Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 septembre 2022

Les Patriotes créent la pression en Russie

Russland_VasilyMaximovAFP-635x423.jpg

Les Patriotes créent la pression en Russie

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/09/23/patriootit-luovat-painetta-venajalla/

La Russie a libéré des soldats britanniques et des membres du bataillon Azov en échange de prisonniers. Cette décision a suscité l'indignation des milieux patriotes russes, où l'"opération militaire spéciale" en Ukraine a déjà été critiquée comme étant inadéquate.

Comme je l'ai déjà dit, il semble que l'on ne comprenne pas, ici en Finlande et dans d'autres pays de la zone euro, que le régime de Poutine a été très pro-occidental, mais qu'il a été contraint de mener une guerre hybride dans une situation où l'élite au pouvoir en Occident veut briser la Fédération de Russie comme fut jadis brisée l'Union soviétique.

La véritable "opposition" en Russie, les forces patriotiques de droite et de  gauche, font pression sur le régime de Poutine. Il existe plusieurs camps idéologiques dans le grand pays qui, dans des circonstances exceptionnelles, peuvent faire entendre leur voix plus clairement.

Les libéraux systémiques, composés principalement d'oligarques et de responsables d'institutions financières publiques, ont exprimé leur inquiétude quant aux conséquences de la guerre pour l'économie russe. Mais il existe d'autres groupes, des communistes aux monarchistes en passant par les gens de droite, qui critiquent Poutine pour des raisons totalement différentes.

Le New York Times (et le journal finlandais Helsingin Sanomat, qui imite le ton des articles du quotidien américain) qualifie cet ensemble diversifié de "parti de la guerre". Il se compose d'agences de sécurité, du ministère de la Défense et de personnalités influentes dans le domaine des médias et de la politique, couvrant l'ensemble de l'écosystème de la radio nationale. Ses partisans n'ont cessé de critiquer l'approche douce du Kremlin dans le conflit ukrainien.

Le "Parti de la guerre" s'est fait entendre depuis avril, appelant à la prise de contrôle de Kiev et au renversement du gouvernement Zelensky. Jusqu'à présent, le niveau de critique a été gérable pour l'administration Poutine.

Cependant, la situation a commencé à changer en août, lorsque la fille du politologue Aleksandr Douguine, Darya Douguina, a été assassinée à Moscou. L'attaque est soupçonnée d'avoir été perpétrée par des Ukrainiens, mais cela est démenti en Occident. Cependant, la chaîne ukrainienne Telegram a fait l'éloge de cet acte et a suggéré d'autres assassinats de militants nationalistes russes.

Le chef d'État tchétchène, Ramzan Kadyrov, qui a fortement soutenu Poutine, a également exprimé son mécontentement quant à la conduite de l'opération militaire et à l'échange de prisonniers, après les sacrifices consentis par les forces russes. Kadyrov a déjà envoyé d'autres combattants tchétchènes en Ukraine.

146859829e32469ea22ef71f700064da.jpeg

Gennady Zyuganov (photo), le chef du parti communiste qui a écrit un livre sur Staline, appelle également à une "mobilisation maximale des forces et des ressources" et demande au Kremlin d'appeler le conflit une "guerre" et non une "opération spéciale". Les communistes ont également proposé la reconnaissance des républiques populaires d'Ukraine orientale en janvier dernier.

Leurs critiques ont manifestement été bien accueillies. La "mobilisation partielle" de quelque trois cent mille soldats par Poutine est un soutien majeur. On soupçonne également qu'il s'agit du coup d'envoi de la totalitarisation de la société russe, même si la loi martiale n'a pas encore été déclarée.

De même, la tenue de référendums - à Donetsk et Luhansk à l'est, et à Kherson et Zaporijia au sud - redéfinira les termes du conflit d'une manière qui conviendra également aux critiques bellicistes du président russe.

Mon opinion personnelle est que le régime de Poutine devra adopter une ligne de plus en plus illibérale et plus dure. Il est presque certain que le régime qui lui succédera ne fera pas preuve de la même tolérance à l'égard des provocations occidentales. La Finlande pourrait elle aussi subir des réprimandes pour son arrogance et sa complicité avec l'Occident.

Écrire un commentaire