Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 07 juillet 2024

Douguine: "Il y a de vrais militants de gauche qui luttent contre le système capitaliste mondial"

27253632ae3f4d4f1041184d690247b3.jpg

Douguine: "Il y a de vrais militants de gauche qui luttent contre le système capitaliste mondial"

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/esistono-veri-e-propri-uomini-di-sinistra-che-lottano-contro-il-sistema-capitalistico

Il existe de vraie figure de gauche qui luttent contre le système capitaliste mondial. En Occident, ils sont représentés par des personnalités telles que Sahra Wagenknecht, Diego Fusaro, Emmanuel Todd, Giorgio Agamben, Jackson Hinkle ou Taz. Ces marxistes et socialistes considèrent les mondialistes et les libéraux comme leur principal ennemi et dans la lutte contre eux - en tant que principal ennemi (!) - ils sont prêts à s'allier avec n'importe quelle force antilibérale, y compris la droite. La vraie droite (pas les marionnettes du capital) est en guerre contre le même ennemi: l'élite libérale mondialiste, ce que Trump a appelé "le marécage" et, dans un front commun, la gauche et la droite populistes s'influencent mutuellement, échangent des concepts et des idées, progressant vers un front antilibéral uni - le Front de libération mondiale de la dictature libérale. Vers une quatrième théorie politique (à l'opposé du libéralisme, du communisme et du fascisme que la politique euro-moderne impose à tous).

Les hommes de gauche comme Sanders ou Mélanchon, dans une situation critique, quand il y a une possibilité historique de porter un coup mortel au capitalisme mondial, prennent le parti des libéraux et sauvent leur pouvoir.

721828b89c6db0ecc6f9c691636af1c2-1650639050.jpg

Dans l'histoire post-soviétique, les communistes de Russie ont représenté, jusqu'à un certain point, un flanc gauche-patriotique solidaire des anti-libéraux du flanc droit-patriotique conservateur, qui s'est progressivement renforcé. Cette compréhension mutuelle, incarnée de manière éclatante par la figure d'Aleksandr Andreyevič Prokhanov, avait un ton de camaraderie. L'anticonservatisme farouche (soit l'anti-"fascisme") et l'anticommunisme farouche n'étaient des caractéristiques que des parias. Les Bolcheviks nationaux, aujourd'hui interdits, étaient censés cimenter cette synthèse sur le plan doctrinal et institutionnel, mais leur alliance avec les libéraux au début des années 2000 les a gravement discrédités et a sapé leur crédibilité.

Dès les années 1990, les agents de l'influence occidentale ont constamment tenté de diviser les antilibéraux russes en deux camps, la gauche et la droite, afin de continuer à gouverner tout en se battant les uns contre les autres. Mais cela a généralement été évité. Aujourd'hui, la position des libéraux est plus faible que jamais et une victoire politique définitive sur eux - même en Occident - devient possible. Dans ces conditions, les libéraux ont repris avec une vigueur renouvelée le clivage entre la gauche antilibérale et la droite antilibérale ; mais, comme cette fois la principale menace pour la dictature libérale vient de la droite et non de la gauche, les libéraux s'en prennent à la gauche, l'impliquant dans le trotskisme et le gaucho-libéralisme et l'opposant aux populistes de droite, aux conservateurs et aux traditionalistes qui renforcent nettement leurs positions. On le voit bien en France et en Allemagne, ainsi qu'aux États-Unis, où les libéraux qui dominent le parti démocrate utilisent à leur profit leur flanc gauche trotskiste. Paradoxalement, les trotskystes se trouvent également parmi les républicains - ils constituent le noyau idéologique des néoconservateurs.

Ce processus a également touché la Russie, où un groupe de représentants des services de renseignement occidentaux, se faisant passer pour des "gauchistes" et des représentants du mouvement mondial de gauche, tente par tous les moyens de raviver la discorde politique entre les patriotes de gauche et de droite, et ce au beau milieu de la guerre de notre saint peuple contre l'Occident, menée par les libéraux et les mondialistes. Nous avons fait face à ces provocations dans le passé. Nous y ferons également face aujourd'hui. Il est temps de revenir à l'idée de l'unité des patriotes russes, qui est le testament politique de ma fille. (https://platonova-consensus.ru/)

16:13 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gauche, alexandre douguine, actualité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire