Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 avril 2022

L'héritage multipolaire d'Imran Khan ne pourra jamais être complètement démantelé

Imran_khan_disegno_pakistan_bandiera.png

L'héritage multipolaire d'Imran Khan ne pourra jamais être complètement démantelé

par Andrew Korybko

Source: https://www.ideeazione.com/leredita-multipolare-di-imran-khan-non-potra-mai-essere-completamente-smantellata/

Il est difficile de prédire ce qui va se passer au Pakistan, un pays qui a toujours été caractérisé par des intrigues politiques et des changements radicaux soudains qui en prennent souvent beaucoup au dépourvu, mais il est clair que l'héritage multipolaire d'Imran Khan ne pourra jamais être complètement démantelé. Aussi imparfait que soit son premier mandat, on ne peut nier qu'il a eu un impact immense en termes de remodelage des perceptions au pays et à l'étranger, notamment grâce à sa politique de sécurité nationale multipolaire.

Le succès de l'opération de changement de régime orchestrée par les États-Unis au Pakistan a fait craindre que l'école de pensée pro-américaine au sein de l'establishment de ce pays ne tente de démanteler certaines des réalisations de leurs pairs multipolaires sous le gouvernement de l'ancien Premier ministre Imran Khan. Bien qu'il reste à voir si une tentative sera faite dans ce sens, il ne fait aucun doute qu'il est impossible de démanteler complètement son héritage multipolaire. C'est parce que le PTI, autrefois au pouvoir, est devenu depuis un mouvement véritablement multipolaire qui exprime clairement cette vision du monde prometteuse aux masses, contrairement à ses concurrents qui n'ont pas de vision du monde cohérente (si tant est qu'ils en aient une, à part être pro-US). Cette évolution aura des conséquences considérables sur l'avenir politique intérieur du Pakistan.

Bien que les relations du pays avec la Russie aient commencé à s'améliorer sous plusieurs gouvernements, ce n'est que sous le PTI qu'elles sont devenues stratégiques après avoir gagné en substance grâce à une coopération étroite sur l'Afghanistan, le pipeline Pakistan Stream (PSGP) et le PAKAFUZ. En fait, c'est en raison du voyage de l'ancien premier ministre à Moscou fin février, contre la volonté déclarée des États-Unis, que l'hégémonie unipolaire en déclin a déclenché son coup d'État de facto contre lui, exploitant les différences politiques préexistantes au sein du pays ainsi que son processus constitutionnel pour le renverser à titre de sanction. Cela signifie que le bilan de la politique étrangère de son gouvernement avec cette grande puissance eurasienne sera toujours inextricablement lié à l'héritage de l'ancien Premier ministre Khan.

Bien que cela reste à jamais l'aspect le plus dramatique de son mandat en matière de politique étrangère, pour des raisons évidentes liées à la manière scandaleuse dont son mandat s'est terminé, ce n'était pas la seule réalisation multipolaire à son actif. D'une importance similaire, son refus courageux d'accueillir des bases américaines après l'évacuation chaotique des États-Unis d'Afghanistan en août dernier, sacrifiant ainsi ce qu'il considérait sincèrement comme les intérêts nationaux objectifs de son pays. L'ancien Premier ministre Khan a également défié les pressions occidentales dirigées par les États-Unis en demandant sans ménagement aux quelque deux douzaines d'ambassadeurs européens à Islamabad qui ont enfreint le protocole diplomatique en condamnant publiquement la Russie : "Sommes-nous vos esclaves ? Ce message facilement compréhensible incarnait la vision pro-souveraineté qui a défini son mandat.

20220330-img-le-pakistan-revendique-sa-neutralite-face-la-guerre-en-ukraine-1.jpg

En outre, il a fait plus que tout autre dirigeant pakistanais avant lui pour attirer l'attention du monde sur la position de son pays à l'égard du conflit non résolu du Cachemire : son discours de 2019 devant l'Assemblée générale des Nations unies, un peu plus d'un mois après l'abrogation unilatérale de l'article 370 par New Delhi, est considéré comme l'une des marques de fabrique de son premier mandat. Il ne fait aucun doute que la perception mondiale de l'Inde a progressivement commencé à changer pour le pire en raison de la mise du Cachemire au centre de la politique étrangère du Pakistan. Étant donné le caractère patriotique de cette question pour le Pakistanais moyen, on peut dire qu'elle a galvanisé les masses sous sa direction, ce qui contribue à expliquer son immense popularité et celle de son parti.

On peut en dire autant de la passion avec laquelle il a mené sa campagne anti-islamophobie. L'ancien Premier ministre Khan ne tolérait aucun manque de respect envers le prophète Mahomet ou ses adorateurs, où que ce soit dans le monde. Cela a été aussi globalement associé à son premier mandat que son soutien au Cachemire. Bien que ni l'un ni l'autre n'ait obtenu beaucoup de résultats tangibles, ils étaient hautement symboliques et poursuivis avec une sincérité incontestable par la force de ses convictions personnelles. Ils ont rallié les masses et généré beaucoup d'attention positive pour le Pakistan dans le monde entier. Ces campagnes ont également permis aux Pakistanais moyens de se sentir très fiers de leur pays.

Il convient également de mentionner que c'est sous l'ancien Premier ministre Khan que le Pakistan a finalement promulgué sa première politique de sécurité nationale en janvier. Ce document peut être objectivement décrit comme l'articulation d'une vision véritablement multipolaire par son interdiction de la politique des blocs et son accent sur la géo-économie au lieu de la géopolitique. Cette double rupture avec le passé a été provoquée par l'école multipolaire de l'establishment de son pays qui soutenait ces politiques en contraste avec la vision supposée différente de leurs collègues pro-US. Malgré le départ de ce leader multipolaire, on s'attend à ce que ceux qui, au sein de l'Establishment, partagent sa vision du monde et ont contribué à la mettre en œuvre dans la politique, fassent de leur mieux pour maintenir cette vision multipolaire.

Ces observations expliquent pourquoi dimanche, le lendemain de son éviction du pouvoir et juste avant l'annonce du nouveau gouvernement lundi, des rassemblements en sa faveur ont eu lieu dans tout le pays. Contrairement au PMLN et au PPP, les deux autres grands partis du pays qui se sont donné la main pour le déposer, le PTI n'est pas considéré comme un parti régional. Il jouit également d'une réputation de lutte contre la corruption, ce qui le distingue des deux autres pays qui ont été victimes de l'impression d'être corrompus jusqu'à la moelle. Ils sont également considérés par beaucoup comme des représentants de l'ancien système de gouvernement que beaucoup accusent d'être à l'origine des problèmes persistants du Pakistan, que même l'ancien Premier ministre Khan n'a pas pu résoudre malgré tous ses efforts au cours des dernières années de son mandat. Une autre observation importante est que de larges segments de la jeunesse et de l'intelligentsia soutiennent l'ancien premier ministre.

En effet, il a exprimé de manière convaincante sa vision du "Naya (nouveau) Pakistan" et a pris des mesures tangibles pour la mettre en pratique, tant au niveau des messages puissants associés à ses campagnes en faveur du Cachemire et contre l'islamophobie que des résultats associés au rapprochement rapide avec la Russie qu'il a supervisé. La vision géo-économique de la politique de sécurité nationale et l'interdiction de la politique des blocs ont rempli les Pakistanais d'espoir que leur pays changeait enfin pour le mieux avec son temps. De nombreuses personnes méprisaient la façon dont leur allié américain officiel avait profité d'elles pendant la "guerre mondiale contre la terreur". Elles ont donc vu dans les politiques de l'ancien Premier ministre Khan une alternative pro-pakistanaise aux politiques pro-US de ses prédécesseurs qui avaient causé tant de souffrances.

Résister aux États-Unis n'était pas considéré comme "anti-américain" mais comme pro-Pakistan, ou plus simplement, comme une expression longtemps attendue du respect de soi et de la souveraineté que ce peuple fier désire depuis des décennies voir ses dirigeants afficher publiquement. La célèbre déclaration de leur ancien premier ministre "absolument pas" en réponse à une question sur l'accueil de bases américaines les a remplis de fierté car il a fait ce qu'aucun dirigeant précédent n'avait jamais pu faire, même si cela a finalement contribué à lui coûter son poste. Quels que soient les efforts de l'école pro-américaine de l'Establishment, elle ne pourra pas effacer l'impression dans le cœur de nombreux Pakistanais qu'Imran Khan représente vraiment le "Naya Pakistan" qu'ils ont le sentiment d'avoir enfin mérité de connaître de leur vivant, tandis que l'opposition soutenue par les États-Unis représente un retour au passé honteux.

Les perceptions sont la réalité, comme certains l'ont prétendu de manière provocante, et elles constituent également une puissante force de mobilisation, comme en témoignent les rassemblements nationaux de soutien à l'ancien premier ministre dimanche. Son PTI a commencé comme un mouvement anti-corruption qui s'est transformé en un mouvement véritablement multipolaire qui a impressionné la conscience politique et de classe du peuple, y compris la conscience des affaires étrangères et l'importance d'une approche équilibrée de la transition systémique mondiale en cours vers la multipolarité. Pour ces raisons, on peut en quelque sorte qualifier son mandat de "révolutionnaire" pour les changements sociopolitiques qu'il a déclenchés parmi les masses. Le fait qu'il ait rassemblé derrière lui de larges segments de l'intelligentsia, ainsi que de nombreux Pakistanais d'outre-mer, est également un exploit.

Il est difficile de prédire ce qui se passera au Pakistan, un pays qui a toujours été caractérisé par des intrigues politiques et des changements radicaux soudains qui en prennent souvent beaucoup au dépourvu, mais il est clair que l'héritage multipolaire d'Imran Khan ne pourra jamais être complètement démantelé. Il a laissé son empreinte sur son peuple, qui s'inspire aujourd'hui de l'exemple qu'il a donné pendant son mandat, notamment pour restaurer sa fierté et le respect du monde pour son pays. Aussi imparfait que soit son premier mandat, on ne peut nier qu'il a eu un impact immense en termes de remodelage des perceptions au pays et à l'étranger, notamment grâce à sa politique de sécurité nationale multipolaire. Il s'agit d'une réalité que l'école de l'establishment pro-américain et l'opposition soutenue par les États-Unis ne peuvent effacer de la conscience publique et sont donc obligées d'accepter.

Publié par Idee e Azione en partenariat avec OneWorld

Écrire un commentaire