Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 juillet 2024

La coopération Chine-Hongrie pour résoudre le conflit russo-ukrainien

391737950_857063789220249_2545126753379160938_n.jpg

La coopération Chine-Hongrie pour résoudre le conflit russo-ukrainien

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-cooperazione_cinaungheria_per_risolvere_il_conflitto_russoucraino/45289_55822/

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré lors d'une conversation téléphonique avec le ministre hongrois des Affaires étrangères Péter Szijjártó que Pékin est prêt à coopérer avec Budapest pour faciliter l'évolution de la situation en Ukraine vers une solution politique. Comme le rapporte l'agence de presse RIA Novosti.

Wang Yi a souligné que la Chine était prête à coopérer avec la Hongrie afin de rassembler davantage de forces en faveur de la paix et de présenter des voix plus rationnelles qui contribueront à l'évolution de la situation en Ukraine.

Plus tôt, il a été rapporté que le chef du Conseil européen, Charles Michel, avait rejeté les propositions de paix du premier ministre hongrois Viktor Orban, notant que les négociations ne peuvent avoir lieu sans Kiev.

Le 15 juillet, le journal allemand Bild a écrit que Viktor Orban, dans une lettre adressée à M. Michel, demandait la reprise des relations diplomatiques avec la Russie, ainsi que des négociations avec la Chine en vue d'une conférence de paix pour résoudre le conflit en Ukraine. Dans cette lettre, Orban fait brièvement le point sur ses conversations avec les dirigeants ukrainiens Volodymyr Zelensky, le Russe Vladimir Poutine, le Chinois Xi Jinping, le Turc Recep Tayyip Erdogan et l'ancien président américain Donald Trump, et présente quelques propositions à prendre en considération. M. Orban estime que l'intensité du conflit en Ukraine augmentera considérablement dans un avenir proche.

Le rédacteur en chef de l'AntiDiplomatico

L'AntiDiplomatico est une publication enregistrée le 08/09/2015 auprès du Tribunal civil de Rome sous le n° 162/2015 du registre de la presse. Pour toute information, demande, conseil et critique : info@lantidiplomatico.it

mercredi, 10 juillet 2024

La navette diplomatique d'Orbán: après Kiev et Moscou, la Chine

74A8986-1-scaled-e1678440058226.jpg

La navette diplomatique d'Orbán: après Kiev et Moscou, la Chine

Par Elena Fritz

Source: https://www.pi-news.net/2024/07/orbans-shuttle-diplomatie-nach-kiew-und-moskau-jetzt-china/

Le Premier ministre hongrois Orbán se rend en Chine, une visite annoncée comme "explosive" par son ministre des Affaires étrangères. Orbán discutera en Chine du plan de paix proposé par les Chinois et de la situation générale des négociations après l'échec de la conférence de paix en Suisse.

Le plan de paix de Zelensky a de facto échoué après la conférence en Suisse. Les propositions de Poutine sont connues, mais elles sont rejetées avec véhémence par l'Occident, car elles représenteraient une humiliation pour l'OTAN. A Kiev et à Moscou, Orbán a réalisé à quel point les différences entre les parties impliquées dans le conflit étaient irréconciliables.

Le plan chinois reste pour l'instant sur la table. La Russie l'approuve partiellement, mais pas sur tous les points, tandis que les États-Unis le rejettent catégoriquement. La proposition chinoise d'un cessez-le-feu suivi de négociations trouve en revanche un écho favorable auprès de certains pays européens et de la plupart des pays du Sud de la planète.

Il est hautement improbable qu'Orbán obtienne des progrès significatifs en Chine, même s'il soutient fermement le plan de paix chinois. L'Occident n'acceptera pas ce plan, en particulier s'il vient d'Orbán qui, en tant que président officiel de l'UE, ne bénéficie de toute façon que de peu de soutien.

Orbán n'a cependant que peu de jeu. Il est de toute façon persona non grata en Occident et il n'y a rien de nouveau qui puisse lui nuire davantage. Il a cependant beaucoup à gagner: cette initiative diplomatique restera dans l'histoire comme la "navette diplomatique d'Orbán" ou la "tentative d'Orbán", surtout si la guerre continue à s'aggraver, comme le prévient le Premier ministre hongrois.

Même dans le pire des cas, Orbán restera dans les mémoires comme celui qui a tenté jusqu'au bout d'éviter le pire et s'est battu pour la paix. Cela lui assure une place dans les livres d'histoire. Mais si ses efforts sont couronnés de succès, Orbán sera célébré comme le faiseur de paix qui a empêché la guerre contre vents et marées. Il s'agit pour lui d'une stratégie gagnante, même si les chances de succès sont faibles.

PS : Il ne serait pas surprenant de voir Orbán s'envoler de Chine pour les États-Unis afin de rencontrer Trump.

447736750_8235332379819161_2160080763224109508_n.jpg

L'auteur de PI-NEWS Elena Fritz, née le 3 octobre 1986, est arrivée en Allemagne il y a 24 ans en tant qu'Allemande de Russie. Après son baccalauréat, elle a étudié le droit à l'université de Ratisbonne et a obtenu un diplôme avec succès. Elle s'est engagée dans l'AfD depuis 2018, a fait partie du comité directeur de l'AfD dans l'État de Bavière de 2019 à 2021 et s'est présentée comme candidate directe au Bundestag en 2021. Elle est l'heureuse mère d'un petit garçon de trois ans. Cliquez ici pour accéder au canal Telegram d'Elena Fritz: https://t.me/global_affairs_byelena.

jeudi, 04 juillet 2024

Corridors de transport de l'Eurasie - Perspectives et problèmes

instc.png

Corridors de transport de l'Eurasie - Perspectives et problèmes

par Imran Salim

Source: https://orientalreview.su/2024/07/02/transport-corridors-of-eurasia-prospects-and-problems/

L'importance de la route internationale de transport transcaspienne

La crise actuelle dans les relations entre les pays membres de l'UE et la Russie semble acquérir un caractère global et à long terme, et il n'est pas certain qu'elle s'achève avec la fin de l'opération militaire spéciale en Ukraine, mais il est plus que probable qu'elle se poursuivra dans un avenir prévisible.

La politique de sanctions de Bruxelles se poursuit, visant à limiter davantage les possibilités d'exportation de la Russie et à faire pression sur l'économie russe. Ainsi, Bruxelles a déjà adopté le 14ème paquet de sanctions de l'UE, qui, entre autres, restreint l'accès des pétroliers chargés de pétrole russe aux ports européens et permet d'annuler les contrats précédemment conclus pour la fourniture de GNL en provenance de Russie. Le nouveau train de sanctions de l'UE confirme la justesse et l'opportunité de la décision prise par les dirigeants russes il y a deux ans d'abandonner le modèle eurocentrique de développement des relations commerciales et économiques de la Russie qui existait depuis de nombreuses années, et de commencer à mettre en place une logistique de routes commerciales et de transport dans les directions de l'est et du sud, ainsi qu'à développer le potentiel de la route maritime du Nord (NSR).

Lors du 27ème Forum économique international de Saint-Pétersbourg, en mai 2024, une grande attention a été accordée au développement de la route maritime du Nord en tant que future alternative à la route maritime du Sud passant par le canal de Suez. Dès 2023, le volume total de marchandises transportées sur la NSR dépassera 36,2 millions de tonnes (en 2011, il s'élevait à un million de tonnes). Au cours des cinq prochaines années, il est prévu d'introduire la navigation tout au long de l'année sur la NSR grâce à la mise en service d'une série de nouveaux brise-glaces nucléaires, ainsi qu'à l'amélioration de la logistique tout au long du pilotage des navires dans l'Arctique. Tout cela permettra d'augmenter considérablement le volume de marchandises transportées par le NSR.

a7ff61942ebc6cf003f101f0dc3948cc.jpg

L'objectif est d'augmenter d'une fois et demie la capacité des lignes dites du polygone oriental - celles du Transsibérien et du chemin de fer Baïkal-Amour - et de porter le volume de fret à 180 millions de tonnes d'ici à la fin de 2024, et à 210 millions de tonnes d'ici à 2030. Tout cela sera possible grâce à la modernisation du polygone oriental, principalement par l'augmentation de la capacité de transport, l'électrification complète de toutes les lignes, l'augmentation de la vitesse de livraison des marchandises et du poids du matériel roulant. À ces fins, la construction du tronçon ferroviaire Konovalovo-Tatarskaya a notamment commencé, contournant le territoire du Kazakhstan septentrional (à cet endroit, la ligne du Transsibérien passe par le territoire du Kazakhstan et la Russie paie un loyer pour le transit).

vysokoskorostnaya_magistral_evraziya.jpg

The-China-Mongolia-Russia-Economic-Corridor-Source-On-line-magazine-Zolotaya-Orda.jpg

Un mégaprojet est en cours de construction en Russie - l'autoroute automobile Moscou-Kazan-Ekaterinbourg-Omsk-Novosibirsk-Barnaul-Biysk-Mongolie, et de là jusqu'à la ville chinoise de Xi'an en contournant le Kazakhstan pour éviter les problèmes de transit kazakh. Un tronçon de la route menant à Kazan sera ouvert cette année, et l'ensemble du projet devrait être achevé d'ici 2030.

VOA_China_Korea_Russia_tripoint.png

Lors de la récente visite du président russe à Pyongyang, un accord a été conclu sur la construction du premier passage automobile vers la Corée du Nord dans la région de Khasan, de l'autre côté de la rivière frontalière Tumannaya, dans le kraï de Primorsky.

Afin de réduire les coûts du transport de marchandises et de diversifier sa logistique, la Russie s'efforce d'élargir les possibilités d'autres itinéraires pour l'exportation de ses biens et services, et dans cette direction, le plus prometteur est la poursuite de la mise en œuvre du projet de corridor de transport international nord-sud (ITC). Il s'agit d'une autoroute de transport unique et nécessaire pour la Russie d'aujourd'hui, qui va de Saint-Pétersbourg au port indien de Mumbai en passant par l'Iran (7209 km) en utilisant le transport maritime, fluvial et ferroviaire. L'ITC devient un lien important non seulement entre la Russie, l'Iran et l'Inde, mais aussi avec les pays du golfe Persique et l'Afrique de l'Est. Selon le président russe, les activités du CCI Nord-Sud se sont récemment intensifiées, ce qui s'explique en grande partie par la restriction de la navigation par le canal de Suez en raison des attaques des Houthis yéménites contre les navires dans le détroit d'Aden.

INSTC-PHOTO_1.jpeg

Cependant, le projet est confronté à de nombreux problèmes qui ne lui permettent pas d'exploiter pleinement son potentiel. Le principal problème est la faible capacité des infrastructures de transport des pays participants, en particulier l'Iran dont le réseau ferroviaire est sous-développé. Le lien problématique reste le calendrier de modernisation des ports russes de la mer Caspienne : Astrakhan, Olya et Makhachkala, ainsi que le dragage des approches de ces ports.

Le deuxième corridor de transport méridional le plus important pourrait être un projet prometteur de voie ferrée traversant le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, l'Afghanistan et le Pakistan jusqu'au port de Karachi sur l'océan Indien. En outre, il est prévu d'installer une voie ferrée aux normes russes jusqu'à la frontière afghano-pakistanaise.

La logistique des transports en Eurasie a connu des changements importants au cours des dernières années, ce qui est dû non seulement à la guerre des sanctions occidentales contre la Russie, mais aussi à la volonté des acteurs régionaux de maximiser les bénéfices des événements qui se déroulent sur le continent. Profitant de l'intérêt de l'Occident à affaiblir la Fédération de Russie, notamment en réduisant son potentiel de transport et de logistique, un certain nombre d'États d'Asie centrale ont rejoint le processus de restructuration de leurs routes d'exportation et de leurs flux de transit contournant le territoire russe. Leur situation géographique joue un rôle particulier, leur permettant de jouer sur les contradictions des grandes puissances mondiales, y compris dans le processus de développement des corridors de transport traditionnels et de formation de nouveaux corridors. L'une des situations les plus ambiguës aujourd'hui s'est développée autour de la route internationale de transport transcaspienne (TITR ou couloir du milieu), dont le développement a été activement entrepris par Astana.

Screenshot-2022-04-20-at-07.41.11.png

Actuellement, il existe deux itinéraires de transport international en Asie centrale : le corridor sud, qui traverse le Kirghizstan, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et le Turkménistan, et la TITR, qui passe par le Kazakhstan.

Contrairement au corridor sud, qui n'intéresse pas le Kazakhstan, le TITR a toujours été considéré par Astana comme l'un des outils de diversification de ses exportations et la possibilité d'obtenir des avantages supplémentaires grâce au transit de marchandises. La situation a commencé à changer lorsqu'en 2019, la nouvelle stratégie de l'UE pour l'Asie centrale a souligné l'importance stratégique croissante de la région, et après le début de sa mise en œuvre en 2022, l'intérêt de l'Union européenne pour le TITR a fortement augmenté. Dans le but d'isoler la Russie et de la couper des principales artères de transport du continent eurasien, les pays occidentaux ont intensifié leurs activités en Asie centrale, et le corridor du milieu a été qualifié de route alternative pour le commerce avec la Chine et les pays du golfe Persique. Dans le même temps, des investissements d'un montant de 10 milliards d'euros ont été annoncés pour le développement de projets de transport et de logistique en Asie centrale. La politique de Bruxelles montre clairement une volonté de fermer des routes supplémentaires et de les contrôler. Mais surtout, l'UE cherche à obtenir des matières premières bon marché en provenance des pays d'Asie centrale et de Transcaucasie.

Compte tenu de l'intérêt accru des pays de l'UE pour le TITR, Astana a décidé de promouvoir l'idée de développer le corridor médian sur diverses plateformes internationales. En particulier, les Kazakhs défendent l'idée que, dans les conditions actuelles, le corridor médian passant à l'extérieur de la Fédération de Russie est l'un des itinéraires les plus fiables et les plus sûrs pour les marchandises en provenance d'Asie et à destination de l'arrière-pays. Ils le présentent ainsi comme un concurrent du projet russe de corridor de transport international nord-sud (ITC) et du corridor sud. En même temps, on ne sait pas très bien comment Astana compte mettre en œuvre tous ses plans, en espérant que le chiffre d'affaires du fret augmentera plusieurs fois par TITR dans les années à venir. En fait, sa capacité est assez faible et ce n'est qu'après d'importants investissements dans l'infrastructure portuaire dans les cinq ans à venir que plus de 10 millions de tonnes de marchandises par an pourront transiter par le TITR. D'autant plus que l'UE connaît aujourd'hui de graves problèmes économiques et que Pékin n'est pas encore prêt à abandonner les moyens existants pour livrer ses marchandises à l'UE via le territoire russe.

Les pays d'Asie centrale ne disposent pas aujourd'hui de l'argent et des moyens techniques nécessaires au développement indépendant du TITR, et l'Union européenne n'est pas encore en mesure de leur fournir tout ce qui est nécessaire à l'aboutissement de ce projet.

CaspianSeaPortSEurope.jpeg

Après s'être entretenu avec le ministre britannique des affaires étrangères David Camerone en avril dernier à Astana, le président kazakh Tokayev a donné l'ordre d'étudier la possibilité de placer les ports d'Aktau et de Kuryk sous la gestion de sociétés européennes. En mai de cette année, le gouvernement kazakh a approuvé le transfert de 22 aéroports et de deux ports de la mer Caspienne entre les mains d'Européens avec un droit de privatisation. Ainsi, la politique multi-vectorielle de Tokayev, qui privilégie l'Occident, a joué contre le Kazakhstan lui-même et a incité Pékin à abandonner le transit de ses marchandises par le territoire kazakh en faveur d'une participation à la mise en œuvre du Corridor Sud. Il était devenu inacceptable pour la Chine que le TITR soit entièrement contrôlé par l'Occident et qu'il y ait une réelle menace de le bloquer pour les marchandises chinoises. Dans cette situation, la construction du chemin de fer Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan et Turkménistan le long du corridor sud est devenue une nécessité urgente pour les Chinois, d'autant plus qu'elle ouvre le chemin le plus court vers le golfe Persique à travers l'Iran. Et aussi vers les marchés du Moyen-Orient. Ce projet a montré la coïncidence des intérêts de Moscou et de Pékin dans la région, alors que la Russie a mis en place l'année dernière une autre voie de transport allant du Kirghizistan à l'Ouzbékistan, puis traversant le Turkménistan le long de la mer Caspienne jusqu'à Astrakhan. Son apparition est due au fait qu'Astana soutient la politique de sanctions de l'Occident en empêchant le transit et l'exportation de biens et de matériaux à double usage en provenance de Russie.

mardi, 02 juillet 2024

Le pacte logistique militaire de la Russie avec l'Inde complète sa nouvelle stratégie asiatique recalibrée

71f1998da968491c8400935a9a7989b9.jpg

Le pacte logistique militaire de la Russie avec l'Inde complète sa nouvelle stratégie asiatique recalibrée

Andrew Korybko

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/il-patto-logistico-militare-della-russia-con-lindia-completa-la-sua-nuova-strategia-asiatica

Au cours du week-end, Sput nik a rapporté que la Russie avait approuvé un accord sur les déploiements militaires conjoints (JMD) avec l'Inde, qui est essentiellement l'accord d'"échange réciproque de logistique" (RELOS) négocié ces dernières années. Ce pacte permettra à chacune des deux forces armées d'utiliser plus facilement les installations de l'autre, ouvrant ainsi la possibilité de visites plus régulières de leurs marines respectives et donnant une dimension militaire symbolique au corridor maritime oriental entre Chabahar et Vladivostok.

Le moment choisi n'est pas non plus une coïncidence, puisqu'il suit immédiatement le pacte de défense mutuelle entre la Russie et la Corée du Nord et la réaffirmation par la Russie et le Viêt Nam de la force de leur partenariat stratégique, avec l'engagement de ne conclure aucun accord avec quiconque pourrait constituer une menace pour les intérêts de l'autre. Ces deux alliances, la première formelle et la seconde officieuse, sont maintenant suivies par le pacte JMD de la Russie avec l'Inde, complétant ainsi le nouveau recalibrage de sa stratégie asiatique.

Jusqu'à présent, les ennemis et les amis du pays avaient supposé que la Russie "pivotait" vers la Chine, insinuant qu'elle favoriserait les intérêts de Pékin plutôt que d'autres. Si tel avait été le cas, il aurait pu y avoir des pressions conjointes sur la Corée du Nord pour la punir de ses essais de missiles, des exercices navals conjoints dans la partie de la mer de Chine orientale et méridionale revendiquée par la Chine et une réduction des effectifs avec l'Inde pour donner à la Chine un avantage dans les conflits de l'Himalaya.

2024-06-20T115359Z_88998101_RC2ZE8AZH1X6_RTRMADP_3_VIETNAM-RUSSIA-PUTIN.jpg

Au lieu de cela, la Russie a forgé une alliance militaire formelle avec la Corée du Nord, a confirmé qu'elle ne ferait jamais rien qui puisse menacer les intérêts du Viêt Nam (ce qui implique qu'elle ne revendiquera jamais la partie du territoire maritime disputée par la Chine) et a conclu la JMD avec l'Inde. La faction pro-IRB de la communauté des experts et des politiques russes n'est probablement pas satisfaite de ces résultats, car ils renforcent la main de leurs "rivaux amis" équilibrés et pragmatiques.

Pour expliquer cela, les premiers pensent qu'un retour à la bipolarité sino-américaine est inévitable, et que la Russie devrait donc accélérer la trajectoire de la superpuissance chinoise pour se venger des États-Unis de tout ce qu'ils ont fait depuis 2022. La seconde, en revanche, souhaite maintenir le rôle d'équilibre de la Russie afin d'éviter une dépendance disproportionnée vis-à-vis de la République populaire, estimant qu'il est encore possible de contribuer à un multipolarisme complexe au cours de la transition systémique mondiale au lieu de revenir à un bipolarisme.

Quant aux trois derniers développements stratégico-militaires, leur effet cumulatif est de signaler que la Russie ne deviendra jamais le "partenaire junior" de la Chine, comme la faction pro-IRB insinue qu'elle devrait le faire "pour le bien commun", et ils servent également à compliquer les questions géopolitiques régionales pour la République populaire. Les États-Unis pourraient renforcer leur présence militaire en Asie du Nord-Est après le pacte de la Corée du Nord avec la Russie, tandis que le Viêt Nam et l'Inde continueront d'affirmer avec confiance leurs revendications territoriales respectives à l'encontre de la Chine.

Alors que la première conséquence pourrait pousser la Chine dans une spirale de rivalité avec les États-Unis, qui pourrait être exploitée par la Russie et la Corée du Nord pour obtenir un soutien plus important contre l'ennemi commun, la seconde renforce la position potentielle de Moscou en tant que médiateur entre les deux pays et Pékin. Le premier est donc une variante du bipolarisme sino-américain, avec toutefois une plus grande autonomie stratégique pour la Russie et la Corée du Nord, tandis que le second maintient les tendances complexes du multipolarisme.

Dans l'ensemble, ces mesures peuvent être interprétées comme un "jeu de pouvoir" de la part de la faction équilibrée/pragmatique de la Russie contre ses "rivaux amicaux" favorables à l'IRB, qui ont connu une embellie au cours de l'année écoulée, mais qui sont maintenant de nouveau sur la pente descendante comme auparavant. Le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine reste intact et continue d'avoir un impact positif sur le monde, mais la Russie est désormais beaucoup moins susceptible de devenir le "partenaire junior" de la Chine qu'auparavant et de la favoriser par rapport à la Corée du Nord, au Viêt Nam et à l'Inde.

Publié en partenariat avec One World - Korybko Substack

 

vendredi, 28 juin 2024

Le virage à droite de l'Europe fait l'objet d'un vif débat en Chine

istockphoto-1308201043-612x612.jpg

Le virage à droite de l'Europe fait l'objet d'un vif débat en Chine

Guan Xin

Source : https://overton-magazin.de/hintergrund/politik/rechtsruck-in-europa-wird-in-china-heiss-diskutiert/

Rarement un événement européen n'aura été aussi suivi que les dernières élections du Parlement européen. Pourtant, certains influenceurs comme les internautes font preuve d'une méconnaissance de l'Europe.

Ainsi, avant le scrutin, ils ont souvent confondu les élections européennes avec l'élection du président de la Commission et affirmé qu'Angela Merkel voulait entrer en compétition avec Ursula von der Leyen pour sauver l'Europe.

Immédiatement après l'annonce des résultats des élections européennes, la chaîne vidéo Wirtschaftsnews, gérée par les médias d'État, a publié quotidiennement une courte vidéo intitulée "Virage à droite du Parlement européen ! Désastre pour Macron et Scholz". Les commentaires des internautes témoignent de leur enthousiasme : "Pour la paix dans le monde, c'est une bonne nouvelle". "Enfin, l'Europe pense à elle-même". "Le virage à droite était attendu depuis longtemps".

Les Américains bouillonnent de colère !

Une chaîne vidéo privée Jin you Zhengnengliang (traduisez : énergie positive de Tianjin) pêche dans les images du web, mélangeant informations vraies et semi-vraies et spéculations sauvages : "Défaite pour le parti de Scholz, victoire écrasante pour Weidel ; Macron dissout le Parlement pour cause de défaite, Le Pen gagne haut la main ; le Premier ministre belge démissionne pour cause de défaite ; Meloni, de droite, réussit le test en Italie ; Hofer, de droite, prendra probablement le pouvoir en Autriche, tout comme Wilders, le Trump hollandais". "Après avoir abruti plusieurs générations, une partie des Européens se réveille enfin". "Dissolution de l'OTAN et de l'UE, ce n'est qu'alors que la paix sera possible". "Les Américains bouillent de colère", pour citer trois des commentaires des utilisateurs.

20230916201518-2991412.jpg

La troisième vidéo présentée ici provient d'une chaîne vidéo KNewsde la chaîne publique TV Shanghai et se concentre exclusivement sur Marine Le Pen. La vidéo affirme qu'elle est prête à prendre le pouvoir. Les internautes sont enthousiastes : "Sans l'arrêt de l'immigration clandestine, on ne peut plus continuer. La France est en train de devenir noire". "Macron et Sarkozy ont dilapidé l'héritage politique". "Soutien inconditionnel à Le Pen. Sinon, il n'y aurait plus de France". "S'éloigner de l'OTAN et coopérer avec la Chine".

Sur sa chaîne vidéo Zhi Xinwen (traduisez : nouvelles directes), Guo Zhengliang, ancien homme politique et aujourd'hui analyste taïwanais, explique ainsi l'impact de la montée de l'extrême droite en Europe : "Tout d'abord, ils sont contre l'Islam. Les 20 millions de musulmans qui vivent en Europe deviennent une source de troubles. Deuxièmement, ils sont contre les migrants. Ils vont essayer de se débarrasser des réfugiés syriens et ukrainiens. Cela aussi sera une source de troubles. Troisièmement, ils sont contre l'UE. C'est pourquoi Macron parle de menace de désintégration de l'UE. Sans l'UE, il n'y aurait plus d'Europe. Quatrièmement, ils veulent une énergie moins chère. Ils ne sont pas prêts à se plier aux restrictions des États-Unis et veulent rétablir de bonnes relations avec la Russie. C'est pourquoi ces élections européennes auront un impact majeur sur l'Europe".

Ursula von der Leyen est la porte-parole des États-Unis

Les internautes se montrent compréhensifs face à de telles positions : "Ce ne sont pas des extrémistes de droite. Ils n'ont fait qu'exprimer l'âme de la masse". "Il n'y a pas d'Union Asiatique en Asie, pourtant l'Asie existe. On ne peut pas mettre sur le même plan l'Europe et l'UE". "De ce point de vue, l'Europe se libérera de l'emprise des États-Unis si la droite arrive au pouvoir. Ce n'est pas une mauvaise chose pour l'Europe".

chrome_2019-09-03_11-17-45.jpg

Hu Xijin (photo, ci-dessus), ancien rédacteur en chef à la retraite de l'organe du parti Global Times, a également dû donner son avis. Sur sa chaîne vidéo Hu Xijin Guancha (traduisez : Observations de Hu Xijin), il évoque le grand pari de Macron : "Si Le Pen remportait les élections législatives, il y aurait un Premier ministre d'extrême droite et Macron deviendrait un président boiteux. Ce serait un séisme encore plus grand pour l'Europe que l'arrivée de Meloni au pouvoir en Italie". Les internautes ne commentent cependant pas le contenu de sa vidéo, mais lui en veulent d'avoir été l'un des journalistes les plus influents du pays et d'avoir toujours suivi fermement la ligne du parti sans jamais prendre parti pour les petites gens. Ainsi, un utilisateur écrit : "S'il vous plaît, occupez-vous davantage de la souffrance des Chinois !". Un autre écrit : "Un extrémiste de gauche parle de l'extrémisme de droite".

f8dbcc4f0daf40098d1a3cbf89dce71a.jpg

Une personne qui connaît mieux la situation en Europe est l'ancien commentateur de Phönix TV à Hong Kong Qiu Zhenhai (photo, ci-dessus), qui a vécu plusieurs années en Allemagne. C'est sur la chaîne vidéo Qiuzhenhai, qui porte son nom, qu'il a d'abord mis en perspective les élections européennes : "Le sens pratique de l'élection est limité, mais il a une grande influence sur la législation de l'UE et son application". Le rythme de la montée de la droite inquiète Qiu : "En 2019, ils n'étaient que des nouveaux venus. Après cette élection, ils formeront un groupe fort au Parlement européen. Les forces politiques du centre sont encore majoritaires. Mais que se passera-t-il en 2029 ? Qu'en sera-t-il en 2034 ?". Il part du principe que Mme von der Leyen restera présidente de la Commission. Son orientation anti-chinoise et pro-américaine va, selon lui, se poursuivre de manière renforcée. Les Chinois ne sont pas en bons termes avec Mme von der Leyen. Sous cette vidéo, les commentaires haineux envers la présidente en exercice de la Commission européenne abondent également. "C'est la porte-parole des États-Unis", est le plus poli.

Le bonheur européen grâce aux États-Unis, à la Chine et à la Russie ?

Un influenceur du nom de Lao Fan livre une analyse quelque peu pertinente de ces élections européennes. "Les élections européennes montrent que les populations des principaux pays de l'UE en ont assez des politiques d'équilibre ou de clémence d'un Emmanuel Macron ou d'un Olaf Scholz". En Chine, cette politique de gauche est également appelée la politique de la sainte mère des Baizuo (gauche blanche), ou la politique du politiquement correct. "Les électeurs ont profité de cette élection pour dire au revoir à cette politique de la sainte mère", poursuit Lao Fan. Selon lui, l'Europe a bénéficié pendant des décennies d'une vie heureuse dans la mondialisation, basée sur trois piliers : la sécurité garantie par les Etats-Unis, le développement économique stimulé par la Chine et la fourniture de matières premières par la Russie.

Au passage, l'Europe aurait montré le cœur de sa sainte mère en faisant venir des millions de musulmans du Moyen-Orient pour répondre à ses besoins en main-d'œuvre. "Mais de l'arrivée au pouvoir de Trump à la guerre en Ukraine, deux piliers ont disparu. Le troisième vacille. Le cœur de la sainte mère a attiré en Europe des tas de djihadistes qui appellent à un califat. Les populations européennes ne veulent plus participer à cela". Cette analyse a suscité de nombreux applaudissements parmi les internautes. "Analyse intelligente et profonde !". "Analyse très réaliste. Pour échapper aux crises, l'Europe doit se tourner vers la droite". Un utilisateur exprime son scepticisme : "Ce sont les États-Unis qui ont contribué à provoquer la guerre en Ukraine. Désormais, les Américains attachent l'Europe à leur wagon de combat et la contrôlent par le biais de leurs bases militaires. Les Européens peuvent-ils changer cela par une élection ? Probablement pas".

Les internautes chinois observent le virage à droite de l'Europe, à une distance supposée sûre, pour des raisons de curiosité ou de malice. Peu d'entre eux se préoccupent de l'impact que cela aura sur la Chine. En Europe, plus de virage à droite signifie plus de protectionnisme. La Chine, qui a bien vécu de la mondialisation, n'en profitera guère.

Articles connexes :

lundi, 24 juin 2024

Les États-Unis sont-ils en mesure de créer une nouvelle alliance contre la Russie et la Chine?

great-divide-tn-1.jpg

Les États-Unis sont-ils en mesure de créer une nouvelle alliance contre la Russie et la Chine?

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/us-able-create-another-alliance-against-russia-and-china?fbclid=IwZXh0bgNhZW0CMTAAAR23X6cIFL5xNxxLfp4O_O0er64a4Fqp3-MiIM8582C9NJs8r6tGDPlW7_c_aem_ARW74Dx8nwNLbNr2efIlyPRlCx-78W8o5GzcVymYbUtRlKHSkeMbUBwaa035r3RDni4zUEcWjRZMfIMEXgNpHmUk

Chan Mo Ku, ancien officier militaire à la direction de la planification stratégique du commandement des forces combinées de la République de Corée et des États-Unis, et Jinwan Park, futur Schwarzman Scholar à l'université de Tsinghua, en Chine, et chercheur de Washington spécialisé dans l'Asie de l'Est, ont publié fin mai 2024 un article commun dans la publication militaire américaine Breaking Defense sur la nécessité de créer un nouvel accord quadrilatéral. Cette fois, selon eux, la nouvelle alliance devrait inclure les États-Unis, le Canada, le Japon et la Corée du Sud, s'étendre aux régions de l'Arctique et du Pacifique et avoir pour objectif stratégique de contenir la Russie et la Chine réunies.

Une telle déclaration peut sembler trop ambitieuse, mais l'émergence d'une nouvelle structure est tout à fait réaliste, tout comme l'a été l'établissement d'un dialogue quadrilatéral sur la sécurité avec l'Inde, le Japon, l'Australie et les États-Unis, ainsi que l'accord trilatéral AUKUS. Ces deux formats ont été lancés explicitement contre la Chine. Il y a aussi le Quad-Plus, qui comprend en plus le Brésil, Israël, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud et même le Viêt Nam (sa participation est devenue possible en raison du différend territorial maritime avec la Chine).

quad-graphic-latest.png

Dans ce cas, l'incitation est basée sur la peur de la coopération plutôt réussie et croissante entre la Russie et la Chine et sur la propagande occidentale selon laquelle la Russie militarise l'Arctique. Les membres euro-atlantiques du Conseil de l'Arctique, bien qu'ils aient suspendu leur participation à cet organe, disposent encore de certaines capacités militaires. Mais cela pose problème aux États-Unis et au Canada, qui doivent donc d'une manière ou d'une autre couvrir leur flanc dans le Pacifique Nord. En ce qui concerne l'interaction entre Moscou et Pékin, il est dit que, de janvier 2022 à juin 202, 234 entités chinoises ont été enregistrées pour travailler dans la zone arctique russe. Il s'agit essentiellement de technologies dans le domaine de la production et du transport de gaz et de pétrole, dont la Chine a besoin. L'augmentation de l'activité militaire conjointe des deux pays est également notée. Les exercices navals dans la région du détroit de Béring, près de la côte de l'Alaska, en août 2023, sont notamment mentionnés.

Les auteurs s'inquiètent également de la coopération globale de la Russie avec la Corée du Nord, qui s'est aussi considérablement intensifiée récemment.

Les auteurs affirment que : "Pour contrer ces dangers croissants, les États-Unis et le Canada doivent se tourner vers le Japon et la Corée du Sud, deux alliés clés du traité qui ont des intérêts stratégiques et des capacités uniques susceptibles de renforcer la sécurité dans l'Arctique.

Dans le même temps, ils reconnaissent que "l'interaction des deux pays peut renforcer de manière significative la capacité de défense de l'Alliance". Tokyo joue un rôle de premier plan dans la promotion des normes de sécurité maritime et de la protection de l'environnement. En mettant à la disposition du Canada ses radars océaniques et ses technologies de télédétection de classe mondiale, qui ont été améliorés pendant des décennies en raison de la forte dépendance à l'égard de la pêche et des collisions régulières ainsi que des catastrophes naturelles, le Japon peut accroître de manière significative les capacités de surveillance du Canada. Récemment, les Canadiens ont annoncé leur intention d'investir 1,4 milliard de dollars sur 20 ans dans l'amélioration des capteurs marins de l'Arctique.

ked202311220021.700x.9.jpg

La Corée du Sud, géant de la construction navale en concurrence avec la Chine, pourrait être la clé de l'accélération de la modernisation des flottes arctiques vieillissantes des alliés. En outre, comme le Canada a promis de dépenser 18,4 milliards de dollars sur 20 ans pour acquérir davantage d'hélicoptères tactiques modernisés destinés à être utilisés dans l'Arctique, la Corée du Sud, avec sa production d'armes de pointe, peut également apporter son aide dans ce domaine.

Cette coopération plus étroite dans la sphère militaro-industrielle renforcerait l'architecture de sécurité dans l'Arctique, tout en approfondissant la compatibilité militaire. En outre, la combinaison des efforts dans le cadre d'organes directeurs multilatéraux permettrait à la coalition démocratique dirigée par les États-Unis de façonner collectivement le Pacifique Nord. La coordination des positions dans des forums tels que le Conseil de l'Arctique et le sommet trilatéral entre le Japon, la Corée du Sud et la Chine protégerait leurs intérêts communs dans la détermination des futurs contours de l'Arctique".

imazae.jpg

En d'autres termes, l'accent est clairement mis sur le rôle de l'OTAN, où les partenaires américains dans la région pourraient devenir des atouts supplémentaires et offrir des opportunités à leur complexe militaro-industriel. Dans le même temps, il est également dit que l'implication de la Chine dans l'Arctique russe sape la sécurité régionale du Japon, et avec le changement climatique qui rend les ressources de l'Arctique plus accessibles, dans le statu quo actuel, le Grand Nord sera sous le contrôle d'opposants aux États-Unis, que les auteurs appellent des "autocraties révisionnistes". Par conséquent, à long terme, l'Occident et ses satellites en Asie espèrent obtenir d'une manière ou d'une autre des ressources situées directement dans la zone économique souveraine de la Russie ou dans d'autres lieux contestés qu'ils ne peuvent actuellement pas revendiquer.

D'autres auteurs ont récemment évoqué la nécessité d'une intégration militaire et militaro-industrielle plus étroite entre les États-Unis et leurs partenaires asiatiques, en avançant leurs propres arguments.

En ce qui concerne la vision doctrinale de la géographie politique, il convient de rappeler que les États-Unis avaient auparavant, dans le cadre de leurs plans, réuni les océans Pacifique et Indien en un seul espace géostratégique. Le Pentagone, puis la Maison Blanche ont adopté le nouveau terme Indo-Pacifique, adaptant leurs initiatives à cet espace. Bien entendu, l'opposition à la Chine était implicite, et l'Inde a donc volontiers soutenu la nouvelle doctrine.

barents-region-map-web.jpg

En 2022, le concept de l'EuroArctique est apparu, avec pour mission similaire de consolider les partenaires américains déjà présents dans la région européenne. Ici, l'adversaire désigné était la Russie, contre laquelle l'alliance de l'OTAN pouvait agir sous la direction de Washington.

Dans ce cas, il s'agit de l'unification de deux adversaires géopolitiques des États-Unis, qu'ils considèrent comme leurs principaux concurrents stratégiques, conformément à leurs développements doctrinaux. Et comme la Chine n'a pas d'accès physique à la région arctique, il devient nécessaire d'ajuster la stratégie spéculative et d'y ajouter l'océan Pacifique.

Il est donc fort possible que nous assistions bientôt à l'apparition d'un nouveau terme - Arcto-Pacifique - qui sera d'abord utilisé dans un certain nombre de publications de centres d'analyse, avant que les décideurs des principaux départements de Washington ne l'introduisent dans la circulation permanente.

mardi, 18 juin 2024

Le lien entre le dollar et le pétrole est-il sur le point de se dissoudre ?

dollars-baril.jpg

Le lien entre le dollar et le pétrole est-il sur le point de se dissoudre?

par Giacomo Gabellini

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/28313-giacomo-gabellini-il-legame-tra-dollaro-e-petrolio-e-destinato-a-sciogliersi.html

En 2019, Pékin et Caracas ont jeté les bases de l'exportation du pétrole vénézuélien à prix réduit vers la Chine en échange de yuan-renminbi, car il fait l'objet de sanctions américaines. Quelques mois plus tôt, le gouvernement bolivarien avait inclus le rouble dans le panier des monnaies acceptables dans le pays et engagé des négociations avec la Russie visant à réglementer le commerce bilatéral en roubles et en petro, la monnaie numérique créée par les autorités vénézuéliennes.

En janvier 2021, le ministre chinois des affaires étrangères Wang Yi et son homologue iranien Javad Zarif ont signé un accord engageant Pékin à investir 400 milliards de dollars dans l'économie perse au cours des vingt-cinq prochaines années, en échange d'importantes livraisons de pétrole à un prix subventionné. Une grande partie des livraisons de pétrole brut, ainsi que les exportations non pétrolières, ont été payées en yuan-renminbi, comme l'a déclaré plus tard le ministre iranien de l'économie Ehsan Khandouzi. L'accord prévoit d'orienter les flux de capitaux chinois principalement vers les secteurs cruciaux des transports, du crédit, des télécommunications et des soins de santé, mais aussi d'approfondir nettement la coopération militaire, qui sera étendue aux domaines sensibles de la recherche et du renseignement.

istockphoto-1024533970-612x612.jpg

Les implications stratégiques relatives n'ont pas échappé au New York Times, qui n'a pas manqué de souligner que "l'accord pourrait saper les efforts des États-Unis pour maintenir l'Iran dans un état d'isolement international et renforcer l'influence de la Chine au Moyen-Orient". D'autre part, parce que le partenariat stratégique global sino-iranien n'est pas un épisode isolé, mais une composante essentielle de la "diplomatie des partenariats" développée par Pékin avec la chaîne d'accords bilatéraux conclus avec divers pays du Proche-Orient et du golfe Persique, grâce à laquelle la Chine entend se tailler une place stratégique dans une zone géographique où l'influence des États-Unis est forte.

On l'a vu en décembre 2022, lorsque Xi Jinping a effectué une visite d'État dans plusieurs pays du Moyen-Orient dans le cadre du sommet Chine-Conseil de coopération du Golfe (CCG). Alors que la tournée diplomatique battait son plein, le dirigeant chinois a ouvertement déclaré que : "Au cours des trois à cinq prochaines années, la Chine travaillera de concert avec les pays du CCG pour créer un nouveau paradigme de coopération énergétique multidimensionnelle, dans le cadre duquel la République populaire de Chine continuera d'importer de grandes quantités de pétrole à long terme des membres du CCG et s'engagera à acheter des volumes plus importants de GNL. Le renforcement de notre coopération concernera l'ensemble de la chaîne énergétique, des services d'ingénierie au stockage, du transport au raffinage. La plateforme de la bourse du pétrole et du gaz naturel de Shanghai deviendra la référence pour la régulation du commerce du pétrole et du gaz en yuan-renminbi".

20230202141945082373.jpg

Merlin_425808.jpg

Les rencontres entre le dirigeant de Pékin et ses homologues du CCG sont passées relativement inaperçues, malgré la portée potentiellement révolutionnaire de leur contenu. D'abord, parce qu'elles ont ouvertement préparé le terrain à l'annulation de l'accord signé le 14 février 1945 (quatre jours seulement après la conclusion de la conférence de Jalta), à bord du croiseur USS Quincy naviguant dans le Grand Lac Amer du canal de Suez, entre Franklin D. Roosevelt et le roi Abdulaziz. Roosevelt et le roi Abdulaziz 'Ibn' al-Saud qui donnait aux compagnies énergétiques américaines gravitant autour de l'orbite de la Standard Oil - qui contrôlait déjà tous les puits du Venezuela - des droits exclusifs d'exploitation des ressources pétrolières saoudiennes en échange d'une protection militaire du royaume et d'un soutien politique à la famille al-Saud de la part des États-Unis.

William Engdahl écrit : "Roosevelt a vécu assez longtemps pour assurer aux Rockefeller un avantage inestimable : des droits exclusifs sur l'ensemble du pétrole saoudien pour leurs partenaires d'Aramco. Cette décision allait fortement conditionner la politique étrangère des États-Unis pour les décennies à venir [...]. La décision d'intégrer officiellement les richesses pétrolières saoudiennes dans le spectre des intérêts nationaux américains semble d'autant plus étonnante que le pays était autosuffisant sur le plan énergétique dans les années 1940. Lorsque le plus grand gisement de pétrole du monde a été découvert sur le site saoudien de Ghawar en 1948, les États-Unis ont pu consolider leur suprématie pétrolière et l'exercer pour contrôler l'économie mondiale. En effet, le pétrole devenait la ressource énergétique essentielle à la croissance économique, et les compagnies énergétiques américaines détenues par Rockefeller allaient ainsi renforcer leur emprise sur le nouvel "ordre d'après-guerre".

DkeXl3uWsAIOLfz.jpg

En juin 1974, à la suite du choc pétrolier déclenché par la guerre du Kippour, Richard Nixon a imposé au roi Faysal une modification de l'accord initial, liant les garanties de défense américaines à un engagement saoudien de commercialiser son pétrole exclusivement en dollars américains et de blanchir une partie substantielle des recettes dans des investissements en armes et en bons du Trésor.

Pour les États-Unis, il s'agissait de la véritable quadrature du cercle ; en rattachant le marché mondial du pétrole au dollar, l'accord redonnait à la monnaie américaine sa dimension mondiale, mise en péril par la répudiation par Nixon des accords de Bretton Woods - impliquant le découplage du dollar par rapport à l'or - le 15 août 1971. Il en est résulté une augmentation frénétique de la demande internationale de dollars, stimulée par la réévaluation drastique du pétrole (environ 400 %) pendant la guerre du Kippour, qui a renforcé la monnaie américaine et augmenté le pouvoir d'achat des salaires nationaux par rapport aux importations. L'autre effet, tout aussi important, a été la canalisation des capitaux étrangers vers le marché obligataire américain, ce qui a permis à la Réserve fédérale de maintenir les taux d'intérêt à un niveau relativement bas.

Au fil des décennies, la dépendance des États-Unis à l'égard du pétrole du Moyen-Orient a progressivement diminué, jusqu'à être radicalement réduite lorsque les gisements de schiste sont devenus pleinement opérationnels. Simultanément, la Chine est devenue le plus grand importateur de pétrole au monde, s'imposant comme le principal partenaire commercial de l'Arabie saoudite en 2021, avec des échanges bilatéraux s'élevant à plus de 81 milliards d'USD. L'année suivante, le royaume est devenu le premier fournisseur de pétrole brut de la Chine, avec 1,76 million de barils par jour. Les exportations saoudiennes vers les États-Unis, en revanche, se sont arrêtées à 435.000 barils par jour. D'autre part, l'essor des sources d'énergie alternatives, telles que les énergies renouvelables et le gaz naturel, a réduit la dépendance mondiale à l'égard du pétrole, et l'émergence de nouveaux pays producteurs de pétrole - tels que le Brésil, le Canada et les États-Unis eux-mêmes - a réduit la position hégémonique traditionnellement occupée par le Moyen-Orient.

Le 9 juin dernier, d'ailleurs, l'accord conclu entre Nixon et Faysal cinquante ans plus tôt a officiellement expiré et la famille régnante d'Arabie saoudite a annoncé que son renouvellement ne faisait pas partie des plans. De manière significative, on peut lire sur le site du Nasdaq une analyse sur le sujet qui souligne que "l'expiration de l'accord sur les pétrodollars représente un changement significatif dans la dynamique du pouvoir mondial. Elle met en évidence l'influence croissante des économies émergentes et l'évolution du paysage énergétique. Bien que les implications de ce changement ne se soient pas encore manifestées, les investisseurs devraient au moins être conscients que, dans l'ensemble, l'ordre financier mondial entre dans une nouvelle ère. La domination du dollar américain n'est plus garantie".

mardi, 28 mai 2024

Le destin est entre vos mains: les quatre leçons du maître Yuan Liao-Fan

screen-shot-2016-10-23-at-1-32-53-pm.png

Le destin est entre vos mains: les quatre leçons du maître Yuan Liao-Fan

Giovanni Sessa

Source: https://www.paginefilosofali.it/il-destino-e-nelle-tue-mani-le-quattro-lezioni-del-maestro-yuan-liao-fan-giovanni-sessa/

En Chine, au début du 17ème siècle, la dynastie Ming est au pouvoir. Le territoire du Céleste Empire est immense. A l'intérieur de ses frontières, la situation politique est particulièrement difficile. La paix sociale et la justice sont remises en cause par des affrontements sanglants avec les Mongols, tandis que les Japonais se livrent à d'incessants actes de piraterie. Les Ming tentent de défendre l'idée d'un Empire « d'en haut », d'une domination divine sur le monde. C'est à ce moment de l'histoire que les Quatre leçons du maître Yuan Liao-Fan, un haut fonctionnaire impérial, ont été révélées. Ce texte, si connu en Chine qu'il a donné lieu ces dernières années à la production d'œuvres audiovisuelles qui s'en inspirent, est pratiquement inconnu en Italie. Le choix de "Mimesis edizioni" de le proposer à nos lecteurs sous le titre Le destin est entre vos mains. Cultivez-le avec bonté. Le livre est en librairie sous la direction d'Erica Gallesi, scénariste et auteur de télévision. Le texte est également agrémenté d'un commentaire signé par Alberto Lomuscio, cardiologue et vice-président de la Société italienne d'acupuncture (pour les commandes : mimesis@mimesisedizioni.it, 02/24861657, pp. 185, euro 16.00).

619eKJeI6tL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Liao-Fan, dans ces pages, présente sa propre vie. Il raconte le changement soudain et profond qu'il a subi lorsqu'il s'est rendu compte qu'il était le véritable architecte de son propre destin. C'est une œuvre qui se développe en accord avec les valeurs dominantes en Chine à cette époque historique : le néo-confucianisme et le bouddhisme. Les maîtres de référence de Liao-Fan sont Confucius et Mencius. Deux sont les guides avec lesquels il est entré en contact personnel : « Kong, un sage capable de prédire l'avenir, et Yun Gu, un maître zen capable de changer les destins » (p. 8). Grâce à eux, il a appris à se sentir libre et à améliorer son état existentiel. L'auteur, bouddhiste convaincu, adresse ces pages à son fils et aux jeunes, afin qu'ils apprennent à affronter le défi que représente la vie, en étant conscients que « ce n'est que si l'on est en harmonie avec le monde que l'on pourra s'en sortir » : « ce n'est que si l'on est en harmonie avec les Principes Célestes et le Mandat du Ciel » (p. 8) que l'on est capable de conjuguer moment et éternité, dans un « ici et maintenant » apaisant. C'est pourquoi les considérations éthiques jouent un rôle prépondérant dans le traité, qui, bien entendu, ne tombe jamais dans la moralisation. Les protagonistes du récit sont des fonctionnaires de l'empire et des érudits désireux de réussir les « épreuves » par lesquelles l'élite spirituelle était sélectionnée pour accompagner l'empereur dans l'exercice de ses fonctions.

L'auteur, fort de son expérience existentielle, souhaite transmettre à ses lecteurs quatre leçons : 1) Apprendre à créer son propre destin ; 2) Comment se révolutionner ; 3) Comment cultiver la bonté ; 4) Les bienfaits de la vertu d'humilité. De précieux préceptes visant à ennoblir l'homme et à le faire vivre en harmonie avec le cosmos, exprimés sous une forme ludique et engageante. Des quatre leçons, la plus importante, propédeutique aux autres, est la première. Alberto Lomuscio, avec une argumentation sagace, nous plonge dans les choses vivantes du rapport entre le Destin et la Destinée. L'idée d'un Destin immodifiable, selon lui, a imprégné la pensée occidentale, en partant de la tragédie attique pour arriver aux notes du Samarcande de Vecchioni. Son paradigme, la vie d'Œdipe, contraint au suicide à cause de son inceste avec Jocaste et du meurtre de son père. Différent du Destin, c'est le Destin qui : « contient [...] des éléments de coercition » (p. 132), une direction indiquée pour notre vie, modelable cependant par notre « savoir vivre ». Dans la pensée chinoise, il existe trois types de Destin différenciés : 1) le Destin du Ciel, c'est-à-dire le contexte dans lequel nous sommes placés (cosmique, historique, social, etc.) ; 2) le Destin de la Terre, représenté par le conditionnement génétique-physiologique ; 3) le Destin de l'Homme, comprenant le libre arbitre. Chacun de ces types de destin conditionnerait notre vie à hauteur de 30 %. Les dix pour cent restants sont attribués à l'éducation, au hasard et au conditionnement.

4e1ff788c800a911d77e76e1392fadc7.jpg

Le terme chinois pour désigner le destin est Ming Yun. Ming : « représente le commandement d'une autorité supérieure (le Ciel) auquel l'humanité assemblée doit se soumettre » (p. 111), tandis que Yun représente un chemin de vie en accord avec les lois du Ciel : « La vraie sagesse consiste à accepter et à embrasser sa nature la plus authentique, ce qui nous conduira à atteindre un état idéal, dans la liberté personnelle la plus complète et la plus gratifiante » (p. 112), comme dans les leçons de Liao-Fan. Comment y parvenir ? Lomuscio l'explique dans un parcours concis mais exhaustif des différentes écoles de la pensée chinoise. Parmi elles, le taoïsme joue le rôle principal. Le Wu-wei, le non-agir, est associé, dans cette Voie, au « Vide du Cœur », symbole du « Centre » spirituel, mental et psychologique de l'homme. Le Cœur donne un sens à la vie de l'individu, tout comme l'Empereur joue le même rôle au niveau de la communauté. Le « Vide du Cœur » indique l'attitude dynamique avec laquelle nous devons nous rapporter au principe (Tao) qui anime les choses et le monde et qui est toujours à l'œuvre : il s'ouvre à la Connaissance en tant que : « action-non-action spontanée et adhérente à la nature » (p. 148), capable de garantir le Salut, physique et spirituel. D'où l'importance des styles de vie, comme le suggère Liao-Fan dans le traité. Il est nécessaire d'éliminer toute impulsion égoïste, de pratiquer le calme et l'humilité, et d'agir avec bonté envers les vivants et les défunts.

3584a8f6ea70d5f64f524278eaa4bbf8.jpg

Dans ce cas, le Ming Shu, le « calcul du destin », nous rend aptes à façonner, à construire, dans les limites qui caractérisent la vie humaine, un chemin de raffinement continu. Ursa Major étant considérée comme le pont de lumière entre le Soleil et la Lune, le Yin et le Yang, les Chinois pensaient que l'homme qui marchait sur le Chemin devait s'abreuver de sa lumière rayonnante, afin d'en saisir l'énergie diffusante. Cette référence permet de comprendre la place centrale de l'astrologie en Chine, comme en témoignent les pages que lui consacre Lomuscio. Pour cette raison, Le destin est entre vos mains peut être considéré comme un texte important, non seulement comme un accès pertinent à la philosophie chinoise, mais aussi comme le porteur d'une vision anti-déterministe de la vie. À une époque où les conceptions sotériologiques réapparaissent ou où, selon d'autres, la fin de l'histoire se manifesterait, il s'agit là d'un héritage précieux, d'un bain réparateur d'« humilité », d'un exemple d'ignorance savante.

16:33 Publié dans Livre, Livre, Traditions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tradition, tradition chinoise, yuan liao-fan, livre, chine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 22 mai 2024

Poutine chez Xi Jinping. Pour choisir les partenaires du nouveau gazoduc

np_file_216724.jpeg

Poutine chez Xi Jinping. Pour choisir les partenaires du nouveau gazoduc

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/putin-da-xi-jinping-anche-per-scegliere-i-partner-del-nuovo-gasdotto/

Mongolie ou Kazakhstan ? C'est cette semaine, lors de la rencontre entre Xi Jinping et Poutine, que sera décidé le tracé du nouveau gazoduc qui augmentera considérablement les livraisons de méthane russe à la Chine. Mais Power of Siberia 2 jouera également un rôle géopolitique. D'une part, en effet, il démentira tous les rapports des médias italiens sur le refroidissement des relations entre Pékin et Moscou, avec des spéculations sur le refus chinois de soutenir la construction du nouveau gazoduc. D'autre part, il permettra de renforcer les liens entre les deux pays avec... Oui, avec qui ?

À l'origine, le projet devait passer par la Mongolie. Cependant, la Mongolie a commencé à flirter avec les États-Unis, devenant ainsi une menace potentielle pour la Russie et la Chine. Moscou a donc jugé bon de se tourner vers le Kazakhstan, avec un projet qui calmerait la passion croissante du Kazakhstan pour Washington.

Entre-temps, cependant, l'amour entre la Mongolie et les États-Unis s'est quelque peu estompé, et Xi Jinping et Poutine devront désormais gérer cette situation délicate dans une région qu'ils considèrent comme la leur.

Cette situation n'est pas facile, car elle exige des choix rapides et des réactions de plus en plus décisives face à l'ingérence des États-Unis. Il est évident que Washington veille à ses propres intérêts dans tous les domaines. Cela se voit également au Moyen-Orient, où es States continuent non seulement à soutenir la boucherie perpétrée par Israël, malgré les protestations de leurs campus universitaires, mais tentent également d'éloigner l'Arabie saoudite de son étreinte avec les pays du Brics. Les Etats-Unis tentent donc d'éloigner l'Arabie saoudite des pays du Brics, en particulier de l'Iran sur le plan géopolitique et de la Chine sur le plan financier. L'utilisation de la monnaie chinoise au lieu du dollar pour les ventes de pétrole crée de nombreux problèmes pour la monnaie américaine. Dans l'immédiat et surtout à plus long terme.

Il faut donc faire pression sur Riyad pour que les Saoudiens changent de cap.

samedi, 18 mai 2024

Xi Jinping à Budapest: pas d'intérêt pour le "découplage"

09xi-europe-01-qvmf-videoSixteenByNine3000.jpg

Xi Jinping à Budapest: pas d'intérêt pour le "découplage"

Source: https://zuerst.de/2024/05/17/xi-jinping-in-budapest-kein-interesse-am-decoupling/

Budapest/Pékin. Après sa visite à Belgrade, le président chinois Xi Jinping s'est envolé pour Budapest. Là aussi, il a été accueilli à bras ouverts - contrairement à la plupart des autres pays de l'UE, le gouvernement hongrois dirigé par le président Orbán n'a aucune crainte vis-à-vis de Pékin et n'a pas l'intention de se couper de l'Empire du Milieu (decoupling). Au contraire, les relations sino-hongroises sont florissantes. A Bruxelles, on observe cela avec méfiance, d'autant plus que Budapest tient aussi à ses bonnes relations avec Moscou.

Xi et sa délégation sont arrivés mercredi dans la capitale hongroise et ont été reçus avec tous les honneurs par le président Sulyok. Lors d'une séance plénière au Palais Sándor, l'invité chinois a déclaré que la coopération entre les deux pays était basée sur le respect et la confiance mutuels. M. Sulyok a rappelé à cette occasion la loi fondamentale hongroise, qui stipule que « nous respectons la liberté et la culture des autres peuples et nous aspirons à coopérer avec toutes les nations du monde ». La Hongrie ne considère pas la coopération Est-Ouest comme une menace mais comme une opportunité et reste donc prête à être un pont entre l'Est et l'Ouest.

Selon une déclaration commune, les deux parties sont d'accord pour dire que « les bonnes relations politiques et la confiance mutuelle constituent et continueront de constituer une base forte et solide pour le développement des relations économiques, commerciales, d'investissement et personnelles ».

La modernisation de la ligne ferroviaire Budapest-Belgrade et le lancement prochain de vols directs de Budapest vers sept grandes villes chinoises en sont des exemples. La Hongrie bénéficie également du programme chinois d'exemption de visa (mü).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

Un Russe en Chine

ca-times.brightspotcdn.jpg

Un Russe en Chine

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/un-russo-in-cina/

Il est venu un Russe en Chine. Et ce Russe, inutile de le préciser, c'est Vladimir Poutine. Le Tsar. Le méchant par excellence, selon nos médias. Isolé, sanctionné, recherché par la Cour pénale internationale... un paria.

Mais à Pékin, il est accueilli avec des honneurs triomphaux. Xi Jinping le salue et l'embrasse comme son ami le plus proche. Fanfares, défilés, discours des plus hautes autorités. Toute l'oligarchie de la Cité interdite fait la queue pour accueillir l'illustre invité.

Il y a quelques semaines, Blinken, le secrétaire d'État américain, fut traité comme un voyageur de commerce qui vient vous déranger à l'heure du déjeuner.

Scholz, le chancelier de la (défunte) Grande Allemagne, fut, lui, reçu par un vice-maire. Même un maire ne s'était pas dérangé.

Cela devrait suffire à comprendre. Mais nos médias continuent à faire l'autruche.

Pékin a pris sa décision. Et, avec le pragmatisme qui caractérise les mandarins rouges, il nous fait comprendre que le choix du terrain est désormais fait.

La Chine et la Russie ne sont plus seulement de grands partenaires commerciaux. Elles sont, à tous égards, des alliés stratégiques. Moscou peut compter sur le soutien total de Pékin dans la confrontation/lutte avec l'OTAN. Un soutien aujourd'hui politique... mais à l'avenir, si le conflit devait déborder les frontières de l'Ukraine, il pourrait prendre une toute autre tournure.

D'un autre côté, à quoi de différent aurions-nous pu nous attendre?

La récente rencontre à Paris entre Xi Jinping et Macron, puis celle avec von der Leyen, s'étaient soldées par un gel. Après que le nouveau duo de comiques involontaires ait été jusqu'à exiger de la Chine qu'elle réduise ses exportations pour « répondre aux normes européennes ». Sic !

Et Washington ? Il arme Taïwan. Il cherche à construire une alliance dans le Pacifique pour enfermer la Chine dans une sorte de ceinture de confinement.

Et, pour faire du marketing à outrance, il impose des droits de douane insensés (jusqu'à 100 %) sur les produits chinois.

Au mépris du libre marché proclamé. Et des accords de l'OMC.

Les seigneurs de Pékin sont rompus à l'arithmétique élémentaire. Et ils ont immédiatement fait le calcul. Deux plus deux égalent quatre. Si Washington et les Européens veulent la guerre, c'est la guerre. Commerciale, économique... pour l'instant. Mais en attendant, ils soudent la relation avec Moscou.

Parce qu'ils pensent que, tôt ou tard, une confrontation armée directe est également inévitable.

Ils ne l'ont pas voulu. Ce n'était pas dans leurs plans. Mais ils sont réalistes.

Ils accueillent donc Poutine comme il convient d'accueillir le principal allié. Dans la prochaine guerre mondiale.

vendredi, 17 mai 2024

Alexandre Douguine: "Nous avons perdu l'Occident, mais nous avons découvert « le reste »"

main-qimg-877a6d130da9aa274909419a6da1089c-lq.jpg

Nous avons perdu l'Occident, mais nous avons découvert « le reste »

Alexandre Douguine

Source: https://www.globaltimes.cn/page/202405/1312443.shtml?fbclid=IwZXh0bgNhZW0CMTAAAR0ffx0OreGKYPtut4jBPJH9zSlaJYX0UyMRC0Kr-x6nLa4vD0WyShqLZTU_aem_AatyfKceoirUhiqHOGccOdhAQiRfdnWrL5iGVH3JHREB1-xH5dDb4moZEve_jQMF31w9-KD0i2NSQhoxaay5OBn5

Note de l'éditeur :

Le philosophe et analyste politique russe Alexandre Douguine, que certains médias occidentaux appellent le « cerveau de Poutine », est l'un des universitaires les plus controversés de Russie. Il a rejoint les plateformes de médias sociaux chinoises telles que Sina Weibo et Bilibili, afin d'approfondir la communication avec les internautes et les universitaires chinois.

Avant l'annonce de la visite d'État du président russe Vladimir Poutine en Chine, le journaliste du Global Times (GT) Yang Sheng a eu un entretien exclusif avec Douguine à Moscou, où il a fait part de son point de vue sur les relations entre la Chine et la Russie et répondu à certains commentaires acerbes et critiques formulés par des net-citoyens chinois sur ses opinions. 

Certaines questions et réponses ont été éditées pour des raisons de concision et de clarté.

GT : Comment prévoyez-vous l'issue de la visite d'État du président Poutine en Chine et l'avenir des relations entre la Chine et la Russie ?

Douguine : En diplomatie, beaucoup de choses ont une signification symbolique. C'est la première visite à l'étranger de Poutine après sa réélection et son investiture. Cette visite n'est cependant pas unique. Il y a quelque chose de plus derrière - la volonté de créer un monde multipolaire.

La Chine ne fait pas seulement partie du système capitaliste, libéral, économique et politique occidental, mais aussi, et d'une certaine manière, elle en est déjà sortie. La Chine y participe, elle y est liée, mais c'est un pôle totalement indépendant, un État souverain et civilisationnel. Il ne fait donc aucun doute que la Chine représente un pôle souverain et un pilier de l'ordre mondial multipolaire.

L'autre pilier est la Russie. Lorsque ces deux piliers d'un monde multipolaire se rencontrent et communiquent, c'est pour montrer la volonté de continuer à construire cette multipolarité avec les deux instances les plus importantes. Le monde d'aujourd'hui n'est plus unipolaire, l'hégémonie de la puissance occidentale est terminée.

000_34RN69C.jpg

Grâce à cette communication et à cette coopération entre deux pôles ou deux piliers (la Chine et la Russie), d'autres pays et régions veulent également rejoindre le « club multipolaire », comme l'Inde, le monde islamique, l'Afrique et l'Amérique latine.

Cela ne signifie pas que nous construisons ou bâtissons une alliance contre quelqu'un. Si l'Occident accepte la multipolarité, il peut participer à la construction de ce monde multipolaire. Mais si l'Occident continue à s'opposer à l'émergence de cette multipolarité, nous serons obligés de lutter contre cette tentative, non pas contre l'Occident, mais contre l'hégémonie en tant que telle.

Nous avons déjà vu à maintes reprises que lorsque l'Occident déclare qu'il poursuit quelque chose, il présume qu'il existe un « ordre mondial fondé sur des règles ». Mais lorsqu'il y a contradiction entre ces "règles" et leurs intérêts, ils changent tout simplement de position.

Ils ont invité la Chine à entrer dans le marché mondial ouvert, mais lorsque la Chine a commencé à prendre de l'avance, certains pays occidentaux ont commencé à imposer des mesures protectionnistes contre la Chine. Ils changent les règles pour servir leurs propres intérêts, parce que ce sont « leurs règles ».

Ensemble, nous voulons nous défendre contre toute tentative de détruire cette multipolarité ou de maintenir l'hégémonie d'une puissance quelconque dans le monde.

GT : Comment la Russie pourrait-elle surmonter toutes les difficultés et tous les défis auxquels elle a été confrontée au cours des deux dernières années, depuis l'éclatement de la crise ukrainienne en 2022 ? Une série de sanctions a été lancée par le monde occidental contre la Russie, mais l'année dernière nous avons vu que selon les données publiées par le gouvernement russe, l'économie russe a réalisé une croissance du PIB d'environ 3,6% en 2023.

Douguine : Pour répondre à votre question, nous devons étudier les différentes versions du processus de participation et de mondialisation. Vous, les Chinois, avez une expérience très particulière en la matière. Vous êtes entrés dans la mondialisation en tant que pays plus ou moins retardé dans son développement. Pendant et après les réformes, vous avez réussi à utiliser la participation à la mondialisation en votre faveur. Vous en avez tiré tous les avantages et vous avez sauvé et renforcé la souveraineté et le pouvoir du Parti communiste chinois (PCC). Ces éléments ont garanti à votre pays une certaine stabilité.

L'expérience russe de la participation à la mondialisation a été tout à fait différente. Tout d'abord, nous avons perdu l'ordre (stabilisateur). Nous avons perdu notre système de cohésion géopolitique, y compris notre contrôle sur l'Europe de l'Est. Nous avons perdu les pays du Pacte de Varsovie et les avons cédés à l'OTAN. Nous avons accepté les valeurs occidentales, les systèmes occidentaux, le type de constitution occidentale, et nous avons perdu tous les atouts de l'Union soviétique.

0820f00d4e6cea953f0b269202b56735.jpg

Nous avons également perdu nos industries, notre économie et notre système financier. Nous avons tout perdu dans les années 1990. Il s'agit donc de deux expériences différentes du processus de mondialisation. La Chine a adopté un meilleur style et a réalisé une croissance rapide tout en préservant son indépendance et sa souveraineté. Aujourd'hui, la sagesse de Deng Xiaoping et du PCC, au cours de toutes ces décennies, se manifeste clairement.

Lorsque Poutine est arrivé au pouvoir, il a commencé à restaurer la souveraineté de la Russie étape par étape. La souveraineté a été placée au centre de sa politique. Et lorsque nous avons été coupés de l'économie occidentale mondialiste, nous n'avons rien perdu. Mais nous avons gagné parce que nous avons été obligés de suivre notre propre volonté, même si cela peut nous faire perdre certains intérêts. En même temps, nous n'avons pas été isolés et nous avons redécouvert que nous n'étions pas seuls dans ce monde.

Nous avons de nombreux partenaires, comme la Chine, le monde islamique, l'Inde, etc. Nous avons également découvert qui est prêt à coopérer avec nous. Nous avons découvert que de plus en plus de pays sont intéressés par un partenariat économique avec la Russie. Nous avons découvert les autres remplaçants de l'Occident, comme les pays d'Afrique et d'Amérique latine ; nous avons donc perdu l'Occident, mais nous avons découvert « le reste ».

683274-weibologo-1394917618.jpg

20210327_wbp502.jpg

GT : Vous avez récemment ouvert des comptes personnels sur certaines plateformes de médias sociaux chinoises telles que Sina Weibo et Bilibili. De nombreux internautes chinois vous suivent pour savoir ce que vous allez dire au public chinois. Pourquoi avez-vous fait cela et lisez-vous les commentaires des internautes chinois ?

Douguine : Tout d'abord, j'ai un grand respect pour la Chine moderne et les traditions chinoises. J'ai écrit un livre intitulé « Le dragon jaune », entièrement consacré à la civilisation chinoise, des origines à nos jours. Aujourd'hui, je vois la gloire de l'esprit, de la culture et de la philosophie de la Chine. C'est le livre d'un amoureux et d'un admirateur de la Chine.

Aujourd'hui, je pense que nous devons développer davantage la base philosophique de l'amitié entre la Chine et la Russie. Les deux pays ne sont pas seulement des partenaires tactiques, mais un alignement entre deux grandes civilisations, et pour promouvoir cela, nous devons mieux nous comprendre.

bab65807c9629dfe977cad5f0fb904b0.jpg

Nos sociétés, nos cultures, nos civilisations et nos valeurs traditionnelles sont très différentes. Elles sont divergentes et, sur certains points, convergentes. Afin de promouvoir un dialogue à part entière entre deux civilisations, j'ai décidé d'ouvrir des comptes sur les médias sociaux en Chine et de parler au public chinois, d'ouvrir la discussion. Je ne fais qu'exprimer mon opinion sur ce qui se passe en Russie, sur ce qui se passe dans le monde, sur la façon dont les Russes perçoivent l'importance de la Chine et sur les principes qui devraient être à la base de nos relations futures.

J'ai commencé par un geste très amical et ouvert à la discussion. Mais après cela, une énorme vague de débats a émergé, et pour moi, c'est étonnant et stupéfiant. Je ne m'attendais pas à cela.

Certaines personnes ont commencé à utiliser des fragments de mes opinions antérieures, datant des années 1990, lorsque la Russie vivait dans des conditions totalement différentes. Avant Poutine, le pays était dirigé par « les traîtres à notre civilisation ». Je considérais [à l'époque] que la Chine entrait dans la mondialisation et qu'elle allait perdre sa souveraineté, et qu'elle allait trahir ses valeurs traditionnelles au profit du capitalisme mondial en trahissant ses idées socialistes et communistes.

GT : Dans les années 1990, vous pensiez donc que la Chine serait transformée par la mondialisation, voire qu'elle rejoindrait l'Occident pour devenir une menace pour la Russie. Mais après cela, vous avez changé d'avis parce que la Chine a également changé, et le changement de la Chine vous a surpris, parce que vous ne vous y attendiez pas, et ensuite vous êtes devenu amical envers la Chine et vous soutenez à nouveau l'amitié Chine-Russie. Est-ce exact ?

Douguine : Absolument ! Tout à fait ! Le fait que le changement ait eu lieu il y a environ 25 ans n'est pas nouveau.

Mes opinions ont changé parce que la Chine a changé, le monde a changé, la Russie a changé, la géopolitique a changé. Et il n'est pas correct d'utiliser mes opinions qui sont sorties de leur contexte pour m'attaquer.

J'ai finalement changé d'avis après avoir effectué des visites en Chine dans les années 2000. J'ai rencontré de nombreux intellectuels chinois et nous avons eu des discussions sérieuses et très fructueuses. Aujourd'hui, j'ai une opinion totalement différente, non seulement d'un point de vue théorique, mais aussi parce que je suis très impliqué dans le travail visant à améliorer la vie de la société universitaire chinoise. Plus je connais la Chine, plus je l'admire. 

jeudi, 16 mai 2024

Irak: les intérêts du pays et l'agenda d'un monde multipolaire

0393e083ffd28c51e147f0678bb70444.jpg

Irak: les intérêts du pays et l'agenda d'un monde multipolaire

Amir Al-Mafraji

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/liraq-e-gli-interessi-e-lagenda-di-un-mondo-multipolare

Nous pouvons comprendre les objectifs de la Chine et de l'Occident vis-à-vis de l'Irak en mettant en lumière la nature de leurs stratégies à l'égard du Moyen-Orient dans son ensemble et leur relation avec l'importance géographique et économique de l'Irak, compte tenu de l'attention que le monde arabe et islamique a accordée à la lutte des puissances mondiales montantes pour saper l'influence de l'unilatéralisme américain. Cette lutte a été observée par tous les présidents américains et leurs administrations, quelle que soit leur affiliation politique. La domination de la Chine en matière d'exportations commerciales et d'avancées technologiques en fait un concurrent majeur pour les intérêts américains et européens en Afrique et au Moyen-Orient. L'Irak, quant à lui, est un exemple de conflit d'intérêts et de programmes dans le conflit entre l'unipolarisme représenté par la politique américaine et le multipolarisme que les pays émergents tentent d'établir dans le monde.

Il n'est pas difficile de comprendre la forme et la nature de la relation entre les États-Unis et l'Irak, qui est similaire à la relation entre ce dernier et la Chine, si l'on considère les liens commerciaux de la Chine et leur importance dans la réalisation et le maintien d'une stratégie multipolaire. Cette stratégie vise non seulement à contrer l'approche unilatérale des sociétés américaines et occidentales, mais aussi à les confronter politiquement et militairement par le biais d'une politique de « réseau » visant à faire face à la grande puissance économique.

L'influence économique de la Chine au Moyen-Orient s'étend à tous les niveaux, principalement en raison du besoin de Pékin d'importer des matières premières, en particulier du pétrole, qui est probablement le principal moteur de l'économie chinoise. La Chine représente plus de 50% des exportations de pétrole de l'Irak et du Golfe, ainsi que de l'Iran, et a fini par dominer la balance commerciale, devenant ainsi l'une des plus grandes économies du monde. Elle a dépassé les États-Unis pour devenir le premier exportateur mondial en termes de réserves de change.

6a12048e3ea905cff8108b85651938b070753fd2.png

Comme la Chine est une puissance émergente majeure qui cherche à contester la domination occidentale en Afrique et au Moyen-Orient et qu'elle est en mesure d'influencer l'économie mondiale grâce à la gestion de ses riches réserves mondiales de devises, en particulier de dollars américains, Pékin s'intéresse de près à l'Irak, qui constitue une extension stratégique importante du continent asiatique. Les dirigeants chinois ont cherché à établir des relations d'amitié et de coopération avec le régime de Bagdad, profitant des tensions politiques et sectaires entre le gouvernement et divers partis influents sur la question du maintien des États-Unis dans le pays, sans parler de la relation stratégique de la Chine avec l'Iran, qui pourrait faire pencher la balance en sa faveur dans les luttes de pouvoir dans la région.

Il y a aussi le projet de la Nouvelle route de la soie, ou l'initiative « Une ceinture, une route », que la Chine développe et qui façonne ses liens avec le monde ; il a été lancé par le président Xi Jinping en 2013. Ce projet vise à revitaliser les anciennes routes commerciales et à relier les oléoducs, les gares ferroviaires, les ports et les aéroports dans les pays limitrophes de la Russie et du Moyen-Orient afin d'assurer la croissance économique continue du géant asiatique et le développement des exportations vers le Moyen-Orient et l'Europe.

Par conséquent, le développement industriel et économique de la Chine est devenu une source d'inquiétude pour les principaux pays industrialisés, car Pékin a clairement pour objectif d'établir des relations et des alliances pour renforcer sa position dans le système international et soutenir sa stratégie contre l'hégémonie des États-Unis, travaillant ainsi à les retourner en faveur de la Chine - lui donnant un avantage sur le plan international. C'est pourquoi elle cherche à engager des pays d'Afrique et du Moyen-Orient, y compris l'Irak, qui semble être devenu un État prioritaire pour la politique étrangère chinoise. Pékin a fait preuve d'une ouverture diplomatique croissante dans ses relations avec les responsables de Bagdad, sans pour autant négliger les relations étroites entre les États-Unis, l'Occident et l'Irak.

Les dirigeants chinois sont convaincus de l'importance de revitaliser l'Irak pour maintenir leur influence au Moyen-Orient, malgré ses liens étroits avec l'Europe et les États-Unis et la suspension du projet de la route de la soie. Quelle que soit la forme qu'il prendra, il sera financé par des prêts de la Chine. Ce sera l'occasion d'accroître l'influence de l'Irak par le biais de partenariats superficiels, sans trop se soucier de savoir si cela entraînera un grave problème d'endettement pour Bagdad.

main-qimg-03c3f9f75d12982960e237512fb984a0-lq.jpg

Bien que le projet de route de développement annoncé par le gouvernement irakien avec la participation des ministres des transports des pays voisins, y compris ceux du Conseil de coopération du Golfe, ne soit pas tout à fait conforme aux intérêts de la route de la soie chinoise, soutenue par le lobby sino-iranien en Irak, l'accent mis par l'ambassadeur chinois sur le projet et son accord de financement révèlent les objectifs de Pékin.

Il convient de noter que les banques de développement chinoises accordent des prêts importants à des projets dans les pays impliqués dans la construction de la route de la soie, malgré le manque de conditions et de transparence nécessaires pour garantir les prêts en cas d'échec du projet ou de détournement de fonds dû à la corruption généralisée. Dans ce cas, l'Irak pourrait perdre le contrôle et la souveraineté sur ces projets, ce qui permettrait aux banques d'influencer les affaires de l'Irak, qui tomberait dans une dangereuse spirale d'endettement.

Il ne fait aucun doute que les objectifs déclarés de développement et de financement de projets en Irak ne cachent qu'en partie l'intention de la Chine de continuer à accroître son poids économique pour stimuler les exportations vers l'Europe, étant donné la proximité de l'Irak avec la Turquie. Il y a aussi la question du désir de la Chine de dominer l'Afrique et l'Asie culturellement, technologiquement et économiquement, notamment en augmentant son influence économique et militaire au Moyen-Orient.

Tout cela doit être considéré à la lumière du déclin de la présence militaire et économique des États-Unis dans le système mondial et de leur influence sur l'ensemble du Moyen-Orient, en particulier sur l'Irak. Cela pourrait conduire Bagdad à accepter volontairement la Chine et à entrer dans une « zone grise », la rendant finalement otage d'objectifs contradictoires dans un monde multipolaire, étant donné la capacité encore limitée de la Chine à défier et à mettre fin à la présence militaire américaine en Irak.

mardi, 14 mai 2024

Baerbock aux yeux de Pékin: veut-elle aussi ruiner les relations avec la Chine?

chinebaerbock.jpg

Baerbock aux yeux de Pékin: veut-elle aussi ruiner les relations avec la Chine?

Source: https://zuerst.de/2024/05/14/baerbock-in-den-augen-pekings-will-sie-auch-das-verhaeltnis-zu-china-ruinieren/

Berlin/Pékin. La ministre allemande des Affaires étrangères Baerbock (Verts) n'a pas seulement ruiné les relations avec la Russie au cours de ces trente derniers mois. Les relations sino-allemandes, traditionnellement plutôt souples et amicales, sont également un sujet d'irritation pour elle.

Dans l'Empire du Milieu, cela n'échappe pas aux observateurs. Ainsi, le portail d'information chinois China.org dresse un bilan plutôt critique du récent voyage de Baerbock dans le Pacifique Sud ("Voyage de Baerbock dans le Pacifique : contrepartie stratégique à la visite de Scholz en Chine ?). Pékin perçoit une division au sein du gouvernement allemand. Lors de sa visite dans le Pacifique Sud, Baerbock aurait tenté de contrecarrer les effets positifs de la visite du chancelier Scholz sur les relations sino-allemandes. Les analystes chinois soulignent que Scholz s'est concentré sur le domaine de la coopération économique. Cela a été perçu comme une étape vers la normalisation des relations bilatérales.

En revanche, la politique des Verts est fortement marquée par l'idéologie, constate le portail. Le parti donne la priorité à la mise en œuvre de « valeurs » plutôt qu'à une politique appropriée et mutuellement avantageuse. Les représentants des Verts comme Baerbock et Habeck agissent ainsi « aux antipodes » du cours pragmatique du chancelier sur la Chine. Baerbock a pour objectif de perturber les efforts entrepris par le chancelier pour normaliser les relations sino-allemandes.

En matière de politique économique, Baerbock mise sur une politique de « de-risking ». L'objectif est de minimiser la dépendance de l'économie allemande vis-à-vis des fabricants chinois. Mais la volonté de se détacher de la Chine augmentera la dépendance de l'Allemagne vis-à-vis des Etats-Unis, prédit China.org. L'Allemagne est dépendante des Etats-Unis dans certains domaines, notamment dans le secteur de la numérisation et de l'Internet, mais aussi dans le secteur de l'énergie, au point de menacer son existence. Baerbock et Habeck donnent aux Etats-Unis la possibilité de détruire l'économie allemande en très peu de temps, écrivent les analystes chinois (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

samedi, 11 mai 2024

Un Chinois en Europe

67492271af463126b50f47d4f8bf20ae.jpg

Un Chinois en Europe

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/ce-un-cinese-in-europa/

Xi Jinping en voyage officiel en Europe. Cela n'était pas arrivé depuis longtemps. Et rien que cela devrait faire les gros titres. Car Xi n'est pas seulement le président de la Chine. Il est l'homme le plus puissant que l'Empire céleste ait connu depuis l'époque lointaine de Deng Xiaoping. Et peut-être même depuis Mao.

Bref, un président-empereur.

De plus, il est l'empereur de la puissance qui domine aujourd'hui le commerce mondial. Après avoir dépassé les États-Unis depuis plusieurs années. Sans parler de l'Europe.

Et, maintenant, il se renforce progressivement dans deux autres grands domaines.

La monnaie. Le yuan chinois devient de plus en plus un concurrent du dollar dans les échanges internationaux. Les Saoudiens acceptent désormais la monnaie chinoise en échange de pétrole et de gaz. C'est la même voie que suivent presque tous les pays liés aux BRICS. Les membres effectifs et les aspirants.

Une menace mortelle pour Washington car elle mettrait un terme définitif à sa primauté mondiale.

Ensuite, les forces armées. Qui sont certes encore loin des possibilités américaines. Mais qui peuvent compter sur une force de plus de trois millions et demi d'hommes. De moins en moins liées au vieux modèle de l'armée populaire de masse. Et de plus en plus sur la voie de la haute spécialisation. À commencer par la marine et les unités spéciales aéroportées.

Bref, un invité, ce Chinois, qui mériteraient toutes les marques de respect. A recevoir avec les grands honneurs et un tapis rouge. A traiter avec les gants de la diplomatie la plus subtile. Et au lieu de cela...

Et au lieu de cela, à Paris, première étape du voyage de Xi Jinping, les classes dirigeantes européennes ont démontré leur incapacité à comprendre le monde qui nous entoure.

xi-jinping-macron.jpg

Car les rencontres avec Macron et von der Leyen ont tourné à la triste farce.

Un choix déjà significatif en soi. Parce que Xi n'a rencontré que le président français et la représentante de l'UE. Il a snobé l'inconsistant Scholz, qui mène l'Allemagne vers un déclin rapide. Et sans même prendre Meloni en considération. Notamment à cause, pensons-nous, de sa décision absurde d'exclure l'Italie du projet de la route de la soie. Je l'avais écrit à l'époque. Ce choix, dicté par Washington, ne serait pas sans répercussions. Les Chinois procèdent froidement. Mais ils ont la mémoire longue. Et ceci... n'est qu'un début.

Macron représente la seule puissance militaire d'importance dans l'UE. Et von der Leyen est considérée comme celle qui dicte la conduite à suivre aux autres gouvernements européens, tous ineptes.

La réunion s'est mal passée. En fait, très mal. Macron a osé ordonner à Xi de cesser de soutenir et d'aider la Russie. Et de s'aligner sur les sanctions occidentales contre Moscou.

Vous pouvez facilement imaginer à quel point l'empereur, habituellement impassible, a été stupéfait.

Mais Xi Jinping a définitivement perdu son sang-froid lorsque l'ineffable duo Ursula/Emmanuel est allé jusqu'à lui dire, sur un ton impérieux, de réduire la production industrielle et les exportations. Pour ne pas nuire aux... normes européennes.

Et c'est là qu'on a vraiment eu l'impression que Xi avait parlé. Et a donné aux deux personnages une dure leçon de politique et de diplomatie.

Après cela, il est parti. Les deux seules autres escales européennes ont été celles de Vucic en Serbie, le plus proche allié de Poutine. Et d'Orban en Hongrie.

Ces choix sont déjà un signal clair.

lundi, 06 mai 2024

Gel à Pékin

01000000-0aff-0242-7a44-08db6f941582_cx0_cy8_cw0_w1080_h608_s.jpg

Gel à Pékin

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/il-gelo-su-pechino/

Il a fait très froid à Pékin ces derniers jours. Le vent était glacial. Et ce n'était pas à cause des caprices de la météo en cet étrange mois d'avril.

C'est un gel diplomatique qui a enveloppé toute la réunion entre le président Xi Jinping et le secrétaire d'État américain Blinken.

Des réunions, y compris celle avec le ministre chinois des affaires étrangères, qui se sont terminées sans déclaration d'intention commune.

C'est extrêmement significatif. Parce qu'au-delà des propos - et, en général, il s'agit de simple rhétorique - émettre une telle déclaration est un usage établi. Et elle permet d'affirmer que les relations entre les deux puissances sont bonnes. Et que des progrès ont été accomplis. Il en est ainsi depuis l'époque de Kissinger et de la diplomatie du ping-pong.

Et c'est ainsi depuis ces années lointaines, lorsque Mao, le Grand Timonier, régnait encore dans la Cité interdite. Les relations bilatérales entre Washington et Pékin sont désormais... glaciales, comme avant le dégel initié par Kissinger.

Les positions entre les deux puissances semblent de plus en plus éloignées. Et le fossé qui les sépare se creuse progressivement. Il devient infranchissable. Notamment parce que la diplomatie de Blinken ne semble pas du tout adaptée pour rassurer Pékin sur les intentions des Etats-Unis.

En effet, demander à la Chine de rompre avec Moscou et de se rallier aux positions du collectif occidental sur la guerre en Ukraine relève tout simplement de la démence.

Pékin est convaincu, et cela ne date pas d'aujourd'hui, que la stratégie de Washington contre la Russie n'est qu'un prélude. Qu'elle est la première phase d'une stratégie offensive plus large et plus complexe. L'objectif ultime de cette stratégie vise la Chine.

Affaiblir la Russie, si possible la conduire à la désintégration, pour empêcher Pékin de trouver un soutien chez un partenaire fort. Capable de fournir les matières premières dont son système industriel a de plus en plus besoin. Comme le fait précisément Moscou aujourd'hui.

En outre, il est difficile de croire aux sourires diplomatiques de Blinken lorsque le Congrès américain vote des paquets d'aide militaire à Taïwan. Et la Maison Blanche poursuit sans relâche une stratégie visant à isoler la Chine dans la région du Pacifique. En tissant une véritable ceinture d'endiguement avec le concours forcé des pays de la région. Et en réarmant le Japon.

Les stratèges de Pékin savent bien que, pour Washington, le contrôle de l'Indo-Pacifique est l'objectif premier et ultime. La défaite de la Russie n'est qu'une mission secondaire.

La Chine a depuis longtemps dépassé les États-Unis en termes de production industrielle. Et elle commence à saper la suprématie monétaire du dollar. Le fait que les Saoudiens acceptent désormais de payer le pétrole en yuans en est le signe révélateur.

L'expansion de la zone BRICS inquiète la Maison Blanche, et plus encore Wall Street. Et l'influence croissante de la Chine et de sa monnaie.

La suprématie américaine risque donc de se réduire progressivement. Et de disparaître peu à peu.

C'est pourquoi les mandarins rouges sont convaincus que Washington s'oriente vers une épreuve de force. En exploitant la supériorité dont les Etats-Unis jouissent encore sur le plan militaire.

Et ils ne voient dans les conflits actuels et potentiels que les préludes d'une stratégie globale. La guerre avec la Russie, Gaza, la mer Rouge, l'Iran... sont interprétés par les Chinois comme des étapes préparatoires à une attaque contre eux. Celle-ci sera probablement déclenchée par la question de longue date que constitue Taïwan.

Pékin ne veut pas la guerre. Sa politique est basée sur un lent et patient travail de pénétration économique dans tous les quadrants géopolitiques. Il s'agit d'acquérir une sorte d'hégémonie sans conflit ouvert.

Mais Xi Jinping et ses dirigeants sont convaincus que Washington fera tout pour empêcher la croissance de la puissance chinoise. Par tous les moyens.

Et, froidement, ils se sont convaincus qu'un choc frontal n'est plus qu'une question de temps. Et, bien sûr, ils s'y préparent. Avec... la patience chinoise.

C'est pourquoi Blinken a trouvé une atmosphère si glaciale pour l'accueillir à Pékin.

mercredi, 01 mai 2024

Attentat contre les gazoducs Nord Stream : la Chine demande une enquête internationale

0b648b54-f6b2-4850-a41d-ef42e1b12b04.jpg

Attentat contre les gazoducs Nord Stream: la Chine demande une enquête internationale

Source: https://zuerst.de/2024/05/01/anschlag-auf-die-nord-stream-pipelines-china-fordert-internationale-untersuchung/

New York. En Occident, la question des explosions de Nord Stream en septembre 2022 est pour ainsi dire passée aux oubliettes. Le gouvernement fédéral allemand, en particulier, qui est l'une des principales parties concernées, ne montre aucun intérêt pour une enquête sur les explosions. La Suède et le Danemark ont été les derniers à annoncer en février qu'ils mettaient fin à leurs enquêtes.

Cependant, l'affaire pourrait à nouveau bouger. La Chine réclame désormais une enquête internationale. Le représentant chinois auprès des Nations unies, Geng Shuang (photo), a justifié cette demande vendredi parce que ce sabotage implique des "menaces à la paix et à la sécurité internationales".

Geng-Shuang-at-UN.jpg

L'émissaire de l'ONU à Pékin a déclaré textuellement : "Plus de 18 mois se sont écoulés depuis les explosions du gazoduc Nord Stream. Il est tout simplement regrettable qu'aucune conclusion n'ait encore été trouvée dans cette affaire". Et de poursuivre : "Un vieux proverbe chinois dit qu'il n'est jamais trop tard pour raccommoder le troupeau lorsque le mouton est perdu. Nous réitérons notre appel à l'ouverture rapide d'une enquête internationale sous l'égide des Nations unies afin de faire éclater la vérité pour la communauté internationale".

Geng Shuang a explicitement mentionné qu'aucune "vérité n'a été établie" par les pays concernés, y compris l'Allemagne. On ne peut s'empêcher de "soupçonner une intention cachée derrière la résistance à une enquête internationale, tout en déplorant la possible dissimulation et la perte d'une quantité de preuves contraignantes".

L'écho occidental ne s'est pas fait attendre. Alors que le représentant français à l'ONU a rappelé que l'enquête allemande n'était pas encore terminée, le représentant américain a fait part de sa "confiance dans l'indépendance et la rigueur de l'enquête allemande". Le gouvernement allemand est resté muet sur cette affaire depuis deux ans et demi et laisse ostensiblement le public dans l'ignorance, invoquant le "bien de l'Etat".

En revanche, le journaliste d'investigation américain Seymour Hersh avait déjà exprimé en février 2023, sur la base de ses propres recherches, le fort soupçon que l'attaque contre les oléoducs germano-russes de la mer Baltique était le fait de l'agence de renseignement américaine CIA. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

lundi, 15 avril 2024

Au-delà de l'Occident collectif

9108india_russiachina.jpg

Au-delà de l'Occident collectif

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/oltre-alloccidente-collettivo

Outre l'Occident collectif, trois civilisations se sont regroupées en ce que l'on peut d'ores et déjà appeler des États-civilisations. Il s'agit de la Russie, de la Chine et de l'Inde. Ce sont les pôles tout désignés d'un monde multipolaire. Aujourd'hui, un triangle stratégique d'une importance fondamentale s'est formé entre Moscou, Pékin et Delhi.

foto-Primakov.jpg

Il faut rendre hommage à Evgueni Primakov qui en parlait déjà dans les années 1990, alors que c'était loin d'être évident. Il s'agit maintenant de donner une description "dense" de ces trois civilisations-états, qui se sont déjà déclarées pôles, mais qui n'en sont qu'au premier stade d'une pleine prise de conscience de ce qu'elle est et de ce qui en découle.

cfaa19ae53e3661c47bf4299cbbdd721.jpg

La civilisation des États n'est pas seulement celle des États-nations respectifs. C'est la Grande Russie, la Russie en tant qu'Eurasie. C'est la Chine en tant que Tiansya. C'est l'Inde de l'Akhand Bharat. Certes, ils sont en cours de formation, mais, fondamentalement, ils sont déjà là. Ce n'est qu'après une description théorique correcte et approfondie que le contenu de leur relation - y compris les différences et les contradictions - deviendra clair. Le format RIC (Russie, Inde, Chine) a précédé les BRICS+ mais a survécu. Il pourrait être intéressant de le ressusciter, car ce sont là des pôles tout prêts.

Bien sûr, d'autres pôles émergent: islamiques, africains et latino-américains. Il existe des centres de souveraineté civile, mais le niveau d'intégration est encore insuffisant pour parler de pôle. Les BRICS+ rassemblent les six civilisations non occidentales, mais parmi elles, les RIC ont fait plus de progrès que les autres.

La présidence russe des BRICS+ cette année montre qu'il est peu probable que ce projet aille plus loin. Il y a de nombreuses raisons à cela, notamment le manque de compréhension de la philosophie de la multipolarité par les responsables des BRICS+. Seul le premier atteint l'échelle. En ce qui concerne les deuxième et troisième, cette vision s'estompe, se dissipe, mais le format des BRICS+ lui-même, qui est sans aucun doute magnifique et qui fera date, est trop en avance sur le niveau de conscience et détourne l'attention des spécificités.

Il est temps de s'intéresser au RIC. Premièrement, il est déjà plus concret, deuxièmement, nous parlons de trois États-civilisations prêts à l'emploi, et troisièmement, il y a suffisamment de problèmes et pour aller de l'avant, nous devons résoudre les nœuds de contradiction accumulés. Premièrement, essayer de démêler le nœud des problèmes géopolitiques transfrontaliers sino-indiens, dont la présence pousse New Delhi vers l'Occident, ce qui sape objectivement le multipolarisme.

 

19:52 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : chine, russie, inde, ric, brics, multipolarité, alexandre douguine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 06 avril 2024

La guerre des banquiers contre la Chine

ChineCroissanceFinance.jpg

La guerre des banquiers contre la Chine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/04/04/pankkiirien-sota-kiinaa-vastaan/

Alors que débute l'année du dragon, "l'empire anglo-sioniste lance sa guerre contre la Chine", estime Richard H. Solomon. Jusqu'à présent, la Chine a fait preuve "d'une humilité et d'une retenue incroyables, ne réagissant que très peu aux insultes et provocations scandaleuses de l'administration néoconservatrice américaine".

solomon_richard_h.jpg

41gGdwCWIyL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

51LDbW-FkNL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

A1yOgI6OAkL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Les citoyens européens n'ont pas à prendre parti par réflexe dans ce combat de titans, mais ils ne doivent pas non plus défendre les intérêts de politique étrangère des États-Unis et de leur troupeau de vassaux. La Chine est une superpuissance dirigée par le parti communiste, et alors ? Nous devons regarder au-delà des ismes et des mots et évaluer les actes.

Il n'y a plus d'"Amérique" libre ni d'États-nations européens indépendants. Le soi-disant "Occident" n'est rien d'autre qu'une "coalition de cartels financiers, de multinationales, d'oligarques, du complexe militaro-industriel, de l'État profond et du lobby sioniste", dont les jours de gloire sont (heureusement) révolus.

"Comme tous les empires pathologiquement corrompus en phase finale, l'Occident dément rêve de renouveau", constate Solomon. Ses sujets ne peuvent qu'"essayer d'éviter d'être submergés par les raz-de-marée d'un géant en train de sombrer".

Les survivants de la destruction de l'Occident peuvent se regrouper et "adopter le principe de la coprospérité, avec la Chine comme principal acteur mondial, éclairant le chemin de l'humanité vers une civilisation Star Trek de type deux sur l'échelle Kardashian".

La Chine s'est efforcée de rester en dehors du conflit, mais à un moment donné, Pékin devra peut-être riposter lorsque les provocations "biologiques, économiques et militaires" de Washington et de Londres iront trop loin et dépasseront même la tolérance confucéenne. Sur la base des actions américaines, l'agression ne fera que s'intensifier.

Selon Solomon, la bonne dissuasion pour la Chine consisterait à mettre sa "propre peau dans le jeu". Les cosmopolites sans racines de la puissance monétaire occidentale ne sont pas seulement des parasites de la société et des profiteurs aux dépens des autres, mais aussi des lâches matérialistes qui ne veulent pas mourir.

Alors qu'ils peuvent condamner à mort des millions ou des milliards de personnes simplement pour leurs propres intérêts égoïstes, la superclasse dirigeante est prête à tout pour maintenir sa propre existence. "Les services de renseignement chinois devraient localiser tous leurs bunkers et villes souterraines et faire savoir que si une guerre majeure éclate, la Chine les frappera", conclut M. Solomon.

Les cercles financiers de Wall Street ont autrefois délocalisé l'industrie manufacturière américaine en Chine, afin de transformer l'Amérique en une économie fondée sur l'usure, en vendant de la dette dans l'espoir que la Chine achèterait cette dette et laisserait les initiés de Wall Street contrôler également l'économie chinoise.

Ce modèle économique était connu sous le nom de "Chimerica". Bien que la Chine ait initialement bénéficié de cet arrangement, Solomon affirme que Pékin a rejeté une relation symbiotique dans laquelle "la classe sans racines de Wall Street prendrait le contrôle de la civilisation chinoise vieille de cinq mille ans après avoir vidé les États-Unis de leur substance".

chinese-banks-avoiding-the-peripheral-players-social.jpg

Néanmoins, certains affirment que toute la confrontation Est-Ouest n'est que du théâtre Kabuki et que la Chine serait déjà sous le contrôle du cartel bancaire Rothschild et Rockefeller (c'est-à-dire les propriétaires de la planète). Solomon n'est pas d'accord.

Le "techno-féodalisme" idéalisé par les esclavagistes occidentaux exige non seulement la destruction des différentes cultures, mais aussi la transformation génétique de la classe dirigeante. Selon le protocole transhumaniste de la clique de Davos, les dirigeants chinois devraient être prêts à détruire la culture et l'ADN de leur peuple, vieux de cinq mille ans.

Solomon ne croit pas que les dirigeants chinois soient prêts à une telle chose. "Si certaines des innovations technologiques chinoises sont liées à la sécurité nationale, la technologie est principalement utilisée pour améliorer la vie des citoyens chinois, ce qui est tout à fait contraire à la politique américaine.

Un "avenir chinois" après l'hégémonie américaine serait plus prometteur que l'ancien régime, affirme Solomon, ne serait-ce que parce que la Chine "n'a jamais mené dans son histoire une politique d'agression militaire ou de conquête en dehors de son propre territoire". La Chine "a même construit un mur pour empêcher les barbares d'entrer".

Solomon souligne que la coopération de la Chine avec les puissances étrangères est basée sur une transaction, une interaction mutuellement bénéfique dans laquelle des services ou des biens sont échangés. Contrairement à l'Occident et à son libéralisme, la Chine ne cherche pas à mettre le monde entier à son image.

Qu'en est-il de la pandémie des taux d'intérêt, dont on dit qu'elle a commencé en Chine ? La Chine n'a pas suivi la technologie ARNm de l'Occident, mais a offert à ses citoyens des vaccins traditionnels. "Bien que certains fonctionnaires chinois pro-occidentaux aient insisté sur les livraisons d'ARNm de Pfizer et sur la production nationale d'ARNm, le parti communiste a résisté à la pression de la classe politique américaine", explique Solomon.

Le parti communiste a peut-être réagi de manière excessive en adoptant une stratégie extrêmement rigoureuse, mais selon Solomon, c'est parce que la Chine était confrontée à une attaque biologique. Pour des "événements futurs" similaires, il conseille également aux Occidentaux de s'appuyer sur "le zinc, les vitamines C et D et la médecine traditionnelle chinoise".

Du point de vue de Solomon, la Chine reste "le principal rempart contre les envahisseurs de l'empire anglo-sioniste américain et les sous-fifres de leur mafia financière mondiale".

Étant donné "le pouvoir monstrueux des banquiers internationaux, l'empereur président Xi doit jongler avec un enchevêtrement complexe de neutres, d'alliés et d'adversaires pour mener la Chine à la victoire, ce qui, dans un sens plus large, signifie la survie de l'espèce humaine". Solomon considère que Xi défend "les principes fondamentaux du Tao".

bea4f93877047e80c147cc3758d0e024.jpg

J'espère que Solomon a raison, même si je suis souvent frustré par les actions (ou l'inaction) des grandes puissances et les machinations des cercles financiers qui se cachent derrière la gouvernance mondiale. Quelle que soit la vérité ultime, nous vivons une époque dangereuse mais intéressante, dans des limbes précaires entre le nouvel et l'ancien ordre mondial.

Selon le philosophe Oswald Spengler, l'Occident est déjà condamné. "Le génie occidental a fait passer le monde des chevaux et des chars à la société industrielle moderne. Il en a résulté de nombreuses créations incroyables, mais aussi beaucoup de souffrance et de mort", résume Solomon. C'est pourquoi il souhaite suivre "l'évolution de la Chine vers l'autoréalisation nationale".

Mais Solomon est (trop ?) optimiste et ne peut s'empêcher d'avoir une pensée pour l'Occident. "Si la philosophie occidentale intègre les principes de la loi du karma pour établir un équilibre yin-yang et que l'Europe rejoint la Chine et la Russie dans une alliance eurasienne, je crois que le rétablissement et la réintégration positive de l'Occident dans la famille mondiale sont encore possibles.

vendredi, 05 avril 2024

Pour la première fois, les pays de l'ANASE préfèrent la Chine aux États-Unis en matière d'investissement dans la défense militaire

63ccc073b1aa0.jpg

Pour la première fois, les pays de l'ANASE préfèrent la Chine aux États-Unis en matière d'investissement dans la défense militaire

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/per-la-prima-volta-i-paesi-asean-preferiscono-la-cina-agli-usa-gli-investimenti-alla-difesa-militare/

Qui choisir entre la Chine et les États-Unis? L'an dernier, la question posée par un institut de recherche aux entrepreneurs publics et privés, ainsi qu'aux universitaires et chercheurs, des pays de l'Asie du Sud-Est (Asean) indiquait une nette prépondérance pour Washington, avec 61,1% contre 38,9% de préférence pour Pékin. Et cette année? Selon les médias italiens, l'isolement de Xi Jinping s'est accru, tout comme celui de la Russie. En effet, pour la première fois, la Chine dépasse les États-Unis, mais de peu : 50,5 contre 49,5%.  De peu, mais c'est un bond considérable en 12 mois.

Les pays qui apprécient le plus la Chine sont la Malaisie (75,1%), l'Indonésie (73,2%) et le Laos. Du côté américain, on trouve les Philippines (83,3%) et le Viêt Nam (79%).

De toute évidence, ces deux camps représentent un choix extrême, car tous les pays préféreraient ne pas avoir à choisir. Ils préféreraient faire des affaires avec les deux candidats. Toutefois, il existe une différence significative entre les deux camps. Les États-Unis sont appréciés par ceux qui, par crainte de Pékin, attendent une protection militaire nord-américaine. Et le déclin de la popularité de Washington est précisément lié à l'impression que les États-Unis accordent peu d'attention à l'Asie du Sud-Est, préférant s'occuper de la guerre en Ukraine ou du soutien à la boucherie israélienne.

Le choix de la Chine dépend, quant à lui, des investissements de Pékin dans les différents pays de l'Asean. Chemins de fer, ports, routes, industries. Bref, les projets de la Route de la soie qui, selon la désinformation italienne, ont été mis en veilleuse et reportés sine die. Les Asiatiques, évidemment, n'ont pas remarqué ces annulations de projets et apprécient les chemins de fer qui ont été mis en service, les ports qui fonctionnent, les usines qui créent des emplois.

En revanche, en Italie, il était nécessaire de justifier la sortie de l'accord avec Pékin et, par conséquent, il était indispensable de dissimuler les faits et les travaux réalisés ou en cours de réalisation en Asie.

20:25 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, anase, asie, affaires asiatiques, chine, états-unis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 04 avril 2024

La montée en puissance de la Chine et l'effondrement de l'Occident

2d1c67ad522ce2b9f0940aff49cf8a2b.jpg

La montée en puissance de la Chine et l'effondrement de l'Occident

par Maurizio Bianconi

Source: https://www.destra.it/home/lavanzata-della-cina-e-il-tracollo-delloccidente/

Lorsque le mur de Berlin est tombé (en 1989), on a dit que la démocratie avait vaincu le communisme. Il allait de soi que le soi-disant "monde libre" était désormais l'arbitre et le maître de la planète. 45 ans plus tôt, des nationalismes agressifs, dirigistes et impitoyables avaient été vaincus. Puis ce fut l'effondrement des régimes libertaires, collectivistes et classistes.

Le libéralisme, sans plus de contrepoids symétriques, perd toute réserve et devient - dit-on - "sauvage". Il a déclenché l'offensive spéculative, la croissance quantitative, réduisant de plus en plus les droits, les protections du travail, les identités des personnes et des communautés. Il a eu des illusions d'hégémonie et d'homogénéisation du monde.

Même cette partie orientale qui se présentait comme une terre de conquête: la Chine. Un milliard et demi de personnes à transformer en consommateurs et en main-d'œuvre bon marché. Un faux pas a été commis. L'entrée de la Chine dans l'W.T.O. (World Trading Organisation), c'est-à-dire son entrée dans la sphère du libre-échange.

5-Online-course-Structuring-Values-in-Modern-China-The-Chinese-University-of-Hong-Kong-abroadship.org_.jpeg

Dans les intentions, il s'agissait d'une stratégie de conquête et d'élimination progressive du collectivisme chinois, accompagnée d'une campagne d'augmentation des investissements, de circulation de l'argent, d'exploitation de la production sans droits et d'excellents profits, d'ouverture des crédits et des marchés. Ce qui est arrivé à l'Occident, c'est comme les joueurs de cornemuse des montagnes: ils sont allés jouer et ont été joués. Le communisme n'a pas été vaincu, il est vivant et bien vert.

Avec une patience toute chinoise, pas à pas, les Chinois ont commencé à mettre le pied à l'Ouest et à faire leur chemin. De victimes désignées, ils se sont lentement imposés comme premiers acheteurs de produits essentiels à la production de base, ont occupé des marchés concurrentiels et acheté des titres de la dette des gouvernements occidentaux. Ils ont littéralement acheté l'Afrique au kilomètre carré et les matières premières qu'elle possède en son sol, dans ses ports et ses escales en Occident. Ils se sont assurés, grâce à l'aide et aux intérêts productifs et commerciaux, le contrôle politique de territoires que l'Occident supposait être son domaine exclusif. Ils s'apprêtent à monopoliser l'électricité et à profiter de l'économie verte sans même en respecter les règles.

Avec la technique chinoise des mille blessures (en chinois, lingchi), ils démolissent le colosse et s'imposent comme une puissance mondiale antagoniste de l'Occident et destinée à la suprématie. Le communisme, depuis le de profundis récité à tort et à travers, triomphe sans jamais être mort, mais n'a seulement été vulnérable que dans son expression soviétique. Aujourd'hui, mêlé au sentiment national, à l'amour patriotique et au libre marché dûment hétérodirigé par l'État, il a donné naissance à une sorte de facho-communisme gagnant.

Le principe d'identité et l'impérialisme russe, repoussé dans l'orbite chinoise par les choix politiques occidentaux, gagnent aussi. La Russie suit son cours et renaît à l'ombre du bloc de l'Est, rendant contre-productif le siège de l'OTAN à ses frontières. Nous nous sommes empêtrés dans une guerre qui était le résultat d'une revanche historique et de provocations récentes dans l'espoir que l'économie spéculative des banques et de la finance en tirerait profit et que la Russie, en tant qu'agresseur, serait affaiblie.

ffd99c203c8ad92e5263043385d339e0.jpg

En réalité, l'Occident s'est enlisé dans un bourbier que la ruse millénaire de l'Orient a aussi fait croître. Il s'est retrouvé plongé dans la Troisième Guerre mondiale polycentrique, où la Chine - jusqu'à présent indirectement - frappe par segments, par petits points générant de la douleur. Les États-Unis et l'Occident se voient minés dans des positions, des marchés, des zones d'influence tandis que la République populaire de Chine occupe des espaces économiques et des positions stratégiques. L'Union européenne joue son rôle de serviteur obtus des Etats-Unis et entraîne ses pays membres dans le tourbillon.

Toute tragédie a son côté comique. Alors que l'échec de l'économie spéculative se déroule sous nos yeux et que la Chine triomphe et se développe à nos dépens, l'un des meneurs du jeu (européen), Mario Draghi, ne craint pas le ridicule et déclare que grâce à ces choix, la richesse et le bien-être du monde ont augmenté. L'exemple, dit-il, ce sont les 800 millions de Chinois qui ont considérablement augmenté leur niveau de vie.

"Oh, bravo !", s'exclame-t-on. Les succès chinois aux dépens de l'Occident seraient la preuve de la réussite des choix occidentaux de soumettre la Chine. Ici, on ne sait pas s'il faut faire preuve d'ironie ou reprendre le slogan de Grillo ou le prix de Giachetti. On se contente de dire que "la mauvaise volonté n'a jamais été de trop". Et comme le rappelle un proverbe de ma ville natale, mais connu partout, "a l'òcio ingordo gli schiantò il collo".

samedi, 30 mars 2024

Guerres statistiques et attractivité de la Chine en matière d'investissement

cq5dam.chinastat0.9999.jpeg

Guerres statistiques et attractivité de la Chine en matière d'investissement

Konstantin Batanov

Source: https://www.geopolitika.ru/article/statisticheskie-voyny-i-investicionnaya-privlekatelnost-kitaya

Le 18 février 2024, l'Administration nationale des changes de Chine a publié un rapport sur la balance des paiements pour 2023. Sur la base des données fournies dans ce rapport, les médias occidentaux, en particulier le Wall Street Journal, Newsweek et d'autres, ont fait état de la sortie de capitaux étrangers de Chine.

Ils ont indiqué que les engagements de la Chine en matière d'investissements étrangers pour 2023 s'élevaient à 33 milliards de dollars, soit 80 % de moins qu'en 2022 et 90 % de moins qu'en 2021.

Cette information a suscité une vive réaction dans le monde entier: les analystes occidentaux ont commencé à déclarer que la Chine perdait son attrait pour les investisseurs étrangers en raison de facteurs économiques. Certains sont arrivés à la conclusion que cette situation résultait des conséquences de la guerre commerciale et de la complication générale des relations avec les États-Unis.

D'une manière générale, il faut dire qu'au cours des dix dernières années, les analystes occidentaux ont régulièrement évoqué le thème de l'effondrement économique de la Chine: ils font des prévisions sombres et prédisent même parfois à la Chine le sort de l'URSS.

2022xi0528_DE_EU.jpg

Les experts chinois et certains experts étrangers ont commencé à expliquer qu'en fait la situation n'est pas critique: selon le ministère chinois du commerce, l'utilisation réelle de capitaux étrangers par la Chine en 2023 s'élevait à 1133,9 milliards de yuans, soit 8% de moins qu'en 2022. Si vous le comptez en dollars, il s'agit de 163,3 milliards de dollars américains, et la baisse est alors de 13,7%.

Cependant, il est noté que tandis que 53.766 nouvelles entreprises d'investissement direct étranger ont été établies au cours de l'année dernière, ce qui est 39,7% de plus qu'en 2022.

Les pays qui participent à l'initiative "Une ceinture, une route" ont investi 122,1 milliards de yuans (en baisse de 11,4%) ou 17,6 milliards de dollars américains (en baisse de 16,7%) en Chine. Le nombre de nouvelles entreprises impliquant leur investissement a atteint 13.649, en hausse de 82,7%.

Dans le même temps, les investissements réels en Chine de la France (+ 84%), du Royaume-Uni (+ 81%), des Pays-Bas (+ 31,5%), de la Suisse (+ 21,4%) et de l'Australie (+ 17,1%) ont augmenté en 2023. Les investissements directs de l'Allemagne en Chine ont augmenté de 4,3% pour atteindre 11,9 milliards d'euros, un record dans les relations sino-allemandes.

20210320_cna1280.jpg

Les experts chinois expliquent que le rapport sur la balance des paiements de la State Administration of Foreign Exchange of China faisait référence aux engagements d'investissements étrangers, et non à l'utilisation réelle des capitaux étrangers. L'utilisation effective se réfère aux projets réels, tandis que les engagements en matière d'investissements étrangers se réfèrent aux investissements en actions (y compris les nouveaux investissements en actions et le réinvestissement des bénéfices) et à la dette des filiales (c'est-à-dire les prêts accordés par les actionnaires étrangers des entreprises à investissements étrangers). Les organisations utilisent des termes différents pour mesurer l'activité et l'attractivité des investissements, en fonction de leurs objectifs.

Par exemple, le Fonds monétaire international a tendance à utiliser les "engagements d'investissement étranger", tandis que la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) utilise "l'utilisation effective des capitaux étrangers". Les engagements en matière d'investissements étrangers sont un concept plus complexe et sont influencés par une série de facteurs, notamment les modifications des taux d'intérêt par la Réserve fédérale américaine.

Cela dit, la situation économique globale de la Chine n'est pas mauvaise. Le 29 février, le Bureau national des statistiques de la République populaire de Chine a publié un rapport sur le développement économique et social pour 2023, selon lequel le PIB s'élevait à 126058,2 milliards de yuans, soit une hausse de 5,2% en glissement annuel. Le PIB par habitant a augmenté de 5,4% pour atteindre 89.358 yuans.

Le taux de croissance économique de la Chine est nettement plus élevé que celui des États-Unis (2,5%), de l'Union européenne (0,5%) et du Japon (1,9%).

En d'autres termes, l'application de méthodes statistiques différentes conduit à des résultats différents en matière d'évaluation de l'attractivité des investissements.

Cependant, la Chine, en raison de sa forte intégration dans l'économie mondiale, ne peut pas abandonner les méthodes qui, selon les spécialistes chinois, donnent une image erronée de l'économie du pays.

Si nous considérons la situation non pas du point de vue des statistiques, mais sur la base de la pratique quotidienne, nous pouvons supposer que si la situation de l'économie chinoise était vraiment si mauvaise que les investisseurs étrangers retireraient la majeure partie de leurs investissements, il est très probable que nous le verrions dans la vie de tous les jours, car la Chine est le plus grand pays manufacturier du monde, et si la position de la Chine dans l'économie mondiale est fortement ébranlée, ce serait une catastrophe qui affecterait le monde entier.

On peut donc conclure que l'environnement commercial et macroéconomique de la Chine reste au même niveau. Dans le même temps, l'une des caractéristiques de ces dernières années est la libéralisation dans le domaine de l'attraction des investissements étrangers - les exigences concernant l'enregistrement des sociétés à capitaux étrangers, leur dotation en capital social, le remboursement de certaines taxes et l'amélioration générale du régime fiscal sont en train d'être assouplies.

20200815_cna1280.jpg

En août 2023, le Conseil d'État de la République populaire de Chine (un analogue du gouvernement) a publié des "Propositions sur la poursuite de l'optimisation des conditions de l'investissement étranger et le renforcement de la dynamique d'attraction de l'investissement étranger", qui comprennent 59 mesures.

Sur la base des informations ci-dessus, plusieurs conclusions peuvent être tirées.

Premièrement, les pays occidentaux mènent une guerre de l'information contre la Chine dans divers domaines, en essayant de détériorer son image, y compris dans le système des relations économiques internationales.

Deuxièmement, ces efforts ont peut-être un effet positif pour les sociétés transnationales, mais dans le contexte d'une diminution du montant total des investissements, on observe en fait une augmentation du nombre de projets, ce qui signifie que le nombre de participants à la coopération de la part des petites et moyennes entreprises, en particulier de la part des pays occidentaux, est en augmentation.

Troisièmement, les autorités chinoises s'efforcent de rendre les conditions plus confortables pour les entrepreneurs étrangers qui font des affaires en Chine. Par conséquent, il est conseillé aux participants russes à la coopération avec la Chine de profiter de cette opportunité pour une interaction plus étroite avec le consommateur final chinois (dans le cas des exportations vers la Chine) ou un environnement commercial favorable (lorsqu'il s'agit de la fabrication et de l'approvisionnement en Chine).

18:10 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : économie, chine, actualité, asie, affaires asiatiques | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 05 mars 2024

Discours de Zhang Weiwei au Forum sur la multipolarité à Moscou, 26 février 2024

phpCKjSo3.jpg

Discours de Zhang Weiwei au Forum sur la multipolarité à Moscou, 26 février 2024

Zhang Weiwei

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/speech-zhang-weiwei-multipolarity-forum-moscow-26-february-2024?fbclid=IwAR3wmsiFt3sl0kVVcDJ4cHczfQ4O2_lVcS6eTnBrGHgtHdNc-ojnGzP26lk

C'est un grand plaisir pour moi de prendre la parole au Forum sur la multipolarité. Pourquoi la "multipolarité" est-elle si importante? Parce que son opposée, l'unipolarité, est immorale, injuste et dépassée. Dans le cadre de l'unipolarité, pratiquement tout, des dollars au commerce en passant par les technologies et le changement climatique, peut être militarisé, et les sanctions, les missiles et les révolutions de couleur sont la norme et sont utilisés régulièrement à volonté, provoquant des guerres, des ravages et des souffrances humaines indicibles pour des millions et des millions de personnes, et cet ordre doit être changé et le sera.

Avec la montée en puissance de la Chine, de la Russie, des BRICS en expansion et d'autres membres du Sud, un ordre mondial multipolaire est en train d'émerger rapidement. Dans le cas de la Chine, après sept décennies de construction socialiste, le pays est devenu, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, la plus grande économie du monde (en parité de pouvoir d'achat depuis 2014), la plus grande nation industrielle, manufacturière et commerciale, et le plus grand marché de consommation du monde. Après avoir accompli presque une révolution industrielle par décennie depuis le début des années 1980, la Chine est aujourd'hui à l'avant-garde de la quatrième révolution industrielle (avec le big data, l'IA et les technologies quantiques, etc.) et est désormais le seul pays capable de fournir au monde entier des biens, des services et de l'expérience issus des quatre révolutions industrielles. Tout cela a changé la Chine et le paysage mondial pour toujours.

GettyImages_China_semiconductor_chip.jpg

C'est dans ce contexte que la Chine a lancé l'initiative "la Ceinture et la Route", il y a 11 ans, avec plus de 150 pays participant à des milliers de projets basés sur l'idée chinoise de "discuter ensemble, construire ensemble, bénéficier ensemble", et la BRI est maintenant devenue le plus grand bien commun et la plus grande plateforme de coopération internationale dans l'histoire de l'humanité. Elle jette de bonnes bases pour l'ordre mondial multipolaire émergent.

En tant que pôle indépendant à part entière, la Chine est également un État civilisationnel, doté d'une souveraineté totale, d'une puissante capacité de défense et d'un immense pouvoir économique, technologique, culturel et intellectuel. Nous croyons en la devise "s'unir et prospérer" plutôt qu'en la croyance occidentale "diviser pour régner". Nous embrassons "un avenir commun pour l'humanité", contrairement à l'Amérique qui dit "si vous n'êtes pas à la table, vous serez au menu".

De même, malgré les controverses sur le conflit ukrainien, l'objectif déterminé de la Russie et sa volonté de changer l'ordre mondial unipolaire sont largement appréciés et soutenus par la majorité mondiale. Il est donc vrai que la Russie est isolée par l'Occident, mais il est également vrai que l'Occident est isolé par le reste. Ce seul fait montre que la Russie est également un pôle indépendant à part entière, doté d'une souveraineté totale, d'une puissante puissance militaire, du poids économique et de la force culturelle et intellectuelle d'un État civilisationnel.

08weiwei.jpg

De nombreux nouveaux pôles sont apparus, non seulement la Chine et la Russie, mais aussi l'Inde, le Brésil, l'Iran, la Turquie, ainsi que les membres en expansion des BRICS et du Sud global, et ils peuvent avoir des différences internes, mais ils partagent tous un objectif commun: établir un ordre mondial multiple fondé sur la paix, le développement, la justice, le respect mutuel et la prospérité commune. Nombre d'entre eux se considèrent également comme des États ou des communautés civilisationnels. Si l'unipolarité des États-Unis est étayée par leur "État profond", qui fait tant de mal au monde entier, les États civilisationnels sont connus pour leurs cultures "profondes" et leurs peuples "profonds", et ils chérissent tous leurs normes morales et leurs racines civilisationnelles et rejettent catégoriquement les leçons de morale de l'Occident qui entend imposer sa volonté envers et contre toute posture de bon sens.

Le responsable de la politique étrangère de l'UE, M. Josep Borrel, a admis il y a peu que "presque tout le monde (dans le monde non occidental) pense maintenant qu'il existe des alternatives crédibles à l'Occident, non seulement sur le plan économique, mais aussi sur le plan technologique, militaire et idéologique". C'est vrai, et grâce à l'immense poids matériel ou "hard power" et à l'énorme pouvoir intellectuel ou "soft power" de la majorité mondiale, cette évolution vers un ordre mondial multipolaire est devenue une tendance irrésistible de l'histoire. Célébrons-la et promouvons-la davantage pour un monde meilleur et plus humain à l'avenir.

Enfin, permettez-moi d'exprimer à nouveau, au nom de tous les participants chinois, nos sincères remerciements à notre hôte russe pour l'organisation de ce grand forum et pour sa gracieuse hospitalité. Nous souhaitons à ce forum un grand succès.

19:52 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, chine, zhang weiwei, multipolarité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 14 février 2024

Provoquons la Chine !

e1772e37613e09832611ca58e5c6bd3e.jpg

Provoquons la Chine !

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/02/08/hei-provosoidaan-kiinaa/

La chaîne de télévision taïwanaise TVBS rapporte que des bérets verts américains, destinés à former l'armée taïwanaise, vont être stationnés sur l'île de Kinmen, juste à côté de la ville portuaire chinoise de Xiamen. La patience est une vertu chinoise, mais je me demande combien de temps Pékin va rester les bras croisés face à ce genre de situation.

39451378694_79c8915ddb_b.jpg

Cela va-t-il provoquer une nouvelle crise dans le détroit de Taïwan, comme celle d'août 1958 ? À cette occasion, l'armée de la République populaire de Chine avait répondu au renforcement militaire de Taïwan par un violent barrage d'artillerie sur l'île de Kinmen, qui avait duré treize jours.

La Chine dirigée par Mao a également testé les États-Unis et a continué à tirer sur l'île de Kinmen les jours impairs jusqu'en 1979, les Taïwanais répondant les jours pairs. Après cet épisode, les États-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques avec Taïwan et les ont établies avec la Chine continentale.

Washington reconnaît toujours formellement la politique de la "Chine unique", mais continue de fournir des armes au régime rebelle de Taipei et de maintenir le contact avec cette province, qui est devenue une tête de pont pour l'Occident. Par une provocation constante, Pékin cherche apparemment à provoquer une première frappe afin de faire passer la République populaire pour un agresseur agressif.

L'ascension économique et politique de la Chine sous la direction de Xi Jinping, qui critique l'Occident, a été accueillie avec inquiétude en Occident. Washington a parlé d'un "choc des civilisations" et a pris des mesures énergiques pour arrêter la Chine. La guerre commerciale, la course à la technologie et la mise à contribution des scientifiques chinois dans la guerre de l'information menée par l'Occident en sont de sinistres exemples.

La Finlande officielle veut elle aussi "montrer la couleur" et a commencé à critiquer la Chine par l'intermédiaire de ses hommes politiques. Depuis longtemps, des articles négatifs sont publiés dans les journaux et des "documentaires" négatifs sur la Chine sont diffusés à la télévision, de même que des programmes d'actualité qui traitent de la "rupture avec la Chine".

Ce changement d'attitude se reflète également sur le plan culturel. Depuis 2007, Helsinki n'accueille plus d'événement lié au Nouvel An chinois, la situation a donc changé récemment. La Helsinki Events Foundation a annoncé qu'elle n'organiserait plus de célébrations du Nouvel An chinois, la ville ressentant le besoin de "renouveler son portefeuille d'événements".

L'image de l'ennemi de l'Occident de l'OTAN n'y est-elle pas pour quelque chose, la Chine étant le premier "rival stratégique" des États-Unis ? La Finlande, qui est en train de s'auto-détruire, a déjà été un élève modèle embarrassant dans l'UE, avec l'adhésion à l'OTAN et l'accord DCA cherchant à briller dans la promotion des intérêts de la politique étrangère et économique des États-Unis. Avec la Russie, les relations ont déjà été rompues, c'est maintenant au tour de la Chine.

20:50 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, chine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 13 février 2024

Le piège américain à Taïwan

flag_TW.jpg

Le piège américain à Taïwan

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/02/13/amerikkalainen-ansa-taiwanissa/

L'ancien ambassadeur de Chine aux États-Unis, Cui Tiankai, a participé à une table ronde sur les perspectives géopolitiques au sein du groupe de réflexion Asia Society Policy Institute à Washington à la fin du mois de janvier.

Il a soulevé la question du statut de Taïwan et du projet américain pour l'île, déclarant que "quelqu'un" essayait de déclencher une guerre dans le détroit de Taïwan. "Nous ne voulons vraiment pas d'une situation où les Chinois s'entretuent", a déclaré M. Cui.

Cui a été le plus ancien ambassadeur de Chine aux États-Unis depuis que les deux pays ont établi des relations diplomatiques en 1979. Il a occupé ce poste pendant huit ans avant de le quitter en 2021.

"M. Cui, qui est aujourd'hui conseiller auprès de l'Institut chinois de politique étrangère, a déclaré lors d'une table ronde que les pays de l'Asie-Pacifique devraient empêcher les tensions dans la région d'atteindre les niveaux de la guerre froide, faute de quoi la région serait confrontée à une "décennie dangereuse".

Il a conclu en mentionnant Taïwan qui, selon le fonctionnaire chinois, s'unira tôt ou tard à sa mère patrie d'une manière qui "servira au mieux les intérêts nationaux de la Chine dans son ensemble".

Taïwan est l'une des plus grandes sources de tension entre Pékin et Washington - la "question la plus sensible" dans les relations entre les deux pays, comme l'a dit le président Xi Jinping à son homologue Joe Biden lors de leur sommet en novembre.

Le 17 août 1982, Pékin et Washington ont annoncé dans un communiqué que les États-Unis chercheraient à réduire progressivement les ventes d'armes à Taïwan. Même cette déclaration formelle avec la Chine n'a pas été respectée et, depuis lors, le flux d'armes vers l'île n'a fait qu'augmenter de façon spectaculaire.

Les États-Unis cherchent à provoquer la Chine par tous les moyens possibles afin de causer des problèmes politiques à leur rivale. La dernière initiative en date est l'envoi par les États-Unis de leurs forces spéciales pour former l'armée taïwanaise à Kinmen et Matsu, deux groupes d'îles situées juste au large du continent chinois.

L'objectif final est probablement une guerre par procuration, similaire à celle qui ravage l'Ukraine : tenter d'amener la Chine à envahir la province rebelle de Taïwan, puis se battre avec le soutien de l'Occident "jusqu'au dernier Taïwanais".

Cette guerre serait un bon prétexte pour confisquer les réserves de dollars de la Chine, annuler la dette américaine envers la Chine et imposer des sanctions à la Chine afin d'en faire un État paria rejeté par le reste du monde (comme dans le cas de la Russie, une politique de sanctions ne réussirait probablement qu'à détruire les relations de la Chine avec l'Occident).

Le commentaire de Cui Tianka au think tank américain est important, car c'est probablement la première fois qu'un officiel chinois dit tout haut que le plan de guerre contre Taïwan est un piège américain destiné à faire tomber la Chine.