Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 juin 2021

Les droits de l'âme, au-dessus des droits de l'homme !

Smile21_95.jpg

Les droits de l'âme, au-dessus des droits de l'homme !
 
Frédéric Andreu

La fréquentation musardienne de grands auteurs de la cadena aurea des poètes, laquelle remonte à l'Antiquité, m'a intimé l'idée que l'être générique des Anciens, loin d'être immature ou pré-rationnel, était tout entier narratif et mythologique. Il correspond à ce "matin profond de notre mémoire" en attente dans l'Homme travaillé par le germe divin. Ce matin de la conscience, où l'image est au-dessus du concept, est bien sûr capable de réflexion et de science, mais sans jamais succomber à la saisie scientifique. Nous savons que c'est la modernité qui a peu à peu annexé l'être au règne tyrannique de l'"idée" et de la preuve.

Nous assistons aujourd'hui, sans toujours nous en rendre compte, à une autre étape de cet arraisonnement, bien plus pernicieuse que la première. La pieuvre numérique prend l'assaut de l'être que nous avions fini par identifier au moi. Elle engendre les mêmes justifications de nature messianique: la croisade révolutionnaire de 1789 s'érigeait contre un obscurantisme et une tyrannie en grande partie imaginaire; le système technocratique de surveillance actuel prétend nous libérer des pandémies qu'il a lui-même engendré en laboratoire. Il ne nous dit rien des capsules informatiques qu'ils pourraient un jour nous inoculer sous la peau qui seraient reliées à un réseau de satellites, lui-même relié à un ordinateur central...

En attendant cette 25ème heure, la dissidence radicale ne consiste-t-elle pas à se remettre à l'écoute de cet être générique d'essence mythologique et poétique si bien révélé, par exemple, par Brasillach dans son roman Comme le temps passe ?
 
Lire, écrire, échanger, témoigner de nos "droits d'hauteur", c'est exercer ses droits de l'âme à disposer d'elle-même, face au faux omniprésent de la technoscience, c'est faire parler "ces jardins qui parlent peu sinon dans mon livre" (La Fontaine).
 
On découvre alors que l'âme est capable de bien autre chose que de produire des "idées"; elle peut aussi s'aventurer dans les "penetralia" de notre vie secrète.
 
Luc-Olivier d'Algange a trouvé une formule qui nous ôte toute illusion de vivre dans un possible compromis : "Nous ne pouvons être à la fois Homme du nouveau (ou de la planification) et Homme du matin (ou de la réminiscence)". Une fois portée à notre conscience, quelque chose en nous pressent que ce choix est en effet radical et définitif. Les dieux et les muses qui sommeillaient en notre mémoire, résonnent à nouveau avec les événements petits ou grands de nos vies; nos rencontres se hissent à hauteur de mythe. Bref, notre vie a changé d'octave.

Le texte qui suit est un exemple tiré du recueil titré Droits d'Hauteur, publié aux éditions du "Reboisement de l'Imaginaire". Il montre combien la création et les rencontres qui y séjournent, loin de se limiter au rôle de simple décorum, participe à cette œuvre de réminiscence :

SUR L'OPPIDUM DU CARMEL

Clameurs oniriques de branches, frétillement de feuilles dans le soleil, les grands bouleaux remuent et remuent encore au gré des rumeurs du vent jusqu'à ce qu'ils trouvent les clés du ciel...
 
Les arbres, ils n'ont peur ni du vent ni du temps qui passe. Si tu apparais couronnée dans mon souvenir, c'est que toi aussi tu as séjourné ne serait-ce qu'un instant sous l'arbre stéphanophore...
 
Je te dis alors ceci : si les arbres te font entendre quelque chose de l'âme, honore-les d'un poème ! Car l'âme est pareillement en quête d'elle-même.
 
Prie, mais ne te fie pas trop à ceux qui ont pouvoir sur me monde, avec leur religion hautaine. Les écoutants des arbres n'ont pouvoir sur rien mais souveraineté sur tout, et c'est  eux que l'on appelle "poètes".

Frédéric Andreu

Contact : fredericandreu@yahoo.fr
Site perso : https://www.lulu.com/spotlight/fredericandreu

Écrire un commentaire