Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 07 août 2021

Principe d'autorité. Ombres et lumières

5780cc13ceac02a31447c155f09ec838.jpg

Principe d'autorité. Ombres et lumières

par Gonzalo Calabrese  

Ex: https://grupominerva.com.ar/2021/07/gonzalo_calabrese-principio-de-autoridad/

Il est curieux de constater que, dans de nombreux cas, même les personnes les plus instruites ont tendance à recourir à l'autorité comme justification ultime de leurs opinions et de leurs actions. Bien sûr, cela n'est pas répréhensible en soi, mais c'est un outil très utile dans de nombreux cas. Par exemple, une telle ressource a la vertu non négligeable de nous permettre un certain "détachement mental". Il en est ainsi parce qu'il nous évite de devoir vérifier par nous-mêmes absolument toutes les données ou informations dont nous pourrions avoir besoin pour atteindre correctement nos objectifs.

La tradition fonctionne de manière similaire et, dans les deux cas, nous décidons de considérer certaines informations comme véridiques en fonction de la hiérarchie, de l'ancienneté ou de l'importance de la source dont elles proviennent.

Le problème se pose toutefois lorsque l'on oublie la possibilité d'erreur dans une telle ressource. Bien sûr, la simple existence d'une certaine marge d'erreur n'invaliderait pas en soi tout l'énorme édifice construit par la citation de l'autorité et/ou de la tradition sous le nom de "civilisation humaine". De nombreuses avancées techniques ont été développées avec succès sur la base de données précédemment collectées par d'autres. Ces données sont reprises par de nouveaux développeurs et chercheurs, qui n'ont pas forcément pris la peine de vérifier la véracité de tous les fondements de leur science ou technique. Au contraire, ils considèrent généralement qu'une grande partie de ces informations va de soi et s'en servent comme base pour leurs cogitations ultérieures. On comprend également combien il est peu pratique de remettre en question absolument tous les détails que l'on rencontre, ainsi que la difficulté découlant de l'impossibilité d'être un "connaisseur" dans la discipline que de telles données nous obligeraient à aborder.

081c39f43d90826c24b1be66a7fed195.jpg

Points cardinaux

Néanmoins, il est permis de rappeler, et surtout aujourd'hui, les points suivants :


La tradition n'est pas une structure fixe ou rigide dans le temps, mais possède une certaine dynamique par laquelle elle est censée pouvoir se réadapter constamment et de la "meilleure façon possible" au milieu environnant. Ainsi, une telle tradition est mutable par nature, qu'elle progresse, stagne ou dégénère au fil du temps (toujours en fonction des exigences posées par l'environnement dans lequel elle se développe). Il pourrait en être de même pour l'utilisation de la citation d'une autorité. Il en est ainsi parce que la validité de certaines "autorités", dont émanerait la véracité de certains faits, serait limitée à un certain contexte dans certaines conditions spécifiques. En dehors de ces cas, il pourrait éventuellement devenir caduc ou être atténué pour diverses raisons.

La vérification empirique qui teste chaque hypothèse qui se présente. C'est, et ce n'est pas pour rien, la mère de nombreuses avancées indéniables de la science. Cette mise à l'épreuve de nos croyances est utile dans la mesure où elle permet la réadaptation susmentionnée des connaissances traditionnelles héritées au nouveau contexte. En d'autres termes, nous vérifions si les anciennes connaissances sont toujours applicables et utiles dans notre contexte actuel. Bien entendu, cette analyse peut être effectuée à différents niveaux. Par exemple, une certaine coutume héritée peut ne pas être spécifiquement utile au niveau de l'alimentation, comme dans le cas du maté argentin. Cependant, il pourrait être efficace tant qu'il est perçu comme un facteur d'identification et d'unité nationale, etc.

La nécessité de comprendre de manière pratique le contexte réel (qui inclut ces "autorités") qui nous entoure, en essayant de rendre nos connaissances et nos actions cohérentes entre elles.

● Favoriser la mémoire et l'acceptation d'une certaine marge d'incertitude.

3fa931d0d0b529b311bbcaedec9f529f.jpg

Elites

Qui n'a pas, à un moment ou à un autre, éprouvé une profonde indignation à l'égard de la dégénérescence et de la corruption généralisées de nos classes dirigeantes (que ce soit dans n'importe quel pays, ou même au niveau des structures transnationales), ou à l'égard des nombreux éléments pervers au sein des élites dont l'influence considérable sur la majeure partie de notre espèce ne peut pas toujours être considérée comme utilisée de la manière la plus éthique ? La notion d'élite fait simplement référence à un groupe humain qui, situé dans un certain domaine ou une certaine pratique, se distingue des autres soit en termes de performances, soit par d'autres variables pertinentes dans ces domaines.

Mais malheureusement, nous constatons aujourd'hui que ce terme est intimement associé aux conséquences négatives que certaines élites corrompues ont générées. Ainsi, aujourd'hui, nous associons ce concept à des résultats négatifs. Par exemple, à une compétition impitoyable et inhumaine qui ne contribue en rien à l'amélioration de l'espèce. Ou à des inégalités extrêmes qui nient les bases d'une vie modérément digne et humaine, empêchant ainsi le plein développement des capacités propres de chaque individu. Ils reflètent également souvent des comportements hypocrites et contraires à l'éthique et à la déontologie. Nous serions probablement tous d'accord pour dire que c'est répréhensible et indésirable. Mon attaque contre la notion d'élite ne porte donc pas sur la notion fondamentale d'élite. En fait, je la considère comme un élément naturel et indispensable de toute société dont seul le ressentiment pourrait nous amener à la considérer comme négative.

Mon interrogation porte sur le groupe qui détient actuellement ce rôle de manière légale, certes, mais illégitime.

a7ad8f8703e2265cd0ae1b83cd1bca06.jpg

Terrain d'entente

Lorsque nous parlons à n'importe qui, qu'il soit éduqué, très éduqué ou moins éduqué, ils sont tous d'accord sur un point. Ils affirment tous être conscients qu'une grande partie des élites d'aujourd'hui (qu'il s'agisse de politiciens, de dirigeants de grandes entreprises pharmaceutiques, de médias locaux ou internationaux, etc.) ne sont pas des saints et qu'au fond d'eux-mêmes, ils sont mus par un utilitarisme économique froid avant tout. Nous prétendons être conscients que, pour eux, la vie elle-même, la nature et la condition humaine deviennent des "coûts à réduire", des "ressources à dilapider" ou des "dommages collatéraux" plus souvent qu'il n'est souhaitable. Il suffit d'ouvrir les journaux officiels pour trouver de multiples cas de corruption, par exemple, qu'ils soient actuels ou passés, qui sont ensuite "commodément oubliés".

0bf04ad72a2c480c6c52d2aa1586b97f.jpg

Certains peuvent voir ces faits sous l'angle de certaines philosophies, idéologies politiques, d'autres sous l'angle d'approches religieuses, d'autres encore accuseront certaines différences en termes d'informations discordantes ou d'hypothèses alternatives, et ainsi de suite. Cependant, au-delà de ces éventuelles différences, beaucoup d'entre nous seront probablement d'accord pour dire qu'il y a là quelque chose de pourri. Au-delà de la couleur de la toile de fond que chacun préfère pour ces événements, nous savons tous qu'au moins en ce moment, quelque chose ne tourne pas rond dans ces strates...

3bcfec1d39bda8511196376e8c02ec01.jpg

Incohérence

Ces idées partagées nous amènent donc à la conclusion générale que nous vivons à une époque où une confiance aveugle accordée à de telles "autorités" éthiquement et moralement corrompues serait un comportement franchement inadapté. En d'autres termes, il ne serait pas dans notre intérêt de nous perpétuer en tant qu'individus, société ou même en tant qu'espèce, et continuer à le faire ne serait que le signe d'une ignorance totale ou d'un manque de compréhension pratique ou profonde de l'environnement qui nous entoure. En d'autres termes, nous "faisons semblant" et prétendons savoir quelque chose, alors qu'en réalité nos actions pratiques ne le reflètent pas.

Bien sûr, il est difficile d'aller à l'encontre de tout ce que disent certaines autorités corrompues (surtout dans le cas des politiciens au pouvoir) sans se retrouver dans une position franchement hostile à leur égard et à leurs structures. Il peut même arriver que nous nous retrouvions en opposition avec la majeure partie d'une société manipulée par eux, subissant ainsi le rejet et la discrimination typiques de ceux qui ont des opinions "non massives" ("ex-centriques"). Cependant, sans qu'il soit nécessaire de spéculer à ce point, il suffit de comprendre que, de même qu'on ne se jetterait pas d'une falaise parce que sa mère nous dit de le faire, on le ferait encore moins à la demande d'une personne dont le bagage éthique et moral ne serait pas des plus limpides...

8c86f2e32cfde1784cd261545cf9adcb.jpg

Questionnement constructif basé sur l'empirisme

Il est nécessaire de comprendre que la tradition et les autorités, ainsi que leurs conseils ou leurs connaissances, peuvent être discutables dans certains contextes. Je ne parle pas, bien sûr, de questionnements puérils, rebelles et sans raison, basés sur le ressentiment ou le manque de preuves. Cela ne mène qu'à de mauvais résultats, tant au niveau de la société qu'au niveau individuel. Je fais référence à la nécessité d'un questionnement basé sur l'examen empirique des faits qui ont été transmis jusqu'à présent afin de revalider leur validité, ou non, pour une meilleure adaptation de l'espèce dans son environnement.

Dès lors, si certaines "autorités" ou "éminences" du moment, aussi philanthropiques soient-elles, s'avèrent inopérantes ou, dans le pire des cas, totalement dépourvues d'éthique et de morale, il est alors licite de remettre au moins en question leurs exigences ou leurs suggestions. Pour nous, cela signifie que la "citation d'autorité", si répandue aujourd'hui (2021), perdrait une partie de sa validité lorsque la source y fait référence. Jusqu'à ce point, la plupart sont probablement d'accord.

8bd14a9b57254df0189ebf11da38802d.jpg

Mémoire et incertitude

Malheureusement, c'est là qu'une mystérieuse amnésie envahit la population.
Ce manque de mémoire, qu'il soit dû à la paresse mentale ou à notre propre incapacité à surmonter notre confusion ou notre peur (et donc à avancer pour voir et admettre nos erreurs, nos manquements et nos incertitudes), nous amène à trébucher deux fois sur la même pierre. Il est essentiel de surmonter ce point et d'agir ensuite en fonction de nos connaissances. Une personne normale laisserait-elle volontiers le même voleur entrer chez elle deux fois ?

Il est donc essentiel de perdre la peur pour oser voir nos propres manquements, nos lacunes et nos éventuelles erreurs, tant en nous-mêmes que dans notre société. Il est essentiel de savoir les reconnaître, en laissant de côté sa propre fierté (individuelle et/ou sociale) pour faire place à la vérité.

Et si parvenir à "la vérité" est une entreprise trop prétentieuse pour notre simple condition humaine, nous pouvons au moins aspirer à écarter ce qui "n'est pas", atteignant ainsi une digne notion d'incertitude quant à ce qui "pourrait être". L'incertitude n'implique pas une absence totale de certitudes, mais plutôt que des certitudes peuvent exister, bien que non à un degré absolu et déterminant, mais disposées chacune selon une certaine marge de véracité possible que nous leur avons attribuée en fonction de nos recherches. Certaines hypothèses qui ont été réfutées par des tests empiriques sont écartées, ce qui nous amène à nous pencher sur d'autres qui ont plus de chances d'être correctes. Ainsi, admettre un certain degré d'incertitude est de loin plus précieux et plus franc que de prétendre à une certitude inexistante ou très discutable.

 

16:50 Publié dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : philosophie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire