internationales peuvent passer outre cette souveraineté. Selon eux, des institutions dotées d'une juridiction mondiale sont possibles, même si les États n'ont pas volontairement accepté de s'inclure dans cette juridiction.

La voie britannique

Qui dicte les règles de la Cour pénale internationale ? Les trois principaux bailleurs de fonds de l'actuelle CPI sont : 1) George Soros ; 2) le Royaume-Uni, par l'intermédiaire du ministère britannique des affaires étrangères et du Commonwealth ; 3) l'Instrument européen pour la démocratie et les droits de l'homme de l'Union européenne, dont les initiatives sont liées au bureau de Soros. La Cour est financée par les contributions des États parties et les contributions volontaires de gouvernements, d'organisations internationales, de particuliers, d'entreprises et autres.

Les États-Unis ne versent aucune contribution à la Cour. Les présidents américains, qu'ils soient démocrates ou républicains, se sont opposés à la compétence de la Cour à l'égard des États-Unis et de leurs citoyens, ainsi qu'à l'égard d'Israël, allié des États-Unis. Le président Trump a même imposé des sanctions contre la CPI. L'administration de Joe Biden a levé les sanctions, mais a annoncé que Washington "continue d'être en désaccord fondamental avec les actions de la CPI sur l'Afghanistan et la Palestine".

Si l'État américain (mais pas les cercles mondialistes) a toujours eu de mauvaises relations avec la CPI, les Britanniques, au contraire, ont activement soutenu l'institution. Principalement parce qu'elle se trouve dans un pays avec lequel les Windsor et de nombreux projets mondialistes, du Bilderberg aux agents étrangers (interdits en Russie) de Bellingcat, ont des liens étroits avec la dynastie régnante.

En 2007, Mabel, comtesse d'Orange-Nassau et en même temps fonctionnaire de Soros, a déclaré : "nous avons poussé à la création de la Cour pénale internationale, qui est maintenant basée à La Haye, faisant de cette ville la capitale internationale de la justice".

L'année dernière, c'est la Grande-Bretagne qui a créé une coalition de donateurs pour faire pression en faveur d'une enquête sur les "crimes russes".  Comme l'ont noté les médias occidentaux, "dans les semaines qui ont suivi le 24 février [2022], la Cour a été "inondée d'argent et de détachements"".  Les participants occidentaux à la CPI n'ont pas lésiné sur les moyens pour financer l'"enquête" sur l'Ukraine. Les États qui ont initié des contributions financières supplémentaires à la CPI comprennent le Royaume-Uni (24 mars 2022 pour un million de livres sterling "supplémentaire"), l'Allemagne (déclarations des 4 et 11 avril pour un million d'euros "supplémentaire"), les Pays-Bas (déclaration du 11 avril pour une "contribution néerlandaise supplémentaire" d'un million d'euros) et l'Irlande (déclaration du 14 avril pour 3 millions d'euros, dont 1 million d'euros "à distribuer immédiatement").

En d'autres termes, les Britanniques (avec ou sans l'accord des Américains) se plantent. C'est le Front Office qui a eu l'idée, il y a près d'un an, d'instrumentaliser la CPI pour traiter avec la Russie. Et ils ont réussi.

dimanche, 05 mars 2023

Poutine et Lénine, selon Spengler

309562C800000578-0-image-a-44_1453798757704.jpg

Poutine et Lénine, selon Spengler

Constantin von Hoffmeister

Source: https://eurosiberia.substack.com/p/putin-and-lenin-according-to-spengler

Dans les profondeurs sombres et exaspérantes du passé, Spengler a contemplé une figure sinistre connue sous le nom de Vladimir Lénine, un présage de la fin de l'Occident, dont l'existence même menaçait de briser les fondements de la société traditionnelle. Aux yeux de Spengler, Lénine et son parti bolchevique incarnaient les pouvoirs malveillants de la modernité, une force qui menaçait d'engloutir le monde dans un tourbillon de chaos et de destruction. En Lénine, Spengler voyait l'issue inévitable de la descente de l'Occident dans la folie et le désespoir, alors que la culture autrefois grande était consumée par sa propre hubris et avait perdu le contact avec ses racines spirituelles.

Pourtant, dans les profondeurs de l'esprit de Spengler, il aurait pu entrevoir une vision de Vladimir Poutine comme un leader plus banal, s'efforçant de ressusciter la vitalité culturelle et spirituelle de la Mère Russie. Peut-être aurait-il même pu voir en Poutine un symbole de défi contre les forces sinistres de l'âge moderne, celles qui visent à décimer les principes sacrés de la tradition et de la vertu.

Spengler était convaincu qu'au crépuscule du déclin d'une civilisation, une figure formidable et captivante apparaîtrait, capable d'assurer l'ordre et la sécurité par la seule force de sa volonté et de sa personnalité. Cette croyance constituait le fondement de sa thèse de "l'avènement des Césars", qu'il considérait comme un schéma récurrent dans les annales de l'histoire, de tels leaders émergeant souvent au cours de périodes de bouleversements et de catastrophes.

À l'époque actuelle, la notion d'un nouveau César est toujours pertinente, car le globe est en proie à des problèmes contrariants qui exigent un leadership fort et inébranlable. Néanmoins, cette idée a suscité des critiques pour avoir "promu l'autoritarisme et le mépris des valeurs démocratiques". En outre, l'impact qu'un individu peut avoir sur le cours de l'histoire diminue à l'ère de la mondialisation et du progrès technologique. Les défis auxquels les sociétés modernes sont confrontées nécessitent des efforts et des solutions collectives qui dépassent la capacité d'un seul leader, aussi imposant ou magnétique que soit son aura.

Par conséquent, bien que la notion de nouveau César puisse encore conserver une certaine pertinence à notre époque moderne, il est impératif que nous l'examinions à la lumière des obstacles du présent et de la nécessité de trouver des moyens coopératifs pour faire face aux difficultés. Spengler a postulé que lorsque les sociétés entrent dans leur phase finale de déclin, elles ont tendance à engendrer des leaders formidables et séduisants, expérimentés dans la préservation de la loi et de la stabilité par la puissance de leur résolution et de leur présence.

Spengler voyait ces dirigeants comme les Césars de la Rome antique, qui pouvaient maintenir intact un empire en ruine grâce à leur charme personnel et leur volonté inflexible. Il estimait que l'Occident était confronté à une période de déclin comparable à celle de l'Orient, et que ce n'était qu'une question de temps avant qu'un nouveau César ne surgisse pour rétablir l'ordre et la stabilité. Peut-être Poutine, avec son leadership autoritaire et ses efforts pour rétablir la position de la Russie dans le monde, aurait-il été considéré par Spengler comme un prétendant à ce rôle convoité. Spengler a peut-être aussi été conscient des entreprises de Poutine pour rétablir la domination de la Russie sur la scène mondiale.

Merci de lire Eurosiberia ! Abonnez-vous gratuitement pour recevoir les nouveaux articles et soutenir mon travail.

Constantin est sur Twitter, Telegram et Substack.

Suivez-le et abonnez-vous !

Twitter: @constantinvonh

Telegramm: https://t.me/eurosiberia1

Substack: https://eurosiberia.substack.com
Eurosiberia

 

 

20:44 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : oswald spengler, vladimir poutine, lénine, russie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 24 février 2023

Le discours de Poutine - Une mauvaise nouvelle pour l'Occident ?

B9733528932Z.1_20230223110945_000+GAKM9BU8E.1-0.jpg

Le discours de Poutine - Une mauvaise nouvelle pour l'Occident ?

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2023/02/21/putinin-puhe-huonoja-uutisia-lannelle/

Le président russe Vladimir Poutine a prononcé son discours de politique générale cette année et, comme d'habitude, il a été critiqué par les agences de presse occidentales. Le discours a réitéré des points de vue déjà entendus auparavant sur l'opération spéciale en Ukraine, l'Ouest de l'OTAN, les valeurs russes, la politique intérieure, l'économie et l'avenir.

Dans les médias finlandais, le discours de Poutine a été qualifié de "propagandiste et de mensonger', mais un auditeur critique ne peut en dire autant. La Russie n'a pas déclenché la guerre en attaquant unilatéralement l'Ukraine en février de l'année dernière, mais la responsabilité principale du déclenchement et de l'escalade du conflit incombe effectivement aux élites des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l'"Occident collectif".

L'Occident a provoqué la Russie en élargissant l'OTAN et en transformant l'Ukraine en une plateforme d'agression anti-russe. Les préoccupations de la Russie en matière de sécurité ont été ignorées parce que l'Occident voulait une escalade : dans le grand jeu géopolitique, la Russie devait perdre et être détruite militairement, politiquement et économiquement.

Aujourd'hui, les eurocrates ont révélé leur crainte que, en raison d'une pénurie critique de munitions, la guerre en Ukraine puisse se terminer dans quelques mois. Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a également souligné que l'Ukraine consomme plusieurs fois plus de munitions que l'industrie de la défense de l'Occident ne peut en produire.

L'Occident ne veut pas la paix, et les peuples d'Europe sont eux aussi depuis longtemps poussés à la frénésie de la guerre. L'image de Poutine en tant que dictateur désespéré et éloigné de la réalité a (avec succès ?) été instillée dans l'esprit des Finlandais également. Ailleurs, par exemple dans le Sud global, les gens comprennent ce qu'est ce jeu sombre : la tentative des États-Unis de maintenir leur position hégémonique dans un monde en mutation.

Selon Poutine, l'Occident voudrait transformer "un conflit local en un conflit mondial". Comme en réponse à cela, il a déclaré que la Russie suspendrait sa partie de l'accord de non-prolifération nucléaire avec les États-Unis. C'est une mauvaise nouvelle pour l'Occident, mais la plupart des analystes estiment que la probabilité que la Russie utilise des armes nucléaires reste très faible.

Le discours de Poutine a été critiqué pour avoir dit peu de choses nouvelles. Qu'attendaient donc les auditeurs d'ici et d'ailleurs ? Les stratégies militaires ne sont pas abordées dans les discours, mais il est clair que Poutine et les autorités russes préparent depuis un certain temps leurs citoyens à un conflit prolongé dans lequel les Ukrainiens ne sont pas l'ennemi, mais des "otages du régime de Kiev et de ses maîtres occidentaux", des otages de substitution du plan de guerre anti-russe.

Selon les Russes, l'opération en Ukraine se poursuivra jusqu'à ce que les programmes d'aide occidentaux soient épuisés et que plus aucune menace anti-russe n'émerge de Kiev. Comment cet objectif sera-t-il atteint, en continuant à mener une bataille qui épuise les ressources et les soldats, ou en faisant quelque chose de plus spectaculaire ? Quoi qu'il en soit, l'anniversaire du réchauffement du conflit approche.

Pour le reste du monde, ce "conflit local" est de moindre importance, et les apparitions de Zelensky ne suscitent pas beaucoup d'émotion (tout au plus, un frisson de dégoût ?). Bien sûr, de nombreux pays aimeraient voir l'Occident dirigé par les États-Unis gravement humilié ; la "fuite de l'Afghanistan" de Washington serait-elle un avant-goût de la défaite à venir en Ukraine ?

samedi, 17 décembre 2022

Déception face au double jeu de Merkel: les relations germano-russes au plus bas

5e972b54098185.594cd685e1670.jpg

Déception face au double jeu de Merkel: les relations germano-russes au plus bas

Source: https://zuerst.de/2022/12/16/enttaeuschung-ueber-merkels-doppelspiel-deutsch-russische-beziehungen-auf-dem-tiefpunkt/

Moscou/Berlin. Les relations germano-russes, volontairement ruinées par les hommes politiques allemands depuis l'invasion russe de l'Ukraine, ont atteint un nouveau point bas. Pour une fois, ce n'est pas le chancelier Scholz ou la ministre des Affaires étrangères Baerbock qui sont à blâmer, mais l'ancienne chancelière allemande Angela Merkel. Elle vient de lâcher une bombe lors de deux entretiens avec le Spiegel et Zeit Online: elle a reconnu que l'Occident, et en particulier le gouvernement fédéral, n'a jamais eu intérêt à ce que les accords de Minsk - qui devaient en fait garantir la fin des hostilités dans le Donbass - soient respectés.

L'ex-chancelière a déclaré textuellement: "Et l'accord de Minsk de 2014 était une tentative de donner du temps à l'Ukraine. Elle a aussi utilisé ce temps pour devenir plus forte, comme on le voit aujourd'hui".

L'aveu posthume de Merkel met la hache à la racine du récit occidental de la "guerre d'agression russe". Jusqu'à aujourd'hui, le Kremlin fait référence aux antécédents de la guerre, qui ont commencé en 2014 avec le changement de pouvoir à Kiev et le harcèlement qui s'en est suivi contre la population d'origine russe dans l'est de l'Ukraine.

indexamvp.jpg

Le protocole de Minsk I, signé le 5 septembre 2014 dans la capitale biélorusse, résume les résultats des négociations entre l'Ukraine, l'OSCE et la Russie pour un plan de paix. L'accord a acquis le statut de traité international contraignant le 17 février 2015, suite à l'adoption de la résolution 2202 (2015) du Conseil de sécurité des Nations unies, rédigée dans les mêmes termes.

Le protocole comprend douze points et prévoyait, entre autres, l'interruption immédiate et réciproque du recours à la force armée et la vérification du cessez-le-feu par l'OSCE. Il prévoyait également une décentralisation du pouvoir en Ukraine, notamment par l'adoption d'une loi sur l'autonomie temporaire "dans certaines régions des oblasts de Donetsk et de Lougansk". En outre, "des mesures devraient être prises pour améliorer la situation humanitaire dans le Donbass" et des élections locales anticipées devraient être organisées dans les zones litigieuses. Plus important encore, toutes les formations armées illégales, leur matériel militaire ainsi que les francs-tireurs et les mercenaires devraient être retirés et un programme de reconstruction économique du Donbass et de "rétablissement des fonctions vitales de la région" devrait être adopté.

Alors que la Russie comptait sur une mise en œuvre rapide des accords de Minsk pour parvenir à une pacification des régions directement limitrophes de la Russie, les politiciens occidentaux - comme l'ex-chancelière allemande vient de l'avouer ouvertement - ne voyaient dans ces accords qu'un moyen de gagner du temps. L'ex-président ukrainien Porochenko s'était également exprimé dans le même sens il y a quelque temps.

Alors que l'aveu d'Angela Merkel a été à peine évoqué dans les médias allemands, il a eu un retentissement international considérable. Les médias russes ont largement couvert l'événement. Le chef du Kremlin, Vladimir Poutine, s'est exprimé à ce sujet lors d'une conférence de presse le 9 décembre et s'est dit profondément déçu, à titre personnel, par le double jeu de Merkel. Littéralement: "Franchement, je ne m'attendais pas à entendre cela de la part de l'ancienne chancelière allemande, car j'ai toujours supposé que les dirigeants de la République fédérale d'Allemagne étaient sincères à notre égard".

Mais il est désormais évident "que nous avons fait tout ce qu'il fallait en ce qui concerne le lancement de l'opération militaire. Pourquoi ? Parce qu'il s'est avéré que personne ne voulait appliquer tous ces accords de Minsk".

Au vu des déclarations de Merkel, "la confiance est maintenant presque nulle, mais après de telles déclarations, la question de la confiance se pose naturellement: comment et sur quoi peut-on négocier, et peut-on négocier avec qui que ce soit, et où sont les garanties? C'est évidemment la grande question", a déclaré M. Poutine, avant de poursuivre: "Malgré tout, nous devrons finir par nous entendre. J'ai déjà dit à plusieurs reprises que nous étions prêts à trouver des accords, nous sommes ouverts. Mais cela nous oblige bien sûr à réfléchir à qui nous avons affaire".

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, s'est montrée plus claire et moins diplomatique. Face aux récents appels occidentaux en faveur d'un tribunal international pour les crimes de guerre russes en Ukraine, elle a demandé que Merkel soit traduite devant un tribunal international. La déclaration de Merkel ne signifie pas moins qu'elle a œuvré pendant des années pour une guerre avec la Russie. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

mardi, 11 octobre 2022

L'objectif de Biden : l'Ukraine comme tombeau de l'axe franco-allemand

4OL42P5WO5BMZLVM5R6PNRNIFE.jpg

L'objectif de Biden : l'Ukraine comme tombeau de l'axe franco-allemand

Andrea Muratore & Emanuel Pietrobon

(23 avril 2022)

Les sages disent que le plus grand canular que le Diable ait jamais réalisé a été de convaincre le monde qu'il n'existe pas. C'est ainsi que le Malin peut faire porter aux autres la responsabilité de tous ses méfaits. C'est ainsi qu'il peut agir sans être dérangé, entraîner le mortel de service dans la tentation, et disparaître soudainement comme la brume lorsque le péché a été commis.

Un bon stratège, semblable au rusé Satan dépeint par John Milton dans le poème épique Paradise Lost, est appelé à faire de la nécessité une vertu, à saisir l'opportunité lorsqu'elle se présente et même à la créer à partir de rien lorsqu'on lui en donne l'occasion. Un bon stratège, semblable au vieux démon dépeint par C. S. Lewis dans son oeuvre satirique The Screwtape Letters, sait comment exploiter les faiblesses des autres et sur quelles tromperies antédiluviennes s'appuyer pour condamner l'adversaire au cinquième cercle de l'enfer.

Gagner sans se battre. Observer deux ou plusieurs querelles avec la complaisance de ceux qui n'entreront à la fin du spectacle que pour récolter les fruits semés par d'autres. Se dire connaisseur de l'art de la guerre, en effet, ne revient qu'à une seule chose : posséder les connaissances nécessaires pour obtenir un résultat maximal avec un effort minimal. Une connaissance que le duo Biden-Blinken a (dé)montré avoir quand, en faisant capoter les négociations sur les soi-disant garanties de sécurité, il a convaincu un Vladimir Poutine exaspéré par l'échec de la diplomatie de la canonnière de concrétiser l'impensable : l'invasion de l'Ukraine.

En piégeant la Russie dans les sables mouvants ukrainiens, réinterprétation contemporaine du bourbier afghan, la présidence Biden a atteint certains objectifs dans l'immédiat et nourrit l'espoir d'en atteindre d'autres à moyen et long terme, de la fracture du cercle autour de Poutine à la déstabilisation de l'espace post-soviétique, en passant par la consolidation de l'encerclement atlantique de Moscou et, surtout, l'objectif le moins visibilisé à ce jour : l'effritement de l'Entente franco-allemande. Une garantie pour le maintien de l'Europe comme province géostratégique de l'empire américain.

Poutine, le meilleur ennemi de Biden

Si Poutine n'existait pas, Biden aurait dû l'inventer. Approché pour gagner, impulsif quand il est acculé et paranoïaque - toujours. Ne pas vouloir accepter le rejet comme une réponse. Et prévisible, donc, dans ses réactions. Le meilleur ennemi que les États-Unis auraient pu souhaiter à ce moment précis de l'histoire - une période de transition délicate vers un nouvel ordre mondial.

La loi non écrite de tout stratège est de "créer quand c'est nécessaire, d'exploiter quand c'est possible" et le duo Biden-Blinken, en retournant magistralement contre le leader du Kremlin cette diplomatie de la canonnière qu'ils ont utilisée pour appeler à la renégociation de l'architecture de sécurité euro-atlantique et au retour à l'ère des sphères d'influence, a montré qu'il savait l'appliquer. William Burns, ambassadeur du dialogue, bâtisseur de ponts entre Washington et la Russie et gardien de l'appareil du directeur de la CIA, a tenté de prendre la mesure de Moscou en institutionnalisant cette prévisibilité dans un dialogue franc et étroit. Une offre non retenue par Moscou, qui a choisi de se raidir, ouvrant la voie à la contre-attaque américaine.

Faire de la menace une opportunité. L'occasion, dans ce cas, de faire d'une pierre deux coups : affaiblir et la Russie et l'Union européenne. Car cette dernière, en effet, dans la vision américaine n'a de sens que si elle existe dans une position de subalternité au sein du pôle de puissance occidental, en tant que province périphérique de l'Empire ni plus ni moins inhibée dans ses mouvements que l'Amérique latine.

La soi-disant "rupture atlantique" n'allait pas être réparée par la présidence Biden. Elle avait et a des causes (beaucoup) plus profondes. Nous l'avions expliqué dans nos colonnes le 7 janvier 2021, au terme de la courte mais intense ère Trump, que le président du Parti démocrate poursuivrait la politique d'usure de l'ordre hégémonique franco-allemand de ses prédécesseurs. Tout au plus, en raison de la différence de fond idéologique, changerait-il la forme de l'attrition tout en laissant le fond intact.

Biden, nous l'avions prévenu avant qu'il ne prenne ses fonctions à la Maison Blanche, dissimulerait derrière des appels à l'unité apparemment innocents une "cohésion coercitive". L'objectif était évident : "empêcher, ralentir et retarder la réalisation de la soi-disant autonomie stratégique prônée par Macron". Et dans les mois qui suivent, comme prévu, le déclenchement de la bataille des espions, de nouvelles escarmouches diplomatiques et l'adoption de nouvelles sanctions (clairement) coordonnées.

La guerre de Poutine qui ne dérange pas Biden

Le sabotage de l'autonomie stratégique européenne, c'est-à-dire le processus d'émancipation géopolitique de l'UE vis-à-vis des États-Unis, passe inévitablement par trois directions : la Russie, le Royaume-Uni et l'axe Paris-Berlin.

La Russie comme un épouvantail à agiter, et à inciter à la violence si et quand cela est nécessaire - comme en Ukraine -, pour éviter la matérialisation du cauchemar mackinderien d'un axe eurasien avec Berlin comme capitale. Un épouvantail à repousser et avec lequel il faut cesser toute forme de couplage, comme, par exemple sur le plan de l'énergie.

Le Royaume-Uni comme bélier pour exercer une pression tactique sur le ventre mou de l'Empire franco-allemand, en particulier l'espace polono-balte. Le Royaume-Uni, qui, sans surprise, a d'abord participé au boycott des négociations sur les garanties de sécurité, puis a poussé à l'entrée de l'OTAN dans la guerre d'Ukraine et à l'introduction de sanctions sans précédent contre la Russie, de l'exclusion de SWIFT à l'embargo énergétique, en connaissance de l'asymétrie de leurs dégâts. Coup de grâce au parti de la détente dirigé par Emmanuel Macron et soutenu par (quelques) autres.

L'axe Paris-Berlin perpétuellement privée de débouché grâce aux nids de poule et aux impasses, comme le veto américain à la construction d'une armée européenne commune et comme la stratégie, toujours américaine, basée sur le butinage des partis politiques et des forces sociales prônant un atlantisme radical et porteurs d'instances contraires à l'intérêt européen, notamment sur le plan énergétique - de l'importation accrue de GNL nord-américain à une transition verte soudaine et traumatisante. Emblématiques, à ce dernier égard, sont les Verts allemands : nœud coulant autour du cou d'Olaf Scholz, partisans d'une rupture totale avec la Russie et la République populaire de Chine, détracteurs du gazoduc Nord Stream 2 depuis le premier jour et possibles exhumateurs du défunt TTIP et autres propositions pour une plus grande intégration euro-atlantique.

EzkKytPXsAAgd7F.jpg

Que la perspective d'une Ukraine envahie par la Russie ne dérange pas Biden, car elle est utile dans le contexte du boycott de l'autonomie stratégique de l'Europe et de l'usure concomitante de l'Entente franco-allemande, Macron l'avait pressenti dès le départ. C'est la raison de son dynamisme diplomatique en décembre, janvier et février. Et c'est pourquoi, malgré la guerre, il a maintenu actif le canal du dialogue avec Poutine et a continué à fournir une respiration artificielle au parti de la détente européen qui était en état comateux.

L'histoire donnera tort ou raison aux efforts de Macron, mais cette première moitié, quelle que soit la façon dont la guerre en Ukraine se termine, Biden l'a incontestablement gagnée. Il l'a gagnée lorsque Poutine a choisi la voie des armes, forçant l'UE à se plier à la ligne dictée par les États-Unis et assassinant le parti européen de la détente et de l'autonomie stratégique. Et il l'a gagné, non moins important, en plantant les graines de la discorde dans les champs fertiles qui nourrissent l'hégémonie franco-allemande, aujourd'hui affaiblie par des divergences sur les sanctions à appliquer à la Russie et la forme de la sécurité européenne d'après-guerre - davantage d'OTAN ou une armée commune ? - et demain contraint d'affronter l'épreuve du feu : le puissant réarmement de l'Allemagne.

L'Europe franco-allemande meurt-elle à Kiev ?

Vladimir Poutine a sans doute choisi de mettre fin à l'ère de la GeRussie d'Angela Merkel en ouvrant le jeu ukrainien. Mais d'une certaine manière, il a doublement joué le jeu de Washington en accaparant également les perspectives de l'axe franco-allemand. Pas tant par des ruptures entre Paris et Berlin, mais plutôt par la déstabilisation de toute perspective d'une Europe ayant la capacité d'agir autour du leadership de la France et de l'Allemagne. Berlin a choisi la voie atlantique sur le front de la défense, dans le gouvernement d'Olaf Scholz les Verts l'ont emporté, ennemis du gazoduc Nord Stream 2, du dégel avec la Russie, de la diplomatie des ponts, jusqu'à ce que ce soit l'industrie qui rappelle à l'ordre les risques d'un embargo énergétique total. Emmanuel Macron a dû rebondir après ses premières manœuvres de détente, qui ont vu le rival stratégique britannique dans l'arène de l'OTAN et l'adversaire politique polonais dans l'arène européenne l'emporter dans la bienvaillance américaine. Londres et Varsovie sont les capitales de l'Europe atlantique, autour desquelles l'Italie, la Roumanie, la République tchèque, le Danemark, la Norvège, la Suède, la Finlande et les républiques baltes se dressent désormais comme porte-drapeau du contraste total avec Moscou.

Paris et Berlin sont métaphoriquement en état de siège. Et Macron l'est aussi sur le front politique : ne nions pas que le rêve inavouable de Washington est une victoire présidentielle de Marine Le Pen qui, aussi lointaine soit-elle, serait pour les Etats-Unis une garantie de la fin définitive, également sur le front politique, de l'axe franco-allemand. Les "mains baladeuses" du scandale du tic-tac de McKinsey et les attaques du gouvernement atlantique contre les initiatives de paix de Macron semblent au moins suspectes dans la campagne électorale. Parce que l'avenir de l'axe franco-allemand, et donc de l'autonomie stratégique européenne, dépend de la réélection de Macron à l'Élysée.

Plus la guerre durera et plus le feu brûlera aux frontières de l'Europe, plus la perspective d'un axe franco-allemand moteur de l'autonomie stratégique européenne s'éloignera. Plus l'Europe sera perçue comme une périphérie de l'Occident sous la bannière étoilée, plus il sera difficile pour une capacité opérationnelle de présenter une sortie de crise menée par la France et l'Allemagne. Plus les États-Unis dictent la ligne de l'OTAN en empêchant l'Europe de choisir la paix ou la guerre, mais en la convainquant de danser à son propre rythme, moins la France et l'Allemagne seront en mesure de jouer un rôle décisif à l'avenir. La fin de l'axe franco-allemand comme moteur de l'Europe est un objectif clair de l'ère Biden, fondé sur la nécessité de reconstruire l'unité du camp occidental sans perspective de déviation de l'orthodoxie de Washington pour les alliés européens. Inexorablement appelé hors de l'histoire. Transformé en périphérie dans l'archipel de la mondialisation dans lequel se prépare la guerre froide 2.0. Dans le camp duquel Washington ne veut pas s'écarter. Et le contrôle de son territoire, grâce à Vladimir Poutine, est plus étroit. Voilà pour les perspectives d'autonomie stratégique européenne.

lundi, 29 août 2022

Sur la piste de Douguine, un sombre génie ou le philosophe qui a inspiré Poutine ?

Screenshot-2022-08-22-at-11.25.59-1024x578.png

Sur la piste de Douguine, un sombre génie ou le philosophe qui a inspiré Poutine ?

Yesurún Moreno

Source: https://www.vozpopuli.com/altavoz/cultura/detras-aleksandr-dugin-genio-tenebroso-filosofo-inspiro-putin.html

Comment les médias grand public ont élevé un professeur d'université au rang de philosophe du régime de Poutine, le transformant en son Raspoutine personnel.

Hier soir, un fait dramatique a fait la une des principaux journaux. Darya Dugina, fille du penseur russe Aleksandr Dugin, a été la victime fatale d'une tentative d'assassinat, visant apparemment son père. Selon les médias russes, un engin explosif contenant une importante charge de TNT avait été placé sous le siège de sa voiture. Bien sûr, les champions de la liberté, de la démocratie et du progrès s'empressent de justifier cette action, puisque Darya était soi-disant une "militante d'extrême droite". Nombre de journalistes, d'animateurs de talk-show et d'intellectuels de cette pléiade d'égarés et de ventres reconnaissants arboreront bien sûr le drapeau de l'antifascisme, même s'ils oublient qu'au sein de la Première Internationale, la faction anarchiste a été expulsée pour sa défense de l'action directe, de la violence armée et du terrorisme comme outils politiques. Tout ne se passe pas comme prévu... Les mêmes personnes qui s'arrachaient les cheveux à propos de l'empoisonnement présumé de l'opposant Navalny par Poutine se frottent maintenant les mains devant l'occasion fournie par la mort d'une jeune femme d'à peine 30 ans pour se vanter de leur infantilisme et de leurs enfants terribles... Pour l'instant, on ne peut que spéculer sur le cerveau, et en parlant de cerveau, je me concentrerai sur le cerveau présumé de l'échafaudage théorique de Poutine, le père de Darya.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, des rivières d'encre coulent sur la figure et la pensée d'Alexandre Douguine. La vérité est que beaucoup - par sympathie ou carrément par antipathie - aiment à croire qu'il est le gourou de l'ombre de Poutine, celui qui murmure à l'oreille du tsar moderne. En bref, Douguine a été caractérisé comme un génie du mal dans le poing et la plume duquel l'avenir de la nation russe est contenu.

Mais qui est vraiment Aleksandr Douguine ? Moscovite de naissance, il est le fils d'un colonel-général du renseignement militaire soviétique et d'un médecin. Penseur, philosophe et théoricien de la géopolitique, il est actuellement le principal représentant de ce qu'on appelle l'eurasisme. Pour ceux qui ne connaissent pas le terme, l'eurasisme est une doctrine philosophico-politique ayant des répercussions géopolitiques, selon laquelle la Terre est divisée en grandes civilisations dont la centralité réside principalement dans deux pôles antagonistes : le monde insulaire (les États-Unis, la Grande-Bretagne et le Commonwealth, c'est-à-dire les puissances thalassocratiques qui déploient leur pouvoir par la mer) et la civilisation orthodoxe ou eurasienne (les États de l'ex-URSS, l'Europe de l'Est et certaines parties de l'Europe du Sud). Fortement influencé par l'œuvre de Carl Schmitt, en particulier les textes Terre et Mer (1942) et Le Nomos de la Terre (1950) et, dans un certain sens, influencé par Le Choc des civilisations (Huntington, 1996), Douguine propose une coexistence inter-civilisationnelle harmonieuse. Dans ses Fondements de la géopolitique (1977), il dira : "Le monde multipolaire ne considère pas la souveraineté des États-nations existants comme une vache sacrée, car cette souveraineté repose sur une base purement juridique et n'est pas soutenue par un potentiel politique et militaire suffisamment fort (...) seul un bloc ou une coalition d'États peut revendiquer une véritable souveraineté". D'une certaine manière, Douguine renverse la logique de l'"endiguement" (hégémonique dans toute la politique étrangère américaine du 20ème et, avec Biden, du 21ème siècle) et tente de pousser jusqu'à ses ultimes conséquences l'affirmation du père de la géopolitique moderne Halford John McKinder selon laquelle : "Celui qui gouverne l'Europe de l'Est gouvernera le Heartland ; celui qui gouverne le Heartland gouvernera l'Île-monde ; celui qui gouverne l'Île-monde gouvernera le monde". Dugin a indubitablement créé une école, et tant lui que ses exécuteurs testamentaires savent clairement à quoi ils s'opposent et qui est leur ennemi en termes schmittiens. À tel point que dans l'un de ses textes de jeunesse Russia : The Mysteries of Eurasia, il argumente avec force : "L'Amérique incarne la fin du monde (...) la terre de pèlerinage des âmes défuntes (...) former une alliance sacrée avec les pays et nations de l'Est qui luttent pour l'autarcie géopolitique et la restauration des valeurs traditionnelles contre le monde moderne et l'atlantisme, l'agression américaine [est notre objectif]". Le mythe du progrès technique, le positivisme kelsénien, le libéralisme politique, le principe de l'individualisme comme solvant social et les démocraties bourgeoises décadentes, bref, l'ordre mondial sorti triomphant de la Seconde Guerre mondiale (que, dans sa version la plus néfaste, nous appelons habituellement le mondialisme) sont les pierres d'achoppement de l'harmonie qu'il cherche à esquisser dans ses ouvrages. Cette vision quelque peu dérangeante du canon académique se heurte au langage candide (et non moins perfide) des universitaires de Berkeley et Stanford pour qui toutes les cultures doivent être tolérées, toutes les cultures doivent être moins eurocentriques (tant que la culture à protéger est celle de l'inoffensive Pachamama), mais jamais, en aucun cas, celle de leurs véritables rivaux géopolitiques, à savoir le monde islamique, la civilisation chinoise et le panslavisme russe. Cependant, il est curieux de voir comment ces progressistes qui ont étudié dans les universités les plus progressistes du monde, sous leur maquillage inclusif, se révèlent beaucoup moins respectueux et plus anglocentriques que des auteurs comme Douguine lui-même, Alain de Benoist, Denis Collin, Diego Fusaro, Adriano Erriguel, entre autres, qui ne demandent que le respect de leurs idiosyncrasies culturelles et nationales. Cette entente conservatrice a reçu diverses étiquettes (certaines plus indulgentes que d'autres) : "Nouvelle droite", "Populisme", "Nazbol", bien que Douguine lui-même parle d'une "Quatrième théorie politique" comme une sorte de synthèse qui surmonte les théories hégémoniques précédentes, à savoir : (i) le libéralisme ; (ii) le communisme ; (iii) le fascisme.

Le philosophe russe a dirigé l'organisation de divers partis politiques de nature minoritaire et subversive, ainsi qu'une activité intense à l'intersection entre théorie et praxis. Après un rêve raté de devenir aviateur, il étudie la philosophie et passe un doctorat en sociologie et en sciences politiques. Il devient professeur de sociologie des relations internationales à l'université Lomonosov de Moscou. Lié dans sa jeunesse à l'ésotérisme fasciste de Julius Evola, il a évolué dans son itinéraire intellectuel vers des positions traditionalistes. En fait, il a déclaré sans équivoque : "Je ne suis pas un nationaliste, mais un traditionaliste", ce qui est étroitement lié aux graves paroles de Donoso Cortés dans son Discours sur la situation de l'Espagne en 1850 : "Je représente quelque chose de plus que cela ; je représente beaucoup plus que cela ; je représente la tradition, grâce à laquelle les nations sont ce qu'elles sont dans toute l'étendue des siècles. Si ma voix a quelque autorité, ce n'est pas, messieurs, parce qu'elle est la mienne ; elle en a parce que c'est la voix de vos pères".  Bien sûr, il est indéniable qu'il y a des échos et des résonances des idées conservatrices de Douguine dans le gouvernement de Poutine, mais cela ne signifie pas que nous sommes en mesure de voir une tutelle idéologique claire telle qu'elle est habituellement présentée dans les médias.

imagadthmmpes.jpgS'il est vrai que ses Fondements de la géopolitique (1977) sont enseignés à l'Académie navale russe et sont considérés comme un manuel de base, il n'en est pas moins vrai que les relations entre le président et le philosophe ne sont pas entièrement cordiales. Comme l'explique Edgar Straehle dans son brillant article "Power and Philosophy : The Other Journey of Syracuse", il y a eu un certain nombre de désaccords entre les deux personnages qui manifestent une animosité mutuelle. Straehle donne quelques exemples : la recommandation de Poutine aux hauts dirigeants de son administration de lire les plus grandes œuvres de la pensée russe telles que celles de Soloviev, Berdiayev ou Ilyin en 2013 (parmi lesquelles, celle de Douguine était introuvable). (Je compléterais affectueusement cet exemple par une autre anecdote. Cela s'est produit plus tard en 2016, lorsque pour le Nouvel An, Poutine a décidé d'envoyer en cadeau une anthologie de ses discours de quelque 400 pages à 1000 travailleurs publics et hauts fonctionnaires. D'où l'on peut déduire - ahem ! que Poutine préfère envoyer un livre de lui-même plutôt qu'un essai de l'idéologue dont question, de celui qui serait le génie du mal et comploterait en coulisse le destin de la Grande Russie) ; la défense publique par Poutine d'auteurs tels qu'Ivan Ilyin, Aleksandr Solzhenitsyn ou Leo Gumilev (et non Douguine) ; le renvoi abrupt de Douguine de sa chaire à l'Université d'État de Moscou en juin 2014 ; ainsi que la publication controversée du livre Poutine contre Poutine dans lequel Douguine - bien qu'il fasse l'effort de reconnaître les aspects positifs de Poutine -, jette l'opprobre sur son "court-termisme", son pragmatisme et sa maladresse géopolitique.

9791096338276_1_75.jpg

De même, Straehle, dans un exercice d'érudition, évoque une anecdote historique survenue dans le contexte de la Révolution française dans laquelle "le député Lakanal aurait proclamé en 1793 que 'ce n'est pas le Contrat social qui nous a expliqué la Révolution, c'est la Révolution qui nous a expliqué le Contrat social'". Il en tire la conclusion qu'en certaines occasions et "paradoxalement, ce ne serait pas alors le passé qui expliquerait le présent, mais l'inverse". En ce sens, nous pourrions bien affirmer que les questions qui sont tant à l'ordre du jour, telles que le déclenchement de la guerre en Ukraine, la déflation de la puissance de l'omnipotent empire américain, ainsi que l'avènement d'un Nouvel Ordre Mondial multipolaire, s'efforcent - par le biais des faits - de consacrer les intuitions et les avertissements du philosophe Douguine. En d'autres termes, paradoxalement, ce n'est pas la chute du mur de Berlin qui explique le présent de la Russie, mais l'œuvre très actuelle de Douguine qui explique le rôle de la Russie dans le monde. Peut-être convient-il, avec Straehle encore, d'accepter que "plutôt que de se demander qui peut bien être le philosophe de Poutine (...) il faut observer comment la politique du leader russe a été caractérisée par une utilisation sélective des héritages de cette pluralité de référents". Personne ne conteste que Poutine, un homme plus instruit que le dirigeant moyen à l'Ouest, ait pu lire Douguine, mais cela n'implique pas que chaque décision politique soit évaluée et scrutée préalablement par le philosophe. Cette manie que nous avons de chercher le gourou dans l'ombre de tel ou tel dirigeant répond davantage aux produits culturels hollywoodiens, aux séries, films et documentaires qui ont profondément marqué notre compréhension de la politique en tant qu'intrigue. Je pense aux dégâts causés par House of Cards, L'aile ouest de la Maison Blanche, L'affaire Sloane, Vice ou Steve Bannon, le grand manipulateur.

Contre ce soupçon infondé, et au lieu de présenter Douguine comme un génie du mal, je préfère le voir comme un "génie sombre".

9782253147961_1_75.jpgComme vous le savez peut-être, Stefan Zweig consacre une biographie politique intitulée Fouché : The Dark Genius à Fouché, un homme politique français de la fin du 18ème siècle qui a survécu aux bouleversements politiques de la période révolutionnaire et a réussi à rester indemne à travers chaque changement de régime, de l'auto-proclamation du Tiers État au coup d'État de Napoléon en passant par le Directoire et la Terreur jacobine. Louis Lambert écrit à propos de Napoléon : "Son génie particulier, écrit-il, qui causait à Napoléon une sorte de crainte, ne s'est pas manifesté d'un seul coup. Ce membre inconnu de la Convention, l'un des hommes les plus extraordinaires et en même temps les plus faussement jugés de son temps, a commencé sa future personnalité dans des moments de crise. Sous le Directoire, il s'est élevé à la hauteur d'où les hommes d'esprit profond savent prévoir l'avenir, en jugeant le passé avec justesse ; puis, tout à coup - comme certains comédiens médiocres qui deviennent d'excellents acteurs par une inspiration instantanée - il a donné la preuve de son habileté lors du coup d'État du 18 Brumaire. Cet homme au visage pâle, éduqué sous une discipline conventuelle, qui connaissait tous les secrets du parti montagnard, auquel il avait d'abord appartenu, comme ceux du parti royaliste, auquel il s'était finalement rallié ; qui avait lentement et furtivement étudié les hommes, les choses et les pratiques de la scène politique, s'empara de l'esprit de Bonaparte, lui prodiguant d'utiles conseils et lui fournissant de précieux rapports..... Ni ses collègues de l'époque ni ceux du passé n'auraient pu imaginer l'étendue de son génie, qui était avant tout le génie d'un homme de gouvernement, qui devinait juste dans toutes ses prédictions avec une incroyable perspicacité". Pourquoi ai-je choisi cette analogie ? Tout d'abord, parce que nous ne savons rien ou presque de la vie et de l'œuvre du philosophe russe, et que le présenter comme obscur, énigmatique et excentrique nous aide à le voir comme un personnage abominable et abject. D'autre part, parce que ses idées perdureront après sa mort et que son héritage théorique et intellectuel transcendera tout gouvernement fallacieux, Poutine et ses successeurs tomberont, mais les idées sont parfois écrites dans les pages de l'histoire avec une encre indélébile. 

vendredi, 12 août 2022

Vladimir Poutine et la multipolarité

https __cdn.cnn.com_cnnnext_dam_assets_220621163747-03-brics-summit-2019.jpg

Vladimir Poutine et la multipolarité

Shahzada Rahim

Source: https://katehon.com/en/article/vladimir-putin-and-multipolarity?fbclid=IwAR2UMAT3P9gJ-xk1DsIX1ZtybNBUUbMA4QjJUpUcClnSER6KfmUO4_tFCEA

Depuis son accession à la présidence russe, Vladimir Poutine a attiré l'attention des grands médias mondiaux pour deux raisons majeures. Premièrement, dans sa jeunesse, il a servi dans les services de renseignement soviétiques (KGB) et pendant la désintégration de l'Union soviétique, il était colonel au siège du KGB à Dresde, en Allemagne de l'Est. Cela signifie que le jeune dirigeant russe a des souvenirs éléphantesques de l'époque soviétique. Deuxièmement, après la chute de l'Union soviétique, le jeune Vladimir Poutine, qui est diplômé en droit et ancien officier du KGB, s'est retrouvé sans emploi pendant une brève période jusqu'à ce que le maire de Saint-Pétersbourg, Anatoly Sobchak, le nomme au bureau, où il a d'abord servi en tant qu'officier junior avant de devenir maire adjoint. Ces deux expériences sont devenues la raison principale qui a attiré l'attention des grands médias mondiaux sur la personnalité obscure, mystérieuse et incompréhensible du jeune leader russe.

Putin-Stasi-ID.jpg

Au lendemain de l'attaque terroriste de septembre 2001, Vladimir Poutine est devenu le premier dirigeant mondial à se rendre aux États-Unis et a rencontré le président américain de l'époque, George W. Bush. Après une brève rencontre avec le jeune dirigeant russe, le président Bush a déclaré publiquement : "J'ai regardé l'homme dans les yeux. Je l'ai trouvé très franc et digne de confiance". Peut-être que la tentative du président Bush de sonder l'âme de Vladimir Poutine n'était pas une gaffe géopolitique, car dans ses décisions et sa défense des intérêts de la Russie, Vladimir Poutine s'est toujours montré franc et digne de confiance.

Néanmoins, ce n'est pas seulement dans la sphère politique que Vladimir Poutine a été mal compris et mal interprété, mais aussi dans la sphère géopolitique. Selon les mots du célèbre animateur de télévision russe et icône des médias mondiaux Vladimir Pozner, "Au cours des vingt dernières années, les dirigeants occidentaux ont mal compris Vladimir Poutine et, par conséquent, au cours de la même période, la façon dont Vladimir Poutine s'est présenté était le reflet même de la mentalité politique occidentale.

Si nous analysons la personnalité du dirigeant russe d'un point de vue géopolitique, il apparaît sans aucun doute comme un réaliste pragmatique complet qui considère toujours la "sécurité" de la Russie comme sa priorité absolue. Au cours des premières années de sa présidence, Vladimir Poutine a établi des relations étroites tant avec les États-Unis qu'avec ses voisins européens. Pour obtenir les garanties de sécurité des États-Unis et de ses alliés européens, la Russie a collaboré avec l'OTAN pour créer le Conseil OTAN-Russie en 2002. La tâche principale du Conseil OTAN-Russie était la recherche d'un consensus, la coopération et la consultation mutuelle sur les questions de sécurité. Il ne faut peut-être pas oublier ce geste pragmatique de Vladimir Poutine.

NATO-Russia_Council.jpg

En outre, depuis les premiers jours de son mandat, Vladimir Poutine n'a cessé de partager les lignes rouges de la sécurité de la Russie avec les États-Unis et ses alliés de l'OTAN en Europe. Les experts en politique étrangère ont qualifié le pragmatisme de la politique étrangère de Poutine, celle d'une approche de la Russie face à son étranger proche,  d'efficace jusqu'en 2004. Les préoccupations de la Russie en matière de sécurité ont commencé à s'aggraver lorsqu'un grand nombre d'États post-soviétiques d'Europe baltique et orientale ont rejoint l'Union européenne. Néanmoins, dès le début, la Russie a perçu l'expansion vers l'est de l'UE sous l'angle du dilemme de la sécurité et, par conséquent, lors de plusieurs rencontres internationales, Vladimir Poutine a remis en question la politique d'expansion vers l'est de l'UE. Ici, la montée en flèche des préoccupations sécuritaires de Poutine peut être mise en parallèle avec l'analyse du célèbre auteur géopolitique Tim Marshall. Selon Marshall, tout au long de l'histoire, la Russie a été prisonnière de sa géographie plate, vaste et trop étendue, où la "sécurité" est toujours restée l'obsession de ses dirigeants.

548x840.jpg

De même, la politique d'expansion vers l'est de l'UE, qui a débuté en 2004, est devenue le principal sujet de débat et de discussion parmi les élites politiques et sécuritaires russes. Les élites russes de la sécurité, en particulier, pensaient que l'expansion vers l'est de l'UE visait à ouvrir la voie à l'OTAN pour atteindre les frontières russes. Ainsi, de cette discussion est né un nouveau phénomène de sécurité, celui de "l'encerclement de la Russie", qui a fini par dominer la politique étrangère russe pour les années à venir. La plupart des élites politiques et de sécurité russes ont directement blâmé les États-Unis pour l'américanisation des politiques étrangères et de défense européennes. À cet égard, si quelqu'un veut comprendre le contexte du conflit actuel entre la Russie et l'Ukraine, il doit étudier la transformation de la politique étrangère russe après 2004. En outre, l'année 2004 est importante pour deux raisons majeures.

41587_2004_Article_BFnbt0504501_Fig1_HTML.png

Premièrement, 2004 a marqué le début de l'expansion de l'UE vers l'est et donc des avancées de l'OTAN vers les frontières russes. Deuxièmement, au cours de ces mêmes années, les révolutions de couleur ont commencé dans l'espace post-soviétique, en commençant par l'Ukraine, dont la Russie pense qu'elles étaient parrainées par l'OTAN pour renverser les régimes favorables à la Russie. Ainsi, dans le sillage des révolutions de couleur, le terme "Sécurité de la sphère d'influence de la Russie" est devenu l'obsession majeure des élites politiques et sécuritaires russes.

Dans ce dernier contexte, si nous révisons la pensée géopolitique du président russe, alors, selon Poutine, la chute de l'Union soviétique a été la plus grande catastrophe géopolitique du vingtième siècle qui a mis en péril la sécurité géopolitique de la Russie. C'est peut-être la raison pour laquelle, dès les premiers jours de son mandat, Vladimir Poutine a spéculé sur les problèmes de sécurité de la Fédération de Russie. Même, concernant les lignes rouges de la Russie, il a lancé un avertissement clair aux États-Unis et à ses alliés européens de l'OTAN lors de son discours à la Conférence sur la sécurité de Munich en 2007. Vladimir Poutine a déclaré : "le fait que nous soyons prêts à ne pas placer l'armée de l'OTAN en dehors du territoire allemand donne à l'Union soviétique une solide garantie de sécurité" - où sont ces garanties ? Ainsi, du point de vue géopolitique de Poutine, les Américains et leurs alliés européens ont éclipsé et méprisé les garanties de sécurité données à la Russie et ont permis à l'OTAN d'encercler la Russie, ce qu'il considère comme une promesse non tenue.

En tant que réaliste pragmatique, Vladimir Poutine estime que puisque l'Amérique et ses alliés européens ont rompu la promesse, la Russie a le droit naturel d'assurer sa sécurité dans l'espace post-soviétique. Par conséquent, les événements tels que la guerre avec la Géorgie (2008) et l'annexion de la Crimée (2014) n'étaient qu'un calme avant la tempête. À mon avis, ces événements ont été le signal d'alarme pour que l'OTAN abandonne son expansionnisme le long des frontières russes. Malheureusement, à l'Ouest, ces deux événements majeurs n'ont pas été reçus comme des avertissements majeurs ; au contraire, l'Ouest les a considérés comme une agression russe et un néo-impérialisme, ce qui est complètement hors de toute logique.

Selon Poutine, l'Occident doit respecter la Russie en tant que pôle distinct dans l'ordre international, aux côtés d'autres puissances mondiales émergentes comme la Chine et l'Inde. Selon Poutine, le moment unipolaire est terminé et l'état de droit international ne peut être renforcé et mis en œuvre que si l'Occident respecte la "sphère d'influence" de chaque pôle. En outre, la multipolarité émergente est réelle et l'Occident doit comprendre ce fait, s'il est un tant soit peu sérieux en matière de paix et de sécurité internationales.

51cHm4Kn2aS.jpg

L'Auteur:

Shahzada Rahim est l'auteur du livre Beyond Civilization and History et un expert en géopolitique. Il est le rédacteur en chef du portail d'information The Eurasian Post.

vendredi, 05 août 2022

Erdogan, Poutine, Iran et Ukraine: le grand complot des drones

Erdogan-drones.jpg

Erdogan, Poutine, Iran et Ukraine: le grand complot des drones

SOURCE : https://it.insideover.com/guerra/erdogan-putin-iran-e-ucraina-il-grande-intreccio-dei-droni-2054515.html

La "relation spéciale" entre Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine se poursuit. Après le sommet de Téhéran où les deux présidents se sont rencontrés pour le sommet dit du "format Astana", le "sultan" et le "tsar" se retrouveront le 5 août à Sotchi, en Russie. Une rencontre qui confirmera non seulement la ligne de dialogue qui n'a jamais été interrompue entre Ankara et Moscou, même pendant les phases les plus délicates de la guerre en Ukraine, mais aussi une sorte de regain d'intérêt de la part des présidents russe et turc pour apparaître ensemble, rétablissant une accélération même physique dans les relations entre les deux pays qui semble presque être un plongeon dans le passé, certainement avant la soi-disant "opération militaire spéciale".

Il y a de nombreuses questions sur la table. Il y a le nœud constitué par la Syrie, qui a déjà été révélé lors du sommet de Téhéran. Il y a le blé, étant donné que, pas plus tard qu'hier, un centre logistique a été ouvert à Istanbul pour contrôler les exportations de blé ukrainien à travers la mer Noire. L'un des points les plus importants de l'accord signé en Turquie par Moscou et Kiev avec le gouvernement d'Ankara et les Nations Unies. Mais comme l'a expliqué le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, l'accent de cette réunion sera également mis sur la coopération dans le domaine militaire. Une clarification qui a surtout servi à ne pas démentir les hypothèses circulant ces dernières heures sur un prétendu intérêt russe pour une coopération dans la production des célèbres drones Bayraktar TB2 de fabrication turque. Des drones qui, comme on l'a vu dans l'actualité ces derniers mois, sont devenus des armes clés aux mains des forces ukrainiennes.

246745862.jpg

L'accord entre Kiev et Ankara pour la fourniture de ces machines de guerre n'a jamais été apprécié par le Kremlin, qui a toujours considéré ce pacte comme une sorte de coup de poignard dans le dos commis par Erdogan. Non seulement le président turc a des liens familiaux avec le géant de la défense (Selçuk Bayraktar, le directeur technique de Baykar, est le mari de la fille d'Erdogan, Sumeyye), et donc tous les accords sont considérés comme une sorte d'affaire personnelle, mais il faut également se rappeler que jusqu'à présent, ces drones ont également été appréciés par des pays profondément rivaux de la Russie, en commençant par l'Ukraine et en terminant par la Pologne et la Lettonie. L'image n'est donc certainement pas l'une des meilleures du point de vue de Poutine, compte tenu également du type de relation construite au fil des ans avec le dirigeant turc. Et ce facteur ne doit certainement pas être sous-estimé. Cependant, le fait que Moscou puisse maintenant être intéressé par une collaboration avec Ankara dans ce même secteur suggère non seulement la valeur de ces systèmes pilotés à distance produits par la Turquie, mais aussi le désir du Kremlin de faire un pas en avant en entrant dans un domaine complexe non seulement sur le plan stratégique, mais aussi sur le plan diplomatique. En substance, il s'agit de s'insinuer dans un système qui voit la Turquie fournir, pour l'instant, des technologies de guerre aux ennemis de la Russie.

Pour l'instant, Moscou n'a ni confirmé ni infirmé cette hypothèse. Peskov a seulement déclaré que la coopération en matière de défense entre les deux pays est "constamment à l'ordre du jour" et que cela indique qu'il existe un partenariat très important entre les deux gouvernements. Mais ce qui importe avant tout, c'est le timing de ces rumeurs à la lumière d'un point d'interrogation qui a marqué la visite de Poutine à Téhéran : la fourniture éventuelle de drones iraniens à la Russie. Une hypothèse divulguée par des sources américaines et qui n'avait pas trouvé un mur de déni aussi clair de la part de la République islamique. Au contraire, l'Iran a pris soin de préciser que la coopération avec la Fédération de Russie était de longue date. Et de nombreux observateurs avaient spéculé qu'en cas de vente d'appareils iraniens à Moscou, une véritable guerre éclaterait dans le ciel ukrainien entre les drones d'Ankara et ceux de Téhéran, les premiers aux mains de Kiev, les seconds aux mains de l'ennemi.

maxresdefaerdpiutggfdult.jpg

La rumeur d'un éventuel intérêt russe pour les drones turcs Bayraktar TB2 changerait encore la donne. Le Daily Sabah, un quotidien proche des cercles autour d'Erdogan, a rapporté des rumeurs d'intérêt de la part de la Russie et des Émirats arabes unis pour un travail conjoint avec la Turquie sur ces drones. Et la question aurait également été discutée lors d'une réunion du parti AKP d'Erdogan. Mais selon les rapports du Daily Sabah, le PDG de Baykar, la société qui produit les Bayraktar TB2, a déclaré qu'il soutenait la résistance ukrainienne et qu'ils n'avaient aucun accord avec le Kremlin.

jeudi, 28 juillet 2022

La visite de Poutine en Iran

AP17305475941910.jpg

La visite de Poutine en Iran

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/07/20/putinin-vierailu-iranissa/

Le président russe Vladimir Poutine s'est rendu en République islamique d'Iran, où il a rencontré non seulement les dirigeants iraniens mais aussi le président turc Recep Tayyip Erdoğan.

La réunion faisait officiellement partie du processus de paix dit d'Astana, un projet conjoint de la Russie, de l'Iran et de la Turquie visant à mettre fin à la guerre en Syrie. Toutefois, les reportages occidentaux ont principalement cité les déclarations des dirigeants sur la coopération mutuelle, l'alliance militaire de l'OTAN et l'Ukraine.

Il s'agit du premier grand voyage à l'étranger de Poutine en dehors des anciennes républiques soviétiques depuis le début de l'opération militaire en Ukraine en février.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a déclaré à M. Poutine que si la Russie n'avait pas lancé l'intervention en Ukraine, la "dangereuse créature", appelée OTAN, aurait fini par déclencher la guerre.

Selon Khamenei, "l'Occident est opposé à une Russie forte et indépendante". Il a ajouté que l'OTAN dirigée par les États-Unis "ne connaîtrait aucune frontière si la voie lui était ouverte". Contrairement à la zone euro, le Golfe comprend la véritable nature de l'alliance offensive de l'Occident, qui ne repose pas sur une "coopération défensive".

Les dirigeants de la Russie, de l'Iran et de la Turquie auraient discuté non seulement de la Syrie, d'Israël et du Caucase du Sud, mais aussi des relations bilatérales et de la suppression progressive du dollar américain dans les échanges bilatéraux.

Poutine a également rencontré à Téhéran le président iranien Ebrahim Raisi, dont l'élection, l'année dernière, a profondément déçu l'Occident. Dans la bonne humeur, Poutine et Raisi ont salué l'amélioration des relations bilatérales et de la coopération dans la région.

"En matière de sécurité internationale, nous allons accroître notre coopération", a déclaré M. Poutine. Il a déclaré que l'Iran et la Russie ont un "rôle important à jouer pour assurer la sécurité en Syrie".

Le président iranien, pour sa part, a commenté que "la coopération entre l'Iran et la Russie a créé la stabilité et la sécurité dans la région".

"Les pays qui ont prétendu combattre le terrorisme en Asie occidentale n'ont pris aucune mesure significative à cet égard, mais la République islamique d'Iran et la Russie ont montré leur honnêteté et leur sérieux en coopérant dans la lutte contre le terrorisme", a déclaré M. Raisi.

Il s'agissait de la cinquième visite du président russe à Téhéran. Poutine a visité la capitale iranienne pour la première fois en 2007, puis en 2015, 2017 et 2018.

218658.jpg

Sa visite est intervenue quelques jours après que le président américain Joe Biden a conclu une tournée régionale en Israël, en Cisjordanie occupée et en Arabie saoudite, où le leader symbolique de l'Occident a également rencontré des dirigeants arabes de la région.

La délégation de Poutine, quant à elle, a signé un protocole d'accord de 40 milliards de dollars avec l'Iran pour développer des champs pétroliers et gaziers.

Selon l'agence de presse officielle du ministère iranien du pétrole, le protocole d'accord a été signé entre le géant énergétique russe Gazprom et la compagnie pétrolière nationale iranienne. La Russie aidera l'Iran à développer des champs pétroliers et gaziers, à construire des gazoducs et à produire du gaz naturel liquéfié.

L'Iran possède les deuxièmes plus grandes réserves de gaz naturel au monde après la Russie, mais a pris du retard dans l'expansion de ses infrastructures en raison des sanctions américaines qui ont bloqué les investissements étrangers. Une coopération plus étroite avec les puissances eurasiennes est en train de changer la donne.

La rencontre entre Poutine, Raisi et Erdoğan montre qu'un nouveau système multipolaire de relations internationales est en train de prendre forme, quoi qu'en pense la Finlande. Ce processus est irréversible, même si l'Occident tente de résister et de ralentir le changement.

mercredi, 20 juillet 2022

Poutine, un leader machiavélien

putin-russland-ukraine.jpg

Poutine, un leader machiavélien

Ezequiel Corral

Source: https://grupominerva.com.ar/2022/07/putin-un-lider-maquiavelico/

Dans la modernité, en raison de la notion de progrès, nous avons tendance à écarter de nombreuses idées du passé, estimant qu'elles sont dépassées pour notre époque. Ainsi, nous considérons que les écrits et les avertissements du passé ne sont plus valables dans le présent ou ne conservent plus qu'une leçon anecdotique.

Pour la stratégie, en revanche, le passé est une source pédagogique inépuisable. L'œil militaire avisé y trouve des vérités utiles pour l'art de la guerre. L'histoire n'est donc pas une chose morte, mais une réalité en mouvement qui se répète de différentes manières. Bien démêler le présent du passé peut mener à la victoire.

Dans ces termes, il existe de nombreux écrits exemplaires qui traversent le terrain commun de la pensée stratégique. Nous pouvons citer les plus célèbres, comme Vom Kriege de Clausewitz ou L'art de la guerre du Chinois Sun Tzu. Mais les citations et réflexions favorites de l'académie militaire se trouvent dans Le Prince de Niccolò Machiavel, écrit au 16ème siècle.

24657704366_74e884c8f8_b.jpg

9782080703170_1_75.jpg

En parcourant plusieurs paragraphes de ce classique, on peut trouver des instructions précises pour la politique, l'armée ou la vie quotidienne. Ayant acquis une réputation péjorative, le "machiavélisme", pour son amoralité supposée, reste néanmoins présent dans la mémoire collective comme la création d'un éducateur rusé et efficace.

C'est pourquoi, lorsque quelqu'un est précis dans ses objectifs, ne semble pas agir de manière improvisée, mais que nous voyons plutôt dans ses actions les conséquences de décisions qui ont été préméditées avec subtilité et à l'avance, nous disons qu'il s'agit d'une personne "machiavélique". Et, dans le contexte actuel de la guerre en Ukraine, de l'ouverture de ce qui semble être un "monde multipolaire" et de la crise du modèle américain en tant qu'axe de la politique mondiale, il y a un protagoniste qui se distingue des autres : Vladimir Poutine. C'est pourquoi, dans la perspective du Prince, nous nous proposons d'analyser la situation actuelle et les raisons pour lesquelles le dirigeant russe commence à emprunter des sentiers battus par les grands hommes.

La conquête du peuple

L'une des premières leçons que Machiavel nous a enseignées dans son livre est la suivante : "Toujours, même si vous avez une très forte armée, vous avez besoin de la faveur des habitants lorsque vous entrez dans une région".

Le président Vladimir Poutine a cet avantage dans la zone de conflit. La population de la région de Donbass, où se concentre le conflit, lui est sympathique, car elle est composée d'une majorité russophone et pro-russe.

Les républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Louhansk sont en guerre depuis près de dix ans avec l'État ukrainien, auquel appartient le territoire contesté du Donbass. Avec le déclenchement de la guerre en 2022, le gouvernement russe a reconnu la souveraineté de ces républiques populaires. D'ailleurs, l'armée russe est entrée dans le Donbass non seulement avec la faveur de ses habitants, mais aussi en contact régulier avec ses dirigeants depuis des années. Elle l'a fait en exerçant sa diplomatie ou en facilitant l'accès aux milices russes auto-organisées et aux armes par des couloirs sur la frontière russo-ukrainienne à l'est.

Mais il ne suffit pas de conquérir un territoire et de s'attirer les faveurs de la population. Le roi Louis XII de France, mentionne Machiavel, a envahi Milan et a été rapidement expulsé parce qu'il n'avait pas gagné la faveur des habitants. Ils ont été trompés par le nouveau prince, qui n'a pas répondu à leurs attentes et les a déçus. Compte tenu des attitudes et des antécédents de la Russie en ce qui concerne les conflits en Ukraine, on ne peut guère s'attendre à un rejet de l'invasion par les peuples de l'Est. Nous devons considérer, en principe, l'annexion réussie de la Crimée, désormais placée sous souveraineté russe en 2014.

Machiavelli+-+On+Politics+and+Power+-+9781632062567.jpg

D'autre part, l'attitude officielle du gouvernement russe n'est pas de dominer l'ensemble du territoire ukrainien, mais de libérer l'est de l'Ukraine et de prendre le contrôle d'un corridor sud qui irait apparemment de l'est à l'ouest de l'Ukraine jusqu'à joindre le territoire moldave. Une telle démarche permettrait de consolider la domination russe sur la mer Noire, de sécuriser l'oblast de Crimée et de bloquer l'accès de Kiev à la mer. Incidemment, le corridor permettrait une communication terrestre avec la République de Transnistrie, dont la reconnaissance est limitée. Ce territoire est un autre point de conflit, car la Russie en est la gardienne et le gouvernement moldave le revendique.

Poutine possède également deux autres avantages du Prince de Machiavel. Selon Machiavel, il est plus facile de maintenir ou de reconquérir un État qui a été perdu auparavant ou s'il partage la même langue. Historiquement, le territoire ukrainien n'a jamais été épargné par les conflits. C'est un espace qui peut être façonné au gré de celui qui, à un moment donné de l'histoire, exerce le pouvoir dans la zone eurasienne. C'est cette lutte qui se manifeste actuellement, mais c'est le peuple ukrainien qui a subi les malheurs de la fortune et les horreurs de l'Union soviétique.

Au-delà de la souveraineté ukrainienne et du caractère litigieux de la question, la région qui fait l'objet du litige et les domaines que la Russie veut sécuriser peuvent être considérés comme un ancien État (anticipant la relativité de la question). Comme nous l'avons mentionné plus haut, il va de soi pour la majorité russophone et pro-russe, que son origine soit naturelle ou artificielle.

En outre, Machiavel mentionne que, si le peuple n'est pas habitué à la liberté et est maltraité, il est facile de briser la ligne de succession du prince (dans ce cas, le gouvernement ukrainien) si on lui accorde la liberté et si on le respecte dans ses coutumes.

Les dommages causés à la population de Donbass vont au-delà de la guerre soutenue contre les républiques populaires. La discrimination et la fragmentation des populations russophones ont conduit au massacre d'Odessa en mai 2014. Lors d'une manifestation pro-russe, des centaines de manifestants se sont réfugiés dans la Maison des syndicats, qui a été incendiée par des nationalistes ukrainiens libéraux, faisant 47 morts et 214 blessés.

Cette situation s'est aggravée avec l'arrivée au pouvoir du président ukrainien Volodimir Zelensky en 2019. Le leader ukrainien a mis en place une politique d'isolement racial russophobe et a conçu un programme de réinterprétation historique de l'Ukraine basé sur les massacres perpétrés par l'Union soviétique. Si chaque peuple a le droit de légitimer et de construire sa propre histoire, la manière dont cette nouvelle Ukraine a été planifiée n'a fait qu'aggraver la souffrance de ses habitants. Elle a dégradé son tissu social, creusé les différences et conduit à une guerre que l'Ukraine ne peut pas gagner.

8SR.jpg

Compte tenu de cette histoire, briser l'emprise de Kiev sur l'Ukraine reléguée ne posera aucun problème à Poutine : il leur donnera une liberté qu'ils ne possèdent pas et maintiendra des coutumes qui ne sont pas très éloignées des leurs. Enfin, le dirigeant russe parviendra à ne pas partager le pouvoir dans le Donbass avec des concurrents plus forts que son pays, n'aura pas besoin de réprimer le peuple et, dans l'adversité, obtiendra gratuitement sa faveur.

Par conséquent, et suivant d'autres maximes machiavéliennes pour la domination d'États extérieurs, la Russie absorbera formellement ou indirectement une grande partie du territoire ukrainien, s'alliant au bloc des républiques populaires - le côté faible mais moralement avantageux - car elle recherchera sa liberté et la destruction de l'ennemi commun à tout prix.

À l'avenir et selon Machiavel, Poutine pourrait opter pour trois moyens de maintenir la loyauté de l'État conquis. La première façon est de la ruiner, ce qui est peu probable compte tenu du droit international. Plus probablement, Poutine adoptera une combinaison des deux autres voies ; d'une part, il "habitera" une partie du territoire par le biais d'alliances, en reconnaissant l'autodétermination des peuples ou en absorbant des républiques. D'autre part, il encouragera la création d'une oligarchie à Kiev, qui assurera la souveraineté russe à l'avenir.

La Russie dans le contexte mondial actuel et Poutine en tant que stratège

Machiavel fait l'éloge des capitaines romains, car ils étaient des maîtres de la prudence et de l'anticipation. Grâce à ces compétences, ils ont anticipé les événements et les ont traités avant qu'ils ne deviennent irrémédiables. Le temps, dit-il, "apporte le bon et le mauvais" ; c'est pourquoi il n'est pas conseillé de l'attendre les bras croisés.

Le rôle géopolitique de l'Ukraine en Europe n'est pas indifférent à la sécurité et à la souveraineté nationales de la Russie. Nous pouvons comprendre ce pays selon la définition du Colonel Banos comme un pivot géopolitique : ce sont des pays qui, compte tenu de leur situation géographique, sont pertinents et permettent de "conditionner l'accès des autres à certaines ressources ou lieux" ; ils sont généralement utilisés par les superpuissances également pour éviter les affrontements directs avec d'autres axes de pouvoir géostratégiques importants.

Wladimir-Putin-im-Kreml.jpg

Ce conflit, principalement, doit être compris dans un contexte où les États-Unis perdent leur pouvoir sur les autres États émergents et annoncent leur déclin. Dans cette perspective, il est important pour l'Europe d'être en désaccord avec la Russie afin de maintenir la pression sur le pôle de puissance asiatique. Ainsi, les puissances atlantiques ont créé un "ennemi de la Russie libre" dans leur quête de maintien du pouvoir, tout comme, par le passé, elles ont imaginé un Saddam Hussein armé de produits chimiques pour justifier l'invasion du territoire irakien.

L'OTAN continue de s'étendre et d'installer des bases militaires orientées vers la frontière russe. Lors d'une conférence, Poutine a déclaré : "Que penseraient les Américains si nous placions nos missiles à la frontière du Canada ? Une telle action provoquerait une catastrophe mondiale, comme la crise des missiles cubains. Au lieu de cela, elle est tolérée si elle est planifiée par le Nord et ses sous-fifres démocratiques.

Après la chute du mur de Berlin, lorsque la guerre froide a pris fin et que la lutte contre le communisme n'était plus un spectre menaçant de détruire l'humanité, la Russie a accepté les conditions du monde libéral pour devenir une république : elle a accepté de devenir libérale en remplissant tous les prérequis nécessaires pour devenir un pays démocratique, capitaliste et "civilisé" aux yeux de l'Occident ; elle s'est démembrée en douze parties pour créer un tampon de sécurité entre l'Europe et l'Asie ; elle a renié ses valeurs traditionnelles et son histoire pour appartenir au monde heureux et globalisé.

20031110_400.jpg

Mais rien de tout cela ne suffira et l'Occident continuera à considérer la Russie comme un ennemi. L'Occident n'a donné aucune garantie de souveraineté à la Russie et a poursuivi son expansion, générant une pression géopolitique considérable. La dernière tentative a consisté à accepter l'Ukraine dans le cadre de ce plan, en se rapprochant encore plus des frontières, afin de s'assurer que le mouvement de dé-russification et de militarisation en Ukraine serve de fer de lance pour le coup final à porter à la puissance eurasienne.

D'un point de vue militaire, la Russie sait, comme le mentionne à juste titre Machiavel, que les armes mercenaires ne sont bonnes qu'en temps de paix et que les armées auxiliaires sont "toujours nuisibles : car si l'on perd, on est rejeté, et si l'on gagne, on est prisonnier". Et que, lorsque le chef est bon en armes, il ne souhaite tout simplement pas aider, mais s'agrandir sur le dos d'un autre. Pour cette raison même, le soi-disant soutien que les États-Unis et les pays européens de l'OTAN apportent à l'Ukraine est futile. Ce n'est tout simplement pas un inconvénient pour l'envahisseur, qui sait que, pour que les équipements militaires soient efficaces, il est nécessaire d'intensifier le conflit et, souvent, il s'agit simplement d'un moyen économique de mettre indirectement au rebut des unités anciennes ou désaffectées.

D'autre part, les propres armes et capacités militaires de l'Ukraine se sont jusqu'à présent révélées insuffisantes ; sa force aérienne a été anéantie au cours des trois premiers jours de la guerre et sa défense anti-aérienne, bien que renforcée, est constamment attaquée.

Peut-être, de toutes les recommandations machiavéliennes, avec sa réputation de "timer" et de diplomate, Poutine n'en est pas le meilleur représentant. Mais la Russie d'aujourd'hui a montré qu'elle pouvait faire face à la plus grande campagne de dénigrement de l'histoire ; elle fait face à des sanctions économiques extravagantes et à la censure publique ou privée. Elle a ancré son économie en Europe, qui se retrouve aujourd'hui à étouffer ou à accepter les paiements énergétiques en roubles ; la Russie a sécurisé ses alliances en Asie ; et elle a détruit la liberté avec laquelle l'Occident opérait au sein du continent européen. "Là où il y a de bonnes armes, il doit y avoir de bonnes lois", écrivait Machiavel, et ici, les lois de l'Occident n'ont eu aucun effet sur le bastion impérial russe. L'invasion militaire est, en réalité, la préservation et la construction de la Russie en tant que peuple souverain fondé sur la prudence et la prévoyance. Le temps nous dira si elle sera capable de maintenir un mouvement tactique sur la scène mondiale ou si la fortune finira par jouer contre elle.

4f6907d9-3447-4292-9d5c-4329e446fe1f_w670_r0.7502857142857143_fpx50.96_fpy62.26.jpg

Sur les qualités de prince modèle de Poutine

L'Occident a poursuivi un programme de sanctions et d'attrition économique qui pourrait faire tomber n'importe lequel des gouvernements démocratiques actuels. Mais la Russie a soutenu pendant quatre mois une série de contre-mesures défensives inattendues qui l'ont non seulement maintenue debout, mais renforcée. De ce point de vue, Poutine a prudemment suivi la maxime de ne jamais rester inactif en temps de paix.

À l'œil de tout observateur avisé, d'un point de vue socio-économique, il apparaît que la Russie, si elle n'a pas entièrement consolidé le terrain dans l'actuelle confrontation, l'a au moins fait indirectement ou par addition. En ce sens, nous pouvons dire que la Russie a suivi le modèle machiavélien, en ayant toujours à l'esprit son influence militaire, et qu'elle était également résolue lorsqu'elle affirmait sa supériorité morale et guerrière.

Dans un sens personnaliste et aux yeux de la presse internationale, le président russe a réussi à se tailler la figure princière idéale : se montrant toujours dans des situations non conventionnelles et risquées, comme le judo, la chasse, la conduite de camions, il montre un homme d'action qui, dans son passé, était un agent du KGB. Il atteint ainsi un double objectif: être aimé et être respecté ou craint. Et même si l'Occident n'apprécie plus cet homme, il sera toujours craint pour ses vertus, réelles ou non, et pour son grand pouvoir.

Et par le réel, nous pouvons dire qu'une vertu machiavélienne est d'être un grand dissimulateur, car personne ne sait avec certitude quelles sont ses véritables intentions et comment et pourquoi ce concours va se terminer. Poutine a toujours été entouré d'intrigues, de tsarisme, de ses positions contradictoires, tendant souvent à favoriser les diktats de la puissance mondiale libérale à laquelle il est maintenant censé s'opposer.

En fin de compte, l'important est d'être aimé dans son propre État, et c'est le cas, selon les sondages. La Russie dénote une grande force et une grande tranquillité chez elle grâce à la mentalité de son peuple et à la sécurité de ses dirigeants. Le gouvernement, quant à lui, gère les tensions par la force ou la politique, et est capable de gérer les tensions.

Nous ne devons pas négliger le halo religieux qui imprègne l'ensemble du concours. La Russie prétend dépoussiérer ses prouesses historiques contre le nazisme et ressuscite un mort qui est loin d'être analogue. En plus de se défendre contre les intentions conquérantes de l'OTAN, elle lutte contre un nazisme ukrainien bizarre, qui est soutenu par le pouvoir libéral et par un président juif. Ainsi, et avec le mysticisme chrétien orthodoxe russe, il impose un messianisme qui répond à une norme machiavélienne consistant à toujours opérer ou feindre une religiosité exemplaire.

Considérations finales

L'écriture de Machiavel est un travail d'ingénierie politique, mais elle possède également des principes ontologiques. Il s'agit d'un traité sur l'harmonie des forces, celles que tout prince doit opérer de telle sorte que, en plus d'être un roi, il soit aussi un souverain. Et comme le pouvoir est en mouvement, même si vous le possédez, vous pouvez toujours le perdre. Poutine a entamé une grande bataille, composée de batailles plus petites mais tout aussi importantes. Seul l'avenir nous dira si la prévoyance et la prudence du président font l'objet d'un scénario prémédité ou si, au contraire, au fur et à mesure qu'émergeront des pressions et d'autres agents désireux de s'emparer du pouvoir, il pourra continuer à maintenir l'impassibilité qui est la vertu de tout grand seigneur.