Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 20 octobre 2021

Mémoire historique: mai 68 n'était pas ce qu'on vous a dit

808x1243_cmsv2_5a47dce5-e22d-5c9f-a084-0ea2f2924856-3143756.jpg

Mémoire historique: mai 68 n'était pas ce qu'on vous a dit

Ernesto Milà

Ex: http://info-krisis.blogspot.com/2021/10/la-memoria-historica-de-anteayer.html

Mai 2021 sera le 53ème anniversaire de la "révolution de mai". Bien que le rôle protagoniste incontestable de ses événements ait été joué par l'extrême gauche, les groupes néofascistes français ont joué un rôle important dans le déclenchement des événements en ces jours tendus. Dans l'article suivant, nous examinerons le rôle de ces groupes dans les événements traumatisants du "Mai français".

La blessure algérienne

En février 1963, le colonel Argoud, alors chef de l'OAS, Organisation de l'Armée Secrète, qui avait lutté contre l'abandon de l'Algérie, est enlevé à Munich. De Gaulle était revenu au pouvoir en 1958 avec un programme qui, au départ, indiquait clairement que la France n'accorderait pas l'indépendance à l'Algérie, même sous la pression du terrorisme du Front de libération nationale. Quelques années plus tard, cependant, il ne restait rien de ces intentions initiales et le cri gaulliste de "l'Algérie française" fut ignominieusement remplacé par la signature des Accords d'Évian qui inaugurèrent l'indépendance de l'Algérie, avec pour conséquence l'expulsion de 1,5 million de colons français et la fuite prudente de 150.000 harkis (Algériens d'origine ayant collaboré à la colonisation française).

247.jpg

Une grande partie de l'armée refuse d'accepter la signature des accords d'Évian et la rétrocession de l'Algérie, mais elle retient sa protestation et décide d'adopter une position critique mais silencieuse et de se conformer de manière disciplinée aux ordres de de Gaulle d'abandonner l'Algérie; une autre partie de l'armée, minoritaire, opte pour la voie du coup d'État et, lorsque celui-ci échoue, elle opte pour la résistance armée et le terrorisme avec des groupes d'activistes civils (voir la dernière partie de l'article sur Jeune Nation dans RHF-V).

Les auteurs du coup d'État et les membres de l'OAS ont dû purger de lourdes peines de prison, tandis que de nombreux autres sont restés en exil forcé. Leurs camarades restés fidèles à de Gaulle, moins par conviction que par discipline, n'oublient pas complètement ceux qui ont fait ce qu'ils n'ont pas osé faire. En 1968, ces soldats occupent les plus hautes fonctions de l'armée française et commandent les unités offensives les plus puissantes stationnées en Allemagne. Grâce à ces unités, De Gaulle a pu rester au pouvoir pendant la révolte de mai 1968, mais ce n'était pas pour rien: la contrepartie était l'amnistie pour les membres de l'OAS et pour les soldats emprisonnés pour avoir participé à la lutte pour l'"Algérie française". Si Mai 68 a servi à quelque chose, c'est, paradoxalement, à panser les blessures entre les deux factions militaires. Mais il y avait autre chose.

De l'OAS au Front Uni de Soutien au Sud-Vietnam

Après la fin du terrorisme de l'OAS et l'arrestation de ses derniers noyaux militants, l'extrême droite française tente de se regrouper mais ne peut éviter de se polariser en deux branches: dont celle d'Europe-Action, fondée par Dominique Venner, qui fut, à la fin de sa vie, directeur de la Nouvelle Revue d'Histoire; il avait développé une théorie du travail politique pendant son séjour en prison et l'avait couchée sur le papier dans le pamphlet Pour une critique positive. En janvier 1963, paraît le premier numéro de la revue Europe-Action, tirée à 10.000 exemplaires, entièrement réalisée par des jeunes ayant participé soit à l'OAS, soit à la guerre d'Algérie, soit à d'autres groupes militants. Le magazine sera l'organe de la Fédération des Etudiants Nationalistes (voir l'article de RHF-V sur Jeune Nation mentionné ci-dessus). Ce groupe soutient la candidature de Tixier-Vignancour à la présidence de la République en 1965 et devient en juin 1968 - quinze jours à peine après la fin officielle des émeutes de mai - la revue Nouvelle Ecole, noyau de diffusion des idées de la "nouvelle droite", dont l'activité se poursuit encore aujourd'hui.

unnaEAmed.jpg

unnamEA1ed.jpg

Au sein de la FEN, et précisément pour protester contre la candidature de Tixier-Vignancour, une dissidence s'est formée qui a d'abord tenté de contacter le Belge Jean Thiriart, directeur du mouvement Jeune Europe, avec lequel ils n'ont pas réussi à s'entendre, puis Pierre Sidos, le fondateur de Jeune Nation, qui avait été l'un des piliers de la résistance contre la capitulation de l'Algérie, organisation dissoute après le coup d'État des généraux contre De Gaulle. Sidos postule la fondation d'un nouveau mouvement pour lequel il propose le nom d'Occident, qui avait déjà été utilisé par l'ancienne revue soutenant le camp de Franco pendant la guerre civile espagnole et avait une certaine tradition parmi l'extrême droite française. Fin avril 1964, la nouvelle formation, le Mouvement Occidental, est officiellement fondée et affiche d'emblée sa vocation de mouvement militant déterminé à combattre les gauchistes dans la rue, comme s'il s'agissait d'une réédition de Jeune Nation.

52be0d6_899026562-000_ARP2736658.jpg

Peu après sa création, Sidos avait déjà exprimé sa volonté d'empêcher, avec ses 70 militants, le rassemblement anticolonialiste que les étudiants africains vivant à Paris allaient organiser le 1er mai de cette même année. C'était dit et fait. Les 400 personnes qui participaient à la réunion ont été brutalement dispersées et les locaux de la Mutualité où devait se tenir la réunion ont été fortement endommagés. Tout au long des mois de mai et juin, les affrontements avec les étudiants communistes se sont multipliés presque sans interruption. Le 12 juin, 60 militants d'Occident ont pris d'assaut le cinéma Le Savoir où la CGT (syndicat communiste) et l'UNEF (syndicat étudiant communiste) organisaient un spectacle pacifiste. A cette occasion, les 2000 spectateurs ont dû se disperser devant la virulence de l'agression.

Tous ces incidents ont conduit à quelques arrestations et Sidos a conseillé à ses partisans de se calmer. Puis, en 1965, ont lieu les élections présidentielles auxquelles Occident ne participe pas et qui éclipsent toute autre activité politique. La première crise interne du nouveau mouvement se produit lorsque les militants les plus activistes expulsent Sidos en février 1966 alors qu'il tente de conclure un pacte avec Venner pour fusionner avec la FEN dans ce qui aurait été une reconstruction de l'ancien mouvement Jeune Nation. L'expulsion de Sidos fait échouer l'opération et peu après, il forme L'Oeuvre Française, dont le nom est presque une réponse à l'Action Française et indique le degré de parenté et de familiarité entre les thèses nationalistes de Sidos et le maurrassisme. Sans la retenue de Sidos, Occident participe à toutes les opérations provocatrices et violentes que sa petite armée lui permet de mener. L'échec de la candidature de Tixier-Vignancour aux élections présidentielles cette année-là, candidature qui avait été soutenue par la FEN et Europe Action, conduit à la transformation de ce groupe en ce qui deviendra plus tard la Nouvelle Ecole et la nouvelle droite, s'éloignant de l'action politique. Le champ est ainsi dégagé pour Occident.

"Le Vietnam va gagner, Vietcongs meurtriers"

D'on ne sait où, l'un des leaders d'Occident, Philippe Asselin, obtient de l'argent avec lequel il loue des locaux fortifiés et publie une revue destinée aux étudiants universitaires. François Duprat, qui vient de rentrer du Congo, rejoint le groupe. C'est Duprat et un autre militant d'Occident qui publient le premier commentaire de l'œuvre d'Herbert Marcuse, l'un des gourous de la contestation, diffusé en français en mars 1965. Un an plus tard, cependant, le mouvement s'est lancé dans l'activisme le plus frénétique.

Le 15 mars, un groupe de militants d'Occident a mené une opération de représailles à l'université de la Sorbonne, où cinq militants d'un autre groupe d'extrême-droite avaient été attaqués quelques jours auparavant. À l'époque, Occident a largué des tracts dont le texte reproduisait simplement une phrase du général indonésien Suharto, célèbre à l'époque: "Tuez tous les communistes où qu'ils se trouvent". Occident jouait manifestement la carte de la provocation. Dès lors, toute l'opinion publique française, et notamment les étudiants de gauche, savent qui est Occident. Le 26 mars suivant, ils se sont heurtés à la police lorsque celle-ci a tenté d'empêcher un rassemblement de la Ligue de la jeunesse communiste dans le Quartier latin. Presque sans interruption, en pleine frénésie militante, ils ont boycotté une pièce de Jean Genet, Les Paravents, qui aurait insulté l'armée française. En octobre 1966, ils ouvrent une salle au cœur du quartier latin, rue Serpente. Suivront, au cours du dernier trimestre de cette année, des manifestations à l'occasion du dixième anniversaire de l'invasion de la Hongrie par l'armée soviétique et des luttes répétées pour expulser les gauchistes de leur fief à l'université de Nanterre. Certains militants d'Occident se sont inscrits à la faculté de philosophie et lettres de Nanterre et sont bien représentés au conseil de l'université. Leurs camarades de classe sont Daniel Cohn-Bendit, les frères Castro, Brumberg et Caruso, leaders d'une extrême gauche encore mal définie, mais exceptionnellement active et violente. Nous approchions rapidement du scénario politique qui déclencherait le "mai français".

Le 17 octobre 1966, sept militants d'Occident prennent d'assaut la cafétéria de l'université de Nanterre et expulsent soixante-dix gauchistes qui doivent se tourner vers les étudiants du PCF pour obtenir de l'aide. Le lendemain, les incidents se sont répétés, mais ils n'étaient pas seulement sept mais trente, et ils ont été confrontés à 150 gauchistes. L'affrontement a fait des dizaines de blessés et a contribué au climat de violence qui allait réapparaître continuellement à partir de ce moment-là. Début décembre 1967, Paris Match publie des photos des incidents qui ont eu lieu quelques jours plus tôt à Nanterre. Les images, dans lesquelles on pouvait voir des militants d'Occident, ont choqué l'opinion publique par leur brutalité.

L'année suivante sera encore plus dure. Des groupes pro-chinois et trotskystes sont apparus, travaillant principalement dans les universités et diffusant des slogans contre la guerre du Vietnam et en soutien au Vietcong. Cela a incité Occident à créer une contrepartie, le Front Uni de Soutien au Sud Vietnam. Le 7 février 1968, ce Front tente de tenir sa première réunion dans la grande salle de la Mutualité à Paris, mais l'extrême gauche appelle à la mobilisation générale: "Le nazisme ne passera pas". La réunion, assiégée par 3000 maoïstes, s'est terminée suite à bon nombre d'incidents majeurs. Les les militants d'Occident ont ensuite manifesté sur le boulevard Saint Michel aux cris de "Viêtcongs assassins" et "Occident vaincra". Le résultat final est favorable à Occident et le Front a pu envoyer 4000 francs collectés lors du rassemblement pour la construction d'un hôpital au Sud-Vietnam. Et comme cette journée a été jugée comme un succès, deux autres journées ont été convoquées pour les 30 et 31 mars 1968. Le 30, 2000 manifestants défilent derrière des drapeaux sud-vietnamiens sur l'avenue Wagram. Le gouvernement sud-vietnamien fera un usage intensif des photos prises à cette occasion. En l'espace de quelques semaines, le Front, soutenu par Occident, a rassemblé 1500 sympathisants et acquis une notoriété médiatique.

CL79886.jpg

Dans un contexte de violence croissante, on assiste à des tentatives de lynchage de membres d'Occident et à la fameuse réplique de Cohn-Bendit au ministre de l'éducation François Missoffe, prélude à la crise qui occupera une grande partie des médias. Occident ordonne à ses militants de "marcher sur Nanterre". Mais les maoïstes sont allés de l'avant et ont mené une attaque éclair le 29 avril contre l'exposition du Front dans la rue de Rennes. Deux cent cinquante maoïstes de l'UJC-ML avec leur "direction militaire" à la tête ont pris d'assaut l'exposition alors qu'elle était à peine défendue par 10 militants qui ont été littéralement massacrés. Suite à cette attaque, les dirigeants d'Occident ont appelé à un rassemblement... qui se tiendra à l'université de Nanterre le 2 mai.

L'UJC-ML (Union de la jeunesse communiste marxiste-léniniste, formation maoïste) cède à sa "direction militaire" et, avec les membres du Mouvement du 22 mars de Cohn-Bendit (anarcho-situationnistes), se barricade dans la faculté en stockant des cocktails Molotov, des barres de fer, des bâtons et des manches en bois. Une assemblée d'extrême gauche confie la direction de la défense de Nanterre à Xavier Langlade, chef de la JCR (Jeunesse communiste révolutionnaire, d'obédience trotskiste). A l'entrée de la faculté, ils ont installé une banderole: "Fascistes échappés de Dien Bien Fu, vous n'échapperez pas à Nanterre"... Cependant, les prisonniers barricadés ne sont pas aussi optimistes que leurs banderoles le laissent croire. Ils craignaient à tout moment l'assaut de 250 militants d'Occident capables d'une violence sans précédent que la gauche n'avait que trop bien connue à son propre détriment. Finalement, le ministère de l'éducation a ordonné la fermeture de la faculté. Ainsi, ce qui ne pouvait avoir lieu à Nanterre, loin du centre de Paris, aurait lieu dans le Quartier latin, à la faculté de La Sorbonne, au cœur de Paris.

838_054_mpaa346587.jpg

Les surprises du mois de mai

Puis vint un étrange attentat que personne n'a revendiqué et que, quarante ans plus tard, personne n'a réussi à élucider. Le matin du 3 mai 1968, une bombe a explosé à la Sorbonne, sur le point de détruire complètement la faculté. Les conduites de gaz avaient été sabotées. Tous les groupes d'extrême droite et d'extrême gauche se sont attaqués les uns aux autres et se sont mutuellement accusés d'avoir provoqué l'explosion. L'attentat a amené les gauchistes à se barricader dans la Sorbonne et les militants d'Occident dans "leur" faculté de droit de la rue d'Assas; à 14 heures, 200 d'entre eux ont tenté de manifester devant la Sorbonne. Ils notent que, malgré la tension, le cordon de police a disparu. À cette occasion, ils n'ont pas emporté leurs instruments de combat avec eux, mais dans trois camionnettes qui suivaient de près les manifestants. En chemin, ils ont décidé de se retirer. Il y a une chose qu'ils ne comprennent pas et qui leur échappe: qui a donné l'ordre aux policiers de se retirer? Ils décident donc de manifester sur le boulevard Saint Michel, à l'endroit même où les gauchistes de la FER (Fédération des étudiants révolutionnaires, autre groupe trotzkyste à tendance "lambertiste") et les maoïstes de l'UJC-ML tentent de se regrouper. À ce moment-là, les trois fourgons qui suivaient les membres d'Occident distribuent leur cargaison. Parmi les objets contondants, le premier cocktail Molotov de Mai 68 sera lancé par un étudiant d'Occident sur l'un des véhicules de police. La "Révolution de Mai" venait d'exploser...

L'armée française face aux émeutes de mai

Le "coup d'Alger" (soulèvement du 1er Régiment de parachutistes) avait échoué par manque de préparation et de solidarité de la part de la plupart des militaires et la répression à laquelle il a donné lieu, d'abord l'exécution du lieutenant-colonel Bastien-Thiry et, enfin, l'assassinat par les "barbouzes" (forces mercenaires, véritables tueurs à gages du Service d'action gaulliste) de dizaines de partisans de l'"Algérie française", dont de nombreux militaires, et l'enlèvement de dizaines de "Français d'Algérie". Bien que la majorité des forces armées françaises soient suffisamment disciplinées pour se conformer à l'autorité du général de Gaulle, très peu le soutiennent activement et tous veulent panser les blessures que la crise algérienne et l'OAS ont infligées aux forces armées. Beaucoup ont gardé l'occasion de faire amende honorable. Les événements du mois de mai leur ont donné l'occasion de le faire. Et ils l'ont saisi.

Six mois plus tôt seulement, en décembre 1967, des informations étaient parvenues à la deuxième section de l'état-major de l'armée sur les activités des cellules de l'UJC-ML dans certaines unités, à savoir le 9ème régiment de hussards, le 43ème régiment d'infanterie et le 151ème régiment de chars. Les activités de ces cellules consistaient à diffuser les magazines et le matériel de l'organisation et à gagner des sympathisants et des membres pour l'organisation. La sécurité militaire a retrouvé les militants, les a dispersés dans différentes unités et les a placés sous surveillance.

Toutefois, cet épisode a amené les services de renseignement militaires à s'inquiéter de l'émergence de ces groupes et, comme les services de sécurité civils de l'État ne leur fournissaient pas d'informations efficaces sur la situation, ils ont dû créer leur propre réseau d'informateurs et constituer leurs propres dossiers sur ces petites formations de jeunes extrémistes.

C'est la première fois depuis la guerre d'Algérie que l'armée française s'intéresse aux groupes politiques. Et ce qu'elle a vu l'a plongée dans la confusion. Les rapports produits avant le mois de mai, qui tentaient de dresser un portrait de l'extrême gauche, étaient inexacts, confus, pleins d'erreurs et pratiquement inutiles. Ils n'ont pu que décrire les organisations de jeunesse du vieux parti communiste pro-soviétique, le seul qui, jusqu'à la percée de l'UCJ-ML dans les casernes, les avait concernés. Le problème est que ces informations sont anciennes et donc inutiles. Lorsque les premiers incidents éclatent au Quartier latin le 3 mai, l'armée française est pratiquement hors circuit et ignore tout de l'activité et des caractéristiques des groupes.

Le 11 mai, le ministre de la Défense, Pierre Messmer, après avoir fait ses adieux au Premier ministre afghan qui était resté en France en visite officielle, s'est empressé de rencontrer quelques conseillers et de prendre quelques mesures de précaution contre ce qui pourrait arriver. Il faut rappeler qu'à cette époque, dans la nuit du 10 au 11 mai, a lieu la fameuse " nuit des barricades " dans la rue Gay-Lussac, sur laquelle nous reviendrons un peu plus loin, mais qui marque en tout cas le paroxysme des émeutes.

A ce moment, la 11ème Brigade blindée en garnison au Camp des Loges (Saint Germain en Laye), qui était en manœuvre à Mailly, est mise en alerte. Trois régiments de cette unité (le 501ème Chars, stationné à Rambouillet), la Marche du Tchad (à Pontoise) et la 1ère unité d'Artillerie (basée à Melun), tous situés dans les environs de Paris, sont immédiatement prêts à intervenir. La 9ème Brigade, en manœuvre à Courtine, est également mobilisée et les centres d'instruction des recrues, le 1er Train et le 151ème Montflery sont prêts au cas où il serait nécessaire de renforcer les unités de police, de gendarmerie et de CRS. D'autres unités situées dans la banlieue parisienne - les 9ème et 11ème hussards et le 5ème régiment d'infanterie - ont également été placées en état d'alerte, les congés annulés et toutes leurs troupes prêtes à intervenir au pied levé. Dans l'Ouest parisien, les différents bataillons et régiments de la 11ème division légère d'intervention restent dans le même état d'alerte jusqu'à la fin des incidents.

Ils ne sont pas intervenus, mais la situation ne s'est pas améliorée. Le 13 mai, lorsque les syndicats déclarent une grève générale, l'armée s'alarme véritablement. Le vendredi 24 mai, De Gaulle apparaît devant les médias pour appeler à l'ordre, mais son discours ne calme pas les choses et est complètement ignoré par les syndicats et les émeutiers du Quartier latin. Les incidents se multiplient et l'armée rappelle les enseignements sur la "guerre révolutionnaire" dispensés dix ans plus tôt à l'École de guerre psychologique de Philipeville, en Algérie. Les spécialistes de ces techniques avaient pris des positions sans équivoque en faveur de l'Algérie française et certains même de l'OAS. Ils se sont donc tournés vers eux. C'est à ce moment-là que le fossé qui s'était creusé au sein des forces armées après la guerre d'Algérie a commencé à se refermer. L'anticommunisme partagé par les deux factions militaires a eu cet effet. Mais à l'époque - le 24 mai - les positions n'étaient pas unanimes. Si tous étaient d'accord pour barrer violemment la route à un coup d'État de gauche, tous n'étaient pas prêts à agir si les organisations de gauche arrivaient au pouvoir par des moyens légaux. Dans les milieux militaires, on pensait que l'arrivée au pouvoir du PC était possible et, entre autres, le gouverneur militaire de Paris n'était pas prêt à agir dans ce cas. D'autres militaires, en revanche, l'étaient.

Les militaires en contact avec l'extrême droite

Au vu de la situation du 25 mai, certains officiers en garnison autour de Paris prennent contact avec les membres de l'extrême droite la plus militante pour savoir s'ils peuvent compter sur leurs troupes au cas où ils seraient obligés d'intervenir.

505881.jpg

Ces dirigeants - avec certains desquels nous avons échangé des vues sur cette question - ont répondu par l'affirmative, mais même eux n'étaient pas sûrs des positions que prendraient leurs militants de base. Dans la nuit du 10 au 11 mai, lors des combats de la rue Gay-Lussac, quelques militants d'extrême droite avaient été aperçus parmi les barricades, affrontant la police. Et, d'autre part, beaucoup détestaient les communistes et les gauchistes pour leurs affrontements constants avec eux, mais ils ne détestaient pas moins l'armée et De Gaulle qui avaient permis l'abandon de l'Algérie et les forces de l'ordre qui les avaient emprisonnés et jetés dans les cellules de la Santé et de Fresnes. Beaucoup n'avaient pas oublié Bastien-Thiry, Boby-Dovecar, Claude Piegs, Roger Degueldre et d'autres torturés et tués par De Gaulle et ses "barbouzes". Certes, ils étaient anticommunistes, mais beaucoup détestaient le gaullisme bien plus que les gauchistes. En outre, les militants d'extrême-droite ont un mauvais souvenir: pendant les jours du coup d'État d'Alger, ils ont été littéralement abandonnés par les militaires qui leur avaient promis leur soutien et ne sont pas disposés à faire un nouveau pari six ans plus tard avec ceux qui les avaient trahis. L'organisation particulière qui avait été contactée par les militaires était, naturellement, Occident, qui avait fait preuve d'une très grande capacité de violence.

Lorsque, le 17 mai, les gauchistes ont expulsé l'extrême-droite de la faculté de droit d'Assas, le Mouvement Occident a été contacté par des ex-militaires et des mercenaires qui avaient travaillé avec Bob Denard au Congo, proposant leur collaboration pour un assaut contre cette faculté. Les dirigeants d'Occident ont rejeté cette option, même si leurs trois principaux dirigeants - oublions leurs noms - ont accepté la proposition. Les autres ont voté contre, préférant une victoire des gauchistes à un accord avec les gaullistes. Ainsi, Occident a quitté le terrain de la lutte pendant les journées de mai.

L'autre groupe polarisé autour de Tixier-Vignancour, qui opère à l'époque sous le nom de Front National Anti-Communiste, appelle à une manifestation le 22 mai avec une participation minime (à peine 1000 personnes), dont 200 militants d'Occident. La manifestation devait se terminer par la prise d'assaut de la rédaction du journal communiste L'Humanité, mais cette action ne s'est pas concrétisée en raison des jets de billes de fer et d'objets par les assiégés. Les membres les plus activistes se sont ensuite rendus au Lycée Condorcet, occupé par des gauchistes, et ont réussi à les en déloger et à arracher leurs drapeaux rouges et noirs. Ils ont ensuite manifesté devant la gare Saint-Lazare, occupée par les grévistes.

Si l'opinion d'Occident n'était pas unanime parmi ses dirigeants, il en était de même pour le parti de Tixier-Vignancour. Son adjoint, Raymond Le Bourre, est opposé à une participation aux événements aux côtés des gaullistes, mais Tixier est d'avis que des améliorations peuvent être apportées à la situation des prisonniers de l'OAS et au retour des exilés.

Les médias d'extrême droite, l'hebdomadaire Minute et l'hebdomadaire Rivarol, étaient contre un pacte pour sauver le gaullisme.

Toutefois, un accord a été conclu à la hâte dans la nuit du 24 mai. Discrètement, les dirigeants d'extrême-droite signataires de l'accord devaient mobiliser leurs troupes; en cas d'insurrection communiste, elles devaient se concentrer au camp de Satory, et si elles ne pouvaient l'atteindre par leurs propres moyens, on donnait un certain nombre de points où elles devaient être prises en charge par des camions de l'armée; les militaires refusaient de délivrer des armes à ces troupes et proposaient de les placer dans des unités militaires spéciales, soumises à la discipline militaire et qui exécuteraient les ordres de la direction militaire. En cas d'insurrection communiste, ces groupes seraient inclus dans des unités de choc qui seraient préalablement purgées des éléments suspects.

Le 26 mai, une nouvelle réunion a eu lieu entre des représentants des forces armées et des représentants des différentes directions d'extrême-droite. La réunion a eu lieu dans un appartement du Quartier latin, à quelques dizaines de mètres des barricades. Les militaires ont proposé la création d'une milice civique commandée par eux et composée de l'extrême-droite et de ses sympathisants en cas de coup d'État de gauche.

La direction d'extrême-droite exige que ces milices soient totalement indépendantes des Comités de défense civique gaullistes avec lesquels aucun accord ne serait possible. Les militaires ont accepté à condition qu'ils soient encadrés et disciplinés par eux, afin d'éviter les excès que pourraient commettre certains extrémistes. À partir de ce moment et au cours des jours suivants, les dirigeants des différents groupes d'extrême-droite ont commencé à mobiliser leurs troupes par le bouche à oreille. A partir de ce moment, les militaires eux-mêmes ont changé de position par rapport à l'extrême-droite. Ils ont fourni des lieux de rencontre.

imdgbbage.jpg

Le voyage de De Gaulle aux garnisons françaises en Allemagne

À partir du 24 mai, lorsqu'il devient évident que la proposition de de Gaulle de convoquer un référendum n'a pas calmé la situation, l'activité militaire se concentre sur le sondage des unités "sûres" au cas où l'insurrection de gauche aurait lieu. Les unités contactées autour de Paris sont celles du 11ème régiment de hussards, dont l'état-major, selon Duprat, est le plus fervent partisan de l'intervention. La 11ème Brigade et la 11ème Division légère sont également des unités favorables à une intervention musclée. Les chars de la 8ème division avaient été concentrés au nord de Paris et les troupes "sûres" de Metz et Nancy avaient campé près de la capitale.

Le déploiement de toutes ces unités avait été conseillé parce que la "gendarmerie mobile" n'était pas très sûre (contrairement aux CRS) et qu'elle était connue pour échouer dans les missions pour lesquelles elle avait été envoyée. Comme dans tous les processus révolutionnaires, la crise des forces de police a été le premier signe indubitable de la crise de l'État.

En outre, d'autres unités militaires proches de la capitale ne sont pas disposées à intervenir en cas d'insurrection communiste (le 9ème hussards, le 2ème régiment de marine). Les autres unités n'étaient pas opérationnelles ou ne se prêtaient pas à une telle intervention.

Dès le 24 mai, 10.000 réservistes sont appelés et le 25, les unités "sécurisées" autour de Paris sont renforcées. Samedi 25 mai, à 8h30, une colonne militaire a été repérée sur l'autoroute Paris-Lille en direction de la capitale. Les militaires ont commencé à montrer leurs unités dans la banlieue de Paris, en guise d'avertissement.

Au cours des trois jours suivants, des "bruits de sabre" commencent à être entendus dans les garnisons de l'est de la France et dans les bases françaises en Allemagne. S'il est vrai que les commandants de ces unités sont des gaullistes avoués, il n'en va pas de même pour leurs états-majors. Beaucoup s'en étaient mordu les lèvres six ans plus tôt lors de l'insurrection du 1er régiment de parachutistes à Alger et se remettaient à douter et à maudire de Gaulle. Certains d'entre eux avaient parfois collaboré avec l'OAS, couvert ses militants ou même travaillé dans ses activités.

Après le discours du 24, De Gaulle, surpris par l'effet inverse de celui recherché, tombe dans le silence et la confusion. Le régime était au bord de l'effondrement. Alors que le silence s'éternise, les militaires sont de plus en plus favorables à une action efficace contre les émeutiers. Le bruit court que certaines unités sont maintenant prêtes à intervenir, non pas pour sauver de Gaulle, mais pour écraser la gauche.

51inVuXo-ZL._SX195_.jpgLe 29, de Gaulle se rend à Baden-Baden pour rencontrer le général Massu, commandant en chef des forces françaises en Allemagne, dont les unités s'avèreraient les plus efficaces en cas de conflit. De Gaulle parvient à persuader les militaires qu'il est "le seul capable de sauver la France du communisme" et même qu'il est prêt à en payer le prix. En réalité, ils ont été persuadés. L'important, c'est ce qu'ils ont exigé en échange du déplacement des unités d'intervention au-delà de la frontière: une amnistie générale pour les membres de l'OAS emprisonnés et exilés. De Gaulle ne proteste pas. Il allait soit mourir dans le fauteuil de l'Elysée, soit s'exiler.

Le lendemain, De Gaulle s'adresse à nouveau aux Français, avec une attitude totalement différente. Peu avant, la 11ème Brigade blindée avait effectué une marche ostentatoire vers Paris, tandis que le 1er Régiment de parachutistes de marine, cantonné à Bayonne, recevait 10 avions Nord Atlas de Pau et 20 de Toulouse, se préparant à sauter sur Paris. Une colonne de véhicules blindés en provenance d'Allemagne a franchi la frontière, cherchant à attirer le plus d'attention possible sous prétexte de manœuvres. D'autres mouvements similaires ont été effectués simplement pour attirer l'attention.

De la mort politique à la résurrection de de Gaulle

A partir de ce moment, le récepteur du message a parfaitement compris la situation. Le PCF, à l'époque, est partagé entre l'insurrection et le retour aux quartiers d'hiver. En réalité, le PCF n'a jamais pris l'initiative de la situation, mais il ne voulait pas non plus se dissocier complètement d'une révolte qui risquait d'amputer son influence sur les masses.

Le 30 mai, le gaullisme est relancé. Les Comités de défense de la République assurent la présence des éléments les plus actifs de la droite et de l'extrême droite, dont la grande majorité sont d'anciens partisans de l'Algérie française. Les spécialistes de l'armée en matière d'opérations psychologiques ont parfaitement coordonné le discours de De Gaulle ce jour-là et la mobilisation qui a suivi sur les Champs Elysées le soir même. Entre 700.000 et 800.000 personnes ont défilé sur les Champs entre la place de la Concorde et la place de l'Etoile.

a_30_mai_1968.jpg

Le fondateur et chef de l'OAS, Raoul Salan, est spectaculairement libéré le 15 juin 1968, au moment où la révolte de mai prend officiellement fin. Le Quartier latin est de moins en moins animé: les "révolutionnaires" sont partis en vacances.

Georges Bidault, président du Conseil national de la Résistance, ainsi que les généraux et cadres de l'OAS qui étaient en exil depuis 1963, ont également pu rentrer en France à cette date. Peu après, Bidault a fondé le parti Justice et Liberté, qui était l'un des partis qui ont ensuite fait partie du Front national dirigé par Jean Marie Le Pen.

Alicante et Tarragone, pleines de pieds-noires exilés, ont vu ces communautés diminuer en nombre. Ils ont tous été amnistiés. Certains ne sont jamais revenus en France. L'un d'entre eux m'a dit : "La France est comme une femme que tu as beaucoup aimée et qui, soudain, te trompe. Tu lui donnes un coup de pied et tu ne veux plus jamais entendre parler d'elle".

Que s'est-il réellement passé ?

Apparemment, tout était clair :

- Un processus subversif déclenché par des éléments d'extrême-gauche avait réussi à entraîner la CGT et le PCF, soucieux de ne pas perdre leur influence sur les masses.

- Pendant quelques jours, la France a vécu au bord de la guerre civile et d'un coup d'État.

- Le général de Gaulle, cherchant un soutien pour rester au pouvoir, demande l'aide des forces armées.

- L'armée lui  son concours en échange d'une amnistie générale pour ses camarades emprisonnés et du retour des exilés.

- Ces mesures sont entrées en vigueur le 15 juin, date à laquelle la révolte, qui avait commencé un mois et demi plus tôt, a officiellement pris fin.

Donc l'affaire était close, le dossier fermé... ou l'était-il ?

Pas du tout.

À la fin de la révolte, certains services de renseignement, probablement français, ont divulgué divers dossiers aux médias, imputant les incidents aux services spéciaux de la République démocratique allemande (RDA). Nombre de ces dossiers ont été diffusés par la presse de droite et d'extrême droite, qui les croyait les croyant authentiques.

Il a été rapporté que plusieurs grenades à main offensives fabriquées en Allemagne de l'Est ont été trouvées sur les barricades de la rue Gay-Lussac pendant la célèbre "nuit des barricades" du 10 au 11 mai. Ces grenades étaient de type RG42, considérées comme "très meurtrières". Dans la zone où ils ont été découverts, on a vu de jeunes Allemands appartenant au Sozialistiche Deutsche Studenten (SDS), l'un des groupes contestataires allemands qui, à l'époque, faisaient l'objet d'une enquête pour leurs liens avec le HVA (Hauptverteidigungsamt, le service de renseignement est-allemand) qui, selon ces rapports, était responsable des opérations de déstabilisation en Europe occidentale depuis 1965.....

Évidemment, toutes ces informations n'étaient que pure intoxication. À l'époque, nous nous en doutions. Maintenant, nous en sommes sûrs. Il est vrai qu'il y avait un marionnettiste qui tirait les ficelles de la subversion, mais ce n'était certainement pas l'HVA. Si c'était lui, tous les détails de l'opération seraient parfaitement connus aujourd'hui: le HVA a été dissout et ses archives ont été rendues publiques depuis l'unification allemande en 1989. Non, le HVA n'était pas le "bon indice", elle n'était que l'excuse, la manœuvre de diversion. Les grenades plantées à côté d'une voiture dans la rue Gay-Lussac n'étaient qu'une intoxication.

Et, bien sûr, en 1965, le HVA n'a déclenché aucune opération, mais la même année, c'est précisément la CIA, comme nous le savons aujourd'hui, qui a déclenché l'opération CHAOS, ordonnée et commandée par James Jessus Angleton. Cette opération, qui visait initialement à affaiblir les partis communistes pro-soviétiques, a été utilisée à d'autres fins tout aussi fallacieuses: la déstabilisation du gouvernement du général de Gaulle.

AngletonMorley.jpg

De Gaulle avait séparé les forces armées françaises de l'appareil militaire de l'OTAN en 1967, tout en restant dans la structure de l'Alliance atlantique. Les Américains ne lui pardonnent pas cette rebuffade, ni celle qui va suivre lorsque, lors de son voyage au Canada, il proclame devant les caméras de télévision du monde entier: "Vive le Québec libre". Le démembrement du Canada aurait signifié la perte de l'influence américaine dans la partie francophone du pays et la montée de l'influence française dans une zone que les théoriciens de la "destinée manifeste" avaient déjà baptisée "sphère d'influence américaine".

C'était le sens ultime du Mai français et tout le reste n'était que chorégraphie et accessoires pour une "opération spéciale". Le fait que les maoïstes aient été artificiellement gonflés au cours de l'opération CHAOS, le fait que le premier cocktail Molotov des émeutes ait été lancé - comme nous l'avons vu - par un militant d'Occident sur une voiture de police et le fait que ce mouvement, dès son origine, a pratiqué une attitude militante totalement provocatrice et visant à crisper les situations, le fait même que les membres de l'extrême-droite aient eu le cœur déchiré entre les barricades de la rue Gay-Lussac et l'adhésion aux milices civiques anticommunistes et, enfin, le fait que la "révolution de mai" se soit soldée immédiatement par la chute de De Gaulle - il a perdu le référendum qu'il avait lui-même convoqué - et le pardon général des militants de l'OAS... tout cela, ce sont les vrais fruits de Mai, bien plus, en tout cas, que Cohn-Bendit et les autres "ex-combattants", quarante ans plus tard, colportant leurs fantasmes et leurs fictions... Mai 68 avait différents marionnettistes, Cohn-Bendit était une des marionnettes. Nous répétons : "Mai 68 a eu différents marionnettistes". La CIA en était une, mais il y en avait d'autres dans le système interne de la France. Qui a dit qu'une opération planifiée par des services spéciaux ne peut pas être exploitée pour d'autres objectifs ?

9782723314954_1_75.jpg

Note : plusieurs ouvrages de François Duprat ont été pris en compte pour cet article : L'Internationale Etudiante Révolutionnaire et Les journées du Mai 68, Editions NEL, La comédie de la révolution et Les journées du Mai, publiés par Défense de l'Occident et L'extrême-droite en France 1944-1972, Editions Albatros.

 

15:53 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : france, histoire, mai 68, de gaulle, extrême-gauche, extrême-droite | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Le rôle de la révolution « spontanée » de 1968 :
Contrôle des changes (1968), début du Serpent monétaire (1972), mise en place de la dette (1973), création de l'UE (1992), signature du traité de Lisbonne (2007) = monde « ORWELLIEN » today.
NB : les Etats occidentaux n’existent plus car ils ont été privatisés lorsque le contrôle de leurs monnaies est tombé dans les mains des banquiers privés, ce qui explique, en Europe, l’apparition des institutions européennes, qui ne sont que la formalisation politique (traités de Maastricht et Lisbonne) de cette capture des règles d’organisation des peuples par des intérêts privés.
Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/larevolutionfrancaiseestlaresurrectiondelafemme.html

Écrit par : Annwn | jeudi, 21 octobre 2021

Écrire un commentaire