Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 08 septembre 2022

Plus jamais de gaz russe. Ce n'est pas Poutine qui l'a dit, mais les Anglo-Saxons

d23bbb04916322c79dc645e7e34f199f-1655208705.jpg

Plus jamais de gaz russe. Ce n'est pas Poutine qui l'a dit, mais les Anglo-Saxons

par Maurizio Blondet

Source : Maurizio Blondet & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/gas-russo-mai-piu-ma-non-lo-ha-detto-putin-bensi-gli-anglosassoni

Supposons que les choses en Ukraine tournent bien, c'est-à-dire tournent comme les souhaits, les rêves ou les cauchemars déclarés de l'OTAN, des Occidentaux et des Anglos le voudraient : Zelensky gagne la guerre et triomphe, Poutine est vaincu, il est pendu à Nuremberg, et un gouvernement soumis aux souhaits de l'Occident est installé à Moscou, qui célèbre son premier jour d'installation par une Gay Pride (nos valeurs). Pensez-vous qu'ensuite, pacifiés, l'Alliance atlantique et les États-Unis nous laisseront, nous Européens, recommencer à acheter du gaz et du pétrole russes, comme avant ? Que nous reviendrons à cette normalité qu'ils appellent maintenant "la dépendance de l'Europe au gaz russe" ?

Enlevons cela de nos têtes. Les États-Unis et les Anglos ont manigancé le réarmement et la préparation de l'Ukraine et fomenté toutes les provocations qui ont conduit Poutine à déclencher le conflit, dans le but même de couper et de sceller les veines énergétiques russes qui fournissaient pacifiquement et à bon marché du gaz, du pétrole brut, du charbon au demi-milliard d'Européens et assuraient leur bien-être. L'Europe, et non la Russie, était dès le départ la cible à frapper par la crise conçue depuis belle lurette pour être mise en œuvre. Les Anglos ont pour eux la théorie de McKinder qui dit : celui qui domine le heartland domine un monde de terre - inatteignable par les navires prédateurs de l'empire britannique - qui s'étend sans interruption de l'Europe à la Chine en passant par la Russie, un immense ensemble continental autosuffisant, qui commerce par le rail, qui n'a nul besoin de dépendre des puissances atlantiques.

Disposer d'une théorie géopolitique est l'une des raisons du succès ; les Allemands qui n'en ont pas, et qui n'ont plus d'érudit qui l'a énoncée de manière lucide, sont nettement désavantagés : ils intégraient leur économie au gaz et au pétrole brut russes sans le dire, entre chiens et loups, laissant les choses "se faire" ; et ils sont perdants parce qu'ils n'osent pas énoncer, ni même concevoir, la théorie qui les sauverait (et nous sauverait tous) : "Rester avec Poutine" et s'intégrer à l'est jusqu'en Chine et en Iran.

La victoire de la théorie anglosphérienne de MacKinder a un facteur aggravant pour nous : elle n'est pas censée être appliquée temporairement. La pénurie de gaz et de pétrole brut - foudroyante et autodestructrice pour nos économies - est censée devenir une donnée permanente. Ben van Beurden, directeur général de Shell en Europe, a été clair : le gaz devra désormais être rationné sur le vieux continent, car les pénuries pourraient durer plusieurs années. Pour le Premier ministre belge, le diagnostic est le suivant : la crise durera cinq à dix ans. Mais la vérité est venue de la bouche de l'ancien vice-président d'Aramco, la principale compagnie pétrolière d'Arabie saoudite, qui a une fois de plus réitéré la position du gouvernement de son pays face aux demandes du président américain Joe Biden d'augmenter la production de pétrole : ce n'est pas un problème passager, car il n'y a pas assez de capacité de production dans le monde pour remplacer le gaz russe qu'importait l'Europe.

La passivité et la soumission avec lesquelles le ministre allemand de l'économie et le chef de la principale association d'entreprises du pays ont averti la semaine dernière que l'Allemagne se dirigeait vers l'abîme d'une désindustrialisation rapide sont remarquables. Nombre de ses entreprises, grandes et petites, sont soumises à une "pression énorme menant à une rupture structurelle", ont-ils déclaré, et à leur fermeture éventuelle - acceptant l'épuisement du "modèle économique" centré sur l'utilisation massive d'énergie, principalement importée de Russie, et à des prix inférieurs à ceux que proposent les États-Unis et d'autres exportateurs du monde.

Dans le Corriere, Federico Fubini énonce l'adhésion totale du pouvoir italiote à la théorie de MacKinder : "la guerre économique entre la Russie et l'Union européenne est loin d'être terminée. Et la seule certitude est que le camp capable d'encaisser le plus longtemps les sacrifices que ce conflit implique l'emportera".

Attendre un sauvetage anglo-saxon, qu'attendre du leadership sans qualité de l'Allemagne ?

Mais la crise énergétique touche également les États-Unis. Les administrations Trump et Biden ont toutes deux fait pression par le passé sur l'Allemagne pour qu'elle remplace les importations de gaz russe par du gaz américain, même si celui-ci est plus cher. Aujourd'hui, cependant, les États-Unis n'ont pas la capacité de fournir à l'Europe le gaz qu'ils produisent. Son prix a augmenté de 21,8 % depuis le 2 août, alors que les réserves stratégiques d'énergie chutent à des niveaux dangereux. Cette situation a incité l'administration Biden à demander aux compagnies pétrolières d'arrêter immédiatement les exportations, avertissant que si elles ne le font pas, le gouvernement prendra des mesures d'urgence. Il se trouve qu'à la veille des élections de mi-mandat, le gouvernement se tourne vers sa production pour stabiliser les prix locaux de l'essence.

Entre-temps, la tourmente financière met en évidence un écart grandissant entre la spéculation sur les prix à terme de l'énergie et les réserves physiques d'énergie. La semaine dernière, un rapport de Goldman Sachs a confirmé que le manque de liquidités entraîne une extrême volatilité financière des prix de l'énergie et que cela coexiste avec un resserrement croissant des stocks physiques, ce qui laisse présager de nouvelles turbulences dans les prix de l'énergie. Dans le même temps, de nouveaux alignements importants apparaissent sur la scène géopolitique. La récente signature d'un protocole d'accord entre les gouvernements de la Russie et de l'Iran implique l'investissement de 40 milliards de dollars pour exploiter conjointement leurs réserves de gaz naturel, qui sont parmi les plus importantes au monde.

Il y a un avenir dans le Heartland, mais pas pour nous ...

Écrire un commentaire