Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 mars 2022

Des librairies prises pour cibles

title-1601921467.jpg

Des librairies prises pour cibles

par Georges FELTIN-TRACOL

Depuis la colère légitime et insatisfaite des « Gilets jaunes », il ne fait pas bon d’être un élu du soi-disant ensemble macronien, majoritaire par le jeu biaisé d’une forte abstention. L’actualité rapporte que des députés se font régulièrement menacer, insulter, voire frapper, par des manifestants opposés à l’actuelle tyrannie sanitaire. Les maires et les conseillers municipaux connaissent eux aussi ces désagréments inhérents à un quotidien de plus en plus difficile pour les petites gens. Le système médiatique d’occupation mentale s’en scandalise et dénonce ces intimidations violentes. Incapables de rétablir la sûreté dans bien des banlieues de l’immigration gangrenées par le trafic de drogue, les autorités hexagonales promettent une réponse prompte et implacable envers les auteurs de ces incivilités. Or, tous ces grands indignés se taisent quand certaines librairies deviennent les victimes d’attaques répétées.

Sous la présidence de « Flamby » Hollande et dans le prolongement de la « Manif pour Tous », la librairie Facta du défunt Emmanuel Ratier située dans le IXe arrondissement de Paris fut à deux reprises vandalisée. Quelques années plus tard, les pressions perdurent à l’égard des librairies non conformistes de la capitale. Charlie Hebdo du 14 avril 2021 consacrait sa deuxième page à une enquête dessinée sur les quatre dernières librairies qui résistent encore au fléau du politiquement correct. Il s’agit de la librairie Duquesne, de la Librairie française, de la librairie éponyme de l’ami Vincent, ancien de Facta, et de La Nouvelle Librairie tenue par le rédacteur en chef d’Éléments, François Bousquet. Ce dernier établissement a subi dès son ouverture bien des actes hostiles. Installée en face des jardins du Luxembourg en plein Quartier latin, cette librairie fut la cible de plusieurs séries de dégradations revendiquées par les antifas qui bénéficient d’une étonnante impunité. Si près du Sénat, n’y a-t-il donc pas de caméras de surveillance capables d’enregistrer les visages des délinquants ?

À Nancy, depuis plus d’un an existe la librairie Les Deux Cités. Sa simple présence a déclenché la vindicte rageuse de la gauche et de l’extrême gauche sans oublier la détestation officielle de la municipalité sociétaliste. Les gérants ne cachent pas qu’ils sont patriotes français et catholiques de tradition. Ils ont même osé fonder les Éditions du Verbe Haut (voir à ce propos sur Radio MZ les émissions « Vent d’Est » n° 14 du 16 juillet 2020 et n° 16 du 17 septembre 2021). Leur librairie reçoit des jets de peinture sur la vitrine, quand ce n’est pas de la glu mise dans la serrure ou des slogans injurieux peints sur la façade. Le 12 février 2022, elle accueille une séance de dédicace commune de la Française d’origine camerounaise Stella Kamnga et de Geoffroy Lejeune, directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles. Un attroupement d’une trentaine d’individus masqués (en pleine rue ! Belle preuve de suivisme covidien) se forme devant la librairie. Ils scandent les habituelles inepties. Pendant ce temps, le maire, sourd, aveugle et muet devant toutes ces agressions, manifeste aux côtés de ses potes quelque peu dérangés, car protester contre une librairie honorable dénote des troubles mentaux flagrants. Il aimerait bien la faire couler, car il n’en apprécie pas le ton général. Les Deux Cités a déposé une dizaine de plaintes et de mains courantes sans que la justice n’y prête la moindre attention. On se demande bien pourquoi…

la-librairie-d-extreme-droite-arts-enracines-etablie-au-25-rue-raphael-inquiete-le-collectif-photo-le-progres-nicolas-binoux-1627320415.jpg

On retrouve une situation semblable au Puy-en-Velay en Haute-Loire. Au début de l’été 2021 a ouvert la librairie Arts enracinés dans le centre historique de la ville mariale non loin de la cathédrale et du rocher Corneille d’où surplombe la statue de la Vierge Marie construite à partir de la fonte des canons pris à Sébastopol lors de la Guerre de Crimée.

La présence de cette librairie dans une ville moyenne de la France périphérique a suscité la haine des gauchistes. Ceux-ci ont monté RAFAHL (Réseau antifasciste Haute-Loire). La librairie ponote pâtit de dégradations courantes et de calomnies colportées par l’opposition de gauche au conseil municipal du Puy. Obsédé par les années 1930 et fantasmant en longueur de journée sur le début de la décennie 40, un collectif informel amasse quelques associations microscopiques comme la CGT Educ’action, Solidaire 43 - Sud Éducation, Europe Écologie - Les Verts, La France insoumise, le SNES - FSU, Génération.S de Benoît « 6,36 % » Hamon, le PCF, ATTAC, la section altiligérienne de RESF (Réseau Éducation sans frontières), la Ligue des droits de l’homme et des quelques philanthropes de l’Union communiste libertaire.

Cette ribambelle d’associations souvent subventionnées par les pouvoirs publics complaisants amalgament des incidents divers et accusent la librairie de tous leurs malheurs ainsi que de favoriser une ambiance violente en ville… Ses clients, une fois les bras chargés de bouquins, en profiteraient pour agresser de pauvres antifas qui passeraient par là, ce qui est bien sûr infondé. En réalité, les antifas, épris de drogues et de boissons alcoolisées, se battent entre eux pour des questions de bouteille, de joint, de fric et d’intimité animalière. Pour expliquer leur état déplorable, les blessés désignent ensuite d’inexistantes « phalanges littéraires de l’Ordre noir imprimé ».

Malgré l’interdiction préfectorale, le 5 février dernier, environ quatre cents crasseux envahirent la préfecture vellave afin d’exiger la fermeture de la librairie (pour quel motif légal ?) en attendant de vouloir peut-être la liste complète de ses amis et autres fidèles clients. En dehors de Lyon, la plupart provenaient de deux grands centres régionaux de contamination politico-hystérique : Clermont-Ferrand et Saint-Étienne. La capitale auvergnate reste un fief socialiste. Quant à la préfecture de la Loire, l’édile, macronien contrarié, est en rupture de ban avec Les Républicains. Ces deux maires et leurs équipes laissent proliférer dans différents quartiers la constitution de foyers gauchistes.

Proches de l’Opposition nationale, populaire, sociale, identitaire et européenne, on reproche aux librairies de Paris, de Nancy ou du Puy-en-Velay de vendre des ouvrages politiquement incorrects comme des biographies de Jésus Christ, de Jeanne d’Arc ou les romans de Céline. Elles commettent par ailleurs l’horreur intellectuelle de tenir des conférences. Par exemple, au Puy, chaque samedi se déroulent à partir de 17 h « Les après-midis de la Chouette ». Faudrait-il raser les murs pour pouvoir y écouter des intervenants comme Marion Sigaut, Stéphanie Bignon, Bruno Favrit, Rémi Soulié ou votre serviteur ?

Rappelons que toutes ces actions de racailles contre des lieux de culture dissidente ne soulèvent aucune réprobation de la part des médiacrates et de ces grandes consciences morales qui invoquent en permanence les fameuses « valeurs ripoublicaines ». Soyons certains que si des militants identitaires osaient protester contre l’implantation d’une librairie gauchiste, d’un centre d’accueil pour immigrés clandestins ou d’une salle de shoot, les condamnations judiciaires tomberaient aussitôt.

La vie est un combat incessant. Les gérants de ces honorables librairies le savent. En dépit de journées fastidieuses et face à une adversité certaine, ils ne plient cependant pas. Au contraire, ils persistent et signent, fiers du travail déjà accompli, et certainement ravis d’emmerder les fanges de l’infrapolitique hexagonale.

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 22, mise en ligne le 1er mars 2022 sur Radio Méridien Zéro.

Écrire un commentaire