Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 30 novembre 2022

Les États-Unis ordonnent à leurs vassaux de s'attaquer à la Chine

shutterstock_1150023404-768x512.jpg

Les États-Unis ordonnent à leurs vassaux de s'attaquer à la Chine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/11/30/yhdysvallat-komentaa-vasallejaan-kiinan-kimppuun/

Les États-Unis font pression sur leurs alliés européens pour qu'ils adoptent une position plus ferme à l'égard de la Chine. Maintenant que la zone euro a été mécanisée pour mener une guerre hybride contre la Russie, Washington veut que ses vassaux subjugués combattent aussi la Chine.

Les pourparlers entre les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN ont été rapportés par le Financial Times, qui indique que ces dernières semaines, Washington a fait pression sur les membres de l'alliance transatlantique pour qu'ils durcissent leurs déclarations anti-chinoises et prennent des mesures concrètes au-delà des mots pour contenir Pékin.

Au début de son administration, le président Joe Biden a identifié la lutte contre la Chine comme sa "principale priorité en matière de politique étrangère", mais avant cette "principale priorité", la Russie devait être clouée par une intervention militaire prolongée en Ukraine.

Alors que le conflit en Ukraine se poursuit en hiver, Washington s'efforce de mettre la Chine à l'ordre du jour de l'alliance militaire de l'OTAN. Le moment est venu de mettre à contribution les pays européens et anglophones pour apporter un soutien plus concret aux ambitions hégémoniques de l'Amérique dans la région dite indo-pacifique.

Lors de son sommet à Madrid en juin, l'OTAN a approuvé un nouveau "concept stratégique" pour faire face aux "défis systémiques posés par la Chine". Cette semaine, les ministres des Affaires étrangères de l'OTAN et leurs hôtes américains continueront à discuter de la question à Bucarest, en Roumanie.

Les développements économiques, politiques et militaires de la Chine ont été identifiés par l'Alliance comme un "défi" pour les "intérêts, la sécurité et les valeurs" de l'Occident. Une fois que les ministres de l'OTAN auront eu leurs discussions, les (faux) médias occidentaux ne manqueront pas de commencer à mener une campagne plus agressive contre la Chine.

Au milieu des plans de guerre américains, l'UE a paradoxalement évalué les moyens de renforcer ses relations commerciales avec la Chine. Les principaux pays de l'OTAN, tels que l'Allemagne et la France, hésitent à aligner pleinement leurs positions sur la Chine sur celles de Washington.

"On dit que les États-Unis ont une certaine tendance à être dominants, non seulement sur la Chine, mais sur tout", a déclaré un haut fonctionnaire européen à un quotidien économique, mais il a ajouté que l'Europe finirait par s'aligner sur la position américaine. Washington dirige et Bruxelles se contente de pleurnicher, comme toujours.

Alors que l'opération de la Russie en Ukraine continue d'exiger l'attention des États-Unis et de ses eurocallions, Washington a clairement indiqué qu'il s'agissait d'un "répit temporaire dans le cadre du changement à long terme visant à contrer la Chine comme principale politique stratégique de défense et de sécurité".

Le mois dernier, l'administration Biden a publié sa stratégie de sécurité nationale, qui affirme sans ambages que la Chine est une "priorité de la politique de sécurité" plutôt que la Russie, même si cette dernière constitue une menace "imminente et continue".

Ainsi, les conflits géopolitiques ne s'apaiseront pas dans un avenir proche, mais ne feront qu'augmenter. En plus de détester la Russie, les Européens sont également incités à s'en prendre à la Chine - au nom de la "démocratie" et de la "liberté", bien sûr. La Finlande est déjà prête pour cela, comme le suggèrent les déclarations de la Première ministre, Sanna Marin.

Écrire un commentaire