Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 21 octobre 2021

"Explorateurs du continent" par Claudio Mutti: l'Eurasie et le sens de l'unité

claudiomutti_1.jpg

"Explorateurs du continent" par Claudio Mutti: l'Eurasie et le sens de l'unité

par Riccardo Rosati

Ex: https://www.barbadillo.it/79739-cultura-esploratori-del-continente-di-claudio-mutti-eurasia-e-il-senso-dellunita/?fbclid=IwAR2XY0hh1OQi0QZgCHkNXKZrhjUqwKdUlH5AGNymaV1eb-O2HhiW2_v_O6Q

La géopolitique et les outils d'interprétation nécessaires

claudio-mutti-esploratori-del-continente-L-NV-6RL.jpegDe nos jours, on parle beaucoup de géopolitique, malheureusement souvent sans posséder les instruments d'interprétation nécessaires, faute de lectures essentielles. Cela signifie que cette discipline très complexe est le plus souvent confondue avec le concept de "globalisme", qui analyse tout de manière simpliste comme une série de rapports de force économiques et militaires. La "victime" choisie de cette perspective erronée est le mot Eurasie. Il suffirait honnêtement de peu de choses pour ne pas confondre géopolitique et mondialisation, il suffirait de se référer aux lectures évoquées plus haut, soit les livres de Halford John Mackinder à ceux de Karl Haushofer, sans oublier Jean Thiriart; pour ne citer que l'école européenne, car la géopolitique a des bases très solides chez de nombreux chercheurs russes. Un outil utile pour commencer à mieux comprendre les fondements du raisonnement géopolitique se trouve dans le livre de Claudio Mutti: Esploratori del Continente. L'unité de l'Eurasie au miroir de la philosophie, de l'orientalisme et de l'histoire des religions.

Bien qu'il ait été publié il y a quelques années, il traite dans un langage simple de questions qui sont toujours d'une brûlante actualité. En effet, il ne faut pas se laisser abuser par le caractère essentiel des écrits de ce volume, dû à la volonté de clarifier et non d'embrouiller les idées du lecteur sur un sujet d'une énorme complexité. Ce n'est pas pour rien que chaque chapitre est accompagné d'un certain nombre de notes qui donnent une bonne idée de la grande qualité de cet ouvrage. Cela ne devrait pas surprendre, si l'on considère que l'auteur est également le fondateur de la revue Eurasia, qui tente depuis des années de proposer une interprétation différente de cette discipline, en s'opposant courageusement à l'occidentalo-centrisme des publications les plus populaires et qui sont, malheureusement, accréditées dans les cercles de l'élite comme possédant des compétences spécifiques que, bien au contraire, elles n'ont pas, déclinant continuellement la géopolitique à travers la lentille déformée de l'économie et d'un Droit International qui loue obstinément le Global Power.

unnacmimpmed.jpg

L'élément géographique et le facteur continental

Dans son introduction à l'ouvrage, Tiberio Graziani souligne combien le raisonnement de ce livre, bien qu'il porte sur des figures d'un passé plus ou moins récent, reste le raisonnement essentiel du débat géopolitique actuel: "La dimension continentale, ou largement régionale, semble constituer, en fait, l'entité géopolitique la plus sensible aux besoins historiques actuels de la population mondiale" (7). Il s'agit de préciser d'emblée comment l'approche "continentaliste", précisément parce qu'elle se fonde sur cet élément géographique si cher à Haushofer en particulier, reconnaît et valorise non seulement l'articulation géographique, mais aussi l'aspect géoculturel, donc l'identité, tant d'un point de vue ethnique que spirituel, relevant pleinement de la sphère des études dites traditionnelles. En ce qui concerne le continent eurasien, qui représente la portion la plus riche de la planète en termes de civilisation, il n'existe actuellement aucun texte en italien qui analyse pleinement son organicité géoculturelle. Le recueil d'essais de Claudio Mutti présenté ici contribue à combler cette lacune.

En examinant les travaux d'importants philosophes, orientalistes et historiens des religions des XIXe et XXe siècles, l'auteur nous permet de prendre conscience d'une convergence entre les nombreuses entités culturelles de l'Eurasie, qui ne doivent pas être comprises, comme on l'a dit, comme de simples facteurs économico-géographiques, mais plutôt comme de multiples éléments culturels, apparemment très différents, mais qui, si on les examine avec une approche traditionnelle - et c'est ce que fait Mutti - se révèlent unis par un lien profond. Certains des noms mentionnés dans ce livre sont connus, au moins par ouï-dire, du public qui lit (Friedrich Nietzsche, Giuseppe Tucci, Mircea Eliade, Martin Heidegger), d'autres moins (Italo Pizzi, Ananda K. Coomaraswamy, Franz Altheim, Henry Corbin), et c'est précisément en retraçant le rapport de ces derniers avec l'Asie que Mutti ouvre des perspectives en partie nouvelles. En effet, ces derniers temps, dans des milieux qui se présentent comme "dissidents" et aux attitudes abusivement juvéniles, on a régulièrement tendance à dire ce qui a déjà été dit, en s'attardant sur les auteurs habituels: Evola, Jünger, Spengler, pour se retrouver à colporter des raisonnements palustres comme s'ils étaient novateurs ou, pire encore, à pousser le désir d'être original jusqu'à l'inexactitude. Tout cela n'appartient pas du tout à la manière de faire de la recherche de Mutti, comme le démontre également ce travail, puisqu'il vient d'une formation "ancienne", et donc sérieuse, qui ne considère pas le présentisme culturel comme synonyme de compétence.   

51q3t64HG-L._SX342_SY445_QL70_ML2_.jpg

Pendant longtemps, les analystes désemparés qui circulent tant à droite qu'à gauche n'ont pas été en mesure de nous fournir les outils appropriés pour comprendre pleinement la valeur cruciale de la dimension continentale. Néanmoins, la reconstruction d'entités géopolitiques plus conformes aux besoins historiques actuels de la population mondiale est le seul remède pour arrêter la dégénérescence de la politique internationale. 

Quand on fait ne serait-ce qu'une allusion au fameux plan Kalergi, on est immédiatement accusé de conspiration. Cependant, les objectifs fixés au début des années 1920 par Richard Coudenhove-Kalergi (1894 - 1972) ont presque tous été atteints. Et c'est précisément en examinant l'état actuel du continent européen, mais vu sous l'angle de quelques éminents savants et penseurs du passé, que Mutti met indirectement à nu la crise d'identité des peuples occidentaux, et ce en citant des sources faisant autorité, des personnes qui se sont penchées avec une sophistication intellectuelle sur ce problème.

Par exemple, dans les toutes premières pages du livre, on rappelle les paroles de Nietzsche qui, réitérant sa haine tenace du nationalisme, réussit à résumer parfaitement la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui, ayant également anticipé cette société apatride tant encouragée par le Global Power: "[...] ces circonstances amènent nécessairement avec elles un affaiblissement et à la fin une destruction des nations, au moins de celles qui sont européennes ; de sorte que d'elles toutes, par suite d'un métissage constant, devra naître une race mixte, celle de l'homme européen" (13). En ce qui concerne Nietzsche, il semble clair que son intérêt pour la spiritualité indienne était violemment anti-chrétien. Cela nous permet de mettre en évidence deux éléments qui caractérisent l'écriture de Mutti. C'est-à-dire que les personnalités qu'il considère se répartissent en deux catégories: les spécialistes de l'Orient, souvent aussi explorateurs de ces terres lointaines d'une part; les grands intellectuels fascinés par les cultures asiatiques d'autre part. Dans le cas de Nietzsche, et nous le disons avec le plus grand respect pour ce philosophe nodal, il est clair pour l'orientaliste qu'il jugeait plutôt qu'il ne voyageait ! C'est un Orient "exploité" pour parler, et mal, de l'Occident. A notre avis, cela affaiblit partiellement sa réflexion sur la relation entre ces deux continents. 

Des érudits à redécouvrir

À l'ère des livres qui ne servent pas ou peu à enrichir sa culture, découvrir quelque chose de nouveau est une grande source de réconfort; n'est-ce pas à cela que sert la non-fiction? S'il s'agit d'un autre savant italien oublié par la modernité, la joie est double. Mutti nous parle d'Italo Pizzi (1849-1920) (photo, ci-dessous), un iraniste et un homme de grande culture.

Italo_Pizzi,_ante_1920_-_Accademia_delle_Scienze_di_Torino_0046_B.jpg

En 1969, l'éminent arabisant Francesco Gabrieli dénonçait comme suit l'effacement de la mémoire de Pizzi dans notre Académie, coupable d'être toujours distraite: "l'oubli presque total dans lequel est tombé aujourd'hui ce laborieux vulgarisateur de la culture exotique" (29); des mots qui, il y a quelques années déjà, révélaient les maux de l'orientalisme italien, c'est-à-dire l'occultation, même dans les bibliographies, de tous ces noms qui, dans le passé, ont fait la grandeur des études italiennes sur l'Asie, en leur préférant ponctuellement des spécialistes anglo-saxons, ou des chercheurs contemporains qui, dans nos universités, se sont révélés peu à la hauteur de cette somptueuse tradition intellectuelle. Quant aux réflexions de Pizzi sur l'Orient, il souligne la grande pertinence de la littérature persane pour la littérature occidentale: "Or, ce qu'un poète persan a pu faire, on voit mal pourquoi un poète grec, dans des conditions peut-être pas si différentes, ne pourrait pas le faire" (33). Bien que Mutti souligne certaines analyses peut-être trop simplistes de la part de cet important orientaliste, il loue néanmoins sa capacité à avoir identifié dans le monde proto-musulman moyen-oriental, et dans le monde islamique en général, une ressource qui peut et doit encore être une source d'intérêt pour nous. L'histoire de la recherche italienne dans ce secteur est également glorieuse, grâce à de nombreux islamistes (pensons à Carlo Alfonso Nallino, auquel un prestigieux centre d'études est dédié à Rome, et qui fut un étudiant de Pizzi) et iranistes de grande importance, dont Pizzi est un digne membre. S'il y avait plus de livres, comme celui-ci, qui nous fassent redécouvrir de nombreux noms oubliés de la connaissance, l'orientalisme italien vivrait une saison différente de la présente.   

Portrait_RET.jpg

Ananda K. Coomaraswamy (1877 - 1947) est l'un des plus grands représentants de la Pensée traditionnelle, même s'il est connu presque exclusivement par ceux qui s'occupent de ce courant philosophique particulier. L'érudit d'origine cinghalaise est souvent présent dans les écrits que Mutti a adressés au fil des ans à une vision traditionnelle de l'art, compris comme une expression de la spiritualité humaine et non, comme c'est le cas depuis des décennies, comme un simple fait historico-technique. Dans le chapitre qui lui est consacré, il est expliqué comment Coomaraswamy voyait une convergence entre l'Occident et l'Orient dans l'art, mais uniquement dans l'art traditionnel, tout en critiquant la décadence intrinsèque de l'art moderne: "qui n'a pas d'autre fin que lui-même" (46). 

60ec1a2600384736852e8dfba9bea347.jpeg

71F0OeNNa5L.jpg

Coomaraswamy a servi de pont entre l'art occidental et l'art oriental, étant parfaitement versé dans les deux, parlant ainsi en vertu d'une compétence scientifique complète. En cela, il nous rappelle ce que le Japonais Kaiten Nukariya (1867-1934) a fait dans le domaine religieux, en essayant de raconter le bouddhisme zen aux Occidentaux d'une manière compréhensible pour nous, et avec des références également au christianisme, dans son livre, que nous avons introduit et édité : La religione dei samurai. Filosofia e disciplina zen in Cina e Giappone (Roma, Edizioni Mediterranee, 2016). En outre, le livre de Mutti a pour principal objectif de reconstruire un lien continental entre l'Orient et l'Occident, en retraçant les œuvres et les pensées des personnalités qui ont traité de cette question au fil du temps. Il va sans dire, compte tenu du thème du livre et de son auteur, qu'un chapitre sur Mircea Eliade ne pouvait manquer. Il y aurait trop de choses à dire sur ce que le chercheur roumain a fait pour l'histoire des religions, principalement sur la culture chamanique, qui est l'une des âmes profondes des peuples eurasiens. Néanmoins, il convient de s'attarder sur ce qui était le concept clé d'Eliade concernant l'Eurasie. C'est-à-dire un vaste espace géographique et spirituel qui, pour lui, trouve son centre en Roumanie, qu'il considère comme le "cœur" de l'Eurasie (66). 

La théorie de Mutti selon laquelle le continent eurasien nous concerne de près, puisqu'il s'étend jusqu'à l'Europe, est à notre avis convaincante et bien documentée. La seule remarque que nous pouvons faire est qu'il s'agit d'une perspective géopolitique purement européenne. En fait, pour les géopoliticiens russes, que l'on pourrait définir comme appartenant à un eurasisme intégral, l'Eurasie est une entité géographique qui n'est certainement pas en conflit avec l'entité européenne, mais encore autre, presque alternative. 

Inversez le cours !

Au terme de notre analyse, il est utile de rappeler les mots de la présentation de Graziani, qui expliquent parfaitement l'objectif du livre de Claudio Mutti, à savoir se proposer comme une invitation puissante et rigoureuse : "[...] redécouvrir l'unité intime des différentes manifestations culturelles de l'Eurasie" (8), afin d'inverser le cours indiqué par cette incapacité à comprendre l'Orient de la part de ceux que nous avons appelés pendant des années les bienfaiteurs du progrès. La position de Mutti est en ligne avec celle exprimée il y a des années par le plus grand orientaliste de l'ère moderne, Giuseppe Tucci (auquel un chapitre spécial est consacré), qui était clair sur l'importance de tracer d'abord et de reconstruire ensuite une unité spirituelle eurasienne. En effet, les intérêts de recherche variés et sophistiqués de Tucci comprennent également l'eurasisme ; d'ailleurs, son IsMEO (Institut italien pour le Moyen-Orient et l'Extrême-Orient) a été fondé précisément pour jouer un rôle d'acteur culturel et politique dans plusieurs des pays qui font partie de l'unité continentale susmentionnée. Cette dernière a été presque une obsession pour Tucci (photo, ci-dessous) jusqu'à la fin de sa vie, comme le rappelle Mutti, citant ce qui fut probablement le dernier discours public du grand savant italien, dans une interview accordée au quotidien La Stampa le 20 octobre 1983 : "Je ne parle jamais d'Europe et d'Asie, mais d'Eurasie. Il n'y a pas un événement qui se déroule en Chine ou en Inde qui ne nous influence pas, ou vice versa, et il en a toujours été ainsi" (55). 

o220hzeocpialeelo1x143yz201004061502Tucci1979.jpg

Dans son invitation à redécouvrir les réflexions sur l'Asie de quelques-uns des grands esprits de l'Occident, Mutti ne cache pas que l'"inquisition néo-lumières" qui a caractérisé le savoir en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale a sensiblement fait reculer la pensée, élisant la notion simple et stérile, disjointe du raisonnement, à une sorte de valeur de caste chez les professeurs et assimilés. Pour cette raison, nous ne pouvons qu'être d'accord avec Mutti lorsqu'il parle de "[...] l'insuffisance de l'érudition académique face aux doctrines spirituelles" (37). En effet, si l'on a l'illusion de pouvoir comprendre le Moyen-Orient et l'Extrême-Orient en apprenant des choses par cœur - quand cela se passe bien - en considérant le développement d'une perception de ce que ces peuples ressentent réellement comme superflu, alors il ne faut pas s'étonner du tout que ces personnes bavardent systématiquement sur la "civilisation".  

* Nous tenons à remercier Annarita Mavelli, spécialiste de l'eurasianisme intégral, qui nous a aidés à aborder les questions traitées dans ce volume.

*Explorateurs du Continent. L'unité de l'Eurasie dans le contexte de la filosofia, de l'orientalisme et de l'histoire des religions par Claudio Mutti (Genova, Effepi, 2011).

 

10:10 Publié dans Eurasisme, Livre, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cvlaudio mutti, livre, eurasie, asie, eurasisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire