Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 décembre 2022

Le deuxième monde, la semi-périphérie et l'État-civilisation dans la théorie du monde multipolaire (II & III)

FirstWorldMap.png

Le deuxième monde, la semi-périphérie et l'État-civilisation dans la théorie du monde multipolaire

Deuxième & troisième parties

première partie: http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/11/25/l...

Alexandre Douguine

Source: https://katehon.com/ru/article/vtoroy-mir-poluperiferiya-i-gosudarstvo-civilizaciya-v-teorii-mnogopolyarnogo-mira-vtoraya?fbclid=IwAR3cg5zBUT8dFXL1uOgOyvc4uJg0QcLu_KiLg1zz-l-gR-nl_4Dea9e--P8

Semi-périphérie

Passons maintenant à une théorie différente - l'"analyse du système mondial" construite par Immanuel Wallerstein [1]. Immanuel Wallerstein, représentant de l'école marxiste des relations internationales (principalement dans son interprétation trotskiste), s'appuyant sur la doctrine de "la grande durée" (F. Braudel [2]) et les théoriciens latino-américains de l'économie structurelle (R. Prebisch [3], S. Furtado [4]), a développé un modèle de zonage du monde en fonction du niveau de développement du capitalisme. Cette vision représente un développement des idées de Vladimir Lénine sur l'impérialisme [5] en tant que stade de développement le plus élevé du capitalisme, selon lequel le système capitaliste gravite naturellement vers la mondialisation et l'extension de son influence sur toute l'humanité. Les guerres coloniales entre les puissances développées ne sont que la phase initiale. Le capitalisme réalise progressivement l'unité de ses objectifs supranationaux et forme le noyau d'un gouvernement mondial. Cela est tout à fait cohérent avec la théorie libérale des relations internationales, où le phénomène de l'"impérialisme", compris de manière critique par les marxistes, est décrit en termes apologétiques comme l'objectif d'une "société globale", d'un seul monde.

17199788606_336bfda00c_o-e1568735405985.jpg

Immanuel Wallerstein.

L'expression géographique de la théorie du système mondial est l'identification de trois couches [6].

Le centre, le noyau ou le "Nord riche", constitue la zone du plus haut développement du capitalisme. L'Amérique du Nord et l'Europe occidentale correspondent au noyau, c'est-à-dire à l'atlantisme et à la civilisation ouest-européenne qui lui correspond, dont le pôle s'est déplacé au XXe siècle vers les États-Unis. Le cœur du système mondial de Wallerstein coïncide avec le "premier monde".

Autour du noyau se trouve le premier anneau, qui dans la théorie de Wallerstein est appelé "semi-périphérie". Elle comprend des pays qui sont inférieurs au noyau dur en termes de développement mais qui cherchent désespérément à rattraper ce qu'ils considèrent comme le modèle. Les pays de la semi-périphérie sont également capitalistes, mais adaptent les modèles de capitalisme à leurs caractéristiques nationales. En règle générale, ce sont des régimes "césaristes" (selon la nomenclature d'A.Gramsci [7]) qui s'y forment, c'est-à-dire que l'hégémonie libérale n'est acceptée que partiellement - principalement dans l'économie, les technologies et les modèles d'industrialisation, tandis que des modèles locaux correspondant à des modèles précapitalistes ou non-capitalistes continuent de dominer le système politique, la culture et la conscience sociale.

La semi-périphérie de Wallerstein comprend les pays les plus développés d'Amérique latine - surtout le Brésil, l'Inde, la Chine et la Russie. En d'autres termes, nous obtenons à nouveau approximativement les pays du club BRIC ou BRICS, c'est-à-dire le "deuxième monde".

La périphérie de Wallerstein correspond à ce que l'on appelait à l'origine le "tiers monde", avec les mêmes caractéristiques de base - sous-développement, retard, inefficacité, archaïsme, non-compétitivité, corruption, etc. C'est ce qu'on appelle aussi le "Sud pauvre".

Dans la théorie des systèmes mondiaux de Wallerstein, il y a une déclaration sur la tendance principale du développement. Elle découle de la croyance marxiste dans le progrès et le changement des formations économiques. Cela signifie que des relations non seulement spatiales mais aussi historiques et temporelles existent entre le noyau, la semi-périphérie et la périphérie.

La périphérie correspond au passé, à l'ordre archaïque pré-capitaliste.

Le noyau incarne le futur universel, le capitalisme mondial (donc la mondialisation).

Et la semi-périphérie est la zone dans laquelle la décomposition doit se faire en ce qui retourne au noyau et ce qui s'effondre dans la périphérie. Selon Wallerstein, la semi-périphérie n'est pas une alternative au capitalisme, mais seulement son stade retardé. Il s'agit d'un avenir différé. Wallerstein lui-même ne s'est donc pas particulièrement intéressé à la semi-périphérie, ne retraçant que les tendances qui confirmaient la scission de ces sociétés en une élite libérale mondialiste et des masses de plus en plus archaïques et prolétarisées. Wallerstein a prédit que la semi-périphérie se diviserait bientôt en un noyau et une périphérie et cesserait d'exister.

Une fois la semi-périphérie disparue, le monde entier sera global : le Nord riche interagira directement avec le Sud pauvre, où à nouveau les élites seront incorporées au noyau, et les masses se mêleront aux masses des autres zones dans une migration globale et deviendront le prolétariat international global. C'est alors que commencera la révolution prolétarienne prédite par Marx, la crise du système capitaliste mondial, et plus tard le communisme. Et cela ne devrait se produire qu'après l'achèvement du processus de mondialisation capitaliste, et donc après l'abolition de la semi-périphérie. En tant que trotskiste et anti-stalinien, Wallerstein pensait que le socialisme ne pouvait pas être construit dans un seul pays - ni en URSS ni en Chine, ce ne serait qu'un report de la mondialisation, et donc de la révolution mondiale qui lui succéderait. Tout comme Marx et Engels, dans leur Manifeste du Parti communiste [8], ont souligné que pendant que la bourgeoisie se débat avec des institutions médiévales, les communistes devraient la soutenir, et qu'ensuite seulement, après le succès des révolutions bourgeoises, ils devraient entrer en confrontation directe avec les capitalistes, De même, Wallerstein et la majorité des marxistes culturels et des gauchistes contemporains sont en faveur de la mondialisation contre la préservation de la souveraineté par les puissances individuelles, afin de ne les affronter de manière décisive qu'après la victoire totale des libéraux et des mondialistes. C'est pourquoi ils ne qualifient pas leur doctrine d'antimondialiste mais d'altermondialiste, mettant en avant des projets de post-libéralisme plutôt que d'anti-libéralisme [9].

9782707170132.jpg

Une lecture multipolaire du semi-polarisme

Dans le contexte d'un monde multipolaire, le système mondial de Wallerstein en tant qu'ensemble complet est plutôt une antithèse. La multipolarité voit le phénomène même de la semi-périphérie tout à fait différemment. Il ne s'agit pas simplement d'une condition temporaire des sociétés arriérées qui ne sont pas encore incluses dans le noyau, mais de la possibilité d'un cours alternatif de l'histoire qui rejette l'universalité du capitalisme et de la mondialisation libérale et refuse au noyau le droit d'être synonyme d'avenir et un exemple de destinée universelle. La semi-périphérie est prise ici non pas comme un phénomène intermédiaire entre le noyau et la périphérie, mais comme une combinaison indépendante d'une identité civilisationnelle sous-jacente qui reste inchangée et d'un processus de modernisation.

Huntington [10], qui a parlé d'un choc des civilisations pour remplacer le monde bipolaire, a utilisé l'expression "modernisation sans occidentalisation". Il s'agit d'une stratégie consciente des élites de la semi-périphérie, qui choisissent de ne pas s'intégrer aux élites mondiales du noyau, mais de rester la classe dominante dans le contexte civilisationnel de la semi-périphérie. C'est ce que nous voyons en Chine, dans les pays islamiques, et en partie en Russie.

Le concept de la semi-périphérie, détaché du contexte marxiste-trotskiste de la théorie du système mondial, s'avère être identique au "deuxième monde". Cela nous permet de nous concentrer plus précisément et plus en détail sur les vecteurs des relations entre les pays de la semi-périphérie (BRICS) et les pays du noyau dur et les pays de la périphérie nette.

En combinant le potentiel des pays de la semi-périphérie et en établissant un dialogue intellectuel entre les élites qui ont consciemment décidé de ne pas s'intégrer au noyau du capitalisme libéral mondial, nous obtenons un projet aux ressources comparables et même supérieures au potentiel global du noyau ("premier monde"), mais avec un vecteur de développement complètement différent. Intellectuellement, la semi-périphérie n'agit pas ici comme une zone de "futur différé", mais comme une zone de libre choix, qui peut à tout moment combiner souverainement des éléments du "futur" et du "passé" dans n'importe quelle proportion. Il suffit d'abandonner le dogme libéral et marxiste du temps linéaire et du progrès socio-technique. Mais ce n'est pas aussi difficile qu'il y paraît, car les théories confucianistes, islamiques, orthodoxes, catholiques et hindoues du temps ne connaissent pas le dogme du progrès, et voient l'avenir sur lequel les capitalistes et les marxistes insistent de manière purement négative, comme un scénario apocalyptique eschatologique, ou en ont une vision entièrement différente.

Objectives-of-Brics-Formation.jpg

La semi-périphérie ("le deuxième monde") cesse alors d'être un stade intermédiaire et une zone grise entre "progrès" et "sauvagerie", "civilisation" et "archaïsme", mais s'affirme comme un champ de civilisations souveraines qui établissent elles-mêmes des critères, des normes et des mesures de base - en ce qui concerne la nature humaine, Dieu, l'immortalité, le temps, l'âme, la religion, le sexe, la famille, la société, la justice, le développement, etc.

Le noyau lui-même perd alors son statut d'objectif universel et devient une civilisation parmi d'autres. "Le deuxième monde" l'affirme : tout est une semi-périphérie, à partir de laquelle on peut aller soit vers le noyau, soit vers la périphérie. Et les pays centraux eux-mêmes ne sont pas un exemple abstrait d'un avenir universel, mais seulement une des régions de l'humanité, une de ses provinces, qui a fait son choix, mais ce choix doit rester à l'intérieur de ses frontières.

Notes:

[1] Wallerstein I. The Modern World-System: Capitalist Agriculture and the Emergence of the European World Economy in the Sixteenth Century. New York: Academic Press, 1976

[2] Braudel F. Le Temps du Monde. Paris: Armand Colin, 1979.

[3] Prebisch R. Capitalismo periférico. Crisis y transformación, Santiago de Chile: CEPAL,1981.

[4] Furtado C. Desenvolvimento e subdesenvolvimento. Rio de Janeiro: Fundo de Cultura, 1961.

[5] Ленин В.И. Империализм, как высшая стадия капитализма. Популярный очерк/ Ленин В.И. Полное собрание сочинений. 5-издание. Т. 27. М.: Политиздат, 1969.

[6] Wallerstein I. World-Systems Analysis: An Introduction. Durham, North Carolina: Duke University Press. 2004.   

[7] Грамши А. Избранные произведения: Т. 1—3. — М.: Изд. иностранной литературы, 1957—1959.

[8] Маркс К., Энгельс Ф. Манифест коммунистической партии/ Маркс К., Энгельс Ф. Сочинения. Т. 4. М.: государственное издательство политической литературы, 1955.

[9] Wallerstein I. After Liberalism. New York: New Press, 1995.

[10] Huntington S. The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order. New York : Simon & Schuster, 1996.

* * *

Second monde, semi-périphérie et civilisation d'État dans une théorie du monde multipolaire

Troisième partie

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/second-world-semi-periphery-and-state-civilisation-multipolar-world-theory-part-three

Etats-Civilisation

Nous en arrivons à un troisième concept, crucial pour comprendre la transition d'un monde unipolaire à un monde multipolaire et la place des pays BRICS dans ce processus. Il s'agit du concept d'État-civilisation. Cette idée a été formulée par des universitaires chinois (notamment par le professeur Zhang Weiwei [1]) et le plus souvent, le concept d'État-civilisation est appliqué à la Chine moderne, puis par analogie à la Russie, à l'Inde, etc.

Zhang_Weiwei-20210926.png

Zhang Weiwei.

Dans le contexte russe, une théorie similaire a été mise en avant par les Eurasistes, qui ont proposé le concept d'Etat de paix [2]. En fait, dans ce courant, la Russie était comprise comme une civilisation, et pas seulement comme un des pays, d'où le principal concept eurasien - Russie-Eurasie.

Fabio-petito.jpg

Fabio Petito.

En fait, Samuel Huntington avait déjà suggéré le passage à la civilisation comme nouveau thème des relations internationales dans son article perspicace, voire prémonitoire, intitulé "Le choc des civilisations" [3]. L'expert anglo-italien en relations internationales Fabio Petito [4] a souligné que les relations entre les civilisations n'engendrent pas nécessairement des conflits, tout comme dans la théorie réaliste des relations internationales, une guerre est toujours possible entre n'importe quel État-nation (cela découle de la définition de la souveraineté) mais est loin de toujours se produire dans la pratique. Ce qui importe, c'est le déplacement du thème de la souveraineté, de l'État-nation à la civilisation. C'est exactement ce qu'envisage Huntington.

La civilisation-état est définie par deux négations :

    - Ce n'est pas la même chose que l'État-nation (dans la théorie réaliste des RI), et

    - Ce n'est pas la même chose qu'un gouvernement mondial unissant l'humanité (dans la théorie des IR propre au libéralisme).

C'est un juste milieu : l'État-civilisation peut englober différents peuples (nations), confessions et même sous-États. Mais il ne prétend jamais à l'unicité et à la portée planétaire. Il est fondamentalement un ensemble de grande échelle et durable, quels que soient les changements d'idéologies, de façades, de cultures et de frontières formelles. L'État-civilisation peut exister sous la forme d'un empire centralisé, ou de ses échos, vestiges, fragments, capables dans certaines circonstances historiques de se réassembler en un tout unique.

L'État-nation est apparu en Europe à l'époque moderne. L'État civilisation existe depuis des temps immémoriaux. Huntington a constaté une nouvelle émergence de la civilisation dans une situation particulière. Dans la seconde moitié du 20ème siècle, les États-nations ont d'abord fusionné en deux blocs idéologiques, capitaliste et socialiste, puis, après l'effondrement de l'URSS, l'ordre libéral a prévalu dans le monde (La fin de l'histoire selon Fukuyama [5]). Huntington pensait que l'unipolarisme et la victoire mondiale de l'Occident libéral capitaliste étaient une illusion à court terme. La propagation mondiale du libéralisme peut achever la décadence des États-nations et abolir l'idéologie communiste, mais elle ne peut remplacer les identités civilisationnelles plus profondes qui ont apparemment disparu depuis longtemps. Progressivement, ce sont les civilisations qui ont prétendu être les principaux acteurs de la politique internationale - ses sujets, mais cela implique de leur conférer le statut de "politisation", d'où le concept d'État-civilisation.

Il existe des forces et des modèles à l'œuvre dans l'État-Civilisation que la science politique occidentale moderne ne parvient pas à saisir. Ils ne sont pas réductibles aux structures de l'État-nation et ne peuvent être compris par une analyse macro- et micro-économique. Les termes "dictature", "démocratie", "autoritarisme", "totalitarisme", "progrès social", "droits de l'homme", etc. n'ont aucune signification ici ou nécessitent une traduction fondamentale. L'identité civique, l'état et la signification sociale de la culture, le poids des valeurs traditionnelles : tous ces aspects sont délibérément écartés par la science politique moderne et ne se révèlent que dans l'étude des sociétés archaïques. Or, ces sociétés sont notoirement faibles politiquement et servent d'objets de recherche ou de modernisation. Les États de civilisation possèdent leur propre pouvoir souverain, leur propre potentiel intellectuel, leur propre forme de conscience de soi. Ils sont des sujets, et non des objets d'étude ou d'"aide au développement" (c'est-à-dire de colonialisme déguisé), ne font que rejeter l'Occident comme modèle universel, mais s'opposent sévèrement à l'influence du soft power occidental à l'intérieur de leurs propres frontières. Ils étendent leur influence au-delà des frontières nationales, non seulement en se défendant mais aussi en contre-attaquant, en proposant leurs propres théories d'intégration et leurs projets ambitieux. Comme l'IRB ou la Communauté économique eurasienne, l'OCS ou les BRICS.

Ce n'est pas pour rien que la Chine est prise comme exemple d'état-civilisation. Son identité et sa puissance sont les plus illustratives. La Russie contemporaine s'est rapprochée de ce statut, et l'opération militaire spéciale en Ukraine, accompagnée de son retrait des réseaux mondiaux, est la preuve de cette volonté profonde et puissante. Mais tandis que la Russie et, dans une large mesure, la Chine construisent avec succès leurs États de civilisation sur la base d'une confrontation directe avec l'Occident, l'Inde (notamment sous le gouvernement nationaliste de Modi) tente d'atteindre le même résultat en s'appuyant sur l'Occident, et de nombreux pays islamiques visant le même objectif (notamment l'Iran, la Turquie, le Pakistan, etc.) combinent les deux stratégies - confrontation (Iran) et alliance (Turquie). Mais partout, ils tendent vers une seule chose : l'établissement d'un État-civilisation.

Le deuxième monde comme nouveau paradigme universel des RI

Rassemblons maintenant ces concepts. Nous avons une série conceptuelle :

deuxième monde - semi-périphérie - état-civilisation

"Second Monde" est une définition qui souligne le caractère intermédiaire des pays qui optent aujourd'hui pour le multipolarisme et rejettent l'unipolarisme et le globalisme, c'est-à-dire l'hégémonie du "premier monde". En termes de niveau de développement économique et de degré de modernisation, le "deuxième monde" correspond à la semi-périphérie de la théorie du système mondial. Toutefois, contrairement à Wallerstein, cette semi-périphérie ne reconnaît pas l'inévitabilité de la scission en une élite intégrée au mondialisme et une masse sauvage et archaïque, mais affirme l'identité et l'unité de la société qui partage une même identité, en haut comme en bas.

    - Les pôles du "second monde" (la semi-périphérie) sont les états-civilisation réels (Chine, Russie) ou potentiels (monde islamique, Amérique latine, Afrique).

Armés de cet appareil, nous pouvons maintenant mieux comprendre les BRICS. Jusqu'à présent, il s'agit d'une alliance plutôt conventionnelle, ou plutôt d'un club d'États-civilisation (explicite et implicite), représentant le "deuxième monde" et remplissant les critères de base de la semi-périphérie. Cependant, ce club se trouve dans une situation exceptionnelle dans le contexte actuel : le 20ème siècle a vu une érosion importante de la souveraineté des États-nations, qui ont perdu beaucoup de leur contenu en raison de la formalisation excessive de leur statut au sein des Nations unies et de leur division en camps idéologiques. Dans un système bipolaire, la souveraineté était presque considérée comme acquise en faveur des deux principaux centres de décision - Washington et Moscou. Ce sont ces pôles qui étaient absolument souverains, et tous les autres États-nations l'étaient seulement partiellement et relativement. La fin de l'URSS et la dissolution du Pacte de Varsovie n'ont pas conduit à une nouvelle consolidation des États-nations, mais ont temporairement cimenté le monde unipolaire, qui, dans le cadre de la mondialisation, a tenté d'insister sur le fait que seuls Washington et le système occidental libéral de valeurs et de règles disposaient désormais de la souveraineté à l'échelle universelle.

L'étape logique suivante aurait été la déclaration d'un gouvernement mondial, comme le réclament Fukuyama, Soros et Schwab, le fondateur du Forum de Davos. Mais ce processus a déraillé, à la fois en raison de contradictions internes et - surtout ! - de la rébellion directe de la Russie et de la Chine contre l'unipolarisme établi. C'est donc le "deuxième monde", la semi-périphérie et les États-civilisation qui ont défié le mondialisme et préparé son effondrement, et ce qui semblait être un phénomène temporaire et transitoire - la semi-périphérie, les BRICS - s'est avéré être quelque chose de beaucoup plus solide. Cela a ouvert la voie à un monde multipolaire dans lequel le "deuxième monde", la semi-périphérie et les États-civilisation sont devenus les principaux créateurs de tendances dans la politique mondiale, allant bien au-delà du statut que les théories occidentalo-centriques des relations internationales, y compris la version trotskiste du marxisme (Wallerstein), leur prescrivaient.

    - La thèse de l'État-civilisation, si elle est soutenue par les membres du club multipolaire, c'est-à-dire le "deuxième monde" (principalement les pays BRICS), signifierait une restructuration complète de l'image mondiale.

L'Occident, le "premier monde", le noyau, sera transformé d'un centre mondial à un centre régional. Désormais, il ne sera plus la mesure des choses, mais l'un des États-Civilisation, voire deux : l'Amérique du Nord et l'Europe. Mais au-delà, il y aura des États-Civilisation équivalents - Chine, Russie, Inde, monde islamique, Amérique latine, Afrique, etc. - tout à fait compétitifs et de valeur égale dans tous les sens du terme. Rien en eux ne sera futur ou passé, mais tous deviendront des zones de présent et de libre choix.

C'est l'avenir, mais dès à présent, il est clair que si l'on additionne les potentiels des deux États-civilisation, leur potentiel combiné est capable d'équilibrer l'Occident sur les principaux paramètres, ce qui le relativise déjà et réduit ses prétentions mondiales à des frontières régionales assez définies. C'est la définition de ces nouvelles frontières de l'Occident, qui cesse d'être un phénomène mondial et se transforme en une puissance régionale (d'un gouvernement et d'un noyau mondial à un État-civilisation occidental), qui détermine l'opération militaire de la Russie en Ukraine et l'établissement probable d'un contrôle chinois direct sur Taïwan.

Le changement de l'ordre mondial passe souvent (mais pas toujours) par des guerres, y compris des guerres mondiales. La construction d'un monde multipolaire se fera, hélas, par des guerres. Si les guerres en tant que telles ne peuvent être évitées, il est possible de limiter délibérément leur portée, de déterminer leurs règles et d'établir leurs lois. Pour ce faire, il est toutefois nécessaire de reconnaître la logique sur laquelle repose le multipolarisme et, par conséquent, d'examiner les fondements conceptuels et théoriques d'un monde multipolaire.

Notes:

[1] Zhang Weiwei. The China Wave: Rise of a Civilizational State. Singapore: World Scientific Publishing, 2012.
[2] Основы евразийства. М.: Партия «Евразия», 2002.
[3] Huntington S. The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order.
[4] Petito F., Michael M.S. (ed.), Civilizational Dialogue and World Order: The Other Politics of Cultures, Religions, and Civilizations in International Relations (Culture and Religion in International Relations). London:  Palgrave Macmillan,  2009.
[5]Fukuyama F.  The End of History and the Last Man. NY: Free Press, 1992.

vendredi, 02 décembre 2022

Londres s'engage dans une confrontation avec la Chine : "Un défi systémique"

614d0b20-885f-4cc9-aa48-787f63e5456d.jpeg

Londres s'engage dans une confrontation avec la Chine : "Un défi systémique"

Source: https://zuerst.de/2022/12/01/london-geht-auf-konfrontationskurs-zu-china-eine-systemische-herausforderung/

Londres. Le nouveau Premier ministre britannique Sunak a dressé un premier bilan de sa politique étrangère et s'en est pris à la Chine. Dans un discours prononcé lundi lors d'un banquet organisé par le maire de Londres, M. Sunak a annoncé la fin de "l'âge d'or" des relations avec la Chine. Il a déclaré que la "notion naïve" selon laquelle plus de commerce avec l'Occident conduirait à des réformes sociales et politiques en Chine avait été abandonnée.

Sunak a été encore plus fondamental : "Nous sommes conscients que la Chine représente un défi systémique pour nos valeurs et nos intérêts, un défi qui devient de plus en plus aigu à mesure qu'elle s'oriente vers un autoritarisme encore plus fort", a déclaré Sunak.

Les relations du Royaume-Uni avec la Chine s'étaient nettement améliorées sous le mandat de David Cameron. Cameron a inventé le terme "âge d'or" et a encouragé le commerce et les investissements bilatéraux.

Toutefois, Londres s'est engagée depuis longtemps dans la voie de la confrontation avec l'Empire du Milieu, dans le sillage des États-Unis. Ce n'est qu'en septembre 2021 que le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l'Australie ont formé l'alliance militaire AUKUS, dont l'objectif est de contenir la Chine dans la région Pacifique. Le refroidissement des relations avec la Chine qui vient d'être annoncé aurait donc eu lieu - selon des sources britanniques officielles - même si Liz Truss était restée Premier ministre. Sunak, quant à lui, avait déjà défendu la position selon laquelle la Chine était "la plus grande menace à long terme pour la Grande-Bretagne et la sécurité économique et nationale du monde" lors de la course interne contre Truss, qu'il avait d'abord perdue. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 01 décembre 2022

Les Etats-Unis attaquent l'Allemagne, coupable de commercer avec Pékin pour sauver l'économie allemande

2022-11-04-china.jpg

Les Etats-Unis attaquent l'Allemagne, coupable de commercer avec Pékin pour sauver l'économie allemande

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/gli-usa-attaccano-la-germania-colpevole-di-commerciare-con-pechino-per-salvare-leconomia-tedesca/

Après avoir porté un coup dur à l'économie allemande en faisant appliquer des sanctions suicidaires contre la Russie, les États-Unis attaquent à nouveau Berlin parce que le gouvernement tente de sauver l'Allemagne par le biais de relations économiques avec la Chine. Il est évident que l'attaque de Washington vise l'ensemble de l'Europe, même si les atlantistes ne le comprennent pas ou font semblant de ne pas le comprendre, puisque l'Allemagne est le marché de référence pour tous les grands pays européens, à commencer par l'Italie.

Les critiques américaines à l'encontre du chancelier Scholz découlent précisément d'une vision arrogante du monde qui devrait être insupportable à ceux qui se disent patriotes et souverainistes. La Chine, à l'inverse de Washington, a une vision multipolaire. Elle voudrait changer l'équilibre international et a même la force de le faire. Alors que, selon les maîtres américains, le monde doit continuer à avoir un seul pôle de référence. Celui de Washington, bien sûr. Et on ne peut tolérer des gouvernements qui, dans l'intérêt de leurs peuples respectifs, collaborent avec ceux qui veulent briser l'ordre imposé par l'impérialisme yankee.

Il était donc nécessaire de mettre fin à l'ère du gaz russe bon marché qui a favorisé le renforcement de l'Allemagne et de toute l'Europe. Maintenant, ils sont obligés d'acheter du gaz liquéfié américain à des prix insensés qui rendent l'industrie européenne moins compétitive. Et, en conséquence, le prix du gaz provenant d'autres pays a également augmenté, conformément à la liste de prix imposée par Washington.

Scholz a toutefois tenté de compenser au moins partiellement le désastre en se concentrant sur le maintien des relations avec Pékin, en augmentant les échanges dans certains secteurs stratégiques. Et puis la réprimande nord-américaine a été émise, qui peut compter sur des politiciens atlantistes même à Berlin. Prêts à sacrifier l'avenir des Allemands, et par conséquent de toute l'Europe, pour plaire aux maîtres de Washington. Scholz, qui n'est ni un génie ni un homme au cœur de lion, oscille entre ouvertures à Pékin sur les ports et fermetures sur la production de semi-conducteurs. Pendant ce temps, la locomotive allemande ralentit, s'arrête, bat en retraite. Nous verrons si la répression à la sauce atlantiste, c'est-à-dire avec de bonnes matraques pédagogiques, suffira à stopper les probables protestations des prochains mois.

 

mercredi, 30 novembre 2022

Les États-Unis ordonnent à leurs vassaux de s'attaquer à la Chine

shutterstock_1150023404-768x512.jpg

Les États-Unis ordonnent à leurs vassaux de s'attaquer à la Chine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/11/30/yhdysvallat-komentaa-vasallejaan-kiinan-kimppuun/

Les États-Unis font pression sur leurs alliés européens pour qu'ils adoptent une position plus ferme à l'égard de la Chine. Maintenant que la zone euro a été mécanisée pour mener une guerre hybride contre la Russie, Washington veut que ses vassaux subjugués combattent aussi la Chine.

Les pourparlers entre les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN ont été rapportés par le Financial Times, qui indique que ces dernières semaines, Washington a fait pression sur les membres de l'alliance transatlantique pour qu'ils durcissent leurs déclarations anti-chinoises et prennent des mesures concrètes au-delà des mots pour contenir Pékin.

Au début de son administration, le président Joe Biden a identifié la lutte contre la Chine comme sa "principale priorité en matière de politique étrangère", mais avant cette "principale priorité", la Russie devait être clouée par une intervention militaire prolongée en Ukraine.

Alors que le conflit en Ukraine se poursuit en hiver, Washington s'efforce de mettre la Chine à l'ordre du jour de l'alliance militaire de l'OTAN. Le moment est venu de mettre à contribution les pays européens et anglophones pour apporter un soutien plus concret aux ambitions hégémoniques de l'Amérique dans la région dite indo-pacifique.

Lors de son sommet à Madrid en juin, l'OTAN a approuvé un nouveau "concept stratégique" pour faire face aux "défis systémiques posés par la Chine". Cette semaine, les ministres des Affaires étrangères de l'OTAN et leurs hôtes américains continueront à discuter de la question à Bucarest, en Roumanie.

Les développements économiques, politiques et militaires de la Chine ont été identifiés par l'Alliance comme un "défi" pour les "intérêts, la sécurité et les valeurs" de l'Occident. Une fois que les ministres de l'OTAN auront eu leurs discussions, les (faux) médias occidentaux ne manqueront pas de commencer à mener une campagne plus agressive contre la Chine.

Au milieu des plans de guerre américains, l'UE a paradoxalement évalué les moyens de renforcer ses relations commerciales avec la Chine. Les principaux pays de l'OTAN, tels que l'Allemagne et la France, hésitent à aligner pleinement leurs positions sur la Chine sur celles de Washington.

"On dit que les États-Unis ont une certaine tendance à être dominants, non seulement sur la Chine, mais sur tout", a déclaré un haut fonctionnaire européen à un quotidien économique, mais il a ajouté que l'Europe finirait par s'aligner sur la position américaine. Washington dirige et Bruxelles se contente de pleurnicher, comme toujours.

Alors que l'opération de la Russie en Ukraine continue d'exiger l'attention des États-Unis et de ses eurocallions, Washington a clairement indiqué qu'il s'agissait d'un "répit temporaire dans le cadre du changement à long terme visant à contrer la Chine comme principale politique stratégique de défense et de sécurité".

Le mois dernier, l'administration Biden a publié sa stratégie de sécurité nationale, qui affirme sans ambages que la Chine est une "priorité de la politique de sécurité" plutôt que la Russie, même si cette dernière constitue une menace "imminente et continue".

Ainsi, les conflits géopolitiques ne s'apaiseront pas dans un avenir proche, mais ne feront qu'augmenter. En plus de détester la Russie, les Européens sont également incités à s'en prendre à la Chine - au nom de la "démocratie" et de la "liberté", bien sûr. La Finlande est déjà prête pour cela, comme le suggèrent les déclarations de la Première ministre, Sanna Marin.

samedi, 19 novembre 2022

G-20 : Les "adultes dans la pièce" à la recherche de l'ordre perdu

BS_Russie_Chine_USA_448538431_AlexLMX_1s-1024x569.jpg

G-20 : Les "adultes dans la pièce" à la recherche de l'ordre perdu

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-g20_gli_adulti_nella_stanza_alla_ricerca_dellordine_perduto/39602_47932/

par Paolo Raffone

Les projecteurs qui éclairaient le G20 à Bali étant éteints, on ne voit plus dans la salle que trois adultes - la Chine, les États-Unis et la Russie - qui, dans diverses bilatérales et négociations plus ou moins secrètes, ont affiné certaines questions pendantes. Pas d'amitié ni de solidarité. Tous conscients que personne ne gagne à continuer dans le dangereux (et nuisible) désordre mondial. Aucune concession mutuelle, aucun rabais. Réalisme et pragmatisme sont les mots d'ordre.

Inopportune et provocatrice, la visite de Pelosi à Taïwan a été mise de côté par déférence pour les principes établis en 1971 à l'ONU (une seule Chine... et donc le principe westphalien et sacré, celui de l'intégrité territoriale internationalement reconnue). Sur l'inopportunité d'utiliser des armes nucléaires, la Chine et les États-Unis semblent s'être mis d'accord (Taïwan ne vaut pas la bombe), mais aussi les États-Unis et la Russie semblent aller dans la même direction (réunion pour rouvrir les négociations START). En ce qui concerne l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, la Chine et les États-Unis se rendent compte de l'échec tactico-stratégique de la Russie, mais sont d'accord sur la stupidité politico-stratégique totale de l'isolement et de l'humiliation de la Russie (la Chine a de solides souvenirs du siècle d'humiliation du Céleste Empire et les États-Unis des conséquences involontaires de la "paix" vexatoire de Versailles). Tous deux préfèrent surmonter l'"incident militaire" par un puissant plan de reconstruction (pour la construction qui fut lésée) qui a une portée régionale transfrontalière convenue et équilibrée avec des sauvegardes et des garanties ainsi que des zones hybrides de collaboration possible.

Conscients de leurs limites et contraintes internes respectives, la Chine et les États-Unis ont reconnu que leur niveau d'interdépendance économique est tel qu'il décourage les nouvelles aventures et les représailles, laissant la voie libre à une concurrence loyale et à une compétition technologique et commerciale (en bref, les embargos et les sanctions enrichissent les avocats mais appauvrissent les États).

Au cours du G20, les perspectives de la gouvernance mondiale semblent être apparues sur un modèle quadrilatéral : G2+1+1. Chine-États-Unis (G2), Chine-Russie (+1) et États-Unis-UE (+1). Le G2 (une idée d'Obama qui a échoué par la suite) serait l'épicentre de l'infrastructure mondiale, tandis que les deux +1 ne seraient pas des zones d'influence typiques de l'ancienne sémantique géopolitique mais plutôt des partenaires auxiliaires dotés d'autonomie. Une configuration mondiale néo-impériale. D'autre part, l'issue actuelle des neuf mois de guerre a conduit à la nécessité de tirer quelques leçons réelles et pragmatiques : a) les logiques unipolaires ne sont plus durables ni commodes pour prévenir le multipolarisme ; b) la captation de l'Europe par les Américains et les puissances émergentes farouchement anti-russes et anti-européennes telles que celles de l'Intermarium polono-ukraino-lituanien (déjà cher à Józef Pilsudski il y a exactement un siècle); c) en Eurasie, c'est la Chine et l'Inde qui dirigent les flux énergétiques et commerciaux nécessaires vers la Russie, avec des retombées évidentes de l'Australie à l'Asie centrale, au Golfe Persique et à l'Afrique.

Rien n'est décisif. Le monde reste fluide. Les coups de Jarnac par les cinquièmes colonnes sont toujours possibles. Les géométries variables sont un must. En tout cas, il semble que dans l'atmosphère décadente de Bali, les dirigeants aient vécu une réflexion psychologique proustienne sur la mémoire et le temps à la recherche de l'ordre perdu. Reste à savoir si, dans le temps retrouvé, les dirigeants se rendront compte de l'inévitabilité du passage du temps, en évitant les remords mais en construisant ensemble un nouveau récit.

FhpSAmfXkAIIGrp.jpg

Dans la salle du G20 à Bali, on aperçoit également des enfants habillés en tenue de fête. Ils s'adressent aux adultes avec des danses et des pirouettes, en essayant de capter leur attention. Parmi eux, seule une jeune fille à la crinière dorée et à la voix rauque. L'air festif est interrompu par les images d'un petit homme vêtu de vert qui brandit les dix commandements de la paix tout en récitant de terrifiants mots de destruction. Au bord de la pièce, d'autres personnages apparaissent, quelque peu distants. Un écuyer méphistophélique, qui sous les traits d'un Savonarole de roman parle d'isoler le malin, propose à tous ses six points pour le bonheur [1], et raconte qu'il possède un merveilleux jardin enchanté, protégé des barbares envahisseurs. Une dame angélique, une Teresa visqueuse qui voltige de pan en fracas en offrant son soutien à tous, cherche désespérément une chaise pour s'allonger. Un esprit faustien se tourne vers le "grand monde" des cours impériales, où il expérimente les séductions du pouvoir, de la richesse et de la gloire terrestre. Soudain, un jeune garçon aux mains fines et osseuses s'agite, annonçant qu'un missile est tombé dans le jardin enchanté. Il brise le silence avec des tremblements de terreur. L'écuyer méphistophélique identifie immédiatement l'envahisseur qui veut troubler l'enchantement du bonheur. Les adultes, quelque peu agacés, se regroupent à l'écart dans un caucus d'où l'on peut les entendre commenter à voix basse: de toute façon, ce sont les barbares qui sont à blâmer, mais ce n'est pas un missile mais un message du ciel. Sic transit gloria mundi.

[1] https://www.politico.eu/article/russia-isolation-european-union-policy/

 

mardi, 08 novembre 2022

La Chine de Xi Jinping et le retour de l'idéologie

Xi-Jinping-lors-de-la-cloture-du-congres-du-parti-communiste-chinois-a-Pekin-1506115.jpg

La Chine de Xi Jinping et le retour de l'idéologie

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/11/02/xi-jinpingin-kiina-ja-ideologian-paluu/

Dans l'ère de l'après-guerre froide, le "drame géopolitique mondial" se poursuit, et les "grandes théories de l'histoire et des relations internationales" ne manquent toujours pas.

"Des variantes du réalisme et du libéralisme se font concurrence pour expliquer et prédire le comportement des États, tandis que les universitaires se demandent si le monde est en train d'assister à la fin de l'histoire, à un choc des civilisations ou à quelque chose d'entièrement différent", affirme Kevin Rudd, homme politique australien éprouvé.

AAP+Bearded+Photo+20201011001495971935-original+2.jpg

L'analyse de Rudd se concentre actuellement sur "la montée en puissance de la Chine sous le président Xi Jinping et son défi à la puissance américaine". Selon lui, pour comprendre le développement de la Chine, l'Occident n'a pas accordé suffisamment d'attention à l'idéologie marxiste-léniniste officielle de la Chine, qui a été considérée comme "virtuellement morte". Cette interprétation est, selon Rudd, erronée.

L'"ère de gouvernance sans idéologie" de la Chine - qui, selon Rudd, a commencé à la fin des années 1970 sous Deng Ziaoping - a pris fin sous Xi Jinping. Sous la direction du secrétaire général et du président Xi, un nouveau type de "nationalisme marxiste" a commencé à émerger dans la République populaire, façonnant la présentation et le contenu de la politique et de l'économie chinoises.

Sous Xi, l'idéologie est à nouveau le moteur de la politique et il a mis en garde son parti contre le "nihilisme idéologique", qui pourrait conduire à l'instabilité sociale et, dans le pire des cas, à l'effondrement de l'État tout entier, comme ce fut le cas en Union soviétique.

41LRAMmkThL._AC_SY780_.jpg

Xi a poussé la politique intérieure vers le "léninisme de gauche", la politique économique vers le "marxisme" et la politique étrangère vers le "nationalisme de droite". Il a renforcé l'influence et le contrôle du Parti communiste dans tous les domaines de la vie publique et privée, a revitalisé les entreprises d'État et a imposé de nouvelles restrictions au secteur privé.

Dans le même temps, le dirigeant chinois a promu une politique étrangère de plus en plus affirmée et nationaliste, alimentée par une "croyance marxiste selon laquelle l'histoire est irrévocablement du côté de la Chine et qu'un monde basé sur la puissance chinoise produirait un ordre international plus juste". Rudd affirme que l'ascension de Xi a marqué un "retour de l'idéologie" dans la politique chinoise.

Bien que Xi ait été comparé de manière propagandiste à Mao Zedong en Occident, Rudd estime que la vision du monde de Xi est "plus complexe que celle de Mao, mêlant pureté idéologique et pragmatisme technocratique". Les idées de Xi sur l'histoire, le pouvoir et la justice ont "de profondes implications pour le contenu réel de la politique chinoise et de la politique étrangère - et, à mesure que l'ascension de la Chine se poursuit, pour le reste du monde".

H3AQUIXXQZLYTOPKEH3NELHV7I.jpg

Rudd a noté que les écrits publiés par Xi sur la théorie politique sont "bien plus étendus que ceux de tout autre dirigeant chinois depuis Mao".

Comme tous les marxistes-léninistes, Xi fonde sa pensée sur le matérialisme historique (qui se concentre sur l'inévitabilité du progrès) et le matérialisme dialectique (qui se concentre sur la façon dont le changement se produit lorsque des forces contradictoires entrent en collision).

Xi utilise le matérialisme historique pour placer la révolution chinoise dans le contexte de l'histoire mondiale, où la transition de la Chine vers un stade plus avancé du socialisme est inévitablement associée au déclin des systèmes capitalistes.

À travers le prisme du matérialisme dialectique, Xi décrit son programme comme un pas en avant dans une course sans cesse croissante contre "un secteur privé arrogant, des organisations influencées par l'Occident et des mouvements religieux" à l'intérieur et "les États-Unis et leurs alliés" à l'extérieur.

En s'orientant vers une politique léniniste et une économie marxiste, Xi a adopté une forme de nationalisme de plus en plus audacieuse, qui a alimenté l'affirmation de soi et remplacé la prudence et l'aversion au risque traditionnelles de la politique étrangère chinoise. La compréhension par Xi de l'importance du nationalisme était déjà évidente lors de son premier mandat.

Dans-la-tete-de-Xi-Jinping.jpg

Dans son discours de 2013, Xi a déclaré que "l'histoire est le meilleur manuel scolaire" et que ses leçons ne doivent pas être oubliées : "une nation sans mémoire historique n'a pas d'avenir". Ainsi, le récit chinois comprend toujours des narratifs sur "la trahison des puissances impériales occidentales et du Japon", ainsi que la réponse héroïque du Parti pendant les "100 ans d'humiliation" de la Chine.

La Chine de X est présentée comme étant du "bon côté de l'histoire", tandis que les États-Unis sont dépeints comme une puissance en déclin "se débattant dans les affres de la décadence capitaliste, engloutie par ses contradictions politiques internes, destinée à être mise sur la touche dans la politique mondiale". Rudd estime que l'objectif de Xi est que la Chine devienne "la première superpuissance en Asie et dans le monde d'ici 2049".

Rudd justifie son affirmation en montrant comment les formulations idéologiques de la Chine sont mises en pratique. Il cite les "occupations d'îles" de la Chine en mer de Chine méridionale, la simulation d'un blocus naval et aérien de l'île de Taïwan, les affrontements frontaliers entre l'Inde et la Chine et la "diplomatie du guerrier-loup" chinoise, où les critiques étrangères sont accueillies avec la même sévérité.

Les convictions idéologiques de Xi se reflètent également dans l'ambition de la Chine de construire un "système international plus équitable et plus juste", qui ne soit plus fondé sur l'hégémonie des États-Unis. Pour Rudd, les initiatives chinoises telles que le projet de développement Belt and Road, la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures et l'Organisation de coopération de Shanghai ont été créées "pour concurrencer et finalement remplacer les institutions dominées par l'Occident".

La Chine promeut son propre modèle de développement national dans le Sud global, comme une alternative au Consensus de Washington. Pékin a également fourni des technologies de surveillance, des formations policières et une coopération en matière de renseignement à des pays tels que l'Équateur, l'Ouzbékistan et le Zimbabwe, qui ont rejeté le modèle libéral-démocratique occidental.

les-mots-de-xi-jinping-mini-format-9782247210244_1.jpg

Sur le plan national, Xi est dans une position plus forte que jamais. Il s'appuie de plus en plus sur une "génération nationaliste" émergente, éduquée dans son pays plutôt qu'à l'étranger, qui a atteint l'âge adulte sous son administration. Rudd estime qu'il n'est pas réaliste pour l'Occident de s'attendre à ce que la "vision marxiste-léniniste" de Xi s'effondre dans un avenir proche, ou même à moyen terme.

Toutefois, M. Rudd soupçonne que le talon d'Achille de la Chine contemporaine pourrait être l'économie. La vision marxiste de Xi, à savoir un contrôle accru du parti sur le secteur privé, un rôle élargi pour les entreprises d'État et la politique industrielle, et la poursuite de la "richesse commune" par la redistribution, pourrait réduire la croissance économique au fil du temps.

Cela est particulièrement vrai pour les secteurs de la technologie, de la finance et de l'immobilier, qui ont été les principaux moteurs de la croissance intérieure en Chine au cours des deux dernières décennies. L'attrait de la Chine pour les investisseurs étrangers a également été diminué par l'impact de l'incertitude de la chaîne d'approvisionnement et les nouvelles doctrines d'autosuffisance économique. La question cruciale pour les années 2020 est de savoir si la Chine sera capable de se remettre du ralentissement économique.

"Le nationalisme marxiste de Xi est un plan idéologique pour l'avenir ; c'est la vérité sur la Chine cachée au grand jour", articule Rudd, le dénouement non résolu de son histoire à suspense. Sous Xi, le Parti communiste "évalue les conditions internationales changeantes à travers le prisme de l'analyse dialectique".

Dans cette perspective, les institutions occidentales telles que le groupe dit "Quad" (une alliance stratégique entre l'Australie, l'Inde, le Japon et les États-Unis) et l'alliance AUKUS (un accord de coopération militaire entre l'Australie, la Grande-Bretagne et les États-Unis) sont considérées comme des formations hostiles dirigées contre la Chine, et la réponse à leur menace exigera de Pékin qu'il adopte de nouvelles tactiques politiques, idéologiques et militaires.

À la lumière de "l'orthodoxie marxiste-léniniste" de Xi, Rudd exhorte l'Occident à cesser d'espérer que la politique et l'économie chinoises adopteront un jour le modèle libéral de l'Occident. Sous Xi et son politburo, cela ne se produira pas.

el-nuevo-partido-comunista-chino-de-xi-jinping.jpeg

Il est également clair à ce stade que "l'approche de la politique étrangère de la Chine est guidée non seulement par un calcul changeant des risques et des opportunités stratégiques, mais aussi par la conviction sous-jacente que les forces historiques du changement feront inexorablement avancer le pays".

L'Occident a gagné la course idéologique dans les années 1990 ; Rudd, bien sûr, espère qu'il en sera de même dans les années 2020. Cependant, la Chine ne tombe pas comme l'Union soviétique, mais le "socialisme aux caractéristiques chinoises" en a déjà fait la deuxième plus grande économie du monde.

"Si Xi n'est peut-être pas Staline, il n'est pas non plus Mikhaïl Gorbatchev" et n'abandonnera pas son idéologie, confirme Rudd, un expert de la Chine. Les États-Unis et leurs alliés seront-ils capables de vaincre la Chine, ou le nouvel ordre mondial sera-t-il façonné selon les conditions de Xi Jinping ?

Le voyage de Scholz en Chine irrite les atlantistes

DQ4FHL4JMVPGVBGT4Z2RMZQFBA.jpg

Le voyage de Scholz en Chine irrite les atlantistes

Markku Siira 

Source: https://markkusiira.com/2022/11/05/scholzin-kiinan-matka-arsyttaa-atlantisteja/

Le chancelier allemand Olaf Scholz s'est rendu en Chine vendredi avec une délégation commerciale. Bien que Scholz se soit souvenu qu'il lui fallait scander le mantra attendu sur les droits de l'homme, les médias anglo-américains ont surtout critiqué sa visite. Le journal britannique The Telegraph, par exemple, a insisté noir sur blanc sur le fait que "l'Allemagne doit choisir de se ranger du côté de l'Occident ou de la Chine".

En d'autres termes, l'Allemagne et le reste de l'Europe devraient choisir s'ils veulent réduire complètement leurs industries et leurs économies juste pour donner plus de temps aux États-Unis pour qu'ils demeurent l'hégémon, plutôt que de permettre la montée de la Chine et d'autres puissances qui feront la transition vers un ordre mondial multipolaire.

Les opposants à la visite de Scholz en Chine révèlent une fois de plus quels intérêts ils servent. La plupart des gens en Chine, en Allemagne et en Europe n'ont pas vu ce voyage d'un mauvais œil, car la coopération pratique entre les deux pays est bénéfique à tous, ainsi que les affaires qui s'y concluront. Scholz a surtout été critiqué par les commentateurs politiques de l'élite transatlantique des pays de l'euro, et par les manipulateurs géopolitiques de Washington et de Londres.

Les visites de haut niveau entre la Chine et l'Allemagne, et entre la Chine et le reste de l'Europe, sont pourtant un élément normal des relations politiques et économiques. L'ancienne chancelière allemande Angela Merkel a visité la Chine douze fois au cours de son mandat. La position de la Chine est constante : Pékin souhaite que l'Eurocontinent reste stable et prospère, au bénéfice tant des Européens que des Chinois.

Comme l'a dit M. Scholz dans un article qu'il a écrit avant sa visite, nous vivons déjà dans un monde multipolaire, et il vaut la peine pour l'Allemagne et les autres pays de la zone euro de tisser des liens avec les nouveaux centres de pouvoir qui émergent. La visite de M. Scholz devrait servir d'exemple aux autres pays européens pour équilibrer leurs politiques vis-à-vis de la Chine.

Il a été suggéré que le voyage de Scholz à Pékin serait également une contre-mesure à la politique égocentrique des États-Unis qui a conduit l'Allemagne et l'Europe au bord d'une crise énergétique et d'un effondrement économique. Dans les cauchemars géopolitiques des stratèges de l'empire anglo-américain, l'Allemagne - et au moins une partie de l'Europe avec elle - se retrouvera en partenariat avec la Russie et la Chine.

Il convient de noter que Scholz était accompagné, lors de son voyage en Chine, par un certain nombre d'industriels allemands ayant un réel droit de regard sur les affaires du pays. Apparemment, ils n'entendent pas rester sur la touche pendant que la cupidité de Washington détruit l'œuvre de leur vie ? Un désengagement allemand de la Chine ne servirait que les intérêts américains et nuirait gravement à la propre industrie allemande.

Mais l'Allemagne, toujours occupée par les Américains, peut-elle s'allier à la Chine ? Les États-Unis prônent la rupture avec la "dépendance à l'égard de la Chine" et cherchent à intensifier la confrontation, en appelant les pays à "choisir leur camp" dans le nouveau monde des blocs et leur vision d'un "choc des civilisations".

Les politiques d'exploitation de l'ordre libéral en Occident, qui oppriment le reste du monde, ne plaisent tout simplement plus à beaucoup, et la division arrogante en "démocraties" et "autocraties" ne semble plus crédible face à l'intimidation et aux machinations de partage du pouvoir des États-Unis. Même si l'élite politique finlandaise aimerait vivre dans un avenir américain, ailleurs les choses sont cependant différentes.

La "convergence des crises" en cours ne s'arrêtera probablement pas tant que les institutions internationales actuelles qui soutiennent le rôle des États-Unis n'auront pas été remplacées. La Chine a déjà créé ses structures alternatives, mais la transition vers un nouvel ordre réussira-t-elle au milieu de la politique de guerre occidentale ? Le nouvel ordre mondial sera-t-il "socialisme ou barbarie" ?

mardi, 01 novembre 2022

Wang Wen en dialogue avec Douguine: Si la Russie cherche à résoudre des problèmes, elle devrait prendre la Chine comme exemple à étudier

W020210312678033805760.jpg

Wang Wen en dialogue avec Douguine: Si la Russie cherche à résoudre des problèmes, elle devrait prendre la Chine comme exemple à étudier

Wang Wen & Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/wang-wen-dialogue-dugin-if-russia-seeks-solve-issues-it-should-take-china-example-be-studied

Ce dialogue a été mené de concert avec le philosophe russe Alexandre Douguine, suite à la mort tragique de sa fille Darya Douguine (Дарья Дугина 1992-2022) dans une attaque terroriste en août. Comment celui que les médias occidentaux ont sans cesse surnommé "le cerveau de Poutine", "le meneur d'un groupe de réflexion russe" et "le professeur d'État", voit-il le conflit russo-ukrainien actuel et la situation actuelle en Russie. Comment évalue-t-il sa relation avec Poutine ? Comment voit-il l'avenir de la Chine après le 20ème Congrès national du Parti communiste chinois ? Quels conseils a-t-il à donner à la jeune génération chinoise ? Le 21 octobre, Wang Wen, doyen exécutif de l'Institut Chonyang pour les études financières de l'Université Renmin de Chine, a accepté l'invitation de Douguine pour un entretien d'une heure dans son bureau. Un synopsis de la conversation est publié dans Global Times, tandis que la version intégrale est autorisée à être publiée sur le site Web Guanchazhe.

Wang Wen : Tout d'abord, permettez-moi de vous rendre hommage au nom de nombreux Chinois et d'exprimer mes condoléances pour le décès malheureux de votre fille bien-aimée Darya. Ces derniers mois, de nombreuses attaques terroristes ont eu lieu en Russie. Comment voyez-vous le développement intérieur de la Russie sous le conflit aujourd'hui ?

Douguine : Je tiens tout d'abord à vous remercier pour votre soutien moral et j'apprécie profondément le chagrin du peuple chinois suite au décès de ma fille Darya Douguina. Elle est désormais un symbole de la lutte de notre âme russe contre un système mondial hégémonique injuste et une victime du terrorisme occidental. Nous savons déjà que cette opération est venue de Kiev, de Zelensky lui-même et du chef des forces spéciales militaires ukrainiennes. Zelensky est responsable de la mort de ma fille et de l'attentat. Bien que les services secrets américains et britanniques aient refusé d'expliquer et de condamner l'attaque terroriste, nous sommes presque certains qu'ils nous visaient, moi et ma fille, parce que nous ne faisons qu'un.

Ce fut le début d'une guerre de terreur contre la Russie, la première fois que des terroristes occidentaux ont attaqué des citoyens russes sur le sol russe. Je tiens à souligner une fois de plus que Darya et moi-même n'occupions aucune fonction officielle et n'avons pas participé à l'opération militaire spéciale (OMS) dans l'est de l'Ukraine. Il est sans précédent que des intellectuels aient été assassinés pour ce qu'ils ont simplement dit et pensé, et ce type de terreur contre les intellectuels est assez inquiétant. Et ce n'est rien d'autre que la guerre.

Cela révèle un tout nouveau chapitre de l'histoire de la guerre: lorsque les idées comptent vraiment, vous êtes assassiné pour vos idées. Cet exemple démontre tragiquement l'importance de la pensée, en jouant avec sa vie. Pourtant, si vous êtes un guerrier, vous devez être prêt à mourir au combat ; si vous prenez des décisions politiques, vous devez être prêt à payer pour vos décisions.

Pendant longtemps, la philosophie théologique s'est préoccupée de la vie humaine. La Russie se trouve dans un état critique, j'aimerais l'appeler "une profonde révolution idéologique en Russie", et le conflit russo-ukrainien marque le début d'un changement complet. Dans les années 1990, la Russie a accepté l'hégémonie occidentale, les systèmes occidentaux, les valeurs occidentales et la démocratie politique occidentale, a suivi l'exemple de l'Occident et a considéré l'Occident comme une seule bouée de sauvetage. C'est la différence entre la Russie et la Chine: la Chine accepte les règles et profite pleinement des règles internationales pour s'imposer, alors qu'en Russie, dans les années 1990, nous avons trahi notre souveraineté nationale. Après son arrivée au pouvoir, Poutine a commencé à se battre pour l'indépendance de la Russie. Mais au cours des 22 dernières années, il a été enchaîné par les règles établies par l'Occident. L'Occident a toujours espéré affaiblir et attaquer la Russie de cette manière.

Poutine a tenté de concilier la contradiction entre l'essor du pays et l'intégration dans la mondialisation, mais cela s'est avéré impossible. Cette inconciliabilité a atteint son paroxysme après le début de l'Opération militaire spéciale. Poutine ne pouvait que réagir par une action violente directe, mais la société russe n'y était pas préparée, car la lutte contre l'Occident est un chemin trop long et trop étroit. La Russie est maintenant dans une guerre contre l'Occident, contre les États-Unis. Nous essayons d'ajuster nos idées sociétales et de nous réévaluer, pour nous adapter à la situation actuelle dans laquelle nous nous trouvons, ce qui est un processus très intense et dramatique.

Wang Wen : Je suis d'accord avec votre analyse et votre prédiction astucieuses. Je me souviens qu'en 2008, vous avez écrit sur l'inévitabilité d'un conflit entre la Russie et l'Occident. Cependant, lorsque les universitaires chinois reconnaissent qu'un conflit sino-américain peut devenir inévitable, ils font généralement de leur mieux pour proposer d'éviter la guerre avec les États-Unis. Par exemple, lorsque le professeur Graham Tillett Allison de l'Université de Harvard a proposé le "piège de Thucydide" entre la Chine et les États-Unis, les érudits chinois le réfutent et tentent de modifier cette "prophétie réalisable".

Ce que je veux savoir, c'est pourquoi les élites russes ne conseillent pas au président Poutine de faire de son mieux pour éviter le conflit, ou de faire quelque chose qui pourrait être mieux qu'une action militaire ad hoc ? En Russie, un sage philosophe politique comme vous doit avoir une meilleure solution, non ?

Douguine : Cela a à voir avec l'équilibre de la conscience entre les individus et les groupes. Ce n'est pas le président Poutine qui a volontairement voulu lancer cette opération militaire spéciale, mais c'est toute la société qui a exigé cette opération spéciale. La société russe est très spéciale et a besoin d'un dirigeant de type "père" (comme un tsar) qui doit également fournir des garanties de sécurité à l'ensemble de la société. Poutine a essayé de réconcilier cette binarité: accepter l'Occident et assurer l'indépendance de la Russie. Ces deux options constituent toutefois un noeud de contradictions. Poutine espère concilier cette contradiction et maintenir un certain équilibre, mais cet équilibre est très fragile.

Poutine a toujours essayé de procéder de manière pacifique, sans utiliser de moyens militaires, pour éviter une escalade du conflit avec l'Occident. Depuis que la Crimée est "revenue à la Russie", nous avons remarqué très tôt que la Russie peut facilement libérer l'est de l'Ukraine, mais le président Poutine a toujours refusé de le faire. Il a cru pendant un temps aux assurances données par l'Occident, mais l'Occident a trompé la Russie. Poutine veut éviter la guerre, mais la guerre est de plus en plus inévitable. Il est dommage que nous n'ayons pas été pleinement préparés à cette opération militaire spéciale sur le plan politique, économique, culturel et militaire. En fait, nous aurions dû être mieux préparés.

36dcdd7f77bc4fc99b4c188366e4766b.png

Wang Wen : Oui. Mais je suis très inquiet, si la Russie se détache complètement de l'Occident à l'avenir, pourra-t-elle continuer à se développer rapidement à court terme ? Nous pensons tous que l'Occident s'affaiblit, mais pour l'instant, l'hégémonie occidentale a encore une influence significative dans des domaines tels que la haute technologie et le commerce économique.

Le maintien de la coopération avec l'Occident semble être un "choix rationnel et pragmatique". La Russie sera-t-elle réduite à rien de plus qu'un "grand Iran", si elle est complètement coupée de l'Occident ? J'ai voyagé en Iran à de nombreuses reprises. L'Iran présente un énorme potentiel et de riches ressources. Dans les années 1970, l'économie iranienne a connu une croissance rapide. Cependant, après avoir été sanctionné par l'Occident pendant 40 ans, le développement de l'Iran a été fortement affecté. La Russie répétera-t-elle les erreurs de l'Iran ?

Douguine : J'aimerais bien savoir quelle est votre définition du mot "Occident". L'Occident n'est pas seulement synonyme de développement économique et technologique, l'Occident représente une sorte de conscience, comprenant hégémonie, racisme et ontologie, qui peut être étendue au colonialisme et à l'unipolarité. C'est l'essence même de l'Occident. La Russie a "déclaré la guerre" à l'Occident et a été forcée de couper la coopération avec l'Occident. Nous espérons qu'en vainquant l'hégémonie occidentale, l'"Occident" deviendra une province du monde, et non le centre du monde. Pour y parvenir, nous devons non seulement nous élever et nous "désoccidentaliser", mais aussi marginaliser l'Occident. La Russie seule ne peut pas atteindre cet objectif. Nous espérons travailler avec d'autres pays non occidentaux dans le monde pour résister à l'hégémonie occidentale. Si nous nous unissons, nous serons peut-être en mesure de les vaincre. Il s'agit d'une guerre de la multipolarité contre l'unipolarité.

Wang Wen : Selon votre logique, le monde se divise progressivement en deux pôles, et une nouvelle "guerre froide" commence. Vous avez souligné dans votre article que le monde est au bord d'une troisième guerre mondiale.

La Chine ne veut pas entrer dans une nouvelle guerre froide ; elle préfère se développer dans un environnement mondialisé. Bien que la Chine soit en concurrence avec les États-Unis, elle fait de son mieux pour trouver un nouvel équilibre parmi les contradictions féroces. Je pense que l'Inde, le Brésil et les autres pays du BRICS ne veulent pas vraiment entamer une "nouvelle guerre froide" avec l'Occident, et qu'ils sont tous prudents et se protègent contre une éventuelle "troisième guerre mondiale".

Douguine : Maintenant, la situation n'est pas déterminée unilatéralement par la Russie. Avec l'Opération militaire spéciale, nous avons "franchi le Rubicon" pour affronter l'Occident. La Russie et l'Occident peuvent se comprendre, mais les deux ne peuvent coexister, comme le détermine la structure géopolitique. D'un point de vue géopolitique, les autres pays n'ont que deux options : soit être contrôlés par un État qui est une puissance maritime, soit se battre pour devenir un État qui est puissance terrestre, c'est-à-dire en soutenant la Russie pour pousser le monde vers la multipolarisation et devenir une région du Heartland.

L'indépendance de la Chine est basée sur l'équilibre. Dans cette perspective, si la Russie ne peut pas contrôler et équilibrer l'hégémonie américaine, alors la Chine sera victime d'un conflit militaire offensif avec des puissances maritimes, même si vous ne voulez que la souveraineté et la prospérité. Maintenant, l'Inde, le Brésil, l'Afrique du Sud et le monde islamique, tout aussi indépendants, font tous des choix, mais le résultat de leur choix dépend de la force à l'autre bout de l'échelle.

Pour que la stratégie gagnant-gagnant de la mondialisation représentée par la Chine soit parfaitement réalisée, il faut une condition invisible, à savoir la résistance de l'État puissance terrestre qu'est la Russie à l'État puissance maritime. Si la Russie perd l'opération militaire spéciale et perd son cœur, alors l'Inde et la Chine seront confrontées à la même situation que la Russie actuellement et deviendront les prochaines victimes directes de la guerre froide et même du conflit militaire.

L'Occident peut utiliser le détroit de Taiwan et les militants musulmans comme points d'entrée pour attaquer la Chine. L'Occident est une force radicale et agressive. D'autres pays peuvent éviter un conflit frontal uniquement parce que la Russie existe toujours et parce que la Russie se bat. Les autres nations n'ont que deux options : soit survivre dans l'ombre du monde occidental, soit se battre comme la Russie. Cette analyse géopolitique est très importante.

Bien que les résultats de l'analyse ne soient pas entièrement conformes à l'interprétation officielle chinoise, je crois que les stratèges du Parti communiste chinois, en tant que véritables maîtres de la stratégie internationale, peuvent comprendre pleinement les conclusions de l'analyse posée ci-dessus et éviter que la Chine ne tombe dans la situation de la Russie.

Je reconnais intensément les grandes réalisations de la Chine. Que ce soit pour la Russie, ou pour l'Inde, l'Iran et les pays arabes, la Chine est le principal espoir. Il existe un différend frontalier entre la Chine et l'Inde, mais je voudrais rappeler à l'Inde que si l'Inde et l'Occident luttent ensemble contre la Chine, une fois que la Chine et la Russie auront perdu, l'Occident se retournera pour affronter l'Inde et détruire l'Inde - en fait, Soros se prépare déjà à le faire.

En bref, nous ne voulons pas affronter l'Occident, nous affrontons "l'Occident" qui prétend diriger le monde mais qui n'a pas joué un bon rôle de modèle. Ce que nous devrions rechercher, c'est la multipolarité plutôt que l'unipolarité.  L'Occident veut démembrer la Russie, nous sommes le numéro un sur leur liste, vous êtes le suivant. Bien sûr, c'est mon analyse, et je ne veux pas l'imposer aux autres.

Wang Wen : Tout d'abord, nous avons confiance en la Russie. La Russie ne sera pas vaincue par l'Occident. Bien que l'OTAN soutienne pleinement l'Ukraine, la Russie a un énorme avantage en termes de profondeur stratégique, de potentiel et de ressources.

Bien sûr, je suis également d'accord avec vous pour dire que si la Russie est vaincue par l'Occident, la Chine sera la prochaine cible de l'Occident. À cet égard, la Chine est psychologiquement préparée. La réponse de la Chine est basée sur plus de 2.000 ans de sagesse traditionnelle et sur un engagement à trouver des solutions modérées et diverses. Ces dernières années, la Chine a obtenu de bons résultats sur de nombreux "champs de bataille" tels que les guerres commerciales, les guerres technologiques, les guerres de l'opinion publique, les guerres médiatiques et la question du détroit de Taiwan.

Ce que je veux discuter avec vous, c'est de la manière de traiter l'Occident de manière plus intelligente. Si la troisième guerre mondiale ou une guerre nucléaire d'une certaine ampleur se produit réellement comme vous le prédisez, cela signifierait la destruction de toute l'humanité. Selon vous, est-il possible d'employer une panoplie de mesures diversifiées pour résoudre le problème ?

Douguine : La solution du fait accompli est du type de l'Opération militaire spéciale. Nous n'avons pas utilisé d'autres approches plus diversifiées, et nous ne pouvions pas faire autrement. L'Opération militaire spéciale actuelle est très nécessaire, et bien que la situation de guerre actuelle soit mauvaise, elle est meilleure qu'une situation pire (par exemple: être détruit).

Je suis sûr que le Parti communiste chinois a adopté un bon modèle de prise de décision, en prenant des décisions avec prudence et circonspection, en intégrant les intérêts nationaux à la mondialisation, et en maintenant une politique indépendante et conservatrice.Tout en garantissant la démocratie et la libéralisation sociale et économique, la Chine maintient également le contrôle absolu du gouvernement central sur le pays, en veillant à ce que l'Occident ne puisse pas détruire le Parti communiste chinois au moyen de méthodes culturelles et d'Internet, et en sauvant le pays du chaos et même de la destruction.

La situation en Russie est tout à fait opposée. L'Occident détruit le contrôle absolu du gouvernement russe, en essayant de pousser le gouvernement contre le peuple. Sous Eltsine, le peuple a été la victime de cet assaut occidental.

Poutine essaie d'empêcher et d'inverser cette situation et de permettre à la Russie de se sauver par la réforme et la reconstruction. À un moment donné, il a essayé de changer pacifiquement l'héritage du gouvernement d'Eltsine (1931-2007), mais il n'y est pas parvenu en raison de l'obstruction de certaines élites politiques. Ces élites politiques sont des traîtres au pays. C'est la différence entre la Chine et la Russie. L'élite politique chinoise est l'épine dorsale du pays, mais nous n'avons que le poison laissé par l'ère soviétique. Après l'effondrement de l'Union soviétique, ces élites politiques sont entrées dans le gouvernement russe, et elles n'ont pas permis au pays de se transformer et de se développer par des moyens pacifiques. C'est exactement mon interprétation des différences politiques entre la Chine et la Russie.

Nous n'avons pas la possibilité de changer ou de réorganiser pacifiquement la Russie, et de parvenir à la réconciliation avec l'Ukraine et l'Occident par des moyens pacifiques. Poutine est notre espoir. Il est du côté du peuple et du côté de l'histoire. L'Opération militaire spéciale était sa façon de résister, bien que ce ne soit pas de la meilleure façon. Nous plaçons maintenant tous nos espoirs dans le pétrole et le gaz et attendons que l'Occident s'effondre ou fasse des compromis sur les questions énergétiques. Ils tentent de sortir de la crise de pénurie énergétique, ce qui nous oblige également à résoudre le problème sous d'autres angles. À cette fin, nous devrions prendre la Chine comme exemple à étudier.

Wang Wen : Merci de votre intérêt pour la Chine. En tant qu'universitaires et animateurs de think tanks, nous réfléchissons également tous les jours à la situation de la Chine et nous nous efforçons de résoudre les problèmes nationaux. À mon avis, les dilemmes internationaux ne peuvent être mieux traités que sur la base de la résolution des problèmes domestiques. Je pense que vous avez également remarqué que le rapport du 20ème Congrès national du Parti communiste chinois met clairement en avant la stratégie de développement national à long terme de la Chine pour 2035 et 2050. Vous vous êtes déjà rendu en Chine. En tant que philosophe politique, sur la base de votre compréhension de la Chine, comment voyez-vous l'avenir de la Chine ? Les objectifs actuels de la Chine peuvent-ils être atteints comme prévu ?

Douguine : Tout d'abord, j'aime beaucoup la Chine et j'apprécie la gouvernance de la Chine par le Parti communiste chinois sous la direction du secrétaire général Xi Jinping. Le président Xi est un leader exceptionnel de classe mondiale. Votre pays est entré dans l'histoire. Je pense que les objectifs de la Chine sont pragmatiques. Le 20ème Congrès national du Parti communiste chinois que vous avez organisé est un exemple réussi de coordination des questions nationales et internationales. L'Assemblée générale dirige le pays en formulant des plans. En fait, ni la société occidentale ni la Russie ne comprennent assez bien la structure politique et sociale de la Chine.

À mon avis, la Chine est composée du peuple, du gouvernement et d'autres éléments culturels tels que le socialisme aux caractéristiques chinoises, la culture confucéenne, etc. Ces éléments culturels jouent un rôle dans la gouvernance du gouvernement. Si le gouvernement ne parvient pas à assurer la sécurité culturelle, la société se désintégrera. Les analyses occidentales et russes de la Chine ignorent presque la partie spéciale de la culture, qui est en fait une ressource importante pour le peuple chinois.

Deuxièmement, la Chine est très particulière en ce qui concerne l'établissement de priorités. La Chine ne va pas intensifier les conflits, mais les modérer et les résoudre grâce à l'expérience de la construction de la civilisation. Cette culture n'est pas entièrement issue du confucianisme, mais aussi du taoïsme. La culture politique occidentale, y compris la Russie, est trop radicale, trop obsédée par le noir et le blanc absolus, le bien et le mal. Pour nous, le mal est le mal, et nous ne céderons jamais au mal.

Wang Wen : Oui, la théorie du Yin et du Yang dans la culture chinoise provient d'une autre école de philosophie. Nous espérons être capables de transformer le négatif en positif, le bien en mal, le bon en mauvais. Aux yeux des Chinois, les bonnes choses ne sont pas entièrement bonnes, et les mauvaises choses ne sont pas entièrement mauvaises. Il existe une relation d'attachement et de transformation entre les deux. C'est compliqué.

Douguine : Oui, la Chine ne promeut pas une politique étrangère de conflit culturel. Dans une autre culture différente de la Chine, il existe des frontières claires entre le bien et le mal, le bon et le mauvais, la lumière et l'obscurité, et la culture russe contient ce gène. Du point de vue de la Russie, le monde est soit unipolaire (il y a un pays avec la plus forte puissance mondiale, comme les États-Unis), soit multipolaire (l'Occident, la Russie et la Chine essaient tous de parvenir à une situation gagnant-gagnant dans ce monde). Une structure mondiale multipolaire est également une chose vers laquelle la Chine doit tendre. La Chine observe le monde avec sa propre perspective et ses propres pensées, et les autres pays observent également la Chine avec leur propre pensée et leur propre vision du monde. Cela va dans les deux sens.

Certaines de ces pensées et perspectives sont anormales, voire pathologiques. La pensée et la vision du monde chinoises sont saines, mais la pensée et la vision du monde occidentales ne le sont pas autant. Nous devrions essayer de comprendre ces modes de pensée pathologiques, et non pas les expliquer avec notre pensée intrinsèque.

Wang Wen : Discutons de l'avenir de la Russie et de la Chine. Les tensions dans les relations de la Russie avec l'Occident vont probablement continuer à pousser les relations sino-russes à se réchauffer. Cette fois, j'ai visité plus de 20 villes en Russie, j'ai parlé avec de nombreux responsables locaux et j'ai discuté de la manière de renforcer les relations entre les deux pays à différents niveaux tels que le niveau local, le niveau civil, le niveau de l'élite, etc. La Chine et la Russie ont des perceptions différentes l'une de l'autre à tous les niveaux. Du point de vue du sommet, la conscience stratégique de la confiance et de la coopération entre la Chine et la Russie est suffisante et ferme ; cependant, aux niveaux non gouvernemental et de l'élite, les gens ont des opinions très diverses sur la coopération sino-russe, et certaines idées ne sont pas propices à la coopération bilatérale. Que pensez-vous de cela ?

Douguine : Tout d'abord, je pense que les relations sino-russes se sont en fait considérablement améliorées sur les deux plans. Nos deux pays ont certainement de nombreux problèmes à surmonter, comme les différences culturelles entre les deux parties. Nous devrions passer plus de temps à comprendre les attributs respectifs de la Chine et de la Russie, à comprendre le code de la civilisation de l'autre, à ouvrir davantage le "dialogue à deux voies" et à approfondir la coopération bilatérale.

41fc32XrUgL._SX331_BO1,204,203,200_.jpgLa compréhension mutuelle entre les dirigeants des deux pays a été "parfaite", et la coopération entre le président Xi et le président Poutine est la pierre angulaire de la Chine et de la Russie, créant l'avenir des relations bilatérales. Mais nous devrions également accorder plus d'attention à l'institutionnalisation des relations entre les deux pays, proposer des plans pour renforcer la coopération et la compréhension mutuelle aux niveaux supérieur, intermédiaire et de base, et réajuster le système de coopération aux niveaux intermédiaire et de base.

À mon avis, l'avenir de l'humanité dépend de la coopération approfondie entre la Chine et la Russie. Plus que jamais, nous devons apprendre à nous connaître efficacement. Nous sommes déjà deux pôles dans un monde multipolaire. Les peuples des deux pays doivent continuer à se battre pour le développement de la Russie et de la Chine, afin que les relations entre les deux pays soient plus harmonieuses.

Wang Wen : Une plateforme importante pour la coopération sino-russe est la connexion entre l'initiative "Belt and Road" et l'Union économique européenne. Aux yeux de nombreuses personnes, la théorie du Grand Eurasisme que vous avez défendue pendant de nombreuses années a contribué à promouvoir la coopération sino-russe, en particulier l'intégration économique eurasienne. Mais les choses semblent changer. Ces dernières années, avez-vous acquis de nouvelles connaissances dans l'étude de l'intégration eurasienne ? Que pensez-vous de l'intégration eurasienne et de l'initiative "Belt and Road" ?

Douguine : Le contenu de la théorie du Grand Eurasisme couvre le contenu de l'Union économique eurasienne et de l'initiative "Ceinture et Route". La Chine et la Russie ont la capacité d'intégrer harmonieusement deux initiatives majeures pour promouvoir le développement de l'Eurasie et ainsi réaliser la construction du monde. À l'avenir, l'Eurasie devrait inclure l'Europe, l'Inde et de nombreux autres pays. Nous devrions élargir nos horizons pour inclure tous les pays de l'ensemble du continent eurasien. En termes de mise en œuvre spécifique, nous devrions avoir une compréhension plus profonde de la signification de "Ceinture et Route" et des différents rôles que l'"Union économique eurasienne" de la Russie devrait jouer et adapter et accepter ces rôles.

Nous devrions présenter la véritable théorie de l'intégration eurasienne aux élites chinoises, et non la version mal interprétée. En Russie, certains considèrent l'eurasisme comme du néocolonialisme, tandis qu'en Chine, d'autres y voient la version russe de l'impérialisme. Nous devrions trouver différentes façons de nous comprendre. La théorie de la Grande Eurasie inclut non seulement la coopération économique entre la Russie et la Chine, mais aussi la coopération approfondie entre l'Inde, l'Asie du Sud-Est et l'Asie occidentale. Nous devrions réfléchir à ce concept et le généraliser, renforcer les échanges culturels, comprendre son identité, son but et sa motivation.

Afin d'atteindre les objectifs ci-dessus, nous devons avoir une compréhension plus profonde de la culture de l'autre et comprendre réellement la cohérence interne du pragmatisme, du matérialisme, du réalisme et d'autres logiques, ce qui exige que nous ayons un dialogue au niveau de la linguistique interlinguale. Sinon, il nous est difficile de parvenir à des opinions similaires sur une même chose.

inwangdex.jpgWang Wen : Dans la stratégie étrangère de la Russie de ces dernières années, on peut voir l'ombre de la théorie du "Grand Eurasianisme". Par conséquent, des rumeurs ont circulé ces dernières années selon lesquelles vous faites partie de l'état-major du président Poutine, ou même que vous êtes le "cerveau de Poutine" ; certaines personnes disent que vous étiez le pont entre le président Poutine et le président Trump au cours de ces années-là. Comment réagissez-vous à cela ?

Douguine : Je soutiens beaucoup Poutine, notre esprit est similaire, mais je n'ai pas d'autre relation avec lui.

Je devrais connaître le peuple russe et l'histoire russe mieux que quiconque ici. C'est peut-être un peu humiliant de dire cela, mais j'ai un amour profond pour le peuple russe et l'histoire russe. Je comprends la logique derrière tout cela mieux que quiconque, ainsi que la stratégie étrangère nationale actuelle que les gens peuvent approuver et soutenir.

Wang Wen : Avez-vous des conseils à donner aux jeunes, en particulier à leurs homologues chinois ?

Douguine : Afin de comprendre le monde, vous devez d'abord devenir un Chinois plus authentique. Si vous ne vous comprenez pas vous-même, vous ne pouvez pas comprendre les autres. Si vous n'avez pas confiance en vous et que vous n'avez pas votre propre identité, il est impossible de comprendre l'identité des autres pays et l'avenir de la multipolarité. Pour comprendre le monde, vous devez d'abord vous comprendre vous-même.

* * *

(Zhang Huimin张慧敏 de l'Université de Moscou et Feng Shide冯士德 de l'Académie des sciences de Russie ont participé au dialogue et ont procédé à un examen préliminaire du contenu du dialogue)

Rédacteur responsable : Liu Xiaoyun 刘啸云

Traducteur anglais : Liviu Florea

 

mardi, 25 octobre 2022

Congrès du parti chinois - Le couronnement de Xi Jinping et la bataille technologique avec l'Occident

107111710-1661914205925-gettyimages-1241637534-HK_HANDOVER_ANNIVERSARY.jpeg

Congrès du parti chinois - Le couronnement de Xi Jinping et la bataille technologique avec l'Occident

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/10/17/kiinan-puoluekokous-xi-jinpingin-koronakuri-ja-teknologiataistelu-lannen-kanssa/

Le vingtième congrès du Parti communiste chinois est en cours dans la capitale du pays, Pékin. Le président Xi Jinping a ouvert la réunion sous les applaudissements dimanche matin, heure locale.

Les médias occidentaux se sont concentrés sur les rapports selon lesquels Xi est susceptible d'être élu pour diriger le parti pour un troisième mandat de cinq ans. La décision historique a déjà été comparée par avance au règne de Mao Zedong.

Selon les experts, il est peu probable que la réunion, qui durera environ une semaine, apporte des changements politiques radicaux. La Chine continuera à développer sa société socialiste, conformément à ses plans à long terme.

Dans son discours d'ouverture, qui a duré près de deux heures, Xi Jinping a évoqué les réalisations du Parti communiste, la politique de la Chine face à la pandémie, la question de Taïwan, le marxisme et la modernisation de la Chine.

La tolérance zéro à l'égard du virus ne semble pas se terminer, les confinements et les tests se poursuivent. On pense que la politique stricte en matière sanitaire est destinée à montrer que la Chine fait également mieux que l'Occident pour gérer la crise pandémique. La question est de savoir s'il s'agit là de bonnes relations publiques pour le socialisme chinois qui, avec ses quarantaines et sa surveillance numérique, a été taxé de "techno-fascisme dystopique".

Comme le vecteur viral, même selon le récit officiel, a déjà muté en une infection bénigne, il a été suggéré que les autorités chinoises préparent les citoyens à une vie sous la loi martiale, sous couvert d'un état d'urgence pandémique. L'élite politique chinoise voit-elle une confrontation avec les États-Unis se transformer d'une guerre technologique en une guerre plus traditionnelle ?

Selon Xi, la Chine cherche à intégrer pacifiquement Taïwan à la Chine continentale, mais pourrait également recourir à la force contre les séparatistes de l'île si nécessaire. Selon le parti communiste, la question de Taïwan n'appartient qu'aux Chinois, pas aux étrangers. Xi veut-il être le leader qui réalise la réunification ?

La Chine prépare également l'avenir de la vision de Xi par l'éducation et la formation. Des supports pédagogiques patriotiques sur l'histoire et la culture chinoises sont déjà utilisés dans les écoles primaires, et les opinions des dirigeants contemporains sur le "socialisme aux caractéristiques chinoises" sont largement étudiées dans les établissements d'enseignement chinois.

Xi a réitéré que la Chine ne cherchera jamais la "suprématie" dans la politique mondiale. Il a également déclaré que la Chine s'oppose à la "mentalité de guerre froide" et au "double standard", mais les États-Unis n'ont pas été mentionnés dans ce contexte.

"À l'heure actuelle, d'énormes changements s'accélèrent dans le monde entier, comme on n'en a pas vu depuis un siècle", a déclaré Xi. "Un nouveau cycle de révolution scientifique et technologique et de transformation industrielle est en cours, et un changement majeur dans l'équilibre des forces internationales est en train de se produire, offrant à la Chine des opportunités stratégiques dans sa poursuite du développement."

chine-semi-conducteur.jpg

La lutte des États-Unis contre la Chine s'intensifie précisément dans le domaine de la technologie. L'administration Biden tente de ralentir le développement de l'industrie chinoise des semi-conducteurs en imposant des interdictions de vente. Cette décision a déjà eu un impact négatif sur le cours des actions des géants technologiques et des fabricants de puces chinois. Quelle est la réponse de Pékin à Washington ?

L'économie chinoise a connu un essor considérable au cours des dernières décennies, mais elle est aujourd'hui en pleine tourmente en raison d'une période de taux d'intérêt élevés, d'une hausse des prix et d'une crise immobilière. La menace d'une Grande Dépression mondiale a également miné les perspectives économiques de la Chine, mais pas autant qu'en Europe, par exemple.

Selon Xi, le "développement de qualité" est la clé de l'avenir de la Chine et le parti doit également s'efforcer d'augmenter les revenus de la population et de faire en sorte que les gens soient heureux. Il a déclaré que les cinq prochaines années seraient "cruciales".

Les dirigeants chinois estiment que l'environnement international n'est plus aussi favorable qu'auparavant. Xi a qualifié l'environnement stratégique de "plus difficile" et de "turbulent". Le dirigeant chinois a déclaré qu'il y aurait "des vents forts et des vagues". Ce qui est certain, c'est que la Chine sera considérée comme une "menace" à la fois politique et économique pour les partisans de l'hégémonie anglo-américaine.

jeudi, 20 octobre 2022

La Chine et la fin de l'Occident

dd4ef0d4-54cd-4298-aa63-b3b82e1f2284.jpeg

La Chine et la fin de l'Occident

Karl Richter

Le monde est en train de vivre un changement de pôle dans la répartition du pouvoir mondial : l'Occident s'en va, quelque chose d'autre arrive. En l'état actuel des choses, des puissances comme la Russie, la Chine et l'Inde jouent un rôle déterminant dans ce processus, tandis que l'Oncle Sam ne jouera plus les premiers violons à l'avenir. C'est une évolution qu'il faut soutenir à tous égards.

Lorsque quelqu'un comme le chef du PC chinois Xi Jinping, qui est en fait le chef d'État de son pays, s'exprime clairement, il faut l'écouter aussi attentivement que Poutine. Les deux ne sont pas des faiseurs de phrases et se distinguent ainsi des pompes à air de Bruxelles, Berlin et Washington. La situation pourrait maintenant devenir passionnante. La réunification de Taiwan avec la Chine ne concerne que les Chinois, a déclaré Xi lors du congrès du PCC dimanche. Dans ce contexte, Pékin a récemment exhorté tous les Chinois vivant en Ukraine à quitter le pays. Le fait que les médias de propagande occidentaux, comme le journal allemand Bild, se soient récemment déchaînés contre Xi de la même manière que contre Poutine, s'inscrit également dans cette logique. Cela signifie que l'homme fait quelque chose de bien.

Les événements se déroulent à plusieurs niveaux. Le niveau politico-militaire n'en est qu'un, le niveau économique en est un autre. Entre-temps - mais en fait depuis un certain temps déjà - on ne peut plus ignorer qu'avec le groupe BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) se forme un nouveau grand bloc économique qui se considère comme un "contre-G7". Les principaux participants, en particulier la Russie et la Chine, ont profité de cette période pour faire progresser l'intégration des pays participants et d'autres partenaires, y compris sur le plan technique ; en effet, l'alternative russe au système de règlement américain SWIFT, le système de paiement MIR, est désormais en place et utilisé par un nombre croissant de pays. Parallèlement, de plus en plus de partenaires abandonnent le dollar pour leurs transactions énergétiques (pétrole, gaz), ce qui le rend superflu pour une partie croissante du monde. Si l'on ajoute à cela les chocs croissants auxquels les économies occidentales sont confrontées - par leur propre faute ! - (inflation, pénurie d'énergie, etc.), tout cela tombe très mal pour l'économie mondiale en dollars de l'Occident. On peut à juste titre se demander si l'escalade flagrante à laquelle se livre l'Occident en Ukraine n'est pas une conséquence directe de l'économie financière occidentale menacée d'effondrement.

7e994bd6e677646f9326b4c4c4e10869.jpg

Quoi qu'il en soit, la formation du bloc BRICS prendra du temps ; il s'agit plus d'une affaire de décennies que d'années. Néanmoins, les BRICS ont le vent en poupe et sont déjà perçus comme des concurrents. La guerre en Ukraine accélère le mouvement. Pour l'Occident, le train a tendance à s'arrêter.

Taïwan : la Chine est généralement un acteur discret, qui agit avec une prudence extraordinaire. Je ne mettrais pas ma main au feu que Pékin aborde la question de Taïwan dans un avenir proche - mais je peux me tromper (et je ne m'attendais pas non plus à l'attaque russe en février). En fait, les préparatifs chinois ne sont pas encore terminés. Pour l'instant, la marine populaire chinoise manque encore d'un grand nombre de navires de débarquement et de transports de troupes nécessaires, qui ne devraient pas être disponibles avant 2027. Pour le reste, l'armement chinois, malgré des progrès considérables, est encore loin d'être prêt pour que Pékin cherche de son propre chef la confrontation avec les Etats-Unis.

Mais il est possible que Pékin analyse l'impact de la guerre en Ukraine sur les forces armées occidentales. Les armées de l'UE ne sont pas les seules à se "cannibaliser" dangereusement en raison des livraisons excessives d'armes à l'Ukraine. Il y a des mois, l'ex-inspecteur général de l'armée allemande, Kujat, avait déjà mis en garde contre le fait que les livraisons menaçaient massivement sa propre capacité de défense. Indépendamment de cela, le ministère allemand de la Défense a fait savoir ces derniers jours que l'armée allemande ne disposerait de munitions que pour deux jours (!!) en cas d'urgence. Mais même aux États-Unis, les avertissements concernant les stocks de munitions vides et la réduction drastique des stocks d'armes antiaériennes et antichars (Stinger, Javelin) se font de plus en plus entendre. On sait que près de 900.000 munitions pour l'obusier M777 de 155 mm ont été livrées - le Pentagone doit maintenant supplier la Corée du Sud et le Canada de reconstituer les stocks.

En d'autres termes, l'occasion est belle. L'Occident, y compris les États-Unis, est pleinement impliqué en Ukraine et atteint déjà partiellement ses limites. Dans ces conditions, faut-il attendre que la guerre en Ukraine se termine d'une manière ou d'une autre et que l'OTAN puisse souffler un peu ? D'autant plus que l'administration Biden a fait savoir ces jours-ci qu'elle avait l'intention d'équiper Taïwan à l'aide de milliards de dollars et d'en faire un immense arsenal à l'image de l'Ukraine. La guerre en Ukraine montre clairement où cela mène si l'on en arrive là, et Pékin en tirera les leçons.

A cela s'ajoute l'atout que constitue le fait que la Chine (et la Russie à partir de novembre) possède déjà dans son arsenal des missiles hypersoniques à longue portée - qui peuvent être équipés d'armes nucléaires - alors que les Etats-Unis n'en disposent pas encore. Dans ces conditions, on peut se demander si Washington sortirait la carte nucléaire en cas de conflit. Le prix conventionnel d'un engagement militaire serait déjà élevé - avec ses missiles DF-21 et DF-26, considérés comme des "tueurs de porte-avions", ainsi que le glacis avancé construit ces dernières années en mer de Chine méridionale, la Chine dispose désormais de bons moyens pour tenir à distance les unités de porte-avions américaines. On peut raisonnablement se demander si Washington est prêt à prendre le risque d'une confrontation nucléaire à cause de Taïwan.

Nous entrons dans une phase intéressante de changement de pôle politique mondial. Les choses s'accélèrent maintenant. Tout porte à croire que le départ de l'Occident - y compris des régimes satrapes européens - se fera plus rapidement que beaucoup ne l'imaginent. Le plus tôt sera le mieux.

 

lundi, 03 octobre 2022

Le monde vu de Samarcande

Ouzbekistan-Samarcande-Batiment-CB-1170px-cp.jpg

Le monde vu de Samarcande

Par Daniele Perra

Source: https://www.eurasia-rivista.com/il-mondo-visto-da-samarcanda/?fbclid=IwAR1jTo6EDLMfC2JpvyhKZvny75SCUv6UohwQEKE19wWQVHc_O2nZ9PI1l1A

"Ne demandez pas au moineau comment vole l'aigle".

(proverbe chinois)

"Il est assez facile de démasquer le pro-américain qui se déguise en Européen. Il use et abuse du mot 'Occident".

(Jean Thiriart)

Les "Occidentaux", déclare l'ancien général des forces aériennes de l'Armée populaire de libération chinoise, Qiao Liang, aiment se vanter qu'il n'y a pas de guerres entre "démocraties" [1]. Cette croyance, pour être juste, est assez réductrice (pour ne pas dire plutôt banale). En fait, comme l'a soutenu le "géopolitologue militant" Jean Thiriart dans les années 1980, s'il est vrai que le grand rival militaire des États-Unis est la Russie, il est tout aussi vrai que son grand rival économique (celui qui représente potentiellement la menace la plus sérieuse pour son hégémonie mondiale) est l'Europe occidentale [2].

Sur les pages de notre revue Eurasia, on a souvent tenté de présenter des preuves (claires) que les États-Unis ne sont pas seulement en guerre contre la Russie, mais plus généralement contre l'Europe dans son ensemble (les attaques, le sabotage, contre les corridors énergétiques Nord Stream 1 et 2 du 27 septembre 2022, qui ont coïncidé avec l'inauguration d'un gazoduc reliant les champs gaziers norvégiens, aujourd'hui épuisés, à la Pologne à travers la mer Baltique pourraient également s'inscrire dans ce contexte) [3].

À l'occasion de l'agression de l'OTAN contre la Serbie, le taux de change entre l'euro (nouvellement créé) et le dollar est passé de 1 pour 1,07 à 1 pour 0,82, soit une chute de plus de 30 %. De même, début février, au plus fort de la pression ukrainienne contre les républiques séparatistes du Donbass et avant le début de l'opération militaire spéciale, l'euro valait 1,14 pour un dollar. Aujourd'hui (au moment de la rédaction de cet article), il se négocie à 0,96 (plus de trois points en dessous de la parité).

Gouvernée par une élite politique collaborationniste prête à faire du Vieux Continent pour les USA ce que l'Inde était pour l'empire colonial britannique, l'Europe semble condamnée à rester figée dans une mentalité de guerre froide de confrontation entre blocs à l'heure où l'accélération imposée aux dynamiques géopolitiques par les événements (la crise pandémique et l'intervention directe de la Russie dans le conflit ukrainien) transforme rapidement le système mondial dans un sens multipolaire.

Si, d'une part, le fait de pousser la Russie vers l'est a (momentanément) séparé ce qui a été défini comme les "deux géants du milieu", d'autre part, il a réalisé l'un des "cauchemars géopolitiques" de Washington : la construction d'un bloc capable d'exclure les États-Unis de l'espace eurasien grâce à une coopération stratégique entre la Russie, la Chine et l'Iran. Cela a contrecarré les efforts de ce Henry Kissinger qui, depuis le début des années 1970, avait tenté (non sans succès) de séparer l'URSS et la République populaire de Chine en attirant Pékin dans l'orbite géo-économique des États-Unis (en tant qu'exportateur de biens bon marché et importateur de titres de la dette américaine), grâce à la politique dite de la porte ouverte (un passage encore facilité par l'administration Clinton avec l'entrée de la Chine dans l'Organisation mondiale du commerce à des conditions favorables, sauf à bombarder "par erreur" l'ambassade de Chine à Belgrade pour pousser le transfert de capitaux de Hong Kong à Wall Street).

618OHb3St4L.jpg

L'"idylle" sino-américaine, du point de vue néo-libéral occidental, était censée faire de la Chine le centre manufacturier mondial, à condition que l'écart technologique et militaire entre Washington et Pékin reste inchangé et que la balance commerciale ne penche pas trop à l'Est.

Au contraire, la croissance économique de la Chine (qui s'est également traduite par une augmentation des dépenses militaires), augmentant sa puissance relative (notamment en termes de projection et d'influence), en a fait un rival direct des États-Unis. Il va sans dire que, comme l'a montré John J. Mearsheimer, cette rivalité n'a rien à voir avec l'aspect idéologique. Le politologue américain, en effet, dans le sixième chapitre de son texte phare The Tragedy of the Great Powers (2001), donne l'exemple de l'Italie dans la première moitié du 20ème siècle en montrant comment les gouvernements libéraux pré-fascistes n'étaient pas moins agressifs que celui dirigé par Benito Mussolini [4]. Par conséquent, un conflit avec les intérêts français et britanniques dans la zone méditerranéenne ou moyen-orientale aurait été inévitable dans tous les cas (l'Italie, par exemple, avait déjà commencé à fournir un soutien militaire à l'imamat yéménite Taydite contre la pénétration coloniale britannique à Aden dès le milieu des années 1920, à une époque où l'État italien n'avait pas encore pris un caractère totalitaire) [5].

De même, l'Union européenne, la Russie et la Chine, qu'elles soient démocratiques ou autoritaires, libérales ou étatistes en matière économique, importe peu. Ils représentent cependant une menace lorsque leur puissance accrue (militaire ou économique, ou les deux) met en péril le système mondial fondé sur l'hégémonie nord-américaine au sein des institutions internationales (Banque Mondiale et FMI surtout) et sur le pouvoir du dollar comme monnaie de référence dans les échanges commerciaux.

472BD925-591C-9D48-A40E-788C42271250-1.jpg

Si l'Union européenne, otage de sa propre classe dirigeante et de l'Alliance atlantique, a peu de marge de manœuvre pour échapper à l'emprise "occidentale" (bien que certaines tentatives pour l'"isoler" du reste de l'Eurasie, comme le TTIP, aient échoué), la Chine et la Russie construisent les bases d'un nouvel ordre qui rendra inefficaces les efforts occidentaux pour "contenir" leur expansion.

À cet égard, on ne peut oublier qu'au 19ème siècle, la Grande-Bretagne a mené les "guerres de l'opium" précisément pour tenir la Chine à l'écart du commerce maritime. Ainsi, la volonté actuelle du Parti communiste chinois, bien résumée par le discours du président Xi Jinping lors de la réunion de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS, mais plus connue sous son acronyme anglais SCO) à Samarcande (14-16 septembre 2022), se présente également comme une nouvelle expression de résurgence nationale face à cette période sombre de l'histoire chinoise (au tournant du milieu du 19ème siècle au milieu du 20ème siècle) qui reste connue en Chine comme "le siècle des humiliations" et des "traités inégaux".

Dans son discours, Xi, en plus des habituelles références historiques à la Route de la Soie comme source d'inspiration pour une interaction culturelle et commerciale pacifique entre les pays qui ont embrassé le projet et l'OCS, s'est concentré sur plusieurs points cruciaux pour le développement des programmes d'intégration eurasiens. Tout d'abord, il a souligné la nécessité pour les membres de l'Organisation de Shanghai elle-même d'agir en communauté de vues pour contrecarrer les tentatives d'ingérence extérieure dans leurs affaires intérieures. À cet égard, le président chinois a spécifiquement parlé des tentatives de créer des "révolutions de couleur" qui sapent la stabilité régionale [6].

Il n'est pas surprenant qu'au moment où Téhéran a officiellement rejoint l'OCS, une vague de protestations (plus ou moins véhémentes, plus ou moins spontanées) se soit répandue dans tout le pays d'une manière qui rappelle les processus de déstabilisation soutenus par l'Occident sur d'autres théâtres (des anciens pays soviétiques au Moyen-Orient) et aussi en Iran même (pensez au soi-disant "Mouvement vert" de 2009 né après la réélection de Mahmud Ahmadinejad), avec la différence substantielle que la République islamique (en dépit de la crise induite par le régime de sanctions imposé par Trump) semble encore disposer des anticorps et des structures pour faire face à de tels défis (auxquels il faut ajouter les poussées perturbatrices opérées par certains groupes ouvertement soutenus par les services d'espionnage nord-américains et israéliens, notamment au Kurdistan, dans les régions limitrophes de l'Azerbaïdjan et au Beloutchistan, où, depuis le début des années 1980, des groupes séparatistes opèrent sous la tutelle de l'Irak de Saddam Hussein dans une optique à la fois anti-iranienne et anti-pakistanaise).

Xi_Ghani.jpg

Xi a également porté son attention sur l'Afghanistan (présent au sommet en tant que pays candidat au statut de partenaire de dialogue au sein de l'OCS). En effet, Kaboul, aux yeux du président chinois, s'est posé au cœur du projet d'interconnexion continentale après le retrait américain. Cependant, il est crucial pour l'Afghanistan de mettre en place une structure politique large et inclusive qui puisse éliminer le terreau qui alimente le terrorisme et met en danger toute la région d'Asie centrale [7]. La lutte des talibans contre l'autoproclamé "État islamique" (ISIS-Khorasan) et les efforts pour éradiquer la culture du pavot à opium (à laquelle, pour être honnête, le mollah Omar avait déjà tenté de remédier au tournant des années 1990-2000 afin d'être accepté par la "communauté internationale"), après vingt ans d'occupation occidentale au cours desquels la production de drogue non seulement n'a pas diminué mais a augmenté de façon exponentielle (de 70.000 hectares cultivés en pavot en 2001 à 300.000 en 2017) [8], représentent en ce sens un signe clair de la volonté positive des Afghans de coopérer avec les pays voisins (indispensable à l'heure où les Etats-Unis, dans le silence général, ont gelé plus de 9 milliards de dollars que les gouvernements fantoches pro-occidentaux avaient transférés aux institutions de crédit nord-américaines).

Les références de Xi Jinping à la construction d'un système de paiement international dans les monnaies locales respectives, qui accélérerait le processus de dédollarisation des économies eurasiatiques et faciliterait la création prochaine d'une banque de développement interne au sein de l'OCS, n'étaient pas moins pertinentes.

Cette étape est extrêmement importante, étant donné que l'Organisation de Shanghai concerne 40 % de la population mondiale, ¼ du PIB mondial, s'étend sur la plus grande masse continentale du monde et compte pas moins de quatre puissances nucléaires (Chine, Inde, Pakistan et Russie) en son sein. Des chiffres qui augmenteront encore si le système des BRICS est relié à l'OCS.

Paradoxalement, le régime de sanctions imposé à la Russie à la suite de l'opération militaire spéciale, loin de réaffirmer l'unipolarisme (si l'on exclut le contrôle nord-américain sur l'Europe), a accéléré la voie multipolaire. En effet, "l'incapacité, due aux sanctions, d'utiliser les circuits VISA et Mastercard a incité Moscou à utiliser les circuits chinois Huawei Pay et Union Pay, et a redonné un nouvel élan au projet mis en chantier par les BRICS en 2015, consistant en la création de leur propre système unique de paiements transnationaux (Brics Pay) qui permet l'utilisation de leurs monnaies nationales respectives comme base d'échange directe pour les paiements extérieurs, en évitant l'intermédiation du dollar et donc le transit nécessaire par les banques américaines" [9]. Et encore : "En interconnectant les systèmes de paiement (Elo au Brésil, Mir en Russie, RuPay en Inde et Union Pay en Chine ; l'Afrique du Sud ne dispose pas de sa propre infrastructure), Brics Pay est candidat pour supplanter progressivement les circuits VISA et Mastercard dans le quadrant asiatique (où Union Pay a déjà dépassé VISA depuis 2015, en termes de transactions globales, réduisant drastiquement le pouvoir de chantage de Washington [... ]. De même, l'éviction hors du système SWIFT pénalise les établissements de crédit russes, mais démasque l'instrumentalisation de ce qui est configuré comme le principal système de régulation des paiements internationaux aux logiques de pouvoir euro-atlantistes, avec pour résultat de renforcer la tendance à rechercher des solutions alternatives" [10]. Des solutions ont été trouvées dans l'utilisation et le renforcement (voire l'unification) du système déjà existant CIPS - Cross-Border International Payment System (Chine), SPFS - System for Transfer of Financial Messages (Russie), UPI - Unified Payment Interface (Inde).

putin-xi jinping-encuentro.jpg

En conclusion, Xi a fait l'éloge de l'esprit de Shanghai, qui est toujours fort et ferme après 20 ans. Il se résume en cinq points qui représentent à la fois les piliers du nouveau système multipolaire et ce que la Russie et la Chine ont identifié comme le processus de "démocratisation" des relations internationales. Les cinq points sont les suivants :

    - La confiance politique. Guidés par la vision de forger une amitié et une paix durables entre les États membres de l'OCS, nous respectons les intérêts fondamentaux de chacun et le choix de la voie de développement, et nous nous soutenons mutuellement dans la réalisation de la paix, de la stabilité, du développement et du rajeunissement.

    - Coopération gagnant-gagnant. Nous rencontrons des intérêts mutuels, restons fidèles au principe de consultation et de coopération pour des bénéfices partagés, renforçons la synergie entre nos stratégies de développement respectives, et suivons la voie de la coopération gagnant-gagnant vers une prospérité commune.

    - L'égalité entre les nations. Nous sommes attachés au principe d'égalité entre tous les pays, quelle que soit leur taille, au principe de prise de décision par consensus et au principe de résolution des problèmes par une consultation amicale. Nous rejetons la pratique de la coercition des grands et des forts contre les petits et les faibles.

    - Ouverture et inclusion. Nous soutenons la coexistence harmonieuse et l'apprentissage mutuel entre différents pays, nations et cultures, le dialogue entre les civilisations et la recherche d'un terrain d'entente en mettant de côté les différences. Nous sommes prêts à établir des partenariats et à développer une coopération gagnant-gagnant avec d'autres pays et organismes internationaux qui partagent notre vision.

    - Équité et justice. Nous sommes attachés aux buts et aux principes de la Charte des Nations Unies ; nous abordons les grandes questions internationales en fonction de leurs mérites propres ; et nous nous opposons à la poursuite de notre propre agenda au détriment des droits et des intérêts légitimes d'autres pays [11].

L'énumération des cinq points constituant "l'esprit de Shanghai" dans le discours de Xi Jinping et le choix de Samarcande ("perle de la route de la soie") comme destination du premier voyage officiel à l'étranger du président chinois depuis le début de la pandémie de Covid 19 ont certainement une forte valeur culturelle et symbolique. Tout d'abord, Xi Jinping a voulu envoyer un message stratégique clair aux tentatives américaines d'encercler la Chine en mettant l'accent sur la capacité de projection terrestre (et pas seulement maritime) de la Nouvelle route de la soie, qui est présentée comme un projet complémentaire aux stratégies de développement national des pays membres et aux dialogues avec l'OCS.

Deuxièmement, elle voulait envoyer un message clair aux mêmes membres de l'OCS et partenaires de dialogue dont les intérêts contradictoires ont conduit à une confrontation de guerre ouverte (non sans l'ingérence de l'Occident). C'est le cas de la confrontation entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan (un conflit dans lequel la Turquie, partenaire de dialogue de l'OCS, est déjà directement impliquée en tant que principal fournisseur de soutien militaire à Bakou et qui pourrait potentiellement engager l'Iran également), des tensions entre le Tadjikistan et l'Afghanistan et, plus récemment, de l'affrontement Tadjikistan-Kirghizstan, cette dernière étant traversée par le corridor ferroviaire Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan, qui représente un point de jonction crucial pour la Nouvelle route de la soie, étant donné qu'il permettrait, une fois achevé, d'atteindre à la fois le Moyen-Orient (via l'Afghanistan) et l'Europe (via l'Iran et la Turquie) bien avant la ligne déjà existante qui traverse le Kazakhstan.

C'est également dans ce contexte que s'inscrit la position officielle de la Chine sur le conflit en Ukraine, qui est restée (à quelques différences substantielles près) la même depuis 2014: "La partie chinoise maintient une position objective et juste sur la question ukrainienne, insiste sur le respect de l'indépendance, de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, s'oppose à toute ingérence de forces extérieures dans les affaires intérieures de l'Ukraine, et soutient la résolution politique du problème ukrainien de manière pacifique". Nous pensons que la solution ultime à la crise ukrainienne réside dans le maintien de deux équilibres, à savoir comprendre l'équilibre entre les intérêts des différentes régions et des différentes nationalités en Ukraine, parvenir à un équilibre des relations avec la Russie et l'Europe, afin de ne pas faire de l'Ukraine un avant-poste de la confrontation, mais plutôt un pont de communication entre l'Est et l'Ouest" [12].

Cela expliquerait également le mécontentement mal dissimulé de Pékin quant au choix de la Russie d'intervenir directement dans le conflit, surtout à la lumière des tentatives répétées de l'Amérique du Nord de l'utiliser comme une arme pour intensifier la propagande de l'affrontement entre les blocs opposés et mettre à genoux le tissu industriel européen. En fait, la Chine n'a pas d'intérêt particulier à voir la récession économique de la zone euro. Tout comme elle n'a aucun intérêt à une césure géographique (bien que momentanée) entre la Russie et l'Europe (ou à une nouvelle spirale de guerre aux issues potentiellement néfastes) au moment où le contrôle russe sur le port stratégique de Mariupol ouvre d'importants scénarios pour l'utilisation de l'infrastructure et du gigantesque complexe industriel Azovstal (ce n'est pas un hasard si les Azovites, avec des civils comme boucliers humains, ont choisi de se barricader juste là, conscients du fait que Moscou n'essaierait pas de détruire complètement la zone) comme instruments d'interconnexion nord-sud et ouest-est du continent.

tumblr_lw813v137H1qkgs51o1_1280.jpg

Ismail_Gaspirali.jpg

En haut, le Sultan Galiev; en bas, Ismail Bey Gaspir Ali.

Du point de vue russe, le sommet de Samarcande a eu le mérite de raviver l'approche stratégique traditionnelle de Moscou, qui se tourne vers l'Est et le monde islamique lorsque l'Europe lui tourne le dos. Même avant des personnalités telles que le théoricien du "communisme national islamique" Mirza Sultan Galiev (1892-1940), le "marxiste atypique" Karl Radek (qui avait invité, lors du Congrès post-révolutionnaire des peuples orientaux, Enver Pasha à rejoindre la révolte "basmatienne" au lieu d'aider à la réprimer) [13], et les exposants de l'eurasianisme classique, cette approche avait été adoptée par Ismail Bey Gaspir Ali (1851-1914). Ce dernier, un Tatar de Crimée et une figure centrale du mouvement connu sous le nom de "jadidisme" (de usul-i-jadid, "nouvelle méthode"), visant à répandre la culture scientifique moderne parmi les peuples musulmans de l'espace impérial russe, comme le voulait aussi Konstantin Leont'ev, pensait que Moscou devait suivre une politique d'alliance mutuellement bénéfique avec des pays comme la Turquie et la Perse. La Russie obtiendrait l'accès tant convoité aux "mers chaudes", tandis que la Turquie et la Perse pourraient se libérer de l'étouffante étreinte européenne qui cherchait continuellement à les monter les uns contre les autres et, alternativement, à favoriser des confrontations directes entre elles et la Russie elle-même. "Une alliance entre le tsar blanc et le calife de l'Islam", a déclaré Ismail Bey "Gasprinsky", "rebatrait complètement les cartes que l'on joue en Europe depuis trois siècles".

Aujourd'hui, comme à l'époque, seule une coopération toujours plus étroite entre des réalités politiques et culturelles extrêmement différentes (comme celles qui existent au sein de l'OCS ou des BRICS) peut permettre de surmonter l'approche occidentale des relations internationales fondée sur la politique du "diviser pour régner".

NOTES:

[1] Qiao Liang, L’arco dell’Impero con la Cina e gli Stati Uniti alle estremità, LEG Edizioni, Gorizia 2021, p. 112.

[2] J. Thiriart, L’impero euro-sovietico da Vladivostok a Dublino, Edizioni all’insegna del Veltro, Parma 2018, p. 54.

[3] "Des fuites de gaz ont été signalées près de l'île danoise de Bornholm, dans la mer Baltique. Le gouvernement fédéral allemand estime qu'il est possible que les gazoducs Nord Stream aient été endommagés par des "attentats". Voir Fuite de gaz de Nord Stream 1 et 2 : des bulles dans la mer. Opérateur de réseau : "Dommages causés à 3 lignes offshore", 27 septembre 2022, www.rainews.it. Il convient également de préciser que s'il s'agissait d'une opération de renseignement assistée par l'OTAN, on aurait alors affaire à une attaque directe de l'OTAN contre les intérêts vitaux d'un pays membre, même si, à l'heure actuelle, le Nord Stream 1 est hors service pour cause de maintenance et le 2 n'est jamais entré en service.

[4] J. J. Mearsheimer, The tragedy of great powers politics, Northon e Company, New York 2014, p. 171.

[5] F. Sabahi, Storia dello Yemen, Mondadori, Milano-Torino 2010, p. 36.

[6] Vertice di Samarcanda: il discorso di Xi Jinping (trad. Giulio Chinappi), www.cese-m.eu.

[7] Ibidem.

[8] N. Piro, La narrazione dell’oppio afghano è sbagliata, proviamo a riscriverla, www.nicopiro.it.

[9] G. Gabellini, 1991-2022. Ucraina. Il mondo al bivio. Origini, responsabilità, prospettive, Arianna Editrice, Bologna 2022, p. 250.

[10] Ibidem, pp. 250-251.

[11] Vertice di Samarcanda: il discorso di Xi Jinping, ivi cit.

[12] AA.VV., Interpretazione della filosofia diplomatica cinese nella Nuova Era, Anteo Edizioni, Cavriago 2021, p. 33.

[13] Pas du tout victime, contrairement à nombre de ses camarades de parti, d'un parti pris anti-oriental, Radek a déclaré depuis le podium du Congrès : "Camarades, nous faisons appel à l'esprit de combat qui, dans le passé, animait les peuples de l'Est lorsque, conduits par de grands conquérants, ils marchaient sur l'Europe [...] Nous savons, camarades, que nos ennemis nous accuseront d'évoquer la figure de Gengis Khan et des califes de l'Islam [...] et lorsque les capitalistes européens diront que c'est la menace d'une nouvelle barbarie, d'une nouvelle invasion boche, nous leur répondrons: Vive l'Orient rouge !" (dans C. Mutti, Introduzione a N. S. Trubeckoj, L’eredità di Gengis Khan, S.E.B., Milano 2005). L'objectif de Karl Radek était de créer une alliance entre le bolchevisme russe et les nationalismes allemand et turc contre l'ennemi commun : l'impérialisme britannique. À cette fin, il a invité à Bakou Enver Pasha, ancien représentant des Jeunes Turcs et ministre de la guerre de l'empire ottoman pendant les années de la Première Guerre mondiale. Les bolcheviks espéraient, grâce à son aide, mettre fin à la rébellion des Basmatis ("brigands") héritée de la Russie tsariste et qui avait éclaté suite à l'imposition de la conscription obligatoire pour les populations musulmanes d'Asie centrale. Cependant, une fois à Boukhara, Enver Pascia rejoint le soulèvement et en prend la tête avec le titre de "commandant de campagne de toutes les armées musulmanes, gendre du calife et représentant du prophète". Exploitant la propagation des sentiments panislamiques et panprotestants, son idée était de créer un immense État musulman englobant toute l'Asie centrale, plus l'Iran et l'Afghanistan. Cependant, son projet n'a pas duré longtemps. Enver Pasha meurt au combat en 1922, tandis que la révolte s'estompe lentement jusqu'à disparaître complètement dans les années 1930.

[14] G. R. Capisani, I nuovi Khan. Popoli e Stati nell’Asia centrale desovietizzata, BEM, Milano 2007, p. 94.

mardi, 27 septembre 2022

Réactions chinoises à la Russie et à la réunion de l'ONU dominée par l'Occident

HD-wallpaper-traditional-chinese-girl-women.jpg

Réactions chinoises à la Russie et à la réunion de l'ONU dominée par l'Occident

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/09/22/kiinalaisreaktioita-venajaan-ja-lannen-dominoimaan-yk-kokoukseen/

Lorsque le président russe Vladimir Poutine, soumis à une pression toujours plus forte de la part des États-Unis et de l'Occident, a annoncé mercredi la mobilisation partielle des réserves militaires du pays, les rédactions occidentales sont entrées dans une frénésie folle, les journalistes et les "experts" répétant leurs diatribes russophobes.

Parallèlement à leurs propres élans d'indignation, les Occidentaux ont rapporté que "d'autres pays" avaient "condamné" les actions de la Russie en Ukraine. Je n'ai pas personnellement observé que l'opération spéciale de la Russie ait suscité une réaction aussi vive dans les pays BRICS, par exemple, qu'à l'Ouest, de sorte que l'interprétation selon laquelle la Russie est "laissée à elle seule" relève en partie de la manipulation de l'information occidentale.

Plus révélateur encore, le jour même où Poutine a annoncé une mobilisation partielle et des référendums dans les régions de l'est de l'Ukraine tenues par les rebelles qui veulent se joindre la Russie, le président chinois Xi Jinping a appelé ses forces armées à se préparer aux batailles à venir.

"Il faut résumer et appliquer les leçons tirées des réformes réussies, gérer les nouvelles situations et comprendre les exigences des tâches, se concentrer sur la préparation à la guerre et faire preuve d'audace dans l'exploration et l'innovation", a formulé le dirigeant chinois.

La Chine, l'Iran, l'Inde et d'autres pays qui, par le simple effet de leur propre développement, "défient" l'hégémonie américaine, savent pertinemment que si la Russie tombe et que l'Occident et l'OTAN gagnent, ils seront les prochaines cibles en tant que "puissances montantes" pour un centre de pouvoir atlantiste qui ne tolère pas la multipolarité mais veut poursuivre la voie de sa propre autocratie.

Les experts chinois ont également commenté les actions de la Russie, tout en critiquant la réunion des Nations unies en cours, où Poutine et l'Ukraine ont reçu trop d'attention, au détriment d'autres questions.

Selon les Chinois, la crise en Ukraine s'aggrave, d'autant plus que l'alliance occidentale a "détourné l'Assemblée générale des Nations unies en cours et l'a transformée en un théâtre où l'on joue le sketch de l'hostilité anti-russe, attisant davantage les flammes et sapant encore plus les perspectives de négociations pacifiques".

Selon certains experts chinois, "il y a un risque que le conflit dégénère en une guerre entre la Russie et l'Europe qui pourrait devenir incontrôlable". Selon eux, la "situation malheureuse actuelle mérite une réflexion approfondie sur ce qui a conduit à une crise sans précédent et comment".

"L'ordre de mobilisation montre que la Russie a procédé à des ajustements tactiques des opérations en cours, ce qui signifie que le conflit entre dans une nouvelle phase", déclare Zhao Huirong, expert en études est-européennes à l'Académie chinoise des sciences sociales.

"Il est inévitable que la confrontation s'intensifie et se prolonge. Comme les deux parties cherchent l'avantage absolu et même la victoire finale sur le champ de bataille, la perspective de négociations devient moins probable", estime Zhao.

"Nous devrions comprendre qui a conduit le conflit Russie-Ukraine là où il est maintenant, et qui a fait en sorte que la Russie et l'Ukraine ratent l'occasion de négocier", laisse entendre Cui Heng, chercheur adjoint au Centre d'études russes de l'Université normale de Chine orientale, sans mentionner Washington, Londres et Bruxelles.

Lors de l'Assemblée générale de l'ONU - un forum censé se concentrer sur les préoccupations mondiales telles que les problèmes climatiques, la crise alimentaire et le redressement post-colonial - les dirigeants de plusieurs pays occidentaux se sont concentrés, comme d'un commun accord, sur la critique des actions de la Russie en Ukraine.

"Les pays qui refusent de se ranger du côté de l'Ukraine sont complices du nouvel impérialisme de Moscou", a déclaré le président français Emmanuel Macron à l'Assemblée générale des Nations unies mardi.

Selon Cui Hongjian, directeur du département des études européennes à l'Institut chinois d'études internationales, la "perspective extrême" de Macron considère la question comme un choix partisan "ou bien ou bien" et "la critique des pays neutres montre que l'Europe a amorcé une confrontation aiguë [contre la Russie]".

Le président américain Joe Biden a continué à utiliser l'Assemblée générale pour faire avancer un programme anti-russe et a également blâmé Poutine dans un discours mercredi, affirmant que le monde a connu une "guerre brutale et inutile choisie par un seul homme, Poutine". Bien entendu, M. Biden n'a rien dit du propre rôle des États-Unis dans la déstabilisation de l'Ukraine.

Au moins, tout le monde ne partage pas l'avis de l'administration Biden. Le président brésilien Jair Bolsonaro a appelé à un cessez-le-feu et a réitéré sa volonté de promouvoir des négociations pour résoudre le conflit entre la Russie et l'Ukraine. Il a également demandé la levée des sanctions et de l'isolement économique de la Russie.

La position de la Chine sur la crise ukrainienne va dans le même sens. Mercredi dernier, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a exhorté "les parties concernées à parvenir à un cessez-le-feu par le dialogue et la négociation et à trouver des moyens de résoudre les préoccupations raisonnables de sécurité de toutes les parties dès que possible".

La Chine comprend que, avec la Russie, l'Occident a les yeux rivés sur Pékin. Lorsque les États-Unis et certains pays occidentaux mettent constamment l'accent sur la "menace" chinoise, ils s'inquiètent uniquement du fait qu'ils ne peuvent plus maintenir leur hégémonie mondiale.

"La guerre froide est terminée depuis plus de 30 ans, mais la mentalité des États-Unis et de l'Occident est toujours bloquée à l'époque de la guerre froide", voilà comment la Chine interprète la situation.

mercredi, 21 septembre 2022

Martin Sörös, spécialiste de la Chine: "Nous vivons dans un désordre mondial unipolaire"

ad9c3d993a6cc0193d10cb84816ee4e9.jpg

"Nous vivons dans un désordre mondial unipolaire"

Martin Sörös, spécialiste de la Chine, évoque les points de vue et les stratégies chinoises dans la compétition avec les États-Unis et le potentiel économique de la Chine

Propos recueillis par Bernard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/wir-leben-in-einer-unipolaren-welt-unordnung/

Dans le cadre des sanctions contre la Russie, l'Occident doit constater qu'il est seul. A l'inverse, la Chine est très active, par exemple dans le cadre du groupe des pays BRICS ou de l'Organisation de coopération de Shanghai. Comment la Chine considère-t-elle l'Occident ? La Chine voit-elle l'Occident décliner ?

Martin Sörös : La Chine est actuellement en état d'observation et suit avec inquiétude beaucoup de choses qui se passent dans le monde. La Chine n'a pas peur des Etats-Unis, la Chine n'a pas peur de l'UE, la Chine n'a peur de personne en principe, mais on enregistre qu'il y a maintenant une sorte de développement qui ne correspond pas aux intérêts de la Chine. La Chine est un pays qui s'est fait la guerre à elle-même dans les années 1940, mais qui n'a jamais déclenché une guerre extérieure de son propre chef. La Chine veut le calme, la Chine veut l'amitié, la Chine veut le développement commun de projets économiques et n'est pas heureuse de ce qui se passe actuellement. Tout cela dans un contexte où la Chine comprend très bien la stratégie qui se cache derrière. C'est toujours lorsque l'Europe est faible que les États-Unis sont les plus heureux. L'Europe n'a jamais été aussi faible que celle qu'elle est actuellement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Si vous parlez aux gens en Chine, ils disent qu'il semble que M. Biden ait appelé Mme von der Leyen et lui ait dit : "Tu dois te défendre maintenant, sinon Poutine va attaquer la Pologne". Cela repose sur un pacte commun entre M. Biden et Mme von der Leyen et, qui plus est, sans l'accord de la population européenne. Comme je l'ai dit, la Chine observe, la Chine s'inquiète et, en réalité, la Chine aimerait bien jouer les médiateurs : la Chine a également la possibilité d'agir en tant que médiateur, car M. Poutine, qui, selon moi, agit également sans peur, ne veut certainement pas d'un conflit à l'Ouest et d'un conflit à l'Est. Cela signifie que Poutine voudra toujours s'entendre avec la Chine, parce que les pays du BRICS - nous parlons d'une part de 41,5 % de la population mondiale - représentent un pouvoir politique, social et économique très important.

autor_martin_soeroes.jpg

Martin Sörös, né en 1962, vit à Vienne et en Basse-Autriche et travaille depuis plus de trois décennies en tant que journaliste national et international (notamment pour le quotidien KURIER pendant environ un quart de siècle) et en tant qu'auteur. Ses domaines de prédilection sont le sport, la politique et la Chine.

Dans quelle mesure la compétition entre l'Occident et la Chine porte-t-elle aussi sur des conceptions différentes ? C'est-à-dire l'ordre mondial unipolaire avec les États-Unis comme puissance dominante et l'ordre mondial multipolaire, tel qu'il est promu par la Chine, de l'autre côté.

Sörös : Tout d'abord, je ne qualifierais pas l'ordre mondial actuel d'ordre mondial unipolaire, mais de désordre mondial unipolaire. Si tout était en ordre, c'est-à-dire si les États-Unis et les pays de l'UE étaient tous heureux, si l'économie était florissante, tout irait bien. Mais aujourd'hui, c'est un désordre mondial unipolaire, car je pense que les États-Unis s'efforcent d'affaiblir les autres d'une certaine manière. C'est quelque chose que l'on observe avec incompréhension et colère en Chine. Les États-Unis se voient constamment en concurrence avec la Chine pour la meilleure place au soleil en ce qui concerne l'économie mondiale. Mais la Chine ne veut pas de cette concurrence et n'en a pas besoin. La Chine souhaiterait coopérer plus intensément avec les États-Unis. Je voudrais rappeler qu'aujourd'hui, si les États-Unis et la Chine mettent fin à leur coopération économique du jour au lendemain, un Américain sur cinq perdra son emploi. Je pense que les États-Unis ont commis une grave erreur après le départ de Trump. Après le départ de Trump, la joie internationale a été très grande et on a dit que le meilleur président de tous les temps arrivait. Mais je voudrais juste rappeler que dans sa première interview, qui a eu un retentissement international, Biden a dit que le prince héritier saoudien était un assassin. Dans sa deuxième interview, Biden a dit que la Chine était un ennemi et dans sa troisième interview, que Poutine était un criminel. Les ennemis extérieurs rendent les gens populaires auprès de leur propre électorat, mais les États-Unis ont une responsabilité mondiale, et Biden ne l'a pas assumée.

    Les États-Unis sont constamment en concurrence avec la Chine pour la meilleure place économique au soleil.

daxue-consulting_chemical-industry-in-China.png

Dans quelle mesure l'histoire ou le contexte culturel jouent-ils un rôle dans la stratégie chinoise ? Je pense au confucianisme, où l'harmonie joue un rôle important, ou aux expériences historiques négatives comme le "siècle de la honte".

Sörös : Tout cela joue bien sûr un rôle. Mais une chose a un effet apaisant : dans le monde entier, il y a eu et il y a encore des guerres et des conflits en raison de différences religieuses. Mais cela ne joue de facto aucun rôle en Chine, car le thème de la religion y est considéré de manière beaucoup plus détendue. Je vous rappelle que la Chine compte 85,5 millions de membres du parti communiste et 87 millions de chrétiens. Le siècle de la honte a certainement marqué la Chine, la question de Hong Kong y joue un rôle, les conflits avec le Japon y jouent un rôle. La Chine ne veut plus jamais revivre cela, la Chine veut continuer à se développer, la Chine veut la paix, la Chine ne développe pas non plus de jalousie, car il existe en Chine une incroyable conscience de soi et une confiance en soi dans ce que font les dirigeants politiques. Il y règne un tout autre état d'esprit et on ne se rend pas compte ici en Europe que la Chine est un pays très positif.

    La Chine compte 200 millions d'habitants de plus que le G7 et l'Union européenne réunis.

Quelles leçons la Chine tire-t-elle de la guerre de la Russie contre l'Ukraine et des sanctions occidentales, notamment en ce qui concerne la question de Taïwan, qui revient sans cesse sur le devant de la scène ?

Sörös : Tout cela forme un ensemble. La Chine voit d'abord les sanctions antirusses d'un mauvais œil. La Chine - et beaucoup de gens en Autriche - aurait été très heureuse si le conflit entre la Russie et l'Ukraine n'avait pas éclaté sous cette forme. Ce conflit aurait très bien pu être évité. Si, en tant qu'OTAN, j'installe des armes nucléaires à la frontière d'une puissance nucléaire, je ne dois pas m'étonner, en tant qu'OTAN, de la réaction de la Russie à un moment donné. Si la Russie, l'Ukraine et les États-Unis s'étaient réunis et avaient dit : créons une garantie que l'Ukraine ne rejoindra jamais l'OTAN, faisons un pacte de coopération, cette guerre aurait pu être évitée. En outre, en Chine, on sait que les sanctions n'aboutissent à rien. En ce qui concerne Taïwan, les États-Unis multiplient les provocations. En ce qui concerne Taïwan, la Chine applique le principe d'une seule Chine, qui est également reconnu dans les traités internationaux avec la Chine et également par l'ONU. Lorsque les États-Unis affirment que la Chine veut mener une guerre d'agression, cela n'a aucune logique. Car pourquoi la Chine attaquerait-elle son propre pays ? Par conséquent, ce qui se passe dans le détroit de Taïwan est une provocation qui ne profite à personne et ne fait que diviser encore plus le monde. Sur ce point, les États-Unis et l'OTAN se surestiment également sur le plan militaire. Lorsque la ministre allemande des Affaires étrangères, Mme Baerbock, affirme que "nous défendrons Taiwan par tous les moyens", cela montre une grave sous-estimation des possibilités dont disposerait la Chine dans le domaine militaire. Mme Baerbock est là en plein dans le discours américain, "nous sommes forts, nous sommes bons, nous sommes unis". Tout comme, en Autriche, la ministre Edtstadler, qui a récemment déclaré qu'elle n'avait jamais vu l'UE aussi unie qu'en ce moment avec les sanctions contre la Russie. C'est un non-sens total, l'UE n'a jamais été aussi divisée que maintenant ! La question de Taïwan pèse certainement sur les Chinois, mais ils ne la résoudront pas militairement. Mais ils ont les moyens militaires de répondre aux provocations.

d8b54de5-9e51-4eb5-90fe-137430e12a8b.jpeg

Dans le commerce bilatéral avec d'autres pays, la Chine mise de plus en plus sur l'utilisation des monnaies nationales, comme le yuan. La Chine a-t-elle une stratégie à long terme de dédollarisation de l'économie mondiale?

Söros : La Chine est devenue un acteur mondial, la moitié de l'Afrique appartient à la Chine, jusqu'au port du Pirée, et c'est pourquoi la Chine connaît déjà très bien sa position et la défense de sa place. Sur le plan monétaire, il a été annoncé que les Chinois achètent en yuans et en roubles, et que les Chinois font de même avec d'autres pays avec lesquels des partenariats sont mis en place. Une alliance est en train de se former, qui ne se limite pas aux BRICS. Il y a aussi le groupe ASEAN qui se renforce de plus en plus. Autre chose : si vous additionnez la population des pays du G7 et celle de l'UE, il vous manque encore 200 millions d'habitants pour atteindre celle de la Chine. Rien qu'en termes de main-d'œuvre, de puissance économique et de croissance économique, la Chine a des possibilités qui dépassent clairement celles des États-Unis. La Chine répondra toujours, non pas par la force des armes, mais avec beaucoup, beaucoup de détermination.

L'entretien a été mené par Bernhard Tomaschitz.

lundi, 19 septembre 2022

Le monde multipolaire esquissé par Xi, Poutine et Modi à Samarkand

d41586-022-00945-3_20284530.jpg

Le monde multipolaire esquissé par Xi, Poutine et Modi à Samarkand

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/il-mondo-multipolare-delineato-da-xi-putin-e-modi-a-samarcanda

L'assemblée de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Samarkand, en Ouzbékistan, a fait la une des journaux en raison de la rencontre entre Poutine et Xi Jinping, duo désormais identifié comme l'actuel axe du mal (avec différentes modulations).

Et il a été dit que Poutine a subi un nouveau camouflet à cette occasion, car il n'a pas bénéficié du soutien inconditionnel du président chinois, qui le condamnerait même à un abandon imminent du pouvoir.

Poutine - Xi : simul stabunt simul cadent

Cela fait partie de l'art de la guerre de présenter les adversaires comme des perdants et cette technique a été adoptée avec beaucoup d'effet dans la guerre d'Ukraine. Il suffit de penser à l'époque où, au début du conflit, tous les médias parlaient de la prétendue maladie incurable du tsar, ce qui a été démenti, mais seulement quelques mois plus tard, par le chef de la CIA.

Pourtant, malgré tout, il n'est pas courant de transformer ses espoirs en nouvelles certaines, comme c'est le cas ici. Mais, pour en revenir aux faits, il faut répéter que Xi et Poutine ont désormais un lien indissoluble, grâce aussi à la politique étrangère américaine qui les a longtemps mis tous les deux dans le collimateur, favorisant ainsi leur proximité, sachant bien que simul stabunt simul cadent.

À tel point que les deux présidents ont désormais modelé un horizon commun : renforcer l'élan vers un monde multipolaire, sortant ainsi de la sphère étroite de l'unipolarisme actuel, né après 1989 et alimenté par des guerres sans fin, qui soumet la planète à l'hégémonie et aux caprices cruels des États-Unis. Un horizon ouvertement déclaré même à Samarkand.

shos-e1663309103251.jpg

Pour donner une idée plastique de la proximité entre les deux pays, il y a eu aussi l'exercice conjoint des marines respectives dans le Pacifique, commencé, sous l'œil attentif de Poutine, dans la semaine précédant le sommet et poursuivi pendant la réunion de Samarcande.

L'Inde à l'OCS dans un monde polarisé par le conflit ukrainien

Mais, au-delà des relations entre la Chine et la Russie, il convient de souligner certains aspects de cette rencontre d'une certaine pertinence.

Tout d'abord, il s'agit certainement de la réunion la plus importante depuis sa création, comme en témoigne le fait que Xi y a assisté en personne, quittant son pays pour la première fois depuis le début de la pandémie.

Il convient également de noter que la présence de Narendra Modi est apparue plus importante à cette occasion qu'aux précédentes, précisément parce que la guerre d'Ukraine, qui polarise le monde, semble indiquer que la présence du président indien constitue une sorte de choix de camp.

Pas tant un choix pro-russe, mais un choix décisif - et on pourrait dire inébranlable (à moins d'une révolution de couleur à l'indienne) - en faveur de la perspective multipolaire soutenue par la Chine et la Russie.

Pas seulement : la présence indienne renforce cet apaisement avec la Chine qui avait déjà été mis en évidence avec le terme mis aux escarmouches entre les deux pays à la frontière himalayenne, qui avaient fait des dizaines de victimes des deux côtés. Un apaisement dans lequel les deux géants asiatiques acceptent de contenir leur rivalité - fondée sur le chevauchement de leurs projections géopolitiques respectives en Asie - afin de travailler ensemble sur la perspective multipolaire.

La relation entre l'Inde et la Chine est une question géostratégique cruciale pour le destin du monde, comme le montre la prudence avec laquelle l'Occident aborde les démentis de l'Inde à ses diktats sur l'Ukraine et autres, l'Amérique ne peut tout simplement pas risquer d'effilocher ses relations avec New Delhi, car cela jetterait les Indiens dans les bras de la Chine, ce qui ouvrirait la voie au "siècle asiatique", au détriment de l'hégémonie mondiale américaine/occidentale.

677406.1661849025.b.jpg

L'équidistance de la Russie par rapport aux grands rivaux asiatiques est également propice à l'apaisement, ce qui lui a permis de jouer un rôle de médiateur lorsque des problèmes sont survenus entre les deux pays (ce qui explique également le détachement apparent entre Xi et Poutine, qui est fonctionnel dans une perspective plus large).

La portée de l'OCS et l'Iran

Un autre point à souligner est la portée de l'OCS, qui, dans les médias grand public, est normalement abordée comme un organe géopolitique de faible importance mondiale.

Les différents participants donnent pourtant une idée de sa portée. Ses membres sont l'Inde, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Chine, la Russie, le Tadjikistan, le Pakistan et l'Ouzbékistan. Les États observateurs sont l'Afghanistan, le Belarus, l'Iran et la Mongolie, les partenaires de dialogue sont l'Azerbaïdjan, l'Arménie, le Cambodge, le Népal, la Turquie et le Sri Lanka. Et lors du sommet de 2021, la procédure a également été lancée pour accorder le statut de partenaire de dialogue à l'Égypte, au Qatar et à l'Arabie saoudite...

Un autre aspect important du sommet de Samarkand a été la signature de l'adhésion officielle de l'Iran à l'OCS, une nouvelle qui a fait le tour du monde, comme s'il s'agissait de quelque chose de sensationnel, alors qu'il ne s'agissait que d'une étape formelle, puisqu'en fait Téhéran était déjà un participant à part entière.

Téhéran avait jusqu'à présent évité cette étape, craignant qu'elle ne donne en quelque sorte à ses adversaires américains matière à renforcer leur pression contre le rétablissement de l'accord sur le nucléaire iranien. Maintenant que les États-Unis ont clairement fait savoir qu'une telle mesure n'est plus à l'ordre du jour, ils ont fait ce qu'ils voulaient faire depuis longtemps (nous reviendrons sur l'échec de la signature de l'accord nucléaire dans une autre note).

L'OCS et la détente dans l'espace post-soviétique

Aucune importance n'a cependant été accordée à trois aspects tout à fait positifs du sommet. Tout d'abord, au cours de la réunion, le Kirghizistan et le Tadjikistan ont convenu de mettre un terme aux désaccords qui avaient provoqué certains affrontements frontaliers entre les deux pays.

Samarkand-SCO-2022.jpg

La seconde est qu'avant le sommet, l'Arménie et l'Azerbaïdjan ont trouvé le moyen de mettre fin aux affrontements entre les deux pays, notamment parce qu'Erdogan, qui soutient la position de l'Azerbaïdjan, ne pouvait pas venir à la réunion, où Poutine était présent, avec ce conflit non résolu, le Tsar étant irrité par la déstabilisation qu'il produit aux frontières de son pays (ce dont se réjouissent, en revanche, les néoconservateurs américains, comme l'écrit Responsible Statecraft et comme le souligne l'annonce par Pelosi de son prochain voyage dans la région, la présidente de la Chambre étant un vecteur délirant dans la propagation de conflits).

Le dernier aspect important du sommet concerne toujours Erdogan, qui, avant de partir pour Samarkand, avait exprimé son souhait de rencontrer Assad, si le président syrien se rendait à l'assemblée, ce qu'il n'a pu faire pour des raisons de sécurité.

Ceci a été rapporté par Reuters dans une note d'agence reprise par Haaretz, qui conclut de manière significative: "Toute forme de normalisation entre Ankara et Damas remodèlerait la guerre de Syrie qui dure depuis des décennies".

En effet, la Turquie a été l'un des parrains du changement de régime en Syrie et a été utilisée comme plaque tournante par des puissances étrangères qui l'ont alimenté en envoyant des miliciens, des armes et de l'argent par son territoire (un peu comme ce qui se passe en Ukraine, où les plaques tournantes sont plus dispersées et sous le contrôle total de l'OTAN).

La Russie et le dégel syrien

Mais à Samarkand, Erdogan a apparemment réitéré son intention, disant même qu'il était prêt à se rendre en Syrie pour rencontrer Assad. Et ce serait un coup fatal pour les partisans des guerres sans fin, qui ont rencontré leur premier échec en Syrie, après leurs succès en Libye et en Irak, Assad ayant survécu à l'assaut.

169064130.jpg

Ce qui est encore plus significatif, c'est ce qui est rapporté ailleurs dans la note, qui donne une idée de la façon dont une telle perspective n'est en aucun cas aléatoire : "Le rapport [sur l'intention d'Erdogan] a été publié après que quatre sources différentes ont déclaré à Reuters que le chef des services de renseignement turcs avait eu plusieurs réunions avec son homologue syrien à Damas ces dernières semaines, un signe des efforts russes pour encourager un dégel entre les États qui se sont opposés dans la guerre en Syrie".

Un tel dégel ne serait pas de trop pour le peuple syrien, qui souffre encore des conséquences de la dévastation et des deuils causés par la guerre et par les sanctions occidentales, qui pèsent encore tragiquement et de manière tout à fait arbitraire sur lui.

Malheureusement, beaucoup (qui sont puissants) de ceux qui s'arrachent aujourd'hui les cheveux pour le salut de la pauvre Ukraine ont participé - et participent - à la légion étrangère qui a alimenté la boucherie syrienne. Et ils feront tout pour empêcher le dégel susmentionné. Nihil sub sole novum.

Ps. Alors que le Kazakhstan accueillait l'assemblée de l'OCS, le pape François se trouvait également dans ce pays asiatique, en visite apostolique. Une simple coïncidence dans le temps, bien sûr, mais qui suscite autant de curiosité que d'intérêt.

dimanche, 18 septembre 2022

La Russie se tourne vers l'Asie

87d5af96-d257-459e-8945-186a0e69b071.jpeg

La Russie se tourne vers l'Asie

par Leonid Savin

Source: https://www.ideeazione.com/volgersi-ad-est/

La Russie est le pays du Soleil Levant, a déclaré le président russe Vladimir Poutine le 5 septembre lors d'une rencontre avec des militants au forum environnemental du Kamtchatka. Le même jour, le gouvernement russe a décidé de se retirer des accords jadis conclus avec le Japon sur la procédure des visites réciproques et des facilités sur les îles de Kunashir, Iturup et de la Petite Crête des Kouriles accordées aux citoyens japonais vivant sur ces îles et les membres de leur famille. Cet accord était en vigueur depuis 1999.

Le même jour, le Forum économique oriental s'est ouvert à Vladivostok, auquel ont participé de nombreux délégués non seulement de Russie, mais aussi d'autres pays, y compris des fonctionnaires de haut rang. Au même moment, les exercices militaires Vostok-2022 étaient en cours, impliquant cinq camps d'entraînement et les eaux de deux mers, la mer d'Okhotsk et la mer du Japon. Deux pays pourtant ennemis de longue date, la Chine et l'Inde, étaient impliqués.

Même isolés, ces événements semblent assez impressionnants. Et les décisions prises seront lourdes de conséquences. Bien que ce soit habituellement une façon de s'exprimer par des actions hostiles, dans ce contexte, il est possible de parler d'aspects positifs de la politique russe. La perspective s'ouvre de créer une autre ville en Extrême-Orient avec une zone économique libre. Des mesures de stimulation financière et économique sont mises en œuvre. D'autres perspectives s'ouvrent également pour l'activité économique à l'étranger.

the-tatmadaws-special-relationship-with-russia-1582192850.jpg

Le Myanmar (dont les dirigeants étaient présents au forum de Vladivostok) prévoit d'acheter du pétrole russe. Dans le contexte de la diversification des approvisionnements énergétiques, le nouvel accord entre la Russie et la Chine sur le passage complet au rouble et au yuan dans les règlements mutuels est une nouvelle importante. La quantité totale de gaz naturel fournie passera à 48 milliards de mètres cubes par an. En comparaison, la capacité des deux pipelines Nord Stream est de 55 milliards de mètres cubes par an. Même si le volume total des approvisionnements de l'Europe et de la Turquie s'élève à 135,75 milliards de mètres cubes (chiffres pour 2020).

Ainsi, la Chine pourra acheter à elle seule plus de 30 % du volume de gaz européen. Cela indique un véritable virage vers l'Est. Plus précisément, vers l'Asie du Sud-Est, qui est en train de devenir le moteur de l'économie mondiale.

Uhtomsky_Esper.jpgIl convient de noter que le concept de se tourner vers les pays asiatiques remonte à l'époque de l'Empire russe. La doctrine de l'"orientalisme" a été proposée par le prince Esper Ukhtomsky (photo). Dans son petit mais perspicace ouvrage intitulé "On Events in China: On the Relations of the West and Russia with the East", Ukhtomsky a noté l'importance de l'interaction avec les pays de cette région, les tentatives des puissances occidentales d'y semer la méfiance à l'égard de la Russie, et une incompréhension générale du potentiel de ces pays de la part des politiciens européens. Déjà à l'époque, Esper Ukhtomsky notait que la Chine ne dormait pas, comme le croyaient les impérialistes d'Europe occidentale, mais qu'elle s'éveillait au mouvement ; le pays était "si puissant et énorme qu'il est difficile d'imaginer ce qu'il deviendra dans quelques décennies" (ndt: le Prince Ukhtomsky est en quelque sorte un précurseur d'Alain Peyrefitte qui écrivit en français un livre qui fit, à l'époque, beaucoup de bruit, Quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera...).

Comme nous pouvons le constater, les prédictions d'Ukhtomsky sont devenues réalité. Tout comme l'eurasisme, un autre mouvement idéologique né il y a un siècle parmi les émigrants blancs, est en train de devenir une réalité. Les Eurasistes ont critiqué la culture et la politique européennes décadentes pour leur nature explicitement raciste et ont proposé le concept de Russie-Eurasie en tant qu'unité culturelle et historique distincte, séparée à la fois de l'Europe et des cultures asiatiques uniques ayant leur propre identité.

2-carte-influence-civilisations-en-asie-centrale-map.jpg

Le renforcement de la souveraineté de la Russie, comme l'a noté Vladimir Poutine lors du Forum économique oriental, fait partie du concept d'eurasisme, d'autant plus que la Russie est le fleuron de l'Union économique eurasienne, qui vise à réintégrer l'espace post-soviétique. En tant qu'État souverain, la Russie souhaite renforcer ses relations avec les États également souverains sur la base du principe du respect mutuel. Les vassaux et les satellites des États-Unis ne veulent pas d'un tel scénario, car ils veulent que ces Etats se contentent du statut et du rôle de client qui leur a été imposé. Par conséquent, s'ils adhèrent encore et toujours aux mirages occidentalistes, ils continueront à perdre leur souveraineté, cette fois sous le prétexte de renforcer la défense collective contre la Russie (ou la Chine).

À cet égard, le président Poutine a déclaré que "l'épidémie a été remplacée par d'autres défis, également de nature globale, qui menacent le monde entier. Je fais référence à la frénésie des sanctions qui agite l'Occident, à ses tentatives flagrantes et agressives d'imposer des modèles spécifiques de comportement aux autres pays, de les priver de leur souveraineté et de les soumettre à sa volonté. Il n'y a rien d'inhabituel à cela: c'est une politique que l'Occident collectif mène depuis des décennies. Le catalyseur de ces processus a été le déclin de la domination mondiale des États-Unis en politique et en économie, associé au refus obstiné et à l'incapacité des élites occidentales à voir et à reconnaître les réalités objectives...

Des changements irréversibles, on pourrait dire tectoniques, se sont récemment produits dans le système des relations internationales... Nous n'avons rien perdu et nous ne perdrons rien. En termes de ce que nous avons gagné, je peux dire que le principal gain a été le renforcement de notre souveraineté, et c'est le résultat inévitable de ce qui se passe maintenant. Bien sûr, une certaine polarisation a lieu, tant dans le monde qu'au sein du pays, mais je crois que cela ne sera que bénéfique, car tout ce qui est inutile, nuisible et qui nous empêche d'avancer sera rejeté. Nous allons accélérer le rythme du développement car le développement moderne ne peut être fondé que sur la souveraineté. Toutes nos démarches visent à renforcer la souveraineté".

Enfin, tout ceci se déroule sur fond d'aggravation de la crise énergétique en Europe et d'une hausse significative de l'inflation aux États-Unis. Il est déjà clair que si la confrontation géopolitique collective de l'Occident avec la Russie se poursuit, il ne sera pas en mesure d'obtenir des ressources énergétiques bon marché, comme c'était le cas auparavant. L'absence de réserves suffisantes de gaz naturel détruira des secteurs économiques importants, tels que la métallurgie, les machines-outils, la transformation, la pétrochimie, réduira considérablement le secteur agricole en raison des prix élevés de l'électricité et des engrais, et affectera directement le bien-être des ménages. Il semble que l'Occident va bientôt sombrer dans le chaos et les ténèbres. Et la Russie continuera à se tourner vers l'Est, au sens large du terme.

Publié initialement dans Oriental Review.

samedi, 17 septembre 2022

Rêve américain: le conflit en Ukraine poserait aussi des problèmes à la Chine

ukraine-china-flag.jpg

Rêve américain: le conflit en Ukraine poserait aussi des problèmes à la Chine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/09/11/amerikkalaishaave-ukrainan-konfliktista-ongelmia-myos-kiinalle/

Hal Brands, spécialiste américain de la politique étrangère et partisan de l'atlantisme, affirme que "les mauvais résultats de la Russie en matière de combat posent également de sérieux problèmes à la Chine".

En lisant de telles analyses, il est bon de se rappeler que le chercheur regarde les choses à travers une lentille biaisée, celle de la politique étrangère et de sécurité américaine. Brands (photo) est également le co-auteur, avec Michael Beckley, d'un livre qui évalue l'escalade du conflit entre les États-Unis et la Chine dans un avenir proche.

55697_brandshal_caaronclamageamericanenterpriseinstitute_web_620-620x660.jpg

616qQmP-dDL.jpg

Brands spécule et imagine que le président chinois Xi Jinping est probablement consterné que Poutine ait lancé une attaque aussi maladroite et incompétente contre l'Ukraine peu de temps après que Xi ait signé une déclaration d'"amitié illimitée" avec Poutine. Par ailleurs, on soupçonne que le Kremlin aurait informé les Chinois de ses plans à l'avance.

Du point de vue américain, l'invasion de l'Ukraine par la Russie a causé des "revers stratégiques" à Pékin. Sous l'administration Biden, les États-Unis ont commencé à investir à Taïwan, les dépenses de défense dans la région indo-pacifique ont augmenté et la Chine a été menacée de nouvelles sanctions si Pékin venait à aider Moscou.

Toutefois, M. Brands estime que Pékin ne peut pas rester totalement inactif si la belligérance de la Russie en Ukraine prend un tournant défavorable à Moscou, car cela conduirait à tout le moins à une Russie affaiblie qui serait un allié moins utile et moins capable de distraire Washington.

51RWsco-CKL._SX329_BO1,204,203,200_.jpg

À l'extrême, l'instabilité politique en Russie pourrait causer des difficultés pour le "partenariat stratégique" entre les deux pays, sur lequel Xi a tant investi, selon Brands. On craint également un effet domino, où les problèmes politiques du Kremlin se répercuteraient sur les pays partenaires de la Russie.

Selon M. Brands, la meilleure option des États-Unis dans la compétition contre la Chine est d'essayer de faire en sorte que la Russie ne gagne pas en Ukraine. Cela laisserait Xi dans une situation où il n'y aurait pas d'options faciles.

Le chercheur américain suppose que Poutine cherchera davantage de soutien de la part de la Chine si la position de la Russie se détériore. Si Pékin ne trouve pas le moyen d'apporter ce soutien, le partenariat entre les deux pays pourrait être fracturé. La Chine est-elle prête à soutenir plus ouvertement la Russie, même si elle souffre économiquement et politiquement de cette alliance ?

Officiellement, la Chine a mis l'accent sur une solution diplomatique comme voie vers le rétablissement de la paix, et la République populaire ne s'est pas rangée du côté de la Russie contre l'Ukraine, bien que certaines déclarations chinoises aient laissé entendre que l'Occident, et non la Russie, était l'instigateur ultime du conflit ukrainien. Comme la Russie, la Chine a critiqué les ambitions expansionnistes de l'OTAN.

9780300268058.jpg

Bien qu'un changement de direction ait été envisagé depuis des années, l'opération ukrainienne n'a fait qu'accélérer l'orientation de la Russie vers l'Asie, plutôt que vers l'Europe et l'Occident. S'exprimant lors du Forum économique oriental le 7 septembre, Poutine a souligné la "montée en puissance de l'Asie et du Pacifique" et a laissé entendre que l'Occident était "sur le déclin".

Ces dernières années, Poutine a signalé des "changements tectoniques irréversibles" dans les relations internationales. L'ordre libéral est en crise et le monde inflationniste est à bien des égards dans la tourmente: la crise ukrainienne fait également partie de cet enchevêtrement de problèmes.

La Russie peut-elle alors perdre la bataille contre les forces et les armements secrets de l'Occident, de l'OTAN, en Ukraine ? C'est le résultat espéré en Occident, où les médias ont salué chaque petit succès en Ukraine comme un tournant dans le cours des événements.

Pour autant, les mouvements opérationnels russes sont menés avec des effectifs très limités et aucun bombardier de type américain ne survole l'Ukraine. Le fait que le conflit se déroule selon les termes d'une crise économique et d'un démantèlement contrôlé du système actuel n'est pas quelque chose que dit Brands, en tant que répétiteur du récit politique dominant.

Vladimir Poutine et Xi Jinping se rencontreront prochainement lors de la réunion de l'Organisation de coopération de Shanghai à Samarkand, en Ouzbékistan, les 15 et 16 septembre. Les présidents se sont rencontrés pour la dernière fois en février lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Pékin. Après les Jeux, la Russie a lancé son "opération militaire spéciale" en Ukraine et un nouveau rideau de fer est apparu pour diviser l'Est et l'Ouest.

mardi, 06 septembre 2022

Trois articles de l'analyste finlandais Markku Siira sur les récentes turbulences au Xinjiang

2014217985861734_8.jpg

Trois articles de l'analyste finlandais Markku Siira sur les récentes turbulences au Xinjiang

* * *

Pas de surprise: l'organisation américaine derrière la propagande du Xinjiang

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/09/02/ei-mikaan-yllatys-amerikkalaisjarjesto-xinjiangin-propagandan-takana/

Le gouvernement régional chinois du Xinjiang a tenu une conférence de presse en mai, déclarant que la fondation américaine National Endowment for Democracy (NED en abrégé) a été "le principal soutien des forces et organisations anti-chinoises qui cherchent à séparer la région du Xinjiang de la Chine". La NED est également l'organisation à l'origine d'allégations quant à des violations des droits de l'homme.

Selon Liu Weidong, chercheur à l'Institut d'études américaines de l'Académie chinoise des sciences sociales, entre 2004 et 2020, la NED a versé plus de 8,75 millions de dollars à des organisations séparatistes du Xinjiang, ce qui en fait le principal donateur du tristement célèbre "Congrès mondial ouïghour" et d'autres groupes cherchant à séparer la région du Xinjiang de la Chine.

Surnommée la 'seconde CIA', la NED a infiltré divers pays pour inciter les citoyens à s'engager dans le 'militantisme démocratique' afin de servir les intérêts de la politique étrangère américaine. Partout où il y a des "manifestations spontanées" contre des régimes indésirables pour les États-Unis, la NED et ses employés sont derrière l'agitation.

Screen-Shot-2017-02-16-at-3.04.35-PM.png

Carl Gershman, qui a dirigé la NED depuis sa fondation en 1984 jusqu'en 2021, a même ouvertement soutenu que la Chine a besoin d'une révolution de couleur pour résoudre les problèmes du Xinjiang et qu'un changement de régime pourrait faire du pays une république fédérale au goût de l'Occident.

En 2022, la NED a financé neuf programmes liés au Xinjiang avec 2,5 millions de dollars. Les programmes comprenaient "l'utilisation des nouveaux médias pour créer de la propagande et la création d'une base de données sur les droits de l'homme des Ouïghours". Ces programmes avaient et ont toujours un objectif très clair : fomenter une soi-disant crise des droits de l'homme en Chine afin de favoriser les objectifs américains et occidentaux.

Non seulement la NED a fourni des fonds à certaines organisations, mais elle a également formé et encouragé les forces anti-chinoises et les groupes séparatistes "à mieux coopérer avec la stratégie américaine visant à contenir la Chine".

Qu'ont fait les organisations séparatistes avec le soutien de la NED ? Liu a déclaré que pour obtenir la reconnaissance de la NED, les séparatistes du Xinjiang et le Congrès Ouïghour Mondial ont travaillé dur pour fabriquer des mensonges et répandre la désinformation sur le Xinjiang. Cette propagande est truffée d'accusations exagérées allant des "camps de concentration" au "génocide" et aux "crimes contre l'humanité", utilisant le vocabulaire typique des acteurs occidentaux.

Le Congrès mondial ouïghour, fondé aux États-Unis en 2004, avec l'aide des forces anti-chinoises des États-Unis et de l'Occident, a mis en place un "tribunal ouïghour", dans lequel des personnes révélées par la suite comme étant des acteurs payés dans des apparitions médiatiques ont fait de faux témoignages sur des "violations des droits de l'homme", tandis que les médias occidentaux continuent de diffuser ces allégations.

Depuis la fin du 20ème siècle, les États-Unis, qui ont tout militarisé, ont toujours utilisé les "droits de l'homme" comme prétexte pour s'ingérer dans les affaires des autres pays et même pour déclencher des guerres, provoquant de graves crises humanitaires et des flux de réfugiés en Europe et ailleurs. "Afin de promouvoir le processus d''américanisation', la NED est également active en Ukraine depuis longtemps.

"Les États-Unis accusent toujours avec arrogance les autres pays de violations des droits de l'homme, alors qu'ils sont eux-mêmes la principale cause des catastrophes humanitaires, les destructeurs de l'ordre international, les violateurs des droits de l'homme et les auteurs de génocides", a déclaré Xu Guixiang, porte-parole du gouvernement régional du Xinjiang, lors d'une conférence de presse en mai.

Malgré les opérations américaines, la population du Xinjiang jouit d'une vie stable sans attaques terroristes soutenues par l'Occident depuis plus de cinq ans. Le Congrès mondial ouïghour et d'autres mouvements anti-chinois continueront sûrement à fabriquer des histoires sensationnelles - du moins tant que l'argent de l'aide occidentale sera disponible.

* * * 

e746f4b6-67e1-4734-ba9b-f1de61152a42.png

Les manigances occidentales en matière de droits de l'homme - Rapport de l'ONU sur le Xinjiang

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/09/01/lannen-ihmisoikeusaseen-laukauksia-ykn-raportti-xinjiangista/

Le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a publié un rapport sur le traitement des musulmans ouïghours dans le Xinjiang, en Chine, à la fin de son mandat de quatre ans. Bachelet a visité le Xinjiang en Chine en mai.

Le poste de Haut Commissaire aux droits de l'homme fait souvent l'objet de pressions politiques intenses dans le monde entier. Presque tous les commissaires ont quitté leur poste après un mandat, et Bachelet ne fait pas exception.

Depuis son voyage au Xinjiang, la déléguée chilienne a notamment été critiquée pour ne pas avoir adopté une position assez ferme sur la situation des Ouïghours. Il ne fait aucun doute que Bachelet subit la pression des États-Unis, qui cherchent à renverser le régime socialiste en Chine.

J'ai déjà écrit sur les Ouïghours et la campagne anti-chinoise de l'Occident - qui est également perceptible en Finlande - mais il semble que le sujet doive être revisité.

Puisque les grands médias occidentaux, avec leurs journalistes, se chargent de la critique habituelle de la Chine, je vais me concentrer sur d'autres points de vue. Il y a quelques éléments qui ressortent du récent rapport de l'ONU et qui ne manqueront pas d'être négligés par les médias grand public, alors permettez-nous au moins de corriger cela.

La grande majorité des violations présumées des droits de l'homme sont basées sur le témoignage de quarante personnes, et la plupart d'entre elles ont déjà été interrogées par des organisations et des journalistes qui ont supposé, comme si c'était une évidence, que leurs rapports sont vrais.

iaspindex.pngLe rapport mentionne également cinq fois le think-tank australien Australian Strategic Policy Institute comme source, même si cet institut fait bel et bien partie du département de propagande relevant du complexe militaro-industriel occidental, qui cherche à produire du matériel anti-chinois pour étayer la "stratégie indo-pacifique" des Américains. Ce seul fait place le contenu du rapport sous un jour bien étrange.

Le rapport de l'ONU répète les récits occidentaux, tissés de sarcasmes, sur la politique chinoise de planning familial, sur la mauvaise nature de l'ingérence dans l'extrémisme religieux et sur la destruction des mosquées, même si le nombre de mosquées dans la région du Xinjiang est l'un des plus élevés au monde.

Le rapport, publié juste à temps pour le congrès du parti communiste chinois, répète des allégations basées sur des sources non vérifiées, des traductions "non officielles" de documents chinois et des interprétations subjectives de la loi chinoise.

Même si le rapport de l'ONU était considéré comme l'entière vérité, il prouverait au mieux que la Chine, qui essaie de tout faire le plus efficacement possible, a éradiqué l'extrémisme islamiste au Xinjiang pour des raisons de sécurité nationale et conformément à la loi chinoise.

Cependant, les discours occidentaux sur les "crimes contre l'humanité" et le "génocide" sont des exagérations propagandistes sans aucun fondement dans la réalité. Si les États-Unis, par exemple, disposaient de preuves solides de tels crimes, ils n'auraient pas à se contenter de vagues insinuations et d'une campagne de dénigrement. Cependant, tous les moyens sont utilisés dans la guerre de l'information et pour obtenir de l'influence hybride.

Le cas des musulmans ouïghours semble être examiné de près par les pays musulmans. Pourtant, seuls les États-Unis et leurs alliés occidentaux lancent des allégations sur de soi-disant mauvais traitements infligés aux Ouïghours, alors que ce sont eux qui ont tué des millions de musulmans et provoqué d'énormes flux de réfugiés avec leurs sales guerres. Après tout cela, l'inquiétude de l'Occident au sujet des Ouïghours ne semble pas très crédible.

La Chine a également publié une réponse succincte au rapport de l'ONU, qui clarifie la situation passée au Xinjiang, les attaques terroristes et les activités extrémistes. Bien entendu, les médias occidentaux ne donnent pas beaucoup de détails à ce sujet. Dans les déclarations chinoises, les allégations de génocide au Xinjiang ont été qualifiées de "mensonge du siècle".

L'"arme des droits de l'homme", maniée par l'Occident, est pointée sur la Chine pour des raisons de luttes de pouvoir géopolitiques et géoéconomiques et de ressources naturelles. J'ai bien deviné, il y a quelque temps, que les Ouïghours étaient évoqués surtout en raison des énormes gisements de pétrole et de gaz découverts dans le Xinjiang. Les oligarques cupides de l'Occident n'y auront pas accès tant que la Chine sera dirigée par un régime nationaliste.

La guerre de l'Occident contre la Chine se poursuit sur tous les fronts et les enjeux augmentent. Si les manifestations en faveur des droits de l'homme et la rhétorique de la révolution de couleur ne parviennent pas à renverser le régime socialiste en Chine, il y aura certainement, tôt ou tard, une transition de la guerre de l'information à la confrontation armée.

* * *

093d4dda108945c0852fabf8d3c4de0b.jpg

Les États-Unis veulent un changement de pouvoir en Chine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/08/31/yhdysvallat-haluaa-vallanvaihdon-kiinassa/

Le vingtième congrès national du parti communiste chinois est prévu pour le 16 octobre. À cette occasion, les délégués définiront la stratégie et les priorités de développement de la Chine et éliront un dirigeant pour le pays qui exercera ses fonctions pendant les cinq prochaines années.

Selon Valery Kulikov, il est probable que l'actuel secrétaire général du Parti, Xi Jinping, soit réélu pour un troisième mandat, car la règle selon laquelle une même personne ne peut effectuer plus de deux mandats consécutifs en tant que secrétaire général a été abolie en 2018.

Xi Jinping est à la tête du Parti communiste depuis près de dix ans et, durant cette période, il s'est constamment concentré sur le renforcement de la souveraineté nationale de la Chine dans l'arène politique, ainsi que dans les domaines du commerce, de l'économie et de la science.

Cette politique a certainement renforcé son autorité personnelle en Chine, mais elle s'est également attirée les foudres des puissances occidentales, et Washington est désormais déterminé à trouver un moyen d'écarter Xi du pouvoir.

De nombreux membres de l'administration de Joe Biden ont exprimé leur opposition à la politique chinoise actuelle. En mai de cette année, le secrétaire d'État Antony Blinken a décrit la Chine comme "le plus sérieux défi à long terme pour l'ordre international". Il a ajouté que la seule réponse à la "menace" posée par Pékin était la "dissuasion unie" et "l'investissement dans les forces armées".

Garside-RM-1.jpg

9780520391703.jpg

L'attitude de l'élite américaine a été traduite dans les couvertures du livre par l'ancien diplomate Roger Garside, qui, dans son livre China Coup : The Great Leap to Freedom, a décrit sans vergogne comment l'actuel dirigeant chinois pourrait être renversé par une révolte organisée par ses rivaux politiques. Quoi qu'il en soit, les auteurs du coup d'État passeraient alors d'un régime socialiste à une démocratie libérale de type occidental.

Dans son livre, Garside affirme que sous le "leadership trop affirmé" de Xi, la Chine a été mise sur une trajectoire de collision avec les États-Unis. La "révolution de palais" de Pékin serait déclenchée par la menace d'une guerre commerciale portant atteinte à l'économie chinoise. Dans le scénario de Garside, les États-Unis dirigent astucieusement la "cinquième colonne" de la Chine et créent les conditions pour que les rivaux de Xi puissent l'affronter.

Les idées pour un changement de pouvoir ne se limitent pas au niveau de l'écriture. Au début de l'année, George Soros, spéculateur milliardaire de 92 ans, partisan convaincu de toutes les "révolutions de couleur" fomentées par l'Occident, a lancé un appel à peine voilé à un changement du régime communiste lors d'une réunion du Forum économique mondial, qualifiant Xi Jinping de "plus grande menace pour l'ordre mondial libéral".

Dans une tentative d'organiser une révolution dans la Chine nationaliste, Soros et ses diverses organisations ont ciblé les jeunes élites économiques et financières du pays dans l'espoir qu'elles puissent agir comme une opposition pro-occidentale face aux vétérans du parti et aux militaires et créer une crise politique intérieure en Chine.

Par le biais de sa fondation, Soros suit toujours la même formule utilisée à l'approche des coups d'État : travailler avec des jeunes gens politiquement actifs et sélectionner les candidats les plus "prometteurs", les plus vulnérables aux tentations du libéralisme, pour les former aux États-Unis et en Europe afin de promouvoir les intérêts des capitalistes financiers occidentaux.

Mais les plans du spéculateur monétaire vieillissant et de l'élite dirigeante occidentale sont entravés par le fait qu'au cours des cinq dernières années, le régime de Xi Jinping a mis en place un certain nombre de mécanismes pour contrer l'influence étrangère : le Parti communiste a désormais une hiérarchie de commandement plus forte et le pays a également lancé des campagnes de lutte contre la corruption.

Par conséquent, la campagne de sabotage n'a pas réussi comme prévu initialement. Washington a donc changé de tactique et lancé une nouvelle campagne anti-chinoise axée sur les aspirations à l'indépendance de l'île taïwanaise.

Washington a choisi Taïwan comme point central de son offensive contre la Chine continentale parce que les précédentes tentatives de déstabilisation, axées sur le Xinjiang et Hong Kong, ont échoué lamentablement.

Cela est apparu clairement ce printemps lorsque Michelle Bachelet, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, est revenue d'une visite dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang et a été accusée, après une conférence de presse, d'être "trop douce avec la Chine". Les communautés musulmanes du monde entier ont également protesté contre les tentatives d'utiliser les Ouïghours comme une arme de propagande contre la Chine.

Les tentatives de Washington d'organiser des manifestations hostiles à Xi Jinping à Hong Kong à l'été 2019 n'ont pas mieux réussi. Les projets visant à reconnaître Hong Kong comme un État indépendant et à établir des relations commerciales distinctes avec lui, excluant ainsi la Chine, ont échoué sur des amendements juridiques. Les "experts" de Washington ont ensuite ciblé l'île de Taiwan.

Début août, l'administration Biden a envoyé Nancy Pelosi, chef du parti démocrate à la Chambre des représentants, faire un voyage provocateur à Taipei. L'objectif de cette visite était d'humilier Xi Jinping et de saper sa position politique, ainsi que d'inciter les électeurs américains à soutenir les démocrates lors des prochaines élections de mi-mandat.

Washington est bien conscient qu'en ce moment, peu avant le congrès du Parti communiste chinois, la stabilité sociale, économique et politique est d'une importance capitale pour Pékin, aussi tous les efforts sont déployés pour déstabiliser le régime de Xi.

Ayant fait leur premier pas dans le jeu de Taïwan, les États-Unis ont continué à provoquer avec d'autres visites politiques sur l'île. Le 14 août, une délégation du Congrès dirigée par le sénateur Ed Markey et soutenue par quatre autres sénateurs est arrivée à Taipei pour une visite de deux semaines. Ensuite, le gouverneur républicain de l'Indiana, Eric Holcomb, et, peu après, la sénatrice du Tennessee, Marsha Blackburn, ont à leur tour rendu visite à Taïwan.

Pour montrer sa loyauté envers les États-Unis, la Lituanie, petit État vassal balte toujours prêt à soutenir tout projet d'hégémonie occidentale, a également envoyé une délégation dirigée par le vice-ministre des Transports et des Communications Agne Vaiciukevičiūtė pour un voyage de cinq jours à Taïwan. La Lituanie a déjà pris position contre la Chine par le passé, "pour être du bon côté du nouveau rideau de fer".

562150_253239_800_auto_jpg.jpg

Le Japon, vieil ennemi de la Chine en Asie, a également suivi l'exemple de son hôte transatlantique et a envoyé une délégation dirigée par l'ancien ministre de la défense, le libéral-démocrate Shigeru Ishiba (photo), pour un voyage de quatre jours à Taiwan. Peu après, un autre homme politique japonais, Keiji Furuya, s'est également rendu sur l'île chinoise.

Kulikov interprète l'objectif de ces visites comme une volonté de "faire pression sur Taipei pour que l'île fasse une déclaration formelle d'indépendance dans l'espoir qu'une réponse modérée de la Chine à ces provocations sera perçue comme un coup porté à l'autorité du parti au pouvoir en Chine et de Xi Jinping".

Alors que les événements ci-dessus se déroulent, les États-Unis et la Chine ont tous deux démontré leur puissance militaire dans les eaux au large de Taïwan. Il est probable que les États-Unis continueront à proférer des menaces dans l'espoir que la Chine fasse une erreur et entre dans un conflit qui entraînera des difficultés similaires à celles auxquelles la Russie a été confrontée avec l'opération en Ukraine.

L'administration de Xi Jinping est certainement consciente des plans cyniques de Washington. Pékin s'est très probablement préparé aux machinations des États-Unis, évaluant différents scénarios et préparant des contre-mesures pour l'automne.

mercredi, 31 août 2022

Analyse de la stratégie des Etats-Unis en Afrique: Washington peut-il rattraper la Chine?

Chadian special operations soldiers receive basic .jpg

Analyse de la stratégie des Etats-Unis en Afrique: Washington peut-il rattraper la Chine?

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/analysis-us-strategy-africa-can-washington-catch-china

Au début du mois d'août, la Maison Blanche a publié un mémorandum pour une stratégie en Afrique subsaharienne [i]. Il s'agit d'un document assez unique qui expose les objectifs et les méthodes des États-Unis dans la région. Ce faisant, le texte lui-même commence par une citation du secrétaire d'État Anthony Blinken, qui a déclaré en novembre 2021 que "l'Afrique façonnera l'avenir - et pas seulement l'avenir du peuple africain, mais celui du monde entier". Cela peut sembler plutôt inhabituel, puisque le département d'État publie habituellement ses propres stratégies.

Cette approche indique une action synchronisée de diverses agences. Le Département du commerce, le Pentagone et d'autres organismes, allant des gouvernements fédéraux aux gouvernements locaux, poursuivront également activement leurs objectifs. Les différents exemples cités dans le document montrent que ce travail est déjà en cours depuis des années.

La question est de savoir comment atteindre un nouveau niveau et consolider leur influence. Car dans tous les cas, Washington sera confronté à la nécessité de contrer d'autres acteurs actifs en Afrique. Il s'agit avant tout de la Chine et de la Russie, qui sont ouvertement présentées comme des défis et des problèmes pour les intérêts américains dans la région.

"La République populaire de Chine considère la région comme une arène importante pour défier l'ordre international fondé sur des règles, promouvoir ses propres intérêts commerciaux et géopolitiques étroits, miner la transparence et l'ouverture et affaiblir les relations des États-Unis avec les peuples et les gouvernements africains".

"La Russie considère la région comme un environnement fertile pour les entreprises militaires para-étatiques et privées, qui fomentent souvent l'instabilité pour des gains stratégiques et financiers. La Russie utilise ses liens sécuritaires et économiques ainsi que la désinformation pour saper l'opposition de principe des Africains à la poursuite de l'invasion russe en Ukraine et aux violations des droits de l'homme qui y sont liées", indique le rapport".

3443362.jpg

En somme, la stratégie énonce quatre objectifs pour faire avancer les priorités des États-Unis avec leurs partenaires régionaux au cours des cinq prochaines années. Elle indique que "les États-Unis utiliseront toutes leurs capacités diplomatiques, de développement et de défense, et renforceront leurs liens commerciaux en se concentrant sur les écosystèmes numériques et en se recentrant sur les pôles urbains pour soutenir ces objectifs :

  1. 1) Promouvoir l'ouverture et les sociétés ouvertes ;
  2. 2) fournir un dividende pour la démocratie et la sécurité ;
  3. 3) Promouvoir la reprise post-pandémique et les opportunités économiques ;
  4. 4) Soutenir la conservation, l'adaptation au changement climatique et une transition énergétique juste.

Examinons de plus près ces points. Le premier objectif est énoncé dans le style de l'Open Society Institute de George Soros. Il est possible que ses actifs soient également utilisés pour transformer les systèmes politiques des pays africains. Comme le parti démocrate américain et le programme de George Soros en général, la Maison Blanche estime qu'il y a trop de régimes autoritaires dans la région qui doivent être remplacés par des régimes plus fidèles aux États-Unis.

En clair, un coup d'État par le biais d'une révolution de couleur ou en corrompant les autorités en place. Bien que la Maison Blanche déclare extérieurement la nécessité de lutter contre la corruption, il est clair pour tout le monde que la politique étrangère américaine elle-même utilise activement des éléments de corruption, que l'on appelle pudiquement "lobbyisme".

Il est noté que "malgré un fort soutien populaire à la démocratie en Afrique subsaharienne - quelque 69% selon de récents sondages - la démocratie fait toujours défaut. Ces dernières années, l'Afrique a été en proie à une succession de coups d'État militaires et d'échecs démocratiques, ce qui pourrait entraîner une nouvelle détérioration des conditions de gouvernance et de sécurité, ainsi que des conséquences négatives pour les pays voisins.

En 2022, Freedom House a classé seulement huit pays d'Afrique subsaharienne comme libres - le nombre le plus bas depuis 1991. Ces échecs ont accru les possibilités d'influence étrangère indue et reflètent la montée en puissance de gouvernements qui utilisent les technologies de surveillance, diffusent des informations erronées, exploitent la corruption et commettent des violations des droits de l'homme en toute impunité.

Alors que les forces démocratiques ont récemment remporté les élections au Malawi et en Zambie, les dirigeants autocratiques des autres pays gardent un contrôle étroit du pouvoir. Le décalage entre les aspirations de la population et la fermeture de l'espace civique dans certains pays a entraîné une instabilité accrue et une vague de mouvements de protestation."

Cette citation mentionne "l'influence étrangère indue", qui peut également être attribuée à l'ingérence des États-Unis dans la région, à la fois directement et par le biais de proxies et de satellites européens.

091030-F-1928K-101.JPG

En ce qui concerne les méthodes sur le premier point, le soutien aux réformes, la création de diverses fondations et initiatives, l'assistance juridique et la promotion des droits de l'homme sont mentionnés. Il est probable que cela se fasse en mettant l'accent sur le contrôle des ressources naturelles, ce qui est voilé derrière un verbiage tel "aider à atteindre la transparence dans l'utilisation de ses ressources naturelles, y compris les ressources énergétiques et les minéraux essentiels, pour un développement durable, tout en aidant à renforcer les chaînes d'approvisionnement qui sont diverses, ouvertes et prévisibles".

Il ne fait aucun doute que par lesdites chaînes d'approvisionnement, on entend une monopolisation par les États-Unis d'importants produits de base et matières premières provenant des pays africains. La façon dont les entreprises américaines obtiendront la marge est une autre question. Cela peut se faire par le biais d'actions, du paiement de services de conseil ou déguisé en prêts et crédits destinés à des projets pertinents.

Pour le moins, ce genre d'énergie de la part de Washington devrait rendre les gouvernements africains méfiants. D'autant plus qu'on ne leur a pas demandé ce qu'ils veulent et ce dont ils ont besoin.

Le deuxième point est directement lié au premier. Voici une citation qui permet de comprendre parfaitement ce que les États-Unis veulent dire :

"Les États-Unis soutiendront les démocraties africaines en soutenant la société civile, notamment les activistes, les travailleurs et les dirigeants soucieux de réforme ; en donnant des moyens d'action aux groupes marginalisés tels que les personnes LGBTQ+ ; en se concentrant sur les voix des femmes et des jeunes dans les efforts de réforme ; et en protégeant les élections libres et équitables en tant que composantes nécessaires mais non suffisantes des démocraties dynamiques. Les États-Unis soutiendront l'ouverture et les opportunités démocratiques en s'appuyant sur l'Initiative présidentielle pour le renouveau démocratique, le Sommet pour la démocratie et l'Année de l'action.

afr-cont.png

Les États-Unis concentreront leurs efforts diplomatiques, tireront parti de leurs programmes de développement et utiliseront leurs outils de défense pour renforcer et permettre à leurs partenaires de répondre aux causes des conflits dans toute la région.

"Nous nous concentrerons sur le renforcement de la capacité des partenaires africains à promouvoir la stabilité et la sécurité régionales en permettant à des institutions de sécurité gouvernementales plus professionnelles, plus compétentes et plus responsables d'assurer la sécurité interne".

"Nous investirons également dans les efforts locaux de prévention et de consolidation de la paix afin d'atténuer et de traiter les vulnérabilités, en utilisant la loi bipartisane sur l'instabilité mondiale dans les zones côtières d'Afrique de l'Ouest et au Mozambique".

Les États-Unis donneront la priorité aux ressources de lutte contre le terrorisme afin de réduire la menace que les groupes terroristes font peser sur les États-Unis eux-mêmes, leur population et leurs cibles diplomatiques et militaires, en ne dirigeant des capacités unilatérales que là où elles sont légitimes et où la menace est la plus aiguë.

"Nous travaillerons principalement avec, avec et par l'intermédiaire de nos partenaires africains, en coordination avec nos principaux alliés, de manière bilatérale et multilatérale, afin de poursuivre des objectifs communs de lutte contre le terrorisme et de promouvoir des approches civiles et non cinétiques lorsque cela est possible et efficace".

"Dans le cadre de cette approche, nous utiliserons des programmes spéciaux pour renforcer la capacité des agences partenaires locales de sécurité, de renseignement et de justice à identifier, perturber, désorganiser et partager des informations sur les terroristes et les réseaux qui les soutiennent".

Si Washington va soutenir les soi-disant "groupes marginalisés" représentant des tas de sodomites locaux ou influençant délibérément les récits sur les relations entre personnes de même sexe, cela va clairement vers l'ingérence dans les affaires intérieures des États.

Sur le plan de la sécurité, on se demande également qui et quoi l'armée américaine va soutenir.

Il convient de noter ici que le Pentagone fait désormais activement campagne pour que les entreprises privées de défense américaines investissent dans des technologies de pointe et des projets énergétiques pour l'armée africaine par le biais d'un fonds spécial, Prosper Africa, sous les auspices du gouvernement américain [ii].

Le Commandement pour l'Afrique du Pentagone, qui est responsable du continent, possède des bases et des installations dans un certain nombre de pays. Il existe également des cellules de la CIA dans la région, ainsi que des employés d'autres agences qui collectent et traitent divers types d'informations. Sans parler des représentants de sociétés militaires privées, au moins la tristement célèbre structure Eric Prince, qui, après les scandales en Irak, s'est engagée activement dans ses affaires rien qu'en Afrique.

Quant aux alliés des États-Unis, il existe déjà une initiative mondiale d'infrastructure et d'investissement au sein du G7, pour laquelle il était prévu d'allouer 600 milliards de dollars. Les États-Unis semblent pousser leurs partenaires à poursuivre leurs propres intérêts. Cette initiative est liée au projet Prosper Africa déjà mentionné, ainsi qu'à d'autres - Power Africa et Feed the Future. En outre, les États-Unis espèrent transformer numériquement l'Afrique grâce à leurs entreprises informatiques.

Sur le troisième point, Washington essaie de lancer des projets économiques spécifiques, bien que certains d'entre eux, encore une fois, s'inscrivent dans les deux premiers objectifs. Car la création de communautés économiques inclusives va de pair avec la diffusion de la démocratie (telle que la conçoivent les États-Unis). Le rétablissement après la pandémie du coronavirus et la sécurité alimentaire sont soulignés. Il est intéressant de noter que d'autres maladies répandues et dangereuses en Afrique subsaharienne ne sont pas du tout mentionnées dans la stratégie.

Nous pouvons en conclure que la mention des covidés est de nature routinière et qu'en réalité, les États-Unis ne se préoccupent pas du tout du système de santé des pays africains. Il faut dire que de nombreux États africains ont des taux de mortalité assez élevés et précoces, y compris la mortalité infantile. Mais la Maison Blanche se contente d'escamoter la question, promettant dans l'abstrait le bien-être futur.

Enfin, le quatrième point s'inscrit dans la lignée des précédents. Il s'agit du partenariat des États-Unis avec les gouvernements africains, la société civile et les communautés locales pour soutenir et gérer les écosystèmes naturels qui permettront de réduire les émissions de carbone et de contrôler le changement climatique. Les États-Unis ont deux programmes à cet effet : le Plan américain de conservation des forêts mondiales et le Programme régional pour l'environnement en Afrique centrale. Dans le même temps, Washington a l'intention de lancer un plan énergétique, bien qu'aucune précision ne soit donnée.

Il est à noter que la Chine est mentionnée quelques fois tandis que la Russie l'est sept fois. Il est clair que les Etats-Unis devront surtout faire face à la présence chinoise dans la région, car Pékin a depuis longtemps des projets d'infrastructure en Afrique, ainsi que des prêts qui ne sont pas encombrés de visées politiques manipulatrices et qui sont bien accueillis par les gouvernements locaux.

Bien sûr, en dehors des exhortations pathétiques énoncées dans la stratégie, il existe des intérêts américains objectifs et rationnels liés au fait que d'ici 2050, le nombre d'Africains devrait atteindre 25 % de la population mondiale. Cela signifie le plus grand marché de consommation et la plus grande force de travail. Si nous appliquons la loi des grands nombres, cela signifie la capacité intellectuelle et technologique.

L'Afrique possède également la deuxième plus grande superficie de forêt tropicale du monde et possède 30 % des minéraux les plus importants. En termes d'influence politique, l'Afrique subsaharienne dispose de 28 % des voix dans le système des Nations unies. La manipulation de ces votes semble cruciale pour Washington.

D'où cet intérêt stratégique pour les pays africains. Malgré l'instabilité de certains d'entre eux, les troubles politiques et l'incertitude, Washington veut mettre sa patte sur l'avenir du continent, alors qu'il a déjà été directement impliqué dans de nombreux projets destructeurs.

L'intérêt pour l'Afrique de la part de l'UE et des acteurs individuels de ce commonwealth, comme l'Allemagne et la France, est également remarquable. Paris a récemment perdu une partie de son influence, tandis que Berlin tente de promouvoir sa propre feuille de route, qui a les mêmes objectifs que ceux de Washington.

De manière révélatrice, la publication de la stratégie a coïncidé avec la tournée d'Anthony Blinken en Afrique du Sud, en République démocratique du Congo et au Rwanda. Ses déclarations étaient clairement anti-russes. En particulier, il a parlé négativement des activités des sociétés militaires privées russes au Mali et en République centrafricaine, qui aident beaucoup les gouvernements à établir la paix et la stabilité.

En outre, le secrétaire d'État américain s'est rendu en Égypte, en Éthiopie, en Ouganda et en République du Congo en juillet. Cela témoigne du travail systématique de Washington dans la région. Mais si Moscou est évoquée dans le contexte de la crise en Ukraine et de l'interaction des forces de sécurité, Pékin est une question plus ample pour la Maison Blanche.

Le fait est que la Chine est depuis de nombreuses années le premier partenaire commercial de l'Afrique, où le chiffre d'affaires commercial atteint 200 milliards de dollars par an. Plus de 10.000 entreprises chinoises sont présentes dans les pays africains. En 2020, le Fonds de développement des infrastructures de l'initiative "la Ceinture et la Route" d'un milliard de dollars a été créé, et deux ans plus tôt, un programme d'aide de 60 milliards de dollars à l'Afrique a été approuvé [iii].

Seal_of_the_United_States_Africa_Command.svg.png

Depuis 2011. La Chine a été l'un des principaux donateurs et investisseurs dans les projets d'infrastructure en Afrique et il est peu probable que les États-Unis rattrapent et dépassent rapidement Pékin à cet égard.

En outre, la Chine a précédemment payé les dettes d'un certain nombre de pays africains dans le cadre d'engagements internationaux, ce qui a été perçu positivement à la fois par les élites politiques et les sociétés africaines, malgré la propagande anti-chinoise occidentale accusant Pékin de mener des politiques néocoloniales et de s'endetter. Il n'existe aucun souvenir historique négatif d'une présence chinoise en Afrique et le propre passé de la Chine offre un espoir de développement aux pays africains également.

La Chine a également un intérêt direct dans la stabilité à long terme de l'Afrique, car environ un tiers du pétrole entrant dans l'Empire du Milieu est extrait et exporté depuis des pays africains (Soudan, Angola et Nigeria). Et environ 20 % supplémentaires du coton qui entre en Chine sont également d'origine africaine. Sans parler des autres produits - des fruits et légumes aux minéraux. Pékin s'efforcera donc activement de maintenir son influence.

L'intérêt pour l'implantation de bases militaires tient précisément à ces raisons. La stratégie du "collier de perles" de la Chine repose sur la Corne de l'Afrique, puis se poursuit par voie terrestre dans le Heartland africain.

En termes de cyberinfrastructure, la Chine met en œuvre le projet Digital Silk Road en Afrique. Ce projet est en grande partie mené par ZTE, qui a déjà obtenu des contrats d'une valeur de 2,7 milliards de dollars grâce à des prêts [iv]. Ce n'est pas une nouvelle pour Washington. Divers groupes de réflexion américains proches du gouvernement parlent depuis longtemps de l'influence croissante de la Chine en Afrique [v].

Cela dit, les évaluations concernant les intérêts américains ont varié. Par exemple, la RAND Corporation a noté dans une étude sur le sujet que "la Chine n'est pas nécessairement une menace stratégique pour les intérêts américains" [vi]. Mais sous l'administration de Donald Trump, la rhétorique anti-chinoise aux États-Unis a augmenté. Et bien que les démocrates aient été assez critiques envers Trump sur de nombreuses questions de politique étrangère, la ligne de confrontation avec Pékin s'est poursuivie.

Les groupes de réflexion américains continuent de développer des solutions différentes à de nombreux dossiers, de Taïwan aux relations bilatérales. L'Afrique n'est pas oubliée non plus. Dans le même temps, les critiques à l'égard de Pékin sont reprises par les satellites européens des États-Unis. Certains médias mondialistes continuent de colporter des mythes anti-Chine et de faire l'éloge des Etats-Unis.

20080315issuecovEU400_0.jpg

Par exemple, The Economist a écrit en mai 2022 que "la Chine fait preuve de plus d'audace dans ses relations avec l'Afrique. Xi Jinping et ses émissaires s'engagent régulièrement avec l'Afrique ; lors des sommets triennaux Chine-Afrique, les dirigeants chinois aiment promettre haut et fort de nouveaux fonds et programmes".

L'Amérique apporte une contribution précieuse à l'Afrique, mais de manière moins visible. Ses forces armées aident les gouvernements africains à lutter contre les groupes extrémistes. Elle a investi massivement dans l'amélioration de la santé publique en fournissant des vaccins contre le covid de fabrication occidentale qui fonctionnent mieux que les vaccins chinois (et sont gratuits).

En avril, l'administration a alloué plus de 200 millions de dollars d'aide à la Corne de l'Afrique en réponse à la crise alimentaire exacerbée par la guerre de la Russie en Ukraine. Il n'y a généralement rien de mal à faire connaître les efforts occidentaux pour soutenir la démocratie, qui reste la forme de gouvernement la plus populaire parmi les Africains. Et M. Biden devrait également se rendre en Afrique.

Une approche occidentale moins condescendante serait opportune. Les gouvernements africains n'attendent plus de la Chine des prêts énormes et des méga-projets. La condescendance de la Chine à l'égard de Vladimir Poutine et son approche punitive à l'égard de pays comme la Lituanie rappellent qu'elle aussi peut être une brute.

Depuis 20 ans, la Chine est le principal partenaire des gouvernements africains qui cherchent à transformer leurs économies. La plupart des politiciens africains et leurs citoyens ont apprécié les avantages découlant de cette relation. Mais se tourner vers la Chine a souvent été la seule option. L'Occident doit offrir une alternative" [vii].

En théorie, si l'Occident voulait établir son influence en Afrique, il devrait le faire. Mais le problème est que l'Occident ne peut offrir aucune alternative. La seule chose qu'il peut essayer de faire est d'investir davantage dans divers grands projets. Le fait est que si la Chine investit beaucoup, ce n'est pas beaucoup pour l'Afrique dans son ensemble, et il faut plus d'argent pour le développement des infrastructures [viii].

Mais il y a ici une question de conditions. L'Occident n'a pas l'habitude de donner de l'argent ou des prêts sans exigences politiques. De ce fait, les prêts chinois sont plus attractifs. En outre, il existe d'autres opportunités, comme la banque BRICS (où l'Afrique du Sud est l'un des membres de ce club) ou l'activité d'autres acteurs de la région, comme l'Iran et la Turquie.

Comprenant cela, les États-Unis ne sont pas susceptibles de concurrencer directement la Chine, mais ils essaieront d'occuper des niches vides et d'étendre leur présence là où ils ont une position crédible. Il est probable que parallèlement à cela, les États-Unis et leurs agents mèneront une guerre de l'information contre la Chine, vilipendant par tous les moyens possibles toute initiative de Pékin.

La probabilité d'utiliser la diaspora africaine vivant aux États-Unis est élevée. À tout le moins, cette option est indiquée dans la stratégie. Toutefois, même une action aussi limitée de Washington pourrait avoir des conséquences désagréables pour les pays africains, car elle limiterait leur souveraineté d'une manière ou d'une autre. Et l'enracinement de l'armée et des services de renseignement américains sous le prétexte de la sécurité menacera la stabilité de la région.

Notes:

[i] https://www.whitehouse.gov/briefing-room/press-briefings/2022/08/07/background-press-call-by-senior-administration-officials-previewing-the-u-s-strategy-toward-sub-saharan-africa/

[ii] https://www.prosperafrica.gov/

[iii] https://www.forbes.com/sites/wadeshepard/2019/10/03/what-china-is-really-up-to-in-africa/?sh=5eb7ba1f5930

[iv] https://static1.squarespace.com/static/5652847de4b033f56d2bdc29/t/610844c1b59c8123f42a0c3e/1627931842061/PB+60+-+Tugendhat+and+Voo+-+China+Digital+Silk+Road+Africa.pdf

[v] https://www.csis.org/programs/africa-program/archives/china-africa

[vi] https://www.rand.org/pubs/research_briefs/RB9760.html

[vii] https://www.economist.com/special-report/2022-05-28

[viii] https://www.fpri.org/article/2022/01/chinese-economic-eng...

lundi, 29 août 2022

Guo Xi et le grand vide à l'heure de l'effondrement de l'Occident

dd811e88dac39db2ef85a0a48603049e.jpg

Guo Xi et le grand vide à l'heure de l'effondrement de l'Occident

Nora Hoppe & Tariq Marzbaan

Source: https://katehon.com/en/article/guo-xi-and-great-emptiness-times-collapse-west?fbclid=IwAR0rOpYsXI3UQxsatIex3P2LHldkOQGVop26NP7F23pGlGQiwNgo0dLbV1A

La présente contribution n'a pas l'intention de fournir une analyse profonde ou de sposer comme un essai exhaustif sur l'histoire complexe et riche de la peinture chinoise sous la dynastie Song. Elle entend offrir un aperçu modeste et superficiel de la pensée classique chinoise... qui peut nous offrir des leçons précieuses pour notre vision du monde et du cosmos alors que le monde occidental continue de s'effondrer.

Guo Xi (c. 1020 - c. 1090) était un peintre paysagiste originaire de Wenxian dans la province du Henan qui a vécu pendant la dynastie des Song du Nord. Au début de sa carrière d'artiste, il a peint un grand nombre de paravents, de parchemins et de peintures murales sur les parois de grands palais et de salles. Réalisant des peintures de paysages monumentaux représentant des montagnes, des pins et des paysages enveloppés de brume et de nuages, il a servi comme peintre de cour sous l'empereur Shenzong (qui a régné de 1068 à 1085) et a été chargé de peindre les murs d'un palais nouvellement construit dans la capitale. Guo a été promu au poste le plus élevé de peintre attitré de l'Académie de peinture de la cour de Hanlin.

Lorsqu'on lui demandait pourquoi il avait décidé de peindre des paysages, Guo Xi répondait : "Un homme vertueux se délecte des paysages pour que, dans une retraite rustique, il puisse nourrir sa nature, au milieu du jeu insouciant des ruisseaux et des rochers, il puisse se délecter, pour qu'il puisse constamment rencontrer dans la campagne des pêcheurs, des bûcherons et des ermites, et voir l'envol des grues et entendre le cri des singes. Le vacarme du monde poussiéreux et l'enfermement des habitations humaines sont ce que la nature humaine abhorre habituellement ; au contraire, la brume, le brouillard et les esprits obsédants des montagnes sont ce que la nature humaine recherche, et pourtant ne peut que rarement trouver."

1200px-China_-_Song_Dynasty-en.svg.png

La dynastie Song

La dynastie Song (960-1279 ap. J.-C.), fondée par l'empereur Taizu de Song (après son usurpation du trône de la dynastie Zhou antérieure, mettant fin à la période des Cinq dynasties et des Dix royaumes), a été une époque culturellement riche et sophistiquée pour la Chine. Elle a vu de grandes avancées dans les arts visuels, la musique, la littérature, la philosophie, la science, les mathématiques, la technologie et l'ingénierie. Les fonctionnaires de la bureaucratie dirigeante, qui étaient soumis à un processus d'examen strict et approfondi, ont atteint de nouveaux sommets d'éducation dans la société chinoise, tandis que la culture chinoise a été améliorée et promue par l'impression généralisée, l'alphabétisation croissante et divers arts.

L'expansion de la population, la croissance des villes et l'émergence d'une économie nationale ont conduit au retrait progressif du gouvernement central de toute implication directe dans les affaires économiques. La petite noblesse a assumé un rôle plus important dans l'administration et les affaires locales. La vie sociale pendant les Song était dynamique. Les citoyens se réunissaient pour admirer et échanger des œuvres d'art précieuses, la population se mêlait aux festivals publics et aux clubs privés, et les villes disposaient de quartiers de divertissement animés. La diffusion de la littérature et du savoir était favorisée par l'expansion rapide de l'impression sur bois et l'invention au 11ème siècle de l'impression à caractères mobiles. Des philosophes tels que Cheng Yi et Zhu Xi ont revigoré le confucianisme avec de nouvelles interprétations, imprégnées d'idéaux bouddhistes, et ont institué une nouvelle organisation des textes classiques qui ont établi la doctrine du néo-confucianisme.

indexsong.jpg

La dynastie a été divisée en deux périodes : celle des Song du Nord et celle des Song du Sud. Il y avait une différence significative dans les tendances de la peinture entre la période des Song du Nord (960-1127) et celle des Song du Sud (1127-1279). Les peintures des fonctionnaires des Song du Nord étaient influencées par leurs idéaux politiques consistant à mettre de l'ordre dans le monde et à s'attaquer aux plus grands problèmes affectant l'ensemble de leur société, c'est pourquoi leurs peintures représentaient souvent des paysages immenses et vastes. En revanche, les fonctionnaires des Song du Sud étaient plus intéressés par la réforme de la société à partir de la base et à une échelle beaucoup plus petite, une méthode qui, selon eux, avait plus de chances de réussir à terme.

La cour des Song entretenait des relations diplomatiques avec l'Inde Chola, le califat fatimide d'Égypte, Srivijaya, le khanat Kara-Khanide en Asie centrale, le royaume Goryeo en Corée et d'autres pays qui étaient également des partenaires commerciaux du Japon. Les archives chinoises mentionnent même une ambassade du souverain du "Fu lin" (c'est-à-dire l'Empire byzantin), Michel VII Doukas, et son arrivée en 1081.

Pendant la dynastie Song, l'art a atteint un nouveau niveau de sophistication avec le développement de la peinture de paysages, dont les œuvres sont aujourd'hui considérées comme certains des plus grands monuments artistiques de l'histoire de la culture visuelle chinoise. La peinture de paysages ou shan shui, (la traduction littérale du terme chinois pour paysage - "shan" signifiant montagne, et "shui" signifiant rivière) à l'époque Song était fondée sur la philosophie chinoise.

Guo_Xi_-_Early_Spring_(large).jpg

"Zao Chun Tu" ("Printemps précoce") de Guo Xi

Le Printemps précoce de Guo Xi, considéré comme l'une des plus grandes œuvres de l'histoire de l'art chinois, est un énorme rouleau suspendu qui représente une grande montagne et sa nature intérieure dans un état constant de métamorphose.

La peinture semble animée de mouvements, le Yin se transformant en Yang et vice versa. Le peintre a obtenu cette sensation de mouvement rythmique en alternant des zones d'encre sombre et des surfaces non peintes, des rochers massifs et des vallées aériennes, ainsi qu'un feuillage dense et une brume légère.

L'une des techniques de Guo Xi consistait à superposer des lavis d'encre et des traits de texture pour construire des formes tridimensionnelles crédibles.  Les traits particuliers à son style comprennent ceux sur les rochers "ressemblant à des nuages", et le "trait de texture du visage du diable", que l'on peut voir dans la surface quelque peu tachée des plus grandes formes rocheuses.

"L'angle de la totalité"

Avec ses techniques innovantes pour produire des perspectives multiples, Guo visait quelque chose qu'il a appelé "l'angle de la totalité". Parce qu'un tableau n'est pas une fenêtre, il n'est pas nécessaire d'imiter la mécanique de la vision humaine et de regarder une scène d'un seul endroit ! Guo s'intéresse particulièrement à l'effet de la distance sur la visualisation d'un paysage, et à la façon dont le détachement et la proximité peuvent modifier plusieurs fois l'apparence d'un même objet. Ce type de représentation visuelle est également appelé "Perspective flottante", une technique qui déplace l'œil statique du spectateur et souligne les différences entre les modes chinois et occidentaux de représentation spatiale.

Contrairement à l'aspiration centrale de la peinture de paysage occidentale - peindre un endroit particulier d'un point de vue fixe, la peinture de paysage chinoise visait à incorporer l'essence de milliers de montagnes, les vues accumulées d'une vie dans un paysage composite. Ainsi, regarder une peinture de paysage dans la tradition chinoise, c'était se sentir connecté à l'ensemble des lieux et des êtres vivants.

La relation entre l'homme et la montagne recherchée dans la peinture de Guo Xi est une relation de compatibilité, de participation et d'interconnexion. Selon les propres mots de Guo Xi, cités par son fils dans son traité The Lofty Message of Forests and Streams, "La montagne ne vit que dans l'acte d'errer. La forme de la montagne change à chaque pas. Une montagne vue de près a un aspect, et elle en a un autre à quelques distances, et encore un autre de plus loin. Sa forme change à chaque pas. Une montagne vue de face a un aspect, un autre vu de côté et un autre vu de derrière. Son aspect change sous tous les angles, autant de fois que le point de vue. Ainsi, il faut réaliser qu'une montagne combine en elle plusieurs milliers de formes." Ces commentaires suggèrent que la montagne n'est concevable que depuis de multiples points de vue, comme si l'on s'y promenait. Si nous examinons attentivement les sections inférieure, médiane et supérieure du tableau de Guo Xi de cette manière, nous verrons une illustration du déplacement des perspectives, une caractéristique typique de la peinture de paysage chinoise. Les trois rochers du bas et les arbres qui les accompagnent semblent être vus comme si nous nous tenions au-dessus d'eux ; le registre du milieu semble être vu de face ; et la partie supérieure, le sommet royal, semble être vue d'en bas. Nous ajustons constamment nos yeux pour prendre un nouveau point de vue. Guo Xi appelait cet exercice "regarder la forme d'une montagne depuis chacune de ses faces". Le spectateur devient ainsi un voyageur dans le tableau, qui lui offre l'expérience de se déplacer dans l'espace et le temps.

Comme beaucoup d'autres œuvres anciennes rares de la collection d'art impérial, Printemps précoce se trouve aujourd'hui au Musée du Palais national à Taiwan. Il fait partie des chefs-d'œuvre qui y ont été appropriés en 1949 lorsque l'armée de Chiang Kai-Shek a fui la Chine continentale après la victoire des communistes dans la guerre civile.

Linquan Gaozhi - "Le noble message de la forêt et des cours d'eau".

Le texte intitulé "Linquan Gaozhi" ("Le noble message de la forêt et des ruisseaux") est un recueil de remarques et de déclarations de Guo Xi qui a été compilé par son fils, Guo Si, avec ses propres annotations et qui est devenu l'un des plus grands traités sur la théorie de la peinture de paysage en Chine.

Dans un extrait du "Traité des montagnes et des eaux", Guo Xi remarque : "Les nuages et les vapeurs des paysages réels ne sont pas les mêmes aux quatre saisons. Au printemps, ils sont légers et diffus, en été riches et denses, en automne dispersés et fins, et en hiver sombres et solitaires. Lorsque de tels effets sont visibles en photo, les nuages et les vapeurs ont un air de vie. La brume qui entoure les montagnes n'est pas la même aux quatre saisons. Les montagnes au printemps sont légères et séduisantes comme si elles souriaient ; les montagnes en été ont une couleur bleu-vert qui semble s'étendre sur elles ; les montagnes en automne sont brillantes et ordonnées comme si elles étaient fraîchement peintes ; les montagnes en hiver sont mélancoliques et tranquilles comme si elles dormaient.

Dans ce traité, le fils de Guo Xi décrit comment son père a reçu une reconnaissance spéciale de l'empereur pour ces œuvres magnifiques, et comment l'artiste passait des jours en contemplation silencieuse avant d'entreprendre une peinture murale, après quoi, s'étant préparé mentalement, il produisait des peintures entières dans un seul élan de création. En effet, Guo Xi aurait probablement été harcelé par sa charge de travail jour après jour, sans avoir le loisir d'une telle introspection. Cependant, Guo Si décrit à maintes reprises les œuvres de son père comme étant imprégnées d'esprit, insistant sur le fait qu'il ne s'agit pas de simples pièces de compagnon mais plutôt des "œuvres" d'un artiste du plus haut raffinement culturel.

Selon Maromitsu Tsukamoto, professeur associé à l'Institute for Advanced Studies on Asia, un passage particulier de Guo Si capture les véritables pensées de son père : "... "Mon père, Guo Xi, m'a dit : "Le poète Tang Du Fu, voyant une peinture de paysage du célèbre peintre shan shui Wang Zai, a déclamé : 'Dix jours pour peindre un ruisseau ! Cinq jours pour peindre un rocher!' Et ma réponse : 'Pourtant, c'est exactement ainsi !'..." La protestation de Guo Xi selon laquelle il ne faut pas se hâter, qu'on ne peut pas produire un bon travail sans y consacrer le temps nécessaire, était certainement son intention franche et honnête, accaparé qu'il était par la peinture d'énormes fresques murales pour la cour impériale. L'affection complexe contenue dans ces mots prononcés entre un parent et un enfant il y a mille ans, ainsi que ces œuvres, suscitent une profonde sympathie même chez ceux d'entre nous qui vivent dans le monde contemporain d'aujourd'hui."

Les aspects philosophiques : La peinture de paysage chinoise unit les concepts philosophiques confucéens à la pensée taoïste et bouddhiste sur la nature.

JULLIEN-François_carré©HannahAssouline.jpg

front-small-4037951941.jpg

Selon le philosophe et sinologue français François Jullien, le double terme chinois pour le paysage shanshui ("shan = montagne"/"shui = eau") reflète l'interaction entre les dualités complémentaires (yin et yang). Jullien écrit : "Nous avons ce qui tend vers les hauteurs (la montagne) et ce qui tend vers les profondeurs (l'eau). Le vertical et l'horizontal, le Haut et le Bas, s'opposent et se répondent à la fois. Nous avons aussi ce qui est immobile et impassible (la montagne) et ce qui est en mouvement constant, à jamais ondoyant et coulant (l'eau). Permanence et variance sont à la fois confrontées et associées. Nous avons, en outre, ce qui possède une forme et présente un relief (la montagne) et ce qui est par nature informe et prend la forme d'autres choses (l'eau). L'opaque et le transparent, le solide et le dispersif, le stable et le fluide se mélangent et se rehaussent mutuellement.

"Au lieu du terme unitaire de 'paysage', la Chine parle d'un jeu sans fin d'interactions entre des facteurs contraires qui s'apparient, formant une matrice à travers laquelle le monde est conçu et organisé. Ici, il n'y a pas de Sujet gouvernant, dominant (le sujet de la Renaissance en Europe), pas d'individu qui tienne le monde de son point de vue et y développe librement son initiative, comme s'il était Dieu. Il n'y a pas d'"objet" tenu en vis-à-vis, rien qui soit "jeté" "devant" l'œil de l'individu, rien qui s'étale passivement pour son inspection et se découpe différemment à chacun de ses pas. Contre ce pouvoir monopolisant de la vue, la Chine offre la polarité essentielle par laquelle le matériel mondial entre en tension et se déploie. Aucune substance humaine ne s'en détache. L'humain reste implicite, contenu dans ces multiples implications, car le vis-à-vis ainsi établi se situe à l'intérieur du monde ; il est entre les 'montagnes' et les 'eaux'."

Comment une peinture de paysage chinoise de la dynastie Song envisage-t-elle la relation de l'humanité avec le cosmos ? Le Tao voit l'être humain dans l'immensité du cosmos comme une présence mineure. L'échelle minuscule des humains par rapport aux montagnes dans une peinture de paysage chinoise typique suggère que nous, les humains, coexistons avec de nombreux autres êtres vivants. Les êtres humains sont intégrés dans un ensemble plus vaste plutôt que d'être célébrés comme une présence imposante. La philosophie néo-confucéenne, développée pendant la dynastie Song, cultivait un profond respect pour tous les êtres vivants et soulignait l'interconnexion de l'humanité avec un univers plus vaste.

front-medium-3446371483.jpg

La peinture de paysage classique chinoise, dans son ensemble, unit les concepts philosophiques confucéens à la pensée taoïste et bouddhiste sur la nature. Par exemple, la force vitale dans le taoïsme et le bouddhisme est représentée par l'eau. Selon le Tao Te Ching, "le bien le plus élevé est comme l'eau, parce que l'eau excelle à profiter aux myriades de créatures sans entrer en conflit avec elles et s'installe là où aucune ne voudrait être, elle se rapproche de la Voie." Les chutes d'eau ou les cours d'eau dans les peintures de paysages chinois évoquent un sentiment de possibilité et d'opportunité, car la fluidité de l'eau perce les rochers et ouvre un espace de manœuvre. Les bouddhistes vénèrent également l'averse tonitruante d'une chute d'eau et la vapeur qui l'accompagne en spirale vers le haut. Dans le bouddhisme, le flux de brume et d'eau suggère la circulation de la sagesse dans le corps, l'esprit et l'univers obtenue par la méditation. Dans les peintures tibétaines thanka, par exemple, les nuages représentés au-dessus des chutes d'eau représentent l'essence éclairée partagée par tous les êtres vivants.

François Jullien affirme que les Chinois accordaient une importance centrale à l'activité de la respiration comme caractéristique déterminante de la vie. Alors que les Grecs "privilégiaient le regard et l'activité de perception", les Chinois concevaient la réalité en termes de qi, ou souffle-énergie. L'activité d'expiration et d'inspiration unit les humains aux rythmes alternés du ciel et de la terre. Dans le classique taoïste Tao Te Ching, l'univers est représenté comme un grand soufflet engagé dans un processus cosmique de respiration.

Le vide

Parce que les peintres chinois placent "l'esprit" (qi) à la place la plus importante pour la peinture, ils laissent progressivement l'esprit de la nature, l'esprit humain et l'esprit du pinceau et de l'encre s'exprimer dans le tableau. Ainsi, l'"espace vide" initialement apparent dans la peinture devient la caractéristique principale pour exprimer l'esprit esthétique. Les anciens peintres chinois disaient souvent qu'ils ne cherchaient pas la similitude avec ce que leurs yeux percevaient, mais qu'ils poursuivaient l'esprit de la réalité devant et autour d'eux.

23c94cc2782d51b98df17858d0df51bc.jpg

Que ce soit dans une perspective historique ou logique, l'esthétique de Lao Tse, auteur principal du Tao Te Ching et fondateur du taoïsme philosophique, doit être considérée comme le point de départ de l'histoire de l'esthétique chinoise. Même s'il existe des différences substantielles entre le confucianisme, le bouddhisme et le taoïsme, ils ont tous eu une large et longue influence sur la culture et les valeurs traditionnelles chinoises. Les pensées esthétiques de chacun expriment une conception artistique unifiée qui combine le matériel et l'immatériel, le solide et le vide, le limité et l'illimité, donnant ainsi naissance à cette forme unique d'expression artistique du vide voulu.

L'esthéticien chinois du 20e siècle Zong Baihua estime que la peinture chinoise attache la plus grande importance à "l'espace vierge". "L'espace vide n'est pas vraiment vide, mais l'endroit où l'esprit se déplace. Si vous prenez le vide pour de la blancheur, alors il devient le néant complet ; si vous prenez la partie solide pour du béton complet, alors l'objet perdra sa vivacité ; ce n'est qu'en mettant le vide dans la solidité et en transformant la solidité en vide qu'il y a de l'espace pour une imagination sans fin." Le vide est indéfini, indifférencié et, par conséquent, avec des possibilités infinies de transformation.

L'espace dans la peinture chinoise est construit par association et imagination, et la méthode consistant à combiner l'être et le non-être est une technique essentielle pour créer un espace vaste et étendu. Tout comme le contenu essentiel présenté par les préceptes du taoïsme, du confucianisme et du bouddhisme de la Chine ancienne, la réalité et la nihilité, l'être et le non-être sont étroitement liés, et ils constituent une unité à la fois conflictuelle et indivisible. Sans l'échange entre l'existence et la non-existence, il n'y aurait ni rythme ni esprit dans l'art.

Et en effet, Lao-Tse n'a cessé de prôner la ressource inépuisable du vide : "Les trente rayons convergent en un moyeu : là où il n'y a rien, il y a l'usage-fonctionnement du char. Sans le vide du moyeu, la roue ne tournerait pas ; sans le vide de l'argile, le vase ne contiendrait pas d'eau..." Le vide procède du creusement du plein, et le plein est, à son tour, creusé par le vide. Ni opposés ni séparés l'un de l'autre, ces deux états, le vide et le plein, "sont structurellement corrélés et n'existent que l'un par l'autre". Il ne reste plus au peintre ou au poète taoïste, au lieu de figer et de réifier, qu'à accomplir par son geste cette respiration qui va remplir le vide et désaturer le plein.

Tanaka_Kenneth_Buddhist_Study_Center.jpg

9788170303855-us.jpg

L'éminent spécialiste du bouddhisme et de la philosophie comparative Est-Ouest, le professeur Kenneth K. Inada, a déclaré : "Pour le bouddhiste, c'est la 'découverte' de la vacuité (sunyata) dans le devenir des choses ou du vide dans les êtres-en-devenir. Pour le taoïste, c'est la 'découverte' du rien (wu) dans le Tao des choses."

Le Tao n'a pas de nom et ne peut être déterminé. Pourtant, c'est une force cosmique, le processus mystique du monde, la nature intérieure de tout ce qui existe, la nature, qui n'est pas découverte, mais révélée. C'est la force dominante de l'éternel changement qui inspire tout, agit par le non-agir (wu-wei), crée, non pas en faisant, mais plutôt en grandissant, elle crée de l'intérieur. Le taoïsme est une affirmation de la connaissance non conventionnelle par le développement de ce qu'on appelle la vision périphérique ou non consciente de soi, la pénétration inintelligible dans tout, dans la nature des choses. Le taoïsme et le bouddhisme sont tous deux des philosophies de l'expérience. Tous deux sont des écoles holistiques. Les choses ne sont pas opposées, elles sont Une. Le Yin et le Yang ne sont que les modèles énergétiques de son apparition. Il n'y a pas de dichotomie.

Le point de vue philosophique chinois, qui implique une perception des choses dans leur globalité et leur mouvement éternel, comme parties intégrantes d'un ensemble fonctionnel de l'existence, et non comme fragments séparés. La peinture chinoise peut donc être comprise comme une réalisation visible de ce qui est en train d'être pensé. "La vision orientale des choses empêchait d'emblée tout traitement dichotomique de quoi que ce soit et favorisait en retour l'exploration de la plénitude du processus de devenir." (Inada, 1997)

"L'espace entre le Ciel et la Terre n'est-il pas comme un grand soufflet ?" demande Lao Tse. "Vide, il n'est pas aplati, et plus on le remue, plus il expire; mais plus on en parle, moins on le saisit...". Il n'est donc pas étonnant que les Chinois aient conçu la réalité originelle, non pas selon la catégorie de l'être et à travers le rapport de la forme et de la matière (les Chinois ne concevaient pas la "matière"), mais comme "souffle-énergie", comme qi ("devenir").

Jullien écrit : "Tout le paysage appréhendé dans ce jeu de corrélations est la totalité du monde dans sa vibration : non pas un monde qui ferait signe de l'Ailleurs mais un monde perçu dans le va-et-vient de sa respiration. C'est cette même tension du vivant que la peinture chinoise capte dans le paysage."

lundi, 22 août 2022

L'interconnexion de la BRI et de l'INSTC complètera le puzzle eurasien

3181a90e-617a-4954-9c07-d0ab49d70f5c_1474x836.png

L'interconnexion de la BRI et de l'INSTC complètera le puzzle eurasien

Pepe Escobar

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/un-puzzle-eurasiatico-linterconnettivita-bri-e-instc-completera-il-puzzle

Interconnecter l'Eurasie intérieure est un acte d'équilibre taoïste : ajouter une pièce à la fois, patiemment, à un puzzle géant. Cela demande du temps, des compétences, une vision et, bien sûr, de grandes découvertes.

Récemment, en Ouzbékistan, une pièce essentielle a été ajoutée au puzzle en renforçant les liens entre l'initiative "Belt and Road" (BRI) et le corridor international de transport Nord-Sud (INSTC).

Le gouvernement de Mirzoyev à Tachkent est profondément engagé à stimuler un autre corridor de transport d'Asie centrale : un chemin de fer Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan-Afghanistan.

Cette question était au centre d'une réunion entre le président du conseil d'administration de Temir Yullari - les chemins de fer nationaux ouzbeks - et ses homologues du Kirghizstan et d'Afghanistan, ainsi que des cadres de la société logistique chinoise Wakhan Corridor.

instcsdfklhgdkljh.jpg

En ce qui concerne l'intersection complexe du Xinjiang avec l'Asie centrale et du Sud, il s'agit d'une initiative révolutionnaire, qui fait partie de ce que j'appelle la guerre du corridor économique.

Les Ouzbeks ont présenté de manière pragmatique le nouveau corridor comme essentiel pour le transport de marchandises à des tarifs réduits - mais cela va bien au-delà de simples calculs commerciaux.

Imaginez, en pratique, des conteneurs de marchandises arrivant par train de Kashgar, dans le Xinjiang, à Osh, au Kirghizstan, puis à Hairatan, en Afghanistan. Le volume annuel devrait atteindre 60.000 conteneurs rien que la première année.

Cela serait crucial pour développer le commerce productif de l'Afghanistan, loin de l'obsession de l'"aide" comme au temps de l'occupation américaine. Les produits afghans pourraient enfin être facilement exportés vers les voisins d'Asie centrale et aussi vers la Chine, par exemple vers le marché dynamique de Kashgar.

Et ce facteur de stabilisation renforcerait les coffres des talibans, maintenant que les dirigeants de Kaboul sont très intéressés par l'achat de pétrole, de gaz et de blé russes à des prix très avantageux.

Comment faire revenir l'Afghanistan dans le jeu

Cette voie ferrée pourrait également donner lieu à un projet routier qui traverserait le corridor ultra-stratégique de Wakhan, ce que Pékin envisage depuis quelques années déjà.

Le Wakhan est partagé par le nord de l'Afghanistan et la région autonome de Gorno-Badakhshan au Tadjikistan: une longue bande géologique aride et spectaculaire qui s'étend jusqu'au Xinjiang.

6a919eb3c5347d03811482fa8700c3ca.jpg

Il est désormais clair non seulement pour Kaboul, mais aussi pour les membres de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), que les Américains humiliés ne rendront pas les milliards de dollars "confisqués" des réserves de la Banque centrale afghane - ce qui permettrait au moins d'atténuer la crise économique actuelle et la famine de masse imminente en Afghanistan.

Le plan B consiste donc à renforcer les chaînes d'approvisionnement et de commerce de l'Afghanistan, actuellement dévastées. La Russie prendra en charge la sécurité de l'ensemble du carrefour de l'Asie du Sud et du Centre. La Chine fournira la majeure partie du financement. Et c'est là qu'intervient le chemin de fer Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan-Afghanistan.

La Chine voit la route à travers le Wakhan - une proposition très compliquée - comme un autre corridor BRI, se connectant au Pamir Highway au Tadjikistan, repavée par la Chine, et aux routes du Kirghizstan, reconstruites par la Chine.

L'Armée populaire de libération (APL) a déjà construit une route d'accès de 80 km depuis la section chinoise de la route du Karakoram - avant qu'elle n'atteigne la frontière avec le Pakistan - jusqu'à un col de montagne dans le Wakhan, actuellement accessible uniquement aux voitures et aux jeeps.

La prochaine étape pour les Chinois serait de continuer sur cette route pendant 450 km jusqu'à Fayzabad, la capitale provinciale du Badakhshan afghan. Cela constituerait le couloir routier de réserve pour le chemin de fer Chine-Asie centrale-Afghanistan.

navbharat-times-29.jpg

Le point essentiel est que les Chinois, ainsi que les Ouzbeks, comprennent parfaitement la position extrêmement stratégique de l'Afghanistan: non seulement en tant que carrefour entre l'Asie centrale et l'Asie du Sud, relié aux principaux ports maritimes du Pakistan et de l'Iran (Karachi, Gwadar, Chabahar) et à la mer Caspienne via le Turkménistan, mais aussi en aidant l'Ouzbékistan enclavé à se connecter aux marchés d'Asie du Sud.

Tout ceci fait partie du labyrinthe des couloirs de la BRI; et en même temps, il se croise avec l'INSTC en raison du rôle clé de l'Iran (lui-même de plus en plus lié à la Russie).

Téhéran est déjà engagé dans la construction d'une voie ferrée vers Herat, dans l'ouest de l'Afghanistan (il a déjà reconstruit la route). De cette façon, l'Afghanistan sera inclus à la fois dans la BRI (dans le cadre du Corridor économique Chine-Pakistan, CPEC) et dans l'INSTC, ce qui donnera une impulsion à un autre projet: un chemin de fer Turkménistan-Afghanistan-Tadjikistan (TAT), qui sera relié à l'Iran et donc à l'INSTC.

Du Karakoram à Pakafuz

La route du Karakoram - dont la partie nord a été reconstruite par les Chinois - pourrait tôt ou tard avoir une consœur ferroviaire. Les Chinois y réfléchissent depuis 2014.

En 2016, une voie ferrée reliant la frontière Chine-Pakistan à Gilgit, dans les régions du nord, et descendant ensuite jusqu'à Peshawar, avait été incluse dans le projet de corridor économique Chine-Pakistan (CPEC). Mais rien ne s'est passé: le chemin de fer n'a pas été inclus dans le plan à long terme 2017-2030 du CPEC.

Cela pourrait se produire au cours de la prochaine décennie : l'ingénierie et la logistique constituent un énorme défi, comme ce fut le cas pour la construction de la route du Karakorum.

Et puis il y a l'aspect "suivre l'argent". Les deux principales banques chinoises qui financent les projets de l'IRB - et donc le CPEC - sont la China Development Bank et l'Export Import Bank. Même avant la crise sanitaire, ils réduisaient déjà leurs prêts. Et avec la crise sanitaire, ils doivent maintenant équilibrer les projets étrangers avec les prêts nationaux pour l'économie chinoise.

Au lieu de cela, la priorité en matière de connectivité s'est déplacée vers le chemin de fer Pakistan-Afghanistan-Ouzbékistan (Pakafuz).

3208351.jpg

La section clé de Pakafuz relie Peshawar (la capitale des zones tribales) à Kaboul. Une fois achevé, nous verrons la ligne Pakafuz interagir directement avec le futur chemin de fer Chine-Asie centrale-Afghanistan : un nouveau labyrinthe BRI directement relié à l'INSTC.

Tous ces développements révèlent leur réelle complexité lorsque nous voyons qu'ils font simultanément partie de l'interaction entre la BRI et l'INSTC et de l'harmonisation entre la BRI et l'Union économique eurasienne (UEEA).

En substance, en termes géopolitiques et géoéconomiques, la relation entre les projets BRI et EAEU permet à la Russie et à la Chine de coopérer à travers l'Eurasie, tout en évitant une course à la domination dans le Heartland.

Par exemple, Pékin et Moscou sont tous deux d'accord sur la nécessité primordiale de stabiliser l'Afghanistan et de l'aider à gérer une économie durable.

Parallèlement, certains membres importants de la BRI - comme l'Ouzbékistan - ne font pas partie de l'EAEU, mais cela est compensé par leur adhésion à l'OCS. Dans le même temps, l'entente BRI-EEA facilite la coopération économique entre les membres de l'UEE tels que le Kirghizstan et la Chine.

Pékin a en effet obtenu l'approbation totale de Moscou pour investir en Biélorussie, au Kazakhstan, au Kirghizstan et en Arménie, tous membres de l'UEE. L'EAEU, dirigée par Sergei Glazyev, et la Chine discutent conjointement d'une future devise ou d'un panier de devises excluant le dollar américain.

La Chine se concentre sur l'Asie centrale et occidentale

Il ne fait aucun doute que la guerre par procuration qui se déroule en Ukraine entre les États-Unis et la Russie crée de sérieux problèmes pour l'expansion de la BRI. Après tout, la guerre des États-Unis contre la Russie est aussi une guerre contre le projet BRI.

Les trois principaux corridors de l'IRB du Xinjiang vers l'Europe sont le Nouveau pont terrestre eurasien, le Corridor économique Chine-Asie centrale-Asie occidentale et le Corridor économique Chine-Russie-Mongolie.

Le nouveau pont terrestre eurasien utilise le chemin de fer transsibérien et une deuxième liaison qui traverse le Xinjiang-Kazakhstan (via le port continental de Khorgos) puis la Russie. Le corridor qui traverse la Mongolie est en fait deux corridors : l'un va de Beijing-Tianjin-Hebei à la Mongolie intérieure puis à la Russie ; l'autre va de Dalian et Shenyang puis à Chita en Russie, près de la frontière chinoise.

maxrekhorgossdefault.jpg

2017-01-26-15.01.40-1200x900.jpg

Actuellement, les Chinois n'utilisent pas le pont terrestre et le corridor mongol autant que par le passé, principalement en raison des sanctions occidentales contre la Russie. L'accent actuel de la BRI est mis sur l'Asie centrale et l'Asie occidentale, avec une branche bifurquant vers le golfe Persique et la Méditerranée.

Et c'est ici que nous voyons un autre niveau d'intersection très complexe se développer rapidement: la manière dont l'importance croissante de l'Asie centrale et de l'Asie occidentale pour la Chine se mêle à l'importance croissante de la CIST pour la Russie et l'Iran dans leur commerce avec l'Inde.

Appelons-le le vecteur amical de la guerre des couloirs de transport.

Le vecteur dur - la guerre réelle - a déjà été mis en place par les suspects habituels. Ils sont, comme on peut s'y attendre, déterminés à déstabiliser et/ou à détruire tout nœud d'intégration BRI/INSTC/EAEU/SCO en Eurasie, par tous les moyens nécessaires: en Ukraine, en Afghanistan, au Baloutchistan, dans les "stans" d'Asie centrale ou au Xinjiang.

En ce qui concerne les principaux acteurs eurasiens, il s'agit d'un train anglo-américain qui ne mène nulle part.

Publié dans The Craddle

samedi, 20 août 2022

Comparer la Chine et la Russie - Le pouvoir de l'idéologie ou le pouvoir du nihilisme?

3690-visuel-une_6346028.jpg

Comparer la Chine et la Russie - Le pouvoir de l'idéologie ou le pouvoir du nihilisme?

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/08/13/kiina-ja-venaja-vertailussa-ideologian-vai-nihilismin-valta/

Comme nous le rappelait Branko Milanović, économiste serbo-américain, en janvier 2013, Xi Jinping, secrétaire général du Parti communiste chinois, président de la République populaire de Chine et président de la Commission militaire centrale, a prononcé un discours intéressant devant les membres du Comité central du Parti (traduction anglaise ici: https://redsails.org/regarding-swcc-construction/).

Le discours a été évoqué en Occident pendant des années par la suite, notamment dans le contexte de la volonté d'épouvanter en permanence en évoquant l'autoritarisme du régime chinois et de la décision de Xi d'éradiquer de la Chine ce qu'il appelle le "nihilisme historique", un courant corrosif qui pourrait menacer la vitalité du Parti et les intérêts nationaux.

Dans son discours, Xi remet en question les doutes des commentateurs nationaux et étrangers quant à savoir si la voie de la Chine est encore socialiste. Certains ont appelé le modèle actuel de la Chine "capitalisme social", d'autres "capitalisme d'État" ou "capitalisme technocratique". Selon Xi, ce sont toutes des interprétations complètement erronées.

Le "socialisme aux caractéristiques chinoises" reste fidèle à l'idée, par laquelle Xi signifie que, malgré les réformes, le régime chinois s'en tient au socialisme, à sa théorie, à son système et aux objectifs fixés par le Congrès national du Parti.

Il s'agit notamment de "la construction d'une économie de marché socialiste, d'une politique socialiste-démocratique, d'une culture socialiste avancée, d'une harmonie civile et écologique socialiste, du développement humain, de la réalisation progressive d'une prospérité commune pour tous les peuples, d'un État moderne socialiste riche, fort, démocratique et harmonieux, sous la direction du Parti communiste".

Parmi les autres points notables du discours de Xi, citons son interprétation de la fin de l'Union soviétique et son insistance sur l'importance de l'idéologie. Sans une base idéologique solide, un gouvernement d'État instable commettra des erreurs désastreuses, qui pourraient même conduire à l'effondrement. C'est ce qui est arrivé à l'ancienne superpuissance du socialisme, l'Union soviétique, qui a officiellement cessé d'exister le 25 décembre 1991.

Pour Xi, la cause de l'effondrement de l'Union soviétique et de la disparition de son parti communiste est le "nihilisme idéologique": les classes dirigeantes ne croyaient plus aux avantages et à la valeur du système, mais n'avaient pas d'autres coordonnées idéologiques dans lesquelles inscrire leur pensée.

phpTvlNGY_1.jpg

Pourquoi l'Union soviétique et son parti communiste se sont-ils effondrés ? Le rejet complet de l'expérience historique soviétique, le rejet de l'histoire du parti et le rejet de Lénine et de Staline ont plongé l'idéologie soviétique dans le chaos et le nihilisme historique que Xi craint.

Elle a rendu les organisations du parti à tous les niveaux presque inopérantes. Elle a privé le parti de son leadership sur l'armée. Finalement, le parti communiste soviétique - aussi grand qu'il ait été - a éclaté, entraînant avec lui la fédération socialiste.

Le manque de confiance dans le système était dû à l'échec de l'Union soviétique dans la vie économique et à son incapacité à créer un système de prise de décision participatif qui aurait séduit ou aurait été acceptable pour la majorité de la population. Les racines de l'effondrement étaient donc à la fois économiques et idéologiques.

Le président chinois Xi affirme que lorsqu'un parti perd le contrôle idéologique et est incapable de fournir une explication satisfaisante de sa propre gouvernance, de ses objectifs et de ses buts, il s'effondre en un parti d'individus aux liens lâches, unis uniquement par des ambitions personnelles, des aspirations à la richesse et au pouvoir.

Le parti est alors dominé par le "nihilisme idéologique". Le pire résultat - que Xi crain pour la Chine - est que le pays soit pris en charge par des personnes qui n'ont aucune idéologie, mais un désir totalement cynique et égoïste de régner. C'est ce qui s'est passé en Russie dans les années 1990, où les "nihilistes idéologiques" du KGB ont pris le contrôle du pays, avec l'aide des Américains.

783x1200.jpg

Les nihilistes idéologiques du KGB étaient considérés à l'Ouest comme de meilleurs gouvernants que les communistes, qui avaient plus de principes. John Lewis Gaddis, le cynique historien américain de la guerre froide, dans The Cold War : A New History, considérait Lavrenti Beria comme "le seul dirigeant soviétique digne d'éloges avant Gorbatchev" parce que Beria était "totalement impartial sur le plan idéologique et prêt à servir n'importe quel régime tant qu'il restait lui-même en piste".

Dans les derniers jours de l'Union soviétique, les membres du KGB étaient considérés comme les seuls à pouvoir maintenir un certain ordre et faire tourner les roues de l'économie. C'est pourquoi le chef du KGB, Youri Andropov, a été élu secrétaire général du parti communiste - un renversement total de la soumission traditionnelle de l'appareil de renseignement au parti.

La dépendance à l'égard des services de renseignement s'est répétée dans les dernières années du gouvernement d'Eltsine, lorsque quatre de ses cinq premiers ministres avaient des liens avec le KGB (il s'agissait de Primakov, Stepashin, Kirienko et enfin Poutine). Le vide intellectuel a permis l'ascension au pouvoir de pragmatiques sans principes, que Xi décrit comme des "nihilistes idéologiques".

Sous Poutine, le vide idéologique a été comblé par le nationalisme et l'orthodoxie conservateurs - sans oublier l'islam domestique, le judaïsme et le bouddhisme. Poutine a également critiqué la culture politiquement extrémiste du déni du réel et du libéralisme débridé de l'Occident, mais la politique économique de la Russie contemporaine est toujours capitaliste, et non socialiste.

L'accent superficiel mis sur les caractéristiques externes du pouvoir de l'État conduit de nombreux commentateurs politiques occidentaux à parler de l'"autocratie" de Xi et de Poutine, comme s'ils étaient exactement de la même espèce. Le discours de Xi montre que les dirigeants de la Chine et de la Russie contemporaine ne sont pas si semblables.

La différence entre les administrations d'État chinoise et russe est que la Chine a cherché à préserver le pouvoir hégémonique de l'idéologie communiste et à contrôler ainsi les différents organes du pouvoir (tels que l'armée et la police), tandis qu'en Russie, l'idéologie politique a été remplacée par le pragmatisme et la géopolitique du pouvoir (bien sûr, l'administration d'État avec ses différentes branches du pouvoir contrôle toujours les différents organes de la société).

Les commentateurs enthousiastes de la chute de l'Union soviétique aimaient à penser que la fin du communisme entraînerait l'épanouissement de la démocratie libérale partout. Cependant, l'exportation américaine, la démocratie fumeuse et impérialiste, n'a conduit qu'à ce que Xi décrit comme un "nihilisme idéologique" et une politique de pouvoir qui a consolidé le pouvoir de l'oligarchie, sans aucun égard pour le peuple.

Le président chinois est, à mon avis, quelque peu correct dans ses affirmations. S'il n'y a pas de recherche systématique d'une société meilleure et de tentative d'élever le niveau de vie de la population, il ne reste que l'intérêt personnel de la classe dirigeante et une politique opportuniste et à courte vue qui mènera tôt ou tard le pays à la ruine.

La Russie aussi a besoin d'une idéologie d'État viable, mais les pragmatiques des groupes de pouvoir ne peuvent pas en créer une (parce qu'ils ne croient pas aux idéologies ?). Si, après Poutine, la Russie est dirigée par quelqu'un comme l'actuel premier ministre, le technocrate Mikhail Mishustin, le "nihilisme idéologique" qui a conduit à l'effondrement de l'Union soviétique se poursuivra.

Si la montée en puissance de la Chine n'est pas inversée et que le socialisme devient un contrepoids politique globalement attrayant au libéralisme toxique de l'Occident, peut-être les communistes pourront-ils jouer un plus grand rôle dans le futur gouvernement russe ? Un mélange russe de socialisme et de nationalisme pourrait mieux fonctionner dans une grande puissance qu'une imitation du libéralisme économique occidental.

Les communistes russes marquent également des points, du moins à mes yeux, car ils ont résisté au fascisme sanitaire de ces dernières années, contrairement au parti au pouvoir, Russie Unie, qui ressemble à une coalition. Il serait souhaitable que la Chine abandonne elle aussi sa stratégie de taux d'intérêt zéro, mais il se peut que des besoins de politique étrangère et de sécurité se cachent derrière ce plan d'action et soient tenus secrets pour le public.

S'il avait le choix, dans la crise mondiale actuelle, le monde préférerait avoir une idéologie socialiste nationaliste plus axée sur le peuple qu'un nihilisme libéral-capitaliste et technocratique dont les objectifs ne font que promouvoir la tyrannie socio-économique d'une petite puissance supranationale.

dimanche, 07 août 2022

Hypothèses sur le regard asiatique

china_news.jpg

Hypothèses sur le regard asiatique

par Pierluigi Fagan

Source : Pierluigi Fagan & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/ipotesi-sullo-sguardo-asiatico

Si nous devions assumer l'objectif stratégique américain vis-à-vis de la Chine, c'est-à-dire, si ce n'est l'isoler, la mettre en grande difficulté, mettre des frictions sur le cours de sa croissance économique, donc de sa puissance et de sa stabilité interne, comment devrions-nous évaluer le voyage de Pelosi ?

Le premier problème avec les articles et les commentaires que je lis à ce sujet est qu'ils sont écrits avec une mentalité occidentale et qu'ils s'adressent à un public occidental. Mais le jeu est en réalité purement oriental. Non seulement la Chine est orientale, mais le système dans lequel elle s'inscrit est oriental. C'est ce système, le système asiatique, qui alimente la croissance chinoise et qui en est tout aussi dépendant. 

Le deuxième problème est le type d'image du monde qu'a l'analyste. Les géopolitologues sont désormais très en vogue après une longue domination des économistes. Mais malheureusement, tout comme les économistes font des analyses monofocales qui ignorent la grammaire géopolitique, les géopoliticiens souffrent tout autant d'un biais monofocal envers les faits économiques. C'est un gros problème, car là, dans la réalité des choses, ainsi que dans les mentalités politiques des acteurs sur le terrain (chefs des différents gouvernements de la zone), il n'y a pas une telle division, la réalité à laquelle nous devons faire face est une.

8c6b7a1d-ab86-4095-b3e8-0c6bf855f357.jpg

Le troisième problème auquel nous devons faire face est l'enrôlement des observateurs occidentaux dans les systèmes de jugement impliqués dans le sujet. Ils peuvent être atlantistes et ainsi réciter une suite de concepts et de jugements complètement déséquilibrés comme je l'ai lu par hasard ce matin dans un article de Marta Dassù, ou à l'autre bout du spectre citer des éditoriaux enflammés du Global Times. Ainsi, par exemple, ceux qui, au mépris de la mentalité séculaire du conflit asymétrique chinois, ont imaginé des chasseurs chinois abattant l'avion de Pelosi dans le pur style Top Gun, c'est-à-dire Hollywood.

Maintenant, je ne veux pas me vendre pour ce que je ne suis pas, je ne suis pas un expert de l'Asie, je ne suis un expert de rien, je suis un généraliste qui s'occupe de la complexité, donc de beaucoup de choses. Cependant, je vais essayer de faire une analyse basée sur le peu que je sais, en essayant d'éviter les trois biais mentionnés ci-dessus.

  1. 1) La Chine réalise près de 50% de ses importations en provenance d'Asie et un peu moins, 46%, de ses exportations. On peut dire que la force économique et commerciale de la Chine est essentiellement asiatique et qu'à l'Asie, elle donne (c'est-à-dire importe) plus qu'elle ne prend (exporte). La Chine est le premier pays dans les deux domaines pour chacun des un peu plus de 50 états asiatiques et quand elle n'est pas la première, elle est la deuxième ou dans de rares cas la troisième. On peut dire de manière systémique que pour le système asiatique, pour le bien commun asiatique, c'est-à-dire l'intérêt commun de tous les États asiatiques, la Chine agit comme la locomotive, le cœur systémique, la pompe centrale de la circulation des richesses. Ce qui implique que tout problème d'élan dans la locomotive chinoise serait payé par l'ensemble du train asiatique. Il faut également se souvenir des multiples forums (fora) et accords liant les pays asiatiques à la Chine, RCEP, AIIB, SCO etc.
  2. 2) À l'inverse, la Chine est un géant démographique et un géant en matière de puissance dans le monde asiatique. Avec peu d'inclinaison pour l'impérialisme dans son voisinage au cours de son histoire, du moins au cours des derniers siècles, si vous êtes un État asiatique, en particulier un État adjacent, vous pouvez évidemment avoir quelques inquiétudes. Les diverses questions relatives aux frontières maritimes, aux détroits, à la diaspora chinoise, au grand renforcement techno-militaire chinois récent, bien qu'elles ne soient pas toujours directement menaçantes, ne sont certainement pas rassurantes. Il convient toutefois de rappeler que la Chine n'a pas de tradition de manipulation des gouvernements d'autrui ; elle n'a pas à son actif le financement politique, celui des groupes de réflexion, du lobbying, de l'influence de la presse et de bien d'autres choses encore qui caractérisent l'empire hybride américain.
  3. 3) Nous avons donc deux dynamiques, l'une poussant à l'établissement de relations étroites avec la Chine, l'autre conseillant une certaine contre-assurance, ce que l'on peut appeler, en relations internationales, le classique "numéro d'équilibriste". Le candidat naturel à l'équilibrage est les États-Unis, l'ennemi de mon ami/ennemi. L'acteur qui illustre le mieux cette posture équilibrée est l'Inde. Dans l'OCS, dans l'AIIB et surtout dans les BRICS, elle est avec la Chine, mais, simultanément, elle flirte militairement et technologiquement avec l'Amérique (et en vérité aussi avec la Russie en termes d'énergie et d'armes).
  4. 4) Dans les nombreux mérites et capacités des Américains, il manque certaines qualités typiquement asiatiques: la patience, la stratégie à long terme, la diplomatie, l'art du conflit-coopération, les formes d'interaction indirectes, obliques et diagonales. Pour rappel, le Global Times (GT) cite un certain nombre de diplomates de l'ASEAN et d'autres qui ont été déconcertés par la décision américaine sur le voyage de Pelosi. GT ne cite pas de noms et surtout fait - habituellement - de la propagande ; cependant, pour autant que je puisse connaître la mentalité asiatique, l'information semble très crédible. Aussi parce qu'elle est confirmée par le fait que le président coréen a fait semblant d'être en vacances (à son domicile de Séoul, semble-t-il) pour ne pas avoir à rencontrer l'Américaine même étant donné qu'une rencontre entre Sud-Coréens et Américains n'aurait pas été du tout scandaleuse aux yeux de Pékin. En outre, ces derniers jours, certaines sources asiatiques ont affirmé que Taipei elle-même avait supplié Pelosi de reporter son voyage, mais en vain. Rien ou presque n'est plus opposé que la mentalité asiatique et celle du Far West, je me contente de prendre une photo, quel que soit le jugement que l'on puisse en porter.
  5. 5) Taipei dépend à 28% de Pékin pour ses exportations et à 24% pour ses importations, la RPC étant de loin son premier partenaire, bien sûr. Il convient de noter que la réaction chinoise, au-delà de la tradition de la guerre des feux d'artifice dans la région, a montré avec quelle facilité Taipei pouvait être soumise à un blocus naval. Un blocus naval poserait un gros problème aux États-Unis. Taïwan n'est pas un État reconnu par l'ONU et par la communauté internationale. Si la Chine devait procéder demain à un blocus naval sérieux, et si les Américains allaient le forcer, ils se rendraient formellement coupables d'agression. Un blocus naval plus un blocus économique étoufferaient Taïwan dans un délai raisonnable. Mais dès les blocages d'exportation effectués par les Chinois (par exemple le sable que les journalistes de notre grande presse désignent comme indispensable à la construction sans savoir qu'il est aussi du silicium, même s'il n'est pas très pur) en guise de punition pour la rencontre criminelle, on voit comment l'objectif chinois est d'opposer le pouvoir économique taïwanais (qui est celui qui domine l'île) au pouvoir politique qui est tout sauf monolithique. Je dois également souligner que toute la paranoïa excitée, crachée par les médias occidentaux sponsorisés par les Américains dès le deuxième jour de la guerre en Ukraine, selon laquelle la Chine est sur le point d'envahir Taïwan, est insignifiante. Taiwan doit rejoindre la RPC dans les vingt-sept ans (2049) et il n'y a aucune raison de précipiter les choses. Notamment parce que la Chine continentale voudra probablement convaincre les insulaires ou une bonne partie d'entre eux du caractère inévitable du fait avant de faire des gestes plus décisifs. À la fois parce que régner sur un territoire hostile est un problème, et parce que cela montrerait un visage trop agressif envers ses voisins-partenaires asiatiques.

23heng-superJumbo.jpg

Cela dit, l'opération est loin d'être facile, les Chinois ne se reconnaissent pas dans les champions du soft power, les Taïwanais préféreraient rester autonomes, les Américains, les Britanniques et toute la cohorte occidentale feront tout pour mettre des bâtons dans les roues. Cependant, la géographie, l'anthropologie et l'économie, ainsi que la bonne utilisation du temps, sont en faveur des Asiatiques.

De nos jours, il est essentiel de comprendre et de se rendre compte qu'il y a vraiment beaucoup à étudier. Étudions plus et jugeons moins, l'anxiété est l'ennemi d'une bonne adaptation à l'ère complexe. Vous aurez fait l'expérience décourageante de voir dans un film étranger comment ils traitent notre italianité avec des clichés, projetant sur nous leurs pauvres et stupides schémas mentaux. Ne faites pas de même avec les Asiatiques, ce n'est pas une bonne façon de s'orienter dans le futur vers les 60% de la population mondiale. Si vous ne savez pas certaines choses, vous pouvez toujours vous taire, n'est-ce pas ?

51IwLUC02rL.jpg

[Le livre ci-dessus est fantastique, je le recommande vivement, il est écrit par le plus grand expert de la mentalité chinoise que nous ayons ici en Europe, un Maître, une figure rare en ces temps de précipitation et de superficialité].

vendredi, 05 août 2022

Les provocations américaines pour déclencher des guerres par procuration se multiplient. Grâce aux atlantistes

29503226-nancy-pelosi-bei-einer-pressekonferenz-im-juli-2022-im-us-kapitol-in-washington-aa6.jpg

Les provocations américaines pour déclencher des guerres par procuration se multiplient. Grâce aux atlantistes

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/si-moltiplicano-le-provocazioni-usa-per-scatenare-guerre-per-procura-grazie-agli-atlantisti/

Les élections de mi-mandat approchent, les sondages sont extrêmement négatifs, et le président Biden tente de gravir les échelons en multipliant les actes de provocation dans toutes les parties du monde. Après avoir provoqué Poutine en Ukraine jusqu'à déclencher la guerre, il tente de faire monter le niveau de tension dans les Balkans et, avec le voyage de provocation de dame Pelosi à Taïwan, il a également envenimé les relations avec la Chine à un niveau très élevé. Tout cela avec l'assentiment servile et obtus des atlantistes.

"Mon impression", explique Daniele Lazzeri, président de la boite à penser italienne Il Nodo di Gordio, "est que la multiplication vertigineuse de nouveaux foyers de crise dans diverses régions de la planète révèle la faiblesse politique et militaire croissante des États-Unis. Les difficultés objectives sur le front ukrainien - qui, malgré les déclarations audacieuses de Zelensky, prouvent l'impossibilité d'offrir une résistance totale à la puissance de feu russe - obligent à mon avis les États-Unis à allumer des foyers de turbulence dangereux dans d'autres pays. Nous le constatons avec la réactivation du conflit balkanique entre le Kosovo et la Serbie quelques mois avant les élections en Bosnie-Herzégovine du 2 octobre prochain et avec la visite soudaine, mais aussi improvisée, de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, à Taïwan".

7939_taiwan2.jpg

Le risque est que ce ne soit que le début. Et qu'à Washington, on médite sur l'augmentation des zones de conflit, sans avoir besoin d'une intervention américaine directe mais en utilisant la stupidité de serviteurs écervelés.

"L'administration Biden, poursuit Lazzeri, met donc en œuvre une stratégie de désarticulation mondiale par le biais de 'guerres par procuration', de guerres indirectes, qui affectent gravement l'équilibre déjà délicat de certaines lignes de faille géopolitiques qui font l'objet de conflits et de paix gelée. Je ne serais pas surpris si, dans les semaines à venir, nous pouvions assister à de nouvelles tensions dans les territoires du Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Je pense notamment à la Syrie et à la Libye où, avec beaucoup de difficultés, une stabilité substantielle avait été obtenue entre les intérêts russes et les influences turques. Les récents succès diplomatiques du président Erdogan constituent toutefois une dangereuse menace pour l'administration Biden. Bien qu'elle soit un rempart de l'OTAN en Méditerranée, une Turquie trop indépendante et autoritaire qui, même ces dernières années, a fait des clins d'œil répétés au Kremlin n'est pas une garantie suffisante pour les stratégies américaines de préservation du pouvoir sur le théâtre euro-méditerranéen.

Et la tension provoquée par l'OTAN au Kosovo va précisément dans ce sens. Parce que Moscou est lié à Belgrade tandis qu'Ankara protège les musulmans kosovars. De même, les atlantistes italiens pourraient favoriser une montée des tensions en Libye où Poutine et Erdogan avaient réussi à trouver une sorte de modus vivendi entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque.

Quant aux conséquences de la provocation de Nancy Pelosi, "selon toute vraisemblance", conclut Lazzeri, "la réponse chinoise n'aura pas d'implications militaires immédiates. Il n'est pas dans l'intérêt de Pékin, en fait, de déclencher une confrontation directe avec les États-Unis. On peut plutôt s'attendre à des représailles commerciales et diplomatiques qui renforceront encore les relations que le président chinois Xi Jinping tisse depuis des années non seulement avec Vladimir Poutine mais aussi avec la plupart des pays qui ne sont pas alignés sur l'"Occident" dirigé par les États-Unis.

photo_2022-08-03_17-43-48.jpg

mercredi, 03 août 2022

Tambours de guerre en Extrême-Orient: l'Ukraine sera-t-elle bientôt une question secondaire ?

13_rapp-hooper.jpg

Tambours de guerre en Extrême-Orient: l'Ukraine sera-t-elle bientôt une question secondaire?

Par Théo-Paul Löwengrub

Source : https://ansage.org/kriegstrommeln-in-fernost-wird-die-ukraine-bald-zur-nebensache/

Ce que l'on craignait depuis longtemps semble désormais se préciser : favorisé par la focalisation maniaque de l'Occident sur la guerre en Ukraine et ses conséquences globales, le prochain scénario catastrophe possible se prépare également en Asie - avec des conséquences bien plus graves pour la politique mondiale. Toute la région en crise autour de la péninsule coréenne et de Taïwan risque de se retrouver au centre d'un échange de coups entre deux puissances mondiales, face auxquelles la "guerre par procuration" dans le Donbass, déjà opaque, ressemblera à une escarmouche. Les développements actuels donnent raison aux observateurs qui avaient rapidement mis en garde contre un rapprochement entre la Russie et la Chine et qui craignaient que l'escalade dans le nouveau conflit Est-Ouest ne soit un scénario bienvenu pour Pékin afin d'obtenir enfin le "règlement" de la question de Taïwan, non résolue pour la Chine depuis 70 ans.

Le président du groupe parlementaire FDP, le Comte Alexander Lambsdorff, met lui aussi en garde contre une attaque de la Chine contre l'île et fait remarquer que, dans ce cas, les Etats-Unis devraient décider à court terme s'ils interviennent ou non. Roderich Kiesewetter, membre de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) en charge des affaires étrangères, a également exprimé sa crainte qu'une attaque chinoise contre Taïwan soit plus précoce que prévue. Et la Chine surveille de très près la manière dont l'Occident traite la Russie. "Les dirigeants chinois pourraient voir un avantage stratégique dans une attaque à plus brève échéance, car l'Occident mobilise actuellement de nombreuses capacités dans le conflit russe", a déclaré M. Kiesewetter - qui a toutefois, jusqu'à présent, soutenu sans critique la politique ukrainienne de l'Allemagne, débordante de mégalomanie morale, avec ses conséquences sur l'approvisionnement énergétique, principalement allemand, et qui, la semaine dernière encore, a préparé les Allemands à "deux ou trois hivers difficiles".

ap3ebt68_nancy-pelosi_625x300_02_August_22.jpg

Pelosi joue avec le feu

En Chine, on ne croit manifestement pas qu'un président américain complètement déconnecté et prédicateur puisse encore évaluer correctement la situation. Entre-temps, des politiciens américains subalternes, comme la vieille présidente démocrate de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, sont perçus comme les véritables acteurs. Le géant rouge, qui considère Taïwan comme une province sécessionniste, a organisé samedi des manœuvres militaires à tirs réels près de Taïwan, comme s'il voulait lancer un avertissement à Mme Pelosi pour qu'elle renonce d'urgence à sa visite dans le pays. Le président chinois Xi Jinping est également conscient du fait que les sanctions suicidaires de l'Occident ne représentent aucun danger pour la Russie et que ses livraisons d'armes prolongeront la guerre sans en modifier l'issue, tout comme la certitude que la dissuasion nucléaire continue de très bien fonctionner. Il pourrait donc se servir de l'Ukraine comme d'un modèle pour "faire table rase", même à sa propre porte.

En cas d'attaque, les conséquences seraient catastrophiques pour notre économie - bien plus que dans le cas de la Russie si l'Occident devait faire preuve de la même intransigeance morale et sanctionner les importations chinoises. Ce serait fatal - car non seulement les États-Unis, mais aussi l'Allemagne et l'UE dépendent autant de la Chine que de Taïwan. Lambsdorff fait remarquer qu'un tiers de la production mondiale de semi-conducteurs provient de Taïwan - précisément dans la partie des chaînes d'approvisionnement qui est jusqu'à présent la moins touchée par les perturbations actuelles des voies commerciales. "Chez nous, presque toutes les chaînes d'approvisionnement dans l'industrie seraient touchées, de nombreux produits techniques ne pourraient plus être fabriqués. De la machine à laver à l'avion", explique M. Lambsdorff.

Des risques économiques incomparablement plus importants

Les États-Unis ont déjà intensifié leurs efforts pour devenir moins dépendants de la production de puces en Asie en faisant adopter par le Congrès un projet de loi visant à promouvoir la fabrication nationale de semi-conducteurs. L'Allemagne n'est pas en mesure de faire de même. Il est donc "dans notre propre intérêt d'éviter un conflit parallèle entre la Russie et l'Ukraine et entre la Chine et Taïwan". L'homme du FDP devrait se pencher sur ses propres errements passés - et vérifier si la politique étrangère et de sécurité de l'UE, qualifiable de kamikaze, et aussi celle de la coalition tricolore au pouvoir en Allemagne, n'a pas précisément accéléré ce phénomène - en isolant complètement la Chine de l'Occident et en encourageant de nouvelles alliances impitoyables entre des blocs de pouvoir non démocratiques.

La situation favorable de la politique étrangère et l'absence de réaction de l'Occident ne sont pas les seuls facteurs qui rendent probable une intervention militaire prochaine ; le régime du PC chinois est également sous pression sur le plan intérieur et pourrait tenter d'éviter les frustrations et les troubles imminents en jouant la carte ultranationaliste de Taïwan. En effet, le président chinois Xi Jinping a causé d'énormes dommages économiques à son pays par sa politique impitoyable de confinement, de "Corona Lockdown". Malgré le règne totalitaire du PC, les critiques internes à son encontre se sont récemment faites de plus en plus virulentes.

29478535-joe-biden-nancy-pelosi-xi-jinping-2ACQCCAvqsfe.jpg

Une nouvelle guerre de Corée est-elle imminente ?

La crise taïwanaise n'est pas le seul scénario de conflit qui se dessine concrètement en Extrême-Orient : Xi cherche également à resserrer significativement les liens avec la Corée du Nord, avec le dictateur nord-coréen Kim Jong Un. Ce dernier a récemment menacé une nouvelle fois la Corée du Sud d'"anéantissement" et annoncé une nouvelle grande guerre contre le sud du pays, divisé depuis la fin de la guerre de Corée en 1953. "Notre armée est prête à répondre à n'importe quel défi. Nous sommes en mesure d'utiliser notre dissuasion nucléaire de manière ciblée et efficace", a déclaré Kim. Les menaces sont loin d'être aussi vides qu'il y a quelques années, lors de la démocratie présidentielle décalée d'opérette entre Kim et Donald Trump. Pyongyang dispose désormais de missiles hypersoniques qui lui permettraient d'atteindre n'importe quelle cible aux États-Unis.

De son côté, la Corée du Sud est en train de mettre en place un bouclier antimissile contre les attaques du Nord, ce qui permettrait également une riposte immédiate. Le fait que la Chine, ancienne puissance protectrice de la Corée du Nord, se rapproche activement de la dictature stalinienne de sa propre initiative, soulignant ainsi une nouvelle position de front contre les États-Unis, n'est pas de bon augure. Washington est donc confronté, en plus du conflit avec la Russie, à une nouvelle escalade dans le conflit déjà tendu à l'extrême avec la Chine, qui pourrait chercher des avantages de politique intérieure dans une attaque contre Taïwan - et devrait en même temps user des forces, par rapport auxquelles le Vietnam et l'Irak auraient été des promenades de santé, dans une éventuelle guerre contre la Corée du Nord aux côtés du Sud, et où la Chine pourrait officiellement se tenir à l'écart. De tels scénarios d'horreur et leurs conséquences économiques et politiques catastrophiques conduiraient sans doute définitivement la "politique de sécurité" allemande au nirvana. Et c'en serait fini de la "politique étrangère féministe" à la Baerbock.

mardi, 02 août 2022

Semi-conducteurs: Washington utilise les aides d'Etat contre la Chine

halbleiter_adobestock_edelweiss-662f03f0.jpg

Semi-conducteurs: Washington utilise les aides d'Etat contre la Chine

Salvatore Recupero

SOURCE : https://www.ilprimatonazionale.it/economia/semiconduttori-washington-usa-gli-aiuti-di-stato-contro-la-cina-240405/

Les États-Unis visent l'hégémonie dans l'industrie des semi-conducteurs. Ce n'est pas un secret. Le fait que leur principal adversaire dans cette bataille soit la Chine ne l'est pas non plus. Personne ne peut donc être surpris par l'approbation de la loi sur les puces et la science (Chips and Science Act) par le Sénat américain avec 64 voix en faveur dont 17 républicains.

La nouvelle mesure est un paquet de 280 milliards de dollars avec lequel l'Amérique entend subventionner son industrie des semi-conducteurs pour se libérer de sa dépendance asiatique.

Il va maintenant être soumis au Congrès, qui espère l'approuver rapidement afin qu'il puisse être envoyé à la Maison Blanche - la signature du président est nécessaire pour qu'il prenne effet - avant l'ajournement du Congrès pour les vacances d'été en août.

Le processus de la loi sur les puces et la science (Chips and Science Act)

Malgré les chiffres au Sénat, l'adoption de ce "paquet" était loin d'être facile. Le processus législatif a duré trois ans avec de nombreuses interruptions. La plus importante a eu lieu l'année dernière lorsque, après que le Sénat ait donné son feu vert, la proposition a été bloquée à la Chambre en février.

chscact1200x-1.jpg

C'est pourquoi Biden est directement intervenu pour défendre le projet de loi. Aujourd'hui, Sleepy Joe est heureux. Il s'agissait de l'une des priorités du locataire de la Maison Blanche, ferme partisan de la proposition qui rendra "les chaînes d'approvisionnement américaines plus résilientes". L'objectif est de ne pas être "aussi dépendant des pays étrangers pour les technologies critiques dont nous avons besoin" et de doter les États-Unis d'un plan industriel à long terme, qui était absent jusqu'à présent.

Les États-Unis dominent le monde en matière de conception de semi-conducteurs (ils détiennent une part de 65 % dans ce segment de marché). Cependant, ils doivent s'en remettre à l'Asie, et en particulier à Taïwan, pour leur fabrication et leur assemblage : c'est un risque, car le pays est non seulement éloigné, mais il est également revendiqué par la Chine comme faisant partie de son territoire.

Comment l'aide de l'État sera dirigée

Après avoir reconstitué le processus de la proposition, voyons en quoi elle consiste. La loi sur les puces et la science garantira 52,7 milliards de dollars d'aide financière directe, qui seront destinés à la construction et à l'expansion des installations de production de semi-conducteurs (39 milliards), à la promotion de la recherche et à la formation du personnel (11 milliards), mais aussi à l'accélération du processus de production de matériaux (2 milliards).

À cela s'ajoutent 24 milliards de dollars d'incitations fiscales et une augmentation des dépenses fédérales (plus de 170 milliards de dollars) pour la recherche scientifique au cours des cinq prochaines années, en mettant l'accent sur l'intelligence artificielle. Le foyer du libéralisme, comme c'est souvent le cas, utilise les aides d'État pour des raisons à la fois endogènes et exogènes.

L'aide et les grandes entreprises de puces

Dans une note, Biden a expliqué que : "Parce que les Américains étaient préoccupés par l'état de l'économie et le coût de la vie, le projet de loi est une réponse : il accélérera la production de semi-conducteurs en Amérique, ce qui fera baisser les prix de tout, des voitures aux lave-vaisselle." Les États-Unis ont pris beaucoup de risques jusqu'à présent. Selon Reuters, si Washington avait perdu l'accès aux semi-conducteurs taïwanais, elle aurait vu son PIB chuter d'environ dix points de pourcentage, plongeant dans la crise des secteurs entiers comme l'industrie automobile.

Il y a maintenant un changement de cap avec une mesure qui voit l'État fédéral au premier plan. Les gros bonnets des semi-conducteurs pourront mettre la main sur un gros paquet. Intel, Taiwan Semiconductor Manufacturing, GlobalFoundries, Micron Technology et Applied Materials se lèchent déjà les babines devant ce gros gâteau.

220727-MB-Biden-Chips-jg-95870f.jpg

Les implications géopolitiques

Le convive de pierre dans ce débat est Pékin. Bien qu'il manque encore l'approbation du Congrès, l'ambassade de Chine aux États-Unis laisse filtrer tout son malaise. La note indique que Pékin "s'oppose fermement" au projet de loi qui refléterait la "mentalité de guerre froide et le jeu à somme nulle", en contraste flagrant avec "l'aspiration commune des gens dans tous les domaines, en Chine et aux États-Unis, à renforcer le commerce et la coopération".

D'un point de vue géopolitique, cette mesure confirme que l'Amérique, la Chine et de nombreuses autres grandes économies mondiales s'efforcent de "ramener chez eux" (ou à proximité) la fabrication de puces électroniques, afin de garantir la sécurité de l'approvisionnement et d'éviter de dépendre de nations dirigées par des gouvernements hostiles qui pourraient couper les approvisionnements dans un but de chantage politique.

Make America great again

À cet égard, on peut voir comment Biden suit les traces de Trump. Et les lignes entre les républicains et les démocrates s'estompent. Il suffit de se rappeler ce que la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, a déclaré il y a quelques mois lorsqu'elle a commenté un projet de loi sur le financement de la recherche scientifique et de la capacité de production qui permettrait à l'Amérique de "prendre le dessus sur n'importe quelle nation".

À la même occasion, le sénateur républicain Todd Young a déclaré que "pour vaincre, surinventer et prendre le dessus sur la Chine, nous devons travailler ensemble et mener le combat jusqu'au parti communiste chinois". Comme pour dire : aux Etats-Unis, les présidents changent mais la stratégie hégémonique reste inchangée.

Salvatore Recupero