Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 novembre 2022

Après l'abandon du gaz russe, les pays industrialisés mettent en péril leurs objectifs climatiques en développant le GNL

gas-natural-y-gnl-10-predicciones-para-2022-14229.jpg

Après l'abandon du gaz russe, les pays industrialisés mettent en péril leurs objectifs climatiques en développant le GNL

Source: https://zuerst.de/2022/11/14/nach-abschied-vom-russengas-...

Charm el-Cheikh. Après avoir réussi à se détacher de l'approvisionnement en gaz russe, de nombreux pays occidentaux se précipitent pour utiliser le gaz de fracturation (GNL) comme substitut. Le principal exportateur de ce type de gaz serait actuellement les États-Unis, mais d'autres pays pourraient également en fournir aux Européens. Mais ces derniers sont loin de disposer de l'infrastructure nécessaire, soit pour transporter le gaz vers l'Europe avec leurs propres navires-citernes GNL, soit pour injecter les livraisons de gaz dans le réseau européen des gazoducs au départ de terminaux spéciaux. Le développement de l'infrastructure GNL doit maintenant être poursuivi à un rythme soutenu.

Mais : cela pourrait compromettre les objectifs climatiques que les Européens se sont fixés. Selon le "Climate Action Tracker", une plateforme prétendument indépendante d'observation du climat, beaucoup plus d'infrastructures sont actuellement construites que ce qui est nécessaire.

Selon ce portail, il pourrait y avoir 500 mégatonnes de gaz liquide dans le monde en 2030. Cela correspond à près de cinq fois la quantité de gaz russe importée par l'UE en 2021. Ce serait également le double de la quantité de gaz actuellement vendue par la Russie dans le monde.

Bill Hare, chef de l'organisation partenaire "Climate Analytics", met en garde: si tous les projets actuellement prévus étaient mis en œuvre, les émissions de CO₂ et de méthane atteindraient des niveaux dangereux. Cela compromettrait à son tour l'objectif de limiter l'augmentation de la température à 1,5 degré si possible par rapport à l'ère préindustrielle.

L'analyse a été présentée jeudi lors de la conférence mondiale sur le climat à Charm el-Cheikh, en Égypte - ce qui relativise quelque peu sa portée. Les lobbyistes du climat réunis à cette occasion affirment que les émissions de gaz "nocifs" pour le climat devraient être réduites de moitié d'ici 2030 pour atteindre l'objectif de 1,5 degré. Mais d'une manière ou d'une autre, ce sont justement les pays occidentaux qui contrecarrent leurs propres objectifs climatiques avec leur politique énergétique mal conçue. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

dimanche, 06 novembre 2022

Tout le monde sait qui a attaqué Nord Stream, mais ils préfèrent garder le silence

bord-scaled.jpg

Tout le monde sait qui a attaqué Nord Stream, mais ils préfèrent garder le silence

par Luciano Lago

Source : https://www.ideeazione.com/tutti-sanno-chi-ha-attaccato-il-nord-stream-ma-preferiscono-tacere/

Le président serbe assure que le monde entier sait qui est derrière le sabotage contre les gazoducs germano-russes Nord Stream, mais ils gardent le silence pour ménager leurs propres intérêts. "On sait qui les a sabotés en [mer Baltique], mais nous prétendons tous ne pas nuire aux intérêts de nos pays", a déclaré jeudi le président serbe Aleksandr Vucic.

Auparavant, M. Vucic avait déclaré qu'après avoir appris la nouvelle des explosions de Nord Stream, il ne savait pas "s'il devait pleurer ou crier".

Le 26 septembre, la société Nord Stream 2, l'exploitant du gazoduc russe du même nom, a signalé une chute de pression dans des sections du gazoduc situées dans les eaux danoises de la mer Baltique, près de l'île de Bornholm (île du Danemark). Il a ensuite été signalé qu'en plus de Nord Stream 2, deux lignes du gazoduc Nord Stream 1 avaient également été sabotées.

La Russie, qui dénonce une série d'attaques terroristes à son encontre en mer Noire et en mer Baltique, a accusé le Royaume-Uni d'être impliqué dans les explosions qui ont provoqué des fuites dans les pipelines Nord Stream. Le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur britannique, Deborah Bronnert, jeudi, afin de présenter des preuves présumées de l'implication du Royaume-Uni dans le sabotage.

Dans ce contexte, le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolai Patrushev, a annoncé que des représentants des forces navales britanniques ont participé à la planification et à la réalisation des explosions.

Nord Stream est le gazoduc le plus important pour l'Europe. Nord Stream 1 a été construit en 2011, tandis que Nord Stream 2, soumis aux sanctions et pressions américaines, n'a été achevé qu'en novembre 2021, mais n'est jamais devenu opérationnel en raison des tensions entre Berlin et Moscou sur le conflit en cours en Ukraine.

 

lundi, 31 octobre 2022

Qui veut une rupture entre l'Europe et la Russie?

bruch-europa-russland.jpg

Qui veut une rupture entre l'Europe et la Russie?

par Fabio Massimo Parenti

Source: https://www.ideeazione.com/chi-vuole-la-rottura-fra-europa-e-russia/

Avec les explosions provoquées en des points précis de Nord Stream 1 et Nord Stream 2 dans les eaux de la zone économique exclusive du Danemark, la sécurité énergétique de l'Europe a été définitivement mise à mal. Le système d'approvisionnement Europe-Russie mis en place au cours des vingt-cinq dernières années semble irrémédiablement compromis, et quelle que soit l'issue des enquêtes menées par les autorités des pays scandinaves impliqués, il est peu probable que les choses redeviennent comme avant.

Après le sabotage, les déclarations faites par le président américain Joe Biden le 7 février lors d'une conférence de presse ont inévitablement fait le tour du web : "Si la Russie nous envahit, il n'y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin". À l'objection du journaliste : "Comment allez-vous faire exactement, puisque le projet est sous contrôle allemand ?", le locataire de la Maison Blanche a répondu : "Je vous garantis que nous serons en mesure de le faire".

En revanche, l'aversion de Washington, et en particulier des démocrates, pour le gazoduc était connue depuis un certain temps. Le 1er janvier 2021 déjà, le Sénat américain avait voté pour passer outre le veto de Trump à la loi d'autorisation de la défense nationale (NDAA), qui comprenait " de nouvelles dispositions relatives à Nord Stream 2 dans le cadre de la loi de clarification de la sécurité énergétique de l'Europe (PEESCA) ". Ainsi, conformément aux nouvelles sanctions, l'entreprise norvégienne DNV GL a été contrainte de cesser toute activité de vérification pour le réseau du gazoduc Nord Stream 2.

Nord Stream 2, achevé l'année dernière mais jamais mis en service, était censé doubler le volume de l'approvisionnement en gaz russe de l'Allemagne déjà garanti avec son jumeau Nord Stream 1, un projet conçu en 1997 et réalisé - après des années d'études, de négociations et d'obstacles - entre 2011 et 2012. Le 6 septembre 2011, le premier gazoduc est entré en service et le 8 novembre suivant, le gazoduc a été officiellement inauguré en présence de la chancelière allemande de l'époque, Angela Merkel, du président russe de l'époque, Dmitri Medvedev, et du premier ministre français de l'époque, François Fillon : une image révélatrice de la direction, bien différente d'aujourd'hui, prise par les deux pays leaders de l'UE à ce stade.

Si depuis 2014, la guerre civile en Ukraine a progressivement détérioré les relations UE-Russie, l'échec définitif des accords de Minsk et le lancement de l'opération militaire spéciale russe ont bouleversé toute l'architecture diplomatique, et donc énergétique, du Vieux Continent. D'une part, la Russie, se sentant menacée par l'intention de l'Ukraine - annoncée à plusieurs reprises par Zelensky - de rejoindre l'Alliance atlantique, a décidé de porter un coup dur à son voisin dans un double but : garantir l'équilibre des forces sur la mer Noire, vital pour l'accès de Moscou aux mers chaudes, et protéger les communautés russophones du sud-est du pays. De l'autre, une Europe faible s'est confirmée comme un acteur incapable d'exprimer sa propre doctrine stratégique et une vision géopolitique claire, au moins autonome par rapport à celle des Etats-Unis.

Les décisions de l'administration Biden ont placé et placent l'Europe dans une position extrêmement critique, jetant les bases du déclenchement d'une crise économique et sociale sans précédent dont témoigne la flambée de l'inflation, qui avait déjà augmenté avant le début du conflit en raison du déséquilibre entre l'offre et la demande de matières premières et de produits semi-finis résultant de la pandémie. En septembre, l'UE et la zone euro ont enregistré une inflation à deux chiffres, avec des pics de plus de 20 % dans les pays d'Europe centrale et orientale, à commencer par les pays baltes : ce n'est pas un hasard si ce sont les plus exposés face aux sept trains de sanctions approuvés à ce jour par Bruxelles.

Repenser toute une chaîne d'approvisionnement énergétique en quelques mois a et aura des conséquences dévastatrices pour les économies les plus dépendantes des approvisionnements russes, à commencer par l'Italie et l'Allemagne. Les deux pays fondateurs de la Communauté européenne se retrouvent extrêmement vulnérables face à une accélération forcée de la diversification, si soudaine et si précipitée qu'elle risque de compromettre même la transition énergétique promue il y a tout juste trois ans par le Green New Deal européen et guidée, du moins en partie, par le PNRR approuvé l'année dernière.

En fait, la nécessité d'identifier immédiatement des sources alternatives au gaz russe a contraint plusieurs pays européens à mettre en service des centrales électriques au charbon et des centrales nucléaires qui avaient déjà été mises hors service ou étaient de toute façon destinées à être fermées. La recherche effrénée de gaz naturel liquéfié (GNL), nettement plus cher que le gaz naturel, a contraint le Vieux Continent à accroître la demande à l'étranger, en s'appuyant sur une série d'acteurs non européens pour lesquels aucun plafond de prix ne peut tenir : la Norvège, le Qatar, le Japon, le Canada et surtout les États-Unis.

shutterstock_1154610286.jpg

Les données officielles de l'EIA, l'agence statistique et analytique du ministère américain de l'Énergie, montrent comment Washington est devenu le premier fournisseur mondial de GNL au premier semestre 2022, en hausse de 12 % par rapport au second semestre 2021, pour atteindre une moyenne d'environ 317 millions de mètres cubes par jour. Dans le détail des quatre premiers mois de cette année, les États-Unis ont exporté 74 % de leur droit de GNL vers l'Europe : une part impressionnante si on la compare à la valeur moyenne pour 2021 (34 %).

Bref, des affaires en or pour les exportateurs américains, d'autant plus dans une conjoncture mondiale de forte hausse des prix, donc favorable aux producteurs et défavorable aux acheteurs.

Avant le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne, l'ensemble de l'UE recevait de la Russie pas moins de 120 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an. Sur ce total, un quart, soit 30 milliards, est arrivé en Italie. Il est évident que cette augmentation soudaine des exportations fait également augmenter le prix du gaz aux États-Unis, qui a déjà quadruplé pour le consommateur américain en septembre dernier.

Si l'administration Biden, comme c'est désormais une certitude, subit les contrecoups de cette inflation "légère", les grands producteurs ne resteront certainement pas les bras croisés et n'auront pas trop de scrupules. Ce sont eux, en effet, comme cela arrive souvent aux États-Unis, qui influencent fortement l'orientation de la Maison Blanche, tant en politique intérieure qu'en politique étrangère.

Il en va de même pour le secteur de l'armement militaire. La décision de la Russie d'envahir l'Ukraine a suffi à faire bondir pratiquement tous les gouvernements des pays européens. La Finlande et la Suède ont demandé à adhérer à l'OTAN, profitant d'une procédure accélérée spécialement conçue pour l'occasion, tandis que la plupart des gouvernements des États membres actuels ont proposé ou approuvé des augmentations importantes des dépenses militaires. Il suffit de rappeler que sur les derniers 40 milliards de dollars alloués par l'administration Biden pour soutenir Kiev, près de 9 milliards devront être dépensés pour reconstituer le "stock" d'armes donné aux Ukrainiens. Surtout, les deux géants, Northrop Grumman et Lockheed Martin, ont déjà enchaîné gains sur gains en bourse, mais d'autres entreprises moins connues du grand public comme Raytheon et General Dynamics se frottent également les mains face à la prolongation de la guerre en Ukraine et au réarmement généralisé au niveau mondial.

jeudi, 27 octobre 2022

La sécurité énergétique européenne entre les mains de la Turquie?

46359003_7.png

La sécurité énergétique européenne entre les mains de la Turquie?

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/10/26/euroopan-energiavarmuus-turkin-kasissa/

L'importance géostratégique de la Turquie est devenue embarrassante pour les politiciens finlandais qui pensaient que l'adhésion à l'OTAN serait un jeu d'enfant. Ils doivent maintenant attendre avec angoisse que le président Erdoğan ait la grâce de ratifier l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'alliance militaire.

Plus généralement, l'importance de la Turquie devient évidente pour d'autres personnalités politiques européennes alors que l'Europe se débat avec une crise énergétique qui s'aggrave. En effet, couper les liens avec la Russie n'a eu pour conséquences qu'une cascade de conséquences malheureuses.

"Qu'il s'agisse des exportations de céréales de la région de la mer Noire ou de l'approvisionnement en énergie des pays producteurs de l'Est, le Bosphore et les liens avec l'Eurasie jouent à nouveau, comme si souvent dans l'histoire, un rôle géopolitique crucial. Le fait est que la Turquie est désormais essentielle pour la sécurité européenne", écrit Karin Kneissl, ancienne ministre autrichienne des Affaires étrangères.

La part de la Russie dans les importations européennes de gaz est tombée à moins de 10 % depuis la perturbation politique du gazoduc Yamal-Europe et le sabotage du gazoduc Nord Stream.

Alors que la coopération énergétique entre la Russie et l'Europe a été délibérément réduite par les États-Unis, le partenariat entre la Russie et la Turquie n'a fait que s'intensifier. Déjà au début de 2020, le projet TurkStream a été lancé, et plus récemment, le 19 octobre, Erdoğan a annoncé qu'il s'était mis d'accord avec Poutine pour établir un centre d'approvisionnement en gaz naturel en Turquie.

Selon Poutine, la Russie peut faire de la Turquie une nouvelle route principale pour ses approvisionnements en gaz. Avec la construction d'un second gazoduc et la création d'un centre d'approvisionnement, le gaz russe continuerait d'être acheminé de la Turquie vers des pays tiers, notamment vers l'Europe. En outre, une bourse du gaz pourrait être mise en place en Turquie pour déterminer les prix.

Bien que l'UE souhaite, pour des raisons politiques, contourner les sources d'énergie russes, il s'agit déjà d'un projet géographiquement difficile. Alors que Bruxelles, sous la pression des États-Unis, est à l'agonie, la Turquie est l'un des pays heureux de pouvoir combler le vide de consommation.

South_Stream_mapdddffdffdd.png

La Turquie a déjà bénéficié en 2014 du projet SouthStream, qui est ensuite devenu TurkStream. L'UE a finalement perdu, tandis qu'Ankara a gagné, puisque l'UE achète désormais aussi du gaz russe via la Turquie.

Cette route énergétique sera encore étendue lorsque le projet gazier russe en Turquie démarrera. À mesure que la Russie adapte son rôle, la Turquie pourrait devenir un acteur clé de la sécurité énergétique de l'UE. En abandonnant la coopération directe avec la Russie, l'UE pourrait devoir négocier les questions énergétiques avec la Turquie à l'avenir.

En tant que plaque tournante pour divers projets énergétiques, Ankara a tenté par le passé de devenir membre de l'Union européenne, ce à quoi Bruxelles n'a pas consenti. Il semble maintenant que la Turquie change de cap et s'oriente vers l'Eurasie et deviendra bientôt membre de l'Organisation de coopération de Shanghai. Malgré son adhésion à l'OTAN, la coopération d'Ankara avec Moscou et Pékin ne fait que se renforcer.

L'UE a joué au poker énergétique avec les Américains et s'est retrouvée avec les cartes les plus faibles. Lorsque vous fuyez l'ours russe, vous rencontrez le loup gris turc. L'Europe deviendra-t-elle bientôt plus dépendante de la bonne volonté turque ?

La deuxième question est la suivante : les États-Unis - soupçonnés d'avoir fait sauter les gazoducs Nord Stream - permettront-ils à la Turquie, membre de l'OTAN, de conclure un tel partenariat énergétique avec la Russie ? Après tout, l'objectif a été de rendre l'Europe dépendante de l'Amérique pour l'énergie également. Selon des sources russes, il y a déjà eu des tentatives de sabotage du pipeline TurkStream.

Comme le suggère Kneissl, "les mois à venir montreront de façon éclatante à quel point les gouvernements de l'UE ont traité de façon irresponsable les besoins de sécurité énergétique du continent".

samedi, 08 octobre 2022

La guerre de l'OTAN, la crise énergétique et la menace nucléaire creuseront-elles la tombe de l'Europe?

https __static.nieuwsblad.be_Assets_Images_Upload_2022_09_28_54af9eef-a1e2-4e84-bad7-f0ceb428fe3d.jpg

La guerre de l'OTAN, la crise énergétique et la menace nucléaire creuseront-elles la tombe de l'Europe?

Par Luigi Tedeschi 

Source: https://www.centroitalicum.com/la-guerra-della-nato-la-crisi-energetica-e-la-minaccia-nucleare-saranno-la-tomba-delleuropa/

L'Europe sera déstabilisée par la crise économico-énergétique et subira un déclassement majeur dans la géopolitique mondiale. Les classes politiques européennes seront fustigées pour leurs responsabilités à s'être montrées incapables d'empêcher le déclenchement de cette guerre en Europe et pour les choix pro-atlantiques peu judicieux de leurs gouvernements.

Le sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et 2 dans la mer Baltique s'inscrit dans l'escalade du conflit en cours entre les États-Unis et la Russie dans le cadre de la guerre d'Ukraine. Ces sabotages ont eu lieu après les référendums qui ont sanctionné l'annexion à la Russie des régions de Zaporizhzhia, Kherson, et des républiques autoproclamées de Luhansk et Donetsk. Le courant dominant occidental les a qualifiés de "référendums de sotie" et d'illégaux, car ils se sont tenus dans des territoires sous occupation russe et où des opérations de guerre sont toujours en cours. Ces référendums sont donc illégitimes car ils ont été menés en violation flagrante de la Charte des Nations Unies. Il convient toutefois de noter que la Charte des Nations unies prévoit également le principe de l'autodétermination des peuples, qui a été invoqué pour légitimer la sécession armée du Kosovo contre la Serbie et, avec elle, le bombardement de Belgrade par l'OTAN qui a fait environ 2500 morts. Cependant, le principe d'autodétermination n'est pas considéré comme légitime dans le cas du Donbass, une région peuplée majoritairement de Russes. Sans parler des droits toujours ignorés de peuples tels que les Palestiniens et les Kurdes, dont les terres ont été soumises à des siècles d'occupation et dont les populations subissent une répression violente cyclique. Quant aux "référendums de sotie", les précédents historiques d'annexions territoriales sont innombrables, y compris le référendum qui a sanctionné l'unification de l'Italie, qui s'est déroulé d'une manière assez semblable.

Suite aux succès de la contre-offensive ukrainienne, la Russie avait l'intention de répondre par l'annexion des régions occupées et donc toute attaque contre ces territoires serait désormais considérée comme une agression directe contre la Russie.

C'est dans ce contexte de guerre qu'a eu lieu le sabotage des gazoducs reliant la Russie à l'Europe. Les dommages économiques sont incalculables et peut-être irréversibles d'un point de vue environnemental. Il a fallu de nombreuses années pour construire ces gazoducs, qui ont coûté environ 20 milliards de dollars. Nous assistons toujours à un va-et-vient des accusations entre la Russie et l'Occident. Les tensions de ce conflit sont exacerbées par les menaces nucléaires, les sanctions, les troubles internes et les appels de plus en plus répandus des pays occidentaux pour que leurs citoyens quittent la Russie.

Si la Russie était responsable de ces sabotages, cela pourrait être interprété comme un casus belli susceptible de provoquer un conflit direct entre la Russie et les États-Unis, puisque les attaques ont été menées dans les eaux territoriales des États membres de l'OTAN. Toutefois, ces actes de sabotage ne semblent pas compatibles avec la stratégie de Poutine consistant à exercer une pression sur une Europe qui, menacée par une crise énergétique dévastatrice pour son économie, serait poussée à lever les sanctions contre la Russie. En effet, Poutine pouvait exercer un chantage énergétique sur l'Europe simplement en coupant les approvisionnements. Ajoutez à cela le fait que ces attaques ne profitent ni à la Russie ni à l'Europe, puisque Gazprom possède 51 % des pipelines Nord Stream et que des entreprises allemandes, néerlandaises et françaises possèdent les 49 % restants. Parler alors de représailles contre l'Occident est totalement infondé, puisque le gazoduc qui traverse l'Ukraine pour transporter du gaz vers l'Europe est toujours en service.

aux-1664015401-333.png

Ce n'est pas vraiment une étrange coïncidence si, au même moment que les attentats, le nouveau gazoduc Baltic Pipe est entré en service en Pologne, par lequel le gaz norvégien sera importé en Pologne même, puis redistribué en Europe. La construction de ce gazoduc a pour objectif évident de couper l'approvisionnement en gaz russe de l'Europe. Mais surtout, le principal effet de cette diversification des approvisionnements énergétiques est de dévaloriser le rôle de l'Allemagne en Europe. Une fois que les relations économiques et énergétiques entre la Russie et l'Allemagne seront rompues, cette dernière perdra sa primauté européenne. En effet, l'Allemagne, par la construction des gazoducs Nord Stream, qui contournent la Pologne et l'Europe de l'Est, a été un importateur direct de gaz russe bon marché, qui a ensuite été redistribué en Europe. Cette crise entraînera donc une débâcle politique majeure pour l'Allemagne en Europe, étant donné sa nouvelle dépendance énergétique vis-à-vis de la Pologne, par les territoires de laquelle passe déjà l'oléoduc Druzhba qui fournit du pétrole aux Länder orientaux de l'Allemagne.

Les effets des attaques étaient prévisibles et immédiats. Le prix du gaz sur les marchés financiers a grimpé en flèche et les États-Unis ont saisi cette occasion propice pour augmenter leurs exportations de gaz liquéfié américain. Ce n'est pas une coïncidence si le secrétaire d'État américain Blinken a réaffirmé la nécessité de "mettre fin à la dépendance de l'Europe vis-à-vis du gaz russe". Cette position américaine est d'ailleurs corroborée par le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, qui, en rejetant comme absurdes les accusations portées contre la Russie, a déclaré : "Nous constatons une augmentation significative des bénéfices des compagnies énergétiques américaines qui fournissent du gaz à l'Europe.

Le prodige de qui concernant un tel sabotage est évident: la stratégie américaine dans cette guerre est de perturber l'approvisionnement en gaz russe et de déstabiliser ainsi l'UE. Les déclarations de l'ancien ministre polonais des affaires étrangères, M. Sikorsky, qui, outre l'impromptu "Tank you, USA" apparu sur Twitter, s'inscrivent parfaitement dans cette stratégie: "Tous les États baltes et l'Ukraine s'opposent à la construction de Nord Stream depuis vingt ans. Désormais, 20 milliards de dollars de ferraille gisent au fond de la mer, un autre coût pour la Russie et sa décision criminelle d'envahir l'Ukraine".  

nord-stream-explosion.png

L'hostilité des États-Unis à l'égard de la politique énergétique allemande trouve ses origines loin dans le temps. Tant Obama que Trump avaient déjà exprimé à plusieurs reprises l'aversion des États-Unis pour la construction de Nord Stream 2, menaçant de sanctions l'Allemagne. En effet, les États-Unis se sont toujours opposés à toute tentative d'émancipation de l'Europe vis-à-vis de l'Ouest américain. D'autre part, les accords économiques et énergétiques entre l'Allemagne et la Russie étaient un élément fondamental pour consolider l'autonomie allemande et européenne par rapport à la géopolitique de l'OTAN. Les États-Unis ont toujours craint que l'Allemagne ne passe du statut de géant économique à celui de puissance géopolitique autonome. Et la guerre en Ukraine s'est avérée être une occasion propice pour déstabiliser l'Europe et tuer dans l'œuf toute ambition autonomiste.

Ces sabotages étaient en tout cas prévus. Le 7 février 2022, Biden avait ouvertement déclaré lors d'une réunion avec Scholz : "Si la Russie envahit l'Ukraine, il n'y aura plus de Nord Stream"... "L'OTAN et nous sommes prêts à intervenir". En juin, des expériences de drones sous-marins ont eu lieu sur l'île de Bornholm (emplacement proche des sites de bombardement), du côté américain. La CIA elle-même avait récemment averti l'Allemagne d'éventuelles attaques contre les gazoducs de la Baltique. Le 13 septembre, des avions de guerre américains sont aperçus dans la zone baltique. De plus, il y a quelques jours, les navires américains se trouvaient à quelques kilomètres seulement de la zone de sabotage. Il semble donc y avoir suffisamment de faits et d'arguments pour comprendre comment la logique de ces attaques est parfaitement cohérente avec la stratégie de l'OTAN consistant à couper tous les liens entre l'Europe et la Russie.

L'Europe, déstabilisée par la crise économico-énergétique, l'escalade de la guerre et les menaces nucléaires, subira un déclassement majeur dans la géopolitique mondiale. L'Occident de l'OTAN sera la tombe de l'Europe. En outre, ce sont les prêts usuraires de la Norvège en matière d'énergie, la rapacité financière des Pays-Bas et surtout l'égoïsme nationaliste de l'Allemagne de Scholz, qui a opposé son veto à une politique énergétique commune en ce qui concerne la fixation du plafond des prix et la création d'une nouvelle relance énergétique, qui feront imploser la structure de l'UE de l'intérieur.

Ce qui est certain, c'est que les classes politiques européennes seront très prochainement tenues responsables de ce désastre vu leur incapacité à empêcher le déclenchement de cette guerre en Europe et vu les choix pro-atlantiques peu judicieux de leurs gouvernements.

Par l'économie de l'urgence (d'abord la pandémie puis la crise énergétique), et les virages politiques autoritaires qui se profilent avec la quatrième révolution industrielle, le modèle néolibéral occidental, associé à la primauté mondiale américaine, veut se perpétuer dans le temps et survivre à ses crises structurelles devenues cycliques et irréversibles. Cette crise va cependant entraîner de profondes transformations dans la géopolitique mondiale. Mais quel sera le coût en termes de vies humaines et de destruction irréversible des ressources naturelles et économiques du déclin progressif du néolibéralisme et donc de la primauté américaine et occidentale ?

vendredi, 07 octobre 2022

1982: quand la CIA a fait sauter le gazoduc russe

BIBU3_GR51FF9UU.1+FBI3_GHISLENGHIEN.jpg

1982: quand la CIA a fait sauter le gazoduc russe

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/1982-quando-la-cia-fece-esplodere-il-gasdotto-russo

En janvier 1982, le président Ronald Reagan a approuvé un plan de sabotage d'un gazoduc russe transsibérien. C'est ce qu'a révélé Thomas C. Reed, un officier de l'armée de l'air qui servait au Conseil national de sécurité à l'époque, dans son livre At the Abyss : An Insider's History of the Cold War, publié en 2004 par Ballantine Books, dont le Washington Post a publié une critique anticipée le 27 février 2004 sous la plume de David Hoffman.

718LrrRNb3L.jpg

Séparer l'Europe des sources d'énergie de l'URSS

La raison de l'opération coordonnée par la CIA, écrit Reed dans son livre, est à chercher dans le fait qu'"à l'époque, les États-Unis tentaient d'empêcher l'Europe occidentale d'importer du gaz naturel soviétique", afin d'affaiblir Moscou. Reed décrit à la fois l'"enthousiasme" de Regan lorsque l'opération lui a été proposée et la dynamique par laquelle elle a été réalisée.

Grâce à une taupe, la CIA a appris que l'Union soviétique tentait d'obtenir de l'Ouest les équipements technologiques nécessaires au fonctionnement du pipeline. La source a révélé à l'Agence à la fois les équipements que les Soviétiques tentaient d'acquérir et les canaux utilisés à cette fin.

La CIA a ensuite organisé une opération secrète visant à livrer à l'ennemi un "logiciel défectueux", dont la manipulation était toutefois si sophistiquée qu'il a pu passer sans problème les contrôles des techniciens soviétiques.

...et affaiblir l'économie soviétique (en attente de 1989)

Reed écrit: "Afin de perturber l'approvisionnement en gaz de l'Union soviétique, de supprimer ses revenus en devises fortes et d'affaiblir l'économie de l'URSS, le logiciel du gazoduc censé faire fonctionner les pompes, les turbines et les vannes était programmé pour se détraquer après un certain temps, pour être réactivé plus tard avec des vitesses de pompe accrues et des vannes réglées pour produire des pressions bien supérieures à celles supportées par les joints et les soudures des tuyaux.

L'opération se poursuivit et, à l'été 1982, l'oléoduc explose, produisant une détonation qui est également enregistrée par les satellites américains: le sabotage a produit "l'explosion et la boule de feu non nucléaire la plus monumentale jamais vue depuis l'espace", note Reed.

5c5deebd9fac7_155541n.jpg

Cette affaire, qui révèle l'un des nombreux épisodes du conflit sous-jacent qui a eu lieu pendant la guerre froide, est demeurée un "secret jalousement gardé", que Reed a révélé pour la première fois dans son livre, bien que, mentionne le WP pour confirmer l'indiscrétion, "certains détails concernant la technologie défectueuse ont été rapportés dans Aviation Week and Space Technology en 1986 et dans un livre de Peter Schweizer en 1995, intitulé Victory : The Reagan Administration's Secret Strategy that Hastened the Collapse of the Soviet Union.

Toute référence à des événements actuels est purement fortuite.

samedi, 01 octobre 2022

Plus jamais de gaz russe - les États-Unis prévoient de nouveaux sabotages

FduarwoVQAIVVZz.jpg

Plus jamais de gaz russe - les États-Unis prévoient de nouveaux sabotages

Source: https://zurzeit.at/index.php/nie-wieder-russisches-gas-usa-planen-weitere-sabotagen/

Joe Biden avait promis que le gazoduc "Nord Stream 2" n'existerait bientôt plus. Le président américain avait aussi répondu à la question de savoir comment cela pourrait se produire alors que l'Allemagne le contrôlait : "Je vous promets que nous y arriverons".

Il est intéressant de noter que la même nuit, des chutes de pression "accidentelles" se sont produites dans les gazoducs "Nord Stream 1" et "Nord Stream 2". Selon des informateurs, il s'agirait d'attaques ciblées. Depuis le début des sanctions contre la Russie et la promesse de livraison d'armes à l'Ukraine par l'UE, il serait évident que les Etats-Unis compteraient évidemment parmi les gagnants de la guerre en Ukraine. La conclusion selon laquelle les Américains sont impliqués dans cette affaire n'est donc pas tirée par les cheveux.

Tout le monde sait que l'UE se détourne depuis un certain temps de l'énergie russe (qu'elle achetait directement) et qu'elle mise, entre autres, sur le gaz de fracturation américain, très polluant et beaucoup plus cher, suite aux sanctions tant vantées. Mais il est nouveau que l'Union européenne, si soucieuse de la protection du climat, veuille se passer complètement du gaz russe peu polluant. Bien qu'un embargo sur le gaz n'ait pas encore été décidé officiellement, tout semble aller bel et bien dans ce sens. Les États-Unis tentent, disent-ils, d'aider l'Europe. Or l'acte de sabotage plus ou moins évident, qui vient d'être commis, vise à forcer l'UE à prendre une décision favorable au gaz de schiste américain. Qu'est-ce que les Américains ont à faire d'une catastrophe économique sur notre continent ? Au contraire, ils n'auront plus à se soucier d'un concurrent très sérieux sur le marché mondial.

Axel.Kassegger_1654200052.jpeg

Le porte-parole de la FPÖ autrichienne pour la politique étrangère Axel Kassegger (photo) demande donc à l'UE de faire toute la lumière sur cette affaire et de s'engager réellement pour les intérêts européens : "L'intérêt de l'Europe ne peut nullement être de se couper entièrement du gaz russe. Il est grand temps que l'UE fasse pression sur les deux belligérants pour qu'ils entament enfin des négociations sérieuses afin de mettre fin à la guerre le plus rapidement possible".

Il en appelle en outre à la raison: "Actuellement, l'Europe ne peut pas se passer du gaz russe, loin de là. Avec les défaillances techniques des gazoducs, l'approvisionnement ne tient plus qu'à un fil. Les récentes déclarations du président américain Biden méritent d'être remises en question. Un changement de mentalité doit enfin avoir lieu!". Il n'y a rien à ajouter à ces propos.       

vendredi, 30 septembre 2022

L'endommagement sans précédent des deux gazoducs Nord Stream et Nord Stream 2 est un acte de guerre contre l'Europe

Nord_Stream.jpg

L'endommagement sans précédent des deux gazoducs Nord Stream et Nord Stream 2 est un acte de guerre contre l'Europe

par Daniele Dell'orco

Source : Daniele Dell'orco & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-danneggiamento...

L'endommagement sans précédent des deux gazoducs Nord Stream et Nord Stream 2 est un acte de guerre contre l'Europe. C'est la seule considération qui ne laisse aucune place au doute.

Une attaque contre l'Europe menée dans les eaux territoriales européennes. Quels que soient les auteurs du sabotage, sept mois après le début de la crise, il est de plus en plus clair que beaucoup, sinon tous, les prétendants sont d'accord sur une chose : profiter des faiblesses de l'Union européenne, qui, de son propre aveu, est à la fois l'entité qui a le plus à perdre dans cette affaire et qui est la plus couchée. Les explosions des deux tronçons de gazoducs qui déversent plus de 2 milliards d'euros de gaz naturel dans la mer représentent le point le plus bas de l'histoire récente de l'UE.

Au moment où ils en auraient le plus besoin, les citoyens européens voient la ressource vitale, dont ils ne disposent hélas pas eux-mêmes, partir en fumée dans une de leurs propres mers intérieures, car elle se déverse hors des infrastructures que leurs gouvernements ont contribué à construire.

Alors que Nord Stream 2 AG est détenu à 100 % par Gazprom (bien que les Européens aient financé 50 % de l'infrastructure), dans Nord Stream AG, 51 % appartiennent aux Russes, 15,5 % chacun aux Allemands Wintershall Dea et E.ON, 9 % à la société néerlandaise Gasunie et 9 % à la société française Engie. NS 1 a coûté 7,4 milliards d'euros, contre 11 milliards d'euros pour NS 2.

Après la crise des turbines de cet été qui a fait flamber les prix du gaz naturel en Europe, Gazprom a réduit la capacité de pompage de Nord Stream à 20 %, un choix politique évident motivé d'abord par la maintenance d'une turbine dans l'usine canadienne de la société allemande Siemens (les autorités canadiennes n'ont pas voulu rendre l'unité en raison des sanctions anti-russes et l'ont transférée en Allemagne. Gazprom, à son tour, a refusé de prendre la turbine sans preuve documentaire que les sanctions n'affecteraient pas le transport et les réparations ultérieures), puis avec une fuite d'huile sur l'unité, qui a finalement cessé de pomper complètement et pour une période indéterminée.

Nord Stream 2, d'une capacité similaire (55 milliards de mètres cubes) et d'une longueur de plus de 1200 km, a été achevé en septembre 2021 avec du gaz encore plus sophistiqué déjà injecté dans ses deux tronçons, mais après avoir été longtemps combattu par les États-Unis, l'Ukraine et la Pologne, il n'est jamais entré en service car l'Allemagne a suspendu sa certification après que Moscou a reconnu l'indépendance des républiques du Donbass fin février.

Aujourd'hui l'incident est commenté mais avec l'habituel et énième ping-pong de blâmes et de reproches. Le fait qu'il s'agisse d'un sabotage ne fait même pas l'objet d'un débat. Mais il s'agit d'une opération sérieuse et loin d'être anodine, qui nécessite l'intervention de forces spéciales, comme des plongeurs ou un sous-marin. Les dommages causés aux pipelines pourraient être la responsabilité des forces ukrainiennes ou polonaises, dans les deux cas avec le soutien américain. Ceux qui soutiennent cette hypothèse estiment que Kiev pourrait accroître son attractivité de cette manière, puisque le gaz russe qui atteint encore l'Europe circule à partir de gazoducs traversant l'Ukraine (ainsi que TurkStream). En outre, les États-Unis pourraient profiter encore davantage de la hausse déjà massive des achats de GNL par l'UE. Enfin, en rejetant la responsabilité sur la Russie au plus fort de la tension, l'Ukraine pourrait pousser l'Europe à entrer de plain-pied dans le conflit en envoyant des chars, notamment allemands, déjà demandés par le conseiller de Zelensky, Podolyak.

L'autre version serait celle d'une opération russe menée sous faux drapeau, ce qui pourrait provoquer davantage d'incertitude et faire grimper les prix du gaz pour exacerber la crise du coût de l'énergie en Europe, qui s'est quelque peu calmée récemment avec des prix passant de plus de 3000 $ à 1900 $ par 1000 mètres cubes.

Une chose à considérer est que, si d'une part pour la Russie faire sauter une infrastructure qu'elle possède serait insensé d'autant plus qu'elle la contrôle déjà en éteignant simplement un interrupteur pour l'arrêter, d'autre part, précisément parce qu'elle est déjà éteinte, faire sauter des gazoducs ne change pas grand-chose à la politique d'approvisionnement en gaz de l'Europe. Du moins à court terme.

Avec un stockage complet, une consommation réduite et du GNL à volonté, l'UE pense qu'elle compense le manque (en payant des prix plus élevés), et il ne peut y avoir de problèmes qu'à l'avenir, car des pipelines sont nécessaires pour remplir les installations de stockage. Mais en quelques mois, ils pourraient être réparés et, de toute façon, les pays de l'UE ont déjà convenu de réduire leur consommation de gaz l'année prochaine et de diversifier leurs approvisionnements, de sorte qu'il n'est même pas certain qu'ils en auront besoin.

Le sabotage pourrait donc n'être qu'un avertissement à l'Europe que la route vers Moscou est désormais fermée à jamais et qu'il est donc temps de passer aux choses sérieuses. Le plus grand dommage, dans tous les cas, serait causé à la Russie, qui, de toute façon, n'aurait déjà logiquement que très peu de raisons de saboter ses actifs.

Ce qui est certain, en revanche, c'est que nous avons atteint un nouveau stade inquiétant dans l'escalade, précisément dans les mêmes heures où les référendums pour l'adhésion à la Russie des quatre régions, où se sont tenus des référenda, entre le Donbass et le sud de l'Ukraine ont pris fin, et précisément dans les mêmes heures où l'armée ukrainienne encercle Liman et pousse les Russes hors de Kupyansk. Ce sont des moments très tendus. Tant de choses d'une importance capitale se produisent en même temps. Mais le plus grave pour nous tous est qu'aujourd'hui la guerre est officiellement arrivée sur notre territoire.

jeudi, 29 septembre 2022

Sabotage de Nord Stream 1 & 2

sabotage-nord-stream-gimp-720x340.jpg

Sabotage de Nord Stream 1 & 2

par le comité de rédaction de Katehon

Source: https://www.ideeazione.com/il-sabotaggio-del-nord-stream-2/

Le 26 septembre, une fuite de gaz a été signalée sur les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2. L'opérateur du gazoduc a déclaré que l'incident, marqué par une chute de pression au niveau de Nord Stream 2, s'est produit dans la zone économique exclusive danoise, au sud-est de Bornholm. Les gazoducs offshore Nord Stream et Nord Stream 2 ont une capacité combinée de 110 milliards de m3. Aucun gaz n'était pompé au moment de l'urgence, mais il y avait du gaz de procédé à l'intérieur qui a atteint la surface de la mer.

Le ministère danois de la Défense a déclaré que la frégate Absalon et le navire environnemental Gunnar Thorson ont été envoyés sur le site de la fuite des pipelines Nord Stream et Nord Stream 2 en mer Baltique pour évaluer les circonstances.

Le Premier ministre danois a poursuivi en disant que les fuites des gazoducs Nord Stream sont considérées comme le résultat d'une action délibérée. Le journal Berlingske, citant l'Autorité énergétique danoise, a également rapporté que les fuites de Nord Stream pourraient être le résultat d'une action délibérée, car "il n'y a pas seulement une petite fissure mais, au contraire, un très gros trou".

La police suédoise, pour sa part, a déclaré avoir lancé une enquête préliminaire sur un éventuel sabotage lié à cette fuite de gaz de Nord Stream 1 dans la mer Baltique. "Nous avons rédigé un rapport et classé le crime comme relevant d'un sabotage grave", a déclaré un porte-parole de la police nationale.

Les sismologues suédois, pour leur part, ont déclaré que plusieurs explosions ont été détectées et que la deuxième explosion de Nord Stream était d'une puissance équivalente à plus de 100 kg de dynamite. Il s'agit donc clairement d'un sabotage délibéré.

Les dommages subis par les gazoducs offshore du système Nord Stream sont sans précédent. Il n'est actuellement pas possible d'estimer combien de temps il faudra pour restaurer l'infrastructure gazière de Nord Stream.

Coupables possibles

L'hebdomadaire Spiegel, citant des sources, écrit que les autorités américaines ont averti l'Allemagne, il y a plusieurs semaines, d'éventuelles attaques contre les gazoducs des États riverains de la mer Baltique.

Le 7 février, le président américain Joe Biden avait déclaré ouvertement : "Si la Russie envahit, je veux dire, si ses chars et ses troupes traversent la frontière ukrainienne, une fois de plus, il n'y aura plus de Nord Stream 2, nous y mettrons fin... Nous le ferons... Je vous promets que nous pouvons le faire". L'ancien ministre polonais des Affaires étrangères Radek Sikorski (qui a étudié au Royaume-Uni et a été longtemps citoyen de ce pays, ayant même été ministre) a remercié dans un tweet les États-Unis pour avoir saboté Nord Stream.

La presse néo-conservatrice américaine a décrit la situation avec un cynisme particulier, suggérant que l'Allemagne en souffrira. Et en tentant d'indiquer que c'est dans l'intérêt de la Russie. 'Trois pertes en deux jours ? Wow, quelle honte ! Il semble que le gazoduc s'effondre et qu'il ne sera tout simplement pas un moyen fiable d'acheminer le gaz naturel de la Russie vers l'Allemagne. Je pense que les espoirs de voir l'Allemagne et la Russie mettre de côté leurs différends concernant l'invasion de l'Ukraine et restaurer la dépendance à long terme de l'Allemagne vis-à-vis de l'énergie russe ne se concrétiseront pas dans un avenir proche. Une chance terrible pour Vladimir Poutine et le Kremlin, qui pensaient manifestement qu'un hiver froid avec des approvisionnements énergétiques limités forcerait l'Allemagne et d'autres pays européens à revenir à la table des négociations. Presque n'importe qui aurait pu bloquer le pipeline, mais celui qui l'a fait voulait s'assurer que les pipelines Nord Stream ne seraient pas utilisés pendant longtemps".

Des tentatives similaires de blâmer la Russie ont suivi de la part de plusieurs politiciens européens et américains. Mais comme le transit du gaz vers l'Allemagne passe désormais par l'Ukraine, il ne s'agit pas de bloquer complètement le gaz, mais d'exclure l'exploitation de corridors de transport de gaz passant exclusivement par la mer Baltique. Cela profite non seulement à l'Ukraine, mais aussi à la Pologne, aux États baltes et, indirectement, aux États-Unis. Le timing du sabotage est tel que les investissements des pays européens dans le gazoduc et l'intérêt pour le gaz russe ne sont plus une priorité. Même si le prix de l'essence a de nouveau augmenté depuis l'incident.

Outre les déclarations, d'autres preuves indiquent l'implication des États-Unis dans l'accident. Il a été enregistré que des hélicoptères et des avions militaires américains ont volé à plusieurs reprises le long de la route du Nord Stream. Ces manœuvres ont eu lieu dans la première moitié du mois de septembre. On sait que des hélicoptères Sikorsky MH-60S utilisant l'indicatif FFAB123 étaient impliqués.

BALTOPS-22, un exercice dirigé par les États-Unis, s'est déroulé en été dans la région de l'île de Bornholm, près du site du sabotage. Il a été rapporté que "la marine américaine continue d'utiliser l'exercice comme une occasion de tester de nouvelles technologies... En soutien à BALTOPS, la 6ème flotte de la marine américaine, en collaboration avec les centres de recherche et de guerre de la marine, a déployé les dernières avancées en matière de drones de détection de mines sous-marines dans la mer Baltique pour démontrer leur efficacité dans des scénarios opérationnels. L'expérience a été menée au large de Bornholm, île danoise, avec des participants du Pacific Information Warfare Center de la Marine, du Newport Underwater Warfare Center de la Marine et du Mine Warfare Readiness and Performance Measurement Center, sous la direction de l'US Navy 6th Fleet Task Force 68.

Le 22 septembre, un détachement de navires de l'US Navy, dirigé par le navire d'assaut amphibie polyvalent Kearsarge, quitte la mer Baltique pour la mer du Nord. On peut supposer que les sous-mariniers américains auraient pu placer des mines sous trois points du pipeline, puis faire exploser les dispositifs (à distance ou en mode différé).

Washington est clairement à l'origine d'une escalade. Il est difficile de prévoir quel sera le prochain coup : détournement d'un navire de transport ou pillage des propriétés russes à l'étranger. Évidemment, il faut être prêt à toute provocation et donner une réponse immédiate et ferme.

mercredi, 28 septembre 2022

Détruire le gazoduc Nord Stream et "Fuck the EU !"

Gasleck-Nordtsream-4-3-108014400240-1440x1080.jpg

Détruire le gazoduc Nord Stream et "Fuck the EU !"

Par Dimitris Konstantakopoulos

Source: http://www.defenddemocracy.press/destroy-the-nord-stream-fuck-the-eu/

"Merci les USA" écrit sur son compte twitter l'ancien ministre des affaires étrangères de Pologne, membre du comité directeur du Club Bilderberg et actuel député européen Roman Sikorski (https://news.antiwar.com/2022/09/27/explosions-cause-major-damage-to-both-nord-stream-pipelines/). Sikorski fait référence au sabotage, selon toutes les indications, des deux pipelines sous-marins Nord Stream capables de transporter le gaz naturel de la Russie vers l'Allemagne. Sikorsky se réjouit que la Russie paie le prix de ses opérations en Ukraine et voit le pipeline de vingt milliards de dollars gisant inutilisable dans les profondeurs de la mer Baltique.

5ad04bd945f4ba24f60c018134a8267384bc638f348bd8fc6e65f0e4bc74074d_1.jpg

Les États-Unis nient bien sûr avoir un quelconque lien avec le sabotage du gazoduc. Mais normalement, les soupçons se portent sur eux, étant donné les nombreuses déclarations de responsables américains contre les deux pipelines. En janvier dernier par exemple, le président Biden lui-même a eu le dialogue suivant avec des journalistes :

Président Biden : "Si la Russie nous envahit... alors il n'y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin".

Journaliste : "Mais comment ferez-vous cela, exactement, puisque... le projet est sous le contrôle de l'Allemagne ?"

Biden : "Je vous promets que nous serons en mesure de le faire". (http://abcn.ws/3B5SScx). 

Quant à la secrétaire d'État adjointe Victoria Nuland (et l'un des protagonistes du coup d'État à Kiev en 2014), elle l'a dit en janvier dernier : "Si la Russie envahit l'Ukraine, d'une manière ou d'une autre, Nord Stream 2 n'avancera pas" (souligné par nous). 

Maintenant, Zelenski s'est précipité pour accuser la Russie d'être responsable du sabotage. Cette affirmation est plutôt ridicule comme l'était son autre affirmation selon laquelle les Russes bombardaient la centrale nucléaire de Zaporizhie, ce qui l'occupe (ou l'accusation contre Poutine selon laquelle il est responsable de l'assassinat d'un journaliste russe soutenant sa campagne ukrainienne à Moscou). 

Bien que ridicules, de telles affirmations sont utiles aux forces extrémistes et aux services secrets qui contrôlent et utilisent le président ukrainien comme un provocateur international, afin même d'intervenir dans la vie intérieure de l'Allemagne au nom du "parti de la guerre" international.

Dans un environnement public occidental dominé par l'hystérie anti-russe, il est presque impossible de trouver des médias qui exposent le ridicule de telles affirmations, notamment par crainte de paraître pro-russe.

Confrontés au dilemme de croire les moyens auxquels ils font confiance ou leur esprit contre eux, les citoyens sont jetés dans une confusion généralisée. C'est aussi la logique de Goebbels: mentez, mentez, il en restera quelque chose.

Avec les deux pipelines en bon état, la Russie tient largement en main l'approvisionnement énergétique de l'Allemagne. Moscou peut fournir du gaz si elle le souhaite ou peut refuser de le faire. Pour que les pipelines soient une arme entre ses mains, comme l'affirme Bloomberg, la Russie a besoin que les pipelines existent et puissent fonctionner.

Mais si les gazoducs sont en état de marche, l'Allemagne peut aussi, si elle décide de changer sa politique à l'égard de l'Ukraine, par exemple sous la pression du manque d'énergie, rétablir immédiatement le flux complet du gaz russe vers elle.

Au contraire, avec les deux pipelines hors service, Berlin est désespérément dépendante des États-Unis pour son approvisionnement en énergie, il lui sera donc beaucoup plus difficile de changer de politique sur l'Ukraine, si elle le souhaite.

En d'autres termes, ce que le sabotage des deux pipelines accomplit, c'est qu'il prive d'une part la Russie de son "arme" et que, d'autre part, il lie l'Allemagne et, d'une manière plus générale, l'Europe, à la politique belliciste de l'OTAN qui continue son action contre la Russie. Cela prouve ainsi, une fois de plus, que nous n'avons pas seulement affaire à une guerre contre la Russie, mais, aussi, à une guerre indirecte contre l'Europe lancée par l'"Empire". 

skynews-nord-stream-gas-leak_5912785.jpg

C'est l'Europe qui paie le coût des sanctions, son économie étant désormais sous la menace d'un effondrement complet, d'autant plus que le conflit autour de l'Ukraine s'intensifie. Les Etats européens, leur économie, leurs forces armées et leurs services secrets deviennent plus que jamais dépendants des Etats-Unis. L'Europe perd toute possibilité de cultiver des relations équilibrées avec Washington et Moscou, ce qui est une condition préalable à toute autonomie européenne. Elle se transforme en vassal total des Etats-Unis (Oscar Lafontaine : "L'Allemagne agit comme un vassal américain dans la guerre d'Ukraine" | cf. Defend Democracy Press) et de l'Empire international de la finance "super-impérialiste" (pour reprendre la terminologie de Kautsky) qui dirige l'"Occident collectif".

Cela ne doit pas être une surprise pour ceux qui connaissent les stratégies américaines et, en particulier, celles des néocons. L'une des idées principales qui sous-tendent leurs textes, comme par exemple le rapport Wolfowitz ou le Projet pour un nouveau siècle américain, est que Washington doit tout faire pour ne pas permettre à deux des pôles de puissance mineurs du monde (par exemple l'Europe et la Russie ou la Russie et la Chine) de développer des relations privilégiées entre eux, car dans ce cas ils remettraient en cause la domination mondiale des Etats-Unis. 

La destruction des relations Europe - Russie est un objectif secondaire, non déclaré mais très important de la politique ukrainienne des Etats-Unis depuis de nombreuses années. Nous avons eu une manifestation de cette politique lors de la crise ukrainienne de 2014. Les ministres des affaires étrangères français, allemand et polonais se sont alors rendus à Kiev et ont négocié un accord permettant une sortie pacifique de la crise. Les auteurs du coup d'État, dont le Secteur droit et d'autres paramilitaires d'extrême droite, ont attendu que leur avion quitte Kiev et, aussitôt après, ont lancé leur provocation suivie immédiatement de leur coup d'État armé contre Ianoukovitch. 

Une phrase prononcée alors par Victoria Nuland est devenue célèbre : "Fuck the EU!". 

Nous devons maintenant souligner le fait que trop peu d'Etats ont la capacité technique d'entreprendre une opération comme celle qui a été mené contre le Nord Stream et, également, une chance raisonnable de la garder secrète pendant une longue période après celle-ci. Je crois qu'il nous est conseillé de ne pas tirer de conclusions hâtives quant à savoir qui était directement responsable. 

Au contraire, il est presque certain que le sabotage des pipelines (alors que les référendums dans le Donbass et ailleurs avaient lieu), a été planifié et décidé par les centres de pouvoir de l'"Empire profond" et du "Parti de la guerre", contrôlant tout l'"Occident collectif" et même les États-Unis eux-mêmes. Nous avons vu l'action de ce parti à plusieurs reprises, non seulement sur le front de la crise ukrainienne, mais aussi de celles du Moyen-Orient et de la Chine. Maintenant, ils semblent avoir détourné, en quelque sorte, tout l'establishment politique occidental. 

À propos, Mme Victoria Nuland est une personne clé qui relie tous ces "fronts". Elle était la conseillère du républicain Dick Cheney lorsqu'il a lancé les guerres au Moyen-Orient et elle était également secrétaire d'État adjointe sous le président démocrate Obama, lorsque la crise ukrainienne a éclaté.  

Tant que le parti de la guerre ne rencontre aucune résistance sérieuse, que ce soit de la part de l'establishment politique, économique et médiatique occidental, ou des mouvements et partis de masse en Europe et en Amérique, ou des prétendus "intellectuels", il peut généraliser sans limites le conflit avec la Russie. Ils ne provoqueront pas la défaite de la Russie comme ils l'espèrent, mais ils tendent à conduire l'"Occident collectif" au néo-fascisme ("néoclassique" ou "postmoderne") et à une guerre mondiale totale.

Malheureusement, la plupart des politiciens, intellectuels, analystes ou activistes européens, même ceux qui, parmi eux, sont considérés comme radicaux, car ils ont vécu toute leur vie dans des temps relativement libres et prospères, semblent être organiquement incapables de réaliser pleinement vers quel type de précipice nous nous dirigeons et d'agir en conséquence.

jeudi, 08 septembre 2022

Plus jamais de gaz russe. Ce n'est pas Poutine qui l'a dit, mais les Anglo-Saxons

d23bbb04916322c79dc645e7e34f199f-1655208705.jpg

Plus jamais de gaz russe. Ce n'est pas Poutine qui l'a dit, mais les Anglo-Saxons

par Maurizio Blondet

Source : Maurizio Blondet & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/gas-russo-mai-piu-ma-non-lo-ha-detto-putin-bensi-gli-anglosassoni

Supposons que les choses en Ukraine tournent bien, c'est-à-dire tournent comme les souhaits, les rêves ou les cauchemars déclarés de l'OTAN, des Occidentaux et des Anglos le voudraient : Zelensky gagne la guerre et triomphe, Poutine est vaincu, il est pendu à Nuremberg, et un gouvernement soumis aux souhaits de l'Occident est installé à Moscou, qui célèbre son premier jour d'installation par une Gay Pride (nos valeurs). Pensez-vous qu'ensuite, pacifiés, l'Alliance atlantique et les États-Unis nous laisseront, nous Européens, recommencer à acheter du gaz et du pétrole russes, comme avant ? Que nous reviendrons à cette normalité qu'ils appellent maintenant "la dépendance de l'Europe au gaz russe" ?

Enlevons cela de nos têtes. Les États-Unis et les Anglos ont manigancé le réarmement et la préparation de l'Ukraine et fomenté toutes les provocations qui ont conduit Poutine à déclencher le conflit, dans le but même de couper et de sceller les veines énergétiques russes qui fournissaient pacifiquement et à bon marché du gaz, du pétrole brut, du charbon au demi-milliard d'Européens et assuraient leur bien-être. L'Europe, et non la Russie, était dès le départ la cible à frapper par la crise conçue depuis belle lurette pour être mise en œuvre. Les Anglos ont pour eux la théorie de McKinder qui dit : celui qui domine le heartland domine un monde de terre - inatteignable par les navires prédateurs de l'empire britannique - qui s'étend sans interruption de l'Europe à la Chine en passant par la Russie, un immense ensemble continental autosuffisant, qui commerce par le rail, qui n'a nul besoin de dépendre des puissances atlantiques.

Disposer d'une théorie géopolitique est l'une des raisons du succès ; les Allemands qui n'en ont pas, et qui n'ont plus d'érudit qui l'a énoncée de manière lucide, sont nettement désavantagés : ils intégraient leur économie au gaz et au pétrole brut russes sans le dire, entre chiens et loups, laissant les choses "se faire" ; et ils sont perdants parce qu'ils n'osent pas énoncer, ni même concevoir, la théorie qui les sauverait (et nous sauverait tous) : "Rester avec Poutine" et s'intégrer à l'est jusqu'en Chine et en Iran.

La victoire de la théorie anglosphérienne de MacKinder a un facteur aggravant pour nous : elle n'est pas censée être appliquée temporairement. La pénurie de gaz et de pétrole brut - foudroyante et autodestructrice pour nos économies - est censée devenir une donnée permanente. Ben van Beurden, directeur général de Shell en Europe, a été clair : le gaz devra désormais être rationné sur le vieux continent, car les pénuries pourraient durer plusieurs années. Pour le Premier ministre belge, le diagnostic est le suivant : la crise durera cinq à dix ans. Mais la vérité est venue de la bouche de l'ancien vice-président d'Aramco, la principale compagnie pétrolière d'Arabie saoudite, qui a une fois de plus réitéré la position du gouvernement de son pays face aux demandes du président américain Joe Biden d'augmenter la production de pétrole : ce n'est pas un problème passager, car il n'y a pas assez de capacité de production dans le monde pour remplacer le gaz russe qu'importait l'Europe.

La passivité et la soumission avec lesquelles le ministre allemand de l'économie et le chef de la principale association d'entreprises du pays ont averti la semaine dernière que l'Allemagne se dirigeait vers l'abîme d'une désindustrialisation rapide sont remarquables. Nombre de ses entreprises, grandes et petites, sont soumises à une "pression énorme menant à une rupture structurelle", ont-ils déclaré, et à leur fermeture éventuelle - acceptant l'épuisement du "modèle économique" centré sur l'utilisation massive d'énergie, principalement importée de Russie, et à des prix inférieurs à ceux que proposent les États-Unis et d'autres exportateurs du monde.

Dans le Corriere, Federico Fubini énonce l'adhésion totale du pouvoir italiote à la théorie de MacKinder : "la guerre économique entre la Russie et l'Union européenne est loin d'être terminée. Et la seule certitude est que le camp capable d'encaisser le plus longtemps les sacrifices que ce conflit implique l'emportera".

Attendre un sauvetage anglo-saxon, qu'attendre du leadership sans qualité de l'Allemagne ?

Mais la crise énergétique touche également les États-Unis. Les administrations Trump et Biden ont toutes deux fait pression par le passé sur l'Allemagne pour qu'elle remplace les importations de gaz russe par du gaz américain, même si celui-ci est plus cher. Aujourd'hui, cependant, les États-Unis n'ont pas la capacité de fournir à l'Europe le gaz qu'ils produisent. Son prix a augmenté de 21,8 % depuis le 2 août, alors que les réserves stratégiques d'énergie chutent à des niveaux dangereux. Cette situation a incité l'administration Biden à demander aux compagnies pétrolières d'arrêter immédiatement les exportations, avertissant que si elles ne le font pas, le gouvernement prendra des mesures d'urgence. Il se trouve qu'à la veille des élections de mi-mandat, le gouvernement se tourne vers sa production pour stabiliser les prix locaux de l'essence.

Entre-temps, la tourmente financière met en évidence un écart grandissant entre la spéculation sur les prix à terme de l'énergie et les réserves physiques d'énergie. La semaine dernière, un rapport de Goldman Sachs a confirmé que le manque de liquidités entraîne une extrême volatilité financière des prix de l'énergie et que cela coexiste avec un resserrement croissant des stocks physiques, ce qui laisse présager de nouvelles turbulences dans les prix de l'énergie. Dans le même temps, de nouveaux alignements importants apparaissent sur la scène géopolitique. La récente signature d'un protocole d'accord entre les gouvernements de la Russie et de l'Iran implique l'investissement de 40 milliards de dollars pour exploiter conjointement leurs réserves de gaz naturel, qui sont parmi les plus importantes au monde.

Il y a un avenir dans le Heartland, mais pas pour nous ...

mercredi, 07 septembre 2022

Nous avons mis nos têtes dans la bouche du canon

0-16602.jpg

Nous avons mis nos têtes dans la bouche du canon

par Maurizio Murelli

Source : Maurizio Murelli & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/abbiamo-infilato-la-testa-nella-bocca-del-cannone

Résumé

Une fois la guerre froide terminée et l'URSS implosée, l'Occident a commencé à rogner sur les intérêts nationaux de la Russie : élargissement de l'OTAN à l'Est en violation des pactes, agression armée contre des nations qui étaient sous le parapluie protecteur de l'URSS, telles la Serbie, la Libye, la Syrie, l'Irak. Il faut noter que la Russie est mise en cause pour son intervention armée dans le Donbass pour protéger la population qui est en fait soumise à un massacre depuis huit ans avec l'aval des Occidentaux, alors qu'il aurait été légitime et normal qu'en Irak, parmi les casus belli avancés par les Américains, il y ait la protection des Kurdes que Saddam aurait réprimés et contre lesquels des armes chimiques inexistantes étaient sur le point d'être utilisées : huit ans de guerre et des millions de morts. Passons sur l'instrumentalisation des Kurdes et le sort qui leur est réservé en Syrie ou sur la table de négociation pour élargir l'OTAN, passons à la "Légion étrangère" américaine composée d'Européens qui agissent contre les intérêts des Européens.

Après vingt ans de pression sur la Russie, cette dernière réagit lorsque ce qu'elle a toujours considéré comme une ligne rouge insurmontable est franchie : l'annexion de facto de l'Ukraine au système de l'OTAN (qui a aujourd'hui également son mot à dire sur les questions politiques et dicte l'ordre du jour) et sa transformation en une base militaire potentiellement hostile à la Russie. Une nation, l'Ukraine, déjà en faillite économique et littéralement achetée par les Occidentaux, une nation que les mêmes institutions et organisations occidentales ont, dans des temps pas si lointains, déclarée tout sauf démocratique et parmi les meilleurs endroits du monde pour la corruption, une base logistique pour la contrebande d'armes vers l'Afrique et le Moyen-Orient, etc.

Ayant franchi la ligne et empêché ce que l'Occident avait l'intention de faire à son détriment, la Russie est intervenue pour rétablir l'ordre. Et l'Occident, sous l'impulsion des Américains, entre en guerre contre elle : "pour défendre la démocratie lésée", déclare-t-il. Il soutient militairement l'Ukraine et mène une guerre commerciale contre la Russie en annonçant qu'il la mettrait en faillite en une semaine. Le déroulement de ces sanctions, même un imbécile le comprend.

Maintenant, après la question des céréales ukrainiennes sans lesquelles le tiers monde mourrait de faim - alors que, allez savoir pourquoi, on a pu faire partir vingt cargos d'Ukraine, 19 sont arrivés en Europe et un seul est parti vers l'Afrique - la question du gaz est au centre. Ce gaz que l'UE a immédiatement (au lendemain du 24 février) menacé d'arrêter d'acheter "parce qu'avec le gaz Poutine finance la guerre" et qui, maintenant que c'est Poutine qui fait le plein et menace de ne pas fournir, met les chancelleries européennes en ébullition, mettant à nu toute l'insipidité des dirigeants européens. Les gazettes et les politiciens, d'un côté, disent que le prix stratosphérique du gaz n'est pas dû à la guerre mais à la spéculation, de l'autre, parlent de chantage et de représailles poutiniennes (sic !), lui imputant directement le coût du gaz.

Le coût du gaz a commencé à augmenter des mois avant l'intervention russe en Ukraine, mais même si on ne vous le dit pas, il est évident que les spéculateurs étaient bien conscients qu'il y aurait tôt ou tard une guerre en Ukraine. Il est soit naïf, soit de mauvaise foi de prétendre qu'il n'y a pas d'interconnexion entre l'appareil militaro-politique et les bourses, qu'elles traitent de la finance, du gaz ou des navets. En Ukraine, tout était prêt pour lancer une attaque majeure... sur le Donbass et la Crimée, et cela se savait, et dans quelle mesure cela se savait !

Avant l'établissement de la "bourse du gaz", le gaz était acheté par les États avec des contrats à long terme, et l'Italie a encore plusieurs contrats de ce type. C'est pour cette raison que l'ENI a pu réaliser un bénéfice de 700% supérieur, se chiffrant à sept milliards, cette année. Elle vend le gaz qu'elle achète encore au prix prévu par les anciens contrats au prix fixé par la bourse aujourd'hui.

Mais au-delà de la question du prix, le problème aujourd'hui pour l'Europe, et pour l'Italie en particulier, est la disponibilité du gaz, qu'il coûte toujours les 2 euros auxquels il nous était vendu auparavant, ou les 10 euros fixés par la bourse néerlandaise. Et le gaz de la Russie est indispensable. Sans ce gaz, il y aura de la souffrance, pour les familles, pour les entreprises, pour l'économie. Sans le gaz nécessaire, les entreprises vont sauter et on estime que 100.000 entreprises sont d'ores et déjà en danger, avec un million de travailleurs qui seront licenciés ou mis au chômage.

Comment pourrait-on s'en sortir ? Tout d'abord en envoyant le système libéral au diable et en reprenant les négociations directes sur l'achat de gaz à la Russie (la Hongrie le fait), puis en échappant aux sanctions que les États-Unis nous imposent. Car les problèmes pour nous ne viennent pas seulement du gaz. Ou avons-nous oublié la question des engrais, des "terres rares", des différents métaux indispensables à l'industrie, de l'aluminium au cuivre, etc., sans lesquels les entreprises feront immanquablement faillite ?

Hier, M. Zelensky a téléphoné à l'UE germano-centrée pour réclamer un huitième train de sanctions, tandis que la disposition visant à empêcher les touristes russes de venir en Europe a été adoptée à la hâte. Et comme si cela ne suffisait pas, Mme Truss, celle qui affirme n'avoir aucun problème à utiliser des bombes atomiques, est sur le point d'arriver à la tête du gouvernement britannique. Elle s'entendra bien avec Meloni qui, hier encore, n'a pas dédaigné de s'incliner inconditionnellement devant le délire atlantiste, rabrouant en fait Salvini qui, en revanche, avait vu juste sur les sanctions.

Nous ne sommes pas du tout bien placés. Nous avons mis notre tête dans la bouche du canon. L'Europe a décidé de se suicider spectaculairement.

mardi, 06 septembre 2022

Les États-Unis pompent les poches des Européens avec l'excuse de la guerre

istockphoto-1133200824-612x612.jpg

Les États-Unis pompent les poches des Européens avec l'excuse de la guerre

par Luciano Lago

Source: https://www.ideeazione.com/gli-stati-uniti-stanno-ripulendo-le-tasche-degli-europei-con-la-scusa-della-guerra/

L'Occident collectif parle de l'introduction éventuelle d'un plafond sur les prix du pétrole en provenance de Russie. Toutefois, Moscou ne vendra pas d'or noir aux pays qui prennent une telle mesure, a déclaré le vice-premier ministre Alexander Novak. Quelles conséquences se cachent derrière le désir des États-Unis et de leurs alliés d'isoler la Russie, a demandé l'expert en économie Dmitry Adamidov.

Novak a qualifié de complètement absurde l'idée que les pays du G7 présentent un plan visant à limiter le prix du pétrole russe. L'idée de l'Occident menace la sécurité énergétique du monde entier, a-t-il ajouté. Moscou ne travaillera pas dans des conditions non commerciales.

L'histoire se répète, affirme l'expert économique indépendant Dmitry Adamidov. La Russie a déjà connu des situations similaires: certains pays hostiles ont refusé de payer le gaz en roubles, tandis que d'autres ont refusé d'acheter directement le carburant.

"L'histoire était assez révélatrice. Rien n'a changé, les médiateurs sont juste apparus après les scandales et les cris. Le pétrole fait peut-être une diversion, mais pas tout: des concepts comme le 'mélange letton', le 'pétrole belge' sont apparus. D'où viendrait bien le pétrole en Belgique? Cela semblerait étrange qu'il y en ait. En général, les propres intermédiaires de l'UE en tirent toujours de l'argent", a ajouté l'interlocuteur de PolitExpert.

Cette fois, la situation avec les intermédiaires se répétera, dit l'économiste. Peu importe le nombre de pays qui s'accordent pour fixer un plafond de prix. Selon M. Adamidov, les restrictions imposées peuvent facilement être levées en cas de besoin.

L'Europe fixera un prix plafond pour le pétrole russe, la Russie le vendra en passant par des intermédiaires asiatiques ou américains (comme c'est déjà le cas actuellement avec l'Inde et la Turquie). Le Venezuela peut fournir du pétrole russe. L'Iran peut être mis sur le marché, bien sûr, mais il n'a pas autant de volume pour conquérir une niche. Mais elle conclura simplement un contrat avec la Fédération de Russie et le pétrole russe ira en Europe, mais il sera appelé "iranien".

La Russie a de grandes possibilités de réorienter le marché, la décision de l'Occident ne jouera donc pas un rôle majeur. Il s'agit d'une performance américaine, qui est jouée pour "prendre de l'argent dans la poche des consommateurs" en Europe et dans d'autres pays sous le prétexte de combattre la Fédération de Russie, dit l'interlocuteur de PE. Par conséquent, les restrictions sur le pétrole russe aggraveront une crise qui s'est déjà aggravée, a-t-il conclu :

"L'économie européenne s'effondre. D'ailleurs, les Européens le comprennent, mais ne peuvent rien faire. C'est ainsi que se manifeste leur indépendance politique. De cette manière sophistiquée, les Américains et les autres parties intéressées résolvent leurs problèmes : ils détruisent l'industrie européenne, qui a toujours été l'alliée de la Russie. Les derniers fonds et fournitures sont retirés des poches de la population".

Les pays européens ont ressenti toute la force des sanctions anti-russes, plongeant dans une crise énergétique. Le politologue finlandais Johan Bäckman a prédit des émeutes en Finlande en raison des sales coups perpétrés par le gouvernement d'Helsinki dans la lutte contre la crise énergétique.

Note : Il est difficile de comprendre la logique de la position des eurocrates de Bruxelles qui, dans une situation de marché caractérisée par une forte prévalence de la demande d'énergie sur l'offre, prétendent mettre en place un cartel d'achat au rabais. La manœuvre des eurocrates cache en réalité une subordination aux intérêts des multinationales américaines et une volonté de favoriser les lobbies intermédiaires.

mercredi, 31 août 2022

Des identitaires occupent le terminal Nordstream: "L'automne chaud est ouvert !"

Sellner-49f18897.jpeg

Des identitaires occupent le terminal Nordstream: "L'automne chaud est ouvert !"

Source: https://zuerst.de/2022/08/31/identitaere-besetzten-nordstream-terminal-der-heisse-herbst-ist-eroeffnet/

Lubmin. Une action spectaculaire qui a valeur de signal : une poignée d'activistes issus du mouvement des "Identitaires", dont le porte-parole autrichien du mouvement, Martin Sellner, ont symboliquement occupé lundi le terminal du gazoduc russo-allemand Nord Stream 2 en mer Baltique à Lubmin, donnant ainsi du poids à leur revendication d'ouvrir le gazoduc.

Une vidéo publiée sur Twitter montre Sellner devant le terminal. Derrière lui, plusieurs personnes tiennent une pancarte sur laquelle on peut lire "Ouvrir Nord Stream 2".  Sellner avait lui-même publié la vidéo originale sur son canal Telegram.

"Nous exigeons l'ouverture immédiate de Nord Stream 2 et un référendum, une décision populaire sur la politique énergétique et de sanctions de la République fédérale", a déclaré Sellner dans la vidéo. Il a en outre menacé de mettre lui-même le gazoduc en service. "S'ils ne donnent pas de gaz, nous donnerons du gaz. Nous sommes ici aujourd'hui pour ouvrir Nord Stream 2". La vidéo montre que les activistes étaient équipés de fumigènes pyrotechniques et qu'ils étaient encagoulés. La police a arrêté plusieurs activistes, mais la plupart d'entre eux ont réussi à se réfugier dans un bois et à échapper à l'intervention policière.

nordstream-aktion.jpg

Dans une interview, Sellner a souligné que l'action de Lubmin avait permis d'"occuper" un sujet important dans le débat public : "Nous avons ainsi posé la première pierre, nous avons occupé le terrain autour de Nordstream 2 - littéralement et en termes de contenu". Il est en outre décisif que "l'action remplisse son véritable objectif. Elle doit inspirer notre camp et le mobiliser pour les batailles et les défis à venir. Il n'y aura pas de répit ni de sommeil. L'automne chaud est ouvert !" a déclaré Sellner en faisant référence à la situation de crise croissante en Allemagne.

La procédure de certification du gazoduc Nord Stream 2 en mer Baltique a été suspendue par le gouvernement allemand. Toutefois, les appels à la mise en service se font de plus en plus pressants, y compris dans le monde politique. (rk)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands: https://zuerst.de/abo/ !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

samedi, 20 août 2022

Un politologue hongrois: l'Allemagne craint plus les Etats-Unis que la Russie

4-format1001.jpg

Un politologue hongrois: l'Allemagne craint plus les Etats-Unis que la Russie

Source: https://contra24.online/2022/08/ungarischer-politologe-deutschland-fuerchtet-die-usa-mehr-als-russland/

Pour le politologue hongrois Zoltán Kiszelly, il est clair qu'à Berlin, on a plus peur de Washington que de Moscou. C'est pourquoi, selon lui, les Allemands ont cédé à la pression des Américains pour sanctionner Nord Stream 2.

Les Allemands font face à une crise énergétique de grande ampleur en raison de leur décision de céder à la pression américaine et de fermer le gazoduc Nord Stream 2 après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a déclaré Zoltán Kiszelly, un politologue et directeur de l'influent Centre d'analyse politique de la Fondation Századvég, basé en Hongrie.

M. Kiszelly a déclaré à la chaîne d'information hongroise Origo que le chancelier allemand Olaf Scholz, lorsqu'il était ministre des Finances, avait tout fait pour que Nord Stream 2 puisse être mis en service. Cependant, en tant que chancelier, Scholz a changé de cap. Selon M. Kiszelly, si les Allemands avaient agi intelligemment et maintenu Nord Stream 2 ouvert, ils ne seraient pas dans la situation où ils se trouvent aujourd'hui. Au lieu de cela, ils auraient eu une énergie bon marché et une grande partie de leurs problèmes auraient été résolus immédiatement.

L'Allemagne a actuellement un gouvernement majoritairement de gauche, composé des sociaux-démocrates, des libéraux du Parti libéral-démocrate et du Parti vert. Leur projet d'imposer une taxe sur le gaz, qui pèserait sur les ménages allemands et affecterait l'industrie, suscite de vives critiques. M. Kiszellly se demande pourquoi les coûts sont répercutés sur les consommateurs allemands et non sur les importateurs de gaz. Il a déclaré qu'il ne comprenait pas pourquoi le gouvernement allemand choisissait une telle voie. Non seulement cette surtaxe sur le gaz touchera durement les consommateurs, mais ils devront également payer la TVA sur cette taxe, selon la Commission européenne.

2-forns2matOriginal.jpg

Selon le politologue hongrois, le gouvernement allemand tente de faire payer aux citoyens du pays les pertes subies par les marchands de gaz, ce qui signifie que la famille moyenne allemande devra payer en moyenne 300 à 400 euros de plus cette année. Il s'agit clairement d'un transfert de charges sur la population allemande, et tout cela dans le cadre d'une politique encouragée par le gouvernement de gauche.

Les Allemands supplient désormais les Russes de leur fournir plus de gaz, avec un débit réduit à 20% de la moyenne. Si les Allemands rouvraient Nord Stream 2, le prix du gaz baisserait drastiquement, ce qui réduirait les revenus des Russes provenant d'une augmentation du prix du gaz. Selon M. Kiszelly, les Allemands cèdent à la pression des Américains pour fermer Nord Stream 2 parce qu'ils ont plus peur des Américains que des Russes.

Il a également fait référence au plan "Fit for 55" de la Commission européenne, qui vise à réduire les émissions de carbone de 55% d'ici 2030. Ce plan pourrait avoir un impact dramatique sur les entreprises européennes, et la situation actuelle concernant les combustibles fossiles comme le charbon illustre la situation difficile dans laquelle l'Europe s'est placée. Kiszelly souligne que les Polonais, les Tchèques et les Allemands tentent de remplacer le charbon russe par du charbon colombien, sud-américain et australien expédié depuis l'autre bout du monde, ce qui augmente les émissions de carbone en cours de route.

Oil-and-Gas-Developments-in-Africa.jpg

974361a0b2827f10159210896595d33c.jpg

En contrepartie, l'Afrique produit également de plus en plus de pétrole et de gaz, ce qui augmentera l'importance du continent pour la sécurité énergétique de l'Europe. Cela peut aider temporairement, mais étant donné que la Commission européenne prévoit d'éliminer complètement les énergies fossiles d'ici 2050 au plus tard, ce n'est pas un modèle durable et les Africains ne peuvent pas compter dessus à long terme. C'est aussi ce que disent les Qataris et les Norvégiens. Ainsi, Scholz s'est récemment rendu en Norvège pour discuter avec les Norvégiens de l'exploitation de nouveaux gisements de gaz en mer du Nord, mais la Norvège souhaite atteindre la neutralité climatique dès 2030, ce qui est donc une exigence irréaliste.

Les solutions proposées pour installer davantage de raffineries de pétrole et de terminaux GNL sont également problématiques. Avant de pouvoir rentabiliser les investissements dans de tels projets de construction gigantesques, les pays de l'UE doivent cesser d'importer de grandes quantités de pétrole et de gaz afin de réaliser la transition verte.

Néanmoins, les capacités sont déjà engagées et les Norvégiens ne peuvent pas produire plus, tandis que les Arabes et l'OPEP+ ne veulent augmenter la production que de manière minimale afin de maintenir les prix de l'énergie à un niveau élevé, sachant qu'ils ne pourront plus vendre autant d'ici 10 à 15 ans. Selon Kiszelly, il est même logique pour eux de maximiser leurs profits maintenant, alors que les Européens sont dans l'urgence.

lundi, 01 août 2022

Élimination réussie de la concurrence: les États-Unis sont désormais le premier exportateur mondial de GNL

LNG-cargo-delivey-to-Adriatic-terminal-supporting.jpg

Élimination réussie de la concurrence: les États-Unis sont désormais le premier exportateur mondial de GNL

Source: https://zuerst.de/2022/07/29/erfolgreich-die-konkurrenz-ausgebootet-usa-sind-jetzt-weltgroesster-lng-exporteur/

Washington/Bruxelles/Moscou. Le gaz naturel liquéfié (GNL), obtenu par fracturation, est polluant et coûteux. C'est pourquoi de nombreux pays, dont l'Allemagne, s'opposent encore aujourd'hui à l'exploitation du GNL. Le transfert de produits chimiques toxiques dans le sous-sol, nécessaire à l'extraction, est considéré comme un risque dont l'ampleur n'a pas encore été étudiée.

Aux États-Unis, de telles préoccupations n'existent pas. C'est pourquoi le lobby américain de la fracturation fait pression sur le marché européen depuis des années, n'omettant rien pour éliminer la concurrence du gaz russe, bon marché et respectueux de l'environnement. Les présidents américains, d'Obama à Biden en passant par Trump, se sont également laissés entraîner dans ce programme et ont contribué à torpiller la relation gazière germano-russe.

Avec succès : le gazoduc Nord Stream 2 en mer Baltique est prêt mais ne sera pas mis en service, et suite à la guerre en Ukraine (et aux exigences atlantistes), le gouvernement allemand veut maintenant mettre fin à des décennies de partenariat gazier avec la Russie. Le gaz russe sera à l'avenir remplacé par du gaz naturel liquéfié américain. Fin mars, le président américain Joe Biden et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ont conclu un accord prévoyant l'achat de 15 milliards de mètres cubes de GNL supplémentaires rien que pour 2022. En juin, pour la première fois, l'UE a importé plus de gaz des États-Unis que de Russie.

Les États-Unis en sont les grands bénéficiaires. Ils sont devenus le premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié (GNL). Selon l'Energy Information Administration (EIA), les exportations américaines ont augmenté de 12% au cours du premier semestre pour atteindre une moyenne de 11,2 milliards de pieds cubes (317,15 millions de mètres cubes) par rapport au second semestre 2021. Au cours des cinq premiers mois de l'année, environ 71% des exportations américaines étaient destinées à l'UE et au Royaume-Uni (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

mercredi, 20 juillet 2022

Du gaz d'Algérie ? Pas assez pour sauver l'Italie de la récession

algerien-e2b2b1ea48cccdaa.png

Du gaz d'Algérie ? Pas assez pour sauver l'Italie de la récession

Par Filippo Burla

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/economia/gas-algeria-non-basta-verso-stagnazione-239172/

Quatre milliards de mètres cubes en plus. C'est la quantité de gaz que l'Algérie, qui est maintenant devenue le premier fournisseur de l'Italie, s'est engagée à livrer à partir des prochaines semaines. Une bouffée d'air frais pour remplir les réserves et affronter l'hiver prochain avec un peu plus de certitude, mais cela ne suffira pas à donner du souffle à notre économie. En fait, les prévisions pour la fin de cette année et l'année prochaine (mais aussi pour 2024) s'assombrissent de jour en jour à mesure que nous nous rapprochons de l'arrêt des approvisionnements en provenance de Russie.

Pourquoi le gaz de l'Algérie ne suffira pas

La première raison est stratégique. Si l'Allemagne va littéralement à l'encontre de sa politique de fournisseur (presque) unique - à la poursuite de laquelle l'Italie a été empêchée de devenir une plaque tournante euro-méditerranéenne de l'or bleu -, avec l'interruption des flux en provenance de Moscou et la nécessité de se tourner vers d'autres, le pouvoir de négociation de cette dernière augmentera. L'exact opposé du principe de diversification, qui devrait guider toutes ces décisions en vue d'équilibrer les relations entre clients et fournisseurs. La deuxième raison est d'ordre économique. Compte tenu de la manière dont le marché est structuré sur le vieux continent, l'explosion des prix est désormais difficile à contenir, quelle que soit la quantité, la qualité ou la répartition géographique du gaz naturel entrant.

Gas_pipelines_across_Mediterranee_and_Sahara_map-en.svg.png

Clipboard-0019-kqkH-U33201848396077RNG-656x492@Corriere-Web-Sezioni.jpg

De la croissance à la (quasi) stagnation

Il y a quelques mois, la Banque d'Italie prévoyait, en cas d'embargo total contre la Russie, deux ans de récession et au moins un demi-million d'emplois partis en fumée. Le danger que plus aucun gaz n'arrive de l'Est devient chaque jour plus concret, et les estimations pour le futur proche vont en conséquence. Nous pourrons peut-être échapper au signe moins devant la tendance du PIB cette année, mais seulement parce que le flux ne s'est pas arrêté entre-temps et que nous avons mis suffisamment de foin dans la basse-cour. Or, selon le dernier bulletin de Via Nazionale, ce qui devait être, selon le gouvernement, une croissance de près de 5 % au plus tard à l'automne pourrait, dans le scénario défavorable, tomber en dessous de 1 %.

Oil_and_natural_gas_basins_and_pipeline_infrastructure_in_Algeria_(29079856511).png

D'une croissance soutenue à une quasi-stagnation, le pas a été court et nous livre un PIB au point mort aux niveaux de 2016, qui étaient à leur tour ceux du début du millénaire : la récupération des vingt années perdues devient de plus en plus difficile. La situation ne s'améliorera pas en 2023, lorsque - toujours dans le cas d'un scénario défavorable d'interruption des approvisionnements en provenance de Moscou - la croissance du PIB connaîtra une contraction proche de deux points de pourcentage. À ce stade, il faudra attendre 2024 pour une reprise, mais en présence d'une image détériorée, surtout du côté de l'emploi : "Le taux de chômage au cours de la période de deux ans 2023-24, écrit Palazzo Koch, atteindrait des niveaux supérieurs à ceux préfigurés dans le scénario de base d'un peu plus d'un point de pourcentage", donc au-dessus de 9%. Tout cela à condition qu'aucune autre (auto)sanction n'arrive. Ou encore pire.

Filippo Burla

dimanche, 17 juillet 2022

L'Europe perd la "guerre psychologique" sur le gaz avec la Russie

shutterstock_2122587608.jpg

L'Europe perd la "guerre psychologique" sur le gaz avec la Russie

Andrea Muratore

Source: https://it.insideover.com/energia/leuropa-sta-perdendo-la-guerra-psicologica-sul-gas-con-la-russia.html

Le 13 juillet, Gazprom, le géant russe de l'énergie, a déclaré qu'après l'arrêt de dix jours pour des travaux de maintenance prévus de longue date, le flux de gaz par Nord Stream pourrait ne pas reprendre. Cette décision a semé la panique parmi les opérateurs, mais n'a pas été une surprise : il s'agit d'un nouveau cas de prophétie autoréalisatrice dans les relations russo-européennes depuis le début de la guerre en Ukraine.

L'intrigue est toujours la même : L'Union européenne et ses Etats membres font preuve de fermeté à l'égard de la Russie, ils la sanctionnent et visent à frapper son économie afin de dissuader son action guerrière ; ponctuellement, cependant, dans chaque discussion en cours, la question du gaz revient sur le devant de la scène car les pays européens se rendent compte qu'il est presque totalement impossible de remplacer complètement le gaz de Moscou à court terme sans devoir affronter un véritable tsunami énergétique ; cela rend les sanctions caduques et offre une arme de pression que la Russie de Vladimir Poutine peut utiliser sans frais.

Les gestes symboliques et démonstratifs, les interruptions ou coupures d'approvisionnement et les déclarations sont chaque fois calibrés par Moscou dans un jeu astucieux de guerre psychologique contre l'Occident. En sachant, comme le comprend la Russie, que les marchés, auxquels la nécessité de fixer le prix de l'énergie en Europe est largement déléguée, subiront des tensions et des incertitudes.

Dans tout cela, ceux qui gagnent sont les Russes eux-mêmes. L'Europe s'efforce, prudemment, de diversifier ses approvisionnements par rapport à la dépendance excessive actuelle vis-à-vis de Moscou. Mais elle ne peut se passer pour l'instant de certaines des importations restantes en provenance de l'Est. Et grâce à la stratégie de pression de Moscou, les prix s'envolent et la Russie peut se blinder en augmentant sa trésorerie énergétique même dans un contexte de baisse des approvisionnements de l'Europe : au moins 530 millions d'euros par jour ont été garantis par l'Union européenne à la Russie pour les achats d'énergie depuis le 24 février 2022. En quelque 140 jours de guerre, cela représente 74,2 milliards d'euros. Les importations européennes sont en tête des revenus russes : comme le note Il Sole 24 Ore, "la Russie a tiré 93 milliards d'euros de revenus des exportations de combustibles fossiles", dont le charbon, "au cours des 100 premiers jours de la guerre (du 24 février au 3 juin)". Nous parlons d'un excédent commercial sans précédent. L'UE en a importé 61 %, pour une valeur d'environ 57 milliards d'euros. L'Italie se classe troisième en tant qu'importateur mondial".

La dépendance est explicitement déclarée par l'Europe. Et l'Union tout entière n'a pas compris la stratégie de guerre psychologique testée par Moscou depuis l'été 2021. L'hiver dernier, la crise des prix a mis en évidence que la Russie fournissait à l'Europe du Nord-Ouest des volumes de gaz inférieurs à ceux des années précédant l'ère Covid-19 : en particulier, entre septembre 2021 et octobre 2021, ils ont chuté d'environ 17 %. Pendant ce temps, la courbe des prix a montré une impressionnante montée en puissance. Le 6 octobre, la nouvelle d'éventuels problèmes dans la certification de Nord Stream 2 a fait grimper les prix de 30 % en quelques heures pour atteindre 116,83 euros par MWh.

Le 21 décembre, les expéditions russes vers l'Allemagne via l'oléoduc Yamal-Europe ont chuté sans explication, provoquant la panique. Le prix, qui un mois plus tôt s'était établi à 87 euros par MWh, a décollé à 179,18 euros. La guerre en Ukraine n'a fait qu'étendre ce qui existait déjà sur le terrain depuis un certain temps : en période de tension politique, il est commode pour Moscou de tirer sur la corde et de déclencher le chaos.

Le 3 mars, la Russie a ventilé un arrêt des approvisionnements après la décision de l'Allemagne de ne pas certifier Nord Stream 2, faisant monter le prix du gaz européen au point Ttf à plus de 200 euros pour la première fois. La même dynamique s'est produite le 26 avril suivant lorsque le gaz a été coupé à la Pologne et à la Bulgarie : le prix a augmenté de plus de 25 % en quelques heures après être tombé aux niveaux d'avant-guerre, ce qui a amené de nombreux pays à conclure des accords avec la Russie pour payer les contrats en roubles. Après que le mois de mai ait marqué une nouvelle période d'accalmie, ramenant le gaz à 80 euros par MWh après les premières politiques de diversification, une nouvelle flambée s'est produite à la mi-juin lorsque, à l'occasion du voyage de Mario Draghi, Olaf Scholz et Emmanuel Macron à Kiev, la Russie a réduit ses approvisionnements vers l'Italie et l'Allemagne.

Depuis lors, la victoire psychologique russe est définitive, ce que l'on pouvait déjà deviner en entendant les mots sur le "chômage de masse et la pauvreté" que l'Allemagne risquait sans le gaz russe, selon le ministre de l'économie Robert Habeck, prononcés le 15 mars. Le résultat ? Les prix sont passés de 81 à 181 euros entre le 13 juin et le 13 juillet. L'intrigue est claire : à chaque fois que le prix se stabilise ou recule, la Russie lance des coups de pression et une guerre économique hybride auxquels l'Europe réagit ponctuellement dans le désarroi, en se mettant au pied du mur et en rendant explicite sa dépendance vis-à-vis de la Russie. Comment s'en sortir ? En se préparant à supporter le poids de l'embargo énergétique, qui est désormais une option mise sur la table. Mais aussi, sinon surtout, avec des politiques cohérentes : et aujourd'hui plus que jamais, le plafonnement des prix intérieurs apparaît comme un moyen viable de donner à l'Europe des armes pour répondre au chantage énergétique russe. Tertium non datur : il faut savoir qu'avec la stratégie des sanctions, l'arme énergétique est devenue un instrument de pression légitime (et prévisible) pour la Russie. Et soyez prêt à empêcher Moscou de l'exploiter en permanence à l'approche de l'hiver.

samedi, 09 juillet 2022

G7: le prochain coup qu'on se tire dans le pied - Le prix plafond du G7 pour le pétrole russe

Logo-G7-2022.png

G7: le prochain coup qu'on se tire dans le pied

Auteur : U.K. 

Source: https://zurzeit.at/index.php/der-naechste-schuss-ins-eigene-knie/

Le prix plafond du G7 pour le pétrole russe

Le sommet du G7 qui s'est achevé mardi au château d'Ellmau, en Haute-Bavière, a donné naissance à une nouvelle idée pour mettre à genoux les recettes d'exportation de la Russie - pour de vrai ! Le G7, ou "Groupe des Sept", est un groupe informel de chefs de gouvernement qui se considèrent comme les "pays les plus industrialisés du monde". Il est piquant de constater que la Chine, de loin la deuxième puissance économique mondiale, n'en fait pas partie, pas plus que l'Inde, sixième sur la liste selon les dernières données de la Banque mondiale. En revanche, l'Italie, championne de la dette, peut y participer, de même que le Canada, qui occupe la neuvième place dans ce classement, mais qui est un fidèle acolyte des États-Unis.

Il n'a pas échappé aux sept chefs de gouvernement réunis dans la pittoresque station de montagne, qui ont d'ailleurs dû être protégés par 7.000 (je dis bien: 7.000 !) policiers, que malgré tous les blocages économiques de l'Occident contre la Russie, les revenus de Poutine provenant de la vente de pétrole, de gaz et de charbon sont plus importants que jamais. En effet, grâce aux sanctions, les prix mondiaux des matières premières énergétiques ont atteint des sommets historiques, comme chacun d'entre nous le constate en faisant le plein d'essence ou au plus tard lors de la prochaine facture de chauffage.

Et au lieu de vendre à l'Europe, la Russie vend de plus en plus les quantités restantes à la Chine, à l'Inde ou à des clients en Afrique. A des pays qui n'ont jamais été consultés sur les sanctions et qui ne les soutiennent pas non plus. La Russie rend ces accords attrayants en proposant des rabais de 20 à 25% sur le prix actuel du marché mondial. Mais Gazprom, Lukoil & Co. peuvent les accorder généreusement, car même avec cela, le produit de la vente est encore plus élevé qu'avant la guerre d'Ukraine.

Pour remédier à cette situation, le château d'Ellmau a imaginé un véritable coup de génie: un prix plafond pour le pétrole russe, fixé par l'acheteur. Remarquez, un prix maximum que l'Allemagne ou l'Autriche, par exemple, seraient prêtes à payer par baril de pétrole ou par mètre cube de gaz. Dans le cas contraire, ils n'accepteraient plus de pétrole en provenance de l'empire de Poutine. C'est à peu près aussi logique que si je disais dans une auberge que je ne paierais pas plus de 4 euros pour une escalope et 2 euros pour un demi. Si l'aubergiste n'accepte pas, je reste affamé et assoiffé en signe de protestation - en ces temps difficiles, tout le monde doit faire des sacrifices.

media.media.a6f155ef-9092-4554-b9c9-8aa7f29deb96.original1024.jpg

Les politiciens dans leur bulle - on ne peut plus l'appeler autrement - veulent tout au plus accorder à la Russie un prix qui se situe juste au-dessus des coûts de production russes. Dans ce cas, selon leurs rêves naïfs, l'énergie dont l'Europe a tant besoin continuerait d'affluer, mais la Russie n'en tirerait plus de bénéfices massifs. Dans le cas du pétrole, cette règle serait contrôlée par des menaces de sanctions contre les assureurs maritimes qui assurent des cargaisons de pétroliers "trop chères", et dans le cas du gaz, on cesserait tout simplement de puiser du gaz dans le gazoduc si le prix ne convenait pas.

Croire qu'en Russie, on accepterait ce genre de choses relève d'un manque total d'ouverture d'esprit et d'une méconnaissance totale des marchés des matières premières. Pour le pétrole et le charbon, les flux commerciaux sont depuis longtemps en train de passer de l'Occident à l'Asie. Et pour le gaz, la Russie développe actuellement de manière intensive les capacités des terminaux de GNL à Sakhaline et à Vladivostok, d'où toute l'Asie peut être approvisionnée. En outre, le gazoduc Power of Siberia vers la Chine fonctionne désormais à plein régime et un deuxième tube est en cours de construction.

G7-Gipfel-19-08-23-rgb.jpg

En mai, la Russie est devenue pour la première fois le premier fournisseur de pétrole brut de la Chine, avec 2 millions de barils par jour, supplantant l'Arabie saoudite, qui était jusqu'à présent son principal fournisseur, soit une augmentation de 55% par rapport à l'année précédente. Une grande partie des livraisons passe par l'East Siberia Pacific Ocean Pipeline, en dehors de toute influence occidentale. Même la menace de l'assurance est désormais une épée émoussée : la compagnie d'État Russian National Reinsurance Company offre désormais une couverture suffisante pour tous les navires marchands de la Sovcomflot russe, et les compagnies d'assurance chinoises, encore plus puissantes, assurent désormais les navires battant pavillon de pays tiers s'ils transportent des cargaisons russes. Les prestations ne sont certes pas tout à fait au même niveau que celles des compagnies occidentales, mais cela suffit amplement aux clients d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine.

Cette nouvelle idée de sanction devrait donc s'avérer être une balle dans le pied. Il est peu probable que Poutine se plie au diktat des prix occidentaux. D'abord parce que cela n'en vaut pas la peine sur le plan commercial, ensuite pour des raisons de politique de puissance. En effet, compte tenu de la situation actuelle sur le marché mondial, la Russie peut désormais supporter sans problème une année de suspension des livraisons en Europe. Mais nous, nous ne pouvons pas le faire.

lundi, 06 juin 2022

Embargo pétrolier de l'UE: se tirer une balle dans le genou (ou un peu plus haut)

627a1ee652180_embargoo.jpeg

Guerre économique

Embargo pétrolier de l'UE: se tirer une balle dans le genou (ou un peu plus haut)

Thomas Röper

Source: https:// _wp_cron=1654348907.0830259323120117187500 & www.anti-spiegel.ru/2022/eu-oelembargo-der-schuss-ins-eigene-knie-oder-etwas-hoeher/?doing

Après un mois d'âpres négociations, l'UE s'est mise d'accord sur un mini-embargo pétrolier contre la Russie. Toutefois, l'embargo risque de toucher les citoyens de l'UE bien plus durement que la Russie.

Alors que la prospérité de l'Allemagne et d'autres pays de l'UE fond comme neige au soleil, l'UE vient d'adopter une mesure qui va fortement aggraver cette tendance.

La chute des revenus réels

Le revenu réel est défini comme suit :

"Le revenu réel est un indicateur qui représente le pouvoir d'achat en tenant compte de l'inflation. Il décrit donc la quantité de biens que l'on peut acheter sur le marché avec le revenu nominal "+.

En clair, le revenu réel décrit le pouvoir d'achat. Lorsque les revenus réels augmentent, les gens peuvent se permettre de dépenser plus, lorsqu'ils baissent, les gens s'appauvrissent, même si leurs salaires augmentent sur le papier mais qu'ils ne peuvent se permettre de dépenser plus en raison de la hausse des prix due à l'inflation.

En Allemagne, les revenus réels ont fortement baissé depuis 2020. Grâce aux mesures Covid, les revenus réels se sont effondrés de 4,7% au deuxième trimestre 2020. Il s'agit d'un record absolu, car la plus forte baisse des revenus réels en Allemagne à ce jour depuis 2000 a eu lieu suite à la crise financière de 2008: au deuxième trimestre 2009, les revenus réels ont baissé de 0,9%.

Ce que nous vivons depuis 2020 n'a jamais été observé depuis la dernière guerre en Europe et, de facto, les politiques ne font rien pour y remédier, mais continuent de prendre des décisions qui accélèrent même le processus. Au dernier trimestre, les revenus réels en Allemagne ont chuté de 1,8%, soit le troisième plus haut niveau depuis l'an 2000, après les 4,7% du deuxième trimestre 2020 et la baisse de 2% du premier trimestre 2021.

Ce à quoi nous assistons actuellement est un appauvrissement massif de larges couches de la population, comme le confirment les banques alimentaires. Ces dernières années, de plus en plus de personnes en Allemagne sont devenues dépendantes des banques alimentaires si elles ne veulent pas mourir de faim. La situation est donc, même si tous les Allemands ne le ressentent pas encore, particulièrement dramatique.

bofrost_ORT_hackathon_scheckübergabe_3.jpg

L'appauvrissement est fait maison

Les médias affirment que la pandémie de Covid est responsable de l'appauvrissement des années 2020 et 2021. Ce n'est pas vrai, car la raison de la baisse massive des revenus réels n'était pas le Covid-19, mais les mesures imposées par les gouvernements pour lutter contre le Covid-19. Ce n'était pas le virus qui était en cause, mais les fermetures massives d'entreprises dans le cadre des mesures de confinement.

Ce sont les mesures prises par les gouvernements qui ont provoqué l'appauvrissement, et pour une raison quelconque, les médias ne veulent pas le formuler ainsi. Entre-temps, des études de l'OMS montrent également que les mesures n'ont pas eu de succès sanitaires mesurables, car dans des pays comme la Suède, où il n'y a pratiquement pas eu de restrictions, la grande extinction de masse n'a pas eu lieu. En revanche, les pays qui ont renoncé à des mesures radicales - en Europe, on peut citer la Suède, la Biélorussie et la Russie comme exemples - ont beaucoup mieux traversé la pandémie sur le plan économique.

Maintenant que la pandémie est en grande partie surmontée, l'économie devrait normalement repartir à la hausse, mais l'UE et ses États membres continuent de prendre des décisions qui vont poursuivre et même accélérer l'appauvrissement. Les Allemands en font déjà l'expérience depuis des mois avec l'augmentation du prix du gaz et donc du coût de l'électricité et du chauffage. Cette évolution a commencé dès 2021 et j'ai signalé depuis l'été 2021 que l'UE avait elle-même créé ce problème.

Gaspreisentwicklung-Deutschland-bis-2022-41a40640.jpg

Les "médias de qualité" n'ont découvert le sujet qu'à partir d'octobre 2021, lorsque les gens ont commencé à le ressentir. J'ai décrit très souvent pourquoi la hausse des prix du gaz est un problème créé par l'UE, pour ne pas le répéter, vous pouvez le lire sur mon site (cf. supra), si c'est nouveau pour vous.

L'"embargo pétrolier"

Maintenant, après presque un mois de querelles, l'UE s'est mise d'accord sur un embargo pétrolier contre la Russie, bien qu'il soit difficile de le qualifier ainsi. Les points essentiels sont que l'UE n'importera plus de pétrole russe livré par pétroliers. Et ce, seulement à partir de la fin de l'année.

Cette mesure aura pour conséquence que les pays de l'UE importeront probablement plus de pétrole de Russie d'ici là afin de constituer des réserves. La Russie peut donc se réjouir d'une demande plus élevée et de prix plus élevés.

D'ici la fin de l'année, les marchés pétroliers internationaux seront donc perturbés, car l'UE devra trouver de nouveaux fournisseurs pour remplacer le pétrole russe, sous la pression du temps. La Russie devra également trouver de nouveaux acheteurs, mais cela devrait être plus facile pour elle que de trouver de nouveaux fournisseurs pour les Européens. Comme l'UE est pressée par le temps, elle sera inévitablement obligée de proposer des prix plus élevés, ce dont la Russie peut se réjouir, des prix en hausse sur les marchés mondiaux permettront à la Russie de vendre son pétrole à ses nouveaux clients pour plus d'argent également.

La stupidité de la Commission européenne

C'est la Commission européenne qui a voulu imposer l'embargo sur le pétrole à tout prix, mais certains pays de l'UE ne voulaient pas d'embargo sur le pétrole, l'exemple le plus connu étant la Hongrie. Comme l'UE doit prendre de telles décisions à l'unanimité, la Hongrie pouvait demander des exceptions pour elle-même et elle l'a fait. La Hongrie (ainsi que la République tchèque et la Slovaquie) n'a pas de ports et dépend donc du pétrole amené par l'oléoduc russe. Par conséquent, l'"embargo pétrolier" de l'UE ne concerne que le pétrole livré par navires-citernes. Le pétrole russe acheminé par oléoduc peut continuer à être importé. La Hongrie a donc obtenu gain de cause.

Mais il y a mieux : si l'UE ne parvient pas à remplacer entièrement le pétrole russe livré par tankers d'ici la fin de l'année, la Hongrie devrait devenir un vendeur de pétrole russe, car elle pourra, si nécessaire, importer plus de pétrole via l'oléoduc russe qu'elle n'en consomme elle-même. Comme le pétrole russe acheminé par oléoduc devrait également être moins cher que le pétrole commandé dans l'urgence et livré par tankers, je suis prêt à parier qu'à la fin de l'année et au début de l'année 2023, nous verrons la Russie pomper plus de pétrole dans ses oléoducs vers l'Europe, plutôt que moins.

Ce que la Commission européenne a fait passer en force et qu'elle appelle "l'embargo pétrolier" va très probablement rapporter à la Russie plus d'argent qu'elle n'en a gagné jusqu'à présent sur son pétrole, car les prix du pétrole vont augmenter. De plus, le pétrole russe continuera d'arriver en Europe par les oléoducs. Voilà ce que j'appelle un embargo efficace !

PAZ20_07_Symbolbild_Ungarn_Oelembargo_Mauritius_Kopie.jpg

Le conflit au sein de l'UE va même si loin que des pays comme la Grèce ou Chypre ont pu obtenir que leurs pétroliers puissent continuer à transporter du pétrole russe, par exemple pour le vendre en Inde ou dans d'autres pays. Voilà ce que j'appelle un embargo pétrolier contre la Russie ! Ou est-ce plutôt un embargo de l'UE contre elle-même ?

Les pétroliers européens ne transporteront bientôt plus le pétrole russe vers l'UE, mais vers l'Asie, où les pays paieront probablement plus que ce que les États membres de l'UE ont payé jusqu'à présent, en raison des bouleversements attendus sur le marché international du pétrole. Cela ne manquera pas d'énerver Poutine.

C'est vous qui payez la facture !

En revanche, la Commission européenne a réussi à faire en sorte que le prix du pétrole continue à augmenter, ce qui entraînera inévitablement une nouvelle hausse de l'inflation en Europe, qui bat déjà régulièrement de nouveaux records. En effet, le prix du pétrole n'est pas seulement synonyme de hausse du prix de l'essence, mais aussi de hausse du prix de tout.

Lorsque l'essence et le diesel deviennent plus chers, les prix de tout augmentent, car les marchandises que vous achetez dans les magasins sont transportées par camion, entre autres, et cela devient plus cher. De plus, les prix de l'énergie continuent d'augmenter, ce qui rend la production de tous les biens plus chère, car rien ne peut être produit sans énergie.

Il est donc aussi certain que le fameux "Amen à l'église" que l'inflation va continuer à augmenter (ou du moins rester très élevée) et que, par conséquent, les revenus réels vont continuer à baisser. En d'autres termes, vous, vos amis et vos voisins, ainsi que tous les autres consommateurs, payez la facture de la politique insensée de la Commission européenne et l'appauvrissement ne fera qu'augmenter.

Au slogan lancé par les Verts "geler contre Poutine" s'ajouteront probablement des slogans tels que "avoir faim contre Poutine" ou "s'appauvrir contre Poutine". Un commentateur de la télévision russe vient de commenter la politique de l'UE en ces termes :

"Pour faire chier Moscou, on va se geler les oreilles, on va affamer le monde pour... Oui, pour faire quoi ? Ce n'est pas vraiment clair".

S8-les-gilets-jaunes-bloquent-des-depots-de-carburant-vers-une-penurie-d-essence-172584.jpg

Pénurie d'essence en été ?

Der Spiegel a interviewé le chef de l'Agence internationale de l'énergie, qui prévient qu'il pourrait y avoir une pénurie d'essence, de diesel et de kérosène cet été. Nous ne parlons donc pas seulement de prix plus élevés, mais même du risque que les stations-service européennes manquent d'essence pendant la saison des vacances d'été. Et ce n'est pas la méchante propagande russe qui le dit, c'est l'Agence internationale de l'énergie.

En Russie, on ne peut que secouer la tête, car ce que fait la Commission européenne est presque un suicide économique. Elle a d'abord abattu l'économie avec les mesures Covid et maintenant, alors que l'économie pourrait se redresser, elle lui donne un coup de boule avec ses mesures énergétiques et ses sanctions contre la Russie.

Mais selon les médias, la Commission européenne n'est pas à blâmer. Au début, c'était la faute du Covid, alors que ce sont les mesures Covid qui ont abattu l'économie. Maintenant, c'est prétendument la faute de Poutine, alors qu'en réalité, ce sont les sanctions anti-russes, totalement incongrues, qui créent les problèmes dont souffrent de plus en plus les Européens.

À qui cela fait-il le plus mal ?

Bien sûr, les sanctions créent des problèmes pour la Russie, cela ne fait aucun doute. Mais je vis en Russie et dans la vie de tous les jours, on ne remarque presque rien des sanctions. Certes, de nombreux prix ont brièvement augmenté en mars lorsque le rouble s'est effondré, mais entre-temps, le rouble ne s'est pas seulement redressé, il a tellement augmenté par rapport à l'euro que le rouble est jusqu'à présent la monnaie la plus forte du monde cette année. Par conséquent, l'inflation en Russie est à nouveau en baisse.

f123f5fd40723d029907531800e1cba1.png

Comment cela s'accorde-t-il avec les prévisions des experts occidentaux du début du mois de mars, selon lesquelles les sanctions occidentales allaient rapidement anéantir l'économie russe, dévaluer complètement le rouble et conduire la Russie à la faillite ?

En Russie, l'essence coûte l'équivalent de 80 centimes d'euro et son prix en roubles n'a pas changé. Les rayons des supermarchés en Russie sont pleins, à aucun moment il n'y a eu de pénurie de quoi que ce soit (ou d'huile de tournesol, etc.). La population russe ne ressent guère les sanctions et pour compenser les hausses de prix qui ont eu lieu en mars, le gouvernement russe a décidé d'augmenter les prestations sociales au 1er juin. Parmi celles-ci, il y a d'ailleurs une augmentation des retraites de 10%. Quand cela a-t-il été fait pour la dernière fois en Allemagne ou dans d'autres pays européens ?

Et si vous pensez que les retraites en Russie ne sont pas suffisantes pour vivre, vous êtes encore victime de vieux préjugés. Les retraités russes peuvent désormais se permettre à peu près la même chose que les retraités européens, car ils bénéficient de toutes sortes de réductions et ont donc des frais nettement moins élevés que les retraités européens. J'en ai déjà parlé en détail, mais si c'est nouveau pour vous, vous pouvez le lire sur mon site (cf. supra).

Je ne peux pas le qualifier autrement: l'UE est en train de se tirer une balle dans le genou, ou comme Poutine l'a dit il y a quelque temps à propos des sanctions américaines : "Ils ne se tirent pas seulement une balle dans le genou, mais un peu plus haut" (ndt: et risquent d'atteindre l'artère fémorale...).

dimanche, 29 mai 2022

L'Europe à l'ombre de la guerre: inflation galopante, prix des services publics faramineux

EU-inflation.jpg

L'Europe à l'ombre de la guerre: inflation galopante, prix des services publics faramineux

Un bilan par le journal hongrois Magyar Nemzet

Ex: https://magyarnemzet.hu/kulfold/2022/05/europa-a-haboru-arnyekaban-elszabadult-az-inflacio-egekben-a-rezsiarak

L'Europe à l'ombre de la guerre : l'inflation est incontrôlable, les prix des logements montent en flèche

La guerre en Ukraine et la politique de sanctions contre la Russie ont de graves conséquences pour les pays européens, avec une baisse significative du niveau de vie. Le centre d'information MediaWORKS a publié une série d'articles explorant les effets de la guerre jusqu'à présent et ceux qui risquent de se faire sentir dans un avenir proche. Dans la première partie, nous analysons le déchaînement sans précédent de l'inflation et la multiplication des frais généraux en Europe à la suite de la forte hausse des prix des matières premières.

Un conflit de guerre peut à lui seul causer des dommages à l'économie mondiale, mais surtout aux pays situés dans la région du conflit militaire. C'est particulièrement vrai dans le cas de la guerre Russie-Ukraine, qui oppose deux pays riches en ressources. La situation géographique de la Russie et son statut de grande puissance amplifient l'impact économique du conflit. De plus, les conséquences économiques négatives pour l'ensemble du continent européen sont considérablement exacerbées par la politique de sanctions de l'Union européenne et des États-Unis.

Voyons ce que cela signifie en chiffres concrets, et comment les actions de l'UE, motivées par la politique et l'idéologie, affectent le niveau de vie des Européens. L'inflation est l'un des facteurs qui se ressentent immédiatement dans la vie quotidienne. 

Le taux d'inflation annuel de la zone euro a été de 7,4% en mars. C'est en Estonie que l'inflation est la plus élevée, avec une hausse des prix de 19,1 % en glissement annuel en avril, mais une forte inflation - supérieure à celle de la Hongrie - touche également la Lituanie, la République tchèque, la Lettonie, la Bulgarie, la Roumanie, la Pologne, les Pays-Bas et la Slovaquie.

Des records d'inflation sont battus

L'inflation dans la zone euro s'est accélérée pour atteindre un nouveau record à la fin du mois d'avril, lorsque le taux annuel a atteint 7,5 % contre 7,4 % en mars. L'accélération du rythme de la détérioration monétaire est due à la hausse des prix des matières premières en raison de la guerre en Ukraine et des sanctions contre la Russie, selon les données préliminaires publiées par Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, fin avril.

infographie-visactu-1595258341.jpg

L'inflation dans la zone euro est désormais plus de trois fois supérieure à l'objectif précédent de la Banque centrale européenne, à savoir deux pour cent.

Le rapport montre que les prix des produits alimentaires, de l'alcool et du tabac ont augmenté plus rapidement dans la zone euro ce mois-ci, passant de 5% en mars à 6,4% en avril. Entre-temps, les biens industriels non énergétiques ont augmenté de 3,8 % après 3,4 % au troisième mois, et le prix des services a augmenté de 3,3 %, après une hausse de 2,7 % le mois précédent. La croissance annuelle des prix de l'énergie, quant à elle, a ralenti mais est restée extrêmement élevée, à 38 % en avril contre 44,4 % en mars, selon le résumé d'Eurostat. Hors énergie, l'inflation dans les pays étudiés est passée de 3,4 % en mars à 4,2 %, tandis qu'en excluant l'énergie, les denrées alimentaires et les produits de luxe, l'indice des prix à la consommation a atteint 3,5 % à Pâques, contre 2,9 % le mois précédent.

L'épidémie de Covid et la guerre en Ukraine, entre autres facteurs, ont contribué à cette détérioration.

Les gens ressentent les effets de la hausse des prix

Le taux d'inflation a battu de vieux records dans toute l'Europe. En Autriche, la dépréciation monétaire a atteint 7,2 % en avril. Il s'agit du taux d'inflation le plus élevé en Autriche depuis l'automne 1981. Les gens ressentent les effets de la hausse des prix sur leur propre peau. Selon un sondage réalisé à l'époque, 92 % des personnes interrogées ont déclaré que le prix des denrées alimentaires de base avait augmenté de manière significative.

Trente pour cent des personnes envisagent de modifier leurs habitudes d'achat en conséquence. 75 % pensent qu'il est très important de n'acheter qu'en cas d'offre spéciale, tandis que 59 % pensent qu'ils chercheront une alternative moins chère à la marque à laquelle ils sont habitués.

L'inflation en Espagne est la pire depuis 1985. Fin mars, le gouvernement espagnol a été contraint d'assouplir les conditions d'importation de maïs après que 30 % du maïs destiné à l'alimentation animale ait été importé d'Ukraine, laissant les stocks épuisés par la guerre. Outre les cultures vivrières et fourragères, le prix du gaz et de l'électricité a également augmenté.

L'inflation en Croatie était de 9,4 % en avril. Selon l'Institut national des statistiques, il s'agit de la plus forte dépréciation monétaire depuis l'indépendance du pays. Les derniers chiffres constituent un record absolu pour le pays adriatique. Le record croate était de 8,4 % en juillet 2008. Ceci a maintenant été battu.

La Grèce a organisé une grève nationale le 6 avril en raison de l'inflation, qui, selon les habitants, n'a pas été favorisée par les efforts déployés par le gouvernement pour alléger le fardeau de la hausse des prix de l'énergie grâce à des subventions de quelque 3,7 milliards d'euros depuis septembre. 

taux-dinflation-mars-2022.png

20220521_DE_US.jpg

En dehors de l'UE, la situation n'est pas meilleure au Royaume-Uni. Dans son édition du 21 mai, l'hebdomadaire The Economist rapporte que le taux d'inflation annuel du Royaume-Uni a atteint 9 % en avril, soit l'une des plus fortes augmentations depuis 40 ans. Cela donne au Royaume-Uni le taux d'inflation le plus élevé parmi les pays du G7. Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Andrew Barley, a déclaré que les hausses "apocalyptiques" des prix des denrées alimentaires étaient à blâmer en tant que facteur externe de l'inflation, mais The Economist note que la hausse des prix de l'énergie était principalement responsable de la flambée de l'inflation britannique. 

Des frais généraux élevés

Aux Pays-Bas, les frais généraux ont augmenté de 86 % en avril en raison de la hausse des prix de l'électricité et du gaz naturel. En Estonie, l'augmentation des frais généraux était d'environ 60 % à la mi-mai, sous l'effet d'une hausse de 34 % des loyers, en plus du triplement des prix du gaz naturel. En Lettonie, le prix du gaz naturel domestique avait augmenté de près de cinq fois et demie en un an à la mi-mai, et l'électricité était presque quatre fois plus chère en avril de cette année qu'un an auparavant. En parallèle, les loyers ont augmenté de 32 %. Tout cela a entraîné une augmentation des frais généraux moyens de 335 % en Lettonie, selon les chiffres officiels. En Lituanie, une multiplication par cinq du prix du gaz s'est traduite par une hausse de 38 % des frais généraux moyens à la mi-mai.

En Roumanie, les frais généraux des ménages ont augmenté de 65 % en moyenne à la mi-mai. L'électricité a augmenté de 60 %, tandis que le prix du gaz a augmenté jusqu'à 300 %, selon le fournisseur.

Handschuh_2014.jpgLa hausse des prix de l'énergie est donc un casse-tête majeur dans la plupart des pays européens. Alexander Handschuh (photo), de l'Association des villes et municipalités allemandes, a déclaré que la réduction de la durée de l'éclairage des rues était l'une des idées envisagées par les villes à la mi-mai. Mais de nombreuses villes et communes n'ont d'autre choix que de réduire encore l'éclairage public, selon une enquête de l'agence de presse allemande DPA. À Weimar, dans l'est du pays, il est prévu d'allumer les lampadaires une demi-heure plus tard et de les éteindre une demi-heure plus tôt à partir du 1er juin. Dans le même temps, les responsables de la ville de Mayence, dans l'ouest du pays, prévoient de réduire davantage l'éclairage public sur les chemins piétonniers et les pistes cyclables, après que l'éclairage public ait été réduit de 50 % dans certaines zones. Dans la ville de Darmstadt, l'éclairage public est atténué et éclairé lorsque les routes sont utilisées, grâce à la technologie des capteurs. Jusqu'à la moitié des coûts d'électricité des villes sont consacrés à l'éclairage des rues, a récemment annoncé le ministère des affaires économiques du Land de Hesse. La raison en est que les prix de l'énergie en Allemagne ont augmenté progressivement depuis le début de la guerre en Ukraine en février.

Le gouvernement italien limite à la fois la climatisation et le chauffage

Des centaines de milliers de personnes en Italie ont manifesté fin mars parce que 200.000 familles de la Vénétie, la région la plus riche du pays, sont incapables de payer leurs factures de services publics. Le gouvernement fournit 20 milliards d'euros pour aider les familles à faible revenu à faire face à l'augmentation des factures de services publics et propose également des paiements échelonnés, mais cela ne suffit pas pour aider certaines familles et petites entreprises, qui ont également été touchées par les effets de l'épidémie, à faire face à la hausse des prix.

La climatisation dans les écoles et autres bâtiments publics en Italie sera interdite à partir de mai à des températures inférieures à 25 degrés Celsius. Le Premier ministre Mario Draghi a ironiquement décrit la climatisation comme un exemple de ce que les Italiens pourraient avoir à sacrifier en échange de la paix en Ukraine. En effet, la température intérieure des bâtiments publics ne doit pas dépasser 19 degrés Celsius en hiver. La restriction sera en vigueur jusqu'au 31 mars, bien que l'on ne sache pas encore comment la consommation sera contrôlée. Les contrevenants s'exposent à des amendes de 500 à 3000 euros. La mesure ne s'applique pas aux hôpitaux, mais pourrait être étendue aux maisons privées à terme.

Le gouvernement espagnol a été contraint de geler les prix de l'électricité en raison du rythme de la détérioration financière. C'est nécessaire, car des milliers de personnes à travers le pays ont protesté contre les hausses de prix brutales. Plusieurs organisations espagnoles ont appelé à des manifestations à la mi-mars pour faire baisser les prix, protéger l'emploi et arrêter la détérioration des conditions de vie. Les organisateurs ont exigé que le gouvernement et l'Union européenne agissent pour freiner les hausses folles des prix et réformer le système de tarification de l'électricité afin que les ménages et les entreprises paient en fonction de leur consommation réelle.

Nous utiliserons les revenus des bénéfices supplémentaires pour protéger les emplois, les pensions, le soutien aux familles et maintenir les réductions des factures de services publics, ainsi que pour préserver la sécurité", a écrit le ministre d'État László György.

Une enquête choquante sur le peuple britannique

Trois Britanniques sur cinq ont été contraints d'éteindre leur chauffage en raison des prix élevés du gaz, selon un sondage Ipsos publié à la mi-mai. L'enquête révèle des résultats choquants, disent-ils.

-1xgaspbt-1.pngElle a souligné qu'un quart des Britanniques sont contraints de manquer un repas par jour en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires, et que trois Britanniques sur cinq ont été contraints d'éteindre leur chauffage en raison des prix élevés du gaz.

Plus d'un quart des Britanniques ont annulé leur abonnement à la télévision par câble ou à un service de streaming (HBO, Netflix), et plus de la moitié des gens ont réduit leurs dépenses de divertissement. L'enquête a également révélé que l'augmentation du coût de la vie est surtout ressentie par les personnes dont les revenus sont les plus faibles selon les normes britanniques. Plus de la moitié des personnes gagnant moins de 20.000 £ par an étaient très inquiètes du coût de la vie au cours des six prochains mois.  Au Royaume-Uni, de nombreuses personnes sont contraintes de chauffer moins afin de réduire le coût de leur facture de gaz.

L'augmentation moyenne des frais généraux cette année a été de 700 £ (320 000 forints). Cette évolution a été favorisée par une augmentation de 54 % du plafond des prix en avril, d'autres augmentations étant prévues en octobre. Le sondage a révélé que près d'un Britannique sur cinq a été contraint de contracter un prêt pour couvrir ses frais de subsistance quotidiens.

jeudi, 28 avril 2022

Langage clair à la télévision russe: "Les Allemands sont de la chair à canon dans la guerre économique"

838_033_3130962.jpg

Langage clair à la télévision russe: "Les Allemands sont de la chair à canon dans la guerre économique"

Source: https://www.compact-online.de/klartext-im-russischen-fernsehen-deutsche-sind-kanonenfutter-im-wirtschaftskrieg/?mc_cid=3b95b79c94&mc_eid=128c71e308

Les sanctions contre la Russie nuisent énormément à l'UE, mais Bruxelles travaille déjà sur le sixième paquet de sanctions. L'économie allemande, en particulier, ne doit plus servir que de chair à canon dans la guerre économique.

par Thomas Röper

La pression monte au sein de l'UE pour que le pétrole et le gaz russes soient également sanctionnés. En outre, il n'y a pas encore d'accord sur l'opportunité de répondre aux exigences russes de payer le gaz en roubles. La Commission européenne, du moins, a déjà fait savoir qu'elle considérait qu'accepter les conditions russes constituait une violation des sanctions de l'UE à l'encontre de la Russie. Dans la revue hebdomadaire d'actualité de la télévision russe, le correspondant russe en Allemagne a énuméré sans ménagement les problèmes actuels de l'Allemagne dans ce contexte de sanctions. Comme il est toujours intéressant de voir comment la Russie rend compte de la situation politique en Allemagne, j'ai traduit le reportage de la télévision russe.

Début de la traduction :

Les Européens hésitent toujours à payer le gaz russe en roubles. Ils sont trop occupés à inventer un nouveau paquet de sanctions, le sixième, contre la Russie. Même les protestations, l'appauvrissement de leur propre population, la hausse vertigineuse des prix du chauffage, de l'essence et de la nourriture ne les arrêtent pas.

Pas de rouble, pas de gaz

Moscou a déclaré sans ambages: si le paiement n'est pas effectué en roubles, il n'y aura pas de gaz. Jusqu'à présent, seuls quelques pays européens ont accepté de payer le gaz en roubles et de ne pas détruire leur économie. Il s'agit de la Hongrie, de la Bulgarie, de la Moldavie, de la Serbie et de l'Arménie.

frank-walter-steinmeier-ist-seit-fuenf-jahren-bund-202202101519-full.jpg

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier (SPD) tolère jusqu'à présent les insultes de l'ambassadeur ukrainien Andrej Melnyk et garde un calme stoïque.

Pourquoi Steinmeier a-t-il été insulté de la sorte? Depuis mardi soir, lorsqu'il a été annoncé que le président allemand ne pourrait pas se rendre à Kiev, les hommes politiques et les médias allemands analysent les raisons de cette démarche diplomatique. Steinmeier lui-même ne s'est pas exprimé à ce sujet, se limitant aux faits. Il s'est exprimé ainsi :

    "Mon collègue et ami, le président polonais Duda, a proposé l'autre jour que nous visitions Kiev avec les présidents de Lettonie, de Lituanie et d'Estonie et que nous envoyions un message de solidarité européenne à l'Ukraine. J'étais prêt à le faire, mais apparemment, je dois prendre acte du fait que ce n'était pas dans l'esprit de Kiev".

En quoi le parrain de l'actuel régime ukrainien a-t-il contrarié ses protégés ? On s'est souvenu du soutien de Steinmeier au Nord Stream 2, de ses contacts avec Moscou et de la formule Steinmeier, de son nom, pour appliquer les accords de Minsk, détestés par Kiev.

"Une insulte qui n'aide aucune partie"

Même le président de la CDU, Friedrich Merz, s'est exprimé :

    "J'interprète cette insulte, qui a un arrière-plan politico-historique, comme une réaction émotionnelle des dirigeants ukrainiens qui n'aide aucune partie".

D'autre part, Zelensky n'aurait guère osé insulter l'Allemagne sans consulter - directement ou indirectement - Washington, comme le montre la participation de la Pologne à la provocation. Et bien sûr, la véritable cible n'était pas Steinmeier, mais son camarade de parti, Olaf Scholz. Le chancelier allemand ne veut pas partir à la guerre et, si l'on en croit le diplomate en chef de l'UE, M. Borrell, l'Europe définit le processus dans lequel elle est engagée en Ukraine comme une guerre pour elle-même, sans euphémisme ni demi-teinte.

La rébellion des amis des armes

Le premier reproche fait à Scholz est de ne pas vouloir envoyer d'armes lourdes en Ukraine. Le groupe Reinmetall a décidé de se faire un peu d'argent supplémentaire et a rendu un mauvais service au chancelier en annonçant au monde entier qu'il avait en stock cinq douzaines de chars Leopard 1 obsolètes et une soixantaine de véhicules de combat d'infanterie Marder, eux aussi très anciens, et que ces équipements pouvaient encore être utilisés. Cette nouvelle a provoqué un grand émoi parmi les partenaires de la coalition qui demandent à Scholz de donner son feu vert à ces livraisons.

16f54778-7418-420b-8373-f2451d76fcc1_w948_r1.778_fpx60.6_fpy50.jpg

Marder1A3.6.jpg

Le magazine Der Spiegel a fait remarquer ce qui suit :

    "Le chancelier est de plus en plus sous pression - à Bruxelles et à Berlin - en raison de sa politique réservée à l'égard de l'Ukraine. Une rébellion a éclaté au sein de la coalition. L'incompréhension grandit dans les rangs des partenaires du chef de gouvernement silencieux et extrêmement faible".

Et Anton Hofreiter, président de la commission des affaires européennes au Bundestag, a fait remarquer :

    "Nous ternissons notre réputation aux yeux de tous nos voisins. Nous devons enfin commencer à fournir à l'Ukraine ce dont elle a besoin, y compris des armes lourdes. Et l'Allemagne doit cesser de bloquer l'embargo énergétique, notamment sur le pétrole et le charbon".

"Une zone d'exclusion aérienne franchirait la ligne rouge"

Les Verts allemands ont été si actifs qu'au cours de la semaine, des rumeurs ont effectivement circulé selon lesquelles l'Allemagne était sur le point d'envoyer du matériel dans le Donbass, d'autant plus que des convois militaires se dirigeaient effectivement quelque part vers l'est. Le gouverneur de la région de Mykolaïv a tweeté avec excitation que des chars allemands allaient à nouveau traverser l'Ukraine et tirer sur les Russes. Mais la rumeur n'a pas été confirmée: les images qui ont tant inspiré l'homme politique ukrainien ont apparemment donné au chancelier un sentiment si sombre qu'il a pour l'instant émis un "non" ferme.

Olaf Scholz a en revanche souligné :

    "Permettez-moi de le dire encore une fois très clairement. Je suis impressionné par le nombre de personnes qui parviennent à googler rapidement quelque chose et à devenir immédiatement des experts en armes. Bien sûr, dans une telle situation, il y aura toujours quelqu'un pour dire: je veux que les événements se déroulent de cette manière. Mais je voudrais dire à certains de ces garçons et filles: je gouverne le pays précisément parce que je ne fais pas les choses comme vous le voudriez".

Il est clair que par "garçon", Scholz entend le député Hofreiter. Mais par "fille", voulait-il évoquer la ministre des Affaires étrangères Baerbock ? D'ailleurs, tous les Verts ne sont pas contre Scholz. Son allié inattendu sur la question de la livraison d'armes lourdes était l'un de leurs leaders, le ministre de l'Économie Habeck. Comme on pouvait s'y attendre, le respecté ministre-président chrétien-démocrate de Saxe, Michael Kretschmer, s'est également rangé du côté de Scholz.

Il a déclaré :

    "Nous franchirions une limite si nous fournissions des chars ou des avions, ou même si nous établissions une zone d'exclusion aérienne. Cette ligne doit être maintenue".

Aller en Biélorussie pour faire le plein

Une concession au "parti de la guerre" a été la décision de Scholz d'augmenter immédiatement les dépenses de défense de deux milliards d'euros - dont une grande partie pour l'achat d'armes pour l'armée ukrainienne, qui ne nécessitent pas une longue formation. Cependant, pour satisfaire la deuxième exigence, M. Scholz a besoin de beaucoup plus d'argent et surtout de ce dont il dispose le moins - du temps. Les partenaires demandent un embargo sur l'énergie. La décision a été prise pour le charbon - les importations doivent cesser à la mi-août - mais comment vivre sans pétrole russe ?

Le ministre lituanien des Affaires étrangères, Gabrielius Landsbergis, a quant à lui déclaré:

    "Nous commençons maintenant à travailler sur le sixième paquet de sanctions. Avec des options sur le pétrole. Cela signifie que nous avons déjà commencé à travailler pour parvenir à un consensus, et j'espère que cette fois-ci, nous y arriverons".

Rien que des mots

En tout cas, cela va marcher. En fait, tout a déjà fonctionné dans le pays dont la diplomatie est dirigée par M. Landsbergis, sauf qu'on n'entend plus parler de l'industrie lituanienne depuis longtemps et que les citoyens vont faire le plein en Biélorussie.

On peut dire que l'Allemagne, son économie et ses ménages, n'apprécieront pas une telle victoire sur les Russes. De plus, l'OPEP a fortement déçu cette semaine; l'Organisation des pays exportateurs de pétrole ne sera pas en mesure de compenser le retrait de la Russie du marché et l'agence de notation Moody's prévoit que, dans ce cas, le prix du pétrole atteindra immédiatement 160 dollars le baril. Berlin veut élaborer une stratégie progressive de sortie du pétrole russe, mais ce ne sont pour l'instant que des mots.

La situation sur le marché du gaz est encore plus incertaine et menace de diviser l'UE - la date limite pour le passage au rouble approche. La Commission européenne a émis cette semaine un avis selon lequel cela serait contraire à la politique de sanctions de l'UE, qui vise à dévaluer la monnaie russe. On ne peut que constater: oui, l'UE a un gros problème avec cette partie des sanctions.

Ainsi, le chancelier autrichien Karl Nehammer a déclaré :

    "L'Autriche n'est pas seule à s'opposer à l'embargo sur le gaz. L'Allemagne, la Hongrie et d'autres États membres de l'UE sont du même avis. D'autre part, l'Autriche soutient fermement, avec les États de l'UE, les sanctions contre la Russie. Mais les sanctions devraient frapper la Russie plus durement que l'UE".

Orban-Szijjarto-800x450.jpg

Et le ministre hongrois des Affaires étrangères Péter Szijjártó a déclaré :

    "Pour nous, il y a une ligne rouge: la sécurité énergétique de la Hongrie. C'est pourquoi nous avons décidé que nous ne pouvions pas signer de sanctions contre le pétrole et le gaz".

Lutte pour le gaz du Qatar

Si l'approvisionnement en gaz russe est interrompu, l'économie allemande perdra environ 220 milliards d'euros au cours des deux prochaines années. Elle les perdrait même si elle trouvait une sorte de substitut pour les volumes supprimés, car il n'y aura jamais de prix aussi avantageux que ceux que Gazprom peut offrir. Le GNL australien ou colombien ne peut pas coûter la même chose que le gaz de pipeline russe. D'ailleurs, la Chine a plus que quintuplé ses achats de GNL par rapport à l'année dernière, ce qui signifie qu'il y aura également une bataille pour le gaz du Qatar. Dans l'ensemble, une autolimitation et une économie strictes seront la clé de sa survie dans les années à venir.

Robert Habeck, ministre de l'Économie et vice-chancelier de la République fédérale d'Allemagne, a déclaré :

    "Je demande à chacun de faire sa part pour économiser l'énergie. A titre indicatif, j'essaierais d'économiser 10 pour cent, c'est faisable. Si vous chauffez votre appartement et fermez les rideaux le soir, vous pouvez économiser jusqu'à 5 pour cent d'énergie. Et si vous baissez la température de la pièce d'un degré, cela représente environ 6 pour cent. Bien sûr, ce n'est pas très confortable, mais personne n'aura froid. Une situation dans laquelle il y aurait des problèmes d'approvisionnement ou des entreprises qui devraient fermer serait un cauchemar politico-économique".

Il appelle ses concitoyens à économiser presque chaque semaine, c'est-à-dire avec la même fréquence que celle avec laquelle la Grande-Bretagne, par exemple, ment. Pour maintenir la folie des sanctions sur le continent, National Grid promet d'augmenter le transit du gaz produit en Norvège, mais on a pu voir comment la Grande-Bretagne se comporte réellement en cas de crise au plus fort de la pandémie, lorsqu'elle a réussi à faire passer tous les vaccins sous le nez de la Commission européenne. Et la Grande-Bretagne connaît déjà une crise du carburant. L'inflation explose, elle a atteint 7% en mars. Du jamais vu depuis 30 ans. Et cela vaut pour toute l'Europe.

Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne, s'est exprimée à ce sujet :

    "L'inflation a atteint 7,5 pour cent en mars, contre 5,9 pour cent en février. Les prix de l'énergie ont augmenté depuis le début de la guerre et sont maintenant 45 pour cent plus élevés qu'il y a un an".

Vers une pauvreté assistée

Friedrich Merz en est convaincu:

    "De toute façon, le sommet de notre prospérité est probablement derrière nous depuis longtemps. La situation devient de plus en plus difficile. Ce n'est pas seulement moi, en tant que chef de l'opposition, mais aussi le chancelier Olaf Scholz qui doit le dire à la population".

La fin de l'ère de la prospérité, il est amusant que ce diagnostic soit posé par le multimillionnaire et président du parti CDU, qui représente les intérêts des moyennes et grandes entreprises. Mais sur le fond, le pessimisme public est juste. L'inflation en Allemagne est déjà perçue par les consommateurs comme étant de 14%, soit le double de ce qu'elle est en réalité, ce qui signifie que le niveau de frustration augmente plus rapidement que le niveau de vie réel ne diminue. Et c'est là que diverses pensées malheureuses viennent à l'esprit.

Le Süddeutsche Zeitung écrit ainsi :

    "Quel est le double standard aujourd'hui ? Il s'agit de condamner l'attaque russe, mais de refuser l'embargo sur le gaz. Il s'agit de condamner la guerre en Europe, mais de ne pas voir la guerre dans le reste du monde. C'est condamner la propagande russe, mais rester silencieux sur la guerre en Irak, qui a été déclenchée sur des mensonges. Il s'agit de diaboliser le gaz de Poutine, mais de ramper devant les Émirats. Et il faut en tout cas admettre comment on a été induit en erreur par Poutine, par les exigences démesurées de la Russie et par l'âme russe elle-même".

La citation du journal allemand sonne comme une invitation à réfléchir à ses propres erreurs.

Et bien sûr, on peut réfléchir, mais on ne peut rien changer. Le naufrage est un sentiment qui se répand lentement dans la société allemande. La situation avec Steinmeier, les accusations constantes de faiblesse contre le chancelier Scholz, la fissure au sein de la coalition, la pression de ceux qui considèrent les Allemands comme des alliés - on commence à comprendre son propre rôle dans le conflit entre l'Occident et la Russie. Pour le dire sans détour : même une guerre économique a besoin de chair à canon.

Fin de la traduction

lundi, 25 avril 2022

Nord Stream 2, une des clés de la guerre en Ukraine

ins2cdex.jpg

Nord Stream 2, une des clés de la guerre en Ukraine

Daniel Miguel López Rodríguez

Source: https://posmodernia.com/nord-stream-2-una-de-las-claves-de-la-guerra-de-ucrania/ 

Le flux du Nord

Le sous-sol ukrainien contient un réseau de gazoducs par lequel passe une partie de l'approvisionnement russe vers l'Europe. Entre 2004 et 2005, 80 % du gaz russe destiné à l'Europe a transité par le sous-sol ukrainien. Lorsque Gazprom (le géant russe de l'énergie appartenant à l'État) a interrompu l'approvisionnement des Ukrainiens en janvier 2006 et en janvier 2009, ces derniers ont saisi le gaz destiné à l'Europe, ce qui a entraîné des pertes énormes pour ces pays, qui sont très dépendants du gaz russe, et a jeté un sérieux discrédit sur la Russie en tant que fournisseur.

Afin d'éviter ce transit ukrainien, les Russes ont décidé de construire deux nouveaux gazoducs. Gazprom a fait valoir que le fait de relier un gazoduc directement à l'Allemagne sans avoir besoin de passer par des pays de transit permettrait d'éviter que les exportations de gaz russe vers l'Europe occidentale ne soient coupées, comme cela s'est produit deux fois auparavant. C'est ainsi qu'est né le projet Nord Stream (Севеверный поток), un gazoduc qui relierait la Russie à l'Europe (directement à l'Allemagne via la mer Baltique) sans devoir passer par l'Ukraine ou la Biélorussie.

En avril 2006 déjà, le ministre polonais de la défense, Radek Sikorski, comparait les accords sur la construction d'un gazoduc au pacte de non-agression germano-soviétique, le pacte Ribbentrop-Molotov signé aux premières heures du 24 août 1939, car la Pologne est particulièrement sensible aux accords passés par-dessus sa tête (https://www.voanews.com/a/a-13-polish-defense-minister-pi... ). Tout pacte conclu par la Russie et l'Allemagne y fera penser et sera diabolisé (telle est la simplicité de la propagande, mais elle est tout aussi efficace non pas en raison du mérite des propagandistes mais du démérite du vulgaire ignorant, qui abonde). 

Le ministre suédois de la défense, Mikael Odenberg, a indiqué que le projet constituait un danger pour la politique de sécurité de la Suède, car le gazoduc traversant la Baltique entraînerait la présence de la marine russe dans la zone économique de la Suède, ce que les Russes utiliseraient au profit de leurs renseignements militaires. En fait, Poutine justifierait la présence de la marine russe pour assurer la sécurité écologique.

L'hebdomadaire allemand Stern a émis l'hypothèse que le câble à fibre optique et les stations relais le long du gazoduc pourraient être utilisés pour l'espionnage russe, mais Nord Stream AG (le constructeur du gazoduc) a répondu en arguant qu'un câble de contrôle à fibre optique n'était pas nécessaire et n'avait même pas été prévu. Le vice-président du conseil d'administration de Gazprom, Alexander Medvedev, minimise la question en soulignant que "certaines objections sont soulevées qui sont risibles : politiques, militaires ou liées à l'espionnage. C'est vraiment surprenant car dans le monde moderne, il est ridicule de dire qu'un gazoduc est une arme dans une guerre d'espionnage" (https://web.archive.org/web/20070927201444/ et http://www.upstreamonline.com/live/article138001.ece ). Où que soient les Russes, on craint toujours les espions (on ne se méfie pas autant des Ricains, malgré les révélations d'Edward Snowden : l'enfer, c'est toujours les autres).

Le Rockefellerien Greenpeace se plaindrait également de la construction du gazoduc, car il traverserait plusieurs zones classées comme aires marines de conservation. 

Budowa-Nord-Stream-2-na-wodach-Niemiec-źródło-nord-stream2-800x450.jpg

Le 13 juin 2007, face aux préoccupations écologiques, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, a déclaré que "la Russie respecte pleinement le désir d'assurer la durabilité environnementale à 100 % du projet et soutient entièrement cette approche, et toutes les préoccupations environnementales seront traitées dans le cadre du processus d'évaluation de l'impact environnemental" (https://www.upstreamonline.com/online/russia-backs-green-... ).

Le gazoduc devait être inauguré le 8 novembre 2011 lors d'une cérémonie dans la municipalité de Lubmin (Mecklembourg-Poméranie occidentale) par la chancelière Angela Merkel et le président russe Dmitri Medvedev ; étaient également présents le Premier ministre français François Fillon et le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Il était également prévu de construire South Stream, un gazoduc qui devait relier la Russie à la Bulgarie en traversant la mer Noire jusqu'à la Grèce et l'Italie. Mais il a finalement été annulé au profit de Blue Stream, qui transporte du gaz naturel du sud de la Russie vers la Turquie via la mer Noire. Grâce à ce gazoduc, la Turquie est le deuxième plus grand importateur de gaz russe, juste derrière l'Allemagne.

Alors que l'Allemagne a pu réaliser le projet Nord Stream 1, la Grèce et l'Italie ont vu leur projet South Stream mis au rebut. C'est un signe de qui a le plus de pouvoir dans la prétentieuse Union européenne. Mais Nord Stream 2 n'est pas allé aussi loin et - comme nous le verrons - les Allemands se sont pliés aux diktats des Américains.

Nord Stream 1 se compose de deux pipelines allant de Vyborg (nord-ouest de la Russie) à Greifswald (nord-est de l'Allemagne). Il a la capacité de transporter 55 milliards de mètres cubes par an, même si en 2021, il était capable de transporter 59,2 milliards de mètres cubes. Il s'agit du gazoduc par lequel transite le plus grand volume de gaz à destination de l'UE. 

Les travaux sur le gazoduc Nord Stream 2 ont duré de 2018 à 2021, et on estime que le matériau du gazoduc peut durer environ 50 ans. Le pipeline part de la station de compression Slavyanskaya, près du port d'Ust-Luga (dans le district Kingiseppsky de l'Oblast de Leningrad), et va jusqu'à Greifswald (Poméranie occidentale). En 2019, la société suisse Allsea, qui était chargée de poser le gazoduc, a abandonné le projet et Gazprom a dû le mener à bien par ses propres moyens. La première ligne a été achevée en juin 2021 et la seconde en septembre. Son ouverture était prévue pour le milieu de l'année 2022, ce qui devait permettre de doubler le gaz transporté pour atteindre 110 milliards de mètres cubes par an. Outre Gazprom, les partenaires pour la construction de Nord Stream 2 ont été Uniper, Wintershall, OMV, Engie et Shell plc.

Le gouvernement allemand a approuvé le projet en mars 2018, afin d'éloigner l'Allemagne du nucléaire et du charbon (c'est-à-dire pour des raisons environnementales, toujours aussi sensibles en Allemagne, déjà depuis des temps pas particulièrement démocratiques). Les coûts du gazoduc sont estimés à 9,9 milliards d'euros, Gazprom apportant 4,75 milliards d'euros et ses partenaires le reste.  

009.jpg

Nord Stream 2 aurait complété les troisième et quatrième lignes (par rapport aux première et deuxième lignes de Nord Stream 1). À travers la Baltique, Nord Stream 1 et 2 suivent fondamentalement le même itinéraire. Les deux pipelines tirent leur gaz des gisements de la péninsule de Yamal et des baies d'Ob et de Taz. Avec ces deux gazoducs (avec quatre lignes au total), l'Allemagne fournirait du gaz russe à d'autres pays, ce qui améliorerait sans aucun doute la situation sur le marché européen et permettrait de surmonter la crise énergétique. Les Allemands sont allés jusqu'à affirmer que le Nord Stream 2 serait plus rentable que les livraisons terrestres via l'Europe de l'Est. La Russie a fourni 35,4 % du gaz arrivant en Allemagne (et avec Nord Stream 2, elle aurait doublé cette quantité) et 34 % du pétrole.

Les principaux opposants à Nord Stream 2 ont été les pays baltes, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie ( ?), la Roumanie, la Croatie, la Moldavie et principalement la Pologne et l'Ukraine, tous soutenus par la Commission européenne et les États-Unis. Ces pays se sont opposés à Nord Stream 2 au motif qu'un gazoduc direct vers l'Allemagne pourrait entraîner l'arrêt de leur approvisionnement en énergie et les priver des lucratifs frais de transit.

Chronologie de la politique américaine contre Nord Stream 2

Les plaintes américaines contre le gazoduc ne sont pas propres à l'administration Biden (qui a subi la pression de ses collègues démocrates pour adopter une ligne dure contre la Russie, qualifiant ainsi Poutine de "meurtrier" - comme si l'administration Obama dont il était le vice-président n'avait pas commis d'innombrables crimes de guerre, bien plus que la Russie ne l'a jamais fait : mais le premier président afro-américain est un démon qui "ne sent pas le soufre"). Déjà sous Obama, les protestations ont commencé alors que le projet n'avait pas encore totalement pris forme (l'idée du projet a commencé à prendre forme en octobre 2012).

Sous l'administration Trump, les plaintes se sont poursuivies et n'ont jamais cessé, même si Trump a d'abord affirmé qu'il n'appliquerait pas la loi contre les ennemis de l'Amérique par le biais de sanctions sur les exportations énergétiques russes, mais il a rapidement changé d'avis. M. Trump a même menacé d'imposer des droits de douane aux pays de l'UE et a proposé de rouvrir les négociations en vue de conclure un accord commercial entre les États-Unis et l'UE si le projet était annulé.

Le 27 janvier 2018, coïncidant avec le 73e anniversaire de la libération du camp de concentration d'Auschwitz, le secrétaire d'État Rex Tillerson (un ancien PDG d'Exxon Mobil, c'est-à-dire un homme de Rockefeller infiltré dans l'administration Trump, qui sera finalement évincé par le plus loyal Mike Pompeo) a fait valoir que les États-Unis et la Pologne s'opposaient à Nord Stream 2 en raison du danger qu'il représente pour la sécurité et la stabilité énergétiques de l'Europe, "tout en donnant à la Russie un outil supplémentaire pour politiser le secteur de l'énergie" ( https://www.expansion.com/economia/politica/2018/01/27/5a... ).

Les sénateurs américains des deux partis se sont inquiétés en mars 2018, lorsque le gouvernement allemand a approuvé le projet, et ont écrit que "en contournant l'Ukraine, Nord Stream II éliminera l'une des principales raisons pour lesquelles la Russie évite un conflit à grande échelle dans l'est de l'Ukraine, comme le Kremlin le sait bien" (https://www.cfr.org/in-brief/nord-stream-2-germany-captiv... ).

Le transit ukrainien fournissait autrefois 44 % du gaz russe à l'UE, ce qui permettait aux caisses de l'État (de plus en plus corrompu) d'empocher quelque 3 milliards de dollars par mois. Mais avec Nord Stream 2, cela devait changer et le transit par le sous-sol ukrainien devait être encore décuplé. Cela aurait fait perdre à l'Ukraine 3 % de son PIB. L'Ukraine y voyait une atteinte à sa souveraineté, mais aussi à la sécurité énergétique collective de l'Europe dans son ensemble, car le transit du gaz par l'Ukraine dissuade l'agression russe. L'ouverture de Nord Stream 2, qui aurait fait de l'Allemagne la première plaque tournante du gaz en Europe, aurait mis fin à cette situation.  

En janvier 2019, l'ambassadeur américain en Allemagne, Richard Grenell, a envoyé une lettre aux entreprises qui construisent le gazoduc, les exhortant à abandonner le projet et les menaçant de sanctions si elles le poursuivent. En décembre de la même année, les sénateurs républicains Ted Cruz et Ron Johnson ont également fait pression sur les entreprises impliquées dans le projet.

Le président du Conseil européen Donald Tusk, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki et le ministre britannique des Affaires étrangères de l'époque Boris Johnson ont protesté contre la construction de Nord Stream 2. Tusk a clairement indiqué que le gazoduc n'était pas dans l'intérêt de l'Union européenne. Les fonctionnaires de la Commission européenne ont déclaré que "Nord Stream 2 n'améliore pas la sécurité énergétique [de l'UE]" (https://euobserver.com/world/141584 ).

Nord Stream 2 est quelque chose qui a divisé l'UE. Bien que lorsque Donald Trump était dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le projet ne semblait pas si mauvais, et la France, l'Autriche et l'Allemagne, plus la Commission européenne, ont critiqué les États-Unis (c'est-à-dire l'administration Trump) pour les nouvelles sanctions contre la Russie au sujet du pipeline, se plaignant que les États-Unis menaçaient l'approvisionnement énergétique de l'Europe.

5a2a0fca-0002-0004-0000-000092d1369e_w1207_r0.94296875_fpx49.96_fpy47.11.jpg

Le chancelier autrichien Christian Kern et le ministre allemand des Affaires étrangères Sigman Gabriel se sont plaints dans une déclaration commune : "L'approvisionnement énergétique de l'Europe est l'affaire de l'Europe, pas celle des États-Unis d'Amérique" (https://www.usnews.com/news/business/articles/2017-06-15/... ). Et ils ajoutent : "Menacer les entreprises d'Allemagne, d'Autriche et d'autres États européens de sanctions sur le marché américain si elles participent ou financent des projets de gaz naturel comme Nord Stream 2 avec la Russie introduit une qualité complètement nouvelle et très négative dans les relations entre l'Europe et les États-Unis" (https://www.politico.eu/article/germany-and-austria-warn-... ). Mais - comme nous le verrons - les politiciens allemands, avec un gouvernement social-démocrate, n'ont pas été aussi audacieux avec l'administration Biden.

Isabelle Kocher, PDG du groupe ENGIE (un groupe local français qui distribue de l'électricité, du gaz naturel, du pétrole et des énergies renouvelables), a critiqué les sanctions américaines et a affirmé qu'elles tentaient de promouvoir le gaz américain en Europe (ce qui est la clé de toute l'affaire). Olaf Scholz, lorsqu'il était ministre des finances dans le gouvernement de coalition dirigé par Merkel, a rejeté les sanctions comme "une intervention sévère dans les affaires intérieures allemandes et européennes". Un porte-parole de l'UE a critiqué "l'imposition de sanctions contre des entreprises de l'UE faisant des affaires légitimes" (https://www.dw.com/en/germany-eu-decry-us-nord-stream-san... ).

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Mass, a déclaré sur Twitter que "la politique énergétique européenne se décide en Europe, pas aux États-Unis". M. Lavrov a affirmé que le Congrès américain "est littéralement submergé par le désir de tout faire pour détruire" les relations avec la Russie (https://www.cnbc.com/2019/12/16/ukraine-and-russia-look-t... ). Toutefois, il convient de noter que l'Allemagne a fortement soutenu les sanctions contre la Russie suite à l'annexion de la Crimée en 2014.

L'Association allemande des entreprises orientales a déclaré dans un communiqué que "les États-Unis veulent vendre leur gaz liquéfié en Europe, pour lequel l'Allemagne construit des terminaux. Si nous arrivons à la conclusion que les sanctions américaines visent à chasser les concurrents du marché européen, notre enthousiasme pour les projets bilatéraux avec les États-Unis se refroidira considérablement" (https://www.dw.com/en/nord-stream-2-gas-pipeline-faces-sa... ).

Le 21 décembre 2019, Trump a signé une loi imposant des sanctions aux entreprises ayant contribué à la construction de l'oléoduc, qui a été interrompue après la signature de Trump, mais reprendrait en décembre 2020, après l'élection de Joe Biden à la présidence. Mais immédiatement, le 1er janvier 2021, un projet de loi annuel sur la politique de défense adopté par le Congrès américain prévoyait des sanctions pour les entreprises travaillant sur le pipeline ou le sécurisant. Le 26 janvier, la Maison Blanche a annoncé que le nouveau président estime également que "Nord Stream 2 est une mauvaise affaire pour l'Europe", et que son administration va donc "revoir" les nouvelles sanctions (https://www.reuters.com/article/us-usa-biden-nord-stream-... ).

Ainsi, le bipartisme au Capitole s'est prononcé contre l'achèvement du gazoduc Nord Stream 2, non pas parce que c'est "une mauvaise affaire pour l'Europe", mais parce que c'est une mauvaise affaire pour les États-Unis. Sur ce point, les "mondialistes" et les "patriotes" sont d'accord.

Le 30 juillet 2020, le secrétaire d'État Mike Pompeo s'est adressé au Sénat en critiquant la construction de Nord Stream 2 : "Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que ce gazoduc ne menace pas l'Europe. Nous voulons que l'Europe dispose de ressources énergétiques réelles, sûres, stables, sûres et non convertibles". C'est comme s'il disait : "Nous ferons tout ce que nous pouvons pour nous assurer que ce pipeline ne menace pas les États-Unis. Nous voulons que l'Europe dispose de ressources énergétiques qu'elle achète aux États-Unis". Il a ajouté que le département d'État et le département du Trésor "ont très clairement indiqué, dans nos conversations avec ceux qui ont des équipes sur place, la menace expresse que représente pour eux la poursuite des travaux d'achèvement du pipeline" (https://www.rferl.org/a/pompeo-u-s-will-do-everything-to-... ).

Le 20 avril 2021, on pouvait lire sur le site Web du Conseil européen des relations étrangères (think tank de Soros) : "Ce serait mauvais pour l'Europe si la pression américaine devait forcer l'annulation du gazoduc et laisser l'Allemagne et les autres États membres dont les entreprises participent à sa construction amers et meurtris. Ce serait également mauvais pour l'Europe si le gazoduc finissait par balayer les réticences de la Pologne et par dépeindre l'Allemagne comme un acteur égoïste qui ne se soucie pas de ses partenaires. L'un ou l'autre résultat affaiblirait également l'alliance transatlantique et, plus ou moins directement, profiterait à Moscou... si Washington arrête le projet, Moscou trouvera une autre raison de rejeter l'Europe comme un acteur politique qui manque de crédibilité. Bien sûr, cela ne doit pas signifier que l'Europe doit sauver Nord Stream 2 juste pour impressionner la Russie. Le raisonnement de l'UE devrait avoir des racines plus profondes que cela". Il s'agit donc d'un "problème de gestion des relations" (https://ecfr.eu/article/the-nord-stream-2-dispute-and-the... ). 

OG_Okt-nordstream2.jpg

Cependant, le 19 mai 2021, le gouvernement américain a levé les sanctions contre Nord Stream AG, mais a imposé des sanctions contre quatre banques russes et cinq sociétés russes. Sergueï Ryabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères, a salué cette démarche et y a vu "une opportunité pour une transition progressive vers la normalisation de nos liens bilatéraux" (https://www.bbc.com/news/world-us-canada-57180674 ).

Le sénateur républicain Jim Risch a déclaré qu'une telle démarche était "un cadeau à Poutine et ne fera qu'affaiblir les États-Unis" (https://www.reuters.com/business/energy/us-waive-sanction...).

Yurity Vitrenko de Naftogaz (la compagnie pétrolière et gazière d'État ukrainienne) s'opposerait à cette démarche et affirmerait que l'Ukraine fait pression sur les États-Unis pour qu'ils réimposent des sanctions afin d'empêcher l'ouverture du pipeline. Biden prétendrait qu'il a mis fin aux sanctions parce que le pipeline était presque terminé et parce que les sanctions avaient nui aux relations entre les États-Unis et l'Union européenne.

Le président ukrainien, alors inconnu en Occident, Volodymyr Zelensky, s'est dit "surpris et déçu" par la décision de l'administration Biden, qui a également refusé de sanctionner le PDG de Nord Stream AG, Mathias Warning, un allié de Poutine.

Cependant, en juin 2021, la pose des deux lignes de pipelines a été entièrement achevée. Le 20 juillet 2021, Biden et une Angela Merkel sortante ont convenu que les États-Unis pourraient sanctionner la Russie si elle utilisait Nord Stream 2 comme une "arme politique", dans le but d'empêcher la Pologne et l'Ukraine de manquer de gaz russe.

Mme Merkel est une atlantiste avouée et n'était pas exactement enthousiaste à l'égard du projet Nord Stream 2, mais elle ne voyait aucun moyen de faire marche arrière. Pour elle, c'était une situation très délicate.

L'Ukraine obtiendrait un prêt de 50 millions de dollars pour investir dans les technologies vertes jusqu'en 2024, et l'Allemagne créerait un fonds d'un milliard de dollars pour la transition de l'Ukraine vers l'énergie verte, afin de compenser la perte de droits de douane due au fait que tout le gaz russe qui devait passer par le gazoduc Nord Stream 2 ne passerait pas par son sous-sol.

Après cette étrange hésitation, le département d'État américain prendra une décision complète et imposera, en novembre 2021, de nouvelles sanctions financières aux entreprises russes liées à Nord Stream 2.

Le 9 décembre 2021, le Premier ministre polonais Mateusz Marawiecki a fait pression sur le nouveau chancelier allemand, le social-démocrate Olaf Scholz, pour qu'il n'inaugure pas le Nord Stream 2 et ne cède pas à la pression russe, et donc "ne permette pas que le Nord Stream 2 soit utilisé comme un instrument de chantage contre l'Ukraine, comme un instrument de chantage contre la Pologne, comme un instrument de chantage contre l'Union européenne" (https://www.metro.us/polish-pm-tells-germanys/ ).

Après avoir détecté des troupes russes à la frontière orientale de l'Ukraine, le secrétaire d'État Antony Blinken a annoncé de nouvelles sanctions le 23 décembre.

Olaf Scholz serait pressé d'arrêter l'ouverture du pipeline lors du sommet de l'UE. Le 7 février 2022, il rencontrera Biden à la Maison Blanche et, lors de la conférence de presse, il déclarera que les États-Unis et l'Allemagne sont "absolument unis et nous ne prendrons pas de mesures différentes". Nous prendrons les mêmes mesures et elles seront très, très dures pour la Russie et ils doivent le comprendre. Toutes les mesures que nous prendrons, nous les prendrons ensemble. Comme l'a dit le président [Biden], nous nous y préparons. Vous pouvez comprendre et vous pouvez être absolument sûrs que l'Allemagne sera de concert avec tous ses alliés et surtout les États-Unis, que nous prendrons les mêmes mesures. Il n'y aura aucune différence dans cette situation. Je dis à nos amis américains que nous serons unis. Nous agirons ensemble et nous prendrons toutes les mesures nécessaires et toutes les mesures nécessaires que nous prendrons ensemble" (https://edition.cnn.com/2022/02/07/politics/biden-scholz-... ).

On peut voir qu'il ne se plaignait plus de l'intervention des États-Unis "dans les affaires intérieures allemandes et européennes", comme on l'a vu dire lorsqu'il était ministre des finances dans le gouvernement de coalition avec Merkel, alors que Trump était à la Maison Blanche.

Pour sa part, Joe Biden a averti que si la Russie envahit l'Ukraine, avec "des chars et des troupes", comme cela finirait par arriver, "alors il n'y aura plus de Nord Stream 2 : nous y mettrons fin" (https://edition.cnn.com/2022/02/07/politics/biden-scholz-... ).

Face aux menaces de Biden envers la Russie, Scholz a gardé un silence timide, ne disant absolument rien sur l'ingérence flagrante des États-Unis dans les relations économiques de l'Allemagne avec la Russie. Il s'est plié aux diktats de Washington. 

22310.jpeg

Le 15 février, Scholz devait rencontrer Poutine à Moscou, où le dirigeant russe a affirmé que le gazoduc renforcerait la sécurité énergétique européenne et qu'il s'agissait d'une question "purement commerciale" (https://www.reuters.com/business/energy/putin-says-nord-s... ). Comme si l'économie n'était pas une économie-politique et une question géopolitique de la plus haute importance et, comme nous l'avons vu, d'une transcendance vitale.

Scholz a affirmé que les négociations avaient été intenses mais confiantes et a supplié la Russie d'éviter toute interprétation dans le conflit avec l'Ukraine.

Lors de la conférence de presse, Poutine est allé jusqu'à dire : "L'Allemagne est l'un des principaux partenaires de la Russie. Nous nous sommes toujours efforcés de favoriser l'interaction entre nos États. L'Allemagne est le deuxième partenaire commercial extérieur de la Russie, après la Chine. Malgré la situation difficile causée par la pandémie de coronavirus et la volatilité des marchés mondiaux, à la fin de 2021, les échanges mutuels ont augmenté de 36 % et ont atteint près de 57 milliards. Dans les années 1970, nos pays ont mis en œuvre avec succès un projet historique. Il s'appelait "Gaz pour les tuyaux". Et depuis lors, les consommateurs allemands et européens sont approvisionnés en gaz russe de manière fiable et sans interruption. Aujourd'hui, la Russie satisfait plus d'un tiers des besoins de l'Allemagne en matière de transport d'énergie" (https://1prime.ru/exclusive/20220220/836108179.html ).

Le projet "Gaz pour les pipelines" a été possible malgré la guerre froide. Les États-Unis ont tenté d'empêcher la construction du gazoduc Urengoy-Pomary-Uzhgorod et ont également essayé d'empêcher les entrepreneurs allemands de participer au projet, bien qu'il ait finalement été construit en 1982-1984 et officiellement ouvert en France, complétant le système de transport transcontinental de gaz Sibérie occidentale-Europe occidentale qui était en place depuis 1973. Ce gazoduc traverse l'Ukraine, pompant du gaz vers la Slovaquie, la Hongrie et la Roumanie. À cette époque, l'URSS n'avait pas la capacité de produire les pipelines nécessaires. Après la construction, d'importantes livraisons de gaz en provenance de Russie ont commencé, depuis le gigantesque champ de Vengoyskoye vers l'Allemagne et d'autres pays européens. Les conséquences d'une telle quantité de gaz ont été le remplacement du charbon américain sur le marché européen, et la RFA a bénéficié d'un énorme élan économique. Nous constatons que les accords gaziers entre la Russie et l'Europe (alors l'URSS) n'ont pas profité aux États-Unis, où ils en prendraient acte.  

Scholz a ensuite rencontré Zelensky, accusé d'avoir utilisé le "livre de jeu de Merkel" en évitant les questions sur le gazoduc lors de la conférence de presse qu'il a donnée avec le président ukrainien (https://www.telegraph.co.uk/news/2022/02/14/olaf-scholz-f... ).

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a affirmé que l'avenir du pipeline dépendrait du comportement de la Russie en Ukraine. Le 19 février, elle a déclaré à la Conférence sur la sécurité de Munich que l'Europe ne pouvait pas être aussi dépendante de la Russie pour ses besoins énergétiques (peut-être veut-elle qu'elle soit dépendante des États-Unis, et pas seulement sur le plan énergétique mais aussi sur le plan géopolitique, ce qui est la conséquence logique). "Une Union européenne forte ne peut pas être aussi dépendante d'un fournisseur d'énergie qui menace de déclencher une guerre sur notre continent. Nous pouvons imposer des coûts élevés et des conséquences graves sur les intérêts économiques de Moscou. La pensée bizarre du Kremlin, qui découle directement d'un passé sombre, pourrait coûter à la Russie un avenir prospère. Nous espérons encore que la diplomatie n'a pas dit son dernier mot" (https://www.dw.com/en/natos-jens-stoltenberg-urges-russia... ).

Le 22 février, le lendemain de la reconnaissance par la Russie des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, Olaf Scholz, qui a toujours été favorable au projet mais qui venait de voir Biden (alors qu'il devait rendre visite à Poutine immédiatement après), a suspendu la certification de Nord Stream 2. <...> Il s'agit d'une étape nécessaire pour que la certification du pipeline ne puisse avoir lieu maintenant. Sans cette certification, Nord Stream 2 ne peut être lancé" (https://www.vedomosti.ru/economics/articles/2022/02/22/91... ). La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Berbock, a déclaré aux journalistes que le gouvernement allemand avait "gelé" le projet.

Le 23 février, M. Biden a ordonné des sanctions contre l'exploitant du gazoduc, Nord Stream 2 AG, ainsi que contre des responsables de la société. "Ces mesures sont une autre partie de notre tranche initiale de sanctions en réponse aux actions de la Russie en Ukraine. Comme je l'ai dit clairement, nous n'hésiterons pas à prendre de nouvelles mesures si la Russie poursuit l'escalade." Ces sanctions ont été imposées après des "consultations étroites" entre les gouvernements américain et allemand. Et il a remercié Scholz pour son "étroite coopération et son engagement inébranlable à tenir la Russie responsable de ses actions" ; en d'autres termes, il l'a remercié pour sa soumission aux États-Unis. En reconnaissant les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, Poutine, a déclaré Biden, "a donné au monde une incitation irrésistible à abandonner le gaz russe et à passer à d'autres formes d'énergie" (https://www.rbc.ru/politics/23/02/2022/621684c49a794730b4... ). 

NordStream2.jpg

Le jour suivant, la Russie commencera une "opération militaire spéciale" en Ukraine. Les États-Unis avaient donc déjà la guerre qu'il leur fallait pour empêcher l'ouverture du gazoduc Nord Stream 2 et la rupture des relations germano-russes ; même si Nord Stream 1 continuerait à transporter du gaz vers l'Allemagne, fonctionnant comme les autres gazoducs approvisionnant l'Europe, dont la Russie empoche quelque 800 millions d'euros par jour, plus 260 millions d'euros pour l'exportation de pétrole.

Le 8 mars, les États-Unis ont interdit toute importation de pétrole et de gaz en provenance de Russie, établissant un record historique pour le prix de l'essence (7 % du pétrole consommé aux États-Unis est russe).

Le 9 mars, le secrétaire de presse du président russe, Dmitry Preskov, a répondu à la sous-secrétaire d'État américaine aux affaires politiques, Victoria Nuland - la femme qui a dit "fuck the EU" (https://www.youtube.com/watch?v=dO80WVMy5E4&ab_channe...  ), en déclarant que Nord Stream 2 est "mort et ne sera pas ressuscité" (un jour plus tôt, devant le Congrès américain, elle avait déclaré que le gazoduc n'est qu'"un tas de métal au fond de la mer") - en lui disant que le gazoduc est prêt à être utilisé, en ajoutant que les États-Unis déclarent la guerre économique à la Russie.

Un différend géo-économique et donc géopolitique

Plutôt qu'un projet d'infrastructure dans le pouvoir fédérateur (ou le commerce international) des couches corticales des États concernés, Nord Stream 2 ressemble davantage à un symbole de discorde dans le pouvoir diplomatique, voire militaire, que l'on observe en Ukraine. Il ne fait aucun doute que Nord Stream 2 et tous les gazoducs et oléoducs entraînent des problèmes géopolitiques, car les ressources de base sont intégrées dans les problèmes corticaux de la dialectique des États (l'économie est toujours l'économie-politique ; c'est-à-dire que les deux ne peuvent être compris comme des sphères mégaréales mais comme des concepts conjugués : conceptuellement dissociables, existentiellement inséparables).

Sans aucun doute, comme on l'accuse à juste titre, la Russie utilise sa puissance énergétique comme une arme géopolitique et géostratégique, tout comme les États-Unis. En effet, cette puissance russe est énorme. En additionnant les exportations de pétrole, de gaz et de charbon, la Russie serait le premier exportateur mondial de ces produits.

Si Nord Stream 2 avait été mis en œuvre, les États-Unis auraient perdu leur influence sur l'UE et aussi sur l'Ukraine. Cela rendrait les pays européens, notamment l'Allemagne, encore plus dépendants des ressources énergétiques russes. Certains de ces pays et bien sûr le meneur de la bande, les États-Unis, ont pris position contre la construction de ce pipeline. L'Ukraine est considérée comme l'une des économies les plus touchées si le Nord Stream 2 est mis en service, car une grande quantité de matières premières en provenance de Russie ne passerait plus par son sous-sol (bien que cela affecte également le Belarus, allié plutôt vassal de la Russie).

Les Russes affirment qu'avec Nord Stream 2, le prix du gaz baisserait, car quelque 55 milliards de mètres cubes de gaz seraient transportés par an (plus ou moins la même quantité que Nord Stream 1). Il ne faut pas oublier qu'un peu plus d'un tiers du gaz qui atteint l'Europe provient de Russie.

En Espagne, seulement 10 % du gaz que nous recevons est russe. L'Algérie (alliée historique de la Russie) est notre principal exportateur de gaz (30 % de son gaz finit en Espagne), et le gouvernement de Pedro Sánchez ne fait pas vraiment preuve de tact diplomatique avec ce pays ; il le traite même avec une extrême insouciance, cédant le Sahara au Maroc (abandonnant pour la deuxième fois les pauvres Sahraouis). C'est peut-être la récompense que le sultanat a reçue pour avoir reconnu Israël. Mais puisqu'en Espagne, depuis plusieurs décennies, la politique étrangère est une trahison continue plutôt qu'une politique étrangère ?

Regardez ce que dit le rapport 2019 de l'important groupe de réflexion américain RAND Corporation : "Augmenter la capacité de l'Europe à importer du gaz de fournisseurs autres que la Russie pourrait étirer la Russie sur le plan économique et protéger l'Europe de la coercition énergétique russe. L'Europe avance lentement dans cette direction en construisant des usines de regazéification de gaz naturel liquéfié (GNL). Mais pour être vraiment efficace, cette option nécessiterait que les marchés mondiaux du GNL deviennent plus flexibles qu'ils ne le sont déjà et que le GNL devienne plus compétitif en termes de prix par rapport au gaz russe" (https://www.rand.org/pubs/research_briefs/RB10014.html ).

L'Allemagne verrait sa sécurité énergétique menacée si Nord Stream 2 n'est pas mis en service. Et il ne faut pas oublier que ce projet a été construit à l'initiative de Berlin et non de Moscou. Et pourtant, l'Allemagne s'est rangée du côté de l'Ukraine (se pliant ainsi aux diktats de l'empire de Washington).

Mais il faut garder à l'esprit qu'avec Nord Stream 2, la relation entre la Russie et l'Allemagne ne serait pas exclusivement une relation de dépendance de la seconde vis-à-vis de la première, puisque la Russie dépendrait également de l'Allemagne, c'est-à-dire qu'une relation de coopération serait établie, ce que les États-Unis ne veulent pas. Et l'Allemagne distribuerait à son tour le gaz qui arrive de Russie aux autres pays. 

infografik-karte-nordstream.jpg

Le problème serait que si ce gazoduc commence à pomper du gaz, les États-Unis pourraient alors perdre la vassalité de l'Allemagne et d'autres pays européens. Les États-Unis ont toujours essayé d'empêcher les relations commerciales entre l'Allemagne et la Russie de s'épanouir (comme ils l'ont fait lorsqu'il s'agissait de la RFA et de l'URSS, comme nous l'avons vu).

D'où les plaintes de Biden (ainsi que celles de Trump, et déjà celles d'Obama), car les États-Unis veulent à tout prix empêcher l'ouverture de Nord Stream 2. Ce gazoduc n'aiderait-il pas la Russie à consolider le leadership allemand dans l'UE ? Bien qu'historiquement, malgré Napoléon, la Russie a eu de meilleures relations avec la France. Et les Russes n'oublient certainement pas les deux guerres mondiales, en particulier la Grande Guerre patriotique.

L'Allemagne a fait valoir que Nord Stream 1 n'empêchait pas le Reich d'adopter une ligne dure contre l'expansionnisme russe. Et, élément crucial, que les États-Unis se sont opposés au projet parce qu'ils voulaient vendre davantage de gaz naturel liquéfié sur les marchés européens (cela résume l'intrigue). 

Près d'un quart de la consommation énergétique de l'UE est constituée de gaz naturel, dont un tiers provient de Russie, les pays de l'Est étant évidemment plus dépendants de ce gaz. L'UE obtient 40 % de son gaz de la Russie, ainsi que 27 % de son pétrole. Les États-Unis ne reçoivent pas de gaz russe, bien que - comme nous l'avons déjà dit - ils reçoivent 7 % de leur pétrole (qu'ils ont maintenant l'intention de remplacer par du pétrole vénézuélien). Le 25 mars 2022, l'UE a signé un accord dans lequel les États-Unis fourniront 15 milliards de mètres cubes de gaz liquéfié au marché européen cette année. Et entre maintenant et 2030. Mission accomplie : l'Europe courbe la tête devant son serviteur.

Et comment les États-Unis peuvent-ils se permettre de freiner un projet entre deux nations souveraines derrière un chantier pharaonique à des milliers de kilomètres de distance ? Se pourrait-il que l'Allemagne, qui avec la France dirige l'UE, ne soit rien d'autre qu'un vassal des États-Unis, même si elle a maintenant l'intention de se réarmer ? Et si l'axe franco-allemand est un vassal des États-Unis, l'Espagne, l'Espagne délaissée, ne sera-t-elle pas un vassal des vassaux ? Quoi qu'il en soit, les États-Unis se sont comportés envers l'Allemagne comme le gangster extorqueur : celui qui oblige les commerçants sous la menace d'une arme à acheter ses marchandises. Puis, armés d'un visage en diborure de titane, ils appellent cela un "marché libre".

Selon un rapport de la Commission européenne intitulé "EU-US LNG trade", en 2021, le record d'approvisionnement en gaz naturel liquéfié (GNL) des États-Unis vers l'UE a été battu, dépassant les 22 milliards de mètres cubes. En janvier 2022, elle a déjà atteint 4,4 milliards de mètres cubes (si elle continue à ce rythme, elle atteindra plus de 50 milliards). Mais cela ne suffit pas pour les États-Unis. Bien que la Commission européenne soit favorable à ce que les Yankees soient les principaux fournisseurs de gaz naturel sur le marché européen.

Au vu de tout cela, on pourrait dire que les États-Unis ont fomenté une guerre en Ukraine afin de restreindre la coopération économique de l'UE avec la Russie, ce qui va à l'encontre des intérêts de l'Union, qui s'est comportée dans cette crise comme un ensemble d'États vassaux de Washington ; ce qui est le cas depuis longtemps, pratiquement depuis la Seconde Guerre mondiale, sauf que cela apparaît maintenant de manière embarrassante. 

Dans une interview avec Jacques Baud, colonel de l'armée suisse, expert en renseignement militaire et député à l'OTAN et à l'ONU, il a déclaré : "Je suis sûr que Poutine ne voulait pas attaquer l'Ukraine, il l'a dit à plusieurs reprises. De toute évidence, les États-Unis ont exercé des pressions pour déclencher la guerre. Les États-Unis ont peu d'intérêt pour l'Ukraine elle-même. Ce qu'ils voulaient, c'était augmenter la pression sur l'Allemagne pour qu'elle ferme Nord Stream II. Ils voulaient que l'Ukraine provoque la Russie, et si la Russie réagissait, Nord Stream II serait gelé" (https://www.lahaine.org/mundo.php/militar-suizo-experto-d... ).

Le Royaume-Uni semble également devoir bénéficier de son statut de pays de "transit" pour l'approvisionnement en gaz naturel de l'Europe, via le gazoduc traversant la Belgique et les Pays-Bas, qui tentera de se sevrer de sa dépendance au gaz russe, comme le prévoit pour cet été le seul opérateur énergétique britannique qui collecte le gaz de la mer du Nord en Norvège : National Grid. Selon le Daily Telegraph, National Grid pense pouvoir exporter environ 5,1 milliards de m3 vers l'Europe cet été. Elle envisage également d'importer du gaz liquéfié des États-Unis au Royaume-Uni pour le transformer en gaz normal et l'exporter en Europe.

En raison de l'opération militaire russe dans la marine des pays de l'OTAN (pas tous) en Ukraine, la non-ouverture de Nord Stream 2 n'a pas divisé les pays européens, comme ce fut le cas en 2003 avec la guerre en Irak, même si le Royaume-Uni a quitté l'UE. Il semble y avoir un consensus anti-russe (la Hongrie anti-sorosienne est peut-être l'exception, quoique de manière ambiguë).

Pour gagner l'alliance de la Russie contre la Chine, ni l'administration Trump (ce qui était son intention) ni l'administration Biden (qui a montré au monde sa russophobie exacerbée, dans la lignée du trilatéraliste-rockefellerien polonais et américain Zbigniew Brzezinski) n'ont su agir avec tact diplomatique. Et ils devraient savoir que les alliances sont aussi importantes que les forces elles-mêmes. C'est pourquoi la Russie a conquis l'allié chinois, mais toujours avec la crainte que ce dernier ne l'absorbe ou ne la trahisse à un moment donné (l'hypocrisie est notre pain quotidien dans les relations internationales).

L'humiliation du président allemand par Zelensky

Pendant des années, le président allemand Frank-Walter Steinmeier a entretenu une relation cordiale avec Vladimir Poutine, dont il a fait l'éloge en tant que chancelier sous Gerhard Schröder, puis en tant que ministre des affaires étrangères sous Angela Merkel. Et il a également montré son plus grand soutien au projet Nord Stream 2 pendant ces années, jusqu'à juste avant la guerre, ce que, après l'entrée des troupes russes en Ukraine, le chef d'État allemand a admis comme une "erreur manifeste". Une erreur qu'il a entretenue pendant des années, presque une décennie ? Après la diffusion sur Twitter de photos de M. Steinmeier embrassant le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le président a exprimé ses remords. Pour cela, il ne serait pas le bienvenu à Kiev, et a dû annuler sa visite : "Il semble que ma présence ne soit pas souhaitée" (https://www.elmundo.es/internacional/2022/04/12/6255a91f2... ).  "Nous n'avons pas réussi à créer une maison européenne commune qui inclut la Russie. Nous n'avons pas réussi à inclure la Russie dans l'architecture de sécurité globale. Nous nous sommes accrochés à des ponts auxquels la Russie ne croyait plus, comme nos partenaires nous en avaient avertis" (https://ria.ru/20220404/evropa-1781787894.html ). Tout cela montre la honteuse servilité de l'Allemagne envers les États-Unis.

L'ambassadeur ukrainien à Berlin, Andriy Melnyk, poursuit en soulignant que l'Allemagne a "trop d'intérêts particuliers" en Russie et que Steinmeier est en grande partie à blâmer, car il a passé des décennies à tisser une toile d'araignée de contacts avec la Russie (tout comme Merkel, avec qui Poutine a parlé en russe et en allemand). "Beaucoup de ceux qui sont maintenant en charge dans la coalition (allemande) sont impliqués dans cette affaire" (https://www.elmundo.es/internacional/2022/04/12/6255a91f2... ).

19426454BreiteKLEINER1200pix.jpg

Le porte-parole adjoint du gouvernement allemand, Wolfgang Büchner, a calmé les esprits en comprenant "la situation exceptionnelle" que traverse l'Ukraine. Il a déclaré que "l'Allemagne a été et est l'un des plus ardents défenseurs de l'Ukraine... et continuera de l'être. Le président a une position claire et sans équivoque en faveur de l'Ukraine" (https://www.elespanol.com/mundo/europa/20220413/zelenski-... ).

Dans le magazine allemand Spiegel, Steinmeier a rappelé qu'en 2001, Poutine avait prononcé un discours en allemand au Bundestag même : "Le Poutine de 2001 n'a rien à voir avec le Poutine de 2022, que nous voyons maintenant comme un fauteur de guerre brutal et retranché" (https://www.elespanol.com/mundo/europa/20220413/zelenski-... ). Et qu'il attendait toujours "un reste de rationalité de la part de Vladimir Poutine" (https://www.spiegel.de/politik/frank-walter-steinmeier-ue... ).

Mais nous avons déjà montré de manière assez puissante dans les pages du Postmodernisme, en réfléchissant contre l'hystérie des politiciens et des journalistes, que Poutine n'est pas fou : https://posmodernia.com/putin-esta-loco/ .    

dimanche, 27 mars 2022

Eastmed Poseidon, le gazoduc méditerranéen qui change la donne gazière

eastmed-660x330.jpg

Eastmed Poseidon, le gazoduc méditerranéen qui change la donne gazière

Par Gian Piero Joime

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/economia/eastmed-poseidon-gasdotto-guerra-ucraina-mediterraneo-228356/

Rome, 26 Mar - Que la grave crise énergétique dépende de la dépendance déséquilibrée aux combustibles fossiles importés de quelques pays est désormais bien connu. Le fait qu'une grande partie du gaz importé en Italie, et en Europe, provienne de Russie est désormais un fait notoire. Le fait qu'en 1991, nous ayons extrait de notre territoire 20 milliards de m3 de gaz, qui seront réduits à un peu plus de 3 milliards en 2021, est également un fait connu. Tout comme la recette pour surmonter la crise est également bien connue : revenir à l'extraction du gaz, accélérer les énergies renouvelables, construire de nouvelles usines de regazéification, diversifier les sources d'approvisionnement, et pour ceux qui le savent et le peuvent, investir dans le nucléaire. Et participer à des projets de nouveaux gazoducs. Tout cela est logique, mais très complexe, comme le montre le cas du projet EastMed Poseidon.

EastMed Poséidon : de 2016 à 2020, allez, arrêtez et repartez

Le pipeline EastMed Poseidon, annoncé dès 2016, prévoit un pipeline terrestre de 600 km d'Israël à Chypre, puis un autre de 700 km jusqu'en Crète (où il pourrait y avoir de nouvelles découvertes par Exxon et Total déjà engagés dans des investigations), avant de se connecter à la Grèce continentale dans le Péloponnèse, puis à l'Italie, à Salento.

6247ed26-c317-46ab-bc58-5ae490579ae1-jpeg.jpeg

Appartenant à IGI Poseidon, une coentreprise entre la société grecque DEPA et Edison, et coûtant plus de 6 milliards de dollars, avec une capacité estimée à 11 milliards de mètres cubes (bcm) par an, avec un potentiel allant jusqu'à 20 bcm/an, le projet de pipeline EastMed-Poseidon, géré par l'italien Eni, le français Total et l'américain Chevron, serait le plus long jamais réalisé, mais aussi très coûteux. D'une longueur d'environ 1900 kilomètres, avec des pipelines posés jusqu'à 3000 mètres de profondeur dans la mer Méditerranée, le gazoduc vise à relier directement les champs de gaz de la Méditerranée orientale - les champs israéliens (Tamar et Léviathan), égyptiens (Zohr) et chypriotes (Calypso, Aphrodite) - à la Grèce continentale en passant par Chypre et la Crète, en se connectant aux gazoducs Poséidon et IGB (Interconnecteur Grèce-Bulgarie), pour transporter le gaz vers l'Italie et le réseau européen de gazoducs.

L'accord pour la construction du gazoduc a été signé le 2 janvier 2020 à Athènes par les dirigeants de la Grèce, de Chypre et d'Israël. Tous les pays impliqués dans le projet sont membres du East Mediterranean Gas Forum (EMGF), un forum parrainé par les États-Unis et l'UE et promu par Le Caire. Toujours en 2020, en raison de l'effondrement des prix des hydrocarbures pendant la pandémie de Covid-19, des réserves américaines et des problèmes géopolitiques liés aux tensions avec la Turquie, le projet a été temporairement mis en veilleuse.

2021 : aller, s'arrêter et repartir

En mars 2021, cependant, le projet d'EastMed a franchi une nouvelle étape : IGI Poseidon, le GRT israélien Israel Natural Gas Lines Company (INGL), qui avait déjà rejoint l'équipe en 2019, ont en effet signé un "addendum" supplémentaire au protocole d'accord de 2019, en vertu duquel les deux parties s'engagent à travailler conjointement à la conception et au développement de l'intégration du nouveau gazoduc avec le réseau gazier national d'Israël et avec les mêmes champs du bassin levantin d'où provient le gaz destiné à alimenter ce gazoduc, dont la phase de conception devrait être achevée au cours de l'année 2022. Le gazoduc EastMed, lit-on dans une note publiée par IGI Poseidon, complétera le réseau d'infrastructures énergétiques de la Méditerranée orientale en créant une nouvelle voie de transport de gaz naturel qui profitera à toute la région dans une perspective de relance post-Covid-19. "La coopération fructueuse entre IGI et INGL garantira aux ressources gazières de la région un accès stable au plus grand marché énergétique, l'Europe, grâce à un projet défini et mature, le projet de gazoduc EastMed."

eastmed1.jpeg

En 2021 également, il y a un pas en arrière, du côté italien, avec le Pniec (le plan national pour l'énergie et le climat) : "Bien que le projet puisse permettre à partir de 2025 une diversification supplémentaire des itinéraires actuels, il ne représente pas une priorité étant donné que les scénarios de décarbonisation peuvent être mis en œuvre grâce aux infrastructures existantes et au PTA susmentionné". Le point d'atterrissage d'Eastmed se trouverait à Otranto, à 20 kilomètres au sud de la sortie d'un autre oléoduc, Tap, qui a commencé à fonctionner en 2020 au milieu d'une grande controverse. Le Pniec, également pour cette raison, semblait déterminer la fin du projet, également parce que le délai pour les travaux, prévu pour juin 2021, était maintenant largement dépassé. Et pourtant Poséidon a redémarré, avec l'arrêté du ministère de la Transition écologique du 26 mars 2021 : " Les délais de réalisation du projet de méthanoduc IGI Poséidon section Italie... sont prolongés comme suit : le délai de démarrage des travaux est reporté au 1er octobre 2023 et le délai d'achèvement des travaux est reporté au 1er octobre 2025 ". Le ministre Roberto Cingolani a donc décidé que le Poséidon était nécessaire et qu'il serait construit, accordant à la société de construction un délai supplémentaire de quatre ans pour le terminer.

Les objectifs turcs et le revirement américain

En janvier 2022, cependant, Washington a informé Athènes de ses réserves à l'égard de l'oléoduc EastMed, officiellement en raison de la faisabilité technique et économique du projet et de son impact environnemental. Des réserves qui, avant tout soutenues par des raisons en réalité géopolitiques, constituent un obstacle au développement du pipeline. Washington a alors invité les Européens impliqués dans le projet à le remplacer par des alternatives régionales telles que la construction de terminaux GNL pour l'exportation du gaz de schiste américain. Ainsi, alors que Trump avait parrainé le projet, la décision de l'administration Biden sur EastMed modifie la position américaine, également dans le but d'éliminer une tension majeure sur les routes du gaz entre les acteurs de la région méditerranéenne ; en particulier avec la Turquie, véritable nœud crucial du gazoduc EastMed et du pouvoir en Méditerranée.

Depuis son lancement, le projet Eastmed a exclu Ankara du rôle de plaque tournante du transit du gaz offshore méditerranéen au profit de la Grèce, et a renforcé le rôle de l'Égypte et d'Israël dans le système d'alimentation en gaz.

Cependant, juste au moment où le projet EastMed se développait, la Turquie a conclu un protocole d'accord pour la démarcation des frontières maritimes avec le gouvernement d'entente nationale (GNA) de l'époque à Tripoli en novembre 2019 et dans le cadre de la doctrine géopolitique de la "patrie bleue" basée sur la souveraineté maritime turque en Méditerranée. Les revendications de souveraineté maritime d'Ankara à la suite de l'accord avec Tripoli ont entraîné une exploration et un forage intenses pour le gaz par des navires turcs soutenus par des drones et des navires de guerre, qui ont également entravé les activités d'exploration d'Eni dans les eaux chypriotes sous licence du gouvernement de Nicosie. L'apogée de l'attitude dominante de la Turquie en matière de souveraineté en Méditerranée, et de contrôle de ses trésors, a eu lieu en juin 2020, lorsque la frégate française Courbet a été éclairée par le radar de ciblage d'un navire de guerre turc escortant un navire marchand à destination de la Libye.

EastMed-1024x579.png

5172eae_574530147-tkmavwat-630.png

Cependant, la guerre en cours en Ukraine et la nécessité de réduire drastiquement la dépendance au gaz russe - ainsi que de diversifier toutes les sources d'approvisionnement - rendent urgentes la conception et la mise en œuvre d'une politique énergétique résolument tournée vers la souveraineté nationale et continentale. Et ainsi, le projet EastMed est de nouveau sur les rails. Ainsi, les États-Unis reviennent (du moins semble-t-il) sur leurs choix de janvier, au point de déclarer avec Andrew Light, sous-secrétaire américain aux affaires étrangères au ministère de l'Énergie : "Après les derniers développements, nous allons jeter un nouveau regard sur tout...... Il ne s'agit pas seulement de la transition verte, mais aussi de la transition qui nous éloigne de la "Russie". Les États-Unis pourraient donc donner le feu vert à EastMed Poseidon. Un projet méditerranéen vaste et complexe, pour la sécurité énergétique européenne et italienne, semble donc avoir une souveraineté clairement limitée.

Gian Piero Joime

vendredi, 25 mars 2022

Boomerang pour les Etats-Unis et coup dur pour le dollar: l'Inde utilisera le rouble avec la Russie et l'Arabie Saoudite le yuan pour son pétrole avec la Chine

high.jpg

Boomerang pour les Etats-Unis et coup dur pour le dollar: l'Inde utilisera le rouble avec la Russie et l'Arabie Saoudite le yuan pour son pétrole avec la Chine

Source: https://kontrainfo.com/boomerang-para-eeuu-y-golpe-al-dolar-india-usara-el-rublo-con-rusia-y-arabia-saudita-el-yuan-para-su-petroleo-con-china/

Les sanctions américaines contre la Russie, excluant la Russie du système interbancaire SWIFT, pourraient finir par s'avérer un boomerang pour le pouvoir hégémonique du dollar en tant que monnaie internationale. L'Inde a indiqué qu'elle négociait avec la Russie pour acheter du pétrole et des engrais dans le cadre d'un échange de roubles et de roupies, et l'Arabie saoudite a laissé entendre qu'elle pourrait échanger ses exportations d'hydrocarbures avec la Chine en utilisant le yuan, deux situations impensables jusqu'à récemment du fait de la domination mondiale du pétrodollar.

Les engrais font partie des produits offerts par Moscou à New Delhi qui intéressent le plus le gouvernement indien. L'attrait réside dans les remises importantes que la Russie est prête à accorder et la possibilité de réaliser la transaction dans ses propres devises.

L'Inde bénéficierait du pétrole bon marché offert par la Russie. New Delhi voit en Moscou un fournisseur d'armes fiable - ce qu'elle considère comme vital face aux tensions avec la Chine et le Pakistan - et a même proposé en décembre dernier un plan de fabrication de 500;000 fusils russes AK-203. C'était lors de la visite de Poutine au Premier ministre indien Narendra Modi.

L'Inde, qui, comme la Russie, est membre du bloc des BRICS, a refusé de suivre les États-Unis dans leurs sanctions. Elle n'a pas non plus condamné l'invasion de l'Ukraine par la Russie lors de l'Assemblée générale des Nations unies. L'Inde reste en marge du conflit, avec un profil plus bas que la Chine, et sans même tenter un rôle de médiateur comme la Turquie ou Israël.

L'Inde et la Russie étudient également la possibilité d'utiliser le yuan chinois comme monnaie de référence pour valoriser le mécanisme commercial roupie-rouble. Tous deux peuvent également envisager un arrangement à taux variable. En septembre, l'Inde et Singapour ont décidé de relier leurs systèmes de paiement rapide respectifs : UPI et PayNow. La RBI et l'Autorité monétaire de Singapour ont annoncé le projet de liaison des systèmes de paiement rapide, qui devrait être opérationnel en juillet.

Les discussions avec la Russie s'inscrivent dans le cadre de l'obtention d'un mécanisme de paiement alternatif à la suite des sanctions occidentales contre la Russie. Selon M. Solodov, la Russie et l'Inde encouragent l'utilisation des monnaies nationales tant au niveau bilatéral que multilatéral, notamment dans le cadre des BRICS. En outre, un mécanisme d'échange roupie-rouble est déjà en place depuis plusieurs années, les paiements étant effectués dans les monnaies nationales par l'intermédiaire de banques désignées.

En début de semaine, les systèmes de cartes occidentaux ont suspendu leurs opérations en Russie, après quoi plusieurs banques russes seraient en train de se connecter au système de l'opérateur de cartes chinois UnionPay ainsi qu'au réseau russe MIR.

"L'utilisation des cartes fait encore l'objet de discussions directes au niveau des banques centrales de nos pays", a déclaré un second responsable de l'ambassade russe, qui n'a pas souhaité être identifié, ajoutant que l'utilisation des cartes sera importante pour les touristes et visiteurs indiens et russes. "Mais ce sera de toute façon un grand pas", a-t-il déclaré.

De son côté, l'Arabie saoudite est en négociations actives avec Pékin pour régler une partie de ses fournitures de pétrole à la Chine en yuans, rapporte le Wall Street Journal, citant des sources familières avec la question.

L'entrée de la monnaie nationale chinoise dans les contrats de pétrole brut réduirait la domination du dollar sur le marché mondial, et marquerait un pas en direction de l'Asie en tant que grand exportateur mondial.

La Chine achète plus de 25 % des exportations de brut de l'Arabie saoudite. Si elles sont payées en yuan, les ventes renforceront le prestige du yuan dans le monde.

Le ministre russe des Finances, Anton Siluanov, a déclaré que "nous avons les ressources nécessaires pour payer nos dettes". Le Kremlin affirme que les sanctions sont une occasion pour la Russie d'acquérir une plus grande indépendance.