Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 02 juillet 2022

Naissance d'une route commerciale historique

Map-of-International-North-South-Transport-Corridor-INSTC.png

Naissance d'une route commerciale historique

Parth Satam

Source: https://katehon.com/ru/article/znakovyy-torgovyy-marshrut

L'Inde, la Russie et l'Iran font des affaires par le biais du corridor INSTC alors que New Delhi continue d'échapper à la pression américaine

Essais de transport de marchandises russes depuis Astrakhan vers un port du sud de l'Iran jusqu'à leur destination au port Jawaharlal Nehru de Mumbai. L'Autorité portuaire Jawaharlal Nehru à Mumbai (JNPA), qui fait partie du Corridor international de transport Nord-Sud (INSTC), marque les premiers pas de l'Inde, qui rejoint l'axe émergent Russie-Iran-Inde.

Ceci intervient dans un contexte de fissures dans les relations entre l'Inde et les Etats-Unis à propos du commerce croissant du pétrole avec la Russie et du refus de rejoindre le camp occidental pour critiquer Moscou ; en même temps, l'Inde est sur la même longueur d'onde que la Chine à propos de ce qui est perçu comme une pression unilatérale des Etats-Unis forçant le pays à prendre parti dans la rivalité géopolitique russo-américaine.

Hossein_Amir-Abdollahian_13950523_5533991.jpg

Le processus a débuté après la visite du ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian (photo), en Inde le 8 juin et une conversation téléphonique entre le président russe Vladimir Poutine et le président iranien Ebrahim Raisi le même jour.

Une partie du corridor international de transport Nord-Sud (INSTC) reliant les marchés de la Russie, de la Perse et de l'Asie peut être considérée dans le contexte plus large de changements d'alliances et d'arrangements pragmatiques, motivés principalement par les aléas économiques de l'ère Covid et les sanctions anti-russes.

Les cargaisons sortantes sont deux conteneurs de 40 pieds de lamelles de bois, d'un poids total de 41 tonnes, qui ont été chargés à Saint-Pétersbourg et sont destinés à Astrakhan, où ils seront rechargés dans le port de Solyanka.

Map-of-the-Caspian-Sea-and-Caspian-drainage-enclosed-by-the-red-contour-line-The.png

Ensuite, en traversant la mer Caspienne, ils atteindront le port iranien d'Enzeli avant de se diriger vers Bandar Abbas au sud et la dernière étape du voyage vers JNPA (ou Nhava Sheva), selon Dariush Jamali, directeur du terminal commun irano-russe à Astrakhan.

Khaf-Herat-rail-link.jpg

Dans le même temps, l'Iran semblait promouvoir son propre projet régional parallèle sous la forme du chemin de fer Khaf-Herat.

La réduction du voyage de 40 à 25 jours, car elle permet d'éviter le trajet plus long par le canal de Suez et de réduire les frais de transport maritime de 25 %, est importante dans le contexte actuel de forte inflation.

Le pragmatisme consistant à mettre de côté des positions différentes pour une raison plus substantielle a pu être observé dans la touche très sensible d'Amir-Abdollahan sur les questions de minorités en Inde.

"Téhéran et New Delhi s'accordent sur la nécessité de respecter les religions divines et les sanctuaires islamiques", a-t-il tweeté, ajoutant : "L'Iran et l'Inde sont déterminés à porter leurs relations à un niveau supérieur."

Jaishankar-1-1.jpg

Heureux de rencontrer le Premier ministre Modi, le ministre des Affaires étrangères Jaishankar (photo) et d'autres responsables indiens pour faire progresser notre dialogue stratégique bilatéral. Téhéran et New Delhi s'accordent sur la nécessité de respecter les religions divines et les sanctuaires islamiques et d'éviter les déclarations controversées. Nous sommes déterminés à porter les relations à un niveau supérieur.

Le même jour, lors d'un appel téléphonique entre Poutine et Raisi, des accords ont été conclus sur la mise en œuvre de "projets communs dans le domaine de l'économie et du commerce", a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

Auparavant, l'Inde avait cherché de manière contre-productive à construire des coalitions régionales. Étant à l'apogée de son alliance stratégique avec les États-Unis en 2020, elle n'a pas pu obtenir les conditions financières du projet Chabahar en raison des sanctions américaines contre l'Iran concernant l'accord nucléaire sous l'administration de Donald Trump. Cela a conduit l'Iran à exclure le pays du projet en juin 2020.

Ainsi, l'objectif déclaré de l'Inde d'atteindre l'Asie centrale (via Chabahar) n'a pu être atteint en raison de la pression occidentale. Il y a 73 ans, les Britanniques sortants ont partitionné le sous-continent, divisant l'Asie centrale, du Sud et de l'Ouest pour limiter l'influence de l'Union soviétique dans la région.

L'Inde avait une frontière terrestre avec l'Iran et l'Afghanistan, et un plan élaboré pour pénétrer en Asie centrale aurait été dangereux pour les puissances maritimes. L'intégration des terres par la continuité naturelle de la vaste masse terrestre eurasienne a sapé les routes commerciales maritimes, qui, selon les historiens, étaient un outil majeur de la domination coloniale occidentale.

Aujourd'hui, l'Inde maintient ses relations avec le Pakistan à un niveau acceptable, et la rhétorique de son soutien aux militants du Cachemire et aux acteurs terroristes non étatiques est presque absente chez ses dirigeants politiques.

Cela fait également intervenir les Talibans (interdits en Russie - Ndlr), un signe que l'Inde se rapproche des vues régionales de l'Asie centrale, de la Russie, de l'Iran et de l'Asie occidentale et accepte l'existence des Talibans comme une réalité politique. Il appelle à ignorer la doctrine ultra-conservatrice et orthodoxe du groupe au nom d'un véritable intérêt pour la stabilité en Afghanistan.

Pendant ce temps, les alliés des États-Unis considèrent que Washington développe un projet de plus en plus protectionniste, indépendamment des convictions idéologiques, républicaines ou démocrates, qui ne leur viendra pas en aide en cas de conflit et évitera toute nouvelle intervention militaire.

Le changement d'alliances mondiales provoqué par le conflit Russie-Ukraine est visible dans les positions changeantes d'Israël et de l'Iran, qui se sont déplacés entre les camps russe et américain.

Par exemple, Israël est passé du statut d'intermédiaire privilégié de Poutine, transmettant les pensées de ce dernier à l'Europe, aux États-Unis et à l'Ukraine dans les premiers jours du conflit, à celui de critique le plus sévère de Moscou en échange du blocage par les États-Unis des négociations sur le programme nucléaire iranien.

En mars, les États-Unis ont désespérément tenté de conclure l'accord pour s'assurer des approvisionnements supplémentaires en pétrole iranien et faire baisser les prix mondiaux du pétrole.

L'Iran a alors vu une opportunité et a flirté avec les États-Unis pendant un certain temps, s'éloignant de sa doctrine d'"économie de résistance" et de "pivot vers l'Est" - résister aux sanctions dévastatrices des États-Unis au détriment d'une coopération accrue avec les principales puissances eurasiennes - pour engager l'Occident dans des négociations nucléaires et obtenir un certain soulagement économique. Il est revenu à une position dure après que les États-Unis ont fait pression sur l'Iran et ont bloqué l'accord sous la pression israélienne.

scrnli_7-12-2021_11-39-13.png

L'Iran et l'Inde ont également constaté que les commentaires du président Joe Biden et de son secrétaire à la défense Lloyd Austin ("cet homme ne peut pas rester au pouvoir", "l'objectif est d'affaiblir la Russie") visaient davantage à affronter Moscou qu'à défendre l'Ukraine dans la guerre par procuration soutenue par les États-Unis.

Les succès de la Russie à Marioupol, où plus de 2000 combattants néonazis se sont rendus dans l'aciérie Azovstal, et la perte actuelle de "100 soldats ukrainiens chaque jour" dans le Donbass, selon le président Vladimir Zelensky lui-même, augurent d'un probable triomphe de la Russie.

Par ailleurs, l'Inde n'a pas encore pleinement soutenu l'axe Russie-Iran-Chine, comme le prouve son adhésion au groupement Israël-Inde-États-Unis-Émirats arabes unis (I2U2), où Israël et les EAU partagent une méfiance mutuelle à l'égard de l'Iran.

Les liens renforcés de l'Inde avec les Émirats, où ces derniers ont suscité l'indignation avec les commentaires controversés de Nupur Sharma, porte-parole suspendu du BJP, les relations tendues des Émirats avec Israël après les Accords d'Abraham de 2020, et l'apaisement désespéré de Washington envers Abu Dhabi pour augmenter la production de pétrole après qu'il ait été indigné par l'échec du premier à condamner les attaques de Husi soutenues par l'Iran, rendent la perspective plus sérieuse.

Écrire un commentaire