Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 16 août 2022

Pachtounistan: histoire et géopolitique

2962273_Pakistani tribesmen hold their weapons as they gather for a traditional Jirga tribal assemb.jpg

Pachtounistan: histoire et géopolitique

Par Katehon

Source: https://nritalia.org/2022/08/10/pashtunistan-storia-e-geopolitica/

Pashtun et Pashtunvalai : Code touranien

Certains nomades indo-européens s'avèrent extrêmement résistants en termes de maintien de leur mode de vie, de leurs traditions et de leur identité. Ainsi, dans le sud de l'Afghanistan moderne, ainsi que dans le nord-ouest du Pakistan, territoire adjacent à cette région, et dans plusieurs régions de l'Inde, un important peuple pachtoune a survécu jusqu'à ce jour, parlant la langue pachtoune de l'Iran oriental. Le nom "Pachtoune" est dérivé de l'iranien parswāna-, qui signifie "héros", et de la même étymologie dans le nom persan -parsū-, "peuple de héros". Un autre nom pour les Pachtounes est "Afghans", qui pourrait remonter à l'ancienne tribu des Khwarezmiens, qui habitaient autrefois la région de l'Hindu Kush. Le terme avagāṇa remonte probablement à l'indo-européen et, en particulier, au nom sanskrit des chevaux - aśvaka, qui donne sémantiquement le nom de "peuple éleveur de chevaux" ou "peuple nomade".

Major_ethnic_groups_of_Pakistan_in_1980_borders_removed.jpg

Avec les peuples iraniens ou indo-aryens de cette région, et en particulier avec les Kharezmiens, appartenant aux "barbares du nord" ou "kshatriyas pervers", les Hindous ont souvent fait la guerre, se défendant des attaques de nomades agressifs. Les Khwarezmiens faisaient probablement partie des tribus scythes et, à en juger par un certain nombre de signes, ils exerçaient des "fonctions royales" auprès d'autres peuples voisins, comme les "Scythes royaux" et les "rois cimmériens". Les tribus khwarezmiennes ont souvent pénétré le territoire du nord de l'Inde et y ont fondé de petits États. Ces migrations ont duré 7 siècles - du 2ème siècle avant J.-C. au 5ème siècle après J.-C. Mais une partie des Khwarezmiens est restée dans les anciens territoires et, comme de nombreux siècles auparavant, a mené un mode de vie nomade. Leurs descendants sont les Pachtounes-Afghans, qui ont conservé intactes les caractéristiques turques classiques - un mode de vie nomade, ainsi qu'un système tribal,

Les Pachtounes ont conservé un code spécial de comportement normatif - le Pashtunvalai, qui énonce les points essentiels d'une éthique contrastée, reflétant sous une forme synthétique et aphoristique les idées de base du dieu diurne et solaire indo-européen. Ainsi, cet ensemble de lois pachtounes, qui perpétue à bien des égards l'ancien mode de vie turc, est fondé sur un patriarcat radical (l'interdiction de toute forme d'héritage par la lignée féminine), les querelles de sang et la responsabilité collective de défendre l'honneur du clan. Les vertus fondamentales du Pashtunvalai reproduisent l'ancien système éthique commun aux ancêtres des Iraniens et des Hindous. L'essentiel y est l'honneur, la véracité et le courage. Un ensemble de valeurs fondamentales indo-européennes.

Tenets-poetic-tropes-of-the-Pashtunwali-code-of-honour-But-where-and-how-can-we-see_Q640.jpg

Les 11 points principaux du Pashtunvalai peuvent être considérés comme une systématisation classique de l'ordre éthique indo-européen originel. Ils nous donnent un aperçu du passé lointain de la Grande Scythie, dont une partie a été préservée par les Pachtounes modernes.

    - Melmastia - hospitalité.

    - Nanawatai - un abri à fournir à quiconque le demande et l'honore de manière sacrée.

    - Nyaw aw Badal - le devoir de vengeance pour rétablir la justice, Lex Talionis.

    - Turah - le courage, la nécessité de défendre le pays, le peuple, la tribu.

    - Sabat - loyauté envers Dieu, le clan, la famille, devoir de renforcer l'identité collective.

    - Khegaṛa / Shegaṛa - la triade classique du zoroastrisme : bonne pensée, bonne parole, bonne action - Humata, Hukhta, Hvarshta.

    - Groh - foi en Dieu, le Père céleste (mauvais en pachtou, ainsi qu'en farsi).

    - Pat, Wyaar aw Meṛaana - la triade du respect, de la fierté, du courage.

    - Naamus - protection des femmes.

    - Nang - soutien aux personnes faibles et défavorisées, justice sociale.

    - Hewaad - le devoir d'aimer et de protéger le pays, le peuple, le clan, la famille. Fait important, le Pashtunvalai n'est pas fondamentalement écrit, mais transmis oralement sur de nombreuses générations.

Historiquement, les Pachtounes ont commencé à se déplacer vers le sud à partir de leur petit foyer ancestral dans le nord de l'Hindu Kush, en même temps que le mouvement des Saka et des Yuezhi dans la même direction à partir du IIe siècle avant J.-C., ce qui les a inclus dans le processus général d'établissement de la troisième entité entre l'Iran et l'Inde par une autre vague de nomades indo-européens venus de Touran, qui deviendrait plus tard l'Empire kushan ou le royaume des Hephthalites. Dans le même temps, les Pachtounes ont continué à mener un mode de vie nomade, vivant de raids et d'incursions rapides, agissant comme une "tribu royale" par rapport aux autres tribus iraniennes et indo-iraniennes. Dans la région du Pakistan moderne appelée Waziristan, et plus précisément dans les monts Suleiman, les Pachtounes ont trouvé un nouveau centre de leur culture, d'où ils se sont installés dans les montagnes et (plus tard à partir du 11e siècle) dans les vallées d'Afghanistan et du Pakistan, propageant leur type culturel à de nombreux groupes ethniques. A partir du 14ème siècle, l'expansion des Pachtounes s'est considérablement accrue et ils ont développé les territoires adjacents à Kaboul, se sont installés dans les vallées de Helmand, Arghandab, etc.

Pakistan-Waziristan-Map.png

Les Pachtounes sont étonnamment différents des Iraniens sédentaires qui parlent le dari et du Tadjik, qui est culturellement proche de la population iranienne. Les Pachtounes, en revanche, ont conservé une identité totalement distincte - à bien des égards purement turque - et cela se reflète également dans le fait qu'ils n'ont pas accepté l'islam avant le 14e siècle, restant fidèles aux anciens systèmes religieux solaires eurasiens, ainsi qu'au zoroastrisme.

Au 14e siècle, l'Afghanistan fait partie de l'empire turco-mongol Timurid (officiellement l'État de Turan) et la capitale de l'empire Timurid est transférée à la Herat afghane. Après que les territoires occidentaux de l'État touranien ont été pris aux Timourides par la Horde d'or, le créateur du nouvel État, l'Empire moghol, Babur a déplacé la capitale à Kaboul, d'où il a lancé une offensive victorieuse contre le nord de l'Inde. Par la suite, les terres de l'Afghanistan ont été subjuguées par l'Iran safavide.

Officiellement, les territoires habités par les Pachtounes étaient sous la domination des Sassanides et des Samanides, mais il était pratiquement impossible de contrôler ces peuples guerriers. Dans leurs guerres, ils utilisaient en partie des tactiques purement scythes : ils se repliaient, attiraient l'ennemi dans leurs territoires (parfois dans des montagnes ou des gorges impénétrables), puis s'abattaient sur eux à l'improviste.

Les tribus pachtounes sont témoins de l'affrontement entre l'Iran safavide et la partie indienne de l'empire touran fondé par Tamerlan, car l'affrontement passe par leurs territoires, dont une partie importante est sous domination iranienne. Au cours de cette période, les premiers États pachtounes ont commencé à apparaître. Il s'agit du khanat Khattak avec une capitale à Peshawar, du khanat Ghilzei avec une capitale à Kandahar, Herat, etc.

En Afghanistan, sous l'influence des pays voisins, l'islam sunnite se répand progressivement, de même qu'un vaste réseau de tarikats soufis. Cette combinaison de sunnisme et de soufisme devenait une caractéristique de la société afghane. Dans le soufisme et ses doctrines mystiques, les traditions spirituelles et religieuses préislamiques en Afghanistan, comme dans tous les autres pays, ont trouvé un refuge et une protection fiable contre l'orthodoxie islamique intolérante et exclusiviste.

inmitrwaisdex.jpg

Afghanistan : le troisième royaume indo-iranien d'Asie

À l'aube du 18e siècle, en 1709, les Pachtounes Ghilzai, menés par leur chef Mir Wais, ont créé le royaume de Kandahar indépendant de l'Iran. Puis, profitant de l'affaiblissement de l'Iran, ils l'envahissent et, atteignant Ispahan, proclament Mir Mahmud, fils du souverain de Kandahar, Mir Wais, Shahanshah en 1722. Les Pachtounes ont officiellement gouverné l'Iran dans l'état de Shahanshah pendant sept ans. Mais le mode de vie communautaire et tribal empêchait la création d'un État centralisé et contredisait les capacités de gestion de l'empire. En conséquence, les Perses rétablissent Shah Tahmasp sur le trône et conquièrent à nouveau l'Afghanistan en 1737, l'incorporant à l'Empire.

Toutefois, après la mort de Nadir Shah, les Pachtounes ont à nouveau déclaré leur indépendance, mais cette fois, la tribu Abdalli est devenue le chef de toutes les tribus, rebaptisée Durrani, ce qui signifie "famille de perles", pour souligner que cette communauté devait désormais remplir les fonctions de "Pachtounes royaux". En 1747, les Pachtounes ont convoqué un conseil général (Loya Jirga) dans leur centre traditionnel - Kandahar, où le chef de tribu Durrani Ahmad Shah Durrani (1723-1773) a été élu roi d'Afghanistan. Le nouvel État a été appelé l'Empire Durrani. Ahmad Shah était un souverain prospère. Sous lui, les Pachtounes ont mené plusieurs campagnes réussies en Inde, en Iran, au Turkestan du Sud, ont conquis le Pendjab, le Cachemire, le Sirhind, le Sind, le Baloutchistan, le Seistan, le Khorasan Balkh en 1748-1757.

En 1758-1761, une guerre éclate entre l'Afghanistan et les Marathas indiens, à l'issue de laquelle Ahmad Shah inflige une défaite écrasante aux Marathas lors de la bataille de Panipat. Ainsi, une fois de plus, entre l'Inde et l'Iran, un État indépendant, assez stable et fort a émergé, dirigé par des nomades indo-européens qui respectaient strictement le code du Touran. Ainsi, la lignée des Yuezhi, qui ont créé le royaume de Kushan, les Kidarites et les Hephthalites, a été poursuivie par les descendants des Khwarezmiens - les guerriers Pachtounes.

Sous le règne du souverain suivant, le fils d'Ahmad Shah, Timur Shah (1773-1793), la capitale a été déplacée à Kaboul. Zeman Shah lui succède (1793-1801).

À sa place, le khanat de Kaboul a été créé, rebaptisé plus tard émirat.

1016329_half.jpg

En 1838, les troupes coloniales britanniques occupent l'Afghanistan et les chefs pachtounes retournent une fois de plus dans les montagnes, revenant à la technique de la guérilla scythique. En 1839, la première guerre anglo-afghane débute, au cours de laquelle les troupes britanniques et indiennes, qui leur sont subordonnées, s'emparent des principaux centres de l'Afghanistan, mais les Pachtounes se cachent à nouveau dans les montagnes et deux ans plus tard, ils déclenchent un soulèvement et massacrent une partie importante de la force d'occupation britannique. Cependant, les Britanniques - non plus par la force directe, mais en soudoyant les chefs des différentes tribus afghanes - parviennent à reprendre partiellement le contrôle.

Au cours de cette période, la dynastie Durrani décline et est remplacée par la nouvelle dynastie Barakzai, elle aussi purement pachtoune. Son fondateur était Dost Muhammad Khan (1793 - 1863), qui a été élu émir.

L'Afghanistan est resté sous contrôle britannique jusqu'en 1878. À cette époque, une autre guerre russo-turque débute, dans laquelle la Russie prend traditionnellement le dessus, ce qui inquiète les Britanniques, car les envoyés russes s'entendent avec les chefs pachtounes et leur "remettent les clés de l'Inde", qui est à l'époque une colonie de l'Angleterre et le principal avant-poste de la présence britannique en Asie du Sud-Est. Dans le contexte du Grand Jeu entre les Empires russe et britannique, l'Afghanistan était une zone clé, dont le contrôle était nécessaire pour les deux parties: pour les Britanniques, il s'agissait d'une garantie de la sécurité de l'Inde et pour les Russes, d'une opportunité de percer la stratégie britannique d'encerclement de la Russie le long du périmètre de la zone côtière pour finalement en sortir, pour atteindre les mers chaudes et les océans, ce qui était la tâche géopolitique la plus importante des stratèges militaires russes.

Cela a conduit à la deuxième guerre anglo-afghane, au cours de laquelle les troupes britanniques sont à nouveau entrées en Afghanistan depuis l'Inde et ont établi un contrôle direct sur le pays, contrecarrant les plans russes. Au cours de cette période, grâce aux efforts britanniques, un certain nombre de territoires habités par les Pachtounes ont été séparés de l'Afghanistan et inclus dans l'Inde (dans le futur Pakistan). Mais dans le même temps, les Pachtounes étendent considérablement leur influence dans le nord, où l'on trouve sous leur domination un nombre important de groupes sédentaires de l'est de l'Iran (principalement des Tadjiks), ainsi que quelques tribus turques (Ouzbeks) et mongoles (Hazaras), qui représentent généralement environ la moitié de la population afghane, alors que dans la phase précédente, les Pachtounes étaient la majorité incontestée. Pourtant, ce sont les militants pachtounes qui continuent à suivre l'ancien code (touranien) du Pashtunvalai qui restent les dirigeants incontestés de ce pays, préservant les proportions des plus anciennes sociétés indo-européennes - le premier dérivé (les Pachtounes eux-mêmes ne passent pratiquement pas à un mode de vie stable, continuant à maintenir un mode de vie nomade, pastoral et militaire, établi dans le foyer ancestral indo-européen en Eurasie).

6aac952b282c49ed81531fbe51ce8812.jpg

En 1919, le souverain afghan Amanullah Khan (1892-1960), qui appartenait à la dynastie des Barakzai, a proclamé l'indépendance de l'Afghanistan, ce qui a conduit à la troisième guerre anglo-afghane, plutôt brève, que les Afghans ont remportée et à la suite de laquelle les Britanniques ont reconnu l'indépendance de l'Afghanistan. Amanullah Khan lui-même a été proclamé émir pour la première fois et, après 1926, roi. Il a fait la première tentative de l'histoire pour moderniser l'Afghanistan, en s'inspirant de l'expérience des Jeunes Turcs, bien que les traditions des Afghans soient si fortes que, parallèlement à la modernisation et à l'occidentalisation, de nombreux aspects de la vie restent totalement dans le cadre de la société traditionnelle.

Tout au long du 20e siècle, il n'y a pas eu de longues périodes de stabilité, même relative, en Afghanistan. C'est en grande partie une conséquence de la tradition pachtoune d'un mode de vie nomade épris de liberté, dans lequel il n'existe pas d'instance de pouvoir centralisée unique et la société est régie non pas tant par des lois que par des codes non écrits (tels que le Pashtunvalai) ou, plus tard, par des règles religieuses islamiques. Ainsi, la structure tribale de la société entrait à chaque fois en conflit à la fois avec le pouvoir royal et les normes modernistes de la démocratie de style européen ou des systèmes occidentaux tels que le communisme. En outre, la structure multiethnique de l'Afghanistan et les luttes fréquentes entre les tribus pachtounes elles-mêmes, qui sont toujours restées la principale entité politique et historique de l'Afghanistan, ont rendu la situation encore plus instable et fragile.

King_Zahir_Shah_of_Afghanistan_in_1963.jpg

Le dernier roi barakzai d'Afghanistan était Zahir Shah (1914-2007), qui a régné de 1933 à 1973.

De la dynastie Durrani au dernier souverain de la dynastie Barakzai, l'Afghanistan était un espace politique totalement indépendant, différent de l'Iran et de l'Inde. Les Pachtounes ont conservé l'identité que les Iraniens et les Hindous avaient perdue depuis longtemps, se transformant en un phénomène ethno-politique très spécial. Ainsi, la civilisation afghane est devenue une autre version de la société indo-européenne, qui est restée au stade du premier dérivé pendant une période extrêmement longue : le noyau a conservé un mode de vie nomade et guerrier, intégrant les tribus agricoles dans un système politique commun (plutôt fragile et instable). Dans le même temps, au Pakistan voisin, où l'influence de l'Inde était beaucoup plus forte, les tribus pachtounes, ainsi qu'un autre peuple indo-iranien nomade, les Baloutches, tout aussi anciens et particuliers, sont restés porteurs de la même identité. Nous pouvons donc ajouter le Pakistan au "troisième royaume indo-iranien d'Asie", où l'influence des tribus iraniennes nomades, conservant intact l'esprit et les traditions des Turcs, a été largement déterminante. La proximité de ces deux États était si évidente que, dans les années 1950, il a été envisagé de les réunir en une fédération commune.

L'Afghanistan moderne : de la monarchie au socialisme et à l'islamisme

En 1973, la monarchie afghane s'effondre et Zahir Shah est renversé par un parent, Mohammed Daoud (1909 - 1978), qui proclame la république et en devient le premier président. Mohammed Daoud, quant à lui, était un partisan du démembrement ethnique du Pakistan et de la réunification des territoires habités par les Pachtounes et les Beloutches avec l'Afghanistan. En réponse, le Pakistan s'est appuyé sur le fondamentalisme islamique, qui est devenu l'idéologie dominante dans ce pays, et a commencé à former des leaders et des groupes de persuasion islamistes radicaux sur son territoire, comme le mouvement Hezb-i-Islam d'un autre Pachtoune, Gulbetdin Hekmatyar, qui a ensuite joué un rôle important dans la guerre politique afghane. Mais si le Pakistan - en particulier, sous le Premier ministre Zulfikar Ali Bhuto (1928 - 1979) - était dirigé par les États-Unis, l'influence soviétique était forte en Afghanistan. Puis Daoud lui-même a rencontré le secrétaire général du Comité central du PCUS Leonid Brejnev, discutant des questions de partenariat stratégique, ainsi que du degré d'influence des forces communistes d'Afghanistan, directement soutenues par l'URSS. C'est ainsi que la situation a évolué lorsque le fondamentalisme islamique a commencé à agir au Pakistan et en Afghanistan en tant qu'instrument de l'influence américaine (l'organisation Al-Qaeda d'Oussama Ben Laden a été créée en Afghanistan sous le patronage direct de la CIA et de géopoliticiens américains comme Zbigniew Brzezinski), et les communistes afghans partageaient le cap pro-soviétique - comme le Pachtoune Taraki (1917 - 1979), originaire du Cachemire indien, mais Pachtoune par sa mère, Babrak Karmal (1929 - 1996), Hafizullah Amin (1929 - 1979).

Avec le soutien du Pakistan, les islamistes ont soulevé un soulèvement contre Daoud, auquel Hematyar a également participé, couvrant les provinces de Badakhshan (au nord), Paktia (au sud), Nangahar (à l'est - à la frontière avec le Pakistan).

Noor-Muhammad-Taraki.jpg

Dans les dernières années de son règne, Daoud a commencé à prendre ses distances avec l'URSS et à chercher des contacts avec l'Occident, ce qui a conduit à son renversement en 1978 par les communistes Taraki (photo), Amin et Karmal. Les communistes ont tué Daoud et sa famille. Taraki est devenu le chef du nouvel Afghanistan. Son règne fut court et extrêmement infructueux. Le prolétariat afghan était totalement absent, la société traditionnelle et la culture islamique n'avaient pas la moindre ressemblance avec les idées communistes et ne pouvaient tout simplement pas être comprises et acceptées par les larges couches d'Afghans. Voyant que Taraki ne s'en sort pas, Amin tue Taraki et prend sa place. Amin poursuit les répressions commencées par Taraki contre les leaders islamiques et d'autres personnes en désaccord avec les communistes. Un régime totalitaire, totalement étranger à l'histoire afghane et à l'ethos même des Pachtounes, émerge rapidement dans le pays.

Les dirigeants de l'URSS, se basant sur les renseignements soviétiques, soupçonnaient qu'Amin avait des contacts avec la CIA et ont décidé de le remplacer par Babrak Karmal et de le détruire. C'est ce qui s'est passé en 1979. Dans le même temps, les troupes soviétiques ont été introduites en Afghanistan pour soutenir Karmal.

Mais contre Karmal, qui répondait pleinement aux exigences de l'URSS, et contre la présence soviétique elle-même, un soulèvement de masse a immédiatement commencé, soutenu par les États-Unis et le Pakistan, s'appuyant sur les cercles religieux qui avaient été utilisés précédemment pour faire pression et éventuellement renverser Daoud. La sanglante guerre d'Afghanistan a alors commencé.

Les Afghans n'ont pratiquement jamais été véritablement conquis par qui que ce soit, et la tentative soviétique d'y construire un État socialiste a donc également échoué, tout comme les tentatives de capturer et de maintenir l'Afghanistan sous la domination britannique. La nature multiethnique de la société et l'esprit des Pachtounes ont créé des obstacles insurmontables pour cela.

indexasm.jpg

Les forces qui s'opposaient à la direction communiste et à la présence soviétique étaient dispersées et souvent en conflit les unes avec les autres. Ils étaient généralement appelés "moudjahidines", c'est-à-dire "guerriers-martyrs" selon l'interprétation islamique. Outre Hekmatyar, le Tadjik Ahmad Shah Massoud (1953-2001) (photo) et un autre Tadjik Barhanuddin Rabbani (1940-2011) ont acquis une grande influence dans le nord de l'Afghanistan, et parmi les Ouzbeks afghans, le général ouzbek Abdul-Rashid Dostum.

En 1986, la nouvelle direction de l'URSS (M. S. Gorbatchev) décide de rappeler Karmal et de le remplacer par le dernier dirigeant communiste de l'Afghanistan, Mohammed Najibullah (1947 - 1996). Najibullah a adouci l'idéologie communiste, reconnu l'islam comme religion d'État et proclamé une voie vers la réconciliation nationale. Les moudjahidines, cependant, refusent de se réconcilier et continuent à se battre. En 1989, Moscou a décidé de retirer toutes les troupes d'Afghanistan. Le gouvernement de Najibullah n'a pas pu tenir longtemps seul et le 27 avril 1992, des détachements de moudjahidines sont entrés dans Kaboul. Le pouvoir est officiellement passé au leader islamique pachtoune de l'opposition, le soufi de l'ordre Naqshbandiyya, Sebgatullah Mujadidi (1925-2016). L'Afghanistan est proclamé République islamique d'Afghanistan. Toutes les lois contraires à la charia sont abolies. Mujadidi gouverne pendant une courte période et transfère le pouvoir à Barhanuddin Rabbani la même année. Cependant, un affrontement militaire commence maintenant entre les chefs moudjahidines (tout à fait dans l'esprit des traditions afghanes), cette fois les détachements des commandants de terrain Ahmad Shah Massoud, Dostum et Rabbani lui-même, ainsi que de nombreuses formations plus petites, s'affrontent.

Ainsi, même libéré de la présence soviétique, l'Afghanistan n'a pas trouvé la paix, la tranquillité ou l'unité, mais comme auparavant une plaie saignante, où les mouvements islamiques moudjahidines, soulevés par le choc des intérêts géopolitiques de l'URSS et des pays du monde occidental, sont entrés dans une confrontation féroce les uns avec les autres, dont les rôles - avec une suspicion pour l'islamisme radical, qui nie verbalement les ethnies et les traditions nationales - étaient distribués presque strictement selon les frontières des différents groupes ethno-sociologiques de la population afghane.

Les Talibans : traditionalisme pachtoune et eschatologie islamique

En 1994, en Afghanistan, complètement déchiré en enclaves séparées, une nouvelle force islamiste radicale est apparue - le mouvement taliban*, dirigé par le mollah pachtoune Mohammad Omar (1959 - 2013), représentant la branche soufie - l'ordre Nakshabandi, extrêmement répandu dans l'islam. Il est important de noter que dans la phase initiale, le mouvement taliban*, tout comme les fondateurs des Frères musulmans égyptiens, considéraient leurs mouvements comme des ordres religieux-militaires soufis. Et le mouvement taliban* à ses origines était effectivement mystico-soufi, et son fondateur et leader était un visionnaire et pratiquait des techniques spéciales de rêves lucides, dans lesquels il prédisait les succès ou les défaites militaires de ses compagnons d'armes. Le mollah Omar vivait extrêmement modestement, préférant rester dans sa simple hutte plutôt qu'à Kaboul, même après sa victoire.

s3.reutersmedia.jpg

Dès 1995, avec l'aide financière des Émirats arabes unis, les Talibans se sont emparés d'une partie importante des territoires du sud de l'Afghanistan, en s'appuyant sur les territoires du Pakistan - principalement le Waziristan, qui est également peuplé de Pachtounes et à peine contrôlé par le gouvernement du Pakistan.

Les anciens dirigeants Rabbani et Hekmatyar se sont enfuis de Kaboul et ont créé des centres de résistance échappant au contrôle du gouvernement central. Rabbani, Massoud et Dostum ont fondé l'"Alliance du Nord", construite presque entièrement selon des lignes ethniques : le nord de l'Afghanistan est traditionnellement habité par des Tadjiks, des Ouzbeks et des Mongols Hazaras sédentarisés, tandis que les terres du sud et du centre sont habitées par des Pachtounes nomades.

Après avoir pris Kaboul, les talibans ont recherché l'ancien chef d'État afghan, Najibullah, qui se cachait dans la mission de l'ONU, et l'ont exécuté publiquement en le pendant sur une place.

Ils ont dirigé l'Afghanistan (plus précisément, une partie de ce pays) de 1996 à 2001, après avoir mis en œuvre une série de réformes radicales dans le pays dans l'esprit de la charia. La télévision était interdite, toutes les publications ne pouvaient représenter que le point de vue islamique. Soulignant l'exclusivité de l'islam, les talibans ont fait sauter d'anciennes statues de Bouddha creusées dans la roche. Fait important, il n'est jamais venu à l'esprit d'aucun de leurs ancêtres musulmans de détruire les monuments d'autres cultures indo-européennes.

Nous sommes ici confrontés au phénomène de la Réforme islamique, le plus représenté dans le wahhabisme et le salafisme. Ce mouvement novateur dans l'Islam rejette catégoriquement les traditions (en particulier les traditions nationales), les systèmes théologiques d'interprétation du 'Coran' et des hadiths, ainsi que toute forme de soufisme et de mysticisme islamique. Le soutien apporté aux islamistes afghans et pakistanais par l'Arabie saoudite, où le wahhabisme est la religion officielle, et par les Émirats arabes unis, s'explique par la volonté de donner précisément au fondamentalisme islamique un caractère réformiste, qui rappelle à bien des égards le protestantisme dans le christianisme occidental. Ici et là, il s'agissait d'un retour aux normes originelles de la religion et de l'abolition des intermédiaires entre l'homme et Dieu, mais dans la pratique, cela a conduit à la modernisation, à l'innovation et à la désacralisation de la foi.

Ainsi, parmi les talibans, on rencontre des figures telles que le wahhabite Oussama ben Laden, le fondateur de l'organisation terroriste Al-Qaida**. Mais tout ce que nous savons des Pachtounes, qui sont devenus le noyau du mouvement taliban*, et l'orientation soufie de son fondateur, le mollah Omar, nous montrent une tradition complètement différente, où la loyauté au code Pashtunvalai et un profond intérêt pour le mysticisme constituent la base idéologique. Ce fait est extrêmement important, car il montre que l'islam afghan (dont d'autres versions - y compris Rabbani ou Massoud le Tadjik - étaient enracinées dans le soufisme), bien que sunnite et radical, cachait quelque chose de complètement différent sous sa ressemblance extérieure avec le salafisme arabe. Dans le cas des Talibans, l'islamisme radical était et reste à bien des égards la façade extérieure de ce profond esprit militant indo-européen, qui constitue l'essence de l'identité pachtoune et l'héritage de Touran. On peut probablement y reconnaître aussi des motifs eschatologiques inhérents à la culture iranienne dans son ensemble, y compris l'islam chiite iranien. Les hadiths eschatologiques mentionnent notamment la "bannière noire du Khorasan", qui sera levée à la fin des temps et à la veille de la bataille décisive entre le Mahdi, chef des musulmans, et l'Antéchrist-Dajjal. Le territoire du Khorasan couvre les terres orientales de l'Iran moderne, ainsi que Merv au Turkménistan et Herat en Afghanistan. Ce "drapeau noir du Khorasan" était la bannière officielle du califat abbasside, que les Abbassides ont fondé avec le soutien de l'Iranien et du chiite Abu Muslim, qui a déclenché la révolte anti-Omayyade depuis le Khorasan.

117c2327-f766-4fea-8c49-318ebc519481_w1200_r1.jpg

Par conséquent, les Talibans* se considéraient comme le début de la révolution islamique planétaire, coïncidant avec la "bataille finale avec le Dajjal-Ouest", au centre de laquelle se trouvaient les guerriers indo-européens pachtounes, qui n'avaient jamais courbé la tête devant quiconque depuis leur départ des steppes eurasiennes. Ainsi, sous l'identité extérieure islamique sunnite radicale, nous pouvons reconnaître une eschatologie complètement différente, peut-être pas entièrement comprise par les Afghans eux-mêmes.

Après l'attaque terroriste du 11 septembre 2001 à New York, les États-Unis ont avancé la version selon laquelle son organisateur était Ben Laden lui-même, qui se cachait alors en Afghanistan parmi les talibans, et ont utilisé ce prétexte pour une invasion militaire de l'Afghanistan avec le soutien de l'Alliance du Nord, hostile aux talibans. Le 13 novembre 2001, les troupes de l'"Alliance du Nord", avec le soutien des Américains et le consentement des Russes, inquiets des attaques des talibans sur les territoires frontaliers des alliés de la Russie en Asie centrale, sont entrées dans Kaboul. À la fin de l'année, les troupes de l'OTAN ont occupé l'Afghanistan, mettant au pouvoir non pas les dirigeants de l'Alliance du Nord, mais une figure de compromis avancée par la Loya Jirga - le Pachtoune Hamid Karzaï.

Cependant, les talibans, qui, comme d'habitude, se sont repliés dans des zones montagneuses inaccessibles, et en partie sur le territoire du Pakistan, où ils ont proclamé en 2004 l'"Émirat islamique du Waziristan", qui est devenu le fief du mouvement, ne se sont pas rendus et ont poursuivi leur guérilla contre les troupes de l'OTAN et leurs collaborateurs afghans.

Oussama ben Laden a été tué au Pakistan en 2011 lors d'une opération menée par les services américains. Des rumeurs avaient précédemment circulé selon lesquelles il était mort sur le territoire du Waziristan. Ben Laden avait auparavant établi une base d'Al-Qaïda dans la région de Tora Bora, une "grotte noire" située dans les montagnes de Safedhoh, dans la province de Nangahar, à l'est de l'Afghanistan, près de la zone tribale de l'ouest du Pakistan où l'influence pachtoune est dominante. Rane, dans les montagnes de Tora Bora, était le centre du groupement des moudjahidines sous la direction du Pachtoune Yunus Khales (1919 - 2006).

Les talibans sont restés une force importante dans les provinces d'Afghanistan, les provinces de Helmand, Kandahar, Paktia, Uruzgan, Nuristan, Kunar, Badakhshan, Zabul, Ghazni, tandis que les forces de l'OTAN ne contrôlaient que les zones de Kaboul et Mazar-Sharif. Le nord du pays était sous l'influence des commandants de terrain tadjiks.

À l'été 2021, les troupes américaines ont quitté l'Afghanistan. Le pouvoir dans le pays est passé complètement entre les mains des talibans. Les Territoires du Nord exceptés.

* Le mouvement taliban est officiellement interdit sur le territoire de la Fédération de Russie.

** Al-Qaeda est une organisation terroriste interdite en Fédération de Russie

Source : katehon.com

samedi, 26 février 2022

Afghanistan: Une frontière sans "date de péremption"

afghanistan (5).jpg

Afghanistan: une frontière sans "date de péremption"

Victor Dubovitsky

Aujourd'hui, le mot Afghanistan est sur toutes les lèvres, même pour ceux qui ne s'intéressent pas du tout aux affaires internationales, et encore moins à la politique : nous avons assisté à une défaite trop inattendue et trop honteuse pour ce pays que sont les Etats-Unis, et pour l'"Occident uni". La défaite des forces britanniques lors de la première guerre anglo-afghane (1838-1842) a peut-être été bien plus dévastatrice, mais l'absence d'Internet et de télévision a sauvé les Britanniques de la honte. Cependant, Jalalabad (où le seul survivant des 16.000 hommes de la garnison de Kaboul, l'Anglais William Bryden, est parvenu le 13 janvier 1842), ainsi que le passage de Khyber tout proche, étaient et sont des lieux largement connus à l'époque et aujourd'hui : mais au 19ème siècle, les intérêts de Kaboul et d'Islamabad s'opposaient.

Échappée d'une "pension honoraire"

L'histoire des revendications mutuelles, qui font aujourd'hui trembler la frontière afghano-pakistanaise, a commencé pendant l'hiver 1879, curieusement à plus d'un demi-millier de kilomètres de Kaboul - dans le Turkestan russe.  Le mardi 9 Muharram, 1297 de l'Hégire, ce qui correspond au 11/23 décembre 1879, quatre cavaliers sont partis de Samarkand vers l'est - vers la vallée de Fergana. Les chevaux turkmènes Argamaks-Akhalteke aux jambes fines transportaient le prétendant au trône de l'émir d'Afghanistan (Abdurahman Khan / photo ci-dessous) et ses plus proches associés dans l'obscurité hivernale qui précédait l'aube. Cet événement, peu remarqué par les personnes non informées, a marqué le début d'une nouvelle phase dans l'histoire de ce pays.

4265d167f1d665b62de7cc582c565acd.jpg

Le départ de l'héritier du trône, âgé de trente-cinq ans, qui vivait avec sa famille depuis plus de dix ans dans une "pension de famille honoraire", gérée par les autorités russes en Asie centrale, a été mis en scène comme une évasion : il fallait endormir la vigilance des "marins éclairés", qui craignaient l'apparition en Afghanistan d'un prétendant au trône populaire, mais indésirable pour eux. Pour la Russie, l'arrivée au pouvoir à Kaboul d'un "retraité honoraire" était extrêmement importante : lorsqu'en novembre 1879, la nouvelle de la déposition de l'émir Muhammad Yaqub Khan est arrivée d'Afghanistan, il est devenu clair en Russie que les Britanniques entendaient gérer le démembrement de l'Afghanistan. Leur prochaine étape aurait été d'envoyer leurs mandataires dans les provinces indépendantes et semi-indépendantes de Kunduz, Darwaz et Badakhshan, ou (ce qui était particulièrement indésirable) de tenter une occupation directe de ces terres.

La position de la Russie en Asie centrale et de son allié, le khanat de Boukhara, aurait alors été menacée. N'aurait-il pas été préférable d'écarter les rivaux les plus dangereux d'"Albion" et de placer à la tête de ces régions un homme qui avait bénéficié de l'hospitalité russe pendant dix ans ? Car le descendant direct des émirs d'Afghanistan - Abdurahman Khan - avait le droit de revendiquer le pouvoir au moins dans les territoires du nord de la rive gauche de l'Amu Darya, portant le nom commun de Chor-Viloyat.

Lorsqu'il prend le pouvoir à Kaboul au printemps 1880, il mène une politique très indépendante, annexant de vastes territoires par le feu et l'épée. Le nouvel émir a définitivement considéré toutes les terres peuplées de Pachtounes comme des territoires inféodés à sa personne. Mais l'est du Pachtounistan ("pays pachtoune"), d'une superficie d'environ 150.000 kilomètres carrés, qui faisait partie de l'empire Durrani jusqu'en 1819, a été conquis par les souverains sikhs du Punjab, puis par les Britanniques après l'effondrement de leur empire. Dans cette situation, la réaction de Londres n'était pas difficile à prévoir : l'indépendance dont a fait preuve l'ancien "retraité" a obligé "Foggy Albion" à soulever la question d'une frontière bien définie entre l'Afghanistan et la plus grande des colonies britanniques.

L'Indian Bureau of Surveying (une organisation servant à des opérations de reconnaissance plutôt qu'à organiser des expéditions scientifiques) s'est rapidement saisi de l'affaire, envoyant des équipes de géomètres militaires au Pachtounistan. À l'automne 1893, les cartes anglaises ont révélé une ligne brisée complexe s'étendant sur 2670 km (1660 miles), et 12.000 km (7460 miles). Le 12 novembre 1893, un traité entre l'émir afghan, Abdurahman Khan, et le secrétaire aux affaires étrangères de l'administration coloniale britannique, Lord Henry Mortimer Durand, a établi une nouvelle frontière qui est devenue internationalement connue sous le nom de ligne Durand.

244durl91.jpg

Il est difficile de dire à ce stade ce qui a poussé l'énergique émir afghan à accepter une telle frontière, qui divisait le Pashtunistan dans son intégralité. Cependant, connaissant les réalités politiques de la fin du 19ème siècle, on peut très probablement supposer qu'il considérait cette frontière comme une ligne temporaire balisant son autorité territoriale (le "mouvement frontalier" constant en Afghanistan dans toutes les directions, de Herat et Kattagan aux Pamirs, en est la confirmation). Cela est indirectement indiqué par le fait que les autorités afghanes ultérieures n'ont pratiquement jamais reconnu la ligne Durand comme une frontière d'État légitime. Néanmoins, les réalités politiques du Moyen-Orient ont changé de manière spectaculaire avec l'apparition de cette frontière : un État doté d'une frontière légale en vertu du droit européen est apparu entre l'Inde britannique (c'est-à-dire la Grande-Bretagne) et l'Empire russe. À l'époque, il semblait peu important qu'il n'y ait aucune démarcation nulle part - les bornes pourraient être établies encore plus tard. Ainsi, le "retraité honoraire" avait accompli sa tâche.

Un héritage scandaleux

Aujourd'hui, il existe douze provinces afghanes (Nimroz, Helmand, Kandahar, Kabul, Paktika, Khost, Paktia, Logar, Nangarhar, Kunar, Nuristan et Badakhshan) et trois unités administratives afghanes (province du Baloutchistan, province de Khyber Pakhtunkhwa et région du Gilgit-Baltistan) qui se trouvent le long de la ligne Durand du côté pakistanais (parties de l'ancienne Inde britannique). Sur le plan géopolitique et géostratégique, la "ligne" proverbiale est l'une des frontières les plus dangereuses au monde.

En juillet 1949, l'Afghanistan a officiellement déclaré qu'il ne reconnaissait pas la ligne Durand ; depuis lors, pas un seul gouvernement afghan, y compris même le régime des Talibans, lié au Pakistan, n'a osé le faire. Ainsi, la question de la frontière entre l'État afghan et le Pakistan, qui reste à ce jour la plus aiguë dans les relations entre les deux pays, a également été "suspendue". Les Pachtounes, qui ont dirigé l'Afghanistan pendant presque toutes les périodes de son histoire, sont animés par le désir tenace de réunir toutes leurs tribus en un seul État (le projet du "Grand Pachtounistan") ; ce facteur, quelles que soient les circonstances, persistera, entretenant la suspicion et la méfiance dans les relations afghano-pakistanaises.

Le Pakistan, quant à lui, a été et reste inflexible sur le fait que l'Afghanistan doit reconnaître le traité de la ligne Durand qu'il a signé il y a plus d'un siècle et respecter la frontière entre les deux pays. Islamabad ignore ainsi la revendication des Afghans selon laquelle la frontière tracée par les Britanniques pendant la période de domination coloniale a de facto privé l'Afghanistan de l'ensemble de ses terres ancestrales pachtounes sous contrôle pakistanais. Ces approches diamétralement opposées de la frontière ne pouvaient que conduire à une confrontation politique (et sporadiquement militaire) entre Kaboul et Islamabad.

En 1976, le président afghan de l'époque, Sardar Mohammed Daud Khan, a reconnu la ligne Durand comme la frontière internationale entre le Pakistan et l'Afghanistan. Il a fait cette déclaration, qui a gravement porté atteinte à sa réputation dans son pays, lors de sa visite officielle à Islamabad.

Après le retrait soviétique d'Afghanistan et, par la suite, la chute du gouvernement laïc du pays (effectivement à partir de l'automne 1994), on a assisté à une augmentation de l'aide apportée aux Talibans par les forces armées, les services de renseignement et les agences de sécurité du Pakistan. L'organisation islamique militante, fondée par les services de renseignements militaires pakistanais, contrairement à l'Alliance des Sept, créée pour combattre les Soviétiques, était inconditionnellement subordonnée aux Pakistanais. Après l'entrée des combattants talibans dans Kaboul (fin septembre 1996), Islamabad a tenté de servir de médiateur entre les dirigeants talibans et leurs opposants.

En 1996, le Pakistan a immédiatement reconnu le gouvernement formé par les talibans à Kaboul. Il s'est avéré être le premier et le seul gouvernement dans l'histoire de l'Afghanistan à trouver son soutien total. Le gouvernement taliban a essentiellement agi sous la dictée des dirigeants militaires et politiques pakistanais, qui cherchaient à renforcer leur position stratégique dans la région.

gettyimages-1204741992_sq-3c44139a6d911a6808e51029cb6b2c39be861256.jpg

Il convient de noter que la transformation du territoire pakistanais en un refuge pour les groupes armés afghans a créé des problèmes aigus pour Islamabad lui-même. La crise de 1979-1989 (associée à la présence des troupes soviétiques en Afghanistan, puis à l'intensification des opérations des moudjahidines contre le gouvernement du président Najibullah) a créé un ensemble de problèmes pour le Pakistan qui a considérablement compliqué la situation intérieure du pays. Les tendances négatives qui ont alors émergé persistent à ce jour. Les déchirements ethniques, tribaux et sectaires ne s'arrêtent pas d'un coup au Pakistan. Les sunnites tuent les chiites et les membres de la secte Ahmadiyya. En conséquence, le rêve des pères fondateurs du Pakistan, Mohammad Ali Jinnah et Alam Iqbal, est plus insaisissable que jamais.

Changement de vecteur ?

Les relations du Pakistan avec l'Afghanistan voisin sont restées très tendues depuis le renversement du régime taliban en 2001. La question non résolue de la frontière coloniale est restée une pierre d'achoppement dans les relations bilatérales. Compte tenu de l'ouverture de la frontière et de la possibilité de circuler librement dans les deux sens, les autorités afghanes pro-occidentales ont souvent accusé leurs homologues pakistanais d'être de connivence avec l'infiltration de combattants sur le territoire afghan (qui, selon elles, est l'une des principales causes de la déstabilisation constante de l'Afghanistan), et parfois de la favoriser. De leur côté, les autorités pakistanaises ont déclaré que ces affirmations étaient grotesques. En particulier, Kaboul a vivement critiqué les accords de trêve conclus en 2005-2006 par Islamabad avec les talibans locaux au Sud et au Nord du Waziristan, ainsi que les accords similaires conclus au printemps 2008. Du point de vue des autorités afghanes, ces manœuvres politiques ont permis aux talibans de gagner du répit et de regrouper leurs forces. Il y a eu de plus en plus de cas où le Pakistan a été ouvertement accusé de soutenir directement les talibans opérant en Afghanistan afin d'influencer directement le cours de la situation et de l'utiliser dans le sens des intérêts d'Islamabad.

Enfin, le mois d'août 2021 est arrivé et les talibans soutenus par le Pakistan ont pris le pouvoir, transformant l'État islamique d'Afghanistan en Émirat d'Afghanistan. Les nouveaux maîtres de Kaboul, malgré les nombreuses années d'aide d'Islamabad à leur mouvement, sont restés inflexibles sur la non-reconnaissance de leur frontière orientale. Le fait qu'ils aient vaincu un Occident uni leur a également donné confiance. Commençant par la démolition de poteaux frontaliers et de clôtures en fil de fer, ils sont rapidement passés à la destruction de postes frontières, puis à des fusillades.

Les reportages sur les affrontements armés le long de la ligne Durand, non seulement dans la ceinture pachtoune mais aussi dans la ceinture baloutche du sud, ont abondé pendant l'hiver 2021-2022. Des dizaines de soldats pakistanais et de combattants de l'Armée de libération du Baloutchistan étaient déjà en train de se mobiliser. Cela signifie que non seulement le Pakistan et l'Afghanistan, mais aussi l'Iran, étaient en difficulté. La question du "Grand Baloutchistan", éclipsée par le conflit afghan depuis trente ans, devient un véritable problème pour les trois États à la fois.

33737.jpg

1492115106.jpeg

Il y a trois ou quatre mois, les propagandistes pakistanais faisaient, dans tous les sens du terme, l'éloge des talibans afghans et se réjouissaient activement de leur retour au pouvoir à Kaboul. Aujourd'hui, les utilisateurs pakistanais des médias sociaux sont de plus en plus désillusionnés par leurs "amis talibans", car le boomerang du djihad qu'Islamabad a lancé plus tôt contre Kaboul semble revenir à son point de départ. Par exemple, les attaques contre les forces de sécurité pakistanaises et les fonctionnaires civils se produisent presque quotidiennement dans les districts du Sud et du Nord du Waziristan depuis des mois. Les principaux responsables sont les militants du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), un parti affilié aux talibans afghans, également interdit en Russie. Les terroristes talibans pakistanais ont attaqué des barrages routiers et des véhicules appartenant à l'armée pakistanaise et aux agences de renseignement.

e0732eb0198387836756216c31c2bd9f37eda741_1.jpg

HR3KFDDQTWIQP2VXCV6GPUD26A.jpg

Les militants ont de plus en plus recours à la tactique du sniper, utilisant des armes de fabrication occidentale abandonnées dans la panique du départ des Américains et des Britanniques. Le nombre de victimes parmi les militaires, les policiers et les civils dans le Pachtounistan pakistanais est devenu si élevé que les autorités officielles ont classé ces statistiques. On estime qu'au moins vingt membres du personnel de sécurité pakistanais sont tués chaque mois dans la seule région de Khyber Pakhtunkhwa. Les tentatives d'Islamabad (l'officiel) de négocier la paix avec les talibans pakistanais ont échoué, malgré la médiation active du réseau Haqqani, la faction dominante au sein des talibans afghans qui entretient des liens étroits avec l'ISI du Pakistan.

Plus récemment, l'armée pakistanaise a tenté d'attaquer les chefs de "leurs talibans" qui se cachent dans la province de Kunar, dans l'est de l'Afghanistan, à l'aide de drones, mais avec apparemment peu de succès. Dans le même temps, les attaques du Pakistan contre les colonies afghanes ont suscité des réactions de plus en plus négatives, voire agressives, de la part de nombreux combattants et commandants de terrain des talibans afghans. Ces derniers sont déjà ouvertement favorables à l'idée de "poursuivre le djihad" par son "transfert" de l'Afghanistan au Pakistan.

Un tel niveau de gâchis suggère qu'une véritable guerre est en train de prendre de l'ampleur dans les provinces pakistanaises du Baloutchistan et de Khyber Pakhtunkhwa. Elle est menée contre l'armée et le gouvernement pakistanais par les militants du TTP ainsi que par les partisans de la lutte armée pour l'indépendance du Baloutchistan, qui ont réussi à établir une infrastructure arrière dans les zones frontalières du Pakistan en Afghanistan et en Iran.

Certains analystes politiques estiment même que dans les prochaines années, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et le Turkménistan n'auront pas à s'inquiéter de la sécurité de leurs frontières : le vecteur d'agression du nouveau gouvernement de Kaboul s'est déplacé vers le sud-est. Il convient toutefois de rappeler que le Pakistan est un État défaillant typique, qui possède néanmoins des armes nucléaires. On peut se demander ce qui se passerait si un arsenal nucléaire tombait entre les mains de fanatiques religieux. En outre, une telle évolution entraînerait inévitablement dans le conflit les deux plus grands rivaux du sud de l'Eurasie, la Chine et l'Inde, qui possèdent également des armes nucléaires. L'adhésion commune de quatre des cinq rivaux à l'OCS va pimenter la situation géopolitique.

La Thalassocratie doit-elle être si satisfaite de la gabegie qu'elle a générée dans la région?

samedi, 08 janvier 2022

Les dix conflits à surveiller en 2022

922491_616616101717452_2104724245_o.jpg

Les dix conflits à surveiller en 2022

Mauro Indelicato

Source: https://it.insideover.com/guerra/i-dieci-conflitti-da-monitorare-nel-2022.html

La nouvelle année fait ressurgir de vieux conflits. Avec la nouvelle année qui commence, la politique internationale doit s'accommoder des modèles politiques et militaires hérités de 2021. Au cours des 12 prochains mois, il y aura au moins dix situations très chaudes à surveiller. Pas seulement des guerres au sens strict du terme, mais aussi des confrontations plus ou moins directes concernant la domination d'une certaine zone ou des questions de sécurité nationale. Voici les principaux conflits que le monde de 2022 devra observer.

1. Tensions entre les États-Unis et la Chine

Le principal bras de fer de l'année qui vient de commencer pourrait une fois de plus opposer Washington et Pékin. Il existe de nombreux nœuds dans les relations entre les deux puissances. Le principal défi, pour l'instant plus politique que militaire, se situe dans le Pacifique. 2021 est l'année de l'accord Aukus entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie. Un pacte dont l'intention évidente est de créer une alliance capable de dissuader les visées chinoises dans la région. L'année 2022 pourrait amener le point culminant de l'affrontement directement à Taïwan, où la présence de troupes américaines a déjà été signalée ces derniers mois et où, de leur côté, les Chinois ont effectué de nombreuses manœuvres de survol de l'espace aérien. Taïwan, l'île revendiquée par Pékin, est également un carrefour économique important. Elle produit la plus grande part des puces sur le marché international, et à une époque comme la nôtre, marquée par une pénurie de puces et de semi-conducteurs, l'influence de l'île est utile à toutes les grandes puissances du secteur.

2. L'Ukraine et la guerre du Donbass

Pour les mois à venir, il est très important de surveiller ce qui se passera dans le Donbass, la région pro-russe de l'est de l'Ukraine qui est en guerre avec le gouvernement de Kiev depuis 2014. L'année qui vient de s'achever a été marquée par une nette escalade. L'armée ukrainienne a capturé un certain nombre d'emplacements dans les zones tampons établies dans le cadre des accords de Minsk de 2014. De son côté, Moscou a donné le feu vert au déploiement de centaines de troupes le long de la frontière. En décembre, après un appel téléphonique entre le président russe Vladimir Poutine et le président américain Joe Biden, une phase de détente a débuté. Cependant, la possibilité d'un conflit direct entre Moscou et Kiev reste très forte. Les intérêts en jeu sont multiples. L'éventuelle entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, et donc la possibilité d'une expansion malvenue de l'Alliance atlantique vers l'est, est le premier spectre qui plane sur le conflit. L'impression, indépendamment de la recrudescence des combats, est que le bras de fer entre les parties est destiné à durer encore longtemps.

20110969lpw-20111028-article-talibans-afghanistan-jpg_6947294_1250x625.jpg

3. L'Afghanistan et le retour du terrorisme

En 2021, mis à part Covid, l'événement le plus marquant a été l'entrée des talibans à Kaboul et le retrait américain d'Afghanistan. En août, après exactement 20 ans, les étudiants coraniques ont repris le pouvoir. De cette façon, le groupe fondamentaliste a effectivement gagné une guerre qui a commencé immédiatement après le 11 septembre 2001. Cependant, le conflit afghan n'est pas terminé. Bien que les Talibans soient de nouveau au pouvoir, ils sont confrontés à un certain nombre de problèmes qui pourraient déstabiliser le pays dans les mois à venir. À commencer par une crise économique générée par le gel des réserves de change de l'ancien gouvernement afghan, une circonstance qui empêche le mouvement de relancer le commerce et de payer les salaires. Ensuite, il y a la question de la présence d'Isis. La cellule afghane du groupe a déjà organisé plusieurs attaques depuis le mois d'août et toute détérioration de la sécurité est susceptible d'affaiblir davantage les talibans. Le blocus économique et l'alerte terroriste sont deux éléments susceptibles d'accélérer une éventuelle déstabilisation de l'Afghanistan.

4. Kazakhstan et Asie centrale

La crise kazakhe représente peut-être le seul véritable front ouvert en cette nouvelle année. En réalité, les causes des émeutes qui ont débuté le 4 janvier dans ce pays d'Asie centrale remontent aux années précédentes. La violence des protestations et le ton général d'émeute observé à Almaty, la plus grande ville et ancienne capitale, ont pris les autorités par surprise. La réponse du gouvernement pourrait d'une part ramener la situation à la normale, mais d'autre part, elle pourrait conduire à un affrontement encore plus violent entre les autorités elles-mêmes et les groupes rebelles. Ces derniers, grâce aussi au pillage des casernes et des postes de police, disposent d'armes et de munitions. Toute instabilité au Kazakhstan aurait des répercussions importantes pour plusieurs raisons. Premièrement, il s'agirait d'une nouvelle épine dans le pied de la Russie dans l'ancien espace soviétique. Deuxièmement, elle pourrait également attirer une déstabilisation supplémentaire dans les pays voisins. La zone de l'Asie centrale, il est bon de le rappeler, est stratégique et délicate, également du point de vue géographique, dans la perspective de la confrontation entre les États-Unis d'un côté et la Russie et la Chine de l'autre.

5. Instabilité en Libye

2021 était censé être une année électorale en Libye. Cependant, les consultations n'ont pas eu lieu et l'échec du processus électoral pourrait être le prologue à une nouvelle phase d'instabilité. Malgré les ambitions de l'ONU d'organiser des élections présidentielles, le pays d'Afrique du Nord reste très fragmenté, tant sur le plan politique que militaire. Depuis mars dernier, il existe un gouvernement d'unité nationale, mais dans le même temps, la configuration institutionnelle actuelle n'est pas claire et le contrôle réel du territoire est confié à des milices de toutes sortes. En outre, les mercenaires étrangers sont encore très présents en Libye, notamment ceux liés à la Turquie à l'ouest et à la Russie à l'est. Plus de dix ans après la mort de Mouammar Kadhafi, le pays n'a pas retrouvé sa stabilité et la possibilité d'une reprise de la guerre à grande échelle n'est pas si éloignée. Compte tenu de l'importance stratégique de la Libye, le conflit au sein de ce pays est l'un des plus importants à surveiller en 2022.

des-soldats-ethiopiens-a-l-entrainement-au-sud-du-tigre-le-14-septembre-2021_6327880.jpg

6. La guerre au Tigré, en Éthiopie

Parmi les fronts les plus chauds, c'est peut-être celui que la communauté internationale a le moins abordé. Pourtant, il y a une guerre, qui entre fin 2020 et 2021 a fait des milliers de morts et fait trembler Addis-Abeba. Le conflit en Éthiopie, qui oppose les forces gouvernementales à celles liées aux Tigréens du TPLF dans la région septentrionale du Tigré, a généré de l'instabilité dans la plus grande économie de la Corne de l'Afrique et provoqué un changement politique dans le pays le plus important de la région. En particulier, depuis que la guerre est entrée dans sa phase la plus délicate, le gouvernement éthiopien s'est appuyé sur la Chine et la Turquie et a ainsi diversifié ses alliances après des années de proximité avec les États-Unis. Depuis la fin du mois de décembre dernier, il n'y a plus de tirs, non pas en raison d'un cessez-le-feu mais en raison d'un équilibre atteint qui satisfait les deux forces sur le terrain. Le gouvernement a récupéré tous les territoires perdus au cours des mois précédents, les Tigréens ont conservé le contrôle de la capitale Makallè. En 2022, cependant, l'impasse pourrait être brisée et la guerre pourrait alors entrer à nouveau dans une phase aiguë avec des résultats imprévisibles pour la stabilité de la région.

7. Le conflit sans fin en Syrie

La Syrie est peu évoquée dans les circuits médiatiques, mais la guerre est toujours bien présente et capable à tout moment de créer quelques maux de tête internationaux. Le gouvernement de Bashar Al Assad, soutenu par la Russie, a depuis longtemps repris le contrôle de toutes les villes principales. Cependant, la province d'Idlib, aux mains des forces extrémistes et pro-turques, est toujours  en dehors du contrôle du gouvernement. Pour cette raison, le conflit impliquera toujours un dialogue intense entre Moscou et Ankara et l'équilibre futur dépendra de la confrontation entre Poutine et Erdogan. La question kurde est également en jeu. Les milices kurdes contrôlent l'est de la Syrie et sont dans le collimateur d'une Turquie toujours prête à entrer en territoire syrien pour débusquer ceux qu'elle considère comme ses ennemis. Une recrudescence du conflit entre Idlib et les zones aux mains des Kurdes impliquerait donc la Russie et la Turquie, mais aussi les États-Unis qui sont toujours présents dans les zones pétrolières le long de l'Euphrate. La Syrie est en fait une partie d'échecs permanente entre les différentes puissances ayant des intérêts dans la région.

8. Iran - États-Unis et négociations nucléaires

Des pourparlers sont en cours à Vienne pour parvenir à un éventuel nouvel accord sur la question du nucléaire iranien. Cinq ans après le premier accord et quatre ans après la décision de Donald Trump de rompre cet accord, Téhéran et Washington tentent à nouveau la voie du dialogue. Mais le bras de fer entre les deux parties devrait rester l'un des sujets les plus chauds de 2022. Les projets de raid américain sur le territoire iranien n'ont jamais été complètement abandonnés. En Irak, en revanche, deux ans après le bombardement américain qui a tué le général Qasem Soleimani, les forces américaines auraient déjoué au moins six attaques contre leurs propres cibles commandées par des milices chiites liées à Téhéran. Derrière l'affrontement entre les Iraniens et les Américains, l'ombre israélienne est bien présente. L'État juif s'inquiète des programmes d'enrichissement d'uranium de la République islamique et a frappé à plusieurs reprises des cibles iraniennes en Syrie fin 2021.

phpYlTogA.jpg

9. La guerre oubliée au Yémen

L'Iran est également impliqué dans un bras de fer avec ses rivaux régionaux, l'Arabie saoudite. L'un des principaux théâtres de cette confrontation est le Yémen. La guerre au Yémen dure depuis 2015, lorsque Riyad a donné l'ordre d'attaquer les milices Houthi, liées à l'Iran qui furent capables de conquérir la capitale yéménite Sanaa l'année précédente. Depuis lors, le conflit n'a jamais cessé et a provoqué de graves répercussions humanitaires. Pour les Saoudiens, la guerre s'est avérée désastreuse. La coalition dirigée par les Saoudiens s'est en partie effondrée et n'a pas réussi à atteindre ses objectifs politiques et militaires. Le conflit s'est accéléré dans les dernières semaines de 2021 avec les avancées de Houti à Marib et dans la ville portuaire de Hodeida. Une nouvelle augmentation de l'intensité des combats est à prévoir en 2022. La guerre au Yémen est importante pour comprendre l'équilibre des forces dans la région du Moyen-Orient.

10. Israël-Palestine et les tensions non résolues

En 2022 également, la situation en Cisjordanie et à Gaza méritera l'attention. L'année dernière, la troisième intifada failli se déclencher et la bande de Gaza a connu des scènes de guerre suite à l'affrontement entre Israël et le Hamas. Tout a commencé par des protestations palestiniennes contre les expropriations ordonnées par le gouvernement israélien entre avril et mai dans la vieille ville de Jérusalem. Une fusée capable de déclencher la réaction aussi bien des Arabes israéliens, avec des scènes de guérilla également entre les villes où une minorité arabe bien visible est présente, que du Hamas. Le mouvement fondamentaliste a lancé de nombreuses roquettes, provoquant des incursions israéliennes dans la bande de Gaza. Des scénarios qui ne seront malheureusement pas si éloignés de la réalité en 2022. La tension dans la région est toujours très élevée.

lundi, 03 janvier 2022

Le nouvel Afghanistan: les minorités

110120-f-wu507-008_1.jpg

Le nouvel Afghanistan: les minorités

Par Vincenzo D'Esposito

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/il-nuovo-afghanistan-le-minoranze/

La crise afghane de cet été a bouleversé le système fragile qui régissait le pays jusque-là et qui, selon les plans de Washington, aurait dû marquer une rupture nette avec le passé. Le retour rapide et, somme toute, simple au pouvoir des milices talibanes a cependant complètement détruit une structure gouvernementale que les États-Unis avaient mis vingt ans à créer, sans réelle correspondance avec les souhaits du peuple afghan. La nécessité de clarifier la composition de la réalité définie comme le peuple afghan se fait sentir. Avec le nouveau gouvernement taliban, en fait, la division entre les groupes ethniques qui détiennent le pouvoir et ceux qui en sont systématiquement exclus est plus évidente que jamais. La stabilité de l'architecture de l'État dans les années à venir sera également affectée par cet arrangement particulier.

Une image ethniquement diversifiée

L'Afghanistan est un État sans nation de référence claire. Le concept de Volk, le peuple autour duquel la machine étatique est construite et qui partage un bagage commun de coutumes, d'habitudes et de langue, est totalement absent ici. Le terrain extrêmement accidenté a caractérisé le pays de manière à assurer, d'une part, une capacité prolongée de défense contre les attaques extérieures, comme cela a été le cas lors des invasions soviétique et américaine, mais, d'autre part, à le priver de la capacité de s'autogérer pleinement de l'intérieur. Les montagnes et les déserts divisent la population afghane en divers groupes autonomes qui, n'entrant pas vraiment en contact sauf dans certaines régions, n'ont pas connu l'amalgame nécessaire pour fournir un minimum de dénominateur commun de valeurs partagées entre les différents groupes ethniques. En fait, dans la plupart des cas, ils représentent un continuum avec les groupes présents dans d'autres États voisins, l'État afghan n'étant guère plus qu'une simple expression bureaucratique.

afghanistan2019-c79f2.png

La morphologie particulière du territoire afghan a favorisé une répartition pulvérisée des habitants, regroupés autour de structures claniques, souvent en contraste amer les unes avec les autres. Cette structure est rendue possible par le très petit nombre de grandes villes, qui existent et représentent le point le plus avancé de la société afghane. Si avancée, en fait, qu'elle a conduit à une coupure substantielle entre leurs habitants, moins attachés à une vision fondamentaliste de la société, et le reste du pays, strictement conservateur. Dans ce contexte, cependant, il existe un autre problème lié à la difficile recomposition nationale, due à la coexistence de nombreux groupes ethniques différents.

Le groupe ethnique dominant, bien que non majoritaire en termes absolus, est le groupe pachtoune. Répandu dans les régions du centre-sud et de l'est, près de la frontière avec le Pakistan, il représente 42% de la population afghane totale. Les Pachtounes ont toujours joué un rôle central dans la vie politique afghane, sauf pendant de brèves périodes.

8318161_dscf6647.jpg

Guerrier pachtoune, peinture d'Alain Marrast

Les Pachtounes sont reconnaissables au fait qu'ils parlent une langue perse, pratiquent la religion musulmane sunnite et ont un mode de vie essentiellement sédentaire. Ils représentent environ 27% de la population totale et sont situés dans la partie centrale et orientale de l'Hindu Kush. Les Tadjiks sont également l'un des groupes ethniques qui ont le plus contribué à façonner la politique afghane.

Le troisième groupe ethnique en Afghanistan est celui des Hazara, une population turco-mongole de religion musulmane chiite. Les Hazaras représentent 9% de la population afghane et sont installés dans la partie occidentale de l'Hindu Kush. Ils constituent un groupe ethnique marginalisé et exclu de la gestion du pouvoir, souvent victime d'attaques violentes en raison de leurs croyances religieuses différentes.

L'autre groupe important en termes de nombre est celui des Ouzbeks, qui représentent également 9 % de la population. Répartis dans le nord du pays, ils ont réussi à naviguer à travers les différentes phases politiques de l'Afghanistan, en restant presque toujours sur la crête de la vague.

Près de la frontière avec le Turkménistan, on trouve une minorité visible d'Afghans d'origine turkmène, qui représentent 3 % de la population totale, tandis qu'au sud, dans les territoires désertiques de l'Afghanistan, sont installés les Béloutches, qui représentent 2 % des habitants du pays. Les autres groupes ethniques se partagent les 8% restants.

Les Talibans et le retour de l'hégémonie pachtoune

Un tableau ethnique aussi fragmenté est particulièrement exposé aux tensions qui éclatent entre les différents groupes. Un exemple est la compétition entre les groupes ethniques hazara et pachtoune pour la possession et l'utilisation des terres dans les régions où ils coexistent, comme dans le centre de l'Afghanistan. La position de force historique dont jouissent les clans pachtounes a fait pencher la balance en faveur de ces derniers, même si, tant pendant l'invasion soviétique que lors de la récente invasion occidentale, leur rôle prédominant a été réduit au profit des autres groupes ethniques. Le retour au pouvoir des talibans a toutefois entraîné une situation de déséquilibre interne, en recentrant le pouvoir entre les mains des Pachtounes.

phpd0E1av.jpg

Les milices talibanes sont majoritairement issues de cette communauté. Il entretient des liens étroits avec le Pakistan et partage une vision politisée de la foi islamique, qui a montré toute son influence au cours des derniers mois. Cela était particulièrement évident à Kaboul et dans les grandes villes afghanes, où la vie sociale était plus sécularisée que dans les campagnes et les villages isolés. En raison de l'extrême fragmentation de l'État, le retour au pouvoir des talibans et l'éviction du gouvernement de Ghani ont toutefois été facilités par l'incapacité à ancrer bon nombre des coutumes répandues au sein de la petite population urbaine et opposées à la morale islamique la plus stricte. L'impopularité de l'ancien président et la corruption qui règne dans le pays ont fait le reste et ont ramené l'horloge vingt ans en arrière.

L'affirmation de l'ethnie pachtoune s'est progressivement imposée malgré les annonces conciliantes répétées des talibans. Le gouvernement qu'ils ont formé est à forte majorité pachtoune, au détriment des autres minorités, notamment les Tadjiks et les Hazaras. Les Hazaras, en particulier, ont été témoins de nombreuses attaques et de véritables attentats qui ont laissé des milliers de personnes sur le carreau. La haine religieuse anti-chiite a attiré l'attention de l'Iran, la principale puissance chiite, qui a entamé des contacts avec l'autre État directement intéressé par la dégradation de la situation des minorités en Afghanistan : le Tadjikistan.

La minorité tadjike s'est montrée la plus hostile à un retour des milices talibanes au pouvoir, comme en témoigne la résistance anti-talibane des communautés de la vallée du Panjshir. Le président du Tadjikistan, Emomali Rahmon, a pris une position orientée vers la défense des droits de la minorité tadjike en Afghanistan, plus pour reconfigurer son consensus interne que pour avoir une réelle capacité à influencer la politique afghane. Cela l'a toutefois amené à se rapprocher de l'Iran pour tenter de faire pression sur les talibans afin qu'ils fassent des concessions sur la participation et les droits des minorités.

resistencia-panjshir.jpg

Milices tadjiks en Afghanistan.

L'Ouzbékistan et le Turkménistan, qui ont également des minorités d'Ouzbeks et de Turkmènes de l'autre côté de la frontière, ont adopté une attitude beaucoup plus orientée vers le dialogue, à la fois parce qu'historiquement ils ont une relation beaucoup plus détachée avec les minorités en Afghanistan que le Tadjikistan, et parce qu'ils ont d'importants intérêts économiques et commerciaux dans la région. Le Turkménistan, en particulier, souhaite protéger le projet de gazoduc TAPI qui devra traverser l'Afghanistan et qui ne peut se permettre d'être mis en danger par les talibans, tandis que l'Ouzbékistan a adopté une approche pragmatique et fondée sur le dialogue avec Kaboul afin d'éviter tout retour du terrorisme en Asie centrale, notamment dans la vallée de la Fergana.

L'ingouvernable "Tombeau des empires"

Avec le retour des talibans, l'Afghanistan est entré dans une nouvelle phase, marquée par le retour du fondamentalisme dans la vie publique et la prise de pouvoir par la majorité relative pachtoune. L'histoire d'amour entre les talibans et les Pachtounes est sans précédent dans le pays, étant donné que les premiers sont en grande partie issus des rangs des seconds et représentent dans de nombreux cas leurs revendications. Dans un système clanique et fragmenté comme celui de l'Afghanistan, cela signifie essentiellement la mise à l'écart des autres minorités, ce qui suscite l'inquiétude de certains États ayant des intérêts majeurs dans la région, notamment l'Iran et le Tadjikistan.

Bien que les nouveaux Talibans veuillent se présenter comme plus ouverts et dialoguant tant envers les minorités ethniques qu'envers les autres grands exclus du processus de construction du nouvel Etat, les femmes, dans la pratique leurs déclarations n'ont pas été suivies d'actions concrètes. La vision fortement conservatrice de la majorité relative du pays, qui chez les talibans est une majorité absolue, a commencé à se manifester de plus en plus au fil des semaines et des mois qui ont suivi la prise de Kaboul.

Le climat constant de confrontation entre les factions opposées, typique de l'Afghanistan, ne fait cependant que maintenir le pays dans des sables mouvants, sans réel progrès économique et social. L'absence de recomposition nationale, qui aurait dû conduire à un renforcement de l'architecture de l'État, est la cause d'une oscillation constante du pouvoir entre les différents groupes ethniques, sans qu'aucun terrain commun de coopération ne soit trouvé. Ce n'est qu'en surmontant progressivement les mécanismes claniques qui gangrènent le pays qu'il sera possible de parvenir à une pacification interne et de stabiliser la politique afghane. Sinon, il faut s'attendre à de futurs renversements de pouvoir, comme ceux auxquels nous avons assisté jusqu'à présent.

vendredi, 19 novembre 2021

Tadjikistan: douze ponts vers le passé

Image1-3.jpg

Tadjikistan: douze ponts vers le passé

Victor Dubovitsky

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/dvenadcat-mostov-v-proshloe

L'Asie centrale est bien consciente que la menace n'est pas tant la guerre (ici, la Russie, comme toujours, apportera son aide !) que le conflit civil croissant en Afghanistan, qui poussera des centaines de milliers, voire des millions, de réfugiés à quitter le pays. Et Dieu nous en préserve, s'il ne s'agit que de civils, pas de personnes désespérées coincées par des talibans armés...

Le survol du Tadjikistan et de l'Ouzbékistan par des dizaines d'avions de guerre et d'hélicoptères afghans du 15 au 17 août, ainsi que l'arrivée de milliers de soldats afghans "à pied et par voie terrestre", ont provoqué un sentiment de déjà-vu chez les témoins des événements survenus à la frontière il y a trente ans. En 1996, un millier et demi de soldats et d'officiers des forces gouvernementales vaincues par les talibans et dirigées par six (!) généraux de mouture soviétique se sont installés sur la rive droite du Panj. Ils ont été rapidement désarmés par le contingent des casques bleus du CST et renvoyés dans la province de Balkh, toujours sous le contrôle du président B. Rabbani, via l'Ouzbékistan.

Au moment de l'opération américaine "Liberté immuable" en Afghanistan en octobre 2001, le Tadjikistan avait déjà fait connaissance avec les réfugiés afghans : les ethnies tadjiks, ouzbeks et autres non-Pachtounes vivant dans les provinces septentrionales de Kunduz, Baglan et Takhar, ont ressenti la main lourde des talibans en 1998, et se sont déversées à la frontière du Panj. La situation a été sauvée par les gardes-frontières russes, qui ont surveillé (ou plutôt protégé) les frontières séparant le pays d'Asie centrale de l'Émirat islamique d'Afghanistan et ont trouvé un lieu pour abriter les migrants forcés sur les îles dans le "no man's land" au milieu du fleuve. Ici, en coopération avec le ministère tadjik des situations d'urgence, des camps de tentes ont été installés et environ six mille personnes ont reçu de la nourriture et des soins médicaux. La Croix-Rouge et l'ONU ont participé à leur approvisionnement. La situation a été sauvée par l'offensive réussie de l'Alliance du Nord, qui a débarrassé les provinces frontalières du nord des talibans pendant une longue période. Les réfugiés ont pu rentrer chez eux.

putin-warns-against-radical-islam-spillover-from-afghanistan.jpg

Cependant, l'Alliance du Nord a rapidement subi une défaite après l'autre et, en octobre 2001, elle ne contrôlait plus que 5 % des régions montagneuses du nord-est de l'Afghanistan. La République du Tadjikistan a de nouveau accueilli des réfugiés, mais pas des habitants ordinaires des villages frontaliers, mais des familles des commandants de terrain du Nord du pays - environ 8000 femmes et enfants se sont installés à Douchanbé, Kulyab et Kurgan-Tyube. En outre, il existe plusieurs milliers d'entrepreneurs afghans qui ne se considèrent pas comme des réfugiés mais qui ne veulent pas non plus rentrer chez eux. C'est à eux que l'on doit d'avoir relié le Tadjikistan au système financier musulman international hawala: ses courtiers (dans les bazars Karvon et Sakhovat de Douchanbé, ainsi que dans le centre commercial Sadbarg) assuraient avec rapidité et fiabilité l'achat de voitures aux Émirats arabes, l'envoi d'argent de travailleurs migrants de Moscou et de Saint-Pétersbourg et des milliers d'autres services confidentiels !

Il est bon de rappeler ici que les lignes de démarcation actuelles du Panj et de l'Amu Darya ne sont devenues une frontière infranchissable qu'en 1934. De plus, cette barrière d'eau était poreuse dans les deux sens. De plus, ce front fluvial était poreux des deux côtés, tant pour les commerçants pacifiques et les cortèges de mariage que pour les réfugiés de "diverses adversités", qu'il s'agisse de famine ou de répression politique. Dans les années 1920, l'Afghanistan est devenu le foyer de centaines de milliers de ressortissants des pays d'Asie centrale en désaccord avec la domination soviétique. Lorsque l'Armée rouge est arrivée à Boukhara dans la première moitié des années 1920, quarante-quatre mille familles, soit plus de deux cent mille personnes, ou environ 25 % de la population du Tadjikistan, ont fui vers l'Afghanistan à partir des seules régions frontalières tadjikes, selon les documents officiels.

Quarante mille autres ont quitté les régions frontalières de l'Ouzbékistan pour l'Afghanistan. Un nombre similaire de Tadjiks, d'Ouzbeks et de Turkmènes (et de Caucasiens, de Russes et d'autres) ont fui vers l'Afghanistan entre 1925 et 1932 lors de la collectivisation, qui s'est accompagnée de l'émancipation des femmes et d'une lutte contre la religion. La plupart des émigrants (muhajirs) ont préféré ne pas s'enfoncer plus profondément dans l'Afghanistan et se sont installés le long de la frontière. De nombreux émigrants n'étaient pas pressés d'adopter la citoyenneté afghane, et attendaient la chute prochaine du régime soviétique. Cela a tenu en haleine les deux parties, afghane et soviétique. L'exode a fortement diminué au milieu des années 1930, lorsque les Soviétiques ont considérablement renforcé leur position dans la région et, surtout, ont fermé de manière sûre leurs frontières avec l'Afghanistan et d'autres voisins du sud. Depuis lors, la communauté d'immigrants dans les pays limitrophes de l'Asie centrale soviétique ne s'est plus reconstituée, et les liens avec la patrie Pori daryo ("au-delà de la rivière") ont cessé.

L'apparition de plus d'un demi-million de migrants - Tadjiks, Ouzbeks et Turkmènes - a eu un impact sur la démographie et les relations interethniques en Afghanistan, renforçant la position des Asiatiques centraux du nord (Shimoli) face aux Pachtounes du sud et de l'est. Elle a également contribué au développement économique, faisant du nord la partie la plus développée de l'Afghanistan, car les nouveaux arrivants ont apporté avec eux non seulement de nouveaux travailleurs mais aussi de meilleures compétences agricoles acquises pendant les années d'appartenance à l'Empire russe, ainsi que de nouvelles cultures.  L'Afghanistan, à son tour, a accepté volontiers les réfugiés des autres régions soviétisées d'Asie centrale. Les Turkmènes, en particulier, ont reçu 3,5 poods de blé par mois et 30 roupies par membre de la famille. Dans le même temps, les unités et les individus qui avaient franchi la frontière ont été désarmés. En 1922, la situation change et les réfugiés commencent à être considérés comme une ressource militaire et politique viable ; des armes leur sont rendues et des groupes de combat sont formés.
La fuite massive des Tadjiks vers le nord de l'Afghanistan pendant la guerre civile de 1992-1997 nous est plus familière. Selon diverses sources, entre cinquante et soixante-dix mille personnes ont fui la vallée du Vakhsh pour rejoindre les provinces de Balkh, Kunduz, Takhar et Badakhshan. Ils ont été utilisés par l'opposition tadjike pour former leurs groupes militants et être transférés sur le territoire du Tadjikistan.

Grâce à la mission de l'ONU au Tadjikistan, quelque quarante-sept mille personnes sont rentrées chez elles. On ne sait pas encore combien se sont "dispersés" en Afghanistan et au Pakistan. Apparemment, ce sont eux et leurs descendants qui sont maintenant devenus une ressource de mobilisation pour le groupe Ansorullah dirigé par un Tadjik de souche, Mahdi Arsalon (Muhammad Sharipov), qui a proclamé à plusieurs reprises son intention de construire un califat dans sa patrie sur le modèle de l'Afghanistan. C'est cette armée que les talibans ont maintenant chargé de protéger la frontière avec le Tadjikistan.

Fin octobre 2021, le nombre total de réfugiés afghans, ou plutôt de Tadjiks, d'Ouzbeks, de Turkmènes et d'autres "non-Pachtounes", dépassait les quinze mille, et il continue de croître rapidement : selon les gardes-frontières tadjiks, 500 à 600 personnes tentent de franchir la frontière chaque jour. Beaucoup y parviennent. En cas de guerre civile à grande échelle dans le nord de l'Afghanistan, un chiffre de cent à cent cinquante mille personnes est tout à fait prévisible pour le Tadjikistan. Il est clair que ni les voisins de la république ni la Russie n'accepteront de partager ce fardeau. Dans certains scénarios, on ne peut que supposer que l'Ouzbékistan accepterait d'accueillir des réfugiés d'origine ouzbèke.

Dans une période d'euphorie au début d'"Enduring Freedom", le Tadjikistan a construit douze ponts sur le Panj-Amu Darya (d'Ishkashim au Lower Panj) vers l'Afghanistan voisin avec l'argent américain. Ce projet logistique grandiose a été conçu dans la république montagneuse comme un moyen de renouer des liens avec des compatriotes brisés par le régime soviétique et de briser le blocus des transports par l'Ouzbékistan et le Kirghizstan, à la frontière desquels se déroulent des conflits permanents. Aujourd'hui, les "ponts de l'amitié" sont hérissés de troncs et de barbelés des deux côtés. ....

samedi, 30 octobre 2021

Le lithium deviendra-t-il une arme importante pour les talibans afghans ?

https _specials-images.forbesimg.com_dam_imageserve_42403307_960x0.jpg fit=scale.jpg

Le lithium deviendra-t-il une arme importante pour les talibans afghans?

Peter Logghe

Ex: Nieuwsbrief/Deltapers, n°162, octobre 2021

Vous l'aurez sans doute lu : la pénurie de matières premières rend difficile pour l'économie (notamment l'économie européenne) de suivre la demande de produits. Chaque fois que l'offre ne peut pas suivre la demande, les prix augmentent et nous en subirons les conséquences. Le coût de l'énergie devient progressivement inabordable pour de nombreux ménages dans notre société européenne. Cependant, il ne s'agit pas seulement d'énergie, mais aussi de produits primaires, de matières premières.  L'un des pays les plus pauvres du monde, l'Afghanistan, semble également être l'un des pays potentiellement les plus riches grâce à ses minéraux et minerais. En 2010, par exemple, des experts militaires et des géologues américains ont estimé la valeur des réserves d'argent, de fer, de cobalt et de lithium en Afghanistan à environ un milliard de dollars US.

Jusqu'à présent, peu de choses ont été faites à ce sujet, malgré la concurrence croissante et féroce entre les fabricants dans le secteur technologique.  La hausse de la demande a fait grimper la valeur des réserves de matières premières à tel point que le précédent gouvernement afghan a estimé en 2017 que la valeur de ces réserves était trois fois supérieure à celle estimée par les Américains en 2010. 

Le lithium est une matière première nécessaire aux batteries. Il n'est pas vraiment rare en soi, mais seuls quelques pays disposent de réserves importantes - principalement des pays comme le Chili, la Chine, la Bolivie. L'Afghanistan pourrait rapidement prendre sa place parmi les trois premiers pays producteurs de lithium. Surtout quand on sait que, selon les spécialistes, la demande de lithium augmente d'environ 20 % par an et que, selon certaines estimations, le monde devra fournir quatre fois la production actuelle d'ici la fin de la décennie.

L'Afghanistan deviendra-t-il la nouvelle Arabie saoudite ?

Il n'y a pas que le lithium qui pourrait donner un coup de pouce économique à l'Afghanistan, d'ailleurs. Le cuivre, peut-être encore plus important dans la transition énergétique qui nous attend avec l'électrification à venir, est également plus que suffisamment présent dans ce pays asiatique: on estime que plus de 30 millions de tonnes sont présentes dans le riche sous-sol. L'importance du cuivre apparaît clairement lorsque l'on constate que les éoliennes et les infrastructures connexes nécessitent 2,5 tonnes de cuivre par mégawatt, et l'énergie solaire encore plus. Alors que la demande de cuivre continue d'augmenter, l'offre se réduit, en raison des conflits autour des mines, du coût croissant du développement de nouvelles mines et d'une offre potentiellement réduite.

mailliyhium.jpg

Ensuite, il y a les minéraux dits "terres rares". L'Afghanistan pourrait en fournir un million de tonnes. La demande de minéraux terrestres a augmenté au cours des 15 dernières années pour atteindre 125.000 tonnes par an. Enfin, on pense que le sous-sol de l'Afghanistan contient du pétrole et des quantités importantes de gaz. Même si l'ère des combustibles fossiles touche à sa fin, il est impensable que les talibans ne s'emparent pas de cette importante source de devises et de financement.

Les États-Unis ont investi environ un demi-milliard de dollars dans la réglementation de l'industrie minière en Afghanistan. L'absence de résultats est due à l'attitude réticente du précédent gouvernement afghan : les régions concernées par les investissements ont été la proie de conflits, que nous connaissons tous. L'instabilité politique de la région afghane semble une fois de plus être la clé des années à venir. Si les talibans parviennent à installer un régime stable - bien que totalement répréhensible - en Afghanistan, cela pourrait poser un très grave dilemme à l'Europe occidentale, aux États-Unis et aux multinationales. Quelle entreprise veut avoir sur la conscience que sa production soutient et finance la lutte armée islamique ?

Un dilemme particulier à l'heure où toute grande entreprise digne de ce nom se sent moralement obligée de soutenir des associations comme Black Lives Matter. Qu'en est-il des Talibans, garçons et filles de l'économie mondiale internationale ? Qu'en est-il des "droits de l'homme" ?
 
Peter Logghe

jeudi, 28 octobre 2021

Le défi afghan du XXIe siècle

TOUT-COMPRENDRE-Quelle-est-la-situation-en-Afghanistan-ou-les-talibans-gagnent-du-terrain-1083469.jpg

Le défi afghan du 21ème siècle

Marina Bakanova

Le début du 21e siècle a été marqué par l'arrivée des États-Unis en Afghanistan, qui n'ont été chassés du pays que 20 ans plus tard, tandis que les Afghans ont créé un nouveau concept de fête de l'indépendance, le 19 août, comme jour de victoire sur trois empires : les Britanniques, l'URSS et les États-Unis.

Les attaques terroristes du 11 septembre 2001 aux États-Unis ont conduit à l'opération "Liberté immuable" en Afghanistan. La Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan a opéré conformément à la résolution 1386 du Conseil de sécurité des Nations unies du 20 décembre 2001. Depuis août 2003, la FIAS est sous le commandement du bloc de l'OTAN. Quarante-huit pays (pour la plupart membres de l'OTAN) participent à l'ISAF.

La coalition internationale antiterroriste, réunie à la conférence de Bonn en décembre 2001, a défini les grands principes de la reconstruction de l'État afghan et formé le gouvernement provisoire du pays sur la base de la coalition. En janvier 2002, la conférence internationale de Tokyo a décidé d'apporter une aide financière à la reconstruction de l'Afghanistan et a accepté de débourser 4,5 milliards de dollars. En juin 2002, toujours avec la participation officieuse des États-Unis et de leurs alliés de la coalition, la Loya Jirga a été convoquée pour élire Hamid Karzai à la présidence et former l'Autorité transitoire sous sa direction. Enfin, en janvier 2004, l'étape la plus importante de la transition politique a été franchie avec l'adoption de la nouvelle Constitution afghane, qui jette les bases de la nouvelle structure de l'État et stipule les principes démocratiques de la vie publique et les droits des citoyens afghans.

Il convient toutefois de noter que le régime pro-américain n'a été maintenu que dans la capitale et les grandes villes ; en effet, le reste du territoire était sous l'autorité des talibans (et des "gouvernements de l'ombre") et vivait selon des règles complètement différentes.

Le-president-afghan-Ashraf-Ghani-aux-Emirats.jpg

Ashraf Ghani, arrivé au pouvoir en 2014, s'est révélé être un homme politique extrêmement faible dont le pouvoir dépendait totalement des États-Unis. Malheureusement, sa maîtrise et son doctorat en anthropologie socioculturelle ne lui ont guère servi, alors que cela aurait dû être le contraire. Le retrait des troupes américaines en 2021 l'a très bien montré.

Outre les talibans (interdits dans la Fédération de Russie) eux-mêmes, le gouvernement s'oppose depuis 2016 au groupe ISIS (interdit dans la Fédération de Russie), deux mouvements qui avaient initialement prévu de s'unir, mais les différences d'objectifs avec les talibans se sont avérées trop importantes.

Ainsi, le gouvernement américain et ses alliés ont sérieusement espéré créer un type de démocratie européanisée en Afghanistan. En outre, ils espéraient que les Afghans ordinaires soutiendraient cette décision. Cela ne tenait pas compte du fait que la société afghane - analphabète, peu politisée et religieuse - serait prête à accepter le concept nouveau et étranger du développement. En outre, il n'y a pas eu de publicité et de propagande actives pour promouvoir les nouvelles règles et les nouveaux ordres, apparemment les politologues américains pensaient que tout devait suivre la voie naturelle de la diffusion des idées. Ou peut-être avaient-ils simplement peur de se rendre dans un territoire contrôlé par les talibans.

Dans le même temps, la Russie, ainsi que les voisins de l'Afghanistan, ont parfaitement compris que le Kaboul pro-américain n'avait aucun pouvoir réel et qu'il n'avait pratiquement aucune chance de se maintenir lorsque les troupes de la coalition se retireraient. Néanmoins, ils n'ont pas abandonné les tentatives de rapprochement avec les deux parties au conflit : le Kaboul officiel et les Talibans. Le "format qatari" et le "format moscovite" parlent d'eux-mêmes. Actuellement, malgré la "non-reconnaissance" officielle du gouvernement formé par les talibans, les négociations se poursuivent. Alors que le format occidental (américain) s'est complètement effondré.

1025-AfghanistanMinerai-655.gif

Ainsi, les acteurs mondiaux (Russie et Chine) et régionaux (Pakistan, Iran, pays d'Asie centrale) peuvent actuellement offrir à l'Afghanistan autre chose qu'une occupation militaire et un gouvernement fantoche basé en grande partie sur le pompage des ressources naturelles du pays ou la vente de drogues. Les principaux domaines de développement possibles dans ce contexte sont les gisements de minerai de fer à Hajigak et les gisements de charbon à coke dans les régions voisines de Shabashak et Dar-e-Suf, les exploitations pétrolières et gazières à Balkh, l'extraction de métaux des terres rares tels que le lithium, le cérium, le néodyme, le lanthane, le zinc et le mercure..., les projets transafghans de transport de pétrole, de gaz, d'électricité et même d'internet par câble à haut débit sont bien estimés. Et c'est le minimum, dont la mise en œuvre a été problématique en raison de la puissance instable et des ambitions prédatrices des États-Unis.

Au XXIe siècle, il est devenu évident que :

- Le peuple afghan ne cherche pas à concrétiser les droits et libertés euro-américains, mais attend la stabilité économique et politique ;

- La théorie américaine de la "normalisation" s'est effondrée ;

- Les forces diplomatiques extérieures qui ont dialogué avec les deux parties (le Kaboul officiel et les Talibans) ont désormais un avantage significatif et la possibilité d'influencer l'avenir du CA.

Scénarios probables pour l'avenir de l'Afghanistan : développement politique et économique avec l'aide des pays leaders mondiaux et régionaux intéressés par la stabilisation de la situation dans le pays et aussi - désislamisation progressive du gouvernement taliban par des moyens doux et atténuation de l'influence des facteurs radicaux sur la société afghane.

Source : https://www.geopolitica.ru/article/afganskaya-problema-xxi-veka

vendredi, 22 octobre 2021

L'Asie centrale après le retrait américain

w1280-p1x1-2021-06-29T113707Z_469064130_RC2AAO9KVJBY_RTRMADP_3_AFGHANISTAN-TALIBAN.jpg

L'Asie centrale après le retrait américain

Par Amedeo Maddaluno

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/lasia-centrale-dopo-il-ritiro-di-washington/

Quelques mois après le retrait américain de Kaboul, où va l'Asie centrale? Quels sont les pays qui gagnent en influence sur la région en général et sur l'Afghanistan en particulier? Les puissances asiatiques sont désormais les seules qui semblent vouloir prendre en charge le pays (même si elles restent très prudentes quant à la possibilité de leur implication directe). De ce point de vue, Washington a atteint son objectif, en pouvant se consacrer en toute liberté à l'Indo-Pacifique.

L'Afghanistan vu par ses voisins

Essayons, méthodologiquement, de raisonner en termes géographiques, en construisant une série de cercles concentriques autour de l'Afghanistan. Le premier cercle, celui des pays immédiatement impliqués dans les nouveaux scénarios qui se sont ouverts en Afghanistan après le retrait américain, est celui des pays voisins: Pakistan, Iran, Turkménistan, Ouzbékistan et Tadjikistan. Ces pays ont un certain nombre de problèmes en commun: ils ont eu tendance à être affaiblis par une série de problèmes économiques. L'Iran en raison des sanctions imposées par les États-Unis, le Turkménistan et l'Ouzbékistan en raison de leur économie caractérisée par la monoculture de matières premières, le Tadjikistan en raison de l'absence de matières premières (si l'on exclut l'eau et l'énergie hydroélectrique) et d'une véritable structure économique autonome, le Pakistan en raison de sa pauvreté congénitale, de son instabilité, du manque d'infrastructures et d'investissements, de sa dette publique élevée et de ses faibles réserves monétaires. Tous ces pays partagent également certaines caractéristiques de politique étrangère: un certain degré de méfiance à l'égard de Washington - de la méfiance silencieuse de Tachkent à la méfiance active d'Islamabad en passant par la méfiance conflictuelle de Téhéran - et une certaine ouverture conséquente au dialogue avec Moscou et Pékin: de l'alliance de facto du Pakistan avec la Chine ou de l'alliance du Tadjikistan avec la Russie, à l'activisme de troisième ordre de plus en plus faible de Téhéran, qui s'ouvre progressivement à une amitié stable avec les deux grandes capitales [1].

Il existe un troisième facteur que ces acteurs ont en commun: l'hostilité à l'égard de l'extrémisme fondamentaliste et sectaire (et la méfiance qui en découle à l'égard du nouveau gouvernement taliban), allant de la recherche d'un modus vivendi vigilant, comme dans le cas de l'Iran, du Turkménistan ou de l'Ouzbékistan, au rejet pur et simple, du moins officiellement, de tout dialogue avec Kaboul, comme dans le cas du Tadjikistan. Un cas particulier est celui du Pakistan, un pays exportant l'extrémisme qui peut être utilisé contre son rival indien, contre l'adversaire soviétique, contre les encombrants pseudo des américains. Le Pakistan a créé les talibans, les a soutenus par tous les moyens et continue de les soutenir. Dépourvu de toute profondeur géographique, le Pakistan aurait son arrière-cour idéale dans un Afghanistan ami en cas de conflit avec l'Inde. Tous ces facteurs ont donné lieu à une phase fébrile de dialogues bilatéraux, dans laquelle se distinguent l'activisme de Téhéran, la réouverture par l'Ouzbékistan de canaux avec ses voisins, et l'ambiguïté énigmatique du Pakistan, difficile à décrypter.

Aucun de ces pays n'a la force économique ou les capacités militaires pour intervenir directement en Afghanistan. Tant que les talibans peuvent faire en sorte que le radicalisme sunnite ne mette pas trop le pied hors des montagnes afghanes - et que les États-Unis n'y remettent pas les pieds - personne n'a intérêt à intervenir. Cela ne signifie pas, bien sûr, que chacun ne cherche pas à cultiver des interlocuteurs privilégiés sur les pentes de l'Hindukush, qu'il s'agisse des Tadjiks pour Douchanbé, des Hazaras chiites pour Téhéran ou des Talibans pour Islamabad ; mais ces mois ont montré que l'objectif des États de la ceinture péri-afghane est de maintenir le statu quo, aussi stable que possible. Un effet secondaire intéressant du récent changement de régime à Kaboul a été l'intensification de la coopération et du dialogue entre les pays péri-afghans [2], qui jusqu'à récemment n'étaient pas à l'abri de rivalités et de tensions frontalières.
L'Afghanistan vu de Moscou, Pékin, New Delhi et Ankara: une stabilité maximale avec une implication directe minimale.

_1537244_afganistan_neighbours_300.gif

Les acteurs les plus riches, les plus puissants et les plus aptes militairement n'ont pas de frontière directe avec l'Afghanistan (aucun, à l'exception de la République populaire de Chine, qui partage une très courte frontière avec Kaboul dans la région instable du Sinkiang). Les intérêts de Moscou et de Pékin sont les mêmes que ceux des pays de la ceinture péri-afghane: une stabilité maximale avec une implication directe minimale.

Les médias occidentaux ont émis l'hypothèse que la République populaire de Chine et la Fédération de Russie étaient prêtes à entrer en Afghanistan une minute après le retrait des États-Unis, chaque pays utilisant les moyens qui lui convenaient le mieux: les baïonnettes pour Moscou, les investissements et le commerce pour Pékin. En dehors des contacts diplomatiques avec les Talibans [3] qui dirigent actuellement le pays, à notre connaissance, pas une seule baïonnette russe n'a franchi la frontière tadjike, pas un seul dollar n'est parvenu à Kaboul depuis Pékin. Aucun des deux pays n'a de ressources à gaspiller. Depuis des mois, Moscou est trop occupé à former les troupes kazakhes, tadjikes, ouzbèkes, indiennes et pakistanaises - et même mongoles - aux opérations de lutte contre le terrorisme et à maintenir, voire à étendre, ses bases en Asie centrale. Pékin est bien trop occupé à défendre le corridor sino-pakistanais contre les insurgés baloutches [4] et les islamistes [5], qui sont probablement considérés d'un œil bienveillant par son rival indien et les États-Unis, pour aller créer de toutes pièces de coûteux tronçons de la route de la soie dans un pays dépourvu d'infrastructures.

L'Afghanistan est peut-être riche en matières premières, mais la Chine peut déjà les obtenir en toute sécurité et à moindre coût ailleurs. Depuis des mois, les commentateurs des coulisses imaginent une intervention militaire d'Ankara en Afghanistan, mais même Erdogan semble avoir compris jusqu'à présent qu'il n'a aucune raison d'intervenir dans la dynamique afghane. Ce n'est pas que la Turquie, comme d'habitude de connivence avec le Qatar, ne tente pas d'inclure les Talibans dans le circuit de la famille bigarrée des mouvements apparentés aux Frères musulmans. Ils l'ont fait, ils le font et ils le feront avec des contacts diplomatiques et des offres économiques, afin de gagner de l'influence au cœur de l'Asie - une influence à rejouer avec Pékin et Moscou; mais aucun soldat turc ne se bat en Afghanistan, contre Isis ou contre qui que ce soit. La tendance générale qui s'applique à la Russie s'applique également à la Turquie: elle s'insère dans les espaces laissés vacants par l'Occident, mais uniquement là où cela l'arrange.

thumbs_b_c_d275c3cc0376a00dda0bdc3f680b1e14.jpg

Le seul facteur qui a une chance de rompre l'équilibre de l'équation est le "facteur Inde", ou plutôt le facteur "rivalité Inde-Pakistan". Le Pakistan est le seul pays de la ceinture péri-afghane qui a des intérêts vitaux à Kaboul. L'Inde considère le Pakistan comme son ennemi existentiel, et a tout intérêt à le chasser de Kaboul, ainsi qu'à contrarier la Chine en contribuant à l'instabilité aux frontières de cette dernière. C'est donc la rivalité indo-pakistanaise et indo-chinoise qui constitue l'événement potentiel de rupture de l'équilibre afghan, et les événements de ces derniers mois semblent aller exactement dans ce sens: s'il y a eu des interventions étrangères en Afghanistan après le retrait américain, elles ont été le fait des deux puissances nucléaires du sous-continent indien. L'Inde semble avoir armé la brève insurrection tadjike du Panshir avec le soutien de Douchanbé, le Pakistan semble être intervenu avec des drones et des renseignements pour aider les talibans à la dompter. Encore une fois, "verum est factum" et "hypotheses non fingo" : les puissances qui interviennent en Afghanistan sont celles qui, selon le manuel de géopolitique, perçoivent que des menaces existentielles - ou des ressources vitales - viennent de là. Ceci est tout à fait indépendant des spéculations sur les initiatives diplomatiques individuelles, telles que le maintien de l'ambassade russe à Kaboul ou la visite chinoise à la base aérienne de Bagram [6], épisodes de l'administration diplomatique normale (Un déploiement chinois limité à une tête de pont afghane pourrait difficilement bouleverser le tableau stratégique que nous esquissons). Même si les Chinois ouvraient une base de soutien aérien en Afghanistan, rien ne changerait dans le fond de leur politique: maintenir une stabilité maximale avec un engagement minimal. Aujourd'hui, ce n'est pas la ceinture péri-afghane, ni seulement les grandes capitales asiatiques ou eurasiennes qu'il faut scruter pour comprendre l'avenir de la zone. Comme le suggère la rivalité entre le Pakistan et l'Inde et entre la Chine et l'Inde, pour saisir toute la complexité, nous devons élargir le cadre et inclure la zone "indo-pacifique".

M. Brzezinski, au revoir, bienvenue à M. Spykman?

La puissance des empires est faite, pour une part non négligeable, d'image et de narration: en un mot, de prestige, le prestige étant l'une des composantes de ce que Nye a défini comme le "soft power". Le prestige, l'image et le discours des États-Unis en tant que "policier" et "divinité tutélaire" de l'ordre mondial sont indéniablement compromis par le retrait d'Afghanistan. Il est toutefois trop tôt pour déterminer la gravité de ces dommages et l'influence qu'ils auront sur le poids géopolitique réel des États-Unis. Pour paraphraser Mark Twain, les rapports annonçant la mort des États-Unis semblent grossièrement exagérés. Les États-Unis ont déjà réalisé deux choses. Tout d'abord, ils ont obligé les puissances régionales à s'occuper de l'Afghanistan à leur place. Il est possible (et souhaitable pour l'avenir du peuple afghan tourmenté) qu'ils réussissent mieux que les Américains eux-mêmes ; en tout état de cause, il risque d'être coûteux, en termes de temps, d'efforts politiques, de risques et de ressources, ne serait-ce que d'entourer l'Afghanistan d'un cordon sanitaire adéquat pour empêcher les terroristes et les opiacés de sortir. Les États-Unis ont alors libéré leurs ressources militaires, politiques et économiques pour se consacrer au théâtre qui les intéresse vraiment: le théâtre dit "indo-pacifique".

C'est sur les mers - et sur les terres insulaires et péninsulaires - de l'Indo-Pacifique que le véritable endiguement de la République populaire de Chine prendra forme. Les États-Unis ont compris que la marche vers le cœur de l'Asie est coûteuse et exigeante. Le fait de défier l'URSS et ses alliés dans le "Grand Moyen-Orient", de frapper les Soviétiques avec le "djihad" afghan, de s'opposer aux gouvernements nationaux arabes et de contenir la République islamique d'Iran, a émoussé les capacités de projection mondiale de ces puissances, mais n'a pas empêché la Russie de renaître de ses cendres et l'Iran de résister. Elle a moins empêché la République populaire de Chine de devenir une puissance économique mondiale. Les Américains doivent changer de stratégie et revenir à un endiguement de l'Asie à partir de ses côtes: en un mot, à partir du "Rimland". Revenons sur la définition même de l'"Indo-Pacifique", qui désigne le théâtre géopolitique des deux océans. Cela indique clairement que les États-Unis considèrent la mer d'Asie - et non "les mers" - comme un théâtre unique sur lequel activer l'endiguement anti-chinois impliquant l'Inde, l'Australie [7], le Japon et la Grande-Bretagne: les quatre pays qui, à part Taïwan bien sûr, sont les plus sensibles aux appels de Washington contre Pékin.

quad-grouping-upsc-ias-essay-notes-mindmap-quadrilateral-security-dialogue-e1564473583278.jpg

De ce point de vue, l'Asie centrale est une pure diversion, un piège tendu aux Chinois, aux Russes et aux Iraniens. Pourquoi contenir la Chine sur les mers? Parce que les mers sont le point faible de la Chine et le point fort des États-Unis. C'est des mers que la République populaire reçoit des ressources et c'est par les mers qu'elle exporte des produits manufacturés. Par ressources reçues, nous ne faisons bien sûr pas seulement référence aux matières premières, mais aussi aux flux financiers vers les ports de Hong Kong et de Shanghai. C'est sur les mers que la Chine montre qu'elle n'est pas encore une puissance militaire, pas même à l'échelle régionale. La forteresse anti-chinoise de Taïwan empêche la Chine d'avoir le contrôle total de ses mers voisines, dont sa flotte de haute mer - récemment construite mais pas encore d'un niveau technologique adéquat et avec une expérience de combat insuffisante - peine à sortir. La République populaire est contrainte de recourir à la construction d'îles artificielles comme bases avancées en dehors de la "première chaîne d'îles", la zone maritime contrôlée par le Japon de Tsushima aux Ryukyu et Senkaku, puis à Taïwan et enfin au Vietnam.

La décision de la Chine de se tourner vers des infrastructures terrestres, dont la construction est extrêmement coûteuse dans l'immensité de l'Asie, aujourd'hui gelée, aujourd'hui déserte, aujourd'hui montagneuse et isolée, et en proie au séparatisme et au radicalisme, n'est pas plus sûre. La République populaire de Chine connaît une crise démographique sans précédent [8], qui pourrait la conduire à devenir vieille avant d'être riche. La Chine est assiégée principalement par la mer - du Sud et de l'Est - mais le théâtre terrestre - de l'Ouest - n'est pas un théâtre dans lequel elle peut se sentir à l'aise.

Spykman, le géopoliticien qui a théorisé l'endiguement de l'Eurasie par la mer, n'a pas pris une revanche définitive sur Brzezinski, le géopoliticien qui a théorisé l'assaut du cœur de l'Eurasie: c'est simplement que les Etats-Unis se servent des enseignements de l'un et de l'autre (et cela vaut pour ceux qui imaginent encore la géopolitique comme une discipline rigide et déterministe). Une fois encore, la ressource que les acteurs eurasiens doivent déployer pour résister au siège est une alliance toujours plus étroite, une collaboration toujours plus grande [9].

NOTES:

[1] Spécialement depuis l'adhésion officielle de la République islamique à "l'Organisation de Shanghai pour la coopération"; voir  Giuseppe Gagliano, SCO. l’Iran sarà tra i membri: un’operazione per contenere gli USA www.notiziegeopolitiche.net, 21 Settembre 2021

[2] Giuliano Bifolchi, How Afghanistan is influencing the Turkmenistan-Uzbekistan cooperation, www.specialeurasia.com, 6 Ottobre 2021

[3] Du reste, si les Etats-Unis ont dialogué et négocié avec les talibans au plus haut niveau, on ne comprend pas pourquoi les pays bien plus proches de l'Afghanistan ne devraient ou ne pourraient pas le faire.

[4] Michel Rubin, Could Washington Support Balochistan Independence? nationalinterest.org, 12 Settembre 2021

[5] Giorgio Cuscito, Karachi per la Cina, rubrique Il mondo oggi, www.limesonline.com, 6 Ottobre 2021

[6] Gianandrea Gaiani, La corsa alle basi in Afghanistan e dintorni, www.analisidifesa.it, 5 Ottobre 2021

[7] L'accord nommé AUKUS entre les Etats-Unis et leurs satellites, le Royaume-Uni et l'Australie, n'est pas survenu au hasard mais, justement,  au lendemain du retrait américain de Kaboul. Cet accord sert à signaler aux pays de la région indo-pacifique que les Etats-Unis sont prêts à cautionner sérieusement la politique de l'endiguement antichinois, y compris en partageant des technologies nucléaires sophistiquées et en acceptant le risque de faire monter la tension sur ce théâtre précis, contribuant de la sorte à une course aux armements.

[8] Mario Seminerio, Contrordine, cinesi: moltiplicatevi, phastidio.net, 5 Ottobre 2021

[9] Bradley Jardine, Edward Lemon, In post-American central Asia, Russia and China are tightening their grip, warontherocks.com, 7 Ottobre 2021

Anecdotes afghanes dysgenrées

AFGHANISTAN-DRAPEAU.jpg

Anecdotes afghanes dysgenrées

par Georges FELTIN-TRACOL

Dans sa « Chronique d’une fin du monde sans importance » intitulée  « Rencontre du troisième type » qu’on lit dans le numéro 192 d’Éléments d’octobre – novembre 2021, Xavier Eman dépeint avec le talent qu’on lui connaît l’accueil d’un interprète afghan exfiltré par une famille de Bo-bo véganes et climatophiles des beaux quartiers de Paris, de Lyon, de Bordeaux ou de Rennes. Le sympathique « rapatrié » (sic !) ne termine pas le repas de ses hôtes et les quitte après l’entrée dans la pièce de l’adolescent du couple en pleine transition genrée. Dans la réalité, il est probable que cette scène n’aurait pas eu lieu. L’invité se serait seulement demandé à haute voix: « Tiens ! Vous aussi, vous avez votre batcha ? »

petition-img-123602-fr.jpeg

L’Afghanistan, le Pakistan et l’Asie centrale pratiquent une coutume ancestrale nommée le batcha bazi, ce qui signifie « jouer avec les garçons ». Des garçons pré-pubères ou adolescents sont offerts aux chefs de tribu ou à de riches dignitaires qui les travestissent en filles pour les grandes occasions. Les batchas dansent devant les invités masculins lors des mariages ou à la fin des réunions entre les différents responsables tribaux. L’ONU considère le batcha bazi comme une forme d’esclavage sexuel pédophile, car bien des batchas sont violés par leurs maîtres. Cela ne les empêche pas d’être respectés et salués avec maints égards quand ils circulent dans les rues du bazar.

La majorité des batchas sont des Hazaras. Descendants des Mongols dont ils ont souvent gardé les traits caractéristiques, les Hazaras vivent au centre de l’Afghanistan. Sous le premier émirat islamique des talibans avant 2001, ils étaient persécutés, car ils pratiquent le chiisme dans un pays majoritairement sunnite. L’Iran voisine accueille depuis un quart de siècle de centaines de milliers de réfugiés de cette ethnie dont bien des jeunes gens s’enrôlent dans les milices chiites en Irak et en Syrie contre l’État islamique.

af_afghanistan_girlboys_2009_00463a-1.jpg

Dans certaines régions d’Afghanistan et du Pakistan existe une autre coutume étonnante pour des sociétés jugées patriarcales : le batcha poch qui veut dire « habillée comme un garçon ». Certaines familles qui n’ont pas d’héritier mâle décident d’élever l’une de leurs filles (ou leur fille unique) en garçon. La fille porte un prénom masculin, s’habille avec des vêtements masculins et peut se déplacer dans l’espace public sans aucune restriction. Elle peut même servir de chaperon mâle à sa mère ou à ses jeunes sœurs quand ces dernières doivent quitter la maison familiale. Ce statut original cesse autour de la puberté avec tous les désagréments imaginables. En effet, l’adolescente élevée en garçon a été dispensée de cuisine, de tâches ménagères quotidiennes et de broderie. Elle est plus difficile par conséquent à marier.

Le batcha poch pourrait vivement intéresser Machine Rousseau dont le compagnon serait, selon ses dires, un « homme déconstruit », l’élue parisienne Alice Coffin et la misandre pathétique Pauline Harmange. Ces trois-là devraient séjourner de longs semestres dans les coins finalement si inclusifs de l’Afghanistan…

Dès l’invasion occidentale de ce pays, la population locale a pu bénéficier de cours de formation rééducative en faveur des droits LGTBQAXY+++ avec un succès fort aléatoire. Pourquoi ? Pour des motifs surprenants. Il y a cinq ans, l’auteur de la présente chronique discutait dans le Sud de la France avec un contractor. Cet ancien militaire des forces spéciales françaises exerçait en Afghanistan. Au cours de cette conversation passionnante, il lui donna trois anecdotes révélatrices des mœurs afghanes.

Pour quelles raisons autant de jeunes Afghans fuient-ils leur patrie ? Non par peur des talibans, ni pour éviter la guerre ! Pour ne pas servir dans l’armée officielle qui a montré en août dernier son immense valeur guerrière. Chaque unité combattante possède son giton. Exempté de toute corvée et déchargé des tours de garde, un gars de la section consent, le soir venu, à servir de réconfort sexuel à ses compagnons d’arme. En cas d’attaque, ceux-ci font tout pour le protéger au péril de leur propre vie. On a ici une transposition adulte du batcha bazi qui coïncide aussi avec les thèses homo-érotiques des communautés martiales masculines chères à l’un des penseurs folcistes de la Révolution conservatrice allemande, Hans Blüher.

Le-Viagra-peut-il-endommager-les-yeux-Il-voit-rouge-apres-une-surdose-de-sildenafil.jpg

Au début de l’occupation en 2001 - 2002, les officiers occidentaux veulent s’attirer les bonnes grâces et l’appui des chefs de tribu. Comment les soudoyer ? Pas par des armes qu’ils ont déjà à profusion, ni non plus en leur versant des sommes d’argent ou en leur offrant de somptueuses voitures dans des contrées reculées très pauvres aux sentiers défoncés impraticables. Le viagra résout le problème. Après une rapide visite médicale, militaires et contractors occidentaux expliquent au chef du village l’intérêt d’avaler la petite pilule bleue. Ainsi un notable presque septuagénaire depuis longtemps impuissant peut-il honorer toute la nuit et les nuits suivantes sa nouvelle épouse à peine post-adolescente. Quelques mois plus tard, la jeune épouse tombait enceinte pour la plus grande fierté de son mari qui décéda ensuite d’un usage excessif de cet adjuvant…

L’OTAN donne à trois douaniers installés dans un poste montagneux isolé des tablettes numériques et deux ânes. Le contractor français assiste à cette remise hétéroclite de biens quelque peu incongrus. Il retrouve les douaniers trois - quatre mois plus tard. Ils lui montrent, tout fiers, l’enregistrement d’une scène banale. Le premier filme avec la tablette. Le deuxième tient l’âne tandis que le troisième, le pantalon sur les chevilles, prend du bon temps avec l’animal, en fait une ânesse.

L’Occidental du début du XXIe siècle verrait dans ces quelques exemples des témoignages d’une pesante misère sexuelle. Or ce point de vue est faux. Le contractor indique que l’absence de toute présence féminine non maternelle stimule une libido prête à s’assouvir à la première occasion venue. La vue de femmes-soldats occidentales déclencha d’ailleurs dans les premières années de l’occupation des scènes osées qui auraient valu à leurs auteurs d’être dénoncés par MeToo. Pendant ces vingt dernières années, on n’a pourtant guère entendu les associations féministes hystériques critiquer ce pays. Ne serait-ce pas au fond une bonne raison ?  

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 6, mise en ligne sur Radio Méridien Zéro, le 19 octobre 2021.

jeudi, 07 octobre 2021

De nouvelles chances pour un grand Iran

Greater_Iran_Map.png

De nouvelles chances pour un grand Iran

Victor Dubovitsky

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/novye-shansy-bolshogo-irana

Chaque début est difficile

Rappelons qu'en 1994, le président afghan de l'époque - Barhunuttdin Rabbani - a proposé une initiative intéressante et apparemment prometteuse: la création de l'Union des États de langue persane (UPY), qui réunirait l'Iran, le Tadjikistan et l'Afghanistan. À l'époque, une telle union était envisagée comme la base d'une interaction économique et culturelle plus étroite entre ces pays. Potentiellement, les domaines de coopération pourraient être étendus à d'autres formes de coopération, par exemple dans le domaine politico-militaire. Cela dit, il y a presque trente ans, le GNL aurait eu une population d'environ cent millions d'habitants, et aujourd'hui (compte tenu du taux de natalité élevé) une population de cent vingt !

Quelle est la place d'une telle alliance dans le tableau géopolitique de l'Eurasie et du monde dans son ensemble ?

Selon la théorie du néo-eurasianisme russe, l'Iran est destiné à jouer le rôle géopolitique d'un des plus importants "centres de pouvoir" en Eurasie. Il existe plusieurs entités géopolitiques dans le sud de l'Eurasie, qui pourraient théoriquement jouer le rôle de pôle sud de l'Empire eurasien. Selon Alexandre Douguine, principal théoricien du néo-eurasianisme russe et leader du mouvement eurasien, "la tradition islamique, qui est plus politisée et modernisée que la plupart des autres confessions eurasiennes, est bien consciente de l'incompatibilité spirituelle entre l'américanisme et la religion".

Les Atlantistes eux-mêmes, comme l'ont montré les événements de l'histoire mondiale au début du XXIe siècle, considèrent le monde islamique comme un adversaire potentiel. Personne ne doit se laisser abuser par les alliances thalassocratiques avec l'Arabie saoudite, Oman, le Pakistan ou la Bosnie, qui ne sont que des mesures tactiques contre les puissances continentales d'Eurasie. Le projet eurasiatique, en revanche, a dans le monde islamique un allié potentiel loyal, qui poursuit le même objectif - l'ébranlement et (à long terme) la cessation complète de la domination américaine et, en général, occidentale sur la planète.

Bien sûr, il faut tenir compte du fait qu'à l'heure actuelle, le monde islamique est extrêmement fragmenté et qu'il existe en son sein diverses tendances idéologiques et politiques, ainsi que des projets géopolitiques contraires les uns aux autres.

La création de l'Union de langue persane a été conditionnée par l'opposition aux processus de mondialisation, qui visaient à transformer le monde en un seul oekumène. Cependant, puisque (selon le plan de Nicholas Spykman) l'océan Atlantique est devenu la mer Méditerranée et que les États-Unis, le Canada et l'Europe occidentale (unis dans l'OTAN) sont devenus la "Terre du Milieu", l'Iran et la Russie étaient destinés à devenir le "Mordor". Bien qu'il y a quelques années, les États-Unis aient solennellement attribué ce rôle à la Chine et maintenant (Dieu merci !) la Russie n'est plus qu'une "tourbière pourrie"... En plus de tout cela, en février 2002, l'Iran a également reçu le titre d'"axe du mal" et les Américains ont grandement diversifié et finalement confondu la géographie de Tolkien. Dans ce tourbillon de hobbits, d'orcs, de gobelins et d'autres personnages de contes de fées ou semi-réels, les Américains ont des caractéristiques peu flatteuses (et une attitude à leur égard) pour les centaines de millions de personnes qui parlent le farsi-dari-tajik. La politique pro-pachtoune des États-Unis pendant leur séjour de vingt ans en Afghanistan en est un bon exemple.

Iran-lng-map.gif

Langues-c4eae.jpg

Le projet GNL était "sur le radar" jusqu'en 2010 environ. À cette époque, l'Iran et le Tadjikistan avaient déjà parcouru un long chemin pour créer la future organisation. Il suffit d'énumérer les domaines de coopération entre les deux pays, qui ont déjà été mis en œuvre au Tadjikistan. Il s'agit notamment de la construction de chemins de fer, de routes et de lignes électriques entre le Tadjikistan, l'Afghanistan et l'Iran, des tunnels routiers d'Istiklol et de Chormmagzak, d'une usine de traitement du coton à Khujand, d'une co-entreprise de production de lampes à économie d'énergie à Isfara, d'une grande cimenterie d'une capacité annuelle d'un million de tonnes de ciment dans le district de Shaartuz et de la restauration des capacités de production de Tajikhimprom dans le district de Yavan.

Les décisions de la réunion trilatérale des ministres des affaires étrangères du Tadjikistan, de l'Iran et de l'Afghanistan, qui s'est tenue pendant la fête de Nowruz dans la ville afghane de Mazar-e-Sharif, présentent un intérêt particulier à cet égard. Le principal résultat de la réunion a été l'ordre donné à la société iranienne Mushonir de préparer la conception technique de la ligne de transmission 220 allant du Tadjikistan à l'Afghanistan puis à l'Iran. Les ingénieurs électriques afghans ont commencé la construction de leur section à partir de la ville de Pul-i-Khumri, qu'ils prévoyaient de relier à la section tadjike partant des sous-stations de la centrale hydroélectrique de Sangtuda au Tadjikistan. Il convient de noter qu'en plus de la centrale hydroélectrique Sangtuda-1, qui a été construite par des spécialistes russes, l'Iran a construit la station Sangtuda-2 sur le Vakhsh en 2011.

La construction de la ligne de transmission 220, longue de 120 km, a été réalisée par les entreprises indiennes KEC International et RPG Transmission, qui ont remporté un appel d'offres international. Le coût total du projet, financé par la Banque Asiatique de Développement (BAD) Le coût total du projet, financé par la Banque asiatique de développement (BAD), la Banque islamique de développement, le Fonds OPEP et le gouvernement du Tadjikistan, est estimé à 109,5 millions de dollars.

изображение_viber_2021-06-02_09-51-13.jpg

Le plus grand projet d'infrastructure iranien sur le territoire du Tadjikistan - l'achèvement du tunnel d'Istiklol - a été doté de 6 millions de dollars par la partie iranienne.

Nous pouvons ajouter à cela l'intensification croissante des contacts dans le domaine de la culture : le 6 avril 2009, quatre artistes tadjiks ont participé à l'exposition mondiale des artistes des pays islamiques à Téhéran, recevant des prix au Centre culturel de la République islamique d'Iran à Douchanbé.

Paradoxalement, l'émergence complète et rapide de ce nouveau "centre de pouvoir" dans le sud de l'Eurasie a été constamment entravée par l'incertitude de l'initiateur même du projet, la République islamique d'Afghanistan.

Tout d'abord, les moudjahidines tadjiks, qui ont dominé l'Afghanistan depuis le renversement du gouvernement de Najibullah en 1992, avaient perdu en 1996 leurs positions dans la lutte contre le mouvement pachtoune des talibans et, en octobre 2001, ils ne contrôlaient plus que 5 % du pays dans les provinces de Takhar et de Badakhshan. Ensuite, pendant les vingt années suivantes, le pays a été pratiquement occupé par l'OTAN. Enfin, la "persanité" de l'Afghanistan peut être reconnue avec de grandes réserves, car l'existence des Tadjiks et des Hazaras sur son territoire depuis le milieu du 18e siècle est associée à de grands problèmes dus à la domination ethno-politique des Pachtounes.

Un front uni de résistance nationale ?

Aujourd'hui, les scénarios les plus négatifs semblent se dérouler aux frontières sud de l'espace post-soviétique. Le Tadjikistan reste le seul pays de la CEI qui refuse systématiquement de conclure un accord avec les talibans. Cette position représente un grand danger pour les talibans, car le Tadjikistan pourrait être utilisé par d'autres pays mécontents de la montée en puissance des talibans comme centre et tête de pont pour organiser le soutien aux forces de résistance. Le danger d'incursions d'insurgés depuis l'Afghanistan, longtemps évoqué comme une conséquence possible d'une victoire des talibans, devient une réalité. Les nouveaux dirigeants afghans accusent Douchanbé de s'ingérer dans les affaires du pays et déplacent leurs forces vers la frontière.

EPX1Ke2X4AADnmL.jpg

Le 24 septembre, le président tadjik Emomali Rakhmon a profité de son discours virtuel à l'Assemblée générale des Nations unies pour critiquer les talibans. Selon lui, l'arrivée au pouvoir des talibans - que le président n'a pas hésité à rappeler au Conseil de sécurité de l'ONU d'inscrire sur sa liste des groupes terroristes - "a compliqué davantage le processus géopolitique déjà compliqué dans la région...". Le nouveau gouvernement, poursuit Rakhmon, viole les droits de nombreux groupes ethniques, en particulier les Tadjiks.

Le lendemain, lors d'une rencontre avec le ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mehmood Qureshi, le président tadjik a déclaré que le système de gouvernement de l'Afghanistan devait être déterminé par la volonté de ses citoyens. "Le Tadjikistan ne reconnaîtra aucun autre gouvernement établi dans ce pays par l'oppression et la persécution sans tenir compte de la position de l'ensemble du peuple afghan, en particulier de toutes les minorités ethniques", a déclaré le président dans son bureau de presse. Il a ajouté que les Tadjiks devraient occuper une place digne de ce nom dans le futur gouvernement de l'Afghanistan.

Pour souligner son opposition au nouveau régime, Douchanbé a pris des mesures ostentatoires telles que l'octroi d'honneurs à titre posthume à deux dirigeants anti-talibans: Ahmad Shah Massoud, chef de l'Alliance du Nord, et Burhanuddin Rabbani, ancien président de l'Afghanistan. Le président Emomali Rakhmon leur a conféré la plus haute distinction d'État du pays - l'Ordre d'Ismaël Samani - par son décret du 2 septembre.

Les représentants du Tadjikistan ont fait part de cette position non seulement à l'intérieur du pays, mais aussi dans les forums internationaux, notamment les sommets de l'OCS et de l'OTSC.

Abdul Ghani Baradar, chef adjoint du gouvernement taliban, a ensuite fait des déclarations acerbes contre la république voisine: "Le Tadjikistan s'immisce dans nos affaires, mais chaque action suscite une opposition", a-t-il déclaré.  Des dizaines de forces spéciales de l'armée Mansouri de l'Émirat islamique d'Afghanistan ont été redéployées dans la province de Takhar, à la frontière du Tadjikistan, pour repousser d'éventuelles menaces".

Dans ce contexte, le président tadjik Emomali Rakhmon a pris part à un défilé de militaires, de gardes-frontières et de membres des forces de l'ordre à la frontière avec l'Afghanistan dans le district de Darvaz, a indiqué son bureau de presse.

Le défilé militaire comprenait 2000 soldats et officiers et 50 pièces d'équipement militaire (le district de Darvaz fait partie de l'Oblast autonome de Gorno-Badakhshan, qui est frontalier avec l'Afghanistan). Deux mille jeunes hommes de la zone de Kulyab de la province de Khatlon, dans le sud du Tadjikistan, ont demandé au gouvernement de les autoriser à se rendre au Panjsher pour aider les forces de résistance sous le commandement d'Ahmad Massoud, fils du commandant de campagne Ahmad Shah Massoud.

Le 10 septembre, cependant, les talibans avaient pris le contrôle de toute la vallée de Panjsher et forcé des milliers de ses habitants à fuir leurs maisons. Les premières et dernières poches de résistance tadjike aux talibans sont tombées.

Bien sûr, sachant ce qu'est la guérilla au Moyen-Orient (et l'Afghanistan ne connaît pas d'autre guerre), on peut supposer que des poches de résistance aux talibans apparaîtront pendant de nombreuses années encore dans les chaînes de montagnes de l'Hindu Kush et du Safed Kukh.

slide_10.jpg

Les Tadjiks constituent le deuxième groupe ethnique le plus important d'Afghanistan. Le dernier recensement du pays ayant été effectué en 1979, leur part exacte dans la population est inconnue et est estimée à 30-40%. En fait, le président du Tadjikistan affirme que les Tadjiks dans le pays représentent "plus de 46 %". Quoi qu'il en soit, le fait indéniable est que la communauté tadjike est un élément influent de la politique afghane, et le nouveau gouvernement perçoit jalousement toute tentative des pays voisins de l'utiliser.

Toutefois, selon toute apparence, la véritable unification du Grand Iran dans le cadre d'entités étatiques ne peut se produire qu'en cas de désintégration de l'Afghanistan et de séparation de la partie nord du pays (nous parlons approximativement du territoire des provinces actuelles de Herat, Baghlan, Faryab, Juazjan, Saripul, Bamyan, Balkh, Samangan, Kunduz, Tahor, Badakhshan et Parvan) du sud pachtoune et d'établissement d'un État indépendant (ou d'une série d'États). Selon nos estimations, ce processus aura effectivement lieu au cours de l'année prochaine. Ce n'est qu'alors qu'il sera possible de créer une union de langue persane à part entière sur le territoire historiquement habité par des personnes parlant trois langues fraternelles : le farsi, le dari et le tadjik.

Il est possible d'être d'accord avec un certain nombre de commentateurs qui pensent que l'approche intransigeante actuelle de Douchanbé est due à la volonté de Rahmon et de son cercle proche de consolider leur pouvoir. En agissant comme protecteur des Tadjiks de l'autre côté de la frontière, ils ont tendance à enflammer les sentiments nationalistes et à détourner la population des problèmes socio-économiques. Toutefois, il convient de rappeler que la ligne politique actuelle du Tadjikistan s'inscrit dans la continuité du grandiose projet de GNL. Même avec le sage silence de Téhéran.

 

 

jeudi, 30 septembre 2021

Les relations transatlantiques au miroir de l'Afghanistan

20191026_HAT_Transatlantische_Beziehungen_Rawf8_-_AdobeStock_187950979.jpg

Les relations transatlantiques au miroir de l'Afghanistan

Sergey Yermakov

Ex: https://katehon.com/ru/article/transatlanticheskie-otnosheniya-v-zerkale-afganistana

Un mois après que les passions, liées au retrait manqué des troupes américaines et de celles de l'OTAN qui viennent de quitter l'Afghanistan, se soient apaisées à Washington et dans les capitales européennes, il est intéressant d'évaluer les conséquences du fiasco afghan sur les relations transatlantiques. Il convient de noter que la situation dans ce pays a évolué de manière inattendue et trop rapide et cela, dans un sens négatif pour les Américains et l'OTAN. Le retrait des troupes restantes et l'évacuation des civils de Kaboul s'apparentaient davantage à une fuite. Cela a causé d'énormes dommages à l'image des États-Unis et a réactivé les sources cachées de tendances centrifuges dans leurs relations avec leurs alliés.

En août dernier, les réunions d'urgence du Conseil de l'Atlantique Nord, du Comité militaire de l'OTAN et des ministres des Affaires étrangères de l'Alliance ont été principalement consacrées à l'adoption de mesures urgentes visant à garantir l'évacuation en toute sécurité du personnel de l'OTAN et des membres affiliés de l'Alliance, plutôt qu'à l'élaboration d'une position unifiée des Alliés sur la question de l'Afghanistan. Au départ, les experts occidentaux étaient assez sceptiques quant à la capacité de l'alliance à s'adapter rapidement aux nouvelles circonstances, en raison du choc et de la désorientation dans lesquels les forces de l'OTAN s'étaient retrouvées après la prise de contrôle éclair par les talibans.

Il convient de noter que les Européens ont tendance à considérer l'échec de la mission de l'OTAN en Afghanistan non seulement comme l'effondrement d'une seule opération, mais aussi comme un facteur qui aura de graves conséquences géopolitiques pour l'Europe et le monde, aggravant encore la crise des relations transatlantiques. C'est notamment la conclusion à laquelle est parvenu N. Loiseau, président de la sous-commission sécurité et défense du Parlement européen, qui estime que les récents développements devraient inciter l'Europe à renforcer son "autonomie stratégique" afin de garantir sa capacité à agir avec ses alliés (tels que les États-Unis) lorsque cela est possible, et indépendamment lorsque cela est nécessaire.

Pour sa part, D. Keating, senior fellow au European Center de l'Atlantic Council (USA) et correspondant à Bruxelles de France 24, note que les Européens ont été pris au dépourvu par la décision américaine de retirer rapidement les troupes d'Afghanistan sans avoir une compréhension réaliste de la vulnérabilité du régime politique de Kaboul. Selon lui, un certain nombre de pays européens, tels que le Royaume-Uni et l'Italie, ont été fortement irrités par le fait que l'administration Biden n'a pas tenu compte de leur avis sur la précipitation de ce retrait, après que leur opposition au retrait ait été ignorée lors du sommet de l'OTAN en juin. Selon l'évaluation de l'expert européen, le retrait rapide et en fait mal coordonné d'Afghanistan, qui a conduit à l'effondrement du leadership pro-occidental dans ce pays, renforcera le débat à Bruxelles sur l'"autonomie stratégique" européenne et la nécessité de développer une capacité de défense européenne indépendante. Ces actions américaines soulèvent également des questions sur l'engagement de l'Amérique à protéger ses alliés et sur la question de savoir si l'OTAN est réellement une alliance d'États souverains - ou simplement un protectorat militaire dans lequel les véritables décisions sont prises par Washington seul.

optimize.jpg

L'effondrement de la crédibilité de la politique étrangère américaine et des services de renseignement et militaires américains porte atteinte à l'autorité politique et morale de l'Occident dans son ensemble, déclare D. Schwarzer, directeur exécutif pour l'Europe et l'Eurasie à l'Open Society Foundations. Selon elle, l'exemple de l'Afghanistan démontre une trop grande dépendance des Européens à l'égard des États-Unis - et en même temps une trop faible prise en compte de leur point de vue à la Maison Blanche.

Dans le même temps, B. Masaes, ancien secrétaire d'État portugais aux affaires européennes, signale un grave problème pour l'Europe lié aux réfugiés d'Afghanistan. Selon ses évaluations, il existe un risque de nouvelles attaques terroristes contre l'Europe organisées à partir de ce pays. Masaes souligne également que la crise des réfugiés n'est qu'une partie de la destruction, voire de la désagrégation de l'ordre existant précipitée par les événements afghans. Selon lui, sous l'ancien président américain D. Trump, des doutes sont apparus sur l'engagement de l'Amérique envers ses alliés et ses engagements européens. Toutefois, l'analyste portugais estime que les événements afghans ont déjà jeté le doute sur la compétence américaine en tant que telle. Selon lui, la réponse ne peut être qu'une capacité européenne accrue à affronter seule un monde de plus en plus dangereux.

A son tour, M. Laschet, président de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne et candidat à la chancellerie de centre-droit - a qualifié l'opération afghane de l'OTAN de "plus grand échec de l'alliance, qu'elle subit depuis sa fondation". Selon M. Laschet, une "analyse complète des erreurs" est nécessaire tant à Washington qu'à Bruxelles.

Les experts américains soutiennent de tout cœur l'avis de leurs collègues européens selon lequel les leçons de l'Afghanistan doivent être soigneusement étudiées. Par exemple, un analyste respecté du Centre d'études stratégiques et internationales de Washington, E. Cordesman, en parle dans son rapport. Cependant, il y a une nuance à apporter. Tout en admettant que l'absence de consultations complètes avec les partenaires de l'OTAN est inacceptable, l'analyste américain suggère néanmoins que l'Europe doit adopter une approche beaucoup plus réaliste de sa dépendance stratégique vis-à-vis des forces armées américaines. Par conséquent, les Européens devraient faire davantage pour améliorer leurs propres capacités militaires plutôt que de discuter du partage de la charge financière. Selon M. Cordesman, en réclamant une plus grande "autonomie stratégique", l'Europe devrait reconnaître qu'il n'existe pas aujourd'hui d'alternative européenne crédible à l'Alliance de l'Atlantique Nord. C'est pourquoi, selon lui, de nouvelles mesures sont nécessaires pour améliorer l'efficacité de l'OTAN et l'adapter aux nouveaux défis, plutôt que de détruire ce bloc, qui est pour l'instant irremplaçable.

Dans le même temps, l'analyste américain R. Ellehuys, qui a un temps dirigé le bureau de la politique européenne et des affaires de l'OTAN du département de la défense des États-Unis, estime qu'il est important de prêter attention à l'évaluation des conséquences négatives de la défaite afghane pour l'alliance. Il s'agit avant tout, selon elle, de saper la crédibilité de l'Alliance et d'accroître la menace terroriste qui pèse sur ses membres. Ellehuys et d'autres experts américains sont particulièrement préoccupés par la possibilité que les adversaires géopolitiques de l'OTAN utilisent le "syndrome afghan" pour discréditer et saper l'unité des alliés.

A cet égard, les experts occidentaux (par exemple, de l'Atlantic Council, de la RAND Corporation et d'autres) suggèrent à l'alliance de prendre des mesures urgentes d'information et de propagande permettant de justifier les actions américaines et de l'OTAN en Afghanistan, de calmer la société occidentale et de préserver l'unité des pays membres et la confiance dans l'organisation elle-même. Dans ces circonstances, par exemple, M.D. Williams, du Conseil atlantique, estime que dans la lutte pour la survie, le slogan moderne de l'OTAN devrait être l'appel "Pour la solidarité !" et non "Pour la sécurité !".

Dans le même temps, les experts américains faisant autorité estiment que les États-Unis doivent se préparer à une situation dans laquelle Washington devra compter non pas tant sur l'OTAN, mais plutôt sur une coalition de membres individuels intéressés de l'alliance qui représentent la plus grande valeur pour les Américains, pour résoudre leurs tâches stratégiques. L'application pratique de cette approche est visible dans la création de la nouvelle alliance militaro-politique entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie, AUKUS.

L'Alliance de l'Atlantique Nord, estiment les analystes américains, a besoin d'une nouvelle approche de la planification des forces, fondée sur une évaluation réaliste des menaces, des plans et des budgets clairs. L'OTAN doit analyser activement l'évolution des capacités des trois superpuissances mondiales et introduire un régime de consultation sur la menace croissante que représente la Chine, plutôt que de se concentrer uniquement sur la Russie ou les menaces terroristes qui pèsent sur l'Europe.

Ainsi, l'approche ajustée des États-Unis vis-à-vis de l'Afghanistan, malgré l'échec de la "sortie discrète" envisagée du pays, suggère que la tâche de démêler le nœud afghan soit laissée à d'autres États, en comptant également sur le fait qu'il deviendra un problème pour les adversaires géopolitiques des États-Unis, la Russie et la Chine. Washington prévoit d'utiliser les ressources libérées en Afghanistan pour la compétition avec eux pour le leadership mondial.

 

jeudi, 09 septembre 2021

Les atlantistes ont vendu le Panshir pour faciliter les accords du maître américain

D8AB708B-B103-48D5-9FEA-C79E867919D7-2048x1536.jpeg

Les atlantistes ont vendu le Panshir pour faciliter les accords du maître américain

Augusto Grandi

Ex: https://electomagazine.it/

Et si la fuite des Américains de Kaboul n'était pas seulement une fuite mais une stratégie précise d'entente avec les Talibans ? Cela expliquerait la décision de laisser sur le terrain une quantité impressionnante d'armes sophistiquées et coûteuses qui vont maintenant permettre aux "étudiants coraniques" d'éliminer les poches de résistance dans le Panshir. Parce que les militaires yankees ont détruit un hélicoptère et quatre véhicules blindés à l'aéroport de Kaboul pour faire une mise en scène devant les caméras, après que les talibans aient pu faire le plein de toutes les armes nécessaires pour contrôler l'Afghanistan. Et il est difficile de croire que l'absence de victimes américaines après les accords signés par Trump soit un accident.

Les États-Unis ne combattaient plus et savaient parfaitement que l'armée régulière afghane fondrait sans même essayer de résister. En remettant aux Talibans toutes les armes fournies par l'Occident. Un jeu sale entre les parties où les victimes des alliés et des serviteurs atlantistes italiens ne comptent pour absolument rien.

En fin de compte, cependant, il s'agit d'une tentative des Américains de se préserver un rôle en Afghanistan, de contrecarrer toute expansion diplomatique russe et, surtout, de saboter le nouveau rôle de Pékin qui, pour Biden, est le véritable ennemi. Les Américains ont formé les forces spéciales des talibans qui combattent les alliés de l'Amérique. Un jeu de miroirs, d'ombres. Mais il vaut mieux ne pas en parler car les parents des victimes italiennes pourraient ne pas être heureux du sacrifice inutile de leurs proches. Envoyés à la mort pour les intérêts de Washington et des atlantistes italiotes.

panshir-resistance-afghanistan-talibans.jpg

Combattants du Panshir: trahis ! Purement et simplement !

D'un autre côté, la situation sera pire pour les combattants du Panshir, qui étaient autrefois les plus fidèles alliés de Washington et qui ont maintenant été abandonnés aux représailles des talibans comme monnaie d'échange entre Biden et le nouveau gouvernement de Kaboul. Un destin inévitable quand on fait confiance aux États-Unis. Les faux défenseurs de la liberté qui, au nom de leurs sales intérêts, ont d'abord roulé l'Espagne, puis le Mexique, volant des terres ici et là, de la Californie aux Philippines. Mais l'Italie avait elle aussi cru aux promesses de Washington sur l'autodétermination des peuples, pour se faire voler Fiume et la Dalmatie à la fin de la Première Guerre mondiale.

Ce gouvernement italien atlantiste est la cause de son propre malheur. Mais le gouvernement de la clique jure allégeance à Washington et l'opposition n'est pas différente. Tous des atlantistes de la première heure, tous à la recherche d'une invitation aux Etats-Unis pour embrasser la pantoufle sacrée à la Maison Blanche. Le sacrifice du Panshir vaut bien une photo avec Biden ou Trump. Les soldats italiens qui sont morts en Afghanistan pour faire plaisir à l'allié américain méritent bien un selfie au Capitole. Les atlantistes du monde entier s'unissent et font une génuflexion devant le maître américain.

Soldati italiani uccisi in Afghanistan draghi eroi- foto Ansa-2.jpg

mercredi, 08 septembre 2021

Etats-Unis-Talibans : une histoire de guerres, de pétrole et de lithium

imageskhz.jpg

Etats-Unis-Talibans : une histoire de guerres, de pétrole et de lithium

par Germana Leoni

Ex: https://piccolenote.ilgiornale.it/52831/usa-talebani-storia-di-guerre-di-petrolio-e-di-litio

Kaboul, 16 août 2021 : rien d'autre que l'épilogue prévisible d'une page d'histoire écrite en février 1989, lorsque le général de l'Armée rouge Boris Gromov a symboliquement traversé l'Amu Darya à pied : le dernier soldat soviétique à quitter l'Afghanistan !

Le pays est alors plongé dans une guerre civile sanglante entre diverses factions et groupes ethniques, un conflit qui, en 1994, voit pour la première fois une nouvelle génération de combattants islamistes faire parler d'elle : les Talibans.

Ils étaient les fils du djihad, des émanations de ces mêmes moudjahidines qui avaient combattu les Soviétiques pour le compte des Américains dans les années 1980. Ils étaient le "lumpenproletariat" afghan.

Après avoir conquis Kaboul en 1996, ils imposeront au pays un régime de terreur sans précédent, mais une terreur avec laquelle Washington est bien disposé à s'entendre. L'enjeu était un territoire stratégique pour le contrôle des ressources énergétiques de l'Eurasie.

Et Washington a commencé secrètement à courtiser les talibans pour soutenir la politique d'Unocal, la compagnie pétrolière qui, en octobre 1995, avait signé un contrat avec le président turkmène Saparmurat Niyazov pour la construction du Trans Afghanistan Pipeline (Tap) : une cérémonie supervisée par Henry Kissinger, un consultant exceptionnel d'Unocal (1).

unnamedtapp.jpg

Il s'agit de la construction d'un premier gazoduc de 1400 km depuis le Turkménistan pour acheminer le gaz des républiques d'Asie centrale vers la ville pakistanaise de Multan, puis vers l'Inde. Prévu pour passer par Herat et Kandahar, le corridor devait désormais obtenir le consentement des talibans qui, devenus les arbitres de la guerre des pipelines, se sont retrouvés catapultés dans le grand jeu géopolitique des superpuissances.

En 1997, deux de leurs représentants se sont envolés pour le Texas afin de rencontrer Zalmay Khalilzad (photo, ci-dessous), un autre consultant d'Unocal qui avait servi au département d'État de l'ère Reagan : un lobbyiste infatigable pour les Talibans. Et l'année suivante, un autre émissaire du mollah Omar était l'invité d'honneur d'une réception officielle à l'ambassade des États-Unis à Islamabad (2). 

15dc-khalilzad-superJumbo-1024x683.jpg

L'oléoduc avait apparemment une valeur suffisante pour légitimer un régime responsable des crimes les plus odieux ; un régime brutal qui était désormais le foyer permanent d'Oussama ben Laden, le terroriste le plus dangereux de l'histoire pour Washington.

Mais en 1998, les négociations ont été rompues à la suite des attentats contre les ambassades américaines de Nairobi et de Dar es Salaam, attribués au prince de la terreur. C'était la raison officielle. Mais, en coulisses, il semble que les anciens étudiants coraniques aient exigé des droits exorbitants pour permettre le passage du Tap en territoire afghan.

Les contacts ont été secrètement repris lorsque George W. Bush a pris ses fonctions à la Maison Blanche. Et en mars 2001, Sayed Rahmatullah Hashemi, ambassadeur itinérant du Mollah Omar, a été reçu avec tous les honneurs aux Etats-Unis. À l'époque, les talibans avaient déjà fait sauter les statues millénaires des bouddhas de Bamiyan, et deux mois plus tard, ils ordonnaient aux hindous de porter un badge jaune comme signe de distinction : un déjà-vu macabre. Pourtant....

Pourtant, les négociations secrètes se sont poursuivies jusqu'à l'été 2001 : une dernière réunion à Berlin et les négociations ont échoué (3). Ce n'est qu'alors que les talibans sont devenus une force dans l'axe du mal.

En septembre, les tours jumelles ont également explosé et en octobre, le bombardement du pays a commencé : vingt ans de guerre, des milliers de milliards de dollars et une contribution incalculable en vies humaines juste pour revenir à la case départ ? Et Washington a battu en retraite et a laissé le champ libre aux Chinois et aux Russes ? Vraiment ?

Les prémisses de la débâcle américaine résident dans un accord signé le 29 février 2020 à Doha entre une délégation américaine et une délégation talibane : une négociation sur le retrait des troupes, qui a en fait légitimé le régime taliban et délégitimé le gouvernement de Kaboul, qui n'était pas présent à la table des négociations.

L'architecte des négociations était à nouveau Zalmay Khalilzad, ancien ambassadeur en Afghanistan et en Irak et, en 2018, envoyé spécial pour la paix en Afghanistan : le même diplomate qui, plus de 20 ans auparavant, avait traité avec les talibans en tant que consultant d'Unocal.

S0-Le-Japon-et-la-Coree-du-Sud-concurrents-dans-la-course-au-lithium-72204.jpg

A l'époque, il a échangé un pipeline contre une reconnaissance officielle des Talibans. Et aujourd'hui, il l'échangeait pour rien dans l'Eldorado du futur, paradis des terres rares et des métaux précieux, dont le lithium, indispensable aux transactions énergétiques mondiales ?

En 2010, un rapport interne du Pentagone a qualifié l'Afghanistan d'"Arabie saoudite du lithium". Et c'est précisément cette année-là que, après une longue période d'absence, des responsables américains ont rencontré à nouveau un émissaire taliban à Munich. Un hasard ?

De partenaire à paria, puis à nouveau partenaire ? D'arbitres de la guerre des pipelines à la guerre des métaux rares ? Quelle autre tragédie pour le peuple afghan ?

Notes: 

1) Ahmed Rashid, Talebani, Feltrinelli, 2001.

2) Richard Labévière, Dollars for Terror, Algora Publishing, New York, 2000.

3) Jean Charles Brisard et Guillaume Dasquié, Ben Laden : La Vérité Interdite, Editions Denoel, Paris, 2021.

Jusqu'à présent, la note de Germania Leoni, que nous hébergeons volontiers sur notre site, comme elle nous a été envoyée, compte tenu des éclairages qu'elle apporte sur le complexe conflit afghan. Pour confirmer cela, nous aimerions nous référer à un article du New York Times intitulé : "US identifies vast mineral wealth in Afghanistan", qui identifie l'Afghanistan comme "l'Arabie Saoudite du lithium", un minéral essentiel pour l'avenir vert.

Voici le début de l'article : "Les États-Unis ont découvert près de 1 000 milliards de dollars de gisements minéraux inexploités en Afghanistan, bien au-delà des réserves connues jusqu'alors et suffisamment pour modifier radicalement l'économie afghane et peut-être la guerre en Afghanistan elle-même, selon de hauts responsables du gouvernement américain.

 

lundi, 06 septembre 2021

La grande hypocrisie sur la fin de la "guerre sans fin"

afghanistan-03112016.jpg

La grande hypocrisie sur la fin de la "guerre sans fin"

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/politica/la-grande-ipocrisia-sulla-fine-della-guerra-infinita.html

Les guerres sans fin ne sont pas terminées. L'une d'entre elles est terminée, celle de l'Afghanistan, mais il est difficile de croire que la "guerre" que les États-Unis ont menée, mènent et veulent mener est réellement terminée. Ni contre le terrorisme, ni contre d'autres ennemis stratégiques que Washington a depuis longtemps identifiés comme des cibles.

Le Président des Etats-Unis, Joe Biden, s'est empressé ces dernières heures de rappeler un concept: la volonté de mettre fin à ces conflits dont on ne comprend pas la fin et, surtout, les moyens d'y mettre fin. L'Afghanistan en était devenu le symbole: une guerre qui durait depuis vingt ans, avec des objectifs complètement différents, et qui avait atteint le paradoxe selon lequel Washington remettait le pouvoir à ceux-là mêmes qu'il avait chassés de Kaboul et combattus. Un exemple plastique de l'hétérogénéité des finalités qui a fait comprendre, mieux que tout, ce qu'est devenu en pratique le long conflit afghan du point de vue américain.

Cette perception court toutefois le risque d'aller dans le sens de l'idée que l'Amérique a mis fin à une guerre qui s'est terminée en raison de l'absence d'objectifs ou d'ennemis. Une façon de penser risquée, pour la simple raison que le président des États-Unis lui-même a tenté de faire comprendre à son pays que la guerre contre le terrorisme sera simplement menée sous d'autres formes, et qu'il existe d'autres rivaux stratégiques vers lesquels son Amérique se tournera. En bref, la guerre est loin d'être terminée. Elle a simplement mis fin à une forme de cette grande guerre: au mieux, sa plus longue bataille, ou, dans un sens plus large, son front le plus sanglant et le plus coûteux.

Les experts commencent donc à se demander s'il est vraiment nécessaire de considérer comme terminée une guerre qui n'a en fait jamais pris fin. DefenseOne, l'un des sites américains les plus connus traitant des questions stratégiques, a même accusé la politique américaine dans son ensemble de raconter des mensonges aux électeurs. Il l'a fait dans un éditorial cinglant de son rédacteur en chef, Kevin Baron. Foreign Affairs, le magazine américain qui fait autorité, a publié un article au titre illustratif, "The Good Enough Doctrine", que l'on pourrait traduire par la doctrine du "suffisant" ou du "bon".

natekitch-politico-bidenrisk-final2.jpg

En substance, le concept exprimé est qu'il faut accepter la coexistence avec le terrorisme, comprendre qu'il existera toujours une forme de terrorisme de matrice islamiste capable de frapper dans le monde et que la seule chose que l'on puisse faire est de le limiter en le rendant inoffensif par rapport à la sécurité des États-Unis. Le général Mark McKilley, chef d'état-major interarmées des États-Unis, a également repris ce thème. Lors de son point de presse, parlant de l'Afghanistan, il a admis qu'"au cours des 20 dernières années, il n'y a pas eu d'attaque sérieuse contre notre pays, et il nous incombe maintenant de veiller à ce que nous poursuivions nos efforts en matière de renseignement, nos efforts de lutte contre le terrorisme, nos efforts militaires pour protéger le peuple américain au cours des 20 prochaines années, et nous, les militaires américains, sommes déterminés à le faire". Des phrases qui, associées à l'image des talibans entrant triomphants dans Kaboul, révèlent très clairement qu'aucune mission n'a été achevée, ni que la guerre contre l'islamisme a été gagnée. D'autant plus que certains pensent qu'il s'agit désormais d'un mal endémique avec lequel l'Occident, incapable de le vaincre, ne peut qu'apprendre à vivre.

Une coexistence qui, toutefois, met à nu une certaine hypocrisie qui sous-tend les phrases avec lesquelles Biden et la politique américaine ont décidé de décrire le retrait d'Afghanistan. Alors que les raids dans la Corne de l'Afrique se poursuivent, que les porte-avions américains se déplacent en mer d'Arabie pour frapper, dans le cadre d'opérations "au-delà de l'horizon", les bastions de l'autoproclamé État islamique, et alors que des questions restent ouvertes avec l'Irak et la Syrie et que les acronymes de la terreur n'ont pas disparu, ce que Washington veut, c'est simplement arrêter l'hémorragie de l'argent des contribuables et des vies humaines dans une confrontation avec ses propres unités sur le terrain. Mais la guerre "sans fin" est restée telle quelle.

samedi, 04 septembre 2021

Les talibans et les États-Unis - Théories du complot et réalité

AP21228406321895.jpg

Les talibans et les États-Unis - Théories du complot et réalité

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2021/09/01/talibanit-ja-yhdysvallat-salaliittoteoriat-ja-todellisuus/

La rapide montée en puissance des talibans en Afghanistan a surpris de nombreux observateurs, analystes et militants de la géopolitique. En particulier, les écrivains des médias alternatifs n'ont pas accepté le récit général des événements de Kaboul. Certains d'entre eux ont affirmé que tout le drame afghan n'est qu'une habile opération psychologique de la CIA et que le mouvement taliban - avec Al-Qaida - fait partie du complot de Washington.

Selon cette théorie, les Talibans n'ont pas pris le contrôle de l'Afghanistan après la défaite de l'Amérique, mais leurs ennemis supposés leur ont donné le contrôle de l'Afghanistan par un accord secret. Comme si les bombardements américains n'avaient pas suffi aux Afghans, les théoriciens du complot sont déjà certains d'une nouvelle guerre : il s'agit cette fois de faire de l'Afghanistan une tête de pont pour attaquer la Chine et la Russie.

La méfiance fondée des activistes et théoriciens bien intentionnés à l'égard de l'impérialisme américain semble avoir obscurci leur jugement, estime l'analyste Andrew Korybko. Ils sont incapables d'accepter que les talibans islamiques soient un véritable mouvement de libération nationale qui a vaincu la puissance militaire de manière encore plus humiliante que les Vietnamiens.

Leur théorie repose en partie sur le fait que ce sont les musulmans afghans conservateurs, les moudjahidines, qui ont mené la guerre de 1979-1989 contre l'Union soviétique et son mandataire, la République démocratique afghane, avec le soutien des États-Unis. Un autre facteur est probablement le fait que dans la Russie d'aujourd'hui, le mouvement taliban est toujours classé comme une organisation terroriste, bien que le Kremlin ait exprimé sa volonté de coopérer avec l'émirat islamique.

qewq0r3w2x801.jpg

Les moudjahidines anticommunistes ont autrefois coopéré avec les États-Unis dans la poursuite de leurs propres intérêts. Le gouvernement soutenu par les Soviétiques n'était pas particulièrement populaire auprès de la majorité du peuple afghan. Les moudjahidines et les Américains se sont exploités mutuellement, mais les États-Unis, à la manière typique des Américains, ont ensuite abandonné leur allié, puis se sont tournés résolument contre le mouvement qui a finalement émergé des militants musulmans au milieu des années 1990.

De nombreux pays en mauvais termes avec les administrations de Washington, ainsi que des groupes armés, ont eu et continuent d'avoir des liens avec les États-Unis et d'autres pays occidentaux et leurs services de renseignement. Cela est compréhensible, compte tenu de la dynamique de schémas militaires, politiques et économiques complexes. On dit aussi que les grandes puissances en particulier n'ont pas d'amis, seulement des intérêts égoïstes et des partenaires changeants. La realpolitik est tout sauf noire et blanche.

06a22a9ca621b082ea75fa7164f2f3.jpg

Lorsque le porte-parole des talibans, Suhail Shaeen (photo, ci-dessus), a déclaré à la BBC que son mouvement souhaitait également ouvrir un nouveau chapitre dans les relations avec les États-Unis et espérait que ces derniers aideraient à reconstruire le pays déchiré par la guerre, cela a été perçu dans certains milieux comme un signe alarmant que les talibans étaient devenus un homme de main de la superpuissance et une organisation mandataire.

Cependant, les talibans ont également négocié avec la Chine et la Russie. La Chine espère même que les États-Unis se joindront à son initiative "Belt and Road" plutôt que Washington ne tente de la saboter, tandis que le représentant spécial du président russe pour l'Afghanistan a déclaré que les États-Unis avaient des obligations financières envers l'Afghanistan même après la fin de la guerre.

B9728024144Z.1_20210817192822_000+G2IIOOA3O.1-0.jpg

Un autre porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid (photo, ci-dessus), a exhorté les ingénieurs, les médecins et les personnes instruites à rester (ou à retourner) dans leur pays d'origine, où leur expertise est nécessaire pour reconstruire le pays. "Ils doivent se réunir et établir une feuille de route pour relancer l'économie du pays", a déclaré Mujahid, ajoutant qu'il était "nécessaire de créer une atmosphère pour attirer les investissements étrangers".

L'Afghanistan n'allait jamais devenir un État client libéral-démocratique comme le voulait l'Occident. Ainsi, après deux décennies de guerre et de "gestion de crise", les États-Unis ont dû accepter un règlement à l'amiable, dont les détails se dévoilent lentement, dans une certaine mesure, pour nous qui restons à l'écart. Il reste à voir quelles seront les conséquences stratégiques et géopolitiques de la nouvelle émergence de l'"Émirat islamique".

Pour l'instant, les talibans doivent encore se mettre d'accord sur la composition du gouvernement avec leurs anciens adversaires. La politique du jeu peut créer des partenariats étranges. Alors que les politiciens, les milices et les États cherchent en toute hâte de nouveaux alliés, ils sont certainement prêts à tolérer le blanchiment de l'histoire.

Comment la communauté internationale va-t-elle traiter l'émirat islamique ? L'interprétation de la charia islamique et les droits des femmes suscitent déjà des inquiétudes, malgré la crise économique et la famine qui menacent le pays. Verrons-nous des sanctions ou une politique plus conciliante ? Ni les voisins de l'Afghanistan, le Pakistan et l'Iran, ni l'Europe ne souhaitent une avalanche de réfugiés.

L'Afghanistan dispose de milliards de dollars à l'étranger et les Talibans doivent avoir accès aux réseaux bancaires pour les obtenir. Les représentants des talibans ont déjà déclaré qu'ils voulaient une véritable reconnaissance internationale, avec des ambassades et des diplomates. Bien qu'ils doivent montrer une certaine pureté idéologique à leurs partisans - surtout après une si longue lutte contre l'Occident - ils sont conscients que des compromis doivent être faits pour remettre la société sur pied.

Je ne crois pas que les talibans soient des laquais de la CIA, prêts à s'opposer aux puissances eurasiennes. Je suis actuellement enclin à l'interprétation quelque peu optimiste selon laquelle les véritables pouvoirs en place aux États-Unis savent que leurs jours en tant qu'hégémon mondial sont terminés. Washington se retire donc d'engagements inutiles et réduit sa présence excessive et coûteuse dans d'anciennes zones de guerre comme l'Afghanistan. Si les États-Unis opèrent toujours dans la région, ils utiliseront certainement des drones et des mercenaires.

À moins que quelque chose de radical ne se produise, le cycle des nouveaux sujets d'actualité fera bientôt oublier au monde les vingt années de guerre, les talibans et le "cimetière des empires". Les États-Unis poursuivront, bien entendu, leur guerre hybride et leur compétition contre d'autres puissances pour tenter de consolider leur position dans le nouveau monde multipolaire. Espérons qu'à l'avenir, l'Occident laissera les Afghans tranquilles.

 

Déroute en Afghanistan et "Glasnost"-USA

dbb7e5716912d1f8ce66b949fd16a135.jpeg

Déroute en Afghanistan et "Glasnost"-USA

par Dimitri Orlov

Ex: https://www.dedefensa.org/article/deroute-en-afghanistan-et-glasnost-usa

Les événements récents m’ont obligé à interrompre ma programmation habituelle pour vous présenter un rapport sur l’évolution de la situation en Afghanistan et ce qu’elle laisse présager, selon moi, pour les États-Unis. Les États-Unis et l’OTAN ont finalement quitté l’Afghanistan après une occupation qui a duré 20 ans. À l’heure actuelle [28 août 2021], ils gardent toujours un pied à l’aéroport international Hamid Karzai de Kaboul, d’où ils tentent de rapatrier leurs ressortissants ainsi que les Afghans qui ont servi l’occupation. Ces collaborateurs craignent désormais pour leur vie face aux talibans, qui ont rapidement pris le contrôle de la quasi-totalité du pays dans le cadre de ce qui est probablement l’opération de changement de régime la moins sanglante que cette partie du monde ait jamais connue.

L’occupation américaine de l’Afghanistan a été rationalisée sur la base d’un édifice entier de mensonges. À la base, il y avait le mensonge du 9/11. Au-dessus, il y a eu le mensonge de la lutte contre le terrorisme (tout en formant et en équipant les terroristes). Quelque part en chemin, le mensonge de l’aide au développement de l’Afghanistan pour transformer le pays en une démocratie dynamique et moderne, avec égalité des sexes et autres cloches et sifflets, a été ajouté à cette structure déjà stupéfiante (alors que le seul développement réel fut celui du commerce de l’héroïne). Et, bien sûr, à tout cela s’est ajoutée une quantité vraiment stupéfiante de corruption et de vol.

838_000_9l29jz.jpg

Si l’on en croit le récit officiel, Oussama Ben Laden était une sorte de Jésus des temps modernes qui a répété le miracle des pains et des poissons, mais avec des gratte-ciel, en faisant tomber trois d’entre eux (WTC 1, 2 et 7) avec seulement deux avions. Un autre de ses miracles a été de faire en sorte qu’un avion de ligne entier, piloté par un amateur, effectue des acrobaties aériennes vraiment stupéfiantes qu’aucun avion de ligne n’a jamais effectuées avant ou depuis, en se crashant sur un mur du Pentagone avec moteurs, sièges, bagages, corps et tout, laissant derrière lui une petite ouverture carbonisée et une partie d’un missile de croisière qui avait apparemment été caché à bord et qui a ensuite été emporté enveloppé dans une bâche sur les épaules de quelques messieurs en tenue de bureau, très nerveux et à l’air mécontent . Un autre avion rempli de passagers a laissé une petite fosse calcinée dans le sol et des enregistrements de conversations téléphoniques plutôt scénarisées tenues alors que l’avion supposé se trouvait dans une zone sans couverture téléphonique. Ben Laden a orchestré toute cette pagaille par téléphone satellite, ou par télépathie, sans jamais quitter le confort de sa grotte en Afghanistan. Je vous encourage à croire à ce récit parce que croire l’alternative peut vous faire perdre la tête. Cela a été le cas pour beaucoup de gens.

GettyImages-1161124.0.jpg

Et si vous voulez être têtu et refuser de croire le récit officiel, alors il devient tout à fait plausible de penser que 9/11 était un somptueux canular américain : que les trois gratte-ciel ont été minés par des Américains, que le Pentagone a été frappé par un missile de croisière américain tiré par d’autres Américains et qu’Oussama ben Laden était un agent de la CIA qui réalisait des vidéos et des bandes audio de mauvaises qualités pour inspirer les terroristes préférés des Américains (appelés Al-Qaïda, puis ISIS/ISIL/Daesh/Califat islamique). Oussama aspirait à une retraite confortable quelque part dans le sympathique Pakistan – une retraite qui a été écourtée par une attaque d’un groupe de SEALs de la Navy quelque temps après sa mort due à une insuffisance rénale.

Pourquoi les Américains s’infligent-ils cela ? Pour dominer le monde, bien sûr ! Ils avaient adhéré à la théorie farfelue du “heartland” de Mackinder, selon laquelle la puissance mondiale qui contrôlerait le cœur de l’Eurasie contrôlerait le monde. Si vous pensez que le contrôle d’un tas de rochers habités par des indigènes hargneux et belliqueux dont l’esprit est resté bloqué au Moyen-Âge n’est pas propice à la domination du monde entier, alors vous êtes certainement plus intelligent que le quidam moyen, mais pas assez bon pour être l’un des brillants stratèges géopolitiques américains.

ca-times.brightspotcdn.comKBL.jpg

Les développements du 9/11 ont justifié 20 ans d’occupation militaire de l’Afghanistan par les États-Unis et l’OTAN, ce qui a coûté plus de 2 000 milliards de dollars et causé environ un demi-million de morts injustifiées. Il ne s’agit en aucun cas d’une aubaine : mettre quelqu’un sous les feux de la rampe ne coûte pas près de 4 millions de dollars par tête, surtout pas en Afghanistan, pays très pauvre et inondé d’armes. Une hypothèse prudente est qu’une grande partie de cet argent a été simplement volée. En effet, les informations selon lesquelles l’ancien président afghan Ashraf Ghani a fui le pays à bord d’un hélicoptère tellement bourré d’argent qu’il a fallu en abandonner une grande partie sur le tarmac donnent une idée claire de la manière dont les fonds ont été alloués au cours de l’occupation américaine.

Il est officiellement connu qu’un peu plus de la moitié de l’argent a servi à remplir les coffres de quatre entrepreneurs de la défense – Lockheed Martin, Raytheon, General Dynamics, Boeing et Northrop Grumman. Leurs produits ont été librement utilisés sur toute l’étendue de l’Afghanistan, entraînant des quantités fabuleuses de dommages collatéraux. Une partie a également servi à armer l’armée afghane, qui s’est rendue aux Talibans sans combattre, abandonnant armes et bagages, à l’exception de 22 jets et 24 hélicoptères militaires qui ont fui en Ouzbékistan avec 585 soldats. Ce matériel, y compris les hélicoptères Black Hawk haut de gamme dotés de tous les gadgets récents, va maintenant être examiné, et probablement moqué, par les experts russes. (Le but des marchands d’armes américains, comme Lockheed Martin, Raytheon, General Dynamics, Boeing et Northrop Grumman, n’étant pas de produire des armes efficaces mais de faire des profits).

UH602105h.jpg

Mais, me direz-vous, qu’en est-il des fruits du contrôle du pays “heartland” ? Qu’en est-il du contrôle du monde entier une fois installé là-bas ? Une fois sur place, les Américains ont découvert que l’Afghanistan n’offrait pas grand-chose d’autre que des indigènes hargneux et des champs de pavot. Et si les premiers n’étaient d’aucune utilité pour assurer la domination du monde, les seconds, transformés en héroïne, pouvaient être utilisés stratégiquement pour affaiblir l’ensemble de l’Eurasie en transformant sa population en une bande de drogués. À cette fin, l’Afghanistan a été transformé en usine à héroïne du monde, produisant 85 % de l’approvisionnement mondial estimé en héroïne et en morphine, un quasi-monopole. Avant l’invasion de l’Afghanistan par les États-Unis et l’OTAN, la culture du pavot avait été interdite par les talibans, il s’agit donc bien d’une réalisation entièrement occidentale.

5.jpg

Le plan était de faire suinter l’héroïne afghane dans toute l’Eurasie environnante par des caravanes de chameaux traversant d’immenses déserts inhabitables, ce qui s’est effectivement produit en partie, mais il s’est rapidement avéré qu’il était plus rentable de l’acheminer par voie aérienne à l’aide d’avions de transport militaires américains à destination du Camp Bondsteel au Kosovo, qui est devenu le principal point de transbordement de l’héroïne. C’est ainsi qu’une grande partie de l’héroïne s’est retrouvée aux États-Unis et dans l’Union européenne, à tel point que l’on compte plus de 10 millions d’opiomanes aux États-Unis et que les décès par overdose d’opiacés dans ce seul pays s’élèvent à un demi-million par an et augmentent rapidement, les décès liés à la drogue étant la principale cause de décès chez les personnes n’ayant pas atteint le 3ème âge. Mais il semble qu’il ne s’agisse là que des toxicomanes aux opiacés, alors que l’abus d’opiacés est beaucoup plus répandu et, à en juger par la chute rapide de l’espérance de vie globale, assez grave.

1-usheroinusen.jpg

Une bonne question à poser est la suivante : Qu’adviendra-t-il des héroïnomanes lorsque les talibans auront à nouveau mis un frein à la culture du pavot ? Ce sera facile pour eux maintenant qu’il n’y a plus de troupes américaines ou de l’OTAN pour surveiller les champs de pavot. Ils compenseront le manque à gagner en vendant au marché noir des armes américaines abandonnées sur place. La réponse probable est que les junkies passeront (et passent déjà) au fentanyl, un opiacé synthétique que les Chinois sont heureux de fournir en quantités importantes. Toute suggestion selon laquelle les Chinois pourraient vouloir arrêter de le faire peut conduire à une mention polie des guerres de l’opium et à une suggestion selon laquelle on récolte ce que l’on sème. À un moment donné, un quart des Chinois étaient dépendants de l’opium ; voyons si les Américains peuvent battre ce record. Il est certain que l’héroïne afghane n’est pas la seule responsable de l’épidémie d’abus d’opiacés aux États-Unis. La famille Sackler a beaucoup fait pour construire un véritable tapis roulant qui a d’abord accroché les gens aux analgésiques sur ordonnance, puis les a abandonnés aux drogues de rue une fois les ordonnances épuisées. Mais l’héroïne afghane est un boomerang majeur de la politique américaine, comme beaucoup d’autres.

Une autre bonne question à poser est la suivante : D’où vient l’envie de dominer le monde en prenant le contrôle du “heartland” et en l’inondant d’héroïne (et de réfugiés afghans) ? Il y a certainement la nécessité de faire fonctionner le complexe militaro-industriel et d’alimenter les caisses électorales du Congrès, et puis il y a l’ambition impériale et mégalomaniaque de divers Washingtoniens des deux partis, mais c’est loin d’être tout. Le besoin primordial de perturber, de dégrader et de faire des ravages est un élément clé du plan d’affaires global de l’Amérique, qui consiste à continuer à vivre au-dessus de ses moyens en imprimant simplement de l’argent.

money-printing-press.jpg

La seule façon de faire fonctionner ce plan est que les États-Unis se présentent comme un îlot de stabilité dans un monde chaotique et un refuge financier où les oligarques voleurs du monde entier peuvent blanchir en toute sécurité leurs gains mal acquis. Si ce plan échoue, les États-Unis passeront alors par un statut de pays du tiers-monde puis à celui d’une interminable reconstitution de la guerre civile à balles réelles. D’où le Sturm und Drang actuel sur le retrait précipité des États-Unis et de l’OTAN d’Afghanistan.

Parce que qui se soucie de l’Afghanistan ? Bien sûr, on y trouve de l’héroïne, mais le fentanyl est encore plus puissant et n’implique pas tout le travail de la culture du pavot, de la récolte et du traitement du jus de pavot. Et excusez-moi si je ne crois pas que la mort de militaires américains ou de ressortissants américains laissés sur place puisse être considérée comme une sorte de tragédie nationale ; c’est ce qui arrive généralement lors d’une retraite précipitée. Et depuis quand les Américains n’ont-ils pas abandonné leurs alliés locaux ? Les Kurdes du nord de la Syrie, que les Américains en retraite ont abandonnés aux Turcs toujours aussi amicaux, sont le dernier exemple qui me vient à l’esprit ; mais combien d’Américains se souviennent encore de cette époque ? C’est simplement une habitude des Américains, toujours.

43c958225fba77f0a6c77ff30a86338d.jpg

Cette retraite précipitée signale, quelque part dans le subconscient profond (parce que la prise de conscience est trop douloureuse), la fin de l’économie de l’inutile dont les États-Unis sont de plus en plus dépendants depuis que Nixon a retiré le dollar américain de l’étalon-or il y a 50 ans. Cette maladie a peut-être été lente à se développer, mais elle est chronique, incurable et invariablement fatale. En 2021, le budget fédéral américain s’élève à 6.800 milliards de dollars et le déficit budgétaire à 3.000 milliards de dollars, ce qui signifie que pour chaque dollar dépensé, 44 cents sont imprimés pour exister. Il s’agit d’un niveau de morphine financière qu’on ne voit que dans les hospices.

À ce stade, aucune quantité de morphine financière ne permettra au patient américain de se lever de son lit, d’arracher l’intraveineuse de son bras et d’aller faire encore plus de ravages dans le monde, en semant la peur et le chaos. La peur et le chaos se trouvent maintenant au sein même des États-Unis. Les 753,5 milliards de dollars que les États-Unis dépenseront pour la défense en 2021 sont supérieurs aux dépenses combinées des neuf autres pays les plus dépensiers, mais ce n’est pas suffisant pour provoquer un chaos capable d’effrayer le monde entier et l’inciter à continuer à honorer le dollar américain dans le commerce international ou à investir dans des actifs libellés en dollars; tout ce qui reste, c’est l’inertie financière et un peu d’excitation autour de la plus grande bulle boursière au monde, que la réserve fédérale américaine continue de gonfler désespérément.

16ee2acf1d56c78e172fc47e540770c3afea8f82.jpg

L’angoisse mentale produite par cette situation a donné lieu à des images médiatiques terribles depuis l’aéroport de Kaboul. On ne tient pas compte du fait que le reste de l’Afghanistan est soudainement devenu plutôt calme, avec des talibans aux yeux brillants et à la barbe fournie, armés des dernières et meilleures armes américaines, qui patrouillent les marchés et les coins de rue. L’ISIS-K, les terroristes chouchous des Américains en Afghanistan, de la lignée de Ben Laden/Al Qaeda, se sont tus. Ils avaient l’habitude d’organiser régulièrement des attentats à la bombe à Kaboul, tuant régulièrement des centaines d’habitants, mais maintenant le seul endroit où ils font encore sauter des gens est l’aéroport, qui est comme par hasard la seule zone encore sous contrôle américain.

Les Américains ont eu la gentillesse de partager leur plan de bataille astucieux avec leurs alliés de l’OTAN, ce qui explique pourquoi Lord Pederast d’Angleterre et Madame Petite-Pute de France [En français dans le texte, NdT] (je ne veux pas me donner la peine de chercher leurs vrais noms) ont rendu publique la nouvelle de cette attaque terroriste bien avant qu’elle ne se produise. Treize militaires américains sont morts; de nombreux autres locaux sont morts parce que les militaires américains survivants ont ouvert le feu sur les victimes. Personne n’a été traduit en cour martiale et personne n’a démissionné; c’est la routine. La raison pour laquelle les garçons d’ISIS-K ont été chargés de cette mission est évidente. Les Américains ont besoin d’une raison pour écourter l’évacuation de leurs ressortissants et de leurs serviteurs afghans locaux, comme l’exigent les Talibans, et maintenant ils ont une excuse : la sécurité de leurs militaires est primordiale.

Le retrait américain d’Afghanistan était inévitable, mais ce qui a stupéfié et consterné le monde entier, c’est l’inimaginable maladresse de l’opération à tous les niveaux. Comparé au retrait soviétique, c’est une profonde humiliation nationale. Les Soviétiques se sont retirés en ordre de bataille, drapeaux flottants, et ont laissé derrière eux un gouvernement fonctionnel qui est resté au pouvoir pendant trois années supplémentaires, résistant avec succès aux efforts occidentaux pour le renverser, et qui n’est tombé que lorsque le soutien soviétique a cessé parce que l’URSS s’était effondrée – essentiellement à cause de la trahison de Gorbatchev. Mais les Afghans se souviennent des Russes et les aiment toujours, ils les appellent toujours “Shuravi” (Soviétiques) et sont reconnaissants à la Russie pour tout ce qu’elle a construit là-bas. L’ambassade russe à Kaboul est dotée d’un personnel complet et fonctionne normalement, maintenant des canaux de communication bien établis avec les Talibans. En revanche, au cours de leurs 20 années d’occupation, les Américains n’ont rien construit, ont détruit beaucoup de choses et sont maintenant presque universellement détestés et méprisés.

1260f89efe06283efc589cd27f2fda39.jpg

Je crois que l’extrême et apparente incompétence des Américains en Afghanistan est le résultat de l’effet corrosif des mensonges. Une fondation de mensonges est inévitablement fragile et ne peut être empêchée de s’effondrer que dans des circonstances soigneusement contrôlées. Par exemple, un oligarque véreux peut promouvoir un certain vaccin comme étant efficace contre un certain virus alors que son intention réelle est d’arrêter la croissance démographique en rendant les femmes stériles. Cela fonctionne parce que les structures d’entreprise peuvent être organisées autour d’une stratégie de gestion connue sous le nom  de théorie du champignon (les garder dans l’obscurité et les nourrir de merde). Mais cela ne fonctionne pas pour un empire militaire tentaculaire, où la vérité est inévitablement divulguée : les contradictions s’accumulent et le moral s’effondre. Un mensonge en appelle toujours un autre, et les erreurs commises, les efforts pour les réparer et les efforts pour les cacher deviennent alors sans fin. À un moment donné, les terroristes de la CIA combattaient les terroristes du Pentagone en Syrie. C’était vraiment gênant et difficile à cacher. Heureusement, les Russes ont réglé ce problème en les bombardant tous pour les faire tomber dans l’oubli.

L’occupation de l’Afghanistan a commencé avec les horribles mensonges du 9/11, s’est poursuivie avec les excuses ridicules et inventées pour l’invasion et a ensuite duré 20 longues années, chacune ressemblant à la précédente, les mensonges de chaque année s’empilant sur ceux des années précédentes. L’Amérique a dû rester à cause du terrorisme causé par les terroristes qu’ils ont d’abord organisés pour combattre les Soviétiques, puis gardés comme animaux de compagnie. Et maintenant, dire la vérité en Amérique revient à crier au feu dans un théâtre bondé. Ce pauvre vieux Joe Biden, dont le cerveau fait un tic-tac de plus en plus fort, qui a du mal à former une phrase cohérente, qui souffre de la charge écrasante de ces mensonges, ne peut rien faire de mieux que de se mettre en position fœtale au beau milieu d’une conférence de presse. Pouvez-vous imaginer ce qui se passerait s’il cessait soudainement de mentir ? J’en frémis à l’idée ! Il serait prudent de garder des provisions de thorazine. Mais un tel accès de “glasnost” américain semble inévitable. Tôt ou tard, la vérité débordera de ce barrage géant débordant de mensonges. L’inondation qui s’ensuivra balaiera certainement tout sur son passage.

28 Août 2021, Club Orlov – Traduction du Sakerfrancophone

vendredi, 03 septembre 2021

La "diplomatie secrète" entre les États-Unis et les talibans : l'objectif de Washington

bc9e1f7_GGGBAG590_USA-AFGHANISTAN-TALIBAN_0229_11.JPG

La "diplomatie secrète" entre les États-Unis et les talibans : l'objectif de Washington

Federico Giuliani
Ex: https://it.insideover.com/politica/la-diplomazia-segreta-tra-usa-e-talebani-ecco-lobiettivo-di-washington.html

Les États-Unis ont quitté l'Afghanistan après une guerre qui a duré 20 ans, la plus longue de l'histoire américaine. Joe Biden avait fixé le 31 août comme date limite. Ce jour-là, les soldats américains, et avec eux l'ensemble du corps diplomatique, devaient quitter Kaboul et rentrer chez eux. C'est ce qui s'est effectivement passé, mais non sans controverse pour une évacuation qui n'a pas été exactement bien gérée.

En tout cas, ceux qui pensent que la présence de Washington en Afghanistan s'est soudainement évaporée comme neige au soleil se trompent. Le département d'État - a expliqué à CNN un fonctionnaire anonyme du même département - n'aura plus de civils sur le territoire afghan. Cela ne signifie pas pour autant que les États-Unis vont suspendre "tout engagement envers les citoyens américains en Afghanistan, les Afghans en danger et le peuple afghan".

En d'autres termes, un canal de communication, ne serait-ce que pour parler aux Talibans, doit d'une manière ou d'une autre rester en place. C'est pour cette raison que les deux parties - les Américains d'un côté et les Talibans de l'autre - seraient en train d'élaborer un ensemble d'accords pour les relations futures, loin des projecteurs.

Vers un nouveau dialogue

Le 31 août doit-il être considéré comme une limite infranchissable ? Pour comprendre cela, il est utile d'écouter ce que le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan (photo), a déclaré lors d'une récente interview sur CBS. Tout d'abord, a expliqué M. Sullivan, les attaques contre Isis-K se poursuivront depuis l'extérieur de l'Afghanistan, même si tout retour éventuel aux missions de combat est exclu.

static.politico.com.jpg

En outre, après le retrait complet des troupes américaines de Kaboul et de ses environs, Washington veillera à ce que "tout citoyen américain, tout résident permanent légal" et tous les Afghans ayant servi les intérêts américains puissent circuler en toute sécurité. D'autre part, il n'est pas surprenant que les talibans aient fait savoir qu'ils autoriseraient une circulation sûre, tandis que le gouvernement américain a fait pression pour s'assurer que le groupe respecte ces engagements.

Sullivan a également abordé une autre question. L'ambassade des États-Unis à Kaboul fermera très probablement le 1er septembre. Ce qui est certain, c'est que les Américains continueront à avoir "des moyens et des mécanismes pour avoir des diplomates sur le terrain, pour pouvoir continuer à traiter avec ces demandeurs, pour pouvoir faciliter le passage d'autres personnes qui veulent quitter l'Afghanistan". Le sentiment, confirmé par des sources américaines, est que les Etats-Unis n'ont pas l'intention de sacrifier toutes les relations diplomatiques avec leurs interlocuteurs. Beaucoup dépendra cependant de la façon dont les talibans se comporteront.

Entre négociation et diplomatie

Comme l'a souligné Asia Times, les États-Unis semblent avoir négocié un ensemble d'accords avec les talibans, avec la perspective éventuelle de la réouverture de l'ambassade américaine à Kaboul. Mais à qui l'Amérique va-t-elle parler? Selon Voice of America, qui a cité un chef taliban anonyme, le nouveau gouvernement dirigé par les talibans est en phase finale de formation. Et c'est précisément avec ce gouvernement que Washington se retrouverait à tisser les fils diplomatiques de l'affaire afghane.

L'aversion pour les talibans ne redeviendra apparemment une constante que si le groupe islamique trahit ses engagements. Mais il y a aussi une autre question très sensible à considérer, à savoir la menace du terrorisme. Pour éviter le risque d'attentats, on parle beaucoup d'une "alliance informelle" entre les États-Unis et les talibans pour étouffer dans l'œuf la montée en puissance d'Isis-K. Le chaudron de l'Afghanistan est de plus en plus chaud. Et personne n'a le courage de faire des prédictions, ni même d'essayer de prévoir l'avenir immédiat.

jeudi, 02 septembre 2021

Les États-Unis ont un plan pour la suite des événements en Afghanistan mais ce n’est pas un plan de paix

drapeau_afghan_800x600.jpg

Les États-Unis ont un plan pour la suite des événements en Afghanistan mais ce n’est pas un plan de paix

Par Moon of Alabama

Je veux faire savoir aujourd'hui que le travail de l'Amérique en Afghanistan se poursuit. Nous avons un plan pour la suite, et nous le mettons en œuvre.

Le nom de code du plan que le secrétaire Blinken est en train de mettre en œuvre n’a pas été communiqué officiellement. Il sera probablement appelé « Eternal Revenge » ou quelque chose dans le genre.

Les États-Unis n’ont jamais été bon perdant. Le président Biden et Blinken non plus. Ils vont se venger du tollé que leur évacuation chaotique des troupes et des civils d’Afghanistan a provoqué. Les talibans en seront tenus pour responsables, alors même qu’ils avaient, à la demande des États-Unis, escorté des groupes de citoyens américains jusqu’aux portes de l’aéroport de Kaboul.

On peut anticiper ce que leur plan implique en examinant le processus qui a conduit à la résolution d’hier du Conseil de sécurité de l’ONU sur l’Afghanistan. La résolution complète n’a pas encore été publiée, mais le rapport de l’ONU en donne l’essentiel :

Le Conseil de sécurité exhorte les talibans à assurer un passage sûr hors d'Afghanistan.

Treize des 15 ambassadeurs ont voté en faveur de la résolution, qui exige 
en outre que l'Afghanistan ne soit pas utilisé comme refuge pour le terrorisme. Les membres permanents, la Chine et la Russie, se sont abstenus.

Comme la résolution ne fait que « demander instamment », elle est évidemment minimale et non contraignante. Ce n’est pas ce que les États-Unis voulaient obtenir. Ils en voulaient une beaucoup plus forte, assortie de sanctions possibles (voir « tenir les talibans responsables » ci-dessous) si les talibans ne la respectaient pas.

Avant la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies, la France et la Grande-Bretagne avaient proposé de créer une « zone de sécurité » à Kaboul. Cette demande a été silencieusement abandonnée, probablement en raison des préoccupations de la Chine et de la Russie concernant la souveraineté de l’Afghanistan.

Le 29 août, Blinken s’était entretenu avec le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, au sujet d’une résolution contraignante. Le compte rendu du département d’État sur cet appel a été minimal :

Le secrétaire d'État Antony J. Blinken s'est entretenu aujourd'hui avec le 
conseiller d'État et ministre des Affaires étrangères de la RPC, Wang Yi,
de l'importance pour la communauté internationale de tenir les talibans
responsables des engagements publics qu'ils ont pris concernant le passage

en toute sécurité et la liberté de voyager des Afghans et des ressortissants
étrangers.

Le compte rendu de la Chine révèle que les sujets de discussion ont été beaucoup plus nombreux que cela :

Selon Wang, la situation en Afghanistan a subi des changements fondamentaux, et 
il est nécessaire que toutes les parties prennent contact avec les talibans et
les guident activement. Les États-Unis, en particulier, doivent collaborer avec la communauté
internationale pour fournir à l'Afghanistan l'aide économique, l'aide à
la subsistance et l'aide humanitaire dont le pays a besoin de toute urgence,
aider la nouvelle structure politique afghane à assurer le fonctionnement
normal des institutions gouvernementales, maintenir la sécurité et la
stabilité sociales, freiner la dépréciation de la monnaie et l'inflation,
et s'engager rapidement sur la voie de la reconstruction pacifique, a-t-il
ajouté.

Les États-Unis ont bloqué les réserves de la Banque centrale d’Afghanistan, ont arrêté tout paiement budgétisé à l’Afghanistan et ont ordonné au Fonds monétaire international et à la Banque mondiale de bloquer leurs programmes pour l’Afghanistan.

Afghanistan-640x375.jpeg

Cela paralysera toutes les fonctions de l’État afghan. La Banque mondiale est par exemple actuellement chargée de payer les enseignants et le personnel médical afghans. L’Afghanistan connaît une sécheresse et devra importer de grandes quantités de nourriture. Avec ses avoirs étrangers bloqués, il n’a aucun moyen de le faire.

La Chine est clairement consciente que l’Afghanistan connaîtra une catastrophe humanitaire si les États-Unis poursuivent leur blocus économique.

Il y a aussi le danger du terrorisme auquel les États-Unis n’ont pas su faire face :

Wang a exhorté les États-Unis, sur la base du respect de la souveraineté et de 
l'indépendance de l'Afghanistan, à prendre des mesures concrètes pour aider
l'Afghanistan à lutter contre le terrorisme et la violence, au lieu de pratiquer
la politique du deux poids deux mesures ou de combattre le terrorisme de manière
sélective. La partie américaine connaît clairement les causes de la situation chaotique
actuelle en Afghanistan, a noté Wang, ajoutant que toute action à entreprendre
par le CSNU devrait contribuer à apaiser les tensions au lieu de les intensifier,
et contribuer à une transition en douceur de la situation en Afghanistan plutôt
qu'à un retour à la tourmente.

1045901201_0 13 2046 2370_2046x2357_80_0_0_5c96cf8cb769013f8fec67d839bbcfd4.jpg

La Chine est particulièrement préoccupée par le « Mouvement islamique du Turkestan oriental » (MITO) basé dans l’est de l’Afghanistan, que l’administration Trump avait retiré l’année dernière de sa liste de terroristes, alors que l’organisation continue de cibler la Chine. L’administration Biden n’a fait aucune tentative pour renouveler la désignation terroriste du MITO.

La Russie a les mêmes préoccupations, comme l’a expliqué son représentant permanent, Vassily Nebenzia, après s’être abstenu de voter la résolution :

Nous avons dû le faire parce que les auteurs du projet avaient ignoré nos 
préoccupations de principe. Tout d'abord, en dépit du fait que le projet de résolution a été proposé dans
le contexte d'une attaque terroriste odieuse, les auteurs ont refusé de mentionner
État Islamique et le "Mouvement islamique du Turkestan oriental", des organisations
qui sont internationalement reconnues comme terroristes, dans le paragraphe sur
le contre-terrorisme. Nous interprétons cela comme une réticence à reconnaître
l'évidence et une tendance à diviser les terroristes entre "les nôtres" et
"les leurs". Les tentatives de minimiser les menaces émanant de ces groupes
sont inacceptables. Deuxièmement, au cours des négociations, nous avons souligné le caractère inacceptable
et les effets négatifs de l'évacuation du personnel afghan hautement qualifié pour
la situation socio-économique du pays. S'il subit une "fuite des cerveaux", le
pays ne sera pas en mesure d'atteindre les objectifs de développement durable.
Ces éléments qui sont vitaux pour le peuple afghan n'ont pas été reflétés dans
le texte de la résolution. Troisièmement, les auteurs n'ont pas tenu compte de notre proposition d'indiquer
dans le document les effets négatifs du gel des avoirs financiers afghans sur
la situation économique et humanitaire du pays, et de mentionner le fait que
l'aide humanitaire à l'Afghanistan doit impérativement respecter les principes
directeurs de l'ONU, stipulés dans la résolution 46/182 de l'AGNU.

La première préoccupation mentionnée par Nebenzia reconnait les préoccupations chinoises. La deuxième est basée sur une préoccupation que les talibans avaient soulevée lorsqu’ils ont refusé de prolonger l’évacuation par les États-Unis de la population afghane éduquée. La troisième est la plus importante.

La Russie avait proposé de lever le blocage des avoirs afghans. Les États-Unis ont rejeté cette proposition. Il est donc évident que les États-Unis ont l’intention de les maintenir en place. Ils s’en serviront pour formuler des exigences que les talibans seront incapables de satisfaire.

Dans le même temps, les États-Unis utiliseront les membres de l’ISPK (ISIS-K) et de l’« Alliance du Nord » en Afghanistan pour poursuivre la guerre et rendre impossible toute tentative de gouverner l’Afghanistan de manière fructueuse.

Ils accuseront ensuite les talibans des mauvais résultats.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

La CIA utilise ISIS-K pour garder un pied en Afghanistan

MGN_1280x960_10826P00-JCBNE.jpg

La CIA utilise ISIS-K pour garder un pied en Afghanistan

Par Moon of Alabama

Il y a une autre histoire derrière les récents événements terroristes en Afghanistan. Nous allons tenter de la retracer.

Au fil des ans, plusieurs rapports publiés par le Réseau d’Analystes Afghans (AAN) concernant État islamique dans la province du Khorasan (ISKP ou ISIS-K) montrent que ce groupe est composés de militants venant de groupes pakistanais. Un rapport de 2016 décrit en détail comment ils ont été encouragés par l’État afghan :

Les combattants de État Islamique qui ont créé la filiale Khorasan étaient des 
militants pakistanais installés depuis longtemps dans les districts du sud-est
de Nangarhar, dans les montagnes de Spin Ghar ou ses contreforts, de l’autre
côté de la frontière où vivaient les groupes tribaux, du côté pakistanais de
la ligne Durand. Avant de choisir de rejoindre ISKP, ces militants opéraient sous différentes
marques, principalement sous l'égide du Tehrik-e Taleban Pakistan (TTP).
Depuis 2010, la plupart de ces militants arrivent à Nangarhar, principalement
en provenance de groupes tribaux d'Orakzai, du Nord-Waziristan et de Khyber.

Le Pakistan affirme que TTP est soutenu par le RAW, les services secrets indiens. Ils pourraient également avoir contribué à financer une autre filiale, ISKP.

Dans l'espoir de les utiliser contre le Pakistan, le gouvernement afghan a commencé 
à courtiser certains de ces combattants, selon certains anciens vivant dans les
tribus qui participent à l'établissement des relations et qui ont abrité les
militants invités. ... Toutefois, les efforts déployés par les services de renseignements afghans,
la Direction nationale de la sécurité (NDS), pour courtiser les militants
pakistanais dans le Nangarhar ne se sont pas limités au Lashkar-e Islam ou

aux militants de Khyber. Des anciens des tribus et des habitants d'Achin,
Nazian et Kot témoignent que des combattants des filiales d'Orakzai et de
Mohmand, appartenant à différentes factions du TTP, ont été autorisés à
circuler librement dans la province et à se faire soigner dans les hôpitaux
publics. Lorsqu'ils se déplaçaient en dehors de leur centre dans les districts
du sud de Nangarhar, ils n'étaient pas armés. Lors de conversations confidentielles avec l'AAN, des représentants du gouvernement
ont confirmé ce type de relations entre des militants pakistanais et la NDS,
comme en ont les anciens des tribus et les politiciens pro-gouvernementaux de
Jalalabad. Ils ont décrit cet état de fait comme une réaction de représailles

à petite échelle au soutien institutionnalisé, plus large et de plus longue portée,
apporté par le Pakistan aux talibans afghans dans leur lutte contre le gouvernement
afghan.

Le NDS de l’État afghan était une agence proxy de la CIA. Au milieu des années 1990, le chef des services de renseignement de l’Alliance du Nord, Amrullah Saleh, a été formé par la CIA aux États-Unis. Après que les États-Unis ont renversé le gouvernement taliban, Saleh est devenu le chef de la NDS. La NDS entretenait également des relations étroites avec les services secrets indiens.

Alors que les États-Unis prétendaient combattre État islamique en Irak et en Syrie (ISIS), des rapports concordants émanant de diverses parties affirmaient que des membres du noyau dur d’ISIS avaient été extraits d’Irak et de Syrie par des hélicoptères américains banalisés et transférés à Nangarhar où ils ont renforcé les militants de l’ISKP.

Hadi Nasrallah @HadiNasrallah - 1:18 UTC – 28 Aout 2021

En 2017 et 2020, la chaîne syrienne SANA rapportait que des hélicoptères américains 
avaient transporté entre 40 et 75 militants ISIS de Hasakah, dans le nord de la
Syrie, vers une "zone inconnue". La même chose a été signalée pendant des années
en Irak par l'UMP, ainsi que des rapports selon lesquels des hélicoptères américains
ont largué de l'aide à ISIS.

Comme le résume Alex Rubinstein :

La liste des gouvernements, des anciens responsables gouvernementaux et des 
organisations de la région qui ont accusé les États-Unis de soutenir l'ISIS-K
est longue et comprend le gouvernement russe, le gouvernement iranien, les médias
du gouvernement syrien, le Hezbollah, un groupe militaire irakien soutenu par
l'État et même l'ancien président afghan Hamid Karzai, qui a qualifié le groupe
d'"outil" des États-Unis ...

Comme en Irak et en Syrie, l’utilisation par la CIA d’islamistes ultra-militants a entraîné un retour de bâton, les militants attaquant de plus en plus l’État afghan. L’armée américaine a finalement jugé nécessaire d’intervenir contre eux. Mais la lutte sur le terrain a surtout été menée par les talibans, qui ont reçu à cette fin le soutien direct de l’armée de l’air américaine.

Les opérations des talibans ont été couronnées de succès et la propagation d’ISKP dans l’est de l’Afghanistan a été bloquée. Au lieu de s’emparer ouvertement de nouvelles zones, l’ISKP a alors eu recours à des attentats-suicides sensationnels contre des cibles vulnérables à Kaboul. En mai 2021, par exemple, une voiture piégée placée devant une école de filles hazara à Kaboul a tué plus de 90 personnes, dont la plupart étaient des enfants.

La CIA et la NDS disposaient aussi de militants qui luttaient contre les talibans. Ils avaient développé et construit des forces spéciales organisées en plusieurs bataillons (NDS-01 à -04 et la Khost Protection Force (KPF)). Ces escadrons de la mort contrôlés par la CIA disposaient de leur propre soutien par hélicoptère :

Depuis 2018, la CIA est engagée dans un programme visant à tuer ou capturer des chefs 
militants, nom de code ANSOF, précédemment Omega. Les effectifs de la CIA sont
complétés par du personnel provenant du Commandement des opérations spéciales
de l'armée américaine. Mi-2019, l'ONG Human Rights Watch déclarait que "les forces de frappe afghanes
soutenues par la CIA"
ont commis "de graves abus, certains équivalant à des crimes
de guerre"
depuis fin 2017.

Le rapport 2019 de HRW note :

Ces forces d'attaque ont tué illégalement des civils lors de raids nocturnes, 
fait disparaître de force des détenus et attaqué des établissements de santé
pour avoir prétendument soigné des combattants insurgés. Les victimes civiles
de ces raids et opérations aériennes ont augmenté de façon spectaculaire au
cours des deux dernières années.

Après la prise de Kaboul par les talibans, il est devenu évident que la CIA allait devoir mettre un terme à son programme de « lutte contre le terrorisme » et qu’elle perdrait le contrôle d’une grande partie de son activité (de drogue) en Afghanistan.

Alors que Kaboul tombait, au moins une de ses unités afghanes, soit quelque 600 soldats, a reçu l’ordre d’aider à garder l’aéroport de Kaboul.

NDS 01 Unit @NDS_Afghanistan - 11:50 UTC - Aug 17, 2021

Nous viendrons

Nous servirons aussi nos compatriotes.

#انشاء_الله #Kabul #ANDSF

Les forces afghanes de la CIA se sont chargées de garder les portes et les tours :

Les Américains ont fait appel à plusieurs centaines de commandos de la Direction 
nationale de la sécurité de l'ancien gouvernement afghan pour limiter l'accès
à certaines portes de l'aéroport, afin d'empêcher la foule de submerger l'aéroport. ... Les commandos de l'ancien NDS devraient être parmi les derniers à quitter le pays
lors de l'évacuation, servant d'arrière-garde avant d'être évacués par avion, selon
des responsables américains et afghans.

Certains membres de cette unité à la gâchette facile ont eu un incident de tir ami avec des soldats allemands. Les troupes afghanes de la CIA présentes à l’aéroport vont être évacuées. D’autres unités, dont les KPF, se rendraient dans la vallée du Panjshir, où une nouvelle « Alliance du Nord », dirigée par Amrullah Saleh et Ahmad Massoud, est censée se constituer. Les talibans tentent de les traquer.

Jeudi, un kamikaze a attaqué une porte de l’aéroport de Kaboul où de nombreuses personnes attendaient d’être évacuées. État Islamique en a revendiqué la responsabilité :

L'attentat suicide de jeudi à Kaboul et la panique qui a suivi ont tué plus de 150 
civils (dont une trentaine de Britanno-afghans), 28 combattants talibans et 13
soldats américains. Avant l'attentat, un porte-parole des talibans avait déclaré à RT qu'ils avaient
averti les États-Unis de l'imminence d'une attaque par ISPK.

Il est difficile de comprendre pourquoi les États-Unis, après avoir été avertis, n’ont pas pris davantage de précautions contre une telle attaque.

La plupart des victimes de l’attaque n’ont pas été causées par le kamikaze mais par les gardes postés sur le mur et dans les tours de garde entourant l’aéroport.  « La plupart des victimes » avaient des blessures par balle sur le haut du corps et les balles venaient d’en haut. Cela a maintenant été confirmé par de multiples sources :

Sangar | سنګر پیکار @paykhar - 13:02 PM – 28 Aout 2021

"La plupart des victimes de l'explosion de l'#KabulAirport n'ont pas été tuées 
par l'explosion mais par les balles tirées sur elles par les Américains"
. Faisal, de la chaîne Kabul Lovers, a interviewé des travailleurs humanitaires

à l'hôpital d'urgence de #Kaboul et voici ce qu'ils ont à dire : video

Les médias américains tentent d’ignorer ces rapports. Ce n’est qu’au plus profond d’un long article du New York Times que l’on trouve ces lignes :

Pour la première fois, des responsables du Pentagone ont reconnu publiquement 
la possibilité que certaines personnes tuées à l'extérieur de l'aéroport jeudi
aient pu être abattues par des membres des services américains après
l'attentat suicide. Les enquêteurs cherchent à savoir si les tirs provenaient des Américains postés
à la porte d'embarquement ou de État Islamique.

Ce ne sont ni les Américains à la porte ni État Islamique, mais très probablement les escadrons de la mort afghans de la CIA postés dans les tours de garde qui ont causé le massacre.

L’analyse de l’attaque par le Washington Post est tout aussi trompeuse :

Plusieurs hommes armés ont ensuite ouvert le feu sur les civils et les forces 
militaires. Une filiale locale de État Islamique a revendiqué la responsabilité
de l'attaque.

Deux jours après l’attaque la CIA, CNN, a publié une interview de Clarissa Ward avec un commandant présumé d’ISKP, qui aurait été enregistrée il y a deux semaines dans un hôtel de Kaboul. La raison pour laquelle CNN a flouté le visage de l’homme n’est pas expliquée.

Comme RT le titre de façon moqueuse :

« La CIA tweete une interview de la CIA par la CIA » : Les téléspectateurs réagissent à l’interview de CNN avec le commandant d’ISIS-K, qui a été soudainement diffusée et qui est « sinistrement prophétique ».

Un jour après l’attaque de l’aéroport, la CIA a également tué un « planificateur » présumé d’ISKP à Jalalabad qui n’avait rien à voir avec l’attaque de l’aéroport.

Dion Nissenbaum @DionNissenbaum - 10:43 UTC – 29 Aout 2021

Une vidéo exclusive du @WSJ montre les conséquences d'une attaque de drone 
américain, qui a utilisé un missile "Flying Ginsu", contre État Islamique en
Afghanistan. Le Pentagone affirme qu'il n'y a pas eu de victimes civiles. Un
témoin oculaire affirme qu'une femme figure parmi quatre blessés. Une vidéo exclusive montre les conséquences d'une attaque de drone américaine
en Afghanistan.

Dire qu’il s’agirait d’un missile « Flying Ginsu », qui ne contient pas d’explosifs, est incompatible avec les importants dégâts causés par des éclats d’obus, que l’on peut voir dans la vidéo ci-dessus.

Passons maintenant aux choses importantes.

Si ISKP est, comme indiqué ci-dessus, un produit de la CIA/NDS et si les gardes de l’aéroport qui ont tué la « plupart des victimes » de l’attaque sont des forces spéciales afghanes dirigées par la CIA, tout cela pourquoi faire   ?

Nous trouverons peut-être la réponse dans un autre article du New York Times intitulé :

Au milieu du chaos afghan, une mission de la CIA qui persistera pendant des années

Alors que la guerre d'Afghanistan touche à sa fin, la CIA s'attend à ce que 
son objectif principal s'éloigne progressivement du contre-terrorisme - une
mission qui avait, en deux décennies, transformé l'agence en une organisation
paramilitaire axée sur les chasses à l'homme et les meurtres - pour revenir à
un espionnage traditionnel orienté vers des puissances comme la Chine et la Russie. Mais les deux explosions mortelles de jeudi sont les dernières d'une rapide
série d'événements qui se déroulent depuis l'effondrement du gouvernement
afghan et la prise de contrôle du pays par les talibans et qui bouleversent
ce plan. Tel un trou noir ayant sa propre attraction gravitationnelle,
l'Afghanistan pourrait coincer la CIA dans une mission complexe de
contre-terrorisme pour les années à venir.

La pauvre CIA, replongée dans une coûteuse mission de « contre-terrorisme » en Afghanistan et ailleurs, qui était censée prendre fin alors que… eh bien, alors qu’un groupe terroriste créé par la CIA envoie un kamikaze à l’aéroport de Kaboul et que les forces afghanes dirigées par la CIA abattent une foule de réfugiés.

On pourrait aussi considérer cela comme la revanche de l’État profond contre l’ordre du président Biden de se retirer d’Afghanistan.

C’est ce même État profond qui nous a valu quatre années de « Russiagate », lorsqu’un autre président était également enclin à rappeler les troupes américaines à la maison et à limiter ainsi les champs d’opération de la CIA.

Pour que leur point de vue soit parfaitement clair, les auteurs de la CIA s’exprimant dans le NYT émettent, dans leur dernier paragraphe, cette menace pas vague du tout :

Toute attaque terroriste en provenance d'Afghanistan exposerait M. Biden à 
des critiques féroces de la part de ses adversaires politiques, qui lui
reprocheraient d'avoir pris la décision de retirer les troupes américaines
du pays - un autre facteur susceptible d'entraîner une pression intense de
la Maison-Blanche sur les agences d'espionnage pour qu'elles se concentrent
sur l'Afghanistan.

La pression de la Maison-Blanche sur les agences d’espionnage ? Non, plutôt la pression exercée par la CIA sur la Maison-Blanche pour qu’elle puisse continuer ses petites affaires en Afghanistan.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

lundi, 30 août 2021

Qu'est-ce qu'Isis-K, le cauchemar des talibans qui a frappé à Kaboul ?

iskp.jpg

Qu'est-ce qu'Isis-K, le cauchemar des talibans qui a frappé à Kaboul ?

Francesca Salvatore

Ex: https://it.insideover.com/terrorismo/cosa-e-isis-k-talebani-stato-islamico-khorasan.html

La peur était dans l'air depuis plusieurs jours et, ces dernières heures, les hypothèses d'une attaque imminente ont été reprises dans les médias et dans les rapports de 007. Alors que l'on tente de comprendre l'entité et la matrice des attentats qui ont ensanglanté Kaboul ces dernières heures, Isis, suspect numéro un des massacres, est une fois de plus le cauchemar de l'Occident mais aussi des talibans. Et c'est précisément cette formation qui risque de transformer le pays en une bombe à retardement, bien plus que les talibans, contribuant à la déstabilisation de toute la région. Presque tous les voisins de l'Afghanistan - la Chine, le Pakistan, l'Iran - ont des appréhensions à cet égard: pour l'Asie, bien mieux que les Talibans, au contraire, avec lesquels toutes ces puissances ont déjà une expérience de coopération.

Qu'est-ce que Isis-K?

Concrètement, la cellule tant redoutée est celle dite Isis-K, la branche afghane de l'État islamique, selon les services de renseignement américains, soupçonnée de préparer depuis un certain temps une attaque visant à frapper l'OTAN et les Afghans en fuite. Le groupe a déjà revendiqué l'acte: des massacres vraisemblablement coordonnés par le leader actuel Shahab al Mujair, un ancien Qaediste nommé au poste suprême en avril 2020.

La variante afghane d'Isis a une genèse relativement récente et a rassemblé des adeptes au cours des cinq dernières années, se rendant responsable des principales attaques contre la capitale, "disputant" aux Talibans le record des attaques contre des cibles militaires et civiles. Cette division découle des rivalités internes au pays, fondées sur les divergences avec les Pachtounes, coupables de marchandage avec la CIA et l'Occident tout entier. La naissance du groupe a eu lieu dans la province de Khorasan, à la frontière avec le Pakistan, où de nombreux commandants qui avaient échappé aux forces talibanes ont décidé d'embrasser le drapeau noir. Cependant, ce même groupe a également vu ses combattants rejoindre les talibans afghans. Contrairement aux talibans, Isis-K avait clairement exprimé son intention de lancer des attaques contre les puissances occidentales et l'ONU, au-delà des retraits militaires et de leurs échéances. Isis-K se targuait d'environ 800 combattants en octobre 2018 et atteignait un pic de taille en 2016 avec jusqu'à 4000 membres militants, destinés, peut-être, à augmenter.

Où le mouvement était-il pendant toutes ces années ?

Au cours de ses premières années d'existence, le groupe s'est emparé de quelques districts dans l'est de l'Afghanistan et a progressivement étendu sa présence dans le nord. Cependant, sa progression a été rapidement freinée par les forces de sécurité afghanes et les talibans. Bien qu'elle ait été empêchée d'atteindre une certaine puissance de feu, d'envahir des villes et des quartiers, sa capacité à mener des opérations de sabotage et des attaques complexes telles que des attentats-suicides, des explosions de grosses bombes et des assassinats ciblés est restée intacte.

En 2016, Isis-K a mené six attaques à Kaboul, puis 18 en 2017 et 24 en 2018. Plus d'un millier de civils ont été tués dans des dizaines d'attaques, dont certaines très récentes et exemplaires par leur exécution et leur ciblage: 55 morts dans l'attaque d'une école de filles à Kaboul le 8 mai, 12 morts dans l'attaque d'une mosquée à Shakar Darah dans la province de la capitale le 16 mai, 20 morts à l'université de Kaboul en novembre 2020, 29 morts dans le raid sur une prison à Jalalabad.

Entre-temps, ses miliciens se sont également consacrés à la propagande, appelant à de nouvelles attaques en Occident à l'occasion de massacres comme celui d'Orlando ou d'épisodes isolés de terrorisme islamique qui ont touché l'Europe.

Quelques points faibles

Pour le moment, les forces dont dispose Isis-K sont nettement inférieures aux forces financières, militaires et politiques des Talibans. Par exemple, elle ne dispose pas d'un véritable sanctuaire: mis en déroute à la hâte dans la province du Helmand, les miliciens sont restés enracinés dans celle du Nangarhar, qui s'étend dans une zone grise de trafics et d'intrigues où domine l'Isi, les services secrets pakistanais.

Le groupe a également perdu ses dirigeants les uns après les autres dans des attaques de drones, des bombardements et des opérations terrestres. Ce que l'on craint aujourd'hui, en revanche, ce sont deux phénomènes concomitants possibles: le pouvoir de fascination de l'État islamique sur les jeunes étudiants islamistes et d'éventuelles défections de commandants talibans si cette cellule devait grossir à l'excès; cette seconde hypothèse semble toutefois la moins probable des deux au vu de l'image solide que le groupe exécutif taliban donne de lui-même ces dernières semaines.

141117-opium-afghanistan.jpg

Deux courants différents de l'Islam

La veine islamiste de cette cellule apparaît résolument plus radicale que ce que nous connaissons de l'État islamique et, dans le même temps, nettement plus puriste que les talibans eux-mêmes. Les deux groupes se sont affrontés sur de nombreuses autres questions, notamment le trafic de drogue, qui sert à financer en partie le militantisme. Par exemple, Isis-K estime que la culture du pavot à opium n'est pas respectueuse de la foi islamique, une activité approuvée par les Talibans. La société afghane appartient principalement à l'école de pensée islamique hanafite, qui est compatible avec l'islam des talibans. La branche K de l'État islamique, quant à elle, suit une interprétation salafiste stricte de l'islam. De nombreux rituels islamiques, qui ont presque pris la forme de coutumes et de traditions pachtounes, autorisés par les hanafites, sont considérés comme non islamiques et hérétiques par les salafistes.

Ergo, pour ses miliciens la guerre permanente et la charia sont le verbe.

Ce à quoi il faut s'attendre

Pour l'heure, les sources de renseignement semblent donner les forces d'Isis-K en approche de Kaboul, faisant craindre de nouvelles attaques dans les prochaines heures. Dans ces phases délicates, cette menace risque de jeter de l'huile sur le feu afghan, rendant plus complexe la sortie des forces occidentales mais, en même temps, l'installation des Talibans. Le risque est que le pays se transforme en une bataille à mort entre les deux différentes déclinaisons islamistes, avec de graves dommages pour les civils. Si ces forces venaient à grossir leurs rangs et à gagner des avant-postes, leur progression - paradoxalement - pourrait être beaucoup plus dangereuse pour l'Afghanistan que la reconquête des talibans.

La vallée de Panjsher - le talon d'Achille des Talibans ?

alianza-del-norte-afganistan.jpeg

La vallée de Panjsher - le talon d'Achille des Talibans?

Amalendu Misra

Pendant très longtemps, les habitants de la vallée ont été connus comme des insurgés indomptables. Une fois encore, un mouvement de résistance s'y dessine.

La vallée de Panjsher et ses habitants ont une réputation particulière. Située à environ 90 miles de Kaboul, dans la région du centre-nord de l'Afghanistan, la vallée est une sorte d'aberration. Elle abrite la plus grande population ethnique tadjike du pays, soit quelque 100.000 habitants dans la vallée, habitants que l'on appelle les "perdants persistants".

Pendant très longtemps, les habitants de la vallée ont été connus comme des insurgés indomptables. Il est certain que, pendant près de 50 ans, de tous les districts et provinces d'Afghanistan, cette région particulière a défié avec succès tous les malfaiteurs, tant internes qu'externes, dans sa quête pour préserver la liberté et l'autonomie de l'Afghanistan. La vallée de Panjsher est le centre indomptable de la guérilla afghane depuis des décennies. Si l'Afghanistan est le cimetière des empires, la vallée de Panjsher est le cœur de ce cimetière.

Panjshir_River_Valley_in_May_2011.jpg

Lorsque les chars soviétiques ont envahi l'Afghanistan en 1979, les habitants de la vallée, menés par le légendaire commandant de la guérilla Ahmad Shah Masood, les ont fait disparaître dans le sang. Le même Masood s'est opposé aux milices rivales qui se sont opposées à la formation d'un gouvernement central après le départ des Soviétiques en 1989. Il mènera à nouveau son peuple contre les redoutables talibans (interdits dans la Fédération de Russie) avant d'être assassiné par Al-Qaida (également interdit dans la Fédération de Russie) le 9 septembre 2001.

imagasmes.jpg

Nous devons tourner notre attention vers cette vallée de Panjsher, invincible et libre d'esprit, et vers ses habitants, comme une alternative possible à la crise actuelle en Afghanistan. En parlant de l'expansion du contrôle des talibans sur l'Afghanistan, nous avons tendance à oublier que de tous les districts et provinces du pays, c'est la vallée de Panjsher qui les a défiés. Fidèle à sa réputation, ses habitants se distinguent et sont plus invaincus que jamais. Il n'est pas surprenant que cette région attire maintenant rapidement un mouvement de résurgence contre les talibans. Mais la vallée peut-elle à nouveau s'élever contre le pouvoir des talibans et faire honneur à son ancienne gloire de vainqueur de la tyrannie?

Une horreur pour les Talibans

De nombreux itinéraires ont été empruntés par d'anciens dirigeants du gouvernement afghan soutenu par les États-Unis qui tentaient de fuir le pays. Certains ont fui l'Afghanistan, d'autres ont pris le maquis, d'autres encore se sont retirés dans la vallée du Panjsher. Le vice-président Amrullah Saleh en a fait son refuge et sa base. Ancien disciple du Lion du Panjsher, Ahmad Shah Masood, Saleh prétend maintenant ostensiblement être le président intérimaire légitime en vertu de la constitution afghane après la fuite d'Ashraf Ghani. Réfugié dans la vallée, il parle aussi de former une résistance unie contre les talibans. Mais la vallée et ses habitants peuvent-ils se montrer à la hauteur de leur réputation et redevenir des catalyseurs de la future défaite des talibans ?

Si l'on en croit les rapports des médias sociaux, il semble que diverses figures de l'opposition se rassemblent lentement mais sûrement dans la vallée. Parmi eux, l'ancien ministre de la défense, le général Bismillah Mohammadi, figure en bonne place. On y retrouve également Ahmad Masood, le fils déterminé et provocateur d'Ahmad Shah Masood, qui lui ressemble étrangement.

Ahmad-Massoud-fils-commandant-Massoud_0.jpg

Depuis ce foyer de résistance, Saleh et Ahmad Masood appellent à des représailles contre les talibans. Pour sa part, M. Saleh a déclaré sur Twitter: "Je ne me prosternerai jamais, jamais et en aucun cas devant les terroristes talibans. Je ne trahirai jamais l'âme et l'héritage de mon héros Ahmad Shah Masood, seigneur de guerre, légende et mentor. Je ne décevrai jamais les millions de personnes qui m'ont écouté. Je ne serai jamais sous le même toit que les Talibans. JAMAIS."

C'est également ce qu'a indiqué très clairement Ahmed Masood dans un récent article du Washington Post: "Quoi qu'il arrive, mes combattants moudjahidines et moi-même défendrons le Panjsher comme le dernier bastion de la liberté afghane. Notre moral n'a pas souffert. Nous savons par expérience ce qui nous attend. Saleh et Masood espèrent que leur allégeance jurée et leur lien de sang avec le héros le plus célèbre de l'histoire récente de l'Afghanistan inciteront la population à former des unités de résistance. Reconnaissant que le terrain de la vallée est idéal pour une guerre défensive dans les montagnes, et bien sûr, sentant son aura légendaire de défi, des milliers d'anciens soldats afghans se sont également retirés dans la vallée.

Pendant qu'ils se regroupent et planifient leur stratégie, les principaux défis auxquels sont confrontés ces adversaires talibans sont le soutien militaire, économique et logistique indispensable pour mener à bien une telle mission. Malgré toute sa beauté, la vallée est enclavée et difficile d'accès. Si la résistance se tourne vers les talibans, elle aura besoin de toute l'aide qu'elle peut obtenir de la part d'étrangers acquis à sa cause. Comme il fallait s'y attendre, le chef des Panjsher, Ahmad Masood, a clairement fait savoir à la communauté internationale que pour résister efficacement aux talibans, "ils ont besoin de plus d'armes, de plus de munitions et de plus de fournitures". Qui pourrait leur venir en aide ?

image_processing20210327-8421-1i3ijt2.jpg

Il existe déjà une certaine résistance régionale externe à la prise de pouvoir par les Talibans. Le Tadjikistan, avec ses liens ethniques avec la vallée, pourrait fournir un soutien essentiel si celle-ci devient un foyer de résistance. Le lieutenant-général Zahir Agbar, ambassadeur d'Afghanistan au Tadjikistan, ancien responsable de la sécurité avant d'occuper son poste diplomatique, a déjà promis que le Panjsher deviendrait une tête de pont pour les Afghans qui souhaitent poursuivre la lutte contre les Talibans. Selon lui, le "Panjsher s'oppose fermement à quiconque veut réduire les gens en esclavage".

L'Inde, qui a été expulsée sans ménagement de l'Afghanistan après avoir tenté pendant 20 ans d'établir des liens avec ce pays, n'aurait rien pu souhaiter de mieux qu'un mouvement de résistance se développant dans la vallée du Panjshir. Pendant la guerre civile des années 1990, elle a fourni un important soutien militaire et économique à l'Alliance du Nord dirigée par Ahmad Shah Masood.

Le fait que les talibans ne traitent pas équitablement la minorité chiite hazara (photo, ci-dessous) du pays (qui a été maltraitée par le groupe dans le passé) pourrait attirer l'ire de Téhéran. N'oublions pas que l'Iran a été un soutien essentiel de l'Alliance du Nord lorsque les talibans étaient au pouvoir de 1996 à 2001. Des accords avec les États-Unis sont également envisageables. Si les intérêts de Washington sont mis à mal par les talibans, il se peut qu'il soutienne à nouveau un front intérieur qui se soulève contre les nouveaux dirigeants de Kaboul.

tumblr_n40kgxThDA1rkgmoqo1_640.jpg

Une nouvelle guerre civile ?

Il va sans dire que si les habitants de la vallée du Panjshir décident de croiser le fer avec les talibans et d'offrir une résistance, ils pourraient sérieusement entraver la capacité de ces derniers à imposer un gouvernement unifié au mélange complexe de régions et de groupes ethniques de l'Afghanistan. Il convient de rappeler que les Tadjiks de langue farsi de l'ouest et du nord de l'Afghanistan, y compris ceux de la vallée de Panjsher, se sont toujours opposés aux Pachtounes du sud et de l'est qui forment le noyau des Talibans. Un Panjsher libre et militant peut également encourager d'autres chefs régionaux, chefs de milice et seigneurs de guerre qui ont maintenant été renversés par les talibans à résister.

Tout au long de leur histoire, les Afghans sont rarement restés unis sous une autorité centralisée. Malgré les menaces constantes qui pèsent sur l'existence de l'État, dans le passé, les différents groupes ethniques du pays n'ont jamais exprimé leur solidarité avec l'idée d'une cause nationale. C'est en grande partie ce défi permanent qui a contribué à la chute du gouvernement d'Ashraf Ghani. Dans ces circonstances, compte tenu des énormes griefs nourris par divers groupes, chefs et citoyens, il est peu probable que les talibans soient en mesure de former un "véritable" et "inclusif" gouvernement d'unité nationale dans un avenir prévisible. C'est précisément ce système de calcul qui pourrait devenir une arme décisive dans l'arsenal des adversaires des talibans.

Source : https://katehon.com/ru/article/pandzhsherskaya-dolina-ahillesova-pyata-talibov

Le court-circuit djihadiste provoqué par les États-Unis

01-65061.jpg

Le court-circuit djihadiste provoqué par les États-Unis

par Alberto Negri

Source : Alberto Negri & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-cortocircuito-jihadista-degli-stati-uniti

Scénarios. Ne gouvernant pas le chaos qu'ils ont eux-mêmes créé, les Américains ont tenté ensuite de l'utiliser à leur profit en Irak, en Libye et en Syrie. Nous sommes à l'avant-garde de nouveaux troubles. Et pas seulement en Afghanistan.

Il y a des djihadistes utiles et d'autres non. Il vaut mieux manœuvrer les djihadistes que les combattre, ont pensé les Américains après les échecs en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie. Avec les talibans, on peut aussi trouver un accord: ainsi, en 2018 déjà, ils ont demandé aux Pakistanais, parrains des talibans, de libérer le mollah Baradar (photo, ci-dessous) et les danses de Doha ont commencé. Un spectacle que tout le monde a apprécié parce que personne, à cette époque, ne s'y est opposé.

VMXF3CY2WFFTDPWCEUK5FUDB2E.jpg

Bien sûr, il fallait vendre les Afghans qui avaient cru en l'Occident aux anciens bourreaux, mais la Maison Blanche n'est nullement tourmentée de scrupules, tant avec Trump qu'avec Biden. Après tout, en octobre 2019, Trump avait vendu les Kurdes, courageux alliés des États-Unis contre Isis, à la Turquie d'Erdogan: où est le mal à le faire à nouveau? Après tout, l'OTAN et les Européens digèrent tout.

C'est en utilisant des extrémistes islamiques que les États-Unis ont commencé leurs aventures dans ces régions: dans les années 1980, avec le Pakistan et l'Arabie saoudite, ils ont soutenu les moudjahidines afghans contre l'URSS. Beaucoup étaient des djihadistes, mais en Occident, nous les appelions "combattants de la liberté". Ce fut un succès: l'URSS a perdu la guerre et s'est retirée en 1989, laissant un gouvernement qui a duré seulement trois ans de plus.

combattantssyrie.jpg

Ensuite, les Américains ont également tenté en Syrie, avec la complicité de la Turquie d'Erdogan, de renverser Bachar El Assad: mais là, ils ont été stoppés en 2015 par la Russie renaissante de Poutine.

Lesdjihadistes avaient également contribué, à l'époque, à éliminer le régime de Kadhafi en 2011. Des guérilleros libyens et des djihadistes revenant d'Irak et d'Afghanistan étaient transportés de la Libye vers la Turquie pour traverser le territoire syrien avec des Tunisiens, des Tchétchènes, des Marocains, etc. La secrétaire d'État Hillary Clinton, dont l'équipe comprenait alors Toni Blinken, l'actuel chef de la diplomatie américaine, a pensé former une alliance de complaisance avec les djihadistes libyens anti-Assad en envoyant l'ambassadeur Chris Stevens à Benghazi: il a été tué par les salafistes d'Ansar Al Sharia le 11 septembre 2012. Et Clinton a perdu la Maison Blanche.

EN NE GÉRANT PAS le chaos qu'ils avaient eux-mêmes créé, les Américains ont essayé de l'utiliser contre leurs rivaux. En Irak, les États-Unis se sont retirés sous la présidence d'Obama en 2011, laissant le pays à son sort après l'avoir envahi en 2003 avec le mensonge des armes de destruction massive: le pays est tombé aux mains d'Al-Qaïda puis d'Isis.

Ces djihadistes ont été utiles pour enliser l'Iran, parrain du gouvernement local: en 2014, les Pasdarans et les milices chiites ont dû intervenir pour arrêter le califat aux portes de Bagdad. Bloquer le Croissant chiite et le mettre sous pression était le véritable objectif géopolitique de Washington. Une fois la mission accomplie, les Américains ont livré les Kurdes au massacre par les Turcs, éliminé Al Baghdadi et, le 3 janvier 2020, tué le général iranien Qassem Soleimani à Bagdad avec un drone.

Maintenant, les États-Unis sont partis, pour la deuxième fois, même de l'Irak, laissant la place à l'OTAN avec un contingent sous le commandement de l'Italie. Et après la défaite à Kaboul, nous devons croiser les doigts, car ils laissent généralement une terre brûlée derrière eux.

1258doha317907.JPG

LES ACCORDS DE DOHA étaient censés rendre l'Afghanistan aux Talibans, complices d'Al-Qaïda le 11 septembre 2001, mais aussi héritiers des moudjahidines préférés des antisoviétiques. En bref, il s'agissait d'une bonne opération pour s'effacer et rétablir "l'ordre" après avoir constaté l'échec de l'exportation de la démocratie libérale.
Lorsqu'ils ont commencé à négocier au Qatar, les Etats-Unis étaient conscients qu'ils allaient démanteler la "bulle" pro-occidentale dans un Afghanistan déjà contrôlé à 50% par les Talibans. Il suffisait d'un coup de vent et tout s'effondrait entre leurs mains.

Le 2 juillet, les États-Unis ont fermé de nuit la base de Bagram, sans prévenir l'armée afghane, en coupant l'électricité et l'eau: Kaboul était alors déjà perdue. Le message a été dévastateur pour le moral des soldats afghans qui se sont également retrouvés sans couverture aérienne en raison du retrait des techniciens et des contractants. Le timing a été mal calculé et les États-Unis et l'OTAN se sont retrouvés dans le chaos de l'aéroport et dans une évacuation plus chaotique que celle de Saigon 1975, où, toutefois, il n'y avait pas de kamikazes à affronter.

medium_2021-08-27-6f6a9643b5.jpg

ISIS-KHORASSAN ne sort pas de nulle part. Fondée en 2015, elle a mené quelque 70 attaques et a massacré le 8 mai 55 étudiants à Kaboul. Les Américains, l'armée afghane, les talibans et même Al-Qaïda s'étaient mobilisés pour la combattre. Avec l'attaque de Kaboul, Isis-K avait quatre objectifs : 1) frapper les États-Unis ; 2) saper la crédibilité de l'"ordre" taliban ; 3) frapper le rival Al-Qaïda ; 4) envoyer un message au djihad mondial, de l'Asie à l'Afrique du Nord, du Moyen-Orient au Sahel. Le retrait américain peut provoquer un effet domino sur la sécurité internationale.

Ce que nous voyons est un avant-goût du chaos à venir en Afghanistan et dans d'autres régions critiques du monde. Maintenant, raccourcir le délai et fuir laisserait, selon la plupart des estimations, des centaines de citoyens américains et des milliers de collaborateurs afghans bloqués en territoire hostile. Tous les candidats deviennent des otages. Mais rester plus longtemps serait une invitation à de nouvelles attaques terroristes contre l'aéroport par Isis-K et, après le 31 août, par les Talibans eux-mêmes. Le court-circuit djihadiste, déclenché il y a 40 ans par les États-Unis, électrocute et incinère ses opérateurs maladroits.

Kaboul aujourd'hui signifie la fin de l'impérialisme. Nous n'avons plus besoin de l'OTAN

unSPamnamed.jpg

Kaboul aujourd'hui signifie la fin de l'impérialisme. Nous n'avons plus besoin de l'OTAN

Entretien avec le diplomate italie Sergio Romano

Propos recueillis par Umberto De Giovannangeli

Source : Il Riformista & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/kabul-e-la-fine-dell-imperialismo-noi-non-abbiamo-bisogno-della-nato

"Kaboul est la fin de l'impérialisme, de l'occupation de l'Afghanistan, illimitée dans le temps", a déclaré l'ancien ambassadeur Romano.

sergio-romano-il-rischio-americano-9788830420205-3-197x300.jpgLes leçons sont toujours les bienvenues lorsqu'elles sont données par des "professeurs" qui ont maîtrisé le sujet avec sagesse et avec une réelle indépendance politique et intellectuelle. Une leçon d'histoire et de géopolitique. Il s'agit de celle accordée à Il Riformista par l'un des analystes les plus autorisés en matière de politique étrangère, un profond connaisseur de la "planète USA", ainsi que de celle de la Russie : l'ambassadeur Sergio Romano. Au cours de sa longue et prestigieuse carrière diplomatique, il a été, entre autres, ambassadeur auprès de l'OTAN et ambassadeur à Moscou (1985-1989), dans l'Union soviétique de l'époque. Il a été professeur invité à l'Université de Californie et à Harvard, et a enseigné aux Universités de Pavie, Sassari et Bocconi à Milan. Parmi ses nombreux écrits, citons, à propos de l'Amérique, Il rischio americano (Longanesi, 2003) ; Il declino dell'impero americano (Longanesi, 2014) ; Trump e la fine dell'American dream (Longanesi, 2017).

En août 2019, l'ambassadeur Romano a écrit un article pour le Corriere della Sera qui, à la lumière des événements actuels, a une sorte de valeur prophétique, et cela, dès le titre: "Afghanistan, la guerre inutile". Et les risques du retrait américain. "Les 18.000 soldats que le président Trump veut retirer d'Afghanistan sont présents dans la région depuis 18 ans. Ils sont arrivés en octobre 2001, avec quelques milliers de soldats européens, lorsque le gouvernement américain, après l'attaque terroriste d'Al-Qaïda contre les tours jumelles, a demandé au gouvernement de Kaboul d'extrader son chef, Oussama ben Laden, qui avait trouvé refuge dans le pays. Les Afghans ont invoqué le devoir sacré d'hospitalité et les forces américaines ont répondu en envahissant l'Afghanistan. Ils ont gagné rapidement sur le terrain, mais ont dû se rendre compte qu'une victoire militaire dans les montagnes de l'Afghanistan peut être illusoire. Les Britanniques et les Russes l'avaient déjà appris lorsqu'ils se sont disputé le pays au XIXe siècle, dans un jeu qui a duré plusieurs décennies et qui a été appelé le "grand jeu". Les Soviétiques l'ont également appris lorsqu'ils sont intervenus militairement en 1979...". L'Amérique avait l'intention de participer à ce "grand jeu". En perdant.

Fuite, trahison, reddition de l'Ouest. Beaucoup se sont aventurés à définir les événements en Afghanistan. Ambassadeur Romano, quelle est votre clé d'interprétation?

Je ne veux pas aller trop loin, mais je pense que pour comprendre les événements d'aujourd'hui, il est bon de remonter dans le temps, dans ce cas à l'époque des empires coloniaux qui ont caractérisé l'histoire des États-Unis et de l'Europe pendant de nombreuses décennies. Aujourd'hui, les empires coloniaux sont en train de disparaître. Ces empires n'ont plus aucune raison d'exister. Mais un certain désir de continuer à récupérer les pouvoirs perdus existe toujours dans les sociétés politiques des États-Unis, de l'Europe, de l'Occident en général. Il y a toujours une tentative de récupérer les espaces perdus. L'Afghanistan est donc devenu, pour ainsi dire, le morceau le plus convoité, notamment en raison du grand désordre qui y a toujours régné. Tout cela a ouvert des perspectives. Cela dit, il faut se demander si tout cela avait un sens dès le départ. Parce que, franchement, à l'époque des empires coloniaux, cela avait un sens: il y avait une compétition, cette compétition était en quelque sorte justifiée par les relations internationales et aussi dans certains cas par des considérations purement économiques, c'est-à-dire qu'il y avait là quelque chose qui pouvait être utile aux divers protagonistes en place et donc ils ont tous essayé de mettre la main dessus. Dans cette affaire afghane, il y a une note de contre-temps, ce qui la rend parfois même un peu ridicule. Ce jeu de l'impérialisme défunt....

8830439924SRam9788830439924-195x300.jpgEn Europe, et aussi dans notre pays, un doigt accusateur a été pointé sur Joe Biden. Et maintenant, Trump a rejoint le mouvement. Considérez-vous le président américain comme un "traître" pour les Afghans ?

Non. Au contraire, cela me suggère une autre considération qui concerne les États-Unis en particulier. Je dis cela parce que je ne me souviens pas d'une autre situation dans laquelle un président américain a été une victime de ce genre, esclave de motifs strictement électoraux. Une petite élection qui se profile à l'horizon, une visite dans un endroit où il y a des gens qui, je l'espère, voteront pour moi aux prochaines élections, mais je sais qu'ils ont ce désir particulier, cette fixation particulière... Bref, non seulement les États-Unis font partie des pays qui, d'un point de vue impérial, sont les plus menacés, parce qu'ils sont en train de perdre ce qu'ils avaient, si, du moins, on pouvait considérer qu'ils possédaient réellement l'Afghanistan, mais, de plus, ils sont aussi très conditionnés par des considérations purement électoralistes. Et les considérations de cette nature produisent d'autres difficultés et problèmes. C'est ainsi et ce sera encore le cas pendant un certain temps.

En parlant de ça, précisément. Il y a vingt ans, l'intervention militaire en Afghanistan était justifiée comme un acte nécessaire dans la guerre contre le terrorisme, après l'attaque des tours jumelles. Maintenant, Biden, s'adressant en rafale au peuple américain, prétend que cet objectif a été atteint avec l'expulsion d'Al-Qaïda d'Afghanistan et l'élimination d'Oussama Ben Laden. Mais si c'est le cas, que faisons-nous dans ce pays depuis tout ce temps ?

Ici aussi, il faut revenir une fois de plus à ce problème de la crise des empires coloniaux. Lorsque les empires coloniaux sont devenus plus acceptables qu'ils ne l'avaient été dans le passé mais davantage critiqués par une partie de l'opinion publique, il est arrivé que de nombreux pays tentent de leur donner une couverture sublime en disant qu'ils étaient des pays de bons maîtres philanthropiques, qu'ils aideraient les générations futures de leurs citoyens coloniaux à devenir des citoyens modernes. Nous nous sommes tous, d'une manière ou d'une autre, promus ainsi en tant que maîtres, en tant qu'enseignants généreux dans un monde colonial, comme pour racheter notre passé de colonialistes et, en même temps, pour préserver une présence, parce que c'était ce qui était vraiment prévu. Et donc nous constatons ces situations, où les gens justifient leur présence ou leur désir d'être présents, avec un bel alibi moral. Ce en quoi il faut croire, ce sur quoi il faut parier ces jours-ci est plutôt limité, mais quant au sujet de notre conversation, je dirais que cette condescendance post-colonialiste est ce qui s'est réellement passé, et cela, permettez-moi d'ajouter, en regardant ces vingt années.

519YWQ7XUYL._SX336_BO1,204,203,200_.jpgEn parlant d'empires. L'Afghanistan a été appelé, historiquement, "le cimetière des empires". Est-ce aussi le "cimetière" de l'OTAN ?

J'avoue qu'il ne faut jamais dire oui d'avance à quelque chose que l'on veut mais qui ne s'est pas encore réalisé. Parce que franchement, si cela devait se produire, je dirais tout d'abord que cela découle d'une certaine logique. Parce que l'OTAN aussi est dans une situation similaire à certains égards, d'un point de vue politique et moral, à ce que je vous disais tout à l'heure, c'est-à-dire similaire à ces empires qui se promeuvent comme enseignants, missionnaires, savants. L'OTAN est également à la recherche d'un rôle international. Avec la fin de la guerre froide, l'OTAN aurait dû se retrouver dans la catégorie des organisations internationales au chômage. Et comme à un certain moment, certaines personnes, même de bonne foi, ont pensé qu'après tout, l'OTAN représente encore un lien de l'Europe avec les États-Unis qu'il ne serait pas prudent de gâcher, il y a donc cette tentative de l'OTAN de se réévaluer, de démontrer qu'elle a encore un but, une certaine utilité. Je regarde surtout vers nous, vers l'Europe, parce qu'en Europe il y a des pays et des groupes sociopolitiques qui raisonnent en ces termes sur l'OTAN. Ce discours de revalorisation de l'OTAN en ces termes présente un inconvénient extraordinaire pour nous, Européens. Parce que cela nous fait oublier que le prochain mouvement de l'Union européenne devrait être de reconstruire la CED, la Communauté Européenne de Défense, qui avait été par la suite torpillée par le Parlement français. Nous devons faire revivre la CED. Elle ne s'appellera plus comme ça, elle s'appellera l'Union européenne de défense ou quelque chose comme ça. Nous n'avons plus besoin de l'OTAN. Nous avons besoin de l'Union européenne de défense (UED).

En Italie, un débat s'est ouvert sur le fait de négocier ou de ne pas négocier avec les Talibans. Entre-temps, le directeur de la CIA a rencontré le chef des talibans à Kaboul il y a quelques jours. Comment dire? N'y a-t-il pas un peu d'hypocrisie dans tout ce tapage?

Je dois dire que le réalisme finit toujours par l'emporter. Et même ceux qui se sont exposés en déclarant qu'il était impossible de parler aux talibans finiront tôt ou tard par dire qu'il faut parler aux talibans. Il s'agit d'un type de logique qui présente de nombreux inconvénients. Car lorsque vous parlez à une organisation qui est si éloignée de ce que nous considérons comme la démocratie politique, ou l'État de droit, ou encore l'égalité des sexes, etc., c'est comme si vous l'aviez promue, autorisée à exister. J'avoue que cela me dérange un peu. L'idée que nous devions parler à ces gens m'agace. Bien sûr, chacun a sa propre justification pour exister, mais parler à ceux qui, à moins de changer d'avis, continueront à être ce qu'ils ont toujours été, eh bien, c'est vraiment difficile à accepter. Ils sont la négation de tout ce que nous considérons comme utile pour le plus grand nombre de personnes possible. Ils sont exactement le contraire. Parce que les Talibans ne sont pas une formation politique. Ce sont des "missionnaires". Et raisonner avec les missionnaires n'est jamais facile, et parfois c'est même carrément  inutile.

lundi, 23 août 2021

La chute de Kaboul : le retour des Talibans et ses implications géopolitiques

Afghanistan-pourquoi-les-talibans-ont-repris-si-rapidement-le-pouvoir.jpg

La chute de Kaboul : le retour des Talibans et ses implications géopolitiques

Ex: https://katehon.com/ru/article/padenie-kabula-vozvrashchenie-talibov-i-geopoliticheskie-posledstviya

En quelques jours, l'Afghanistan a vu s'effondrer le pouvoir établi par les Américains après l'intervention de 2001. En l'espace d'une semaine, les talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) ont occupé 24 des 36 provinces et pris le contrôle des frontières. En quelques heures, les principales villes du pays sont tombées, le président Ashraf Ghani a démissionné et s'est enfui, et les talibans sont entrés triomphalement dans Kaboul. Les changements en Afghanistan pourraient affecter toute la géopolitique de l'Eurasie. De nombreux experts comparent l'effondrement des structures étatiques et militaires du régime pro-américain en Afghanistan à l'effondrement du Sud-Vietnam après la signature de l'"accord de paix de Paris" en 1973.

Toutefois, à cette époque, le retrait des troupes américaines a marqué leur défaite et la victoire de leur principal adversaire géopolitique, l'URSS. Maintenant, malgré toutes les critiques à l'encontre des Américains, on ne peut pas dire que leur retrait signifie une victoire automatique pour l'un de leurs principaux adversaires géopolitiques, la Russie ou la Chine.

Contexte

Contrairement à la thèse selon laquelle l'Afghanistan est le "cimetière des empires", l'espace des vallées montagneuses inaccessibles a été conquis et incorporé aux formations impériales continentales à de nombreuses reprises dans l'histoire. Depuis l'ère achéménide (6ème siècle avant J.-C.), le futur Afghanistan a été conquis par les Perses, les Grecs et les Macédoniens, les Parthes, les Tokhariens, les Hephtalites, les Turcs, les Arabes et les Mongols. L'Afghanistan faisait partie de l'empire de Tamerlan et de ses successeurs, puis fit partie de l'empire moghol. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle qu'une seule puissance, l'"Empire Durrani", s'est formée sur le territoire de ce que nous appelons aujourd'hui l'Afghanistan.

Greco-BactrianKingdomMap.jpg

Au XIXe siècle, le territoire est devenu un espace de rivalité entre les empires russe et britannique, ce que l'on a appelé le "Grand Jeu". La Russie se déplace vers le sud, en Asie centrale et vers l'Iran. L'impératif général de la géopolitique russe était d'atteindre les "mers chaudes". La Grande-Bretagne craint une menace militaire russe pour l'Inde et cherche à bloquer les mouvements russes vers le sud. En général, cette stratégie a été mise en œuvre: l'émirat d'Afghanistan est devenu un protectorat britannique et la plupart des territoires de l'ethnie pachtoune - le principal groupe ethnique d'Afghanistan - ont fait partie de l'Inde britannique (qui est passée au Pakistan après la décolonisation).

Afghanistan-carte-1893.png

artoff8213-0c1eb.jpg

Au vingtième siècle, l'Afghanistan est redevenu une arène de confrontation russo-britannique. En 1919, après avoir déclaré sa pleine indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne, le royaume d'Afghanistan est devenu le premier État à reconnaître la Russie soviétique. L'Afghanistan (ainsi que l'Iran) intéressait l'Allemagne nationale-socialiste. Pendant la guerre froide, l'URSS a réussi à maintenir l'Afghanistan dans sa sphère d'influence. Cependant, l'accent mis sur l'introduction de l'idéologie marxiste et de la modernisation dans un pays traditionaliste après le renversement de la monarchie en 1973, et surtout la révolution d'avril 1978, a conduit à la déstabilisation du pays.

histo-russes-sovietiques-armee-afghanistan-invasion.jpg

afgha4.jpg

L'invasion soviétique en 1979 a fait de l'Afghanistan un front clé de la guerre froide, où les États-Unis (soutenus par l'Arabie saoudite et le Pakistan) ont apporté une aide maximale à l'opposition islamiste.

Le fondamentalisme islamique pendant la guerre froide et le moment unipolaire

Le fondamentalisme sunnite (tant le wahhabisme que d'autres formes parallèles d'islam radical interdites en Russie), contrairement au fondamentalisme chiite, plus complexe et géopolitiquement ambigu, a servi à l'Occident à contrer les régimes laïques "gauchistes", socialistes ou nationalistes et le plus souvent pro-soviétiques. En tant que phénomène géopolitique, le fondamentalisme islamique faisait partie de la stratégie atlantiste, œuvrant pour la puissance maritime contre l'URSS en tant qu'avant-poste de la puissance terrestre.

L'Afghanistan était un maillon de cette stratégie géopolitique. La branche afghane du radicalisme islamique a été mise en lumière après l'invasion soviétique de l'Afghanistan en 1979. À cette époque, une guerre civile avait déjà éclaté en Afghanistan, où l'Occident et ses alliés inconditionnels de l'époque, le Pakistan et l'Arabie saoudite, soutenaient les radicaux islamiques contre les forces laïques modérées désireuses de s'allier avec Moscou. Il n'y avait pas de vrais libéraux ou communistes, mais il y avait une confrontation entre l'Ouest et l'Est. Ce sont les fondamentalistes islamiques qui ont parlé au nom de l'Occident.

Lorsque les troupes soviétiques sont entrées en Afghanistan, l'Occident a soutenu encore plus activement les radicaux islamiques contre les "occupants athées". La CIA a envoyé en Afghanistan Oussama ben Laden, qui a ensuite créé Al-Qaïda (une organisation interdite dans la Fédération de Russie), et a été ouvertement incitée à faire la guerre aux communistes par Zbigniew Brzezinski.

En plaçant cette période des années 80 sur une ligne de temps géopolitique : l'Afghanistan des années 80 était un champ de confrontation entre deux pôles. Les dirigeants laïques se sont appuyés sur Moscou et les moudjahidin sur Washington.

Le retrait soviétique en 1989 est l'un des symptômes de la défaite géopolitique de l'URSS dans la guerre froide. Pour l'Afghanistan lui-même, elle a marqué la poursuite de la guerre civile qui a abouti en 1996 au transfert du pouvoir sur la majeure partie du pays au mouvement fondamentaliste des Talibans, originaire du Pakistan. 

5c5be7e515e9f948f6608b1d.jpg

La deuxième décennie géopolitique de notre chronologie se situe dans les années 1990. C'est à ce moment-là que l'ordre mondial unipolaire ou "moment unipolaire" (par Charles Krauthammer) est établi. L'URSS s'effondre, et les forces islamistes cherchent activement à opérer dans les anciennes républiques soviétiques, surtout au Tadjikistan et en Ouzbékistan. La Fédération de Russie est également en train de devenir une zone de guerre pour les radicaux islamiques pro-américains. Cela concerne principalement la Tchétchénie et le Caucase du Nord, mais aussi la région de la Volga. L'Occident continue d'utiliser ses alliés pour attaquer le pôle eurasiatique. Dans un monde unipolaire, l'Occident - désormais le seul pôle - utilise les anciens moyens pour achever (car cela semblait alors irréversible) un adversaire vaincu.

En Afghanistan même, dans les années 1990, la montée des talibans commence. Il ne s'agit pas seulement d'une tendance au fondamentalisme, mais d'une force qui unit le plus grand groupe ethnique d'Afghanistan - les tribus nomades pachtounes, descendants des nomades indo-européens d'Eurasie. Leur idéologie est une excroissance du salafisme, apparentée au wahhabisme et à Al-Qaïda (interdit dans la Fédération de Russie). "Les Talibans sont opposés à d'autres forces, principalement sunnites, mais ethniquement distinctes - les Tadjiks indo-européens et les Turcs ouzbeks, ainsi que les Hazaras iranophones mixtes(photos de jeunes filles,ci-dessous), qui professent l'islam chiite. Les talibans sont à l'offensive ; leurs adversaires - principalement l'Alliance du Nord - sont en retraite. Les Américains soutiennent les deux, mais l'Alliance du Nord cherche le soutien pragmatique des ennemis d'hier : les Russes.

Les-Hazaras-dAfghanistan-saisis-par-le-chagrin-et-la-peur.JPG

Au cours des années 90, la Russie, ancien pôle opposé dans un monde bipolaire, s'est progressivement affaiblie et, dans un monde de plus en plus unipolaire, l'islamisme radical entretenu par l'Occident est devenu un fardeau désagréable pour les États-Unis, de moins en moins pertinent dans ce nouvel environnement. Cependant, l'inertie du fondamentalisme islamique est si grande qu'il n'est pas prêt de disparaître au premier ordre de Washington. En outre, son succès oblige les dirigeants islamiques à prendre la voie d'une politique indépendante. En l'absence de l'URSS, les fondamentalistes islamiques commencent à se penser en tant que force indépendante et, en l'absence de l'ancien ennemi (les régimes "de gauche" pro-soviétiques), ils tournent leur agression contre le maître d'hier.

En 2001, les États-Unis ont imputé à l'organisation d'Oussama ben Laden, un Saoudien qui avait auparavant collaboré avec les États-Unis pour aider les moudjahidines afghans, les attentats contre les tours jumelles du World Trade Centre à New York et contre le Pentagone. La direction d'Al-Qaïda (interdite dans la Fédération de Russie) étant basée en Afghanistan, les États-Unis ont lancé une invasion du pays sous le prétexte d'une "guerre contre le terrorisme". Le 20e anniversaire de l'occupation américaine commence et, parallèlement, les États-Unis envahissent l'Irak en 2003.

irak-statue.jpg

La fin de l'"Empire" - ou un repli tactique ?

Le pourquoi et la raison du retrait des Américains sont des questions essentielles. Le retrait a été planifié et promis par Donald Trump, et la plupart du contingent a été retiré sous Obama, et il ne restait plus beaucoup d'Américains ces dernières années. Pour Trump, il s'agissait d'une décision compréhensible de réduire la présence mondiale, de se recentrer sur le Pacifique au lieu du Moyen-Orient, et davantage sur l'Amérique elle-même.

Joe Biden est un mondialiste, mais les mondialistes les plus radicaux, les néoconservateurs, étaient contre le retrait d'Afghanistan. Des acteurs comme l'intellectuel mondialiste - indicateur de la volonté du "gouvernement mondial" conventionnel, j'ai nommé Bernard Henri Levy - l'étaient aussi. Peut-être était-ce l'affaiblissement de l'empire américain lorsqu'une présence en Afghanistan a été jugée inutile et pesante.

Nous assistons donc peut-être à l'effondrement des États-Unis, qui ne peuvent plus se permettre de répartir leurs ressources autant qu'ils le faisaient auparavant.

Toutefois, il est préférable de partir du principe que les Américains ont une sorte de plan précis concernant le retrait des troupes. Même si ce plan n'existe pas aujourd'hui, cela ne signifie pas qu'il n'émergera pas en situation. Toutefois, ce plan sera déjà sans ambiguïté réaliste, c'est-à-dire orienté non pas vers la diffusion de la démocratie et des valeurs libérales, mais vers la création de conditions favorables pour les États-Unis en termes d'équilibre des forces. En général, la présence américaine en Afghanistan était déjà un plan bien défini - derrière la façade de la lutte contre le terrorisme et le projet de création d'un État national, Washington a créé un gouvernement fantoche et une armée fantôme, qui n'avait pas de réelle puissance de combat: sans chars, sans artillerie et sans avions, elle n'agissait que comme une force de soutien pour les envahisseurs américains et l'OTAN. Après le refus des États-Unis de soutenir directement les troupes officielles en Afghanistan, elle s'est tout simplement évaporée, bien qu'elle ait tenté d'opposer une résistance dans certaines villes.

Les intérêts des acteurs extérieurs, principalement les États-Unis et le Royaume-Uni, sont de déstabiliser l'Afghanistan après leur départ. Il est logique d'attendre d'eux qu'ils travaillent à la fois avec les dirigeants talibans et les militants sur le terrain.

L'Afghanistan est géographiquement situé de telle sorte qu'il constitue une base idéale pour déstabiliser également l'Asie centrale, donc la Russie, la Chine (à proximité du Xinjiang), l'Iran et le Pakistan. C'est-à-dire qu'elle est l'épicentre des pressions exercées sur les pôles actuels et potentiels d'un monde multipolaire.

En savoir plus sur les Talibans

Le mouvement taliban qui arrive au pouvoir est très diversifié. Ils ne sont ni wahhabites ni salafistes (représentants d'un "islam pur" qui nie les traditions tribales). Il existe des tendances rigoristes et soufies au sein du mouvement, bien que l'école d'islam Deobandi, relativement puritaine, prédomine. Les Talibans se décrivent comme des défenseurs du madhhab Hanafi de l'Islam sunnite dans sa version traditionnelle afghane. Dans l'ensemble, il s'agit de fondamentalisme avec une forte connotation nationaliste pachtoune.

000_9EY6AX.jpg

Il y a aussi les Talibans pakistanais Tehreek-e-Taliban Pakistan (PTT), qui sont répandus parmi les Pachtounes au Pakistan. Il a été formé en 2007 et est le groupe d'opposition armé le plus important et le plus actif du Pakistan. Il a été formé par plusieurs petits groupes opérant dans les zones tribales du Pakistan et, dans une moindre mesure, dans la province de la Frontière du Nord-Ouest (aujourd'hui le Khyber Pakhtunkhwa), et a toujours été presque entièrement composée de Pachtounes. L'armée pakistanaise a mené des opérations de ratissage contre eux et le TTP a répondu par des attaques terroristes, y compris contre des civils qui n'étaient associés que de loin à l'État pakistanais.

En 2020, le TTP a montré des signes de résurgence, ses membres ayant perpétré plus de 120 attaques, et ces dernières semaines, le groupe a intensifié ses activités au Waziristan. Rien qu'en juillet 2021, le TTP a mené 26 attaques.

Il est intéressant de noter que le TTP a récemment déplacé la plupart de ses membres de l'est de l'Afghanistan, où il était basé depuis plusieurs années, et qu'il bénéficie désormais du patronage du réseau Haqqani dans le sud-est. Le réseau Haqqani, longtemps considéré par les États-Unis comme une organisation insurrectionnelle distincte, est une composante des talibans afghans mais jouit d'un haut degré d'autonomie. Le réseau Haqqani a également été identifié par certains experts comme la composante des talibans la plus proche des services de sécurité pakistanais. Il est révélateur que le réseau ait accepté de rompre ses liens avec le TTP il y a quelques années sous la pression des autorités pakistanaises.

Maintenant, tous ceux qui se battent sous la bannière des talibans sont unis par un adversaire commun. Cependant, une fois qu'il aura disparu, les dirigeants du mouvement seront confrontés à la question de la formation d'un champ étatique unifié dans une situation où les chefs de guerre sur le terrain commencent à se partager le pouvoir. La question sérieuse est de savoir si les talibans seront en mesure de construire un État viable garantissant la sécurité de ses voisins dans un environnement pacifique. Une situation pourrait théoriquement se produire où des seigneurs de la guerre individuels dans certaines régions commenceraient à fournir une base pour des organisations extrémistes plus radicales visant la Russie, l'Iran, la Chine et les pays d'Asie centrale.

Un cri de désespoir occidental

Les évaluations de la situation en Afghanistan par les analystes occidentaux ne sont pas sans intérêt. Par exemple, il existe une opinion selon laquelle la chute de Kaboul est bénéfique pour Moscou. Selon le Royal United Services Institute (Grande-Bretagne), "les troubles en Afghanistan ont donné à la Russie l'occasion d'accroître son influence en Asie centrale. Les talibans contrôlent la majeure partie de la frontière entre l'Afghanistan et le Tadjikistan, le pays le plus pauvre de la région, qui a déjà accueilli de nombreux réfugiés afghans et s'est tourné vers Moscou pour obtenir de l'aide. Le Tadjikistan abrite l'une des rares bases étrangères de la Russie, avec plus de 6000 soldats russes, et est membre de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par la Russie, une alliance plus petite et plus faible que le Pacte de Varsovie pendant la guerre froide.

MinOboron TJ.jpg

La Russie a déployé des troupes à la frontière entre l'Afghanistan et le Tadjikistan et a déclaré que l'OTSC était "prête à déployer tout son potentiel militaire pour aider le Tadjikistan" si la situation en Afghanistan se détériorait. Au cours des prochains mois, la Russie et les pays d'Asie centrale effectueront une série d'exercices à la frontière afghane afin de maintenir leurs forces armées en état de repousser toute incursion extrémiste en provenance d'Afghanistan.

Entre-temps, les pays d'Asie centrale - peut-être à la demande de Moscou - ont rejeté les demandes de Washington d'autoriser le stationnement sur leur territoire de certaines troupes américaines quittant l'Afghanistan. Quoi qu'il en soit, compte tenu de leur besoin d'assistance militaire, ils sont probablement d'accord avec la Russie pour dire que si 100.000 soldats de l'OTAN dirigés par les États-Unis ne parviennent pas à stabiliser l'Afghanistan, ils n'y parviendront pas avec une présence militaire plus réduite en dehors du pays.

Sur un autre plan, les impératifs politiques ont modifié l'attitude de la Russie à l'égard du Pakistan, qui a soutenu les talibans. Pendant la guerre froide, Moscou considérait le Pakistan comme un foyer d'extrémisme déstabilisateur en Asie centrale et du Sud. Mais avec le retrait américain visible à l'horizon politique depuis 2014, la Russie a tout cherché, des armes et vaccins contre le COVID-19 aux investissements dans un gazoduc allant de Karachi à Lahore, auprès du Pakistan, dans l'espoir qu'Islamabad utilise son influence auprès des talibans pour promouvoir un accord de paix en Afghanistan."

Dans l'ensemble, la diplomatie et la crédibilité internationale de la Russie seront soumises à un nouveau test dans l'arène politique intérieure de l'Afghanistan. Si un accord de paix global peut être conclu, il pourra être porté à l'actif de Moscou. En cas d'escalade de la violence, les autres scénarios dépendront des situations spécifiques. D'une manière ou d'une autre, la Russie donne la priorité à la sécurité régionale.

Luke Hunt, spécialiste de l'Afghanistan, note ironiquement qu'"en 2009, CNN a rapporté que certains experts pensaient que l'armée américaine payait des miliciens pour qu'ils quittent les talibans dans le cadre d'un soi-disant "programme de loyauté temporaire". Les seigneurs de la guerre sont payés pour se battre, et parfois ils sont payés pour ne pas se battre, et dans les semaines qui ont précédé la chute de Kaboul, les militaires se sont évaporés, et les seigneurs de la guerre ont simplement ouvert les portes et laissé les talibans entrer dans leurs convois de SUV japonais. La question est de savoir qui les a payés. Pour trouver des indices, nous devrions regarder qui a le plus à gagner du retour au pouvoir des talibans. En clair, une offensive de cette ampleur n'aurait pas été possible à l'insu du Pakistan ou de ses services de renseignement, qui sont passés maîtres dans l'art de chuchoter depuis les coulisses."

Si cette observation est vraie, les États-Unis tenteront de venger sur le Pakistan pour leur honte et leur perte de crédibilité. Cela éloignera Islamabad de Washington et, surtout, fera le jeu de la Chine, qui est le principal sponsor et partenaire stratégique du Pakistan.

Il y a aussi l'opinion que la fuite de Kaboul était pire que celle de Saigon. Et Biden a été l'auteur de facto de la pire catatrophe de la politique étrangère américaine.

Et un éditorial du Wall Street Journal accuse l'administration de la Maison Blanche de ce qui s'est passé :

"La déclaration faite samedi par le président Biden, qui s'est lavé les mains de l'Afghanistan, mérite d'être considérée comme l'une des plus honteuses de l'histoire, faite par le commandant en chef à un tel moment de recul des Américains. Alors que les talibans s'approchaient de Kaboul, Biden a envoyé une réaffirmation du rejet des États-Unis qui le dédouanait de toute responsabilité, rejetait la faute sur son prédécesseur et, plus ou moins, poussait les talibans à prendre le pouvoir dans le pays. Avec cette déclaration de reddition, la dernière résistance de l'armée afghane s'est effondrée... Les djihadistes que les États-Unis ont renversés il y a 20 ans pour avoir hébergé Oussama ben Laden vont maintenant faire flotter leur drapeau au-dessus du bâtiment de l'ambassade américaine à l'occasion du 20e anniversaire du 11 septembre."

Aujourd'hui, pour la grande majorité des analystes politiques et des stratèges américains, le retrait d'Afghanistan est considéré comme une défaite cuisante.

1 gDcBoD8Mui8d-UtHWLa2bA.jpeg

Prévisions

Que réserve l'Afghanistan et ses voisins ? Il existe certaines tendances à court terme.

Les talibans eux-mêmes, qui sont déjà assez centralisés, tenteront d'achever la réorganisation administrative et de soumettre finalement toutes les factions militantes. Parallèlement, les talibans tenteront d'acquérir une légitimité internationale en mettant en avant leur vision d'un État - l'émirat d'Afghanistan.

771596-afghanistan-depuis-longtemps-plaque-tournante.jpg

Et comme la principale source de revenus des Talibans est le trafic de drogue, cela restera un problème pour ses voisins. En outre, un grand nombre de réfugiés sont attendus. Certains ont déjà franchi la frontière du Tadjikistan. Parmi les pays d'Asie centrale, le maillon faible est le Turkménistan, qui n'est membre d'aucun bloc militaire ou traité de sécurité régionale. La seule chose qui les garde en sécurité est le tampon du désert. D'une manière ou d'une autre, il s'ensuivra un afflux de réfugiés dans différentes directions depuis l'Afghanistan - certains fuiront effectivement par crainte des talibans, tandis que d'autres chercheront simplement une vie meilleure à l'étranger en se déguisant. Il est également important de souligner la possibilité que des extrémistes s'infiltrent dans d'autres pays en se faisant passer pour des réfugiés. Étant donné que des émissaires de l'ISIS (interdit dans la Fédération de Russie) opèrent dans le nord de l'Afghanistan et que les talibans les considèrent comme leurs ennemis, ces terroristes chercheraient également à fuir le pays.

Il faut également garder à l'esprit que l'exemple des Talibans peut servir d'inspiration à divers islamistes en Asie centrale.

Si l'on évalue l'équilibre entre les défis et les opportunités, des défis en matière de sécurité attendent tous les voisins de l'Afghanistan et la Russie. Beaucoup dépend maintenant des pays de la région qui négocient et communiquent avec les talibans eux-mêmes. L'implication du Pakistan est également importante. Il faut garder à l'esprit le conflit entre New Delhi et Islamabad, où l'Afghanistan était également un facteur important. Auparavant, les autorités pakistanaises ont accusé l'Inde d'utiliser l'Afghanistan comme une plate-forme par procuration contre le Pakistan, où sont déployés un réseau d'espions indiens et des cellules de séparatistes baloutches.

À long terme, il est intéressant de voir si ces développements auront une incidence sur la poursuite de l'effondrement de la Pax Americana. Dans une configuration unipolaire, les États-Unis n'ont pas conservé le contrôle de ce territoire géopolitique clé. Il s'agit maintenant de savoir si une réaction en chaîne d'effondrement se produira pour les États-Unis et l'OTAN, similaire à l'effondrement du camp socialiste, ou si les États-Unis conservent la puissance critique pour rester le numéro un mondial, même si ce n'est pas le seul acteur.

Si l'Occident s'effondre, nous vivrons dans un monde différent, dont les paramètres sont encore difficiles à imaginer, et encore moins à prévoir. Plus probablement, il ne s'effondrera pas encore. Il est au moins plus pragmatique de supposer que, pour l'instant, les États-Unis et l'OTAN restent les instances clés, mais dans le nouvel environnement - essentiellement multipolaire.

1552247.jpg

qOL36uk0X6Hx.jpg

Dans ce cas, il ne leur reste qu'une seule stratégie en Afghanistan. Celle qui est décrite de manière assez réaliste dans la dernière (8e) saison de la série d'espionnage américaine "Homeland". Là-bas, le scénario prévoit que les talibans avancent vers Kaboul et que le gouvernement fantoche pro-américain s'enfuit. S'élevant contre les impérialistes néocons paranoïaques et arrogants de Washington, le représentant du réalisme dans les relations internationales (le sosie d'Henry Kissinger au cinéma) Saul Berenson insiste sur la nécessité de négocier avec les talibans et d'essayer de les réorienter à nouveau contre la Russie. Autrement dit, la seule chose qui reste à faire pour Washington est de revenir à sa vieille stratégie de la guerre froide. Si le fondamentalisme islamique ne peut être vaincu, il doit être dirigé contre ses adversaires - nouveaux et en même temps anciens. Et surtout contre la Russie et l'espace eurasien.

C'est ce dont Joe Biden discute aujourd'hui dans le bureau ovale: comment s'assurer que l'Afghanistan des talibans dirige son agression vers le nord.

Un défi afghan pour la Russie

Que doit faire la Russie ? Du point de vue géopolitique, la conclusion est sans ambiguïté: l'essentiel est de ne pas laisser se concrétiser le plan américain (raisonnable et logique pour eux), qui vise à maintenir son hégémonie. Pour ce faire, il est nécessaire d'établir des relations avec le type d'Afghanistan qui est maintenant établi. Les premières étapes des négociations avec les talibans ont déjà été franchies par le ministère russe des Affaires étrangères. Et c'est un geste très judicieux.

En outre, la politique en Asie centrale devrait être revigorée avec l'aide d'autres centres de pouvoir qui cherchent à accroître leur souveraineté.

Il s'agit avant tout de la Chine, qui s'intéresse à la multipolarité et notamment à l'espace afghan, qui fait partie du territoire du projet One Belt, One Road.

Ensuite, il est très important de se rapprocher du Pakistan, qui devient de jour en jour plus anti-américain.

L'Iran, de par sa proximité et son influence sur les Hazaras (et pas seulement), peut également jouer un rôle important dans le règlement de la question afghane. Certains accords entre Téhéran et les Talibans ont probablement déjà été conclus, comme en témoignent les processions du Muharram qui se déroulent actuellement dans les centres de population chiites en Afghanistan.

La Russie doit certainement protéger et intégrer davantage ses alliés - le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et le Kirghizstan, ainsi que le Turkménistan, léthargique sur le plan géopolitique - dans ses plans militaro-stratégiques.

Si les talibans n'expulsent pas les Turcs en raison de leur participation à l'OTAN (comme l'a déclaré précédemment le porte-parole des talibans), des consultations devraient alors être établies avec Ankara également.

Le plus important est peut-être de persuader les pays du Golfe, surtout l'Arabie saoudite et l'Égypte, de ne pas jouer une fois de plus le rôle d'un outil obéissant entre les mains d'un empire américain qui s'incline vers son déclin.

Moscou dispose désormais de nombreux outils sur tous ces fronts. Il est également important d'étouffer le bruit sémantique des agents étrangers ouverts et secrets en Russie même, qui sont maintenant occupés à travailler à partir de l'ordre américain de diverses manières. L'essentiel est d'empêcher Moscou de poursuivre une stratégie géopolitique efficace en Afghanistan et de perturber (ou du moins de reporter indéfiniment) l'établissement d'un monde multipolaire.

 

 

Le commentaire de Massimo Fini:  Les vérités cachées sur l'Afghanistan

B9728011352Z.1_20210816185615_000+GSFIOFQQO.2-0.jpg

Le commentaire de Massimo Fini:  "Les vérités cachées sur l'Afghanistan"

On lira ici la sévère réprimande du grand intellectuel non-conformiste italien : "Dans les "derniers jours de Saigon" à la sauce afghane, il y a des implications grotesques. Dans un discours à la nation, Joe Biden a accusé les soldats de l'armée gouvernementale de ne pas être capables de se défendre. N'est-ce pas les Américains eux-mêmes, ainsi que certains de leurs alliés, dont l'Italie, qui se sont chargés de "former" l'armée loyaliste ?"

par Massimo Fini

Massimo Fini est un intellectuel libre qui a toujours été en dialogue avec le monde des non-alignés, critique du globalisme. Culture de la figure du Mollah Omar, il écrit dans Il Fatto quotidiano sur la question afghane, qui met en évidence les contradictions profondes de l'Occident par rapport aux dynamiques du grand jeu. Nous proposons à nos lecteurs le dernier article de l'intellectuel lombard sur la chute de Kaboul.

***

Dans les "derniers jours de Saigon" à la sauce afghane, il y a des implications grotesques. Dans un discours à la nation, Joe Biden a accusé les soldats de l'armée gouvernementale de ne pas être capables de se défendre. Mais comment se fait-il que ce soient les Américains eux-mêmes, ainsi que certains de leurs alliés, dont l'Italie, qui se soient chargés de "former" l'armée loyaliste ? L'Italie n'a peut-être pas été d'un grand secours puisqu'un de nos soldats, en essayant d'expliquer aux Afghans comment utiliser les armes, s'est tiré une balle dans la jambe. Peut-être qu'avant de se voir attribuer la fonction de "formateur", il aurait dû être formé. Cette histoire n'est pas sans rappeler celle du joueur portugais Figo, appelé à enseigner dans une école de football. Pour montrer comment tirer un penalty à la place du ballon, il a heurté le sol et s'est fracturé la cheville.

massimo-fini-1151486-330-540.jpg

Biden et tous ses partisans occidentaux ne pensent-ils pas, plutôt, que les soldats du gouvernement n'ont opposé aucune résistance, peut-être parce que la majorité de la population afghane préfère être gouvernée par les Talibans, qui sont toujours des Afghans, plutôt que par des étrangers ou leurs partisans?

Dans la confusion générale, il est nécessaire, pour la énième fois, de revenir à quelques points fixes.

L'agression occidentale de 2001 contre l'Afghanistan, qui a été couverte par l'ONU, a été motivée par la tragédie des tours jumelles dont les talibans auraient été complices. Le New York Times et le Washington Post, journaux dans ce cas au-dessus de tout soupçon, ont documenté que l'attaque contre l'Afghanistan avait été planifiée six mois avant le 11 septembre. De même, quelques années plus tard, il a été établi que les dirigeants talibans de l'époque n'étaient absolument pas au courant de l'attaque contre les tours jumelles. De toute façon, comme l'a rappelé Travaglio et comme nous l'avons écrit au moins cent fois, il y avait des Saoudiens, des Tunisiens, des Égyptiens, des Yéménites et des Arabes de toutes sortes dans ces commandos, tout sauf des Afghans, et même pas des Talibans. Et il n'y avait pas d'Afghans, encore moins de Talibans, dans les cellules réelles ou présumées d'Al-Qaïda découvertes plus tard.

De plus, à l'hiver 1998, après les attentats contre les ambassades américaines de Nairobi et de Dar es Salaam, Bill Clinton a proposé au mollah Omar d'éliminer Ben Laden, considéré comme l'inspirateur de ces attentats. Omar s'est dit prêt à le faire, à condition que les Américains cessent de bombarder les hauteurs de Khost, où ils pensaient que se cachait le calife saoudien, faisant des centaines de victimes civiles. Mais au dernier moment, Clinton a fait marche arrière. Et ce sont des documents du Département d'État de 2005 qui nous le rappellent. De plus, les Talibans ont trouvé Ben Laden chez lui. Massud l'avait fait venir du Soudan pour l'aider à combattre un autre "seigneur de guerre", son adversaire historique, Heckmatyar. Bien que les Afghans, qui ne sont pas arabes, détestaient Ben Laden, en Afghanistan toutefois, il jouissait d'une certaine popularité parce que, avec ses ressources personnelles, il avait construit des hôpitaux, des routes, des infrastructures, c'est-à-dire ce que nous aurions dû faire et ce que nous n'avons pas fait en vingt ans d'occupation, sauf dans une mesure ridicule.

Un autre mensonge monumental, qui continue à circuler, est celui qui nous affirme que les Talibans étaient soutenus par les services secrets pakistanais. Si c'était le cas, ils auraient au moins eu des missiles sol-air Stinger. Ce sont précisément les Stingers, fournis par les Américains aux trop célèbres "seigneurs de la guerre", qui ont convaincu les Soviétiques d'abandonner le terrain (face aux occupants occidentaux, les Talibans n'avaient ni force aérienne ni anti-aérienne). Et l'une des offensives les plus dévastatrices contre les Talibans a été lancée par l'armée pakistanaise, sous la direction du général américain David Petreus, dans la vallée de Swat: "Après la première semaine de bombardements, les morts ne se comptaient plus. Au contraire, les réfugiés pouvaient, eux, être comptés. Ils étaient au moins un million." (Le Mollah Omar, p. 159). Le Corriere della Sera titrait: "Un million de personnes fuient les talibans", mais elles fuyaient en réalité les bombardements de l'armée pakistanaise.

images0.pMOLLOMersgroep.net.jpg

Ceux qui ont à craindre aujourd'hui en Afghanistan ne sont pas les civils, hormis les principaux "collaborationnistes" qui pourraient légitimement prendre les armes, comme cela s'est toujours fait depuis la nuit des temps, mais le membre de l'ISIS. Les Talibans combattent l'ISIS depuis son entrée en Afghanistan en 2015. Le 16 juin 2015, le mollah Omar écrit une lettre ouverte à Al Baghdadi dans laquelle il avertit le calife de ne pas tenter de pénétrer en Afghanistan "car nous menons une guerre d'indépendance qui n'a rien à voir avec vos délires géopolitiques". Il ajoute: "Vous divisez dangereusement le monde islamique. La lettre n'est pas signée directement par Omar mais par son numéro deux, Mansour. Peut-être est-ce parce qu'Omar était mourant ou peut-être, comme le prétendent les versions occidentales, parce qu'il était déjà mort en 2013 (bien qu'il me semble très improbable que la mort d'un leader aussi prestigieux puisse être cachée aux Afghans pendant deux ans). En tout cas, la lettre exprime la pensée du Mollah Omar.

Maintenant que les Talibans n'ont plus à se battre en même temps contre les occupants occidentaux et contre l'ISIS, vont balayer celui-ci hors du pays. Ce ne sera pas facile car les combattants d'ISIS sont aussi de redoutables guerriers, et ils ne se soucient pas de mourir, alors que les Talibans n'ont pas cette vocation au martyre. Cependant, ils ont une connaissance bien supérieure du terrain, ce qui est l'un des facteurs qui leur ont permis de vaincre les armées occidentales, bien plus puissantes.

Les journalistes de Tolo TV, qui était la télévision d'État pendant toute l'occupation occidentale, ne sont pas très tranquilles. Certaines ONG peuvent ne pas être très discrètes, sauf si elles sont appelées Emergency ou des structures établies de manière similaire. Beaucoup de ces ONG, du moins au début, étaient remplies de filles qui se rendaient en Afghanistan pour faire l'expérience d'une sorte de "tourisme extrême". Ils ont donné la fessée en short, heurtant ainsi la sensibilité des Afghans. Après tout, même dans notre pays, une femme ne pourrait pas se promener les seins nus sur la Piazza Duomo, alors qu'en Afrique noire, c'est la coutume. Ce sont des sensibilités différentes qui doivent être respectées. Rien ne sera fait à ces filles, si elles sont encore là, elles seront simplement renvoyées. Comme elles le méritent.

Mais c'est une question que je pose à nos ministres de la défense et des affaires étrangères, Di Maio. Qu'avons-nous fait en Afghanistan, nous les Italiens, à part "former" militairement les Afghans? C'est déjà risible en soi car si nos enfants naissent avec des sucettes dans la bouche, les leurs naissent avec des kalachnikovs entre les mains, c'est-à-dire qu'ils savent utiliser des armes dès leur plus jeune âge. Dès que nous sommes arrivés là-bas, la première chose que nous avons faite a été de construire une église, ce qui n'était pas exactement un besoin primaire là-bas. Bien sûr, nous aurons fait d'autres choses par la suite, mais nous aimerions que les ministres en question et le gouvernement fassent un rapport détaillé au Parlement sur ce qu'a été réellement notre contribution civile en Afghanistan au cours des 20 dernières années.

Il Fatto Quotidiano, 21 août 2021
Source: https://www.barbadillo.it/100393-il-commento-di-m-fini-le-verita-nascoste-sullafghanistan/