Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 novembre 2022

G-20 : Les "adultes dans la pièce" à la recherche de l'ordre perdu

BS_Russie_Chine_USA_448538431_AlexLMX_1s-1024x569.jpg

G-20 : Les "adultes dans la pièce" à la recherche de l'ordre perdu

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-g20_gli_adulti_nella_stanza_alla_ricerca_dellordine_perduto/39602_47932/

par Paolo Raffone

Les projecteurs qui éclairaient le G20 à Bali étant éteints, on ne voit plus dans la salle que trois adultes - la Chine, les États-Unis et la Russie - qui, dans diverses bilatérales et négociations plus ou moins secrètes, ont affiné certaines questions pendantes. Pas d'amitié ni de solidarité. Tous conscients que personne ne gagne à continuer dans le dangereux (et nuisible) désordre mondial. Aucune concession mutuelle, aucun rabais. Réalisme et pragmatisme sont les mots d'ordre.

Inopportune et provocatrice, la visite de Pelosi à Taïwan a été mise de côté par déférence pour les principes établis en 1971 à l'ONU (une seule Chine... et donc le principe westphalien et sacré, celui de l'intégrité territoriale internationalement reconnue). Sur l'inopportunité d'utiliser des armes nucléaires, la Chine et les États-Unis semblent s'être mis d'accord (Taïwan ne vaut pas la bombe), mais aussi les États-Unis et la Russie semblent aller dans la même direction (réunion pour rouvrir les négociations START). En ce qui concerne l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, la Chine et les États-Unis se rendent compte de l'échec tactico-stratégique de la Russie, mais sont d'accord sur la stupidité politico-stratégique totale de l'isolement et de l'humiliation de la Russie (la Chine a de solides souvenirs du siècle d'humiliation du Céleste Empire et les États-Unis des conséquences involontaires de la "paix" vexatoire de Versailles). Tous deux préfèrent surmonter l'"incident militaire" par un puissant plan de reconstruction (pour la construction qui fut lésée) qui a une portée régionale transfrontalière convenue et équilibrée avec des sauvegardes et des garanties ainsi que des zones hybrides de collaboration possible.

Conscients de leurs limites et contraintes internes respectives, la Chine et les États-Unis ont reconnu que leur niveau d'interdépendance économique est tel qu'il décourage les nouvelles aventures et les représailles, laissant la voie libre à une concurrence loyale et à une compétition technologique et commerciale (en bref, les embargos et les sanctions enrichissent les avocats mais appauvrissent les États).

Au cours du G20, les perspectives de la gouvernance mondiale semblent être apparues sur un modèle quadrilatéral : G2+1+1. Chine-États-Unis (G2), Chine-Russie (+1) et États-Unis-UE (+1). Le G2 (une idée d'Obama qui a échoué par la suite) serait l'épicentre de l'infrastructure mondiale, tandis que les deux +1 ne seraient pas des zones d'influence typiques de l'ancienne sémantique géopolitique mais plutôt des partenaires auxiliaires dotés d'autonomie. Une configuration mondiale néo-impériale. D'autre part, l'issue actuelle des neuf mois de guerre a conduit à la nécessité de tirer quelques leçons réelles et pragmatiques : a) les logiques unipolaires ne sont plus durables ni commodes pour prévenir le multipolarisme ; b) la captation de l'Europe par les Américains et les puissances émergentes farouchement anti-russes et anti-européennes telles que celles de l'Intermarium polono-ukraino-lituanien (déjà cher à Józef Pilsudski il y a exactement un siècle); c) en Eurasie, c'est la Chine et l'Inde qui dirigent les flux énergétiques et commerciaux nécessaires vers la Russie, avec des retombées évidentes de l'Australie à l'Asie centrale, au Golfe Persique et à l'Afrique.

Rien n'est décisif. Le monde reste fluide. Les coups de Jarnac par les cinquièmes colonnes sont toujours possibles. Les géométries variables sont un must. En tout cas, il semble que dans l'atmosphère décadente de Bali, les dirigeants aient vécu une réflexion psychologique proustienne sur la mémoire et le temps à la recherche de l'ordre perdu. Reste à savoir si, dans le temps retrouvé, les dirigeants se rendront compte de l'inévitabilité du passage du temps, en évitant les remords mais en construisant ensemble un nouveau récit.

FhpSAmfXkAIIGrp.jpg

Dans la salle du G20 à Bali, on aperçoit également des enfants habillés en tenue de fête. Ils s'adressent aux adultes avec des danses et des pirouettes, en essayant de capter leur attention. Parmi eux, seule une jeune fille à la crinière dorée et à la voix rauque. L'air festif est interrompu par les images d'un petit homme vêtu de vert qui brandit les dix commandements de la paix tout en récitant de terrifiants mots de destruction. Au bord de la pièce, d'autres personnages apparaissent, quelque peu distants. Un écuyer méphistophélique, qui sous les traits d'un Savonarole de roman parle d'isoler le malin, propose à tous ses six points pour le bonheur [1], et raconte qu'il possède un merveilleux jardin enchanté, protégé des barbares envahisseurs. Une dame angélique, une Teresa visqueuse qui voltige de pan en fracas en offrant son soutien à tous, cherche désespérément une chaise pour s'allonger. Un esprit faustien se tourne vers le "grand monde" des cours impériales, où il expérimente les séductions du pouvoir, de la richesse et de la gloire terrestre. Soudain, un jeune garçon aux mains fines et osseuses s'agite, annonçant qu'un missile est tombé dans le jardin enchanté. Il brise le silence avec des tremblements de terreur. L'écuyer méphistophélique identifie immédiatement l'envahisseur qui veut troubler l'enchantement du bonheur. Les adultes, quelque peu agacés, se regroupent à l'écart dans un caucus d'où l'on peut les entendre commenter à voix basse: de toute façon, ce sont les barbares qui sont à blâmer, mais ce n'est pas un missile mais un message du ciel. Sic transit gloria mundi.

[1] https://www.politico.eu/article/russia-isolation-european-union-policy/

 

Écrire un commentaire