Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 06 juin 2022

Embargo pétrolier de l'UE: se tirer une balle dans le genou (ou un peu plus haut)

627a1ee652180_embargoo.jpeg

Guerre économique

Embargo pétrolier de l'UE: se tirer une balle dans le genou (ou un peu plus haut)

Thomas Röper

Source: https:// _wp_cron=1654348907.0830259323120117187500 & www.anti-spiegel.ru/2022/eu-oelembargo-der-schuss-ins-eigene-knie-oder-etwas-hoeher/?doing

Après un mois d'âpres négociations, l'UE s'est mise d'accord sur un mini-embargo pétrolier contre la Russie. Toutefois, l'embargo risque de toucher les citoyens de l'UE bien plus durement que la Russie.

Alors que la prospérité de l'Allemagne et d'autres pays de l'UE fond comme neige au soleil, l'UE vient d'adopter une mesure qui va fortement aggraver cette tendance.

La chute des revenus réels

Le revenu réel est défini comme suit :

"Le revenu réel est un indicateur qui représente le pouvoir d'achat en tenant compte de l'inflation. Il décrit donc la quantité de biens que l'on peut acheter sur le marché avec le revenu nominal "+.

En clair, le revenu réel décrit le pouvoir d'achat. Lorsque les revenus réels augmentent, les gens peuvent se permettre de dépenser plus, lorsqu'ils baissent, les gens s'appauvrissent, même si leurs salaires augmentent sur le papier mais qu'ils ne peuvent se permettre de dépenser plus en raison de la hausse des prix due à l'inflation.

En Allemagne, les revenus réels ont fortement baissé depuis 2020. Grâce aux mesures Covid, les revenus réels se sont effondrés de 4,7% au deuxième trimestre 2020. Il s'agit d'un record absolu, car la plus forte baisse des revenus réels en Allemagne à ce jour depuis 2000 a eu lieu suite à la crise financière de 2008: au deuxième trimestre 2009, les revenus réels ont baissé de 0,9%.

Ce que nous vivons depuis 2020 n'a jamais été observé depuis la dernière guerre en Europe et, de facto, les politiques ne font rien pour y remédier, mais continuent de prendre des décisions qui accélèrent même le processus. Au dernier trimestre, les revenus réels en Allemagne ont chuté de 1,8%, soit le troisième plus haut niveau depuis l'an 2000, après les 4,7% du deuxième trimestre 2020 et la baisse de 2% du premier trimestre 2021.

Ce à quoi nous assistons actuellement est un appauvrissement massif de larges couches de la population, comme le confirment les banques alimentaires. Ces dernières années, de plus en plus de personnes en Allemagne sont devenues dépendantes des banques alimentaires si elles ne veulent pas mourir de faim. La situation est donc, même si tous les Allemands ne le ressentent pas encore, particulièrement dramatique.

bofrost_ORT_hackathon_scheckübergabe_3.jpg

L'appauvrissement est fait maison

Les médias affirment que la pandémie de Covid est responsable de l'appauvrissement des années 2020 et 2021. Ce n'est pas vrai, car la raison de la baisse massive des revenus réels n'était pas le Covid-19, mais les mesures imposées par les gouvernements pour lutter contre le Covid-19. Ce n'était pas le virus qui était en cause, mais les fermetures massives d'entreprises dans le cadre des mesures de confinement.

Ce sont les mesures prises par les gouvernements qui ont provoqué l'appauvrissement, et pour une raison quelconque, les médias ne veulent pas le formuler ainsi. Entre-temps, des études de l'OMS montrent également que les mesures n'ont pas eu de succès sanitaires mesurables, car dans des pays comme la Suède, où il n'y a pratiquement pas eu de restrictions, la grande extinction de masse n'a pas eu lieu. En revanche, les pays qui ont renoncé à des mesures radicales - en Europe, on peut citer la Suède, la Biélorussie et la Russie comme exemples - ont beaucoup mieux traversé la pandémie sur le plan économique.

Maintenant que la pandémie est en grande partie surmontée, l'économie devrait normalement repartir à la hausse, mais l'UE et ses États membres continuent de prendre des décisions qui vont poursuivre et même accélérer l'appauvrissement. Les Allemands en font déjà l'expérience depuis des mois avec l'augmentation du prix du gaz et donc du coût de l'électricité et du chauffage. Cette évolution a commencé dès 2021 et j'ai signalé depuis l'été 2021 que l'UE avait elle-même créé ce problème.

Gaspreisentwicklung-Deutschland-bis-2022-41a40640.jpg

Les "médias de qualité" n'ont découvert le sujet qu'à partir d'octobre 2021, lorsque les gens ont commencé à le ressentir. J'ai décrit très souvent pourquoi la hausse des prix du gaz est un problème créé par l'UE, pour ne pas le répéter, vous pouvez le lire sur mon site (cf. supra), si c'est nouveau pour vous.

L'"embargo pétrolier"

Maintenant, après presque un mois de querelles, l'UE s'est mise d'accord sur un embargo pétrolier contre la Russie, bien qu'il soit difficile de le qualifier ainsi. Les points essentiels sont que l'UE n'importera plus de pétrole russe livré par pétroliers. Et ce, seulement à partir de la fin de l'année.

Cette mesure aura pour conséquence que les pays de l'UE importeront probablement plus de pétrole de Russie d'ici là afin de constituer des réserves. La Russie peut donc se réjouir d'une demande plus élevée et de prix plus élevés.

D'ici la fin de l'année, les marchés pétroliers internationaux seront donc perturbés, car l'UE devra trouver de nouveaux fournisseurs pour remplacer le pétrole russe, sous la pression du temps. La Russie devra également trouver de nouveaux acheteurs, mais cela devrait être plus facile pour elle que de trouver de nouveaux fournisseurs pour les Européens. Comme l'UE est pressée par le temps, elle sera inévitablement obligée de proposer des prix plus élevés, ce dont la Russie peut se réjouir, des prix en hausse sur les marchés mondiaux permettront à la Russie de vendre son pétrole à ses nouveaux clients pour plus d'argent également.

La stupidité de la Commission européenne

C'est la Commission européenne qui a voulu imposer l'embargo sur le pétrole à tout prix, mais certains pays de l'UE ne voulaient pas d'embargo sur le pétrole, l'exemple le plus connu étant la Hongrie. Comme l'UE doit prendre de telles décisions à l'unanimité, la Hongrie pouvait demander des exceptions pour elle-même et elle l'a fait. La Hongrie (ainsi que la République tchèque et la Slovaquie) n'a pas de ports et dépend donc du pétrole amené par l'oléoduc russe. Par conséquent, l'"embargo pétrolier" de l'UE ne concerne que le pétrole livré par navires-citernes. Le pétrole russe acheminé par oléoduc peut continuer à être importé. La Hongrie a donc obtenu gain de cause.

Mais il y a mieux : si l'UE ne parvient pas à remplacer entièrement le pétrole russe livré par tankers d'ici la fin de l'année, la Hongrie devrait devenir un vendeur de pétrole russe, car elle pourra, si nécessaire, importer plus de pétrole via l'oléoduc russe qu'elle n'en consomme elle-même. Comme le pétrole russe acheminé par oléoduc devrait également être moins cher que le pétrole commandé dans l'urgence et livré par tankers, je suis prêt à parier qu'à la fin de l'année et au début de l'année 2023, nous verrons la Russie pomper plus de pétrole dans ses oléoducs vers l'Europe, plutôt que moins.

Ce que la Commission européenne a fait passer en force et qu'elle appelle "l'embargo pétrolier" va très probablement rapporter à la Russie plus d'argent qu'elle n'en a gagné jusqu'à présent sur son pétrole, car les prix du pétrole vont augmenter. De plus, le pétrole russe continuera d'arriver en Europe par les oléoducs. Voilà ce que j'appelle un embargo efficace !

PAZ20_07_Symbolbild_Ungarn_Oelembargo_Mauritius_Kopie.jpg

Le conflit au sein de l'UE va même si loin que des pays comme la Grèce ou Chypre ont pu obtenir que leurs pétroliers puissent continuer à transporter du pétrole russe, par exemple pour le vendre en Inde ou dans d'autres pays. Voilà ce que j'appelle un embargo pétrolier contre la Russie ! Ou est-ce plutôt un embargo de l'UE contre elle-même ?

Les pétroliers européens ne transporteront bientôt plus le pétrole russe vers l'UE, mais vers l'Asie, où les pays paieront probablement plus que ce que les États membres de l'UE ont payé jusqu'à présent, en raison des bouleversements attendus sur le marché international du pétrole. Cela ne manquera pas d'énerver Poutine.

C'est vous qui payez la facture !

En revanche, la Commission européenne a réussi à faire en sorte que le prix du pétrole continue à augmenter, ce qui entraînera inévitablement une nouvelle hausse de l'inflation en Europe, qui bat déjà régulièrement de nouveaux records. En effet, le prix du pétrole n'est pas seulement synonyme de hausse du prix de l'essence, mais aussi de hausse du prix de tout.

Lorsque l'essence et le diesel deviennent plus chers, les prix de tout augmentent, car les marchandises que vous achetez dans les magasins sont transportées par camion, entre autres, et cela devient plus cher. De plus, les prix de l'énergie continuent d'augmenter, ce qui rend la production de tous les biens plus chère, car rien ne peut être produit sans énergie.

Il est donc aussi certain que le fameux "Amen à l'église" que l'inflation va continuer à augmenter (ou du moins rester très élevée) et que, par conséquent, les revenus réels vont continuer à baisser. En d'autres termes, vous, vos amis et vos voisins, ainsi que tous les autres consommateurs, payez la facture de la politique insensée de la Commission européenne et l'appauvrissement ne fera qu'augmenter.

Au slogan lancé par les Verts "geler contre Poutine" s'ajouteront probablement des slogans tels que "avoir faim contre Poutine" ou "s'appauvrir contre Poutine". Un commentateur de la télévision russe vient de commenter la politique de l'UE en ces termes :

"Pour faire chier Moscou, on va se geler les oreilles, on va affamer le monde pour... Oui, pour faire quoi ? Ce n'est pas vraiment clair".

S8-les-gilets-jaunes-bloquent-des-depots-de-carburant-vers-une-penurie-d-essence-172584.jpg

Pénurie d'essence en été ?

Der Spiegel a interviewé le chef de l'Agence internationale de l'énergie, qui prévient qu'il pourrait y avoir une pénurie d'essence, de diesel et de kérosène cet été. Nous ne parlons donc pas seulement de prix plus élevés, mais même du risque que les stations-service européennes manquent d'essence pendant la saison des vacances d'été. Et ce n'est pas la méchante propagande russe qui le dit, c'est l'Agence internationale de l'énergie.

En Russie, on ne peut que secouer la tête, car ce que fait la Commission européenne est presque un suicide économique. Elle a d'abord abattu l'économie avec les mesures Covid et maintenant, alors que l'économie pourrait se redresser, elle lui donne un coup de boule avec ses mesures énergétiques et ses sanctions contre la Russie.

Mais selon les médias, la Commission européenne n'est pas à blâmer. Au début, c'était la faute du Covid, alors que ce sont les mesures Covid qui ont abattu l'économie. Maintenant, c'est prétendument la faute de Poutine, alors qu'en réalité, ce sont les sanctions anti-russes, totalement incongrues, qui créent les problèmes dont souffrent de plus en plus les Européens.

À qui cela fait-il le plus mal ?

Bien sûr, les sanctions créent des problèmes pour la Russie, cela ne fait aucun doute. Mais je vis en Russie et dans la vie de tous les jours, on ne remarque presque rien des sanctions. Certes, de nombreux prix ont brièvement augmenté en mars lorsque le rouble s'est effondré, mais entre-temps, le rouble ne s'est pas seulement redressé, il a tellement augmenté par rapport à l'euro que le rouble est jusqu'à présent la monnaie la plus forte du monde cette année. Par conséquent, l'inflation en Russie est à nouveau en baisse.

f123f5fd40723d029907531800e1cba1.png

Comment cela s'accorde-t-il avec les prévisions des experts occidentaux du début du mois de mars, selon lesquelles les sanctions occidentales allaient rapidement anéantir l'économie russe, dévaluer complètement le rouble et conduire la Russie à la faillite ?

En Russie, l'essence coûte l'équivalent de 80 centimes d'euro et son prix en roubles n'a pas changé. Les rayons des supermarchés en Russie sont pleins, à aucun moment il n'y a eu de pénurie de quoi que ce soit (ou d'huile de tournesol, etc.). La population russe ne ressent guère les sanctions et pour compenser les hausses de prix qui ont eu lieu en mars, le gouvernement russe a décidé d'augmenter les prestations sociales au 1er juin. Parmi celles-ci, il y a d'ailleurs une augmentation des retraites de 10%. Quand cela a-t-il été fait pour la dernière fois en Allemagne ou dans d'autres pays européens ?

Et si vous pensez que les retraites en Russie ne sont pas suffisantes pour vivre, vous êtes encore victime de vieux préjugés. Les retraités russes peuvent désormais se permettre à peu près la même chose que les retraités européens, car ils bénéficient de toutes sortes de réductions et ont donc des frais nettement moins élevés que les retraités européens. J'en ai déjà parlé en détail, mais si c'est nouveau pour vous, vous pouvez le lire sur mon site (cf. supra).

Je ne peux pas le qualifier autrement: l'UE est en train de se tirer une balle dans le genou, ou comme Poutine l'a dit il y a quelque temps à propos des sanctions américaines : "Ils ne se tirent pas seulement une balle dans le genou, mais un peu plus haut" (ndt: et risquent d'atteindre l'artère fémorale...).

dimanche, 29 mai 2022

L'Europe à l'ombre de la guerre: inflation galopante, prix des services publics faramineux

EU-inflation.jpg

L'Europe à l'ombre de la guerre: inflation galopante, prix des services publics faramineux

Un bilan par le journal hongrois Magyar Nemzet

Ex: https://magyarnemzet.hu/kulfold/2022/05/europa-a-haboru-arnyekaban-elszabadult-az-inflacio-egekben-a-rezsiarak

L'Europe à l'ombre de la guerre : l'inflation est incontrôlable, les prix des logements montent en flèche

La guerre en Ukraine et la politique de sanctions contre la Russie ont de graves conséquences pour les pays européens, avec une baisse significative du niveau de vie. Le centre d'information MediaWORKS a publié une série d'articles explorant les effets de la guerre jusqu'à présent et ceux qui risquent de se faire sentir dans un avenir proche. Dans la première partie, nous analysons le déchaînement sans précédent de l'inflation et la multiplication des frais généraux en Europe à la suite de la forte hausse des prix des matières premières.

Un conflit de guerre peut à lui seul causer des dommages à l'économie mondiale, mais surtout aux pays situés dans la région du conflit militaire. C'est particulièrement vrai dans le cas de la guerre Russie-Ukraine, qui oppose deux pays riches en ressources. La situation géographique de la Russie et son statut de grande puissance amplifient l'impact économique du conflit. De plus, les conséquences économiques négatives pour l'ensemble du continent européen sont considérablement exacerbées par la politique de sanctions de l'Union européenne et des États-Unis.

Voyons ce que cela signifie en chiffres concrets, et comment les actions de l'UE, motivées par la politique et l'idéologie, affectent le niveau de vie des Européens. L'inflation est l'un des facteurs qui se ressentent immédiatement dans la vie quotidienne. 

Le taux d'inflation annuel de la zone euro a été de 7,4% en mars. C'est en Estonie que l'inflation est la plus élevée, avec une hausse des prix de 19,1 % en glissement annuel en avril, mais une forte inflation - supérieure à celle de la Hongrie - touche également la Lituanie, la République tchèque, la Lettonie, la Bulgarie, la Roumanie, la Pologne, les Pays-Bas et la Slovaquie.

Des records d'inflation sont battus

L'inflation dans la zone euro s'est accélérée pour atteindre un nouveau record à la fin du mois d'avril, lorsque le taux annuel a atteint 7,5 % contre 7,4 % en mars. L'accélération du rythme de la détérioration monétaire est due à la hausse des prix des matières premières en raison de la guerre en Ukraine et des sanctions contre la Russie, selon les données préliminaires publiées par Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, fin avril.

infographie-visactu-1595258341.jpg

L'inflation dans la zone euro est désormais plus de trois fois supérieure à l'objectif précédent de la Banque centrale européenne, à savoir deux pour cent.

Le rapport montre que les prix des produits alimentaires, de l'alcool et du tabac ont augmenté plus rapidement dans la zone euro ce mois-ci, passant de 5% en mars à 6,4% en avril. Entre-temps, les biens industriels non énergétiques ont augmenté de 3,8 % après 3,4 % au troisième mois, et le prix des services a augmenté de 3,3 %, après une hausse de 2,7 % le mois précédent. La croissance annuelle des prix de l'énergie, quant à elle, a ralenti mais est restée extrêmement élevée, à 38 % en avril contre 44,4 % en mars, selon le résumé d'Eurostat. Hors énergie, l'inflation dans les pays étudiés est passée de 3,4 % en mars à 4,2 %, tandis qu'en excluant l'énergie, les denrées alimentaires et les produits de luxe, l'indice des prix à la consommation a atteint 3,5 % à Pâques, contre 2,9 % le mois précédent.

L'épidémie de Covid et la guerre en Ukraine, entre autres facteurs, ont contribué à cette détérioration.

Les gens ressentent les effets de la hausse des prix

Le taux d'inflation a battu de vieux records dans toute l'Europe. En Autriche, la dépréciation monétaire a atteint 7,2 % en avril. Il s'agit du taux d'inflation le plus élevé en Autriche depuis l'automne 1981. Les gens ressentent les effets de la hausse des prix sur leur propre peau. Selon un sondage réalisé à l'époque, 92 % des personnes interrogées ont déclaré que le prix des denrées alimentaires de base avait augmenté de manière significative.

Trente pour cent des personnes envisagent de modifier leurs habitudes d'achat en conséquence. 75 % pensent qu'il est très important de n'acheter qu'en cas d'offre spéciale, tandis que 59 % pensent qu'ils chercheront une alternative moins chère à la marque à laquelle ils sont habitués.

L'inflation en Espagne est la pire depuis 1985. Fin mars, le gouvernement espagnol a été contraint d'assouplir les conditions d'importation de maïs après que 30 % du maïs destiné à l'alimentation animale ait été importé d'Ukraine, laissant les stocks épuisés par la guerre. Outre les cultures vivrières et fourragères, le prix du gaz et de l'électricité a également augmenté.

L'inflation en Croatie était de 9,4 % en avril. Selon l'Institut national des statistiques, il s'agit de la plus forte dépréciation monétaire depuis l'indépendance du pays. Les derniers chiffres constituent un record absolu pour le pays adriatique. Le record croate était de 8,4 % en juillet 2008. Ceci a maintenant été battu.

La Grèce a organisé une grève nationale le 6 avril en raison de l'inflation, qui, selon les habitants, n'a pas été favorisée par les efforts déployés par le gouvernement pour alléger le fardeau de la hausse des prix de l'énergie grâce à des subventions de quelque 3,7 milliards d'euros depuis septembre. 

taux-dinflation-mars-2022.png

20220521_DE_US.jpg

En dehors de l'UE, la situation n'est pas meilleure au Royaume-Uni. Dans son édition du 21 mai, l'hebdomadaire The Economist rapporte que le taux d'inflation annuel du Royaume-Uni a atteint 9 % en avril, soit l'une des plus fortes augmentations depuis 40 ans. Cela donne au Royaume-Uni le taux d'inflation le plus élevé parmi les pays du G7. Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Andrew Barley, a déclaré que les hausses "apocalyptiques" des prix des denrées alimentaires étaient à blâmer en tant que facteur externe de l'inflation, mais The Economist note que la hausse des prix de l'énergie était principalement responsable de la flambée de l'inflation britannique. 

Des frais généraux élevés

Aux Pays-Bas, les frais généraux ont augmenté de 86 % en avril en raison de la hausse des prix de l'électricité et du gaz naturel. En Estonie, l'augmentation des frais généraux était d'environ 60 % à la mi-mai, sous l'effet d'une hausse de 34 % des loyers, en plus du triplement des prix du gaz naturel. En Lettonie, le prix du gaz naturel domestique avait augmenté de près de cinq fois et demie en un an à la mi-mai, et l'électricité était presque quatre fois plus chère en avril de cette année qu'un an auparavant. En parallèle, les loyers ont augmenté de 32 %. Tout cela a entraîné une augmentation des frais généraux moyens de 335 % en Lettonie, selon les chiffres officiels. En Lituanie, une multiplication par cinq du prix du gaz s'est traduite par une hausse de 38 % des frais généraux moyens à la mi-mai.

En Roumanie, les frais généraux des ménages ont augmenté de 65 % en moyenne à la mi-mai. L'électricité a augmenté de 60 %, tandis que le prix du gaz a augmenté jusqu'à 300 %, selon le fournisseur.

Handschuh_2014.jpgLa hausse des prix de l'énergie est donc un casse-tête majeur dans la plupart des pays européens. Alexander Handschuh (photo), de l'Association des villes et municipalités allemandes, a déclaré que la réduction de la durée de l'éclairage des rues était l'une des idées envisagées par les villes à la mi-mai. Mais de nombreuses villes et communes n'ont d'autre choix que de réduire encore l'éclairage public, selon une enquête de l'agence de presse allemande DPA. À Weimar, dans l'est du pays, il est prévu d'allumer les lampadaires une demi-heure plus tard et de les éteindre une demi-heure plus tôt à partir du 1er juin. Dans le même temps, les responsables de la ville de Mayence, dans l'ouest du pays, prévoient de réduire davantage l'éclairage public sur les chemins piétonniers et les pistes cyclables, après que l'éclairage public ait été réduit de 50 % dans certaines zones. Dans la ville de Darmstadt, l'éclairage public est atténué et éclairé lorsque les routes sont utilisées, grâce à la technologie des capteurs. Jusqu'à la moitié des coûts d'électricité des villes sont consacrés à l'éclairage des rues, a récemment annoncé le ministère des affaires économiques du Land de Hesse. La raison en est que les prix de l'énergie en Allemagne ont augmenté progressivement depuis le début de la guerre en Ukraine en février.

Le gouvernement italien limite à la fois la climatisation et le chauffage

Des centaines de milliers de personnes en Italie ont manifesté fin mars parce que 200.000 familles de la Vénétie, la région la plus riche du pays, sont incapables de payer leurs factures de services publics. Le gouvernement fournit 20 milliards d'euros pour aider les familles à faible revenu à faire face à l'augmentation des factures de services publics et propose également des paiements échelonnés, mais cela ne suffit pas pour aider certaines familles et petites entreprises, qui ont également été touchées par les effets de l'épidémie, à faire face à la hausse des prix.

La climatisation dans les écoles et autres bâtiments publics en Italie sera interdite à partir de mai à des températures inférieures à 25 degrés Celsius. Le Premier ministre Mario Draghi a ironiquement décrit la climatisation comme un exemple de ce que les Italiens pourraient avoir à sacrifier en échange de la paix en Ukraine. En effet, la température intérieure des bâtiments publics ne doit pas dépasser 19 degrés Celsius en hiver. La restriction sera en vigueur jusqu'au 31 mars, bien que l'on ne sache pas encore comment la consommation sera contrôlée. Les contrevenants s'exposent à des amendes de 500 à 3000 euros. La mesure ne s'applique pas aux hôpitaux, mais pourrait être étendue aux maisons privées à terme.

Le gouvernement espagnol a été contraint de geler les prix de l'électricité en raison du rythme de la détérioration financière. C'est nécessaire, car des milliers de personnes à travers le pays ont protesté contre les hausses de prix brutales. Plusieurs organisations espagnoles ont appelé à des manifestations à la mi-mars pour faire baisser les prix, protéger l'emploi et arrêter la détérioration des conditions de vie. Les organisateurs ont exigé que le gouvernement et l'Union européenne agissent pour freiner les hausses folles des prix et réformer le système de tarification de l'électricité afin que les ménages et les entreprises paient en fonction de leur consommation réelle.

Nous utiliserons les revenus des bénéfices supplémentaires pour protéger les emplois, les pensions, le soutien aux familles et maintenir les réductions des factures de services publics, ainsi que pour préserver la sécurité", a écrit le ministre d'État László György.

Une enquête choquante sur le peuple britannique

Trois Britanniques sur cinq ont été contraints d'éteindre leur chauffage en raison des prix élevés du gaz, selon un sondage Ipsos publié à la mi-mai. L'enquête révèle des résultats choquants, disent-ils.

-1xgaspbt-1.pngElle a souligné qu'un quart des Britanniques sont contraints de manquer un repas par jour en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires, et que trois Britanniques sur cinq ont été contraints d'éteindre leur chauffage en raison des prix élevés du gaz.

Plus d'un quart des Britanniques ont annulé leur abonnement à la télévision par câble ou à un service de streaming (HBO, Netflix), et plus de la moitié des gens ont réduit leurs dépenses de divertissement. L'enquête a également révélé que l'augmentation du coût de la vie est surtout ressentie par les personnes dont les revenus sont les plus faibles selon les normes britanniques. Plus de la moitié des personnes gagnant moins de 20.000 £ par an étaient très inquiètes du coût de la vie au cours des six prochains mois.  Au Royaume-Uni, de nombreuses personnes sont contraintes de chauffer moins afin de réduire le coût de leur facture de gaz.

L'augmentation moyenne des frais généraux cette année a été de 700 £ (320 000 forints). Cette évolution a été favorisée par une augmentation de 54 % du plafond des prix en avril, d'autres augmentations étant prévues en octobre. Le sondage a révélé que près d'un Britannique sur cinq a été contraint de contracter un prêt pour couvrir ses frais de subsistance quotidiens.

jeudi, 28 avril 2022

Langage clair à la télévision russe: "Les Allemands sont de la chair à canon dans la guerre économique"

838_033_3130962.jpg

Langage clair à la télévision russe: "Les Allemands sont de la chair à canon dans la guerre économique"

Source: https://www.compact-online.de/klartext-im-russischen-fernsehen-deutsche-sind-kanonenfutter-im-wirtschaftskrieg/?mc_cid=3b95b79c94&mc_eid=128c71e308

Les sanctions contre la Russie nuisent énormément à l'UE, mais Bruxelles travaille déjà sur le sixième paquet de sanctions. L'économie allemande, en particulier, ne doit plus servir que de chair à canon dans la guerre économique.

par Thomas Röper

La pression monte au sein de l'UE pour que le pétrole et le gaz russes soient également sanctionnés. En outre, il n'y a pas encore d'accord sur l'opportunité de répondre aux exigences russes de payer le gaz en roubles. La Commission européenne, du moins, a déjà fait savoir qu'elle considérait qu'accepter les conditions russes constituait une violation des sanctions de l'UE à l'encontre de la Russie. Dans la revue hebdomadaire d'actualité de la télévision russe, le correspondant russe en Allemagne a énuméré sans ménagement les problèmes actuels de l'Allemagne dans ce contexte de sanctions. Comme il est toujours intéressant de voir comment la Russie rend compte de la situation politique en Allemagne, j'ai traduit le reportage de la télévision russe.

Début de la traduction :

Les Européens hésitent toujours à payer le gaz russe en roubles. Ils sont trop occupés à inventer un nouveau paquet de sanctions, le sixième, contre la Russie. Même les protestations, l'appauvrissement de leur propre population, la hausse vertigineuse des prix du chauffage, de l'essence et de la nourriture ne les arrêtent pas.

Pas de rouble, pas de gaz

Moscou a déclaré sans ambages: si le paiement n'est pas effectué en roubles, il n'y aura pas de gaz. Jusqu'à présent, seuls quelques pays européens ont accepté de payer le gaz en roubles et de ne pas détruire leur économie. Il s'agit de la Hongrie, de la Bulgarie, de la Moldavie, de la Serbie et de l'Arménie.

frank-walter-steinmeier-ist-seit-fuenf-jahren-bund-202202101519-full.jpg

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier (SPD) tolère jusqu'à présent les insultes de l'ambassadeur ukrainien Andrej Melnyk et garde un calme stoïque.

Pourquoi Steinmeier a-t-il été insulté de la sorte? Depuis mardi soir, lorsqu'il a été annoncé que le président allemand ne pourrait pas se rendre à Kiev, les hommes politiques et les médias allemands analysent les raisons de cette démarche diplomatique. Steinmeier lui-même ne s'est pas exprimé à ce sujet, se limitant aux faits. Il s'est exprimé ainsi :

    "Mon collègue et ami, le président polonais Duda, a proposé l'autre jour que nous visitions Kiev avec les présidents de Lettonie, de Lituanie et d'Estonie et que nous envoyions un message de solidarité européenne à l'Ukraine. J'étais prêt à le faire, mais apparemment, je dois prendre acte du fait que ce n'était pas dans l'esprit de Kiev".

En quoi le parrain de l'actuel régime ukrainien a-t-il contrarié ses protégés ? On s'est souvenu du soutien de Steinmeier au Nord Stream 2, de ses contacts avec Moscou et de la formule Steinmeier, de son nom, pour appliquer les accords de Minsk, détestés par Kiev.

"Une insulte qui n'aide aucune partie"

Même le président de la CDU, Friedrich Merz, s'est exprimé :

    "J'interprète cette insulte, qui a un arrière-plan politico-historique, comme une réaction émotionnelle des dirigeants ukrainiens qui n'aide aucune partie".

D'autre part, Zelensky n'aurait guère osé insulter l'Allemagne sans consulter - directement ou indirectement - Washington, comme le montre la participation de la Pologne à la provocation. Et bien sûr, la véritable cible n'était pas Steinmeier, mais son camarade de parti, Olaf Scholz. Le chancelier allemand ne veut pas partir à la guerre et, si l'on en croit le diplomate en chef de l'UE, M. Borrell, l'Europe définit le processus dans lequel elle est engagée en Ukraine comme une guerre pour elle-même, sans euphémisme ni demi-teinte.

La rébellion des amis des armes

Le premier reproche fait à Scholz est de ne pas vouloir envoyer d'armes lourdes en Ukraine. Le groupe Reinmetall a décidé de se faire un peu d'argent supplémentaire et a rendu un mauvais service au chancelier en annonçant au monde entier qu'il avait en stock cinq douzaines de chars Leopard 1 obsolètes et une soixantaine de véhicules de combat d'infanterie Marder, eux aussi très anciens, et que ces équipements pouvaient encore être utilisés. Cette nouvelle a provoqué un grand émoi parmi les partenaires de la coalition qui demandent à Scholz de donner son feu vert à ces livraisons.

16f54778-7418-420b-8373-f2451d76fcc1_w948_r1.778_fpx60.6_fpy50.jpg

Marder1A3.6.jpg

Le magazine Der Spiegel a fait remarquer ce qui suit :

    "Le chancelier est de plus en plus sous pression - à Bruxelles et à Berlin - en raison de sa politique réservée à l'égard de l'Ukraine. Une rébellion a éclaté au sein de la coalition. L'incompréhension grandit dans les rangs des partenaires du chef de gouvernement silencieux et extrêmement faible".

Et Anton Hofreiter, président de la commission des affaires européennes au Bundestag, a fait remarquer :

    "Nous ternissons notre réputation aux yeux de tous nos voisins. Nous devons enfin commencer à fournir à l'Ukraine ce dont elle a besoin, y compris des armes lourdes. Et l'Allemagne doit cesser de bloquer l'embargo énergétique, notamment sur le pétrole et le charbon".

"Une zone d'exclusion aérienne franchirait la ligne rouge"

Les Verts allemands ont été si actifs qu'au cours de la semaine, des rumeurs ont effectivement circulé selon lesquelles l'Allemagne était sur le point d'envoyer du matériel dans le Donbass, d'autant plus que des convois militaires se dirigeaient effectivement quelque part vers l'est. Le gouverneur de la région de Mykolaïv a tweeté avec excitation que des chars allemands allaient à nouveau traverser l'Ukraine et tirer sur les Russes. Mais la rumeur n'a pas été confirmée: les images qui ont tant inspiré l'homme politique ukrainien ont apparemment donné au chancelier un sentiment si sombre qu'il a pour l'instant émis un "non" ferme.

Olaf Scholz a en revanche souligné :

    "Permettez-moi de le dire encore une fois très clairement. Je suis impressionné par le nombre de personnes qui parviennent à googler rapidement quelque chose et à devenir immédiatement des experts en armes. Bien sûr, dans une telle situation, il y aura toujours quelqu'un pour dire: je veux que les événements se déroulent de cette manière. Mais je voudrais dire à certains de ces garçons et filles: je gouverne le pays précisément parce que je ne fais pas les choses comme vous le voudriez".

Il est clair que par "garçon", Scholz entend le député Hofreiter. Mais par "fille", voulait-il évoquer la ministre des Affaires étrangères Baerbock ? D'ailleurs, tous les Verts ne sont pas contre Scholz. Son allié inattendu sur la question de la livraison d'armes lourdes était l'un de leurs leaders, le ministre de l'Économie Habeck. Comme on pouvait s'y attendre, le respecté ministre-président chrétien-démocrate de Saxe, Michael Kretschmer, s'est également rangé du côté de Scholz.

Il a déclaré :

    "Nous franchirions une limite si nous fournissions des chars ou des avions, ou même si nous établissions une zone d'exclusion aérienne. Cette ligne doit être maintenue".

Aller en Biélorussie pour faire le plein

Une concession au "parti de la guerre" a été la décision de Scholz d'augmenter immédiatement les dépenses de défense de deux milliards d'euros - dont une grande partie pour l'achat d'armes pour l'armée ukrainienne, qui ne nécessitent pas une longue formation. Cependant, pour satisfaire la deuxième exigence, M. Scholz a besoin de beaucoup plus d'argent et surtout de ce dont il dispose le moins - du temps. Les partenaires demandent un embargo sur l'énergie. La décision a été prise pour le charbon - les importations doivent cesser à la mi-août - mais comment vivre sans pétrole russe ?

Le ministre lituanien des Affaires étrangères, Gabrielius Landsbergis, a quant à lui déclaré:

    "Nous commençons maintenant à travailler sur le sixième paquet de sanctions. Avec des options sur le pétrole. Cela signifie que nous avons déjà commencé à travailler pour parvenir à un consensus, et j'espère que cette fois-ci, nous y arriverons".

Rien que des mots

En tout cas, cela va marcher. En fait, tout a déjà fonctionné dans le pays dont la diplomatie est dirigée par M. Landsbergis, sauf qu'on n'entend plus parler de l'industrie lituanienne depuis longtemps et que les citoyens vont faire le plein en Biélorussie.

On peut dire que l'Allemagne, son économie et ses ménages, n'apprécieront pas une telle victoire sur les Russes. De plus, l'OPEP a fortement déçu cette semaine; l'Organisation des pays exportateurs de pétrole ne sera pas en mesure de compenser le retrait de la Russie du marché et l'agence de notation Moody's prévoit que, dans ce cas, le prix du pétrole atteindra immédiatement 160 dollars le baril. Berlin veut élaborer une stratégie progressive de sortie du pétrole russe, mais ce ne sont pour l'instant que des mots.

La situation sur le marché du gaz est encore plus incertaine et menace de diviser l'UE - la date limite pour le passage au rouble approche. La Commission européenne a émis cette semaine un avis selon lequel cela serait contraire à la politique de sanctions de l'UE, qui vise à dévaluer la monnaie russe. On ne peut que constater: oui, l'UE a un gros problème avec cette partie des sanctions.

Ainsi, le chancelier autrichien Karl Nehammer a déclaré :

    "L'Autriche n'est pas seule à s'opposer à l'embargo sur le gaz. L'Allemagne, la Hongrie et d'autres États membres de l'UE sont du même avis. D'autre part, l'Autriche soutient fermement, avec les États de l'UE, les sanctions contre la Russie. Mais les sanctions devraient frapper la Russie plus durement que l'UE".

Orban-Szijjarto-800x450.jpg

Et le ministre hongrois des Affaires étrangères Péter Szijjártó a déclaré :

    "Pour nous, il y a une ligne rouge: la sécurité énergétique de la Hongrie. C'est pourquoi nous avons décidé que nous ne pouvions pas signer de sanctions contre le pétrole et le gaz".

Lutte pour le gaz du Qatar

Si l'approvisionnement en gaz russe est interrompu, l'économie allemande perdra environ 220 milliards d'euros au cours des deux prochaines années. Elle les perdrait même si elle trouvait une sorte de substitut pour les volumes supprimés, car il n'y aura jamais de prix aussi avantageux que ceux que Gazprom peut offrir. Le GNL australien ou colombien ne peut pas coûter la même chose que le gaz de pipeline russe. D'ailleurs, la Chine a plus que quintuplé ses achats de GNL par rapport à l'année dernière, ce qui signifie qu'il y aura également une bataille pour le gaz du Qatar. Dans l'ensemble, une autolimitation et une économie strictes seront la clé de sa survie dans les années à venir.

Robert Habeck, ministre de l'Économie et vice-chancelier de la République fédérale d'Allemagne, a déclaré :

    "Je demande à chacun de faire sa part pour économiser l'énergie. A titre indicatif, j'essaierais d'économiser 10 pour cent, c'est faisable. Si vous chauffez votre appartement et fermez les rideaux le soir, vous pouvez économiser jusqu'à 5 pour cent d'énergie. Et si vous baissez la température de la pièce d'un degré, cela représente environ 6 pour cent. Bien sûr, ce n'est pas très confortable, mais personne n'aura froid. Une situation dans laquelle il y aurait des problèmes d'approvisionnement ou des entreprises qui devraient fermer serait un cauchemar politico-économique".

Il appelle ses concitoyens à économiser presque chaque semaine, c'est-à-dire avec la même fréquence que celle avec laquelle la Grande-Bretagne, par exemple, ment. Pour maintenir la folie des sanctions sur le continent, National Grid promet d'augmenter le transit du gaz produit en Norvège, mais on a pu voir comment la Grande-Bretagne se comporte réellement en cas de crise au plus fort de la pandémie, lorsqu'elle a réussi à faire passer tous les vaccins sous le nez de la Commission européenne. Et la Grande-Bretagne connaît déjà une crise du carburant. L'inflation explose, elle a atteint 7% en mars. Du jamais vu depuis 30 ans. Et cela vaut pour toute l'Europe.

Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne, s'est exprimée à ce sujet :

    "L'inflation a atteint 7,5 pour cent en mars, contre 5,9 pour cent en février. Les prix de l'énergie ont augmenté depuis le début de la guerre et sont maintenant 45 pour cent plus élevés qu'il y a un an".

Vers une pauvreté assistée

Friedrich Merz en est convaincu:

    "De toute façon, le sommet de notre prospérité est probablement derrière nous depuis longtemps. La situation devient de plus en plus difficile. Ce n'est pas seulement moi, en tant que chef de l'opposition, mais aussi le chancelier Olaf Scholz qui doit le dire à la population".

La fin de l'ère de la prospérité, il est amusant que ce diagnostic soit posé par le multimillionnaire et président du parti CDU, qui représente les intérêts des moyennes et grandes entreprises. Mais sur le fond, le pessimisme public est juste. L'inflation en Allemagne est déjà perçue par les consommateurs comme étant de 14%, soit le double de ce qu'elle est en réalité, ce qui signifie que le niveau de frustration augmente plus rapidement que le niveau de vie réel ne diminue. Et c'est là que diverses pensées malheureuses viennent à l'esprit.

Le Süddeutsche Zeitung écrit ainsi :

    "Quel est le double standard aujourd'hui ? Il s'agit de condamner l'attaque russe, mais de refuser l'embargo sur le gaz. Il s'agit de condamner la guerre en Europe, mais de ne pas voir la guerre dans le reste du monde. C'est condamner la propagande russe, mais rester silencieux sur la guerre en Irak, qui a été déclenchée sur des mensonges. Il s'agit de diaboliser le gaz de Poutine, mais de ramper devant les Émirats. Et il faut en tout cas admettre comment on a été induit en erreur par Poutine, par les exigences démesurées de la Russie et par l'âme russe elle-même".

La citation du journal allemand sonne comme une invitation à réfléchir à ses propres erreurs.

Et bien sûr, on peut réfléchir, mais on ne peut rien changer. Le naufrage est un sentiment qui se répand lentement dans la société allemande. La situation avec Steinmeier, les accusations constantes de faiblesse contre le chancelier Scholz, la fissure au sein de la coalition, la pression de ceux qui considèrent les Allemands comme des alliés - on commence à comprendre son propre rôle dans le conflit entre l'Occident et la Russie. Pour le dire sans détour : même une guerre économique a besoin de chair à canon.

Fin de la traduction

lundi, 25 avril 2022

Nord Stream 2, une des clés de la guerre en Ukraine

ins2cdex.jpg

Nord Stream 2, une des clés de la guerre en Ukraine

Daniel Miguel López Rodríguez

Source: https://posmodernia.com/nord-stream-2-una-de-las-claves-de-la-guerra-de-ucrania/ 

Le flux du Nord

Le sous-sol ukrainien contient un réseau de gazoducs par lequel passe une partie de l'approvisionnement russe vers l'Europe. Entre 2004 et 2005, 80 % du gaz russe destiné à l'Europe a transité par le sous-sol ukrainien. Lorsque Gazprom (le géant russe de l'énergie appartenant à l'État) a interrompu l'approvisionnement des Ukrainiens en janvier 2006 et en janvier 2009, ces derniers ont saisi le gaz destiné à l'Europe, ce qui a entraîné des pertes énormes pour ces pays, qui sont très dépendants du gaz russe, et a jeté un sérieux discrédit sur la Russie en tant que fournisseur.

Afin d'éviter ce transit ukrainien, les Russes ont décidé de construire deux nouveaux gazoducs. Gazprom a fait valoir que le fait de relier un gazoduc directement à l'Allemagne sans avoir besoin de passer par des pays de transit permettrait d'éviter que les exportations de gaz russe vers l'Europe occidentale ne soient coupées, comme cela s'est produit deux fois auparavant. C'est ainsi qu'est né le projet Nord Stream (Севеверный поток), un gazoduc qui relierait la Russie à l'Europe (directement à l'Allemagne via la mer Baltique) sans devoir passer par l'Ukraine ou la Biélorussie.

En avril 2006 déjà, le ministre polonais de la défense, Radek Sikorski, comparait les accords sur la construction d'un gazoduc au pacte de non-agression germano-soviétique, le pacte Ribbentrop-Molotov signé aux premières heures du 24 août 1939, car la Pologne est particulièrement sensible aux accords passés par-dessus sa tête (https://www.voanews.com/a/a-13-polish-defense-minister-pi... ). Tout pacte conclu par la Russie et l'Allemagne y fera penser et sera diabolisé (telle est la simplicité de la propagande, mais elle est tout aussi efficace non pas en raison du mérite des propagandistes mais du démérite du vulgaire ignorant, qui abonde). 

Le ministre suédois de la défense, Mikael Odenberg, a indiqué que le projet constituait un danger pour la politique de sécurité de la Suède, car le gazoduc traversant la Baltique entraînerait la présence de la marine russe dans la zone économique de la Suède, ce que les Russes utiliseraient au profit de leurs renseignements militaires. En fait, Poutine justifierait la présence de la marine russe pour assurer la sécurité écologique.

L'hebdomadaire allemand Stern a émis l'hypothèse que le câble à fibre optique et les stations relais le long du gazoduc pourraient être utilisés pour l'espionnage russe, mais Nord Stream AG (le constructeur du gazoduc) a répondu en arguant qu'un câble de contrôle à fibre optique n'était pas nécessaire et n'avait même pas été prévu. Le vice-président du conseil d'administration de Gazprom, Alexander Medvedev, minimise la question en soulignant que "certaines objections sont soulevées qui sont risibles : politiques, militaires ou liées à l'espionnage. C'est vraiment surprenant car dans le monde moderne, il est ridicule de dire qu'un gazoduc est une arme dans une guerre d'espionnage" (https://web.archive.org/web/20070927201444/ et http://www.upstreamonline.com/live/article138001.ece ). Où que soient les Russes, on craint toujours les espions (on ne se méfie pas autant des Ricains, malgré les révélations d'Edward Snowden : l'enfer, c'est toujours les autres).

Le Rockefellerien Greenpeace se plaindrait également de la construction du gazoduc, car il traverserait plusieurs zones classées comme aires marines de conservation. 

Budowa-Nord-Stream-2-na-wodach-Niemiec-źródło-nord-stream2-800x450.jpg

Le 13 juin 2007, face aux préoccupations écologiques, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, a déclaré que "la Russie respecte pleinement le désir d'assurer la durabilité environnementale à 100 % du projet et soutient entièrement cette approche, et toutes les préoccupations environnementales seront traitées dans le cadre du processus d'évaluation de l'impact environnemental" (https://www.upstreamonline.com/online/russia-backs-green-... ).

Le gazoduc devait être inauguré le 8 novembre 2011 lors d'une cérémonie dans la municipalité de Lubmin (Mecklembourg-Poméranie occidentale) par la chancelière Angela Merkel et le président russe Dmitri Medvedev ; étaient également présents le Premier ministre français François Fillon et le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Il était également prévu de construire South Stream, un gazoduc qui devait relier la Russie à la Bulgarie en traversant la mer Noire jusqu'à la Grèce et l'Italie. Mais il a finalement été annulé au profit de Blue Stream, qui transporte du gaz naturel du sud de la Russie vers la Turquie via la mer Noire. Grâce à ce gazoduc, la Turquie est le deuxième plus grand importateur de gaz russe, juste derrière l'Allemagne.

Alors que l'Allemagne a pu réaliser le projet Nord Stream 1, la Grèce et l'Italie ont vu leur projet South Stream mis au rebut. C'est un signe de qui a le plus de pouvoir dans la prétentieuse Union européenne. Mais Nord Stream 2 n'est pas allé aussi loin et - comme nous le verrons - les Allemands se sont pliés aux diktats des Américains.

Nord Stream 1 se compose de deux pipelines allant de Vyborg (nord-ouest de la Russie) à Greifswald (nord-est de l'Allemagne). Il a la capacité de transporter 55 milliards de mètres cubes par an, même si en 2021, il était capable de transporter 59,2 milliards de mètres cubes. Il s'agit du gazoduc par lequel transite le plus grand volume de gaz à destination de l'UE. 

Les travaux sur le gazoduc Nord Stream 2 ont duré de 2018 à 2021, et on estime que le matériau du gazoduc peut durer environ 50 ans. Le pipeline part de la station de compression Slavyanskaya, près du port d'Ust-Luga (dans le district Kingiseppsky de l'Oblast de Leningrad), et va jusqu'à Greifswald (Poméranie occidentale). En 2019, la société suisse Allsea, qui était chargée de poser le gazoduc, a abandonné le projet et Gazprom a dû le mener à bien par ses propres moyens. La première ligne a été achevée en juin 2021 et la seconde en septembre. Son ouverture était prévue pour le milieu de l'année 2022, ce qui devait permettre de doubler le gaz transporté pour atteindre 110 milliards de mètres cubes par an. Outre Gazprom, les partenaires pour la construction de Nord Stream 2 ont été Uniper, Wintershall, OMV, Engie et Shell plc.

Le gouvernement allemand a approuvé le projet en mars 2018, afin d'éloigner l'Allemagne du nucléaire et du charbon (c'est-à-dire pour des raisons environnementales, toujours aussi sensibles en Allemagne, déjà depuis des temps pas particulièrement démocratiques). Les coûts du gazoduc sont estimés à 9,9 milliards d'euros, Gazprom apportant 4,75 milliards d'euros et ses partenaires le reste.  

009.jpg

Nord Stream 2 aurait complété les troisième et quatrième lignes (par rapport aux première et deuxième lignes de Nord Stream 1). À travers la Baltique, Nord Stream 1 et 2 suivent fondamentalement le même itinéraire. Les deux pipelines tirent leur gaz des gisements de la péninsule de Yamal et des baies d'Ob et de Taz. Avec ces deux gazoducs (avec quatre lignes au total), l'Allemagne fournirait du gaz russe à d'autres pays, ce qui améliorerait sans aucun doute la situation sur le marché européen et permettrait de surmonter la crise énergétique. Les Allemands sont allés jusqu'à affirmer que le Nord Stream 2 serait plus rentable que les livraisons terrestres via l'Europe de l'Est. La Russie a fourni 35,4 % du gaz arrivant en Allemagne (et avec Nord Stream 2, elle aurait doublé cette quantité) et 34 % du pétrole.

Les principaux opposants à Nord Stream 2 ont été les pays baltes, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie ( ?), la Roumanie, la Croatie, la Moldavie et principalement la Pologne et l'Ukraine, tous soutenus par la Commission européenne et les États-Unis. Ces pays se sont opposés à Nord Stream 2 au motif qu'un gazoduc direct vers l'Allemagne pourrait entraîner l'arrêt de leur approvisionnement en énergie et les priver des lucratifs frais de transit.

Chronologie de la politique américaine contre Nord Stream 2

Les plaintes américaines contre le gazoduc ne sont pas propres à l'administration Biden (qui a subi la pression de ses collègues démocrates pour adopter une ligne dure contre la Russie, qualifiant ainsi Poutine de "meurtrier" - comme si l'administration Obama dont il était le vice-président n'avait pas commis d'innombrables crimes de guerre, bien plus que la Russie ne l'a jamais fait : mais le premier président afro-américain est un démon qui "ne sent pas le soufre"). Déjà sous Obama, les protestations ont commencé alors que le projet n'avait pas encore totalement pris forme (l'idée du projet a commencé à prendre forme en octobre 2012).

Sous l'administration Trump, les plaintes se sont poursuivies et n'ont jamais cessé, même si Trump a d'abord affirmé qu'il n'appliquerait pas la loi contre les ennemis de l'Amérique par le biais de sanctions sur les exportations énergétiques russes, mais il a rapidement changé d'avis. M. Trump a même menacé d'imposer des droits de douane aux pays de l'UE et a proposé de rouvrir les négociations en vue de conclure un accord commercial entre les États-Unis et l'UE si le projet était annulé.

Le 27 janvier 2018, coïncidant avec le 73e anniversaire de la libération du camp de concentration d'Auschwitz, le secrétaire d'État Rex Tillerson (un ancien PDG d'Exxon Mobil, c'est-à-dire un homme de Rockefeller infiltré dans l'administration Trump, qui sera finalement évincé par le plus loyal Mike Pompeo) a fait valoir que les États-Unis et la Pologne s'opposaient à Nord Stream 2 en raison du danger qu'il représente pour la sécurité et la stabilité énergétiques de l'Europe, "tout en donnant à la Russie un outil supplémentaire pour politiser le secteur de l'énergie" ( https://www.expansion.com/economia/politica/2018/01/27/5a... ).

Les sénateurs américains des deux partis se sont inquiétés en mars 2018, lorsque le gouvernement allemand a approuvé le projet, et ont écrit que "en contournant l'Ukraine, Nord Stream II éliminera l'une des principales raisons pour lesquelles la Russie évite un conflit à grande échelle dans l'est de l'Ukraine, comme le Kremlin le sait bien" (https://www.cfr.org/in-brief/nord-stream-2-germany-captiv... ).

Le transit ukrainien fournissait autrefois 44 % du gaz russe à l'UE, ce qui permettait aux caisses de l'État (de plus en plus corrompu) d'empocher quelque 3 milliards de dollars par mois. Mais avec Nord Stream 2, cela devait changer et le transit par le sous-sol ukrainien devait être encore décuplé. Cela aurait fait perdre à l'Ukraine 3 % de son PIB. L'Ukraine y voyait une atteinte à sa souveraineté, mais aussi à la sécurité énergétique collective de l'Europe dans son ensemble, car le transit du gaz par l'Ukraine dissuade l'agression russe. L'ouverture de Nord Stream 2, qui aurait fait de l'Allemagne la première plaque tournante du gaz en Europe, aurait mis fin à cette situation.  

En janvier 2019, l'ambassadeur américain en Allemagne, Richard Grenell, a envoyé une lettre aux entreprises qui construisent le gazoduc, les exhortant à abandonner le projet et les menaçant de sanctions si elles le poursuivent. En décembre de la même année, les sénateurs républicains Ted Cruz et Ron Johnson ont également fait pression sur les entreprises impliquées dans le projet.

Le président du Conseil européen Donald Tusk, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki et le ministre britannique des Affaires étrangères de l'époque Boris Johnson ont protesté contre la construction de Nord Stream 2. Tusk a clairement indiqué que le gazoduc n'était pas dans l'intérêt de l'Union européenne. Les fonctionnaires de la Commission européenne ont déclaré que "Nord Stream 2 n'améliore pas la sécurité énergétique [de l'UE]" (https://euobserver.com/world/141584 ).

Nord Stream 2 est quelque chose qui a divisé l'UE. Bien que lorsque Donald Trump était dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le projet ne semblait pas si mauvais, et la France, l'Autriche et l'Allemagne, plus la Commission européenne, ont critiqué les États-Unis (c'est-à-dire l'administration Trump) pour les nouvelles sanctions contre la Russie au sujet du pipeline, se plaignant que les États-Unis menaçaient l'approvisionnement énergétique de l'Europe.

5a2a0fca-0002-0004-0000-000092d1369e_w1207_r0.94296875_fpx49.96_fpy47.11.jpg

Le chancelier autrichien Christian Kern et le ministre allemand des Affaires étrangères Sigman Gabriel se sont plaints dans une déclaration commune : "L'approvisionnement énergétique de l'Europe est l'affaire de l'Europe, pas celle des États-Unis d'Amérique" (https://www.usnews.com/news/business/articles/2017-06-15/... ). Et ils ajoutent : "Menacer les entreprises d'Allemagne, d'Autriche et d'autres États européens de sanctions sur le marché américain si elles participent ou financent des projets de gaz naturel comme Nord Stream 2 avec la Russie introduit une qualité complètement nouvelle et très négative dans les relations entre l'Europe et les États-Unis" (https://www.politico.eu/article/germany-and-austria-warn-... ). Mais - comme nous le verrons - les politiciens allemands, avec un gouvernement social-démocrate, n'ont pas été aussi audacieux avec l'administration Biden.

Isabelle Kocher, PDG du groupe ENGIE (un groupe local français qui distribue de l'électricité, du gaz naturel, du pétrole et des énergies renouvelables), a critiqué les sanctions américaines et a affirmé qu'elles tentaient de promouvoir le gaz américain en Europe (ce qui est la clé de toute l'affaire). Olaf Scholz, lorsqu'il était ministre des finances dans le gouvernement de coalition dirigé par Merkel, a rejeté les sanctions comme "une intervention sévère dans les affaires intérieures allemandes et européennes". Un porte-parole de l'UE a critiqué "l'imposition de sanctions contre des entreprises de l'UE faisant des affaires légitimes" (https://www.dw.com/en/germany-eu-decry-us-nord-stream-san... ).

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Mass, a déclaré sur Twitter que "la politique énergétique européenne se décide en Europe, pas aux États-Unis". M. Lavrov a affirmé que le Congrès américain "est littéralement submergé par le désir de tout faire pour détruire" les relations avec la Russie (https://www.cnbc.com/2019/12/16/ukraine-and-russia-look-t... ). Toutefois, il convient de noter que l'Allemagne a fortement soutenu les sanctions contre la Russie suite à l'annexion de la Crimée en 2014.

L'Association allemande des entreprises orientales a déclaré dans un communiqué que "les États-Unis veulent vendre leur gaz liquéfié en Europe, pour lequel l'Allemagne construit des terminaux. Si nous arrivons à la conclusion que les sanctions américaines visent à chasser les concurrents du marché européen, notre enthousiasme pour les projets bilatéraux avec les États-Unis se refroidira considérablement" (https://www.dw.com/en/nord-stream-2-gas-pipeline-faces-sa... ).

Le 21 décembre 2019, Trump a signé une loi imposant des sanctions aux entreprises ayant contribué à la construction de l'oléoduc, qui a été interrompue après la signature de Trump, mais reprendrait en décembre 2020, après l'élection de Joe Biden à la présidence. Mais immédiatement, le 1er janvier 2021, un projet de loi annuel sur la politique de défense adopté par le Congrès américain prévoyait des sanctions pour les entreprises travaillant sur le pipeline ou le sécurisant. Le 26 janvier, la Maison Blanche a annoncé que le nouveau président estime également que "Nord Stream 2 est une mauvaise affaire pour l'Europe", et que son administration va donc "revoir" les nouvelles sanctions (https://www.reuters.com/article/us-usa-biden-nord-stream-... ).

Ainsi, le bipartisme au Capitole s'est prononcé contre l'achèvement du gazoduc Nord Stream 2, non pas parce que c'est "une mauvaise affaire pour l'Europe", mais parce que c'est une mauvaise affaire pour les États-Unis. Sur ce point, les "mondialistes" et les "patriotes" sont d'accord.

Le 30 juillet 2020, le secrétaire d'État Mike Pompeo s'est adressé au Sénat en critiquant la construction de Nord Stream 2 : "Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que ce gazoduc ne menace pas l'Europe. Nous voulons que l'Europe dispose de ressources énergétiques réelles, sûres, stables, sûres et non convertibles". C'est comme s'il disait : "Nous ferons tout ce que nous pouvons pour nous assurer que ce pipeline ne menace pas les États-Unis. Nous voulons que l'Europe dispose de ressources énergétiques qu'elle achète aux États-Unis". Il a ajouté que le département d'État et le département du Trésor "ont très clairement indiqué, dans nos conversations avec ceux qui ont des équipes sur place, la menace expresse que représente pour eux la poursuite des travaux d'achèvement du pipeline" (https://www.rferl.org/a/pompeo-u-s-will-do-everything-to-... ).

Le 20 avril 2021, on pouvait lire sur le site Web du Conseil européen des relations étrangères (think tank de Soros) : "Ce serait mauvais pour l'Europe si la pression américaine devait forcer l'annulation du gazoduc et laisser l'Allemagne et les autres États membres dont les entreprises participent à sa construction amers et meurtris. Ce serait également mauvais pour l'Europe si le gazoduc finissait par balayer les réticences de la Pologne et par dépeindre l'Allemagne comme un acteur égoïste qui ne se soucie pas de ses partenaires. L'un ou l'autre résultat affaiblirait également l'alliance transatlantique et, plus ou moins directement, profiterait à Moscou... si Washington arrête le projet, Moscou trouvera une autre raison de rejeter l'Europe comme un acteur politique qui manque de crédibilité. Bien sûr, cela ne doit pas signifier que l'Europe doit sauver Nord Stream 2 juste pour impressionner la Russie. Le raisonnement de l'UE devrait avoir des racines plus profondes que cela". Il s'agit donc d'un "problème de gestion des relations" (https://ecfr.eu/article/the-nord-stream-2-dispute-and-the... ). 

OG_Okt-nordstream2.jpg

Cependant, le 19 mai 2021, le gouvernement américain a levé les sanctions contre Nord Stream AG, mais a imposé des sanctions contre quatre banques russes et cinq sociétés russes. Sergueï Ryabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères, a salué cette démarche et y a vu "une opportunité pour une transition progressive vers la normalisation de nos liens bilatéraux" (https://www.bbc.com/news/world-us-canada-57180674 ).

Le sénateur républicain Jim Risch a déclaré qu'une telle démarche était "un cadeau à Poutine et ne fera qu'affaiblir les États-Unis" (https://www.reuters.com/business/energy/us-waive-sanction...).

Yurity Vitrenko de Naftogaz (la compagnie pétrolière et gazière d'État ukrainienne) s'opposerait à cette démarche et affirmerait que l'Ukraine fait pression sur les États-Unis pour qu'ils réimposent des sanctions afin d'empêcher l'ouverture du pipeline. Biden prétendrait qu'il a mis fin aux sanctions parce que le pipeline était presque terminé et parce que les sanctions avaient nui aux relations entre les États-Unis et l'Union européenne.

Le président ukrainien, alors inconnu en Occident, Volodymyr Zelensky, s'est dit "surpris et déçu" par la décision de l'administration Biden, qui a également refusé de sanctionner le PDG de Nord Stream AG, Mathias Warning, un allié de Poutine.

Cependant, en juin 2021, la pose des deux lignes de pipelines a été entièrement achevée. Le 20 juillet 2021, Biden et une Angela Merkel sortante ont convenu que les États-Unis pourraient sanctionner la Russie si elle utilisait Nord Stream 2 comme une "arme politique", dans le but d'empêcher la Pologne et l'Ukraine de manquer de gaz russe.

Mme Merkel est une atlantiste avouée et n'était pas exactement enthousiaste à l'égard du projet Nord Stream 2, mais elle ne voyait aucun moyen de faire marche arrière. Pour elle, c'était une situation très délicate.

L'Ukraine obtiendrait un prêt de 50 millions de dollars pour investir dans les technologies vertes jusqu'en 2024, et l'Allemagne créerait un fonds d'un milliard de dollars pour la transition de l'Ukraine vers l'énergie verte, afin de compenser la perte de droits de douane due au fait que tout le gaz russe qui devait passer par le gazoduc Nord Stream 2 ne passerait pas par son sous-sol.

Après cette étrange hésitation, le département d'État américain prendra une décision complète et imposera, en novembre 2021, de nouvelles sanctions financières aux entreprises russes liées à Nord Stream 2.

Le 9 décembre 2021, le Premier ministre polonais Mateusz Marawiecki a fait pression sur le nouveau chancelier allemand, le social-démocrate Olaf Scholz, pour qu'il n'inaugure pas le Nord Stream 2 et ne cède pas à la pression russe, et donc "ne permette pas que le Nord Stream 2 soit utilisé comme un instrument de chantage contre l'Ukraine, comme un instrument de chantage contre la Pologne, comme un instrument de chantage contre l'Union européenne" (https://www.metro.us/polish-pm-tells-germanys/ ).

Après avoir détecté des troupes russes à la frontière orientale de l'Ukraine, le secrétaire d'État Antony Blinken a annoncé de nouvelles sanctions le 23 décembre.

Olaf Scholz serait pressé d'arrêter l'ouverture du pipeline lors du sommet de l'UE. Le 7 février 2022, il rencontrera Biden à la Maison Blanche et, lors de la conférence de presse, il déclarera que les États-Unis et l'Allemagne sont "absolument unis et nous ne prendrons pas de mesures différentes". Nous prendrons les mêmes mesures et elles seront très, très dures pour la Russie et ils doivent le comprendre. Toutes les mesures que nous prendrons, nous les prendrons ensemble. Comme l'a dit le président [Biden], nous nous y préparons. Vous pouvez comprendre et vous pouvez être absolument sûrs que l'Allemagne sera de concert avec tous ses alliés et surtout les États-Unis, que nous prendrons les mêmes mesures. Il n'y aura aucune différence dans cette situation. Je dis à nos amis américains que nous serons unis. Nous agirons ensemble et nous prendrons toutes les mesures nécessaires et toutes les mesures nécessaires que nous prendrons ensemble" (https://edition.cnn.com/2022/02/07/politics/biden-scholz-... ).

On peut voir qu'il ne se plaignait plus de l'intervention des États-Unis "dans les affaires intérieures allemandes et européennes", comme on l'a vu dire lorsqu'il était ministre des finances dans le gouvernement de coalition avec Merkel, alors que Trump était à la Maison Blanche.

Pour sa part, Joe Biden a averti que si la Russie envahit l'Ukraine, avec "des chars et des troupes", comme cela finirait par arriver, "alors il n'y aura plus de Nord Stream 2 : nous y mettrons fin" (https://edition.cnn.com/2022/02/07/politics/biden-scholz-... ).

Face aux menaces de Biden envers la Russie, Scholz a gardé un silence timide, ne disant absolument rien sur l'ingérence flagrante des États-Unis dans les relations économiques de l'Allemagne avec la Russie. Il s'est plié aux diktats de Washington. 

22310.jpeg

Le 15 février, Scholz devait rencontrer Poutine à Moscou, où le dirigeant russe a affirmé que le gazoduc renforcerait la sécurité énergétique européenne et qu'il s'agissait d'une question "purement commerciale" (https://www.reuters.com/business/energy/putin-says-nord-s... ). Comme si l'économie n'était pas une économie-politique et une question géopolitique de la plus haute importance et, comme nous l'avons vu, d'une transcendance vitale.

Scholz a affirmé que les négociations avaient été intenses mais confiantes et a supplié la Russie d'éviter toute interprétation dans le conflit avec l'Ukraine.

Lors de la conférence de presse, Poutine est allé jusqu'à dire : "L'Allemagne est l'un des principaux partenaires de la Russie. Nous nous sommes toujours efforcés de favoriser l'interaction entre nos États. L'Allemagne est le deuxième partenaire commercial extérieur de la Russie, après la Chine. Malgré la situation difficile causée par la pandémie de coronavirus et la volatilité des marchés mondiaux, à la fin de 2021, les échanges mutuels ont augmenté de 36 % et ont atteint près de 57 milliards. Dans les années 1970, nos pays ont mis en œuvre avec succès un projet historique. Il s'appelait "Gaz pour les tuyaux". Et depuis lors, les consommateurs allemands et européens sont approvisionnés en gaz russe de manière fiable et sans interruption. Aujourd'hui, la Russie satisfait plus d'un tiers des besoins de l'Allemagne en matière de transport d'énergie" (https://1prime.ru/exclusive/20220220/836108179.html ).

Le projet "Gaz pour les pipelines" a été possible malgré la guerre froide. Les États-Unis ont tenté d'empêcher la construction du gazoduc Urengoy-Pomary-Uzhgorod et ont également essayé d'empêcher les entrepreneurs allemands de participer au projet, bien qu'il ait finalement été construit en 1982-1984 et officiellement ouvert en France, complétant le système de transport transcontinental de gaz Sibérie occidentale-Europe occidentale qui était en place depuis 1973. Ce gazoduc traverse l'Ukraine, pompant du gaz vers la Slovaquie, la Hongrie et la Roumanie. À cette époque, l'URSS n'avait pas la capacité de produire les pipelines nécessaires. Après la construction, d'importantes livraisons de gaz en provenance de Russie ont commencé, depuis le gigantesque champ de Vengoyskoye vers l'Allemagne et d'autres pays européens. Les conséquences d'une telle quantité de gaz ont été le remplacement du charbon américain sur le marché européen, et la RFA a bénéficié d'un énorme élan économique. Nous constatons que les accords gaziers entre la Russie et l'Europe (alors l'URSS) n'ont pas profité aux États-Unis, où ils en prendraient acte.  

Scholz a ensuite rencontré Zelensky, accusé d'avoir utilisé le "livre de jeu de Merkel" en évitant les questions sur le gazoduc lors de la conférence de presse qu'il a donnée avec le président ukrainien (https://www.telegraph.co.uk/news/2022/02/14/olaf-scholz-f... ).

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a affirmé que l'avenir du pipeline dépendrait du comportement de la Russie en Ukraine. Le 19 février, elle a déclaré à la Conférence sur la sécurité de Munich que l'Europe ne pouvait pas être aussi dépendante de la Russie pour ses besoins énergétiques (peut-être veut-elle qu'elle soit dépendante des États-Unis, et pas seulement sur le plan énergétique mais aussi sur le plan géopolitique, ce qui est la conséquence logique). "Une Union européenne forte ne peut pas être aussi dépendante d'un fournisseur d'énergie qui menace de déclencher une guerre sur notre continent. Nous pouvons imposer des coûts élevés et des conséquences graves sur les intérêts économiques de Moscou. La pensée bizarre du Kremlin, qui découle directement d'un passé sombre, pourrait coûter à la Russie un avenir prospère. Nous espérons encore que la diplomatie n'a pas dit son dernier mot" (https://www.dw.com/en/natos-jens-stoltenberg-urges-russia... ).

Le 22 février, le lendemain de la reconnaissance par la Russie des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, Olaf Scholz, qui a toujours été favorable au projet mais qui venait de voir Biden (alors qu'il devait rendre visite à Poutine immédiatement après), a suspendu la certification de Nord Stream 2. <...> Il s'agit d'une étape nécessaire pour que la certification du pipeline ne puisse avoir lieu maintenant. Sans cette certification, Nord Stream 2 ne peut être lancé" (https://www.vedomosti.ru/economics/articles/2022/02/22/91... ). La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Berbock, a déclaré aux journalistes que le gouvernement allemand avait "gelé" le projet.

Le 23 février, M. Biden a ordonné des sanctions contre l'exploitant du gazoduc, Nord Stream 2 AG, ainsi que contre des responsables de la société. "Ces mesures sont une autre partie de notre tranche initiale de sanctions en réponse aux actions de la Russie en Ukraine. Comme je l'ai dit clairement, nous n'hésiterons pas à prendre de nouvelles mesures si la Russie poursuit l'escalade." Ces sanctions ont été imposées après des "consultations étroites" entre les gouvernements américain et allemand. Et il a remercié Scholz pour son "étroite coopération et son engagement inébranlable à tenir la Russie responsable de ses actions" ; en d'autres termes, il l'a remercié pour sa soumission aux États-Unis. En reconnaissant les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, Poutine, a déclaré Biden, "a donné au monde une incitation irrésistible à abandonner le gaz russe et à passer à d'autres formes d'énergie" (https://www.rbc.ru/politics/23/02/2022/621684c49a794730b4... ). 

NordStream2.jpg

Le jour suivant, la Russie commencera une "opération militaire spéciale" en Ukraine. Les États-Unis avaient donc déjà la guerre qu'il leur fallait pour empêcher l'ouverture du gazoduc Nord Stream 2 et la rupture des relations germano-russes ; même si Nord Stream 1 continuerait à transporter du gaz vers l'Allemagne, fonctionnant comme les autres gazoducs approvisionnant l'Europe, dont la Russie empoche quelque 800 millions d'euros par jour, plus 260 millions d'euros pour l'exportation de pétrole.

Le 8 mars, les États-Unis ont interdit toute importation de pétrole et de gaz en provenance de Russie, établissant un record historique pour le prix de l'essence (7 % du pétrole consommé aux États-Unis est russe).

Le 9 mars, le secrétaire de presse du président russe, Dmitry Preskov, a répondu à la sous-secrétaire d'État américaine aux affaires politiques, Victoria Nuland - la femme qui a dit "fuck the EU" (https://www.youtube.com/watch?v=dO80WVMy5E4&ab_channe...  ), en déclarant que Nord Stream 2 est "mort et ne sera pas ressuscité" (un jour plus tôt, devant le Congrès américain, elle avait déclaré que le gazoduc n'est qu'"un tas de métal au fond de la mer") - en lui disant que le gazoduc est prêt à être utilisé, en ajoutant que les États-Unis déclarent la guerre économique à la Russie.

Un différend géo-économique et donc géopolitique

Plutôt qu'un projet d'infrastructure dans le pouvoir fédérateur (ou le commerce international) des couches corticales des États concernés, Nord Stream 2 ressemble davantage à un symbole de discorde dans le pouvoir diplomatique, voire militaire, que l'on observe en Ukraine. Il ne fait aucun doute que Nord Stream 2 et tous les gazoducs et oléoducs entraînent des problèmes géopolitiques, car les ressources de base sont intégrées dans les problèmes corticaux de la dialectique des États (l'économie est toujours l'économie-politique ; c'est-à-dire que les deux ne peuvent être compris comme des sphères mégaréales mais comme des concepts conjugués : conceptuellement dissociables, existentiellement inséparables).

Sans aucun doute, comme on l'accuse à juste titre, la Russie utilise sa puissance énergétique comme une arme géopolitique et géostratégique, tout comme les États-Unis. En effet, cette puissance russe est énorme. En additionnant les exportations de pétrole, de gaz et de charbon, la Russie serait le premier exportateur mondial de ces produits.

Si Nord Stream 2 avait été mis en œuvre, les États-Unis auraient perdu leur influence sur l'UE et aussi sur l'Ukraine. Cela rendrait les pays européens, notamment l'Allemagne, encore plus dépendants des ressources énergétiques russes. Certains de ces pays et bien sûr le meneur de la bande, les États-Unis, ont pris position contre la construction de ce pipeline. L'Ukraine est considérée comme l'une des économies les plus touchées si le Nord Stream 2 est mis en service, car une grande quantité de matières premières en provenance de Russie ne passerait plus par son sous-sol (bien que cela affecte également le Belarus, allié plutôt vassal de la Russie).

Les Russes affirment qu'avec Nord Stream 2, le prix du gaz baisserait, car quelque 55 milliards de mètres cubes de gaz seraient transportés par an (plus ou moins la même quantité que Nord Stream 1). Il ne faut pas oublier qu'un peu plus d'un tiers du gaz qui atteint l'Europe provient de Russie.

En Espagne, seulement 10 % du gaz que nous recevons est russe. L'Algérie (alliée historique de la Russie) est notre principal exportateur de gaz (30 % de son gaz finit en Espagne), et le gouvernement de Pedro Sánchez ne fait pas vraiment preuve de tact diplomatique avec ce pays ; il le traite même avec une extrême insouciance, cédant le Sahara au Maroc (abandonnant pour la deuxième fois les pauvres Sahraouis). C'est peut-être la récompense que le sultanat a reçue pour avoir reconnu Israël. Mais puisqu'en Espagne, depuis plusieurs décennies, la politique étrangère est une trahison continue plutôt qu'une politique étrangère ?

Regardez ce que dit le rapport 2019 de l'important groupe de réflexion américain RAND Corporation : "Augmenter la capacité de l'Europe à importer du gaz de fournisseurs autres que la Russie pourrait étirer la Russie sur le plan économique et protéger l'Europe de la coercition énergétique russe. L'Europe avance lentement dans cette direction en construisant des usines de regazéification de gaz naturel liquéfié (GNL). Mais pour être vraiment efficace, cette option nécessiterait que les marchés mondiaux du GNL deviennent plus flexibles qu'ils ne le sont déjà et que le GNL devienne plus compétitif en termes de prix par rapport au gaz russe" (https://www.rand.org/pubs/research_briefs/RB10014.html ).

L'Allemagne verrait sa sécurité énergétique menacée si Nord Stream 2 n'est pas mis en service. Et il ne faut pas oublier que ce projet a été construit à l'initiative de Berlin et non de Moscou. Et pourtant, l'Allemagne s'est rangée du côté de l'Ukraine (se pliant ainsi aux diktats de l'empire de Washington).

Mais il faut garder à l'esprit qu'avec Nord Stream 2, la relation entre la Russie et l'Allemagne ne serait pas exclusivement une relation de dépendance de la seconde vis-à-vis de la première, puisque la Russie dépendrait également de l'Allemagne, c'est-à-dire qu'une relation de coopération serait établie, ce que les États-Unis ne veulent pas. Et l'Allemagne distribuerait à son tour le gaz qui arrive de Russie aux autres pays. 

infografik-karte-nordstream.jpg

Le problème serait que si ce gazoduc commence à pomper du gaz, les États-Unis pourraient alors perdre la vassalité de l'Allemagne et d'autres pays européens. Les États-Unis ont toujours essayé d'empêcher les relations commerciales entre l'Allemagne et la Russie de s'épanouir (comme ils l'ont fait lorsqu'il s'agissait de la RFA et de l'URSS, comme nous l'avons vu).

D'où les plaintes de Biden (ainsi que celles de Trump, et déjà celles d'Obama), car les États-Unis veulent à tout prix empêcher l'ouverture de Nord Stream 2. Ce gazoduc n'aiderait-il pas la Russie à consolider le leadership allemand dans l'UE ? Bien qu'historiquement, malgré Napoléon, la Russie a eu de meilleures relations avec la France. Et les Russes n'oublient certainement pas les deux guerres mondiales, en particulier la Grande Guerre patriotique.

L'Allemagne a fait valoir que Nord Stream 1 n'empêchait pas le Reich d'adopter une ligne dure contre l'expansionnisme russe. Et, élément crucial, que les États-Unis se sont opposés au projet parce qu'ils voulaient vendre davantage de gaz naturel liquéfié sur les marchés européens (cela résume l'intrigue). 

Près d'un quart de la consommation énergétique de l'UE est constituée de gaz naturel, dont un tiers provient de Russie, les pays de l'Est étant évidemment plus dépendants de ce gaz. L'UE obtient 40 % de son gaz de la Russie, ainsi que 27 % de son pétrole. Les États-Unis ne reçoivent pas de gaz russe, bien que - comme nous l'avons déjà dit - ils reçoivent 7 % de leur pétrole (qu'ils ont maintenant l'intention de remplacer par du pétrole vénézuélien). Le 25 mars 2022, l'UE a signé un accord dans lequel les États-Unis fourniront 15 milliards de mètres cubes de gaz liquéfié au marché européen cette année. Et entre maintenant et 2030. Mission accomplie : l'Europe courbe la tête devant son serviteur.

Et comment les États-Unis peuvent-ils se permettre de freiner un projet entre deux nations souveraines derrière un chantier pharaonique à des milliers de kilomètres de distance ? Se pourrait-il que l'Allemagne, qui avec la France dirige l'UE, ne soit rien d'autre qu'un vassal des États-Unis, même si elle a maintenant l'intention de se réarmer ? Et si l'axe franco-allemand est un vassal des États-Unis, l'Espagne, l'Espagne délaissée, ne sera-t-elle pas un vassal des vassaux ? Quoi qu'il en soit, les États-Unis se sont comportés envers l'Allemagne comme le gangster extorqueur : celui qui oblige les commerçants sous la menace d'une arme à acheter ses marchandises. Puis, armés d'un visage en diborure de titane, ils appellent cela un "marché libre".

Selon un rapport de la Commission européenne intitulé "EU-US LNG trade", en 2021, le record d'approvisionnement en gaz naturel liquéfié (GNL) des États-Unis vers l'UE a été battu, dépassant les 22 milliards de mètres cubes. En janvier 2022, elle a déjà atteint 4,4 milliards de mètres cubes (si elle continue à ce rythme, elle atteindra plus de 50 milliards). Mais cela ne suffit pas pour les États-Unis. Bien que la Commission européenne soit favorable à ce que les Yankees soient les principaux fournisseurs de gaz naturel sur le marché européen.

Au vu de tout cela, on pourrait dire que les États-Unis ont fomenté une guerre en Ukraine afin de restreindre la coopération économique de l'UE avec la Russie, ce qui va à l'encontre des intérêts de l'Union, qui s'est comportée dans cette crise comme un ensemble d'États vassaux de Washington ; ce qui est le cas depuis longtemps, pratiquement depuis la Seconde Guerre mondiale, sauf que cela apparaît maintenant de manière embarrassante. 

Dans une interview avec Jacques Baud, colonel de l'armée suisse, expert en renseignement militaire et député à l'OTAN et à l'ONU, il a déclaré : "Je suis sûr que Poutine ne voulait pas attaquer l'Ukraine, il l'a dit à plusieurs reprises. De toute évidence, les États-Unis ont exercé des pressions pour déclencher la guerre. Les États-Unis ont peu d'intérêt pour l'Ukraine elle-même. Ce qu'ils voulaient, c'était augmenter la pression sur l'Allemagne pour qu'elle ferme Nord Stream II. Ils voulaient que l'Ukraine provoque la Russie, et si la Russie réagissait, Nord Stream II serait gelé" (https://www.lahaine.org/mundo.php/militar-suizo-experto-d... ).

Le Royaume-Uni semble également devoir bénéficier de son statut de pays de "transit" pour l'approvisionnement en gaz naturel de l'Europe, via le gazoduc traversant la Belgique et les Pays-Bas, qui tentera de se sevrer de sa dépendance au gaz russe, comme le prévoit pour cet été le seul opérateur énergétique britannique qui collecte le gaz de la mer du Nord en Norvège : National Grid. Selon le Daily Telegraph, National Grid pense pouvoir exporter environ 5,1 milliards de m3 vers l'Europe cet été. Elle envisage également d'importer du gaz liquéfié des États-Unis au Royaume-Uni pour le transformer en gaz normal et l'exporter en Europe.

En raison de l'opération militaire russe dans la marine des pays de l'OTAN (pas tous) en Ukraine, la non-ouverture de Nord Stream 2 n'a pas divisé les pays européens, comme ce fut le cas en 2003 avec la guerre en Irak, même si le Royaume-Uni a quitté l'UE. Il semble y avoir un consensus anti-russe (la Hongrie anti-sorosienne est peut-être l'exception, quoique de manière ambiguë).

Pour gagner l'alliance de la Russie contre la Chine, ni l'administration Trump (ce qui était son intention) ni l'administration Biden (qui a montré au monde sa russophobie exacerbée, dans la lignée du trilatéraliste-rockefellerien polonais et américain Zbigniew Brzezinski) n'ont su agir avec tact diplomatique. Et ils devraient savoir que les alliances sont aussi importantes que les forces elles-mêmes. C'est pourquoi la Russie a conquis l'allié chinois, mais toujours avec la crainte que ce dernier ne l'absorbe ou ne la trahisse à un moment donné (l'hypocrisie est notre pain quotidien dans les relations internationales).

L'humiliation du président allemand par Zelensky

Pendant des années, le président allemand Frank-Walter Steinmeier a entretenu une relation cordiale avec Vladimir Poutine, dont il a fait l'éloge en tant que chancelier sous Gerhard Schröder, puis en tant que ministre des affaires étrangères sous Angela Merkel. Et il a également montré son plus grand soutien au projet Nord Stream 2 pendant ces années, jusqu'à juste avant la guerre, ce que, après l'entrée des troupes russes en Ukraine, le chef d'État allemand a admis comme une "erreur manifeste". Une erreur qu'il a entretenue pendant des années, presque une décennie ? Après la diffusion sur Twitter de photos de M. Steinmeier embrassant le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le président a exprimé ses remords. Pour cela, il ne serait pas le bienvenu à Kiev, et a dû annuler sa visite : "Il semble que ma présence ne soit pas souhaitée" (https://www.elmundo.es/internacional/2022/04/12/6255a91f2... ).  "Nous n'avons pas réussi à créer une maison européenne commune qui inclut la Russie. Nous n'avons pas réussi à inclure la Russie dans l'architecture de sécurité globale. Nous nous sommes accrochés à des ponts auxquels la Russie ne croyait plus, comme nos partenaires nous en avaient avertis" (https://ria.ru/20220404/evropa-1781787894.html ). Tout cela montre la honteuse servilité de l'Allemagne envers les États-Unis.

L'ambassadeur ukrainien à Berlin, Andriy Melnyk, poursuit en soulignant que l'Allemagne a "trop d'intérêts particuliers" en Russie et que Steinmeier est en grande partie à blâmer, car il a passé des décennies à tisser une toile d'araignée de contacts avec la Russie (tout comme Merkel, avec qui Poutine a parlé en russe et en allemand). "Beaucoup de ceux qui sont maintenant en charge dans la coalition (allemande) sont impliqués dans cette affaire" (https://www.elmundo.es/internacional/2022/04/12/6255a91f2... ).

19426454BreiteKLEINER1200pix.jpg

Le porte-parole adjoint du gouvernement allemand, Wolfgang Büchner, a calmé les esprits en comprenant "la situation exceptionnelle" que traverse l'Ukraine. Il a déclaré que "l'Allemagne a été et est l'un des plus ardents défenseurs de l'Ukraine... et continuera de l'être. Le président a une position claire et sans équivoque en faveur de l'Ukraine" (https://www.elespanol.com/mundo/europa/20220413/zelenski-... ).

Dans le magazine allemand Spiegel, Steinmeier a rappelé qu'en 2001, Poutine avait prononcé un discours en allemand au Bundestag même : "Le Poutine de 2001 n'a rien à voir avec le Poutine de 2022, que nous voyons maintenant comme un fauteur de guerre brutal et retranché" (https://www.elespanol.com/mundo/europa/20220413/zelenski-... ). Et qu'il attendait toujours "un reste de rationalité de la part de Vladimir Poutine" (https://www.spiegel.de/politik/frank-walter-steinmeier-ue... ).

Mais nous avons déjà montré de manière assez puissante dans les pages du Postmodernisme, en réfléchissant contre l'hystérie des politiciens et des journalistes, que Poutine n'est pas fou : https://posmodernia.com/putin-esta-loco/ .    

dimanche, 27 mars 2022

Eastmed Poseidon, le gazoduc méditerranéen qui change la donne gazière

eastmed-660x330.jpg

Eastmed Poseidon, le gazoduc méditerranéen qui change la donne gazière

Par Gian Piero Joime

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/economia/eastmed-poseidon-gasdotto-guerra-ucraina-mediterraneo-228356/

Rome, 26 Mar - Que la grave crise énergétique dépende de la dépendance déséquilibrée aux combustibles fossiles importés de quelques pays est désormais bien connu. Le fait qu'une grande partie du gaz importé en Italie, et en Europe, provienne de Russie est désormais un fait notoire. Le fait qu'en 1991, nous ayons extrait de notre territoire 20 milliards de m3 de gaz, qui seront réduits à un peu plus de 3 milliards en 2021, est également un fait connu. Tout comme la recette pour surmonter la crise est également bien connue : revenir à l'extraction du gaz, accélérer les énergies renouvelables, construire de nouvelles usines de regazéification, diversifier les sources d'approvisionnement, et pour ceux qui le savent et le peuvent, investir dans le nucléaire. Et participer à des projets de nouveaux gazoducs. Tout cela est logique, mais très complexe, comme le montre le cas du projet EastMed Poseidon.

EastMed Poséidon : de 2016 à 2020, allez, arrêtez et repartez

Le pipeline EastMed Poseidon, annoncé dès 2016, prévoit un pipeline terrestre de 600 km d'Israël à Chypre, puis un autre de 700 km jusqu'en Crète (où il pourrait y avoir de nouvelles découvertes par Exxon et Total déjà engagés dans des investigations), avant de se connecter à la Grèce continentale dans le Péloponnèse, puis à l'Italie, à Salento.

6247ed26-c317-46ab-bc58-5ae490579ae1-jpeg.jpeg

Appartenant à IGI Poseidon, une coentreprise entre la société grecque DEPA et Edison, et coûtant plus de 6 milliards de dollars, avec une capacité estimée à 11 milliards de mètres cubes (bcm) par an, avec un potentiel allant jusqu'à 20 bcm/an, le projet de pipeline EastMed-Poseidon, géré par l'italien Eni, le français Total et l'américain Chevron, serait le plus long jamais réalisé, mais aussi très coûteux. D'une longueur d'environ 1900 kilomètres, avec des pipelines posés jusqu'à 3000 mètres de profondeur dans la mer Méditerranée, le gazoduc vise à relier directement les champs de gaz de la Méditerranée orientale - les champs israéliens (Tamar et Léviathan), égyptiens (Zohr) et chypriotes (Calypso, Aphrodite) - à la Grèce continentale en passant par Chypre et la Crète, en se connectant aux gazoducs Poséidon et IGB (Interconnecteur Grèce-Bulgarie), pour transporter le gaz vers l'Italie et le réseau européen de gazoducs.

L'accord pour la construction du gazoduc a été signé le 2 janvier 2020 à Athènes par les dirigeants de la Grèce, de Chypre et d'Israël. Tous les pays impliqués dans le projet sont membres du East Mediterranean Gas Forum (EMGF), un forum parrainé par les États-Unis et l'UE et promu par Le Caire. Toujours en 2020, en raison de l'effondrement des prix des hydrocarbures pendant la pandémie de Covid-19, des réserves américaines et des problèmes géopolitiques liés aux tensions avec la Turquie, le projet a été temporairement mis en veilleuse.

2021 : aller, s'arrêter et repartir

En mars 2021, cependant, le projet d'EastMed a franchi une nouvelle étape : IGI Poseidon, le GRT israélien Israel Natural Gas Lines Company (INGL), qui avait déjà rejoint l'équipe en 2019, ont en effet signé un "addendum" supplémentaire au protocole d'accord de 2019, en vertu duquel les deux parties s'engagent à travailler conjointement à la conception et au développement de l'intégration du nouveau gazoduc avec le réseau gazier national d'Israël et avec les mêmes champs du bassin levantin d'où provient le gaz destiné à alimenter ce gazoduc, dont la phase de conception devrait être achevée au cours de l'année 2022. Le gazoduc EastMed, lit-on dans une note publiée par IGI Poseidon, complétera le réseau d'infrastructures énergétiques de la Méditerranée orientale en créant une nouvelle voie de transport de gaz naturel qui profitera à toute la région dans une perspective de relance post-Covid-19. "La coopération fructueuse entre IGI et INGL garantira aux ressources gazières de la région un accès stable au plus grand marché énergétique, l'Europe, grâce à un projet défini et mature, le projet de gazoduc EastMed."

eastmed1.jpeg

En 2021 également, il y a un pas en arrière, du côté italien, avec le Pniec (le plan national pour l'énergie et le climat) : "Bien que le projet puisse permettre à partir de 2025 une diversification supplémentaire des itinéraires actuels, il ne représente pas une priorité étant donné que les scénarios de décarbonisation peuvent être mis en œuvre grâce aux infrastructures existantes et au PTA susmentionné". Le point d'atterrissage d'Eastmed se trouverait à Otranto, à 20 kilomètres au sud de la sortie d'un autre oléoduc, Tap, qui a commencé à fonctionner en 2020 au milieu d'une grande controverse. Le Pniec, également pour cette raison, semblait déterminer la fin du projet, également parce que le délai pour les travaux, prévu pour juin 2021, était maintenant largement dépassé. Et pourtant Poséidon a redémarré, avec l'arrêté du ministère de la Transition écologique du 26 mars 2021 : " Les délais de réalisation du projet de méthanoduc IGI Poséidon section Italie... sont prolongés comme suit : le délai de démarrage des travaux est reporté au 1er octobre 2023 et le délai d'achèvement des travaux est reporté au 1er octobre 2025 ". Le ministre Roberto Cingolani a donc décidé que le Poséidon était nécessaire et qu'il serait construit, accordant à la société de construction un délai supplémentaire de quatre ans pour le terminer.

Les objectifs turcs et le revirement américain

En janvier 2022, cependant, Washington a informé Athènes de ses réserves à l'égard de l'oléoduc EastMed, officiellement en raison de la faisabilité technique et économique du projet et de son impact environnemental. Des réserves qui, avant tout soutenues par des raisons en réalité géopolitiques, constituent un obstacle au développement du pipeline. Washington a alors invité les Européens impliqués dans le projet à le remplacer par des alternatives régionales telles que la construction de terminaux GNL pour l'exportation du gaz de schiste américain. Ainsi, alors que Trump avait parrainé le projet, la décision de l'administration Biden sur EastMed modifie la position américaine, également dans le but d'éliminer une tension majeure sur les routes du gaz entre les acteurs de la région méditerranéenne ; en particulier avec la Turquie, véritable nœud crucial du gazoduc EastMed et du pouvoir en Méditerranée.

Depuis son lancement, le projet Eastmed a exclu Ankara du rôle de plaque tournante du transit du gaz offshore méditerranéen au profit de la Grèce, et a renforcé le rôle de l'Égypte et d'Israël dans le système d'alimentation en gaz.

Cependant, juste au moment où le projet EastMed se développait, la Turquie a conclu un protocole d'accord pour la démarcation des frontières maritimes avec le gouvernement d'entente nationale (GNA) de l'époque à Tripoli en novembre 2019 et dans le cadre de la doctrine géopolitique de la "patrie bleue" basée sur la souveraineté maritime turque en Méditerranée. Les revendications de souveraineté maritime d'Ankara à la suite de l'accord avec Tripoli ont entraîné une exploration et un forage intenses pour le gaz par des navires turcs soutenus par des drones et des navires de guerre, qui ont également entravé les activités d'exploration d'Eni dans les eaux chypriotes sous licence du gouvernement de Nicosie. L'apogée de l'attitude dominante de la Turquie en matière de souveraineté en Méditerranée, et de contrôle de ses trésors, a eu lieu en juin 2020, lorsque la frégate française Courbet a été éclairée par le radar de ciblage d'un navire de guerre turc escortant un navire marchand à destination de la Libye.

EastMed-1024x579.png

5172eae_574530147-tkmavwat-630.png

Cependant, la guerre en cours en Ukraine et la nécessité de réduire drastiquement la dépendance au gaz russe - ainsi que de diversifier toutes les sources d'approvisionnement - rendent urgentes la conception et la mise en œuvre d'une politique énergétique résolument tournée vers la souveraineté nationale et continentale. Et ainsi, le projet EastMed est de nouveau sur les rails. Ainsi, les États-Unis reviennent (du moins semble-t-il) sur leurs choix de janvier, au point de déclarer avec Andrew Light, sous-secrétaire américain aux affaires étrangères au ministère de l'Énergie : "Après les derniers développements, nous allons jeter un nouveau regard sur tout...... Il ne s'agit pas seulement de la transition verte, mais aussi de la transition qui nous éloigne de la "Russie". Les États-Unis pourraient donc donner le feu vert à EastMed Poseidon. Un projet méditerranéen vaste et complexe, pour la sécurité énergétique européenne et italienne, semble donc avoir une souveraineté clairement limitée.

Gian Piero Joime

vendredi, 25 mars 2022

Boomerang pour les Etats-Unis et coup dur pour le dollar: l'Inde utilisera le rouble avec la Russie et l'Arabie Saoudite le yuan pour son pétrole avec la Chine

high.jpg

Boomerang pour les Etats-Unis et coup dur pour le dollar: l'Inde utilisera le rouble avec la Russie et l'Arabie Saoudite le yuan pour son pétrole avec la Chine

Source: https://kontrainfo.com/boomerang-para-eeuu-y-golpe-al-dolar-india-usara-el-rublo-con-rusia-y-arabia-saudita-el-yuan-para-su-petroleo-con-china/

Les sanctions américaines contre la Russie, excluant la Russie du système interbancaire SWIFT, pourraient finir par s'avérer un boomerang pour le pouvoir hégémonique du dollar en tant que monnaie internationale. L'Inde a indiqué qu'elle négociait avec la Russie pour acheter du pétrole et des engrais dans le cadre d'un échange de roubles et de roupies, et l'Arabie saoudite a laissé entendre qu'elle pourrait échanger ses exportations d'hydrocarbures avec la Chine en utilisant le yuan, deux situations impensables jusqu'à récemment du fait de la domination mondiale du pétrodollar.

Les engrais font partie des produits offerts par Moscou à New Delhi qui intéressent le plus le gouvernement indien. L'attrait réside dans les remises importantes que la Russie est prête à accorder et la possibilité de réaliser la transaction dans ses propres devises.

L'Inde bénéficierait du pétrole bon marché offert par la Russie. New Delhi voit en Moscou un fournisseur d'armes fiable - ce qu'elle considère comme vital face aux tensions avec la Chine et le Pakistan - et a même proposé en décembre dernier un plan de fabrication de 500;000 fusils russes AK-203. C'était lors de la visite de Poutine au Premier ministre indien Narendra Modi.

L'Inde, qui, comme la Russie, est membre du bloc des BRICS, a refusé de suivre les États-Unis dans leurs sanctions. Elle n'a pas non plus condamné l'invasion de l'Ukraine par la Russie lors de l'Assemblée générale des Nations unies. L'Inde reste en marge du conflit, avec un profil plus bas que la Chine, et sans même tenter un rôle de médiateur comme la Turquie ou Israël.

L'Inde et la Russie étudient également la possibilité d'utiliser le yuan chinois comme monnaie de référence pour valoriser le mécanisme commercial roupie-rouble. Tous deux peuvent également envisager un arrangement à taux variable. En septembre, l'Inde et Singapour ont décidé de relier leurs systèmes de paiement rapide respectifs : UPI et PayNow. La RBI et l'Autorité monétaire de Singapour ont annoncé le projet de liaison des systèmes de paiement rapide, qui devrait être opérationnel en juillet.

Les discussions avec la Russie s'inscrivent dans le cadre de l'obtention d'un mécanisme de paiement alternatif à la suite des sanctions occidentales contre la Russie. Selon M. Solodov, la Russie et l'Inde encouragent l'utilisation des monnaies nationales tant au niveau bilatéral que multilatéral, notamment dans le cadre des BRICS. En outre, un mécanisme d'échange roupie-rouble est déjà en place depuis plusieurs années, les paiements étant effectués dans les monnaies nationales par l'intermédiaire de banques désignées.

En début de semaine, les systèmes de cartes occidentaux ont suspendu leurs opérations en Russie, après quoi plusieurs banques russes seraient en train de se connecter au système de l'opérateur de cartes chinois UnionPay ainsi qu'au réseau russe MIR.

"L'utilisation des cartes fait encore l'objet de discussions directes au niveau des banques centrales de nos pays", a déclaré un second responsable de l'ambassade russe, qui n'a pas souhaité être identifié, ajoutant que l'utilisation des cartes sera importante pour les touristes et visiteurs indiens et russes. "Mais ce sera de toute façon un grand pas", a-t-il déclaré.

De son côté, l'Arabie saoudite est en négociations actives avec Pékin pour régler une partie de ses fournitures de pétrole à la Chine en yuans, rapporte le Wall Street Journal, citant des sources familières avec la question.

L'entrée de la monnaie nationale chinoise dans les contrats de pétrole brut réduirait la domination du dollar sur le marché mondial, et marquerait un pas en direction de l'Asie en tant que grand exportateur mondial.

La Chine achète plus de 25 % des exportations de brut de l'Arabie saoudite. Si elles sont payées en yuan, les ventes renforceront le prestige du yuan dans le monde.

Le ministre russe des Finances, Anton Siluanov, a déclaré que "nous avons les ressources nécessaires pour payer nos dettes". Le Kremlin affirme que les sanctions sont une occasion pour la Russie d'acquérir une plus grande indépendance.

 

jeudi, 24 mars 2022

Le coup de Poutine sur le gaz, le pétrole et le rouble, qui rend plus difficiles les sanctions européennes

Putin demanded oil payments be made in rubles.jpg

Le coup de Poutine sur le gaz, le pétrole et le rouble, qui rend plus difficiles les sanctions européennes

Federico Giuliani

Source: https://it.insideover.com/economia/la-mossa-di-putin-su-gas-petrolio-e-rublo-che-inguaia-le-sanzioni-europee.html

Renforcer le rouble, limiter davantage le poids des sanctions économiques et jouer un tour à l'Europe. La Russie n'acceptera plus de paiements en dollars et en euros pour son gaz livré à l'Europe, mais uniquement en roubles. Le président russe Vladimir Poutine l'a déclaré lors d'une réunion du gouvernement, en dévoilant ainsi une carte surprise de son jeu.

"J'ai décidé de mettre en œuvre une série de mesures visant à transférer le paiement de nos fournitures de gaz aux pays hostiles (c'est-à-dire ceux qui ont mis en œuvre des sanctions contre Moscou) en roubles russes", a déclaré le chef du Kremlin, ordonnant que les changements soient mis en œuvre dès que possible. La Banque centrale et le Cabinet des ministres doivent déterminer dans un délai d'une semaine la procédure à mettre en œuvre".

"Cela n'a aucun sens pour nous de livrer nos marchandises à l'Union européenne et aux États-Unis et de recevoir des paiements en dollars, en euros ou dans d'autres devises", a fait valoir M. Poutine, laissant entendre que la Russie commencera à n'accepter que des roubles en échange de la vente de gaz naturel, avec la perspective d'appliquer cette mesure à d'autres matières premières également.

Les effets de l'annonce

Hier, suite aux déclarations de Poutine, le prix du gaz a augmenté. À Amsterdam, après un bond à 119 € par Mwh, les prix ont chuté à 115 €, soit une hausse de 17 % par rapport à la clôture d'hier. À Londres, le prix s'est établi à 273 pence par Mmbtu (+16,8%). Après avoir atteint un pic à environ 132,25 € par mégawattheure, le prix du gaz au hub néerlandais Ttf continue d'augmenter, bien qu'avec un léger ralentissement.

Capture-29.jpg

À tout cela, il faut ajouter le fait que la Russie continuera à fournir du gaz selon les volumes et les prix fixés dans les contrats précédents, "car le pays tient à sa réputation de partenaire et de fournisseur fiable". Autre effet des paroles de Poutine : le rouble a repris de la valeur à la bourse de Moscou. Presque comme par magie, ces dernières heures, il s'échangeait à 100 contre le dollar, contre 75 dans la période précédant la guerre en Ukraine.

Les réactions de l'Europe

Pour l'instant, il n'y a pas de réactions officielles de l'Union européenne. L'Allemagne a toutefois réagi, par l'intermédiaire du ministre allemand de l'économie Robert Habeck. "Ce serait une rupture de contrat si la Russie insistait pour que les achats de gaz des pays de l'UE soient désormais payés en roubles", a-t-il déclaré. L'Allemagne, a ajouté le ministre Habeck, "consultera ses partenaires européens pour évaluer si la demande du président russe Vladimir Poutine signifie qu'elle n'est plus un partenaire stable".

Depuis l'Italie, l'économiste et conseiller du Palazzo Chigi Francesco Giavazzi a expliqué que "payer le gaz russe en roubles reviendrait à contourner les sanctions. Il n'y a pas de décision" de la part du gouvernement, "mais je pense que nous continuerons à le payer en euros".

Le coup de Poutine

Au début, il semblait que le geste de Poutine était une tentative désespérée d'alléger le poids des sanctions. C'est le cas, mais il n'y a pas du tout de désespoir dans la démarche du Kremlin, c'est en pleine conscience de frapper l'Europe et de s'en moquer en même temps que ce geste a été posé.

Pourquoi la Russie préfère-t-elle soudainement être payée en roubles plutôt qu'en dollars ou en euros, c'est-à-dire en deux monnaies beaucoup plus fortes que la très faible monnaie russe ? Le raisonnement de Poutine est simple : pour continuer à acheter du gaz russe, il faudra bientôt payer en roubles. Les pays européens devront donc, d'une manière ou d'une autre, en récupérer suffisamment pour pouvoir régler d'énormes comptes. Et le seul moyen d'accumuler suffisamment de roubles sera de frapper à la porte de la Banque centrale russe et de demander de changer les euros en roubles. De son côté, la Banque sera heureuse de mettre ces roubles sur la table en échange de devises précieuses.

En d'autres termes, désormais, en achetant du gaz russe, les pays européens n'engraisseront plus les poches des entreprises proches du Kremlin ou contrôlées par lui, mais directement l'État russe. Ainsi, malgré les sanctions, Moscou pourra continuer à rafler des euros et des dollars : 1) soutenir l'économie russe qui risque de faire défaut ; 2) payer les dépenses de guerre ; et 3) rembourser la dette extérieure. Si les plans de Poutine fonctionnent, le bloc occidental court le risque d'une défaite financière. Oui, car à ce moment-là, les sanctions "rebondiraient" sur la Russie, générant le plus classique des effets boomerang.

jeudi, 17 février 2022

Le grand jeu de l'énergie : l'accord Xi-Poutine qui effraie l'Europe

180608171122-01-xi-jinping-vladimir-putin-june.jpg

Le grand jeu de l'énergie : l'accord Xi-Poutine qui effraie l'Europe

Federico Giuliani

Source: https://it.insideover.com/energia/il-grande-gioco-dellenergia-laccordo-xi-putin-che-spaventa-leuropa.html

Si le renforcement des liens politiques sino-russes est un avertissement pour les États-Unis et l'OTAN, les accords économiques consolidés lors de la dernière rencontre entre Xi Jinping et Vladimir Poutine sont un message direct à l'Europe. L'UE doit maintenant faire ses propres calculs, notamment en termes d'avantages et d'inconvénients énergétiques, et choisir à quelle croisade elle se joindra. Est-ce celle prêchée à Washington, qui continue à diaboliser Moscou en alimentant l'hypothèse d'une invasion russe en Ukraine ? Ou, au contraire, choisira-t-elle la croisade entreprise par le véritable nouvel ordre mondial, réuni en grande pompe dans les tribunes du stade national de Pékin, théâtre des Jeux d'hiver de 2022 en Chine ? Il y aurait aussi une troisième voie : utiliser le pragmatisme pour éviter, comme nous le verrons, de se retrouver dans des sables mouvants.

Il va sans dire que l'Union européenne, entendue comme une institution supranationale, n'a pas la moindre intention de trahir ses valeurs libérales, démocratiques et atlantistes; mais il est tout aussi vrai qu'épouser de trop près le combat de Joe Biden - une question qui semble, à la rigueur, ne concerner que les États-Unis - pourrait conduire à une aggravation de la tempête énergétique qui se prépare depuis quelques semaines. Oui, car l'Europe est dépendante des importations de gaz naturel russe, lequel hydrocarbure est fondamental pour l'approvisionnement en énergie et donc pour répondre aux besoins quotidiens de la population, notamment pour cuisiner et chauffer les maisons.

Il va sans dire qu'en cas d'une hypothétique implication militaire en Ukraine contre la Russie ou d'un renforcement des sanctions, le Vieux Continent se trouverait exposé à de probables représailles économiques de la part de Moscou. À ce moment-là, Poutine aurait tout le pouvoir de fermer les robinets des gazoducs russes vers l'Europe pour acheminer le précieux combustible vers la Chine, où la soif d'énergie est grande. Entre-temps, les Jeux olympiques d'hiver ont sanctionné un nouveau rapprochement tous azimuts entre la Chine et la Russie, qui "s'opposent à un nouvel élargissement de l'OTAN et appellent l'Alliance de l'Atlantique Nord à abandonner ses attitudes idéologiques de la guerre froide" et à "respecter la souveraineté, la sécurité et les intérêts des autres pays".

gaz-russe.jpg

Le gaz russe en Europe

Il est inutile de faire comme si de rien n'était : l'Union européenne est largement dépendante du gaz naturel russe. Les données les plus récentes d'Eurostat, qui remontent à 2019, ont montré que l'UE importait 41,1 % de son gaz de Moscou. Ensuite, bien sûr, la situation varie d'un pays à l'autre, avec des gouvernements à la merci des humeurs du Kremlin et d'autres capables, du moins en partie, de s'extraire d'une dépendance pesante. Selon les données du ministère de la Transition écologique, en 2020, l'Italie importerait 41,1 % de son gaz naturel de Russie, 22,8 % d'Algérie et environ 10 % de Norvège et du Qatar. Pas besoin de calculatrice pour comprendre qu'en cas de coupures russes, Rome perdrait une bonne moitié de ses importations de gaz, avec des effets indésirables sur toute la chaîne économique et des répercussions sur la vie quotidienne des citoyens.

Mais il y a même ceux qui pourraient se retrouver sans gaz : c'est le cas de la Macédoine du Nord, de la Moldavie et de la Bosnie, dont les importations de gaz proviennent à 100% de la Russie, de la Finlande (94%), de la Lituanie (93%), de la Serbie (89%) et de l'Estonie (79%) ; l'Allemagne est "exposée" à 49%, tandis que l'Autriche et la France le sont respectivement à 64% et 24%. En bref, si le scénario ukrainien devait s'aggraver - on pense à une guerre ou à une augmentation des sanctions russes lancées par Bruxelles - il n'est pas exclu que Moscou vende tout son gaz à la Chine. Ainsi, au milieu des États-Unis et de la Russie, deux ports de fer, l'Europe risque de se retrouver comme un pauvre pot de terre et de payer les conséquences les plus coûteuses d'une éventuelle augmentation des tensions internationales.

Pétrole et gaz : les derniers accords entre la Chine et la Russie

La Chine et la Russie ont montré qu'elles étaient sérieuses. Entre-temps, les deux pays, comme le rappelle Reuters, ont signé des accords pétroliers et gaziers d'une valeur de 117,5 milliards de dollars (une part appelée à augmenter, probablement dans un jeu à somme nulle avec l'Europe), ainsi qu'un échange total en 2021 de 146,8 milliards de dollars (contre 107,8 milliards en 2020 et 65,2 en 2015). En ce qui concerne le pétrole, le géant russe Rosneft, dirigé par Igor Sechin, a signé un accord avec la société chinoise CNPC pour fournir 100 millions de tonnes d'or noir via le Kazakhstan d'ici les dix prochaines années, prolongeant ainsi un accord existant. Valeur de l'opération : les Russes ont parlé de 80 milliards de dollars.

8260244f838ebec0209f38025342b413.jpg

Cela nous amène au deuxième accord, celui qui concerne le gaz. Le géant russe Gazprom s'est engagé à fournir aux Chinois de CNPC 10 milliards de mètres cubes de gaz par an via une route située dans l'Extrême-Orient russe, prévoyant de porter les exportations de gaz vers la Chine à 48 milliards de mètres cubes par an (mais on ne sait pas quand ; selon les plans précédents, la Russie devait fournir à la Chine 38 milliards de mètres cubes d'ici 2025). De ce point de vue, il est intéressant de s'attarder sur l'"itinéraire" cité par Moscou. De telles déclarations pourraient en fait impliquer la décision de construire un second pipeline dédié aux besoins de Pékin, capable d'accompagner le gazoduc Power of Siberia déjà existant. Rappelons que la Russie envoie déjà du gaz à la Chine via ce gazoduc dit Power of Siberia susmentionnée, qui a commencé à pomper des fournitures de gaz naturel liquéfié en 2019, et qui, pour la seule année 2021, a exporté 16,5 milliards de mètres cubes de gaz et de gaz liquide au-delà de la Grande Muraille. Si l'on considère que le prix moyen de 1000 mètres cubes de gaz est d'environ 150 dollars, le dernier pacte signé entre Poutine et Xi - à long terme, pour une durée de 25 ans - pourrait valoir environ 37,5 milliards de dollars.

À cet égard, il est important d'apporter quelques précisions. Tout d'abord, le réseau Power of Siberia n'est actuellement pas relié aux gazoducs qui acheminent le gaz vers l'Europe. Toutefois, il n'est pas exclu que le second gazoduc vanté par le Kremlin puise dans la péninsule de Yamal, le même gisement d'où provient une grande partie du gaz destiné au marché européen. D'autres rumeurs affirment que le nouvel accord avec Pékin concerne le gaz russe de l'île de Sakhaline, dans le Pacifique, qui sera transporté par gazoduc à travers la mer du Japon jusqu'à la province de Heilongjiang, dans le nord-est de la Chine, pour atteindre jusqu'à 10 milliards de mètres cubes par an vers 2026. Ensuite, et c'est peut-être le plus important, dans le face-à-face avec l'UE, Poutine a envoyé un message fort et clair. La construction éventuelle d'une nouvelle ligne destinée à l'Est indiquerait les nouveaux plans de Moscou. De plus en plus orientée vers l'Asie et de moins en moins vers l'Occident.

dimanche, 16 janvier 2022

L'attitude tacite de Biden : ce qui change en Méditerranée

thumbs_b_c_6e2bd49357a6e244ebf4c6ee714da636.jpg

L'attitude tacite de Biden : ce qui change en Méditerranée

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/politica/mossa-silenziosa-biden-cosa-cambia-mediterraneo-east-med-gas.html

Le gaz est un problème qui touche non seulement l'Europe orientale, mais aussi la Méditerranée orientale. Les routes de l'or bleu, en effet, dessinent des lignes géopolitiques qui touchent le Vieux Continent sous différents angles. Et l'une d'entre elles, d'une importance fondamentale bien que récemment oubliée, est celle qui relie le Moyen-Orient à l'Union européenne. Ou plutôt, qui devrait connecter ces deux espaces géographiques. Pour le rêve d'East-Med, c'est-à-dire le projet de gazoduc qui devrait relier les gisements du Levant à l'Europe via Chypre et la Grèce, il n'y a pour l'instant aucune trace. Et ces derniers jours, malgré les différents mémorandums qui ont sanctionné l'axe entre Israël et ses deux partenaires européens, une douche glacée est arrivée directement des Etats-Unis.

eastmed-1024x795.png

Les médias grecs avaient parlé d'un document officieux circulant dans les couloirs de la diplomatie américaine et montrant le désintérêt de Washington pour le projet. Selon ceux qui ont vu le document, East Med est considéré comme un projet excessivement coûteux et peu pratique, qui commence à déplaire même à Jérusalem. L'hypothèse avait suscité de l'inquiétude à Athènes, convaincue de l'importance du projet également comme symbole de sa propre position cruciale en tant que plaque tournante énergétique aux yeux de l'Union européenne et des États-Unis. Et quelques jours plus tard, un autre document, une déclaration parue sur le site web de l'ambassade américaine en Grèce, semble avoir confirmé les craintes des Grecs et des Chypriotes.

Dans cette "déclaration", le gouvernement américain, en plus de réitérer son intérêt pour la sécurité énergétique de l'Europe et d'exprimer son implication dans la coopération entre Chypre, la Grèce et Israël, fait une distinction. D'une part, il rassure que Washington s'engage "à connecter physiquement l'énergie de la Méditerranée orientale à l'Europe", mais d'autre part, il révèle que "notre attention", c'est-à-dire celle du département d'État, "se déplace vers les interconnexions électriques capables de supporter à la fois le gaz et les sources d'énergie renouvelables". D'où la référence explicite à l'interconnecteur EuroAfrica, un câble sous-marin destiné à transporter l'électricité de l'Égypte vers la Grèce via la Crète, et au projet d'interconnecteur EuroAsia destiné à relier les réseaux électriques israélien, chypriote et grec.

L'administration américaine met l'accent sur la question de la transition énergétique. Mais c'est un profil qui pour l'instant semble plutôt en retrait, puisque le gaz serait encore une source majeure d'énergie. Comme l'a montré l'affrontement autour de Nord Stream 2, le gazoduc reliant l'Allemagne à la Russie et évitant les pays baltes tout en les longeant, la question des routes du gaz est purement politique. Il est donc tout à fait clair que la stratégie énergétique de l'Amérique en Méditerranée orientale repose sur des hypothèses qui dépassent la question de la transition et sont plutôt d'ordre géopolitique.

nord-stream-germania-russia-10.png

Le projet East-Med est l'un des éléments qui pourraient créer des problèmes de stabilité dans une zone aussi délicate pour les Etats-Unis que la Méditerranée orientale.

La Turquie, en particulier, a depuis longtemps fait savoir qu'elle considérait cette ligne de gazoducs sous-marins comme un objet de conflit avec ses partenaires du Moyen-Orient et d'Europe.

Le fait d'être "contourné" par rapport aux routes énergétiques du Levant et d'être exclu de la diversification énergétique de l'Europe est une question très importante pour la stratégie de Recep Tayyip Erdogan. Et la Turquie, avec le passage sur son territoire des gazoducs du Caucase et de la mer Noire, a toujours tenu à souligner son propre rôle de plaque tournante énergétique pour l'Europe qu'elle entend réaffirmer à l'avenir. Le fait d'avoir coupé Ankara de ces routes, qui passent par l'île de Chypre, occupée dans sa partie septentrionale par les troupes turques, bouleverse l'agenda du sultan, mais représente également un danger pour divers stratèges turcs en dehors du circuit Erdogan.

Cette décision de l'ambassade des États-Unis en Grèce d'éviter de parler d'East-Med mais de se concentrer sur les interconnexions électriques - qui excluent également la Turquie, mais n'ont jamais été considérées comme une priorité de la politique turque - pourrait donc être lue comme un signe de stabilisation des relations avec Ankara. Une lecture qui ne plaît pas aux Grecs en particulier, qui craignent que la Turquie ne se repositionne sur la liste des alliés des États-Unis après les nombreux accrochages qu'elle a eus tant sur le plan militaire que diplomatique.

samedi, 08 janvier 2022

Les prix du gaz liquéfié américain s'envolent en Europe 

1438243102_GTT-construira-deux-methaniers-pour-Teekay_grand.jpg

Les prix du gaz de schiste américain s'envolent en Europe 

Par Eduardo Vior

Source: https://dossiersul.com.br/precos-do-gas-liquefeito-dos-eua-disparam-na-europa-eduardo-vior/

Après que la ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, a déclaré dimanche (12 décembre 2021) dans un reportage sur la chaîne de télévision publique (ZDF) que le gazoduc Nord Stream 2 "ne peut pas encore être homologué", les prix du gaz en Europe ont à nouveau fortement augmenté, ce qui a profité aux importateurs de gaz naturel liquéfié (GNL) des États-Unis.

Le prix du gaz a atteint un nouveau record le lundi 13 décembre. Les contrats pour le 14 décembre ont atteint un niveau record de 118 euros par mégawattheure (MWh) dans l'après-midi. C'est une bonne dizaine de pour cent de plus que le vendredi. Les observateurs du secteur ont cité les déclarations du ministre des affaires étrangères comme raison de cette augmentation.

Interviewée par le journal Heute de la ZDF, elle a souligné que le gazoduc "ne répond pas aux exigences de la législation européenne en matière d'énergie et que, de toute façon, les questions de sécurité ne sont pas résolues".

Dans leur accord de coalition, le Parti social-démocrate (SPD), les Verts et le Parti libéral-démocrate (FDP) ont déterminé que les projets énergétiques sont soumis à la législation européenne, "et cela signifie que dans la situation actuelle, ce gazoduc ne peut pas être approuvé parce qu'il ne répond pas aux exigences de la législation européenne sur l'énergie et que, de toute façon, les questions de sécurité ne sont pas résolues", a déclaré l'élue des Verts. L'argument est que le consortium Nord Stream AG est enregistré en tant que société suisse et non dans un pays de l'UE, mais ce n'est pas nouveau : on le sait depuis que l'État allemand a accepté d'établir la connexion.

Qu'en est-il du principe de continuité juridique et de l'obligation des États de respecter leurs engagements ?

M. Baerbock a ajouté que les États-Unis et l'ancien gouvernement allemand avaient discuté "du fait qu'en cas de nouvelle escalade de la tension en Europe de l'Est, ce pipeline ne pourrait pas être connecté au réseau". Elle faisait référence à la situation tendue à la frontière russo-ukrainienne.

2019-09-26T011821Z_1_LYNXMPEF8P02B_RTROPTP_3_JAPAN-LNG.JPG

Le pipeline reliant la Russie à l'Allemagne a été achevé il y a quelques semaines. L'Agence fédérale des réseaux a jusqu'à début janvier pour se prononcer sur la licence d'exploitation du gazoduc, par lequel jusqu'à 55 milliards de mètres cubes de gaz naturel seront fournis annuellement de la Russie à l'Allemagne.

L'actuelle ministre s'était déjà prononcée contre Nord Stream 2 pendant la campagne électorale précédant les élections pour le Bundestag. Cependant, le nouveau chancelier Olaf Scholz n'a pas encore pris de position claire sur la question.

Le scénario le plus probable est que la confirmation réglementaire finale pourrait être prolongée jusqu'à la fin du troisième trimestre, voire du quatrième trimestre de 2022, mais si le conflit entre la Russie et l'OTAN au sujet de l'Ukraine s'intensifie, la pression exercée par les États-Unis et les États d'Europe de l'Est sur le gouvernement allemand pour geler le projet augmentera probablement.

Pour les Verts et Annalena Baerbock, ce serait un grand succès de politique étrangère. La décision du gouvernement reste toutefois indécise, car il existe encore quelques partisans de premier plan du gazoduc au sein de la SPD, comme la ministre-présidente de la région de Mecklembourg-Poméranie occidentale, Manuela Schwesig (photo).

Manuela_Schwesig_(15321053638).jpg

On peut se demander quelles sont les alternatives au gaz russe. Malgré l'expansion des énergies renouvelables, l'Allemagne et les autres pays de l'UE resteront dépendants des importations de gaz et de pétrole dans un avenir prévisible, d'autant plus que, selon l'accord fondateur du nouveau gouvernement de coalition, la République fédérale entend avancer l'abandon progressif de la production d'électricité à partir du charbon ainsi que la fin de l'énergie nucléaire. "Idéalement, cet objectif devrait être atteint d'ici 2030", indique l'accord.

Si l'autorisation est retardée et que l'hiver est d'un froid glacial, les importations de gaz liquéfié en provenance des États-Unis, qui est principalement produit à l'aide de la méthode de fracturation hydraulique, nuisible à l'environnement, augmenteront.

En sa qualité de ministre de l'économie de la grande coalition, l'actuel chancelier Olaf Scholz a offert, à l'automne dernier, son soutien aux États-Unis pour l'importation de gaz naturel américain via la mer du Nord, parallèlement à la construction de Nord Stream 2.

L'opposition des écologistes et de l'ensemble de la presse atlantiste au gazoduc profite non seulement aux importations de gaz américain et renforce le bloc anti-russe en Europe, mais contribue également à justifier les opérations militaires de l'UE en Afrique.
Dans une récente étude, Greenpeace accuse l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne d'avoir dépensé plus de 4 milliards d'euros depuis 2018 pour sécuriser militairement les importations de pétrole et de gaz. Selon l'enquête, cinq des huit missions militaires de l'UE ont cet objectif. La mission "Irini" le long des côtes libyennes en est un exemple. Alors qu'elle est censée surveiller le respect de l'embargo sur les armes imposé par les Nations unies à la Libye, elle contrôle et réglemente également les exportations illégales de pétrole volé en provenance du pays d'Afrique du Nord.

startbild-atalanta.jpg

De même, l'opération Atalante dans la Corne de l'Afrique protège les nombreux transports de pétrole et de gaz du Golfe vers l'Europe via la mer Rouge. L'Allemagne a maintenant un ministre des affaires étrangères qui, en tant que membre de l'opposition au Bundestag, avait approuvé la participation de l'Allemagne à "Atalanta".

M. Baerbock était alors en minorité dans son groupe parlementaire, mais on peut s'attendre à ce que les Verts, en tant que partenaires gouvernementaux de la SPD et de la FDP, acceptent à nouveau rapidement les missions militaires que le gouvernement fédéral jugera nécessaires. D'autant plus qu'ils sont commandés par l'UE, dont la trajectoire est décrite par Baerbock comme une "success story".

Dans le contexte européen, l'industrie allemande est aujourd'hui à l'avant-garde de la transition vers l'utilisation intégrale des sources d'énergie renouvelables, mais le financement de cette transition dépend des bonnes relations de l'Allemagne avec la Russie et de son accès continu au marché chinois, son principal partenaire commercial et économique.

En outre, le Bundestag a décidé en 2012 de fermer toutes les centrales nucléaires d'ici 2022 et le contrat de coalition actuel a accepté d'avancer à 2030 la limite de l'utilisation du charbon comme combustible. Parallèlement, à mesure que les sources d'énergie alternatives (vent, eau, hydrogène, etc.) se développent et que l'ensemble de la société s'adapte pour les utiliser, l'industrie augmentera sa consommation de gaz.

Le second gazoduc traversant la mer Baltique a pour fonction de sécuriser l'approvisionnement en gaz pendant la transition. Les partisans de l'alliance atlantique affirment qu'elle créera une dépendance de la stratégie européenne vis-à-vis de la Russie. Ils renforcent cet argument en faisant référence à la crise de l'Ukraine, arguant que si Poutine envahit ce pays voisin, il est impossible d'autoriser un gazoduc qui donnerait à la grande puissance continentale le pouvoir principal sur l'approvisionnement en énergie de l'Europe centrale et occidentale.

L'erreur de cet argument est que la Russie n'a pas l'intention d'envahir l'Ukraine en raison du coût d'une telle opétation, que c'est l'Allemagne qui souffrira le plus si le pipeline déjà terminé n'est pas mis en service (outre les amendes qu'elle devra payer) et que les États-Unis seront les seuls bénéficiaires de toute l'affaire. La République fédérale pourrait payer très cher l'environnementalisme atlantiste de son ministre des affaires étrangères et de l'UE.

***

Eduardo Vior est un politologue argentin.

Originellement dans telam.com.ar

lundi, 18 octobre 2021

La Syrie est de retour dans la diplomatie du Moyen-Orient

siria2.jpg

La Syrie est de retour dans la diplomatie du Moyen-Orient

Yunus Soner*

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/geoestrategia/35507-2021-10-05-10-09-09

La République arabe syrienne fait un retour progressif sur le théâtre diplomatique du Moyen-Orient. Après la victoire militaire sur les principales composantes des groupes armés, les accords de cessez-le-feu conclus avec les groupes restants dans le cadre du processus d'Astana et après les élections présidentielles de mai 2021, remportées par le président sortant Bachar el-Assad, le gouvernement syrien a établi un contrôle incontesté sur la majeure partie du pays, à l'exception des régions situées au nord et à l'est de l'Euphrate.

L'établissement d'un contrôle et d'une autorité incontestés s'accompagne de l'accélération des contacts diplomatiques de la Syrie avec les pays voisins.

Syrie - Égypte : les ministres des affaires étrangères se rencontrent pour la première fois depuis 10 ans

Le dernier développement dans la réintégration diplomatique de la Syrie dans le monde arabe a eu lieu à New York lors de l'Assemblée générale des Nations unies, lorsque les ministres des affaires étrangères de l'Égypte et de la Syrie se sont rencontrés.

Bien que le gouvernement égyptien mis en place après la chute de Mohammed Morsi ait annoncé son soutien à la Syrie à plusieurs reprises, et que le président Al Sisi ait même déclaré "soutenir l'armée syrienne" au milieu des affrontements en cours en 2016, la récente réunion était la première réunion officielle depuis 10 ans ... .

Cette réunion était la première du genre depuis que l'adhésion de la Syrie à la Ligue arabe a été gelée en 2011. Il reflète également un réchauffement des relations entre Damas et Le Caire qui comprend des mesures concrètes et des pays tiers arabes.

Liban - Syrie : Beyrouth envoie une délégation gouvernementale à Damas, ce qui conduit à un accord multilatéral

Le 4 septembre, le gouvernement libanais a envoyé une délégation à Damas, la "visite de plus haut niveau depuis des années", comme l'a observé Al Jazeera.

La délégation était dirigée par Zeina Akar, vice-premier ministre et ministre de la défense, et comprenait le ministre des finances Ghazi Wazni, le ministre de l'énergie Raymond Ghajar et le chef de l'Agence de sécurité générale Abbas Ibrahim.

Cette visite avait pour toile de fond la crise énergétique du Liban et une proposition visant à la résoudre en exportant du gaz d'Égypte vers Beyrouth via la Jordanie et la Syrie.

L'idée était de réactiver le gazoduc arabe qui va de l'Égypte au Liban en passant par la Jordanie et la Syrie. Le transport de gaz par ce gazoduc avait été interrompu en 2011 après la chute de Moubarak au pouvoir en Égypte.

siria3.jpg

Le gazoduc arabe de l'Égypte au Liban - graphiques de l'EIA

Peu après la visite de la délégation libanaise, une autre réunion a eu lieu entre le ministre jordanien de l'énergie et des ressources minérales, Hala Zawati, le ministre égyptien du pétrole et des ressources minérales, Tarek El Molla, le ministre syrien du pétrole et des ressources minérales, Bassam Tohme, et le ministre libanais sortant de l'énergie et de l'eau, le Dr Raymond Ghajar, le 9 septembre en Jordanie.

Le ministre jordanien de l'énergie et le ministre égyptien de l'énergie ont confirmé l'accord, pour lequel un plan d'action et un calendrier sont en cours d'élaboration.

La compagnie gazière publique égyptienne a déjà informé ses partenaires, Shell et Petronas, que les livraisons de GNL au Liban seraient interrompues "avec effet immédiat", selon le Journal of Petroleum Technology.

Une percée contre les sanctions américaines contre la Syrie

Le journal, ainsi que les médias internationaux, ont souligné que l'accord gazier constituait une violation des sanctions américaines existantes à l'encontre de la Syrie, qui interdisent les transactions avec le gouvernement syrien et avaient bloqué les précédentes tentatives de livraison de gaz égyptien au Liban en raison de son passage par la Syrie.

Un sénateur américain en visite au Liban début septembre, Chris Van Hollen, a déclaré à Reuters : "La complication, comme vous le savez, est le transport à travers la Syrie. Nous cherchons (de toute urgence) des moyens d'y remédier malgré la loi de César", en référence aux sanctions américaines.

Entre-temps, le Hezbollah libanais avait également enfreint les sanctions américaines en livrant du pétrole iranien au Liban via la Syrie en septembre.

L'Arab Weekly commente l'accord: "Pour aider le Liban à résoudre sa crise de l'électricité, Washington devra accorder à Assad une certaine reconnaissance et une certaine attention, un prix que l'administration Biden semble prête à payer. Le plan américain n'améliorera que marginalement la situation de l'électricité au Liban. La mesure dans laquelle cela profite à Al-Assad est incommensurable.

La Deutsche Welle allemande s'interroge déjà: "Accord de pouvoir au Liban: le début de la fin de l'isolement de la Syrie?".

Des équipes techniques syriennes et jordaniennes ont déjà commencé à inspecter le pipeline existant, rapporte l'agence de presse syrienne SANA.

Normalisation avec la Jordanie

Mais la normalisation avec la Jordanie voisine va bien au-delà de l'accord. Le ministre syrien de la défense et le chef d'état-major de l'armée jordanienne se sont rencontrés en tête-à-tête lors d'une rare rencontre entre les chefs des forces armées des deux pays le 19 septembre.

La réunion fait suite à une offensive militaire syrienne dans la ville de Deraa, au sud de Damas, une zone d'instabilité située à 13 kilomètres au nord de la frontière avec la Jordanie.

Le 28 septembre, les réunions ministérielles syro-jordaniennes ont repris dans la capitale jordanienne d'Amman pour discuter des moyens d'améliorer la coopération bilatérale entre les deux pays dans les domaines du commerce, des transports, de l'électricité, de l'agriculture et des ressources en eau.

Le même jour, le Premier ministre jordanien Bishr al-Khasawneh a souligné l'importance de renforcer les relations de coopération et de coordination entre la Jordanie et la Syrie dans divers domaines pour servir les intérêts communs des deux pays et peuples frères, rapporte SANA.

Parallèlement, la Jordanie a annoncé qu'elle allait ouvrir complètement sa frontière avec la Syrie, reprendre les vols de passagers entre Amman et Damas et lever les restrictions sur le transit des marchandises à destination de la Syrie.

Dans l'ensemble, la Syrie progresse à grande vitesse vers la normalisation de ses relations avec ses voisins. Le pays bénéficiera ainsi d'un nouvel élan diplomatique et économique qui lui permettra de s'attaquer aux principales tâches qui l'attendent : l'occupation américaine à l'est, les organisations terroristes séparatistes et djihadistes, et les relations tendues avec son principal voisin du nord, la Turquie.

En termes de contrôle des armes diplomatiques, Damas est en train de gagner en puissance. Que la nouvelle reconnaissance arabe de la Syrie soit utilisée à l'avantage ou au désavantage d'Ankara dépend principalement du gouvernement turc.

*Yunus Soner, politologue, ancien vice-président du parti Vatan (Turquie), a participé à des visites diplomatiques en Chine, en Syrie, en Iran, en Egypte, en Russie, au Venezuela, à Cuba et au Mexique, entre autres.

Source : https://uwidata.com/21263-syria-is-back-in-middle-eastern-diplomacy/

vendredi, 15 octobre 2021

La pseudo-religion du pétrole et du gaz

course-pic.png

La pseudo-religion du pétrole et du gaz

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/es/article/la-pseudo-religion-del-petroleo-y-el-gas

Les prix du gaz ont explosé en Europe et battent tous les records. Et ce, malgré les attaques incessantes contre Nord Stream 2 et la publicité qui cherche à imposer l'agenda vert. Le coût de mille mètres cubes de gaz naturel est actuellement d'environ 1500 dollars, ce qui signifie que le prix a quintuplé au cours des deux dernières années. Toutefois, les experts affirment que les prix continueront à augmenter, pour atteindre 2000 dollars en hiver. D'autre part, l'Europe est contrainte d'importer du charbon de Russie.

Bien sûr, on est tenté de dire avec sarcasme que nous assistons aujourd'hui aux exploits de Greta Thunberg, mais cela n'a pas d'importance et nous ferions mieux de nous concentrer sur des questions beaucoup plus profondes, comme celle de savoir pourquoi nous avons créé une civilisation industrielle basée sur le pétrole et le gaz, ou quel bien l'industrialisation et le triomphe des machines et de la technologie nous ont fait. À quoi bon vivre dans une civilisation technique qui ne peut subsister sans l'extraction constante d'un liquide noir et épais né des millions de cadavres de petites créatures disparues il y a plusieurs milliers d'années, ou qui a besoin d'un air souterrain lourd et nauséabond, nuisible à l'atmosphère ?

L'humanité est entrée dans l'ère des machines à l'aube des temps nouveaux et, à l'heure actuelle, l'être humain a été assujetti à la puissance du pétrole et du gaz, car sinon nous ne pourrions rien produire. Tant Gazprom que Rosneft  - et des entreprises similaires à l'étranger -  sont devenus les représentants d'une nouvelle religion où le gaz et le pétrole sont la vérité ultime, la mesure de toutes choses et la définition même du pouvoir. Notre histoire a été complètement réduite à l'extraction de ressources et nous sommes prêts à nous soumettre à cette réalité. Toutes les guerres d'aujourd'hui sont des guerres pour les ressources naturelles et, avant tout, pour le pétrole. Gas über alles.

Ne sommes-nous pas dégoûtés par tout cela ? La civilisation industrielle mécanique ne connaît que des valeurs aussi noires que le pétrole et aussi malodorantes que le gaz. Tous deux représentent les couleurs et les odeurs des enfers: les rivières de l'enfer et l'odeur du soufre. Igor Letov, dans son album The Russian Experimental Field, dit ouvertement que désormais "l'éternité sent le pétrole". C'est l'éternité dont parle Svidrigailov (1): les champs infinis, sans fin, dans lesquels l'éternelle recherche de ressources nous a conduits et où le temps s'étire comme un fleuve sombre sans finalité, sans but ni grâce.

81oHo+zwoPL._SS500_.jpg

Alors, pourquoi nous réjouissons-nous de la hausse du prix de l'essence ? Le patriote se réjouit toujours des triomphes de son pays, mais cela ne se produit que lorsque le pays - principalement ses autorités et son élite - a un objectif, une idée, une éthique et une esthétique liés à la vérité. Avoir comme modèle un pays basé sur l'extraction de ressources naturelles, particulièrement inondé de pétrodollars et de roubles provenant de l'extraction de gaz, sans parler des vieux fonctionnaires ridés de Gazprom comme modèles de "la vie est parfaite", est répugnant et même avilissant. En revanche, le patriotisme se réjouit du triomphe de la Croix, de la victoire militaire, des œuvres d'un génie, des familles heureuses et des bébés en bonne santé qui grandissent et boivent du lait. Le sifflement de l'air sulfureux provenant d'un gazoduc qui brûle du gaz et le rejette dans l'atmosphère parce qu'il est consommé par des philistins et des immigrants européens ne fait pas partie de notre fierté nationale, ou du moins ne devrait pas en faire partie.

C'est pourquoi nous avons besoin d'une autre civilisation qui ne soit pas fondée sur la technique, mais sur l'existentiel, l'ontologique, l'esthétique et sur un principe humain et supra-humain. Nous n'en appelons pas à l'écologie, puisque ceux qui la promeuvent aujourd'hui sont ceux-là mêmes qui ont conçu et créé ce monde technique qu'ils ont maintenant décidé d'adapter à leurs nouveaux besoins. Nous ne devons pas nous fier à l'écologie propagée par les disciples de Soros et autres mondialistes. L'économie verte n'est rien d'autre qu'une forme de subversion et son but n'est rien d'autre que de pourrir davantage l'humanité. Avant tout, cette économie verte cherche à affaiblir les principaux rivaux de l'Occident et à les désavantager. C'est son jeu. Cependant, nous ne devons pas nous laisser influencer par le choix qui nous est proposé aujourd'hui : soit la fraternité universelle et la Grande Croissance Verte du monde, soit applaudir la hausse du prix du gaz en Europe.

Nous comprenons que les prix vont augmenter, mais allons-nous faire quelque chose de beau et de sublime avec cet argent ? Allons-nous créer quelque chose de beau ou faire des œuvres de charité avec l'argent que nous recevons ? Allons-nous financer la recherche sur le Logos russe ou soutenir les communautés rurales et les petites paroisses qui sont dispersées sur notre territoire ?

Rien de tout cela ne sera fait et les bureaucrates de Gazprom, ainsi que le reste de l'élite dégénérée russe, utiliseront les bénéfices qu'ils réalisent pour construire de nouvelles villes et des maisons de campagne laides, voyantes et hors de prix. C'est la réalité.

Boulgakov-Serguei.jpgLa dilapidation des ressources naturelles n'est pas une véritable alternative aux projets subversifs et totalement faux proposés par l'économie verte. L'économie ne doit pas être verte, mais humaine et avoir une véritable perspective spirituelle et culturelle, c'est-à-dire être soumise aux valeurs supérieures qu'elle est censée servir. L'économiste russe Sergueï Boulgakov a déclaré que l'économie doit être créative, car le travail élève l'homme au-dessus de lui-même et crée un monde bon et beau qui suit les préceptes de Dieu. Boulgakov a appelé cela Sophia ou la Sagesse de Dieu. L'économie doit avoir ce but et donc être belle et sublime. Tout cela n'a rien à voir avec le dilemme posé par la Grande Reconstruction ou la hausse du prix du gaz.

Le but de l'homme est d'élever ce monde et de laisser le Ciel répandre librement ses rayons sur ce monde sombre. L'économie moderne est une économie infernale, mais l'écologie n'est pas la véritable alternative, c'est Sofia.

Traduction par Juan Gabriel Caro Rivera

Notes :

Arkady Ivanovich Svidrigailov est l'un des personnages centraux du roman de Fyodor Mikhailovich Dostoyevsky, Crime et Châtiment.

mardi, 05 octobre 2021

La Russie contourne l'Ukraine. Du gaz vers la Hongrie via la mer Noire (et les Balkans)

originalgazh.jpg

La Russie contourne l'Ukraine. Du gaz vers la Hongrie via la mer Noire (et les Balkans)

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/energia/la-russia-scavalca-lucraina-il-gas-allungheria-passa-per-mar-nero-e-balcani.html

L'importance stratégique du gaz n'est pas seulement représentée par le pays producteur et importateur, mais aussi par le territoire qu'il traverse. L'Ukraine en sait quelque chose, puisqu'elle a récemment vu le transit de l'or bleu russe vers la Hongrie interrompu. Après le contrat signé par le géant gazier russe Gazprom à Budapest, l'approvisionnement énergétique de la Hongrie ne viendra plus d'Ukraine, mais de Serbie. Le gaz de Moscou empruntera la route de la mer Noire, puis la Turquie, la Bulgarie et enfin la Serbie, pour entrer dans les foyers des Hongrois sans passer par le territoire contrôlé par Kiev.

Le contrat signé par le ministre hongrois des affaires étrangères, Peter Szijjarto, et la directrice générale des exportations du géant gazier russe, Elena Burmistrova, prévoit une fourniture de gaz de 4,5 milliards de mètres cubes par an pendant quinze ans. Après 2036, une nouvelle prolongation peut être négociée.

Pour Budapest, il s'agit d'une livraison d'une importance fondamentale, avant tout parce qu'elle confirme la capacité du gouvernement de Viktor Orban à agir sur plusieurs fronts dans le secteur de l'énergie. Mais ce qui ressort avant tout, c'est le coup porté par le Kremlin au voisin indiscipliné de l'Ukraine, qui, pour la première fois, a été privé des droits de transit du gaz de Moscou vers le pays d'Europe centrale. Un geste qui a un poids spécifique très important dans les relations entre les deux pays, à tel point que Kiev a immédiatement demandé aux États-Unis et à l'Allemagne de sanctionner la Russie pour ce qu'elle considère comme une "utilisation politique" du gaz par son voisin.

La demande ukrainienne, cependant, rompt avec une vérité que Kiev lui-même connaît bien. Dénoncer l'utilisation politique du gaz et de ses approvisionnements, c'est en fait dénoncer quelque chose qui est clair pour tout le monde en Europe et au-delà. Ce n'est pas un hasard si l'Union européenne, ainsi que les États-Unis, ont opté depuis un certain temps déjà pour une politique de diversification des sources d'énergie afin d'éviter la dépendance au gaz russe. Ce n'est pas non plus une coïncidence si l'UE et les États-Unis ont encouragé la création d'Eastmed, un projet de gazoduc visant à acheminer le gaz des champs de la Méditerranée orientale directement vers l'Europe, en contournant la Turquie. On ne peut pas non plus oublier l'opposition absolue des États-Unis à Nord Stream 2, qui relie les champs gaziers russes aux terminaux allemands.

L'idée de diversification vient d'une perspective purement politique ainsi que de la nécessité de se protéger d'un nombre réduit de pays fournisseurs. Mais cela permet de montrer que tout le monde est extrêmement conscient du rôle politique du gaz. Surtout, dans une phase où l'on parle de transition énergétique, mais c'est dans celle où l'or bleu à être le véritable "game-changer" de la politique de nombreuses régions du monde. En commençant par l'Europe de l'Est.

En ce sens, il est clair que recevoir ou ne pas recevoir de gaz russe est un message. Tout comme le fait de le voir passer sur son territoire. Couper à l'Ukraine le droit de passage du gaz vers la Hongrie entraîne une perte d'argent (selon Kiev, totalement injustifiée), mais c'est surtout le signal donné par Moscou d'une nouvelle position sur le front occidental. Il ne faut pas non plus sous-estimer le choix de désigner le Turkish Stream (et ensuite la suite du Balkan Stream) comme un corridor pour le transport de l'or bleu. Ce choix est obligatoire, oui, sur le plan géographique, mais il est également fondamental pour comprendre les relations complexes entre la Russie et la Turquie, comme le confirme la récente rencontre de Recep Tayyip Erdogan avec Vladimir Poutine. Au fil des ans, le président turc a fait preuve d'une certaine proximité avec les intérêts ukrainiens : mais dans le même temps, il ne peut s'empêcher d'exploiter les tensions pour obtenir des droits de transit qui lui seraient autrement refusés. Et pour tisser davantage la toile de l'étrange relation avec le Kremlin.

jeudi, 25 mars 2021

Biden, le tueur des accords gaziers entre la Russie et l'Europe

Gazoduc-carte-min.jpg

Biden, le tueur des accords gaziers entre la Russie et l'Europe

par Alberto Negri

Source : Il Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it/

Que cache les paroles de Biden qui ont provoqué un tel émoi ? La guerre des gazoducs. L'objectif est précis : faire sauter les accords énergétiques sur le gaz entre la Russie, l'Allemagne et l'Europe. Et comme corollaire évident, remplacer le gaz russe, si possible, par du gaz liquéfié américain, même si cela coûte plus cher en transport et en infrastructures. Alors Biden utilise les tons de la guerre froide et les pratiques de châtelain médiéval. En résumé, la guerre est la suivante: les États-Unis veulent frapper Poutine au niveau des revenus énergétiques et nous devons jouer leur jeu et payer de notre poche.

En attaquant Poutine et en le qualifiant d' « assassin », Biden a également lancé un avertissement aux Européens. Si vous prenez le gaz russe viendront les sanctions : la menace, déjà par Trump, n'est pas nouvelle mais cette fois plus explicite, mise noir sur blanc et avec un timing précis. Au moment même où le président américain donnait son interview, le département d'État publiait sur son site Internet une déclaration indiquant que le gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne "est une mauvaise affaire pour l'Allemagne, l'Ukraine et tous les Européens, car il divise le continent et affaiblit la sécurité énergétique européenne".

Et l'ultimatum s’y ajoute immédiatement: "Les entreprises travaillant sur Nord Stream 2 doivent immédiatement abandonner les travaux sur le gazoduc offshore ou elles s'exposeront à des sanctions américaines". Des sanctions qui se traduisent généralement par l'inscription sur une "liste noire", l'impossibilité de travailler et d'avoir des commandes aux États-Unis ou de faire des affaires avec des entreprises américaines, jusqu'à l'interdiction d'effectuer des transactions avec des banques américaines et en dollars. En bref, cela signifie être rayé de la légalité financière, comme cela se passe avec des pays comme l'Iran, Cuba, le Venezuela. Malgré qu’ils sont atlantistes et partenaires des Américains, l'Allemagne et d'autres pays européens - mais ce n'est pas nouveau - sont traités par Washington comme des serfs.

Il est bien entendu que l'insulte de Biden à Poutine est une continuation du conflit énergétique et du conflit d'intérêts qui oppose les États-Unis, la Russie et l'Europe.

5072080.jpg

C'est une étrange coïncidence que les menaces américaines surviennent au moment où les raids français, américains et britanniques sur la Libye de Kadhafi remontent à dix ans : sans ces bombardements, le régime de la Jamahiriya ne serait probablement jamais tombé. Mais à l'époque les intérêts américains, français et britanniques coïncidaient: il s'agissait d'éliminer un Raìs qui détenait des milliards de mètres cubes de réserves de pétrole et de gaz, relié par un gazoduc, le Greenstream, à une moyenne puissance en déclin comme l'Italie, qui en fait, afin de préserver les intérêts de l'ENI, a rejoint les raids après un mois sous le parapluie de l'OTAN, abandonnant un allié qui, le 30 août 2010, avait été reçu à Rome en grande pompe.

La guerre des gazoducs vient de loin. Dans les années 2000, l’ENI et le russe Gazprom avaient construit le gazoduc Blue Stream qui transportait du gaz de la Russie vers la Turquie en passant par la mer Noire. Les Américains n'ont pas aimé ça. Puis, en 2007, l'Italie (au temps du gouvernement Prodi) avait signé un autre accord entre l’Eni et Gazprom pour construire le South Stream, un nouveau gazoduc destiné à relier directement la Russie à l'Union européenne, en éliminant tout pays non membre de l'UE du transit. Le projet a été suspendu en 2014 en raison des sanctions imposées à Moscou après l'annexion de la Crimée. Le South Stream a ensuite été remplacé par le Turkey Stream, un gazoduc construit suite à l'accord entre Poutine et Erdogan, par ailleurs opposés en Syrie, en Libye et dans le Caucase. Poutine a ensuite accordé à Erdogan une réduction de 6 % sur les livraisons de gaz, ce qui a encore moins plu aux Américains.

C'est pourquoi Poutine, selon les mots de Biden, est un "killer": il veut nous vendre du gaz au rabais et peut-être même des vaccins. C'est pourquoi Erdogan a également été attaqué par le président américain sur la question kurde. Ce qui serait bien si les Américains n’excitaient pas les Kurdes comme d'habitude pour ensuite les abandonner à leur sort comme Trump l'a fait en 2019 en laissant Ankara les massacrer.

Et pour tenir la Turquie à distance, les États-Unis encouragent, comme le rapportait Michele Giorgio il y a quelques jours dans Il Manifesto, l'alliance de plus en plus étroite entre Israël, la Grèce et Chypre pour la défense des champs gaziers de la Méditerranée orientale également revendiqués par la Turquie: des ressources énergétiques à acheminer vers les marchés continentaux grâce à un gazoduc offshore de deux mille kilomètres.

Comment les Européens réagissent-ils aux menaces américaines sur Nord Stream 2? Le projet - aujourd'hui achevé à 90% - disent les partenaires des Allemands sera conclu, même si la Pologne et l'Ukraine, pays de transit du gaz russe, sont furieux car ils craignent la réduction de leurs revenus. Mais la guerre des gazoducs n'est pas terminée : quelques nouveaux missiles nucléaires américains pourraient peut-être partir, en partant de la Pologne, un peu partout en Europe, juste pour faire comprendre à Poutine qu'il n'est pas obligé de vendre du gaz avec un rabais et des vaccins Sputnik V aux Européens. La nouvelle géopolitique en temps de pandémie teste la santé et sondent les poches.

dimanche, 20 décembre 2020

La Turquie s'associe à Israël

1026186934_0 821 2510 2178_1000x541_80_0_0_a7c2ce63c318bd5a5e0a39a4e424784f.jpg

La Turquie s'associe à Israël

Ex : https://aurorasito.altervista.org

Rédigé le 14 décembre 2020     

Vladimir Odintsov

Ces dernières années, on trouve de plus en plus d'articles sur l'apparente volonté de la Turquie de développer et de renforcer des liens de diverses nature avec Israël. Le New Eastern Outlook a abordé à plusieurs reprises la question des relations existant entre ces deux pays, en soulevant une question en particulier : la Turquie et Israël sont-ils des ennemis ou des alliés ? Les relations entre les deux pays se sont développées par vagues successives au cours des dernières décennies, déclenchant notamment une crise en 2010 après que les Israéliens aient tué 10 militants turcs qui tentaient d'atteindre la bande de Gaza assiégée, à bord du navire Mavi Marmara pour apporter un soutien aux Palestiniens. Finalement, en mai 2018, la Turquie a expulsé l'ambassadeur d'Israël et a rappelé le sien en raison des attaques israéliennes contre Gaza et de la décision américaine de déplacer son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem.

43500_EEZs_1540993966788.jpg

Mais en même temps, ce n'est un secret pour personne que des liens économiques se maintiennent entre les deux pays et, parmi les entreprises engagées dans la construction de bâtiment pour les colonies juives sur les terres palestiniennes depuis les années 1990 figurent des sociétés turques, comme le groupe de construction Yilmazlar, qui renouvelle régulièrement ses contrats avec Israël depuis 2002. Quant à Israël, il considère la Turquie comme un pays générant d'importants flux financiers et comme l'un des centres du commerce mondial, un lieu clé et stratégiquement important pour la domination sur le Moyen-Orient. Cela explique les démarches de Tel Aviv pour accepter des contacts secrets avec la Turquie, dont une communication entre le chef du service national de renseignement turc, Hakan Fidan, et les responsables israéliens dans le cadre des efforts de normalisation des relations avec la Turquie. Ces derniers contacts, selon les sources, impliquent, entre autres, le rétablissement des relations entre la Turquie et Israël au niveau des diplomates.

Comme l'a noté le Jerusalem Post, la Turquie espère non seulement faire preuve d'une attitude amicale envers Israël et les Juifs, mais aussi obtenir des dividendes de l'administration Biden. Dans le même temps, la publication souligne que "c'est un modus operandi qui a déjà été utilisé.... Cependant, il n'est pas encore clair si Israël fera réellement la cour à la Turquie et, par suite, ignorera son soutien au Hamas. L'autre jour, Ankara a fait une autre offre de réconciliation avec Israël pour mettre fin au conflit bilatéral. Cihat Yayci, ancien amiral et professeur de sciences politiques, proche d'Erdogan, a publié un article dans le numéro de décembre de Turkeyscope, un magazine mensuel du centre Moshe Dayan de l'université de Tel-Aviv, proposant une solution au problème constitué par la frontière maritime et économique entre Israël et la Turquie. Il y envisage notamment une réduction des eaux territoriales de Chypre, avec laquelle les relations d'Ankara se sont gravement détériorées depuis les dernières tentatives d'expansion turque en Méditerranée orientale. Il est vrai que dans les commentaires de l'article, le rédacteur en chef de Turkeyscope, le Dr Hay Eytan Cohen Yanarocak, docteur en études orientales, a observé : "Afin d'accroître les relations entre Israël et la Turquie, menant à la normalisation, il est nécessaire de rétablir la confiance mutuelle, et donc, par-dessus tout, il est nécessaire de ramener ambassadeurs et consuls. L'essentiel des propositions turques consiste à établir une frontière dans la zone économique maritime entre la Turquie et Israël au détriment de Chypre et, en redessinant les zones économiques maritimes, à transférer de nombreux lots chypriotes à Israël. En annonçant de telles propositions, Ankara essayait de jouer sur le fait que les zones frontalières maritimes entre Israël et Chypre ont toujours été contestées, malgré les accords signés. Et comme il s'agit d'eaux à hauts rendements économiques potentiels, où, du côté chypriote, se trouve le gisement de gaz d'Aphrodite, d'une valeur de 9 milliards de dollars, avec 100 milliards de mètres cubes de gaz, la nouvelle délimitation de la frontière maritime est présentée par Ankara comme un cadeau précieux à Tel-Aviv, mais à une seule condition : Israël n'aura d'accords qu'avec la Turquie et absolument aucun avec Chypre, dont l'avis n'intéresse pas le moins du monde Erdogan. En même temps, Ankara ne cache pas qu'elle a des "revendications" sur Chypre, suggérant ainsi qu'Israël devrait avoir un "échange d'intérêts" en signant l'accord.

Eastern-Med-Disputes.png

L'amiral Cihat Yayci a conseillé à Israël de ne pas construire le coûteux gazoduc EastMed vers la Grèce via Chypre, mais de se connecter au gazoduc turc pour envoyer du gaz vers l'Europe, ce qui est plus pratique et moins cher, en faisant clairement référence au "corridor gazier sud" de l'Azerbaïdjan, qui passe par la Turquie. Il convient de noter que la Turquie avait déjà signé un accord similaire, au détriment de la Grèce, avec le gouvernement de Tripoli, ce qui a provoqué la colère non seulement d'Athènes, mais aussi de Bruxelles, du Caire et de Tel-Aviv. D'ailleurs, c'est l'ancien amiral Yaycì qui a suggéré l'idée d'un tel accord avec la Libye.

Comme les médias israéliens ont commenté la proposition de Yaycì, c'est la deuxième fois au cours des quatre derniers mois qu'Ankara a utilisé l'argument énergétique pour tenter de négocier une trêve avec Israël. Le rapprochement clairement souhaité par la Turquie est attesté non seulement par la fréquence croissante des contacts entre les représentants des services de renseignement des deux États, mais aussi par le fait qu'Erdogan lui-même n'a pas ouvertement offensé Israël ces derniers mois.

_112335194_cihat_yayci_deniz.jpg

Amiral Cihat Yayci.

Concernant l'accord sur la frontière maritime proposé à Israël par la Turquie, les observateurs israéliens l'ont qualifié de "coup turc", dans lequel Erdogan entend sacrifier une autre pièce deson jeu... Chypre, avec qui Israël doit encore se mettre d'accord sur une frontière maritime. L'accord proposé par Ankara sur la délimitation mutuellement avantageuse de la zone économique maritime a jusqu'à présent été plutôt mal accueilli par les experts israéliens. En particulier, il y a un avertissement clair que, s'il est accepté, il pourrait opposer Israël non seulement à Chypre et à la Grèce, mais aussi à son nouveau partenaire, les Émirats arabes unis, dont le souverain officiel, le prince héritier Muhamad bin Zayad, a récemment signé un traité de défense avec la Grèce. Dans le même temps, il n'est pas exclu que les tensions entre les EAU, d’une part, et Erdogan et ses partenaires au Qatar, d’autre part, puissent également conduire à un grave conflit entre Tel Aviv et Abu Dhabi. Dans ces conditions, les experts estiment qu'Israël n'acceptera certainement pas l'accord proposé par Ankara et ne trahira pas son allié Chypre, ce qui jette à son tour un doute sur le succès de la "démarche turque". Quant à la Turquie, Tel-Aviv insiste sur le fait qu'elle doit d'abord changer d'attitude envers Israël, cesser de le délégitimer aux yeux de la population turque et mettre fin à ses relations avec le Hamas. De cette façon, Israël montre que si Erdogan continue, l'État juif trouvera un moyen de restaurer la relation formelle et mutuellement bénéfique entre les deux pays qui existait dans le passé.

Vladimir Odintsov, observateur politique, en exclusivité pour le magazine en ligne "New Eastern Outlook".

mardi, 17 mars 2020

La grande guerre du pétrole de 2020 a commencé. La Russie peut-elle la gagner ?

1108-IrakPetrole.jpg

La grande guerre du pétrole de 2020 a commencé. La Russie peut-elle la gagner ?

par Nikolas K. Gvosdev
Ex: https://echelledejacob.blogspot.com

Après la signature de la dernière série de sanctions américaines contre la Russie l’année dernière, le président russe Vladimir Poutine a averti que la Russie exercerait des représailles au moment et à l’endroit de son choix. Le démantèlement de l’accord OPEP-Plus et le déclenchement d’une guerre des prix avec l’Arabie saoudite peuvent sembler être une façon étrange et déroutante de réagir, mais il y a peut-être une méthode dans cette folie. Je crois que le Kremlin fait le pari que, d’ici la fin de l’année, il sera capable non seulement de repousser les États-Unis mais aussi de reconstruire son partenariat avec l’Arabie saoudite.

L’un des principaux défauts des politiciens américains est leur mauvaise habitude de proclamer haut et fort leurs stratégies des mois, voire des années à l’avance, donnant ainsi à leurs adversaires tout le temps de se préparer. Au cours des deux dernières années, les membres du Congrès ont fait savoir très clairement que les projets de pipeline de contournement de l’Ukraine par la Russie – avec le Turkish Stream et le Nordstream-2 – étaient dans leur ligne de mire. Moscou a tenté d’accélérer l’achèvement de ces projets avant que le lent processus législatif américain ne permette de finaliser une autre série de sanctions punitives. Le projet Turkish Stream a été achevé juste à temps et envoie déjà de l’énergie russe en Turquie et en Europe du Sud. Pendant ce temps, Nordstream-2 aurait pu être achevé sans ces satanés Danois et leurs processus de protection de l’environnement, qui ont retardé les travaux du Nordstream juste assez longtemps pour permettre une volée de sanctions américaines de dernière minute. Même avec ce délai – et grâce à une prise de bec avec le Danemark à propos d’une éventuelle vente du Groenland – Moscou a été tellement avertie à l’avance qu’elle a demandé à ses entrepreneurs européens de se concentrer avant tout sur les parties du gazoduc les plus difficiles techniquement. Gazprom possède la capacité technique de terminer le projet – avec un certain retard, c’est vrai – mais Nordstream devrait être achevé d’ici la fin de l’année 2020. Oui, le retard a été suffisant pour obliger la Russie à continuer à utiliser l’Ukraine comme voie de transit, mais la position de Moscou sur les marchés européens de l’énergie reste largement intacte.

20190216_LDM948.png

Le plan de secours américain a consisté à pousser les Européens, puisque que le projet Nordstream était encore inachevé, à acheter plus d’énergie provenant de sources nord-américaines. En effet, un élément important de la stratégie américaine dans cette nouvelle ère de concurrence entre grandes puissances est de concurrencer la Russie sur les marchés de l’énergie afin de diminuer les ressources que Moscou peut accumuler en tant qu’exportateur.

Au départ, la stratégie des États-Unis durant le second mandat de l’administration Obama était d’encourager l’Arabie saoudite à répéter ses performances des années 1980 en utilisant sa capacité à ouvrir les robinets et à faire baisser les prix de manière à paralyser les producteurs russes et à forcer Moscou à reculer en Ukraine et en Syrie. Malgré la tentative de l’Arabie saoudite de baisser ses coûts de production, Riyad n’a pas pu soutenir une guerre des prix à long terme en raison des besoins massifs du budget saoudien. L’Arabie saoudite a radicalement abandonné sa politique de concurrence avec la Russie pour se tourner vers une nouvelle stratégie de coordination avec elle. Riyad et Moscou sont finalement devenus les co-axes de l’accord OPEP-Plus, qui a été conçu pour stabiliser les marchés énergétiques mondiaux et fixer un « plancher » définitif pour les prix de l’énergie. En échange de sa coopération, Moscou attendait de l’Arabie saoudite et d’autres États du Golfe qu’ils dirigent vers l’économie russe les flux financiers bloqués par les sanctions américaines et européennes. L’achat par le Qatar d’une participation minoritaire dans la société d’État russe Rosneft fut un exemple de ce renvoi d’ascenseur.

Mais la faiblesse de cette tactique tient au caractère sauvage du secteur énergétique américain. Les producteurs américains ont bénéficié de prix plus élevés et étaient prêts à alimenter le marché lorsque la Russie et l’Arabie saoudite ont réduit leur production. Lorsque les États-Unis ont refusé de prendre part à l’accord OPEP-Plus, la poursuite de la participation de la Russie a dépendu largement de la volonté de l’Arabie saoudite de continuer à inciter Moscou à se conformer à l’accord.

Ces derniers mois, nous avons assisté à un nouveau durcissement de la politique du Kremlin – où la Russie est prête à risquer une escalade afin de prendre l’avantage ou de discréditer les États-Unis. Le monde a vu ce schéma commencer à se dérouler en Syrie, par rapport à la Turquie, au cours des dernières semaines. Les Russes ont franchi certaines des lignes rouges d’Ankara et ont ensuite laissé la Turquie voir dans quelle mesure elle pouvait ou non compter sur les États-Unis et ses alliés européens – puis le président Recep Erdogan s’est rendu à Moscou pour rouvrir les négociations avec Vladimir Poutine.

Irak_danziger.jpg

Les producteurs d’énergie russes ont eu le sentiment d’être du côté des perdants de l’accord Moscou/Riyad. Depuis un an, ils réclamaient avec véhémence que la Russie se retire de l’accord. La panique du coronavirus leur a donné l’occasion de faire valoir que de nouvelles réductions OPEP-Plus ne feraient rien pour empêcher un effondrement des prix de l’énergie et que la Russie continuerait à perdre des parts de marché. La réaction des Saoudiens a été de faire jeu égal avec la Russie et de la mettre au pied du mur en la menaçant de produire davantage pour provoquer des prix encore plus bas. Mais les Russes ont encore plusieurs avantages : le budget russe peut atteindre ses objectifs avec des prix bien plus bas que ce que permet le budget de l’Arabie saoudite ; la Russie peut augmenter rapidement ses exportations par pipeline alors qu’une augmentation de l’Arabie saoudite prendrait plus de temps pour arriver sur les marchés par voie maritime ; et, plus important encore, les endroits où les Saoudiens veulent concurrencer la Russie pour des parts de marché – le marché européen – évinceraient les exportations américaines produites à plus haut prix.

La Russie semble prête à s’engager dans un test de résistance majeur de la tactique américaine en matière d’exportation d’énergie en s’engageant dans une guerre des prix prolongée. Étant donné qu’il est peu probable que l’administration Trump achète de grandes quantités de production américaine à un prix élevé pour garantir ses réserves stratégiques, les producteurs américains seront confrontés à la perspective de revenus beaucoup plus faibles et atteindront un point où il n’est plus logique, d’un point de vue commercial, de rester en activité. Si certains activités sont susceptibles d’être absorbées par les grandes sociétés énergétiques, dont les économies d’échelle peuvent assumer certains projets non rentables, la production américaine globale pourrait diminuer. Et si Joe Biden s’installe au 1600 Pennsylvania Avenue en janvier 2021, les Américains peuvent s’attendre à ce que bon nombre des réglementations environnementales et d’aménagement du territoire de l’époque d’Obama soient à nouveau pleinement en vigueur, ce qui aura des répercussions tant sur la production que sur la construction de nouvelles infrastructures d’exportation.

Les Saoudiens seraient-ils alors plus enclins à reprendre les négociations avec Moscou ? C’est possible. Tout dépend de l’état des relations américano-saoudiennes après une longue guerre des prix. Le prince Mohammad bin Salman, qui a déjà ses détracteurs des deux côtés de l’allée politique à Washington, pourrait avoir plus de mal à faire face aux achats importants de biens et de services américains par les Saoudiens dans le contexte de la concurrence des prix. De plus, il pourrait constater que les États-Unis sont devenus beaucoup moins disposés à fournir aveuglément une sécurité aux Saoudiens. En outre, si la Russie perd son intérêt à agir comme force de retenue au sujet de l’Iran, les États-Unis ont montré leurs limites quant au projet de s’attaquer à Téhéran au profit de Riyad. Une nouvelle crise dans le Golfe persique ne ferait pas qu’augmenter les prix de l’énergie, mais renforcerait l’argument de la Russie selon lequel sa route du Nord est un pari bien plus sûr pour l’exportation d’énergie.

La Russie entre donc dans cette guerre des prix avec deux objectifs principaux : chasser les producteurs américains du marché et exposer Riyad aux limites du soutien américain. Grâce à l’équipe talentueuse du ministère des finances du pays, ils disposent des fonds nécessaires pour atteindre cet objectif. Poutine a repris un argument de Trump sur les guerres commerciales : soyez prêt à subir des dommages à court terme si vous pensez que vos adversaires seront contraints de céder sur le moyen terme. Ces hypothèses devraient se confirmer dans les semaines et les mois à venir.

Nikolas K. Gvosdev

Traduit par Wayan, relu par jj pour le Saker Francophone

lundi, 10 février 2020

Nord Stream 2 dans le collimateur : Washington prépare un nouveau train de sanctions

43318158_7.png

Nord Stream 2 dans le collimateur : Washington prépare un nouveau train de sanctions

Washington : les Etats-Unis ont bien la ferme intention de saboter définitivement le gazoduc germano-russe de la Baltique, le Nord Stream 2. Selon plusieurs informations tirées des médias, le parlement et le sénat des Etats-Unis sont occupés à préparer un nouveau train de sanctions.

Cette fois, ces sanctions frapperaient les investisseurs européens, participant au projet, ainsi que les entreprises qui se fourniraient en gaz au départ de ce gazoduc. Ces nouvelles sanctions pourraient être mises en œuvre dès ce mois de février ou en mars prochain.

Le Handelsblatt allemand cite à ce sujet un porte-paroles du consortium énergétique Uniper : « Nous savons que les Américains sont très déterminés à empêcher le fonctionnement du gazoduc Nord Stream 2 ». Le journal n’entend toutefois pas spéculer sur d’autres actions possibles des Américains », mais suit « le déroulement de l’affaire de manière très précise ».

En décembre 2019, le Sénat américain avait prévu des sanctions contre Nord Stream 2 dans un projet de loi sur l’armement et la défense (NDAA/National Defense Authorization Act), devant entrer en vigueur en 2020.

Selon ce projet de loi, les navires poseurs de tubes, impliqués dans la réalisation du gazoduc, et les cadres de ces entreprises, seraient visés. Le Sénat américain cible ces personnes en les menaçant de ne plus leur accorder de visas et de bloquer toutes les opérations relatives à leurs avoirs déposés aux Etats-Unis. L’entreprise de construction Allseas, qui place les tubes sur le fond de la mer, est directement menacée, sans circonlocutions verbales, de « voir son existence économique détruite », si elle participait, « ne fût-ce qu’un seul jour, aux travaux de parachèvement du gazoduc Nord Stream 2 ».  L’entreprise a dès lors abandonné sa participation.

D'après l'état actuel des travaux, le gazoduc Nord Stream 2 devrait être complètement achevé à la fin de l'année 2020. Il ne manque plus que 150 km de tubes à placer pour parachever le tracé complet.

Article paru sur http://www.zuerst.de

Voir l'article du Point: https://www.lepoint.fr/monde/nord-stream-2-l-ue-et-l-allemagne-rejettent-les-sanctions-americaines-21-12-2019-2354355_24.php

19872659lpw-19872831-article-jpg_6782156.jpg

mercredi, 15 janvier 2020

Strijd om aardgas: Turkije en Libië proberen pijpleiding Israël-Cyprus-Griekenland te blokkeren

lıbye.jpg

Strijd om aardgas: Turkije en Libië proberen pijpleiding Israël-Cyprus-Griekenland te blokkeren

—————————————————————————————————————————————-

Herstel islamitische Ottomaanse Rijk en val van Europa steeds dichterbij

—————————————————————————————————————————————–

Ondanks dreigementen van het regime van de Turkse dictator Erdogan hebben Israël, Cyprus en Griekenland een overeenkomst ondertekend voor een nieuwe gaspijpleiding van Israël en Cyprus naar Griekenland. In de toekomst kan deze pijpleiding wel eens in 10% van de Europese aardgasbehoeften gaan voorzien. Ankara had juist besloten om tegen alle maritieme wetten en afspraken in de economische zone van Libië –dat de facto een ‘client state’ van Turkije wordt- dermate te vergroten, dat een deel van de wateren van Kreta eronder vallen. De Turken beweren nu dat ze veto recht hebben over deze nieuwe pijpleiding. De exploitatie van het aardgas in het oosten van de Middellandse Zee lijkt hiermee een almaar serieuzere trigger te worden voor een toekomstige nieuwe grote Midden Oosten oorlog.

Israël verdient miljarden met gasexport naar Griekenland, Egypte en Jordanië

Op 2 januari ondertekenden de Israëlische premier Netanyahu, de Griekse premier Mitsotakis en de Cypriotische president Anastasiades en hun ministers van energie een overeenkomst voor de aanleg van de EastMed pijplijn. Het € 6 miljard kostende project voorziet in de aanleg van een 1900 kilometer onderzeese pijpleiding die jaarlijks tot 20 miljard kubieke meter gas van de Israëlische en Cypriotische wateren via Kreta naar Griekenland gaat transporteren, en van daaruit vervolgens naar Italië en andere Zuid(oost) Europese landen.

De Griekse premier en zijn minister van Energie spraken van een ‘project van vrede en samenwerking, ondanks de Turkse dreigementen’. De Cypriotische president uitte zich in vergelijkbare bewoordingen. Ondertussen is het enorme Israëlische Leviathan gasveld op 31 december 2019 begonnen met produceren. Behalve naar Griekenland stroomt Israëlische gas sinds 2 januari naar Jordanië, en binnen enkele dagen ook naar Egypte. De waarde van de gasexporten voor de Israëlische economie wordt geschat op $ 19,5 miljard, waarvan $ 14 miljard afkomstig van het Leviathan veld, en $ 5,5 miljard van het kleinere Tamar gasveld.

Turkije probeert met illegale claims pijpleiding naar Europa te blokkeren

Eind november sloten Turkije en de door de VN gesteunde Libische regering een bilateraal – feitelijk militair- verdrag waarmee beide landen de economische zone van Libië illegaal vergrootten, zodat een deel van de Griekse maritieme wateren eronder vallen. De EastMed pijplijn moet nu door deze –door niemand erkende- Turks-Libische economische zone. Volgens Erdogan ‘kunnen Egypte, Griekenland en Israël nu niet zonder Turkse toestemming aardgas gaan overbrengen.’

Eastmed.jpg

De Turken eisen dat al het toekomstige gas naar Europa via hun reeds bestaande Trans-Anatolische aardgaspijpleiding wordt vervoerd. De Europese Unie heeft deze eis afgewezen, net als de illegale Turkse claim op een deel van de wateren van Cyprus en Griekenland. Egypte, dat toch al in clinch ligt met Turkije om de controle over Libië, noemt de Turks-Libische overeenkomst ‘absurd’.

De Turken houden sinds 1974 het noorden van EU-lid Cyprus bezet en eisen het grootste deel van de economische zone rond het eiland op. De VS en de EU noemen deze eis een ‘grote provocatie’; in juli 2019 stelde de EU al enkele lichte economische sancties tegen Turkije in.

In oktober stuurde Ankara illegaal een boorschip naar de Cypriotische wateren, waarop de EU op 11 november enkele nieuwe sancties instelde. Personen en entiteiten die deel uitmaken van deze illegale Turkse boringen kunnen nu worden getroffen door een reisverbod en het bevriezen van hun tegoeden en bezittingen.

Maar de Turken trekken zich daar niets van aan. Op 11 december dreigde Erdogans minister van BuZa Mevlut Cavusoglu om de –maritiem volkomen legale- gasexploratie van Cyprus met militaire middelen te stoppen. Door Cyprus ingeschakelde Italiaanse en Israëlische onderzoeks- en exploratie schepen werden al eerder verjaagd door de Turkse marine.

Herstel Ottomaanse Rijk en val van Europa steeds dichterbij

Moslimdictator Erdogan begint zich hoe langer hoe meer te gedragen als de totalitaire heerser van een toekomstig imperium: het herleefde Ottomaanse Rijk, waar we al zo’n jaar of 10 regelmatig over schrijven, en waarmee volgens Erdogan en zijn AKP partij in uiterlijk 2023 – precies een eeuw na de ‘dood’ van het Ottomaanse Rijk- een begin moet zijn gemaakt.

Turkije stevent daarmee rechtstreeks af op een serie politieke, en uiteindelijk ook militaire confrontaties met de VS, de EU, Israël, Griekenland, Cyprus en Egypte. De vier laatst genoemde landen zijn sowieso in de imperialistische veroveringsplannen van de Turken opgenomen. De EU zal vermoedelijk niet eens militair hoeven te worden ingenomen. Een -bijna openlijk- door Duitsland gesteunde interne islamitische machtsovername van Europa door miljoenen Turken, moslim migranten en hun vele ‘useful idiots’ in de gevestigde Europese politieke partijen zal waarschijnlijk voldoende zijn om ons definitief door de knieën te doen gaan.

zone-maritime-libye-turquie.jpg


Xander

(1) The Gatestone Institute via Zero Hedge
Afbeelding: Wikimedia Commons, auteur division, CSIRO, permission http://www.scienceimage.csiro.au/pages/about/, Creative Commons Attribution 3.0 Unported license.


Zie ook o.a.:

31-12: Nederlandse analisten: In 2020 begint de systeemcrisis en Derde Wereldoorlog
21-12: Egypte stuurt tanks naar Libië om Turkse militaire interventie af te weren
16-10: Turkse minister Defensie twittert kaartje met geplande verovering Syrië, Irak, Armenië, Griekenland, Cyprus en Bulgarije
15-10: Erdogan gijzelt 50 Amerikaanse kernbommen op luchtmachtbasis Incirlik
05-09: Erdogan zegt kernwapens te willen, maar werkt daar in het geheim al jaren aan (? Nucleair bewapend Turkije zal op Ottomaanse veroveringstocht door het Midden Oosten, Centraal Azië en Noord Afrika gaan, en ook Europa inlijven)
21-07: Turkse dictator Erdogan dreigt met militaire invasie van Cyprus
10-07: Turkije wil oorlog: Tanks naar Syrische grens, boorschepen in wateren Cyprus
07-06: Staat de EU ‘tweede Turkse invasie’ Cyprus toe, uit angst voor 4 miljoen in Turkije wachtende migranten?

lundi, 04 novembre 2019

Nord Stream 2 se fera malgré l'opposition de Washington

NZS2.png

Nord Stream 2 se fera malgré l'opposition de Washington

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

Le dernier obstacle à la finalisation du gazoduc Nord Stream 2 vient d'être levé par le gouvernement danois. Celui-ci vient d'autoriser la construction dans ses eaux d'un tronçon de ce gazoduc qui doit approvisionner l'Europe en gaz russe. Il s'agissait de la dernière partie de ce gazoduc, toutes les autres étant déjà en cours de mise en place

La section danoise du gazoduc russe sera construite sur le plateau continental au sud-est de Bornholm, une île danoise située en mer Baltique. Le royaume était le dernier obstacle à la poursuite des travaux du futur Nord Stream 2 qui doit relier la Russie et l'Allemagne via la Baltique. Dès cette annonce, le titre de Gazprom prenait 3% à la Bourse de Moscou.

Cette nouvelle paraîtra anodine. En fait elle marque un nouveau recul important pour la domination des Etats-Unis sur les Etats de l'Union européenne. Pour l'apprécier, il faut rappeler certains éléments intéressant la géopolitique internationale :

L'Europe manque de source d'énergie sur son territoire, que ce soit en charbon, en pétrole ou en gaz naturel. La France y remédie en grande partie grâce à son importante industrie nucléaire. Mais l'Allemagne, sans doute pour ne pas dépendre de l'expertise française en ce domaine, avait refusé ce choix. De toutes façons, le nucléaire en son état actuel ne permet pas de satisfaire les considérables besoins en pétrole et en gaz. L'Allemagne, première puissance économique européenne, doit absolument se fournir en gaz. Rappelons que la France importe l'essentiel de son gaz de Norvège, le reste provenant d'Afrique du Nord.

Depuis quelques mois, les Etats-Unis, devenu provisoirement les premiers producteurs mondiaux en gaz, grâce la découverte de gisements très importants de gaz dit de schiste (c'est-à-dire se trouvant entre des couches de schiste), s'efforce de vendre de ce gaz aux européens. Mais le coût de celui-ci, augmenté par les frais du transport transatlantique par des navires gaziers ou méthaniers, n'est pas moindre que celui des autres sources de gaz accessibles aux pays européens.

Malgré sa volonté affirmée de ne pas coopérer économiquement avec la Russie, volonté elle-aussi imposée par les Etats-Unis, a du se résoudre, sous la pression de ses propres industriels, à importer du gaz russe. Jusqu'ici, c'est par l'Ukraine que transite une grande partie du gaz russe. Mais l'accord en ce sens entre la Russie et l'Ukraine arrive à son terme fin 2019, et il n'est pas certain qu'il sera renouvelé, là encore sous la pression américaine. L'Allemagne doit donc impérativement trouver d'autres moyens d'importer lu gaz russe. C'est ce à quoi vise le futur gazoduc Nord Stream 2.

Un premier Nord Stream (dit aussi  North Transgas et North European Gas Pipeline : NEGP) existe et permet l'importation de gaz russe en passant sous la mer Baltique. Mais ses capacités sont désormais insuffisantes. Le projet Nord Stream 2 a donc été envisagé pour doubler le premier. Après avoir été longtemps ralentis par les Pays nord européen soumis à l'influence américaine, les travaux de Nord Stream 2 ont progressé et devraient s'achever vers 2020. Mais il faut pour ceci que le dernier tronçon sous-marin soit mis en place dans les eaux territoriales danoises.

Jusqu'à présent, le Danemark faisait traîner les négociations, mais il vient comme rappelé ci-dessus, sans doute sous la pression de son grand partenaire économique qu'est l'Allemagne, de donner son accord à la finalisation du projet Nord Stream 2.

Les Etats-Unis ne sont pas pour le moment en état de s'y opposer. L'Allemagne est encore pour eux un allié politique à ménager.

Note

Pour plus de détails et commentaires, voir De Defensa
https://www.dedefensa.org/article/nordstream-2-pour-quelq...

mardi, 27 février 2018

Méditerranée Orientale. La guerre du gaz aura-elle lieu?

petrolechypre.jpg

Méditerranée Orientale. La guerre du gaz aura-elle lieu?

par Jean Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

Dans un article précédent du 01/02/2018, nous avions relaté les possibles affrontements, éventuellement militaires, entre le Liban et Israël pour le contrôle des champs de gaz naturel s'étendant à la frontière de leurs eaux économiques exclusives.

http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2892...=,

Aujourd'hui la Turquie a décidé d'entrer dans le jeu. Elle est le seul pays à reconnaitre l'autoproclamée République Turque de Chypre du Nord qui revendique une partie de l'ile, face à la République de Chypre, seule à être admise à l'ONU. Les deux républiques se partagent la capitale, Nicosie https://fr.wikipedia.org/wiki/Chypre_(%C3%AEle)

La Turquie affirme dorénavant que les activités relatives à l'exploration des champs de gaz situés dans la zone maritime de l'ile de Chypre relèvent en fait de la souveraineté de République Turque de Chypre du Nord, autrement dit de son influence. Elle n'avait pas précédemment reconnu la validité des accords entre la République de Chypre et d'autres pays, notamment l'Italie, pour l'exploration des eux relevant de sa zone économique exclusive.

Ankara y défend les intérêts de la Turkish Petroleum Corporation (TPAO) qui se veut seule en droit d'explorer cette zone, au nom d'accords avec la République Turque de Chypre du Nord. Le président Erdogan vient de prévenir la République de Chypre (du Sud) et divers compagnies pétrolières, dont l'ENI italienne, que la violation des intérêts turcs auraient de « graves conséquences ». Sans attendre, mi-février 2018, des unités turques ont bloqué un navire d'exploration le Saipem, explorant pour le compte de l'ENI. Par ailleurs, peu après, un garde-côte turc a abordé délibérément un aviso grec en Mer Egée. L'Italie en réponse n'a pas tardé à envoyer un navire militaire dans la zone.

Il y a tout lieu de penser que si un arbitrage international s'organisait, les Etats européens soutiendraient Chypre, la Russie soutenant la Turquie, malgré leurs différents actuels à Afrin

Le projet de gazoduc EastMed

La position respective des protagonistes sera également fonction du développement du projet de gazoduc EastMed ou  Eastern Mediterranean Gas Pipeline  https://ec.europa.eu/inea/en/connecting-europe-facility/c.... Celui-ci, visant à apporter du gaz de la Méditerranée à la Grèce via Chypre et la Crète, affaiblirait le rôle de transit de la Turquie prévu dans le projet de pipe TANAP, dit aussi pipeline Transanatolien http://www.tanap.com/tanap-project/why-tanap/ Il devra transporter du gaz de la Caspienne produit en Azerbaidjan vers la Turquie et ensuite l'Europe.

Ajoutons qu'un autre conflit se prépare, celui-ci entre la Turquie et l'Egypte, a propos du riche champ gazier dit Zohr découvert en 2015. Ankara ne reconnait pas les accords signés entre Chypre et l'Egypte en 2003 qui attribuaient au Caire une souveraineté exclusive sur les eaux frontières entre le Caire et Nicosie. En fonction de cet accord, l'Egypte a prévenu la Turquie en février 2018 qu'elle n'accepterait pas de prétentions turques relative au gisement du Zohr. Mais que signifie « ne pas accepter » ?

Cependant, comme l'indiquait notre article précité du 01/02, les futurs conflits envisagés ci-dessus n'auront pas l'intensité de ceux actuellement craints entre Israël et le Liban à propos de l'exploration des zones dites Blocks 8, 9 et 10 dont Israël refuse la concession par le Liban à l'ENI, à Total et au russe Novatek. Or quand Israël défend des intérêts de cette nature, il ne le fait pas seulement par la voie de négociations. Il menace d'interventions militaires dont chacun le sait parfaitement capable.

Comme quoi, il apparaît que les gisements gaziers de la Méditerranée orientale, loin d'apporter la prospérité aux pays concernés, risquent de provoquer des confrontations militaires entre les Etats Européens, la Turquie, Israël et en arrière plan la Russie, les Etats-Unis et l'Iran. Le contraire, il est vrai, aurait surpris.

lundi, 31 juillet 2017

America Declares Economic War Against Europe

Ex: http://www.ronpaulinstitute.org

On Friday night, July 28, US President Donald Trump said that he would sign into law the increased economic sanctions (passed by 98-2 in the Senate and 419-3 in the House) against any business that is declared to have "knowingly provided goods or services... for construction, modernisation, or repair of Russia’s energy export pipelines."

Russia is the largest energy-supplier to the world’s largest energy-market, which is Europe, or the EU. The biggest proportion of that trade is in Europe’s main source of energy, which is gas, which is pipelined into Europe from Russia. So: those pipelines are vitally important not only to Russia’s economy but to Europe’s.

President Trump had gotten Congress to agree to limit the application of this provision only to "The President, in coordination with allies of the United States, may impose five or more of the sanctions described in section 235 with respect to a person if the President determines that the person knowingly, on or after the date of the enactment of this Act, makes an investment described in subsection (b) or sells, leases, or provides to the Russian Federation, for the construction of Russian energy export pipelines, goods, services, technology, information, or support."

But the new law still does include "SEC. 232. SANCTIONS WITH RESPECT TO THE DEVELOPMENT OF PIPELINES IN THE RUSSIAN FEDERATION." That Section punishes "Goods, services, technology, information, or support described in this subsection are goods, services, technology, information, or support that could directly and significantly facilitate the maintenance or expansion of the construction, modernization, or repair of energy export pipelines by the Russian Federation." That includes the crucial Nord Stream pipeline, which is maintained by Russian and German companies to transport gas from Russia to the EU.

US firms have thus now gotten their stooges in Congress to punish European and Russian companies that will be determined by "The President, in coordination with allies of the United States," to be working together in these ways, to get Russia’s gas to Europe’s markets.

North Stream, or Nord Stream, as Wikipedia says:
has an annual capacity of 55 billion cubic metres (1.9 trillion cubic feet), but its capacity is planned to be doubled to 110 billion cubic metres (3.9 trillion cubic feet) by 2019, by laying two additional lines.[5] Due to EU restrictions on Gazprom, only 22.5 billion cubic metres (790 billion cubic feet) of its capacity is actually used.[6] The name occasionally has a wider meaning, including the feeding onshore pipeline in the Russian Federation, and further connections in Western Europe.
So, already, the US oligarchs have greatly reduced the effectiveness of this enormous European and Russian investment, and this is already war by the US oligarchs (and their congressional agents) against both Europe and Russia; but, the new sanctions aim to go even further to absolutely cripple Europe and Russia.

President Trump is to be credited for having weakened this provision to such an extent that it will be virtually meaningless; but, the intention of the oligarchs who control the US, to force Europe to buy from them, and from their allied Saudi, UAE, Kuwaiti, and the other royal fundamentalist Sunni Arab families, is clear.

Other highlights from this new US law are well summarized in the July 28 article from Zero Hedge, "Trump Confirms He Will Sign Russia Sanctions Bill." The biggest concession that Trump made was to allow that this new law, "H.R.3364 - Countering America's Adversaries Through Sanctions Act," "Codifies existing US sanctions on Russia and requires Congressional review before they are lifted." This is an Executive-Legislative agreement (an agreement between the President and Congress), but the US Constitution doesn’t include any provision allowing an Executive-Legislative agreement to violate the Constitution; and there are a number of provisions in the US Constitution that H.R.3364 might be determined by courts to be violating. This is presuming, of course, that key judges cannot be bought-off.

When a country is being ruled by its oligarchs, anything that the nation’s Constitution says, can be viewed as little more than an impediment, not any outright ban, because the actual Constitution, in any such country, is whatever they want it to be. Just how bad the US government has become, can’t yet be determined, but might become clear fairly soon.

Reprinted with permission from the Strategic Culture Foundation.

dimanche, 24 avril 2016

Russie, Iran et Azerbaïdjan d’accord sur un corridor de transport qui bouleverse le Grand Jeu

gas_pipeline_060612_3.jpg

Russie, Iran et Azerbaïdjan d’accord sur un corridor de transport qui bouleverse le Grand Jeu

Ex: http://zejournal.mobi

Tout à fait négligé par les médias PC[1] occidentaux, davantage focalisés sur le récent regain de tensions militaires entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, au gré du conflit lancinant se déroulant dans l’enclave montagneuse du Nagorno-Karabakh [Sud de l’Azerbaïdjan], c’est l’annonce faite par le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, des suites de pourparlers avec son homologue iranien, que le travail va à présent pouvoir commencer sur le Corridor de Transport Nord-Sud en discussion depuis longtemps, le long de la Mer Caspienne. Significatif est le fait que l’Azerbaïdjan a aussitôt accepté de participer à ce projet. Si c’est bien le cas, ceci suggère que la diplomatie ainsi que le développement des infrastructures économiques russes, ont une fois de plus trompé la course à la guerre de Washington qui se déploie partout, afin de s’agripper le plus possible à son hégémonie globale superpuissante qui s’érode.

Le 7 avril, lors d’une réunion tenue dans la capitale azérie de Bakou, quelques heures à peine après que l’Azerbaïdjan eut renoncé à un assaut militaire à grande échelle contre l’enclave du Nagorno-Karabakh (une attaque urgemment pressée par le Président turc Erdogan de plus en plus désespéré), le Ministre des Affaires étrangères russe a déclaré aux médias que la Russie, l’Iran et l’Azerbaïdjan étaient tombés d’accord afin de débuter des pourparlers concernant la mise en œuvre du Corridor de Transport Nord-Sud [North-South Transportation Corridor]. Aux côtés de Lavrov lors de cette annonce, se trouvaient le Ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif, et le Ministre azéri des Affaires étrangères Elmar mamamdyarov

Lavrov a déclaré : « nous avons discuté d’enjeux relevant de la sphère matérielle de coopération. Nous sommes tombés d’accord sur le fait que nos agences institutionnelles concernées vont à présent devoir commencer à détailler les aspects pratiques de la mise en œuvre de ce projet de Corridor de Transport « Nord-Sud », le long de la côte Ouest de la mer Caspienne. Ceci implique également d’envisager une coopération entre les services consulaires et coutumiers, et nous nous sommes mis d’accord sur ce point aujourd’hui[2]».

En complétant le triangle d’or …

Avec cet accord entre la Russie, l’Iran et l’Azerbaïdjan, un grand pas a été fait afin de sécuriser le plus grand espace économique du monde: le « Coeur de Pays » [HearthLand] Eurasien. Il s’agit de cet espace au sujet duquel le Parrain britannique de la géopolitique, Sir Halford Mackinder, n’avait cessé d’avertir sa vie durant, comme constituant la seule menace majeure contre l’hégémonie de l’Empire britannique, et plus tard de son héritier américain, le Siècle Américain.

Ce corridor de transport moderne et direct, connu depuis le lancement de ses pourparlers initiaux en 2002 en tant que « Corridor de Transport Nord-Sud » [North-South Transportation Corridor], reliera au final l’Inde, l’Iran et l’Azerbaïdjan jusqu’aux pays et aux marchés de l’Union Economique Eurasiatique qui inclut non seulement l’Arménie, mais également la Russie, Kazakhstan, Kirghizistan et la Biélorussie.

Le Corridor de Transport Nord-Sud, depuis l’Inde à travers l’Iran et l’Azerbaïdjan le long de la mer Caspienne jusqu’à Moscou et au-delà, va transformer l’espace économique de l’Eurasie.

Le corridor de transport va transformer les économies de l’Eurasie tout entière, de la Russie à l’Inde en parallèle au développement de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS). Les membre de cette OCS à l’importance stratégique croissante sont la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Russie, le Tadjikistan, et l’Ouzbékistan. En outre, cette année l’Inde et le Pakistan ont accédé formellement à un plein statut de membre de l’OCS, et il est attendu que l’Iran, qui a pour l’instant un statut d’Observateur officiel, se verra offrir une pleine capacité de membre plus tard cette année, à présent que les sanctions qui la frappaient ont été levées. Le Président chinois Xi Jinping a du reste annoncé son soutien à une pleine qualité de membre pour l’Iran, à l’occasion des importants pourparlers de janvier 2016 s’étant tenus à Téhéran: à cette occasion, les deux pays se sont mis d’accord sur une participation iranienne formelle au projet chinois de Nouvelle Route de la Soie Economique « une Ceinture, Une Route« [3], lancé sur l’Eurasie par la Chine de Xi. À présent, ce corridor sera en effet une route moderne par bateau, par rail et par route destinée à acheminer du fret entre l’inde, l’Iran, l’Azerbaïdjan, la Russie, l’Asie centrale, et potentiellement (si les pays de l’Union Européenne redevenaient enfin sensés en cessant leur soutien au gouvernement belliqueux d’Ukraine, ainsi que leurs sanctions contre la Russie) vers les économies battant de l’aile de l’Union Européenne. Le nouveau corridor va connecter certaines des plus grandes villes du monde incluant Mumbaï, Moscou, Téhéran, depuis le port iranien de Bandar Anzali sur la Caspienne jusqu’au port russe d’Astrakhan, à l’embouchure du grand fleuve qu’est la Volga[4].

En 2014 des tests furent réalisés sur deux routes sèches. Le premier de Mumbaï à Bakou via un port iranien donnant sur le détroit stratégique d’Ormuz, goulot d’étranglement majeur pour les flux de pétrole et gaz liquéfié du golfe Persique. Le second test fut réalisé de Mumbaï jusqu’au port russe d’Astrakhan via Bandar Abbas, Téhéran puis le port iranien de la Caspienne de Bandar Anzali. Le but de cette étude était d’identifier et d’aborder correctement les principaux obstacles à attendre. Significativement, l’étude comparative démontre que les coûts de transport de l’Inde à la Russie seraient réduits de quelques « 2500$ par 15 t de fret »[5].

Une étude conduite par la Fédération des associations indiennes des transporteurs de fret conclue que la route serait « 30 % moins chers et 40 % plus courte que les routes traditionnelles habituelles ». La route actuelle part de Mumbaï vers la mer Rouge puis le canal de Suez vers la Méditerranée jusqu’à Gibraltar, ensuite vers la Manche jusqu’à Saint-Pétersbourg, puis Moscou[6]. Un simple coup d’œil sur la carte révèle à quel point cette route existante est stratégiquement vulnérable face à une possible interdiction de l’OTAN ou des États-Unis.

Le coup d’État* américain de février 2014 en Ukraine, ayant installé toute une brochette d’oligarques « pro-Washington » corrompus et de néonazis à la solde du Département d’État américain, afin de brouiller les relations entre la Russie et l’Union Européenne, força temporairement ce projet de Corridor de Transport Nord-Sud à mettre les bouchées doubles. À présent, tandis que la réalité du Grand Projet eurasien « Une Ceinture, Une Route » de la Chine prend une forme concrète, cette addition d’un axe constitué par ce nouveau Corridor de Transport Nord-Sud Iran–Azerbaïdjan–Russie, achève de créer un espace cohérent économique, politique et militaire, qui pourrait bientôt augurer ce que les historiens futurs appelleront le Siècle Eurasiatique, tandis que le Siècle Américain né de son hégémonie mondiale post-1944, tomberait en ruine de la même manière que l’Empire romain au cinquième siècle de notre ère. Une nouvelle fois, l’Est créé tandis que les seuls succès que l’Ouest semble capable de remporter le sont en matière de destruction…

Traduit par Jean-Maxime Corneille

[1]NDT : Médias PC = Principaux Courants (Mainstream) / Politiquement Corrects.

[2] TASS, Russia Iran and Azerbaijan start working on North South transport corridor Lavrov,

April 07, 2016,  http://tass.ru/en/economy/867976

[3] La Ceinture Economique de la Route de la Soie d’une part [Silk Road Economic Belt], et la Route de la Soie Maritime du XXIe siècle [21st-century Maritime Silk Road], dyptique abrégé en tant que « La Ceinture et la Route » (« C & R » [« The Belt and Road », B&R]) ou bien encore « Une Ceinture, Une Route » (UCUR, [One Belt, One Road, OBOR]): nom donné à l’Initiative chinoise pour une Route et une Ceinture  [Belt and Road Initiative], c’est à dire une stratégie et un cadre de développement, proposés par le dirigeant chinois Xi Jinping, mettant l’accent sur la connectivité et la coopération entre la République Populaire de Chine et les différents pays d’Eurasie. Cette stratégie illustre la manœuvre de la Chine vers un plus grand rôle dans les affaires mondiales, ainsi que les besoins d’exporter la capacité de production de la Chine dans certains domaines en surproduction.

Elle consiste en deux composants principaux :

– sur terre la « Ceinture Economique de la Route de la Soie » (CERS)

– sur les océans la « Route de la Soie Maritime » (RSM).

Voir pour plus de détails :

– « Construire ensemble la Ceinture économique de la Route de la Soie et la Route de la Soie maritime du XXIe siècle–Perspectives et actions » (Commission nationale du Développement et de la Réforme, Ministère des Affaires étrangères et Ministère du Commerce chinois, Mars 2015),  

– « L’initiative “Une ceinture, une route” dope le commerce bilatéral » (CCTV, 11 mai 2015).

– « L’initiative « La Ceinture et La Route » promeut le développement au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Europe » (Xinhua en français, 19 janvier 2016).

– « “Une Ceinture, une Voie“ :la nouvelle Route de la Soie chinoise »  (Revue Défense Nationale, Tribune n°694, 2 octobre 2015).

– « Une ceinture, une route, par Qiao Liang Général Major de l’Armée Populaire de Chine » (LesCrises, 4 octobre 2015).

[4] Russia & India Report, Transport Corridor offers many opportunities for Indo-Russian trade,  Russia& India Report, 29 November 2012, http://in.rbth.com/articles/2012/11/29/north-south_transport_corridor_offers_many_opportunities_for_indo-ru_19421.

[5] Business Standard, Dry Run Study of INSTC Trade Route,

March 20, 2015, http://www.business-standard.com/article/government-press-release/dry-run-study-of-instc-trade-route-115032000589_1.html

[6] Bipul Chatterjee and Surendar Singh, An Opportunity for India in Central Asia, May 4, 2015,   http://thediplomat.com/2015/05/an-opportunity-for-india-in-central-asia/.

*En français dans le texte.

mercredi, 09 décembre 2015

Will Turkey be able to replace Russian gas with Qatari imports?

QatargasPipes.jpg

Will Turkey be able to replace Russian gas with Qatari imports?

Ex: http://www.katehon.com

A recent meeting between Turkey’s President Recep Tayyip Erdogan and Qatari Emir Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani gave rise to a new rhetoric in Turkey: Turkey will be able to meet any shortfall in Russian gas supplies with new imports of Qatari liquefied natural gas (LNG). Any new LNG contracts signed with Qatar, the argument goes, now can be substituted for the gas Turkey currently buys from Russian sources — that is to say, about 50% of all of Turkey’s gas demands.
 
But this is not actually feasible. Not only are Turkey’s limited LNG storage and gasification capacity not sufficient for the amount of expensive Qatari gas the country would need, but also long-term energy contracts and a take or pay clause tie Russia and Turkey for at least 10 more years.
 
In the meeting between Turkish and Qatari delegations on Dec. 2, more than a dozen agreements cemented bridges between Qatar and Turkey in areas including defense, energy education and travel. Article 13 of the agreement refers to a memorandum of understanding between Turkey's state-owned Petroleum Pipeline Corporation (BOTAS) and the Qatari national petrol company regarding the long-term supply of LNG, reported AA, Turkey’s state-owned press agency.

Qatargas.jpgAccording to the Turkish parliament’s official press release regarding the natural gas agreement between BOTAS and Qatar Petroleum, Erdogan said, “As you know, Qatar Petroleum has had a bid to invest in LNG in Turkey for a long time. Due to the known developments in Turkey, they are studying what kind of steps they could take in LNG and LNG storage. We expressed that we viewed their study positively. As you know, both the private and public sector have LNG storage facilities. This one will be an investment between governments.”
 
In Turkey, this expression of the “known developments” has been interpreted as referring to the escalating crisis between Turkey and Russia in the aftermath of Turkey’s downing of a Russian warplane and the growing fear regarding an eventual gas supply disruption from Russia. Some argue LNG imports from Qatar can replace the 27 billion cubic meters (bcm) of natural gas imported annually from Russia. The Radikal website referred to the agreement by saying Turkey has found an alternative to Russian gas, and the daily HaberTurk reported this as a pre-emptive measure of Russia’s ability to cut gas supplies to Turkey.
 
This argument is unrealistic because Turkey does not today have the infrastructure necessary for the gasification and storage of the quantity of LNG equivalent to what is imported annually from Russia — i.e., 27 bcm per year.
 
This rhetoric is also unnecessary because Turkey does not need to substitute its gas supply from Russia. Not only do legal obligations tie both countries together for at least the next 10 years, but also the Russian economy — due to its oil and gas dependency — cannot afford to lose Turkey, the world’s second-largest consumer of Russian gas.
 
Turkey cannot realistically replace its Russian gas supply with LNG imported from Qatar with its existing infrastructure for gasification and LNG storage. Turkey's annual imports from Russia represents more than 50% of its demand. According to the International Energy Agency’s (IEA) analysis, Turkey's annual LNG regasification capacity does not exceed 14 bcm and its LNG storage capacity is limited to approximately 3 bcm.
 
This storage capacity represents less than 5% of the country’s demand, below the European average — for comparison, Germany can store 20% of its consumption and it is still far from satisfying the IEA’s criteria. With this infrastructure, in the best-case scenario, Turkey’s capacity for LNG trade could still not reach 20% of its gas consumption.
 
This agreement is not the first agreement signed with Qatar. Turkey already imports LNG from Qatar on the basis of temporary deals. In 2009, Taner Yildiz, Turkey's then-minister of energy and natural resources, and in 2014 President Erdogan both announced agreements with Qatar Gas for BOTAS’ LNG imports. Despite these previous agreements, Qatari gas has never constituted a substantial part of the Turkish gas imports. Among other reasons, the price of Qatari LNG is not competitive with the price of gas supplied via the pipeline from Russia.
 
Even though Qatar is providing about a third of the global LNG trade, the recent shale gas boom in North America frustrated Qatar’s LNG export plans because Qatari's gas price remains high in the LNG market. That is why, while Qatar was previously expecting to deliver much of its LNG to Europe and the United States, it has now begun exploring Asian markets like China, India and South Korea, as well as Turkey.
 
Considering that Turkey's external energy shortfall is 6% of its gross domestic product and accounts for 58% of the trade deficit, in the future, energy import prices will only increase in importance as a factor — importing expensive Qatari gas can only increase this deficit further.
 
Turkey imported 27.4 bcm of natural gas from Russia last year, the equivalent of 56% of its total consumption. Turkey’s demand for gas has more than doubled in 10 years, to the point where it is Gazprom’s second-largest consumer, after Germany. This has created a high economic mutual dependency for both countries. This relationship is built on long-term gas contracts controlled via international regulations; the party who breaks this interdependency without any legal justification will find itself obliged to pay heavy indemnities to the other party. Because of significant upfront capital investments on the part of producers for the exploration, design and construction of the facilities, natural gas contracts are signed for 20-25 years and include a clause outlining “take-or-pay conditions.” These conditions are a risk allocation mechanism between the buyer and the seller of the natural gas. Turkey’s contracts with Russia are long-term take-or-pay natural gas contracts that force Ankara to either take the contracted amount or pay the fee for the amount anyway. As Russia cannot cut gas to Turkey, Turkey cannot stop its gas purchase from Russia either.
 
Al-Monitor

mardi, 08 septembre 2015

Le projet de gazoduc Qatar-Turquie que l'on vous cache

ISIS_overlay_FUTURE_PIPELINEjgfla.jpg

SYRIE: Le projet de gazoduc Qatar-Turquie que l'on vous cache

Auteur : DAMOCLES International News
Ex: http://zejournal.mobi

syria-qatar-pipeline.jpgLe gazoduc Qatar-Turquie est un projet allant du champ irano-qatari «South Pars / North Dome» vers la Turquie, où il pourrait se connecter avec le gazoduc Nabucco pour fournir les clients européens ainsi que la Turquie.

Une des voies vers la Turquie passe par l'Arabie saoudite, la Jordanie et la Syrie et l'autre passe par l'Arabie saoudite, le Koweït et l'Irak.

La Syrie rejette ce projet Qatari et le justifie par la protection «des intérêts de son allié Russe», qui est le premier fournisseur de gaz naturel de l'Europe.

En 2012, un analyste cité par « Ansa Méditerranée » a suggéré que la participation du Qatar dans la guerre civile syrienne a été fondée en partie sur sa volonté de construire un pipeline vers la Turquie via la Syrie.

«La découverte en 2009 d'un nouveau gisement de gaz près d'Israël, du Liban, de Chypre, et de la Syrie a ouvert de nouvelles possibilités de contourner la barrière de l'Arabie et de garantir une nouvelle source de revenus. Les pipelines sont déjà en place en Turquie pour recevoir le gaz.

Seulement, il y a Bachar Al-Assad sur cette route.

Le Qatar et la Turquie souhaite supprimer Al -Assad et installer la branche Syrienne des frères musulmans à sa place. C'est le mouvement politique le mieux organisé dans cette société chaotique et qui peut bloquer les efforts de l'Arabie saoudite d'installer un régime encore plus fanatique basé sur le Wahabisme.

Une fois les frères musulmans au pouvoir, les larges connections de l'émir avec les groupes des frères musulmans de la région lui permettront d'avoir à Damas, une oreille plus attentive à ses projets et une main plus amicale.

 - Source : DAMOCLES International News

mardi, 05 mai 2015

La Turchia presidia il mar di Levante e costruisce una portaerei

A distanza di quarant’anni l’isola di Cipro rimane spezzata tra due mondi, quello greco del sud e quello turco del nord. Tra le due repubbliche (la prima riconosciuta dalla comunità internazionale, la seconda solo da Ankara) corre una zona cuscinetto lunga 180 chilometri che separa il territorio. Una separazione che non può colmare o risolvere decenni d’odio, diffidenza e rancori.

A Cipro tutto rimane sospeso. In una tregua precaria. Ciclicamente le due parti annunciano negoziati e incontri, ma regolarmente tutto finisce in baruffa e l’ingarbugliata situazione isolana resta ancor più intricata. A peggiorare, se possibile, vi è poi, da qualche anno, la questione degli immensi giacimenti offshore — subito dai greci ribattezzati Afrodite, mentre gli israeliani hanno preferito nomi più crudi come Leviathan e Karish (squalo)… — scoperti nel mar di Levante, tra l’isola e la costa asiatica. Una partita complicata quanto strategica che vede coinvolti più attori: Israele, l’Egitto, il Libano, la Siria, i palestinesi di Gaza e le due entità cipriote.

Lo scorso autunno Erdogan — grande protettore dei ciprioti del Nord — ha spedito una propria nave di ricerca davanti alle coste settentrionali dell’isola. Immediata la reazione di Atene — custode, ormai scalcinata ma attenta, dei diritti della repubblica ufficiale — che ha immediatamente protestato in tutte le sedi europee. Indifferente ai turbamenti ellenici, il governo neo ottomano di Ankara ha rilanciato inviando nelle acque contestate le proprie navi da guerra per un’esercitazione militare che ha sfiorato a più riprese la nave di perforazione italiana Saipem 10000.

Alcun risultato è sortito neppure dalla risoluzione di condanna dell’Unione Europea (effetto Mogherini?) dello scorso 13 novembre: la Turchia ha annunciato che proseguirà le sue ricerche e ha rivendicato per se e il satellite cipriota un ampliamento deciso delle reciproche zone economiche marine.

A confermare ulteriormente le ambizioni marittime di Ankara (e le mire energetiche), il consiglio di sicurezza nazionale turco ha deciso di trasformare radicalmente il progetto della nave anfibia in costruzione nei cantieri Sedef: l’unità diverrà una vera e propria portaerei (sviluppando il concetto dell’ammiraglia spagnola Juan Carlos, nella foto) e verrà equipaggiata per imbarcare velivoli F35b. La consegna è prevista per il 2019. Il mar di Levante si fa burrascoso.