Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 décembre 2022

La crédibilité de l'Ukraine mise à l'épreuve alors que la Russie poursuit ses frappes

aerial-view-ukrainian-flag-waving-wind-against-city-kyiv_536604-3951.jpg

La crédibilité de l'Ukraine mise à l'épreuve alors que la Russie poursuit ses frappes

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/11/17/ukrainan-uskottavuus-koetuksella-venaja-jatkaa-iskujaan/

Le régime ukrainien, par l'intermédiaire du président Zelensky, a nié l'origine du missile qui est tombé sur un village polonais, même après que les États-Unis, l'OTAN et la Pologne aient déclaré qu'il s'agissait d'un missile ukrainien. Les déclarations de l'acteur-président sont considérées comme portant atteinte à la crédibilité de l'Ukraine.

Commentant la déclaration de Zelensky, un diplomate d'un pays de l'OTAN à Kiev a déclaré au Financial Times: "Les Ukrainiens sont en train de détruire notre confiance en eux. Personne ne blâme l'Ukraine et ils mentent ouvertement. C'est plus destructeur qu'un missile."

Il est difficile pour le régime ukrainien de reconnaître la vérité de l'affaire, car des "incidents malheureux" similaires se sont produits fréquemment au cours de l'année dernière. Alors que les Russes ont ciblé les infrastructures, les tentatives ukrainiennes de les contrer ont souvent fait des victimes civiles, qui ont ensuite été (mal)rapportées comme des "attaques russes brutales contre des cibles civiles".

Maintenant, la crédibilité de Zelensky et la confiance de l'Occident dans le régime ukrainien sont discutées publiquement. Cela signifie probablement que les États-Unis ne veulent plus financer, ni même poursuivre, cette guerre par procuration : les objectifs ont déjà été partiellement atteints par une politique de sanctions, et les relations entre l'Europe et la Russie se sont effondrées depuis longtemps.

Le jeu géopolitique en Ukraine touche à sa fin, notamment parce que les arsenaux occidentaux s'épuisent et que les États-Unis devraient déjà se concentrer sur la Chine. Comme le complexe militaro-industriel n'a pas l'argent nécessaire pour une guerre sur plusieurs fronts, Washington négocie depuis peu avec Moscou à Ankara. Le régime Zelensky rejette toujours l'idée d'un nouvel accord de paix, mais le conflit actuel se terminera probablement par un accord au plus tard l'année prochaine.

Après tout ce qui s'est passé, la Russie a besoin d'une sorte de victoire dans sa lutte contre l'élargissement de l'OTAN. L'Occident sait que la Crimée et le Donbass ne peuvent plus être rendus. L'Ukraine devra donc se contenter de concessions territoriales et d'une position neutre dans la politique mondiale. Si les choses empirent encore pour l'Ukraine, la Pologne, et peut-être aussi la Hongrie, seront heureuses d'annexer certains des territoires de l'Ouest.

Du point de vue russe, il s'agit d'une guerre existentielle qu'elle ne peut pas perdre sans conséquences politiques qui seraient encore pires qu'au début des années 1990. Dans tous les cas, l'élite russe ne veut pas que la fédération s'effondre, alors, si nécessaire, elle resserrera son emprise. Ce qu'il faut, c'est une solution qui s'appellerait paix à l'Ouest et victoire en Russie. Pendant ce temps, Kiev explose à nouveau.

Écrire un commentaire