Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 26 septembre 2021

Russie, territoire libre de l'Europe

15867.jpg

Russie, territoire libre de l'Europe

Par Claudio Mutti 

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/la-russia-territorio-libero-deuropa/#

L'année 2022 marquera à la fois le centenaire de la naissance et le trentième anniversaire de la mort de Jean Thiriart (1922-1922), un "géopoliticien militant" [1] dont ma revue Eurasia s'est occupé à plusieurs reprises, rendant accessible au public italien de nombreux articles publiés par lui dans des périodiques aujourd'hui pratiquement introuvables [2]. Défenseur acharné et infatigable, dans une Europe divisée entre le bloc atlantique et le bloc euro-soviétique, de la nécessité historique de "construire une grande Patrie: l'Europe unitaire, puissante, communautaire" [3], Thiriart en indique en 1964 les dimensions géographiques et démographiques: "Dans le cadre d'une géopolitique et d'une civilisation communes (...) l'Europe unitaire et communautaire s'étend de Brest à Bucarest. (...) Contre les 414 millions d'Européens, il y a 180 millions d'habitants des États-Unis et 210 millions d'habitants de l'URSS" [4].

Conçu comme une troisième force souveraine et armée, indépendante de Washington et de Moscou, l'"empire de 400 millions d'hommes", envisagé par Thiriart, devait établir une relation de coexistence avec l'URSS basée sur des conditions précises: "Une coexistence pacifique avec l'URSS ne sera pas possible tant que toutes nos provinces orientales n'auront pas retrouvé leur indépendance. La proximité pacifique avec l'URSS commencera le jour où l'URSS retournera dans les frontières de 1938. Mais pas avant: toute forme de coexistence qui pourrait impliquer la division de l'Europe n'est qu'une tromperie" [5].

antonio-pires-127138316-206872931015399-8647872110804292462-n.jpg

Selon Thiriart, la coexistence pacifique entre l'Europe et l'URSS trouverait son aboutissement le plus logique dans "un axe Brest-Vladivostok". (...) Si l'URSS veut garder la Sibérie, elle doit faire la paix avec l'Europe, avec l'Europe de Brest à Bucarest, je le répète. L'URSS n'a pas, et aura de moins en moins, la force de garder Varsovie et Budapest d'une part et Tchita et Khabarovsk d'autre part. Elle devra choisir, ou risquer de tout perdre. (...) L'acier produit dans la Ruhr pourrait très bien servir à défendre Vladivostok" [6].

L'axe Brest-Vladivostok théorisé à l'époque par Thiriart semblait avoir davantage le sens d'un accord visant à définir les zones d'influence respectives de l'Europe unie et de l'URSS, car " dans la première moitié des années 1960, Thiriart raisonne encore en termes de géopolitique "verticale" [7], ce qui le conduit à penser selon une logique plus "eurafricaine" qu'"eurasienne", c'est-à-dire à esquisser une extension de l'Europe du Nord au Sud et non d'Est en Ouest" [8].

Le scénario esquissé en 1964 a été développé par Thiriart au cours des années suivantes, de sorte qu'en 1982, il pouvait le définir ainsi: "Nous ne devons plus raisonner ou spéculer en termes de conflit entre l'URSS et nous-mêmes, mais en termes de rapprochement puis d'unification. (...) Nous devons aider l'URSS à se compléter dans la grande dimension continentale. Cela triplera la population soviétique qui, pour cette raison même, ne pourra plus être une puissance à "caractère russe" dominant. (...) Ce sera la physique de l'histoire qui obligera l'URSS à chercher des rivages sûrs: Reykjavik, Dublin, Cadix, Casablanca. Au-delà de ces limites, l'URSS n'aura jamais la tranquillité d'esprit et devra vivre dans une préparation militaire incessante. Et coûteuse" [9].

À cette époque, la vision géopolitique de Thiriart était devenue ouvertement eurasiste: "L'empire euro-soviétique - lit-on dans l'un de ses articles de 1987 - s'inscrit dans la dimension eurasienne" [10]. Ce concept a été réitéré par lui dans le long discours qu'il a prononcé à Moscou trois mois avant sa mort: "L'Empire européen - disait-il - est, par postulat, eurasien" [11].

51PZz966AeL._SX337_BO1,204,203,200_.jpg

L'idée d'un "Empire euro-soviétique" a été formulée par Thiriart dans un livre écrit en 1984 et publié à titre posthume en 2018 (12). En 1984, il écrivit: "L'histoire donne aux Soviétiques l'héritage, le rôle, le destin qui, pendant un bref instant, avait été assigné au Reich: l'URSS est la principale puissance continentale en Europe, elle est le heartland des géopoliticiens. Mon discours actuel s'adresse aux chefs militaires de ce magnifique instrument qu'est l'armée soviétique, un instrument auquel manque une grande cause" [13]. Partant du constat que dans la mosaïque européenne composée d'États satellites des États-Unis et de l'URSS, le seul État véritablement indépendant, souverain et militairement fort était l'État soviétique, Thiriart attribuait à l'URSS un rôle similaire à ceux joués par le royaume de Sardaigne dans le processus d'unification italienne et par le royaume de Prusse dans le monde germanique ou, pour citer un parallèle historique plus ancien proposé par Thiriart lui-même, par le royaume de Macédoine en Grèce au IVe siècle avant J.-C.: "La situation de la Grèce en 350 av.J.C., morcelée en cités-états rivales et divisée entre les deux puissances de l'époque, la Perse et la Macédoine, présente une analogie évidente avec la situation de l'Europe occidentale actuelle, divisée en petits et faibles États territoriaux (Italie, France, Angleterre, Allemagne fédérale) soumis aux deux superpuissances" [14].

Par conséquent, tout comme il y avait un parti pro-macédonien à Athènes, il aurait été opportun de créer en Europe occidentale un parti révolutionnaire qui collaborerait avec l'Union soviétique; ce parti, en plus de se libérer des entraves idéologiques du dogmatisme marxiste incapacitant, aurait dû éviter toute tentation d'établir l'hégémonie russe sur l'Europe, sinon son entreprise aurait inévitablement échoué, tout comme la tentative de Napoléon d'établir l'hégémonie française sur le continent avait échoué. "Il ne s'agit pas, précise Thiriart, de préférer un protectorat russe à un protectorat américain. Non. Il s'agit de faire découvrir aux Soviétiques, qui n'en sont probablement pas conscients, le rôle qu'ils pourraient jouer: s'élargir en s'identifiant à l'ensemble de l'Europe. Tout comme la Prusse, en s'agrandissant, est devenue l'Empire allemand. L'URSS est la dernière puissance européenne indépendante disposant d'une force militaire importante. Il manque d'intelligence historique" [15].

* * *

L'URSS n'existe plus depuis trente ans. Pourtant, la Fédération de Russie, avec son immense territoire qui s'étend de la Crimée à Vladivostok, est aujourd'hui, comme l'URSS en 1984, le seul État véritablement indépendant et souverain dans une Europe qui est au contraire divisée en une multitude de petits États soumis à l'hégémonie de Washington.

En fait, le seul territoire européen qui n'est pas occupé par des bases militaires américaines ou de l'OTAN est le territoire russe. La seule armée qui n'est pas intégrée à une organisation militaire hégémonisée par les États-Unis d'Amérique est celle de la Fédération de Russie. La seule capitale européenne qui n'a pas à demander la permission aux États-Unis et à leur rendre des comptes est Moscou. Et même sur le plan spirituel et éthique, seule la Russie défend ces valeurs, héritage de la civilisation européenne authentique comme de toute civilisation normale, qui sont la cible de l'offensive massive déclenchée par les barbares de l'Occident "contre les fondements de toutes les religions du monde et contre le code génétique des civilisations, dans le but de renverser tous les obstacles sur la route du libéralisme". Ce sont les mots du ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov, qui, dans une analyse parue dans le magazine russe Russia in Global Affairs, a dénoncé le danger mortel de la "guerre menée contre le génome humain, contre toute éthique et contre la nature"[16].

Lavrov-18-02-2021-800x450.jpg

Dans une Europe désormais incapable d'imaginer la possibilité et la légitimité d'un régime politique autre que le régime démocratique qui lui a été imposé dans les deux phases successives de 1945 et 1989, seule la classe dirigeante russe se montre consciente du fait que la démocratie n'est en aucun cas le seul ordre possible, valable indistinctement partout sur la terre, indépendamment des spécificités ethniques, culturelles et religieuses. Par exemple, commentant l'intervention américaine en Afghanistan, Sergueï Lavrov a déclaré : "La conclusion la plus importante est probablement que l'on ne doit apprendre à personne à vivre, et encore moins le forcer à vivre"; et il a rappelé les cas de l'Irak, de la Libye et de la Syrie, où "les Américains voulaient que chacun vive comme eux le voulaient" [17].

Quelques jours plus tôt, le 20 août 2021, Vladimir Poutine avait donné une semblable leçon de réalisme politique à une Europe acculée face au "Moloch de l'universel" - pour reprendre l'expression d'un philosophe admiré et lu par le président russe, Vissarion G. Belinskij (1811-1848). Poutine a déclaré : "Vous ne pouvez pas imposer votre mode de vie aux autres peuples, car ils ont leurs propres traditions. C'est la leçon à tirer de ce qui s'est passé en Afghanistan. Désormais, la norme sera le respect des différences, car on ne peut pas exporter la démocratie, qu'on le veuille ou non" [18].

AVT_Vissarion-Grigorevitch-Bielinski_6693.jpg

La circonstance dans laquelle Poutine a prononcé ces mots, fut une conférence de presse avec la chancelière allemande, où il a pu rappeler à certains les paroles visionnaires de Dostoïevski: "L'Allemagne a besoin de nous plus que nous ne le pensons". Et il n'a pas besoin de nous seulement pour une alliance politique temporaire, mais pour une alliance éternelle. L'idée d'une Allemagne réunifiée est grande et majestueuse et plonge ses racines dans la nuit des temps. (...) Deux grands peuples, donc, sont destinés à changer la face de ce monde" [19].

Aujourd'hui, ce n'est pas seulement l'Allemagne qui a besoin de la Russie, mais toute l'Europe, qui est désormais proche du point critique que Dostoïevski avait prévu lorsqu'il prédisait que "toutes les grandes puissances de l'Europe finiront par être anéanties, pour la simple raison qu'elles seront usées et subverties par les tendances démocratiques" [20] et que la Russie n'aurait qu'à attendre "le moment où la civilisation européenne atteindra son dernier souffle, pour reprendre ses idéaux et ses objectifs" [21].

Il est certain que la situation actuelle n'incite pas la Russie à envisager, ne serait-ce que comme une possibilité théorique, d'assumer le rôle de puissance agrégatrice en Europe. Cependant, si Moscou manque encore de ce que Jean Thiriart appelait "l'intelligence historique" nécessaire pour concevoir le grand dessein de la libération de l'Europe de l'occupation américaine et de la construction d'une superpuissance impériale entre l'Atlantique et le Pacifique, les conditions objectives auxquelles la Russie devra faire face dans les prochaines années favoriseront probablement la naissance d'une telle intelligence.

NOTES:

[1] Cette définition (cfr. “Eurasia” 2/2018, p. 13) a été choisie pour donner un titre à l'édition italienne de l'unique biographie de Jean Thiriart: Yannick Sauveur, Jean Thiriart, il geopolitico militante, Edizioni all’insegna del Veltro, Parma 2021. Edition française: Qui suis-je ? Thiriart, Éditions Pardès, Grez-sur-Loing 2016. On lira aussi l'entretien que Sauveur a accordé à Robert Steuckers: Yannick Sauveur, biografo di Jean Thiriart, “Eurasia”, 4/2017, pp. 199-206.

[2] Praga, l’URSS e l’Europa, 1/2012; Criminale nocività del piccolo nazionalismo: Sud Tirolo e Cipro, 2/2013; La geopolitica, l’Impero, l’Europa, 1/2014; L’Europa fino a Vladivostok (prima parte), 4/2015; L’Europa fino agli Urali: un suicidio!, 2/2016; Intervista a Jean Thiriart (di Gene H. Hogberg), 2/2016; La NATO: strumento di servitù, 2/2017; Illusioni nazionaliste, 3/2017; L’Europa fino a Vladivostok (seconda parte), 4/2017; Esiste un “buon popolo” americano?, 1/2018; Carteggio col generale Perón, 1/2018; USA: un impero di mercanti, 2/2018; L’Occidente contro l’Europa, 3/2018; Dalla “Grande Europa” all’Europa più grande, 3/2018; L’imperialismo d’integrazione e gli Stati unitari, 4/2019; La stella polare della politica americana, 1/2019; Il vero pericolo tedesco, 2/2019; Il fallimento dell’impero britannico, 3/2019; Nazioni fittizie e nazionalismi illusori, 4/2019; Gli Arabi e l’Europa, 2/2020; Il mito europeo contro le utopie europee, 4/2020; La NATO: strumento di servitù, 1/2021; La pace americana: la pace dei cimiteri, 3/2021; La Russia in permanente stato d’assedio, 4/2021.

[3] Jean Thiriart, Un empire de 400 millions d’hommes: l’Europe, Bruxelles 1964. Trad. it. de Massimo Costanzo: Un impero di 400 milioni di uomini: l’Europa, Giovanni Volpe, Roma 1965, p. 19. Trad. it. de Giuseppe Spezzaferro: L’Europa: un impero di 400 milioni di uomini, Avatar, Dublino, 2011.

[4] Jean Thiriart, Un impero di 400 milioni di uomini: l’Europa, cit., pp. 17-18.

[5] Jean Thiriart, Un impero di 400 milioni di uomini: l’Europa, cit., p. 21.

[6] Jean Thiriart, Un impero di 400 milioni di uomini: l’Europa, cit., pp. 26-29.

[7] Sur les concepts de géopolitique "verticale" et de géopolitique "horizontale", voir les observations critiques développées par Carlo Terracciano en rapport avec la géopolitique "verticale" d'Alexandre Douguine:  C. Terracciano, Europa-Russia-Eurasia: una geopolitica “orizzontale”, “Eurasia”, 2/2005, pp. 181-197.

[8] Lorenzo Disogra, L’Europa come rivoluzione. Pensiero e azione di Jean Thiriart, Préface de Franco Cardini, Edizioni all’insegna del Veltro, Parma 2020, p. 30.

[9] Jean Thiriart, Entretien accordé à Bernardo Gil Mugurza [rectius: Mugarza] (1982), in: AA. VV., Le prophète de la grande Europe, Jean Thiriart, Ars Magna 2018, p. 349.

[10] Jean Thiriart, La Turquie, la Méditerranée et l’Europe, “Conscience européenne”, n. 18, luglio 1987.

[11] Le long article L’Europe jusqu’à Vladivostok, diffusé en traduction russe par le périodique "Dyeïnn" puis publié en français dans le numéro 9 de “Nationalisme et République” en septembre 1992, est tiré du texte de la conférence de presse tenue par Thiriart à Moscou, le 18 août de la même année. La traduction italienne en est parue dans Eurasia: la première partie dans le n°4/2013 (pp. 177-183), la seconde partie dans le n° 4/2017 (pp. 131-145).

[12] Jean Thiriart, L’Empire euro-soviétique de Vladivostok à Dublin, Préface de Yannick Sauveur, Éditions de la Plus Grande Europe, Lyon-Bruxelles-Moscou 2018; trad. it. de C. Mutti: L’Impero euro-sovietico da Vladivostok a Dublino, Yannick Sauveur éditeur, Edizioni all’insegna del Veltro, Parma 2018.

[13] Jean Thiriart, L’Impero Euro-sovietico da Vladivostok a Dublino, cit., p. 204.

[14] Jean Thiriart, L’Impero Euro-sovietico da Vladivostok a Dublino, cit., p. 190.

[15] Jean Thiriart, L’Impero Euro-sovietico da Vladivostok a Dublino, cit., p. 191.

[16] L’Occidente sta conducendo una guerra contro tutte le religioni e il codice genetico umano, afferma il diplomatico russo, https://strategika51.org, 30 giugno 2021.

[17] Lavrov su campagna militare Usa in Afghanistan: “non insegnate a nessuno come vivere”, Sputnik Italia, 25 agosto 2021.

[18] ANSA, Mosca, 20 agosto 2021.

[19] F. Dostoevskij, Diary of a writer, London 1949, vol. II, pp. 912-913.

[20] F. Dostoevskij, Diary of a writer, cit., vol. I, p. 296.

[21] F. Dostoevskij, Kriticeskie stat’i, in Sobranie sočinenij, Pietroburgo, 1894-1895, vol. IX, p. 25.

Écrire un commentaire