Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 11 mai 2022

L'alliance entre les chevaliers et le peuple dans la guerre des paysans comme mythe politique dans la révolution conservatrice

Bauernkrieg_sw_Variante_1.jpg

L'alliance entre les chevaliers et le peuple dans la guerre des paysans comme mythe politique dans la révolution conservatrice

Giovanni Pucci

Source: https://www.ereticamente.net/2018/03/lalleanza-tra-cavalieri-e-popolo-nella-guerra-dei-contadini-come-mito-politico-nella-rivoluzione-conservatrice-giovanni-pucci.html

Parmi les nombreux thèmes qui ont joué un rôle évocateur dans le mouvement culturel connu sous le nom de "révolution conservatrice", qui a joué un rôle non négligeable en Allemagne dans l'entre-deux-guerres, nous pouvons inclure la "guerre des paysans", cette série d'émeutes qui s'est déroulée entre 1524 et 1526 au cœur du Saint Empire romain germanique et qui a débouché sur quelque chose de bien plus grand avant d'être étouffée dans le sang. Connue dans l'histoire sous le nom de guerre, elle se distingue des révoltes précédentes par le nombre de personnes mobilisées, l'étendue géographique des zones concernées et la nature radicale des revendications. On peut en trouver des anticipations dans la formation de la Bundschuh (ou Ligue de la Botte) en 1513 et dans la révolte de l'Armer Konrad en 1514. Mais son prodrome a sans aucun doute été la "révolte des chevaliers", un mouvement qui a débuté à l'été 1522 et qui a vu 5000 fantassins et 1500 cavaliers sous le commandement d'Ulrich von Hutten et Franz von Sickingen (1481-1523) tenir en échec les mercenaires des évêques de Trèves, Mayence et Cologne avant de capituler en 1523 au siège de Landsstuhl.

huttepor.jpg

franz_von_sickingen.jpg

Les ressorts sociaux qui ont poussé la petite aristocratie rurale allemande à former une alliance avec les pauvres et les opprimés afin de tenter une réforme radicale du pays et de l'état des choses sont les conditions sociales modifiées qui ont jeté à la rue une classe autrefois puissante au profit de la nouvelle et riche bourgeoisie des villes, des marchands affamés et des familles bancaires de plus en plus influentes qui avaient désormais l'empereur sous leur emprise, réduit à un symbole vide, avec le parasitisme des princes guelfes et un clergé de plus en plus corrompu. C'est probablement cette "alliance populaire" rudimentaire entre certains éléments des classes guerrières et ouvrières contre les couches improductives et les éléments étrangers à la nation germanique (en premier lieu les évêques envoyés par Rome) qui voulaient faire une révolution pour corriger un ordre désormais inversé et non pour accélérer son inversion qui a fasciné les intellectuels allemands qui ont adhéré de diverses manières à la Révolution conservatrice au 20e siècle. La figure de von Sickingen, soldat des Freikorps au XVIe siècle, était gravée dans le cœur de ceux qui aspiraient à une renaissance allemande après l'humiliation de Versailles et la trahison de novembre, la déclaration de reddition proclamée par le gouvernement de Berlin avec l'armée allemande non conquise sur le terrain et les lignes de front profondément enfoncées dans le territoire français. Le leader envisageait l'élimination des princes ecclésiastiques, la création d'une Église authentiquement allemande, l'annulation du commerce bancaire, l'établissement d'un gouvernement tenu par l'empereur avec un conseil composé uniquement de chevaliers : une vision qui unissait idéalement les exigences d'un rang social en déclin, celui des chevaliers, avec celles du peuple, intéressé à combattre les anciens et nouveaux profiteurs sociaux.

Lovis_Corinth_009.jpg

La guerre des paysans a commencé en 1524 par une série de soulèvements de paysans qui, au début de l'année suivante, se sont organisés en rangs armés (haufen). Le plus célèbre d'entre eux, le Schwarzer Haufen, était dirigé par l'ancien chef des Lansquenets, Floryan Geyer (1490-1525). Noble de naissance, adepte de la Réforme luthérienne qui avait créé le contexte culturel des révoltes (même si Luther condamnera plus tard violemment les insurgés et leurs intentions), il réclame la restauration du pouvoir impérial, la destitution des princes et la saisie des biens ecclésiastiques. Il meurt le 9 juin 1525, assassiné à Rimpar après avoir échappé à la destruction du château d'Ingolstadt, où il avait organisé la dernière résistance du Bataillon noir. Son nom restera dans la légende.

Mein_Fehd_und_Handlungen_(Berlichingen)_b_001.jpg

Une autre figure charismatique reprise par les révolutionnaires-conservateurs au 20e siècle est Gotz von Berlichingen (1480-1562) qui, avec un membre en fer pour remplacer le bras droit perdu au combat en 1508, a mené les rebelles du district d'Odenwald contre les princes du Saint Empire romain germanique. Les noms de Geyer, von Berlichingen, von Hutten et von Sickingen reviennent plusieurs fois dans les écrits d'Arthur Moeller van der Bruck (une figure de proue des Jungkorservativen et un élément central de la RC), de l'historien Friedrich Stieve ou de l'écrivain populaire Hermann Löns. Soit dit en passant, Gotz von Berlichingen et Floryan Geyer, héros connus de toutes les couches de la population, portaient le nom d'autant de divisions de la Waffen SS pendant la Seconde Guerre mondiale, n'en déplaise à ceux qui nient tout lien entre la Révolution conservatrice et le régime national-socialiste qui a suivi.

L'urbanisation qui a érodé les terres agricoles et laissé les petits propriétaires sans terre et incapables de subvenir à leurs besoins, l'accumulation de capital bancaire par l'usure et les rentes financières, l'appauvrissement progressif et la perte de prestige de l'ancienne noblesse rurale, la corruption et l'arrogance du clergé romain : voilà les conditions qui nous ont permis de voir des bandes de paysans encadrées comme des chevaliers. Avec le passage de l'économie féodale aux premiers balbutiements d'un système capitaliste, une telle agitation sociale est apparue dans les campagnes qu'elle a inévitablement trouvé un exutoire violent. Un débouché qui, après des victoires initiales, s'est arrêté et a été réprimé de manière belliqueuse comme un avertissement à venir. Ainsi, à défaut, la guerre des paysans n'a pas bouleversé l'ordre social mais l'a définitivement consolidé. S'arrêtant aux cas que nous avons mentionnés, la soudure entre le peuple et la tradition nationale n'a pas été complètement réalisée et les 12 thèses qui représentaient les doléances du mouvement sont restées inapplicables, ce dernier se contentant de vendettas personnelles individuelles sur les nobles et leurs propriétés, d'ailleurs limitées aux étapes initiales. L'intérêt commun de restaurer les symboles de justice et de rédemption sociale, à rechercher à travers l'unité du peuple allemand, ne s'est en fait pas concrétisé. Bien que les auteurs de la Révolution conservatrice aient idéalisé les figures mentionnées ci-dessus, ils avaient très clairement cette idée en tête et l'ont couchée sur papier dans leurs écrits qui appelaient à une rédemption nationale-populaire. C'est également de ces suggestions que s'est inspiré le mouvement politique qui a pris le pouvoir en Allemagne, avec un programme qui visait à rectifier les écarts économiques et sociaux de la modernité sans la nier, et qui, par le pragmatisme et la pratique quotidienne, mettait en pratique les théorisations des penseurs qui l'avaient précédé et auxquels un très grand nombre d'entre eux adhéraient, voyant en lui la suite politique logique de leurs idées.

Giovanni Pucci

Commentaires

Traduction d'analphabète !

Écrit par : Vincent | vendredi, 13 mai 2022

Effectivement, il faudra corriger quelque peu ce texte, toutefois parfaitement compréhensible. Nous vous invitons, par ailleurs, pour éviter la publication de coquilles, à venir travailler chez nous, gratuitement, pro deo, huit heures par jour pour mettre votre immense sagacité au service de notre projet. Nous vous remercions d'avance.

PS: En combien de langues pouvez-vous travailler? Nous cherchons notamment des relecteurs pour le finnois, le polonais, le russe, le chinois et le suédois...

Écrit par : steuckers | vendredi, 13 mai 2022

Écrire un commentaire