Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 octobre 2021

L'objectif de l'Allemagne post-Merkel: défendre la centralité en Europe

a1dcc48_371246803-348749.jpg

L'objectif de l'Allemagne post-Merkel: défendre la centralité en Europe

Andrea Muratore

Ex: https://it.insideover.com/politica/lobiettivo-della-germania-post-merkel-difendere-la-centralita-in-europa.html

Après les élections du 26 septembre, l'Allemagne va vivre les dernières semaines du long règne d'Angela Merkel, assister à la définition des orientations politiques du nouveau gouvernement et à la discussion sur la nature avec laquelle il prendra les rênes d'une nation au centre du Vieux Continent.

Bien que les hésitations, les erreurs de jugement et quelques objectifs propres (par exemple sur les vaccins) n'aient pas manqué au cours de cette longue année et demie de pandémie, le Covid-19 a incontestablement renforcé la centralité de l'Allemagne en Europe, en tant que sujet capable d'orienter les dynamiques politiques et économiques du Vieux Continent et d'acquérir un pouvoir fondamental de médiation.

Chaque décision prise par la Commission et les États membres a été marquée d'une empreinte allemande à partir de mars 2020. Dans un premier temps, l'Union européenne a promu le triptyque du Mécanisme européen de stabilité, de la Banque européenne d'investissement et du paquet "chômage sûr" de la Commission contre la crise économique. Elle a ainsi ouvert la voie à l'intervention de trois institutions dirigées par l'Allemagne. Puis Merkel, selon un axe la liant au ministre social-démocrate des finances Olaf Scholz, a arbitré entre les instances plus extrémistes des faucons de la rigueur, les Pays-Bas de Mark Rutte en tête, et les craintes des pays méditerranéens pour mettre sur le terrain le fonds européen Next Generation, en attendant toutefois qu'il entre en vigueur après que les effets des "bazookas" économiques internes aient pu se faire sentir, bien lancés par un gouvernement décidé à dire adieu au mantra de l'austérité.

En contrepartie, Merkel, par l'intermédiaire d'Ursula von der Leyen, a géré l'européanisation des achats du vaccin Pfizer-Biontech promu avec des capitaux allemands, commettant une erreur à laquelle, après le chaos de février et mars, elle a répondu par un acte unilatéral de commande massive et par une "guerre" voilée contre le vaccin AstraZeneca de technologie britannique.

SPD_Bundestagswahl2021_Kampagne_2_Flight_2340x1316_cr_SPD-1426x802.jpg

Olaf Scholz semble destiné à succéder à une Chancelière dont il a affirmé être l'héritier le plus apte, bien qu'extérieur à l'Union Cdu/Csu. Mais s'il succède à Merkel, il va de soi que Scholz et un éventuel gouvernement (libéral) Spd-Verts-Fdp devront s'appuyer sur la voie tracée par la chancelière, notamment en ce qui concerne le maintien de la centralité de la médiation allemande en Europe.

Comme nous nous en souvenions en discutant avec l'analyste géopolitique Gianni Bessi, Merkel était l'incarnation du syncrétisme allemand, une unité dans la diversité qui permettait à la dirigeante chrétienne-démocrate d'être le point de synthèse de la Grande Coalition avec les socialistes, de la confrontation entre l'aile austéritaire et l'aile plus keynésienne de l'économie allemande, du dialogue entre l'Allemagne catholique et l'Allemagne protestante, du dualisme entre la capitale politique Berlin et la capitale économique Munich. Comme il est typique de chaque élection proportionnelle, le vote a certes montré l'émergence de différentes identités politiques mais, comme l'a déclaré l'ambassadeur allemand à Rome, Viktor Elbing, à Il Giornale, le centre influencé par la pensée Merkel sur le front politique, économique et des valeurs (à des degrés divers parmi les différents partis) a montré un consensus de 85%. Le professeur Salvatore Santangelo, auteur de GeRussia, y voit un symbole de l'équilibre du pays après la réunification. Contacté par InsideOver, il rappelle que "l'Allemagne a une histoire d'unité beaucoup plus courte que celle de la France, du Royaume-Uni et de l'Espagne, mais ces pays ont été attaqués par des tensions ou des poussées identitaires beaucoup plus difficiles à supporter que n'importe quelle ligne de faille qui a jamais traversé l'Allemagne, qui a la volonté perpétuelle de faire évoluer un compromis entre les composantes catholique et protestante. Bien sûr, il reste la profonde divergence économique et politique entre l'Est et l'Ouest, que le vote a une fois de plus clairement mise en évidence".

59325559_7.png

Scholz pourrait donc se voir confier la lourde et considérable tâche de porter le projet du nouveau Chancelier à l'intérieur et surtout à l'extérieur, à la tête d'un parti de gauche aux divisions internes importantes qui s'est uni autour de lui. Façonner les nouvelles versions de ce compromis et de cette polyphonie qui régissent l'Europe allemande. Dans les années à venir, l'Allemagne devra recalibrer sa relation avec les Faust de l'austérité, dont elle a été le Méphistophélès, à moins qu'elle ne revienne à la raison pour des raisons pragmatiques et pour éviter un nouveau crash; elle devra établir un modus vivendi avec la France, dont elle craint une crise politique profonde après le vote présidentiel; elle tentera de renforcer sa sphère géo-économique et se tournera vers le groupe de Visegrad et l'Italie, cruciaux pour la base industrielle germanique. En même temps, il s'agira d'orienter l'évolution des traités européens en visant à sauver la chèvre et le chou, c'est-à-dire le récit d'une Europe ouverte au marché et à l'économie libérale ainsi que la gestion des conséquences d'un échec patent des lignes plus rigoureuses des traités.

De tels scénarios nécessiteront un capital politique considérable pour négocier, gérer et gouverner les crises du futur tout en réaffirmant la puissance civile de l'Allemagne et sa centralité sur le Vieux Continent. Orphelin d'une Merkel qui voit en Mario Draghi son héritier dans le domaine communautaire et qui attend son successeur à la Chancellerie pour le voir mis à l'épreuve. Cela ne s'arrêtera pas à Merkel, l'Europe allemande. Mais dans une phase où des défis nouveaux et complexes apparaissent, Berlin devra se montrer de plus en plus hégémonique et médiateur. Un double rôle difficile à gérer sans la longue et perspicace expérience du Chancelier.

Écrire un commentaire