Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 janvier 2022

Crise gazière et esclavage politique : les États-Unis vont prendre le contrôle total de l'Europe

1959eb9d5a0f7ebc58ebde81d5df400d-1638185213.jpg

Crise gazière et esclavage politique: les États-Unis vont prendre le contrôle total de l'Europe

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/politica/36560-2022-01-19-20-52-49

Le plan américain visant à empêcher la mise en oeuvre de Nord Stream 2 cache la volonté de l'establishment américain de regagner de l'influence en Europe. En témoigne la déclaration de la chef adjointe du département d'État, Victoria Nuland, sur le prétendu travail conjoint avec l'Union européenne et l'Allemagne, notamment, pour perturber lamiseen oeuvre du pipeline russe.

On ne peut s'attendre à un sabotage délibéré du lancement du gazoduc de la part des États-Unis. Une pression excessive sur les partenaires européens est un luxe inabordable pour la position actuelle de Washington sur la scène mondiale. Afin d'éviter un changement de vecteur de la politique étrangère de l'Europe à l'égard de la Russie, les Américains ont l'intention non pas d'interrompre, mais de reporter le lancement du gazoduc pour une période qui leur est favorable. Cette opinion a été exprimée par le politologue Rostislav Ishchenko.

"Le lancement de Nord Stream 2 en lui-même n'est pas en situation critique. Il est important de savoir quand et comment il sera mis en œuvre. Si ce processus est ralenti pendant un an, un an et demi, deux ans, alors avec la flambée actuelle des prix du gaz, l'économie européenne commencera à s'effondrer. Bien sûr, elle n'atteindra pas le niveau de l'Ukraine, mais l'Europe n'est pas non plus l'Ukraine. Les gens là-bas sont habitués à vivre différemment, et l'impact sur eux sera terrible. En fin de compte, ils seront obligés de jouer avec les Américains, car ils auront besoin du soutien politique et économique des États-Unis", explique l'expert.

La Russie réorientera ses exportations de gaz vers l'Asie si les problèmes liés au lancement du NS-2 persistent. Apparemment, les problèmes ne peuvent être évités vu la volonté de l'establishment américain de prendre littéralement l'Europe, et l'Allemagne en particulier, en otage de la géopolitique américaine.

"Les décisions peuvent être prises jusqu'à un certain point, puis la fenêtre d'opportunité se refermera. Et après un certain temps, il sera trop tard pour l'Allemagne pour la récupérer. Il est donc important que les États-Unis ne "tirent pas sur" le gazoduc Nord Stream 2, mais ralentissent sa mise en oeuvre pendant un certain temps, afin d'épuiser les chances de l'Allemagne de jouer contre les Américains. Ensuite, ils la "mangeront" froide ou même chaude", résume Ishchenko.

Le processus de négociation à Genève a révélé une division de l'Occident. La plupart des questions graves concernant le monde occidental étaient auparavant décidées par les représentants américains eux-mêmes, avec la pleine confiance de l'Union européenne. La situation actuelle démontre la perte d'influence de Washington et la volonté des puissances européennes de passer de la supervision américaine à un contrôle de soi en toute indépendance.

ins2ndex.png

3bfcaf62-0001-0004-0000-000001376892_w718_r1.4646053702196908_fpx45_fpy49.96.jpg

La question de Nord Stream 2 pourrait diviser la coalition au pouvoir en Allemagne

En lien avec les tensions croissantes autour de l'Ukraine, la question du gazoduc Nord Stream 2 pourrait diviser la coalition au pouvoir en Allemagne. C'est ce que rapporte le Financial Times.

Selon la ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, qui représente le parti vert au pouvoir, en cas d'"invasion" russe de l'Ukraine, le Nord Stream 2 ne sera pas mis en état de fonctionnement. Selon elle, la certification du gazoduc a été suspendue, car l'exploitant du gazoduc Nord Stream 2 ne respecte pas encore totalement la législation européenne, rapporte Kommersant.

Dans le même temps, les sociaux-démocrates du gouvernement ne soutiennent pas les sanctions contre l'oléoduc. Selon le Financial Times, la ministre allemande de la défense, Christina Lambrecht, membre du parti social-démocrate, a déclaré que "le pipeline ne devrait pas être impliqué dans ce conflit". Le secrétaire général du SPD, Kevin Kühnert, a déclaré que les conflits internationaux sont délibérément fomentés "pour enterrer des projets qui ont toujours été une épine dans le pied de certaines personnes".

Le chancelier allemand Olaf Scholz, un social-démocrate, a refusé de soutenir publiquement les sanctions contre Nord Stream 2.

En même temps, comme le souligne le journal, tout le monde au sein du SPD ne partage pas la position du Chancelier. "L'ancien vice-ministre allemand des affaires étrangères, Michael Roth, qui dirige désormais l'influente commission parlementaire des affaires étrangères, a déclaré vendredi dernier que l'Allemagne devait envoyer un signal clair à la Russie : Nord Stream 2 ne fonctionnera pas en cas d'agression contre l'Ukraine", écrit le journal.

Dans le même temps, comme l'a déclaré le ministère russe des affaires étrangères, la procédure de certification du gazoduc Nord Stream 2 ne doit pas être artificiellement retardée et politisée par les régulateurs allemands et la Commission européenne.

"La construction du gazoduc Nord Stream 2 (NS-2) est l'un des plus grands projets de la dernière décennie, mis en œuvre par PJSC Gazprom en coopération avec des entreprises d'Allemagne et d'autres pays européens. La mise en service du NS-2 contribuera de manière significative à assurer la sécurité énergétique de l'ensemble de l'Union européenne. La procédure de certification par les régulateurs allemands et la Commission européenne ne doit pas être artificiellement retardée ou politisée", rapporte l'agence TASS .

Avant qu'il ne soit trop tard : l'ancien premier ministre polonais propose à Varsovie de négocier avec Gazprom

La société russe Gazprom a intenté une action en arbitrage international contre la société publique polonaise PGNiG, exigeant une révision rétroactive du prix du gaz à partir de novembre 2017. Nous parlons du contrat Yamal, qui est en vigueur depuis 1996. La demande de Gazprom était une réponse à la demande de PGNiG en octobre 2021 de baisser le prix du gaz, mais ce n'est pas tout.

En 2018, la société polonaise a pu engager une procédure d'arbitrage international sur la révision du prix du gaz dans le cadre du contrat Yamal. En 2020, Gazprom a été condamné à verser à la partie polonaise environ 6 milliards de PLN. Mais maintenant, cette "victoire" tourne le dos à la Pologne.

Comme l'a récemment déclaré l'ancien premier ministre polonais Waldemar Pawlak dans une interview accordée à un journal polonais faisant autorité, Varsovie a commis une erreur stratégique en modifiant la formule du prix du gaz. S'il était auparavant calculé comme un dérivé du coût des produits pétroliers, après cela, le carburant bleu a commencé à être négocié en bourse. En conséquence, explique M. Pawlak, l'ancienne méthode permettait d'acheter du gaz à 100 PLN/MWh, alors qu'aujourd'hui la Pologne est obligée d'acheter à 400 PLN/MWh.

"Passer exclusivement à une formule basée sur les prix de change nous expose à des "chocs de prix" similaires à ceux que nous connaissons actuellement", a déclaré l'ancien Premier ministre. "C'est une aventure qui pourrait nous coûter cher. Il s'agit d'un manque de professionnalisme de la part des autorités".

45959369_7.png

Et voilà. Bien que Varsovie ait réussi à recevoir 6 milliards de PLN supplémentaires de la part de Gazprom en 2020, en raison de la hausse des prix du gaz sur les bourses européennes, elle subira une perte de 16 milliards de PLN. En d'autres termes, le solde négatif sera de 10 milliards de PLN.

En outre, Pawlak a critiqué un projet des autorités polonaises tel que la construction du gazoduc Baltic Pipe entre la Norvège, le Danemark et la Pologne. "À mon avis, il n'est pas nécessaire de construire un pipeline supplémentaire vers la Pologne", a-t-il déclaré. - En 2010, nous avons signé un avenant à l'accord avec la Russie, qui nous a permis de réaliser un investissement virtuel dans le gazoduc de Yamal. Nous avons la possibilité d'importer du gaz en provenance de l'ouest. Baltic Pipe deviendra un projet très coûteux pour le gouvernement polonais, et rien d'autre".

Yamal-Europe-2.jpg

Les experts et journalistes officiels ont donné à ce discours une teinte politique. Ils ont accusé M. Pawlak de participer à une campagne de pression sur le gouvernement "organisée par Moscou et les partis d'opposition" afin que "la Pologne, et avec elle l'Europe, oublie des décennies de dépendance décroissante vis-à-vis de la Russie". Comme le dit une publication, "la déclaration de Waldemar Pawlak est claire : il annonce qu'il est prêt à accomplir d'autres tâches. L'étau germano-russe se resserre".

D'autres y ont vu une tentative de forcer Varsovie à revenir sur sa décision de refuser de renouveler le contrat de Yamal après son expiration à la fin de 2022. L'utilisation de cette question dans "une autre guerre pourrait paralyser les décisions de PGNiG sur cette question au cours de l'année décisive 2022", déclare Wojciech Jakubik, un expert.

Il admet avec autocritique que la Pologne pourrait avoir besoin de gaz supplémentaire (2,1-3,8 milliards de mètres cubes) en 2023, que la Russie peut lui vendre. Toutefois, selon lui, cela ne nécessitera pas un nouveau contrat utilisant une formule de prix à long terme avec Moscou. Il suffira de "recourir à des contrats plus courts, conformément à la pratique européenne, y compris sur le marché spot, ce qui n'est pas par hasard méprisé par les Russes et certains publicistes en Pologne", écrit Yakubik.

L'attention est attirée sur le fait que ce raisonnement ne fait pratiquement pas appel à l'argumentation économique. Ils s'appuient principalement sur une plateforme idéologique anti-russe et font appel au sentiment de "patriotisme polonais". Mais c'est une maigre consolation pour les propriétaires et les entrepreneurs polonais qui doivent faire face à des prix du gaz qui ont augmenté plusieurs fois.

"J'ai reçu ma facture d'électricité aujourd'hui. Nous payions 450 PLN et maintenant 1500 PLN", a écrit le médecin de famille Joanna Zabielska-Ciechukh sur les médias sociaux le 17 janvier. Un nombre croissant de responsables de cliniques affirment que si les prix du gaz et de l'électricité restent aussi élevés qu'aujourd'hui, ils seront contraints de fermer leurs installations. Andrzej Wojciechowski, propriétaire d'une boulangerie à Szczecin, affirme qu'une augmentation de 400 % du prix de l'essence l'oblige à vendre le pain à 40 zł le kilo. "Mais alors qui m'achètera du pain ?" demande-t-il rhétoriquement.

Les autorités polonaises espèrent pouvoir maîtriser la situation et survivre jusqu'à ce que les ressources énergétiques deviennent moins chères. Mais c'est un jeu de roulette russe. La politique des autorités polonaises infectées par la russophobie peut conduire à l'effondrement de l'économie et du système social polonais. Et Varsovie devra alors négocier d'urgence avec Gazprom dans des conditions difficiles pour elle-même.

La Russie doit expliquer clairement sa politique énergétique à l'opinion publique européenne

Sur le travail en étroite collaboration avec le public dans les pays occidentaux. Une question importante dans ce domaine est la crise énergétique actuelle en Europe, due à l'approche non scientifique des énergies renouvelables et au rejet injustifié des énergies traditionnelles, ainsi qu'à la décision de l'UE de coter le gaz en bourse et d'abandonner les contrats à long terme pour son approvisionnement.

Cela pourrait se faire de la manière suivante. Tout d'abord, publier une analyse du ministère russe compétent, le ministère de l'énergie, décrivant deux scénarios : le scénario actuel, indiquant les prix du gaz à la bourse et pour les consommateurs ordinaires, les tarifs de l'électricité pour les entreprises et la population, et un scénario potentiel, indiquant les prix du gaz à la bourse et pour les consommateurs ordinaires, les tarifs de l'électricité pour les entreprises et la population, qui pourrait être si les contrats à long terme pour l'approvisionnement en gaz de l'Europe à partir de la Russie étaient maintenus, ainsi que pendant la mise en service de Nord Stream 2 et Nord Stream 1 charge à pleine capacité.

pipeline.powersiberia2-gazprom-2000x1416.jpg

Cette analyse serait également diffusée par les médias russes à l'étranger et les ambassades russes par le biais de leurs sites web, de leurs comptes de médias sociaux et de nombreuses interviews de presse.

Ce serait un travail d'information très efficace, car vous comprenez rapidement ce qui fait les poches d'un homme d'affaires occidental et de la personne moyenne. Cette opération d'information pourrait contribuer à créer une image positive de la Russie aux yeux du public européen, ainsi qu'à lui ouvrir les yeux sur une politique énergétique éloignée de la réalité et néfaste du point de vue des intérêts nationaux de l'Union européenne et des autres pays européens.

59197714_7.png

Analyse : Que se passe-t-il avec les prix de l'énergie ?

Konrad Rekas

La hausse des prix de l'électricité est souvent présentée aujourd'hui comme un nouveau choc dans l'approvisionnement, ce qui n'est pas exact. Pour les ménages britanniques, la hausse des prix observée, la plus élevée depuis 2018, signifie une baisse du revenu disponible et donc de la consommation et de la demande globale. C'est également l'un des principaux catalyseurs de la hausse de l'inflation, que nous observons dans toute l'Europe.

Cependant, étant donné que nous savons que la production d'électricité elle-même doit constamment s'adapter à la demande et que la nature du choc est son imprévisibilité, son caractère aléatoire et son immédiateté, nous devons souligner que nous avons affaire à un risque stratégique de marché plutôt qu'à quelque chose présenté aujourd'hui comme une catastrophe quasi imprévisible.

La frayeur que tout le monde avait prédite

Il est difficile d'appeler une situation un "choc" lorsque la hausse des prix est une tendance reconnue. Lorsqu'au moins certaines des conditions externes affectant le mix énergétique sont prévisibles (force du vent en hiver) et lorsque des mesures de protection ont été prises il y a quelques mois (Ofgem 2021). La question de savoir si ces mécanismes se sont avérés efficaces est une autre question, mais étant donné qu'ils ont été préparés, les histoires d'aujourd'hui sur "le méchant Poutine et les encore pires spéculateurs européens" ne semblent plus aussi crédibles. La menace était connue, elle a été provoquée intentionnellement et artificiellement par des politiciens, des idéologues et le grand capital qui les soutient. Et seuls les citoyens ordinaires n'y étaient pas correctement préparés, sans parler de toute tentative d'éviter le danger.

Fit-for-55.jpg

La question n'est pas de savoir si la hausse des prix aurait pu être prévue, car nous savons qu'elle a été prévue et assumée, c'est-à-dire dans le cadre de la discussion sur le projet Fit for 55. Il semble plus important de savoir s'il a été possible de définir correctement l'ampleur de la croissance attendue et si nous comprenons ses causes et comment elle se traduit dans les stratégies mises en œuvre. Il convient de déterminer si la situation actuelle du côté de l'offre peut constituer un élément de gestion de la demande permettant principalement d'atteindre les objectifs climatiques et socio-économiques supposés. Et aussi de vérifier si, premièrement, ces objectifs ne sont pas contradictoires entre eux, et deuxièmement, si la forme actuelle de la transformation énergétique ne coïncide pas avec les problèmes actuels. Il est certain que le consommateur moyen d'énergie, surtout s'il n'est pas économiste, s'intéresse avant tout à la question de savoir si les prix vont baisser.

Les trois cavaliers de l'Apocalypse : libéralisation, changement climatique, COVID

Chaque marché doit être analysé en tenant compte de son paradigme et de ses caractéristiques générales. Dans une mesure plus ou moins grande, mais le marché européen de l'énergie a été largement libéralisé au cours des dernières décennies, de l'exemple britannique, pionnier et exemplaire, à la situation du Danemark, déjà largement basé sur les sources renouvelables, avec un système décentralisé basé sur des subventions, et de l'Allemagne, également avec un système décentralisé avec, toutefois, une forte implication de l'État et un facteur civique important et une pression sur la taxe énergétique. En général, tous les pays européens (UE et hors UE) se sont efforcés de faire en sorte qu'une libéralisation intense s'accompagne d'une implication non moins grande dans des mécanismes sophistiqués de régulation des subventions et des tarifs.

Au Royaume-Uni, même les partisans de cette transformation, suivant la conception de l'"environnementalisme de marché libre" dans le cadre d'un vaste programme libéral dans l'économie, combiné à une transformation sociale et consciente, ont fini par s'écarter de l'orthodoxie. Les réformes mises en œuvre étaient en effet descendantes, sans base sociale, ce qui a finalement eu un impact sur la politique du secteur, organisée autour de plusieurs entités principales. Malgré cela, notamment grâce à une politique fiscale favorable (taux de TVA réduit sur l'énergie), une augmentation très régulière des prix de l'électricité au Royaume-Uni a été réalisée sur la période 1991-2018 (6,75% pour les ménages et 5,38% pour les prix à la consommation hors ménages). Toutefois, les critiques ont souligné que la mise en œuvre des technologies d'énergie renouvelable (ER) était moins avancée que dans les pays européens. Le gouvernement britannique s'est efforcé de combler cette lacune en recourant plus intensivement aux subventions et à la réglementation des tarifs, ainsi qu'en introduisant des réglementations permettant aux petites entités d'entrer plus largement sur le marché.

guide-des-prix-energies-renouvelables.jpg

Dans la pratique, cependant, la tendance aux énergies renouvelables (ER), toujours présentée comme une révolution post-hippie ascendante, n'a été, presque dès le début, qu'un secteur parmi d'autres des grandes entreprises et de la spéculation financière mondiale. Et maintenant, nous en ressentons les effets. Les problèmes énergétiques de l'Europe ne viennent pas du fait qu'il n'y a pas assez d'installations ER, mais qu'il y en a trop entre les mains des spéculateurs, de sorte que les augmentations de prix et même les coupures de courant peuvent être justifiées, tout cela dans le but idéologique d'atteindre une croissance économique zéro dans l'économie réelle et productive.

Un bouquet énergétique moins diversifié, qui s'est arrêté à la transition du charbon au gaz avec une dépendance croissante simultanée aux énergies renouvelables et une approche incohérente de l'énergie nucléaire, a renforcé la sensibilité du marché européen de l'énergie à la situation du marché international du gaz et du système communautaire d'échange de quotas d'émission.  Ces deux facteurs sont d'une importance capitale pour l'évolution des prix de l'électricité. Et la situation s'est encore compliquée avec la pandémie de COVID-19.

Selon les données de l'Office des statistiques nationales, la tendance à la baisse des prix de l'électricité a déjà commencé en 2019 avec une augmentation au troisième trimestre. Malgré des fluctuations périodiques, les prix ont baissé jusqu'au premier trimestre 2021, ce qui s'explique par l'impact de la pandémie, les confinements, l'affaiblissement de l'activité humaine publique et professionnelle, entraînant une réduction de la demande d'énergie. Cela s'est avéré être un défi pour les petites entités de vente au détail qui essayaient auparavant de rivaliser sur les prix. En conséquence, ils ont commencé à quitter le marché, où, avec la reprise, sont apparues des attentes de demande qui ne pouvaient être satisfaites à court terme, intensifiant l'impression d'instabilité. Dans les réalités de l'économie de la pénurie (dans ce cas, avant tout, la pénurie de gaz) et l'absence de capacités excédentaires correctement gérées qui seraient rapidement mises en service : dès le deuxième trimestre 2021, on constate une légère tendance à la hausse des prix de l'électricité, avec un saut net à la fin du mois de septembre 2021. Depuis lors, les hommes politiques, notamment, se disputent sur la raison principale d'un changement aussi rapide. La Commission européenne, suivant la position de la plupart des experts, facture principalement les prix du gaz. Mais certains analystes proposent de ne pas sous-estimer l'importance de la hausse des prix du SCEQE, soulignée par les gouvernements espagnol et polonais.

image001-1140x570.jpg

Il y a beaucoup de gaz naturel, mais...

En analysant les deux positions, il est nécessaire d'étudier les mouvements de prix sur ces deux marchés complémentaires. Comme le confirme le rapport de l'Agence internationale de l'énergie, l'augmentation supérieure à la moyenne du prix du gaz naturel TTF par rapport aux années précédentes a été enregistrée dès le mois d'avril 2021, et les experts ont directement décrit la poursuite de son augmentation comme "rapide et furieuse" (Agence internationale de l'énergie, 2021, p.68). Il est toutefois intéressant de noter, comme nous le savons de la même source, que cette augmentation ne pourrait pas être uniquement due à une diminution de la production, car la production pour la zone eurasienne, y compris la Russie, qui est le principal fournisseur de l'Europe, a augmenté après la diminution réelle en 2020, dépassant le niveau pré-pandémique.

Production de gaz naturel en Eurasie : 2019 - 941 (738) bcm, 2020 - 884 (692) bcm, 2021 - 968 (761) bcm. En revanche, la tendance à la baisse s'applique à l'Europe elle-même : 2019 - 246, 2020 - 211, 2021 - 204 (Agence internationale de l'énergie, 2021, p. 94). Dans une telle situation, la position des États-Unis en matière d'importation de GNL a également été renforcée malgré les problèmes susmentionnés.

Toutefois, ce qui a eu un impact beaucoup plus important, c'est le fait que, malgré la réduction de sa propre production, l'Europe a maintenu des niveaux de stocks inférieurs de 16 % à la moyenne quinquennale et de 22 % à celle du quatrième trimestre de 2020 (Agence internationale de l'énergie, 2021, p. 91). Cette évolution va clairement à l'encontre des prévisions de croissance de la demande, ce qui s'explique aussi par les performances saisonnières plus faibles de l'énergie onshore et offshore. Les prévisions disponibles (par exemple, celles de la Banque mondiale) supposaient toutefois une très légère tendance à la hausse des prix. Toutefois, l'analyse des contrats à terme sur le gaz pourrait déjà suggérer que les mouvements de prix seront beaucoup plus marqués, ce qui s'est également produit, avec un pic entre septembre et novembre 2021.  Et c'est le marché à terme qui semble revêtir une importance particulière pour le niveau actuel des prix du gaz. Donc, pour répondre à la question qui préoccupe tout le monde : oui, en regardant la situation sur le marché du gaz, on peut prévoir l'augmentation des prix de l'électricité au moins à partir du deuxième trimestre 2021, même sans préciser son rythme. Et il était possible d'agir suffisamment tôt pour sécuriser le marché.

domino-effekt-klimawandel-welt-klima-gefahr-wissenschaft-341181-1_768.jpg

Spéculation climatique

Mais les prix de l'électricité ont également été influencés par un autre facteur : la situation du marché ETS de l'UE. Son impact sur le niveau des prix de l'électricité a été étudié et décrit (Bunn et Fezzi 2008). Les exigences auxquelles ce système doit répondre afin de remplir son rôle stratégique dans le cadre de l'objectif "zéro émission" étaient également connues. Et même de réaliser des économies dans des conditions de marché relativement sûres. Le problème est que les menaces visant à garantir un niveau de rareté adéquat ont également été constatées dès le départ. Par conséquent, même les partisans du système, étendu et renforcé dans le cadre du projet "Fit for 55", ont dû constater ses faiblesses évidentes, principalement en raison de l'allocation initiale et de la politique des gouvernements visant à atteindre leurs propres objectifs budgétaires grâce aux enchères.  L'augmentation des prix à terme de l'EU ETS est observée tout au long de l'année en cours : 4 janvier : 33,69 € par tonne, 7 décembre : 84,91 € par tonne.

L'activité sur le marché des prix à terme de l'UKA (UK ETS) est également remarquable, puisqu'entre le 21 et le 29 septembre, le prix a bondi au Royaume-Uni de 55,78 £ la tonne à 75,56 £ la tonne. L'augmentation des prix était, entre autres, le résultat des modifications apportées au paquet "Fit for 55", qui s'étendaient directement au chauffage domestique et au transport routier, et ne gênaient en rien les gouvernements. Au contraire, les prix élevés du SCEQE leur permettent de limiter leurs propres subventions, les CFD. Il est important de noter que les gouvernements qui demandent aujourd'hui une intervention urgente et des changements sur le marché européen des quotas d'émission l'ont fait aussi. La Commission européenne réagit alors avec colère, en niant catégoriquement que le marché du SCEQE ait un impact décisif sur le marché de l'électricité et que les mouvements des prix à terme du SCEQE soient largement dus à des activités spéculatives.

Toutefois, le rapport de l'Autorité européenne des marchés financiers (2021) convoqué par la CE ne fait pas directement référence à l'interdépendance entre l'échange de droits d'émission de carbone et le marché de l'électricité. Elle confirme également l'intérêt croissant des institutions financières. Leur présence a augmenté de 77,3 % par rapport à 2018 en ce qui concerne les contrats à terme de l'EUA. Certains analystes soulignent que sur l'offre excédentaire totale de quotas d'émission, seuls 3,3 % environ sont détenus par des fonds et d'autres institutions financières. Bien qu'en fait, l'ampleur de l'activité spéculative, avec la participation d'entités de l'industrie également, puisse atteindre 7 %. Tout cela reste cependant à une échelle trop réduite pour que ce facteur puisse être considéré comme décisif ou même significatif. Cela ne signifie pas pour autant que le risque spéculatif n'augmentera pas avec le temps, par exemple avec le développement des fonds négociés en bourse. Et cela soulève la question d'éviter une éventuelle bulle spéculative sur le marché des quotas d'émission de l'UE.

Dans une version radicale, ces préoccupations ont été exprimées par le Parlement polonais, qui a voté le 9 décembre en faveur d'une résolution exhortant l'UE à suspendre l'ensemble du système d'échange de quotas d'émission. Cette proposition sera certainement rejetée, mais elle confirme la controverse politique soulevée par la question de l'absence ou de l'insuffisance d'analyse économique qui permettrait aux Européens de se préparer à temps à un choc de prix non pas inattendu, mais préparé directement par les politiciens.

ns2-2.jpeg

Nord Stream 2 : un renflouement pour l'Europe ?

Alors, était-il possible de prévoir cette tendance à la hausse des prix de l'électricité et d'éviter des situations comme celles décrites par Ambrose ? Oui, au moins partiellement, dans la mesure où elle est stimulée de manière systémique par le paquet "Fit for 55", qui comprend le renforcement et l'extension du SCEQE et la mise à jour de la directive sur la taxation de l'énergie. Et en comprenant les conséquences pratiques de ce changement de paradigme, c'est-à-dire en plaçant l'objectif climatique clairement au-dessus de l'objectif économique et social. Tout en reconnaissant le fait que l'un des instruments importants du nouvel accord sur l'énergie verte est la gestion de la demande énergétique, c'est-à-dire la réduction de la demande énergétique. Considérant que l'impact de la spéculation actuellement observée sur les marchés du gaz et le SCEQE était prévisible dans la mesure où le système actuel est ouvert à cette possibilité, on peut considérer qu'il est inévitable que les acteurs du marché y aient recours. La reconnaissance du gaz comme principale matière première de la période de transition et l'admission d'acteurs financiers externes dans le secteur ont rendu ces deux éléments particulièrement vulnérables aux pressions spéculatives et politiques. Cependant, comme pour la bulle du marché, il est plus difficile de prédire quand exactement elle se produira, ainsi que le niveau auquel elle se développera.

La question est de savoir si, dans la situation actuelle, il est seulement nécessaire de se prémunir contre les effets de la dynamique du marché de l'énergie ou de l'influencer et de la réguler et, si oui, dans quelle mesure. Il comprend également une réflexion sur les changements possibles du côté de l'offre énergétique, au-delà de ceux décrits par les analystes classiques. La tendance actuelle à la financiarisation exclut pratiquement la possibilité d'exclure les entités non industrielles des échanges du SCEQE. Toutefois, il serait peut-être judicieux de taxer davantage les transactions sur le marché secondaire, où les spéculateurs sont actifs. En ce qui concerne le gaz, il semble nécessaire d'accroître le transport de gaz vers le marché européen, tant sous la forme d'importations de GNL que du lancement de Nord Stream 2.

Pour l'ensemble de l'Europe, il faudrait diversifier davantage le bouquet énergétique, à la fois en admettant davantage de petites entités sur le marché et en promouvant davantage l'énergie distribuée par rapport aux oligopoles privés, et en suspendant temporairement le démantèlement des centrales nucléaires, au moins pendant toute la période de transition. La réponse à court terme en 2022 devrait être une augmentation supplémentaire et plus nette de l'écart des prix de détail de l'électricité et la réduction de la pauvreté énergétique. Et pour éviter les chocs à l'avenir, il semble judicieux de centraliser davantage le mécanisme de capacité entre les mains de l'État, ce qui est également une leçon de gestion de crise tirée de COVID-19. La diversification de la production et la centralisation de la gestion stratégique sont les réponses privilégiées. Pour les mettre pleinement en œuvre, il faudrait également partir de la libéralisation et reprendre aux États la pleine responsabilité de la politique énergétique, et non la ruiner avec des objectifs idéologiques imaginaires et des interventions non pas contre, mais dans l'intérêt des marchés spéculatifs.

Extinction des feux !

Bien sûr, surtout pour les petits pays, le choix serait théoriquement encore plus facile. Le fait est que dans presque toutes les versions, cela signifierait quitter l'Union européenne dans sa forme actuelle. Ce n'est qu'en dehors d'elle que nous pourrions nous sauver de la même manière que les Chinois, c'est-à-dire en restaurant la capacité de nos mines et de nos centrales au charbon. Dans le même temps, l'espoir pour l'ensemble de l'UE reste le pacte gazier russo-allemand. Toutefois, nous savons aussi que nous ne pouvons compter sur aucune avancée politique, de sorte que la vie ne peut que devenir de plus en plus chère.

0-Carte-mix-électrique-Europe-1024x1024.png

D'un point de vue réaliste, cependant, nous devons partir du principe que même si, selon les prévisions à long terme, nous avons déjà atteint le sommet de la tendance, et que les prix des facteurs influençant l'augmentation des prix de l'électricité vont maintenant diminuer jusqu'à se stabiliser en 2023 à un niveau similaire à celui de 2018, cela ne change toujours pas le paradigme fondamental de toute la transition. Quelles que soient les mesures de protection que nous prenons, nous devons apprendre à vivre en consommant moins d'énergie. Et les prix élevés sont l'un des supports pédagogiques de cette leçon. Vous connaissez ces rues fermées pour vous décourager de conduire des voitures ? Les prix élevés sont censés vous décourager d'utiliser l'électricité, sérieusement. Sérieusement. Et que quelqu'un d'autre fasse des bénéfices en plus de ça? Cela doit aussi être bon pour la planète. Fin de l'article. Vous feriez mieux d'éteindre votre ordinateur.

vendredi, 31 décembre 2021

Protectionnisme et industrialisation - La théorie économique de Mihail Manoilescu. 

Mihail_Manoilescu.jpg

Protectionnisme et industrialisation - La théorie économique de Mihail Manoilescu

Par Bogdan C. Enache

Ex: https://blog.ignaciocarreraediciones.cl/proteccionismo-e-industrializacion-la-teoria-economica-de-mihail-manoilescu-por-bogdan-c-enache/

(Note de la rédaction : Mihail Manoilescu (1891-1950) était un économiste roumain très influent dans l'espace des pays périphériques, notamment en Europe de l'Est et en Amérique latine, en particulier au Brésil, au début du XXe siècle. Ses idées sur le développement de l'industrie nationale et le protectionnisme stratégique contredisent clairement l'orthodoxie néolibérale dominante, mais l'environnement dans lequel elles ont été générées et débattues présente encore de nombreuses similitudes - et donc une pertinence - avec la situation des États qui cherchent actuellement à naviguer dans un système économique mondial d'échanges asymétriques, d'exploitation commerciale et de coercition de la souveraineté aux mains d'acteurs nationaux et transnationaux et d'entités multilatérales telles que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international).

(Version espagnole de Gonzalo Soaje, gonzalosoaje@ignaciocarreraediciones.cl)

En dehors du Brésil et de la Roumanie, Mihail Manoilescu est essentiellement un économiste oublié, et même dans ce dernier pays, lorsque son nom est mentionné, il est généralement enseigné comme un théoricien du commerce ou un protectionniste, bien qu'il soit un théoricien du développement, de la croissance, du commerce et de la planification industrielle, tous réunis en un seul. En bref, il était essentiellement un théoricien implicite de la macroéconomie (1) à une époque où la macroéconomie commençait tout juste à s'imposer comme une discipline. Le peu de choses que l'économie anglo-saxonne d'après-guerre a assimilé de lui s'est produit indirectement et presque par hasard, par l'intermédiaire d'économistes en dehors du courant dominant de Paul Samuelson qui, peut-être en raison de leurs positions idéologiques "entachées", ou du peu d'attention accordée à la Roumanie après l'établissement du régime communiste, ont rarement mentionné son nom, comme ils ne l'ont pas fait, mentionnent rarement son nom, comme la "théorie des pièges du développement" de Paul Rosenstein-Rodan ou la "théorie des cycles de dépendance des produits de base" de Raul Prebisch (*), même si, dans les années 30, Manoilescu avait une énorme influence intellectuelle et politique. À l'époque, il était une sorte d'icône intellectuelle pour le groupe des économies moins développées des institutions de Genève - le Fonds monétaire international (FMI)/la Banque mondiale/l'Organisation mondiale du commerce (OMC) naissante de l'ère de la Société des Nations - contre l'orthodoxie de l'économie politique de l'époque, ainsi qu'un intervenant régulier aux conférences de style Davos organisées par les régimes d'António de Oliveira Salazar (2), de Benito Mussolini (3) et aussi d'Adolf Hitler (4). 

imammcge-asset.jpeg

Keynes des pauvres 

Bien que le lien soit rarement fait, sa théorie a plus de points communs avec celle de John Maynard Keynes qu'avec la pensée protectionniste antérieure. Dans la macroéconomie de Keynes, qui s'applique aux économies industrialisées ou développées, la théorie classique de l'équilibre de l'offre et de la demande est réfutée par l'existence de ressources inutilisées, de la pauvreté au milieu de l'abondance. Dans la théorie de Manoilescu, un programme protectionniste d'industrialisation "big push" qui brise les contraintes apparentes telles que l'avantage comparatif est basé sur l'existence de ressources sous-utilisées, d'une abondance au milieu de la pauvreté. Alors que Keynes devait s'attaquer au problème du chômage de masse dans les sociétés industrialisées, Manoilescu se concentrait sur le sous-emploi de masse dans les sociétés agraires, qui devenait également un risque politique compte tenu de l'élévation du niveau d'éducation et des attentes (en effet, le mouvement en Roumanie (**) qu'il a approché dans la dernière partie de sa carrière était, par essence, une révolte en Roumanie), en substance, une révolte de la première génération de paysans ayant reçu une éducation universitaire, une conséquence de la fracture rurale-urbaine plutôt qu'une fracture urbaine-urbaine, correspondant parfaitement à ce que Samuel Huntington définira plus tard, sans jamais faire référence à la Roumanie, comme des "révolutions rouges-vertes" simultanées dans des sociétés en mutation).

Le commerce était plus essentiel pour Manoilescu que pour Keynes, car pour une économie essentiellement agraire, en particulier une économie souffrant d'inflation en temps de guerre comme celle de la Grande-Bretagne, mais également privée de ses réserves d'or, les exportations de matières premières vers les économies industrielles étaient essentielles pour maintenir la stabilité monétaire. Il ne faut pas oublier qu'au sommet de son influence, Manoilescu était, sinon un théoricien monétaire travaillant pour l'administration coloniale britannique en Inde comme Keynes, du moins un praticien monétaire, en tant que gouverneur de la Banque nationale de Roumanie. Dans une économie où les importations consistent principalement en biens industriels, qu'ils soient destinés à l'investissement en capital ou à la consommation ostentatoire de la classe riche selon Veblen, la demande et la volatilité des prix des produits agricoles dans les pays industriels importateurs ont eu un impact négatif sur la stabilité monétaire du pays exportateur. Par conséquent, l'industrialisation par la substitution des importations et le protectionnisme promus par la théorie de Manoilescu avaient non seulement une dimension de croissance et de développement, mais aussi une dimension monétaire.   

século.jpg

Le libre-échange en déclin

L'intérêt de Manoilescu pour l'industrialisation et les tarifs douaniers comme moyen d'y parvenir n'était pas original. Après l'ère Cobden-Chevalier des accords de libre-échange au milieu du XIXe siècle, l'Europe s'oriente vers des politiques tarifaires bien avant le début de la Première Guerre mondiale. Bien qu'elles n'aient été officiellement indépendantes qu'en 1877, les Principautés roumaines, puis les Principautés unies de Roumanie et enfin simplement la Principauté de Roumanie ont non seulement participé, bien que souvent d'office, à la vague de libre-échange de Manchester, mais ont été une sorte de berceau de la politique de laissez-faire, à tel point que certains historiens parlent aujourd'hui encore d'une grande expérience de modernité appliquée pour la première fois sur ces terres. Étant officiellement des États vassaux de l'Empire ottoman, mais sous la protection partagée des grandes puissances de l'époque et, après 1859, pratiquement indépendants, la politique de libre-échange sans restriction sur les terres roumaines convenait non seulement aux puissances rivales mais aussi, du moins à cette période de formation de l'État-nation, aux élites roumaines, qui l'ont intériorisée après le démantèlement du monopole commercial ottoman en 1828 et y ont vu un gage de sécurité, compte tenu notamment de l'importance croissante de la route fluviale du Danube, qui a donné naissance à la première institution internationale permanente : la Commission du Danube. Ainsi, le premier et unique prince dirigeant des Principautés unies de Roumanie, Alexandru Ioan Cuza, a pu déclarer au Parlement, en harmonie quasi totale avec les libéraux de 1848 et l'opposition conservatrice, que le pays était opposé à tout régime protectionniste, car la véritable bataille de politique économique de l'époque était la redistribution de la propriété foncière. Cependant, dans les décennies qui ont suivi l'indépendance du pays et la proclamation d'un royaume, dans toute l'Europe, l'idéologie du libre-échange a atteint son apogée et a simultanément commencé à perdre du terrain. En Roumanie, ce passage d'un régime de libre-échange à une protection modérée a commencé avec la loi générale sur les tarifs de 1886, renouvelée et améliorée par la loi générale sur les tarifs de Costinescu en 1906. Cette politique établie, ainsi que sa formation saint-simonienne, ont fait de Manoilescu l'un des principaux promoteurs de l'industrialisation du pays : un néo-libéral (sic !) dans le vocabulaire politique de l'époque, c'est-à-dire un libéral qui croyait en l'utilisation de l'État pour réaliser le progrès économique, contrairement aux vieux libéraux (5) qui s'accrochaient encore au libre-échange et à une politique relativement non interventionniste, qui, dans la Roumanie de l'entre-deux-guerres, ont fini par se ranger du côté du Parti national paysan plutôt que du côté des libéraux. Ce fut le cas de Gheorghe Tașcă, le plus sérieux critique de Manoilescu en Roumanie. Selon lui, et selon d'autres économistes du Parti national paysan comme Virgil Madgearu, une politique de protectionnisme visant à accélérer l'industrialisation serait préjudiciable à la population agraire et empêcherait ou retarderait la modernisation du secteur car les agriculteurs devraient payer un coût plus élevé pour acquérir des outils. 

"La protection à court terme impose un coût à court terme au consommateur pour un bénéfice national à long terme ; à long terme, pour ainsi dire, elle devrait se payer d'elle-même".

Guerre commerciale avec l'Autriche-Hongrie

Les droits de douane de 1886 sont le résultat d'une longue guerre commerciale avec l'Autriche-Hongrie après la signature d'une convention de libre-échange en 1876 sur le mouvement du bétail. Bien que l'accord ait réduit les droits de douane et comporte une clause de libre transit mutuel, il ne contenait pas de réglementations non tarifaires telles que les réglementations vétérinaires, et les autorités de Vienne ont profité de cette lacune pour interdire les exportations de bétail roumain, décimant ainsi l'industrie et contribuant à convertir le secteur agricole roumain d'exportateur de bétail en producteur de céréales. Mais les tarifs douaniers de 1886 étaient également fondés sur l'argument de l'industrie naissante, aujourd'hui tout à fait dominante, de créer un marché pour la production industrielle nationale. Selon l'argument de l'industrie naissante à la Friedrich List, les tarifs douaniers restaient un coût irrécupérable pour les consommateurs, mais un coût temporairement irrécupérable nécessaire pour qu'une entreprise ou une industrie émerge là où il n'y en avait pas, face à une concurrence dévastatrice et pas toujours loyale. En bref, l'argument du tarif pour les industries naissantes était que, sans lui, il n'y aurait pas de marché de taille suffisante pour rendre la construction d'une usine plus rentable que l'importation de biens industriels, mais qu'une fois l'usine en activité, c'est-à-dire lorsque l'industrie arrive à maturité, le tarif, qui couvrait essentiellement le coût de l'investissement fixe dans la nouvelle industrie, n'est plus nécessaire et les biens de consommation produits peuvent alors être encore moins chers que ceux importés. Ainsi, la protection à court terme impose un coût à court terme au consommateur pour un bénéfice national à long terme ; à long terme, pour ainsi dire, elle devrait s'amortir.

Etica-politica-coperta_02201221.jpg

Conformément à l'industrie naissante et à la politique de développement naissante, les tarifs généraux de 1886 et 1906 n'étaient pas des mesures protectionnistes grossières. Ils prévoyaient des exemptions pour l'importation de machines et d'autres biens d'équipement nécessaires à l'investissement dans les installations de production nationales et étaient accompagnés de lois facilitant l'accès au crédit (un autre problème dans les économies moins développées) pour les entrepreneurs en herbe, qui pouvaient toutefois faire l'objet d'abus et créer une relation clientéliste corrompue entre la politique, la bureaucratie et les entreprises. Toute cette industrie de promotion des politiques commerciales, fiscales et de crédit, déjà en place depuis la fin du XIXe siècle, constitue l'arrière-plan de la théorie de Manoilescu. Mais sa théorie, bien qu'elle puisse être considérée comme une systématisation de la politique roumaine établie - du parti libéral, en particulier - du début du 20e siècle, va au-delà des arguments protectionnistes antérieurs sur certains points importants.   

Programme de Vintilă Brătianu 

Le décideur économique le plus influent de la Roumanie du début du XXe siècle est Vintilă Brătianu, issu de la famille Brătianu qui a pratiquement présidé successivement le Parti national libéral depuis sa création jusqu'aux années 1930. Il est l'auteur du programme économique libéral dont le slogan électoral a saisi l'essentiel avec une concision élégante et durable, "Par nous". Alors que Manoilescu était un fonctionnaire de bas niveau, dont le milieu familial était lié au mouvement socialiste qui, en 1899, a rejoint le Parti national libéral en tant que faction autonome, Vintilă Brătianu était l'homme politiquement et financièrement bien connecté en charge du développement de l'industrie roumaine.

102453283_o.jpg

Pays agraire, par la proportion de l'occupation de la population et de la production nationale, la Roumanie était aussi un pays riche en ressources naturelles, surtout en ressources naturelles qui étaient alors à l'avant-garde du développement industriel, comme le pétrole. Le slogan du Parti libéral faisait avant tout référence à un débat sur la meilleure façon de promouvoir le développement de ces ressources. Le parti conservateur, bientôt remplacé, avec l'introduction du suffrage universel masculin en 1917, par le parti national paysan en tant que deuxième parti le plus important, était plus enclin à une politique de laissez-faire, comme le montre le compromis de la loi sur les mines de 1895, qui, dans le programme du parti national paysan, est devenu connu sous le nom de "politique de la porte ouverte". Cela signifiait qu'il fallait autoriser des investissements étrangers débridés, car cela correspondait aux intérêts de ses électeurs agraires orientés vers l'exportation, tandis que les libéraux promouvaient une série de politiques fiscales et réglementaires (quotas de propriété du capital, quotas de représentation de la nationalité des dirigeants, etc.), dont le point culminant était un article constitutionnel de 1923 établissant la propriété publique des ressources souterraines, conçu pour donner au gouvernement roumain et aux propriétaires roumains de l'industrie d'exploitation des ressources un rôle majeur.  

Lien avec le socialisme 

La théorie de Manoilescu est autant le produit de la pensée et des politiques économiques libérales de l'époque que celui des débats socialistes locaux. Le principal théoricien socialiste de la Roumanie de la fin du XIXe siècle, un pays qui avait une communauté de phalanstères de type Fourrier (***) dès 1830, était un homme appelé Constantin Dobrogeanu-Gherea, l'un des fondateurs du Parti roumain des travailleurs socialistes démocratiques (1893), dont la grande originalité était d'avoir remarqué que la théorie économique marxiste orthodoxe ne correspondait pas tout à fait aux faits de pays comme la Roumanie, car au lieu d'un grand prolétariat opprimé comme en Allemagne, on pouvait trouver une grande paysannerie opprimée comme en Allemagne, on pouvait trouver une grande paysannerie opprimée dont la conscience de classe fonctionnait différemment de celle des travailleurs (David Mitrany, un théoricien britannique des relations internationales né en Roumanie au milieu du 20e siècle, écrira plus tard que l'existence de cette grande paysannerie, dotée de la propriété foncière, dans des pays comme la Roumanie ou la Pologne, d'ailleurs, était précisément ce qui rendait la révolution bolchevique peu attrayante dans ces pays). L'accent mis par Manoilescu sur le produit global de la valeur du travail et sa distribution, bien que filtré par David Ricardo, remonte à ces débats socialistes et libéraux de gauche roumains sur la paysannerie. Le point culminant a été atteint dans la décennie qui a suivi le soulèvement des paysans de 1907 contre les propriétaires terriens qui louaient souvent leurs biens à des administrateurs, soulèvement qui, dans de nombreuses régions du pays, a dû être réprimé par l'armée. La paysannerie roumaine a mis le feu aux poudres, renversé un gouvernement conservateur, fait des milliers de morts selon un bilan encore indéterminé, et le bouleversement a fait la une des journaux du monde entier. Avec la génération de Mihail Manoilescu, la paysannerie roumaine va entrer dans la théorie économique.  

510xx06NQoL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

La Roumanie d'après 1918 a considérablement accru la portée de la politique de développement industriel du Parti national libéral. Bien que le pays ait plus que doublé en taille, il est resté une nation agraire. L'unification a intégré quelques provinces légèrement plus industrialisées gouvernées par les Austro-Hongrois, ainsi qu'une province pratiquement non industrielle anciennement gouvernée par la Russie, laissant le pays globalement identique à ce qu'il était auparavant. Toutefois, son potentiel et ses ambitions économiques étaient bien plus importants. 

L'économie communautaire

Manoilescu développe sa théorie dans ce contexte roumain d'après-guerre, marqué par les grandes ambitions du programme économique national-libéral et les déséquilibres économiques de l'économie de guerre, à savoir l'inflation, la dépréciation de la monnaie, la dette et des économies plus fermées.

À l'époque, les débats économiques internationaux dans les forums officiels se concentrent sur le rétablissement de la stabilité monétaire d'avant-guerre, un effort auquel la Roumanie, membre du bloc aurifère de l'Union latine, se joint, bien que la plupart de ses réserves d'or aient été confisquées par l'Union soviétique. La Russie, qui y a été envoyée en sûreté en 1917 lorsque l'Allemagne et ses alliés ont envahi plus de la moitié du pays, ne parvient jamais vraiment à établir la parité d'avant-guerre et dévalue sa monnaie à plusieurs reprises. La deuxième grande question était le rétablissement du commerce et des flux de capitaux dans le contexte de l'après-guerre, qui, dans la pratique, est étroitement lié à la première question. Les propositions les plus ambitieuses à cet égard, qui sont aujourd'hui considérées comme les précurseurs de l'Union européenne, prévoyaient une zone de libre-échange à l'échelle européenne, voire une union douanière à l'échelle européenne. La région de l'ancien empire des Habsbourg ou de l'Empire austro-hongrois, qui englobe aussi en partie le royaume de Roumanie, est le plus souvent citée comme exemple dans ces propositions des effets économiques pernicieux de la fragmentation nationale, tandis que d'éminents économistes autrichiens, travaillant à l'intérieur ou à l'extérieur des bureaux de la Société des Nations, comme Gottfried Haberler ou Fritz Machlup, jetteront les bases de la théorie moderne de l'intégration économique. Cependant, aucun État n'était vraiment disposé à démanteler complètement les nombreux contrôles, réglementations et restrictions mis en place pendant la guerre et servant aujourd'hui divers groupes d'intérêts.

Outre ces deux grandes questions, un troisième grand débat économique s'est déroulé à Genève, où se trouvaient les bureaux de la Société des Nations, opposant les intérêts des pays développés ou industrialisés à ceux des économies agraires ou moins développées, représentées principalement par les pays d'Europe centrale et orientale et ceux d'Amérique latine, bien que les pays d'Europe du Sud aient également été impliqués, en ce qui concerne les termes de l'échange déloyaux (6). Le problème sera aggravé pendant l'entre-deux-guerres par l'instabilité du dosage des politiques dans les pays industrialisés, où l'insistance orthodoxe sur les taux de change fixes de l'étalon-or et la libre circulation des capitaux à la fin du XIXe siècle cohabitent avec un système désorganisé de contrôles croissants, de restrictions commerciales et de préférences coloniales, ce qui rend difficile pour les pays exportateurs de matières premières de préserver leur stabilité macroéconomique. C'est dans ces circonstances que la théorie de Manoilescu a acquis une notoriété internationale. Elle promettait aux pays en développement un moyen de prendre en main leur destin économique et l'espoir de combler l'écart avec les économies développées ou, du moins, de devenir plus autosuffisants. Le fait qu'il ait capté le sentiment de repli sur soi et de nationalisme qui régnait partout dans les années précédant et suivant la Grande Dépression faisait partie de son attrait. Aujourd'hui encore, il constitue un remarquable témoignage intellectuel, essentiel à la compréhension de cette période turbulente. 

mihail-manoilescu-memorii-2-volume_10354.jpg

"Cette simple observation se généralise en ce que l'on appelle la constante de Manoilescu ou le ratio de Manoilescu : la productivité de l'industrie est toujours supérieure à celle de l'agriculture. Par conséquent, une politique d'industrialisation se justifie pour des raisons économiques."

Au-delà de Ricardo 

La théorie de Manoilescu commence par un ensemble d'observations empiriques. Les biens agricoles, mais aussi les produits de base en général, ont une valeur par unité d'heure travaillée inférieure à celle des biens industriels, car une production plus élevée implique des coûts moyens plus élevés ou un revenu moyen plus faible. Cette simple observation se généralise en ce que l'on appelle la constante de Manoilescu ou le ratio de Manoilescu : la productivité de l'industrie est toujours supérieure à celle de l'agriculture. Par conséquent, une politique d'industrialisation se justifie pour des raisons économiques. Une politique protectionniste quasi-autarcique comme moyen de parvenir à l'industrialisation n'est pas un non-sens, puisque le coût d'opportunité des droits de douane n'est pas le surplus du consommateur auquel on renonce comme dans la théorie orthodoxe, mais la production à valeur ajoutée à laquelle on renonce du fait de l'existence du droit de douane. L'argument de l'avantage comparatif suppose un modèle simple à deux biens et deux prix, tandis que l'argument généralisé de Manoilescu révèle un modèle à deux biens et quatre prix, dans lequel la poursuite de la prescription conventionnelle de l'avantage comparatif est une solution sous-optimale. Comme dans la macroéconomie keynésienne, la prémisse cachée de l'argument était l'existence de ressources sous-développées, plutôt que sous-utilisées, telles que le capital humain, le savoir-faire et l'épargne. Cela n'a pas toujours été le cas, bien que depuis les années 1860, la Roumanie ait eu une série de politiques éducatives, dont l'enseignement primaire obligatoire, de bonnes écoles secondaires dans les villes, des programmes d'alphabétisation et de culture populaire dans les zones rurales, ainsi qu'une élite ayant reçu une éducation occidentale privée ou publique, qui, dans l'entre-deux-guerres, reproduisait et maintenait une vie universitaire, culturelle et scientifique, petite mais vivante, de niveau comparable, dont Manoilescu (et de nombreuses autres personnalités) était un produit (7). 

Résultats non concluants 

Bien que le programme autarcique de Manoilescu n'ait jamais été appliqué systématiquement en Roumanie, le programme national-libéral "Par nous", plus systématique, dont il s'est inspiré pour son modèle abstrait, a été la politique dominante dans l'entre-deux-guerres, à l'exception du changement de politique inopportun du gouvernement national paysan, lorsqu'en pleine Grande Dépression, alors que le protectionnisme sévissait dans le monde entier, la Roumanie a effectivement essayé son programme de libéralisation "Portes ouvertes". Et malgré les nombreuses critiques que l'on peut formuler à l'encontre de cette politique protectionniste de développement industriel durant cette période turbulente et compliquée, le fait est qu'en 1938, l'industrie, les services et la construction ont dépassé la barre des 50% de la production nationale (8). En quelque trois décennies, marquées par une guerre coûteuse et une dépression mondiale, le pays s'est transformé d'un pays essentiellement agraire, avec une économie essentiellement ferroviaire et portuaire, en un pays agro-industriel, avec quelques industries de pointe et des produits industriels surprenants tels que l'avion de chasse IAR-80, tant admiré et redouté, produit localement et détruit par les Soviétiques jusqu'à sa dernière pièce. Il est vrai que les séries reconstituées du PIB (9) pour la période montrent un taux de croissance par habitant maigre, presque plat, au cours de la période, avec de grands écarts par rapport à la moyenne, ce qui rend très difficile l'évaluation de l'effet endogène de la politique, mais le changement relatif de sa composition n'est pas contesté. 

Contacts fascistes 
L'esprit du fascisme

Manoilescu était lui-même un personnage controversé, pompeux et quelque peu excentrique, même à son époque, mais il reste l'économiste le plus influent, le plus oublié et le plus discrédité que la Roumanie ait jamais produit. Il est passé du statut d'ingénieur brillant et ennuyeux, d'intellectuel et de haut fonctionnaire à celui d'une personnalité politique influente et pas toujours couronnée de succès, mais sans jamais disposer d'un grand nombre de partisans.

Bien qu'il ait commencé par être une sorte de Vintilă Brătianu néo-libéral, travaillant pour le premier gouvernement libéral de l'après-Première Guerre mondiale, il dédaigna, comme beaucoup d'intellectuels de son temps, en particulier celui issu des boyards ruraux des plaines du sud de la Moldavie, la soi-disant oligarchie libérale organisée autour de la famille Brătianu et entra en politique avec le plus grand rival du Parti libéral au début des années 1920, le Parti du peuple formé par le maréchal Alexandru Averescu, un héros de guerre à la retraite.

Comme un certain nombre d'intellectuels roumains et européens en général, il a rapidement développé de la sympathie et de l'admiration pour le régime de Mussolini, sur lequel il a théorisé de manière extensive et originale. Il l'a trouvé inspirant pour son efficacité apparente à relever les défis et à surmonter les contradictions de l'économie et de la société modernes, une étape logique dans l'histoire de l'organisation politique et sociale. Et, comme l'a montré l'économiste politique Philippe C. Schmitter, certaines parties de ses idées corporatistes ont perduré jusqu'à aujourd'hui, bien que sous une forme démocratique, dans les multiples organes qui rassemblent les fonctionnaires gouvernementaux, les employeurs et les syndicats de travailleurs qui existent à travers l'Europe et qui constituent une caractéristique du capitalisme continental de la fin du 20e siècle. 

En 1930, il soutient le retour sur le trône du prince Carol (le futur roi Carol II), qu'il connaît personnellement depuis ses années d'école et qui avait été déshérité en 1926, sous le gouvernement libéral de Ionel Brătianu. Cela lui vaut une carrière politique de courte durée au sein du Parti national paysan, le parti au pouvoir à l'époque, qui, sous la direction de Iuliu Maniu, a pratiquement permis ce que l'on a appelé "la restauration", dont il s'est retiré après s'être brouillé avec Virgil Madgearu, l'économiste en chef du parti. Pendant un certain temps, au début des années 1930, Manoilescu était considéré comme un membre du cercle étroit des collaborateurs du roi Carol II - la clique, comme l'appelaient ses détracteurs. Cependant, les deux ne se sont pas entendus longtemps. En tant que gouverneur de la Banque nationale de Roumanie en 1931, il a refusé de renflouer une banque roumaine très importante et emblématique de l'époque, la banque Marmorosch, Blank & Co, ce qui, selon les rumeurs et spéculations politiques de la presse enfiévrée de l'époque, l'a monté contre le roi Carol ou les intérêts supposés des amis du roi dans cette affaire.   

Quoi qu'il en soit, Manoilescu s'est déplacé vers l'extrême droite, a fondé son propre parti ou sa ligue corporatiste insignifiante et, à la fin des années 1930, est devenu un mécène du mouvement légionnaire, au moment où le roi Carol II commençait à le réprimer durement. En 1940, alors que le régime schmittien du roi Carol II s'effondre, il se voit néanmoins confier le rôle de bouc émissaire chargé de négocier avec la Bulgarie l'arbitrage dit de Vienne, orchestré par Mussolini et Hitler, dont l'intention officielle est de revoir les injustices très médiatisées de la paix de Versailles dans le sud-est de l'Europe, ce qui entraîne la perte de deux comtés côtiers roumains. Le vaniteux Manoilescu a rempli ce rôle dans l'espoir encore plus vain d'éviter une perte territoriale beaucoup plus importante au bénéfice de la Hongrie dans des négociations parallèles qui déboucheraient sur un diktat. Comme d'autres hauts fonctionnaires experts, il a continué à exercer cette fonction sous le régime du général Ion Antonescu, bien que sa gestion de la crise existentielle du pays à l'été 1940, avec les pertes territoriales qui s'ensuivirent sur les trois fronts, ait nui à sa réputation, même auprès des partenaires de la coalition légionnaire pro-nazie du régime militaire d'Antonescu.

Lorsque la Roumanie a rompu son alliance avec l'Allemagne et qu'a pratiquement commencé l'occupation soviétique - qui a d'abord déplacé d'importants équipements industriels, parfois même des usines entières, puis extrait du pays des quantités considérables de ressources naturelles (des céréales et du pétrole à l'uranium) à titre de réparations de guerre par le biais d'une série de coentreprises pendant une dizaine d'années - il a fait partie du premier groupe d'hommes politiques et de hauts fonctionnaires à être arrêtés. Il a réussi à rédiger ses Mémoires pendant une brève période de liberté, avant d'être emprisonné par le régime communiste roumain fantoche installé par les Soviétiques dans la tristement célèbre prison de Sighet, où il mourra plusieurs années plus tard, sans procès et enterré dans une tombe anonyme, comme de nombreuses autres personnalités politiques de l'époque de différentes obédiences.   

"Sa théorie du développement industriel par substitution aux importations, fondée sur l'expérience roumaine d'avant la Seconde Guerre mondiale, était en fait une politique répandue dans l'ensemble du monde en développement dans les années 1950 et 1960".

L'oubli et le souvenir 

Le plus grand héritage intellectuel de Manoilescu se situe aujourd'hui en dehors de la Roumanie, notamment au Brésil, où le régime de Getúlio Vargas (photo, ci-dessous) à la fin des années 1930 a adopté ses idées comme politique économique officielle, même si son influence opérationnelle officieuse, qu'il serait très intéressant d'étudier systématiquement, est bien plus importante et peut être détectée dans divers pays au-delà de l'Amérique latine, de l'Inde post-coloniale à, en un sens, la politique économique chinoise contemporaine.

17_-_Getúlio_Dorneles_Vargas_1951_derivative.jpg

Sa théorie du développement industriel par substitution aux importations, fondée sur l'expérience roumaine d'avant la Seconde Guerre mondiale, était en fait une politique répandue dans l'ensemble du monde en développement dans les années 1950 et 1960 et s'apparente à la politique plus réussie du Japon et, plus généralement, de l'Asie de l'Est en matière d'industrialisation et de promotion des exportations, en particulier après la Seconde Guerre mondiale. Aujourd'hui, il est pratiquement inconnu aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, où l'on s'attendrait à trouver toute la sagesse de l'économie sous une forme lisible, oublié en France et en Allemagne, où il a publié ses principaux ouvrages, tandis qu'au Brésil, il est toujours enseigné dans les départements d'économie et est connu des intellectuels et des responsables de la politique économique.

cpmm.jpgEn Roumanie, il semble à première vue presque aussi oublié que n'importe où ailleurs qu'au Brésil ; aucun livre n'a été publié sur lui ou ses idées, seulement des informations éparses ici et là, et très peu de chercheurs, pratiquement aucun éminent, qui prétendent vraiment poursuivre ou engager son héritage intellectuel (ndt: on notera toutefois le livre de Cristi Pantelimon, v. ci-contre) ; mais les vestiges de sa vie et de sa pensée sont toujours là et refont inévitablement surface de temps en temps, généralement avec une certaine controverse concernant son antisémitisme, comme lorsque la Banque nationale de Roumanie a émis en avril 2016 une pièce de collection à l'effigie de Mihail Manoilescu, dans le cadre d'une série commémorant ses anciens gouverneurs. 

Le colonialisme financier mondial

La réapparition la plus notable a eu lieu sous le régime communiste de Nicolae Ceaușescu et pratiquement toutes les connaissances et utilisations qui existent actuellement en Roumanie concernant la théorie de Manoilescu remontent à cette période. Après avoir refusé de participer, et même condamné publiquement, l'invasion de la Tchécoslovaquie par le Pacte de Varsovie en 1968, Ceaușescu a cherché à éloigner la Roumanie communiste de l'hégémonie de Moscou. Sur le plan interne, cela signifiait avant tout une politique de désoviétisation culturelle et de réhabilitation des valeurs nationales, qui avait en fait commencé timidement sous son prédécesseur, Gheorghe Gheorghiu-Dej, peu après la négociation réussie du retrait des troupes soviétiques du territoire roumain en 1958, mais sans réforme réelle et profonde du système communiste en tant que tel.

Sur le plan extérieur, elle inaugure une période de diplomatie multilatérale, également initiée par Dej avec une déclaration équidistante sur le conflit de leadership sino-soviétique au sein du bloc communiste, qui comprend, entre autres, l'adhésion exceptionnelle de la Roumanie communiste au FMI et à la Banque mondiale en 1972, avec le statut de pays en développement, le même groupe de pays couvrant l'Amérique du Sud, qui a grandement apprécié et utilisé les idées de Manoilescu dans la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), une organisation qui a finalement réalisé une initiative de 1939 formulée pour la première fois à la Société des Nations à Genève.

L'éloignement de Moscou et l'ouverture de la Roumanie communiste à l'Ouest et au reste du monde à la fin des années 1960 et dans les années 1970 ont permis au régime de Ceaușescu d'accéder à des crédits en dollars, à des transferts de technologie et à des marchés étrangers pour mener à bien un ambitieux programme d'industrialisation. Bien que le régime n'ait jamais abandonné la planification centrale et les références de style soviétique, la désoviétisation culturelle, associée à l'engagement économique de l'Occident et du tiers monde, a permis, et même nécessité, la renaissance de certaines idées et pratiques économiques clés qui ont guidé la politique et la pensée économiques précommunistes de la Roumanie. Dès 1965, avant même que Ceaușescu n'accède à la succession, le régime communiste roumain s'est mobilisé pour rejeter la proposition d'un économiste soviétique, le plan dit Emil Valev, pour l'intégration économique de l'Europe de l'Est et de l'Union soviétique, le COMECOM (10), basé sur le principe de la spécialisation de la production, qui aurait transformé près de la moitié de la Roumanie d'après la Seconde Guerre mondiale en une périphérie agricole de Moscou. L'homme chargé de démolir intellectuellement le plan Valev par le Politburo roumain était Costin Murgescu, un historien de l'économie avec un passé idéologique jeune de légionnaire devenu communiste. En 1967, il se voit également confier la direction d'un nouvel institut de recherche économique directement subordonné au ministère du commerce extérieur et de la coopération internationale, bientôt connu sous le nom d'Institut de l'économie mondiale, où a été élaborée la majeure partie de la pensée économique de la dernière partie de la période communiste et où ont été formés la plupart des hauts fonctionnaires qui continuent d'occuper des postes décisionnels importants à ce jour.

Le principal ouvrage de Manoilescu y a été réimprimé en 1986, à une époque où le régime s'engageait pourtant dans une politique autarcique extrêmement coûteuse d'un point de vue social. La crise pétrolière des années 1970 et la chute du régime du Shah en Iran, avec lequel la Roumanie communiste entretenait de bonnes relations ; la hausse des taux d'intérêt sur ses engagements en dollars lorsque Paul Volcker (****) a commencé à contrôler l'inflation ; la perte de la bonne volonté des États-Unis à l'égard du régime de Ceaușescu créée lors des manœuvres diplomatiques d'Henry Kissinger pour mettre fin à la guerre du Vietnam et de la détente qui a suivi, en raison de son bilan décevant en matière de droits de l'homme ; et la concurrence accrue des pays exportateurs d'Asie de l'Est, mobiles vers le haut, bon marché et innovants, sur les marchés du tiers monde, se sont combinés au début des années 1980 pour contraindre le régime communiste roumain à mener ce que l'on appellerait aujourd'hui une politique d'austérité extrême. Contrairement à ce qui se passe dans les économies capitalistes, l'austérité, c'est-à-dire la réduction des dépenses publiques courantes pour rembourser ou contrôler les coûts de la dette encourue, n'a pas été synonyme de chômage et de faillites, mais de pénurie chronique de biens et de détérioration de leur qualité. Cependant, la marche vers l'industrialisation, inspirée par le dogme marxiste-léniniste, mais désormais renforcée par certaines des considérations de Manoilescu et d'autres pré-communistes, n'a pas été abandonnée. Au contraire. La nouvelle politique supposait non seulement la liquidation forcée des établissements ruraux et la construction de luxueux centres civiques, mais, après avoir remboursé toute la dette en dollars acquise pendant la période de détente, elle impliquait de suivre une politique largement planifiée d'octroi de crédits aux pays du tiers-monde pour les importations roumaines (bien qu'à ce jour, on constate que certaines dettes impayées de l'ère Ceausescu figurent dans les registres financiers de pays comme la Libye, Cuba, le Vietnam, etc.) Cette économie de pénurie de biens de consommation est ce qui, selon de nombreuses personnes, a finalement entraîné la chute du régime Ceausescu, tandis que l'indépendance financière vis-à-vis de l'argent soviétique et occidental est ce qui, selon certains, a retardé la transition vers une économie de marché dans le pays après 1989, par rapport à ses voisins du nord-ouest. Cet échec économique de la transition roumaine peut se mesurer assez simplement : d'un niveau de PIB par habitant presque égal, voire supérieur de 4,76%, en 1989 par rapport à celui de la Pologne, le pays était en 2017 environ 12,97% en dessous, selon les statistiques actuelles de la Banque mondiale (11). 

L'éléphant dans la pièce 

Les appels plutôt populistes en faveur de la protection du capital roumain et d'une nouvelle politique industrielle nationale, lancés crescendo ces dernières années par le parti social-démocrate, souvent soutenu par le parti national libéral ou par des factions indépendantes de ce dernier qui se partagent actuellement le pouvoir, ne font que rarement, voire jamais, référence au programme national libéral de développement industriel d'avant le communisme, aux travaux de Manoilescu ou à l'utilisation par le régime communiste de certaines de ses applications dans ses affaires internationales, bien qu'il existe une étrange similitude. Toutefois, bon nombre des personnes qui avancent ces arguments aujourd'hui sont en fait d'anciens étudiants et de jeunes professeurs qui l'ont lu et édité dans les années 1970, 1980 et même au début des années 1990, et qui devraient bien connaître l'histoire économique de la Roumanie, puisqu'ils en sont en partie et dans une certaine mesure les derniers protagonistes. Ainsi, Cristian Socol, le principal défenseur d'une nouvelle politique industrielle nationale, ne mentionne ni Manoilescu ni les rudiments de la planification industrielle réalisée à son époque, peu avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, qui impliquait un autre économiste roumain de premier plan, Nicolae Georgescu-Roegen, Il a préféré faire la publicité de ses conseils politiques en se référant aux expériences françaises et néerlandaises plus prestigieuses de la Seconde Guerre mondiale, ou au mieux en faisant une référence passagère aux développements brésiliens ultérieurs de ses idées, bien que les observateurs experts puissent facilement lire entre les lignes.   

Notes sur la révolution à venir

Et le fait que la Commission nationale pour la stratégie et la prévision, récemment rebaptisée, qui est censée remplir les fonctions de planification et de prévision indicatives des institutions équivalentes fondées par Jean Monnet et Jan Tinbergen à l'apogée de la planification stratégique, a été dotée par le gouvernement social-démocrate de Viorica Dăncilă d'un comité d'anciens membres du Conseil national de planification de l'époque communiste, une institution d'un type très différent, dont la planification était impérative, remplaçant le marché sans le compléter ni le guider. Le gel intellectuel de l'ère communiste, suivi d'une transition dysfonctionnelle et plutôt décevante, a empêché un développement significatif, et pendant longtemps même la reconnaissance, de la théorie, ou de pratiquement toute théorie, en Roumanie, mais très peu de personnes de cette génération allaient réellement contester de manière critique son héritage. Dans un pays dépourvu d'une classe d'affaires et d'une culture capitaliste historiquement fortes, l'étatisme et le dirigisme tendent à être, par défaut, l'idéologie économique préférée des élites, malgré des flirts post-communistes plutôt limités, par circonstance et par nécessité, avec l'idéologie du marché libre.

Entre-temps, la théorie et la politique économiques se sont enrichies même en ce qui concerne la politique de développement industriel, offrant des raisons plutôt orthodoxes basées sur les échecs de coordination, les problèmes d'information et les économies d'agglomération pour que le gouvernement manipule les résultats du marché, alors que l'adhésion de la Roumanie à l'Union européenne (qui, en substance, consiste en une union douanière) est un facteur majeur du développement économique du pays, qui consiste essentiellement en une union douanière et un marché commun) rend l'accent mis par Manoilescu sur les droits de douane et les restrictions à l'investissement direct étranger en tant qu'instruments politiques assez problématique à poursuivre au niveau national, du moins compte tenu des engagements internationaux actuels, soulignant les limites de l'expérience passée.

Notes

(*) Économiste argentin et ancien directeur de la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC).
(**) La Garde de Fer ou Légion de l'Archange Michel, un mouvement fondé en 1927.
(***) Communauté de production et de résidence théorisée par le socialiste utopique français Charles Fourier comme base de son système social.
(****) Économiste américain et directeur de la Réserve fédérale sous les présidences de Jimmy Carter et de Ronald Reagan, de 1979 à 1987.

(1) Dans le sens où Luiz Carlos Bresser-Pereira, l'un des derniers continuateurs brésiliens de la théorie de Manoilescu, parle de la macroéconomie du développementalisme. 

(2) Le romancier portugais José Saramago, lauréat du prix Nobel, décrit l'émotion produite par l'économiste roumain lors d'un tel événement dans son roman L'année de la mort de Ricardo Reis, ce qui peut donner au lecteur une idée de la raison pour laquelle les théories de Manoilescu ont été plus largement acceptées et développées au Brésil.  

(3) Le livre de Manoilescu sur la théorie politique et l'économie, Le siècle du corporatisme (1936), a été approuvé avec enthousiasme par le dirigeant fasciste italien comme une description fidèle de l'économie politique de l'Italie fasciste.  

(4) Manoilescu a contribué et publié dans le journal du Kiel Institute für Weltwirtschaft, la principale institution de recherche économique internationale en Allemagne et la plus ancienne au monde. Raúl Prebisch y a lu son travail.

(5) La division entre les nouveaux ou néolibéraux et les anciens libéraux dans la Roumanie du début du XXe siècle, qui est marquée par le livre de Ștefan Zeletin, Le néolibéralisme (1927), n'était pas une division entre des générations biologiques, car Mihail Manoilescu et Gheorghe Tașcă, par exemple, avaient fondamentalement le même âge et venaient même du même comté, mais plutôt une division entre deux générations de dirigeants à la tête du Parti national libéral au tournant du siècle. Quoi qu'il en soit, Zeletin donne une explication roumaine de la transition visible dans toute l'Europe continentale, et plus tard aussi en Grande-Bretagne, d'une idéologie libérale de laissez-faire à une idéologie plus protectionniste et interventionniste.   

(6) Dans le cas de la Roumanie, par exemple, le rapport entre la valeur d'une tonne métrique d'exportations et la valeur d'une tonne métrique d'importations passe d'une fourchette de 0,20 à 0,35 entre 1901 et 1915 à une fourchette de 0,06 à 0,19 entre 1919 et 1937, voir. Andrei, Tudorel (ed.), România, un secol de istorie : date statistice , Editura Institutului Național de Statistică, Bucarest, 2018, p. 407. 

(7) Ainsi, par exemple, le taux d'alphabétisation, malgré des disparités régionales persistantes, a bondi de 19,6% de la population en 1899 à 61,8% en 1930. Seulement 1,1 % de la population (1,4 % d'hommes, 0,6 % de femmes) avait une formation universitaire cette année-là.

(8) Selon l'Étude économique de l'Europe, publiée à Genève en 1949, en 1938, la part de l'industrie dans le revenu national de la Roumanie était de 16,9%, les services de 39%, la construction de 5,6% et l'agriculture de 38,4%. La valeur nette de la production industrielle roumaine a été estimée à 253 millions de dollars aux prix de 1938.

(9) Les séries de données historiques proviennent d'Axenciuc (2012) et de Maddison (2018). Voir aussi Voinea, Liviu (ed.), Un veac de sinceritate. Recuperarea memoriei pierdute a economiei românești 1918-2018, Editura Publica, Bucarest, 2018.  

(10) Le Conseil d'assistance économique mutuelle, l'organisation économique du bloc de l'Est, fondé par l'Union des républiques socialistes soviétiques en 1949 en réponse au plan Marshall américain et aux dernières initiatives de l'Europe occidentale.

(11) Les deux chiffres sont exprimés en prix courants du dollar US, tels qu'ils figurent dans les données des comptes nationaux de la Banque mondiale et les fichiers de données des comptes nationaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

jeudi, 30 décembre 2021

Friedrich List et l'économie politique de l'État-nation

friedrich-list-1635f42d-fe1b-465e-8179-55a90f42f2d-resize-750.jpeg

Friedrich List et l'économie politique de l'État-nation

Par David Levi-Faur

Ex : https://blog.ignaciocarreraediciones.cl/friedrich-list-y-la-economia-politica-del-estado-nacion-por-david-levi-faur/

(Traduction espagnole de Gonzalo Soaje, gonzalosoaje@ignaciocarreraediciones.cl)

Note de l'éditeur : Cet ouvrage synthétise les principales thèses de l'économiste allemand Friedrich List et notamment les idées de son ouvrage Das nationale System der politischen Ökonomie (Le système national d'économie politique, 1841). Certaines des considérations de David Levi-Faur sur le nationalisme "éclairé", la nature "imaginaire" de l'identité communautaire, le libre-échange et la mondialisation sont ses propres interprétations et ne sont pas nécessairement la seule conclusion que l'on peut tirer des idées de List - ni celle que nous en tirerions - ce qui n'enlève rien à la pertinence de son analyse minutieuse de l'économie politique du penseur allemand. C'est pourquoi nous avons décidé de traduire ce texte et d'en faire le premier d'une série de billets de blog sur la doctrine économique nationale, le protectionnisme, l'autarcie et les modèles de développement économique centrés sur l'État-nation. - G.S.

Et la patrie et l'humanité.

(Friedrich List)

À l'ère du changement mondial, le sort de l'État-nation revêt une importance cruciale pour tous les spécialistes de l'économie politique. Cela se reflète en effet dans la grande attention et le vaste débat sur l'État-nation et le processus de mondialisation. Malheureusement, la vision de l'économie politique du nationalisme reste largement inexplorée dans cette discussion (1). Le nationalisme est rarement reconnu comme une source de légitimité et d'orientation pour la gestion de l'économie de l'État-nation. Peu de choses ont changé depuis que l'économiste britannique Joan Robinson a affirmé qu'"au milieu de toute cette confusion, il existe une masse solide et immuable d'idéologie que nous tenons tellement pour acquise qu'on la remarque rarement, à savoir le nationalisme". La nature même de l'économie est enracinée dans le nationalisme" (Robinson, 1962 : 124). Au-delà de l'importance de la déclaration de Robinson, aucune théorie "positive" du nationalisme économique n'a émergé depuis lors. Nos étudiants peuvent en savoir beaucoup sur le libéralisme économique et le socialisme économique, mais ils en savent généralement très peu, voire rien, sur le nationalisme économique (2). Bien sûr, ce n'est pas la faute des étudiants ; très peu de choses ont été écrites sur le sujet de l'économie politique du nationalisme et, à cet égard, les enseignants sont confrontés à un problème similaire à celui de leurs étudiants.

Pour une économie politique plus fertile et productive, il convient d'explorer l'interaction entre l'économie et le nationalisme. En effet, il s'agit d'un problème des plus urgents. À une époque d'"interdépendance en cascade" (lire mondialisation), le fait de négliger le nationalisme - son interaction avec l'économie et ses effets sur l'élaboration des politiques - nuit à notre capacité de comprendre l'importance de la notion d'État-nation et d'analyser les changements actuels dans ses fonctions économiques. Les principales revendications de cet article sont que pour discuter du destin de l'État-nation, nous devons être en mesure de clarifier ses fonctions économiques et que cela peut être fait en discutant l'économie politique de Friedrich List. Cela pourrait nous amener à conclure que les affirmations actuelles sur le "déclin de l'autonomie de l'État" et sur "l'impératif de mondialisation" ont été surestimées dans le cadre des conceptions de l'économie politique fondées sur le laissez-faire. Les rôles économiques de l'État-nation doivent être clarifiés non seulement d'un point de vue marxiste et de laissez-faire (comme il apparaît couramment dans tous les manuels d'économie politique). Après tout, en termes d'influences idéologiques, l'État-nation est initialement plus un produit du nationalisme que de ses rivaux paradigmatiques et idéologiques, que ce soit le socialisme ou le libéralisme.

Cet article porte donc sur les travaux de Friedrich List, l'un des premiers hérauts de l'économie politique du nationalisme et l'une des figures les plus influentes parmi ses partisans en Allemagne et en Europe (3). La vie de Friedrich List est un sujet fascinant. Son activité politique et son expérience de vie ouvrent une fenêtre non seulement sur la nation allemande libérale mais aussi sur l'histoire économique américaine de la première moitié du XIXe siècle. Cependant, il faut souligner que la discussion de cet article ne doit pas conduire le lecteur à une adhésion non critique au nationalisme ou nous empêcher de procéder à un examen critique de l'activité politique de Friedrich List et surtout de sa position morale sur les questions de guerre et de paix et de son pangermanisme (4). Une image complète de List et une discussion des opinions politiques de List dépassent malheureusement le cadre de cet article, qui se limite aux implications de ses écrits pour l'économie politique de l'État-nation. Toutefois, une excellente présentation des idées et des activités politiques de Friedrich List en faveur d'une Allemagne unifiée et libérale est à la disposition des lecteurs dans Friedrich List ; Economist and Visionary (Henderson, 1983).

Friedrich List (1789-1846) est né à Reutlingen, dans le sud de l'Allemagne, et a été fonctionnaire dans son État natal, le Wurtemberg. En 1817, il est nommé professeur d'administration à l'université de Tübingen. List a participé activement au mouvement pour l'abolition de la fiscalité interne en Allemagne et a été élu à la chambre basse de la Diète du Wurtemberg. Ses opinions politiques dissidentes lui valent d'être renvoyé de l'université, expulsé de la Diète et accusé de trahison. List est condamné à dix mois de travaux forcés, mais après avoir purgé six mois, il est libéré à condition d'émigrer en Amérique. Sa période américaine (1825-1830) culmine avec sa nomination au poste de consul américain à Leipzig, où il continue à œuvrer pour l'unification économique et politique de l'Allemagne. Les difficultés économiques, les désillusions politiques et la tristesse ont provoqué une profonde dépression qui l'a conduit au suicide. L'influence de List sur les décideurs politiques ainsi que sur la théorie du développement est considérable (Wendler, 1989). (5)

61e7ph3JJXL.jpg

Il existe de nombreuses formes de nationalisme et encore plus d'interprétations du nationalisme ; il est donc très regrettable que les versions nazies, fascistes et conservatrices du nationalisme soient largement perçues aujourd'hui (principalement dans le monde anglo-saxon) comme représentant le type idéal. Historiquement, analytiquement et académiquement, le nationalisme a toujours été plus que ces dangereuses idéologies, et si nous nous efforçons de comprendre correctement le nationalisme, ce fait doit être pris en compte. Des versions rationnelles et bienveillantes du nationalisme ont toujours fait partie de l'histoire de l'humanité, et cela est tellement évident qu'il semble superflu de fournir des exemples. De plus, le fait qu'un tel nationalisme puisse être fondé sur une philosophie éclairée a été soutenu de manière convaincante par de nombreuses personnes (par exemple, Tamir, 1993). De plus, si nous refusons le nationalisme, nous devons également refuser le droit à l'autodétermination, qu'il soit palestinien ou juif, tchétchène ou russe. Si, comme moi, on considère le nationalisme comme une sorte d'identité communautaire "imaginaire" mais importante, le multiculturalisme et le nationalisme se renforcent plutôt que de se contredire.

En affirmant l'existence d'un nationalisme "positif" et éclairé, sans nier l'existence de versions malignes (ou même d'aspects malins) du nationalisme, cet article suggère que l'idéologie du nationalisme a ses propres impératifs économiques ; reconnaître l'existence de ces impératifs devrait nous permettre de faire la lumière sur la manière dont les rôles économiques de l'État ont été façonnés dans le passé et peuvent continuer à l'être à l'avenir. La première partie du document abordera donc la notion de pouvoirs productifs nationaux et leur relation avec le concept de mondialisation. Deux visions de la mondialisation seront proposées. La première met l'accent sur les aspects matériels de l'activité économique et découle de la notion de développement d'Adam Smith, tandis que la seconde met l'accent sur les aspects politiques et le capital humain de l'activité économique et se rapporte au concept de développement de List. La deuxième partie de l'article se concentrera sur quatre caractéristiques des "économies développées". La troisième partie s'appuiera sur ces caractéristiques pour discuter du rôle de l'État dans l'économie politique de List. Dans la dernière partie, nous dirons que le rôle de l'État n'a pas changé de manière substantielle dans notre "ère de la mondialisation". Ainsi, il soutiendra que de nombreuses affirmations actuelles sur le soi-disant "déclin de l'autonomie de l'État" ainsi que sur "l'impératif de mondialisation" ont été surestimées sous l'influence de conceptions de l'économie politique fondées sur le laissez-faire.

I. LES POUVOIRS PRODUCTIFS ET LE PROCESSUS DE MONDIALISATION

List est reconnu comme l'un des pères de la théorie des "industries naissantes". Toutefois, cette reconnaissance peut difficilement témoigner de toute l'étendue de son importance et de sa contribution à l'étude de l'économie politique. On peut se faire une idée plus complète de son économie politique en se référant à l'utilisation et à l'élaboration du concept de puissance productive nationale (6). L'expression "pouvoirs productifs" a été utilisée pour la première fois par List dans ses Outlines of American political economy (1827) (7). Le terme a été approfondi dans Le système naturel de l'économie politique (1838) (8), ainsi que dans son magnum opus Das nationale System der politischen Ökonomie (Le système national de l'économie politique, 1841). Le concept de puissance productive de List est d'abord fondé sur une distinction entre les causes de la richesse et la richesse elle-même (9). Selon List,

une personne peut posséder des richesses, c'est-à-dire une valeur d'échange ; si, toutefois, elle ne possède pas le pouvoir de produire des objets d'une valeur supérieure à celle qu'elle consomme, elle s'appauvrit. Une personne peut être pauvre ; si, toutefois, elle possède le pouvoir de produire une plus grande quantité d'articles de valeur qu'elle n'en consomme, elle devient riche.

(List, 1841 : 133)

Les pouvoirs productifs sont constitués de trois types de capitaux : le capital de la nature (ou capital naturel), le capital de la matière (ou capital matériel) et le capital de l'esprit (ou capital mental). Le capital nature comprend la terre, la mer, les rivières et les ressources minérales. Le capital matériel comprend tous les objets, tels que les machines, les outils et les matières premières, qui sont utilisés directement ou indirectement dans le processus de production. Enfin, le capital mental comprend les compétences, la formation, l'industrie, l'entreprise, l'entreprise, les armées, la puissance navale et le gouvernement (List, 1827 : 193-4) (10). La création de richesses est le résultat de l'interaction entre les compétences, l'industrie et l'initiative humaines, d'une part, et le monde naturel et matériel, d'autre part.

9782070753406-475x500-1.jpg

Selon List, ces trois types de capital se distinguent en fonction de leur importance relative pour la création de richesse : le capital naturel et matériel est inférieur au capital mental. Toutes choses étant égales par ailleurs, la formulation de politiques économiques visant à développer le capital mental donnera de meilleurs résultats que les politiques économiques visant à développer le capital naturel et matériel. Pour clarifier ce point, List a donné l'exemple de deux familles, chacune ayant une ferme et cinq enfants. Le père de la première famille dépose ses économies à la banque et fait travailler ses enfants à la main. En revanche, le père de la deuxième famille utilise ses économies pour l'éducation de ses enfants et leur donne à la fois du temps et du soutien pour leur culture personnelle. Deux de ses fils sont formés pour devenir des propriétaires terriens compétents, tandis que les autres apprennent des métiers et d'autres professions. Après la mort des parents, selon List, l'avenir de ces deux familles sera différent en raison des politiques différentes des deux pères. Le déclin de la fortune de la première famille semble être une perspective inévitable, car leur patrimoine devra être divisé en cinq parties et géré comme auparavant. La zone agricole qui répondait autrefois aux besoins d'une famille devra désormais répondre aux besoins de cinq familles. Le destin de la première famille sera donc celui de la pauvreté et de l'ignorance. En revanche, après la mort du second père, son patrimoine sera divisé en deux seulement, et grâce à la bonne éducation de ces héritiers capables, chaque moitié pourra rapporter autant que l'ensemble cédé auparavant. Les trois autres frères et sœurs auront déjà gagné un revenu sûr dans la profession qu'ils exercent. Grâce à l'éducation des fils (List n'a pas mentionné de membres féminins de la famille), la diversité de leurs forces et talents mentaux aura été cultivée et augmentera probablement au fil du temps et des générations.

Bien que dans les deux cas, les parents aient eu à l'esprit le bien-être de la famille, ils avaient des conceptions différentes de la richesse qui ont donné des résultats différents. Le premier parent a identifié la richesse au capital matériel et a donc négligé la culture des capacités mentales de ses enfants. Le second a identifié la richesse au capital mental et a donc investi dans l'éducation de ses enfants. Cette histoire illustre la forte conviction de List selon laquelle les différents types de capital ont un ordre hiérarchique, et que le capital mental est le plus important. Cette distinction lui permet également d'affirmer que le premier père a agi selon les conceptions matérialistes des disciples d'Adam Smith, tandis que le second père a agi selon une théorie de l'élaboration des politiques axée sur le capital humain. Cet exemple nous donne l'occasion d'examiner de manière critique la notion de capital humain dans l'économie classique et sa distinction entre la richesse et les causes de la richesse. Je soutiens qu'en suivant la théorie économique classique d'Adam Smith, on ne parvient pas à identifier correctement les causes de la richesse.

En fait, Adam Smith a fait de la distinction entre la richesse et les causes de la richesse un élément central de sa critique des perceptions mercantilistes du rôle de l'argent et de l'or comme sources de richesse. Comme alternatives à l'or et à l'argent, Smith proposait la division du travail et l'accumulation du capital comme cause première du développement. Cela a toutefois conduit la théorie économique néoclassique à adopter une notion matérialiste du changement social et du développement économique. En fait, c'est la division du travail qui a retenu le plus l'attention d'Adam Smith. C'est cette notion qui ouvre La richesse des nations : "Le progrès le plus important dans les pouvoirs productifs du travail, et une grande partie de l'aptitude, de l'habileté et de la sagesse avec lesquelles il est partout appliqué ou dirigé, semblent être la conséquence de la division du travail" (Smith, 1776 : 3). La division du travail est une réalisation d'une économie développée et n'existe pas dans les économies sous-développées où chaque homme s'efforce de subvenir à ses besoins de ses propres mains : "Quand il a faim, il va dans les bois pour chasser ; quand son vêtement est usé, il s'habille de la peau du premier gros animal qu'il tue" (Smith, 1776 : 259). Cependant, il conçoit la division du travail comme dépendant de l'accumulation du capital, et donc "l'accumulation du capital doit, dans la nature des choses, être antérieure à la division du travail" (Smith, 1776 : 260). Ainsi, c'est l'accumulation du capital qui renforce la division du travail et c'est la division du travail qui, à son tour, rend possible une nouvelle augmentation de l'accumulation du capital. Selon les propres termes de Smith, "Comme l'accumulation de capital est préalablement nécessaire pour apporter cette grande amélioration des pouvoirs productifs du travail, l'accumulation conduit naturellement à cette amélioration" (Smith, 1776 : 260). Le processus d'accumulation, qui favorise par contiguïté la division du travail, est donc le processus de développement économique" (11).

Le concept de développement économique de Smith a été critiqué par List. Ce n'est pas que List rejette l'importance de la notion de division du travail de Smith, ni l'importance du commerce et de l'épargne en tant qu'instrument de développement économique, mais à ses yeux, ils sont inférieurs à l'augmentation du capital mental. Dans la terminologie moderne, nous pouvons dire que List a souligné l'importance du capital humain dans le développement économique (12). L'importance du capital humain avait été négligée dans la théorie économique dominante. C'est ce qu'a déjà fait valoir Mark Blaug : "[les économistes classiques] n'ont tout simplement pas exploré les implications d'une vision de l'offre de travail fondée sur le capital humain. Adam Smith a commencé ; John Stuart Mill l'a poussé un peu plus loin" (Blaug, 1975 : 574). (13) List a fait le même constat il y a plus de cent ans en soulignant l'importance du capital humain pour le développement économique. List doit être considéré comme l'un des fondateurs de la théorie du capital humain et mérite à cet égard plus de reconnaissance qu'il n'en a reçu (voir, par exemple, Kiker, 1966).

6132mYsrK0L.jpg

Ce n'est que dans les années 1960, grâce aux travaux de Gary S. Becker, que le concept de capital humain a été introduit dans la théorie économique officielle. Cependant, même lorsqu'il a finalement été introduit, il a fait l'objet d'une interprétation individualiste qui ne rendait guère justice au rôle important de l'État et des mouvements nationalistes dans la mise en place d'un système d'éducation de masse - non pas comme une réponse aux individus ou à une demande d'éducation dictée par le marché, mais comme un effort de l'élite pour éduquer (et mobiliser) les masses (14). En se basant sur le concept de pouvoirs productifs, List a pu proposer une analyse qui reliait les politiques éducatives gouvernementales et la notion de capital humain au résultat souhaité du développement économique. List a pu faire la distinction entre les caractérisations ou les résultats du développement et les causes du développement. Le passage d'un stade de développement à un autre est caractérisé par la division du travail et la quantité de capital qui s'y manifeste. Cependant, le capital matériel et la division du travail ne doivent pas être identifiés comme les causes du développement économique. Le capital mental est plus important et doit donc être considéré comme la cause la plus importante du développement, et c'est le gouvernement qui est responsable de l'éducation de ses citoyens et donc de l'augmentation du capital humain. C'est l'étendue et la quantité du capital humain qui distingue les économies développées des économies sous-développées. Aux stades les plus primitifs d'une économie, le capital mental est très limité, tandis qu'aux stades ultérieurs du développement, les contraintes qui pèsent sur l'augmentation du capital mental sont levées. Cela rend à son tour possible la division du travail et l'accumulation du capital.

Il est donc possible d'identifier deux concepts de développement économique : celui qui met l'accent sur les facteurs matériels et celui qui met l'accent sur la politique et le capital humain. Ces deux concepts sont intégrés dans la notion populaire actuelle de mondialisation. La mondialisation, bien que rarement définie correctement, implique que certains processus économiques, souvent compris comme des impératifs inéluctables, poussent la société humaine vers une réorganisation politique et économique à l'échelle mondiale. Cette interprétation de la mondialisation est matérialiste : elle néglige le capital humain et le rôle du gouvernement dans le développement économique. Il s'agit d'une conception smithienne ou de laissez-faire de la mondialisation, car elle associe la mondialisation aux processus économiques d'accumulation et de division du travail. Selon ce point de vue, nous sommes actuellement dans une nouvelle phase de développement économique, où le mouvement vers une accumulation du capital et une division du travail plus efficaces (c'est-à-dire mondiales) créera des conditions favorables à l'établissement d'un nouvel ordre politique mondial. Ce nouvel ordre diminuera alors (ou du moins minimisera) les rôles économiques de l'État et renforcera également les conceptions de laissez-faire du rôle économique du gouvernement.

Une deuxième notion de la mondialisation, listienne ou nationaliste économique, peut également être introduite. Cette notion souligne que les forces de la mondialisation sont les produits de la croissance du capital mental, un processus d'apprentissage qui inclut la création de nouvelles formes de connaissances ainsi que les produits de nouvelles formes d'organisation politique. Dans cette interprétation, l'État-nation joue un rôle crucial dans la promotion, l'orientation et la régulation du processus de mondialisation. L'État-nation est crucial pour le processus de mondialisation, car il le nourrit, le protège et lui donne un sens. En effet, il est possible d'affirmer que pour List, le protectionnisme en tant que politique d'État est une politique transitoire sur un chemin qui mènera finalement au libre-échange. Mais sa définition du rôle de l'État se fonde principalement sur le concept de puissance productive et non sur la théorie du commerce (comme le démontre la partie suivante de l'article), et il est donc possible d'opposer un argument en faveur du caractère indispensable de l'État pour le processus de développement économique sur la base des arguments de List. L'État-nation et l'économie nationale en tant qu'institutions intermédiaires entre l'individu et l'humanité ont, dans cette interprétation de la mondialisation, un rôle crucial qui n'est pas transitoire mais éternel.

II. CARACTÉRISTIQUES DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE : LE POINT DE VUE DE LIST

Quatre caractéristiques du processus de développement économique rendent le rôle de l'État indispensable pour l'économie politique de List. Ces quatre éléments, qui seront examinés dans cette partie de l'article, comprennent la nature collective de l'activité économique, la fragmentation des intérêts et des identités dans une économie développée, la nécessité d'un investissement à long terme et la nature culturelle des pouvoirs productifs (15).

La nature collective (16) de l'activité économique dans une économie développée

Adam Smith a utilisé le concept de division du travail pour établir l'affirmation selon laquelle les interactions économiques interdépendantes créent une base solide pour des relations sociales et politiques harmonieuses. Cependant, en suggérant qu'une distinction devrait être faite entre les divisions objectives et subjectives du travail, List met en lumière une image plus complexe :

C'est une division du travail si, en un seul jour, un sauvage va à la chasse ou à la pêche, coupe du bois de chauffage, répare son wigwam et prépare des flèches, des filets et des vêtements ; mais c'est aussi une division du travail si (comme Adam Smith le mentionne sous forme d'exemple) dix personnes différentes se partagent les différentes occupations liées à la fabrication d'une épingle : la première est une division objective et la seconde une division subjective du travail ; la première entrave la production, la seconde l'encourage.

(List, 1841 : 149)

La différence essentielle entre les deux types de division du travail est que, tandis que dans le premier, une seule personne divise sa propre force de travail de manière à obtenir plusieurs produits, dans le second, plusieurs personnes participent à la production d'un seul produit. L'importance de cette distinction entre les formes objectives et subjectives de la division du travail provient du fait que le type le plus significatif - c'est-à-dire le subjectif - implique un plus grand besoin de coopération ou, comme le dit List, "une confédération ou une union de diverses énergies, intelligences et puissances au nom d'une production commune". La cause de la productivité de ces opérations n'est pas seulement la division, mais essentiellement l'union" (List, 1841 : 149-50). Ainsi, List propose une interprétation collectiviste du processus productif, qui est l'union des efforts humains vers un objectif commun de développement.

La spécialisation croissante du processus de production rend la communication efficace de plus en plus cruciale pour le succès des efforts de production, car "celui qui fabrique les têtes d'épingle doit être sûr de la coopération de celui qui fabrique les pointes s'il ne veut pas courir le risque de produire des têtes d'épingle en vain" (List, 1841 : 150). Sans une mesure adéquate de coopération, le coût du produit augmentera, et par conséquent les avantages de la division du travail diminueront et pourront même éventuellement devenir une source de conflit. Ainsi, la fragilité du processus de production moderne est renforcée par le fait que le refus de tout individu de coopérer peut suffire à "mettre tout le monde au chômage". La division du travail implique non seulement une augmentation du nombre de participants au processus de production de tout produit, mais aussi une diffusion de son champ d'application géographique, ce qui renforcera sa dépendance à l'égard d'une meilleure communication et coopération. L'histoire de la tour de Babel peut illustrer notre propos. La réussite de cet ambitieux projet dépendait à la fois de la coopération et de la communication entre les bâtisseurs. Dans l'histoire biblique, il est apparu que la mauvaise communication entre les bâtisseurs a entravé leur coopération. Dans une économie développée, où chaque produit est une tour de Babel en termes de complexité, nous devons trouver des moyens de fournir des moyens de communication et de coopération. La menace implicite de tout manque potentiel de coopération devrait être notre première préoccupation dans la structuration d'un système efficace d'économie politique.

Les conflits sociaux dans une économie développée

Bien que la division du travail accroisse considérablement la nécessité et la justification de la coopération, le fait qu'elle crée également de nouveaux intérêts, de nouvelles identités sociales et personnelles et de nouvelles professions - chacune avec sa propre logique, sa perspective, ses préoccupations, son expérience et sa vision - n'a guère été pris en compte (17). Plus la spécialisation s'accentue, plus la fragmentation des intérêts et des identités s'accentue. Ainsi, la division du travail renforce non seulement la raison d'être de la coopération, mais élargit également la sphère potentielle de conflit. Dans la sphère sociale, la division du travail rendra de plus en plus claires les distinctions entre les différents intérêts sociaux (par exemple, les intérêts commerciaux, industriels et agricoles). Contrairement à David Hume, Adam Smith et David Ricardo, qui soulignaient les avantages mutuels du commerce entre les pays agricoles (comme le Portugal) et les pays industriels (comme la Grande-Bretagne), et contrairement à la théorie économique classique, List était sensible aux implications de la spécialisation économique pour la société, la politique, la culture et la puissance militaire d'un pays (18). La nécessité de coordonner les intérêts du commerce, de l'agriculture et de la fabrication était le conflit social qui préoccupait principalement List. Étant donné l'implication active de List dans la politique allemande et américaine, ainsi que son étude de l'histoire et de la politique britanniques, ses préoccupations sont tout à fait compréhensibles. Le point commun de ces scénarios historiques est que le secteur manufacturier a dû surmonter la résistance politique de groupes sociaux opposés avant de pouvoir s'épanouir et prospérer.

Dans le cas de la Grande-Bretagne, le débat public au cours de la première moitié du 19e siècle s'est largement concentré sur les Corn Laws, le tarif douanier sur les importations de céréales. Dans ce débat, ce sont les propriétaires fonciers qui résistent à la concurrence étrangère, s'opposant aux représentants des intérêts manufacturiers qui protestent contre les tarifs élevés. Selon les fabricants, des droits de douane plus élevés signifient des prix alimentaires plus élevés et, par conséquent, des coûts de main-d'œuvre plus élevés (ce qui réduit leur capacité à être compétitifs à l'étranger). Un conflit d'intérêts similaire, qui résulte de la fragmentation nationale croissante, a été vécu par List lorsqu'il vivait aux États-Unis. Il s'agissait du conflit entre le nord industriel et le sud agricole. Une fois de plus, l'avenir du progrès économique et social en Amérique du Nord, qui dépendait de la victoire des fabricants, était en jeu. Mais c'est surtout dans le contexte de l'Allemagne de la première moitié du XIXe siècle que les idées de List ont pris forme. List est très actif dans le débat politique sur l'union douanière allemande, qui aboutit finalement à la formation du Zollverein (1834, *).

ZollvereinBIG_1834.png

Au cours de la promotion de l'idée de l'union douanière allemande, List s'est rendu compte que les intérêts de l'industrie manufacturière n'étaient pas les seuls intérêts sociaux en jeu et que, malgré leur importance pour le développement économique et futur de la nation allemande, ils n'étaient pas nécessairement les plus puissants. Une économie développée implique donc de nouvelles formes de conflits sociaux, ce qui doit être pris en compte dans la formation des institutions politiques nationales. En outre, ces institutions doivent structurer l'économie nationale afin de promouvoir les intérêts nationaux et de surmonter les obstacles et les limitations au fonctionnement des secteurs les plus bénéfiques aux intérêts nationaux. List démontre ici qu'il est conscient de l'importance de l'État dans le processus de développement économique en surmontant l'opposition sociale selon les mêmes principes que ceux présentés un siècle plus tard par le classique de Karl Polanyi, The Great Transformation (1944). Dans cette approche, les marchés et l'industrialisation sont des institutions largement créées par l'État plutôt qu'une sphère autonome de l'action humaine.

polanyi.jpg

Les préférences temporelles dans une économie développée

Les acteurs économiques peuvent adopter une vision à court ou à long terme dans leurs attentes de récolter les fruits de leur travail. Or, pour qu'une économie se développe, il est nécessaire que les acteurs économiques adoptent une vision à long terme. Dans une société de chasse, contrairement à une société agraire, le produit d'une journée de travail prendra la forme d'une bête chassée suspendue au-dessus du feu de camp du chasseur. Les mauvais jours, lorsque le chasseur rentre bredouille à son campement, il ne peut que dormir l'estomac vide et espérer que le lendemain sera meilleur. Les jours de chance comme les jours de malchance, les résultats du travail du chasseur sont immédiatement visibles. Dans ce type de société, il n'est pas nécessaire de faire la distinction entre le long et le court terme, car la capacité de stockage de la viande est très limitée et rien ne justifie les efforts à long terme. Dans les sociétés agraires, cependant, au moins un cycle de plantation doit s'écouler, du labourage à la récolte, avant qu'une personne puisse jouir des fruits de son travail. Cette période d'attente prolonge nécessairement l'horizon temporel de l'agriculteur et nécessite donc un calcul à long terme. Dans une économie manufacturière, une vision encore plus longue est nécessaire. Ici, les produits d'une seule journée de travail ne seront prêts à être consommés qu'après une longue période d'investissement. Par exemple, le travail des inventeurs, qui exige un investissement continu de capital matériel et mental, produira, après des années d'efforts, les connaissances et les compétences nécessaires à l'invention. Nous pouvons donc caractériser une économie développée par ses horizons temporels plus longs et affirmer que plus l'économie est développée, plus les acteurs économiques devront adopter une vision à long terme.

Dans la mesure où les économies développées nécessitent des périodes de réalisation plus longues, nous en arrivons à la question cruciale suivante : "Comment déterminer les préférences temporelles ?" Ce dont nous avons besoin, c'est d'une théorie qui rende compte de la motivation à investir dans l'avenir ; une telle théorie devra systématiquement rendre compte de la volonté de sacrifier certaines quantités de biens présents pour obtenir une plus grande quantité de biens futurs (19). Partant de la question "Qu'est-ce qui pousse les hommes à faire quelque chose ?", List propose la réponse suivante : "Nous trouvons toujours qu'il y a une impulsion interne qui met le corps humain en mouvement" (List, 1841 : 185). Comme nous le verrons plus loin, cette "impulsion intérieure" peut être influencée par quatre conditions sociales différentes, chacune d'entre elles étant susceptible de stimuler la propension à investir dans l'avenir.

Culture et pouvoirs productifs dans une économie développée

Les pouvoirs productifs sont basés à la fois sur la culture et sur le pays. Elles sont fondées sur la culture, car elles prospèrent dans un contexte culturel donné et dépérissent avec son déclin. Ainsi, il existe un lien de causalité entre la prospérité des arts, des sciences et de l'éthique sociale et personnelle, d'une part, et les pouvoirs productifs de cette culture et de cette nation, d'autre part. Les agents des pouvoirs productifs dans la théorie de List comprennent les enseignants, les clercs et les artistes, ainsi que les travailleurs manuels. Les institutions politiques et culturelles de la société influencent grandement l'état de ses pouvoirs productifs :

La publicité de l'administration de la justice, le jugement par jury, la législation parlementaire, le contrôle public de l'administration de l'État, l'auto-administration des communes et des municipalités, la liberté de la presse, la liberté d'association à des fins utiles... On peut difficilement concevoir une loi ou une décision judiciaire qui n'exerce pas une influence plus ou moins grande sur l'augmentation ou la diminution de la puissance productive de la nation.

(List, 1841 : 139)

Parmi les autres sources potentielles de pouvoir productif, citons l'abolition de l'esclavage, l'invention de l'imprimerie et la liberté de la presse. En particulier, c'est le capital mental qui dépend des institutions culturelles et politiques, tandis que le capital matériel est relativement libre de ces influences. C'est cette propension culturelle des puissances productives qui donne un sens à la notion d'économie nationale (20).

Les pouvoirs productifs sont limités au niveau national parce qu'ils sont codifiés dans des lois, des normes et des morales et ne sont donc pas aussi facilement transférables que les théories du laissez-faire ont tendance à le supposer. De plus, c'est la composante la moins importante des pouvoirs productifs, le capital matériel, qui est abordée dans les théories du laissez-faire en matière de croissance et de commerce. En effet, le capital et la technologie peuvent se déplacer d'un bout à l'autre du monde, mais ce n'est pas le cas du capital mental, qui est porté par des êtres humains et qui est soumis à des règles d'immigration restreintes (elles-mêmes légitimées par des valeurs nationales). Puisque les pouvoirs productifs sont basés sur la nation et la culture, la notion d'économie nationale de List n'est pas minée par les frontières physiques entre les États ou par les barrières douanières ou par tout autre type de mécanisme politique. Au contraire, List considère l'économie nationale comme le résultat d'idées nationales, d'institutions nationales et du désir des gens d'appartenir à une nation. C'est l'origine historique sur laquelle les barrières douanières et les institutions étatiques ont été construites. Les caractéristiques culturelles et nationales de l'économie développée, ainsi que les trois autres caractéristiques décrites ci-dessus, guident notre analyse du rôle de l'État dans l'économie politique de List.

III. LE RÔLE DE L'ÉTAT : NOURRIR LES FORCES PRODUCTIVES DE LA NATION

Ce sont les quatre caractéristiques des économies développées discutées ci-dessus qui expliquent finalement le rôle de l'État dans l'économie politique de List (21). Le rôle de l'Etat dans la théorie commerciale de List est celui de protecteur des pouvoirs productifs nationaux. L'analyse de List des implications du commerce de la laine et du coton entre les États-Unis et la Grande-Bretagne exprime de manière adéquate ses vues sur les pouvoirs de production (List, 1827 : 187-202). Dans la première moitié du XIXe siècle, le commerce bilatéral entre ces pays consistait en l'exportation de coton et de laine des États-Unis en échange de produits manufacturés britanniques. Selon List, ce type de commerce ne pouvait pas permettre des profits égaux pour les deux parties (bien que, suivant la théorie du commerce de Ricardo, les libre-échangistes affirmaient que c'est précisément une telle politique qui entraînerait des profits égaux pour les deux parties). Sur la base de son concept de pouvoirs productifs, List a présenté un argument intéressant et important aux partisans des politiques de libre-échange non réglementées. Selon List, l'échange entre les États-Unis et la Grande-Bretagne impliquait deux formes de capital : matériel et mental. Alors que les théoriciens du libre-échange se limitaient à discuter de l'échange de matière contre matière (c'est-à-dire le capital matériel), List affirmait qu'il fallait en fait tenir compte de l'autre forme d'échange, plus importante, entre les États-Unis et la Grande-Bretagne : l'échange de capital mental.

Bien que la division du travail entre les Américains et les Britanniques soit ostensiblement égale, elle a en fait permis aux Britanniques de maximiser leurs pouvoirs productifs nationaux tout en imposant des contraintes aux pouvoirs productifs américains. Dans ces conditions, les échanges entre les deux pays confinaient les Américains à la production de produits agricoles, ce qui empêchait l'accroissement intensif de leur capital mental. Cet état de fait renforce l'infériorité économique et militaire de l'Amérique et la supériorité de la Grande-Bretagne. Par conséquent, la protection, dans certains cas, est recommandée et justifiée comme une taxe sur l'éducation qui permettrait éventuellement aux Américains de s'engager dans un échange égal avec les Britanniques, c'est-à-dire l'échange non seulement de la matière pour la matière, mais aussi du capital mental pour le capital mental. La fabrication fait intervenir de nombreux domaines de la connaissance et de la science, et suppose beaucoup d'expérience, de compétences et de pratique. L'emploi massif des Britanniques dans l'industrie manufacturière leur a donné l'occasion de développer leurs pouvoirs productifs et de restreindre les possibilités des États-Unis agricoles. Selon List, le rôle de l'État dans un tel cas est de créer les conditions favorables au développement du capital mental américain. Toutefois, ces conditions ne peuvent être assurées que si une politique de commerce administré est mise en œuvre.

En outre, les décideurs doivent également tenir compte des considérations à long terme, et List recommande de sacrifier le capital matériel d'aujourd'hui pour des rendements futurs :

Une nation dont l'économie est agraire et qui dépend des pays étrangers (pour ses produits manufacturés) peut ... encourager l'établissement d'industries par un tarif protecteur. Un tel pays peut très bien sacrifier beaucoup de "valeur d'échange" [c'est-à-dire de capital matériel] pour le moment, si ses nouveaux ateliers produisent des biens chers et de mauvaise qualité. Mais elle augmentera considérablement sa puissance productive à l'avenir... Tel est notre principal argument en faveur d'un tarif protecteur et en opposition à la doctrine du libre-échange.

(List, 1838 : 35-6)

Processus de libéralisation

La politique commerciale visant à soutenir l'augmentation des pouvoirs productifs nationaux doit être élaborée avec beaucoup de soin, car la construction de frontières économiques implique des pertes potentielles de capital matériel. List a ainsi fait valoir que "toute exagération ou précipitation dans la protection se punit elle-même en diminuant la prospérité nationale" (22). Le principe de l'accroissement des forces productives de la nation doit guider la politique économique nationale. Par conséquent, une nation ne doit pas être évaluée par son autosuffisance ni par sa balance commerciale, mais, selon List, par le degré auquel "son industrie est indépendante et ses pouvoirs productifs sont développés" (List, 1827 : 189).

Une autre question qui peut éclairer le rôle de l'État dans l'économie politique de List est le rôle de l'État dans la sphère de l'éducation. La conviction de List quant à l'importance économique de l'éducation se reflète dans sa notion de capital mental et le statut supérieur qu'il lui attribue. Son étude des industries du lin en France, en Allemagne et en Angleterre le démontre. List a affirmé que les tentatives britanniques de monopoliser la production de lin dans toute l'Europe étaient assez similaires à la manière dont ils avaient réussi à monopoliser le marché du coton au cours du demi-siècle précédent. En effet, l'avenir des industries du lin est un sujet de grande inquiétude en France, car les machinistes et les fabricants français, qui bénéficiaient auparavant d'avantages considérables dans ce commerce, courent le réel danger de perdre leur marché au profit des Britanniques. La source de la supériorité commerciale britannique, selon List, était le système éducatif britannique :

Avant l'époque d'Edouard III, les Anglais étaient les plus grandes brutes et les personnages les plus inutiles de l'Europe ; certes, il ne leur est jamais venu à l'esprit de se comparer aux Italiens et aux Belges ou aux Allemands en matière de talent mécanique ou d'habileté industrielle ; mais depuis lors, leur gouvernement s'est chargé de leur éducation, et ainsi, graduellement, ils ont fait de tels progrès qu'ils peuvent disputer la palme de l'habileté industrielle à leurs instructeurs".

(List, 1841 : 386-7)

L'éducation est autochtone plutôt qu'exogène à l'économie politique de List. Dans la notion de pouvoirs productifs, l'éducation est un facteur important de la performance économique nationale. Une nation doit développer son système éducatif en fonction de son progrès économique :

Au fur et à mesure qu'une nation s'industrialise, il devient de plus en plus nécessaire de s'assurer les services de personnes adéquates et qualifiées dans les usines et les ateliers. Ces personnes peuvent désormais obtenir des salaires plus élevés que ce qui était possible auparavant. Il leur sera plus facile de se consacrer entièrement à une branche particulière du savoir, à condition qu'ils aient les aptitudes naturelles nécessaires et une bonne formation préalable. Les connaissances se spécialisent de plus en plus.

(List, 1838 : 67) (23)

Si nous revenons maintenant sur la première caractéristique des pouvoirs productifs, à savoir leur nature coopérative et communicative dans les économies développées, nous pouvons voir pourquoi le rôle de coordination de l'État est indispensable. À mesure que la division du travail s'approfondit et que de plus en plus de personnes sont impliquées dans la production d'un seul produit, et à mesure que de plus en plus de produits sont fabriqués, la coordination devient de plus en plus cruciale. C'est en correspondance avec ce processus que la gestion et la coordination de la composition sociale deviennent de plus en plus complexes. L'intérêt du public pour la socialisation et l'éducation de chaque citoyen augmente et, avec lui, son intérêt pour l'amélioration de la capacité de chaque citoyen à coopérer. Le destin économique de chaque membre de la nation devient de plus en plus dépendant de celui des autres ; après tout, la défaillance d'un maillon de la longue chaîne de production finira par affecter tous les autres.

Les caractéristiques culturelles des puissances productives constituent le deuxième facteur qui façonne le rôle de l'État dans l'économie politique de List. Selon List, il existe une différence significative entre les sociétés agraires et industrielles. Alors qu'il perçoit l'activité industrielle comme la "mère et le père" de la science, ainsi que des arts et des lumières en général, les sociétés agraires sont perçues par lui comme ignorantes, intolérantes et fermées d'esprit :

Les forces intellectuelles d'un tel peuple [dans les sociétés agraires] sont à peine éveillées et on en fait peu usage. Il n'existe aucune possibilité de développer des talents latents. L'effort physique seul assure la récompense et ils sont assez pauvres car les propriétaires monopolisent le travail des ouvriers sur leurs terres... La force morale ne s'impose jamais et ne triomphe jamais de la force brute.

(List, 1838 : 54)

Le développement industriel est donc perçu comme un impératif culturel et national. La culture de la vigne, aussi rentable soit-elle en termes de capital matériel, ne peut satisfaire le désir de prospérité culturelle d'une nation. C'est un argument comme celui-ci qui nous permet de comprendre correctement la déclaration de List : "Une nation ne devrait pas considérer le progrès des industries d'un point de vue purement économique. La fabrication devient une partie très importante de l'héritage politique et culturel de la nation" (List, 1838 : 39).

Une économie développée se caractérise également par la création de nouvelles identités et de nouveaux intérêts sociaux. Dans ce contexte, List mentionne deux conflits distincts qui sont le produit de l'économie développée : de nouveaux types de conflits entre les intérêts de l'individu et de la société, et la segmentation de la société en différents secteurs économiques, tels que le commerce, l'agriculture et la fabrication. En ce qui concerne le conflit entre l'individu et la société, List affirme que si la production de nombreux biens augmente le capital matériel de l'individu et de la nation, elle peut également affaiblir le capital mental de la nation. La production de boissons alcoolisées, par exemple, peut augmenter les revenus de l'individu et la richesse matérielle de la société, mais diminuer son capital mental. Dans ces cas de conflit entre les intérêts de l'individu et ceux de la société, le principe de l'entretien des forces productives de la nation devrait guider l'État dans la limitation de la production ou de la distribution d'alcool (List, 1838 : 35). L'action de l'État est cruciale non seulement en cas de conflit d'intérêts entre l'individu et la collectivité, mais aussi en cas de conflit entre divers groupes sociaux et économiques. Par exemple, parce que l'intérêt national exige l'industrialisation, c'est l'État qui est censé soutenir les intérêts de l'industrie contre les intérêts agraires et commerciaux. Dans son activité politique en Allemagne, List a fait de grands efforts pour présenter les avantages de la collaboration entre tous les segments de la société. Cependant, en tant qu'analyste politique expérimenté, il savait qu'un État autonome est crucial pour la promotion des réformes qui ouvriront la voie à une structure économique plus développée, et List soutient que ce rôle est fonctionnel pour l'épanouissement des pouvoirs productifs.

Une économie développée a besoin d'un long horizon temporel, et l'État peut jouer un rôle important à la fois dans la poursuite d'objectifs à long terme et dans l'élargissement de l'horizon temporel des gens et la facilitation de leur volonté d'investir dans l'avenir. Premièrement, l'État peut réduire l'insécurité et les incertitudes auxquelles les gens sont confrontés. Les guerres, la criminalité et les autres menaces contre la propriété privée ralentissent la capacité et la propension de l'individu à planifier et à investir dans l'avenir. Deuxièmement, selon List, c'est la société ouverte qui encourage les gens à investir dans l'avenir. La mobilité sociale, une société ouverte et les récompenses sociales sont cruciales pour la tendance à investir dans l'avenir :

Là où il n'est pas possible de s'élever par des efforts honnêtes et par la prospérité d'une classe de la société à une autre, du plus bas au plus haut... là où les personnes engagées dans le commerce sont exclues de l'honneur public, de la participation à l'administration, à la législation et aux jurys ; là où les réalisations distinguées dans l'agriculture, l'industrie et le commerce ne conduisent pas également à l'estime publique et à la distinction sociale et civile, les motifs les plus importants de consommation et de production font défaut.

(List, 1841 : 306-7)

L'État communal

Une autre forme de récompense sociale sur laquelle List met l'accent est l'attribution de prix aux inventeurs : "Cela fait honneur à l'esprit inventif dans la société et déracine les préjugés à l'égard des anciennes coutumes et des anciens modes de fonctionnement, si préjudiciables chez les nations non éduquées" (List, 1841 : 307). Outre les honneurs accordés aux inventeurs, les récompenses matérielles devraient également être garanties. Il s'agit d'une troisième façon pour l'État d'étendre les préférences temporelles des individus. List a été très actif dans la promotion d'une législation qui garantirait aux inventeurs allemands les fruits de leurs inventions. Il a donc demandé une loi sur les brevets qui "fournirait à l'homme qui possède simplement les facultés mentales pour de nouvelles inventions les moyens matériels dont il a besoin, dans la mesure où les capitalistes sont encouragés à soutenir l'inventeur, en lui assurant une part des bénéfices anticipés" (List, 1841 : 307). Le quatrième facteur qui peut motiver l'investissement à long terme concerne les aspirations communes et le sentiment de solidarité nationale des populations. Pour List, un individu n'est pas simplement un producteur ou un consommateur ; il est membre d'une communauté nationale et ce fait a une signification cruciale pour sa volonté d'investir dans l'avenir. Les personnes qui ne sont pas membres de ces communautés sont plus enclines à prendre des décisions à court terme, car

les simples individus ne se soucient pas de la prospérité des générations futures ; ils considèrent qu'il est insensé... de faire des sacrifices certains et présents afin de s'efforcer d'obtenir un bénéfice qui est encore incertain et qui se trouve dans le vaste champ de l'avenir (si les événements ont une quelconque valeur) ; ils se soucient peu de la pérennité de la nation.

(List, 1841 : 173)

Ainsi, pour List, les identités nationales ont un rôle fonctionnel et positif dans l'élargissement des horizons temporels des individus.

Se pourrait-il que les attentes de List à l'égard de l'État soient naïves ? Se pourrait-il qu'il ait négligé les problèmes potentiels d'abus de pouvoir par les politiciens, ainsi que l'inefficacité des bureaucraties publiques ? Je pense que la réponse à ces questions doit être négative. En tant que bureaucrate et professeur d'administration publique, List était bien conscient de ces problèmes potentiels (voir également Backhaus, 1992). Il a pris soin d'éviter de tels abus et a soutenu que "c'est une mauvaise politique de tout réglementer afin de tout promouvoir par l'emploi de pouvoirs sociaux, là où les choses peuvent être mieux réglementées et mieux promues par des exercices privés" (List, 1827 : 213). De plus, List savait très bien que "toute loi, toute réglementation publique, a un effet de renforcement ou d'affaiblissement sur la production ou sur la consommation ou sur les forces productives" (List, 1841 : 307). Bien que conscient des possibles implications négatives de l'intervention du gouvernement, il n'a pas hésité à recommander, et même à exiger, un esprit d'entreprise politique et économique de la part du gouvernement.

IV. REMARQUES FINALES

1317540045.jpgPlus de 150 ans se sont écoulés depuis que Friedrich List a publié son Système national d'économie politique. Pourtant, sa capacité à analyser et à prévoir les pratiques du rôle économique de l'État reste remarquablement pertinente pour notre analyse politique et économique aujourd'hui. Une grande partie de ce qui est aujourd'hui perçu dans le monde comme une conception "pragmatique" du rôle économique de l'État avait déjà été prédite, analysée et justifiée par List. Le système de commerce réglementé sous la forme de l'Accord général sur le commerce et les tarifs douaniers (GATT, **), l'investissement dans les infrastructures et l'accent mis sur l'éducation ont été suggérés par List comme des objectifs politiques clés pour toute formulation de politique économique nationale et sont désormais visibles dans le système économique international. Les concepts clés de l'économie politique actuelle, tels que le produit national, le produit national par habitant, les comptes nationaux et la balance commerciale nationale, reflètent également le fait que notre terminologie économique et notre perspective sur les questions économiques d'aujourd'hui sont toujours liées à des termes nationaux. Ce sont toutes des raisons importantes et suffisantes pour susciter un intérêt pour l'économie politique du nationalisme. Ceci, à son tour, peut conduire à un discours plus fructueux sur les rôles économiques de l'État-nation et les significations de l'économie nationale.

Sur la base de cette discussion, il est possible d'offrir deux perspectives sur les rôles économiques futurs de l'État-nation et du nationalisme économique. Premièrement, le discours actuel ne tient pas compte de la relation entre l'idéologie du nationalisme et les rôles, pratiques et fonctions actuels de l'État. Tant les libéraux que les marxistes traitent souvent le nationalisme comme un type généralisé d'"anomalie politique". Cela ne contribue pas à susciter l'intérêt pour l'étude de l'économie politique du nationalisme (24). Les théories du laissez-faire, qui ont toujours considéré l'État comme un facteur de dysfonctionnement dans la conduite des affaires économiques, se réaffirment aujourd'hui dans la terminologie actuelle de la mondialisation (25). Le fait est, cependant, que les États-nations ont toujours été confrontés à des défis économiques et les ont généralement surmontés (bien sûr, avec des degrés de réussite variables selon les pays et les périodes). Il est raisonnable de douter de l'affirmation selon laquelle la mondialisation entraîne un déclin de l'État-nation. Il n'y a aucune raison de croire que l'économie peut être mieux régulée au niveau international qu'au niveau national. Le développement économique à l'échelle mondiale ne fera que rendre plus urgente et plus claire la nécessité d'une meilleure coordination et coopération, de nouvelles formes de conflits apparaîtront et la nécessité de créer des conditions sociales adéquates pour les investissements à long terme sera plus évidente que jamais. (26) En effet, la mondialisation élimine de plus en plus de contraintes sur le commerce et le capital, mais se concentrer sur ces aspects de l'activité économique revient à répéter l'erreur des conceptions matérialistes du développement économique en négligeant l'importance du capital humain. Le capital humain est moins susceptible d'être soumis à la mondialisation et est lui-même limité au niveau national, car les marchés du travail du monde entier sont de plus en plus fermés à l'immigration. S'il est raisonnablement possible de parler de capital et de commerce mondiaux, il est insensé de parler de marchés du travail mondiaux. Comme l'importance du capital humain augmente plutôt que de diminuer, on peut même souligner l'importance croissante de l'État-nation dans la promotion des pouvoirs productifs nationaux. Les barrières commerciales peuvent s'effondrer et le capital matériel peut se disperser dans toutes les directions, mais la perception de l'État-nation en tant que protecteur et soutien des pouvoirs productifs nationaux reste valable.

A1X4HsI701L.jpg

Cela nous amène à une deuxième question, qui a trait à l'aspect pratique du nationalisme dans le développement économique. En ce sens, Friedrich List est l'un des fondateurs de la tradition politique qui perçoit le nationalisme comme une force rationnelle et universelle. Il convient de rappeler que le nationalisme économique a joué un rôle important dans l'élimination des économies politiques particulières de l'Europe pré-moderne. Le nationalisme était alors étroitement lié à l'impératif d'industrialisation (Gellner, 1983), et pour les nations périphériques d'Afrique, d'Amérique latine, d'Europe de l'Est et du Moyen-Orient, il était étroitement lié à l'idée de progrès. Comme cela est vrai pour le passé dans les sociétés industrielles, ainsi que pour le présent et l'avenir dans les sociétés en développement, il n'y a aucune raison de supposer qu'il n'en sera pas de même à l'avenir. Comme James Mayall l'a fait remarquer à juste titre, le nationalisme et la mondialisation sont davantage liés que contradictoires, car ils sont toujours apparus "ensemble dans le monde" et se sont renforcés mutuellement depuis lors. La montée du nationalisme a été une réponse à un processus de mondialisation, tout comme la mondialisation elle-même, ou plutôt ce qui a soutenu le processus, a été largement une conséquence de la concurrence nationaliste" (Mayall, 1997). Le nationalisme et la mondialisation, "comme un vieux couple marié qui se dispute", prédit Mayall, resteront mutuellement dépendants. Si le nationalisme doit survivre, que ce soit dans sa version gandhienne ou nazie, il aura des conséquences importantes sur la manière dont les structures économiques sont façonnées et les politiques économiques mises en œuvre. Si tel est le cas, nous ne pouvons plus éviter le nationalisme et ses implications ; en effet, nous devons accorder l'attention nécessaire à l'économie politique du nationalisme.

Notes

(*) Union douanière des États allemands au cours du XIXe siècle. (*) Union douanière des États allemands au cours du XIXe siècle.

(**) Accord commercial international qui a conduit à la création de l'Organisation mondiale du commerce en 1995. Les traités internationaux décrits par List étaient toutefois très différents des accords de libre-échange actuels, avec leurs conditions asymétriques, leur atteinte à la souveraineté nationale et la perpétuation de la dépendance économique structurelle de certaines nations. (N. du T.).

(1) Le nationalisme économique était un sujet d'étude populaire dans l'entre-deux-guerres et faisait donc partie intégrante de la plupart des livres sur les relations internationales. Cependant, en raison de l'importance de la guerre froide et de la domination corrélative du débat libéral-marxiste, cette situation a changé et le nationalisme économique a depuis été repoussé à la périphérie de l'attention académique. Il a acquis une tonalité péjorative, ce qui explique qu'aujourd'hui on ne trouve guère de chercheurs, de politiciens ou de régimes qui avouent ouvertement et directement être des nationalistes économiques. Le nationalisme économique est généralement décrit comme une vision politique agressive et étroite d'esprit. Bertrand Russell, quant à lui, la décrit comme l'une des idées les plus néfastes pour l'humanité, la plaçant aux côtés des pulsions sadiques, de la religion, de la superstition, de l'envie, de l'orgueil, du racisme et de la supériorité sexuelle (Russell, 1946). Ainsi, même lorsque le nationalisme économique attire l'attention, il est souvent teinté d'une approche idéologiquement hostile.

(2) Prenons, par exemple, l'ouvrage de Robert Gilpin, The Political Economy of International Relations (Princeton, New Jersey : Princeton University Press, 1987). C'est l'un des rares cas (surtout aux États-Unis) où le nationalisme économique est présenté, avec le marxisme et le libéralisme économique, comme une théorie de l'économie politique. Cependant, la caractérisation du nationalisme économique par Gilpin s'appuie largement sur des sources secondaires, et même celles-ci n'étaient pas initialement ou spécifiquement conçues pour l'étude du nationalisme économique. En outre, il est surprenant de constater que même les travaux des figures les plus marquantes du développement du nationalisme économique, comme Friedrich List, sont absents de la bibliographie du livre de Gilpin.

(3) Les malentendus et les mauvaises interprétations de la théorie de List ne sont pas rares. Il semble que le nationalisme allemand de List puisse expliquer l'évaluation biaisée de l'homme et de sa théorie. Une autre raison possible est ses attaques débridées contre l'économie classique, auxquelles les libéraux économiques ont répondu plus tard sur le même ton et avec la même approche. Malgré les contributions récentes de Szporluk (1988) et de Backhaus (1992) à l'étude de la politique de List, certaines questions importantes nécessitent encore des discussions et des explorations plus approfondies, susceptibles d'éclairer davantage l'économie politique de l'État-nation. En outre, la négligence de Friedrich List doit être considérée dans le contexte du peu d'attention que le camérisme reçoit dans le monde anglo-saxon. Le camérisme est la version allemande et autrichienne du mercantilisme. Le terme est dérivé du latin chamber désignant le trésor. La pensée caméraliste s'est développée dans le contexte des routines administratives et des problèmes rencontrés par les bureaucraties des États allemands. Voir Bell (1953 : 106-20) et Riha (1985). La discussion la plus complète disponible en anglais est probablement encore celle de Small (1909).

(4) Ce sujet est très intéressant car sa théorie politique a fourni les bases économiques de l'unification de l'Allemagne. La littérature actuelle présente diverses interprétations et évaluations du point de vue de List. D'une part, il existe des études telles que celle de Earle (qui a été publiée pendant la Seconde Guerre mondiale) où List est présenté comme un défenseur pangermanique (Earle, 1941). D'autre part, il y a les études où il est présenté comme le précurseur de l'Union européenne (Roussakis, 1968).

(5) La compréhension du contexte dans lequel List a travaillé nécessite une certaine familiarité avec l'histoire allemande et l'école historique allemande. Le chapitre 11 de Oser et Blanchfield (1975) est très utile à cet égard. Pour en savoir plus sur l'unification économique de l'Allemagne, voir Price (1949). Voir aussi les deux biographies anglaises de List (Hirst, 1909 ; Henderson, 1983).

(6) Sur les origines du concept de puissance productive, voir Henderson (1982). L'un des évaluateurs académiques de cet article suggère que l'important représentant du nationalisme économique, Heinrich Luden (1778-1847), a exprimé le concept de pouvoirs productifs d'une manière similaire à List dans son Handbuch der Staatsweisheit oder der Politik (Manuel de sagesse ou de politique d'État, Jena : Frommann, 1811). Malheureusement, je n'ai pas trouvé d'exemplaire de ce livre.

(7) "Outlines of American Political Economy" est un ensemble de lettres publiées à l'origine sous forme d'articles dans le Philadelphia National Journal. Les lettres ont été écrites à Charles Ingersoll, vice-président de la Pennsylvania Society for the Promotion of Manufactures and Mechanic Arts, pendant l'exil de List aux États-Unis. De plus amples informations sur la période américaine de List peuvent être trouvées dans ses biographies (Hirst, 1909 ; Henderson, 1983) ainsi que dans Notz (1925).

(8) Le Système naturel d'économie politique a été rédigé au cours de l'automne 1837 pour un concours de l'Académie française des sciences morales et politiques. Le manuscrit est finalement envoyé à l'Académie française dans la première semaine de 1838. L'Académie a décidé qu'aucun des vingt-sept manuscrits soumis n'était digne de son prix, bien qu'elle ait mentionné trois manuscrits comme "ouvrages remarquables" ; l'un de ces trois manuscrits était celui de List. Le manuscrit a été découvert dans les archives de l'Institut de France seulement en 1925 et a été traduit en anglais par le professeur Henderson en 1983.

(9) Marx, à mon avis, a tenté sans succès d'invalider cette distinction en insistant :

Mais si l'effet est différent de la cause, la nature de l'effet ne doit-elle pas déjà être contenue dans la cause ? La cause doit déjà porter en elle le trait déterminant qui se manifeste ensuite dans l'effet... La cause n'est en aucun cas supérieure à l'effet. L'effet est simplement la cause ouvertement manifestée. List prétend s'intéresser partout aux seules forces productives, en dehors de la mauvaise valeur d'échange.

(Marx, 1845 : 285-6)

(10) Mes références sont au texte qui est plus accessible et qui était inclus dans la biographie de List par Hirst. Cependant, le texte de Hirst (1909) comporte une erreur de révision : il a imprimé " capital de la matière " au lieu de " capital de l'esprit " (voir p. 197 dans le texte de Hirst, septième ligne à partir du bas) ; comparez-le avec le texte original de List (p. 21) qui se trouve à la British Library.

(11) Le processus d'accumulation du capital et le processus de division du travail sont limités par la taille du marché. Un marché libre et ouvert est crucial pour tout développement économique et, par conséquent, le commerce n'est pas une cause du développement économique : "Le commerce est l'effet naturel et le symptôme d'une grande richesse nationale ; mais il ne semble pas en être la cause naturelle" (Smith, 1776 : 354).

(12) Voir l'accent mis par List sur l'importance du capital humain et sa critique d'Adam Smith et de ses disciples :

l'école populaire est tombée en faisant de la richesse matérielle ou de la valeur d'échange le seul objet de ses investigations, et en considérant le simple travail corporel comme la seule puissance productive. L'homme qui élève des porcs est, selon l'école, un membre productif de la communauté, mais celui qui éduque des hommes est un simple improductif... Le médecin qui sauve la vie de ses patients n'appartient pas à la classe productive, mais, au contraire, le fils du chimiste.

(List, 1841 : 142)

(13) Comparez : "Ni [Smith] ni les auteurs classiques ultérieurs n'ont suivi cette voie dans une certaine mesure ou n'ont examiné la variété de phénomènes connexes considérés par l'économie moderne sous le titre de théorie du capital humain" (Bowman, 1990 : 239). L'économiste politique canadien d'origine écossaise John Rae (1834) a également soulevé une critique intéressante dans le même sens.

(14) Sur l'interaction entre le nationalisme, l'éducation et la société industrielle, voir Gellner (1983).

(15) J'ai choisi de ne pas traiter du rôle économique de l'État dans le contexte des problèmes de sécurité car les libéraux économiques et les nationalistes économiques ont des positions assez similaires à cet égard. Voir Earle (1943).

(16) Collectiviste n'implique pas ici de valeurs socialistes. Au contraire, à l'instar du communautarisme moderne, List met en avant la fécondité de la coopération nationale et la convergence des intérêts entre les différents membres de la nation.

(17) Sur la perception néo-pluraliste de Smith de la politique britannique de son époque, voir Reisman (1976 : 198-211). Pour une critique similaire de l'analyse d'Adam Smith sur les implications sociales de la division du travail, voir Arrow :

Smith touche à un point très profond. L'histoire est plus complexe que ce qu'il a dit, et la division du travail crée plus de problèmes qu'il ne l'a indiqué pour le fonctionnement de l'économie et de la société. La division du travail augmente la valeur de la coopération, mais elle augmente aussi les coûts de la coopération et peut conduire à des conflits... Chaque individu a donc une vision différente du monde, une évaluation différente de la façon dont les choses sont, ses expériences ont été uniques.

(Arrow, 1979 : 160)

(18) La théorie économique classique, ainsi que la discipline de l'économie, ignorent largement le pouvoir. Sur l'ignorance du pouvoir dans la discipline de l'économie, voir K. W. Rothschild (ed.) Power In Economics (Londres, 1971). Tullock, par exemple, a soutenu que : "L'économie a traditionnellement été essentiellement une étude du comportement coopératif, et non des conflits interpersonnels". Voir G. Tullock, 'The economics of conflict', in G. Radnitzky and A. Weinberg (eds) Universal Economics : Assessing the Achievements of the Economic Approach (New York, 1992), p. 301. Voir également S. Strange, 'What is economic power and who has it?', International Journal 30 (1975) : 222-3.

(19) Le problème étant loin d'être résolu de manière adéquate, même aujourd'hui, il serait injuste d'attendre de List qu'il nous fournisse une réponse définitive. Comparez :

Parmi les nombreuses questions concernant l'accumulation du capital, on a dit que la suivante était la plus importante : selon quelles règles doit-on déterminer les choix entre les processus de production directs et indirects, c'est-à-dire quand peut-on dire qu'il est efficace d'épargner aujourd'hui pour augmenter la consommation future ?

(Malinvaud, 1953 : 233).

La théorie économique fournit des critères pratiques pour les décisions d'investissement, par exemple le taux de rendement du capital, mais il existe encore de grandes lacunes dans la compréhension des processus d'investissement et des choix moraux qu'ils impliquent. Les solutions économiques actuelles sont maintenant largement exprimées dans la "règle d'or de l'accumulation du capital" selon laquelle chaque génération devrait investir, au nom des générations futures, la part de son revenu qu'elle aurait souhaité que les générations passées investissent pour son propre compte (Niehans, 1990 : 460-5). Cette "règle" rend bien compte du point de vue individualiste de la théorie économique contemporaine.

(20) L'idéal d'une économie nationale naît avec l'idée de nations. Une nation est le médium entre les individus et l'humanité, une société séparée d'individus qui, possédant un gouvernement commun, des lois, des droits, des institutions, des intérêts, une histoire et une gloire communes, une défense et une sécurité communes de leurs droits, de leurs richesses et de leurs vies, constituent un corps, libre et indépendant, ne suivant que les dictats de leurs intérêts, dans la mesure où d'autres corps indépendants sont concernés, et ayant le pouvoir de réglementer les intérêts des individus constituant ce corps, afin de créer la plus grande quantité de bien-être commun à l'intérieur et la plus grande quantité de sécurité par rapport aux autres nations. L'objet de l'économie de ce corps n'est pas seulement la richesse et l'économie individuelle et cosmopolitique, mais le pouvoir et la richesse, car la richesse nationale est augmentée et assurée par le pouvoir national. Par conséquent, ses principes directeurs ne sont pas seulement économiques, mais aussi politiques.

(List, 1827 : 162)

(21) Les conceptions de List sur le rôle de l'État dans la sphère des infrastructures de transport - la construction de routes et de chemins de fer - est un autre sujet qui peut également révéler ses vues sur les fonctions économiques de l'État. Voir Henderson (1983), Kitchen (1978 : 48-56) et Earle (1943).

(22) Pour l'introduction de List au National System of Political Economy ; voir Hirst (1909: 313). En effet, il affirme que la Hongrie, dont les hommes politiques légitiment leurs actions par leurs théories, a adopté une politique commerciale trop protectionniste qui peut nuire à ses intérêts économiques (Hirst, 1909 : 95-6). Manoilescu (1931 : 240-51) a sévèrement critiqué son approche modérée de la protection.

(23) En mettant l'accent sur l'importance du capital humain, List aurait probablement pu bénéficier des caméralistes et les soutenir.

(24) Dans le contexte de la négligence généralisée de l'étude du nationalisme économique, les études de Burnell (1986) et de Seers (1983) se distinguent particulièrement.

(25) Cet argument a été développé dans mon article intitulé "The European Union and economic nationalism - from antithesis to synthesis", présenté lors de la quatrième conférence internationale biennale de la European Community Studies Association, du 11 au 14 mai 1995, à Charleston, en Caroline du Sud.

(26) Un argument similaire, mais du point de vue du développement régional, a été avancé par Amin et Thrift : "Nous soutenons que la mondialisation ne représente pas la fin des distinctions et des spécificités territoriales, mais un ensemble supplémentaire d'influences sur les identités économiques locales et les capacités de développement" (Amin et Thrift, 1994 : 2).

RÉFÉRENCES

Amin, A. and Thrift, N. (1994) ‘Living in the global’, en A. Amin and N. Thrift (eds) Globalisation, Institutions, and Regional Development in Europe, Oxford: Oxford University Press, pp. 1-22.

Arrow, J. K. (1979) ‘The division of labor in the economy, the polity, and society’, en G. P. O’Driscoll (ed.) Adam Smith and Modern Political Economy, Iowa: Iowa State University Press, pp. 153-64.

Backhaus, J. G. (1992) ‘Friedrich List and the political economy of protective tariffs’, en T. Lowry (ed.) Perspectives on the History of Economic Thought, Vol. VII, Vermont: Edward Elgar for the History of Economics Society, pp. 142-56.

Becker, S. G. (1975) Human Capital, Nueva York: National Bureau of Economic Research, 2nd edn.

Bell, J. F. (1953) A History of Economic Thought, Nueva York: The Ronald Press Company.

Blaug, M. (1975) ‘The economics of education in English classical political economy: a re-examination’, en A. S. Skinner and T. Wilson (eds) Essays on Adam Smith, Oxford: Clarendon Press.

Bowman, S. R. (1990) ‘Smith, Mill, and Marshall on human capital formation’, Journal of Political History 22: 239-59.

Burnell, H.P. (1986) Economic Nationalism in the Third World, Londres: Wheatsheaf.

Connor, W. (1972) ‘Nation-building or nation-destroying?’, World Politics 24: 319-55.

Dogan, M. (1994) ‘The decline of nationalisms within Western Europe’, Comparative Politics 26: 281-305.

Earle, M. E. (1941) ‘Friedrich List, forerunner of pan-Germanism’, The American Scholar 10: 430-43.

(1943) ‘Adam Smith, Alexander Hamilton, Friedrich List: the economic foundations of military power’, en E. M. Earle (ed.) Makers of Modern Strategy; Military Thought from Machiavelli to Hitler, Princeton, NJ: Princeton University Press, pp. 117-54.

Gellner, E. (1983) Nations and Nationalism, Ithaca, NY: Cornell University Press.

Gerschenkron, A. (1989) [1943] Bread and Democracy in Germany, Ithaca, NY: Comell University Press.

Gray, A. (1980) The Development of Economic Doctrine, Londres: Longman.

Henderson, 0. W. (1981) ‘Friedrich List and the social question’, Journal of European Economic History 10: 697-708.

(1982) ‘Friedrich List and the French projectionists’, Zeitschriftfur die gesamte Staatswissenschaft 138: 262-75.

(1983) Friedrich List; Economist and Visionary, Londres: Frank Cass.

Hirst, M. (1909) Life of Friedrich List and Selections From his Writings, London: Smith, Elder & Co. Hutter, M. (1994) ‘Organism as a metaphor in German economic thought’, en P. Mirowski (ed.) Natural Images in Economic Thought, Cambridge: Cambridge University Press, pp. 289-321.

Kiker, B. (1966) ‘The historical roots of the concept of human capital’, The Journal of Political Economy 74: 481-99.

Kitchen, M. (1978) The Political Economy of Germany 1815-1914, Londres: Croom Helm and McGill-Queen’s University Press.

List, F. (1827) ‘Outlines of American political economy’, in M. Hirst, Life of Friedrich List and Selections from his Writings, Londres: Smith, Elder & Co., 1909, pp. 147-272.

(1838) The Natural System of Political Economy, Londres: Frank Cass (Henderson’s translation, 1983).

(1841) The National System of Political Economy, Nueva Jersey: Augustus M. Kelly, 1991 edition.

Malinvaud, E. (1953) ‘Capital accumulation and efficient allocation of resources’, Econometrica 21: 233-68.

Manoilescu, M. (1931) The Theory of Protection and International Trade, Londres: P. S. King & Son.

Marx, K. (1845) ‘Draft of an article on Friedrich List’s book Das nationale System der politischen Okonomie’, en K. Marx and F. Engels, Collected Works, vol. 4, Nueva York: International Publishers, pp. 265-93.

Mayall, J. (1997) Globalisation and the Future of Nationalism.

Milward, S. A. (1992) The European Rescue of the Nation-State, Berkeley: University of California Press.

Milward, S. A. et al. (eds) (1993) The Frontier of National Sovereignty: History and Theory 1945-1992, Londres y Nueva York: Routledge.

Niehans, J. (1990) A History of Economic Theory; Classic Contributions, 1720-1989, Baltimore, Md., y Londres: Johns Hopkins University Press.

Notz, W. (1925) ‘Fredrick List in America’, American Economic Review 16: 249-65.

Oser, J. and Blanchfield, D. (1975) The Evolution of Economic Thought, New York: Harcourt Brace Jovanovich, 3rd edn.

Price, H. A. (1949) The Evolution of the Zollverein, Ann Arbor: University of Michigan Press.

Rae, J. (1834) ‘Statement of some new principles on the subject of political economy’, en J. Warren, Rae John; Political Economist, Vol. II, Toronto: University of Toronto Press.

Reisman, D. (1976) Adam Smith’s Sociological Economics, Londres: Croom Helm.

Riha, T. (1985) ‘German political economy’, International Journal of Social Economics 12: 10-154.

Robinson, J. (1962) Economic Philosophy, Londres: C. A. Watts.

Roussakis, E. N. (1968) Friedrich List, the Zollverein, and the Uniting of Europe, Brujas: College of Europe.

Russell, B. (1946) Ideas That Have Harmed Mankind, Kansas: E. Haldeman-Julius.

Seers, D. (1983) The Political Economy of Nationalism, Oxford y Nueva York: Oxford University Press.

Silberner, E. (1946) The Problem of War in Nineteenth-Century Economic Thought, Princeton, NJ: Princeton University Press.

Small, A. W. (1909) The Cameralists, Chicago: University of Chicago Press.

Smith, A. (1937) [1776] An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, Nueva York: The Modern Library.

Szporluk, R. (1988) Communism and Nationalism; Karl Marx Versus Friedrich List, Oxford: Oxford University Press.

Tamir, Y. (1993) Liberal Nationalism, Princeton, NJ: Princeton University Press.

Tribe, K. (1988) ‘Friedrich List and the critique of “Cosmopolitical Economy”’, The Manchester School 56: 17-36.

Tribe, K. (1995) Strategies of Economic Order in German Economic Discourse, 1750-1950, Cambridge: Cambridge University Press.

Wendler, E. (1989) Friedrich List; Politische Wirkungsgeschichte des Vordenkers der europaischen Integration, Munich: R. Oldenbourg Verlag.

lundi, 01 novembre 2021

Pourquoi les médias occidentaux ont-ils commencé à parler d'Armageddon ?

005929iabd.jpg

Pourquoi les médias occidentaux ont-ils commencé à parler d'Armageddon?

Vladimir Malyshev

Ex: https://www.geopolitica.ru/es/article/por-que-los-medios-de-comunicacion-occidentales-han-comenzado-hablar-del-armagedon

Lior Ron, responsable de la division logistique d'Uber Technologies, a déclaré dans une interview accordée à CNBC que l'effondrement du secteur du transport automobile américain est un "véritable Armageddon" (1).

Ce qui se passe actuellement était inimaginable, il y a peu: les ports américains connaissent d'énormes embouteillages et des dizaines de navires font la queue, incapables de décharger tout ce qu'ils transportent. Il faut des travailleurs pour décharger les conteneurs et des chauffeurs de camion pour transporter leur contenu vers les entrepôts. Il a même été dit qu'il y aurait de graves pénuries de nourriture et d'autres produits de base. La Maison Blanche a averti ses citoyens que les prix des produits de base risquent d'augmenter et que les rayons seront vides d'ici Noël (2).

imarayvifge.jpg

Selon CNBC, le coût du transport des marchandises a augmenté de 300 %. En outre, la pénurie de conteneurs a entraîné des retards dans l'arrivée des marchandises achetées en Chine, de sorte que l'augmentation du prix des marchandises affectera gravement les consommateurs. Un cadre supérieur d'Uber Technologies a déclaré que cette crise "affecte l'ensemble du secteur du transport routier, nous n'avons jamais rien vu de tel".

La chaîne de télévision CNBC a rapporté qu'il n'y a pas assez de chauffeurs de camions (3) en raison des restrictions imposées par le coronavirus. Les raisons de cette situation sont bien connues: licenciements massifs dus à l'inactivité et fermeture "temporaire" des écoles de conduite de camions. Selon le Bureau of Labour Statistics, le secteur du camionnage a perdu 6 % de ses travailleurs, plus une moyenne de 1,52 conducteur, soit au moins 90.000 travailleurs. Il y a maintenant une pénurie de près de 100.000 conducteurs.

Le quotidien italien Corriere della Sera accuse le "goulet d'étranglement" provoqué par les restrictions économiques volontaires dans le monde entier: "Celles-ci ont affecté tous les points de la chaîne logistique pour le transport des produits finis et semi-finis et des matières premières, provoquant un manque de conteneurs, de cargos, la congestion des ports, la pénurie de camions et de chauffeurs routiers, ainsi que la détérioration des capacités de stockage. Cette situation est aggravée par des pénuries de main-d'œuvre généralisées, qui se font de plus en plus sentir dans un large éventail de secteurs" (4).

Bloomberg affirme toutefois que la pénurie d'approvisionnement a d'autres causes: "À la suite des mesures restrictives imposées par la pandémie de coronavirus, les fabricants et les analystes ont prédit une baisse de la demande pour plusieurs produits. Cependant, la demande de nombreux produits s'est maintenue et a même augmenté, de sorte que de nombreuses industries n'étaient pas préparées à cela" (5).

Les entreprises n'ont pas non plus mesuré l'impact du passage du face-à-face au télétravail, d'autant plus que les gouvernements ont demandé aux consommateurs de rester chez eux et que beaucoup ont été contraints d'acheter des téléphones, des ordinateurs, des consoles de jeux vidéo, etc. en quantités jamais vues auparavant. Le marché des ordinateurs personnels a connu une croissance de 11 % en 2020, ce qui n'était pas arrivé depuis 10 ans.

061925481582-web-tete.jpg

En outre, il y a eu une réduction des importations de microprocesseurs en provenance d'Asie, ce qui a ralenti bon nombre des industries qui dépendent des microprocesseurs, comme les automobiles, les ordinateurs, les téléphones mobiles, les jeux vidéo, les appareils ménagers et les dispositifs médicaux..... Selon Bloomberg, "c'est un cauchemar non seulement pour les enfants qui s'attendaient à recevoir des consoles de jeux vidéo pour Noël, mais aussi pour les entreprises, puisque cette période de vacances leur procure la majeure partie de leurs revenus".

Joe Biden a dû rencontrer les représentants de plusieurs détaillants privés (Walmart, Target) et de compagnies maritimes, mais aussi les autorités portuaires de Los Angeles, de Long Beach et les syndicats de dockers pour obtenir qu'ils acceptent de travailler 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour transporter 40 % des conteneurs qui arrivent chaque jour aux États-Unis. Apparemment, il n'y aura plus de fermetures !

Beaucoup affirment que les marchandises qui n'ont pas été expédiées d'Asie jusqu'à présent n'atteindront pas les magasins avant la mi-décembre, ce qui montre que les chaînes logistiques se sont brisées assez facilement. Au cours des 12 derniers mois, les marchandises traversant l'océan Pacifique ne prennent plus 13 heures mais 13 jours pour être déchargées, sans compter que les prix sont montés en flèche. Par exemple, il est désormais sept fois plus coûteux d'expédier un colis de Los Angeles à Shanghai qu'il y a un an. Sameera Fazil, directrice adjointe du Conseil économique de la Maison Blanche, a déclaré qu'un miracle était nécessaire pour résoudre ce problème. D'autre part, il est devenu très difficile de construire des conteneurs car la "pandémie" a touché l'industrie de l'acier et du bois.

En Europe, la situation n'est pas bonne non plus : en Allemagne, il manque 80 000 chauffeurs de camions, alors que les ventes et la production de voitures ont diminué d'environ 30 %. Selon le cabinet de conseil Alix Partners, 7,7 millions de voitures en moins seront produites cette année, ce qui équivaut à 10 % de la production mondiale.

La crise des transports a entraîné une hausse des prix des denrées alimentaires. Selon la FAO, le prix de l'huile végétale a battu tous les records. Parallèlement, les prix des produits laitiers, de la viande importée et des céréales ont augmenté de 20 à 30 % par rapport à 2019 (6).

Cela a mis en évidence la dépendance croissante des États-Unis et de l'Europe à l'égard des importations en provenance d'Asie, notamment de la Chine. Les États-Unis dépendent à 90% des approvisionnements chinois pour la fabrication de certains produits médicaux et ce chiffre atteint plus de 80% pour les terres rares (7).

Dans de telles circonstances, la meilleure chose à faire n'est pas de claironner l'Armageddon ou de rencontrer la Maison Blanche, mais de combattre la psychose que la pandémie a générée.

Notes :

1. https://www.cnbc.com/2021/10/14/head-of-uber-freight-says-the-us-is-in-a...

2. https://www.reuters.com/world/us/americans-may-not-get-some-christmas-tr...

3. https://news.ati.su/news/2021/10/14/nehvatka-voditeley-vedet-k-krizisu-g...

4. https://www.corriere.it/esteri/21_ottobre_14/usa-merci-scarse-collasso-p...

5. https://www.bloomberg.com/opinion/articles/2021-03-31/prices-are-going-u...

6. https://www.fao.org/news/story/ru/item/1393201/icode/

7. https://asia.nikkei.com/Politics/International-relations/Biden-s-Asia-policy/US-and-allies-to-build-China-free-tech-supply-chain

Source : https://www.fondsk.ru/news/2021/10/18/pochemu-zapadnye-smi-trubjat-ob-ar...

09:58 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, économie, crise, pandémie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 21 octobre 2021

L'artifice de la pandémie pour les banques centrales

Hausse-taux-d-interet-641x400-1.jpg

L'artifice de la pandémie pour les banques centrales

Markku Siira

Ex: https://markkusiira.com/

Pour le professeur Fabio Vighi, la crise de la pandémie n'est au fond qu'un symptôme du capitalisme financier déréglé. Plus largement, c'est le symptôme d'un monde qui n'est plus capable de croître en générant du profit à partir du travail humain et qui s'appuie donc sur la "logique compensatoire du dopage monétaire constant".

"Alors que la contraction structurelle de l'économie basée sur le travail gonfle le secteur financier, l'instabilité de ce dernier ne peut être contenue que par les urgences mondiales, la propagande de masse et la tyrannie de la biosécurité", conclut le chercheur italien.

Pour survivre par ses propres moyens, la cabale des banques centrales est prête à "sacrifier la liberté humaine et à adopter un système soutenu par la science et la technologie des entreprises, la propagande des médias et les histoires de catastrophes, accompagné d'un philanthro-capitalisme pseudo-humanitaire des plus dégoûtants".

L'introduction des passeports numériques de santé (qui, il y a seulement un an, était qualifiée de "théorie du complot" par les réchauffistes) marque un tournant décisif. Ce "marquage" est crucial si l'élite veut persuader les gens d'accepter la structure de pouvoir de plus en plus centralisée qui est présentée comme une condition préalable à la libération des restrictions imposées lors de la pandémie.

Après l'introduction de la carte d'identité numérique, l'oppression des citoyens - le principe "l'ébouillantement lent de la grenouille" - se poursuivra de manière régulière et progressive. Les plafonds de taux d'intérêt actuels sont conçus pour conditionner les masses à utiliser des portefeuilles électroniques pour contrôler non seulement l'accès aux services publics, mais aussi les dépenses des citoyens.

Le système financier mondial est une gigantesque arnaque de Ponzi: Vighi enterre les jeux du monde financier. Si ceux qui la dirigent devaient perdre le contrôle de la création de liquidités, une explosion s'ensuivrait, détruisant l'ensemble du tissu socio-économique sous-jacent. Dans le même temps, une récession écrasante priverait les politiciens des derniers vestiges de crédibilité.

Par conséquent, le seul plan viable pour l'élite semble être un effondrement économique contrôlé. Il s'agit notamment de l'affaiblissement des chaînes d'approvisionnement, qui entraînera une "pénurie de tout", et de la création d'une infrastructure numérique pour un coup d'État technocratique.

L'analyste financier Mauro Bottarelli a résumé la logique d'une économie pandémique comme suit : "Une urgence sanitaire semi-permanente vaut mieux qu'un effondrement brutal du marché, par rapport auquel le souvenir de 2008 [la crise financière] est comme une promenade tranquille dans le parc".

La fausse pandémie est donc un outil de sauvetage, essentiellement un "événement de politique monétaire conçu pour prolonger la vie d'un mode de production moribond et axé sur la finance". Avec l'aide du virus, le capitalisme cherche à se renouveler en invoquant la menace globale, mais au détriment de la vie quotidienne, du niveau de vie et de la santé (mentale) de la population.

Si et quand la bulle des taux d'intérêt éclatera enfin, que fera l'élite ? En termes plus clairs, quel nouveau spectacle les sauvera, sans que les masses humiliées ne montent aux barricades dans des conditions révolutionnaires ?

Vighi spécule sur les options : "Aliens ? Une cyber-attaque sur le système bancaire ? Un tsunami dans l'Atlantique ? Des jeux de guerre en Asie du Sud-Est ? Une nouvelle guerre contre le terrorisme ?" L'arsenal des mondialistes ne manque pas de choix, sans parler de la manipulation des masses par les médias.

Peut-on éviter une récession dévastatrice ? La réponse politique d'aujourd'hui semble s'inspirer de la sagesse séculaire selon laquelle "les situations extrêmes appellent des mesures extrêmes". Pour Vighi, cela signifie qu'"aucun crime contre l'humanité ne peut être exclu en s'obstinant à nier l'effondrement du système".

En réduisant au silence le débat public sur le sujet par la censure et l'intimidation, nous sommes conduits "vers une dystopie biotechnologique et capitaliste, dont la nature infernale sera probablement pleinement révélée lors de la prochaine crise mondiale".

L'actuelle "ségrégation de la population sur la base du statut vaccinal" est, selon M. Vighi, "une réalisation typique mais révolutionnaire des régimes totalitaires de notre époque". Si la résistance est vaincue, une carte d'identité numérique obligatoire sera introduite pour enregistrer la "vertu" du comportement des citoyens et réglementer leur participation à la société. Le coronavirus était le cheval de Troie idéal pour cette percée.

L'Alliance ID2020, soutenue par des géants tels qu'Accenture, Microsoft, la Fondation Rockefeller, MasterCard, IBM, Facebook et l'omniprésente "alliance pour les vaccins" Gavi de Bill Gates, prévoit depuis longtemps un système d'identification numérique basé sur la technologie blockchain.

L'argent numérique, lié à l'identité numérique, pose les bases d'un néo-féodalisme qui s'étendra d'abord aux chômeurs demandeurs d'emploi et éventuellement à la majorité des gens. Lorsque Larry Fink, PDG du géant de l'investissement BlackRock, déclare que "les marchés préfèrent les gouvernements totalitaires aux démocraties", il est peut-être préférable de le croire.

Les monnaies numériques permettraient aux gouverneurs des banques centrales non seulement de surveiller chaque transfert d'argent, mais aussi de bloquer l'accès à l'argent ou son utilisation pour toute raison jugée légitime. Le projet de numérisation de la vie comprendrait également un "passeport internet" qui, après des contrôles réguliers, exclurait les contenus inappropriés du web. Les interdictions de médias sociaux et les suppressions de comptes sont déjà un avant-goût des choses à venir.

Si les scores de crédit social tombent en dessous d'un certain niveau, la recherche d'un emploi, les voyages ou l'obtention d'un prêt dépendront de la volonté de la personne de participer à des "programmes de réhabilitation". On peut supposer qu'un "marché noir" des exclus de la société ne tarderait pas à apparaître (de faux certificats de vaccination sont déjà vendus en ligne).

Il semble donc bien que nous soyons entrés dans le "biofascisme" sous la direction des banquiers centraux. La pierre angulaire du fascisme historique était l'industrie contrôlée par l'État, qui restait néanmoins aux mains de particuliers. M. Vighi trouve "assez étonnant que, malgré les preuves accablantes de l'existence de portes tournantes systématiques entre les secteurs public et privé, la plupart des intellectuels n'aient pas encore compris que c'est la direction que nous prenons".

L'écrivain et réalisateur italien Ennio Flaiano a dit un jour que le mouvement fasciste était composé de deux groupes : les fascistes et les antifascistes. "Aujourd'hui, alors que la plupart de ceux qui se disent antifascistes soutiennent tacitement ou avec enthousiasme le virage autoritaire dicté par la médecine, ce paradoxe est plus pertinent que jamais", observe Vighi.

L'élite économique et ses sbires politiques ont également détourné la "science", que les citoyens effrayés sont "invités à suivre". La "science" déformée par l'élite est donc un obstacle à la prise de conscience de l'effondrement de l'ancien monde. La vraie science, qui continue d'opérer derrière un épais voile de censure, n'imposerait jamais des mandats dictatoriaux tels que ceux en vigueur aujourd'hui dans les pays qui se disent "démocratiques".

La foi aveugle dans la "science du corona" révèle donc un désir désespéré de s'accrocher au pouvoir capitaliste, même dans sa variante autoritaire. Même si l'ancien système a cessé de fonctionner, "l'illusion du corona permet au capitalisme de suspendre une fois de plus toute enquête sérieuse sur sa maladie structurelle et sur la transformation en cours".

Cette "dictature douce" est déjà monnaie courante. Ce qu'il faut, c'est une prise de conscience autocritique, une désobéissance civile courageuse et un réveil collectif, mais cela ne semble pas se produire à une échelle suffisante. Le jeu de rôle mondial de la crise pandémique, avec ses blocages et ses ouvertures sociales, va se poursuivre. Les maîtres chanteurs de l'urgence seront-ils un jour tenus responsables de leurs actes?

19:07 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, économie, finances | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 15 septembre 2021

L'ère de la grande incertitude pour les matières premières et l'énergie

question-mark-onyx-black-jumbo-round-latex-balloons-91cm-36inch-pack-of-2-product-image.jpg

L'ère de la grande incertitude pour les matières premières et l'énergie

Andrea Muratore

Ex: https://it.insideover.com/energia/lera-della-grande-incertezza-per-materie-prime-ed-energia.html

Un an et demi après le début de la pandémie du Covid-19, les prix des matières premières et de l'énergie sont en dents de scie. La phase actuelle, un véritable cycle haussier qui fait grimper les prix des matières premières énergétiques, s'inscrit dans le cadre d'une résurgence massive de l'inflation dans le sillage de la phase de croissance économique de 2021 qui touche les plus grandes économies du monde. Du gaz naturel au pétrole, toutes les ressources sont de plus en plus chères, et tandis que les principaux pays préparent de vastes plans de transition écologique, les demandes à court terme des citoyens et des entreprises s'orientent vers une demande beaucoup plus pragmatique de sécurité énergétique en raison de l'augmentation des factures, de la hausse du prix de l'essence à la pompe et des incertitudes sur les approvisionnements. Cette série de problèmes critiques est aggravée par la tendance parallèle à la hausse des matériaux de construction, qui jette une ombre sur la reprise économique mondiale qui, après avoir perdu son élan en Chine et aux États-Unis, perd également de sa vigueur dans l'Union européenne.

Une situation chaotique

De ce point de vue, nous parlons d'une situation qui est largement liée à la situation extrêmement critique qui s'est accumulée dans les mois qui ont suivi le début de la pandémie et à la consolidation d'une situation d'incertitude qui, en un an et demi, ne s'est jamais dissipée. Au cours de la pandémie, les prix de nombreux produits de base se sont d'abord effondrés en raison du choc économique mondial en cours et de la perturbation des chaînes de valeur mondiales ; ensuite, l'alimentation du grand jeu financier a relancé les prix des actions et des contrats à terme, avant que la reprise économique concrète ne fasse le reste.

Le Financial Times a souligné qu'au fil des mois, la situation s'était pratiquement inversée par rapport au problème initial de la demande inférieure à l'offre du marché. En effet, le journal City of London souligne que le rebond de la demande ne s'est pas accompagné d'une capacité similaire de l'offre à suivre, notamment en ce qui concerne la source fossile la plus stratégique, le gaz naturel, dont les stocks sont au plus bas dans toutes les économies les plus avancées, Europe en tête. Une situation très similaire à ce qui s'est passé sur le marché des puces, qui en dit long sur l'époque actuelle.

Quand le Covid a heurté les marchés

De nombreux souvenirs se sont accumulés au cours de cette longue année et demie de pandémie, mais les observateurs les plus attentifs n'oublieront guère ce qui s'est passé le 20 avril 2020, le jour où, pour la première fois dans l'histoire, le prix du pétrole est passé en territoire négatif sur les marchés. C'était le signe que l'économie mondiale vivait un spectacle inédit, le prélude à une crise sans précédent. Ce jour-là, le pétrole brut texan sur l'indice WTI, qui avait déjà considérablement chuté dans les jours qui ont suivi l'accord de réduction de la production entre la Russie, les États-Unis et les pays de l'Opep, a perdu plus de 190 % de sa valeur et était coté à -16 dollars le baril sur les marchés financiers en fin de séance. Sans toucher des niveaux similaires, le gaz naturel a lui aussi subi des soubresauts similaires, avec une baisse de son prix dans 23 des 25 marchés européens qui accordent leur valeur à cet or bleu.

Ces dynamiques peuvent être interprétées comme la motivation derrière l'effondrement des prix, puis le fort rebond en 2021. Les matières premières ont vu se rompre le circuit de l'offre et de la demande ; de même, les prix des titres et les "paris" associés à leur commerce se sont effondrés avant que les banques centrales ne lancent leurs plans de relance et que les gouvernements ne commencent à investir ; surtout, les entreprises et les gouvernements ont poursuivi de manière inattendue leur stratégie de consommation des stocks qu'ils avaient constitués dans les secteurs du gaz et du pétrole tandis que, sur le front de l'électricité, les asymétries liées aux besoins de la transition énergétique commençaient à se faire sentir. Cela exigeait un tel niveau d'investissement et une telle évolution vers l'efficacité qu'il était important de promouvoir les investissements en cascade et le développement potentiel, mais à court terme, c'était une source d'augmentation des coûts pour les services publics et les consommateurs.

Logistique des matières premières

Ainsi, à l'été 2020, alors que les économies commençaient à redémarrer après les confinements, le système énergétique mondial était confronté à de profondes inefficacités, loin du mythe de la "résilience" qui l'entoure aujourd'hui, et ce problème structurel allait bientôt être aggravé par le défi crucial de la logistique.

La tentative laborieuse de relancer l'industrie et le commerce a mis l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement sous tension. Concentrons-nous sur l'Europe, par exemple : la reprise de la production industrielle a nécessité une part croissante de pétrole, de gaz naturel et d'électricité, ainsi que, bien sûr, toute une série de matériaux (de l'acier au PVC) dont l'extraction, la transformation et la livraison exigent une chaîne logistique optimale; la pénurie de stocks consécutive à la première phase de Covid a contraint les producteurs et les décideurs à mener, en parallèle, une politique d'acquisition de sources pour une utilisation immédiate et une politique de reconstitution des réserves ; la dépendance à l'égard des sources d'approvisionnement étrangères a exacerbé le rôle de producteurs tels que la Russie en augmentant l'incertitude quant à la fourniture de ces approvisionnements; dans le même temps, l'euphorie des marchés boursiers a fait grimper les prix des titres liés à l'énergie; et la reprise du commerce mondial a remis en question la logistique et a encore accru la demande sur le système.

Le cabinet de conseil PwC a évoqué les problèmes des chaînes d'approvisionnement en énergie, soulignant que l'approvisionnement, c'est-à-dire la recherche de ressources, deviendra une question de plus en plus stratégique pour les entreprises à l'avenir. Le cas du blocage du canal de Suez au cours des derniers mois a illustré la nature des défis auxquels le monde de l'énergie est confronté.

Le dilemme du marché de l'électricité

Le monde de l'électricité est clairement rendu plus complexe par la course aux matières premières qui sous-tend la stratégie de production actuelle, mais il est encore perturbé par d'autres dynamiques de marché. En effet, comme le souligne Formiche, les coûts de la transition attendue dans un avenir proche se reflètent désormais dans les prix du marché, comme le montre l'évolution des prix des permis de polluer européens: "Aujourd'hui, produire une tonne de CO2 coûte au producteur 62,4 euros, soit deux fois plus que l'année dernière et douze fois plus qu'il y a quatre ans". Cela est dû à "la réduction progressive des certificats de carbone par l'UE, qui fait augmenter les prix. Mais si l'on a besoin d'électricité, on ne peut pas y faire grand-chose: les centrales électriques doivent la fournir, en supporter le coût et en répercuter une partie sur le consommateur final.

Le choix de Bruxelles de proposer une stratégie de décarbonisation basée sur une réduction nette des émissions (Fit for 55), dans cette perspective, ainsi que les importants investissements réalisés par les gouvernements et les services publics et la relance du cycle offre-demande avec toutes ses criticités ont galvanisé les prix. Ce n'est pas le plan lui-même, qui fixe des objectifs substantiellement réalistes et porteurs d'avantages économiques à moyen terme, qui pose problème, mais plutôt le fait qu'il n'a pas été décidé de l'accompagner de stratégies visant à encourager la réduction de la charge fiscale et des prix associés à l'électricité, comme l'avait demandé la vice-ministre espagnole de l'environnement, Teresa Ribera. Le Premier ministre madrilène, Pedro Sanchez, a réduit la TVA sur l'électricité pour éviter les problèmes économiques et sociaux liés aux factures élevées. Plus difficile que jamais à contrôler: Madrid a vu l'électricité en gros franchir la barre des 154 euros par mégawattheure (MWh) le 13 septembre, mais comme le poursuit Formiche, même "le principal point de référence de l'UE, basé sur l'Allemagne, a battu des records vendredi dernier en touchant le chiffre de 97,25 euros par mégawattheure (MWh). Dans le même temps, son homologue français a atteint son pic historique de 100,4 €/MWh. Pour replacer cela dans son contexte, la moyenne européenne au début de 2020 était d'environ 36 €/MWh", signe d'une hausse des prix potentiellement incontrôlable.

Dans ce contexte, les problèmes structurels accélérés par le Covid-19 sont désormais sans rapport avec la pandémie, dont l'impact économique a produit d'abord, en 2020, une crise symétrique pour toutes les économies avancées et, aujourd'hui, une phase d'incertitude et de volatilité aiguës qui montrent les limites et les contradictions du système moderne. Une incertitude qui semble ne pas être liée au cycle des ouvertures/fermetures, à la tendance des vaccinations, à la tendance des infections Covid, mais qui concerne plutôt l'émergence de différents points critiques du système, qui dans les matières premières ont leur point de chute au fur et à mesure qu'émerge la difficile coexistence entre économie réelle, finance, commerce dans le domaine des ressources à la base de notre système.

Gouvernance environnementale et sociale : le capitalisme passe au rouge et au vert

ESG-Criterias-1536x696-1-1024x464.png

Gouvernance environnementale et sociale: le capitalisme passe au rouge et au vert

par Giulio Montanaro

Ex: https://www.centromachiavelli.com/2021/09/08/environmental-social-governance/

ESG est l'acronyme de Environmental Social Governance, un terme qui, selon le Financial Times, est utilisé sur les marchés des capitaux et par les investisseurs pour évaluer le comportement des entreprises et déterminer leurs futures performances financières.  L'une des personnalités les plus en vue du moment, Larry Fink, le PDG de Blackrock (photo), en parle avec beaucoup plus de ferveur. Blackrock est le plus grand fonds d'investissement du monde pour certains, le véritable gouvernement fantôme de la planète pour d'autres (des médias à Big Pharma en passant par le système bancaire, personne n'échappe à son contrôle).

larry-fink_admin.jpg

L'ESG est donc le nouveau critère de mesure du succès des entreprises, des activités à but non lucratif et des pays. Des milliards de dollars sont disponibles pour garantir que l'ESG prospère à l'avenir : "Pour prospérer à long terme", nous dit Fink, "toute entreprise devra non seulement afficher de solides performances financières, mais aussi démontrer comment elle peut contribuer positivement à la société. "Bloomberg Intelligence prévoit un boom des actifs ESG, les estimant à 50 000 milliards de dollars d'ici 2025, couvrant essentiellement un tiers du marché financier mondial : bienvenue dans l'ère du capitalisme éthique.

Il y a quelques jours à peine, la Deutsche Bank, le groupe bancaire allemand désormais le plus connu pour ses scandales liés à la corruption internationale et à la manipulation des marchés financiers, et qui avait déjà accepté en janvier de verser 125 millions de dollars au gouvernement américain pour éviter d'être poursuivi pour avoir manipulé le marché des métaux précieux, est revenue dans l'œil du cyclone.

imgpsh_fullsize_anim-1.png

Comme le rapporte le Wall Street Journal, un cadre du DWS Group, le principal gestionnaire d'actifs qui gère actuellement quelque 900 milliards d'euros d'actifs pour le compte de la Deutsche Bank, s'est plaint que le groupe allemand, bien qu'il ait rassuré ses investisseurs dans son rapport annuel en affirmant que "l'ESG est au cœur de toutes les initiatives que nous entendons poursuivre à l'avenir", fait en réalité bien moins que se concentrer sur la planification et la réglementation du phénomène. Oliver Plein, responsable de la branche des produits ESG de DWS, confirme également que le groupe est "bien en retard : nous devons encore comprendre quelle est notre ambition et entamer le processus de transformation". Desiree Fixler, responsable de la durabilité chez DWS, a déclaré au conseil d'administration que l'entreprise "n'a pas d'ambition ou de stratégie claire, manque de politiques sur le carbone et d'autres questions et que les équipes ESG sont considérées comme des spécialistes plutôt que de faire partie du processus décisionnel". Un autre avertissement vient du Financial Times, qui rapporte que les controverses ESG ont déjà dévalué les entreprises américaines de près d'un demi-billion de dollars.

Des considérations qui ne semblent pas trouver de caisse de résonance dans le bureau de Larry Fink. Le PDG de "Blackrock" va jusqu'à prédire (ou peut-être - mieux - anticiper) qu'il n'y aura pas d'échappatoire à l'ESG dans l'avenir des entreprises. Au fil du temps, les performances financières passeront au second plan et la gouvernance environnementale et sociale sera le critère qui déterminera la valeur d'une entreprise : être "réveillé" ou ne pas l'être, en bref.

DYR3owAX0AE-tv8.jpg

Cela semble absurde, mais comment l'un des fers de lance de la mondialisation esclavagiste hypercapitaliste peut-il nous dire qu'à l'avenir, les revenus céderont la place à ce qu'on appelle le "Wokeness" ? En d'autres termes, que l'impératif catégorique de l'avenir des entreprises ne sera plus les bilans sains et les entreprises solides, mais les arcs-en-ciel éblouissants et les sociétés fluides ? En d'autres termes, pour recevoir des financements pour ses propres entreprises, sera-t-il indispensable d'avoir un activisme politique et entrepreneurial totalement déconnecté de toute logique économique et purement progressiste ? Oui, c'est et ce sera le sort qui nous attend. Stephen R. Soukup en parle longuement dans son excellent livre The Dictatorship of Woke Capital : How Political Correctness Captured Big Business, dans lequel, à partir d'un discours du sénateur républicain Tom Cotton, il dénonce la façon dont la gauche pousse les marchés à privilégier les objectifs politiques au détriment des objectifs entrepreneuriaux.

801x1200.jpg

Comme l'a également observé avec perspicacité Andrew Olivastro, de la Heritage Foundation, "il y a un nombre croissant de personnes qui veulent imposer leurs préférences politiques et culturelles au monde et utiliser votre argent pour le faire". Ce n'est pas la seule incohérence que souligne Olivastro dans son éditorial (dont je recommande la lecture) et il n'est pas le seul à émettre des doutes sur l'ESG. D'autres conspirateurs présumés, ennemis extrémistes de la liberté, portent les noms des universités de Harvard et de Stanford.

Comme le montre une étude publiée le 25 avril 2021 par le Harvard Law School Forum on Corporate Governance (par Peter Reali, Jennifer Grzech et Anthony Garcia), la poussée vers l'ESG (c'est-à-dire, fin du suspense, vers des investissements visant à financer des politiques soutenant la diversité, l'inclusion, l'égalité, l'environnement...) est de plus en plus forte. Harvard, le 12 mai 2021, a publié une autre étude de Richard Morrison, qui dénonce les risques de la théorie de la Gouvernance Sociale Environnementale comme la plus grande menace pour les actionnaires, met en évidence le fait qu'elle devient de plus en plus l'un des sujets à l'ordre du jour de l'ONU et du Forum Economique Mondial, souligne l'incertitude des paramètres et des objectifs, et avertit des très graves conséquences auxquelles nous risquons d'être confrontés dans les prochains mois.

Beaucoup plus précise, et de l'avis de certains, exacte et correcte, est l'analyse de la "Stanford Review" publiée le 16 juin 2021 par Jonah Wu, avec laquelle nous terminons cette pièce et que nous croyons pouvoir résumer en traduisant le dernier paragraphe de la recherche :

"L'ESG se dirige vers l'inconnu et est soutenue par d'immenses capitaux et une élite managériale libérale. Malgré leurs nombreux attributs admirables, beaucoup de ces politiques d'investissement manquent de rigueur et d'incitations pour les pauvres, et poussent de manière déraisonnable les entreprises vers le progressisme. Pour y pourvoir efficacement, il faut trouver une alternative qui modère la force du mouvement GNE : il est temps pour les conservateurs de créer leur propre GNE".

Giulio Montanaro

Polyglotte, découvreur de talents dans le monde de la musique électronique, conseiller créatif avec diverses expériences en gestion d'entreprise, chercheur indépendant et amoureux des médias alternatifs, Giulio Montanaro a fait ses débuts en tant que reporter en 2000, à Padoue, au sein du groupe éditorial "Il Gazzettino".

11:57 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, économie, woke culture, capitalisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 27 août 2021

L'immigration comme stimulus keynésien

14307684.jpg

L'immigration comme stimulus keynésien

Ex: https://fnordspotting.blogspot.com/

Les défenseurs de l'immigration se présentent sous de nombreuses formes, différentes les unes des autres. Certains d'entre eux sont des jacobins fanatiques, remplis de l'illusion que les humains fonctionnent comme des ordinateurs, d'autres sont des narcissiques intoxiqués par l'idée de générosité (pratiquée avec l'argent des autres), d'autres encore sont de véritables réceptacles de forces démoniaques, etc. Une catégorie entièrement différente - à la fois remarquablement négligée et très puissante - de défenseurs de l'immigration est cependant constituée par les capitalistes de connivence qui, dans une économie managériale stagnante et post-industrielle, en sont venus à dominer de plus en plus le monde des affaires. Pour eux, les conséquences de l'immigration sur la communauté locale, la nation, les écoles, la culture, la cohésion, les institutions, l'avenir et le sort de leurs propres lignées familiales ne signifient rien, puisque la seule conséquence qu'ils ont en tête est la pluie de recettes fiscales que cette même immigration déclenche.

Aux yeux des entrepreneurs peu scrupuleux, l'immigration est avant tout un stimulus keynésien. Afin de payer l'immigration, les gouvernements empruntent de l'argent sur le compte de l'avenir, afin de pouvoir le dépenser aujourd'hui. L'affectation exacte de cet argent volé à l'avenir n'a, à bien des égards, aucune importance du point de vue du capitalisme de connivence. Ces entrepreneurs sans scrupules seraient tout aussi heureux si l'argent était dépensé dans des projets agricoles lyssenkistes, dans la théorie appliquée du phlogiston ou même dans la pyromanie institutionnelle, puisque leur seule exigence est que des sommes importantes soient dépensées, et que l'objectif soit de détruire le capital afin que la deuxième loi de la thermodynamique joue en leur faveur; car créer de la valeur exige de l'intelligence et des efforts, mais démolir ce que d'autres ont construit peut être fait par n'importe quel idiot.

Dans ce contexte, un flux gigantesque et incessant d'immigrants leur va comme un gant. Du point de vue des entreprises, l'immigration génère des bénéfices (ou du moins ce qui peut être enregistré comme des bénéfices) à pratiquement tous les niveaux. Les commerçants obtiennent plus de clients, les entreprises de construction sont chargées de construire de nouvelles maisons et des écoles, des dizaines d'entreprises de services sont embauchées, les propriétaires de logements d'asile se font de l'or en barres, la quantité d'argent circulant dans le système bancaire augmente, des industries entièrement nouvelles apparaissent, etc.

liquidity.jpgRien de tout cela, cependant, n'est le fait de personnes dépensant volontairement l'argent qu'elles ont gagné en travaillant sur les produits de ces entreprises, mais tout est payé par de l'argent détourné par la contrainte de l'État aux dépens d'activités socialement importantes et/ou créatrices de valeur. L'immigration ne crée donc rien de valable, mais signifie au contraire que les fonds qui auraient dû être consacrés à des investissements dans l'avenir sont, premièrement, dépensés dans le présent, deuxièmement, utilisés d'une manière dont aucune personne honnête ne profitera et, troisièmement, dépensés dans des activités aux externalités négatives gigantesques. Les entrepreneurs qui opèrent dans le cadre de la vague d'immigration gagneront certainement beaucoup d'argent, mais pas en fournissant au marché un produit que les consommateurs ou les électeurs demandent, mais en remplissant les comptes bancaires de ces entrepreneurs avec l'argent des contribuables par ceux qui sont au pouvoir et qui ont tout sauf le bien public à l'esprit, en échange de leur travail de sape de la civilisation occidentale. Le fait que ces entrepreneurs soient constamment récompensés par des prix industriels et présentés comme de bons entrepreneurs™ devant un public ayant une connaissance très limitée de la théorie économique n'y change rien.

Le fait que les associations d'entreprises consacrent aujourd'hui tant d'énergie à chanter les louanges de l'immigration en est une conséquence directe. Les entrepreneurs ne sont pas stupides; au contraire, ils se rendent compte qu'en se lançant dans l'industrie de l'immigration, ils peuvent gagner beaucoup plus en peu de temps alors qu'il faudrait à l'innovateur diligent et créateur de valeur des années de dur labeur pour réunir la même quantité d'argent.

Il ne faut pas non plus s'étonner que les mêmes réseaux commerciaux aient pris le pouvoir sur l'ancienne Union des paysans suédoise et l'aient transformée en un parti politique qui promeut de manière très agressive les intérêts des néo-capitalistes; au contraire, étant donné les sommes d'argent que rapporte la folie de l'immigration, ce serait presque un acte de mauvaise conduite de leur part de ne pas s'engager politiquement dans la poursuite de l'immigration de masse. Le Parti du Centre est aujourd'hui, en Suède, un parti qui se bat bec et ongles pour une augmentation de l'immigration pour la simple raison que l'immigration représente les intérêts des capitalistes de connivence qui sont à la base de la subsistance du parti. Si le racket monétaire de la politique d'immigration devait prendre fin, ces entrepreneurs seraient contraints de choisir entre mettre la clé sous le paillasson et commencer à gagner leur argent par un travail honnête et utile. Il n'est pas nécessaire d'expliquer pourquoi aucune de ces options ne semble attrayante par rapport à l'existence de rêve dont jouit aujourd'hui le capitaliste.

Cependant, quelqu'un doit payer pour cela, et ce quelqu'un est le contribuable, ou plus précisément, les contribuables qui, contrairement aux "beaux capitalistes", produisent réellement quelque chose qui a de la valeur. Ces contribuables sont donc, par définition, dans une position antagoniste par rapport aux beaux capitalistes, et à la lumière de cela, nous trouvons également pourquoi l'immigration de masse est, après tout, différente, sur un point crucial, des investissements agricoles lyssenkistes, de la théorie du phlogiston appliquée et de la pyromanie institutionnelle. En effet, se présenter comme un lyssenkiste, un phlogiston ou un pyromane très bien payé serait un exercice pédagogique qui dépasserait facilement le démagogue le plus endurci, mais lorsque la destruction du capital qui aboutit aux profits gigantesques des néocapitalistes consiste plutôt en une immigration, l'activité peut être qualifiée d'altruiste, et c'est aussi précisément dans ce contexte que le concept de racisme tel que nous le connaissons doit être compris.

En effet, le concept de racisme n'a pas seulement permis aux capitalistes paresseux et totalement dépourvus de scrupules de se présenter comme de bons altruistes, mais il leur permet également de présenter les membres productifs de la société qu'ils dépouillent systématiquement de leur argent sans le moindre remords comme des égoïstes impitoyables. Pour le capitaliste, le concept de racisme est une aubaine, grâce à laquelle le pilleur peut être dépeint comme un saint et la victime comme un méchant. Que le monde des affaires et ses associations professionnelles s'engagent de manière agressive dans la guerre culturelle et traquent les "racistes" par tous les moyens est donc parfaitement naturel, du moins après avoir pris conscience de l'absence totale de principes de ces organisations.

10:40 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, immigration, économie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 24 août 2021

L'économie biologique d'Adam Müller

800px-Adam_Heinrich_Müller.jpg

L'économie biologique d'Adam Müller

Par Carlos Javier Blanco Martín

Ex: https://blog.ignaciocarreraediciones.cl/la-economia-organica-de-adam-muller-por-carlos-javier-blanco-martin/

1. L'Europe n'est plus l'Europe.

L'époque dans laquelle nous vivons est confuse et changeante. Le capitalisme réorganise ses mécanismes de domination, et accélère partout le processus de nivellement social et culturel, condition sine qua non de son existence. La production de la plus-value est l'impératif ultime, et la marche en avant de sa centralisation et de sa concentration est imparable. Quelques points épars dans l'espace, quelques mains anonymes et impersonnelles, reçoivent les masses de plus-value produites. Cela ne veut pas dire que les blocs géopolitiques que nous connaissons ne se réorganisent pas, ne se fragmentent pas, ne changent pas. Une grande transformation est en cours avec la "chute de l'Occident". Nous devons être très conscients (surtout en Europe et en Amérique) que la synonymie entre "monde capitaliste" et "civilisation occidentale" n'est plus valable. Le développement dans les régions généralement considérées comme arriérées, dépendantes et colonisées a donné naissance à de nouveaux centres de pouvoir, à des destinations finales de la plus-value, à des "moteurs économiques". La patrie originelle du capitalisme, la vieille Europe, a en revanche abandonné son dynamisme. La vieille Europe est aujourd'hui un lieu soumis à des tendances qu'elle ne contrôle pas. Elle subit un processus de vieillissement démographique et une crise de valeurs et d'identité.

La vieille Europe a ouvert ses portes, après les processus de décolonisation entamés lors des deux guerres mondiales, à toute une population étrangère dont l'intégration parmi les hôtes est encore difficile, souvent conflictuelle, à certains égards fatidique. Le danger de nouvelles et plus importantes poussées de xénophobie parmi les "vieux Européens" ne peut être exclu. Les attitudes naïves des secteurs favorables à l'immigration, l'idéologie multiculturaliste, la conception universaliste fanatique d'un "être humain" abstrait et désincarné, sans culture ni tradition, en sont à l'origine. On peut souvent dire que le plus grand danger pour le respect des droits de l'homme réside précisément dans la transformation des "Droits de l'homme" en une religion fanatique et abstraite, qui ne sait ou ne veut pas reconnaître les nationalités, les traditions, les groupes d'appartenance et l'incommensurabilité des cultures. Un continent, jusqu'ici appelé Europe, peuplé de peuples à moitié musulmans, sera clairement "un autre continent". L'identité de cet essaim de nations, les valeurs libérales de tolérance, de démocratie, de respect de la femme et d'égalité de celle-ci devant l'homme, de pluralisme, etc. va fondre comme neige au soleil.

Comme le dit justement Adam Müller (1), à côté de l'esprit chevaleresque de l'époque féodale, le côté féminin de notre civilisation et de notre âme a émergé discrètement mais avec ténacité. En contraste avec ce principe de respect (le principe chevaleresque) du féminin, les coutumes patriarcales de l'ancien monde gréco-romain, et de l'Islam, en partie hérité de celui-ci, nous apparaissent comme brutales et haineuses. Du nord celto-germanique s'est répandu un air bien plus doux: celui du respect des femmes et de la reconnaissance de leur rôle dans la culture, qui n'a pas grand-chose à voir avec ce qu'on appelle aujourd'hui le "féminisme". C'est l'un des facteurs qui ont découplé l'Européen ("faustien", selon Spengler) de la Méditerranée (qu'il s'agisse de l'Antiquité gréco-romaine ou du Moyen Âge mahométan).

2. Un auteur contre-révolutionnaire. L'histoire et le lien.

361431.jpgLes principes abstraits, désincarnés de toute réalité, présentent le visage désagréable de se heurter à la réalité. Les doctrinaires et les jacobins de tous les temps ont toujours essayé de réformer la réalité lorsque leurs concepts ne s'y conformaient pas. Mais le problème réside précisément dans la rigidité de leurs concepts. L'universalisme, un "isme" comme tant d'autres, qui trouve son origine dans la croyance en un droit naturel, et son épitomé dans la Révolution de 1789, est aujourd'hui une idéologie destructrice.

En s'obstinant à ne pas vouloir voir les faits, en nivelant toutes les cultures et en ne voyant que ce qui leur est commun, c'est-à-dire un faisceau de constantes biologiques et anthropologiques indéniables, les universalistes, les partisans d'une Cosmopolis utopique, réalisent précisément le contraire de tout humanisme. Un homme abstrait qui, en fin de compte, est un homme purement animal, un homme-chose. Dans l'utopique Cosmopolis dans laquelle les partisans d'un Droit naturel universaliste veulent nous enfermer, il n'y a plus d'êtres humains avec une Tradition, une Identité, une Culture et une Patrie. Tout cela n'a aucune importance et fait même obstacle au projet fanatique orienté vers la nouvelle réalité, une réalité qui peut "progresser" (c'est-à-dire se réformer). Le progressisme d'aujourd'hui, comme celui de toutes les époques depuis 1789, consiste à nier la réalité - qui inclut la Tradition - et à torturer la réalité jusqu'à ce qu'elle s'adapte à ce qui est projeté. Le progressisme est nécessairement dominé par la raison instrumentale. Sous cette forme de raison, tout devient un objet et est donc susceptible d'être calculé, contrôlé et manipulé. Faire de la réalité sociale un macro-objet nivelé, un espace horizontal sur lequel projeter les opérations de domination et de prévision, généraliser la techné, transformer le monde organique et humain en une machine à prévoir, à calculer et à régir mécaniquement toutes les affaires humaines, tel est l'esprit qui anime tous les révolutionnaires, réformistes et progressistes.

Mais le monde est aussi, comme l'a soutenu Müller, un monde d'histoire et de générations. Il existe un lien entre les générations. Nous, les hommes, sommes, par la force des choses, parce que nous sommes des hommes et non de simples animaux, liés à nos ancêtres et à nos successeurs. Le lien générationnel est ce qui peut distinguer l'histoire du simple passage du temps. Sur la pierre, soumise à l'érosion et à tous les autres effets du passage du temps, il n'y a pas d'histoire, pas plus que sur l'individu animal ou l'espèce biologique. Il s'agit de changements évolutifs: le nouveau est une modification sélectionnée de l'ancien matériel, mais il ne s'agit pas d'une influence des générations passées sur les générations à venir.

Les-relations-intergénérationnelles.jpg

Dans la famille, il y a, in nuce, la transmission intergénérationnelle qui, dans les grandes maisons, est le lignage et la dynastie (l'origine des états de Faust, selon Spengler), et dans le village, c'est l'essence de l'entail estate paysan (identique dans son esprit à celui de la noblesse), le sens de la propriété et de l'enracinement dans la terre. L'Europe médiévale, avec ses campagnes sans villes, comme le disait Spengler, a donné naissance au concept de la nation inséparable de la terre et à la conception organique de la propriété, qui a ensuite été réifiée par le capitalisme de l'ère moderne. Dans la famille, comme dans l'ensemble social, il y a des opposés. Homme et femme, guerre et paix. Une union sans séparation est impensable. La constitution de l'État, au sens juridico-politique précis, serait inconcevable sans les liens organiques que contractent ses individus, groupes, institutions, etc. Depuis le Moyen Âge, ce sont les liens organiques dans leur ensemble qui constituent un État. Il ne peut être considéré comme une simple machine, un assemblage de pièces mortes. Comme le dit Müller, ce sont les concepts de l'État, pas l'idée. L'idée correspond au mouvement même du réel. Les marxistes, en critiquant le concept ou le système mort de la Politique, ne pouvaient voir que l'héritage iusnaturaliste, rousseauiste, hobbesien, etc. c'est-à-dire la tradition mécanique et contractualiste.

31UeJQ-dViL._SX314_BO1,204,203,200_.jpg

Les historiens n'ont jamais vu un tel contrat à aucun moment de l'histoire. Avant que les choses ne soient universellement aliénables, comme un impératif fondamental de la bourgeoisie (la terre, le travail, tout), l'État - c'est-à-dire la société en mouvement comme un Tout, selon Adam Müller - passait de génération en génération, et de partie en partie, comme un grand organisme. La politique a englobé l'économie et l'a subordonnée lorsque cela était nécessaire. Il n'y a pas besoin de pactes lorsque les parties sont intégrées dans un Tout et que le Tout les anime, les vivifie, leur donne un sens et des fonctions plus larges. Les sociétés, les successions, les institutions, tous les cadres dans lesquels un individu exerce ses fonctions sociales, satisfont le besoin humain de liens. L'homme n'est pas l'homme sans liens sociaux et spirituels. Le marxisme critique la doctrine bourgeoise de l'État, l'État libéral, c'est-à-dire le bureau et l'appareil mécanique qui, en effet, au XIXe siècle, "gère les intérêts du Capital". Le libéralisme et le marxisme partagent une vision mécaniste de l'État: des concepts de science politique qui correspondent à des engrenages, des poulies et des ressorts. L'action politique de l'homme d'État, du parti, du syndicat, se réduit à la manipulation de tel ou tel mécanisme pour que l'appareil "fonctionne mieux".

L'interventionnisme étatique des socialistes ou des keynésiens, tout autant que l'abstentionnisme des libéraux, sont des idéologies qui ne voient pas dans l'État l'idée: le mouvement même du réel. Bien que beaucoup ne l'aiment pas, ou frémissent à la seule évocation de son nom, c'est la guerre qui nous met face à l'essence de la vie étatique. Une considération purement statique de l'État, comme une machine prête à produire uniformément, est ce qui a nourri toutes les idéologies pacifistes de notre Modernité. Les libéraux, une fois réunies les conditions violentes de la préhistoire capitaliste (l'"Accumulation originelle" de Marx), ne veulent que la paix pour se remplir les poches, afin que le marché règne. Les communistes et les socialistes, au contraire, une fois que la Révolution, en vérité une guerre civile, une entreprise violente, a triomphé, veulent décréter la Paix et la rendre "perpétuelle". Qu'est-ce que la paix sinon l'imposition des vainqueurs aux vaincus, et la validité de leur loi au-dessus de toutes les lois anciennes et abolies, la loi morte des perdants ? Quand on parle d'économie, on parle toujours d'une période de paix après une guerre et un asservissement. La loi des marchés, ou les plans quinquennaux, devaient agir sur les cadavres oubliés, sur le sang versé, sur les vaincus et avec les traités de reddition, qu'il s'agisse de la reddition des puissances étrangères ou des rebelles de l'intérieur. L'État se "met en forme" dans la guerre, vient nous dire Müller. La paix n'est qu'une préparation à la guerre, et la tranquillité civile requise par les marchés est garantie par les guerres, c'est-à-dire par des guerres victorieuses.

3. Un romantique contre le formalisme. Son opposition au droit romain.
Décroissance durable.

Adam Müller s'inscrit pleinement dans la réaction romantique contre le formalisme des Lumières. Au-dessus et au-dessous des constitutions écrites, du légalisme froid et mécanique du droit naturel (compris de manière rationaliste) et du droit positif, il y a la coutume, la tradition, les vieux usages et les coutumes. L'Angleterre est le modèle à suivre: comment le développement d'un libéralisme économique très avancé a-t-il été possible? Edmund Burke et Adam Müller l'ont vu, et plus tard, plus près de nous, Ortega y Gasset. La monarchie traditionnelle n'était pas un obstacle au développement des forces productives et à la transition critique du libéralisme politique au libéralisme économique. Contrairement à la rigidité romaniste, despotique et ordonnée des constitutions continentales, le traditionalisme politique et juridique anglais s'est révélé supérieur, comme une vaccination permanente contre les révolutions. Seule l'économie s'est permis le "luxe" de briser le monde paysan des îles, leurs vieilles traditions locales, etc. La protestation initiale des romantiques, comme Burke ou Müller, n'était pas tant contre le libéralisme en tant que tel, mais contre la tentative d'effacer la Tradition: que les gens perdent la foi, que l'Église se détourne, que la famille se désintègre, que la terre devienne une marchandise comme une autre, et non l'une des plus précieuses...

Dans la sphère catholique et latine, De Maistre, Bonald et Donoso Cortés ont ajouté ces protestations romantiques à un providentialisme néo-médiéval. Ce dernier romantisme providentialiste et théocratique n'avait pas tout à fait les virtualités nationalistes d'Adam Müller et de la tradition germanique.

dfae863cce7830aef559f003cb2f3aa1.jpg

Dans les pays allemands, il y avait des populations protestantes et catholiques, et au-delà de ces croyances, "la Nation" émergeait avec force. Et contrairement à l'utilisation révolutionnaire française de la "Nation" en tant que nation de citoyens, en Germanie, le peuple (das Volk) s'affirme désormais avec une force intense.  Ce peuple, comme le montre bien Herder, possède une mythologie, une langue, une religion nationale, un droit propre, et tout cela fait partie de son âme vivante, souvent indépendamment de toute codification constitutionnelle ou formaliste. Face à un capitalisme naissant, dont on ne soupçonnait pas encore toutes les horreurs, les romantiques ont eu l'intuition juste: les Lumières, censées libérer l'homme, devaient d'abord se rapprocher du despotisme (le Despotisme éclairé), puis ne faire qu'un avec lui (la Terreur, Robespierre).

Au lendemain de la Révolution et dans les affres des guerres napoléoniennes, un contraste s'établit entre le citoyen et le compatriote. Le citoyen apparaît au romantique comme une abstraction sèche (et desséchante), un atome relié mécaniquement à une machine. La métaphore même de l'État comme une machine, ou une usine orientée vers des fins prosaïques (profit et ordre) leur semble répugnante. En fin de compte, l'État est un tout. Mais il serait injuste d'en déduire le totalitarisme. Il faut se rappeler que les totalitarismes du XXe siècle (Hitler, Staline et tant d'autres) ne manquent pas de représenter parfaitement l'idée hobbessienne et mécaniste de l'État comme un monstre mécanique et sans vie, comme une caserne, une prison et une étable pour les vies humaines. Rien de tout cela dans la pensée non-totalitaire, disons "totaliste" (ganzheitlich), de Müller: l'État est la communauté elle-même. Le mercantile n'est rien d'autre qu'un aspect de son dynamisme infini (ce que soutient Müller, qui était économiste). Le campagnard, l'habitant du Pays, le fils du Peuple, doit sortir de l'obscurité médiévale, du berceau villageois d'où sont sortis tous les Européens modernes, et recréer son passé - parfois nébuleux. L'habitant du Pays est le fils du Peuple et doit se sentir membre d'une Communauté jamais constituée d'atomes libres et économiques (bourgeois, prolétaires). Il n'y aurait pas de lutte des classes s'il existait mille et un pactes sociaux entre les compatriotes et tous les corps intermédiaires qui en font de véritables participants à l'organisme social (2).

4. L'État en tant qu'alliance : pairs et coethniques.

La société ou l'État est une alliance éternelle des hommes entre eux et présente un double caractère :

"1. Une alliance d'hommes qui jouissent de la terre à la même époque. Tous les contemporains doivent s'associer contre leur ennemi commun, la Terre, afin de pouvoir faire face à l'une de ses plus terribles vertus: l'unité de ses forces. Ce type d'alliance nous est proposé par presque toutes les théories de l'État, mais elles négligent avec encore plus de légèreté l'autre type d'alliance, non moins important. L'État est, 2, une alliance des générations passées avec le présent et avec ceux qui les suivent, et vice versa. Il ne s'agit pas seulement d'une alliance de contemporains, mais aussi de co-ethniques ; et cette deuxième alliance servira à affronter la force terrible de notre ennemi la Terre, sa permanence. Elle nous survit, elle nous survit à tous, et bénéficiera donc d'avantages dès qu'une génération, séduite par elle, songera à désavouer celle qui l'aura précédé. L'État n'est pas seulement l'union de plusieurs personnes qui vivent ensemble, mais aussi de nombreuses familles qui se succèdent ; il ne sera pas seulement infiniment large et omniprésent dans l'espace, mais aussi immortel dans le temps" (3).

media_68471087.jpeg

Ici, nous pouvons percevoir une matrice judéo-chrétienne dans la pensée de Müller: c'est une pensée pré-écologique (4). L'époque de ses conférences de Dresde (1808-1809) est une époque où l'industrialisation ne s'était pas encore imposée avec toutes ses conséquences dévastatrices, et où la "Terre" en tant qu'ennemi était, sous le signe biblique ("tu travailleras à la sueur de ton front"), un adversaire face aux efforts agricoles et artisanaux de l'Homme, un non-soi, un bloc contre lequel mesurer sa propre liberté.

L'insubordination fondatrice

Dans la théorie d'Adam Müller, il n'y a pas de liberté sans contre-liberté. Et le développement des possibilités civilisées de l'être humain exigeait de l'homme cette contre-liberté. Après les horreurs de l'industrialisation, la détérioration des paysages, la dégradation des campagnes, la méga-urbanisation du monde, le changement climatique, etc., il est très difficile aujourd'hui d'accepter cette idée de "guerre de l'homme contre la Terre". Mais il me semble que l'intérêt de cette idée se trouve - dialectiquement - dans sa coexistence et son opposition à son contraire: l'idée d'alliance. L'alliance des hommes est solide lorsqu'il y a lutte face à des ennemis (ou des dangers) communs, et vice versa: la menace de nos ennemis renforce nos liens d'union. De plus, l'union n'est pas simplement synchronique, celle qui forme un réseau d'atomes individuels qui, en se serrant et se frottant les uns aux autres, formeraient la "société". Rien de tout cela: l'union est aussi historique, diachronique, d'alliance générationnelle (et pas seulement d'héritage, remarquons-le) (5). La nation, dans l'idée géniale de Müller, est composée de contemporains et de coethniques. La théorie précédente de l'État ne l'a pas vu :

"La doctrine de l'union constante entre les générations successives passe inaperçue dans toutes nos théories de l'État; c'est là que réside leur point faible, et qu'elles semblent ne chercher à édifier rien d'autre que pour le moment leur État, et ignorer et mépriser les hauts motifs de l'endurance des États et leurs liens les plus estimables dans cet ordre - surtout la noblesse héréditaire" (6).

md30821251593.jpg

Un siècle plus tard, Oswald Spengler ajoute la vision constructive de la noblesse: quelle est la classe qui a construit les nations d'Europe? Laissons de côté, pour un instant, sa dégradation. Les formes dégradées de la noblesse nous sont désormais les plus familières: despotes, arbitres, courtisans, décadents. Mais au Haut Moyen Âge, à l'époque où l'Europe faustienne, ou plutôt l'Europe par excellence, à l'époque où ces peuples (Müller fait allusion aux peuples qu'il prend pour canoniques: l'Allemagne, l'Angleterre, la France, l'Italie et l'Espagne) sortaient de leur morosité pour entrer dans un jour nouveau, c'est la noblesse qui a établi le principe de la pérennité, du lignage, de la dynastie, de la propriété entaillée, et de la famille comme quelque chose de plus qu'un conseil animal soumis à l'instinct de reproduction. Comme d'autres penseurs romantiques, Müller affronte la vision plate des Lumières sur le Moyen Âge: ce n'était pas une époque de ténèbres et de barbarie. Ce sont les temps, les temps médiévaux, qui ont fait de nous ce que nous sommes maintenant. L'ensemble des institutions qui assurent la médiation entre l'individu et l'État.

1200px-Carl_Gustav_Bielke_antavla_001.jpg

"Au Moyen Âge, la théorie de l'État était plus un sentiment qu'une science, mais toute communauté tournait autour de deux sentiments bien différents: 1) le respect de la parole donnée; 2) le respect, non moins profond, des paroles, des lois que les ancêtres avaient léguées. Ces barbares du Moyen Âge sentaient très bien que l'obligation du citoyen est d'une dualité également digne; tandis que nous n'avons le contrat social conclu que par nos contemporains et ne comprenons pas, ne reconnaissons pas, et même brisons les contrats sociaux entre les générations précédentes et celles qui les suivent" (7).

Adam Müller critique l'idée moderne d'un contrat social unique, formel et mécanique entre les contemporains de la société. La société est plutôt une communauté dans la mesure où ses membres ont établi et respecté une multitude de contrats sociaux, non seulement dans le même espace ou territoire, mais aussi avec le passé et avec l'avenir. Dans tout contrat, il y a une réciprocité. Ce que nos aînés nous ont légué est un héritage et une tradition qui nous engagent. Nous sommes engagés envers eux, envers "les pères", et le mot "patrie" ne vient de nulle part ailleurs. Les morts font partie de cette relation contractuelle, c'est le poids de l'histoire. Mais l'idée d'un Avenir pèse aussi sur nos épaules : nous sommes aussi les parents des générations futures, à qui nous devons donner nos biens, nos conquêtes, nos efforts.

Le fait qu'il existe aujourd'hui des individualistes ne peut s'expliquer que par notre endoctrinement dans la théorie du Contrat social (unique et ponctuel). Nous avons rompu avec la réalité et l'évidence la plus immédiate de l'homme: que nous vivons au milieu de liens qui font de nous des personnes, que nous faisons partie d'innombrables médiations et que la communauté de ces médiations s'appelle l'État. L'image fantastique du bourgeois, atome isolé relié au Tout social par le biais de la Propriété (sur le plan juridique) ou du Marché (sur le plan économique), c'est l'individu détaché, supposé libre et autosuffisant, qu'il soit compris dans un sens libéral ou anarchiste.

Toute réflexion sur la société en tant que Totalité (c'est-à-dire toute réflexion sur l'État) implique une philosophie de la Liberté. Le libéralisme et l'individualisme présupposent une notion purement formelle de la liberté. En tant que concept formel, c'est-à-dire mort et abstrait, il est censé être distribué dans chaque membre individuel du Tout, et de ce Tout (l'État) ainsi amalgamé ne peut émerger qu'une notion mécanique de l'État. Mais dans la pensée de Müller, il y a plutôt une théorie des "libertés" au pluriel. Il existe différents types de libertés, attribuables non seulement aux personnes physiques mais aussi aux personnes morales :

BM00273-Kaufmannsfamilie-Jacobs_2.jpg

"La liberté, cependant, est une qualité qui doit être attribuée à chacun des éléments constitutifs très divers de l'État, non seulement aux personnes physiques, mais aussi aux personnes morales. Dans le cas de l'Angleterre, nous voyons clairement comment chaque loi, chaque classe, chaque institution nationale, chaque intérêt et chaque office possède sa propre liberté, comment chacune de ces personnes morales ne tend pas moins que l'individu à affirmer sa particularité. Un esprit général de vie politique y règne dans tous les éléments de l'État, et comme les lois sont aussi des personnes libres animées de l'esprit du tout, le citoyen rencontre partout où il regarde des entités égales à lui, et tous les éléments constitutifs de l'État constituent, à leur tour, des objets perpétuels de son opposition et de son amour " (8).

Clausewitz. La science politique de la guerre

Dans cette conception de la liberté, le principe de réciprocité règne en maître. Rappelez-vous: une liberté est toujours confrontée à une contre-liberté. De cette lutte naît la Loi. Il y a une lutte universelle des contraires: le masculin et le féminin, la guerre et la paix, les morts et les vivants, la force centrifuge et la force centripète... Le vieil Héraclite semble ressusciter, avec Hegel ou Müller, au XIXe siècle. La liberté ne peut être comprise comme une substance stable, présente ou absente chez les individus, ni comme une propriété formelle. Rien de tout cela: la liberté est le résultat d'une lutte.

"La liberté, on ne peut la présenter sous une forme plus digne et plus adéquate que celle que j'ai faite: c'est la généticienne, la mère de la loi. Dans les mille luttes de la liberté d'un citoyen avec la contre-liberté des autres, la loi se développe; dans la lutte de la loi en vigueur, dans laquelle se manifeste la liberté des générations passées, avec la liberté des générations présentes, l'idée de la loi se purifie et grandit. L'idée de liberté constitue l'inlassable force centrifuge et le magna centrifuge de la société civile, en vertu de laquelle la force centripète, qui lui est éternellement contraire, l'idée de loi, devient féconde" (9).

La guerre, encore une fois, apparaît comme la mère de toutes choses. Rien ne semble plus sûr, contrairement aux doctrinaires, que l'idée d'une Liberté qui se conquiert et se défend à chaque étape du temps. Au moins dans chaque génération d'hommes, la liberté est menacée, et tout déclin de la volonté de se battre signifie que l'on livre son propre cou aux chaînes de l'ennemi. Les fantasmes kantiens de "paix perpétuelle" cèdent la place à une idée belliqueuse de la Liberté. Idée - dans la mesure où elle exprime la vie et le mouvement du réel, et non concept - dans la mesure où elle indique la mort, la lettre sans vie.

Pour Adam Müller, la distinction romaniste entre les personnes et les choses, telle que consacrée par Kant, n'est pas non plus valable. Le droit romain avait déjà établi cette rupture. Le dogme pré-chrétien a été créé sur la base d'une différenciation entre deux sphères radicalement différentes. Le possesseur, au sens du droit romain, apparaît comme un despote qui - ce n'est que plus tard qu'il sera modifié - a le droit d'user et d'abuser de ses biens, qu'ils soient de nature humaine (esclaves) ou non. En principe, la propriété privée d'une chose signifiait son entière soumission et humiliation à son maître et seigneur. Mais le Moyen Âge chrétien a ouvert la voie à d'autres concepts de propriété. Selon Müller, l'ensemble des concepts juridiques médiévaux, que les Lumières regroupent avec mépris sous le nom de "féodalité", est un bel exemple de propriété partagée et d'intermédiaires.

De la pensée juridique médiévale et chrétienne, Müller fait ressortir une idée qui, aujourd'hui, sous le prisme inévitable du capitalisme, nous paraît quelque peu étrange: tout être humain est à la fois une personne et une chose. Et réciproquement: tout bien est aussi une personne et une chose.

Par exemple, en tant que citoyen de mon État, je me considère comme une personne investie de droits, dont le droit de propriété sur des objets légitimement acquis, par exemple une maison ou un terrain. Mais ces objets sont aussi des personnes, des personnes morales qui engendrent la réciprocité, et dans la réciprocité, des obligations. Cette maison ou ces terres ont une continuité dans le temps qui va au-delà de la contingence de celui qui est actuellement leur maître. C'est pourquoi dans les maisons paysannes (surtout dans le nord de l'Espagne), comme dans les fiefs nobles, l'héritage a son propre nom - différent de celui de son propriétaire, car il le transcende - et même ses propres règles de transmission, qui impliquent et dépassent celles du propriétaire actuel de l'héritage. Le manoir traditionnel asturien, par exemple, et l'ensemble du système de la propriété qu'il entraîne, présentent des parallèles notables avec la vie d'un royaume et d'un fief. Le concept de propriété patrimoniale à l'époque précapitaliste illustre la théorie de Müller. Le ménage traditionnel était une personne morale.

06-PALACIO-CONDE-ALPUENTE.jpg

De même, l'être humain, en plus d'être une personne, sera simultanément considéré comme une chose, ce qui implique des liens de dépendance, d'obligation, d'accomplissement réciproque (liens qui sont dans le tout social). Toute la distinction entre la personne et la chose, romaniste ou kantienne, est également présente dans la philosophie marxiste.

La préoccupation de Marx pour l'aliénation, lorsqu'elle est interprétée comme une réification (comme la conversion de l'homme en une chose), est un produit du capitalisme même qui est critiqué. Le travailleur, étant obligé de vendre - pour des unités de temps - sa force de travail, et n'étant pas le possesseur du produit qui sort de ses mains, puisqu'il n'est pas le propriétaire des moyens de production ni de la richesse (de la valeur) produite pendant ces intervalles de temps déjà acquis par le patron, est aliéné.

Les personnes, lorsqu'elles sont vendues comme des marchandises (en tant que source de force de travail) deviennent des choses. À la limite, chaque citoyen appartient au Tout, car tout un réseau de liens et de dépendances se concentre en lui. Müller dit: "tous les individus de l'État, tant les personnes que les choses, ont un double caractère: le réel ou privé, et le personnel ou civil" (10). Le libéralisme et le mode de production capitaliste nous ont apporté une inflation de l'aspect privé des personnes et des choses. Le bourgeois en tant que citoyen privé (ou particulier), l'entreprise en tant qu'entité privée, absolument détachée de l'État sauf dans la relation commerciale la plus élémentaire: payer des impôts (sous forme d'achat obligatoire) en échange de services rendus. D'autre part, elle prend la chose privée, comme un objet à l'usage et à la jouissance exclusifs du citoyen privé, détaché de l'ensemble du réseau qui le constitue et l'entoure. Contrairement à la propriété privée absolue, ancrée dans le droit romain, la propriété des entreprises est ici mise en avant:

"La propriété corporative ou la propriété commune des coetáneos en cohabitation, et la propriété familiale ou la propriété commune de plusieurs générations successives - ou coterráneos - constitueraient la véritable pierre de touche d'une véritable union politique, car lorsque l'extinction de toute propriété corporative et familiale est érigée en principe, elle ne prouve rien d'autre, [...] que le fait que les individus ne peuvent rien posséder en commun les uns avec les autres, et que, par conséquent, ils sont dépourvus de la première qualité de citoyen". Car l'État ou la totalité civile est en même temps, [...] propriété corporative et familiale; le vrai citoyen doit penser sans cesse qu'il n'est qu'un usufruitier passager, c'est-à-dire un membre de la grande famille et un participant de la grande communauté, c'est-à-dire un membre corporatif" (11).

L'économie communautaire

À l'époque moderne, avec le triomphe de l'esprit bourgeois sur l'esprit corporatif, toute une "doctrine de la décomposition, de la dissolution et du démembrement graduels et radicaux de l'État et de toute vie publique" (12) a été élaborée. En réalité, c'est une série de graves transformations spirituelles - religieuses, métaphysiques, juridiques - qui ont rendu possible l'invention de l'économie politique, en tant que connaissance exigée par les conditions mêmes du mode de production capitaliste, ainsi que les techniques inhérentes de comptabilité, de prévision, etc. Les trois moments de cette transformation ont été:

"1), le concept du droit privé romain et de la propriété privée; 2), le concept de l'utilité privée, du simple revenu, de la distribution absolue du revenu net et de la conversion de toute occupation de la vie en activité privée, et le culte subséquent de la paix absolue et mortelle ; enfin, 3), par le concept, répandu surtout en Allemagne, grâce à la Réforme et à ses dérivations, d'une religion privée, et donc d'une particularisation de tous les sentiments de la vie" (13).

Les pays qui n'ont pas participé à la Réforme, l'Europe catholique, auraient conservé un sens plus aigu du corporatisme, selon l'évaluation de Müller. Mais peut-être l'universalisme de l'Église était-il aussi un frein au processus national. Une communauté universelle, comme l'est fondamentalement l'Église (c'est-à-dire la "catholicité"), présuppose l'opposition à tout particularisme, la négation de toute séparation. Et notre penseur considère, néanmoins, que la différence fait partie de la vie. Elle fait partie de la vie humaine. La différence entre les peuples et les traditions, la différence entre les hommes et les femmes, la différence entre les vieux et les jeunes. L'existence des différences permet à l'homme de relever des défis, de surmonter tout nivellement, toute homogénéité et, à la limite, toute mort.

"L'inégalité entre la vieillesse et la jeunesse est une inégalité dans le temps ou entre semblables: les inégalités n'ont pas d'autre raison d'être sur terre que pour l'homme de les harmoniser de manière à la fois naturelle et belle, comme une dissonance qu'il lui appartient d'harmoniser. La nature place constamment des choses inégales à la portée des hommes, de sorte qu'ils ont un travail infini à faire pour les égaliser, et toute la vie de l'homme véritable ne consiste en rien d'autre qu'à égaliser l'inégal et à unir le séparé. C'est pourquoi l'inégalité entre les âges incite sans cesse l'homme à se faire le médiateur des différentes époques et des différentes exigences du temps; elle existe en raison de cette inéluctable alliance des générations ou des concitoyens qui est nécessaire à toute vie politique" (14).

La totalité sociale est un corps peuplé d'inégalités. Toute homogénéité recherchée tend à dégrader les parties les plus développées et les plus sublimes de l'organisme. Le Tout social est une alliance de concitoyens et de pairs: cette alliance inclut la diversité qui compose un État de différentes manières, à savoir par l'âge, le sexe, la profession ou le statut. Même les morts, les "pères", dans la vision müllerienne, sont des membres du Tout et leur héritage et leur voix méritent plus que le respect et l'hommage. Les ancêtres font partie de la société et leur force fait partie de l'héritage. Les ancêtres sont dans l'héritage avec lequel nous, les vivants, devons maintenant mettre en mouvement la force nationale. Et nous ne devons jamais oublier que nous serons un jour les ancêtres des générations à venir.  

Ce concept de force nationale doit être repensé. Le Tout social n'est pas une machine qui attend qu'un stimulus externe la mette en marche. Le Tout, l'État, est plutôt un organisme doté de forces propres. Il est producteur et, d'une certaine manière, on peut dire qu'il est producteur de la production elle-même.

Maintenant, qu'est-ce qu'il faut produire ?

"Produire n'est rien d'autre que de faire sortir un troisième élément de deux autres, de faire la médiation entre deux choses antagonistes et de les forcer à produire une troisième de leur lutte. L'homme emploie ses forces corporelles dans une lutte avec quelque matière brute, lutte conditionnée par les lois de ses forces et par la nature et les propriétés de cette matière, et qu'il dirige lui-même avec sagacité, et d'où naît ou est produit un troisième élément, que nous appelons produit" (p. 237) (15).

838_gettyimages-159828268.jpg

Ici encore, comme chez Hegel, nous trouvons l'importante catégorie de la médiation. Le "métabolisme entre l'homme et la nature", dont parlait Marx pour désigner le processus de Production, est quelque chose de plus qu'un échange bilatéral, certes. Il s'agit d'un processus dialectique dans lequel entrent en jeu les matières premières, les outils, les forces corporelles et spirituelles de l'homme, etc. Depuis l'agriculture, où l'on peut attribuer à la nature un degré maximal de puissance, jusqu'à l'industrie et aux autres travaux urbains, nous voyons omniprésente l'existence en action d'une force vitale de l'homme, véritable principe productif qui ne peut être compris sans tenir compte du Tout social dont il est issu. L'homme, en tant qu'être social, est quelque chose de plus, et de beaucoup plus important, qu'un simple quantum de la somme globale d'un Tout social. La production nationale n'est pas représentée par la somme des productions individuelles, selon Müller. Une fois de plus, on retrouve la grande vérité de la philosophie germanique: le Tout est quelque chose de plus et de différent de la somme de ses parties. La politique elle-même, l'existence même de l'État, est quelque chose qui peut être clarifié à travers le prisme économique de la production.

La mission de l'homme d'État "...sera de produire l'état. Sa matière n'est autre qu'un peuple composé d'individus plus ou moins égoïstes; ses outils sont les lois, la police, les fonctionnaires de toutes sortes, et surtout, le besoin même de ce peuple d'union sociale et de paix. L'État ne consiste ni dans ces outils (comme le croient les praticiens), ni dans la matière seule, dans le peuple (comme le supposent les théoriciens, les jusnaturalistes et les physiocrates, en faisant du peuple lui-même la finalité de l'État)" (16).

Déterminisme technologique, marxisme, économie bourgeoise ou libérale... toutes ces approches ont mis en évidence les aspects instrumentaux de la vie politique, et les prennent comme moteur. Les théories romantiques, pour leur part, ont placé le peuple au centre de tous les protagonismes de la vie historique et sociale. Mais entre la vie pacifique (toujours exceptionnelle entre deux périodes de guerre) et laborieuse du Peuple, entre l'action de l'Homme contre la Terre (que Müller appelle une lutte), l'État se dresse. L'État en tant que tierce partie est mis en avant dans la guerre: dans la guerre extérieure, lorsque la patrie est menacée ou a besoin d'espace, et dans la guerre intérieure, lorsque les dissensions sociales dépassent les voies normales et légales. L'État se présente alors avec toutes ses caractéristiques ostensibles comme une force et comme un monopole de la violence. Et la force étant ce qu'elle est, elle se présente parfois absolument comme une force brute. Mais l'État, en temps de guerre comme en temps de paix, dans l'effort humain comme dans son rapport aux forces de la nature, est toujours présenté comme l'instance médiatrice. Entre l'égoïsme de chaque individu et la dépendance universelle de chaque individu envers tous les autres, l'État produit les liens et scelle la médiation entre égoïsme et solidarité, médiation qui façonne la vie civilisée.

5. L'oubli et la condamnation de Müller.
La lutte des classes au 21ème siècle

Un lecteur intelligent sait que les condamnations rétroactives sont intellectuellement stériles. Il est aussi absurde de prétendre que Müller est le précédent coupable du Troisième Reich que Marx l'était du goulag et du stalinisme.

En réalité, Müller a été ignoré. Pour le développement des puissances capitalistes, la conception mécaniste de l'économie politique était utile et même nécessaire. Le capitalisme a toujours libéré les forces productives en même temps qu'une théorie individualiste de l'être humain. La société dans son ensemble, comprise comme un gigantesque système mécanique de production, nécessitait des individus formellement considérés comme des îles et des atomes. Le droit romain garantissait le concept absolutiste de la propriété. La propriété des personnes (esclavage) est devenue la propriété de la force de travail des personnes, tout comme la propriété (partagée et usufruitière) de la terre est devenue la propriété absolue de la terre. Le socialisme, qui naîtra plus tard, oppose unilatéralement à la conception romaniste de la propriété (défendue de manière intéressée par la bourgeoisie libérale) une contre-figuration de celle-ci: la propriété sociale des moyens de production, qui implique leur collectivisation: ce qui appartenait à un seul appartient désormais à tous. Mais en substance, le même concept absolutiste de la propriété est maintenu. Le fait que la propriété des biens soit fondamentalement transférée du citoyen privé à l'État n'empêche pas que le libéralisme et le socialisme sont deux idéologies très proches, qui reposent sur le même mécanicisme et le même absolutisme. La théorie du pacte social, en tant qu'acte unique impliquant une relation univoque entre les citoyens et la machine étatique, est congruente avec la même univocité des relations entre l'individu et la propriété.

t6-ico-004_0.jpg

La vie économique, comme tous les processus de la vie sociale, est un grand ensemble de réciprocités, de contrats sans cesse renouvelés. La volonté des parties de se conformer à ce régime contractuel multiple, leur désir de vivre et de satisfaire leurs besoins, qui sont à la fois matériels et spirituels, définissent l'ensemble d'une économie biologique. L'économie organique müllerienne signifie la subordination de la science économique, et de l'un de ses concepts (par exemple le marché) au Tout social. L'économie doit être subordonnée à la politique. La vie de l'État sera comprise, contrairement à la façon dont les libéraux et les économistes bourgeois la conçoivent, comme une subordination de l'intérêt individuel hédoniste, utilitaire, à l'intérêt ou aux fins générales. Le bien commun, la justice sociale ou toute autre idée qui incarne la finalité de l'État, doit organiquement canaliser les fins particulières, mais le social est toujours une Totalité qui va au-delà de la somme des réalisations particulières.

L'économie biologique apparaît comme une critique pure et simple du libéralisme. Mais non pas parce qu'il prêche un totalitarisme collectiviste, c'est-à-dire un Tout dirigiste et planificateur qui étouffe les initiatives des individus et des entreprises. Au contraire, la sève vivifiante de la philosophie libérale est à puiser dans le devoir de respecter et d'encourager ces initiatives individuelles, mais dûment subordonnées dans une hiérarchie où l'intérêt social et national est primordial.

Le romantisme d'Adam Müller est très éloigné de la prédication rousseauiste d'un retour à la Nature, d'un individualisme rebelle et destructeur, de toute propension anarchiste ou utopique, attitudes que l'on retrouve également à nu chez les premiers romantiques. Au contraire, c'est l'histoire (et en son sein, la nostalgie du Moyen Âge) qui est la source d'inspiration pour récupérer tout ce que nous avons perdu avec les Lumières et les guillotines depuis 1789. Mais le romantisme müllerien n'est pas simplement une pensée contre-révolutionnaire, qui dénonce et survole la Révolution française comme la source de nombreuses erreurs. C'est une dénonciation de la modernité. Déjà à la Renaissance, le cours de l'Europe était déformé:

"Je n'ai pas besoin d'insister sur la grande partie qui correspond à l'énorme augmentation du marché européen à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, et à la découverte des antiquités grecques et romaines, et celle des deux Indes, celle qui correspond à l'augmentation des signes du capital physique représenté par les métaux précieux, d'abord dans la désintégration du capital physique et spirituel, et dans les temps qui suivent, dans la suprématie que le capital physique s'arroge sur la vie civile, dans le caractère manufacturier, monétaire-capitaliste, qui réduit tout travail à la catégorie de fonction mécanique ; dans l'esprit de démembrement, qui considère la propriété de la terre comme un simple capital et tente de la diviser comme le capital la divise, alors que le travail du sol ne permet pas la division ordinaire du travail ni la progression ascendante du profit ; je n'ai pas besoin non plus d'insister sur le rôle que toutes ces circonstances jouent dans l'esprit conceptualiste qui s'empare de toutes les sciences et décompose le magnifique empire universel des idées en une foule de petites sciences utiles et de petits capitaux de connaissance rentables" (17).

Travail-carriere.jpg

Le clergé médiéval était chargé d'assurer les fonctions du capital à une époque où le capital physique et le capital spirituel n'étaient pas encore séparés.

Après les changements de la Renaissance, les scissions de la vie européenne n'ont pas cessé, et sont allées jusqu'au déracinement. La science elle-même (le capital spirituel, selon Müller) est victime de la spécialisation et de la mesquinerie. L'appât du gain, la méconnaissance des limites de la nature, s'étend à l'économie agricole elle-même, ce qui provoquera une catastrophe.

Le fait que l'économie et la politique prennent des éléments de ce fondement romantique, et de ce romantisme organiciste et historiciste en particulier, n'invalide pas en soi le projet même de l'action au présent et au futur. Ce sont les éléments symboliques de ce romantisme (plutôt que les éléments nostalgiques ou simplement réactionnaires) qui doivent être récupérés. Le romantisme était une tentative de surmonter les divisions, le déracinement (18).

Le romantisme et l'économie organique de Müller sont des éléments importants d'une vision nationaliste de la totalité sociale. Il est intéressant de noter que, en ces temps d'exaltation du cosmopolitisme et du multiculturalisme, en réalité une transcription de l'économie mondiale et de l'action destructrice des entreprises transnationales, Müller a fini par revenir à certains présupposés de l'État commercial fermé, œuvre du grand philosophe idéaliste Fichte, qui était aussi un précurseur du nationalisme germanique et que Müller a tant critiqué à ses débuts. La critique par Fichte du libéralisme d'Adam Smith, sa défense de l'autarcie, le caractère national de l'économie subordonnée à la politique (comme partie du tout) sont des positions que Müller finira par adopter.

1006428-Johann_Gottlieb_Fichte.jpg

Actuellement, prétendre soutenir une économie nationale (sinon nationaliste), c'est aller à l'encontre des dogmes les plus sacrés de l'orthodoxie actuelle. Tout protectionnisme, tout soutien fort à une éducation patriotique, qui sert à former des citoyens patriotes en tant que producteurs aussi bien que consommateurs, est un discours qui est désagréable aux oreilles des néo-libéraux. Ils voudraient une citoyenneté mondiale parfaitement homogène, ou dotée d'un minimum d'accents et de particularités locales et régionales, au nom d'une division internationale du travail sans entraves de quelque nature que ce soit, promouvant et imposant - même dans le sang et le feu - un Marché planétaire global. Le cosmopolitisme et l'universalisme seraient considérés - d'un point de vue rationnel - comme des idéologies destructrices et génocidaires s'ils ne servaient d'alibis idéologiques au processus capitaliste qui, dans sa dernière phase, après les deux guerres mondiales, compte sur le monde entier comme un champ sans frontières pour son pillage total. Les sociétés transnationales favorisent le cosmopolitisme parce que le capital même qui les identifie et avec lequel elles agissent est cosmopolite. Réciproquement, et faisant le jeu d'un tel système génocidaire, la soi-disant "gauche", c'est-à-dire l'idéologie marxiste née en théorie pour affronter ces forces du capital, prêche également le cosmopolitisme et l'universalisme, affirmant - comme un dogme de foi - que le prolétariat n'a pas de patrie. Capital et Prolétariat, tous deux pris comme des abstractions, mais des abstractions produites, élaborées artificiellement par un mode de production qui, né en Europe dans certaines circonstances, prétend s'imposer à l'échelle planétaire et imposer à toutes les cultures et à tous les peuples un modèle sec et artificiel de l'homme, esclave du Capital. Ce n'est pas l'imposition de l'"Européen", de l'"Occidental" qui se répand dans le monde. C'est une abstraction de l'homme, salarié-consommateur, balayant les multiples racines que l'homme, "indigène", entretient avec sa Terre et sa Tradition. En ce sens, il n'est pas étonnant que l'idéologie marxiste ait une certaine efficacité précisément là où elle est liée aux mouvements nationalistes et indigénistes, là où elle embrasse le véritable instinct protectionniste et autarcique, qui est l'instinct d'autodéfense contre l'agression du Capital.

Il serait facile de rejeter Adam Müller, comme tant d'autres le font, comme réactionnaire et romantique. Ces deux étiquettes, cependant, n'acquièrent une charge négative qu'à partir d'une certaine idéologie. Une action est suivie d'une réaction. Pour l'historien, il est tout à fait naturel qu'un phénomène d'ombre et de lumière, tel que la Révolution française, suscite la peur et le réarmement idéologique à son encontre, surtout dans des pays qui, étant voisins de la France, ne partageaient nullement des conditions sociales propices à l'incorporation des valeurs révolutionnaires. C'était le cas dans les États allemands et en Espagne et, pour des raisons différentes (que Müller lui-même explique dans son Elemente der Staatskunst), en Angleterre. Quant à l'épithète "romantique", prise à son tour comme synonyme de réactionnaire, c'est un lieu commun sur lequel il n'est pas utile de s'étendre. Il suffit de dire maintenant que du mouvement romantique sont nés des penseurs contre-révolutionnaires, il est vrai, mais aussi d'ardents défenseurs des idéaux de la Révolution. C'est de là qu'est né le nationalisme européen (de lui ou des guerres napoléoniennes?), mais l'équation entre nationalisme et réaction doit être vigoureusement rejetée. Chez Herder lui-même (romantique et précurseur du nationalisme), on trouve de très nombreux éléments des Lumières, et le réveil des nationalités européennes et le concept de Peuple (das Volk) ne doivent pas être considérés comme un retour en arrière ou une semence du diable.

EXutKy3eo5HdPJSD5_hlWYPggw4.jpg

Pour un économiste, mais en même temps, pour un romantique comme Müller, l'histoire, le passé, doit nécessairement compter comme un capital. Le processus de production n'est pas, comme nous l'avons indiqué plus haut, une simple transaction ou un "métabolisme" entre l'homme et la nature. La réciprocité entre ces deux facteurs ne peut être comprise sans une tierce partie. Contrairement au mécanicisme (action-réaction, cause-effet), il s'agit d'une approche dialectique. Les opposants demandent une médiation, et la tierce partie la résout. C'est l'alternative à Smith :

"[...] l'homme accuse trois relations principales dont il faut tenir compte, qu'il faut gouverner, favoriser et raviver constamment: 1), la relation à la nature extérieure, qui doit être augmentée par des améliorations, c'est-à-dire par l'application correcte du capital et des forces humaines; 2), la relation à ses forces personnelles, qui ont besoin de la collaboration de la nature extérieure et du capital pour être exercées et réalisées ; enfin, 3), la relation au passé ou au capital, qui doit aussi être appliquée aux deux précédentes, au travail et à la nature pour les actualiser. Le sol, le capital et le travail ne sont pas des sources de richesse en soi, mais des éléments de celle-ci ; leur vive action réciproque constitue la seule source de richesse. Dès que le travail et la nature - quel que soit le lieu ou l'époque où cela s'est produit - entrent en action réciproque, un capital est créé, qu'il s'agisse d'outils agricoles, de bétail, de semences. Ce capital collabore à l'augmentation de la production suivante; il renforce les forces du sol et du travailleur et, en même temps, il reproduit, double et triple le capital lui-même" (19).

Cette organisation tripartite des facteurs de production, alternative à celle d'Adam Smith, implique une répartition des fonctions entre trois classes sociales : 1) les propriétaires fonciers, 2) les travailleurs, 3) les capitalistes (au Moyen Âge, le clergé). De manière significative, les propriétaires fonciers, dans la mesure où ils s'occupent de leurs domaines, les entretiennent et les améliorent, agissent comme des travailleurs. Müller ne les assimile pas, comme le font le libéralisme et le marxisme, aux capitalistes. D'autre part, la catégorie des ouvriers chez Müller brouille l'existence naissante du prolétariat: elle fait plutôt allusion au bourgeois qui, privé de fortune, des dons reçus par héritage, acquiert plutôt sa position grâce à son propre mérite. Le capital, quant à lui, apparaît comme une sorte d'exhausteur, d'engrais dans l'interaction entre l'homme et la nature. Dans le facteur "Terre", nous trouvons une productivité intrinsèque élevée et le facteur "Travail" apparaît en position subsidiaire. En revanche, dans l'industrie (que Müller entend au sens générique de travail dans la ville), la nature (les propriétés intrinsèques des objets dans leur ensemble) passe après l'effort humain. Dans l'industrie, c'est l'homme qui produit beaucoup plus que la nature. À la campagne, c'est la nature qui prend le dessus. Le loyer, le profit et le salaire seront les trois manifestations de la valeur de tout objet produit.

"De la générosité du sol, sur lequel l'énergie humaine a le moins de pouvoir, dépend en définitive la mesure disponible des forces humaines libres et le nombre de travailleurs que l'on peut donner à l'industrie urbaine. D'autre part, l'accélération que se donne l'industrie humaine par la division du travail et l'achèvement suprême de chaque entreprise, et l'indépendance dont elle jouit à l'égard des saisons, influent sur le sol, allègent son inertie, agrandissent et favorisent sa culture. Le capital, enfin, répète les deux fonctions : il les accélère ou les freine, puisqu'il possède les propriétés des deux, de la terre comme du travail" (p. 286).

En bref, il existe un continuum de degrés divers d'opérateurisme humain. Le degré auquel l'homme peut appliquer sa force de travail, qui dans la tradition de Ricardo et de Marx est un quantum mesurable en heures, aux objets est des plus divers. Pour Marx, il y a certainement un investissement du capital dans les différents types de force de travail : une heure de travail d'un ouvrier non qualifié n'apporte pas autant de valeur qu'une heure d'un ouvrier qualifié, mais ces différences seraient déjà incluses dans la valeur achetée par le capitaliste. L'employeur achète la marchandise appelée "travail" et, dans des conditions normales, il devra payer plus cher pour des marchandises de meilleure qualité. A partir de ce moment, la force de travail comprise comme une marchandise est homogénéisée. Mais chez Müller, il y a une réflexion sous l'autre angle : les diverses activités productives impliquent différents degrés de malléabilité, de transformabilité par l'homme. La possibilité de "se laisser transformer" de la terre n'est pas la même que celle de l'objet dans l'usine. Une fois de plus, nous constatons que Müller est un penseur pré-écologique et qu'il ne pouvait pas voir que l'agriculture elle-même est aujourd'hui un secteur intensément industrialisé, et que le pouvoir opérationnel de l'homme - dans ce capitalisme hautement technologique - prévaut sur les relations environnantes (celles déterminées par le climat, le temps, les cycles saisonniers, les sécheresses, etc.) Mais, en admettant cela, il n'est pas sans intérêt que notre penseur donne une contribution différente à chacun des facteurs, et qu'en tout cas il y ait une dialectique, c'est-à-dire que, selon le lieu et la manière, l'un des facteurs relègue les efforts humains au second plan (à la campagne) ou les élève au premier plan (ville, industrie).  

Notes:

(1) Nous citerons à plusieurs reprises l'ouvrage d'Adam Müller, Elements of Politics, publié par Doncel, Madrid, 1977 (sans traducteur).

(2) Comme l'a souligné Mario Góngora ("Romanticismo y Tradicionalismo", Revista de Ciencia Política, Vol. VIII, Ns. 1-2, 1986, pp. 138-147), dans la sphère hispanique ce romantisme était très ténu (dans la péninsule ibérique et en Amérique espagnole). Le jacobinisme sous toutes ses formes, l'idéologie doctrinaire et formaliste, par opposition à l'organicisme du Volkgeist, jouissent d'une prédominance absolue. Et nous avons déjà souligné que le romantisme hispanique tardif était une sorte de providentialisme, d'augustinisme politique, qui ne laissait pas de côté un certain universalisme. Le mot catholique signifie "l'universel" et une Église universelle inclut, à la limite, une négation du nationalisme. Ce n'est que tardivement, dans notre péninsule, que le carlisme basque a évolué vers le nationalisme, en combinant l'influence du clergé avec le concept du Volkgeist germanique.

(3) Müller, pps. 66-67.

(4) Müller était un homme religieux qui accordait à Dieu et à la religion un rôle important dans l'économie politique : "Sans religion, l'activité économique perd son but ultime [...] Les difficultés économiques surviennent avant tout parce que les gens oublient la puissance divine. Le travail n'est pas la seule source de production. Elle n'est que l'instrument auquel il faut ajouter le pouvoir (qui vient de Dieu) et les supports matériels que sont la propriété foncière et le capital déjà existant" [Eric Roll, Historia de las Doctrinas Económicas, FCE, Mexico, 2004, p. 204].

(5) Au lieu de postuler les trois facteurs de production bien connus des économistes classiques, à savoir la terre, le travail et le capital, Müller défend la nature, l'homme et le passé comme facteurs. La nature, dans la mesure où elle est travaillée ou civilisée, conduit à la propriété de la terre (noblesse). L'homme, dans la mesure où il fournit du travail, devient bourgeois. Le capital, autrefois facteur réservé au clergé, suite à la décomposition de la féodalité, se dissocie en capital spirituel et capital matériel. (Roll, p. 204-205). Eric Roll déplore l'absence de la paysannerie dans la pensée de Müller, et sur un ton piquant, il tend à lier cette absence à son éloge de la classe terrienne et à son idéalisation du Moyen Âge. Une idéalisation incohérente, puisque Müller défendait un type de monarchie et d'État totalitaire qui ne correspondait pas aux réalités historiques du féodalisme, où prévalait un État plutôt faible.

(6) Müller, p. 67.

(7) Ibid.

(8) Müller, p. 123.

(9) Müller, p. 122.

(10) Müller, p. 215.

(11) Müller, p. 180.

(12) Müller, p. 181.

(13) Ibid.

(14) Müller, p. 93.

(15) Müller, p. 237.

(16) Müller, p. 238.

(17) Müller, p. 307.

417IXnPgsmL.jpg

(18) José Luis Villacañas, confrontant Müller à Schmitt, écrit (p. 73) : " [...] le romantisme, dans la mesure où il était conscient de l'ennemi qu'il combattait, proposait une théorie alternative de la totalité organique de la vie sociale et politique, autour d'un État compris comme une œuvre d'art capable d'une intégration totale et sentimentale, affective et irrationnelle. Plus cette même fragmentation moderne était avancée, plus l'offre romantique gagnait en base sociale. Le romantisme entendait répondre aux douleurs de la scission moderne par un répertoire abondant d'interprétations symboliques capables de donner une unité à la représentation d'une vie sociale objectivement scindée. La fantaisie et sa créativité trouvaient ici leur terrain de jeu, qui dissimulait les réalités de la vie historique, qui entre-temps devenaient de plus en plus inconnues." [Pouvoir et conflit: essais sur Carl Schmitt, Bibliothèque de la pensée politique Saavedra Fajardo, Biblioteca Nueva, Madrid, 2008].

(19) Müller, p. 282.

 

 

 

 

 

dimanche, 15 août 2021

« Au secours ! La Chine régule ses entreprises », s’écrient les médias occidentaux

Jumelles_Lunettes_Vue_Chine_Drapeau_Keystone.jpg

« Au secours ! La Chine régule ses entreprises », s’écrient les médias occidentaux

Par Ilya Tsukanov

Source Sputnik News

Ces dernières années, les régulateurs chinois se sont progressivement efforcés de combler les lacunes fiscales et d’améliorer les réglementations, en particulier dans le contexte de l’escalade continue des tensions avec les États-Unis, qui ont engagé la superpuissance économique naissante dans une guerre commerciale et technologique se chiffrant en centaines de milliards de dollars.

Les médias économiques américains et britanniques s’insurgent contre le plan récemment dévoilé par le gouvernement chinois visant à renforcer son contrôle sur des secteurs stratégiques clés de l’économie, notamment la technologie, les soins de santé, la production alimentaire et les produits pharmaceutiques.

Mercredi, Xinhua publiait les directives approuvées par le Conseil d’État (c’est-à-dire le cabinet) et le Comité central du Parti communiste chinois, intitulées « Sur la mise en œuvre de la construction d’un gouvernement de droit (2021-2025) ».

Ce document, qui doit être mis en œuvre par toutes les régions et tous les départements gouvernementaux, décrit une série de mesures visant à améliorer « considérablement » l’administration, à délimiter clairement le pouvoir administratif, à optimiser les fonctions des agences d’État, à accélérer la construction d’un « gouvernement axé sur les services » et à « continuer à optimiser un environnement commercial régi par la loi. » L’approche « centrée sur le peuple » est censée être guidée par le système socialiste chinois et la pensée de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère.

Le document appelle notamment à la création d’un « environnement commercial stable, équitable, transparent et prévisible dans le cadre de l’État de droit », y compris la protection des droits de propriété et la gestion indépendante des entreprises, ainsi que des règles visant à « empêcher l’abus du pouvoir administratif pour éliminer et restreindre la concurrence. »

Elle préconise également l’accélération de « la construction de la crédibilité dans les affaires gouvernementales », notamment en créant et en s’efforçant d’améliorer la responsabilité « en cas de malhonnêteté du gouvernement, en renforçant les sanctions pour malhonnêteté et en se concentrant sur les comportements malhonnêtes dans des domaines tels que le financement de la dette, les marchés publics, les appels d’offres et la promotion des investissements ».

La stratégie espère atteindre ses objectifs en partie grâce à l’utilisation de la technologie, notamment la numérisation continue de l’administration à l’aide d’Internet, du big data, de l’IA et de l’application de la loi assistée par la technologie (c’est-à-dire des choses comme la surveillance à distance), plus la création d’une nouvelle base de données nationale d’application du droit administratif.

Dans l’ensemble, le document s’inscrit dans le droit fil des réformes engagées par Xi Jingping depuis son arrivée au pouvoir en 2012 pour inverser et réduire progressivement la dépendance économique de la Chine vis-à-vis de l’Occident, pour « réaliser la modernisation socialiste et le rajeunissement national » et pour améliorer la « gouvernance fondée sur le droit. »

Les médias occidentaux expriment leurs inquiétudes concernant cette stratégie, la caractérisant comme la dernière tentative de Pékin de « réprimer le monde des affaires ».

Dans son article sur le plan quinquennal, le Financial Times suggère qu’il s’agit d’une tentative du Parti communiste d’affirmer sa « suprématie sur la deuxième économie mondiale », les nouvelles mesures de surveillance étant décrites comme la « dernière étape d’un assaut réglementaire ».

Au même moment, Bloomberg avertit que le nouveau « plan quinquennal appelant à une réglementation accrue de vastes pans de l’économie » a « laissé les investisseurs perplexes » et fournit « un cadre général pour une plus forte répression des industries clés ».

Bloomberg constate que les investisseurs en Chine ont déjà « cherché à donner un sens à cet assaut réglementaire » qui a eu lieu ces derniers mois, « en particulier après que les autorités ont interdit tout bénéfice dans le secteur du soutien scolaire, évalué à 100 milliards de dollars. »

5c33319e93894.jpg

Le journal économique souligne que l’année dernière a été marquée par des enquêtes anti-monopoles sur les géants technologiques du pays, notamment Alibaba Group (qui a été condamné à une amende de 2,8 milliards de dollars en avril pour avoir abusé de sa position sur le marché), et par la mise en place de contrôles obligatoires de la cybersécurité des sociétés étrangères cotées en bourse.

BBC Business a quant à lui intitulé son article « La Chine annonce que la répression de ses entreprises va durer des années », et se plaint également du fait que les actions des sociétés chinoises cotées sur les marchés boursiers des États-Unis, de Hong Kong et de la Chine continentale ont déjà « fortement chuté cette année en raison des préoccupations croissantes des investisseurs concernant cette répression ».

Bruce Pang, responsable de la recherche chez China Renaissance, une importante banque d’investissement et de conseil, se montre moins alarmiste dans son évaluation des réformes de Pékin en matière d’État de droit, déclarant au Financial Times que « les organismes de réglementation chinois continueront à examiner minutieusement les entreprises des secteurs liés à l’internet et aux technologies sur une série de problèmes, telles que les cotations à l’étranger, la sécurité des données, la vie privée des consommateurs, les pratiques anticoncurrentielles et les irrégularités en matière de fusion. »

« Les décideurs politiques souhaitent aborder et résoudre les questions sociales de manière efficace et efficiente afin de garantir l’équité sociale, la justice, l’égalité et la sécurité nationale, ainsi que la prévention des risques », a ajouté M. Pang.

Le plan quinquennal « État de droit » ne doit pas être confondu avec le plan quinquennal national, un document de planification complet qui décrit la stratégie de développement économique du pays pour les années 2021-2025. Ce plan a été approuvé lors d’un plénum du Comité central en octobre 2020 et prévoit de faire de la Chine une économie « modérément développée » d’ici 2035, avec un PIB par habitant d’environ 30 000 dollars. Le plan prévoit également de soutenir la poursuite de la mise en œuvre de l’ambitieuse stratégie mondiale d’infrastructure des Nouvelles Routes de la soie, des initiatives en matière d’énergie verte visant à réduire les émissions de carbone et à augmenter la production de véhicules hybrides, ainsi que des mesures visant à renforcer les capacités scientifiques et les dépenses du pays en matière de recherche et de développement, à la fois par le biais de directives économiques et d’incitations fiscales.

Ilya Tsukanov

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

dimanche, 01 août 2021

L’État stratège, moteur de la réussite chinoise

DU__6jCXkAARmxC.jpg

L’État stratège, moteur de la réussite chinoise

A la suite du texte de Moon of Alabama intitulé « La Chine réprime ses grosses entreprises technologiques au profit de son peuple« , Bruno Guigue apporte le recul pour mieux comprendre.

Par Bruno Guigue

Ex: https://lesakerfrancophone.fr/letat-stratege-moteur-de-la-reussite-chinoise

Le Parti communiste chinois a été fondé en juillet 1921. Cent ans plus tard, la réussite spectaculaire de la Chine bouleverse les idées reçues. Après avoir libéré et unifié le pays, aboli le patriarcat, réalisé la réforme agraire, amorcé l’industrialisation, doté la Chine du parapluie nucléaire, vaincu l’analphabétisme, donné aux Chinois 28 ans d’espérance de vie supplémentaire, mais aussi commis des erreurs dont le peuple chinois a tiré les leçons, le maoïsme a passé la main. Ses successeurs ont tenu compte des inflexions de la vie internationale, mais sans jamais lâcher le gouvernail. Depuis trente ans, les Chinois ont multiplié leur PIB, vaincu la pauvreté, élevé le niveau technologique du pays de façon impressionnante.

Certes des problèmes demeurent, considérables : l’inégalité des revenus, le vieillissement de la population, les surcapacités industrielles, l’endettement des entreprises. Il n’empêche que la Chine avance à grands pas. Elle construit sous nos yeux une «société de moyenne aisance», développe son marché intérieur, accélère la transition écologique. Le maoïsme voulait développer les forces productives tout en transformant les rapports de sociaux. Avec «la réforme et l’ouverture», le changement est radical, mais l’objectif demeure : construire une société socialiste.

En attirant capitaux et technologies, les réformes de la période post-maoïste ont dopé la croissance. Pilotées au plus haut niveau du Parti-État, elles ont été conduites en trois étapes. La première vise l’agriculture : elle commence en 1979 avec le relèvement des prix agricoles et l’autonomie des équipes de production. Les communes populaires, vastes unités de production créées lors de la collectivisation, sont progressivement démantelées. Le processus s’accélère lorsque le double interdit pesant sur l’exploitation forfaitaire familiale et la distribution de la terre entre les foyers est levé.

armée chinoise femmes.jpg

Un cap décisif est franchi en mars 1981 lorsqu’une directive centrale invite les collectivités agricoles à adopter des modes de production appropriés au contexte local. A la fin de 1983, la plupart des familles paysannes ont adopté la formule de l’exploitation forfaitaire familiale : les terres restent soumises à un régime de propriété collective, mais elles sont réparties contractuellement entre les foyers en vue de leur exploitation. Les contrats sont signés pour une période de trois à quatre ans, puis ils sont prolongés à trente ans afin d’encourager les investissements à long terme.

La généralisation de ce «système de responsabilité» contribue à l’amélioration des performances de l’agriculture chinoise, qui bénéficie au même moment des avancées techniques réalisées à l’époque maoïste : sélection des semences, mécanisation, usage des engrais. La croissance de la production permet au gouvernement de lever le monopole étatique sur le commerce des céréales, puis sur l’ensemble des productions agricoles. Les échanges commerciaux orientent désormais la production, encourageant la spécialisation des régions productrices et la diversification des cultures, certaines familles se spécialisant dans l’élevage, la pisciculture, le thé ou la sériciculture. En définitive, la réforme de l’agriculture a rétabli le système d’exploitation instauré par la révolution agraire de 1950, la modernité des équipements en plus.

l-ancien-président-de-deng-xiaoping-china-43818841.jpg

La deuxième étape des réformes, au cours des années 1980-2000, vise le secteur industriel. L’ouverture de l’économie chinoise, de la création des «zones économiques spéciales» à l’entrée dans l’OMC, voit affluer les investissements extérieurs. La Chine se spécialise d’abord dans les industries à forte intensité de travail et à faible valeur ajoutée: jouets, textiles, composants électroniques. Le pari de Deng Xiaoping, c’est de provoquer la modernisation de l’économie par une intégration au marché mondial. Maîtrisée par un État-stratège, cette ouverture est une réussite : les investissements directs étrangers s’envolent. Industrialisation rapide, qui stimule l’activité, elle risque toutefois d’accroître la dépendance de la Chine envers le marché mondial.

La troisième étape des réformes, dans les années 2001-2021, voit le retour en force d’un État-investisseur, qui se mobilise notamment pour faire face à la crise financière de 2008 et à ses conséquences. Politique volontariste, qui accorde la priorité au marché intérieur et à la modernisation des infrastructures. Politique, surtout, qui mise sur l’innovation technologique. Adopté en 2015, le plan «Made in China 2025» accélère la montée en puissance d’une économie à forte valeur ajoutée. La croissance chinoise repose désormais sur le numérique, l’informatique, les énergies renouvelables, l’intelligence artificielle, les véhicules électriques, etc..

b083fe955fbe1a3eb50706.jpg

Pour conduire cette politique, la Chine s’est affranchie du «consensus de Washington» et de ses dogmes libéraux : la privatisation du secteur public, la déréglementation des activités financières, le dessaisissement de l’État au profit des entreprises transnationales et des institutions comme le FMI et la Banque mondiale. Au contraire, les dirigeants chinois ont consolidé un puissant secteur public dont les entreprises sont omniprésentes sur les grands chantiers, en Chine comme à l’étranger. Relevant du secteur public, les banques sont au service du développement, et non de leurs actionnaires.

Dirigé par le Parti communiste, l’État chinois n’est ni l’instrument docile de l’oligarchie financière mondialisée, ni l’exécutant d’une nouvelle bourgeoisie indifférente aux besoins de la population. C’est un État souverain, investi d’une mission stratégique : faire de la Chine un pays prospère. Au début des années 2000, Washington misait sur l’intégration économique de la Chine pour précipiter sa décomposition politique. Soumise à des multinationales brandissant la bannière étoilée, la Chine devait accomplir la prophétie du néolibéralisme en levant le dernier obstacle à la domination du capital mondialisé. L’inverse a eu lieu : Pékin a utilisé les multinationales pour accélérer sa mue technologique et ravir à Washington la place de leader de l’économie mondiale.

Lors de la crise de 2008, face au chaos provoqué par la dérégulation néolibérale, Washington s’est montré incapable de réguler la finance. Prisonnier de l’oligarchie bancaire, il s’est contenté de creuser le déficit public pour renflouer les banques privées, y compris celles qui étaient responsables, par leur cupidité sans bornes, du marasme général. Pékin, au contraire, a pris ses responsabilités en procédant à des investissements massifs dans les infrastructures publiques. Ce faisant, il a amélioré les conditions de vie du peuple chinois tout en soutenant la croissance mondiale, sauvée du plongeon auquel la promettait la rapacité de Wall Street.

Dire que la Chine est devenue «capitaliste» après avoir été «communiste» relève d’une vision naïve du processus historique. Qu’il y ait des capitalistes en Chine ne fait pas de ce pays un «pays capitaliste», si l’on entend par cette expression un pays où les détenteurs privés de capitaux contrôlent l’économie et la politique nationales. On a sans doute mal interprété la célèbre formule du réformateur Deng Xiaoping : «Peu importe que le chat soit blanc ou gris, un bon chat attrape les souris». Elle ne signifie pas que le capitalisme et le socialisme sont interchangeables, mais que chacun des deux systèmes sera jugé sur ses résultats.

TB2BpvyppXXXXatXFXXXXXXXXXX_!!1826950837.jpg

Une forte dose de capitalisme a donc été injectée pour développer les forces productives, mais le secteur public demeure la colonne vertébrale de l’économie chinoise : représentant 40% des actifs et 50% des profits générés par l’industrie, il prédomine à 80-90 % dans les secteurs stratégiques : la sidérurgie, le pétrole, le gaz, l’électricité, le nucléaire, les infrastructures, les transports et l’armement. Toute activité importante pour le pays et pour son rayonnement international est étroitement contrôlée par l’État. L’ouverture était la condition du développement des forces productives, et non le prélude à un changement systémique.

Cette nouvelle voie chinoise vers le développement n’est pas exempte de contradictions. Contrairement à l’image véhiculée par le discours officiel, la société chinoise est une société traversée par la lutte des classes. Avec l’introduction des mécanismes de marché, la flambée des inégalités et la précarité de l’emploi, dans les années 2000, ont frappé des millions de jeunes ruraux, qui sont venus grossir les rangs des travailleurs migrants. La constitution de cette nouvelle classe ouvrière, qui a bâti la Chine d’aujourd’hui, a généré de vigoureuses luttes sociales.

La grève victorieuse des 2000 ouvriers de l’usine Honda de Foshan, en 2010, a acquis une valeur emblématique : elle a eu pour résultat une augmentation des salaires et une réforme des syndicats. Longtemps laissés-pour-compte des réformes, les travailleurs migrants ont obtenu leur régularisation à coups de grèves massives. Aujourd’hui, 80% des salariés chinois appartiennent au secteur déclaré, avec contrat et protection à la clé, tandis qu’en Inde la proportion est inverse : 80% des salariés relèvent du secteur informel.

CNY_20.png

Cette multiplication des conflits sociaux n’a pas été pas sans effet sur l’évolution des salaires. En janvier 2021, la presse chinoise indiquait que le salaire mensuel moyen dans 38 grandes villes avait atteint 8 829 元 (yuans), soit 1123 €. Or ces données doivent être complétées avec des éléments sur le coût de la vie. Avec un salaire moyen de 1123 €, les salariés chinois des grandes villes disposent d’un pouvoir d’achat largement supérieur à celui d’un salarié français rémunéré au SMIC. A titre d’exemple, le ticket de métro à Guangzhou coûte entre 2 et 4 元 , soit entre 0,25 et 0,50 €, contre 1,90 € à Paris. A Nanning (Guangxi), le ticket de bus coûte 1 元 , soit 0,15 €, contre 1,60 € à Toulouse.

Autre donnée intéressante : en Chine comme en France, il existe un salaire minimum. Les autorités provinciales fixent le montant du salaire minimum dans chaque région, en fonction du niveau de développement et du coût de la vie. Shanghai a le salaire minimum le plus élevé. Or ce salaire minimum a été constamment augmenté, parfois de plus de 20 % par an, poussant vers le haut l’ensemble de la grille salariale. Au cours des vingt dernières années, le salaire moyen urbain a été multiplié par huit.

La Chine est-elle socialiste ? Assurément, si on définit le socialisme comme un régime dans lequel la collectivité détient les principaux moyens de production et d’échange ; et non seulement les détient, mais les utilise de telle sorte qu’il en résulte une amélioration constante des conditions d’existence de la population. Pour atteindre cet objectif, la Chine s’est dotée d’une économie complexe, associant une multitude d’opérateurs publics et privés. Véritable économie mixte, elle est placée sous la tutelle d’un État qui possède le tiers de la richesse nationale ; qui oriente l’activité économique conformément aux orientations fixées par le plan quinquennal ; qui fait corps avec le Parti communiste, garant historique d’un développement à long terme.

Aujourd’hui, l’excédent commercial chinois représente à peine 2% du PIB, et le marché intérieur est en plein essor. Les Occidentaux qui s’imaginent que la Chine vit de ses exportations feraient mieux de regarder les chiffres : la Chine est deux fois moins dépendante du commerce extérieur que l’Allemagne ou la France. Contrairement à l’Union européenne, où les salaires stagnent, les Chinois ont vu leur salaire moyen multiplié par huit en vingt ans. Chez nous, l’État est une fiction : il a tout vendu, et il est endetté jusqu’au cou. En Chine, il détient 30% de la richesse nationale, et ses entreprises publiques sont des leaders mondiaux. C’est un État souverain, quand le nôtre obéit à Bruxelles. Quand il faut faire face à une pandémie, il construit 17 hôpitaux et règle le problème en trois mois.

im-236529.jpg

Marteler que «la Chine est capitaliste» n’a pas beaucoup de sens. Heureusement pour les Chinois, ils n’ont pas attendu l’heureux effet de l’autorégulation des marchés pour atteindre leur niveau de vie actuel. Il suffit de comparer la Chine avec le seul pays avec lequel la Chine est comparable, compte tenu de son poids démographique et de sa situation initiale. Affichant dix ans d’espérance de vie supplémentaire et un PIB quatre fois supérieur, la Chine socialiste court largement en tête devant l’Inde capitaliste, régulièrement consacrée comme «la plus grande démocratie du monde» en dépit de la misère qui y règne.

Certes, la Chine n’est pas communiste au sens où Marx entendait le communisme, stade de la société qui doit un jour succéder au socialisme : une société transparente à elle-même, harmonieuse et prospère. Mais si la Chine n’est pas «communiste», elle est bien au «stade primaire du socialisme», comme dit la Constitution chinoise, et le processus en cours n’a jamais dévié de cet objectif à long terme. Le système actuel est inachevé, imparfait, traversé de contradictions. Mais quelle société n’en a pas ? Il reste beaucoup à faire, bien sûr, pour redistribuer les fruits de la croissance et réduire les inégalités. Seul le rapport de forces entre les groupes composant la société chinoise, autrement dit la lutte des classes, déterminera la trajectoire future de la Chine.

Mais quand l’État améliore les conditions d’existence de la population, qu’il privilégie la santé publique et allonge l’espérance de vie, qu’il modernise les infrastructures publiques, qu’il supprime le chômage et éradique la pauvreté dans les villages les plus reculés, qu’il offre à tous les Chinois une scolarisation saluée par les enquêtes internationales, qu’il investit massivement dans la transition écologique, qu’il préserve l’indépendance nationale et ne fait la guerre à personne, qu’il s’oppose à l’ingérence impérialiste et livre gratuitement des vaccins à des pays pauvres, il est légitime de se demander si cet État a quelque chose à voir avec le socialisme.

Bruno Guigue

samedi, 31 juillet 2021

Etats-Unis-Chine: choc géo-économique

chine-usa.jpg

Etats-Unis-Chine: choc géo-économique

Abu Hurrairah

Ex: https://www.geopolitica.ru/it/article/usa-cina-scontro-geoeconomico

La géoéconomie se définit de deux façons : l'une est l'utilisation de l'économie pour obtenir des avantages géographiques ou territoriaux. Le second est l'utilisation de la situation géographique pour atteindre ses objectifs économiques. Pour comprendre ce concept central dans le monde contemporain, les meilleurs exemples à aborder sont la Chine et les États-Unis d'Amérique. Les deux pays gardent à l'esprit que leur objectif principal est de gagner du pouvoir, mais les moyens qu'ils utilisent à cette fin sont différents. 

Si l'on parle d'abord de la Chine, on peut dire qu'elle est à l'origine de la première définition de la géoéconomie. Elle utilise sa situation et sa géographie pour améliorer son économie au niveau mondial, ce qui définit en fin de compte ses objectifs géoéconomiques. L'objectif principal de la Chine est de devenir un géant économique dans la région asiatique, puis dans le monde entier, en aspirant peut-être à devenir une superpuissance par la suite. Cependant, la manière dont elle poursuit son objectif est assez intéressante. La BRI (Belt & Road Initiative) de la Chine est une étape plus importante qui reflète l'utilisation de l'économie pour promouvoir et défendre les intérêts nationaux afin d'obtenir les résultats géopolitiques souhaités. La Chine a pris des mesures sévères en matière de sécurité économique et nationale pour faire progresser l'innovation et la production technologique tout en privilégiant l'autosuffisance. Cette mesure a été prise pour maintenir l'économie chinoise sur les rails et pour réduire l'écart militaire entre les États-Unis et la Chine.

156656-phones-review-hands-on-xiaomi-mi-11-lite-review-image1-mrz9ikbjxd.jpg

Nous sommes à l'ère de la technologie et ces avancées jouent ici un rôle crucial dans la sauvegarde de ses intérêts économiques et dans la transition du pouvoir au niveau mondial. Les États-Unis sont l'acteur le plus important en matière d'avancées technologiques. Toutefois, la Chine, en tant que puissance montante, a choisi son propre type d'"impératif d'innovation". La Chine a fait des petits pays son public cible tout en augmentant ses consommateurs de jour en jour. On peut donner l'exemple d'un iPhone américain et d'un appareil chinois Xiaomi ayant les mêmes caractéristiques. Un habitant d'un pays du tiers monde optera pour Xiaomi. C'est pourquoi Xiaomi est devenue la deuxième marque la plus vendue au monde en très peu de temps. Les États-Unis ont sérieusement critiqué la Chine en la qualifiant de "nation copieuse", mais qui s'en soucie lorsque vous obtenez cette même qualité américaine mais avec un label chinois à bas prix ? C'est la meilleure technique, utilisée par n'importe quelle nation à travers l'histoire. Selon le plan Made in China 2025, la Chine cherche à atteindre une autosuffisance de 70 % sur les marchés de haute technologie et aspire à dominer le marché mondial d'ici 2049. Selon son président, l'autosuffisance en matière de technologies est obligatoire pour des raisons économiques et de sécurité.

Made in China 2025.jpg

L'approche géoéconomique de la Chine ne se limite pas à des fins économiques et sécuritaires, mais couvre également un aspect de coordination entre l'État chinois et les acteurs du marché dans le monde. La Chine apporte également un soutien total à la construction d'infrastructures pour les avancées technologiques et cherche ensuite, par le biais de la BRI, à fournir ces produits à près de la moitié du monde.

La Chine utilise des connaissances multidimensionnelles et des produits basés sur la technologie pour atteindre ses objectifs économiques, puis, par le biais des routes commerciales, pour atteindre ses objectifs géopolitiques. La Chine représente une menace de plus en plus importante pour les États-Unis en raison de son approche géoéconomique, jusqu'à présent couronnée de succès.

Les États-Unis d'Amérique, en revanche, ont une approche différente de la poursuite de leurs objectifs. En tant que superpuissance, les États-Unis ont pour objectif principal de maintenir leur hégémonie mondiale, coûte que coûte. Pour cela, ils utilisent généralement leur puissance militaire ou économique, car ils disposent d'un surplus dans les deux domaines. En dehors de cela, les États-Unis aiment aussi travailler diplomatiquement de manière sournoise par le biais de proxies. D'abord, ils utilisent la carotte pour amener leurs alliés dans différentes régions à protéger leurs intérêts; sinon, ils optent pour une intervention militaire directe en toute illégitimité.

Un exemple récent est la guerre contre la terreur menée contre Al-Qaïda. Le Pakistan était leur allié de première ligne dans cette guerre et tout cela parce qu'Al-Qaïda a porté atteinte à leur sécurité géographique. Les États-Unis sont entrés en Afghanistan et se sont présentés comme le faisant pour le bien général de l'humanité. En outre, des milliers d'Irakiens sont morts pendant l'invasion de 2003 et toute la région a été mise à feu et à sang. Les États-Unis ont suivi pendant de nombreuses années l'utilisation d'organisations financières internationales telles que le FMI et la Banque mondiale, etc.

Le travail de la Banque mondiale et du FMI fait l'objet de critiques sévères car ils travaillent généralement dans l'intérêt des États-Unis. Le FMI accorde des prêts à divers pays sous le prétexte fallacieux de les "aider", mais leur impose des conditions strictes, qu'ils ne peuvent pas respecter.

FMIar.gif

La principale raison d'une politique aussi rigide est de faire en sorte que l'économie de ces pays soit réduite à claudiquer péniblement jour après jour et qu'ils continuent à dépendre des Américains jusqu'à la consommation des textes. Les programmes du FMI suppriment également la souveraineté que les États devraient avoir sur leurs propres affaires économiques. Les séides du FMI introduisent leur propre vision de la politique, qui doit être mise en œuvre dans le pays concerné. Ils suggèrent une autonomie totale pour les banques centrales, la privatisation des biens publics et des amendements aux lois du travail qui donnent un pouvoir incontrôlé aux employeurs pro-capitalistes.

a0b33c578b7de1296036b32128c19abe_XL.jpg

Le récent projet de loi visant à donner une autonomie à la State Bank of Pakistan est le meilleur exemple pour comprendre la tactique des syndicats américains. Dans ces situations difficiles, il devient automatiquement impossible pour un pays de redresser son économie et il finit par tomber dans un esclavage perpétuel. Tout cela est fait pour maintenir l'hégémonie mondiale du bloc capitaliste dirigé par les États-Unis. Ces dernières années, le Pakistan a figuré sur la liste des pays les plus visés par les États-Unis, précisément en raison de son inclinaison vers la Chine. Les États-Unis ont alors établi un partenariat avec l'Inde pour affronter la Chine dans la région et suspendre leurs vieille alliance avec le Pakistan afin d'obtenir des avantages géo-économiques.

En conclusion, l'approche américaine de la poursuite de ses objectifs a été impitoyable et draconienne tout au long de l'histoire, mais la Chine s'est jusqu'à présent révélée nettement moins brutale pour toutes les parties concernées.

Article original d'Abu Hurrairah :

https://www.geopolitica.ru/en/article/us-china-geoeconomics-tussle

Traduction par Costantino Ceoldo

mardi, 20 juillet 2021

Vers la stagflation et un krach

ImageNewsGet.jpg

Vers la stagflation et un krach

par Marc Rousset

La Bourse de a terminé, ce vendredi, tout comme Wall Street, dans le rouge à 6.460, plombée par des inquiétudes sur une inflation américaine non temporaire, sur les variants du Covid et l’inégalité vaccinale dans le monde, sur la vigueur de la reprise et un ralentissement en Chine au deuxième trimestre. L’indice des consommateurs américains de l’université du Michigan est ressorti à seulement 80,8, contre 87, de consensus de marché, suite à la hausse des prix de 5,4 % sur un an aux États-Unis (7,3 % pour les prix de gros, au plus haut depuis onze ans). La Fed pourrait resserrer sa monétaire avant même, comme elle le prétend, que « la reprise soit complète ». En Europe, l’inflation a atteint 2,5 % en juin, en Espagne et au Royaume-Uni.

cf4bc-887817668.jpg

Marc Rousset

Le prix des logements aux États-Unis augmente plus rapidement qu’au sommet de la bulle des subprimes, il y a quinze ans. L’indice immobilier américain (FHFA) progresse à un rythme record de 15,7 % par an. Sur la base des 4.500 milliards de dollars créés depuis le début de la pandémie, l’inflation américaine pourrait osciller entre 5 et 10 % jusqu’à fin 2022. Les taux d’intérêt sont toujours nuls et la Fed achète toujours 120 milliards de dollars d’obligations chaque mois, alors que les programmes de relance de Biden vont conduire à un déficit budgétaire de 3.000 milliards de dollars, soit 15,5 % du PIB, ce qui équivaut à des chiffres d’une période de guerre, contre une moyenne de 8 % environ dans la zone euro.

De plus, les ménages américains ont amassé 2.400 milliards de dollars d’épargne excédentaire qui est gelée depuis quinze mois, ce qui est très supérieur aux ménages français (180 milliards d’euros). Dès que les dépenses reprendront, la vélocité de la monnaie, source d’inflation, reprendra son cours normal. La Fed, prise au piège de la dette, fait face au dilemme du resserrement monétaire immédiat qui conduira à un sur les marchés ou à ne rien faire, ce qui laissera le génie de l’inflation sortir de sa bouteille. La BRI (Banque des règlements internationaux) craint que les marchés ne réagissent avant la Fed, ce qui conduirait aussi à un krach.

Il semble également que l’effet déflationniste des 800 millions de travailleurs faiblement rémunérés de la Chine et de l’Europe de l’Est soit épuisé car les salaires ont augmenté d’une façon substantielle, même s’il y a encore de la réserve trop nombreuse en Inde et dans les pays émergents. La réalité, c’est qu’il y a trop d’argent pour trop peu d’offre. La Fed risque d’être forcée de réajuster le calendrier de sa réduction d’achats d’actifs et, comme l’écrit la BRI : « Plus les banques centrales tarderont, pire ce sera. »

De nombreuse pénuries hors normes perturbent l’industrie mondiale. 47 % des industriels français ont des difficultés d’approvisionnement. La politique des flux tendus sans stock de est remise en question et il peut être intéressant de produire local. Les coûts du transport maritime atteignent des records, à 8.800 dollars le conteneur de 40 pieds, et les fabricants chinois de conteneurs n’arrivent pas à produire suffisamment. En un an, les cours du cuivre et de l’aluminium ont progressé de 50 %.

roubini.jpg

Nouriel Roubini

Le professeur américain Nouriel Roubini est encore plus soucieux que la BRI : il estime que nous nous dirigeons, en fait, vers la stagflation car « la stagflation des années 1970 va bientôt se télescoper avec les crises de la dette de la période post-2008 ». Il écrit, dans le Guardian, que « la question n’est pas de savoir si cela aura lieu mais quand, car les ratios d’endettement sont beaucoup plus élevés que dans les années 1970 ». Il énumère les causes de stagflation : « retour du protectionnisme, vieillissement démographique dans les économies avancées et émergentes, restrictions d’immigration dans les économies avancées, relocalisation de la fabrication dans des à coût élevé, balkanisation des chaînes d’approvisionnement mondiales ».

1-5.jpg

Hyman Minsky

Les marchés risquent de bientôt connaître le « moment Minsky » (autre célèbre professeur américain), suite au changement de politique des liquidités ou par du changement de politique à venir des banques centrales, c’est-à-dire le moment où les investisseurs surendettés, après avoir pris des risques élevés mettant en péril la stabilité du système, décident de vendre en masse, déclenchant une spirale de baisse -entretenue – ce que l’on appelle un krach.

dimanche, 11 juillet 2021

Autarcie des économies

autbud.jpg

Autarcie des économies

Germán Gorráiz López

Ex: https://katehon.com/en/article/autarky-economies

Le phénomène de la mondialisation économique a fait en sorte que tous les éléments rationnels de l'économie sont désormais  liés les uns aux autres en raison de la consolidation des oligopoles, de la convergence technologique et des accords tacites des entreprises, de sorte que la troisième vague de récession économique qui s'annonce sera mondiale et contraignante et aura pour effet collatéral le déclin irréversible de l'économie mondiale. Pour atteindre ce déclin, dont les premières ébauches sont déjà esquissées et qui sera achevé dans les cinq prochaines années, les éléments suivants ont contribué :

- Substitution de la doctrine économique de l'Equilibre Budgétaire des Etats par celle du Déficit Endémique, une pratique qui par mimétisme sera adoptée par les économies et les entreprises nationales et les organisations publiques et privées, contribuant à la disparition de la culture de l'épargne, à l'endettement chronique et à la dépendance excessive du Financement Extérieur.

- Instauration d'un consumérisme compulsif dans les pays développés, favorisé par le bombardement incessant de la publicité, l'utilisation irrationnelle des cartes plastiques, l'octroi de crédits instantanés avec des taux d'intérêt mirobolants et l'invasion d'une marée de produits manufacturés de qualité douteuse et de prix non rentables. concurrence des pays émergents.

- Obsession paranoïaque des multinationales ou sociétés transnationales apatrides de maximiser les profits en raison de l'appétit insatiable de leurs actionnaires en exigeant des augmentations constantes des dividendes, en n'hésitant pas à s'endetter dangereusement au nom du gigantisme par des introductions en bourse hostiles et en intensifiant la politique de délocalisation des entreprises vers les pays émergents afin de réduire les coûts de production.

- Augmentation brutale de la consommation de matières premières et de produits manufacturés par la Chine et d'autres pays émergents en raison de la croissance spectaculaire de leur PIB, ce qui, avec l'intervention des courtiers spéculatifs, a entraîné une spirale d'augmentations impossibles des prix des matières premières à assumer par les économies du premier monde car elles ne peuvent être inversées dans le prix final du produit étant donné leurs coûts de production élevés et comme conséquence de tout ce qui précède, il y a eu une perte significative de leur compétitivité, une stagnation de leurs exportations, une augmentation des déficits de la balance courante et de la dette extérieure et une instabilité économique mondiale.

Par conséquent, un scénario à cinq ans sera dessiné dans lequel le protectionnisme économique et la contraction subséquente du commerce mondial reviendraient à l'avant-plan, ce qui signifiera de facto la fin de la mondialisation économique et le retour subséquent à des "compartimentements" économiques étanches, ce qui aura pour effets collatéraux la fin du tourisme de masse, le retour des entreprises délocalisées et l'intronisation de l'économie circulaire et des produits ECO label qui finiront par façonner l'autarcie des économies mondiales.

12:37 Publié dans Economie, Théorie politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : économie, autarcie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 13 juin 2021

L'Institut Iliade et l'économie

colloque-iliade8-16-9-1024x576.jpg

L'Institut Iliade et l'économie

Les penseurs économiques hétérodoxes

 
« Un marchand n’est nécessairement citoyen d’aucun pays en particulier. Il lui est, en grande partie indifférent en quel lieu il tienne son commerce. » Derrière cette citation datant de 1776, se cache Adam Smith, père de la théorie économique moderne. Malgré sa portée retentissante, l’œuvre de Smith, et celle de ses continuateurs, ne doit pas être prise pour parole d’Evangile. La théorie de cet économiste écossais, aujourd’hui omniprésente, met au pinacle l’homme égoïste et individualiste, dont les actions trouveraient leur sens au sein d’un marché autorégulateur et impersonnel. (...)
 

La place de l’économie dans la plus ancienne tradition européenne

 
 
Mythes et dieux de la troisième fonction : la place de l’économie dans la plus ancienne tradition européenne. Vidéo projetée lors du VIIIème colloque annuel de l'Institut Iliade, samedi 29 mai 2021. "Les mythes antiques ne sont pas seulement de belles histoires. Ils expriment une vision du monde, celle des peuples fondateurs de la civilisation européenne. Grecs et Latins, Celtes et Germains, Baltes et Slaves partagent des représentations communes, héritées de leurs ancêtres indo-européens. Pour tous ces peuples, l’ordre du monde s’articule autour de trois fonctions hiérarchiquement ordonnées, nécessaires à l’équilibre de l’univers et au bon fonctionnement de la société.
 
La première fonction renvoie à l’exercice de la souveraineté, la seconde à la pratique des vertus guerrières. La troisième fonction est le domaine de la production et de la reproduction, de la richesse et de la volupté, de l’abondance et de la paix. Subordonnée aux deux premières fonctions, elle forme avec elles un ensemble harmonieux, et joue un rôle central dans le destin de nos peuples. Les multiples dieux et déesses de la troisième fonction président à la fertilité de la terre et à la clémence des éléments, à l’abondance du bétail et à la fécondité des couples humains, aux travaux des artisans et aux échanges commerciaux. Ils protègent les foyers et sont garants de l’opulence des royaumes.
 
Les Grecs honorent Déméter, déesse des moissons, image de la terre nourricière. Ils érigent dans leurs maisons des autels à Hestia, déesse du foyer domestique. Ils rendent un culte à Hermès, gardien des routes et des carrefours, dieu des voyageurs et des commerçants. Ils vénèrent Aphrodite, déesse de l’amour, amante de Dionysos, dieu de la vigne et du vin. Ils invoquent la protection des Dioscures, jumeaux divins qui veillent sur les marins dans les situations désespérées. Ils connaissent la puissance de Poséidon, maître des océans, ou celle d’Héphaïstos, forgeron des dieux. Des figures du même ordre apparaissent dans toutes les mythologies européennes. Chez les Romains, ce sont Vénus, Bacchus, Cérès, Neptune ou Quirinus, dont le temple se dresse sur la colline du Quirinal. Chez les Celtes, c’est la déesse bienfaitrice Dana, figure primordiale du peuple sacré des Tuatha Dé Danann. Chez les Slaves, Vélès est le dieu du bétail et de la richesse, le protecteur des marchands et des paysans ; sa statue est décorée chaque année d’une barbe faite d’épis de blés.
 
Chez les Germains du Nord, Freyr, fils de Njord et ancêtre des premiers rois d’Upsal, assure la prospérité de la Suède. Mais les divinités de la troisième fonction possèdent également un côté plus sombre : souvent liées à la terre, elles le sont également au monde des morts. Les forces naturelles qui leur sont attachées peuvent apporter aux hommes le bonheur, mais aussi le désastre lorsqu’elles se déchainent de manière incontrôlée. Poséidon sème la mort en provoquant des tremblements de terre. Dionysos est le dieu de l’ivresse et de la fureur. Hermès, dieu des voleurs, conduit les âmes aux enfers. Car la troisième fonction, comme tout ce qui touche au domaine de l’élémentaire, doit demeurer sous le contrôle de divinités souveraines, garantes de la mesure et de l’ordre naturel. Dans le vieux poème nordique de la Voluspá, les dieux tentent en vain de brûler à trois reprises la magicienne Gullveig, dont le nom signifie « ivresse de l’or ». Cet épisode déclenche la première guerre du monde, opposant les dieux des deux premières fonctions à ceux de la troisième. Les deux camps se réconcilient finalement, fondant un nouvel ordre où chaque camp trouve sa place, sous l’égide d’Odin, incarnation de la fonction souveraine. Telle est la grande leçon de la sagesse antique : pour que l’ordre l’emporte sur le chaos, l’être doit prendre le pas sur l’avoir ; l’économie doit remplir sa fonction, mais demeurer subordonnée au politique."
 
Henri LEVAVASSEUR
 

Sciences économiques ou économie politique ? Politique d’abord !

 
Introduction au VIIIème colloque annuel de l'Institut Iliade, samedi 29 mai 2021, par Jean-Yves Le Gallou.
Texte de l'intervention à retrouver ici : https://institut-iliade.com/sciences-...
 

« Capitalisme moderne et société de marché » : un nouvel essai éclairant de Guillaume Travers

 
Au-delà de Marx, Guillaume Travers nous incite, avec René Guénon, Werner Sombart, Julius Evola ou Charles Péguy, à penser la modernité capitaliste comme une régression spirituelle autant que comme un équarrissoir des peuples et de leurs traditions. Il importe de réenchanter le monde. Galvanisant !
 
A retrouver dans la boutique Iliade : https://boutique.institut-iliade.com/...
 

Les nouvelles formes du travail : aliénation ou libération ?

 
 
Intervention de Philippe Schleiter, prononcée lors du VIIIème colloque annuel de l'Institut Iliade, samedi 29 mai 2021.
 
 

jeudi, 10 juin 2021

Le Forum de St Pétersbourg. Une cartographie du siècle eurasiatique

5931479ac361885b218b46bc.jpg

Le Forum de St Pétersbourg. Une cartographie du siècle eurasiatique

Par Pepe Escobar

Source The Saker’s Blog

Il est impossible de comprendre les détails de ce qui se passe sur le terrain en Russie et dans toute l’Eurasie, sur le plan commercial, sans suivre le Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF).

Allons donc droit au but et proposons quelques exemples choisis de ce qui a été discuté lors des principales sessions.

L’Extrême-Orient russe. Voici une discussion sur les stratégies, largement couronnées de succès, visant à stimuler les investissements productifs dans l’industrie et les infrastructures dans l’Extrême-Orient russe. L’industrie manufacturière en Russie a connu une croissance de 12,2 % entre 2015 et 2020 ; en Extrême-Orient, elle était du double, à 23,1 %. Et de 2018 à 2020, l’investissement en capital fixe par habitant y était de 40 % plus élevé que la moyenne nationale. Les prochaines étapes sont centrées sur l’amélioration des infrastructures, l’ouverture des marchés mondiaux aux entreprises russes et, surtout, la recherche des fonds nécessaires (Chine ? Corée du Sud ?) pour les technologies de pointe.

L’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Comme j’ai pu le constater moi-même lors des précédentes éditions du forum, il n’existe rien de comparable en Occident pour ce qui est de discuter sérieusement d’une organisation telle que l’OCS, qui a progressivement évolué de son objectif initial de sécurité vers un rôle politico-économique de grande envergure.

La Russie a présidé l’OCS en 2019-2020, lorsque la politique étrangère a pris un nouvel élan et que les conséquences socio-économiques du Covid-19 ont été sérieusement abordées. Désormais, l’accent devrait être mis sur la manière de rendre ces nations membres, en particulier les « stans » d’Asie centrale, plus attrayantes pour les investisseurs mondiaux. Parmi les intervenants figuraient l’ancien secrétaire général de l’OCS, Rashid Alimov, et l’actuel secrétaire général, Vladimir Norov.

Le Partenariat eurasiatique. Cette discussion portait sur ce qui devrait être l’un des nœuds essentiels du siècle eurasiatique : le corridor international de transport nord-sud (INSTC). Un précédent historique important s’applique : la route commerciale de la Volga des 8e et 9e siècles qui reliait l’Europe occidentale à la Perse – et qui pourrait maintenant être prolongée, dans une variante de la Route de la soie maritime, jusqu’aux ports de l’Inde. Cela soulève un certain nombre de questions, allant du développement du commerce et de la technologie à la mise en œuvre harmonieuse de plateformes numériques. Les intervenants sont originaires de Russie, d’Inde, d’Iran, du Kazakhstan et d’Azerbaïdjan.

Le partenariat de la Grande Eurasie. La Grande Eurasie est le concept russe global appliqué à la consolidation du siècle eurasien. Cette discussion est largement axée sur la Big Tech, notamment la numérisation complète, les systèmes de gestion automatisés et la croissance verte. La question est de savoir comment une transition technologique radicale pourrait servir les intérêts de la Grande Eurasie.

Et c’est là que l’Union économique eurasienne (UEEA) dirigée par la Russie entre en jeu : comment la volonté de l’UEEA de créer un grand partenariat eurasien devrait-elle fonctionner dans la pratique ? Parmi les intervenants figurent le président du conseil d’administration de la Commission économique eurasienne, Mikhail Myasnikovich, et une relique du passé d’Eltsine : Anatoliy Chubais, qui est désormais le représentant spécial de Poutine pour les « relations avec les organisations internationales en vue de réaliser les objectifs de développement durable ».

Il faut se débarrasser de tous ces billets verts

La table ronde la plus intéressante de la SPIEF était consacrée à la « nouvelle normalité » (ou anormalité) post-Covid-19 et à la manière dont l’économie sera remodelée. Une sous-section importante portait sur la manière dont la Russie peut éventuellement en tirer parti, en termes de croissance productive. Ce fut une occasion unique de voir la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, le gouverneur de la Banque centrale russe, Elvira Nabiullina, et le ministre russe des finances, Anton Siluanov, débattre autour de la même table.

404383.jpg

En fait, c’est Siluanov (photo) qui a fait tous les gros titres concernant le SPIEF lorsqu’il a annoncé que la Russie allait abandonner totalement le dollar américain dans la structure de son fonds national souverain et réduire la part de la livre sterling. Ce fonds aura plus d’euros et de yuans, plus d’or, et la part du yen restera stable.

Ce processus de dédollarisation en cours était plus que prévisible. En mai, pour la première fois, moins de 50 % des exportations russes étaient libellées en dollars américains.

Siluanov a expliqué que les ventes d’environ 119 milliards de dollars d’actifs liquides passeront par la Banque centrale russe, et non par les marchés financiers. En pratique, il s’agira d’un simple transfert technique d’euros vers le fonds souverain. Après tout, cela fait déjà des années que la Banque centrale se débarrasse régulièrement de ses dollars américains.

Tôt ou tard, la Chine suivra. En parallèle, certaines nations d’Eurasie, de manière extrêmement discrète, se débarrassent également de ce qui est de facto la monnaie d’une économie basée sur la dette, à hauteur de dizaines de trillions de dollars, comme l’a expliqué en détail Michael Hudson. Sans compter que les transactions en dollars américains exposent des nations entières à l’extorsion d’une machine judiciaire extra-territoriale.

Sur le très important front sino-russe, qui a été abordé lors de toutes les discussions du SPIEF, le fait est que l’association du savoir-faire technique chinois et de l’énergie russe est plus que capable de consolider un marché pan-eurasien massif et capable d’éclipser l’Occident. L’histoire nous apprend qu’en 1400, l’Inde et la Chine étaient responsables de la moitié du PIB mondial.

Alors que l’Occident se vautre dans un effondrement auto-induit, la caravane eurasienne semble inarrêtable. Mais il y a toujours ces satanées sanctions américaines.

La session du club de discussion du Valdai a approfondi l’hystérie : les sanctions servant un agenda politique menacent de vastes pans de l’infrastructure économique et financière mondiale. Nous en revenons donc une fois de plus au syndrome inéluctable du dollar américain servant d’arme, déployé contre l’Inde qui achète du pétrole iranien et du matériel militaire russe, ou contre les entreprises technologiques chinoises.

indexcaldai.jpg

Des intervenants, dont le vice-ministre russe des finances, Vladimir Kolychev, et le rapporteur spécial des Nations unies sur les « effets négatifs des mesures coercitives unilatérales sur la jouissance des droits de l’homme », Alena Douhan, ont débattu de l’inévitable nouvelle escalade des sanctions anti-russes.

Un autre thème récurrent dans les débats du SPIEF est que, quoi qu’il arrive sur le front des sanctions, la Russie dispose déjà d’une alternative à SWIFT, tout comme la Chine. Les deux systèmes sont compatibles avec SWIFT au niveau logiciel, de sorte que d’autres nations pourraient également l’utiliser.

Pas moins de 30 % du trafic de SWIFT concerne la Russie. Si cette « option » nucléaire venait à se concrétiser, les nations commerçant avec la Russie abandonneraient presque certainement SWIFT. En outre, la Russie, la Chine et l’Iran – le trio « menaçant » l’hégémon – ont conclu des accords d’échange de devises, bilatéralement et avec d’autres nations.

Cette année, le SPIEF a eu lieu quelques jours seulement avant les sommets du G7, de l’OTAN et de l’UE, qui mettront en évidence l’insignifiance géopolitique de l’Europe, réduite au statut de plateforme de projection de la puissance américaine.

Et moins de deux semaines avant le sommet Poutine-Biden à Genève, le SPIEF a surtout rendu un service à ceux qui y prêtent attention, en traçant certains des contours pratiques les plus importants du siècle eurasien.

Pepe Escobar

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

lundi, 31 mai 2021

Puissance économique et dynamisme civilisationnel...

7699211728_111f2d43ce_b.jpg

Puissance économique et dynamisme civilisationnel...

par Philippe Conrad

Ex: http://metapoinfos.hautetfort.com

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Philippe Conrad, cueilli sur le site de l'Institut Iliade et consacré à la question de la puissance économique.

Agrégé d'histoire et professeur à l’École de guerre, successeur de Dominique Venner à la tête de la Nouvelle revue d'histoire, Philippe Conrad est l'auteur de nombreux ouvrages dont Histoire de la Reconquista (PUF, 1999), Le Poids des armes : Guerre et conflits de 1900 à 1945 (PUF, 2004), 1914 : La guerre n'aura pas lieu (Genèse, 2014) et dernièrement  Al-Andalus - L’imposture du «paradis multiculturel» (La Nouvelle Librairie, 2020).

Puissance économique et dynamisme civilisationnel

L’homme européen tel qu’il s’est défini au fil des siècles est un créateur de richesses et de puissance économique. Il convient de renouer avec cette vocation à l’heure où s’affirment de nouveaux compétiteurs, notamment en Asie.

La crise de civilisation que traverse aujourd’hui notre Europe a conduit légitimement à remettre en question l’hégémonie exercée depuis deux siècles par les valeurs économiques. Le libéralisme et le marxisme – qui ont longtemps dominé le paysage idéologique – ont en effet favorisé et justifié l’émergence d’un homo economicus réduit au rang de simple consommateur et oublieux des dimensions morales ou esthétiques qui prévalaient dans les sociétés traditionnelles.

Le rejet du processus mortifère qui s’est ainsi engagé a naturellement conduit à une remise en cause de la primauté accordée à l’économie et à la critique d’une « société marchande » au sein de laquelle l’hypertrophie de la « troisième fonction » se serait opérée au détriment des fonctions de souveraineté et de défense, traditionnellement dominantes. Une critique largement fondée, mais qui ne doit pas occulter le fait que notre monde européen n’a pu réaliser l’ascension historique que nous connaissons qu’au prix d’une réussite économique indispensable à son développement.

Des cathédrales qu’il faut bien financer !

C’est vrai au lendemain de l’an mil quand, après les siècles sombres du Haut Moyen Âge qui ont suivi l’effondrement de la Pax Romana, l’Occident latin connaît un réveil spectaculaire, première étape d’une montée en puissance qui va le conduire, huit siècles plus tard, à la maîtrise du monde.

steel-worker-checking-contents-of-furnace-heine-schneebeliscience-photo-library.jpg

Le dynamisme démographique retrouvé, l’ampleur des grands défrichements, l’apparition de nouvelles techniques agricoles, la renaissance urbaine et celle du grand commerce préparent l’émergence des grands États dynastiques et la projection d’une Europe demeurée longtemps soumise aux pressions barbares successives vers l’espace méditerranéen, ce que confirment l’aventure des croisades de Terre Sainte et les progrès de la Reconquista ibérique.

Dans le même temps, l’Europe « se couvre d’un blanc manteau d’églises », développe ses écoles monastiques qui récupèrent l’héritage antique, voit naître ses Universités et lance vers le ciel les flèches de ses cathédrales gothiques, prélude à l’essor, dans les cités industrieuses d’Italie ou de Flandre, à ce qui deviendra la flamme de la Renaissance.

L’Europe désenclave le monde…

Après les temps de peste et de crises des XIVe-XVe siècles, l’essor économique est bridé par la famine monétaire liée aux limites que rencontre la production des métaux précieux. Ce sont les progrès en matière de technique navale et le souci de contourner le nouvel obstacle ottoman, afin de renouer avec les routes du grand commerce naguère établies avec l’Orient, qui conduisent Portugais et Espagnols sur les voies maritimes. Elles vont rapidement permettre de réaliser le premier désenclavement du monde, au profit de la péninsule européenne de l’immense bloc eurasiatique.

Les nouvelles routes du commerce et les nouvelles ressources en métal précieux qu’offre le Nouveau Monde engendrent alors une phase de croissance séculaire, qui voit Lisbonne, Séville, Amsterdam et Londres se succéder – dans le rôle de ville-monde chère à Fernand Braudel – à la République des doges, maîtresse pendant plusieurs siècles de l’espace méditerranéen. Capitalisme commercial et commerce colonial contribuent au renforcement économique et politique d’une Europe qui impose toujours plus sa marque sur le monde à travers son hégémonie navale et les voyages de découverte qui lui permettent, en l’espace de trois siècles, de s’approprier le monde.

Une position désormais dominante, relayée et complétée, à partir du XVIIIe siècle, par le développement de la révolution industrielle, née en Angleterre mais diffusée ensuite dans tous les grands états du continent. Une révolution industrielle qui va de pair avec une nouvelle lecture du monde inspirée par l’esprit des Lumières. La croissance économique qui s’en suit et la prospérité grandissante que connaissent alors le vieux continent et son excroissance nord-américaine garantissent la mainmise sur la planète et ses ressources, en même temps que la domination des « puissances » qui décident du sort du monde jusqu’au XXe siècle.

960.jpg

L’impératif de la puissance économique

Cette situation est aujourd’hui remise en cause par l’apparition de nouveaux compétiteurs, notamment en Asie. La maîtrise des techniques et les capacités d’innovation qui ont garanti pendant longtemps l’hégémonie européenne ne sont plus désormais l’apanage exclusif de nos sociétés. Les mondes nouveaux aujourd’hui en gestation, parfois avides de revanche, entendent bien se doter des armes qui ont fait le succès des puissances occidentales de naguère.

Il apparaît donc évident que les tentations diverses poussant à sous-estimer la part de l’économie dans la prospérité des peuples et dans leur niveau de civilisation ne doivent pas faire illusion, même s’il est légitime de fixer à la production de richesses et à la satisfaction des besoins matériels des populations des objectifs et des limites qui permettent de ne pas remettre en cause les grands équilibres environnementaux et humains. Le but assigné à l’économie ne peut en effet se résumer à la fabrication de l’homo consumans et de l’homo festivus, chers à certains de nos contemporains mais oublieux de nos fondamentaux anthropologiques.

L’histoire nous apprend que l’homme européen tel qu’il s’est défini au fil des siècles, dans son action, dans son imaginaire et dans sa vie spirituelle, a toujours su susciter la puissance économique tout en la soumettant à des vues plus hautes.

Philippe Conrad (Institut Iliade, mai 2020)

18:26 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : économie, puissance industrielle, industrie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 19 avril 2021

Une Europe qui protège son économie par des écluses douanières

industrie-femme.jpg

Une Europe qui protège son économie par des écluses douanières

par LIGNE DROITE

L’Europe bruxelloise, en supprimant tous les obstacles aux échanges commerciaux entre l’Union et le monde extérieur, a exposé les entreprises européennes à une concurrence sauvage et déloyale. Ce faisant, elle a provoqué des délocalisations en grand nombre, créé un chômage de masse et initié un processus d’appauvrissement des Européens. Ligne droite considère en conséquence que la nouvelle Union doit suivre une voie inverse et mener une politique commerciale combative fondée sur une régulation des échanges commerciaux à ses frontières.

L’Europe bruxelloise, le bon élève de la classe mondialiste

Depuis 1974, l’organisation bruxelloise s’est engagée dans l’abaissement progressif des droits de douane extérieurs et dans la suppression de tous les obstacles aux échanges. Elle a ainsi tourné le dos à la philosophie première du Marché commun qui prévoyait un tarif extérieur commun et même, comme en matière agricole, le principe de la préférence communautaire. Le marché créé entre les pays d’Europe est dès lors devenu sous la pression britannique un marché ouvert totalement soumis aux vents dévastateurs de la concurrence sauvage venue des quatre coins du monde.

Cette politique a été menée de surcroît avec une naïveté totale. Contrairement aux Américains par exemple, qui multiplient les entorses aux règles de libre-échange pour protéger au mieux leur appareil de production, les eurocrates n’ont de leur côté qu’un objectif : être le meilleur élève de la classe mondialiste. Le fait que M. Lamy ait pu, après son mandat de commissaire européen au commerce, être nommé directeur général de l’OMC en dit long à cet égard. Car qui peut croire qu’un commissaire qui aurait défendu avec âpreté les intérêts commerciaux de l’Europe aurait pu être choisi ensuite pour diriger l’instance censée gérer le commerce mondial ?

Cette politique laxiste, déterminée non par le souci de bien défendre les intérêts européens, mais par celui d’appliquer au mieux l’idéologie libre-échangiste, a produit des effets catastrophiques. Elle a provoqué un décrochage économique de l’Europe, qui l’a amenée à perdre des pans entiers de son industrie et à se faire distancer techniquement et commercialement dans de nombreux domaines de pointe.

Une politique commerciale combative

Aussi faut-il tirer les leçons de ces errements et mettre un terme à cette funeste politique de dérégulation. Ligne droite considère donc que la nouvelle Union qu’elle appelle de ses vœux doit rompre avec le laxisme actuel pour mener une politique commerciale combative fondée sur le principe de la régulation des échanges aux frontières du continent.

À cet égard la nouvelle Union devrait commencer par utiliser toutes les dispositions prévues dans les traités commerciaux et dans la réglementation de l’OMC pour multiplier les procédures de sauvegarde et ouvrir tous les contentieux possibles contre les pratiques commerciales jugées déloyales.

Au-delà, l’Europe devrait proposer à ses partenaires mondiaux l’ouverture de nouvelles négociations commerciales afin de refonder les principes du commerce mondial. Elle devrait dans ce contexte plaider pour un retour à la régulation et pour la création d’écluses douanières destinées à compenser les différences de salaire, de réglementation sociale et environnementale ainsi que celles liées à la sous-évaluation de certaines monnaies. Les négociations du cycle de Doha ayant échoué il y a plus d’une décennie, l’Union pourrait demander l’arrêt définitif de ce type de processus et l’ouverture d’un nouveau cycle portant cette fois sur une régulation contrôlée par l’OMC.

Industrie.jpg

Une régulation du commerce mondial

Devant le refus prévisible d’une telle refondation, l’Union devrait alors prendre les moyens de l’imposer. N’oublions pas que l’Europe est la première puissance commerciale du monde et que rien dans ce domaine ne peut se faire sans elle. Là où la France seule aurait été acculée à céder, l’Europe serait en position de faire céder ses partenaires. Pour faire prévaloir ses vues, elle devrait donc prendre l’initiative de rétablir unilatéralement une barrière douanière à ses frontières. Cette attitude de transgression délibérée provoquerait à n’en pas douter des mises en demeure de l’OMC que l’Europe devrait ignorer complètement. Elle entraînerait aussi des représailles de la part de ses partenaires commerciaux qui décideraient de leur côté d’imposer des droits de douane sur les produits européens. Ce faisant, c’est l’ensemble du dispositif libre-échangiste qui se trouverait déstabilisé. Mais, au bout d’une période incertaine et peut-être un peu chaotique de représailles et de contre-représailles, gageons que les grands acteurs du commerce mondial tomberaient vite d’accord pour ouvrir des négociations destinées à remettre de l’ordre dans le système commercial international. Des discussions qui ne pourraient alors qu’aboutir au principe d’une régulation raisonnable et contrôlée sur un plan multilatéral par l’OMC.

Vers la réindustrialisation du continent

Une telle évolution conduirait alors beaucoup d’acteurs du commerce mondial à changer de perspective. Gageons qu’un pays comme la Chine, par exemple, en tirerait la conséquence qu’il lui faut dorénavant se tourner vers un modèle de développement davantage axé sur la consommation intérieure que sur l’exportation à tout-va.

L’Europe de son côté pourrait entreprendre un processus de relocalisation et de réindustrialisation qui conduirait à une réduction du chômage, une amélioration de la croissance et à plus de prospérité pour les Européens.

L’Europe peut et doit imposer la régulation du commerce mondial.

Ligne Droite.

• D’abord mis en ligne sur le site Ligne Droite.

mercredi, 24 mars 2021

L'eau est le composé chimique le plus abondant dans la nature, mais la guerre pour l'"or bleu" ne fait que commencer

l-eau.jpg

L'eau est le composé chimique le plus abondant dans la nature, mais la guerre pour l'"or bleu" ne fait que commencer

Pecus Ganèsh Tomasino

https://www.lintellettualedissidente.it/

Le composé chimique le plus abondant dans la nature est l'eau. Un être humain privé d'eau meurt au bout d'une poignée d'heures plus ou moins longues, et d'après ce que nous pouvons savoir, cette substance exerce naturellement sur tout et tous une force qui s'apparente d'une certaine manière à la gravité. Les premières grandes communautés humaines ont été fondées sur les rives de cours d'eau importants et constants (il va sans dire : le Tigre et l'Euphrate), et aujourd'hui encore, la disponibilité de l'eau par habitant est un indice de la richesse absolue du territoire analysé. Les communautés humaines gravitent autour de l'eau ou la font graviter autour d'elles. La question semble évidente, mais elle ne l'est peut-être pas tant que cela : à quoi sert l'eau dans l'Anthropocène? D'une manière générale, et en la réduisant à l'essentiel, elle est utilisée pour boire, nettoyer, irriguer, éclairer et fabriquer. Les entreprises qui se chargent généreusement de donner de l'eau aux assoiffés sont pléthore, et parmi elles, seules quinze se disputent un marché d'environ trois cents milliards d'euros par an. Les plus grands sont : français, américains, chinois ; et ils produisent de l'eau en bouteille, des boissons gazeuses et des produits assimilés. En revanche, en ce qui concerne les autres fonctions de l'eau, les questions se compliquent et prennent une forme qui vous fait prendre la tête. Les aspects technico-politico-économiques de la gestion des ressources en eau vont de la campagne aux universités, des plus hauts niveaux des géants financiers aux coulisses les plus secrètes.

1000xMBurry.jpg

Michael Burry.

Michael Burry, qui n'a même pas quarante ans, qui a parié en 2007 sur l'échec du fameux "too big to fail" et a gagné haut la main (aujourd'hui, il dirige la société Scion Capital Investment), à la question de savoir sur quoi il avait décidé d'investir, a répondu laconiquement : "Je vais investir dans l'eau". De la disponibilité en or bleu dépend, de manière directe, la capacité à produire des aliments et du bétail et donc, en bonne logique déductrice, à constituer une part fondamentale des balances commerciales entre les différents pays, mais aussi, et ce n’est pas la moindre des choses, la quantité d'énergie électrique qui peut être produite de manière totalement propre, en faisant face uniquement aux coûts d'investissement initial et d'entretien. Les centrales hydroélectriques associées à des réservoirs plus ou moins artificiels constituent aujourd'hui le moyen le plus économique et le plus propre de produire de l'énergie à des coûts d'exploitation techniquement négligeables. Surtout, si les investissements initiaux sont très importants et considérés comme stratégiques, s’ils sont pris en charge par les différents circuits éparpillés dans le monde et si ensuite, en raison de vicissitudes habituelles, de crises économiques, de guerres ou d'accords multilatéraux, ces structures se retrouvent entre les mains de géants privés de l'énergie.

L'énergie produite est évidemment utilisée pour les processus industriels, mais attention, car l'eau est utilisée dans les processus industriels de tellement de façons (de la chimie fine à l'industrie lourde) qu'il est peut-être commode de la définir comme le composé le plus abondant dans la nature, mais aussi comme le plus important pour les communautés humaines. Dans un monde surpeuplé et harcelé par l'instabilité climatique, il devient évident que les technologies de découverte, de collecte, de distribution, d'utilisation et de récupération de l'eau sont stratégiques, et les nations souveraines, plus ou moins animées par des tendances hégémoniques ataviques, le savent; et donc, de manière plus ou moins légitime, tendent à s'accaparer le plus d'eau possible.

waterfall-brazil-wild-force-of-nature-impressive-imposing-water-wall.jpg

Les pays les plus actifs dans ce secteur fondamental sont évidemment les États-Unis et le Royaume-Uni, les deux principales puissances anglo-saxonnes, la France et la Chine, la Russie étant apparemment à la traîne. Essentiellement donc les puissance qui occupent les sièges permanents des Nations Unies. Le Brésil, par exemple, qui est le pays disposant des ressources en eau les plus riches du monde et qui devrait donc être aussi l'un des plus riches, voit son indice de Gini - exprimé en pourcentage - égal à 51,3 (un coefficient qui, s'il est égal à zéro, indique que les revenus sont également et parfaitement répartis entre tous et égal à un indique, au contraire, qu'ils sont parfaitement centralisés entre les mains d'une seule personne). Le Brésil est l'un des pays les plus inégalitaires au monde, alors qu'il est l'un des plus riches en ressources, et pas seulement en ressources en eau. Mais c'est là une autre affaire. Au fil des ans, dans le plus grand pays d'Amérique latine, depuis la fin du siècle dernier, une riche série de privatisations a permis à des entreprises privées (dans le cas spécifique de Suez surtout) de s'emparer à des fins lucratives des structures de gestion et de distribution de l'eau brésilienne en échange de promesses contractuelles de nature souvent opaque.

Quelle est donc la géopolitique de l'eau ou des eaux ? Le fleuve Colorado est d'abord riche et florissant aux États-Unis, où il irrigue des millions d'hectares de terres et produit des quantités exorbitantes d'énergie, avant d'être réduit à un filet d'eau toxique à la frontière avec le Mexique. Le Danube traverse sur une longueur de 2800 km dix pays européens, jaillit en Allemagne et se jette dans la mer Noire sur les côtes roumaines. Depuis des siècles, il est le théâtre d'affrontements transfrontaliers. Son bassin hydrographique intéresse au total près d'une vingtaine de pays, dont l'Italie pour 0,15%. Le lac Aral, qui, à cause de ses dimensions est souvent appelé ‘’mer’’, n'existe presque plus aujourd’hui, tout simplement, à cause de l'utilisation forcenée et déséquilibrée des eaux de ses affluents et de son bassin. La mer Morte, l'un des bassins d'eau les plus fascinants et les plus salés au monde, est au centre d'un litige entre la Jordanie et Israël pour la construction d'un canal qui devrait amener les eaux de la mer Rouge à la mer Morte en produisant de l'énergie en exploitant la différence naturelle d’altitude de plus de 400 mètres qui existe entre les deux mers.

3308792282_1_3_ym5byCjI.png

Le réseau fluvial Yarlung-Tsangpo-Brahmapoutre est l'un des plus grands et des plus puissants réseaux hydrographiques de la planète. Il est au centre d'un conflit territorial très complexe concernant les droits d'utilisation des ressources entre deux des puissances les plus prometteuses de la planète (la Chine et l'Inde) qui veulent exploiter ce réseau fluvial, chacune pour sa part, au maximum. Et ce ne sont là que des exemples flagrants de conflits autour des eaux de surface. Il serait exagéré de dire qu'à la base de chaque conflit il y a une question d'approvisionnement en eau; mais il n'est certainement pas exagéré de dire que les ressources en eau d'un territoire poussent les pouvoirs politico-économiques à se déplacer jusqu'au point de confrontation afin de pouvoir en exploiter au moins une partie considérée comme équitable. La nappe aquifère dite des grès de Nubie est le plus grand bassin d'eau souterraine, considérée comme fossile, qui n’a jamais été découverte et peut-être même imaginée. Elle est située dans l'un des territoires les plus secs et les moins développés de la planète, qui se trouve également être, malheureusement depuis de nombreuses années, l'un des plus instables politiquement. Au-dessus de ce réservoir de vie aux dimensions bibliques se trouvent les déserts du Tchad, du Soudan, de la Libye et de l'Égypte. Khadafi avait commencé à réaliser un projet pharaonique d'exploitation des eaux de cette strate, plaçant, de ce fait et stratégiquement, la Libye dans une position enviable avec d’énormes avantages géopolitiques: est-ce un hasard si aujourd'hui ce même pays n'est plus qu'une sorte de vague souvenir ? Comme le disait Andreotti : "penser mal, c'est toujours avoir raison".

Et l'Italie ? Que fait l'Italie, que fait-elle avec l'eau ? En gros, il discute, de manière animée, et, comme d'habitude, conclut peu. Le numéro 3/2020 de la célèbre revue italienne de renseignement, Gnosis, est un volume très élégant, au ton presque poétique, entièrement consacré à l'eau, dans lequel l'état actuel et futur des arts et techniques concernant cette substance est exposé avec beaucoup de précision et d'acuité. Malheureusement, la position de l'Italie sur le plan géopolitique est vague et les choix effectués en matière de gestion de ses ressources en eau domestiques sont très rares, à l'exception de quelques bonnes pratiques mises en œuvre par Ferrero, l'une des plus grandes entreprises du secteur mondial de la distribution alimentaire et l'une des moins empêtrées dans le bourbier sociopolitique italien. En gros, l'Italie a fait la sourde oreille au merveilleux moment de civilisation exprimé par la population lors du référendum sur l'eau, rabaissant ce que le peuple a élevé au rang de bien commun universel à une simple affaire de parti ; l’Italie officielle ne comprend pas le potentiel éducatif consistant à optimiser et utiliser les ressources naturelles en général et de l'eau en particulier ; elle n'a aucun rôle au niveau local ou mondial dans l'exploitation durable des ressources en eau, sauf partiellement l’Eni ; elle n'a aucun rôle politique technologique et/ou industriel actif dans les secteurs les plus stratégiques de la gestion de l'eau, il suffit de dire que parmi les 25 personnalités les plus influentes dans le domaine de l'eau il n'y a même pas un Italien. Le nouveau ministre de la transition écologique Roberto Cingolani a non seulement compris l'état de dégradation et d'abandon dans lequel nous nous trouvons, mais il a prospecté l'avenir en avançant la un argument clé qui fera comprendre pourquoi l'eau est si importante maintenant. L'avenir proche, et selon toute vraisemblance le siècle entier qui nous attend, sera alimenté par des batteries, et aussi efficaces et écologiques qu'elles puissent être, elles doivent être et seront chargées et rechargées avec de l'électricité durable. Le ministre dit, et écoutons-le car il n'a pas tort, que oui, la fusion froide, comme on l'appelle improprement, sera le mécanisme de base de la production d'énergie pour l'avenir, nous ne savons pas encore à quelle distance temporelle, mais c'est à partir de l'eau que nous produirons la plus grande partie de l'énergie à court et moyen terme avec une technologie plus que centenaire : l'électrolyse. Voici le mystère. À partir de la molécule d'eau exposée à l'action magique de la cathode et de l'anode traversées par un courant électrique approprié, par oxydoréduction, la liaison entre l'hydrogène et l'oxygène est rompue, produisant les deux espèces chimiques distinctes. Isolé et correctement stocké, l'hydrogène est une source d'énergie propre et pratiquement inépuisable, car son utilisation génère à nouveau de l'eau.

Si le siècle dernier a été celui des combustibles fossiles et des plastiques hydrocarbonés, nous devons ramener notre mémoire à la splendeur imaginative de feu Enrico Mattei: l'homme dont la folie visionnaire l'a amené à exiger six pattes pour l’animal mythologique qui est devenu le symbole de l’Eni parce que quatre ne suffisaient pas, et dont la charité chrétienne l'a amené à penser naïvement qu'il était possible de créer un développement pour tous de manière équilibrée en suivant un partage équitable des biens que nous offre le Seigneur, bref un Icare moderne ; ou encore à nous rappeler les exploits scientifiques de l'éminent et brillant prof. Giulio Natta, qui a inventé la matière première, si plastique qu'elle est devenue précisément le Plastique, à la base de tout le design qu'aujourd'hui, si bien que nous en retrouvons bêtement un peu partout ne pouvant éviter d'en ingérer une certaine quantité chaque jour. Ce siècle sera le siècle de l'eau, et Michael Burry gagnera une fois de plus beaucoup d'argent. La vraie question est de savoir si l'Italie sera enfin capable de trouver sa place dans le monde, en commençant à penser et à formuler des demandes modérées et légitimes de développement qui soient cohérentes avec les niveaux et les capacités que nous sommes en mesure de mettre en œuvre dans ce pays. Il est clair que la position géographique n'aide pas, elle est trop stratégique ; à tel point que si nous devenions trop souverains en tant qu'Italiens, nous pourrions être trop influents. C'est à la classe dirigeante de comprendre comment s'y prendre. Le 22 mars, pour ce que cela vaut, est la Journée mondiale de l'eau et l'Italie n'a même pas été invitée.

00:55 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, économie, eau, or bleu, géoéconomie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 06 mars 2021

Les terres rares, le cobalt et l'empire mondial de la finance. Ce qui se passe réellement derrière la haute technologie et l'« économie verte »

terres-rares.jpg

Les terres rares, le cobalt et l'empire mondial de la finance. Ce qui se passe réellement derrière la haute technologie et l'« économie verte »

Par Cristiano Puglisi

Ex : https://blog.ilgiornale.it/puglisi/

Derrière la nouvelle guerre froide silencieuse entre l'Occident américain et l'Eurasie tournée vers Pékin, se détache, menaçante, l'ombre de l'empire mondial qui franchit les frontières des différents acteurs étatiques impliqués. Il s'agit de l'empire mondial de la techno-finance, résultat de la soudure stratégique entre les géants de la haute technologie et ceux de l'argent, le tout avec des racines fermement implantées aux États-Unis d'Amérique, le cœur du capitalisme mondial et mondialiste. Mais cela se déroule avec une vision de base qui, contrairement à celle proposée par Donald Trump et son entourage, n'a pas besoin  -bien qu'elle en ait probablement encore fait usage, sur le plan tactique-  de l'hostilité antichinoise des trumpistes ni d'affirmer la suprématie américaine en termes d'État ou de nation. Car l'empire technologico-bancaire, en réalité, sait bien que sa domination sur tout le spectre est basée sur autre chose.

Et, pour comprendre la complexité de la situation et l'extension véritablement planétaire de cette domination totalitaire, il n'y a peut-être pas de meilleur thème que celui des "terres rares", un sujet vraiment peu connu en dehors des cercles d'études stratégiques. Ce terme, connu sous l'acronyme REE (Rare Earth Elements) dérive de la découverte, faite à la fin du 18ème siècle, du chimiste et militaire suédois Carl Axel Arrhenius. Il a découvert dans une carrière un minéral, la gadolinite, à partir duquel un oxyde peu commun (d'où l'adjectif "rare") pouvait être synthétisé : le gadolinium. C'était la première des "terres rares". Les 16 autres « terres rares » ont été découvertes au fil du temps et sont allés remplir les cases vides du tableau périodique. Il s'agit de tous les métaux lanthanides : lutécium, scandium, ytterbium, lanthane, cérium, holmium, praséodyme, néodyme, prométhium, samarium, dysprosium, europium, terbium, erbium, thulium et yttrium.

bc1c79f73c_101500_reserves-mondiales-terres-rares.jpg

ech21144028-1.jpg

terres_rares_auto.jpg

Pourquoi ces minéraux sont-ils si importants ? La réponse est simple. Sans les "terres rares", l'industrie prédominante d'aujourd'hui, la technologie, ne pourrait pas exister. En fait, ces 17 éléments sont utilisés pour produire les objets qui font désormais partie de la vie quotidienne des êtres humains et sans lesquels, peut-être, l'économie mondiale telle que nous la connaissons aujourd'hui s'arrêterait : des smartphones aux tablettes, des ordinateurs aux écrans, en passant par les cartes mères, les imprimantes, les télévisions, les aimants, les catalyseurs, les lasers et les fibres optiques. Mais les "terres rares" sont également essentielles dans la perspective de la "révolution verte" que le capital mondial soutient par tous les moyens en vue de réaliser à terme ce que le Forum économique mondial de Davos a récemment appelé la "grande remise à plat mondiale" : les éoliennes, les panneaux photovoltaïques et les batteries pour véhicules électriques seraient impossibles à produire sans ces minéraux. Enfin, la technologie militaire : même les missiles de croisière sont fabriqués grâce aux "terres rares".

Production et extraction des « terres rares » et du cobalt : l’avantage semble clairement aux mains des Chinois…

Eh bien, on s’apercevra très vite, et clairement, que quiconque possède de grandes réserves de ces matériaux a, pour l'essentiel, le destin de l'humanité entre ses mains. Ce que l'on dit souvent, dans les rares occasions où le sujet est abordé, même dans les médias dits "généralistes", c'est que la République populaire de Chine possède cet avantage concurrentiel (pour utiliser un euphémisme). Ce qui, en principe, est tout à fait exact.

La Chine possède des réserves de terres rares de 44 millions de tonnes, les plus importantes du monde si l'on pense que le Brésil et le Vietnam (en deuxième position à égalité de mérite dans ce classement particulier) n'en détiennent que la moitié, soit 22 millions. Ils sont suivis par la Russie, avec 12 millions, l'Inde avec six, l'Australie avec trois et les États-Unis d'Amérique avec "seulement" 1,4 million de tonnes. Cependant, les réserves sont une chose, la capacité de production en est une autre. Mais là aussi, la Chine domine le marché, avec une production de 120.000 tonnes par an. Ils sont suivis, dans ce classement supplémentaire, par l'Australie avec 20.000 tonnes, les États-Unis avec 15.000 tonnes et la Birmanie avec 5.000.

bambini-coltan-nigrizia-720x486.jpeg

schermafbeelding_2018-11-15_om_10.58.54.png

Compte tenu de cette situation, actuellement, environ 80% des métaux de ce type utilisés par les Etats-Unis sont importés de Chine. Ces données, ainsi que les explications supplémentaires sur la nature des guerres commerciales qui, ces dernières années, ont vu Pékin et Washington s'opposer, donnent l'idée que le jeu a déjà été largement gagné par les Chinois plutôt que par les Américains. Pour être plus clair, citant l'agence de presse européenne Euronews, "selon les données du gouvernement américain, la Chine abrite environ 36,7% des réserves mondiales de terres rares et est redevable de 70,6% de la production mondiale totale de ces métaux". Et, dans la même situation que les États-Unis, il y a d'autres réalités géopolitiques, comme l'Europe et le Japon.

Cobalt-Demand-by-Industry.png

Ajoutons à ces considérations que, outre les "terres rares" pour soutenir la production des objets électroniques mentionnés ci-dessus, d'autres matériaux sont nécessaires. Parmi tous, l'un des plus importants est le cobalt. Eh bien, ce minéral se trouve entassé en grande quantité en Afrique, pour être précis surtout en République démocratique du Congo, fournisseur, en 2017 de près de 70% de la demande mondiale totale. Un chiffre stupéfiant, encore appelé à augmenter. Il rapporte un article d'investigation, daté de 2018, de Saverio Pipitone selon lequel le prix du cobalt "de janvier 2016 à juillet 2018 a triplé, passant de 10 à 32 dollars la livre, avec des gains énormes au Congo qui profitent aux dirigeants ou aux chefs de guerre, qui sont de mèche avec les sociétés étrangères et au détriment d'au moins 100.000 travailleurs, dont 40.000 enfants – selon les données de l'UNICEF de 2014 - qui l'extraient à la main ou avec des outils rudimentaires pendant 12 heures par jour au misérable salaire de 2 dollars". Cependant, même dans cette nouvelle "ruée vers l'or" pour le cobalt africain et, en l'occurrence, congolais, la Chine semble exceller : à travers des entreprises comme le géant China Molybdenum, qui a récemment acquis la mine de Tenke, au Congo, pour la somme de 2,6 milliards de dollars, ou Zhejiang Huayou Cobalt, elle vise résolument l'hégémonie sur le marché.

maxresdefaultgreeneco.jpg

Mais dans les coulisses, la finance américaine habituelle se déplace, poussant à l’émergence d’une « économie verte »

Il y a cependant un grand "mais" à apporter à ce qui vient d'être écrit. Car, même dans les coulisses de ces géants chinois, les ficelles des marionnettistes de la finance internationale se meuvent. C'est-à-dire, une finance occidentale. C'est-à-dire, américaine. Oui, car toutes les principales entreprises chinoises (et pas seulement) impliquées dans l'activité d'extraction ont en commun la présence massive, dans leur capital social, de grands fonds d'investissement. Nous parlons de réalités telles que le Vanguard Group, en fait, le plus grand groupe mondial d'épargne gérée, avec un montant total de 5.000 milliards de dollars, basé en Pennsylvanie, mais aussi BlackRock, un fonds de capital-investissement qui, aujourd'hui, gère des investissements pour 6.000 milliards de dollars, soit trois fois le montant de la dette publique d'une nation comme la Grande-Bretagne. Mais, dans le jeu, il y a d'autres réalités, telles que les investissements fiduciaires. Des groupes, tous américains, qui ont misé sur l'économie verte. Ces groupes, après avoir été lourdement accusés d'investir dans les activités les plus anti-écologiques (comme l'exploitation minière), semblent très préoccupés par la durabilité environnementale de leurs investissements. À tel point que le fondateur et PDG de BlackRock, Larry Fink, a lui-même expliqué les raisons pour lesquelles son entreprise figurait parmi celles qui ont créé la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) : "Pour l'évaluation et la communication des risques liés au climat, ainsi que pour les questions de gouvernance qui sont essentielles pour les gérer, la TCFD fournit un cadre précieux".

Le nœud gordien des arbitres de la durabilité

L'analyste William F.Engdahl explique à cet égard que le TCFD "a été créé en 2015 par la Banque des règlements internationaux, présidée par Mark Carney, membre du conseil d'administration de Davos et chef de la Banque d'Angleterre. En 2016, le TCFD, la City of London Corporation et le gouvernement britannique ont créé l'Initiative de financement vert, dans le but de canaliser des billions de dollars vers des investissements "verts". Les banquiers centraux du Conseil de stabilité financière ont nommé 31 personnes pour former le TCFD. Présidé par le milliardaire Michael Bloomberg, il comprend, outre BlackRock, JP Morgan Chase ; la Barclays Bank ; HSBC ; Swiss Re, la deuxième plus grande agence de réassurance au monde ; ICBC Bank ; Tata Steel, ENI, Dow Chemical, le géant minier BHP et David Blood de Al Gore's Generation Investment LLC".

cryptocurrency-makes-world-economic-forum-davos-agenda.jpg

Il existe également un autre organisme qui évalue les actions des multinationales par rapport à la durabilité environnementale. Il s'agit du Sustainability Accounting Standards Board (SASB), une organisation à but non lucratif qui fournit des normes comptables pour le développement durable. "Cela semble rassurant, poursuit M. Engdahl, tant que nous n'aurons pas vu qui sont les membres du SASB qui donneront l'imprimatur au respect du climat. Les membres comprennent, outre BlackRock bien sûr, Vanguard Funds, Fidelity Investments, Goldman Sachs, State Street Global, Carlyle Group, Rockefeller Capital Management et plusieurs grandes banques telles que Bank of America-ML et UBS. Que fait ce groupe-cadre ? Selon leur site web, "Depuis 2011, nous travaillons à un objectif ambitieux de développement et de maintien de normes de comptabilité durable pour 77 secteurs". Ainsi, les mêmes groupes financiers qui, depuis des décennies, dirigent les flux de capitaux mondiaux vers les grands projets de charbon, de pétrole et d'exploitation minière deviendront désormais les arbitres de la durabilité.

L'avenir de l'économie mondiale, de ce qui est défini comme la "Grande Restitution Globale", en bref, semble, à la lumière de ce qui a été dit ci-dessus, être fermement entre les mains des géants de la finance occidentale. Il n'est donc pas excessif d'affirmer que ces mêmes géants, en détenant des investissements dans des activités industrielles telles que l'extraction de minéraux qui servent à produire tout ce qui, de nos jours, est devenu indispensable, détiennent, en fait, un pouvoir presque absolu sur l'humanité. Une situation qu'il est impossible de ne pas considérer comme terrifiante et dystopique. Mais, après tout, c'est de cela qu'il s'agit.

mercredi, 03 mars 2021

"Survivre à la guerre économique" avec Olivier de Maison Rouge

omr_resilience_HD.jpg

"Survivre à la guerre économique" avec Olivier de Maison Rouge

"La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde". Ces mots du président Mitterrand n'avaient rien d'une fable, la guerre économique et bien là et elle est totale. C'est ce qu'a voulu démontrer maître Olivier de Maison Rouge dans son ouvrage "Survivre à la guerre économique - Manuel de résilience" publié chez VA Editions. Il revient sur les principales attaques de "l'allié américain" : Prism, Alstom... sur la politique de censure des GAFAM, le grand Big Brother et décrit les contours de la politique publique de sécurité économique dont la France s'est dotée en 2019 pour tenter de survivre face à Washington.
 
Retrouvez-nous sur :
 
 
71sKisgXFJL.jpg
9782360930708.jpg

samedi, 27 février 2021

Biden veut détacher les États-Unis des terres rares de Chine

terres-rares-usa-chine-rare-earth.jpg

Biden veut détacher les États-Unis des terres rares de Chine

Paolo Mauri

Ex : https://it.insideover.com

Hier, le président américain Joseph Biden a signé un décret concernant la "chaîne d'approvisionnement" des biens essentiels et critiques pour la sécurité du pays.

La déclaration officielle de la Maison Blanche indique que "ces dernières années, les familles, les travailleurs et les entreprises américaines ont de plus en plus souffert de pénuries de produits essentiels, des médicaments aux aliments en passant par les puces électroniques. L'année dernière, la pénurie d'équipements de protection individuelle (EPI) pour les travailleurs de la santé de première ligne au début de la pandémie de Covid-19 était inacceptable. La récente pénurie de puces à semi-conducteurs pour l'industrie automobile a entraîné des ralentissements dans les usines de fabrication, ce qui montre à quel point cette pénurie peut nuire aux travailleurs américains".

Il est souligné que les États-Unis doivent veiller à ce que les pénuries de produits manufacturés, les perturbations commerciales, les catastrophes naturelles et les actions potentielles des concurrents et des adversaires étrangers ne rendent plus jamais les États-Unis vulnérables.

18277.jpeg

Le décret de la Maison Blanche lance un examen complet de la chaîne d'approvisionnement des biens américains essentiels et charge les ministères et agences fédérales d'identifier les moyens de la protéger contre un large éventail de risques et de vulnérabilités. La mise en place d'un ensemble de chaînes d'approvisionnement résistantes ne protégera pas seulement le pays contre les pénuries de produits essentiels, elle facilitera également les investissements nécessaires pour maintenir l'avantage concurrentiel des États-Unis et renforcer la sécurité nationale.

L'ordonnance fixe un délai de 100 jours pour effectuer un examen immédiat dans les agences fédérales afin d'identifier les vulnérabilités de quatre produits clés.

Outre la production de principes actifs pharmaceutiques, dont 70 % ont été transférés à l'étranger, et les semi-conducteurs, qui ont été négligés par les investissements ayant entraîné la perte du leadership manufacturier américain, les deux secteurs les plus intéressants sur le plan géopolitique que l'administration entend mettre en œuvre sont les batteries de grande capacité (utilisées dans les véhicules électriques) et les terres rares, désignées comme "minéraux critiques" car elles constituent "une partie essentielle des produits de défense, de haute technologie et autres". Ces ressources minérales particulières - ainsi que le lithium, le cobalt et les métaux du groupe du platine (Pgm) - sont en fait nécessaires pour construire des éoliennes, des panneaux solaires et des batteries pour le stockage de l'électricité nécessaire aux véhicules électriques et le stockage de l'énergie alimentant le réseau. Les terres rares en particulier sont des éléments essentiels pour la défense, car elles sont utilisées, par exemple, dans les composants des radars de nouvelle génération, dans les systèmes de guidage et dans l'avionique des avions de chasse de dernière génération.

ECO-201042-minerais-OK.jpg

Actuellement, malgré le fait que les États-Unis disposent d'importantes réserves minérales, la Chine est le premier pays dans la production et le traitement de ces éléments. Il est en effet bien connu que Pékin, outre qu'elle possède l'un des plus grands gisements de ces minéraux, fournit 97% du total mondial de cette ressource, dans la mesure où la Chine est capable aujourd’hui de retraiter le minéral brut, le transformant en matière exploitable, ce qui lui confère pratiquement un monopole ; elle est suivie, en ce domaine, à très grande distance, par les États-Unis.

On comprend donc aisément quelles pourraient être les conséquences de cette domination sur le plan stratégique : la Chine pourrait décider, comme elle l'a déjà laissé entendre en mai 2019, de réduire la production ou l'exportation de ces minéraux vers les États-Unis, ce qui deviendrait une arme fondamentale, dans l’arsenal chinois, pour une guerre hybride menée contre Washington ou serait simplement une carte avec laquelle, les Chinois pourraient faire chanter les États-Unis et leur politique d’opposition systématique à l'expansion chinoise.

Un autre facteur est le changement de cap "vert" de la nouvelle administration. Le président Biden a inscrit à son ordre du jour la relance de l'économie verte, et cette domination chinoise sur les terres rares pourrait très facilement l'entraver. A la Maison Blanche, ils ont donc réalisé que les plans du nouveau président pour un secteur énergétique zéro carbone d'ici quinze ans, se heurtent à la faiblesse des entreprises américaines dans le domaine de l'approvisionnement en minerais et dans la chaîne de transformation. En fait, les États-Unis importent actuellement 100 % de la vingtaine de minéraux clés, nécessaires à l'énergie verte, et sont presque aussi dépendants des importations de ces minéraux particuliers.

L'ordonnance prévoit également un examen plus approfondi, sur une année, d'un ensemble plus large de chaînes d'approvisionnement qui couvrira des secteurs clés tels que la base industrielle de la défense, la santé publique, les technologies de l'information et de la communication, les secteurs des transports et de l'énergie ainsi que la chaîne d'approvisionnement agroalimentaire.

Toutefois, cette activité ne sera pas limitée à une courte période de temps. La révision des chaînes d'approvisionnement, action qui identifie simultanément, outre les risques et les lacunes, les nouvelles orientations et les politiques spécifiques de mise en œuvre, durera tout au long du mandat présidentiel de quatre ans dans un travail constant d'interaction entre les ministères, les agences fédérales et l'exécutif qui impliquera également le monde de l'industrie, les universités et les organisations non gouvernementales.

Le président Biden a donc lancé une nouvelle politique pour mettre fin à la dépendance américaine vis-à-vis de la Chine, non seulement en vue de relancer l'économie nationale et de soutenir sa vision "verte", mais surtout pour une raison stratégique : en effet, il n'est pas possible de contrer l'expansionnisme économique, commercial et militaire de la Chine tout en dépendant d’elle, dans des secteurs clés tels ceux de l'industrie de haute technologie, intimement liés à la Défense. Il s'agit donc d'un plan de sécurité nationale qui libérera Washington des liens commerciaux qu'elle entretient avec Pékin, mais qui pourrait avoir des conséquences néfastes en ce qui concerne "l'exportation de la démocratie". Les ressources minérales, les gisements, ne sont pas mobiles, et il n'y a que deux façons de s'en emparer : resserrer les liens avec les nations qui possèdent de grands gisements, ou intervenir manu militari pour pouvoir contrôler la production. Quelque chose qui se passe aujourd'hui en République démocratique du Congo, où, ce n'est pas un hasard, des hommes du groupe russe Wagner sont présents, et quelque chose qui s'est déjà produit en Afghanistan, un pays qui, avec la Bolivie, le Chili, l'Australie, les États-Unis et la Chine, possède les plus grandes réserves de lithium au monde.

samedi, 20 février 2021

L'objectif de Mario Draghi : déclencher la "destruction créatrice" du marché

fba3fab4-ee9a-11e9-ad1e-4367d8281195.jpg

L'objectif de Mario Draghi : déclencher la "destruction créatrice" du marché

par Thomas Fazi

Source : La Fionda &

https://www.ariannaeditrice.it

Nombreux sont ceux qui se demandent quelle philosophie de politique économique inspirera le gouvernement Draghi en passe de gérer les affaires de l’Italie. Plusieurs commentateurs - se basant sur une interprétation absolument fallacieuse du travail de Draghi à la BCE (l'idée que les politiques monétaires expansives représentent une politique "keynésienne"), se basant également sur un de ses articles désormais célèbres d'il y a quelques mois paru dans le Financial Times, où Draghi a apuré la dette publique (la "bonne") ; et dans certains cas, en se référant même à ses études sous la houlette de l'un des plus grands économistes keynésiens du siècle dernier, Federico Caffè - semblent convaincus que Draghi va évoluer dans le sillage d'une politique substantiellement expansive, voire, précisément, "keynésienne". En bref, une politique opposée à l'austérité de Monti.

Mais c'est Draghi lui-même qui contredit ces prévisions iréniques dans son dernier communiqué public, à savoir le tout récent rapport sur les politiques post-COVID élaboré par le G30 - officiellement un groupe de réflexion, fondé à l'initiative de la Fondation Rockefeller en 1978, qui fournit des conseils sur les questions d'économie monétaire et internationale, selon de nombreux centres de lobbying de la haute finance - présidé par Draghi lui-même avec Raghuram Rajan, ancien gouverneur de la banque centrale indienne.

Il indique clairement que les gouvernements ne devraient pas gaspiller de l'argent pour soutenir des entreprises malheureusement vouées à l'échec, définies dans le rapport comme des "entreprises zombies" - pensez par exemple, en ce qui concerne l'Italie, aux centaines de milliers de magasins et d'établissements publics mis à genoux par la pandémie et ses mesures de confinement. Entreprises qui ne sont que partiellement soutenues par une "aide" gouvernementale insuffisante. Pour ce rapport, les mesures à prendre devraient plutôt accompagner la "pandémie" et plutôt s'adonner à la "destruction créatrice", propre du marché libre, en laissant ces entreprises à leur sort et en encourageant le déplacement des travailleurs vers les entreprises vertueuses qui continueront à être rentables et à prospérer après la crise.

20210218_italie_draghi_coalition_extremes_web_0.jpg

La thèse de base est, d’abord, que le marché devrait être laissé libre d'agir (parce qu'il est plus efficace que le secteur public) et, ensuite, que les gouvernements devraient se limiter à intervenir uniquement en présence de "défaillances du marché" manifestes - un concept intrinsèquement libéral qui indique un écart par rapport à l'"efficacité" normale du marché - tandis que lorsqu'il s'agit d'une entreprise qui échoue en raison du fonctionnement "naturel" du marché, l'État ne devrait pas s'interposer.

Le document du G30 se concentre également sur le marché du travail, en écrivant que "les gouvernements devraient encourager les ajustements du marché du travail [...] qui obligeront certains travailleurs à changer d'entreprise ou de secteur, avec un recyclage approprié et une aide économique". Le message est clair : les gouvernements ne doivent pas essayer d'empêcher l'expulsion de la main-d'œuvre des entreprises vouées à la faillite, comme l'Italie et plusieurs autres pays ont essayé de le faire jusqu'à présent, en partie grâce à un gel des licenciements (qui doit expirer en mars) et à l'utilisation généralisée des fonds de licenciement. Ils devraient plutôt aider et faciliter ce processus pour permettre au marché de prévoir une allocation "efficace" des ressources (y compris des êtres humains).

Comme le note l'économiste Emiliano Brancaccio, nous sommes confrontés à "une vision schumpétérienne à la sauce libérale qui risque de laisser un flot de chômeurs dans la rue", et de plonger des centaines de milliers de petits et moyens entrepreneurs dans le désespoir. Autre que celle de Keynes (ou de Caffè!), la vision de l'économie et de la société incarnée dans le document du G30 - et implicitement épousée par Draghi - semble rappeler l'idéologie libéraliste des premiers temps, étouffée à juste titre après la Seconde Guerre mondiale, dans laquelle les relations sociales, la vie des gens, l'essence même de la société étaient subordonnées à un seul principe régulateur, celui du marché.

Ce point de vue est non seulement exécrable d'un point de vue éthique et moral, mais il est également faux : il n'existe pas de marché qui fonctionne "en dehors" de l'État, sur la base de sa propre logique d'autorégulation, par rapport auquel l'État peut décider d'intervenir ou non ; les marchés, au contraire, sont toujours un produit du cadre juridique, économique et social créé par l'État. En d'autres termes, il n'y a rien de "naturel" dans le fait qu'une certaine entreprise échoue plutôt qu'une autre. Si aujourd'hui les petites entreprises risquent de fermer, alors que les grandes multinationales réalisent des profits faramineux, ce n'est que la conséquence du fait qu'en tant que société, nous nous sommes donné un principe d'organisation - que Draghi vise aujourd'hui à renforcer - qui favorise les grandes entreprises privées par rapport aux petites entreprises familiales. Mais c'est un choix politique.

Il va sans dire que la vision de la société du G30 et de Draghi est littéralement aux antipodes de la vision de Keynes et de Caffè - ainsi que de celle incarnée dans notre Constitution, qui est sur le point d'être violée à nouveau - selon laquelle la tâche de l'État est de dominer et de gouverner les marchés, et leur travail destructeur, en les subordonnant à des objectifs de progrès économique, social, culturel et humain.

Ayez au moins la décence de ne pas mettre leur nom à côté de celui de Draghi.

vendredi, 19 février 2021

Guillaume Travers, « Il y a un double besoin de réenracinement »

unnamedenracin.jpg

Un besoin de réenracinement...

Entretien avec Guillaume Travers

Ex: http://metapoinfos.hautetfort.com

Nous reproduisons ci-dessous un  entretien donné par l'économiste Guillaume Travers au laboratoire d'idées Droite de demain à l'occasion de la publication de ses essais Capitalisme moderne et société de marché : l’Europe sous le règne de la quantité et Économie médiévale et société féodale : un temps de renouveau pour l’Europe aux éditions de La Nouvelle Librairie.

Guillaume Travers, « Il y a un double besoin de réenracinement »

Votre ouvrage traite notamment de l’apparition du capitalisme que vous opposez au féodalisme de l’époque médiévale, quels sont les rouages du système économique féodal?

Dans une large mesure, le système féodal est un contre-modèle par rapport au capitalisme libéral que nous connaissons aujourd’hui. Ses caractéristiques principales, que je mets en évidence dans un précédent livre (Économie médiévale et société féodale), sont les suivantes. C’est d’abord un monde de communautés, et non un monde d’individus. Les échanges économiques et les relations sociales sont donc toujours mises au service d’une vision du bien commun ; à l’inverse, notre époque veut laisser libre cours à tous les désirs individuels. Le monde féodal est en outre profondément terrestre, enraciné, et très largement rural. Le grand commerce demeure totalement périphérique ; les multiples communautés locales vivent dans une autarcie relative. Enfin, c’est un monde où la richesse est toujours mise au service de fins jugées plus hautes : le courage militaire, la sagesse religieuse. Les deux figures tutélaires du monde médiéval sont le saint et le chevalier, pas le financier qui accumule de grandes richesses.

Est-ce que ce n’est pas aussi la montée de l’individualisme qui rend totalement impossible un retour vers une économie du bien commun ?

Historiquement, le délitement de ce monde féodal est indubitablement lié à la montée de l’individualisme. Entendons-nous sur les mots : par individualisme, je n’entends pas seulement un trait psychologique qui pousse à l’égoïsme, mais une révolution dans la manière de penser l’homme. L’époque moderne est la seule qui en soit venue à considérer que l’individu précède toute communauté, que les appartenances et les enracinements ne sont que secondaires. Est-ce à dire que le retour vers une économie du bien commun soit impossible ? Je ne le crois pas. Il y a certes beaucoup de chemin à parcourir. Mais je crois qu’une série de crises pousseront les individus à recréer des communautés : crise sécuritaire, crise identitaire, crise écologique, etc. 

7c238bb78951df71569cb5bf8fc8ca8c.jpg

Le délitement de la nationalité, du patriotisme, la déconstruction des communautés humaines, ne sont-elles pas aussi responsables des comportements individualistes ?

C’est le problème de l’œuf et de la poule. Historiquement, les attaches communautaires ont été fortes partout, et d’une grande diversité : communautés de métiers, communautés villageoises et urbaines, confréries religieuses, etc. L’individualisme s’est affirmé contre ces communautés, proclamant qu’elles étaient illégitimes, qu’elles entravaient la « liberté » de l’individu. Mais l’inverse est aussi vrai : au fur et à mesure que ces communautés s’affaiblissent, qu’elles jouent de moins en moins leur rôle organique dans la vie des hommes, alors les individus sont portés à s’en détacher. Mais il me semble que ce processus touche aujourd’hui ses limites : la crise identitaire qui traverse toute l’Europe témoigne d’un besoin d’appartenance, de réaffiliation. Quand nombre de nos contemporains sombrent dans la consommation de masse, et croient s’affirmer en portant un vêtement de telle ou telle marque, ils ne font que témoigner d’un besoin latent d’appartenances plus structurantes. 

Peut-on réellement retrouver un esprit de vivre selon ses besoins à l’opposée de l’accumulation de richesse ? Au-fond n’est-ce pas tout simplement dans l’ADN de l’Homme de vouloir accumuler, posséder ?

L’idée selon laquelle l’homme aurait de tout temps été un pur égoïste entravé par les contraintes de la société est le postulat central de la philosophie libérale. La liberté individuelle serait un état originaire, et tout le reste (institutions, traditions, coutumes, etc.) serait purement artificiel : c’est ainsi que l’époque moderne prétend « libérer » l’individu en déconstruisant tous ces héritages. Tout cela est ridicule, dès lors que l’on se tourne vers l’histoire. Pendant la plus grande partie de leur histoire, les hommes ne se sont jamais représentés comme des individus tournés vers leurs seuls intérêts matériels. Cette idée de l’homme préoccupé uniquement par ses intérêts est une création finalement très récente dans l’histoire longue des idées et des mentalités. 

9-JW-tree-of-peace-millennium-tree-Fantasy.jpg

Le retour vers le localisme est-il le symptôme d’une prise de conscience des dérives d’un néolibéralisme incontrôlable ?

Je crois que cela témoigne d’un double besoin de réenracinement. On connaît la phrase célèbre de Christopher Lasch, que je crois très juste : « le déracinement déracine tout, sauf le besoin de racines ». Dans un monde où tous les repères ont été déconstruits, délégitimés, il y a un besoin de retrouver du sens. S’enraciner dans une ville, dans un village, prendre part à une communauté, est un moyen de redonner du sens à son quotidien. Acheter en grande surface des légumes importés, ou se les procurer auprès d’un voisin paysan, ce n’est pas la même chose. Derrière le localisme, il y a aussi la prise de conscience des déséquilibres écologiques, qui menacent jusqu’à notre vie. Je ne parle pas tant du réchauffement climatique que de la pollution des sols et des eaux, de la contamination de l’alimentation, des perturbateurs endocriniens, etc. 

Vous êtes critiques envers le libéralisme dans vos ouvrages, mais n’est-ce pas le système économique le plus égalitaire dans l’accession aux ressources ? Surtout, ne doit-on pas différencier le libéralisme classique du néolibéralisme mondialisé ?

Sur les différents types de libéralisme, je suis très sceptique. L’un mène nécessairement à l’autre. Une fois que l’on proclame que l’individu est supérieur au collectif, il lui est supérieur en tout. Si on dit que le monde n’est composé que d’individus, alors il est naturel que tout ce qui reste de distinctions soit progressivement balayé : il n’y a plus lieu de faire de différence entre Africains et Européens, car tous ne sont que des individus ; il n’y a plus lieu de faire de différence entre hommes et femmes, car tous ne sont que des individus abstraits, etc. En d’autres termes, la pente du libéral-conservatisme est glissante, et souvent pétrie de contradictions. Ceci dit, être anti-libéral ne veut pas dire que l’on nie tout concept de liberté, bien au contraire. Je pense par exemple que, à l’heure actuelle, tout ce qui relève du petit commerce et de l’artisanat est étouffé par des contraintes qu’il serait bon d’alléger. Mais cela ne fait pas de moi un libéral, en tout cas pas au sens philosophique. 

71Ui-ekdHaL._AC_SX522_.jpg

Quelles sont les valeurs du féodalisme qui peuvent, selon-vous, inspirer la droite de demain ?

Un écueil serait de vouloir simplement revenir en arrière, au Moyen-Âge ou à quelque autre époque. La volonté de restaurer le passé, quand bien même elle peut être touchante, est fondamentalement impolitique : cela n’arrivera pas, et s’accrocher à ce rêve est vain. En revanche, les valeurs héritées du passé, les structures mentales, les manières de penser l’homme et la société qui ont été propres au monde féodal peuvent nous inspirer. Je crois qu’il nous faut réapprendre à placer nos intérêts en tant que communautés avant nos intérêts individuels. Cela touche à tous les aspects du quotidien : soutenir les producteurs enracinés contre la grande distribution ou Amazon, etc. Cela signifie aussi renouer avec les valeurs traditionnelles – le courage, etc. – plutôt que de valoriser le seul confort que donne le bien-être matériel. S’il y a une droite de demain, elle ne doit pas être comme une bonne part de la droite actuelle : bien trop souvent une droite bourgeoise, qui préfère le confort au courage, ses intérêts matériels à ce qui n’a pas de prix.

Guillaume Travers, propos recueillis par Paul Gallard (La Droite de demain, 15 février 2021)

vendredi, 04 décembre 2020

La grande glaciation économique

20170314_thomasfilchydelaneuville.jpg

La grande glaciation économique
 
Le nouveau livre de Thomas Flichy de la Neuville
 
Chers amis,

J’ai le plaisir de vous présenter notre prochaine édition « La grande glaciation économique » de Thomas Flichy de la Neuville.
 
Sans+titre-2.pngEn l’an un de la révolution sanitaire, alors que chacun était confortablement isolé dans sa bulle numérique, la température chuta brusquement. La grande glaciation économique avait en effet commencé. Jadis flamboyants, les chefs d’hier se laissaient envahir par la dépression. 2021 fut donc un long hivernage marqué par l’effondrement démocratique, l’enfermement digital et la montée générale de la violence. Ce dernier entraîna la mort de nombreux caméléons politiques, prisonniers de leurs raisonnements captieux. Seule une infime minorité réussit à s’extraire de la tourbe et à survivre aux effondrements silencieux en cours. Puisant ses ressources dans la déconnexion et l’investissement artistique, ces chefs venus de nulle part réussirent à perpétuer la vie malgré les difficultés.
 
L’auteur est ancien élève en persan de l'Institut National des Langues et Cultures Orientales, Thomas Flichy de La Neuville est Professeur agrégé de l’Université, docteur en droit et habilité à diriger des recherches en histoire. Ses travaux scientifiques portent sur la capacité des civilisations à transmettre la vie sur la longue durée. Cette approche géoculturelle s'est intéressée dans un premier temps aux potentialités créatrices des élites, notamment dans les armées -La fantaisie de l'officier. Trois civilisations majeures ont fait l'objet d'une enquête géoculturelle: "La Perse", "L'Iran au delà de l'Islamisme", la Chine: "Stratégies chinoises, le regard jésuite", et la Russie: "Chine, Iran, Russie, un nouvel empire mongol ?". Sous sa direction, plusieurs équipes ont analysé les conflits contemporains sous l’angle de la géoculture ("Opération Serval au Mali, l'opération française décryptée", "Centrafrique, pourquoi la guerre ?", "Ukraine, regards sur la crise"). Thomas Flichy de La Neuville est titulaire de la chaire de géopolitique de Rennes School of Business. Il intervient dans de nombreuses universités étrangères, notamment à l'United States Naval Academy, la Theresianische Militärakademie l'Université d’Oxford et l’académie diplomatique de Vienne. »
 
La sortie de « la grande glaciation est prévue d’ici quelques jours et vous serez livré à partir du 8 décembre prochain.
 
 
Je vous souhaite un joyeux Noël et reviendrai vers vous début 2021 pour vous présenter nos projets à venir.
 
A bientôt
 
Laurent Hocq
Editeur pour BIOS
 
+ 33 6 4084 4905