Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 septembre 2021

Les effectifs de l'armée européenne

eurosoldier.png

Les effectifs de l'armée européenne

Paolo Mauri

Ex: https://it.insideover.com/difesa/i-numeri-dellesercito-europeo.html

L'issue dramatique de la guerre en Afghanistan a rouvert un fossé au sein de l'OTAN qui semblait avoir été comblé par l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche. En effet, le nouveau président des États-Unis avait entrepris d'abandonner l'unilatéralisme trumpien pour reprendre le dialogue avec les alliés européens sur la base d'une approche multilatérale renouvelée - et idéalement revigorée.

En réalité, lors de son premier véritable test, cette posture décisionnelle a été mise de côté: l'évacuation de Kaboul a pris les autres pays de l'OTAN par surprise, puisqu'ils ont été mis au courant des décisions américaines alors que "les hélicoptères américains volaient déjà au-dessus de leurs têtes". La même opération d'évacuation des collaborateurs, ainsi que le pont aérien de la capitale afghane, ont été "filtrés" par les États-Unis dans le cadre des accords de Doha, signés avec les talibans en février 2020.

La gestion fortement centralisée de l'évacuation, surtout dans les premiers jours, a provoqué de fortes frictions entre les États-Unis et les alliés qui avaient leurs contingents en Afghanistan, et comme conséquence directe en Europe, ou mieux, dans les pays de l'Union européenne, la politique a recommencé à réfléchir avec plus de volonté de décision sur la possibilité de se doter d'un "instrument de défense" communautaire.

576c41eb284f5_belgian_soldier.jpg

Très récemment, même en Italie, l'un des plus fidèles alliés des États-Unis, les plus hautes autorités politiques ont exprimé la nécessité pour l'UE d'adopter une politique étrangère et de sécurité commune. Une chose qui, si elle était réellement mise en place, en mettant de côté les exigences de chaque membre de l'Union, serait un précurseur de la naissance d'une armée européenne.

D'un point de vue politique et technique, il existe de nombreuses ficelles (voire de véritables chaînes) qui pourraient empêcher ces deux possibilités, mais avant de les passer en revue, faisons un exercice purement académique en allant voir quelle serait la taille d'une hypothétique armée européenne.

Les 27 pays appartenant à l'Union européenne seraient en mesure de se doter d'environ 1,2 million d'hommes appartenant aux forces armées. À titre de comparaison, les États-Unis en comptent 1,4 million, la Chine 2,8 millions et la Russie 1,14 million.

Quant à l'armée de l'air, l'UE disposerait de 2012 chasseurs-bombardiers (de défense aérienne et d'attaque) et de quelque 609 avions de transport de toutes tailles, les États-Unis en ayant 2717 et 845, la Russie 1531 et 429, et la Chine 1571 et 264. Toujours en ce qui concerne les moyens aériens, l'UE pourrait déployer environ 42 des principaux avions-citernes et quatre Awacs (E-3 français).

ob_40a045_2014-asap-105-002-014.jpg

En termes de chars (toutes catégories de poids confondues), les armées des 27 nations européennes en comptent 5081, tandis que les États-Unis en possèdent 6100, la Chine 3205 et la Russie 13.000.

Le nombre total d'unités navales majeures pour l'UE est le suivant: 4 porte-avions, 91 frégates, 15 destroyers, 25 sous-marins (de différents types). La marine américaine compte 11 porte-avions (plus 10 porte-avions d'assaut amphibie), 21 croiseurs, 71 destroyers et 69 sous-marins (y compris ceux en construction et en commande). La flotte de Voenno-morskoj recense dans ses livres un porte-avions, 5 croiseurs, 13 destroyers, 11 frégates et 64 sous-marins, tandis que la marine de la République populaire de Chine a deux porte-avions, environ 50 destroyers, 46 frégates et 79 sous-marins.

Fregatte-SACHSEN-ANHALT-scaled.jpg

Ces chiffres tiennent compte des actifs "sur papier", c'est-à-dire qu'ils incluent également ceux qui ne sont pas en service parce qu'ils sont en réparation ou n'ont pas encore été mis en service mais sont en cours de livraison. En ce qui concerne l'UE, les 27 F-35A qui devraient entrer en service dans l'armée de l'air danoise et les 18 Rafale prévus pour la Grèce ont été exclus du décompte des chasseurs.

En termes de dépenses militaires, l'UE dans son ensemble dépense environ 185 milliards de dollars chaque année, contre 740 milliards pour les États-Unis, 178 milliards pour la Chine et 42 milliards pour la Russie. Lorsqu'on parle de financement de la défense, il est toujours bon de tenir compte du fait que chaque monnaie a un pouvoir d'achat différent en fonction du coût de la main-d'œuvre, de la dévaluation, de la disponibilité des matières premières, etc., de sorte que, par exemple, il faut beaucoup moins de "dollars" pour acheter un missile intercontinental en Chine qu'aux États-Unis ou en Russie.

Comme nous l'avons déjà mentionné, il existe des "lacets, des cordes et des chaînes". La chaîne la plus lourde est l'arsenal atomique qui, dans l'UE, est en possession de la seule France (maintenant que le Royaume-Uni est sous le coup du Brexit). Paris dispose de plusieurs têtes nucléaires montées sur des Slbm dans les sous-marins de la classe Le Triomphant, seule composante stratégique restante après la fermeture des silos du Plateau d'Albion et compte tenu du fait que le missile de croisière Asmp est classé "préstratégique".

triomphant-popover.jpg

L'Elysée ne partagerait pas la gestion de sa dissuasion atomique si les autres pays européens ne supportaient pas les coûts de création d'un nouvel arsenal nucléaire (par exemple, de nouveaux Ssbn, de nouveaux missiles, de nouvelles ogives et peut-être même de nouveaux silos au sol). Une telle option constituerait une violation du traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et, de plus, il est décidément difficile qu'elle soit réalisable dans un délai raisonnable, pendant lequel le parapluie atomique français serait le seul à protéger l'UE (dans l'hypothèse d'un retrait américain inévitable) et où Paris devrait donc partager la charge financière de la gestion, sans permettre aux autres pays de l'UE d'entrer dans la chaîne de décision du déploiement.

Une Europe sans parapluie atomique est impensable à une époque où la dissuasion nucléaire redevient importante, compte tenu de la fin d'importants traités de désarmement (tels que le FNI).

Par ailleurs, la création et la gestion d'un arsenal atomique seraient, à moyen/long terme, également plus avantageuses sur le plan économique, dans la mesure où il s'agirait d'une dépense moindre par rapport à la nécessité de s'équiper d'un arsenal conventionnel qui, pour avoir un effet dissuasif, devrait être très cohérent et moderne.

Si la question nucléaire représente la plus grande chaîne, il en existe d'autres qui ne sont pas indifférentes. En fait, il faut considérer qu'avec la naissance d'une force armée européenne, il serait nécessaire d'opter pour la fin de la participation des pays de l'UE à l'OTAN, car il est peu probable que l'on puisse penser à une duplication des commandements (donc des infrastructures et du personnel). Cette option, certes courageuse, est difficile à mettre en œuvre car il existe au sein de l'UE des pays qui ont des liens très particuliers avec l'Alliance Atlantique, souvent dictés par des contingences politiques.

Cela nous amène à une autre question cruciale et difficile à résoudre:

Unir les visions stratégiques en matière de politique étrangère et de défense de 27 pays est presque impossible.

De ce point de vue, l'OTAN elle-même est un exemple de la façon dont, parmi ses 30 membres, il n'y a pas les mêmes perceptions de la menace pour leur propre sécurité, les pays d'Europe de l'Est regardant avec inquiétude la Russie et les pays méditerranéens se concentrant davantage sur le "front sud". Il faut maintenant imaginer, en regardant la carte de l'UE, la reproposition du même mécanisme, mais sans un "maître" comme les États-Unis, qui, en dernière instance, décide de ce qu'il faut faire.

L'Union européenne pourrait toutefois se doter d'un mécanisme militaire unique pour les missions internationales, qui devraient être décidées sur la base de nos intérêts en tant qu'Européens et non en suivant uniquement les résolutions de l'ONU ou la volonté de l'OTAN (c'est-à-dire Washington). Dans ce cas, on pourrait penser à un contingent très mobile de forces légères, interarmées et donc capables de disposer de moyens terrestres, maritimes et aériens, géré par un commandement conjoint dans lequel il y aurait une présence permanente des pays de l'UE qui ont les forces armées les plus "substantielles" (France, Allemagne, Italie, Espagne) et, par rotation, un représentant de tous les autres. Sans oublier que pour avoir une armée commune (ou une force d'intervention rapide commune), il est nécessaire d'avoir une formation commune, les mêmes procédures, la même logistique et, surtout, une vision géopolitique commune, car s'il y a quelque chose que les conflits asymétriques du siècle dernier (Vietnam, Afghanistan) nous ont - ou auraient dû - apprendre, c'est que pour gagner une guerre, il faut savoir exactement quoi faire, et il est impensable que l'Union européenne puisse mener une mission militaire sans un objectif unique qui s'applique à tous.

l-eurocorps-a-20-ans.jpg

Écrire un commentaire