Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 octobre 2021

Pino Romualdi: le regard vers l'Est (entre l'islam et la Chine)

Pino_Romualdi2.jpg

 

Pino Romualdi: le regard vers l'Est (entre l'islam et la Chine)

Giovanni Luca

Le leader du MSI et ses positions sur la politique internationale: il identifiait Pékin comme un "sujet politique nationaliste"

SOURCE : https://www.barbadillo.it/101102-destre-pino-romualdi-e-lo-sguardo-a-oriente-tra-islam-e-cina/

Pino Romualdi a toujours suivi avec une extrême attention les évolutions politiques des mondes extrême-oriental et moyen-oriental. La révolution culturelle de Mao Tsé Toung et le nationalisme han et confucéen de Deng Xiaoping étaient tous deux considérés par Romualdi comme des alliés tactiques possibles dans la lutte contre l'impérialisme marxiste soviétique - alors hégémonique au niveau planétaire - et contre le duopole de Yalta. Si, déjà dans les années du Grand Bond en avant, Romualdi le machiavélique était très impressionné par Mao, après la mort du "grand timonier", le président du MSI fit son éloge le 12 septembre 1976 dans les pages du Secolo d'Italia, le présentant comme l'un des plus remarquables hommes d'État contemporains, précisant que la gauche radicale occidentale n'avait rien compris à son enseignement :

"Mao était le révolutionnaire le plus singulier de tous les temps.... était un homme simple et fort, sage et mystérieux, souriant et impitoyable, celui qui a fait de la Chine un leader mondial".

La leçon historique de Mao était de transformer "la révolution communiste en révolution nationale de son peuple". Après les quatre modernisations initiées par Deng Xiaoping, Romualdi s'interroge sur la part du nationalisme chinois, de Sun Yat Sen aux Chemises bleues pro-fascistes, dans ce tournant paradigmatique imprimé à la Chine. Dans L'Italiano de mars 1979, Romualdi écrivait, avec quarante ans d'avance sur notre époque, que la Chine était désormais une puissance étatiste et nationaliste légitimement orientée vers la suprématie mondiale. C'est ce qu'a bien montré la surprenante attaque militaire de Pékin, même indirecte, contre l'URSS impérialiste en Indochine.

"Chère Chine, la Chine de Mao est terminée ; à sa place se trouve la troisième puissance mondiale qui a de nombreux problèmes à résoudre, mais surtout sa propre suprématie mondiale à affirmer... Non plus en exportant les maximes du petit livre rouge, mais en changeant radicalement les situations et les équilibres politiques et stratégiques à travers le monde..... Pékin, en attaquant le Vietnam, a démontré, et ce n'est pas anodin, que ses forces armées sont capables de se déplacer et de frapper quand et comme elles le veulent sans que les armées soviétiques, extrêmement puissantes, puissent se porter au secours de leurs amis vietnamiens en difficulté".

Romualdi, la Palestine et la révolution iranienne 

Le journaliste et universitaire Gianni Scipione Rossi affirme que les positions géopolitiques de Pino Romualdi sur le Moyen-Orient ont fini par influencer les positions pro-arabes et pro-islamiques du Front de la jeunesse du MSI dans les années 1970 et 1980 (La Destra e gli ebrei, Rubettino 2003, p. 121). La position du président du MSI sur la question palestinienne et islamique était en effet très intéressante et originale ; une position équilibrée, tenant logiquement compte de l'identité géopolitique nationale italienne, mais très différente du militarisme "blanc" pro-israélien qui sévissait alors dans les cercles de la droite évolienne, un aréopage qui comprenait également le grand intellectuel Adriano Romualdi (qui était son fils). 

Pino Romualdi, en revanche, ne manquait jamais une occasion de souligner que c'était l'URSS qui avait fortement souhaité la naissance d'Israël, mettant toujours en cause, de son point de vue de dirigeant du MSI, le prétendu anticommunisme d'Israël (Trestelle, Giro del Mondo, in L'Italiano octobre 1973, p. 589). Loin de reproposer la pratique de l'"épée de l'Islam" de Mussolini, que Romualdi considérait à juste titre comme liée à un contexte trop spécifique, l'objectif principal, pour une droite patriotique et réaliste, devait se déplacer vers l'ouverture stratégique et modernisatrice de Rome à l'Islam. Romualdi a même stigmatisé Andreotti et Craxi pour leur pro-arabisme trop équivoque et leur manque de "nationalisme":

"Nos relations avec le monde arabe, c'est-à-dire avec les peuples de l'autre côté de la Méditerranée, ne doivent être que bonnes, alors qu'elles sont aujourd'hui plongées dans les malentendus. Un monde qui doit s'ouvrir à nos intérêts économiques et culturels, à notre développement technocratique, à la croissance de notre poids politique. Mais malheur à nous si nous pensons pouvoir raisonner dans l'esprit de la politique du "sabre de l'islam". La politique de "l'épée de l'Islam" est une excellente politique, mais seulement quand nous tenons l'épée et sa poignée dans notre poing" (P. Romualdi, Israël parmi les Palestiniens, L'Italiano, octobre-novembre 1982, p.20).

Au cours de la révolution iranienne de 1979, contrairement à l'habituelle vulgate superficielle et banale des analystes occidentaux habituels qui, déjà à l'époque, voyaient partout le "fondamentalisme islamique", Romualdi précise, avec une lucidité qui, si on la reconsidère aujourd'hui, est vraiment impressionnante, que le khomeinisme, outre l'élément chiite naturel qu'il exprimait, est l'émanation moderne d'une "sensibilité propre au nationalisme perse irréductible et millénaire", fatiguée du mercantilisme pro-américain et pro-soviétique du Shah, qui, lui, s'était laissé inspirer, avec la Révolution Blanche de 63, par les vieux idéologues du Tudeh (le parti communiste iranien).

Romualdi écrit que l'Union soviétique "aurait préféré avoir pour voisin un empire, certes américanisé et moderne, mais en réalité encore un peu anachronique comme celui du Shah" plutôt qu'un État nationaliste et islamique qui, sur le plan antimarxiste, "est beaucoup plus fondamentaliste que les catholiques" (Trestelle, Giro del Mondo, L'Italiano, janvier 1979, p. 25).

C'est pourquoi Gregorio Sorgonà, chercheur à la Fondation Gramsci et spécialiste de la politique étrangère des différents courants du MSI, soutient que le "pro-Khomeinisme" des amis de Rauti et de Romualdi, qui n'a pas failli même face au cas des otages américains en Iran, est un fait très significatif qui atteste, dans le monde de la droite alternative, d'un dépassement définitif des positions d'Evola sur la politique internationale lequel, par exemple, avait vu dans la décolonisation un succès présumé du communisme.  

Écrire un commentaire