Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 septembre 2021

De nouvelles armes turques pour contrôler la Méditerranée

TAI_delivers_another_new_radar-equipped_ANKA_Drone_to_Turkish_Naval_Forces_925_001.jpg

De nouvelles armes turques pour contrôler la Méditerranée

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/difesa/le-nuove-armi-turche-per-controllare-il-mediterraneo.html

La Turquie ne vise pas seulement à se doter de drones aériens, mais aussi de navires sans pilote. Un retournement de situation qui a commencé il y a quelques années et qui montre une évolution très rapide, notamment depuis la fin de l'année 2020. Les dernières nouvelles à ce sujet proviennent du Daily Sabah, l'un des principaux organes de presse de Turquie. Les médias anatoliens ont annoncé que le géant de la défense Aselsan a conçu, en collaboration avec le chantier naval Sefine, de nouvelles plates-formes (de surface et anti-sous-marines), qui représentent pour Ankara une étape supplémentaire dans sa politique de contrôle des mers. Une politique qui, depuis longtemps, a été synthétisée dans la "patrie bleue".

0001906166001-1.jpgLa défense turque a pour objectif de les avoir d'ici la fin de l'année. Elles sont pratiquement indigènes, résultat d'une synergie entre divers segments de l'industrie turque bénis par le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan. Un système de nationalisation de l'industrie de l'armement qui, en Turquie, trouve l'un de ses piliers dans le projet Milgem et qui vise non seulement à approvisionner les arsenaux nationaux sans passer par l'importation, mais aussi à vendre ces systèmes à l'étranger. Les drones turcs sont déjà très convoités dans plusieurs pays européens et asiatiques. Et maintenant, Ankara souhaite étendre ce marché au secteur maritime.

Il s'agit d'une double approche qui découle de deux besoins très ressentis par l'administration turque. D'une part, l'objectif de rendre sa propre défense de moins en moins dépendante des pays étrangers. Un problème qui est devenu central pour la Turquie, surtout après avoir pris conscience de la fragilité de la chaîne d'approvisionnement en cas de blocage politique par l'Occident. Le cas du F-35 - avec toutes les différences de l'affaire - illustre un danger qui guette Erdogan: faire une politique étrangère de plus en plus autonome en dépendant de Bruxelles et de Washington au niveau militaire signifie devoir réduire les attentes de son propre travail.

La question est devenue si importante qu'il a dû étendre le programme de drones nationaux aux armes embarquées sur le futur porte-avions Anadolu, transformé pour l'instant en porte-drones ou en projet d'hélicoptères en attendant que la Turquie revienne au programme F-35. Une attente qui n'est cependant pas nécessairement une limitation. En fait, le blocus a rendu nécessaire pour Ankara de développer, le plus rapidement possible, une technologie autonome pour remplacer ces systèmes liés à la volonté de Washington. Et c'est un virage qui a permis à la Turquie de mener à bien un programme national au point de pouvoir utiliser ses drones à la fois comme une arme et comme un moyen de nouer des partenariats avec d'autres États.

arton50592.jpg

Des sources qualifiées de l'InsdeOver rapportent, par exemple, que c'est précisément en raison de ce développement croissant des drones armés (en particulier, le redoutable Bayraktar) que certains, au sein de l'État grec, pensent que l'hypothèse d'une base pour ces moyens dans la partie nord de Chypre, en particulier à Gecitkale, est toujours sur la table. Une hypothèse émise dans le passé par certains analystes et qui semble aujourd'hui tout à fait irréalisable. Les drones aériens, ainsi que les unités sans pilote pour contrôler les eaux dans un rayon d'environ 600 miles (ce sont les données du projet Aselsan) pourraient constituer un tournant fondamental dans la projection stratégique de la Turquie dans les eaux bouillonnantes de la mer Égée et de la Méditerranée orientale.

Écrire un commentaire