Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 24 septembre 2022

Sur la révolte agricole aux Pays-Bas

FZY673eX0AA6gue.jpg

Sur la révolte agricole aux Pays-Bas

par Georges FELTIN-TRACOL

L’événement n’a pas fait les gros titres de l’actualité française. Seuls quelques sites de réinformation l’ont évoqué alors qu’il se déroule à quelques heures de voiture de Paris.

Depuis juin 2022, les Pays-Bas connaissent une impressionnante agitation rurale. On parle même de « révolte des agriculteurs ». En réalité, cela fait trois années, dès l’automne 2019, qu’une jacquerie inouïe secoue l’« autre pays des fromages ».

Les Pays-Bas sont le deuxième exportateur agricole mondial. Plus que les exploitants agricoles hexagonaux, leurs homologues néerlandais sont les grands bénéficiaires de la PAC (Politique agricole commune), le poste le plus important du budget communautaire européen. Le secteur agricole néerlandais profite en outre pleinement du libre-échange international encouragé par les accords économiques conclus au sein de l’OMC (Organisation mondiale du commerce). Cette première place n’a pas été obtenue sans difficultés.

Dans les années 1960, une fronde traversait déjà les campagnes. De nombreuses fermes refusaient les contraintes de la PAC. Les agriculteurs s’opposaient à la modernisation à marche forcée qu’exigeaient le gouvernement et les banques dont la Rabobank, l’équivalent batave du Crédit agricole. Suite à de très fortes pressions, l’agriculture se spécialisa, devint productiviste et valorisa l’élevage intensif. L’agriculture des Pays-Bas constitue aujourd’hui une partie d’un ensemble agro-industriel hautement mécanisé et fortement dépendant des activités pétrochimiques.

La priorité n’est maintenant plus l’alimentation, mais le sauvetage fantasmatique du climat. L’actuel gouvernement de Mark Rutte repose sur une coalition plus ou moins bancale de quatre partis (le VVD libéral, le D66 libéral de gauche, le CDA démocrate-chrétien et les sociaux-chrétiens de Christen Unie). Au nom de l’« urgence climatique » et condamné en 2019 par sa propre justice pour « inaction climatique », ce gouvernement a décidé des mesures écologiques fortes. Il entend modifier les pratiques actuelles des agriculteurs. Les aides qu’il propose ne s’élèvent qu’à 25 milliards d’euros alors que les projections les plus optimistes prévoient la suppression vers 2030 d’un tiers des élevages et une reconversion inévitable pour un autre tiers.

763boerenopstand.jpg

Le D66 veut aller encore plus loin. Il suggère de réduire le cheptel de moitié. Au printemps 2022, le ministère néerlandais de la Nature et de l’Azote annonce l’obligation de réduire de 70 % les émissions d’oxyde d’azote à proximité des espaces classés Natura 2000. Faisons une brève digression sur l’intitulé assez grotesque de ce ministère. Il n’est pas le seul dans son cas en Europe. En Allemagne, le vice-chancelier Vert Robert Habeck est le ministre de l’Économie et du Climat. On attend avec impatience un ministère de l’Intérieur et des Flatulences…

Avec une superficie de près de 42.000 km² dont de vastes surfaces gagnées sur la Mer du Nord grâce à la construction de digues et l’aménagement de terres-pleins, les Pays-Bas appartiennent aux États les plus densément peuplés au monde (environ 420 hab./km²). La césure monde urbain – zones rurales y est moins nette qu’ailleurs sur le continent. C’est un pays saturé sur le plan démographique.

Le mécontentement des agriculteurs néerlandais ne se limite pas à cette révision économique déchirante. Il complète d’une part une vive colère des covidosceptiques. Des émeutes contre la vaccination, le port du masque et le confinement ont éclaté dans les centres urbains ces deux dernières années, en particulier dans des contrées réputées pour leur rigorisme calviniste. Il se nourrit d’autre part de l’exaspération croissante des flux migratoires. Dans tout le pays, les protestations se multiplient contre l’ouverture de centres d’hébergement pour les immigrés, y compris désormais dans les campagnes. Les autorités néerlandaises ne cachent pas leur préférence à l’égard des étrangers clandestins. L’excellent blogue de Lionel Baland nous apprend qu’elles vont leur donner près de 730 millions d’euros supplémentaires et ordonner aux municipalités de mettre à la disposition des demandeurs d’asile environ 20.000 maisons (peu de Néerlandais sont propriétaires de leur domicile).

2400x1800a.jpg

Traduction: Requetequetek ! Quel cabinet de merde !

Les contestataires bloquent les centres névralgiques de fret et les infrastructures de transports plutôt que de manifester inutilement dans les rues. Laxiste envers la pègre allogène experte dans les trafics de drogue, le gouvernement néerlandais se montre intraitable, arrogant et implacable. Le 5 juillet dernier, des policiers ont tiré contre des manifestants. À part ça, Mark Rutte condamne la politique de Viktor Orban… De grandes consciences morales autoproclamées (avec le gros salaire qui va avec) ont réclamé dans leurs interventions médiatiques le recours à l’armée contre les agriculteurs révoltés. Les mêmes applaudissent bien sûr les « révolutions de couleurs » de l’hyper-classe cosmopolite.

Les tensions sociales ont une répercussion politique notable. D’après de récents sondages, la coalition gouvernementale serait en grande difficulté. Cependant, le camp national se divise entre quatre formations rivales (le PVV de Geert Wilders, JA21 d’Adrien de Boer, le Forum pour la démocratie de Thierry Baudet et les nouveaux venus nationaux-libéraux du Belang van Nederland). Pour l’heure représenté par un seul député, le BBB (Mouvement agriculteur–citoyen) fondé en octobre 2019 pourrait remporter une vingtaine de sièges. De sensibilité agrarienne de centre-droit, le BBB parie sur une alliance entre les exploitants agricoles en colère et les citoyens mécontents. N’oublions pas enfin le maintien des fondamentalistes protestants calvinistes du SGP (Parti politique réformé).

L’échéance des prochaines élections législatives est assez lointaine puisqu’elles sont prévues pour 2025. C’est dommage, car les populismes auraient pu fort bien se manifester avec fracas au pays des tulipes !

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 43, mise en ligne le 21 septembre 2022 sur Radio Méridien Zéro.

Écrire un commentaire