Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 17 septembre 2021

Les ombres d'Angela

merkel-3407~_v-videowebm.jpg

Les ombres d'Angela

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/politica/tramonto-angela-merkel.html

Il est très difficile de comprendre l'héritage d'Angela Merkel. Les élections de fin septembre marqueront la fin du quatrième mandat de chancelière de la figure de proue de la Cdu. Et inévitablement, le moment de faire le point arrive.

Selon de nombreux experts, l'adieu de la chancelière n'est pas ce qu'elle et ses partisans souhaitaient. La "dame de fer" de la politique allemande a toujours donné l'impression qu'elle maîtrisait la situation et que son leadership, tant comme personnage clé de la Cdu que comme cheffesse du gouvernement, semblait sans égal. Pourtant, même Mme Merkel, l'étoile de la politique allemande qui a donné une image de stabilité presque granitique face à une Europe en perpétuelle ébullition, a récemment subi des coups durs.

Et ce coucher de soleil merkelien a aussi le goût d'un adieu amer. La gestion de la pandémie, notamment avec certains blocages, a souvent donné l'impression de ne pas être particulièrement fluide, laissant de nombreux Allemands méfiants. Les inondations qui ont frappé le cœur de l'Allemagne ont également mis en lumière un pays encore fragile face aux fureurs de la nature: des éléments qui, dans un électorat attiré par les Verts, ne sont certainement pas secondaires.

Et enfin, une ombre supplémentaire apparait quant au choix de son successeur, Armin Laschet, que les experts considèrent comme une erreur retentissante. Les sondages les plus récents confirment que la Cdu, pour la première fois depuis des années, pourrait être dépassée par les sociaux-démocrates de la Spd. Et le fait que le ministre des finances, Olaf Scholz, soit considéré par certains comme le véritable héritier de Mme Merkel, est un signe qu'il ne faut pas sous-estimer.

cicero-cover-08-18.jpg

La fin peu réjouissante d'une longue période de pouvoir ne saurait résumer les quatre mandats de chancelier. Et il serait injuste de réduire Angela Merkel à la dernière étape d'un parcours qui l'a vue passer des décombres du mur de Berlin au sommet de la République allemande. Toutefois, le fait que cette ombre soit tombée comme un voile au cours de la dernière année à la tête du pays permet, d'une certaine manière, de déchirer le voile d'une hagiographie excessive que l'on pourrait écrire sur le leadership de Mme Merkel. Et elle est révélatrice des difficultés inhérentes à l'évaluation de la longue ère de son mandat de chef de file incontesté des chrétiens-démocrates.

En politique intérieure, la capacité de Mme Merkel à diriger le pays face aux différentes crises qui ont frappé l'Europe peut être considérée comme un luxe digne uniquement d'un grand dirigeant. Cette capacité est évidente, à laquelle s'ajoute celle d'avoir créé l'idée de la Grande Coalition comme exemple de gouvernement stable de large accord sans être considéré comme étranger à l'électorat. Pour la Cdu, en outre, la saison de Merkel est aussi celle qui a permis d'éviter l'effondrement du consensus lors de l'explosion des mouvements souverainistes, notamment l'Afd. Et cette capacité à absorber les dérives les plus extrêmes de l'Allemagne s'est surtout manifestée avec la crise des réfugiés en provenance de Syrie, lorsque la multiplication des épisodes criminels de groupes d'étrangers combinée à l'explosion du racisme et de l'antisémitisme a fait craindre que le pays ne sombre dans une spirale de violence. Cela n'a pas été le cas, même s'il ne faut pas oublier que la période merkelienne a également été celle où le terrorisme islamique a frappé le peuple allemand, et où des signes de résurgence du phénomène néonazi sont apparus pour la première fois dans certains appareils d'État. Les forces de défense et de sécurité intérieure ont fait défaut, confirmant non seulement les avertissements de nombreux experts sur les difficultés de la structure militaire allemande, mais aussi les craintes que Berlin ne soit pas en mesure de gérer les engagements extérieurs ou les défis à la sécurité nationale et de garantir la sécurité à l'intérieur de son propre pays.

D'un point de vue économique, l'Allemagne a été le symbole d'un pays caractérisé par une forte croissance, un faible taux de chômage et une grande stabilité financière. Bien qu'il y ait des signes précurseurs de crise, notamment dans la classe moyenne. Et les scandales financiers et industriels (du Dieselgate à Wirecard) ont montré une Allemagne moins attentive aux dangereuses dérives de la finance et de l'industrie nationale. Des taches qui, si elles ne nuisent pas à l'image d'une puissance économique, révèlent certainement un côté sombre que l'on ne peut nier et qui va de pair avec certains signes de difficulté de la part de la population. L'un d'entre eux est le problème de l'immobilier et des loyers.

Le jugement sur la politique étrangère est également complexe. Angela Merkel a tenté, surtout ces dernières années, de faire du poids économique de l'Allemagne un poids politique. L'exemple le plus proche est celui d'avoir "arraché" à l'Italie le lieu où se déroulent les discussions sur la Libye, désormais défini non plus par la réunion de Palerme mais par les sommets tenus à intervalles réguliers à Berlin. Cette démarche est à mettre en parallèle avec la présence allemande dans le dialogue sur le nucléaire iranien, ainsi que dans le jeu plus délicat (pour l'Europe) entre la Russie et l'Ukraine.

Kabinett.jpg

L'Allemagne joue un jeu d'insertion dans les Balkans et d'harmonisation entre les positions de la Grèce et de la Turquie. Elle est également entrée récemment dans le secteur de la défense, devenant un pays extrêmement actif au Sahel et se projetant dans d'autres zones de crise jusqu'à l'Indo-Pacifique. Tout cela sans tenir compte du poids spécifique que Merkel (et avec elle l'Allemagne) a pris en Europe ces dernières années. Le leadership de Mme Merkel est devenu si fondamental que, pendant de nombreuses années, la chancelière allemande était considérée comme la véritable maîtresse de la politique européenne, Bruxelles apparaissant presque comme un protectorat allemand au lieu d'une capitale indépendante des intérêts des différents États.

Mais face à ces nombreuses tentatives de prise de pouvoir, l'Allemagne de Merkel a également montré des faiblesses (et parfois une myopie) qui ont souvent révélé un revers de la médaille sous-estimé. De nombreux experts, par exemple, soulignent qu'il est vrai que la Chancelière a déplacé ses pions pour avoir une Allemagne de plus en plus importante au niveau stratégique, mais cela n'a jamais permis d'avoir une Allemagne véritablement autonome. Dario Ronzoni l'explique dans Linkiesta. Liée aux États-Unis pour l'OTAN, à la Russie pour le gaz et à la Chine pour le commerce, l'Allemagne s'est montrée forte mais jamais indépendante. Et si tout cela a été synonyme de multipolarité, d'un autre côté il ne faut pas oublier que Berlin s'est parfois transformé en un territoire de confrontation plutôt que de pouvoir. Et dans le contexte européen, de nombreux critiques pointent du doigt l'austérité promue par les faucons allemands comme complice (si ce n'est le véritable auteur) à la fois de la crise de la zone euro et de l'explosion des mouvements eurosceptiques et centrifuges qui ont conduit, par exemple, au Brexit. On peut dire la même chose de la question commerciale, puisque la surproduction allemande a également déclenché des crises avec les États-Unis, qui ont également conduit à des tensions sur les tarifs douaniers brandis comme menace par Donald Trump.

Ces analyses laissent de nombreuses questions ouvertes et ne peuvent occulter l'importance d'Angela Merkel dans l'histoire plus récente de l'Allemagne et du continent européen. Mais ce sont des questions qui mènent surtout à une autre question: quel est le véritable héritage de la chancelière. La réponse peut être difficile, mais il est clair que si l'Europe considère Mario Draghi et Emmanuel Macron comme ceux qui seront capables de combler le vide laissé par le dirigeant allemand, nous avons déjà une réponse. Après Merkel, l'Allemagne pourrait ne plus être l'étoile polaire de l'Union européenne. Et c'est déjà un fait qui pourrait faire froncer les sourcils des partisans de la Cdu.

15:01 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : allemagne, europe, affaires européennes, angela merkel | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire