Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 18 mai 2022

Des partis, de la corruption et de l'hypermoralisme

021651317056-web.jpg

Des partis, de la corruption et de l'hypermoralisme

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/05/12/von-parteien-korruption-und-hypermoral/

La démocratie, telle qu'elle s'est développée dans le monde occidental, est essentiellement organisée comme un État de partis. Les partis politiques représentent pour ainsi dire l'ensemble des couches sociales et des attitudes idéologiques de la communauté concernée. Le mot "parti" vient en effet du latin "pars", qui signifie partie.

S'il existait à l'origine trois grands camps dans le paysage politique autrichien - le camp chrétien-conservateur, le camp social-démocrate-austro-marxiste et le camp national-libéral -, les partis correspondants représentaient donc plus ou moins l'ensemble du spectre idéologique et sociologique du pays. Bien entendu, ce spectre a largement changé au cours de l'évolution historique des 100 dernières années. Néanmoins, les partis politiques qui existent actuellement dans le pays ont tous pour mission implicite de représenter une partie de la société. Et lors de chaque scrutin, on vérifie toujours si les partis se voient reconnaître ce droit de représentation.

Concrètement, cela signifie pour le paysage politique autrichien que la question se pose toujours de savoir si le Parti populaire, par exemple, défend des valeurs conservatrices et représente réellement les intérêts de sa clientèle et de l'économie. De même, on peut se demander si la social-démocratie défend réellement et efficacement les droits des travailleurs. Et bien sûr, il faut aussi vérifier si les libéraux représentent toujours les intérêts nationaux et libéraux, c'est-à-dire les intérêts de leur électorat. Il est clair que le caractère de ces intérêts est différent à notre époque de ce qu'il était sous la Première République ou dans les décennies d'après-guerre.

Ainsi, à l'origine, sous l'impulsion de son fondateur Lueger, le parti chrétien-conservateur représentait principalement les intérêts des petits commerçants, puis ceux de la grande bourgeoisie et de l'industrie. Aujourd'hui, le Parti populaire se considère comme le représentant de toutes les couches de la population par le biais de ses fédérations. A cet égard, il n'est plus vraiment crédible. La social-démocratie a également fait son temps en ce qui concerne sa clientèle d'origine. La classe ouvrière en tant que telle n'existe plus qu'à l'état résiduel. La social-démocratie est aujourd'hui devenue une représentation de la petite bourgeoisie, mais aussi des pseudo-intellectuels de gauche.

Quant aux libéraux, la politique nationale n'est évidemment plus aujourd'hui la recherche d'un rattachement politique à l'Allemagne, mais tout simplement la défense de la préservation et du développement de la culture spécifiquement autrichienne et de la langue maternelle allemande. Et si la politique libérale était à l'origine la lutte pour la constitution et l'État de droit, il ne fait aucun doute qu'elle consiste aujourd'hui à s'opposer à l'érosion des droits civils fondamentaux, comme nous l'avons vu par exemple lors de la pandémie du coronavirus.

Si les partis politiques ne sont plus en mesure de résister à ce contrôle de l'accomplissement de leur mission, ils risquent de devenir des partis banals. Ils ne représentent plus une partie de la société, ils ont la prétention de défendre tout et rien. Ils perdent donc inévitablement la confiance de leur électorat potentiel et finissent tôt ou tard par sombrer dans l'insignifiance politique. Ainsi, bien que les partis politiques représentent théoriquement l'idéologie de leur électorat, ils ne sont en aucun cas des associations idéalistes dans leur essence même.

61zIyjOGbgL.jpg

Partis-Politiques-Robert-Michel.jpg

Conformément à la "loi d'airain de l'oligarchie", telle que nous la connaissons depuis Robert Michels, les partis politiques se livrent plutôt à une lutte permanente pour le pouvoir et les positions, c'est-à-dire pour les mandats. Et cela implique un haut degré d'opportunisme et la volonté de mener des intrigues impitoyables. Les partis politiques, ou plutôt les rouages de ces partis, ne font donc pas ressortir ce qu'il y a de bon, de noble et de beau dans l'homme, mais favorisent plutôt, dans de nombreux cas, la médiocrité, voire l'infamie.

L'adage bien connu "ennemi, ennemi mortel, ami de parti" est tout à fait pertinent. On peut le vérifier dans tous les partis du pays, aussi bien dans la social-démocratie que dans le parti populaire et les libéraux. La lutte pour l'influence, pour les fonctions et les mandats dans les partis et donc dans l'appareil d'État, et donc en même temps la lutte pour les mangeoires, se déroule principalement dans les partis politiques, et pas seulement dans ce pays.

De plus, les partis politiques, sans exception, ont tous tendance à être corrompus lorsqu'ils sont au pouvoir depuis trop longtemps. Comme le dit si bien le proverbe, le pouvoir corrompt et le pouvoir total corrompt totalement ! Aujourd'hui, dans les démocraties occidentales, il existe suffisamment de mécanismes de contrôle pour empêcher les abus de pouvoir. Néanmoins, il est facile pour les partis politiques qui restent trop longtemps aux commandes du pouvoir de contourner ces mécanismes de contrôle. Le Parti populaire autrichien, qui a été au gouvernement fédéral pendant plus de trois décennies sans interruption, en est certainement un exemple, avec de nombreuses affaires de corruption à son actif.

Cependant, la corruption en Autriche n'est pas seulement une spécialité du Parti Populaire, non, les sociaux-démocrates ont également à leur actif une multitude de cas de corruption au cours de l'histoire de la Seconde République. Cela est dû en grande partie au système de la proportionnalité. Grâce à ce système, les partis politiques au pouvoir dans la Deuxième République, à savoir le Parti populaire et la Social-démocratie, ont réussi à placer des membres de leur parti à tous les postes de direction de l'administration, de l'économie, de la culture et même du sport, tant au sein de l'État qu'en dehors de l'État.

Pour être juste, il faut dire que même les libéraux, pour la plupart dans l'opposition, n'étaient pas à l'abri de la tentation de la corruption lorsqu'ils occupaient des fonctions gouvernementales, comme le prouvent les procédures judiciaires engagées contre des membres de la "Buberl-Partie" de Jörg Haider, par exemple contre l'ancien ministre des Finances Karl-Heinz Grasser ou Walter Maischberger.

Dans le cadre de la lutte contre la corruption, qui est sans aucun doute nécessaire, une sorte d'hypermoralisme s'est développée au cours des dernières décennies, qui criminalise d'une part les comportements qui font penser le moins du monde à la corruption, mais qui d'autre part n'affecte guère les processus de fraude et de corruption de grande ampleur. Ainsi, le simple fait d'être invité à un déjeuner est considéré comme une tentative de corruption, alors qu'il est difficile de lutter contre les ententes sur les prix ou les cartels cachés, par exemple dans le secteur du bâtiment. Si les partis politiques avaient autrefois l'habitude de fournir des emplois et des logements à leurs clients, cela est aujourd'hui considéré comme de la corruption absolue.

En résumé, les partis politiques font tout simplement partie de la démocratie et sont sans aucun doute irremplaçables. Il est tout simplement impossible de répondre à la question de savoir ce que l'on pourrait mettre à leur place, quelles alternatives pourraient exister. Mais il faut aussi dire que l'État de partis est très vulnérable à la corruption. Pour lutter contre ce phénomène, il est sans aucun doute nécessaire d'imposer la transparence et d'optimiser les mécanismes de contrôle. Et pour cela, il faut à nouveau éviter le développement de cette hypermorale, de cette certaine morale factice qui, avec une hypocrisie sans précédent, prétend lutter contre la corruption, mais qui ne sert finalement qu'à la dissimuler.

Le fait est justement que l'homme est un être entaché de défauts et de faiblesses, et qu'il est trop facilement tenté par la corruption. Et toute œuvre humaine est elle-même entachée de faiblesses et de défauts. Il appartient au droit pénal et à notre structure constitutionnelle d'en tenir compte.

Écrire un commentaire