Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 08 septembre 2022

Plus jamais de gaz russe. Ce n'est pas Poutine qui l'a dit, mais les Anglo-Saxons

d23bbb04916322c79dc645e7e34f199f-1655208705.jpg

Plus jamais de gaz russe. Ce n'est pas Poutine qui l'a dit, mais les Anglo-Saxons

par Maurizio Blondet

Source : Maurizio Blondet & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/gas-russo-mai-piu-ma-non-lo-ha-detto-putin-bensi-gli-anglosassoni

Supposons que les choses en Ukraine tournent bien, c'est-à-dire tournent comme les souhaits, les rêves ou les cauchemars déclarés de l'OTAN, des Occidentaux et des Anglos le voudraient : Zelensky gagne la guerre et triomphe, Poutine est vaincu, il est pendu à Nuremberg, et un gouvernement soumis aux souhaits de l'Occident est installé à Moscou, qui célèbre son premier jour d'installation par une Gay Pride (nos valeurs). Pensez-vous qu'ensuite, pacifiés, l'Alliance atlantique et les États-Unis nous laisseront, nous Européens, recommencer à acheter du gaz et du pétrole russes, comme avant ? Que nous reviendrons à cette normalité qu'ils appellent maintenant "la dépendance de l'Europe au gaz russe" ?

Enlevons cela de nos têtes. Les États-Unis et les Anglos ont manigancé le réarmement et la préparation de l'Ukraine et fomenté toutes les provocations qui ont conduit Poutine à déclencher le conflit, dans le but même de couper et de sceller les veines énergétiques russes qui fournissaient pacifiquement et à bon marché du gaz, du pétrole brut, du charbon au demi-milliard d'Européens et assuraient leur bien-être. L'Europe, et non la Russie, était dès le départ la cible à frapper par la crise conçue depuis belle lurette pour être mise en œuvre. Les Anglos ont pour eux la théorie de McKinder qui dit : celui qui domine le heartland domine un monde de terre - inatteignable par les navires prédateurs de l'empire britannique - qui s'étend sans interruption de l'Europe à la Chine en passant par la Russie, un immense ensemble continental autosuffisant, qui commerce par le rail, qui n'a nul besoin de dépendre des puissances atlantiques.

Disposer d'une théorie géopolitique est l'une des raisons du succès ; les Allemands qui n'en ont pas, et qui n'ont plus d'érudit qui l'a énoncée de manière lucide, sont nettement désavantagés : ils intégraient leur économie au gaz et au pétrole brut russes sans le dire, entre chiens et loups, laissant les choses "se faire" ; et ils sont perdants parce qu'ils n'osent pas énoncer, ni même concevoir, la théorie qui les sauverait (et nous sauverait tous) : "Rester avec Poutine" et s'intégrer à l'est jusqu'en Chine et en Iran.

La victoire de la théorie anglosphérienne de MacKinder a un facteur aggravant pour nous : elle n'est pas censée être appliquée temporairement. La pénurie de gaz et de pétrole brut - foudroyante et autodestructrice pour nos économies - est censée devenir une donnée permanente. Ben van Beurden, directeur général de Shell en Europe, a été clair : le gaz devra désormais être rationné sur le vieux continent, car les pénuries pourraient durer plusieurs années. Pour le Premier ministre belge, le diagnostic est le suivant : la crise durera cinq à dix ans. Mais la vérité est venue de la bouche de l'ancien vice-président d'Aramco, la principale compagnie pétrolière d'Arabie saoudite, qui a une fois de plus réitéré la position du gouvernement de son pays face aux demandes du président américain Joe Biden d'augmenter la production de pétrole : ce n'est pas un problème passager, car il n'y a pas assez de capacité de production dans le monde pour remplacer le gaz russe qu'importait l'Europe.

La passivité et la soumission avec lesquelles le ministre allemand de l'économie et le chef de la principale association d'entreprises du pays ont averti la semaine dernière que l'Allemagne se dirigeait vers l'abîme d'une désindustrialisation rapide sont remarquables. Nombre de ses entreprises, grandes et petites, sont soumises à une "pression énorme menant à une rupture structurelle", ont-ils déclaré, et à leur fermeture éventuelle - acceptant l'épuisement du "modèle économique" centré sur l'utilisation massive d'énergie, principalement importée de Russie, et à des prix inférieurs à ceux que proposent les États-Unis et d'autres exportateurs du monde.

Dans le Corriere, Federico Fubini énonce l'adhésion totale du pouvoir italiote à la théorie de MacKinder : "la guerre économique entre la Russie et l'Union européenne est loin d'être terminée. Et la seule certitude est que le camp capable d'encaisser le plus longtemps les sacrifices que ce conflit implique l'emportera".

Attendre un sauvetage anglo-saxon, qu'attendre du leadership sans qualité de l'Allemagne ?

Mais la crise énergétique touche également les États-Unis. Les administrations Trump et Biden ont toutes deux fait pression par le passé sur l'Allemagne pour qu'elle remplace les importations de gaz russe par du gaz américain, même si celui-ci est plus cher. Aujourd'hui, cependant, les États-Unis n'ont pas la capacité de fournir à l'Europe le gaz qu'ils produisent. Son prix a augmenté de 21,8 % depuis le 2 août, alors que les réserves stratégiques d'énergie chutent à des niveaux dangereux. Cette situation a incité l'administration Biden à demander aux compagnies pétrolières d'arrêter immédiatement les exportations, avertissant que si elles ne le font pas, le gouvernement prendra des mesures d'urgence. Il se trouve qu'à la veille des élections de mi-mandat, le gouvernement se tourne vers sa production pour stabiliser les prix locaux de l'essence.

Entre-temps, la tourmente financière met en évidence un écart grandissant entre la spéculation sur les prix à terme de l'énergie et les réserves physiques d'énergie. La semaine dernière, un rapport de Goldman Sachs a confirmé que le manque de liquidités entraîne une extrême volatilité financière des prix de l'énergie et que cela coexiste avec un resserrement croissant des stocks physiques, ce qui laisse présager de nouvelles turbulences dans les prix de l'énergie. Dans le même temps, de nouveaux alignements importants apparaissent sur la scène géopolitique. La récente signature d'un protocole d'accord entre les gouvernements de la Russie et de l'Iran implique l'investissement de 40 milliards de dollars pour exploiter conjointement leurs réserves de gaz naturel, qui sont parmi les plus importantes au monde.

Il y a un avenir dans le Heartland, mais pas pour nous ...

mardi, 06 septembre 2022

Les États-Unis pompent les poches des Européens avec l'excuse de la guerre

istockphoto-1133200824-612x612.jpg

Les États-Unis pompent les poches des Européens avec l'excuse de la guerre

par Luciano Lago

Source: https://www.ideeazione.com/gli-stati-uniti-stanno-ripulendo-le-tasche-degli-europei-con-la-scusa-della-guerra/

L'Occident collectif parle de l'introduction éventuelle d'un plafond sur les prix du pétrole en provenance de Russie. Toutefois, Moscou ne vendra pas d'or noir aux pays qui prennent une telle mesure, a déclaré le vice-premier ministre Alexander Novak. Quelles conséquences se cachent derrière le désir des États-Unis et de leurs alliés d'isoler la Russie, a demandé l'expert en économie Dmitry Adamidov.

Novak a qualifié de complètement absurde l'idée que les pays du G7 présentent un plan visant à limiter le prix du pétrole russe. L'idée de l'Occident menace la sécurité énergétique du monde entier, a-t-il ajouté. Moscou ne travaillera pas dans des conditions non commerciales.

L'histoire se répète, affirme l'expert économique indépendant Dmitry Adamidov. La Russie a déjà connu des situations similaires: certains pays hostiles ont refusé de payer le gaz en roubles, tandis que d'autres ont refusé d'acheter directement le carburant.

"L'histoire était assez révélatrice. Rien n'a changé, les médiateurs sont juste apparus après les scandales et les cris. Le pétrole fait peut-être une diversion, mais pas tout: des concepts comme le 'mélange letton', le 'pétrole belge' sont apparus. D'où viendrait bien le pétrole en Belgique? Cela semblerait étrange qu'il y en ait. En général, les propres intermédiaires de l'UE en tirent toujours de l'argent", a ajouté l'interlocuteur de PolitExpert.

Cette fois, la situation avec les intermédiaires se répétera, dit l'économiste. Peu importe le nombre de pays qui s'accordent pour fixer un plafond de prix. Selon M. Adamidov, les restrictions imposées peuvent facilement être levées en cas de besoin.

L'Europe fixera un prix plafond pour le pétrole russe, la Russie le vendra en passant par des intermédiaires asiatiques ou américains (comme c'est déjà le cas actuellement avec l'Inde et la Turquie). Le Venezuela peut fournir du pétrole russe. L'Iran peut être mis sur le marché, bien sûr, mais il n'a pas autant de volume pour conquérir une niche. Mais elle conclura simplement un contrat avec la Fédération de Russie et le pétrole russe ira en Europe, mais il sera appelé "iranien".

La Russie a de grandes possibilités de réorienter le marché, la décision de l'Occident ne jouera donc pas un rôle majeur. Il s'agit d'une performance américaine, qui est jouée pour "prendre de l'argent dans la poche des consommateurs" en Europe et dans d'autres pays sous le prétexte de combattre la Fédération de Russie, dit l'interlocuteur de PE. Par conséquent, les restrictions sur le pétrole russe aggraveront une crise qui s'est déjà aggravée, a-t-il conclu :

"L'économie européenne s'effondre. D'ailleurs, les Européens le comprennent, mais ne peuvent rien faire. C'est ainsi que se manifeste leur indépendance politique. De cette manière sophistiquée, les Américains et les autres parties intéressées résolvent leurs problèmes : ils détruisent l'industrie européenne, qui a toujours été l'alliée de la Russie. Les derniers fonds et fournitures sont retirés des poches de la population".

Les pays européens ont ressenti toute la force des sanctions anti-russes, plongeant dans une crise énergétique. Le politologue finlandais Johan Bäckman a prédit des émeutes en Finlande en raison des sales coups perpétrés par le gouvernement d'Helsinki dans la lutte contre la crise énergétique.

Note : Il est difficile de comprendre la logique de la position des eurocrates de Bruxelles qui, dans une situation de marché caractérisée par une forte prévalence de la demande d'énergie sur l'offre, prétendent mettre en place un cartel d'achat au rabais. La manœuvre des eurocrates cache en réalité une subordination aux intérêts des multinationales américaines et une volonté de favoriser les lobbies intermédiaires.

mardi, 30 août 2022

Même The Economist, hebdo atlantiste, a compris que les sanctions contre la Russie ruinent l'Europe. Les atlantistes italiens, eux, non

20220827_DE_US.jpg

Même The Economist, hebdo atlantiste, a compris que les sanctions contre la Russie ruinent l'Europe. Les atlantistes italiens, eux, non

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/persino-latlantista-economist-ha-capito-che-le-sanzioni-alla-russia-rovinano-leuropa-gli-atlantisti-italiani-no/

Curieusement, les médias du régime n'ont pas remarqué la dernière prise de position de The Economist. Pourtant, le journal est l'un de leurs préférés. Libéral, hyperatlantiste, une sorte de bible pour les désinformateurs italiens. Pas cette fois. Car, comme le souligne l'ambassadeur Carlo Marsili, The Economist a constaté que les sanctions contre la Russie imposées par les Américains et appliquées par les majordomes européens font surtout du tort aux Européens. Si The Economist savait qui ils sont.

Mais les médias italiens ne sont pas de cet avis. Ils sont plus atlantistes que les atlantistes. Héroïquement, ils se battront jusqu'au dernier vieil Italien mourant de froid et de faim. Ils n'en ont rien à faire du vieux de toute façon. Le Corriere rapporte donc que nous avons déjà forcé Poutine à brûler le gaz qu'il ne veut pas nous vendre. Oui, cela augmente la pollution, mais pour la gloire de Biden et Zelensky, on peut bien oublier l'ennuyeuse Greta et les écologistes agaçants. Et peu importe, selon le Corriere, si les sociétés étrangères qui nous vendent du gaz à un prix très élevé comprennent des actionnaires russes. Ce que Poutine ne perçoit pas d'un côté, il le reçoit de l'autre.

thumbs_b_c_83912405e6841e4b88e51630b6f29aad.jpg

Carlo Marsili

Le problème, cependant, n'est pas la Russie. Il s'agit de l'Italie. C'est le manque de gaz pour chauffer les maisons, pour faire fonctionner les entreprises, pour fournir une électricité qui ne soit pas seulement hydroélectrique. Pour faire tourner les magasins, pour empêcher la spéculation de justifier des hausses de prix absurdes dans tous les domaines.

Le Corriere ne s'intéresse pas aux Italiens. L'ambassadeur Marsili, lui, oui. Et il exige donc que l'Europe s'assoie à la table avec la Russie pour de véritables négociations. Il ne s'agit pas de se livrer à la farce suivante : "Vous revenez en arrière, vous donnez aux Ukrainiens les terres russes et russophiles, vous donnez également la Crimée (qui était russe jusqu'en 1954) et nous, en échange, nous vous payons moins pour le gaz". Une aubaine !

Évidemment, sur cette base, rien ne peut être réalisé. Parce que la réalité factuelle ne peut être ignorée. Et on ne peut ignorer que la guerre de facto, déclarée par Rome à Moscou en envoyant des armes à Zelensky, a conduit à la première phase d'un désastre économique destiné à s'aggraver. En Italie, et avant cela en Russie. Maintenant, le Corriere insiste sur le fait que les Italiens affrontent avec joie tout rationnement de l'énergie et toutes les augmentations de prix qui précipiteront des millions de personnes dans la pauvreté. Car, ensuite, Poutine sera obligé de céder. Comme s'il n'y avait pas de pays comptant plus de la moitié de la population mondiale qui n'ont pas adopté de sanctions et continuent de commercer avec la Russie. Marsili le sait, le Corriere ne le sait pas.

 

samedi, 20 août 2022

Un politologue hongrois: l'Allemagne craint plus les Etats-Unis que la Russie

4-format1001.jpg

Un politologue hongrois: l'Allemagne craint plus les Etats-Unis que la Russie

Source: https://contra24.online/2022/08/ungarischer-politologe-deutschland-fuerchtet-die-usa-mehr-als-russland/

Pour le politologue hongrois Zoltán Kiszelly, il est clair qu'à Berlin, on a plus peur de Washington que de Moscou. C'est pourquoi, selon lui, les Allemands ont cédé à la pression des Américains pour sanctionner Nord Stream 2.

Les Allemands font face à une crise énergétique de grande ampleur en raison de leur décision de céder à la pression américaine et de fermer le gazoduc Nord Stream 2 après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a déclaré Zoltán Kiszelly, un politologue et directeur de l'influent Centre d'analyse politique de la Fondation Századvég, basé en Hongrie.

M. Kiszelly a déclaré à la chaîne d'information hongroise Origo que le chancelier allemand Olaf Scholz, lorsqu'il était ministre des Finances, avait tout fait pour que Nord Stream 2 puisse être mis en service. Cependant, en tant que chancelier, Scholz a changé de cap. Selon M. Kiszelly, si les Allemands avaient agi intelligemment et maintenu Nord Stream 2 ouvert, ils ne seraient pas dans la situation où ils se trouvent aujourd'hui. Au lieu de cela, ils auraient eu une énergie bon marché et une grande partie de leurs problèmes auraient été résolus immédiatement.

L'Allemagne a actuellement un gouvernement majoritairement de gauche, composé des sociaux-démocrates, des libéraux du Parti libéral-démocrate et du Parti vert. Leur projet d'imposer une taxe sur le gaz, qui pèserait sur les ménages allemands et affecterait l'industrie, suscite de vives critiques. M. Kiszellly se demande pourquoi les coûts sont répercutés sur les consommateurs allemands et non sur les importateurs de gaz. Il a déclaré qu'il ne comprenait pas pourquoi le gouvernement allemand choisissait une telle voie. Non seulement cette surtaxe sur le gaz touchera durement les consommateurs, mais ils devront également payer la TVA sur cette taxe, selon la Commission européenne.

2-forns2matOriginal.jpg

Selon le politologue hongrois, le gouvernement allemand tente de faire payer aux citoyens du pays les pertes subies par les marchands de gaz, ce qui signifie que la famille moyenne allemande devra payer en moyenne 300 à 400 euros de plus cette année. Il s'agit clairement d'un transfert de charges sur la population allemande, et tout cela dans le cadre d'une politique encouragée par le gouvernement de gauche.

Les Allemands supplient désormais les Russes de leur fournir plus de gaz, avec un débit réduit à 20% de la moyenne. Si les Allemands rouvraient Nord Stream 2, le prix du gaz baisserait drastiquement, ce qui réduirait les revenus des Russes provenant d'une augmentation du prix du gaz. Selon M. Kiszelly, les Allemands cèdent à la pression des Américains pour fermer Nord Stream 2 parce qu'ils ont plus peur des Américains que des Russes.

Il a également fait référence au plan "Fit for 55" de la Commission européenne, qui vise à réduire les émissions de carbone de 55% d'ici 2030. Ce plan pourrait avoir un impact dramatique sur les entreprises européennes, et la situation actuelle concernant les combustibles fossiles comme le charbon illustre la situation difficile dans laquelle l'Europe s'est placée. Kiszelly souligne que les Polonais, les Tchèques et les Allemands tentent de remplacer le charbon russe par du charbon colombien, sud-américain et australien expédié depuis l'autre bout du monde, ce qui augmente les émissions de carbone en cours de route.

Oil-and-Gas-Developments-in-Africa.jpg

974361a0b2827f10159210896595d33c.jpg

En contrepartie, l'Afrique produit également de plus en plus de pétrole et de gaz, ce qui augmentera l'importance du continent pour la sécurité énergétique de l'Europe. Cela peut aider temporairement, mais étant donné que la Commission européenne prévoit d'éliminer complètement les énergies fossiles d'ici 2050 au plus tard, ce n'est pas un modèle durable et les Africains ne peuvent pas compter dessus à long terme. C'est aussi ce que disent les Qataris et les Norvégiens. Ainsi, Scholz s'est récemment rendu en Norvège pour discuter avec les Norvégiens de l'exploitation de nouveaux gisements de gaz en mer du Nord, mais la Norvège souhaite atteindre la neutralité climatique dès 2030, ce qui est donc une exigence irréaliste.

Les solutions proposées pour installer davantage de raffineries de pétrole et de terminaux GNL sont également problématiques. Avant de pouvoir rentabiliser les investissements dans de tels projets de construction gigantesques, les pays de l'UE doivent cesser d'importer de grandes quantités de pétrole et de gaz afin de réaliser la transition verte.

Néanmoins, les capacités sont déjà engagées et les Norvégiens ne peuvent pas produire plus, tandis que les Arabes et l'OPEP+ ne veulent augmenter la production que de manière minimale afin de maintenir les prix de l'énergie à un niveau élevé, sachant qu'ils ne pourront plus vendre autant d'ici 10 à 15 ans. Selon Kiszelly, il est même logique pour eux de maximiser leurs profits maintenant, alors que les Européens sont dans l'urgence.

mercredi, 20 juillet 2022

Du gaz d'Algérie ? Pas assez pour sauver l'Italie de la récession

algerien-e2b2b1ea48cccdaa.png

Du gaz d'Algérie ? Pas assez pour sauver l'Italie de la récession

Par Filippo Burla

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/economia/gas-algeria-non-basta-verso-stagnazione-239172/

Quatre milliards de mètres cubes en plus. C'est la quantité de gaz que l'Algérie, qui est maintenant devenue le premier fournisseur de l'Italie, s'est engagée à livrer à partir des prochaines semaines. Une bouffée d'air frais pour remplir les réserves et affronter l'hiver prochain avec un peu plus de certitude, mais cela ne suffira pas à donner du souffle à notre économie. En fait, les prévisions pour la fin de cette année et l'année prochaine (mais aussi pour 2024) s'assombrissent de jour en jour à mesure que nous nous rapprochons de l'arrêt des approvisionnements en provenance de Russie.

Pourquoi le gaz de l'Algérie ne suffira pas

La première raison est stratégique. Si l'Allemagne va littéralement à l'encontre de sa politique de fournisseur (presque) unique - à la poursuite de laquelle l'Italie a été empêchée de devenir une plaque tournante euro-méditerranéenne de l'or bleu -, avec l'interruption des flux en provenance de Moscou et la nécessité de se tourner vers d'autres, le pouvoir de négociation de cette dernière augmentera. L'exact opposé du principe de diversification, qui devrait guider toutes ces décisions en vue d'équilibrer les relations entre clients et fournisseurs. La deuxième raison est d'ordre économique. Compte tenu de la manière dont le marché est structuré sur le vieux continent, l'explosion des prix est désormais difficile à contenir, quelle que soit la quantité, la qualité ou la répartition géographique du gaz naturel entrant.

Gas_pipelines_across_Mediterranee_and_Sahara_map-en.svg.png

Clipboard-0019-kqkH-U33201848396077RNG-656x492@Corriere-Web-Sezioni.jpg

De la croissance à la (quasi) stagnation

Il y a quelques mois, la Banque d'Italie prévoyait, en cas d'embargo total contre la Russie, deux ans de récession et au moins un demi-million d'emplois partis en fumée. Le danger que plus aucun gaz n'arrive de l'Est devient chaque jour plus concret, et les estimations pour le futur proche vont en conséquence. Nous pourrons peut-être échapper au signe moins devant la tendance du PIB cette année, mais seulement parce que le flux ne s'est pas arrêté entre-temps et que nous avons mis suffisamment de foin dans la basse-cour. Or, selon le dernier bulletin de Via Nazionale, ce qui devait être, selon le gouvernement, une croissance de près de 5 % au plus tard à l'automne pourrait, dans le scénario défavorable, tomber en dessous de 1 %.

Oil_and_natural_gas_basins_and_pipeline_infrastructure_in_Algeria_(29079856511).png

D'une croissance soutenue à une quasi-stagnation, le pas a été court et nous livre un PIB au point mort aux niveaux de 2016, qui étaient à leur tour ceux du début du millénaire : la récupération des vingt années perdues devient de plus en plus difficile. La situation ne s'améliorera pas en 2023, lorsque - toujours dans le cas d'un scénario défavorable d'interruption des approvisionnements en provenance de Moscou - la croissance du PIB connaîtra une contraction proche de deux points de pourcentage. À ce stade, il faudra attendre 2024 pour une reprise, mais en présence d'une image détériorée, surtout du côté de l'emploi : "Le taux de chômage au cours de la période de deux ans 2023-24, écrit Palazzo Koch, atteindrait des niveaux supérieurs à ceux préfigurés dans le scénario de base d'un peu plus d'un point de pourcentage", donc au-dessus de 9%. Tout cela à condition qu'aucune autre (auto)sanction n'arrive. Ou encore pire.

Filippo Burla

dimanche, 17 juillet 2022

L'Europe perd la "guerre psychologique" sur le gaz avec la Russie

shutterstock_2122587608.jpg

L'Europe perd la "guerre psychologique" sur le gaz avec la Russie

Andrea Muratore

Source: https://it.insideover.com/energia/leuropa-sta-perdendo-la-guerra-psicologica-sul-gas-con-la-russia.html

Le 13 juillet, Gazprom, le géant russe de l'énergie, a déclaré qu'après l'arrêt de dix jours pour des travaux de maintenance prévus de longue date, le flux de gaz par Nord Stream pourrait ne pas reprendre. Cette décision a semé la panique parmi les opérateurs, mais n'a pas été une surprise : il s'agit d'un nouveau cas de prophétie autoréalisatrice dans les relations russo-européennes depuis le début de la guerre en Ukraine.

L'intrigue est toujours la même : L'Union européenne et ses Etats membres font preuve de fermeté à l'égard de la Russie, ils la sanctionnent et visent à frapper son économie afin de dissuader son action guerrière ; ponctuellement, cependant, dans chaque discussion en cours, la question du gaz revient sur le devant de la scène car les pays européens se rendent compte qu'il est presque totalement impossible de remplacer complètement le gaz de Moscou à court terme sans devoir affronter un véritable tsunami énergétique ; cela rend les sanctions caduques et offre une arme de pression que la Russie de Vladimir Poutine peut utiliser sans frais.

Les gestes symboliques et démonstratifs, les interruptions ou coupures d'approvisionnement et les déclarations sont chaque fois calibrés par Moscou dans un jeu astucieux de guerre psychologique contre l'Occident. En sachant, comme le comprend la Russie, que les marchés, auxquels la nécessité de fixer le prix de l'énergie en Europe est largement déléguée, subiront des tensions et des incertitudes.

Dans tout cela, ceux qui gagnent sont les Russes eux-mêmes. L'Europe s'efforce, prudemment, de diversifier ses approvisionnements par rapport à la dépendance excessive actuelle vis-à-vis de Moscou. Mais elle ne peut se passer pour l'instant de certaines des importations restantes en provenance de l'Est. Et grâce à la stratégie de pression de Moscou, les prix s'envolent et la Russie peut se blinder en augmentant sa trésorerie énergétique même dans un contexte de baisse des approvisionnements de l'Europe : au moins 530 millions d'euros par jour ont été garantis par l'Union européenne à la Russie pour les achats d'énergie depuis le 24 février 2022. En quelque 140 jours de guerre, cela représente 74,2 milliards d'euros. Les importations européennes sont en tête des revenus russes : comme le note Il Sole 24 Ore, "la Russie a tiré 93 milliards d'euros de revenus des exportations de combustibles fossiles", dont le charbon, "au cours des 100 premiers jours de la guerre (du 24 février au 3 juin)". Nous parlons d'un excédent commercial sans précédent. L'UE en a importé 61 %, pour une valeur d'environ 57 milliards d'euros. L'Italie se classe troisième en tant qu'importateur mondial".

La dépendance est explicitement déclarée par l'Europe. Et l'Union tout entière n'a pas compris la stratégie de guerre psychologique testée par Moscou depuis l'été 2021. L'hiver dernier, la crise des prix a mis en évidence que la Russie fournissait à l'Europe du Nord-Ouest des volumes de gaz inférieurs à ceux des années précédant l'ère Covid-19 : en particulier, entre septembre 2021 et octobre 2021, ils ont chuté d'environ 17 %. Pendant ce temps, la courbe des prix a montré une impressionnante montée en puissance. Le 6 octobre, la nouvelle d'éventuels problèmes dans la certification de Nord Stream 2 a fait grimper les prix de 30 % en quelques heures pour atteindre 116,83 euros par MWh.

Le 21 décembre, les expéditions russes vers l'Allemagne via l'oléoduc Yamal-Europe ont chuté sans explication, provoquant la panique. Le prix, qui un mois plus tôt s'était établi à 87 euros par MWh, a décollé à 179,18 euros. La guerre en Ukraine n'a fait qu'étendre ce qui existait déjà sur le terrain depuis un certain temps : en période de tension politique, il est commode pour Moscou de tirer sur la corde et de déclencher le chaos.

Le 3 mars, la Russie a ventilé un arrêt des approvisionnements après la décision de l'Allemagne de ne pas certifier Nord Stream 2, faisant monter le prix du gaz européen au point Ttf à plus de 200 euros pour la première fois. La même dynamique s'est produite le 26 avril suivant lorsque le gaz a été coupé à la Pologne et à la Bulgarie : le prix a augmenté de plus de 25 % en quelques heures après être tombé aux niveaux d'avant-guerre, ce qui a amené de nombreux pays à conclure des accords avec la Russie pour payer les contrats en roubles. Après que le mois de mai ait marqué une nouvelle période d'accalmie, ramenant le gaz à 80 euros par MWh après les premières politiques de diversification, une nouvelle flambée s'est produite à la mi-juin lorsque, à l'occasion du voyage de Mario Draghi, Olaf Scholz et Emmanuel Macron à Kiev, la Russie a réduit ses approvisionnements vers l'Italie et l'Allemagne.

Depuis lors, la victoire psychologique russe est définitive, ce que l'on pouvait déjà deviner en entendant les mots sur le "chômage de masse et la pauvreté" que l'Allemagne risquait sans le gaz russe, selon le ministre de l'économie Robert Habeck, prononcés le 15 mars. Le résultat ? Les prix sont passés de 81 à 181 euros entre le 13 juin et le 13 juillet. L'intrigue est claire : à chaque fois que le prix se stabilise ou recule, la Russie lance des coups de pression et une guerre économique hybride auxquels l'Europe réagit ponctuellement dans le désarroi, en se mettant au pied du mur et en rendant explicite sa dépendance vis-à-vis de la Russie. Comment s'en sortir ? En se préparant à supporter le poids de l'embargo énergétique, qui est désormais une option mise sur la table. Mais aussi, sinon surtout, avec des politiques cohérentes : et aujourd'hui plus que jamais, le plafonnement des prix intérieurs apparaît comme un moyen viable de donner à l'Europe des armes pour répondre au chantage énergétique russe. Tertium non datur : il faut savoir qu'avec la stratégie des sanctions, l'arme énergétique est devenue un instrument de pression légitime (et prévisible) pour la Russie. Et soyez prêt à empêcher Moscou de l'exploiter en permanence à l'approche de l'hiver.

jeudi, 14 juillet 2022

Énergie: Quand un État est gouverné par l'idéologie plutôt que par le bon sens

enr-nucleaire-jpg.jpg

Énergie: Quand un État est gouverné par l'idéologie plutôt que par le bon sens

Source: https://www.unzensuriert.at/content/151802-wenn-ein-staat-von-linken-ideologen-und-kriegstreibern-regiert-wird/?utm_source=Unzensuriert-Infobrief&utm_medium=E-Mail&utm_campaign=Infobrief&pk_campaign=Unzensuriert-Infobrief

Que se passe-t-il si l'on pense pouvoir faire fonctionner un État industriel avec de l'énergie solaire et des éoliennes ? Et que se passe-t-il si, dans le même temps, on impose des sanctions et des embargos à son principal fournisseur d'énergie sans avoir de réelles alternatives ? C'est alors bien vrai que, tôt ou tard, les lumières s'éteindront. Toute personne normalement constituée le sait. Seul le gouvernement allemand ne semble pas s'en être rendu compte. Par un mélange de déni de la réalité et d'aveuglement idéologique, on y conduit tout un pays vers l'abîme.

c866ace1-0001-0004-0000-000000003073_w1600_r1.8217228464419475_fpx75.17_fpy52.96.jpg

L'ex-patron d'E.ON s'exprime clairement

Lors d'une interview sur la chaîne YouTube "Mission Money", l'ancien PDG d'E.ON Johannes Teyssen (photo) avait déjà mis en garde il y a deux mois contre les conséquences d'une interruption des livraisons de gaz en provenance de Russie. Il estimait qu'une telle éventualité était extrêmement dangereuse pour l'économie allemande. Cela entraînerait un effondrement de la structure industrielle de base, qui a besoin de gaz naturel.

L'ensemble de la chaîne de valeur ajoutée serait également touchée. Si l'on comprend la quantité de chimie contenue dans un nombre infini de produits, on sait ce qui se passerait si de grands sites comme Ludwigshafen (site principal du géant de la chimie BASF) ne produisaient plus rien et à quelle vitesse d'autres industries en aval, auxquelles on ne pense pas du tout, seraient confrontées à des problèmes d'approvisionnement, a déclaré l'économiste.

Une telle évolution provoquerait une grave récession. Rien de comparable avec la crise de Corona, où seul le commerce de détail avait été touché pendant quelques mois. Un tel scénario ne devrait pas être déclenché volontairement, a déclaré Teyssen à un moment où l'UE discutait encore d'un embargo sur le gaz.

Les conséquences des sanctions n'ont pas été pensées jusqu'au bout

Entre-temps, le gazoduc Nordstream 1 est provisoirement fermé pour maintenance. Et personne ne sait si Vladimir Poutine le remettra en service et quelle quantité de gaz sera alors encore livrée. Pour l'économie allemande, mais aussi européenne, c'est un scénario catastrophe dont elle est elle-même responsable.

Ainsi, la ministre verte des Affaires étrangères Annalena Baerbock, associée à l'ancien Premier ministre britannique Boris Johnson, a été la plus bruyante lorsqu'il s'est agi de déclarer la guerre économique à la Russie et d'approvisionner l'Ukraine en armes. Et ils ont trouvé en la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, une partenaire de génie. Mais la frénésie guerrière de ces deux dames et de leurs compagnons de route pourrait trop vite déboucher sur une énorme gueule de bois. Et c'est la population qui devra faire les frais de tout le gâchis qu'elles ont provoqué.

Si vous avez aimé cet article, merci de soutenir le projet unzensuriert en faisant un don. Par paypal (carte de crédit) ou par virement bancaire sur AT58 1420 0200 1086 3865 (BIC : BAWAATWW), ltd. Unzensuriert

Suivez-nous sur notre canal Telegram pour commenter les articles et rester informé de Unzensuriert.

vendredi, 08 juillet 2022

Crise militaire, énergétique et alimentaire

d74f645a-paresh-inde-cyprus-mail3.jpg

Crise militaire, énergétique et alimentaire

Par Daniele Perra

Source: https://www.eurasia-rivista.com/crisi-militare-energetica-e-alimentare/

Début juin, le Center for Strategic and International Studies ("think tank" très proche du Pentagone et de l'industrie américaine de l'armement dont il est copieusement financé) a publié un article (intitulé "The longer-term impact of the Ukraine conflict and the growing importance of the civil side of the war") qui décrit bien un certain changement de paradigme dans l'approche nord-américaine du conflit en Europe de l'Est. Il semble désormais tout à fait possible que l'Ukraine ne regagne pas son territoire à l'est, qu'elle ne reçoive pas les niveaux d'aide dont elle a besoin pour se reconstruire rapidement, qu'elle soit confrontée à des menaces permanentes de la Russie à l'est qui limiteront sa capacité à recréer une zone industrialisée, et qu'elle soit confrontée à des problèmes majeurs en termes de commerce maritime.

En sachant pertinemment que très peu de personnes au sein de l'administration américaine étaient convaincues de la possibilité réelle d'une "victoire totale" de l'Ukraine dans ce conflit (l'objectif a toujours été de le prolonger jusqu'au bout, de "se battre jusqu'au dernier Ukrainien", comme l'a souligné Franco Cardini), l'article montre néanmoins un net changement en termes de rhétorique officielle si l'on considère qu'il déclare également que seule une "infime partie" des attaques des Russes sur le sol ukrainien peut être formellement définie comme des crimes de guerre.

En fait, des décennies d'élucubrations (dans de nombreux cas, elles étaient une fin en soi) sur la soi-disant "guerre hybride" (également produites en Russie même, pensez à la "doctrine Gerasimov") ont obscurci l'esprit des "stratèges" et des "analystes" occidentaux qui n'ont pas été préparés à une nouvelle guerre conventionnelle menée par l'utilisation coordonnée (et à grande échelle) de moyens militaires, politiques et économiques. Et dans laquelle le terrorisme informationnel et la manipulation psycho-cognitive ont principalement touché le camp occidental non directement belligérant, où les médias ont sciemment choisi d'exploiter la "tragédie" en la séparant de ses causes, afin d'en inverser la responsabilité dans l'espace et le temps.

En particulier, passant outre les analyses extemporanées qui, dès la fin du mois de février, montraient la Russie prise au piège et la stratégie américaine gagnante sur toute la ligne, peu d'entre eux ont immédiatement pris conscience du niveau global du conflit: c'est-à-dire des profonds changements que l'affrontement entraînait rapidement dans la structure économique, financière et géopolitique mondiale existante et de la crise tout aussi profonde dans laquelle il plongeait (et plonge encore) l'Occident (surtout sa composante européenne) sur le plan économique et militaire.

Europe's breadbasket - Del Rosso_1.jpg

C'est précisément l'Europe qui, au lieu de réagir de manière hystérique, aurait dû conserver la capacité nécessaire d'analyse politico-militaire des événements, afin de limiter immédiatement les dégâts et de freiner un conflit dont la prolongation accroît de jour en jour les effets dévastateurs sur la sécurité et l'économie du continent. En effet, pour paraphraser Carl Schmitt, elle s'inspire de la principale puissance anti-européenne de l'histoire contemporaine: les Etats-Unis d'Amérique. Un tel conflit, quelle qu'en soit l'issue, exige une refonte totale (ou plutôt une restructuration) des forces militaires et des armées des différentes nations européennes, qui ont été réduites de moitié à la fin de la guerre froide et regroupées au sein de l'alliance inégale que l'on appelle l'OTAN: un instrument qui (pour Washington) a eu le "mérite" de transformer la possible menace soviétique de représailles nucléaires contre les États-Unis en la certitude inévitable d'une guerre de dévastation nucléaire et conventionnelle en Europe.

Ce discours, cependant, nécessite d'abord une analyse des événements de la guerre d'Ukraine de ces derniers mois. La pénétration initiale des forces russes le long des frontières nord et est de l'ancienne république soviétique avait créé un front de plus de 1500 km (très long par rapport au nombre de troupes initialement déployées par Moscou, environ 150.000 plus 50.000 soldats des républiques séparatistes). Ce chiffre a été réduit de moitié après le retrait russe des régions de Kiev, Cernihiv et Sumy et la concentration consécutive des forces dans le Donbass (dont la "libération" reste l'objectif déclaré) et dans les régions de Kherson, Mikolayv, Melitopol et Zaporizhzhia. L'Ukraine, pour sa part, a pu déployer 250.000 hommes entre les forces régulières, la Garde nationale et les milices incorporées à l'intérieur du pays (tristement célèbres pour les crimes de guerre commis au cours des huit années du précédent conflit) [2]. Ils ont été rejoints par environ 7000 mercenaires étrangers (principalement des mercenaires français, polonais, géorgiens, canadiens et américains, pour la plupart bien entraînés et revenant d'autres théâtres de guerre). Selon des sources militaires russes, 2000 de ces "combattants internationaux" sont tombés au combat, tandis que 2000 autres ont abandonné le front, se plaignant de la violence excessive des combats [3].

Or, il convient de préciser d'emblée qu'en termes de nombre et de moyens employés, ce conflit (malgré les limites que Moscou s'est imposées en matière de contrôle de l'espace aérien et l'utilisation, pour la plupart, de véhicules obsolètes) n'est comparable ni aux guerres des Balkans (à l'exception des 78 jours de bombardements de l'OTAN sur la Serbie) ni aux guerres occidentales en Irak et en Afghanistan, ni à l'agression contre la Libye. Entre mars et avril 2003, la "coalition des volontaires", par exemple, a affronté une armée irakienne en déroute après plus d'une décennie de régime de sanctions. Et ces guerres peuvent être classées dans le cadre d'"affrontements asymétriques" dans lesquels la plupart des opérations militaires sont de nature anti-insurrectionnelle (y compris les grandes campagnes telles que Falluja en Irak, où 15.000 Anglo-Américains ont réussi avec beaucoup de difficultés, et très probablement grâce à l'utilisation d'armes au phosphore, à venir à bout de 4000 insurgés).

Le 17 juin, le ministère de la Défense à Kiev a admis que l'Ukraine perdrait environ 50 % de ses capacités militaires totales (le pourcentage est probablement plus élevé). À peu près au même moment, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, puis son assistant David Arakhamia, déclarent respectivement que les pertes ukrainiennes sont de 100 puis de 1000 par jour.

Il est très difficile de savoir si ces chiffres sont réels ou le résultat de la propagande et du besoin pressant de nouvelles aides occidentales. Cependant, ils mettent en évidence le fait qu'un tel volume de pertes (comme nous avons déjà essayé de le démontrer dans l'article précédent Guerre démographique et économique) est en tout cas insoutenable pour Kiev à long terme. Surtout si l'on tient compte du fait que certaines divisions de l'armée ukrainienne, laissées sans ordres et sans soutien logistique dans la zone (hostile) de Severodonetsk, auraient subi des pertes s'élevant à 90 % de leurs effectifs.

Mit-ukrainischen-Soldaten-im-Donezk-Gebiet-auf-Patrouille.jpg

Les services de renseignement britanniques et nord-américains parlent de plus de 15.000 victimes dans le camp russe (plus ou moins l'équivalent de dix ans de guerre en Afghanistan dans les années 1980). Kiev affirme avoir neutralisé 33.600 soldats ennemis. Le volume réel des pertes des deux côtés ne peut être établi avec certitude [4]. Comme l'a déclaré l'analyste Gianandrea Gaiani, même si les pertes russes étaient de moitié (7500), cela resterait un nombre élevé selon les normes occidentales actuelles (et non selon un modèle de guerre conventionnel). En effet, il faut savoir que les principales armées européennes (France, Allemagne et Italie), réduites en nombre mais à fort contenu technologique, disposent en moyenne d'environ 80.000 hommes et d'un nombre limité de véhicules blindés et d'avions. En outre, l'armée italienne a un âge moyen de 39,8 ans parmi les volontaires en service permanent, dont plus de 57% ont plus de 40 ans [5]. Dans l'éventualité d'un conflit conventionnel dans lequel elles devraient faire tourner des troupes sur la ligne de front, aucune de ces armées ne serait capable de déployer plus de 15.000 hommes à la fois dans la bataille avec une résilience limitée à quelques semaines en cas de taux de pertes élevé et d'utilisation intensive des munitions. En particulier, aucune armée européenne ne semble préparée à un conflit mené principalement dans la dimension terrestre, décisive lorsque l'enjeu est la recherche (comme dans le cas russe) d'un espace vital (ou espace de sécurité) refusé dans sa totalité (physiquement et virtuellement) par l'Occident. C'est pourquoi le "blocus" de Kaliningrad, même s'il est étudié stratégiquement comme un instrument de pression dans les négociations, s'avère assez risqué, surtout à la lumière du non-respect des accords de transit entre l'enclave et le reste du territoire russe élaborés par Moscou et Bruxelles au début des années 2000.

Cela devrait expliquer la réticence mal dissimulée de nombreux gouvernements européens à déclarer ouvertement le montant et les caractéristiques de l'aide militaire envoyée à l'Ukraine (peut-être plus limitée qu'on ne le pense), alors que, au contraire, le ministère américain de la Défense a choisi de publier en détail la valeur et la quantité de chaque article spécifique envoyé. Le site informatique du gouvernement nord-américain indique que, depuis le 24 février, les États-Unis ont fourni 5,6 milliards de dollars d'aide militaire à l'Ukraine (8,6 "investis" au total depuis 2014). Ces fournitures comprennent : 1400 systèmes de défense antiaérienne Stinger, 6500 missiles antichars Javelin, 126 obusiers M777, des drones tactiques Puma, 20 hélicoptères Mi-17 (dont 16 étaient en possession de l'armée de l'air afghane), 7000 armes légères et 50 millions de munitions, plus de 700 munitions détournées [6].

stinger_missile_getty_7.jpg

Toutefois, en partie en raison du changement de paradigme susmentionné, il a été décidé de ne pas envoyer d'"armes offensives" telles que les drones Grey Eagle en raison du risque (très élevé) que leur technologie sophistiquée tombe entre les mains des Russes.

Si les données militaires ne sourient pas à l'Europe, les données économiques sont dramatiques. Plus précisément, le problème de l'approvisionnement en énergie (avec des prix en constante augmentation) entraînera une crise économique structurelle dont il sera très difficile de sortir, étant donné que les tentatives désespérées de diversification n'auront aucun impact à court terme. L'idée même de pouvoir compter immédiatement sur le GNL nord-américain, à l'heure où Gazprom coupe ses approvisionnements en réponse au régime de sanctions, semble avoir été tuée dans l'œuf après qu'un mystérieux accident (pour le plus grand plaisir du marché intérieur américain) a mis hors service le terminal GNL de Freeport au Texas (photo), d'où partent les méthaniers qui acheminent le gaz liquéfié vers l'Europe [7].

freeport_lng_1070x500px_0.jpg

Le régime de sanctions pratiquement auto-imposé par l'UE a également sapé le "Green Deal" et la transition supposée vers une économie à émissions nulles d'ici 2050 [8]. Une telle approche nécessite des ressources et des investissements considérables pour développer de nouvelles technologies et procéder à une véritable restructuration énergétique. Des ressources qui, à l'heure actuelle, ne sont plus disponibles, car le coût de plus en plus élevé de l'énergie réduit considérablement la compétitivité des économies européennes à l'échelle mondiale. Le Green Deal inclut inévitablement le développement d'infrastructures pour le stockage et le transport des énergies renouvelables. En outre, les matériaux utilisés pour la production de technologies liées aux énergies renouvelables (panneaux solaires, batteries de stockage, véhicules électriques) sont fabriqués à partir de métaux rares (cobalt, nickel, manganèse, lithium) que l'UE importe et pour lesquels la Russie détient d'importantes parts de marché avec la capacité relative d'influencer leur développement. Moscou est le deuxième plus grand producteur de cobalt et le troisième plus grand producteur de nickel au monde. Le premier producteur européen de manganèse est l'Ukraine (huitième au monde), bien que cette production soit concentrée dans le Donbass, désormais perdu. Enfin, la Chine contrôle 46 % de la production mondiale de lithium. En outre, l'utilisation du GNL nord-américain (plus cher pour le consommateur final) et produit par fracturation hydraulique, ainsi que le temps nécessaire à la construction de nouveaux terminaux et la consommation considérable d'énergie pour le processus de transformation, sont également "écologiquement hostiles". 

Dans ce contexte, bien que Bruxelles tente de parler d'une seule voix, les intérêts de chaque pays restent différents, tout comme les sources d'énergie respectives. L'Allemagne et l'Italie sont très dépendantes du gaz ; la France s'appuie fortement sur l'énergie nucléaire ; les petits pays comme la Grèce, Chypre et Malte dépendent du pétrole.

40% des importations européennes de gaz proviennent de Russie, 18% de Norvège, 11% d'Algérie et 4,6% du Qatar. 30 % des combustibles fossiles proviennent de Russie [9]. Le remplacement des approvisionnements énergétiques russes n'est concevable qu'à long terme et, à court terme, le prix élevé des ressources pourrait entraîner des problèmes économiques et sociaux, même pour les pays qui n'importent pas directement de Moscou.

7b2d3d488007f549780ffff48b95d571.jpg

La soi-disant "crise du blé" mérite également quelques considérations finales. À cet égard, il convient de réaffirmer que le blocus ukrainien du blé ne représente pas un problème irrémédiable au niveau mondial. Selon les données de la FAO, le blé ukrainien représente 3,2% de la production mondiale.  En 2021, l'Ukraine était le huitième producteur mondial avec 25 millions de tonnes par an. Le premier producteur mondial est la Chine (134 millions), suivie de l'Inde (108) et de la Russie (86, premier exportateur mondial). Il convient de noter que l'UE dans son ensemble serait le deuxième producteur mondial avec 127 millions de tonnes. Cette crise n'affecterait donc théoriquement pas du tout l'Europe.

Les augmentations de prix (avant le conflit) ne sont pas proportionnelles à la pénurie de matières premières, mais sont le résultat d'une attente future, le produit de contrats dits "dérivés". Des parties qui n'ont rien à voir avec le blé (en dehors du circuit de production), utilisent en fait les titres dérivés à des fins de simple spéculation (par exemple, ils les achètent à 30 et les revendent à 40). Une pratique qui, jusqu'aux années 1990, était interdite sur ce type de marchandise par l'Organisation mondiale du commerce. Cependant, la libéralisation totale du secteur qui a suivi a permis l'utilisation de ces instruments de spéculation financière. Comme l'a déclaré le professeur Alessandro Volpi : "Le marché des céréales, comme le marché de l'énergie, vit sur une attente de tendances, avec des paris réels qui déterminent le prix. S'il y a un conflit, si chaque jour on nous rappelle que le blé ukrainien est bloqué, si de nouvelles restrictions de production sont annoncées, les paris seront à la hausse et les prix auront tendance à augmenter" [10].

La crise alimentaire est donc déconnectée du déroulement du conflit. En 2021, 44 pays souffraient déjà de pénuries alimentaires (33 en Afrique et 11 en Asie) [11]. La hausse des prix de l'énergie, des carburants et des céréales et la spéculation qui y est associée n'ont fait qu'aggraver une situation déjà problématique, qui conduira plus de 440 millions de personnes à souffrir de la faim dans les mois à venir, avec pour corollaire des migrations incontrôlées et la possible réouverture du "front" des OGM en Europe et dans le monde (ce n'est pas une coïncidence si les multinationales qui produisent des semences génétiquement modifiées sont les mêmes qui produisent des herbicides à base de glyphosate).

Ajoutez à cela le fait qu'un éventuel accord entre la Russie et la Turquie sur le déminage des ports ukrainiens (malgré les craintes de Kiev) et sur le transit des navires marchands en mer Noire coupera du "jeu alimentaire" les forces qui pensaient pouvoir l'utiliser comme une arme de pression humanitaire contre Moscou.

NOTES

[1] A. H. Cordesman, The longer-term impact of the Ukraine conflict and the growing importance of the civil side of the war, www.csis.org.

[2] Voir le rapport de l'OSCE intitulé War crimes of the armed forces and security forces of Ukraine : torture and inhuman treatment, www.osce.org. Elle déclare : "L'ampleur de l'utilisation de la torture et le fait que cela soit fait systématiquement prouvent que la torture est une stratégie intentionnelle desdites institutions, autorisée par leurs dirigeants". Ces institutions, précise le rapport, sont précisément les forces de sécurité ukrainiennes, la Garde nationale et ses milices associées. Le rapport précise également que le droit européen ne justifie en aucun cas la torture et ne prévoit aucune exception, même en cas de confrontation armée ou de menace pour la sécurité nationale.

[3] G. Gaiani, Premières indications (amères) de la guerre en Ukraine, www.analisidifesa.it.

[4] Le 9 juin, Moscou a déclaré avoir abattu 193 avions ukrainiens, 130 hélicoptères et plus de 1 000 drones. Le 19 juin, Kiev a affirmé avoir abattu 216 avions, 180 hélicoptères et 594 drones russes. Indépendamment des chiffres gonflés, il est néanmoins évident que dans le contexte de l'utilisation de systèmes anti-aériens S-300 et S-400 à longue portée et de systèmes anti-aériens portables dans des champs de bataille survolés à basse altitude par des hélicoptères, le nombre de pertes d'avions peut encore être élevé.

[5] Premières indications (amères) de la guerre en Ukraine, ibid.

[6] Voir la coopération des États-Unis avec l'Ukraine en matière de sécurité, www.state.gov.

[7] M. Bottarelli, L'utopie di chi spera nel GNL di USA, Africa e Israele, www.ilsussidiario.net.

[8] I. Dimitrova, L'UE et son secteur énergétique après l'Ukraine, www.eurasia-rivista.com.

[9] Ibid.

[10] Voir Crise du blé, ce n'est que de la spéculation, www.collettiva.it.

[11] Voir FAO : Record de production céréalière mondiale en 2021, www.askanews.it.

mardi, 14 juin 2022

L'UE et son secteur énergétique après l'Ukraine

more_renewables.jpg

L'UE et son secteur énergétique après l'Ukraine

Par Ivelina Dimitrova

Source: https://www.eurasia-rivista.com/leu-ed-il-suo-settore-energetico-dopo-lucraina/

Le conflit militaire en Ukraine a considérablement affecté non seulement les parties directement impliquées, mais aussi l'ensemble de l'Europe et, dans un sens, le monde entier, car il entraîne des changements généraux dans la structure économique, financière et géopolitique en place à l'échelle mondiale.

On s'attend généralement à ce que le conflit militaire et les sanctions que l'Occident et la Fédération de Russie s'imposent continuellement l'un à l'autre approfondissent la division et conduisent à la création d'un monde multipolaire, où quelques superpuissances diviseront le monde en régions, chacune d'entre elles dominant ses propres territoires géographiques d'influence. Cette théorie est particulièrement populaire parmi les groupes de réflexion analytiques russes, où elle a commencé à être discutée il y a plus de deux décennies (après le 11 septembre 2001, qui a été un tournant symbolique précédant la fin du monde contrôlé uniquement par les États-Unis).

Les analystes européens ont commencé à discuter de ce scénario plus tard et il n'a été présenté officiellement aux médias et au grand public qu'après le début du conflit en Ukraine. Le ministre russe des affaires étrangères lui-même, Sergueï Lavrov, lors de son premier voyage à l'étranger après le début du conflit, qui s'est déroulé, non par hasard, à Pékin, a annoncé que "la Russie et la Chine veulent un ordre mondial multipolaire, équitable et démocratique".

W020211027444112508931.jpg

On ne sait pas encore si ce scénario pour le développement du monde se réalisera ou non, mais certains points importants sont devenus clairs depuis lors et méritent d'être mentionnés. Tout d'abord, le conflit militaire entre la Russie et l'Ukraine, qui est par essence un conflit à un niveau bien plus profond que l'aspect militaire et qui oppose en fait la Russie et l'Occident, a conduit à un point de non-retour entre les parties impliquées. La situation actuelle est différente de celle qui prévalait lors de l'annexion de la Crimée quand, bien que tendues, les relations entre Moscou et l'Occident collectif ont réussi à se normaliser, notamment sous la présidence de Donald Trump. Aujourd'hui, la Russie a joué "va banque", c'est-à-dire a parié sur le "tout ou rien", et il est clair qu'il lui est impossible de revenir à la situation antérieure, notamment parce que Moscou ne le souhaite pas, comme le montrent ses actions. Une autre chose, qui est déjà claire, c'est que l'Occident collectif (le monde anglo-saxon et l'Union européenne) ne peut plus unir le reste du monde autour de ses positions. Ce qui est bon pour le monde occidental n'est pas nécessairement bon pour le reste du monde. Des régions telles que l'Amérique latine, l'Asie et l'Afrique n'étaient pas intéressées par l'imposition de sanctions à l'encontre de la Russie (car cela va à l'encontre de leurs intérêts économiques), pas plus qu'elles n'étaient intéressées ou impliquées dans le conflit militaire en Ukraine en général. Ce fait montre que le monde n'est déjà plus monopolistique et que le reste des régions du globe ose désormais exprimer des positions politiques différentes de celles de l'Occident. À l'avenir, cette tendance sera de plus en plus patente. Le troisième fait que ce conflit a montré est que le système financier tel qu'il existe actuellement va changer radicalement. La demande de Moscou de payer le gaz en roubles, la monnaie russe, montre que de nouvelles monnaies (y compris électroniques) vont gagner en popularité et que l'hégémonie absolue du pétrodollar touche à sa fin. Avec elle aussi la domination économique et politique de Washington.

gas-rusia-rublos.jpg

Et si le scénario d'un monde multipolaire divisé en régions se réalise, la seule question ouverte est la suivante : qui seront les nouvelles superpuissances et quelles seront leurs régions d'influence ? Pour l'instant, trois des superpuissances apparaissent assez clairement sur l'échiquier - les États-Unis, la Fédération de Russie et la Chine. Il est également très probable que l'Inde devienne une nouvelle superpuissance avec sa propre sphère d'influence.

La situation de la Grande-Bretagne est tout à fait incertaine. Le Brexit a montré que Londres avait de grandes aspirations à maintenir ses positions et sa ligne politique indépendante de Bruxelles pour lui permettre de faire partie des nouvelles grandes puissances. Cependant, la question est de savoir si elle y parviendra ou non: c'est encore bien incertain. Londres continue à avoir et à jouer un rôle important dans la région de l'Asie centrale, au Pakistan et en Turquie (le Grand Turan), mais il se trouve qu'elle n'a plus les mêmes positions en Inde.

Le sort de l'UE et la manière dont son projet se développera à l'avenir ne sont pas clairs non plus. D'une certaine manière, le premier signe que le monde change, et qui a dû être analysé en profondeur à Bruxelles, a été le Brexit.  La sortie de Londres a remis en question l'existence même de l'UE, l'essence de son avenir, le concept même du projet européen et a créé un précédent très dangereux. La fin de l'ère Merkel, qui était considérée comme une figure centrale de la politique européenne, a montré que, pour l'instant, l'UE n'a pas de leadership fort capable de donner des orientations politiques à tous les États membres.  Par conséquent, l'avenir de l'Europe après le conflit en Ukraine est plus incertain et plus vulnérable car on ne sait toujours pas si l'UE maintiendra sa relation étroite (et dans une certaine mesure sa dépendance) avec Washington, si elle deviendra plus indépendante et si elle conservera sa forme politique actuelle.

Cependant, quel que soit le monde après l'Ukraine, une chose est sûre pour l'instant : une fois de plus, après le printemps arabe au Moyen-Orient, le Vieux Continent est la région qui sera la plus touchée en raison de sa proximité avec la zone de conflit et de ses liens économiques étroits avec l'Ukraine et la Russie. Surtout, l'UE sera affectée économiquement en raison des sanctions imposées à et par la Russie. Il n'est pas exclu que, dans le pire des scénarios possibles de famine et de pénurie alimentaire (l'Ukraine et la Russie sont les principaux fournisseurs de céréales pour la région du Moyen-Orient et l'Afrique), l'Europe soit à nouveau frappée par des vagues de migration en provenance de ces régions. Mais même sans que ce sombre scénario ne se réalise, il existe un risque réel que dans le nouvel ordre mondial et le nouvel équilibre des pouvoirs, l'Europe soit potentiellement la grande perdante - tant sur le plan géopolitique qu'économique. Elle a également le plus à perdre étant donné que, jusqu'à présent, la qualité de vie sur le Vieux Continent est la plus élevée au monde.

Il ne fait aucun doute que l'un des plus grands défis et l'une des plus grandes préoccupations de l'UE après le conflit en Ukraine seront les approvisionnements en énergie eux-mêmes et la hausse des prix des ressources énergétiques entraînant une très forte inflation au niveau mondial et, de là, une crise économique structurelle. Certains des défis pour le secteur de l'énergie sont directement liés à la crise en Ukraine, alors que d'autres ne le sont pas. Et même si Bruxelles essaie de parler d'une seule voix en termes de politique énergétique contre la Russie, les intérêts des membres de l'UE dans le secteur de l'énergie sont très différents. Cela est dû au fait que l'impact économique des sanctions diffère d'un pays à l'autre. Par exemple, un pays comme l'Espagne sera beaucoup moins touché que la Bulgarie, car le premier est moins dépendant des approvisionnements énergétiques russes, alors que le second en est encore presque totalement dépendant. Pour cette raison, un regard plus détaillé sur la carte énergétique de l'Europe sera proposé afin d'esquisser des scénarios possibles de ce à quoi nous pouvons nous attendre.

Le tableau 1 montre la production d'électricité par habitant en Europe par type de combustible. Les données datent de 2013 et bien qu'il y ait quelques variations et changements une décennie plus tard, il est important de prendre ce tableau en considération alors que le resserrement des conditions économiques et les sanctions contre la Russie, principal fournisseur de ressources énergétiques de l'Europe, mettent en danger le Green Deal et la transition de l'Europe vers une économie à zéro émission. Au cours de la dernière décennie, l'UE a fait d'énormes progrès vers une économie verte et a considérablement augmenté la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique. Mais en période d'aggravation de la crise économique dans le monde, de montée en flèche des prix des ressources énergétiques et, de surcroît, de restrictions sévères imposées à son principal fournisseur d'énergie - l'Europe risque de revenir aux sources de production d'énergie d'avant la transition verte. En fait, les premiers signes sont déjà là : après avoir limité autant que possible les importations d'énergie en provenance de Russie et afin de compenser l'écart créé, certains pays ont annoncé leur intention de rouvrir la production d'énergie non verte. Par exemple, la plus grande économie d'Europe, l'Allemagne, après avoir fermé ses derniers réacteurs nucléaires et après le début du conflit en Ukraine, a annoncé qu'elle pourrait ne pas éliminer progressivement ses centrales électriques au charbon comme prévu initialement. Le pays fortement dépendant des importations de gaz en provenance de Russie a annoncé en mars 2022 qu'il créait des réserves stratégiques de charbon qui permettraient aux centrales électriques de fonctionner sans importations pendant 30 jours d'hiver [1].

Immagine1.png

Tableau 1; Source : https://ec.europa.eu/energy

Le Green Deal qui envisage une économie écologiquement neutre en Europe d'ici 2050 nécessite d'importants investissements dans les nouvelles technologies et la restructuration énergétique, qui, en période de conflits militaires, d'inflation élevée et de crise économique à venir, pourraient ne plus être disponibles. De nombreux pays de l'UE soutiennent l'Ukraine en lui fournissant une aide militaire et humanitaire. Les pays frontaliers tels que la Pologne, la Roumanie, la Bulgarie et la Slovaquie acceptent également un grand nombre de migrants ukrainiens, et les fonds destinés à la transition énergétique et aux innovations dans le secteur de l'énergie pourraient ne plus être disponibles, du moins dans un avenir proche. Plus encore en période de hausse des prix mondiaux des denrées alimentaires et des matières premières, une transition stricte vers l'émission zéro en Europe rendra les économies de l'UE non compétitives à l'échelle mondiale, car le coût de l'énergie pour la production en Europe deviendra encore plus élevé que dans le reste du monde. Enfin, quel serait l'impact écologique mondial si l'Europe devenait zéro émission mais que les régions environnantes comme le Moyen-Orient, la Russie, la Turquie et l'Afrique du Nord ne le faisaient pas ?

Le principal problème est que l'Europe, bien qu'augmentant sa part d'énergie renouvelable, reste très dépendante des importations d'énergie, notamment de la Russie. Les données de la Commission européenne [2] montrent que 40% des importations de gaz naturel de l'UE proviennent de Russie, 18% de Norvège, 11% d'Algérie et seulement 4,6% du Qatar. Mais l'Europe est également très dépendante de la Russie pour l'importation de combustibles fossiles et de pétrole (environ 30 % des importations totales proviennent de là). C'est une dépendance qui pourrait être surmontée et remplacée à long terme, mais pas à court terme, sinon l'UE elle-même risque une catastrophe économique. En bref, l'Europe pourrait remplacer les approvisionnements énergétiques en provenance de la Russie, mais pas immédiatement et on ne sait pas encore quel prix social les Européens devront payer pour cela.

carte6.png

Tableau 2 ; Source : Eurostat, mai 2020

En réalité, malgré toutes les intentions et stratégies de transition énergétique pour la période de 1990 à 2020, l'UE en général a maintenu les mêmes niveaux d'importations d'énergie malgré la forte augmentation de la part des énergies renouvelables. Cela est dû au fait que, dans l'intention de devenir plus verts, de nombreux pays ont fermé leurs secteurs énergétiques à forte intensité de carbone, mais comme ils ne pouvaient pas compenser immédiatement cette fermeture par des énergies renouvelables, ils l'ont compensée par des importations, paradoxalement principalement en provenance de Russie. Le tableau 2 du "Statistical pocketbook for 2020" de la Commission européenne montre les importations des principaux carburants en Europe pour la longue période de 1990 à 2018.

En outre, la dépendance de l'UE à l'égard des importations de gaz naturel a considérablement augmenté entre 1990 et 2018, tandis que les importations de combustibles fossiles et de pétrole sont restées pratiquement inchangées. Et même si la part des importations de ressources énergétiques a diminué pour certains pays en raison de l'augmentation de la production d'énergies renouvelables, la dépendance moyenne pour l'ensemble de l'UE reste considérable. Certains pays comme l'Italie ont diminué leur dépendance aux importations d'énergie, d'autres comme l'Allemagne sont devenus plus dépendants de ces importations.

Les données du tableau 3 [3], établies à partir des statistiques d'Eurostat, confirment unanimement ce qui a été dit précédemment, à savoir que l'Europe a largement remplacé sa production d'énergie par des importations au cours des deux dernières décennies. La transition vers les énergies renouvelables est importante mais encore loin d'être suffisante pour assurer le fonctionnement de l'économie européenne et, en période de crise économique, la mise en œuvre des innovations et des nouvelles technologies peut finir par être ralentie en raison d'un manque de ressources financières.

carte5.png

Tableau 3; Source : Eurostat

Selon les données d'Eurostat [4], en 2020, l'Union européenne a produit 42 % de son énergie (contre 40 % en 2019) et le reste a été importé. La baisse des importations est due à la crise de Covid et au ralentissement des économies européennes. Le bouquet énergétique de l'ensemble de l'UE est composé de cinq grands types de combustibles : les produits pétroliers, dont le pétrole brut qui représente 35 % du total (près de 30 % est importé de Russie), le gaz naturel représente 24 % du bouquet énergétique total (près de 40 % est importé de Russie), les énergies renouvelables 17 % du bouquet énergétique européen total, l'énergie nucléaire environ 13 % et les combustibles fossiles solides 12 %.

Comme mentionné plus haut, un point important qui empêche Bruxelles de parler d'une seule voix est que les sources d'énergie dans les mix énergétiques varient largement entre les pays, de sorte que chaque pays sera affecté différemment par la situation actuelle et les sanctions contre Moscou. Par exemple, l'Allemagne, malgré l'augmentation des énergies renouvelables, reste fortement dépendante des combustibles fossiles et du gaz naturel (importé à 97%) ; des pays comme Chypre et Malte sont dépendants du pétrole brut, l'Italie et les Pays-Bas sont fortement dépendants du gaz naturel (40% et 38% respectivement) ; le mix énergétique de la France est composé à 41% d'énergie nucléaire ; la Suède et la Lettonie ont la plus grande part d'énergies renouvelables 49% et 40% et la Pologne et l'Estonie sont toujours dépendantes des combustibles fossiles. Il est évident que les pays qui ont une part considérable de gaz naturel, de pétrole et de combustibles fossiles dans leur mix énergétique seront les plus touchés. Même s'ils n'importent pas de Russie, les restrictions russes à l'importation et la demande accrue de ces produits sur le marché international entraîneront une augmentation significative des prix qui aura des conséquences économiques et sociales.

Prenons à nouveau l'exemple de l'Allemagne, qui a été l'un des moteurs du "green deal" européen et dans ce rôle, elle a prévu d'éliminer les combustibles fossiles de son mix énergétique d'ici 2045 ; le gaz naturel était donc considéré comme un pont dans cette transition. Maintenant, avec l'incertitude sur le sort des approvisionnements en provenance de la Russie, Berlin discute des options pour construire des terminaux GNL afin de livrer du gaz provenant de différents fournisseurs, car d'autres pays voisins comme la France, les Pays-Bas et la Belgique possèdent déjà de tels terminaux. Selon les informations de la Commission européenne, les importations de GNL représentaient 20 % des importations totales de gaz de l'UE en 2021, dont la demande est d'environ 400 milliards de m3 par an, ce qui fait de l'Europe le plus grand importateur de gaz au monde. La capacité totale d'importation de GNL de l'UE est d'environ 157 bcm par an et les plus grands importateurs de GNL en Europe sont l'Espagne (21,3 bcm), la France (18,3 bcm), l'Italie (9,3 bcm), les Pays-Bas (8,7 bcm) et la Belgique (6,5 bcm).

Toutefois, le GNL a une empreinte écologique plus importante que le gazoduc ; les processus de refroidissement, de transport et de liquéfaction nécessitent également beaucoup d'énergie. Une autre préoccupation qui déplaît aux organisations environnementales est le fait que le GNL en provenance des États-Unis est basé sur la technologie de fracturation, considérée comme écologiquement hostile et donc interdite dans de nombreux pays européens. Un point positif de l'infrastructure GNL est qu'elle pourrait être utilisée pour la production d'hydrogène lorsque cette technologie sera développée et mise en œuvre pour une utilisation de masse. Cependant, il ne faut pas sous-estimer le coût de la mise en œuvre des futures technologies de l'hydrogène et le coût de la construction des terminaux GNL à l'heure actuelle. En outre, certaines régions du continent européen telles que le Sud-Est, l'Europe centrale et orientale et la Baltique ne disposent pas encore d'une infrastructure développée pour le GNL, ce qui nécessitera des investissements supplémentaires. La principale préoccupation des utilisateurs finaux de gaz et des gouvernements est que le GNL peut être sensiblement plus cher pour le consommateur final. C'est notamment un problème pour les pays d'Europe de l'Est où la pauvreté énergétique (les consommateurs qui, pour des raisons financières, ne peuvent pas se permettre de payer leurs factures ou ne peuvent pas chauffer leur maison à une température adéquate) est assez répandue. Cependant, malgré ses inconvénients et ses coûts, compte tenu de la situation énergétique actuelle en Europe, la construction de terminaux GNL est une option à planifier et à développer, bien qu'à un prix plus élevé.

Le secteur des énergies renouvelables présente lui-même certaines spécificités qui doivent être analysées plus en profondeur afin que ce secteur ne reste pas bloqué dans cette période difficile. Quand on parle d'énergie renouvelable produite à partir du soleil, du vent ou de l'eau, il faut considérer que chaque pays a des spécificités géographiques qui le rendent moins ou plus apte à développer tel ou tel type d'énergie renouvelable. Par exemple, certains pays ont plus de soleil, d'autres plus de vent ou de ressources en eau et d'autres encore n'en ont pas. Les technologies telles que l'hydrogène pour la production d'énergie doivent encore être développées pour se généraliser en Europe à un prix acceptable. Un autre défi considérable pour le secteur des énergies renouvelables dans l'UE, s'il doit compenser partiellement l'approvisionnement en énergie russe, est le fait que les technologies de stockage de l'énergie doivent être développées et mises en œuvre rapidement, sinon les énergies renouvelables ne sont pas compétitives. Le plus grand inconvénient est que sa production n'est pas stable au cours de la journée et au fil des saisons et qu'il faut donc développer des installations de stockage pour équilibrer, ce qui n'est pas le cas pour l'instant. Le manque d'infrastructures pour le transport et la disponibilité de l'énergie provenant de sources renouvelables est également un problème considérable pour la plupart des pays.

Un autre défi considérable est que la plupart des matériaux utilisés pour la production des technologies d'énergie renouvelable, comme les panneaux solaires, les batteries de stockage, les voitures électriques, sont fabriqués à partir de métaux rares et coûteux que l'Europe importe. Cela signifie, encore une fois d'une manière ou d'une autre, en fonction de facteurs externes. Parmi les métaux clés pour les économies à faible émission de carbone figurent le lithium, le nickel, le cobalt, le manganèse et le cuivre. Ainsi, au lieu d'être à forte intensité de carbone, l'économie européenne peut devenir à forte intensité de métaux, ce qui permet de contenir le risque que le monde connaisse des pénuries de certains d'entre eux dans un avenir proche.

Les graphiques de certains des métaux les plus demandés pour les technologies des énergies renouvelables (ces graphiques ne représentent pas tous les métaux utilisés et nécessaires dans les nouvelles technologies) montrent que les tendances ne sont pas en faveur de l'Europe car elle ne possède pas de réserves substantielles de ces ressources.

Les tableaux suivants montrent où se trouvent les plus grandes réserves de matières premières nécessaires à la production de technologies d'énergie renouvelable[5].

Les pays possédant les plus grandes réserves de cobalt, de lithium et de métaux de terres rares sont indiqués sur les cartes.

carte4.png

Tableau 4; Source : www.carbonbrief.org

carte3.png

Tableau 5; Source : www.carbonbrief.org

carte2.png

Tableau 6; Source : www.carbonbrief.org

Les graphiques sont loin d'être détaillés et n'incluent pas tous les métaux utilisés dans les technologies renouvelables, mais ils montrent clairement le risque potentiel que l'UE échange une dépendance contre une autre. Par exemple, elle pourrait réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie et augmenter sa dépendance vis-à-vis des importations de métaux en provenance de pays tels que la République démocratique du Congo ou la Chine. Cela reviendrait à répéter la situation qui s'est produite au cours des deux dernières décennies : de nombreux pays européens ont fermé leurs secteurs énergétiques à forte intensité de carbone mais ont augmenté leur dépendance à l'égard des importations d'énergie en provenance de Russie. Si elle n'est pas étudiée en détail, l'histoire risque de se répéter également avec les énergies renouvelables. Il faut également tenir compte du fait que la Russie détient une part très importante des métaux rares utilisés dans les technologies des énergies renouvelables.

Le dernier, mais non le moindre, des défis auxquels sont confrontées les énergies renouvelables est que le recyclage des métaux usagés n'est pas encore bien étudié et développé. Certains métaux peuvent être recyclés alors que d'autres, comme les métaux rares, ne le sont pas encore. Par conséquent, le recyclage ou le stockage des batteries au lithium, des panneaux solaires et d'autres technologies doit encore être amélioré, ce qui signifie davantage de coûts et d'investissements dans cette direction.

La transition d'une économie à forte intensité de carbone vers une économie à forte intensité de métaux recèle sans aucun doute de nombreux risques, vulnérabilités et empreintes écologiques à côté des avantages que nous connaissons déjà. Et l'Europe doit évaluer à l'avance les vulnérabilités et les dépendances auxquelles elle serait exposée sur la voie du Green Deal.

Carte1.png

Tableau 7; Source : www.world-nuclear.org

L'énergie nucléaire, et en particulier le développement de réacteurs nucléaires de petite et moyenne taille, pourrait être une option acceptable pour de nombreux pays de l'UE, notamment ceux qui possèdent déjà des centrales nucléaires, car ils disposent du savoir-faire et de la capacité technologique pour la mettre en œuvre plus rapidement. L'énergie nucléaire, contrairement aux énergies renouvelables, est très stable à tout moment de l'année et de la journée et, en ce sens, pourrait équilibrer l'énergie provenant de sources renouvelables qui dépend de nombreux facteurs externes tels que le climat. De nombreux pays du Moyen-Orient, dont les plus grands producteurs mondiaux de pétrole et de gaz, ont commencé à construire des centrales nucléaires pour équilibrer leur mix énergétique. Dans l'UE, selon les statistiques d'Eurostat, les centrales nucléaires ont généré environ 24 % de l'électricité totale en 2020, bien que, en raison des problèmes de sécurité et dans le contexte de la transition vers le Green Deal, la tendance soit à la diminution de ce type d'énergie. Actuellement, 13 pays de l'UE ont des centrales nucléaires en activité et pour ceux qui en ont, et pour l'Europe dans son ensemble, les centrales nucléaires pourraient être une solution permettant d'atténuer partiellement la crise de l'approvisionnement énergétique. Les normes de sécurité en Europe sont parmi les plus élevées au monde, et en s'y conformant, l'énergie nucléaire pourrait aider l'Europe dans la situation extrême dans laquelle elle se trouve actuellement.

Le secteur européen de l'énergie avait de nombreux défis à relever dans le cadre de la transition vers le Green Deal et en a deux fois plus aujourd'hui avec le conflit en cours avec la Russie et la montée en flèche des prix des ressources énergétiques dans le monde. On ne sait toujours pas comment se dérouleront les livraisons d'énergie en provenance de Russie, notamment pendant la prochaine saison hivernale. La stabilité sociale et économique du vieux continent est mise en danger en cas de pénurie d'énergie.

Dans cette situation extrême, l'Europe doit rechercher toutes les solutions alternatives pour devenir plus indépendante des importations d'énergie et maintenir la compétitivité de son économie. La transition vers le Green Deal ne doit pas se faire maintenant à n'importe quel prix, mais seulement après une évaluation claire du prix économique et social que les Européens doivent payer pour cela. Dans le contexte des nouveaux équilibres géopolitiques, il est plus important que jamais que l'Europe reste unie, ce n'est qu'à cette condition qu'elle pourra maintenir son importance géopolitique sur la scène mondiale. Mais pour préserver l'Union, Bruxelles doit tenir compte des nouvelles réalités. Les États membres de l'UE sont différents, leur potentiel économique est différent, leurs secteurs énergétiques sont différents, et les intérêts de tous les pays doivent être pris en compte. L'imposition unilatérale du pouvoir par Bruxelles ou la centralisation imposant la volonté des eurobureaucrates de Bruxelles ne fera qu'accroître le scepticisme européen parmi les gouvernements et les citoyens européens.

Plus que jamais, il est important que l'UE élabore son concept d'existence dans le nouveau monde sur la base des intérêts des citoyens européens. Plus que jamais, Bruxelles doit donner la priorité au bien-être économique et social de ses citoyens.  Pour la définition du nouveau rôle et des piliers conceptuels de l'Union, l'Europe a besoin d'une nouvelle philosophie existentielle.  Aujourd'hui plus que jamais, la voix des groupes de réflexion analytiques nationaux, des enseignants universitaires et des scientifiques doit être entendue par les politiciens, tant au niveau national qu'à Bruxelles. En ces temps de turbulences, il convient d'écouter et d'analyser attentivement les différentes opinions en Europe et à Bruxelles, sans oublier que l'anglais n'est plus qu'une langue de convenance dans l'Union.

NOTES:

[1] Euractiv.com, Germany reactivates coal power plants amid Russian gas supply threats, Nikolaus J. Kurmayer, 9 mars 2022, https://www.euractiv.com.

[2] Commission européenne, Direction générale de l'énergie, L'énergie dans l'UE en chiffres : le pocketbook statistique 2020, Office des publications, 2020, https://data.europa.eu/doi/10.2833/29877.

[3] Commission européenne, Direction générale de l'énergie, L'énergie dans l'UE en chiffres : le pocketbook statistique 2020, Office des publications, 2020, https://data.europa.eu/doi/10.2833/29877.

[4] Commission européenne, https://ec.europa.eu/eurostat/cache/infographs/energy/bloc-2a.html?msclkid=da2575f2cf6111ec9aa87e67219bcc8d

[5] https://www.carbonbrief.org/explainer-these-six-metals-ar...

lundi, 13 juin 2022

Les guerres énergétique et alimentaire se retournent l'une contre l'autre et mettent Biden au pied du mur

SM6XE7SU2ZLAPB2XPHYUMAAG4Y.jpg

Les guerres énergétique et alimentaire se retournent l'une contre l'autre et mettent Biden au pied du mur

Par Alfredo Jalife Rahme

Source: KontraInfo / https://noticiasholisticas.com.ar/las-guerras-energetica-y-alimentaria-se-retroalimentan-y-ponen-a-biden-contra-la-pared-por-alfredo-jalife-rahme/

La Russie gagne la "guerre économique" (https://bit.ly/3xohBsg) que lui imposent les États-Unis et l'OTAN - qui contrôlent une Union européenne (UE) méconnaissable - alors que les prix du pétrole et du gaz ont grimpé en flèche jusqu'en des hauteurs stratosphèriques, tandis que le rouble, désormais la monnaie la plus puissante du monde, s'échange à moins de 61 pour un dollar.

Le Wall Street Journal fait une excellente remarque : "Ne riez pas (sic) : La Maison Blanche veut fabriquer des panneaux solaires et des bombes thermiques pour arrêter Vladimir Poutine" (https://on.wsj.com/3GTQxo5).

Biden rend la guerre de Poutine en Ukraine responsable de son "urgence énergétique" - qui met en péril l'approvisionnement en électricité cinq mois avant les élections de mi-mandat - par le biais de l'amendement de la production de défense, exhumé depuis la guerre contre la Corée, pour stimuler les panneaux solaires et autres "énergies propres" (https://bit.ly/3tjoaKg). Le problème des "énergies renouvelables" - solaire (note : les trois quarts de leurs modules proviennent d'Asie du Sud-Est) et éolienne - est leur caractéristique "intermittente" qui dépend des caprices de la météo.

energie-eolienne-solaire.jpg

M. Biden rend également Poutine responsable de la hausse imparable des prix de l'essence, de l'inflation la plus élevée depuis 40 ans et de la crise alimentaire mondiale en cours. Jusqu'à présent, il ne l'a pas rendu responsable de la crise surréaliste des "aliments pour bébés" aux États-Unis.

Puisque nous utilisons ici la méthode dialectique, il vaut la peine d'écouter le point de vue du président Poutine qui, dans une interview à Rossiya 1 TV, a mis à nu la manipulation financière de Wall Street derrière la crise alimentaire, bien avant son "opération militaire" en Ukraine : "la masse monétaire aux États-Unis a augmenté de 59.000 milliards de dollars en moins de deux ans, de février 2020 à fin 2021, avec une productivité (sic) sans précédent des machines à imprimer l'argent" alors que le "taux de liquidité total a augmenté de 38,6 %".

M. Poutine estime qu'il s'agit d'une "erreur des autorités économiques et financières américaines, qui n'a rien à voir avec les actions de la Russie en Ukraine, il n'y a pas la moindre corrélation".

7c7b0f_d3e806cab65548ef8626b49d3db9a746mv2-bb.jpeg

Poutine est manifestement bien conseillé par Sergey Glazyev (photo), un économiste russe réputé, dont les théories sur "l'économie physique" qui l'emporte sur "l'économie financière spéculative" du duo anglo-saxon de Wall Street et de la City (Londres), et dont les travaux récents méritent d'être consultés.

Selon Poutine, l'impression dérégulée de la masse monétaire par Wall Street "a été la première étape - immense - vers la situation alimentaire défavorable actuelle" qui a "explosé immédiatement". Et Poutine n'aborde pas la manipulation du cartel alimentaire anglo-saxon, le fameux ABCD : ADM-Bunge-Cargill-Dreyfus (https://bit.ly/3Q5ohmv).

Il a également critiqué les politiques européennes en matière d'"énergie verte", qui ont exagéré les capacités des "énergies alternatives", lesquelles ne peuvent être produites "dans les quantités requises, avec la qualité requise et à des prix acceptables", alors que "dans le même temps, elles ont commencé à éclipser l'importance des types d'énergie conventionnels, y compris, surtout, les hydrocarbures".

Poutine en déduit que le résultat de tout cela est que "les banques ont cessé d'émettre des prêts (...) Les compagnies d'assurance ont cessé de garantir les règlements. Les autorités locales ont cessé de garantir les contrats, d'attribuer des parcelles de terrain pour étendre la production, et ont réduit la construction de transports spéciaux, y compris les pipelines. Tout cela a conduit à une pénurie d'investissements énergétiques et à une flambée des prix : "Les vents n'ont pas été aussi forts que prévu l'année dernière, l'hiver a été retardé et les prix ont augmenté instantanément, et avec la hausse des prix du gaz est venue une hausse des prix des engrais", que les "Anglo-Saxons" ont aggravée en "imposant des sanctions sur les engrais russes".

La morosité qui plane sur la Maison Blanche est désormais compréhensible, selon le site Internet Politico (https://politi.co/3xz7UaR).

https://alfredojalife.com

Facebook : AlfredoJalife

Vk : alfredojalifeoficial

Télégramme : https://t.me/AJalife

https://www.youtube.com/channel/UClfxfOThZDPL_c0Ld7psDsw?view_as=subscriber

Tiktok : ZM8KnkKQn/

Podcast : 3uqpT1y

 

dimanche, 29 mai 2022

L'Europe à l'ombre de la guerre: inflation galopante, prix des services publics faramineux

EU-inflation.jpg

L'Europe à l'ombre de la guerre: inflation galopante, prix des services publics faramineux

Un bilan par le journal hongrois Magyar Nemzet

Ex: https://magyarnemzet.hu/kulfold/2022/05/europa-a-haboru-arnyekaban-elszabadult-az-inflacio-egekben-a-rezsiarak

L'Europe à l'ombre de la guerre : l'inflation est incontrôlable, les prix des logements montent en flèche

La guerre en Ukraine et la politique de sanctions contre la Russie ont de graves conséquences pour les pays européens, avec une baisse significative du niveau de vie. Le centre d'information MediaWORKS a publié une série d'articles explorant les effets de la guerre jusqu'à présent et ceux qui risquent de se faire sentir dans un avenir proche. Dans la première partie, nous analysons le déchaînement sans précédent de l'inflation et la multiplication des frais généraux en Europe à la suite de la forte hausse des prix des matières premières.

Un conflit de guerre peut à lui seul causer des dommages à l'économie mondiale, mais surtout aux pays situés dans la région du conflit militaire. C'est particulièrement vrai dans le cas de la guerre Russie-Ukraine, qui oppose deux pays riches en ressources. La situation géographique de la Russie et son statut de grande puissance amplifient l'impact économique du conflit. De plus, les conséquences économiques négatives pour l'ensemble du continent européen sont considérablement exacerbées par la politique de sanctions de l'Union européenne et des États-Unis.

Voyons ce que cela signifie en chiffres concrets, et comment les actions de l'UE, motivées par la politique et l'idéologie, affectent le niveau de vie des Européens. L'inflation est l'un des facteurs qui se ressentent immédiatement dans la vie quotidienne. 

Le taux d'inflation annuel de la zone euro a été de 7,4% en mars. C'est en Estonie que l'inflation est la plus élevée, avec une hausse des prix de 19,1 % en glissement annuel en avril, mais une forte inflation - supérieure à celle de la Hongrie - touche également la Lituanie, la République tchèque, la Lettonie, la Bulgarie, la Roumanie, la Pologne, les Pays-Bas et la Slovaquie.

Des records d'inflation sont battus

L'inflation dans la zone euro s'est accélérée pour atteindre un nouveau record à la fin du mois d'avril, lorsque le taux annuel a atteint 7,5 % contre 7,4 % en mars. L'accélération du rythme de la détérioration monétaire est due à la hausse des prix des matières premières en raison de la guerre en Ukraine et des sanctions contre la Russie, selon les données préliminaires publiées par Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, fin avril.

infographie-visactu-1595258341.jpg

L'inflation dans la zone euro est désormais plus de trois fois supérieure à l'objectif précédent de la Banque centrale européenne, à savoir deux pour cent.

Le rapport montre que les prix des produits alimentaires, de l'alcool et du tabac ont augmenté plus rapidement dans la zone euro ce mois-ci, passant de 5% en mars à 6,4% en avril. Entre-temps, les biens industriels non énergétiques ont augmenté de 3,8 % après 3,4 % au troisième mois, et le prix des services a augmenté de 3,3 %, après une hausse de 2,7 % le mois précédent. La croissance annuelle des prix de l'énergie, quant à elle, a ralenti mais est restée extrêmement élevée, à 38 % en avril contre 44,4 % en mars, selon le résumé d'Eurostat. Hors énergie, l'inflation dans les pays étudiés est passée de 3,4 % en mars à 4,2 %, tandis qu'en excluant l'énergie, les denrées alimentaires et les produits de luxe, l'indice des prix à la consommation a atteint 3,5 % à Pâques, contre 2,9 % le mois précédent.

L'épidémie de Covid et la guerre en Ukraine, entre autres facteurs, ont contribué à cette détérioration.

Les gens ressentent les effets de la hausse des prix

Le taux d'inflation a battu de vieux records dans toute l'Europe. En Autriche, la dépréciation monétaire a atteint 7,2 % en avril. Il s'agit du taux d'inflation le plus élevé en Autriche depuis l'automne 1981. Les gens ressentent les effets de la hausse des prix sur leur propre peau. Selon un sondage réalisé à l'époque, 92 % des personnes interrogées ont déclaré que le prix des denrées alimentaires de base avait augmenté de manière significative.

Trente pour cent des personnes envisagent de modifier leurs habitudes d'achat en conséquence. 75 % pensent qu'il est très important de n'acheter qu'en cas d'offre spéciale, tandis que 59 % pensent qu'ils chercheront une alternative moins chère à la marque à laquelle ils sont habitués.

L'inflation en Espagne est la pire depuis 1985. Fin mars, le gouvernement espagnol a été contraint d'assouplir les conditions d'importation de maïs après que 30 % du maïs destiné à l'alimentation animale ait été importé d'Ukraine, laissant les stocks épuisés par la guerre. Outre les cultures vivrières et fourragères, le prix du gaz et de l'électricité a également augmenté.

L'inflation en Croatie était de 9,4 % en avril. Selon l'Institut national des statistiques, il s'agit de la plus forte dépréciation monétaire depuis l'indépendance du pays. Les derniers chiffres constituent un record absolu pour le pays adriatique. Le record croate était de 8,4 % en juillet 2008. Ceci a maintenant été battu.

La Grèce a organisé une grève nationale le 6 avril en raison de l'inflation, qui, selon les habitants, n'a pas été favorisée par les efforts déployés par le gouvernement pour alléger le fardeau de la hausse des prix de l'énergie grâce à des subventions de quelque 3,7 milliards d'euros depuis septembre. 

taux-dinflation-mars-2022.png

20220521_DE_US.jpg

En dehors de l'UE, la situation n'est pas meilleure au Royaume-Uni. Dans son édition du 21 mai, l'hebdomadaire The Economist rapporte que le taux d'inflation annuel du Royaume-Uni a atteint 9 % en avril, soit l'une des plus fortes augmentations depuis 40 ans. Cela donne au Royaume-Uni le taux d'inflation le plus élevé parmi les pays du G7. Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Andrew Barley, a déclaré que les hausses "apocalyptiques" des prix des denrées alimentaires étaient à blâmer en tant que facteur externe de l'inflation, mais The Economist note que la hausse des prix de l'énergie était principalement responsable de la flambée de l'inflation britannique. 

Des frais généraux élevés

Aux Pays-Bas, les frais généraux ont augmenté de 86 % en avril en raison de la hausse des prix de l'électricité et du gaz naturel. En Estonie, l'augmentation des frais généraux était d'environ 60 % à la mi-mai, sous l'effet d'une hausse de 34 % des loyers, en plus du triplement des prix du gaz naturel. En Lettonie, le prix du gaz naturel domestique avait augmenté de près de cinq fois et demie en un an à la mi-mai, et l'électricité était presque quatre fois plus chère en avril de cette année qu'un an auparavant. En parallèle, les loyers ont augmenté de 32 %. Tout cela a entraîné une augmentation des frais généraux moyens de 335 % en Lettonie, selon les chiffres officiels. En Lituanie, une multiplication par cinq du prix du gaz s'est traduite par une hausse de 38 % des frais généraux moyens à la mi-mai.

En Roumanie, les frais généraux des ménages ont augmenté de 65 % en moyenne à la mi-mai. L'électricité a augmenté de 60 %, tandis que le prix du gaz a augmenté jusqu'à 300 %, selon le fournisseur.

Handschuh_2014.jpgLa hausse des prix de l'énergie est donc un casse-tête majeur dans la plupart des pays européens. Alexander Handschuh (photo), de l'Association des villes et municipalités allemandes, a déclaré que la réduction de la durée de l'éclairage des rues était l'une des idées envisagées par les villes à la mi-mai. Mais de nombreuses villes et communes n'ont d'autre choix que de réduire encore l'éclairage public, selon une enquête de l'agence de presse allemande DPA. À Weimar, dans l'est du pays, il est prévu d'allumer les lampadaires une demi-heure plus tard et de les éteindre une demi-heure plus tôt à partir du 1er juin. Dans le même temps, les responsables de la ville de Mayence, dans l'ouest du pays, prévoient de réduire davantage l'éclairage public sur les chemins piétonniers et les pistes cyclables, après que l'éclairage public ait été réduit de 50 % dans certaines zones. Dans la ville de Darmstadt, l'éclairage public est atténué et éclairé lorsque les routes sont utilisées, grâce à la technologie des capteurs. Jusqu'à la moitié des coûts d'électricité des villes sont consacrés à l'éclairage des rues, a récemment annoncé le ministère des affaires économiques du Land de Hesse. La raison en est que les prix de l'énergie en Allemagne ont augmenté progressivement depuis le début de la guerre en Ukraine en février.

Le gouvernement italien limite à la fois la climatisation et le chauffage

Des centaines de milliers de personnes en Italie ont manifesté fin mars parce que 200.000 familles de la Vénétie, la région la plus riche du pays, sont incapables de payer leurs factures de services publics. Le gouvernement fournit 20 milliards d'euros pour aider les familles à faible revenu à faire face à l'augmentation des factures de services publics et propose également des paiements échelonnés, mais cela ne suffit pas pour aider certaines familles et petites entreprises, qui ont également été touchées par les effets de l'épidémie, à faire face à la hausse des prix.

La climatisation dans les écoles et autres bâtiments publics en Italie sera interdite à partir de mai à des températures inférieures à 25 degrés Celsius. Le Premier ministre Mario Draghi a ironiquement décrit la climatisation comme un exemple de ce que les Italiens pourraient avoir à sacrifier en échange de la paix en Ukraine. En effet, la température intérieure des bâtiments publics ne doit pas dépasser 19 degrés Celsius en hiver. La restriction sera en vigueur jusqu'au 31 mars, bien que l'on ne sache pas encore comment la consommation sera contrôlée. Les contrevenants s'exposent à des amendes de 500 à 3000 euros. La mesure ne s'applique pas aux hôpitaux, mais pourrait être étendue aux maisons privées à terme.

Le gouvernement espagnol a été contraint de geler les prix de l'électricité en raison du rythme de la détérioration financière. C'est nécessaire, car des milliers de personnes à travers le pays ont protesté contre les hausses de prix brutales. Plusieurs organisations espagnoles ont appelé à des manifestations à la mi-mars pour faire baisser les prix, protéger l'emploi et arrêter la détérioration des conditions de vie. Les organisateurs ont exigé que le gouvernement et l'Union européenne agissent pour freiner les hausses folles des prix et réformer le système de tarification de l'électricité afin que les ménages et les entreprises paient en fonction de leur consommation réelle.

Nous utiliserons les revenus des bénéfices supplémentaires pour protéger les emplois, les pensions, le soutien aux familles et maintenir les réductions des factures de services publics, ainsi que pour préserver la sécurité", a écrit le ministre d'État László György.

Une enquête choquante sur le peuple britannique

Trois Britanniques sur cinq ont été contraints d'éteindre leur chauffage en raison des prix élevés du gaz, selon un sondage Ipsos publié à la mi-mai. L'enquête révèle des résultats choquants, disent-ils.

-1xgaspbt-1.pngElle a souligné qu'un quart des Britanniques sont contraints de manquer un repas par jour en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires, et que trois Britanniques sur cinq ont été contraints d'éteindre leur chauffage en raison des prix élevés du gaz.

Plus d'un quart des Britanniques ont annulé leur abonnement à la télévision par câble ou à un service de streaming (HBO, Netflix), et plus de la moitié des gens ont réduit leurs dépenses de divertissement. L'enquête a également révélé que l'augmentation du coût de la vie est surtout ressentie par les personnes dont les revenus sont les plus faibles selon les normes britanniques. Plus de la moitié des personnes gagnant moins de 20.000 £ par an étaient très inquiètes du coût de la vie au cours des six prochains mois.  Au Royaume-Uni, de nombreuses personnes sont contraintes de chauffer moins afin de réduire le coût de leur facture de gaz.

L'augmentation moyenne des frais généraux cette année a été de 700 £ (320 000 forints). Cette évolution a été favorisée par une augmentation de 54 % du plafond des prix en avril, d'autres augmentations étant prévues en octobre. Le sondage a révélé que près d'un Britannique sur cinq a été contraint de contracter un prêt pour couvrir ses frais de subsistance quotidiens.

lundi, 23 mai 2022

Mythes et réalités de l'économie verte

3d247374f3_50173013_e-nergie-verte-e-oliennes.jpg

Mythes et réalités de l'économie verte

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/en/article/myths-and-realities-green-...

Pourquoi les sources d'énergie "écologiques" ne sont pas écologiques, et autres aspects de la décarbonisation

L'UE et les États-Unis, ainsi que de nombreux autres pays, promeuvent depuis longtemps le thème de l'énergie écologique, qui est générée par des systèmes modernes allant des générateurs éoliens et solaires aux turbines sous-marines qui exploitent les marées. Cette approche se fonde sur l'Accord de Paris, selon lequel il est nécessaire de réduire les émissions de dioxyde de carbone. Et récemment, l'énergie verte a été stimulée par la dépendance aux vecteurs énergétiques russes - pétrole et gaz.

Le 14 juillet 2021, la Commission européenne a lancé son prochain paquet, qui comprend un large éventail de propositions législatives visant à obtenir une réduction nette des émissions de gaz à effet de serre dans l'UE d'au moins 55 % par rapport aux niveaux de 1990 d'ici 2030.

La révision de la directive sur les énergies renouvelables fait partie de cet ensemble de propositions interdépendantes. Il est prévu que l'ensemble du paquet soit adopté et entre en vigueur d'ici 2023, ce qui ne laisse que sept ans pour sa mise en œuvre.

Récemment, le Conseil européen s'est également engagé à abandonner la dépendance de l'UE vis-à-vis des importations de gaz, de pétrole et de charbon russes dès que possible, et maintenant la Commission européenne a été chargée d'élaborer un plan de mise en œuvre détaillé d'ici la fin mai 2022. La tâche est double : prendre des mesures immédiates pour l'hiver prochain et pour les 2 ou 3 prochaines années (économies d'énergie, diversification des approvisionnements en gaz, etc.) et prendre des mesures structurelles en révisant la stratégie pour la période allant jusqu'à 2030, en accordant une attention particulière à la réduction de la consommation d'énergie et à l'investissement dans des alternatives à faible émission de carbone, y compris les sources d'énergie renouvelables.

Mais selon une étude réalisée par l'Institut français des relations internationales, il existe des écarts importants entre la théorie de l'énergie verte et les praticiens. Il y a un risque de conflit entre les impératifs environnementaux et climatiques (i), et il faut le résoudre correctement par la cohérence des politiques, car sinon, il continuera à s'éterniser et à entraîner des désaccords.

Pour mettre en œuvre la directive, il est nécessaire de simplifier les processus administratifs excessivement complexes et de surmonter la lenteur de la délivrance des permis pour la mise en service des systèmes qui génèrent de l'énergie verte. D'autres moyens sont l'unification des lieux de travail et des délais, ainsi que l'augmentation du nombre de personnes dans les institutions publiques concernées. La prévision des besoins de raccordement aux réseaux d'énergie renouvelable contribuera également à accélérer le développement du réseau.

Augmenter l'ampleur des sources d'énergie renouvelables à au moins 40 % sans actualiser et numériser l'ensemble du système coûtera très cher aux citoyens. Une approche unifiée du système doit également être inscrite dans les plans de développement du système aux niveaux européen et national, et cette approche unifiée du système doit être appliquée à l'ensemble du paquet.

En outre, les décideurs et les régulateurs doivent être conscients des coûts des retards et des avantages de la rapidité dans un sens plus large, non seulement lorsqu'il s'agit de construire des infrastructures et de nouveaux réseaux, mais aussi lorsqu'il s'agit d'utiliser plus efficacement les réseaux existants. Il faut une approche assortie d'un ensemble d'outils qui tienne compte de l'interaction des technologies d'assistance, y compris le stockage, tant centralisé que décentralisé.

En effet, il existe dans l'UE un certain nombre d'obstacles bureaucratiques à l'introduction rapide de l'énergie verte. Par exemple, l'obtention de permis pour la construction d'éoliennes terrestres en Italie prend en moyenne cinq ans, et non six mois, comme l'exige la loi. Ces retards ont réduit le taux de déploiement à environ 200 MW par an.

Et c'est loin des niveaux requis pour atteindre l'objectif de l'Italie de 70 GW de capacité d'énergie renouvelable d'ici 2030. L'impact sur les investissements est assez évident : le récent appel d'offres de l'Italie pour les sources d'énergie renouvelables a échoué, avec pour résultat que seuls 975 MW ont été alloués à des projets à l'échelle des services publics sur un total de 3300 MW proposés.

Mais aux États-Unis, les objectifs de production d'électricité sans carbone d'ici 2035 sont également menacés en raison de problèmes liés à l'octroi de permis, alors que les projets d'énergie éolienne doivent passer une longue liste d'inspections et de permis. Au niveau fédéral, il s'agit d'inspections ou d'approbations en vertu d'un certain nombre de lois. Les agences fédérales prennent en moyenne 4,5 ans pour rédiger les rapports d'impact environnemental conformément à la loi sur la politique environnementale nationale. Et ce n'est que la première contradiction, qui repose sur des procédures bureaucratiques.

couleurs-hydrogene.jpg

Hydrogène vert et éco-hybrides

Le rapport du Conseil mondial de l'énergie éolienne définit le rôle de l'hydrogène écologique et des applications Power-to-X pour une décarbonisation profonde des secteurs industriels et pour assurer le stockage à long terme. Il convient de noter que selon un scénario, d'ici 2050, un quart de la production mondiale d'électricité sera orienté vers la production d'hydrogène écologique, ce qui nécessitera environ 10 000 GW d'énergie éolienne et solaire.

Au cours de l'année écoulée, l'intérêt mondial pour l'hydrogène a encore augmenté, et de plus en plus de pays ont annoncé des feuilles de route ou des stratégies nationales dans le domaine de l'hydrogène. En 2021, plus de 30 pays ont commencé à élaborer ou à publier une stratégie en matière d'hydrogène.

À titre d'exemple, la Chine a publié une feuille de route sur l'hydrogène pour le secteur des transports en 2016 et a désigné l'énergie de l'hydrogène comme l'une des plus importantes industries futures dans son plan quinquennal actuel (2021-2025), avec le développement de l'information quantique et de l'industrie aérospatiale. [ii]

L'Inde a lancé sa mission nationale sur l'hydrogène en 2021, visant à étendre la production nationale d'hydrogène respectueux de l'environnement et les mandats potentiels pour les raffineries et les entreprises d'engrais pour introduire de l'hydrogène et de l'ammoniac respectueux de l'environnement dans les processus industriels.

L'UE a inclus "l'hydrogène vert" dans son accord vert européen, qui a été annoncé en 2020, notant que les réseaux d'hydrogène sont essentiels pour une "économie propre et circulaire". [iii]

L'énergie éolienne coopère actuellement directement avec un certain nombre de secteurs industriels afin d'assurer la décarbonisation en utilisant de l'hydrogène écologique comme carburant. Par exemple, Vattenfall a collaboré avec le fabricant d'acier suédois SSAB et la société minière LKAB sur une usine pilote pour la production d'éponge de fer utilisant de l'hydrogène vert. [iv]

Cette interaction conduit à l'émergence de projets hybrides. En général, toutes les énergies vertes gravitent vers les hybrides. Par exemple, les panneaux solaires sont combinés à des aérogénérateurs (car l'absence de lumière solaire ou de vent séparément entraînera inévitablement des temps d'arrêt des équipements, ce qui affectera l'approvisionnement en énergie). Mais l'énergie traditionnelle est aussi en partie liée aux démarches environnementales. Et c'est là la deuxième contradiction.

terrddddes-rares.jpg

Connexion de l'éco-énergie avec les métaux de terres rares

L'ancien secrétaire d'État adjoint américain aux affaires mondiales, Aaron Ringel, note qu'à mesure que les technologies d'énergie renouvelable, notamment les véhicules électriques, les panneaux solaires et les batteries lithium-ion, occupent le devant de la scène, la demande de métaux des terres rares augmente. Mais les États-Unis dépendent presque entièrement des importations de terres rares.

Jusque dans les années 1980, les États-Unis étaient en fait les leaders mondiaux de l'extraction des éléments de terres rares. Mais un virage à courte vue vers les importations a conduit à l'assèchement de la capacité d'extraction nationale de l'Amérique. Le résultat est le contrôle actuel de Pékin sur l'approvisionnement de ces ressources importantes.

La Chine fournit plus de 85 % des réserves mondiales d'éléments de terres rares et abrite environ deux tiers de l'offre mondiale de métaux et minéraux rares tels que l'antimoine et la barytine. [v]

En 2021, un communiqué de presse de l'Office of Fossil Energy du ministère américain de l'énergie indiquait que les États-Unis importent actuellement 80 % de leurs éléments de terres rares directement de Chine, le reste provenant indirectement de Chine par le biais d'autres pays. Les États-Unis sont totalement dépendants des importations de 14 des 35 minéraux les plus importants. Plus récemment, il a été rapporté que des entreprises chinoises sont déjà activement engagées dans l'exploitation minière de l'Afghanistan. La Chine nie toute intention d'utiliser l'exportation d'éléments de terres rares comme une arme - à moins que des intérêts de sécurité nationale ne soient en jeu. [vi]

Le Congrès et l'administration ont récemment pris un certain nombre de mesures pour remédier à cette vulnérabilité. Par exemple, le ministère de l'Énergie explore de nouvelles méthodes de traitement des éléments de terres rares. Et le Congrès cherche à développer la fabrication nationale de haute technologie avec un paquet législatif basé sur la loi sur la concurrence en Amérique.

Il est intéressant de noter que, malgré l'accent mis sur un environnement sûr, l'Amérique continue de dépendre de l'exploitation minière chinoise, décidément peu écologique. Des lacs et des décharges toxiques apparaissent en Chine en même temps que l'exploitation rapide et rentable des gisements de terres rares.

Cette approche est doublement préjudiciable aux intérêts des entreprises qui adhèrent à des mesures strictes de protection de l'environnement dans le monde. Par exemple, la société The Metals Company (TMC), cotée à la bourse du NASDAQ, a démontré la possibilité d'exploiter en profondeur d'importants minéraux. La société a exploré le plus grand gisement connu de métaux adaptés à la fabrication de batteries sur la planète - la zone de Clarion Clipperton dans l'océan Pacifique. Elle réussit maintenant à traiter les métaux clés des batteries, y compris le nickel et le cuivre, à partir des nodules des grands fonds marins, de telle sorte que peu de déchets sont générés pendant le traitement.

Cependant, l'extraction des minéraux et des terres rares n'est que la première étape. Pour obtenir un avantage concurrentiel, il est nécessaire de couvrir l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement, y compris le recyclage et l'élimination.

Bien qu'aux États-Unis, certains pensent qu'ils peuvent rétablir leur leadership dans la production de haute technologie - et le faire tout en protégeant l'environnement. Pour ce faire, le président Biden est censé utiliser la loi sur la production de défense afin de lancer l'extraction nationale sécurisée des minéraux les plus importants et des métaux des terres rares. [vii]

Quoi qu'il en soit, l'extraction actuelle des métaux des terres rares pour leur utilisation dans l'énergie verte consiste à créer des mines et des carrières, ce qui ne s'inscrit clairement pas dans les approches environnementales. C'est la troisième contradiction. Et la quatrième est le problème du recyclage des mêmes éoliennes ou panneaux solaires. Il n'existe pas encore de technologie verte pour cela.

213-1024x576.jpg

Les contradictions dans l'UE

Mais même avec l'intensification de la construction de nouveaux parcs éoliens et parcs solaires, d'autres contradictions apparaissent. C'est l'une des questions les plus gênantes de notre époque, car la réponse inclut nécessairement des références aux prix du cuivre, de l'acier, du polysilicium et de presque tous les métaux et produits minéraux. En outre, la construction de ces installations prend du temps, plus de temps que, par exemple, le passage au GNL (si vous disposez de terminaux d'importation) ou au charbon.

Et dans le plan récemment publié pour réduire la consommation de gaz russe - ainsi que de pétrole et de charbon - la Commission européenne a fait un gros pari non pas sur l'énergie éolienne et solaire, mais sur davantage de gaz et de charbon.

Il s'agit de la même Europe qui prévoyait de fermer toutes ses centrales électriques au charbon d'ici 2030 afin d'atteindre les objectifs de réduction des émissions de l'Accord de Paris. Cette même Europe mise également sur le remplacement du gaz naturel par du fioul pour remplacer 10 milliards de mètres cubes supplémentaires de gaz russe.

Au total, la Commission européenne semble prévoir de remplacer plus de la moitié de sa consommation de gaz russe par d'autres combustibles fossiles. À titre de comparaison, la part de l'énergie éolienne et solaire dans le remplacement du gaz russe devrait être d'environ 22,5 milliards de mètres cubes, tandis que 10 milliards de mètres cubes proviendront de l'énergie éolienne et 12,5 milliards de mètres cubes de l'énergie solaire. Mais c'est peu pour une région qui aspire à devenir la plus verte de la planète dans les plus brefs délais.

Ainsi, il semble que la réalité de l'approvisionnement et de la consommation d'énergie se réaffirme, alors que l'UE se retrouve dans une crise du gaz. Si son plan implique une consommation beaucoup plus importante de combustibles fossiles, alors ces derniers devraient être plus faciles - et plus rapides - à extraire et peut-être moins chers que l'éolien et le solaire. Sinon, pourquoi les choisir au lieu de sources d'énergie renouvelables ? [viii] C'est la cinquième contradiction complexe.

Des projets prometteurs

Avec le développement des énergies alternatives, la question de leur redistribution se pose naturellement. On suppose que les câbles électriques sous-marins pourraient être utilisés plus souvent à mesure que les gouvernements orientent leurs stratégies énergétiques vers les sources d'énergie renouvelables. Lorsque les pays développeront leur énergie éolienne et solaire, il y aura davantage d'incitations à la construction de câbles sous-marins qui pourront faciliter la distribution de l'électricité entre les régions.

f349e2234dc45354687f7ae548b813e8_XL.jpg

New-Project-20-1.jpg

Il est déjà prévu de poser le premier de nombreux nouveaux câbles majeurs entre le Royaume-Uni et l'Allemagne, pour un coût estimé à 1,95 milliard de dollars. Le projet NeuConnect permettra de transmettre 1,4 GW d'électricité vers et depuis les deux pays via des câbles sous-marins couvrant une distance de plus de 450 miles. Le projet a été appelé "l'autoroute invisible de l'énergie" qui permet la distribution d'électricité entre le Royaume-Uni et l'Allemagne. [ix]

Des contrats clés d'un montant total de plus de 1,5 milliard de livres sterling (1,95 milliard de dollars) ont été attribués pour un important projet d'interconnexion qui reliera l'Allemagne et le Royaume-Uni, alors que les pays du monde entier tentent de renforcer leur approvisionnement en énergie dans le contexte de la crise actuelle en Ukraine.

Le projet NeuConnect est centré sur des câbles sous-marins qui permettront la transmission de 1,4 gigawatts d'électricité dans les deux sens entre le Royaume-Uni et l'Allemagne - les deux plus grandes économies d'Europe. La longueur de l'interconnexion est de 725 kilomètres, soit un peu plus de 450 miles.

Le câble ira de l'île de Grain dans le Kent en Angleterre à la région allemande de Wilhelmshaven, en traversant les eaux britanniques, néerlandaises et allemandes. Après sa construction, il pourra fournir de l'électricité à 1,5 million de foyers.

Les contrats approuvés comprennent des travaux de pose de câbles et de stations de conversion, Siemens et Prysmian ayant tous deux remporté des contrats pour travailler sur le projet. Siemens fournira un système de transmission à courant continu haute tension (CCHT), tandis que le fabricant de câbles italien, Prysmian Group, dirigera la conception, la fabrication, l'installation, les essais et la mise en service de l'interconnexion NeuConnect.

La construction devrait commencer cette année, ce qui permettra au Royaume-Uni de "puiser dans la vaste infrastructure énergétique de l'Allemagne, y compris ses importantes sources d'énergie renouvelable." En outre, "la nouvelle liaison avec le Royaume-Uni contribuera à éliminer les goulets d'étranglement actuels où les éoliennes sont souvent arrêtées en raison de l'excès d'énergie renouvelable produite."

Le consortium NeuConnect, dirigé par Meridiam, Kansai Electric Power et Allianz Capital Partners, discute de ce développement depuis un certain temps, mais les sanctions contre la Russie ont obligé les gouvernements européens à chercher des sources d'énergie alternatives beaucoup plus rapidement. En plus de trouver des sources alternatives d'approvisionnement en pétrole et en gaz, plusieurs gouvernements élaborent des stratégies pour accélérer leurs projets d'énergie renouvelable et discutent même de l'augmentation de la capacité nucléaire pour la première fois depuis de nombreuses années.

Cependant, ce n'est pas le premier câble sous-marin approuvé en Europe, puisque les travaux ont commencé l'année dernière sur un câble sous-marin géant qui devrait relier le Royaume-Uni à la Norvège. Le North Sea Link (NSL), long de 450 miles et d'une valeur de 1,86 milliard de dollars, est une coentreprise entre British National Grid et Norwegian Statnett.

Les deux pays veulent partager les ressources hydroélectriques de la Norvège et les ressources en énergie éolienne du Royaume-Uni, ce qui permettra à chacun d'entre eux d'optimiser sa production pour répondre à la demande. Le National Grid explique : "Lorsque la demande au Royaume-Uni est élevée et que la production éolienne est faible, l'hydroélectricité peut être importée de Norvège."

DWO-WI-Nordlink-js-Aufm-jpg.jpg

Le Royaume-Uni et la Norvège sont tous deux des acteurs majeurs. Mais la Norvège affirme que 98 % de son électricité est produite à partir de sources d'énergie renouvelables, principalement l'hydroélectricité. Pendant ce temps, au Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnson a annoncé l'objectif de fournir 100 % de l'électricité du pays à partir de sources renouvelables d'ici 2035.

Et les projets de pose de câbles sous-marins se développent non seulement en Europe, mais s'étendent également à différents continents. L'année dernière, la Grèce et l'Égypte ont annoncé qu'elles négociaient un potentiel connecteur sous-marin de 2 GW traversant la mer Méditerranée pour connecter les systèmes électriques des pays. [x]

Il s'agira du premier projet de ce type reliant l'Europe à l'Afrique, ce qui démontre un énorme potentiel d'expansion des liens interrégionaux. La Grèce envisage également de créer un interconnecteur euro-asiatique qui irait d'Israël au continent grec en passant par Chypre.

Une fois achevé, le câble sera long de 1 500 km et transmettra de 1 à 2 GW d'électricité entre les régions, reliant les réseaux électriques d'Israël, de Chypre et de la Grèce. Alors que les premières projections laissaient entendre que le câble serait terminé en 2022, de nouvelles estimations suggèrent qu'il sera achevé en 2024 et qu'il coûtera près de 823 millions de dollars. Le financement proviendra en partie de l'UE et contribuera à mettre fin à l'isolement énergétique de Chypre. [xi]

Mais là encore, la question des risques politiques et technologiques se pose lors de la pose de tels câbles et interconnexions.

La géopolitique de l'électricité

Tout ceci indique que l'importance géopolitique de l'électricité a traditionnellement été sous-estimée, mais avec la transition mondiale vers une énergie plus respectueuse de l'environnement et l'expansion de l'utilisation des sources d'énergie renouvelables ("transition énergétique"), les réseaux électriques deviennent de plus en plus importants et prennent de l'ampleur.

Pékin, en particulier, promeut le système mondial d'approvisionnement en électricité par le biais de son initiative "One Belt, One Road". L'Institut allemand pour les affaires internationales et la sécurité note qu'aujourd'hui, l'impact de l'unification des réseaux électriques sur les relations internationales et la géopolitique mérite d'être étudié de près [xii].

L'étude indique que la zone continentale Europe-Asie (c'est-à-dire l'Eurasie) fait preuve d'une dynamique particulière. De nouvelles configurations de l'infrastructure électrique - sous la forme d'interconnecteurs (c'est-à-dire de lignes de transmission transfrontalières reliant les réseaux) et de réseaux électriques intégrés - reconstruisent l'espace, redéfinissant la relation entre le centre et la périphérie.

Outre les anciens centres d'attraction - la Russie et l'UE - de nouveaux centres émergent. Ceux-ci comprennent non seulement la Chine, mais aussi la Turquie, l'Iran et l'Inde. Leurs réseaux ne sont pas encore aussi étroitement interconnectés qu'en Europe et dans certaines parties de l'ancienne Union soviétique, mais ils prévoient néanmoins de les connecter. Par conséquent, des régions autrefois considérées comme périphériques, telles que la Méditerranée orientale, les régions de la mer Noire et de la mer Caspienne, ainsi que l'Asie centrale, deviennent rapidement des objets de concurrence.

China-Crisis-1280x720.jpg

L'électricité est connectée au réseau. L'électricité se déplace presque à la vitesse de la lumière et relie des points éloignés et couvre de vastes espaces dans un réseau interconnecté. Les réseaux électriques ("infrastructures") façonnent les régions sur le long terme, créant leur propre topographie qui reflète l'organisation de la vie économique et sociale au sein d'une zone géographique. Le système d'alimentation électrique est la base de toute économie, et les réseaux électriques représentent l'infrastructure la plus importante.

L'interaction de trois facteurs - le réseau électrique, l'espace et le pouvoir géopolitique - mérite une attention particulière. Les réseaux d'infrastructure créent des sphères d'influence techno-politiques et techno-économiques. Puisque les espaces énergétiques s'étendent au-delà des frontières des États et des juridictions légales, ils assurent la propagation du pouvoir géopolitique. La vulnérabilité des États à la projection de force et à l'influence extérieure dépend également de la fiabilité et de la stabilité des réseaux électriques.

Et la Communauté européenne et l'Union européenne n'ont jamais été identiques au concept plus général d'"Europe électrifiée". L'extension et la synchronisation du réseau y dépendent encore principalement des conditions économiques et géographiques. Malgré le cadre politique et juridique général, l'intégration technique et commerciale au sein de l'UE s'est déroulée de manière très inégale et avec un certain retard.

Avec la création du marché intérieur, l'UE a également recherché l'intégration et l'harmonisation aux niveaux politique, technique et économique. Mais les nœuds physiques correspondants et les centres de contrôle du pouvoir technique, opérationnel, économique et politique ne se chevauchent ni dans leur localisation ni dans leur structure organisationnelle.

En utilisant l'exemple des métaux de terres rares, on constate que la politique de Pékin montre la perméabilité des espaces et des sphères d'influence, ainsi que le degré auquel le pouvoir politique peut être projeté par le biais de "liens de connexion". La projection du pouvoir, réalisée par l'expansion des lignes électriques et le développement des réseaux, conduit à la réorganisation des grands espaces économiques. Et ils sont certainement caractérisés par des ambitions géopolitiques. Dans un cadre réglementaire aussi volatile, le décalage entre les niveaux d'interconnexion et les approches réglementaires soulève un certain nombre de questions géopolitiques.

Les connexions et réseaux électriques peuvent servir les intérêts géopolitiques de trois manières principales. Les acteurs politiques peuvent les utiliser pour établir une dépendance asymétrique ; ils peuvent les utiliser pour établir une domination du marché, une domination réglementaire et une domination technique et économique ; et, enfin, ils peuvent les utiliser pour atteindre des objectifs mercantiles.

Dans de telles situations, un exemple classique est l'ouvrage de Carl Schmitt de 1939 Völkerrechtliche Großraumordnung (L'ordre des grands espaces en droit international), à savoir qu'il existe un lien au niveau du développement technique et organisationnel entre les grands territoires, les relations économiques et les réseaux énergétiques et électriques.

Cela vaut également pour la mesure de l'énergie verte. Malgré les objectifs déclarés, l'Occident ne dispose pas de suffisamment d'atouts et de ressources pour mettre en œuvre ce projet global sans la participation d'acteurs énergétiques majeurs tels que la Russie, l'Iran et la Chine, où chacun a ses propres atouts. Le même gaz naturel et l'énergie nucléaire peuvent également être considérés comme faisant partie de l'économie verte, la question est de savoir à partir de quelle position considérer ces industries.

_____

Notes:

[I] https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/nies_eu_plan_renewables_2022.pdf

[ii] https://cset.georgetown.edu/wp-content/uploads/t0284_14th_Five_Year_Plan_EN.pdf

[iii] https://www.fch.europa.eu/news/european-green-deal-hydrogen-priority-area-clean-and-circular-economy

[iv] https://group.vattenfall.com/uk/what-we-do/roadmap-to-fossil-freedom/industry-decarbonisation/hybrit

[v] https://www.scmp.com/news/china/diplomacy/article/3130990/chinas-dominance-rare-earths-supply-growing-concern-west

[vi] https://www.fpri.org/article/2022/03/rare-earths-scarce-metals-and-the-struggle-for-supply-chain-security/

[vii] https://www.realclearenergy.org/articles/2022/04/05/end_us_dependence_on_mining_in_china_825505.html

[viii] https://oilprice.com/Energy/Energy-General/Why-Renewables-Cant-Solve-Europes-Energy-Crisis.html

[ix] https://www.cnbc.com/2022/04/12/huge-undersea-cables-to-give-uk-germany-first-ever-energy-link.html

[x] https://balkangreenenergynews.com/several-undersea-power-cables-about-to-connect-europe-with-africa/

[xi] https://oilprice.com/Energy/Energy-General/Invisible-Energy-Highways-Could-Usher-In-A-New-Era-Of-Shared-Power.html

[xii] https://www.swp-berlin.org/en/publication/geopolitics-of-...

lundi, 09 mai 2022

Géopolitique de l'énergie

presentation-guide-energie-renouvelable-750x410.jpg

Géopolitique de l'énergie

Konrad Rekas (*)

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/geoestrategia/37592-2022-05-01-20-21-36

Les universitaires ne s'accordent pas sur le fait qu'il existe 45 ou même 83 définitions de la sécurité énergétique. Leur compréhension varie en fonction du pays dans lequel elle est définie, de ses conditions géographiques, culturelles et de conscience. Il existe également différentes priorités au sein des sociétés, en fonction de la position dans la chaîne d'approvisionnement.

La définition la plus largement acceptée, celle de Yegrin, se concentre sur "l'adéquation, la fiabilité et le caractère raisonnable des prix". Mais cela peut indiquer confusément la priorité des intérêts des consommateurs (auxquels même les plus naïfs ont probablement cessé de croire au plus tard à l'automne 2021) et la "rationalité des marchés", ce qui est un oxymore. Non, des facteurs complètement différents sont décisifs et cela est clairement visible dans le choc de stratégies apparemment distinctes, comme le passage aux énergies renouvelables (ER), qui est actuellement présenté comme une réponse au changement climatique et aux actions occidentales liées à la guerre en Ukraine.

Changement (non)naturel

L'introduction de la dimension géopolitique dans l'analyse de la sécurité énergétique dans le contexte des énergies renouvelables ne semble que paradoxale, car cet aspect est souvent ignoré dans les discussions sur la transition énergétique. Mais il est évident que le passage aux ER ne susciterait pas autant d'intérêt de la part de certains gouvernements, notamment européens, sans avantages géopolitiques pour le continent qui ne possède que 1% des réserves mondiales de pétrole et 2% des réserves mondiales de gaz naturel. Les 27 États membres actuels de l'UE et le Royaume-Uni sont dépendants des approvisionnements énergétiques extérieurs. Même s'ils possèdent des réserves fossiles (comme le gaz ou le pétrole), rarement toutes en même temps, et jamais dans les quantités permettant de couvrir toute la demande (gaz néerlandais, pétrole écossais, uranium suédois). C'est pourquoi nous devons distinguer ces questions comme une "géopolitique énergétique" distincte.

Une telle discipline peut être considérée comme jeune, mais certains chercheurs osent établir des parallèles entre les cycles hégémoniques et le combustible fossile dominant: le charbon pour l'hégémonie britannique au XIXe siècle et le pétrole pour la domination américaine. Dans ce contexte, il est crucial, pour les futures considérations de sécurité énergétique, de déterminer si le passage supposé aux ER peut également avoir une dimension géopolitique, éliminant ou du moins affaiblissant la possibilité de l'émergence d'une autre hégémonie mondiale unipolaire.

Qui paie les factures ?

Au contraire, les caractéristiques immanentes de l'ER favoriseraient un réseau multipolaire, avec une implication particulière des acteurs non étatiques, notamment les ONG et la société civile mondiale. Il s'agirait également d'un changement de paradigme significatif au sein des théories des RI, qui déplacerait le fardeau d'une approche géopolitique réaliste, considérant la sécurité énergétique comme un jeu strictement compétitif, vers l'hypothèse d'une "gouvernance énergétique mondiale", basée sur la coopération et l'interdépendance, et donc naturellement pacifique. Une telle transition énergétique comprise signifierait également un changement social, les ER modifiant la forme de la hiérarchie sociale, augmentant l'importance des prosommateurs (c'est-à-dire des producteurs et des consommateurs à la fois), conduisant à un type de société renouvelé.

Cependant, c'est le facteur social qui rejette souvent le changement, les exemples les plus célèbres étant l'île française de Sein et la Crète grecque. L'acronyme courant pour une telle attitude est NIMBY: "Not In My Back Yard", ce qui signifie "Même si je ne remets pas en question la justesse du changement lui-même, je refuse d'en supporter les coûts". Et cette résistance est pleinement justifiée, car les coûts permanents sont toujours du côté des consommateurs et des travailleurs, et les bénéfices dans les comptes bancaires du Capital mondial. La vision même d'une société mondiale heureuse aux besoins minimaux, générant de l'énergie supplémentaire pour satisfaire de petites communautés indépendantes, semble séduire les mouvements anti-système de gauche et de droite, mais elle est clairement utopique et anachronique compte tenu de l'implication des acteurs étatiques et des entreprises mondiales. Ce n'est plus l'initiative de gentils hippies, juste un peu plus âgés, et au niveau de la prise de décision réelle, ça ne l'a probablement jamais été.

periodic_table_illustration_ree_border.jpg

La nouvelle hégémonie

Le concept de l'influence positive sans équivoque des ER sur la réduction des risques géopolitiques est également remis en question. Il est évident que la part croissante des énergies renouvelables dans le mix énergétique réduit l'influence géopolitique des exportateurs de pétrole et de gaz. Les critiques affirment que cela ne peut signifier que des changements dans les postes de direction au sein de la compétition énergétique, sans violer les règles de ce défi.  Juste à la place des fossiles, les exportateurs d'éléments de terres rares (REE / ETR) utilisés dans la production d'infrastructures d'ER gagneraient en importance. Citons par exemple l'embargo imposé par la Chine sur les exportations d'ETR vers le Japon en 2010, les différends sino-américains causés par le subventionnement de la production de panneaux solaires en 2012/2013, le différend sur les subventions aux producteurs d'éoliennes et la controverse sur les tarifs douaniers pour les ETR en Chine ou les relations commerciales entre les États-Unis, la Chine et l'Union européenne. Jusqu'à présent, ces controverses ont été résolues dans le forum de l'OMS, mais elles prouvent que les tensions en matière de RI ne disparaîtront pas du seul fait de l'évolution technologique de la production d'énergie.

Les universitaires soulignent la menace de chocs d'approvisionnement en ETR utilisés dans la production de véhicules électriques hybrides et de certains types d'éoliennes, provoqués par l'augmentation présumée de la demande de néodyme (augmentation prévue de 7 %) et de dysprosium (même une augmentation de 2600 % !) dans les 25 prochaines années. La demande de lithium utilisé dans les cellules de batterie devrait augmenter de 674 % d'ici 2030. Bien que les critiques admettent que tous les composants des technologies renouvelables avancées ne sont en fait pas si rares et peuvent être explorés dans beaucoup plus de pays que les hydrocarbures. Cependant, l'exploitation des ETR est associée à des coûts environnementaux élevés, difficiles à accepter dans les régions développées du monde, et la production dans les pays périphériques est souvent perturbée, comme dans le cas du cobalt utilisé pour les cellules des batteries, extrait en République démocratique du Congo. Il existe donc un risque potentiel à la fois de verrouillage des technologies basées sur le REL et de menace de nouveaux conflits hégémoniques sur les ressources, qui pourraient se produire, par exemple, dans le désert d'Atacama, riche en lithium.

VCE_DS_Rare_Earth_Metals_Production_-v2.jpg

Marché mondial totalitaire de l'énergie

La rareté de l'espace peut également être source de litige, alors que les fermes photovoltaïques et au sol pourraient nécessiter jusqu'à 100 fois plus de surface que les infrastructures de production d'énergie non renouvelable. Elle ouvre également la possibilité de conflits potentiels sur les nouvelles divisions du plateau marin pour les installations offshore. Même le fait de baser la coopération énergétique internationale sur le transfert transfrontalier d'électricité semble être controversé. Les partisans d'une telle transition affirment qu'elle favorise une interdépendance pacifique liée à des échanges mutuellement bénéfiques. Selon les critiques, il n'y aura que de nouvelles opportunités de "levier géopolitique" entre les exportateurs et les importateurs d'électricité. Le développement technologique des réseaux de transport, tel que la popularisation de l'UHV, peut créer de nouveaux défis tels que la nécessité d'une gestion globale unifiée du réseau, qui est à son tour en contradiction avec l'hypothèse d'un caractère plus local du nouveau système. Inversement, la dispersion de la production d'électricité peut être considérée comme une incitation au séparatisme et aux mouvements centrifuges. En particulier dans des conditions extrêmes, telles que la guerre ou l'escalade du terrorisme et du cyberterrorisme, cela peut non seulement empêcher l'intégration mondiale planifiée, mais même désintégrer les structures existantes en "îles énergétiques" géopolitiques sans lien entre elles, ce que nous pouvons observer en Libye comme un effet de l'agression occidentale. Le reste doit être géré et gouverné, de manière standardisée et uniforme. La question est de savoir par qui, alors que la transformation énergétique se poursuit au nom du renforcement du paradigme néolibéral, de la déréglementation et de la marchandisation.  La conséquence logique est le Gouvernement Mondial, bien sûr en tant qu'outil dirigé par le Marché Mondial Totalitaire.

+++

De nouvelles ressources signifient de nouveaux investissements et donc aussi de nouveaux emplois et une stabilisation des revenus pour les pays et les sociétés qui relèvent de nouveaux défis, ce qui est également stabilisant dans le cadre des relations internationales" : ce sont des arguments que nous pouvons souvent entendre de la part des défenseurs des énergies renouvelables (ER). Mais cette hypothèse optimiste ignore ce que les économistes appellent le théorème de Rybczynski et la possibilité d'un "syndrome hollandais" dans les pays qui connaissent une croissance rapide grâce à l'exploitation des éléments de terres rares (ETR). Cela signifie une menace d'absorption de tout le capital et du potentiel d'investissement par un seul secteur, avec la régression des autres, ce qui pourrait être potentiellement déstabilisant.

La pandémie du "syndrome hollandais" et les guerres de brevets

On ne peut évidemment pas exclure l'émergence d'une asymétrie similaire dans les RI comme dans le cas du pétrole et du gaz. Les enthousiastes tentent de nous convaincre qu'il sera plus facile à surmonter et qu'il ne menace donc pas une escalade des tensions ou une domination permanente par quelques acteurs. Et car les cybermenaces ne sont en aucun cas le domaine exclusif des énergies renouvelables, en raison de la propagation de la numérisation également au sein de l'industrie énergétique des combustibles fossiles. Mais cela renvoie à une autre rivalité concernant les droits de propriété intellectuelle et l'accès aux technologies, également la cybersécurité, qui a déjà été contestée dans le cadre de l'ER impliquant la Chine, les États-Unis et l'UE dans le forum de l'OMC. Bien sûr, il n'y a rien pour décourager les vrais croyants. Enfin, ils peuvent toujours insister pour que les critiques pensent noir sur l'ici et maintenant, alors qu'ils s'efforcent d'avoir un avenir radieux. En un mot, c'est peut-être sombre, coûteux et guerrier pour de nouvelles ressources, mais le but est noble et justifie les moyens ! En fait, il y a beaucoup plus d'hypothèses sur ce qui pourrait éventuellement se produire et de pronostics sur la façon dont cela pourrait se produire. Une autre erreur consiste à ne pas distinguer la géopolitique de la transition elle-même des changements géopolitiques supposés qui en découlent. Malgré la relative multiplicité des études, aucune base théorique pour l'analyse géopolitique de la transition énergétique n'a été développée jusqu'à présent.

Gagnants et perdants ?

Bien que nous puissions trouver des listes de gagnants possibles et de perdants probables à la suite de la transition. La première comprend à la fois les pays les plus avancés dans les nouvelles technologies énergétiques et dans leur propre transition vers les ER, ainsi que les pays disposant de réserves d'ER. Le deuxième groupe se compose principalement d'exportateurs de pétrole et de gaz dont les réserves deviendront des actifs échoués à long terme. Ainsi, le palmarès comprend la Suède, la France, l'Islande et la Finlande ainsi que l'Uruguay, la République centrafricaine et la Mongolie. On s'attend également à ce que les États-Unis (actuellement exportateur) et la Chine (actuellement exportateur) et l'UE (actuellement exportateur) soient également sur la liste. Les États-Unis (actuellement exportateurs) et la Chine (principal importateur d'énergie) devraient également améliorer leur situation géopolitique grâce à la transition énergétique. La liste des perdants et des pays les plus exposés semble plus facile à compiler. Toutefois, en utilisant différents indices, seuls quelques noms se répètent, notamment la Russie, le Qatar, le Bahreïn et le Nigeria. Mais étant donné que les universitaires d'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis ne sont pas d'accord sur la question de savoir si une monétisation plus rapide de leurs ressources ne leur permettrait pas de bénéficier des changements à temps. Le financement de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables par les Émirats arabes unis peut indiquer que les Émirats ont adopté une approche gagnant-gagnant de la transformation énergétique.

showOpenGraphArticleImage.jpg

Rare_Earth_Elements.jpg

En raison de l'absence de recherches plus approfondies, il est difficile de prévoir le déroulement de la transition elle-même, lorsque des alliances entièrement nouvelles et de nouveaux oligopoles pourraient se former et que le rôle de l'énergie en tant qu'arme pourrait même s'accroître, notamment sous la pression du passage aux énergies renouvelables et du nouvel équilibre des pouvoirs prévu. Les chercheurs ont analysé plusieurs scénarios à cet égard, tous dans le cadre du "concept VUCA", c'est-à-dire en partant du principe que la période de transition sera "volatile, incertaine, complexe et ambiguë". Il est difficile de confronter l'hypothèse d'une démocratisation accrue, d'une participation et d'un rôle croissant des ONG en tant qu'acteurs sociaux du changement à RE avec la position de la Chine, qui bénéficiera de la transition, mais ne montre aucune tendance à changer son propre système politique. Ainsi, il semble que non seulement le nouvel ordre énergétique annoncé et la RI qui en découle sont incertains, mais que le changement lui-même pourrait provoquer plus de turbulences que ses défenseurs ne veulent bien l'admettre. En d'autres termes, les importateurs d'énergie désireux de modifier leur position peuvent considérer le programme de transformation de l'énergie comme bénéfique pour leurs intérêts particuliers, mais pas son emballage, c'est-à-dire la nature supposément populaire et, en général, l'attrait du capitalisme à visage humain et avec une fleur dans les cheveux. Parce que si vous tombez dans le panneau de la propagande, passer aux énergies renouvelables serait une garantie du maintien de la domination mondiale des multinationales, mise en œuvre par les États-Unis.

Il ne s'agit pas seulement de l'opposition des exportateurs actuels, mais aussi de l'attitude des consommateurs d'énergie et des entités commerciales impliquées dans la production et la distribution d'énergie, notamment les grandes compagnies pétrolières et gazières. Du point de vue du consommateur, il est particulièrement important de savoir ce qui distingue la transformation énergétique actuelle des précédentes, c'est-à-dire le passage de la biomasse au charbon, puis du charbon au pétrole et au gaz. Celles-ci étaient liées à l'augmentation de la demande et de la consommation d'énergie, alors qu'aujourd'hui, la principale hypothèse du passage aux ER est la réduction de la consommation, malgré l'augmentation supplémentaire observée de la demande. Elle serait également conforme à la tendance à la désindustrialisation dans les pays du noyau dur, ainsi qu'au déplacement de l'activité économique dominante vers les services. Cela signifie non seulement des actions visant à améliorer l'efficacité, mais aussi un changement de paradigme, qui est l'un des fondements du capitalisme mondial. La pandémie mondiale de COVID-19 était probablement une sorte de test dont nous parlerons plus tard. Ce ne sont donc pas seulement les politiques des États-nations qui sont réellement menacées, mais aussi la totalité des consommateurs mondiaux, notamment ceux qui sont directement exclus de l'énergie. Car il ne s'agit pas des tentatives d'augmentation de l'efficacité énergétique, dont on parle le plus, mais surtout d'un changement de paradigme, d'un changement des fondements du capitalisme mondial. Il s'agit de la fin du consumérisme fordiste.

Transformation à trois vitesses

Dans le contexte de la RI, il faut reconnaître que la consommation énergétique mondiale n'est pas répartie de manière égale. Le plus grand consommateur est la région Asie-Pacifique (43 % en 2017), avec une part nettement plus élevée de charbon dans le mix énergétique. L'Amérique du Nord arrive en deuxième position (21%), consommant principalement du pétrole, mais aussi une part importante de gaz. Et en troisième position se trouve l'Europe (15 %), avec également une prédominance du pétrole et du gaz naturel, mais la plus intéressée à atteindre des objectifs tels que la réduction des émissions de gaz à effet de serre en augmentant la part des ER dans le mix énergétique, avec une réduction simultanée de la consommation et une augmentation de l'efficacité d'au moins 32,5 % d'ici 2030. Jusqu'à présent, la transformation européenne s'est faite en partant du principe que le gaz naturel était un combustible de transition. Un élément important de ce processus est l'Energiewende allemand, actuellement en cours de reformulation en raison de la guerre russo-ukrainienne. Cependant, même avant cela, ce concept a été critiqué non seulement du point de vue des énergies renouvelables, mais aussi en soulignant le dilemme de Jarvis, selon lequel assurer la sécurité énergétique d'un pays peut violer la sécurité énergétique d'un autre pays.

Au moment où l'UE veut accélérer sa transformation, même au prix de visser les radiateurs (dans nos maisons) et d'éteindre les ampoules, d'ici 2029, la consommation d'énergie en Amérique du Nord devrait augmenter jusqu'à 19 %, malgré une demande relativement stable aux États-Unis. Indépendamment de l'hypothèse d'obtenir jusqu'à 50 % d'énergies renouvelables, le pétrole et le gaz (y compris le gaz de schiste) resteront les combustibles de transition pour les États-Unis (Fuentes et al., 2020, pp. 27-28). Les États-Unis déclarent que la sécurité nationale est une priorité, y compris l'autosuffisance énergétique encore principalement basée sur les combustibles fossiles. Il n'est pas certain que les États-Unis décident de maintenir leur position de leader mondial en redéfinissant leur implication dans le passage aux ER et/ou dans le domaine de la technologie nucléaire, qui peut également être une source de tensions dans les IR. La Chine, pour sa part, montre un intérêt croissant pour la diversification énergétique, mais avec la primauté du maintien de la croissance du PIB et de la production industrielle. En avril et octobre 2021, la Chine s'est engagée à réduire la consommation de carbone et les émissions de carbone d'ici 2040 et à augmenter la part de marché des véhicules à énergie nouvelle. Toutefois, les sceptiques considèrent que les objectifs révisés des contributions déterminées au niveau national sont insuffisants et incompatibles avec l'Accord de Paris, qui semble tout à fait conforme aux intentions réelles de Pékin.

Une brève comparaison montre la menace que représentent les différentes vitesses de transition énergétique, qui peuvent constituer une grave menace pour la sécurité internationale. Surtout en raison de priorités éventuellement incompatibles, lorsque la transition énergétique de l'UE est un élément de la politique de sécurité ; pour la Chine, un facteur de croissance, et pour les États-Unis, une méthode pour protéger leur propre position d'hégémonie.

38_5e6d3a958fe54.jpeg

Le climat est une nouvelle bulle

Il ne faut pas non plus oublier que les véritables acteurs des relations internationales sont les sociétés nationales et transnationales, car leur puissance financière dépasse le PIB de nombreux États et leurs stratégies ont un impact sur la sécurité internationale. Dans la réalité du marché, un argument économique devrait être décisif, comme l'hypothèse selon laquelle les ER seront le secteur énergétique qui se développera le plus rapidement et le plus intensivement au cours des prochaines décennies, ce qui signifie des bénéfices accrus pour les personnes impliquées dans le processus. Écologie : c'est une nouvelle bulle !" disait même le célèbre Gordon Gekko. Comme pour toute chaîne de Ponzi, cela signifie également une augmentation des bénéfices pour ceux qui sont impliqués dans le processus au bon moment.

Dans le cas des entreprises européennes et, dans une moindre mesure, américaines, il est également question d'une pression sociale croissante, d'un environnement culturel en mutation et d'un changement géoculturel, également au sein des entreprises elles-mêmes. Malgré les contradictions apparentes des modèles d'affaires et de gestion typiques des entreprises pétrolières et gazières, et les attitudes jusqu'ici associées aux ER, Royal Dutch Shell, Equinor, Total et ENI ont déjà annoncé leur transformation en "entreprises de transition énergétique". Cela implique de diversifier les paquets d'investissement et de recherche et de déclarer un rôle de leader dans le passage aux énergies renouvelables. Les sociétés américaines ExxonMobil et Chevron, la société britannique BP et la société brésilienne Petrobas ont réagi tardivement à cette nouvelle tendance, qui peut être associée aux politiques de leurs États et à l'accès à des réserves pétrolières plus importantes. BP, comme le Royaume-Uni, qui n'avait auparavant aucune stratégie claire en matière d'énergies renouvelables, a même fini par utiliser des panneaux solaires pour ses besoins internes. Il s'agit d'un levier financier évident qui réduit l'élément d'investissement et l'incertitude technologique. Les grandes compagnies pétrolières et gazières réagissent principalement aux "offres qu'elles ne peuvent refuser" et, historiquement, elles ne se sont jamais souciées de l'opinion publique à leur égard. Cela a eu un impact historique sur la sécurité internationale, les exemples les plus tristement célèbres de l'influence des préoccupations pétrolières étant le coup d'État iranien de 1953 et la crise de Suez de 1956. Contrairement au principe "olsonien" qui consiste à traiter les réglementations gouvernementales et internationales comme un obstacle aux activités commerciales, selon l'approche "stiglerienne", certaines réglementations (dans ce cas, la réglementation climatique) pourraient être soutenues comme un mécanisme permettant d'obtenir un avantage concurrentiel. Les grandes entreprises énergétiques ne sont pas des victimes de la révolution des énergies renouvelables, mais seulement ses moteurs et ses bénéficiaires, tout comme les autres mondialistes.

En fait, dans toute la géoculture occidentale, un principe est en vigueur : "Soyez original et indépendant = répétez ce que font les autres". Ceci est clairement visible dans l'exemple du changement climatique. Alors qu'elle est un élément de base de la géoculture depuis de nombreuses années, le sujet principal des médias et des divertissements, une justification commode pour la politique énergétique des gouvernements et une source de profits énormes pour les entreprises, elle est toujours présentée comme un élément culturel. Et personne ne se rend compte que si les employeurs organisent eux-mêmes une grève du climat, il ne s'agit pas d'une grève, mais d'une entreprise..... Des affaires, bien sûr, pour le capitalisme mondial. Et une menace pour la sécurité internationale.

*Journaliste et économiste polonais

20:21 Publié dans Géopolitique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : énergie, géopolitique, terres rares | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 15 avril 2022

Les barres de combustible à l'uranium - le monopole énergétique caché de la Russie

000211247_624x337_c.jpg

Les barres de combustible à l'uranium - le monopole énergétique caché de la Russie

Auteur : U.K.

Source: https://zurzeit.at/index.php/uranbrennstaebe-russlands-verdecktes-energiemonopol/

Même si l'Autriche n'a jamais eu de centrale nucléaire en service et que l'Allemagne prévoit de fermer ses trois dernières centrales nucléaires à la fin de l'année, l'électricité nucléaire produite par des centrales de conception russe est une source d'énergie indispensable pour 100 millions de personnes dans les pays de l'Est de l'UE.

Dans les pays de l'ancien bloc de l'Est, mais aussi en Finlande, les réacteurs nucléaires à eau pressurisée de la série VVER, développés à l'époque soviétique, fournissent environ 40% de l'énergie électrique dont ces pays ont besoin. Mais ailleurs aussi, comme en Chine, en Turquie, en Inde, en Iran et bientôt au Bangladesh, les réacteurs VVER russes produisent de l'énergie électrique pour la charge de base.

Mais contrairement à une centrale à charbon conventionnelle, qui ne se soucie pas de savoir si le combustible est pelleté dans la chaudière depuis la Pologne, la Russie ou l'Australie, les réacteurs nucléaires nécessitent des barres de combustible à l'uranium adaptées dans les moindres détails à chaque type de réacteur. Ces barres de combustible sont des composants mécaniques de précision dans lesquels des pastilles céramiques d'uranium légèrement enrichi sont placées dans des réseaux de barres de zirconium, avec des tolérances de l'ordre du centième de millimètre.

La production doit respecter des règles réglementaires très strictes, notamment pour s'assurer que le matériau fissile ne puisse pas être réutilisé ultérieurement à des fins militaires. En général, le processus d'obtention d'une licence internationale pour un fabricant de barres de combustible dure environ cinq ans, et peu de pays dans le monde disposent de l'infrastructure et de la technologie nécessaires.

C'est ainsi que les réacteurs VVER actuellement en service, d'une puissance de 440 à 1.200 mégawatts, ne peuvent fonctionner qu'avec des barres de combustible fabriquées par TVEL, filiale de Rosatom, dans ses usines d'Elektrostal près de Moscou et de Novossibirsk. Certes, le groupe américain Westinghouse fabrique désormais des barres de combustible compatibles, qui sont également utilisées dans certaines centrales VVER en Ukraine. Mais même au sein d'une gamme de modèles, les barres de combustible ne peuvent pas être échangées à volonté, et les répliques américaines sont beaucoup plus chères que les originales de Rosatom.

Il n'y a donc pas d'alternative pour les exploitants de centrales en Europe de l'Est s'ils ne veulent pas rester dans l'obscurité. Même les politiciens responsables l'ont reconnu et n'ont pas encore inscrit la technologie nucléaire russe sur la liste des interdictions.

D'ailleurs, le renchérissement général des matières premières énergétiques n'épargne pas le minerai d'uranium brut : le prix du minerai d'uranium au Chicago Mercantile Exchange a triplé au cours des deux dernières années pour atteindre actuellement 63,5 dollars par livre américaine (environ 0,45 kg), après avoir oscillé entre 20 et 25 dollars pendant une décennie. La moitié de cette hausse s'est produite au cours des quelques semaines qui ont suivi la fin du conflit ukrainien.

18:23 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : énergie, uranium, russie, europe, affaires européennes | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 19 mars 2022

Pourquoi l'Europe perd la guerre de l'énergie. Ce qu'il faut faire pour renverser la vapeur.

energie.jpg

Pourquoi l'Europe perd la guerre de l'énergie. Ce qu'il faut faire pour renverser la vapeur.

Gian Piero Joime

SOURCE : https://www.ilprimatonazionale.it/economia/perche-europa-sta-perdendo-guerra-energia-cosa-serve-ribaltare-partita-226798/

L'Europe de la prochaine génération - en raison de la grande pandémie, de la guerre en Ukraine et de la myopie stratégique de sa propre classe dirigeante - risque de se retrouver en rade, avec ses réservoirs d'énergie à moitié vides. L'Union européenne a toujours été très dépendante des importations d'énergie, notamment de pétrole et de gaz, en provenance de quelques pays, parmi lesquels la Russie domine : en effet, plus d'un tiers (35 %) de tout le pétrole brut et 32 % de tout le gaz importé sur le vieux continent proviennent de Moscou.

Au cours des prochaines années, les changements en cours dans le système énergétique mondial réduiront sensiblement le poids stratégique de la demande européenne, notamment en ce qui concerne les combustibles fossiles, où les flux commerciaux seront de plus en plus déterminés par la croissance de la demande et la dynamique des grands consommateurs asiatiques. Cette théorie est renforcée par l'échec induit du gazoduc North Stream 2, qui aurait garanti à l'Allemagne - et à l'Europe - des milliards de m3 de gaz russe. Et l'alliance énergétique entre la Russie et la Chine, qui a conduit en 2019 à la construction du premier gazoduc - Power of Siberia - capable d'acheminer 61 milliards de m3 de gaz par an de la Iakoutie, en Sibérie orientale, vers la Chine.

La guerre de l'énergie 

En outre, il suffit de penser à la toute récente "guerre du pétrole", c'est-à-dire à la concurrence féroce sur le prix du pétrole brut pendant la pandémie, qui a vu l'Europe être témoin de la bataille économique entre les principaux pays producteurs. Et aussi les positions agressives de la Russie et de la Turquie dans la zone méditerranéenne, notamment pour le contrôle des gisements en Libye et sur la côte égyptienne. Et bien sûr, l'actuelle guerre du gaz, qui est aussi la conséquence du conflit en Ukraine, et qui a des effets dévastateurs et profonds sur la société européenne. L'Europe perd donc le contrôle de l'énergie à la fois en tant que producteur et en tant que client.

35947_large.jpg

Et le choix européen, avec le Green Deal, pour le développement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique apparaît comme une simple stratégie défensive basée sur le leadership culturel de l'énergie sans carbone. Une sorte de niche culturelle basée sur le principe de la durabilité et des technologies d'énergie renouvelable. Mais si l'Union européenne est fortement dépendante des importations de combustibles fossiles - comme le sont toutes les nations de l'UE à l'exception de la France, qui a construit une base solide pour son indépendance énergétique grâce à l'énergie nucléaire - dans le même temps, elle ne dispose pas des matières premières et des technologies dominantes des sources d'énergie renouvelables, qui sont largement sous le contrôle stratégique et industriel de l'Asie.

Transition énergétique ou transition des dépendances ?

La stratégie Green Deal - qui relève plus d'un choix culturel et réglementaire que d'un choix industriel - conduit au développement d'un système réglementaire puissant, avec des normes environnementales parmi les plus strictes au monde et des programmes d'action qui couvrent tous les secteurs. Cet engagement en faveur d'une Europe toujours plus verte est appréciable, mais il ne peut ignorer le fait que pendant de nombreuses décennies encore, les combustibles fossiles joueront un rôle décisif dans la fourniture de l'énergie nécessaire à la modernisation et au développement du continent européen, et que le remplacement complet des combustibles fossiles par des énergies renouvelables semble plus idéologique que réaliste : pour l'éolien et le photovoltaïque, les fondements énergétiques du Green Deal, malgré l'énorme croissance technologique des systèmes de stockage, nous sommes encore loin d'un système idéal, dans lequel les batteries seront capables d'absorber toute la production excédentaire à un moment donné et de la fournir en cas de besoin, d'où la nécessité d'un énorme surdimensionnement de la capacité installée par rapport aux besoins, avec le risque d'une augmentation des coûts, de coupures de la production excédentaire et de difficultés accrues pour atteindre les objectifs environnementaux, également en raison de l'épuisement des zones dites appropriées. D'autre part, il est tout aussi important de souligner que si la transition énergétique doit être réalisée avec des innovations, des systèmes et des composants chinois, japonais ou américains, alors il ne s'agira que d'une transition de dépendance du pétrole au lithium.

istock-186998682.jpg

Dans le scénario actuel de la "guerre énergétique", l'Union européenne part donc d'une situation de dépendance marquée, et donc d'insécurité énergétique. Alors que les concurrents internationaux avancent à un rythme rapide pour conquérir des technologies et des matières premières, l'Europe produit des plans pluriannuels diligents, avec beaucoup de bureaucratie continentale et nationale, et de nombreuses salles de contrôle pour la composition des intérêts publics et privés, qui sont souvent divergents. Ce qui en ressort est une super-structure bureaucratique, fiscale et financière qui risque d'alourdir les processus décisionnels et opérationnels des États membres et des entreprises, et de creuser l'écart avec les concurrents mondiaux. Ce fossé est déjà évident simplement en regardant l'origine des produits et des composants technologiques de la chaîne des énergies numériques, fossiles et renouvelables, qui sont en grande majorité d'origine chinoise et américaine.

Pourquoi l'Europe fait du surplace

Pendant que l'Union européenne rédige le Green Deal et met en place sa puissante structure bureaucratique, la Chine avance très vite, tant dans la conquête des mines de matières premières africaines que dans la production de technologies et de composants des différents secteurs de l'énergie et de la mobilité électrique, ainsi que dans l'introduction de tarifs douaniers pour protéger son industrie nationale, sans pour autant réduire son engagement dans le nucléaire.

Pendant ce temps, les États-Unis continuent d'investir pour gagner des mines de terres rares et de cobalt dans le monde entier, en remaniant leur chaîne d'approvisionnement nationale et en produisant constamment des éco-innovations, tout en renforçant leurs industries du gaz, du pétrole et du nucléaire. Et la Russie, tout en continuant à jouir de sa domination en matière de gaz et de pétrole, se tourne de plus en plus vers l'Est. Ainsi, à force d'ébaucher des plans et de prévoir des salles de contrôle, tout le continent européen risque de se positionner comme un vieux géant, à la bureaucratie puissante et aux couleurs arc-en-ciel rassurantes, plein d'éco-innovations et de produits de la grande transition numérique-écologique, made in China et aux États-Unis, mais aux réserves énergétiques incertaines.

Construire l'indépendance énergétique

La nouvelle Europe devrait précisément partir d'une force énergétique renouvelée, avec une stratégie qui ne vise plus seulement à mettre en place un cadre réglementaire vert mais qui est surtout déterminée à construire l'indépendance et la sécurité énergétiques, en encourageant le développement d'un secteur industriel à l'échelle du continent capable de produire de manière indépendante des systèmes et des composants pour l'ensemble de la chaîne de valeur énergétique. L'objectif doit être de maîtriser toutes les sources d'énergie : diversifier les approvisionnements en gaz et en pétrole, développer les usines de regazéification, rechercher le leadership dans la production de technologies et de composants dans le secteur des énergies renouvelables et intensifier la production d'énergie nucléaire.

L'inclusion par la Commission européenne du gaz et de l'énergie nucléaire dans la taxonomie dite verte, c'est-à-dire les investissements considérés comme durables, semble déjà être un bon signe, tout comme l'annonce par les Pays-Bas de leur engagement à construire deux nouveaux réacteurs dans les prochaines années, et par la France, qui continuera à prolonger la durée d'exploitation de sa génération actuelle de réacteurs, et qui, en plus des six nouveaux EPR, a défini un plan à long terme pour huit EPR2 supplémentaires, soit un total de 22,4 GW.

1175424-2c0c63b044_25762_34719-centrales-nucleaires-france-ide-01.jpg

L'Europe doit jouer un rôle de premier plan dans le système énergétique mondial : une indépendance énergétique croissante, une culture de l'innovation, une attention à la protection de l'environnement et un développement industriel basé sur les nouvelles technologies sont les objectifs à atteindre sans plus attendre. Le grand risque, peut-être fatal, est celui d'être réduit à jouer un rôle de plus en plus périphérique et, en fin de compte, subordonné.

Gian Piero Joime

jeudi, 17 mars 2022

Un espoir absurde : le gaz naturel liquéfié n'est pas une alternative au gaz russe

2019-09-26T011821Z_1_LYNXMPEF8P02B_RTROPTP_3_JAPAN-LNG.JPG

Un espoir absurde : le gaz naturel liquéfié n'est pas une alternative au gaz russe

Source : https://zuerst.de/2022/03/15/absurde-hoffnung-lng-gas-ist-keine-alternative-zum-russischen-gas/

Berlin. Afin de réduire la dépendance de l'approvisionnement énergétique allemand vis-à-vis des livraisons de gaz russe, les politiques évoquent régulièrement le passage au gaz américain de fracturation (GNL) - coûteux et polluant. Toutefois, en l'état actuel des choses, cela est totalement illusoire.

Quelques chiffres : le gazoduc Nord Stream 1, actuellement en service en mer Baltique, fournit 55 milliards de mètres cubes de gaz russe par an à l'Allemagne - la Russie remplit jusqu'à présent ses obligations malgré la spirale de l'actuelle escalade. L'idée de remplacer ce volume par du gaz de fracturation américain, qui doit être livré dans des navires-citernes spéciaux, est déjà aberrante d'un point de vue arithmétique. La capacité d'un méthanier actuel est de 147.000 mètres cubes. Des pétroliers plus grands, d'une capacité de 250.000 mètres cubes, sont en projet, et quelques-uns existent déjà.

Pour remplacer la capacité annuelle du gazoduc Nord Stream 1, il faudrait environ 374.150 trajets à travers l'Atlantique. Chaque jour de l'année, il faudrait mathématiquement que 1025 méthaniers fassent escale dans les ports.

Mais en 2018, il n'y avait qu'environ 470 pétroliers de ce type dans le monde. En raison des coûts de construction élevés (environ 200 millions de dollars par navire), les méthaniers ne sont mis sur cale qu'après un affrètement à long terme d'environ 20 ans.

Il n'existe pas non plus d'infrastructure adéquate en Europe pour transborder les énormes quantités de GNL nécessaires. Il n'existe actuellement que 29 terminaux GNL en Europe. En Allemagne, il y a actuellement quatre projets. Aucun d'entre eux n'a encore été mis en chantier.

Mais même pour les 29 terminaux existants en Europe, le besoin calculé signifierait que les 1025 navires nécessaires devraient être répartis sur 29 terminaux : 35 ou 36 navires par jour devraient donc être déchargés dans chacun des 29 terminaux. Une cargaison complète de pétroliers devrait être déchargée en 40 minutes. Cela n'est pas non plus réaliste : l'opération prend 20 heures pour les pétroliers courants de 147.000 mètres cubes. Pour les futurs pétroliers de 250.000 mètres cubes, l'opération prendrait jusqu'à 30 heures.

L'espoir de voir le gaz naturel liquéfié remplacer le gaz russe, bon marché et respectueux de l'environnement, dont le gouvernement allemand veut se passer à tout prix, est donc tout à fait absurde, du moins pour les prochaines années. Cela rappelle l'espoir d'armes "miracles" pendant la Seconde Guerre mondiale. (st)

samedi, 05 mars 2022

Entre guerre et pandémie, pourquoi la mondialisation commence à s'effriter

carriere_effrite.jpg

Entre guerre et pandémie, pourquoi la mondialisation commence à s'effriter

Francesca Salvatore

Source: https://it.insideover.com/economia/guerra-e-pandemia-perche-la-globalizzazione-inizia-a-sgretolarsi.html

Lorsque la pandémie a éclaté, le syndrome des rayons vides a démontré deux choses : les effets dévastateurs d'une psychose collective (les supermarchés n'ont jamais fermé un seul jour) et la mesure dans laquelle certaines entraves du village planétaire avaient mis en échec producteurs et consommateurs, en particulier dans le secteur alimentaire, un réseau complexe d'interactions impliquant les agriculteurs, les intrants agricoles, les usines de transformation, le transport maritime, les détaillants. Pendant des décennies, les gouvernements n'ont pas fait grand-chose pour protéger les petites exploitations agricoles et les producteurs de denrées alimentaires qui ont été évincés par ces géants commerciaux, générant des aberrations telles que Singapour, qui importe 90 % de ses denrées alimentaires de l'étranger, ou la très avancée Australie, qui exporte environ deux tiers de ses produits agricoles vers la turbulente région Asie-Pacifique.

Avertissements sinistres

La crise des équipements de protection individuelle avait également créé de véritables vagues de panique : au début de l'urgence, plusieurs pays du monde ont littéralement combattu le Covid à mains nues dans les unités de soins intensifs. A cela s'ajoute un épisode singulier, qui a accentué ces craintes, pendant la phase encore aiguë de la pandémie : le cargo taïwanais Ever Given, naviguant vers le port de Rotterdam, en Hollande, en provenance de Yantian, en Chine s'est échoué au nord du port de Suez en mars dernier, générant un incroyable effet domino quant aux produits avariés, aux coûts et aux livraisons manquées.

Incidente Canale di Suez Ever Given.jpg

Bloomberg a estimé que le blocage du canal de Suez, par lequel passent 12 % des marchandises mondiales et 30 % du trafic de conteneurs expédiés par voie maritime, a créé une perte économique d'au moins 9,6 milliards de dollars par jour, en raison de la non-livraison des marchandises à bord des navires bloqués dans le canal et de celles qui attendent dans les ports. Les marchandises arrimées dans les navires bloqués par le canal valaient à elles seules environ 8,1 milliards de dollars, selon la LLoyd's List.

L'affaire ukrainienne n'est pas loin du croquemitaine des blocages maritimes et des frontières fermées, et avec eux des chaînes d'approvisionnement. Ce qui est remis en question, ce n'est pas la mondialisation culturelle et technologique, qui nous permet de vivre avec les conflits et permet aux êtres humains de communiquer en temps réel, mais le système que le village global a développé autour de la production de nourriture, d'objets, et de l'empreinte énergétique de nos sociétés. La question fondamentale est de savoir pourquoi les aliments qui nous nourrissent chaque jour doivent parcourir jusqu'à 10.000 km pour arriver dans nos assiettes ; pourquoi, si l'industrie des micropuces tombe en panne à l'autre bout du monde, nous ne pouvons pas compenser leur manque ; et pourquoi l'énergie nécessaire pour produire tout cela doit provenir de milliers de kilomètres, ce qui nous oblige à marchander avec des zones instables de la planète et à faire des compromis avec des régimes illibéraux.

Vers la souveraineté alimentaire ?

Bien que ce conflit soit très différent de la Seconde Guerre mondiale, lorsque cette région était en proie à de véritables vagues de famine, ce qui se passe en Ukraine rayonne déjà vers l'extérieur et menace la disponibilité de la nourriture dans les nations moins prospères. Ceux-ci sont devenus dépendants des exportations de céréales et d'autres produits alimentaires en provenance d'Ukraine et de Russie, qui représentent désormais 29 % des exportations mondiales de céréales. Ils contribuent également à 19% des exportations mondiales de maïs et à 80% des exportations mondiales d'huile de tournesol. La mer Noire est au cœur de ce commerce transnational, et avec le risque de devenir une poudrière et de bloquer les expéditions vers la mer d'Azov, les prix à terme du blé ont déjà grimpé en flèche. Si cela se traduit par des retards et des pertes de plusieurs millions de dollars dans les pays les plus riches, une foule de nations à faible revenu risquent une famine pure et simple et une détérioration générale de la santé publique en raison du prix des céréales. La Russie et le Belarus sont également les principaux exportateurs d'engrais, la Russie étant en tête du classement mondial ; les prix, qui étaient déjà élevés avant la guerre, ont augmenté. La pénurie d'engrais met en péril la production agricole mondiale, qui en dépend, si elle n'est pas anesthésiée.

Il y a des nations dans le monde qui, ayant su se diversifier ou du moins être hautement technologiques, ont bien fait face à la pandémie : l'Italie, par exemple, a de bons antécédents en matière de chaînes d'approvisionnement courtes et les a redécouvertes ces deux dernières années ; la Chine moderne, un pays complètement différent du passé, avec de nouvelles technologies et des investissements records, a travaillé pendant des années pour améliorer sa sécurité alimentaire, dépensant des dizaines de milliards de dollars au cours de la dernière décennie pour racheter de grandes entreprises de semences. Ces efforts semblent avoir adouci le coup porté à l'industrie alimentaire au plus fort de la pandémie.

Pour toutes ces raisons, la question de la souveraineté alimentaire est revenue sur le devant de la scène au cours des 24 derniers mois : des pays comme le Népal, le Mali, le Venezuela et bien d'autres ont déjà reconnu la souveraineté alimentaire comme un droit constitutionnel de leur peuple, car elle semble être la meilleure défense contre tout choc économique.

Push-article-pci-gaz-nat.jpg

Réduire nos empreintes énergétiques

La crise énergétique est la deuxième implication majeure, après le désastre humanitaire, du conflit en Ukraine. La géopolitique du pétrole au cours du siècle dernier nous a montré à maintes reprises à quel point cette ressource est sensible à la politique internationale. Surtout, la géopolitique du gaz naturel est devenue plus complexe, sur laquelle on a spéculé à des niveaux intolérables, dans la croyance que l'or bleu pouvait être compris comme une source de transition. Il ne faut pas oublier que la géopolitique du gaz avait déjà montré comment certains événements ne concernant pas le Moyen-Orient pouvaient briser et reconstruire des équilibres internationaux. Dans les années 2000, avec l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en Russie, l'épreuve de force avec les oligarques du pétrole et du gaz s'est rapidement achevée, conduisant à la réalisation du contrôle de l'État sur d'autres sources d'énergie par le biais de Gazprom. Le président a promu un nouveau nationalisme, estimant que le gouvernement devait créer de grandes multinationales capables de rivaliser avec l'Occident. En 2001, il a changé l'équipe de direction de Gazprom, en 2003, il a fait arrêter le président du principal actionnaire de Yukos et en 2004, il a pris une autre direction, en augmentant la taxe à l'exportation sur le pétrole brut. Bien que la Russie ait reculé à la deuxième place en tant que propriétaire lointain de gaz, elle est restée le plus grand exportateur de gaz au cours de la dernière décennie, approvisionnant les pays d'Europe de l'Est et de l'Ouest atteints par les gazoducs de l'ère soviétique. Le transport est resté la véritable criticité du gaz naturel car il est sujet à des conflits géopolitiques : d'où les accusations répétées de l'Amérique et de l'Europe contre la Russie d'utiliser ses ressources pour retrouver une position de superpuissance. Des critiques confirmées ces derniers jours.

Il est clair que les événements de ces derniers jours viennent tragiquement heurter des décennies de choix énergétiques contre les projets que l'Europe et le monde entier avaient en matière de climat et d'utilisation des énergies renouvelables. L'Allemagne, pays en transition énergétique par excellence, mais aussi point chaud en raison des événements autour de Nord Stream 2, est le lieu où ces difficultés et contradictions se manifestent en premier. Environ 55% des importations de gaz de l'Allemagne proviennent de Russie, ainsi que 50% de la houille et environ 30% du pétrole. Alors que l'Allemagne dispose d'une réserve stratégique de pétrole, qui, selon la loi, doit durer 90 jours, il n'existe aucune exigence de ce type pour le gaz et le charbon. Ici, seules les entreprises elles-mêmes décident de leurs réserves. Il est désormais clair qu'il s'agissait d'une erreur stratégique et le ministère de l'Économie veut faire passer les changements juridiques le plus rapidement possible. L'Union européenne envisage de prendre des mesures pour renforcer sa sécurité énergétique alors que les sanctions de plus en plus sévères contre la Russie et l'escalade de la violence en Ukraine ont suscité des inquiétudes quant à l'approvisionnement pour l'hiver prochain.

L'Europe importe de Russie environ 40 % de son gaz, 35 % de son pétrole brut et plus de 40 % de son charbon. Alors que l'incertitude grandit quant à ces importations et que les réserves de gaz de l'UE tombent en dessous de 30 %, le bloc européen cherche des alternatives à l'énergie russe et planifie soigneusement l'hiver prochain. "La situation actuelle est tendue", a déclaré Kadri Simson, commissaire européen à l'énergie. Toutefois, les éminences grises européennes se veulent rassurantes quant à la fin de cet hiver et à l'été à venir. Cependant, la question de la souveraineté énergétique est une fois de plus étroitement liée aux questions de sécurité nationale, comme dans les années 1970, qui ne nous ont rien appris ou presque.

L'alimentation et l'énergie seront donc les deux directions dans lesquelles la mondialisation devra se remodeler. Le court et le moyen terme seront nécessaires pour faire face aux difficultés générées par la pandémie et aux résultats imprévus du conflit en Ukraine. Il s'agit d'un changement de rythme et de vision qui nous obligera à nous défaire des engagements internationaux antérieurs, des idéologies sclérosées et des politiques nationales à courte vue. L'arrière-cour va-t-elle se rétrécir au nom du froid et du ventre ?

samedi, 08 janvier 2022

Les prix du gaz liquéfié américain s'envolent en Europe 

1438243102_GTT-construira-deux-methaniers-pour-Teekay_grand.jpg

Les prix du gaz de schiste américain s'envolent en Europe 

Par Eduardo Vior

Source: https://dossiersul.com.br/precos-do-gas-liquefeito-dos-eua-disparam-na-europa-eduardo-vior/

Après que la ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, a déclaré dimanche (12 décembre 2021) dans un reportage sur la chaîne de télévision publique (ZDF) que le gazoduc Nord Stream 2 "ne peut pas encore être homologué", les prix du gaz en Europe ont à nouveau fortement augmenté, ce qui a profité aux importateurs de gaz naturel liquéfié (GNL) des États-Unis.

Le prix du gaz a atteint un nouveau record le lundi 13 décembre. Les contrats pour le 14 décembre ont atteint un niveau record de 118 euros par mégawattheure (MWh) dans l'après-midi. C'est une bonne dizaine de pour cent de plus que le vendredi. Les observateurs du secteur ont cité les déclarations du ministre des affaires étrangères comme raison de cette augmentation.

Interviewée par le journal Heute de la ZDF, elle a souligné que le gazoduc "ne répond pas aux exigences de la législation européenne en matière d'énergie et que, de toute façon, les questions de sécurité ne sont pas résolues".

Dans leur accord de coalition, le Parti social-démocrate (SPD), les Verts et le Parti libéral-démocrate (FDP) ont déterminé que les projets énergétiques sont soumis à la législation européenne, "et cela signifie que dans la situation actuelle, ce gazoduc ne peut pas être approuvé parce qu'il ne répond pas aux exigences de la législation européenne sur l'énergie et que, de toute façon, les questions de sécurité ne sont pas résolues", a déclaré l'élue des Verts. L'argument est que le consortium Nord Stream AG est enregistré en tant que société suisse et non dans un pays de l'UE, mais ce n'est pas nouveau : on le sait depuis que l'État allemand a accepté d'établir la connexion.

Qu'en est-il du principe de continuité juridique et de l'obligation des États de respecter leurs engagements ?

M. Baerbock a ajouté que les États-Unis et l'ancien gouvernement allemand avaient discuté "du fait qu'en cas de nouvelle escalade de la tension en Europe de l'Est, ce pipeline ne pourrait pas être connecté au réseau". Elle faisait référence à la situation tendue à la frontière russo-ukrainienne.

2019-09-26T011821Z_1_LYNXMPEF8P02B_RTROPTP_3_JAPAN-LNG.JPG

Le pipeline reliant la Russie à l'Allemagne a été achevé il y a quelques semaines. L'Agence fédérale des réseaux a jusqu'à début janvier pour se prononcer sur la licence d'exploitation du gazoduc, par lequel jusqu'à 55 milliards de mètres cubes de gaz naturel seront fournis annuellement de la Russie à l'Allemagne.

L'actuelle ministre s'était déjà prononcée contre Nord Stream 2 pendant la campagne électorale précédant les élections pour le Bundestag. Cependant, le nouveau chancelier Olaf Scholz n'a pas encore pris de position claire sur la question.

Le scénario le plus probable est que la confirmation réglementaire finale pourrait être prolongée jusqu'à la fin du troisième trimestre, voire du quatrième trimestre de 2022, mais si le conflit entre la Russie et l'OTAN au sujet de l'Ukraine s'intensifie, la pression exercée par les États-Unis et les États d'Europe de l'Est sur le gouvernement allemand pour geler le projet augmentera probablement.

Pour les Verts et Annalena Baerbock, ce serait un grand succès de politique étrangère. La décision du gouvernement reste toutefois indécise, car il existe encore quelques partisans de premier plan du gazoduc au sein de la SPD, comme la ministre-présidente de la région de Mecklembourg-Poméranie occidentale, Manuela Schwesig (photo).

Manuela_Schwesig_(15321053638).jpg

On peut se demander quelles sont les alternatives au gaz russe. Malgré l'expansion des énergies renouvelables, l'Allemagne et les autres pays de l'UE resteront dépendants des importations de gaz et de pétrole dans un avenir prévisible, d'autant plus que, selon l'accord fondateur du nouveau gouvernement de coalition, la République fédérale entend avancer l'abandon progressif de la production d'électricité à partir du charbon ainsi que la fin de l'énergie nucléaire. "Idéalement, cet objectif devrait être atteint d'ici 2030", indique l'accord.

Si l'autorisation est retardée et que l'hiver est d'un froid glacial, les importations de gaz liquéfié en provenance des États-Unis, qui est principalement produit à l'aide de la méthode de fracturation hydraulique, nuisible à l'environnement, augmenteront.

En sa qualité de ministre de l'économie de la grande coalition, l'actuel chancelier Olaf Scholz a offert, à l'automne dernier, son soutien aux États-Unis pour l'importation de gaz naturel américain via la mer du Nord, parallèlement à la construction de Nord Stream 2.

L'opposition des écologistes et de l'ensemble de la presse atlantiste au gazoduc profite non seulement aux importations de gaz américain et renforce le bloc anti-russe en Europe, mais contribue également à justifier les opérations militaires de l'UE en Afrique.
Dans une récente étude, Greenpeace accuse l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne d'avoir dépensé plus de 4 milliards d'euros depuis 2018 pour sécuriser militairement les importations de pétrole et de gaz. Selon l'enquête, cinq des huit missions militaires de l'UE ont cet objectif. La mission "Irini" le long des côtes libyennes en est un exemple. Alors qu'elle est censée surveiller le respect de l'embargo sur les armes imposé par les Nations unies à la Libye, elle contrôle et réglemente également les exportations illégales de pétrole volé en provenance du pays d'Afrique du Nord.

startbild-atalanta.jpg

De même, l'opération Atalante dans la Corne de l'Afrique protège les nombreux transports de pétrole et de gaz du Golfe vers l'Europe via la mer Rouge. L'Allemagne a maintenant un ministre des affaires étrangères qui, en tant que membre de l'opposition au Bundestag, avait approuvé la participation de l'Allemagne à "Atalanta".

M. Baerbock était alors en minorité dans son groupe parlementaire, mais on peut s'attendre à ce que les Verts, en tant que partenaires gouvernementaux de la SPD et de la FDP, acceptent à nouveau rapidement les missions militaires que le gouvernement fédéral jugera nécessaires. D'autant plus qu'ils sont commandés par l'UE, dont la trajectoire est décrite par Baerbock comme une "success story".

Dans le contexte européen, l'industrie allemande est aujourd'hui à l'avant-garde de la transition vers l'utilisation intégrale des sources d'énergie renouvelables, mais le financement de cette transition dépend des bonnes relations de l'Allemagne avec la Russie et de son accès continu au marché chinois, son principal partenaire commercial et économique.

En outre, le Bundestag a décidé en 2012 de fermer toutes les centrales nucléaires d'ici 2022 et le contrat de coalition actuel a accepté d'avancer à 2030 la limite de l'utilisation du charbon comme combustible. Parallèlement, à mesure que les sources d'énergie alternatives (vent, eau, hydrogène, etc.) se développent et que l'ensemble de la société s'adapte pour les utiliser, l'industrie augmentera sa consommation de gaz.

Le second gazoduc traversant la mer Baltique a pour fonction de sécuriser l'approvisionnement en gaz pendant la transition. Les partisans de l'alliance atlantique affirment qu'elle créera une dépendance de la stratégie européenne vis-à-vis de la Russie. Ils renforcent cet argument en faisant référence à la crise de l'Ukraine, arguant que si Poutine envahit ce pays voisin, il est impossible d'autoriser un gazoduc qui donnerait à la grande puissance continentale le pouvoir principal sur l'approvisionnement en énergie de l'Europe centrale et occidentale.

L'erreur de cet argument est que la Russie n'a pas l'intention d'envahir l'Ukraine en raison du coût d'une telle opétation, que c'est l'Allemagne qui souffrira le plus si le pipeline déjà terminé n'est pas mis en service (outre les amendes qu'elle devra payer) et que les États-Unis seront les seuls bénéficiaires de toute l'affaire. La République fédérale pourrait payer très cher l'environnementalisme atlantiste de son ministre des affaires étrangères et de l'UE.

***

Eduardo Vior est un politologue argentin.

Originellement dans telam.com.ar

jeudi, 02 décembre 2021

Du dogmatisme climatique à l'effondrement énergétique

csm_Consommation_d_energie_des_francais_et_le_rechauffement_climatique-Direct_Energie_6eb1a9f304.jpg

Du dogmatisme climatique à l'effondrement énergétique

Par Luis I. Gómez Fernández

Ex: https://disidentia.com/del-dogmatismo-climatico-al-colapso-energetico/

Les prix de l'énergie montent en flèche, qu'il s'agisse du gaz naturel, du pétrole, du charbon ou de l'électricité, et les consommateurs doivent puiser de plus en plus dans leurs économies. Malgré l'expansion considérable des énergies renouvelables, nous sommes toujours dépendants des combustibles fossiles et cela ne devrait pas changer de sitôt. L'évolution des prix au cours des derniers mois aurait dû être un signal d'alarme pour les responsables politiques présents à la conférence des Nations unies sur le changement climatique à Glasgow. Au lieu de cela, les politiciens continuent d'être guidés plus par des vœux pieux que par la logique lorsqu'il s'agit de la transition énergétique. La crise énergétique met inexorablement en évidence les objectifs contradictoires de la "transformation énergétique".

La crise énergétique rappelle des souvenirs des années 1970. À l'époque, pendant la crise pétrolière, il y avait de longues files d'attente devant les stations-service. Aujourd'hui, il y a également des pénuries de carburant aux pompes britanniques et les stations-service allemandes sont à court d'AdBlue. Les premières conséquences de la transition énergétique deviennent visibles.

Les responsables politiques doivent tirer les bonnes leçons de la crise énergétique actuelle et se concentrer désormais sur l'essentiel de la politique énergétique et climatique. Mais pour cela, il faut d'abord se débarrasser du ballast dogmatique.

Si la politique veut sortir avec succès - si nous voulons tous sortir avec succès - de cette crise énergétique, elle doit se débarrasser du lest dogmatique. Le "greenwashing" du gaz naturel montre les objectifs contradictoires de la transition énergétique. Le message de Bruxelles est déroutant: alors qu'il y a peu de temps encore, on nous disait que brûler des combustibles fossiles n'était rien d'autre qu'un péché, on nous dit maintenant que brûler du gaz naturel ne l'est pas. Ou que c'est un péché véniel.

Les conséquences de l'explosion des prix du gaz naturel dans le monde sont peu visibles. Les premières entreprises ont déjà arrêté ou réduit considérablement leur production. Parmi eux figurent les fabricants d'engrais en Grande-Bretagne, par exemple, ou les producteurs d'AdBlue en Italie. En Chine, il y a déjà eu des coupures de courant à grande échelle parce qu'il n'y avait pas assez de charbon disponible.

Les caprices incontrôlables de la météo - certains jours il y a du vent ou du soleil, d'autres non - font que la demande de combustibles fossiles augmente plus vite que le marché ne peut réagir. Ce manque d'agilité de la part des fournisseurs a beaucoup à voir avec les messages que les politiciens reçoivent depuis plus de cinq ans maintenant: l'extraction et la combustion des combustibles fossiles sont non seulement un péché, mais elles seront sévèrement taxées. Personne n'investit dans de telles conditions ! Il s'avère maintenant que le gouvernement américain a demandé aux pays producteurs de pétrole d'augmenter leur production et que l'Europe a demandé à la Russie de fournir davantage de gaz naturel. Dans le même temps, l'Agence internationale de l'énergie prévient que nous devons cesser d'investir dans de nouveaux gisements de pétrole, de gaz et de charbon si nous voulons atteindre les objectifs de protection du climat fixés pour 2050. C'est difficile à comprendre.

Au début de l'année, un long hiver en Europe et en Asie a entraîné une augmentation de la demande d'énergie. Cette période a été suivie d'un été très nuageux et sans vent, ce qui a entraîné une baisse significative de la production d'électricité à partir d'énergies renouvelables en Europe. Davantage de centrales électriques au charbon et au gaz ont dû intervenir pour répondre à la demande d'électricité. Cela a créé une demande imprévue de charbon et de gaz, qui a dû être satisfaite à court terme sur les marchés. À cela s'ajoute l'augmentation de la taxe sur le CO2 appliquée aux combustibles fossiles. L'effet souhaité par les politiciens s'est donc produit : les combustibles fossiles sont devenus beaucoup plus chers.

La crise énergétique est commentée différemment par les différents partis. Les sceptiques de la transition énergétique mettent en avant le manque de fiabilité des technologies vertes. Les éco-champions considèrent qu'il est nécessaire de développer encore plus rapidement les énergies renouvelables afin de devenir indépendant des combustibles fossiles.

Cependant, si l'on examine les faits sans parti pris idéologique, il apparaît rapidement que les objectifs contradictoires de la transition énergétique entre la sécurité d'approvisionnement, la compatibilité environnementale et le caractère abordable ont été exposés et visibles pour tous.

Des prix plus élevés conduisent généralement à davantage d'investissements. Or, ce n'est pas le cas actuellement pour les producteurs de biens d'énergie fossile. D'une part, ils aimeraient bien sûr récolter les fruits de la hausse des prix ; d'autre part, les politiciens et les ONG exercent une pression massive pour qu'ils cessent d'investir dans l'extraction/commercialisation des combustibles fossiles. Le résultat est que de plus en plus d'entreprises énergétiques n'investissent que dans des programmes "verts". Personne ne semble remarquer le vrai problème : que se passe-t-il si l'offre n'est pas disponible ?

La transition énergétique est inévitablement associée à une électrification accrue. Cependant, les énergies renouvelables ont le problème de ne pas pouvoir produire de l'électricité à la demande en raison des conditions météorologiques. Cela rend problématique un approvisionnement énergétique stable et entraîne des coûts extrêmement élevés. À l'heure actuelle, il n'existe pas de solution technique abordable pour stocker l'électricité excédentaire en quantité suffisante afin de pouvoir y avoir recours en cas de besoin. De telles installations de stockage ne seront pas disponibles pendant longtemps. C'est pourquoi nous avons besoin de centrales électriques de secours qui peuvent intervenir lorsque le vent et le soleil ne peuvent pas le faire.

De plus en plus de pays se tournent vers l'énergie nucléaire. Sinon, les combustibles fossiles, comme le gaz naturel ou le charbon, sont inévitables. Les centrales au gaz émettent légèrement moins de CO2 que les centrales au charbon, c'est pourquoi elles sont considérées comme une technologie de transition dans les pays qui rejettent l'énergie nucléaire. Mais n'oubliez pas que les prix élevés du gaz entraînent également une augmentation significative des prix de l'électricité.

Les objectifs contradictoires de la politique énergétique ne peuvent être résolus que si l'on abandonne les positions idéologiques et que l'on autorise un large mix énergétique avec les capacités de réserve correspondantes. Classer le gaz naturel comme une technologie "verte" et l'assimiler ainsi à l'énergie nucléaire n'est rien d'autre qu'un effort pour cacher l'argumentation idéologique, car le gaz naturel n'est pas exempt de CO2. Le véritable potentiel de réduction des gaz à effet de serre doit être à la mesure du système énergétique utilisé et non d'une technologie occultée par l'idéologie.

L'idéologie... Les centrales de secours coûtent cher, mais elles sont indispensables pour assurer la sécurité de l'approvisionnement en électricité. Les coûts supplémentaires ralentiront la croissance économique pendant la transition, car l'augmentation des coûts de l'électricité entraîne inévitablement une hausse des coûts de tous les biens et services, ce qui alimente l'inflation.

Les responsables politiques doivent tirer les bonnes leçons de la crise énergétique actuelle et se concentrer dès maintenant sur l'essentiel de la politique énergétique et climatique. Mais pour cela, il faut d'abord se débarrasser du ballast dogmatique. Si cela n'est pas fait rapidement, ce n'est qu'une question de temps avant que l'offre ne s'effondre.

lundi, 29 novembre 2021

Analyse des perspectives de l'économie de l'hydrogène

4by3.jpg

Analyse des perspectives de l'économie de l'hydrogène

Institut RUSSTRAT

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/geoestrategia/35795-2021-11-01-19-30-52

La question du remplacement complet de tous les types de combustibles fossiles dans le secteur énergétique mondial (et par conséquent dans l'économie) par l'hydrogène revêt actuellement un caractère stratégique.

Si les prévisions des experts sur le succès significatif de la nouvelle tendance mondiale dans l'avenir proche, celui des quinze prochaines années, et dans l'absolu, pour le basculement de 2040-2050, sont correctes, cela signifie une transformation fondamentale de toute l'économie mondiale.

Par exemple, selon les données de l'OPEP pour 2018, l'ensemble de l'économie mondiale a consommé 98,7 millions de barils de pétrole par jour, tous usages confondus. 44,4 millions de barils ont représenté les besoins du transport automobile, 13,4 millions ont été dépensés pour la pétrochimie, 12,8 millions sont allés à l'industrie, 6,5 millions à l'aviation, 4,9 millions à l'industrie de l'énergie, 4,1 millions à la navigation, 1,8 millions au rail et autres types de transport et 10,8 millions de barils ont été dépensés pour d'autres besoins.

Selon les projections des partisans de la "nouvelle transition énergétique", tous les composants énumérés, à l'exception des produits pétrochimiques et probablement d'autres besoins, seront remplacés avec succès par l'hydrogène. Cela signifie une baisse de 76 % de la demande mondiale d'"or noir", ce qui entraînera l'effondrement de l'industrie pétrolière et l'effondrement de l'économie de tous les pays qui dépendent de manière critique des revenus pétroliers.

De même, les perspectives pour le charbon, dont le volume devrait tomber à zéro, et les chiffres pour le gaz naturel, à 3,918 trillions de mètres cubes, semblent similaires. Dont la consommation mondiale (données Rystad Energy pour 2020) représente également plus de 65 % de la production d'électricité (24 % de la production mondiale totale d'électricité) et fournit de la chaleur à la population.

Le reste est consacré à la production de matières plastiques et d'autres produits chimiques, de sorte que l'exploitation des ressources pétrolières subsistera même dans le pire des scénarios. Mais cela signifiera également un dérapage multiple et massif des taux temporels, une baisse de la demande de "carburant bleu", avec des conséquences économiques et géopolitiques négatives, d'une importance similaire aux résultats du "rejet du pétrole".

31492.jpg

D'autre part, dans leurs plans et prévisions, les apologistes de l'"énergie totale de l'hydrogène" ignorent clairement des faits évidents et, dans certains cas, même les lois de la physique. La plupart de leurs calculs sont des anticipations, fondées pour la plupart non pas sur des faits objectifs, mais sur des considérations populistes et politiques, souvent mélangées au point d'être totalement indiscernables.

Il est donc nécessaire de procéder à une analyse structurelle complète de la question des perspectives réelles de l'énergie hydrogène et de son impact sur la stratégie politique et économique à long terme, notamment pour la Fédération de Russie.

Conditions idéologiques préalables au concept de "l'énergie hydrogène"

La raison officielle du "désir du monde de passer à l'hydrogène" dérive de la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique. Bien que les calculs scientifiques cités dans son argumentaire présentent de sérieux signes de partialité, il n'en reste pas moins que, d'une manière générale, la communauté scientifique mondiale estime que la température moyenne de la planète est en train d'augmenter et que cela entraîne des changements planétaires de grande ampleur. De l'augmentation de la température moyenne elle-même, et du déplacement des zones climatiques qui en découle, à la fonte des glaciers, qui entraîne une élévation du niveau de la mer.

Si le niveau de la mer s'élève d'un mètre, Venise risque de disparaître de la surface de la Terre, si le niveau de la mer s'élève de deux mètres, Amsterdam et 80 % des Pays-Bas seront sous l'eau. Une élévation de 2,5 mètres inondera complètement Hambourg et d'autres villes allemandes situées dans la plaine inondable de l'Elbe jusqu'à 100 km de la côte moderne.

Capture-d_ecran-2013-11-07-a-14.58.05.png

Un sort similaire attend Saint-Pétersbourg. Une élévation de 3 mètres "emporterait" Los Angeles, San Francisco, New York, la Nouvelle-Orléans et d'autres agglomérations américaines jusqu'à 200 km à l'intérieur des terres. Si l'océan monte de 5,5 mètres, Londres et la grande majorité des îles britanniques couleront. Avec ses 6,5 mètres, il "emportera" Shanghai et 70 % de l'Europe occidentale. Les conséquences destructrices de ce processus toucheront également le territoire de la Fédération de Russie à grande échelle.

Il est tout à fait logique de supposer que la conséquence de tout ce qui précède sera la souffrance d'une partie importante de la population mondiale. Selon les prévisions, dans le troisième quart de ce siècle, les trois quarts de la population européenne et la grande majorité des habitants de l'Afrique devront chercher un nouveau lieu de vie, car, en cas d'élévation du niveau de l'océan mondial de 7 mètres ou plus, toute sa partie centrale deviendra une mer. L'ampleur des dommages économiques et humanitaires serait incalculable.

Bien qu'il n'y ait pas de consensus complet dans la communauté scientifique sur cette question, on pense officiellement que la cause en est l'industrie mondiale, qui émet environ 33 gigatonnes de CO2 dans l'atmosphère, contribuant ainsi principalement à la formation de l'effet de serre". La conclusion est donc que les émissions doivent être réduites de manière drastique, idéalement à zéro. Principalement dans le secteur de l'énergie, la fabrication d'acier et d'autres processus industriels à forte intensité énergétique.

Conditions politiques et économiques préalables au concept d'"énergie hydrogène"

Outre la "protection de l'environnement", le concept d'obligation de passer à l'hydrogène repose sur deux autres bases solides. La première d'entre elles est d'ordre économique.

En particulier, le volume des exportations totales de biens et de services de l'UE en 2020 s'est élevé à 6,27 trillions de dollars. Et les importations - 6,21 trillions de dollars. En raison de l'épuisement des marchés libres pour l'expansion économique, de la politique de sanctions économiques et d'autres facteurs, l'économie européenne perd sa rentabilité. En outre, environ un tiers du coût des importations concerne les ressources énergétiques, où les approvisionnements étrangers représentent déjà 75 % de la consommation totale de l'UE et ont une tendance constante à la croissance.

Selon les dirigeants politiques de l'UE, une telle évolution des événements menace de déstabiliser l'économie européenne et le risque de devenir complètement dépendant de l'énergie des pays exportateurs de pétrole et de gaz est inacceptable. Cela pourrait à tout moment entraîner la perte de l'indépendance politique de l'UE.

En outre, une tentative de transfert de l'énergie européenne "avec du gaz" pour échapper à la "dépendance au pétrole", qui s'élevait à 86% en 2015, puis la mise en œuvre de la Charte européenne de l'énergie, pour transférer le commerce du gaz à long terme avec des contrats avec des obligations fixes de "relations de marché libre" se sont soldées par un échec. Les cotations actuelles dans les hubs de gaz en Europe ont atteint plus de mille dollars par mille mètres cubes, ce qui est trois fois plus élevé que le niveau habituel, et est complètement destructeur pour l'économie européenne dans son ensemble.

Une situation similaire est observée aux États-Unis, bien que légèrement différente sur certains points.

C'est pourquoi, dans le monde occidental, on est convaincu de la nécessité d'une transition rapide vers une autre source d'énergie, que l'Europe et les États-Unis pourraient produire indépendamment dans des volumes illimités. Ainsi, on abandonne complètement l'importation de toute ressource énergétique.

En outre, le concept de "passage à une énergie propre pour sauver l'environnement" crée les conditions préalables à la restauration de la domination globale de l'Occident collectif sur le reste du monde en imposant une "taxe carbone" aux autres pays.

Son idée se résume à l'introduction de droits d'importation supplémentaires sur les biens et services associés à l'utilisation de sources d'énergie et/ou de matières premières "sales". En particulier, si l'Europe l'introduit, selon les sources existantes, cela signifiera une augmentation des droits de douane sur l'exportation de marchandises russes vers l'UE de 16% supplémentaires. En termes de valeur, cela signifiera une perte de rentabilité pour les exportations russes vers l'Europe, selon diverses estimations, de 1,1 à 7 milliards d'euros par an. Ainsi, nous perdrons 655 millions d'euros de bénéfices sur les exportations de fer et d'acier, 398 millions d'euros sur les exportations d'engrais azotés, et les livraisons de gaz et de pétrole pourraient s'arrêter complètement.

Cependant, tout ramener à la seule question de l'argent n'est pas tout à fait juste. La taxe carbone permettra à l'Occident d'étouffer efficacement l'économie de tout pays concurrent, réduisant automatiquement sa rentabilité et augmentant ainsi le niveau de pauvreté dans ce pays. Au point de compromettre la capacité de ces États à continuer de remplir leurs obligations sociales envers la population.

9084c1e5-2490-44ea-8bbd-d08517969e8d_taxe-carbone-830.jpg

En substance, la taxe carbone est en train de devenir une sorte de "taxe sur la pauvreté", stimulant un écart croissant entre le niveau de vie des "pays occidentaux propres" et celui des "pays sales". Et comme la pauvreté obligera les "perdants" à rester dans le secteur énergétique "sale" mais moins cher, ils perdront les ressources économiques nécessaires à la modernisation technique et seront contraints de devenir une colonie financière du monde occidental, puisqu'il n'y aura personne à qui vendre des biens et des services. Le retard économique déterminera le retard technologique, qui, à son tour, renforcera encore le retard économique, et le cercle se refermera.

En substance, cela conduira à la formation d'un impérialisme technologique. Les pays du premier monde ont opté pour un tel instrument politique et technologique de pression sur les autres du point de vue de l'agenda climatique mondial. L'instrument a été testé et fonctionne efficacement ; l'importance de l'agenda vert ne fera que croître.

Mesures pratiques pour mettre en œuvre le concept d'"économie de l'hydrogène" dans l'UE

Il convient de noter, comme le montre la section précédente, que le concept d'"énergie hydrogène" comporte deux aspects interdépendants : géopolitique et économique.

Malgré l'unité déclarée de l'Occident collectif, les États-Unis ne font pas grand-chose dans le sens pratique de la mise en œuvre. L'essentiel de ses efforts vise à prendre la tête de l'établissement des "règles anti-carbone" internationales par lesquelles Washington entend restaurer et consolider son hégémonie mondiale.

Contrairement aux États-Unis, l'UE se concentre principalement sur les mesures pratiques visant à mettre en œuvre une "transition énergétique verte" dans le but de créer une "économie de l'hydrogène" innovante. C'est pourquoi nous examinerons ci-dessous les principales mesures européennes allant dans ce sens. En outre, l'Union européenne est un important acheteur de ressources énergétiques russes, ainsi que de biens et services produits dans la Fédération de Russie.

La base des efforts européens pour accélérer la transition de son économie "vers l'hydrogène" est le programme HyDeal Ambition, qui consiste à augmenter la production de ce qu'on appelle "l'hydrogène vert" par électrolyse de l'eau pour la production d'énergie renouvelable.

imahygge.png

Actuellement, l'hydrogène de tous types (vert - à partir de l'eau par électrolyse en utilisant une énergie renouvelable propre, gris - à partir de combustibles fossiles, y compris le gaz naturel, sans captage du CO2, brun - à partir du lignite, noir - à partir du charbon, jaune - à l'aide d'une "électricité sale", bleu - avec l'aide du reformage à la vapeur du méthane et l'élimination du CO2, rose - électrolyse utilisant l'énergie atomique, turquoise - utilisant la décomposition thermique du méthane et obtenant du charbon solide au lieu du CO2, et blanc - un sous-produit des processus industriels) est produit en Europe dans une quantité d'environ 800.000 tonnes au total.

La mise en œuvre du programme HyDeal Ambition devrait porter la production d'hydrogène (très majoritairement "vert") à 3,6 millions de tonnes d'ici 2030 et à 10 millions de tonnes d'ici 2040. Dans le cadre de ce plan, il est prévu de lancer 95 GW d'énergie solaire installée et environ 70 GW d'énergie éolienne pour alimenter 67 GW d'installations d'électrolyse de l'eau, qui sont également censées être construites dans les délais prévus, tant dans le sud de l'Europe qu'en France, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas. Dans le cadre de HyDeal Ambition, 10 GW de capacité installée de nouvelles centrales solaires devraient être mis en service rien qu'en Espagne d'ici à la fin de 2021.

Le programme HyDeal Ambition est mis en œuvre par :

    - les développeurs de projets d'énergie solaire : DH2 / Dhamma Energy (Espagne), Falck Renewables (Italie), Qair (France) ;
    - les fabricants de cellules électrolytiques, sociétés d'ingénierie : McPhy Energy (France), VINCI Construction (France) ;
    - les entreprises de transport de gaz : Enagas (Espagne), OGE (Allemagne), SNAM (Italie), GRTgaz (France), Teréga (France) ;
    - les groupes énergétiques et industriels : Gazel Energie, filiale d'EPH (France), Naturgy (Espagne), HDF Energie (France) ;
    - les fonds d'infrastructure : Cube, Marguerite, Meridiam ;
    - les consultants et conseillers : Banque européenne d'investissement, Corporate Value Associates (CVA), Clifford Chance, Cranmore Partners, Finergreen, Envision Digital, Energy Web.

La "stratégie pour l'hydrogène" de la Commission européenne suggère d'investir 42 milliards d'euros dans la construction de stations d'électrolyse d'ici à 2030. Il est prévu de consacrer 220 à 340 milliards d'euros supplémentaires à la mise à l'échelle et au raccordement direct aux électrolyseurs de 80 à 120 GW produits par l'énergie solaire et éolienne. Un investissement de 65 milliards d'euros sera nécessaire pour organiser le transport, la distribution et le stockage de l'hydrogène dans l'UE.

Des expériences ont également été lancées en Europe pour convertir des secteurs clés de l'économie à l'hydrogène. Principalement dans les transports et l'industrie lourde.

L'Allemagne est un leader dans le domaine du transport ferroviaire. Depuis septembre 2018, deux trains Coradia iLint, fonctionnant entièrement à l'hydrogène, assurent des services réguliers de transport de passagers sur la ligne Bremerhaven, Cuxhaven, Buxtehude et Bremerförde, sur laquelle ils ont déjà "enregistré" plus de 100.000 kilomètres.

corili.jpg

Leur expérience a été reconnue comme réussie et il a été annoncé que sur cette ligne en Basse-Saxe, ils abandonneront complètement les locomotives diesel, les remplaçant par 14 trains qui produisent de l'électricité dans des piles à combustible au cours d'une réaction chimique entre l'hydrogène et l'oxygène d'ici la fin 2021.

Et l'entreprise française Alstom, qui les produit, a reçu une commande de 500 millions d'euros pour 27 trains, qui devraient être utilisés à partir de 2022 pour le trafic de banlieue dans le massif du Taunus, au nord-ouest de Francfort. En outre, d'ici 2030, il est prévu de transférer l'ensemble du trafic ferroviaire en Allemagne sur toutes les voies non électrifiées du pays vers des locomotives fonctionnant à l'hydrogène.

De son côté, la Suède s'est attachée à convertir son industrie sidérurgique pour remplacer complètement les combustibles fossiles (charbon et gaz) par l'hydrogène dans la technologie de production des métaux. Le consortium suédois H2 Green Steel (H2GS) construit, dans le nord du pays, une aciérie fonctionnant entièrement à l'hydrogène. Le projet, d'un coût de 3 milliards de dollars, devrait être achevé en 2024 et, d'ici 2030, il devra produire 5 millions de tonnes d'"acier neutre en carbone" de haute qualité.

Et il ne s'agit pas d'une pure expérience abstraite. Depuis le printemps de cette année, SSAB a commencé des livraisons pratiques d'acier produit à partir d'hydrogène aux usines automobiles de Volvo.

H2-Green-Steel-to-Build-Large-scale-Fossil-free-Steel-Plant-in-Northern-Sweden.jpg

Pendant ce temps, l'UE commence à moderniser l'infrastructure de transport et de stockage de l'hydrogène pur. Dans l'optique du transfert complet de toute la production de chaleur en Europe, la société allemande Avacon a lancé un projet pilote visant à mélanger jusqu'à 20 % d'hydrogène avec du gaz naturel. L'expérience vise à démontrer qu'il est possible d'ajouter plus de 10 % de H2 au gaz utilisé pour le chauffage, comme le prévoient les normes actuelles, voire le double. Par conséquent, les émissions de CO2 seront réduites car moins d'hydrocarbures sont brûlés.

1587973080693.jpg

L'expérience est menée dans l'un des quartiers de la ville de Genthin, dans l'État est-allemand de Saxe-Anhalt. Nous avons choisi cet emplacement car l'infrastructure gazière disponible ici est la plus typique en termes de caractéristiques techniques pour l'ensemble du réseau Avacon.

Selon la direction, l'objectif de l'expérience est également de rééquiper le réseau de distribution de gaz "afin qu'il soit adapté pour recevoir le plus d'hydrogène possible". En d'autres termes, l'Allemagne a commencé à moderniser son infrastructure gazière en vue d'une transition complète vers l'hydrogène comme combustible pour la production d'électricité et de chaleur, en mettant l'accent sur le secteur des ménages.

Analyse économique des perspectives de l'"économie de l'hydrogène"

Ce qui précède conduit à deux conclusions fondamentales. Premièrement, le processus de transfert global de l'économie occidentale, principalement européenne, "vers l'hydrogène" est irréversible. Deuxièmement, bien que sa mise en œuvre à grande échelle semble encore relever de la fantaisie, elle est déjà techniquement tout à fait réalisable. Les succès de l'UE le confirment clairement.

Par conséquent, la question essentielle est celle de la réalité des délais déclarés pour devenir "complètement sans carbone" d'ici 2030 - 2040. Puisque la réponse à cette question déterminera la stratégie future de la Russie dans le domaine de l'"économie de l'hydrogène" dans son ensemble et le calendrier de sa mise en œuvre pratique.

Pour comprendre quand et dans quelle mesure l'Europe sera ou non en mesure de mettre en œuvre ses plans "hydrogène", il est nécessaire d'examiner plus en détail les domaines spécifiques d'utilisation des combustibles fossiles dans l'économie européenne.

Dans le domaine du transport ferroviaire, le progrès semble être possible de la manière la plus simple et la plus rapide. Comme indiqué ci-dessus, le transport ferroviaire consomme 1,8% du volume de pétrole consommé et environ 2,2% du gaz naturel (sans compter la part de la production totale d'électricité).

Si l'on considère que l'UE consomme en moyenne 3,82 milliards de barils de pétrole et environ 500 milliards de mètres cubes de gaz par an, on peut supposer qu'environ 68,7 millions de barils de pétrole et 11 milliards de mètres cubes de gaz seront remplacés par l'hydrogène au cours des 10 à 15 prochaines années..... Si l'on se base sur l'expérience de l'exploitation des trains Coradia iLint, l'Europe aura besoin jusqu'à 400.000 tonnes, soit la moitié du volume actuel de sa propre production d'hydrogène.

L'utilisation d'hydrogène pur pour les besoins domestiques n'ayant pas encore été testée dans la pratique, il n'est pas encore possible d'évaluer cette orientation dans son ensemble. Toutefois, sur la base de paramètres indirects, il est possible d'obtenir des chiffres approximatifs. Avant les données d'Eurostat en 2019, les ménages européens consommaient 32,1 % de tout le gaz consommé dans l'UE.

Compte tenu des résultats des expériences, Avacon a toutes les raisons de croire que la part de l'hydrogène dans le volume de la consommation de gaz des ménages, qui est actuellement de 10 %, peut être portée à 20 % d'ici 2030, et à 30-35 % à l'avenir. Sur cette base, les calculs montrent que la consommation de gaz domestique en Europe diminuera d'environ 40 milliards de mètres cubes par an, et que 3,58 millions de tonnes d'hydrogène pur seront nécessaires pour la remplacer.

En utilisant la même méthodologie, le passage à l'hydrogène pur pour la production d'électricité entraînerait une diminution de la demande de combustibles fossiles en Europe. En particulier, environ 180 milliards de mètres cubes de gaz par an ne seraient pas nécessaires et, pour les remplacer, l'Union européenne aurait besoin de 8 à 16 millions de tonnes d'hydrogène.

L'industrie métallurgique européenne produit au total plus de 168 millions de tonnes d'acier par an et utilise 25,4 milliards de mètres cubes de gaz naturel pour sa production. Le passage de la métallurgie à la "technologie sans carbone" nécessite la consommation de 14 tonnes d'hydrogène liquide pour produire une tonne d'acier. Par conséquent, pour assurer une transition complète pour l'ensemble de l'industrie métallurgique, l'Europe aura besoin de 2,352 millions de tonnes supplémentaires d'hydrogène liquide.

Même si nous supposons le plein succès de la mise en œuvre du plan HyDeal Ambition de Bruxelles, et convenons que la Commission européenne pourra trouver un endroit où trouver 400 milliards d'euros pour sa mise en œuvre jusqu'en 2030 (soit 44,4 milliards d'euros par an, ce qui en soi soulève de grandes questions quant à la faisabilité), le volume de production d'hydrogène en Europe même devra de toute façon s'élever à 3,6 millions de tonnes d'ici 2030 et à 10 millions de tonnes d'ici 2040. Alors que les besoins estimés pour atteindre l'"économie totalement décarbonée" déclarée s'élèveront à 2371 millions de tonnes, soit 237,19 fois plus.

Cela signifie que les objectifs ambitieux déclarés aujourd'hui sont absolument inatteignables dans les conditions réelles des possibilités économiques et financières de l'UE. L'Europe ne sera pas en mesure de parvenir à une absence totale de carbone en 2030, 2040 ou même 2075. Si Bruxelles a besoin de 400 milliards d'euros d'investissement pour atteindre le niveau de production de 10 millions de tonnes par an, alors pour augmenter son volume à 2,3 milliards de tonnes, elle devra investir au moins 94,8 milliards d'euros dans la modernisation, soit sept fois ( !) la totalité du PIB annuel de l'UE, ce qui est techniquement impossible.

Cependant, d'autres conclusions peuvent également être tirées de ce constat. Bien qu'à un rythme beaucoup plus lent, le processus de remplacement de tous les types de combustibles fossiles par l'hydrogène en Europe va néanmoins se poursuivre et son rythme global va s'accélérer. Principalement dans les domaines les plus simples et les plus faciles à moderniser, comme le transport ferroviaire, la consommation domestique et le remplacement des combustibles fossiles dans la production d'électricité.

Cela signifie que la consommation de gaz dans l'UE non seulement ne continuera pas à augmenter, mais diminuera progressivement à un rythme de 3 à 3,5 % par an. La baisse totale d'ici 2030 pourrait atteindre au moins 51 à 100 milliards de mètres cubes. La déclaration de Mme Merkel concernant le projet de l'Allemagne d'abandonner complètement les achats de gaz russe d'ici 2045 est donc très logique.

Dans le même temps, la volonté des autorités centrales de l'UE et des dirigeants des principales économies de l'UE, principalement l'Allemagne, d'accélérer le rythme de la "transition énergétique vers l'hydrogène" à long terme, fera évoluer la production physique d'hydrogène. Compte tenu de la volonté de Bruxelles de rendre le marché de l'hydrogène immédiatement "libre", cela signifie que le coût de l'hydrogène en tant que produit de base sera élevé à long terme, à des niveaux bien supérieurs à 1,5 € par kilogramme (y compris la livraison et le stockage), comme l'indiquent les documents du programme HyDeal Ambition.....

Même à ces prix, une tonne d'"acier à hydrogène" coûte 2,9 fois plus cher que sa version "sale", fabriquée à partir de charbon et de gaz naturel. Par conséquent, les prix supplémentaires de l'acier et de ses dérivés augmenteront aussi inévitablement.

Par exemple, le modèle de base du SUV Volvo XC90 T5 se vend aux États-Unis un peu moins de 50.000 dollars, dont 4125 dollars (8,25 %) pour l'acier utilisé. Ainsi, si elle est entièrement fabriquée en "acier à hydrogène", cela augmentera le coût de 7837 dollars ou, en tenant compte des autres coûts et des marges bénéficiaires, fera passer le prix de la voiture pour l'utilisateur final à 62.000 voire 65.000 dollars.

402232-2020-volvo-xc90.jpg

Et ce n'est que le scénario le plus optimiste. Les calculs montrent que même lorsque le type d'énergie le moins cher actuellement disponible est utilisé dans les électrolyseurs, sans capter ni utiliser le CO2, le coût d'un kilogramme d'hydrogène ne descend pas en dessous de 2 euros. L'expédition et le stockage ajoutent 0,5 à 0,72 € à ce chiffre. Et dans le cas de l'utilisation de la production d'énergie renouvelable, le coût total de l'hydrogène ne descend pas en dessous de 9 à 11 euros par kilogramme.

En d'autres termes, au lieu d'être multipliée par 2,9, une tonne d'acier a toutes les chances de voir son prix multiplié par 7,3, ce qui signifie que le prix du Volvo XC90 T5 lui-même pourrait approcher les 90.000 dollars, ce qui n'aura probablement pas d'effet positif sur les volumes de vente. Et absolument tout en Europe réagira de la même manière, depuis les prix des maisons en construction jusqu'au coût des boîtes de conserve élémentaires et du papier ménager.

Il est facile de supposer que l'UE tentera de compenser la baisse des ventes de biens et de services européens causée par la hausse des coûts de production, ainsi que l'affaiblissement de ses positions concurrentielles sur les marchés d'exportation en augmentant encore les taux de la "taxe carbone à l'importation".

Et ces processus vont durer longtemps. Plus précisément, nous pouvons dire qu'il s'agira de tendances constantes et immuables dans un avenir prévisible.

Conclusions

Pour résumer ce qui précède, il convient de noter ce qui suit :

1. L'"économie de l'hydrogène" est inconditionnellement un processus "éternel". En conséquence, la Russie doit se préparer à des changements radicaux sur les marchés de l'énergie existants et se préparer à lutter pour occuper une place digne de ce nom dans l'"ère de l'hydrogène" à venir. En ce sens, l'adoption par le gouvernement de la Fédération de Russie du "Concept pour le développement de l'énergie hydrogène dans la Fédération de Russie" est une étape stratégiquement correcte.

2. La production d'"énergie hydrogène" en Europe et aux États-Unis conduira inévitablement à l'accélération de l'auto-isolement de leurs marchés intérieurs en un groupe économique fermé et isolé, au sein duquel tout, des biens aux services, coûtera beaucoup plus cher "que dans les pays arriérés". L'Occident ne peut se protéger des importations bon marché des "pays arriérés" qu'en introduisant une "taxe carbone" et en portant son montant à un niveau presque prohibitif.

D'un côté, c'est mauvais, car 35,7 % des exportations totales de la Russie, notamment, sont encore orientées vers l'Europe. Moscou devra chercher d'autres marchés, car payer une "taxe carbone" à l'Occident vise à saper l'économie nationale de la Russie et représente donc une menace pour sa sécurité nationale dans son ensemble.

Mais dans le même temps, l'Occident devra "se défendre contre les importations à bas prix" non seulement de la Russie mais aussi de toutes les autres régions, y compris l'Asie du Sud-Est et la Chine. En outre, elle sera tenue en otage par le processus, même par rapport à des alliés potentiels dans la région indo-pacifique, en particulier l'Inde. Cela limitera sévèrement sa position de négociation avec Delhi.

De même, les conditions préalables seront renforcées pour encourager la Chine à accélérer l'enregistrement de son propre groupe fermé (RCEP) en tant que marché préférentiel pour vendre ses biens et services "sans taxe carbone".

De même, cette tendance se reflétera dans le reste de l'espace économique mondial, qui ne fait pas partie du groupe économique "occidental". Pour la Russie, cela accroît les possibilités d'expansion économique et politique, tant en termes de formation de son propre groupe (qui devrait certainement devenir l'un des principaux objectifs stratégiques du pays pour la prochaine décennie) que de développement des liens économiques avec les pays d'Asie-Pacifique et le "groupe Chine".

En d'autres termes, l'Asie et l'Afrique deviennent les principales directions pour la vente de biens et de services russes. Et il ne nous reste pas plus de dix ans pour leur formation et leur expansion.

3. Il convient également de noter que la formation d'un bloc "éco-occidental" entraînera une augmentation des tensions internes importantes en son sein. Les recettes de la taxe carbone iront très probablement aux autorités centrales de l'UE à Bruxelles, aux principales économies de l'UE (Allemagne, France, Belgique, Pays-Bas, Autriche et certains autres pays européens non membres de l'UE) et aux États-Unis. Mais les voisins d'Europe de l'Est n'y parviendront pas, ce qui, dans le contexte d'une augmentation brutale et continue du coût de la vie, commencera inévitablement à accroître le recul de leur niveau de vie matériel par rapport à celui de "l'Européen moyen" dans l'UE.

Cela finira par alimenter le mécontentement interne, notamment le désir de sortir de la "mafia qui les dépouille". Très probablement sous la forme d'une adhésion à l'"Initiative des trois mers" de la Pologne. Bien que l'émergence de la "Troïmanie" ne corresponde pas aux intérêts russes, et que la Russie doive activement entraver ce processus, les tendances à la désintégration de la configuration actuelle de l'UE doivent être aidées par tous les moyens possibles.

4. Les nouvelles tendances à la fermeture des marchés occidentaux, principalement européens, aux biens et services russes provoquent un paradoxe. Il ne sera pas rentable pour la Russie d'y fournir ses biens et services industriels, obtenus à partir des sources d'énergie fossiles traditionnelles. Cela nous obligera à réduire les exportations dans cette direction.

Mais en même temps, la mise en œuvre de la stratégie de transition vers l'"économie de l'hydrogène" créera une pénurie aiguë d'hydrogène en Europe, ce qui entraînera une croissance importante, voire explosive, du prix du marché. Dans le cadre de la mise en œuvre du concept adopté pour le développement de l'énergie hydrogène dans la Fédération de Russie, celle-ci devrait se concentrer sur l'expansion de la production de la version "verte" de l'hydrogène, dont l'exportation vers l'UE ne sera pas soumise à la "taxe carbone". Et sa pénurie aiguë en Europe obligera les autorités de l'UE à accepter l'expansion des approvisionnements russes. Nous disposons ainsi d'une nouvelle source de revenus d'exportation, tout en stimulant le développement de notre propre économie. Tant sur le plan financier que sur le plan technologique.

Outre les bénéfices, l'expansion des exportations d'"hydrogène vert" vers l'UE stimulera l'expansion de l'introduction de l'hydrogène dans l'UE dans le cadre de l'accélération de la transition complète de l'Europe vers l'"économie de l'hydrogène", ce qui accélérera et augmentera l'ampleur des conséquences économiques et politiques internes négatives pour le "cluster occidental", mentionnées aux pages 2 et 3.

5. L'adaptation aux nouvelles réalités de l'"économie de l'hydrogène" pour la Russie (et de nombreux autres pays) est une étape nécessaire. Objectivement, l'état actuel du secteur énergétique, basé sur les ressources fossiles pour la période allant au moins jusqu'à la fin de ce siècle, est assez confortable pour nous. Et la capacité économique des marchés en dehors du "cluster occidental" restera longtemps suffisante pour vendre des biens et services "sales" du point de vue de l'"économie de l'hydrogène".

Cela crée un risque sérieux de stimuler la création de deux économies distinctes en Russie, l'une "basée sur les combustibles fossiles" et l'autre "basée sur l'hydrogène". En outre, elles sont susceptibles de se faire concurrence, y compris sur le marché intérieur russe.

Le problème est que la création d'une industrie entièrement dépendante des ventes uniquement à l'Europe (plus généralement, uniquement au sein du groupe occidental) présente un risque stratégique de devenir dépendante des mouvements politiquement motivés des autorités européennes et américaines. Comme c'est le cas aujourd'hui en ce qui concerne les projets gaziers de la Russie. Si la Russie a la possibilité de réorienter ses ventes vers d'autres marchés, le marché européen de l'hydrogène ne sera pas le seul, ce qui signifie que nous serions vulnérables à une éventuelle pression de sanctions.

Dans le même temps, la demande intérieure russe d'hydrogène ne sera pas importante, car l'"économie de l'hydrogène" est perdante par rapport à l'"économie fossile" en termes de coûts de production dans le secteur énergétique.

Il est conseillé d'enrayer le problème en stimulant des taux d'augmentation plus élevés de l'efficacité énergétique globale de l'industrie russe et en planifiant le transfert intentionnel vers l'hydrogène des industries pour lesquelles un tel transfert n'entraînera pas d'augmentation tangible des prix finaux. À cet égard, la Russie, par exemple, doit adopter l'expérience allemande d'introduction de l'hydrogène dans le transport ferroviaire.

Cela créera les conditions préalables non seulement à l'expansion de la demande intérieure d'hydrogène, réduisant ainsi la dépendance de la "production d'hydrogène" à l'égard des marchés d'exportation, mais aussi les conditions nécessaires au progrès industriel scientifique, technique et pratique dans le domaine des technologies pour le développement et la production en masse d'équipements propres à la Russie pour le transport et le stockage de l'hydrogène. Ce qui réduit encore l'ampleur de notre dépendance dans ce domaine.

D'autre part, il convient de noter qu'il est souhaitable d'accélérer la R&D dans le domaine de l'augmentation de l'efficacité énergétique des piles à combustible à hydrogène, dans le but à la fois d'atteindre la supériorité technologique dans ce domaine et sa protection par brevet, et d'établir sa production de masse, y compris pour l'exportation.

Et, de manière générale, l'amélioration de l'efficacité énergétique globale de l'industrie russe aura certainement un effet positif sur la compétitivité des biens et services nationaux, tant sur le marché intérieur qu'à l'étranger.

6. Il faut également comprendre que les taux de croissance déclarés en Occident et, partiellement, en Chine, des volumes de production d'énergie renouvelable sont assurés de provoquer également une forte augmentation de la demande de cuivre et de terres rares, dont les réserves sont limitées. Cela entraînera non seulement une hausse des prix pour eux, mais exacerbera la lutte pour le contrôle de leurs marchés. Il est nécessaire de s'y préparer dès maintenant. Tout d'abord, en direction de l'Afrique, en tant que principal réservoir naturel à l'heure actuelle et dans un avenir prévisible.

vendredi, 05 novembre 2021

Agenda vert et/ou retour au charbon: les contradictions "noires" et "vertes" de Biden

V091615DL-0543.jpg

Agenda vert et/ou retour au charbon: les contradictions "noires" et "vertes" de Biden

Alfredo Jalife Rahme

Source: https://www.jornada.com.mx/2021/11/03/opinion/016o1pol & https://www.alfredojalife.com/2021/11/03/las-negras-contradicciones-verdes-de-biden/

Le grave problème que pose le prétendu "leadership mondial" des États-Unis, avec ses mesures de lutte contre le changement climatique depuis près d'un quart de siècle, est la géopolitisation de l'"agenda vert". Ainsi, le protocole de Kyoto, signé en 1997 par Clinton, avec son vice-président pharisien Al Gore - qui se prend pour l'écologiste suprême de la Voie Lactée - a été rejeté en bloc en mars 2001 par Baby Bush. Bill Clinton et Baby Bush se sont lancés la balle du rejet parce que sa mise en œuvre allait coûter 4000 milliards de dollars à leur pays.

De même, Trump, la main sur la ceinture, a rejeté l'Accord de Paris sur le climat de 2016 - signé par le duo Obama/Biden - et qui, dans une large mesure, constitue la matrice opérationnelle de la COP26 qui a connu 25 réunions anticipées avec une exagération cacophonique stridente, mais sans aucune concrétisation. Ni le sommet du G20 à Rome ni celui de la COP26 à Glasgow, en Écosse, n'ont bénéficié de la présence irremplaçable des deux autres superpuissances du "nouvel (dés)ordre tripolaire", la Chine et la Russie, ce qui délégitime toute résolution intrinsèquement non contraignante, même si le tsar Vlady Poutine (https://reut.rs/2Y8TKOw) et le mandarin Xi (https://bit.ly/3CFxsmL) ont tous deux participé à des téléconférences au cours desquelles ils ont fait preuve de souplesse pour atténuer, en fonction des circonstances de chaque nation, l'indéniable changement climatique.

Le problème de Biden n'est pas mondial, pas même dans son hostilité contre la Chine, la Russie et l'Arabie saoudite, mais national, où son propre coreligionnaire démocrate, le sénateur Joe Manchin - pour la Virginie occidentale, deuxième État producteur de charbon après le Wyoming, sans parler de ses ressources en gaz de schiste - entrave son programme vert idyllique qui est également pernicieux pour les États producteurs de pétrole du Texas et de l'Oklahoma. Il s'avère et met en évidence que Biden vante une chose, tout en faisant le contraire, comme c'est le cas avec l'augmentation "pour la première fois en sept ans" de la "quantité d'électricité aux États-Unis générée" par l'abominable charbon, selon le Daily Mail du Royaume-Uni (31/10/21), très proche du MI6, qui affirme que la crédibilité du président assiégé a été sérieusement érodée.

2-1-image.jpg

En raison de la montée en flèche du coût du gaz naturel - qui, soit dit en passant, touche le Mexique depuis l'inconcevable naïveté de López Portillo - "il (Biden) est revenu au charbon" (méga !), selon l'Energy Information Administration américaine.

Les initiés soulignent que l'émergence de l'utilisation du charbon aux États-Unis "est le résultat de politiques qui diabolisent le gaz naturel". Biden et Bill Gates sont tous deux connus pour mener une guerre géopolitique contre le gaz naturel afin de saper le leadership de la Russie, de l'Iran, du Qatar et du Turkménistan (https://bit.ly/3GNUb2b). Autre problème juxtaposé, le gaz naturel reste le premier producteur d'électricité aux États-Unis, devant le charbon, dont la production a augmenté de 22 % depuis le début de l'année, les centrales nucléaires (en tête de cette catégorie), bien avant l'énergie éolienne/solaire naissante et l'hydroélectricité (https://bit.ly/31kb701).

De manière surprenante, le journal mondialiste pro-"vert", le New York Times, expose la contradiction flagrante de Biden qui, tout en "poussant à l'énergie propre, cherche à accroître la production de pétrole" (mégassic !). Biden lui-même a fait remarquer qu'"il semble ironique qu'il appelle les pays riches en énergie à stimuler la production de pétrole" tout en "implorant le monde de juguler le changement climatique" (https://nyti.ms/3q1ZWDI).

Selon le New York Times, Darren Woods, directeur d'Exxon Mobil, a déclaré devant un panel de la Chambre des représentants que "nous ne disposons pas actuellement de sources d'énergie alternatives adéquates", de sorte que "le pétrole et le gaz continueront d'être nécessaires dans un avenir prévisible".

Les jeunes Européens qui adhèrent à l'agenda environnemental ne sont pas disposés à retarder et à envisager la décarbonisation de la planète alors que Biden a ses plus grands détracteurs dans son propre parti, sans parler de la majorité des républicains. La véritable feuille de route et le calendrier de la COP26 seront peut-être décidés lors de l'élection cruciale du gouverneur de Virginie, et non à Glasgow ou à Rome.

Comment lire Alfredo Jalife Rahme sur le net:

https://alfredojalife.com

Facebook : AlfredoJalife

Vk : alfredojalifeoficial

Télégramme : AJalife

https://www.youtube.com/channel/UClfxfOThZDPL_c0Ld7psDsw?view_as=subscriber

11:30 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : joe biden, états-unis, actualité, énergie, charbon, agenda vert | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 29 octobre 2021

Le nucléaire et l'Europe: un partenariat indispensable

energie.jpg

Le nucléaire et l'Europe: un partenariat indispensable

par Salvatore Recupero

Ex: https://www.centrostudipolaris.eu/2021/10/26/nucleare-ed-europa-un-connubio-indispensabile/

    Alors que la fusion nucléaire ouvre de nouvelles frontières, les folies des Verts risquent de condamner nos entreprises à mort.

    Ce n'est qu'avec l'atome que l'Europe pourra atteindre une véritable autonomie énergétique.

"[...] nous passerons de l'ère des sources d'énergie limitées à celle des sources d'énergie renouvelables. Il y aura un moment, plus ou moins long, entre les deux époques, où l'ancien aura disparu et où le nouveau devra encore naître. À ce moment-là, les centrales à fission nucléaire devront combler le déficit énergétique. C'est en 1982 que Giuseppe Spezzaferro (1) prophétise déjà la situation actuelle. L'article était intitulé "Le nucléaire oui, mais la fusion". Aujourd'hui, nous sommes en pleine transition et les thèses de Spezzaferro sont plus pertinentes que jamais. 

La France est le leader nucléaire

Commençons par dire que l'Europe est divisée sur l'énergie nucléaire. Le 11 octobre, dix États membres de l'UE ont publié un document en faveur de l'énergie nucléaire, soulignant le rôle qu'elle joue, selon eux, dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le texte, signé par la France, la Roumanie, la République tchèque, la Finlande, la Slovaquie, la Croatie, la Slovénie, la Bulgarie, la Pologne et la Hongrie, souligne également que l'énergie nucléaire, en contribuant à l'indépendance énergétique, protégerait "les consommateurs européens de la volatilité des prix". En revanche, des pays comme l'Allemagne et l'Espagne sont plus enclins à soutenir d'autres sources, à commencer par le gaz. L'Italie penche pour la seconde solution, même si de nombreuses personnes, à commencer par le ministre de la transition écologique, ne sont pas opposées à l'énergie nucléaire. Les appels ne manquent pas, mais seront-ils suffisants pour reconstruire même la dernière génération de centrales électriques ? Le vote négatif est évident. 

Centrales électriques françaises

En France, cependant, les choses sont différentes. Nos cousins français possèdent plus de 50 réacteurs. Les trois quarts de leurs besoins énergétiques sont couverts par l'énergie nucléaire. Selon Bruno Le Maire, ministre français de l'économie, cela "contribue de manière décisive à l'indépendance de nos sources de production d'énergie et d'électricité". Il n'est donc pas étonnant que les factures soient moins élevées en France. 

L'Elysée promet également un investissement maximal d'un milliard d'euros dans l'énergie nucléaire d'ici la fin de la décennie. "L'objectif numéro un est d'avoir des petits réacteurs nucléaires innovants en France d'ici 2030, ainsi qu'une meilleure gestion des déchets", a déclaré M. Macron en annonçant le plan d'investissement "France 2030". Paris est en train de donner le feu vert à la construction de six petits réacteurs modulaires (SMR), qui permettront de produire de l'énergie de manière flexible et rentable (tout en étant plus sûrs qu'une centrale électrique classique) et pourront être combinés à d'autres méthodes de production, notamment les énergies renouvelables. Il est loin le temps où Macron promettait de réduire les centrales nucléaires à la suite de la catastrophe de Fukushima en 2011. Aujourd'hui, les avantages de l'atome sont de plus en plus évidents.

L'Elysée convaincra-t-il la Commission ?

Le match le plus important, cependant, se jouera à Bruxelles. Il faut beaucoup d'argent pour la dernière génération d'énergie nucléaire. La Commission doit encore décider si l'énergie nucléaire mérite ou non un soutien financier, et une décision est attendue d'ici décembre. Jusqu'à présent, Bruxelles a exclu l'énergie nucléaire de l'allocation des fonds levés par le placement d'obligations vertes. Le vent semble changer. Ursula von der Leyen, en marge du Conseil de l'UE, a expliqué que l'Europe a besoin à la fois des énergies renouvelables et d'une source stable comme le nucléaire et le gaz. Le problème est que le gaz doit être importé, alors que l'énergie nucléaire ouvre de nouvelles perspectives d'autonomie énergétique. La ligne française semble s'imposer et dans ce cas, c'est une bonne chose pour l'ensemble de l'Europe. 

Propagande verte

La transition énergétique n'est en fait qu'une question politique. La protection de l'environnement n'a pas grand-chose à voir avec cela (2). Réfléchissons-y un instant. En 2019 (les données sont de Davide Tabarelli président de Nomisma Energia) (3), la production d'énergie nucléaire dans l'UE était de 822 milliards de kilowattheures, soit sept fois celle du photovoltaïque et deux fois celle de l'éolien. Il s'agit d'une production sans CO2, qui, si elle avait été produite avec du gaz, aurait entraîné des émissions plus importantes de 250 millions de tonnes, soit 7% de plus que les 3,3 milliards de tonnes émises. Et le CO2 ? En clair, l'atome pollue moins, données en main. Ensuite, il y a le problème des déchets, mais nous y reviendrons plus tard.

L'énergie nucléaire peut donc nous donner l'autonomie dont nous avons besoin. Les externalités négatives (qui peuvent être réduites par la recherche en se concentrant sur les centrales à fusion) sont compensées par les économies et une plus grande efficacité. 

L'énergie du futur 

Pour en revenir à l'article de Giuseppe Spezzaferro, il appelle à la construction de centrales à fusion nucléaire. Les centrales à fusion nucléaire, explique le journaliste de Salerne, ne produiront pas de déchets radioactifs et le problème de l'élimination des déchets dangereux sera donc résolu. Il sera même possible d'utiliser l'eau de mer pour la fusion nucléaire. Ce que Spezzaferro espérait est maintenant possible. CFS (Commonwealth Fusion Systems), une société dans laquelle ENI détient une participation majoritaire, a réalisé avec succès aux États-Unis le premier test mondial d'un aimant doté de la technologie HTS (High Temperature Superconductors), qui doit contenir et gérer la fusion magnétique (4). C'est la "fusion par confinement magnétique". Il reproduit les principes par lesquels le Soleil génère son énergie. Le résultat est phénoménal: nous pouvons disposer d'une source d'énergie sûre, durable et inépuisable, en quantités énormes et avec des émissions pratiquement nulles. 

Comment la fusion magnétique fonctionnera-t-elle?

Pour l'instant, pour ceux qui ne sont pas familiers avec le sujet, il est difficile de comprendre. Mais le professeur Enzo Maria Dantini, un géant sur lequel il faudrait ouvrir un vaste chapitre, a parlé de ce mécanisme dans les années 1960. Revenons à l'ENI: selon les chercheurs de l'Agence nationale des hydrocarbures, "la fusion magnétique est un processus opposé à la fission nucléaire, la forme d'énergie atomique actuellement utilisée dans des centaines de centrales électriques dans le monde. Dans la fission, les atomes du combustible (uranium et plutonium) sont brisés, ce qui génère de la chaleur qui chauffe l'eau et actionne des turbines à vapeur qui produisent de l'énergie par le biais d'alternateurs. Inconvénients: déchets radioactifs et risques d'accidents. Dans la fusion, en revanche, les isotopes d'hydrogène tels que le tritium et le deutérium sont chauffés à 100 millions de degrés et atteignent un état de plasma dans lequel ils peuvent fusionner en un noyau d'hélium, libérant une énorme quantité d'énergie, plus que dans la fission". Les problèmes critiques ne manquent pas non plus dans ce processus. Mais l'énergie produite par le processus de fusion est sûre, pratiquement infinie et ne produit aucune émission de CO2. Un gramme de combustible de fusion contient l'équivalent énergétique de plus de 60 barils de pétrole, sans émettre de gaz à effet de serre. 

Bien sûr, il faudra attendre encore cinq ans avant que la première centrale expérimentale soit créée. Mais c'est là que l'investissement public devrait se concentrer. Donc, pour le bien de l'Europe, laissons de côté les panneaux solaires et les éoliennes.

Notes:

    1. Le nucléaire oui, mais la fusion. Par Giuseppe Spezzaferro, L'Italia del popolo, 12 mai 1982; https://internettuale.net/300/nucleare-si-ma-a-fusione

    2. "Green Deal européen : opportunités et paradoxes de la durabilité". Par Salvatore Recupero Site web de Polaris 21 juillet 2021; https://www.centrostudipolaris.eu/2021/07/21/green-deal-europeo-opportunita-e-paradossi-della-sostenibilita/

    3. Sans énergie nucléaire, les comptes de l'hydrogène ne tiennent pas la route. Tabarelli explique pourquoi. Par Davide Tabarelli, Formiche.net, 07 septembre 2021; https://formiche.net/2021/09/nucleare-idrogeno-emissioni-transizione/

    4. ENI et le CFS : une étape clé dans la recherche sur la fusion par confinement magnétique franchie, Eni.com,  08 septembre 2021; https://www.eni.com/it-IT/media/comunicati-stampa/2021/09/cs-eni-cfs-raggiunto-fusione-confinamento-magnetico.html

 

lundi, 25 octobre 2021

Scénarios géopolitiques du changement énergétique mondial

produccion-petroleo.jpg

Scénarios géopolitiques du changement énergétique mondial

Rodolfo Sánchez Mena

Ex: https://www.geopolitica.ru/es/article/escenarios-geopoliticos-del-cambio-energetico-mundial

Nous allons analyser du point de vue géopolitique les scénarios énergétiques qui se présentent dans le monde aujourd'hui; un survol des modèles de transition énergétique, visant à accélérer à la quatrième révolution industrielle (4RI) ou à empêcher les pays d'y accéder, c'est-à-dire à la 6G, à l'intelligence artificielle (IA), à la robotique et à l'internet des objets.

Le matériel nécessaire à cette 4RT est indispensable. D'un point de vue géopolitique, le modèle énergétique mondial et la transition au Mexique, ainsi que la quatrième révolution industrielle, dépendent des matériaux nécessaires à la fabrication des éoliennes, des panneaux solaires et des batteries. Ainsi que d'autres matériaux essentiels au développement de secteurs géostratégiques: l'aérospatial,la cybersécurité, l'industrie pharmaceutique et alimentaire.

Échéances incertaines

Le scénario du changement énergétique est extrêmement complexe. Face à la réalité, personne ne peut être sûr de la fin de l'ère de l'approvisionnement en pétrole, gaz et charbon et confirmer son remplacement par de nouvelles sources d'énergie, y compris l'énergie atomique, dans 10-20 ou même 30 ans, en 2050.

L'Europe, le changement climatique et l'économie post-pandémique

Un premier scénario géopolitique du changement énergétique est l'hiver rigoureux annoncé en Europe. Il contredit le discours sur le réchauffement climatique. Le retour au charbon en Europe laisse l'énergie photovoltaïque et éolienne incapable de répondre à la reprise industrielle post-pandémique et à la demande intérieure.

Deuxième scénario pour la Chine. Le président Xi Jinping réduit la consommation d'énergie, déclenchée par la demande post-pandémique de l'usine du monde.

La chaîne d'approvisionnement mondiale fait pression sur la Chine pour qu'elle mette de côté ses engagements en matière de décarbonisation afin d'éviter un choc, qu'elle réduise sa propre production d'intrants stratégiques et qu'elle fournisse des produits technologiques de base. 

Liban, troisième scénario. Les pénuries de carburant et d'essence ont entraîné un arrêt de la production d'électricité. Le désastre au Moyen-Orient est causé par une action militaire américaine prolongée, avec la participation d'Israël et de ses alliés européens. Le modèle de domination énergétique qui a dominé le 20e siècle est révolu. Le pétrole est un intrant géostratégique, pas une marchandise. La domination du pétrole au Mexique a été la cause de la mort de trois présidents, Madero, Carranza et Obregón, assassinés par les Britanniques.

Le changement géopolitique du modèle énergétique a été initié par Trump, lorsqu'il retire aux États-Unis la possibilité de produire du gaz et du pétrole chez eux. Biden promeut un virage énergétique géopolitique vers les énergies dites vertes et propres, sur la base de sa géostratégie du changement climatique.

Examinons le scénario énergétique européen. Les tarifs de la consommation intérieure dans l'Union européenne ont explosé, en raison d'une stratégie erronée de migration vers les énergies propres, sans soutien. En Espagne, les activités diurnes ont été remplacées par des activités nocturnes pour profiter de la cuisine, du bain et du nettoyage de la maison.

Biden abandonne l'alliance avec l'UE. Trump s'est vanté de fournir à l'Europe sa production et de remplacer le gaz de Poutine, il a tenté d'arrêter le gazoduc Nord Stream 2, alors que celui-ci était déjà terminé.  Biden gagne du temps pour se déplacer géopolitiquement vers l'arène du Pacifique, asseoir sa domination en mer par la Chine avec ses porte-avions.   

Tony Blinken déclare que l'Amérique "n'a pas de meilleur ami au monde que l'Allemagne" cf.: https://cutt.ly/eRuSVGE

Il s'agit d'une contre-offensive à l'accord de libre-échange entre l'UE et la Chine, le plus important changement géopolitique européen depuis la Seconde Guerre mondiale. Cf.: https://cutt.ly/TRuDSIt

Biden, arrête temporairement l'accord, déclarant être en compétition avec Xi Jinping pour l'hégémonie mondiale. L'UE gèle le pacte d'investissement avec la Chine: "Le pacte est gelé, et le restera pendant un certain temps", a déclaré Bernd Lange, président de la commission du commerce du Parlement européen, à propos du traité d'investissement avec la Chine. Cf.: https://cutt.ly/BRuD9Ct

Alors que l'Europe tente de définir son espace géopolitique, l'hiver s'installe. "Alors que les météorologues prévoient un hiver froid, le prix du gaz naturel en Europe a commencé à s'envoler le mois dernier, et cette semaine, le continent a connu une hausse sans précédent de 60 % des prix à terme du gaz". Cf.: https://cutt.ly/1RqL6rK

Le retour de la demande de charbon russe. C'est un scénario inimaginable pour l'hystérie environnementale contre les gaz à effet de serre. L'Allemagne encourage l'utilisation de feuilles d'aluminium dans les fenêtres pour conserver la chaleur. Avec un tutoriel sur la façon de construire une cheminée avec des bougies.

M. Blomberg évoque l'appétit de l'Asie pour le charbon russe, qui était rejeté par l'Europe il y a encore quelques mois et qui est désormais vital pour elle. "L'Europe se trouve aujourd'hui dans un dilemme. Les sites de stockage de gaz de la région ne sont que partiellement remplis, les fournisseurs de gaz naturel liquéfié privilégient l'Asie et les énergies renouvelables intermittentes ne peuvent pas répondre entièrement à la demande. Avec l'arrivée de la saison hivernale de chauffage, la dépendance envers la Russie pour garder les lumières allumées augmente". Cf.: https://cutt.ly/0RqXs1q

Les compagnies d'électricité européennes ont désespérément besoin de plus de charbon, de charbon bitumineux et d'anthracite (houille) et de lignite.

Mais la Russie, troisième exportateur mondial de ce combustible, vise principalement les ventes aux principaux acheteurs d'Asie.

"La Russie a réduit ses exportations de charbon vers l'Europe depuis des années, l'Union européenne ayant fermé des centrales électriques au charbon", a déclaré Kirill Chuyko, responsable de la recherche chez BCS Global Markets. Il sera difficile de changer de route vers l'Europe "car il y a des contrats avec des clients asiatiques". En outre, la capacité de transport est limitée". Cf.: https://cutt.ly/0RqXs1q

Scénario énergétique de la Chine, impacts sur les approvisionnements stratégiques. Le président chinois Xi Jinping, avec le soutien du Parti communiste et de l'Armée populaire, conduit la Chine à devenir une puissance hégémonique. La stratégie de Xi Jinping consiste à soumettre le pouvoir des grandes entreprises occidentales opérant en Chine par le biais de quotas d'approvisionnement en énergie. La demande occidentale de fournitures et de matériaux stratégiques est ajustée en fonction de la planification de la consommation d'énergie. L'objectif est de faire en sorte que la Chine ne se pollue pas elle-même en répondant à la demande de l'Europe et des États-Unis. 

Géopolitique du charbon. L'Australie est l'un des principaux fournisseurs de charbon de la Chine. Il est également en concurrence avec le lithium chinois en tant que principal fournisseur des États-Unis. Par conséquent, les États-Unis ont signé avec l'Australie, AU, l'Angleterre, UK, et les États-Unis, US, une alliance géostratégique appelée par l'acronyme AUKUS , ajouté à la quadruple alliance classique, celle du QUAD, avec l'Inde, le Japon, l'Angleterre et les États-Unis, dirigé contre l'influence de la Chine dans le Pacifique et le projet de libre-échange, RCEP, composé de 14 pays. 

La Chine fait une nouvelle découverte par l'entreprise publique PetroChina de réserves de pétrole de schiste dans le champ pétrolier de Daqing, le plus grand du géant asiatique, dans la province de Heilongjiang, au nord-est du pays. Les réserves géologiques prévues de pétrole de schiste dans ce champ pétrolifère dépassent 1,268 milliard de tonnes.

La Chine construit la plus grande unité de stockage de gaz naturel liquéfié au monde. China National Offshore Oil Corporation, CNOOC, étend les capacités de son installation de stockage de gaz naturel liquéfié (GNL) dans le parc industriel du port de Yancheng Binhai, dans la province chinoise de Jiangsu, la plus grande installation de stockage au monde, avec des réservoirs de stockage ultra-larges d'un volume de 270.000 mètres cubes chacun.

Le black-out au Liban dérive du soutien de l'Iran et du Hezbollah.  Le soutien en diesel et en essence est la stratégie pour exploiter la route Iran-Syrie-Liban-Irak, aux portes d'Israël, affectée par le changement de priorités des Etats-Unis. Une situation qui pourrait bientôt exploser. 

Le Liban est pratiquement paralysé. Suite à la profonde crise du carburant qui s'éternise depuis des mois... rapporte le quotidien libanais L'Orient Le Jour... La pénurie de pétrole brut se double d'un déficit de production d'électricité qui a plongé le Liban dans une grave crise d'approvisionnement.

L'Iran est désormais une puissance régionale. L'Iran brise les sanctions américaines, le Hezbollah achemine du carburant de l'Iran au Liban via la Syrie. Le quotidien Atalayar, entre deux grandes nouvelles, rapporte: "Le groupe politique chiite, qui a une branche armée, annonce qu'il fera des dons de carburant aux institutions libanaises dans le besoin, aux hôpitaux et aux orphelinats gérés par le gouvernement. Il vendra également le carburant à "un prix approprié", dit-il, à des secteurs privés, tels que les centres médicaux, les installations de stockage sanitaire et les minoteries. Cf.: https://cutt.ly/TRuAutI

Le chef du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, affirme qu'une deuxième cargaison de diesel par voie maritime arrivera au port syrien de Baniyas dans les prochains jours. Une troisième et une quatrième cargaison transporteront respectivement de l'essence et du fioul...". Cf.: https://cutt.ly/wRqDzUV  

L'implication de l'armée dans la sécurité énergétique au Liban, comme au Mexique, est essentielle. L'armée libanaise a livré 600.000 litres de diesel aux centrales électriques touchées. "Ces dernières semaines, les forces armées ont été le principal distributeur de carburant dans la nation arabe, qui est confrontée à l'une des pires crises économiques de son histoire moderne. En conséquence, la majeure partie de la population dépend de générateurs privés pour s'alimenter en électricité, et a subi jusqu'à 22 heures de coupures de courant par jour". Cf.: https://cutt.ly/tRqlMjm

Le manque d'électricité et d'essence dû à l'épuisement des réserves et au remboursement de la dette au Liban entraîne une dépendance vis-à-vis du FMI et l'imposition de réformes qui aggravent les problèmes structurels du pays. L'analyste Leon Oparin nous dit dans El Financiero que le Liban fait face à un risque réel de guerre avec Israël dans "Le Liban au bord de l'abîme". "...Les prix de l'essence montent en flèche et les véhicules font la queue pendant des heures aux stations-service. Le gouvernement a un problème de liquidités pour assurer la livraison des carburants importés, les réserves de change de la Banque centrale "ont été consommées", atteignant un niveau minimum de 14.000 millions de dollars". Cf.: https://cutt.ly/tRqlMjm

*Intervention dans le Congrès national de l'énergie. Deuxième session de la Société mexicaine de géographie et de statistique.

samedi, 09 octobre 2021

Crise énergétique européenne due à l'interruption de l'approvisionnement en GNL en provenance des États-Unis

phpXZD1vE.jpg

Crise énergétique européenne due à l'interruption de l'approvisionnement en GNL en provenance des États-Unis

Gazprom exporte du gaz vers l'Europe en respectant pleinement ses engagements contractuels

Aleksandr Pasechnik, chef du département analytique du Fonds national de sécurité énergétique, InfoRos 01.10.2021

La frénésie sur le marché européen du gaz n'a pas cessé depuis le début de l'automne. Le 20 septembre, le prix du gaz en Europe a de nouveau atteint 900 dollars par millier de mètres cubes (la dernière fois qu'une telle situation s'est produite, c'était le 15 septembre, où le prix avait même dépassé 950 dollars). Gazprom a été immédiatement accusé par les politiciens européens et nord-américains. Par conséquent, le conseiller en sécurité énergétique du département d'État américain a déclaré que la Russie devrait augmenter dès que possible ses livraisons de gaz à l'Europe via l'Ukraine, en raison du manque de ses propres réserves avant l'hiver. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a également exhorté la Russie à augmenter ses livraisons de gaz à l'UE. "L'AIE estime que la Russie peut faire davantage pour accroître la disponibilité du gaz en Europe et faire en sorte que les stocks soient remplis à des niveaux adéquats avant la prochaine saison de chauffage hivernale", a déclaré l'agence. La candidate des Verts à la chancellerie allemande, Annalena Baerbock, a également souligné les réticences de la Russie en matière d'approvisionnement en gaz de l'Europe afin d'accroître la pression politique et d'accélérer l'approbation de Nord Stream 2.

Comme vous le savez, les Verts allemands n'acceptent pas ce gaz. (Le 26 septembre, des élections ont eu lieu en Allemagne ; on saura bientôt qui prendra la tête du pays et quelle sera sa position sur le Nord Stream 2. Jusqu'à présent, les "coalitions" entre les partis sont en train de former une majorité gouvernementale, à la suite de laquelle un nouveau chancelier sera élu).

les-gazoducs-transeuropeens.jpg

La direction du géant russe a jugé ces accusations incongrues, corroborant avec des statistiques progressives sur l'approvisionnement en gaz, les exportations ayant augmenté à partir du premier semestre 2021 afin de maintenir le plafond contractuel. En outre, Gazprom continue de fournir des volumes adéquats dans le cadre de contrats à long terme. Sinon, l'entreprise serait embourbée dans des réclamations de contreparties. En effet, la reprise du marché spot européen se poursuit en raison des pénuries de GNL en provenance des États-Unis. Les méthaniers nord-américains se dirigent désormais vers les pays de la région Asie-Pacifique (APR) ou l'Amérique du Sud, où la marge de livraison est encore plus élevée (que vers l'Europe).

L'Europe ne reçoit pas les "convois" de méthaniers promis par les États-Unis. Dans le même temps, les prix record des carburants en Europe ont déjà contraint les autorités de certains pays de l'UE à prendre des mesures d'urgence pour limiter les tarifs du gaz et de l'électricité. Les entreprises énergétiques commençaient à glisser vers la faillite. Et parfois, la production était suspendue. Par exemple, au Royaume-Uni, deux usines d'engrais contrôlées par des Nord-Américains ont été fermées. Des nouvelles similaires sont venues des États baltes. Dans le passé, ces hausses du prix du gaz étaient atténuées par le passage au combustible rival, le charbon. Aujourd'hui, cela est plus difficile en raison du rythme accéléré de la transition énergétique. De nombreuses centrales électriques au charbon sont fermées et le charbon est de plus en plus cher. De manière générale, l'Europe semble être au bord d'une crise énergétique. L'hiver n'est pas encore arrivé et il pourrait faire très froid, comme l'année dernière. Il y en a plus là d'où ça vient.

Toutefois, le lancement de Nord Stream 2 pourrait calmer la frénésie du marché européen du gaz et le cours des actions pourrait baisser si Gazprom commence à pomper du gaz avec le nouveau système. Après tout, Gazprom a raisonnablement abandonné la pratique consistant à réserver des capacités supplémentaires dans le système de transport de gaz naturel de l'Ukraine, ce qui alarme les acheteurs européens. Mais Nord Stream 2 a besoin d'une certification du système pour commencer à exporter du gaz. Ce n'est que le 13 septembre que l'Agence fédérale allemande des réseaux (Bundesnetzagentur, BNetzA) a commencé à traiter la demande de certification de Nord Stream 2 AG en tant qu'opérateur indépendant. Et il y a quatre mois pour examiner la demande. Après cela, le projet de décision doit encore être évalué par la Commission européenne. Cela peut prendre deux mois.

La société polonaise PGNiG est également engagée, même si elle gagne, elle ne pourra pas arrêter le processus en utilisant son droit de veto. Mais le début imminent de la saison de chauffage en Europe et la hausse des prix du gaz exigent une certification accélérée de Nord Stream 2. Gazprom est prêt à charger dynamiquement le nouveau gazoduc, qui est nécessaire pour les entreprises européennes et l'économie en général. Mais pas pour l'Eurocratie qui s'oppose à Gazprom.

Les États-Unis maintiennent également la pression. Le 29 septembre, la commission internationale du Sénat entendra l'affaire à huis clos pour discuter des mesures prises par l'administration américaine concernant le gazoduc Nord Stream 2. Et ce, indépendamment de l'achèvement de la ligne principale. Pendant ce temps, Gazprom enregistre des succès en Europe, dont l'un est le contrat gazier à long terme signé avec la Hongrie le 27 septembre.

mercredi, 15 septembre 2021

L'ère de la grande incertitude pour les matières premières et l'énergie

question-mark-onyx-black-jumbo-round-latex-balloons-91cm-36inch-pack-of-2-product-image.jpg

L'ère de la grande incertitude pour les matières premières et l'énergie

Andrea Muratore

Ex: https://it.insideover.com/energia/lera-della-grande-incertezza-per-materie-prime-ed-energia.html

Un an et demi après le début de la pandémie du Covid-19, les prix des matières premières et de l'énergie sont en dents de scie. La phase actuelle, un véritable cycle haussier qui fait grimper les prix des matières premières énergétiques, s'inscrit dans le cadre d'une résurgence massive de l'inflation dans le sillage de la phase de croissance économique de 2021 qui touche les plus grandes économies du monde. Du gaz naturel au pétrole, toutes les ressources sont de plus en plus chères, et tandis que les principaux pays préparent de vastes plans de transition écologique, les demandes à court terme des citoyens et des entreprises s'orientent vers une demande beaucoup plus pragmatique de sécurité énergétique en raison de l'augmentation des factures, de la hausse du prix de l'essence à la pompe et des incertitudes sur les approvisionnements. Cette série de problèmes critiques est aggravée par la tendance parallèle à la hausse des matériaux de construction, qui jette une ombre sur la reprise économique mondiale qui, après avoir perdu son élan en Chine et aux États-Unis, perd également de sa vigueur dans l'Union européenne.

Une situation chaotique

De ce point de vue, nous parlons d'une situation qui est largement liée à la situation extrêmement critique qui s'est accumulée dans les mois qui ont suivi le début de la pandémie et à la consolidation d'une situation d'incertitude qui, en un an et demi, ne s'est jamais dissipée. Au cours de la pandémie, les prix de nombreux produits de base se sont d'abord effondrés en raison du choc économique mondial en cours et de la perturbation des chaînes de valeur mondiales ; ensuite, l'alimentation du grand jeu financier a relancé les prix des actions et des contrats à terme, avant que la reprise économique concrète ne fasse le reste.

Le Financial Times a souligné qu'au fil des mois, la situation s'était pratiquement inversée par rapport au problème initial de la demande inférieure à l'offre du marché. En effet, le journal City of London souligne que le rebond de la demande ne s'est pas accompagné d'une capacité similaire de l'offre à suivre, notamment en ce qui concerne la source fossile la plus stratégique, le gaz naturel, dont les stocks sont au plus bas dans toutes les économies les plus avancées, Europe en tête. Une situation très similaire à ce qui s'est passé sur le marché des puces, qui en dit long sur l'époque actuelle.

Quand le Covid a heurté les marchés

De nombreux souvenirs se sont accumulés au cours de cette longue année et demie de pandémie, mais les observateurs les plus attentifs n'oublieront guère ce qui s'est passé le 20 avril 2020, le jour où, pour la première fois dans l'histoire, le prix du pétrole est passé en territoire négatif sur les marchés. C'était le signe que l'économie mondiale vivait un spectacle inédit, le prélude à une crise sans précédent. Ce jour-là, le pétrole brut texan sur l'indice WTI, qui avait déjà considérablement chuté dans les jours qui ont suivi l'accord de réduction de la production entre la Russie, les États-Unis et les pays de l'Opep, a perdu plus de 190 % de sa valeur et était coté à -16 dollars le baril sur les marchés financiers en fin de séance. Sans toucher des niveaux similaires, le gaz naturel a lui aussi subi des soubresauts similaires, avec une baisse de son prix dans 23 des 25 marchés européens qui accordent leur valeur à cet or bleu.

Ces dynamiques peuvent être interprétées comme la motivation derrière l'effondrement des prix, puis le fort rebond en 2021. Les matières premières ont vu se rompre le circuit de l'offre et de la demande ; de même, les prix des titres et les "paris" associés à leur commerce se sont effondrés avant que les banques centrales ne lancent leurs plans de relance et que les gouvernements ne commencent à investir ; surtout, les entreprises et les gouvernements ont poursuivi de manière inattendue leur stratégie de consommation des stocks qu'ils avaient constitués dans les secteurs du gaz et du pétrole tandis que, sur le front de l'électricité, les asymétries liées aux besoins de la transition énergétique commençaient à se faire sentir. Cela exigeait un tel niveau d'investissement et une telle évolution vers l'efficacité qu'il était important de promouvoir les investissements en cascade et le développement potentiel, mais à court terme, c'était une source d'augmentation des coûts pour les services publics et les consommateurs.

Logistique des matières premières

Ainsi, à l'été 2020, alors que les économies commençaient à redémarrer après les confinements, le système énergétique mondial était confronté à de profondes inefficacités, loin du mythe de la "résilience" qui l'entoure aujourd'hui, et ce problème structurel allait bientôt être aggravé par le défi crucial de la logistique.

La tentative laborieuse de relancer l'industrie et le commerce a mis l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement sous tension. Concentrons-nous sur l'Europe, par exemple : la reprise de la production industrielle a nécessité une part croissante de pétrole, de gaz naturel et d'électricité, ainsi que, bien sûr, toute une série de matériaux (de l'acier au PVC) dont l'extraction, la transformation et la livraison exigent une chaîne logistique optimale; la pénurie de stocks consécutive à la première phase de Covid a contraint les producteurs et les décideurs à mener, en parallèle, une politique d'acquisition de sources pour une utilisation immédiate et une politique de reconstitution des réserves ; la dépendance à l'égard des sources d'approvisionnement étrangères a exacerbé le rôle de producteurs tels que la Russie en augmentant l'incertitude quant à la fourniture de ces approvisionnements; dans le même temps, l'euphorie des marchés boursiers a fait grimper les prix des titres liés à l'énergie; et la reprise du commerce mondial a remis en question la logistique et a encore accru la demande sur le système.

Le cabinet de conseil PwC a évoqué les problèmes des chaînes d'approvisionnement en énergie, soulignant que l'approvisionnement, c'est-à-dire la recherche de ressources, deviendra une question de plus en plus stratégique pour les entreprises à l'avenir. Le cas du blocage du canal de Suez au cours des derniers mois a illustré la nature des défis auxquels le monde de l'énergie est confronté.

Le dilemme du marché de l'électricité

Le monde de l'électricité est clairement rendu plus complexe par la course aux matières premières qui sous-tend la stratégie de production actuelle, mais il est encore perturbé par d'autres dynamiques de marché. En effet, comme le souligne Formiche, les coûts de la transition attendue dans un avenir proche se reflètent désormais dans les prix du marché, comme le montre l'évolution des prix des permis de polluer européens: "Aujourd'hui, produire une tonne de CO2 coûte au producteur 62,4 euros, soit deux fois plus que l'année dernière et douze fois plus qu'il y a quatre ans". Cela est dû à "la réduction progressive des certificats de carbone par l'UE, qui fait augmenter les prix. Mais si l'on a besoin d'électricité, on ne peut pas y faire grand-chose: les centrales électriques doivent la fournir, en supporter le coût et en répercuter une partie sur le consommateur final.

Le choix de Bruxelles de proposer une stratégie de décarbonisation basée sur une réduction nette des émissions (Fit for 55), dans cette perspective, ainsi que les importants investissements réalisés par les gouvernements et les services publics et la relance du cycle offre-demande avec toutes ses criticités ont galvanisé les prix. Ce n'est pas le plan lui-même, qui fixe des objectifs substantiellement réalistes et porteurs d'avantages économiques à moyen terme, qui pose problème, mais plutôt le fait qu'il n'a pas été décidé de l'accompagner de stratégies visant à encourager la réduction de la charge fiscale et des prix associés à l'électricité, comme l'avait demandé la vice-ministre espagnole de l'environnement, Teresa Ribera. Le Premier ministre madrilène, Pedro Sanchez, a réduit la TVA sur l'électricité pour éviter les problèmes économiques et sociaux liés aux factures élevées. Plus difficile que jamais à contrôler: Madrid a vu l'électricité en gros franchir la barre des 154 euros par mégawattheure (MWh) le 13 septembre, mais comme le poursuit Formiche, même "le principal point de référence de l'UE, basé sur l'Allemagne, a battu des records vendredi dernier en touchant le chiffre de 97,25 euros par mégawattheure (MWh). Dans le même temps, son homologue français a atteint son pic historique de 100,4 €/MWh. Pour replacer cela dans son contexte, la moyenne européenne au début de 2020 était d'environ 36 €/MWh", signe d'une hausse des prix potentiellement incontrôlable.

Dans ce contexte, les problèmes structurels accélérés par le Covid-19 sont désormais sans rapport avec la pandémie, dont l'impact économique a produit d'abord, en 2020, une crise symétrique pour toutes les économies avancées et, aujourd'hui, une phase d'incertitude et de volatilité aiguës qui montrent les limites et les contradictions du système moderne. Une incertitude qui semble ne pas être liée au cycle des ouvertures/fermetures, à la tendance des vaccinations, à la tendance des infections Covid, mais qui concerne plutôt l'émergence de différents points critiques du système, qui dans les matières premières ont leur point de chute au fur et à mesure qu'émerge la difficile coexistence entre économie réelle, finance, commerce dans le domaine des ressources à la base de notre système.