Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 21 janvier 2022

Visite de Raisi à Moscou : le pacte russo-iranien

4031636.jpg

Visite de Raisi à Moscou : le pacte russo-iranien

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitica.ru/article/vizit-raisi-v-moskvu-russko-iranskiy-pakt

La visite du président iranien Ibrahim Raisi en Russie se déroule dans des circonstances particulières. La Russie se trouve dans une confrontation sans précédent avec l'Occident, jamais atteinte au cours des dernières décennies. L'Iran se trouve dans une situation similaire depuis la révolution de juillet, qui était strictement dirigée contre la gestion externe du pays par l'Occident. Cela prédétermine le rapprochement objectif entre les deux pays, qui a été entravé à la fois par la position pro-occidentale de la sixième colonne en Russie, qui a saboté le développement du partenariat russo-iranien, notamment dans le domaine économique et financier, et par les orientations de politique étrangère des réformateurs iraniens, qui tentaient contre vents et marées (et sans succès!) de rétablir la coopération avec les États-Unis.

Aujourd'hui, ces deux obstacles ont été objectivement levés : dans une situation de forte escalade dans les relations entre Moscou et l'OTAN - qui sont en fait au bord d'un affrontement militaire direct - la sixième colonne en Russie s'est littéralement mordue la langue ou a même commencé à se déguiser en "patriotes". En Iran, en revanche, les réformistes ont perdu les élections et un représentant de l'aile conservatrice est devenu président, poursuivant strictement la ligne originelle de la révolution iranienne. A l'égard de l'Occident, et surtout des Etats-Unis, cette ligne a toujours été plus que tranchante. On peut se rappeler les mots de l'Imam Khomeini, leader de la Révolution de Juillet: "Si vous avez un mauvais pressentiment dans votre âme, et que des pensées noires et des doutes vous rongent, tournez votre visage vers l'Occident et criez : maudite soit l'Amérique !".

Dans la Russie d'aujourd'hui, l'humeur est plus ou moins la même.

Et c'est dans cet environnement que se déroule la visite du président iranien en Russie. Son invitation à s'adresser à la Douma est symbolique - une occasion sans précédent. 

115.797.340.jpg

Ainsi, sous nos yeux, l'alliance russo-iranienne, retardée depuis de nombreuses décennies, mais attendue depuis longtemps et testée par l'alliance militaire en Syrie, acquiert désormais une expression visible.

Il est important de rappeler qu'en matière de stratégie internationale, la Russie et l'Iran ont beaucoup en commun. Tout d'abord, la Russie et l'Iran défendent un monde multipolaire. Il est multipolaire, non bi-polaire et non "a-polaire". Dans un tel monde, il existe déjà au moins trois pôles tout à fait indépendants et souverains - l'Occident, la Russie et la Chine. L'ampleur de la civilisation islamique et même de sa partie chiite, dont la tête de pont est un Iran souverain, est telle qu'elle aspire clairement au rôle de devenir un autre pôle, voire à constituer plusieurs nouveaux pôles. La Russie y a un intérêt vital, car tout nouveau pôle constituerait un fait de monde supplémentaire à articuler dans l'opposition à l'hégémonie occidentale et aux tentatives désespérées des États-Unis de sauver à tout prix - même au prix d'une guerre nucléaire ! - un ordre mondial unipolaire et mondialiste. La Russie a un besoin vital d'alliés dans le monde islamique. Une grande puissance comme l'Iran, avec une position résolument anti-occidentale et une énorme influence dans le monde chiite et dans la région de l'Asie centrale en général, est l'atout le plus important. Il est donc facile de comprendre l'importance de la visite de M. Raisi en Russie. Il ne s'agit pas d'un événement protocolaire de routine, mais du début d'un partenariat stratégique à part entière, qui a été repoussé pendant si longtemps.

Une alliance à part entière avec l'Iran offre des possibilités uniques pour la stratégie russe, notamment l'accès aux mers chaudes, tant souhaité par les analystes géopolitiques russes depuis l'empire des Tsars jusqu'à l'Union soviétique. La simple possibilité d'une base navale russe dans le golfe Persique provoquerait une crise cardiaque chez les politiciens atlantistes. Nous envisageons à juste titre de placer nos bases militaires à Cuba, au Nicaragua et au Venezuela, mais le golfe Persique est la clé non seulement du Moyen-Orient, mais aussi de la sécurité de toute l'Eurasie. Je le répète: Téhéran est tout à fait mûr pour discuter de tels projets, et le principal obstacle à leur développement, du moins jusqu'il y a peu de temps, a été précisément les agents d'influence occidentaux au sein du pouvoir russe, qui ont constamment saboté l'alliance russo-iranienne.

À plusieurs reprises, il a été proposé que l'Iran passe au rouble, au rial iranien ou à d'autres monnaies pour éviter le système du dollar. Il est grand temps de mettre cela en pratique, en ignorant les cris des libéraux russes. Nous sommes déjà à la veille de nouvelles sanctions économiques et nous devrions avoir une longueur d'avance. C'est la bonne chose à faire, même si, finalement, aucune sanction n'est imposée.

Le partenariat énergétique doit être poursuivi et développé - comme dans le cas de la centrale nucléaire de Bushehr. Nous sommes bien sûr contre la prolifération nucléaire, mais l'Occident fait souvent des exceptions pour ses proches alliés - autrefois le Pakistan, et encore Israël. Devrions-nous, nous aussi, fermer les yeux sur certains développements iraniens dans ce domaine ? L'allié de Washington, Israël, le peut, mais l'allié de la Russie, l'Iran, ne le peut pas ? Pourquoi, en effet ?

AP_870108484602.jpg

La Russie et l'Iran ont également partagé des défis communs concernant l'arrivée au pouvoir des Talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) en Afghanistan. Les talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) sont des sunnites radicaux, intolérants à l'égard de l'islam chiite et de l'islam soufi traditionnel - même pour les Pachtounes. Cela crée des problèmes potentiels pour l'Iran. La Russie, quant à elle, est attaquée en raison de la probabilité qu'une nouvelle vague d'islam radical se propage en Asie centrale, notre zone de responsabilité. C'était manifestement l'intention de l'administration de l'atlantiste Biden qui a délibérément laissé l'Afghanistan aux Talibans, interdits en Russie. La Russie, de concert avec l'Iran - ainsi qu'avec le Pakistan, qui cherche à se rapprocher de Moscou, et la Chine - devrait élaborer sa propre feuille de route pour l'Afghanistan : établir une relation constructive avec le gouvernement actuel, mais aussi éviter les excès et contrecarrer les activités terroristes et extrémistes dans la région.

Téhéran s'inquiète de l'activisme d'Ankara en Asie centrale et, en particulier, de son initiative de créer l'Organisation des États turcs. C'est compréhensible, mais peut-être que la réponse n'est pas de protester, mais de développer un projet symétrique, celui d'organiser une conférence des "nations iraniennes", par exemple à Douchanbé, où inviter non seulement les Perses, les Lurs et les Tadjiks, mais aussi les Pachtounes, les Baloutches, les Ossètes, les Kurdes, les Talyshs et d'autres ressortissants de pays ou de régions de langue iranienne. Moscou pourrait faire de même - en convoquant un congrès des peuples slaves. L'initiative turque, bien que culturellement légitime, se retrouverait alors dans un plus vaste contexte de projets similaires, ce qui mettrait fin à sa dimension géopolitique douteuse (très probablement imposée par les structures de pouvoir anglo-saxonnes en Turquie même).

Aujourd'hui, Moscou et Téhéran discutent d'un ensemble de projets de transport communs, à commencer par la mer Caspienne, où un énorme hub de transport maritime est en cours de déploiement à Astrakhan, conjointement au projet ferroviaire Nord-Sud. Un projet grandiose de transport nord-sud unirait l'Eurasie le long du méridien - encore une fois jusqu'au golfe Persique et à l'océan Indien, ce qui serait - positivement ! - et, dans un sens, complémentaire aux initiatives de transport turco-azerbaïdjanaises et s'inscrirait parfaitement dans le plan chinois One Road, One Belt étendu à l'échelle de la Grande Eurasie. Nous ne devrions pas nous indigner de ce que font les autres, mais faire nous-mêmes quelque chose d'important et d'utile. 

La Russie et l'Iran ont un terrain d'entente au Moyen-Orient presque partout. En Syrie, c'est évident : Assad, la Russie et l'Iran ont un ennemi commun, qui a été largement vaincu grâce à nos efforts conjoints. L'Irak est à l'ordre du jour dans un avenir proche. Avec le départ des forces américaines, tôt ou tard, il est important de commencer à réfléchir à la relance de cette grande puissance régionale dont la population est majoritairement chiite (arabe), où les Kurdes iranophones jouent un rôle important et qui entretient traditionnellement de bonnes relations amicales avec la Russie. Moscou et Téhéran devraient assumer la responsabilité de la reconstruction de l'Irak. Bien sûr, cela ne doit pas exclure le géant économique qu'est la Chine ni la Turquie, stratégiquement importante. Mais l'Occident peut et doit être exclu, car c'est nécessaire. Ils ont ruiné le pays et sont incapables d'y instaurer un quelconque ordre (le plus probable est qu'ils n'allaient pas le faire). La seule chose qui leur reste à faire est de s'en aller, honteux et avec des regards de haine dans le dos.

La guerre au Yémen, où une autre force régionale importante est impliquée - l'Arabie saoudite, rival traditionnel de l'Iran - est également à l'ordre du jour. Avec la Russie, en revanche, Riyad a récemment cherché à établir des relations constructives. Cela rend la position de Moscou unique en ce qui concerne le conflit au Yémen également. Les Saoudiens soutiennent un camp, les Iraniens l'autre, et la Russie, qui entretient de bonnes relations avec les deux, se trouve dans une position optimale pour promouvoir une paix rapide. 

La visite de M. Raisi s'inscrit dans un nouvel environnement géopolitique. C'est pourquoi on peut en attendre des résultats réellement révolutionnaires. 

Écrire un commentaire