Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 01 mai 2022

The Network et la vision du monde du capitalisme mondial

Network_Main_basse_sur_la_TV.jpg

The Network et la vision du monde du capitalisme mondial

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/04/30/the-network-ja-globaalikapitalismin-maailmankuva/

Le film The Network (1976) traite d'une chaîne de télévision fictive appelée UBS, qui diffuse n'importe quel programme sensationnaliste dans l'espoir d'attirer de larges audiences.

La meilleure partie de The Network est que le protagoniste capitaliste du film exprime l'extrémisme du pouvoir de l'argent, qui est habituellement adouci par l'utilisation d'un langage pseudo-humaniste.

Cette œuvre satirique est d'autant plus opportune que dans le monde en décomposition d'aujourd'hui, la place du cabinet et du capital est toujours dominée par la corporatocratie, le pouvoir corporatif des cosmopolites sans racines de Londres et de Washington dont le libéralisme économique toxique a pourri les sociétés ordonnées et ce, depuis les premières années de l'après-guerre.

Selon l'économiste Jeffrey Sachs, ce "pouvoir des entreprises" aux États-Unis peut être résumé en quatre groupes puissants: le "complexe militaro-industriel, le complexe Wall Street-Washington, le complexe pétrole-transport-militaire et le complexe des soins de santé".

paddy.jpg

The Network est écrit par Paddy Chayefsky (photo) et réalisé par Sidney Lumet. Avec Faye Dunaway, William Holden, Peter Finch et Robert Duvall. Ned Beatty joue le rôle d'Arthur Jensen, qui est présenté dans cet article. Le film a remporté quatre Oscars, celui du meilleur acteur, de la meilleure actrice, du meilleur second rôle et du meilleur scénario original.

De manière significative, en 2000, la bibliothèque du Congrès américain a sélectionné le film pour le conserver dans le National Film Registry, une collection de films américains "culturellement, historiquement ou esthétiquement significatifs".

En 2005, deux Writers Guilds of America ont sélectionné le scénario de Chayefsky comme "l'un des dix meilleurs scénarios de l'histoire du cinéma". En 2007, le film a été classé 64ème parmi les 100 meilleurs films américains sélectionnés par l'American Film Institute.

Voici quelques-unes de mes citations préférées, librement traduites du film. Elles appartiennent à une scène dans laquelle le chef du réseau de télévision USB, le capitaliste et archi-mondialiste Arthur Jensen (Ned Beatty) explique au protagoniste, le présentateur de nouvelles congédié Howard Beale (Peter Finch), à quoi il pense que le monde ressemble. Même Beale, épuisé, a l'occasion de s'exprimer à la fin.

Présentant une vision du monde du capitalisme mondial, le discours brûlant de Jensen sonne de façon réaliste. Cet état de fait va-t-il changer ? Ces dernières années, l'élite financière a cherché non seulement à montrer sa force dans des circonstances exceptionnelles, mais aussi à ralentir le ralentissement économique que les milieux capitalistes ont eux-mêmes provoqué du fait de leur avidité.

merlin_189218838_81369fec-ee37-452f-a6b6-1f774071567c-mobileMasterAt3x.jpg

Lorsque l'argent et le pouvoir sont en jeu, le sort des États et des peuples n'a que peu d'importance. Voici un aperçu de l'esprit d'Arthur Jensen dans la fiction, mais aussi des capitalistes exploiteurs dans la vie réelle. Cette attitude technocratique de l'hégémon du dollar vous semble-t-elle familière ?

"Vous êtes un vieil homme qui pense encore en termes de nations et de peuples. Il n'y a pas de nations. Il n'y a pas de peuples. Il n'y a pas de Russes. Il n'y a pas d'Arabes. Il n'y a pas de tiers monde. Il n'y a pas d'Occident".

"Il n'y a qu'un seul système total de systèmes, un royaume vaste et entrelacé, interactif, multidimensionnel et multinational de dollars... Le système monétaire international détermine la totalité de la vie sur cette planète. C'est l'ordre naturel des choses aujourd'hui. C'est la structure atomique, subatomique et galactique des choses d'aujourd'hui !".

"Vous êtes assis devant votre petit écran de 21 pouces et vous hurlez sur l'Amérique et la démocratie. Il n'y a pas d'Amérique. Il n'y a pas de démocratie. Il n'y a que IBM, ITT, AT&T et DuPont, Dow, Union Carbide et Exxon. Ce sont les nations du monde d'aujourd'hui".

7bdebdcab90991d80fb0c1a4ace76041.jpg

"A votre avis, de quoi parlent les Russes dans leurs conseils d'Etat? De Karl Marx ? Ils sortent leurs tableaux de programmation linéaire, leurs théories de décision statistique, leurs solutions minimax et calculent les probabilités de prix et les coûts de leurs transactions et investissements tout comme nous le faisons".

"Nous ne vivons plus dans un monde de nations et d'idéologies. Le monde est un collège de sociétés inexorablement régi par les règles immuables du commerce. Le monde est une entreprise. C'est le cas depuis que l'homme a rampé hors du monde primitif."

"Et nos enfants vivent pour le voir... un monde parfait... où il n'y a pas de guerres ou de famines, pas d'oppression ou de brutalité. Il n'y a qu'une seule grande société de gestion œcuménique, pour le profit commun de laquelle tous les hommes travaillent, et dans laquelle tous les hommes ont une part. Tous les besoins sont satisfaits, toutes les angoisses apaisées, tout l'ennui amusé."

Le propre discours d'Howard Beale à la télévision, prononcé par un présentateur de journal télévisé indigné, n'a pas suscité la sympathie des téléspectateurs. C'était trop sérieux, trop pessimiste, trop vrai. Suite à son discours, les notes ont chuté et il doit être remplacé par un nouvel employé. Mais ce que dit Beale reflète le présent et l'avenir.

"Je n'ai pas besoin de vous dire que les choses vont mal. Tout le monde sait que les choses vont mal. C'est la récession. Tout le monde est au chômage ou a peur de perdre son emploi. Le dollar a perdu un cinquième de sa valeur, les banques font faillite, les commerçants gardent une arme sous le comptoir. Les hooligans se déchaînent dans les rues, et personne ne semble savoir quoi faire, et il n'y a pas de fin en vue."

"Nous savons que l'air n'est pas bon à respirer et que la nourriture n'est pas bonne à manger. Nous sommes assis, le regard fixé sur la télévision, où un présentateur nous dit qu'il y a eu quinze homicides et soixante-trois crimes violents aujourd'hui, comme si c'était normal. Nous savons que les choses vont mal - pire que mal."

"Au plus profond de nos âmes terrifiées, nous savons que la démocratie est un géant mourant, un concept politique malade en phase terminale, en décomposition, se tordant dans ses derniers soupirs".

p16_p_v8_aa.jpg

"Je ne dis pas que les États-Unis sont finis en tant que puissance mondiale. Les États-Unis sont le pays le plus riche, le plus puissant et le plus développé du monde, à des années-lumière de tout autre pays. Et je ne veux pas dire que les communistes prendront le contrôle du monde, car ils sont plus morts que nous".

"Ce qui a pris fin, c'est l'idée que ce grand pays est dédié à la liberté et à la prospérité de chaque individu. L'individu est parti. L'individu, l'homme solitaire a disparu. Chacun d'entre vous est parti parce que ce n'est plus une nation d'individus indépendants".

"Le moment est venu de se demander si la 'déshumanisation' est un si mauvais mot. Que ce soit bon ou mauvais, c'est comme ça. Nous sommes tous en train de devenir des humanoïdes, des androïdes qui ont l'air d'humains mais ne le sont pas. Des gens du monde entier, pas seulement nous [les Américains]. Nous sommes simplement le pays le plus avancé, donc nous sommes les premiers. Dans le monde entier, les gens deviennent des créatures produites en série, programmées, numérotées et insensibles".

21:02 Publié dans Cinéma, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinéma américain, the network, capitalisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire