Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 juin 2021

La guerre mondiale contre la nature

against-nature-e8e66.jpg

La guerre mondiale contre la nature

par Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/la-guerra-mondiale-contro-la-natura

Nous avons célébré la Journée mondiale de l'environnement ; les institutions et les médias se sont pieusement pliés au thème, les journaux se sont même habillés en vert pour honorer la liturgie écologique. Mais pourquoi parle-t-on d'environnement au lieu de nature ? Parce que la nature est un nom ancien qui inclut avec la planète tous ses habitants, y compris nous les humains ; la nature est la réalité que nous n'avons pas créée mais que nous avons trouvée, qui ne dépend pas de nous. La nature évoque alors le droit naturel, les créatures telles qu'elles sont nées et peut-être un créateur ou du moins une reine, appelée Mère Nature. La nature, c'est la rencontre des différences originelles, la copulation et la procréation.

Dans l'ancien dialecte de mon pays, la nature est le nom du vagin. Je ne connais pas de définition plus belle, plus essentielle et plus cosmique de l'organe génital féminin. La nature comme lieu corporel où l'on naît, où une personne prendra forme, dans ce futur d'où viendra l'enfant à naître : si la nature est à l'origine, la nature est aussi ventura, naissance. Si je pense à la définition de la nature dans mon pays, je me souviens du célèbre tableau du vagin nu de Gustave Courbet, appelé non par hasard "L'origine du monde". La correspondance entre le microcosme du corps féminin et le macrocosme du monde naturel est parfaite.

La nature, c'est aussi l'alchimie de la fécondation, par la rencontre entre le mâle et la femelle. Au lieu de l'expression nature, nous préférons la définition aseptique, neutre, anonyme de l'"environnement", qui peut aussi faire allusion à quelque chose de construit, de modifié, peut aussi être un hangar, une caserne ou un laboratoire, peut-être avec les murs peints en vert. Il n'y a pas de distinction entre l'environnement naturel et l'environnement artificiel.

Mais la raison principale pour laquelle il existe un discours mondial et officiel dédié à la sauvegarde de l'environnement mais qu'il n'y a plus de compagnon pour sauver la nature, est idéologique, philosophique et techno-scientifique, et investit la conception de l'homme et de la vie. Si l'on parle de nature, on ne peut pas omettre la référence à la nature humaine, il faut en tenir compte, dès la naissance, comme l'enseigne l'ancienne sagesse populaire du lexique rural. On ne peut pas défendre la nature dans les plantes, dans l'air, dans l'eau, dans les animaux, dans le monde végétal et minéral et ne pas défendre la nature humaine. Au contraire, nous vivons aujourd'hui une guerre mondiale contre la nature, je dis bien la nature humaine. L'environnementalisme fanatique s'empresse de défendre l'intégrité génétique de la carotte contre la manipulation des OGM ; mais il accepte, voire encourage, la modification génétique de l'homme et sa manipulation radicale. L'identité de la carotte est plus importante que celle de l'homme. En ce sens que l'homme, pour l'idéologie transgenre, est ce qu'il veut être et non ce que la nature l'a fait.

Si vous remarquez, le thème de nos journées, qui concerne d'abord la bioéthique, puis la biopolitique, et qui touche l'humanité, le monde, les relations entre les hommes, commence ici : nous vivons une guerre de libération de la nature humaine, pour une humanité mutante dans tous les sens du terme. L'homme, ou plutôt la personne, ne se définit pas sur la base de sa nature mais sur la base de sa volonté subjective, il est ce qu'il veut être, maintenant ; je dis "il" car même lui et elle sont variables, ils ne descendent plus de la nature mais sont le résultat d'un choix, même provisoire. Le désir est prééminent sur la réalité et sur ce qui vient de la nature. Si l'on jette un coup d'œil rapide aux grands thèmes de notre époque qui ont remplacé les thèmes sociaux et politiques, on se rend compte que l'invité de marque est la nature : le droit de changer la nature, le sexe, le droit à la maternité par une décision, même unique, plus la technologie et l'investissement (par l'insémination artificielle, l'utérus à louer, la maternité de substitution), le droit d'avorter le fruit de la nature, l'enfant non désiré, et tout autre droit envisagé à notre époque part du rejet préalable de ce que la nature nous a donné. Notre liberté est conçue comme une émancipation radicale et plurielle de la nature.

uploded_istock-926621578-1531234361.jpg

Le désir prévaut sur l'être, la volonté sur la réalité, tout peut changer de direction, la nature, l'anatomie, les relations. La nature évoque le destin, et notre volonté subjective modifie plutôt le hasard : le hasard de naître homme ou femme, de ces parents, dans cette famille, à cet endroit, à cette époque, dans ce peuple.

Le même droit s'étend à la relation avec les lieux de naissance et de vie et investit les peuples et pas seulement les individus. C'est-à-dire que le fait de naître dans un lieu est occasionnel, insignifiant, comme le fait de naître d'un couple hétéro, père et mère, car ce qui compte, c'est l'endroit où l'on décide d'aller et de vivre. La nature ne s'applique donc pas même au lien avec les lieux de naissance.

Or l'argument à faire valoir n'est pas trivialement de renverser l'impératif actuel et de concevoir la Nature comme un Absolu Immuable, pétrifié, non susceptible de modification et de changement. La nature elle-même change au cours de longs processus, elle n'est pas inerte. Mais la véritable bataille est celle qui oppose ceux qui considèrent la Nature, y compris la Nature humaine, comme un bien à sauvegarder, un point d'origine d'où il faut partir et auquel il faut revenir sans cesse, même au cours des changements nécessaires, et ceux qui, au contraire, considèrent la Nature comme une prison et rêvent de s'échapper et de briser finalement la prison elle-même. Et ce qui est en jeu dans la Nature, c'est la défense du réel, de nos limites, des imperfections humaines, en rejetant tout délire de toute-puissance, toute prétention du Sujet à devenir Absolu et mutant, comme Protée. Dans ce contexte, il est important de traiter la nature comme un environnement et un climat en danger, des espèces en voie d'extinction. Mais la nature, comme l'ont dit Lucrèce, Leibniz et Linné à différentes époques et dans différents contextes, ne fait pas de bonds mais procède par degrés ; et nous ne pouvons pas sauter le degré de la nature humaine dans la sauvegarde du monde.

09:19 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, marcello veneziani, nature | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire