Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 janvier 2022

Le plan américain pour un Afghanistan en Europe & Que vise la stratégie américaine en Ukraine?

59066.jpg

Deux textes sur les dangers qui pointent aujourd'hui en Ukraine

Le plan américain pour un Afghanistan en Europe

par Manlio Dinucci

Source : The Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-piano-usa-di-un-afghanistan-dentro-l-europa

Des soldats en tenue de combat et des véhicules de combat blindés ont été déployés par la Suède à Gotland, l'île de la mer Baltique située à 90 km de sa côte orientale. Le ministère de la défense affirme avoir agi ainsi pour défendre l'île contre les navires de débarquement russes menaçants qui traversent la mer Baltique. Ainsi, la Suède contribue également, en tant que partenaire, à la campagne frénétique des États-Unis et de l'OTAN qui, en inversant la réalité, présente la Russie comme une puissance agressive se préparant à envahir l'Europe.  

346ca9511d.jpg

À 130 km à l'est de Gotland, la Lettonie est en alerte, ainsi que la Lituanie et l'Estonie, contre l'ennemi inventé qui est sur le point d'envahir. En guise de "défense contre la menace russe", l'OTAN a déployé quatre bataillons multinationaux dans les trois républiques baltes et en Pologne. L'Italie participe au bataillon en Lettonie avec des centaines de soldats et des véhicules blindés.

L'Italie est également le seul pays à avoir participé à toutes les missions de "police du ciel" de l'OTAN à partir de bases situées en Lituanie et en Estonie, et le premier à utiliser des avions de combat F-35 pour intercepter des avions russes en vol dans le couloir aérien international au-dessus de la Baltique. Les F-35 et autres avions de chasse déployés dans cette région proche du territoire russe sont des appareils dotés d'une double capacité conventionnelle et nucléaire.

Cependant, les trois républiques baltes ne se sentent pas suffisamment "protégées par la présence renforcée de l'OTAN". Le ministre letton de la défense, Artis Pabriks, a demandé une présence militaire américaine permanente dans son pays : les forces américaines - dont les experts expliquent qu'elles sont basées sur un scénario de film hollywoodien - n'arriveraient pas à temps d'Allemagne pour arrêter les forces blindées russes qui, après avoir submergé les trois républiques baltes, les couperaient de l'Union européenne et de l'OTAN, en occupant le corridor de Suwalki entre la Pologne et la Lituanie.

L'Ukraine, partenaire mais de facto déjà membre de l'OTAN, a le rôle de premier acteur en tant que pays attaqué. Le gouvernement dénonce, sur sa parole d'honneur, qu'il a été frappé par une cyberattaque, attribuée bien sûr à la Russie, et l'OTAN se précipite, avec l'UE, pour aider l'Ukraine à combattre la cyber-guerre. Washington dénonce le fait que l'Ukraine est désormais encerclée de trois côtés par les forces russes et, en prévision du blocage des livraisons de gaz russe à l'Europe, se prépare généreusement à les remplacer par des livraisons massives de gaz naturel liquéfié américain.

L'attaque russe - informe la Maison Blanche sur la base de nouvelles dont la véracité est garantie par la CIA - serait préparée par une opération false flag : des agents russes, infiltrés dans l'est de l'Ukraine, mèneraient des attaques sanglantes contre les habitants russes du Donbass, attribuant la responsabilité à Kiev comme prétexte à l'invasion. La Maison Blanche ne se souvient pas qu'en décembre, le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, a dénoncé la présence de mercenaires américains munis d'armes chimiques dans l'est de l'Ukraine.

Les États-Unis - rapporte le New York Times - ont déclaré aux Alliés que "toute victoire rapide de la Russie en Ukraine serait suivie d'une insurrection sanglante semblable à celle qui a contraint l'Union soviétique à se retirer d'Afghanistan" et que "la CIA (secrètement) et le Pentagone (ouvertement) la soutiendraient". Les États-Unis - rappelle James Stavridis, ancien commandant suprême des forces alliées en Europe - savent comment s'y prendre : à la fin des années 1970 et dans les années 1980, ils ont armé et entraîné les moudjahidines contre les troupes soviétiques en Afghanistan, mais "le niveau de soutien militaire américain à une insurrection ukrainienne ferait passer pour une bagatelle ce que nous avons fait en Afghanistan contre l'Union soviétique".

Le dessein stratégique de Washington est évident : précipiter la crise ukrainienne, délibérément provoquée en 2014, afin de forcer la Russie à intervenir militairement pour défendre les Russes du Donbass, pour aboutir à une situation similaire à celle de l'Afghanistan dans laquelle l'URSS s'est enlisée.  Un Afghanistan à l'intérieur de l'Europe, qui provoquerait un état de crise permanent, à l'avantage des États-Unis qui renforceraient leur influence et leur présence dans la région.

Troops-with-US-and-Ukrainian-flags-during-Steadfast-Jazz-2013-exercise.jpg

Que vise la stratégie américaine en Ukraine ?

par Fabio Falchi 

Source : Fabio Falchi & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/a-che-mira-la-strategia-americana-in-ucraina

Quel est l'objectif de la stratégie américaine en Ukraine ? Il peut y avoir de nombreuses raisons pour lesquelles les États-Unis exercent une pression aussi forte sur la Russie. Certes, pour l'Amérique, afin de justifier son hégémonie sur l'Europe, il est nécessaire que la Russie soit considérée comme un ennemi dangereux du Vieux Continent.

Néanmoins, il faut également garder à l'esprit que plusieurs analystes et politiciens américains sont convaincus qu'il est possible aujourd'hui de répéter, mutatis mutandis, ce qui s'est passé dans les années 1980, lorsque le bras de fer entre l'Amérique et l'Union soviétique s'est terminé par la défaite de l'Union soviétique.

En d'autres termes, on pense que la Russie de Poutine est lourdement pénalisée par les sanctions économiques, entourée de voisins hostiles et contrainte à des dépenses militaires excessives en raison des politiques de Poutine, de sorte qu'il suffirait d'une "pression" continue contre la Russie pour provoquer une crise sociale et politique qui obligerait le Kremlin à jeter l'éponge.

En bref, on pense que la pression exercée sur la Russie pourrait conduire à un changement de régime, car la Russie ne peut pas risquer une confrontation avec l'OTAN ni "réagir militairement" aux provocations de l'Ukraine sans subir de nouvelles sanctions, qui auraient des conséquences désastreuses pour l'économie russe. De ce point de vue, Poutine serait pratiquement "tombé dans un piège", également parce qu'il ne peut pas compter sur la Chine pour gagner la partie qui se joue en Europe de l'Est (une zone géopolitique, par ailleurs, très différente de celle du Moyen-Orient, également du point de vue militaire).

Toutefois, la comparaison entre l'Union soviétique des années 80 et la Russie de Poutine est sans fondement. L'Union soviétique des années 1980 était peut-être plus forte militairement que la Russie d'aujourd'hui, mais c'était une puissance en déclin, déchirée par des conflits internes et des "poussées centrifuges" de toutes sortes que Moscou n'était plus en mesure de contrôler. C'est donc un empire qui s'effondre, et non un État qui se défend contre une agression extérieure ou, en tout cas, contre une menace étrangère. En outre, il est très difficile de croire que les conditions sont désormais réunies pour l'établissement d'un régime pro-occidental en Russie. Il existe sans aucun doute des cinquièmes colonnes pro-occidentales en Russie, mais à l'heure actuelle, elles ne comptent pas ou peu sur le plan politique et social.

Par conséquent, coincer Poutine - en supposant que Washington y parvienne - signifie coincer la Russie elle-même, c'est-à-dire à la fois les Russes qui soutiennent Poutine et la grande majorité des Russes qui sont les opposants politiques de Poutine. Et quiconque connaît l'histoire de la Russie devrait savoir comment celle-ci "réagit" lorsque sa sécurité nationale est en jeu, ou croit qu'elle est en jeu.

 

 

Commentaires

En effet la Russie de Poutine n'est plus du tout l'URSS des derniers dirigeants soviétiques. Elle n'a aucun intérêt à attaquer l'Ukraine dans un bourbier militaire alimenté par l'Otan, bras armé des USA. En dernier recours elle peut favoriser le développement de la rébellion dans l'est de l'Ukraine à partir du Donbass.

Écrit par : Cording1 | samedi, 22 janvier 2022

Écrire un commentaire