Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 août 2022

Une époque de crises multiples

crisis.jpg

Une époque de crises multiples

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/08/05/eine-epoche-multipler-krisen/

L'humanité a dépassé depuis longtemps le seuil des 8 milliards d'individus. La planète est surpeuplée et il devient de plus en plus difficile de nourrir la population mondiale.

Pendant ce temps, les navires céréaliers attendent leur tour dans le port d'Odessa. Et selon les estimations des Nations unies, la guerre en Ukraine va plonger près de 100 millions de personnes dans une extrême pauvreté, voire dans une véritable famine.

Des tensions sociales, voire des guerres civiles et des révoltes contre la pauvreté, résulteront de cette évolution, qui devrait toucher en premier lieu les États défaillants d'Afrique noire, d'Asie du Sud-Est et d'autres parties du tiers-monde. Au début de l'année, des émeutes ont déjà éclaté au Kazakhstan en raison de l'explosion des prix du carburant. Puis, plus récemment, c'est le Sri Lanka qui a été touché par de telles émeutes. Bientôt, ce sera peut-être le Pakistan, qui semble être au bord de l'explosion. Et il en sera de même pour tous les pays qui, comme ceux d'Afrique noire, sont de plus en plus en difficulté en raison de l'arrêt des livraisons de céréales en provenance d'Ukraine.

Dans les pays émergents, touchés par l'augmentation massive des coûts de l'énergie et par l'explosion des coûts de l'alimentation, ainsi que par le délabrement des budgets nationaux, le risque de tensions sociales et de conflits violents bien réels augmente. Ceux qui pensent que cela ne concerne que le tiers-monde se trompent. Dans les pays industrialisés occidentaux également, la paupérisation qui s'installe touchera de larges pans de la population et ébranlera, voire détruira, le tissu social.

banlieue_39801235d0.jpg

En particulier dans les pays qui ont été déstabilisés par une immigration massive au cours des dernières années et décennies, il y aura inévitablement des conflits entre la population autochtone et les groupes d'immigrés.

Au plus tard lorsque les transferts de l'État en faveur de la population issue de l'immigration diminueront, voire disparaîtront, de véritables luttes de répartition, qui pourraient aller jusqu'à la guerre civile ouverte, seront inévitables.

Au-delà des utopies sociales, telles qu'elles se sont manifestées dans le débat sur un revenu de base inconditionnel pour tous, il ne fait aucun doute que la société de pénurie qui s'annonce connaîtra un appauvrissement, voire une paupérisation de larges couches de la société. Les tensions sociales pourraient se transformer en situations de guerre civile, voire en émeutes de la faim.

Et celles-ci pourraient être renforcées par des conflits ethniques entre les groupes d'immigrés, comme nous l'avons vu dans les affrontements entre Turcs et Kurdes, qui ont déjà eu lieu à Vienne il y a des années.

Il serait illusoire de penser que l'Europe est à l'abri de telles évolutions. Non seulement la guerre est revenue en Europe depuis longtemps sous la forme de l'attaque russe contre l'Ukraine, mais elle a également été marquée par des conflits armés. Les conflits dans les Balkans, par exemple entre le Kosovo et la Serbie, menacent également d'éclater à nouveau. Et cette région n'est qu'à quelques heures de route de l'Autriche, notre île des bienheureux.

Et même dans les régions en paix, comme la région Alpes-Adriatique, les problèmes sociaux et leur aggravation pourraient raviver d'anciens conflits que l'on croyait morts depuis longtemps et qui avaient été refoulés ou oubliés jusqu'à présent.

Même les conflits historiques, comme ceux entre les Autrichiens et les Italiens, entre la Carinthie et la Slovénie, entre les Frioulans et leurs voisins croates et slovènes, pourraient se rallumer. Là où, il y a trois générations, on s'entretuait par dizaines de milliers, par exemple lors des batailles de l'Isonzo pendant la Première Guerre mondiale, il n'est pas exclu que de vieilles haines éclatent à nouveau.

Kämpfe_auf_dem_Doberdo.JPG

Il s'agit là de visions d'horreur apparemment tirées par les cheveux, mais il n'est pas exclu que d'anciens conflits éclatent dans des conditions sociales difficiles. Et pas seulement dans le voisinage de l'Autriche, mais dans le monde entier. En Europe de l'Est et du Sud-Est, il existe une telle quantité d'anciens conflits ethniques, sociaux et économiques non résolus qu'il serait étonnant qu'ils ne refassent pas surface en cas d'évolutions économiques dramatiques. Les conflits en Ukraine, qui se déroulent bien entendu dans un contexte de guerre, nous le montrent clairement.

De plus, lorsque les intérêts économiques et politiques de puissances extérieures entrent en jeu, les conflits s'en trouvent généralement aggravés. Par exemple, le soutien militaire des États-Unis à l'Ukraine n'est pas du tout désintéressé.

Lorsque les grandes puissances, comme les États-Unis d'Amérique, la Russie ou la Chine d'Asie de l'Est, pensent pouvoir étendre ou simplement préserver leur sphère d'influence, c'est généralement au détriment des États régionaux.

Par exemple, le soutien militaire des États-Unis à l'Ukraine n'est certainement pas motivé uniquement par un engagement amical en faveur de la souveraineté du pays, mais sans aucun doute aussi par des intérêts mondiaux de grande puissance.

Et si la Chine investit massivement en Afrique noire, ce n'est sans doute pas par souci d'amitié entre les peuples, mais pour des intérêts économiques et de puissance bien réels.

Globalement, la planète et l'humanité semblent se diriger vers une ère de crises multiples. La surpopulation et la crise alimentaire, ainsi que le renchérissement massif des denrées alimentaires et de l'énergie à l'échelle mondiale, génèrent de plus en plus de crises d'approvisionnement dans de nombreux pays et donc des luttes de répartition de plus en plus intenses. Dans les pays du tiers-monde déjà considérés comme défaillants, la conséquence est le chaos total, l'anarchie complète et, le plus souvent, la prise de contrôle par des systèmes autoritaires. Dans les pays émergents, cette évolution en crise favorise également le développement de structures antidémocratiques. Et dans les démocraties occidentales, cela, combiné à l'immigration, est tout simplement un facteur de déstabilisation croissante.

Ce ne sont donc pas de belles perspectives pour l'humanité qui s'ouvrent. La crise sanitaire, qui semble désormais arriver à son terme, la guerre en Ukraine, l'inflation dans les pays occidentaux industrialisés et la tendance globale à l'appauvrissement massif semblent en effet nous plonger dans une ère de chaos et de crise.

Où sont les hommes d'État, où sont les forces politiques qui s'opposent à cela et qui ont des concepts pour combattre cette évolution multi-crises ?

Ce qui est réconfortant, c'est que nous savons une chose : Quand le danger est grand, ce qui sauve grandit aussi. Espérons que ce dicton classique ait raison.

samedi, 09 juillet 2022

La fin de la Pax Americana - De la chute d'un empire

getty_3.jpg

La fin de la Pax Americana

De la chute d'un empire

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/07/08/das-ende-der-pax-americana/

C'est la tâche et le privilège de l'historien de diviser le déroulement des événements politiques, économiques et sociaux sur cette planète en époques, en périodes. Comme chacun sait, le court et terrible 20ème siècle a duré de 1914, date du début de la Première Guerre mondiale, à 1989, date de l'effondrement de l'empire soviétique. Ensuite, il n'y a pas eu de "fin de l'histoire" avec la victoire continue du système de valeurs occidental et de la démocratie à l'occidentale, mais sans aucun doute l'ère de la domination mondiale de la seule superpuissance restante, les États-Unis d'Amérique.

Cette période a duré trois bonnes décennies, jusqu'à l'éclatement de la guerre actuelle de la Russie contre l'Ukraine, qui est essentiellement un conflit entre le plus grand pays du monde, la Russie, et l'Occident dans son ensemble, représenté par le traité de l'Atlantique Nord. Au cours de cette période, qui a duré près d'un demi-siècle, les États-Unis ont pu imposer leurs intérêts politiques et militaires partout sur la planète et à tout moment - du moins en théorie.

Les tentatives de le faire n'ont pas manqué. Que ce soit avec le mandat des Nations unies ou non, avec des alliés de l'OTAN ou seuls, les États-Unis ont en tout cas mené au cours de cette période un nombre incalculable d'opérations militaires, plus ou moins importantes, qu'ils se sont arrogées dans leur rôle de seule superpuissance restante et de gendarme du monde. Que ce soit en Irak, en Afghanistan, en Somalie, dans les Balkans ou en Amérique latine, les Américains ont toujours agi dans l'intérêt de leur position de puissance mondiale et des besoins de leur économie. Bien entendu, ils ont toujours prétexté le maintien de la paix, des droits de l'homme et de la démocratie. La plupart du temps, ce n'était qu'un prétexte et presque toujours sans succès. En effet, dans la plupart des cas, les Américains ont opéré sans succès au cours des 40 dernières années. L'échec de l'opération militaire en Afghanistan et le retrait sans gloire des troupes américaines il y a un an en sont la dernière preuve.

End_of_Empire_Mr_Fish_800_575_90.jpg

Jusqu'en 1989, l'adversaire de l'Amérique dans la guerre froide était l'empire soviétique, dirigé par les maîtres russes du Kremlin. Après l'effondrement du socialisme réellement existant et du Pacte de Varsovie, la Fédération de Russie s'est également désintégrée et affaiblie dans les années 1990. De vastes zones de territoires dominés par la Russie, notamment en Europe de l'Est, sont tombées sous domination étrangère. Ce n'est que le déclin de la Russie à l'époque d'Eltsine qui a permis aux États-Unis d'asseoir leur domination mondiale.

Aujourd'hui, sous l'impulsion de Vladimir Poutine, la Russie s'est en quelque sorte redressée ces dernières années. Elle est redevenue un "acteur mondial" et a joué un rôle politique dans les conflits mondiaux, comme au Moyen-Orient. Avec l'éclatement de la guerre en Ukraine, il semble que les États-Unis jouent à nouveau un rôle dominant dans le cadre de l'OTAN et continuent de jouer le rôle de gendarme du monde, mais en réalité, les Européens en particulier sont à nouveau contraints de suivre le leadership politique et militaire des Américains. D'autre part, la Russie de Vladimir Poutine - qu'elle remporte ou non la guerre d'Ukraine - se positionne comme l'adversaire politique mondial des Américains. Alors que jusqu'à présent, on pouvait encore supposer une sorte de coexistence avec la superpuissance américaine, la Russie adopte à nouveau une position claire, frontale. Il existe donc à nouveau une sorte d'ordre mondial bipolaire.

Il semble que le facteur des pays BRICS, c'est-à-dire des pays comme le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et, à l'avenir, l'Iran et d'autres pays, donne naissance à un ordre mondial multipolaire dans lequel les États-Unis ne sont plus qu'un facteur parmi d'autres. Reste à savoir si cet ordre mondial multipolaire sera également en mesure d'instaurer une stabilité globale, si une sorte d'équilibre des puissances pourra voir le jour. Ce qui est sûr, c'est que la pax americana, l'ordre mondial dominé par les États-Unis, touche à sa fin.

Les États-Unis restent toutefois la puissance économique dominante de la planète. L'industrie américaine, les multinationales dominées par les Américains dominent l'économie mondiale. Le potentiel d'innovation des États-Unis - la Silicon Valley, par exemple - reste le plus important au monde. Bien que le tissu social et le niveau d'éducation de la société américaine soient en déclin rapide, les États-Unis restent à la pointe en matière de nouveaux brevets et de développement technologique. Mais ceux qui connaissent l'état de l'infrastructure américaine savent que le pays reste en partie dans l'état d'un pays en développement.

Et sur le plan culturel, il faut certes reconnaître que les tendances mondiales de la mode, notamment les folies du politiquement correct, prennent leur source aux États-Unis. Mais en dehors de cela, le tissu socioculturel du pays est sur le point de s'effondrer. Cela est naturellement dû en premier lieu à l'immigration massive en provenance d'Amérique latine et à l'augmentation de la population de couleur.

5123952200_385b4abd65_h-1024x683.jpg

La domination des Blancs protestants anglo-saxons est révolue depuis longtemps et les États-Unis risquent de devenir une entité multiculturelle dominée par la population de couleur et les Latinos. Ainsi, la "tiers-mondisation" des États-Unis se poursuit et le déclin de la première puissance économique mondiale s'accélère d'année en année.

Que les présidents républicains, comme récemment Donald Trump, lancent le slogan "Make America great again" et visent un cours plutôt isolationniste ou que les présidents démocrates tentent de reprendre le rôle de leader des Etats-Unis dans le monde, cela n'a finalement aucune importance. Le fait est que les États-Unis sont un pays qui connaît des problèmes et des conflits croissants, tant sur le plan économique que démographique et culturel. Mais cela rend obsolète la prétention de l'Amérique à rester la superpuissance dominante sur le plan mondial. De même, la prétention des Etats-Unis à ériger leur modèle politique et social en idéal mondial et à l'imposer autant que possible, si nécessaire par des moyens militaires, est également caduque.

Ainsi, l'empire américain n'est pas encore au bord de l'effondrement, mais sa prétention à la puissance est en grande partie caduque. D'une certaine manière, l'empire américain ressemble à son président actuel - il semble être frappé de sénilité. Il reste à voir dans quelle mesure les Européens seront en mesure d'utiliser la faiblesse croissante de l'empire américain pour renforcer leur propre position. Actuellement, ils sont absolument sous la domination du Pentagone et ne jouent qu'un rôle secondaire dans l'OTAN, tant sur le plan militaire que politique. Dans le conflit actuel avec la Russie, les pays de l'UE suivent plus ou moins à la lettre les directives américaines. L'espoir qui existait il y a une vingtaine d'années, à savoir que les Européens pourraient s'émanciper de la domination américaine au sein de l'OTAN et qu'une OTAN européanisée pourrait conduire à une politique de sécurité et de défense européenne propre, n'existe plus depuis longtemps.

Pourtant, il ne fait aucun doute que le déclin de l'empire américain devrait contraindre les Européens à développer leurs propres projets, notamment militaires. Même l'autodéfense de l'UE face à une Russie de plus en plus sûre d'elle et agressive serait difficile à l'heure actuelle sans les États-Unis. Si les Européens veulent jouer un rôle dans un ordre mondial multipolaire, ils devront devenir autonomes sur le plan de la politique de puissance et de la politique militaire, et devront également fournir des efforts de manière indépendante. De ce point de vue, le déclin de l'empire américain est une chance pour les Européens !

lundi, 27 juin 2022

Nous sommes le Tiers-Monde - Un continent entre hédonisme et changement, entre anarchie et autoritarisme

flammende-wut-nach-den-unruhen.jpg

Nous sommes le Tiers-Monde

Un continent entre hédonisme et changement, entre anarchie et autoritarisme

par Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/06/23/wir-sind-...

Le projet d'une Europe unie était sans aucun doute la conséquence des conclusions auxquelles les peuples européens et leurs élites étaient parvenus après deux guerres mondiales désastreuses. Et la promesse de l'intégration européenne visait donc la paix, la liberté et la prospérité. Et en effet, sur une longue période et dans de nombreuses régions du continent, ce projet européen a effectivement réussi à instaurer la paix, à garantir la liberté et à développer la prospérité. D'abord dans la partie occidentale de l'Europe, puis, après l'effondrement du communisme soviétique, dans une grande partie de l'Europe de l'Est. Après des décennies de totalitarisme qui, sous la forme du nazisme et du fascisme, avait opprimé une grande partie de l'Europe centrale, méridionale et occidentale, et après le socialisme réel du système soviétique qui avait asservi les peuples d'Europe de l'Est, les prémisses démocratiques qui étaient et sont nécessaires à l'adhésion à l'UE ont effectivement apporté la liberté.

Après la fin de la confrontation entre les superpuissances, c'est vraiment la paix qui a été instaurée par le projet d'unification européenne. Quant à la prospérité, elle existait déjà dans la partie occidentale de l'Europe depuis les années du miracle économique, c'est-à-dire depuis l'après-guerre, et elle est devenue une perspective bien réelle pour la partie orientale de l'Europe. Les milliards versés et les transferts effectués via Bruxelles ont au moins partiellement tenu cette promesse.

Cependant, des divergences de vues fondamentales sur l'objectif de l'intégration ont également créé des différences massives au cours de cette phase de la réussite européenne. Les uns voulaient les "États-Unis d'Europe", ce que le centralisme bruxellois avait pour objectif d'embellir, les autres rêvaient d'une "Europe des patries" dans laquelle ils pourraient développer librement leur identité nationale et la souveraineté de leurs États.

Les nations de l'Europe de l'Est, en particulier, qui avaient souffert pendant des décennies sous le joug du communisme, pensaient désormais pouvoir vivre dans le cadre de l'Europe unie leur souveraineté et leur culture nationale sans être influencées de l'extérieur. Mais cela n'était guère compatible avec le centralisme bruxellois, raison pour laquelle les pays dits de Visegrád ont rapidement été discrédités au siège de l'UE. Les procédures du traité de l'UE contre la Pologne et la Hongrie le montrent clairement. Seule la guerre d'agression menée actuellement par la Russie contre l'Ukraine et, par conséquent, le danger supposé que courent les pays de l'Est de l'UE qui faisaient autrefois partie du Pacte de Varsovie, occultent actuellement cet antagonisme entre les membres de l'Est de l'UE et le siège central de Bruxelles.

47380288_7.png

En ce qui concerne la promesse de liberté au sein de l'Union européenne, les années de la pandémie du coronavirus ont montré à quel point les droits des citoyens pouvaient être rapidement restreints et ce, de manière absolument fondamentale. Et les mesures envisagées pour la protection du climat, hissées depuis longtemps au rang d'une religion civile, laissent entrevoir le risque de restrictions encore bien plus importantes pour les libertés civiles. Cela signifie ni plus ni moins que la grande promesse de liberté de l'Union européenne est devenue plutôt creuse. Au fond, la participation démocratique, tant au siège de Bruxelles que dans de nombreux États membres de l'Union, n'est pas mieux lotie que dans certains États du tiers monde dirigés de manière autocratique. Quant à la promesse de paix de l'intégration européenne, la guerre actuelle en Ukraine n'est pas la seule à nous montrer à quel point elle peut s'évaporer rapidement.

Mais la paix intérieure au sein de l'Union et de la plupart des États membres est également fortement menacée depuis longtemps. C'est en premier lieu l'immigration massive et incontrôlée de réfugiés pauvres du tiers monde qui a transformé depuis longtemps les systèmes sociaux des États de l'UE en une société où s'additionnent les conflits et se multiplient les ghettos. Cette évolution, autrefois définie par euphémisme comme une société multiculturelle, pourrait, dans des cas extrêmes, dégénérer en situations de guerre civile. Les récents événements du lac de Garde en Italie et la situation dans les banlieues des grandes villes européennes comme Paris et Londres en sont la preuve. Les valeurs civilisationnelles qui étaient courantes en Europe ne comptent plus guère ici. D'une part, la charia islamique règne, d'autre part, c'est l'anarchie totale. Il n'est plus guère question d'intégration pour la masse des migrants, c'est plutôt la population autochtone qui doit s'adapter aux migrants dans les diverses sociétés parallèles.

A cela s'ajoute désormais l'ère de la paupérisation à grande échelle au sein de la société européenne, qui s'annonce depuis des années. Dans les classes de revenus inférieurs, qui dépendent des transferts publics, l'inflation qui s'abat désormais sur tous les pays de l'UE conduit effectivement à la misère. Les mesures gouvernementales telles que le plafonnement des prix et les aides financières risquent de s'avérer plus ou moins inefficaces pour lutter contre la pauvreté. Le chômage et la réticence à travailler, qui ont été renforcés par les comportements nouveaux nés lors de la période Corona, contribuent en réalité à cet appauvrissement de larges couches de la population. Mais outre les classes à bas revenus, c'est aussi la classe moyenne qui est menacée par cet appauvrissement. Les économies sont largement détruites par l'inflation, les professions libérales et les petits entrepreneurs sont mis à mal. Et les perspectives pour les jeunes générations de se constituer leur propre patrimoine sont proches de zéro.

L'Europe risque donc de passer du statut de continent prospère à celui de perdant de la prospérité au 21e siècle. Les promesses de l'"European way of life" ne valent donc plus grand-chose. Elles suffisent tout juste à ce que l'Europe demeure la destination des migrations de masse venues du monde entier. Certes, d'autres régions de la planète seraient depuis longtemps plus attrayantes, comme les États-Unis d'Amérique ou certains États d'Asie de l'Est, mais ceux-ci ont des lois migratoires bien plus dures que l'Union européenne et sont donc largement exclues de cette migration de masse. Insidieusement, mais de manière indéniable, de nombreux États membres de l'UE, mais aussi leurs systèmes économiques et les différents systèmes sociaux, prennent la forme de pays du tiers-monde. Si l'immigration se poursuit, les systèmes sociaux ne pourront plus être financés, les systèmes de santé s'effondreront ou seront au moins modifiés dans le sens d'une médecine à plusieurs vitesses. Les établissements d'enseignement risquent d'être endommagés par un nivellement qualitatif croissant, et les capacités d'innovation technologique s'affaibliront.

Enfin, l'appauvrissement ne concernera pas seulement la situation matérielle et économique de la population, mais aussi la vie intellectuelle et la culture. La haute culture des différents peuples européens a déjà souffert dans le passé de la mondialisation et du centralisme européen. Elle est désormais complètement détruite par la culture quotidienne triviale de la société générée par le bobo électronique et par notre société du tout-jetable. En fin de compte, l'Europe risque de devenir un "failed state", un État défaillant, absolument insignifiant sur le plan de la politique étrangère et ne jouant aucun rôle dans les questions de pouvoir au niveau mondial, et d'autre part marqué à l'intérieur par le déclin socio-économique, l'insignifiance culturelle et l'anarchie. Une telle Europe ferait partie intégrante du tiers-monde et ne répondrait plus du tout à la promesse initiale de liberté et de prospérité de l'intégration européenne. Les apologistes de la légendaire "culture de l'accueil" et du politiquement correct pourraient alors affirmer à juste titre: nous sommes l'Afrique.

samedi, 04 juin 2022

La malédiction de l'hypocrisie de gauche - Comment les pacifistes sont devenus des bellicistes

20200731-header-hauptstadtbriefing-media-pioneer-baerbock-panzer_2.jpg

La malédiction de l'hypocrisie de gauche

Comment les pacifistes sont devenus des bellicistes

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/06/02/vom-fluch-der-linken-heuchelei/

Si l'on analyse le débat actuel sur la guerre en Ukraine, on ne peut tirer qu'une seule conclusion: les plus grands bellicistes sont actuellement issus des rangs de la gauche européenne. Ces dernières semaines, les appels à la livraison d'armes lourdes, à un engagement toujours plus fort en faveur de Kiev et, dans certains cas, à une intervention active dans le conflit, ont été les plus virulents, voire les plus hystériques, de la part des représentants de la gauche de l'échiquier politique.

Si vous écoutez les Verts allemands, de la plus grande ministre des Affaires étrangères de tous les temps au président des Verts bavarois aux cheveux hirsutes, vous savez qu'un parti de véritables bellicistes s'est formé, abandonnant derrière lui l'ancien pacifisme de la révolte de 68 et de la Nouvelle Gauche. A l'époque, on disait "Des socs plutôt que des épées" et "Faire la paix sans armes" et on manifestait contre la guerre du Vietnam et contre le réarmement de l'OTAN. Aujourd'hui, ce sont les épigones de cette ancienne Nouvelle Gauche qui critiquent massivement le chancelier allemand Olaf Scholz parce qu'il n'est pas prêt à livrer des armes lourdes offensives à l'Ukraine.

Il convient d'analyser plus en détail comment peut s'expliquer un changement aussi radical dans l'attitude fondamentale de la gauche vis-à-vis de la guerre et de la paix. D'une part, cela tient bien sûr à l'adversaire actuel dans cette guerre en cours. Vladimir Poutine est depuis longtemps l'ennemi idéal de la gauche, car il incarne tout ce que la gauche déteste et rejette avec ses positions conservatrices en matière de patriotisme, de famille et d'attitude envers les homosexuels. Vladimir Poutine est alors rapidement comparé à Adolf Hitler, et les spécialistes en sciences politiques affirment plus facilement que le régime actuel du Kremlin est bien sûr un fascisme bien réel. Ils ignorent les voix modérées qui font remarquer que Poutine ne menace d'extermination aucun groupe ethnique ou social et que le fascisme implique la pénétration organisationnelle de la population et de tous les secteurs de la société. L'image de l'ennemi Poutine et du méchant impérialisme russe suffit à motiver le nouvel enthousiasme de la gauche pour la guerre.

FRizYezXoAAfJ1r.jpg

Une autre cause de ce changement de paradigme idéologique au sein de la gauche est sans doute l'hypocrisie que ces messieurs-dames ont depuis longtemps intériorisée, hypocrisie à laquelle on s'est concrètement habitué dans ce domaine et dans la fonction de bien-pensant attitré. Cette bien-pensance de gauche, qui s'est notamment développée sur la question de l'immigration de masse au cours de ces dernières années, est naturellement capable de porter des jugements en matière de guerre et de paix en toute décontraction, dans une pose complaisante de supériorité morale. Les Ukrainiens et leur président Zelenski, considérés auparavant comme l'un des pays les plus corrompus avec un président, lui, extrêmement corrompu, sont soudain ceux qui mènent une guerre juste, à savoir une guerre défensive, alors que Poutine est présenté comme un tyran fou et sanguinaire à la tête d'un régime tout aussi sanguinaire et d'une armée non moins sanguinaire. Et contre cela, l'utilisation d'armes lourdes est alors la moindre des choses.

Dans le paysage politique et médiatique allemand, la gauche belliciste rejoint curieusement les chrétiens-démocrates de Friedrich Merz et le style journalistique et polémique du "Bild-Zeitung". Alors que les sociaux-démocrates d'Olaf Scholz freinent des quatre fers et se montrent réticents à l'idée de livrer des armes lourdes, ce sont ces deux secteurs politiques-là qui se profilent carrément comme des bellicistes. Et quiconque adopte une attitude prudente en ce qui concerne la prise de position dans la guerre en Ukraine est aussitôt diffamé parce qu'il "comprend Poutine" (est un "Putin-Versteher").

Bien que de plus en plus de voix s'élèvent dans les médias pour reconnaître qu'une défaite militaire totale des Russes est tout simplement impensable et que toute nouvelle escalade et extension de la guerre vers un conflit européen, voire mondial, doit être évitée à tout prix, la seule conséquence logique de cette reconnaissance, à savoir la recherche d'une paix négociée, semble encore lointaine. Ces dernières semaines, les discussions entre Moscou et Kiev se sont révélées fausses négociations et ont échoué sans donner le moindre résultat.

EzgnQwYXIAc-SYI.jpg

Les tentatives de médiation, comme celles du Turc Erdogan ou d'Israël, sont restées lettre morte jusqu'à présent, et les contacts téléphoniques réels ou supposés entre Macron et Poutine ou entre Scholz et Poutine n'ont guère donné de résultats. Sans parler des tentatives plutôt ridicules du chancelier autrichien de communiquer avec le maître du Kremlin. Il n'en reste pas moins que des négociations sérieuses devront avoir lieu un jour. Et celles-ci devront partir du principe qu'un éventuel compromis de paix devra naturellement tenir compte de la partie russe, c'est-à-dire que les gains de terrain russes dans l'est et le sud-est de l'Ukraine devront probablement être maintenus à long terme. Les bellicistes de gauche en Occident ne veulent pas en entendre parler. De même, les francs-tireurs du 10 Downing Street et de la Maison Blanche à Washington tentent encore aujourd'hui de nous faire croire que seule une défaite totale des Russes pourrait mettre fin à la guerre. Mais tout cela est illusoire et ne fait qu'accroître le risque d'une escalade généralisée jusqu'à la guerre nucléaire mondiale.

C'est ainsi que les va-t-en-guerre de gauche, tout comme les anglo-américains qui haïssent les Russes, s'avèrent être la véritable grande menace pour la paix mondiale. Bien entendu, cela ne change rien au fait que Vladimir Poutine et la Russie ont déclenché une guerre d'agression que rien ne justifie au regard du droit international. Néanmoins, les négociations restent le seul moyen d'y mettre fin. Et pour cela, il faudra offrir à Poutine un scénario de sortie. La soif de guerre, hypocritement déguisée en défense des "valeurs occidentales", comme le fait actuellement la gauche, rendra impossible la fin de la guerre et une solution pacifique.

jeudi, 26 mai 2022

Les bonnes et les mauvaises alliances militaires

Les-30-pays-dans-OTAN.jpg

Les bonnes et les mauvaises alliances militaires

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/05/26/von-guten-und-bosen-militar-bundnissen/

Les débats actuels sur l'élargissement du pacte de l'Atlantique Nord nous renvoient à l'histoire des diverses alliances militaires, du moins à celle du XXe siècle. Tout a commencé avec les deux pactes militaires qui se sont affrontés en Europe à la veille de la Première Guerre mondiale. Il y avait la double alliance entre la Prusse-Allemagne et la monarchie des Habsbourg, qui s'est ensuite élargie à la triple alliance avec le royaume d'Italie. Face à ces puissances centrales se trouvait l'Entente cordiale, composée de la République française et de la Russie tsariste, élargie par la suite au Royaume-Uni.

L'Allemagne, qui représentait alors une sorte de puissance quasi hégémonique en Europe, puisqu'elle était devenue la plus grande puissance économique et disposait également de la plus grande armée, se sentait encerclée par l'Entente. La France voulait prendre sa revanche sur 1870 et la Russie voulait stopper l'influence croissante de l'Allemagne en Europe de l'Est. L'Angleterre, quant à elle, craignait la puissance économique de l'Empire allemand et se sentait menacée dans sa domination maritime mondiale par le développement de la flotte allemande.

Ainsi, les deux alliances militaires qui se faisaient face avaient en fait une vocation défensive et étaient principalement destinées à lutter contre une trop forte montée en puissance des puissances adverses. Pourtant, la Triple Alliance et l'Entente allaient finalement devenir des alliances offensives avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale. L'historien australien Christopher Clark décrit cela de manière impressionnante dans son ouvrage de référence "Les somnambules".

61Y650qi1lL.jpg

La leçon à tirer de la structure des alliances avant la Première Guerre mondiale est tout simplement que les alliances militaires qui s'opposent conduisent avec un certain automatisme à la guerre réelle, même si les représentants des deux parties ne le souhaitent pas explicitement.

Dans l'entre-deux-guerres, on a essayé de créer une sorte d'organisation internationale des États par le biais de la Société des Nations, afin d'éviter l'émergence d'alliances militaires antagonistes. Mais le simple fait que les États-Unis n'aient pas adhéré à la Société des Nations a montré que celle-ci était vouée à l'échec. L'Allemagne vaincue s'étant sentie violée et bâillonnée par le diktat de paix de Versailles, il était évident que Berlin s'opposerait au nouvel ordre d'après-guerre à la première occasion. Et ce, sans doute, même sans une prise de pouvoir par les nationaux-socialistes. La révision du traité de Versailles, souhaitée par Hitler dans les années 30 et réellement mise en œuvre, a finalement entraîné la dissolution de la communauté d'États prévue par le biais de la Société des Nations. Celle-ci fut alors remplacée par deux blocs militaires antagonistes. Il y avait d'une part l'Allemagne, alliée à l'Italie fasciste, et l'alliance des anciens alliés de la Première Guerre mondiale, en particulier la Grande-Bretagne et la France. Le fait qu'Hitler ait réussi à conclure une alliance de courte durée avec Staline a perturbé le retour à la constellation d'avant la Première Guerre mondiale pendant à peine deux ans. Avec l'invasion de l'Union soviétique par l'armée allemande, cette structure d'alliance antagoniste s'est soudainement renouvelée. Et comme lors de la Première Guerre mondiale, les États-Unis sont entrés en guerre contre l'Allemagne avec un certain retard. Ainsi, les puissances de l'Axe, renforcées cette fois par le Japon, ont mené une guerre mondiale contre les Alliés, qu'elles devaient presque inévitablement perdre.

Comme les vainqueurs écrivent l'histoire, il est clair aujourd'hui encore que la responsabilité de la Première Guerre mondiale incombait aux puissances centrales, en particulier à l'Allemagne prussienne et à la monarchie des Habsbourg, et que la Seconde Guerre mondiale était de toute façon une guerre d'agression criminelle de l'Allemagne nazie contre le reste du monde. Ainsi, alors qu'avant la Première Guerre mondiale, il existait encore une sorte d'équivalence morale entre les alliances militaires, il était tout à fait clair lors de la Seconde Guerre mondiale qu'il s'agissait du bien contre le mal. Lorsque la guerre froide a éclaté après la Seconde Guerre mondiale entre les anciennes puissances victorieuses, les États-Unis et l'Union soviétique, il était clair dès le début qu'il s'agissait là aussi du bien contre le mal.

Warsaw_Pact_Logo.svg.png

L'Union soviétique et le Pacte de Varsovie ont pris fin à la fin des années 80 et les États-Unis, avec le Pacte de l'Atlantique Nord qu'ils dirigeaient, sont restés la seule puissance militaire mondiale. Prétendre que les États-Unis et l'OTAN n'ont pas mené de guerre depuis lors serait tout simplement une négation des faits historiques. L'une ou l'autre guerre a sans nul doute été menée sous mandat de l'ONU, mais bien d'autres l'ont été sans mandat. Les États-Unis, seule superpuissance restante, ont toujours cru pouvoir imposer leurs intérêts. Bien entendu, il n'y a jamais eu de sanctions de la communauté internationale contre les États-Unis, comme c'est le cas aujourd'hui contre la Russie. Si l'OTAN s'élargit aujourd'hui avec l'adhésion de la Suède et de la Finlande, c'est dans la continuité de ce qui avait déjà commencé après la fin de la Guerre froide et l'effondrement du Pacte de Varsovie. Malgré les promesses contraires faites à Gorbatchev, l'OTAN s'est étendue à un certain nombre de pays qui faisaient partie du Pacte de Varsovie. Comme le Reich allemand avant la Première Guerre mondiale, la Fédération de Russie, dirigée par Vladimir Poutine, a dû se sentir encerclée. Il ne fait toutefois aucun doute que cela est loin de légitimer une guerre d'agression telle que celle que Poutine mène aujourd'hui en Ukraine.

D'un point de vue géopolitique et mondial, la Russie est sans aucun doute la grande perdante de la guerre et des développements actuels. Un autre perdant est l'Europe, qui n'a d'importance qu'en tant que payeur, par exemple pour la reconstruction de l'Ukraine, et qui reste sous la coupe politique de Washington : un équilibre avec la Russie, judicieux du point de vue de la politique de puissance et de la géopolitique, a été rendu impossible pour des générations. Et les États-Unis, ou plutôt le complexe politico-militaire américain et les forces qui le dirigent en coulisses, ont réussi à faire en sorte que les États-Unis restent la seule puissance mondiale pertinente. En revanche, les membres européens de l'OTAN peuvent simplement se féliciter d'être membres de la bonne alliance militaire, posée commesupérieure sur le plan moral, humanitaire et démocratique.

En ce qui concerne l'Autriche, toujours neutre, la pression médiatique et politique en faveur d'un débat sur la neutralité devrait augmenter dans un avenir proche. Il semble que l'objectif de certaines forces en arrière-plan soit de faire tomber les derniers bastions qui refusent l'adhésion à l'OTAN. La position développée au début du gouvernement Schüssel/Riess-Passer, selon laquelle on pourrait devenir membre de l'OTAN s'il existait une OTAN européanisée, est donc totalement caduque. Une européanisation de l'OTAN ne se dessine plus depuis longtemps, bien au contraire. Et c'est ainsi que l'Autriche, jusqu'ici neutre, court le risque de faire partie du pacte de l'Atlantique Nord avec tous les autres États européens. Ce pacte est absolument dominé par la seule superpuissance restante, à savoir les États-Unis. Ainsi, l'alliance militaire occidentale et tous les membres de l'alliance, en particulier les États européens, sont livrés en premier lieu aux intérêts politiques et militaires des États-Unis. Mais on fait ainsi partie d'une bonne alliance militaire, d'une alliance militaire démocratique de haut niveau moral. Quel bonheur !

mercredi, 18 mai 2022

Des partis, de la corruption et de l'hypermoralisme

021651317056-web.jpg

Des partis, de la corruption et de l'hypermoralisme

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/05/12/von-parteien-korruption-und-hypermoral/

La démocratie, telle qu'elle s'est développée dans le monde occidental, est essentiellement organisée comme un État de partis. Les partis politiques représentent pour ainsi dire l'ensemble des couches sociales et des attitudes idéologiques de la communauté concernée. Le mot "parti" vient en effet du latin "pars", qui signifie partie.

S'il existait à l'origine trois grands camps dans le paysage politique autrichien - le camp chrétien-conservateur, le camp social-démocrate-austro-marxiste et le camp national-libéral -, les partis correspondants représentaient donc plus ou moins l'ensemble du spectre idéologique et sociologique du pays. Bien entendu, ce spectre a largement changé au cours de l'évolution historique des 100 dernières années. Néanmoins, les partis politiques qui existent actuellement dans le pays ont tous pour mission implicite de représenter une partie de la société. Et lors de chaque scrutin, on vérifie toujours si les partis se voient reconnaître ce droit de représentation.

Concrètement, cela signifie pour le paysage politique autrichien que la question se pose toujours de savoir si le Parti populaire, par exemple, défend des valeurs conservatrices et représente réellement les intérêts de sa clientèle et de l'économie. De même, on peut se demander si la social-démocratie défend réellement et efficacement les droits des travailleurs. Et bien sûr, il faut aussi vérifier si les libéraux représentent toujours les intérêts nationaux et libéraux, c'est-à-dire les intérêts de leur électorat. Il est clair que le caractère de ces intérêts est différent à notre époque de ce qu'il était sous la Première République ou dans les décennies d'après-guerre.

Ainsi, à l'origine, sous l'impulsion de son fondateur Lueger, le parti chrétien-conservateur représentait principalement les intérêts des petits commerçants, puis ceux de la grande bourgeoisie et de l'industrie. Aujourd'hui, le Parti populaire se considère comme le représentant de toutes les couches de la population par le biais de ses fédérations. A cet égard, il n'est plus vraiment crédible. La social-démocratie a également fait son temps en ce qui concerne sa clientèle d'origine. La classe ouvrière en tant que telle n'existe plus qu'à l'état résiduel. La social-démocratie est aujourd'hui devenue une représentation de la petite bourgeoisie, mais aussi des pseudo-intellectuels de gauche.

Quant aux libéraux, la politique nationale n'est évidemment plus aujourd'hui la recherche d'un rattachement politique à l'Allemagne, mais tout simplement la défense de la préservation et du développement de la culture spécifiquement autrichienne et de la langue maternelle allemande. Et si la politique libérale était à l'origine la lutte pour la constitution et l'État de droit, il ne fait aucun doute qu'elle consiste aujourd'hui à s'opposer à l'érosion des droits civils fondamentaux, comme nous l'avons vu par exemple lors de la pandémie du coronavirus.

Si les partis politiques ne sont plus en mesure de résister à ce contrôle de l'accomplissement de leur mission, ils risquent de devenir des partis banals. Ils ne représentent plus une partie de la société, ils ont la prétention de défendre tout et rien. Ils perdent donc inévitablement la confiance de leur électorat potentiel et finissent tôt ou tard par sombrer dans l'insignifiance politique. Ainsi, bien que les partis politiques représentent théoriquement l'idéologie de leur électorat, ils ne sont en aucun cas des associations idéalistes dans leur essence même.

61zIyjOGbgL.jpg

Partis-Politiques-Robert-Michel.jpg

Conformément à la "loi d'airain de l'oligarchie", telle que nous la connaissons depuis Robert Michels, les partis politiques se livrent plutôt à une lutte permanente pour le pouvoir et les positions, c'est-à-dire pour les mandats. Et cela implique un haut degré d'opportunisme et la volonté de mener des intrigues impitoyables. Les partis politiques, ou plutôt les rouages de ces partis, ne font donc pas ressortir ce qu'il y a de bon, de noble et de beau dans l'homme, mais favorisent plutôt, dans de nombreux cas, la médiocrité, voire l'infamie.

L'adage bien connu "ennemi, ennemi mortel, ami de parti" est tout à fait pertinent. On peut le vérifier dans tous les partis du pays, aussi bien dans la social-démocratie que dans le parti populaire et les libéraux. La lutte pour l'influence, pour les fonctions et les mandats dans les partis et donc dans l'appareil d'État, et donc en même temps la lutte pour les mangeoires, se déroule principalement dans les partis politiques, et pas seulement dans ce pays.

De plus, les partis politiques, sans exception, ont tous tendance à être corrompus lorsqu'ils sont au pouvoir depuis trop longtemps. Comme le dit si bien le proverbe, le pouvoir corrompt et le pouvoir total corrompt totalement ! Aujourd'hui, dans les démocraties occidentales, il existe suffisamment de mécanismes de contrôle pour empêcher les abus de pouvoir. Néanmoins, il est facile pour les partis politiques qui restent trop longtemps aux commandes du pouvoir de contourner ces mécanismes de contrôle. Le Parti populaire autrichien, qui a été au gouvernement fédéral pendant plus de trois décennies sans interruption, en est certainement un exemple, avec de nombreuses affaires de corruption à son actif.

Cependant, la corruption en Autriche n'est pas seulement une spécialité du Parti Populaire, non, les sociaux-démocrates ont également à leur actif une multitude de cas de corruption au cours de l'histoire de la Seconde République. Cela est dû en grande partie au système de la proportionnalité. Grâce à ce système, les partis politiques au pouvoir dans la Deuxième République, à savoir le Parti populaire et la Social-démocratie, ont réussi à placer des membres de leur parti à tous les postes de direction de l'administration, de l'économie, de la culture et même du sport, tant au sein de l'État qu'en dehors de l'État.

Pour être juste, il faut dire que même les libéraux, pour la plupart dans l'opposition, n'étaient pas à l'abri de la tentation de la corruption lorsqu'ils occupaient des fonctions gouvernementales, comme le prouvent les procédures judiciaires engagées contre des membres de la "Buberl-Partie" de Jörg Haider, par exemple contre l'ancien ministre des Finances Karl-Heinz Grasser ou Walter Maischberger.

Dans le cadre de la lutte contre la corruption, qui est sans aucun doute nécessaire, une sorte d'hypermoralisme s'est développée au cours des dernières décennies, qui criminalise d'une part les comportements qui font penser le moins du monde à la corruption, mais qui d'autre part n'affecte guère les processus de fraude et de corruption de grande ampleur. Ainsi, le simple fait d'être invité à un déjeuner est considéré comme une tentative de corruption, alors qu'il est difficile de lutter contre les ententes sur les prix ou les cartels cachés, par exemple dans le secteur du bâtiment. Si les partis politiques avaient autrefois l'habitude de fournir des emplois et des logements à leurs clients, cela est aujourd'hui considéré comme de la corruption absolue.

En résumé, les partis politiques font tout simplement partie de la démocratie et sont sans aucun doute irremplaçables. Il est tout simplement impossible de répondre à la question de savoir ce que l'on pourrait mettre à leur place, quelles alternatives pourraient exister. Mais il faut aussi dire que l'État de partis est très vulnérable à la corruption. Pour lutter contre ce phénomène, il est sans aucun doute nécessaire d'imposer la transparence et d'optimiser les mécanismes de contrôle. Et pour cela, il faut à nouveau éviter le développement de cette hypermorale, de cette certaine morale factice qui, avec une hypocrisie sans précédent, prétend lutter contre la corruption, mais qui ne sert finalement qu'à la dissimuler.

Le fait est justement que l'homme est un être entaché de défauts et de faiblesses, et qu'il est trop facilement tenté par la corruption. Et toute œuvre humaine est elle-même entachée de faiblesses et de défauts. Il appartient au droit pénal et à notre structure constitutionnelle d'en tenir compte.

vendredi, 15 avril 2022

L'Europe est depuis longtemps un continent sans Dieu

eglise200313.jpg

L'Europe est depuis longtemps un continent sans Dieu

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/04/13/vom-ende-des-christentums/

Les églises d'Europe sont vides. Certes, les cathédrales, les cathédrales impériales romanes et défensives du Rhin, les phares gothiques de Reims et Chartres, Ulm et Saint-Étienne à Vienne, sont toujours des témoins présents de la puissance du christianisme. Mais ils ne sont que les témoins d'une spiritualité oubliée, tout comme les palais de Versailles, de l'Escorial, de Schönbrunn parlent de la splendeur passée des anciens monarques, tout comme ces mêmes cathédrales parlent de l'importance passée du christianisme.

Mais aujourd'hui, Jésus semble avoir quitté l'Europe, l'ancien Occident chrétien. Il est possible qu'il soit encore présent en Pologne et en Croatie, mais sinon, ce christianisme est encore un facteur qui détermine en quelque sorte le cours de l'année et de la vie des gens en tant que socle culturel. La doctrine chrétienne dans son ensemble, l'Église catholique et ses dogmes, n'est plus qu'un souvenir refoulé. La Trinité avec Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit, la résurrection, le dernier jour, le paradis, les anges et enfin Satan et l'enfer, le purgatoire, sont autant de postulats religieux auxquels presque plus personne en Europe ne parvient à croire.

Il est vrai qu'avec l'orthodoxie, il existe encore à l'Est, dans le monde slave et chrétien, un développement particulier qui a pu déployer une nouvelle fois son efficacité dans les États postcommunistes. Le luthéranisme, le protestantisme, s'est depuis longtemps transformé en une organisation politiquement correcte de simple "aide à la vie". L'Eglise romaine titube d'un scandale d'abus à l'autre, et le pape émérite bavarois a depuis longtemps disparu, tandis que son successeur argentin ne fait que suivre l'esprit du temps par des signaux plats de prétendue modestie.

pape_francois_kiev.jpg

Ainsi, le christianisme, en particulier le catholicisme romain, a depuis longtemps cédé la place à une religion civile politiquement correcte, dans laquelle la cancel culture et la wokeness sont plus importantes que les dix commandements. Et les partis politiques qui se disaient chrétiens ont depuis longtemps supprimé le "grand C" de leur nom et sacrifié la doctrine sociale chrétienne sur l'autel d'un esprit propre à la gauche tardive.

Qu'était autrefois ce christianisme ? A l'origine, il s'agissait d'une secte juive qui suivait un messie légendaire et dont Paul, le citoyen romain, a fait une Eglise qui se voulait accessible à tous. Ce christianisme, dans la continuité du judaïsme, était bien sûr une religion monothéiste. Mais une religion qui, au cours des premiers siècles de son existence, avec des divisions, des querelles de foi, des schismes et de multiples conflits, est devenue une religion avec la Trinité, avec des anges, avec d'innombrables saints, avec des objets, des images, des reliques et autres objets vénérés de manière cultuelle. Une religion dont les racines juives ont été enrichies par les mécanismes de la religion d'État romaine et, après les migrations germaniques, par les conceptions spirituelles propres à ces peuples du Nord, une religion qui est ainsi devenue le facteur intellectuel et spirituel central pour les mondes roman, germanique et slave d'Europe.

Et c'est au nom de cette religion que des millions de personnes ont été massacrées, que des fleuves de sang ont été versés, que des guerres de religion ont été menées, que des sorcières ont été brûlées et que des hérétiques ont été persécutés. La christianisation de l'Europe ancienne a peut-être été un processus de conversion, mais elle s'est accompagnée de nombreux bains de sang. Les croisades du haut Moyen Âge ont peut-être été menées dans le but de libérer le tombeau du Christ, mais elles ont également été des guerres de conquête meurtrières. Les guerres de religion des XVIe et XVIIe siècles, jusqu'à la guerre de Trente Ans, ont décimé la population européenne dans des proportions similaires à celles de la peste.

pillage30ansVrancxmini.jpg

Néanmoins, le christianisme, en tant que religion monothéiste dont le commandement central est l'amour du prochain, a sans doute été le facteur déterminant d'un développement que l'on peut définir comme une évolution culturelle, une incitation pour l'humanité marquée par le christianisme à renoncer à la violence. Et aujourd'hui, alors que les droits de l'homme universels sont théoriquement au cœur de la nouvelle religion civile, il faut bien dire que même celle-ci, sans la prétention du christianisme selon laquelle tous les hommes naissent avec la même dignité, empereur, roi, noble, citoyen, paysan, mendiant, esclave, en constitue la base.

Or, il semble que ce christianisme soit sur le point de disparaître dans la vieille Europe. Certes, de nos jours, on célèbre aussi la fête de Pâques, avec toutes sortes d'actes de consécration folkloriques, depuis l'Osterhasen, les œufs de Pâques, jusqu'à la consécration de la viande en Carinthie, et pourtant, il faut se demander qui pense encore à la résurrection du Christ, à l'Ascension et au Jugement dernier qui attend l'individu en question. Le pape argentin à Rome peut laver les pieds de n'importe quel sans-abri, et sa bénédiction Urbi et orbi peut être vue par des millions de personnes à l'écran, mais tout cela ne signifie pas grand-chose.

Le christianisme est peut-être devenu depuis longtemps une religion du tiers-monde, qui joue un rôle en Afrique noire, en Amérique latine et peut-être même dans certaines parties de l'Asie du Sud-Est. Le fait que le pape soit un latino-américain en tient compte. Il serait toutefois logique de transférer le siège du chef de l'Église en Afrique noire ou en Amérique latine et de faire du Vatican un musée unique.

En tout cas, le fait est que les Européens ont oublié le christianisme, voire l'ont supprimé. Certes, ils font baptiser leurs enfants, font appel à un prêtre pour les mariages et les enterrements, célèbrent Noël et, comme nous l'avons déjà dit, Pâques. Mais la signification spirituelle de tout cela a depuis longtemps été reléguée au second plan. Au lieu de cela, les cercles contemporains ont adopté la nouvelle religion civile du politiquement correct, avec tous ses corollaires, comme l'antifascisme obligatoire, le féminisme radical, le genderisme et, plus récemment, la Wokeness, la Cancel Culture, Black Lives Matter et d'autres folies similaires.

Les personnes ordinaires qui ne sont pas touchées par ces modes ne sont plus chrétiennes au sens propre du terme, mais font partie d'une culture absolument matérialiste qui vit d'une part le fétichisme de la croissance économique et d'autre part l'hédonisme et l'épanouissement personnel très superficiel.

Au lieu de la béatitude éternelle dans l'au-delà, on cherche à maximiser son propre bien-être ici-bas, et le postulat de l'amour chrétien du prochain est remplacé par un amour universel et lointain diffus, politiquement correct, qui se contente généralement de belles paroles et de bons sentiments. La prétention de mener une vie chrétienne et d'être un bon chrétien est considérée comme ridicule et archaïque, et les gens n'associent presque plus rien à la notion de péché ou même au pardon des péchés par la confession et l'absolution. En tenant compte de toutes ces évolutions, il faut donc en conclure que le christianisme en Europe est probablement sur le point de disparaître.

vendredi, 18 mars 2022

Neutralité et défense nationale: Réalité et vision

angelobung-am-nationalfeiertag-verfassun-768x517.jpg

Neutralité et défense nationale: Réalité et vision

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/03/17/neutralitat-und-landesverteidigung-realitat-und-vision/

Selon des sondages récents, un peu plus de 70% des Autrichiens sont favorables au maintien de la neutralité. Et presque autant de personnes sondées sont favorables à ce que notre république alpine fasse partie d'un système de défense européen. Seule une minorité, quasi insignifiante, est donc favorable à l'adhésion à une OTAN dominée par les États-Unis.

En fait, il y a un peu plus de 20 ans, sous la coalition ÖVP-FPÖ de Wolfgang Schüssel et Susanne Riess-Passer, une brève période a laissé entrevoir une européanisation du pacte de l'Atlantique Nord et donc une émancipation des Européens de la domination américaine. A l'époque, il semblait que l'OTAN pouvait évoluer vers une alliance de défense réduite aux pays de l'UE. L'achat des 24 Eurofighters par la coalition ÖVP-FPÖ - en fait, il s'agissait d'un gouvernement FPÖ-ÖVP - devait être une sorte de contribution autrichienne à une défense européenne de l'espace aérien et les Battlegroups de l'Union européenne, dont il était question à l'époque, auraient probablement été conçus comme le noyau d'une armée européenne. La question de savoir comment une telle armée européenne aurait fonctionné compte tenu du potentiel militaire des deux puissances nucléaires que sont la Grande-Bretagne et la France n'avait même pas été abordée à l'époque. En tout état de cause, une armée européenne dotée du potentiel nucléaire des deux puissances atomiques d'Europe aurait pu développer la force nécessaire pour égaler les autres grandes puissances militaires.

FLUGSHOW-AIRPOWER-13-IN-ZELTWEG-EINFLIEGEN-EUROFIGHTER-TYPHOON_1487234172002479_v0_l.jpg

Non, il en a été autrement : malgré tous les échecs militaires et le chaos militaire que les forces armées américaines ont dû affronter lors de leurs opérations globales en l'Afghanistan et en Amérique latine, la domination américaine au sein du pacte de l'Atlantique Nord n'a pas seulement perduré, elle s'est même renforcée. Sous la présidence de Donald Trump, les Américains semblaient se replier sur la doctrine Monroe et sur une "splendide désolation". Aujourd'hui, sous le président démocrate Biden, les choses sont à nouveau très différentes, notamment en ce qui concerne l'adversaire géopolitique russe. Historiquement, ce sont les présidents américains démocrates qui ont le plus souvent engagé l'Amérique dans des guerres et des conflits militaires mondiaux. Joe Biden n'est qu'un de ceux-là et, avec l'élargissement considérable de l'OTAN vers l'Est, dans des territoires de l'ancien pacte de Varsovie, voire de l'ex-Union soviétique, il a quasiment encerclé la Russie. Les réactions de l'Union européenne, mais aussi des puissances européennes les plus fortes, la France et l'Allemagne, ainsi que du Royaume-Uni, qui s'est retiré de l'UE, dans le conflit armé actuel autour de l'Ukraine, montrent clairement que les Européens suivent ici, au sein de l'OTAN, les directives américaines de manière absolument servile.

Les Européens, en particulier les Allemands, mais aussi les Autrichiens neutres, ont été secoués par la guerre en Ukraine dans la mesure où ils ont dû admettre que leurs armées respectives n'étaient en aucun cas capables de se défendre et qu'elles n'avaient rien à opposer à d'éventuelles attaques extérieures. Bien qu'il n'y ait eu, et qu'il n'y ait toujours, aucun signe ou indice d'une intention russe d'attaquer des pays de l'UE ou des membres de l'OTAN, ce rappel à l'ordre semble avoir été fructueux et très nécessaire. Le gouvernement allemand, dirigé par Olaf Scholz, a immédiatement promis 100 milliards d'euros pour le réarmement du gouvernement fédéral, et même l'Autriche s'est soudainement montrée prête à augmenter le budget minimal de la défense. Et puis, il y a même eu des voix au sein de la République alpine qui ont déclaré que seule une adhésion à l'OTAN pourrait apporter la sécurité au pays.

22542340885.jpg

Nous savons maintenant que la neutralité perpétuelle, que nous avons acceptée sous la pression soviétique dans le contexte du traité d'État, est devenue au fil des ans une partie de l'identité autrichienne, apparemment appréciée par la majorité de la population. Du point de vue de la politique de sécurité, il s'agissait bien sûr d'un mensonge pendant la guerre froide, car même à cette époque, l'armée fédérale n'aurait pas été en mesure de résister à une attaque du Pacte de Varsovie. Dans le secret des cercles de l'armée autrichienne, on savait à l'époque qu'en cas de guerre, on n'aurait pu que lancer un appel à l'aide à l'OTAN et qu'on aurait peut-être été en mesure de résister brièvement. Et cela ne s'est pas du tout amélioré depuis la fin de la guerre froide.

En tant que membre de l'Union européenne, entouré de membres de l'OTAN, on pensait, à Vienne, y compris dans les cercles de l'armée fédérale, que la défense militaire du pays ne devait plus vraiment être prise au sérieux. L'armée fédérale était au mieux une organisation de protection civile, un bon corps de pompiers, qui devait fournir des services d'assistance en cas de catastrophe et, le cas échéant, intercepter les migrants illégaux lors d'une mission d'assistance à la frontière.

Au moyen d'innombrables réformes depuis l'ère Kreisky, l'armée a été amaigrie au cours de longues décennies, son armement est obsolète, le concept de milice a été purement et simplement mis au placard et même l'obligation générale de servir a été remise en question à un moment donné. La possibilité d'effectuer un service civil et les critères trop prudents appliqués lors de la sélection des conscrits ont de toute façon fortement érodé cette obligation générale de servir. C'est ainsi que l'armée de terre n'est aujourd'hui que partiellement opérationnelle, qu'elle ne dispose ni d'armes modernes ni d'une surveillance aérienne réellement opérationnelle, et qu'elle aurait à peine les carburants nécessaires pour les véhicules et les munitions nécessaires pour une intervention.

211022-1708-948-0900-349417-20211022s15kaserne.jpg

Au vu de ces faits, et donc en ce qui concerne la neutralité et l'état de préparation effectif du pays à la défense, il convient de développer des stratégies d'avenir qui, d'une part, rendent la République réellement apte à se défendre et qui, d'autre part, permettent la mise en place d'un système de sécurité et de défense militaire européen, qui aurait dû être mis en place depuis longtemps. Si les belles paroles des responsables politiques devaient effectivement se concrétiser et si un budget adéquat devait être alloué à la défense nationale, l'armée fédérale devrait être réarmée le plus rapidement possible - ce qui devrait sans aucun doute prendre des années - sur le modèle suisse. Des investissements massifs devraient être consacrés à l'équipement et à la formation des cadres, qui constituent en quelque sorte le noyau d'une armée de milice à large spectre en tant qu'armée professionnelle.

Pour une telle armée de milice, le service militaire obligatoire devrait être étendu à l'obligation générale de servir pour tous les jeunes citoyens. Dans le cadre de ce service obligatoire, les jeunes hommes et les jeunes femmes devraient être obligés d'effectuer un an de service de solidarité civique, soit dans le cadre du service militaire, soit dans le cadre du service social et de la protection civile. Il n'y a pas d'argument valable pour que cette obligation de service ne s'applique pas aux femmes, étant donné que l'égalité entre les hommes et les femmes doit être imposée depuis longtemps dans tous les domaines juridiques et sociaux. Il va de soi qu'une telle armée de milice serait ouverte aux femmes de manière tout à fait équivalente et qu'elle devrait être dotée de certains avantages de nature financière par rapport aux services sociaux et à ceux du domaine de la protection civile, afin de garantir les effectifs correspondants. Une telle armée de milice, dotée d'un équipement moderne et d'une formation optimale, avec une armée professionnelle en son cœur, devrait avoir la volonté et la capacité de défendre le pays de manière autonome. Elle serait ainsi également garante de la neutralité militaire de l'Autriche, tant que celle-ci est maintenue.

Si l'Union européenne était en mesure de devenir un "acteur mondial", également du point de vue de la politique de sécurité, cela nécessiterait naturellement de s'émanciper des Américains. Que cela passe par une européanisation du traité de l'Atlantique Nord ou par un retrait des Européens de ce traité est secondaire. Même si une sorte de communauté de valeurs transatlantique des grandes puissances démocratiquement organisées, c'est-à-dire les États-Unis et l'Europe, doit continuer à exister, une action autonome de l'Union européenne en matière de politique de sécurité et de géopolitique serait indispensable comme condition préalable à la sauvegarde de ses propres intérêts. Et ce serait bien sûr aussi la condition pour abandonner la neutralité autrichienne sur le plan militaire au profit d'une participation à une armée de l'UE.

Depuis l'adhésion à l'UE, la thèse selon laquelle la neutralité de l'Autriche subsiste, mais qu'elle serait obsolète au profit d'une solidarité européenne en cas d'urgence militaire, est quelque peu éloignée de la réalité. En cas de création d'un système européen de sécurité et de défense, dont l'armée autrichienne ferait partie, notre neutralité serait sans doute caduque, tout comme celle des autres pays de l'UE jusqu'ici neutres, à savoir l'Irlande, la Suède et la Finlande.

Les propos tenus ces jours-ci par l'ancien haut responsable militaire Höfler, selon lesquels l'Autriche n'aurait actuellement que deux possibilités, à savoir un réarmement adéquat de l'armée fédérale ou l'adhésion à l'OTAN, seraient donc dépassés. Un réarmement approprié et efficace de notre armée, avec maintien provisoire de la neutralité jusqu'à la création d'un système de sécurité et de défense paneuropéen, serait plutôt la seule possibilité réaliste, mais aussi visionnaire, de maintenir la stabilité de la politique de sécurité du pays. Et cette armée devrait alors être intégrée dans ce système de sécurité européen et pourrait y développer une puissance militaire utile en tant que partie intégrante et contribution de l'Autriche. Le rêve pseudo-pacifiste d'une paix éternelle a fait long feu, nous le voyons ces jours-ci. Les exigences en matière de politique de sécurité pour notre République, mais aussi pour l'Europe commune, doivent maintenant être satisfaites au plus vite. Sinon, nous risquons, non seulement l'Autriche, mais aussi les pays de l'Union européenne dans leur ensemble, de devenir des profiteurs de troisième ordre de la politique mondiale.

vendredi, 11 mars 2022

À l'ère de la perte de la réalité Une nouvelle ère de l'irrationnel commence-t-elle ?

henrietta_harris.jpg

À l'ère de la perte de la réalité

Une nouvelle ère de l'irrationnel commence-t-elle ?

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/03/10/im-zeitalter-des-realitatsverlusts/

Quelle fierté n'avons-nous point de vivre à l'époque sublimes de nos belles Lumières, d'une société ouverte et d'une vision du monde libérale et scientifiquement fondée? Nous avions laissé derrière nous le sombre Moyen-Âge, l'époque des guerres de religion à caractère fondamentaliste et le XXe siècle avec ses idéologies totalitaires, le fascisme et le communisme soviétique. Et avec l'effondrement du socialisme réellement existant, on a même cru un moment que l'ère de la paix éternelle était arrivée. La fin de l'histoire et la victoire globale de la démocratie libérale ont été proclamées. La seule superpuissance restante, les États-Unis d'Amérique, a certes tenté d'imposer cette dernière à l'échelle mondiale, ou du moins de faire de cette démocratie libérale la référence pour tout État dans le monde entier.

Comme nous le savons aujourd'hui, il s'agit d'une tentative vaine et probablement insensée. Quant à la société ouverte et à son prétendu caractère éclairé et progressiste, il apparaît de plus en plus clairement que cette magnifique société ouverte est de plus en plus régulée par les impavides maximes du politiquement correct et qu'au lieu d'éclaircir et d'élargir nos horizons, ce sont désormais de nouveaux dogmes qui dominent, issus de tristes courants à la mode comme le féminisme, le gendérisme, le Black Lives Matter, la "wokeness" et autres fadaises du même acabit. Ainsi, en y regardant de plus près, on peut rapidement avoir l'impression que nous ne vivons pas du tout dans une ère éclairée, mais plutôt au début d'une ère d'irrationalité foncière.

Au début de celle-ci se trouve l'hypothèse de "l'homme nouveau", tel que la gauche le conçoit depuis la Révolution française, en passant par le marxisme pour aboutir à l'École de Francfort, et tel qu'elle veut le réaliser à tout prix - par la violence s'il le faut. Cet "homme nouveau", qui nie purement et simplement la nature humaine telle qu'elle s'est développée au cours de l'évolution, avec toutes ses profondeurs et ses abysses, est devenu la source du totalitarisme et des génocides partout où il a été tenté de le faire émerger par la violence, au forceps. Cela était déjà évident lors de la phase meurtrière de la Révolution française, où des milliers de personnes ont dû passer la tête sous la lunette de la guillotine. C'est également évident dans le cas de la politique meurtrière de Joseph Staline en Union soviétique, ainsi que dans le communisme de l'âge de pierre de Pol Pot au Cambodge ou dans la révolution culturelle de Mao Zedong en Chine.

Mais ce n'est pas seulement "l'homme nouveau" dans la société sans classes du socialisme réellement existant qui a donné naissance à de telles monstruosités. L'"homme nouveau" de sang aryen, né de l'illusion raciale et de l'idéologie de l'homme supérieur, devait lui aussi devenir la source d'atrocités terribles. La Seconde Guerre mondiale et le génocide en furent la conséquence. La négation de la nature humaine, qui allait de pair avec la conception de l'"homme nouveau", indiquait déjà un pas vers l'irrationalité. Ceux qui croient pouvoir changer la société en prenant l'attitude de l'ingénieur social et en ignorant, voire en niant l'homme dans ses forces et ses faiblesses, dans ses besoins et ses capacités, et en substituant à la psychologie et à la biologie humaines des prescriptions idéologiques comme mesure de toute chose, doivent finalement recourir à des moyens tyranniques et à l'ignorance de la réalité pour imposer leurs objectifs. Une entreprise qui a douloureusement échoué au siècle dernier, comme nous pouvons facilement le constater avec le fascisme national-socialiste, mais aussi avec le communisme soviétique.

L'hostilité à l'égard de la technique et l'ignorance des connaissances scientifiques, qui sont apparues comme un contre-mouvement à l'idolâtrie absolue de la technique après la révolution industrielle, constituent un pas supplémentaire vers l'ère de l'irrationnel en laquelle nous entrons. Si, après la révolution industrielle et dans le cadre du développement de technologies toujours plus performantes, on a cru que la technique permettrait de résoudre tous les problèmes de l'humanité, une sorte d'idéologie technophobe, d'hostilité à l'égard de la technique, s'est développée au cours des dernières décennies, en quelque sorte comme un mouvement inverse. Ce mouvement irrationnel et idéologisé est porté par les différents partis verts qui se sont constitués à travers l'Europe. La nouvelle gauche, issue du mouvement de 68, a rapidement récupéré le mouvement antinucléaire. Le mouvement hostile à la guerre du Vietnalm a donné naissance au mouvement pour la paix, qui s'est en outre opposé à l'utilisation militaire des armes nucléaires.

C'est sur la base de ces mouvements que se sont développés les partis verts qui, dans les années 80, étaient si puissants qu'ils ont fait leur entrée dans les assemblées et les parlements respectifs. A l'origine, la protection de l'environnement et de la nature était plutôt l'apanage de groupes conservateurs. L'ironie de l'histoire veut que ce soit justement la gauche marxiste, auparavant inspirée par l'Est soviétisé, qui ait réussi à camoufler son idéologie profondément rouge sous un vernis vert.

1458-05-coco-laiciteecolo.jpg

L'hostilité générale à l'égard de la technique qui en résulte, associée à une certaine critique générale de la croissance et du progrès, implique une nouvelle orientation vers une nouvelle irrationalité rédhibitoire. D'une part, les Verts ont revendiqué tous les bienfaits de l'ère technique et les avantages d'une civilisation hautement technologique, d'autre part, les technologies modernes ont été de plus en plus diabolisées. En outre, une profonde incompréhension du fonctionnement de la technologie elle-même s'est renforcée dans ces cercles. Par méconnaissance et ignorance des lois de la nature, ce sont des couches sociales qui ont la parole dans ces domaines et qui ne peuvent tout simplement plus comprendre comment et pourquoi les choses fonctionnent, sur quelle base les fonctions techniques se déroulent. On appuie sur l'interrupteur et la lumière s'allume. On ne sait pas pourquoi il en est ainsi. Une sorte de croyance au miracle s'est installée, semblable à celle qu'avaient les hommes de l'âge de pierre face aux phénomènes naturels : on ne comprend pas ce qui se passe, on croyait à l'époque à des puissances supérieures et aujourd'hui à l'évidence d'une civilisation hautement technologique.

A cela s'ajoute un autre facteur qui favorise la perte de contact avec la réalité dans notre société : l'oubli croissant de l'histoire. Pour comprendre et évaluer les relations politiques, économiques et sociales, il faudrait une connaissance approfondie de l'évolution historique. Or, ce sont précisément les couches sociales qui se considèrent à la pointe de l'esprit du temps et dont la religion civile politiquement correcte est l'hédonisme qui pratiquent une ascèse informationnelle consciente en matière de connaissances historiques. Et ce, non pas pour parvenir à leurs propres conclusions sans être influencés, mais par ignorance. De même que l'on tente d'ignorer la véritable nature de l'homme, telle qu'elle est donnée biologiquement et psychologiquement, on tente également d'ignorer l'histoire de l'humanité en croyant que l'on est plus intelligent aujourd'hui, ici et maintenant, que toutes les générations qui nous ont précédés.

8250500316_25d0d4d822_b.jpg

L'affirmation du philosophe selon laquelle quiconque ne connaît pas son histoire est condamné à la revivre est totalement étrangère aux porteurs de la nouvelle ère irrationnelle. Même les lois du matérialisme dialectique, telles que nous les connaissons depuis Marx et Engels, ont complètement disparu de la conscience politique et sociale. On est certes de gauche dans l'air du temps, mais on croit pouvoir oublier la connaissance de l'histoire.

Pour l'essentiel, ce sont donc ces trois phénomènes - l'ignorance de la condition humaine biologique et psychologique par la quête de "l'homme nouveau", l'hostilité à la technique et l'ignorance des lois naturelles physiques et chimiques, et l'oubli de l'histoire - qui conditionnent la voie vers une nouvelle ère hautement irrationnelle. Il reste à voir quelles seront les conséquences néfastes de cette perte de contact avec la réalité dans l'ensemble de la société. Si l'humanisme, les Lumières et la recherche scientifique ont permis à l'humanité d'atteindre des sommets dans le cadre de son évolution culturelle, la nouvelle ère de l'irrationnel nous exposera probablement à des dangers que nous pensions avoir surmontés depuis longtemps.

vendredi, 28 janvier 2022

Quand l'ours russe montre ses griffes

5d271186259aa9b1eb858b27f5b9cf73.jpg

Quand l'ours russe montre ses griffes

par Andreas Mölzer

Source : https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/01/27/wenn-der-russische-bar-seine-krallen-zeigt/

Vladimir Poutine, le maître du Kremlin, est un autocrate. Un autocrate, comme il y en avait qui exerçaient le pouvoir en Russie depuis l'époque d'Ivan le Terrible jusqu'à Leonid Brejnev. Et Vladimir Poutine est un nationaliste russe, un Grand-Russe qui s'inscrit dans la tradition de Pierre le Grand et peut-être même de Joseph Staline lorsqu'il s'agit de défendre les intérêts géopolitiques du pays. Mais Poutine est aussi un réaliste. Un réaliste politique qui n'a peut-être pas joué un rôle modérateur dans les conflits mondiaux de ces deux dernières décennies, mais un rôle prévisible.

L'affirmation souvent formulée actuellement dans les médias et dans les déclarations des hommes politiques occidentaux, selon laquelle Vladimir Poutine serait actuellement en train de déclencher une grande guerre européenne en envahissant l'Ukraine, est donc peu crédible. Certes, il a mis en place une menace militaire à l'encontre de l'État voisin qui a fait partie de l'empire russe, puis soviétique, pendant des siècles. Un décor de menace qui doit manifestement empêcher ce grand pays, l'Ukraine justement, de rejoindre l'alliance militaire occidentale de l'OTAN. Une menace qui indique également que Poutine et les Russes dans leur ensemble ne sont manifestement pas disposés à accepter l'élargissement de l'OTAN à l'est jusqu'aux frontières du territoire russe. Une menace que Poutine considère manifestement comme une réponse à la promesse non tenue de 1989/90, selon laquelle l'OTAN ne s'aventurerait pas sur l'ancien territoire soviétique.

Mais dans l'ensemble, Vladimir Poutine s'inscrit naturellement dans la tradition de la politique de la Grande Russie telle que nous la connaissons depuis des siècles. Le plus grand Etat de la planète a toujours été attiré par les détroits, les océans ouverts, au nord vers la mer de glace via Mourmansk, dans la mer Baltique via les pays baltes et au sud vers les Dardanelles. Le fait que la nouvelle Russie de Poutine ait perdu les Etats baltes a toutefois été bien accepté au Kremlin. L'autonomie des peuples baltes, soutenue par l'appartenance à l'OTAN, est un fait. Un fait qui est toutefois relativisé par l'importance numérique des minorités russes dans ces Etats. Renforcer leurs droits civiques devrait être une préoccupation de l'Union européenne, si l'on ne veut pas que le Kremlin, puissance protectrice de la Russie, l'impose.

Lorsque l'Union soviétique s'est effondrée et que l'Etat central russe a dû abandonner des régions périphériques, le Kremlin était sur la défensive pendant la période de Boris Eltsine. Ce n'est que sous Vladimir Poutine que l'ours russe a été en mesure de se lever de son lit d'hôpital politique et d'aiguiser peu à peu ses griffes. Outre l'alliance que la Russie a établie avec la Biélorussie et d'autres régions qui faisaient autrefois partie de la Russie, il s'agit sans aucun doute d'une sorte de revendication de puissance en direction de tous les territoires anciennement soviétiques, le Kremlin lorgnant sans aucun doute aussi sur les régions et les Etats qui faisaient partie du pacte de Varsovie.

Compte tenu de cette réalité historique et géopolitique, la raison a voulu que les anciens pays du bloc de l'Est adhèrent à l'UE et à l'OTAN de manière presque précipitée. Pendant des décennies, ils ont subi le sort des pays satellites de l'Union soviétique et se trouvaient donc face aux Russes: dès lors, se tourner vers l'Europe était désormais l'alternative logique qui offrait également la sécurité. Et il en allait naturellement de même pour les trois États baltes.

Pyotr Veliky at Tartus grigoriy sisoev sputnik cimsec 16x9.jpg

Il est toutefois évident que le Kremlin a dû développer un sentiment d'encerclement suite à l'élargissement de l'OTAN. Lorsque, dans les années 60, l'Union soviétique a installé des missiles à Cuba, les Américains se sont sentis tellement menacés que cela a presque conduit à une guerre nucléaire. Si des systèmes d'armes modernes sont aujourd'hui déployés en Pologne, il est donc normal que le Kremlin y soit également allergique. Une intervention de l'OTAN en Ukraine constituerait toutefois une véritable incursion de l'alliance militaire occidentale dans une région de l'ancienne Union soviétique, dont l'est est en outre en grande partie peuplé de Russes. Reste à savoir si Vladimir Poutine ira effectivement jusqu'à occuper militairement cet est de l'Ukraine dominé par les Russes et à l'annexer à la Fédération de Russie comme il y a quelques années en Crimée. En imposant un plébiscite dans la partie orientale du pays, une telle mesure pourrait même être garantie a posteriori, conformément au principe du droit des peuples à l'autodétermination.

Les tensions actuelles entre la Russie et l'OTAN ne devraient toutefois pas détourner l'attention des questions géopolitiques fondamentales. Et le problème central est de savoir comment l'Europe de l'UE se comportera à l'avenir vis-à-vis de la Russie. Il ne faut pas oublier que les Russes, avec près de 140 millions d'habitants, sont le peuple européen le plus puissant, même s'ils sont en partie installés sur le sol asiatique. Parmi eux, 115 millions vivent en Russie même et 23 millions dans d'autres pays voisins. Il est légitime que le Kremlin se considère comme la puissance protectrice de ces personnes. La question de savoir dans quelle mesure il est possible d'intervenir dans la souveraineté d'autres Etats et de modifier les frontières est toutefois une autre question.

D'un point de vue historique, il est quelque peu paradoxal que le plus grand peuple européen, les Russes slaves, qui sont en outre un peuple chrétien, soit exclu de l'intégration européenne. Bien sûr, le plus grand État de la planète n'est pas aussi facile à intégrer dans le modèle de l'Union européenne que la Slovaquie ou un grand pays comme la Pologne. Et bien sûr, on peut se demander dans quelle mesure un pays aussi grand et militairement puissant n'aurait pas des prétentions hégémoniques dans le cadre d'une telle intégration. Il est néanmoins évident que l'Union européenne devrait avoir des relations spéciales et plus étroites avec le plus grand peuple européen, avec cet autre État de l'Europe, qu'avec n'importe quel autre Etat  lointain ou transocéanique sur cette planète.

De cette manière, l'UE, qui ne peut actuellement jouer qu'un rôle de figurant dans la lutte mondiale pour le pouvoir, pourrait devenir un véritable "acteur" de la politique mondiale. Une alliance entre l'Europe et la Russie constituerait un véritable contrepoids aux Etats-Unis, menacés de déclassement, et au géant rouge chinois, de plus en plus offensif.

Il y a bien sûr le problème du manque de démocratie et de la menace récurrente pour les droits de l'homme en Russie. Le Kremlin devrait s'atteler à la remise en question et à l'élimination des anciennes tendances autocratiques moscovites. Dans l'Union européenne, il faudrait toutefois descendre de ses grands chevaux et faire preuve de moins d'autosatisfaction face aux déficits démocratiques de la Russie.

D'un autre côté, il serait possible que le modèle de société conservateur qui domine dans la Russie de Poutine, l'accent mis sur le patriotisme, le sens de la famille et la préservation de la propre culture, ait un effet fertilisant sur les sociétés quelque peu décadentes de l'UE-Europe.

Les traditions des Lumières telles qu'elles ont été développées en Europe et la profondeur de l'âme russe devraient ici permettre, sur la base de la culture européenne chrétienne, un développement commun prometteur pour les peuples de culture en Europe. Un modèle qui pourrait servir de contre-projet à l'esprit hyperdécadent des évolutions sociales américaines avec la "political correctness", le "me too", le black lives matter", la "wokeness", etc. d'une part, et au système totalitaire capitaliste d'État chinois d'autre part. Il est toutefois peu probable qu'un tel modèle soit envisageable au vu des conditions réelles actuelles, de l'aggravation de la confrontation entre la Russie et l'Occident, comme nous devons le vivre ces jours-ci - malheureusement !

mardi, 28 décembre 2021

Nous sommes si vulnérables ... Sur les dangers de notre civilisation high-tech

0000.jpg

Nous sommes si vulnérables...
Sur les dangers de notre civilisation high-tech

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2021/12/15/wir-sind-so-verletzlich/

Le sociologue et anthropologue viennois Roland Girtler a un jour fait remarquer que la vie de la population paysanne ordinaire avait plus changé en quelques décennies depuis les années 50 du 20e siècle qu'au cours de la période précédente, depuis le néolithique. En ce qui concerne l'alimentation, la méthode de travail, le déroulement de la journée, les vêtements des gens, tout était identique pendant des siècles, voire des millénaires, pour ces simples paysans. Et ensuite, en à peine un demi-siècle, la révolution industrielle a changé non seulement la vie de la population paysanne, mais aussi notre vie à tous, dans une mesure à peine imaginable auparavant.

Même dans les années de détresse et de pénurie, par exemple entre les deux guerres mondiales ou dans l'après-guerre, il existait des possibilités d'autosuffisance qui permettaient aux gens de survivre même en cas d'effondrement de l'approvisionnement étatique et du tissu économique. Quelques poules, quelques lapins sur le balcon, un sac de pommes de terre dans la cave et quelques douzaines de choux, les ingrédients d'une choucroute et le lait dans le bidon de lait du fermier, réfrigéré en hiver entre les fenêtres extérieures et intérieures et les légumes de son propre jardin. Et lors des promenades en forêt, on ramassait des rondins d'épicéa que l'on fendait à la maison, dans la cave, pour alimenter le poêle dans le salon. On tricotait soi-même des pulls chauds, des écharpes, des bonnets et des gants. Et lorsque l'électricité était coupée ou que l'on n'en avait pas encore, il y avait des lampes à pétrole et des bougies. Et à la place de la radio et de la télévision, dans les familles les plus ambitieuses, il y avait tout au plus de la musique maison.

Ce degré d'autosuffisance a permis aux gens de survivre de manière supportable, même en période de crise, jusque dans les années 50 et jusqu'au début du miracle économique. Certes, dans les grandes villes, à Vienne par exemple, la situation était bien plus difficile dans les pires moments de détresse, juste après la Première Guerre mondiale. La forêt viennoise avait déjà été partiellement déboisée et les distributions de nourriture avaient été réduites à un niveau qui signifiait trop peu pour vivre et trop pour mourir.

how-trauma-can-lead-to-depression-722x406.jpg

Avec la technicisation et la numérisation de notre vie, jusque dans les plus petits foyers privés, cette possibilité de vivre et de survivre a été progressivement réduite, voire même complètement supprimée. Dans les immeubles et les blocs d'habitation dans lesquels vit aujourd'hui une grande partie de la population, non seulement dans les grandes villes mais aussi dans les villes de campagne, il n'y a parfois même plus de cheminées pour affronter le froid hivernal en cas de panne des divers systèmes de chauffage "modernes" et donc, en cas de panne de courant, l'impossibilité de cuisiner ou au moins de chauffer l'eau. Les potagers n'existent plus du tout pour la masse de la population et l'élevage de petits animaux a été réduit à des chats et des chiens domestiques dont la consommation ne serait possible que dans des conditions similaires à celles du siège de Leningrad pendant la dernière guerre mondiale.

Au cours de l'évolution récente de notre civilisation, il y a toujours eu des phases où ces problèmes ont été reconnus et où des contre-mouvements ont eu lieu. Dans les années 70 et 80, la tendance à devenir un "marginal", à rejoindre un groupe alternatif quelconque qui voulait revenir à la nature et cultiver l'autosuffisance au moyen d'une agriculture simple, existait - du moins aux marges de la société. Et dans la phase initiale du mouvement vert, la tendance à revenir à une alimentation naturelle, à des produits régionaux et à renoncer à la consommation était également perceptible. Mais tout cela ne s'est pas imposé dans l'ensemble et dans la masse de la population.

Celle-ci vit aujourd'hui dans une dépendance insoupçonnée vis-à-vis des technologies modernes, pour la plupart électroniques, et des chaînes d'approvisionnement globales qui dépassent largement son propre domaine de vie. En commençant par l'électricité, qui constitue en quelque sorte la base de la vie quotidienne, sans laquelle il n'y a pas d'information par la radio, la télévision ou l'ordinateur, ni de fonctionnement des divers appareils techniques du ménage, l'homme moderne - qu'il soit riche ou pauvre - est dépendant de la technologie et de l'approvisionnement centralisé. À cela s'ajoute le fait que l'approvisionnement en denrées alimentaires via les supermarchés est également centralisé et s'effondrerait très rapidement en cas de panne d'électricité, par exemple, suite à un black-out. Remplacer cet approvisionnement alimentaire suprarégional par un approvisionnement régional nécessiterait des mesures organisationnelles importantes et des délais qui ne seraient tout simplement pas disponibles en cas de black-out.

Blackout_(Marc_Elsberg,_2012).jpg

Depuis le livre du journaliste autrichien Mark Elsberg intitulé "Blackout", nous pouvons imaginer les conséquences réelles d'un tel événement. Sans le côté dramatique du roman, qui part notamment d'une surchauffe des centrales nucléaires dans les pays voisins, le livre décrit de manière impressionnante comment, après quelques jours seulement, non seulement l'approvisionnement s'effondrerait, mais l'anarchie pourrait également éclater. Ce qui donne à réfléchir, c'est qu'au cours des dernières semaines et des derniers mois, les médias et les pouvoirs publics ont massivement joué sur le thème du "blackout". Il y a eu des exercices de l'armée fédérale, des campagnes publicitaires dans la presse écrite et divers reportages à la radio et à la télévision. Les théoriciens du complot ont bien sûr tout de suite supposé qu'il s'agissait, après la pandémie de Corona, de la prochaine planification des forces obscures visant à réprimander les gens et à les kujoner. Des observateurs plus sobres de cette campagne ont fait remarquer que notre société hautement technologique était effectivement si vulnérable et si sensible aux perturbations et que l'on avait déjà frôlé à plusieurs reprises un tel black-out ou une panne de courant généralisée avec beaucoup de chance.

Et les représentants de la protection civile, qui n'ont pas été suffisamment pris en compte pendant des années et des décennies, ont vu leur heure arriver et ont fait remarquer qu'il fallait prendre des mesures plus fortes et plus intensives pour pouvoir maîtriser de tels dangers s'ils survenaient.

De même qu'au plus fort de la guerre froide, on construisait ici aussi des abris antiatomiques et des abris dans les maisons individuelles, il semble que l'on prenne désormais conscience de la nécessité de se prémunir d'une manière ou d'une autre contre la menace d'un black-out. Parallèlement, il existe sur Internet un vaste réseau qui donne des conseils en cas de catastrophe, propose des kits de survie et promeut l'autosuffisance en cas de catastrophe.

Il est certain que notre monde hypertechnique, avec ses systèmes électroniques sensibles et ses points de défaillance centraux, est très vulnérable. Qu'il s'agisse d'une surcharge du réseau électrique, d'un accident dans une centrale nucléaire voisine ou même d'un attentat terroriste, qui pourrait déclencher un tel black-out, est une autre question. Dans certaines circonstances, il suffit de chutes de neige extrêmement abondantes qui, comme nous le savons, pourraient provoquer une panne de courant prolongée dans des vallées et des régions entières. Et il n'est donc pas nécessaire de croire à une quelconque conspiration ou à des objectifs sinistres de forces obscures pour se prémunir contre le risque de black-out dans l'esprit de la protection civile.
Il ne sera pas possible de revenir aux années 50 et à l'économie d'autosuffisance d'antan, mais il existe des méthodes et des mécanismes permettant de minimiser la vulnérabilité de notre société, depuis la grande économie nationale jusqu'aux ménages privés.
Cela commence par le fait que l'autosuffisance régionale pourrait être renforcée et que l'on devrait proposer et acheter davantage de produits régionaux. Cela se poursuit par la constitution de réserves raisonnables par les ménages privés et conduit à une nouvelle modestie, qui ne signifie peut-être pas renoncer à la consommation, mais qui pourrait signifier la capacité à se restreindre, à se limiter dans la vie privée.

jeudi, 18 novembre 2021

Un ordre mondial multipolaire, contre-projet au "one world"

ob_f9fe6e_multipolarite-chine.jpg

Un ordre mondial multipolaire, contre-projet au "one world"

par Andreas Mölzer

Ex: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2021/11/11/eine-multipolare-weltordnung/

Que le monde était simple, que la politique mondiale était claire, lorsqu'il y avait encore les deux grands blocs de puissance, l'OTAN dominée par les Etats-Unis et le Pacte de Varsovie dominé par les Soviétiques. Lorsque l'Ouest libre et le bloc communiste de l'Est s'affrontaient. Rien d'autre n'avait d'importance, le reste était le tiers monde et la Chine communiste, etce reste somnolait dans un strict isolement. Avec l'effondrement du socialisme réellement existant, donc celui du bloc soviétique, certains observateurs politiques pensaient que la victoire de la démocratie occidentale à l'échelle mondiale était désormais imminente, qu'il n'y aurait donc qu'une seule superpuissance, à savoir les États-Unis et leurs alliés en Europe, et donc la domination de la démocratie occidentale. On pensait que cette démocratie occidentale devait s'imposer dans le monde entier et que la religion civile des droits de l'homme devait planer au-dessus d'elle, en quelque sorte comme une maxime morale et éthique ultime à vocation humaine globale. L'ensemble de la communauté internationale, des anciennes républiques communistes soviétiques aux pays en développement, des pays émergents aux États islamiques, tous, absolument tous devraient se plier à ce modèle occidental de société et d'État, le néolibéralisme en tant que modèle d'ordre, le libre-échange, l'économie de marché libre en tant que système économique l'emportant sur tous autres régimes et toutes autres considérations. "One world", un monde uniformisé au sens du politiquement correct, deviendrait ainsi en quelque sorte le telos final de l'histoire de l'humanité.

Cette conception d'un nouvel ordre mondial, entièrement développée dans l'esprit du néolibéralisme et du capitalisme tardif, n'était curieusement pas très éloignée des concepts culturels communistes 1) de l'homme nouveau dans une société sans classes et 2) du dépassement des différences ethniques et culturelles. Les deux conceptions, tant la conception néolibérale de l'uniformisation globale des nations que la conception communiste culturelle du nivellement de l'individu en soi, ignoraient la différence et la diversité des êtres humains, de leur évolution sociale et de leurs spécificités culturelles. Et c'est pour cette raison que ces deux concepts ont échoué.

Au cours des deux premières décennies du nouveau siècle, un monde multipolaire s'est en effet développé, caractérisé par plusieurs centres de pouvoir politique, par une multitude d'"acteurs" mondiaux et par des valeurs étatiques totalement différentes. Dernièrement, l'échec des conceptions néolibérales du "monde unique" a été mis en évidence par le fiasco désastreux de la politique américaine en Afghanistan. C'est ainsi qu'à côté des pays industrialisés occidentaux, de la superpuissance traditionnelle et mondiale que sont les Etats-Unis, de l'Etat nord-américain qu'est le Canada et de l'Europe en voie d'intégration, nous trouvons toute une série d'autres centres de politique de puissance sur cette planète. La Russie de Vladimir Poutine, qui a pu se consolider après la chute et l'éclatement de l'Etat multiethnique soviétique, joue ici un rôle politique mondial, tout comme la Chine, en plein essor économique. Le monde islamique joue également un rôle, tout comme les pays émergents d'Amérique du Sud autour du Brésil, mais aussi l'Inde et le continent australien.

Certains modèles d'organisation, traditionnels et dépassés, tels que le Commonwealth britannique, seraient ici réduits à une simple enveloppe historique et la domination existante, telle que celle que les Etats-Unis ont réussi à exercer avec l'OTAN, serait relativisée. Bien sûr, les Américains restent la plus grande puissance militaire de la planète, mais les déchirements internes, le déclin structurel et économique relativisent considérablement cette puissance militaire. Quant aux Européens, qui pourraient encore être le centre économique de la planète, ils deviennent, en raison d'une décadence sociale croissante et d'un manque de courage politique, un "acteur" de second plan dans la politique mondiale.

Restent la Russie de Vladimir Poutine et la Chine communiste avec son système économique capitaliste d'État. Après l'intermède de Boris Eltsine, la Russie est revenue depuis longtemps sur la scène politique mondiale et y joue un rôle important et tout à fait mesuré. Comparé aux aventures militaires des Etats-Unis, qui se soldent généralement par des fiascos, l'engagement militaire de Poutine en Syrie, par exemple, est limité mais efficace. Le dirigeant syrien Assad n'a pu s'imposer qu'avec l'aide de la Russie. Quant à la Chine, le régime du PC a réussi à garantir une certaine prospérité à ses citoyens tout en devenant le rival économique des puissances occidentales dans le monde. Depuis longtemps, la puissance économique chinoise a un statut d'égal à égal avec les États-Unis et l'Union européenne.

Cette multipolarité de l'ordre mondial actuel est également liée à une pluralité des systèmes sociaux et économiques, des valeurs qui sous-tendent les différentes puissances. Il s'agit d'une part des démocraties de type occidental, où l'on observe déjà, aux États-Unis, des signes de dissolution démocratique ou des divisions entre deux camps antagonistes, qui ne peuvent plus être surmontés par la voie du consensus démocratique.

41eUHm9dYcL._AC_SY780_.jpg

Les démocraties dirigées, telles qu'elles existent par exemple dans la Russie de Poutine, n'en sont pas si éloignées du point de vue qualitatif. Et les systèmes autoritaires, comme la dictature du PC en Chine ou l'État islamique et théocratique en Iran, ou encore diverses oligarchies dans les pays émergents, montrent qu'il existe ici une diversité de systèmes d'ordre politique qui ne peuvent pas être mesurés à l'aune des critères occidentaux ou européens. C'est probablement une conséquence de l'ancienne vision euro-centrique du monde que les Européens, et à leur suite les Américains, ont cru que les valeurs et les conceptions de l'État européennes ou occidentales devaient s'imposer dans le monde entier. Dans un monde multipolaire, il faut renoncer à cette idée. Et même les droits de l'homme prétendument universels ne sont que partiellement valables et applicables dans ce contexte. Dans la société des castes en Inde, dans les États d'Afrique noire avec des structures tribales traditionnelles, mais aussi dans des pays comme le Cuba communiste, d'autres critères sont appliqués. La question de savoir qui s'imposera dans cet ordre mondial multipolaire et qui occupera la position de leader reste ouverte. L'hégémonie mondiale des Etats-Unis appartient en tout cas à l'histoire, la Pax Americana est du passé. Cela ne signifie pas pour autant qu'un ordre mondial chinois doive s'imposer, mais plutôt qu'un concert de puissances mondiales pourrait voir le jour. Et de nouvelles puissances mondiales pourraient également émerger. Les puissances régionales actuelles comme l'Inde, l'Iran, le Brésil et la Turquie affichent clairement leurs ambitions de dépasser leurs sphères d'influence régionales actuelles.

Pour nous, Européens, la question se pose de savoir si nous avons encore un rôle à jouer dans ce concert de puissances mondiales, tel qu'il semble caractériser le 21ème siècle. Les grandes puissances traditionnelles comme la France et le Royaume-Uni sont livrées à elles-mêmes face aux nouvelles échelles, trop faibles aussi pour cela. L'Allemagne, première puissance économique de l'Union européenne, évite jusqu'à présent de mener une politique de puissance, quelle qu'elle soit. L'Union dans son ensemble va de crise en crise et ne parvient pas vraiment à s'imposer comme un "acteur" de la politique mondiale et de la politique de puissance. Et jusqu'à présent, il n'y a guère de tendances contraires. Les forces centrifuges entre les puissances européennes deviennent plutôt plus efficaces, et le Brexit n'a peut-être été qu'une première étape. Et pourtant, il faut le constater : la seule chance des nations européennes de s'affirmer à l'avenir sur la scène politique mondiale réside dans l'union.

samedi, 01 février 2014

1914: la catastrophe qui a amené le déclin de l’Europe

9th-lancers-charge-germans-1200.jpg

Andreas Mölzer:

1914: la catastrophe qui a amené le déclin de l’Europe

Une guerre européenne fratricide et ses conséquences: quelques réflexions

Au début de l’année 1914, nos grands-parents et nos arrière-grands-parents étaient aussi sûrs et confiants que nous, du moins quand il s’agissait d’évoquer de grands thèmes comme la paix, le bien-être et la liberté politique et, cela, dans toutes les classes de la société, dans les salons des foyers bourgeois, dans les fermes et dans les maisons ouvrières. Nos aïeux n’étaient certainement pas plus bêtes que nous, ils étaient tout aussi cultivés et certainement pas pires que nous sur le plan moral. Bien au contraire, serais-je tenté de dire. Et pourtant, quelques mois plus tard, ils partaient tous à la guerre, une guerre où les Européens allaient s’entretuer par millions.

Au début de l’année 1914 existait encore un concert des puissances européennes. Et l’Europe était à coup sûr le continent-guide de la planète. Certes, les Européens étaient divisés en deux systèmes d’alliances rigides et surarmés mais cet état de choses existait depuis de longues années déjà avant le déclenchement de la guerre, si bien qu’on pouvait parler d’une sorte de guerre froide entre les puissances de l’Entente et les puissances centrales. Ensuite, il y avait aussi la parenté étroite et le cousinage entre toutes les dynasties régnantes en Europe. La haute noblesse était dépuis longtemps “grande-européenne”, par mariages, et sa culture de classe était “supra-étatique”. La bourgeoisie était très cultivée et polyglotte. La social-démocratie était d’orientation internationaliste. L’économie, la science et la vie culturelle, pour un regard extérieur, étaient largement “paneuropéennes”, plus mêlées en réalité qu’on ne l’imaginait au sein des cultures respectives. Pourtant, quelques mois plus tard, les portes de l’enfer se sont ouvertes et la guerre intereuropéenne fratricide est rapidement devenue la première guerre organisée selon des critères industriels, un incendie universel débouchant sur des massacres de masse et sur l’effondrement de la vieille Europe.

Et si nos grands-parents et arrière-grands-parents n’étaient ni plus stupides ni plus mauvais que nous ne le sommes aujourd’hui, si la conscience qu’ils avaient d’eux-mêmes en cette époque “fin-de-siècle” rappelle certains aspects de la décadence de notre époque, qui nous garantit, à nous contemporains, que les portes de l’enfer ne vont pas un jour se rouvrir? L’homme est un loup pour l’homme. Cette vérité s’est vérifiée à l’époque. Est-elle toujours valide?

La vieille Europe: une unité dans la diversité

La vieille Europe, qui a connu son inferno final dans l’incendie qui a ravagé le continent entre 1914 et 1918, avait été pendant mille ans, depuis les Carolingiens, une unité dans la diversité. La “translatio Imperii ad Francos”, au Franc Charles, puis, plus tard, “ad Germanos”, aux rois d’Allemagne, a transposé l’idée impériale, sacrée et seule légitime, des rives de la Méditerranée au centre de l’Europe. Cette unité européenne dans la diversité, n’a que rarement été une unité dans la paix. Il y a toujours eu, dans l’histoire européenne, des querelles dynastiques puis des guerres de religion et des guerres de cabinet aux 17ème et 18ème siècles. Le moyen âge a été marqué par le conflit entre les Papes et les Empereurs. Ensuite les guerres franco-allemandes successives, interprétées comme la conflagration entre deux ennemis héréditaires, ont été suivies par les guerres entre Bourbons et Habsbourgs. L’ère moderne a vu les grandes puissances européennes rivaliser entre elles pour la domination du continent: ce furent successivement l’Espagne de Philippe II puis la France du Roi-Soleil et celle du Corse. Enfin, l’Allemagne wilhelminienne est entrée à son tour dans la course. Toutes ces guerres et ces entreprises belligènes ont débouché sur des hostilités sanglantes de longue durée. Mais malgré cela, une unité dans la diversité demeurait, celle de l’Europe dite chrétienne, de l’Occident (au sens pré-américain du terme), du concert des puissances européennes. Déchirée par des querelles sur le plan intérieur, l’Europe était néanmoins perçue comme une unité par tous les regards extérieurs. Les Musulmans de l’époque des Croisades considéraient tous les Européens comme des barbares francs. Plus tard, les Chinois du soulèvement des Boxers percevaient tous les Européens –quelle qu’ait été leur nationalité— comme des colonisateurs occidentaux.

 

haeckel-kriegsbeginn-1914.jpg

De l’idée impériale à la bureaucratie eurocratique

Cette unité dans la diversité nous fait deviner que les efforts d’intégration européenne d’après 1945, la “Montanunion” (la CECA), la constitution des “CEE”, de la CE et, enfin, de l’UE ne sont pas vraiment des nouveautés. Ce qui se passe c’est que l’idée impériale et sacrée a fait place à une forme bureaucratisée et sécularisée qui tente trop maladroitement de lier entre eux les Etats européens. Cette forme tente de se développer et de se projeter dans le futur: elle donnera à terme un super-Etat eurocratique centralisé ou une confédération de peuples et d’Etats libres et autonomes. L’avenir nous dira quelle option aura triomphé. Les tentatives de jadis, celles des grands peuples européens, d’unir le continent de manière hégémonique ont toutes échoué, car les autres peuples d’Europe ne sont pas prêts à tolérer de telles formes hégémoniques. La politique d’intégration européenne, préconisée de nos jours, semble avoir tiré les leçons du passé: elle sait désormais qu’il faudra mettre en place un système complexe, capable d’équilibrer les puissances et leurs intérêts, afin de parfaire une unification européenne sans conflits militaires et sans susciter l’émergence d’une unique force hégémonique. C’est sans doute en cela que réside la principale leçon de l’intégration européenne après 1945.

En 1914, quand les Européens sont partis à la guerre, avec tambours, trompettes et uniformes rutilants, agités par un enthousiasme patriotique inégalé, la vieille unité européenne sous-jacente a volé en éclats dans cette multiplicité de conflictualités inédites. Elle vole en éclats dans les tueries de masse perpétrées dans les tranchées de Lorraine, dans les combats de montagne le long du cours de l’Isonzo, dans les massacres de Galicie, des Balkans, des Pays Baltes. On avait conçu la guerre à venir selon les règles des guerres de cabinet: on avait pensé à des campagnes de courte durée, à des expéditions punitives (par exemple contre une Serbie entêtée), etc. L’état-major général prussien avait fait preuve d’hybris en imaginant qu’il pouvait déclencher contre la France une guerre-éclair en appliquant le Plan Schlieffen. Tout cela s’est achevé dans des massacres à l’échelle industrielle. Les mitrailleuses, l’artillerie lourde à longue portée, les chars d’assaut et les avions de combat, enfin, les gaz toxiques ont fait des théâtres d’opération européens des champs de cadavres.

Une génération d’estropiés et de déments allait peupler le continent dans les années d’après-guerre. L’heure avait sonné où l’on ne pensait plus qu’à la vengeance, comme en témoignent les textes des traités signés dans les banlieues parisiennes. Les vaincus ne pensaient plus qu’à la revanche qui oblitérait tout le champ politique du continent. Cet état d’esprit a favorisé l’émergence d’idéologies qui méprisaient l’homme et a préparé le terrain à la deuxième guerre mondiale, qui sera le deuxième acte d’une guerre qui, finalement, aura duré trente ans.

L’Allemagne et l’Autriche avant 1914

460.jpgAvant 1914, l’Allemagne était quasiment la puissance hégémonique en Europe. Le Reich wilhelminien avait derrière lui un “boom” économique et militaire vertigineux. Ses succès industriels et scientifiques étaient considérables; les forces qui structuraient sa société avaient été encore consolidées par les lois sociales imposées par Bismarck et par la montée en force de la social-démocratie de Bebel. Le II° Reich wilhelminien, né en 1871, était bel et bien devenu la principale puissance européenne. Il était allié à la vieille monarchie des Habsbourg, au passé glorieux mais désormais épuisée et déchirée. Elle était le vieil Etat impérial, l’héritière du Saint-Empire de la vieille Europe. Le II° Reich la trainaît littéralement dans son sillage. L’Autriche-Hongrie épuisée devait forcément devenir la cible principale des nationalismes exacerbés du Sud-Est de l’Europe, nés à la fin du 19ème siècle. La nouvelle Allemagne, si dynamique, et l’Autriche-Hongrie, résignée à son déclin, formaient un attelage inégal. L’Autriche-Hongrie ne tenait qu’en souvenir de la vieille idée d’unité allemande, que parce que le vieil Empereur François-Joseph se rappelait qu’il était un prince allemand et que les Hohenzollern devaient le respecter, lui et le prestige de l’ancienne impérialité romaine-germanique qu’il incarnait à Vienne.

Les plans forgés au cours des hostilités dans l’Allemagne wilhelminienne, notamment ceux de Friedrich Naumann qui envisageait l’émergence d’une “Mitteleuropa” entièrement restructurée, partaient forcément de l’acceptation implicite de l’hégémonie allemande sur l’ensemble du continent. Ces plans, postérieurs à 1914, prévoyaient d’inclure l’Autriche des Habsbourgs uniquement si celle-ci apportait ses prolongements territoriaux slaves et magyars. Par conséquent, affirmer que Berlin est entré en guerre de sa propre volonté, pour réaliser cette hégémonie grande-européenne, est une erreur magistrale. Il serait tout aussi faux d’affirmer que l’Entente a accepté la guerre en pleine connaissance de cause pour réaliser des plans imaginés dans des cénacles occultes —de type maçonnique— visant la destruction et le démantèlement des empires centre-européens, voire, dans la foulée, de l’Empire des Tsars et de l’Empire ottoman. De tels plans ont certes existé et, finalement, ont été réalisés après la guerre, dans toute leur ampleur. Mais ces plans n’ont pas constitué les buts de guerre déclarés des détenteurs du pouvoir dans les pays de l’Entente, et certainement pas dans la Russie impériale.

Le Professeur Christopher Clark et la culpabilité dans le déclenchement de la guerre de 1914

Nous arrivons à la question de la culpabilité dans le déclenchement du conflit. Il n’a pas fallu attendre le travail fouillé de l’historien britannique Christopher Clark pour savoir qu’affirmer de manière impavide la culpabilité exclusive de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie est en nette contradiciton avec les faits historiques. Comme Clark le démontre avec brio dans son gros ouvrage intitulé “The Sleepwalkers”, les élites de tous les Etats européens ont cheminé allègrement, avec une stupéfiante légèreté, vers l’état de belligérance: les Allemands de l’ère wilhelminienne en rêvant de leur “Weltpolitik”, l’Autriche des Habsbourg dans ses efforts de sauver la monarchie, les Français en cultivant leur idée fixe de revanche suite à leur défaite de 1870-71, les Anglais pour asseoir plus solidement encore leur hégémonie en tant qu’Empire planétaire, les Russes pour rassembler autour d’eux tous leurs frères slaves d’Europe orientale et les Serbes pour réaliser leur rêve yougoslave. Enfin, les Italiens pour établir leur frontière sur le Brenner. Etc.

A tout cela s’ajoute une nostalgie perverse, qui traversait les strates bourgeoises et universitaires, une nostalgie qui rêvait de guerres purificatrices, au nom de l’adage grec “polemos pater panton”. On peut désormais affirmer avec certitude que cette exacerbation perverse du nationalisme, devenu à la fin du 19ème siècle une sorte de religion de remplacement en Europe, a généré les délires patriotiques d’août 1914. Pour l’écrivain Karl Kraus, ce furent “les derniers jours de l’humanité”: il nous a décrit, avec exagération peut-être mais de manière toutefois poignante, quelle a été cette atmosphère surchauffée de chauvinisme délirant.

Aujourd’hui, cent ans plus tard, on croit qu’il est de bon ton d’oublier et de refouler les faits nationaux concrets, sous prétexte qu’il ne faut plus reproduire ce nationalisme exacerbé. Pourtant une connaissance intelligente des identités nationales propres à chaque peuple d’Europe et du monde et un respect des cultures nationales ne sont nullement des postures hostiles à une bonne entente entre les peuples et à l’idée d’un pluralisme ethnique bien compris. Les zélotes du Zeitgeist contemporain et de la “political correctness” s’ingénient à refouler les réflexes nationaux naturels. On ne s’étonnera dès lors pas que ces zélotes, dans les polémiques politiques quotidiennes qu’ils déclenchent, stigmatisent systématiquement le renouveau que représentent les mouvements challengeurs actuels qui tablent sur la conscience nationale des peuples, qui réactivent leur patriotisme ou qui jouent sur le regard critique que nos populations portent sur les errements de l’UE. Pour nos zélotes du “politiquement correct”, ces réflexes naturels sont, ni plus ni moins, un retour aux vieux nationalismes de 1914. Leur point de vue se résume à ceci: en 1914, le nationalisme a conduit l’Europe à sa perte. En 2014, il menace à nouveau le continent, à cause des méchants populistes de droite qui préparent aux Européens un destin tragique analogue. C’est à coup sûr un simplisme sidérant, une analogie purement polémique qui ne tient nullement compte de la complexité des faits historiques et politiques.

Questions: il y a cent ans, étaient-ce vraiment les nations qui ont poussé à la guerre ou étaient-ce plutôt les intérêts économiques, les mécanismes de l’impérialisme ou du mode de pensée dynastique qui ont mis l’effroyable machine en branle, qui a produit, quelque mois plus tard, les grandes batailles dévoreuses d’hommes? N’a-t-on pas utilisé l’euphorie nationaliste des peuples européens pour faire passer par le truchement de la guerre des intérêts d’une toute autre nature? Ces questions demeurent ouvertes. Les efforts allemands en direction d’une “Weltpolitik” ont été définitivement enterrés, sous les cendres des villes bombardées, en 1945 quand a pris fin le deuxième acte de la grande guerre civile européenne. La Russie tsariste a cédé le terrain au despotisme communiste/soviétique, qui a duré sept décennies. L’Empire britannique s’est tranquillement dissous quand cette guerre de trente ans a pris fin. Et le résultat de cette soif de revanche des Français, un siècle plus tard, c’est que la France est aujourd’hui liée à son partenaire allemand, plus fort qu’elle économiquement, pour le meilleur et pour le pire. Dans ce contexte, le modèle vieil-européen, que représentaient les états pluriethniques des Habsbourg, réémerge doucement pour servir de base à une nouvelle communauté des peuples d’Europe centrale, après avoir été détruit en 1918, ravagé pendant la seconde guerre mondiale et écartelé entre les deux super-gros pendant la guerre froide. Les peuples qui vivent dans l’espace situé entre le Danube, les Alpes et les Carpathes vont revenir, en quelque sorte, à la case départ. Quant aux intérêts dynastiques des Habsbourgs, des Romanovs et des Hohenzollern, ils ne suscitent même plus l’intérêt ou la verve de la presse à sensation.

irish-guards-machine-gun-1200.jpg

Nous constatons donc que les buts de guerre, réels ou imaginaires, de 1914 se sont avérés obsolètes, au moins depuis 1945, et, dès lors, qu’il n’y a pas eu de vainqueurs dans la grande guerre civile européenne du 20ème siècle. Par voie de conséquence, la question de la culpabilité dans le déclenchement de la guerre en 1914 s’avère tout aussi obsolète. Et si on ne peut plus accuser les vaincus de 1918 d’avoir été les seuls et uniques fauteurs de la guerre de 1914, on ne peut plus non plus les accuser d’être les seuls responsables du déclenchement en 1939 de l’acte second de cette guerre de trente ans. En effet, on ne peut plus penser la seconde guerre mondiale sans la première.

Ceci dit, il n’est pas question de nier toute culpabilité dans les crimes qui ont été commis lors de ces deux guerres. Bien sûr, la double émergence du communisme soviétique et du national-socialisme, voire d’autres régimes fascistes ou anti-démocratiques, s’explique comme un ensemble de résultats de la première guerre mondiale. La première guerre mondiale n’excuse toutefois pas les crimes commis par ses systèmes totalitaires. Les millions de morts de la lutte des classes en Union Soviétique, au nom du stalinisme dans les années 20 et 30, s’expliquent peut-être aussi par les effets pervers de la première guerre mondiale mais ne sont pas excusables pour autant. Quant aux millions de morts dus à l’idéologie racialiste du national-socialisme et à la volonté d’éradiquer la population juive d’Europe centrale, ne sont pas davantage excusables.

Déterminer la culpabilité dans le déclenchement de la première guerre mondiale revient à déterminer également la culpabilité dans les événements tragiques de l’entre-deux-guerres et dans le déclenchement de la seconde guerre mondiale. Tous les peuples européens partagent cette culpabilité, certes de manière différente et de manière plus ou moins intense. On peut l’affirmer de bon droit cent ans après août 1914. Question hypothétique: “que se serait-il passé si...?”. Ce genre de question peut paraître oiseux et les historiens s’en défient. Osons-en quelques-unes: que se serait-il passé si la première guerre mondiale ne s’était pas déclenchée? L’héritier du trône François-Ferdinand aurait-il pu transofrmer l’Autriche-Hongrie en un empire “trialiste”, germano-magyaro-slave, pour pacifier ainsi durablement l’Europe centrale? La quasi-hégémonie qu’exerçait l’Allemagne wilhelminienne sur l’Europe aurait-elle pu à terme s’insérer dans le concert des puissances du continent? La Russie tsariste se serait-elle donné les moyens de résoudre les problèmes sociaux de l’Empire? Les puissances coloniales qu’étaient la France et l’Angleterre, ainsi que l’Italie, tard-venue dans la course aux colonies, auraient-elles finalement accepté, bon gré mal gré, la prépondérance allemande en Europe?

Les questions se bousculent mais les réponses qu’on pourrait leur apporter sont inutiles. Tout comme l’est une autre question: aurions-nous pu faire l’économie du communisme soviétique, du stalinisme et du national-socialisme? Les faits sont là: les peuples européens sont partis en guerre à l’été 1914. Ils se sont entretués par millions au cours de la première guerre industrielle de l’histoire mondiale, avec des armes et des machines de destruction inégalées jusqu’alors. Les vainqueurs n’étaient pas prêts en 1918, à accorder aux vaincus des conditions de paix raisonnables. Raison pour laquelle les hommes, partout en Europe, ont cherché leur salut dans des régimes totalitaires, qui correspondaient bien au durcissement et à l’ensauvagement des moeurs dus à la guerre et transposaient ces déviances dans la sphère politique. Cela a débouché sur la deuxième guerre mondiale, où l’affrontement entre les peuples a été plus rude encore: génocides à motivation idéologique racialiste, massacre des populations civiles par bombardements massifs des villes, épurations ethniques après le conflit avec millions de réfugiés, utilisation de la bombe atomique contre le Japon...

Trois décennies après le déclenchement de la première guerre mondiale, les observateurs de la situation en Europe ne trouvaient plus devant eux qu’un immense champ de ruines. La culpabilité en était attribuée aux vaincus. Cette affirmation, gratuite, est aujourd’hui relativisée par les sciences historiques qui offrent désormais un regard objectif sur les causes et le déroulement de cette guerre civile européenne longue de trente terribles années, une guerre civile qui fut aussi une guerre mondiale en deux actes.

Qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la répéter et à la revivre disait le philosophe et historien américain d’origine espagnole George Santayana. Cette phrase de Santayana nous oblige, nous donne le devoir d’analyser et de retravailler l’histoire de tous les événements des deux guerres mondiales et de l’entre-deux-guerres. Car toute politique intelligente en Europe, surtout celle qui veut parfaire l’intégration européenne, doit suivre le mot d’ordre: “Plus jamais ça!”.

Andreas Mölzer.

(article paru dans “zur Zeit”, Vienne, n°3/2014, http://www.zurzeit.at ).

jeudi, 30 janvier 2014

2014 sera une année déterminante pour l’Europe

Mölzer-EU-Fahne-links.jpg

Andreas Mölzer:

2014 sera une année déterminante pour l’Europe

Fin mai 2014, les citoyens de l’UE seront appelés aux urnes pour élire un nouveau Parlement. Ils auront, cette fois, une réelle chance de forcer un changement de cap. En effet, de plus en plus d’Européens s’aperçoivent que la politique menée par l’établissement politique de l’UE les conduisent tout droit à l’impasse et se tournent vers les forces démocratiques de droite qui réclament des réformes, comme la Lega Nord en Italie ou la FPÖ en Autriche.

On s’attend donc à ce que les partis et les mouvements patriotiques et identitaires engrangent des voix: ce défi, lancé par les électeurs, rendra possible une pression croissante pour obliger l’établissement à concéder des réformes. Il faudra notamment réclamer un retour de compétences aux Etats membres parce que le Moloch bruxellois doit être impérativement redimensionné. De cette façon seulement, le déficit démocratique au sein de l’UE, les immigrations de masse, qui sont par trop débordantes, ou l’imposition arbitraire et déraisonnable des critères de la globalisation, selon les desiderata des Etats-Unis, pourront être enrayés et combattus avec toute l’efficacité voulue. Finalement les citoyens européens et les peuples nés de l’histoire de notre continent pourront revenir à l’avant-plan et ne resteront pas les jouets aux mains d’une pseudo-élite politique arrogante, comme c’est le cas aujourd’hui.

Andreas Mölzer.

(éditorial paru dans “zur Zeit”, n°1-2/2014, Vienne, http://www.zurzeit.at ).

mercredi, 20 mars 2013

Hongrie: deux poids, deux mesures

Hungary3.jpg

Hongrie: l’UE juge les faits avec deux poids, deux mesures

 

En Autriche aussi, on peut restreindre les prérogatives de la Cour constitutionnelle

 

Quand, en Roumanie, le premier ministre Ponta dépouille la Cour constitutionnelle de tous ses pouvoirs, l’UE garde le silence

 

Dans le dossier “Hongrie”, l’UE, une fois de plus, juge les faits avec deux poids, deux mesures, a déclaré récemment le chef de la délégation de la FPÖ autrichienne, Andreas Mölzer. “Bien entendu, on peut avoir des opinions divergentes face aux récentes modifications constitutionnelles que le gouvernement conservateur de droite du premier ministre Viktor Orban, fort de sa majorité des deux tiers, a décidé d’entreprendre. Mais dire qu’il s’agit d’une entorse aux valeurs de l’UE ou d’une voie ouverte vers la dictature, est exagéré”, ajoute Mölzer.

 

Le mandataire européen de la FPÖ a ensuite souligné que le procédé choisi par le gouvernement Orban, c’est-à-dire hisser les lois suspendues par la Cour Constitutionnelle au rang d’éléments constitutionnels, n’est pas une spécificité hongroise. “En Autriche également, le gouvernement soutenu par une coalition socialiste/démocrate-chrétienne, lorsqu’il bénéficiait encore d’une majorité des deux tiers, n’a cessé de contourner les décisions de la Cour constitutionnelle, dans la mesure où il a fait transformer en lois constitutionnelles les dispositions levées par la Cour Suprême ou les dispositions qu’il s’attendait à voir lever”, a précisé Mölzer.

 

Par ailleurs, il est tout de même étrange, ajoute le député FPÖ, que les porte-paroles de la “démocratie politique” au sein de l’UE tirent une nouvelle fois à boulets rouges sur Orban, tandis que les mêmes voix se taisent en toutes langues lorsqu’au début de cette année le premier ministre socialiste roumain Ponta a voulu dépouiller le Tribunal constitutionnel roumain de toutes ses prérogatives. “Une fois de plus, on s’aperçoit que l’UE lance des campagnes systématiques contre des gouvernements de droite tandis qu’elle étend son manteau protecteur sur tous les post-communistes”, conclut Mölzer.

 

Communiqué affiché sur http://www.andreas-moelzer.at/

mercredi, 27 février 2013

Die Obama-Falle

obama-4x3_612a_photoblog600.jpg

Andreas Mölzer:

Die Obama-Falle

Die USA wollen Europa die handelspolitische Eigenständigkeit nehmen

Ex: http://www.andreas-moelzer.at/  

Barack Obama hat bei seiner Rede zur Lage der Nation angekündigt, er wolle mit der Europäischen Union Verhandlungen über eine transatlantische Freihandelszone beginnen. Und die begeisterten Reaktionen des Brüsseler Establishments lassen befürchten, daß die Europäer in die vom US-Präsidenten gestellte Falle tappen werden. Denn eines ist klar: Ob eine Freihandelszone mit den Vereinigten Staaten im europäischen Interesse liegt, ist mehr als zweifelhaft.

Insbesondere geht es Washington darum, das Modell einer globalisierten Wirtschaft nach US-Vorstellungen auch in Europa durchzusetzen. Ziel der EU muß aber sein, die europäische Wirtschaft gegenüber unlauterer Konkurrenz zu schützen, auch wenn dies den Dogmen eines ungehinderten Freihandels widerspricht. Und wie andere Abkommen mit den USA – etwa jenes zum Austausch von Fluggastdaten – zeigen, ist Brüssel bereit, europäische Interessen ohne Wenn und Aber zu verraten.

Vor allem aber hätte eine Freihandelszone mit der EU für die USA einen großen Vorteil: Den Europäern würde ihre handelspolitische Eigenständigkeit genommen werden. Denn anders als in der Außen- und Sicherheitspolitik hat sich Brüssel bisher nicht gescheut, in Wirtschaftsfragen europäische Interessen, etwa durch Verhängung von Schutzzöllen, zu verteidigen. Und genau diese Instrumente soll die EU verlieren.

dimanche, 11 mars 2012

Das türkische Trauma

469x264.jpg

Das türkische Trauma

Der türkische Traum von der Hegemonie im Nahen Osten bleibt unerfüllt

Ex: http://www.andreas-moelzer.at

Es war der schwedische Außenminister Carl Bildt, der dieser Tage erklärte, Österreich möge doch das Trauma der Türkenbelagerung von 1683 endlich vergessen. Man müsse die Türkei möglichst schnell in die Europäische Union holen, damit diese in Zukunft auf der weltpolitischen Bühne eine Rolle spielen könne. Nur mit der Türkei sei dies möglich.

Nun mag es wirklich stimmen, daß die Österreicher mehr als andere Europäer im historischen Unterbewußtsein so etwas wie eine traumatische Furcht vor den Ambitionen der Osmanen haben. Zwar sind die Türkenkriege nahezu 400 Jahre vergangen, und in der Zwischenzeit war das Osmanische Reich sogar „Waffenbruder“ der Habsburger Monarchie im Ersten Weltkrieg, aber die Österreicher wissen, daß die Türkei, insbesondere als eine Art islamische Vormacht, geradezu das Gegenbild zu Europa, zum alten Abendland darstellt. 

Bei einem Besuch in der türkischen Hauptstadt Ankara konnte der Autor dieser Zeilen vor wenigen Monaten Gespräche mit führenden türkischen Parlamentariern und mit dem Staatspräsidenten Abdullah Gül führen. Dabei wurde den europäischen Gesprächspartnern durchaus der Eindruck von aufgeklärter Vernunft vermittelt, auch von politischer Berechenbarkeit, darüber hinaus aber von einem gewaltigen Selbstbewußtsein und einer gewissen Verachtung für die Europäer. Wirtschaftlich und politisch fühlen sich die türkischen Eliten offenbar derart im Aufschwung begriffen, daß man die europäischen Bedenkenträger eher belächelt als ernstnimmt.

Das betrifft die Behandlung des kurdischen Volkes, das betrifft die Haltung Ankaras gegenüber Zypern und das betrifft natürlich auch die türkische Geschichtspolitik in Hinblick auf den Armenier-Genozid. Es sind diese drei Bereiche, an denen man die mangelnde Europareife der Türkei am klarsten erkennen kann. Recep Tayyip Erdogan, ganz in der Attitüde eines neuen Sultans, macht aus seinem Herzen auch keine Mördergrube. Bei seinen großen Rede-Auftritten, etwa vor einigen Jahren in Köln oder in Kuwait, sagt er klar und deutlich, daß die neue Türkei sich zwar als einzige wirkliche Demokratie europäischer Prägung im islamischen Bereich fühlt, daß sie aber gleichzeitig so etwas wie eine neo-osmanische Politik der neuen Machtentfaltung und beinharter Interessenswahrung betreiben will. Die sich zunehmend islamisierende Türkei hat zunehmenden Einfluß in die Turk-Staaten bis hinein nach Zentralasien. Sie gilt zunehmend als Modell für die islamisch-arabischen Staaten des Nahen Ostens und Nordafrika. Und sie strebt weiterhin nach Europa, wobei sie insbesondere in den islamischen Bereichen des Balkans ihren Einfluß auszudehnen versucht.

Europäische Werte, etwa die Respektierung des EU-Staats Zypern, eine Entschuldigung für den Armenier-Genozid oder die Respektierung von Minderheitenrechten des großen kurdischen Volkes, liegen den Türken im Zuge dieses neo-osmanischen Aufbruchs fern. Man setzt auf neue politische Stärke, auf andauernden Wirtschaftsaufschwung, auf die eigene militärische Kraft und auf nationales Selbstbewußtsein. Europa will man offenbar nur benützen.

vendredi, 15 avril 2011

Türkei von EU-Reife meilenweit entfernt...

miss-turquie_pics_809.jpg

Spezialinformation: Türkei von EU-Reife meilenweit entfernt – „EU-Fortschrittsberichte“ entpuppen sich regelmäßig als Mängelberichte


von Andreas MÖLZER
 
Seit Beginn der Beitrittsverhandlungen mit der Türkei im Jahr 2005 wurde erst ein Kapitel abgeschlossen. Nach fast sechs Jahren Verhandlungen sind noch immer 13 Kapitel offen und 16 überhaupt aufs Eis gelegt, da es – wie es im EU-Jargon heißt – noch „konkreter Schritte der Türkei“ bedarf, um überhaupt verhandeln zu können.

Seit neun Jahren gibt die regierende Partei Erdogans, die AKP, in der Türkei rigide den Takt vor und die politische Stabilität ging Hand in Hand mit wirtschaftlichem Aufschwung. Erdogan und seiner Partei wird der alleinige Verdienst des Absenkens der Inflation von 77 Prozent im Krisenjahr 2001 auf knapp fünf Prozent Anfang dieses Jahres zugeschrieben – nicht dem Internationale Währungsfonds (IWF) der damals als Retter eingriff und auch nicht den Milliarden, welche von der EU seit Jahren an den Bosporus fließen (allein 1996-2005 waren es 1,3 Milliarden).


 
Türken wollen gar nicht zur EU

Jüngsten Umfragen zufolge glauben nur noch 35 Prozent der Türken an einen EU-Beitritt, 60 Prozent der Befragten lehnten einen Beitritt gar dezidiert ab.

Als Grund für die festgefahrenen Verhandlungen und mangelnde Fortschritte sehen die Türken jedoch nicht die mangelnden tatsächlich umgesetzten Reformen, sondern Frankreich und Deutschland werden als „Verhinderer“ wahrgenommen. Für türkische Experten liegt die Ursache im „Tiefpunkt der deutsch-türkischen Beziehungen“ und der „grassierenden Turkophobie“


Bestenfalls symbolische Fortschritte der Türkei

Und weil unter Erdogan zwar viele symbolische Gesten und Bekundungen des guten Willens erfolgten, jedoch Reformen oft ohne konkrete Umsetzung verblieben, rücken die Aussichten auf einen EU-Beitritt von Tag zu Tag in immer unerreichbarere Ferne. Damit wiederum werden notwendige Gesetzesänderungen erst recht vor sich hergeschoben und kehren alte, autoritäre Gewohnheiten im Justiz- und Polizeiapparat zurück. Dann zeigt sich die EU wieder „besorgt über eine hohe Zahl von Berichten über Folter und Missbrauch außerhalb offizieller Hafteinrichtungen in der Türkei“.

Als im jüngsten „Fortschrittsbericht“ der EU (aus dem klar ersichtlich ist, dass die Verhandlungen eigentlich feststecken) die Mängel aufgezählt und einige mit – für EU-Verhältnisse – recht deutlichen Worten ausgedrückt wurden, da ging der türkische Regierungschef Recep Tayyip Erdogan auf die Autoren des EU-Berichts los. Es gäbe keine „Ausgewogenheit“ im Bericht, ja dieser sei überhaupt „auf Bestellung“ von Gegnern der Türkei verfasst worden.

Selbst bei hartnäckigen Türkei-Lobbyisten scheint sich angesichts soviel Ignoranz langsam die Einsicht durchzusetzen, dass es der Türkei an einem grundlegenden Verständnis der Menschenrechte, der Pressefreiheit, der Religionsfreiheit, der Minderheitenrechte und auch Rechte der Frau mangelt. Im Gegensatz zur dem was Ankara glaubt, kann die EU der Türkei innerhalb der Beitrittsverhandlungen nur minimal entgegenkommen, denn die Voraussetzungen sind in den Kopenhagener Kriterien genau fixiert und diese stellen nun einmal keine Verhandlungsbasis dar. Es zeigt sich also nun genau das, was Kritiker von Anbeginn gesagt haben: die Türkei ist weder historisch noch kulturell ein Teil Europas.


Kritische Journalisten werden mundtot gemacht

Nach wie vor ist die Meinungsfreiheit erheblich eingeschränkt, wobei die kürzlich erfolgte Journalisten-Verhaftung wegen angeblicher Mitgliedschaft im Ergenekon-Geheimbund nur die Spitze des Eisbergs ist. Absurderweise wurden dabei ausgerechnet zwei namhafte Autoren verhaftet, die entscheidend zur Aufdeckung von Ergenekon beigetragen haben. Beide brachten deutlich zum Ausdruck, dass sie den Prozess richtig finden, wagten es aber auch, die Regierung zu kritisieren. Ahmet Sik etwa thematisierte Menschenrechtsverletzungen innerhalb des militärischen Sicherheitsapparats und kritisierte, dass die Ergenekon-Anklageschriften zum Teil dilettantisch formuliert seien und viel zu viele Verdächtige in Haft sind. Nedim Sener, der den Mord am armenischen Journalisten Hrant Dink recherchierte, zog das Fazit, dass viele Hintermänner des Attentats von staatlicher Seite gedeckt wurden.

 
Selbst die Europäische Union kann sich des Eindrucks nicht erwehren, dass mit dem Putschvorwurf kritische Stimmen zum Schweigen gebracht werden sollen. Schon Anfang des Vorjahres beklagte zudem die OSZE (Organisation für Sicherheit und Zusammenarbeit in Europa), dass die Türkei fast 4.000 Internetseiten aus „willkürlichen und politischen Gründen“ blockiert und dass das türkische Internet-Gesetz keine freie Meinungsäußerung zulasse. Das türkische Strafrecht bietet genügend Gummiparagraphen, um Journalisten zum Schweigen zu bringen. Einmal ist es die Herabwürdigung des Türkentums, und ein anderes Mal ist es die Mitgliedschaft in einer terroristischen Vereinigung. Und auch Premier Erdogan hat erkannt, welch geeignetes Instrument das Strafrecht ist, um gegen kritische Medien vorzugehen. Kein Wunder also, das Türkei bezüglich der Pressefreiheit in der Rangliste der Organisation Reporter ohne Grenzen auf Rang 138 von 178 Staaten liegt. Die Journalisten-Verhaftungen rücken den türkischen Demokratisierungsprozess – und gerade in diesem Bereich sieht die Türkei sich gerne als Vorbild für die arabische Welt – jedenfalls in ein zweifelhaftes Licht. Die türkische Regierung beeilte sich, auf Distanz zur Staatsanwaltschaft zu gehen. Erdogan meinte gar, er als Politiker, der selbst wegen der öffentlichen Verlesung eines Gedichts im Gefängnis gesessen habe, werde „die Meinungsfreiheit bis zum Ende verteidigen“. Das klingt großspurig von einem Mann, der Kritiker nur allzu rasch mit Verleumdungsklagen zum Schweigen bringt. Bei 60 Journalisten die derzeit in Haft sind, 2.000 die in Gerichtsverfahren stehen und 4.000 gegen die Ermittlungen laufen, gäbe es viel für ihn zu tun – wenn er es nur wirklich ernst meinte…


Ergenekon: Schuss ging nach hinten los

Zu Beginn galt der sogenannte Ergenekon-Prozess, bei dem die Justiz erstmals gegen hochrangige Militärs wegen angeblicher Putschpläne vorging, als Zeichen dafür, dass die Türkei „auf dem richtigen Weg“ ist. In der Vergangenheit wurden vorwiegend Militärs und Akademiker unter Ergenekon-Verdacht verhaftet. Ins Visier der Ermittler rückten in jüngster Zeit aber auch Medienvertreter. Die Staatsanwaltschaft wies den Vorwurf zurück, die Festnahmen würden die Pressefreiheit antasten und erließ fast im gleichen Atemzug Haftbefehle gegen Mitarbeiter einer regierungskritischen Internetseite. 


Weder Religionsfreiheit noch Minderheitenschutz
 

Auch hat sich an der Diskriminierung ethnischer und religiöser Minderheiten wie Kurden und Christen nichts geändert. Heuchlerisch vorwirft Erdogan europäischen Staaten „Islamophobie“ vor, obgleich Muslime ihre Religion frei ausüben können – ganz im Gegensatz zu Christen in der Türkei, die Enteignung des Klosters Mor Gabriel bezeugt dies einmal mehr.

Von dem für einen EU-Beitritt nötigen Grundwerte-Schutz wie Minderheitenschutz und Religionsfreiheit ist die Türkei meilenweit entfernt. Jährlich sollen mehrere hundert Muslime in der Türkei zum Christentum übertreten. Dennoch ist es der christlichen Gemeinschaft nach wie vor nicht erlaubt, ihre Geistlichen auszubilden und Unterricht in der Sprache der Minderheiten zu erteilen. Nach wie vor fehlt es den christlichen Kirchen an einem gesicherten Rechtsstatus und bleiben Nicht-Muslimen Jobs als Beamte verwehrt. Bestenfalls gibt es symbolische Fortschritte im Bereich Religionsfreiheit und Minderheitenschutz. Die Regierung Erdogans rühmte sich beispielsweise lange Zeit, einen politischen Dialog mit den Kurden eröffnet zu haben, aber auch diese Initiative verlief im Sand – ähnlich wie jene zur Normalisierung mit Armenien und zur Religionsfreiheit. Für das Land am Bosporus ist auch der im Fortschrittsbericht enthaltene Hinweis auf die ausstehende Unterzeichnung und Ratifizierung des „Rahmenabkommens zum Schutz nationaler Minderheiten“ des Europarats aus dem Jahr 1995 peinlich.


Enteignung des Klosters Mor Gabriel

Nach jahrelangem Rechtsstreit sollen dem Kloster Mor Gabriel, eines der ältesten Klöster der Christenheit, große Teile seines Grunds entzogen werden. Dabei wird gegen Religionen bzw. Minderheiten vorgegangen und etwa behauptet, dass mit dem landwirtschaftlichen Ertrag der Grundstücke antitürkische Aktivitäten finanziert würden. Weitere Rechtsstreitigkeiten stehen noch an, etwa einen Prozess über ein Waldstück, das über viele Jahre nach dem Exodus unzähliger syrisch-orthodoxer Christen, nicht mehr bewirtschaftet wurde. 


Knackpunkt Zypernstreit
 

Verhältnismäßig deutlich brachte das Europäische Parlament im Zuge des jüngsten Fortschrittsberichts zum Ausdruck, dass die Türkei sich im Zypern-Streit sperre. Seit fünf Jahren ratifiziert die Türkei das sogenannte Ankara-Protokoll nicht, das die Öffnung der See- und Flughäfen in der Türkei für die Republik Zypern vorsieht. Gefordert werden zudem der Abzug türkischer Truppen aus Zypern und ein Stopp der Neuansiedelung türkischer Bürger im besetzten Nordteil. Die Türkei hingegen beharrt auf dem Standpunkt, dass die EU erst die zugesagte Beendigung der Isolation des von Türken bewohnten Nordens der Insel umsetzen müsse. Ein entsprechender EU-Beschluss aus dem Jahr 2004 wurde noch nicht umgesetzt. Gerade diese starre türkische Haltung führt aber dazu, dass viele Verhandlungskapitel eingefroren wurden. Warum überhaupt jemals Beitrittsgespräche mit einem Land aufgenommen wurden, das Teile des Territoriums eines EU-Mitgliedsstaates besetzt hält, bleibt unverständlich.


Türkische AKWs in Erdbeben-Gebiet

Wie unbelehrbar die türkische Regierung ist, zeigt sich auch an ihrem Festhalten an den Atomplänen. Obgleich das Beispiel Japan gezeigt hat, dass es keine Garantien hinsichtlich der Sicherheit von AKWs gibt, will die Türkei, eines der erdbebengefährdetsten Länder der Erde, den steigenden Energiebedarf mit neuen Atomkraftwerken decken.  


Streit um Visafreiheit für Rückübernahmeabkommen

Jährlich nutzen mehrere zehntausend illegale Einwanderer die Türkei als Transitland. Das Rückführungsabkommen mit der Türkei wird daher aus europäischer Sicht als wichtiger Schritt bei der Bewältigung der Migrationsströme in die EU erachtet. Im Gegenzug dafür, dass künftig wer illegal über die Türkei in die EU einreist wieder dorthin zurück geschickt werden kann, verlangt Ankara Gespräche über visafreie Einreise von Türken. Hinsichtlich der Visaerleichterungen pocht der türkische Außenminister auf eine Gleichbehandlung mit den Balkanstaaten und Russland.

Gerade mit den Balkanstaaten haben einige EU-Länder jedoch schlechte Erfahrungen gemacht. Nach den Visa-Erleichterungen für Bosnien-Herzegovina, Serbien, Mazedonien oder Albanien wurde en gros versucht, die neue Reisefreiheit zu nutzen, um – statt der vorgesehenen drei Monate – dauerhaft im Land zu bleiben. Reisebüros spezialisierten darauf und einzelne Asylantragsstellen wurden gestürmt, obgleich gar kein Asylgrund vorliegt. Gebracht haben die Visa-Erleichterungen aber auch unzählige Roma, die es in die Staaten mit gut ausgebautem Sozialsystem zog. Das nährt natürlich die Befürchtung, dass ganze Heerscharen an Türken die neue Reisefreiheit nutzen werden, um dauerhaft im Unionsgebiet zu verbleiben.

Während das Europäische Parlament bekräftigt, dass erst nach einer tatsächlichen Umsetzung des Rückübernahmeabkommens über die Visafrage diskutiert werden kann und sich damit auf die Seite der skeptischen EU-Staaten schlägt, ist die Europäische Kommission der Ansicht, eine Visumpflicht könne ja jederzeit wieder eingeführt werden, wenn die Türkei es nicht schafft, illegale Migration ihrer Landsleute einzudämmen. Die zuständige Kommissarin Malmström will die Visafreiheit der Türken forcieren.


AKP will Auslandstürken einfangen

Von den gut fünf Millionen im Ausland lebenden Türken sind etwa drei Millionen wahlberechtigt. Es wird davon ausgegangen, dass die Mehrheit der Auslandstürken konservativ, also potentielle AKP-Wähler sind. Angesichts der im Juni 2011 bevorstehenden Wahlen versuchte die Erdogan-Regierung Auslandstürken die Stimmabgabe per Brief, Email zu ermöglichen, um dieses beachtliche Wählerpotential für die AKP auszuschöpfen.

Ein entsprechendes Gesetz wurde vom Türkischen Verfassungsgericht 2008 annulliert und die Wahlbehörde winkte nun hinsichtlich der Stimmabgabe an den türkischen Botschaften und Konsulaten ab, da nicht mehr genügend Zeit bliebe, bis zum Wahltermin die technischen und sicherheitsrelevanten Vorkehrungen zu treffen.


Ein Türke wird sich immer als Türke fühlen

Wie stark das Nationalbewusstsein der Türken ausgeprägt ist und wie dieses seitens des Heimatlandes bei ausgewanderten Landsleuten immer wieder geschürt wird, zeigt sich darin, dass Premierminister
Erdogan und hochrangige Vertreter der Türkei den türkischen Migranten im Ausland regelmäßig zurufen, sie sollen, ja müssten gar Türken bleiben. Im Februar 2008 bezeichnete Erdogan bei einem Deutschlandbesuch eine allfällige Assimilierung von Auslandstürken gar als „Verbrechen gegen die Menschlichkeit“, um im Februar 2011, bei seinem nächsten Besuch, dem Türkischlernen absoluten Vorrang gegenüber dem Deutschlernen einzuräumen. Als schließlich der türkische Integrationsberater meinte, in der Türkei zu absolvierende Deutschkurse werden in der Türkei als Provokation aufgefasst, sah er sich – wohl zu seiner Verwunderung – von einigen Widerspruch aus Österreich konfrontiert.

Es braucht wohl nicht extra betont zu werden, dass alle Integrationsbemühungen eines Landes torpediert werden, wenn Zuwanderer seitens ihres Heimatlandes darin bestärkt werden, ja nicht zu viel Integrationsbereitschaft an den Tag zu legen und die Sprache des Gastlandes als zweitrangig anzusehen. Mit Sprachkursen würde die türkische Regierung migrationswilligen Türken bessere Chancen eröffnen. Aber
daran ist man gar nicht interessiert. Institutionen wie das eigene Amt für Auslandstürken oder das Religionsamt sollen – ebenso wie die Aussagen Erdogans bei seinen Deutschlandbesuchen – Einfluss auf Auslandstürken ermöglichen.


Türkischer OSZE-Generalsekretär?

Mit einem eigenen Kandidaten wollte Ankara die Wahl der früheren ÖVP-Außenministerin Ursula Plassnik zur OSZE-Generalsekretärin zu verhindern. Wenn ein Türke OSZE-Generalsekretär werden sollte, hieße dies, den Bock zum Gärtner machen. Die Organisation für Sicherheit und Zusammenarbeit in Europa ist der Friedenssicherung wie auch der Achtung der Menschenrechte verpflichtet.

Ein Generalsekretär aus einem Land, das in den vergangenen Jahren immer wieder Luftangriffe gegen kurdische Stellungen im Nordirak geflogen hat, diskriminiert ethnische und religiöse Minderheiten im eigenen Land systematisch, missachtet grundlegende Menschenrechte wie die Meinungsfreiheit und lässt zu, dass im 21. Jahrhundert Frauen immer noch als rechtlose Menschen zweiter Klasse gelten, wäre eine Verhöhnung europäischer Werte.


Abbruch der Beitrittsgespräche längst überfällig
 

Mit reinen Absichtsbekundungen wird sich die EU wohl nicht länger abspeisen lassen. Wie genau sich die Europäische Union die Anklageschrift gegen die Journalisten und die Urteile rund um die Klosterenteignung anschauen wird und ob dann gegebenenfalls der Ton gegenüber der türkischen Regierung verschärft wird, bleibt abzuwarten. Für die Europäische Union steht mit der systematischen Missachtung der Presse- und Religionsfreiheit in der Türkei die Glaubwürdigkeit der EU als sogenannter Wertegemeinschaft auf dem Spiel.

Kein Verständnis darf für Erdogans Gleichsetzung von Islamophobie und Antisemitismus gelten. Hier werden zwei Dinge in Verbindung gebracht, die miteinander absolut nichts zu tun haben. Außerdem ist Erdogan gut beraten, zuerst einmal in der Türkei die systematische Diskriminierung der christlichen Konfessionen zu beenden, bevor er in Europa den Moralapostel in Sachen Religionsfreiheit spielt. Und wenn Erdogan angesichts der Toten unter den Uiguren nach Protesten in China 2009 von „Völkermord am uigurischen Brudervolk“ spricht, dann sollte in der Türkei zunächst der Völkermord an den Armeniern aufgearbeitet werden. Nicht zuletzt wäre es an der Zeit, dass sich die EU-Staaten die Einmischung der türkischen Regierung in innerstaatliche Angelegenheiten wie Integration der Auslandstürken verbieten. An eine Lösung des Zypernkonflikts mag wohl keiner mehr glauben.

Entgegen aller Lippenbekenntnisse treibt die Erdogan-Regierung die Islamisierung voran. Wenn Erdogan sogar von einer „islamischen Union“ träumt, muss man ernsthaft fragen, warum die EU die Beitrittsverhandlungen mit Ankara überhaupt fortsetzt. Sinnvoller wäre ein sofortiger Abbruch der Beitrittsverhandlungen und die Aufnahme von Gesprächen über die Bildung einer privilegierten Partnerschaft. Schließlich beweist die Türkei ihre EU-Unreife stets aufs Neue.

 

 

mardi, 12 octobre 2010

Toute coopération militaire plus étroite entre pays membres de l'UE ne doit pas servir les intérêts américains

eurocorps.jpg

Toute coopération militaire plus étroite entre pays membres de l’UE ne doit pas servir les intérêts américains

Première chose à faire : développer une politique de sécurité et de défense indépendante de Washington

Ensuite : l’Autriche ne peut en aucun cas renoncer à sa neutralité pour satisfaire les intérêts d’une puissance extra-européenne

Si jamais nous parvenons à établir une coopération militaire plus étroite entre pays membres de l’UE, alors nous devons préalablement mettre en œuvre une politique de sécurité et de défense européenne autonome, a déclaré Andreas Mölzer, chef de la délégation FPÖ au sein du Parlement européen, à l’occasion de la clôture de la réunion informelle, à Gand en Flandre, des ministres de la défense de l’UE. « Lorsqu’il s’agira de fédérer les ressources militaires au sein de l’UE, cela ne pourra nullement se faire dans l’intérêt exclusif des Etats-Unis et de l’OTAN. Il y a toutefois lieu de craindre que la coopération militaire plus étroite que l’on prévoit serve en ultime instance ce but-là », a insisté Mölzer.

 

Ensuite, a ajouté le mandataire FPÖ, toute politique de sécurité et de défense européenne devra concentrer ses efforts sur l’Europe. « Une coopération militaire plus étroite entre pays européens ne doit pas servir à aider encore davantage les Etats-Unis, comme par exemple dans la guerre qui sévit en Afghanistan. Il faut que ce soient les Balkans qui demeurent le centre majeur des préoccupations européennes en matières de défense et de sécurité, car cette région d’Europe reste toujours, comme auparavant, agitée par une série de conflits irrésolus qui sont toujours susceptibles de s’amplifier. Si l’UE n’est pas capable de veiller à asseoir une sécurité dans son propre environnement géographique, alors elle demeurera objet de moqueries et de sarcasmes », a constaté Mölzer en toute clarté.

 

En ce qui concerne toute coopération plus étroite des pays membres de l’UE en matières militaires, l’Autriche doit rester en position d’attente, a demandé le député européen de la FPÖ. « Aussi longtemps qu’il n’existera pas une communauté de défense et de sécurité commune et autonome en Europe, qui soit complètement indépendante des Etats-Unis, l’Autriche doit demeurer fidèle à sa neutralité. En aucun cas, il ne faudra renoncer à cette neutralité, car cela nous entrainerait à servir les intérêts d’une puissance extra-européenne », a conclu Mölzer.

 

Source : http://www.andreas-moelzer.at/

samedi, 02 octobre 2010

Impuissance européenne

moelzer726apa071109.jpg

Impuissance européenne

Lors d’un sommet spécial tenu en septembre 2010, les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’UE ont débattu d’un thème important : comment l’UE peut-elle augmenter son poids en politique extérieure ? De fait, en ce domaine, il y a un urgent besoin d’agir, car l’Europe, dans le monde, est objet de moqueries, pour autant qu’on la prenne en considération… Point fondamental : les partenariats stratégiques, qui sont actuellement envisagés, avec les puissances mondiales montantes que sont la Chine, l’Inde et le Brésil, sont de bons moyens pour sortir de l’impuissance politique sur l’échiquier international. Car, c’est évident, l’UE doit se détacher de la tutelle américaine en matières de politique étrangère et de sécurité, mais elle n’est pas capable, seule, de par ses propres forces, de constituer un pôle alternatif à Washington.

 

Autre question : les déclarations d’intention formulées lors de ce sommet spécial de Bruxelles seront-elles traduites dans la réalité ? En effet, à l’évidence, l’UE envisage depuis des années un partenariat stratégique avec la Russie, dont l’importance est soulignée avec emphase, à intervalles réguliers, par la nomenklatura eurocratique. Mais rien de tout ce projet n’a été réalisé jusqu’ici et, aujourd’hui, les relations entre Euro-Bruxelles et Moscou se sont encore rafraîchies. Les grands bénéficiaires de ces atermoiements européens sont bien entendu les Etats-Unis d’Amérique qui, par nature, ont le plus grand intérêt à maintenir les Européens sous leur tutelle, en politique étrangère et au niveau militaire. Sans l’aide volontaire de leurs partenaires transatlantiques, qui se baignent dans l’illusion de pouvoir exercer une influence quelconque sur la politique extérieure des Etats-Unis, au nom du grand partenariat atlantiste, les Américains auraient bien des difficultés à jouer leur rôle de « policier planétaire ».

 

Il existe toutefois un instrument politique, qui n’a joué aucun rôle jusqu’ici et qui ne sera pas utilisé dans l’avenir : celui que constituent les versements colossaux pour l’aide au développement et autres « aides humanitaires » après les guerres ou les catastrophes naturelles. En ce domaine, vu la mauvaise conscience des anciennes puissances colonisatrices d’Europe et vu d’autres contraintes imposées par le politiquement correct, les Européens s’empressent d’être les meilleurs payeurs de la planète, sans que ce rôle, choisi, ne leur procure le moindre avantage politique. Au lieu de toujours sortir le carnet de chèques avec empressement, les Européens devraient appliquer l’adage « qui paie, achète ».  Mais pour cela, l’UE n’a ni la volonté ni le courage politiques.

 

Andreas MÖLZER.

(article paru dans « zur Zeit », Vienne, n°38/2010 ; http://www.zurzeit;at/ ).