Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 14 janvier 2022

Échec de la visite aux États-Unis : la ministre des Affaires étrangères des Verts Baerbock mine la nouvelle coalition

220105-bmin-baerbock-reist-in-die-usa-3.jpg

Échec de la visite aux États-Unis: la ministre des Affaires étrangères des Verts Baerbock mine la nouvelle coalition gouvernementale

Ex: https://www.unzensuriert.at/content/140953-gescheiterter-besuch-annalena-baerbock-unterminiert-die-koalition-in-deutschland/?utm_source=Unzensuriert-Infobrief&utm_medium=E-Mail&utm_campaign=Infobrief&pk_campaign=Unzensuriert-Infobrief

Le 5 janvier, Annalena Baerbock a effectué sa première visite à Washington. Lors d'une conférence de presse tenue par la ministre allemande des Affaires étrangères et son collègue américain Antony Blinken, la discussion a d'abord porté sur la confrontation entre l'Occident, d'une part, la Russie et la Chine, d'autre part, ainsi que de la protection de toutes les démocraties dans le monde.

La ministre des Affaires étrangères des Verts sape la souveraineté allemande

Le secrétaire d'État Blinken a joué le rôle de chef de file, tandis que Baerbock a approuvé tout ce que l'Américain disait et le répétait, y compris quant au sort de Nord Stream 2. Blinken a menacé de faire abandonner le projet "si la Russie renouvelle son agression contre l'Ukraine", ce à quoi Baerbock s'est engagée. Le point essentiel est que ce sont les Etats-Unis - et non l'Allemagne ou l'UE - qui décident de la mise en oeuvre de cet important gazoduc. En fait, cela signifie la capitulation de la souveraineté allemande.

La visite de Baerbock à Washington a été déprimante, car elle a démontré la faiblesse de la ministre allemande des Affaires étrangères aux États-Unis. C'est un secret de polichinelle que les entreprises américaines financent des projets "verts" en Europe, y compris les partis politiques.

Des difficultés pour la coalition gouvernementale

La chef du ministère allemand des Affaires étrangères jette du sable dans les rouages de la coopération avec la Russie et avec la Chine, ce qui profite directement aux Etats-Unis. Des industriels allemands comme Roland Busch, le patron de Siemens, et Klaus-Dieter Maubach, membre du conseil d'administration d'Uniper, ont souligné combien cette orientation était dangereuse pour l'économie allemande.

La contradiction entre l'orientation manifestement pro-américaine de la politique étrangère et les intérêts nationaux déchire la coalition au pouvoir. Par exemple, le secrétaire général du SPD, Kevin Kühnert, a récemment fait remarquer que la mise en service de Nord Stream 2 ne devait pas échouer en raison de la politique étrangère et des différends sur les droits de l'homme avec la Russie. Selon Kühnert, il ne faut pas torpiller le projet mené par le groupe énergétique russe Gazprom en réaction aux différends territoriaux entre l'Ukraine et la Russie. Une déclaration qui est en contradiction évidente avec la position défendue par Baerbock lors de sa rencontre avec Blinken.

La SPD et les Verts en désaccord

Les libéraux-démocrates du FDP, favorables à l'économie, se sont également pris le bec avec les Verts au sujet du gaz naturel. Le ministre des Finances Christian Lindner a accueilli favorablement la proposition de la Commission européenne de reconnaître le gaz naturel comme carburant de transition vers la neutralité climatique, alors que les ministres des Verts ont critiqué cette décision en la qualifiant de "greenwashing".

nsd.jpg

Alors que le chancelier Olaf Scholz qualifie Nord Stream 2 de projet "d'économie privée", Baerbock a répété dans une interview à la dpa qu'elle considérait Nord Stream 2 comme plus qu'un simple projet d'économie privée :

Les dernières années ont clairement montré le rôle géostratégique que joue Nord Stream 2, notamment au regard des différentes perceptions que l'on a de ce gazoduc en Europe.

En ce qui concerne Nord Stream 2, la SPD est politiquement beaucoup plus proche du parti d'opposition le plus fort, les conservateurs de la CDU/CSU, que des Verts. Alexander Dobrindt, président du groupe parlementaire CSU au Bundestag, s'est engagé à ce que le gazoduc soit mis en service le plus rapidement possible. Il a déclaré à la dpa que "la remise en question permanente de Nord Stream 2 est une politique fondamentalement erronée".

Des désaccords qui pourraient tout de même - en théorie - conduire à une scission de la coalition gouvernementale allemande.

Les Verts, une force antinationale

Les positions des Verts ne sont manifestement pas déterminées par les intérêts nationaux de l'Allemagne. Toutes les autres forces politiques allemandes sont prêtes à adopter une vision pragmatique de la coopération avec la Russie et la Chine, notamment en ce qui concerne les besoins en gaz, sans la satisfaction desquels l'économie allemande ne peut s'en sortir, et la participation aux projets chinois. Seuls les Verts se concentrent sur les questions des droits de l'homme et du climat, sans tenir compte des intérêts nationaux, obligeant ainsi les Allemands à sacrifier leur propre bien-être économique sur l'autel de valeurs humanitaires abstraites et de projets douteux qui devraient conduire à un soi-disant "tournant énergétique".

Baerbock : les Verts allemands ne sont pas loin de l'administration Biden

Dès le début de l'année 2021, lorsque Joe Biden est arrivé au pouvoir, les Verts allemands ont défendu une action commune avec les Etats-Unis pour adopter une position plus ferme vis-à-vis de la Chine.  En tant que candidate verte à la chancellerie, Baerbock n'a pas caché son admiration pour le gouvernement de Biden. Elle a annoncé que "nous, les Verts allemands, ne sommes pas très éloignés politiquement de l'administration américaine actuelle" et que les États-Unis et l'Allemagne devraient conclure d'urgence un "Green Deal translantique".

Alors que les Etats-Unis en profitent : Pour les Allemands, ce sera encore plus cher

Bien sûr, les actions de Baerbock contre Nord Stream 2 n'ont jusqu'à présent pas abouti à un tel "deal", mais seulement à une forte hausse des prix du gaz sur les marchés, dont seuls les spéculateurs ont profité et qui ont autorisé les pétroliers américains à livrer du gaz liquide en Europe en raison de la hausse des prix. Les Américains se sont enrichis, les Allemands sont confrontés à des problèmes de livraison de gaz - et à la perspective de devoir payer encore plus qu'auparavant.

Jusqu'à présent, le mandat de Baerbock en tant que ministre allemande des Affaires étrangères n'a profité qu'aux Etats-Unis. Il existe un consensus au sein du paysage politique allemand concernant l'énergie et l'économie, qui exclut le point de vue des Verts. Environ 60 pour cent des Allemands ont soutenu la mise en service du gazoduc Nord Stream 2. C'est ce qu'a confirmé un sondage Infratest ditmap réalisé pour la chaîne de télévision ARD le 6 janvier.

Si cet article vous a plu, veuillez soutenir le projet unzensuriert en faisant un don. Par paypal (carte de crédit) ou par un virement bancaire sur AT58 1420 0200 1086 3865 (BIC : BAWAATWW), ltd. Unzensuriert

Écrire un commentaire