Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 19 janvier 2022

Asie du Sud et de l'Est : tendances et perspectives pour 2022

carte-asie-sud-est_1024x1024.gif

Asie du Sud et de l'Est : tendances et perspectives pour 2022

par l'équipe de Katehon.com

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/yugo-vostochnaya-aziya-tendencii-i-prognoz-na-2022-g

En 2021, le Rimland d'Asie a connu des processus actifs directement liés à la géopolitique mondiale. La Chine étant un pôle nouveau et activement émergent du futur ordre mondial, de nombreux événements étaient directement ou indirectement liés à ce pays. Le découplage, c'est-à-dire la rupture des liens économiques et politiques, a été clairement visible dans les relations avec les États-Unis. Les revendications de souveraineté en mer de Chine méridionale ainsi que la tentative d'unification avec Taïwan (que Pékin considère comme son territoire) ont encouragé les États-Unis et leurs satellites dans la région à intensifier leur coopération et à former ouvertement une coalition anti-chinoise. Le 24 septembre 2021, la première réunion en face à face du dialogue de sécurité quadrilatéral (États-Unis, Japon, Inde et Australie) s'est tenue à Washington et une nouvelle alliance (Australie, Royaume-Uni, États-Unis) a été formée - toutes deux dirigées contre la Chine. "Le Quatuor (Quad) a été créé il y a relativement longtemps - en 2007 - mais jusqu'à récemment, il était peu actif. Ce n'est qu'en 2020 que l'alliance a été relancée et que de nouvelles réunions et de nouveaux accords ont été prévus.

Certains médias ont décrit le Quad comme rien de moins qu'une "OTAN asiatique", bien que cette caractérisation soit plutôt exagérée. De toute évidence, le principal moteur de l'alliance est les États-Unis, qui exploitent habilement les craintes des autres membres à l'égard de la Chine. Mais si l'accord AUKUS est ajouté à ce quatuor, avec la présence du Pentagone dans l'Indo-Pacifique et un certain nombre d'accords bilatéraux, cela ressemble à un pilier supplémentaire pour renforcer la position de l'atlantisme. Et dans un tel format, le Quad sape la sécurité dans la région et la confiance entre les pays qui la composent.

maxresussrhrdefault.jpg

En janvier 2021, l'USS Theodore Roosevelt, un groupe d'attaque centré sur un porte-avions, est entré dans la mer de Chine méridionale pour des opérations de routine, notamment des exercices navals et un entraînement tactique coordonné entre les unités de surface et aériennes.

La nouvelle loi chinoise sur les garde-côtes, qui est entrée en vigueur le 1er février, a été qualifiée par les experts occidentaux et les représentants des pays qui ont des différends territoriaux avec Pékin d'escalade inquiétante des conflits en mer de Chine méridionale.

Les tensions militaires dans la région du Pacifique autour de Taïwan, de Hong Kong et de la mer de Chine méridionale se sont intensifiées à la mi-2021. Les États-Unis ont lancé une série d'exercices dans la région. Les manœuvres, orchestrées par ce fer de lance du Pacifique, se sont déroulées à Guam et dans les îles Mariannes du Nord, avec une démonstration d'une impressionnante puissance aérienne, terrestre et maritime. Il y a également eu un exercice conjoint de deux ans en Australie, appelé Talisman Saber, auquel ont participé 17.000 soldats des États-Unis et de pays alliés.

maxrmtsesdefault.jpg

inmantalsadex.jpg

À la fin de l'année, il était clair que Washington tentait d'inciter ses alliés et partenaires dans la région - Australie, Nouvelle-Zélande, Japon et Corée du Sud - à élaborer une stratégie commune pour contrer la Chine.

Chine

Le sommet du PCC et le plénum du comité central du PCC sont deux événements importants de la politique intérieure chinoise.

Le 6 juillet 2021, un sommet du Parti communiste chinois a été organisé. Lors de ce sommet ouvert du PCC, le 6 juillet, le président chinois Xi Jinping a affirmé la nécessité de s'opposer à une politique de force et d'unilatéralisme dans le monde, et de combattre l'hégémonisme et l'abus de pouvoir politique. "Alors que le monde est entré dans une période de grandes turbulences et de changements, l'humanité est confrontée à divers risques. L'étroite interaction sino-russe constitue un exemple à suivre et un modèle pour l'élaboration d'un nouveau type de relations internationales. Nous apprécions cela", a déclaré Xi Jinping.

Le 6e plénum du 19e Comité central du Parti communiste chinois s'est tenu à Pékin du 8 au 11 novembre 2021.

Selon le communiqué du plénum, le Parti a défini le rôle du camarade Xi Jinping en tant que noyau dirigeant du Comité central du PCC et de l'ensemble du Parti, et a affirmé le rôle directeur des idées de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises dans la nouvelle ère.

En politique étrangère, il y a tout d'abord le découplage avec les États-Unis, qui s'intensifie en raison des changements du modèle économique chinois ainsi que de la perception différente de l'ordre mondial par la RPC et les États-Unis. Tant que les États-Unis suppriment les droits de douane supplémentaires sur les produits chinois, les prix des produits manufacturés, fabriqués en Chine, se situent dans une fourchette de prix moyenne, mais peuvent également baisser de manière significative, ce qui ralentit l'inflation. Toutefois, les États-Unis restent une superpuissance et ne peuvent donc pas éliminer les droits de douane de manière unilatérale.

imachusages.jpgDans le cas où l'administration Biden lève les droits de douane supplémentaires sans aucune condition pour la Chine, on peut considérer que Biden a capitulé devant la Chine. Le gouvernement américain exige donc que la Chine augmente ses achats de biens en provenance des États-Unis et mette en œuvre la première phase de l'accord commercial.

Sinon, l'administration actuelle de Biden aura à cœur de poursuivre les politiques de Trump. En d'autres termes, les États-Unis menacent la Chine. Si la Chine n'augmente pas ses achats de biens aux États-Unis conformément à l'accord, les États-Unis continueront à déclencher la guerre commerciale qui a débuté en 2015. Toutefois, si la Chine augmente ses achats de produits en provenance des États-Unis conformément à l'accord, les États-Unis lèveront les droits de douane déjà imposés sur certains produits chinois.

Les États-Unis utilisent également des tactiques de "propagation de rumeurs" contre la Chine. Il a été signalé publiquement et à plusieurs reprises que la Chine a restreint la production et l'exportation de matériel, produisant des équipements et des dispositifs médicaux de qualité inférieure. Cela a accru la méfiance à l'égard de la chaîne de fabrication chinoise dans de nombreux pays du monde, entraînant une "dé-sinisation de la chaîne de fabrication".

La Chine a également été blâmée pour la chaîne d'approvisionnement "hégémonique" des produits médicaux et de l'industrie automobile chinois, qui serait à l'origine de dommages sanitaires. Le 9 avril 2021, le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, a exhorté toutes les entreprises américaines à quitter la Chine et à revenir aux États-Unis, proposant de "compléter" les entreprises pour leur retour dans leur pays d'origine.

Les États-Unis ont lancé une alliance de partenariat appelée Economic Prosperity Network, dont on parle depuis avant Trump. Il encourage la réorganisation des chaînes d'approvisionnement chinoises dans des domaines clés, tels que les infrastructures, etc., dans le but de se débarrasser complètement de la dépendance chinoise. Avec le soutien des États-Unis, le Japon a alloué 2,3 milliards de dollars américains et 108.000 milliards de yens (environ 989 milliards de dollars américains) pour financer des entreprises qui transfèrent des lignes de production de la Chine vers le Japon ou vers d'autres pays.

Cette année 2021 marque exactement les 20 ans de la signature du Traité de bon voisinage, d'amitié et de coopération entre la Fédération de Russie et la République populaire de Chine par Vladimir Poutine et Jiang Zemin à Moscou le 16 juillet 2001 (photo).  Aujourd'hui encore, la coopération avec la Chine joue un rôle clé dans la politique étrangère de la Russie. De nombreux analystes et politiciens nationaux présentent la Chine comme un allié géopolitique important.

Vladimir_Putin_16_July_2001-4.jpg

Lors d'une réunion en ligne entre les deux chefs d'État, Vladimir Poutine a souligné l'importance de la coopération conjointe : "Dans un contexte de turbulences géopolitiques croissantes, de rupture des accords de contrôle des armements et d'augmentation du potentiel de conflit dans diverses régions du monde, la coordination russo-chinoise joue un rôle stabilisateur dans les affaires mondiales. Y compris sur des questions urgentes de l'agenda international telles que la résolution de la situation dans la péninsule coréenne, en Syrie, en Afghanistan, et le renouvellement du plan d'action conjoint sur le programme nucléaire iranien".

Bien qu'il n'y ait pas de croissance particulière du commerce entre la Chine et la Russie. Et ce, malgré le nombre important de projets conjoints sino-russes dans le domaine de la sécurité énergétique, de la coopération dans le cadre de l'initiative "Une ceinture, une route", au sein de l'OCS, de la lutte conjointe contre le terrorisme, etc.

The-China-Laos-railway-in-a-regional-context.png

Dans le voisinage immédiat, la Chine a continué à mettre en œuvre des projets d'infrastructure. Au Laos, par exemple, la construction d'une voie ferrée à grande vitesse de 420 km de long, dirigée par la Chine, a été achevée. Les travaux ont commencé en 2016 pour relier la ville de Kunming, dans le sud de la Chine, à la capitale laotienne de Vientiane. Tout cela fait partie de la vision plus large de Pékin concernant un éventuel chemin de fer panasiatique qui s'étendrait au sud jusqu'à Singapour. En tant que projet central de l'initiative "Ceinture et Route", la route fait également partie de la vision stratégique du Laos, qui souhaite passer d'un pays enclavé à un pays "relié à la terre" et combler le fossé de développement dicté par le fait que le Laos est un pays montagneux intérieur.

Il existe une dépendance à l'égard de la Chine dans un contexte d'endettement croissant, mais Vientiane entend rattraper des décennies de développement rapide dans la région. Un autre projet, la construction du port sec de Thanaleng (TDP) et du parc logistique de Vientiane (VLP), est un exemple de la manière dont la dépendance excessive du Laos vis-à-vis de la Chine peut être réduite. Approuvé par une résolution de la Commission économique et sociale des Nations unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) en 2013, le projet est financé principalement par des sponsors privés et vise à relier le Laos aux routes commerciales maritimes. 

Inde

En 2021, l'Inde tente de manœuvrer entre les grands centres géopolitiques, comme auparavant, tout en essayant d'asseoir sa propre influence. Les problèmes de coronavirus freinent l'économie indienne.

Dans le même temps, la victoire des talibans (interdits en Russie) en Afghanistan a obligé New Delhi à modifier ses plans pour l'Asie centrale et l'endiguement du Pakistan. Tout le personnel diplomatique indien et les membres de leurs familles ont été évacués d'Afghanistan, qui avait auparavant été utilisé comme une plateforme pour étendre son influence, y compris dans les périphéries pakistanaises du Baloutchistan et des territoires majoritairement pachtounes.

En février 2021, le différend territorial avec la Chine dans la région montagneuse du Ladakh, où un conflit armé avait eu lieu la veille, a été temporairement résolu. Cependant, les deux parties ont continué à renforcer leur présence militaire à la frontière. À l'automne, un affrontement a eu lieu entre des patrouilles frontalières dans le secteur de Tawang, en Arunachal Pradesh. Le 12 janvier 2022, une nouvelle série de pourparlers a eu lieu entre les commandants de corps d'armée des forces armées indiennes et l'Armée populaire de libération de la Chine. Les tensions devraient se poursuivre tout au long de l'année 2022.

1082661338_0 0 3072 2048_1920x0_80_0_0_0ba93dfcec33df3b263db028dadf47de.jpg

Dans le cadre de la stratégie indo-pacifique, les États-Unis ont continué à attirer l'Inde dans leur sphère d'influence. En septembre 2021, les forces aériennes américaines et indiennes ont signé un nouvel accord de coopération pour développer des véhicules aériens sans pilote. L'objectif de cette collaboration est de "concevoir, développer, démontrer, tester et évaluer des technologies, y compris des équipements physiques tels que des petits véhicules aériens sans pilote, des systèmes d'avionique, d'alimentation de charge utile, de propulsion et de lancement, par le biais du prototypage, qui répondent aux exigences opérationnelles des forces aériennes indiennes et américaines". Le coût prévu de ce projet est de 22 millions de dollars, qui seront répartis à parts égales. Le Pentagone a déjà qualifié l'accord de "plus important de l'histoire" des relations entre les deux pays.

Kelly Seybolt, sous-secrétaire américain de l'armée de l'air pour les affaires internationales, a déclaré : "Les États-Unis et l'Inde partagent une vision commune d'une région indo-pacifique libre et ouverte. Cet accord de développement conjoint renforce encore le statut de l'Inde en tant que partenaire majeur en matière de défense et s'appuie sur notre solide coopération existante dans ce domaine."

Le nouvel accord a été signé sous l'égide de l'initiative américano-indienne en matière de technologie et de commerce de la défense, ou DDTI. Ce projet a débuté en 2012 et était l'un des projets favoris du sous-secrétaire à la défense de l'époque, Ash Carter. Lorsque Carter est devenu ministre en 2015, il a intensifié ses efforts. Ellen Lord, qui a dirigé les achats du Pentagone pour l'administration Trump, a également été un grand défenseur du renforcement des liens de développement avec l'Inde.

Selon le SIPRI, l'Inde était le deuxième plus grand importateur d'équipements militaires et de systèmes d'armes en 2020 et représentait environ 9,5 % de tous les achats d'armes mondiaux. En 2018, les expéditions en provenance des États-Unis ont représenté 12 % de cette part.

Pour changer ce rapport, sous Donald Trump, une exception a même été faite pour que l'Inde coopère avec la Russie. La même année, les responsables du ministère indien ont déclaré qu'ils allaient abandonner les systèmes de défense aérienne russes Pechora et investir un milliard de dollars dans leur équivalent américain, le NASAMS-II.

NASAMS-II.jpg

Et en septembre 2018, les États-Unis et l'Inde ont signé un accord de coopération militaire spécial, l'accord de compatibilité et de sécurité des communications (COMCASA). Il implique le partage de données, l'intensification des exercices conjoints et la fourniture par les États-Unis de types d'armes spécifiques à l'Inde. Bien sûr, l'accord visait également à établir un monopole par les États-Unis. En décembre 2018, l'Inde a inauguré le centre d'information conjoint maritime avec l'aide des États-Unis.

Il est déjà évident que cet accord dans le domaine du développement des forces aériennes entre les deux pays mettait en péril les liens russo-indiens en matière de technologie militaire et de fourniture d'armes. L'Inde aurait pu justifier cela par la nécessité de passer à des produits nationaux.  

A la fin de l'année, cependant, la Russie avait effectué une démarche en direction de l'Inde. La visite du président russe Vladimir Poutine en Inde le 6 décembre et les discussions parallèles dans le format 2+2 (ministres des affaires étrangères et de la défense des deux États) ont permis de renouveler plusieurs anciens traités et de signer de nouveaux accords. Alors que la coopération entre Moscou et New Delhi s'est ralentie ces dernières années, le nouveau paquet indique la volonté des deux parties de rattraper le temps perdu, tout en étendant considérablement l'ancien cadre.

Comme indiqué dans la déclaration conjointe sur la réunion, "les parties ont adopté une vision positive des relations multiformes entre l'Inde et la Russie, qui couvrent divers domaines de coopération, notamment la politique et la planification stratégique, l'économie, l'énergie, l'armée et la sécurité, la science et la technologie, la culture et l'interaction humanitaire.

Parmi les accords importants, il convient de mentionner le passage à des règlements mutuels en monnaie nationale, qui constitue une suite logique de la politique russe de sortie de la dépendance au dollar.

L'Inde a également invité la Russie dans le secteur de la défense. Auparavant, les retards dans la signature des contrats entre les parties ont été interprétés comme un désintérêt de New Delhi pour les armements russes et la crainte de sanctions américaines. Mais le sujet de la coopération militaro-technique est également présent dans le nouveau bloc d'accords. Il est révélateur qu'en dépit du programme indien de production de défense nationale, les entreprises russes ont également leur place dans ce secteur. L'expérience antérieure de la coopération entre l'Inde et Israël avait montré qu'une telle entrée sur le marché intérieur indien était possible.

India-needs-to-move-beyond-loyalty-to-Russia.jpg

Le Kremlin vise toutefois à trouver un format pratique et acceptable pour que la troïka Russie-Inde-Chine puisse coopérer activement à l'avenir. Il serait bon d'y associer le Pakistan, d'autant que les relations entre Islamabad et New Delhi s'améliorent : la veille, les deux parties ont commencé à s'accorder des visas pour le personnel diplomatique et ont opté pour une désescalade militaire.

Si l'on s'inquiète toujours de l'influence de l'Inde sur les États-Unis, notamment en ce qui concerne la stratégie indo-pacifique, Moscou doit être proactive et proposer elle-même de nouveaux formats d'engagement. En outre, il est nécessaire de surveiller les actions de Washington à cet égard. Jusqu'à présent, rien n'indique clairement qu'il y aura une forte influence sur New Delhi, mais dans le cadre de la politique anti-chinoise globale des États-Unis, ils tenteront de conserver leurs partenaires par le biais de diverses préférences et stratagèmes diplomatiques.

Pakistan

Le Pakistan a intensifié sa politique étrangère en 2021. À la suite du changement de régime en Afghanistan, le Pakistan a déployé des efforts considérables pour normaliser la situation et des responsables ont engagé des pourparlers avec les talibans. Les militaires, y compris l'Inter-Services Intelligence (ISI) du Pakistan, ont également participé au processus. Il est important pour le Pakistan d'établir des liens amicaux avec les talibans en tant que force légitime afin de pouvoir influencer la politique pachtoune dans son propre pays. Les talibans pakistanais agissant comme une organisation autonome et étant interdits au Pakistan, Islamabad doit disposer de garanties et d'un levier fiable sur ses zones frontalières peuplées de Pachtounes.

À la fin de l'année, Islamabad a accueilli une réunion de l'Organisation de la coopération islamique, qui a également porté sur un règlement afghan.

Mais la percée la plus importante a été faite dans la direction de la Russie.

Début avril 2021, Sergey Lavrov s'est rendu à Islamabad pour discuter d'un large éventail de coopération entre les deux pays, allant des questions militaires et techniques à la résolution de la situation dans l'Afghanistan voisin. Évidemment, ce voyage a précipité la signature d'un accord sur un gazoduc (l'autre sujet dans le domaine énergétique était l'atome pacifique). Un message du président russe Vladimir Poutine a également été transmis aux dirigeants pakistanais, indiquant qu'ils étaient prêts à "faire table rase" dans les relations bilatérales.

Le 28 mai, un accord bilatéral sur la construction du gazoduc Pakistan Stream a été signé à Moscou. Du côté russe, le document a été signé par le ministre russe de l'énergie Nikolay Shulginov et, du côté pakistanais, par l'ambassadeur Shafqat Ali Khan. 

Adnoc.jpg

L'accord est en préparation depuis 2015 sous le nom initial de gazoduc Nord-Sud et revêt une grande importance géopolitique pour les deux pays.

Le nouveau pipeline aura une longueur de 1 100 kilomètres. La capacité sera de 12,3 milliards de mètres cubes par an. Le coût est estimé à 2,5 milliards de dollars. Le gazoduc reliera les terminaux de gaz naturel liquéfié de Karachi et de Gwadar, dans les ports du sud du Pakistan, aux centrales électriques et aux installations industrielles du nord. Initialement, la Russie devait détenir une participation de 51 % et l'exploiter pendant 25 ans. Mais les sanctions occidentales ont bouleversé ces plans. La participation russe sera désormais de 26 %. Mais la partie russe aura un droit de regard décisif sur le choix des contractants, sur la conception, l'ingénierie, les fournitures et la construction.

Le Pakistan a encore deux projets potentiels, le gazoduc iranien, qui n'a pas encore été construit, et le gazoduc Turkmenistan-Afghanistan-Pakistan-Inde (TAPI), qui a fait l'objet d'une grande publicité mais n'a jamais été mis en service. Ce dernier projet a été gelé en raison de la situation instable en Afghanistan. Par conséquent, le Pakistan Stream est le plus prometteur en termes d'attente d'un retour immédiat une fois sa construction achevée.

Pour la Russie, la participation au projet procure un certain nombre d'avantages directs et indirects.

Premièrement, la participation même de la Russie au projet vise à obtenir certains dividendes.

Deuxièmement, la participation de la Russie doit également être considérée sous l'angle de la politique d'image.

Troisièmement, la Russie équilibrera la présence excessive de la Chine au Pakistan, car Pékin est le principal donateur et participant à ces projets d'infrastructure depuis de nombreuses années.

Quatrièmement, la Russie ferait mieux d'explorer les possibilités du corridor économique Chine-Pakistan pour y participer et l'utiliser comme une porte maritime méridionale pour l'UEE (le port en eau profonde de Gwadar). Le gazoduc Pakistan Stream suivrait essentiellement le même itinéraire.

Cinquièmement, étant donné les réserves de gaz naturel au Pakistan même (province du Baloutchistan), la Russie, qui s'est révélée être un partenaire fiable disposant de l'expertise technique nécessaire, pourra, dans un certain temps, participer au développement des champs de gaz nationaux également.

Sixièmement, la présence de la Russie facilitera automatiquement la participation à d'autres projets bilatéraux - avec l'économie dynamique et la croissance démographique du Pakistan, elle élargit les options en matière de commerce, d'industrie et d'affaires.

Septièmement, notre présence renforce la tendance à la multipolarité, en particulier dans une situation où l'Inde suit les États-Unis et s'engage dans divers projets suspects et déstabilisants de type quadrilatéral (comme l'a mentionné le ministre russe des affaires étrangères Sergey Lavrov).

L'amélioration et le développement des contacts avec ce pays sont importants pour la Russie en raison de sa position géostratégique. Tant dans le cadre de l'intégration eurasienne actuelle, y compris en liaison avec l'initiative chinoise "Une ceinture, une route", que dans le cadre de l'intégration continentale à venir. 

russia_pakistan.jpg

En 2022, il y a des chances que les relations Pakistan-Russie se développent davantage. La coopération avec la Chine et les autres grands partenaires du Pakistan, la Turquie et l'Arabie saoudite, se poursuivra également.

Japon

En 2021, le Japon a continué à approfondir sa coopération avec les États-Unis en matière de défense et d'économie. Un accord a été conclu selon lequel les coûts d'entretien des bases américaines seront partiellement couverts par le budget du Japon.

À la mi-juillet 2021, le ministère japonais de la défense a publié un livre blanc, qui a suscité l'attention des responsables et des experts des pays voisins ainsi que des États-Unis. Un certain nombre de caractéristiques de ce document indiquent la dynamique de changement dans la planification politico-militaire de cette nation, indiquant que, tout en incitant Washington et en s'engageant dans des projets régionaux tels que le dialogue quadrilatéral sur la sécurité, le Japon reste un satellite fidèle des États-Unis, mettant l'accent sur des préoccupations identiques.

D'après l'introduction du Livre blanc, il semble que le Japon ait désormais deux menaces principales - la Chine et la Corée du Nord.

C'est la première fois que le ministère japonais de la défense supprime Taïwan de la carte de la Chine. Les années précédentes, le livre blanc regroupait Taïwan et la Chine dans un même chapitre et sur une même carte, ce qui suscitait des critiques de la part des Taïwanais vivant au Japon. Toutefois, la dernière version souligne la distinction entre les deux, ce qui indique un changement de politique de la part du ministre japonais de la Défense, Nobuo Kishi.

Le document souligne que "la stabilisation de la situation autour de Taïwan est importante pour la sécurité du Japon et la stabilité de la communauté internationale." Le document ajoute : "Il est donc plus que jamais nécessaire que nous accordions une attention particulière à la situation à l'approche de la crise."

Japan-special-forces.jpg

En ce qui concerne les secteurs préoccupants, les préoccupations du Japon sont les suivantes :

- la défense d'îles éloignées ;

- organiser une réponse efficace à d'éventuelles attaques de missiles ;

- la possibilité d'agir dans l'espace ;

- sécuriser les cyber-systèmes ;

- le développement des capacités du spectre électromagnétique ;

- la réponse aux grandes catastrophes et aux calamités naturelles (y compris l'épidémie de coronavirus).

Il y a eu peu de changement dans la politique intérieure. Le 31 octobre 2021, des élections législatives ont eu lieu au Japon. Selon la procédure, un premier ministre a été nommé. Le Premier ministre sortant, Fumio Kishida, a conservé son poste, le parti qu'il dirige ayant conservé la majorité des sièges au Parlement. 

Myanmar

Le 1er février 2021, un coup d'État au Myanmar a renversé un gouvernement civil dirigé par la Ligue nationale pour la démocratie (LND), conduite par Aung San Suu Kyi et Win Myint. Les militaires du pays, les Tatmadaw, ont instauré une dictature dans l'État.  Le nouveau gouvernement militaire a promis d'organiser des élections générales dans un an ou deux, puis de remettre le pouvoir au vainqueur. 

Les députés de la NLD, qui ont conservé leur liberté, ont formé un comité d'ici avril 2021 pour représenter le Parlement de l'Union, un organe parallèle au gouvernement, que le gouvernement militaire a déclaré association illégale et a accusé ses membres de haute trahison. Aung San Suu Kyi a été arrêtée et jugée.  

En juin 2021, le généralissime Min Aung Hline a conduit une délégation du Myanmar en Russie pour assister à la conférence de Moscou sur la sécurité internationale. 

TASS_45031929.jpg

Min Aung Hline s'est déjà rendu plusieurs fois en Russie, mais c'est la première fois en tant que chef d'État. Min Aung Hline a toujours soutenu le développement des relations avec notre pays, en particulier dans les domaines militaire et militaro-technique. Au début des années 2000, il a élaboré un programme de formation pour les militaires birmans de la Fédération de Russie (plus de 7000 officiers ont étudié dans les universités russes au cours de ces années). Sous sa direction, le Myanmar a commencé à acheter des avions d'entraînement au combat Yak-130, des chasseurs polyvalents Su-30SM, des véhicules blindés, etc.

Yak-130-Myanmar-vol_Keypublishing.jpeg

Cette visite a coïncidé avec un regain de pression internationale sur le Myanmar : le vendredi 18 juin, l'Assemblée générale des Nations unies a condamné les actions de l'armée au Myanmar. 119 pays ont soutenu la proposition visant à rétablir la transition démocratique dans le pays, le Belarus s'y est opposé et 36 pays (dont la Russie et la Chine) se sont abstenus.

Pour la Russie elle-même, la coopération avec le Myanmar est bénéfique non seulement en termes de fourniture d'équipements militaires et de formation du personnel militaire du pays asiatique. Le soutien politique (ou la neutralité) de Moscou souligne la ligne générale de sa politique étrangère - non-ingérence dans les affaires intérieures des autres États et respect de la souveraineté - tout en rejetant le concept occidental de "protection des valeurs démocratiques". Le rôle d'une sorte d'équilibre, d'équilibrage de l'influence chinoise, est également assez commode pour Moscou. Et dans le contexte de la géopolitique mondiale, il suffit de regarder la carte pour comprendre l'importance stratégique de cet État d'une superficie de 678.000 kilomètres carrés, situé au centre de l'Asie du Sud-Est et ayant accès à l'océan Indien.

Projets régionaux-mondiaux

Le 9 janvier 2021, le site web du Conseil d'État de la République populaire de Chine a publié une annonce selon laquelle la Chine va étendre son réseau de libre-échange dans le monde. Selon le ministre du commerce Wang Wentao, la Chine intensifiera ses efforts pour accroître son réseau de zones de libre-échange avec ses partenaires du monde entier afin d'élargir son "cercle d'amis", tout en éliminant les droits de douane supplémentaires sur les marchandises et en facilitant les investissements et l'accès au marché pour le commerce des services.

Wang a déclaré à l'agence de presse Xinhua, dans une récente interview, que ces efforts favoriseraient l'ouverture à un niveau supérieur. Il a ajouté que le pays allait promouvoir les négociations sur un accord de libre-échange entre la Chine, le Japon et la République de Corée, les négociations avec le Conseil de coopération Chine-Golfe, ainsi que les accords de libre-échange (ALE) Chine-Norvège et Chine-Israël. En outre, l'adhésion à l'accord global et progressif de partenariat transpacifique sera envisagée.

Les chiffres officiels montrent que la Chine a signé des ALE avec 26 pays et régions, les ALE représentant 35 % du commerce extérieur total du pays.

La création d'un réseau de zones de libre-échange d'envergure mondiale est conforme à l'objectif de la Chine de créer un nouveau niveau d'ouverture à l'échelle mondiale, comme le soulignent les propositions de la direction du parti pour le 14e plan quinquennal (2021-2025) de développement économique et social national et les objectifs à long terme jusqu'en 2035.

La signature d'un plus grand nombre d'ALE aiderait la Chine à étendre et à stabiliser ses marchés étrangers et à atteindre un niveau d'ouverture plus élevé, surtout si le pays procède activement à des ajustements pour répondre aux exigences nécessaires, comme l'adoption de réglementations environnementales plus strictes et l'égalisation des conditions de concurrence pour tous les acteurs du marché.

En plus de faciliter le commerce des biens et des services, les ALE constituent également des plateformes permettant d'établir des règles largement acceptées et reconnues dans des domaines tels que l'économie numérique et la protection de l'environnement.

La Chine a fait des progrès notables dans la promotion du commerce multilatéral en 2020, en signant un partenariat économique global régional à la mi-novembre et en concluant les négociations sur le traité d'investissement Chine-UE plus tard dans l'année.

Le 1er janvier 2022, l'accord sur la plus grande zone de libre-échange du monde - le Partenariat économique global régional - est entré en vigueur (l'accord a été signé en novembre 2020). L'accord couvre 10 États membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est et 5 États avec lesquels l'ANASE a déjà signé des accords de libre-échange. Le RCEP comprend 3 pays développés et 12 pays en développement.

La région Asie-Pacifique est aujourd'hui la première région de croissance économique du monde, offrant de grandes possibilités de commerce et d'expansion. Certains pays pensent que leurs entreprises peuvent prendre de l'avance dans la course à la concurrence grâce à l'accord global et progressif sur le partenariat transpacifique (CPTPP) - un accord de libre-échange entre 11 pays de la région Asie-Pacifique : Australie, Brunei, Chili, Canada, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam.

En substance, le CPTPP est un accord de libre-échange ambitieux et de grande qualité qui couvre pratiquement tous les aspects du commerce et de l'investissement. L'accord comprend des engagements en matière d'accès au marché pour le commerce des biens et des services, des engagements en matière d'investissement, de mobilité de la main-d'œuvre et de marchés publics. L'accord établit également des règles claires pour aider à créer un environnement cohérent, transparent et équitable pour faire des affaires sur les marchés du CPTPP, avec des chapitres dédiés couvrant des questions clés telles que les obstacles techniques au commerce, les mesures sanitaires et phytosanitaires, l'administration douanière, la transparence et les entreprises d'État.

CPTPP.jpg

Un État qui souhaite adhérer doit en informer le gouvernement néo-zélandais (le dépositaire de l'accord), qui informera ensuite les autres membres. La Commission du CPTPP décide ensuite de lancer ou non le processus d'adhésion. S'il décide de lancer le processus, un groupe de travail sera formé. Dans les 30 jours suivant la première réunion du groupe de travail, le candidat devra soumettre ses propositions en matière d'accès au marché : réductions tarifaires ; listes des secteurs de services dont il a proposé d'exclure les membres du CPTPP ; et parties des marchés publics qui ne seront pas ouvertes aux propositions des autres membres du CPTPP. Le processus de négociation commencera alors. Une fois que tous les participants existants sont satisfaits, la Commission invitera officiellement un candidat à devenir membre.

Au début de l'année 2021, la Grande-Bretagne a demandé à adhérer au CPTPP. Cependant, on n'a toujours pas de nouvelles sur l'état d'avancement des aspirations de Londres. Tout ce que l'on sait, c'est que les négociations ont été lancées en juin.

En janvier 2021, la Corée du Sud a également déclaré son désir de rejoindre le CPTPP. Pour ce faire, une procédure a été lancée pour examiner ses propres règlements et lois afin de vérifier leur conformité avec le CPTPP. La Thaïlande a également manifesté son intérêt pour le partenariat.

Et en septembre 2021, la Chine s'est portée candidate. Cela s'est produit quelques jours seulement après la signature du traité AUKUS. 

***

En 2022, la région restera une zone d'intérêts contradictoires entre les puissances mondiales. Le Cachemire continuera d'être un point de conflit (la zone de contrôle indienne est la plus problématique, car New Delhi ne permet à aucune tierce partie de participer au règlement), mais une escalade est peu probable sans provocations graves. Nous ne devons pas non plus nous attendre à une invasion chinoise de Taïwan, comme le disent les politiciens américains et leurs médias contrôlés. Les États-Unis et leurs partenaires poursuivront les exercices militaires de routine et tenteront de former une coalition anti-chinoise plus impressionnante.

dimanche, 16 janvier 2022

Hu Xijin : la Chine et la Russie ne permettront pas aux États-Unis et à l'Occident de pousser le Kazakhstan dans l'abîme des troubles à long terme

190816170901-global-times-hu-xijin-exlarge-169.jpg

Hu Xijin : la Chine et la Russie ne permettront pas aux États-Unis et à l'Occident de pousser le Kazakhstan dans l'abîme des troubles à long terme

Un point de vue chinois sur l'affaire du Kazakhstan

par Hu Xijin

Source : Hu Xijin & https://news.ifeng.com/c/8CZINfEL3y7?fbclid=IwAR3KY83bpLL-TpnK79vMEP-jft2P7PsVVy1DkhW0Mfyoo40-4rvf81Csd9M

Le Kazakhstan a connu les pires émeutes de ses 30 années d'indépendance, déclenchées par une hausse du prix du gaz de pétrole liquéfié, mais rapidement suivies de revendications politiques visant à "punir la corruption" et à cibler le père du pays, Nazarbayev. Le président Tokaev a accepté la démission du premier ministre, l'état d'urgence a été imposé dans la capitale, Nursultan, et dans la première ville, Almaty, le prix du GPL a été ramené à des niveaux plus abordables, et Tokaev a annoncé le 5 janvier qu'il deviendrait président du Conseil national de sécurité (un poste précédemment occupé par Nazarbayev). Mais la suite de l'évolution de la situation est encore incertaine. Une vidéo montre des personnes dans une ville en train de renverser une statue de Nazarbayev. Par ailleurs, huit officiers de police sont morts.

La Russie a déjà déclaré qu'elle souhaitait que le Kazakhstan normalise la situation dès que possible par la voie du dialogue. La Russie a également affirmé que le gouvernement kazakh résoudrait ses propres problèmes internes et qu'une intervention extérieure était inacceptable. M. Laohu estime que la Chine soutiendra également avec force les efforts du Kazakhstan pour stabiliser la situation par ses propres moyens.

Lu-Astana-image-2.jpg

Le Kazakhstan, ancienne république soviétique, est le plus grand et le plus riche pays d'Asie centrale, riche en pétrole et en gaz. Nazarbayev a été le premier secrétaire du parti communiste de la république avant l'indépendance du pays, puis a été président jusqu'en 2019. Il a contribué à l'indépendance et au développement du Kazakhstan. Sa fin n'était pas non plus un cas isolé. M. Akaïev, ancien président du Kirghizstan, voisin de notre province du Xinjiang, a été renversé par une révolution de couleur en 2005 et s'est exilé en Russie, où il a ensuite travaillé comme professeur à l'université d'État de Moscou. Nazarbayev et Akaïev ont toujours entre eux des liens familiaux. Certaines sources non officielles affirment que Nazarbayev s'est rendu en Russie.

Le Kazakhstan est un voisin de la Russie et de la Chine, et sa stabilité est d'un intérêt majeur pour la Chine et la Russie. Les États-Unis se sont efforcés d'infiltrer le Kazakhstan, et certaines ONG sont devenues des avant-postes de cette infiltration. Nazarbayev a eu une attitude positive à l'égard du développement des relations avec les États-Unis, dans l'intention de contrebalancer la double influence russe et chinoise. Mais en même temps, il a toujours gardé un œil sur les États-Unis. En conséquence, une révolution de couleur est finalement née au Kazakhstan.

Le Kazakhstan a le revenu par habitant le plus élevé d'Asie centrale, mais ces deux dernières années, la stabilité politique du pays a été gravement ébranlée par une épidémie qui fait rage et par la récession économique. M. Nazarbayev est au pouvoir depuis longtemps et le pays a accumulé, comme on pouvait s'y attendre, des classes d'intérêt bien établies et un mécontentement public croissant, mais c'est le retournement de l'économie et des moyens de subsistance de la population qui a été le déclencheur de la rupture. C'est le prétexte que les puissances occidentales exploitent au Kazakhstan. Il est évident qu'ils veulent mettre la pagaille dans le pays, et leur objectif est de déstabiliser la stratégie de bon voisinage de la Chine et de la Russie en créant un fossé au Kazakhstan.

Kazakhstan.jpg

Pourtant, ni la Russie ni la Chine ne permettront aux États-Unis et à l'Occident de pousser le Kazakhstan dans un abîme de turbulences à long terme. Les Russes représentent à ce jour environ 20 % de la population du Kazakhstan, la Chine est le principal acheteur d'énergie du pays et l'Organisation de coopération de Shanghai apporte son soutien à la stabilité de ses États membres. Il suffit de dire qu'il existe encore de nombreuses conditions internes et externes pour que le Kazakhstan retrouve sa stabilité passée après une telle période de chaos.

[Editeur responsable : Ye Zhiqiu PN302]

vendredi, 14 janvier 2022

Le Maidan kazakh: pour encercler la Chine ?

phpVLFa1Z.jpg

Le Maidan kazakh: pour encercler la Chine ?

Konrad Rękas

Ex: https://www.geopolitica.ru/en/article/kazakh-maidan-encircling-china

Les Kazakhs ont été les leaders de l'eurasisme. Mais il est difficile de faire de l'eurasisme sans la Russie, et Moscou, comme d'habitude, s'est laissé entraîner dans l'intégration du Continent en voulant pimenter cette opération de quelques conneries à l'européenne. Astana (Nur-Sultan) a commencé à jouer avec la multi-vectorialité, et cela finit toujours mal pour les pays de l'Est. Et Ianukovitch, et même Lukashenko pourraient en dire beaucoup à ce sujet.

Russie - Il est temps de revenir en Eurasie

Bien sûr, ceux qui descendent dans la rue n'ont pas besoin d'être anti-russes sur tous les plans. Comme lors de l'Euromaidan - ils veulent seulement que les machines à laver soient moins chères (le gaz coûte déjà moins cher) et que les dirigeants volent moins. Mais, pour le reste, tout peut se dérouler comme d'habitude. Mukhtar Ablyazov, l'oligarque kazakh connu pour son implication professionnelle dans les Maidans qui ont suivi - essaie déjà de s'en assurer. C'est pourquoi si les Russes n'aident pas, même ceux qui ne veulent pas et ne demandent pas - ils n'auront pas une autre Bolotnaya, mais aussi la Place Rouge. Pleine de gens. Ou, pire - Dvortsovaya Ploshchad. Vous savez - cette place en face du Palais d'Hiver ...

Et pour que les choses soient claires: c'est tout le Kazakhstan qu'il faut sauver. L'envoi de forces antiterroristes est bien sûr un pas dans la bonne direction - mais c'est encore insuffisant. Il sera probablement possible de ramener l'ordre au Kazakhstan. ET QUOI ? Les garçons de Zhas Otan pourront recommencer à brutaliser les gens parce qu'ils parlent russe et dungan ? Tokayev sera toujours en deux chaises, entre l'Est et l'Ouest ? L'opération limitée de contre-terrorisme n'est qu'une méthode. La Russie ne peut pas simplement agir ici et là dans l'intérêt de l'oligarchie locale. Il est impossible de sauver le Kazakhstan sans instaurer une profonde intégration eurasienne. Sans cela, de telles crises dans toute l'Asie centrale ne seront que plus fréquentes et plus difficiles à gérer.

Ce serait également une grave erreur de limiter l'opération aux seules zones habitées par la minorité russe. Lugansk-bis ne fera rien sur le plan géopolitique. La leçon arménienne est ici probablement encore plus instructive que la leçon ukrainienne (bien que celle-ci soit la plus explicite). Apparemment, l'Arménie n'est pas passée complètement de l'autre côté - mais combien de problèmes cela pourrait causer ! Tout le problème est que la Fédération de Russie, même dans sa forme actuelle, va s'avérer être comme Navalny. Elle se limite elle-même. Elle ne veut pas comprendre ce qu'est la véritable MAISON des Russes. Elle ne veut pas penser en termes de l'ensemble, de l'ancien Soyouz. "Nous ne pouvons plus décider pour les autres". "Nous avons nos propres problèmes à résoudre". Oui. Vous en avez. Parce que vous vous êtes un jour retirés du bloc de l'Est. Parce que vous avez fait s'effondrer votre propre, grand, puissant État. Vous avez aussi vos propres problèmes, bien sûr. Mais maintenant le question est la suivante : voulez-vous qu'ils soient MOINS ou PLUS nombreux à l'avenir ? C'est à vous de choisir. Et une partie de ce choix - se trouve aussi au Kazakhstan.

Ou remontez plus loin. Jusqu'à ce que la patinoire près de GUM veuille se démocratiser et se séparer. Tout le problème de la Russie se résume au fait qu'elle n'est pas l'Union soviétique, qu'elle n'est pas impériale ou expansionniste, et qu'elle n'essaie même pas d'atteindre l'étranger, même proche. Aujourd'hui encore, les représentants de l'élite kazakhe actuelle, notamment ceux de la famille Nazarbayev, qui se trouvent déjà à Moscou, sont traités avec une certaine réticence. Et pas (seulement) parce qu'ils ont fait preuve de condescendance et d'arrogance à l'égard de la Russie. Que c'est le gouvernement actuel qui s'est attaché à faire passer l'occidentalisation bizarre de l'alphabet et de la culture kazakhs. Non, les Russes jouent les inaccessibles non pas par mépris des pleurnichards - mais par la paresse innée des Slaves.

2022-01-06T155217Z_1_LYNXMPEI050MK_RTROPTP_3_KAZAKHSTAN-PROTESTS.JPG

Dernier espoir en Chine ?

Les atermoiements des Russes leur ont toujours coûté cher. Et à tous les voisins - encore plus. Mais soyons honnêtes - ne dramatisons pas trop. Malgré son aspect impressionnant sur la carte, ce n'est pas le Kazakhstan qui est la clé et le plus important en Asie centrale, mais l'Ouzbékistan. Celui-ci est tombé tout de suite dans les mains de l'Occident, il y a trois décennies. Et maintenant, lentement, très lentement et de manière incohérente - mais en essayant de s'en sortir, en suivant la trace d'Erdogan et de Aliyev. Conclusion ? Le multi-vectorialisme est payant quand on va de l'Ouest vers l'Est, jamais l'inverse.

Car une variante actuellement très discutée dans les médias russes est également possible. Qu'il s'agit d'un jeu interne. Une montée délibérée des humeurs - difficile à deviner seulement, par les jeunes caniches du président Kassym Jomart-Tokayev ? Ou peut-être par les Alabais de Nazarbayev, toujours affamés ? Le problème, c'est que nous l'avons déjà vu. Je me suis rendu à Kiev plusieurs fois pendant le Maïdan, puis à nouveau juste avant sa fin. Et jusqu'à la fin, les proches de Ianoukovitch étaient non seulement sûrs d'avoir tout en main. Ils n'avaient aucun doute sur le fait qu'il s'agissait d'une excellente occasion de resserrer les rangs, de changer la garde au sein du camp, de vérifier la loyauté et de couper les branches pourries. Et le président lui-même était sûr que grâce à ce capharnaüm sur la place, il pourrait jouer avec l'Occident et avec la Russie. Et cela a tourné comme cela a tourné. Et j'espère seulement que la Chine dispose d'un meilleur réseau au Kazakhstan que celui de la Russie... Sur lequel, dans de telles situations, on ne peut généralement pas compter - à moins que les Russes eux-mêmes ne prennent les armes et qu'un oligarque plus conscient ne verse de l'argent, puis pousse là où c'est nécessaire.

Mais là-bas, il y a aussi Pékin. Qui comprend probablement parfaitement que la prochaine révolution colorée en Asie centrale ne vise pas seulement à encercler la Russie, mais surtout la Chine. Et le nouveau régime pourrait être non pas intentionnellement anti-russe, mais bien, si cela arrive... il sera certainement anti-chinois, à la frontière même du Xinjiang. Donc même si la Russie panique à nouveau, il y aura de l'espoir chez les Chinois. Pour toute l'Eurasie.

mardi, 11 janvier 2022

Malacca, Sonde et Lombok: trois détroits-clés pour deux océans 

009173arf001n.jpg

 

Malacca, Sonde et Lombok: trois détroits-clés pour deux océans 

Paolo Mauri

SOURCE : https://it.insideover.com/politica/malacca-sonda-lombok-tre-stretti-fondamentali-per-due-oceani.html

Depuis quelques décennies, l'Asie est devenue le pivot de l'économie mondiale. L'axe du commerce mondial, porté par les géants chinois et indiens, s'est déplacé vers le continent qui surplombe deux océans (l'Indien et le Pacifique) plus l'océan Arctique. En conséquence, l'axe géopolitique a également abandonné en grande partie l'Europe pour se déplacer vers l'Extrême-Orient, qui est devenu le théâtre de diatribes enflammées concernant des revendications territoriales intimement liées à des questions économiques/stratégiques plutôt que de prestige national. Dans ce secteur du globe, qui porte le nom d'Indo-Pacifique, les deux puissances mondiales actuelles - les États-Unis et la Chine - s'affrontent de manière de plus en plus explicite depuis trois décennies, précisément en raison de l'importance stratégique des mers qui entourent le continent asiatique, du Pacifique à l'océan Indien.

Étapes obligatoires

Dans ce contexte, et en regardant une carte de l'Asie, on s'aperçoit immédiatement qu'il existe des passages obligés entre les deux océans, qui sont devenus cruciaux précisément en raison de l'importance des volumes de trafic commercial qui y transitent.

Les routes maritimes qui circulent dans les deux sens entre l'océan Pacifique et l'océan Indien passent toutes essentiellement par trois "goulets d'étranglement" (choke points): le détroit de Malacca, entre la Malaisie et l'Indonésie, le détroit de la Sonde, entre les îles de Java et de Sumatra, et le détroit de Lombok, entre l'île qui lui a donné son nom et Bali.

Le détroit de Malacca présente également une morphologie particulière qui restreint le passage des plus grands navires : sa profondeur minimale, dans certaines zones où le bras de mer est particulièrement étroit, est de 25 mètres, de sorte que les navires dont les dimensions dépassent une longueur de 470 mètres, une largeur de 60 et un tirant d'eau de 20 (limites définies comme Malaccamax), doivent nécessairement emprunter l'un des deux autres détroits.

Plus de la moitié du tonnage annuel de l'ensemble de la flotte marchande mondiale passe par ces trois points d'étranglement, la majeure partie se poursuivant dans la mer de Chine méridionale. Le trafic de pétroliers dans le détroit de Malacca est plus de trois fois supérieur à celui du canal de Suez et bien plus de cinq fois supérieur à celui du canal de Panama. La quasi-totalité des navires empruntant les détroits de Malacca et de la Sonde doivent passer près des célèbres îles Spratly, occupées par la Chine et revendiquées par d'autres États riverains.

main-qimg-89b020259501dc7a517abc4cc8099f67-pjlq.jpg

En l'occurrence, près d'un tiers du commerce maritime mondial transite chaque année par la mer de Chine méridionale, pour une valeur totale d'environ 4.000 milliards de dollars (2016 : 3.400 milliards). Huit des dix ports à conteneurs les plus fréquentés du monde sont situés dans la région Asie-Pacifique. Plus d'un tiers des expéditions mondiales de pétrole (environ 35 %) transitent par l'océan Indien vers le Pacifique, en grande partie à destination d'une Chine de plus en plus avide d'énergie. Parmi ces expéditions, plus de 90 % qui ont traversé la mer de Chine méridionale sont passées par le détroit de Malacca, la route maritime la plus courte entre les fournisseurs d'Afrique et du golfe Persique et les marchés d'Asie, ce qui en fait l'un des principaux points d'étranglement du pétrole dans le monde. La Chine, dont 80 % des importations de pétrole transitent par la mer de Chine méridionale, n'est pas la seule à dépendre de ce détroit: environ deux tiers des approvisionnements énergétiques de la Corée du Sud et près de 60 % de ceux du Japon et de Taïwan passent par cette portion de mer contestée.

Pétrole, gaz et pêche

Outre le pétrole en transit, il existe d'importantes réserves d'hydrocarbures dans toute la région de l'Asie du Sud-Est, qui sont en cours d'évaluation et d'exploitation. L'USGS, l'institut géologique des États-Unis, a calculé dans un rapport de 2020 que dans la zone, entre les gisements offshore et onshore, il existe des ressources techniquement récupérables de 10,5 milliards de barils de pétrole et de 7 700 milliards de mètres cubes de gaz répartis dans 33 provinces géologiques identifiées par la recherche exploratoire. À titre de comparaison, selon l'USGS, les réserves d'hydrocarbures récupérables dans la partie extérieure du plateau continental et sur le talus continental du Golfe du Mexique, l'une des zones les plus productives du monde, ont été estimées à environ 2,98 milliards de barils de pétrole et 1.100 milliards de mètres cubes de gaz.

Toute la zone, notamment les mers situées au nord des détroits considérés ici, est particulièrement riche en poissons et largement exploitée de ce point de vue par les nations côtières, mais pas seulement.

F3PHQTUJJYQGKY4JEHAZO4BDPM.png

En particulier, la mer de Chine méridionale est à nouveau au centre de l'attention. Il s'agit d'une zone particulièrement riche en vie marine en raison d'une heureuse combinaison de facteurs environnementaux et géographiques: l'important débit d'eaux chargées en nutriments en provenance de la terre et la remontée d'eaux profondes dans certaines zones de la mer contribuent à cette abondance. Selon des études réalisées par le ministère philippin de l'environnement et des ressources naturelles, la mer de Chine méridionale abrite un tiers de la biodiversité marine mondiale et fournit environ dix pour cent des prises mondiales. Selon certaines estimations, ces réserves de vie marine souffrent: 40 % des stocks se sont effondrés ou sont surexploités, tandis que 70 % des récifs coralliens sont gravement appauvris. La surpêche et les pratiques destructrices, comme l'utilisation de la dynamite et du cyanure, contribuent principalement à cet épuisement.

Bien que les réserves d'hydrocarbures méritent l'attention dans l'équilibre stratégique global de la zone, les différends sur les droits de pêche sont également apparus ces dernières années comme un facteur supplémentaire du conflit. En effet, l'épuisement des stocks de poissons a conduit à des affrontements par le passé, et les interdictions annuelles de pêche imposées par la Chine, sous couvert de protection de l'environnement, sont considérées comme un moyen supplémentaire de revendiquer la souveraineté sur ces eaux contestées. La mer de Chine méridionale est en effet parcourue par des dizaines de milliers de bateaux de pêche : la Chine a envoyé à elle seule 23.000 bateaux de pêche en août 2012 après la levée de l'interdiction annuelle, et Pékin, pour pallier l'épuisement de cette ressource, a commencé à déployer sa flotte de pêche dans les mers les plus lointaines, allant par exemple jusqu'à l'archipel des Galápagos.

china_fishing_fleet-e1600968081693.jpeg

La pêche pourrait donc devenir le casus belli d'un éventuel conflit futur, la concurrence s'étant accrue entre des pays à plus forte vocation comme le Vietnam, les Philippines et, bien sûr, la Chine. Cette concurrence a augmenté la fréquence et l'intensité des affrontements entre navires de pêche ces dernières années, à tel point que, dans la mer de Chine méridionale elle-même, on trouve des navires de pêche armés dans les flottes vietnamienne et chinoise, ainsi qu'un nombre croissant de "patrouilles" effectuées par des cotres de la garde côtière de Pékin, qui ont toute l'apparence de l'intimidation.

Le poisson représente 22 % des apports en protéines de la région, contre une moyenne mondiale de 16 %, et la plupart des populations côtières de Chine, du Viêt Nam et des Philippines dépendent exclusivement de la pêche pour leur subsistance. La pêche peut donc être considérée comme une activité stratégique et est perçue à juste titre comme faisant partie de l'activité expansionniste de la Chine. En fait, les flottes de pêche sont utilisées à des fins géopolitiques dans le cadre de la tactique chinoise consistant à "pêcher, protéger, contester et occuper" afin d'affirmer sa souveraineté sur la mer de Chine méridionale, ainsi que pour l'exploration pétrolière et gazière offshore par des navires d'étude géologique.

Pour mieux comprendre l'ampleur du problème, il convient de rappeler que les données de 2015 estimaient que plus de la moitié des navires de pêche du monde opéraient dans ces eaux.

Minéraux précieux

Une ressource vitale pour l'économie mondiale mais qui reste à estimer dans les eaux entourant les détroits étudiés, notamment la mer de Chine méridionale, est celle des terres rares, éléments chimiques grâce auxquels les technologies modernes sont devenues essentielles et dont la gestion, de l'extraction à la transformation, est essentiellement détenue par la Chine, ce qui en fait un véritable monopole. Récemment, en 2018, une étude géologique offshore japonaise a identifié des réserves de ces éléments au fond de l'océan de la zone d'exclusivité économique japonaise au sud-est de l'archipel, perturbant la relative tranquillité de la Chine quant à la commercialisation de ces éléments, qui sont également utilisés par Pékin comme un outil de pression diplomatique le cas échéant.

Selon l'article scientifique publié dans Nature, il y aurait suffisamment d'yttrium pour répondre à la demande mondiale pendant 780 ans, de dysprosium pour 730, d'europium pour 620 et de terbium pour 420.

ob_0e1bff_4b1c774000000578-5611565-an-area-off-t.jpg

Le réservoir est situé au large de l'île de Minamitori, à environ 1850 kilomètres au sud-est de Tokyo. Étant donné qu'ils sont contenus dans la "boue" des fonds marins, c'est-à-dire dans des sédiments plus ou moins superficiels, il serait intéressant de les rechercher dans les mêmes gisements situés ailleurs dans les mers du Pacifique occidental et de l'océan Indien, et il n'est pas exclu que les campagnes de recherche océanographique menées par les navires chinois à l'aide d'UUV (Unmanned Underwater Vehicles) dans ces eaux, outre l'affirmation de leur souveraineté dans certains secteurs déjà connus, visent également à trouver ces ressources minérales fondamentales.

Le "dilemme de Malacca" chinois

Des goulots d'étranglement et des mers qui, pour les raisons énumérées ci-dessus, sont fondamentaux pour l'économie mondiale et encore plus pour la Chine. Le commerce maritime étant devenu un élément de plus en plus important de l'économie moderne de la Chine, des inquiétudes se font jour à Pékin quant à la sécurité des routes maritimes vitales qui passent par les détroits examinés dans le cadre de cette discussion.

Hu Jintao a été le premier à souligner les dangers d'une économie étroitement dépendante de l'accès aux mers par lesquelles transitent la plupart des ressources énergétiques et non énergétiques dont la Chine a besoin pour sa prospérité. Il est à l'origine de la formulation du "dilemme de Malacca" fin 2003, qui décrit le problème des routes maritimes cruciales pour le commerce chinois et, en particulier, celle passant par le détroit de Malacca, qui peut facilement faire l'objet d'une interdiction par un autre État.

La tentation de résoudre unilatéralement la question et d'éviter qu'une puissance mondiale comme les États-Unis, assistés de leurs alliés, puisse fermer le détroit par des mécanismes de déni de mer a été la force motrice qui a conduit la Chine à moderniser ses forces navales et à les accroître numériquement. Cependant, il reste dans l'intérêt de Pékin de travailler avec les États côtiers et les autres grandes puissances pour assurer une plus grande sécurité dans la région de Malacca, même en cherchant des approches parallèles à la force militaire mais quelque peu controversées, comme la proposition de "découpage" de la péninsule de Kra pour avoir un canal artificiel qui, en plus de raccourcir la route à travers le détroit de Malacca, sera sous contrôle chinois.

Canal-de-Kra.jpg

Si d'un point de vue strictement énergétique, la campagne d'exploration massive en cours dans les eaux de la mer de Chine méridionale, subventionnée par des investissements à hauteur de 20 milliards de dollars par la China National Offshore Oil Corporation, pourrait rassurer le Politburo, qui serait ainsi moins dépendant des hydrocarbures en provenance du golfe Persique et du Moyen-Orient, le "dilemme de Malacca" continue, dans son sens le plus général, à troubler le sommeil des dirigeants du PCC.

Pékin sait, en effet, que la marine américaine pourrait, si nécessaire, interrompre les lignes maritimes entre les océans Pacifique et Indien en bloquant les détroits, et nous avons vu qu'un volume très important de trafic commercial et la quasi-totalité du trafic de la Chine passent par ces points d'étranglement. Les États-Unis pourraient donc facilement - également grâce à des alliés comme le Japon, l'Australie, les Philippines et la Corée du Sud - étrangler l'économie chinoise par un blocus naval, car ils disposent non seulement d'une flotte capable d'exprimer au mieux le concept de projection de force, mais bénéficient aussi de bases à l'étranger avec des chantiers navals et des travailleurs qui garantiraient le soutien logistique et la maintenance nécessaire à une opération de ce type, qui durerait longtemps.

Malacca, la Sonde et Lombok, pour toutes ces raisons, représentent trois détroits qui n'ont pas seulement de la valeur d'un point de vue commercial, mais qui ont aussi une profonde importance stratégique dans un monde qui passe de la condition d'unipolarité née après la dissolution de l'URSS et du système soviétique à celle de multipolarité résultant de la naissance de nouvelles puissances qui aspirent à avoir une influence globale et pas seulement d'un point de vue économique.

Paolo Mauri

samedi, 08 janvier 2022

Les dix conflits à surveiller en 2022

922491_616616101717452_2104724245_o.jpg

Les dix conflits à surveiller en 2022

Mauro Indelicato

Source: https://it.insideover.com/guerra/i-dieci-conflitti-da-monitorare-nel-2022.html

La nouvelle année fait ressurgir de vieux conflits. Avec la nouvelle année qui commence, la politique internationale doit s'accommoder des modèles politiques et militaires hérités de 2021. Au cours des 12 prochains mois, il y aura au moins dix situations très chaudes à surveiller. Pas seulement des guerres au sens strict du terme, mais aussi des confrontations plus ou moins directes concernant la domination d'une certaine zone ou des questions de sécurité nationale. Voici les principaux conflits que le monde de 2022 devra observer.

1. Tensions entre les États-Unis et la Chine

Le principal bras de fer de l'année qui vient de commencer pourrait une fois de plus opposer Washington et Pékin. Il existe de nombreux nœuds dans les relations entre les deux puissances. Le principal défi, pour l'instant plus politique que militaire, se situe dans le Pacifique. 2021 est l'année de l'accord Aukus entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie. Un pacte dont l'intention évidente est de créer une alliance capable de dissuader les visées chinoises dans la région. L'année 2022 pourrait amener le point culminant de l'affrontement directement à Taïwan, où la présence de troupes américaines a déjà été signalée ces derniers mois et où, de leur côté, les Chinois ont effectué de nombreuses manœuvres de survol de l'espace aérien. Taïwan, l'île revendiquée par Pékin, est également un carrefour économique important. Elle produit la plus grande part des puces sur le marché international, et à une époque comme la nôtre, marquée par une pénurie de puces et de semi-conducteurs, l'influence de l'île est utile à toutes les grandes puissances du secteur.

2. L'Ukraine et la guerre du Donbass

Pour les mois à venir, il est très important de surveiller ce qui se passera dans le Donbass, la région pro-russe de l'est de l'Ukraine qui est en guerre avec le gouvernement de Kiev depuis 2014. L'année qui vient de s'achever a été marquée par une nette escalade. L'armée ukrainienne a capturé un certain nombre d'emplacements dans les zones tampons établies dans le cadre des accords de Minsk de 2014. De son côté, Moscou a donné le feu vert au déploiement de centaines de troupes le long de la frontière. En décembre, après un appel téléphonique entre le président russe Vladimir Poutine et le président américain Joe Biden, une phase de détente a débuté. Cependant, la possibilité d'un conflit direct entre Moscou et Kiev reste très forte. Les intérêts en jeu sont multiples. L'éventuelle entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, et donc la possibilité d'une expansion malvenue de l'Alliance atlantique vers l'est, est le premier spectre qui plane sur le conflit. L'impression, indépendamment de la recrudescence des combats, est que le bras de fer entre les parties est destiné à durer encore longtemps.

20110969lpw-20111028-article-talibans-afghanistan-jpg_6947294_1250x625.jpg

3. L'Afghanistan et le retour du terrorisme

En 2021, mis à part Covid, l'événement le plus marquant a été l'entrée des talibans à Kaboul et le retrait américain d'Afghanistan. En août, après exactement 20 ans, les étudiants coraniques ont repris le pouvoir. De cette façon, le groupe fondamentaliste a effectivement gagné une guerre qui a commencé immédiatement après le 11 septembre 2001. Cependant, le conflit afghan n'est pas terminé. Bien que les Talibans soient de nouveau au pouvoir, ils sont confrontés à un certain nombre de problèmes qui pourraient déstabiliser le pays dans les mois à venir. À commencer par une crise économique générée par le gel des réserves de change de l'ancien gouvernement afghan, une circonstance qui empêche le mouvement de relancer le commerce et de payer les salaires. Ensuite, il y a la question de la présence d'Isis. La cellule afghane du groupe a déjà organisé plusieurs attaques depuis le mois d'août et toute détérioration de la sécurité est susceptible d'affaiblir davantage les talibans. Le blocus économique et l'alerte terroriste sont deux éléments susceptibles d'accélérer une éventuelle déstabilisation de l'Afghanistan.

4. Kazakhstan et Asie centrale

La crise kazakhe représente peut-être le seul véritable front ouvert en cette nouvelle année. En réalité, les causes des émeutes qui ont débuté le 4 janvier dans ce pays d'Asie centrale remontent aux années précédentes. La violence des protestations et le ton général d'émeute observé à Almaty, la plus grande ville et ancienne capitale, ont pris les autorités par surprise. La réponse du gouvernement pourrait d'une part ramener la situation à la normale, mais d'autre part, elle pourrait conduire à un affrontement encore plus violent entre les autorités elles-mêmes et les groupes rebelles. Ces derniers, grâce aussi au pillage des casernes et des postes de police, disposent d'armes et de munitions. Toute instabilité au Kazakhstan aurait des répercussions importantes pour plusieurs raisons. Premièrement, il s'agirait d'une nouvelle épine dans le pied de la Russie dans l'ancien espace soviétique. Deuxièmement, elle pourrait également attirer une déstabilisation supplémentaire dans les pays voisins. La zone de l'Asie centrale, il est bon de le rappeler, est stratégique et délicate, également du point de vue géographique, dans la perspective de la confrontation entre les États-Unis d'un côté et la Russie et la Chine de l'autre.

5. Instabilité en Libye

2021 était censé être une année électorale en Libye. Cependant, les consultations n'ont pas eu lieu et l'échec du processus électoral pourrait être le prologue à une nouvelle phase d'instabilité. Malgré les ambitions de l'ONU d'organiser des élections présidentielles, le pays d'Afrique du Nord reste très fragmenté, tant sur le plan politique que militaire. Depuis mars dernier, il existe un gouvernement d'unité nationale, mais dans le même temps, la configuration institutionnelle actuelle n'est pas claire et le contrôle réel du territoire est confié à des milices de toutes sortes. En outre, les mercenaires étrangers sont encore très présents en Libye, notamment ceux liés à la Turquie à l'ouest et à la Russie à l'est. Plus de dix ans après la mort de Mouammar Kadhafi, le pays n'a pas retrouvé sa stabilité et la possibilité d'une reprise de la guerre à grande échelle n'est pas si éloignée. Compte tenu de l'importance stratégique de la Libye, le conflit au sein de ce pays est l'un des plus importants à surveiller en 2022.

des-soldats-ethiopiens-a-l-entrainement-au-sud-du-tigre-le-14-septembre-2021_6327880.jpg

6. La guerre au Tigré, en Éthiopie

Parmi les fronts les plus chauds, c'est peut-être celui que la communauté internationale a le moins abordé. Pourtant, il y a une guerre, qui entre fin 2020 et 2021 a fait des milliers de morts et fait trembler Addis-Abeba. Le conflit en Éthiopie, qui oppose les forces gouvernementales à celles liées aux Tigréens du TPLF dans la région septentrionale du Tigré, a généré de l'instabilité dans la plus grande économie de la Corne de l'Afrique et provoqué un changement politique dans le pays le plus important de la région. En particulier, depuis que la guerre est entrée dans sa phase la plus délicate, le gouvernement éthiopien s'est appuyé sur la Chine et la Turquie et a ainsi diversifié ses alliances après des années de proximité avec les États-Unis. Depuis la fin du mois de décembre dernier, il n'y a plus de tirs, non pas en raison d'un cessez-le-feu mais en raison d'un équilibre atteint qui satisfait les deux forces sur le terrain. Le gouvernement a récupéré tous les territoires perdus au cours des mois précédents, les Tigréens ont conservé le contrôle de la capitale Makallè. En 2022, cependant, l'impasse pourrait être brisée et la guerre pourrait alors entrer à nouveau dans une phase aiguë avec des résultats imprévisibles pour la stabilité de la région.

7. Le conflit sans fin en Syrie

La Syrie est peu évoquée dans les circuits médiatiques, mais la guerre est toujours bien présente et capable à tout moment de créer quelques maux de tête internationaux. Le gouvernement de Bashar Al Assad, soutenu par la Russie, a depuis longtemps repris le contrôle de toutes les villes principales. Cependant, la province d'Idlib, aux mains des forces extrémistes et pro-turques, est toujours  en dehors du contrôle du gouvernement. Pour cette raison, le conflit impliquera toujours un dialogue intense entre Moscou et Ankara et l'équilibre futur dépendra de la confrontation entre Poutine et Erdogan. La question kurde est également en jeu. Les milices kurdes contrôlent l'est de la Syrie et sont dans le collimateur d'une Turquie toujours prête à entrer en territoire syrien pour débusquer ceux qu'elle considère comme ses ennemis. Une recrudescence du conflit entre Idlib et les zones aux mains des Kurdes impliquerait donc la Russie et la Turquie, mais aussi les États-Unis qui sont toujours présents dans les zones pétrolières le long de l'Euphrate. La Syrie est en fait une partie d'échecs permanente entre les différentes puissances ayant des intérêts dans la région.

8. Iran - États-Unis et négociations nucléaires

Des pourparlers sont en cours à Vienne pour parvenir à un éventuel nouvel accord sur la question du nucléaire iranien. Cinq ans après le premier accord et quatre ans après la décision de Donald Trump de rompre cet accord, Téhéran et Washington tentent à nouveau la voie du dialogue. Mais le bras de fer entre les deux parties devrait rester l'un des sujets les plus chauds de 2022. Les projets de raid américain sur le territoire iranien n'ont jamais été complètement abandonnés. En Irak, en revanche, deux ans après le bombardement américain qui a tué le général Qasem Soleimani, les forces américaines auraient déjoué au moins six attaques contre leurs propres cibles commandées par des milices chiites liées à Téhéran. Derrière l'affrontement entre les Iraniens et les Américains, l'ombre israélienne est bien présente. L'État juif s'inquiète des programmes d'enrichissement d'uranium de la République islamique et a frappé à plusieurs reprises des cibles iraniennes en Syrie fin 2021.

phpYlTogA.jpg

9. La guerre oubliée au Yémen

L'Iran est également impliqué dans un bras de fer avec ses rivaux régionaux, l'Arabie saoudite. L'un des principaux théâtres de cette confrontation est le Yémen. La guerre au Yémen dure depuis 2015, lorsque Riyad a donné l'ordre d'attaquer les milices Houthi, liées à l'Iran qui furent capables de conquérir la capitale yéménite Sanaa l'année précédente. Depuis lors, le conflit n'a jamais cessé et a provoqué de graves répercussions humanitaires. Pour les Saoudiens, la guerre s'est avérée désastreuse. La coalition dirigée par les Saoudiens s'est en partie effondrée et n'a pas réussi à atteindre ses objectifs politiques et militaires. Le conflit s'est accéléré dans les dernières semaines de 2021 avec les avancées de Houti à Marib et dans la ville portuaire de Hodeida. Une nouvelle augmentation de l'intensité des combats est à prévoir en 2022. La guerre au Yémen est importante pour comprendre l'équilibre des forces dans la région du Moyen-Orient.

10. Israël-Palestine et les tensions non résolues

En 2022 également, la situation en Cisjordanie et à Gaza méritera l'attention. L'année dernière, la troisième intifada failli se déclencher et la bande de Gaza a connu des scènes de guerre suite à l'affrontement entre Israël et le Hamas. Tout a commencé par des protestations palestiniennes contre les expropriations ordonnées par le gouvernement israélien entre avril et mai dans la vieille ville de Jérusalem. Une fusée capable de déclencher la réaction aussi bien des Arabes israéliens, avec des scènes de guérilla également entre les villes où une minorité arabe bien visible est présente, que du Hamas. Le mouvement fondamentaliste a lancé de nombreuses roquettes, provoquant des incursions israéliennes dans la bande de Gaza. Des scénarios qui ne seront malheureusement pas si éloignés de la réalité en 2022. La tension dans la région est toujours très élevée.

jeudi, 06 janvier 2022

Le Kazakhstan: la nouvelle cible

16979883639_37ea9a43d8_z.jpg

Le Kazakhstan: la nouvelle cible

Daniele Perra

Ex: https://www.geopolitica.ru/it/article/obiettivo-kazakistan

Avant-propos
Avant de tirer des conclusions hâtives sur la nature des manifestations actuelles au Kazakhstan, il est nécessaire de développer une vision globale permettant de situer le pays dans un paysage géopolitique international de plus en plus complexe.

À cet égard, plusieurs facteurs méritent une attention particulière. En premier lieu, on ne peut éviter de souligner que la Russie et la Chine, surtout au cours des dix dernières années, ont développé des stratégies capables de contrebalancer (et, à certains égards, d'empêcher) la force propulsive des tentatives occidentales de réaliser les soi-disant "changements de régime". Les cas les plus évidents à cet égard sont l'endiguement des manifestations à Hong Kong (en ce qui concerne la Chine), la réponse russe au coup d'État atlantiste en Ukraine et la récente crise entre la Pologne et le Bélarus. Les deux derniers exemples en particulier ont fait " jurisprudence ". En ce qui concerne l'Ukraine, en 2014, la Russie est même allée jusqu'à utiliser le concept de "responsabilité de protéger" (la fameuse R2P largement exploitée par l'Occident en Serbie et en Libye) pour justifier l'annexion de la Crimée: en d'autres termes, elle a utilisé un instrument "occidental" pour mener à bien une action qui, en réalité, est en totale contradiction avec le positivisme normatif qui règne dans le droit international américano-centré. Il en va de même pour la récente crise migratoire à la frontière entre la Pologne et le Belarus (qui a également été au centre d'une tentative ratée de révolution colorée). Nous avons encore une fois assisté à l'utilisation d'une arme typiquement occidentale (le flux migratoire visant à déstabiliser la politique interne du pays qui le subit) contre un pays occidental (plus ou moins la même chose que ce qui est arrivé à l'Italie, mais perpétrée par des alliés supposés) qui a contribué à créer ces vagues migratoires grâce à sa participation active aux guerres d'agression des États-Unis et de l'OTAN (la Pologne faisait partie de la fameuse "coalition des volontaires" qui a attaqué l'Irak en 2003 avec la Grande-Bretagne, l'Australie et les États-Unis).

file7j5qu3vj6oo6bnar8pz.jpg

Sur la même longueur d'onde, on peut interpréter l'attitude russe envers l'Arménie de l'ancien Premier ministre pro-occidental Nikol Pashynian. Ce dernier, arrivé au pouvoir à la suite d'un exemple typique de "révolution colorée", après n'avoir rien fait pour éviter un nouveau conflit avec l'Azerbaïdjan, a naturellement dû se heurter à la réalité d'un Occident peu intéressé par la santé du peuple arménien et beaucoup plus intéressé par la création du chaos aux frontières de la Russie. Une prise de conscience qui l'a inévitablement conduit à chercher une solution du côté russe pour assurer sa propre survie et celle de l'Arménie elle-même.

Deuxièmement, il est nécessaire de garder à l'esprit que la pénétration occidentale (en particulier nord-américaine) en Asie centrale est ancienne. Sans s'embarrasser de la doctrine de "l'arc de crise" de Brzezinski et de ses associés, avec ses suites terroristes, il suffit dans ce cas de rappeler la formule C5+1 (les anciennes républiques soviétiques plus les États-Unis) inaugurée sous l'administration Obama et renforcée sous la présidence Trump. L'objectif de cette formule était (et est toujours) de favoriser la pénétration américaine dans la région, notamment en termes de "soft power" et de services de renseignement, afin de contrer le projet chinois de la nouvelle route de la soie. À cet égard, il ne faut pas négliger le fait que Washington n'a jamais cessé de rêver à la rupture de l'axe stratégique Moscou-Pékin. Et il n'est pas si improbable que ce soit précisément le Kazakhstan (un pays dans lequel la pénétration nord-américaine est plus forte qu'ailleurs) qui ait été chargé de cette tâche (ce que l'on ne pourra commencer à évaluer que dans les prochains jours). On ne peut pas non plus exclure que la Russie et la Chine en soient parfaitement conscientes.

Pénétration nord-américaine du Kazakhstan

Le Kazakhstan entretient de solides relations diplomatiques et commerciales avec les États-Unis depuis son indépendance. Washington a été le premier à ouvrir un bureau de représentation diplomatique dans l'ancienne République soviétique après son indépendance et Nursultan Nazarbayev a été le premier président d'un État d'Asie centrale à se rendre aux États-Unis. En fait, le Kazakhstan a cherché à mettre en œuvre une stratégie d'équilibre substantiel entre les puissances eurasiennes voisines (Russie et Chine) et la puissance mondiale hégémonique (les États-Unis). Si cette tentative d'équilibrage géopolitique (d'équilibre multi-vecteurs entre les puissances) a porté ses fruits dans les deux premières décennies de la vie de la République, il n'en va pas de même à partir du moment où la compétition entre l'Occident et l'Eurasie (malgré les efforts de la Chine pour échapper au "piège de Thucydide") s'est davantage aggravée. En effet, une telle stratégie (dont nous sommes peut-être en train d'observer les résultats), dans un contexte international où la crise permanente est devenue une normalité (due également à l'anxiété stratégique de la puissance hégémonique qui sent sa primauté remise en cause), devient particulièrement problématique. Et avec cela, le risque d'être englouti dans les mécanismes d'une nouvelle guerre froide devient de plus en plus élevé.

3_-ua_10.jpg

Il est bon de souligner que le pays reste l'un des principaux alliés de la Russie et de la Chine. Il est fermement ancré dans l'Union économique eurasienne et l'Organisation du traité de sécurité collective (ces deux institutions, pourrait-on dire, n'auraient aucun sens sans le Kazakhstan). En même temps, elle fait partie intégrante de l'Organisation de coopération de Shanghai et joue un rôle central dans le projet chinois d'interconnexion eurasienne de la nouvelle route de la soie.

Cela n'a pas empêché le pays de développer davantage ses liens étroits avec Washington. À une époque où de nombreux pays d'Asie centrale se sont désintéressés des États-Unis (considérés comme n'étant plus indispensables pour contrebalancer l'influence russe et chinoise), leur préférant la Turquie pour des raisons d'affinités culturelles, le Kazakhstan est resté accroché aux États-Unis. Sa relation avec Washington, contrairement à ses voisins immédiats, n'était en aucun cas associée à la présence américaine en Afghanistan. Les entreprises américaines gèrent toujours une grande partie de la production pétrolière du Kazakhstan, qui représente 44 % des recettes de l'État. Plus précisément, 30 % du pétrole du Kazakhstan est extrait par des sociétés nord-américaines, contre 17 % par les sociétés chinoises CNPC, Sinopec et CITIC et 3 % par la société russe Lukoil.

En 2020, les échanges commerciaux entre les États-Unis et le Kazakhstan se sont élevés à environ 2 milliards de dollars. Il s'agit d'un chiffre plutôt faible si on le compare aux 21,4 milliards de dollars d'échanges avec la Chine (qui a ouvert son énorme marché intérieur aux produits agricoles kazakhs) et aux 19 milliards de la Russie (où l'industrie de l'armement joue un rôle majeur). Toutefois, les 2 milliards d'échanges avec les États-Unis sont presque trois fois plus élevés que les 600 millions d'échanges totaux avec les autres pays d'Asie centrale [1].

NazTrump.jpg

En outre, depuis 2003, le Kazakhstan organise chaque année des exercices militaires conjoints avec l'OTAN. En outre, de 2004 à 2019, les États-Unis ont vendu au Kazakhstan des armes pour une valeur totale de 43 millions de dollars (un chiffre qui n'est pas particulièrement élevé, mais qui indique bien que le Kazakhstan a toujours essayé de créer des canaux alternatifs aux fournitures russes).

Il n'est donc pas surprenant que la rhétorique officielle de la République et de ses principaux médias soit totalement dépourvue des invectives anti-occidentales qui caractérisent les autres pays de la région. L'actuel président Kassym-Jomart Tokayev (un sinologue diplômé de l'Institut d'État des relations internationales de Moscou), par exemple, n'a jamais pris parti pour Moscou sur les questions internationales, essayant toujours de maintenir une vague neutralité. Et tant Moscou que Pékin n'ont pas manqué de critiquer le Kazakhstan lorsque le pays a permis aux États-Unis de rouvrir et de poursuivre le développement de certains laboratoires biologiques de l'ère soviétique. En particulier, de nombreux doutes ont été émis quant aux réelles activités nord-américaines dans les laboratoires d'Almaty et d'Otar (près des frontières avec la Russie et la Chine). L'accusation (même pas trop voilée) est que des armes biologiques sont développées dans ces sites. Cette accusation ne semble pas si infondée si l'on considère que les États-Unis disposent de laboratoires similaires dans 25 pays. Ces laboratoires sont financés par la Defence Threat Reduction Agency (DTRA), dont les gestionnaires des programmes militaires sont des entreprises privées qui ne sont pas directement responsables devant le Congrès américain. Et c'est précisément dans ces laboratoires que les expériences sur les coronavirus ont eu lieu (et ont encore lieu) [2].

Les protestations

Qu'est-ce qui a motivé les protestations de ces derniers jours ? Tout d'abord, il est nécessaire de garder à l'esprit que ce n'est pas la première fois que de telles manifestations ont lieu au Kazakhstan. En 2011, par exemple, 14 travailleurs de l'industrie pétrolière ont été tués à Zhanaozen lors d'une manifestation contre les conditions de travail difficiles et les bas salaires.

Il n'est pas surprenant que les manifestations de ces derniers jours aient commencé plus ou moins dans la même région, non seulement en raison de l'augmentation exponentielle du prix du carburant, mais aussi des licenciements massifs mis en œuvre par la gestion "occidentale" de l'industrie pétrolière et de la politique économique fondée sur des modèles néolibéraux. Les travailleurs protestataires sont principalement issus de la société Tenghizchevroil (50% Chevron, 25% ExxonMobil et 20% KazMunayGas). L'une des raisons de cette protestation est le fait que 70 % de la production pétrolière kazakhe est destinée à l'Occident.

Cela devrait, du moins en théorie, démontrer le caractère essentiellement spontané des premières manifestations. A première vue, il ne semble pas possible de parler d'une réponse occidentale (au cœur de l'Eurasie) aux avancées diplomatiques chinoises en Amérique latine. Cela n'exclut toutefois pas que les manifestations puissent être utilisées pour créer le chaos et déstabiliser le pays (une possibilité non négligeable si l'on considère le réseau dense d'organisations occidentales présentes, le rôle néfaste de la "cinquième colonne" d'oligarques pro-occidentaux et l'intérêt croissant de certaines agences de presse pour ce qui se passe en ces heures), peut-être même en exploitant les tensions potentielles entre les différentes communautés ethniques qui composent la population kazakhe.

0f05cef_17954-6jti3k.JPG

En conclusion, ce que les dirigeants politiques de nombreux pays de l'ex-Union soviétique (et de l'ancien bloc socialiste) n'ont pas encore compris, c'est que tenter de devenir amis avec l'Occident n'est pas en soi une garantie de survie politique. L'Ukraine, par exemple, est un État en déliquescence que l'OTAN cherche à exploiter comme champ de bataille (fourrage à abattre en cas d'agression contre la Russie). La Pologne doit sa "bonne fortune" à sa situation géographique entre la Russie et l'Allemagne, etc. Sans parler des innombrables cas dans lesquels les États-Unis se sont acharnés sur leurs anciens alliés et leurs outils géopolitiques extemporanés : de Noriega à Saddam, en passant par Ben Laden et Al-Qaïda.

Dans ce contexte, le rôle de la Russie et de la Chine sera à nouveau d'empêcher le chaos: d'empêcher la déstabilisation du Kazakhstan et d'éviter que cela n'affecte le processus d'interconnexion de l'Eurasie.

Source première: https://www.eurasia-rivista.com/obiettivo-kazakistan/

NOTES
[1] T. Umarov, Can Russia and China edge the United States out of Kazakhstan, www.carnagiemoscow.org.

[2] Voir The Pentagon Bio-weapons, www.dylana.bg.

mardi, 28 décembre 2021

Un nouvel axe géopolitique en devenir ? Arabie Saoudite - Iran - Pakistan - Chine

89d6f1ea-0a11-11e7-8938-48dffbf7165d_image_hires.JPG

Un nouvel axe géopolitique en devenir? Arabie Saoudite - Iran - Pakistan - Chine

par Peter Logghe

Source: Nieuwsbrief Knooppunt Delta - Nr. 164 - December 2021
 
Le programme nucléaire iranien a régulièrement fait la une de la presse par le passé ; le fait que les États-Unis soient à couteaux tirés avec l'Iran y est probablement pour beaucoup. La politique nucléaire saoudienne est beaucoup plus discrète. En 2008, les États-Unis et l'Arabie saoudite ont signé un accord sur l'utilisation non militaire de l'énergie nucléaire produite par l'Arabie saoudite. En novembre 2021, l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle allait bientôt annoncer qui sera en charge du programme nucléaire, avec 4 candidats restants.

L'énergie nucléaire et l'Arabie saoudite continuent de provoquer des troubles, mais pas dans le monde occidental. En 2003, il y a déjà eu un tollé dans la région lorsqu'il est apparu que le royaume saoudien voulait fabriquer la bombe atomique. En 1988, les Saoudiens ont acheté aux Chinois des missiles qui peuvent atteindre n'importe quelle cible au Moyen-Orient. Et en 1984, une équipe militaire saoudienne, dont faisait partie le prince Sultan, alors ministre de la défense, a été reçue au Pakistan où elle a visité les installations nucléaires en compagnie de Nawaz Sharif, alors Premier ministre du Pakistan. Le scientifique pakistanais, Abdul Qadeer Khan, père spirituel de la bombe atomique pakistanaise, a fourni au prince saoudien des informations sur l'énergie nucléaire et la bombe atomique. En 2012, le Pakistan et l'Arabie saoudite ont signé un accord de coopération mutuelle sur l'énergie nucléaire.

La question a longtemps été minimisée par les États-Unis : l'Arabie saoudite n'a-t-elle pas été un allié privilégié des États-Unis pendant des décennies ? Les relations entre les États-Unis et l'Arabie saoudite semblent se détériorer sous l'influence de la nouvelle politique étrangère "idéaliste" de Biden. Le président John Biden a souligné que sa politique étrangère serait désormais déterminée par les droits de l'homme - même si ces droits sont interprétés de manière hypocrite par les États-Unis dans leurs relations avec certains pays comme la Colombie et le Maroc.

La politique étrangère "idéaliste" crée des tensions entre les États-Unis et l'Arabie saoudite. Par exemple, les rebelles houthis au Yémen (qui luttent contre le régime légal yéménite, soutenu par l'Arabie saoudite) ne sont plus considérés comme des terroristes par les États-Unis. Les États-Unis ont également annulé un contrat de vente d'armes à l'Arabie saoudite. 
 
La Chine exploite toutes les failles laissées par l'Occident

Le programme nucléaire saoudien a été lancé en 2018 avec le soutien de la Chine. Israël et les États-Unis ne sont pas à l'aise avec cela. Pékin a aidé à mettre en place une usine saoudienne pour extraire le yellowcake des minerais d'uranium. Se pourrait-il que Riad penche de plus en plus vers de bonnes relations diplomatiques avec Pékin plutôt que de poursuivre ses relations avec les États-Unis ?

Si ce scénario se vérifie, les autorités pakistanaises pourraient bien être la passerelle vers de nouvelles relations sino-saoudiennes élargies. Ce n'est peut-être pas sans importance que le royaume saoudien a décidé, début octobre, d'offrir au Pakistan - qui connaît de graves difficultés économiques - une enveloppe financière de 4,2 milliards de dollars.

Il n'est pas surprenant que des rumeurs fassent état d'un nouvel axe Chine-Arabie saoudite-Pakistan, dont la plaque tournante serait le port de Gwadar au Pakistan, sur les rives de la mer d'Oman. Islamabad a cédé le contrôle du port à une entreprise d'État chinoise en 2013. Le port revêt une importance stratégique pour la Chine, car plus de la moitié du pétrole importé par la Chine provient de la région du Golfe et passe par le détroit d'Ormuz, situé à 650 kilomètres à peine de Gwadar. Gwadar est l'un des principaux points économiques de la route chinoise "One Belt One Road"


Lors de sa visite au Pakistan au mois de février 2021, le prince saoudien Sultan a annoncé que le royaume allait investir dans la raffinerie de pétrole de Gwadar. La Chine et l'Arabie saoudite ont de lourds intérêts géoéconomiques dans les infrastructures pakistanaises.

À la lumière du partenariat entre la Chine, le Pakistan et l'Arabie saoudite, le partenariat entre la Chine et l'Iran revient également sur le devant de la scène. La Chine pourrait jouer le rôle de médiateur afin d'accélérer l'amélioration des relations entre l'Arabie saoudite et l'Iran.  Après tout, l'Arabie saoudite, qui est actuellement plutôt isolée sur le plan géopolitique, a besoin de nouveaux partenaires. Si le royaume saoudien parvient à optimiser ses relations avec la Chine et à mettre sur les rails ses relations avec l'Iran, alors les ambitions nucléaires de l'Arabie saoudite pourront également se concrétiser. En tout état de cause, elle ne favorisera pas le calme géopolitique au Moyen-Orient et en Asie centrale, mais elle modifie fondamentalement le cadre géopolitique de la région.
 
Peter Logghe

mardi, 30 novembre 2021

Pourquoi les États-Unis, la Chine et la Russie veulent s'emparer du Groenland

ACp6cIj7aLyAqG7sTeJ3n5.jpg

Pourquoi les États-Unis, la Chine et la Russie veulent s'emparer du Groenland

Antonio Fernandez

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/geoestrategia/35765-2021-10-31-12-06-59

En 1867, les États-Unis ont acheté l'Alaska à la Russie pour 7,2 millions de dollars. La soif de territoire émanant de Washington n'a pas cessé depuis. Il y a deux ans, le président Donald Trump a proposé au Danemark d'acheter le Groenland, la plus grande île du monde, de plus de 2 millions de kilomètres carrés, alors qu'elle ne compte que 60.000 habitants, pour la plupart des Inuits. La Chine et la Russie veulent également prendre le contrôle du Groenland dans une course qui rappelle la fièvre colonialiste de la fin du 19ème siècle.

Le Groenland est devenu un territoire contesté à la fois entre Pékin et Washington, dont l'offre d'achat lancée par Trump a été qualifiée d'"absurde" par le gouvernement danois. La région fait partie du Danemark, mais jouit d'une large autonomie depuis l'adoption d'un statut en 2009. Le Groenland n'appartient pas à l'Union européenne, mais ses relations diplomatiques et militaires, ainsi que la santé de son économie basée sur la pêche, dépendent de Copenhague.

Le potentiel de cette immense île se cache derrière le différend géopolitique actuel entre les grandes puissances. Le Groenland possède d'énormes richesses naturelles qui n'ont pas encore été exploitées, mais c'est sa situation géographique qui en fait un butin potentiel très alléchant. La recherche de nouvelles voies de communication à travers le pôle Nord a été alimentée ces dernières années par la fonte des océans, qui rend les distances de plus en plus courtes pour les États impliqués dans la lutte géostratégique, comme la Russie et la Chine. La fonte des glaces de l'Arctique facilite le transport entre l'Asie et l'Europe sans qu'il soit nécessaire de passer par des canaux tels que le canal de Suez ou de Panama, ce qui raccourcit les temps de transit de 15 jours. En termes simples, le secrétaire d'État à la marine américaine, Richard Spencer, a exprimé ce qui se passe dans cette partie de l'Arctique en disant que "toute cette maudite chose a fondu".

000_1jo297_5d5e9a194d380.jpg

Les experts estiment que près de 13 % des réserves mondiales de pétrole se trouvent sous la surface du Groenland, selon l'US Geological Survey, mais il n'est actuellement pas rentable de les extraire en raison des complexités techniques liées à l'exploitation de ce territoire au climat polaire et à la glace permanente. Le sous-sol contient également quelque 38,5 millions de tonnes de terres rares (néodyme, dysprosium, yttrium, ainsi que de l'uranium, du zinc et de l'or), dont l'exploitation est vitale pour la production de nouvelles technologies, domaine dans lequel la Chine devance les États-Unis dans l'extraction et la transformation de ces éléments.

Les États-Unis, qui disposent d'une base radar sur Thulé depuis 1941, ont récemment séduit les autorités de l'île avec un programme d'aide de 12,1 millions de dollars consacré à l'extraction de matières premières, au tourisme et à l'éducation. Les analystes considèrent essentiellement cette aide comme un moyen d'étendre la présence militaire américaine sur l'île et aussi comme un élément d'une stratégie visant à contrebalancer la présence russe et chinoise. En outre, la promesse d'argent frais a semé la division entre les autorités groenlandaises, favorables à un coup de pouce américain, et le Danemark, qui y voit une provocation.

La Chine souhaite également reproduire dans l'Arctique le succès de la route de la soie prévue pour l'océan Indien et la Méditerranée. Pour ce faire, elle doit conclure des accords avec les autorités régionales en échange de routes et d'infrastructures. Elle a déjà essayé avec l'Islande, lorsqu'elle a échoué dans sa tentative de construire un grand port qui n'a finalement pas été approuvé. Les entreprises chinoises sont présentes au Groenland depuis 2008.

La guerre des brise-glace

Mais l'acteur le plus puissant dans l'Arctique est sans aucun doute la Russie, qui, selon RT, a construit 10 stations polaires, 16 ports, 13 aérodromes et même 10 stations de défense aérienne. La Russie a sa propre stratégie globale pour l'Arctique et a créé il y a plusieurs années une structure militaire axée sur cette région, le "Commandement du Nord". Moscou a investi massivement dans la construction de sept bases dans l'océan Arctique, notamment dans la mer de Barents, à la frontière norvégienne. La Russie est également le pays qui possède le plus grand nombre de brise-glace pour aider les navires à naviguer dans ses eaux gelées. Ces grands navires sont essentiels car ils peuvent naviguer partout. Moscou en possède sept dotés de réacteurs nucléaires et 20 autres brise-glace conventionnels, contre deux aux États-Unis.

5b9f5d7c15e9f928f117c099.jpg

Pour toutes ces raisons, l'amiral américain Paul Zukunft a conclu il y a longtemps que "nous ne jouons pas avec la Russie dans la même catégorie". Nous ne jouons même pas le jeu. Sur cet échiquier qu'est l'Arctique, les Russes nous ont mis échec et mat dès le départ", aurait-il déclaré dans le magazine Newsweek.

En 2008, les cinq pays possédant un territoire arctique (le Danemark, la Russie, les États-Unis, la Norvège et le Canada) ont signé la déclaration dite d'Ilulissat, dans laquelle ils s'engagent à maintenir la paix et la stabilité dans la région tout en respectant les conventions des Nations unies visant à protéger la zone contre les conflits. L'inquiétude grandit face à l'accélération de la concurrence entre les grandes puissances pour obtenir une part du gâteau convoité.

Source : La Razón

jeudi, 25 novembre 2021

Révolution culturelle 2.0 : la lutte de la Chine contre la féminisation des hommes

000_8_TN_78_C_b9ae34334c.jpg

Révolution culturelle 2.0 : la lutte de la Chine contre la féminisation des hommes

Alexander Markovics

Si l'on observe la jeunesse allemande et européenne, on constate de nombreux développements inquiétants: la féminisation de l'homme est omniprésente, les soi-disant "pop stars" deviennent des modèles individuels pour les adolescents. De plus en plus de jeunes se perdent dans les mondes virtuels des jeux vidéo, animés par le rêve de devenir une star du "sport électronique" ou un youtubeur connu et de gagner ainsi beaucoup d'argent. Ce style de vie matérialiste est la réalité d'un nombre croissant de jeunes - si l'on en croit les médias et les politiques occidentaux, il n'y a même pas d'alternative et fait partie d'un "développement individuel sain". Mais la Chine prouve qu'il existe aussi une alternative.

alibaba_100919.jpg

Après que le parti communiste local a tenu en laisse le géant de la technologie Ali Baba (dont l'importance en République populaire est comparable à celle de Google en Occident), voici la prochaine étape de la révolution culturelle 2.0 : le président Xi Jinping appelle au rajeunissement national. Les influences d'une culture pop dégénérée venue du Japon et de la Corée du Sud, qui propage surtout des hommes dégingandés et efféminés comme modèles, sont une épine dans le pied des dirigeants communistes. Ceux-ci doivent désormais être bannis de la télévision, tout comme le culte des "célébrités vulgaires d'Internet" (comparable au blogueur allemand Rezo).

Parallèlement, le parti met un terme à l'industrie des jeux vidéo et n'autorise les moins de 18 ans à ne jouer que trois heures par semaine. Outre la censure des contenus non patriotiques, le gouvernement tente ainsi de lutter contre le phénomène croissant de la dépendance aux jeux vidéo. Face à la menace croissante de l'Occident, récemment renforcée par la création de l'alliance militaire AUKUS entre les États-Unis, l'Australie et la Grande-Bretagne, Pékin mise sur le renforcement de sa propre culture dans cette guerre hybride, qui passe aussi de plus en plus par Internet et la culture pop.

Au lieu de la folie décadente du gendérisme, il faut promouvoir "la culture traditionnelle chinoise, révolutionnaire et progressiste-socialiste". Pékin a donc compris l'avertissement de la Russie, où l'analyste Leonid Savin, entre autres, a attiré l'attention sur ce phénomène, à savoir que la guerre contre les peuples libres de ce monde est également menée par le biais des médias, dont font partie Internet et les jeux vidéo. Par conséquent, la Chine veut protéger sa jeunesse des influences néfastes de l'Occident, non pas parce qu'elle veut asservir ses peuples, mais parce que l'Empire du Milieu a compris que sa souveraineté ne peut pas être défendue par des mauviettes efféminées, des matérialistes uniquement préoccupés par leur solde bancaire, des narcissiques en quête de gloire et des homosexuels.

Pour cela, il est indispensable de combattre la "culture pop" occidentale partout où cela est possible, et ce de préférence par la promotion et la redécouverte de sa propre culture et de ses propres traditions. Celui qui se réfère à sa propre tradition dans la lutte contre le mondialisme peut l'emporter. Mais ceux qui misent sur la culture de la mondialisation ne peuvent que périr.

mardi, 16 novembre 2021

Carl Schmitt en Chine

icono-article-58-1.jpg

Carl Schmitt en Chine

Le livre de Jan-Werner Müller, A Dangerous Mind : Carl Schmitt in Post-War European Thought, en traduction chinoise.

par Flora Sapiová

Ex: https://deliandiver.org/2017/08/carl-schmitt-v-cine.html

Les idées de Carl Schmitt (1888-1985), connu sous le nom de "juriste de la couronne du Troisième Reich" (Kronjurist), jouissent d'une immense popularité auprès des intellectuels chinois depuis le début du 21ème siècle. Le travail d'universitaires de premier plan comme Liu Xiaofeng 刘小枫, Gan Yang 甘阳 et Wang Shaoguang 王绍光 sur la diffusion des idées de Schmitt, ainsi que le fait que ses théories sur l'État contribuent à légitimer le régime de parti unique, ont rendu le discours "schmittien" à la fois à la mode et rentable en Chine (les politiques habituellement strictes des censeurs ne touchent que légèrement aux articles et aux livres inspirés par Schmitt).

Schmitt a rejoint le NSDAP en 1933, lorsque Adolf Hitler est devenu chancelier du Troisième Reich, et a participé avec enthousiasme aux purges des Juifs et de l'influence juive dans la vie publique allemande. Antilibéral et antisémite, Schmitt était un ardent partisan d'un gouvernement national-socialiste et aspirait à devenir le théoricien officiel du droit du Troisième Reich. Vers la fin de 1936, cependant, il est accusé d'opportunisme et de récidive catholique dans un article du journal officiel SS Das Schwarze Korps. Malgré la main protectrice de Hermann Göring, il doit renoncer à ses grandes ambitions et se concentrer sur l'écriture et l'enseignement.

Dans le milieu universitaire euro-américain, la vision pragmatique de la politique de Schmitt a été sévèrement critiquée. Les penseurs de gauche sont ambivalents quant à son héritage - en effet, malgré le léger arrière-goût de son passé nazi, il reste populaire parmi les théoriciens universitaires. En dépit des lacunes des idées de Schmitt, ils reconnaissent la perspicacité de son analyse et étudient son œuvre pour sa compréhension des manquements de la politique libérale, qu'ils ne font eux-mêmes que critiquer de manière impuissante depuis les confins confortables et forcés de la Realpolitik gouvernementale contemporaine.

La réception chinoise de la pensée de Schmitt pourrait être décrite comme beaucoup plus simple ; en effet, même Adolf Hitler a joui d'une certaine popularité incontestée en Chine après la mort de Mao. Les théoriciens chinois (continentaux) cherchant à consolider le système de parti unique ont trouvé dans l'œuvre de Schmitt des arguments utiles pour renforcer à la fois le rôle de l'État et la position du chef souverain (ou démiurge chinois) dans le maintien de l'unité et de l'ordre national.

Les disciples intellectuels chinois de Schmitt ont jusqu'à présent quelque peu négligé certains des concepts clés de son œuvre qui conviendraient aux ambitions d'un parti d'État dirigé par le timonier Xi Jinping. Nous pensons ici en particulier aux vues de Schmitt sur le Großraum (Grand Espace) ou la sphère d'influence. Le Großraum de Schmitt - inspiré par son interprétation de la doctrine Monroe promue par les Américains dans le but d'asseoir leur hégémonie sans entrave sur le Nouveau Monde - était destiné à justifier les ambitions de l'Empire allemand en Europe et à légitimer sa domination. Avec l'initiative de la Chine vers la création d'une Communauté de destin partagé 命运共同体 en Asie et dans le Pacifique (voir notre Annuaire 2014 sur ce sujet), la notion de sphères d'influence a retrouvé les faveurs de certains théoriciens des relations internationales. À titre d'exemple, considérons l'analyse de l'Australien Michael Wesley dans Restless Continent : Wealth, Rivalry and Asia's New Geopolitics (Black Inc., 2015).

91GtsImpjrL.jpg

Dans le cadre de son travail au Centre australien sur la Chine dans le monde, vers la fin de l'année, la juriste Flora Sapiovà a organisé un séminaire sur Schmitt en Chine. Elle a eu la gentillesse d'accéder à notre demande et a rédigé l'essai suivant sur cette importante évolution "étatiste" de la culture intellectuelle chinoise pour The China Story.

Flora Sapiovà est chargée de mission au Centre australien pour la Chine et le monde. Ses travaux portent sur le droit pénal et la philosophie du droit. Elle a écrit Sovereign Power and the Law in China (Brill, 2010) ; et a coédité The Politics of Law and Stability in China (Edward Elgar, 2014) ; et Detention and its Reforms in China (Ashgate, 2016) - Éditeurs.

___________________

    Nous avons établi la forme idéale (eidos),
    que nous considérons comme le but (telos),
    et nous le faisons,
    afin de les réaliser. (1)

L'intellectuelle schmittienne aime jouer à la roulette russe avec une innovation intéressante : elle croit qu'il y a une balle dans le barillet du revolver, mais elle sait aussi que ce n'est pas forcément le cas. Le seul à connaître réellement la vérité est le Souverain, une figure dont l'intellectuel ne peut percevoir la profondeur de la volonté. Le Souverain décide qui joue le jeu et combien de fois. Si la schmittienne refuse une offre qui ne l'est pas, elle sera déclarée ennemie et abattue. Si l'on considère à quel point ce brouillage intellectuel - maquillé en attitude - oblige à se soumettre à tout moment aux diktats du Souverain, on peut se demander pourquoi plusieurs intellectuels chinois de premier plan ont choisi le professeur Carl Schmitt, le juriste suprême du Troisième Reich, comme saint patron intellectuel.

La poursuite des rêves de richesse et de pouvoir fait partie intégrante de l'histoire et de la vie intellectuelle de la Chine depuis la fin du 19ème siècle. Les rêves de la Chine, qu'il s'agisse de ceux du Mouvement du Quatrième Mai (1919) ou des visions qui ont enflammé l'imagination du chef du Parti, de l'État et de l'armée, Xi Jinping, près d'un siècle plus tard, sont ancrés dans la conviction que la Chine était dotée d'une essence nationale distinctive : 国粹. Elle est à la Chine ce que l'âme est à l'homme. Et tout comme l'homme (religieux) cherche à monter au ciel en cultivant et en purifiant son âme, la Chine ne peut acquérir richesse et puissance que si son essence nationale est renforcée et purifiée des influences polluantes. Le mouvement des Nouvelles Lumières qui a émergé du dégel politique de la fin des années 1970 a accusé le traditionalisme et le féodalisme d'être à l'origine du retard de la Chine. Puis, dans les années 1980, les intellectuels chinois ont réfléchi à la manière de faire revivre le véritable caractère national de la Chine. Beaucoup voyaient la solution dans l'utilisation éclectique des valeurs, des théories et des modèles occidentaux (2). Après le massacre de Pékin en 1989, cependant, la fortune du mouvement s'est détournée et le sentiment nationaliste, en partie encouragé par l'État et en partie suscité par une réaction aux inégalités de la réforme du marché, a prévalu dans les années 1990. La réaction du public aux événements extérieurs a également joué un rôle.

Politische-Theologie_中文版.png

Comment distinguer un ami d'un ennemi

C'est dans le contexte de ces changements et développements rapides que nous devons donc évaluer l'obsession de la Chine pour Carl Schmitt (3). La réception de Carl Schmitt par les intellectuels chinois, dont beaucoup sont des membres influents de la Nouvelle Gauche, n'a été possible que grâce au travail acharné de l'influent universitaire Liu Xiaofeng 刘小枫 (qui enseigne à l'Université Renmin de Pékin), qui a traduit, commenté et promu les œuvres rassemblées de Schmitt. Titulaire d'un doctorat en théologie de l'université de Bâle, sa thèse préconisait de séparer le christianisme de ses dimensions "occidentales" et ecclésiastiques, afin que la pensée chrétienne puisse être traitée uniquement comme un objet de recherche universitaire. Ainsi conçue, la pensée chrétienne pourrait alors entrer en dialogue avec d'autres disciplines et contribuer, entre autres, à la modernisation de la société chinoise. Liu compare le développement du christianisme au développement des nations et de leur identité, en s'inspirant largement de Max Weber et de ses thèses dans Protestant Ethics and the Spirit of Capitalism, dont la traduction chinoise était à la fois très lue et influente dans les cercles intellectuels chinois dans les années 1980.

41cOPVfpdCL._SX326_BO1,204,203,200_.jpgSelon Liu, le christianisme s'est implanté en Chine sous une forme unique, indépendamment des efforts d'évangélisation des missionnaires occidentaux. Les débuts de la théologie chrétienne ont ainsi permis le développement d'un discours sino-chrétien visant à résoudre les "problèmes de la Chine" (4), en abordant des questions telles que le développement économique, la justice sociale, la stabilité et, surtout, la légitimité politique du gouvernement du Parti communiste.

Liu se décrit comme un "chrétien culturel", c'est-à-dire un chrétien sans affiliation religieuse : un chrétien qui étudie les arguments et les concepts théologiques pour le bien-être de sa nation. Avec une telle approche de la recherche, il n'est pas surprenant que Liu ait rapidement trouvé un penchant pour Carl Schmitt. Car selon lui, l'État a une origine théologique et doit être traité comme une entité de type divin s'il veut réussir à contenir le chaos et le désordre et assurer la sécurité et la prospérité du peuple. Schmitt suggère également que tous les concepts politiques modernes sont, au fond, enracinés dans la théologie. Le revers de la médaille est donc la possibilité de travailler avec la théologie comme une forme d'art politique (5). Liu a accepté très ouvertement les idées schmittiennes dès le début. Nous devrions également nous arrêter sur la facilité avec laquelle l'œuvre de Schmitt a trouvé un public enthousiaste en Chine. Contrairement au segment du monde intellectuel chinois qui s'inspire des modèles démocratiques libéraux occidentaux et qui, jusqu'à ce jour, souffre souvent de l'intervention de la censure, les partisans du clivage ami-ennemi de Schmitt et de sa critique de la démocratie parlementaire n'ont pas eu à faire face à des problèmes similaires.

En tant que catholique conservateur, Schmitt comprenait la politique (qu'il appelait, pour tenter d'en saisir l'essence, "le politique") comme étant ancrée dans la distinction ami/ennemi. Parmi les intellectuels chinois qui ont grandi entourés de la rhétorique marxiste (6), et donc familiers avec l'utilisation de la dyade ami-ennemi 敌我 aux fins de la politique post-maoïste (7), cette distinction fondamentale de Schmitt a eu une forte résonance. En effet, elle peut être utilisée pour délimiter n'importe quelle paire d'adversaires dès lors que l'on peut démontrer que les valeurs des deux parties sont si incommensurables qu'elles les amènent à tenter de détruire leur adversaire dans le but de préserver leur propre identité.

La distinction ami/ennemi est au cœur de la théorie politique et constitutionnelle de Schmitt, et elle est également à la base de sa critique de la démocratie parlementaire et des idées d'"état d'exception" et de souveraineté. Il a cherché à montrer que les démocraties libérales étaient piégées dans leurs fausses catégories politiques: en ignorant la distinction fondamentale entre ami et ennemi, elles risquaient de devenir des instruments de protection des intérêts de riches individus et de cliques qui utiliseraient ensuite l'État pour servir leurs propres intérêts au détriment du bien-être général. Selon Schmitt, les sociétés libérales font comme si le gouvernement et la nation étaient soumis aux diktats de normes juridiques fiables - mais ce faux-semblant se dissipe rapidement dès qu'un ennemi extérieur ou intérieur menace la nation et sa sécurité. Par conséquent, selon Schmitt, une dépendance excessive à l'égard des débats parlementaires et des procédures juridiques peut mettre le pays en danger de chaos en empêchant une action efficace et immédiate en réponse à une crise.

Selon Schmitt, la souveraineté ne réside pas dans l'État de droit, mais dans une personne ou une institution qui a le pouvoir de suspendre la loi afin de rétablir la normalité lorsqu'une crise grave éclate. Ainsi, un souverain ayant le pouvoir de déclarer l'état d'urgence (Ausnahmezustand) jouit d'une légitimité incontestable, qu'elle soit inscrite ici explicitement (c'est-à-dire dans la constitution) ou implicitement. Mais comment un pouvoir souverain opérant en dehors et au-dessus de la loi peut-il bénéficier d'une légitimité ? Ce pouvoir ne serait-il pas auto-renforcé et basé sur la violence pure ? Schmitt répond que la légitimité d'un tel pouvoir peut être défendue avec succès si l'on sépare les concepts de libéralisme et de démocratie. Pour lui, elles sont loin d'être identiques, et Schmitt décide d'élaborer sa propre définition de la démocratie.

Pour lui, un système politique basé sur l'opinion inconstante du peuple peut difficilement être légitime. Il a donc fait appel aux idées d'égalité et de volonté populaire (8). Pour Schmitt, l'égalité politique signifie une relation de "co-égalité" entre le gouvernant et le gouverné. Tant que les uns et les autres appartenaient au même groupe - ou étaient "amis" - avec une vision identique de l'ennemi, l'arrangement politique restait démocratique. Lorsque la volonté de la nation se reflétait dans les décisions du dirigeant, le peuple gouvernait selon cette métrique schmittienne. La volonté du peuple, ainsi conçue, n'avait pas besoin d'être façonnée ou exprimée par le suffrage universel: les demandes formulées en assemblée publique pour traduire la volonté du peuple étaient un instrument suffisamment efficace (9).

La définition éclectique que Schmitt donne de la volonté du peuple l'amène à considérer la démocratie comme une dictature démocratique. Cette façon de penser a fortement impressionné les intellectuels qui privilégiaient les solutions étatistes et nationalistes aux questions et problèmes politiques et internationaux (10).

Pourquoi Schmitt ?

Les raisons de la fascination des intellectuels chinois pour Carl Schmitt sont assez simples et directes. Les concepts interdépendants de "(la) division entre ami et ennemi", d'"état d'urgence" et de "décisionnisme" sont simples et exploitables. Ainsi, les concepteurs de programmes et leurs conseillers peuvent facilement les utiliser pour analyser la situation. Le langage de Schmitt peut également fournir un soutien théorique aux propositions de réforme, devenir une source d'inspiration ou fournir des briques imaginaires dans la construction d'arguments pro-étatiques dans les sciences politiques et les études constitutionnelles. En outre, la division schmittienne entre ami et ennemi complète et justifie bon nombre des interprétations nationalistes et exceptionnalistes de la culture qui ont récemment gagné en influence parmi les intellectuels chinois. S'il ne s'agit pas, bien sûr, d'un phénomène uniquement chinois, n'oublions pas non plus qu'ils contrastent fortement avec les aspects universalistes et internationalistes de la doctrine d'État du communisme chinois. L'argument central des schmittiens chinois est que le monde n'est pas une unité politiquement homogène, mais un plurivers dans lequel des systèmes politiques radicalement différents existent côte à côte dans une relation antagoniste. La Chine a donc non seulement le droit de suivre sa propre voie vers la puissance et la prospérité, mais elle doit surtout la trouver et la défendre.

Ce raisonnement des schmittiens chinois justifie la position de l'État-parti selon laquelle la démocratie parlementaire occidentale, une forme robuste d'État de droit, la société civile ou les valeurs et institutions du constitutionnalisme occidental ne conviennent pas à la Chine. Les thèses de Schmitt permettent aux partisans de ces positions d'affirmer que ces idées appartiennent à un cosmopolitisme libéral "étranger", finalement nuisible au mode de vie chinois. En 2013, un règlement d'État appelé "Document 9" a identifié ces idées comme une menace sérieuse pour le "domaine idéologique" de la Chine (11).

9782081228733.jpgLes idées de Carl Schmitt ont gagné en influence parmi les intellectuels chinois et il est souvent cité comme une autorité étrangère pour s'opposer au "libéralisme" et aux modèles occidentaux ou américains de développement économique et politique. Dans le discours intellectuel chinois, cependant, vous n'entendrez jamais la philosophie de Schmitt fondée sur le principe de la politique comme exclusion et même élimination physique de l'ennemi (si cela était jugé nécessaire pour atteindre un objectif idéologique). La distinction entre ami et ennemi encourage une forme implacable de pensée binaire. On a beau essayer de définir la catégorie de l'ami, il y a toujours une projection de son contraire. "Ami" prend un sens par la reconnaissance de ce que signifie "ennemi". On peut utiliser, comme Schmitt lui-même l'a souligné, toutes sortes de caractéristiques pour définir un "ami" : la religion, la langue, l'ethnicité, la culture, le statut social, l'idéologie, le sexe, et en fait tout ce qui peut devenir un élément essentiel d'une distinction donnée entre ami et ennemi.

La distinction ami/ennemi est une distinction publique : elle parle d'amitié et d'hostilité entre des groupes, et non des individus. (Il est toujours possible d'admirer en privé un membre d'un groupe ennemi). La délimitation de l'identité est toutefois assez souple, car une communauté politique se forme par l'identification partagée d'une menace présumée (13). En d'autres termes, une communauté n'acquiert un sens au sens d'un groupe membre (in-group) qu'en distinguant "ceux qui se tiennent à l'extérieur". De cette façon, la manière schmittienne de définir "le peuple" évite la nécessité d'une délimitation ou d'une définition juridique. "Le peuple" en tant que communauté politique au sens schmittien se préoccupe avant tout de savoir si une autre communauté politique (ou des individus capables de former une telle communauté) constitue une menace pour son propre mode de vie. Pour Schmitt, le clivage ami-ennemi est un clivage purement politique, et doit donc être entièrement dissocié de l'éthique (14). Puisque la préoccupation première est la survie du "groupe membre" en tant que "peuple" et communauté politique, les thèses de Schmitt suggèrent la possibilité de justifier l'élimination de l'ennemi comme une nécessité pratique (15). Les personnes qui se définissent comme des intellectuels schmittiens devraient donc noter que les arguments de Schmitt sont construits sur la notion de nécessité. Tant qu'il y a une cause qui doit être défendue, n'importe quel nombre de morts peut être justifié.

De plus, cette nécessité est fondée sur l'antagonisme. Toutes les idées de Schmitt sur la politique et le constitutionnalisme sont basées sur la division entre ami et ennemi. Mais c'est précisément la raison pour laquelle nombre des analyses les plus utiles de la politique et du constitutionnalisme chinois ont émergé de ses concepts. La vision de Schmitt du souverain, qui doit avoir la liberté d'intervenir à volonté pour le bien de l'ensemble du pays, correspond au "courant intellectuel étatiste" 国家主义思潮 dans le discours chinois, dont Wang Shan 王山 et Wang Xiaodong 王小东 ont été et restent les principaux représentants...

Ce mouvement a contribué à l'élaboration de l'argument autour de la signification de la "capacité de l'État". Dans leur ouvrage influent de 2001, les politologues Wang Shaoguang 王绍光 et Hu Angang 胡鞍钢 ont identifié la "capacité de l'État" comme la clé de la bonne gouvernance et de la politique. Ils ont critiqué les processus de décision démocratiques en mettant en évidence leurs concomitants défavorables. En effet, selon eux, ils s'accompagnent inévitablement de débats interminables qui entraînent des retards dans la mise en œuvre des mesures nécessaires, voire une paralysie politique et institutionnelle. Ils considèrent que la "capacité de l'État à mettre en œuvre sa volonté" est essentielle pour protéger le bien-être de la nation (16). Depuis lors, la défense de la "capacité de l'État" et de ses suppléments corollaires de contrôle social et de légitimité basée sur la performance comme alternative viable à la démocratie parlementaire est apparue dans de nombreuses publications universitaires chinoises.

Idées utiles et citables

Dans un ouvrage intitulé de manière provocante Quatre chapitres sur la démocratie (17), Wang Shaoguang rend un hommage tacite aux Quatre chapitres sur la doctrine de la souveraineté de Schmitt. Comme le juriste allemand, Wang rejette la démocratie représentative pour des raisons utilitaires et pragmatiques, affirmant que le système ne parvient pas à élever le niveau de bien-être de l'ensemble de la population. Dans l'esprit des arguments de Schmitt sur l'abus du parlementarisme par les groupes d'intérêt, Wang soutient que le suffrage universel fait le jeu des riches tout en poussant les pauvres dans le rôle de spectateurs passifs.

Wang avance également la notion de "peuple", basée sur la pensée de Schmitt, comme base de la démocratie responsable (responsive), puisque, selon lui, les pays ayant une grande capacité d'assimilation et de gouvernance (c'est-à-dire une nation unie sous un leader fort) ont également une meilleure qualité de démocratie. Une partie de la terminologie de Wang est basée sur le travail du théoricien politique démocratique Robert Dahl, mais le raisonnement soutenant la notion de démocratie responsable de Wang est similaire à celui de Schmitt (18).

L'argument de la "capacité de l'État" avancé par Wang, Hu et d'autres a été examiné de près par les sinologues occidentaux contemporains pendant plus d'une décennie. Il est régulièrement cité dans les publications universitaires sur l'économie chinoise, l'économie politique et l'administration publique.

Dans nombre de ces publications (en anglais et dans d'autres langues européennes), les auteurs attribuent à la doctrine de la "capacité de l'État" le mérite d'avoir permis à l'État chinois de prendre des mesures plus efficaces pour accélérer le développement économique du pays. La preuve de la réussite économique de la Chine a ensuite encouragé un certain nombre d'universitaires à aller jusqu'à déclarer que les gouvernements autoritaires peuvent atteindre la croissance économique avec une plus grande efficacité que les gouvernements démocratiques libéraux. Étonnamment, certaines de ces personnes sont également, selon leurs propres termes, "favorables à la transformation de la Chine en une société plus ouverte, fondée sur l'État de droit et les droits de l'homme" (19). Si, par société "plus ouverte", ils entendent plus de liberté dans le sens de la démocratie libérale, alors cet objectif est en contradiction avec leur argument selon lequel le système chinois de parti unique (communiste) doit être renforcé par une série de mesures (étatiques) de renforcement de ses capacités.

Les thèses de Schmitt ont également eu une influence non négligeable sur la théorie constitutionnelle chinoise. Après Mao, l'État à parti unique avait besoin - et dans une certaine mesure a toujours besoin - d'une ontologie politique typiquement chinoise. Cette façon de conceptualiser et de comprendre le monde doit impliquer un système politique bipartite (bipartisan) dans lequel un vaste appareil de parti existe à la fois à l'intérieur et à l'extérieur des normes juridiques et exerce son pouvoir souverain sur l'État. En outre, ce système d'État-parti doit être cohérent sur le plan interne: il doit être capable de s'auto-préserver dans la mesure où il ne perd pas sa légitimité aux yeux de la nation chinoise et à l'étranger. Les juristes chinois tels que Qiang Shigong 強世功, qui considèrent le droit constitutionnel dans cette perspective, ont commencé dans la première décennie de ce siècle à utiliser tout l'arsenal de la philosophie schmittienne pour défendre leurs vues. Le résultat a été la trinité des concepts d'"état d'exception", de "pouvoir constituant et constitué" et de "représentation politique par consensus général" (représentés par les termes "État, mouvement et peuple" utilisés par Schmitt dans son ouvrage de 1933, Staat, Bewegung, Volk), que ce courant d'universitaires a exaltés comme la véritable essence du droit chinois.

Dans le cas des citations directes, l'influence de Schmitt n'est pas contestée, mais certains intellectuels comme Cui Zhiyuan 崔之元 s'inspirent implicitement de ses idées dans leur théorisation de la politique et de la gouvernance chinoises. En effet, son influence peut être discernée assez clairement dans la perception de Cui de la Chine comme un "système constitutionnel mixte" de "trois niveaux politiques" (20). De même, la conception de Chen Ruihong 陈瑞洪 de "l'inconstitutionnalité vertueuse" (21); Han Yuhai 韩毓海 et sa doctrine du "constitutionnalisme dans un État prolétarien" (22); Hu Angang 胡鞍钢 rebaptisant le Politburo en "présidence collective" (23) ou le modèle 强世功 de Qiang Shigong de "souveraineté partagée sous la direction de l'État-parti" (24) peuvent être décrites comme les thèses phares des deux dernières décennies, basées sur la pensée de Schmitt. Bien que ces théories appartiennent à différents domaines de la recherche constitutionnelle chinoise (25), elles revêtent toutes uniformément le souverain schmittien dans l'habit de l'État-parti chinois. Plus précisément, chacune de ces théories défend la notion de représentation politique en liant le consensus à l'acceptation générale des diktats du parti étatique. D'une manière ou d'une autre, ils qualifient aussi uniformément "l'Occident" et ses institutions politiques et juridiques d'inappropriés pour la Chine.

La recherche juridique occidentale n'a pas encore abordé en profondeur ces arguments influents ou leurs implications juridiques et politiques. Mais certains chercheurs suggèrent que ces thèses pourraient être pertinentes pour la Chine. Par exemple, Randall Pereenboom a produit une analyse utile du système juridique chinois en tant que plurivers de différentes conceptions de l'état de droit (26). Michael Dowdle, issu des positions de la Nouvelle Gauche, soutient que la conception libérale du constitutionnalisme a des limites au-delà desquelles il est possible de légitimer l'Etat par d'autres moyens (27). Larry Catà Backer, quant à lui, a avancé l'idée que le Parti et l'Etat constituent une entité unitaire. Inspirée par les réalités des institutions chinoises, cette construction théorique permet un lien shuanggui 双规 juridiquement justifiable (28). D'une certaine manière, ces œuvres peuvent aussi être comprises comme une façon de verser du sel sur les blessures de nos propres contradictions. Si nous pouvons critiquer le système juridique chinois pour défendre un modèle idéalisé du système juridique occidental, nous ne pouvons pas éviter le droit chinois tel qu'il est débattu et tel qu'il existe en République populaire de Chine.

Certains intellectuels chinois ont remarqué que si leurs compatriotes aiment bien s'en prendre à l'Occident, ils ne comprennent plus pourquoi ils s'appuient sur un penseur politique allemand pour le faire (29). Si cette critique est valable, elle ne tient pas compte d'un problème plus général: les partisans des modèles et des concepts indigènes, les défenseurs de la "troisième voie" et les libéraux de type occidental ont tous refusé jusqu'à présent d'aborder leur propre préférence pour une logique qui appartient à la métaphysique occidentale plutôt qu'à la pensée chinoise indigène (le confucianisme ou d'autres formes de pensée dérivées de sources préchinoises). Selon cette logique occidentale, il faut créer un modèle idéal de la forme d'un système politique ou juridique, d'une société, ou même de toute autre chose, puis essayer de "faire entrer" la réalité dans ce modèle, souvent sans trop se soucier des conséquences.

D'une manière ou d'une autre, nous assistons, dans la recherche juridique chinoise, à la montée en puissance des concepts schmittiens par rapport aux concepts libéraux. Des modérés politiques comme He Baogang 何包钢 (30) ont tenté de concilier les arguments des deux camps en proposant, par exemple, que la Cour constitutionnelle ait le pouvoir de décider de ce qui constitue l'"état d'exception" qui sous-tend l'autorité absolue du souverain schmittien. Ces efforts, cependant, ne font qu'illustrer la faiblesse des positions libérales par rapport aux positions schmittiennes. Le professeur He illustre ainsi le dilemme et la difficulté de la tâche de ceux qui tentent de concilier des éléments du modèle démocratique libéral (comme l'indépendance de la branche judiciaire du gouvernement) avec les concessions de la formule ami-ennemi de Schmitt.

8B-q2V0_a9287IZUAw7p-D.jpg

Schmitt et Xi

Depuis l'accession de Xi Jinping au poste de chef suprême de l'État en novembre 2012, la distinction ami-ennemi si centrale dans la philosophie de Carl Schmitt a pris une importance accrue en Chine, tant dans la "théorie du parti" que dans la vie académique. La reprise sélective de la rhétorique de combat maoïste dans l'introduction de la nouvelle campagne d'éducation de masse le 18 juin 2013 peut nous servir de bon exemple de l'adaptation de la distinction ami-ennemi aux conditions du régime actuel de parti unique.

Pour voir les conséquences de la pensée de Schmitt, il ne faut pas oublier les raisons pour lesquelles il a mis l'accent sur la distinction ami-ennemi et la souveraineté absolue. Schmitt pensait que sa théorie garantirait le plus grand bien. Nous pouvons à juste titre qualifier sa philosophie de théologie politique, car elle était fondée sur le concept biblique de katekhon (du grec τὸ κατέχον, "ce qui retient" ou ὁ κατέχων "celui qui retient"), la puissance qui retient la venue de l'Antéchrist (31). Schmitt a fait entrer le katekhon dans le registre politique lorsqu'il l'a défini comme le pouvoir qui maintient le statu quo (32). Il peut être exercé par une institution (par exemple, un État-nation) ou par un souverain (qu'il s'agisse d'un dictateur ou d'un défenseur de la constitution). L'aboutissement logique de la croyance de Schmitt dans le katekhon était la fusion des idées religieuses et politiques. Pour lui, les forces opposées à une souveraineté donnée ne sont donc rien d'autre que des agents du mal et des ennemis qui sèment les graines du chaos et de la perturbation.  Protéger sa propre nation ou son propre souverain est donc devenu un devoir sacré et une voie de salut.

Nous pouvons être fondamentalement en désaccord avec les intellectuels chinois qui ont adopté une vision schmittienne du monde. Mais si nous voulons défendre le pluralisme intellectuel, nous devons accepter la liberté des personnes de choisir leur propre perspective. Par conséquent, la montée du discours schmittien chinois dans le monde universitaire élargit en fait la portée des arguments d'inspiration schmittienne des universitaires de gauche et de droite américains et européens.

Ajoutons qu'en Chine, comme ailleurs, les distinctions politiques entre la gauche et la droite ou entre la nouvelle gauche et les libéraux émergent et restent pour la plupart prisonnières d'un milieu partagé que l'on pourrait appeler, avec Schmitt, un paradigme politico-théologique commun. Les différences politiques ont un sens dans un environnement commun dans lequel les personnes acquièrent et développent leurs schémas mentaux, leur vocabulaire politique et tout l'univers des concepts nécessaires à la pensée politique. Grâce au paradigme politico-théologique du parti unique en République populaire de Chine, les intellectuels chinois doivent s'accrocher bon gré mal gré aux schémas mentaux, au vocabulaire et aux concepts que cet environnement a permis de faire émerger. Mais nous devons nous rappeler que les idées occidentales doivent également s'y adapter.

Le fait de vivre dans un pays qui a connu une forte augmentation de sa richesse matérielle et de sa puissance mondiale au cours des trois dernières décennies a conduit les intellectuels schmittiens en Chine à l'idée de combiner une philosophie dont les origines et le développement remontent à l'Allemagne de l'entre-deux-guerres avec les idées d'État qui ont commencé à se répandre en Chine dans les années 1980. Ce mélange de pensée schmittienne et d'"étatisme" est aujourd'hui très influent dans les cercles universitaires chinois, même si peu d'entre eux semblent s'inquiéter du potentiel destructeur de la philosophie de Schmitt.

Notes :

(1) François Jullien, Traité de l'efficacité : entre pensée occidentale et pensée chinoise, Honolulu : University of Hawai'i Press, 2004, p. 1.

(2) Sur le mouvement des Nouvelles Lumières, voir Xu Jilin, "The Fate of an Enlightenment - Twenty Years in the Chinese Intellectual Sphere (1978-1998)", dans Geremie R Barmé et Gloria Davies, East Asian History, no 20 (2000) : pp 169-186. De manière plus générale et critique, voir Zhang Xudong, ed, Whither China : Intellectual Politics in Contemporary China, Durham : Duke University Press, 2001, partie 1.

(3) L'étude de la philosophie européenne n'était pas une priorité du neuvième plan quinquennal de recherche en sciences sociales et en philosophie 国家哲学社会科学研究九五规划重大课题, qui couvrait la période 1996-2000 ; et le premier livre de Liu sur Carl Schmit, une critique de Carl Schmitt and Authoritarian Liberalism de Renato Cristi, date de 1997. Voir Liu Xiaofeng 刘小枫, 'Shimite gushide youpai jiangfa : quanwei ziyouzhyi?' 施米特故事的右派讲法: 权威自由主义 ? , 28 septembre 2005, en ligne : http://www.aisixiang.com/data/8911.html. Sur le neuvième plan quinquennal, voir Guojia Zhexue Shehui Kexue Yanjiu Jiuwu (1996-2000) Guihua Bangongshi 国家哲学社会科学研究九五 规划办公室, Guojia Zhexue Shehui Kexue Yanjiu Jiuwu (1996-2000) Guihua 国家哲学社会科学研究九五 (1996-2000) 规划, Beijing 北京 : Xuexi chubanshe 学习出版社, 1997.

(4) Liu Xiaofeng 刘小枫, 'Xiandai yujing zhongde hanyu jidu shenxue' 现代语境中的汉语基督神学, 2 avril 2010, en ligne : http://www.aisixiang.com/data/32790.html. Sur la théologie sino-chrétienne, voir également Yang Huiling et Daniel HN Yeung, eds, Sino-Christian Studies in China, Newcastle : Cambridge Scholars Press, 2006 ; Pan-chiu Lai et Jason Lam, eds, Sino-Christian Theology : A Theological Qua Cultural Movement in Contemporary China, Frankfurt am Main : Peter Lang, 2010 ; et Alexander Chow, Theosis, Sino-Christian Theology and the Second Chinese Enlightenment : Heaven and Humanity in Unity, New York : Peter Lang, 2013. Pour un commentaire du courant dominant sur l'influence de Carl Schmitt en Chine, voir Mark Lilla, " Reading Strauss in Beijing ", The New Republic, 17 décembre 2010, en ligne : http://www.newrepublic.com/article/magazine/79747/reading-leo-strauss-in-beijing-china-marx.

(5) Carl Schmitt, Théologie politique : quatre chapitres sur le concept de souveraineté, trans. George Schwab, Chicago : University of Chicago Press, 2005 p. 36.

(6) Mao Tse-tung, "On the Correct Handling of Contradictions Among the People", Selected Works of Chairman Mao Tsetung, Volume 5, édité par le Comité d'édition et de publication des œuvres du président Mao Tsetung, Comité central du Parti communiste chinois, Beijing : Foreign Language Press, 1977, pp. 348-421.

(7)  Pour une discussion de son utilisation dans le domaine de la politique de sécurité, voir Michael Dutton, Policing Chinese Politics : A History, Durham : Duke University Press, 2005.

(8) Carl Schmitt, Dictature : de l'origine du concept moderne de souveraineté à la lutte des classes prolétarienne, trad. Michael Hoelzl et Graham Ward, Cambridge : Polity Press, 2014.

(9) Carl Schmitt, La crise de la démocratie parlementaire, trans. Ellen Kennedy, Cambridge et Londres : MIT Press, 2000 ; et Carl Schmitt, Constitutional Theory, trans. Jeffrey Seitzer, Durham : Duke University Press, 2008.

(10) Sur les tendances intellectuelles étatistes et nationalistes, voir Xu Jilin 许纪霖, " Jin shinianlai Zhongguo guojiazhuyi sichaozhi pipan " 近十年来中国国家主义思潮之批判, 5 juillet 2011, en ligne : http://www.aisixiang.com/data/41945.html.

(11) "Communiqué sur l'état actuel de la sphère idéologique". A Notice from the Central Committee of the Communist Party of China's General Office", en ligne : http://www.chinafile.com/document-9-chinafile-translation.

(12) Comme la relation d'agonisme, où l'ennemi schmittien devient l'adversaire. Dans ce contexte, voir Chantal Mouffe, "On the Political. Londres et New York : Routledge, 2005.

(13) Carl Schmitt, Le concept du politique.

(14) Schmitt, Le concept du politique.

(15) Schmitt, Le concept du politique.

(16) Wang et Hu entendent par là : "le rapport entre le degré réel d'intervention que l'État est capable d'entreprendre et le degré d'intervention que l'État espère atteindre. Voir Wang Shaoguang et Hu Angang, The Chinese Economy in Crisis : State Capacity and Tax Reform, New York : ME Sharpe, 2001, p. 190.

(17) Wang Shaoguang 王绍光, Minzhu sijiang 民主四讲, Beijing 北京 : Sanlian shudian 三联书店, 2008.

(18) Wang Shaoguang, 'The Problem of State Weakness', Journal of Democracy 14.1 (2003) : 36-42. Par le même auteur, voir "Democracy and State Effectiveness", dans Natalia Dinello et Vladimir Popov, eds, Political Institutions and Development : failed expectations and renewal hopes, Londres : Edward Elgar, 2007, pp.140-167.

(19) "Dialogue UE-Chine sur les droits de l'homme", disponible en ligne à l'adresse suivante : http://eeas.europa.eu/delegations/china/eu_china/political_relations/humain_rights_dialogue/index_en.htm.

(20) Cui Zhiyuan 崔之元, "A Mixed Constitution and a Tri-level Analysis of Chinese Politics" 混合宪法与对中国政治的三层分析, 25 mars 2008, en ligne à l'adresse : http://www.aisixiang.com/data/18117.html.

(21) Chen Ruihong 陈瑞洪, 'Une coupe du monde pour les études de droit constitutionnel : A Dialogue between Political and Constitutional Scholars on Constitutional Power' 宪法学的知识界碑 - 政治学者和宪法学者关于制宪权的对话, 5 octobre 2010, en ligne : http://www. aisixiang.com/data/36400.html ; et aussi Xianfa yu zhuquan 宪法与主权, Beijing 北京 : Falü chubanshe 法律出版社, 2007.

(22) Han Yuhai 韩毓海, " La Constitution et l'État prolétarien " 宪政与无产阶级国家 en ligne.

(23) Hu Angang, La présidence collective de la Chine, New York : Springer, 2014.

(24) Qiang Shigong 强世功, "The Unwritten Constitution in China's Constitution" 中国宪法中的不成文宪法, 19 juin 2010, en ligne : http://www.aisixiang.com/data/related-34372.html.

(25) Voir également le numéro spécial "The Basis for the Legitimacy of the Chinese Political System : Whence and Whither ? Dialogues entre universitaires occidentaux et chinois VII', Chine moderne, vol. 40, n° 2 (mars 2014).

(26) Randall Peerenboom, China's Long March Towards the Rule of Law, Cambridge : Cambridge University Press, 2002.

(27) Michael Dowdle, " Constitutional Listening ", Chicago Kent Law Review, vol. 88, no 1, (2012-2013) : p. 115-156.

(28) Larry Catá Backer et Keren Wang, " The Emerging Structures of Socialist Constitutionalism with Chinese Characteristics : Extra Judicial Detention (Laojiao and Shuanggui) and the Chinese Constitutional Order ", Pacific Rim Law and Policy Journal, vol. 23, no. 2 (2014) : pp. 251-341.

(29) Liu Yu 刘瑜, 'Have you read your Schmitt today?' 你今天施密特了吗?, Caijing, 30 août 2010, en ligne : https://web.archive.org/web/20170725205823/http://blog.caijing.com.cn:80/expert_article-151338-10488.shtml option=com_content&view=article&id=189:2010-10-08-21-43-05&catid=29:works&Itemid=69&lang=fr

(30) He Baogang 何包钢, 'In Defence of Procedure : a liberal's critique of Carl Schmitt's theory of exception' 保卫程序 一个自由主义者对卡尔施密特例外理论的批评, 26 décembre 2003, en ligne :

(31) Nouveau Testament 2, Thessaloniciens 2 : 3-8 : Ne vous laissez tromper par personne, car cela n'arrivera pas avant qu'il y ait rébellion contre Dieu et que l'homme de l'illégalité, le Fils de la Perdition, apparaisse. Il résistera et s'élèvera au-dessus de tout ce qui porte le nom de Dieu ou à qui l'honneur divin est rendu. Il s'assiéra même dans le temple de Dieu et prétendra être Dieu. Tu ne te souviens pas que je t'ai dit ça quand j'étais avec toi ? Vous savez ce qui l'empêche d'apparaître avant son heure. Cette iniquité est déjà à l'œuvre, mais seulement en secret, jusqu'à ce que celui qui l'entrave soit écarté du chemin.

(32) Pour une illustration simple, voir Gopal Balakrishnan, The Enemy : An Intellectual Portrait of Carl Schmitt, London : Verso, 2002, ch. 17. Pour un résumé du débat sur le rôle du kathechon et la généalogie de la conception de Schmitt en matière de théologie politique, voir Julia Hell, 'Katechon : Carl Schmitt's Imperial Theology and the Ruins of the Future', The Germanic Review, vol. 84, no. 4, (2009) : pp. 283-325.

La réflexion de Flora Sapiovà, Carl Schmitt en Chine, a été publiée sur The China Story le 7 octobre 2015.

lundi, 08 novembre 2021

Un monde tripolaire : nouveaux horizons et Logos intemporels

politiki_1_0.jpg

Un monde tripolaire : nouveaux horizons et Logos intemporels

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/trehpolyarnyy-mir-novye-gorizonty-i-vechnye-logosy

Un monde tripolaire s'est en fait construit sous nos yeux. Il n'importe plus de savoir quelle force politique prévaut en Amérique, les mondialistes (comme Biden aujourd'hui) ou les nationalistes (comme Trump hier). L'échec du maintien de l'hégémonie mondiale américaine ne dépend plus de l'orientation de l'élite dirigeante américaine. Les néocons et les ultra-libéraux de Biden vudraient revenir au modèle unipolaire qui prévalait dans les années 1990 après l'effondrement de l'URSS, mais ils ne le peuvent tout simplement plus. La Chine et la Russie, à partir d'un certain moment, sont devenues des entités géopolitiques et civilisationnelles si manifestement souveraines qu'il n'est plus possible de le nier.

Bien sûr, les libéraux en lutte contre Trump ont essayé de l'accuser d'être celui qui a contribué (et même tout à fait délibérément) à l'indépendance de la Russie de Poutine. C'était l'une des principales thématiques de l'élection américaine. Mais il est désormais clair qu'il s'agissait d'un pur coup politicien: il n'était pas question des sympathies de Trump pour Poutine ou de l'ingérence de la Russie dans les élections américaines. Le fait est que les États-Unis ne peuvent plus diriger le monde seuls. Et Biden est exactement dans la même position que Trump : la limite stratégique de l'unipolarité a été atteinte et il n'y a plus de ressources pour la maintenir et la renforcer. En dépit de Biden ou de Trump, nous sommes effectivement passés à un monde tripolaire.

Il existe trois centres de décision pleinement souverains dans ce monde.

    - Les Etats-Unis, qui ne représentent plus l'Occident tout entier, mais l'axe anglo-saxon (d'où le lancement des alliances AUKUS et QUAD) + ses satellites régionaux ;
    - La Russie, qui, malgré tout, ne fait que renforcer sa position sur la scène internationale, en essayant de trouver de nouveaux points d'application tant dans l'espace post-soviétique que dans d'autres régions ;
    - La Chine qui supporte avec succès le poids de la confrontation économique et militaro-stratégique croissante avec les Anglo-Saxons, qui se sont sérieusement engagés dans un endiguement régional de la Chine en Asie du Sud-Est.

Entre ces centres complets de pouvoir oscillent

    - L'Union européenne, désemparée, a été amenée au bord d'un désastre énergétique par les politiques ratées de Washington et s'est retrouvée pratiquement exclue du bloc anglo-saxon ;
    - La Turquie, l'Iran et le Pakistan, qui renforcent systématiquement leurs capacités régionales ;
    - Le Japon et l'Inde, qui cherchent à renforcer leur position en utilisant de manière pragmatique l'impasse entre les États-Unis et la Chine (tandis que l'Inde, de manière tout à fait rationnelle, continue de maintenir un partenariat stratégique avec la Russie) ;
    - Les pays islamiques du Moyen-Orient et du Maghreb, qui se sont détachés des États-Unis et tentent désormais de résoudre les conflits locaux sans se tourner vers Washington ;
    - Les régimes africains qui rejettent de plus en plus le néocolonialisme européen et, plus largement, occidental (incarné de manière très vivante par la nouvelle vague de panafricanisme anti-européen - comme les Urgences panafricanistes de Kemi Seba)
    - Les pays d'Amérique latine, effectivement abandonnés par les États-Unis et cherchant une nouvelle place dans le système mondial sur le modèle du Sud global ;
    - Les acteurs émergents d'Asie du Sud - Indonésie, Malaisie, Corée du Sud, etc.

Ainsi, entre les trois piliers de la tripolarité, qui ont désormais une supériorité incontestable, bien qu'asymétrique, commence un mouvement de pôles secondaires, un peu moins établis et encore incomplets. Néanmoins, certains d'entre eux - notamment l'Inde et certains pays d'Amérique latine - ont un potentiel très élevé et ne tarderont pas à atteindre la cour des grands.

Et c'est là que la partie amusante entre en jeu. Ce monde tripolaire, et demain un monde multipolaire au sens plein, a deux aspects.

D'une part, certains aspects technologiques de la civilisation - dans le système de communication, dans la sphère énergétique, dans les modèles de réseaux numériques et de développement de l'économie virtuelle - seront communs à tous les pôles, grands et petits, même si ce n'est que pour un court moment. Cela permettra de parvenir à une standardisation, même minime, des relations entre les pôles, et de justifier des algorithmes communs. Cela permettra d'établir un modèle spécifique sur le plan pratique, accepté par tous (ou presque), constitué de protocoles et de règles reflétant les nouvelles conditions. Oui, personne n'aura le monopole de la résolution des situations problématiques à lui seul. Toute solution peut être contestée par l'autre pôle ou par une alliance situationnelle de pôles. Dans une telle situation, personne n'aura le droit exclusif d'insister sur quoi que ce soit. Le pouvoir de l'un ne sera limité que par le pouvoir de l'autre. Le reste est une question de négociation. 

Cela signifie, en fait, le début de la démocratie multipolaire ou "démocratie des normes". Une situation similaire existe d'ailleurs aux États-Unis, où chaque État a ses propres lois, qui se contredisent parfois directement. Dans un modèle international, la "démocratie des normes" peut être encore plus souple : certains pays proposent et acceptent leurs normes, d'autres acceptent les leurs, et ainsi de suite.

Bien sûr, il est dans l'intérêt de tous qu'il existe des algorithmes stables d'interaction internationale, mais les règles changeront constamment, chaque pôle cherchant à modifier la situation en sa faveur. Toutefois, un certain "universalisme" (de nature purement technique), bien que limité, sera manifestement exigé par tous.

Mais d'un autre côté, chaque pôle aura intérêt à renforcer son identité civilisationnelle. Et là, la situation sera encore plus intéressante.

Les trois pôles principaux déjà entièrement formés sont donc:

    - Les Anglo-Saxons,
    - La Russie et
    - La Chine

On insistera clairement sur l'identité historique de chacun. Sur leur propre Logos. Et c'est là que les surprises nous attendent.

Il n'est pas du tout évident que les États-Unis, par exemple, bien que fortement liés à la Grande-Bretagne et à l'Australie, continueront sur la voie de l'ultra-libéralisme, du post-humanisme, de la dégénérescence LGBT+, etc. Ce modèle mondialiste est un échec total. Elle est de plus en plus rejetée, tant aux États-Unis qu'en Europe. Il ne faut donc pas écarter la possibilité d'un retour de Trump et du trumpisme (plus largement du populisme) aux États-Unis. Il est très révélateur que le symbole de la réussite mondiale, Elon Musk, se soit mis à lire Ernst Jünger. Le vent a tourné. L'élite des milliardaires prend un détour intellectuel intéressant - et résolument conservateur. Un autre milliardaire, Peter Thiel, lit depuis longtemps mes textes géopolitiques et les écrits de Carl Schmitt. Oui, il y a toujours Soros, Gates, méta-Zuckerberg, Bernard-Henri Lévy et Jeff Bezos avec les fous furieux de Google et Twitter, mais ils seront bientôt dans une impasse irrémédiable pour avoir tenté d'établir leurs monopoles. Et eux aussi chercheront à s'attaquer à la lecture de Jünger.

En Europe, la tendance montante du nouveau conservatisme est représentée par une figure comme Eric Zemmour, la star des prochaines élections présidentielles françaises. Zemmour rejette radicalement les LGBT+ et le libéralisme, appelle à l'arrêt complet des migrations, au retour à l'identité française, au gaullisme et à une alliance eurasienne avec la Russie.

La Hongrie et la Pologne, en Europe de l'Est, démontrent que le libéralisme commence à s'enliser aussi dans cette région.

Il n'est donc pas du tout certain que dans un monde tripolaire, les posthumanistes, les postmodernes, les maniaques de la technocratie et les pervers libéraux conserveront le monopole du Logos occidental. Un virage conservateur est également très probable. Et maintenant, ça pourrait devenir intéressant. Mais il n'en reste pas moins qu'un tel virage conservateur sera fondé sur les valeurs occidentales. Oui, ils ne seront pas aussi agressifs et intrusifs que la ligne totalitaire et déjà folle des mondialistes libéraux. Mais ce sera toujours une nouvelle affirmation de l'Occident - avec tout ce que cela implique.

La Chine, avec ses milliers d'années de civilisation et son système socio-politique tout à fait original, dispose là encore d'un énorme avantage. Ce n'est pas seulement l'économie et le contrôle politique étroit du PCC qui sont la clé du succès du Logos chinois. La société chinoise - tant l'État que le peuple lui-même - est un système de valeurs cohérent, avec une dimension impériale, une éthique et une sorte de métaphysique chinoise. Ce n'est pas seulement une question de pouvoir ; le fait est qu'entre le pouvoir du PCC et la société chinoise proprement dite se trouve un continent entier de culture traditionnelle chinoise - anthropologique, éthique, spirituelle. Et la Chine ne fera que se renforcer et étendre son influence dans les régions voisines.

Il est grand temps pour la Russie de réfléchir au Logos russe. Sur l'identité russe, sur la conscience de soi historique, sur notre système de valeurs, qui n'est pas moins original et distinctif que celui de l'Occident ou de la Chine. Hélas, nous y prêtons encore très peu d'attention. Mais il vaut la peine de se tourner vers l'histoire russe, vers les trésors inestimables de l'orthodoxie et de la tradition, vers notre littérature et notre art, vers notre philosophie religieuse, vers l'éthique russe de la justice et de la solidarité - et les grandes lignes de la civilisation russe s'ouvriront devant nous. Et là, il faut être décisif : même si ce n'est pas une vérité universelle, elle n'est pas universelle, mais c'est la nôtre, la russe. Qui est prêt à l'accepter, qu'il soit le bienvene. Pour ceux qui n'y sont pas prêts, eh bien, que le monde soit plus riche et plus complet grâce à la diversité et à l'identité.

Et encore les trois Logos...

    ...l'Occidental..,
    ... le chinois et...
    le russe -

sont comme trois civilisations - et ils ne seront bientôt que les principaux pôles de la multipolarité. Les civilisations islamique ou indienne, africaine ou latino-américaine, avec toutes leurs particularités locales, auront l'occasion de multiplier leur Logos, de défendre et de développer leur identité, de construire leurs Etats, leurs cultures, leurs systèmes.

Bien sûr, il y aura des difficultés en cours de route. Mais il est parfois important de prêter d'abord attention aux nouveaux horizons, sans tout réduire à la concurrence, aux conflits, aux affrontements et au scepticisme geignard : "rien ne marchera pour l'humanité, comme rien n'a jamais marché". C'est un mensonge - cela a parfois fonctionné, et l'humanité a connu les plus grands succès, les plus grandes réalisations, les plus grands exploits et les plus hauts sommets, bien qu'il y ait eu aussi des chutes sévères et des catastrophes.

Il vaut la peine de se pencher sur un monde multipolaire - aujourd'hui tripolaire - avec responsabilité et animé de solides bonnes intentions. Après tout, c'est le monde dans lequel nous vivons que nous créons nous-mêmes. Concentrons-nous donc, nous les Russes, sur la recherche du Logos russe.

tg-Nezigar (@russica2)

Le chercheur russe Artyom Lukin : trois options idéologiques à l'oeuvre dans le monde

artyom-lukin-headshot.jpg

Le chercheur russe Artyom Lukin : trois options idéologiques à l'oeuvre dans le monde

Markku Siira

Ex: https://markkusiira.com/2021/11/06/venalaistutkija-kolme-ideologista-vaihtoehtoa/

Le chercheur russe Artyom Lukin conteste l'argument selon lequel la compétition géopolitique actuelle ne peut être comparée à la guerre froide, car il ne s'agit plus d'un "choc des idéologies". Selon M. Lukin, les trois superpuissances actuelles - les États-Unis, la Chine et la Russie - représentent des "choix idéologiques différents".

Les États-Unis défendent "une idéologie libérale-progressiste, connue dans sa forme extrême [de pureté idéologique] sous le nom de wokeness". La Chine et la Russie remettent en question cette vision libérale américaine - et, par ailleurs, néo-gauchiste.

La Chine et la Russie sont souvent mises dans le même sac en tant qu'"amis autocratiques", note M. Lukin. Toutefois, le spécialiste de la Russie estime que Pékin et Moscou représentent "des modèles idéologiques très différents". Le modèle chinois est "une synthèse du socialisme marxiste-léniniste-maoïste et de la culture traditionnelle chinoise coutumière, renforcée par une technologie numérique avancée".

M. Lukin estime également que c'est une erreur de penser que M. Poutine veut faire revivre l'Union soviétique communiste. En fait, le président russe de longue date est très ambivalent à l'égard de l'ancien modèle soviétique. "Poutine n'est pas un communiste, mais plutôt un suzerain néo-féodal", dit Lukin.

La préférence de Poutine semble être pour la "vieille Russie tsariste": pour lui, la Russie ne doit pas être un empire idéologique universel, mais une "large autocratie continentale" qui s'appuie sur "les armes nucléaires, un conservatisme sain et des traditions éprouvées".

L'idéal russe de Poutine vient donc du passé ; en tant que telle, l'idéologie russe plaît à "certains conservateurs de droite en Europe et en Amérique du Nord". C'est pourquoi l'élite libérale occidentale considère Poutine comme son "adversaire idéologique".

putin_web_image.jpg

Pourtant, le défi idéologique de la Russie à l'égard de l'Occident n'est rien comparé au défi posé par la Chine. "L'Occident a de plus en plus peur de la Chine, non seulement en raison de la puissance économique et militaire croissante de la Chine, mais aussi parce que le développement moderne et très réussi de la Chine renforce l'idéologie du parti communiste chinois", explique M. Lukin.

Il estime que "la pandémie du coronavirus a été un moment décisif qui a montré la supériorité du système chinois". "Alors que la plupart des pays occidentaux, ainsi que la Russie et l'Inde, ont échoué de manière désastreuse à protéger leurs populations, la Chine a gagné la bataille contre le virus", estime l'universitaire russe. Les lecteurs critiques peuvent, s'ils le souhaitent, débattre de la validité de ce point de vue dans le fil de discussion du compte Twitter de Lukin.

M. Lukin admet que le système chinois présente des "caractéristiques dystopiques", mais qu'il est actuellement "le système le plus efficace lorsqu'il s'agit de générer des richesses matérielles pour les masses et de protéger la vie humaine biologique". Au lieu d'arguments plus spécifiques, il invite les lecteurs à explorer le personnage du "grand inquisiteur" créé par l'écrivain Fyodor Dostoïevski.

Lukin n'oublie pas de mentionner qu'il existait également une quatrième idéologie concurrente, l'"islamisme radical", mais que l'"État islamique" qui la représentait a été détruit par l'action collective des grandes puissances. Il s'agit de la plus extraordinaire des affirmations de Lukin, car il existe des exemples plus réussis de groupes terroristes fondés sur le modèle de la civilisation islamique en Iran, en Arabie saoudite et, par exemple, en Turquie.

En résumé, Lukin conclut que "l'humanité a désormais le choix entre le wokéisme occidental, le néoféodalisme russe et le socialisme numérique quelque peu dystopique de la Chine". Y a-t-il vraiment un choix entre ces modèles, ou est-ce l'histoire, la géographie et les liens avec la politique étrangère et de sécurité qui déterminent à quelle superpuissance appartient chaque pays ? La deuxième question est la suivante : comment la crise mondiale actuelle affectera-t-elle les aspirations des grandes puissances ?

jeudi, 04 novembre 2021

Le nouvel axe géopolitique Russie/Chine/Allemagne/Iran pourrait reléguer la domination mondiale des États-Unis aux oubliettes de l'histoire

Main-natural-gas-export-pipelines-from-Russia-Source-CSS-ETH-Zurich.png

Le nouvel axe géopolitique Russie/Chine/Allemagne/Iran pourrait reléguer la domination mondiale des États-Unis aux oubliettes de l'histoire

Par Alfredo Jalife Rahme

Ex: https://kontrainfo.com/nuevo-eje-geopolitico-entre-rusia-china-alemania-iran-podria-enviar-el-dominio-global-estadunidense-al-basurero-de-la-historia-por-alfredo-jalife-rahme/

Le géopoliticien brésilien Pepe Escobar - l'un des meilleurs au monde pour la région eurasienne et bien supérieur à l'israélo-américain Robert Kaplan, devenu un vulgaire propagandiste du Pentagone - lance une théorie prospective téméraire sur le nouvel axe Russie/Chine/Allemagne/Iran (cf. https://bit.ly/2Vl1BXV).

Après 117 ans, la thèse du géographe Sir Halford John Mackinder (https://amzn. to/3yqgPsV) - énoncée en soutien à la thalassocratie britannique - sur l'Eurasie comme "heartland" - alors qu'il imaginait au départ que les États-Unis risquaient fort de se confiner sur une "île" marginalisée - est de retour avec vigueur, ayant rempli sa mission téléologique de domination universelle par l'Anglosphère depuis la Première Guerre mondiale jusqu'à la grave crise financière de 2008 - pour d'autres, depuis la mise en scène hollywoodienne du 11 septembre - or ce scénario mackindérien revient maintenant en "sens inverse" : lorsque les Eurasiens, posés comme "isolés" selon les héritiers de cette perspective mackindérienne, reprendront le flambeau géostratégique, ce sera au détriment du déclin indéniable des États-Unis.

Dans son style très sympathique d'optimisation des "hard data" au rythme de la samba, Escobar déclare: "Aujourd'hui, ce n'est pas l'axe Allemagne-Japon, mais le spectre d'une entente Russie-Chine-Allemagne qui terrifie [sic] l'hégémon en tant que trio eurasien capable d'envoyer la domination mondiale des États-Unis dans les poubelles [sic] de l'histoire".

Il explique que la Russie et la Chine ont cessé de faire preuve de leur "infinie patience taoïste (note : philosophie chinoise de l'harmonie et de la "voie spirituelle")" dès que les "acteurs majeurs" du cœur de l'Eurasie (Mackinder dixit) "ont clairement vu à travers le brouillard de la propagande impériale".

En effet, l'empire américain désormais décadent, étendu à l'anglosphère thalassocratique et financiariste, détient encore un leadership inégalé avec sa puissante machine de "propagande noire", à l'unisson avec le dollaro-centrisme, lequel est cependant ébranlé par le projet du yuan numérique et le retour triomphal des métaux précieux (or et argent).

Escobar ne cache pas que la route sera "longue et sinueuse, mais l'horizon [sic] finira par dévoiler une alliance Allemagne/Russie/Chine/Iran [sic] qui remaniera l'échiquier mondial"; il énonce cette thèse en référence au livre de feu le russophobe obsessionnel et compulsif Zbigniew Brzezinski (https://amzn.to/3xt1C9q). Alors que les États-Unis - qu'il décrit comme un "empire du chaos (https://amzn.to/3rR6jII)" - sont "progressivement et inexorablement expulsés (sic) du cœur de l'Eurasie, la Russie et la Chine gèrent conjointement les affaires de l'Asie centrale", comme en témoigne la récente conférence de Tachkent (Ouzbékistan), pays d'Asie centrale.

Escobar expose la collision de la Route de la Soie contre la QUAD -USA/Inde/Japon/Australie-, et le leadership régional de la Russie, qui pousse au "grand partenariat eurasien", et qui, par ailleurs, a renouvelé avec la Chine pour cinq années supplémentaires le Traité de bon voisinage, d'amitié et de coopération, signé en 2001 (https://bit.ly/37g7B6P).

Il est clair qu'au cours des six premiers mois de Biden, peut-être dans le but de séduire Berlin pour créer une sainte alliance européenne contre la Chine, les États-Unis ont renié les affects antirusses de l'Ukraine, de la Pologne et des États baltes ("Le gazoduc Nord Stream 2 : l'Allemagne et la Russie gagnent ; l'Ukraine et les États-Unis perdent ; cf. https://bit.ly/3AamvaO), tandis qu'ils se retirent d'Afghanistan et d'Irak.

202107270029326237_t.jpg

Pepe Escobar décrit l'affrontement à Tianjin entre les États-Unis et la Chine comme un "séisme géopolitique", comme je l'ai déjà signalé à propos des "trois commandements" avec lesquels le ministre chinois des affaires étrangères Wang Yi a damé le pion à la sous-secrétaire d'État américano-israélienne Wendy Sherman (https://bit.ly/3ymLRBT).

Escobar se moque du niveau avilissant des think tanks américains, lorsque le Carnegie Endowment, avec 11 auteurs - dont le conseiller à la sécurité nationale (https://bit.ly/3jh4DEB), l'israélo-américain Jake Sullivan - soutient comment "la politique étrangère américaine fonctionnera mieux pour la classe moyenne". Sans commentaire !

Escobar conclut que "c'est maintenant le début d'un nouveau monde géopolitique et le préquel" - le contexte qui mène aux événements - "d'un requiem impérial" où "de nombreuses suites suivront".

http://alfredojalife.com

Facebook : AlfredoJalife

Vk : alfredojalifeoficial

https://www.youtube.com/channel/UClfxfOThZDPL_c0Ld7psDsw?view_as=subscriber

mardi, 02 novembre 2021

La Chine de Wang Huning et la crise existentielle de l'Occident

chine-wang-huning.jpg

La Chine de Wang Huning et la crise existentielle de l'Occident

par Markku Siira

Ex: https://markkusiira.com/2021/11/01/wang-huningin-kiina-ja-lannen-eksistentiaalinen-kriisi/

L'analyse de la géopolitique nécessite d'avoir un aperçu des cultures politiques des différents pays, et au cours de ses recherches, le géopolitologue rencontre souvent des personnages intéressants. L'un d'entre eux est le Chinois Wang Huning, qui a été appelé "le Richelieu de la Chine moderne".

Wang est l'un des principaux idéologues de la République populaire de Chine et est considéré comme le cerveau derrière tous les grands concepts politiques chinois actuels. Le "rêve chinois", la campagne de lutte contre la corruption, l'initiative "la Ceinture et la Route", une politique étrangère plus affirmée et même la "pensée Xi Jinping" figurent au crédit de M. Wang.

Si vous regardez une photo du président Xi lors d'un voyage ou d'une réunion importante, vous verrez probablement le fonctionnaire à lunettes Wang à l'arrière-plan, jamais très loin du dirigeant.

Wang a ainsi mérité d'être comparé à des personnages célèbres de l'histoire de la Chine, tels que Zhuge Liang et Han Fei (les historiens appellent ce dernier le "Machiavel de la Chine"), qui ont agi comme des "gardiens derrière le trône", mais des gardiens officieux: des conseillers stratégiques de haut niveau et même des "professeurs de l'empereur".

han_fei.jpg

A9782020293723.jpg

Une telle figure est aussi facilement reconnaissable en Occident avec les éminences grises, comme François Leclerc du Tremblay, Charles Maurice de Talleyrand, Klemens von Metternich, Henry Kissinger ou l'ancien conseiller de Vladimir Poutine, Vladislav Surkov.

Mais ce qui est particulièrement remarquable chez Wang, c'est qu'il a réussi à jouer le rôle du philosophe de cour avec non pas un, mais trois des plus récents dirigeants de la Chine. Avant la présidence de Xi Jinping, Wang était l'idéologue à l'origine de la théorie des "Trois Représentants" de Jiang Zemin et de la plate-forme de la "Société harmonieuse" de Hu Jintao, entre autres.

Il s'agit d'une réussite sans précédent dans le monde de la politique des factions du parti communiste chinois. Wang a été recruté dans le parti par le "gang de Shanghai" de Jiang, une faction rivale que Xi a cherché à évincer après son arrivée au pouvoir en 2012. Nombre de ses membres éminents, dont l'ancien chef de la sécurité Zhou Yongkang et l'ancien vice-ministre de la sécurité Sun Lijun, ont, depuis, fini en prison.

Entre-temps, le fait de Hu Jintao a également été ignoré, tandis que la faction de Xi n'a fait que consolider son pouvoir. Wang Huning, cependant, reste toujours. Sa présence continue en dit long sur la profondeur de sa ruse politique, ainsi que sur son importance pour l'appareil d'État chinois.

L'éminence grise de la Chine était autrefois un écrivain très prolifique, publiant près de vingt livres et de nombreux essais. L'apparente continuité entre les idées contenues dans ces œuvres et ce qui se passe en Chine aujourd'hui révèle que Pékin voit toujours le monde à travers les yeux de Wang Huning.

71948TO0UCL.jpg

En 1988, à l'âge de 30 ans, Wang est devenu le plus jeune professeur de l'université Fudan, carrière entamée à une vitesse sans précédent. Wang a également pu se rendre aux États-Unis, où il a passé six mois en tant que chercheur invité. Wang avait une profonde curiosité pour l'Amérique et il en a profité pour faire le tour de différentes villes et universités, comme une sorte d'Alexis de Tocqueville chinois moderne.

Ce qu'il a vu l'a profondément choqué et a définitivement changé sa vision de l'Occident. Wang a consigné ses observations dans un livre publié en Chine en 1991 sous le titre America versus America. Il s'y étonne, choqué, des campements de sans-abri dans les rues de Washington, de la criminalité liée à la drogue qui sévit dans les quartiers noirs pauvres de New York et de San Francisco, et des grandes entreprises qui semblent avoir fusionné avec le gouvernement et en avoir pris le contrôle.

En fin de compte, il a conclu que l'Amérique était en proie à un "courant sous-jacent de crise imparable" découlant de ses contradictions sociales, notamment entre les riches et les pauvres, le pouvoir démocratique et oligarchique, les privilèges de classe, les droits individuels et les obligations collectives, les traditions culturelles et les solvants de la modernité liquide.

Mais si les Américains ont le sentiment d'être confrontés à des "problèmes sociaux et culturels complexes", dit-il, ils ont tendance à penser qu'ils doivent être résolus séparément. Wang affirme que cela ne nous mène nulle part, car les problèmes sont en fait inextricablement liés et ont la même cause profonde : l'individualisme radical et nihiliste au cœur du libéralisme américain moderne.

"La véritable cellule de la société aux États-Unis est l'individu", dit-il. C'est parce que la cellule la plus fondamentale de la société, la famille, "s'est effondrée". En même temps, dans le système américain, "tout a une double nature" et le glamour de la haute caste marchande est abondant. Le sexe, la connaissance, la politique, le pouvoir et la législation sont devenus des marchandises.

b28cc070-b7da-11e7-affb-32c8d8b6484e_image_hires_113429.jpg

Cette "marchandisation corrompt la société à bien des égards et entraîne de nombreux problèmes sociaux graves". Après tout, "le système économique américain a créé la solitude humaine" comme son principal produit, ainsi que des inégalités frappantes. En conséquence, le nihilisme est devenu un "mode de vie", avec des conséquences désastreuses pour la culture américaine.

Cette expérience révélatrice a donc influencé les opinions de Wang. Il a ainsi analysé le système politique chinois et la manière dont il diffère du système occidental. Wang critique fortement la démocratie occidentale, affirmant qu'elle n'est que nominale. Il estime que la politique américaine est dominée par des intérêts particuliers, et il n'a probablement pas tort.

Il estime que la Chine devrait suivre son propre modèle de leadership fort et centralisé. Il défend fermement le système hybride de la Chine, le "socialisme aux caractéristiques chinoises", que Xi Jinping a désormais adapté à l'idée d'une "nouvelle ère" pour la Chine. "Là où il n'y a pas de gouvernement central ou là où le gouvernement central est en déclin", a écrit un jour Wang, "la nation est divisée et dans un état chaotique".

De nombreux écrits de Wang portent sur les défis de la gouvernance. Il a comparé les styles de gouvernance dans différents pays et ce qui pousse les administrateurs à évaluer les besoins des citoyens. Aux États-Unis, en Grande-Bretagne et au Japon, dit-il, la "sécurité" est la priorité, alors qu'en Inde, par exemple, c'est le "respect" qui prime.

"Les besoins d'un individu peuvent être influencés par de nombreux facteurs, tels que les traditions sociales, les relations économiques, les activités politiques, les idéologies religieuses et les convictions morales", explique Wang. La confiance dans le gouvernement, dit-il, dépend en fin de compte du respect de ses promesses fondamentales envers la population.

Le sinologue Jude Blanchette a noté qu'après 1989, Wang et d'autres universitaires ont souligné la nécessité d'une stabilité politique pour soutenir le développement économique et se sont fortement opposés aux appels à la décentralisation politique parallèlement aux réformes économiques de Deng Xiaoping.

Selon Wang, "la formation d'institutions démocratiques requiert des conditions historiques, sociales et culturelles spécifiques". Tant que ces conditions ne sont pas réunies, le pouvoir politique doit être orienté vers le développement de ces conditions. Il a même exprimé sa crainte que la Chine ne soit "divisée en 30 duchés et 2000 principautés concurrentes" par la décentralisation.

Blanchette affirme que "l'héritage du néo-autoritarisme de Wang et de son cousin, le néo-conservatisme, perdurera sous Xi Jinping". L'administration de Xi a renforcé le contrôle des entreprises d'État aux provinces. Toutefois, pour ceux qui s'attendaient à un "culte de Xi" à la Mao, il convient de noter que l'idéologue Wang est également un critique virulent des excès du maoïsme. La révolution culturelle n'a été, selon lui, qu'un "désastre politique".

Selon un rapport divulgué par Wikileaks, Xi Jinping - qui a été surnommé "M. Propre" par des sources diplomatiques américaines - partage l'avis de Wang sur la commercialisation omniprésente de la société chinoise et les néo-riches qui en découlent, la corruption officielle, la perte des valeurs, de la dignité et du respect de soi, ainsi que les vices moraux tels que la drogue et la prostitution, qui sont des phénomènes "odieux".

3f023d7e-c2c5-11e7-9f00-d8b0ccf89a9f_972x_174656.JPG

Wang a maintenant apparemment convaincu Xi qu'ils n'ont d'autre choix que de prendre des mesures drastiques pour contrer les menaces existentielles que le capitalisme libéral économique et culturel occidental fait peser sur l'ordre social chinois. Ces menaces sont presque identiques aux problèmes auxquels sont confrontés les États-Unis.

En effet, les dirigeants chinois actuels, suivant les idées de Wang, ont cherché à saper l'influence toxique de l'Occident libéral. Cela se reflète également dans la répression de la politique chinoise au nom des minorités sexuelles, et l'influence perçue comme néfaste des boys bands androgynes, populaires auprès des jeunes, a été remplacée par des idéaux de masculinité et de nationalisme.

Avec la montée de la Chine conservatrice, l'Occident devrait se livrer à une introspection profonde et rigoureuse. Ce serait une étape nécessaire vers le changement fondamental qui s'impose. Il semble toutefois que ni les États-Unis ni l'Union européenne ne disposent d'une idéologie comme celle de Wang pour aider à actualiser un modèle de civilisation en déclin vers une forme plus saine et durable. Pas assez de volonté non plus, je suppose ?

À l'heure actuelle, il semble que l'on nous propose presque la seule "alternative" au "capitalisme vert" et au transhumanisme des oligarques occidentaux, combinée à un système de notation sociale à la chinoise.

En cas de crise systémique, l'élite dirigeante de l'Occident devait choisir entre la perte du pouvoir économique ou le rejet dans les coulisses de la "démocratie libérale" ; la "nouvelle normalité" de l'ère Corona a montré ce qu'elle a choisi. L'Occident ne peut plus se permettre de critiquer la Chine de Wang Huning pour son autoritarisme.

dimanche, 31 octobre 2021

Scénarios possibles du conflit RPC-Taiwan

taiwan-la-chine-dit-qu-elle-doit-faire-face-a-la-collusion.jpg

Scénarios possibles du conflit RPC-Taiwan

Sergey Atamanov

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/scenariy-konflikta-mezhdu-knr-i-tayvanem

Dans cet article, nous allons parler du conflit entre Taïwan et la Chine et de ses conséquences possibles.

Il est nécessaire de comprendre que la Chine a besoin de Taïwan, de ses usines de haute technologie et de ses spécialistes. Il ne faut donc pas s'attendre à une mer de feu et de sang. Sinon, une chaîne technologique et d'investissement très importante de la modernisation chinoise sera brisée.

Il n'y aura pas non plus l'introduction d'un contingent limité qui soutiendra la population locale désireuse de rejoindre la Chine, comme dans le cas de la Crimée. Il n'y en a pratiquement pas à Taiwan.

La population de Taïwan est d'environ 24 millions d'habitants. S'emparer du territoire signifierait devoir le conserver en permanence, y compris en réprimant l'agitation populaire. La Chine cherche à obtenir une réunification pacifique en espérant que les Taïwanais se rendront compte qu'ils font partie d'une grande nation et que, d'une manière ou d'une autre, que ce soit pacifiquement ou sous la pression, ils décideront de la rejoindre.

Cependant, un affrontement armé est toujours possible en raison de diverses circonstances, notamment des influences extérieures ou la volonté du hasard.

taiwch.jpg

Il existe deux options possibles pour la confrontation armée: active et passive. Dans le premier cas, la marine et l'armée de l'air de l'APL imposeraient un blocus naval et aérien sévère à longue et courte portée à Taïwan, qui ne dispose pratiquement d'aucune ressource propre. Cela portera un coup monstrueux à l'économie et à la sphère sociale sans les détruire physiquement. La véritable famine sur l'île pourrait commencer assez tôt. Étant donné que, de nos jours, toutes les guerres ne sont pas seulement menées avec des hommes et des équipements, il y aura également un impact sur l'information. Les forces armées de Taïwan n'ont aucune chance de briser le blocus par leurs propres moyens. Le résultat est la capitulation de Taïwan.

La deuxième option est une option active. La Chine devra montrer le meilleur d'elle-même, tant sur le plan de l'armement que de la tactique. Qui sait ? La Chine possède un grand nombre de drones, y compris des drones militaires. La Chine a récemment testé un essaim de drones, notamment à partir d'un porte-avions ponté. Ils constitueront le premier échelon. Ensuite, grâce au travail actif de l'APL sur l'ISF et au soutien du groupe spatial, une frappe aérienne et de missiles sera lancée.

L'île sera attaquée depuis la direction de l'est, étirant les défenses taïwanaises. Les avions de pont des porte-avions les plus récents, le Liaoning et le Shandong, détruiront les principales défenses côtières de Taïwan en quelques heures.

Au même moment, un débarquement "hybride" maritime et aérien sur l'île commencera. Des centaines, voire des milliers, de petits avions légers tels que les avions à maïs Y-5 débarqueront des "moustiques" et des "pêcheurs hybrides" seront lancés depuis des navires. Ils ne seront pas, bien sûr, armés de cannes à pêche.

L'armée de l'air, la marine et les défenses côtières de Taïwan, qui subissent une pression énorme du fait des frappes aériennes et des missiles chinois, ne peuvent tout simplement pas faire face à autant de cibles.

Ainsi, un certain nombre de têtes de pont seront créées sur l'île pour les unités des forces terrestres de l'APL qui seront redéployées par les navires de débarquement polyvalents Qinchenshan, les navires d'assaut amphibies Type 075 et les aéroglisseurs Type 726. La largeur du détroit de Taiwan à son point le plus étroit n'est que de 150 kilomètres. Avec une portée maximale de 300 miles nautiques, l'aéroglisseur chinois Bison peut traverser le détroit en une heure.

type-726-image06.jpg

Une guerre éclair chinoise ne laisserait pas la moindre chance de salut à Taïwan. Il sera inutile d'attendre l'aide des États-Unis et d'autres "alliés". Un effondrement rapide des défenses de Taïwan permettrait, à son tour, à la Chine de ne pas trop souffrir du ressac de l'économie de l'île.

Implications pour la Chine

Les conséquences d'une guerre éclair ou d'un blocus peuvent, de manière très classique, être divisées en "mauvaises" et "bonnes". Commençons par les "plus".

Avec la lutte politique interne en Chine, le blocus de l'Empire céleste par les États-Unis et la situation instable sur le marché boursier, il est nécessaire de consolider la société en suivant l'exemple de la Crimée. Dans ce cas, les ennemis internes et externes seront relégués au second plan pendant un certain temps.

En annexant Taïwan, la Chine deviendra une formidable puissance du Pacifique qui non seulement contrôlera les technologies avancées du monde, mais sera également en mesure de bloquer l'approvisionnement en pétrole du Japon et de la Corée du Sud pro-américains. Elle disposerait également d'un levier qui permettrait à Pékin d'exiger l'élimination des bases militaires américaines dans les deux pays.

L'avantage militaire n'est pas négligeable non plus. Outre l'élimination d'une plate-forme potentielle d'agression contre la Chine (une base aérienne ou navale ennemie située à cet endroit constitue une menace pour l'ensemble du centre industriel de la Chine situé le long de la côte orientale), la Chine obtiendra des échantillons d'équipements militaires des forces armées de Taïwan qu'elle pourra étudier à la suite de la guerre.

La Chine va déplacer son approvisionnement agricole de l'Australie et du Canada vers la Russie et les pays d'Asie centrale. Il en sera de même pour les ressources énergétiques. La Russie est non seulement un partenaire plus fiable, mais aussi une sorte de plaque tournante pour les transports.

Dans 3 à 5 ans, la Chine sera en mesure d'établir une production de micropuces à Taïwan, même si les usines seront partiellement fermées et qu'il y aura une pénurie de travailleurs qualifiés. Au cours de cette période, les produits de haute technologie requis seront achetés en Europe, en Russie, éventuellement au Japon et en Corée du Sud. Pékin deviendra par la suite un leader dans la production de micro-puces, ce qui était auparavant le cas de Taïwan. Le leadership incontesté de la Chine dans un autre domaine, l'extraction et le traitement des métaux des terres rares, dont les experts pensent qu'ils joueront un rôle essentiel dans le développement de l'économie mondiale, pourrait conduire à un leadership dans la fabrication de haute technologie.

Comme vous pouvez le constater, à moyen terme, les "plus" de l'adhésion de Taïwan à la Chine sont nombreux. Examinons maintenant les points négatifs.

Un conflit armé prolongé réduira considérablement la base de développement technologique et économique de Pékin, sans parler des pertes humaines réelles. En outre, cela activera le Japon, qui tentera d'accroître son influence dans la région en devenant un acteur indépendant.

Le détroit de Taïwan est un conduit stratégique pour l'approvisionnement énergétique de la Chine, faisant partie de la route commerciale golfe Persique-détroit de Malacca-Chine. En cas de blocage par un adversaire potentiel, le trafic entre la mer de Chine orientale et la mer de Chine méridionale serait bloqué, isolant la partie nord de la côte chinoise. Ainsi, les plus grands ports du pays, dont Shanghai, seraient bloqués. Cela causerait à son tour d'énormes dommages à l'ensemble de l'économie chinoise, si ce n'est sa chute pure et simple.

Les sanctions technologiques et personnelles seraient un lourd fardeau. La Chine devra chercher des substituts aux semi-conducteurs. La position du Japon, de la Corée du Sud et la capacité de la Chine à contrôler elle-même le marché des semi-conducteurs, qui se trouve à Taïwan, joueront ici un rôle majeur. Il y aura quelques perturbations. La Chine va attirer des semi-conducteurs du monde entier, y compris de Russie et d'Europe, afin de ne pas arrêter la production. Naturellement, cela aura une incidence sur le bien-être de tous en Chine.

Un embargo sur le pétrole ne manquera pas de suivre. La plupart du pétrole arrive en Chine par la mer. Cette route sera bloquée. Seuls la Russie, le Kazakhstan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan ont accès à des voies terrestres. L'Asie centrale est extrêmement turbulente en ce moment.

L'émergence de nouvelles alliances et unions, qui ébranleront l'ordre mondial établi, sera également négative. Et comme nous le savons, tout changement est souvent douloureux.

Nous pouvons déjà dire que Taïwan est devenu un certain catalyseur de l'ordre mondial. Une nouvelle alliance militaire est devant nos yeux. AUKUS a uni les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie précisément contre la Chine. À ce triple traité s'ajoute le QUAD - Japon, Australie, Inde et États-Unis - qui prône une "région indo-pacifique libre et ouverte". Il y a aussi une coalition de fabricants de semi-conducteurs, qui inclut les États-Unis. Pays-Bas, Taiwan, Japon.

Il est très probable qu'une coalition de pays turcs dirigée par la Turquie (United Turan) émerge.

Une alliance entre l'éternel adversaire des États-Unis, l'Iran, et la Chine est possible.

Compte tenu de l'éloignement des États-Unis des intérêts européens, comme l'illustre l'AUKUS, une nouvelle alliance militaire européenne impliquant la France, l'Italie et l'Allemagne pourrait être créée.

Une alliance entre la Chine et la Russie est extrêmement probable. Ni Pékin ni Moscou ne peuvent rejoindre le camp occidental en tant qu'alliés, Washington en tête.

Dans le même temps, la pression stratégique exercée sur la Chine et la Russie en raison de la détérioration des relations sino-américaines et russo-américaines obligera ces dernières à unir leurs forces afin d'assurer leur propre sécurité. L'alliance ne s'étendra pas seulement à la sphère de la sécurité. Elle aura une incidence sur l'énergie, la sécurité alimentaire et le développement technologique.

En tout état de cause, la Chine sera en mesure de se redresser à moyen terme. Elle pourra ensuite, en fonction des partenaires qu'elle choisira, se développer mutuellement et accroître son influence dans la région, et dans le monde entier.

L'essentiel est que des hostilités actives à Taïwan sont peu probables. La Chine exercera toutes les pressions possibles sur Taïwan pour qu'elle parle d'adhésion de son propre chef. Si l'on compare les évolutions négatives et positives à moyen terme, les points positifs l'emportent sur les points négatifs. Par conséquent, il faut s'attendre à ce que la Chine intensifie ses efforts pour intégrer Taipei.

vendredi, 29 octobre 2021

Pino Romualdi: le regard vers l'Est (entre l'islam et la Chine)

Pino_Romualdi2.jpg

 

Pino Romualdi: le regard vers l'Est (entre l'islam et la Chine)

Giovanni Luca

Le leader du MSI et ses positions sur la politique internationale: il identifiait Pékin comme un "sujet politique nationaliste"

SOURCE : https://www.barbadillo.it/101102-destre-pino-romualdi-e-lo-sguardo-a-oriente-tra-islam-e-cina/

Pino Romualdi a toujours suivi avec une extrême attention les évolutions politiques des mondes extrême-oriental et moyen-oriental. La révolution culturelle de Mao Tsé Toung et le nationalisme han et confucéen de Deng Xiaoping étaient tous deux considérés par Romualdi comme des alliés tactiques possibles dans la lutte contre l'impérialisme marxiste soviétique - alors hégémonique au niveau planétaire - et contre le duopole de Yalta. Si, déjà dans les années du Grand Bond en avant, Romualdi le machiavélique était très impressionné par Mao, après la mort du "grand timonier", le président du MSI fit son éloge le 12 septembre 1976 dans les pages du Secolo d'Italia, le présentant comme l'un des plus remarquables hommes d'État contemporains, précisant que la gauche radicale occidentale n'avait rien compris à son enseignement :

"Mao était le révolutionnaire le plus singulier de tous les temps.... était un homme simple et fort, sage et mystérieux, souriant et impitoyable, celui qui a fait de la Chine un leader mondial".

La leçon historique de Mao était de transformer "la révolution communiste en révolution nationale de son peuple". Après les quatre modernisations initiées par Deng Xiaoping, Romualdi s'interroge sur la part du nationalisme chinois, de Sun Yat Sen aux Chemises bleues pro-fascistes, dans ce tournant paradigmatique imprimé à la Chine. Dans L'Italiano de mars 1979, Romualdi écrivait, avec quarante ans d'avance sur notre époque, que la Chine était désormais une puissance étatiste et nationaliste légitimement orientée vers la suprématie mondiale. C'est ce qu'a bien montré la surprenante attaque militaire de Pékin, même indirecte, contre l'URSS impérialiste en Indochine.

"Chère Chine, la Chine de Mao est terminée ; à sa place se trouve la troisième puissance mondiale qui a de nombreux problèmes à résoudre, mais surtout sa propre suprématie mondiale à affirmer... Non plus en exportant les maximes du petit livre rouge, mais en changeant radicalement les situations et les équilibres politiques et stratégiques à travers le monde..... Pékin, en attaquant le Vietnam, a démontré, et ce n'est pas anodin, que ses forces armées sont capables de se déplacer et de frapper quand et comme elles le veulent sans que les armées soviétiques, extrêmement puissantes, puissent se porter au secours de leurs amis vietnamiens en difficulté".

Romualdi, la Palestine et la révolution iranienne 

Le journaliste et universitaire Gianni Scipione Rossi affirme que les positions géopolitiques de Pino Romualdi sur le Moyen-Orient ont fini par influencer les positions pro-arabes et pro-islamiques du Front de la jeunesse du MSI dans les années 1970 et 1980 (La Destra e gli ebrei, Rubettino 2003, p. 121). La position du président du MSI sur la question palestinienne et islamique était en effet très intéressante et originale ; une position équilibrée, tenant logiquement compte de l'identité géopolitique nationale italienne, mais très différente du militarisme "blanc" pro-israélien qui sévissait alors dans les cercles de la droite évolienne, un aréopage qui comprenait également le grand intellectuel Adriano Romualdi (qui était son fils). 

Pino Romualdi, en revanche, ne manquait jamais une occasion de souligner que c'était l'URSS qui avait fortement souhaité la naissance d'Israël, mettant toujours en cause, de son point de vue de dirigeant du MSI, le prétendu anticommunisme d'Israël (Trestelle, Giro del Mondo, in L'Italiano octobre 1973, p. 589). Loin de reproposer la pratique de l'"épée de l'Islam" de Mussolini, que Romualdi considérait à juste titre comme liée à un contexte trop spécifique, l'objectif principal, pour une droite patriotique et réaliste, devait se déplacer vers l'ouverture stratégique et modernisatrice de Rome à l'Islam. Romualdi a même stigmatisé Andreotti et Craxi pour leur pro-arabisme trop équivoque et leur manque de "nationalisme":

"Nos relations avec le monde arabe, c'est-à-dire avec les peuples de l'autre côté de la Méditerranée, ne doivent être que bonnes, alors qu'elles sont aujourd'hui plongées dans les malentendus. Un monde qui doit s'ouvrir à nos intérêts économiques et culturels, à notre développement technocratique, à la croissance de notre poids politique. Mais malheur à nous si nous pensons pouvoir raisonner dans l'esprit de la politique du "sabre de l'islam". La politique de "l'épée de l'Islam" est une excellente politique, mais seulement quand nous tenons l'épée et sa poignée dans notre poing" (P. Romualdi, Israël parmi les Palestiniens, L'Italiano, octobre-novembre 1982, p.20).

Au cours de la révolution iranienne de 1979, contrairement à l'habituelle vulgate superficielle et banale des analystes occidentaux habituels qui, déjà à l'époque, voyaient partout le "fondamentalisme islamique", Romualdi précise, avec une lucidité qui, si on la reconsidère aujourd'hui, est vraiment impressionnante, que le khomeinisme, outre l'élément chiite naturel qu'il exprimait, est l'émanation moderne d'une "sensibilité propre au nationalisme perse irréductible et millénaire", fatiguée du mercantilisme pro-américain et pro-soviétique du Shah, qui, lui, s'était laissé inspirer, avec la Révolution Blanche de 63, par les vieux idéologues du Tudeh (le parti communiste iranien).

Romualdi écrit que l'Union soviétique "aurait préféré avoir pour voisin un empire, certes américanisé et moderne, mais en réalité encore un peu anachronique comme celui du Shah" plutôt qu'un État nationaliste et islamique qui, sur le plan antimarxiste, "est beaucoup plus fondamentaliste que les catholiques" (Trestelle, Giro del Mondo, L'Italiano, janvier 1979, p. 25).

C'est pourquoi Gregorio Sorgonà, chercheur à la Fondation Gramsci et spécialiste de la politique étrangère des différents courants du MSI, soutient que le "pro-Khomeinisme" des amis de Rauti et de Romualdi, qui n'a pas failli même face au cas des otages américains en Iran, est un fait très significatif qui atteste, dans le monde de la droite alternative, d'un dépassement définitif des positions d'Evola sur la politique internationale lequel, par exemple, avait vu dans la décolonisation un succès présumé du communisme.  

vendredi, 15 octobre 2021

Pound contre Huntington

Andrea-Ventura.jpg

Pound contre Huntington

 Claudio Mutti        

                            Pound est l'inventeur de la poésie chinoise
                            pour notre époque.
                                        T.S. Eliot


Parmi les manuscrits inédits d'Ernest Fenollosa (photo, ci-dessous), qui lui furent donnés par la veuve du sinologue en 1913, Ezra Pound en trouva un, intitulé The Chinese Written Character as a Medium for Poetry (1), qui fut pour lui un véritable coup de tonnerre. "Le siècle dernier, écrivait Pound quelques années plus tard, a redécouvert le Moyen Âge. Il est probable que ce siècle trouvera une nouvelle Grèce en Chine. Entre-temps, nous avons découvert une nouvelle échelle de valeurs" (2).

1200px-Fenollosa.jpg

Pound ne s'est pas contenté de concevoir une telle attente, mais a entrepris une opération culturelle visant à rendre accessibles, par des solutions originales, les "valeurs" exprimées par la poésie chinoise. Et il semble y être parvenu, si l'on en croit le jugement autorisé de Wai-lim Yip : "même lorsqu'on lui donne les plus petits détails, il parvient à pénétrer l'intention centrale de l'auteur par ce que l'on peut peut-être appeler une sorte de clairvoyance" (3).

Le premier résultat de la rencontre de Pound avec la poésie chinoise est, en 1915, Cathay (4), un recueil de traductions faites, comme le sous-titre l'indique, "pour la plupart à partir du chinois de Rihaku", c'est-à-dire des poèmes de Li Tai-po (700-762). Vingt ans plus tard, Pound publiera l'essai de Fenollosa sur les idéogrammes chinois, l'accompagnant d'une brève introduction et de quelques notes d'un homme très ignorant (4) qui témoignent de son intérêt croissant pour l'écriture idéogrammatique. "Parmi les facteurs qui ont attiré Pound vers l'écriture chinoise, il y avait certainement son imagination visuelle et son besoin inné de s'exprimer par des images répondant à des choses visuellement concrètes" (5).

En 1928, Ta Hio, soit le grand apprentissage; est publié (6). Le Ta Hio (ou Ta Hsio, ou Ta Hsüeh, "Grand Enseignement" ou "Étude intégrale") est un texte produit par l'école de Confucius après la mort du Maître, dans lequel "la morale assume une fonction cosmique, dans la mesure où l'homme travaille à la transformation du monde et poursuit ainsi, dans la société, la tâche créatrice du Ciel" (7), couvrant la fonction "pontificale" typique de médiateur entre le Ciel et la Terre. À Eliot, qui lui demande en quoi il croit, Pound répond le 28 janvier 1934: "Je crois en Ta Hsio". L'intérêt de Pound pour l'enseignement de Confucius a également donné lieu aux versions de Pound des Dialogues (Lun Yü) (8), du Milieu constant (Chung Yung) (9) et des Odes (Shih) (10).

9791020802200_1_75.jpg

C'est le début de cette relation avec Confucius qui conduira Pound à tracer dans la doctrine du maître chinois les réponses les plus appropriées aux problèmes de l'Europe du XXe siècle : "Il me semble que la chose la plus utile que je puisse faire en Italie est de vous apporter chaque année un passage du texte de Confucius" (11) ; et de croire que "Mussolini et Hitler, par une intuition magnifique, suivent les doctrines de Confucius" (12). La doctrine confucéenne, comme l'écriture chinoise, correspond au besoin poundien de précision linguistique. Pour Confucius, en effet, la décadence de la société humaine est due à l'absence de correspondance entre les choses et les "noms" (ming), qui définissent normalement l'ensemble des caractères d'une réalité donnée ou indiquent une fonction morale ou politique ; une réforme efficace de la société doit donc partir de cet acte même de restauration de l'harmonie qu'est la "rectification des noms" (cheng ming). Le passage des Analectes (XIII, 3) sur ce concept est paraphrasé à plusieurs reprises par Pound (13), qui traduit cheng ming par un néologisme de sa propre création, "orthologie", et appelle "économie orthologique" une science économique basée sur la précision terminologique.

Selon certains interprètes, il semblerait toutefois que la relation avec le maître K'ung Fu, par lequel l'œuvre de Pound est profondément marquée, ne doive pas être réduite à des termes purement éthiques et politiques. "Confucius, la pensée confucéenne - a-t-on dit - a révélé à Pound une nouvelle façon de percevoir le monde. Nouvelle et pourtant très ancienne, car elle est la clé de toute la tradition chinoise que K'ung a voulu sauver et restaurer. Mais clé aussi d'une tradition primordiale qui a continué à parler en Occident dans les Mystères grecs et puis, encore, dans l'intuition des grands poètes "romanesques". La perception du monde comme une circulation de la Lumière. Et donc comme une unité. Qui est le fondement, l'âme même de la civilisation chinoise" (14). En bref, d'abord comme ministre puis comme maître d'école, Confucius "n'aspirait qu'à nettoyer et renforcer le lien entre les hommes de son temps et la tradition de leurs ancêtres" (15), de sorte que Pound, à travers Confucius, s'approchait de cette sagesse traditionnelle qui, en Europe, avait eu ses représentants chez Homère, Aristote et Dante (qu'il cite explicitement comme tels dans la note d'introduction au Ta Hsio), mais qui était désormais difficilement accessible dans l'Europe du XXe siècle.

R320130410.jpg

En janvier 1940 parurent les Cantos LII-LXXI (16), les "Chants chinois", initialement appelés par Pound les Chants des Empereurs de Catai, de l'Empire du Milieu. Pound les a composés "pour expliquer son idéal d'utopie sociale : ils rappellent la méthode employée par un Spengler ou un Toynbee, qui citent les exemples de l'histoire pour indiquer la tendance à un mouvement à prendre en considération, si l'on entend profiter du jugement et des erreurs du passé" (17). Si le Chant XIII était le Chant de Confucius, la décennie LII-LXI passe en revue la succession des dynasties chinoises, du troisième millénaire avant J.-C. à 1735 après J.-C., dernière année du règne de Yung-Cheng, mais aussi année de naissance de John Adams, le deuxième président des États-Unis. "Aujourd'hui plus que jamais, Pound applique sa propre théorie cyclique de l'histoire. Comme dans la succession des saisons, ainsi dans leur succession les dynasties des empereurs de Catai alternent la paix et la guerre, le bon et le mauvais gouvernement, selon une méthode d'exposition qui présente leurs actions comme des exemples positifs ou négatifs, selon les cas" (18). De plus, la source de Pound est le travail du Père De Mailla (19), qui avait interprété le T'ung-chien kang-mu ("Esquisse et détails du miroir exhaustif") de Chu Hsi (1130-1200), fondateur du néo-confucianisme. Le texte de Chu Hsi est quant à lui un résumé du Tzu-chih t'ung-chien ("Le miroir complet pour l'aide au gouvernement"), un ouvrage de l'historiographe confucéen Ssu-ma Kuang. Et l'écrivain confucéen, lorsqu'il expose des faits historiques, privilégie les situations archétypales: "Confucius impose ce sentiment du paradigme de l'histoire, au-delà du temps, comme son intellect tend vers le jugement moral, une sorte d'absolu" (20).

Il en résulte une vision de l'histoire dans laquelle "les figures des empereurs se meuvent et agissent comme des exemples de bon gouvernement, lorsqu'ils suivent les normes politiques confucéennes et choisissent leurs collaborateurs parmi les literati, ou de mauvais gouvernement, lorsqu'ils sont influencés par les eunuques, les femmes du palais, les bouddhistes et les taoïstes" (21). En bref, selon la vision de Pound transmise par Chu Hsi, l'harmonie et la justice dans l'ordre politico-social dépendent d'une conduite conforme à la nature, tandis que le désordre et la subversion sont l'effet de la violation des normes naturelles.

41ZKe3O1pBL._SX363_BO1,204,203,200_.jpg

Ainsi, dans l'œuvre de Pound, la Chine devient un "miroir pour l'Europe moderne, et pour les principes éternels de gouvernement que d'autres avant lui - des hommes de la stature de Voltaire - avaient été sûrs de voir dans la chronique chinoise" (22). La collecte de la dîme en grain, souhaitée par Yong Ching pour éviter la famine, est implicitement comparée à la politique de thésaurisation proposée dans l'Italie fasciste par le ministre Edmondo Rossoni (Canto LXI), à qui Pound expose la théorie de Silvio Gesell et de la monnaie francisée; le festin offert par Han Sieun au souverain tatar rappelle le spectacle des manœuvres sous-marines organisées pour le Führer à Naples (Canto LIV) et ainsi de suite.

L'adhésion à l'enseignement de Confucius est donc explicitement réitérée dès le Canto LII, qui se termine par l'énonciation de deux préceptes confucéens. Le premier est celui de "Appeler les choses par les noms", qui relie le Canto II au Canto LI (le dernier de la cinquième décade), scellé à son tour par l'idéogramme cheng wing. La seconde, tirée de l'Étude intégrale, dans l'adaptation de Pound, ressemble à ceci: "Le bon souverain par la distribution - Le mauvais roi est connu par ses impositions". 

Dans le Chant LIII, qui résume les événements de l'histoire de la Chine entre l'illud tempus des empereurs mythiques Yu-tsao et Sui-jen et le déclin de la dynastie Chou, nous trouvons également d'importants préceptes confucéens. Par exemple: "Un bon gouverneur est comme le vent sur l'herbe - Un bon dirigeant fait baisser les impôts". En particulier, Pound rappelle le cas d'un souverain qui émettait directement de la monnaie et la distribuait au peuple: "(...) en 1760, Tching Tang ouvrit la mine de cuivre (ante Christum) - fabriqua des disques avec des trous carrés au milieu - et les donna au peuple - avec lesquels ils pouvaient acheter du grain là où il y en avait". Une mesure exemplaire pour Pound, qui la mentionne également ailleurs: "La création de monnaie pour assurer la distribution de biens n'est pas nouvelle. Si vous ne voulez pas croire que l'empereur Tching Tang a été le premier à distribuer un dividende national en 1766 avant J.-C., donnez-lui un autre nom. Disons qu'il s'agissait d'une subvention extraordinaire..." (23).

Dans la série d'épisodes exemplaires qui mettent en évidence la fonction paternelle de l'empereur confucéen, la proclamation de Hsiao-wen Ti se détache au chant LIV: "La terre est la nourrice de tous les hommes - Je coupe maintenant la moitié des impôts - (...) L'or est immangeable". L'or ne se mange pas, la base de la subsistance est le pain. Ainsi, le Canto LV accorde une place considérable aux mesures de Wang An-shih qui, constatant que les champs étaient incultes, ordonna d'accorder un prêt aux paysans et fit frapper suffisamment d'argent pour que le taux reste stable. "Dans les épisodes répétés de distribution gratuite de nourriture et d'argent au peuple, Pound avait instinctivement identifié les économies du don, la fonction redistributive des anciens empires, des civilisations où le marché était encore conçu en fonction de la polis et non l'inverse" (24). Une mauvaise politique fiscale est au contraire identifiée par Pound comme la cause de la disparition de la dynastie Sung ("SUNG est mort de lever des impôts - gimcracks", Canto LVI), à laquelle a succédé la dynastie mongole Yüan. 

La Chine des Yüan, qui s'étendait entre le lac Baïkal et le Brahmapoutre, constituait la pars Orientis de l'empire de Gengis Khan qui, au XIIIe siècle, unifiait l'espace eurasien entre la mer Jaune et la mer Noire. Le premier empereur de la nouvelle dynastie fut Qubilai (1260-1294) : "KUBLAI KHAN - qui entra dans l'Empire - (...) - et les mogols se tenaient sur toute la Chine" (Canto LVI). Avant lui, c'est Ögödai (1229-1941) qui a imposé le tribut aux Chinois: "(...) et Yeliu Tchutsai dit à Ogotai:  taxe, n'extermine pas - Tu gagneras plus en taxant les fléaux - ainsi furent sauvées plusieurs millyum de vies de ces Chinois" (Canto LVI). Mais les Mongols n'ont pas suivi la loi de Confucius, et leur dynastie a donc pris fin: "Les Mongols sont tombés - pour avoir perdu la loi de Chung Ni - (Confucius) - (...) - les Mongols étaient un intervalle" (Canto LVI).

9_292020_yuan-map-18202.jpg

L'approche de l'histoire de la Chine par le biais d'un ouvrage fondé sur des sources confucéennes incite Pound à voir dans les symptômes de décadence du Céleste Empire l'effet de l'influence corruptrice des taoïstes, des taozers, des tao-tse et des bouddhistes (Hochangs), qui sont souvent mis dans le même sac que les eunuques, les danseurs, les charlatans et les malfaiteurs de toutes sortes: "guerre, impôts, oppression - backsheesh, taoïstes, bhuddistes (sic) - guerres, impôts, oppressions" (Canto LIV), "TçIN NGAN est mort de toniques et de taoïstes" (Canto LIV), "conscriptions, assassins, taoïstes" (Canto LIV), "Et il vint un taozer qui parlait de l'élixir - qui ferait vivre les hommes sans fin - et le taozer mourut très peu de temps après" (Chant LIV), "Et la moitié de l'Empire tao-tse les hochangs et les marchands - de sorte qu'avec tant de hochangs et de simples métamorphes - trois dixièmes du peuple nourrissaient tout l'empire (...)", (Canto LV), "Hochangs, eunuques, taoïstes et ballets - night-clubs, gimcracks, débauche - (...) - Hochangs, eunuques et taoïstes" Canto LVI). La dynastie des Ming (1368-1644) est rongée par les mêmes xylophages: "HONG VOU a rétabli l'ordre impérial - mais voici que reviennent les eunuques, les taozeurs et les hochang" (Canto LVII), "HOEÏ de SUNG a failli être ruiné par les taozeurs" (Canto LVII), "OU TI de LÉANG, HOEÏ-TSONG de SUNG - étaient plus que tous les autres empereurs - laoïstes et foéistes, et ont tous deux connu une mauvaise fin" (Canto LVII).

L'assimilation du bouddhisme a exercé une influence décisive sur la vie spirituelle de la Chine pendant l'ère T'ang (618-907), dont Pound retrace les annales dans les Cantos LIV et LV. Quant au taoïsme, devenu une sorte de religion, il a été considérablement influencé par le bouddhisme tantrique: "les taoïstes ont élaboré des enseignements ésotériques remontant à la plus lointaine antiquité dans le but d'assurer l'immortalité à leurs adeptes par des méthodes similaires à celles du Hatha-yoga indien, et des conceptions cosmologiques tirées du Yin-yang Chia, qui ont été ensuite étudiées et développées par les penseurs néo-confucéens " (25). De cette manière, la culture spirituelle chinoise s'est enrichie de nouveaux éléments, qui étaient toutefois étrangers à la sphère éthique et sociale à laquelle la pensée confucéenne avait traditionnellement adhéré. Tout au long de la période Sung (960-1279), qui est le contexte des événements évoqués dans la deuxième partie du Chant LV et la première partie du Chant LVI, le confucianisme lui-même a accepté et retravaillé des concepts cosmologiques d'origine taoïste.

6-octobre-1552-matteo-ricci.jpgLa prédication catholique arrive en Chine grâce au jésuite de Macerata, Matteo Ricci, qui arrive à Pékin en 1601 et est bien accueilli par l'empereur Chin Tsong, malgré le fait que les gardiens de l'orthodoxie confucéenne, hostiles à la diffusion d'une doctrine qui leur semblait bizarre, avaient exprimé leur opposition à l'introduction du missionnaire et de ses reliques à la cour impériale. "Et les eunuques de Tientsin amenèrent le Père Matteo devant le tribunal - où les Rites répondirent : - L'Europe n'a aucun lien avec notre empire - et ne reçoit jamais notre loi - Quant à ces images, images de dieu en haut et d'une vierge - elles ont peu de valeur intrinsèque. Les dieux montent-ils au ciel sans os - pour que nous croyions à votre sac de leurs os ? - Le tribunal de Han Yu considère donc qu'il est inutile - d'introduire de telles nouveautés dans le PALAIS - nous le considérons comme peu judicieux, et sommes opposés - à recevoir soit ces os, soit le père Matteo" (Chant LVIII). Le père Ricci, qui avait fait cadeau d'une montre au Fils du Ciel, devint pour les Chinois une sorte de saint patron des horlogers ; d'autres jésuites, "Pereira et Gerbillon" (Canto LIX), gagnèrent la confiance de l'empereur K'ang Hsi (1654-1722), "qui joua de l'épinette le jour de l'anniversaire de Johan S. Bach - n'exagérez pas/ il joua au moins sur un tel instrument - et apprit à retenir plusieurs airs (européens)" (Canto LIX). (Canto LIX) ; d'autres encore, comme "Grimaldi, Intercetta, Verbiest, - Couplet" (Canto LX), ont apporté diverses contributions à la diffusion de la culture européenne en Chine. Mais les relations entre l'Empire et les catholiques ne sont pas faciles. Même si les jésuites voulaient identifier Shang-ti, le Seigneur du Ciel, au Dieu de la religion chrétienne et tentaient d'intégrer certains rites confucéens au christianisme, le pape Clément XI condamnait le culte des ancêtres et interdisait la célébration de la messe en chinois: "Les wallahs de l'église européenne se demandent si cela peut être concilié" (Canto LX). De leur côté, les autorités impériales, tout en reconnaissant les mérites des Jésuites, interdisent le prosélytisme missionnaire et la construction d'églises: "Les MISSIONNAIRES ont bien servi à réformer nos mathématiques - et à nous faire des canons - et ils sont donc autorisés à rester - et à pratiquer leur propre religion mais - aucun Chinois ne doit se convertir - et ils ne doivent pas construire d'églises - 47 Européens ont des permis - ils peuvent continuer leur culte, et aucun autre" (Canto LX). Yung Cheng, qui a succédé à K'ang Hsi en 1723, a définitivement banni le christianisme, jugé immoral et subversif des traditions confucéennes: "et il a mis dehors le Xtianisme - les Chinois le trouvaient si immoral - (...) - les Xtiens étant de tels glisseurs et menteurs. - (...) - Les Xtiens perturbent les bonnes coutumes - cherchent à déraciner les lois de Kung - cherchent à briser l'enseignement de Kung' (Canto LXI).

Pound loue la sagesse de Yung Cheng et son souci de l'agriculture et du trésor public. De son fils Ch'en Lung, qui a régné de 1736 à 1795, il souligne son activité littéraire, concluant le Canto LXI par le souhait que ses poèmes soient lus.

K'ang Hsi et Yung Cheng, qui reviennent dans les Cantos XCVIII et XCIX, étaient respectivement les deuxième et troisième empereurs de la dynastie mandchoue des Ch'ing, qui s'empara de l'empire après la chute des Ming (1644). Sous la nouvelle et dernière dynastie, issue d'un peuple de cavaliers et de guerriers de langue altaïque, la Chine connaît une grande prospérité et élargit ses frontières, les étendant du bassin de l'Amour (1689) à la Mongolie (1697), au Tian-shan (1758) et au Tibet (1731) : "Le Tibet fut soumis et 22 fut une année de paix" (Canto LX). La Pax Sinica établie par la dynastie mandchoue est d'ailleurs déjà célébrée dans le Canto LVIII : "nous sommes venus pour la Paix et non pour un paiement - nous sommes venus pour apporter la paix à l'Empire".
L'écriture des Cantos LXXXV-XCV (26) couronne ce paideuma confucéen que Pound avait énoncé à plusieurs reprises comme son propre programme d'action. Je suis absolument convaincu", écrira-t-il en janvier 1945 dans Marina Repubblicana, "qu'en apportant à l'Italie une plus grande connaissance de la doctrine héroïque de Confucius, je vous apporterai un cadeau plus utile que le platonisme que Gemistus vous a apporté au XIVe siècle, en vous rendant un si grand service de stimulation de la Renaissance" (27). Selon Pound, en effet, le confucianisme présente des avantages supérieurs au platonisme, car, contrairement à la culture grecque, il contient les principes éthiques et politiques nécessaires à la fondation d'un empire. Ce concept a été exprimé par lui le 19 mars 1944 dans une lettre au ministre républicain Fernando Mezzasoma : "L'importance de la culture confucéenne est la suivante: la Grèce n'a pas eu le sens civique pour construire un empire" (28). En Chine, en revanche, le confucianisme consolide l'édifice impérial: "La Chine avec 400 millions d'ORDRES", déclare Pound dans un discours radiodiffusé le 24 avril 1943, "serait certainement un élément de stabilité mondiale". Mais cet ordre doit ÉMERGER EN CHINE. En 300 ans d'histoire ou plus, en fait à travers toute l'histoire que nous connaissons de ce pays, l'ordre doit émerger à l'intérieur. La Chine n'a jamais connu la paix lorsqu'elle était aux mains d'un gouvernement dirigé par des étrangers sur des capitaux empruntés" (29).

shih-ching-ezra-pound-9780674133976.jpg

Ce n'est donc pas un hasard si le théoricien de l'impérialisme américain a identifié dans la civilisation confucéenne un système de valeurs et d'institutions irréductibles à la culture de l'Occident: "l'économie, la famille, le travail, la discipline (...) le rejet commun de l'individualisme et la prévalence d'un autoritarisme "soft" ou de formes très limitées de démocratie" (30). L'annonce du "choc des civilisations" est explicite: "La tradition confucéenne de la Chine, avec ses valeurs fondamentales d'autorité, d'ordre, de hiérarchie et de suprématie du collectif sur l'individuel, crée des obstacles à la démocratisation" (31).

Le plus grand obstacle à l'établissement de l'hégémonie américaine en Asie et à l'imposition du modèle occidental serait donc représenté par l'alliance redoutée entre l'aire confucéenne et les pays musulmans, alliance que Huntington définit en termes d'"axe islamo-confucéen". (Un concept, celui-ci, qui aurait pu inspirer le syntagme bizarre de l'"Axe du mal", employé par Bush à propos de la triade Iran-Irak-Corée du Nord). En revanche, avant Huntington, c'est un Khaddafi, pas encore totalement apprivoisé, qui avait lancé un appel dans ce sens. Le colonel avait déclaré le 13 mars 1994: "Le nouvel ordre mondial signifie que les juifs et les chrétiens contrôlent les musulmans; s'ils y parviennent, demain ils domineront aussi le confucianisme et les formes traditionnelles de l'Inde, de la Chine et du Japon (...). Aujourd'hui, les chrétiens et les juifs disent que l'Occident, après avoir détruit le communisme, doit détruire l'islam et le confucianisme (...). Nous sommes du côté du confucianisme; en nous alliant à lui et en luttant à ses côtés dans un front international unique, nous vaincrons notre ennemi commun. Par conséquent, en tant que musulmans, nous aiderons la Chine dans la lutte contre l'ennemi commun".

Pound n'a pas manqué de souligner les hypothèses de l'Axe à la Huntington, hypothèses redoutées. Il a identifié le dénominateur commun du confucianisme et de l'islam comme étant les idéaux de bonne gouvernance, de solidarité communautaire, d'équité distributive et de souveraineté monétaire. En ce qui concerne l'Islam, Pound voyait dans les normes chiites établies par les imams Shafi'i et Ibn Hanbal concernant la précision du monnayage le pendant islamique de l'"orthologie" confucéenne; dans le droit exclusif de la fonction califale d'émettre de la monnaie, il voyait le fondement de la souveraineté politique; dans l'affectation de la cinquième partie du butin - la "part de Dieu et du Prophète" - à l'assistance des catégories de nécessiteux prévues par le Coran et la Sunna, Pound a identifié l'institution caractéristique d'un système fiscal exemplaire. Une synthèse dense de cette perspective poundienne de l'Islam est contenue dans la première page du Chant XCVII, qui reprend le thème - déjà présent dans le XCVI - du calife omeyyade 'Abd el-Malik, qui en 692 fit frapper une pièce d'or avec le profil de l'épée de l'Islam et, appliquant une indication du Prophète, établit que le rapport entre l'argent et l'or était de 6,5 pour 1 : Melik et Edward ont frappé des pièces avec une épée, "Emir el Moumenin" (Systèmes p.). 134) - six et ½ contre un, ou l'épée du Prophète, - l'ARGENT étant entre les mains du peuple - (...) Shafy et Hanbal disent tous deux 12 contre 1, - (...) - et le Prophète - a fixé l'impôt sur le métal - (c'est-à-dire comme distinct de) & les gros paient pour les maigres, - dit Imran, - (...) - ET en 1859 un dhirem 'A.H. 40' a été - payé au bureau de poste, Stanboul. - Frappé à Basra - 36,13 grains anglais. - "J'ai laissé à l'Irak son dinar, - et un cinquième à Dieu." (Canto XCVII).

La mesure d'Abd el-Malik, introduite dans les territoires européens soumis à Byzance, "profitait aux classes populaires, qui possédaient de l'argent, tandis qu'une classe dirigeante épuisée possédait surtout de l'or (...) les musulmans inversèrent le cycle de l'histoire, la remettant sur la bonne voie" (32).

L'Islam, comme on le sait, a émis une condamnation absolue et sans équivoque des prêts à intérêt et de la spéculation sur l'or et la monnaie. "Ceux qui se nourrissent d'usure ne se relèveront pas, sauf comme se relèvera celui que le diable a paralysé en le souillant de son contact. C'est parce qu'ils disent: "En vérité, le commerce est comme l'usure. Mais Dieu a permis le commerce et interdit l'usure" (33). Selon un hadith, l'usure atteint le même degré d'abomination que la fornication commise avec sa mère à l'ombre de la Ka'ba. Ces concepts semblent trouver un écho dans le Canto XLV, où l'usure est considérée comme une peste ("Usura est un murrain"), un inceste ("CONTRA NATURAM"), une profanation ("Ils ont amené des putains pour Eleusis").

À travers cette convergence des objectifs du confucianisme et de l'islam, nous voyons s'illustrer non pas le "choc des civilisations", mais, au contraire, cette unité supérieure et essentielle qui lie entre elles les civilisations qui ont historiquement façonné le continent eurasien. La civilisation romaine (et romaine-chrétienne) a également participé à cette unité dans le passé, à tel point que Pound énumère une série de souverains et de législateurs européens qui, en établissant des lois justes et en réglementant la monnaie, ont garanti à leurs peuples la possibilité de vivre ensemble dans une paix et une prospérité relatives: "que Tibère Constantin était distributiste, - Justinien, Chosroes, Augustae Sophiae, - (...) - Authar, règne merveilleux, pas de violence et pas de passeports, - (...) - et Rothar a fait écrire quelques lois - (...) - DIOCLETIEN, 37ème après Auguste, a pensé : plus si nous les taxons - et n'anéantissons pas (...) - Vespasian serenitas... urbes renovatae - sous Antonin, 23 ans sans guerre... (...) - HERACLIUS, six, oh, deux - imperator simul et sponsus" (Canto XCVI). 

S'il y a un conflit, c'est le conflit irréconciliable qui oppose les civilisations, les vraies civilisations, à la barbarie, c'est-à-dire le type de vie contra naturam dans lequel l'avantage économique individuel prévaut sur le bien commun, l'usure écrase la créativité et la banque supplante Eleusis.

Notes:

  1. (1) Fenollosa, L’ideogramma cinese come mezzo di poesia, Introduzione e note di E. Pound, All’insegna del Pesce d’Oro, Milano 1960. Cfr. G. E. Picone, Fenollosa – Pound: una ars poetica, in AA. VV., Ezra Pound 1972/1992, a cura di L. Gallesi, Greco & Greco, Milano 1992, pp. 457-480.
  2. (2) Pound, The Renaissance, “Poetry”, 1915, p. 233.
  3. (3) Wai-lim Yip, Ezra Pound’s Cathay, New York 1969, p. 88.
  4. (4) Pound, Cathay, Elkin Mathews, London 1915.
  5. (5) Laura Cantelmo Garufi, Invito alla lettura di Pound, Mursia, Milano 1978, p. 57.
  6. (6) Pound, Ta Hio, the Great Learning, University of Washington Bookstore, Seattle 1928; Stanley Nott, London 1936.
  7. (7) Pio Filippani-Ronconi, Storia del pensiero cinese, Boringhieri, Torino 1964, p. 52.
  8. (8) Pound, Confucius Digest of the Analects, Giovanni Scheiwiller, Milano 1937.
  9. (9) Pound, Ciung Iung. L’asse che non vacilla, Casa Editrice delle Edizioni Popolari, Venezia 1945. Ce livre "fut détruit à cause d'une ignorance crasse des vainqueurs à la fin de la guerre, parce qu'ils ont confondu le titre, des plus antiques, avec une allusion à l'Axe Rome-Berlin" (Giano Accame, Ezra Pound economista. Contro l’usura, Settimo Sigillo, Roma 1995, p. 135).
  10. (10) Pound, The Classic Anthology Defined by Confucius, Harvard University Press, Cambridge 1954; Faber & Faber, London 1955. Réimprimé avec, pour titre, The Confucian Odes, New Directions Paperbook, New York 1959.
  11. (11) Pound, Carta da visita, Edizioni di Lettere d’Oggi, Roma 1942, p. 50.
  12. (12) Pound, Confucio filosofo statale, “Il Meridiano di Roma”, 11 maggio 1941; rist. in: E. Pound, Idee fondamentali, Lucarini, Roma 1991, p. 73.
  13. (13) "Si la terminologie n'est pas exacte, si elle ne correspnd pas à la chose, les instructions du gouvernement ne seront pas explicites; si les dispositions ne sont pas claires et si les noms ne s'y adaptent pas, ils ne pourront gérer correctement les affaires (...). Voilà pourquoi un hommeintelligent veillera à sa propre terminologie et donnera des instructions qui conviennent. Quand ses ordres sont clairs et explicites, ils pourront être exécutés"  (E. Pound, Guida alla cultura, Sansoni, Firenze 1986, p. 16).
  14. (14) Andrea Marcigliano, L’ideogramma di Luce del Mondo, in: AA. VV., Ezra Pound perforatore di roccia, Società Editrice Barbarossa, Milano 2000, p. 87.
  15. (15) Marcigliano, op. cit., p. 83.
  16. (16) Pound, Cantos LII-LXXI, Faber & Faber, London e New Directions, Norfolk, Conn. 1940.
  17. (17) Earle Davis, Vision fugitive – Ezra Pound and economics, The University Press of Kansas, Lawrence/London 1968, p. 98.
  18. (18) Cantelmo Garufi, op. cit., pp. 114-115.
  19. (19) Père Joseph Anne Marie de Moyriac De Mailla, Histoire générale de la Chine, Paris 1777-1783, 12 voll.
  20. (20) Levenson – F. Schurmann, China : An Interpretative History from the Beginnings to the Fall of Han, University of California Press, Berkeley – Los Angeles 1969, p. 49.
  21. (21) Cantelmo Garufi, op. cit., p. 116.
  22. (22) Hugh Kenner, L’età di Pound, Il Mulino, Bologna 2000, p. 565.
  23. (23) Pound, What is Money for?, Greater Britain Publ., London 1939.
  24. (24) Accame, op. cit., p. 113.
  25. (25) Filippani-Ronconi, op. cit., p. 157.
  26. (26) Pound, Section: Rock-Drill 85-95 de los cantares, All’insegna del Pesce d’Oro, Milano 1955; New Directions, New York 1956; Faber & Faber, London 1957.
  27. (27) Tim Redman, Ezra Pound and Italian Fascism, Cambridge University Press, London 1991, p. 252.
  28. (28) Redman, op. cit., p. 252.
  29. (29) Pound, Radiodiscorsi, Edizioni del Girasole, Ravenna 1998, pp. 203-204.
  30. (30) Samuel P. Huntington, Lo scontro delle civiltà e il nuovo ordine mondiale, Garzanti, Milano 2000, p. 152.
  31. (31) S. P. Huntington, op. cit., pp. 351-352.
  32. (32) Robert Luongo, The Gold Thread. Ezra Pound’s Principles of Good Government & Sound Money, Strangers Press, London-Newport 1995, pp. 71-72.
  33. (33) “alladhîna ya’kulûna ‘l-ribà lâ yaqûmûna illâ kamâ yaqûmu ‘lladhî yatakhabbatuhu ‘l-shaytânu min al mass. Dhâlika bi-annahum qâlû: Innamâ ‘l-bay’u mithlu ‘l-ribà; wa ahalla Allâhu ‘l-bay’a wa harrama ‘l-ribà“ (Corano, II, 275)

 

mardi, 12 octobre 2021

Xi Jinping et Ezra Pound

6003067_Ezra_Pound_2-_watercolours_60x40_cm.jpg

Xi Jinping et Ezra Pound

Ex: https://www.lintellettualedissidente.it/controcultura/letteratura/pound-cina-xi-jinping/

Pound nous a appris, il y a un siècle, tout ce que nous devons savoir sur la Chine. Nous ne l'avons pas pris au sérieux et ses livres sur Confucius, l'idéogramme et la culture chinoise sont introuvables.

Eugenio Montale a également traité de la Chine. Il l'a fait, semble-t-il, distraitement, par devoir éditorial ; c'était en 1963, quand il écrivit l'introduction aux Liriche cinesi éditées par Giorgia Valensin pour la Nuova Universale Einaudi. Dans ce cas, peu à l'aise parmi les dragons, les taoïstes et les écrans, le regard de Montale n'est pas celui d'un poète - donc d'un visionnaire - ; il se limite à broder entre les fulgurances poétiques: "Aussi limpides soient-ils, [ces poèmes] échappent au nouveau mètre que l'ère chrétienne a donné au monde occidental, et peut-être pas seulement à celui-ci. Ce n'est pas seulement qu'il leur manque cette humanisation du temps et de la nature et cette déification de la femme qui sont typiques de la poésie lyrique européenne; c'est plutôt qu'ici, comme dans le miracle de la sculpture égyptienne et, à un moindre degré, dans celui de l'art grec, l'homme et l'art tendaient vers la nature, étaient la nature; tandis qu'ici, et depuis de nombreux siècles, la nature et l'art tendent vers l'homme, sont devenus l'homme". Tout est beau, limpide, désincarné de la vie, de l'histoire, comme si la poésie était extra-mondaine, dans un sanctuaire, quelque chose pour les poètes en voie d'extinction: en République populaire de Chine, pendant ce temps, nous étions au seuil de la Grande Révolution culturelle prolétarienne. C'était dévastateur.

51pZwYTwoNL._SX389_BO1,204,203,200_.jpgEt pourtant, aux côtés de Montale, qui était rentré en Italie quelques années plus tôt, se trouvait Ezra Pound. Comparé à presque tous les intellectuels et poètes de son époque, Pound était obsédé par la Chine. Bien sûr, il s'agissait d'une obsession, au départ, essentiellement formelle : Pound est né poète, en substance, avec Cathay (1915), une traversée révolutionnaire de la poésie chinoise classique, qu'il avait découverte quelques années plus tôt, en compagnie de William B. Yeats, en trafiquant des ruines littéraires asiatiques.

    Avec le dégel, les eaux brisent la glace.
    au centre de Shoku, ville fière.

    Le destin des hommes est déjà scellé
    Inutile de consulter les devins.

Pound poursuit ses recherches en étudiant Ernest Fenollosa, éminent sinologue et - excellence non négligeable - professeur de politique économique à l'Université impériale de Tokyo : L'ideogramma cinese come mezzo di poesia (Scheiwiller 1960 ; 1987) est traité par "Ez" comme un traité esthétique (la doctrine de l'Imagisme, pour le moins, en découle: rapidité idéogrammatique de l'image/sens/sensation). L'histoire, la culture et la poésie chinoises font partout irruption dans les Cantos, en particulier dans la section "Rock-Drill" ; lorsque, le 3 mai 1945, les partisans l'emmènent à Sant'Ambrogio, le poète "met dans sa poche le volume de Confucius qu'il est en train de traduire et les suit" : ce sera sa seule lecture dans l'atroce cage pisane, le seul réconfort dans les abominables années d'emprisonnement, presque l'inspiration d'une discipline, l'extrait. La même année, Pound avait publié un texte de Confucius, L'asse che non vacilla (L'axe qui ne vacille pas), chez l'éditeur Edizioni Popolari de Venise, "qui fut presque entièrement incendié immédiatement après la Libération parce qu'il était suspecté de propagande en faveur de l'axe Berlin-Rome-Tokio". Dans un Postscriptum au Guide to Kulchur, Pound conseille d'utiliser "comme sextant", c'est-à-dire comme orientation élémentaire et suffisante, Homère, "les tragédiens grecs", la Divine Comédie ; mais avant tout, par-dessus tout, il faut lire "Confucius et Mencius", car "ils contiennent les solutions à tous les problèmes de conduite qui peuvent se poser".

Le-caractere-ecrit-chinois-materiau-poetique.jpg

Aujourd'hui - je veux dire, depuis quelques années - depuis que la Chine fait peur, depuis que Xi Jinping semble être devenu le dragon capable d'anéantir les dragons européens et de bailler à la face des États-Unis, il est bon de se rappeler que, depuis plus d'un siècle, le poète nous ordonne de regarder vers l'Est ; que, depuis plus d'un siècle, Pound nous indique la voie à suivre : regarder la Chine, étudier ses textes sacrés, traduire Confucius, le pilier de l'éthique et de la politique chinoises. Qu'est-ce que cela peut faire? La fusion paradigmatique entre le gouvernement de soi et le gouvernement d'un État, d'un peuple ; la conception du rituel et de la tradition ; la poésie comme acte pur, un geste qui réconcilie la Terre avec le Ciel ; la posture aristocratique - voire impitoyable - dans la poursuite de l'harmonie; le ren, la "qualité humaine", le "sens de l'humanité".

    "L'homme véritable cherche tout en lui-même, l'homme mesquin cherche à tout obtenir de quelqu'un d'autre".

    "L'homme rusé ne reconnaît pas les décrets du ciel, il est impertinent avec les grands hommes et méprise les paroles des sages".

    "Ne pas connaître les mots signifie ne pas posséder le fluide nécessaire à la connaissance des hommes".

Il s'agit de quelques fragments des Analectes, recueillis par Pound en 1951 et traduits par Scheiwiller - édité par sa fille, Mary de Rachewiltz - en 1995 : un recueil extraordinaire pour comprendre la Chine aujourd'hui plus qu'hier. Dans The Classic Anthology defined by Confucius (Harvard University Press, 1954), en revanche, Pound a travaillé à travers l'immense répertoire de poèmes classiques, canonisés par Confucius. Le livre a été publié sous le titre L'antologia classica cinese (L'Anthologie classique chinoise), bien sûr, par Scheiwiller ; il a été édité par Carlo Scarfoglio, ancien rédacteur de La Nazione et de Il Mattino, fils de Matilde Serao, auteur, dans ce contexte, entre autres, d'une Apologia del traduttore plutôt passionnée :

    "J'ai traduit une vingtaine d'Odes il y a quelques années, lorsque, ayant vu, avec Marie, la fille du poète, échouer tous les efforts imaginés pour créer une atmosphère de meilleure justice autour du poète, victime d'accusations dont la fausseté n'est plus à démontrer, je me proposais d'essayer au moins de le réconforter dans son emprisonnement, en traduisant quelques-unes des Odes, en m'efforçant de les publier dans quelque revue, puis en lui en envoyant des extraits, afin qu'il reçoive du monde extérieur la preuve qu'il était encore aimé et admiré pour son œuvre humaniste la plus belle et la plus pure".

confucius.jpg

Il a même compris, Pound, que la pratique éthique peut être coercitive : que l'on tue avec le sourire, pour le plus grand bien. Il a tout compris, en fait. Bien sûr, ces livres, comme les études de Pound sur la culture chinoise, ont disparu de l'édition conventionnelle.

71xzz1TEYuL.jpg

Et pourtant, en 1974, peu après la mort de "Ez", Feltrinelli publia une étude de Girolamo Mancuso - traducteur, entre autres, de Tagore et de tous les poèmes de Mao Tse Toung - sur Pound et la Chine, destinée à disséquer "le chemin de Pound vers la Chine... mais aussi une reconstruction rigoureuse de l'itinéraire idéologique menant de Confucius à Mussolini". Cela aussi a disparu. Il ne reste donc plus qu'à s'agiter, à spéculer sur Xi, le "géant chinois" et à entonner le bla bla irrité par cette nouvelle; on continue à perpétuer l'"actualisme" à l'égard d'un pays qui raisonne par plans séculaires, sur l'obusier des millénaires.  

"Si nos universités valaient un sou, elles auraient fait quelque chose... Des millions ont été dépensés pour abrutir l'éducation. Il n'y a aucune raison, en dehors de l'usure et de la haine des lettres, de priver quelques centaines de poèmes au moins et le Ta Hio d'une édition bilingue... L'infamie du système monétaire actuel ne s'arrête pas à la mauvaise alimentation des masses ; elle s'étend jusqu'aux recoins les plus reculés de la vie intellectuelle, même là où les lâches se sentent en sécurité, même si les hommes de faible vitalité croient qu'on ne meurt pas d'ennui. L'état des études chinoises en Occident est vomitif et sordide... les professeurs anglais et américains sont des taupes".

C'est ce qu'a écrit Pound, il y a de nombreuses années. Nous avons préféré, une fois de plus, ne pas croire le voyant, le poète.

ezra-pound-1.jpeg

lundi, 11 octobre 2021

Introduction à la pensée de Xi Jinping

KHNJAL2BNTPBIJIB6TQVTPR3C4.jpg

Introduction à la pensée de Xi Jinping

Par Daniele Perra

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/introduzione-al-pensiero-di-xi-jinping/

"On ne peut atteindre le sommet de la montagne sans passer par des chemins difficiles et escarpés ; on ne peut atteindre la vertu sans que cela ne coûte beaucoup d'efforts et de labeur. Ignorer le chemin que l'on doit prendre, partir sans guide, c'est vouloir s'égarer, vouloir mettre sa vie en danger".

(Confucius).

Le 24 octobre 2017, les pensées de Xi Jinping ont été incluses dans la Constitution du Parti communiste chinois (PCC). Synthèse du maoïsme et du confucianisme parfaitement adaptée à la réalité chinoise, la pensée de Xi est devenue partie intégrante de la doctrine du Parti, au même titre que la pensée de Mao lui-même, l'élaboration théorique de Deng Xiaoping, la "théorie des trois représentations" de Jiang Zemin et l'approche du "développement scientifique" de Hu Jintao. La doctrine de Xi a également reçu le statut de "pensée", ce qui la place au même niveau que le corpus théorique de Mao et dans une condition supérieure aux doctrines de Jiang Zemin et de Hu Jintao [1].

Or, une posture purement matérialiste imposerait une analyse de la pensée de Xi Jinping qui dépasse les explications et les aspects liés au "génie individuel". Par conséquent, la figure historique et la pensée de Xi lui-même ne peuvent être séparées de leur considération comme partie intégrante d'une tradition de pensée spécifique et de leur contextualisation dans un moment historique spécifique et avec une culture spécifique. Ainsi, la pensée de Xi n'est pas seulement l'émanation intellectuelle des connaissances et des capacités de l'homme, mais aussi la confluence de différentes formes de pensée. En particulier, on pourrait dire qu'elle est l'expression (et le résultat) des principaux défis auxquels la République populaire est soumise au XXIe siècle.

À cet égard, le "géopoliticien militant" [2] Jean Thiriart a pu prédire dès les années 1960 que la Chine du XXIe siècle ne tolérerait plus la présence nord-américaine à ses frontières, de l'Asie centrale à la mer de Chine méridionale. Sur la même longueur d'onde, les prédictions du défi du nouveau siècle entre la Chine et les États-Unis rapportées par le Pakistanais Zulfiqar Ali Bhutto dans son manifeste politique au titre emblématique Le mythe de l'indépendance (1967).

the_myth_of_independence_by_classic.jpg

Par conséquent, la pensée de Xi apparaît comme un produit des conditions matérielles et géopolitiques de la réalité chinoise spécifique à un moment historique spécifique. Cependant, la pensée et la politique ne sont pas réductibles au simple langage, mais le langage est l'un des instruments par lesquels s'expriment le discours et l'action politique. Et comme la guerre (sous toutes ses formes, économique, culturelle et militaire) est une continuation de la politique par d'autres moyens, le langage et la pensée jouent un rôle crucial. Une action politique dépourvue de pensée et déconnectée d'un langage particulier (ou d'un langage défini) manque non seulement d'efficacité en termes pratiques, mais a également pour effet de produire une désorientation (ou un "déracinement", pour reprendre la terminologie heideggérienne). Un exemple pratique de ce qui a été dit ici peut être vu dans les limites communicatives évidentes et le manque de clarté (dans de nombreux cas, même sciemment recherchés) montrés par l'"Occident" soumis à l'hégémonie nord-américaine pendant la crise de la pandémie. Dans ce cas, dans le but précis de recompacter "géopolitiquement" cet espace idéologique, il a été décidé d'utiliser la rhétorique militaire (pleine de termes anglophones) pour faire face à l'épidémie et à la campagne de vaccination qui en a résulté. Ainsi, les décès de covidés sont devenus les victimes de la "guerre contre le virus", tandis que les réactions indésirables au vaccin ont pris l'apparence d'un inévitable "dommage collatéral".

Déjà Iosif Staline, grand expert en linguistique, reconnaissait le rôle fondamental de la langue comme support de l'action politico-militaire et comme outil utile pour la défense de la conscience nationale. Selon le  Vožd', la matière la plus importante à étudier dans les académies militaires était la langue et la littérature russes. Ils permettent de s'exprimer brièvement et clairement dans des conditions extrêmes (y compris au combat). La pratique constante de la lecture des classiques permet en outre d'avoir déjà en tête une suggestion sur la meilleure façon de s'exprimer et d'agir [3].

Cela peut également s'appliquer à la réalité chinoise, où la pensée, la parole et l'action sont indissolublement liées. Cependant, dans la réalité chinoise, contrairement à l'interprétation orthodoxe de la théorie marxiste, la superstructure idéologique n'est pas le reflet exclusif du système économique, mais s'objective dans toutes les sphères de l'être social.

140c56303469313191f6c781aff7af87.jpg

Lorsque, en 1978, la défaite de la "bande des quatre" a coïncidé avec l'arrivée au pouvoir de Deng Xiaoping, le PCC, par une application parfaite du schéma susmentionné d'orthopraxie confucéenne, soit pensée-parole-action, a affirmé que le pays, dans la phase primaire du socialisme, devait se fixer comme objectif immédiat le développement des forces productives et l'amélioration de la qualité de vie de la population. De cette approche découle la "théorie des quatre modernisations" (agricole, industrielle, technologique-scientifique et militaire) qui, en fait, impliquait des solutions hétérodoxes pour garantir le développement économique de la Nation à travers des programmes de libéralisation ciblés, réalisés sous la supervision vigilante du Parti. Cela conduit à deux questions très précises: quelle est la place de la théorie marxiste en Chine aujourd'hui ? Le socialisme aux caractéristiques chinoises est-il une déviation nationaliste ?

La réponse à ces questions ne peut être séparée d'une analyse du scénario universitaire dans la Chine contemporaine. Il s'agit d'un ensemble de tendances qui se sont développées surtout depuis les années 1980 et 1990: un moment historique extrêmement complexe où les politiques d'ouverture économique se sont heurtées aux lourdes répercussions (en termes de politique intérieure) du "tumulte" de Tian'anmen [4]. Les plus importants sont sans doute le courant "libéral" et ceux de la "Nouvelle Gauche", les "néo-confucianistes" et les "néo-autoritaires". Tous, bien qu'avec des approches différentes, ont essayé de se présenter comme des alternatives à la ligne théorique hégémonique du PCC pendant les quarante premières années de la vie de la République populaire.

Si le courant libéral se résout dans la volonté d'évolution vers un système de type démocratique-parlementaire, le discours est différent à l'égard des néo-confucianistes, de la Nouvelle Gauche et des néo-autoritaires. Les premiers, qui peuvent à leur tour être divisés en néo-confucéens libéraux (dont le noyau initial est originaire de Hong Kong, de Taïwan et des États-Unis) et néo-confucéens "continentaux" (nés dans la Mère Patrie), développent leur approche théorique à partir d'un point de départ commun: la tradition confucéenne a été en quelque sorte viciée par la Modernité. Le terme même de "confucianisme" serait une invention des missionnaires chrétiens qui ont latinisé le terme "Kǒng Fūzǐ" en y ajoutant le suffixe "isme". Au contraire, le terme correct pour la tradition confucéenne serait " Rújiā " (école d'études). Une école qui inclut dans son système de pensée non seulement l'étude des œuvres attribuées à Confucius mais aussi celles de ses disciples Mencius et Xunzi.

confucius-humaniste-chinois-citations-1024x682.jpg

Parmi les plus importants représentants du courant néo-confucéen "continental" figurent Chen Ming et Jiang Qing. Selon Chen Ming, le PCC représentait d'une part le "salut de la nation chinoise", mais d'autre part, il a également rempli cette tâche historique. Elle doit être renouvelée sur la base de la tradition confucéenne. Cela devrait notamment façonner un modèle politico-idéologico-religieux similaire à celui produit par les valeurs protestantes et le mythe de la "destinée manifeste" aux États-Unis. Jiang Qing, quant à lui, pense à une constitution purement confucéenne et nie à bien des égards la valeur de l'expérience modernisatrice du PCC.

A peu près au même moment, le courant néo-autoritaire a ressuscité la pensée du grand juriste allemand Carl Schmitt de l'oubli dans lequel elle était tombée depuis plusieurs décennies. Le premier à mentionner Schmitt à nouveau en 1987 est Dong Fanyu, un professeur de droit constitutionnel qui a inspiré les théories de Jiang Shigong et Chen Duanhong (déjà analysées dans certaines contributions publiées sur le site "Eurasia"). Le courant néo-autoritaire comprend également Xiao Gongqin (partisan d'un réalisme politique purement schmittien pour s'opposer à la virtualité des principes démocratiques de type occidental) et Wang Huning (photo, ci-dessous), dont la critique de l'universalisme libéral-capitaliste a profondément inspiré l'action politique de Jiang Zemin, Hu Jiantao et Xi Jinping.

Wang_Huning_Xinhua.jpg

main-qimg-c58f4a0e9dc6797bfbd3c94c6b179428.png

La pensée de Jiang Shigong mérite une mention liminaire. Selon cet interprète attentif de la Chine contemporaine, la particularité de la voie chinoise vers le socialisme découle de la nécessité de résoudre la tension entre la vérité philosophique et la pratique historique, de manière à unir la vérité philosophique universelle du marxisme-léninisme à la réalité historique concrète de la vie politique chinoise. Cela se traduisait, au niveau de la pratique, par des actions visant à évaluer les problèmes de la réalité chinoise et à encourager la participation populaire à la transformation de la société (la transition vers le communisme, le renforcement de la position internationale de la Chine, l'unification finale de la nation). La base de la légitimité du PCC, en fait, est le peuple chinois lui-même. Cette légitimité réside dans la capacité du Parti à être une institution efficace capable de résoudre les problèmes immédiats du peuple.

En fait, l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping a coïncidé avec une nouvelle phase dans l'étude du marxisme, tant en théorie qu'en pratique. L'examen de la pensée du président chinois ne peut donc être séparé d'une analyse détaillée des principales influences intellectuelles qui ont agi sur elle.

Le communisme, dans ce modèle théorique, représente davantage une "idée force": un sentiment éthique qui diffère complètement du modèle soviétique post-Staline. La pensée de Xi, rejetant complètement l'imitation des modèles politiques de la pensée occidentale proposée par certains représentants du courant néo-confucéen, entend représenter une synthèse innovante entre la tradition (confucianisme) et la modernité (marxisme-léninisme). Le confucianisme, dans ce contexte théorique, retrouve son rôle traditionnel de "gardien du rituel" (la pensée confucéenne est une pure "métaphysique du rituel"), où l'acte rituel est indispensable au maintien de l'ordre tant sur le plan physique que métaphysique, tandis que le communisme, adopté par la culture traditionnelle chinoise, devient l'instrument qui peut le mieux réaliser les valeurs positives de cette dernière.

Il y a deux mots clés dans ce modèle théorique : Communisme et Nation. Selon cette interprétation de l'idée communiste, le concept de "lutte des classes" est compris dans un sens métaphorique et prend les connotations de la lutte pour le renouvellement et l'amélioration éthique de la Nation, la lutte contre la corruption ou, plus récemment, la lutte pour le respect de l'environnement. Le concept de "Nation", en revanche, ne doit pas être compris dans un sens ethnique (de majorité ethnique Han), mais comme un univers communautaire des groupes ethniques qui ont historiquement représenté le noyau humain de l'Empire du Milieu (Zhongguo).

L'idée de "nation" est résumée dans le drapeau de la République populaire elle-même. La plus grande étoile sur le fond rouge représente le Parti : l'organe directeur de la société. Les quatre étoiles plus petites qui gravitent autour de l'étoile du Parti représentent les quatre classes sociales qui participent au développement de la société : la classe ouvrière, la classe paysanne, la petite bourgeoisie et la bourgeoisie nationale. La fraction de la bourgeoisie qui s'est montrée prête à coopérer avec le Parti, dans la perspective chinoise, doit naturellement être intégrée dans l'alliance nationale. Après l'ère Mao, avec les réformes de Deng Xiaoping et la construction d'une économie mixte, ce pacte social originel a trouvé une nouvelle vie, se transformant, avec Hu Jintato et Xi Jinping, en un véritable bloc hégémonique (pour utiliser une terminologie purement gramscienne).

Ainsi, le secteur privé peut et doit être promu tant qu'il contribue de manière décisive au bien-être collectif, c'est-à-dire à ce que Mao appelait Gongtong Fuyu (prospérité commune). Selon cette approche, l'ensemble de la population doit bénéficier du progrès collectif, mais chaque partie du corps social doit apporter sa propre contribution dans la mesure de ses moyens et de ses possibilités [5].

La politique anti-monopole actuelle de Pékin ne doit pas être trop trompeuse. Le Parti ne vise pas la suppression définitive des secteurs capitaliste et privé. Elle tente simplement de l'adapter aux besoins d'un développement sociétal harmonieux dans lequel l'inégalité est réduite au minimum.

Les différences avec le marxisme traditionnel sont également visibles dans la théorie des relations internationales. La Chine n'a pas d'aspirations "universalistes" (à cet égard, elle est également similaire à l'URSS de Staline, qui s'attachait à préserver les acquis "nationaux" de la révolution tout en évitant autant que possible les conflits directs avec d'autres puissances). Elle ne veut pas imposer son système aux autres par la force et recherche un développement pacifique fondé sur le respect de la diversité culturelle et politique. Cependant, dans le même temps, elle n'est plus disposée à tolérer les abus de toute nature perpétrés par des puissances ayant des aspirations hégémoniques mondiales.

C'est précisément dans cet accent mis sur le développement d'un ordre international multipolaire que l'on retrouve les références au "pluriversum des grands espaces" de Schmitt.

NOTES

[1] Voir Una introducción al pensamiento. Xi Jinping: tradición y modernidad, www.larazoncomunista.com.

[2] Yannick Sauveur, Jean Thiriart, il geopolitico militante, Edizioni all’insegna del Veltro, Parma 2021.

[3] Voir I. Stalin, Il marxismo e la linguistica, Edizioni Rinascita, Roma 1952. Nul besoin d'oublier que Staline fut aussi un défenseur déterminé de la langue russe et de l'alphabet cyrillique face à toutes les tentatives de "latinisation" que la gauche bolchevique cherchait à importer et à imposer après la révolution d'octobre 1917, afin de pouvoir diffuser des documents révolutionnaires à tous les prolétaires du monde. Le 13mars 1938, la ligne préconisée par Staline obtient une victoire définitive. A cette date, le Comité central du PCUS publie une délibération "sur l'étude obligatoire de la langue russe dans les écoles des républiques soviétiques et dans les oblast nationaux (= ethniques)". 

[4]“Tumulto”, telle est l'expression utilisée par Deng Xiaoping dans son discours tenu le 9 juin 1989 aux officiers de grades supérieurs lors de l'application de la loi martiale à Pékin. A cette occasion, constatant qu'un groupe de sujets mal intentionnés s'était infiltré dans la foule massée sur la place, il affirmait: "nous n'avons pas face à nous les masses populaires mais des factieux qui tentent de subvertir notre Etat (...). Leur objectif est d'instaurer une république bourgeoise, vassale de l'Occident en tout et pour tout". Outre qu'il déplorait les "martyrs" dans les rangs de l'armée et qu'il congratulait les forces de sécurité ainsi que l'armée pour avoir réussi à calmer le "tumulte", le Timonier de la Chine constatait la nécessité de se départir des erreurs du passé et de regarder vers le futur. "Le déclenchement de l'incident - affirmait Deng Xiaoping - donnait beaucoup à penser et forçait à réfléchir, l'esprit lucide, sur le passé et sur l'avenir. Cet événement terrible doit nous permettre de parachever les politiques de réforme et d'ouverture au monde extérieur et ce, de manière constante, et, partant, plus rapide, de corriger nos erreurs plus vite et d'exploiter au mieux nos avantages (...).  La chose importante est de ne plus jamais faire de la Chine un pays aux portes fermées" (Deng Xiaoping, Il tumulto di Piazza Tian’anmen, contenuto in “Eurasia. Rivista di studi geopolitici” 3/2019). Sur ce plan, il semble impératif de citer un autre passage de Deng Xiaoping dans lequel on trouve que l'accent est mis sur l'ouverture économique, accompagnée du décisionisme éthique caractéristique du PCC (il suffit de penser à l'option récente de limiter la production de programmes télévisés non éducatifs ou de juguler l'utilisation démesurée des jeux vidéo chez les jeunes): "Nous poursuivrons immanquablement un politique d'ouverture au monde extérieur et nous augmenterons nos échanges avec les pays extérieurs sur la base de l'égalité et du respect réciproque. En même temps, nous garderons l'esprit lucide et nous résisterons fermement à la corruption apportée par les idées décadentes venues de l'extérieur et nous ne permettrons jamais que le mode de vie bourgeois se diffuse dans notre pays" (Opere Scelte, Vol. III. Edizioni in lingue estere, Pechino 1994, p. 15).

[5] voir l'entretien très intéressant avec le philosophe et analyste politique français Bruno Guige:  Quando la linea di Xi Jinping va a velocità superiore, www.cese-m.eu.

mardi, 28 septembre 2021

Le port de Hambourg devient chinois. Le dernier cadeau de Frau Merkel à Pékin

DSC_0352.jpg

Le port de Hambourg devient chinois. Le dernier cadeau de Frau Merkel à Pékin

Marco Valle

Ex: https://blog.ilgiornale.it/valle/2021/09/27/il-porto-damburgo-diventa-cinese-lultimo-regalo-di-frau-merkel-a-pechino/#disqus_thread

La République populaire de Chine a résisté à la pandémie mondiale sans trop de dommages (du moins en apparence) et poursuit son expansion économique, politique et militaire. Partout, vraiment partout. Même sur les mers. Pour la première fois de sa longue histoire - à l'exception de l'intermède du quinzième siècle avec les expéditions de l'amiral Zheng Hen - elle a créé une grande marine militaire et marchande, se transformant ainsi en une puissance maritime. Un objectif ambitieux et sans précédent, comme le rappelle Edward Sing Yue Chan, qui fait "partie intégrante du 'rêve chinois' de renouveau national". C'est l'un des principaux objectifs du président depuis son arrivée au pouvoir, comme il l'a réitéré en 2017 dans un discours aux commandants de la marine" (Limes, n° 10/ 2020).

L'essor thalassocratique et naval de la Chine repose sur un réseau efficace d'alliances et d'influence étendu de l'Asie du Sud à l'océan Indien.  C'est la stratégie du "collier de perles", un long cordon de comptoirs et de relais dans lequel Pékin a englobé le Sri Lanka, la Birmanie, le Bangladesh, les Maldives, le Pakistan et, depuis 2017, Djibouti en Afrique, la première base militaire du Dragon hors du territoire national. Officiellement, cette installation (la première garnison militaire permanente de la République à l'étranger) est un point d'appui pour les navires et les équipages engagés dans des missions de lutte contre la piraterie.

593401-gardes-honneur-marine-formation-pont.jpg

Depuis 2008, Pékin a déplacé plus de 70 unités, dont des destroyers, des frégates et des navires de ravitaillement, et maintient une force opérationnelle navale permanente devant Aden. En réalité, la base répond à des logiques plus larges. L'installation a une capacité d'accueil de dix mille personnes et représente une porte d'entrée sécurisée au cœur du continent ainsi qu'un bouclier efficace pour les innombrables intérêts chinois dans la petite république.

En 2018, les Chinois, juste devant leur base, ont inauguré un port multifonctionnel, le terminal à conteneurs de Doraleh, et une usine pétrolière (tous deux gérés par l'entreprise publique China Merchants Group) ; un an plus tard, le Djibouti Damerjog Industrial Development (DDID), une zone franche de 43 kilomètres carrés gérée exclusivement par trois entreprises chinoises (coût de 3,5 milliards de dollars), a été créé. Sous la direction de la Chine en janvier 2021 (virus ou pas...), Djibouti a clôturé l'accord entre Air Djibouti, Ethiopian Airlines et l'autorité portuaire nationale (DPFZA) pour la construction d'un nouvel aéroport, futur hub africain pour les marchandises chinoises (déchargées, bien sûr, par des navires chinois au port chinois de Doraleh).

Les Chinois possèdent désormais 77 % de la dette nationale, qu'ils utilisent pour programmer et rythmer le plan de développement Vision 2035, l'avenir de ce fragment de la Corne de l'Afrique. L'objectif, comme l'indique un document de la Banque de Chine, "est de transformer le pays, qui n'est plus un centre logistique régional, en un centre financier et un carrefour commercial mondial". En bref, un nouveau Dubaï en jaune.

L'investissement de Gibutan est en synergie avec l'enclave industrielle exempte de taxes dans la zone du canal de Suez - la zone économique et commerciale Chine-Égypte-Suez - et avec la gestion par Cosco (China Ocean Shipping Co., troisième compagnie maritime mondiale après Maersk et Msc) du terminal à conteneurs du canal de Suez, une plateforme entièrement chinoise. Un choix ciblé: depuis 2001, le volume de marchandises traversant le canal a fait de la Méditerranée le principal débouché de 19 % du trafic mondial; 56 % des marchandises empruntant la voie d'eau atteignent le cœur de l'Europe. Le calcul est simple.

Suez et Djibouti sont deux pièces centrales d'un grand projet. Laissez-nous vous expliquer. Les ports maritimes sont l'objectif prioritaire de Pékin: selon une étude du Centre for Strategic & International Studies, 46 ports africains ont été financés, conçus (et sont en cours de construction) ou gérés par des entités chinoises. Cet investissement vise à garantir un traitement prioritaire aux navires à moindre coût, assurant ainsi un avantage concurrentiel aux transporteurs chinois: acheminer des volumes croissants de marchandises vers les marchés européens dans les plus brefs délais. Il s'agit notamment des projets d'extension du port commercial de Lamu, au Kenya (pour un coût de 500 millions de dollars), et de la construction du port de Bagamoyo, en Tanzanie, avec un investissement estimé à 11 milliards de dollars et la coparticipation de la Tanzanie, de la Chine et d'Oman: situé à seulement 50 kilomètres au nord de Dar es Salaam et opérationnel à partir de 2022, Bagamoyo deviendra le plus grand port d'Afrique de l'Est.

bagamoyo.jpg

À son tour, la conquête douce de l'Afrique est imbriquée dans l'initiative Belt and Road (BRI), la "nouvelle route de la soie", une formidable offensive politique et commerciale qui concerne actuellement plus de 80 nations et s'apprête à investir toute l'Europe. C'est un projet articulé avec des investissements massifs et une planification efficace avec un objectif clair: nos économies, nos souverainetés.

Le point de départ est 2010, lorsque Cosco rachète le Pirée, le principal port de la Grèce, à un prix avantageux. L'Union européenne et l'Allemagne, trop occupées à vampiriser la Grèce, s'en sont moquées et ont donné leur accord. La concession aux Chinois de deux jetées était prévue pour 35 ans, et Cosco devait payer un milliard d'euros au total. Mais la valeur économique de l'opération devait être de 4,3 milliards au total, compte tenu des accords de répartition des bénéfices et des investissements que l'entreprise publique du Dragon s'est engagée à réaliser.  L'appétit venant en mangeant, Cosco a racheté cet été 67% de l'ensemble de l'Autorité portuaire, prenant ainsi possession jusqu'en 2052 de la totalité de la structure, opérant depuis lors en tant qu'opérateur de terminal mais aussi en tant que concessionnaire, client et fournisseur de lui-même. Le Pirée est ainsi devenu la première véritable brique BRI européenne, une porte d'entrée de l'expansion commerciale et industrielle asiatique en Europe, avec des investissements massifs dans les terminaux mais aussi dans la logistique, la réparation navale et le tourisme.

new-member-logo-cosco.jpg

piraeusHQ.jpg

Le résultat ? Une excellente affaire, comme le confirment les chiffres: en 2009, le Pirée a traité moins de 700.000 Teu (unité de mesure des conteneurs de 20 pieds). En 2014, il en a traité 3,6 millions, en 2019, il est passé à 4,9 millions.  "En 2010, souligne Alessandro Panaro, directeur de l'Observatoire du trafic maritime de Srm Intesa Sanpaolo, le Pirée n'était pas du tout compétitif, Valence faisait quatre fois ses conteneurs, Tanger Med en faisait déjà deux millions, Port Saïd trois et demi tandis que le port grec n'arrivait pas à en faire un. Depuis l'arrivée du colosse chinois, il est devenu le deuxième port de la Méditerranée et déplace aujourd'hui plus de cinq millions de Teu". Selon un rapport du Srm, en 2020, l'ensemble du système portuaire italien a transporté un peu moins de 10,7 millions de Teu...

Après le Pirée - désormais le pivot de la pénétration jaune en Europe, pour se connecter par train à Belgrade et Budapest - la Cosco a acquis d'importantes participations dans les ports de Kumport (Turquie), Ashod (Israël), Tangeri (Maroc), Cherchell (Algérie), Salonicco (Grèce), Valence et Bilbao (Espagne), Gyynia (Pologne), Rotterdam (Pays-Bas), Zeebrugge et Anvers (Belgique), Vado Ligure (Italie), acquérant ainsi le contrôle de 10% du mouvement conteneurisé du Vieux Continent ; un autre géant public basé à Pékin, China Merchant Port, détient une part minoritaire de Marseille et opère en tant qu'opérateur de terminaux ferroviaires à Venlo, Moerdijk et Amsterdam aux Pays-Bas, Willebroek en Belgique et Duisburg en Allemagne. C'est le plus grand port intermodal (fluvial) du monde, capable de traiter vingt mille navires et vingt-cinq mille trains par an, une cathédrale de la logistique intégrée.

HHLA-Container-Terminal-Tollerort-CTT-modern-container-gantry-cranes-discharge-and-load-a-container-mega-ship-operated-by-shipping-company-Cosco.-Photo-HHLA-Thies-Rätzke-800x450.jpg

Mais ce n'est pas tout. Ces jours-ci, Cosco a conclu (dernier cadeau d'Angela Merkel à Pékin ?) l'accord pour le troisième port le plus important de l'UE, Hambourg: la société, par l'intermédiaire de sa filiale Grand Dragon, a conclu l'accord avec l'opérateur de terminal allemand Hhla pour reprendre 35% d'un des trois terminaux, le Tollerort (Ctt), au prix de 65 millions d'euros, en plus de reprendre 35 millions de dettes de Ctt avec Hhla. Bien qu'il s'agisse de la plus petite installation du port allemand, elle transporte environ 9,2 millions de TEU chaque année. Pas mal pour une entreprise qui émane directement de l'organe administratif suprême, le Conseil d'État, et donc du Parti communiste chinois.

La nouvelle a évidemment animé le débat électoral allemand (contribuant à l'effondrement de la CDU) et inquiété les bureaucrates de Bruxelles. L'accélération à Hambourg a pris au dépourvu la commissaire chargée de la lutte contre les ententes, Margrethe Vestager, qui a présenté au printemps dernier un "bouclier" communautaire pour défendre les entreprises européennes contre les rachats par des acteurs étrangers subventionnés par leur État d'origine, et a obtenu son approbation. Sur le papier, le signal envoyé à Pékin est clair : les entreprises qui reçoivent plus de 50 millions d'euros de subventions étrangères et qui cherchent à acquérir des actifs dans l'UE d'une valeur supérieure à 500 millions d'euros ou à participer à des marchés publics d'une valeur minimale de 250 millions d'euros devront notifier la transaction à Bruxelles et obtenir son approbation.

"Lorsque vous ouvrez votre maison à des invités, vous attendez d'eux qu'ils respectent les règles de la maison. Cela doit également s'appliquer au marché intérieur", a souligné Mme Vestager. Nous attendons maintenant que la loi soit approuvée par le Conseil et le Parlement de l'UE. Avant qu'il ne soit trop tard.

samedi, 25 septembre 2021

L'Indo-Pacifique, banc d'essai de l'axe Moscou-Pékin

Indopac.jpg

L'Indo-Pacifique, banc d'essai de l'axe Moscou-Pékin

Emanuel Pietrobon

Ex: https://it.insideover.com/politica/indo-pacifico-il-banco-di-prova-dell-asse-mosca-pechino.html

La compétition entre les grandes puissances est entrée dans une nouvelle phase le 15 septembre, jour où les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie ont dévoilé au monde la formation d'un pacte indo-pacifique, le fameux AUKUS. L'alliance, comme on le sait, a été froidement accueillie au sein de l'Union européenne, notamment par la France - qui, sauf compensation, a perdu une commande de 65 milliards de dollars - et a donné l'impulsion à un bouleversement dans les eaux de plus en plus agitées de l'ancien océan Pacifique dont l'issue ne sera compréhensible que dans un avenir proche.

La conviction de l'administration Biden est que les Aukus peuvent contribuer à la stratégie de "mise en cage" de la République populaire de Chine dans un statut exclusivement tellurocratique - car c'est là l'un des grands leitmotivs géopolitiques des États-Unis contemporains - tout en encourageant les alliés européens à sortir de leur léthargie post-historique et en magnétisant les forces et les ressources des collaborateurs asiatiques sur le terrain.

La question de savoir si et dans quelle mesure les États-Unis parviendront à limiter et/ou à empêcher la montée incontrôlable de la Chine dépendra d'un certain nombre de facteurs et d'événements, que les Aukus pourraient déclencher ou inhiber, concernant les principales puissances d'Asie du Sud-Est, le Japon, l'indosphère et la non moins importante Russie.

Les répercussions possibles de l'affaire Aukus

L'Aukus est l'une des expressions les plus puissantes de la vision américaine de l'Indo-Pacifique, un fruit cultivé et mûri dans une plantation historiquement fertilisée par la stratégie belliciste de la chaîne d'îles et l'héritage de la "géopolitique du détroit" de la Compagnie des Indes orientales. Ce fruit a un moyen, l'anglosphère, et une fin, la Chine, mais ceux qui ont surveillé chaque étape de sa maturation ont peut-être négligé, ou complètement ignoré, le poids du facteur inconnu qu'est la Russie.

Pour le moment, Moscou n'a qu'une présence limitée dans les deux océans qui unissent les destins de l'indosphère, de la sinosphère et de l'anglosphère, car ils sont loin de ses frontières et donc moins importants pour la protection de sa sécurité nationale que, par exemple, l'Arctique ou l'Asie centrale. Et jusqu'à présent, en tout cas, l'expansion russe dans la région avait été conçue davantage comme un encerclement préventif de la Chine que comme une confrontation avec les États-Unis. Les Aukus, cependant, pourraient tout changer.

Depuis 2014, la Russie et la Chine collaborent activement sur les théâtres qui comptent, en se soutenant mutuellement et en opérant de manière à ne pas laisser de "vides de pouvoir" susceptibles d'être utilisés par des tiers, c'est-à-dire en agissant au nom d'une complémentarité syntonique et parfaite. En termes pratiques, cela signifie qu'il existe une division du travail entre le Kremlin et Zhongnanhai, le premier offrant ce que le second ne peut pas et/ou ne possède pas (et vice versa). Un modus operandi qui, jusqu'à présent, avait été appliqué partout (et avec succès) à l'exception de deux arènes : l'Afrique et l'Indo-Pacifique.

Après une décennie d'interventions ciblées, qui ont été utiles à la Russie pour empêcher la chute d'alliés clés comme le Venezuela et une pénétration occidentale excessive dans des endroits comme l'Asie centrale, il n'est pas exclu que l'entrée en scène des Aukus puisse encourager la Chine à demander un retour de faveur. Un retour qui pourrait prendre des formes inhabituelles, c'est-à-dire aller au-delà du simple soutien verbal et diplomatique, comme des exercices navals en mer de Chine méridionale, des patrouilles conjointes, des demandes de courtage et, non moins important, un soutien pour contourner la course d'obstacles qu'est la route maritime du sud.

Pivot vers l'Arctique

Les Aukus pourraient inciter Moscou et Pékin à tenter d'appliquer leur format de coopération complémentaire dans la région indo-pacifique, mais les tensions croissantes dans cette zone - qui abrite 46 % du commerce de la planète - pourraient également produire une réaction géographiquement asymétrique, c'est-à-dire concernant l'Arctique.

En effet, la Russie préférerait ne pas s'impliquer dans l'infinie aire indo-pacifique en raison des risques liés à une extension impériale excessive et des effets négatifs d'une homologation excessive aux politiques chinoises - il ne faut pas oublier que les principaux collaborateurs du Kremlin dans la région sont l'Inde, les Philippines et le Vietnam, trois des grands rivaux de la Chine -, donc, en plus d'une monstration musculaire symbolique (adressé aux États-Unis), elle pourrait profiter de l'occasion pour relancer la route (plus sûre) de la mer au Nord.

Car ce qui est en jeu dans l'Indo-Pacifique, ce n'est pas seulement l'existence de Taïwan, l'hégémonisation de la mer de Chine méridionale et la sortie de l'Empire céleste de sa condition tellurique, mais aussi (et surtout) le contrôle des routes maritimes qui relient les deux côtés du supercontinent eurasien. Des routes pleines d'obstacles, comme les fameux goulets d'étranglement, les pirates et l'armée américaine. Des routes dangereuses et de plus en plus obsolètes, comme l'a montré le récent accident du canal de Suez, qui pourraient être contournées en contournant facilement l'Eurasie par le nord.

CarmelFMapJuly13.jpg

Certains événements semblent indiquer que la réaction géographiquement asymétrique pourrait être plus qu'une simple hypothèse. Dans l'ère post-Aukus, en fait, le Kremlin a montré profil bas dans l'Indo-Pacifique - parlant de l'alliance comme d'une menace pour la Chine - compensé par une publicité renouvelée pour la route arctique. Plus précisément, la Russie a dévoilé un paquet d'investissements supplémentaires pour le développement de cette route en devenir pour la période 2022-24 d'une valeur de plus de 250 millions de dollars. L'objectif déclaré de ce paquet est d'accélérer les travaux sur la route de 5.600 kilomètres, mais il pourrait y avoir plus que cela: le désir d'exploiter les turbulences de l'Indo-Pacifique au profit du passage du Nord-Est.

mardi, 21 septembre 2021

La dialectique technologique sino-américaine

d92ea1a15efadccd72cc0a81df650244.jpg

La dialectique technologique sino-américaine

Daniel Miguel López Rodríguez

Ex: https://posmodernia.com/la-dialectica-tecnologica-chino-estadounidense/ 

Au cours des dernières décennies, et surtout ces dernières années, la Chine a fait un grand bond en avant économique et technologique, ce qui est alarmant pour les États-Unis et peut-être pour ce que nous appelons "l'Occident" (une expression qui semble dire beaucoup pour ne rien dire). 

Le gouvernement chinois n'est pas soumis à des cycles électoraux courts, comme c'est le cas dans les démocraties occidentales, et le comité central des dirigeants peut donc s'engager dans une planification à long terme, comme le prévoient leurs plans quinquennaux. Cela a été fondamental pour la croissance de la Chine dans les domaines de l'éducation, de la santé, des infrastructures, de la recherche et du développement. Voici l'une des raisons pour lesquelles la Chine est devenue l'une des principales nations technologiques du 21e siècle. 

La Chine s'est plainte et a averti Trump "de ne pas créer un champ de bataille dans l'espace", car les États-Unis "ont poussé leur stratégie de domination de l'espace, allant plus loin dans la voie de l'arsenalisation de l'espace et risquant de le transformer en un nouveau théâtre de guerre" (cité par Alfredo Jalife-Rahme, Guerra multidimensional entre Estados Unidos y China, Grupo Editor Orfila Valentini, Mexico 2020, p. 269). Les trois superpuissances s'affronteront-elles sur terre, sur mer et dans les airs, mais aussi dans le cyberespace et l'espace orbital ? 

5e2c6b6e21000017030003cc.jpeg

En 1967, deux ans avant qu'Apollo 11 ne se pose sur la lune, le traité sur l'espace extra-atmosphérique a été signé et ratifié par 110 pays interdisant la militarisation de l'espace (dont les États-Unis et l'Union soviétique, ainsi que la Chine de Mao). Cela semble désormais être une lettre morte, et il est plus réaliste de parler de "guerre des étoiles" que de "paix céleste".     

Le système de défense antimissile américain est plus présent dans différents pays et régions, avec des cibles russes et chinoises à portée, comme le système de défense de zone terminale à haute altitude (THAAD) construit par l'entrepreneur militaire Lockheed Martin.

Alors que les États-Unis dépensent 3.000 milliards de dollars en dépenses militaires, ce que fait également la Russie, bien qu'à une moindre échelle, la Chine ne dépense pas un seul yuan pour la guerre (elle dépense un seul yuan pour construire une bonne armée, ce qui est une autre question). L'Empire du Milieu n'est pas entré en guerre depuis 1979, alors que les Etats-Unis sont en guerre en permanence (pour la plus grande gloire et le plus grand profit du complexe militaro-industriel). La Chine investit dans les infrastructures, se targuant de 30.000 kilomètres de voies ferrées à grande vitesse, de la 5G de Huawei et de l'alunissage sur la face cachée de la lune. C'est précisément sur la lune que la Chine entend se fournir en hélium 3, une substance qui pourrait fournir 10.000 ans d'énergie (40 grammes d'hélium 3 peuvent remplacer 5 000 tonnes de charbon).

L'intelligence artificielle est également très importante pour la guerre. Eric Schmidt, président d'Alphabet Inc, filiale de Google, a prévenu que "la Chine dépassera les États-Unis dans le domaine méga-stratégique de l'intelligence artificielle (IA) d'ici 2025, puis dominera le secteur d'ici 2030" (Alfredo Jalife-Rahme, Multidimensional war between the United States and China). Bien que les États-Unis aient été les pionniers de l'IA, ils semblent être en passe d'être dépassés par la Chine, ce qui va poser un très sérieux problème à la cabale GAFAT (Google, Apple, Facebook, Amazon, Twitter) de la Silicon Valley associée au Pentagone, plus précisément au segment du Defence Innovation Board (DIB). Selon les experts, la Chine a déjà dépassé les États-Unis en matière de 5G et d'IA d'au moins 10 ans. 

Avec la "guerre commerciale", les États-Unis (avec Trump et Biden) tentent d'affaiblir l'avancée de la Chine dans le domaine de l'intelligence artificielle et de la robotique, domaine dans lequel l'avancée chinoise semble imparable. Les États-Unis achètent beaucoup plus à la Chine que la Chine n'achète au pays américain, d'où l'excédent commercial que la nation asiatique a acquis. Trump a exigé la réciprocité de la Chine, mais pendant que cette asymétrie s'éternisait, la Chine s'est surdéveloppée.

Le projet "Made in China 2025" englobe l'intelligence artificielle, la robotique, l'informatique quantique, les nouveaux véhicules à énergie autonome, les dispositifs médicaux à haute performance, les composants de navires de haute technologie et d'autres industries émergentes pour la défense nationale. Avec toute cette haute technologie, Pékin cherche l'autarcie, mais dans un monde globalisé (nous nous référons à la globalisation positive qui existe réellement et que nous avons décrite dans les pages de Posmodernia : https://posmodernia. com/globalizacion-positiva-y-globalizacion-aureolar/) avec l'interdépendance croissante, surtout entre la Chine et les États-Unis, l'autarcie est quelque chose qui semble impossible, même s'il s'agit d'une "autarcie technologique" telle que présentée sous la forme d'un plan quinquennal lors de la cinquième session plénière du Parti communiste chinois (PCC) ; car il y aura toujours des confrontations corticales, et même inévitablement des accords ponctuels et donc des échanges technologiques et de toutes sortes. Même si, comme l'a dit Kissinger en 2018, la Chine et les États-Unis sont presque destinés à un conflit, et là, l'interdépendance serait un combat, comme un bataillon d'hoplites. Quoi qu'il en soit, l'objectif des autorités de Pékin est de faire de l'Empire du Milieu une superpuissance technologique, même si cela, à la crainte de beaucoup, peut déjà être affirmé sans réserve.

Huawei est la seule marque de téléphones à défier Samsung et Apple, étant la marque phare de l'ambitieux projet Made in China 2025. D'où le veto américain à l'encontre de Huawei. C'est pourquoi le conseiller juridique de l'entreprise, Song Liuping, s'en est pris à M. Trump en lui reprochant d'aller "à l'encontre du marché libre et de la liberté de choix des consommateurs" (https://www.naiz.eus/es/hemeroteca/7k/editions/7k_2019-12-08-06-00/hemeroteca_articles/la-guerra-fria-del-siglo-xxi). Huawei est une entreprise privée, mais Trump a insisté sur le fait qu'elle travaillait pour le gouvernement de Pékin (ce qui n'est en aucun cas une affirmation farfelue de l'homme aux cheveux blonds, comme il est caricaturé dans la presse mondialiste). 

Comme l'a déclaré Ren Zhengfei, fondateur et PDG de l'entreprise, "il est ironique que les États-Unis, dont nous savons pertinemment qu'ils espionnent leurs citoyens et d'autres personnes à l'étranger parce qu'Edward Snowden l'a révélé, accusent une entreprise chinoise de collaborer avec le gouvernement chinois sans que personne n'ait trouvé le moindre lien". "Vendre la Chine comme le mal est devenu à la mode" (Ibid.). Et cela concerne à la fois l'élite financière mondialiste (Soros ne s'est pas privé de pointer du doigt la Chine, mais aussi la Russie) et l'élite nationaliste derrière Trump. 

WeChat-et-Weibo-1.png

En décembre 2018, le PDG de Huawei, Meng Wanzhuo, a été arrêté au Canada pour fraude, complot et détournement de fonds. Les Américains ont vu dans le réseau 5G une technologie destinée à l'espionnage chinois, bien que l'espionnage n'ait pas été étranger aux États-Unis, il suffit de demander à Snowden. Pour éviter l'espionnage américain, les Chinois ont créé leurs propres réseaux sociaux, tels que WeChat et Weibo.

Xi Jinping entend "construire une Chine numérisée et une société intelligente" en augmentant les "forces stratégiques scientifiques et technologiques" (http://spanish.xinhuanet.com/2017-11/03/c_136726335.htm).     

Le ministre des sciences et de la technologie, Wang Zhigang, a déclaré que la Chine entrait dans une nouvelle phase dans laquelle "c'est la première fois qu'un plan quinquennal était consacré au chapitre spécifique de la technologie" (cité par Jalife, US-China Multidimensional Warfare, p. 375). Le plénum du Comité central du PCC s'est tenu juste avant l'élection américaine tendue entre Joe Biden et Donald Trump, comme si les Chinois voulaient laisser un message au vainqueur (qui s'est avéré être, non sans contestation, le candidat démocrate). 

Trump a qualifié le leadership de la Chine dans le réseau 5G de menace pour la "sécurité nationale des États-Unis". Selon les stratèges américains, "tout pays qui maîtrise la 5G aura un avantage économique, d'espionnage et militaire pour la majeure partie de ce siècle", car la 5G ou l'internet des objets va être une révolution : "elle sera plus importante que l'électricité" (cité par Alfredo Jalife-Rahme, Guerre multidimensionnelle entre les États-Unis et la Chine). 

df17.jpg

Mais plus inquiétant pour cette sécurité est l'alunissage. Outre la 5G et l'intelligence artificielle, il y a les missiles supersoniques, comme le missile Dong Feng-17, qui sera difficile à contrer pour le système de détection américain et qui constitue donc le grand espoir militaire de la Chine pour les années à venir. Cependant, il semble que la Chine n'ait pas l'intention de s'étendre militairement, mais qu'elle ait l'intention de s'étendre commercialement (comme nous le voyons en Afrique et aussi avec les routes de la soie dans une grande partie du monde). Mais comme l'économie est toujours économico-politique, les résolutions militaires et leurs conséquences géopolitiques correspondantes ne sont pas à exclure. 

En ce qui concerne la technologie quantique, qui constitue également un problème de sécurité nationale pour les États-Unis, la Chine possède deux fois plus de brevets que les États-Unis. Mais les États-Unis possèdent trois fois plus d'ordinateurs quantiques, même si la Chine est loin d'être à la traîne et pourrait, en 2030, comme proposé, prendre la tête dans ce domaine également.

La Chine détient également 20 % de la construction mondiale de câbles sous-marins, construisant une sorte d'autoroute de l'information reliant l'Europe et l'Afrique (câble Peace, dont l'achèvement est prévu pour la fin 2021).

Daniel Miguel López Rodríguez

Né en 1980. Vit à Cortegana (Huelva). Diplôme de philosophie de l'université de Séville. Master en philosophie et culture moderne. Docteur en philosophie (Summa Cum Laude) dans le cadre de la thèse intitulée "Matérialisme et spiritualisme. La critique du matérialisme philosophique au marxisme-léninisme".

Les Etats-Unis s'orientent vers le Pacifique et contre la Chine: l'Europe demeure dans l'obscurité.

aircraft-carrier.jpg

Les Etats-Unis s'orientent vers le Pacifique et contre la Chine: l'Europe demeure dans l'obscurité

Enric Ravello Barber

Ex: https://www.enricravellobarber.eu/2021/09/estados-unidos-se-desplaza-al-escenario.html#.YUjJjX06-Ul

Les États-Unis renforcent leur puissance dans le Pacifique en créant une alliance militaire anti-chinoise avec le Royaume-Uni et l'Australie. La tension dans la zone Pacifique entre les deux grandes puissances mondiales (la Chine et les États-Unis) a gagné en intensité ces dernières semaines, avec un regain de tension sur une question qui oppose Washington à Pékin depuis des décennies : la souveraineté de l'île de Taïwan, que la Chine revendique comme son propre territoire et sur laquelle Pékin a fixé une date limite pour son incorporation complète, 2049, année du centenaire de la proclamation de la République populaire de Chine.

Il ne s'agit pas d'une décision majeure de l'actuel président Joe Biden, mais simplement de la poursuite d'une politique déjà annoncée par Obama : le centre géostratégique du monde se déplace vers le Pacifique et les États-Unis s'installent sur la nouvelle grande scène de la politique mondiale. Selon Barack Obama lui-même, 60% de la flotte de guerre américaine devait être située dans l'océan Pacifique.

L'alliance militaire AUKUS (Australie + Royaume-Uni + États-Unis) correspond parfaitement à la recherche par les États-Unis d'alliés dans la région pour contrebalancer la puissance chinoise. Logiquement, ses premiers et plus fidèles alliés seront recherchés dans le monde anglo-saxon (1). L'Australie a dû choisir entre son premier allié commercial (la Chine) et son premier allié militaire (les États-Unis), avec lesquels elle entretient des liens culturels et ethniques déterminants, liens qu'elle partage avec la "mère patrie" britannique commune.

Cette alliance dans le Pacifique comprend déjà - suivant la même logique de recherche d'alliés - le Canada et la Nouvelle-Zélande (les "Five Eyes"), qui sont susceptibles de rejoindre l'alliance militaire dans un avenir proche.  Dans la stratégie américaine, cela représente une nouvelle étape clairement définie dans sa stratégie: l'abandon de l'Europe occidentale. Les scénarios ont changé et l'Atlantique est désormais un océan secondaire.

La France, qui est désormais la seule voix de l'Europe dans la politique internationale, a réagi contre la décision de l'Australie pour deux raisons précises: 1) la rupture du contrat d'achat de sous-marins nucléaires signé entre Paris et Canberra, qui les achètera désormais aux Etats-Unis, et 2) sa non-inclusion dans la stratégie militaire du Pacifique qui laisse ses possessions du Pacifique sans le parapluie militaire du Pentagone (2). Mais Paris sait que la raison profonde est la suivante: la France, comme toute l'Europe, est en train de devenir un acteur secondaire ou tertiaire dans la géopolitique militaire mondiale et que l'OTAN n'aura bientôt plus aucun sens, ne protégera plus l'Europe, et que l'UE doit maintenant commencer à construire une armée européenne. Les déclarations du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, sont claires pour qui veut les comprendre (3). Le véritable problème n'est pas que les États-Unis ne soient plus un "allié fiable". Les États-Unis n'ont jamais été un allié, mais la puissance dominante qui a soumis l'UE à un contrôle colonial. Aujourd'hui, les scénarios changent et l'Europe ne constitue plus un intérêt majeur pour Washington, qui, comme le font tous les pays forts, se désengage simplement, se débarrasse d'un fardeau qui ne lui est plus utile.

La Chine, puissance montante, a menacé de qualifier cette alliance d'"irresponsable" (4). Pékin ne réagira pas immédiatement; sur le plan militaire elle sait qu'elle n'est pas encore en mesure de le faire, et, diplomatiquement, elle vient d'enregistrer ses deux derniers triomphes: l'accord avec les Talibans en Afghanistan et la récente incorporation de l'Iran dans l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), triomphes qui lui donnent un grand avantage stratégique dans son premier objectif géopolitique actuel: la construction de la nouvelle route de la soie sous son contrôle.

A l'exception de la voix de Paris, l'UE, pathétique alliance de faiblesses délétères, montre son impuissance dialectique en déclarant, en pleurnichant abondamment, que "Nous n'avons pas été informés". Ce que je me demande personnellement, c'est si les dirigeants de l'UE seront capables de percevoir les changements stratégiques que l'Europe sera obligée de faire dans le très court terme, et qui passent inévitablement par un rapprochement avec la Russie.

Notes:

(1) https://www.elconfidencial.com/mundo/2021-09-15/eeuu-influencia-china-respuesta-alianza-uk-australia_3290279/

(2) https://www.abc.es/internacional/abci-francia-denuncia-pacto-eeuu-australia-y-reino-unido-punala-espalda-202109161151_noticia.html

(3) https://www.elmundo.es/internacional/2021/09/18/61464634fdddffe8248b45bb.html

(4) https://www.ansa.it/sito/notizie/mondo/2021/09/16/cina-irresponsabile-accordo-usa-australia-su-sottomarini_4406874f-76c8-4fa0-9121-a8ef006df627.html

 

lundi, 13 septembre 2021

Comment la Chine s'est ouverte au monde

chineseballet1prb.jpg

Comment la Chine s'est ouverte au monde

Ex: https://katehon.com/ru/article/kak-kitay-otkrylsya-dlya-mira

La Chine a été en mesure d'atteindre un nouveau niveau de développement économique, prenant sa place parmi les géants économiques du monde.

Bien que l'Occident parle constamment de tolérance et accuse les autres pays de violer les droits de l'homme, une image bien différente se dessine dans les pays qu'il fustige ainsi, ridiculisant l'entêtement des pays occidentaux. Bien que la vision du monde de la Chine divise le monde entre Chinois et barbares, sa politique actuelle vise à une interaction réussie entre tous les pays du monde sur la base de droits égaux.

L'étude des pictogrammes chinois permet d'en savoir plus sur la culture de ce peuple, y compris sur sa forme contemporaine.

Même dans les caractères eux-mêmes 中国 (zhōngguó), qui sont utilisés pour désigner la Chine, il y a une philosophie ancienne que les Chinois suivent depuis des siècles. Le premier caractère (zhōng) signifie "milieu", (guó) signifie littéralement "état". Traduit littéralement, la Chine est l'"État du milieu". En d'autres termes, le peuple chinois se considérait à l'origine comme le centre de la terre et les autres comme de simples nations barbares, ce qui explique en partie pourquoi la Chine ancienne a été un État fermé pendant des siècles.

Au départ, l'idéologie chinoise solidement établie était très difficile à changer. Au fil du temps, cependant, la Chine s'est progressivement ouverte au monde - ou, pour être plus précis, le monde a commencé à "s'ouvrir" à la Chine. Cette démarche a été motivée par des événements déplaisants: les guerres dites de l'opium (première guerre de l'opium, 1839-1842; deuxième guerre de l'opium, 1856-1860), qui visaient à protéger les intérêts commerciaux britanniques dans l'empire Qing. En 1861, l'impératrice Cixi a adopté une toute nouvelle politique d'autogestion pour la Chine. Le but de cette politique était d'emprunter la technologie occidentale (puisque le développement technologique chinois de l'époque était très en retard sur la technologie occidentale), ainsi que d'utiliser les nouvelles connaissances techno-scientifiques. Plus tard, les Chinois ont même commencé à se rendre à l'étranger pour s'y instruire.

En 1949, la République populaire de Chine a été fondée, et le pays s'est ouvert, bien que principalement aux seuls États communistes.

dxp.jpg

En 1978, le grand réformateur chinois Deng Xiaoping a proposé un programme de réforme économique connu sous le nom de "politique de réforme et d'ouverture". Le pays s'est ouvert aux investissements étrangers et la main-d'œuvre chinoise bon marché était recherchée dans le monde entier. Cette phase a préparé le terrain pour la création d'une nouvelle image de la Chine en tant qu'État fort et à croissance rapide.

La politique initiée depuis longtemps par Deng Xiaoping se poursuit aujourd'hui. Le nouveau dirigeant de la République populaire de Chine, Xi Jinping, continue activement à renforcer la position de la Chine dans le monde et à créer une image de la Chine attrayante pour les pays voisins.

Une caractéristique importante de la politique étrangère de Xi Jinping est sa décision de mettre en œuvre le 13ème plan quinquennal de développement de la RPC, qui devait s'étendre de 2016 à 2020. L'objectif de ce plan était de construire une société à revenu moyen d'ici 2020. Les concepts clés pour la mise en œuvre de ce plan étaient l'écologie, l'innovation, l'ouverture et l'orientation de l'économie chinoise vers la demande intérieure du pays. Grâce à cela, la Chine a pu atteindre un nouveau niveau de développement économique, prenant sa place parmi les géants économiques du monde. La Chine a un plan clair de développement économique, dont une partie a été la décision de faire revivre la "route de la soie" chinoise dans le concept moderne de "One Belt, One Road", qui a été proposé lors de la visite du représentant chinois au Kazakhstan.

DXq1jwoWAAAKC8n.jpg

Une idée particulièrement importante de Xi Jinping a été la création d'un concept appelé "Communauté d'un seul destin pour l'humanité", qui repose sur les principes de sécurité universelle et de paix durable, de prospérité partagée, d'ouverture et d'inclusion.

Le dirigeant chinois a exprimé à plusieurs reprises l'objectif d'établir une zone de libre-échange en Asie-Pacifique.

Renforcer sa position dans la région asiatique est la tâche prédominante du dragon chinois que de nombreux pays craignent. Beaucoup pensent qu'en adoptant le mode de développement chinois, ils deviendront dépendants de la Chine elle-même.

Malgré cela, la Chine a annoncé une nouvelle forme de politique étrangère qui s'appuie sur le "soft power". Le gouvernement chinois, malgré toutes les réalisations des dernières décennies, présente la Chine à tous comme un pays en développement. Elle le fait afin d'être respectée et de s'engager sur un pied d'égalité avec les autres "pays en développement" (qui sont désormais majoritaires dans le monde).

Si la Chine a, après des années, révisé pour le mieux son attitude à l'égard des États qui l'entourent, pourquoi l'Occident n'essaierait-il pas de faire de même ?

dimanche, 12 septembre 2021

La répression chinoise contre l'"opium spirituel" des jeux fait partie d'une grande révolution sociale qui oppose le collectivisme à l'individualisme.

Chine-jeux-video.jpg

La répression chinoise contre l'"opium spirituel" des jeux fait partie d'une grande révolution sociale qui oppose le collectivisme à l'individualisme

Les Chinois nous disent: "Nous vivons une nouvelle ère fascinante de réformes socialistes, très ambitieuse et radicale, qui ne vise qu'un seul résultat : gagner la bataille technologique contre l'Amérique".

L'ampleur de la révolution sociale de Xi Jinping s'intensifie chaque jour, et rien ne semble à l'abri de sa portée. En plus de la réorganisation spectaculaire des cours particuliers, de la mise à mal des grandes entreprises technologiques et de la campagne contre la culture des célébrités, l'État chinois s'intéresse désormais à ce qu'il perçoit comme un excès de jeux chez les jeunes. De nouvelles réglementations strictes visent à limiter leurs activités sur les plateformes de jeux à seulement trois heures par semaine, en les décrivant comme un "opium spirituel" et en soulignant qu'elles ont un impact négatif sur leur santé mentale, tout en cherchant à faire en sorte que les enfants se concentrent davantage sur leur éducation.

Chine-jeux-xo.jpg

Il s'agit d'un nouvel effort pour aligner la société chinoise sur ses priorités nationales, et d'une nouvelle indication que les intérêts des "grandes entreprises" ne représentent pas toujours les intérêts de la société dans son ensemble, comme de nombreux pays occidentaux le supposent habituellement. George Soros a récemment exprimé son inquiétude, mais c'est probablement plus un signe que la Chine est sur la bonne voie qu'autre chose.

Dans le contexte, l'évolution et la croissance des jeux vidéo ont complètement changé nos vies et notre façon de nous divertir. En l'espace d'une quarantaine d'années, les jeux vidéo et les consoles ont transformé les activités récréatives et les passe-temps de millions de personnes, reléguant les "jeux de société familiaux" classiques au rang d'antiquités. Tous les enfants des années 1990 ont grandi avec différentes consoles, de la Playstation à la Nintendo, en passant par la XBox et les plateformes en ligne massives comme Stream. Outre son impact sur les modes de vie, le jeu moderne a également donné naissance à une méga industrie qui se chiffre en centaines de milliards.

chine_-_jeux_video_-_tencent_-_honor_of_kings.jpg

La Chine possède une énorme part de ce gâteau. Mais c'est là que réside le problème aux yeux de Xi. L'industrie des jeux vidéo s'efforce de perpétuer ses produits et d'accaparer une part toujours plus grande du temps et des ressources des jeunes, même si cela perturbe leur développement social et éducatif. Si les jeux sont amusants et divertissants, ils ne correspondent pas au monde réel. Les efforts qui y sont déployés ne débouchent jamais sur quelque chose de tangible ou de valable, et c'est pourquoi la Chine s'y oppose fermement, en disant effectivement "ça suffit" : les enfants doivent se concentrer sur les vraies priorités de leur vie". Et la priorité numéro un est l'éducation, pas l'univers fantastique des jeux.

C'est une mauvaise nouvelle pour les plus grands conglomérats chinois du secteur des jeux, tels que Tencent, qui ont déjà subi les contrecoups du vaste remaniement opéré par Pékin, mais il y a là une sagesse innée, liée à l'intensification de la lutte technologique entre la Chine et les États-Unis et à sa propre vision du développement.

838_gettyimages-567360357_light.jpg

Cette sagesse est la suivante : la Chine devrait développer de meilleures entreprises de semi-conducteurs, d'intelligence artificielle et de puces technologiques haut de gamme, et non des entreprises de jeux vidéo de plus en plus grosses. S'il y a un message qui ressort des événements de ces derniers mois, c'est que la force économique d'un pays ne se définit pas seulement par le nombre de "Mark Zuckerberg" qu'il possède. Xi articule sans relâche une vision directe et claire de l'économie chinoise et utilise les principes socialistes pour la défendre. Il a décidé que certaines choses sont plus importantes que d'autres pour l'économie de la Chine et son développement stratégique.

Il ne s'agit pas simplement de savoir qui a le plus de milliardaires ou les plus grandes entreprises, mais le défi avec les États-Unis signifie qu'il y a un domaine très spécifique dans lequel le pays doit exceller, et son avenir stratégique et son succès en dépendent. C'est pourquoi Xi s'est attaqué aux jeunes et aux habitudes de jeu dans le cadre de son approche globale de l'éducation, qui a également mis fin au soutien scolaire à but lucratif.

Mais comment cette limite de trois heures va-t-elle être appliquée? Qui dira aux enfants "tu as eu tes trois heures, éteins maintenant !", surtout si les parents ne sont pas coopératifs? La Chine va sans aucun doute faire peser la charge réglementaire sur les sociétés de jeux pour qu'elles l'appliquent, et les punira si elles ne le font pas. Compte tenu de la manière dont la Chine moderne gère l'identité et les données, les gens pourraient être obligés de s'inscrire sur des plateformes de jeux pour vérifier leur âge et leurs documents d'identité, qui limiteront ensuite leur temps en conséquence. Il existe sans doute des moyens de contourner ces limites - il suffit de demander aux centaines de millions de Chinois qui utilisent des VPN (réseaux privés virtuels qui masquent votre identité réelle ou votre localisation) - et l'efficacité de cette mesure n'est pas claire, et elle dépend en grande partie de la volonté des parents d'être responsables et de discipliner leurs enfants.

drogue-jeu-telephone-portable.jpg

En résumé, la Chine dit clairement qu'elle ne veut pas, n'a pas besoin et n'apprécie pas les joueurs. Il s'agit d'un passe-temps qui est fondamentalement une distraction, quelque chose qui est acceptable avec modération, mais pas en tant qu'addiction à grande échelle, étant donné qu'il a une faible valeur sociale. En le qualifiant d'"opium spirituel", la Chine évoque métaphoriquement un puissant souvenir historique: elle est enfermée dans une nouvelle "guerre de l'opium" contre l'Occident, avec une série de pays qui veulent imposer leurs préférences idéologiques, économiques et stratégiques à la Chine, tout comme les Britanniques ont cherché à le faire au XIXe siècle avec leurs exportations de drogue depuis le sous-continent indien.

Mais cette fois, Pékin a décidé que ce type d'asservissement ne pourra plus jamais se reproduire. Xi ne veut pas d'une société de joueurs, il veut une société d'ingénieurs, de scientifiques, de médecins et d'innovateurs ; le genre de personnes qui peuvent faire en sorte que Pékin gagne la course technologique et prenne le dessus dans la lutte avec l'Amérique. Ce faisant, il utilise les principes les plus forts du collectivisme contre la nature individualiste des sociétés occidentales, où les enfants font à peu près ce qu'ils veulent. Il s'agit d'une nouvelle ère de réforme socialiste, très ambitieuse et radicale sans équivoque. Il s'agira d'une expérience fascinante.

Source: https://katehon.com/en/news/chinas-crackdown-spiritual-opium-gaming-part-big-social-revolution-pitting-collectivism-against