Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 17 mars 2022

Un espoir absurde : le gaz naturel liquéfié n'est pas une alternative au gaz russe

2019-09-26T011821Z_1_LYNXMPEF8P02B_RTROPTP_3_JAPAN-LNG.JPG

Un espoir absurde : le gaz naturel liquéfié n'est pas une alternative au gaz russe

Source : https://zuerst.de/2022/03/15/absurde-hoffnung-lng-gas-ist-keine-alternative-zum-russischen-gas/

Berlin. Afin de réduire la dépendance de l'approvisionnement énergétique allemand vis-à-vis des livraisons de gaz russe, les politiques évoquent régulièrement le passage au gaz américain de fracturation (GNL) - coûteux et polluant. Toutefois, en l'état actuel des choses, cela est totalement illusoire.

Quelques chiffres : le gazoduc Nord Stream 1, actuellement en service en mer Baltique, fournit 55 milliards de mètres cubes de gaz russe par an à l'Allemagne - la Russie remplit jusqu'à présent ses obligations malgré la spirale de l'actuelle escalade. L'idée de remplacer ce volume par du gaz de fracturation américain, qui doit être livré dans des navires-citernes spéciaux, est déjà aberrante d'un point de vue arithmétique. La capacité d'un méthanier actuel est de 147.000 mètres cubes. Des pétroliers plus grands, d'une capacité de 250.000 mètres cubes, sont en projet, et quelques-uns existent déjà.

Pour remplacer la capacité annuelle du gazoduc Nord Stream 1, il faudrait environ 374.150 trajets à travers l'Atlantique. Chaque jour de l'année, il faudrait mathématiquement que 1025 méthaniers fassent escale dans les ports.

Mais en 2018, il n'y avait qu'environ 470 pétroliers de ce type dans le monde. En raison des coûts de construction élevés (environ 200 millions de dollars par navire), les méthaniers ne sont mis sur cale qu'après un affrètement à long terme d'environ 20 ans.

Il n'existe pas non plus d'infrastructure adéquate en Europe pour transborder les énormes quantités de GNL nécessaires. Il n'existe actuellement que 29 terminaux GNL en Europe. En Allemagne, il y a actuellement quatre projets. Aucun d'entre eux n'a encore été mis en chantier.

Mais même pour les 29 terminaux existants en Europe, le besoin calculé signifierait que les 1025 navires nécessaires devraient être répartis sur 29 terminaux : 35 ou 36 navires par jour devraient donc être déchargés dans chacun des 29 terminaux. Une cargaison complète de pétroliers devrait être déchargée en 40 minutes. Cela n'est pas non plus réaliste : l'opération prend 20 heures pour les pétroliers courants de 147.000 mètres cubes. Pour les futurs pétroliers de 250.000 mètres cubes, l'opération prendrait jusqu'à 30 heures.

L'espoir de voir le gaz naturel liquéfié remplacer le gaz russe, bon marché et respectueux de l'environnement, dont le gouvernement allemand veut se passer à tout prix, est donc tout à fait absurde, du moins pour les prochaines années. Cela rappelle l'espoir d'armes "miracles" pendant la Seconde Guerre mondiale. (st)

Écrire un commentaire